Appel à communication : Quadrilles. Danse et divertissements entre République et Empire, autour de la figure de Jean-Etienne Despréaux (1748-1820)

John James Chalon, Bal public
John James Chalon, Bal public. Musée Carnavalet, Histoire de Paris

Organisateur des fêtes publiques sous le Consulat et l’Empire, maître à danser à l’Académie royale de musique, professeur de maintien au Conservatoire de Paris, chansonnier, dramaturge, et inventeur d’un système de notation de la danse et d’un « chronomètre musical », Jean Étienne Despréaux (1748-1820) constitue une figure majeure de la danse au passage du siècle, témoin et acteur des évolutions de la danse et du ballet entre les années 1790 et 1820. Si certains de ses ouvrages ont été publiés, de nombreux documents autographes conservés dans le Fonds André Jean Jacques Deshayes de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra, restent aujourd’hui peu étudiés : cette journée entend prendre pour point de départ la figure de Jean Étienne Despréaux pour analyser une période singulière qui voit évoluer le langage chorégraphique, les terminologies qui s’y rapportent et une esthétique dont l’histoire des représentations se fait aussi l’écho. Entre histoire de la danse, histoire de l’art, histoire politique et sociale, ces journées invitent aussi à penser plus précisément les relations entre artistes de différentes disciplines durant les premières décennies du XIXsiècle.

Inventeur d’un système de notation très élaboré mais qui ne sera jamais publié, Despréaux travaille précisément à une écriture de la danse qui montre une grande proximité avec le langage verbal, la lettre et la typographie. Si les termes de « grammaire » ou d’« alphabet » de la danse ne sont pas présents chez Despréaux et n’apparaissent que dans la seconde moitié du XIXe dans un contexte plus général qui reprend la « grammaire » comme un modèle de scientificité, le système de Despréaux offre les prémices de cette rationalisation de la notation par une pensée inspirée des logiques syntaxiques. « Un catalogue de mouvement des airs de chant et de danse les plus remarquables serait une chose très-utile ; mais il ne peut être fait qu’au moyen d’un instrument invariable, composé d’après les lois de la nature »1. Quelles sont plus précisément les sources intellectuelles, scientifiques et philosophiques sous-jacentes à l’établissement d’un tel système ? La publication du Nouveau chronomètre musical, établi sur des bases astronomiques offre quelques pistes de réflexion sur le rôle de l’histoire des sciences et du contexte rationaliste qui mériteront d’être explorées. Cette journée reviendra également sur le positionnement de Despréaux dans l’histoire de la notation, quand il se place plus volontiers dans la filiation de Thoinot Arbeau que de Beauchamps, tout en proposant une modalité de lecture du corps sur le plan frontal qui s’éloigne de la Chorégraphie d’Ancien régime et qui anticipe les méthodologies de Saint-Léon, d’Henri Justamant et de Friedrich Albert Zorn.

En 1789, Despréaux épouse Marie-Madeleine Guimard, danseuse incontournable du XVIIIe siècle, proche d’artistes comme Jean Honoré Fragonard, François Boucher, Carmontelle ou Claude Nicolas Ledoux qui construit son hôtel particulier dans le quartier de la Chaussée d’Antin. Pourtant en 1789, la gloire et les fastes de la Guimard sont derrière elle. Quels cercles artistiques conservent-ils alors ? La journée s’intéressera tout particulièrement aux relations entretenues par le couple Despréaux-Guimard avec les peintres, graveurs, sculpteurs dans les années 1790-1815. On sait que Despréaux fréquente une loge maçonnique, la loge d’Anacréon, appréciée des graveurs et fréquentée aussi par Pierre Gardel. La collection de Despréaux à son décès montre d’ailleurs un attachement à la gravure et aux maquettes de théâtre.

Le ton adopté par Despréaux invite en outre à une analyse littéraire de son œuvre et donne à lire une figure polymorphe qui explore autant les formes littéraires que les formes chorégraphiques, autant les disciplines que leur mise en récit, par le dialogue, le modèle du traité scientifique, ou encore la chanson et la poésie parodique.

La journée n’entend pas se réduire à la figure de Jean Étienne Despréaux, mais cherchera à saisir un réseau de relations artistiques, sociales et politiques. Les créations de quadrilles par Despréaux sont l’écho direct de créations architecturales et une place importante sera accordée à l’étude des lieux de représentation des divertissements à la cour de Napoléon Ier.  

En outre, ce sont les représentations picturales des quadrilles dans la première moitié du XIXe siècle qui occuperont également une large place dans nos échanges : à la fois la représentation de l’enseignement des danses de société et la représentation des bals, des fêtes et d’une sociabilité par la danse.

Cette journée d’étude s’inscrit à la fois dans le projet de recherche mené par Irène Feste « Les quadrilles de Jean Étienne Despréaux, organisateur des divertissements et spectacles à la cour de Napoléon Ier » (Aide à la Recherche et au Patrimoine en Danse 2020) et le programme « Chorégraphies, écriture et dessin, signe et image dans les processus de création et de transmissions chorégraphiques) mené à l’INHA, en partenariat avec la BnF et le CN D, dans la continuité d’une première journée dédiée au Fonds André Jean Jacques Deshayes. La recherche d’Irène Feste est basée sur une approche croisée des sources, entre analyse théorique et la mise en gestes des quadrilles chorégraphiés par Jean Étienne Despréaux, interprétés par la noblesse de cour, lors de bals masqués ou parés.

Les chercheurs travaillant sur des figures contemporaines de Despréaux sont encouragés à contribuer et les axes suivants pourront faire l’objet de propositions (la liste n’est pas exhaustive) :

  • Les sources et la documentation sur les quadrilles dans la première moitié du XIXe siècle. Comment travaille-t-on aujourd’hui sur ces archives et traités, parfois méconnus, non publiés ? Quelle place aujourd’hui dans l’historiographie de la période pour les travaux de reconstitutions chorégraphiques ? 
  •  Les expérimentations et systèmes de notation des danses de société et du geste dans les années 1780-1820 (au-delà d’une notation de la danse : nage, escrime, gestes de travail, etc.)
  • La culture et les théories musicales contemporaines (dans le cercle de Despréaux, son frère Louis Félix Despréaux était musicien et compositeur : un contexte singulier qui nourrit les travaux de J. É. Despréaux, notamment autour du Chronomètre, mais pas uniquement.)
  • Les cercles d’enseignement pour les danses de société, les brevets de maîtres de danse et la circulation des danses par l’enseignement (et par les armées)
  • Les cadres du bal : des bals de cours à la « nouvelle économie des loisirs post-révolutionnaire » 
  • Les représentations des bals et des quadrilles : gravures, caricatures, représentations picturales.
  • Des divertissements en temps troublé : sources, images, caricatures et modèles de la fête de cour entre Révolution et Empire.
  • L’architecture des divertissements et la spatialité de la danse : les salles de bals, les demeures privées et les résidences royales
  • Costumes de danse et costumes de fêtes (de nombreux costumes sont inspirés par les campagnes militaires napoléoniennes)
  • Les parodies d’Opéra
  • Les danseurs de l’Académie impériale de musique dans les parodies de Despréaux

La journée d’étude se tiendra le 26 novembre 2021, à l’auditorium de la BnF François Mitterrand et comprendra une part de reconstitution des quadrilles élaborés par Jean Étienne Despréaux.

La langue de la journée d’étude et des échanges sera le français, mais les communications en anglais seront acceptées.

Les propositions de communications, n’excédant pas une page, et suivies d’une brève présentation bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 10 juillet 2021 aux adresses courriels suivantes : pauline.chevalier@inha.fr et irene.feste@wanadoo.fr 

Une réponse sera rendue au plus tard le 30 juillet

Comité Scientifique

  • Mathias Auclair (BnF)
  • Laurent Barré (CN D)
  • Pauline Chevalier (INHA)
  • Elisabeth Claire (EHESS)
  • Françoise Dartois-Lapeyre (Sorbonne Université)
  • Irène Feste (Chorégraphe, soutien à la recherche du CN D)
  • Marie Glon (Université de Lille)
  • Bruno Ligore (Université Côte d’Azur)
  • Patrick Taïeb (Université Paul-Valéry)
  • Charles-Eloi Vial (BnF)

Partenaires

  • BnF – Bibliothèque National de France
  • CN D – Centre National de la Danse
  • INHA – Institut National d’Histoire de l’Art
  1. Jean Étienne Despréaux, Nouveau chronomètre musical, établi sur des bases astronomiques, 1812, p. 4. []

Conférence IIIF 2021 : session régionale IIIF France

L’édition annuelle de la conférence internationale IIIF aura lieu les 22, 23 et 24 juin prochain, dans un format en ligne.

La BnF, membre fondateur du consortium IIIF (International Image Interoperability Framework), coanimera avec l’Equipex Biblissima la session régionale IIIF France, qui donnera l’opportunité à plusieurs projets et institutions de présenter leur activité et réalisations.
La session se tiendra en français le jeudi 24 juin de 13h30 à 15h.

Programme

Animation : Jean-Philippe Moreux (BnF), Régis Robineau (Biblissima)

  • La création d’annotations IIIF avec Mirador 3 : un maillon de la chaîne de production de Mandragore
    Laure-Anne Bertrand (BnF), Alexandre Tur (BnF)

Les API IIIF ont constitué un grand pas en avant pour la mise à disposition du public et la dissémination d’images numériques. Leur maturation amène aujourd’hui à y recourir également dans des chaînes internes de production de données, en amont de la diffusion publique.

Afin de mettre à jour une application vieillissante, la Bibliothèque nationale de France a développé en 2021 une nouvelle interface de production de données pour sa base d’enluminures Mandragore. Adossée à un environnement existant de catalogage au format
XML/EAD, celle-ci intègre Mirador 3 comme outil d’annotation et d’indexation des enluminures. Cette présentation permettra de revenir sur les diverses contraintes rencontrées, qu’elles soient propres à Mirador 3 ou liées à l’environnement de Mandragore, et sur les solutions adoptées.

  • Usages de IIIF dans le cadre d’un processus d’édition numérique de sources enrichies à l’INHA
    Jean-Christophe Carius (INHA)

L’INHA développe une plateforme d’éditions numériques de sources enrichies (P.E.N.S.E.) intégrant le protocole IIIF dans une chaîne de numérisation, transcription, encodage etpublication de sources en histoire de l’art. Agrégeant des corpus issus de différents entrepôts, les trois premiers projets en cours d’élaboration tirent partie du cadre
d’interopérabilité de l’environnement IIIF existant et de son API de recadrage et de redimensionnement des images. Les expérimentations menées jusqu’à présent au sein de ce projet articulent des données IIIF, la plateforme de transcription collaborative Transkribus, le système de gestion de base de données XML BaseX (XQuery) et la visionneuse
OpenSeadragon, afin de produire des éditions numériques de sources enrichies susceptibles d’intéresser tous les publics, amateurs ou spécialistes.

  • Plongée dans la sculpture romaine avec IIIF
    Bruno Baudoin (Centre Camille Jullian), Stéphanie Satre (Centre Camille Jullian)

SculptuRO est un espace de recherche collaboratif sur la sculpture romaine en Gaule et dans un contexte euro-méditerranéen. Il propose à la communauté scientifique une plateforme complète, depuis la collecte des données jusqu’à leur publication. Projet porté par le Centre Camille Jullian (CCJ-UMR 7299), sa réalisation s’est appuyée sur les compétences scientifiques et les savoir-faire techniques présents chez les partenaires du projet et le consortium IIIF360 pour l’intégration des protocoles et des standards IIIF. Dans cette plateforme où le visuel occupe une large place, le IIIF, au-delà de l’interopérabilité et de la facilité de gestion des images, permet de plonger au cœur de la sculpture pour envisager les moindres détails : traces d’outils, pli d’un vêtement, détail d’un attribut, traces de traitements de surface ? C’est un outil pour le chercheur qui peut faire des annotations, des comparaisons avec des œuvres conservées dans d’autres musées et ainsi envisager des séries. Également support de formation – thématique et technique – et outil de médiation, la plateforme est un cadre flexible d’expérimentation par le biais d’expositions virtuelles et de jeux comme le propose le IIIF. SculptuRO est notre terrain d’exploration du IIIF qui sera à l’avenir déployé dans l’ensemble des projets du CCJ.

  • Produire des histoires dynamiques avec Gallica : exemple d’utilisation de IIIF pour la médiation
    Isabelle Degrange (BnF), Thomas Iris (consultant)

En s’appuyant sur le protocole IIIF et sur les storiiies développées par Cogapp, Gallica souhaite proposer au public un outil permettant de créer une histoire à partir de documents numérisés. L’utilisateur choisit une image dans Gallica, en sélectionne certaines parties et leur adjoint un commentaire. Il crée ainsi un récit interactif qu’il peut partager sur son site ou ses réseaux sociaux.

Un prototype a été livré à la BnF par Cogapp à la fin de l’année 2019 et présenté aux chargés de collection de la BnF au printemps 2020 : ceux-ci l’ont testé, ont proposé des améliorations et ont commencé à s’en emparer en créant une série dédiée sur le blog Gallica : « A la loupe ». A partir de ces premiers retours utilisateurs, Thomas Iris a travaillé à
une version plus intuitive de l’éditeur et de la visionneuse (mise en ligne prévue en 2022) : usage simplifié grâce à l’ergonomie, prise en main rapide pour des non-experts, sauvegarde facilitée, possibilité de juxtaposer plusieurs documents dans une histoire, ajout d’une page
de couverture, etc.

  • Visualiser le corpus alphonsin avec Mirador
    Ségolène Albouy (Observatoire de Paris)

ALFA est un projet de recherche financé par l’ERC et consacré à l’étude de l’astronomie alfonsine, astronomie qui a prospéré en Europe de la seconde moitié du XIIIe siècle, au milieu du XVIe siècle. L’équipe de chercheurs du projet a réalisé un recensement des manuscrits et des éditions issus de cette tradition : grâce à la collecte des manifestes IIIF, il
est possible de considérer ensemble, au sein d’un visualiseur Mirador, ces ressources provenant pourtant d’institutions variées. Par ailleurs, l’extraction automatique des numérisations ouvre de nouvelles perspectives, notamment pour l’annotation et la transcription automatiques de ces documents à l’aide d’algorithmes d’HTR.

  • Tracking images in globalization. IIIF from image retrieval to machine vision and the mapping of patterns’ circulation
    Béatrice Joyeux-Prunel (Université de Genève), Cédric Viaccoz (Université de Genève)

The Visual Contagions project (UNIGE, FNS and ENS, Imago European Centre of Excellence) studies globalisation through images from the era of illustrated prints (1890-1990) – an approach made possible by the unprecedented availability of worldwide corpora of this type of sources, in digital formats. Starting from the digitized versions of these documents, visual segmentation and matching algorithms allow us to identify the images and patterns that have circulated the most, before reconstructing their trajectory in the time and space dimensions. IIIF is a pivotal format in the project, as it eases the recovery, comparison
and processing of images. Béatrice Joyeux-Prunel, Professor at the University of Geneva (Chair of Digital Humanities), director of the project, and Cédric Viaccoz, engineer at the University of Geneva, will present the Visual Contagions workflow in a short video that will
open the discussion with the audience.

Informations pratiques

Inscription à la conférence IIIF (jusqu’au 15 juin) : inscription gratuite mais requise pour assister à la session FR ou aux autres sessions.

  • Jeudi 24 juin de 13h30 à 15h.

« Musique légère » : embarras et délicatesses d’un cadre de classement au département de la Musique

La BnF accueille chaque année des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Aujourd’hui Marie Goupil-Lucas-Fontaine présente ses recherches sur la musique légère.


En 2022, le département de la Musique déménagera une partie de ses collections dans le cadre du projet Richelieu de la BnF. Comme tous les départements de la Bibliothèque, le département de la Musique possède des fonds non inventoriés ou dont le catalogage est en cours. C’est précisément le cas d’une partie assez conséquente des partitions dites de « musique légère » entrées par le dépôt légal au début du XXe siècle. L’occasion de faire un point sur la notion de « musique légère » employée par le département pour désigner la partie de ses collections dont beaucoup sont composées de chansons imprimées. 

En 2004, la Revue de la BnF consacrait un numéro à la chanson française, faisant état de plusieurs constats concernant essentiellement deux aspects de sa conservation à la BnF : son imposante présence dans les collections de la Bibliothèque tous départements confondus, mais également sa fragilité, due autant à la diversité de ses supports de conservation qu’à sa nature même. Élisabeth Giuliani en parlait ainsi comme de « l’un des produits les plus divers de la « culture de masse » si souvent dépréciés, négligés et, de ce fait, vulnérables » et évoquait alors la « mésestime qui la maintient en marge des circuits de recherche1 ». Dans l’ensemble, ces constats posés il y a une quinzaine d’années restent valables, malgré le développement des études sur la chanson dans le monde académique, notamment à travers les programmes de recherches de Stéphane Hirschi dans une perspective cantologique2 et du réseau « Chansons. Les ondes du monde3 », qui se proposent tous d’aborder la chanson sous ses différents aspects, à la fois phénomène de création, d’interprétation et de circulation culturelle. Depuis la parution de ce numéro, dans lequel Anne Triomphe-Cornilus notait qu’il y avait différentes façons d’aborder les collections de la BnF sur la chanson pour les « amateurs et musicologues certes, mais aussi les historiens, sociologues, graphistes4 », peu d’études d’ampleur ont cependant été lancées. Au sein même de la BnF, certains chantiers de catalogage, parfois couplés à de la numérisation pour la chanson contemporaine, ont pu être menés à bien : Anne Triomphe-Cornilus évoquait ainsi, au département de la Musique, la « mise à disposition sur BN-Opaline de toute la musique légère entrée au département depuis 19475 ».

