La documentation du conte Ma’soum et Delafrouz

La BnF accueille chaque année des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Aujourd’hui Kaveh Hedayatifar présente un nouveau volet de ses recherches en cours 1.


L’évolution de l’art des Bakhshi

L’art des Bakhshi du Khorassan septentrional à côté des Achik azéri, Achik kashkaï ou Shâeri baloutchi fait partie d’une ancienne tradition des bardes en Iran. Les Bakhshi sont joueurs du Dotâr2, chanteur et conteur. Certains Bakhshi étaient également poètes et fabricants de Dotâr.

Par ailleurs, comme toute tradition musicale, l’art des Bakhshi est en train d’évoluer. Si l’on considère l’histoire évolutive de la place sociale des Bakhshi dans le Khorassan septentrional, en Iran, leur ancien statut en tant que chaman-guérisseur3 dans la région du grand Khorassan4 déclinait graduellement et se substituait de plus en plus au statut de musicien. En effet, leur statut social baissait du fait que leurs fonctions perdaient leur place dans la société. Le changement du statut et le changement de rôle sont ainsi accompagnés par un changement dans la technique du jeu, du lieu de la performance, et bien entendu de la forme musicale en général. Ainsi, la musique instrumentale remplace une musique narrative accompagnée par l’instrument. Les mélodies associées aux différents moments de la narration vocale d’un conte trouvent une structure plus distincte et deviennent des morceaux de musique à part entière. L’attention se porte sur le jeu et la technique de jeu d’instrument, et l’on oublie de plus en plus le chant et les contes.

Ce changement de direction dans l’évolution de la musique des Bakhshi qui au lieu de donner de l’importance à la totalité de leur art choisit la part instrumentale s’entrecroise avec l’histoire de l’évolution de la musique Dastgâhi iranienne, laquelle s’est orientée vers une technique de jeu plus précise sur l’instrument. Cette dernière est elle-même également influencée par l’arrivée du mouvement de la musique occidentale en Iran, et la nécessité d’adaptation de la musique Dastgâhi aux performances orchestrales.

En même temps, par un autre mouvement évolutif, la présence d’instruments électroniques comme le synthétiseur se substitue aux musiques régionales dans les cérémonies de mariage, et la musique traditionnelle festive et celle des Bakhshi perdent graduellement leurs places. Bien entendu, il y a aussi plusieurs autres éléments en marche qui crée la texture de l’art des Bakhshi, tels que l’évolution des moyens de divertissement et le progrès dans la médecine5. Dans ce contexte, aujourd’hui l’art des Bakhshi est en train de trouver une nouvelle forme.

La narration des contes

Dans cet écrit, je vais présenter une performance musicale de l’un des Bakhshi du Khorassan Septentrionale, Alireza Gholamrezai Almajoughi(né en 1931). Pendant un de mes séjours de terrain en 2018 dans le village Almajough de province de Khorassan, pour la première fois, j’ai rencontré Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi.

Pendant ce séjour, j’ai constaté que malgré une continuité de la tradition musicale et sa forte présence dans la région, il n’y a pas beaucoup des musiciens héritant de leurs maîtres l’art de la narration des contes. Ce fait ne veut pas dire que ces musiciens ne sont pas capables de narrer un conte, mais plutôt la qualité de leur prestation ne peut pas concourir à l’ancienne génération. Comme j’ai traité ci-dessus, cela est en partie lié à l’absence d’un public demandeur de cette forme musicale, dû à l’évolution sociale et culturelle de la région.

Par ailleurs, une des raisons de mes séjours dans la région était un projet de documentation de cet art. En effet, malgré quelques enregistrements sonores, je n’ai pas trouvé une captation vidéo d’une narration complète des anciens maîtres Bakhshi de la région6. L’importance des captations vidéo est dans les subtilités de l’art de la présentation des Bakhshi. Les gestes et les mimiques sont les éléments importants de la performance des Bakhshi qui seront absentes des enregistrements sonores.

En 2019, je suis retourné au village Almajough dans le but d’une documentation vidéo de l’art des narrations des contes par Alireza Gholamrezai Almajoughi. Nous avons choisi le conte Ma’soum et Delafrouz qui appartient également au répertoire des Ashik Azérie. Le récit est un conte d’amour racontant l’histoire d’amour entre Ma’soum et Delafrouz que la scène tragique finale rappelle l’histoire de Roméo et Juliette de Shakespeare. Dans la suite, je vais essayer d’aborder quelques points importants par rapport à cette documentation audiovisuelle.

Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi
Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi en train de narrer le conte Ma’soum et Delafrouz en 2019. Capture d’Image de film documentaire de la narration de conte Ma’soum et Golafrouz vidéographe Hossein Fatemian.

Les techniques narratives et performatives

Alireza Gholamrezai Almajoughi est le disciple d’un des plus grands et connus Bakhshi du Khorassan septentrional Mohammad Hossein Yeganeh (1918-1992). Dans la narration, il suit le style de son maître tout en présentant la spécificité de son propre style.

Dans la suite, nous nous concentrons plutôt sur la technique narrative et performative de sa prestation en 2019. La captation a été faite pendant deux jours et pendant le premier jour, moi-même, le caméraman et l’opérateur du son, étions son interlocuteur. Par contre, pour la deuxième partie de la narration trois autres personnes ont été présentes pour participer à sa performance.

Une des premières techniques dans la narration des Bakhshi consiste à une compétence de choisir les moments clés de l’histoire en fonction de la durée prévue pour leur prestation. Alireza Gholamrezai dans son récit, passe très vite à certains événements qu’il ne trouve pas très essentiels pour cette performance. Je suppose que les facteurs qui peuvent influencer ces choix sont, en partie, l’ambiance de la performance, l’humeur de Bakhshi, l’attente de public et aussi la capacité de la mémoire pour rappeler les détails de chaque récit7. Ces facteurs rendent l’art des Bakhshi vivant et montrent la nécessité d’avoir une capacité réactionnelle importante pour répondre à tous ces éléments à côté d’une connaissance de la technique narration dramatique.

La deuxième technique présente dans cette documentation consiste à communiquer avec le public. Dans la deuxième partie de sa narration, Bakhshi parle directement avec son public (spécialement avec moi) pendant le récit. Nous pouvons distinguer différentes fonctions de ces échanges dans la performance. Dans un moment donné, Bakhshi associe le visage de Ma’soum à un des participants (moi-même) dans le public pour donner une image concrète de personnage de récit. Cette association fait engager le public dans le récit par le biais d’une analogie avec le personnage de récit. Dans un autre passage du récit, le Bakhshi associe un événement de son récit à un événement quotidien qui est survenu dans les jours précédents. Ainsi, le Bakhshi fait engager son public dans le récit par le biais d’une expérience commune en l’associant à un événement de récit.

La troisième technique est les passages entre les moments comiques et tragiques au cours de la narration. En effet, les moments comiques ne viennent pas forcément du récit, mais plutôt c’est la manière que le Bakhshi emploie dans sa narration qui les rend comiques. Par exemple, quand il parle du chagrin de Delafrouz, il dit qu’elle a mis le curcuma sur son visage pour montrer que son visage est pâle. De ma connaissance, il ne fait pas partie de l’histoire et il utilise cette expression pour donner un côté comique à ce chagrin dans ce passage entre la fille et son père.

Un autre point important qui ne sera pas visible dans les enregistrements sonores et la mimique de Bakhshi au cours de la narration. Parfois, un simple sourire change totalement l’impression que le public peut recevoir de son récit. Ainsi, un moment triste de l’histoire par son sourire perd sa tristesse.

Le Bakhshi emploie différents techniques afin d’attirer l’attention et empêcher la déconcentration du public. Quelques fois, il s’adresse directement à son public. Dans plusieurs reprises, il demande du public la permission d’arrêter son récit, car la suite du récit sera très triste. Dans ce jeu avec le public, il se montre obliger et sous l’ordre de son public. En effet, il essaye créer cette impression que le fait de raconter ce récit lui apporte une grande peine et c’est seulement par la volonté de son public qu’il se convainque de continuer le récit. Dans un autre moment, il change la mélodie pour jouer une mélodie plus joyeuse et rythmique en disant que : « quand on voit quelqu’un est en train de s’endormir, en jouant une mélodie pareille on va lui réveiller ». En effet, il n’y avait personne qui dormait à ce moment-là, mais par ce biais, il a changé l’ambiance et a attiré de nouveau l’attention de son public.

La cinquième technique est une technique narrative dans laquelle un conte ou une anecdote vient compléter l’idée d’une partie de récit principale. Dans la captation de 2019, le Bakhshi utilise plusieurs fois cette technique. En effet, ces contes et anecdotes aident à mieux comprendre la situation dramatique, en même temps qu’ils sont un autre moyen pour capter l’attention du public.  L’histoire d’Ibrahim et Satan ou celui de Platon et ses habits en sont des exemples.

Une dernière technique qui contient les précédentes est l’effet de la distanciation au cours de la narration. Les aller-retour entre la réalité de la vie quotidienne et les événements fantaisies et fantastiques du récit, s’amuser avec le public et s’adresser à eux et perturber le flux émotionnel en arrêtant la narration, ce sont les facteurs qui produisent un effet de la distanciation permettant au public à avoir un recule envers le récit. Nous pouvons associer cette technique à une fonction de la narration des contes qui consiste à donner les leçons éthiques, créer et garder une identité culturelle, encourager les gens de la communauté à défendre les valeurs de la société et d’une manière générale faire apprendre le savoir-être.

Ces quelques éléments abordés ci-dessus, bien entendu, ne résument pas tous les aspects techniques de la performance des Bakhshi, et dans notre cas, ceux de Alireza Gholamrezai Almajoughi. Par ailleurs, il convient à ajouter que les caractéristiques techniques des grands Bakhshi sont spécifiques à eux même. Nous pouvons observer cette variation surtout en comparant les performances des Bakhshi dans les différentes régions du Khorassan septentrional. C’est pour cette variation que je suis persuadé que la documentation audiovisuelle de l’art de tous ces grands Bakhshi a une importance cruciale pour cette tradition. La disparition de ces maîtres, en effet, est la plupart du temps égal de la disparition d’un style de narration et les enregistrements sonores ne suffiront pas pour démontrer tous les aspects de leur art.


Bibliographie

  • YOUSSEFZADEH, Ameneh, Les bardes du Khorassan iranien : le bakhshi et son répertoire, Paris : Peeters France, 2002.
  • HEDAYATIFAR, Kaveh, « Les apports des traditions performatives et musicales iraniennes au sein du processus de création de l’acteur », thèse de doctorat en Arts du spectacle, sous la direction d’Isabelle Starkier, Université Evry-Paris-Saclay, NNT : 2021UPASK002.

