[Projet européen] DIGITENS : DIGITal ENcyclopedia of European Sociability

L’Union européenne, dans le cadre de son programme H2020 (Marie Skłodowska-Curie Actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)), a accordé un financement de 300 000 € dont 32 000 pour la BnF pour un projet de recherche visant à développer une Encyclopédie numérique de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières.

Résumé du projet

L’objectif du projet DIGITENS est de construire un cadre afin de mieux appréhender les interactions, les tensions, les limites et les paradoxes propres aux modèles européens de sociabilité et d’étudier la question relative à l’émergence et la formation des modèles européens de sociabilité tout au long du XVIIIe siècle.
Les résultats de cette recherche collaborative, internationale et intersectorielle sera la mise en ligne de la première Encyclopédie numérique à accès ouvert de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières. Cette encyclopédie numérique comportera une anthologie historique de sources textuelles ou iconographiques et proposera à un large public une cartographie des savoirs. Pour cela, des échanges de chercheurs entre les différentes institutions partenaires sont prévus.
Par son caractère électronique et par sa pluridisciplinarité, il s’adresse à la communauté des chercheurs anglophones et francophones, mais aussi plus largement au grand public qui grâce aux modalités de sa mise en place et ensuite de sa consultation et de son utilisation sera amené à s’interroger sur une valeur essentielle des Lumières qui trouve diverses formes d’expression au XXIe siècle pouvant aller de la permanence d’espaces institutionnels de sociabilité à celle de denrées « sociables » comme le café ou le thé ou encore de pratiques de sociabilité comme l’amitié. Le croisement des approches, sociologique, philosophique, linguistique, historique et littéraire permettra la réalisation d’un produit innovant et évolutif unique à ce jour dans l’univers de la recherche.

Pour la BnF, les principaux bénéfices de cette coopération sont :

  • une collaboration scientifique pour la réalisation de l’encyclopédie,
  • une collaboration technique pour la numérisation de quelques documents indispensables à la mise en place de l’encyclopédie,
  • un partenariat en termes d’échanges de personnes et de savoirs entre institutions « académiques » et « non académiques »  partenaires ; les séjours de recherche étant pris en charge par le projet,
  • l’accueil d’un atelier pour les étudiants et les chercheurs en 2019 et d’une journée nationale d’information en 2020,
  • enfin, une mise en valeur des collections numérisées et une découverte de documents non encore numérisés pouvant faire l’objet d’une numérisation ultérieure ; le thème des Lumières étant déjà fortement présent dans Gallica. C’est également une forme d’éditorialisation des collections.

Durée

2012-2022

Aide

Aide totale de l’Union européenne : 300 0000 euros

Programme

  • Appel à projets Marie Skłodowska-Curie actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)

Partenaires

  • Université de Bretagne occidentale : Principal Investigator : Kimberley Page-Jones + Annick Cossic
  • Université de Paris 13 : project coordinator : Valérie Capdeville

Pour en savoir plus

Fondation des sciences du patrimoine : résultats de l’Appel à projets 2018

Le conseil d’administration de la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima) qui s’est tenu le 18 juin dernier au ministère de la Culture a arrêté la liste des projets financés dans le cadre de l’appel à projets 2018. Une enveloppe de 510 000 € a ainsi été distribuée.

Après classement par notre comité scientifique, 8 projets ont donc été retenus pour être directement soutenus par la Fondation des sciences du patrimoine. Soit 2 contrats doctoraux et 6 projets de recherche portés par des laboratoires de recherche, des établissements de formations ou de grandes institutions culturelles partenaires.

À ceux-ci s’ajoutent 3 thèses labellisées par les écoles doctorales des universités de Cergy-Pontoise et Versailles Saint-Quentin.

Le projet retenu impliquant la BnF fera prochainement l’objet d’une courte présentation individuelle dans ce Carnet de recherche :

  • DALGOCOL : Fouille de Données et ALGOrithmes de prédiction de l’état des COLlections : contrat doctoral avec le laboratoire David (Zoubida Kedad) de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) financé à hauteur de 115k€ par la Fondation.

Consulter la liste de l’ensemble des projets et des contrats doctoraux retenus.

Colloque : ESPRit – Les Périodiques comme Médiateurs (27-29/06/2018)

Le 7e colloque international de la European Society for Periodical Research (ESPRit) abordera les périodiques comme médiateurs de publications alternatives ou expérimentales et comme tremplins vers d’autres activités éditoriales et culturelles du XVIIIe au XXIe siècle.

De nombreux périodiques ont en effet donné naissance à des maisons d’édition en recourant aux réseaux de leurs imprimeurs, en testant dans leurs livraisons des formules expérimentales ou plus conventionnelles, et en devenant des moteurs économiques dans les domaines du livre, de l’imprimé, des arts, de l’artisanat et des métiers. Souvent, le périodique est un véhicule pour les amateurs de sciences, les organisations professionnelles ou commerciales, les amateurs de littérature et d’art : ses matériaux, égrenés tout au long de l’année, puis réunis en volumes sous reliure ou cartonnage pour résister au temps, répondent aux besoins de tels lecteurs. Ou l’inverse : les éditeurs ou les galeries publient un périodique ou un magazine pour soutenir leur catalogue, promouvoir leurs artistes, tester de nouvelles formules ou fidéliser leur public. Le phénomène s’étend aux estampes, à la fois comme prime aux abonnés et comme œuvres originales. L’étude d’un tel phénomène dans son envergure internationale mettrait en lumière les relations des périodiques avec le monde de l’édition, les galeries d’art, divers salons et cercles d’influence, ainsi qu’avec plusieurs formes alternatives de publication, de nouvelles idées, tendances et manifestes.

Comment l’histoire canonique de l’édition de livres et d’estampes s’amplifie-t-elle dès lors qu’on prend en compte les structures médiatiques – économiques et symboliques – qui accentuent le rôle des périodiques? Quelles questions émergent lorsqu’on considère les périodiques comme des moteurs clés de la culture de l’imprimé et de la culture visuelle, de la matérialité des publications, de leur valeur d’échange, et de leur fonction d’opérateurs culturels? Nous invitons à des communications, à des panels, et à des tables rondes autour de ces questions.

