Soutenance de thèse de doctorat : Coline Arnaud

Le 4 juillet 2019, Coline Arnaud, ancienne chercheure invitée (2016) et associée (2015) de la BnF, soutient sa thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication intitulée La pâtisserie française (1870 – 1914) : une révolution gastronomique menée sous la direction de Françoise Hache-Bissette .

Résumé

La pâtisserie d’art théorisée par Carême avant 1850 codifie une pâtisserie décorative et complexe dont le faste est destiné aux élites sociales de l’Empire puis de la Restauration. Pourtant, dès 1820, cette pâtisserie ambitieuse bouleversant le statut artisanal du pâtissier se heurte aux valeurs bourgeoises d’une classe sociale en pleine ascension. Les inventions techniques, les réformes sociales, l’ouverture des marchés à la production industrielle au tournant du siècle condensent les tensions toujours irrésolues entre une pâtisserie nostalgique, aux ambitions artistiques, et la prédominance des commerces de proximité, symboles d’une production économique diversifiée et moderne. Ce travail cherche à analyser l’origine de ces tensions et leur impact à travers le métier, le produit et le lieu de vente, en interrogeant le rapport de cette pratique au social, au politique et à l’art de 1870 à 1914.

Soutenance

  • Lieu :  Bibliothèque nationale de France / Site François Mitterrand, Quai François Mauriac 75013 Paris
  • Salle : Petit Auditorium
  • Horaire : 14h

Composition du jury

  • Mme Françoise HACHE-BISSETTE, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Directeur de thèse
  • Mme Claire BLANDIN, Université Paris 13, Rapporteur
  • M. Didier FRANCFORT, Université de Nancy, Rapporteur
  • M. Jean-Pierre WILLIOT, Sorbonne Université, Examinateur
  • Mme Simona DE IULIO, Université de Lille, Examinateur
  • M. Emmanuel QUENSON, Université d’Evry, Examinateur
  • M. Denis SAILLARD, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Co-encadrant

Séminaire: Émergence de l’art vidéo en Europe, 19 juin

Crédits iconographiques : Teresa Wennberg, Swimmer, 1978, vidéo, 20′, production Centre Georges Pompidou, Paris, collection Centre Georges Pompidou, Paris et Sädtishes Kunstmuseum, Bonn

À ce jour, une histoire de l’art vidéo à l’échelle de l’Europe reste à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Programme

10h00
Introduction et présentation du programme « Émergence »
François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

10h15
L’historiographie de l’art vidéo en Grèce, un défi entre les mains des artistes, Manthos Santorineos (Artiste – théoricien nouveau media, Professeur à l’École des Beaux-Arts d’Athènes)

11h00
Pause

11h15
Archive ontology – connecting the dots
Per Platou (Directeur, Norwegian Video Art Archive)

12h00
The Beginnings of Video Art in Bulgaria,Iliyana Nedkova (Directrice artistique pour l’art contemporain, Horsecross Arts)

12h45
Pause déjeuner

14h30
REC: Tracking the Emergence of Artist Video in Belgium
Sofie Ruysseveldt (Responsable de collection) et Dagmar Dirkx (Assistante de collection/production, ARGOS vzw Centre for Art and Media)

15h30
Swedish Video Art – the early years
Teresa Wennberg (Artiste vidéaste)

16h15
Table-ronde / Discussions

Informations pratiques

Ce cinquième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo en Grèce, en Norvège, en Bulgarie, en Belgique et en Suède.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo » : François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne) ; Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France) ; Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de : Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, ArTeC) et Victor Tsaconas (Stagiaire, ArTeC)

Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Les communications le mercredi 19 juin auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Parution : lancement du site SESPOA. Sceaux et empreintes de sceaux du Proche-Orient ancien

Les sceaux-cylindres ne sont pas noirs et blancs.

La Bibliothèque nationale de France et le LabEx Les Passés dans le présent sont heureux de pouvoir annoncer la mise en ligne des premiers résultats d’un projet de recherche visant à numériser et à faire connaître la collection des sceaux-cylindres orientaux conservés à la Bibliothèque nationale de France, à la fois par l’entremise du projet CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative, <https://tinyurl.com/y6rua6g2>) et via les pages d’un nouveau portail web bilingue spécialement dédié : SESPOA, Sceaux et empreintes de sceau du Proche-Orient ancien <http://sespoa.huma-num.fr>.

La BnF abrite la deuxième plus grande collection de sceaux-cylindres orientaux en France, après celle du musée du Louvre. Avant notre travail, cette collection était surtout connue par l’ancien Catalogue de L. Delaporte, publié en 1910, où n’est cependant enregistrée qu’environ la moitié des quelque mille sceaux-cylindres aujourd’hui conservés à la BnF. L’objectif de notre projet est détaillé sur les pages du site SESPOA, où les visiteurs trouveront également des informations sur l’histoire de cette importante collection, qui a ingéré au fil du temps diverses collections privées plus petites. Les objectifs du projet et l’histoire de la collection sont également détaillés dans un article à paraître dans la prochaine livraison de la revue Syria (2019).

Le travail de numérisation et de présentation en ligne de la collection de sceaux-cylindres de la BnF est le fruit d’une collaboration entre la BnF et le pôle d’excellence (LabEx), Les passés dans le présent <http://passes-present.eu>, en coopération avec les universités d’Oxford et de Southampton au Royaume-Uni.