Notes

  1. Voir ses précédentes contributions : Observation sur le statut de chercheur sur le terrain à travers une expérience cinématographique et La documentation audiovisuelle des traditions musicales en Iran. []
  2. Instrument de famille des luths à long manche qui comporte une caisse en forme de poire, un manche et deux cordes de même diamètre. []
  3. La présence du mot Bakhshi en Asie centrale, chez les Kazakhs, les Kirghizes, les Ouzbeks, les Karakalpaks, les Turkmènes, les Afghans, les Tadjiks et aussi au Xinjiang au Turkestan chinois. (YOUSSEFZADEH, p. 52). Zhirmunsky souligne à propos de ce mot que : « en Asie centrale, le mot Bakhshi désigne les deux fonctions de chaman et chanteur d’épopée ». Ibid. []
  4. La région aujourd’hui partagé entre l’Iran, Afghanistan, Tadjikistan, Ouzbékistan et Turkménistan. []
  5. Cette partie a été tirée de la thèse doctorat de l’auteur « Les apports des traditions performatives et musicales iraniennes au sein du processus de création de l’acteur ». []
  6. Cela ne veut pas dire qu’aucune captation n’existe pas. Par contre, ces captations ne sont pas publiées jusqu’à aujourd’hui. []
  7. Dans les cahiers des Bakhshi l’histoire n’est pas écrit mot à mot et ils contiennent plutôt les poèmes. De toute façon, ils ne lisent pas le récit et les cahiers les aides à remémorer la totalité de l’histoire et choisir les poèmes en fonction de la durée de la performance. []

Parution : André Antoine au cinéma. Une méthode expérimentale

Manon Billaut, qui fut chercheuse associée puis invitée de la BnF pour son projet intitulé L’émergence d’une figure de metteur en scène : L’œuvre cinématographique d’André Antoine dans le courant réaliste du cinéma français des années 1910-1920, publie un ouvrage tiré de sa thèse sur l’expérience cinématographique d’André Antoine dans une perspective centrée sur la pratique expérimentale d’Antoine au théâtre et au cinéma.  Cette recherche a été menée en grande partie à partir du fonds Antoine du département des Arts du spectacle de la BnF.
 

André Antoine au cinéma
André Antoine au cinéma

Argument

Célèbre dans l’histoire du théâtre pour avoir fondé en 1887 le Théâtre-Libre qui révolutionna la mise en scène moderne, André Antoine consacra la dernière partie de sa vie au cinéma et à la critique, tournant huit ­films entre 1915 et 1922. Inspiré par les théories naturalistes d’Émile Zola, il appliqua au nouvel art une méthode rigoureuse reposant sur l’expérience du milieu, dans la continuité de sa pratique théâtrale. L’ouvrage analyse l’opération cinématographique qu’Antoine mobilise à chacun de ses ­films selon le protocole expérimental qui lui est propre : investigation, écriture, tournage et direction d’acteurs. C’est l’objet de cet ouvrage de dé­finir cette méthode, de ses origines scienti­fiques à son application par le metteur en scène dans le domaine du théâtre, et surtout du cinéma. L’étude repose sur une analyse approfondie des ­films, des documents de production, des archives personnelles d’Antoine et de ses nombreux écrits.

Manon Billaut est responsable de la collection films de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Elle a soutenu une thèse sur la pratique cinématographique d’André Antoine à l’Université Paris 3 en 2017, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France et de la Cinémathèque française. Croisant les sources lm et non- lm, ses recherches portent sur les rapports entre théâtre et cinéma, et documentaire et fiction dans le cinéma muet. Elle est membre du conseil d’administration de l’AFRHC et de Kinétraces.

Informations pratiques

  • Editeur : Sesto San Giovanni : Mimésis
  • Date de parution : 4 mai 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (286 p.) : ill., couv. ill. ; 21 cm
  • ISBN 9788869762536
  • Prix : 20 €
André Antoine au cinéma : 4e de couv.
André Antoine au cinéma : 4e de couv.

Parution : Reynaldo Hahn

Musicologue, Philippe Blay est conservateur en chef au département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France. Il consacre ses recherches à Reynaldo Hahn et au théâtre lyrique en France sous la Troisième République1. Aujourd’hui, il fait paraître une biographie de Reynaldo Hahn.

Argument

Très éloigné d’ouvrages superficiels, mettant en valeur le milieu littéraire et mondain dans lequel évoluait Reynaldo Hahn, cet ouvrage rend pleinement justice à une personnalité notable de la vie musicale en France, compositeur éclectique aux activités multiples, qui a œuvré au tournant de deux siècles.

Reynaldo Hahn (1874-1947) est longtemps demeuré attaché à la seule figure d’un musicien mondain, compositeur précoce fêté dès son enfance dans les salons parisiens. La postérité de ce spirituel et distingué Vénézuélien d’origine juive allemande, affectionné et admiré de Massenet et d’Alphonse Daudet, ne semblait pouvoir dépasser son affinité première avec la poésie de Verlaine, sa relation amoureuse avec Marcel Proust et sa fervente amitié pour Sarah Bernhardt. Incarnation immuable de la Belle Époque, il était rivé à quelques mélodies à succès et une opérette célèbre, Ciboulette, qui l’érigeait en nouvel André Messager.
Aujourd’hui pourtant, la musique de Reynaldo Hahn séduit une nouvelle génération d’interprètes et sa stature est reconsidérée, notamment en ce qui se rapporte à ses échanges intellectuels et esthétiques avec Proust. Cette biographie se propose, en revenant aux sources –  dont son journal inédit  – et en ne s’aliénant pas aux clichés, de retrouver l’artiste sous le personnage. Autrement dit le créateur d’une œuvre multiple, riche de bien d’autres poèmes vocaux et ouvrages lyriques que ceux toujours entendus, où le ballet côtoie l’oratorio et le quatuor à cordes. Certaines œuvres, comme Sagesse ou La Corsaire,sont étudiées ici pour la première fois. On découvrira également un interprète d’exception et un homme de lettres accompli, chanteur-né, chef d’orchestre et directeur musical de grande envergure, critique musical influent et alerte conférencier.
Restait à faire apparaître sous le plastron du contempteur brillant d’une modernité de commande, acteur incontournable de la vie musicale de l’entre-deux-guerres et parangon incontesté de l’esprit français le plus piquant, un être voué à l’art s’exprimant par nécessité intérieure. Fidèle à une conception non progressiste de la beauté et meurtri face à une époque d’intenses mutations qui ne lui correspondait pas, Reynaldo Hahn s’est voulu à la fois un éclectique et un classique.

Pour en savoir plus

  • Editeur : Paris : Fayard
  • Date de parution : 5 mai 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (712 p.) : couv. ill. ; 15 x 24 cm
  • Collection : Musique
  • EAN : 9782213622620
  • Prix imprimé : 28.00 € ; prix numérique : 18.99 €
  1. Voir ses publications, https://experts.bnf.fr/page_personnelle/philippe-blay []

Histoire croisée du Collège de France et de la Bibliothèque nationale de France : journée d’étude (14/6)

Organisée dans le cadre de « Passage des disciplines : histoire globale du Collège de France, XIXe-XXe siècle » par le professeur Antoine Compagnon, Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie et le Comité d’histoire de la Bibliothèque nationale de France.

Programme

9h30 Ouverture
Antoine Compagnon, Collège de France
Laurence Engel, Bibliothèque nationale de France

10h15 « Relations pluriséculaires entre le Collège de France
et la Bibliothèque nationale de France »
Isabelle le Masne de Chermont, Bibliothèque nationale de France
Céline Surprenant, Collège de France

11h15 Pause-café

11h30 « Sources archivistiques du Collège de France
et de la Bibliothèque nationale de France »
Anne Leblay-Kinoshita, Bibliothèque nationale de France
Christophe Labaune, Collège de France

12h30 Déjeuner

14h « Les textes réglementaires sous le Second Empire,
Collège de France (1857) et Bibliothèque impériale
(1858) »
Marie de Séverac, Bibliothèque nationale de France
Cécile Fabris, Archives nationales

15h « Émergence des domaines disciplinaires.
À la croisée des chaires et des collections.
Les collections d’hébreu »
Hervé Gonzalez, Collège de France
Laurent Héricher, Bibliothèque nationale de France

16h Pause

16h15 « Constitution du fonds papyrologique de la
Bibliothèque nationale de France et naissance d’une
nouvelle discipline »
Julien Auber de Lapierre, Bibliothèque nationale
de France / Collège de France
Christian Förstel, Bibliothèque nationale de France

16h45 « L’image de la Bibliothèque nationale et du Collège
de France dans la presse sous le Second Empire »
Agnès Sandras, Bibliothèque nationale de France

17h15 Conclusion

Informations pratiques

  • Collège de France – 11, place Marcelin-Berthelot – Lundi 14 juin 2021 – Salle 2
  • En fonction de la situation sanitaire, en lien de connexion pourra être fourni ultérieurement, permettant de suivre la journée à distance.

Organisateurs

Soutenance de thèse de doctorat : Frédéric Martin

Le mardi 27 avril, Frédéric Martin, directeur du département de l’Accueil, de l’orientation et de la billetterie de la BnF, soutiendra sa thèse de doctorat en littérature française intitulée Les politesses du seuil : étude littéraire et répertoire bibliographique des pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques en France (1598-1630) ; graphe social des amitiés poétiquesmenée sous la direction de M. Patrick Dandrey, professeur émérite de littérature française, Sorbonne Université.

Résumé

Cette thèse porte sur les pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques publiés en France entre 1598 et 1630. Elle comporte trois volets : un répertoire bibliographique qui recense 988 poèmes amicaux, issus de la consultation de 213 éditions ; une étude littéraire portant sur différents aspects de cette composante de l’appareil péritextuel ; un graphe social représentant, de manière dynamique, l’ensemble des liens de sociabilité que révèlent les poèmes d’éloge liminaires, c’est-à-dire le réseau social public des amitiés poétiques.
L’étude littéraire analyse, en premier lieu, le péritexte amical en tant qu’objet éditorial, inscrit dans une stratégie « marketing » et relevant d’une captatio benevolentiae déléguée à des tiers. Un partage des responsabilités s’opère entre l’imprimeur-libraire, l’auteur du recueil, et celui du poème liminaire. En second lieu, nous étudions les principes rhétoriques, poétiques et topiques concourant à la composition de l’éloge du poète. Une écriture fortement codifiée, tant dans ses procédés stylistiques que dans ses référents topiques, dessine le portrait du poète idéal. Enfin, nous nous attachons à caractériser les cercles d’amitiés poétiques, qui ne témoignent pas uniquement d’une volonté de reconnaissance par les pairs, mais d’un souhait d’ouvrir les pages du recueil à l’entourage, à la famille, aux connaissances professionnelles, sollicités comme témoins de moralité plutôt que prescripteurs littéraires. Les mentions accompagnant de nombreux poèmes liminaires livrent de précieuses informations sur les qualités et professions des amis du poète, révélant ainsi les spécificités de leurs positions sociales.