Terra incognita

Il reste cependant encore beaucoup à faire, notamment en ce qui concerne la chanson de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle : en l’espace de 70 ans, se sont mises en place les structures d’une industrie musicale reposant sur une démultiplication des supports qui permettaient de conserver la mémoire écrite et désormais audio des chansons, dont la BnF est devenue le principal conservatoire. Pourtant, l’institution n’en a pas eu immédiatement conscience et son histoire avec la chanson de cette période est complexe.

L’historien Robert Brécy notait en 1990 que « les lacunes sont nombreuses au département de la Musique, surtout dans le domaine de la chanson sociale »6 car les auteurs, compositeurs et éditeurs de ce genre de chansons auraient moins soumis au dépôt légal leurs œuvres contestataires. « Des milliers et des milliers de chansons ont bien été déposées, mais n’ont pas encore été cataloguées, depuis des années, faute de personnel et de crédits – sans que l’on sache quand elles le seront »7, écrivait-il alors. Ce constat est en réalité très loin de ne concerner que la chanson sociale et relève d’un phénomène observable à travers les registres du dépôt légal, bien connu des conservateurs du département de la Musique mais moins bien des chercheurs : dans les années 1920-1940, des lots entiers de partitions envoyés par les éditeurs ont été reçus dans le cadre du dépôt légal et conservés mais pas catalogués, parmi lesquels bon nombre de partitions de musique légère. Le dépouillement des registres du dépôt légal montre ainsi un degré de précision de moins en moins élevé dans la description de ces partitions : peu à peu, à partir de l’année 1934, à côté des numéros d’ordre et de l’éditeur, n’est plus notée à la ligne « titre des ouvrages » que la composition instrumentale de la partition (« chant-piano », « orchestre », etc.). Certains lots apparaissent avec la mention « divers » dans les années qui suivent, sans que l’on sache quel titre et quels auteur et compositeur ont été déposés. Les fonds dormants dont parlait Robert Brécy en 1990 ont pu susciter à bon droit espérances et fantasmes de la part des rares spécialistes qui travaillent sur la chanson de cette période : quels titres reposent ici, sous quelle forme, s’agit-il des conducteurs, des petits formats ou des deux ? S’agit-il bien uniquement de musique légère, de quel type de musique légère le cas échéant ? Le département de la Musique connaît les lacunes de son catalogue concernant la chanson et la musique légère de cette époque : le croisement avec les catalogues d’éditeurs, depuis la fin du XIXe siècle ne cesse de les révéler, sans que l’on sache très bien, par ailleurs, quelle est l’origine de ce décalage. Est-il le fait des éditeurs eux-mêmes ? Ou bien d’un préjugé ancien et jamais vraiment formulé qui relèverait de ce qu’Élisabeth Giuliani qualifiait de « mésestime », qui aurait rendu les conservateurs de l’époque plus négligents dans la collecte et le traitement de ce type de musique ? Actuellement, il reste un peu plus de 10 000 partitions 4-VM16 relevant de ce reliquat du dépôt légal du début du XXe siècle. Leur catalogage est en cours, mais n’est pas terminé.

Une expression légère pour un classement complexe

Ces fonds, qui ne sont pas accessibles aux chercheurs tant que leur catalogage n’a pas été réalisé, témoignent de la relation compliquée qui a existé entre la BnF et la chanson imprimée dans l’entre-deux-guerres. En effet, ce n’est qu’assez tardivement, au tout début du XXe siècle, que la Bibliothèque a consacré un cadre de classement spécifique pour traiter la chanson imprimée massivement produite à l’époque. L’existence d’un reliquat d’une telle importance, issu du dépôt légal, pourrait expliquer certaines pesanteurs qui persistent encore dans la recherche sur la chanson des années 1920-1940 aujourd’hui. Ainsi, alors que la BnF dispose du plus important fonds de partitions de chanson française, ce sont encore souvent vers les collectionneurs que se tournent les chercheurs intéressés par ces questions, faute de pouvoir accéder aux fichiers à usage initialement commercial de la SACEM, plus complets, mais qui n’ont pas été conçus comme ceux de la BnF à des fins patrimoniales et de recherche.

Dans le classement actuel, l’expression même de « musique légère » est problématique car elle regroupe ce que l’on cotait sous l’appellation « Œuvres diverses » jusqu’en 1909, date à laquelle fut créé ce classement spécifique – la « Musique légère » – auquel ne sera dédié un fichier qu’en 1947, au moment de la création du département de la Musique. Les années 1900 correspondent également au pic de production éditoriale de chansons, stimulée par l’essor du café-concert, où se jouait alors une grande diversité de spectacles (pas seulement musicaux d’ailleurs). Cependant, la variété d’œuvres produites dans ce cadre a sans doute conduit les conservateurs de l’époque à choisir une expression plus vague que « chanson » pour qualifier le classement de ces œuvres, la « Musique légère » ayant vocation à regrouper tout ce qui relevait de la musique de divertissement ou en tout cas qui ne relevait pas d’une écriture musicale supposée plus complexe. Si des efforts ont été fait ces dernières années pour préserver les supports fragiles que constituent les chansons imprimées des années 1880 à 1914 et les mettre à disposition du grand public via Gallica, l’on ne sait pas toujours comment aborder ce matériau musical autrement que comme une curiosité. Cela est encore plus vrai pour les chansons éditées après-guerre, plus mal connues et plus difficilement accessibles pour des raisons de droits. Or, les chansons de cette période s’inscrivent dans la continuité de la production de chansons d’avant-guerre, dans un paysage éditorial qui s’est cependant modifié, concentré entre les mains de quelques éditeurs qui font de l’édition de petits formats musicaux une véritable rente dans les années 1920-1930. Pour la BnF, cette évolution des structures éditoriales de musique populaire a pu engendrer un afflux d’imprimés musicaux via le dépôt légal, qu’il s’est avéré difficile d’absorber dans ce que l’on classait sous l’appellation « Musique légère ». Ce classement a ainsi progressivement regroupé non seulement des chansons, mais également des œuvres longues, telles que des opérettes ou des musiques de film, dont la spécificité ne s’est affirmée qu’au cours des années 1920-1930 et plus tard tout ce que l’on a pu désigner communément par « variété ».

D’autre part, le classement et le catalogage de ces objets éditoriaux de grande consommation, produits en masse, a très rapidement posé problème : au-delà du genre de musique auquel les rattacher, notamment pour les chansons extraites d’œuvres longues qui ont pu avoir leur vie propre, leur description physique est encore aujourd’hui un sujet de réflexion. Les partitions de chansons des années 1920-1930, qu’il s’agisse de grands ou de petits formats, sont des supports hautement médiatiques, qui ont plusieurs fonctions : éditer le texte et la ligne mélodique, certes, mais aussi et peut-être surtout servir de vitrine pour l’éditeur autant que pour les artistes. Or, les descriptions du catalogue ont été faites de manière plus ou moins complète jusqu’à aujourd’hui : présence de photographies, de lithographies, noms des interprètes, des illustrateurs, genre désigné par l’éditeur, genre plus large auquel se rattache la chanson sont mentionnés de manière aléatoire. La quantité d’œuvres ainsi collectée et la complexité de ces supports, apparemment communs, expliquent sans doute en partie pourquoi le catalogage de ces œuvres a été mis de côté dans un premier temps puis constamment repoussé. Ces choix ont par ailleurs un impact direct sur les méthodes que le chercheur peut mettre en œuvre pour travailler sur la chanson comme produit d’une culture de masse : le classement des chansons et la description plus ou moins complète des partitions conservées, de même que leur communication individuelle sous forme imprimée, microfilmée ou numérique a tendance à neutraliser l’aspect industriel de cette production musicale, en en donnant une vision fragmentée, paradoxalement en décalage avec la vocation originelle de l’expression « musique légère » censée rendre compte de cette notion de « musique de masse ».

Ainsi, une réflexion sur la place de la chanson dans les collections de « musique légère » de la BnF serait encore à mener pour valoriser ces collections auprès de différents profils de chercheurs, comme l’appelaient de leurs vœux les conservateurs qui avaient participé au numéro de la Revue de la BnF cité en introduction.

Notes

  1. Élisabeth Giuliani, « La chanson française toujours recommencée », dans Revue de la BnF, 2004, n° 16, p. 18. []
  2. Stéphane Hirschi, Chanson. L’art de fixer l’air du temps, Paris-Valenciennes, Les Belles Lettres-Presses universitaires de Valenciennes, 2008. []
  3. Voir la présentation du réseau sur https://www.lesondesdumonde.fr/ []
  4. Anne Triomphe-Cornilus, « La chanson au département de la musique », dans Revue de la BnF, op. cit., p. 63. []
  5. Ibid. []
  6. Robert Brécy, Florilège de la chanson révolutionnaire de 1789 au Front populaire, Paris, Les éditions ouvrières, 1990, p. 11. []
  7. Ibid. []

BnF DataLab : appel à projets 2021

Logo-BnF

Présentation et objet de l’appel

Le BnF DataLab

Depuis une vingtaine d’années, la BnF conduit une politique en matière de numérisation de masse, d’ouverture des licences sur les métadonnées, de mise en place d’outils de consultation, d’analyse et d’extraction, d’accueil et d’accompagnement d’équipes de recherche expérimentant des traitements de corpus et données numériques (archives du web, fouille de textes ou de logs, reconnaissance d’images…). Les opportunités offertes aujourd’hui par les usages computationnels des documents numériques et la maturité des outils d’analyse changent les paradigmes de la recherche et permettent de lui ouvrir de nouveaux champs.

Le BnF DataLab est un service d’assistance et d’accompagnement à la recherche mis en place par la BnF en partenariat avec la TGIR Huma-Num, pour l’accueil de chercheurs qui souhaitent travailler sur les collections numériques de la BnF. Ces collections représentent en effet une masse considérable de documents, d’une grande diversité, tant par leur forme que par leur contenu : documents numérisés dans Gallica et Gallica intramuros, archives du web, métadonnées bibliographiques, jeux vidéo, documents audiovisuels (DVD, vidéos), etc.

Cette variété rend parfois délicate l’étude de corpus et demande un accompagnement à plusieurs niveaux d’expertise : expertise des fonds, des formats bibliographiques mais aussi expertise technique.

A travers des parcours d’accueil, le BnF DataLab permet aux chercheurs de bénéficier de l’ensemble de l’expertise de la BnF sur ces collections : aide à la constitution du corpus, extraction de données et métadonnées, accès à une infrastructure serveur dédiée, suivi de projet. De nouveaux espaces de travail spécifiques, installés dans une des salles de recherche du site François-Mitterrand de la BnF, permettent d’accueillir des chercheurs souhaitant travailler sur des documents numériques, y compris ceux sous droits (archives de l’internet, documents de Gallica intramuros), d’utiliser les infrastructures informatiques dédiées ainsi que la boîte à outils du BnF DataLab, mais aussi de bénéficier de l’assistance d’experts sur les collections et les traitements.

La mobilisation des différents niveaux d’expertise permet donc d’accueillir un chercheur voulant faire de l’analyse sémantique des romans du XIXe siècle ou un laboratoire d’intelligence artificielle qui voudrait entraîner ses algorithmes sur des corpus massifs et hétérogènes.

BnF Data Lab  © Olivier Jacquot
BnF Data Lab © Olivier Jacquot

Missions du BnF DataLab

A travers l’ouverture du BnF DataLab, la BnF entend :

  • Favoriser l’accès aux collections numériques à travers la mise en place d’environnements informatiques mais aussi d’un accompagnement par un large panel d‘experts.
  • Mettre à disposition un environnement informatique propice à l’analyse, à la connaissance et à la valorisation des collections en articulation avec l’infrastructure Huma-Num.
  • Structurer un laboratoire d’expérimentation en favorisant les échanges entre la recherche académique et les bibliothèques en s’appuyant notamment sur les communautés constituées autour de l’infrastructure Huma-Num et ses partenaires.

Les enjeux de cet appel à projet sont donc doubles : fournir un accès facilité et un accompagnement de grande qualité aux équipes dans leurs travaux de recherche ; permettre à la BnF de mieux connaître les pratiques autour de ces collections et approfondir son expertise pour développer ou parfaire des outils internes.

Objectifs de l’appel

Dans la continuité de ses missions de diffusion et de valorisation des collections, la BnF souhaite par le biais de cet appel à projet accueillir des équipes de recherche, afin d’accroître la connaissance mais aussi les possibilités d’analyse et de traitement de ses collections numériques. Les projets proposés devront faire appel à des méthodes et outils de traitement numérique.

L’objectif du présent appel est de permettre à des équipes de recherche de proposer des projets susceptibles d’être soutenus par le BnF DataLab, par le moyen d’un financement et d’un accompagnement spécifique, que ces projets soient nouveaux ou déjà en cours.

Quatre sujets sont proposés par la BnF mais les candidats peuvent également proposer spontanément leurs propres sujets de recherche, s’ils entrent dans le cadre du BnF DataLab. Les projets retenus pourront bénéficier de l’aide et l’assistance des experts de la BnF, tant d’un point de vue scientifique que technique.

Description des services du BnF DataLab dont pourront bénéficier les projets retenus

L’utilisation des services se fera dans les limites de la capacité du BnF DataLab et sera défini entre l’équipe du BnF DataLab et le responsable de chaque projet retenu.

Accueil dans les espaces du BnF DataLab :

  • Possibilité de réserver une salle de groupe de 4 places, accès à des box individuels de travail équipés d’un poste informatique et de deux écrans ;
  • Accès à un espace serveur et une machine virtuelle depuis les infrastructures dédiées de la BnF et de la TGIR Huma-Num ;
  • Accès à la boîte à outils du BnF DataLab : un environnement de travail Linux (Ubuntu), un environnement de programmation Anaconda, un IDE (Pycharm) et un client FTP (FileZilla). Cet environnement pourra être complété par le chercheur selon ses besoins (sous réserve de la validation de la BnF).

Accompagnement et suivi de projet :

  • Aide à la constitution de corpus : assistance bibliographique, aide pour l’extraction de corpus web et/ou pour l’extraction de données et/ou de documents ;
  • Formations : utilisation des API BnF, utilisation des formats bibliographiques, suivi de projet ;
  • Assistance technique : installation d’outils, entretiens avec des experts BnF, accompagnement technique et opérationnel avec les ingénieurs du BnF DataLab ;
  • Accès à la grille de services de la TGIR Huma-Num en accord avec l’équipe technique : notamment le dépôt accompagné dans l’entrepôt Nakala, accès à des GPU pour traitement de corpus, accompagnement technique et opérationnel pour la diffusion et l’exposition des données (Nakala Press, site web), référencement dans Isidore.science.

Résultats et reversement des outils

Dans le cadre de la politique pour la science ouverte formalisée dans le Plan national pour la Science Ouverte, les réalisations produites dans le cadre de cet appel à projet pourront être valorisées et mises à disposition des communautés de chercheurs souhaitant réutiliser les applications, les scripts et les corpus utilisés. Ces réalisations pourront rejoindre, sous réserve de validation, la boîte à outils du BnF DataLab.

Types de projets visés par le présent appel

  • Durée max. 1 an / budget max. 25 000 €
  • Les projets proposés peuvent permettre d’amorcer une nouvelle recherche ou compléter un programme déjà existant.
  • Lien fort avec le programme et les missions du BnF DataLab.
  • Le projet doit présenter un clair enjeu scientifique pour le traitement et l’analyse des collections numériques de la BnF. Il reviendra à l’équipe de recherche de mettre en oeuvre ces méthodes et outils de traitement.

Préconisations méthodologiques

Tout en précisant les enjeux scientifiques, les projets soumis à l’appel devront respecter les obligations suivantes :

  • porter obligatoirement sur les collections numériques de la BnF ;
  • présenter des étapes de traitement numérique des collections (à décrire dans la proposition) ;
  • proposer des corpus, des méthodes ou des outils d’analyse originaux présentant un intérêt pour une communauté bien identifiée et en lien avec les problématiques du BnF DataLab, et livrer des résultats et outils d’aide à la recherche utiles et accessibles à la communauté scientifique ;
  • s’engager sur un résultat final sur la base d’une description précise du livrable attendu et d’un planning détaillé ;
  • s’engager à faire un retour d’expérience sur sa recherche dans le cadre d’ateliers du BnF DataLab.
  • prévoir des actions de valorisation de la recherche (carnets de recherche, publications, communications lors de colloques…) ;
  • détailler les modalités d’accès aux sources, aux corpus et données et leurs modes de constitution, de traitement et de conservation ;
  • être attentifs aux questions de la pérennisation des données et des résultats de la recherche ;
  • prendre en compte les questions de protection des données personnelles et les droits de propriété intellectuelle sur certains types de données ou corpus.