Le projet SESPOA est dirigé par Bertrand Lafont (CNRS Paris-Nanterre) et Jacob L. Dahl (Oxford), avec Nordine Ouraghi comme chercheur postdoctorant à Paris (archéologue Éveha financé par le LabEx) et Kate Kelley comme postdoctorante à Oxford (financée par le projet jumeau SIANE à Oxford). La majorité des travaux d’imagerie a été réalisée par Nordine et Kate, avec l’assistance de David Young de l’Université de Southampton (projet SIANE) qui a conçu et produit, avec Kirk Martinez et Jonathon Hare, également de l’Université de Southampton, le kit de capture numérique spécifiquement conçu pour les sceaux-cylindres.

Le projet SIANE1, Seals and their Impressions in the Ancient Near East, a été originellement un projet pilote de douze mois, financé par le Fonds John Fell de l’Université d’Oxford et qui a visé à mettre au point et à tester des méthodes innovantes et adaptées pour permettre la capture numérique de ces petits objets que sont les sceaux-cylindres, avec de premières applications dans les collections de la BnF et de l’Ashmolean Museum d’Oxford. Le kit de capture SIANE qui a été produit à cette occasion et utilisé par la suite est décrit dans les pages web du projet SESPOA. La numérisation des sceaux de la collection de l’Ashmolean Museum est en grande partie achevée et sera ajoutée aux sites CDLI et SESPOA à l’issue du traitement en cours des images et données.

Les porteurs du projet espèrent que leur travail sur ces deux collections clés de sceaux-cylindres, avec les technologies et outils de recherche novateurs qu’ils proposent, ouvriront la voie à la création de nouvelles mises en ligne de sceaux proche-orientaux, afin de favoriser les études sur la glyptique et l’histoire administrative de l’ancien Proche-Orient, le développement des humanités numériques dans ces domaines et la protection de ces divers corpus d’objets du patrimoine culturel mondial désormais si menacés.

  1. Le projet SIANE est décrit dans un article d’un volume édité par Kelley et Woods, “Digital Imaging of Artefacts: Developments in Methods and Aims”, publié en 2018 et disponible en ligne <http://www.archaeopress.com/public/displayProductDetail.asp?id=%7B5538CD4D-1A45-47F9-AACD-42A389B5ABCA%7D>. []

Journée d’études : Autour du Digital Muret : recherches récentes sur les collections archéologiques du xixe siècle (17/6)

Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, II, pl. 45, tête d’Hypnos.

À l’occasion de la mise en ligne du premier corpus du « Digital Muret », l’INHA et la BnF organisent une journée d’études pour présenter et mettre en perspectives les recherches menées dans ce programme depuis 2017. Jean-Baptiste Muret (1795-1866) a été le dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866 ; tout au long de sa carrière, il a constitué un ensemble de planches en couleur reproduisant des objets antiques pris dans différentes collections, privées et publiques, et mis en série pour mieux en comprendre la typologie ou la signification. Cet important recueil, conservé à la BnF et resté inédit, constitue donc une source majeure pour l’histoire des collections d’antiques au XIXe siècle et celle de leur étude. La journée reviendra sur la démarche mise en place et l’outil numérique développé pour l’occasion (http://digitalmuret.inha.fr/), présentera quelques aspects des découvertes permises par les recherches menées sur ce corpus et s’intéressera à d’autres fonds similaires et complémentaires.

Comité scientifique

  • Mathide Avisseau-Broustet (BnF)
  • Cécile Colonna (INHA)
  • Louise Detrez (BnF)
  • Bastien Rueff (INHA)
  • Clément Salviani (INHA)

Programme

9h30 : Introduction
Cécile Colonna (INHA), Mathilde Avisseau-Broustet (BnF)
Le programme Digital Muret, enjeux et développements

10h Outils et publication numérique
Présidé par Frédérique Duyrat (BnF)

Bastien Rueff (INHA), Approche statistique du volume II : sa place dans les recueils de dessins d’antiques de Jean-Baptiste Muret et
son organisation interne

Clément Salviani (INHA), Productions participatives et externalisation du dispositif d’identification : retour sur les expériences de crowdsourcing autour du Digital Muret
Federico Nurra (INHA), Stratigraphie d’un site web : du tableau de données à la mise en ligne du « Digital Muret »
Anne-Violaine Szabados (CNRS, ArScAn, LIMC), Rozenn Douaud (CNRS, ArScAn), Des dessins à la 3D : redécouvrir un coffret disparu

Le dessin comme point de départ des recherches
Présidé par Laurent Haumesser (musée du Louvre)

Anaïs Boucher (Sèvres, cité de la Céramique), Louise Detrez (BnF),
Fabrice Rubiella (InP), Un cratère en calice à fond blanc Sèvres-Lausanne ? Autour d’une planche du recueil de Jean-Baptiste Muret

12h30 Déjeuner

14h Christian Mazet (École pratique des hautes études, Université PSL / École française de Rome), L’iconographie des divinités et monstres marins étrusques chez Jean-Baptiste Muret : la « Tritonide » Révil et le « Triton » Lajard

Mathilde Vauquelin (École du Louvre), Les planches de Jean-Baptiste Muret, à l’origine d’une étude sur les collectionneurs d’antiquités nationales en province au XIXe siècle

Lionel Pernet (musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne), Les collections du Musée des Antiquités de Lausanne dans la seconde moitié du XIXe siècle : une politique d’acquisition entre patrimoine vaudois et ventes parisiennes

