Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale : un outil au service de la recherche

Pour qui s’intéresse à l’histoire de la Bibliothèque nationale, avant la consultation des sources proprement dites que sont les archives de l’établissement conservées soit au département des Manuscrits, soit à la Mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, soit enfin aux Archives nationales, seuls quelques ouvrages furent produits avant le XXe siècle, au final peu nombreux si l’on considère la longue histoire de cette institution ((Institution qui ne s’est pas encore lancée dans une histoire monumentale telle celle que le Musée du Louvre a fait paraître en 2016 avec ses 3 volumes de son Histoire du Louvre, http://editions.louvre.fr/fr/les-ouvrages/visiter-le-louvre/lhistoire-du-palais/histoire-du-louvre.html)).

Cette singularité permet de les qualifier d’ouvrages de référence. Mentionnons-les puisque l’on affirme leur rareté :

C’est pourquoi, au-delà de ces quelques ouvrages monographiques, le recours aux bibliographies rétrospectives s’avère nécessaire pour identifier la littérature consacrée à l’établissement issue des publications plus généralistes et surtout des périodiques. Hélas, là encore, le chercheur et l’historien doivent faire face à la pénurie puisque seules deux bibliographies rétrospectives sont à leur disposition.

Émile Pierret

La première de ces bibliographies est celle publiée en 1892 par Émile Pierret et fort modestement intitulé Essai d’une bibliographie historique de la Bibliothèque nationale ((Émile Pierret, Essai d’une bibliographie historique de la Bibliothèque nationale, Paris : E. Bouillon, 1892,  1 vol. (161 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k376443p>)). Bibliothécaire de la Bibliothèque nationale, également romancier et essayiste, Émile Pierret avait publié quelques années plus tôt un Inventaire détaillé des catalogues usuels de la Bibliothèque nationale1. Sa production bibliographique s’arrête à ces publications.

Léon Vallée

Deux années plus tard seulement, en 1894, Léon Vallée faisait paraître La Bibliothèque nationale : choix de documents pour servir à l’histoire de l’établissement et de ses collections ((Léon Vallée, La Bibliothèque nationale : choix de documents pour servir à l’histoire de l’établissement et de ses collections, Paris : É. Terquem, 1894, 1 vol. (XII-525 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6248351m>)).

Conservateur adjoint à la Bibliothèque nationale, Léon Vallée (1850-1919) est quant à lui un bibliographe qui a déjà publié un certain nombre de catalogues et de bibliographies, avec le catalogue de la Bibliothèque du Grand cercle en 1874, un Essai d’une bibliographie de la Nouvelle-Calédonie et dépendances en 1883, mais surtout, une Bibliographie des bibliographies de 1883 à 18872.

Avec ce dernier ouvrage, Léon Vallée se place dans la lignée de Francesco Tonelli, auteur de la première bibliographie des bibliographies3 et de Joseph Sabin (1821-1881)4.

Origines – 1800 : et puis vint Simone Balayé

Ces deux ouvrages ont longtemps constitué les seules bibliographies d’ensemble consacrées à la Bibliothèque. Au fil des ans, quelques travaux ont fourni des éléments bibliographiques plus récents. Ainsi, pour la période des origines à 1800, la bibliographie de l’ouvrage de Simone Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800 (Genève : Droz, 1988) leur apporte un complément utile, encore d’actualité et toujours disponible à la vente à la date de publication de cet article.

1800 – 1850 : Jean-François Foucaud

Pour la première moitié du XIXe siècle, les chercheurs disposent de la bibliographie de la thèse de Jean-François Foucaud, La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet : 1830-18485, et des bibliographies beaucoup plus sommaires qui figurent à la fin des contributions de Simone Balayé, Jean-François Foucaud, Thérèse Kleindienst et Pierre-Yves Duchemin à l’Histoire des bibliothèques françaises (Paris, 1988-1992) ou dans d’autres ouvrages comme les Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages réunis en hommage à Thérèse Kleindienst6.

20e siècle

Pour la période récente comprenant les débuts de la Bibliothèque nationale de France, l’ouvrage publié en 2001 sous la direction de Daniel Renoult et Jacqueline Sanson, La Bibliothèque nationale de France : collections, services, publics7 comporte une importante bibliographie.

Bibliographie historique de la BN/BnF

Après la mise en place de son Comité d’histoire, la Bibliothèque nationale de France a projeté, en mai 2000, de produire une bibliographie historique d’ensemble consacrée à l’établissement. Le XXe siècle était paradoxalement la période la moins bien répertoriée alors que les trente dernières années se caractérisaient par une véritable inflation documentaire sur l’établissement. Aussi, il a semblé préférable de commencer un travail de recensement et de rédaction d’une bibliographie à rebours et de procéder par tranches chronologiques :

  • 1975-1994 : de la fin de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique (DBLP) et de la Réunion des Bibliothèques nationales à la création de la Bibliothèque nationale de France.
  • 1930-1975 : « l’ère Julien Cain ».
  • 1874-1930 : « les années Léopold Delisle ».

Le projet consistait à y faire figurer :

  • tous les articles et les ouvrages consacrés à l’histoire de la BN.
  • tous les articles et les ouvrages consacrés aux bâtiments, aux services, à l’organisation et au fonctionnement de la BN.
  • une sélection d’articles consacrés aux acquisitions, aux grandes collections et aux manifestations culturelles.

En ce qui concerne la presse quotidienne, il avait été décidé de se limiter à un choix des principaux articles (articles « longs » du cédérom du quotidien Le Monde : plus de 2 colonnes et de 7000 caractères). Enfin, les rapports de « littérature grise » ne devaient être mentionnés que s’ils étaient accessibles au public dans les collections de la BN.

En revanche, cette bibliographie concernant l’histoire de la BN, par principe certaines productions ne devaient pas y figurer :

  • les publications de la BN (notamment les catalogues de fonds ou d’expositions), qui pourraient faire l’objet d’un complément ou d’une reprise de l’ouvrage très complet Les Catalogues imprimés de la Bibliothèque nationale : liste, description, contenu, Paris : Bibliothèque Nationale, 1943, 1 vol. (204 p.) et Les Catalogues imprimés de la Bibliothèque nationale : liste établie en 1943 suivie d’un supplément (1944-1952), Paris : Bibliothèque nationale, 1953, 1 vol. ([VII]-204-XXVII p.)8.
  • les articles et les ouvrages consacrés aux documents conservés par la Bibliothèque nationale, ainsi que ceux qui traitent de fonds particuliers recensés par ailleurs dans le cadre du Dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances, dont les notices comprennent une bibliographie9. En revanche, les études générales, du type « le fonds des imprimés russes de la Bibliothèque nationale » sont retenues.
  • toutes les informations qui ne concernent que le calendrier ou les horaires réguliers de l’établissement.
  • les annonces ou les comptes rendus d’expositions qui ne reprennent que les éléments figurant dans les catalogues.
  • les articles des journaux ou des revues d’information générale de moins d’une page.

Le plan de la bibliographie s’inspirait de celui, traditionnel, des rapports annuels d’activité de l’établissement10 :

1. Histoire générale de la BN
2. Organisation et moyens
2.1. Structure et services
2.2. Personnels et vie sociale
2.3. Bâtiments et matériels (dont l’informatique)
3. Accroissement des collections
3.1. Dépôt légal
3.2. Acquisitions
3.3. Échanges et dons
4. Traitement et diffusion bibliographiques
4.1. Catalogage courant
4.2. Catalogage rétrospectif et catalogues collectifs
4.3. Travaux méthodologiques
5. Conservation des collections
5.1. Magasins
5.2. Sauvegarde
5.3. Restauration
6. Communication des collections
6.1. Information bibliographique
6.2. Communication sur place et à distance
7. Recherche et valorisation
7.1. Activités de recherche
7.2. Expositions
7.3. Autres grands événements
8. La BN et les autres bibliothèques

À l’époque de ces réflexions programmatiques, le travail de recensement avait déjà été engagé. Avec l’aide d’Isabelle Pastorelli, qui lui a fourni quelques éléments bibliographiques, Bernard Vouillot avait établi une première liste sous Excel pour la période 1975 (éclatement de la DBLP) à 1994 (création de la BnF). Le travail consistait à :

  • Dépouiller entièrement les principales revues professionnelles (Bulletin des bibliothèques de France ; Bulletin d’informations de l’Association des bibliothécaires français ; Revue de la Bibliothèque nationale ; etc.).
  • Dépouiller les principales revues professionnelles étrangères (Biblioteche Oggi ; IFLA Journal ; International Cataloguing and Bibliographic Control ; International Library Review ; Journal of Librarianship and Information Science ; LIBER Bulletin ; Zeitschrift für Bibliothekswesen und Bibliographie ; etc.).
  • Dépouiller les revues d’histoire du livre ou d’érudition :
    • françaises (Arts et métiers du livre ; BEC : Bibliothèque de l’École des chartes ; Bulletin du bibliophile ; IMEC ; Livres ; NLA : Nouvelles du livre ancien ; Revue de bibliologie ; Revue française d’histoire du livre) ;
    • étrangères (La Bibliofilia ; British library journal ; Gutenberg-Jahrbuch ; Library history ; Publishing history ; etc.).
  • Consulter les grandes bases bibliographiques (FRANCIS, LISA : Library and information science abstracts, LE MONDE, etc.).
  • Établir la liste des travaux scientifiques des agents de chaque département, en reprenant par exemple les rapports annuels.
  • Examiner les titres intéressants en recherchant par mots clefs dans le système informatique de la BnF et dans les anciens catalogues et fichiers alphabétiques de matières.

