Archives par mot-clé : Sciences et techniques

Les premières expositions horticoles de Paris (1830-1850)

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


En tant que chercheuse associée au département Sciences et techniques de la BnF, et spécialisée en prosopographie et histoire socio-culturelle, j’ai pour objet d’étude les médaillés des expositions horticoles de Paris au XIXe siècle.

La Bibliothèque nationale de France conserve une large collection de revues horticoles éditées par les sociétés d’horticulture qui fleurissent dans le pays à partir des années 1830. Ces revues fourmillent d’informations et conservent notamment la trace des expositions horticoles organisées par ces sociétés, des concours qui s’y déroulaient et, bien sûr, des personnes qui y étaient récompensées. Le champ d’étude étant très vaste, je me suis limitée, dans un premier temps, aux médaillés des expositions horticoles organisées par la Société d’horticulture de Paris, fondée en 1827, et qui deviendra plus tard la SNHF, la Société nationale d’horticulture de France. On y retrouve des horticulteurs, pépiniéristes, jardiniers, fleuristes, mais aussi des peintres de fleurs, des mécaniciens, des fabricants d’outils horticoles, de vases et pots, de serres, etc. C’est ainsi toute une histoire de l’horticulture, assez méconnue, avec ses hommes et femmes, ses événements, ses réseaux et innovations, qui se révèle.

Exposition des produits de l'Horticulture à l'Orangerie de la Chambre des Pairs, extrait de L'Illustration, journal universel, n°12, 20 mai 1843, mis en ligne par le projet Gutenberg.
Exposition des produits de l’Horticulture à l’Orangerie de la Chambre des Pairs, extrait de L’Illustration, journal universel, n°12, 20 mai 1843, mis en ligne par le projet Gutenberg.

Après la fondation de la Société d’horticulture de Paris en 1827, de nombreuses autres sociétés d’horticulture voient le jour en France : la Société d’horticulture du Nord de la France et la Société nantaise d’horticulture en 1828, la Société d’horticulture d’Orléans et du Loiret en 1830, la Société centrale d’horticulture du département de la Seine-Inférieure en 1836, la Société d’horticulture de la Gironde en 1839, etc. Le développement des sociétés horticoles en France est néanmoins tardif par rapport au reste de l’Europe. Ainsi, la société londonienne The Horticultural Society of London est fondée en 1804, la Société royale d’agriculture et de botanique de Gand en 1808, et la Société royale de Flore de Bruxelles voit le jour en 1822. Ainsi, lorsque la première exposition, intitulée « première exposition publique des produits de l’horticulture », est organisée par la Société d’horticulture de Paris du 12 au 15 juin 1831 à l’Orangerie des Tuileries, la Société de Flore de Bruxelles organise déjà sa dix-neuvième exposition (du 16 au 19 juillet 1831)1, et la Société royale d’agriculture et de botanique de Gand a dépassé sa quarantième exposition.

Les premiers concours horticoles

Dès sa fondation en 1827, la Société d’horticulture de Paris envisage d’organiser des expositions publiques d’horticulture, mais ce n’est qu’en 1830 qu’un rapport défini précisément un cadre pour la mise en place de ces expositions2 :

« Jusqu’à présent, la Société s’est contentée, pour ses séances publiques, d’inviter ses membres à faire apporter, pour ces jours de solennité, les plus belles plantes de leurs jardins, et cela a produit par le fait de belles expositions. Mais nous pensons que ces expositions, telles qu’elles ont été faites, sont insuffisantes, et ne remplissent pas le but que la Société s’est proposé dans son institution.
Ces expositions, pour répondre aux intentions de notre règlement, doivent être, ce nous semble, des espèces de concours auxquels seront appelés non seulement les membres de la Société, mais encore tous les horticulteurs de Paris et des environs. »

Par ailleurs, neuf articles prévoient les dispositions suivantes : deux « expositions publiques des divers objets et produits qui appartiennent à l’horticulture » seront organisées tous les ans (art. 1), dans lesquelles la Société décernera un premier prix (une médaille d’or d’une valeur de 300 fr.), un second prix (une médaille d’or d’une valeur de 150 fr.), deux médailles d’argent, et un nombre indéterminé de mentions honorables (articles 4 et 5).

