Captations de la Journée d’étude : Enseigner le fait religieux aujourd’hui

Le 12 octobre 2016, la Bibliothèque nationale de France organisait la journée d’étude : Enseigner le fait religieux aujourd’hui. La responsabilité sociale des religieux dans leurs enseignements ? qui réunissait Odon Vallet, spécialiste des religions, le Père Eric Morin, directeur de l’Institut Supérieur de Sciences Religieuses, Collège des Bernardins, Rachid Benzine, islamologue chercheur associé au Fonds Ricœur, Ron Naïweld, historien, CNRS, Centre d’études juives, et Maxime Prieto, proviseur du lycée Marcelin Berthelot à Pantin.

Les captations sonores et vidéos de la journée sont désormais accessibles en ligne.

Cliquer sur l’image ci-dessous :

161012_enseigner_fait_religieux

Captation sonore : http://multimedia.bnf.fr/conferences/mp3/161012_enseigner_fait_religieux.mp3

Publication : « Pascal, le cœur et la raison »

pascal_web
Pascal, le cœur et la raison : couverture

Publié à l’occasion de l’exposition « Pascal, le cœur et la raison », présentée par la Bibliothèque nationale de France sur le site François-Mitterrand, Galerie 1, du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017, l’ouvrage au titre éponyme a été dirigé par Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, avec les contributions érudites de Dominique Descotes, Rémi Mathis, Philippe Sellier et Laurent Susini.

Mathématicien, physicien, inventeur, philosophe, moraliste, théologien… : la Bibliothèque nationale de France conserve la plus riche collection des œuvres manuscrites et imprimées de Blaise Pascal, ce penseur hors norme, toujours actuel, et qui échappe à toute tentative de portrait exhaustif. Et c’est à l’occasion d’une exposition d’envergure qui lui est dédiée qu’elle fait paraître cet ouvrage, inspiré des trois ordres pascaliens : ordre des corps, régi par les déterminations de la nature et de la coutume ; ordre de l’esprit, placé sous la juridiction de la raison ; enfin ordre du cœur, qui obéit à la loi de l’amour. Son propos suit un cheminement qui nous fait découvrir le contexte historique (le « corps » de l’histoire) de l’œuvre, puis les deux versants du travail de la raison (l’esprit), jusqu’au moment où cette dernière est confrontée aux questions qui la déconcertent : le vide, le hasard, l’infini ou… la grâce (l’ordre du cœur). L’ensemble fait ainsi (re)surgir les recherches et les écrits, lapidaires, d’une figure majeure de la révolution scientifique du XVIIe siècle, la réflexion sur la logique et l’argumentation d’un maître du discours, dont témoignent les Provinciales, pour enfin aboutir à ce dépassement, accompli par les Pensées : une œuvre majeure, au style d’une étonnante modernité – tout comme l’est la réflexion de son auteur –, mais demeurée inachevée et qui comme tout « portrait » selon Pascal « porte absence et présence ». Le volume abonde en commentaires éclairants sur le parcours intellectuel de cette figure éminente de la pensée et de la culture de notre pays, il donne aussi à voir des documents aussi précieux qu’évocateurs, tel ce feuillet autographe des Pensées où se déchiffre « l’homme [qui] passe infiniment l’homme », ou bien encore l’exemplaire de leur édition originale dans son état le plus ancien connu.

Liste des contributeurs

Outre 190 notices d’oeuvres, l’ouvrage comprend les contributions suivantes :

  • Introduction : Jean-Marc Chatelain
  • Les mondes de Pascal : Rémi Mathis
  • Pascal géomètre : Dominique Descotes
  • Pascal écrivain : Laurent Susini
  • L’introuvable livre des Pensées : du manuscrit autographe aux éditions de Port-Royal : Jean-Marc Chatelain
  • Pascal, prophète existentialiste : Philippe Sellier

Informations pratiques

Description : broché, 192 p., 50 illustrations, 16,5 x 22 cm
Date de parution : 3 novembre 2016
ISBN/EAN : 978-2-7177-2721-0 / 9782717727210
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : Seuil-Volumen
Prix : 39 euros

Publication : Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au coeur de Paris

De 2010 à 2012, la Bibliothèque nationale de France a mené un programme d’étude du fonds de dossiers d’archives et de plans des architectes successivement attachés à la Bibliothèque nationale aux XIXe et XXe siècles.

Cet ensemble est composé des dossiers des travaux d’entretien comme des campagnes de grands travaux lancées par les architectes Visconti, Labrouste, Pascal, Recoura, Roux-Spitz et Chatelin. Plusieurs milliers de documents graphiques non inventoriés complétaient les écrits.

Grâce à tout ce travail préliminaire mené sur les sources, la BnF et l’INHA font paraître une somme retraçant l’histoire des constructions et aménagements successifs des bâtiments du site Richelieu depuis le XVIIe siècle.

couverture_richelieu
Richelieu. Quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris, sous la direction d’Aurélien Conraux, Anne-Sophie Haquin et Christine Mengin, Paris : BnF Éditions : INHA, 2017.

L’histoire débute avec la construction de l’hôtel du duc de Chevry en 1635, racheté et développé par Mazarin qui souhaitait un palais pour ses collections ;

fragment_de_lambris_peint_btv1b54100104w
Fragment de lambris peint provenant de l’Hôtel Chevry-Tubeuf : putto tenant une guirlande, assis sur un socle dont la partie centrale est ornée d’une figure féminine assise

puis, l’installation progressive de la Bibliothèque royale dans les locaux laissés par la Compagnie des Indes en 1721 ; la transformation du site par Henri Labrouste et l’inauguration de la fameuse salle portant son nom en 1868 ; l’achèvement du site par Jean-Louis Pascal puis Alfred Recoura, et enfin la densification opérée par Michel Roux-Spitz, jusqu’au projet actuel de l’architecte Bruno Gaudin.

plans_densemble_du_quadrilatere_richelieu_btv1b530379914
Plans d’ensemble du Quadrilatère Richelieu (1854-1984). 1954 : relevés. Plan du sous-sol. Architecte responsable : Michel Roux-Spitz (1888-1957)

La parole est donnée aux responsables des trois institutions qui occupent le site (BnF, INHA et Ecole nationale des chartes) ainsi qu’aux architectes du projet de rénovation.

Alors que les 14 et 15 janvier 2017 le grand public est invité à visiter le nouveau site désormais désigné Richelieu, Bibliothèques, Musée, Galeries et fédérant les collections patrimoniales de la Bibliothèque nationale de France, de l’Institut national d’histoire de l’art et de l’École nationale des chartes1, l’ouvrage offre plus de 200 images permettant de retrouver l’esprit des lieux  : plans originaux, plans de reconstitution, axonométrie, schémas d’implantation, photographies, estampes. Elle proposent, en même temps qu’une chronique visuelle, de nouveaux outils de compréhension de cet ensemble architectural hors du commun.

Dirigé par Aurélien Conraux alors qu’il dirigeait la mission pour les archives de la BnF, Christine Mengin, conseillère scientifique pour l’histoire de l’architecture à l’Institut national d’histoire de l’art, et Anne-Sophie Haquin, décédée avant la parution de l’ouvrage et à laquelle nous rendons hommage, l’ouvrage fait intervenir des archivistes, des historiens de l’architecture, des conservateurs des bibliothèques, des administrateurs et des architectes, maîtres d’œuvre des travaux contemporains.

Sommaire

  • Préface : Eric de Chassey, Laurence Engel
  • Introduction : Aurélien Conraux, Christine Mengin
  • Formation et déformation d’un monument parisien : Alexandre Gady
  • Les décors du palais Mazarin : Bénédicte Gady, Barbara Brejon de Lavergnée
  • 1728. Un duel sans merci entre l’Architecte et le Bibliothécaire : Françoise Bléchet
  • La bibliothèque absolue d’Etienne-Louis Boullée : Jean-Philippe Garric
  • La Bibliothèque sous la Révolution française et le Conservatoire : Jean-François Foucaud
  • Henri Labrouste. Modernité et tradition dans le Paris haussmannien : Alice Thomine-Berrada
  • L’administrateur et l’architecte. Une cohabitation orageuse : Marie Galvez
  • L’isolement de la Bibliothèque : Bruno Blasselle
  • Louis-Emile Durandelle, photographe des travaux : Charlotte Leblanc
  • Jean-Louis Pascal et Alfred Recoura. Un duo de grands constructeurs : Anne Richard-Bazire
  • Jean-Louis Pascal, architecte et muséographe : Félicity Bodenstein
  • Michel Roux-Spitz. Une modernisation de l’intérieur : Simon Texier, Léa Muller
  • La « Nationale » dans l’objectif de Gisèle Freund : Dominique Versavel
  • Julien Cain et Michel Roux-Spitz, une estime réciproque : Martine Poulain
  • « Toute la mémoire du monde » d’Alain Resnais : Alain Carou
  • La Bibliothèque nationale en quête d’espace : Christine Mengin
  • Rénover Richelieu : Jacqueline Sanson
  • Jean-Christophe Ballot, l’oeil du chantier : Aurélien Conraux
  • Pour une nouvelle bibliothèque de l’Institut nationale d’histoire de l’art : Antoinette Le Normand-Romain
  • La bibliothèque de l’Ecole nationale des chartes en ses murs : Jean-Michel Leniaud
  • Ouvrir le Quadrilatère : entretien avec Bruno Gaudin et Virginie Brégal
  • Restaurer la salle Labrouste : entretien avec Jean-François Lagneau
  • Annexes (sources, bibliographie, chronologie, etc.)

Informations pratiques

298 pages, 200 illustrations, 24,5 × 28 cm
Date de parution : 19 janvier 2017
ISBN/EAN : 978-2-7177-2565-0 / 9782717725650, 978-2-917902-33-2
Editeurs :

  • BnF Éditions
  • INHA
  1. Programme du week-end Portes ouvertes du site Richelieu, http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/a.170115_portes_ouvertes_richelieu.html []

Journée d’étude : Éducation artistique au patrimoine écrit et graphique

word-cloud-enfant1L’Agence régionale du livre et de la lecture de Haute-Normandie et le Centre régional des lettres de Basse-Normandie organisent, en partenariat avec la BnF, une journée d’étude autour du patrimoine et de l’éducation artistique et culturelle. Cette journée aura lieu le 19 janvier 2017 au Pôle régional des Savoirs à Rouen. Elle a pour objectif de présenter un regard croisé sur des actions pédagogiques régionales centrées sur le patrimoine, et s’adresse à tout professionnel exerçant dans le milieu scolaire (enseignant, conseiller pédagogique, documentaliste, bibliothécaire…).

Programme

Accueil café : 9h

9h15-9h30 : Ouverture de la journée

9h30– 12h30 :

  • « Le développement de l’EAC dans les bibliothèques territoriales », Colin Sidre, Chargé de mission publics jeunes, éducation artistique et culturelle et cohésion sociale, Service du Livre et de la Lecture, Direction générale des médias et des industries culturelles, Ministère de la Culture et de la Communication
  • « L’offre pédagogique de la BnF : études de cas » : Jérôme Fronty, chef du service de l’action pédagogique, BnF
  • « Les ressources en ligne de la BnF mobilisables par les enseignants et les professionnels du livre » : Catherine Schneider, adjointe au chef de service de l’action pédagogique, BnF

12h30 : Pause déjeuner (libre) 

14h-16h : ateliers sur inscription

Atelier 1 : Conception d’outils pédagogiques

  • « Chasse au trésor », découverte ludique du patrimoine écrit et architectural de la bibliothèque du fonds ancien « église des jésuites », Stéphanie Goubaud, Médiatrice du livre, Nathalie Limosin, Responsable du fonds patrimonial de la Bibliothèque d’Alençon
  • Réalisation de « carnets de voyage », médiation autour de l’exposition « le Goût de l’Egypte », Anne Tenhaef, responsable du service des publics, Céline Muzaton, Médiatrice culturelle au Scriptorial d’Avranches
  • Réalisation de livrets patrimoniaux à destination du public scolaire, Olivier Nidelet, Responsable du fond patrimonial, Bibliothèques de Dieppe

Atelier 2 : Comment monter une action patrimoniale en partenariat

  • « Archives en herbe », Typhaine Garnier, Médiatrice culturelle à l’IMEC, Bernard Baillaud, Professeur relais au service éducatif de l’IMEC
  • « Lettres de Joseph Dézarnaud à sa femme 1914-1915 – recherche ouverte sur un corpus inédit », Benoît Lautridou, Chargé de mission au Centre Académique de Recherche-Développement en Innovation Expérimentation de l’Académie de Caen
  • Le partenariat des bibliothèques de Fécamp et du service « archives-patrimoine » de la Ville : actions éducatives à thèmes pour les scolaires accompagnées d’un guide, en lien avec les différentes structures patrimoniales de Fécamp, Yves Devarieux, Responsable du fond patrimonial et Nathalie Gaston, Chargée des publics (Archives, Bibliothèque patrimoniale, Musée et Patrimoine), Ville de Fécamp

Atelier 3 : Le patrimoine et les publics jeunes éloignés

  • Les Ailes de Caïus, « Les courts du temps », Loïc Bodin, Directeur artistique, Sylvia Carboni, Coordination & Mécénat
  • Enfants en situation de handicap et patrimoine : un travail de partenariat avec l’IDEFHI. Marianne Lombardi, responsable du département des publics, Munaé

16h – 16h30 Restitution des ateliers par des rapporteurs

Modalités pratiques

Lieu : Pôle régional des savoirs
115, boulevard de l’Europe
76100 Rouen

Inscription sur la plateforme Evenbrite

Approches innovantes pour la presse ancienne numérisée : fouille et visualisation de données

Cet article décrit comment une technique innovante de reconnaissance de mise en page (OLR, optical layout recognition) appliquée lors d’un grand projet européen de numérisation de la presse ancienne (Europeana Newspapers, 2012-2015) a été utilisée dans une expérience de fouille de données ciblant les métadonnées quantitatives de quotidiens numérisés. Les fichiers numériques de six titres de journaux français des collections de la BnF ont ainsi été analysés avec des techniques d’extraction et de visualisation de données démontrant des voies prometteuses pour la production de connaissances sur la presse ancienne, à l’usage des acteurs des bibliothèques numériques (gestionnaires de programmes de numérisation, conservateurs et médiateurs des collections de presse), ceux du champ des humanités numériques mais aussi le grand public utilisateur des bibliothèques numériques. Démonstration est également faite de l’intérêt de ces métadonnées quantitatives pour la recherche d’information.