Ainsi est née la Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France, produite au moyen d’un tableur Excel faisant l’objet d’exports réguliers, publiés sur le site internet de la BnF, sous forme de fichiers pdf après conversion du tableau en document Word par Nadine Férey, alors au département de recherche bibliographique (DRB). Il était en effet apparu naturel qu’un tel travail de dépouillement bibliographique courant et rétrospectif échoie à des bibliographes de ce département. Cependant, même si les initiateurs du projet soulignaient la lourdeur de l’entreprise (« outre la recherche bibliographique proprement dite, cela représente un très lourd travail de saisie dactylographique des données, puis d’uniformisation et de mise en forme sous tableur, qu’une seule personne ne peut pas poursuivre seule en supplément de toutes ses autres activités »), et envisageaient de répartir les dépouillements de revues entre plusieurs collègues11, le dépouillement et le signalement n’ont au final jamais été menés que par une seule personne, sur une base bénévole, en plus de sa charge de travail.

Au départ par voie de mutation de Nadine Férey, l’entreprise fut reprise par l’auteur de billet, à l’époque également du département de recherche bibliographique. Ce dernier entreprit un chantier de mise en ligne de la bibliographie de sorte à proposer à la communauté des utilisateurs des références disponibles dans des formats exploitables par des logiciels de gestion de références bibliographiques.

druplicon-logo

Pour ce faire, il développa un site de production et un site de consultation avec l’outil de gestion de contenu Drupal (version 7 mais installé avec une base de donnée PostgreSQL) employant notamment le module contributif Biblio12. Grâce à ce module, l’outil offre la possibilité d’importer (en contribution) et d’exporter (pour tout un chacun) les références à l’unité ou par lots aux formats  RIS ou BibTeX, standards reconnus par la plupart des logiciels de gestion de références bibliographiques comme Mendeley, EndNote, RefWorks et surtout zotero.

http://bibliographie-historique.bnf.fr/

Un site web

La Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France s’organise par tranches chronologiques, dont les deux plus récentes sont consultables dès maintenant :

  • 1975-1993 : de la fin de la Direction des Bibliothèques et de la Lecture Publique et de la Réunion des Bibliothèques nationales à la création de la Bibliothèque nationale de France.
    Après la disparition en juillet 1975 de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique et de la Réunion des Bibliothèques nationales, la Bibliothèque nationale passe sous la tutelle du Service des bibliothèques, au sein du Secrétariat d’État aux universités puis sous celle du ministère de la Culture en 1981. Plusieurs rapports (d’André Miquel, nouvel administrateur, en 1984, de Francis Beck en 1987) font état des difficultés de l’établissement, même si des réalisations importantes ont vu le jour (informatisation, extension des locaux). Le 14 juillet 1988, François Mitterrand lance le projet d’une nouvelle bibliothèque, bientôt surnommée « TGB », qui se concrétise par le lancement d’un concours architectural, remporté par Dominique Perrault et la création de l’Établissement public de la Bibliothèque de France. Débats et polémiques se développent alors, tant au sujet de l’architecture que des missions du nouvel établissement et de ses relations avec la Bibliothèque nationale.
  • 1994-2007 : des débuts de la Bibliothèque nationale de France à nos jours.
    L’année 1994 voit la naissance de la Bibliothèque nationale de France, issue de la fusion de la Bibliothèque nationale et de l’Établissement public de la Bibliothèque de France : elle ouvre la période qui verra l’inauguration du bâtiment de Dominique Perrault, baptisé « site François-Mitterrand », et l’ouverture au public des salles de la Bibliothèque d’étude (Haut-de-jardin) en décembre 1996, puis de celles de la Bibliothèque de recherche (Rez-de-jardin) en 1998. À partir de 2001, la BnF a trouvé son rythme de fonctionnement courant et peut mettre en œuvre de nouveaux chantiers : rénovation du site Richelieu, Bibliothèque numérique européenne, dépôt légal du web.

Dans chaque tranche chronologique, les références s’organisent selon un cadre de classement qui reste globalement le même d’une période à l’autre. Les principales différences sont la présence dans la tranche 1975-1994 d’une section consacrée au projet de la Bibliothèque de France et à l’EPBF qu’on ne retrouve pas ailleurs, et la prise en compte à partir de 1994, de l’évolution de l’organigramme de la nouvelle Bibliothèque nationale de France.

À l’intérieur des rubriques du cadre de classement, les références se présentent dans l’ordre des années de publication des documents, puis selon l’ordre alphabétique des noms d’auteurs. Seul le chapitre consacré aux polémiques autour du projet de la BdF est classé dans un ordre chronologique incluant si possible le mois de publication des articles pour permettre un meilleur suivi des débats.

Les références ne sont pas répétées et se trouvent sous une seule rubrique thématique, quand bien même elles pourraient parfois légitimement appartenir également à une autre. De façon générale, le chapitre Histoire générale sera préféré aux rubriques thématiques dans le cas de documents à caractère historique et rétrospectif : ainsi, les articles sur Labrouste figureront dans Histoire 19e siècle (tandis que les articles sur l’annexe Vivienne publiés au moment de son ouverture se trouveront sous la rubrique Architecture). De même, le chapitre Départements et collections sera privilégié dès qu’une référence se rapporte plus spécialement à un département : un article sur le supplément IV – Atlas cartes et plans de la Bibliographie nationale française sera classé sous la rubrique Département des Cartes et plans, plutôt que sous la rubrique Bibliographie nationale française.

Dans sa version pdf, la bibliographie ne disposait pas d’indexation matière, seule susceptible pourtant de permettre des recherches fines et transversales et d’atténuer la rigidité relative du plan de classement. Un index des noms de personnes, renvoyant à une page et non à une notice précise, était donc proposé. Le développement de la base de données a rendu obsolète la production d’index puisque la recherche par mots-clefs offerte par le moteur de recherche facilite la consultation de l’outil qui se révèle indispensable à toute personne s’intéressant à l’histoire de la Bibliothèque nationale de France.

Fréquentation et perspectives

Au-delà de son caractère spécialisé et de la rareté des travaux scientifiques portant sur l’histoire de la Bibliothèque nationale qui justifierait son emploi, l’outil souffre sans doute d’une certaine méconnaissance qui nuit à sa visibilité.

Ainsi, pour l’année 2017, la fréquentation du site totalise 1836 visites générant 3453 pages vues.

La fréquentation mensuelle fut la suivant au cours de l’année 2017 :

Malgré ce score plus que modeste, la Bibliographie continue d’être alimentée. Sans doute pourrait-elle être plus consultée si sa couverture chronologique pouvait être élargie. Plusieurs chantiers, déjà identifiés, ne requièrent que de la main d’œuvre d’agents volontaires, membres ou pas du Comité d’histoire de la BnF.

Revue de presse

L’un d’entre eux concerne la revue de presse de la BnF. La mission des archives dispose d’une collection chronologique couvrant la période 1991-1998 complétés par les versements du service de presse de la délégation à la communication. Après des abonnements de type « Argus de la presse » sur support papier, la  délégation à la communication s’est abonnée à un service de presse électronique fourni par la société Kantar Media. Si cette version est dépouillée, un chantier rétrospectif pourrait être mené concernant la période antérieure 1944-1984 dont certains articles sont annexés aux dossiers d’archives administratives en guise de documentation. Par ailleurs, il existe une collection d’articles couvrant à peu près la période 1937-1991 représentant 10 mètres linéaires non classés. La mission des archives avait envisagé de classer ces articles par département ou par thème, de les reproduire et d’adresser à chaque département spécialisé sa revue de presse rétrospective13. Le dépouillement de cette revue de presse ne manquerait pas d’enrichir notablement la Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France.

Dépouillement rétrospectif

Un autre chantier pourrait consister à recenser la production des périodes :

  • 1930-1975 : « l’ère Julien Cain ».
  • 1874-1930 : « les années Léopold Delisle ».

en exploitant notamment la Revue des bibliothèques pour les années 1897-1911 et 1912-1934, la Bibliothèque de l’École des chartes 1874-1985 qui a désormais le mérite d’être disponible en ligne sur Persée14, etc.

Ressources audiovisuelles

La Bibliographie historique a longtemps formé un répertoire bibliographique au sens strict ne référençant que des documents imprimés15, mais il serait d’un grand intérêt de la compléter par une liste des documents audiovisuels consacrés à la bibliothèque. D’ores et déjà, au département de l’Audiovisuel, un stagiaire a rassemblé en 2007 l’ensemble des informations existantes sur les tournages à la BnF, et inventorié les supports trouvés à la délégation à la Communication. Cela a débouché sur une liste de travail où ne figurent que les films conservés par la BnF. La liste a été enrichie des documents qui se trouvaient à la Mission pour la gestion de la production documentaire et des archives mais elle n’a pas été actualisée avec les tournages postérieurs à 2007-2012.
Un chantier pourrait être mené autour des ressources audiovisuelles consacrées à la BN/BnF en définissant un périmètre du recensement : faire la part des « vrais » films sur la BnF et des simples tournages (sujets au journal télévisé, quelques plans limités dans un long métrage, une vidéo musicale, etc).

