Des espaces de formations militants féministes : les ateliers Super-8 de Klonaris/Thomadaki dans les années 1980

Au terme d’un appel à chercheurs lancé tous les ans, la Bibliothèque nationale de France accueille de jeunes chercheurs à chaque rentrée universitaire pour des projets de recherche liés aux collections.

Dans ce cadre, Ana Bordenave est accueillie au département de l’Audiovisuel depuis 2018 pour un projet de recherche intitulé Maria Klonaris et Katerina Thomadaki : de la performance à l’image performative des corps, théâtre, cinéma, arts multimédia de 1965 à aujourd’hui.

Le 19 septembre 2019, elle intervient au colloque Faire oeuvre. La formation et la professionnalisation des artistes femmes aux XIXe et XXe siècles pour une communication intitulée Des espaces de formations militants féministes : les ateliers super-8 de Klonaris/Thomadaki dans les années 1980.

Informations pratiques

  • 19 septembre 2019, 9h30 à 18h30
  • Centre Pompidou, Petite salle, Place Georges-Pompidou, 75004 Paris
  • Programme complet

conférence sur la galerie Mazarine (9/10)

Jupiter foudroyant les géants

Fabien Aguglia  (chargé d’étude et de projets  du Projet Richelieu de la Bibliothèque nationale de France) et Louis Jaubertie (adjoint au chef du Projet Richelieu ) donnent une conférence consacrée à la galerie Mazarine, vestige du palais Mazarin au sein du site Richelieu de la BnF. Ils présenteront plus particulièrement les recherches qui ont permis de retracer l’histoire de ce lieu et d’en éclairer les choix de restauration.

Informations pratiques

  • Date : mercredi 9 octobre 2019 à 9h30.
  • Lieu : Ecole nationale des chartes , salle Léopold-Delisle, 65, rue de Richelieu, Paris 2e
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70).

VERSPERA s’enrichit d’estampes et dessins des collections de la Bibliothèque nationale de France

[Vûë et perspective du Château Royal de Versailles, du côté de l’Entrée] : [dessin, vue]

Le projet VERSPERA, numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime s’enrichit de quelque 560 estampes et dessins issus des collections de la Bibliothèque nationale de France. Des plans, coupes et élévations concernant le château, les jardins et la Ville de Versailles issus des fonds « Robert de Cotte » et « Topographie française » de la BnF ont été mis en ligne, donnant accès à plus de 820 nouvelles images exceptionnelles.

Le projet de recherche VERSPERA, financé par la Fondation des sciences du patrimoine, vise à rendre accessibles à tous les plans du domaine de Versailles sous l’Ancien Régime et à en restituer certains espaces grâce à la numérisation et à la modélisation 3D. Ce programme, porté par le Centre de recherche du château de Versailles en partenariat avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et le laboratoire ETIS (Équipes Traitement de l’Information et Systèmes, UMR8051, université de Cergy-Pontoise /ENSEA Cergy / CNRS) permet un accès facilité à une source patrimoniale d’exception pour la communauté internationale des chercheurs et du grand public.

Un corpus de documents est en effet progressivement mis en ligne depuis 2017 via la banque d’images du Centre de recherche du château de Versailles et sur les sites des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale de France pour leurs fonds respectifs. La richesse des collections de la BnF permet aujourd’hui d’enrichir le projet VERSPERA de pièces majeures.

Le corpus versé par la BnF est issu de deux fonds principaux : le fonds d’architecture dit « Robert de Cotte » et celui de la « Topographie française ». Robert de Cotte, architecte de Louis XIV et intendant des bâtiments du Roi, a beaucoup travaillé pour le château de Versailles à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe . La BnF conserve de très nombreux dessins pour ses projets concernant le château ou les jardins, qui viennent aujourd’hui enrichir le corpus VERSPERA. Le fonds « Robert de Cotte », qui, au delà du château de Versailles, regroupe des plans et dessins documentant 430 édifices français et étrangers, est entièrement numérisé et accessible sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF (gallica.bnf.fr). L’ensemble versé par la BnF dans le projet VERSPERA comprend également des dessins et estampes des XVIIe et XVIIIe siècles conservés dans les albums de la série de la Topographie française, consacrés au château et au parc de Versailles.

Colloque : Les éphémères et l’image (16e -21e siècles) (13-14/9)

Le programme pluriannuel PatrimEph vise à étudier le patrimoine encore méconnu des éphémères, ces petits imprimés du quotidien voués au rebut et pourtant conservés dans nos bibliothèques, archives et musées. L’objectif est également de mettre à disposition des conservateurs et chercheurs un thesaurus des éphémères en français sur le logiciel Ginco (Gestion Informatisée de Nomenclatures Collaboratives Ouvertes) du Ministère de la culture, d’optimiser l’accès aux Fonds d’éphémères à partir du Répertoire National des Bibliothèques et des Fonds Documentaires du Catalogue collectif de France (BnF), et de faire émerger les nouvelles circulations numériques des éphémères à travers la fouille et l’analyse multimédia du compte Twitter de Gallica.

PatrimEph I (2013-2016), a porté sur le paradoxe que constituaient la patrimonialisation des éphémères, les difficultés de nomination, de classement, de signalement que ces documents généraient, mais aussi leur rôle dans la construction de notre histoire culturelle.

PatrimEph II (2016-2019) évalue l’impact du numérique sur la patrimonialisation des éphémères, que cet environnement génère de nouvelles formes d’éphémères numériques comme les tweets ou qu’à travers la politique généralisée de signalement informatisé et de numérisation des imprimés, les éphémères voient leur statut et leur perception modifiés. Le soin apporté à la dimension visuelle est partie intégrante des imprimés éphémères, reconnus pour leur intérêt typographique et graphique, et objets d’attention croissante de la part des historiens de l’art. Ils sont passibles d’analyses iconographiques, sémiotiques et esthétiques mais aussi d’études sur la spécificité de leur réception et plus largement sur la façon dont ils contribuent à construire une opinion publique, à inventer de nouvelles formes, à façonner des imaginaires.

Programme

Vendredi 13 septembre

1. Statuts & techniques Session présidée par Bertrand Tillier (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

  • 10h Maxime Georges Métraux (Sorbonne Université / Galerie Hubert Duchemin) Le Papillon et l’éphémère : image, imagerie et occasionnel en France au XVIIIe siècle
  • 10h20 Nicholas-Henri Zmelty (Université Amiens) Les petits riens de Toulouse-Lautrec
  • 10h40 Nathanaëlle Tressol (Poitiers) Les estampes sur les catalogues d’exposition au tournant du siècle œuvres autonomes ou avant-goût de l’œuvre ?
  • Discussion et pause
  • 11h20 Irène Fabry-Tehranchi (Cambridge University Library) Les caricatures de la guerre franco-prussienne et de la Commune (1870-71) : images en série, recueils factices et collections numériques
  • 11h40 Boris Borzic (U. de Cergy-Pontoise / ENSEA) Les images d’éphémères sur le compte Twitter de Gallica
  • 12h00 Discussion et déjeuner

2. Images & textes Session présidée par Philippe Hamon (Sorbonne Nouvelle)

  • 14h Lucie Grandjean (Nanterre) Peintures panoramiques et production d’éphémères aux Etats-Unis un changement de regard
  • 14h20 Michael Twyman (U. of Reading) Combining pictures and words : the work of the artiste-écrivain lithographe
  • 14h40 Philippe Nieto (Archives nationales) Illustrer le fait divers : entre fiction, réalisme et hyper-réalisme
  • 15h00 Discussion et pause
  • 15h20 Cécile Fourrel de Frettes (Laboratoire Pléiade, Université Paris XIII) L’Espagne littéraire au prisme des « éphémères cinématographiques »
  • 15h40 Corinne Barbant (LaM, bibliothèque D. Bozo) Éphémères d’art brut, petits papiers pour une étude de la réception de l’art brut
  • 16h00 Discussion et fin de la première journée