Programme

Modalités pratiques

  • Le 26 juin, Atelier Master/Doctorat, Sorbonne-Université.
  • Le 27 juin les sessions du colloque se tiendront entre la BnF, site Tolbiac (matin : petit amphi, après-midi : salle 70) et l’INaLCO, rue des Grands Moulins, (amphi 2 ou bien salle 3.15)
  • Les 28 & 29 juin les sessions du colloque se tiendront à Sorbonne Université, rue Victor Cousin
    28 juin (amphi Guizot, amphi Milne-Edwards, au sein du bâtiment central)
    29 juin (amphi Guizot, amphi Milne-Edwards, salle des Actes, au sein du bâtiment central)

Entrée libre dans la limite des places disponibles mais réservation à l’adresse : https://www.azur-colloque.fr/DR04/inscription/inscription/115/fr

Lieux

  • Sorbonne-Université, Faculté des lettres
    1 rue Victor Cousin, 75005 Paris
    Accès : RER B, arrêt Luxembourg
    RER C : arrêt Saint-Michel
    bus: 27, 21, 38, 89 etc.
    En savoir plus 
    Plan de la Sorbonne (entrée recommandée : 17 rue de la Sorbonne)
  • Inalco, Pôle des langues et civilisations
    65 rue des grands moulins
    75013 Paris
    En métro : ligne 14, arrêt bibliothèque François Mitterrand
    En RER : RER C, arrêt bibliothèque François Mitterrand
    En bus : ligne 83 (arrêt Olympiades), ligne 89 (arrêt bibliothèque François Mitterrand)
    En Tramway : ligne T3a (arrêt Avenue de France)
    En savoir plus
  • BnF, site François-Mitterrand
    Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque, 75013 Paris.
    Métro : Lignes 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)
    Bus : lignes 89, 62, 64, 132 et 325
    En savoir plus 

Atelier : Données liées et données à lier : quels outils pour quels alignements ? (10/07)

Dans le cadre du projet Corpus, inscrit au plan quadriennal de la recherche de la Bibliothèque nationale de France 2016-2019, des ateliers thématiques sont organisés régulièrement afin d’inciter les échanges entre le milieu académique et le monde des bibliothèques dans le domaine des humanités numériques. Le prochain atelier aura lieu le 10 juillet 2018 et portera sur différentes méthodes et outils d’alignement de données.

The Linked Open Data Cloud

Argument

Une des promesses de la publication de données en ligne ouvertes est la possibilité de tisser des liens entre jeux de données de nature différente pour en enrichir les réutilisations. La mise en œuvre de ces alignements fait appel à des approches très diverses. Un cas d’usage en bibliothèque est la création d’entités exploitables sur le web à partir de données bibliographiques structurées (Logilab). La comparaison de chaînes de caractères ne peut suffire à aligner des concepts, pour lesquels entrent en jeu l’analyse de la structure des référentiels où ils sont décrits ou l’exploitation de liens à une référence partagée. Une méthode telle que l’extraction de clés liage permet de proposer des mesures de similarité à partir de la comparaison de deux jeux de données sans en connaître la sémantique (ELKER). Des outils peuvent aussi aider à la décision pour faciliter le travail manuel, voire le crowdsourcing de la part de communautés identifiées (Projet Foucault Fiches de Lecture, Wikidata Mix’n’Match). Ces liens servent enfin à enrichir des données peu structurées, comme le propose la résolution d’entités nommées pour le plein texte (REDEN).

Programme

  • Emmanuelle Bermès (BnF) et Aude Le Moullec-Rieu (BnF) introduiront la matinée
  • Adrien Di Mascio (Logilab) et Sébastien Peyrard (BnF) présenteront l’utilisation d’algorithmes de regroupement dans le logiciel Robot-Données
  • Etienne Cavalié (BnF) présentera Bibliostratus, l’outil d’alignement développé par le groupe Systèmes et Données du programme national Transition bibliographique
  • Jérôme David et Manuel Atencia (équipe MOEX, Inria & LIG) : présenteront le projet ANR ELKER sur l’extraction et le raisonnement avec clés de liage
  • Carmen Brando (EHESS) présentera l’algorithme REDEN
  • Antoine Isaac (Europeana) présentera les outils CULTUURLINK et Wikidata Mix’n’Match
  • Vincent Ventresque et Laurent Dartigues (TRIANGLE/ ENS Lyon) présenteront le projet ANR Foucault Fiches de Lecture

Modalités pratiques

10 juillet 2018, 9h30 – 13h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand (Quai François Mauriac, 75013 Paris), salle 70.

Entrée libre sur réservation auprès d’Eleonora Moiraghi.

Colloque : Repenser la Musique en France à l’époque baroque (19-23 juin)

L’Institut de Recherche en Musicologie (IReMus – CNRS, Sorbonne Université, Bibliothèque nationale de France), le Centre de Musique Baroque de Versailles (CMBV) et la Fondation Royaumont organisent un colloque international qui se tiendra les 19-23 juin 2018, à Paris, Versailles et Royaumont.

Argument

Depuis la parution du livre de James Anthony sur la musique baroque française en 1974, les recherches sur la musique jouée et composée en France durant l’époque baroque se sont enrichies de nombreuses connaissances et de nouvelles approches. Ce renouveau dans la recherche a été accompagné, en France, par l’implication forte d’institutions qui ont favorisé les échanges entre musiciens et chercheurs (Centre de Musique Baroque de Versailles, Institut de Recherche sur le Patrimoine Musical en France – devenu Institut de Recherche en Musicologie (IReMus) – Fondation Royaumont, Centre culturel de rencontre d’Ambronay, entre autres). Et pourtant, on constate que les études sur la musique française n’ont pas une visibilité analogue à celles des musiques allemandes et italiennes.

Le 350e anniversaire de la naissance de François Couperin en 2018 offre aux chercheurs et aux interprètes une occasion de réévaluer les travaux antérieurs, et de mener une réflexion plus large sur les perspectives de recherche sur la musique des XVIIe et XVIIIe siècles en France. En écho aux Goûts réunis et aux Nations de Couperin, ces réflexions concerneront un périmètre géographique élargi aux échanges internationaux et permettront de dégager de nouvelles pistes pour l’avancée des connaissances.

Rethinking Music in France during the Baroque Era

Since the 1974 publication of James Anthony’s book French Baroque Music, research about the music that was performed and composed in France during the Baroque era has enriched its knowledge-base and investigative approaches. In France, this research revitalisation has been accompanied by the considerable involvement of institutions that have fostered dialogue between musicians and researchers (the Centre de Musique Baroque de Versailles, the Institut de Recherche sur le Patrimoine Musical en France – now Institut de Recherche en Musicologie (IReMus) – the Royaumont Foundation, and the Centre Culturel de Rencontre d’Ambronay, among others). And yet, studies of French music have noticeably less visibility than those of German or Italian music.

The 350th anniversary of François Couperin’s birth in 2018 provides an opportunity for researchers and performers to re-evaluate previous work and reflect more broadly on research perspectives for the study of French music of the 17th and 18th centuries. In response to Couperin’s Les Goûts réunis and Les Nations, these reflections will relate to a geographical perimeter that extends to international dialogue and will allow new avenues for advancing research to be revealed.