Soutenance

  • Mardi 27 avril 2021 à 13 h
  • La soutenance se déroulera en visio-conférence : https://bnf-fr.zoom.us/j/91730347643?pwd=V3pCT2xueExBeTVQb2t5QUVSUHZ1Zz09
  • Identifiant de réunion : 917 3034 7643
  • Code : 945926

Composition du jury

  • M. Patrick Dandrey, professeur émérite, Sorbonne Université
  • Mme Emmanuelle Bermès, conservatrice générale des bibliothèques, BnF
  • M. Alain Génetiot, professeur, Université de Lorraine
  • M. Glenn Roe, professeur, Sorbonne Université
  • M. Bernard Teyssandier, professeur, Université de Reims Champagne-Ardennes

Position de thèse

Addendum du 27/4

  • Après délibération, le jury a déclaré Frédéric Martin digne du titre de docteur et, malgré la disparation des mentions, lui a décerné ses félicitations.
  • Pour consulter le graphe produit pour la thèse, http://these.acalon.fr/

Voir aussi

Bibliothèque et Archives nationales en France sous l’Occupation : un itinéraire comparé

Dans le cadre du séminaire « Patrimoine spolié pendant la période du nazisme (1933-1945) » organisé en lien avec l’Institut national du patrimoine et la Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 du ministère de la Culture, Anne Leblay-Kinoshita (conservatrice du patrimoine, Bibliothèque nationale de France) et Yann Potin (archiviste, historien, Archives nationales et Université Paris-Nord) proposeront un regard croisé sur la Bibliothèque nationale et les Archives nationales sous l’Occupation.

Bernard Faÿ dans la salle ovale de la Bibliothèque nationale (s. d., vers 1941)
Bernard Faÿ dans la salle ovale de la Bibliothèque nationale (s. d., vers 1941)

Argument

Bibliothèque et Archives nationales en France sous l’Occupation : un itinéraire comparé (projet Prometeus, labex « Passés dans le Présent »)

Prometeus – « Protéger la mémoire de la Nation » du temps de l’Occupation, études et usages : Archives nationales et Bibliothèque nationale à l’ombre de l’histoire (1940-1994) – est un projet de préfiguration, qui réunit plusieurs partenaires (AN, BnF, IHTP, INHA) et a pour objet d’interroger l’histoire des fonds et les politiques d’acquisition des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale à l’aune de leurs activités et de leur fonction durant l’Occupation. Ces deux institutions régaliennes du patrimoine écrit n’ont pas connu un destin identique durant la période : généralement présenté comme une parenthèse dans l’histoire des deux institutions, le temps de l’Occupation et de la Libération marque durablement leur structure et modifia considérablement les pratiques professionnelles mises en œuvre depuis lors, tant sur la question des provenances que sur celle de l’accessibilité des fonds et des collections. Cette intervention sera l’occasion de dresser le bilan des questions soulevées et des pistes de recherche ouvertes par une recherche d’histoire institutionnelle comparée, à partir d’une situation mémorielle historiographique singulière.

Modalités pratiques

Appel BnF/Translitterae 2021 pour un contrat postdoctoral

Pour la deuxième année consécutive, la BnF et l’Eur Translitteræ (PSL) s’associent pour faire bénéficier d’un contrat postdoctoral un jeune chercheur intéressé par un travail à la croisée des thématiques de l’Eur et des collections de la BnF, en particulier les fonds rares ou inédits

Translitteræ explore les Humanités du point de vue des circulations dont elles résultent et analyse la constitution des disciplines comme le résultat de processus permanents de transferts. Elle est organisée autour de quatre volets thématiques : Textes en translation, Histoires et transferts, Pensée critique transdisciplinaire, Humanités, sciences et techniques.

Modalités

Le concours est ouvert à tous les chercheurs‐euses, sans distinction de nationalité, ayant soutenu leur thèse de doctorat dans une université française ou étrangère après le 01/01/2016.

Chaque dossier de candidature comportera les 6 pièces suivantes rassemblées sous la forme d’un document unique sous format .pdf :

  1. Un curriculum vitae et une liste des publications ;
  2. La copie du diplôme de doctorat (les candidats n’ayant pas la copie du diplôme le 1er juin 2021 peuvent l’envoyer jusqu’au 16 juin 2021 minuit) ;
  3. Le rapport de soutenance (pour les thèses soutenues en France) ;
  4. Le projet de recherche d’un maximum de 20 000 signes en comptant les espaces, mais sans compter la bibliographie ; la définition du ou des fonds proposés à l’étude, le type de traitement et de valorisation de ces fonds envisagé, ainsi que l’adéquation avec les axes thématiques de l’EUR devront être clairement explicités ;
  5. Une lettre de motivation, en français ou en anglais ;
  6. Une publication significative.

Date limite du dépôt du dossier de demande : 1er juin 2021 minuit, pour tous les dossiers. 

Informations complémentaires

Le contrat est proposé pour une durée d’un an, ouvert à partir du 1er septembre 2021. Le recrutement se fait sous la forme d’un contrat ENS à durée déterminée. Le montant net de la rémunération mensuelle s’élève à 2 200 €. Un présentiel à mi-temps dans un département de collections de la BnF est exigé, ainsi qu’une participation aux activités de Translitteræ : par exemple, cours en langue étrangère, encadrement de groupes de travail, organisation du colloque annuel de l’EUR… La définition de ces fonctions sera fixée en concertation avec le bénéficiaire.

Les candidats peuvent à la fois proposer spontanément des sujets d’étude ou choisir parmi les cinq sujets proposés ci-dessous par la BnF dont la présentation complète est accessible en suivant ce lien (Appel 2021_1_SujetsBnF) : 

  1. L’édition en hébreu dans l’Occident chrétien du XVIe siècle
  2. L’histoire de la traite négrière et de son abolition, à travers le fonds de l’abbé Grégoire
  3. Construire, reconstruire une bibliothèque : les scientifica des jésuites
  4. La presse en yiddish des années 1880 à la fin des années 1960
  5. Reconstitution d’une bibliothèque savante du XXe siècle : Maxime Rodinson

En 2020-2021, le département de la Musique de la BnF, le laboratoire THALIM et l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM) accueillent dans ce cadre Sarah Hassid, qui contribue par sa recherche à la redécouverte d’un compositeur et musicographe majeur du XIXe siècle, pionnier dans maints domaines : Jean-Georges Kastner.

Offre d’emploi : Coordinateur.trice du projet ResPaDon

Le SCD de l’Université de Lille et la Bibliothèque nationale de France recrutent le coordinateur du projet ResPaDon, financé par le GIS CollEx-Persée.

Le poste est un CDD d’une durée de 2 ans, sur profil Ingénieur de recherche ou conservateur. Il est rattaché administrativement à l’Université de Lille, mais physiquement localisé à la Bibliothèque nationale de France, à Paris.

Le Service commun de documentation de l’université de Lille

Le SCD de l’université de Lille développe une stratégie documentaire axée sur le service à l’usager. Structuré autour de quatre grands équipements documentaires de la métropole lilloise – LILLIAD Learning center Innovation, la BU Sciences Humaines et Sociales, la BU Droit-Gestion et la BU Santé -, il est composé d’une équipe de plus de 200 personnes.
Au sein du SCD, le département Services à la recherche et aux chercheurs coordonne et développe l’offre de services, d’outils et de formations pour le public des chercheurs, des doctorants et des personnels de recherche : pratiques de la science ouverte (accompagnement de projets, archives ouvertes, données de recherche, aide à la publication …), numérisation de corpus, diffusion des thèses et mémoires, identifiants chercheurs, nouvelles approches bibliographiques…

La Bibliothèque nationale de France

La Bibliothèque nationale de France collecte le web français, dans le cadre de sa mission de dépôt légal, depuis la loi DADVSI votée en 2006. Ses collections se composent d’une trentaine de milliards de fichiers recouvrant des contenus très divers : texte, image fixe, mais aussi son et vidéo. Le volume de ces collections atteint plus d’un pétaoctet. La BnF développe également une nouvelle offre de services, le BnF Data Lab, pour des équipes de recherche nécessitant des services spécifiques : collecte ou extraction de corpus à la demande ; accompagnement technique, juridique ou scientifique ; accueil dans les espaces physiques de la BnF ; infrastructure informatique de type cloud ; outils pour la fouille de données et l’intelligence artificielle.

Le projet ResPaDon

ResPaDon est un projet financé par le GIS Collex-Persée, porté par l’Université de Lille et la Bibliothèque de France, en partenariat avec Sciences Po Paris et le Campus Condorcet. Il vise à développer et à diversifier les usages par les chercheurs des archives du web collectées et conservées par la Bibliothèque nationale de France : développement des pratiques de recherche, de nouvelles approches autour des archives du web, de nouvelles formes d’exploitation. Associant professionnels de l’information scientifique et technique et chercheurs, le projet se construit autour d’un réseau de partenaires et se compose d’une étude sur les usages, de plusieurs expérimentations et de temps d’échanges et de formations.

En savoir plus sur le projet : https://www.collexpersee.eu/projet/respadon/

Vos missions

Comme coordinateur.trice du projet, vous assurez l’organisation opérationnelle et le suivi des actions relatives au projet ResPaDon.

Vos activités

Sous la responsabilité hiérarchique de la responsable du Département Services à la recherche et aux chercheurs du SCD de l’Université de Lille, vous entretenez des relations fonctionnelles étroites avec les équipes de la Bibliothèque nationale de France et des partenaires du projet.

Vous :

  • Assurez la coordination du projet et des 5 work packages qui le composent, en relation avec les partenaires du projet : BnF, SCD de l’Université de Lille, laboratoire GERiiCO, Sciences Po Paris, Medialab, Campus Condorcet ;
  • Apportez un support et un soutien aux partenaires du projet dans la réalisation des actions relatives au projet ResPaDon : participation à la mise en oeuvre des actions relatives au projet, organisation des événements (journée de lancement, enquête sur les usages, datasprint, séminaires réguliers, colloque final…) ;
  • Assurez le suivi des tâches administratives et budgétaires liées au projet et coordonnez la rédaction des livrables correspondants (bilans financiers…) ;
  • Coordonnez et mettez en oeuvre la communication autour du projet et de ses réalisations : actions de communication en propre, coordination avec les partenaires pour la communication sur leurs réseaux.

