Colloque : Résistances au féminin. Écriture contemporaine de l’engagement (1-2 juin 2018)

Avec la collaboration de la Bibliothèque nationale de France, Sylvie Camet (Université de Lorraine) et Isabelle Mons (Université  Paris 13) organisent un colloque sur les modes d’inscription de la résistance au féminin contre l’adversité.

« Nicole » a French Partisan Who Captured 25 Nazis in the Chartres Area, in Addition to Liquidating Others, Poses with the Automatic Rifle with Which She is Most Proficient

Programme

Vendredi 1erjuin 2018 : matin

9h. Ouverture (après petit-déjeuner d’accueil)
Olivier Bosc, directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal
Sylvie Camet, Isabelle Mons : 
présentation du colloque

9h30. Introduction Sylvie Camet, université de Lorraine
Présidence : Isabelle Mons, université Paris 13
Première partie : Résister au féminin : fondements et enjeux sociaux
10h. Isabelle Galichon, université Bordeaux-Montaigne
Le récit de soi, entre pratique de liberté et pratique de libération : Forest, Luxembourg, Sapienza.
10h20. Agnieszka Stobierska, université de Nice
Pour le droit de choisir : combat des artistes et écrivaines contre l’interdiction de l’avortement en Pologne

10h40 : questions

Deuxième partie : Le journalisme comme arme
11h. Marie-Gersande Raoult, université de Limoges
‘La Fronde’ et ses frondeuses. Pratiques journalistiques et engagement féministe
11h20. Anne Mathieu, université de Lorraine
Dénoncer la barbarie fasciste. Le cas des reportrices pendant la guerre d’Espagne (1936-1939)
11h40. Simone Orzechowski, université de Lorraine
Ulrike Meinhof : la radicalisation d’une intellectuelle engagée dans l’Allemagne de « la prospérité pour tous »
12h : questions

Vendredi 1erjuin 2018 : après-midi

Première partie : Une œuvre de résistance théâtralisée
14h. Jean Monamy et Nathalie Gautier, Lorient
Colette Peignot : « Je ne suis jamais là où les autres croient me trouver et pouvoir me saisir. »
14h45 : questions

Deuxième partie : Dans les geôles
15h20. Michaela Chapelan, université Spiru Haret, Bucarest
Léna Constante : le témoignage d’une résistance claustrée
16h. Joy Courret, université Bordeaux-Montaigne
Les sœurs Mirabal contre le tyran Trujillo
16h20 : questions
16h30. François-Jean Authier, CPGE Poitiers
Femmes à l’agonie : les apocalypses d’Asli Erdoğan
Interview de Maryam Madjidi, auteure de Marx et la poupée, Prix Goncourt du Premier Roman 2017
17h30 : questions

Samedi 2 juin 2018 : matin

Présidence : Sylvie Camet
Première partie : Femmes en guerre
10h. Nicolas Charles, université Paris I Panthéon-Sorbonne
Des femmes françaises entrent en résistance face aux Allemands entre 1914 et 1918 : portrait de celles qui ont dit « non ! ».
10h20. Annabelle BonnetEHESS
Les dernières lettres d’Olga Benário Prestes (1938-1941). Résister à la cruauté malgré tout
10h40 : questions
11h. Rocio Negrete Pena, université Bordeaux-Montaigne
L’identité de genre dans les discours des femmes résistantes : ‘Ces femmes    espagnoles : de la Résistance à la déportation : témoignages vivants : de Barcelone à Ravensbrück’, de Neus Catalá.
11h20. Bilge Ertugrul, université Paris I Panthéon-Sorbonne
Erika Mann ou l’écriture engagée des femmes contre le nazisme
11h40 : questions
12h00 : questions

Le 2 juin après-midi

Deuxième partie : Madeleine Riffaud
14h. Isabelle Mons
Madeleine Riffaud entre littérature et journalisme : une œuvre en partage, une vie en récits
14h20. Jorge Amat, Paris
Film ‘Les 7 vies de Madeleine Riffaud’ : projection et interview
16h : questions
17h. Table ronde autour de Madeleine Riffaud (présence à confirmer) avec Jorge Amat, Sylvie Camet et Isabelle Mons
Conclusion : Sylvie Camet et Isabelle Mons

Femmes patriotes. Organe des Comités féminins de la résistance (M.U.R.)

Modalités pratiques

Bibliothèque de l’Arsenal, Paris
1 Rue de Sully, 75004 Paris
Inscription indispensable auprès de sylvie.camet@univ-lorraine.fr

Appel à communication : Colloque « Michel Chaillou à l’écoute de l’obscur »

Le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France et l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3 (THALIM, UMR 7172) organisent un colloque international portant sur l’œuvre de Michel Chaillou (1930-2013). Ils lancent un appel à communication ouvert jusqu’au 1er novembre 2018.

By Esby (talk) 08:44, 4 June 2010 (UTC) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons

« Écrire, on l’a bien compris, c’est d’une certaine façon faire monter dans mes phrases la langue de nuit que je porte en moi, que tout être porte en lui » (Michel Chaillou, L’Écoute intérieure, p. 322).

L’œuvre de Michel Chaillou (1930-2013) est une œuvre entièrement à l’écoute des voix : par tous les moyens, elle cherche même à ce que des voix inentendues, oubliées, délaissées, refoulées, ou encore démodées, recommencent. Cette « écoute intérieure » qui fait le moteur d’une telle écriture serait à observer d’œuvre en œuvre dans tous les registres de l’activité d’écriture de Michel Chaillou, qu’elle soit romanesque, essayiste, orale ou éditoriale. Dans la continuité des deux colloques qui se sont déjà penchés sur son œuvre, à Angers en 2015 (« Une écriture en parcours ») puis à Dunkerque en 2016 (« L’écriture fugitive »), il s’agira de repenser à nouveaux frais la force d’écoute d’une telle œuvre. Nous nous proposons de le faire en suivant trois orientations complémentaires à partir des archives, des histoires et des géographies de Michel Chaillou.

Les manuscrits dorénavant conservés à la BnF permettent aux chercheurs de découvrir certains éléments de la genèse des œuvres publiées. De plus, de nombreux cahiers et dossiers préparatoires, dont certains relèvent des activités professorales, éditoriales ou encore audio-visuelles de Michel Chaillou, ont également été conservés par la famille ; on y découvre le continu organique de l’ensemble de ces activités. Il est temps maintenant de les ouvrir et d’y voir à l’œuvre toujours recommençante « l’écoute intérieure ». Alors que le tournant archivistique est maintenant considéré dans les sciences humaines, la pratique spécifique de Chaillou des carnets et cahiers aux archives sonores et visuelles peut certainement nous aider à articuler des régimes d’historicité pluriels de son écriture en rapport direct aussi bien avec le goût de l’archive, au sens d’Arlette Farge, qu’avec un renouvellement des pratiques archivistiques, à la manière d’un Philippe Artières, pour faire histoire autrement.

De Montaigne à l’enfance nantaise, de Mirabeau à la seconde guerre mondiale, de l’Astrée au guide pédestre du XVIIe siècle, sans oublier les 24 volumes de la collection « Brèves littérature » qu’il a dirigée de 1990 à 1996, l’activité protéiforme de Michel Chaillou relève d’un racontage généralisée qui recommence toutes les histoires à ne jamais les finir pour que s’entretiennent non des itinéraires balisés, des généalogies assurées mais des historicités toujours mobiles, des points d’écoute jamais vraiment entendues. On considérera donc qu’avec Michel Chaillou, l’histoire de la littérature se voit largement contestée dans ses attendus traditionnels tout en étant renouvelée considérablement au moment même où le structuralisme voire même Roland Barthes, son directeur de thèse, n’entendaient pas forcément « la conversation éternelle des auteurs des siècles passés » dans le « vaste roman de la littérature » qu’ambitionnait Chaillou.

Chaillou aimait parler de « prose courante » et quand il écrit sur la France, la voilà « fugitive » ; mais il y aurait chez Chaillou une fascination pour tous les lieux qui ne savent pas où se situer autrement qu’à se voir sans cesse redevenir des expériences libres du rêve, de la digression ou des recommencements. Alors que la géographie en prise avec le « glocal », de Michel Lussault à Olivier Mongin, repense la notion de lieu au plus près des usages et des mobilités au moyen de raccordements scalaires souvent inédits, l’œuvre de Michel Chaillou n’offre-t-elle pas des explorations avec autant de points de fuite qui ne cessent de dé/re/localiser bien des expériences géographiques. On cherchera à suivre certaines lignes de reconceptualisation dans l’œuvre de Michel Chaillou, contemporaine d’un Henri Lefebvre (La production de l’espace, 1974), dans l’esprit d’une géocritique littéraire attentive, comme le propose Bertrand Westphal, à « saisir les espaces humains dans leur mouvance ».

Modalités pratiques

Les propositions participeront à l’un des trois axes définis ci-dessus et seront adressées avant le 1er novembre 2018 à serge.martin@univ-paris3.fr

Comité d’organisation

Guillaume Fau (BnF), Pascal Lefranc (Paris 3), Serge Martin (Paris 3)

Comité scientifique

  • François Berquin (U. du Littoral)
  • Pauline Bruley (U. d’Angers)
  • Philippe Daros (U. Sorbonne nouvelle)
  • Guillaume Fau (BNF)
  • Catherine Haman (U. du Littoral)
  • Michel Lussault (ENS, Ecole urbaine de Lyon)
  • Serge Martin (U. Sorbonne nouvelle)
  • Marie-Laure Prévost (BNF)
  • Dominique Rabaté (U. Diderot)
  • Chiara Rolla (U. di Genova)
  • Jean-François Thémines (U. de Caen)
  • Alain Schaffner (U. Sorbonne nouvelle)
  • Bertrand Westphal (U. de Limoges)

Colloque « Ladislas Mandel (1921-2006) ou l’humanisme de la lettre », 11 juin 2018

Un colloque en hommage au grand typographe et collectionneur Ladislas Mandel (1921-2006) réunira à la Bibliothèque de l’Arsenal, en co-organisation avec le Musée de l’imprimerie et de la communication graphique de Lyon, des conservateurs, des enseignants, des créateurs et des historiens du livre, anciens disciples de Mandel pour la plupart.

Caractères d’imprimerie. Collection Ladislas Mandel © BnF

Roumain d’origine hongroise, Mandel s’établit en France en 1936. Il se forme à la peinture et à la sculpture, puis à la restauration de monuments historiques et à la taille de pierre, affinant sa perception de la forme dans sa tension et son équilibre, ainsi que son approche gestuelle et plastique de l’écriture. Entré en 1954 à la fonderie Deberny & Peignot, il apprend le dessin de lettre auprès d’Adrian Frutiger et invente à ses côtés le métier de « dessinateur de caractères » pour la photocomposition. En 1968, il devient directeur artistique de la firme Lumitype/IPC, avant de se spécialiser dans les caractères à haute lisibilité pour les bottins d’Europe et d’Amérique.

Chacune de ses créations vise à humaniser la lettre, à l’harmoniser au paysage culturel et intérieur du lecteur. Hanté par l’histoire des formes, fasciné par la valeur symbolique du signe, Mandel affirme dans ses écrits, ses alphabets et son enseignement la prééminence de l’homme sur la machine et de la pensée sur l’outil. Il rêve d’écrire une « graphologie générale des arts » pour mettre en perspective les expressions plastiques et scripturales des civilisations et ce qu’elles révèlent d’elles-mêmes dans les formes qu’elles choisissent pour fixer leur existence. Ce dessein inachevé s’incarne dans son extraordinaire collection de curiosités épigraphiques.