I. Introduction : Quelles données ?

Les bibliothèques regorgent de données numériques et elles en produisent quotidiennement de nouvelles : des métadonnées bibliographiques sont créées ou mises à jour dans les catalogues décrivant des collections ; des données d’usage sur les bibliothèques et leur public sont collectées ; des documents numériques sont produits par la numérisation des contenus conservés dans les bibliothèques.

Mais ces données et métadonnées numériques ressortent-elles du concept de big data ? Et sont-elles des cibles légitimes pour du data mining ? Leur volume réduit (douze millions de notices pour le catalogue de la BnF) n’incite-t-il pas à quelque précaution ? Le critère de la volumétrie n’est pas pertinent, si l’on en croit Viktor Mayer-Schoenberger et Kenneth Cukier : “(…) big data refers to things one can do at a large scale that cannot be done at a smaller one, to extract new insights or create new forms of value (…)” [1]. À une large échelle donc, mais en regard de l’activité concernée (“my big data is not your big data” [2]), avec des moyens différents de ceux satisfaisant les besoins métier nominaux, et avec pour objectif de « créer du neuf » : de nouvelles relations (auteur, lieu, date, etc.) sont construites au-dessus de catalogues publics (OPAC) [3] ; le pilotage des bibliothèques s’adosse à l’analyse des données de fréquentation et de lecture [4] ; une histoire des pages de une de quotidiens est élaborée à partir des données extraites d’une bibliothèque numérique [5], [6].

Est-il possible de donner à voir de l’inédit en fouillant les métadonnées descriptives de la presse patrimoniale numérisée pendant le projet Europeana Newspapers1 ? L’expérimentation décrite dans cet article tente de répondre à cette hypothèse, en présentant d’abord un processus de création d’un jeu de métadonnées quantitatives, puis des méthodes d’analyse et d’interprétation et de réutilisation de ces données ; et finalement quelques considérations sur les enjeux de qualité des données.

II.    Créer de nouvelles données

A.    Le jeu de données Europeana Newspapers

Six quotidiens nationaux et régionaux des collections de la BnF (1814-1945) font partie du corpus traité en OLR (Optical Layout Recognition) par le projet Europeana Newspapers. Le traitement OLR consiste en la description de la structure logique de chaque fascicule et de ses articles (emprise spatiale, titre et sous-titre, etc.) à l’aide des formats METS et ALTO [7] et en la classification des types de contenus (information, feuilleton littéraire, programme des spectacles, publicités, etc., au format MODS).

Figure 1. OLR : principe
Figure 1. OLR : principe

B.    Des documents numériques aux données dérivées

Contenus OCR et OLR sont des sources de métadonnées quantitatives décrivant des « grains » de contenus. Notre hypothèse est que compter ces grains (fig. 2) produit une information porteuse de sens :

  • l’OCR (format ALTO) est une source de métadonnées quantitatives relatives à des grains de contenus élémentaires : nombre de mots, d’illustrations, de tableaux, etc.
  • l’OLR (format METS) est également une source de métadonnées quantitatives décrivant des objets informationnels de plus haut niveau : articles, sections (regroupement d’articles), types de contenu.
Figure 2. Les métadonnées quantitatives d’une page
Figure 2. Les métadonnées quantitatives d’une page

En s’appuyant sur cette conjecture, des documents numériques est donc dérivé un jeu de métadonnées bibliographiques (titre du journal, date de publication) et quantitatives (nombre de pages, articles, mots, illustrations, publicités, etc.) pour chaque fascicule analysé. Des scripts Perl ou XSL (fig. 3) sont utilisés pour extraire certaines métadonnées du manifeste METS décrivant le fascicule (par ex. le nombre d’articles) ou des fichiers OCR associés (par ex. le nombre de mots). Le jeu de données créé contient environ 5,5 millions de métadonnées élémentaires exprimées selon des formats de données usuels (XML, JSON, CSV).

Figure 3. Processus de production des données dérivées
Figure 3. Processus de production des métadonnées dérivées

Ce principe de production de données dérivées offre plusieurs avantages. En tout premier lieu, pour le consommateur des données :

  • prêtes à l’emploi : pas de documents à extraire des magasins numériques et à analyser,
  • d’usage aisé (notamment CSV, JSON), à comparer à la complexité des formats XML métiers (ALTO, METS, MODS, etc.),
  • légères : 80 Mo pour les métadonnées dérivées, 1 To pour le corpus EN-BnF,
  • abondantes : 5,5 M de métadonnées atomiques.

Pour le producteur, notons que ces données sont faciles à produire et à diffuser (par exemple sous la forme d’archives ZIP par titre de presse, par période, etc.) et n’impliquent aucun enjeu de propriété intellectuelle, puisqu’il s’agit de métadonnées dérivées n’incluant pas les contenus originels.

III.   Faire parler les données

A.    Analyse statistique : évaluer, dimensionner, anticiper

Certaines données quantifient une réalité dont l’analyste a une connaissance ou une intuition préalable. C’est le cas d’informations statistiques aidant au pilotage d’actions de numérisation ou de valorisation des contenus. Le jeu de métadonnées pourrait alors être un échantillon représentatif de la collection ou du corpus, les informations recherchées étant majoritairement des mesures statistiques. Citons quelques exemples :

  • Post-correction automatique de l’OCR : la connaissance de la moyenne des mots imprimés dans un fascicule de presse (5 760 mots par page pour le corpus EN-BnF) permet de dimensionner la puissance de calcul nécessaire pour corriger algorithmiquement et au fil de l’eau l’OCR entrant dans une chaîne de numérisation.
Figure 4. Nombre moyen de mots par page
Figure 4. Nombre moyen de mots par page
  • Programmes de numérisation et valorisation : la densité en articles d’une collection de presse numérique est une donnée ayant un impact potentiel sur les processus et les coûts. Cette dimension varie fortement en fonction des périodes et des titres de presse (fig. 5).
Figure. 5. Nombre moyen d’articles par fascicule et par titre
Figure. 5. Nombre moyen d’articles par fascicule et par titre
  • Banque d’images : dans la perspective de la création d’une banque d’illustrations de presse, une analyse statistique élémentaire éclaire sur les titres de presse richement illustrés et quant au nombre total d’illustrations potentiellement exploitables (427 000, 97 % au XXe siècle).
Figure 6. Nombre moyen d’illustrations pour 1000 pages (XIXe, XXe siècles)
Figure 6. Nombre moyen d’illustrations pour 1 000 pages (XIXe, XXe siècles)

Appelés à commenter ces résultats, historiens ou conservateurs établiront aisément des liens avec la réalité documentaire qu’ils connaissent :

  • « Bien sûr, Le Matin est un quotidien apparu durant l’âge d’or de la presse d’information moderne (1890-1914), emblématique de ses innovations : il est fortement structuré en articles et richement illustré. » ( fig. 5, courbe marron : fig. 6 : plus de 6 000 illustrations en moyenne pour 1 000 pages).
  • « Le Journal des Débats politiques et littéraires (JDLP) fondé en 1789 est l’héritier des gazettes : il conserve au fil de son histoire un système de rubriquage moins dense en articles que les quotidiens nés à la fin du XIXe et il est économe en illustration. » (fig. 5 : courbe orange ; fig. 6 : 225 illustrations pour 1 000 pages)

Les mesures statistiques collectées permettent d’enrichir cette connaissance avec des données précises (moyennes, totaux, maxima) et représentatives (car collectées sur de vastes échantillons, voire sur la totalité de la collection), qui constituent une aide précieuse pour les activités de gestion de l’écosystème de toute bibliothèque numérique, de la numérisation à la valorisation.

B.  Visualisation de données : découvrir des connaissances

L’histoire des méthodes de recherche sur des contenus documentaires ou archivistiques est en partie déterminée par une autre histoire, celle de la numérisation de l’information, et partant de la numérisation patrimoniale, des premiers programmes en mode image à la restructuration des documents et à la description sémantique des contenus atomiques. Les modalités d’interaction des chercheurs avec les corpus numériques ont évolué simultanément, du feuilletage à la fouille de données, sans oublier l’étape de la recherche en texte intégral. En quelques décennies, l’œil du chercheur se sera posé sur microfilms, images numériques, listes de résultats de recherche plein texte, pour finalement s’éloigner des documents, en déléguant à des algorithmes (analyse d’images et de documents, analyse statistique, traitement automatique de la langue, modélisation des textes, visualisation de données) la tâche  de nourrir une nouvelle pratique, la lecture distante (telle que théorisée par Franco Moretti [8]).

La communauté des humanités numériques applique des techniques de visualisation de données depuis déjà fort longtemps2. S’agissant de l’étude des périodiques numérisés, une méthodologie tout à la fois rationnelle et pragmatique devrait prendre en compte les particularités de ce type documentaire, notamment sa nature composite (de l’information politique aux programmes de radio, sans oublier feuilleton, critique littéraire et petites annonces) et chaotique (OCR bruité). Citons par exemple les travaux du projet PRELIA3 ou encore ceux de Ryan Cordell (notamment l’identification de motifs textuels à grande échelle malgré les défauts de qualité du texte océrisé4, fig. 7).

Figure 7. “Viral Texts Project, Mapping Networks of Reprinting in 19th-Century Newspapers and Magazines”, Ryan Cordell, Northeastern University (Boston), 2015.
Figure 7. “Viral Texts Project, Mapping Networks of Reprinting in 19th-Century Newspapers and Magazines”, Ryan Cordell, Northeastern University (Boston), 2015.

Appliquée au jeu de métadonnées d’un titre spécifique, la visualisation de données permet de circonscrire l’analyse à l’histoire du titre considéré. Déployé au contraire à l’échelle du jeu de métadonnées complet, elle met en lumière l’histoire de la presse quotidienne française sur deux siècles. Dans tous les cas, le praticien sera libre de sélectionner et d’affiner la granularité de la visualisation, depuis l’échelle du fascicule jusqu’à celui d’une année de publication ou d’une période temporelle plus large. Et il faudra chaque fois régler la « distance de lecture » et évaluer son impact sur les enjeux d’interprétation. Les exemples suivants donnent quelques cas d’application de ces principes.

Le rôle de l’image dans la presse quotidienne est un sujet de recherche classique [5],[9] que fouille de données et outils de visualisation peuvent enrichir en données factuelles (micro-faits comme macro-tendances). Ainsi la courbe singulière décrivant la une du supplément du dimanche du Petit Journal (fig. 8) met en évidence l’apparition de l’illustration pleine page en couverture (29 novembre 1890).

Figure 8. Nombre moyen d’illustrations en une (Le Petit Journal, 1884-1920)
Figure 8. Nombre moyen d’illustrations en une (Le Petit Journal – Supplément illustré, 1884-1920)

En poursuivant sur cette thématique de l’image, la figure 9 montre que le nombre d’illustrations en une du Petit Parisien (courbe bleue) dépasse la moyenne par page dès 1902, pour suivre ensuite une croissance exponentielle : dans les années 1930, la une contient 45 % des illustrations d’un fascicule de 8 à 10 pages.

Figure 9. Nombre moyen d’illustrations par page (Le Petit Parisien, 1876-1944 ; en bleue, la une)
Figure 9. Nombre moyen d’illustrations par page (Le Petit Parisien, 1876-1944 ; en bleue, la une)

Les facteurs de forme de la presse quotidienne ont varié au fil des siècles. La figure 5 permet de situer une des transitions majeures dans la décennie 1880, avec deux familles de titres, les « anciens », basés sur le système du rubriquage (Le Gaulois, Le Journal des débats politiques et littéraires), et les autres (Le Matin, Le Petit Parisien, Ouest-Eclair) qui naissent avec ­– ou adoptent rapidement –, une mise en page « moderne », avec des caractéristiques qui sont celles de notre presse contemporaine : page de une graphique, titre en bandeau, granularité de l’information à l’article. Cette typologie et son évolution entre XIXe et XXe siècles est illustrée avec un graphe à bulles (fig. 10) combinant les trois facteurs de modernité de forme que sont nombre moyen d’articles par page (x), d’illustrations par page (y) et en une (z, diamètre des bulles).

Figure 10. Typologie des six titres de presse du corpus Légendes : XIXe s. : 19 ; XXe s. : 20 ; PJI : Le Petit Journal supp. illustré ; JDPL : Le Journal des débats politiques et littéraires ; OE : Ouest-Eclair éd. de Rennes ; G : Le Gaulois ; PP : Le Petit Parisien ; M : Le Matin
Figure 10. Typologie des six titres de presse du corpus
Légendes : 19 : XIXe s.  ; 20 : XXe s. ; PJI : Le Petit Journal supp. illustré ; JDPL : Le Journal des débats politiques et littéraires ;
OE : Ouest-Eclair éd. de Rennes ; G : Le Gaulois ; PP : Le Petit Parisien ; M : Le Matin

Autre registre de métadonnées disponible, la classification réalisée durant le traitement OLR des types de contenus (texte, illustration, tableau et publicité, ou plutôt « réclame ») autorise une analyse documentaire poussée. La figure 11 montre par exemple l’impact de la Grande guerre sur l’activité économique de la presse et permet d’évaluer le délai de retour au niveau d’avant-guerre (10 ans).

Figure 11. Répartition des contenus par type (Le Matin, 1884-1942)
Figure 11. Répartition des contenus par type (Le Matin, 1884-1942)

De telles métadonnées quantitatives, ordonnées selon des dimensions à la fois temporelle et éditoriale (les titres de presse) et éventuellement croisées avec les contenus eux-mêmes (les textes océrisés), constitue un terrain fertile en hypothèses de recherche. Par ailleurs, la classification des types de contenus sera d’une grande aide pour les chercheurs ciblant un type de contenus spécifique (comme il a été dit, la presse quotidienne est un média composite : extraire un sous-corpus d’une collection de presse numérique reste un challenge technique). Ainsi d’une étude portant sur la formation de la chronique boursière dans la presse quotidienne [10], pour laquelle les données quantitatives offrent un accès direct au corpus cible, les tableaux présents dans la presse quotidienne étant majoritairement utilisés pour les cotations (fig. 12).