Votre profil

  • De formation supérieure en sciences de l’information ou en humanités numériques, vous pouvez justifier d’une première expérience professionnelle impliquant des capacités d’organisation et d’autonomie.

Vos connaissances

  • Vous avez une connaissance du monde de la recherche et du champ des humanités numériques. Vous connaissez les collections numériques de la BnF, en particulier les archives du web.
  • Vous êtes à l’aise avec les outils numériques et disposez de notions en matière de gestion des données, de fouille de texte et d’intelligence artificielle.

Vos compétences

  • Vous savez mener un projet complexe, impliquant plusieurs acteurs, et animer le réseau qui le porte.
  • Votre esprit de synthèse et vos capacités de rédaction vous permettront d’assurer les points d’étape, de porter la communication interne et externe du projet, de rendre compte aux différents partenaires.
  • Autonome, ayant le sens des initiatives, vous disposez d’une grande capacité d’adaptation.

Contraintes spécifiques

Le poste est localisé géographiquement à Paris à la Bibliothèque nationale de France. Il implique des interactions fortes avec les équipes de l’Université de Lille et des déplacements réguliers entre Paris et Lille.

Renseignements

Marie-Madeleine Géroudet, Responsable du Département Services à la recherche et aux chercheurs, SCD de l’université de Lille
marie-madeleine.geroudet@univ-lille.fr

Pour candidater

Merci d’envoyer votre CV et votre lettre de motivation détaillés à candidature-biatss@univ-lille.fr avant le 12 avril 2021 en précisant les références de l’offre en objet :
2021-583579 Coordinateur du projet ResPaDon

  • Catégorie d’emploi : Catégorie A – Ingénieur de recherche ou conservateur
  • BAP / Domaine d’activités : filière Bibliothèques ou BAP F
  • Localisation : Bibliothèque nationale de France, site Tolbiac, Paris
  • Durée prévisionnelle du contrat : CDD du 15 avril 2021 au 15 avril 2023

Appel à communications : Journées numismatiques de Metz

Les prochaines Journées numismatiques se tiendront normalement à Metz les vendredi 4, samedi 5 et dimanche 6 juin prochain. Elles sont organisées en partenariat avec le Musée de la Cour d’Or-Metz Métropole.

Les séances de communications se tiendront les vendredi après-midi et samedi après-midi. Dix communications sont prévues pour être publiées ensuite dans le Bulletin de la Société française de Numismatique (n° 76-6).

La Société française de Numismatique lance donc à cette occasion un appel à communications. Nous rappelons que :

  1. Les propositions de communications sont à faire parvenir au secrétariat de la SFN, de préférence par voie électronique (sfnum@hotmail.fr) avant le 15 avril 2021.
  2. Dans l’esprit des Journées, les communications portant sur la numismatique locale et régionale sont privilégiées et ouvertes aux membres comme aux non-membres de la SFN.
  3. Dans le cas où plus de dix propositions de communications seraient proposées, un comité scientifique de sélection sera mis en place.

Transcrire les carnets d’Antoine d’Abbadie (1837-1848)

Le projet de recherche MSS-Abbadie a pour objectif de transcrire, analyser et éditer les carnets de notes du savant voyageur Antoine d’Abbadie qui séjourna en Éthiopie de 1837 à 1848. Il s’inscrit dans le cadre du plan quadriennal de la Recherche 2020-2023 de la BnF. Le dispositif engagé depuis 1994 permet de conduire des programmes de recherche autour de l’histoire et l’analyse des collections de la BnF et autour des sciences du livre et des bibliothèques. Le projet MSS-Abbadie bénéficie d’un partenariat avec le CNRS et l’INHA. 

Éthiopie : Carte N°4, Dambya et Lasta par Antoine d’Abbadie, Paris, 1866
Éthiopie : Carte N°4, Dambya et Lasta par Antoine d’Abbadie, Paris, 1866

Des carnets riches mais peu exploités

À cette période, très peu de voyageurs avaient encore séjourné dans la Corne de l’Afrique, ce qui fait d’Antoine d’Abbadie un pionnier. Ces carnets sont le fruit d’une intense activité scientifique : notes sur l’histoire des peuples éthiopiens, leurs langues, leur histoire, descriptions presque ethnographiques, relevés des droits de douanes et de marchés, relevés géographiques, listes de vocabulaire, notes sur la culture livresque, données économiques et sociales… ces notes couvrent des champs très divers. À l’exception des relevés géographiques, ces observations scientifiques furent peu réutilisées par Antoine d’Abbadie lui-même et très peu ensuite par les générations suivantes de chercheurs. Il y a une raison très concrète à cela : rédigées d’une écriture serrée, minuscule mais lisible, ces milliers de pages fragiles défiaient les chercheurs. La génération des reproductions en microfilms noir et blanc n’avait pas réellement rendu la consultation de ces écrits plus facile. Les numérisations couleur en haute définition adjointes aux outils de transcription collaborative permettent aujourd’hui de relever le défi et de mettre à disposition de la recherche le contenu de ces cahiers. Sur la vingtaine de carnets conservés au Département des Manuscrits de la BnF, 17 sont aujourd’hui numérisés et accessibles sur Gallica

Un outil de transcription collaborative 

Éditer de manière électronique pour rendre facilement accessible à tous le contenu de ces carnets constitue un défi par son ampleur. À l’écriture foisonnante tapissant les milliers pages dans tous les sens, s’ajoutent des croquis, des notations dans des langues et des écritures différentes, des tableaux… Le projet fait donc appel au plus grand nombre pour participer à la redécouverte de l’Éthiopie du début du 19è siècle dans les pas d’Antoine d’Abbadie sous la forme de la transcription collaborative. Il s’agit déchiffrer les notes de l’explorateur et les saisir de manière informatique sur une plateforme commune ouverte à tous. Cinq premiers carnets viennent d’être mis en ligne sur Transcrire.  

La plate-forme de crowdsourcing Transcrire a été développée dans le cadre du Consortium « Archives des ethnologues » afin de permettre la transcription des carnets de notes des voyageurs et scientifiques. Après plusieurs années d’existence qui ont permis de valider l’intérêt de la méthode, elle vient de faire peau neuve grâce à un financement Collex-Persée.  

Transcription en cours sur Transcrire
Transcription en cours sur Transcrire

Les carnets d’Antoine d’Abbadie vont être mis à disposition de la communauté des transcripteurs/trices progressivement et seront tous en ligne sur Transcrire d’ici la fin de l’année 2021. Il n’est pas exclu qu’à terme les correspondances scientifiques viennent les y rejoindre.  Ouvrir la transcription à un large public, spécialiste ou amateur, permet à chacun-e de transcrire en fonction de ses intérêts, de ses compétences et aussi tout simplement de sa disponibilité. 

Transcrire ces cahiers a pour objectif premier d’obtenir un texte exploitable c’est-à-dire dans lequel on puisse mener des recherches et qui soit éditable. Par ailleurs, la nouvelle version de Transcrire a l’avantage de conserver l’historique des contributions et permettra ainsi de créditer les transcripteurs/trices.  

Et ensuite ? 

Il était initialement prévu d’organiser plusieurs ateliers de transcription collective, ou « transcrithon ». En effet, ces événements permettent de répondre aux nombreuses questions que peuvent susciter le travail autour de textes complexes et hétérogènes (travail en cours d’élaboration, multiples graphies et signes diacritiques variés, découverte progressive des langues et des régions par Antoine d’Abbadie, mise en ordre des notes selon un système complexe, diversité des types de carnets, etc.). Les transcrithons sont aussi l’occasion de fédérer la communauté des transcripteurs/trices, et il est prévu d’en organiser un au splendide château d’Abbadia à Hendaye en fin de projet. Ces étapes ne sont pas abandonnées mais le contexte sanitaire actuel en repousse la réalisation à des dates inconnues.  

Dans un second temps, il s’agira d’éditer le texte transcrit en le structurant et en l’annotant. L’édition électronique en XML-TEI paraît particulièrement adaptée afin de créer un document numérique qui puisse être analysé, diffusé et édité.  

Mathilde Alain (assistante de recherche, BnF), Vanessa Desclaux (conservatrice département des manuscrits, BnF), Fabrice Melka (CNRS, IMAF), Anaïs Wion (CNRS, IMAF) 

Fil twitter : https://twitter.com/TranscrireAdA  

Participer à la transcription des carnets : http://transcrire.huma-num.fr/  

Colloque : Archives audiovisuelles de la littérature (14-16/4)

Archives audiovisuelles de la littérature
Archives audiovisuelles de la littérature

Programme

Mercredi 14 avril

UTC-5 ı UTC+1

  • 8h00 ı 14h00 – Accueil des participants
  • 8h15 ı 14h15 – Selina Follonier (Université de Lausanne – FNS), Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke), Karim Larose (Université de Montréal) – Introduction

Archives sonores et radio

Modération : Galia Yanoshevsky (Université Bar-Ilan)

  • 8h30 ı 14h30 – Jeanne Bovet (Université de Montréal), « Poétique de l’archive vocale »
  • 9h10 ı 15h10 – Céline Pardo (Sorbonne Université), « Archives de voix : quelles mémoires pour les voix d’écrivains ? » 
  • 9h50 ı 15h50 – Luce Roudier (Université Paris Nanterre), « “Attention voici le texte, top.” : en écoutant les rouleaux de cire de Marcel Allain »
  • 10h30 ı 16h30 – Pause

Modération : Jean-Marc Larrue (Université de Montréal)

  • 10h40 ı 16h40 – Caroline Loranger (Université du Québec à Montréal), « Le temps long du radioroman : comment appréhender le travail littéraire des archives radiophoniques ? »
  • 11h20 ı 17h20 – Marie-Madeleine Mervant-Roux (CNRS), « Des sons doublement oubliés (par les théâtrologues et par les littéraires) : les archives audio du théâtre »
  • 12h00 ı 18h00 – Pause

Bibliothèques et archives

Modération : Karim Larose (Université de Montréal)

  • 12h20 ı 18h20 – Stéphane Lang (BAC), Bibliothèque et Archives Canada (BAC)
  • 13h00 ı 19h00 – Pascal Cordereix et Alexia Vanhée (BnF), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Jeudi 15 avril

Archives cinématographiques

Modération : Jean-Louis Jeannelle (Sorbonne Université)

