Digital Averroes Research Environment (DARE)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources de référence, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Digital Averroes Research Environment

Pays

Allemagne

Auteur(s)

  • Universität zu Köln, Philosophische Fakultät Fakultät, Thomas-Institut
  • Pilote du projet : Andreas Speer
  • Coordonnateur scientifique : David Wirmer

Description

Né en 2010, le projet entend donner accès à l’ensemble des textes d’Averroes. Le projet est très ambitieux car il entend fournir, pour chaque texte, la version numérisée, la transcription et les éditions. Si cette dernière partie pose  le problème des droits nécessaire à la diffusion en ligne des travaux, notons le nombre important de manuscrits déjà accessibles en version numérisée (plus de 700) et transcrite. Le visualiseur permet de lire la numérisation et la transcription en vis-à-vis.

L’interface de consultation n’est disponible qu’en anglais.

Le site lancé début 2018, propose 3 principaux accès :

  • works (oeuvres) : avec des filtres par catégories, traducteurs des textes  et langues (arabe, hébreu, latin)
  • sources : permettant d’accéder aux manuscrits par langue, pays de conservation, ville, lieu de conservation
  • bibliography : avec des filtres par type de média, catégories, oeuvres, noms, tranches de dates.

URL

URL : http://dare.uni-koeln.de/

À noter

L’outil donne accès à des collections de la BnF (chiffres de décembre 2018) :

  • Bibliothèque de l’Arsenal : 4 manuscrits (4 arabes, 1 hébreu)
  • Bibliothèque nationale de France : 152 manuscrits (89 hébreux, 57 latins et 7 arabes)

La majorité des copies numériques des manuscrits sont disponibles gratuitement à l’adresse suivante : https://bilderberg.uni-koeln.de.

Bref, de la belle ouvrage !

  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []

Appel à communications : Transfopress : La presse arménienne en France et la création d’un espace transnational

Անկուտիին Զուարճալի Տարեգիրքը : 7րդ Տարի / Ամիրենց Յ. (Յովհ Ամիրեան)

Avec le soutien du réseau Transfopress et de la BULAC

Argument

La Bibliothèque Nubar de l’UGAB (Paris) et l’université Paris-Diderot, avec le soutien du réseau Transfopress, réseau international prenant pour objet la presse allophone (http://transfopresschcsc.wixsite.com/transfopress), et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), s’associent pour organiser une journée d’étude sur le phénomène de la presse en langue arménienne comme presse allophone, en prenant pour terrain d’études la France. La presse allophone, entendue comme la presse écrite en langues autres que le(s) langue(s) officielles du pays où elle paraît, est un important phénomène transnational, tant dans sa dimension historique que contemporaine. Si la presse arménophone en diaspora a fait l’objet d’études disjointes, sur certaines périodes, ou dans certains pays (notamment la France), ce phénomène n’a pas véritablement fait l’objet d’une étude plus globale. Cette journée d’études se propose de resituer la presse arménophone publiée en France dans un cadre plus large, en s’interrogeant sur le rôle de cette presse dans la création d’un espace transnational ou d’espaces transnationaux.

Depuis le 18e siècle, des centaines de périodiques en arménien ont été fondés et publiés sur tous les continents, témoignant ainsi de moments d’émigration liés à des conditions socio-économiques (réseaux de commerce) ou politiques (massacres arméniens des années 1890 et le génocide de 1915, notamment). Cela est aussi vrai pour les titres parus en France. Ainsi, par-delà une très grande diversité de titres recouvrant des périodicités de publication tout aussi variées (titres politiques, revues littéraires, titres d’associations culturelles, almanachs, etc.), les organisateurs invitent les participants à porter une réflexion globale sur la presse de langue arménienne en diaspora, qu’ils considèrent comme étant constitutive de cette expérience dans la longue durée, hors duHayastan. Ainsi, comme la plupart des titres allophones, les titres publiés – complètement ou partiellement – en langue arménienne en France se trouvent au croisement de plusieurs espaces médiatiques (en particulier nationaux et transnationaux) et posent la question des lectorats auxquels les acteurs de cette presse cherchent à s’adresser.

En examinant la presse arménophone en France sous l’angle des notions d’espaces et d’identités, et en s’attachant à comprendre l’existence de cette presse dans sa matérialité, cette journée d’étude entend contribuer aux réflexions sur la construction diasporique et l’ancrage arménien en France. Les organisateurs invitent les participants à proposer des communications sur les thématiques suivantes, dont la liste n’est pas restrictive :

– le rôle de la presse arménophone en France dans la constitution d’identités individuelles et collectives, ou plus largement d’une communauté imaginée en France et/ou en dehors des frontières nationales (avant et après l’indépendance de l’Arménie en 1991)

– le rôle de la presse arménophone en France dans les échanges entre les communautés arméniennes (Empire ottoman, Arménie soviétique, Arménie post-indépendance)

– le rôle de la presse arménophone en France dans les débats sur le retour à la mère patrie, la reconnaissance du génocide arménien, les mobilisations humanitaires (tremblement de terre de 1988) ou sur le conflit du Haut-Karabagh

– le rôle de la presse arménophone de France dans l’essaimage de centres littéraires et intellectuels en diaspora et dans la promotion de la culture et l’histoire arménienne en France et dans un espace transnational auquel cette presse contribue

– le rôle de la presse arménophone publiée en France dans la standardisation de la langue arménienne (notamment l’arménien occidental) ; la contribution de cette presse à des débats impliquant d’autres périodiques arméniens (non allophones) ou multilingues, en France ou hors de France

– la presse arménophone allophone en France comme espace d’échange transnational entre la vie politique en Arménie et les communautés arméniennes, où qu’elles se trouvent

– la presse arménophone allophone publiée en France, comme espace de négociation des relations entre la communauté de lecteurs envisagée et l’État français, ou comme instrument de négociation avec d’autres États

– la collaboration entre des équipes de rédaction de cette presse de la langue arménienne en France et d’autres équipes de rédaction de la presse arménienne ailleurs dans le monde

– les évolutions des stratégies de la presse arménophone allophone dans un monde globalisé, où le numérique constitue un défi supplémentaire pour la survie de ces titres ; l’incidence de ces changements sur les stratégies médiatiques et leur conséquence sur les relations avec le lectorat habituel des titres ; les contributions de l’étranger au montage de cette presse (envoi d’articles, créations, etc.)

Appel à communications

Les études de cas, tout comme les communications qui présenteront une réflexion plus large articulant la presse arménophone publiée en France et la diaspora arménienne, sont les bienvenues. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont concernées par cet appel à communications. La réflexion sur la conservation et la mise en valeur de titres allophones arménophones par des institutions patrimoniales est aussi un enjeu que cette journée d’étude souhaite examiner. Les organisateurs encouragent également les retours d’expériences critiques de la part des acteurs de cette presse.

Les participants potentiels sont invités à envoyer un résumé d’au moins 500 mots avec un court CV aux organisateurs avant le 31 janvier 2019. Les langues de travail correspondent aux langues de la revue Études arméniennes contemporaines (français et anglais). Une sélection des communications constituera un numéro spécial de cette revue (https://journals.openedition.org/eac/) .

Organisateurs

Informations pratiques

  • 7 novembre 2019
  • Auditorium de l’Inalco, Paris
  • Institutions partenaires : la Bibliothèque Nubar de l’UGAB et l’Université Paris Diderot (UMR LARCA)
Pro Armenia / rédacteur en chef : Pierre Quillard ; comité de rédaction : G. Clemenceau, Anatole France, Jean Jaurès, Francis de Pressensé, E. de Roberty

Après-midi d’étude : La presse indochinoise (1865-1954)


Couverture du magazine Tân-Vân de janvier 1935

Mises à part quelques périodes, quelques thématiques et quelques aires géographiques particulières, l’histoire culturelle des ex-colonies françaises reste assez largement méconnue, notamment le cas de l’Indochine. Dans ce contexte, l’étude de la presse en langue française (journaux et revues, littéraires et généralistes) constitue un champ d’études qui permettrait de répondre à un certain nombre de questions. Parmi elles, la problématique des rapports entre centralité et périphérie est évidemment fondamentale. Non seulement entre la France métropolitaine et l’Indochine mais aussi entre l’Indochine et d’autres espaces coloniaux (Afrique du nord, Afrique occidentale, Méditerranée orientale, Madagascar, Antilles …). L’activité littéraire et culturelle telle qu’elle se structure au sein de ces journaux et revues est-elle l’œuvre exclusive de membres des communautés exogènes d’origine métropolitaine (colons, administrateurs, émigrés…) ? A-t-elle permis ou accompagné l’émergence de nouvelles élites locales ou seulement la mutation-adaptation des élites antérieures ? Cette question se pose avec une particulière acuité en Indochine avec le mouvement de lutte contre le mandarinat encouragé par l’administration coloniale et la généralisation de l’usage du quốc ngữ qui donne lieu à la romanisation de la langue vietnamienne au tournant du XXe siècle, posant là des enjeux et des problématiques spécifiques en matière de transferts culturels et de contact colonial.