La Bibliothèque de l’Arsenal et le Musée de l’imprimerie et de la communication graphique de Lyon ont reçu en héritage le fruit de ses travaux et de ses recherches : le fonds parisien sera présenté à l’occasion du colloque, et le fonds lyonnais sera exposé à l’automne.

Programme

9h30-9h45 : Introduction
Par Joseph Belletante, Directeur du Musée de l’imprimerie et de la communication graphique de Lyon et Olivier Bosc, Directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal.

1. Les fonds Mandel de la Bibliothèque de l’Arsenal et du Musée de l’imprimerie
Présidence de séance : Florence Codet (BnF)

9h45-11 h : La collection comme incarnation d’un regard et d’une pensée
Table ronde, avec la participation d’Anne Zali (BnF), Joseph Belletante (Musée de l’Imprimerie et de la communication graphique de Lyon), Claire Lesage (BnF), Sophie Nawrocki (BnF) et Rémi Verron (BnF).

11h-11h15 Pause

2. Mandel typographe et créateur de caractères
Présidence de séance : Fabienne Queyroux, Directrice adjointe de la Bibliothèque de l’Arsenal

11h15-11h45 : Le rôle de Ladislas Mandel dans le Centre d’Étude et de Recherche Typographique et les débuts de l’Atelier National de Recherche Typographique
Par Thomas Huot-Marchand, Directeur de l’ANRT de Nancy et créateur de caractères.

11h45-12h15 : Le « Galfra » et les caractères pour les annuaires téléphoniques de Ladislas Mandel
Par Alice Savoie, créatrice de caractères, historienne de la typographie et enseignante à l’ANRT Nancy et l’ENSBA Lyon.

12h15-12h30 Débat et questions

Présidence de séance : Joseph Belletante

14h30-15h : Les ultimes caractères humanistiques de Ladislas Mandel
Par Xavier Dupré, créateur de caractères.

3. Mandel « collectionneur d’écritures »

15h-15h30 : L’usage pédagogique de la collection Mandel à l’Arsenal
Par Florence Codet (BnF) et Laurence Rivière (BnF)

15h30-15h45 Questions

16h-17h30 : Mandel historien des écritures et de la typographie : le lien entre la collection et le métier
Table ronde animée par Olivier Nineuil (créateur de caractères et vice-président des Rencontres internationales de Lure), avec la participation de Franck Jalleau (dessinateur de caractères à l’Imprimerie Nationale, enseignant à l’Ecole Estienne), Jean-François Porchez (créateur de caractères, fondateur de Typofonderie).

17h30-18h : Conclusion
L’importance des collections typographiques telles que la collection Mandel auprès des jeunes générations, au regard de leur intérêt accru pour le dessin de caractères et son histoire. Le rôle du corpus typographique français mis en ligne par le Musée de l’imprimerie et des initiatives de l’ESAD d’Amiens.
Par Michel Wlassikoff (historien du graphisme et de la typographie, enseignant à l’ESAD Reims, ENSP Arles, École Estienne, ESAG Penninghen, HEAD Genève).

Colloque co-organisé par le Musée de l’imprimerie et de la communication graphique (Lyon), avec le soutien de l’Institut d’histoire du livre.

Avec une exposition de la collection de Ladislas Mandel, du 5 au 26 juin 2018, Bibliothèque de l’Arsenal, 1 rue de Sully, 75004 Paris

Modalités pratiques

Lundi 11 juin 2018, 9h30-18h
Bibliothèque de l’Arsenal
1, rue de Sully – Paris 4e

Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

[ANR] ARCH : Ancient Coinage as Related Cultural Heritage

L’Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage), coordonné et financé pour la France par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), a accordé un financement de 570 000 € pour un projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique.

Référence projet : ANR-17-JPCH-0003

Résumé du projet

Le projet ARCH: Ancient Coinage as Related Cultural Heritage établira, pour la première fois, une plate-forme pour l’étude, la conservation, l’archivage et la préservation du patrimoine monétaire du monde antique hébergée par l’université d’Oxford. Les apports historiques et économiques des résultats obtenus grâce aux nouveaux outils développés seront exploités en développant une étude de cas sur l’Espagne et le sud-ouest de la France. Le projet abordera les questions de connectivité monétaire et culturelle et les interactions transpyrénéennes dans l’Antiquité, en collaboration avec d’éminents chercheurs spécialisés dans l’histoire monétaire et culturelle de cette zone géographique, travaillant comme partenaires associés à Oxford, Paris, Bordeaux, Orléans, et Valence. Le projet développera un outil de référence en ligne (Monedaiberica) qui s’appuiera sur des collections publiques et des monnaies connues par les catalogues de vente, ainsi qu’un programme de recherche conçu pour exploiter les opportunités offertes par les données liées du web sémantique (Linked Open Data) : les vocabulaires standardisés et l’ontologie propre aux monnaies grecques seront mis à jour à cette occasion.

Abstract

The ARCH project uses Linked Open Data technology to establish, for the first time, an overarching platform for the study, curation, archiving and preservation of the monetary heritage of the ancient world. As such, it squarely addresses the concerns expressed in Topic 3 of the JPICH call : Safeguarding Digital Heritage. Using the newly developed nomisma.org knowledge organization system it will create a framework consisting at the highest level of a single, unified portal across multiple online typological resources currently under development. These resources will in turn be linked to a body of data drawn from two major European collections, as well as a large corpus of material drawn from commercial contexts (auction catalogues). The overarching portal will serve as a central point of access to this data for multiple audiences, as well as a demonstration of the extensibility of this approach to other geographic areas. Associate Partner-projects based in Germany and the United States will contribute typologies for this purpose. As a proof of concept of the research applicability of this framework, ARCH will develop one geographical focus – Pre-Roman Spain and southern Gaul – in the form of a specific online reference tool that will draw upon both categories of data (public collections and objects in commerce), as well as a program of research designed to exploit the opportunities offered by such a systematic and Linked Open Data infrastructure. This will examine questions of monetary and cultural connectivity and interaction across the borders of Spain and France in antiquity, in collaboration with leading scholars in the field of this geographical area, and monetary and cultural history, working as Associate Partners based in Paris, Orléans, and Valencia.

Durée

36 mois à partir du 1er janvier 2018.

Aide

L’aide conjointe des différentes agences de financement s’élève à 570 000 € euros.

Programme

Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage), référecne projet : ANR-17-JPCH-0003, http://www.jpi-culturalheritage.eu/wp-content/uploads/JPICH-website-Digital-Heritage-call-results.pdf

Partenaires

Les partenaires du projet sont :

Oxford University

Logo-BnF

Bibliothèque nationale de France

University of Valencia

Colloque : « Les mondes de 68 », 16-19 mai 2018

Cinquante ans après les faits, il est commun de considérer que les événements qui ont éclaté au cours de l’année 1968 ont participé d’une re-configuration de nos imaginaires politiques et sociaux. Or, cet effet 68 si souvent décrié ou encensé relève peut-être de la multitude des événements qu’il englobe. Ce colloque entend dresser une carte de ces mondes de l’autorité mise en contestation. Il se propose de le faire dans deux perspectives au moins : d’abord, en interrogeant la mondialité du phénomène, en revenant sur des soulèvements jusque-là négligés, notamment dans le sud de l’hémisphère ; ensuite, en tentant de le questionner par les vecteurs principaux des imaginaires sociaux que sont successivement les œuvres, les images, les archives et enfin la parole. Il s’agit donc d’une double traversée qui est proposée, celle des paysages et des discours qui en émanent, en associant des chercheurs en histoire, en culture visuelle, mais aussi des philosophes, des écrivains et des artistes, des bibliothécaires et des archivistes.

Affiche « Sois jeune et tais-toi » de l’atelier populaire de l’Ecole des beaux-arts de Paris

Programme

Soirée du mercredi 16 mai : Institut national d’histoire de l’art, galerie Colbert, auditorium

17h – 20h : Soirée d’ouverture
Intervenants :
Pierre Buraglio / Monique FrydmanGérard Fromanger, Julio Le Parc
Modérateurs :
Éric de Chassey (INHA), Elitza Dulguerova (INHA), Élodie Antoine (historienne de l’art indépendante)

Jeudi 17 mai 2018 : Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium

9h30 : Accueil
Sylviane TARSOT-GILLERY,directrice générale de la Bibliothèque nationale de France

9h40 : Introduction
Philippe ARTIERES,directeur de recherches (CNRS/IIAC)

Première session : Tour d’Europe de 1968. Quelles inscriptions mémorielles immédiates, quels silences ?
Présidence de séance : Philippe ARTIERES

10h : L’Europe de l’Est : autour des événements de Prague

Les événements de Prague dans la presse française
par Aurélien BROSSE, chargé de collections Presse, département Droit, économie, politique, BnF

La rupture de mars 68 en Pologne
par Jean-Yves POTEL, historien et politiste émérite à l’Institut d’études européennes de l’université Paris VIII et à l’université de Varsovie

11h15 : Entre France et Allemagne

Quand les phrases interdites descendaient la rue : Allemagne et France : lectures croisées des mouvements de 68
par Prof. Dr. Ingrid HOLTEY, Universität Bielefeld, Fakultät für Geschichte, Philosophie und Theologie

Le cas français : de réelles singularités ?
par Jean-François SIRINELLI, professeur émérite à Sciences Po

Deuxième session : Histoire visuelle de 1968
Présidence : Audrey LEBLANC et Dominique VERSAVEL

14h : Images de Mai 68
Modération : Dominique VERSAVEL, conservatrice au département des Estampes et de la Photographie, BnF

Ateliers populaires oui, atelier bourgeois non, ou pratiques de création et imaginaires politiques pendant Mai 68 
par Jil DANIEL, graphiste, doctorant en esthétique, université Rennes 2

Mai 68, regard de l’État. Étude du fonds photographique du préfet Maurice Grimaud de la Bibliothèque nationale de France

par Véronique FIGIN-VERON, historienne de la photographie, maître de conférences à l’ENS Louis-Lumière, chercheur associé au Centre d’histoire sociale du XXe siècle (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS) et expert près la cour d’appel de Paris

15h : Des Icônes
Modération : Audrey LEBLANC, docteure en histoire, EHESS, université Lille 3

Circulation des icônes photojournalistiques de la guerre du Vietnam : fabrique médiatique, historique et culturelle
par Camille ROUQUET, docteure, LARCA [Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones], université Paris-Diderot

La Marianne de 68 : une invention américaine
par André GUNTHERT, maître de conférences en histoire visuelle, EHESS, fondateur de la revue Études photographiques et de la plate-forme Culture Visuelle

16h : Les images ont une histoire
Industrialiser l’image de grève au début du XXe siècle ?
par Marie-Ève BOUILLON, docteure en histoire et civilisations à l’EHESS, mission photographie, Archives nationales

Filtrer le flux. Le marché de l’image dans l’ère numérique
par Estelle BLASCHKE, université de Lausanne, Centre des sciences historiques et de la culture, membre du comité éditorial de la revue Transbordeur. Photographie, Histoire, Société

Vendredi 18 mai : Archives nationales

10h15 : Accueil
Françoise BANAT-BERGER, directrice des Archives nationales

10h30 : Introduction
Michelle ZANCARINI-FOURNEL, professeur émérite à l’université Lyon-I

Première session : 1968 entre Nord et Sud
Présidence de séance : Michelle ZANCARINI-FOURNEL

10h45 : Amérique du Sud et Mexique

1968 au Mexique : du mouvement étudiant au massacre de Tlatelolco
par Karim BENMILOUD, professeur à l’université Paul Valéry-Montpellier 3, membre honoraire de l’IUF.