3. Fonctions & circulations Session présidée par Philippe Nieto (Archives nationales)

  • 10h Julien Schuh (Nanterre) Éloge de la potichomanie : circulation des motifs graphiques et phénomènes de mode au milieu du XIXe siècle
  • 10h20 Julien Brault (Amiens / Paris, Muséum national d’histoire naturelle) Les éphémères illustrés, une source précieuse pour l’histoire de l’architecture. L’exemple du quartier Richelieu-Opéra à Paris au prisme des cartes d’adresse du XIXe siècle
  • 10h40 Vincent Chambarlhac (MCF HDR – Université Bourgogne Franche-Comté – Centre Georges Chevrier – UMR CNRS 7366) Les éphémères du vin
  • 11h00 Discussion et pause
  • 11h20 Julie Anne Lambert (Oxford, Bodleian Library) L’art publicitaire en Grande-Bretagne : une naissance tardive et difficile
  • 11h40 Karina Pronitcheva (École du Louvre / Sorbonne Nouvelle) Les grands magasins, les imprimés et l’image avant 1900 : vers l’imprimé publicitaire artistique
  • 12h00 Discussion et déjeuner

4. Usages & valeurs Session présidée par Julie Anne Lambert (Oxford, Bodleian Library)

  • 14h Philippe Martin (Lyon 2) Les ephemera de communion
  • 14h20 Fanny Brülhart (Lausanne) Éphémères de la vie en religion : de la typologie idéale des cartes postales à l’appropriation individuelle
  • 14h40 Laurence Danguy (Lausanne) Le tarot de Marseille. Regard sur les images d’un éphémère magique
  • 15h00 Discussion et pause
  • 15h20 Laurent Bihl (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) Les dispositifs « méta-satiriques » : de « l’éphémère dans l’éphémère à la Belle Époque
  • 15h40 Sylvain Louet (Paris, IRCAV) L’image organique des éphémères imprimés dans les films muets français
  • 16h00 Discussion et clôture du colloque

Informations pratiques

  • Archives Nationales – Site de Pierrefitte, Salle des commissions
  • 50, rue Guynemer 93383 Pierrefitte-sur-Seine
  • Métro : Saint-Denis Université (Ligne 13)
  • 13-14 septembre 2019
  • Entrée libre et gratuite

Colloque – Nathalie Sarraute : Vingt ans après (17-18/10)

Vingt ans après la disparition de l’auteure, une nouvelle génération de chercheurs tente d’ouvrir des perspectives inédites sur son oeuvre, en s’attachant à la replacer dans son contexte historique, social et littéraire et à se confronter aux interdits dressés par l’écrivaine elle-même.

Romancière, auteure dramatique et essayiste, Nathalie Sarraute a laissé une vision des mots et du monde portée par une écriture en évolution permanente. Influencée par les recherches formelles de Marcel Proust, James Joyce ou Virginia Woolf, elle avait très tôt perçu les normes narratives traditionnelles comme autant de poids morts empêchant le créateur de poursuivre « la recherche d’une matière inconnue ». Elle a bâti sur ces fondements une œuvre d’une rare exigence formelle et d’une originalité remarquable, qui témoigne encore aujourd’hui de l’acuité avec laquelle elle avait entrepris de déchiffrer les automatismes de la pensée humaine.

Colloque international dirigé par Johan FaerberAnn JeffersonRainier Rocchi et Olivier Wagner

BnF – université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle – Institut d’Études Avancées de Paris

Programme

9 h 15 – Ouverture par Laurence Engel, Présidente de la BnF

9 h 30 – Présentation du Colloque
Par Johan Faerber et Olivier Wagner

9 h 45 – NS à l’aune de la biographie
Par Ann Jefferson, université d’Oxford

10 h 15 – Nathalie Sarraute aux regards du Nouveau Roman. Ce que voyait Sarraute
Par Mireille Calle-Gruber, université Sorbonne Nouvelle, Paris 3

10 h 45 – Discussion

11 h – Pause

11 h 30 – Liens affectifs, liens littéraires : les affinités que nous révèle la correspondance de Nathalie Sarraute avec d’autres « Nouveaux Romanciers »
Par Carrie Landfried, Franklin & Marshall College, Pennsylvanie

12 h – La séquence de la confiture de fraises et du calomel dans Enfance : un palimpseste ?
Par Rainier Rocchi, université Côte d’Azur

12 h 30 – Discussion

14 h – Monique Wittig, lectrice idéale de Nathalie Sarraute ?
Par Chloé Jacquesson, université Lumière Lyon 2

14 h 30 – Sarraute, Duras : le déni du théorique
Par Simona Crippa, UCO, Angers/ Paris 3

15 h – Discussion

15 h 15 – Pause

15 h 30 – « Tous ces mots qu’on dit ! Des mots… » : Sarraute et Beauvoir, ou le dialogue impossible »
Par Jean-Louis Jeannelle, université Sorbonne Nouvelle Paris 3

16 h – Virginia Woolf et Nathalie Sarraute : l’écriture impersonnelle et la question du genre
Par Naomi Toth, Université Paris Nanterre

16 h 30 – Un héritage proustien inconscient : les paroles fantasmées dans l’œuvre de Nathalie Sarraute
Par Solenne Montier, Université Caen Normandie

17 h – Discussion

17 h 30 – Fin de la première journée

La deuxième journée de ce colloque a lieu le vendredi 18 octobre de 9 h à 14 h 30 à l’Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e

Autour du colloque

Mercredi 16 octobre 2019, 20 h
Maison de la Poésie, Passage Molière, 157 rue Saint-Martin, Paris 3e
Lecture publique
Lecture intégrale de la version originale de Tropismes (1939) par Coraly Zahonero de la Comédie-Française. Archives audiovisuelles.

Vendredi 18 octobre 2019, 15 h 30 – 16 h 30
Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e
Table ronde « Sarraute hier et aujourd’hui » Avec Françoise Asso, Pascale Fautrier, Ann Jefferson, Arnaud Rykner, Jean-Yves Tadié 
Modérateur : Olivier Wagner

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, 2, rue Vivienne – 75002 Paris
  • Auditorium Colbert
  • 17 octobre 2019, 9h-18h
  • Entrée libre et gratuite
  • Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e
  • 18 octobre 2019, 9h-14h30
  • Entrée libre et gratuite

Avis : programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie

L’Institut pour la photographie lance son second appel à candidatures pour son programme de soutien à la recherche et à la création sur la thématique « Photographie et culture visuelle des imaginaires ».

Argument

En tant que pourvoyeuse d’imageries allégoriques ou relevant de la mythification, la photographie est rapidement devenue un mode d’expression privilégié pour faire le lien entre le symbolique et le réel. Elle rend compte d’imaginaires collectifs ancrés dans les mythes ou croyances les plus anciens aux mondes les plus futuristes (rites, légendes, utopies, imagerie scientifique, imaginaires urbains, UFO, science-fiction, etc.).

Omniprésentes tant dans notre imagerie populaire que savante, ces représentations contribuent à notre conscience du temps présent ; certains s’interrogeant même sur leur participation à la construction sociale voire scientifique de la réalité.

Entre culture visuelle, anthropologie visuelle, sciences sociales, politique de l’actualité et histoire de l’art, on pourra appréhender la manière dont la photographie enclenche ou réactive des récits partagés, mais aussi comment elle exhume ou crée de toute part des imaginaires collectifs.