 Comité d’organisation : Cécile Davy-Rigaux (CNRS – IReMus), Théodora Psychoyou (Sorbonne Université – IReMus), Laurence Decobert (Bibliothèque nationale de France – IReMus), Sylvain Caron (Université de Montréal), Solveig Serre, Julien Charbey (CMBV), Thomas Vernet (Fondation Royaumont)

Programme

Livret complet : http://www.iremus.cnrs.fr/sites/default/files/programme_rethinking_6.pdf

Comité scientifique

  • Mario Armellini (Université de Rouen, France)
  • Margaret Butler (University of Florida, États-Unis d’Amérique)
  • Michele Calella (Universität Wien, Autriche)
  • Don Fader (The University of Alabama, États-Unis d’Amérique)
  • Thierry Favier (Université de Poitiers, France)
  • Catherine Gordon-Seifert (Providence College Rhode Island, États-Unis d’Amérique)
  • Denis Herlin (CNRS IReMus, France)
  • Thomas Leconte (CMBV, France)
  • Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université — IReMus, France)
  • Arnaldo Morelli (Università Degli Studi Dell’Aquila, Italie)
  • Davitt Moroney (University of California, Berkeley, États-Unis d’Amérique)
  • Lois Rosow (Ohio State University, États-Unis d’Amérique)
  • Louise Stein (University of Michigan, États-Unis d’Amérique)
  • Shirley Thompson (Univertsity of Birmingham, Royaume-Uni)
  • Alvaro Torrente (Universidad Complutense Madrid, Espagne)

Modalités pratiques

  • 19 juin, 18H00 — Site historique de la Sorbonne
    Adresse : Amphithéâtre Richelieu,17, rue de la Sorbonne, Paris 75005
  • 20 juin, à partir de 8H30 — Galerie Colbert, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), Bibliothèque nationale de France (BNF)
    Adresse : 2, rue Vivienne 75002 Paris
  • 21 juin, 9H30 — L’Hôtel des Menus-Plaisirs, Centre de Musique Baroque de Versailles
    Adresse : 22 Avenue de Paris, 78000 Versailles
  • 22-23 juin — Abbaye de Royaumont
    Transfert en bus spécial
  • Contact : rethinking@sciencesconf.org
  • Site : https://rethinking.sciencesconf.org

ATMOCE : L’atelier monétaire gaulois de Cenabum. Production des bronzes carnutes IIe-Ier s. av. J.-C.

Résumé du projet

Les recherches archéologiques menées ces 30 dernières années dans l’agglomération orléanaise ont révélé des vestiges d’occupation du second âge du Fer sur une quinzaine de sites, parmi lesquels huit ont livré un nombre conséquent de monnaies gauloises. Les structures, monnaies, objets et résidus métalliques mis au jour en 1997 et 1999 dans l’Ilot de la Charpenterie1 à Orléans-Cenabum suggèrent la présence d’un atelier spécialisé dans le travail du bronze tout ou partie lié à la fabrication monétaire.

Fibule gauloise, IIe siècle avant notre ère. Îlot de la Charpenterie, Orléans (Loiret), 1999. © Émilie Roux, SAMO

Fondé sur une approche pluridisciplinaire, le projet ATMOCE a pour objectif l’étude de l’atelier monétaire gaulois d’Orléans, afin de caractériser le plus finement possible cette structure de production, dans toutes ses composantes, et d’apporter un éclairage nouveau à notre connaissance des ateliers monétaires gaulois. Les investigations seront élargies aux sites orléanais ayant livré du mobilier gaulois et au territoire traditionnellement attribué aux Carnutes.

Atelier monétaire gaulois de la fin du IIe siècle-milieu du Ier siècle avant notre ère.
Série de structures de combustion. Îlot de la Charpenterie, Orléans (Loiret), 1997-2000. © Thierry Massat, Afan

Près de 200 monnaies, le petit mobilier métallique et les résidus métalliques en alliage cuivreux seront étudiés et analysés selon une méthode d’analyse non destructive développée en Région Centre-Val de Loire (analyse par activation aux neutrons rapides de cyclotron). Ces analyses seront complétées par des observations métallographiques et de microscopie électronique à balayage. Parallèlement, les données relatives aux structures archéologiques seront reprises et traitées en étroite corrélation avec les données numismatiques, et le mobilier en céramique utilisé dans le cadre de la fabrication des alliages métalliques sera recensé et étudié. Un travail de cartographie et d’analyse spatiale des données permettra d’étudier les répartitions monétaires et les interactions spatiales dans leur ensemble.

L’ensemble des données produites sera interprété par un consortium d’historiens, d’archéologues, de numismates et de spécialistes des analyses physico-chimiques.

Il s’agira alors de rassembler et confronter des données numismatiques, archéologiques, archéométriques et spatiales afin de comprendre et préciser la production monétaire en alliage cuivreux chez les Carnutes au IIe et Ier siècles av. n.è. depuis la préparation des alliages monétaires jusqu’à la mise en circulation des monnaies.

Au-delà de la définition de la chaine opératoire, le projet ATMOCE sera également l’occasion d’amorcer et de nourrir une réflexion sur l’usage de la monnaie de bronze et la question de la fiduciarité au second âge du Fer. Le projet intègre des actions de valorisation de la recherche.

Le projet s’inscrit dans l’axe Monnaie et finance de la MSH Val de Loire et bénéficie du label Intelligence des Patrimoines.

Durée

36 mois (2017-2020)

Aide

Région Centre-Val de Loire dans le cadre des Appels à Projets de Recherche d’Intérêt Régional (APR IR 2016).

Partenaires

Pilote : Sylvia NIETO-PELLETIER – Institut de recherche sur les archéomatériaux, Centre Ernest-Babelon (IRAMAT-CEB), UMR 5060

  • UMR 5060 IRAMAT-CEB, CNRS-université d’Orléans
  • INRAP
  • Pôle d’archéologie, Ville d’Orléans
  • UMR 7324 CITERES-LAT, CNRS-université de Tours
  • UPR 3079 CEMHTI, CNRS
  • Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques
  • EA 6298 CETHIS, université de Tours
  • MSH Val de Loire
  • ARCHEA
  1. Cf. la description de la fouille sur le site de l’INRAP : Ilot de la Charpenterie, url : <https://multimedia.inrap.fr/atlas/Orleans/sites/2503/Ilot-de-la-Charpenterie> et les illustrations des objets découverts : https://www.images-archeologie.fr/Accueil/Recherche/p-4-Liste-de-resultats.htm?&page=1&pagination_bloc=25&txt=Charpenterie&submit=Ok&id=4&pagination_liste=48 []

Journées d’étude : « Chaillot, lieu de tous les arts » (14 et 15 juin)