11h15 : La France entre politique étrangère et spécificités ultra-marine

D’un Mai à l’autre : Sénégal et France, convergences et connexions
par Françoise BLUM, CNRS/Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Février-avril 1968 : le procès des Guadeloupéens
par Jean-Pierre SAINTON, professeur d’histoire à l’université des Antilles

14h : Deuxième session : Quelle(s) patrimonialisation(s) de 68 ?
Présidence de séance : Ludivine BANTIGNY, université de Rouen

Du document à l’œuvre
par Éric de CHASSEY, président de l’Institut national d’histoire de l’art

De la boîte à la vitrine
par Emmanuelle GIRY, conservatrice du patrimoine, ministère de l’Éducation nationale

15h10 – 16h30
Les archives des années 68 à La Contemporaine : des fonds ouverts et vivants
par Franck VEYRON, responsable du département Archives, La Contemporaine (ex-Bibliothèque de documentation internationale contemporaine)

Presse filmée et ORTF en grève, sons et images d’une France en lutte : quelles archives regardons-nous aujourd’hui ?
par Catherine GONNARD, documentaliste chargée de la valorisation scientifique, Institut national de l’audiovisuel

De l’inscription à la mémoire
Entretien avec Alain JAUBERT, écrivain et journaliste

Samedi 19 mai après-midi : Centre Pompidou, Forum -1 

15h – 18h : FORUM -1
Modération : Philippe ARTIERES et Jean-Max COLARD

D’où tu parles ?
par Olivier VADROT, designer et concepteur de Cavea, une salle de conférence nomade

La parole ouvrière
par Fabienne LAURET, ancienne ouvrière de Flins et auteure de L’Envers de Flins, lira L’Établi de Robert Linhart
et Arno BERTINA, lecture de son livre Des châteaux qui brûlent

Les murs ont la parole et les slogans féministes de 70 à maintenant
par Beatrice FRAENKEL et Anne-Marie FAURE-FRAISSE

Parole d’un poète
par Stéphane GATTI, lecture du Poème de Berlin (1968) d’Armand Gatti

Parole de danse
par Mélanie PAPIN (la danse en Mai 68) et Emmanuelle HUYNH [sous réserve]

18h30 – 21h : FORUM -1
Mai 1968 en France de Jean Thibaudeau (lecture intégrale)
Dans sa version intégrale, lecture du texte de Jean Thibaudeau écrit entre novembre 68 et février 69, Un « théâtre » destiné à des lectures publiques. Sur une proposition de Philippe Artières, ce texte sera lu par des adhérents du Centre Pompidou

Organisateurs

  • Archives nationales (Emmanuelle Giry)
  • Bibliothèque nationale de France (Catherine Aurérin)
  • Centre national de la recherche scientifique (Philippe Artières)
  • Centre Pompidou (Romain Lacroix)
  • Institut national d’histoire de l’art (Éric de Chassey)

Modalités pratiques

    • Mercredi 16 mai 2018
      Institut national d’histoire de l’art, galerie Colbert, auditorium
      2, rue Vivienne 75002 Paris
      Métro : stations Palais-Royal-Musée du Louvre, Bourse ou Pyramides
    • Jeudi 17 mai 2018
      Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, petit auditorium
      Entrée Est, face au 25, rue Émile Durkheim 75013 Paris
      Métro : stations Quai de la gare, Bibliothèque François-Mitterrand
      Adresse et transports – site François-Mitterrand
      Plan d’accès au site François-Mitterrand [fichier .pdf – 62 Ko – 29/10/15 – 1 p.]
    • Vendredi 18 mai 2018
      Archives nationales
      60 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris
      Métro : station Hôtel-de-Ville, Rambuteau, Saint-Paul
    • Samedi 19 mai 2018
      Centre Pompidou, forum -1
      Place Georges-Pompidou 75004 Paris
      Métro : stations Hôtel de Ville, Rambuteau, Châtelet
    • Entrée libre
Archives de la Cour de sûreté de l’État : affiche représentant le
général de Gaulle, bras levé, saisie.
© Arch. nat. CP/5W/1151.

Call for papers : 3d congress tosc@paris.2019 : Transnational Opera Studies Conference (TOSC)

Call for papers for the third edition of the tosc@ congress which will take place in Paris, from June 27 to 29, 2019.

Following the success of the first two meetings (tosc@bologna.2015 and tosc@bern.2017), the third edition of the tosc@ conference will take place in Paris, France, from 27 to 29 June 2019.

The event will be organised by the University of Paris 8, and hosted at the Opéra de Paris and the Institut national d’histoire de l’art, in partnership with the Bibliothèque nationale de France and the Musée du Louvre.

It will also be an opportunity to celebrate the 350th anniversary of the Opéra de Paris. Thus, tosc@paris.2019 will engage directly with current theatrical production, encouraging fertile exchanges between researchers, artists, spectators, theatre professionals and other players of the operatic stage who contribute to its influence and success.

  • The Programme Committee will consist of :
  • Joy H. Calico (Vanderbilt University)
  • Georgia Cowart (Case Western Reserve University)
  • Céline Frigau Manning (Université Paris 8 – Institut universitaire de France)
  • Sarah Hibberd (University of Bristol)
  • Kordula Knaus (Universität Bayreuth)
  • Hervé Lacombe (Université Rennes 2)
  • Isabelle Moindrot (Université Paris 8)
  • Emanuele Senici (Sapienza – Università di Roma)

Céline Frigau Manning and Isabelle Moindrot are also the conference organizers.

La Tosca, [acte] II : [mort du baron Scarpia]

Call for papers

We invite submissions for 20-minute papers on any subject related to opera and other forms of musical and music theatre.

Methodologies may be varied, traversing disciplines and perspectives: verbal text, music, drama, performance, interpretation, declamation, painting, scenography, dance, staging, stage technology, cinema, photography, video, television, radio, digital arts, as well as reception, historiography, economics, ecology, opera and society, opera and the media, opera and the other arts, etc.

On the occasion of the 350th anniversary of the Opéra de Paris, proposals focusing on operatic institutions, their history and current perspectives, and in particular on the Opéra de Paris, are encouraged. Proposals that engage with the question of opera in a globalised world, as well as transnational perspectives, will also be of particular interest to the committee.

Preference will be given to proposals that explore questions and problematics, rather than simply offering descriptive accounts.

Proposals may be in English, French, German or Italian. They must be submitted as a Word file (“.doc” or “.docx” – not “.pdf”), and must include the following :

  • author’s full name
  • country and institution
  • e-mail address
  • paper title
  • abstract of no more than 350 words

Abstracts should include all necessary information that will allow the Programme Committee to evaluate the paper’s quality and originality and its potential as an oral presentation.

Presentations which integrate performative aspects, or other atypical formats, are welcome.

Proposals must be submitted as attachments by email to: paristosc@gmail.com by 30 September 2018.

Everyone submitting a proposal will be sent a confirmation email ; if you do not receive a notification within six days, please resend the proposal.

All abstracts will be anonymised before being evaluated by the Programme Committee. Do not to include any information in your abstract that could reveal your identity (such as “As I have shown in my earlier article…”).

All those who have submitted a proposal will be notified of the outcome by the beginning of January 2019.

Following acceptance by the Programme Committee, there will be an opportunity to revise abstracts before their publication in the conference programme.

tosc@lab – The “abstracts” workshop

Those who want to improve their proposals in accordance with the expectations of an international committee may participate in an “Abstracts” workshop in Paris on 4 June 2018. The working languages of the workshop will be mainly French and English, but those who intend to submit a proposal in German or Italian are of course welcome.

Typically, an academic abstract should include a clear statement of the topic and research question(s), contextualised within existing knowledge; a summary of the argument, evidence and conclusions; and an explanation of why the topic and findings are important.

To participate, please register by sending an email to the address paristosc@gmail.com, indicating in the subject-line “Registration for the Parisian tosc@lab”, before 20 May 2018.

An international committee, independent of the Programme Committee, will run the workshop. The members of the tosc@lab are :

  • Laura Moeckli (Universität Bern)
  • Laura Naudeix (Université Rennes 2)
  • Carmel Raz (Columbia University – Max Planck Institute for Empirical Aesthetics)
  • Thierry Santurenne (Paris)
  • Flora Willson (King’s College London)

Those unable to travel to Paris may receive feedback on their proposals in a virtual form from Roger Parker (King’s College London) and the tosc@lab committee between 1 and 15 June 2018. To participate, please register by sending an email to the address paristosc@gmail.com, indicating in the subject-line “Registration for the Virtual tosc@lab”, before 20 May 2018.

Fees

As with other events of this kind, participants (speakers and spectators) will be required to pay for themselves. The precise registration fee will depend on the number of participants, and will be confirmed when the notification of accepted papers is sent; it will, however, be no more than €100, and will include three buffet lunches.

The tosc@paris.2019 award

The Programme Committee will offer an award for the best paper presented by a junior scholar at the conference. All those born after 1984, and whose papers are accepted for the conference, will be eligible.

Those who wish to be considered for this award must submit the final version of their paper to the Programme Committee (accompanied by any musical examples, images, etc.) to paristosc@gmail.com by 20 May 2019.

The tosc@paris.2019 award will be awarded at the end of the event (29 June 2019) by Marco Beghelli (Università di Bologna), founder of the Transnational Opera Studies Conference and organizer of the first edition (tosc@bologna.2015).

The winner will be invited to submit the oral presentation as a full article for publication in a prominent international peer-reviewed journal, and will be invited to present a new paper at a plenary session of the fourth edition of tosc@.

Calendar

  • 20 April 2018: Publication of the CFP
  • 20 April-20 May 2018: Online registration for the tosc@lab
  • 1-15 June 2018: Virtual tosc@lab
  • 4 June 2018: tosc@lab in Paris
  • 30 September 2018: Deadline for the candidates’ submissions
  • Early January 2019: Announcement of the results
  • 20 May 2019: Deadline for submissions to the tosc@paris.2019 award
  • 20 May-20 June 2019: Evaluation of young researchers’ papers
  • 27-29 June 2019: tosc@paris.2019

Appel à communications : 3e congrès tosc@paris.2019 : Transnational Opera Studies Conference (TOSC)

Appel à communications pour la troisième édition du congrès tosc@ qui aura lieu à Paris, du 27 au 29 juin 2019.

Argument

Fondé à Bologne en 2015 sur le modèle des congrès thématiques mondiaux (the Medieval and Renaissance Music Conference, Baroque Music Conference etc.), tosc@ propose une rencontre biennale rassemblant des chercheurs, des artistes et des passionnés d’opéra de tous les pays.
Ouvert, itinérant, conçu sans exclusive d’approches, de formes, de genres ni de périodes, le congrès tosc@ veut unir l’excellence et l’audace de la recherche contemporaine sur l’opéra.
Le congrès se déplace de ville en ville, encourageant la présence de contributeurs des pays hôtes, élargissant le cercle de ses participants et favorisant les rencontres entre les cultures et les sensibilités.
Il espère ainsi développer l’intérêt pour l’opéra parmi les jeunes chercheurs, qu’ils soient musicologues ou venus d’autres disciplines.
Les communications peuvent être présentées dans la (ou les) langue(s) du pays d’accueil ou en anglais. Toutes et tous sont invités à y prendre part, quel que soit leur statut professionnel.
Comme dans les congrès de ce genre, les frais sont à la charge des congressistes et des spectateurs, mais les droits d’inscription seront maintenus aussi faibles que possible.
Le nom de ce congrès est désigné par l’acronyme
T ransnational
O pera
S tudies
C onference
@
suivi de la ville d’accueil et de l’année.