Sujets proposés dans le cadre de l’appel

Quatre sujets sont proposés en lien avec des collections ou des thématiques spécifiques à la BnF. Les candidats peuvent également proposer leur propre sujet de recherche s’il rentre dans le cadre des objectifs de l’appel et des enjeux du BnF DataLab tels que décrits plus haut.

Les équipes de recherche sont encouragées à contacter la BnF en amont du dépôt pour poser toute question sur leur projet. Merci de contacter datalab@bnf.fr

1. Covid19 et Archives du web

Les archives web de la Covid-19 en tant que collection sont définies comme l’ensemble des contenus collectés par la BnF entre février et fin juillet 2020 dans le cadre de ses collectes courantes. Les données sont conservées dans 15 504 fichiers WARC représentant 15To de données compressées dont 1To de vidéo. Les contenus collectés ont été indexés avec le moteur de recherche Solr.

Pistes de recherche :

  • Information et vulgarisation scientifique en période de crise.
  • Le vocabulaire de la Covid-19, les registres mobilisés et leur réception critique.
  • Le web comme moyen de mobilisation et de témoignage
  • Comparaison des politiques nationales et comparaison avec d’autres pandémies historiques

Ces pistes ne sont pas exhaustives et les sujets proposés peuvent concerner les aspects médicaux, sociaux, politiques, économiques et culturels.

2. Archives de la jouabilité et sources de l’histoire des jeux vidéo

La BnF détient une collection de jeux vidéo constituée à partir du milieu des années 1990, quand le dépôt légal fut étendu à ces supports. Elle s’enrichit chaque année avec des acquisitions de titres plus anciens visant à renseigner les débuts de l’édition vidéoludique. La bibliothèque collecte et conserve également de nombreux autres supports nécessaires aux chercheur(e)s en sciences du jeu : monographies et périodiques, sites web et vidéos en ligne dans les archives de l’internet, enregistrements sonores et vidéos, archives, etc. Ces documents en lien avec les jeux vidéo sont conservés dans des services et des lieux divers au sein de la BnF, et leur consultation ne peut se faire de façon simple et centralisée.

Le projet consisterait à travailler sur des corpus regroupant ces différents types de documents, utiles à l’histoire du jeu vidéo et déjà présents dans les collections de la BnF (notamment monographies, périodiques, vidéos et archives de l’internet). L’étude devra comporter une identification de ces différentes sortes de contenus, avec une attention particulière apportée aux enregistrements de parties et témoignages de joueurs relevant des archives de la jouabilité à proprement parler. À titre de test, on pourra se concentrer sur un panel limité de jeux, d’un type ou d’un éditeur particulier, ou sur une période donnée.

La réflexion pourra porter également sur les métadonnées qui doivent accompagner ces documents et la manière de les lier entre elles, en vue de faciliter leur signalement et au final leur visibilité par les chercheur(e)s travaillant sur ces questions. Il s’agira aussi d’envisager des moyens techniques permettant de consulter sur un même poste les jeux eux-mêmes et les matériaux de tous types qui peuvent les concerner.

En fonction du sujet proposé et des titres concernés, on travaillera enfin à la possibilité de produire des archives de la jouabilité inédites : réalisation de vidéos de parties, en lien avec les besoins des chercheur(e)s et avec l’aide et l’accompagnement éventuel d’éditeurs et de studios de développement.

(Voir : Hugo Montembeault et Simon Dor, « À quoi pensent les archives de la jouabilité? », Conserveries mémorielles [En ligne], #23 | 2018, mis en ligne le 10 octobre 2018, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/cm/3171).

3. Gallica et les collections numérisées

Bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, Gallica comprend des documents de toute nature : monographies, périodiques, estampes et photographies, manuscrits, cartes et plans, partitions musicales, etc. Avec plus de 8 millions de documents, l’enjeu est d’outiller la bibliothèque numérique pour les chercheurs et de travailler la collection en tant que données. Les projets proposés pourront ainsi recourir aux techniques IA pour l’enrichissement des collections (production de métadonnées, extraction de contenu…), utiliser les API, etc.

Pistes de recherche :

  • Éditorialisation et navigation dans des documents et corpus complexes (dictionnaires, CR de l’académie des sciences, etc.)
  • Outils de visualisation de la collection
  • Extraction des entités de lieux et géolocalisation des documents
  • Anonymisation de l’indexation

4. Vectorisation automatique de corpus cartographiques patrimoniaux

Le patrimoine cartographique numérisé du département des Cartes et plans (près de 61 000 documents libres de droits et 10 000 documents sous droits) et de la Société de géographie (plus de 10 000 documents aux droits de diffusion négociés et 8000 documents sous droits) est accessible dans la bibliothèque numérique de la BnF, Gallica et Gallica Intramuros. S’y ajoutent les collections des partenaires de Gallica susceptibles de contenir des documents cartographiques (par exemple, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris). Cette richesse documentaire peut se décliner en corpus pertinents pour des projets de recherche impliquant une géospatialisation de données historiques (géolocalisation d’objets et de documents, géo-référencement, géocodage à partir d’annuaires anciens) dans des domaines comme l’histoire des représentations cartographiques, l’histoire de l’urbanisme et de la géographie…

La BnF propose d’accompagner, dans ce contexte, des projets requérant la possibilité de vectoriser automatiquement des corpus de plans de villes numérisés, selon un prototype utilisant les techniques de l’intelligence artificielle (algorithme fondé sur un réseau de neurones spécifiquement entraîné) : voir la documentation technique disponible sur la page GitHub du projet : https://github.com/BnF-jadis. Cette application pourrait être réutilisée sur des corpus de plans de différentes villes, à partir des collections de la BnF et d’autres institutions patrimoniales, afin, par exemple, de réaligner ces cartes sur plan actuel ou d’en extraire les données.

5. Sujet libre (à proposer par l’équipe de chercheurs)

Les candidats peuvent proposer tout autre sujet de recherche qui rentre dans le cadre des objectifs de l’appel, des missions du BnF DataLab et des préconisations méthodologiques.

Modalité de soumission

Le responsable du projet doit remplir le formulaire joint à l’appel qui contient les éléments suivants :

  • Description du projet : sujet, objectifs, livrables
  • Détails de la mise en œuvre
  • Présentation du lien avec les missions et les problématiques du BnF DataLab
  • Pistes de valorisation
  • Budget et le cas échéant les profils des postes à financer
  • CV du responsable

Le dossier complet doit être envoyé sous forme d’un fichier PDF unique par courriel à l’adresse datalab@bnf.fr

Les dossiers doivent être reçus au plus tard le 28 juillet 2021 (17h, heure de Paris).

Règlement

En déposant un dossier, le candidat reconnaît avoir pris connaissance du présent règlement et déclare l’accepter.

Recevabilité

  • Le dossier de soumission, sous forme électronique, doit être transmis dans les délais, au format demandé et être complet.
  • Le dossier, dans le format fourni et y compris le CV du responsable, ne doit pas dépasser 10 pages.
  • La durée maximum du projet présenté est de 12 mois ; le projet doit démarrer à partir du 1er octobre 2021 et au plus tard le 31 octobre 2021 et doit se terminer au plus tard le 31 octobre 2022.
  • Le montant de financement demandé ne peut pas excéder 25 000 € TTC.

Eligibilité 

  • Le projet doit être porté ou soutenu par au moins un laboratoire ou une unité de recherche relevant d’un établissement public de recherche.
  • Le responsable du projet doit être au niveau doctorant ou supérieur.

Calendrier

  • Lancement de l’appel à projet : juin 2021
  • Date limite de dépôt des dossiers : 28 juillet 2021
  • Jury de sélection : semaine du 13 septembre 2021
  • Notification des résultats : semaine du 20 septembre 2021
  • Démarrage des projets : entre le 1er et le 31 octobre 2021

Critères et processus de sélection

  • Les projets seront évalués à partir des critères suivants :
    • Recevabilité : dépôt avant date limite du dossier complet et respect du budget maximum ;
    • Adéquation du projet proposé avec les missions du BnF DataLab et la valorisation des collections numériques de la BnF ;
    • En particulier, le projet doit présenter une problématique de recherche portant  obligatoirement sur les collections numériques de la BnF et doit obligatoirement présenter des étapes de traitement numérique des collections (à décrire dans le dossier) ;
    • Les projets portant sur des corpus déjà disponibles (déjà numérisés / déjà collectés) seront privilégiés pour permettre une mise en œuvre rapide du projet ;
    • Qualité du dossier : originalité, gestion du projet, compétences mobilisées, faisabilité scientifique et budgétaire ;
    • Qualité du livrable ; s’il s’agit d’un logiciel, une préférence sera donnée aux réalisations sous licence libre ;
    • Prise en compte des problématiques de gestion et de pérennisation des données ; la présence d’un plan de gestion des données le cas échéant sera un atout.
  • Tout projet déposé fera l’objet d’une évaluation préalable par le BnF DataLab et les départements de la BnF concernés. Le choix des projets retenus se fera sous réserve de la faisabilité en ce qui concerne la disponibilité des ressources nécessaires au sein de la BnF. De même, l’utilisation des services par les projets retenus se fera dans les limites de la capacité du BnF DataLab et des autres départements de la BnF concernés.
  • Les projets retenus seront choisis par un jury composé des membres de la BnF et de la TGIR Huma-Num.

La non sélection de projets ne peut faire l’objet d’une contestation.

Dépenses

  • Toutes dépenses confondues, le montant de financement demandé ne peut excéder 25 000 € (TTC).
  • Dépenses éligibles :
    • recrutement IGR / IGE ; stages ;
    • missions (le montant maximum des missions ne pourra pas dépasser 10% de la subvention demandée) ;
    • prestations techniques de fouilles de données ou de développement d’outils liés au traitement numérique des collections, ainsi que les licences logiciels nécessaires.
  • Dépenses non éligibles :
    • frais RH de personnel permanent ;
    • frais de développement ou de maintenance de type site web, stockage des données ;
    • frais de publication.
  • Le responsable s’engage à fournir un tableau de dépenses certifié et toutes les pièces justificatives.

Livrables / utilisation des résultats

  • Le responsable doit décrire dans sa proposition les livrables du projet.
  • Il est attendu que le livrable prenne la forme soit d’un outil, soit d’une démonstration d’une technique d’analyse, susceptibles d’être valorisés dans le BnF DataLab.
  • Le responsable d’un projet retenu s’engage à participer à un atelier de partage d’expériences sur sa recherche organisé par le BnF DataLab.
  • Les résultats peuvent être utilisés (à des fins commerciales ou non-commerciales) par la BnF et par l’établissement porteur. En particulier, les logiciels, scripts etc. ont vocation à rejoindre la boîte à outils du BnF DataLab (cf. supra) et être proposés sur la grille de service de Huma-Num.
  • Pour les logiciels développés dans le cadre du projet, l’utilisation d’une licence libre est préconisée.
  • La BnF pourra communiquer sur les projets retenus ; les chercheurs s’engagent à respecter les mentions obligatoires dans toute communication.

Convention

  • Une convention sera signée entre la BnF et l’établissement porteur du projet pour encadrer le versement de la subvention, son utilisation, l’utilisation des résultats et les conditions d’accueil.
  • L’équipe de recherche d’un projet retenu s’engage à respecter le règlement des salles de lecture de la BnF et, de manière générale, toute charte ou réglementation applicable relatives notamment à la sécurité des collections, la circulation dans les espaces de la BnF et la reproduction des documents issus des collections de la BnF.

Modalités de versement

  • Le financement accordé à tout projet retenu sera versé en deux temps, au début des travaux et à la réalisation des livrables.
  • Les modalités de versement seront précisées dans la convention.
BnF Data Lab  © Olivier Jacquot
BnF Data Lab © Olivier Jacquot

Atelier : Humanités numériques, littérature et intelligence artificielle (18/6)

Assistez à l’atelier que le BnF DataLab organise le 18 juin 2021 de 14h à 17h30 pour découvrir les nouveaux axes de recherche en littérature et linguistique, ainsi que les enjeux pour la BnF.

La recherche autour des textes littéraires a été profondément transformée ces 15 dernières années. La numérisation des contenus et le développement d’outils d’analyse ont fait émerger de nouvelles pistes de recherche et offrent de nouveaux terrains à la critique savante. L’automatisation des traitements a permis une approche plus globale, beaucoup moins laborieuse que l’approche manuelle, permettant l’émergence de champs de recherche innovants comme la lexicométrie, la textométrie, la stylométrie, ou la « stylistique outillée ».

BnF Data Lab
BnF Data Lab

Argument

Littérature et traitement automatique semblent de prime abord plutôt antinomiques : si l’une renvoie aux principes de sensibilité et de création, l’autre au contraire relève de la froide mécanique de l’automatisation. Et pourtant, la littérature et la linguistique comptent au premier rang des disciplines dont les pratiques de recherche ont largement été bouleversées ces dernières années par les outils du numérique. Ces outils ont permis de découper le langage en « donnée première » d’analyse, avec pour but de saisir, comprendre et analyser son fonctionnement sur de larges corpus. L’automatisation des traitements a permis une approche plus globale, beaucoup moins laborieuse que l’approche manuelle, permettant l’émergence de nouveaux champs de recherche comme la lexicométrie, la textométrie, de la stylométrie, voire de la « stylistique outillée ».

La BnF accompagne évidemment ce mouvement : de par la richesse de ses collections, qui font de l’institution un formidable « réservoir de données », mais aussi par l’ensemble des outils et l’accompagnement qu’elle met en place pour faciliter la consultation, l’extraction, l’analyse de ces vastes corpus. Les expertises et savoirs faire professionnels des différents acteurs de la BnF se retrouvent donc au service d’un objectif commun avec les acteurs de la recherche : celui de mieux connaitre et valoriser les fonds qu’elle renferme.

Cet atelier du BnF DataLab propose un tour d’horizon des différentes formes d’automatisation de l’analyse littéraire, par la présentation de projets de recherche actuels.

Programme

14h – Accueil des participants par Marie Carlin, BnF, coordinatrice du BnF DataLab

14h05 – Emmanuelle Bermès, BnF, Adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du Directeur des services et des réseaux et Glenn Roe, Professeur de littérature française et humanités numériques à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université, responsable de l’équipe-projet ObTIC : Enjeux de la lecture distante : notions et corpus.

  • 1er partie : Stylométrie et analyse stylistique :

15h00 : Jean-Baptiste Camps (Maître de conférences en philologie computationnelle, École nationale des chartes, PSL) et Florian Cafiero (Ingénieur de recherche, GEMASS-CNRS, Paris-Sorbonne) : Œuvres collectives et stylométrie.

15h20 : Antoine Silvestre de Sacy (Ingénieur d’étude, CNRS Huma-Num) : La méthode des motifs : identification de schémas lexico-grammaticaux caractéristiques pour identifier les styles ou les genres littéraires.

15h40 : Questions

16h : Pause

  • 2e partie : Littérature et IA

16h15 : Carmen Brando (Ingénieure de recherche, EHESS) : Entités nommées et textes littéraires : annotation, expériences et visualisations.

16h35 : Thierry Poibeau (Directeur de recherche, CNRS) : Génération combinatoire de sonnet à partir d’un corpus de poésie du 19e siècle.

17h : Questions 17h30 : Conclusion générale par Laurence Tarin (directrice du département de l’Orientation et de la recherche bibliographique, BnF)

Informations pratiques

Organisateurs

  • Emmanuelle Bermès, Marie Carlin, Antoine Silvestre de Sacy et Thaïs Bach

Cet atelier intervient dans le cadre de la mise en place de manifestations au BnF DataLab nouveau service est à destination des chercheurs qui souhaitent travailler sur les collections numériques de la BnF, qui doit ouvrir ses portes en octobre 2021.

Journée d’étude : La Métamorphose du livre français, 1543-1547

Entre 1543 et 1547, les milieux éditoriaux français sont en ébulition : développement rapide de la traduction en langue française, résurrection de l’office d’imprimeur du roi, lancement de la collection grecque « Ex Bibliotheca Regia » chez Robert Estienne (1544), renouvellement des matériels décoratifs parisiens et lyonnais, tournant dans la politique éditoriale de certaines entreprises de librairie (Kerver, De Tournes, Vascosan)… Cette période voit paraître quelques-uns des chefs d’œuvre du livre illustré français (Chirurgia de Guido Guidi, Songe de Poliphile, Hiéroglyphica d’Horapollon, Architecture de Serlio, Délie de Maurice Scève, etc.) ; elle voit également l’entrée en lice de nouveaux acteurs dans tous les domaines: traduction (Martin, Amyot, etc.), illustration (Jean Cousin, Baptiste Pellerin), typographie (Garamont, Granjon). L’enjeu de cette journée d’étude est de décrire et de mettre en perspective les changements qui interviennent dans les cinq dernières années du règne de François Ier, pour déterminer dans quelle mesure ces faits isolés sont les symptômes d’un phénomène plus vaste. Il est en effet aisé de décrire ce bouillonnement, mais il est sans doute plus difficile d’en identifier les causes avec précision. Nous avons donc l’espoir qu’en mutualisant nos expertises respectives, nous puissions parvenir à identifier les principaux enjeux de cette « métamorphose » du livre ».