Lors de la première exposition de juin 1831, ce sont donc quatre prix sont décernés à quatre jardiniers-fleuristes parisiens, ainsi que dix mentions honorables3. Dès la deuxième exposition publique des produits de l’horticulture, du 20 au 27 mai 1832, ce sont déjà sept prix qui sont décernés ainsi que six mentions honorables et une médaille d’encouragement4. À chaque nouvelle exposition, un nouveau règlement est adopté par la Société d’horticulture de Paris pour fixer le programme des concours de l’exposition et le nombre de prix à décerner, qui ne cesse d’augmenter année après année. Ainsi, pour la vingt-quatrième exposition des produits de l’horticulture du mois de mai 1853, le constat était le suivant5 :

« À l’exposition printanière de 1853, la Société n’a pas décerné moins de dix médailles d’or, quatre-vingt-quatorze d’argent, dix-huit de bronze, cinq rappels, onze lots de porcelaine, au total cent quarante-huit distinctions d’une valeur de 6,755 fr. 55 c., et le jury fut cependant, à regret, obligé de laisser sans récompense plusieurs exposants méritants parmi ceux qui figuraient dans les cinquante-quatre concours ouverts à l’horticulture spéciale. »

Plan du jardin de l'Exposition universelle d'horticulture de 1855, dessiné et exécuté par P. Loyre, et publié in Société impériale et centrale d'horticulture, Exposition universelle de 1855 : livret, Paris, Imprimerie horticole de J.-B. Gros, 1er juillet 1855, p. 7, consulté sur Hortalia.
Plan du jardin de l’Exposition universelle d’horticulture de 1855, dessiné et exécuté par P. Loyre, et publié in Société impériale et centrale d’horticulture, Exposition universelle de 1855 : livret, Paris, Imprimerie horticole de J.-B. Gros, 1er juillet 1855, p. 7, consulté sur Hortalia.

Le nombre de plantes exposées croît également d’année en année, avec néanmoins quelques irrégularités liées notamment aux aléas climatiques. Ainsi, 330 plantes sont exposées lors de la première exposition en juin 1831, 690 en mai 1832 et 770 en juin 1833. Après une petite baisse à 642 plantes exposées lors de la quatrième exposition du 27 février au 2 mars 1834, le nombre dépasse les 1000 à la cinquième exposition au mois d’août 1834, et les 2000 à la douzième exposition du 29 septembre au 3 octobre 18416. En comparaison, la cinquantième exposition de la Société royale d’Agriculture et de Botanique de Gand du 15 au 20 mars 1834 compte près de 3000 plantes exposées7, et sa cinquante-sixième exposition en mars 1837 va même jusqu’à dépasser les 5200 plantes exposées8.

Horticulture, arts et industries

L’augmentation du nombre de plantes exposées et de prix décernés va bien sûr avec l’augmentation du nombre d’exposants et l’élargissement des concours, qui ne sont plus réservés aux seuls horticulteurs parisiens. Dès la première exposition de 1831, on compte parmi les exposants hors concours des mécaniciens, menuisiers-treillageurs, constructeurs de machines pour le jardinage, et même les fabricantes de fleurs artificielles en cire Mesdames Louis, établies au n° 2 de l’ancienne rue du Paon-Saint-André, à Paris9. Au sein de la société d’horticulture de Paris, on envisage dès ce moment d’intégrer les « arts et industries » dans de prochains concours10 :

« Messieurs, après le rapport ci-dessus, votre Commission doit ajouter qu’elle a remarqué avec intérêt que l’exposition de fleurs est accompagnée de plusieurs objets qui n’avaient pas été compris dans le concours, et que vous comprendrez sans doute par la suite, à cause de leurs rapports immédiats, soit avec les fleurs elles-mêmes, soit avec le jardinage et les jardins. »

Ainsi, dès la deuxième exposition en 1832, de premières récompenses sont accordées, une médaille d’encouragement à MM. Arnheiter et Petit, mécaniciens brevetés, et une mention honorable à M. Georgé, menuisier-treillageur11. Dans les expositions suivantes, des sections de concours dédiés sont créées, comme en 1835 avec les « objets d’arts » (section IV) et les « objets d’industrie relatifs à la culture » (section V)12. Dans la septième exposition en septembre 1836, le huitième concours a pour objet les « arts libéraux » (dont le prix est non décerné cette année-là), et le neuvième concours est destiné aux « arts industriels » (une nouvelle médaille d’encouragement est décernée à M. Arnheiter)13. Au fil des ans, on y rencontre un nombre toujours plus important d’artistes peintres, fabricants de fleurs artificielles, d’outils horticoles, de poteries, de mécaniciens et couteliers, architectes de jardin, menuisiers-treillageurs, etc.