TROISIÈME CONGRÈS : tosc@paris.2019

Après le succès des premières rencontres (tosc@bologna.2015 et tosc@bern.2017), la troisième édition du congrès tosc@ aura lieu à Paris, du 27 au 29 juin 2019.

La manifestation sera organisée par l’Université Paris 8, et accueillie à l’Opéra de Paris ainsi qu’à l’Institut national d’histoire de l’art, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et le Musée du Louvre.

Elle sera aussi l’occasion de fêter les 350 ans de l’Opéra national de Paris. Ainsi, avec tosc@paris.2019, le congrès sera placé au cœur des problématiques de la production vivante, et pourra mettre l’accent sur les échanges féconds entre chercheurs, artistes, spectateurs, professionnels du spectacle et acteurs moins connus du monde lyrique qui contribuent au rayonnement de l’opéra.

Le Comité scientifique est composé de :

  • Joy H. Calico (Vanderbilt University)
  • Georgia Cowart (Case Western Reserve University)
  • Céline Frigau Manning (Université Paris 8 – Institut universitaire de France)
  • Sarah Hibberd (University of Bristol)
  • Kordula Knaus (Universität Bayreuth)
  • Hervé Lacombe (Université Rennes 2)
  • Isabelle Moindrot (Université Paris 8)
  • Emanuele Senici (Sapienza – Università di Roma)

Céline Frigau Manning et Isabelle Moindrot seront en outre les organisatrices du congrès.

La Tosca, [acte] II : [mort du baron Scarpia]

Appel à communications

Les propositions de communication d’une durée de 20 minutes peuvent porter sur tout sujet lié à l’opéra ou à d’autres formes de théâtre musical.

Les approches pourront être multiples, transversales et croisées : par le texte, la musique, la dramaturgie, la performance, la déclamation, la peinture, la scénographie, la danse, la mise en scène, les technologies de la scène, le cinéma, la photographie, la vidéo, la télévision, la radio, les arts numériques, mais aussi l’interprétation, la réception, l’historiographie, l’économie, l’écologie, ou encore à travers les liens entre l’opéra et la société, l’opéra et les média, l’opéra et les autres arts…

À la faveur des 350 ans de l’Opéra de Paris sont encouragées des propositions portant sur les institutions lyriques, leur histoire et leurs devenirs, et en particulier sur l’Opéra de Paris. Parallèlement, les mises en perspective transnationales retiendront particulièrement l’attention du comité. On appréciera des propositions engageant une réflexion sur les enjeux de l’opéra dans le monde.

On privilégiera les propositions explorant des enjeux problématisés, plutôt que les approches purement descriptives.

Les propositions peuvent être soumises en français, anglais, italien ou allemand. Elles doivent être présentées sous format Word (« .doc » ou « .docx », et non pas « .pdf »), et comprendre :

  • le nom complet ;
  • le pays et l’institution ;
  • l’adresse mail ;
  • le titre de la communication ;
  • un résumé de 350 mots maximum.

Les résumés devront comporter tous les éléments permettant au Comité scientifique d’évaluer la qualité et l’originalité de la problématique, l’apport de la recherche par rapport à la littérature scientifique existante, ainsi que son potentiel pour une présentation publique.

Des présentations performées ou aux formats atypiques sont bienvenues.

Les propositions doivent être soumises sous forme de pièces-jointes par mail à :

paristosc@gmail.com le 30 septembre 2018 au plus tard.

Toute soumission donnera lieu à un accusé réception par mail. Si la notification ne vous est pas parvenue dans un délai de six jours, merci de soumettre de nouveau votre proposition.

Tous les résumés seront anonymisés avant d’être expertisés par le Comité scientifique. Les résumés ne devront donc comporter aucune information qui permettrait de révéler l’identité de leurs auteurs (telle que “Comme je l’ai montré dans mon article…”).

Toutes celles et tous ceux qui auront soumis une proposition seront informé.e.s de l’issue du processus de sélection d’ici début janvier 2019.

En cas d’acceptation par le Comité scientifique, le résumé de la communication pourra faire l’objet de modifications en amont de la publication du programme.

tosc@lab – L’atelier « résumés »

Afin d’aider celles et ceux qui le souhaiteraient à formuler leur proposition selon les attentes d’un comité scientifique international, un atelier « Résumés » a été mis en place. Il se tiendra à Paris le 4 juin 2018. Les langues de travail de l’atelier seront principalement le français et l’anglais, mais celles et ceux qui souhaitent présenter une proposition en allemand ou en italien sont bien entendu les bienvenu.e.s.

En règle générale, un résumé scientifique doit énoncer clairement le sujet et la problématique de recherche, mis en contexte par un bref état des connaissances établies sur le sujet, présenter brièvement l’argument et l’orientation de la communication, et expliquer pourquoi le sujet et les résultats de cette recherche sont importants.

Pour y participer, merci de vous inscrire à l’adresse paristosc@gmail.com en indiquant comme objet « Inscription à l’atelier parisien du tosc@lab », avant le 20 mai 2018.

Cet atelier sera animé par un comité international, indépendant du Comité scientifique de tosc@paris.2019. Le comité du tosc@lab est composé de :

  • Laura Moeckli (Universität Bern)
  • Laura Naudeix (Université Rennes 2)
  • Carmel Raz (Columbia University – Max Planck Institute for Empirical Aesthetics)
  • Thierry Santurenne (Paris)
  • Flora Willson (King’s College London)

Celles et ceux qui ne pourraient pas se déplacer pourront aussi bénéficier d’un regard sur leur proposition, apporté sous une forme virtuelle par Roger Parker (King’s College London) et le comité de tosc@lab entre le 1er et le 15 juin 2018. Pour y participer, adressez vos demandes à l’adresse paristosc@gmail.com en indiquant comme objet « Inscription à l’atelier virtuel du tosc@lab », avant le 20 mai 2018.

Droits d’inscription

Les droits d’inscription seront pris en charge par les participant.e.s (présentant une communication ou assistant au congrès), selon l’usage des congrès internationaux. Le montant exact des droits dépendra en partie du nombre de participants, et sera confirmé au moment de la notification des résultats de la sélection. Il ne dépassera cependant pas 100 €, et inclura trois buffets au moins.

Le Prix tosc@paris.2019

Le Comité scientifique remettra un prix à la meilleure communication présentée par un.e jeune chercheur.se lors du congrès. Sont éligibles toutes les communications sélectionnées par le Comité et présentées par des candidat.e.s né.e.s après 1984.

Celles et ceux qui souhaitent candidater pour le prix devront soumettre la version finale de leur communication et l’adresser (accompagnée d’éventuels exemples musicaux, matériel iconographique, etc.) à paristosc@gmail.com  au plus tard le 20 mai 2019.

Le Prix tosc@paris.2019 sera décerné à l’issue de la manifestation (29 juin 2019) par Marco Beghelli (Università di Bologna), fondateur de la Transnational Opera Studies Conference et organisateur de la première édition (tosc@bologna.2015).

Le ou la gagnante sera invité.e à publier son travail sous forme d’article dans une grande revue internationale à comité de lecture, et convié.e à présenter une nouvelle communication en session plénière, à l’occasion de la quatrième édition de tosc@.

Calendrier

  • 20 avril 2018 : publication de l’appel à communications
  • 20 avril-20 mai 2018 : inscription au tosc@lab
  • 1er juin-15 juin 2018 : atelier virtuel du tosc@lab
  • 4 juin 2018 : atelier parisien du tosc@lab
  • 30 septembre 2018 : clôture de l’appel à communications
  • Début janvier 2019 : résultats de la sélection
  • 20 mai 2019 : clôture des candidatures pour le Prix tosc@paris.2019
  • 27-29 juin 2019 : congrès tosc@paris.2019

Journée d’étude : Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage ? (17/05/2018)

A l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque « 68 and Boundaries of the Chilhood » (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution » à la médiathèque Françoise Sagan. Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde.
Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui.
Illustration de Nicole Claveloux pour Alala : les télémorphoses de Guy Monreal (1970).

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
    Viviane Ezratty, médiathèque Françoise-Sagan, Jacques Vidal-Naquet, Centre national de la littérature pour la jeunesseLa révolution des albums, 1965-1975 : état de la recherche
    Président de séance : Viviane Ezratty
  • 9h30 Une révolution dans l’album français ?
    Sophie Heywood, Université de Reading, et Cécile Boulaire, Université de Tours
  • 10h Traces, empreintes : « 68 » dans les archives de l’éditeur
    François Ruy-Vidal (Fonds patrimonial de l’Heure Joyeuse)
    Cécile Vergez-Sans, Aix-Marseille Université
  • 10h20 Pause et questions
  • 10h35 Un regard croisé sur le ’68 de la culture pour enfants en Europe
    Sophie Heywood
  • 11h20 Le droit de lire : les droits de l’enfant et la littérature pour enfants en Grande-Bretagne
    Lucy Pearson, Université de Newcastle
  • 11h50 Clés de lecture de l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution »
    Hélène Valotteau, médiathèque Françoise-Sagan
  • 12h15 Clôture de la matinée

    Déjeuner libre et visite libre de l’exposition de 13h à 14h
  • 14h Témoins et filiations
    Président de séance : Jacques Vidal-Naquet
    D’Ah ! Ernesto au Sourire qui mord : pourquoi rééditer des albums des années 1970 ?
    Rencontre avec Thierry Magnier, éditeur animée par Hélène Valotteau
  • 14h30 Deux témoins : dialogue entre Yvan Pommaux, auteur-illustrateur, et Pascale Bouchié, auteure et journaliste animé par Virginie Meyer, BnF/CNLJ
  • 15h Pause et questions
  • 15h15 Souvenirs de Nicole Claveloux, auteure-illustratrice
    Rapportés par Sophie Heywood
  • 15h30 Enfantina de 68, la nostalgie en héritage : pourquoi j’aime transmettre l’illustration des années 1970 ?
    Janine Kotwica, enseignante, commissaire d’expositions
  • 16h Témoignage d’Agnès Rosenstiehl, auteure-illustratrice
    Rencontre animée par Marie Lallouet, BnF/CNLJ
  • 16h30 Témoignage de France de Ranchin, artiste labyrinthiste
    Rencontre animée par Cécile Vergez-Sans
  • 17h Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Jeudi 17 mai 2018
  • Entrée gratuite sur inscription
  • Lieu : Médiathèque Françoise Sagan
    8 Rue Léon Schwartzenberg
    75010 Paris
  • Inscriptions-renseignements :
    Marion Caliyannis
    01.53.79.57.06
    marion.caliyannis@bnf.fr

Journée d’étude organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse/ BnF, avec la collaboration de Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international ‘The children’s’68

Voir aussi : l’exposition Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire, du 17 avril 2018 au 26 août 2018, BnF, site François-Mitterrand / Galerie 1

Explorer des corpus d’images. L’IA au service du patrimoine

Suite aux ateliers « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils » et « Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux », une troisième demi-journée d’étude a été organisée dans le cadre du programme de recherche CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Dans la continuité des deux ateliers précédents, cet après-midi d’étude, qui a eu lieu le 28 mars sur le site Richelieu, était conçu autour d’une seule thématique et dans le même esprit d’incitation au partage entre le monde des bibliothèques et les milieux académiques.

Neuf présentations se sont succédé au fil de l’après-midi avec l’objectif d’esquisser un panorama de différentes applications des méthodes d’analyse automatique d’images par le contenu.

L’état de l’art des solutions logicielles, actuelles ou en développement, réalisé à la demande de la BnF au Centre Européen de valorisation numérique Valconum.