Programme

9h30 – Accueil. Introduction

  • 10h00 – Martine Furno (IHRIM, ENS Lyon) :
    1543-1547 dans l’atelier de Robert Estienne : un tournant ?
  • 10h30 – Ilaria Andreoli (CNRS) :
    La genèse (italienne) et la fortune des illustrations de la Chirurgie du Vidius parisien (1544)

11h00 – Pause

  • 11h15 – Louise Amazan (BnF, Réserve des livres rares) :
    De la commande princière au projet éditorial : la publication de la nouvelle traduction française du Décaméronpar Antoine Le Maçon chez Etienne Roffet (1545)
  • 11h45 – Paul-Victor Desarbres (Université Paris-Sorbonne) :
    Sur quelques traductions « fin de règne »

12h15 – Discussion

12h30 – Pause déjeuner

  • 14h00 – Soersha Dyon (EPHE – Université Rennes 2) :
    L’ornement moresque et le livre en France, 1543-1547
  • 14h30 – Maud Lejeune (IHRIM, Lyon 2 – Centre Gabriel Naudé) :
    L’Epitomé des gestes des rois de France (Lyon, par Balthazar Arnoullet, 1546) : une étape dans l’histoire de l’illustration du livre imprimé à la Renaissance

15h00 – Pause

  • 15h15 – Claire Sicard (CESR, Tours) :
    Dans la fabrique des Œuvres de Saint-Gelais (Pierre de Tours, Lyon, 1547)
  • 15h45 – Romain Menini (Université Paris Est) :
    Dans l’atelier de Pierre de Tours, 1542-1548

16h15 – Discussion

17h00 – Fin prévisionnelle

Organisation

  • Anna Baydova (BnF, Département des Estampes et de la Photographie – EPHE, SAPRAT)
  • Rémi Jimenes (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Université de Tours)

Informations pratiques

Journées d’étude : nommer et raconter la Commune

Dès 1871, il semble difficile de nommer la Commune et ses acteurs. Les communards déplorent l’anonymat des combattants, ces « las-de-vivre » chantés par Jean-Baptiste Clément et ces « milliers de héros inconnus » célébrés par Louise Michel. Les uns comme les autres racontent la Commune selon leur point de vue : ils créent des mots pour l’occasion – « communeux », « pétroleuse » –, figent par la photographie les lieux dévastés, réinventent parfois les faits en distordant souvent mémoire et histoire. L’événement constitue un tabou socio-politique durable. Comment s’en emparer, le nommer, le raconter, lorsque l’on est témoin, historien(ne), artiste, curieux(se), d’hier à aujourd’hui ?

Programme

9 h 15 – Ouverture
Laurence Engel, présidente de la BnF (sous réserve), Agnès Sandras, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF, et Laure Godineau (Paris XIII) 

Nommer la Commune

9 h 45 – Dérèglement, guerre civile ou révolution ? Nommer la Commune après 1871
Par Laure Godineau, université Paris XIII

10 h 15 – La chanson de la Commune
Par Philippe Darriulat, Sciences-Po Lille
Intervention accompagnée d’extraits sonores sélectionnés et présentés par Audrey Viault, département Son, vidéo, multimédia, BnF

11 h 30 – Éléphantine et les autres : des anonymes de la Commune 
Avec Michèle Audin, écrivaine, et Maxime Jourdan, éditeur et historien

Raconter la Commune

14 h 15 – Vingt ans après : uchronie d’une « Semaine sanglante » à l’envers par Michel Zévaco (1890) 
Par Laurent Bihl, université Paris I

14 h 45 – Les romans populaires de la Commune
Par Daniel Compère, université Paris III

15 h 30 – Échanges autour la bande dessinée Les Damnés de la Commune de Raphaël Meyssan
Avec Bertrand Tillier, université Paris I, et Raphaël Meyssan

16 h 45 – Dérouler le fil de la Commune : quand Gallica raconte l’histoire sur les réseaux sociaux
Par Eve Aguilella-Cueco, médiation et valorisation, réseau des médiathèques de Plaine Commune, Isabelle Degrange et Lou Le Joly, département de la Coopération, BnF

Informations pratiques

  • 10 juin. 2021
  • 9h – 18h
  • BnF, site François-Mitterrand
  • Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)
  • Cette journée d’étude sera également diffusée sur notre chaîne Youtube

Offre d’emploi : Chef.fe de projet Données et Intelligence Artificielle

Missions et activités permanentes

Dans le cadre de son futur contrat de performance à partir de 2022, la BnF s’est dotée d’une feuille de route pour l’intelligence artificielle, visant à augmenter sa capacité à intégrer des technologies reposant sur l’automatisation de fonctions cognitives telles que l’apprentissage par machine, la vision par
ordinateur et ses dérivées (reconnaissance de l’écriture manuscrite…), l’analyse de contenus sonores, la génération de données, la création de modèles de prédiction, etc. Cette feuille de route inclut des enjeux stratégiques, organisationnels, humains, techniques et financiers.
La BnF est également engagée dans des programmes de long terme visant à développer sa stratégie de gestion des données, qu’il s’agisse de leur production, leur exploitation, leur diffusion : la création d’un Data Lab pour l’exploitation des collections numériques de la BnF, le projet Noemi visant à refondre l’application de catalogage de la BnF, le projet de mise en cohérence des données utiles à la conservation. Ces programmes sont susceptibles de contribuer à la feuille de route pour l’intelligence artificielle.

L’adjointe scientifique et technique auprès du directeur des services et des réseaux est impliquée dans la coordination de ces programmes et leur portage stratégique au niveau de l’établissement. À cette fin, elle peut être amenée à impulser et piloter des projets expérimentaux qui se rattachent à ces programmes, ou à faciliter des projets de plus grande envergure en y contribuant activement.
Le ou la titulaire du poste, rattaché.e à l’adjointe scientifique et technique auprès du directeur des services et des réseaux, aura la charge de conduire ou de participer à des projets transverses rattachés aux programmes de déploiement de l’intelligence artificielle et de la stratégie de gestion des données de la BnF. En lien avec les porteurs de ces projets dans les différents départements de la direction des services et des réseaux, il ou elle assurera de façon opérationnelle leur suivi ou leur pilotage, suivant les cas, et participera à des activités techniques opérationnelles.

Ses activités peuvent être les suivantes, selon les projets :
– rédiger des documents techniques (cahiers des charges, modèles de données, documentation technique)
– concevoir et piloter des chantiers liés aux données et aux traitements des données
– spécifier le développement d’outils techniques dans le domaine du traitement des données et de l’intelligence artificielle
– en lien avec le département des systèmes d’information, concevoir et piloter des chantiers liés à l’infrastructure informatique pour l’intelligence artificielle
– évaluer et chiffrer les moyens (humain, techniques) nécessaires à la conduite de chantiers sur les données et assurer un suivi activités de suivi et gestion de projet (planning, travail en équipe, accompagnement du changement, communication, formation, évaluation, reporting).

Activités spécifiques

Contribution au service public dans le cadre du Data Lab (expertise ingénierie des collections numériques et des données, intelligence artificielle)

Compétences requies

  • Très bonne connaissance des enjeux numériques des institutions patrimoniales
  • Connaissance de la BnF et de son organisation
  • Connaissance des mécanismes de financement de projets et des marchés publics
  • Maîtrise de la méthodologie de conduite de projet
  • Connaissances pratiques et expérience dans le domaine de la modélisation et de l’exploitation des données
  • Connaissance des outils et techniques des traitements de données et de l’intelligence artificielle
  • Anglais indispensable.

Contraintes spécifiques

Activités 100% télétravaillables

Postuler en ligne

Contact

  • Emmanuelle BERMES
    Adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du Directeur des services et des réseaux

Références

  • Référence du poste : 2801
  • Sites : François-Mitterrand Quai François-Mauriac Cedex 13 75706 Paris
  • Catégorie : A
  • Groupe emploi : 5
  • Famille : Administration gestion
  • Emploi de référence : Chargé de mission / d’études / de projet / d’audit / responsable qualité
  • Spécialité professionnelle : Services aux publics / traitement des collections
  • À pourvoir à compter du : 01/07/2021

Appel à contributions : Fantastic Futures, 3e conférence internationale sur l’intelligence artificielle pour les bibliothèques, les archives et les musées

La communauté  ai4lam (Intelligence artificielle pour les librairies, archives et musées)  organise sa 3e conférence internationale, qui se tiendra à la Bibliothèque nationale de France, à Paris, les 9 et 10  décembre 2021. Cet évènement combinera des présentations sur place avec une diffusion en ligne ainsi que des webinaires et des ateliers en ligne.

Cette conférence s’adresse à un public diversifié de professionnels des institutions culturelles (Galeries, Librairies, Archives et Musées ou GLAM), intéressés par l’application de l’intelligence artificielle (IA) dans leurs organisations. Elle pourra également accueillir des chercheurs, artistes ou toute autre personne qui exploite des collections de bibliothèques, archives ou musées au moyen de méthodes basées sur l’IA. Elle offrira aux participants l’opportunité de partager leurs connaissances actuelles concernant l’IA et ce qu’ils ont accompli jusqu’à ce jour,en adoptant des points de vue variés, pouvant aller de présentations générales destinées à faire découvrir le sujet aux nouveaux venus, à des échanges de pratiques et retours d’expériences en tant qu’experts. Faire état de la diversité de la communauté est notre priorité : l’événement devra être représentatif de sa dimension internationale, de ses différentes collections et métiers ainsi que des différents niveaux de maturité de compréhension, d’application et de déploiement de l’IA dans nos institutions.

Le comité de programme est à la recherche de tutoriels ou d’ateliers interactifs visant les professionnels des données, développeurs ou partenaires (tel que des chercheurs dans des “data lab”) des institutions culturelles, dans les domaines suivants :

  • Introduction à l’utilisation de l’IA dans les GLAM
  • Cas d’utilisation et mise en œuvre de l’IA dans des GLAM
  • Technologies et outils applicables aux données et collections des GLAM

Le comité de programme souhaite également recevoir des propositions d’exposés dans les domaines suivants :

  • Retours d’expérience de projets mettant en œuvre des technologies IA dans des institutions culturelles, sur des collections patrimoniales ou en lien avec ce domaine.
  • Applicabilité et reproductibilité de déploiements réussis de l’IA dans des bibliothèques, archives et musées.
  • Retour d’expériences sur l’enseignement et l’apprentissage de l’IA, bonnes pratiques visant à démocratiser l’IA dans ces domaines.
  • Considérations éthiques telles que l’accessibilité, les biais liés aux données et aux processus de traitement, l’impact écologique, la gestion des données personnelles, etc. appliquées aux GLAM
  • Questions relatives à la création et au partage de jeux de données et de modèles d’entraînement au sein de la communauté des institutions culturelles.

Les formats de contributions attendus sont les suivants :

  • Tutoriels ou ateliers : sessions en ligne de 1 ou 2h, potentiellement basées sur des supports (carnet de notes, dépôts de codes, exposés préenregistrés, démonstrations, etc.)  préalablement mis à disposition, au moins 2 semaines avant l’évènement. Les sessions en ligne seront réservées en priorité aux échanges et interactions avec les participants.
  •  Exposés : 15 minutes de présentation (préenregistrée, en ligne ou sur place, suivant les conditions sanitaires à la date de l’événement), suivies de 5 minutes de questions-réponses si possible.

Nous offrons un nombre limité de bourses de financement des frais de transport. Si vous souhaitez en faire la demande, merci de le préciser lors de l’envoi de vos propositions.

Modalités de soumission et processus de sélection

Les propositions prendront la forme d’un résumé de 500 mots (maximum) à déposer sur la plateforme EasyChair avant le 15 juin 2021 au plus tard.

Chaque proposition sera évaluée par au moins 3 évaluateurs indépendants sous la supervision du comité de programme.

Les langues de la conférence sont l’anglais et le français. Les propositions dans les deux langues sont acceptées.

Cet évènement est encadré par le code de conduite AI4LAM.

Rappel : offre d’un contrat postdoctoral BnF/Translitterae

Pour la deuxième année consécutive, la Bibliothèque et l’Ecole universitaire de recherche Translitterae (PSL) proposent un contrat postdoctoral pour soutenir un travail de recherche à la croisée des thématiques de l’Eur et des collections de la BnF, en particulier les fonds rares, non décrits ou inédits.

L’appel est ouvert jusqu’au 1er juin 2021.

Les détails de l’appel figurent dans le billet suivant :

Appel BnF/Translitterae 2021 pour un contrat postdoctoral

Entre destruction et modernité : l’édition révolutionnaire et impériale à travers les sources numériques du Dépôt légal (1793-1810)

Introduction1

Parmi les historiens du livre et de l’édition, le dépôt légal de la Révolution et de l’Empire est un peu comme le Commandeur du Don Giovanni de Mozart2.  Tout le monde sait où il se trouve, tout le monde en parle, mais personne n’ose s’y approcher de trop près dans la crainte d’en être écrasé ou englouti. Le dépôt légal demeure donc toujours en surplomb et en arrière-plan des recherches qui sont consacrées à l’histoire de l’édition de cette période : s’il est souvent cité, il n’est que très rarement analysé de près. Pour preuve, il suffit de voir les nombreuses références qui sont faites au dépôt légal dans les plus importants textes d’histoire du livre consacrés à cette période3 : les historiens continuent à se léguer les uns les autres les chiffres élaborés par Robert Estivals, qui, seul, a eu le courage de défier (et de vaincre) le Convive de pierre et de proposer, il y a désormais plusieurs décennies, une étude quantitative des registres du dépôt légal de l’époque révolutionnaire et impériale, seulement en partie corrigé par la suite4.

Les recherches actuelles ne souhaitent pas revenir sur les résultats proposés en son temps par M. Estivals, même si un premier et partial examen laisse supposer qu’il conviendrait d’en remettre en question certains acquis revoyant fortement à la baisse les volumes de la production éditoriale de cette époque. A quoi bon, en effet de savoir que, une fois éliminées les répétitions et les erreurs d’enregistrement, attentivement séparés les dons et les partitions musicales, réduites à portion congrue les publications périodiques et les tomes déposés séparément, en l’année VIII (1800) les publications déposées au titre du dépôt légal ont été 512 plutôt que 709 (-24,5%)5 ?

Image 1. Production éditoriale déposée au dépôt légal au régime de la loi du 17 juillet 1793.
Image 1. Production éditoriale déposée au dépôt légal au régime de la loi du 17 juillet 1793. En rouge les chiffres proposés par Estivals, en bleu ceux élaborés au cours de mes recherches cette année.

Quoique les nouvelles recherches se fondent en partie sur les mêmes sources utilisées par Estivals et en moindre partie par Hesse, elles souhaitent plutôt comprendre le processus de construction de ces chiffres, saisissant les logiques (culturelles, économiques et politiques) qui les déterminent. A cette condition, c’est-à-dire à condition de restituer au dépôt légal sa dimension sociale qui lui appartient en l’inscrivant dans un contexte plus vaste, ce tableau perd sa dimension abstraite. Intégrée avec d’autres sources, il peut devenir le biais à travers lequel il est possible d’une part d’appréhender l’impact de la Révolution sur le monde de l’édition6, autant qu’il peut être l’occasion, d’autre part, d’interroger les dynamiques de reconfiguration des capitaux culturels qui caractérisent l’Europe post-révolutionnaire et napoléonienne7.

Image 2. La France en l’an XI (1802-1803)
Image 2. La France en l’an XI (1802-1803)8.

Les dispositions prévues par la loi du 17 juillet 1793, qui régissent le régime libraire de la République, s’appliquent jusqu’en février 1810 sur un espace politique et culturel qui ne cesse de s’agrandir. Dans cette carte de l’an XI, l’on peut voir la départementalisation des Pays-Bas Autrichiens sur la frontière nord, du canton du Léman et de la région piémontaise à l’est.  

Les principes et les enjeux de la loi du 19 juillet 1793

Approuvé à un moment où la République était menacée de survie et passé presque inaperçu, le décret du 19 juillet 1793 constitue néanmoins un tournant dans l’histoire de l’édition9. Il est un tournant, car ce texte fonde le moderne droit d’auteur en France10, en le consacrant en tant que droit naturel et imprescriptible. Toutefois, cette loi constitue aussi un tournant dans la mesure où, à partir de ce premier postulat, ses auteurs, Marie Joseph Chénier, qui rédige le texte, et Joseph Lakanal qui le présente à la tribune11, construisent, aussi et plus largement, le cadre juridique qui organise un régime éditorial inédit, fondé sur le rejet radical de l’expérience et des principes de la période monarchique12. Ainsi, même si des anciennes pratiques sont restaurées, la logique qui préside à leur usage est nouvelle si bien celui-ci acquiert une nouvelle signification et nouvelle portée performative au sein le monde de l’édition13. Tel est le cas par exemple du dépôt légal14.

Instauré en 1537 par François Ier, modifié à maintes reprises au cours du XVIIIème et tombé en désuétude lors des premières années de la Révolution, sans pour autant être officiellement jamais abrogé, le dispositif est remis en vigueur par la loi en 1793, qui est en fait même le socle à partir duquel s’agence le processus d’accumulation du capital culturel de la nouvelle République. A proprement parler, il s’agit moins d’une restauration que de l’institution d’une nouvelle pratique socio-culturelle.  