  1. Émile Pierret, Inventaire détaillé des catalogues usuels de la Bibliothèque nationale, Paris : Quantin, 1889, Gr. in-8°, 31 p. Tiré à part du « Livre », mai 1889. []
  2. Vallée, Léon (1850-1919), Bibliographie des bibliographies. Première partie : Catalogue des bibliographies générales et particulières, par ordre alphabétique d’auteurs avec indication complète du titre, des lieu et date de publication, du format, etc. Seconde partie : Répertoire des mêmes bibliographies, par ordre alphabétique de matières, Paris : E. Terquem, 1883-1887, 2 vol. (VI-773, 354 p.). Vol. 1 disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2209011>. []
  3. Francesco Tonelli, Bibliotheca bibliographica antica, e moderna, d’ogni classe, e d’ogni nazione, In Guastalla : nella regio-ducale stamperia, 1782-1783, 2 vol. (6-167, 8-162 p.) ; in-4°.)), de Julius Petzholdt (1812-1891) ((Neuer Anzeiger fur Bibliographie und Bibliothekwissenschaft []
  4. Sabin, Joseph (1821-1881), A Bibliography of bibliography, or a Handy book about books which relate to books. Being an alphabetical catalogue of the most important works descriptive of the literature of Great Britain and America, and more than a few relative to France and Germany, New York : J. Sabin & sons, 1877, 1 vol. (150 p.). Disponible en ligne, url : <https://catalog.hathitrust.org/Record/001166628>. []
  5. Foucaud, Jean-François (1950-….), La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet : 1830-1848, Paris : Bibliothèque nationale, 1978, 1 vol. (211 p.). (Mémoires de la Section d’histoire moderne et contemporaine / Comité des travaux historiques et scientifiques ; 5). []
  6. Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque nationale, Paris : Bibliothèque nationale, 1985, 1 vol. (XXIII 347 p.-VI p. de pl.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k>. []
  7. La Bibliothèque nationale de France : collections, services, publics / sous la dir. de Daniel Renoult et Jacqueline Melet-Sanson ; avec la collab. de Marcelle Beaudiquez, Bruno Blasselle, Isabelle Boudet… [et al.] ; préf. de Jean-Pierre Angremy,…, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, cop. 2001, 1 vol. (238 p.-[12] p. de pl. en coul.). (Bibliothèques). []
  8. Cette reprise est désormais en cours d’enrichissement dans le Répertoire des catalogues accessible en ligne sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/repertoire_catalogues_imprimes>. []
  9. Ce Dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances est également accessible en ligne sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-fonds-sp%C3%A9ciaux-principales-collections-provenances>. []
  10. Les rapports d’activité de la Bibliothèque sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. Le premier rapport conservé date de 1875, sous le mandat de Léopold Delisle. La liste des rapports, avec les liens vers leur version numérique quand elle existe, figure sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/node/4>. []
  11. Les porteurs du projet avaient même caressé l’idée qu’un correspondant puisse être désigné dans chaque département pour le dépouillement des revues spécialisées (Gazette du livre médiéval ; Nouvelles de l’Estampe ; Notes ; Revue numismatique ; etc.) et pour les publications des agents de ces départements dans diverses revues, dans les limites établies ci-dessus. La désignation d’un tel correspondant apparaissait également utile pour les notices du dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances. []
  12. Bibliography Module, https://www.drupal.org/project/biblio []
  13. Une stagiaire assistante bibliothécaire – documentaliste a consacré un mois à ce travail à titre expérimental. Seul 1/47ème de la collection a été traité. Ce projet représenterait environ quatre ans de travail pour une personne à temps complet… Il semblait donc raisonnable de reconsidérer ce projet pour proposer plutôt la reconstitution purement chronologique de cette collection qui offrirait de meilleurs délais. []
  14. Cf. https://www.persee.fr/collection/bec. Rappelons que ce périodique a longtemps constitué une sorte de bulletin officiel de la Bibliothèque nationale, annonçant les nominations, départs, décès d’agents issus de l’École des chartes. []
  15. Désormais la Bibliographie prend en compte les ressources électroniques disponibles en ligne. []

Appel à candidature : allocation doctorale pour la réalisation d’une thèse en anthropologie sociale et ethnologie ou études politiques

Le programme de recherche Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie : Conflits, déplacements, incertitudes, financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), propose une allocation doctorale pour la réalisation d’une thèse dont l’inscription principale se fera à l’École doctorale de l’EHESS (ED 286) dans l’une des deux formations suivantes : Anthropologie sociale et ethnologie ou Études politiques. La ou le doctorant·e sera rattaché·e au Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor, EHESS-CNRS).

Le sujet de la thèse devra porter sur l’un des principaux thèmes du programme Shakk qui intégralement consultables à l’adresse suivante :  https://shakk.hypotheses.org.

Conditions de candidature

La ou Le candidat·e parfaitement francophone et bon arabisant·e devra avoir soutenu un mémoire de Master 2 en sciences sociales avant le 20 septembre 2018.

Envoyer CV, projet de recherche rédigé en français (10 pages bibliographie comprise) et mémoire de Master 2 devront être envoyés avant le 10 septembre 2018 – 12h (heure française) simultanément aux adresses suivantes : anna.poujeau@ehess.frc.boex1@gmail.come.aubinboltanski@ifporient.org, nisrine.alzahre@gmail.com.

Les candidat·e·s sélectionné·e·s par un jury composé de tous les membres du programme Shakk (voir sur le carnet de recherche du programme Shakk) seront convoqués pour une audition avant fin septembre à Paris. En cas de nécessité, l’audition pourra se faire par visioconférence.
L’allocation doctorale débutera au 1er novembre 2018 pour une durée de 3 ans.

Rémunération : salaire brut : 1768,55 euros / salaire net : 1467,18 euros

Parution en ligne : Étienne Colaud et l’enluminure parisienne sous le règne de François Ier

En 2016, la thèse de Marie-Blanche Cousseau était parue à titre posthume aux Presses Universitaires de Rennes. Désormais, les Presses universitaires François-Rabelais la font paraître sous forme électronique au sein de leur portail OpenEdition books.

Présentation

La production parisienne de manuscrits illustrés demeure à ce jour mal connue pour le règne de François Ier. L’étude de Marie-Blanche Cousseau vient combler cette lacune. En s’appuyant sur de nombreux documents d’archives inédits ainsi que sur l’étude minutieuse des œuvres qui nous sont parvenues, l’auteur parvient à dresser un panorama très complet du monde de l’enluminure dans la capitale, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Elle recense près d’une trentaine d’artistes, ce qui érige Paris au rang de centre majeur durant cette période, et restitue avec précision les pratiques professionnelles et commerciales et les processus de création. Étienne Colaud occupe une place centrale dans ce travail. Son nom est depuis longtemps associé aux manuscrits des Statuts de l’ordre de Saint-Michel produits en série à Paris pour le roi, mais la découverte d’un livre d’heures portant sa souscription permet de mieux cerner sa personnalité artistique et de comprendre le rôle qu’il joua au sein de cette production. La confrontation des actes documentant sa carrière entre 1512 et 1541 avec dix-huit manuscrits de grande qualité, dans lesquels on peut désormais reconnaître sa main, éclaire aussi d’un jour nouveau l’autre activité à laquelle il se livra, celle de libraire, qui lui permit de recevoir des commandes prestigieuses et de collaborer avec plusieurs autres artistes importants.

Marie-Blanche Cousseau (1976-2011)

Marie-Blanche Cousseau avait soutenu sa thèse à l’École pratique des hautes études en 2009 mais n’avait pu achever la mise au point de son manuscrit. Décédée le 30 novembre 2011, c’est donc Guy-Michel Leproux qui s’est livré, à partir des notes qu’elle avait laissées, à un travail de reconstitution du texte et de préparation du manuscrit avec les amis de Marie-Blanche Cousseau.

À la Bibliothèque nationale de France, Marie-Blanche Cousseau1 était assistante de recherche au département des Manuscrits depuis février 2010, où elle était chargée du catalogue des manuscrits germaniques enluminés, ambitieuse entreprise à laquelle elle s’était attelée avec ténacité et extrême rigueur. Le programme, mené dans le cadre du plan triennal de la recherche 2010-2012, s’est donc interrompu. Au cours de l’année 2012, malgré recherches et sollicitations, le département des Manuscrits n’est pas parvenu à identifier un chercheur susceptible de continuer le programme. Celui-ci s’avère en effet particulièrement complexe en raison de la diversité des manuscrits en question,  en termes de couverture chronologique et géographique, ce qui soulève des difficultés quant aux compétences à maîtriser, notamment paléographiques2. Au terme du programme, la publication d’un catalogue imprimé reste à l’ordre du jour.

Sommaire

Guy-Michel Leproux

Avant-propos

François Avril

Préface

Informations pratiques

  • Éditeur : Presses universitaires François-Rabelais, Presses Universitaires de Rennes
  • Collection : Renaissance
  • Lieu d’édition : Tours
  • Année d’édition : 2016
  • Publication sur OpenEdition Books : 16 juillet 2018
  • ISBN (Édition imprimée) : 9782869064126
  • ISBN électronique : 9782869065437
  • DOI : 10.4000/books.pufr.8467
  • Nombre de pages : 373 p.
  • URL : https://books.openedition.org/pufr/8467
  1. Cf. sa notice dans le catalogue général de la BnF (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb16548797r) et sa bibliographie. []
  2. Le programme a continué dans le cadre du Plan triennal de la recherche 2013-2015 de la BnF, mené par Laure Rioust, chargée de collections au département des Manuscrits, assistée d’Olga Karaskova ((Cf. sa page et sa thèse, http://www.theses.fr/2014LIL30019 []

Parution : Bibliographie génovéfaine

Second volet d’un diptyque consacré à l’histoire des génovéfains, la Bibliographie génovéfaine : ouvrages publiés par les chanoines réguliers de Saint-Augustin de la Congrégation de France, 1624-1800 de Nicolas Petit regroupe 3 600 notices et un appareillage riche mettant en lumière la diversité des écrits produits par les génovéfains sous l’Ancien Régime.