Afin de débattre autour de ces questions, les collections de périodiques du Fonds indochinois de la BnF et encore plus les titres numérisés rendus accessibles par le portail de presse indochinoise de Gallica constituent un gisement documentaire d’une valeur inestimable sans lequel aucune recherche approfondie ne peut être menée. Ce sont quelques-unes de ces ressources que les chercheurs membres du réseau PERFROM (Périodiques francophones outre-mer, 19e-20e siècle), piloté par Le Mans Université, ont exploitées et qu’ils présenteront lors de cet après-midi d’étude.

Informations pratiques

  • Lundi 3 décembre 2018, de 14h à 17h30
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Salle 70
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70 pl.)
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
    Adresse et transports – site François-Mitterrand

Émergence de l’art vidéo en Europe (11-12 déc. 2018)

Les recherches historiographies sur l’art vidéo, de même que les discours critiques ou les théories esthétiques, restées longtemps centrées sur le continent américain, ne se sont développées que tardivement dans les pays d’Europe, qu’elles concernent les productions nationales ou, a fortiori, l’ensemble de la production continentale. Les contextes techniques, sociaux et politiques nationaux très divers qui ont vu l’avènement de l’image électronique ont également, il est vrai, largement freiné l’émergence d’une vision historique globale.

À ce jour, à l’échelle de l’Europe, une histoire de l’art vidéo demeure donc à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980)

Antoni Muntadas, Early video works

Antoni Muntadas, Arte Vida, 1974, calle comercio web

Programme

Mardi 11 décembre 2018

BnF, site François Mitterand, salle 70

Communications publiques

9h30 – Introduction et présentation du programme « Émergence »

François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

9h45 – The early days of videoart in the Netherlands, a brief history

Gaby Wijers (Directrice, LIMA)

10h30 –From The Museum of Memory: Video Art in the Netherlands

Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)

11h15 – Pause

11h30 – Early video-art in Italy. Emergences, production and exhibition practices. Access and preservation issues

Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)

12h15 – Pause déjeuner

13h45 – Portugal : Alternativa Zero et après

Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)

14h30 – A Chance to Investigate Reality. Video Art in the Workshop of the Film Form Circle

Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

15h15 – Table-ronde

INHA, salle Walter Benjamin

Projection-conférence

18h – Early video works

Antoni Muntadas (Artiste vidéaste)

Mercredi 12 décembre 2018

Séminaire de recherche semestriel

Les coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe », François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault, l’ingénieure d’études, Ségolène Liautaud et les chercheurs invités Jean-François Chougnet, Lisa Parolo, Tom Van Vliet, Gaby Wijers et Tomasz Zaluski et l’artiste Antoni Muntadas feront un bilan d’étape du programme de recherche.

Mardi 11 et mercredi 12 décembre 2018

Bibliothèque nationale de France et Institut national d’histoire de l’art

Ce quatrième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie, en Pologne et en Espagne.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo »

  • François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne)
  • Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France)
  • Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de :

  • Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, Labex Arts-H2H)
  • Victor Tsaconas (Stagiaire, Labex Arts-H2H)
  • Boualem Khelifati (Stagiaire, Labex Arts-H2H)

Collaborateurs invités :

  • Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)
  • Antoni Muntadas (Artiste-vidéaste)
  • Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)
  • Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)
  • Gaby Wijers (Directrice, LIMA)
  • Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

Informations pratiques

  • Les communications publiques du mardi 11 décembre auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
  • La projection conférence d’Antoni Muntadas du même jour se tiendra dans la salle Walter Benjamin, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
  • Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.
  • Le séminaire de recherche semestriel est exclusivement réservé aux partenaires du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe ».
  • Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Ce séminaire bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01).

Les manuscrits de Gustave Flaubert réunis dans Gallica

Longtemps après la mort de Flaubert, sa nièce Caroline Franklin Groult fait don des manuscrits de ses œuvres majeures en les répartissant entre la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque municipale de Rouen et la Bibliothèque historique de Ville de Paris. A la suite de cette dispersion, aucun dossier manuscrit d’une œuvre n’est complet dans un lieu unique. La répartition géographique des manuscrits de Flaubert entre plusieurs institutions est un handicap pour la consultation et la recherche. Aujourd’hui la numérisation et la mise en ligne sur Gallica et Rotomagus (respectivement les bibliothèques numériques de la BnF et de la BM de Rouen) de l’ensemble des manuscrits de Flaubert, et ce, quel que soit leur lieu de conservation, est une avancée considérable pour la recherche.
Ainsi, Gallica présente dans ses pages « Sélections – Littératures », à la rubrique « dossiers d’écrivains », les œuvres de Flaubert regroupées par ordre chronologique (des œuvres de jeunesse jusqu’à Bouvard et Pécuchet) et thématique pour le théâtre et les carnets de notes ou de voyages.

Avec Yvan Leclerc, professeur émérite de littérature française du XIXe siècle à l’Université de Rouen, spécialiste de Flaubert et directeur du centre Flaubert, Christelle Di Pietro, directrice de Rouen nouvelles bibliothèques, Emmanuelle Toulet, directrice de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, et Isabelle Le Masne de Chermont, directrice du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

durée 5 min 11 s

Réalisation : David Paul Carr
Musique : Reeder / Rigonfiamento del cuore (piano solo)
© BnF 2018

Pour aller plus loin

Billets du blog Gallica  : « Flaubert dans tous ses états »

Journée d’étude : Jean Babelon (1889-1978), une passion chaleureuse (8/12)

REPORT DE LA JOURNÉE 

La journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40eanniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe (prom. 1910) et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961) prévue le samedi 8 décembre est reportée, probablement en février 2019 (sous réserve).

Jean Babelon, né le 19 janvier 1889, mort le 20 avril 1978

Le 8 décembre, l’École nationale des chartes accueille la journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40e anniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961), sous le patronage de l’Institut de France – Académie des inscriptions et belles-lettres.

La journée est organisée par Jean-Pierre Babelon, de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de numismatique).

Argument

Ancien élève de l’École nationale des chartes et de l’Institut des hautes études hispaniques, docteur ès-lettres, ancien combattant, prisonnier de guerre en 14-18, Jean Babelon consacra toute sa vie professionnelle (1913-1961) au Cabinet des médailles de la BnF, que son père Ernest Babelon avait dirigé de 1892 à 1924 et qu’il dirigea à son tour de 1937 à octobre 1961. Il avait, entre autres, assuré la sauvegarde des prestigieuses collections du Cabinet des médailles pendant la guerre et l’Occupation (1939-1945) et accueilli la Société française de numismatique en lui permettant de se domicilier rue de Richelieu.

Jean Babelon ne fut pas seulement un éminent numismate, spécialiste mondialement connu des monnaies grecques, des portraits des empereurs romains, des médailles et des antiques. Il fut aussi un remarquable écrivain, grand connaisseur de l’Espagne et de ses personnages célèbres (souverains, écrivains, artistes, conquistadores…). Il était un esthète, sachant faire partager sa passion de l’art, de la littérature latine, des peintres prestigieux (Titien, Goya, Le Greco…), de saint Louis aussi bien que de la reine Margot, de Benvenuto Cellini ou de Germain Pilon.

Établie en 1978, sa bibliographie officielle comprend 372 titres. À cela doivent encore être ajoutées les communications qu’il prononça dans les deux sociétés qui le portèrent à leur présidence d’honneur, la SFN et la SENA. Ces écrits révèlent la culture encyclopédique de cet « honnête homme » dont la modestie et la bienveillance n’eurent d’égales que l’étendue et la variété de son savoir.

Quarante ans après sa disparition, ses œuvres témoignent de la vivante actualité et de la permanence de ses enseignements.