Présentation par Nicolas Sidère, ingénieur de recherche, laboratoire Informatique, Image et Interaction (L3i), université de La Rochelle.

La BnF s’est engagée en 2017 à « faciliter l’usage de Gallica » – la bibliothèque numérique de la BnF – en développant « des outils conviviaux d’exploration des corpus (fouille d’images, reconnaissance d’articles, etc.) »1. Afin de mieux cerner les possibilités existantes pour mettre en place à terme de tels outils permettant la fouille d’images, une étude a été demandée en 2017 par la BnF à Valconum, consortium académique-industriel visant la valorisation de contenus numériques. Cette étude, cordonnée par le L3i et rédigée par quatre laboratoires partenaires (L3i, LIPADE, CVC, IRISA), avait donc pour objectif de fournir un panorama des solutions logicielles pour la mise en place d’un outil de recherche d’images dans Gallica reposant non plus sur les métadonnées textuelles associées essentiellement manuellement aux images, comme à l’heure actuelle, mais aussi sur la reconnaissance automatique de caractéristiques formelles ou structurelles des images.

Parmi les possibilités de recherche d’images existantes, trois orientations peuvent être distinguées : la navigation libre dans un corpus, la recherche par mots-clés et la recherche par le contenu, que la BnF souhaite intégrer à Gallica.

Le fonctionnement d’un système traditionnel d’indexation et de moteur de fouille d’images basé sur le contenu (CBIR, Content-Based Image Retrieval) prévoit différentes phases : le prétraitement des images pour en améliorer la qualité (suppression de distorsions, augmentation des contrastes, suppression de bruits de numérisation, etc.), ensuite l’extraction des caractéristiques structurelles des images, la constitution d’une base de données où ces caractéristiques sont stockées, pour être enfin comparées aux caractéristiques d’une image spécifique lors d’une requête de l’utilisateur.

By Xiawi [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons
By Xiawi [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons

Deux grandes catégories d’approches d’indexation par le contenu sont possibles aujourd’hui : l’approche par le contenu visuel et celle par le contenu sémantique.

La première approche vise à générer la signature d’une image en extrayant des indices visuels sur la base de trois typologies de caractéristiques : description globale (couleur, texture, forme), description spatiale (agencement des composantes d’un document) ou description locale (utilisation de descripteurs sur des zones locales d’intérêt).

Descripteurs locaux (exemple)

Avec l’avènement de l’apprentissage profond (deep learning), la capacité à extraire et à sélectionner ces caractéristiques de manière automatique (c’est-à-dire par des réseaux de neurones artificiels) accélère les traitements et ouvre de nouvelles voies. Une application immédiate de cette approche est la recherche d’images par similarité.

La deuxième approche, celle d’indexation par le contenu sémantique, ne vise pas à rechercher des notions visuelles (aussi définies comme « bas niveau ») mais à détecter automatiquement des concepts (aussi définis comme « haut niveau ») pour la création d’un index sémantique. Cela permet l’étiquetage soit d’une image entière, soit d’une portion de l’image et ces étiquettes peuvent être ensuite inclues dans une ontologie qui permet de faire des inférences ou de désambiguïser. ImageNet est aujourd’hui l’exemple le plus parlant de base d’images (naturelles) annotées à partir de concepts (80 000). Des applications possibles grâce à l’indexation par le contenu sémantique sont par exemple l’identification et la localisation d’objets dans une image (détection de visages, de personnes, d’objets, etc.) ou la génération automatique de légendes d’illustration.

Légendage automatique

Concernant les outils existants ou en développement et les acteurs, trois types peuvent être distinguées :

  • Les outils fournis par les « géants du Web » (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) ou GAFAM : Google Vision API, Amazon Rekognition, IBM Watson/ Cloud Visual Recognition, qui donnent des résultats prometteurs mais présentent aussi des défauts (entrainement sur des corpus iconographiques contemporains, coût à l’image analysée) ;
  • Les start-up ou laboratoires spin-off (Lamark, NeoVision, Videntifier, OddConcepts) qui peuvent répondre à des besoins plus spécifiques mais qui demandent plus de temps de mise en œuvre ;
  • Les frameworks ou bibliothèques open source (Caffe, TensorFlow, OpenCV, FLANN, Faiss) prêts à l’emploi ou personnalisables.

Les contraintes principales pour la mise au point d’un outil d’indexation et de recherche d’image par le contenu sont la nature hétérogène des corpus en termes de contenus, de techniques de production et de supports, de supports-images (qualité de numérisation et de compression). La diversité des approches et outils à disposition implique également de faire des choix scientifiques/techniques. Enfin, la nécessité d’investissements d’infrastructure informatique pour un passage à l’échelle est un point à prendre en considération.

Afin de satisfaire les besoins des institutions patrimoniales telles que la BnF, la collaboration avec les laboratoires de recherche, et entre institutions, paraît la solution la plus adaptée en permettant notamment la prise en considération des spécificités des collections et des images anciennes.

Gallica.pix, une preuve de concept utilisant les collections de Gallica sur la période 1914-1918.

Présentation par Jean-Philippe Moreux, expert OCR et formats éditoriaux, BnF.

Gallica.pix est un démonstrateur développé par Jean-Philippe Moreux et accessible sur Gallica Studio. Il met en œuvre une approche d’indexation sémantique sur les collections iconographiques de Gallica couvrant la période 1914-1918 et sur lesquelles différents outils ont été expérimentés dans une optique de recherche d’information encyclopédique.

La réalisation du PoC a demandé plusieurs étapes : la première consistait à repérer les illustrations, y compris celles contenues dans les imprimés (presse quotidienne, revues, monographies) à l’aide des API de la BnF ; la deuxième consistait à les enrichir avec des métadonnées permettant leur recherche ; la dernière à élaborer une interface de recherche web interrogeant une base XML (basex.org).

Processus d’extraction

Le fait d’identifier les illustrations et de les référencer dans une application dédiée à la recherche d’images offre en soi une expérience utilisateur enrichie. Néanmoins, cette première phase d’extraction pose un certain nombre de défis :

  • Pour la collection Images, les métadonnées bibliographiques sont souvent lacunaires, sans vocabulaire normalisé, et pas pensées pour cet usage. Certains recueils d’images sont signalés avec une seule notice pour x
  • Pour les imprimés, l’identification des illustrations au sein des pages est donnée par l’OCR, avec les défauts de ce dernier. Ainsi pour le cas particulier de la presse quotidienne, le bruit peut atteindre 80% pour de l’OCR brut.
  • Toujours pour la presse quotidienne, l’identification des publicités illustrées (avec une part proche de 30%) est un autre enjeu, car elle ne peut être menée sur les seuls critères visuels.
Proximité visuelle entre illustrations éditoriales et publicités illustrées (signalées par une icône)

Dans la deuxième étape d’enrichissement des métadonnées, ont été utilisés un réseau de neurones pré-entrainé et open-source de Google (Inception-V3) pour la classification des genres d’illustrations (photo, gravure, carte, etc.) puis l’API IBM Watson Visual Recognition pour l’indexation sémantique (la bibliothèque open source OpenCV/dnn a également été testée). Les images elles-mêmes sont extraites des serveurs Gallica via l’API Image IIIF.

Le réseau Inception-V3 est un réseau de neurones convolutionnels (CNN). Il a été réentrainé (sa seule dernière couche, approche dite « d’apprentissage par transfert », “transfer learning”) sur un jeu de 12 classes documentaires (environ 1000 images par classe) et évalué sur un sous-ensemble du jeu.

Les « genres » documentaires

Rappel et précision sont de l’ordre de 90%. Cette approche permet également de filtrer le « bruit » issu de l’OCR mais aussi celui présent dans les collections Images (recueils, portfolio, etc.) : couverture, pages blanches intercalaires, pages de texte.

L’utilisation d’un réseau de neurones induit des comportements spécifiques. Ainsi les confusions surviennent sur des genres visuellement proches (photographie/gravure, schéma/carte/dessin, etc.).

Confusion : dessin, schéma technique, carte ?

L’échelle d’analyse du réseau (299×299 pixels) intervient également. À cette échelle, des pages de genres différents peuvent sembler visuellement proches.

Partition, presse, carte

Le phénomène de généralisation est aussi exemplaire de l’apprentissage profond : le réseau sait identifier des images proches de celle de la classe d’apprentissage. Ainsi de ces cartes illustrées.

Ce type de cartes illustrées n’était pas présent dans le jeu d’apprentissage

En matière d’indexation sémantique, deux évaluations ont été menées sur les classes Personnes et Soldats extraites par IBM Watson. Ainsi pour la recherche de visuels de soldats, si le taux de rappel de l’API n’est que de 55%, la possibilité de réentrainer le réseau sur les données de la BnF permet de gagner 5%. Et en croisant cette indexation visuelle sémantique avec les métadonnées bibliographiques, le taux de rappel atteint alors 70%. A comparer aux 20% obtenus par une requête par mot-clé sur les seules métadonnées (« soldat OU poilu OU officier… »).

Taux de rappel selon divers scénarios de recherche (classe « Soldat »)

La détection de visages de l’API Watson est également testée. Un taux de rappel de 30 % et une précision de 99,8 % montre que l’API a été paramétrée avec des réglages conservatifs. Un autre réseau (modèle ResNet du module « dnn » d’OpenCV 3.3) donne un meilleur taux de rappel (au détriment de la précision), y compris sur des documents « difficiles » (dessin de presse, gravure).

Détection de visages et de genres (API Watson)

 

Détection de visages (ResNet, OpenCV/dnn)

Finalement, l’application web Gallica.pix interroge la base XML avec XQuery et affiche les imagettes via le serveur IIIF BnF. Divers cas d’usage peuvent être envisagés :

  • Mot-clé: une recherche sur un mot-clé interroge les métadonnées bibliographiques et l’OCR. L’exemple ci-après montre les résultats d’une recherche menée sur Georges Clemenceau dans Gallica et dans Gallica.pix : la fouille dans les imprimés a considérablement enrichi l’offre iconographique.
Recherche sur le mot-clé « clemenceau » : Gallica Images (1910-1920) : 140 résultats, Gallicap.pix : 859
  • Types documentaires : dans le cas précédent, la facette « Dessin » donne accès aux caricatures de presse de Clemenceau
  • Concepts: l’indexation sémantique visuelle est utilisée. Toujours dans le cas « Clemenceau », les critères Personne ou Visage permettent de filtrer les illustrations de Georges Clemenceau de celles se rapportant à lui (événements, commentaires, etc.). Autre exemple, le concept « Avion » donne accès à des illustrations représentant des avions alors que le mot-clé « avion » renvoie aussi à des aviateurs, des cartes aériennes, etc.
A gauche, mot-clé « avion », à droite, classe « Avion »
  • Requêtes hybrides : L’indexation sémantique et les métadonnées sont utilisées. Ainsi la recherche de visuels sur les destructions urbaines consécutives à la bataille de Verdun : classe=(”rue” OU ”maison”) ET mot-clé=”Verdun”
Recherche hybride

Le PoC a permis de mettre en évidence les atouts d’une telle approche :

  • La maturité des techniques d’IA dans le traitement d’image rend possible leur intégration dans la boîte à outils des bibliothèques numériques.
  • Un accès unifié à toutes les ressources iconographiques d’une collection numérique à vocation encyclopédique est offert.
  • Elle ouvre de nouvelles perspectives, avec par exemple la création de jeux de données iconographiques pour la recherche (cartes, publicités, sports, etc.) ou pour l’entraînement (apprentissage profond).
  • La réutilisation des ressources numériques est favorisée : les fonds iconographiques ainsi référencés et indexés peuvent à leur tour être diffusés avec des protocoles standards (en particulier avec l’API Presentation de IIIF).
  • De manière annexe, ce PoC montre qu’il est possible de réaliser des applications complexes à partir de l’offre en API de la BnF.