Les projets de recherche et de création devront tenir compte des différents aspects de la création des imaginaires collectifs :

  • les acteurs impliqués dans la production et la diffusion de ces imaginaires (éducation populaire, presse, sciences, photographes, artistes, etc.) ;
  • les sources (littérature, recherche scientifique, croyances, mythologies contemporaines…) ;
  • les supports et médias d’activation (livres, illustrés, cinéma, séries, jeux vidéo, réseaux sociaux… ).

Photographes, artistes, curateurs et chercheurs sont invités à répondre à cet appel en veillant à développer une approche originale autour du rôle de la photographie dans la construction des imaginaires collectifs.

Calendrier

  • 4 octobre 2019 : Date limite de dépôt des candidatures
  • Début décembre 2019 : Jury de sélection des lauréats
  • Janvier 2020 : Annonce publique des lauréats
  • Mars 2020 : Début du programme de soutien à la recherche et à la création

Pour en savoir plus

In memoriam Laure Beaumont-Maillet (1947-2016)

Laure Beaumont-Maillet (1947-2016)

Née le 4 mars 1947 à Clichy (Hauts-de-Seine), Laure Beaumont-Maillet a intégré l’Ecole nationale des Chartes en juin 1966 à un âge où généralement on entre à peine en classe préparatoire. À la précocité intellectuelle elle a d’emblée joint un esprit très brillant. À l’issue de sa scolarité en juin 1970, elle a soutenu une thèse consacrée au grand Couvent des Cordeliers de Paris, thèse qui a été signalée au ministre de l’Éducation nationale. Cet intérêt pour l’histoire de Paris lui a permis de lier une solide et durable amitié avec ses confrères Michel Fleury, Jean Dhérens et Jean-Marc Léri. D’août 1970 à septembre 1972, elle a été conservatrice à la Bibliothèque universitaire de Metz. Elle s’y est consacrée à constituer des collections et à installer cette bibliothèque dans ses nouveaux locaux de l’île du Saulcy. Durant cette même période, en 1971, elle a été diplômée de l’École pratique des Hautes Études (IVe section, Sciences philologiques et historiques). D’octobre 1972 à septembre 1978, elle a été conservatrice à la Bibliothèque municipale de Metz. Elle a participé à la construction et à l’aménagement de la nouvelle Bibliothèque-Médiathèque du Pontiffroy. Elle y a également organisé de nombreuses expositions, un de ses talents qui se confirmera par la suite, telles que l’Histoire de la reliure (mars 1977) ; Metz au XVIIIe siècle (avril-mai 1978) dans le cadre du 103e Congrès des Sociétés savantes ; Trésors de la Bibliothèque municipale de Metz (septembre-octobre 1978).

En octobre 1978, elle rejoint la Bibliothèque nationale et Paris qui demeurait sa ville de prédilection. Jusqu’en septembre 1982, elle est affectée au département des Estampes et de la photographie : elle y est responsable du dépôt légal de l’imagerie, chargée des études en vue de l’automatisation de la recherche documentaire et de l’établissement d’un schéma descriptif de l’estampe. C’est à cette époque que le département a réalisé un premier vidéodisque d’essai. Elle y fait la connaissance de Jacqueline Sanson qui demeurera une amie tout au long de leurs carrières au sein de la BnF.  

D’octobre 1982 à septembre 1983, elle est chargée de mission pour les relations extérieures auprès de l’Administrateur général de la Bibliothèque nationale, Alain Gourdon, tout en assurant la fonction de rédacteur en chef de la Revue de la Bibliothèque nationale. C’est une période cruciale pour la BnF qui passe de la tutelle de l’Education nationale à celle de la Culture et subit une réorganisation profonde de son organigramme. Laure Beaumont-Maillet gardera de cette étape de sa carrière une vision politique et stratégique de l’avenir de l’établissement qui est effectivement passé par bien des incertitudes durant plus d’une décennie.

La direction du département des Estampes et de la photographie s’étant trouvée vacante à la suite du départ de Michel Melot appelé à diriger la Bibliothèque publique d’information (BPI) du Centre Georges Pompidou, elle pose sa candidature et malgré son jeune âge, trente-six ans, elle est choisie pour diriger le département, responsabilité qu’elle conservera jusqu’à son départ en retraite en décembre 2006. Notons qu’elle est la vingt-deuxième à occuper cette responsabilité et la première femme. 

Les réalisations les plus marquantes à retenir de cette longue période de direction sont la mise en chantier et la réalisation en 1989, dans le cadre du Bicentenaire, d’un vidéodisque de 38 000 images illustrant la Révolution française à partir des collections du département ; c’est la plus importante banque d’images interactive réalisée à cette date.

D’énormes chantiers de microfilmage des collections ont été entrepris dans les années 1980/1990, pour la protection de fonds très consultés ou des fonds très précieux et une meilleure communication des séries documentaires.

Au chapitre des innovations, il faut également souligner l’informatisation des catalogues décrivant les livres et les œuvres conservées. Les premières mises en ligne des catalogues sur le site Web de la BnF datent de 2005/2006 et permettaient aux chercheurs la recherche à distance des cotes.

Laure Beaumont-Maillet s’est attachée, en s’appuyant sur la compétence d’une équipe d’une quinzaine de conservateurs, souvent parmi les meilleurs spécialistes mondiaux, à enrichir les collections du département en favorisant le dépôt légal de l’estampe, de l’affiche et de la photographie tout en développant les acquisitions, dons et legs par des choix judicieux dans tous les domaines. Parmi les enrichissements les plus remarquables figurent les grands noms de l’estampe (Callot, Nanteuil, Bonnard, Bresdin, Daumier, Degas, Gauguin, Renoir, Toulouse-Lautrec), de la photographie ancienne (Le Gray, Niépce, Girault de Prangey, Cuvelier). Les relations avec les artistes comme Apeloig, Hélion, Houtin, Desmazières, Saura, Tapies, Frélaut, Scully ou Dine ont permis des dons magnifiques aux collections du département. Il faut également citer les dations pour les fonds Vieillard et Rivière. Elle s’occupait personnellement des grands enrichissements, des dations appuyée par Jacqueline Sanson devenue directrice des collections de la BnF en 1998.

Sa curiosité et son intérêt pour l’image l’ont poussée à mettre en valeur non seulement les grands maîtres mais aussi l’imagerie, les affiches, les cartes postales, la documentation iconographique sous toutes ses formes.

Spécialiste de l’histoire de Paris, elle a beaucoup écrit sur la capitale française (Sainte-Geneviève, Paris inconnu, L’Eau à Paris…) et sur les collections du département. Elle fut elle-même commissaire de nombreuses expositions de la BnF en France et à l’étranger.

Sa bibliographie peut paraître d’un éclectisme suspect aux spécialistes sourcilleux mais les méthodes de travail enseignées à l’Ecole nationale des Chartes lui ont permis de fait de traiter avec brio de nombreux thèmes au fil des sollicitations professionnelles. Son amour de la recherche et de la mise en valeur du patrimoine national l’aura accompagné jusqu’ à son dernier souffle.

Publiant beaucoup et en donnant ainsi l’exemple comme ses prédécesseurs Jean Adhémar et Michel Melot, elle a su maintenir haut et fort le goût chartiste pour la recherche et les  travaux académiques au sein de son département, notamment par la poursuite des inventaires des fonds sous forme imprimée ou en ligne. Fait assez peu commun pour être souligné, elle a toujours encouragé vivement les conservateurs travaillant sous sa direction à entreprendre des projets, publier, donner des cours et des conférences. Elle a toujours eu dans ce domaine une vision ouverte et généreuse loin de certaines mesquineries administratives à courte vue.