Programme

  • 9 h : accueil des participants
  • 9 h 15 : mot d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes

Présidence : Christian Charlet

  • 9 h 30 : Jean-Pierre Babelon (Académie des inscriptions et belles-lettres),« Jean Babelon, une passion chaleureuse »

L’homme de lettres

  • 10 h 10 : Jean-Louis Charlet (Université d’Aix-Marseille),« Jean Babelon latiniste »
  • 10 h 35 : François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon poète »
  • 11 h : pause

Présidence : Cécile Morrisson

L’historien d’art

  • 11 h 30 : Béatrice Coullaré (Musée du 11 Conti, Monnaie de Paris), « Aréthuse et l’engagement éditorial de Jean Babelon »
  • 11 h 55 : Claude Brenot (Société nationale des Antiquaires de France ; Société française de Numismatique), « L’enseignement de Jean Babelon au Louvre et l’âme des monnaies »
  • 12 h 20 : Cécile Colonna (Institut national d’Histoire de l’art), « Jean Babelon et les collections Caylus, Janzé et Oppermann »
  • 12 h 45 : déjeuner

Présidence : Jean-Pierre Babelon

L’historien

  • 14 h 30 : Marion Delcamp (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), « Jean Babelon, Les monnaies racontent l’Histoire : quelques nouvelles perspectives »
  • 14 h 55 : Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Sur une médaille d’Andrés Bello, premier précepteur de Simón Bolívar »

Le conservateur

  • 15 h 20 : Inès Villela-Petit (Conservatrice du Patrimoine), « L’affaire Beistegui »
  • 15 h 45 : pause

Présidence : Claude Brenot

Le numismate

  • 16 h 15 : Laurent Schmitt (Président d’honneur de la Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique), « Jean Babelon etLa monnaie grecque de Franke et Hirmer »
  • 16 h 40 : Thibault Cardon (CNRS), « Monnaies de Louis IX, monnaies de saint Louis »
  • 17 h 05 : Philippe Schiesser (Président de la Société d’Études numismatiques et archéologiques), « Jean Babelon, premier président d’honneur de la SENA »
  • 17 h 30 : Christan Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon, les Sociétés numismatiques et les revues de numismatique »

Informations pratiques

Logos des organisateurs

Présentation du livre : Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Le labex Les passés dans le présent, la Bibliothèque nationale de France, La contemporaine et Télécom ParisTech sont heureux de vous inviter à la présentation du livre Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Label Mission du centenaire
  • Sous la direction de Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier et Lionel Maurel
  • Contributions de Muriel Amar, Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier, Frédéric Clavert, Arnaud Dhermy, Lionel Maurel, Zeynep Pehlivan, Agnès Sandras, Peter Stirling et Valérie Tesnière.
  • Collection « Les passés dans le présent », Presses universitaires de Paris Nanterre

Pour lointaine qu’elle soit, la guerre 14-18 a ses espaces de discussion et de publication sur le web, aussi vivants que structurés, majoritairement animés par des amateurs. Ces espaces sont des vecteurs de valorisation de recherches individuelles, mais aussi d’acquisition de compétences et d’élaborations collectives. Comment analyser ces lieux de mémoire d’un genre nouveau, alors même que le web semble trop grand pour l’œil et l’esprit humain ? En croisant démarches quantitatives et qualitatives, sociologie et sciences des données numériques, ce livre collectif, fruit d’un projet de recherche de trois ans, propose une démarche inédite et pluridisciplinaire pour appréhender le web français de la Grande Guerre. Il éclaire la manière dont les sources documentaires numérisées circulent et dont les réseaux s’organisent à partir ou autour de ces sources.

Informations pratiques

  • Lundi 10 décembre, à la BnF, site François-Mitterrand,
    Quai François-Mauriac, Paris 13e, Salle 70
  • 17h-19h
  • Entrée libre (dans la limite des places disponibles)
  • Avec les interventions, entre autres, de Sarah Gensburger (CNRS-Institut des sciences sociales du politique) et Laurent Veyssière (Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale).
Logo Labex PP
Logo-BnF
Logo BnF
Logo Telecom ParisTech
Logo La contemporaine

Parution : Réveiller l’archive d’une guerre coloniale

Couverture de Réveiller l’archive d’une guerre coloniale

L’auteur

Pierre Schill, chercheur associé au laboratoire CRISES de l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 fait paraître Réveiller l’archive d’une guerre coloniale. Photographies et écrits de Gaston Chérau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912).

Argument

Consacré à l’expérience vécue par Gaston Chérau, écrivain missionné à Tripoli pour couvrir la guerre italo-turque  (1911-1912), l’ouvrage est organisé autour de la documentation photographique et écrite de cet écrivain, membre de l’académie Goncourt, conservée à Bibliothèque de l’Arsenal, département de la Bibliothèque nationale de France.

Présentation de l’éditeur

« Romancier en vue de la Belle Époque et photographe amateur, Gaston Chérau (1872-1937) devient correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912). Ses 200 photographies, ses articles dans le journal Le Matin, sa correspondance privée et un texte réminiscent publié en 1926 dévoilent comment ce néophyte affronte une guerre en contexte colonial, un « ailleurs » qui le met face à la mort et à l’étranger.
En nous plongeant dans le travail et le quotidien d’un reporter aux débuts du photojournalisme, cette documentation inédite et sa mise en perspective historique révèlent comment ce témoin est tiraillé entre sa mission de rendre compte des événements et sa manipulation par les belligérants et les journaux. Elle permet dès lors de montrer comment cette expérience condense de multiples enjeux – principalement économiques et politiques – liés à la fabrique de l’actualité. C’est seulement en restituant la part qui revient à chacun des protagonistes dans la construction du récit journalistique que l’on peut mesurer la manière dont le correspondant de guerre, témoin singulier généralement peu questionné dans l’historiographie de la guerre, engage sa responsabilité.
La seconde partie de l’ouvrage propose une analyse réflexive du projet « À fendre le cœur le plus dur » qui a donné lieu au partage de cette source historique avec des artistes et à la production d’une exposition. Les artistes sont les écrivains, Jérôme Ferrari (prix Goncourt 2012) et Oliver Rohe, la plasticienne, Agnès Geoffray, et le danseur-chorégraphe, Emmanuel Eggermont. L’exposition a fait entrer en résonance l’archive avec ces créations et les oeuvres d’autres artistes contemporains ayant abordé dans différents contextes guerriers la question du témoignage et de la violence de guerre. »1

Sommaire

  • Avant-propos : Au risque de l’archive (Pierre Schill)
  • Introduction : Un écrivain correspondant de guerre (Pierre Schill)
  • L’archive Gaston Chérau (présentée par Pierre Schill) 
    • Photographies
    • Articles et photos publiés dans la presse
    • Correspondance
    • Une réminiscence littéraire : « Sur le trésor des caravanes », 1926
  • Analyse historique : À l’épreuve de la guerre (Pierre Schill)
  • Regards croisés sur une archive : À fendre le cœur le plus dur
    • Le projet À fendre le cœur le plus dur : une « histoire sensible » polyphonique (Caroline Recher)
    • Fragments d’un journal de la création Strange Fruit d’Emmanuel Eggermont (Smaranda Olcèse)
    • Des images et des armes, sur À fendre le cœur le plus dur de Jérôme Ferrari et Oliver Rohe (Mathieu Larnaudie)
    • Les temps de la photographie, les temps du regard (Caroline Recher)
    • Les voix de l’historien (Quentin Deluermoz)
  • Sources et bibliographie
  • Index
  • Abréviations

Informations pratiques

  • Auteurs :  Pierre Schill, avec des contributions de Caroline Recher, Smaranda Olcèse, Mathieu Larnaudie et Quentin Deluermoz.
  • Editeur :  Créaphis
  • Date de parution : 2018
  • Description :  480 p. Relié, cartonné, 165 x 225 mm, 230 photographies, plusieurs papiers de création
  • ISBN 978–2–35428–141–0
  • Prix : 35 euros

Image de une : Gaston Chérau, portrait du 24 novembre 1926 (Académie Goncourt/Agence Rol, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53170476r).

  1. À propos de l’exposition « À fendre le cœur le plus dur », un article de la revue Artpress []

Le Prix 2018 de l’Association de l’École du Louvre met en valeur l’estampe

Pour contribuer à donner aux travaux de recherche des élèves de l’Ecole du Louvre l’audience qu’ils méritent et aider à une première publication en histoire de l’art ou en archéologie, l’Association de l’École du Louvre encourage annuellement les jeunes chercheurs par la remise d’un prix annuel, au lauréat, élève ou ancien élève de l’Ecole du Louvre, âgé de moins de 30 ans.