15h45 Les dessins et l’histoire de l’archéologie
Présidé par Louise Detrez (BnF)

Corinne Jouy-Barbelin (musée d’archéologie nationale), Les richesses oubliées des archives du musée d’Archéologie nationale

Soline Morinière (musée d’archéologie nationale), Le fonds Edouard Flouest : dessiner les antiquités nationales dans la seconde moitié du
XIXe siècle (1859-1891) pour une nouvelle approche de la preuve scientifique

Isabelle Périchaud (INHA), Isabelle Vazelle (INHA), Les dessins archéologiques dans les collections patrimoniales de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art

Informations pratiques

  • 17 juin 2019 – 9h30-18h
  • Institut national d’histoire de l’art, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • Entrée libre

Parution : Trésors monétaires volume XXVIII : trésors de monnaies espagnoles dans la france des XVIIe et XVIIIe siècles

Couverture Trésors monétaires 28

Ce nouveau volume de Trésors monétaires rassemble plusieurs trésors de monnaies d’or espagnoles perdus au XVIIe siècle : l’un découvert sur une plage de Donville-les-Bains dans la Manche (24 monnaies, vers 1623-1629), un autre dans des maisons de Castillonnès dans le Lot-et-Garonne (45 monnaies, vers 1630-1635) ou encore à Aurillac dans le Cantal (24 monnaies et deux bijoux, vers 1665).

S’y ajoute le spectaculaire trésor de monnaies d’argent espagnoles de l’épave de la Jeanne-Élisabeth, vaisseau suédois coulé en 1755 au large de la Maguelonne, sur la côte méditerranéenne. Ce trésor de quelque 4 000 pièces d’argent est remarquable par les péripéties qui accompagnent sa perte – course anglaise, naufrage, pillage – mais aussi par la richesse des informations qu’il nous fait connaître. L’archéologie du trésor et l’examen des archives permettent de comprendre comment et où les lots ont été constitués, quelle a été la vitesse de circulation de cet argent depuis les ateliers américains jusqu’aux cales de la Jeanne-Élisabeth. Il met aussi en lumière le rôle des marchands français dans la circulation des métaux américains, les zones privilégiées de circulation de l’or et de l’argent dans une économie mondialisée qui va des Amériques à l’Inde et à la Chine en passant par l’Europe et le Proche-Orient.

Ce volume s’accompagne aussi d’un article de synthèse sur l’or espagnol en France au XVIIe et au XVIIIe siècle qui permet de situer ces ensembles monétaires dans leur contexte historique, économique, politique…

Auteur

Jérôme Jambu, conservateur au département des Monnaies, médailles et antiques

Informations pratiques

  • Description : Broché, 180 pages, 13 planches, 21 × 29,7 cm
  • Date de parution : 13 mai 2019
  • ISBN/EAN 978-2-7177-2821-7 / 9782717728217
  • Editeur : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Disponibilité : Disponible
  • Prix : 80 €

Offre de stage à la Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel)

Cadre

  • Chargé·e de traitement de collections
  • Dans le cadre du programme de recherche « Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes » (https://shakk.hypotheses.org/), financé par l’Agence Nationale de la Recherche.

Profil requis

  • Être inscrit.e en master 1 ou master 2 en sciences humaines et sociales
  • Être arabisant.e
  • Intérêt pour la Syrie contemporaine et pour les sources audiovisuelles

Mission principale

  • La ou le stagiaire aura pour tâche de compiler des fichiers vidéo issus des différents acteurs de la révolte et de la guerre en Syrie, de les constituer en fonds documentaire structuré, de les décrire et de les indexer dans la base BnF-Archives et manuscrits. Les corpus seront déjà pré-constitués par les chercheurs du programme de recherche ANR Shakk
  • Pendant la durée du stage la ou le candidat·e retenu.e sera formé·e aux problématiques et enjeux liées au programme de recherche ainsi qu’aux outils numériques utilisés.

Missions secondaires

  • Participer à la vie scientifique du programme de recherche (échanges sur la liste de diffusion et veille informationnelle)
  • Participer à la mise à jour et à la rédaction du Carnet de recherche du programme

Compétences

  • Bonne connaissance de la Syrie contemporaine
  • Capacité à traiter et à assimiler la documentation en langue arabe (arabe standard et arabe dialectal syrien)
  • Connaissances de base en techniques documentaires
  • Capacité à travailler en équipe

Dates

  • Date limite de dépôt de candidature : 15 juin 2019
  • Début du stage : 15  octobre 2019

Conditions

  • Durée du stage : de 3 à 6 mois.
  • Indemnité : Indemnité de stage prévue, en conformité avec la réglementation en vigueur.
  • Lieu : Bibliothèque Nationale de France, site François Mitterrand, Quai François Mauriac, 75706 Paris

Candidater

Envoyer CV et lettre de motivation à Alain Carou (alain.carou@bnf.fr), Jean Christophe Peyssard (jc.peyssard@ifporient.org) et  Cécile Boëx (cecile.boex@ehess.fr)

Exposition hors les murs : “Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle)”

Jan Rustem et Gottlieg Kisling, Cartes barbouillées, Vilnius, 1814-1815 (cat. 8) ; BnF, département des Estampes et de la photographie

Afin de mieux faire connaître ses trésors, la BnF ouvre ses collections à des musées ou des bibliothèques partout en France. Dans le cadre de l’exposition « Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle) », elle présente une sélection de pièces issues du département des Estampes et de la photographie qui conserve une collection de cartes exceptionnelles assemblée depuis plus de trois siècles.