Jusqu’en 1789, le dépôt légal s’inscrivait au sein d’un dispositif complexe visant à encadrer et à contrôler la production et la circulation de l’imprimé de la part de la monarchie. Ce qui avait expliqué, par-delà même les tensions qui avaient caractérisé l’existence du champ éditorial absolutiste15, son progressif durcissement à fur et à mesure que la diffusion de l’imprimé se propageait dans la société et devenait un vecteur de médiation culturelle en mesure de toucher de pans de plus en plus larges de la société. Il ne permettait pas seulement de vérifier les contenus que ces textes véhiculaient, mais surtout de s’assurer de la régularité du processus de production éditoriale qui était strictement encadrée par les privilégies concédés par la royauté, justifiant ainsi le rôle actif joué par les Communautés des libraires et imprimeurs au sein de ce processus de régulation. Si dans le règlement de 1723, la Bibliothèque du Roi était reconnue, quant à elle, destinataire de deux copies de chaque texte imprimé au sein du Royaume, elle avait un rôle totalement passif, déléguée qu’à recevoir et patrimonialiser des ouvrages que d’autres avaient en charge de saisir et d’en examiner la conformité aux règles en vigueur16.

La Révolution bouleverse ce système d’interactions, car elle bouleverse les principes sur lesquels se fonde le pacte social. En 1793, l’établissement du dépôt légal s’inscrit dans le sillage de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen approuvé quatre ans auparavant et, plus particulièrement, il est motivé par l’exigence de garantir l’application de l’article 11 de celle-ci qui prévoit que « tout Citoyen peut parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi »17. Il s’agit d’une traduction juridique tardive certes, aboutissement dernier de nombreux projet de lois et de pressions contradictoires qui ont jalonné son élaboration18, mais néanmoins logique. Comment serait-il autrement possible de protéger le droit imprescriptible et « exclusif » que « les auteurs d’écrits en tout genre, les compositeurs de musique, les peintres et dessinateurs qui feront graver de tableaux ou dessins » ont « de faire vendre, distribuer leurs ouvrages […] et d’en céder la propriété » sans conserver une trace précise des ouvrages imprimés sur le sol de la République19 ? Toutefois, comment éviter que la conservation et la patrimonialisation des publications dérivées du besoin de reconnaître à sa juste valeur « le génie » à travers ne remette pas en discussion le caractère sacré et inconditionné du droit d’auteur20 ? Comment exclure que l’institution, qui se porte garante de ce dépôt, qui le certifie même par le biais de ses récépissés qu’elle livre à tout dépositaire, puisse dévoyer ce pouvoir pour exercer une forme de contrôle, même ex post, qui à terme pourrait devenir une menace pour la liberté d’expression ?

La volonté de trouver un équilibre entre ces deux besoins à la fois légitimes et contradictoires aboutit à la refonte complète de la pratique du dépôt légal. Une refonte dans la mesure où la reconnaissance pleine et entière du droit d’auteur en tant que forme sacrée de propriété, dont la légitimité précède la loi positive, implique que son usage ne puisse pas être subordonné et conditionné à une médiation étatique obligatoire, qui remettrait en question son caractère sacré et inconditionné, à la fois du point de vue de principes et du point de vue pratique. Le dépôt légal ne peut qu’avoir un caractère volontaire, qui résulte du choix de l’individu.

Toutefois, privé de son pouvoir de contrôle, l’Etat acquiert la responsabilité d’une tâche encore plus importante : il doit organiser l’usage social de la production éditoriale. Ce qui implique une transformation profonde de ses prérogatives. D’abord, dans la mesure où l’exercice de l’édition n’est encadré que par le droit naturel dont la puissance publique est, et il ne peut pas être autrement, le seul garant, l’Etat s’affirme comme le seul acteur qui peut décider de la politique libraire nationale. Déléguer cet exercice à un corps intermédiaire reviendrait à renoncer à une portion de la souveraineté. Ensuite, comme l’intervention étatique ne se justifie qu’un nom de sa capacité d’assurer le respect des droits naturels dont jouit chaque citoyen, soit-il auteur ou imprimeur, l’action des institutions publiques doit se limiter à prouver le bien-fondé de prétentions de celui-ci d’une part et à en sanctionner leur éventuel abus d’autre part, expliquant son rôle de régulation du système éditorial.

Ainsi, si en aval, sans surprise, l’Etat se réserve le monopole de la répression de la contrefaçon par le biais des tribunaux et du contrôle de police, en amont, ce nouveau régime libraire repose désormais sur l’expertise des conservateurs de la Bibliothèque devenue Nationale, dont les connaissances sont mises au service de la République. En tant que fonctionnaires, ceux-ci ne doivent plus surveiller, mais ordonner ; non pas censurer, mais examiner et protéger l’œuvre de tous les citoyens pour en faire un patrimoine commun de tous pour tous21. Tâche décisive qui traduit l’importance acquise par la Bibliothèque révolutionnée au sein des institution républicaine22, mais aussi plus largement la mutation du savoir bibliographie qui devient, ou mieux complète sa mue, pour devenir un outil de construction de l’orthodoxie du champ culturel républicain23. De ce point de vue, alors les registres du dépôt légal peuvent être considérés comme autant de précieux jalons pour comprendre les évolutions de celui-ci et les dynamiques qui le caractérisent. 

Image 3. Exemplaire de récépissé, livré par les conservateurs du département des imprimés de la Bibliothèque nationale.
Image 3. Exemplaire de récépissé, livré par les conservateurs du département des imprimés de la Bibliothèque nationale. Il s’agit de Gougis du Favril, traducteur du Digeste ou Pandectes de l’empereur Justinien, traduits en français par M. G* D. F*,… et révisés par une société de jurisconsultes, Paris, 1803.

Usages du dépôt légal : surgissement d’un nouveau paradigme économique

Si une notice bibliographique singulièrement prise n’offre que quelques renseignements concernant un livre spécifique, la construction d’une base de données composée par des milliers de titres échelonnées dans le temps à intervalles réguliers, permet de déceler les logiques de fonctionnement du système éditorial qui se définit à la suite des lois de 1793, amoindrissant les spécificités liées à la conjoncture temporelle ou aux comportements des individus24. Tout particulièrement, à rebours des affirmations des mémoires des libraires et des imprimeurs de l’époque, tendant à présenter celui-ci comme le royaume de l’arbitraire dont « l’extravagance de règles » aurait permis l’instauration d’un « pillage général des propriétaires littéraires » où aux bons éditeurs s’opposeraient des pirates sans états d’âme25, l’analyse comparée des registres du dépôt légal et des principaux journaux bibliographiques de l’époque révèle que la loi de 1793 fait rapidement l’objet d’une réappropriation par les acteurs du monde de l’édition pour être intégrée au sein d’un ensemble de pratiques commerciales cohérentes qu’elle participe finalement à structurer26.

Certes, pendant les premières années directoriales, la pratique du dépôt légal semble se révéler aléatoire et presque exclusivement limitée au champ éditorial parisien à tel point qu’il est difficile, à l’état actuel des recherches, de déceler la cohérence des choix opérés par les imprimeurs27. Toutefois, déjà en 1800 et 1803, celle-ci se précise, montrant une forme de discipline du champ éditorial sur la base de la loi de juillet 1793, prouvée d’une part par la répétition des comportements des éditeurs et d’autre part par leur universalité. Plus un ouvrage coûte cher à produire en raison de la qualité du support ou du travail éditorial qu’il nécessite pour le confectionner, et surtout plus est-il susceptible d’être commercialisé à large échelle, plus il est rapidement et exactement déposé au dépôt légal. À l’inverse, moins les coûts de production sont importants et surtout, moins significatives sont les chances de commercialisation dans le temps ou dans l’espace, moins les imprimeurs se soucient de se rendre rue Richelieu pour déposer les copies réglementaires, se contentant d’annoncer la parution de l’ouvrage par les biais des annonces libraires. Des exceptions existent bien évidemment et ce cadre est complexifié par des différences géographiques, qui concourent à une sous-représentation, à vrai dire de moins en moins significative dans le temps, de la production provinciale. Elles ne sauraient toutefois remettre en cause le décalage marginal entre les annonces libraires et les ouvrages déposés au dépôt légal concernant les livres illustrés, les almanachs et tous les usuels, les œuvres théâtrales, ou encore, les romans dont l’importance quantitative est majeure au sein de la production éditoriale de l’époque. Ces mêmes sources attestent en revanche des différences majeures concernant les essais, les textes d’occasion ou, encore, les ouvrages à intérêt local, la nature même de l’ouvrage ou les circonstances de publication amoindrissant les possibilités de fraude et donc le besoin de recourir à la protection de la loi de 1793 aux yeux des éditeurs et des imprimeurs eux-mêmes.

Si cet élément explique en partie l’écart significatif qui existe entre les annonces publicitaires et les œuvres effectivement déposés à la Bibliothèque Nationale, il contribue surtout à restituer la rationalité des pratiques éditoriales qui caractérisent le champ éditorial post-révolutionnaire et qui aboutit finalement à la construction d’un nouveau régime libraire, démentant l’idée que la Révolution et l’adoption d’un cadre légal moins intrusif aient favorisé l’avènement du chaos et de l’anarchie éditoriale. Au contraire, si celui-ci demeure précaire et toujours menacé par des comportements controversés ou illégaux28, son efficacité ne cesse de s’accroître au fil du temps. Aux procédures légales entamées pour contrefaçon qui parsèment la chronique judiciaire prouvant la persistance de l’ancienne dichotomie entre la capitale et la province héritée de l’Ancien régime, à l’activité douteuse d’imprimeurs libraires dont les titres ne sont jamais enregistrés au dépôt légal, et pour cause29, il convient d’opposer l’uniformisation croissante du marché éditorial témoignée par deux éléments. A la variété et le poids accru des livraisons faite de la part des éditeurs provinciaux, qui s’intègrent de plus en plus dans un marché transnational ou impérial s’ajoute l’existence d’un dépôt légal « tardif » ou « rétrospectif » pratiqué par des ayant droits qui déposent des ouvrages publiés des années auparavant, parfois avant même juillet 1793, pour se prévaloir de la protection, juridiquement discutable, de la loi.

Image 4. Pourcentage d'ouvrages publiés à Paris entre 1800 et 1810
Image 4. Pourcentage d’ouvrages publiés à Paris entre 1800 et 181030. Selon les données du dépôt légal, entre l’année 1800 et l’année 1809, les imprimeurs-libraires ou éditeurs parisiens publient 11% moins de titres, passant du 91% du total à 80%.

D’importance diverse, ces deux pratiques prouvent la volonté des acteurs d’intégrer un ordre libraire dont ils estiment, à tort ou raison, pouvoir en tirer davantage des bénéfices en l’intégrant qu’en y étant exclus. La conviction de l’efficacité de la protection du dépôt légal se renforce rapidement si bien que, déjà en 1803, le décalage entre les annonces libraires et les livres réceptionnés par les conservateurs n’est plus que de la moitié environ de ce qu’il était trois ans plus tôt (13,7% en 1803 d’annonces en plus par rapport au dépôt alors que le pourcentage dépassait 26,2% en 1800). En 1806, ce décalage s’est inversé et les entrées au dépôt légal dépassent largement les annonces commerciales31. L’étroit contrôle imposé au monde de l’imprimerie parisienne par le Ministre de Police, doublé d’un dépôt obligatoire à la Préfecture de Police de Paris pour les imprimeurs de la capitale32, n’est pas étranger à ce changement qui traduit, au moins en partie, la progressive normalisation et recomposition du champ libraire33.

Le royaume des pirates et de la contrefaçon, qui aurait accompagné la décadence du noble art typographique si violemment dénoncés à longueur des pages par imprimeurs-libraires, au moment de la proclamation de l’Empire si ce n’est pas déjà un souvenir, il ne le sera jamais totalement d’ailleurs34, il est désormais réduit à une clandestinité qui exclut toute production d’envergure ou bien il se développe à l’extérieur des frontières, en Italie du Nord d’une part et encore plus en Allemagne, comme en témoignent les informateurs du ministère de la Police35. Dès lors, pourquoi les attaques des imprimeurs-libraires à l’égard du régime libraire établi par la loi de juillet 1793, loin de s’estomper, se renforcent à fur et à mesure que celui-ci s’établit ? Faudrait-il simplement les mettre sur le compte d’un esprit de parti exacerbé, d’un conservatisme aveugle qui caractériserait leurs auteurs ?

Le triomphe de l’auteur ou la longue agonie de l’imprimeur-libraire

Pour répondre à ces questions, on aborde l’aspect le plus original et, peut-être, le plus important des registres du dépôt légal créés par la Révolution en tant que source pour l’histoire de l’édition. Dans la mesure où ceux-ci sont censés constituer le support légal pour toute action en justice concernant le droit d’auteur, les conservateurs de la Bibliothèque qui les remplissent ne se limitent pas à enregistrer les données classiques qui permettent d’identifier précisément le support matériel qui leur est livré en le distinguant des autres textes. Ils consignent également le titulaire de ces droits, qu’il le soit à titre définitif car il est l’auteur du texte (ou des images) ou bien qu’il le soit à titre provisoire parce qu’il en est l’éditeur, l’imprimeur ou encore le traducteur36. Ce faisant, ils construisent une base de données, à maints égards, unique.

Unique, car, les publications sans titulaires des droits étant extrêmement rares, il est possible de percer l’anonymat qui caractérise encore des centaines de textes de l’époque, laissant par la même occasion entrevoir la possibilité de renouveler les connaissances sur la composition du monde littéraire post-révolutionnaire. Unique encore, car le catalogage opéré par les conservateurs offre la possibilité d’une part de cartographier les rapports de propriété qui régissent l’ensemble du champ éditorial. Unique enfin et surtout, car leur analyse diachronique permet de reconstruire les logiques éditoriales qui président à son fonctionnement autant qu’à sa transformation.

Image 5. Exemple de page tirée des registres du dépôt légal, floréal an XII (mai 1804)
Image 5. Exemple de page tirée des registres du dépôt légal, floréal an XII (mai 1804)37.

Cette page illustre la variété et la fluidité du monde de l’édition post-révolutionnaire. Le premier texte appartient, l’imprimeur libraire Le Normant, qui acheté les droits à l’auteur pour l’imprimer et le vendre. Le quatrième est un livre à compte d’auteur, imprimé par un tiers mais commercialisé et possédé par son auteur. Le sixième en revanche appartient à Barba, un « libraire » qui agit comme un éditeur moderne. Après avoir acheté les droits à l’auteur, Barba fait imprimer le texte par un autre intermédiaire pour ensuite lui se charge de la commercialisation.

A ce propos justement, l’essor que connaissent les livres à compte d’auteur, ce que l’on appellerait aujourd’hui l’autoédition, est tout à fait révélateur38

Même si les décrets de 1777 avaient déjà favorisé l’essor du phénomène autorisant les auteurs à commercialiser leurs ouvrages, avec l’événement de la Révolution celui-ci atteint une ampleur inédite, comme le révèle l’analyse des livres déposés pendant la première décennie du XIXème siècle.

Image 6. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1800-1809)
Image 6. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1800-1809)39.

Les données mettent en évidence un léger recul de la part d’ouvrages à compte d’auteur sur le total dans la décennie analyse : : 33% en 1800, 35% en 1803, 31% en 1806 et 29 % en 1809. Si cette tendance ne remet pas en cause l’essor connu de ce type de publications pendant la période révolutionnaire, d’autre part cet affaiblissement de la démocratie éditoriale issue de la Révolution facilite la recomposition conjoncturelle de 1810.   

Selon cet échantillon d’environ 2000 notices, au moins un tiers des droits de propriété appartient à leurs propres auteurs, peu importe si ceux-ci décident ensuite de commercialiser leurs ouvrages par le biais des libraires auxquels ils confient les copies qu’ils ont fait imprimer à leur frais (ce qui est le plus souvent le cas) ou bien s’ils se chargent de le faire eux-mêmes, essentiellement par vente directe si l’auteur habitait dans la capitale. Comment expliquer cette mutation extrêmement rapide alors que, avant 1789, cette typologie de livres n’atteignait pas le 10% des texte publiés ?

D’une part, certes ces données prouvent la démocratisation de la sphère littéraire, qui survient avec la Révolution et qui va de pair avec l’autonomisation et le renforcement de la condition de l’auteur. Celui-ci devient un sujet actif au sein de l’espace éditorial s’émancipant du rapport de subalternité qui avait caractérisé l’Ancien régime. D’autre part toutefois, du point de vue plus strictement éditorial, cette montée en puissance de l’auteur est indissociable de l’affaiblissement des imprimeurs-libraires, de leur fonction de médiatisation qui avait si centrale jusqu’alors pour faire accéder le manuscrit au statut de publication.

 A l’état actuel des recherches, il est difficile de comprendre les raisons de ce retrait massif qu’il conviendra d’étudier s’appuyant également sur de cas qualitatifs : découle-t-il d’un amoindrissement global des capacités d’investissement d’une communauté épuisée par le changement des attentes culturelles du public, par la succession des vagues répressives et d’anarchie législative ? Ou bien, est-il plutôt le résultat d’une stratégie économique calculé, visant à minimiser les risques, préserver le capital et éviter de s’exposer dans une conjoncture de marché, jugée trop changeante et risquée ? Les deux à la fois, probablement, même si le fait que ce pourcentage ait tendance à passer du simple au double, concernant certaines catégories de publications telles que les essais ou les œuvres littéraires (les romans exclus), et du simple à se réduire à un pourcentage négligeable pour les textes à large diffusion, tels que les almanachs ou les étrennes, laisse supposer que cette évolution soit attentivement maîtrisée par les imprimeurs. Elle permet d’externaliser les coûts et les investissements dans une part de marché risquée, soumise aux aléas de la politique, des goûts changeants et aux modes pour se concentrer sur le renouvellement et la mise à jour constant des usuels.