Caroline Watson (British, London 1760/61–1814 London) Miranda (Shakespeare, The Tempest, Act 1, Scene 1), April 14, 1809 British, Stipple with etching; printed in reddish brown ink; Plate: 12 3/8 × 10 1/16 in. (31.4 × 25.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Rogers Frund, 1962 (62.602.675) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/431239

Pour la première fois, depuis que le prix a été créé en 20071, il honore un travail de recherche consacré à l’art de l’estampe puisqu’il a été remis ce 16 novembre 2018 à Camille Belvèze, pour son mémoire de master 2 de 2e cycle en histoire de l’art appliquée aux collections intitulé Mordues. Femmes aquafortistes britanniques (1838-1929)2.

En acceptant le prix, le lauréat s’engage à publier son travail dans la collection « Mémoires de recherche de l’Ecole du Louvre ». Si ce prix met à 
à l’honneur l’estampe, il conforte aussi l’importance de l’investissement du département des Estampes et de la photographie à l’Ecole du Louvre pour promouvoir la recherche sur l’estampe. Rappelons en effet que cette distinction honore indirectement l’enseignement assuré par Valérie Sueur-Hermel à l’Ecole du Louvre dont Camille Belvèze fut l’élève.

Valérie Sueur-Hermel assure les enseignements sur « lʼestampe romantique, de l’Ancien Régime au Second Empire » quand Caroline Vrand a en charge « l’estampe aux XVe et XVIe siècles. »

Au-delà de l’Ecole du Louvre, signalons aussi que le département assure – en la personne de Rémi Mathis – les cours sur l’histoire et les techniques de l’estampe aux futurs archivistes-paléographes de l’Ecole nationale des chartes.

Camille Belvèze avait eu l’occasion de rendre compte de son mémoire d’étude de 1ère année de 2e cycle : Horace Walpole et l’estampe (1717-1797). L’encre du gothique, sous la direction de Pascale Cugy et François-René Martin, dans les Nouvelles de l’estampe3.

  1. Cf. https://www.association-ecoledulouvre.fr/prix-de-lassociation []
  2. sous la direction de Pascale Cugy et Frédéric Ogée. Valérie Sueur-Hermel était la « personne-ressource » et membre du jury pour ce mémoire []
  3. Camille Belvèze, « L’estampe à Strawberry Hill », Nouvelles de l’Estampe,  hiver 2017-18, n° 261, p. 70-79 []

Colloque : Les 150 ans du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale

Fruit d’une collaboration entre l’École nationale des chartes, la Bibliothèque nationale de France et l’Institut de recherche et d’histoire des textes, cette journée étudie chacune des sections du Cabinet des manuscrits (1868-1881) de Léopold Delisle et met en lumière ce que cette publication a apporté à notre connaissance de l’histoire des manuscrits et les travaux ou recherches ultérieurs qu’elle a suscités.


Affiche « Les 150 ans du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale »

Journée d’étude organisée par Jérémy Delmulle (IRHT – CNRS), Charlotte Denoël (BnF) et François Ploton-Nicollet (ENC).

En 1868, Léopold Delisle publiait, sous les auspices de la ville de Paris, le premier tome de son Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, dont les deux suivants devaient paraître après le changement de régime (Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. II et III, 1874 et 1881). En écrivant l’histoire de ce qui allait devenir le Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous l’angle des accroissements successifs des collections, décrits chronologiquement règne après règne depuis l’époque de Charles V, Léopold Delisle ne s’est pas contenté de produire une étude monographique. Il a fourni à la fois aux conservateurs et aux historiens des bibliothèques un matériau de travail exceptionnel, témoignage de sa fréquentation assidue et de sa connaissance intime des fonds dont il avait la charge, mais aussi une méthode, appelée à être durablement éprouvée.

À l’occasion du cent-cinquantenaire de cette publication pionnière, il nous a semblé important de nous interroger sur sa réception et sa postérité. Le Cabinet des manuscrits demeure, aujourd’hui encore, l’ouvrage de référence, jamais remplacé, pour qui veut connaître l’histoire de la constitution des fonds manuscrits de la Bibliothèque nationale ; il reste aussi, pour l’identification de copistes ou de lieux de production, comme pour la datation de manuscrits ou d’inventaires de bibliothèques, une source très souvent citée. Il importe d’autant plus, aujourd’hui, de comprendre l’apport des travaux de Léopold Delisle, et de son Cabinet en particulier, à l’histoire de la Bibliothèque nationale comme à l’histoire des bibliothèques en général, et de mesurer les avancées réalisées depuis la fin du XIXe siècle.

Programme

Chaque communication, d’une durée de 30 minutes, est suivie de 15 minutes de discussion.

  • 9h15 : accueil des participants.
  • 9h30-9h45 : mot d’accueil, par Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes
  • 9h45-10h : introduction, par les organisateurs
  • 10h-10h45 : Françoise Vielliard (ENC), « “Je les aimais passionnément”. La place du Cabinet des manuscrits dans la carrière de Léopold Delisle »
  • 11h-12h : Véronique de Becdelièvre (BnF) et Monique Peyrafort-Huin (IRHT), « La librairie royale sous Charles V et Charles VI et le “prince des bibliothécaires” : apports et limites des recherches de Léopold Delisle. 1) L’édition des inventaires : un catalogue méthodique. 2) L’identification des personnages cités dans les inventaires »
  • 12h-12h45 : Marie-Pierre Laffitte (BnF), « La librairie de Blois au travers des sources de Léopold Delisle »
  • 14h30-15h15 : Thomas Falmagne (Bibliothèque nationale du Luxembourg), « Une troisième version du catalogue des manuscrits de Jacques-Auguste de Thou retrouvée à New-York »
  • 15h15-16h : Jérémy Delmulle (IRHT), « Delisle à l’école des mauristes ? Les archives personnelles des érudits bénédictins dans Le cabinet des manuscrits »
  • 16h15-17h : Marie Galvez (BnF), « Présentation du Comité d’histoire de la BnF. Portrait de la Bibliothèque impériale en 1868 »
  • 17h-17h45 : Charlotte Denoël (BnF), « Delisle catalographe »
  • 17h45-18h : conclusions, par les organisateurs
logos.png
Lithograph : unknown/ Scan : Remi Mathis [Public domain], from Wikimedia Commons

Cycle de conférences 2018 – 2019 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition des Trésors de Richelieu. Conservateurs, historiens et historiens de l’art, spécialistes de la mode, du spectacle, de la musique, de la littérature partagent leurs savoirs avec un large public.
À chaque conférence, des oeuvres exceptionnelles (manuscrits, costumes,
partitions musicales, oeuvres d’art) sont présentées, filmées et projetées
sur grand écran afin d’en exposer les plus infimes détails.

Programme

20 novembre 2018 : Ouverture du cycle par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, Laurence Engel, présidente de la BnF et Éric de Chassey, directeur de l’INHA

20 novembre 2018 : Un « très curieux recueil » : le fonds Jean-Jacques Lequeu

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général chargé des collections XVIIIe siècle au département des Estampes et de la photographie, BnF, co-commissaire de l’exposition
  • Elisa Boeri, historienne de l’architecture, auteure d’une thèse sur l’Architecture civile de Jean-Jacques Lequeu (en cours de publication).

En 1825, Jean-Jacques Lequeu (1757-1826) faisait don au Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale de nombreux documents : portefeuilles de dessins et de manuscrits, projets architecturaux, études et croquis
pour divers bâtiments, portraits, études de nu, dessins anatomiques, paysages, scènes de genre et représentations érotiques ; au total près de 800 pièces aujourd’hui conservées au département des Estampes et de la photographie de la BnF.
Si l’artiste poursuivit toute sa vie l’ambition de mener une carrière d’architecte, c’est grâce au dessin que son nom est parvenu jusqu’à nous. Par ses somptueux lavis de palais, pavillons, fabriques de jardin ou colonnes commémoratives, il a créé un univers de papier qui, depuis les années 1930, suscite interrogations et fascination.
En décembre 2019, le Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris,
en partenariat avec la BnF, organise la première exposition monographique consacrée à cet oeuvre inclassable. En préambule à cet événement, la BnF présente quelques pièces emblématiques de l’artiste.