  • 8h00 ı 14h00 – Dominique Vaugeois (Université Rennes 2), « Faire son cinéma : la citation audiovisuelle dans le texte critique »
  • 8h40 ı 14h40 – Marion Brun (Université Polytechnique Hauts-de-France), « Archives des autres et archives de soi : Sacha Guitry à l’épreuve de la postérité »
  • 9h20 ı 15h20 – Pause
  • 9h30 ı 15h30 – Sylvain Dreyer (Université de Pau et des Pays de l’Adour), « Filmer Jean Genet »
  • 10h10 ı 16h10 – Jean Cléder (Université Rennes 2), « Archiver l’œuvre ou œuvrer l’archive : les travaux de Michelle Porte sur la littérature »
  • 10h50 ı 16h50 – Pause

Archives littéraires et éditoriales

Modération : Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke)

  • 11h10 ı 17h10 – Laurence Boudart (AML), Archives et Musée de la littérature (AML)
  • 11h50 ı 17h50 – François Bordes (IMEC), Institut Mémoires de l’Édition contemporaine (IMEC)

Vendredi 16 avril 

Numérique et exposition

Modération : François Jost (Université Sorbonne-Nouvelle)

  • 8h00 ı 14h00 – Pierre-Marie Héron (Université Paul Valéry – Montpellier 3), « Entre art et mémoire : parcours de quelques séries d’archives, expositions sonores et grandes rétrospectives à la radio française avant l’ère numérique »
  • 8h40 ı 14h40 – Stéphane Benassi (Université de Lille), « Les écrivains à l’œuvre sur Instagram »
  • 9h20 ı 15h20 – Matteo Treleani (Université Côte d’Azur), « La migration des images du passé : réflexions sur la médiatisation du patrimoine audiovisuel »
  • 10h00 ı 16h00 – Pause

Projets

Modération : Selina Follonier (Université de Lausanne)

  • 10h10 ı 16h10 – Rudolf Probst (Archives littéraires suisses) et Félix Rauh (Memoriav), Projet « IMVOCS (Images et voix de la culture suisse) »
  • 10h50 ı 16h50 – Aurèle Crasson (ITEM, CNRS), « Filmer la recherche en acte, les manuscrits des écrivains à l’épreuve de leurs lectures »
  • 11h30 ı 17h30 – Pause
  • 11h50 ı 17h50 – Michel Murat (Sorbonne Université), Projet « Archives sonores de poésie » (OBVIL, Sorbonne Université)

Archives audiovisuelles

Modération : François Vallotton (Université de Lausanne)

  • 12h30 ı 18h30 – Matthieu Garrigou-Lagrange (France Culture), France Culture
  • 13h10 ı 19h10 – Géraldine Poels et Lisa Pfeiffer (Ina), Institut national de l’audiovisuel (Ina)
  • 14h00 ı 20h00 – Discussion et Clôture du colloque

Modalités pratiques

Organisation

  • Selina Follonier (Université de Lausanne – FNS)
  • Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke)
  • Karim Larose (Université de Montréal).

Faire réseau autour des archives du web, usages et opportunités : journée de lancement du projet ResPaDon (17/05)

Financé par le GIS Collex-Persée, porté par l’Université de Lille et la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec Sciences Po Paris et le Campus Condorcet, le projet ResPaDon (Réseau de Partenaires pour l’analyse et l’exploration de données numériques) vise à développer et à diversifier les usages par les chercheurs des archives du web collectées et conservées par la Bibliothèque nationale de France : développement des pratiques de recherche, nouvelles approches autour des archives du web, nouvelles formes d’exploitation. Associant chercheurs et professionnels de l’information scientifique et technique, le projet se construit autour d’un réseau de partenaires et se compose d’une étude sur les usages, de plusieurs expérimentations et de temps d’échanges. Il mobilise en particulier les équipes de recherche du medialab et du laboratoire GERiiCO.

Dans un format entièrement virtuel, la journée de lancement a pour objectif d’engager la construction d’une communauté d’acteurs autour du projet et de ses différentes phases. Elle permettra de dresser l’état des lieux de la constitution des archives du web et de leurs usages et d’explorer de nouvelles potentialités de recherche autour des archives du web. Elle sera également l’occasion pour tous les acteurs de découvrir le projet ResPaDon et de s’inscrire dans le réseau en cours de création.

  • Vous êtes chercheur ou chercheuse : vos pratiques de recherche vous ont déjà rendu familiers des archives du web ? Vous souhaitez découvrir ces corpus et voir comment les utiliser dans le cadre de vos recherches ? Cette journée vous permettra de participer à des premiers échanges sur les archives du web, leur constitution et leurs usages. Ces échanges se poursuivront ensuite à différentes étapes du projet.
  • Vous êtes professionnel(le) de l’information scientifique : cette journée vous permettra de découvrir le projet ResPaDon et la place que peuvent y tenir les professionnels de l’information et des bibliothèques, et de vous inscrire dans la démarche en cours.

Programme prévisionnel

  • 9h15 : Ouverture de la journée par Julien Roche, directeur du Service Commun de Documentation de l’Université de Lille
  • 9h25 : Session 1. Les archives du web : perspectives croisées pour un état des lieux
    Interventions d’Olga Holownia (International Internet Préservation Consortium) et Benoît Tuleu (Bibliothèque nationale de France)
  • 10h30 : Pause
  • 11h : Session 2. Les usages des archives du web dans la recherche : quelques exemples
    Animation par Laurence Favier (ULR GERiiCO, Université de Lille)
    Cette session sera composée de présentation de travaux de chercheurs de différentes disciplines ayant mobilisé les archives du web dans leurs travaux. Elle sera suivie d’un échange sur les possibilités ouvertes par les archives du web et les limites actuelles à leur utilisation.
    Liste des intervenants en cours de finalisation : Christian Bonah (Université de Strasbourg), Fabienne Greffet (Université de Lorraine), Emmanuel Cartier (Université de Paris 13)
  • 12h30 : Pause déjeuner
  • 13h45 : Présentation du projet ResPaDon
    Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France) et Marie-Madeleine Géroudet (Université de Lille), coordinatrices du projet
  • 14h : Session 3. Une approche transversale sur les usages des archives du web / Niels Brugger (Université d’Aarhus)
  • 14h45 : Session 4. Trois rendez-vous thématiques en parallèle
  • Littératures numériques et expression de soi durant le confinement
    Le confinement, parce qu’il a pu laisser du temps et parce qu’il a été vécu chez soi de manière connecté, a constitué une expérience inédite de créativité instantanée sur le web mais aussi d’injonction à la créativité.
    Intervenants : Valérie Beaudouin (Télécom ParisTech), Christian Cote (Université Lyon 3) et Christine Genin (Bibliothèque nationale de France) témoigneront de leurs regards portés sur ce moment particulier et de leurs propres expériences de collecte, d’archivage et de constitution de corpus.
  • Quelle place pour le web dans les études sur le jeu vidéo ?
    Le jeu vidéo est désormais un sujet d’étude à part entière, qui intéresse de plus en plus de chercheur(e)s. En plus des titres déposés à la Bibliothèque nationale de France au titre du dépôt légal, le web constitue une source indispensable pour l’analyse de ces documents multimédias. Plusieurs universitaires spécialistes de ces sujets évoqueront leurs pratiques et leur utilisation d’internet dans leurs travaux autour du jeu vidéo.
    Intervenants : Fanny Barnabé (Université de Liège), Simon Dor & Hugo Montembault (Université de Montréal), Julian Alvarez (INSPE Lille)
  • Conduire des recherches à partir du web vivant ou comment faire face à la volatilité des contenus sur le web
    Le passage d’un web basé sur le document à un web reposant sur le flux ne fait qu’accroître la problématique de la volatilité des contenus sur le web. Ce rendez-vous thématique propose des exemples de méthodes et d’outils mobilisés dans le cadre de recherches portant sur des corpus web et nécessitant des stratégies d’archivage face à la nature évanescente du web contemporain.
    Intervenants : Tommaso Venturini (CNRS), Benjamin Ooghe-Tabanou (médialab, Sciences Po), Guillaume Levrier (CEVIPOF, SciencesPo), Gersende Blanchard (ULR GERiiCO)
  • 16h30 : Table ronde : comment faire réseau autour des archives du web ?
    Intervenants : Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France), Dominique Cardon (medialab, Sciences Po), Stéphanie Groudiev (Campus Condorcet), Valérie Schafer (Université du Luxembourg)
  • Animation et mot de conclusion : Gildas Illien (MNHN)

Modalités pratiques

Les albums de « Costumes péruviens » du fonds Léonce Angrand (2/2)

Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure des universités à l’Université Bordeaux Montaigne (EA3656) – Institut Universitaire de France, nous propose de revenir sur la personnalité de Léonce Angrand, dont les collections sont présente dans plusieurs départements de la BnF.


Le second album d’aquarelles péruviennes, 1837-1849

Le second album de « Costumes péruviens. Scènes de la vie religieuse et populaire à Lima ». 2e partie 1837 à 18491 a été ordonné a posteriori, ce que l’on peut déduire de la numérotation des aquarelles, qui portent cette fois, toutes le monogramme AL (pour Angrand Léonce).

Deux aquarelles de l’album sont entrées au répertoire des représentations les plus connus au Pérou, et ont été reproduites à l’envi : c’est l’annonce de la vente de billets pour un combat de coqs, une aquarelle datée du 20 avril 18372, sur un sujet qui a également inspiré Francisco Fierro3.

C’est d’autre part le retour de la fête d’Amancaes, une aquarelle d’Angrand datée de septembre 1837, une scène violente et festive, sorte d’enlèvement des Sabines lors d’une manifestation populaire traditionnellement célébrée à l’occasion de la Saint-Jean, en juin, lorsque le mont Amancaes, près de Lima, est recouvert d’un parterre de fleurs jaunes, à l’orée de l’hiver austral.

Les Afro-Péruviens acquièrent une visibilité chez Angrand, plus sans doute que les les groupes indiens et métis, qui vivent à la périphérie de la capitale, et exercent des métiers semi-ruraux comme le groupe de vanniers et de fagotiers mis en scène dans la première aquarelle datée de 18364.

L’aquarelle du 30 avril 1837 rassemble un groupe de sept personnages représentatifs des classes populaires, composé d’indiennes et de métis : trois soldats en tenue de parade dialoguent avec quatre femmes en corsages et longues jupes, dépourvues de l’élégance des « tapadas » enveloppées dans des soieries. Le militaire s’amuse d’une souris, au centre de l’image.

L’arrière-plan est à peine ébauché, tandis que Léonce Angrand a dessiné par ailleurs, quantité d’églises et de places, de paysages et de monuments, une infinité de croquis restés inachevés qu’Edgardo Rivera Martinez a reproduits en partie dans son ouvrage consacré à Léonce Angrand.

Les scènes de marché ont aussi retenu l’attention du voyageur étranger. Le diplomate français représente une ville où la nourriture abonde, la nature est généreuse, mères et enfants vivent dans un espace public ouvert à tous les regards.