La suite des recherches se chargera de mieux comprendre les logiques et les contours de cette mutation. Pour l’heure, il est suffisant de s’en tenir au caractère structurel de ces chiffres qui révèle à la fois l’ampleur de la déstructuration du système productif d’Ancien régime et l’incapacité de l’ancienne organisation productive à maîtriser les changements qui caractérisent la société française contemporaine. Car, s’il est bien vrai que les imprimeurs libraires ne disparaissent pas, leur choix de n’investir que sur les usuels, les almanachs, les annuaires ou les publications financées par l’Etat, tout en louant leurs presses au plus offrant, constitue à la fois une forme de repli et de renoncement.

 Un repli prudent et efficace qui a court terme leur permet de préserver la structure productive dont ils sont propriétaires, comme le laisse supposer le léger recul de la part des livres en compte d’auteur (35% en 1803, 31% en 1806 et 29% en 1809) et qui, naturellement, s’accompagne avec une augmentation proportionnelle de la capacité d’investissement de la part des imprimeurs-libraires. Ce repli économique ne saurait pas cacher toutefois sa nature de renoncement, imposé ou choisi ici peu importe, face à ce qui constitue le véritable élément de nouveauté qui caractérise l’époque post-révolutionnaire : l’affirmation, contrastée relative, d’un marché éditorial unifié et subordonné aux goûts d’un public dont la Révolution a consacré la puissance et la centralité. Si cet élargissement et démocratisation du marché éditorial avait commencé bien avant la crise de la fin du siècle et il avait été l’un des éléments qui avaient rongé la stabilité du système absolutiste40, l’écroulement de l’Ancien régime lui donne cependant une envergure inconnue, la crise du marché du livre s’accompagnant également par la montée en puissance de l’imprimé éphémère, le pamphlet, et périodique, le journal41.

Dès lors, par-delà des destins particuliers spécifiques à toute imprimeur, cette marginalisation systémique de la figure de l’imprimeur-libraire révèle sa difficulté à s’adapter à une réalité socio-culturelle en pleine mutation et qui est caractérisée par le basculement d’un modèle fondé sur la limitation de la demande à un autre basé sur la variété de l’offre.((Voir à ce propos les considérations développées sur l’usage du livre en Révolution par Daniel Roche et Roger Chartier, « Introduction » in F. Barbier, Cl. Jolly et S.  Juratic (ed.), Livre et Révolution, Paris, Mélanges de la Sorbonne, 1988, p. 5-15 et C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, cit.)). Ce qui implique une nécessaire refonte des pratiques éditoriales autant que des outils de production, car la richesse et la puissance ne se construisent plus désormais sur la propriété de l’ensemble de la chaîne productive, dont l’achat et les frais de fonctionnement peuvent absorber inutilement toute la capacité financière de l’activité. Elle réside plutôt sur la capacité de satisfaire le marché, voire de le construire, à travers une activité de médiation entre les attentes que celui-ci exprime, la production des auteurs et enfin les contraintes imposées par la puissance étatique pour aboutir à la construction d’une politique éditoriale viable du point de vue économique. En d’autres termes, le temps est aux libraires-éditeurs, pour utiliser un terme d’époque, ou tout simplement, pour en utiliser un autre, aux éditeurs au sens moderne du termes, qui savent se séparer l’activité de production pour se concentrer sur la création et le financement d’un produit éditorial, suscitant une demande qui ont su autant que possible anticiper, encourager, voire même créer. Si le XIXème siècle marquera le triomphe de cette figure42, les registres du dépôt légal consulaire et impériale, quant à eux, en enregistrent le premier essor certain, comme le prouve le dernier graphique, qui montre la part de titres dont la propriété revient à cette nouvelle figure professionnelle, à laquelle les décrets napoléoniens de 1810 reconnaîtront pour la premier fois une responsabilité juridique à défaut d’en préciser totalement les contours.

Image 7. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1803-1809)
Image 7. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1803-1809)43.

Conclusions

Inutile de considérer ces pages pour ce qu’elles ne sont pas : une étude définitive. Il ne s’agit que des premiers résultats d’une recherche qui mérite d’être continuée, peaufinée, consolidée par l’élargissement de la base de données et par le traitement de nouvelles sources. Des affirmations seront nuancées, d’autres précisées. Pour cette raison, cette étude méritait sa place ici dans ce Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Néanmoins, de vieilles intuitions se confirment et de nouvelles pistes se dégagent nombreuses.

Loin d’entrer en contradiction avec les mémoires des libraires publiés à l’époque, l’analyse des registres du dépôt légal permet de leur attribuer une nouvelle valeur, de mieux expliquer les raisons du violent refus de l’ordre voulu par la Révolution. Certes, la régularité des courbes, et plus encore l’intelligibilité des logiques qui les ordonnent, permet de nuancer les défaillances du régime libraire établi par le décret de juillet 1793. Le « capitalisme de butin » qui avait caractérisé la dérégulation révolutionnaire permettant à des nouveaux acteurs de s’affirmer s’estompe avec la création d’un marché unique à l’échelle (trans)nationale et la lente consolidation de nouvelles hiérarchies internes au nouveau champ éditorial, que le dépôt légal de 1793 contribue à construire avant même de les certifier. Avec le Consulat le temps des pirates se termine.

Pour autant, cette idéalisation d’un âge d’or passé par rapport à la noirceur d’un présent qui est sans cesse répétée s’explique, se légitime encore mieux à l’aulne de la géométrie de ces graphiques. Avec un langage qui trahit la permanence des structures mentales héritées de l’Ancien régime, cette ferme opposition vers le régime libraire imaginé par la Révolution traduit le ressenti commun de leurs auteurs face la violence d’une mutation systémique, à laquelle ils sont soudainement confrontés et qui débouche sur la remise en question de la figure professionnelle qu’ils incarnent. Une figure qui avait caractérisé pour deux siècles le système éditorial de l’absolutisme et dont ces mêmes auteurs sont le plus souvent les héritiers, à défaut d’en avoir été les protagonistes. La Révolution avec ses lois détruit à la fois un monde et un modèle économique. Et des identités et des destins professionnelles, aussi.

Bien sûr, les décrets de 1777 avaient déjà fissuré la toute-puissance de l’imprimeur libraire, tout comme la littérature clandestine aux frontières avait réduit sa puissance économique dès les débuts du XVIIIème siècle. D’ailleurs, dans les remontrances de l’époque, les imprimeurs parisiens ne s’étaient pas plaints, déjà à l’époque, du fait que la décision royale ruinait le commerce libraire, laissant le champ libre aux pirates ? Le commerce et la production libraires n’étaient pas déjà en une profonde crise dès le début des années 1780 ? Toutefois, rien n’est comparable à la violence de l’onde de choc révolutionnaire, dont au fond ces mémoires, ces pétitions sont les meilleurs témoignages, à nuance près. Ce qui à l’époque est appréhendé en termes de déchéance et de décadence se révèle être en réalité un surgissement, ou plutôt la première étape, extrêmement rapide, d’un changement de paradigme productif et qui entraîne, logiquement, une mutation des pratiques et de hiérarchies éditoriales qui vont avec.

De ce point de vue, plus encore que révéler un phénomène inattendu, l’étude des registres du dépôt légal restitue l’étendue et le rythme du surgissement de celui-ci, permettant d’en préciser les contours. Elle permet de mesurer la profondeur de la désarticulation qui l’investit et qui constitue le préalable d’une mutation qui s’étalera, en s’accélérant après 1830, sur toute la première moitié du XIXème siècle. Tout comme, elle permet de saisir pleinement le caractère foncièrement rétrograde des mesures napoléoniennes adoptées en 1810, visant à contrôler la production libraire par le biais de la limitation de l’offre et la construction d’un système policier, dont le dépôt légal (à nouveau obligatoire) aurait dû être le socle44. D’une part, il est vrai, pour la première fois, les dispositions du 5 février 1810 entérinent la naissance de la figure de l’éditeur, lui attribuant un statut juridique spécifique45. D’autre part toutefois, cette évolution s’inscrit dans une approche au monde de l’édition obsolète. Nouveau maquillage d’un ancien échafaudage rendu désirable par l’éclatement brutal imposé par la Révolution46, les décrets de 1810 et 1811 constituent au fond le dernier sursaut victorieux d’un monde affaibli, qui tarde à mourir, mais qui garde encore l’oreille du prince et qui sait lui offrir aussi des garanties politiques dans un contexte de renforcement de l’autorité impériale47. Si dans l’immédiat ils arrivent à reconstruire un ordre et à favoriser la recomposition d’un système éditorial affaibli, d’autre part le prix à payer sera de retarder l’éclosion d’un temps nouveau dont les registres du dépôt légal ont permis de mieux en saisir les lueurs.