Présentation

Cet ouvrage, publié à titre posthume, constitue le second volume du diptyque monumental consacré aux génovéfains par Nicolas Petit.   En 2008, Nicolas Petit avait publié sous les auspices de l’École des chartes la Prosopographie génovéfaine. Ce premier ouvrage offrait le répertoire biographique complet des 5 352 religieux ayant fait profession dans la Congrégation de France de 1624 à 1789. Voici maintenant son complément naturel : la Bibliographie génovéfaine, qui recense pour sa part tous les ouvrages publiés par les chanoines réguliers de saint Augustin de la Congrégation de France (1624-1800), depuis la fondation de l’ordre et jusqu’au lendemain de la Révolution, plusieurs génovéfains ayant continué d’écrire après la disparition de leur ordre. Nicolas Petit en avait pratiquement achevé la rédaction dès 2012 et même esquissé une mise en page qui a guidé les pas des éditeurs. Ce sont plus de 3 600 notices, réparties en douze sections, que complètent une table chronologique et plusieurs autres index, par titres, topographique par ville et par imprimeurs-libraires, une table analytique et un index des localisations. Après avoir recensé et individualisé chaque membre de la Congrégation en 2008, Nicolas Petit, dans cet ultime ouvrage, passe au crible toute la production intellectuelle de l’ordre dans sa très grande diversité, parfois même surprenante. Comme l’écrit ici-même l’auteur de la préface, on ne pourra désormais plus dire avec Flaubert et son Dictionnaire des idées reçues, « Génovéfain : on ne sait pas ce que c’est ».

L’auteur

Nicolas Petit (1955-2014), archiviste-paléographe (prom. 1980), a été conservateur durant dix-sept ans à la Réserve de la bibliothèque Sainte-Geneviève – où il a contribué au catalogue de l’exposition sur Le Cabinet de curiosités de la bibliothèque Sainte-Geneviève (1989) et publié L’Éphémère, l’occasionnel et le non-livre (1997) – avant de rejoindre en 1998 la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France, où il a notamment collaboré au Catalogue des incunables (CIBN) dont il a assuré l’achèvement avec la rédaction du dernier fascicule, publié en mars 2014.

Table des matières

Préface par Isabelle Brian
Introduction
Remerciements

Première partie. Catalogue bibliographique

  • I. Règles & constitutions
  • II. Décrets des chapitres généraux & des diètes
  • III. Liturgie
  • IV. Circulaires, instructions & mandements
  • V. Thèses
  • VI. Collèges & séminaires
  • VII. Auteurs
  • VIII. Factums
  • IX. Actes officiels concernant les génovéfains
  • X. Dévotion & Hommages
  • XI. Polémique & divers
  • XII. Gravures

Deuxième partie. Tables & index

  • Table chronologique, 1621-1800
  • Index des titres
  • Table topographique (par villes et imprimeurs-libraires)
  • Table analytique
  • Localisations

Bibliographie
Table des illustrations

Informations pratiques

Description : Broché, 1 vol. (678 p.) : ill., couv. ill. ; 30 cm.
Date de parution : 20 février 2018
ISBN/EAN : 978-2-35723-095-8 / 9782357230958
Éditeurs : Paris : École nationale des chartes
Collection : Matériaux pour l’histoire, ISSN 1272-2596 ; 10
Poids : 1930 gr
Prix : 58 €

Exposition : Magiques Licornes (14/7 – 25/02/19)

Depuis le 14 juillet 2018, le musée de Cluny accueille le public dans un nouveau bâtiment situé à proximité immédiate du boulevard Saint-Michel. En guise d’exposition inaugurale, du 14 juillet 2018 au 25 février 2019, le musée de Cluny, musée national du Moyen Âge, propose Magiques licornes, autour des six tapisseries de La Dame à la licorne, chef d’œuvre du musée, qui en constituent le cœur. 

Le commissariat de l’exposition «Magiques Licornes » est assuré par Béatrice de Chancel-Bardelot, conservateur général au musée de Cluny. Autour de la tenture de La Dame à la licorne, de retour au musée après un prêt à l’Art Gallery of New South Wales de Sydney (Australie), des œuvres médiévales et contemporaines proviennent d’institutions prestigieuses comme la Bibliothèque nationale de France, la Cité internationale de la tapisserie d’Aubusson, le musée de la Chasse et de la Nature, le Fonds national d’art contemporain ou le Mobilier national.

Collections de la BnF

La majorité des manuscrits et des imprimés présentés proviennent de la BnF. Plusieurs départements ont été mis à contribution.

Manuscrits

Français 1877

Le Livre nommé Fleur de vertu, translaté d’italien en françoys, par FRANÇOYS DE ROHAN, archevesque de Lion, primat de France et evesque d’Angiers ».

« Le Verger de doctrine ».

Français 6448

Saint Antoine (Antonius Eremita) et les attributs de la licorne et du lion.
Ill. du livre de Jacques de Voragine
“La Légende dorée”, traduit par Jean de Vignay ; exemplaire aux armes de Jean du Mas, seigneur de l’Isle, conseiller et chambellan du Roi (mort en 1495) .
Ms. français 6448, fol. 45 v°,

Français 12247

François Demoulins , Traité des vertus cardinales

François Demoulins, Traité des vertus cardinales, peint par Guillaume II Leroy

Français 12562

Roman de la Dame à la licorne, suivi de Floire et Blanchefleur.

Français 24461

Recueil de dessins ou cartons, avec devises, destinés à servir de modèles pour tapisseries ou pour peintures sur verre.

Recueil de dessins ou cartons, avec devises, destinés à servir de modèles pour tapisseries ou pour peintures sur verre.

Italien 545

I Trionfi del Petrarca.

Estampes et photographie

Le département des Estampes et de la photographie a prêté le fol. 15 de RESERVE PC-18-FOL : [Pièce de tapisserie sur laquelle est représentée une dame en hennin assise dans un parterre]

[Pièce de tapisserie sur laquelle est représentée une dame en hennin assise dans un parterre] : [dessin]

Réserve des livres rares

RES P-D-180

Guido de Monterocherio (13..-13..), Manipulus curatorum, Rouen : Martin Morin pour Jean Richard, 16 IX 1496.

RES-O2F-20 (ALPHA)

Die Heylighe Bevarden tot dat heylighe grafft in Iherusalem , door Bernhardt van Breydenbach

Breydenbach, Bernhard von (1440?-1497), Die Heylighe Bevarden tot dat heylighe grafft in Iherusalem[Mainz] : Ghedruct doir meister Eerhaert Rewich van Utrecht in die stadt van Mentz, 1488.

VELINS-1633

Heures à l’usaige de Paris toutes au long sans rien requerir avec les heures Saincte Geneviève et la commémoration St Marcel et St Germain

Heures à l’usaige de Paris toutes au long sans rien requerir avec les heures Saincte Geneviève et la commémoration St Marcel et St Germain, Paris : Thielman Kerver pour : Guillaume Eustace, 20 VI 1500.

SMITH-LESOUËF R-160

Colonna, Francesco (1433?-1527), Hypnerotomachia Poliphili (F. Columnae, edente L. Crasso), Venezia : Aldo Manuzio pour Leonardo Grassi, XII 1499.

Arts du spectacle

Le département des Arts du spectacle a prêté une photographie de Liane Daydé prise par Serge Lido] cotée : [4-PHO-29 (50).

Le reportage complet est visible dans Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531403985/f1.planchecontact

Littérature et art

Le département Littérature et art présente plusieurs imprimés : 8-Y2-6 (1636), un volume du Magasin pittoresque (Z-4679) et un autre de L’Illustration (FOL-LC2-1549, vol. IX, 227, samedi 5 juillet 1847, p. 276).

Sand, George, « Un coin de Berry et de la Marche », L’Illustration, samedi 5 juillet 1847, vol. IX, 227, p. 276.

Évidémment, au-delà de ces manuscrits et imprimés, l’exposition donne à voir des objets d’art, tapisseries, etc.

Cuba, Johannes von (14..-1504?), Hortus sanitatis (Joanne de Cuba auctore), Mainz : Jacob Meydenbach, 23 VI 1491. Exemplaire de la BIU Santé
Aquamanile : Licorne, Vers 1400 © RMN-Grand Palais, musée de Cluny, G. Blot

Informations pratiques

28 rue Du Sommerard, 75005 Paris
Ouvert tous les jours, sauf le mardi,
de 9h15 à 17h45
Fermeture de la caisse à 17h15
Fermé les 25 décembre, 1er janvier.

Données liées et données à lier : quels outils pour quels alignements ?