Les médaillés sont néanmoins encore, à cette époque-là, entièrement domiciliés en Île-de-France. Il faut attendre la treizième exposition, en 1842, pour qu’une mention honorable soit décernée à un résident d’une autre région, et encore deux ans supplémentaires pour que ce soit un prix.

Planche 81 in Pierre Boitard, Les instruments aratoires : collection complète de tous les instrumens d'agriculture et de jardinage, français et étrangers, anciens et nouvellement inventés ou perfectionnés, Paris, A. Ledoux et Leneveux, 1833, avec un gratte-pavé (1) et une pince de treillageur (3), inventions de MM. Arnheiter et Petit, et autres instruments.
Planche 81 in Pierre Boitard, Les instruments aratoires : collection complète de tous les instrumens d’agriculture et de jardinage, français et étrangers, anciens et nouvellement inventés ou perfectionnés, Paris, A. Ledoux et Leneveux, 1833, avec un gratte-pavé (1) et une pince de treillageur (3), inventions de MM. Arnheiter et Petit, et autres instruments.

Perspectives

À partir du dépouillement des comptes rendus d’exposition publiés dans les Annales de la Société d’horticulture de Paris sur ces vingt premières années, j’ai établi une liste des personnes ayant été présentes à au moins trois expositions et ayant reçu au moins deux récompenses. Ces personnes font l’objet d’un travail de recherche approfondi qui me conduit à la rédaction de notices biographiques publiées sous la forme d’un dictionnaire biographique des médaillés des expositions horticoles de Paris sur mon carnet de recherche. La rédaction de ces notices permet de mettre en lumière l’homogénéité ou la diversité de leurs parcours, environnement familial, niveau de vie, place dans les sociétés horticoles, mais aussi leur travail sur différentes variétés de plantes, parfois disparues.

Ces notices permettent également d’enrichir nos connaissances (et de corriger des notices d’autorité) sur des personnes qui ont souvent marqué leur domaine à leur époque et ont laissé des traces jusqu’à nous, mais qui restent malgré tout mal connues. C’est par exemple le cas de l’artiste peintre Rosine-Antoinette Delaporte-Bessin, décédée en 1897 mais que tous les dictionnaires d’artistes font mourir en 1876 ; d’Antoine Chantin, qui a laissé une rue de Paris à son nom mais dont les plaques ne mentionnent aucune date, et dont la date de décès était erronée sur Wikipédia ; ou encore de Victor Barbizet et de son fils Claude-Achille, fabricants de pots et céramistes, faisant l’objet d’une fiche Artiste du musée d’Orsay sur laquelle leurs dates de vie et d’activité étaient restées incertaines. Outre ce travail sur les notices d’autorités de la BnF, je participe aussi à l’enrichissement de Wikidata, Wikipédia, la base La France savante du CTHS, et à la création de généalogies de botanistes et horticulteurs célèbres sur Geneastar.

Enfin, pour sensibiliser le grand public à l’histoire de l’horticulture et de la botanique et valoriser les plus belles planches contenues dans les ouvrages horticoles conservés par la BnF et numérisés par Gallica, j’ai créé un compte Instagram intitulé Graines de culture.