Figure 12. Nombre de tableaux par jour de semaine, Le Journal des débats politiques et littéraires (Pierre-Carl Langlais, 2016)
Figure 12. Nombre de tableaux par jour de semaine, Le Journal des débats politiques et littéraires (Pierre-Carl Langlais, 2016)

C.    Visualisation de données pour la médiation numérique

La visualisation de données offre également des perspectives novatrices en matière de redécouverte et de réappropriation des documents décrits par ces données. En effet, les méthodes et outils de visualisation de données sont en mesure d’aider les bibliothèques numériques à diversifier les modalités de parcours de leurs collections, en allant au-delà des classiques accès par recherche en texte intégral et feuilletage de pages.

La figure suivante montre ainsi une visualisation interactive de la moyenne de mots par page du Journal des débats politiques et littéraires sur toute sa durée (1814-1944, plusieurs dizaines de milliers de numéros, un point par numéro). Les franches ruptures et autres singularités mises en évidence par ce graphe invitent l’utilisateur à entrer dans la collection de presse via une nouvelle dimension, sa densité en mots. Cette dimension est exprimée par une métaphore visuelle à laquelle est associée une seconde dimension, le temps, à travers lequel le promeneur numérique se déplace (avec une fonctionnalité de zoom).

Figure 13. Nombre moyen de mots par page (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)
Figure 13. Nombre moyen de mots par page (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)

Les ruptures observées trouvent leur explication dans les changements successifs de maquette et/ou de format, motivés tant par les innovations techniques survenues dans la fabrication du papier ou l’imprimerie, comme étudié par les historiens de la presse [11] (1er déc. 1827 : 3 colonnes, 330×450 mm ; 1er oct. 1830 : 4 colonnes; 1er mars 1837 : 400×560 mm ; 1er janv. 1896 : typographie plus dense) que par le contexte politique (4 août 1914 : réduction à 2 pages et 3 colonnes puis retour à 6 colonnes le 8 août). Les valeurs aberrantes peuvent aussi révéler des trésors documentaires, ainsi des cas de censure telle que pratiquée durant la Grande guerre (voir ainsi le 22 mai 1915). Ici le vide, soit la disparition d’un texte, est découvert en l’affichant. Et les données racontent plusieurs histoires (pour paraphraser Edward Tufte [12]), la Grande, celle de la presse imprimée, celle du Journal des débats.

Il est intéressant de noter que ces documents singuliers, révélés par l’action conjuguée d’une métadonnée quantitative et d’une métaphore visuelle, resteraient cachés, perdus dans la profusion documentaire, pour qui se lancerait dans leur quête muni des outils classiques que sont recherche par critère bibliographique et interrogation par mot clé.

Comme on l’a vu, la visualisation de données en masse fait ressortir des valeurs singulières. En matière d’illustration, un graphe similaire au précédent mais appliqué à la dimension « nombre d’images » met en évidence des fascicules richement illustrés du Journal des débats politiques et littéraires (fig. 14), qui s’avèrent être des suppléments illustrés (27 mars 1899, 201 illustrations), mais également des événements clés de l’histoire du titre, comme la première illustration publiée (dans une publicité, le 11 mai 1828).

Figure 14. Nombre d’illustrations par fascicule (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)
Figure 14. Nombre d’illustrations par fascicule (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)

Faits et informations extraits grâce aux techniques de fouille et de visualisation de données gagneront à venir enrichir d’autres supports de médiation, qu’ils soient numériques ou non. Dans le premier cas, on pourra citer blog, dossier pédagogique, frise chronologique (fig. 15), etc.

Figure 15. Frise chronologique
Figure 15. Frise chronologique du Journal des débats politiques et littéraires

Autre exemple, une exposition sur l’histoire de la presse [13] souhaitant scénographier l’évolution des formats de papier et les liens entre innovations techniques, cadre économique et politique éditoriale, pourrait s’appuyer tant sur des documents physiques (fig. 16, en haut) que sur l’expression graphique d’une analyse statistique des formats de page (calculés à partir des informations extraites des images numérisées, fig. 16, en bas). Il serait tentant de rattacher ce cas illustratif aux tensions entre micro-histoire et histoire quantitative. Opposition artificielle dans le cadre de la mission de médiation qui échoit aux musées et bibliothèques : sélectionner quelques documents exemplaires ou travailler sur une (très5 ) longue série de documents/données n’est pas antinomique.

Figure 16. Evolution des formats de papier (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)
Figure 16. Evolution des formats de papier (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)

Classiquement, ce graphe met en lumière tant que les valeurs moyennes et leurs transitions que des points atypiques, tels ce numéro à 24 mots par page (2 mai 1899) qui s’avère être le plan de l’Exposition universelle de Paris, ou encore un courrier commercial consécutif à la loi sur la presse de 1851, ainsi que les événements historiques singuliers (eu regard des conditions de publication de la presse quotidienne) que sont les périodes de déclaration de guerre.

D.    Interroger les métadonnées quantitatives

Utiliser des outils adaptés contribue à améliorer l’efficacité de la fouille de données. BaseX6 est une de ces solutions simples et élégantes (au même titre que les systèmes NoSQL) permettant d’agglomérer tous les fichiers de métadonnées au format XML et d’interroger l’ensemble avec des requêtes XPath/XQuery. Dans le cadre d’une action de médiation numérique consacrée à un titre de presse ou pour l’ensemble du jeu de données, une telle requête identifiera par exemple toutes les pages « graphiques », c’est-à-dire celles à la fois pauvres en mots et incluant au moins une illustration. Des centaines de pages sont ainsi extraites du corpus (fig. 17 : bandes dessinées, dessins de presse, portraits, cartes, partitions, publicités, etc.), autant de documents remarquables qu’il aurait été fort laborieux de découvrir par un dépouillement (fût-il numérique) de la collection.

Figure 17. Exemples de résultat : (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658372q/f11.item">1</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7158889/f8.item">2</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6840321/f4.item">3</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k557319t/f1.item">4</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k522950j/f4.item">5</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k469111r/f14">6</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k657927g/f14.item.zoom">7</a>)
Figure 17. Exemples de résultat : (1), (2), (3), (4), (5), (6), (7)

E.    Valoriser les métadonnées quantitatives

Les documents imprimés constitutifs des bibliothèques patrimoniales numériques ne sont pas des textes anonymes et indifférenciés. Ils présentent tous des facteurs de forme singuliers, ils sont tous héritiers de la longue histoire de l’imprimé. Prendre en compte leur matérialité afin de favoriser les usages numériques qui en sont faits est une hypothèse légitime. En particulier dans le cas de la presse ancienne numérisée, du fait de sa profusion7 et de sa nature composite : des centaines d’articles par fascicule, jusqu’à 15 000 mots par page (souvent bruités en sortie du traitement OCR) pour les grands formats du début du XXe s., de nombreux registres de discours : éditorial, information, loisirs, annonces, etc. Comme le souligne Ryan Cordell, “even digitized periodicals remain voluminous, messy, provocatively difficult” [14].

Par conséquent, il fait sens d’alimenter les outils d’accès et d’interrogation des collections de presse avec les métadonnées quantitatives issues de l’OLR ou l’OCR, elles-mêmes porteuses d’une information relative à la forme des documents physiques. En termes d’usage, la figure 18 montre deux exemples de requêtes avancées combinant des critères bibliographiques, par mot-clé et relatifs à la structure logique (en gras : titre d’article, corps de l’article, article incluant un tableau, etc.). Ces requêtes très expressives, proches du langage naturel, sont particulièrement adaptées à la recherche d’information au sein d’un portail de presse.

Figure 18. Sources de données d’un moteur de recherche pour la presse et requêtes avancées
Figure 18. Sources de données d’un moteur de recherche pour la presse et requêtes avancées

La bibliothèque numérique Trove (http://trove.nla.gov.au) est un exemple emblématique de cette approche. La figure 19 montre son formulaire de recherche avancée et ses critères de structure (types de contenu, longueur de l’article, article illustré).

Figure 19. Trove : formulaire de recherche avancée (extrait)
Figure 19. Trove : formulaire de recherche avancée (extrait)

Cette approche trouve un cas d’application voisin dans la recherche d’images au sein d’une collection de presse numérisée, riche en ressources iconographiques comme il a été dit (cf. fig. 6). En s’appuyant sur les sources d’information à disposition (métadonnée « nombre d’illustrations » ; texte de légende et de titre d’article fournis par l’OLR et l’OCR), il est possible d’interroger la collection à cette fin. Les métadonnées quantitatives jouent alors le rôle d’un simple index (au sens informatique du terme).

Un démonstrateur basé sur le jeu de métadonnées augmenté du texte des légendes a été développé.  Utilisant une API REST et des scripts XQuery interrogeant la base, il autorise l’expression de requêtes mêlant critères bibliographique et mot-clé. La figure 20 montre un exemple de recherche iconographique portant sur la statue de la liberté8. Onze illustrations sont trouvées, à comparer aux quinze documents présents dans la collection d’images de Gallica (extraites selon la seule métadonnée bibliographique « titre »).

Figure 20. Recherche d’illustrations « statue de la liberté » (exemples) : (1), (2), (3), (4), (5)
Figure 20. Recherche d’illustrations « statue de la liberté » (exemples) : (1), (2), (3), (4), (5)

Dans de nombreux cas, l’iconographie de la presse pourra couvrir les lacunes de la collection d’images. Ainsi l’exemple suivant consacré à la bataille de Málaga, événement absent de la collection d’images mais bien sûr traité par la presse quotidienne française de 1937 (quinze illustrations).

Figure 21. Recherche d’illustrations « bataille de Málaga » (exemples) : (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k585512z.item.zoom">1</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5855106.item/f8">2</a>)
Figure 21. Recherche d’illustrations « bataille de Málaga » (exemples) : (1), (2)

Ce démonstrateur d’un moteur de recherche d’illustrations de presse a permis de mettre en  lumière les points suivants :

  • L’iconographie présente dans la presse quotidienne est complémentaire d’une collection d’images « classique » (photographies, dessins), avec une forte couverture des thématiques histoire, société, culture populaire, vie quotidienne, etc. Pour l’étude des XIXe et XXe siècles, la presse, premier média de masse, est une ressource sans pareil. Par contre, la presse quotidienne est très peu illustrée avant 1870 (il faut attendre le tournant des XIXe et XXe siècles pour que se généralise le photoreportage, permis par l’amélioration des techniques de prise de vue et l’invention de la similigravure).
  • Pour la presse spécialisée (scientifique, professionnelle, sports, loisirs, etc.) et la presse magazine, l’iconographie n’a peu ou pas d’équivalent dans la collection d’images. Ainsi, l’exemple précédent de la bataille de Málaga appliqué au titre emblématique de l’histoire de la presse magazine qu’est Regards permettrait de dévoiler des photographies de Robert Capa et Gerda Taro (ou Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis sur d’autres reportages).
Figure 22. Recherche d’illustrations dans <a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7635923b/f6.image">Regards </a>: « bataille de Málaga »
Figure 22. Recherche d’illustrations dans Regards : « bataille de Málaga »
  • Elle offre un plus large registre de types iconographiques : dessin, photographie, caricature, extrait de film, carte, bande dessinée, publicité, etc. (cf. fig. 17).
  • Les 427 000 illustrations des 637 000 pages du corpus EN-BnF sont à mettre en regard des dimensions de la collection d’images de Gallica (950 000 illustrations pour 400 000 documents). Rapporté à une collection de 5 millions de pages de presse, le nombre d’illustrations potentiel avoisinerait les 3 millions.
  • Les illustrations sont légendées à 80 % dans le corpus EN-BnF. À défaut de légende, le titre de l’article peut être utilisé, ou encore le premier paragraphe de l’article.
  • La qualité de l’iconographie de la presse va de médiocre à correct, du fait des techniques de reproduction et d’impression.

Et que dire des monographies imprimées ? Leur OCR contient bien évidemment des informations quantitatives quant à leur contenu : mot, tableau, illustration (voir [15] pour la démonstration de l’intérêt d’une utilisation extensive de ce principe). Le même mode opératoire pourrait leur être appliqué à des fins de recherche iconographique, en s’appuyant sur :

  • la classification en divers types d’« illustrations » opérée automatiquement par certains moteurs OCR (tableaux, timbres, annotations manuscrites, ornements et autres culs-de-lampe),
  • une annotation réalisée par un opérateur humain lors de la numérisation (la BnF demande l’identification des cartes et des partitions musicales),
  • des algorithmes de détection appliqués en post-traitement  contribuant à affiner la description des images en les classant selon leur mode de production (dessin au trait, photographies) ou encore leurs caractéristiques (noir et blanc/couleur, taille).

La figure 23 présente un scénario type de recherche iconographique dans les collections d’imprimés, où cartes, schémas et photographies de la planète Mars sont identifiées grâce à des critères de forme (« page illustrée ») et de type (« cartes »). Là encore, les éventuelles lacunes de la collection des cartes (100 000 cartes dans Gallica, aucune de Mars) peuvent être compensées par l’iconographie présente dans les imprimés.

Figure 23. Recherche iconographique dans les imprimés (exemples de résultats) : (1), (2), (3), (4), (5)
Figure 23. Recherche iconographique dans les imprimés (exemples de résultats) : (1), (2), (3), (4), (5)

IV.   Contrôler la qualité des données

La qualité des données dérivées influence la validité des analyses et interprétations (notamment visuelles, voir [4],[16] sur cette problématique). En effet, des données irrégulières en nature ou discontinues dans le temps pourraient introduire des biais. Une étude qualitative doit donc impérativement être menée au préalable à toute analyse interprétative.

Et dans tous les cas, les informations de qualité relatives aux collections ou au corpus numériques (taux OCR, manques, niveau de structuration, etc.) gagnent à être communiquées aux utilisateurs finaux – monde académique comme grand public –, par souci de transparence. Une utilisation ultérieure fiable de ces collections et corpus repose en partie sur ce prérequis.