Les cartes à jouer dans les collections de la BnF

Fort de trois mille suites de cartes à jouer, le département des Estampes et de la photographie de la BnF conserve une collection de cartes exceptionnelle par la diversité et la rareté de ses pièces, assemblée patiemment depuis plus de trois siècles.

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Fabuleuses cartes à jouer ! Le monde en miniature, aux Éditions de la BnF, un florilège de cartes occidentales du XVe au XXe siècle est présenté au sein de l’exposition permanente du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux. Ces fonds, issus de dons et d’achats de jeux appartenant à de grands collectionneurs (Michel de Marolles et Roger de Gaignières au XVIIe siècle, Romain Merlin au XIXe, Georges et Paul Marteau, Henry d’Allemagne au XXe siècle), complétés par des acquisitions variées du département depuis le XIXe siècle, comportent des exemplaires des plus rares et précieux tout en offrant un panorama unique des techniques de fabrication des cartes et de leurs usages à travers les siècles.

Fabuleuses cartes à jouer de la BnF exposées au Musée Français de la Carte à Jouer

Une sélection de pièces issues de douze jeux différents, insérée dans le parcours des collections permanentes du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux, instaure un jeu de regards croisés entre les deux collections, qui souligne la richesse respective des deux institutions.

De rarissimes tous premiers burins allemands du maître des cartes à jouer, vers 1440, qui rattachent les cartes aux origines de l’estampe, ainsi qu’un somptueux tarot italien enluminé du XVe siècle sont ainsi mis en lumière.

Des planches non découpées ont permis de sauvegarder d’exceptionnels jeux français, lyonnais du XVe siècle.

L’Italie du XVIIIe siècle est représentée à travers un jeu peint au portrait vénitien et un délicat ensemble de cartes florentines imprimées sur soie et rehaussées de couleurs. L’inventivité du XIXe siècle transparaît dans des cartes lituaniennes dites « barbouillées », un jeu de tarot allemand sur le thème populaire du « monde renversé », un jeu russe de fantaisie, ou les premières cartes photographiques parisiennes représentant des artistes des grands théâtres. N’oublions pas aussi que de célèbres artistes ont travaillé pour l’univers de la carte à jouer, en témoignent les dessins de Jacques-Louis David en 1808 pour l’Imprimerie impériale ou ceux de Sonia Delaunay en 1959 à la demande du musée des cartes à jouer de Bielefeld (Allemagne).

Cette sélection de trésors de papier appartenant aux fonds de la BnF, présentée au cœur même des collections permanentes, dans une scénographie spécialement créée pour l’occasion par Pascal Rodriguez, permet d’inaugurer un nouveau parcours chronologique, qui se superpose au parcours thématique traditionnel du musée. Les cartes les plus précieuses du musée, telle la carte du Chariot, provenant d’un tarot enluminé italien attribué à l’École de Ferrare, produite dans le contexte somptuaire de la cour des Este vers 1450, ou encore la planche de tête au « portrait de Paris » des Guyon Guymier (XVIe s.) seront mises en valeur à la lumière de cette présentation croisée.

C’est le legs de Louis Chardonneret, archiviste au Monde illustré et collectionneur, qui fut à l’origine de cette collection. Elle comprenait alors une centaine de suites de cartes à jouer dont la redécouverte dans les années 1980 orienta le musée vers une importante politique d’acquisition de ces ensembles, avec une volonté d’ouverture vers les beaux-arts et la création contemporaine. Cette collection comprend aujourd’hui plus de 15 000 œuvres dont près de 9 000 jeux de cartes, planches et enveloppes de jeux, plus de 800 peintures, dessins et estampes, mais également de nombreux objets de jeu ainsi que des bois d’impression.

Dans les collections de la BnF

Chaque année, la BnF présente dans des établissements patrimoniaux une sélection d’œuvres issues de ses collections et fait partager ses richesses à un plus large public.

Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec des collections locales, le programme Dans les collections de la BnF vise à développer des partenariats scientifiques et pédagogiques avec d’autres institutions.

Organisation

Le commissariat de l’exposition est assuré par :

  • Gwenael Beuchet, attaché de conservation, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Charlotte Guinois, conservatrice du patrimoine, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Vanessa Selbac, conservatrice, chef du service de la Réserve, département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le musée, la recherche et la valorisation, direction des Collections, BnF

Informations pratiques

  • Musée Français de la Carte à Jouer
  • 16 Rue Auguste Gervais, 92130 Issy-les-Moulineaux
  • Jours et heures d’ouverture :
  • Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h
  • Samedi et dimanche : de 14h à 18h
  • Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h
  • Août : fermé

Fermé les jours fériés et en août
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche

Exposition : “Antonio Seguí”

Antonio Seguí, Señor y perro, 1991. BnF, Estampes et photographie. © Antonio Seguí, ADAGP, Paris, 2019. 

Artiste argentin installé en France depuis plus de 50 ans, Antonio Seguí (né en 1934) est à l’origine d’une œuvre figurative qui fait vivre un monde coloré et graphique, sur fond d’agitation urbaine. À travers un personnage récurrent coiffé d’un chapeau, archétype de l’homme anonyme, qu’il met en scène seul ou perdu dans la ville et qu’il confronte à des situations tragiques ou cocasses, le peintre tend à réduire l’homme à son comportement social. À la suite de la donation effectuée par Antonio Seguí qui a permis d’enrichir les collections du département des Estampes et de la photographie ainsi que de la Réserve des livres rares, la BnF expose en galerie des donateurs une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, qui vont permettre de (re) découvrir l’univers de cet artiste singulier.