Notes

  1. Ces pages sont la version remaniée et largement accrue de l’intervention prononcée le 15 avril 2021, lors de la réunion plénière de la Direction des Services et des Réseaux de la Bibliothèque nationale de France sous le titre de « Au bonheur des registres : repenser l’histoire du dépôt légal et l’édition révolutionnaire à partir de sources numérisées ». Les recherches étant encore en cours, les données présentées doivent être considérées comme provisoires. D’autres articles, mieux étayés, suivront les prochains mois. Qu’il soit permis en revanche de remercier dès maintenant M. J.-D. Mellot pour les conseils et la gentillesse qu’il a voulu exprimer à mon égard. Pour toute critique ou suggestion que ces pages sauront inspirer, écrire à l’auteur. []
  2. Comme déjà remarqué par Jean-Dominique Mellot, l’expression dépôt légal n’est jamais utilisée pendant l’Ancien régime. J-D. Mellot, « Dépôt légal, « bibliothéconomie politique » et identité(s) en France sous l’Ancien Régime » in Frédéric Barbier et István Monok (dir.), Les Bibliothèques centrales et la construction des identités collectives, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2005, p. 266-267. Pour ma part, je me permets de rajouter qu’elle ne l’est pas non plus durant l’époque révolutionnaire et impériale. Je me permets donc de l’utiliser ici dans un souci de clarté et efficacité. []
  3. Entre autres M. Lyons, Le triomphe du livre, Paris, Promodis, 1987, p. 12-13 ; C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, Berkeley, Los Angeles, Oxford, University of California Press, 1990, p. 205-206 et passim ; D. Bellos, « La conjoncture de la production », in R. Chartier – H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, Le livre triomphant, 1660-1830, Paris, Fayard, p. 730-737 et plus récemment P. Sorel, Napoléon et le livre, la censure sous le consulat et l’Empire, Presses Universitaires de Rennes, 2020. []
  4. R. Estivals, La Statistique bibliographique de la France sous la monarchie au XVIIIème siècle, Paris : Impr. nationale, 1965, notamment p. 415. Carla Hesse a pour sa part réalisé une étude de la période 1793-1799, ce qui justifie en partie mon choix de concentrer mon attention sur la période suivante (1800-1810), même si l’approche demeure différente : C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, cit. p. 126-162. Conservés au Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (dorénavant BnF), les registres des livres déposés à la Bibliothèque sont désormais disponibles et consultables sur Gallica et sur le site des archives et des manuscrits de la BnF. Voir : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc14130k. Il s’agit des seuls registres existants pour la période 1793-1810, alors que pour la période successive aux décrets du 5 février 1810, ceux-ci se multiplient. A la BnF, on conserve les registres des livres déposés par la Préfecture de Police de Paris aussi bien que le catalogue des livres effectivement reçus par le Département des manuscrits. Les Archives Nationales conservent en revanche les registres de tous les livres envoyés par les Préfectures de l’Empire tandis que chaque archive départementale, le plus souvent dans la série T, garde trace des déclarations des imprimeurs actifs dans sa juridiction. Le croisement de différentes sources, effectué par échantillon par Lyons, révèle que chaque registre livre des informations légèrement différentes. Lyons, Le triomphe du livre, cit., p. 14-15. []
  5. Sources: BnF, Archives Modernes, 130, 1800 (nivôse an VIII/nivôse an IX); 132, 1803; 135, 1806; 138, 1809 ; 1812 qui demeure à consolider Bibliographie de l’Empire français ou Journal de l’Imprimerie et de la Librairie, n°13-66, 1 janvier-25 décembre 1812. Méthodologie adoptée : en prenant en compte un an sur 3 à partir de 1800, je n’ai pas comptabilisé les dons (entre 1 et 3% des notices enregistrées), les partitions musicales (leurs volumes évoluant de façon importante d’an sur l’autre, 22% du total des notices enregistrées en 1800, 35% en 1803, 16% en 1806, 25% en 1809). Les titres déposés séparément par volume ou les publications périodiques ont été comptabilisé une seule fois par an. []
  6. S’il est généralement reconnu que la période révolutionnaire et impériale constitue un moment de passage fondamental dans la définition de l’éditeur moderne, les modalités précises de cette mutation font l’objet de débat. A ce propos, utile pour encadrement plus théorique la question : F. Barbier, « Qu’est ce que la médiation ? ou l’invention de l’éditeur », in G. Bonet (éd.), Imprimerie, édition et presse dans la première moitié du XIXème siècle, Perpignan, Publications de l’Olivier, 2004, p. 93-110 ; J.-Y. Mollier, Une autre histoire de l’édition française, Paris, la Fabrique éditions, p. XX-130. M. Lyons, Le triomphe du livre, cit. ; R. Chartier ; H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, Le livre triomphant, 1660-1830, cit. ; C. Hesse, C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, cit. et Ch. Haynes, Lost illusions : the politics of publishing in nineteenth-century France, Cambridge : Harvard university press, 2010. D’autres suggestions aussi J.-D. Mellot, É. Queval, V. Sarrazin, « La liberté et la mort ? Vues sur les métiers du livre parisiens à l’époque révolutionnaire », in Revue de la Bibliothèque nationale, n° 49, automne 1993, p. 76-85 et R. Darnton, Editer et Pirater, cit. []
  7. En plus de la littérature consacrée à la période napoléonienne, voir à ce propos les réflexions méthodologiques développées par C. Charle, Introduction, in C. Charle (sous la direction de), Le temps des capitales culturelles, Paris, Champ Vallon, 2002, p. 9-26 et F. Moretti, Graphes, Cartes et Arbres, Paris, les Prairies Ordinaires, 2008. []
  8. P.-G. Chanlaire, Carte itinéraire de la République française divisée en départements comprenant l’ancien et le nouveau territoire de la France, Paris, 1801 [en réalité 1802-1803]. Source en ligne Gallica-BnF, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8439197b []
  9. M. J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, Paris, 1894, Tome 2, tome 2, p. 78 et, pour l’histoire de ce décret, p. 80-81 []
  10. Sur la loi de 1793, voir C. Hesse, « Enlightenment Epistemology and the Laws of Authorship in Revolutionary France, 1777-1793 » in Representations, 1990, Spring, n° 30, p. 109-137. De manière plus générale sur l’évolution de la fonction et le statut de l’écrivain, voir les considérations de M. Foucault replacées dans leur contexte et commentées : D. Ribard, 1969 : Michel Foucault et la question de l’auteur, Paris, 2019. []
  11. Cette hypothèse a été déjà avancée, à juste titre, par C. Hesse, « Enlightenment Epistemology and the Laws of Authorship in Revolutionary France, 1777-1793 », cit., p. 128-129. En effet, les papiers du Comité d’Instruction publique de la Convention Nationale révèlent que Chénier s’était saisi du dossier très tôt, sans pour autant procéder à l’élaboration d’un projet de loi attendu. Le 20 février 1793, dans le contexte des discussions suscitées par la circulation d’écrits contre-révolutionnaires, qui aboutiront à l’approbation de la loi répressive de mars 1793, le comité invite le député à accélérer ses travaux, qui, selon une note publiée sur le Moniteur, sont terminés à la date du 1° avril. M. J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, Paris, 1891, Tome 1, p. 347-348 Proche des députés qui signent les protestations suite aux événements du 31 mai et 2 juin et désavoué sur un autre projet de loi, Chénier préfère déserter la Convention en juillet, laissant ainsi que son projet de loi soit lu par son collègue au comité Lakanal. Celui-ci pris de court par la pétition des hommes de lettre du 16 juillet n’a même pas le temps d’écrire le rapport de loi et reprend un autre discours déjà prononcé par un troisième Baudin du comité en mars. Pour ces détails, voir M. J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique, cit. Tome 2, 79. Ce qui en revanche ne semble pas avoir attiré l’attention de Hesse ou Guillaume est l’apport donné par les imprimeurs ou éditeurs dans le processus d’élaboration de la loi, qui est révélé par le fait que le rédacteur de la note du Moniteur soit Huet, un éditeur de partitions musicales qui avait été également à l’initiative d’une pétition en juin 1792 demandant une loi sur le droit d’auteur. []
  12. Cette question doit être plus largement abordée compte tenu des discussions concernant les limites de la liberté d’expression en révolution qui caractérisent le contexte politique de 1793, à ce propos voir A. Soderhjelm, Le régime de la presse pendant la Révolution française, Helfingords, s.e., 1900, p. 109-143 et C. Magoni, Le pour et le contre, Rome, Storia e Letteratura, 2014, p. 39-87. []
  13. Concernant le dépôt légal d’Ancien régime : R. Estivals, Le dépôt légal sous l’Ancien régime de 1737 à 1791, Paris, Rivière, 1964 et J- D. Mellot, « Dépôt légal, « bibliothéconomie politique », cit., p. 260-270. []
  14. Il est à remarquer que le projet de loi initial de Chénier ne prévoyait pas le rétablissement du dépôt légal, ce qui est plutôt l’effet de la proposition du député Pierre Jean Auguis, figure assez marginale dans l’Assemblée. Elle est accueillie par le rapporteur et intégrée sans débat dans le projet de loi. M. Mavidal et E. Laurent (éd), Archives parlementaires de 1787 a 1860 première série, tome LXIX, Paris, 1889, séance du 19 juillet, p. 188. []
  15. L’application du dépôt légal se révèle un outil décisif pour asseoir le monopole contrasté de la corporation parisienne dans l’univers éditorial de la monarchie absolutiste, notamment après les dispositions de 1783. Sur cet aspect, entre autres, R. Chartier ; H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, Le livre triomphant, 1660-1830, cit. Th. Rigogne, Between state and market : printing and bookselling in eighteenth-century France, Oxford, Voltaire Foundation, 2007; J. McLeod, Licensing Loyalty Printers, Patrons, and the State in Early Modern France, The Pennsylvania State University Press, Pennsylvania 2011, p. 97-125 et, plus récemment, R. Darnton, Editer et pirater. Le commerce des livres en France et en Europe au seuil de la Révolution, Paris, Gallimard, 2021 []
  16. Pour les dispositions de loi, voir C.-M. Saugrain, Code de la librairie et imprimerie de Paris, ou Conférence du règlement arrêté au Conseil d’État du Roy, le 28 février 1723, et rendu commun pour tout le royaume, par arrêt du Conseil d’Etat du 24 mars 1744. Avec les anciennes ordonnances, édits, déclarations, arrêts, règlements et jugements rendus au sujet de la librairie et de l’imprimerie, depuis l’an 1332, jusqu’à présent, Paris, Aux dépens de la communauté, 1744 et pour un cadre général, François Furet, « La « librairie » du royaume de France au XVIIIe siècle », in F. Furet, Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, t. 1., Paris, La Haye, 1965, p. 3-32 []
  17. Texte de la Déclaration des droits de 1789 : https://www.legifrance.gouv.fr/contenu/menu/droit-national-en-vigueur/constitution/declaration-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-de-1789. Lorsque la loi est rédigée par Chénier, mars 1793, le Déclaration des Droits de l’homme de l’an I n’était pas ni écrite ni adoptée. Elle ne le sera qu’en juin. []
  18. A ce propos, J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique, cit., p. 80-81 et encore plus, même si l’aspect dialectique des rapports entre les Assemblées et le monde de l’édition, est totalement gommé, C. Hesse, « Enlightenment Epistemology and the Laws of Authorship in Revolutionary France, 1777-1793 », cit., p. 117-129 []
  19. Art. 1 de la loi du 19 juillet 1793. Texte : Archives Nationales, F/18/1. []
  20. Pour le texte du rapport de loi, que Lakanal copie d’un autre rapport de Baudin, M. Mavidal et E. Laurent (éd.), Archives parlementaires de 1787 a 1860, cit., séance du 19 juillet, p. 188. []
  21. Sur le rôle des institutions en tant qu’outil d’institution sociale, voir : D. Poulot, Musée, nation et patrimoine, Paris, Gallimard, 1997. []
  22. Sur cet aspect, même si la bibliographie est très riche, S. Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, Droz, 1988, mais aussi C. Jolly, « Les Idéologues et les bibliothèques », in Barbier F. (a cura di), Le Livre et l’historien : études offertes en l’honneur du Professeur Henri Martin, Geneve, Droz, 1997. []
  23. Cécile Robin, « La bibliographie, de la science du bibliographe à l’outil administratif. Naissance d’une science officielle sous la Révolution et l’Empire », Annales historiques de la Révolution française, n° 380, 2015, p. 101-123. []
  24. Les données présentées ici, dont il convient de rappeler leur nature provisoire, sont fondées sur l’analyse d’un échantillon d’environ 2000 notices extraites des registres du dépôt légal, en raison 500 notices par an tous les trois ans à partir de l’année 1800, la première à avoir une assise suffisamment large pour amoindrir les effets de conjoncture. A terme, après 1800, 1803, 1806, 1809, l’objectif à minima est d’élargir l’analyse comprenant 1812 et de cibler davantage certaines catégories d’ouvrages ou certains éditeurs, avec une attention spécifique à l’espace italien, comme prévu par le projet qui a mérité l’attribution de la bourse du comité d’histoire de la BnF en 2020. Pour la période avant 18 Brumaire, voir C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, cit. []
  25. L’instauration d’un régime libraire prévu par la loi de 1793, qui pour autant avait été rédigée sous pression et avec le concours d’une partie des imprimeurs-libraires parisiens, suscite à moyen terme la mobilisation d’autres imprimeurs éditeurs, qui publient des nombreux textes pour dénoncer les effets et en exiger l’abolition. Le premier passage est tiré de la mémoire de Louis J. Goujon, Essai sur la garantie des propriétés littéraires, Paris, Goujon fils, an IX, p. 2 et l’autre P. Catineau-Laroche, Réflexions sur la librairie, dans lesquelles on traite des propriétés littéraires, des contrefaçons et de la censure […] ouvrage adressé à Sa Majesté, Paris, 1807, p. 2. Hesse a déjà proposé une analyse d’une partie de ces textes en C. Hesse, « Economic uphaveals in publishing » in D. Roche et R. Darnton, Revolution in print : the press in France : 1775-1800, Berkeley ; London : University of California press, 1989, p. 69-97 []
  26. L’analyse a été faite croisant les données des registres du dépôt légal pour l’année VIII-IX (1800) et l’année XI-XII (1803) avec les deux journaux bibliographiques les plus répandus de l’époque à savoir : Journal général de la littérature de France, ou Indicateur bibliographique et raisonné des livres nouveaux en tous genres qui paraissent en France, classés par ordre de matières, Paris, Treuttel et Wurtz, et Journal typographique et bibliographique ou annonce de tous les ouvrages qui ont rapport à l’imprimerie […], Paris, Pierre Roux. Sources du dépôt légal : BnF, Archives Modernes, 130, 1800 (nivôse an VIII/nivôse an IX); 132, 1803. []
  27. Selon les données recueillies par C. Hesse, sur 2018 ouvrages déposés au titre du dépôt légal entre 1793 et 1799, auquel il convient d’ajouter 768 partitions musicales, seulement 5,38% sont attribuables avec certitude à des éditeurs provinciaux. C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, cit., p. 256-257. Pour l’instant, je n’ai pas abordé cette période. []
  28. Le dépouillement des rapports de police concernant les sections du Panthéon et du Théâtre français, où se concentraient l’essentiel des imprimeurs et des libraires parisiens (et donc par ricochet de la République entière), prouve la rareté des dénonciations pour non-respect de la loi de juillet 1793 (moins d’une trentaine pour la première décennie d’application de la loi, aucune pour la période entre l’an X et 1815). La concentration spatiale des imprimeurs favorise une forme de discipline indirecte ou directe des acteurs du monde de l’édition de ces quartiers, la plupart de ces rapports étant occasionnés par d’autres imprimeurs. Toutefois, l’inertie de la police, ce qui laisse penser que l’application de la loi n’était pas très stricte au moins jusqu’à Brumaire, ce qui par ailleurs souvent dénoncés par les citoyens qui s’estiment lésés. Archives de la Préfecture de Police, AA, 201-204, section du Panthéon et  241-245 section du Théâtre Français []
  29. L’analyse croisée du Journal général de la littérature de France, cit., et Journal typographique, cit. avec le dépôt légal laisse entrevoir des cas douteux d’éditions de mêmes ouvrages, avec des titres légèrement différents à distance de quelque semaine. Parfois une édition est déposée à la BN, parfois aucune. Pour la seule année 1800, il s’agit d’une quinzaine de cas douteux (sur 500 titres environ) qui baissent légèrement en 1803. Toutefois, seule une étude plus attentive des textes pourra vérifier le taux des contrefaçons. Pour les sources, voir note 25. []
  30. Élaboration des données recueillies sur la base de la méthodologie expliquée à la note 25. []
  31. Pour les sources de cette élaboration, voir la note 25. []
  32. Il n’a pas été possible de comprendre si les livres collectés par la Préfecture de Police étaient ensuite reversés à la BN, comme cela a été le cas après 1810. Il n’y a aucune trace à ce propos. []
  33. A ce propos, voir H. Welschinger, La Censure sous le premier empire, avec documents inédits, Paris, Perrin 1887 et plus récemment P. Sorel, Napoléon et le livre, La censure sous le Consulat et l’Empire (1799-1815), Rennes, PUR, 2020 []
  34. En plus de la référence au livre de Sorel, voir aussi : Veronica Granata, « Marché du livre, censure et littérature clandestine dans la France de l’époque napoléonienne : les années 1810-1814 », in Annales historiques de la Révolution française, 343, 2006, p. 93-122 []
  35. E. Hauterive (éd.), La police secrète du premier Empire : bulletins quotidiens adressés par Fouché à l’Empereur, Paris, Perrin, 1908-1922, 3 vol. qui couvrent la période 1804-1807. Pour la période après 1810, voir la série F/18 conservée aux Archives Nationales. Un article est en préparation à ce propos []
  36. Même si la loi de 1793 ne prévoit pas un statut spécifique pour le traducteur, les registres du dépôt légal font état régulièrement de traducteurs qui s’attribuent les droits d’auteur du texte en question. ce qui est, tout en étant parfaitement légal en l’absence d’un accord international sur le copyright, met en évidence le statut ambigu de la traduction à l’époque. []
  37. BnF, Archives modernes, 133, an XII []
  38. Voir le livre, très utile, consacré à ce sujet par Marie-Claude Felton, Maitres de leurs ouvragesl’édition à compte d’auteur à Paris au XVIII siècle, Oxford University, 2014. L’étude de Felton n’aborde pas la période qui suit 1789. []
  39. Pour la méthodologie utilisée dans le traitement des données, voir la note 17 []
  40. Parmi les nombreuses publications consacrées à ce propos, voir R. Koselleck, Le règne de la critique, Paris, Éditions de Minuit, 1979 ; R. Chartier, Les Origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1990 []
  41. Sans avoir aucune prétention d’exhaustivité tellement la littérature est vaste à ce propos, je me limite à signaler quelques études à caractère général : P. Retat (dir.), La révolution du journal, 1788-1794, Lyon, Presses Universitaires, 1989 ; H. Gough, The Newspaper press in the French Révolution, Chicago, the Dorsey Press, 1988 ; J. Popkin, La presse de la Révolution : journaux et journalistes, 1789-1799, Paris, 2011 et plus largement D. Kalifa, Ph.  Regnier, M.-È. Thérenty (dir.), La civilisation du journal, Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2011. []
  42. Référence au texte classique : H.-J. Martin ; R. Chartier (sous la direction de), Histoire de l’édition, Le Temps des éditeurs du Romantisme à la Belle époque (1830-1900), Paris, Fayard, 1990 []
  43. Ce graphique est le résultat de l’analyse d’un échantillon d’environ 200 titres pour les années 1803, 1806 et 1809. L’attribution du titre de « libraire éditeur » est rare dans les registres originaux même si elle a tendance à se multiplier au fil du temps (3 occurrences en 1800, 18 en 1809). Elle est donc le résultat d’un contrôle croisé qui a permis de prouver qu’un titulaire de droits défini comme « libraire » avait délégué l’impression du texte à un autre imprimeur, se réservant le rôle de médiateur entre l’auteur et celui-ci. Extrêmement utile à cet égard, J.-D. Mellot, É. Queval, N. Aguire, C. Bellon, W. Kolecki et A. Monaque, Répertoire d’imprimeurs / libraires (vers 1470-vers 1830), Paris, BnF éditions. Les imprécisions qui caractérisent l’année 1800 ont justifié l’exclusion de l’échantillon en question. []
  44. A ce propos voir, O. Krakovitch, « Le décret du 5 février 1810 », in P. Sorel, F. Leblanc (sous la direction de), Histoire de la librairie française, Paris, Cercle de la librairie 2008. p. 5-15 et aussi P. Sorel, Napoléon et le livre, cit. []
  45. Voir les considérations de J.-Y. Mollier, « La police de la librairie (1810-1881)», in P. Sorel, F. Leblanc (sous la direction de), Histoire de la librairie française, cit. p. 16-18, déjà partiellement anticipées en J.-Y. Mollier, Une autre histoire de l’édition française, cit. []
  46. Sur ce point les conclusions, qui à mériteraient peut-être d’être nuancées, de J.-D. Mellot, É. Queval, V. Sarrazin, « La liberté et la mort ? », cit. p. 84-85 []
  47. Voir à ce propos, les discussions au conseil sur ce propos J. G. Locré (éd.), Discussions sur la liberté de la presse, la censure, la propriété littéraire, l’imprimerie et la librairie qui ont eu lieu dans le Conseil d’État pendant les années 1808, 1809, 1810 et 1811, Paris,  Garnery, 1819 []

Bourses de recherche sur l’histoire et le parcours des collections 2021-2022

La BnF et le musée du quai Branly – Jacques Chirac proposent pour la deuxième année consécutive deux bourses destinées à favoriser la recherche de post-doctorants et d’enseignants-chercheurs autour du thème de l’histoire et du parcours des collections extra-européennes au sein des deux institutions.

Les projets doivent porter sur des collections extra-européennes, des collectionneurs, ou des expéditions/missions dans des contextes chrono-culturels de collecte précis, impliquant les collections du musée du quai Branly – Jacques Chirac et de la Bibliothèque nationale de France. L’objectif à terme est de cartographier à large échelle des fonds d’institutions publiques, permettant de faire un lien entre archives et objets, pour mieux connaître l’histoire des collections.

Pour l’année 2021-2022 les sujets proposés par le musée du quai Branly – Jacques Chirac (MQB-JC) et la Bibliothèque nationale de France sont :

  • Histoire croisée des collections BnF / MQB-JC
  • La Mission Dakar-Djibouti (1931-1933)

Au cours de l’année, les candidats sélectionnés travaillent en collaboration avec un référent scientifique nommé par chacun des établissements, et rédigent un rapport d’activité destiné aux deux établissements d’accueil, ainsi qu’un article académique pouvant être soumis à publication. Leurs travaux seront exposés au sein des différentes instances de présentation des résultats de la recherche du musée du quai Branly – Jacques Chirac et de la Bibliothèque nationale de France.
Ces bourses constituent une aide à la rédaction et ne correspondent pas à un financement de recherches de terrain. Elles sont attribuées pour une durée de 12 mois non reconductible, du 1er septembre 2021 au 31 août 2022. Chacun est d’un montant annuel de 10 000 euros.

Elles sont allouées après évaluation des dossiers de candidature par un jury constitué de chercheurs et de conservateurs du musée du quai Branly – Jacques Chirac et de la Bibliothèque nationale de France. Aucune condition de nationalité n’est exigée, mais les candidats doivent avoir un niveau académique, écrit et oral, en français et en anglais.

Comment candidater ?

Les demandes de bourse doivent être établies suivant un formulaire spécifique, durant la période de l’appel à candidatures.

Pour que la candidature soit enregistrée, le dossier complet et le «Règlement» datés et signés doivent obligatoirement faire l’objet d’un double envoi avant le mercredi 30 juin 2021 :

  • par voie électronique, aux adresses suivantes : bourses@quaibranly.fr et boursesinternationales@bnf.fr : il est demandé aux candidats de procéder au regroupement des différents documents du dossier de candidature en un seul fichier au format PDF, ne dépassant pas 5Mo. Le fichier devra être nommé sur le modèle suivant : NOM_candidatureCOLLECTIONS_2021.pdf
  • par courrier postal (avec mention « Candidature Bourse Collections » portée sur l’enveloppe), avec le dossier de candidature et le «Règlement» datés et signés, aux deux adresses suivantes :

Département de la recherche et de l’enseignement
musée du quai Branly – Jacques Chirac
222, rue de l’Université
75343 Paris Cedex 07

&

Délégation aux relations internationales
Bibliothèque nationale de France 
Quai François-Mauriac
75706 Paris Cedex 13, France

Bourses 2020-2021

Pour l’année 2020-2021, première édition de la bourse pour la recherche sur l’histoire et le parcours des collections, les lauréats étaient :

  • Iris Farkhondeh, post doctorante rattachée au groupe de Recherches en Études Indiennes (EPHE/Paris 3), pour son projet « Regards croisés de philologues et de photographes sur le Cachemire de la fin du XIXe siècle à travers les collections réunies par Marc Aurel Stein et Alfred Foucher, indianistes, et par Isabelle Massieu, exploratrice ».
  • Marine Vallée, assistante de conservation au Musée de Tahiti et des Îles, post doctorante membre du laboratoire EATSCO EA4241 (Université de la Polynésie française), pour son projet « Tracés de collections et d’expositions : la Polynésie française dans le paysage muséal parisien ».