La presse quotidienne des XIXe et XXe siècles se caractérise par une bonne homogénéité de forme, ce qui induit une cohérence et une granularité constantes des métadonnées dérivées du corpus (fascicule, page, article, etc.). Par ailleurs, la démarche employée (fouille de données massive, le fondement de toute approche big data [17]) rassure quant à sa représentativité. Une analyse statistique peut également aider à fournir les informations nécessaires de couverture temporelle et de distribution des données (fig. 24). On constate par exemple que la période 1814-1867 est sous-représentée (par un seul titre, le JDPL). Par contre, la visualisation simultanée du nombre de titres périodiques9 actifs année par année (information extraite du catalogue général de la BnF, courbe bleu) montre que la distribution du corpus est relativement bien corrélée à la production éditoriale.

Figure 24. Répartition des données du corpus (en rouge) et des titres de périodique actifs (en bleu) – 1810-1945
Figure 24. Répartition des données du corpus (en rouge) et des titres de périodique actifs (en bleu) – 1810-1945

Comme on vient de le voir, les corpus eux-mêmes peuvent  contribuer à leur propre validation qualitative. Ainsi une visualisation en calendrier des données disponibles pour un titre de presse (fig. 25) montre les rares manques, ce qui laisse à penser que son avatar numérique est représentatif de la réalité documentaire sous-jacente [18].

Figure 24. Visualisation des manques d’un titre de presse numérisé (JDPL)
Figure 25. Visualisation des manques d’un titre de presse numérisé (JDPL)

Ou encore, préalablement à une étude sur l’apparition de la chronique boursière dans la presse française s’appuyant sur les contenus typés « tableau » ([10], cf. fig. 12), cette hypothèse sera validée empiriquement par les brusques inflexions constatées en 1914 et 1939 (cf. fig. 26), étant connu et établi par ailleurs le fait historique du quasi-arrêt des tableaux de cotation et de la chronique boursière durant les deux guerres mondiales.

Figure 25. Nombre moyen de tableaux par fascicule
Figure 26. Nombre moyen de tableaux par fascicule
Conclusion

Cette étude a montré que les métadonnées quantitatives de fascicules de journaux, a priori peu disertes, s’expriment haut et fort lorsqu’interrogées à la bonne distance. Ce constat s’explique par le type documentaire, la presse quotidienne, sujet idéal pour une structuration fine (« à l’article ») et partant la création d’un ensemble cohérent de métadonnées sérialisées selon une dimension temporelle.

Pour une bibliothèque numérique, créer et diffuser de telles métadonnées quantitatives – par simple téléchargement ou par tout autre moyen (API, interface web d’interrogation) – donne aux chercheurs un terrain d’étude prêt à l’usage pour des actions de fouille de données dans des disciplines variées (histoire de la presse, de l’imprimé, du journalisme ; sciences de l’information ; sociologie, etc.) relevant du champ et des pratiques des « humanités numériques ». Mais ces métadonnées sont susceptibles de s’appliquer à d’autres catégories d’usage, qu’il s’agisse de gestion de la bibliothèque numérique, de médiation numérique ou encore de consultation des collections numériques.

Par ailleurs, le mode opératoire rend cette expérimentation généralisable, à plusieurs titres :

  • Le traitement OLR est désormais un standard en matière de numérisation des collections de presse patrimoniales.
  • La génération de métadonnées quantitatives ne nécessite qu’un traitement informatique élémentaire.
  • L’exploitation de telles métadonnées peut s’appuyer sur une grande variété d’outils de fouille et de visualisation de données, qui ne nécessitent le plus souvent que des compétences informatiques basiques.

Enfin, ses résultats appellent plusieurs suites possibles :

  • Expérimenter sur d’autres types documentaires présentant une cohérence de forme et une dimension temporelle : revues et magazines du XXe, premiers livres imprimés du XVIe s. etc.
  • Fournir les résultats aux chargés de collection et de médiation numérique des portails numériques (dans le cas de la BnF, bnf.fr et data.bnf.fr) afin de les éditorialiser au fil d’actions de médiation de la collection numérique (présentation des titres de presse, frise chronologique, etc.).
  • Mettre à la disposition des acteurs de la recherche des jeux de métadonnées quantitatives prédéfinis (par titre de presse, par date, etc.) et/ou une infrastructure technique de livraison de documents numériques10 dans laquelle les spécificités de la presse numérisée seraient prises en compte (sélection de corpus par critères multiples : titre, date, titre de rubrique, type de contenu, etc.).
  • Enrichir les moteurs de recherche avec ces métadonnées quantitatives afin de décrire le plus fidèlement possible tant la forme matérielle que la structure sémantique de la presse numérisée.

Nous pensons que cette étude a mis en évidence le bénéfice pour les bibliothèques numériques à utiliser les méthodes et outils du champ des humanités numériques. Et fournir ainsi de meilleurs services à tous leurs utilisateurs, y compris ceux de la communauté des humanités numériques, en mettant à leur disposition des corpus numériques plus riches et mieux structurés.

Les scripts, les jeux de données dérivées et les graphes décrits dans cet article sont librement disponibles : http://altomator.github.io/EN-data_mining. Ils ont été créés avec des outils open source (BaseX, Highcharts, Google Charts, timeline.knightlab).

Bibliographie
  1. K. Cukier, V. Mayer-Schönberger, Big Data: A Revolution That Will Transform How We Live, Work, and Think, Eamon Dolan/Houghton Mifflin Harcourt, 2013.
  2.  R. Green and M. Panzer , “The Interplay of Big Data, WorldCat, and Dewey”, in Advances In Classification Research Online, 24(1).
  3. M. Teets and M. Goldner, “Libraries’ Role in Curating and Exposing Big Data”, Future Internet 2013, 5, 429-438.
  4. R. Lapôtre, “Faire parler les données des bibliothèques : du Big Data à la visualisation de données”, Library Curator memorandum, ENSSIB, 2014. http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/65117-faire-parler-les-donnees-des-bibliotheques-du-big-data-a-la-visualisation-de-donnees
  5. The Front Page, http://dhistory.org/frontpages.
  6. T. Sherratt, “4 million articles later…”, June 29, 2012.
    http://discontents .com .au/ 4-million-articles-later
  7. C. Neudecker and L. Wilms, KB National Library of the Netherlands, “Europeana Newspapers, A Gateway to European Newspapers Online”, FLA Newspapers/GENLOC PreConference Satellite Meeting, Singapore, August 2013.
  8. F. Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature. Les Prairies Ordinaires, 2008. Trad. de l’anglais, Verso, 2005.
  9. L. Joffredo, “La fabrication de la presse”. http://expositions.bnf.fr/presse/arret/07-2.htm
  10. P.-C. Langlais, “La formation de la chronique boursière dans la presse quotidienne française (1801-1870). Métamorphoses textuelles d’un journalisme de données”. Thèse de doctorat en science de l’information et de la communication, CELSA Université Paris-Sorbonne, 2015.
  11. G. Feyel, La Presse en France des origines à 1944. Histoire politique et matérielle, Ellipses, 2007.
  12. E. Tufte, The Visual Display of Quantitative Information, Graphics Press, 2001.
  13. “SCOOP, une histoire graphique de la presse”, musée de l’Imprimerie, Lyon, 2015.
  14. R. Cordell, “What has the Digital Meant to American Periodicals Scholarshipˮ, American Periodicals, 26.1 2016.
  15. Lease Morgan, E., “Use and understand: the inclusion of services against texts in library catalogs and discovery systems”, Libray Hi Tech, Vol. 30, Issue 1, pp. 35-59.
  16. Y. Jeanneret, « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé » In : Galinon-Mélénec Béatrice (dir.). L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines. CNRS Editions, Paris, 2011.
  17. E. Aiden, J.-B. Michel, Uncharted: Big Data as a Lens on Human Culture. New York : Riverhead Books, 2013.
  18. A. Dunning, and C. Neudecker, “Representation and Absence in Digital Resources: The Case of Europeana Newspapers”, Digital Humanities 2014, Lausanne, Switzerland. http://dharchive.org/paper/DH2014/Paper-773.xml
Citer ce billet : Jean-Philippe Moreux. “Approches innovantes pour la presse ancienne numérisée : fouille et visualisation de données”. Dans Carnet de la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. http://bnf.hypotheses.org/208 (consulté le 30 décembre 2016).
  1. http://www.europeana-newspapers.eu/ []
  2. Cf. par ex. John Burrows, “Textual Analysis”, in A Compagnion to Digital Humanities, 2004 []
  3. http://prelia.hypotheses.org []
  4. https://viraltexts.org []
  5. Ici très exactement 47 799. []
  6. basex.org []
  7. Qui ne manque pas de faire écho à notre ère d’abondance informationnelle… On peut estimer à 120 millions de pages de presse la collection patrimoniale de la BnF, le catalogue général recensant environ 130 000 titres (presse et revues confondues). En 2012, 129 millions de pages étaient déjà numérisées en Europe (The “State of the Art”: A Comparative Analysis of Newspaper Digitization to Date, 2015. https://www.crl.edu/sites/default/files/d6/attachments/events/ICON_Report-State_of_Digitization_final.pdf) []
  8. http://basexapplication.2ftbeuqbi2.eu-central-1.elasticbeanstalk.com/rest/?run=findCaptionedIllustrations.xq&fromDate=1886-01-01&keyword=statue.*liberté. Demander à l’auteur l’accès à l’API. []
  9. De périodicité inférieure au mois. []
  10. Ce point sera abordé par le projet de recherche BnF « Corpus » (2016-2018), qui a pour objectif l’étude des services que peut rendre une bibliothèque en matière de fouille de textes et de données à destination de la recherche. []

Dominique Hollard

hollard_dominiqueLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Dominique Hollard, responsable d’un fonds spécialisé (collections patrimoniales romaines et celtiques) au département des Monnaies, médailles et antiques.

Quel est votre parcours ?

Économiste de formation, j’ai étudié à Paris X Nanterre (1976-1981, spécialité : économie publique et planification), ce qui m’a conduit à m’intéresser à la monnaie, mais pas sous l’angle de l’Histoire ou de l’Archéologie qui sera ensuite le mien. Ayant été incidemment en contact avec des monnaies romaines, j’ai bifurqué en préparant un DEA d’Histoire des techniques à l’EHESS (sur les techniques d’illustration en numismatique au XIXe siècle), complété par des enseignements en archéologie, économie et religion de l’antiquité romaine à l’EPHE (4e et 5e sections). L’opportunité d’étudier un trésor antique du IIIe s. s’étant offerte à moi, cela m’a alors permis d’en présenter, pour publication, le résultat dans une collection spécialisée de la BnF, celle des Trésors monétaires ((http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2012003761_tresors-monetaires)). Le manuscrit fut accepté et on me proposa, en 1984, de travailler pour le Centre d’étude et de publication des Trésors monétaires. Ce fut le début d’un long « stage » ininterrompu d’agent de recherche non-titulaire qui s’acheva fin 2002, par le concours de bibliothécaire d’État dans le cadre de la « Loi Sapin ». J’ai alors pris officiellement la charge du médailler romain (l’un des plus fournis au monde) puis, en 2007, des fonds monétaires celtiques. Entretemps, j’avais publié environ une centaine d’études1, dont une quarantaine portant sur des trésors et dépôts monétaires, principalement pour nourrir les volumes des Trésors monétaires.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Ils sont d’abord liés aux fonds dont j’ai la charge. Les monnayages romains – environ 100 000 exemplaires – et le numéraire celtique : environ 10 000 exemplaires constituant la collection internationale de référence. En numismatique romaine, je me dois d’être « généraliste » vu l’ampleur et la représentativité des fonds de la BnF. Toutefois, étant venu à l’Antiquité par les trésors monétaires découverts en France et la majorité d’entre eux étant datés du IIIe s. après J.-C., c’est naturellement à l’histoire et à la monnaie de cette période troublée que je me suis consacré. J’ai, en particulier, eu la chance de pouvoir, avec un autre chercheur de l’établissement, Daniel Gricourt, contribuer de manière significative à la recherche sur le monnayage des « empereurs gaulois ». On désigne ainsi des généraux gallo-romains qui régirent les provinces occidentales dans les années 260-274, période marquée par l’éclatement de l’Empire, les incursions barbares et les troubles politiques et économiques. Au détour de ces travaux, il a été possible à la fois d’enrichir, de reclasser et de mieux dater les productions officielles mais aussi de mettre en évidence une vaste équipe de faux-monnayeurs, exceptionnelle par la variété et l’ampleur de ses productions, qui a pu depuis être localisée dans l’agglomération antique située à Châteaubleau (Seine-et-Marne).
Dans le domaine gaulois, un examen attentif de l’iconographie – en premier lieu monétaire – des Celtes du continent et de l’île de Bretagne, associée aux sources textuelles médiévales de l’Irlande et du Pays de Galles, permet de reconstituer des pans de la mythologie commune du monde celtique, dont la cohérence peut être vérifiée par des recoupements comparatistes avec les traditions homologues des domaines grec ou indo-iranien. La continuité, par-delà la Conquête césarienne, entre la culture de La Tène finale et la religion gallo-romaine peut aussi être démontrée par la reprise de thématiques proprement gauloises sur les monnaies de nécessité fabriquées par les populations lors de périodes de pénurie de numéraire.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

D’abord le contact avec une documentation multiséculaire. J’ai pu étudier et classer des trésors antiques composés, suivants les cas, de matériaux fort communs (alliages cuivreux) ou précieux (or). Cela n’est pas donné à tout le monde et l’accès direct aux témoins du passé sans la médiation de catalogues est irremplaçable. Il en a découlé la possibilité de publier et de s’inscrire dans des courants de recherche. L’enseignement a ensuite pris le relai, sur la base de l’expérience acquise à la fois par mes travaux personnels mais également par la fréquentation d’un fonds considérable et polyvalent comme celui de la BnF (qui possède par exemple la plus vaste collection de monnaies de la République romaine : plus de 23 000).