Dans le contexte des commémorations des 70 ans de la signature de la Déclaration universelle des droits de l’homme à Chaillot, ces journées d’étude mettent à l’honneur Chaillot, lieu de tous les arts, en partenariat avec Chaillot – Théâtre national de la Danse, la Bibliothèque nationale de France, l’ANR ECHO « [ECrire l’Histoire de l’Oral], les Archives nationales et la Mission des archives du Service interministériel des Archives de France, placée auprès du ministère de la Culture. La première journée, aux Archives nationales, sera consacrée aux sources archivistiques et à leur exploitation. La seconde journée, à la Bibliothèque nationale de France, présentera les diverses facettes du Palais des arts du spectacle : de l’architecture à la musique, de la danse aux perceptions du public.
Au cours des interventions, les institutions partenaires valoriseront les différents fonds d’archives relatifs au Théâtre national de Chaillot, notamment, en ce qui concerne les Archives nationales, les récents versements, exceptionnels, et inédits pour un théâtre national, d’archives audiovisuelles et sonores. Ils viennent compléter les archives papier versées par le théâtre dès les années 1960. Chercheurs et étudiants dévoileront en avant-première les résultats de leurs travaux fondés sur des archives sur tous supports

Programme

Jeudi 14 juin, Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine
De Vilar à Savary, au cœur des archives
  • 9h15 Accueil
  • 9h45 Ouverture par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales
    Présidence : Martine Sin Blima-Barru, responsable du département des Archives électroniques et des Archives audiovisuelles [DAEAA], Archives nationales
  • 10h Les fonds du théâtre de Chaillot aux Archives nationales, premières étapes
    par Geneviève Profit, responsable du pôle Culture au département de l’Éducation, de la Culture et des Affaires sociales [DECAS], Archives nationales
  • 10h25 Une mission en quête d’archivage, deuxième étape
    par Justine Dilien, archiviste, Chaillot-Théâtre national de la Danse
  • 10h50 Débat
  • 11h05 Pause
  • 11h20 Les sources de l’histoire des spectacles de Chaillot à la Bibliothèque nationale de France
    par Joël Huthwohl, directeur du département des Arts du spectacle, Bibliothèque nationale de France
  • 11h45 De la bobine au fichier numérique, une archéologie des archives audiovisuelles de Chaillot
    par Sandrine Gill, cheffe de projet archivage audiovisuel, département des Archives électroniques et des Archives audiovisuelles [DAEAA], Archives nationales
  • 12h10 Débat
  • Présidence : Sandrine Dubouilh, architecte, professeur en études théâtrales, université de Bordeaux membre du projet ANR ECHO
  • 14h Complémentarité des modes d’archivage modernes du spectacle théâtral : archives sonores/archives audiovisuelles et visuelles/archives papier
    par Marie-Madeleine Mervant-Roux, directeur de recherche émérite au CNRS (UMR THALIM), responsable du projet ANR ECHO
  • 14h30 L’initiation au travail sur archives dans la formation des étudiants en Master d’Etudes théâtrales: le séminaire « Mémoire des arts du spectacle vivant » de l’université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3
    par Aurélie Mouton-Rezzouk, maître de conférences, et Catherine Treilhou-Balaudé, professeure à l’Institut d’Études Théâtrales, IRET, université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 14h45 Débat
  • 15h Pause
  • 15h15 Cyrano de Bergerac mis en scène par Jérôme Savary : reconstituer le visuel par le son
    par Océane Djabellah-Peillon, étudiante en Master 1 Études théâtrales, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 15h30 Le nez de Cyrano de Bergerac dans la mise en scène de Jérôme Savary
    par Renata Hernandez, étudiante en Master 1 Études théâtrales,
    université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 15h45 Sonorités de la censure dans Macbeth de Matthias Langhoff
    par Eva Bleibtreu, étudiante en Master 2 Recherche – Études théâtrales, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 16h Zones grises de la voix dans Macbeth de Matthias Langhoff
    par David Suzannne, étudiant en Master 1 Études théâtrales, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 16h15 Les aventures du petit Père lapin, spectacle de marionnettes : les signes et les sons
    par Evangélia Pruvot, étudiante en Master 1 Études théâtrales,
    université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 16h30 Débat

Vendredi 15 juin, Bibliothèque nationale de France (site de Richelieu)

Le Palais des arts du spectacle
  • 9h Accueil
  • 9h30 Ouverture
    par Réda Soufi, administrateur général, Chaillot – Théâtre national de la Danse
    Présidence : Marie-Madeleine Mervant-Roux, directeur de recherche émérite au CNRS (UMR THALIM), responsable du projet ANR ECHO
  • 9h45 Les archives d’architecture : comprendre ce que fut l’outil du TNP à Chaillot
    par Sandrine Dubouilh, architecte, professeur en études théâtrales, université de Bordeaux membre du projet ANR ECHO
  • 10h15 Le scénographe Jacques Le Marquet et le Palais de Chaillot
    par Anaïs Dupuy, conservatrice au département des Manuscrits de la BnF, doctorante en Études théâtrales, université de Bordeaux
  • 10h45 Débat
  • 11h Pause
  • 11h15 Déclinaisons musicales à Chaillot
    par Pascale Goetschel, directrice du Centre d’histoire sociale du
    XXe siècle, maîtresse de conférences, université Paris I
  • 11h45 Jeanne d’Arc au bûcher au Palais de Chaillot de 1939 à 1942 : une simple reprise ?
    par Pascal Lécroart, professeur, université de Franche-Comté, membre du projet ANR ECHO
  • Présidence : Joël Huthwohl, directeur du département des Arts
    du spectacle, Bibliothèque nationale de France
  • 14h Aller à Chaillot : des spectateurs d’aujourd’hui parlent et se souviennent
    par Hélène Bouvier, directeur de recherche au CNRS (UMR THALIM), membre du projet ANR ECHO
  • 14h30 Béjart à Chaillot
    par Guillaume Sintès, maître de conférences en danse, université de Strasbourg
  • 15h Débat
  • 15h15 Pause
  • 15h30 Débriefer l’assemblée théâtrale
    par Daniel Deshays, Études et pratiques du sonore, membre du projet ANR ECHO
  • 16h Antoine Vitez à Chaillot : l’utopie d’une cité du tout-théâtre (conte, poésie, marionnette, formes brèves, théâtre musical, musique actuelle et contemporaine)
    par Brigitte Joinnault, membre du projet ANR ECHO, maîtresse de conférences, université de Nice Sophia Antipolis
  • 16h30 Habilleuse-couturière à Chaillot : toute une vie professionnelle (1967-2018)
    par Nicolle Daviot, cheffe habillement et couture, Chaillot – Théâtre national de la Danse en dialogue avec Justine
    Dilien
  • 16h45 Table ronde conclusive animée par Geneviève Profit, Archives nationales avec Benoît André, secrétaire général, Chaillot, Joël Huthwohl, Bibliothèque nationale de France, Marie-Madeleine Mervant-Roux, ANR ECHO, Martine Sin Blima-Barru, Archives nationales

Organisation

  • Sandrine Gill [DAEAA], Geneviève Profit et Émeline Rotolo [DECAS], Archives nationales
  • Julie Wannecque, ministère de la Culture, Mission des archives du Service interministériel des Archives de France
  • Joël Huthwohl, Bibliothèque nationale de France
  • Marie-Madeleine Mervant Roux, ANR ECHO
  • Benoît André, Justine Dilien, Chaillot – Théâtre national de la Danse