La misère est visible à côté du luxe ostentatoire. La prostitution est omniprésente et côtoie le pouvoir religieux sur la voie publique. Les processions sont dépeintes avec une grande diversité5.

L’insécurité guette le voyageur au premier carrefour. Peinte par Angrand, Lima est une cour des miracles.

Cet aperçu montre combien la centaine d’aquarelles des albums Angrand sur le Pérou est d’une extraordinaire complexité. Les deux albums sont intéressants pour les historiens tout comme les historiens de l’art. Certes, il ne s’agit pas d’instantanés, mais de constructions élaborées, des scènes imaginaires, porteuses de sens, renvoyant à une réalité ethno-historique précise que le peintre voyageur va retrouver et continuer d’illustrer au Guatemala, au milieu du siècle.

Les aquarelles d’Angrand, de Merino et de Fierro constituent une encyclopédie illustrée de l’Amérique du sud au sortir des guerres d’indépendance, avant que les coutumes et l’habillement traditionnel ne soient relégué du fait de l’essor des modes importées de France. Les Péruviens enrichis grâce au guano réorientent la culture nationale dans une capitale qui devient de plus en plus européanisée à partir de 1850, jusqu’au retournement de sensibilité et la revendication autochtone des années 1920, à l’occasion du Centenaire de l’Indépendance du Pérou, par des peintres comme Mario Urteaga, José Sabogal originaires des Andes.  

Bibliographie

Sources primaires

  • Angrand, Léonce, Costumes péruviens, scènes de la vie religieuse et populaire à Lima, Paris, Bibliothèque Nationale. 2 albums. Département des Estampes et de la Photographie. RESERVE OF-32 (1 et 2)-PET FOL. 
    Album 1: https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403584916
    Album 2 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w
  • Inventaire des livres et documents relatifs à l’Amérique recueillis et légués à la Bibliothèque Nationale par M. Angrand, Paris, Bibliothèque Nationale. Département des imprimés, 1887. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k255697k>.
  • Lafond de Lurçy, Gabriel, Voyages autour du monde et naufrages célèbres, Paris, Pourrat, 1843-1844, t. 1-3. 
  • Tristan Flora, Pérégrinations d’une paria, Paris, Ladvocat, 1838.
  • Tschudi, Johann Jacob von, Esquisses d’un voyage au Pérou, Besançon, La lanterne magique, 2020 (traduction).

Sources secondaires

  • Barron, Josefina, Pancho Fierro. Un cronista de su tiempo, Lima, Munilibros, 2018. Disponible en ligne, url : <https://publicacioneslima.pe/wp-content/uploads/2018/11/munilibro-15.pdf>.
  • Greatorex-Bell, Coryn et Christopher H. Lutz, Reflections of Guatemala: costume and life in the 19th century, Guatemala, Cirma, 2016.
  • Jacquot, Olivier, « Le fonds Angrand », Amoxcalli, 7 janvier 2018. Disponible en ligne, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/640>.
  • Jacquot, Olivier, « Le musée d’antiquités américaines du Louvre », Amoxcalli, 17 juin 2019. Disponible en ligne, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/10639>.
  • Kusunoki, Ricardo, Ignacio Merino. Pintor de Historia, 200 años, Lima, Municipalidad Metropolitana, 2018. Disponible en ligne, url : <https://publicacioneslima.pe/wp-content/uploads/2018/10/munilibro-9.pdf>.
  • Majluf, Natalia, La creación del costumbrismo. Las acuarelas de la donación Juan Carlos Verme, Lima, MALI, 2016.
  • Portocarrero, Gonzalo, La urgencia por decir nosotros: los intelectuales y la idea de nación en el Perú republicano, Lima, PUCP, 2015.
  • Rivera Martinez, Edgardo, La obra peruanista de Angrand (1834-1838, 1847), Lima, Fundación Bustamante, 2010.
  • Riviale, Pascal, Los viajeros franceses en busca del Perú antiguo, 1821-1914, Lima,IFEA, 2000, 357-383.
  • Riviale, Pascal, « Un explorateur si dilettante », HISAL, 2020, 14. Disponible en ligne, url : <https://www.hisal.org/revue/article/view/riviale2020a>.
  • Saint-Fuscien, Emmanuel, « La querelle Castilla Saillard : enseignements historiques d’un duel diplomatique », hSAL1997-1. Disponible en ligne, url : <« >https://web.archive.org/web/20160119125424/http://www.univ-paris-diderot.fr/hsal/hsal971/esf97-1.html>.
  • Tauzin-Castellanos, « La otredad en la intersección de la cultura letrada y la iconografía del Perú Republicano: Pancho Fierro y Ricardo Palma,  Léonce Angrand y Gabriel Lafond », 2019,  III Conferencia Internacional  Perú XIX, FIU, Miami. Disponible en ligne, url : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02528688/file/PWPMiami.pdf>.
  • Villegas Torres, Luis Fernando, «El costumbrismo americano ilustrado: el caso peruano. Imágenes originales en la reproducción técnica», Anales del Museo de América, Madrid, n° 19, p. 7-67.

Notes

  1. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w>. []
  2. N° 72, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w/f13.item>. []
  3. Cf. Anuncio de pelea de gallos, Museo de Arte de Lima. Donación Juan Carlos Verme, url :<https://mali.pe/objects/24767/convite-o-anuncio-de-pelea-de-gallos;jsessionid=E8826D0210966A454424DF533B6DE928>. []
  4. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w/f2.item []
  5. On se reportera à la planche de contact de l’album, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w/f19.planchecontact>. []

Offre d’emploi : Assistant de recherche : Collections de collectionneurs

Répertoire-annuaire général des collectionneurs de la France et de l'Étranger / fondé par Ris-Paquot et continué par E. Renart
Répertoire-annuaire général des collectionneurs de la France et de l’Étranger / fondé par Ris-Paquot et continué par E. Renart

Les départements de la Bibliothèque nationale de France possèdent dans leurs fonds d’anciennes collections de collectionneurs privés, qu’elles aient rejoint en bloc les collections nationales ou qu’elles aient été dispersées et réunies ensuite au gré d’acquisitions ou de dons.

La reconstitution et l’étude de ces bibliothèques font l’objet de nombreux travaux de la part des personnels scientifiques de la BnF. Le projet « Collections de collectionneurs », inscrit au Plan quadriennal de la recherche de la BnF 2020-2023, vise à mettre au point un outil de base de données permettant à ces professionnels de décrire et analyser ces collections.

L’outil consistera en une base de données préconfigurée pour décrire un ensemble de pièces ayant appartenu à un collectionneur, selon un modèle générique pouvant servir à tout type de collection. L’outil sera adossé aux catalogues et aux référentiels de la BnF.

Afin d’approfondir la réflexion sur le modèle de données, sur le lien entre la base et les catalogues existants et pour permettre de tester les futurs prototypes, il est nécessaire de disposer de jeux de données de test. La mission de l’assistant(e) de recherche consistera donc en la constitution d’un jeu de données à partir de la collection Richelieu conservée au département des Estampes et de la photographie. En effet, soixante-quatorze volumes de la collection du Maréchal de Richelieu ont été acquis par le département lors des ventes après décès de 1788-1789. Parmi ceux-ci, les Anecdotes de notre temps depuis 1715 jusqu’en 1736, qui feront l’objet de la recherche, représentent cinquante-deux volumes. La collection avait été constituée par Jean Frédéric Phélypeaux de Maurepas lors de son exil et a été acquise ensuite par le Maréchal de Richelieu. Cette collection a été dispersée dans les fonds du département des Estampes et de la photographie.

Missions et activités permanentes

Dans le cadre d’un programme de recherche, sous l’autorité des cheffes de projet, l’assistant(e) de recherche est chargé(e) , l’assistant(e) de recherche devra donc localiser et identifier les estampes provenant de cette collection, les signaler au Catalogue général de la BnF, et les décrire dans la perspective du projet d’étude de cette collection.

  • Rechercher et identifier des documents de la collection Richelieu aujourd’hui ventilés dans les fonds du département des Estampes et de la photographie
  • Enregistrer, inventorier, référencer et classer les collections objets de la recherche
  • Identifier le type de document, déterminer le niveau de description bibliographique et effectuer toute recherche ou vérification nécessaires
  • Utiliser, créer, compléter ou enrichir les notices de catalogue
  • Élaborer la notice de signalement des pièces
  • Signaler les pièces dans le catalogue
  • Rendre compte de ses observations et de ses travaux (rapports, notes de synthèse…)
  • Participer au développement du projet de recherche
  • Collaborer aux travaux de diffusion, de valorisation (bibliographies, carnet de recherche, …) des recherches documentaires et d’enrichissement des collections
  • Participer à la préparation de la numérisation des collections

Compétences requises

  • Bac + 5 et plus en histoire et histoire de l’art de la période moderne, une spécialité estampes ou arts graphiques des XVIIe et XVIIIe siècles serait appréciée
  • Maîtrise des outils informatiques standards et des applications propres au domaine de la recherche
  • Connaissance des catalogues et des réservoirs numériques de documents de la BnF
  • Connaissance des outils bibliographiques (répertoires, bases de données, ressources documentaires…)
  • Connaissance souhaitée des normes et formats de métadonnées adaptés à la spécialité
  • Connaissance souhaitée de l’organisation physique et numérique des fonds du département
  • Savoir identifier et utiliser les sources d’information bibliographique utiles (IFF, Lugt, …)
  • Capacité à travailler en équipe
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, qualité rédactionnelle

Contraintes spécifiques

  • Travail sur écran
  • Manipulation de charges (recueils de grands formats)

Modalités

Contacts

  • Corinne LE BITOUZE
    Adjoint au directeur du département / chargée de collections : estampes du XVIIIe siècle
    33 (0)1 53 79 83 84
  • Louisa TORRES
    Cheffe de projet Gallica – Coordonnatrice scientifique de la collection numérique
    33 (0)1 53 79 39 21
  • Chloé PERROT
    Chef(fe) de projet DL numérique des documents iconographiques
    33 (0)1 53 79 83 25
  • Sylvie CARREAU
    Chef de service
    33 (0)1 53 79 50 26
  • Service recrutement
    recrutement@bnf.fr
  • Référence du poste : RC126
  • Sites : Richelieu 58 rue de Richelieu 75002 Paris; Louvois 58 rue de Richelieu 75002 Paris
  • Catégorie : B
  • Groupe emploi : 3
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Gestionnaire de collections et de traitement documentaire
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Fixe
  • Nombre d’heures par mois : 80
  • Durée du contrat : 5 mois
  • À pourvoir à compter du : 03/05/2021

Les albums de « Costumes péruviens » du fonds Léonce Angrand (1/2)

Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure des universités à l’Université Bordeaux Montaigne (EA3656) – Institut Universitaire de France, nous propose de revenir sur la personnalité de Léonce Angrand, dont les collections sont présente dans plusieurs départements de la BnF.