À la suite des ateliers « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils », « Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux » et « Explorer des corpus d’images. L’IA au service du patrimoine », une quatrième demi-journée d’étude a été organisée dans le cadre du programme de recherche CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Dans le même esprit que les trois ateliers précédents, cette matinée d’étude, qui a eu lieu le 10 juillet sur le site François Mitterrand, était l’occasion de présenter plusieurs projets impliquant des alignements de données et menés aussi bien par des acteurs du monde des bibliothèques que du milieu de la recherche.

Six présentations se sont succédées au cours de la matinée avec l’objectif de présenter différentes approches, méthodes et outils pour aligner des ensembles de données, et avec l’ambition d’apporter des pistes de réponses à des questions communes à plusieurs équipes de recherche telles que : comment récupérer ce qui existe pour pouvoir se concentrer sur ce qui fait la valeur ajoutée d’un projet ? Comment s’assurer de l’interopérabilité des bases de données et faire en sorte que ces données puissent être réutilisées et accessibles de manière stable sur le Web ?

Regroupements et alignements de données internes à la BnF. Des outils, des données et des humains.

Présentation par Sébastien Peyrard, Chef du service Ingénierie des métadonnées à la BnF, et Adrien Di Mascio, Responsable du projet data.bnf.fr chez la société de services  LogiLab.

La BnF mène une démarche interne qui consiste à améliorer la structuration de ses données afin de les publier, notamment sur le web de données. Data.bnf.fr est un site internet qui rassemble et expose sur le Web des données issues de différentes bases de la BnF, la plus grande étant celle du catalogue général qui contient les notices d’éditions, de personnes, de thèmes, de lieux géographiques produites par la BnF. Les pages du site data.bnf.fr contiennent des liens vers les données stockées dans les différentes bases de la BnF mais aussi vers des bases extérieures, comme Wikidata ou GeoNames. Dans la page de l’auteur Michel Houellebecq (Fig.1) par exemple, les liens au milieu de la page renvoient vers les œuvres de l’auteur, c’est-à-dire vers les entités qui, selon le modèle FRBR, regroupent chacune plusieurs éditions d’un même objet/ produit intellectuel.

Figure 1 Page de l’auteur Michel Houellebecq dans data.bnf.fr

 

Les pratiques de catalogage de la BnF font que cette notice « œuvre », c’est-à-dire ce chapeau qui regroupe les différentes éditions d’une même « œuvre de l’esprit », n’existe pas systématiquement. Pour donner un ordre de grandeur, environ dix millions d’éditions sont référencées sous forme de notices mais seulement 300 000 notices chapeaux d’œuvres ont été créées. C’est la raison pour laquelle dans plusieurs pages d’auteur de data.bnf.fr, les différentes éditions ne sont pas regroupées sous la même « œuvre » mais elles sont présentées sous forme de liste (Fig.2).

Figure 2 Liste des plusieurs éditions de l’œuvre « La carte et le territoire »

Du point de vue de l’utilisateur, en termes d’ergonomie et de service de recherche, cette présentation sous forme de liste d’objets apparemment identiques, n’est pas très efficace et implique, plus globalement, un problème d’hétérogénéité du site internet (certaines pages présentent les œuvres, d’autres présentent les éditions). Du point de vue de la gestion des métadonnées, le niveau de l’œuvre ne peut pas être exploité à l’heure actuelle en raison de ce biais, c’est-à-dire de l’existence aléatoire de ce niveau de métadonnées. Le niveau des éditions peut être exploité pour étudier la production éditoriale par exemple, mais le niveau de l’œuvre ne peut pas être utilisé pour analyser de manière fiable la production intellectuelle, comme par exemple le nombre d’œuvres produites par auteur au fil des siècles. Afin d’éliminer ou de réduire les biais dus à cette hétérogénéité des données et pour permettre aux agents de la BnF d’avoir plus de contrôle sur les outils inclus dans la chaîne de production de data.bnf.fr, l’outil RobotDonnées a été développé. Cet outil permet de tisser des liens qui manquent entre certaines œuvres et certaines éditions et il permet également de regrouper automatiquement des éditions lorsque la notice d’œuvre n’a jamais été créée. RobotDonnées est issu du projet data.bnf.fr mais a son cycle de développement propre. Il consiste plus concrètement en une plateforme web qui permet de lancer des traitements qui prennent des données en entrée et, selon les paramètres choisis par l’utilisateur, produisent un fichier tabulaire (CSV) en sortie. Une dizaine de traitements peuvent s’enchainer les uns après les autres. Pour rassembler différentes éditions d’une œuvre par exemple, l’outil extrait du catalogue général les notices des documents associés à un auteur, via principalement l’identifiant de l’auteur et le champ titre, et les regroupe dans un fichier tabulaire ; ensuite deux algorithmes de distance ou de regroupement (minhasching et mean shift) permettent de rassembler les titres similaires sous un même chapeau dans un deuxième fichier tabulaire. Sur cette base, des pré-métadonnées de notices d’œuvre peuvent être produites et peuvent ensuite alimenter data.bnf.fr ; un reversement de ces oeuvres dans les données du catalogue général est prévue dans un second temps. L’objectif de la BnF à court terme est de pouvoir reverser un premier corpus de notices d’œuvres dans data.bnf.fr : le corpus d’œuvres textuelles françaises du XXe et du XXIe siècle. La philosophie qui sous-tend ce chantier est d’expérimenter, de tester l’efficacité des traitements en reversant les œuvres dans data.bnf.fr pour ensuite les inclure dans le catalogue général. Data.bnf.fr est donc utilisé comme « bac à sable » pour ce traitement de données complexe et massif. La systématisation du processus de création de métadonnées de niveau d’œuvre devra tenir compte ensuite de la spécificité des diverses typologies de corpus de documents conservés à la BnF : des manuscrits aux documents iconographiques en passant par les documents audiovisuels et multimédia. Comme tout projet en cours, ce chantier suscite plusieurs interrogations parmi lesquelles : sur quels paramètres et dans quelle mesure permettre à l’utilisateur d’intervenir ? Sur quelle unité baser la comparaison de titres par exemple : mot ou n-gramme ? RobotDonnées est un outil avec de nombreuses règles métier. La philosophie sous-jacente est que l’intelligence réside dans les données et les agents experts des données de la BnF connaissent la logique de ces données. Au-delà d’un outil de gestion des données, il devient un outil de connaissance des données, une connaissance non pas basée seulement sur la mémoire mais sur le calcul. En adoptant une approche ni trop fine, ni trop massive, l’outil permet de moduler et d’adapter les traitements selon les besoins et les objectifs de l’utilisateur.

Bibliostratus. STRatégie d’Alignement d’URIs pour la Transition bibliographique.

Présentation par Etienne Cavalié, Adjoint au chef du service Ingénierie des métadonnées à la BnF et membre du groupe Systèmes et Données dans le cadre du programme national Transition bibliographique.

Le programme national Transition bibliographique a pour objectif d’exposer les catalogues des bibliothèques dans le web de données. Comme expliqué dans la première présentation, la BnF, en créant des notices d’œuvres via des calculs, est en train de FRBRiser son catalogue. Dans le cadre de la Transition bibliographique, le groupe Systèmes et Données travaille pour que les autres bibliothèques ne recalculent pas ces notices d’œuvres, mais bénéficient du travail entrepris par la BnF. Ce groupe de travail compte parmi ses membres des agents de la BnF mais aussi des représentants de l’Abes (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur), qui administre le réseau Sudoc du catalogue collectif des bibliothèques de l’enseignement supérieur. L’enjeu pour les bibliothèques de ce réseau est de savoir pour chacun de leurs documents quelle est la notice de la BnF correspondante pour identifier l’œuvre qui sera générée d’ici deux ou trois ans à la BnF et pour ensuite récupérer à la fois la notice elle-même du catalogue BnF et la notice d’œuvre. C’est dans cette perspective qu’a été développé par le groupe Systèmes et Données un logiciel nommé Bibliostratus, suite à une demande du réseau des bibliothèques de Montpellier qui ont sollicité la BnF pour réaligner leur catalogue notamment dans le cadre de la Transition bibliographique. La BnF s’est engagée à accompagner cette bibliothèque pour construire un exemple, définir et documenter une méthodologie et des outils que d’autres bibliothèques pourraient ensuite récupérer. Dans un premier temps la Bibliothèque avait commencé à travailler avec le logiciel existant Open Refine car cet outil permet d’interroger et de traiter en masse des informations, comme un catalogue de bibliothèque, de nettoyer les métadonnées fournies en entrée, de les normaliser, de les restructurer et de les vérifier. Le premier jet de la documentation pour l’utilisation d’Open Refine atteignant vingt-huit pages, cette solution risquait d’être un frein pour l’appropriation de cet outil par d’autres bibliothèques. C’est la raison pour laquelle, en novembre, la Bibliothèque a décidé d’explorer une autre piste : développer un outil similaire mais d’une manière plus standardisée et permettant d’enchainer les étapes pertinentes effectuées de manière successive dans Open Refine. Les étapes et les règles métier identifiées dans l’utilisation d’Open Refine sont donc celles qui ont été inclues ensuite dans le logiciel baptisé Bibliostratus en mars dernier par le groupe Systèmes et Données. Ce logiciel, écrit en Python, est libre et il s’intègre dans un circuit de traitement qui est : « je suis une bibliothèque, j’ai un catalogue, je veux l’aligner avec celui de la BnF ou celui du Sudoc ». Bibliostratus s’articule en différents modules qui peuvent être utilisés séparément. Il permet également d’opérer des alignements indépendamment du format de catalogage : si par exemple l’on souhaite aligner une base de données bibliographique qui n’est pas en format Marc, le logiciel permet de bénéficier juste du module d’alignement sans demander la manipulation du format Marc. Bibliostratus permet en somme la mise en œuvre d’un processus d’alignement qui est une application rigoureuse des règles métier définies par le groupe Systèmes et Données de juin à novembre dernier mais traduites en langage informatique. L’interface présente une fenêtre d’accueil avec quatre modules : le cœur est l’alignement mais des outils d’aide de préparation à l’alignement sont également intégrés car on n’aligne pas de la même manière un document audiovisuel, un périodique ou une monographie. Le module d’alignement bibliographique permet, une fois récupérée pour chacune des notices la liste des identifiants BnF et Sudoc, de récupérer l’intégralité des notices correspondant à ces identifiants. Actuellement en entrée quatre règles d’alignement sont applicables : une pour le texte imprimé, une pour les vidéos, une pour les enregistrements sonores et une pour les périodiques. Via les identifiants, il est possible non seulement d’aligner des notices avec celles de la BnF mais aussi à celles du Sudoc. Bibliostratus donne la possibilité de générer un fichier séparé pour les notices sans alignements ou avec plusieurs alignements afin de pouvoir les vérifier à la main.