L’exposition rassemble une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, de l’artiste argentin. Antonio Segui a trouvé dans l’estampe une pratique complémentaire au dessin et à la peinture. Il a fait don à la BnF de plus de 500 pièces (estampes, portfolios, livres illustrés) conservées au département des Estampes et de la photographie ainsi qu’à la Réserve des livres rares.

Commissaire de l’exposition : Céline Chicha-Castex, département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • Bibliothèque François-Mitterrand, Quai François Mauriac,
    75706 Paris Cedex 13
  • Galerie des donateurs
  • 14 mai – 25 août 2019
  • Exposition en entrée libre (gratuit)
  • Ouvert tous les jours sauf le lundi
  • Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :10h – 19h
  • Dimanche : 13h- 19h

Ressources

Portrait d’Antonio Seguí, 2019 © Béatrice Lucchese / BnF

12e rencontres du GRIM (23/5) : « Matérialité, visualité et signification »

Le GRIM – Groupe de recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres médiévales ainsi qu’aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Dorénavant lié à IMAGO et favorisant la prise de parole de jeunes chercheurs, il organise sa 12e journée d’études sur le thème « Matérialité, visualité et signification ».

Les notions de matérialité et de visualité constituent deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques. Les interventions poseront la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et rendront compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Comité scientifique

  • Charlotte Denoël (BnF)
  • Isabelle Marchesin (INHA)
  • Anne-Orange Poilpré (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Cécile Voyer (université de Poitiers)

Programme

10H : Introduction par Charlotte Denoël, Isabelle Marchesin, Anne-Orange Poilpré, Cécile Voyer

10h10 : La charpenterie mudéjar : le bois comme support d’un langage symbolique en Espagne

Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure PSL et université de Grenade)

10h30 : Focus sur la matérialité des murs, traces de l’intervention humaine et mémoire des hommes. L’exemple de saint Georges au château de Selles de Cambrai (Nord)

Audrey Ségard (docteure, université Lille 3)

10h50 : Stratégies dévotionnelles de Marguerite d’Autriche. Le trésor de Brou : reconstitution in situ du trésor légué par Marguerie d’Autriche à sa fondation funéraire

Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble-Alpes)

11h10 : Discussion et pause

11h40 : Entre matérialité et iconographie de l’architecture : la rotonde de Saint-Jean à Vigolo Marchese (Plaisance) comme interprétation du modèle du Saint-Sépulcre

Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise)

12h : Une sculpture sans-papiers : approche méthodologique de la matérialité

Amal Azzi (Master 2, université de Nantes)

12h20 : Discussion

12h45 : Pause déjeuner

14h : Exacerber la matière picturale pour faire connaître l’intervalle entre le sensible et le divin. L’exemple du sanctuaire de Saint-Martin de Fenollar

Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)

14h20 : Le corps, le signe et l’image : autour de la console figurative de la Dernière communion de Marie l’Égyptienne (Colmar, musée Unterlinden, v. 1150)

Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers)

14h40 : La danseuse et la relique. À propos d’un chapiteau roman de la cathédrale de Besançon et des nouvelles pratiques de l’image de saint Jean-Baptiste au tournant des XIIe et XIIIe siècles

Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès)

15h : Discussion et pause

15h30 : Salvum me fac deus : réflexions sur la matérialité d’un psautier bréviaire bâlois féminin du XIIIe siècle

Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne)

15h50 : Du portrait de Toute Belle à la statue de Pygmalion : l’image du féminin modelé comme support de prière amoureuse, aux XIVe et XVe  siècles

Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté)

16h10 : Discussion

Informations pratiques

  • 23 mai 2019 – 9h30-18h00,
  • Institut national d’histoire de l’art , Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • 6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne 
  • 75002 Paris
  • Entrée libre

Présentation et débat autour de l’ouvrage : Imago Libri Représentations carolingiennes du livre

Évangiles de Saint-Riquier, Abbeville, BM Ms. 4, fol. 17v

Le renouveau culturel carolingien confère au livre une place majeure
dans la société, qui perdure dans le monde ottonien. Sa production est suffisamment abondante pour que près de 9000 manuscrits de cette époque nous soient parvenus, et le soin apporté à la qualité de leur confection est remarquable. Les manuscrits, précieux ou non, corrigés, glosés, comparés, échangés, servent à l’action, politique ou judiciaire, à la spiritualité, à la réforme religieuse, au développement de l’« humanisme » carolingien. Dans la société et la culture chrétiennes, l’objet-livre revêt un caractère précieux et somptuaire, comme en témoignent sa place de choix au sein des trésors d’église et sa haute valeur monétaire. Il est l’incarnation à la fois de l’autorité sacrée, du pouvoir et du savoir ; investi d’une forte dimension symbolique, il peut aussi être source de conflits et victime de destructions. Polymorphe, il intervient dans de multiples situations et se trouve au coeur des relations entre protagonistes : il peut être tour à tour exhibé sous l’aspect d’un rouleau, d’un codex ouvert ou fermé, mangé, foulé aux pieds, dissimulé, utilisé pour prêter des serments…

À la fois contenant et contenu, objet et parole, le livre est aussi un objet imaginaire et imaginé. L’enquête collective envisagée ici dépasse la dimension archétypale du livre pour cerner, à travers une approche pluridisciplinaire combinant l’histoire sociale, culturelle et artistique, la spécificité des représentations carolingiennes du livre.