Cependant, des défis et questionnements se font jour :

  • Verrous scientifiques : segmentation et indexation sur des fonds hétérogènes ; entraînement sur des fonds patrimoniaux (les offres commerciales étant entraînées sur des ressources contemporaines)
  • Ingénierie : architecture technique, puissance de calcul, explosion des métadonnées (10 M pour le corpus Gallica.pix)
  • Métadonnées descriptives pour l’indexation : modèle de données, formats, vocabulaires, standards ?
  • Cycle de vie de l’indexation ?

Le prototype Gallica Images.

Présentation par Raphaël Baudiment, ingénieur étude et développement, BnF.

Le prototype Gallica Images, développé par Raphaël Baudiment, met en œuvre l’autre approche d’indexation d’images par le contenu : celle du contenu visuel basée sur les similarités formelles et structurelles des images. Sans faire appel aux techniques d’apprentissage profond, l’objectif était de créer un index à partir d’un corpus d’images de Gallica issu des collections d’images des départements spécialisés.

L’index de test de plus de 620 000 images ne s’appuie pas sur les métadonnées bibliographiques mais il est construit à partir de la structure de chacune des images, décrite dans une signature utilisée pour la comparaison et l’identification de similarités lors d’une recherche. À cet effet, pour chaque image, des statistiques ont été calculées sur la distribution colorimétrique (un seul canal pour les images noir et blanc ou en niveaux de gris, trois canaux pour les images en couleur) à l’aide de l’outil open source ImageMagick qui permet de calculer pour chaque canal de l’image la moyenne colorimétrique, l’écart type, l’ asymétrie, la courbure et l’entropie.

Afin de rechercher ces images, une application web a été développée pour fonctionner en deux phases : une première phase de présélection qui présuppose la pertinence par rapport à l’image-requête et une deuxième phase de tri pour fournir en réponse de la requête des résultats classifiés par pertinence descendante. Pour cette deuxième phase a été utilisé l’un des algorithmes en surcouches du serveur Solr développés dans le cadre du projet Lucene/LIRE. L’algorithme, choisi en raison de sa pertinence, s’appelle calcul d’empreinte FCTH (Fuzzy Color and Texture Histogram) ; il prend en entrée une image et ensuite calcule une empreinte sous forme d’un tableau de 192 octets. Outre l’index produit par ImageMagick, un deuxième index a donc été constitué via l’algorithme FCTH ; l’avantage étant l’utilisation des empreintes pour le calcul de distance. La mesure de similarité de Tanimoto, a enfin été employée pour calculer cette distance, c’est-à-dire pour classifier les images sur la base du niveau de similarité.

L’index produit a servi à construire une API qui permet d’utiliser un protocole pour interroger les images en termes de palette de couleurs et de proportions.

Exemples de requêtes

Grâce au protocole IIIF, d’autres fonctionnalités ont été expérimentées, comme par exemple une expérience renouvelée de l’exploration de documents cartographiques basée sur la comparaison de cartes anciennes avec des systèmes cartographiques contemporains tels qu’OpenStreetMap.

En conclusion, Gallica Images propose une nouvelle forme de découverte des collections BnF, rythmée par des rebonds qui incitent la flânerie et la sérendipité. Dans une application de recherche d’image, cette approche serait complémentaire des techniques d’indexation sémantique.

Diginpix, un système d’identification d’entités visuelles dans les images fixes et animées.

Présentation par Nicolas Hervé, chercheur en informatique, INA.

Diginpix est un prototype de système de reconnaissance d’entités visuelles développé à l’Espace recherche de l’Institut national de l’audiovisuel en 2014, en collaboration avec équipe-projet ZENITH de l’INRIA. Il ne se base pas sur l’apprentissage de classes (concepts généraux) mais sur la reconnaissance d’instances, c’est-à-dire d’éléments spécifiques dans une image fixe ou animée qu’on peut définir comme des entités visuelles en faisant un parallèle avec la reconnaissance d’entités nommées dans un texte.

Le prototype est disponible en ligne et fonctionne sur deux types d’entités visuelles : des logos et des peintures. Ces entités visuelles sont issues de dictionnaires sur lesquels le système de reconnaissance a été entrainé. Le dictionnaire des logos contient 25 000 entités morales issues de liste de marques, de partis politiques, d’organisations internationales par exemple, pour lesquels les images ont été repérées sur Google pour constituer automatiquement une base de données. Le dictionnaire des peintures est quant à lui le résultat d’un partenariat avec l’agence photos RMN dont la base de données, qui contient 5 photographies par tableau en moyenne, a été partagée. Les deux bases de données sont donc de deux natures différentes : d’un côté une base qui contient énormément d’images par entité (200 images environ par logo) mais de qualités hétérogènes, de l’autre une base qui contient peu d’exemples mais d’excellente qualité.

Le prototype a été testé sur le fonds des vidéos de sport, de musées et les vidéos disponibles en ligne sur le site ina.fr. Pour ne pas masquer la complexité des systèmes de reconnaissance visuelle, les pourcentages de réussite (les scores de prédiction de l’algorithme) sont clairement affichés dans les résultats afin de donner à l’utilisateur l’autonomie et le choix de prendre en compte une vidéo ou pas dans le cadre de ses recherches.

Résultats avec score de confiance

L’image animée implique une problématique ultérieure par rapport à l’image fixe en raison de sa dimension temporelle. Un visualiseur spécifique a été aussi développé, dans une logique open source, pour permettre le repérage rapide des entités visuelles dans la temporalité de la vidéo.

Visualiseur diginpix.ina.fr

Comme le repérage d’entités visuelles demande énormément d’informations locales, les bases de données d’indexation constituées à partir de la reconnaissance des entités sont conséquentes (elles peuvent avoir une taille supérieure à celle des vidéos elles-mêmes) et font l’objet de recherches au sein de l’établissement pour en optimiser les temps de calcul.

Dans ce contexte, la qualité et la modélisation des données jouent un rôle fondamental car c’est sur les bases de données que les algorithmes sont entrainés.

Reconnaissance automatisées des images de presse. L’exemple de la presse d’entre-deux-guerres.

Présentation par Pierre-Carl Langlais,  post-doctorant dans le cadre du projet ANR Numapresse.

Le travail de Pierre-Carl Langlais n’est pas mené dans l’optique de fournir des outils pour l’exploration de corpus mais dans la perspective de développer des solutions techniques pour répondre à des questions scientifiques posées, plus spécifiquement, dans le cadre du projet Numapresse. Ce projet ANR, actuellement en cours, a pour vocation d’explorer les mutations culturelles, les transferts génétiques et poétiques de la presse francophone de 1800 à 2018.

L’expérimentation présentée part du postulat que la plupart des images de presse sont intégrées dans un article et propose une classification automatique des images par le texte.

Le premier matériau pris en considération pour l’expérimentation a été l’OLR (Optical Layout Recognition) produit dans le cadre du projet Europeana Newspapers (1814-1945). En permettant la reconnaissance semi-automatique des agencements des éléments dans une page de journal, il permet indirectement d’identifier des illustrations dans la presse.

Parallèlement à la distinction des zones textuelles des zones iconographiques, un prototype de topic modeling supervisé, couvrant dix-neuf formes journalistiques, a été développé pour repérer les formes courantes entre 1920 et 1940. Ces modèles permettent d’analyser la répartition des genres sur de longues périodes, et de mettre en lumière des récurrences et des ruptures.

Ce modèle permet donc de classifier les articles mais aussi les illustrations associées et de constituer des sous-corpus thématiques à partir de la classification opérée. Avec cette classification des images via le texte, il devient possible de parcourir rapidement l’ensemble des images publiées dans une rubrique et de faire émerger des pratiques visuelles inattendues.

L’indexation sémantique visuelle sur l’illustration de presse est également évaluée à l’aide de modèles généralistes (Imagenet), qui de fait sont imparfaits. Néanmoins, dans un corpus aussi spécifique (le sport dans la presse quotidienne), les catégories prennent sens les unes par rapport aux autres. Ainsi la projection des proximités entre les classes d’Imagenet sur les images de sport du Parisien de 1934, puis la montée en abstraction sémantique grâce aux métadonnées de wordNet conduit à un réseau d’étiquetage pertinent des « régimes de représentabilité » du sport.

Projection tsne (à gauche), réseau d’étiquetage (à droite)

D’autres perspectives de recherche concernent les légendes des illustrations, la segmentation des composantes des illustrations, l’agencement de l’image du texte, la « viralité » de l’image de presse ou enfin les conditions de production de l’image de presse.

Cette expérimentation met en lumière les possibilités ouvertes par la technique mais aussi l’importance des compétences scientifiques, garantes de la pertinence de l’interprétation des résultats.

Le projet SIAMESE. Les images publicitaires comme sources historiques.

Présentation par Melvin Wevers, post-doctorant, DHLAB-KNAW, Amsterdam.

Le projet de recherche SIAMESE naît de l’idée qu’à partir de l’analyse des images publicitaires, il est possible de dégager les idéaux, les modes et les aspirations d’une société à une époque donnée. Le projet a été mené en 2017 par Melvin Wevers en tant que « chercheur en résidence » au KB Lab de la Bibliothèque nationale des Pays-Bas.

Afin d’analyser les images publicitaires présentes dans la presse du XXe siècle (1,6 million de publicités environ), le recours à une analyse computationnelle était nécessaire. La Bibliothèque nationale des Pays-Bas signale dans Delpher deux typologies d’information : les métadonnées de l’illustration (journal, page, taille et date de publication) et le texte contenu dans l’illustration (extrait grâce aux techniques d’OCR). Ces informations peuvent être analysées indépendamment car elles permettent de connaître par exemple les changements en termes de taille, de positionnement dans les journaux et de proportion d’éléments textuels et d’éléments visuels.

Taille moyenne des illustrations (1948-1995)

Dans une approche de vision par ordinateur (computer vision), les métadonnées peuvent être croisées avec l’analyse automatique des images. En effet, pour ce qui concerne les images publicitaires, la fouille du texte (text-mining) ne suffit pas à identifier par exemple toutes les publicités de la marque Camel car parfois le texte « Camel » est présent dans l’annonce, parfois il ne l’est pas mais un logo se trouve à la place. La fouille d’image (image mining) peut alors compléter cette « insuffisance » des métadonnées et du text mining en apportant les informations visuelles.

Le projet SIAMESE, d’une durée de six mois, a été l’occasion d’expérimenter l’utilisation de réseaux de neurones convolutionnels (CNN) pour étudier les publicités dans deux journaux nationaux sur la période 1948-1995. La première phase du projet consistait à nettoyer les données via les métadonnées pour sélectionner les publicités contenant des éléments iconographiques. La deuxième phase consistait à utiliser des réseaux neuronaux pour identifier les éléments iconographiques dans les images. Comme les réseaux de neurones existants ne donnaient pas de bons résultats avec les images publicitaires du XXe siècle, au lieu d’utiliser la dernière couche de classification du réseau (qui détermine par exemple si un chat est un chat et avec quel niveau de probabilité il l’est), la décision a été prise de s’arrêter à l’avant-dernière couche de calcul qui identifie les caractéristiques structurelles et formelles (2048 données) d’une image, par exemple déterminer si dans l’image est présente une ligne diagonale ou des cercles ou des triangles.