  1. « Société de Flore de Bruxelles – Dix-neuvième Exposition, les 16, 17, 18 et 19 juillet 1831 », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 9, Paris, 1831, p. 183. []
  2. « Rapport sur les expositions publiques, au nom d’une commission spéciale composée de MM. le Comte DE MURINAIS, le Vicomte DE BONNAIRE DE GIF, l’abbé BERLÈSE, FÉBURIER, MÉRAT, SOULANGE BODIN et LOISELEUR-DESLONGCHAMPS, rapporteur », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 7, Paris, 1830, p. 257-258. []
  3. « Rapport du jury sur les produits de l’horticulture, des arts et de l’industrie envoyés à l’exposition ; par M. POITEAU, rapporteur », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 9, Paris, 1831, p. 36-45. []
  4. « Rapport du jury sur les produits de l’horticulture, des arts et de l’industrie envoyés à l’exposition ; par M. POITEAU, rapporteur », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 10, Paris, 1832, p. 377-387. []
  5. « Compte rendu des travaux de la Société impériale d’horticulture de Paris et centrale de France, depuis l’exposition de mai 1853 ; par M. C. BAILLY DE MERLIEUX, secrétaire général », Annales de la Société impériale et Paris et centrale de France, vol. 45, Paris, 1854, p. 198. []
  6. Chiffres énoncés dans les rapports publiés dans les Annales de la Société d’horticulture de Paris. []
  7. « Excursion horticole en Belgique, par l’abbé BERLÈSE, en septembre 1834 », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 16, Paris, janvier 1835, p. 20. []
  8. « Rapport fait à la Société royale d’horticulture de Paris, le 5 avril 1837, sur la cinquante-sixième exposition publique de la Société royale d’agriculture et de botanique de Gand, en mars dernier ; par M. BERLÈSE et M. POITEAU, rapporteur », Annales de la Société royale d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 21, Paris, juillet 1837, p. 167. []
  9. « Rapport du jury sur les produits de l’horticulture, des arts et de l’industrie envoyés à l’exposition ; par M. POITEAU, rapporteur », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 9, op. cit., p. 44. []
  10. Ibid. []
  11. « Rapport du jury sur les produits de l’horticulture, des arts et de l’industrie envoyés à l’exposition ; par M. POITEAU, rapporteur », Annales de la Société d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 10, op. cit., p. 386. []
  12. « Rapport du jury d’examen sur les objets envoyés à l’exposition, par M. POITEAU », Annales de la Société royale d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 17, Paris, juillet 1835, p. 103. []
  13. « Rapport du jury d’examen sur les objets envoyés à l’exposition, par M. POITEAU », Annales de la Société royale d’horticulture de Paris, et journal spécial de l’état et des progrès du jardinage, t. 19, Paris, juillet 1836, p. 244-245. []

Aliénor Samuel-Hervé

Chercheuse associée à la BnF, département Sciences et techniques.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Soutenance de thèse de doctorat : Fleur Hopkins

Le 20 novembre 2019, Fleur Hopkins, ancienne chercheure invitée (2018-2019) et associée (2017) de la BnF, commissaire de l’exposition « Le Merveilleux-scientifique. Une science-fiction à la française », soutient sa thèse de doctorat intitulée Aux frontières de l’invisible : culture visuelle et instruments optiques dans le récit merveilleux-scientifique au passage du siècle (1894-1930), menée sous la direction de M. Pascal Rousseau, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Clément Vautel, La machine à fabriquer des rêves, couverture de Fred Browne, « Idéal-Bibliothèque », Paris : Pierre Lafitte et Cie, [1909] 1923 © Collection privée

Résumé

En pleine période de la découverte des rayons X, de la photographie des auras et des essais de communication avec la planète Mars, l’écrivain Maurice Renard a donné forme, entre 1909 et 1930, à un mouvement méconnu aujourd’hui : le « merveilleux-scientifique ».

Son intrigue se construit de manière rationnelle, à l’exception d’une loi scientifique qui est inventée ou modifiée, pour permettre aux êtres humains d’accomplir des prodiges seuls réservés aux contes de fées : devenir miniature ou lire les pensées.

Maurice Renard a largement souligné dans ses différents textes-manifestes sa volonté de faire de son modèle littéraire une « machine optique ». À ce titre, s’appuyant sur plus de 100 textes, de 100 auteurs et illustrateurs et de près de 800 illustrations, notre étude cartographie l’obsession pour l’extension du visible (voir au-dedans, voir au-delà, voir l’envers).

Pour ce faire, nous avons mobilisé tout au long de notre travail les ressources nouvelles de l’histoire de l’art. Les études visuelles, d’une part, mettent en évidence les changements opérés dans les régimes scopiques (regard endoscopique, regard panoptique, œil optogrammique, etc.). Elles ouvrent à de nouveaux artefacts visuels, tels que les récits sous images, la publicité suggestive ou les illustrations de romans populaires, valables comme témoignages historiques de la construction historique du regard.

L’archéologie des médias, d’autre part, recense les médias oubliés, laissés pour compte, en retard ou trop en avance sur leur temps. Elle permet de collecter un nombre considérable de « médias imaginaires », particulièrement inventifs : « psychographe », « ondogène », « électroscope ».