Figure 3 Fichier tabulaire contenant les résultats d’un exemple d’alignement

Le système est tributaire évidemment des données en entrée mais grâce à l’explicitation de la méthode utilisée pour chaque alignement, il est possible d’effectuer une relecture et un contrôle manuel pour valider chacun des alignements. Le logiciel a été testé depuis janvier dernier, le groupe Systèmes et Données s’en est emparé progressivement et a commencé à injecter des identifiants BnF dans son catalogue mais d’autres cas d’utilisation se sont avérés pertinents : pour récupérer des notices ou des identifiants de la BnF pour des statistiques par exemple ou pour identifier et supprimer des doublons de notices. Dans la mesure où le module d’alignement se contente de faire une recherche systématique dans le catalogue par ligne, on peut envisager de mettre ce qu’on veut dans le fichier en entrée, on peut envisager donc plusieurs cas d’usage selon les besoins, sachant que ce logiciel se contente de lancer la requête et de fournir les résultats. Le code source de Bibliostratus est disponible et récupérable en ligne sur Github mais, comme il a été conçu dans le cadre de la Transition bibliographique, la BnF ne s’est pas engagée dans la maintenance de l’outil une fois la transition achevée. D’autres communautés sont toutefois libres de s’emparer de l’outil, d’y apporter des extensions, de développer d’autres fonctionnalités et de le maintenir à plus long terme.

Le projet ANR ELKER. Enhancing Link Keys: Extraction and Reasoning.

Présentation par Manuel Atencia et Jérôme David, enseignants-chercheurs à l’Université Grenoble Alpes, Inria, CNRS, Grenoble INP, LIG.

ELKER est un acronyme anglais qui signifie Enhancing Link Keys: Extraction and Reasoning (Améliorer les clés de liage : extraction et raisonnement). Ce projet, accepté dans le cadre de l’ANR Société de l’information et de la communication, a une durée de quatre ans (octobre 2017-octobre 2021). Trois laboratoires sont impliqués : LIG (Laboratoire Informatique de Grénoble), LIASD (Laboratoire d’Informatique Avancée de Saint-Denis) de l’Université Paris 8 et Inria Nancy. Le projet porte essentiellement sur le problème de liage de données dans le contexte du web de données. Ce problème peut être résumé de la manière suivante : étant donné deux jeux de données RDF, trouver des paires de ressources qui identifient la même entité. Ce problème demande de relever notamment les défis du passage à l’échelle (quantité importante de données), de l’hétérogénéité des descriptions des données (utilisation d’ontologies ou vocabulaires différents) et de la qualité des données (erreurs). Par exemple, on pourrait vouloir savoir si une URI de l’Insee (qui ressemble des données géographiques et sur l’administration française) et une URI de GeoNames (qui ressemble des données géographiques avec une portée mondiale) représentent la même commune, donc la même entité, afin de pouvoir les lier (Fig.4).

Figure 4 Exemple de correspondance entre la ressource de la commune « Bully » dans le jeu de données géographiques de l’Insee et dans GeoNames

Pour aborder cette problématique de liage de données, deux types d’approches existent : les méthodes symboliques (relevant de l’intelligence artificielle « ancienne », basées sur le raisonnement logique) et les méthodes numériques (relevant de l’intelligence artificielle moderne, basées sur l’agrégation de valeurs de similarité entre les valeurs de propriétés pertinentes). L’approche adoptée dans le cadre du projet ELKER relève de la première méthode car, pour résoudre ce problème de liage de données, la proposition du projet est d’utiliser des clés de liage (link keys). Une clé de liage est une généralisation de la notion de clé propre aux bases de données rationnelles aux cas de jeux des données RDF différents. Une clé de liage peut être exprimée sous la forme d’une action logique, elle est constituée par un ensemble de paires de propriétés et une paire de classe. Par exemple, pour définir si un livre décrit dans un jeu de données exprimé en français (Livre) est le même décrit dans un jeu de données en anglais (Book), on peut comparer les valeurs des paires auteur et creator et les valeurs des paires titre et title. Si une instance de la classe Livre a les mêmes valeurs pour les propriétés auteur et titre qu’une instance de la classe Book a pour les propriétés creator et title, alors elles désignent la même entité.

Figure 5 Exemple de clé de liage

L’approche adoptée dans le cadre du projet ELKER prévoit deux phases distinctes : l’extraction automatique de clés de liage et le raisonnement avec les clés de liage pour l’inférence de liens. La première phase consiste à extraire de manière automatique à partir jeux de données RDF des clés de liage candidates et, en définissant les mesures de qualité, sélectionner parmi ces clés de liage candidates les meilleures. Pour découvrir ces clés de liage candidates les techniques à l’œuvre relèvent de l’analyse formelle de concepts. Dans la deuxième phase, comme une clé de liage peut être exprimée sous la forme d’une action logique, il est possible de combiner les clés de liage avec les ontologies pour inférer des liens et d’autres clés de liage. À partir de déclarations de type OWL il est donc possible d’inférer des clés de liage à partir des clés de liage découvertes par un outil d’extraction automatique et finalement inférer des liens à partir des clés de liage.

Figure 6 Exemple de raisonnement avec clés de liage

Concernant la première phase, l’extraction de clés de liage candidates, plusieurs tests ont été réalisés et sont en cours. L’un des enjeux majeurs consiste à pouvoir classer et trier le grand nombre des clés candidates extraites et à conserver la posture généraliste du projet qui exige de ne pas rentrer dans la spécificité des données mais de proposer une solution pour le liage de tout jeu de données.

Sur des approches d’alignement semi-automatique.

Présentation par Antoine Isaac, R&D Manager chez Europeana.

Dans la cadre d’un projet lié à Europeana, une expérimentation a été menée avec l’objectif de connecter les vocabulaires propres à plusieurs institutions participant à Europeana à un vocabulaire spécifique, en utilisant Cultuurlink, un outil d’alignement semi-automatique. Europeana est un agrégateur de métadonnées liées à quelques dizaines de millions d’objets appartenant à environ 3500 institutions culturelles européennes. En raison de la création et de l’utilisation de différents vocabulaires et référentiels par les nombreuses institutions, Europeana comme d’autres agrégateurs fait face à la problématique d’une considérable hétérogénéité des données. Europeana envisage de créer plus d’alignements entre référentiels de manière automatique ou semi-automatique pour mieux gérer ces données hétéroclites et pour améliorer la recherche dans les différentes collections. Dans le cadre du projet Europeana Sounds, dont l’objectif était d’ajouter des sons et des musiques dans Europeana tout en améliorant les métadonnées issues des différentes organisations, l’outil Cultuurlink a été expérimenté pour aligner et enrichir les métadonnées provenant des institutions avec le vocabulaire spécifique aux instruments de musique MIMO. Ce vocabulaire, développé pour décrire des instruments de musique dans le milieu muséal, a une très bonne couverture du domaine des instruments de musique, il est ouvert, il est multilingue et il a donc été choisi pour son potentiel d’établir des correspondances entre collections. Cultuurlink est un outil d’alignement semi-automatique, il n’est pas libre mais il est librement utilisable en ligne. Ayant identifié le vocabulaire Mimo et l’outil Cultuurlink, Europeana a demandé aux participants au projet Europeana Sounds d’expérimenter les deux. Quatre acteurs étaient particulièrement intéressés à cette expérimentation : la British Library, deux centres de recherche français (CREM – Centre de Recherche en Ethnomusicologie et MMSH – Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme) et le NISV (Netherlands Institute of Sound and Vision). Pour chaque collection, dans un premier temps chaque métadonnée a été scrutée afin de reconstituer les vocabulaires des quatre participants. Ensuite, Cultuurlink a été utilisé par les différents participants pour effectuer les alignements vers MIMO et enrichir les données initiales. Enfin les résultats ont été évalués.