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

On doit distinguer les applications « internes » et « externes ». Comme pour n’importe quel chargé de fonds, la recherche portant sur des documents présents dans les collections de l’établissement peut amener à mieux les comprendre et donc mieux les classer. Dans mon cas, mes travaux sur l’Empire gallo-romain (260-274) m’ont conduit à affiner le classement des séries concernées. De même, pour le monnayage celtique, les travaux auxquels je suis associé me permettent de mieux évaluer, par exemple, les manques de notre fonds aussi riche soit-il. Pour ce qui est des applications externes, cela permet de donner une valeur ajoutée à des partenariats avec d’autres institutions et, naturellement, de densifier les échanges avec d’autres chercheurs.
De ce point de vue, notre quotidien est précisément composé d’échanges. Avec nos collègues, avec nos lecteurs qui sont aussi avant tout des chercheurs et viennent consulter nos fonds bibliographiques et numismatiques. Et puis il y a Internet. Les chargés de fonds spécialisés reçoivent très fréquemment des demandes d’information ou d’avis, la plupart informelles mais parfois aussi officielles lorsque, par exemple, des musées sollicitent, pour des acquisitions patrimoniales, notre accord en tant que Grand département de référence. Par ailleurs, les tâches courantes sont faites, comme partout à la BnF,  de plages de service public, de gestion de fonctions transverses et de missions de conservation et de valorisation des fonds avec, depuis quelques années, un accent particulier mis sur la numérisation des collections, particulièrement cruciale en numismatique, la discipline portant sur des ensembles à la fois sériels et composés d’individus généralement discernables.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

Mon père était ingénieur électronicien (l’un des premiers « cybernéticiens ») et, dans mon enfance, mes premières lectures m’ont orienté vers les sciences exactes (astronomie, physique, biologie etc.). L’adolescence, au début des années 70 et dans l’ambiance politique de l’époque, m’a ouvert aux sciences sociales (économie d’abord, mais tout autant sociologie, psychologie, puis anthropologie). Mais je ne me projetais nullement vers l’avenir comme « chercheur », éventuellement comme enseignant car j’ai toujours eu une passion pour la transmission. C’est en travaillant sur les monnaies que je me suis rendu compte des limites des ouvrages et des connaissances et que, par voie de conséquence, j’ai tenté de porter la réflexion quelques pas plus loin à partir des objets concrets que j’avais en main. Je pense que dans mon cas – comme pour beaucoup –, la démarche de recherche a trouvé sa source dans la frustration de ne pas trouver à partir de l’état existant de la discipline les réponses aux questions que me posait ma documentation. Après coup, je me suis rendu compte que cela réveillait en moi de profondes résonances et je me suis efforcé de me forger une méthodologie adaptée à mes besoins.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Le Cabinet des Médailles (le département des Monnaies, médailles et antiques) regorge d’objets précieux et prestigieux, parfois uniques et de renommée mondiale, accumulés par les rois de France, le premier et le second empires puis la République. Choisir parmi ces trésors est toujours discutable, voire absurde. Toutefois, parmi tant de documents exceptionnels pour l’Art et l’Histoire, l’un m’a particulièrement retenu il y a quelques années. Il s’agit d’un multiple d’or de Constantin (306-337) frappé à Ticinum/Pavie en 313-315 (coll. Beistegui 233). Il figure l’empereur à mi-corps en armes au côté du dieu Soleil célébrant, dans la tradition païenne du culte héliaque, leur victoire commune (celle du pont Milvius en octobre 312). Réalisé alors que Constantin s’était récemment – selon des sources écrites – « converti » au christianisme, ce médaillon de distribution montre à la fois que les monnaies sont des sources historiques infalsifiables et de première main et que la rupture entre paganisme et christianisme fut, dans le cas du premier empereur chrétien, exagérée par une illusion rétrospective.

Multiple de 9 solidi de Constantin, Ticinum (313)
Multiple de 9 solidi de Constantin, Ticinum (313)

Quelles sont vos plus belles réussites ?

« Réussite » est un terme inadapté. À mes yeux, les résultats les plus intéressants sont ceux qui surprennent et réorientent la réflexion loin des idées reçues. J’ai ainsi, au début de mes travaux, pu montrer à partir d’une fastidieuse compilation de données, que la « crise monétaire » du IIIe siècle (qui a aussi été une crise économique, sociale, politique et militaire…) avait emprunté une voie restée jusqu’alors incomprise. Entre les années 240 et 275, la production monétaire s’accéléra alors que la qualité des espèces se dégradait : un symptôme classique d’inflation. Il était admis que la hausse vertigineuse du nombre de monnaies frappées devait compenser la moindre qualité de chacune et qu’un stock stable de métal précieux (argent) avait ainsi été recyclé. Il n’en est rien : en quarante ans, plus de 90 % du stock monétaire d’argent-métal a fui sans retour hors de la circulation monétaire, le plus souvent thésaurisé. Ce fait, surprenant pour beaucoup, explique et conditionne les réformes monétaires des décennies suivantes : Aurélien en 274 puis Dioclétien en 294. Il permet aussi de comprendre pourquoi la monnaie d’argent ne put jamais retrouver au IVe et Ve siècles le rôle central qu’elle joua sous la République et les premiers siècles de l’Empire.
Plus récemment, dans le domaine celtique, nous avons, avec mon collègue Daniel Gricourt, pu montrer en croisant des images celtiques, gallo-romaines grecques et indiennes, des textes gréco-romains mais aussi irlandais et gallois, que le dieu gaulois Cernunnos, célèbre pour sa ramure cervine, était l’homologue celte du Dionysos grec et du Śiva indien. Cette correspondance, acceptée par d’éminents comparatistes, éclaire d’un jour nouveau la religion préhistorique commune des peuples indo-européens, dispersés par la suite de l’extrême occident au sous-continent indien.
Enfin, comme gestionnaire de fonds, je m’estime heureux d’avoir pu effectuer certaines acquisitions patrimoniales qui ont enrichi les collections nationales, tels des outillages monétaires gaulois : rarissimes coins et poinçons et, surtout, un unique et spectaculaire moule en bronze pour couler des monnaies en alliage plombeux.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Des capacités complémentaires. En premier lieu, celle d’approfondir méthodiquement et sans relâche les voies qu’il s’est tracées. Mais il est tout aussi important de savoir changer régulièrement d’angle d’approche, en remettant en cause les hypothèses que l’on a précédemment échafaudées. Une autre disposition essentielle est la capacité de dialoguer avec d’autres chercheurs qui n’ont pas nécessairement les mêmes démarches ou centres d’intérêt que vous. Cela permet une fécondation inconsciente mutuelle qui élargit la créativité et facilite la remise en cause des routines mentales dans lesquelles on enferme trop souvent son raisonnement. Si j’ai parfois eu personnellement des intuitions qui se sont ensuite avérées pertinentes, je n’ai pu les développer au mieux dans toutes leurs dimensions qu’en collaboration avec d’autres.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Mon intérêt depuis l’enfance pour la cosmologie devrait me faire choisir la relativité d’Einstein ou la physique quantique, dont notre siècle et les suivants porteront profondément la marque. Mais mon goût pour le dévoilement des choses cachées m’incline toujours vers les déchiffreurs d’écritures ou de langues. L’Abbé Barthélémy, garde du Cabinet des Médailles (l’alphabet palmyrénien), Jean-François Champollion (les hiéroglyphes), Michael Ventris (le linéaire B crétois) et, récemment, David Stuart (l’écriture maya) sont pour moi de merveilleux passeurs qui nous donnent accès à l’univers mental et aux émotions d’hommes disparus depuis longtemps. Ils élargissent ainsi notre perception de notre commune humanité. Des anthropologues, linguistes et mythologues comme Claude Lévi-Strauss ou Georges Dumézil remplissent à mes yeux la même précieuse mission.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Dans mon cas il fut déterminant à plusieurs reprises. J’ai croisé quasiment par hasard un trésor monétaire de petites monnaies de billon (alliage de cuivre et d’argent) du IIIe siècle dont le propriétaire, s’expatriant durablement outremer, ne pouvait assurer l’étude qu’il souhaitait. Il me confia ce dossier et je pus rapidement constater que le dépôt comprenait un lot cohérent de « fausses monnaies » d’époque rappelant le style d’un mystérieux atelier non-officiel (dit « atelier II »), repéré dès 1966 mais non-localisé, qui avait produit une masse de grands bronzes illicites (« doubles sesterces ») de l’empereur Postume (260-269). Sur la base de cette connexion, je pris contact avec le spécialiste de ces séries, qui allait d’ailleurs devenir mon collègue au Centre d’études des Trésors monétaires, et il apparut que nos documentations étaient complémentaires et devaient dès lors être étudiées ensemble. Peu après, un jeune archéologue travaillant en Seine-et-Marne, sur un site (Châteaubleau) où de tels bronzes étaient (comme en bien d’autres lieux) régulièrement découverts, nous contacta pour l’aider à classer ses exemplaires. Au fil des années, il est apparu peu à peu, au fil des fouilles archéologiques, que ce vicus antique avait abrité simultanément trois officines de faux-monnayeurs, à l’origine en définitive de ces nombreux grands bronzes et piécettes de billon. Parmi mille localisations possibles en Gaule du nord, c’est cette agglomération gallo-romaine qui est ainsi « venue à nous », sans que nous ayons à la chercher !
Et ce n’est pas tout. Quelques monnaies des mêmes faussaires, au lieu de copier les modèles impériaux officiels, portent des scènes inattendues : des divinités et des éléments mythologiques procédant clairement d’un héritage gaulois. Le caractère encore très indigène de cette communauté, plusieurs siècles après César, a d’ailleurs été confirmée par la découverte à Châteaubleau d’une longue inscription gauloise sur une tuile datant de la même période. L’étude de telles images monétaires a alors ouvert un nouveau chapitre de recherche, en histoire des religions cette fois-ci. La mise en parallèle des scènes gauloises et gallo-romaines avec les sources mythologiques conservées par l’Irlande et le Pays de Galles ont permis de démontrer que l’iconographie continentale illustre les mythes insulaires et que ces derniers expliquent, en retour, des images restées jusqu’alors mystérieuses. Ce domaine d’étude est aujourd’hui en pleine expansion et de nouvelles correspondances sont régulièrement mises en évidence.

  1. NLDR : cf. la bibliographie commentée de Dominique Hollard, http://www.archeophile.com/rw-bibliographie-hollard.htm et sa page personnelle : http://production-scientifique.bnf.fr/CV/hollard-dominique []

Métier d’art : les restaurateurs de la BnF : redonner vie au patrimoine

Garants d’un savoir-faire traditionnel, les restaurateurs de la Bibliothèque nationale de France assurent avec passion la préservation des collections de l’établissement. Ils analysent l’état des œuvres, identifient les altérations puis déterminent, en concertation avec les conservateurs, les traitements appropriés qu’ils effectuent selon les techniques et matériaux d’origine.

Un savoir-faire scientifique assorti d’une sensibilité artistique

Après avoir décrit les dégradations et évalué les différentes solutions techniques envisageables, les restaurateurs réalisent avec patience et minutie une maintenance, une consolidation ou une restauration. Ces diverses interventions correspondent à des traitements qui vont des plus légers (comme le gommage) aux plus techniques (greffes de pièces pour réparer des déchirures de couvrure cuir d’ouvrage ancien), et nécessitent indifféremment quelques heures ou plusieurs semaines de travail méticuleux. À la suite du dépoussiérage d’une pièce, les restaurateurs démontent, consolident le support ou comblent les lacunes avec du papier japon ou un papier similaire à celui d’origine. Selon le résultat souhaité, il est réalisé une restauration décelable mais volontairement ressemblante au support, ou une plus visible mais identifiable et datée. La restauration est ensuite documentée dans un rapport de traitement qui détaille les produits et techniques utilisés.

(c) Guillaume Murat T: +33 6 09 86 37 97 guillaumemurat@gmail.com www.guillaumemurat.com
Patrick Lamotte, chef de travaux d’art au département des Estampes et de la Photographie nettoie une épreuve sur papier albuminée de Durandelle représentant la salle Labrouste en 1866.
(c) Guillaume Murat/BnF

Une organisation entre polyvalence et spécialité

Regroupés en quatorze ateliers répartis sur six sites1, les restaurateurs de la BnF sont rattachés soit à la direction des Services et réseaux (DSR), soit à la direction des Collections (DCO). Les sept ateliers du département de la Conservation (DSR) réalisent de façon polyvalente les restaurations des documents reliés ou en feuilles, manuscrits ou imprimés et des reliures prestigieuses ou courantes. Toutefois chaque restaurateur a son expertise particulière et le chef d’atelier répartit le travail en fonction des compétences de chacun et des calendriers. Compte tenu de leur proximité avec les collections, les sept ateliers des départements de collections développent des spécificités liées aux types de documents (estampes, cartes, plans et objets pour l’atelier du département des Monnaies, médailles et antiques). Depuis plusieurs années, des magasiniers volontaires, formés et accompagnés par des restaurateurs, réalisent certaines petites réparations ou maintenances.

Maria d'Ajuda Santana, restauratrice au département de la Musique nettoie et replace les échantillons de tissus agrafés sur les 21 dessins des maquettes des costumes conçus en 1916 pour l’opéra Madame Sans-Gêne des collections de la Bibliothèque-musée de l’opéra. 
(c) Guillaume Murat/BnF
Maria d’Ajuda Santana, restauratrice au département de la Musique nettoie et replace les échantillons de tissus agrafés sur les 21 dessins des maquettes des costumes conçus en 1916 pour l’opéra Madame Sans-Gêne des collections de la Bibliothèque-musée de l’Opéra. 
(c) Guillaume Murat/BnF

Des restaurations préventives ou curatives

La sélection des documents à restaurer répond à des critères de prévention ou de sauvegarde. Dans la majorité des cas, les restaurateurs suivent le programme annuel de conservation réalisé et coordonné par le département de la Conservation. Celui-ci est établi à partir des besoins transmis par les chefs de service conservation et les responsables conservation des départements de collections concernés. Mais parfois, certaines restaurations curatives – dues à un mauvais conditionnement, un environnement néfaste ou détectées lors d’une communication auprès d’un lecteur – ne sont pas prévisibles et nécessitent alors l’intervention rapide des restaurateurs. Ces derniers s’emploient aussi, avant les campagnes de numérisation, à préparer les fonds afin d’obtenir une meilleure ouvrabilité. Pour les expositions BnF ou hors les murs, ils restaurent les œuvres avant leur présentation et réalisent parfois des systèmes de transport ou de présentation ingénieux, comme les climabox2 pour les portulans. Quel que soit le travail à réaliser, c’est dans le plus grand respect des pièces à traiter que les restaurateurs l’accomplissent.