Soutenance

  • Lieu :  La Sorbonne – Galerie Jean-Baptiste Dumas – 14 rue Cujas – 75005 Paris
  • Salle : salle Duroselle
  • Horaire : le 20 novembre 2019 à 9h

Composition du jury

  • Arnaud Huftier, PR, Université de Valenciennes, pré-rapporteur
  • Arnauld Pierre, PR Université Paris Sorbonne, pré-rapporteur
  • Jérôme Goffette, MC, Université Lyon 1
  • Delphine Gleizes, PR, Université Grenoble Alpes
  • Pascal Rousseau, PR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de la thèse

Pour en savoir plus

Présentation de la thèse dans le cadre du concours « Ma recherche en 180 secondes en Histoire de l’Art et Archéologie »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat : Coline Arnaud

Le 4 juillet 2019, Coline Arnaud, ancienne chercheure invitée (2016) et associée (2015) de la BnF, soutient sa thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication intitulée La pâtisserie française (1870 – 1914) : une révolution gastronomique menée sous la direction de Françoise Hache-Bissette .

Résumé

La pâtisserie d’art théorisée par Carême avant 1850 codifie une pâtisserie décorative et complexe dont le faste est destiné aux élites sociales de l’Empire puis de la Restauration. Pourtant, dès 1820, cette pâtisserie ambitieuse bouleversant le statut artisanal du pâtissier se heurte aux valeurs bourgeoises d’une classe sociale en pleine ascension. Les inventions techniques, les réformes sociales, l’ouverture des marchés à la production industrielle au tournant du siècle condensent les tensions toujours irrésolues entre une pâtisserie nostalgique, aux ambitions artistiques, et la prédominance des commerces de proximité, symboles d’une production économique diversifiée et moderne. Ce travail cherche à analyser l’origine de ces tensions et leur impact à travers le métier, le produit et le lieu de vente, en interrogeant le rapport de cette pratique au social, au politique et à l’art de 1870 à 1914.

Soutenance

  • Lieu :  Bibliothèque nationale de France / Site François Mitterrand, Quai François Mauriac 75013 Paris
  • Salle : Petit Auditorium
  • Horaire : 14h

Composition du jury

  • Mme Françoise HACHE-BISSETTE, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Directeur de thèse
  • Mme Claire BLANDIN, Université Paris 13, Rapporteur
  • M. Didier FRANCFORT, Université de Nancy, Rapporteur
  • M. Jean-Pierre WILLIOT, Sorbonne Université, Examinateur
  • Mme Simona DE IULIO, Université de Lille, Examinateur
  • M. Emmanuel QUENSON, Université d’Evry, Examinateur
  • M. Denis SAILLARD, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Co-encadrant

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Merveilleux-scientifique Une science-fiction à la française

Le Prisonnier de la planète Mars, illustré par Henri Thiriet, « Le Roman d’aventures », n° 4, Paris, Albert Méricant, 1908.

À l’aube de la Grande Guerre, le public se passionne pour la découverte des rayons X, la photographie des auras ou les essais de communication avec la planète Mars. C’est dans cette atmosphère de rêverie scientifique que l’écrivain Maurice Renard entreprend de structurer un nouveau mouvement littéraire, inscrit dans la lignée de H. G. Wells et en rupture avec Jules Verne : le « merveilleux-scientifique ». L’intrigue de ces récits se construit dans un cadre rationnel ; l’auteur choisit d’y altérer une loi scientifique, permettant ainsi aux protagonistes de traverser la matière, de lire les pensées ou de voyager dans l’infiniment petit. La BnF consacre une exposition inédite à ce pan méconnu de la littérature française du début du XXe siècle. Un voyage dans le temps jubilatoire aux côtés de ces auteurs « chasseurs de chimères » et « scribes de miracles », qui révèle la richesse de l’imaginaire scientifique français, avant même l’avènement de la science-fiction américaine au début des années 1930.

La Bibliothèque nationale de France participe depuis 2017 à la redécouverte du corpus merveilleux-scientifique, qui s’est épanoui en France entre 1900 et 1930, en rééditant certains auteurs-phares au sein de sa collection de pépites littéraires « Les Orpailleurs » (Théo Varlet, André Couvreur, J.-H. Rosny aîné) et en collaboration avec les éditions 2024 (G. Ri). Maurice Renard, maître à penser du genre, se positionne en tant que « rénovateur du roman » et invite ses pairs (André Couvreur, Théo Varlet, Gustave le Rouge, Octave Béliard, Léon Groc, etc.) à fonder un roman neuf, basé sur la raison. S’éloignant des aventures scientifiques à la Verne, le récit merveilleux-scientifique s’inspire du roman expérimental de Zola, des contes philosophiques de Wells, des histoires extraordinaires de Poe, du merveilleux de Perrault modernisé et de la vague de merveilleux spirite. Chaque intrigue s’élabore autour de l’invention/modification d’une loi physique, chimique ou biologique, qui pro-pose dès lors au lecteur de regarder le monde connu la tête en bas ou au travers d’un miroir déformant.