Figure 7 Exemple d’utilisation de Cultuurlink

Ce que l’expérimentation a prouvé est que 50% des correspondances ont été alignées de manière automatique. L’utilisateur peut regarder chacune des correspondances et la valider ou l’invalider. L’outil permet à l’utilisateur de procéder par étapes, de construire une stratégie d’alignement et de garder le contrôle sur les résultats. L’expérimentation a donc démontré l’intérêt de l’approche en termes d’enrichissement et d’accessibilité des données. Elle a confirmé les difficultés liées à la polysémie, la nécessité du contrôle humain et de l’expertise dans le domaine de la connaissance concerné ainsi que la robustesse du vocabulaire MIMO, même si des marges de progrès en termes de couverture seraient possibles.

REDEN : Résolution et désambiguïsation d’entités nommées pour l’enrichissement des corpus textuels.

Présentation par Carmen Brando, ingénieure de recherche en sciences de l’information géographique et en humanités numériques, EHESS.

Comment lier des données textuelles, qui, à la différence des données dans le web de données, ne sont pas structurées ? Dans un contexte d’édition numérique il est intéressant de pouvoir faire des annotations, c’est-à-dire de déclarer dans un texte qu’un segment de ce texte est un lieu par exemple, que ce segment fait référence non pas à un lieu quelconque mais à un lieu précis tel qu’il est décrit dans une base de données déterminée. Des enjeux majeurs de l’édition numérique consistent donc à repérer les références (c’est-à-dire des entités nommées telles que des lieux, des personnes, des institutions, des événements historiques, …) dans un texte, les identifier de manière unique, les lier à la connaissance externe afin d’enrichir le texte et de proposer des modalités de lecture plus riches ou complémentaires. Le développement de l’outil REDEN, initié en 2015, a été entrepris pour répondre au besoin de plusieurs chercheurs en littérature française travaillant au Labex OBVIL (Observatoire de la vie littéraire) d’enrichir leurs éditions numériques encodées en XML/ TEI. L’encodage d’entités nommées dans une édition numérique en XML/ TEI consiste à faire rentrer un segment de texte faisant référence à une entité nommée dans la balise pertinente prédéfinie dans la norme TEI : par exemple <persName> pour les personnes et <placeName> pour les lieux. Pour lier ces connaissances à des connaissances externes, il est possible de rajouter à la balise en question l’attribut ref qui permet de faire référence à des ressources sur le Web. L’annotation d’entités nommées peut être effectuée en encodant manuellement le texte mais peut se faire aussi de manière automatique ou semi-automatique. L’algorithme REDEN n’intervient pas dans la phase d’identification des entités nommés dans le texte ni dans la phase de classification du type d’entité nommée mais il intervient dans la phase de résolution, c’est-à-dire au moment du liage du segment de texte à l’identifiant de la ressource accessible sur le Web. L’approche de REDEN est une approche fondée d’un point de vue informatique sur les graphes et sur le fonctionnement du web de données. REDEN peut être utilisé pour tout jeu de données RDF à condition que les données puissent être interrogées via un Sparql Endpoint. L’algorithme REDEN est constitué de plusieurs phases :

  • Constitution d’un index par type d’entité contenant les formes de surface de toute entité dans la base de connaissance y compris son URI (identifiant unique) ;
  • Pour chaque mention dans un contexte donné du texte, par exemple dans un paragraphe ou dans une phrase, et un type d’entité nommée à la fois, REDEN effectue deux opérations :

(1) Identification des candidats et récupération des données RDF des candidats à partir des données liées ;

(2) Fusion de graphes et élagage, suivi par le calcul de centralité par mention, et choix du candidat ayant le score le plus élevé.

Figure 8 Exemple de fonctionnement de l’algorithme

Un outil démonstrateur utilisant REDEN est disponible en ligne. Il permet, à partir d’un texte balisé en XML/ TEI, de sélectionner le type d’entité nommée (lieu, personne, institution, etc.) pour lequel on souhaite trouver et lier des ressources sur le Web et de télécharger le texte enrichi des liens signalés via l’attribut ref_auto. Une fonctionnalité de visualisation est aussi mise à disposition : l’outil récupère les coordonnées géographiques des ressources identifiées à partir du texte et les montre sur une carte.

Figure 9 Exemple de lecture « géographique » d’un passage de « Le passant de Prague » de Guillaume Apollinaire

Actuellement, une collaboration avec le laboratoire Lattice et l’Université de Tunis prévoit l’intégration en amont avec l’outil de reconnaissance d’entités nommées SEM fondé sur l’apprentissage automatique (CRF) et Wikidata. Parmi les autres travaux en cours : la réflexion autour de la mise à disposition en ligne de données géo-historiques et la proposition de l’outil par des institutions patrimoniales comme service à la recherche. REDEN est un outil open source. Le code est disponible sur Github.

Le projet ANR Foucault Fiches de Lecture.

Présentation par Laurent Dartigues et Vincent Ventresque, respectivement chargé de recherche et ingénieur d’étude au laboratoire TRIANGLE (UMR 5206), ENS Lyon.

Foucault Fiches de Lecture (FFL) est un projet scientifique qui a pour objectif d’explorer, de mettre à disposition en ligne et de donner à lire de manière enrichie un vaste ensemble de fiches de lecture de Michel Foucault conservées au département des Manuscrits de la BnF. Ce projet a été initié en octobre 2017, il a une durée prévue de trois ans, il est réalisé en partenariat avec la BnF et il participe en tant qu’équipe test du projet Corpus pour l’année 2018. Il porte sur un corpus issu des archives de Foucault conservées à la BnF et constitué de plusieurs milliers de feuillets qui forment une collection de citations et de références bibliographiques, organisées et commentées par Foucault pour la rédaction de ses ouvrages ou la préparation de ses cours. Cet ensemble considérable en termes de volumétrie et de richesse d’informations, en étant fondé sur des références, se prête particulièrement à une exploration « hypertextuelle » du parcours de lecture, de travail, de la pensée de Foucault, et demande le tissage de liens entre les citations ou les références et les auteurs ou les ouvrages concernés. Dans cette perspective, le projet se propose non seulement d’analyser le corpus des fiches de lecture mais également de développer une plateforme qui permettrait à un chercheur de consulter environ 11 000 fiches numérisées, de les annoter, de bénéficier des annotations des autres utilisateurs et de faire une lecture enrichie du corpus grâce au tissage de liens vers des ressources externes et à des visualisations de données.

Figure 10 Exemple de fiche de lecture présenté dans l’interface du prototype de plateforme en cours de développement dans le cadre du projet

La plateforme est en train d’être développée dans une logique de gain de temps et d’attention à la qualité des données grâce notamment à l’utilisation de référentiels, autorités et de l’autocomplétion. Par exemple, lorsqu’un ouvrage est mentionné dans une fiche, l’utilisateur a la possibilité de sélectionner la référence correspondante précédemment rentrée dans la base de données du projet et liée à la ressource correspondante dans data.bnf.fr ou bien de rajouter la référence de l’ouvrage dans la base de données et de récupérer les informations bibliographiques associées à cet ouvrage en effectuant l’alignement vers l’URI correspondant dans data.bnf.fr. Le modèle de données sous-jacent est basé sur le principe de l’annotation pour permettre de mutualiser certains contenus (l’utilisateur décide pour chaque contenu ajouté s’il est privé, restreint ou public) tout en fournissant un espace de travail pour chaque utilisateur.

Figure 11 Modèle de données simplifié

Les avancements du projet sont reportés sur le carnet de recherche du projet.

Conclusion

Dans un contexte d’accroissement des volumétries des données et de réduction des temps d’analyse et de traitement, les institutions patrimoniales comme les équipes de recherche reconnaissent le besoin d’une complémentarité croissante entre humains et systèmes automatiques. Les présentations qui se sont succédé au fil de la matinée rappellent que l’automatisme complet présente à l’heure actuelle de nombreuses limites. Des approches semi-automatiques, en s’appuyant de manière hybride sur les atouts des humains comme sur les atouts des machines, semblent en revanche donner des résultats prometteurs. Notamment dans le processus d’alignement de données, le contrôle et la validation humaine sont des aspects fondamentaux pour la garantie de la qualité des données et pour l’instauration de la confiance. Si les projets de recherche qui se focalisent sur des questions qui relèvent de l’informatique, comme REDEN ou ELKER, visent à développer des solutions généralistes, respectivement pour tout texte et pour tout jeu de données, la Bibliothèque et les projets de recherche en SHS notamment sont confrontés à la fois à la nécessité de l’automatisation et à la prise en compte des spécificités des données qu’ils traitent. C’est pourtant précisément cette tension entre la posture technique transverse et l’approche centrée sur les particularités d’un domaine qui peut s’avérer extrêmement fructueuse.

Parution : Observatoire du dépôt légal 2017

La BnF publie chaque année une synthèse et des statistiques sur la production éditoriale nationale en s’appuyant sur les dépôts et collectes réalisés grâce au dépôt légal. L’édition 2018 qui couvre l’année 2017 vient de paraître.

Quelle est la personnalité politique la plus représentée en 2017 dans la production éditoriale collectée par le dépôt légal ? Combien de nouveaux titres de périodiques et combien de titres ont-ils cessé de paraître ? Dans quel domaine collecte-t-on le plus de partitions? Que représente l’autoédition dans les entrées de livres imprimés ? La BnF publie la septième édition de l’Observatoire du dépôt légal. Réalisé par les départements de dépôt légal, le département Droit, économie et politique a aussi apporté son éclairage au focus de cette édition « 2017, année politique ».