Modalités pratiques

Jeudi 14 juin aux Archives nationales et vendredi 15 juin, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, salle Émilie du Châtelet.
Inscription préalable obligatoire : daeaa.archives-nationales@culture.gouv.fr et decas.archives-nationales@culture.gouv.fr
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

L’Aventure éditoriale du théâtre français au XVIIe siècle (plus que 2 visites à la Bibliothèque de l’Arsenal)

Présentation de documents du 28 mai 2018 au 29 juin 2018 – Bibliothèque de l’Arsenal

Le XVIIe siècle est le siècle d’or du théâtre, et les dramaturges de ce temps, Corneille, Racine et Molière, demeurent des figures majeures du patrimoine national. Leurs pièces, jouées dans les théâtres parisiens, ont été ensuite imprimées et diffusées largement en France et en Europe, si bien que l’essor du théâtre au XVIIe siècle ne peut s’écrire sans les livres qui ont porté les œuvres et les ont inscrites dans l’histoire.

Le théâtre de P. Corneille, revu par l’auteur

C’est cette aventure que veut faire revivre l’exposition montée à l’Arsenal, en en dévoilant non seulement les différents épisodes, mais encore en présentant les différents acteurs de la scène éditoriale : les auteurs, plus ou moins indifférents à la chose imprimée, les libraires parisiens qui accaparent le marché, les contrefacteurs de province qui les concurrencent, et les imprimeurs, grands inconnus de l’histoire littéraire, qui travaillent dans les coulisses à façonner de belle manière ou non les comédies publiées. L’aventure est aussi déclinée sous tous ses aspects, politique, économique, artistique. Les exemplaires évoquent aussi bien les dramaturges proches de Richelieu, qui travaillent à une nouvelle politesse typographique, que les enjeux commerciaux qui décident de la géographie éditoriale du royaume, ou encore les démêlés du libraire de Molière avec la police du livre.

La Bibliothèque de l’Arsenal vous propose de découvrir les ouvrages présentés dans ses vitrines lors de visites commentées aux dates suivantes :

  • Mardi 12 juin – 17h-18h, en présence de Nadine Férey
  • Vendredi 15 juin – 12h-13h, en présence de Nadine Férey

Réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou par mail auprès de visites@bnf.fr

Des visites supplémentaires peuvent être organisées sur rendez-vous pour un groupe constitué d’une dizaine de personnes.

Recrutement d’un.e post-doctorant.e dans le cadre du projet ANR / FAPESP Transatlantic Cultures. A digital platform for Transatlantic Cultural History (from the end of 18th century to now)

L’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 recrute un.e post-doctorant.e dans le cadre du projet ANR / FAPESP Transatlantic Cultures. A digital platform for Transatlantic Cultural History, 1700 to now. Le / la candidat.e recruté.e sera basé.e au Centre de Recherche et de Documentation des Amériques (CREDA – UMR 7227), partenaire financé de ce projet de recherche, et travaillera sous la responsabilité des coordinateurs scientifiques du projet.

Description du projet

Transatlantic Cultures est un projet de recherche collaborative internationale lancé en 2016, qui a reçu le soutien financier du programme franco-brésilien ANR/ FAPESP, de la MSH Paris-Saclay, du France-Berkeley Fund et de l’Institut des Amériques. Son comité éditorial est composé de 40 chercheurs provenant de 19 universités en Europe, en Afrique et dans les Amériques. Ce projet vise à la réalisation d’une plate-forme numérique d’histoire culturelle transatlantique éditée en ligne : un outil scientifique et technologique innovant, pérenne et évolutif, destiné à analyser les dynamiques circulatoires dans l’espace atlantique et à comprendre la place centrale de ce dernier dans le processus de mondialisation contemporain.

Transatlantic Cultures met en oeuvre une histoire connectée de l’espace atlantique contemporain à travers une série de notices analytiques consacrées aux relations culturelles complexes entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques, dans une perspective pluridisciplinaire associant historiens, anthropologues, sociologues, politistes, musicologues, spécialistes de littérature, arts, théâtre ou cinéma. Il propose une réflexion sur les circulations transatlantiques et la mondialisation culturelle, mais également sur les processus identitaires et les frontières qui ont contribué à l’établissement et au renouvellement de grandes aires culturelles depuis le XVIIIe siècle.

En portant une attention particulière à l’historicité des régimes circulatoires et aux nombreuses inflexions qui interviennent durant la période considérée, cette plate-forme permet de mettre à l’épreuve, à partir de l’espace de circulation séculaire que constitue le monde atlantique, une série de notions telles que « transferts culturels », « histoire connectée », « histoire transnationale » ou « aires culturelles ». Elle propose des notices approfondies sur les objets et les pratiques culturels regroupés au sein de grandes rubriques thématiques (culture visuelle, musique, mouvements littéraires, spectacle vivant, villes, sport, etc.). La réflexion porte également sur les acteurs des échanges (migrants, exilés, intellectuels transnationaux, voyageurs, diplomates, experts, etc.), sur les vecteurs sociologiques de la médiation (livres, revues, pièces, films, chansons, blogs, etc.), sur le poids des industries culturelles (pôles de production, réseaux de distribution, etc.) ou encore sur les politiques publiques de la culture et sur les lieux de la sociabilité culturelle transnationale (capitales culturelles, expositions internationales, congrès scientifiques, organisations internationales, festivals de cinéma, de musique ou de théâtre, etc.).

Ces éléments permettent d’analyser les espaces de circulations et l’évolution des polarités culturelles au sein de l’espace atlantique du XVIIIe au XXIe siècles. En rupture avec le modèle traditionnel d’interprétation opposant un centre (ouest-européen et nord-américain) à des périphéries culturelles (africaines, sud-américaines), le projet Transatlantic Cultures insiste sur les phénomènes de circularité et sur les différents facteurs (économiques, politiques, symboliques) qui ont contribué à l’établissement et au renouvellement des hiérarchies culturelles entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Les espaces de circulation et de dissémination sont envisagés dans une optique résolument ouverte : l’Atlantique nord bien sûr et la question de l’américanisation, mais aussi les liens établis entre les pays africains et latino-américains de « l’Atlantique sud » ; la formation interculturelle de « l’Atlantique noir » et le rôle central de l’espace caraïbe ; ou encore la longue histoire des échanges culturels entre l’Europe et l’Amérique latine.
Plus d’informations : https://tracs.hypotheses.org

Missions

  • Appui des trois coordinateurs scientifiques (Anaïs Fléchet, Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines / CHCSC ; Gabriela Pellegrino Soares, Université de São Paulo / Département d’histoire ; Olivier Compagnon, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / CREDA – UMR 7227) dans la gestion du projet ;
  • Organisation du séminaire du projet (5 à 7 séances par année universitaire) ;
  • Édition scientifique de notices du dictionnaire (notamment en anglais) ;
  • Relation avec les auteurs impliqués dans le projet ;
  • Relation avec certains prestataires impliqués dans le projet (webdesign, cartographes, etc.) ;
  • Recherche iconographique ;
  • Contribution à la rédaction de notices.