18 décembre 2018 : Les écrans à main au XVIIIe siècle : des objets d’art au service du théâtre

  • Manon Dardenne, conservateur à la BnF, département des Arts du spectacle
  • Nathalie Rizzoni, ingénieure de recherche, Sorbonne Université – CNRS

Ni livre, ni estampe, ni médaille, l’écran à main tient un peu de ces trois catégories à la fois. Variante de l’éventail, cet accessoire était utilisé, à partir du XVIIe siècle, par celui ou celle qui était assis(e) auprès d’une cheminée pour se protéger des ardeurs du feu.
Composé d’un petit manche en bois et d’une feuille de carton, il était souvent orné, à l’avers, d’une estampe et, au revers, d’un texte imprimé, qui étaient destinés à instruire ou à divertir son usager. Document historique de premier plan, l’écran à main révèle la variété des centres d’intérêt de ses
utilisateurs : géographie, littérature, histoire, théâtre, musique. Le département des Arts du spectacle de la BnF possède onze écrans à main inspirés par la production dramatique du XVIIIe siècle, en particulier par l’opéra comique et la comédie. « Produits dérivés » du théâtre avant l’heure, ces objets rares racontent l’histoire vivante du théâtre au XVIIIe siècle.

15 janvier 2019 : Le voyage anthropologique
de Roland Bonaparte en Laponie

  • Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF
  • Christine Barthe, responsable de l’Unité patrimoniale des collections photographiques, musée du Quai Branly

Au cours de l’été 1884, le prince Roland Bonaparte (1858-1924), petit-neveu de Napoléon Ier, entreprit une expédition en Laponie, accompagné de son bibliothécaire François Escard, de l’anthropologue Herman Frederik Carel ten Kate, d’un jeune philologue faisant fonction d’interprète, d’un photographe et de deux domestiques.
Si l’ouvrage qu’il projetait n’a jamais vu le jour, les clichés qu’il en rapporta complétés par les écrits de son bibliothécaire, conservés au département des Cartes et plans de la BnF, sont autant de sources pour comprendre
les desseins d’un tel voyage ; ils permettent aussi de saisir la spécificité du regard porté par le prince sur un monde et sur ses habitants dans le contexte évolutif que connaissent les disciplines géographiques et anthropologiques à la fin du XIXe siècle.

29 janvier 2019 : Les chaînes de Louis XIV

  • Inès Villela-Petit, conservateur du patrimoine à la BnF, département des Monnaies, médailles et antiques
  • Ludovic Jouvet, doctorant à l’université d’Aix-Marseille

En juin 2017, le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a fait l’acquisition d’une médaille de Louis XIV à la devise du soleil et de la lourde chaîne en or qui l’accompagnait, très rare exemple parvenu jusqu’à nous d’une combinaison qui faisait sens. Replacé dans son contexte diplomatique, ce présent royal à un seigneur d’Alsace, bien documenté, permet d’éclairer un usage encore méconnu de la médaille. Perpétuant la tradition médiévale des badges partisans portés en gage de fidélité.
Le fait d’arborer le portrait du roi comme une marque de distinction personnelle contribuait à imprimer l’image du souverain sur un territoire nouvellement français.
La multiplication des variantes du prototype conçu par Jean Warin, graveur virtuose, montre qu’il fut spécifiquement retenu pour cet usage, le choix d’un exemplaire à la devise étant hautement symbolique.

12 février 2019 : Hubert Robert, l’incendie de l’Opéra

  • Boris Courrège, bibliothécaire à la BnF, département de la Musique
  • Guillaume Faroult, conservateur en chef, département des peintures, musée du Louvre

Le 8 juin 1781, l’Opéra de Paris, situé dans une aile du Palais-Royal, brûle un soir de représentation d’Orphée et Eurydice de Gluck. La salle est évacuée dans le calme, mais le feu, qui a pris dans les cintres, se propageant rapidement au toit du bâtiment, embrase le ciel parisien et offre un spectacle saisissant. Tandis que les pompiers luttent contre le brasier, de l’autre côté de la place, posté dans l’une des baies du palais du Louvre, Hubert Robert observe l’incendie et envisage une première étude. Il se rend
le lendemain matin devant les ruines encore fumantes de l’Opéra qui lui inspirent le sujet d’une seconde étude. La Bibliothèque-musée de l’Opéra, au sein du département de la Musique de la BnF, conserve deux esquisses,
peintes sur bois, jalons intermédiaires avant la réalisation finale des deux pendants, réalisés en grand format sur toile, dont l’un est aujourd’hui conservé au Louvre,
et l’autre dans une collection particulière.

12 mars 2019 : Le carnet italien de Girodet

  • Rémi Cariel, conservateur en chef du patrimoine, chargé de la valorisation du fonds patrimonial de la Bibliothèque de l’INHA
  • Sidonie Lemeux-Fraitot, docteure en histoire de l’art, chargée des collections du musée Girodet

Utilisé entre 1792 et 1810 environ, ce carnet tient à la fois du manuscrit et du carnet de dessins (Bibliothèque de l’INHA, Ms 513).
L’aspiration de l’artiste à mêler dans un même espace l’art de la littérature
et celui de la peinture s’y révèle à chaque page. Son écriture élégante trahit dans les passages biffés les étapes de réflexions foisonnantes et ses croquis fixent les sujets de possibles tableaux d’histoire. On y trouve aussi quelques pensées intimes, idées pour le long poème didactique Le Peintre, de nombreuses pages consacrées à l’imitation ou la traduction des poètes latins ou grecs.
Plus précieux encore, douze croquis de paysage, réalisés pendant son séjour
napolitain de 1793-1794, sont un rare souvenir de sa passion pour ce thème.

26 mars 2019 : Les Homélies de Grégoire de Nazianze

  • Christian Förstel, conservateur en chef, BnF, département des Manuscrits
  • Jannic Durand, directeur du département des objets d’art, musée du Louvre

Exemplaire célèbre de la « collection liturgique » des homélies de Grégoire
de Nazianze, une sélection des seize discours lus dans la liturgie de l’office de l’aurore (orthros), le manuscrit Grec 550 de la BnF se distingue par son illustration au style d’une richesse inouïe : miniatures à pleine page, frontispices sur fonds or accompagnés de représentations d’animaux et de scènes de la vie quotidienne, initiales aux motifs extrêmement variés font de ce manuscrit de luxe un témoin unique de l’art du temps des Comnènes. Néanmoins, le lieu d’exécution du manuscrit fait encore débat : s’agit-il d’un produit de la capitale de l’empire ou d’une oeuvre d’un atelier de l’Orient byzantin, voire de l’Italie du Sud, où le manuscrit est attesté dans la seconde moitié du XIVe siècle ?

2 avril 2019 : Pompéi publiée et inédit par William Gell

  • Isabelle Périchaud, chargée d’étude documentaire, responsable du fonds de dessins, bibliothèque de l’INHA
  • Hélène Dessales, maître de conférences en archéologie, École normale supérieure, Paris

Figure emblématique du Grand Tour en Italie, William Gell (1777-1836) est l’auteur de la première publication d’envergure consacrée à Pompéi au Royaume Uni, en 1817. Deux de ses carnets, restés en grande partie inédits, sont conservés à la Bibliothèque de l’INHA. Ils rassemblent 362 dessins réalisés à Pompéi et témoignent de l’évolution des excavations sur le site, entre 1801 et 1827. Au-delà de la reproduction fidèle de Pompéi, bien d’autres visages apparaissent en filigrane de ces carnets au caractère exceptionnel : les modalités de visite des fouilles, les conditions d’exécution
des dessins, les échanges de connaissances entre artistes européens autour des cités du Vésuve, les projets de publication, enfin, le rôle d’un architecte anglais dans la vie culturelle napolitaine du premier tiers du XIXe siècle.

16 avril 2019 : La Sonate Arpeggione de Franz Schubert (conférence-concert)

  • Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, chef d’orchestre
  • Valère Etienne, conservateur à la BnF, département de la Musique

Franz Schubert (1797-1828) écrit en 1824, sur commande, une sonate destinée à un curieux instrument à cordes tout récemment mis au point par le luthier viennois Johann Staufer : l’arpeggione, sorte d’hybride entre la guitare et le violoncelle, appelé d’ailleurs parfois « guitare-violoncelle » ou « guitare à archet ».
Créée dans la foulée par son commanditaire Vincenz Schuster, avec Schubert au piano, cette oeuvre de circonstance a conservé une notoriété, alors même que l’instrument auquel elle s’adressait est, quant à lui, très vite tombé dans l’oubli. Les éditions successives de la sonate jusqu’à aujourd’hui
nous l’ont présentée dans des transcriptions diverses (pour violon,  violoncelle, alto, ou pour instruments à vent), mais le manuscrit original de Schubert, conservé au département de la Musique de la BnF, incite à redécouvrir l’oeuvre dans sa conception initiale.