Programme

Pascale Bourgain (École Nationale des Chartes) et Ioanna Rapti (EPHE) présideront une table-ronde pour la présentation de l’ouvrage publié sous la direction de Charlotte Denoël, Anne-Orange Poilpré et Sumi Shimahara, paru aux éditions Brepols.

Imago libri : couverture

Informations pratiques

  • Jeudi 27 juin de 18h à 20h
  • Institut National d’Histoire de l’Art, Salle Vasari
  • 2 rue Vivienne, 75002 Paris
  • Un cocktail sera servi en salle Warburg

Exposition : Le Livre & la Mort (14e – 18e siècle)

LE LIVRE & LA MORT

Étroits sont les liens qui unissent la mort et l’écrit. L’épigraphie, le manuscrit puis l’imprimé ont été mobilisés pour préserver le souvenir des disparus, et le rapport d’intimité qui lie le livre au lecteur a fait du premier le miroir privilégié des interrogations du second sur sa propre finitude. La Mort elle-même, comme figure et comme sujet, fait son entrée en littérature au 14e siècle, suscitant une appréhension moins abstraite du trépas. On dit et on représente désormais la déchéance des corps, souvent associée aux fins dernières que sont le Jugement, l’Enfer et le Ciel.

Fléaux de tous ordres et angoisse de la fin des Temps favorisent cette expansion du macabre à la fin du Moyen Âge. « Incarnations » de la Mort et représentations des morts investissent alors le livre, bien au-delà des répertoires privilégiés que sont les arts de mourir, les livres d’heures et les danses macabres.

Le corpus des images évolue, infléchi par l’Humanisme, la Réforme et la reconquête catholique, touché par l’évolution du cérémonial funéraire, s’adaptant aux nouvelles pratiques sociales d’encadrement de la mort. Le recours au média imprimé pour célébrer les grands défunts, et bientôt pour « faire part » des morts plus ordinaires, donne lieu à une vaste production documentaire, des pompes funèbres, tombeaux littéraires et reliures de deuil, aux modestes billets d’enterrement.

Cette exposition interroge la variété des apparitions de la Mort dans le livre européen, du Moyen Âge au 18e siècle. À travers l’illustration peinte et gravée, l’ornement typographique, la reliure ou l’héraldique, se déploie une iconographie funèbre ou macabre fascinante, avec ses scénographies et sa gestuelle (la Mort qui frappe, fauche, entraîne, moque, désigne, triomphe…), ses attributs et symboles (faux, dard, crâne, tibia, larmes, torchères, chauve-souris, outils du fossoyeur…), dont il importe de comprendre le sens et les évolutions.

Commissariat

  • Ilona Hans-Collas, Groupe de Recherches sur la Peinture Murale
  • Fabienne Le Bars, Bibliothèque nationale de France
  • Danielle Quéruel, Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires
  • Nathalie Rollet-Bricklin, Bibliothèque Sainte-Geneviève
  • Yann Sordet, Bibliothèque Mazarine
  • Anne Weber, Bibliothèque Mazarine

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine et la bibliothèque Sainte-Geneviève, avec le soutien de la Fondation Simone et Cino Del Duca

Informations pratiques

  • Du 21 mars 2019 au 21 juin 2019
  • Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h23
  • Bibliothèque Mazarine, quai de Conti, 75006 Paris
  • Dossier de presse

Colloque international (16-17/5) : Un portail entre les cultures de la littérature aux sciences humaines franco-vietnamiennes

Un portail entre les cultures

Programme

Jeudi 16 mai

France-Vietnam : patrimoines partagés

9h00-9h15 Accueil

9h15 Ouverture du colloque

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France (BnF)

Marc Mézard, directeur de l’École normale supérieure (ENS)

9h45 Introduction

Giang-Huong Nguyen, chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est (BnF et associée ITEM)

10h-11h30 – BnF et BnV : une histoire partagée
Présidence : Emmanuelle Sordet, directrice des bibliothèques de l’ENS

10h-10h40 Kieu Thuy Nga, Bibliothèque nationale du Vietnam

« Le fonds Indochinois à la Bibliothèque nationale du Vietnam et les perspectives de collaboration avec la Bibliothèque nationale de France » (Intervention en vietnamien avec traduction en français.)

10h40-11h Franck Hurinville, BnF

« Un nouvel outil pour une histoire à parts égales : le site France-Vietnam »

11h-11h30 Discussion

Pause

11h50-13h – Histoire des fonds vietnamiens à la BnF

11h50-12h10 Laurent Héricher, BnF

« Histoire du fonds et des catalogues des imprimés et manuscrits vietnamiens au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France »

12h10-12h30 Denis Gazquez, BnF

« Documents surprenants dans les collections de la BnF : les bulletins de la Police de l’Indochine, 1932-1943 »

12h30-13h Discussion

Déjeuner

14h30-15h40 – Marseille et l’arrivée des Indochinois
Présidence : Claire Zalc, directrice de l’IHMC (CNRS)

14h30-14h50 Olivia Pelletier, Archives Nationales d’Outre-Mer

« Marseille et les travailleurs indochinois (1939-1954) »