Parallèlement, Laure Beaumont-Maillet a été en 1987/1988, directrice d’études d’Histoire de Paris à l’Ecole pratique des Hautes Etudes (IVe Section). Mais elle a dû renoncer à cette activité complémentaire pour des raisons de santé dès mai 1988.

Elle a néanmoins encouragé les conservateurs du département à enseigner à l’université, à l’Ecole du Louvre, à l’Ecole nationale des chartes, à l’Institut national du patrimoine et également à l’Enssib.

En plus de ses activités au sein du département, Laure Beaumont-Maillet a été présidente du Comité national de la Gravure française de 1983 à 2006 et à ce titre directrice de la publication des Nouvelles de l’estampe, ainsi que présidente du Jury du Prix Nadar (organisé par l’association Gens d’Images) de 1983 à 2006, membre du Conseil d’administration du Centre national de la Photographie de 1983 à 2006, membre du Conseil d’administration de l’Association pour la Bibliothèque nationale des Arts de 1992 à 1995, membre de la Société nationale des Antiquaires de France depuis 1986, membre de la Commission du Vieux-Paris de 1987 à 2003.

Elle a également été présidente de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France de 1993 à 1997.

Membre du conseil d’administration de la Société des Amis de la Bibliothèque nationale depuis 1982, elle en a été le secrétaire général de 1982 à 1983 puis de 1988 à 1990.

Personnalité originale, rigoureuse, dotée d’un sens de l’humour décapant, son rayonnement intellectuel évident a été reconnu par ses pairs et la communauté professionnelle et universitaire. Elle n’hésitait pas à rompre le fer, à batailler pour défendre ses convictions, une éthique professionnelle exigeante, ses amis, ses collègues. Elle s’était  fait ainsi de solides ennemis et des amis plus solides encore.

On se souviendra ainsi qu’elle avait un grand cercle de fidèles autour d’elle : collègues de la BnF mais aussi du monde entier, historiens, historiens de l’art, chercheurs, professeurs, artistes, éditeurs, collectionneurs au premier rang desquels on peut citer Barthélemy Jobert, Adrien Goetz, Martine Kahane, Raymond-Josué Seckel, Françoise Denoyelle, Eric Hazan, Jean-Yves Sarazin, Monique Cohen pour n’en citer que quelques uns.

On se souviendra enfin du courage et encore une fois de l’élégance avec lesquels elle a supporté les graves et douloureuses maladies qui pendant de longues années lui ont rendu la vie très difficile.

Laure Beaumont-Maillet a pris sa retraite en décembre 2006. Elle s’est consacrée à des travaux concernant l’histoire de l’art et l’histoire de Paris.

Elle a une fille Clotilde Beaumont, née le 17 juillet 1980.

Sylvie Aubenas, conservatrice générale des bibliothèques, directrice du département des Estampes et de la photographie depuis 2007.

Bibliographie

Monographies, catalogues d’expositions

  • Le Grand couvent des Cordeliers de Paris : étude historique et archéologique du XIIIe siècle à nos jours, préf. de Michel Fleury. Paris, H. Champion, 1975 (Bibliothèque de l’École des hautes études, IVe Section, Sciences historiques et philologiques ; 325).
  • Sainte-Geneviève de Paris : la vie, le culte, l’art, en collaboration avec Dom Jacques Dubois, O.S.B., Paris, Beauchesne, 1982, 168 p., ill. Nouvelle édition revue et corrigée en 1985.
  • Paris inconnu. Collection Les Albums du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale ; 3, Paris, Albin Michel, 1984, 103 p., ill.
  • La Guerre des Sexes . Paris, Albin Michel, 1984, 111 p., ill.
  • Paris de la Préhistoire à nos jours, en collaboration avec Jean Dérens, Michel Fleury, Jean Tulard, Saint-Jean d’Angely, éd. Bordessoules, 1985,  707 p.
  • Note de synthèse à Monsieur l’administrateur général de la Bibliothèque nationale sur le vidéodisque Révolution française, Paris, Bibliothèque nationale, 1986, 27 f.
  • L’Estampe en France du XVIe au XIXe siècles, exposition Machida et Niigata, Japon, printemps-été 1987 ; BN, automne 1987.
  • Vie et histoire du Xe arrondissement. Paris, éd. Hervas, 1988, 160 p.
  • La Caricature française et la Révolution, 1789-1799, exposition (Los Angeles-New York, automne-hiver 1988-1989 ; BN, printemps 1989.
  • Le plan de Turgot, portrait de Paris à vol d’oiseau. Paris, Nouvelles éditions Tchou, 1989. 
  • Images de la Révolution française : catalogue du vidéodisque / coproduit par la Bibliothèque nationale et Pergamon press ; Laure Beaumont-Maillet, direction générale ; Denis Bruckmann, assisté de Marie-Claude Thompson, conception et coordination, Paris : Bibliothèque nationale, 1990,  3 vol.  
  • Voyage pittoresque et romantique à travers les villes de France,  oeuvres choisies et commentées par Laure Beaumont-Maillet, Le Temps de vivre, 1990.
  • L’Eau à Paris. Paris, Hazan, 1991, 261 p.
  • Adam et Eve de Dürer à Chagall (catalogue de l’exposition du Musée national du Message biblique Marc Chagall, à Nice, été 1992), Paris, RMN, 1992, 128 p. 
  • Les Lautrec de Lautrec, exposition Brisbane, été-automne 1991 ; Melbourne, automne-hiver 1992 ; Paris, BN, hiver-printemps 1992.
  • Le Florilège de Nassau-Idstein, par Johann Walter, 1604-1677, Paris, Anthèse, 1993. 
  • L’eau-forte en couleurs de Pissarro à Picasso, exposition New-Brunswick, automne 1992 ; Amsterdam, hiver 1993 ; BN, été 1993.
  • Paris (texte en japonais). Photographies de Shuji Ave, Tokyo, Takarajimasha Inc., 1994.
  • Garde-le toujours. Lettres et dessins des Enfants d’Izieu, 1943-1944, collection de Sabine Zlatin (en collaboration avec Anne Grynberg), Paris, Bibliothèque nationale de France – Association du Musée-Mémorial d’Izieu, 1994, 104 p.
  • D’après nature, Chefs d’œuvre de la peinture naturaliste en Alsace de 1450 à 1800. Strasbourg, Créamuse, 1994, 200 p.
  • Guide du Paris médiéval, Paris, Hazan, 1997, 200 p. 
  • La France au Grand Siècle. Chefs d’œuvre de la collection Gaignières, Arcueil, Anthèse/Paris, Bibliothèque nationale de France, 1997, 104 p. 
  • Souvenirs d’un voyage dans le Maroc / Eugène Delacroix ; éd. de LBM, Barthélémy Jobert et Sophie Join-Lambert. Paris, Gallimard, 1999. (Art et artistes). 
  • Ivan Theimer : oeuvres sur papier, exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, crypte, 24 septembre-27 octobre 2002, Collection : Cahiers d’une exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2002,  48 p. 
  • Dessins de la Renaissance : collection de la Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie, catalogue par LBM, Gisèle Lambert, Jocelyn Bouquillart,  exposition, Barcelone, Fundació Caixa de Catalunya, 21 octobre 2003-18 janvier 2004, Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, galerie Mazarine, 24 février-4 avril 2004, Paris, Bibliothèque nationale de France ; Barcelone, Fundació Caixa Catalunya, 2003, 293 p.  
  • Capa connu et inconnu, sous la dir. de LBM, exposition, Paris, BnF, automne 2004, Martin Gropius Bau, Berlin, printemps 2005, Paris, BnF, 2004. 
  • La photographie humaniste, 1945-1968 : autour d’Izis, Boubat, Brassaï, Doisneau, Ronis,  sous la direction de LBM, Françoise Denoyelle et Dominique Versavel, exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, Site Richelieu, Galerie de photographie, 31 octobre 2006-28 janvier 2007, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2006. 
  • Sean Scully, 1945, Paris, Cercle d’art, 2006, 63 p.  
  • Albert Dubout, le fou dessinant, sous la dir. de LBM et et Jean-François Foucaud, exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, 4 juillet-3 septembre 2006, Paris, Bibliothèque nationale de France, Hoëbeke, 2006, 158 p. 
  • C. D. Friedrich, 1774-1840, Paris, Cercle d’art, 2007, 63 p.  
  • Saint-Séverin, une église, une paroisse, avec la collaboration de Marie-Laure Deschamps-Bourgeon, Paris, Lacurne, 2010, 331 p.