L’exposition présente plus de 250 reproductions de documents largement méconnus, issus des fonds de la BnF : romans, feuilletons, affiches, récits sous images, articles prospectifs et de vulgarisation scientifique. Ils témoignent ainsi de la dissémination de l’esprit merveilleux-scientifique dans la culture médiatique et populaire au début du XXe siècle. Déambulant librement dans l’allée Julien Cain, le visiteur découvre au fil des cimaises que certaines thématiques qu’il pensait l’apanage de la science-fiction américaine des années 1930 et au-delà, étaient déjà en germe dans l’imaginaire merveilleux-scientifique français, très au fait des avancées scientifiques de l’époque (homme artificiel et augmenté, révolte des robots, catastrophe écologique, invasion et surveillance extraterrestre, etc.). L’exposition met en lumière les liens privilégiés du modèle merveilleux-scientifique avec les sciences et pseudo-sciences de son temps.

La première partie propose une immersion dans l’atmosphère de la Belle Époque, qui voit des savants comme Pierre Curie et Camille Flammarion se passionner pour les mystères surnaturels, tandis que les journaux vantent les bienfaits des crèmes au radium et autres ceintures électriques. En écho à son titre évocateur, « une science-fiction à la française », l’exposition met aussi en évidence la place du champ merveilleux-scientifique dans l’histoire plus générale du roman d’hypothèse où se côtoient science-fiction, aventures scientifiques et autres voyages extraordinaires.

La seconde partie offre un large panorama des motifs littéraires caractéristiques du genre : le savant fou et ses créations, l’homme artificiel, la découverte de nouveaux mondes, les créatures inquiétantes et ultraterrestres, les voyages dans le temps. Les illustrations mettent chaque fois en évidence l’influence du contexte scientifique sur l’épanouissement d’un thème fantaisiste, révélateur d’une époque où l’on rêvait les « Et si… »

Informations pratiques

  • 23 avril au 25 août 2019
  • Allée Julien Cain
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand
  • Quai François-Mauriac, Paris XIIIe
  • Du mardi au samedi 10h > 19h
  • Dimanche 13h >19h
  • Fermeture les lundis et jours fériés
  • Entrée libre
  • Iconographie à disposition de la presse

Commissariat

Fleur Hopkins, chercheuse invitée au département des Sciences et techniques, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Quels algorithmes pour comprendre la nature ?

Les algorithmes, suites d’instructions élémentaires, existent depuis l’Antiquité. Ces « savoir-faire » n’ont cessé depuis de se perfectionner et sont appliqués à de nombreux domaines. C’est aux ordinateurs que l’on doit leur pénétration massive dans les sciences contemporaines.

Les rencontres « Physique et interrogations fondamentales » (PIF) sont l’occasion pour des scientifiques et philosophes de formations très différentes, de confronter leurs points de vue sur un thème lié aux grandes questions de la science contemporaine. Elles se situent à un niveau permettant à un public cultivé mais non spécialisé de suivre les exposés. Elles se tiennent tous les deux ans dans le grand amphithéâtre du site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France qui les co-organise avec la Société française de physique.

Argument

Les algorithmes, suites d’instructions élémentaires, existent depuis l’Antiquité. Ces « savoir-faire » n’ont cessé depuis de se perfectionner et sont appliqués à de nombreux domaines. C’est aux ordinateurs que l’on doit leur pénétration massive dans les sciences contemporaines. Ces algorithmes informatiques ont évolué vers de nouvelles formes, comme le Deep Learning, et sont passés du statut d’outils développés par les chercheurs au rang d’acteurs de la recherche. S’achemine-t-on vers la disparition du chercheur humain et son remplacement par des robots ? 
Cette 16e rencontre PIF apporte un éclairage sur cette transformation algorithmique qui concerne tant la science fondamentale que la société, propose des exemples de ses applications dans plusieurs champs scientifiques et s’interroge sur les enjeux actuels pour la société.