14h50-15h10 Alain Ruscio

« Marseille et l’Indochine : la circulation des hommes entre la Canebière et la rue Catinat »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h10 – La naissance d’un nouveau modèle historico-culturel : à travers la lecture des auteurs vietnamiens du xxe siècle

16h-16h20 François Guillemot, Institut de l’Asie Orientale

« Écrire l’histoire du Vietnam sous la colonisation : l’avènement d’un nouveau récit national ? »

16h20-16h40 Michel Espagne, ENS

« Un formaliste vietnamien : Tran Ngoc Them »

16h40-17h10 Discussion

Clôture

Vendredi 17 mai 2019

Le dépôt légal de l’Indochine, les sciences sociales et les études littéraires

9h00-9h30 Accueil

9h30-10h40 – Des sciences sociales à l’histoire littéraire
Présidence : Jean-Marie Compte, directeur du Département Littérature et Art (BnF)

9h30-9h50 Pascal Bourdeaux, École Pratique des Hautes Etudes

« Quelques réflexions sur les écrits religieux à la lecture du dépôt légal de l’Indochine »

9h50-10h10 Nguyen Phuong Ngoc, Université d’Aix – Marseille

« La littérature vietnamienne dans la première moitié du xxe siècle : l’émergence d’un espace littéraire national en quốc ngữ »

10h10-10h40 Discussion

Pause

11h-12h10 – La littérature vietnamienne francophone

11h-11h20 Giang-Huong Nguyen, BnF et associée ITEM

« Le sujet multiculturel dans la littérature vietnamienne francophone du xxesiècle »

11h20-11h40 Henri Copin, Université Permanente de Nantes

« ‘Princesses des Cinq Dragons’ : des auteures contemporaines d’origine vietnamienne écrivent en français »

11h40-12h10 Discussion

Déjeuner

14h30-15h30 – Œuvres publiées et manuscrits de Pham Van Ky
Présidence : Paolo D’Iorio, directeur de l’ITEM (CNRS)

14h30-14h50 Jack Yeager, Louisiana State University

Pham Van Ky et son héritage

14h50-15h10 Hoai Huong Aubert-Nguyen, Université de Versailles Saint-Quentin

« L’Ineffable des Fables – étude de Fleur de Jade de Pham Van Ky »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h – Histoires de rencontres culturelles

16h-16h20 Pham Van Quang, Université des Sciences Humaines et de HCM-ville

« L’exil comme une autre possibilité d’existence chez Pham Van Ky et Linda Lê »

16h20-16h40 Alain Guillemin, CNRS

« La robe de papier (1978), être francophone dans le Vietnam indépendant : l’expérience de Cung Giu Nguyen »

16h40-17h10 Discussion

17h10-17h30 Conclusion du colloque

Informations pratiques

  • Jeudi 16 & Vendredi 17 mai 2019 – 9h-17h30
  • ENS, 29 rue d’Ulm, 75005, salle Jean Jaurès (rez-de-chaussée, aile Curie)
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

Journée d’étude : Globes et sphères : deux mille ans d’histoire (7/6)

Dans le cadre de l’exposition « Le Monde en sphères » et avec le soutien du Comité français de Cartographie, la BnF organise le 7 juin 2019 un symposium qui porte sur les objets qui sont au cœur de l’exposition : les globes et sphères armillaires, instruments scientifiques et œuvres d’art marqués par une histoire pluriséculaire.

L’histoire de ces objets, qui ont incarné pendant plus de 2 000 ans le modèle sphérique de l’univers, peut être abordée sous de nombreux aspects : conception et production matérielle, cartographie terrestre ou céleste, diffusion et usages, symbolique et représentation dans les arts.

La journée d’étude se propose de porter un regard diachronique sur ce patrimoine trop souvent méconnu.

PROGRAMME

9h00 Accueil

9h15   Ouverture par Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France et Catherine Hofmann, co-commissaire de l’exposition, conservatrice en chef au département des Cartes et plans de la BnF

Première session : L’invention du modèle et sa transmission en Orient et en Occident

Président de session : François Nawrocki, co-commissaire de l’exposition, directeur-adjoint de la bibliothèque Sainte-Geneviève

9h45    James Evans, historien de l’astronomie, University of Puget Sound (USA)

Globes et cadrans solaires : avec une attention particulière à une statuette d’Atlas portant une sphère creuse trouvée à Tor Paterno (Latium)

10h15 Elly Dekker, historienne des modèles et instruments astronomiques

The celestial globe of Gerbert of Aurillac: its place in the history of celestial cartography

10h45 pause

11h00  Taha Yasin Arslan, chercheur à l’université Medeniyet, département d’Histoire des sciences (Istanbul)

Seizing the Heavens: Making Celestial Globes

11h30  Anna Caiozzo, professeur d’histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne

L’imaginaire de la sphère dans la culture visuelle du monde musulman médiéval

Deuxième session : L’évolution du modèle et sa diffusion a l’époque moderne

Présidente de session : Hélène Richard, conservateur général honoraire des bibliothèques

14h00  François Nawrocki

L’Amérasie du Globe doré : invention et déconstruction d’un continent (1526-1538)

14h30  Anthony Turner, historien des sciences

Globes et horloges : prolégomènes à une analyse historique

15h00  Martin Vailly, doctorant en histoire, European University Institute – EHESS

La sphère et son manuel : les globes terrestres en tension entre théories et matérialité (1660-1715)

15h30 pause

 15h45 Catherine Hofmann et Eve Netchine

Le globe du Dauphin (1789) : archaïsmes et modernité d’un objet gigogne

16h15  Jan Mokre, directeur du département des Cartes et du musée des Globes, Österreichische Nationalbibliothek

The development of new types of terrestrial globes in the 19th and early 20thcenturies

 17h – 19h Visite de l’exposition par groupes de 15 personnes (sur inscription préalable le jour même)

Informations pratiques

Edme Mentelle, Jean Tobie Mercklein, Globe terrestre et céleste pour l’éducation du dauphin, 1786-1789.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

20/5 : rencontre-débat autour de l’ouvrage Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?, l’Enssib organise une rencontre-débat, dans le cadre des “Carrefours de l’information” proposés par la fondation Gulbenkian.