Préfaces et postfaces

  • Suite d’estampes de la Renaissance italienne dite « Tarots de Mantegna » ou Jeu du Gouvernement du Monde au Quattrocento, édition en fac-similé de cette suite de burins conservée à la Bibliothèque nationale…, Garches, éd. Arnaud Seydoux 1985.
  • Germaine Meyer-Noirel, L’Ex-Libris, histoire, art, techniques, Paris, Picard, 1989.
  • Dictionnaire des monuments de Paris, sous la direction de Jean Colson et Marie-Christine Lauroa, Paris, Hervas, 1992. Nouvelle édition revue et corrigée en 2003. 
  • Atget-Paris. Paris, Hazan, 1992, 788 p.
  • Féodor Hoffbauer, Paris à travers les âges, Paris, Inter-Livres, 1993.
  • Les Costumes grotesques de Nicolas de Larmessin, Paris, Bibliothèque de l’Image, 2002.
  • François Houtin  : catalogue raisonné 1973-2002, coordonné par Richard Reed Armstrong fine art ; préf. de Laure Beaumont-Maillet, Chicago ; Paris, Galerie Michèle Broutta, 2002.  Publ. à l’occasion de l’exposition “François Houtin, dessins, lavis, gravures et livres”, Paris, Galerie Michèle Broutta, 4 décembre 2002 au 1er février 2003.
  • Jardins anglo-chinois ou Détails de nouveaux jardins à la mode. Georges Louis Le Rouge ; en collab. avec la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Reprod. en fac-sim., Paris, Connaissances et mémoires, 2004,  33 p.-21 cahiers de pl.

Articles et contributions (sélection)

  • « Le Réfectoire du Grand Couvent des Cordeliers de Paris », dans Documents Archéologia, 1973, n° 3 (Paris, Foyer d’art au Moyen-âge), pp. 61-69, ill.
  • « Saint-Anne-la-Royale, église des Théatins de Paris », dans Commission du Vieux-Paris, procès-verbal de la séance du 11 juin 1979 (annexe au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris des 18-19 juillet 1979, pp. 10-23, ill.
  • « Dernières recherches relatives aux portails des Théatins quai Voltaire et 26 rue de Lille (7e) » dans Commission du Vieux-Paris, procès-verbal de la séance du 14 janvier 1980 (annexe au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris du 9 juillet 1980.
  • « Les Bains chinois », dans Commission du Vieux Paris, procès-verbal de la séance du 3 mars 1980 (annexe au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris des 23-24 juillet 1980), pp. 6-8, ill.
  • « L’iconographie de sainte Geneviève de Paris », dans Bulletin de la Société le Vieux-Papier, n° 287 (janvier 1983), pp. 17-22, ill.
  • « Le Patrimoine des Bibliothèques : mesures préventives à la Bibliothèque nationale », dans Rencontres internationales pour la protection du patrimoine culturel, premier colloque : Protection contre les déprédations et dégradations du fait de l’homme, Avignon, 13-15 novembre 1985, Avignon, 1986, pp. 16-25.
  • Le Vidéodisque « Images de la Révolution française » dans Revue de la Bibliothèque nationale, n° 32 (été 1989), pp. 54-61.
  • « Le Quatorze Juillet 1789 », dans La Révolution française et l’Europe, 1789-1799, tome II, L’Evénement révolutionnaire, Paris, catalogue de l’exposition du Grand-Palais, Paris, RMN, 1989, pp. 382-413.
  •  « Les dessins de tombeaux levés pour Gaignières dans les provinces de l’Ouest à la fin du XVIIe siècle » par Jean-Bernard de Vaivre, dans Pays de la Loire, 303, 1990.
  • « Le Porche de l’église Saint-Saturnin de Nogent-sur-Marne provient-il d’une église parisienne ? » dans Commission du Vieux-Paris. Procès-verbal de la séance du lundi 11 juin 1990 (Supplément au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris n°29 du vendredi 10 avril 1992), pp. 15-21.
  • « Un projet inédit de Visconti pour l’hôtel de Mademoiselle Mars », dans Louis Visconti, 1791-1853, Paris, Délégation à l’Action Artistique de la Ville de Paris, 1991, pp. 190-193.
  • « Le Département des Estampes et de la Photographie » dans Arts et Métiers du Livre, n° 171 (janvier-février 1992), pp. 6-14.
  • « La Gravure française du XVIe siècle », dans Arts et Métiers du Livre, n° 171 (janvier-février 1992), pp. 24-26.
  • « L’Image de la Lorraine dans les collections du Département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale » dans Yves Le Moigne (1935-1991) historien de la Lorraine, Metz, Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, 1992 (Les Cahiers lorrains, 1992, n° 3-4), pp. 465-474.
  • « Les collectionneurs au Département des Estampes », dans Nouvelles de l’Estampe, n° 132 (1993, n° 6), pp. 5-27.
  • « Un recueil de caricatures de lecteurs et de conservateurs du Département des estampes à la fin du XIXe siècle dans Mémoire pour demain, mélanges en l’honneur de Albert Ronsin, Gérard Thirion, Guy Vauce, Paris, Association des bibliothécaires français, 1995, pp. 203-234.
  • Passage du témoin : Cécile Reims & les graveurs du XVe au XXIe siècle, affinités électives,  textes de Cécile Reims et Laure Beaumont-Maillet,  exposition Issoudun, Musée de l’Hospice Saint-Roch, 25 février-28 mai 2012, Issoudun,  Établissement public de coopération culturelle, 2012, 87 p. Exposition organisée à l’occasion de la parution du catalogue raisonné de l’oeuvre gravé de Cécile Reims.  

Participation à des colloques, conférences (sélection)

  • La Question du dépôt légal. Tri, sélection, conservation. Quel patrimoine pour l’avenir ? Ouvrage collectif réunissant les actes de la table ronde organisée sous l’égide de l’Ecole nationale du Patrimoine les 23, 24 et 25 juin 1999, Centre des Monuments nationaux/Monum, éditions du Patrimoine, 2001, 237 p. (p.189-190)
  • Robert Capa et le photojournalisme : colloque du mardi 16 et du mercredi 17 novembre 2004 / Laure Beaumont-Maillet, Richard Whelan, Herbert Molderings…[et al.], aut. des textes ; Laure Beaumont-Maillet, Richard Whelan, Herbert Molderings … [et al.]
  • Et publications diverses, dans les Nouvelles de l’Estampe, le Bulletin de l’association des Bibliothécaires français, la Revue de la Bibliothèque nationale, etc.