Léonce Angrand est un diplomate qui a beaucoup voyagé et manifesté tout au long du XIXe siècle, une grande curiosité pour les populations locales, les coutumes et les vestiges des lieux où il s’est déplacé entre l’Europe et l’Amérique. Avant sa mort (1886), il a légué à la Bibliothèque nationale de France un fonds unique de mille trois cents ouvrages, une centaine de cartes, des carnets de dessin, de croquis et d’aquarelles, des albums sur le Pérou et le Guatemala, ainsi que d’autres œuvres sur le Mexique et Cuba. L’inventaire du fonds révèle l’existence de documents uniques dans le monde, acquis par Léonce Angrand jusqu’à la fin de sa vie1.  Une partie de son œuvre iconographique exceptionnelle, autrefois réservée à une consultation Rue de Richelieu, est accessible grâce à la numérisation sur le site Gallica, notamment les deux albums d’aquarelles péruviennes objet de cette contribution scientifique. La synthèse biographique ci-dessous est suivie d’une présentation de quelques aquarelles représentatives du contenu des albums péruviens du fonds Angrand.

Léonce Angrand : diplomatie et américanisme

La naissance de Léonce Angrand en 1808 à Paris illustre l’alliance de la noblesse traditionnelle et de la haute fonction publique postrévolutionnaire2. La carrière diplomatique conduit la famille en Angleterre : Aimé Angrand, nommé consul à Malte au début de la première Restauration, en 1814, est ensuite consul à Liverpool puis à Edimbourg en 1833.   

Léonce Angrand débute la carrière diplomatique comme secrétaire particulier de l’ambassadeur de France à La Haye, en 1830 ; il est nommé ensuite vice-consul de France à Cadix, et occupe les mêmes fonctions deux ans plus tard, en 1833, à Lima, où il reste pendant six années.

Les années 1830 sont tumultueuses au Pérou et ont été définies comme une époque d’anarchie, du fait des coups d’état à répétition (« revoluciones »), et des menaces que la Bolivie et le Chili ont fait peser sur l’unité territoriale. Lorsque Léonce Angrand débarque au port du Callao, la jeune république péruvienne est en proie à la plus grande instabilité politique. Elle est présidée successivement par les généraux Gamarra, Orbegoso, Salaverry, et unifiée à la Bolivie par le général Santa Cruz allié au général Orbegoso. Le 21 août 1838, Lima est occupée par la Coalition péruano-chilienne sous les ordres des généraux Gamarra et Bulnes disposée à piller les commerces étrangers3. De nombreux Français favorables à la Confédération péruano-bolivienne quittent le Pérou et rentrent en France. Angrand est nommé vice-consul à Cuba en 1839.

Les albums du Fonds Angrand conservés à la Bibliothèque Nationale concernant le Pérou correspondent pour l’essentiel aux années 1837-18384.

Léonce Angrand est nommé en juin 1842 consul à Cadix. Il y accueille le peintre Eugène Delacroix, et est présent au moment de l’expédition coloniale au Maroc ; il est alors élevé au rang d’officier de la Légion d’Honneur.

En 1846, il est envoyé en Bolivie et parcourt à nouveau les Andes péruviennes, en tenant des carnets de croquis. Les voyageurs (Flora Tristan, Eugène de Sartiges…) ont été nombreux à écrire sur le Pérou de la décennie 1833-1842, parallèlement à toute la documentation privée et publique ainsi que la presse locale, dont le quotidien El Comercio, apparu en 1839 à Lima et devenu le doyen de la presse péruvienne.  ((On se reportera à la bibliographie des sources françaises recensées par Pascal Riviale dans Los viajeros franceses en busca del Perú antiguo, 1821-1914, Lima, IFEA, 2000, 357-383, url : <https://books.openedition.org/ifea/3581>.)).

Selon l’écrivain péruvien Edgardo Rivera Martinez, qui a étudié une grande partie de l’œuvre d’Angrand dans les années 1960, sur les traces de l’hispaniste Marcel Bataillon et du diplomate Raúl Porras Barrenechea5, Léonce Angrand est rappelé de Bolivie en 1849, alors qu’il se passionnait pour le site archéologique de Tiahuanaco, à proximité du lac Titicaca. En 1850, il fait don au Louvre d’une collection de tissus et de céramiques complétée par « la magnifique collection d’étoffes et de costumes rapportée tout récemment par M. J. Merino »6. La liste des objets reçus par le Louvre est répertoriée aussitôt. Elle témoigne de la proximité entre le diplomate français et le peintre péruvien, Ignacio Merino7. La même proximité est visible et soulève plusieurs questions concernant un des albums d’aquarelles péruviennes de la Bibliothèque nationale de France.

Les relations entre Léonce Angrand et Ignacio Merino

Ignacio Merino est aujourd’hui considéré comme l’un des grands peintres du Pérou du XIXe siècle. Né dans le nord du pays en 1817, d’une famille de l’aristocratie locale, il est envoyé enfant à Paris, et revient à Lima dans le contexte de la guerre internationale entre le Pérou, le Chili et la Bolivie, tout juste âgé de vingt ans, en 1838.

Le général Santa Cruz, admirateur de l’empire napoléonien et à la tête de l’éphémère Confédération péruano-bolivienne, a promulgué en 1838 un décret pour former des lithographes à Lima en favorisant l’installation de deux artisans français8. C’est dans ce contexte de soutien à l’activité artistique, qu’Augustin Gamarra, vainqueur du Bolivien Santa Cruz et partisan du protectionnisme, nomme en 1839, comme directeur de l’École de Dessin de Lima, Ignacio Merino, après le décès du fondateur de l’école, l’Équatorien Francisco Javier Cortés9.

Merino et Angrand ont pu faire connaissance à l’occasion du premier ou du second séjour d’Angrand au Pérou, en 1838 ou en 1847. Plusieurs peintres étrangers ont séjourné à Lima dans ces mêmes années et ont peint des portraits ou des scènes de la vie quotidienne, comme l’Allemand Maurice Rugendas, natif d’Augsbourg (1842-1844), ou le Bordelais Raymond Quinsac de Monvoisin (1845-1847). Le Pérou présidé par le général Ramon Castilla sort de trente années de guerre et profite désormais de la manne que représente l’exportation du guano, cet engrais miraculeux pour les agriculteurs européens et connu depuis des temps immémoriaux sur le territoire péruvien.

Ignacio Merino retourne en France en 1850. C’est dans ce contexte que se situe le don de céramiques et de tissus au musée du Louvre par les deux hommes. Merino s’installe à Paris et y réside jusqu’à la fin de sa vie (1876)10.

En 1852, Ignacio Merino illustre le court roman de Jules Verne Martin Paz situé à Lima (dans la ligne du personnage de la Perrichole imaginée par Prosper Mérimée en 1829), et paru en feuilletons dans Le Musée des familles. Il dessine aussi les images du recueil poétique Lima por dentro y por fuera édité à Paris en 185411. Cependant, le succès de la peinture historique sous le Second Empire conduit Merino à se détourner des tableaux de genre et des scènes pittoresques, pour exposer dans les Salons annuels et satisfaire les commandes d’acheteurs fortunés en quête de notoriété artistique12.

Le premier album de « Costumes péruviens » : Angrand, Merino et Fierro

En 1851, Léonce Angrand est nommé consul général au Guatemala où il réside pendant près de trois années, dessine et peint des scènes de la vie quotidienne. Il se retire de la vie publique en 1857 pour se consacrer à ses collections ethnographiques et archéologiques pendant près de trente ans.

Les deux albums d’aquarelles qu’il a légués à la Bibliothèque Nationale, ont pour titre « Costumes péruviens. Scènes de la vie religieuse et populaire à Lima ». Le premier album porte comme sous-titre « 1ère partie : 1834 à 1837 »13 et le second « 2e partie. 1837 à 1849 »14. En réalité, le premier album contient quelques aquarelles datées du premier séjour de Léonce Angrand au Pérou (1833-1839), mais aussi d’autres peintures de 1847-1848, dates du second séjour. Peindre les « costumes » sous-entend aussi la peinture des « coutumes » (« costumbres » en espagnol).

Le premier feuillet de l’album réitère le titre ; le premier dessin est une œuvre signée « Merino, 1844 », sans attrait esthétique15.

Après le premier dessin, l’album contient une collection d’aquarelles provenant des ateliers de Francisco Fierro, ces véritables cartes postales avant l’heure, représentant des « types péruviens ». Un Nota bene précise que « tous ces dessins depuis le n° 2 inclusivement jusqu’à celui qui précède (n° 50) sont les produits d’un art ou plutôt d’une industrie locale. Ils ont été réalisés par un homme de couleur appelé Sancho (Francisco) Fierro qui n’avait jamais appris à dessiner »16.

Les recherches de Natalia Majluf et de Fernando Villegas ont montré que la production de centaines d’aquarelles attribuées à Francisco Fierro avait aussi été l’œuvre de peintres équatoriens17. Une autre partie des aquarelles dites de Pancho Fierro, ont été réalisées par des artisans chinois.

L’album d’Angrand présente une galerie d’une vingtaine de « tapadas », ces élégantes au visage caché18 qui ont hanté l’imaginaire des voyageurs européens de passage à Lima, avec toutes les variations de modèle de jupe (« saya »), plus ou moins amples et colorées.

Le succès des dessins de Fierro a entraîné l’essor d’une industrie de la reproduction à Canton, dans le cadre de la seconde mondialisation à partir de l’indépendance politique du continent sud-américain. Le papier de riz chinois était employé comme support des aquarelles de « costumes péruviens », ce qui a prouvé la circulation des modèles et des copies entre la Chine, le Pérou et l’Europe19.

Une légende en espagnol accompagne souvent les images qui se répondent ou se complètent, avec un clin d’oeil humoristique, que Léonce Angrand n’a pas transposé dans ses traductions au bas des images. Le diplomate efface le ton de connivence et le double sens comme c’est le cas pour l’aquarelle 14: « J’appartiens à un chargé d’affaires» (« Soy de todo un encargado de negocios … guah ! ») est devenue la légende neutre : « Dames de Lima. 1834 ».