Profil

  • Être titulaire d’un doctorat en sciences humaines et sociales soutenu au plus tard le 31 août 2018. Être titulaire d’un doctorat en histoire – et plus spécifiquement en histoire culturelle – sera considéré comme un atout, mais ne constitue pas une condition exclusive ;
  • Excellente maîtrise du français et de l’anglais (incluant notamment une capacité à rédiger et à éditer des textes en anglais). Une connaissance de l’espagnol ou du portugais sera considérée comme un plus ;
  • Intérêt pour les humanités numériques et ses enjeux ;
  • Une expérience dans l’édition scientifique sera considérée comme un atout.

Dossier de candidature

  • Un CV détaillé comprenant notamment une description précise du sujet de thèse ;
  • Une lettre de motivation démontrant l’adéquation du / de la candidat.e avec le profil recherché.

À envoyer au plus tard le 29 juin 2018 à l’adresse contact@transatlantic-cultures.org
Résultats le 4 juillet 2018.

Des sons, des paroles, des voix, parmi les livres !

Les 29 et 30 septembre, la Bibliothèque nationale de France accueille la 23ème édition des Phonurgia Nova Awards.

Participez au Festival et assistez aux journées d’écoute et de délibération en public du jury.  5 prix seront attribués et les créations diffusées.

ART DE L’ÉCOUTE

Prix Art Sonore // SACEM // 2 000 €

La radio et le podcast font surgir des oeuvres qui ne pourraient se matérialiser nulle part ailleurs. Ce prix récompense les démarches les plus novatrices qui en creusent la profondeur sonore et interrogent leur plasticité narrative.

FICTION

Prix Fictions francophones // SACD // 3 000 €

Casques, haut-parleurs, baladeur, podcast, parcours sonore, radio ? Pour deux minutes, une heure, toute une nuit ? La fiction sonore renouvelle notre rapport au monde et aux autres.

TRANSMISSION

Prix « Archives de la parole » // BnF // 1 000 €

Recueillir les voix et les silences du monde est tout un art. Ce nouveau prix du documentaire couronne des auteurs qui collectent la parole pour enrichir la transmission de l’expérience humaine.

DÉPAYSEMENT SONORE

Prix « Paysage sonore » // Musée de la Camargue // 1 000 €

Comment écouter les paysages que nous traversons ? Qu’entendons-nous quand nous les observons d’une oreille neuve ? Comment restituer les territoires et ceux qui les habitent ?

« DÉCOUVERTES PIERRE SCHAEFFER »

Un Prix Phonurgia Nova pour les « jeunes auteurs«  // 500 €

Une nouvelle génération s’empare du sonore grâce aux nouveaux outils (logiciels libres, podcasting, enregistreurs numériques, smartphones) qui en ont démocratisé l’accès. Cette génération amorce sa propre révolution de l’écoute. À ces jeunes passionnés, Phonurgia Nova tend l’oreille et réserve un prix « Découvertes Pierre Schaeffer » (en hommage à l’incomparable défricheur sonore et radiophonique).

En partenariat avec la SACEM, la SACD, la BnF, le GRM de l’INA, le GMVL, Euphonia, la Ville d’Arles, le Musée de la Camargue et l’Union Européenne de Radio et Télévision Euroradio, groupe Ars Acustica.

Règlement

Le règlement pour les candidats aux prix est consultable à l’adresse : http://phonurgia.fr/reglement/

Les critères de sélection sont au nombre de trois : “radicalité, originalité et audibilité”.
Les productions et projets soumis aux Prix Phonurgia Nova 2018 doivent avoir été réalisées durant les deux dernières années. Les propositions qui n’ont pas encore été diffusées ou publiées sont également éligibles.

La date limite de réception est fixée au 15 juillet 2018. La liste des nominés sera publiée le 1er septembre. Le Festival aura lieu les 29 et 30 septembre 2018 et la proclamation du Palmarès s’effectuera en public à l’issue des délibérations du jury.

Modalités pratiques du Festival à la BnF

Parution : Les monnaies de fouille du monde grec (VIe-Ie s. a.C.)

Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et Catherine Grandjean, responsable du CeTHiS (Centre Tourangeau d’Histoire et d’études des Sources – EA 6298 de l’Université François-Rabelais) ont fait paraître en 2016 la publication Les monnaies de fouille du monde grec (VIe-Ie s. a.C.). Apports, approches et méthodes.

Couv. Les monnaies de fouille du monde grec

L’ouvrage consiste en la publication des actes du colloque des 28 et 29 novembre 2014 organisé à l’École française d’Athènes.

Résumé

Ce livre donne un état des récentes découvertes de monnaies de fouille en Méditerranée  orientale dont celles faites en Égypte lors des fouilles sous-marines dans le delta du Nil en Égypte ou en Grèce sur les sites royaux de Macédoine. Une grande partie de ce matériel est inédite. L’ambition des auteurs est d’abord méthodologique : les monnaies de fouille sont des monnaies principalement perdues, souvent de faible valeur ou hors d’usage (décri, monnaies modifiées, fausses monnaies). L’objectif classique de leur étude est de fournir des marqueurs chronologiques aux archéologues, d’enrichir les corpus monétaires ou d’étudier la circulation. En réalité, elles offrent bien d’autres possibilités à la recherche (étude des phases de circulation et de décri, des pratiques monétaires, histoire économique, histoire des pratiques sociales, etc.), qu’elles soient trouvées en groupe ou isolées, dès lors qu’elles sont remises en contexte archéologique, de concert avec les autres artefacts, notamment céramiques.

Abstract

This book provides an overview of recent finds of coins in excavations in the eastern Mediterranean region, including those in the well-publicised underwater excavations off the Nile Delta in Egypt and from the royal sites of Macedonia in Greece. A large part of this material is as yet unpublished. The aim of the authors is first and foremost methodological: excavation coins are principally lost coins, often of low value or not acceptable (withdrawn from circulation, altered or forgeries). The traditional objctive of the study of such coins has been to provide chronological indicators to excavators, to enrich the classification of numismatic material, or to study circulation. In fact, they offer many other possibilities for research (the study of periods of circulation and demonetisation, of monetary habits, of economic and social history, etc.), whether they are found in groups or individually, when they can be located in an archaeological context, alongside other artefacts, particularly ceramics.