14 mai 2019 : Belles figures et drolleries de la Ligue de Pierre de L’Estoile

  • Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF
  • Gilbert Schrenck, professeur émérite de littérature française à l’université de Strasbourg

Recueil de pièces d’actualité réunies par le mémorialiste Pierre de L’Estoile (1546-1611), les Belles figures et drolleries de la Ligue ont enregistré sur le vif les événements qui agitent la France pendant les années 1589-1594, entre l’assassinat d’Henri III et l’avènement d’Henri IV, quand Paris est
livrée à la domination du parti catholique de la Ligue. « Plein de figures et de placards diffamatoires de toutes sortes », comme L’Estoile l’écrit dans son journal, ce volume, conservé à la Réserve des livres rares de la BnF, est fait d’un étonnant collage d’estampes et de textes de propagande, de chansons satiriques, de déclarations politiques.
Leur juxtaposition offre un témoignage sans équivalent sur la violence réelle des actes commis aussi bien que sur la violence symbolique des représentations dans ces temps de guerre civile.

28 mai 2019 : Les Dits de Watriquet de Couvins par le Maître de Fauvel

  • Louisa Torres, conservateur à la BnF, Bibliothèque de l’Arsenal
  • Amandine Mussou, maître de conférences à l’université de Paris-Diderot.

On ignore à quelle date ce manuscrit de dédicace conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal (Ms-3525 Rés), sans doute réalisé sous la direction de son auteur, est sorti des collections royales ; mais on sait qu’il avait été réalisé pour Philippe VI, qu’on reconnaît sur la miniature de présentation aux côtés de Jeanne de Bourgogne.
Il figure à l’inventaire de la bibliothèque de Charles V, repasse en mains privées et entre à l’Arsenal à la faveur des confiscations révolutionnaires. Des Dits de Watriquet, le manuscrit de l’Arsenal est le recueil le plus complet et le plus enluminé, avec 28 poèmes et 40 miniatures : tous les dits sont illustrés soit par le Maître de Watriquet, élégant artiste éponyme
dont on sait peu de chose mais qui a enluminé l’autre copie de luxe qu’on connaît de ces mêmes dits [BnF, Manuscrits, Français 14968], soit par le Maître de Fauvel, artiste parisien prolifique.

11 juin 2019 : Les carnets de Mazarin

  • Mathieu Lescuyer, conservateur en chef, adjoint au directeur du département des Manuscrits, BnF
  • Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions et des archives de l’époque moderne, École nationale des chartes.

Lorsqu’il accéda au pouvoir après la mort de Richelieu, le cardinal Mazarin (1642-1650) prit l’habitude d’inscrire assez régulièrement dans de petits carnets des notations qui tiennent à la fois du pense-bête, du journal intime, de l’enregistrement de principes d’action politique et de la relation d’entretiens.
Récupérés au décès du cardinal en 1661 par son ancien intendant Colbert, prélevés par le bibliothécaire de ce dernier Étienne Baluze, les quinze carnets aujourd’hui conservés ont intégré les fonds de la Bibliothèque royale par achat en 1719 (BnF, Manuscrits, Baluze 174).
Ces carnets sont un témoignage exceptionnel des jeux de pouvoir et d’une conception pragmatique de l’exercice du gouvernement durant la première partie du ministériat de Mazarin jusqu’aux premières années de la Fronde, de 1642 à 1651.

Informations pratiques

  • Conférences Trésors de Richelieu
  • Entrée libre
  • 18h15 – 19h30
  • Auditorium de la galerie Colbert
  • 2, rue Vivienne, Paris 2e
  • Programmation & organisation : Cécile Colonna (INHA), Frédéric Ramires (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Colloque : Jeu vidéo : sauvegarder la mémoire, et après ?

Argument

Fragilité des supports, obsolescence des matériels de lecture, disparition des archives des éditeurs et concepteurs, dématérialisation des contenus… La conservation du patrimoine vidéoludique soulève des problématiques nombreuses et complexes sur le long comme sur le court terme.

Ces questions sont au cœur des activités et des missions de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et du Conservatoire National du Jeu Vidéo (CNJV) qui se sont associés pour organiser en 2017 un premier colloque national.

Plus de 200 personnes y ont participé : chercheurs, conservateurs et archivistes, développeurs, éditeurs, producteurs, organismes professionnels (syndicats professionnels, clusters…) et institutionnels, mais aussi journalistes, formateurs, étudiants et associations impliquées dans la conservation du jeu vidéo, culture aujourd’hui incontournable.

Ce premier rendez-vous (voir plus bas) a permis d’identifier les enjeux, de partager les réflexions et les avancées techniques entre les institutions et les différents acteurs de la filière vidéoludique, de confronter les différentes approches.

La question de la valorisation des archives vidéoludiques sera au cœur d’une deuxième édition qui se tiendra le mardi 11 décembre 2018 dans le grand auditorium de la Bibliothèque nationale de France de 10 h à 20 h.

Recherche universitaire, formation, édition de livres et revues, production de films et multimédia, expositions, musées… les possibilités de valorisation sont nombreuses.

Ce colloque cherche à explorer les approches possibles qui posent de multiples questions sur le fond, la forme, les publics, le type de discours, etc.

Tables rondes et communications alterneront, faisant intervenir des acteurs français et étrangers. Suivies chacune d’un dialogue avec la salle, elles permettront d’alimenter la réflexion et le partage d’expériences.

En préambule, le département de l’Audiovisuel de la BnF organisera, pendant la pause du déjeuner, des visites des coulisses du circuit de traitement et de conservation des jeux vidéo.

En conclusion de cette journée, à partir de 20h, les participants pourront continuer les échanges dans une ambiance conviviale.

Programme

  • 9h30 : Ouverture du Colloque par la présidente de la BnF
  • 10h : Premier bilan du groupe de travail « Jeu vidéo » à l’Assemblée nationale par Denis Masséglia
  • 10h20  : Retour vers le futur (rappel du colloque #1 et actualités BnF et CNJV) par Pascale Issartel (BnF) et Bertrand Brocard (CNJV)
  • 10h50  : Pause
  • 11h10 : Recherche universitaire et formation : s’appuyer sur des fonds documentaires
  • 12h30 – 14h30 : Pause déjeuner
  • Pendant la pause déjeuner : Visites des coulisses du traitement et de la conservation des jeux vidéo à la BnF (sur réservation)
  • 14h30 : Édition / Réédition –  Le patrimoine du jeu vidéo : une mine pour les éditeurs !
  • 15h15 : Publier autour du patrimoine vidéoludique
  • 16h15 : Pause
  • 16h45 : Comment exposer le jeu vidéo ? Approches comparatives
  • 18h15 : Table ronde : Quel musée le jeu vidéo mérite-t-il ?
  • 19h30 : Clôture du colloque par Pascale Issartel (BnF) et Bertrand Brocard (CNJV)
  • 20h – 22h : Clôture conviviale dans le Belvédère de la BnF

Informations pratiques

Colloque « Voisinages de Lequeu : questions partagées et portraits croisés » (11/12/18)

Ce deuxième profil est bien plus ressemblant à Jns Jques Lequeu Jur Architecte. : [dessin] / Le reste par Lequeu

Dans le cadre de l’exposition qui se tient actuellement au Petit Palais un symposium est organisé par le Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris ; Arche, Université de Strasbourg ; Hicsa, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Larhra, Université Lumière, Lyon 2, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France

Programme

  • 9h45 Accueil
  • 10h Introduction, Sylvie Aubenas, directrice du Département des Estampes et de la Photographie, BnF et Christophe Leribault, directeur du Petit Palais
  • 10h20 Session 1. Décrypter Lequeu
    présidence par Corinne Le Bitouzé, BnF
  • 10h30 Martial Guédron, Université de Strasbourg
    Savoirs physiognomoniques et parodie analytique: autour de la « Nouvelle méthode » de Jean-Jacques Lequeu
  • 11h Marc Décimo, Université de Paris-Nanterre
    Jean-Jacques Lequeu est-il un «fou littéraire»?
  • 11h30 Gilbert Richaud, Larhra
    Pisé, bétons, ciments, mastics et congélations: les maçonneries et matières non conventionnelles dans l’ «Architecture civile de Lequeu»
  • 12h Elisa Boeri, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    «de la chaux mêlée avec du sucre et du lait », la curieuse cuisine architecturale de Jean-Jacques Lequeu et Marie-Antoine Carême
  • 12h30 Pause déjeuner
  • 14h30 Session 2. Figures parallèles
    présidence par Antoine Picon, Université d’Harvard
  • 14h40 Jean-Philippe Garric, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Jean Thomas Thibault (1757-1826), « laborieux, amant passionné du beau, ami zélé du bien, il a constamment mérité l’estime et l’admiration de tout le monde »
  • 15h10 Émilie d’Orgeix, École pratique des hautes études
    Antoine François Lomet (1759-1826), « homme du monde devenu philosophe »
  • 15h40 Valérie Nègre, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    Pierre Giraud (1744-1814), « il est facheux que les vues du citoyen Giraud soient peu compatibles avec nos mœurs»
  • 16h10 Laurent Baridon, Université Lumière Lyon 2
    François Cointeraux (1740-1830), « qui ne fut rien, pas même académicien »
  • 16h40 Conclusions par Antoine Picon – débat
  • Pot de clôture

Informations pratiques

  • Mercredi 19 décembre 2018, 9h45-17h30
  • PETIT PALAIS – Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
  • Avenue Winston-Churchill, Paris, 8e — Auditorium
  • M° Champs-Elysées-Clémenceau, Franklin-Roosevelt
  • Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Il tire la langue. : [dessin] / J.n J.que Le Queu delin.