Bibliographie

  • Numéro spécial « Laure Beaumont-Maillet », dans Nouvelles de l’estampe, décembre 2006-février 2007, n° 209-210.

Soutenance de thèse de doctorat : Philippe Mezzasalma

Le 17 juin 2019, Philippe Mezzasalma, chef du service de la presse au département Droit, économie et politique de la BnF, a soutenu sa thèse de doctorat sur travaux intitulée La déportation des femmes depuis la France par mesure de répression (1940-1945).

Résumé

Près de 9000 femmes ont été déportées depuis la France par mesure de répression vers l’Allemagne nazie de 1940 à 1945. La thèse propose de restituer leur histoire mal connue, dans une perspective comparative avec les déportées d’autres nationalités (Polonaises, Russes ou Tchèques) mais aussi avec les déportés masculins depuis la France. Elle permet de dresser un panorama déterminant qui elles étaient, résistantes actives, sympathisantes, mais aussi raflées ou détenues de droit communs,  confondues dans une même vision idéologique de l’ennemi par l’occupant nazi. Il s’agit d’une première synthèse de leur histoire, de leur engagement pour les résistantes, ou de leur arrestation pour les autres, jusqu’au retour en France.  La chronologie de leur déportation, la singularité des parcours de répression permet de comprendre aussi la place particulière prise par les déportées de France dans l’univers concentrationnaire. Enfin cette analyse propose une lecture genrée permettant de mieux comprendre les spécificités de la déportation des femmes, et ce qu’elle apporte à l’histoire générale de la déportation.

Jury

  • Mme Alya Aglan, professeure d’histoire, Université de Paris I
  • Mme Sylvie Chaperon, professeure d’histoire, Université Jean Jaurès de Toulouse
  • Mme Mechtild Gilzmer, professeure d’histoire, Université de la Sarre
  • M. Denis Peschanski, directeur de recherche, CNRS
  • M. Henry Rousso, directeur de recherche, CNRS

Soutenance

  • Le lundi 17 juin 2019
  • Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XXème siècle

Soutenance de thèse de doctorat : Coline Arnaud

Le 4 juillet 2019, Coline Arnaud, ancienne chercheure invitée (2016) et associée (2015) de la BnF, soutient sa thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication intitulée La pâtisserie française (1870 – 1914) : une révolution gastronomique menée sous la direction de Françoise Hache-Bissette .

Résumé

La pâtisserie d’art théorisée par Carême avant 1850 codifie une pâtisserie décorative et complexe dont le faste est destiné aux élites sociales de l’Empire puis de la Restauration. Pourtant, dès 1820, cette pâtisserie ambitieuse bouleversant le statut artisanal du pâtissier se heurte aux valeurs bourgeoises d’une classe sociale en pleine ascension. Les inventions techniques, les réformes sociales, l’ouverture des marchés à la production industrielle au tournant du siècle condensent les tensions toujours irrésolues entre une pâtisserie nostalgique, aux ambitions artistiques, et la prédominance des commerces de proximité, symboles d’une production économique diversifiée et moderne. Ce travail cherche à analyser l’origine de ces tensions et leur impact à travers le métier, le produit et le lieu de vente, en interrogeant le rapport de cette pratique au social, au politique et à l’art de 1870 à 1914.

Soutenance

  • Lieu :  Bibliothèque nationale de France / Site François Mitterrand, Quai François Mauriac 75013 Paris
  • Salle : Petit Auditorium
  • Horaire : 14h

Composition du jury

  • Mme Françoise HACHE-BISSETTE, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Directeur de thèse
  • Mme Claire BLANDIN, Université Paris 13, Rapporteur
  • M. Didier FRANCFORT, Université de Nancy, Rapporteur
  • M. Jean-Pierre WILLIOT, Sorbonne Université, Examinateur
  • Mme Simona DE IULIO, Université de Lille, Examinateur
  • M. Emmanuel QUENSON, Université d’Evry, Examinateur
  • M. Denis SAILLARD, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Co-encadrant

Séminaire: Émergence de l’art vidéo en Europe, 19 juin

Crédits iconographiques : Teresa Wennberg, Swimmer, 1978, vidéo, 20′, production Centre Georges Pompidou, Paris, collection Centre Georges Pompidou, Paris et Sädtishes Kunstmuseum, Bonn

À ce jour, une histoire de l’art vidéo à l’échelle de l’Europe reste à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Programme

10h00
Introduction et présentation du programme « Émergence »
François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

10h15
L’historiographie de l’art vidéo en Grèce, un défi entre les mains des artistes, Manthos Santorineos (Artiste – théoricien nouveau media, Professeur à l’École des Beaux-Arts d’Athènes)

11h00
Pause

11h15
Archive ontology – connecting the dots
Per Platou (Directeur, Norwegian Video Art Archive)

12h00
The Beginnings of Video Art in Bulgaria,Iliyana Nedkova (Directrice artistique pour l’art contemporain, Horsecross Arts)

12h45
Pause déjeuner

14h30
REC: Tracking the Emergence of Artist Video in Belgium
Sofie Ruysseveldt (Responsable de collection) et Dagmar Dirkx (Assistante de collection/production, ARGOS vzw Centre for Art and Media)

15h30
Swedish Video Art – the early years
Teresa Wennberg (Artiste vidéaste)

16h15
Table-ronde / Discussions

Informations pratiques

Ce cinquième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo en Grèce, en Norvège, en Bulgarie, en Belgique et en Suède.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo » : François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne) ; Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France) ; Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de : Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, ArTeC) et Victor Tsaconas (Stagiaire, ArTeC)

Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Les communications le mercredi 19 juin auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Parution : lancement du site SESPOA. Sceaux et empreintes de sceaux du Proche-Orient ancien

Les sceaux-cylindres ne sont pas noirs et blancs.

La Bibliothèque nationale de France et le LabEx Les Passés dans le présent sont heureux de pouvoir annoncer la mise en ligne des premiers résultats d’un projet de recherche visant à numériser et à faire connaître la collection des sceaux-cylindres orientaux conservés à la Bibliothèque nationale de France, à la fois par l’entremise du projet CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative, <https://tinyurl.com/y6rua6g2>) et via les pages d’un nouveau portail web bilingue spécialement dédié : SESPOA, Sceaux et empreintes de sceau du Proche-Orient ancien <http://sespoa.huma-num.fr>.

La BnF abrite la deuxième plus grande collection de sceaux-cylindres orientaux en France, après celle du musée du Louvre. Avant notre travail, cette collection était surtout connue par l’ancien Catalogue de L. Delaporte, publié en 1910, où n’est cependant enregistrée qu’environ la moitié des quelque mille sceaux-cylindres aujourd’hui conservés à la BnF. L’objectif de notre projet est détaillé sur les pages du site SESPOA, où les visiteurs trouveront également des informations sur l’histoire de cette importante collection, qui a ingéré au fil du temps diverses collections privées plus petites. Les objectifs du projet et l’histoire de la collection sont également détaillés dans un article à paraître dans la prochaine livraison de la revue Syria (2019).

Le travail de numérisation et de présentation en ligne de la collection de sceaux-cylindres de la BnF est le fruit d’une collaboration entre la BnF et le pôle d’excellence (LabEx), Les passés dans le présent <http://passes-present.eu>, en coopération avec les universités d’Oxford et de Southampton au Royaume-Uni.