Programme

Présentation de l’ouvrage et débat, en présence de la coordinatrice de l’ouvrage et de deux auteurs.

  • Martine Poulain, conservatrice générale des bibliothèques honoraire, sociologue et historienne,
  • Anne Pasquignon, conservatrice générale des bibliothèques, adjointe au directeur des Collections, Bibliothèque nationale de France,
  • Benjamin Guichard, conservateur des bibliothèques, directeur scientifique de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC)

Informations pratiques

  • Organisateur : Enssib – Fondation Gulbenkian
  • Date et horaire : 20/05/2019 18h30 – 20h
  • Adresse : Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France 39 Boulevard de la Tour-Maubourg 75007 Paris 
  • Entrée libre sur inscription

Parution : Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

L’ampleur des pillages effectués par les forces nazies durant la Seconde Guerre mondiale dans tous les pays occupés a été révélée à la Libération. Des opérations d’identification et de restitution des livres spoliés ont été mises en œuvre, notamment en Europe occidentale.

En mars 2017, un colloque international, co-organisé par le Centre Gabriel Naudé de l’Enssib, posait cette question : où sont les livres spoliés par les nazis ? Une partie des contributions sont rassemblées dans cet ouvrage, plus particulièrement, celles cherchant à localiser quelque 14 000 livres spoliés déposés dans une quarantaine de bibliothèques françaises entre 1950 et 1953 et à en connaître les caractéristiques.

Après un demi-siècle d’amnésie institutionnelle, des travaux de recherche ont montré qu’une quarantaine de bibliothèques françaises avaient été affectataires de livres spoliés par les nazis, dont la Bibliothèque nationale de France. Elles cherchent aujourd’hui à honorer la mémoire des propriétaires de ces bibliothèques disparues en identifiant ces documents – traces muettes de la volonté d’exterminer la population juive -.

Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, et
Anne Pasquignon, adjointe au directeur des Collections pour les questions scientifiques et techniques présentent ici les recherches relatives à la BnF.

Sommaire de l’ouvrage

  • Introduction. La souffrance des livres en exil, par Martine Poulain
  • Partie 1. Les spoliations de bibliothèques longtemps ignorées
  • Chapitre 1.Les pistes paneuropéennes des livres pillés par les nazis : trop d’ouvrages encore en exil, par Patricia Kennedy Grimsted
  • Chapitre 2. Restituer leurs bibliothèques aux spoliés, un impératif toujours actuel, par Martine Poulain
  • Partie 2. Bibliothèques spoliées : restituées, perdues, retrouvées, cachées ?
  • Chapitre 3. Une bibliothèque alsacienne disparue en Allemagne en 1940 : une quête en cours, par Nathalie Neumann
  • Chapitre 4. La bibliothèque d’art d’August Liebmann Mayer : Munich – Paris – Munich, par Maria Tischner
  • Chapitre 5. Livres français spoliés dans les collections de la Bibliothèque nationale de Biélorussiepar Anatole Steburaka
  • Chapitre 6. “28 sacs” de livres français pour la bibliothèque universitaire de Vienne : présentation d’une recherche de provenance en cours, par Christina Köstner-Pemsel
  • Chapitre 7. Paris-Berlin-Paris. Sur la piste de livres spoliés en France par les nazis : comment les retrouver et les restituer, par Sebastian Finsterwalder
  • Chapitre 8. La spoliation d’une bibliothèque privée sous l’Occupation : le cas de Pierre Guerquin, bibliophile, par Patricia Sorel
  • Partie III. Des livres spoliés dans les bibliothèques publiques françaises
  • Chapitre 9. Les documents spoliés déposés à la Bibliothèque nationale : les résultats d’une enquête, par Anne Pasquignon, avec la collaboration de Cécile Bellon
  • Chapitre 10. Les livres spoliés déposés à la Bibliothèque des langues orientales : une source pour l’histoire de la destruction des diasporas d’Europe centrale et orientale en France, par Benjamin Guichard
  • Chapitre 11. Le « Fonds Séquestres » de la BDIC, histoire d’une spoliation invisible, par Dominique Bouchery
  • Chapitre 12. Spoliations, confiscations et vols à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg entre 1940 et 1944, par Catherine Maurer
  • Chapitre 13. Octobre 1942 à la Bibliothèque nationale : des faits de collaboration par les livres, par Eve Netchine
  • Glossaire
  • Index
  • Bibliographie
  • Liste des illustrations
  • Encadré. Les principes de Washington
  • Liste des auteurs
  • Table des matières

Informations pratiques

  • Parution : mai 2019
  • Broché
  • Editeur : Presses de l’enssib

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?