Parution : Napoléon à Sainte-Hélène

C’est à une plongée dans le quotidien de l’exil de Napoléon qu’invitent les Éditions de la BnF et Perrin. Cet ouvrage, richement illustré, présente un grand nombre de documents inédits issus des collections de la BnF et apporte un éclairage essentiel sur les dernières années de l’empereur à Sainte-Hélène.

La France défaite à Waterloo, Napoléon se livre aux Anglais le 15 juillet 1815, sans se douter qu’il sera envoyé sur une île perdue au milieu de l’Atlantique sud. Le 17 octobre suivant, après une traversée de plus de deux mois, il débarque à Sainte-Hélène où il vivra ses dernières années sous étroite surveillance. Cet exil, tragique, marque le point de départ de la légende napoléonienne.

Explorant les collections de la BnF, Charles-Éloi Vial a étudié des documents d’exception, pour la plupart méconnus ou entièrement inédits. En grande partie rédigés de la main même de Napoléon ou de celle de son « geôlier » Hudson Lowe, lettres, factures, rapports de surveillance, plans de fortifications et autres témoignages nous livrent des pans entiers de la vie quotidienne à Longwood House.

Dans ce livre richement illustré, amateurs et spécialistes découvriront, au fil des pages, une histoire renouvelée de la captivité et de la mort de l’empereur des Français.

L’auteur

Archiviste paléographe, docteur en histoire, Charles-Éloi Vial est conservateur aux département des Manuscrits de la BnF. Après un remarqué Les Derniers Feux de la monarchie : la cour au siècle des révolutions, sa biographie de Marie-Louise a été couronnée l’année dernière par le prix Premier-Empire de la Fondation Napoléon.

Informations pratiques

  • Description : 1 vol. (352 p.) : couv. ill. en coul.
  • Date de parution : 22 novembre 2018
  • Éditeur : BnF Éditions : Perrin
  • Prix : 29 euros ; ePub : 18,99 euros

« À force de si bien faire de l’histoire, vous y êtes entré. » – Hommage du Président de la République Emmanuel Macron à l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie, ancien Administrateur général de la Bibliothèque nationale

Le 22 octobre 2018, l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie, qui fut Administrateur général de la Bibliothèque nationale entre 1987 et 1994, est du nombre des cinq personnalités décorées par le Président de la République Emmanuel Macron pour leur activité intellectuelle exceptionnelle et pour leur contribution capitale au rayonnement culturel de la France dans le monde.

Ce n’est pas la première fois qu’il reçoit un tel signe de reconnaissance. Il a été apprécié de longue date par « les princes qui nous gouvernent », comme il les a qualifiés jadis, avec un brin d’humour, dans sa correspondance privée. Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy l’ont tenu en grande estime. Le premier l’a fait chevalier de la Légion d’honneur le 1er janvier 1979. Jacques Chirac l’a nommé commandeur le 14 novembre 1996, et Nicolas Sarkozy l’a élevé au grade de grand officier le 2 avril 2010. Quant à François Mitterrand, il lui a témoigné son admiration d’une autre manière – en le conviant, après la publication de son ouvrage Montaillou, village occitan, qui l’a rendu célèbre, à l’émission Apostrophes du 15 septembre 1978, où Bernard Pivot lui avait proposé d’inviter ses auteurs préférés. Plus tard, le 15 octobre 1987, pendant sa période de cohabitation avec Jacques Chirac, il a par ailleurs signé le décret de sa nomination à la tête de la Bibliothèque nationale.

Les hommages rendus à Emmanuel Le Roy Ladurie au plus haut niveau de l’Etat font de lui une personnalité remarquable parmi ses pairs. Comme Pierre Nora, il appartient aux historiens qui ont atteint le grade de grand officier de la Légion d’honneur : Georges Duby, Jacques Le Goff et Fernand Braudel n’ont obtenu que celui de commandeur. Il est également de ceux qui ont reçu la grand-croix de l’ordre national du Mérite, après Jean Favier et Jacqueline de Romilly et, plus récemment, comme Serge Klarsfeld.

Certes, l’importance de ces distinctions est toute relative aux yeux de l’opinion et du monde intellectuel, où l’historien occupe depuis fort longtemps une place insigne. Mais la cérémonie organisée à l’Elysée le 22 octobre 2018 retient l’attention par la teneur des propos tenus par le chef de l’Etat. Ce discours – qui annonce d’emblée : « Vous êtes, cher Emmanuel Le Roy Ladurie, l’un de nos plus grands historiens. Et, à force de si bien faire de l’histoire, vous y êtes entré » – revêt une forte valeur symbolique, et il constitue un commentaire remarquable sur l’activité et la personnalité de l’historien. Aussi mérite-t-il d’être connu, au-delà du cadre solennel où il a été prononcé, des historiens d’aujourd’hui et de demain, ainsi que du grand public. Nous remercions les services de la Présidence qui nous ont permis de le reproduire.

[Stefan Lemny]

Le discours d’Emmanuel Macron, Président de la République, sur Emmanuel Le Roy Ladurie.

« Seul le prononcé fait foi »

Vous êtes, cher Emmanuel Le Roy Ladurie, l’un de nos plus grands historiens. Et, à force de si bien faire de l’histoire, vous y êtes entré. Traduit et commenté dans le monde entier, vous êtes connu et reconnu comme un spécialiste incontesté de plusieurs domaines de la recherche historique – comme l’histoire de la ruralité et l’histoire du climat – ; de plusieurs époques – votre érudition s’étendant de l’an mille au XVIIIe siècle – ; et de plusieurs approches – économique, sociale, mentale, environnementale – qui vous font appréhender l’histoire de manière « totale ».

Votre œuvre est immense et diverse. Elle embrasse les principales tendances historiographiques de la seconde moitié du XXe siècle et du début du XXIe : de l’école des Annales à l’analyse micro-historique du quotidien des gens anonymes ; de « l’histoire immobile » des temps longs et des cycles qui se répètent au retour de l’événement ; de l’analyse quantitative et sérielle aux approches anthropologiques et culturelles.

Mais vous ne vous êtes pas simplement inscrit dans le sillage et les sillons historiographiques déjà tracés. Vous n’avez cessé d’élargir le « territoire de l’historien », pour reprendre le titre de l’un de vos ouvrages, en défrichant des champs d’investigation inconnus ou délaissés, comme l’histoire du climat dont vous êtes un pionnier mondial, et en développant des approches méthodologiques novatrices, comme l’analyse micro-historique et l’anthropologie historique qui ont ensuite fait florès. En somme, votre œuvre a non seulement produit un approfondissement de la connaissance du passé (on connaît plus et mieux notre passé grâce vous), mais aussi une véritable extension du domaine de l’histoire – la discipline historique s’est enrichie et élargie parce que vous avez su lui inventer des outils, des approches et des sujets nouveaux.

Pour accomplir cette double prouesse d’un approfondissent et d’un élargissement de notre savoir historique, il vous a d’abord fallu sauter tous les obstacles qui jalonnent le parcours de l’excellence universitaire : l’épreuve d’endurance des classes préparatoires, le concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure, les examens de l’agrégation d’histoire et la course de fond du doctorat.

Ces étapes franchies, vous débutez votre carrière en 1953 en enseignant au lycée Joffre de Montpellier pendant quelques années durant lesquelles vous compulsez les archives du Languedoc et durant lesquelles, surtout, vous rencontrez Madeleine, votre épouse, qui est à vos côtés ce soir comme elle l’a été tout au long de votre vie et qui, alors même qu’elle était médecin, s’est beaucoup investie dans vos travaux, en organisant votre immense bibliothèque, en vous accompagnant dans vos observations des glaciers alpins, et en vous inspirant sans doute certains sujets de recherche sur l’histoire de la médecine et des épidémies.