Le projet SESPOA est dirigé par Bertrand Lafont (CNRS Paris-Nanterre) et Jacob L. Dahl (Oxford), avec Nordine Ouraghi comme chercheur postdoctorant à Paris (archéologue Éveha financé par le LabEx) et Kate Kelley comme postdoctorante à Oxford (financée par le projet jumeau SIANE à Oxford). La majorité des travaux d’imagerie a été réalisée par Nordine et Kate, avec l’assistance de David Young de l’Université de Southampton (projet SIANE) qui a conçu et produit, avec Kirk Martinez et Jonathon Hare, également de l’Université de Southampton, le kit de capture numérique spécifiquement conçu pour les sceaux-cylindres.

Le projet SIANE1, Seals and their Impressions in the Ancient Near East, a été originellement un projet pilote de douze mois, financé par le Fonds John Fell de l’Université d’Oxford et qui a visé à mettre au point et à tester des méthodes innovantes et adaptées pour permettre la capture numérique de ces petits objets que sont les sceaux-cylindres, avec de premières applications dans les collections de la BnF et de l’Ashmolean Museum d’Oxford. Le kit de capture SIANE qui a été produit à cette occasion et utilisé par la suite est décrit dans les pages web du projet SESPOA. La numérisation des sceaux de la collection de l’Ashmolean Museum est en grande partie achevée et sera ajoutée aux sites CDLI et SESPOA à l’issue du traitement en cours des images et données.

Les porteurs du projet espèrent que leur travail sur ces deux collections clés de sceaux-cylindres, avec les technologies et outils de recherche novateurs qu’ils proposent, ouvriront la voie à la création de nouvelles mises en ligne de sceaux proche-orientaux, afin de favoriser les études sur la glyptique et l’histoire administrative de l’ancien Proche-Orient, le développement des humanités numériques dans ces domaines et la protection de ces divers corpus d’objets du patrimoine culturel mondial désormais si menacés.

  1. Le projet SIANE est décrit dans un article d’un volume édité par Kelley et Woods, “Digital Imaging of Artefacts: Developments in Methods and Aims”, publié en 2018 et disponible en ligne <http://www.archaeopress.com/public/displayProductDetail.asp?id=%7B5538CD4D-1A45-47F9-AACD-42A389B5ABCA%7D>. []

Journée d’études : Autour du Digital Muret : recherches récentes sur les collections archéologiques du xixe siècle (17/6)

Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, II, pl. 45, tête d’Hypnos.

À l’occasion de la mise en ligne du premier corpus du « Digital Muret », l’INHA et la BnF organisent une journée d’études pour présenter et mettre en perspectives les recherches menées dans ce programme depuis 2017. Jean-Baptiste Muret (1795-1866) a été le dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866 ; tout au long de sa carrière, il a constitué un ensemble de planches en couleur reproduisant des objets antiques pris dans différentes collections, privées et publiques, et mis en série pour mieux en comprendre la typologie ou la signification. Cet important recueil, conservé à la BnF et resté inédit, constitue donc une source majeure pour l’histoire des collections d’antiques au XIXe siècle et celle de leur étude. La journée reviendra sur la démarche mise en place et l’outil numérique développé pour l’occasion (http://digitalmuret.inha.fr/), présentera quelques aspects des découvertes permises par les recherches menées sur ce corpus et s’intéressera à d’autres fonds similaires et complémentaires.

Comité scientifique

  • Mathide Avisseau-Broustet (BnF)
  • Cécile Colonna (INHA)
  • Louise Detrez (BnF)
  • Bastien Rueff (INHA)
  • Clément Salviani (INHA)

Programme

9h30 : Introduction
Cécile Colonna (INHA), Mathilde Avisseau-Broustet (BnF)
Le programme Digital Muret, enjeux et développements

10h Outils et publication numérique
Présidé par Frédérique Duyrat (BnF)

Bastien Rueff (INHA), Approche statistique du volume II : sa place dans les recueils de dessins d’antiques de Jean-Baptiste Muret et
son organisation interne

Clément Salviani (INHA), Productions participatives et externalisation du dispositif d’identification : retour sur les expériences de crowdsourcing autour du Digital Muret
Federico Nurra (INHA), Stratigraphie d’un site web : du tableau de données à la mise en ligne du « Digital Muret »
Anne-Violaine Szabados (CNRS, ArScAn, LIMC), Rozenn Douaud (CNRS, ArScAn), Des dessins à la 3D : redécouvrir un coffret disparu

Le dessin comme point de départ des recherches
Présidé par Laurent Haumesser (musée du Louvre)

Anaïs Boucher (Sèvres, cité de la Céramique), Louise Detrez (BnF),
Fabrice Rubiella (InP), Un cratère en calice à fond blanc Sèvres-Lausanne ? Autour d’une planche du recueil de Jean-Baptiste Muret

12h30 Déjeuner

14h Christian Mazet (École pratique des hautes études, Université PSL / École française de Rome), L’iconographie des divinités et monstres marins étrusques chez Jean-Baptiste Muret : la « Tritonide » Révil et le « Triton » Lajard

Mathilde Vauquelin (École du Louvre), Les planches de Jean-Baptiste Muret, à l’origine d’une étude sur les collectionneurs d’antiquités nationales en province au XIXe siècle

Lionel Pernet (musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne), Les collections du Musée des Antiquités de Lausanne dans la seconde moitié du XIXe siècle : une politique d’acquisition entre patrimoine vaudois et ventes parisiennes

15h45 Les dessins et l’histoire de l’archéologie
Présidé par Louise Detrez (BnF)

Corinne Jouy-Barbelin (musée d’archéologie nationale), Les richesses oubliées des archives du musée d’Archéologie nationale

Soline Morinière (musée d’archéologie nationale), Le fonds Edouard Flouest : dessiner les antiquités nationales dans la seconde moitié du
XIXe siècle (1859-1891) pour une nouvelle approche de la preuve scientifique

Isabelle Périchaud (INHA), Isabelle Vazelle (INHA), Les dessins archéologiques dans les collections patrimoniales de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art

Informations pratiques

  • 17 juin 2019 – 9h30-18h
  • Institut national d’histoire de l’art, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • Entrée libre

Parution : Trésors monétaires volume XXVIII : trésors de monnaies espagnoles dans la france des XVIIe et XVIIIe siècles

Couverture Trésors monétaires 28

Ce nouveau volume de Trésors monétaires rassemble plusieurs trésors de monnaies d’or espagnoles perdus au XVIIe siècle : l’un découvert sur une plage de Donville-les-Bains dans la Manche (24 monnaies, vers 1623-1629), un autre dans des maisons de Castillonnès dans le Lot-et-Garonne (45 monnaies, vers 1630-1635) ou encore à Aurillac dans le Cantal (24 monnaies et deux bijoux, vers 1665).

S’y ajoute le spectaculaire trésor de monnaies d’argent espagnoles de l’épave de la Jeanne-Élisabeth, vaisseau suédois coulé en 1755 au large de la Maguelonne, sur la côte méditerranéenne. Ce trésor de quelque 4 000 pièces d’argent est remarquable par les péripéties qui accompagnent sa perte – course anglaise, naufrage, pillage – mais aussi par la richesse des informations qu’il nous fait connaître. L’archéologie du trésor et l’examen des archives permettent de comprendre comment et où les lots ont été constitués, quelle a été la vitesse de circulation de cet argent depuis les ateliers américains jusqu’aux cales de la Jeanne-Élisabeth. Il met aussi en lumière le rôle des marchands français dans la circulation des métaux américains, les zones privilégiées de circulation de l’or et de l’argent dans une économie mondialisée qui va des Amériques à l’Inde et à la Chine en passant par l’Europe et le Proche-Orient.