Contact BnF

Valeria Fayad
Chargée de mission pour les relations internationales
Téléphone : 33(0) 1 53 79 88 23
valeria.fayad@bnf.fr

Parution : Seule la terre viendra à notre secours : journal d’une déportée du génocide arménien

Couverture de "Seule la terre viendra à notre secours" - Éditions BnF
Couverture de « Seule la terre viendra à notre secours » – Éditions BnF

Argument

Oublié pendant des décennies dans un grenier avant de rejoindre les collections de la BnF, le carnet de Serpouhi Hovaghian constitue l’un des rares témoignages connus d’une victime écrit alors même que le génocide arménien se commettait. La présente édition critique du récit qu’il renferme nous plonge dans une des périodes les plus sombres du XXe siècle.

 » Nous marchions sans but, six heures par jour, sans manger ni boire. Marche, marche sur la route jusqu’à ce que tu en finisses avec ta vie [… ]. « 

Le 25 octobre 1915, une jeune Arménienne de vingt-deux ans échappée d’un convoi de déportés arrive dans le port de Giresun sur la mer Noire dans des conditions dramatiques. Le génocide orchestré par les Jeunes-Turcs contre les Arméniens de l’Empire ottoman fait rage depuis le mois d’avril. Comme beaucoup de ses compagnes d’infortune, Serpouhi Hovaghian a dû abandonner son fils de quatre ans en cours de route, et demeurera cachée plusieurs années, au prix de fréquents changements de domicile.
Au cours de sa longue clandestinité, elle utilise un carnet pour consigner par écrit avec plus ou moins de régularité son expérience et les événements dont elle a vent dans une sorte de journal intime, tenu en arménien, puis en français, avec quelques passages en grec. Dans ce récit fragmentaire, elle relate son périple à travers l’Anatolie, depuis son départ en déportation de Trébizonde où elle vivait avec sa famille en juin 1915, et sa vie recluse à Giresun.
Pour comprendre et décrypter ce document fragile, bouleversant, les éditions de la BnF ont fait appel à l’historien Raymond Kévorkian, spécialiste de l’histoire arménienne, qui livre ici une édition critique indispensable.

Informations pratiques

  • Description matérielle : 1 vol. (144 p.) : 30 ill., 22 cm
  • Date de parution : 29 avril 2021
  • ISBN/EAN 978-2-7177-2870-5 / 9782717728705
  • Editeur : BnF Éditions
  • Distributeur : Interforum
  • Prix : 19 €

Spectacle vivant

Mardi 11 mai, à partir de 18h30, la BnF rendra hommage à Serpouhi Hovaghian. Son journal, tenu clandestinement en 1916-1918, fera l’objet d’une présentation historique, par le professeur Raymond Kévorkian et Maximilien Girard, chargé de collections au département des Manuscrits, avant d’être lu par la comédienne Anna Mouglalis.

La documentation du conte Ma’soum et Delafrouz

La BnF accueille chaque année des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Aujourd’hui Kaveh Hedayatifar présente un nouveau volet de ses recherches en cours 1.


L’évolution de l’art des Bakhshi

L’art des Bakhshi du Khorassan septentrional à côté des Achik azéri, Achik kashkaï ou Shâeri baloutchi fait partie d’une ancienne tradition des bardes en Iran. Les Bakhshi sont joueurs du Dotâr2, chanteur et conteur. Certains Bakhshi étaient également poètes et fabricants de Dotâr.

Par ailleurs, comme toute tradition musicale, l’art des Bakhshi est en train d’évoluer. Si l’on considère l’histoire évolutive de la place sociale des Bakhshi dans le Khorassan septentrional, en Iran, leur ancien statut en tant que chaman-guérisseur3 dans la région du grand Khorassan4 déclinait graduellement et se substituait de plus en plus au statut de musicien. En effet, leur statut social baissait du fait que leurs fonctions perdaient leur place dans la société. Le changement du statut et le changement de rôle sont ainsi accompagnés par un changement dans la technique du jeu, du lieu de la performance, et bien entendu de la forme musicale en général. Ainsi, la musique instrumentale remplace une musique narrative accompagnée par l’instrument. Les mélodies associées aux différents moments de la narration vocale d’un conte trouvent une structure plus distincte et deviennent des morceaux de musique à part entière. L’attention se porte sur le jeu et la technique de jeu d’instrument, et l’on oublie de plus en plus le chant et les contes.

Ce changement de direction dans l’évolution de la musique des Bakhshi qui au lieu de donner de l’importance à la totalité de leur art choisit la part instrumentale s’entrecroise avec l’histoire de l’évolution de la musique Dastgâhi iranienne, laquelle s’est orientée vers une technique de jeu plus précise sur l’instrument. Cette dernière est elle-même également influencée par l’arrivée du mouvement de la musique occidentale en Iran, et la nécessité d’adaptation de la musique Dastgâhi aux performances orchestrales.

En même temps, par un autre mouvement évolutif, la présence d’instruments électroniques comme le synthétiseur se substitue aux musiques régionales dans les cérémonies de mariage, et la musique traditionnelle festive et celle des Bakhshi perdent graduellement leurs places. Bien entendu, il y a aussi plusieurs autres éléments en marche qui crée la texture de l’art des Bakhshi, tels que l’évolution des moyens de divertissement et le progrès dans la médecine5. Dans ce contexte, aujourd’hui l’art des Bakhshi est en train de trouver une nouvelle forme.

La narration des contes

Dans cet écrit, je vais présenter une performance musicale de l’un des Bakhshi du Khorassan Septentrionale, Alireza Gholamrezai Almajoughi(né en 1931). Pendant un de mes séjours de terrain en 2018 dans le village Almajough de province de Khorassan, pour la première fois, j’ai rencontré Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi.

Pendant ce séjour, j’ai constaté que malgré une continuité de la tradition musicale et sa forte présence dans la région, il n’y a pas beaucoup des musiciens héritant de leurs maîtres l’art de la narration des contes. Ce fait ne veut pas dire que ces musiciens ne sont pas capables de narrer un conte, mais plutôt la qualité de leur prestation ne peut pas concourir à l’ancienne génération. Comme j’ai traité ci-dessus, cela est en partie lié à l’absence d’un public demandeur de cette forme musicale, dû à l’évolution sociale et culturelle de la région.

Par ailleurs, une des raisons de mes séjours dans la région était un projet de documentation de cet art. En effet, malgré quelques enregistrements sonores, je n’ai pas trouvé une captation vidéo d’une narration complète des anciens maîtres Bakhshi de la région6. L’importance des captations vidéo est dans les subtilités de l’art de la présentation des Bakhshi. Les gestes et les mimiques sont les éléments importants de la performance des Bakhshi qui seront absentes des enregistrements sonores.

En 2019, je suis retourné au village Almajough dans le but d’une documentation vidéo de l’art des narrations des contes par Alireza Gholamrezai Almajoughi. Nous avons choisi le conte Ma’soum et Delafrouz qui appartient également au répertoire des Ashik Azérie. Le récit est un conte d’amour racontant l’histoire d’amour entre Ma’soum et Delafrouz que la scène tragique finale rappelle l’histoire de Roméo et Juliette de Shakespeare. Dans la suite, je vais essayer d’aborder quelques points importants par rapport à cette documentation audiovisuelle.

Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi
Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi en train de narrer le conte Ma’soum et Delafrouz en 2019. Capture d’Image de film documentaire de la narration de conte Ma’soum et Golafrouz vidéographe Hossein Fatemian.

Les techniques narratives et performatives

Alireza Gholamrezai Almajoughi est le disciple d’un des plus grands et connus Bakhshi du Khorassan septentrional Mohammad Hossein Yeganeh (1918-1992). Dans la narration, il suit le style de son maître tout en présentant la spécificité de son propre style.

Dans la suite, nous nous concentrons plutôt sur la technique narrative et performative de sa prestation en 2019. La captation a été faite pendant deux jours et pendant le premier jour, moi-même, le caméraman et l’opérateur du son, étions son interlocuteur. Par contre, pour la deuxième partie de la narration trois autres personnes ont été présentes pour participer à sa performance.

Une des premières techniques dans la narration des Bakhshi consiste à une compétence de choisir les moments clés de l’histoire en fonction de la durée prévue pour leur prestation. Alireza Gholamrezai dans son récit, passe très vite à certains événements qu’il ne trouve pas très essentiels pour cette performance. Je suppose que les facteurs qui peuvent influencer ces choix sont, en partie, l’ambiance de la performance, l’humeur de Bakhshi, l’attente de public et aussi la capacité de la mémoire pour rappeler les détails de chaque récit7. Ces facteurs rendent l’art des Bakhshi vivant et montrent la nécessité d’avoir une capacité réactionnelle importante pour répondre à tous ces éléments à côté d’une connaissance de la technique narration dramatique.

La deuxième technique présente dans cette documentation consiste à communiquer avec le public. Dans la deuxième partie de sa narration, Bakhshi parle directement avec son public (spécialement avec moi) pendant le récit. Nous pouvons distinguer différentes fonctions de ces échanges dans la performance. Dans un moment donné, Bakhshi associe le visage de Ma’soum à un des participants (moi-même) dans le public pour donner une image concrète de personnage de récit. Cette association fait engager le public dans le récit par le biais d’une analogie avec le personnage de récit. Dans un autre passage du récit, le Bakhshi associe un événement de son récit à un événement quotidien qui est survenu dans les jours précédents. Ainsi, le Bakhshi fait engager son public dans le récit par le biais d’une expérience commune en l’associant à un événement de récit.

La troisième technique est les passages entre les moments comiques et tragiques au cours de la narration. En effet, les moments comiques ne viennent pas forcément du récit, mais plutôt c’est la manière que le Bakhshi emploie dans sa narration qui les rend comiques. Par exemple, quand il parle du chagrin de Delafrouz, il dit qu’elle a mis le curcuma sur son visage pour montrer que son visage est pâle. De ma connaissance, il ne fait pas partie de l’histoire et il utilise cette expression pour donner un côté comique à ce chagrin dans ce passage entre la fille et son père.

Un autre point important qui ne sera pas visible dans les enregistrements sonores et la mimique de Bakhshi au cours de la narration. Parfois, un simple sourire change totalement l’impression que le public peut recevoir de son récit. Ainsi, un moment triste de l’histoire par son sourire perd sa tristesse.

Le Bakhshi emploie différents techniques afin d’attirer l’attention et empêcher la déconcentration du public. Quelques fois, il s’adresse directement à son public. Dans plusieurs reprises, il demande du public la permission d’arrêter son récit, car la suite du récit sera très triste. Dans ce jeu avec le public, il se montre obliger et sous l’ordre de son public. En effet, il essaye créer cette impression que le fait de raconter ce récit lui apporte une grande peine et c’est seulement par la volonté de son public qu’il se convainque de continuer le récit. Dans un autre moment, il change la mélodie pour jouer une mélodie plus joyeuse et rythmique en disant que : « quand on voit quelqu’un est en train de s’endormir, en jouant une mélodie pareille on va lui réveiller ». En effet, il n’y avait personne qui dormait à ce moment-là, mais par ce biais, il a changé l’ambiance et a attiré de nouveau l’attention de son public.

La cinquième technique est une technique narrative dans laquelle un conte ou une anecdote vient compléter l’idée d’une partie de récit principale. Dans la captation de 2019, le Bakhshi utilise plusieurs fois cette technique. En effet, ces contes et anecdotes aident à mieux comprendre la situation dramatique, en même temps qu’ils sont un autre moyen pour capter l’attention du public.  L’histoire d’Ibrahim et Satan ou celui de Platon et ses habits en sont des exemples.

Une dernière technique qui contient les précédentes est l’effet de la distanciation au cours de la narration. Les aller-retour entre la réalité de la vie quotidienne et les événements fantaisies et fantastiques du récit, s’amuser avec le public et s’adresser à eux et perturber le flux émotionnel en arrêtant la narration, ce sont les facteurs qui produisent un effet de la distanciation permettant au public à avoir un recule envers le récit. Nous pouvons associer cette technique à une fonction de la narration des contes qui consiste à donner les leçons éthiques, créer et garder une identité culturelle, encourager les gens de la communauté à défendre les valeurs de la société et d’une manière générale faire apprendre le savoir-être.

Ces quelques éléments abordés ci-dessus, bien entendu, ne résument pas tous les aspects techniques de la performance des Bakhshi, et dans notre cas, ceux de Alireza Gholamrezai Almajoughi. Par ailleurs, il convient à ajouter que les caractéristiques techniques des grands Bakhshi sont spécifiques à eux même. Nous pouvons observer cette variation surtout en comparant les performances des Bakhshi dans les différentes régions du Khorassan septentrional. C’est pour cette variation que je suis persuadé que la documentation audiovisuelle de l’art de tous ces grands Bakhshi a une importance cruciale pour cette tradition. La disparition de ces maîtres, en effet, est la plupart du temps égal de la disparition d’un style de narration et les enregistrements sonores ne suffiront pas pour démontrer tous les aspects de leur art.


Bibliographie

  • YOUSSEFZADEH, Ameneh, Les bardes du Khorassan iranien : le bakhshi et son répertoire, Paris : Peeters France, 2002.
  • HEDAYATIFAR, Kaveh, « Les apports des traditions performatives et musicales iraniennes au sein du processus de création de l’acteur », thèse de doctorat en Arts du spectacle, sous la direction d’Isabelle Starkier, Université Evry-Paris-Saclay, NNT : 2021UPASK002.

Notes

  1. Voir ses précédentes contributions : Observation sur le statut de chercheur sur le terrain à travers une expérience cinématographique et La documentation audiovisuelle des traditions musicales en Iran. []
  2. Instrument de famille des luths à long manche qui comporte une caisse en forme de poire, un manche et deux cordes de même diamètre. []
  3. La présence du mot Bakhshi en Asie centrale, chez les Kazakhs, les Kirghizes, les Ouzbeks, les Karakalpaks, les Turkmènes, les Afghans, les Tadjiks et aussi au Xinjiang au Turkestan chinois. (YOUSSEFZADEH, p. 52). Zhirmunsky souligne à propos de ce mot que : « en Asie centrale, le mot Bakhshi désigne les deux fonctions de chaman et chanteur d’épopée ». Ibid. []
  4. La région aujourd’hui partagé entre l’Iran, Afghanistan, Tadjikistan, Ouzbékistan et Turkménistan. []
  5. Cette partie a été tirée de la thèse doctorat de l’auteur « Les apports des traditions performatives et musicales iraniennes au sein du processus de création de l’acteur ». []
  6. Cela ne veut pas dire qu’aucune captation n’existe pas. Par contre, ces captations ne sont pas publiées jusqu’à aujourd’hui. []
  7. Dans les cahiers des Bakhshi l’histoire n’est pas écrit mot à mot et ils contiennent plutôt les poèmes. De toute façon, ils ne lisent pas le récit et les cahiers les aides à remémorer la totalité de l’histoire et choisir les poèmes en fonction de la durée de la performance. []

Parution : André Antoine au cinéma. Une méthode expérimentale

Manon Billaut, qui fut chercheuse associée puis invitée de la BnF pour son projet intitulé L’émergence d’une figure de metteur en scène : L’œuvre cinématographique d’André Antoine dans le courant réaliste du cinéma français des années 1910-1920, publie un ouvrage tiré de sa thèse sur l’expérience cinématographique d’André Antoine dans une perspective centrée sur la pratique expérimentale d’Antoine au théâtre et au cinéma.  Cette recherche a été menée en grande partie à partir du fonds Antoine du département des Arts du spectacle de la BnF.
 

André Antoine au cinéma
André Antoine au cinéma

Argument

Célèbre dans l’histoire du théâtre pour avoir fondé en 1887 le Théâtre-Libre qui révolutionna la mise en scène moderne, André Antoine consacra la dernière partie de sa vie au cinéma et à la critique, tournant huit ­films entre 1915 et 1922. Inspiré par les théories naturalistes d’Émile Zola, il appliqua au nouvel art une méthode rigoureuse reposant sur l’expérience du milieu, dans la continuité de sa pratique théâtrale. L’ouvrage analyse l’opération cinématographique qu’Antoine mobilise à chacun de ses ­films selon le protocole expérimental qui lui est propre : investigation, écriture, tournage et direction d’acteurs. C’est l’objet de cet ouvrage de dé­finir cette méthode, de ses origines scienti­fiques à son application par le metteur en scène dans le domaine du théâtre, et surtout du cinéma. L’étude repose sur une analyse approfondie des ­films, des documents de production, des archives personnelles d’Antoine et de ses nombreux écrits.

Manon Billaut est responsable de la collection films de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Elle a soutenu une thèse sur la pratique cinématographique d’André Antoine à l’Université Paris 3 en 2017, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France et de la Cinémathèque française. Croisant les sources lm et non- lm, ses recherches portent sur les rapports entre théâtre et cinéma, et documentaire et fiction dans le cinéma muet. Elle est membre du conseil d’administration de l’AFRHC et de Kinétraces.

Informations pratiques

  • Editeur : Sesto San Giovanni : Mimésis
  • Date de parution : 4 mai 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (286 p.) : ill., couv. ill. ; 21 cm
  • ISBN 9788869762536
  • Prix : 20 €
André Antoine au cinéma : 4e de couv.
André Antoine au cinéma : 4e de couv.

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search