Après ces quelques années dans le secondaire, on vous confie des postes d’enseignant-chercheur parmi les plus prestigieux : au CNRS, à l’EHESS, à la Sorbonne et à Paris 7. Et, en 1973, vous recevez ce qui est sans doute en France la consécration universitaire suprême : vous êtes nommé professeur titulaire d’une chaire au Collège de France, en l’occurrence la chaire d’histoire de la civilisation moderne.

Vos premiers travaux de chercheur, menés dans le cadre de votre thèse de doctorat, sont consacrés à l’histoire de la ruralité et de la paysannerie, que vous abordez en vous concentrant d’abord sur les paysans du Languedoc. Il n’est pas surprenant que vous, le fils d’un propriétaire terrien qui fut aussi une figure du syndicalisme agricole, veuille explorer l’histoire des campagnes et des cultivateurs. Il n’est pas surprenant non plus, que vous, le disciple des grands historiens de l’école des Annales, de Marc Bloch et de Fernand Braudel, vous intéressiez à l’histoire agraire d’une époque économiquement et socialement structurée par la ruralité et les récoltes.

Vous creuserez sans cesse cette histoire, dans votre contribution à l’Histoire de la France rurale, dans votre monumentale Histoire des paysans français de la peste noire à la révolution, dans La Civilisation rurale ou encore Les Paysans français d’ancien régime. Autant d’ouvrages qui construisent une histoire totale en explorant aussi bien les conditions économiques, sociales et démographiques d’une époque que ses mentalités, les événements disruptifs et le temps long des régularités multiséculaires, les tendances globales et les singularités régionales : vous déployez dans ces travaux l’éventail des phénomènes qui déterminent le fonctionnement de la société médiévale puis moderne.

En étudiant ainsi l’histoire des campagnes et des paysans, vous vous penchez plus avant sur un élément qui la conditionne largement : le climat. Vous, dont le père ne cessait de se soucier des pluies qui toujours menaçaient de gâter ses récoltes et de l’endetter, vous avez l’intuition forte, filiale donc, et étrangement inédite dans le champ de l’histoire, que le climat n’est pas qu’une donnée extérieure, environnementale, qu’il peut bouleverser la vie des hommes, c’est-à-dire être une composante de l’histoire, et qu’il a par ailleurs sa propre histoire, son historicité, qu’il faut établir. Vous vous intéressez ainsi aux influences du climat sur le cours des récoltes, et partant, sur les crises de subsistance, disettes ou famines, donc sur la santé des hommes, sur la natalité et la mortalité, c’est-à-dire sur la démographie. En somme, et pour la première fois d’une manière si documentée et si systémique, vous démontrez l’influence du climat sur le cours de l’histoire et vous inaugurez un nouveau domaine de recherche, l’histoire environnementale, qui va bientôt exploser comme on le voit aujourd’hui avec les recherches sur l’anthropocène notamment. Après votre première monographie sur le climat en Languedoc, parue en 1955, vous avez publié deux ouvrages titanesques : Histoire du climat depuis l’An mil et Histoire humaine et comparée du climat en Occident, paru en 3 tomes et dont le dernier traite du réchauffement climatique du monde à partir de 1860. En analysant sur un temps très long les évolutions climatiques, du petit optimum médiéval à l’emballement thermique de notre époque, en passant par le petit âge glacière qui a couru du XIVe au XIXe siècles, vous démontrez scientifiquement que ce qui se joue depuis 1860 n’est pas une simple fluctuation climatique mais une nouvelle ère due à l’activité industrielle et que le réchauffement climatique s’est bel et bien accéléré comme jamais depuis la toute fin du XXe siècle.

C’est ainsi que, tout en étant constamment plongé dans le passé, vous avez pu nous alerter sur notre avenir : en démontrant la réalité historique du réchauffement climatique, vous avez contribué à démonter les discours des climato-sceptiques qui ont longtemps freiné ou parasité la prise de conscience collective d’un danger mortel pour notre planète et pour nous-mêmes. La renommée internationale que ces travaux précurseurs vous ont apportée vous a permis de porter cette voix de la conscience et de lancer des appels à la mobilisation.

Votre notoriété publique vous vient aussi de la publication en 1975 de Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, qui est l’un des plus grands best-sellers des sciences humaines en France. Dans ce livre, vous retracez l’histoire d’un petit village du Languedoc à l’époque des Cathares. Pour restituer ou plutôt pour raconter cette histoire – prise ici dans un double sens disciplinaire et romanesque car le livre se lit presque comme un roman – vous délaissez les méthodes quantitative et sérielles de vos études du climat pour une observation de type anthropologique et ethnographique. Tout part d’une pépite d’archive que vous avez débusquée en grand truffier de la recherche : le Registre d’Inquisition de Jacques Fournier, évêque de Pamiers au tout début du XIVe siècle. L’évêché qu’il occupe alors vient d’être créé par le Pape Boniface VIII, qui cherche à reprendre le contrôle de ce bastion d’un catharisme crépusculaire, une doctrine considérée comme hérétique et qu’il entendait faire disparaître tout à fait. Ainsi missionné, cet évêque a fait preuve d’un rare zèle inquisitorial, soumettant sans cesse ses ouailles à de sévères interrogatoires qu’il a précisément consignés. C’est donc à travers ces registres, qui sont parvenus jusqu’à nous grâce au destin exceptionnel de cet évêque devenu pape par la suite, que vous avez pu saisir et raconter en détail le quotidien de cette petite communauté rurale du moyen-âge. Ces hommes et ces femmes, que 700 ans séparent de nous, vous nous les avez fait découvrir avec beaucoup d’émotion et de sensibilité : vous les avez rapprochés de nous. On se sent en compagnonnage avec un curé galant, qui hésite entre l’Inquisition et l’hérésie, avec cette femme volage qui aime beaucoup les prêtres ou ce berger-philosophe. Vous nous dévoilez leur conception du temps, de la vie et de la mort, leurs angoisses religieuses, leur vision de la famille, leurs méthodes contraceptives et même leur façon de s’épouiller les uns les autres. C’est pourquoi, contre toute attente, ce livre savant au sujet très spécifique, est devenu un grand succès de librairie. Il s’est vendu, rien qu’en France, à près de 250 000 exemplaires. C’est le tirage le plus important pour un ouvrage d’érudition dans notre pays. La France entière s’est alors éprise de Montaillou. Votre écriture simple et vive, jamais boursouflée, jamais obscure, vous a attiré ce large public. Votre empathie avec tous ces personnages de notre passé nous les a rendus familiers et attachants. Votre intérêt, aussi vif pour les gens les plus simples que pour la vie des puissants, et votre goût pour les récits intimes, familiaux et communautaires, au-delà de l’analyse des structures sociales et des lois économiques, racontent une autre histoire que celle dont nous avions l’habitude et que nous avions apprise à l’école par le biais des grandes dates et des grands noms.

La réputation universitaire et la notoriété publique que vous ont apportées vos travaux vous ont aussi attiré de grandes fonctions et de prestigieuses distinctions : vous avez été administrateur général de la BnF de 1987 à 1994, vous êtes docteur honoris causa de nombreuses universités dans le monde, vous êtes membre de l’Académie des sciences morales et politiques, et vous avez été une plume régulière dans Le Monde des religions et Le Figaro, espaces médiatiques qui vous ont permis de vulgariser vos travaux. Car, tout en étudiant inlassablement le passé, vous avez toujours eu à cœur de parler à vos contemporains, d’agir au présent et d’ouvrir des perspectives d’avenir.

Montaillou, ce récit de l’Inquisition, fut d’ailleurs, vous le dîtes vous-même, « un manifeste pour la liberté de conscience et tout simplement la liberté de penser », celle-là même que vous avez toujours défendue en œuvrant par exemple à la fondation du Comité des intellectuels pour une Europe libre en 1978 ou, plus récemment, en succédant à Jean-François Revel à la présidence de l’Institut d’histoire sociale pour en faire un lieu de réflexion sur le totalitarisme.

C’est pour tout cela, parce que vos travaux constituent une contribution majeure à l’histoire de France et à l’histoire tout court, parce que vous avez approfondi et élargi la connaissance historique, et parce que vous avez toujours eu le souci de partager votre savoir avec le plus grand nombre, que je suis très heureux de vous élever à la dignité de Grand’ croix de l’ordre national du mérite.

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?