Ce volume s’accompagne aussi d’un article de synthèse sur l’or espagnol en France au XVIIe et au XVIIIe siècle qui permet de situer ces ensembles monétaires dans leur contexte historique, économique, politique…

Auteur

Jérôme Jambu, conservateur au département des Monnaies, médailles et antiques

Informations pratiques

  • Description : Broché, 180 pages, 13 planches, 21 × 29,7 cm
  • Date de parution : 13 mai 2019
  • ISBN/EAN 978-2-7177-2821-7 / 9782717728217
  • Editeur : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Disponibilité : Disponible
  • Prix : 80 €

Offre de stage à la Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel)

Cadre

  • Chargé·e de traitement de collections
  • Dans le cadre du programme de recherche « Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes » (https://shakk.hypotheses.org/), financé par l’Agence Nationale de la Recherche.

Profil requis

  • Être inscrit.e en master 1 ou master 2 en sciences humaines et sociales
  • Être arabisant.e
  • Intérêt pour la Syrie contemporaine et pour les sources audiovisuelles

Mission principale

  • La ou le stagiaire aura pour tâche de compiler des fichiers vidéo issus des différents acteurs de la révolte et de la guerre en Syrie, de les constituer en fonds documentaire structuré, de les décrire et de les indexer dans la base BnF-Archives et manuscrits. Les corpus seront déjà pré-constitués par les chercheurs du programme de recherche ANR Shakk
  • Pendant la durée du stage la ou le candidat·e retenu.e sera formé·e aux problématiques et enjeux liées au programme de recherche ainsi qu’aux outils numériques utilisés.

Missions secondaires

  • Participer à la vie scientifique du programme de recherche (échanges sur la liste de diffusion et veille informationnelle)
  • Participer à la mise à jour et à la rédaction du Carnet de recherche du programme

Compétences

  • Bonne connaissance de la Syrie contemporaine
  • Capacité à traiter et à assimiler la documentation en langue arabe (arabe standard et arabe dialectal syrien)
  • Connaissances de base en techniques documentaires
  • Capacité à travailler en équipe

Dates

  • Date limite de dépôt de candidature : 15 juin 2019
  • Début du stage : 15  octobre 2019

Conditions

  • Durée du stage : de 3 à 6 mois.
  • Indemnité : Indemnité de stage prévue, en conformité avec la réglementation en vigueur.
  • Lieu : Bibliothèque Nationale de France, site François Mitterrand, Quai François Mauriac, 75706 Paris

Candidater

Envoyer CV et lettre de motivation à Alain Carou (alain.carou@bnf.fr), Jean Christophe Peyssard (jc.peyssard@ifporient.org) et  Cécile Boëx (cecile.boex@ehess.fr)

Exposition hors les murs : “Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle)”

Jan Rustem et Gottlieg Kisling, Cartes barbouillées, Vilnius, 1814-1815 (cat. 8) ; BnF, département des Estampes et de la photographie

Afin de mieux faire connaître ses trésors, la BnF ouvre ses collections à des musées ou des bibliothèques partout en France. Dans le cadre de l’exposition « Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle) », elle présente une sélection de pièces issues du département des Estampes et de la photographie qui conserve une collection de cartes exceptionnelles assemblée depuis plus de trois siècles.

Les cartes à jouer dans les collections de la BnF

Fort de trois mille suites de cartes à jouer, le département des Estampes et de la photographie de la BnF conserve une collection de cartes exceptionnelle par la diversité et la rareté de ses pièces, assemblée patiemment depuis plus de trois siècles.

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Fabuleuses cartes à jouer ! Le monde en miniature, aux Éditions de la BnF, un florilège de cartes occidentales du XVe au XXe siècle est présenté au sein de l’exposition permanente du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux. Ces fonds, issus de dons et d’achats de jeux appartenant à de grands collectionneurs (Michel de Marolles et Roger de Gaignières au XVIIe siècle, Romain Merlin au XIXe, Georges et Paul Marteau, Henry d’Allemagne au XXe siècle), complétés par des acquisitions variées du département depuis le XIXe siècle, comportent des exemplaires des plus rares et précieux tout en offrant un panorama unique des techniques de fabrication des cartes et de leurs usages à travers les siècles.

Fabuleuses cartes à jouer de la BnF exposées au Musée Français de la Carte à Jouer

Une sélection de pièces issues de douze jeux différents, insérée dans le parcours des collections permanentes du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux, instaure un jeu de regards croisés entre les deux collections, qui souligne la richesse respective des deux institutions.

De rarissimes tous premiers burins allemands du maître des cartes à jouer, vers 1440, qui rattachent les cartes aux origines de l’estampe, ainsi qu’un somptueux tarot italien enluminé du XVe siècle sont ainsi mis en lumière.

Des planches non découpées ont permis de sauvegarder d’exceptionnels jeux français, lyonnais du XVe siècle.

L’Italie du XVIIIe siècle est représentée à travers un jeu peint au portrait vénitien et un délicat ensemble de cartes florentines imprimées sur soie et rehaussées de couleurs. L’inventivité du XIXe siècle transparaît dans des cartes lituaniennes dites « barbouillées », un jeu de tarot allemand sur le thème populaire du « monde renversé », un jeu russe de fantaisie, ou les premières cartes photographiques parisiennes représentant des artistes des grands théâtres. N’oublions pas aussi que de célèbres artistes ont travaillé pour l’univers de la carte à jouer, en témoignent les dessins de Jacques-Louis David en 1808 pour l’Imprimerie impériale ou ceux de Sonia Delaunay en 1959 à la demande du musée des cartes à jouer de Bielefeld (Allemagne).

Cette sélection de trésors de papier appartenant aux fonds de la BnF, présentée au cœur même des collections permanentes, dans une scénographie spécialement créée pour l’occasion par Pascal Rodriguez, permet d’inaugurer un nouveau parcours chronologique, qui se superpose au parcours thématique traditionnel du musée. Les cartes les plus précieuses du musée, telle la carte du Chariot, provenant d’un tarot enluminé italien attribué à l’École de Ferrare, produite dans le contexte somptuaire de la cour des Este vers 1450, ou encore la planche de tête au « portrait de Paris » des Guyon Guymier (XVIe s.) seront mises en valeur à la lumière de cette présentation croisée.

C’est le legs de Louis Chardonneret, archiviste au Monde illustré et collectionneur, qui fut à l’origine de cette collection. Elle comprenait alors une centaine de suites de cartes à jouer dont la redécouverte dans les années 1980 orienta le musée vers une importante politique d’acquisition de ces ensembles, avec une volonté d’ouverture vers les beaux-arts et la création contemporaine. Cette collection comprend aujourd’hui plus de 15 000 œuvres dont près de 9 000 jeux de cartes, planches et enveloppes de jeux, plus de 800 peintures, dessins et estampes, mais également de nombreux objets de jeu ainsi que des bois d’impression.

Dans les collections de la BnF

Chaque année, la BnF présente dans des établissements patrimoniaux une sélection d’œuvres issues de ses collections et fait partager ses richesses à un plus large public.

Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec des collections locales, le programme Dans les collections de la BnF vise à développer des partenariats scientifiques et pédagogiques avec d’autres institutions.

Organisation

Le commissariat de l’exposition est assuré par :

  • Gwenael Beuchet, attaché de conservation, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Charlotte Guinois, conservatrice du patrimoine, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Vanessa Selbac, conservatrice, chef du service de la Réserve, département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le musée, la recherche et la valorisation, direction des Collections, BnF

Informations pratiques

  • Musée Français de la Carte à Jouer
  • 16 Rue Auguste Gervais, 92130 Issy-les-Moulineaux
  • Jours et heures d’ouverture :
  • Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h
  • Samedi et dimanche : de 14h à 18h
  • Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h
  • Août : fermé

Fermé les jours fériés et en août
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?