Christophe Ternant, chef de l'atelier Restauration du service technique du département de la Conservation et Anne-Claire Nault, son adjointe, réencollent une affiche du XIXe siècle. 
(c) Guillaume Murat/BnF
Christophe Ternant, chef de l’atelier Restauration du service technique du département de la Conservation et Anne-Claire Nault, son adjointe, réencollent une affiche du XIXe siècle. 
(c) Guillaume Murat/BnF

Définitions

  • Couvrure : Matière de recouvrement d’un ouvrage préalablement encollé sur les plats et le dos de la couverture d’un livre.
  • Papier japon : Papier de différents grammages utilisés pour consolider, créer des pièces manquantes, doubler des documents en papier, comme des fuseaux de globes par exemple.
Jacques Sicre, chef d'atelier au service Restauration du département de la Conservation, humidifie à la vapeur pour la remise à plat des feuillets froissés du manuscrit de saint Thomas d’Aquin de 1486 des Reliures aragonaises des rois de Naples. (c) Guillaume Murat/BnF
Jacques Sicre, chef d’atelier au service Restauration du département de la Conservation, humidifie à la vapeur pour la remise à plat des feuillets froissés du manuscrit de saint Thomas d’Aquin de 1486 des Reliures aragonaises des rois de Naples. (c) Guillaume Murat/BnF

Interview d’Isabelle Bonnard, Experte en restauration, département de la Conservation

« S’adapter aux méthodes de conservation actuelle »

(c) Guillaume Murat T: +33 6 09 86 37 97 guillaumemurat@gmail.com www.guillaumemurat.com
Isabelle Bonnard. (c) Guillaume Murat/BnF

La formation des restaurateurs et la transmission de leur savoir-faire sont primordiales pour la conservation du patrimoine dont la BnF a la charge. L’objectif des projets, menés en collaboration avec les ateliers, est de conserver le savoir-faire historique de ce métier d’art tout en s’adaptant à l’évolution croissante des restaurations demandées et aux méthodes de conservation actuelle. Ainsi en 2015, les restaurateurs de l’atelier du service Technique ont été formés au traitement des manuscrits à encres ferrogalliques. De même, une filière de consolidation d’ouvrages du département des Manuscrits a été mise en place sur le site de Sablé-sur-Sarthe. L’enjeu actuel pour la Bibliothèque est d’équilibrer au mieux les besoins massifs en traitements rapides de consolidation et la nécessité de restaurer des ouvrages plus en profondeur.

Anne-Florine Gimbert et Isabelle Jullien-Chazal

  1. Hors Maison Jean-Vilar, bibliothèque sise à Avignon rattachée au département des Arts du spectacle de la BnF, url : <http://maisonjeanvilar.org/> []
  2. Boîtes conçues pour garantir un niveau d’humidité constant au document grâce à du silicagel (pour l’humidité) et du charbon actif (pour l’acidité). []

Publication des schémas XML-TEI du projet Reliures (reliures.bnf.fr)

mois_de_marie_compose_le_pelle_btv1b55007376tLa Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France1 publie une nouvelle version des schémas de définition XML-TEI et personnalisations ODD qui encadrent le corpus Reliures BnF (reliures.bnf.fr). Ces documents sont disponibles sur le site : bibnum.bnf.fr/reliure

Pour mémoire, le projet d’encodage (reliures.bnf.fr/projet) a pour ambition de répondre aux enjeux très spécifiques de la description des reliures anciennes, modernes et même contemporaines, en s’attachant aussi bien à décrire les objets eux-mêmes (techniques, ornements), qu’à renseigner le contexte de leur création et écrire leur histoire en y incluant les données relatives aux ateliers, aux commanditaires et aux possesseurs.

L’objectif de cette mise à jour est de parachever le travail de documentation entamé en 2010 par Anna Markova et Florence Clavaud (dans le cadre d’un Master de l’École nationale des Chartes). Il s’agit donc ici de proposer une description entièrement revue, actualisée et cohérente des usages qui se sont établis au fil des ans et de l’évolution du corpus encodé. Les choix techniques et intellectuels qui ont été faits sont documentés par des définitions précises et un référentiel enrichi, illustrés d’exemples concrets.

La Bibliothèque nationale de France propose également à la communauté un manuel d’encodage afin qu’elle y trouve matière à réflexion dans le paysage actuel des humanités numériques ou matière à débat quant aux solutions proposées et retenues pour la description des reliures.

La publication est organisée de la manière suivante :

  1. Manuel d’encodage, avec une section recensant l’ensemble des balises utilisées (à l’image des Guidelines TEI) ;
  2. Personnalisation ODD et schémas liés, en quatre sections distinctes : notices reliures, notices personnes, notices collectivités et références bibliographiques ;
  3. Deux exemples de notices reliure en XML-TEI pour illustrer la minutie du travail d’encodage effectué dans le cadre du projet.

schemateiL’ensemble de cette documentation est téléchargeable et réutilisable sous réserve de mentionner la paternité de l’information et de citer explicitement le nom de la Bibliothèque nationale de France (Licence Ouverte).

La Bibliothèque nationale de France remercie l’Equipex Biblissima, dont la contribution a permis de mener à bien et à son terme cet important travail de mise à jour et de mise à disposition de la description du format lié au projet Reliures BnF.

La Bibliothèque nationale de France invite la communauté des digital humanists et des bibliothécaires souhaitant décrire des corpus de reliures à prendre connaissance de la publication sur bibnum.bnf.fr ainsi qu’à consulter les dernières mises à jour de la base reliures.bnf.fr

  1. Fabienne Le Bars, BnF, Direction des Collections, Réserve des livres rares, Responsable de la base Reliures et Lauranne Bertrand, BnF, DCO, Réserve des livres rares / Biblissima, Responsable développement de la base Reliures []

Parution : Kierkegaard en France : incidences et résonances

kierkegaard_couv_webDéployant une pensée singulière dont l’empreinte en France, tout aussi tardive que discrète, n’en a pas moins été décisive quand elle n’a pas été source de malentendus, l’œuvre de Søren Kierkegaard continue d’interroger si l’on en juge par les occurrences recensées dans les bases de données de dépouillement d’articles comme le Philosopher’s Index et les bibliographies telle l’International Philosophical Bibliography (IPB) ou le nombre de thèses en préparation1.

La Bibliothèque nationale de France contribue à ce mouvement en publiant des études basées sur les textes du colloque « Incidences et Résonances », organisé en 2013 avec la Société Søren Kierkegaard pour célébrer le bicentenaire de l’auteur, sous l’angle de sa réception francophone.

Philosophe et théologien, penseur du christianisme et lecteur critique de Hegel, le danois Søren Kierkegaard propose une saisie neuve de l’être chrétien, toute entière tendue vers un but : prendre la mesure de la relation de l’individu singulier avec l’Infini. Poète et dialectitien, le penseur use habilement à cet effet de tous les tons et de tous les genres littéraires, laisse la parole à ses différents pseudonymes qui expriment chacun une position singulière à l’égard de l’existence, de l’éthique, de la foi, de Dieu.

Les études rassemblées sous la direction de Florian Forestier, Jacques Message et Anna Svenbro, s’efforcent, au-delà de l’hommage du colloque de 2013, de retrouver l’originalité d’une œuvre qui fut toujours particulièrement soucieuse de sa réception, et qui repose sur certain rapport vivant qu’elle construit avec le lecteur. Ces diverses approches dégagent progressivement les traits d’un philosophe qui, plus tôt et mieux que quiconque, comprit les maux qu’annonçait son époque : déferlante des irrationalismes, impuissance de la médiation et lente dérive d’un monde sans ancrage. Or, plus d’un siècle et demi après sa mort, Kierkegaard est plus que jamais notre contemporain.

Informations pratiques

Description : broché, 224 pages, 15 x 23 cm
Date de parution : 10 novembre 2016
ISBN/EAN : 978-2-7177-2720-3 / 9782717727203
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF

  1. 16 thèses en préparation à la date de consultation du moteur de recherche des thèses de doctorat françaises, le site theses.fr []

Giang Huong Nguyen

fullsizerender4Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Giang Huong Nguyen, Chargée de Collections en Langue et Littérature d’Asie du Sud-Est au département Littérature et art.

Quel est votre parcours ?

Après mes études en Français Langue Étrangère (FLE) à L’École nationale de Hanoi, j’ai obtenu en 2006 une bourse de pensionnaire scientifique international de l’École Normale Supérieure de Lyon. J’y ai poursuivi mes études de master en Littérature comparée et francophonie pendant deux ans. Je suis ensuite retournée au Vietnam pour un poste de chercheur en littérature comparée à l’Académie des Sciences Sociales du Vietnam. En parallèle à ce travail, je collaborais avec des éditeurs et des revues pour traduire des textes littéraires, des romans du français et de l’anglais en vietnamien et inversement.

Ces activités m’ont amené à approfondir le domaine de la francophonie au Vietnam et plus spécifiquement les apports de la littérature française à la littérature vietnamienne. En 2010, j’ai décidé de m’inscrire en doctorat à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense pour un sujet de thèse : La poétique du sujet multiculturel dans le roman vietnamien francophone de l’époque coloniale dans la première moitié du XXe siècle, que j’ai soutenue en janvier 2015.

Je travaille à la Bibliothèque nationale de France depuis mai 2011 comme chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est (Vietnam, Laos, Cambodge). Les collections de la langue vietnamienne occupent une place particulièrement importante au sein du Service des Littératures du Monde. Elles témoignent des débuts de l’Imprimé au Vietnam ainsi que de la naissance de plusieurs domaines scientifiques et culturels au moment où l’Asie commençait à s’ouvrir vers l’Europe.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

La naissance du roman vietnamien à la fin du XIXe siècle et les influences françaises. La littérature francophone vietnamienne du XXe siècle et d’aujourd’hui, étude comparatiste avec les littératures francophones africaines. Le fonds d’archives et les manuscrits de l’écrivain d’origine vietnamienne Pham Van Ky. La traduction en vietnamien de Sodome et Gomorrhe, et celle d’Albertine disparue de Marcel Proust.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Le poste de chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est, au sein du département Littérature et Art m’a offert l’occasion de connaître et d’approfondir un fonds documentaire très riches des littératures du Vietnam, du Laos et du Cambodge. Les missions liées à ce poste me permettent d’acquérir des compétences de gestion et d’organisation de la bibliothèque et surtout, de développer mon sens de la communication en assurant régulièrement le service public dans les salles de lectures.

Par ailleurs, la soutenance de ma thèse le 6 janvier 2015 a donné lieu à un débat passionnant avec les membres de mon jury. Cette soutenance m’a ouvert des opportunités pour prolonger le sujet de recherche que j’ai mené lors de mon doctorat, notamment de présenter aux chercheurs de l’équipe ITEM-CNRS mon projet d’explorer le fonds d’archives de l’écrivain Pham Van Ky, conservé aujourd’hui au Département des Arts du Spectacle de la BnF1. Ce fonds contient des tapuscrits inédits de cet écrivain : romans, théâtre, poésie, essais. Pham Van Ky a eu du succès de son vivant, a notamment eu le Grand Prix du roman de l’Académie française en 1961 avec son roman Perdre la demeure. Malheureusement, aujourd’hui, il est tombé dans l’oubli.

Récemment, j’ai obtenu le Prix Jeunesse de la Francophonie 35<352. Le voyage en Côte d’Ivoire pour la remise du prix a été pour moi une expérience formidable. Les 35 lauréats de ce prix ont été sélectionnés parmi plus de 200 candidatures dans tout l’espace francophone pour leur projet en matière d’innovation. Je suis fière d’être parmi eux pour mon travail de valorisation du fonds Pham Van Ky décrit ci-dessus. Cette occasion m’a permis de rencontrer des chercheurs étrangers ainsi que des jeunes innovateurs dans d’autres domaines que la bibliothéconomie. Ces contacts m’ont donné une vision plus complète sur la francophonie dont le Vietnam contribue activement à la promotion.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Ce quotidien est caractérisé par une diversité des activités, entre la veille documentaire, l’acquisition, le catalogage et la valorisation des collections sur différentes voies de publication. Être en contact avec les lecteurs en banque de salles et à distance est aussi une partie enrichissante de ma fonction. Le travail de chercheur m’aide d’abord à comprendre les besoins ainsi que les difficultés des lecteurs venant étudier à la BnF, puis à répondre à leurs questions afin de mieux les guider dans leur quête documentaire. Par ailleurs, mes expériences dans la recherche favorisent la tâche de valorisation qui est souvent bien plus prenante que l’on peut l’imaginer. Il s’agit par exemple de rédiger des articles ou des ouvrages de qualité scientifique sur différents auteurs ou sur un certain corpus documentaire, d’organiser des rencontres, des tables rondes, des colloques, ou de participer à des chantiers, comme l’élaboration en cours du portail numérique France-Vietnam.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

C’était peut-être en dernière année de ma maîtrise en Français Langue Etrangère (FLE) au Vietnam. Pour l’obtention du diplôme de fin d’étude, il fallait choisir un sujet de mémoire en linguistique, en didactique ou en littérature française. J’ai alors choisi de faire un mémoire en littérature française, en prenant A la recherche du temps perdu de Marcel Proust comme objet d’étude. En effet, j’ai été toujours attirée par la lecture des textes littéraires durant mon enfance. L’apprentissage de la langue française a été pour moi une porte ouverte vers d’innombrables œuvres qui n’avaient pas de traduction en vietnamien. Lorsque j’atteignais un niveau de français suffisant pour accéder à La recherche, le style de Proust m’émerveillait. Aujourd’hui, j’approfondis toujours le texte proustien avec l’ambition de le traduire en vietnamien – ce travail est en cours – tout en élargissant mon champ de recherche aux échanges culturels et littéraires franco-vietnamiens.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

La richesse des collections dans tous les supports (papiers, monnaies, objets et décors de théâtre, support multimédia, etc.) et sa vaste couverture dans le temps et dans l’espace géographique. Le rôle pionnier de la BnF dans la gestion des métadonnées, dans la numérisation et dans le partage des documents numériques à l’échelle internationale.