Table des matières

Avant-propos : p. 9
Catherine Grandjean, Introduction : p.  11

1. Monnaies de fouille et histoire

  • John Davies, An Economic Historian’s Agenda  : p. 19
  • Frédérique Duyrat, Les monnaies de fouilles au Levant. Une approche régionale : p. 35
  • Catherine Grandjean, Les monnaies grecques des fouilles de l’EfA à Argos : p. 51
  • Olivier Picard, Les monnaies de fouille du monde grec : l’apport de Thasos : p. 65
  • Christos A. Gatzolis, Selene E. Psoma, Olynthos and Stageira: Bronze Coinageand Political History : p.  83

2. Traiter les données

  • Donald T. Ariel, Coins from a Small Country : How Excavated Coins are Managedin Israel, from the Dig to the Bookshelf : p.  99
  • Thomas Faucher, Cartographie des monnaies de fouilles (1950-2050) : p. 113
  • Lionel Fadin, Véronique Chankowski, Monnaies de fouilles et SIG : l’exemple de Délos : p. 123

3. Faciès

  • Andrew Meadows, Coins from Underwater Excavations. The Case of Thonis-Herakleion : p. 133
  • Panagiotis Tselekas, Treasures from the Deep: Coins from Hellenistic and Roman Republican shipwrecks : p. 147
  • Sophia Kremydi, Katerina Chryssanthaki-Nagle, Aigeai and Amphipolis: Numismatic Circulation in two Major Macedonian Cities : p. 157
  • Nikos Akamatis, Numismatic Circulation in the Macedonian Kingdom. The Case of Pella : p. 177
  • Marie-Christine Marcellesi, Territoire, institutions et rayonnement de Pergame : l’apport des monnaies de fouilles : p. 203

4. Masses monétaires et contextes

  • Kevin Butcher, Coin Finds and the Monetary Economy: the Good, the Bad, and the Irrelevant : p. 225
  • François de Callataÿ, De quoi les monnaies grecques trouvées en fouilles sont-elles le reflet ? Propos diachroniques de méthode : p.  239
  • Panagiotis P. Iossif, Using Site Finds as Basis for Statistical Analysesof the Seleucid Numismatic Production and Circulation.An Introduction to the Method : p. 263
  • Frédérique Duyrat, Some Recommendations for Publishing Coins from Excavations : p.  297
  • John H. Kroll, Conclusions : p. 303

Bibliographie : p. 307
Index général : p. 333
Index des personnages historiques : p. 339
Index des trésors : p. 343
Index des sites archéologiques : p. 345
Index des sources écrites : p. 349
Résumés : p.  351

Informations pratiques

Description : Broché, 1 vol. (359 p.) : ill. en coul. ; 24 cm
Date de parution : 2016
ISBN/EAN : ISBN 978-2-35613-170-6 (Ausonius). – ISBN 978-2-86958-283-5 (ÉFA). EAN 9782356131706
Éditeurs : Bordeaux ; Pessac : Ausonius éditions ; Athènes : École française d’Athènes
Collection : Scripta antiqua ; 93
Disponibilité : Épuisé
Prix : 25 €

Conférence-performance : Michel Jaffrennou : ma vie, mon œuvre, mes bugs (29 juin)

En partenariat avec le Labex Arts-H2H (programme Les arts trompeurs), la Bibliothèque nationale de France organise une conférence-performance à l’occasion de l’exposition Michel Jaffrennou. Jouer avec la vidéo.

Les Totologiques (1979) Photo : Patrick Bousquet

Michel Jaffrennou, pionnier de l’art vidéo en France, retracera son parcours d’une manière ludique et toute personnelle, dans une conférence-performance émaillée de nombreuses archives.

Informations pratiques

Atelier : The Polonsky Foundation England and France Project: Digitisation and Conservation Strategies (15 juin)

Dans le cadre du programme « France-Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 », soutenu par la Fondation Polonsky, un atelier est organisé au sujet des stratégies de conservation mises en place par les deux bibliothèques partenaires, la British Library et la BnF, en lien avec la numérisation de manuscrits médiévaux.

1er folio de la Règle de St Benoît (1129) de l’abbaye bénédictine de Saint-Gilles, dans le diocèse de Nîmes, Add MS 16979, f. 21v

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, la Bibliothèque nationale de France et la British Library sont engagées dans un partenariat inédit, qui vise à cataloguer, restaurer, numériser et mettre à disposition d’un large public un corpus de 800 manuscrits enluminés, produits en France ou Angleterre entre le VIIIe et le XIIe siècle.

Cette journée d’échanges sera axée sur les actions de conservation-restauration entreprises par les deux institutions en lien avec la numérisation des manuscrits médiévaux. Elle est conçue pour les professionnels des bibliothèques, les étudiants se spécialisant dans les domaines de la conservation et du patrimoine, et toute personne s’intéressant aux questions soulevées par la numérisation des manuscrits médiévaux.

Thanks to the patronage of The Polonsky Foundation, the Bibliothèque nationale de France and the British Library are engaged in a partnership aiming at cataloguing, digitizing, and showcasing a corpus of 800 illuminated manuscripts, produced in France or England between the 8th and 12th centuries.
During this one-day international workshop, we intend to share the strategies chosen by the two partner libraries regarding care and conservation of manuscripts in connection with digitization. In the light of the challenges encountered in the course of the project, we would like to consider to what extent it invites each library to reflect
upon current conservation policies in order to improve them.

Programme

  • 11h-11h10 : Welcome coffee
  • 11h10-11h15 : Isabelle Bonnard (BnF, Département de la Conservation) / Francesco Siri (BnF, Département des Manuscrits), Introduction
  • 11h15-13h15 : Care and Conservation Works at the BnF
    • Sébastien Gilot (independent conservator), Conservation Works on Cluny’s Late Bindings
    • Marie Messager (independent conservator), A Sample Book Conservation Binding
    • Alizéé Lacourtiade (independent conservator), Conservation Binding of Small Format Manuscripts
    • Coralie Barbe (independent conservator), Manuscripts Digitization : Relevance of Diagnosis to Predict Possible Degradations
    • Discussion
  • 13h-14h : Lunch
  • 14h-15h15 : Care and Conservation Works at the British Library
    • Dr Cordelia Rogerson (Head of Collection Management South), An overview of the foundation collections at the British Library – Considerations for Conservation
    • Jessica Pollard (Digitisation Conservator, Pre1200 Polonsky project), Conservation Treatment and Digitisation Support for the Polonsky Project
    • Gayle Whitby (Conservation Digitisation Manager), The Role and Context of Conservation Support for Digitisation at the British Library
    • Dr Cordelia Rogerson (Head of Collection Management South), Reflections on Care and Conservation at the British Library
    • Discussion
  • 15h15-15h30 : Coffee break
  • 15h30-17h : Round Table about Policies for Care and Conservation of Manuscripts at the BL and the BnF. What have we learned from The Polonsky Foundation project ?