  • Introduction aux algorithmes
    Claire Mathieu, mathématicienne, Collège de France, chaire Informatique et sciences numériques
  • Algorithmes pour comprendre ou pour normer le monde ? Outils ou formatages de la science et de l’action ? 
    Giuseppe Longo; mathématicien, CNRS-Ens, Paris, et Tufts University, Boston
  • Quels algorithmes pour la physique des particules ? 
    Pierre Billoir, physicien, Laboratoire de Physique Nucléaire et de Hautes Énergies, Université Paris Diderot / Sorbonne Université)
  • Quels algorithmes pour la Relativité Générale ?
    Philippe Grandclément, astrophysicien CNRS, Laboratoire Univers et Théories (LUTH), Observatoire de Paris
  • Décoder l’activité cérébrale: promesses, avancées et écueils 
    Maureen Clerc, INRIA Sophia Antipolis-Méditerranée 
  • Les algorithmes et la bêtise artificielle
    Bernard Stiegler, philosophe, directeur de l’Institut de recherche et d’innovation
  • Table ronde : Intelligence artificielle & Intelligence collective
  • Ouverture musicale 
  • Quels algorithmes pour écrire une chanson ? 
    François Pachet, directeur de Spotify Creator Technology Research Lab
  • Apprendre à parler aux algorithmes 
    Claire Nédellec, directrice de recherche en informatique, Institut national de la recherche agronomique (INRA), Unité de recherche « Mathématiques et Informatique Appliquées du Génome à l’Environnement » (MaIAGE ) 
  • La gouvernementalité des algorithmes
    Antoinette Rouvroy, juriste, Centre de Recherche Information, Droit et Société (CRIDS) de l’Université de Namur
  • Une axiomatisation de l’activité inventive est-elle envisageable ? 
    Denis Cavallucci, professeur en Ingénierie de l’Innovation à l’INSA de Strasbourg – Responsable de l’équipe CSIP à ICube (UMR CNRS 7357)
  • Clôture musicale : François Pachet

Journée d’étude organisée avec la Société française de physique.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Sciences pour tous, 1850-1900

En écho à l’exposition Sciences pour tous, 1850-1900, présentée du 25 avril 2017 au 27 août 2017 sur le site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, un site web est publié à l’adresse url : http://expositions.bnf.fr/sciencespourtous/.

Sa direction scientifique a été  assurée par Michel Netzer, directeur du département Sciences et techniques, Marie Boissière, chargée de collections, département Sciences et techniques et Anne Boyer, chargée de collections, département Sciences et techniques.

Très iconographique, le site propose un accès chronologique :

  • années 1850 : création de nombreuses revues qui popularisent les sciences : Cosmos (1852), La science pour tous et l’Année scientifique et industrielle (1856).
  • 1863 : Jules Verne publie son premier roman : Cinq semaines en ballonw.
  • 1864 : création par Edouard Charton de la Bibliothèque des merveilles.
  • 1873 : création de la revue La Nature par Gaston Tissandier.
  • 1879 : Camille Flammarion publie son Astronomie populaire.
  • 1889 : Exposition universelle à Paris où les visiteurs découvrent la Tour Eiffel.
  • 1890-1891 : publication de La science amusante de Tom Tit qui aura de très nombreuses éditions jusqu’en 1914.

Un accès thématique fournit des entrées (diffusion, pédagogie, nature, médecine, voyage, techniques) permettant de consulter une importante iconographie commentée et des focus.

En complément une web série de 14 vidéos est également publiée : chaque épisode porte sur différentes thématiques retraçant l’histoire de la science populaire dans la seconde moitié du XIXe siècle, de la médecine à la chimie, en passant par l’hygiène et l’aéronautique.

Sciences dans les journaux.

La féerie scientifique.

Des vulgarisateurs engagés

Mademoiselle Lili.

La science amusante.

La vie sur Mars.

L’histoire d’une bouchée de pain.

L’hygiène pour tous.

Le livre d’or de la santé.

L’invention de l’automobile.

Un triste record.

Le roman scientifique.

L’invention du cinématographe.

Le Globe Céleste.

Par ces productions, la BnF contribue à sa façon à la stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle1.
  1. Remise de la Stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle, url : <http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Enseignement-superieur-et-Recherche/La-culture-scientifique-et-technique/Remise-de-la-Strategie-nationale-de-la-culture-scientifique-technique-et-industrielle>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts