COLLECTA : Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.collecta.fr

Description

Ce site résulte d’un programme de recherche porté par l’École du Louvre, mené en collaboration avec l’Université de Paris I-Sorbonne en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et l’IRHT.

Collecta est une base de données qui reconstitue la collection dispersée de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières (1642-1715) dispersée entre différents lieux de conservation (plusieurs départements de la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford). Construite à partir des anciens inventaires, la base de données et son interface permettent de redonner une vision globale de la collection avant sa dispersion et de retrouver le système classificatoire très perfectionné mis en place par l’antiquaire.

Elle permet un accès aux documents conservés numérisés en lien avec les sites des institutions détentrices et elle fait le lien avec les documents des XVIIIe et XIXe siècles montrant un usage ultérieur de la collection.

La collection de papier de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières offre une vaste documentation textuelle et iconographique constituée d’originaux et d’une majorité de copies, servant l’histoire de la noblesse et de la monarchie française, l’histoire des monuments ou encore celle du costume.

Auteur(s)

  • Direction

    • Anne Ritz-Guilbert (historienne de l’art – enseignant-chercheur hdr, École du Louvre).
    • Sophie Fétro (designer – maître de conférences en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

    Membres associés au projet

    • Pascal Schandel (historien de l’art – chargé de mission, École du Louvre)
    • Anthony Masure (designer d’interfaces – chargé de mission, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    • Matthieu Lacroix (développeur-programmeur)
    • Josselin Morvan (encodeur TEI)
    • Virginia Cassola (doctorante, École du Louvre)
    • Camille Jolin (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Anne-Sophie Rincel (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Stéphane Lab (élève en Master 2, École du Louvre)

Pays

France

Manuscrits en caractères hébreux conservés dans les bibliothèques de France

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.


Haggadah de Pâque (hébreu)

Description

Les manuscrits sont utilisés beaucoup plus fréquemment mais ils le sont sur des reproductions dont le support est essentiellement électronique, même si on peut en faire un tirage papier. L’établissement d’une paléographie hébraïque médiévale nous permet désormais de donner une bonne description matérielle des manuscrits et de proposer une datation et une localisation très probables. L’étude des textes en caractères hébreux et de leur publication durant le Moyen Âge a montré que la majorité d’entre eux ne dérivent pas d’un seul original mais de plusieurs.

La recherche menée sur les manuscrits datés nous a montré que les manuscrits hébreux sont fortement marqués par l’individualité des circonstances de la copie, souvent faite pour l’usage personnel du scribe. En conséquence, une importance beaucoup plus grande doit être attribuée au manuscrit hébreu médiéval en tant qu’objet historique. Il est unique à tous les points de vue ; et c’est avec une attention accrue que l’on doit décrire les témoins matériels et textuels de cette histoire particulière : codicologie, paléographie, reliure, notes de possesseurs, en caractères hébraïques ou en d’autres caractères, censure, ex-libris et estampilles. Ces détails sont en relation étroite avec le texte et ils en révèlent souvent les particularités. Ils doivent donc être donnés avec précision. On veut désormais en rendre compte au lecteur de manière détaillée et explicite. Nous ne croyons plus à une totale neutralité de la science historique. Certes, tous les détails doivent être décrits avec la plus grande exactitude possible ; cependant, un lien de compréhension et d’intimité unit le catalogueur, personne humaine, allant à la rencontre d’autres personnes humaines (celles qui ont laissé dans ce manuscrit la trace de leur main et de leurs idées), C’est une rencontre personnelle et c’est parce qu’elle est personnelle que le lecteur du catalogue comprendra à son tour le manuscrit.

Responsable(s)

  • Philippe Bobichon, chargé de recherche CNRS, membre de la section hébraïque de l’IRHT
  • Laurent Héricher, chef du services des Manuscrits orientaux, Bibliothèque nationale de France
  • Colette Sirat,  directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études

Volumes parus

2016

2015

2014

2011

2008

2006

Editeur

Brepols : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=CMCH

Pays

France

La Bourse de recherche Louis Roederer 2018 attribuée à Pierre Guivaudon

La Bourse de recherche Louis Roederer pour la photographie est attribuée cette année à Pierre Guivaudon pour son projet de recherche intitulé Le Sahara projeté : les conférences avec projection de positifs sur verre données par les explorateurs photographes de l’Afrique du Nord à la Société de géographie (1875-1914). Grâce à cette bourse doté de 10 000 euros, la Maison Louis Roederer soutient le projets de recherche et de valorisation des collections de photographies de la BnF depuis 13 ans.

Laurence Engel, Présidente de la BnF, Pierre Guivaudon, lauréat, Eve Netchine, directrice du dépt. des Cartes et plans, et Michel Janneau, Secrétaire général de la Fondation Louis Roederer

Pierre Guivaudon

Doctorant en histoire contemporaine, Pierre Guivaudon va étudier les différents dispositifs de présentation et d’exposition des photographies d’explorateurs au sein de la Société de géographie, en particulier cette forme particulière de présentation qu’est la conférence projetée. Il établira plus précisément une étude régionale sur les représentations du Sahara par la photographie, à partir des plaques de verre conservées parmi les fonds de la Société de géographie, au département des Cartes et plans de la BnF.

La Fondation Louis Roederer, Grand Mécène de la Culture, soutient fidèlement depuis 2003 les expositions photographiques de la BnF et accompagne, grâce à cette bourse annuelle, des projets de recherche sur les collections photographiques conservées dans les différents départements de la Bibliothèque.

Pour cette édition 2018, le jury de la Bourse de recherche Louis Roederer était composé de représentants de la BnF parmi lesquels Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la Bibliothèque, ainsi que de Michel Janneau, Secrétaire général de la Fondation Louis Roederer, Florian Ebner, chef du Cabinet de la photographie du Musée national d’Art moderne et Eric de Chassey, directeur de l’Institut National d’Histoire de l’Art.

A propos de Louis Roederer

Fondée en 1776 à Reims, Louis Roederer est une maison familiale et indépendante présidée par Frédéric Rouzaud. Outre la production du champagne Louis Roederer et de Cristal, Louis Roederer possède également le  champagne Deutz, le Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande (Grand cru classé de Pauillac), les Châteaux Haut-Beauséjour et Pez (Saint-Estèphe) et la Maison Descaves, à Bordeaux ; les Domaines Ott en Provence, La Maison Delas Frères dans la Vallée du Rhône, Roederer Estate, Scharffenberger et le domaine Anderson en Californie, le Porto Ramos Pinto au Portugal.

Louis Roederer, élevé au rang de Grand Mécène de la Culture, crée la « Fondation Louis Roederer pour l’art contemporain » en 2011 afin de structurer et pérenniser la politique de mécénat menée par la Maison depuis 2003 auprès de grands institutions culturelles et d’artistes confirmés ou émergents.

Parution : Architectures et espaces de la conservation (1959-2015). Archives, bibliothèques, musées

Argument

Les 10 et 11 mars 2015 s’est tenu un colloque à visée pluridisciplinaire consacré au thème « Architectures et espaces de la conservation 1959-2015. Archives, bibliothèques, musées »1, colloque coorganisé par l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles et les Archives nationales, sous l’égide de la Fondation des sciences du patrimoine et en partenariat avec l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC et DYPAC), le musée du Louvre, les Archives départementales des Yvelines et la Bibliothèque nationale de France.

Vingt-deux intervenants, architectes ou professionnels de la conservation y ont envisagé les mutations des espaces de conservation, de présentation des collections et d’accueil du public, au travers de quatre thèmes : évolutions programmatiques et ruptures architecturales ; détails et morceaux choisis ; reconversions, adaptations et trans-formations ; définition de nouveaux programmes : vers de nouvelles architectures.

Résumé

Les bâtiments des centres d’archives, des bibliothèques et des musées fonctionnent comme des espaces de conservation et de présentation des collections. Présentant une diversité de formes architecturales et de modes de fonctionnement, réalisés à différentes périodes et susceptibles de transformations régulières, ils forment un corpus difficilement saisissable. Il s’agit donc, au travers d’études de cas et d’approches comparatives, de favoriser les croisements et les échanges sur plus de cinquante ans d’architecture de la conservation en France.

L’évolution et les mutations des espaces sont interrogés dans une visée pluridisciplinaire. Les questionnements sur les pratiques, les expériences d’aménagement et de gestion des espaces, permettent de dresser un état des lieux global et de faire émerger des problématiques contemporaines, tout en dressant des pistes de réflexion communes. L’ouvrage se situe ainsi pleinement dans une actualité des politiques de la conservation et de la communication, et des pratiques d’aménagement de l’espace (architecture, urbanisme, design).

Informations pratiques

  • Description : Broché, 1 vol. (276 p.)
  • Date de parution : 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-7574-2072-0 / 9782757420720
  • Éditeur : Presses Universitaires du Septentrion
  • Prix : 24 euros
  1. Cf. le programme du colloque : http://www2.dypac.uvsq.fr/medias/fichier/programme-colloque10-11-mars2015_1424250360686-pdf []

A Comprehensive Edition of Tocharian Manuscripts (CEToM)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.univie.ac.at/tocharian/?home_fr

Description

L’objectif de ce site est de proposer une édition complète des textes tokhariens : reproduction numérique de l’original, transcription et traduction des dits textes. Le site décrit les collections de Londres, Paris (Bibliothèque nationale de France (collection Pelliot), Saint-Pétersbourg, Berlin (collection Turfan).

Le site est disponible (pour l’introduction) en anglais, allemande, français, russe, japonais et chinois.

La rubrique « Manuscrits » permet de consulter la liste de tous le textes tokhariens recensés dont ceux de la Bibliothèque nationale de France, conservés au département des Manuscrits, sous la cote : PK-n° pour « Pelliot Koutchéen ». Cela concerne les manuscrits numérotés 676 à 833 de la base.

La rubrique « Words » donne accès à une liste alphabétique de tous les mots compris dans les manuscrits.

Il est intéressant de noter que le site n’est développé qu’en PERL et HTML.

Auteur(s)

Pays

Autriche

Exposition : Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance


Arlequin général d’armée : le commandant en chef de l’armée patriotes campée auprès de Bréda, ne voulant pas être connu, ne quitte jamais le masque ni l’habit d’Arlequin… : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69484959

Argument

Pathelin, avocat rusé et fourbe, Cléopâtre, personnage historique et légendaire de l’antiquité et Arlequin, le plus célèbre personnage de la commedia delle maschere illustrent parfaitement cette exposition car ils incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne.

Le théâtre de la Renaissance se manifeste par des formes dramatiques aussi variées que spectaculaires. Loin de tourner la page avec les traditions du Moyen Âge, le théâtre s’enrichit de toutes les nouveautés de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural, inventions techniques, conceptions politiques et transformations sociales.

Les formes médiévales atteignent un éclat inégalé lorsque l’extraordinaire Mystère de la Passion de 1547 est représenté à Valenciennes en 25 journées sur un espace de 60 m sur 18 m. Dans le même temps, les nouvelles formes à l’antique sont expérimentées dans les collèges puis sur les routes. En parallèle, de nouvelles pratiques en provenance d’Italie transforment aussi bien les spectacles comiques (avec les troupes de commedia dell’arte) que les spectacles de cour avec la collaboration des ingénieurs, des danseurs et des artistes.

Aucune exposition n’a été consacrée à ce théâtre depuis plus de soixante ans et, malgré la publication en 2014 de l’Anthologie de L’avant-scène théâtre consacrée au Théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait un vide à combler.

L’exposition se concentrera sur le théâtre français de la fin du XVe siècle aux années 1610. Elle évoquera certains éléments du théâtre européen comme point de comparaison ou d’explication. Les 135 œuvres seront présentées dans les salles du premier étage de l’aile sud, selon un ordre chronologique qui permet aussi de distinguer les formes dramatiques :

  1. Apogée des formes médiévales (appartement du Connétable)
  2. Expérimentations des formes à l’antique (antichambre de Madeleine de Savoie)
  3. Diffusion de la commedia dell’arte (chambre de Madeleine de Savoie)
  4. Renouvellement des spectacles de cour (salle de la cheminée d’Abigaïl)

Des prêts prestigieux

L’exposition bénéficiera de prêts nombreux et prestigieux accordés par 21 institutions à Paris (Archives nationales, Comédie Française, Bibliothèque nationale de France, Musée du Louvre) et en région (Musée Calvet d’Avignon, musée Baron Gérard de Bayeux, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne, Bibliothèque Municipale de Lyon, Musée Lorrain de Nancy…). Nombre de ces œuvres seront présentées au public pour la première fois.

Au sein des collections du musée national de la Renaissance, objets en cuir, panneaux de bois, pièces d’armure, fragments de textiles permettront quant à eux d’évoquer le quotidien des comédiens.

Commissariat

  • Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance – château d’Écouen
  • Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
  • Assistés de Vincent Rousseau, chargé d’études documentaire, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Informations pratiques

  • Musée national de la Renaissance Château d’Écouen, 
    95440 Écouen
  • Du 17 octobre 2018 au 28 janvier 2019
  • 9h30 à 12h45 et de 14h00 à 17h45 (fermé le mardi)
  • Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Les manuscrits de l’école palatine de Charlemagne

La Bibliothèque municipale de Trèves (Stadtbibliotheken Trier) œuvre pour faire inscrire les manuscrits de l’école palatine de Charlemagnesur le Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO (https://fr.unesco.org/programme/mow). Le projet comprend trois manuscrits issus des collections de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Les manuscrits de l’école palatine de Charlemagne

1/2 journée d’étude : D’Autrice à Zlataner : enrichissement linguistique et exploration des sites de presse dans les archives de l’internet à la Bibliothèque nationale de France (2010-2017)

Résumé

Lors de la demi-journée d’étude du lundi 15 octobre, la Bibliothèque nationale de France (BnF), l’équipe Représentation des connaissances et langage naturelle du Laboratoire d’informatique et de Paris Nord (LIPN-RCLN) de l’université Paris 13 et le laboratoire Linguistique, langues, Parole (LILPA) de l’université de Strasbourg présenteront les principaux résultats du projet Néonaute. Ce projet, soutenu par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) dans le cadre de l’appel à projet 2017 « Langues et numérique », vise à doter les observateurs de la langue française d’un moteur de recherche s’appuyant sur la collection « Actualités » du dépôt légal du web conservée à la BnF depuis 2010.

Continuer la lecture de 1/2 journée d’étude : D’Autrice à Zlataner : enrichissement linguistique et exploration des sites de presse dans les archives de l’internet à la Bibliothèque nationale de France (2010-2017)

Parution : La France vue d’ailleurs

En référence à un titre de Jean-Noël Jeanneney et Jeanne Guérout, L’Histoire de France vue d’ailleurs, la Revue de la Bibliothèque nationale de France consacre son dernier numéro, le 57, à la France vue d’ailleurs.

Pourquoi cette passion des étrangers pour la France ? Fascine-t-elle toujours autant dans un contexte de plus en plus mondialisé ? Le mérite-t-elle ? Ce nouveau dossier de la Revue de la BnF interroge l’intérêt pour l’Hexagone et la façon dont il est perçu à l’extérieur de ses frontières…

À l’étranger, la France est souvent apparue comme une somme de mythes ou de fantasmes qui ont par exemple fait de Paris – aussi bien dans les guides touristiques que dans les comédies hollywoodiennes – la capitale de la culture, de la liberté et des plaisirs, au mépris de la réalité urbaine. Aujourd’hui, toutefois, le regard des étrangers sur la France se fait plus critique, portant davantage sur l’immigration, la décolonisation et le post-colonialisme que sur la Révolution ou l’esprit des Lumières. Et les Français, la connaissent-ils vraiment ? L’écrivain Jean-Christophe Bailly invite le lecteur à porter sur le territoire français le regard d’un voyageur de passage pour en capter l’identité et expérimenter un « ailleurs intérieur » là où l’historien Patrick Boucheron appelle au « décentrement » en l’étudiant vu d’ailleurs, d’une autre discipline, d’une autre période, d’une autre curiosité… Pour ce nouveau numéro, la Revue de la BnF (semestrielle) sur la France vue d’ailleurs a fait appel à des contributeurs prestigieux – Antoine de Baecque, Jean-Christophe Bailly, Patrick Boucheron et Robert Darnton, entre autres.

Informations pratiques

  • Sous la direction d’Antoine de Baecque, historien et critique de cinéma, et de Cristina Ion, adjointe au directeur du département des Cartes et plans, BnF
  • 120 illustrations
  • 25 euros
  • Parution : 11 octobre 2018

Renseignements, commandes, publicité

Bibliothèque nationale de France
Service commercial / Abonnements
Quai François-Mauriac
75706 Paris cedex 13
Tél. : 01 53 79 81 73
Télécopie : 01 53 79 81 72
Courriel : commercial@bnf.fr

Colloque France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 (21-23 novembre 2018)


Missel de Saint-Denis, 1041-1060 (Ms. latin 9436).

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, fondation dont l’objectif est de favoriser l’accès au patrimoine culturel du plus grand nombre, la Bibliothèque nationale de France (BnF) et la British Library ont noué un partenariat inédit dans le domaine des manuscrits médiévaux autour d’un programme intitulé « France-Angleterre 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». Il inclut 800 manuscrits, conservés pour moitié à la BnF pour moitié à la British Library, qui ont été sélectionnés en fonction de leur importance pour l’histoire des relations franco-anglaises au Moyen Âge, ainsi que pour leur intérêt artistique, historique ou littéraire. Produits entre le VIIIe et la fin du XIIe siècle, ces manuscrits couvrent des domaines très variés représentatifs de la production intellectuelle du haut Moyen Âge et de l’époque romane.

À l’occasion du lancement officiel des deux sites web réalisés dans le cadre du programme, la bibliothèque numérique « Gallica marque blanche » qui réunira tous les manuscrits du corpus et permettra leur comparaison (BnF) et un site web à visée pédagogique proposant d’explorer une sélection de manuscrits (BL), un colloque international se tiendra les 21-23 novembre 2018 à Paris. L’objectif de ce colloque est de réunir chercheurs et spécialistes, mais aussi un public plus large autour d’interventions qui porteront un regard neuf sur le riche patrimoine mis à disposition grâce au mécénat de la Fondation Polonsky et sur les relations entre France et Angleterre au Moyen Âge, sur le plan aussi bien historique que littéraire ou artistique.

Dédiée à des problématiques professionnelles, la première journée du 21 novembre fera dialoguer les différents acteurs du programme, à travers des présentations des différentes réalisations menées dans le cadre de celui-ci et des enseignements pouvant être tirés de ce premier partenariat entre les deux institutions dans le domaine médiéval. Un accent particulier sera mis sur les possibilités offertes par le développement des humanités numériques et l’interopérabilité des images, qui modifient en profondeur les pratiques de recherche et les regards sur les manuscrits médiévaux, et sur les enjeux qui en découlent. Les 22 et 23 novembre seront consacrés aux manuscrits, à leur décor, leurs textes et leur circulation, trois axes qui réuniront des spécialistes de différents domaines dans une perspective interdisciplinaire.

Continuer la lecture de Colloque France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 (21-23 novembre 2018)

Colloque : La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains (5/10/18)

Pourquoi impliquer des écrivains, habitués au livre ou à la scène, dans des émissions de création radiophonique ? Qu’apportent-ils, à quelles conditions, comment, dans quels contextes ? C’est le genre de questions que l’on sera invité à se poser dans ce colloque consacré aux deux plus longs et plus prestigieux programmes de création radiophonique de France Culture, inscrits, chacun dans un style, dans « cette longue querelle de la tradition et de l’invention / De l’Ordre et de l’Aventure » (Apollinaire) qui rythme la vie des arts.

Ce colloque est organisé en partenariat avec la SCAM, la BnF et l’Ina, et le soutien de l’IUF et du GRER.

Ce colloque a lieu du 4 au 6 octobre 2018 : le 4 octobre à la Société civile des auteurs multimédia (SCAM), 5 Avenue Velasquez, Paris 8e et le 6 octobre à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) 105 boulevard Raspail, Paris 6e.

Programme

Jeudi 4 octobre 2018
SCAM
18h Soirée inaugurale

Ouverture par les organisateurs du colloque
18h25-20h
Propos d’Alain Trutat et René Farabet (archives), Andrew Orr, Jean-Loup Rivière, Alain Veinstein, Colette Fellous

Vendredi 5 octobre 2018
BnF
9h -18h Atelier de création radiophonique, la part des écrivains

Communications de : Pierre-Marie Héron, Witold Wolowski, Andrew Orr,Laure Bedin, Carrie Landfried, Thomas Baumgartner, Christian Rosset, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Marion Chénetier-Alev
Sur : Jean Thibaudeau, François Billetdoux, René Farabet, Claude Ollier, Georges Perec, Claude Ollier, les écrivains de Change à l’ACR, Hélène Cixous, Valère Novarin

Samedi 6 octobre 2018
EHESS
Nuits magnétiques, la part des écrivains

Communications de : Christophe Deleu, Mehdi El Hadj (sous réserve), Laure Adler, Annie Pibarot,Jean Daive, Clara Lacombe, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin
Sur : la composition des programmes de Nuits magnétiques, Nicole-Lise Bernheim, Jean Daive, Colette Fellous, Franck Venaille, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Informations pratiques

Colloque : La critique génétique comme processus. (1968-2018)

En 1967, la Bibliothèque nationale acquiert les manuscrits du poète Heinrich Heine. Et dans un même geste, le CNRS crée en 1968 une équipe de recherche pour inventorier, décrire et exploiter ce fonds, tandis que l’École normale supérieure met aussitôt un bureau à la disposition de la jeune équipe.
À partir de 1974, avec la création de l’équipe Proust, la formation CNRS se transforme en Centre d’Histoire et d’Analyse des Manuscrits Modernes (CAM). Elle ouvre son champ d’application à d’autres corpus français et étranger avec l’arrivée des équipes Zola, Flaubert, Valéry, Nerval-Baudelaire, Joyce, Aragon et Sartre. En 1979, les Essais de critique génétique sont le premier manifeste collectif de ce nouveau domaine d’étude. Depuis 1982, date de sa création en laboratoire propre du CNRS, l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM), aujourd’hui unité de recherche du CNRS et de l’École normale supérieure, n’a cessé de se développer en France et à l’étranger.

Analyser le document autographe pour comprendre les mécanismes de la production littéraire, artistique et scientifique, élucider la démarche de l’écrivain, du savant, du penseur ou de l’artiste et les procédures qui ont permis l’émergence de l’œuvre, élaborer les concepts, méthodes et techniques permettant d’exploiter scientifiquement le précieux patrimoine que représentent les documents conservés dans les collections et archives, telle est la mission fondamentale de l’ITEM.

Le congrès international du cinquantenaire sera l’occasion de dresser un bilan des avancées de la critique génétique et d’explorer les promesses d’avenir de cette discipline qui a su conquérir une place de premier plan parmi ses sœurs aînées, les sciences du texte.

Comité d’organisation

Paolo D’Iorio (direction), Élise Anastase, Olga Anokhina, Aurèle Crasson, Nathalie Ferrand, Daniel Ferrer, Jean-Marc Hovasse, Jean-Louis Lebrave, Jean-Sébastien Macke, Nathalie Mauriac-Dyer, Pierre Musitelli, Claire Riffard.

Programme

MERCREDI 17 OCTOBRE 2018
École normale supérieure, Salle Dussane

Cérémonie d’ouverture

16h30    La direction de l’École normale supérieure

16h45    La présidence de la Bibliothèque nationale de France

17h00    La direction de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS

17h15    Louis Hay, fondateur de l’Institut des textes et manuscrits modernes

18h00    Table ronde des directeurs successifs de l’ITEM : Almuth Grésillon, Daniel Ferrer, Jean-Louis Lebrave, Pierre-Marc de Biasi, Paolo D’Iorio

19h15    Buffet dînatoire

JEUDI 18 OCTOBRE 2018
École normale supérieure, Salle Dussane

Session 1 : Théorie, genèses

Modération : Daniel Ferrer (ITEM), Nicolas Donin (IRCAM), Nathalie Ferrand (ITEM)

9h30     Dirk Van Hulle (Université d’Anvers et Jesus College, Oxford) : Critique génétique à l’ère du numérique : Vers une histoire comparative du brouillon littéraire

10h25    Charlotte Guichard (IHMC) L’histoire de l’art à l’épreuve de la critique génétique. La main dans la peinture des Lumières

11h20    Pause café

11h35    Pierre-Michel Menger (Collège de France) : Le travail comme catégorie de la génétique

12h30    Pause déjeuner

Session 2 : Nouveaux horizons

Modération : Anne Herschberg Pierrot (Université Paris 8 et ITEM)

14h30    Nicholas Cronk (Université d’Oxford), Nathalie Ferrand (ITEM), Pierre Musitelli (ENS)Le nouvel horizon des manuscrits d’Ancien Régime

15h30    Paolo D’Iorio (ITEM), Génétique philosophique

16h10    Pause café

16h30    Dominique Combe (ENS) et Jean Khalfa (Université de Cambridge)Généalogies et avatars de la négritude

17h10    Pierre-Marc de Biasi (ITEM)Génétique des arts visuels

17h50   Michel Espagne (Pays germaniques, labex TranferS)Réflexions sur les transferts entre disciplines et entre pays

18h20   Discussion générale

VENDREDI 19 OCTOBRE 2018
École normale supérieure, Salle Dussane

Session 3 : Génétique dans le monde

Modération : Olga Anokhina (ITEM), Fatiha Idmhand (Université de Poitiers et ITEM)

9h30     Claudia Amigo Pino (Universidade de São-Paulo, Associação de Pesquisadores em Crítica Genética), Défis et enjeux de la critique génétique au Brésil

10h10    Graciela Goldchluck et Delfina Cabrera (Universidad nacional de la Plata), La critique génétique en Argentine

10h50    Kazuhiro Matsuzawa (Université de Nagoya), Train de nuit dans la Voie lactée de Kenji Miyazawa : les origines de la critique génétique au Japon

11h40    Pause café

12h00    Bodo Plachta (Arbeitsgemeinschaft für germanistiche Edition)Komm ins Offene, Freund! – La critique génétique en Allemagne

12h40    Paola Italia (Università degli Studi di Bologna)Alle origini della « Critica degli scartafacci».  Aux origines de la critique des brouillons

13h20 Pause déjeuner

Session 4 : Supports et traces

Modération : Jean-Gabriel Ganascia (Université Pierre et Marie Curie)

Préambule : Jean-Louis Lebrave (ITEM), La codicologie hier, aujourd’hui et demain : du codex au disque dur

15h10    Claire Bustarret (EHESS)Enjeux de l’expertise codicologique moderne et contemporaine : ce que le papier fait au travail de l’écritJean-Sébastien Macke (ITEM)Les supports et instruments d’écriture des écrivains vus par eux-mêmes

15h50    Thorsten Ries (Université de Gand)The challenge of born-digital : the critique génétique and digital forensics

16h30    Pause café

16h50    Aurèle Crasson (ITEM), Jean-Louis Lebrave (ITEM), Nathalie Léger (IMEC), Jeremy Pedrazzi (ITEM), Thorsten Ries (Université de Gand)Genetic Forensics, analyser les disques durs de Jacques Derrida

18h10    Stéphane Reecht (BnF)Conserver le support, conserver l’information : des défis pour les institutions patrimoniales

18h50    Discussion générale

19h15    Buffet dînatoire

20h30   Conférence-concert de génétique musicale. (Salle des Actes)
               Catherine David (écrivaine, musicienne) et William Kinderman (Université de l’Illinois)

SAMEDI 20 OCTOBRE 2018
INHA– Auditorium Colbert, Galerie Vivienne

Session 5 : Grands corpus de la Bibliothèque nationale de France

Présentation exceptionnelle de chaque corpus, sous forme de dialogue entre un chercheur et un conservateur de la BnF.

Matinée présidée par Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

10h00    Jean-Marc Hovasse (ITEM), Thomas Cazentre (BnF), Victor Hugo

11h00    Olivier Lumbroso ( Université Paris-Sorbonne nouvelle), Guillaume Fau (BnF), Émile Zola

12h00    Nathalie Mauriac Dyer (ITEM), Guillaume Fau (BnF), Marcel Proust

13h00    Pause déjeuner

Après-midi présidée par Jacques Neefs (ITEM)

14h30    Franz Johansson (Université Paris-Sorbonne), Olivier Wagner (BnF), Paul Valéry

15h30    Luc Vigier (Université de Poitiers), Marie Odile Germain (BnF), Louis Aragon

16h30    Irène Fenoglio (ITEM), Émilie Brunet (IRD), Émile Benveniste

Conclusion de la journée et du colloque :

Présentation au public d’un second ensemble de manuscrits originaux provenant des six corpus, sous forme de mini-expositions éphémères.

________________

Exposition de posters de jeunes chercheurs, du 16 au 26 octobre 2018 
Aquarium, 45 rue d’Ulm.

Posters

  • BERNABEI Veronica (Poitiers, Archivos) : Juan José Saer. Carte de genèse des projets narratifs
  • CHABAT Guillaume (Université de Corse/Université de Nantes) : La genèse romanesque de l’autofiction
  • CRISTIAN Georgeta (Paris 3 – Sorbonne nouvelle) : L’auto-traduction théâtrale de Matéi Visniec : une écriture « à plusieurs mains » ?
  • DI FEBO Giuliana (Universita della Svizzera italiana, Lugano) : La genèse d’une traduction d’auteur: la version italienne inédite du Cahier intime de Gustave Flaubert
  • ÉPIÉ Flavie (Université de Bordeaux/Université d’Anvers) : (Re)traduire l’Ulysse de James Joyce : étude comparée des deux traductions françaises et de leur genèse
  • HIDALGO NACHER Max (Université de Barcelone) : Les galaxies intertextuelles d’Haroldo de Campos et la bibliothèque en tant qu’espace de création
  • NOTTET-CHEDEVILLE Élise (Paris 4 – Sorbonne) : Les poèmes de Jean Genet : genèse de la subversion pour style
  • PIMENTA Carlota (Université de Lisbonne) : Camilo Castelo Branco’s writing practices
  • SIMONIN David (Sorbonne Université) : Le sentiment de puissance chez Nietzsche
  • TELESINSKI Anne-Marie (Paris 3 – Sorbonne nouvelle) : Réécritures de la métamorphose chez Pétrarque
  • VALENTINE Colton (ENS) : Le transnationalisme interne de l’oeuvre d’Algermon Swinburne : une approche génétique
  • ZANARDO Monica (ENS) : Digital Alfieri

Contacts

Filemaker versus web sémantique

Comme tout laboratoire ou institution menant ou finançant des programmes de recherche, la Bibliothèque nationale de France fut confrontée à la problématique des bases de données développées par les chercheurs dans le cadre de leurs programmes.

Bien souvent, pour la création d’une base de données relationnelle, faute d’ingénieurs1 et de compétences personnelles en développement informatique, mais aussi faute de crédits pour solliciter des prestations dédiées, le choix se porte vers un logiciel propriétaire au format propriétaire, par exemple MS Access, mais plus communément encore, notamment en sciences humaines et sociales, le logiciel FileMaker Pro2.

Cela se comprend et peut se justifier pour des travaux individuels, notamment dans le cadre d’une thèse qui doit être menée selon un rythme soutenu et quand la base n’a pas vocation, ni à être publiée en ligne, ni à être pérennisée. Cette assertion est évidement sujette au caution devant l’injonction croissante de la preuve qui conduit de plus en plus à fournir les données ayant permis d’obtenir des résultats. Le principe de la science ouverte implique de fournir, sinon la base de données, du moins le jeu de données ayant permis d’obtenir des résultats, afin de permettre à d’autres de rejouer le jeu, afin de confirmer ou d’infirmer les conclusions3.

Or, comme le confirment les témoignages de jeunes chercheurs4, FileMaker leur est recommandé par leurs professeurs, fussent-ils ingénieurs « pratiquant des humanités numériques ».

Autre preuve, Access et Filemaker sont les seuls logiciels de bases de données cités par Sébastien Poublanc dans son billet « Sur le bureau de l’historien » de La boîte à outils des historien·ne·s5.

La question de l’emploi de FileMaker et surtout de la pérennisation des bases créées se pose régulièrement à tout nouveau développeur6.

Dans le cadre de programmes collaboratifs de recherche, l’emploi de telles bases se justifie d’autant moins dès lors que l’un des objectifs du projet consiste à mettre en ligne la base, à la publier sur le web, ce qui soulève les questions de sa mise à jour, de sa pérennité et surtout de son interopérabilité. Pour les informaticiens se pose également le problème, souvent ignoré des chercheurs, du maintien en condition opérationnelle, c’est-à-dire de l’évolution nécessaire des matériels et logiciels pour garantir dans le temps la disponibilité du produit développé. Cela a un coût humain et financier rarement pris en compte par les chercheurs car relevant, à leurs yeux, des problématiques propres à la direction des systèmes d’information (DSI) de leur laboratoire ou de leur université.

Petit à petit, l’action d’acteurs comme la TGIR Adonis devenue Huma-Num porte auprès des équipes adoptant les bases PHP/SQL voire se lançant même dans les technologies du web sémantique pour gérer des données structurées et liées. Cependant, malgré les multliples interventions
de ces infrastructures et consortia7 oeuvrant pour l’interopérabilité et la pérennisation des BDD dans maints colloques et actions nationales de formation (ANF)8, l’usage de la base de donnée propriétaire et fermée sur elle-même, reste encore largement répandu, et ce malgré le succès des «  humanités numériques » mises à toutes les sauces ainsi que les différentes injonctions des financeurs de la recherche et du CNRS en faveur des données ouvertes.

L’emploi de logiciels propriétaires par les laboratoires ne manquent pas d’étonner depuis la circulaire n° 5608-SG du 19 septembre 2012 et son annexe qui s’attachent à promouvoir le logiciel libre dans les administrations et ont mené à la mise en place d’un socle interministériel de logiciels libres (SILL)9. Il faut croire que la « liberté » de l’enseignant-chercheur, garantie par le Code de la recherche, l’exonère de se considérer comme fonctionnaire ou du moins de relever de l’administration.

Par ailleurs, il faut bien reconnaître que les facilités offertes par les éditeurs commerciaux de logiciels n’aident pas ce mouvement vertueux vers le « libre », l’interopérabilité ou l’accès ouvert. Ainsi, la fonction « Publication Web instantanée » proposée par l’éditeur de FileMaker Pro, « qui intègre tous les logiciels requis pour la publication d’une base de données sous forme de pages Web sur un réseau local ou intranet »10 s’avère être un concurrent de poids du pack NAKALONA11 de l’infrastructure Huma-Num.

D’aucuns persistent à oeuvrer pour que les nouvelles générations de chercheurs adoptent les bonnes pratiques déjà mentionnées. Ainsi par exemple de cette école d’été organisée en 2017 par l’Université Paris 1 et l’Université du Québec à Montréal (UQAM)12.

Dans le même état d’esprit qu’HumaNum ou de l’Agence nationale de la recherche, du temps de son appel « Corpus », la Bibliothèque nationale de France, dans son appel à projets interne pour son plan quadriennal de la recherche (http://c.bnf.fr/xu5), a prescrit quelques bonnes pratiques à respecter dès lors qu’un projet envisageait la création d’une base de données. Rappelons que c’est ce dispositif qui a financé des bases telles que Mandragore (http://mandragore.bnf.fr), la base de données iconographiques du département des Manuscrits développée en 1989 avant la naissance du web avec MS Access et mise en ligne en 2003, mais aussi la base des Reliures numérisées de la Bibliothèque nationale de France (http://reliures.bnf.fr), première base de la BnF gérant des fichiers XML-TEI ou encore BP16, le Renouard13 numérisé de la Bibliothèque nationale de France (http://bp16.bnf.fr).

Hors de France, la problématique des bases de données est la même. Des organismes oeuvrent à diffuser de bonnes pratiques, comme par exemple le JISC14, le Arts and Humanities Research Council (AHRC)15, ou encore l’American Council of Learned Societies qui a publié en 2006 le rapport Our Cultural Commonwealth16 qui, pour la création d’une infrastructure pour les sciences humaines et sociales, recommande qu’elle ait 5 caractéristiques :

  1. It will be accessible as a public good.
  2. It will be sustainable.
  3. It will provide interoperability.
  4. It will facilitate collaboration.
  5. It will support experimentation.

Pour y parvenir, 8 recommandations sont énoncées :

  1. Invest in cyberinfrastructure for the humanities and social sciences, as a matter of strategic priority.
  2. Develop public and institutional policies that foster openness and access.
  3. Promote cooperation between the public and private sectors.
  4. Cultivate leadership in support of cyberinfrastructure from within the humanities and social sciences.
  5. Encourage digital scholarship.
  6. Establish national centers to support scholarship that contributes to and exploits cyberinfrastructure.
  7. Develop and maintain open standards and robust tools.
  8. Create extensive and reusable digital collections.

Même si la question des bases de données n’y est pas directement abordée, il peut être utile de rappeler le travail de la Visual Resources Association qui diffusait en 2006 un Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images ((Murtha Baca, Patricia Harpring, Elisa Lanzi, Linda McRae, Ann Baird Whiteside, Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images, Chicago : ALA Editions, 2006, XIII-396 p. Disponible en ligne, url : <http://cco.vrafoundation.org/index.php/toolkit/cco_pdf_version/>.)) recommandant l’établissement de liens et l’emploi de vocabulaires contrôlés. Utile à mentionner quand on constate le relatif retard pris pas l’histoire de l’art en matière d’humanités numériques.

En 2007, la National Information Standards Organization diffusait la 3e édition de son A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections17, soit un recueil de bonnes pratiques pour créer et gérer des collections numériques.

En Europe, il convient de mentionner l’action des Archives fédérales suisses qui, dès 2007, proposaient une solution complète d’archivage des bases de données, avec le SIARD (Software Independent Archiving of Relational Databases)18 qui est un standard de mise en forme XML de données provenant de tout système de base de données. Pour effectuer une conversion du format de données source dans le format standard SIARD, les Archives fédérales proposent un logiciel libre de conversion. Le standard permet de stocker des données et leur structure dans des fichiers texte (XML), ce qui est de nature à permettre de pérenniser l’accès aux données.

En France, il faut citer l’action du Centre informatique de l’enseignement supérieur (CINES) qui mène des actions comparables, avec par exemple la publication en 2013 du Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données ((Philippe Prat ; Lorène Béchard, Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données, [S. l.] : Centre informatique National de l’Enseignement Supérieur, 2016, 24 p. Disponible en ligne, url : <https://alfresco.cines.fr/alfresco/d/d/workspace/SpacesStore/ca323bcc-804a-43e3-822f-5d18fa304dff/GM_archivage_BDD.pdf>.)) ou encore la mise au point du Standard d’Echange de Données pour l’Archivage (SEDA)19.

Bref, le chemin pour mener à des bases de données ouvertes, documentées et pérennes, est long mais progresse au gré des recommandations et des initiatives vertueuses comme la publication de la liste des sites web hébergés par Huma-Num (https://www.huma-num.fr/annuaire-des-sites-web), de nature à donner à voir les résultats tangibles de l’application des bonnes pratiques de la science ouverte.

  1. Ingénieurs de recherche (IR), ingénieurs d’études (IE) ou assistants ingénieurs (AI). []
  2. Le fort taux d’équipement en MacBook dans le monde académique pourrait expliquer l’entrisme de FileMaker, filiale d’Apple Inc., auprès des chercheurs – même si une majorité d' »humanistes digitaux », adeptes des « bonnes pratiques » (Guides de bonnes pratiques, url : <https://www.huma-num.fr/ressources/guides>) sont également équipés de la marque de Cupertino… []
  3. « Les données primaires de la recherche étant affichées, elles peuvent être corroborées, critiquées ou interprétées par quiconque possédant l’expertise ou la compétence nécessaire, qui peut alors participer à l’effort de collaboration.», Contributeurs de Wikipédia, « Science ouverte », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 6 juin 2018. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Science_ouverte&oldid=149276531>. []
  4. Raphaëlle Talbot, https://hcp.hypotheses.org/4918 et Clémentine Souchaud, https://acares.hypotheses.org/953 []
  5. Sébastien Poublanc, « Sur le bureau de l’historien », La boîte à outils des historien·ne·s, 15 juin 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/06/sur-le-bureau-de-lhistorien/>. Cette assertion est à relativiser avec la mention de Base et MySQL par Émilien Ruiz, dans son billet du 21 mars 2015 : Émilien Ruiz, « Se former aux logiciels de bases de données », La boîte à outils des historien·ne·s, 21 mars 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/03/fomations-bdd/>. []
  6. Comme le dit Matthieu Thivet « Quel avenir pour les multiples BDD produites par les étudiants ? », dans Matthieu Thivet, Base de données archéologiques. Disponible en ligne, url : <https://theta.obs-besancon.fr/IMG/pdf/JBDD_MatthieuThivet.pdf>. []
  7. CAHIER – Corpus d’Auteurs pour les Humanités : Informatisation, Édition, Recherche,Archives des ethnologues, CORLI – Corpus, Langues et Interactions, Consortium 3D-SHS, MASA – Mémoires des archéologues et des sites archéologiques, COSME – Sources Médiévales, IMAGEO – Cartes et photographies pour les géographes, Musica, ArchiPolis – Archives des sciences sociales du politique, ArcMC  – Archives des mondes contemporains []
  8. Comme par exemple « Concevoir et exploiter les sources numériques de la recherche en SHS », url : <http://anf.msh-vdl.fr>. []
  9. Socle logiciels libres. Disponible en ligne, url : <http://references.modernisation.gouv.fr/socle-logiciels-libres>. []
  10. Selon « Publication de bases de données sur le Web », Aide FileMaker Pro 12. Disponible en ligne, url : <https://fmhelp.filemaker.com/help/12/fmp/fr/html/publish_web.html>. []
  11. Cf. Diffuser ses données, https://www.huma-num.fr/services-et-outils/diffuser#nakalona []
  12. Méthodes et outils numériques : les bases de données en histoire, url : <https://www.paris-iea.fr/fr/evenements/methodes-et-outils-numeriques-les-bases-de-donnees-en-histoire>. []
  13. Bibliographie des éditions parisiennes du 16e siècle, rédigée d’après les manuscrits de Philippe Renouard légués à la Bibliothèque nationale en 1952. []
  14. Dès 2008 – bien avant les plans de gestion de données -, le JISC exigeait que les porteurs des programmes qu’il finance élaborent un plan de sortie/soutenabilité des résultats des projets. []
  15. AHRC ICT Methods Network Workgroup on Digital Tools Development for the Arts and Humanities. []
  16. American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences, Our Cultural Commonwealth, New York : American Council of Learned Societies, 2006, 43 p. Disponible en ligne, url : <http://www.acls.org/cyberinfrastructure/OurCulturalCommonwealth.pdf>. []
  17. National Information Standards Organization, A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections, Baltimore : National Information Standards Organization, 2007, 95 p. Disponible en ligne, url : <https://www.niso.org/sites/default/files/2017-08/framework3.pdf>. []
  18. SIARD Suite, Archives fédérales suisses, url : <https://www.bar.admin.ch/bar/fr/home/archivage/outils-et-instruments/siard-suite.html>. []
  19. Cf. url : <https://www.cines.fr/publication-de-la-v1-0-du-seda-standard-dechange-de-donnees-pour-larchivage/>. []

Journée d’étude : Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610)

Cleopatre : [estampe] / R.B. del. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531554885

Argument

Les textes et les documents français du XVIe siècle témoignent d’une intense activité théâtrale. Non seulement ils constituent une source capitale pour l’étude de la tradition médiévale (la grande majorité des farces est par exemple conservée dans des écrits du XVIe siècle), mais ils révèlent plusieurs expérimentations à la croisée d’influences européennes : création d’un théâtre à l’antique, développement de formes d’inspiration italienne, initiatives commerciales, évolution du statut du comédien, etc.
Or cette vie théâtrale entretient des liens étroits avec de nombreuses oeuvres artistiques contemporaines. Comme l’ont montré Émile Mâle et les travaux parfois opposés qu’il a suscités, représentations théâtrales et arts visuels s’influencent réciproquement ; l’installation des comédiens italiens donne naissance au genre du portrait d’acteurs et introduit comme ailleurs en Europe de nouveaux motifs décoratifs.
À l’occasion de la publication de l’ouvrage Le théâtre à Paris au XVIe siècle de Guy-Michel Leproux (Institut d’histoire de Paris, 2017) et de la présentation de l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin : le théâtre dans la France de la Renaissance (musée national de la Renaissance, château d’Écouen, 17 octobre 2018 – 29 janvier 2019), cette après-midi d’étude propose donc de faire dialoguer les approches littéraires, historiques et esthétiques. Cela permettrait non seulement de mieux comprendre le langage dramatique renaissant et les représentations artistiques qui y sont associées, mais aussi d’envisager le fonctionnement proprement « intermédiatique » du phénomène théâtral et d’explorer ses processus de création et d’interprétation.

L’après-midi d’étude sera suivie de la représentation dans le Grand Auditorium de Cléopâtre captive (1553) d’Étienne Jodelle, compagnie Oghma, mise en scène Charles di Meglio.

Programme

Ouverture
14h Michel Hochmann, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les portraits de comédiens à Venise dans la première moitié du XVIe siècle

Échanges

14h45 Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
Invention dramatique et invention graphique : les gravures d’Arlequin du Recueil Fossard

Échanges

15h30 Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les tableaux de comédiens produits à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle

16h15 Astrid Castres, post-doctorante du LabEx Hastec (centre Jean-Mabillon)
« En ce temps-là, les comédiens louoient des habits à la friperie ; ils étoient vêtus infâmement, et ne savoient ce qu’ils faisoient » : les costumes de théâtre et le commerce de vêtements à Paris au XVIe siècle

Échanges

16h45 Nina Hugot, agrégée de lettres modernes, doctorante

Cette après-midi d étude est suivie d’une représentation théâtrale
Cléopâtre Captive d’Etienne Jodelle à 18h30-20h (Grand auditorium)

Spectacle Cléopâtre Captive d’Étienne Jodelle (1553)

La Bibliothèque nationale de France et le Musée national de la Renaissance à Ecouen rendent hommage à Etienne Jodelle, auteur salué comme le restaurateur du théâtre antique en France, à travers le spectacle Cléopâtre captive, création de la Compagnie Oghma.
Représentée à Paris en février 1553 devant le roi Henri II, Cléopâtre Captive est la première tragédie à l’antique écrite en français. Elle met en scène les dernières heures de la reine Cléopâtre.

Alexandrie, après la mort de Marc-Antoine défait par Octavien (le futur empereur Auguste). L’Ombre d’Antoine vient rendre visite à Cléopâtre pour la pousser au suicide afin d’empêcher qu’elle ne soit faite prisonnière à Rome et pour que les deux amants soient réunis dans la mort.

Par la Compagnie Oghma, fondée en 2006 par Charles Di Meglio.
Avec Julia de Gasquet, Ulysse Robin, Manuel Weber, Christine Narovitch, Florence Beillacou, Elsa Dupuy, Romaric Olarte, Charles Di Meglio

Marie-Françoise Bloch : création musicale et lirone
Olivier Halévy : assistant à la dramaturgie
Timothée Mouton : assistant de production
Lauren Allen : stage management
Ivan Kamenarovic : assistant à la mise en scène
Charles Di Meglio : costumes et mise en scène

Durée : 1h30

Création par la Compagnie Oghma co-produite avec la BnF et le Musée national de la Renaissance à Ecouen et avec le soutien du Conseil départemental de la Dordogne et de la ville d’Auriac-du-Périgord.
Spectacle proposé en clôture de la journée d’étude, Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610).

Comité d’organisation

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance-château d’Écouen ; Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle ; Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études.

Comité scientifique

Le comité d’organisation ainsi que Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance-château d’Écouen et Darwin Smith, directeur de recherche, CNRS (Lamop).

Informations pratiques

  • Quand ? 22 novembre 2018, 14h-17h30
  • Comment ? Entrée libre

Exposition « Médias imaginaires. Les archives vivantes »

L’exposition Médias imaginaires. Les archives vivantes conçue comme le prolongement naturel du séminaire de recherche, propose de mettre à la disposition du public des outils visuels et livresques, ainsi que des écrans permettant d’accéder à une base de données. Cette manifestation se conçoit elle-même comme un dispositif d’exposition. Ouverte au plus grand nombre, elle entend se présenter comme une interface invitant le public à utiliser les outils de recherche présents sur les lieux. La salle Longhi devient ainsi un lieu d’actualité permanente, un espace de circulation en contact avec l’extérieur, par des écrans et des projections. Pour ce faire, elle mobilisera surtout les fonds numériques de la Bibliothèque nationale de France, du Musée des arts et métiers (CNAM) ainsi que des collections privées.

À propos d’INHALab

Dans cette volonté politique de privilégier et soutenir la jeune recherche, l’INHA invite chaque année deux collectifs successifs de chercheurs à proposer un projet scientifique créatif dans un domaine se rapportant à l’histoire de l’art. L’association Imago est le deuxième collectif de jeune chercheurs à être accueilli en 2018 dans le cadre d’INHALab. Ils travailleront du 15 septembre 2018 au 15 janvier 2019 sur le projet Médias imaginaires.

Informations pratiques

1er octobre 2018 – 15 janvier 2019

Galerie Colbert, salle Roberto Longhi
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?