Modalités pratiques

  • Le 15 juin 2018 de 11h à 17h.
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit Auditorium
  • Entrée libre dans la limites des places disponibles.
  • (Les communications seront faites uniquement en anglais)
  • Pour des informations complémentaires contactez : Isabelle Bonnard – Experte restauration au DSC tél. : 01-53-79- 44-38
    Francesco Siri – Coordinateur du programme Polonsky au MSS tél. : 01-53-79- 82-59

Parution : Une carrière de géographe au siècle des Lumières Jean-Baptiste d’Anville

Véritable ‘Strabon français’ pour ses contemporains, Jean-Baptiste d’Anville est considéré comme l’un des plus grands géographes des Lumières. Ce livre, fruit du travail d’analyse d’une dizaine de spécialistes internationaux, fondé sur des sources nombreuses et souvent inédites, est la première monographie à lui être consacrée.

L’ouvrage est le fruit du programme de recherche « Un cabinet savant à l’époque des Lumières : cartes, archives et manuscrits du géographe du roi Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782) » mené dans le cadre du plan triennal de la recherche de la BnF pendant les années 2010-2012 et 2013-2015, par Lucile Haguet, sous la direction de Catherine Hofmann.


Comment cet inconnu, fils de tailleur parisien, se retrouve-t-il à vingt-deux ans géographe du roi et précepteur du jeune Louis XV ? C’est ce parcours extraordinaire que retracent les auteurs de cet ouvrage, en reconstituant le réseau qu’il a su se créer tout en s’assurant la protection des ducs d’Orléans sur trois générations et l’intérêt de la couronne portugaise. Au fil des chapitres se révèle l’impressionnante habileté intellectuelle de d’Anville, capable de satisfaire les exigences de ses mécènes sans trahir ses sources, conservant son intégrité de savant malgré la pression des enjeux diplomatiques. Sans quitter son cabinet parisien, par le seul exercice d’une critique aiguisée et d’un croisement systématique des sources (textes anciens, récits de voyage, mesures astronomiques, informations orales…), d’Anville remodèle les contours du monde ancien et moderne, avec une exactitude qui sera validée par les mesures de terrain a posteriori.

Ce livre dresse un portrait tout en nuances d’un géographe de cabinet au siècle des Lumières. Penché derrière l’épaule du savant, le lecteur découvre comment il élabore très tôt une rigoureuse méthodologie de travail, bâtit sa carrière, constitue l’une des plus grandes collections de cartes du XVIIIe siècle, et influence jusqu’à nos jours la représentation du monde et de ses frontières.

Sommaire

  • Laurence Engel, Préface
  • Christian Jacob, Avant-propos
  • Lucile Haguet et Catherine Hofmann, Introduction générale
  • I. Faire carrière au dix-huitième siècle
    • 1. Participer à l’éducation des princes : d’Anville et son élève Louis XV (1718-1730), Pascale Mormiche
    • 2. Elargir ses réseaux, diversifier ses commandes : les travaux de d’Anville pour la couronne portugaise, Júnia Ferreira Furtado
    • 3. Convaincre ses mécènes: un plan d’affaire prévisionnel pour faire commerce de cartes, Mary Sponberg Pedley
  • II. Dessiner le monde depuis sa chambre
    • 1. La bibliothèque cartographique, outil de travail du géographe de cabinet, Lucile Haguet
    • 2. Une ‘science de pure érudition’, la géographie critique et comparée selon Jean-Baptiste d’Anville, Georges Tolias
    • 3. L’utilisation des sources orientales par Jean-Baptiste d’Anville, Jean-Charles Ducène
    • 4. Jean-Baptiste d’Anville et la cartographie de l’Amérique du Nord, Jean-François Palomino
  • III. La réception de l’œuvre de d’Anville
    • 1. Entre publicité, débat scientifique et vulgarisation: Jean-Baptiste d’Anville dans les journaux, Nicolas Verdier
    • 2. D’Anville, Gibbon et l’espace des empires : la réception britannique du géographe français à travers l’exemple de l’historien anglais, Robert Mankin
    • 3. L’appropriation des cartes de d’Anville dans le monde luso-brésilien : mémoire toponymique et stratégie diplomatique dans la région amazonienne, 1798 et 1904, Iris Kantor
  • IV. La réception institutionnelle, patrimoniale et symbolique d’un ‘grand homme’
    • 1. Splendeur et décadence d’un ‘grand homme’ : réception et postérité de d’Anville et son œuvre, Lucile Haguet
    • 2. La ‘collection d’Anville’ au ministère des Affaires étrangères (1772-1828) : modalités et enjeux d’une appropriation, Catherine Hofmann
    • 3. D’Anville et la Bibliothèque royale/nationale : forces et ambiguïtés d’un héritage, Catherine Hofmann
  • Conclusion : célèbre et méconnu – un géographe réévalué, Jean-Marc Besse
  • Annexes
  • Bibliographie
  • Index

Informations pratiques

Description : Broché, 528 pages, 90 illustrations, 15,6 x 23,4 cm
Date de parution : 14 mai 2018
ISBN/EAN : 978-2-7177-2653-4 (BnF) / 9782717726534 / 978-0-7294-1209-4 (Voltaire)
Editeurs : Coédition BnF Éditions / Voltaire Foundation
Collection : Oxford University Studies in the Enlightenment ; 2018.05
Distributeur : BnF Éditions
Disponibilité : Disponible
Prix : 89 € : 87 £
Pour les résumés en anglais, voir ici
Pour pièces préliminaires, voir ici

Journée d’étude : Bibliographie, numérisation et histoire (15 juin 2018)

La pratique de la bibliographie régionale est ancienne en bibliothèque. A des degrés divers, sous des formes variées, elle est depuis plusieurs années entrée dans l’ère du numérique. Pourtant, alors que les ressources en ligne, l’accès à l’article, les facilités d’exploration des contenus, la reconnaissance des entités nommées se généralisent en matière d’offre documentaire, la nécessité d’un service de dépouillement et de structuration des ressources actuellement disponibles dans les bibliographies semble paradoxalement peu reconnue en bibliothèque.

Il s’agit tout d’abord d’établir un état des lieux des bibliographies régionales, puis de réinterroger cette pratique, aussi bien à partir de l’existant qu’à partir des potentialités offertes par le numérique et les publics qu’il fédère. Cette ré-interrogation se situe tant au niveau des modalités techniques que documentaires : enrichissement de catalogues ou bien constitution de bases de données ; liens avec les bibliothèques numériques ; extension aux ressources dématérialisées notamment via la collecte du web, etc.

Une redéfinition de la pratique du dépouillement et du recensement bibliographique est-elle nécessaire, au regard de nouvelles pratiques, notamment le recours à l’enrichissement collaboratif ?

Cette journée d’étude se propose d’être une première étape dans cette réflexion.

Affiche « Montpellier – Exposition internationale 26 mai – 26 juin 1927 »

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?