La date de 1834 renvoie aux premiers temps du séjour d’Angrand, sous l’autorité du chargé d’affaires Barrère favorable aux libéraux péruviens et comme eux, à la libre-circulation des marchandises, profitable aux négociants européens. Quant à l’érotisation des deux silhouettes, de face et de dos, elle est imperceptible dans la formulation diplomatique « Dames de Lima ». Les voyageurs européens, imprégnés par l’orientalisme culturel qui a émergé au début du XIXe siècle, se plaisaient à comparer Lima à une ville orientale, du fait des silhouettes féminines et des coupoles des églises.

Outre la série des Tapadas, l’album offre un autre motif récurrent dans les images associées au nom de Fierro, dans l’album d’Angrand tout comme dans la collection Verme du Musée d’Art de Lima, la collection Palma de la Pinacothèque Municipale de Lima), et la collection Sartiges20. Il s’agit de l’Indienne au lama.

Une « Indienne de la vallée de San Mateo (bassin supérieur du Rimac) conduisant un llama [sic] chargé de charbon » est incluse dans l’album Angrand. Le même type féminin est repérable dans d’autres collections, défini comme muletière ou charbonnière, privilégiant le métier au lieu de la catégorisation ethnique21. Les noms des vêtements ont été ajoutés au crayon par Angrand, comme pour mémoriser le vocabulaire spécialisé quechua.

Indienne de la vallée de San Mateo, aquarelle 23
Indienne de la vallée de San Mateo, aquarelle 23, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f27.item

Les carnets de croquis de Léonce Angrand comportent de nombreuses inscriptions qu’il s’agisse des couleurs ou des étoffes, ou d’autres informations de première importance pour le voyageur. Microfilmées et consultables au Département des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale, les innombrables esquisses qui s’ajoutent aux aquarelles, témoignent de la passion américaniste d’Angrand, comme dans le dessin ci-dessous réalisé à Ayacucho par le diplomate, attentif à tous les détails de l’habillement.

Métisse d’Ayacucho (BNF microfilm - Tauzin, 2015).
Métisse d’Ayacucho (BNF microfilm – Tauzin, 2015).

Les aquarelles du premier album présentent des figures d’autorité, portraiturées seules sur la feuille de papier: il s’agit de juges, de religieux, de médecins, d’alcaldes indiens, en plus des marchands ambulants et de quelques scènes de fêtes populaires (danse des ciseaux, danse des diables à Guayaquil, deux scènes que l’on retrouve dans la Collection Sartiges décrite par Pascal Riviale). La datation est très variable, entre 1834 et 1847.

L’album est complété par dix aquarelles plus élaborées, aux couleurs lumineuses, accompagnées d’une légende, mais sans la signature AL omniprésente dans le second album22  

Dans l’album d’Angrand, la planche numérotée 59, non signée, est accompagnée d’une explicitation de la scène :

Femmes négresses et mulâtresses en grand costume de fête suivantes ou anciennes esclaves de dames de la ville, ornées par leurs maîtresses de leurs propres bijoux et de leurs plus beaux châles, suivant les grandes processions, marchant en avant du dais et brûlant des parfums ou portant des plateaux de mistura envoyés en offrande à l’Église. On en a vu parfois jusqu’à cinquante réunies.

Une date figure dans l’angle supérieur droit : 18 -2-37. La scène correspond à un moment de trêve pour la Confédération Péruano-Bolivienne après un premier blocus du port du Callao par l’armée chilienne et l’échec du général Gamarra à rallier l’Équateur contre le Pérou.

Deux domestiques sont de profil, l’une d’elles porte un plateau de mistura, mélange de fruits et de fleurs destinés à parfumer l’espace extérieur et les églises tout comme les encensoirs d’argent en forme de paon ou de lampe, employés pour aromatiser la ville en liesse au moment du carnaval. Si les trois domestiques portent des soieries et des bijoux, et ont une longue chevelure afro couverte de fleurs, la masculinité des trois visages surprend. Est-ce le signe d’une maladresse technique d’Angrand ou faut-il y voir une intention satirique ?23

La dernière aquarelle de l’album, numérotée 60, s’inscrit dans la continuité de la scène du trio des « mistureras ». De fait, elle est datée du 22 février 1837, quatre jours après. Il s’agit d’un autre trio, masculin cette fois. La légende explique de la sorte: « Scène de rue –frère lai du couvent des Récollets quêtant par la ville – mulâtre maricon en grande tenue de trottoire [sic] – écolier étudiant de philosophie au collège de San Carlos, ou à l’université de Lima en grande tenue d’apparat ».

Loin d’être une scène anodine de bavardage, il s’agit de montrer les mœurs qu’observe le vice-consul français, et que d’autres dessinateurs ont répertorié à la même époque aussi dans Lima. Ici, l’homosexualité est affichée ; le « maricon », pour reprendre le terme qu’Angrand s’abstient de traduire, porte un poncho rouge et un pantalon blanc moulant (le rouge et le blanc sont les couleurs du drapeau péruvien, que l’on retrouve dans la cocarde de l’étudiant. Des fleurs dans les cheveux et un rasoir à la main, le travesti fait face au jeune homme qui lisse sa moustache en s’adressant à lui. Quant au frère lai, il dissimule une forte poitrine sous l’habit, se protège du soleil sous une ombrelle et chevauche en amazone un mulet. L’absence de signature et le placement de l’aquarelle à la fin du premier album, sont peut-être les indices d’un doute ou d’une censure du propriétaire de l’album, vis-à-vis d’une représentation taboue, à la différence des autres aquarelles toutes signées AL dans le second album. La datation, février 1837, correspond à la période où Angrand s’est trouvé au Pérou, et Merino, selon ses biographes, n’était pas encore revenu dans son pays natal. La longue note explicative, tout comme la fermeté du trait en revanche conduisent à s’interroger sur l’auteur de cette aquarelle exceptionnelle, radicalement différente des « maricones » de Pancho Fierro qui se trouvent aussi dans l’album, marchands ambulants d’ascendante africaine, vêtus d’un pantalon blanc, vendeurs de fleurs (n° 31, 1838)24 ou de bonbons (n° 32, 1847) ((Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f36.item>.).

Notes

  1. Cf. Inventaire des livres et documents relatifs à l’Amérique / recueillis et légués à la Bibliothèque nationale par M. Angrand. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k255697k>. []
  2. Léonce Angrand est un fils d’Aimé Angrand, contrôleur général du Trésor Public et de Philippine Bernier de Valois []
  3. Le voyageur suisse Tschudi a retranscrit les menaces en espagnol, placardées dans les rues de Lima : « Les étrangers viennent dans votre pays, vous prennent votre travail, votre commerce, vos richesses et vos femmes. Ils sont les ennemis de votre liberté et veulent faire appel à Santa Cruz. Libérez votre pays de ces infâmes et refaites une nuit de la Saint-Barthélemy… », Esquisses d’un voyage au Pérou, ed. La lanterne magique, Besançon, 2020, p. 103 []
  4. Sur la situation politique des années 1838-1840 qui marquent le début de l’ascension politique du général Ramón Castilla, on se reportera à l’article d’Emmanuel Saint-Fuscien, « La querelle Castilla Saillard : enseignements historiques d’un duel diplomatique », hSAL1997-1, https://web.archive.org/web/20160119125424/http://www.univ-paris-diderot.fr/hsal/hsal971/esf97-1.html []
  5. La obra peruanista de Angrand (1834-1838, 1847), Lima, Fundación Bustamante, 2010 []
  6. Cf. Olivier Jacquot : « Le musée d’antiquités américaines du Louvre », url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/10639> []
  7. Cf. url : <https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/10100-notice-des-monuments-exposees-dans-la-salle-des-antiquites-americaines>. []
  8. Cf. url : <https://emila.hypotheses.org/2500>. []
  9. Natalia Majluf, La creación del costumbrismo. Las acuarelas de la donación Juan Carlos Verme, Lima, MALI, 2016, p. 26 []
  10. Cf. Kusunoki, Ricardo, Ignacio Merino. Pintor de Historia, 200 años, Lima, Municipalidad Metropolitana, 2018, url : <https://publicacioneslima.pe/wp-content/uploads/2018/10/munilibro-9.pdf>. []
  11. L’auteur de ces poèmes satiriques, qui signa sous le pseudonyme de Simon Ayanque, était Esteban Terralla y Landa, un Andalou qui vécut à Lima à la fin du XVIIIe siècle, url :<https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb300424610>. []
  12. Luisa Gonzalez de Andia y Orbegoso, petite-fille du président Orbegoso et épouse du magnat du guano, Auguste Dreyfus, soutint financièrement le peintre dans ses dernières années de bohème parisienne, Kusunoki, op. cit., 81 []
  13. Cf. url : <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403584916>. []
  14. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w>. []
  15. Angrand explique en note qu’il s’agit d’une « dame de Lima en costume de ville portant la saya desplegada [jupe sans plis] –nouvelle mode inaugurée en 1837 en l’honneur du général Orbegoso qui venait d’être élu Président de la République. Ce genre de saya était une modification de la mode appelée saya descanutada qui n’était autre chose que la saya ajustada décousue pour plus de commodité jusqu’à la hauteur du bas des reins. Dessin et lithographie de M. Ygnacio Merino peintre péruvien (1844) » []
  16. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f55.item> []
  17. Majluf attribue certaines à Francisco Javier Cortés (2016,26) tandis que Villegas (2011, 17) les rapproche du savoir-faire de José del Pozo, arrivé à Lima avec l’expédition Malaspina []
  18. « tapar » signifie en espagnol « cacher » []
  19. Cf. Villegas, « El costumbrismo americano ilustrado. El caso peruano. Imágenes originales en la era de la reproducción técnica», Anales del Museo de América, 2011, 19, 7-67. Disponible en ligne, url : <https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=4149969>. []
  20. « Un explorateur si dilettante », HISAL, 2020, vol.14, article nº 1. Disponible en ligne, url : <https://www.hisal.org/revue/article/view/riviale2020a>. []
  21. c’est aussi « la quesera », « la marchande de fromage », reproduite par Josefina Barron dans Pancho Fierro. Un cronista de su tiempo, 2018, p. 37 []
  22. Certaines sont proches des modèles plus tardifs des lithographies d’Auguste André Bonnaffé, revenu en France en 1855 et à l’origine de deux albums distincts de « types, costumes et coutumes » dont un exemplaire est conservé au Getty Research Institute – cf. url : <https://archive.org/details/gri_33125011191315/mode/2up>  et un autre se trouve à l’université Bunka (Tokyo) – cf. url : <https://digital.bunka.ac.jp/kichosho_e/search_list2.php>. []
  23. Une autre aquarelle de l’album, numérotée 16, présente une misturera zamba (afro-américaine)de dos,dans le style des compositions de Pancho Fierro et est datée de 1847, acquisition faite à l’occasion du second voyage d’Angrand au Pérou. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f20.item>. []
  24. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f35.item>. []

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search