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

L’écriture et la lecture, la peinture, la cuisine vietnamienne et la pâtisserie française, le bricolage. J’aime aussi voyager pour découvrir de nouvelles cultures et de nouveaux amis provenant de tous les coins du monde.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je crois que mes plus belles réussites m’attendent car le temps et les rencontres au travail et en dehors de celui-ci me font évoluer chaque jour.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Une grande curiosité, la persévérance, la rigueur, l’ouverture d’esprit, le sens du partage et la capacité à travailler en équipe.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer l’histoire de l’humanité ?

L’écriture qui permet à l’homme de communiquer d’une génération à une autre, de transcrire l’Histoire. Les systèmes d’écriture façonnent le raisonnement et l’imaginaire de l’être humain. Comme Pham Van Ky s’exprime à propos des idéogrammes d’Extrême-Orient :

Et même chez le jeune écolier qui ânonnait ses premiers caractères, la calligraphie primait sur le son. Elle lui proposait déjà un effort de dépassement, car elle ne cerne pas ce qui aboutit à des limitations et ce qu’elle éconduit avec urbanité : le regard furtif, éphémère, l’ombre instable – que la peinture elle-même bannit -, le phénomène et l’illusion. Elle va tout droit à l’être décanté, désincarné, essentiel, elle liquide la tension de tout ce qui vit et palpite, elle représente une sorte de demi-bouddhisme qui dénonce les futilités mortelles. Mais, ne niant pas la figure contrairement au bouddhisme primitif, elle confère validité et pérennité à la figure par excellence qu’est l’Idéogramme, elle en fait un archétype élucidé à vue, parfait, exemplaire. Et de même que l’Eglise romaine, lieu reconnaissable où se montre la grâce, forme le corps vivant du Christ, l’Extrême-Orient tout entier forme le corps vivant de son écriture.

Le pouvoir de l’écriture. » (Des Femmes assises ça et là, 1964, p. 25)

Aussi les autres systèmes d’écriture influencent d’une autre manière ceux qui les utilisent.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Je rebondis sur ma réponse faite à propos de mes plus belles réussites pour dire que le hasard, si on le définit comme opportunités, rencontres ou chance, joue un rôle crucial dans la carrière et dans la vie en général.

Enregistrer

  1. « Fonds Pham Van Ky (théâtre, littérature) » : instrument de recherche consultable dans le catalogue BnF Archives et manuscrits de la BnF, url : <http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc101230j> []
  2. NDLR : Giang Huong Nguyen a remporté le 3e prix dans la catégorie « Coup de coeur du Jury » du Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35, url : <http://www.francophonie3535.com/> et <https://www.facebook.com/Francophonie3535/posts/1200389440018944>. []

Conserver les traces, enregistrer les luttes : les mémoires de Lionel Soukaz

Lionel Soukaz est un réalisateur français qui oscille entre le cinéma que l’on qualifie par défaut de militant et le cinéma dit expérimental1, peu connu du grand public, mais dont l’oeuvre peut être considérée comme pionnière, eu égard de ses qualités esthétiques, de sa dimension historique et de son volume. Très actif dans les années 70, son cinéma accompagne les mouvements d’émancipation, notamment ceux de la communauté homosexuelle, puis s’éteint, à la fin des “années d’hiver”2, alors que le Sida fait les ravages que l’on connaît. Au début de la décennie 90, Lionel Soukaz se met à la vidéo, format peu coûteux alors en plein essor, et entame un journal-vidéo, qui compte aujourd’hui plus de 2000 heures. Son travail est redécouvert au début des années 2000 par Nicole Brenez qui programme Ixe, son film le plus outrageant à la Cinémathèque française lors de la rétrospective Jeune, dure et pure !.

Jusqu’en 2013, la recherche s’était relativement peu penché sur le travail de Lionel Soukaz, et hormis quelques articles notables et quelques mémoires, il n’y a pas eu de travaux conséquents sur son oeuvre3. En 2013, le Colloque “Eros Militant” organisé par l’Université Paris-8 de Saint-Denis, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, un an après le début de mon travail de thèse et alors que je n’étais pas encore chercheur associé à la BnF, permît de dresser un état des lieux de la recherche sur cet auteur, d’évaluer l’ampleur du travail encore à accomplir et de rencontrer des perspectives et des problématiques stimulantes4.

Au même moment, Lionel Soukaz déposait à la BnF une partie de son journal-vidéo, Le Journal Annales. Un important chantier a été entamé par Stéphane Gérard : l’indexation et le catalogage de ce fonds vidéographiques afin de le rendre accessible aux chercheurs.

Mémoire, indépendance et politique

Ma thèse s’intitule “Témoigner, émanciper : le cinéma de Lionel Soukaz”. Un titre volontairement large, qui met l’accent sur deux aspects essentiels du sujet : d’une part, une conscience forte des capacités du cinéma à pouvoir construire – ou du moins participer à la construction – une Histoire pour les “sans-histoire”, c’est-à-dire pour les marginaux, les invisibles et les minorités dont l’histoire est écrite et raconter par les dominants. Tout au long de sa carrière, Lionel Soukaz s’est placé aux côtés de ces populations oppressées, avec pour exemple tutélaire, Jean Genet, lui-même pionnier dans le cinéma homosexuel5. De fait, les films de Lionel Soukaz font souvent office de documents historiques, à l’image de La Marche gaie, où, aux côtés de son ami Guy Hocquenghem, il participe à la première marche des homosexuels à Washington, le 14 octobre 1979. D’autre part, Lionel Soukaz fait preuve d’une volonté constante de s’émanciper, c’est-à-dire de se libérer des carcans moraux et des oppressions de tout type, tant économiques que politiques. Aussi pratique-t-il ce que l’on appelle un cinéma “pauvre”6, non par ses qualités artistiques, mais dans ses moyens de production, ce qui à la fois relève de revendications politiques – ne pas dépendre d’un producteur, du système industriel commercial dominant – et a des conséquences esthétiques (qualité de l’image de caméra type Super-8, expérimentations visuelles radicales…).

La recherche s’organise donc autour du fonds vidéographique déposé à la BnF, qui recouvre la production de Lionel Soukaz entre 1991 et 2000, et de deux autres fonds. Le premier est un fonds que nous dirons “numérique” : avec l’avènement d’internet et des outils numériques, Lionel Soukaz a modifié sa pratique de diffusion, autrefois orientée exclusivement vers les festivals et les projections spéciales, pour occuper un espace nouveau au public plus incertain, plus diversifié et qui peut tomber de façon aléatoire sur les travaux du réalisateur. Lionel Soukaz a une pratique intensive d’internet, que ce soit comme source d’inspiration (La Prison de Reines), comme matériau principal (www.webcam), ou comme plateforme de diffusion. En effet, qu’il s’agisse des réseaux sociaux (Facebook) ou des plateformes de partage en ligne comme YouTube et surtout Dailymotion, le cinéaste y trouve un moyen nouveau pour diffuser son oeuvre. Il est donc intéressant de se pencher sur les usages des outils numériques de partage de donnés, et de constater que, loin d’offrir une liberté totale, le net impose de “composer” avec ses propres limites et ses propres systèmes de censure.

Le dernier fonds est composé de documents papiers et de documents iconographiques de différents types (photographies, dessins, peintures). Il est le fruit d’un travail minutieux d’archivage de documents en lien avec les réalisations de Lionel Soukaz, mais aussi avec les festivals et les différentes manifestations organisées ou auxquelles il a participé durant plus de 40 ans. Ce fonds est très hétérogène, ce qui nécessite un travail d’indexation puis de réorganisation, afin de clarifier son ordonnancement et de rendre lisible sa composition. Les documents en présence renseignent beaucoup sur la période 1970-1980, notamment sur la conception des films et sur leur réception. Il est composé de très nombreux programmes de festivals et de document plus personnels (facture, photos de vacances ou de famille). Par ailleurs, de nombreux éléments s’y retrouvent en plusieurs exemplaires, originaux et photocopies. Un tri est donc nécessaire afin de discriminer ce qui doit véritablement constituer le fonds, en fonction de la valeur historique mais aussi de la valeur personnelle des documents.

Ces trois fonds ont de multiples intérêts : le fonds de documents papier renseigne à la fois sur la période “Super-8” de Lionel Soukaz et sur les périodes les plus récentes (jusqu’à aujourd’hui), permettant de saisir l’évolution d’une pratique cinématographique sur le temps long sans perdre de vue l’importance des conjonctures spécifiques dans lesquels elle prend place. Conjointement, les trois fonds mettent en avant l’histoire de la communauté homosexuelle d’avant la dépénalisation jusqu’à nos jours. Un axe spécifique peut être dégagé quant à la lutte contre le Sida, la façon dont elle s’est structurée au sein de la communauté homosexuelle, comment elle s’est déployée, mais aussi quant à la façon dont on vivait avec le Sida dans les années 1990. Un autre axe plus spécifique pourrait être celui du “cercle” Soukazien. Le cinéaste est à la fois une force centrifuge et une force centripète, attirant à lui de nombreuses personnalités et circulant à son tour autour d’autres, dessinant ainsi une “constellation”, à l’image de celle qui entourait l’un de ses proches amis, Guy Hocquenghem7. Plus largement, les fonds peuvent être des sources particulièrement pertinentes pour quiconque travaillerait sur les luttes sociales en France dans la deuxième partie du XXe siècle, et plus particulièrement sur les luttes des minorités ou pour des chercheurs travaillant sur le journal filmé et les formes autoréférentielles.

Mon travail de thèse consiste donc à recouper ces différents fonds et à en proposer une analyse historique et esthétique : comment l’auteur construit une démarche mémorielle afin de construire une histoire alternative, celle d’une frange spécifique d’une communauté, à différents moments du XXe siècle ? Comment se situe-t-il également dans l’espace politique, à la fois partie-prenante de l’action militante et en même temps à l’écart de toute structure partisane ? Enfin, comment construit-il une identité visuelle qui témoigne de ces deux aspects spécifiques de son travail ? En somme, qu’est-ce qui les cimente ?

De l’archive à la vidéo : rendre le Journal visible

La mission qui avait été proposée dans le cadre du contrat de chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France, était de préparer le dépôt d’un futur fonds, à savoir celui des archives papiers. L’idée était d’en faire l’inventaire exhaustif afin, voire de créer les fiches de chaque document en vue d’un dépôt à moyen terme. Cette proposition allait dans le sens de la volonté du cinéaste, de protéger et de préserver ces ressources tout en se libérant du poids de leur conservation. Mais cela posait aussi un autre problème, celui de la disponibilité des documents pour Lionel Soukaz, certains éléments étant rares ou dotés d’une forte charge émotionnelle. L’exposition consacrée aux archives de Lionel Soukaz lors du colloque « Eros Militant » en 2013 fut une bonne occasion de se rendre compte de la richesse du fonds et d’entamer un inventaire. Las, organisée dans la hâte, il fut impossible de pratiquer un recensement des biens en présence. Les documents furent brièvement triés et classés par période ou par grande thématique (par film par exemple, par festival ou par personnalité). L’empressement du montage puis du démontage ne permît pas de travailler sereinement sur les documents et à peine plus de 150 documents purent être inventoriés.

Par la suite, les documents restants furent durant une longue période, indisponibles à la consultation. L’accès n’étant plus possible, il n’était alors plus question de procéder à un traitement préalable permettant la constitution du fonds. Avec Alain Carou, responsable du service Image, nous décidâmes de réorienter la mission vers un catalogage actif du fonds vidéographique déposé à la BnF.

De quoi est donc composé ce fonds ? Il se compose de cassettes au format Vidéo 8 ou Hi8. Il y a précisément, pour le moment, 470 Vidéo 8 et 171 Hi8, couvrant la période du 6 avril 1991 au 20 janvier 2001. Cela représente plusieurs centaines d’heures, les cassettes pouvant durer jusqu’à 3 heures pour certaines d’entre-elles. Le travail a été initié par Stéphane Gérard, qui a collaboré étroitement avec Lionel Soukaz afin de déterminer, préalablement les détails du contrat et la visibilité des cassettes. En effet, nous ne pouvons travailler sur l’ensemble des 641 cassettes déposées car certaines sont classées comme étant “Privé”, et ne peuvent être visionnées. Par ailleurs, lorsque nous travaillons à l’inventaire des cassettes qui ne sont pas préalablement jugée comme relevant du “Privé” – c’est-à-dire lors que nous en décrivons le contenu – nous devons estimer, en fonction de critères fournis par l’auteur (présence de certains proches, moments d’intimité douloureux…), si la cassette sera ou non accessible au public.

Méthodologie

L’inventaire du fonds et son catalogage se font le plus simplement du monde : afin de décrire au mieux les contenus de chaque cassette, il faut les visionner dans leur intégralité. C’est le seul moyen que nous ayons également pour savoir comment les discriminer entre “privé” et “public”. En effet, une même cassette ne correspond pas forcément à une date fixe, elle peut couvrir une semaine entière de journal. Aussi, dans cette cassette, l’on peut trouver tout à la fois, une manifestation publique (prenons, par exemple, un festival consacré aux films sur le Sida), de la veille télévisuelle (Lionel Soukaz filmait chaque émission ou reportage de télévision en lien avec les homosexuels ou le Sida) et un moment d’intimité avec un proche.

La question qui s’est posé à nous, face à la masse importante de vidéo à traiter, fut de savoir par où commencer. Une progression chronologique semblait tout indiquée, mais il était évident qu’il fallait d’abord répondre aux besoins précis des chercheurs qui souhaitaient travailler à partir du fonds (Stéphane Gérard, Simon Claude et moi-même, pour le moment). Aussi avons nous commencé en fonction des besoins et des délais. La progression chronologique est relativement récente (2015). À ce jour, 181 vidéos ont d’ores et déjà été décrites, 62 ont été rendues publiques, 47 ont été classés privées – conformément aux souhaits de l’auteur, leurs descriptions ne seront pas publiées dans le catalogue Archives et Manuscrits (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/) -, 70 vont être prochainement rendues accessibles. D’ici à octobre, les 200 premières vidéos (sur 470) auront été discriminées entre public et privé, et 133 vidéos jugées publiques auront été valorisées.