Les images ont donc été classifiées selon leurs caractéristiques visuelles en utilisant la bibliothèque open source pour TensorFlow qui permet de calculer les regroupements visuels (clustering). Une recherche des plus proches voisins permet ensuite de naviguer dans cet espace de représentation. Ce processus a abouti à l’application SIAMESE qui, à partir de la sélection d’une image, fournit les images publicitaires similaires par année et la possibilité de consulter le journal dans lequel la publicité en question a été publiée.

http://lab.kb.nl/tool/siamese

L’utilisation d’un réseau de neurones dans le cadre du projet HIMANIS.

Présentation par Dominique Stutzmann, chargé de recherche, IRHT.

HIMANIS est un projet européen (2015-2018, HERITAGE PLUS Joint Call) qui repose sur le soutien et l’engagement d’institutions patrimoniales, d’institutions de recherche en humanités et de chercheurs en sciences informatiques. Ce projet pluridisciplinaire a pour objectif ultime de comprendre la réalité du gouvernement royal à partir de l’indexation du corpus des registres de la chancellerie royale (c’est-à-dire la copie par l’administration royale des actes, à valeur perpétuelle essentiellement, qui sont produits pour les gens du royaume), qui est un corpus sur lequel les érudits travaillent depuis le XVIIe siècle. Ce corpus (200 volumes, 70k pages, français, latin, allemand) est conservé aux Archives nationales et à la BnF.

Un prototype de recherche et de consultation a été réalisé. Il est basé sur un moteur de recherche avec négociation de contenu, qui permet à l’utilisateur de favoriser la précision ou le rappel d’information parmi l’ensemble des hypothèses de reconnaissance fournies par le système.

Recherche du mot-clé « nostrum » et occurrences de l’abréviation « nrm »

Pour atteindre ce résultat, la maîtrise des données était d’abord nécessaire pour pouvoir entrainer la machine et pour assurer un apprentissage qualitatif. L’entrainement est réalisé sur la base d’un corpus TEI constitué à partir des transcriptions existantes des chartes (éditions rétroconverties et éditions électroniques natives). Le modèle apprend donc sur un corpus dont la langue a été modernisée et dont les abréviations ont été mises au long.

L’entraînement est réalisé au niveau de la ligne (ce qui suppose d’entraîner un segmenteur de lignes, d’aligner les lignes avec le texte du corpus, et de corriger les erreurs résiduelles, ce qui a été réalisé à l’aide de l’outil Transkribus). La reconnaissance de l’écriture s’appuie sur un réseau de neurones récurrent (RNN) et des ressources linguistiques (N-grams, dictionnaires, lemmatisation).

L’évaluation de la qualité de la transcription et des performances en regard des usages attendus est un autre enjeu fort de ce projet.

Le travail actuel porte sur l’élaboration d’une nouvelle interface, l’identification des scribes et des entités nommées (pour donner un accès géographique ainsi que nominal permettant l’analyse de réseaux), ainsi que l’exposition des données grâce à des protocoles interopérables (en particulier IIIF). De ce fait, une intégration des résultats d’HIMANIS dans Gallica est une perspective envisageable.

Visualiseur IIIF

Ce projet met en lumière l’importance de la réutilisation de données ou métadonnées historiques qui permettent, elles, d’entrainer correctement des machines à identifier les textes, les lire et les catégoriser, et cela pour des volumes importants (70 000 pages). Il ouvre les moyens de créer de nouveaux savoirs dans un environnement ouvert.

La compétition scientifique CLAMM.

Présentation par Nicole Vincent, professeure au LIPADE, Paris Descartes.

La compétition CLAMM vise à fournir des solutions pour la classification automatique de manuscrits médiévaux latins afin de permettre l’étude de réseaux à l’époque médiévale. L’objectif de la compétition était donc de reconnaître des types d’écriture (distingués en douze classes) dans des manuscrits médiévaux et d’en établir la datation. Deux niveaux de difficulté ont également été distingués relativement à l’homogénéité des images.

La base de données sur laquelle se base la compétition a été annotée par les membres experts de l’IRHT, structurée en sous-ensembles pour permettre plusieurs tâches et divisée en deux (une partie pour l’apprentissage et une partie pour les tests). Deux corpus d’images ont été utilisés : un premier relativement homogène, constitué par des images de bonne qualité en niveaux de gris dédié à l’apprentissage et aux tests; et un deuxième corpus hétérogène en termes de formats, compressions et couleurs dédié aux seuls tests.

Deux compétitions ont eu lieu : une en 2016 et une en 2017. Lors de la première, l’objectif était de reconnaître le style de l’écriture. En 2017, deux tâches étaient en revanche visées : au style des écritures venait s’ajouter la datation. Le taux de reconnaissance globale, par classe  ainsi que la distance intra-classe moyenne étaient les critères d’évaluation.

En 2016, le meilleur système pour la reconnaissance globale (sous forme de matrice de confusion, à gauche dans la figure suivante) met en évidence la capacité de la machine à reconnaître la plupart des classes. Les résultats concernant la distance intra-classe (à droite dans la figure) permettent d’évaluer la qualité des caractéristiques extraites par les systèmes en compétition (il est possible de travailler sur deux niveaux).

La robustesse des systèmes est aussi un enjeu majeur. Le graphe suivant montre par exemple un système (bleu foncé) offrant de bonnes performances globales mais étant mis en échec sur la classe 11.

Concernant la datation, les résultats sont moins satisfaisants car l’ensemble de l’apprentissage était moins régulier en nombre d’éléments par classe.

La moitié des systèmes étaient basés sur des CNN et des architectures profondes, les autres sur des caractéristiques plus ou moins nombreuses. Les architectures profondes ont donné les meilleurs résultats.

Pour ces tâches de classification, des approches interactives sont également envisageables. Elles consistent par exemple à faire apprendre au système, par interaction avec l’expert, les poids des différentes caractéristiques, ou encore à donner un feedback utilisateur au système, ce qui permet d’améliorer ce dernier au fur et à mesure de son utilisation.

Le deep learning pour l’histoire de l’art, un projet de thèse.

Présentation par Nicolas Gonthier, doctorant, LTCI, Télécom ParisTechUniversité Paris Saclay.

Sous la direction de Yann Gousseau, Saïd Ladjal (Télécom ParisTech) et Olivier Bonfait (Université de Bourgogne), Nicolas Gonthier mène depuis cette année un projet de recherche intitulé « Transfert d’apprentissage pour l’analyse iconographique d’œuvres d’art graphiques ». Ce projet de thèse vise à permettre l’indexation iconographique automatique en faisant appel aux techniques et aux méthodes de l’apprentissage profond. Le projet part s’appuie sur le transfert d’apprentissage, c’est-à-dire de l’idée d’utiliser les descripteurs haut niveau d’un réseau de neurones généraliste préentrainé pour une autre tâche. Autrement dit, le réseau entrainé pour réaliser de la classification de photographies est utilisé pour de l’analyse iconographique d’œuvres d’art graphiques.

La démonstration en ligne sur les peintures d’ArtUk suggère qu’il est possible de classifier des peintures à l’aide de descripteurs appris sur des photographies avec deux cents exemples. Une base d’apprentissage est créée à partir d’images issues de WikiCommons et portant sur 5 classes (ange, marie, nudité, ruines, Jésus Christ) et 5475 documents. Plusieurs modèles de réseau sont testés sur cette base.

Par ailleurs, les algorithmes de détection permettent l’identification de différents éléments dans une image, ce qui est un prérequis dans le contexte de l’analyse iconographique d’œuvres. Comment faire du transfert d’apprentissage avec un réseau tel que Faster R-CNN ? Quelle proposition contient l’objet détecté ? Comment mettre en œuvre un apprentissage multi-instances pour l’indexation iconographique ? En ne gardant que la zone la plus positive pour les exemples positifs et en distinguant les choix corrects des choix partiels (phase de sélection) une amélioration de l’apprentissage peut être constatée.

Malgré les limites générales des méthodes d’apprentissage, c’est-à-dire les biais dans la base d’apprentissage et la quantité des exemples, la possibilité d’annoter automatiquement des images avec des détections multiples et donc de réaliser de la recherche « pleine image » représente une opportunité considérable pour l’histoire de l’art.

D’autres éléments peuvent concourir à la réussite de ce type de projet : les classifications iconographiques existantes comme par exemple ICONCLASS et l’ouverture des bases de données des archives photographiques documentaires en histoire de l’art telles que celles conservées par le consortium international PHAROS.

Conclusion

En 2011, des acteurs du monde des bibliothèques constataient que l’indexation de l’image passe par le texte2. Aujourd’hui l’image semble avoir encore besoin partiellement du texte pour plusieurs raisons : des annotations sont nécessaires pour entrainer les systèmes de reconnaissance automatique, des métadonnées doivent être produites pour éviter de redemander continûment à la machine des calculs complexes et enfin le croisement des techniques de fouille de texte (text mining) avec celles de fouille d’image (image mining) apporte des résultats plus intéressants pour des projets de recherche sur des ouvrages ou sur la presse. Cependant, sept ans après la publication de l’ouvrage « Images et bibliothèques », les avancées dans le champ de l’analyse automatique d’images sont significatifs grâce notamment au développement des techniques d’apprentissage profond supervisé.

Malgré la disponibilité croissante de réseaux de neurones pré-entrainés et d’algorithmes d’identification des caractéristiques symboliques, l’adaptation du processus et des technologies à l’objectif final est fondamentale pour obtenir des résultats performants. Les institutions patrimoniales comme les laboratoires de recherche, notamment en humanités numériques, auraient alors intérêt à investir dans la phase d’apprentissage, à prendre en compte la complémentarité des deux approches différentes d’analyse et à raisonner par corpus, par ensembles d’images similaires en termes d’époque, technique de production et support-image.

Outre la question de l’apprentissage et de l’anachronisme de l’utilisation d’images contemporaines pour la reconnaissance d’images anciennes, un autre aspect ne devrait pas être négligé : l’espace de stockage. Dans le cadre du projet HIMANIS par exemple pour 4 To d’images, 10 To de métadonnées ont été produites. À une image, 30 à 40 métadonnées descriptives peuvent être facilement associées mais elles risquent d’avoir une durée de vie limitée à cause de la rapidité des progrès technologiques.

Traditionnellement l’image entretient une relation complexe avec la normalisation, notamment pour ce qui concerne les métadonnées associées. Si une normalisation technique dans le champ de l’indexation automatique pourrait être difficile à mettre en œuvre en raison de la rapidité de l’évolution technologique, une normalisation des métadonnées et des ontologies pourrait être en revanche imaginée. Dans les faits, l’utilisation de bibliothèques de réseaux neuronaux open source limite aussi au niveau technique la dispersion et la multiplication des méthodes.

Même si les approches, les techniques, les capacités de calcul et de stockage évoluent, la modélisation et la qualité des données qui servent à l’apprentissage constituent les fondations d’un système stable. Comme la donnée est le pilier de tout système, une attention méticuleuse devrait lui être portée pour éviter des distorsions à long terme.

Comme le résume André Gunthert, ce panorama des approches et des applications des méthodes d’analyse automatique d’images démontre la nécessité et la fécondité de la collaboration étroite entre les humanistes et les ingénieurs pour répondre de manière qualitative à la multiplication des questions scientifiques que la mise à disposition de corpus massifs et de nouveaux outils de recherche d’images provoque.