Valorisation

La valorisation du fonds d’archives vidéographiques passe avant tout par la publicisation des vidéos. Cette publicisation requiert beaucoup de temps étant donné le nombre important de bande à visionner. Par ailleurs, les 641 cassettes déposées ne représentent pas la totalité du Journal, puisque la période 2001-2016 n’a pas encore été délivrée à la BnF. Elle nécessitera un traitement équivalent en vue de son catalogage lorsqu’elle sera déposée. Par ailleurs, de nombreuses communication en France et en Grande-Bretagne ces deux dernières années ont permis de faire connaître, si ce n’est le travail de Lionel Soukaz, tout du moins l’existence de ce fonds d’archives et ses intérêts. Deux nouvelles communications sont espérées sur ce sujet d’ici à fin 2017.

Pour ce qui est de la valorisation du fonds de documents papiers, celle-ci passe vraisemblablement d’abord par le travail de thèse. Son exploitation a déjà connu un rebondissement ces derniers mois. Une grande partie des archives m’est à nouveau accessible. Une douzaine de cartons pleins à craquer ! J’ai de ce pas entamé un inventaire. Pour l’heure, la moitié du matériau disponible a été inventorié. Cela représente 104 pages d’index et plus de 1094 documents. Étant donné qu’il reste environ autant de cartons, on peut estimer que ce nombre de pages devrait doubler, même si la nature des pièces dans les autres cartons est différentes. Au vu de ce qui a pu être traité, les documents en présence sont majoritairement des documents liés à la production des oeuvres, qu’il s’agisse de factures, de revues de presse ou de coupures de presse (nous distinguons les deux car Lionel Soukaz a une pratique très particulière de la revue de presse, quasiment artistique), de scénarios et de découpages techniques, de documents commerciaux (affiches, tracts…). Ces documents essentiels pour établir une monographie analytique du cinéma de Lionel Soukaz, constituent le fondement du travail de thèse et viennent enrichir de façon notable la compréhension et l’analyse de ses productions filmiques et vidéographiques.

Ce travail ne pourrait être mené sans les conditions particulières offertes par la Bibliothèque nationale de France à ses chercheurs associés. L’accès au fonds, la possibilité de travailler sur place et d’avoir un suivi et un dialogue avec les personnels de la Bibliothèque sont un atout inestimable.

  1. Il est compliqué de situer Lionel Soukaz à l’intérieur de la catégorie « film militant », étant donné qu’il n’a jamais appartenu à une structure collective politique ou ayant des objectifs politiques. En cela, il contrevient à la définition du militant telle qu’elle est donnée par Guy Hennebelle dans Cinéma Militant (1976) ou par Joris Ivens dans le même ouvrage. De la même manière, le terme expérimental a fait l’objet d’un nombre important de controverses et de débat au sein même des cinéastes rattachés (volontairement ou non) à cette catégorie : cinéma différent, cinéma autre, cinéma underground… Nous renvoyons à la lecture de l’Éloge du cinéma expérimental, de Dominique Noguez (1979). []
  2. Nous reprenons ici le titre d’un ouvrage de Félix Guattari, Les Années d’hiver (1980-1985), Paris, Les Prairies Ordinaires, [1985] 2009. []
  3. Pour les articles, en plus de l’immense travail de Nicole Brenez, citons également les nombreux textes d’Hélène Fleckinger ainsi que les travaux d’Olivier Neveux. Pour les mémoires, citons les travaux de Maïa Etchart, de Yekhan Pinarligil et de Simon Claude. []
  4. Voir le programme du colloque à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/programme_soukaz.pdf>. []
  5. Voir son film Un chant d’amour (1950). []
  6. Nous reprenons l’expression à Jean-Louis Comolli, explicitée dans l’entretien accordé à Cédric Mal, « Eloge d’un cinéma pauvre, politique et populaire (Comolli) », Le blog documentaire, 6 février 2013. Disponible en ligne, url : <http://leblogdocumentaire.fr/eloge-dun-cinema-pauvre-politique-et-populaire-avec-jean-louis-comolli/>. []
  7. « La Constellation Hocquenghem », Gai Pied Hebdo, n° 396, 30 novembre 1989, pp. 66-67. []

Soutenance de thèse de Caroline Vrand

Le jeudi 15 décembre 2016, Caroline Vrand, chargée de collections des estampes des XVe et XVIe siècles au service de l’estampe ancienne et de la réserve du département des Estampes et de la photographie de la BnF, soutient sa thèse intitulée Les collections d’art d’Anne de Bretagne. Au rythme de la vie de cour1 préparée sous la direction de Monsieur Philippe Plagnieux.

anne_de_bretagne_assise_btv1b84002549
Anne de Bretagne, assise sur un trône dans un jardin

Jury

Le jury sera composé de :

  • Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance
  • Philippe Lorentz, professeur à l’Université Paris-Sorbonne
  • Olivier Mattéoni, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne
  • Philippe Plagnieux, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne
  • Elisabeth Taburet-Delahaye, directrice du musée de Cluny
  • Gennaro Toscano, professeur, Conseiller scientifique et culturel à la Bibliothèque nationale de France pour le projet Richelieu

Soutenance

La soutenance se tiendra le jeudi 15 décembre, 13h30 à l’Université Panthéon Sorbonne, salle Duroselle (accès par la galerie J.-B. Dumas).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

  1. Cf. les positions de sa thèse de l’Ecole des chartes, http://theses.enc.sorbonne.fr/2010/vrand []

Journée d’étude : Le dessin de presse, les dessinateurs et la presse satirique en France du XIXe siècle à nos jours

A l’occasion des 100 ans du Canard enchaîné, Laurent Martin, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris III Sorbonne-Nouvelle et Philippe Mezzasalma, responsable des collections presse de la BnF organisent une journée d’étude sur Le dessin de presse, les dessinateurs et la presse satirique en France du XIXe siècle à nos jours.

Affiche Le Titi
Le 31 [Trente et un] octobre paraîtra Le Titi… journal hebdomadaire politique satirique illustré. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9017052g>

Argument

Le dessin a, depuis le XIXe siècle, occupé une place majeure dans la presse française, tout particulièrement la presse satirique. Des journaux de Charles Philippon la Caricature et le Charivari, aux hebdomadaires Charlie Hebdo ou le Canard enchaîné – qui fête cette année ses cent ans ! – en passant par l’Assiette au beurre, la France a une longue et riche tradition associant le texte et le dessin au service d’une critique par le rire de l’ordre social, moral et politique, contre toutes les censures. La Bibliothèque nationale de France lui rend hommage quelques mois après l’attentat qui a visé Charlie.
Croquades faites à l'audience du 14 nov. Disponible en ligne, url : .
Croquades faites à l’audience du 14 nov. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8414739v>.

Programme

Session 1 :
14h15 : La presse humoristique et satirique ainsi que du dessin de presse dans les collections de la BnF / Philippe Mezzasalma et Martine Mauvieux, chargée des collections dessin de presse, Département des estampes et de la photographie

14h30 : La presse humoristique et satirique en France de la Révolution française à la Seconde Guerre mondiale / Bertrand Tillier, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

14h50 : Dessin et dessinateurs de presse en France de la Révolution française à la Seconde Guerre mondiale / Guillaume Doizy, spécialiste de l’histoire de la caricature et du dessin de presse

Questions-réponses avec la salle 15h10-15h30

Session 2 :
15h30 : La presse humoristique et satirique en France depuis la Seconde Guerre mondiale / Laurent Martin, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, chercheur au laboratoire ICEE

15h50 : Le cas « Charlie Hebdo » / Stéphane Mazurier, agrégé d’histoire

16h10 : Les dessinateurs du « Canard enchaîné » / François Forcadell, spécialiste du dessin de presse

16h30 : La presse humoristique et satirique en Argentine et au Brésil au temps des dictatures / Mélanie Toulhoat , attachée temporaire d’enseignement et de recherche, EHESS

questions-réponses avec la salle 16h50-17h10

Table ronde 17h10-18h45
Animée par Philippe Mezzasalma et Laurent Martin
Avec Nicolas Brimo, administrateur du Canard enchaîné, Pétillon, dessinateur, Lardon, dessinateur au Fakir, Sophie Pascal, service de l’Action pédagogique du département des Publics et de la médiation, BnF.

Information pratiques

 

L'artillerie de siège est destinée à faire évacuer les forteresses et à opérer sur les derrières de l'ennemi. Disponible en ligne, url : .
L’artillerie de siège est destinée à faire évacuer les forteresses et à opérer sur les derrières de l’ennemi. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53005987s>.
>

Journée d’étude : Pascal, le cœur et la raison

aff_pascal_10x15Organisée par Jean-Marc Chatelain (BnF) et Laurent Susini un journée d’étude consacrée à Blaise Pascal se tient à la BnF le 9 décembre 2016 à l’occasion de l’exposition éponyme qui s’y tient du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017.

Programme

9h30 : Accueil et introduction par Laurent Susini, Université Paris-Sorbonne et Jean-Marc Chatelain, BnF

Session présidée par L. Plazenet (U. Paris-Sorbonne)
– 9h45 : Qu’est-ce que les oeuvres scientifiques de Pascal nous apprennent sur la manière dont il conçoit le coeur et la raison ?
Dominique Descotes, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand
– 10h25 : Une idole de la vérité, une idole de l’obscurité
Laurent Thirouin, Université Lyon 2

Pause

– 11h20 : Du coeur de l’âme à l’union de volonté
Vincent Carraud, Université Paris-Sorbonne
– 12h : Penser le corps : l’avant-garde pascalienne
Pierre Lyraud, École normale supérieure

Session présidée par P. Sellier (U. Paris-Sorbonne)

– 14h30 : Plaisanterie et dérision en théologie : l’influence des Provinciales
Sylvio de Franceschi, École pratique des hautes études
– 15h10 : Pascal, auteur classique : la révision de Port-Royal
Jean-Robert Armogathe, correspondant de l’Institut, directeur d’études émérite, École pratique des hautes études
– 15h50 : La chronologie des Pensées : une utopie critique ?
Alberto Frigo, Centre national de la recherche scientifique
– 16h45 : visite commentée de l’exposition Pascal, le coeur et la raison par Jean-Marc Chatelain, commissaire de l’exposition

Informations pratiques

9 décembre 2016
Bibliothèque nationale de France , site François-Mitterrand, Petit Auditorium

Avec le soutien de la Société d’Étude du XVIIe siècle.

Journée d’étude : Art numérique et postérité

fractal-542158_1280
Image de Stefan Steinbauer, licence CC0 Public Domain

Débuté en février 2015, le projet « Art numérique et postérité : modélisation des œuvres d’art numérique et de leur dispositif de lecture », financé par le Labex Arts-H2H et piloté par Louise Fauduet du département de d’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, a pour objectif de contribuer à la pérennité de la création numérique.

Le 8 décembre 2016, les porteurs du projet organisent une journée d’étude.

Programme

9h30 – 10h : ouverture, Louise FAUDUET (chef du service multimédia BnF)
– « Présentation du projet de recherche : Art Numérique et Postérité », Marie SALADIN (chargée de collection, service multimédia, BnF)
– « Avancées du projet, modèle de description des œuvres d’art numérique », Céline THOMAS (doctorante UP8)

Première partie : « Ateliers d’artistes » : Systèmes théoriques sous-jacents et processus de création/réception

« Présentation de la journée et introduction des participants », Marie-Hélène TRAMUS (artiste, professeur émérite) et Florent AZIOMANOFF (théoricien)

10h – 10h45
Jean-Louis BOISSIER (artiste, professeur émérite de l’Université Paris 8)
« Installations interactives comme livres »
Œuvres : Globus Oculi (1992) / Flora Petrinsularis (1993)

10h45 – 11h15 : Pause

11h15 – 12h
Luc COURCHESNE (artiste, professeur associé de l’Université de Montréal)
« À la recherche de l’essentiel »
Œuvres : Portrait n°1 (1990) / The Visitor : Libing by Numbers (2001)

12h – 12h45
Laurent MIGNONNEAU (artiste, professeur de l’Université d’Arts et Design de Linz)
« Expérience personnelle pour la conservation d’œuvres numériques »
Œuvres : Interactive Plant Growing (1992) / Life Writer (2006)

12h45 – 14h : Déjeuner

14h – 14h45
Chu-Yin CHEN (artiste, professeur de l’Université Paris 8)
« Art énactif comme une phénoménologie du second ordre »
Œuvres : Quorum Sensing (2002) / C puissance C (2008)

14h45 – 15h30
Maurice BENAYOUN (artiste, professeur à City University of Hong Kong)
« « Restauration du Media Art: entre réparation et régénération » Du Diable au Pays de la Guerre »
Œuvres : Le Diable est-il courbe ? (1995) / World skin (1998)

15h30 – 16h : Pause

16h – 16h45
Florent AZIOSMANOFF (théoricien du Living Art)
« Living art, l’hypothèse d’une nouvelle discipline artistique »
Œuvres : Le Petit chaperon rouge de F. Aziosmanoff (2002) / Le Silence n’existe pas d’Isabelle Bonté (2009)

16h45 – 17h30
Michel BRET, Edmond Couchot et Marie-Hélène TRAMUS (artistes, professeurs émérites et honoraires de l’Université Paris 8)
« Les œuvres interactives ont–elles une vie ? »
Œuvres : La Plume (1988) / La Funambule Virtuelle (2000)

17h30 – 18h : Pause

Deuxième partie « Table ronde » : Discussion autour d’un modèle de description des œuvres d’art numérique en regard des systèmes théoriques sous-jacents et des processus de création et de réception

18h – 20h
À partir des exposés des artistes présentés au cours de la matinée, une table ronde abordera les problèmes fondamentaux et pragmatiques soulevés par l’élaboration d’un modèle de description des œuvres d’art numérique pour leur préservation, en prenant en considération les systèmes théoriques sous-jacents et les processus de création et de réception. La discussion continuera avec les réflexions de deux chercheurs en sociologie et en sciences de l’art, afin de prendre du recul et d’enrichir les échanges avec les artistes et le public.

Modérateurs : Marie-Hélène TRAMUS et Florent AZIOSMANOFF
Participants de la table ronde :
– Edmond COUCHOT (artiste, théoricien, professeur honoraire)
– Anne SAUVAGEOT (sociologue, professeur émérite)

Informations pratiques

Jeudi 8 décembre 2016 à la BnF, Site François-Mitterrand, Entrée Hall Est – Salle 70
Quai François Mauriac
75706 Paris Cedex 13
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?