Eleonora Moiraghi et Jean-Philippe Moreux

  1. Bibliothèque nationale de France, Contrat d’objectifs et de performance 2017-2021, p. 23 http://www.bnf.fr/documents/contrat_performance.pdf []
  2. Sous la direction de Claude Collard et Michel Melot, Images et bibliothèques, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2011. []

Séminaire du C2RMF : projet CLARO

La prochaine séance du séminaire du C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) aura lieu le vendredi 13 avril 2018 à 11h dans l’amphithéâtre Palissy (C2RMF – Site du Carrousel).

Gravure en clair-obscur de Hans Burgkmair, Amants surpris par la Mort (1510)

Programme

Kilian Laclavetine présentera le projet CLARO portant sur l’analyse des pigments des encres et des filigranes de gravures en couleurs réalisées en Allemagne, France et Pays-Bas entre 1508 et 1640.

Ce projet qui associe le C2RMF, le musée du Louvre et la Bibliothèque nationale de France est soutenu par la Fondation des sciences du patrimoine depuis 2016.

Informations pratiques

Vendredi 13 avril 2018 à 11h
C2RMF – Site du Carrousel, amphithéâtre Palissy.
Palais du Louvre – Porte des Lions
14, quai François Mitterrand
75001 Paris
En raison du plan vigipirate alerte attentat, il est nécessaire de s’inscrire en envoyant un message à marie.lionnet@culture.gouv.fr

Les Arts de la rue fêtent l’entrée de leurs souvenirs à la BnF (7 avril 2018)

La Bibliothèque nationale de France et la Fédération nationale des Arts de la Rue, en partenariat avec la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) et ARTCENA – Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre, se sont associées afin d’organiser un événement festif et inédit qui symbolise la richesse du patrimoine des arts de la rue et rappelle la nécessité d’en préserver les souvenirs. Ce sont ainsi 50 années de présence artistique dans l’espace public qui seront célébrées.

Compagnie Houdart-Heuclin/Melando, Les Padox aux journées Portes ouvertes du site Richelieu de la BnF, 2017 © BnF

En mai 68, les étudiants des Beaux-Arts s’emparent des murs des villes pour y exposer leur production.
En mai 2018 la Fédération des Arts de la Rue fête ses 20 ans d’existence. Entre ces deux dates, une profusion de spectacles a marqué la mémoire de celles et ceux qui ont vécu l’émergence des arts de la rue dans l’espace urbain. Un enchaînement de dates qui sont les repères de la structuration de ce mouvement artistique et citoyen.

Le département des Arts du spectacle de la BnF conserve de nombreux ensembles sur les arts de la rue : archives de Michel Crespin, artiste et fondateur du festival d’Aurillac, ainsi que de Lieux publics et de la Cité des arts de la rue à Marseille, des fonds de compagnies comme Houdart-Heuclin (dont les Padox, étranges marionnettes habitées, croisées lors des journées d’inauguration du site Richelieu rénové en janvier 2017) et des photographies dont celles de Jean-Pierre Estournet et Joël Verhoustraeten.

Avec la participation d’Antoine le Ménestrel, qui partira à l’assaut de la façade de la BnF, de compagnies comme les Grandes Personnes, le Théâtre de l’Unité, la CIA, Décor sonore, Oposito, Generik Vapeur, Annibal et ses Éléphants ou Carabosse, ainsi que des éditions Deuxième époque.

Informations pratiques

Samedi 7 avril 2018 à partir de 15h à la Bibliothèque nationale de France
58, rue Richelieu Paris 75002

Mise en ligne du portail : À la naissance de l’ethnologie française

Le Musée du quai Branly – Jacques Chirac, la Bibliothèque nationale de France (BnF), la Bibliothèque Éric-de-Dampierre et le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (CNRS, UPO) se sont associés pour mener le programme de recherche intitulé À la naissance de l’ethnologie française : les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939). Au terme de plusieurs années, le projet financé par le LabEx Les passés dans le présent voit un aboutissement avec la mise en ligne du portail documentaire éponyme.

Réalisé par le LESC, le site internet sur les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne entre 1928 et 1939 (http://naissanceethnologie.fr/) documente une étape importante du processus de professionnalisation de l’ethnologie française. L’expérience d’un terrain lointain devient en effet pour les ethnologues un élément essentiel de la formation et un préalable indispensable à la carrière.

Page d’accueil du site http://naissanceethnologie.fr/

La complémentarité des ressources archivistiques et muséales des trois institutions partenaires, leur numérisation massive et une volonté commune de valorisation permettent de réunir virtuellement fiches, carnets, objets et photographies en créant des liens entre les fonds. Grâce aux textes illustrés dus à des spécialistes, ce site présente le déroulement de ces expéditions collectives, leurs méthodes, leurs résultats, leur contexte ainsi que leurs différents acteurs. Conçu comme un outil de recherche et de vulgarisation, il répertorie les sources bibliographiques et archivistiques en précisant leur localisation, et en donnant accès à des publications en texte intégral.

Bien que ces archives d’ethnologues soient en grande partie numérisées, le choix a été fait de ne pas mettre en ligne ces documents de façon extensive. En effet, l’un des objectifs du site, dans le respect des principes éthiques du projet, est de valoriser ces archives dans leur contexte par une sélection raisonnée de documents représentatifs des méthodes, des résultats ou des parcours biographiques.

Le souhait des porteurs du projet est de susciter et de recueillir les réactions de chercheurs, d’artistes ou d’un public plus large, en particulier issus des pays qui ont fait l’objet de ces missions. Ainsi le portail permettra d’expérimenter un mode de valorisation d’archives « sensibles » dans le respect des principes éthiques et de développer des actions de restitution, en collaboration avec divers publics.

Exemple d’une description d’une mission

Programme de recherche : Polices de caractères pour les inscriptions monétaires

Dans le cadre de ses plans triennal de la recherche 2013-2015 et quadriennal de la recherche 2016-2019, la Bibliothèque nationale de France finance un programme sur les Polices de caractères pour les inscriptions monétaires qui vise à créer des polices de caractères pour transcrire, publier et analyser de façon satisfaisante et uniformisée les inscriptions monétaires. 

Inscription mérovingienne annotée dans l’outil Numipal (clone de Digipal).

L’objectif consiste à développer des fontes de caractères Unicode sous licence libre pour transcrire les inscriptions monétaires dans les divers supports de diffusion : imprimés et numérique1. L’encodage des caractères typographiques propres à la numismatique devrait  à terme intéresser un public plus large, comprenant les épigraphes et les éditeurs scientifiques qui devraient économiser les coûts liés aux commandes de polices sur mesure, propres à chaque projet éditorial et pour ainsi dire jamais réutilisées pour un autre.

Par ailleurs, alors que les polices consistaient en des fichiers images insérés dans les projets éditoriaux, une notable évolution pour la recherche en humanités numériques sera permise par l’emploi de polices Unicode, notamment dans les projets d’édition numérique (catalogues en ligne, images numérisées IIIF annotées avec l’extension Open Annotation2) puisque le contenu sémantique des légendes monétaires pourra être analysé et étudié puisqu’il sera codé3.

Un partenariat entre la BnF et l’ANRT a permis de développer un caractère regroupant, sous une forme unifiée, toutes les variantes formelles identifiées sur des pièces mérovingiennes.  Elvire Volk Leonovitch4 a ainsi développé la police baptisée MEROWEG5.

Le travail se poursuit avec les inscriptions de monnaies ibériques et puniques. Gaëlle Thevenin, doctorante en Histoire au Laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167) rend compte des travaux en cours au sein du carnet de recherche du département des Monnaies, médailles et antiques, L’Antiquité à la BnF, dans l’article à lire ci-dessous.

  1. Codine-Trécourt, Florence ; Sarah, Guillaume, « Du plomb au pixel. Transcrire les légendes des monnaies du haut Moyen Âge », Revue numismatique, 2012, 6e série, tome 168, p. 261-277. DOI : 10.3406/numi.2012.3183. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/numi_0484-8942_2012_num_6_168_3183>. []
  2. Cf. : http://iiif.io/api/annex/openannotation/ []
  3. Codine Florence, « Polices de caractères et inscriptions monétaires. Le projet PIM », Document numérique, 2013/3 (Vol. 16), p. 69-79. DOI : 10.3166/DN.16.3.69-79. URL : <https://www.cairn.info/revue-document-numerique-2013-3-page-69.htm>. []
  4. Cf. son site : http://www.elvirevolk.com/ []
  5. Elvire Volk Leonovitch, « PIM. Police pour les Inscriptions Monétaires », Atelier National de Recherche Typographique (ANRT), 2014. Disponible en ligne, url : <http://anrt-nancy.fr/fr/projets/pim-police-pour-les-inscriptions-monetaires/>. []

Après-midi d’étude : La BnF, 20 ans après (12 avril 2018)

La BnF organise une après-midi d’étude autour de l’exposition Dominique Perrault – La Bibliothèque nationale de France. Portrait d’un projet 1988-1998.

Croquis réalisés en 1990 par Dominique Perrault pour le projet de la future Bibliothèque François-Mitterrand © Dominique Perrault architecte / ADAGP

Programme

  • 14h30-15h : Conférence introductive par Georges Vigarello, philosophe, ancien président du Conseil scientifique de la BnF
  • 15-16h45 : BnF : une nouvelle fabrique du savoir ?
    La BnF a-t-elle apporté, à travers les outils et l’espace offert aux chercheurs, une nouvelle manière de construire sa recherche ? A-t-elle inventé une nouvelle fabrique du savoir ? La répartition en départements, la césure décidée entre les collections, le double niveau (haut-de-jardin et rez-de-jardin) ont-elles permis un élargissement de la recherche et du public de chercheurs ?
    Table ronde animée par Thierry Pardé, directeur de la stratégie, BnFavec Marianne Bastid-Bruguière, membre de l’Institut, directeur de recherche émérite au CNRS, Frédérique Berthet, université Paris-7, Hélène Fleckinger, université Paris-8, Denis Bruckmann, directeur des collections, BnF et Antoine de Baecque, chercheur
  • 17h-17h15 : La bibliothèque vitrée vue de l’extérieur : la réception de la BnF aux États-Unis
    Par Barry Bergdoll, MOMA
  • 17h15-18h45 : BnF : un bâtiment en débat ?
    La construction d’un nouveau bâtiment a été au centre de polémiques et sa réception par les usagers a alimenté de nombreuses discussions. Cette séquence d’entretiens et de conférences devrait permettre de donner un coup de projecteur sur cette histoire agitée.
    Table ronde avec Dominique Alba, architecte dplg, directrice générale de l’Apur, Odile Lucan, Odile Seyler & Jacques Lucan architectes, Jacqueline Sanson, ancienne directrice générale de la BnF, François Chaslin, architecte et critique d’architecture français, Frédéric Edelman, journaliste et Pierre Nora, de l’Académie française.
  • 19h-20h : Master classe de Dominique Perrault

Modalités pratiques

Jeudi 12 avril 2018 – 14h30-18h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Entrée libre dans la limite des places disponibles (200 places)

Conférence : « Galeries et passages. Les traversées de Paris »

Le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art portent le projet de recherche « Richelieu, histoire d’un quartier ».

Argument

Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire.

Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de la BnF et de l’INHA – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Programme

La prochaine session du séminaire donnera l’occasion à Jean-Philippe GARRIC, professeur à l’Université Paris 1 Sorbonne et directeur du Labex CAP,  d’aborder les Galeries et passages. Les traversées de Paris.

Boulevard Montmartre. : Passage Jouffroy : [estampe] / APM [Potémont]

Modalités pratiques

Vendredi 6 avril, 10h30-12h30
Salle Walter Benjamin, INHA-Galerie Colbert
2 rue Vivienne, 75002 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles (60 places).

 

 

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?