L’Observatoire apporte un regard sur la production culturelle nationale à travers le prisme du dépôt légal. Il s’appuie sur un réservoir de données statistiques diffusé sur BnF API et data.gouv.fr utilisé par d’autres communautés professionnelles (organismes publics et privés, chercheurs, éditeurs, imprimeurs, producteurs, etc).

À consulter

Les chiffres clés du dépôt légal en 2017

Exposition : Dans le Secret des œuvres d’art, musée Fabre (24/03-2/09/2018)

Depuis le 23 mars, le musée Fabre de Montpellier propose aux visiteurs une plongée dans l’exposition Dans le Secret des œuvres d’art qui présente cinq focus sur cinq « cas » d’œuvres ayant réagi à leur milieu (contraction ou rétraction, et parfois détérioration) : peinture sur bois, sur toile, dessins sur papier, sculpture en bronze et toile en matériaux contemporains, dont l’étude et la restauration se sont avérées complexes et passionnantes. Les propriétés des matériaux, les techniques de création, les nécessités en termes de conservation et de restauration, tous ces aspects fascinants sont révélés au public, proposant un discours à la croisée de l’histoire, de la science, de l’artisanat et de l’art.

Toile de Claude Viallat

Claude Viallat est l’un des artistes vivants majeurs représenté dans les collections du musée Fabre.

Membre fondateur du groupe Supports/Surfaces, il est présent dans les collections du musée depuis 1982 avec l’achat d’une grande toile auprès d’Amnesty International. Le fonds a dès lors été complété par des achats et des dons de l’artiste, dans l’objectif de retracer la carrière de Claude Viallat et de compléter l’ensemble spécifique au mouvement Supports/Surfaces.

Il constitue aujourd’hui un fonds de référence avec ceux du Musée national d’art moderne et du musée d’art moderne de Saint-Étienne.

En 2015, la collection a été enrichie d’un don d’une vingtaine d’œuvres. La complexité des matériaux éclectiques et industriels choisis par l’artiste ont généré des dégradations pouvant mettre en péril l’intégrité de certaines d’entre elles. Les matériaux recensés dans ces œuvres témoignent d’une variété posant des problèmes de conservation pérenne : bande de plâtre teinte, cercle de bois, cercle de barrique, corde teintée, nappe et tissu imprimés, tente militaire, poulie.

Dans l’exposition, une œuvre de format monumental peinte recto/verso et souffrant d’un processus de perte de matière évolutif est présentée : Sans titre (1993), soit une toile composée de deux toiles de store brun-rouge peintes à la peinture acrylique industrielle au recto et au verso, mesurant 355 x 368 cm. Une étude approfondie a été réalisée par le restaurateur afin de trouver la méthodologie la plus adaptée pour résoudre une problématique bien précise : la perte d’adhérence de la couche picturale.

La toile monumentale de Claude Viallat a été restaurée en collaboration avec le Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP) de Marseille.

Rôle de la BnF

Dans le cadre d’une convention avec le Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP) de Marseille, le laboratoire scientifique de la BnF a permis la réalisation de tests mécaniques préalables au choix de la méthode de restauration de la toile.

Réunion avec Claude Viallat au CICRP, 12/2016. Copyright : Carole Husson

Une batterie de test de vieillissement artificiel ainsi que de traction a été réalisée sur des éprouvettes reprenant des matériaux proches de ceux utilisés par l’artiste, récupérés auprès de fabricants marseillais de stores. Ces tests ont pour objectif d’anticiper le vieillissement futur de matériaux contemporains dont on ignore le devenir. L’objectif poursuivi consistait à choisir un adhésif adapté à la peinture acrylique et à la toile de store non préparée au départ par le peintre, sachant que la toile subit des tensions et tractions en raison de sa présentation en suspension dans l’espace (sans cadre, ni support ni marouflage), de sorte à en apprécier les deux faces. Bien entendu, l’adhésif choisi doit respecter les règles de la conservation préventive : être performant, stable dans le temps et réversible.

Quatre adhésifs ont fait l’objet d’analyses de vieillissement et de traction en laboratoire avant des essais sur une partie de l’œuvre avec l’adhésif retenu. Les adhésifs devaient être compatibles avec l’acrylique, éviter le risque d’infiltration pour ne pas dégrader ni le support ni la peinture, garantir une certaine adhérence et une résistance mécanique à la tractions. Pour ce faire, Eleonora Pellizzi1, du laboratoire scientifique de la BnF, et Alain Colombini, ingénieur au CICRP, ont suspendu des éprouvettes encollées et lestées. Les éprouvettes ont fait l’objet d’étirement, bloquées dans les mâchoires d’un dynamomètre. Ces essais de tractions mécanique étaient focalisés sur deux paramètres significatifs : le module de tractions ou d’élasticité (module de Young) et l’allongement au maximum. Ils visaient à comparer les propriétés mécaniques des consolidants testés.

Eprouvettes étirées, bloquées dans les mâchoires du dynamomètre de la BnF.

Les analyses physico-chimiques menées sur les éprouvettes avant et après traitement de vieillissement artificiel ainsi qu’avant et après les essais mécaniques ont permis de constater l’absence de variation significative imputable à la thermo-oxydation et aux changements physiques (tractions / relâchements).

Au final, l’adhésif retenu qui correspond le plus aux critères définis (élasticité, vieillissement, etc.) est la colle d’esturgeon.

Après les analyses menées à la BnF, le CICRP a pu mettre en œuvre un protocole de restauration appliqué par une conservatrice-restauratrice spécialisée dans les problématiques du textile.

L’exposition du musée Fabre vise à montrer au public les résultats de ces tests et d’expliquer le processus de dégradation comme de restauration des œuvres.

Pour en savoir plus

    • Présentation de l’exposition
    • Dossier pédagogique Dans le secret des oeuvres d’art
    • Livret de visite à destination des familles, Dans l’œil du restaurateur
    • Colodiet, Stanislas ; Colombin, Alain ; Husson, Carole, « Une toile monumentale de Claude Viallat : restaurer Suppotrs/surfaces » in Dans le secret des oeuvres d’art : campagnes de restauration au Musée Fabre : [exposition, Musée Fabre de Montpellier Méditerranée métropole, 24 mars-2 septembre 2018], Gand : Snoeck ; Montpellier : Musée Fabre, 2018, p. 83-95.
  1. Chargée d’études et de recherche en physique-chimie au laboratoire scientifique de la BnF, Bussy-Saint-Georges []

Félicitations à l’équipe de France de football pour sa victoire à la Coupe du Monde 2018 !

« Le football, ou le ballon à pied se joue dans toutes les classes de la société, à tous les âges et dans la saison d’hiver.
Le « football, » dont la traduction française ballon à pied n’explique pas assez le sens, consiste, d’un côté à lancer à coups de pied un fort ballon en caoutchouc, recouvert d’une assez dure enveloppe en cuir, au-dessus d’un but marqué par une longue perche mise en travers entre deux poteaux1, à la hauteur d’environ cinq mètres du sol, de l’autre à repousser ce ballon, à l’empêcher de franchir cette perche et à le relancer vers le but opposé. »

C’est ainsi qu’E. Barrère décrit le football dans le n° 557 du périodique Le Monde illustré du 14 décembre 1867, « le véritable journal de la famille, d’une scrupuleuse moralité »2.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6372757p/f8.item


Voici le genre de pépites que Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF permet de découvrir.

  1. Il semble bien que le Monde illustré décrive les buts du rugby avec ce passage du ballon au-dessus de la perche… []
  2. Barrère, E. « Le football, jeu de ballon à pied », Le Monde illustré, 14 décembre 1867, n° 557, p. 367-370. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6372757p/f7.item>. []

Agen médiéval, de la cité des martyrs à la république communale

Depuis le 7 juillet et jusqu’au 18 novembre 2018, le Musée des Beaux-Arts d’Agen présente l’exposition Agen médiéval, de la cité des martyrs à la république communale, à l’église des Jacobins.

L’exposition vise à raconter le riche passé médiéval de la cité et de l’Agenais. Forte de l’importance du culte de ses saints locaux, sainte Foy et saint Caprais, la ville devient rapidement un centre religieux et économique dynamique, profitant de sa position géographique stratégique. Territoire fluctuant entre le royaume d’Angleterre et le comté de Toulouse, il revendique un système politique original, dont le Livre des Coutumes d’Agen, est le témoignage insigne.

L’exposition est l’occasion de découvrir plus de cent cinquante œuvres d’art et objets du quotidien, beaucoup montrés pour la première fois ou redécouverts, dont des manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France, autrefois dans l’Agenais, et récupérés par Colbert.

Sonia Ozanne, relieuse-restauratrice à l’atelier de Restauration Reliure dorure de la Bibliothèque nationale de France, a prêté mains fortes aux équipes du Musée pour confectionner les lutrins sur lesquels sont présentés les ouvrages sélectionnés à la Médiathèque d’Agen.

Prochainement, trois manuscrits, actuellement en restauration, seront présentés du 15 septembre au 18 novembre, dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine :

  1. le Bréviaire choral,
  2. le Nouveau Testament (Latin 252)
  3. le Processionnal à l’usage de l’abbaye de Saint-Maurin (Latin 2819).

Latin 252
Latin 2819

Conférence

Dimanche 15 septembre à 15h30, Maxence Hermant, chargé des collections de manuscrits médiévaux au département des manuscrits, présentera ces oeuvres originaires d’Agen et de l’Agenais au cours d’une conférence gratuite intitulée « Manuscrits médiévaux de l’Agenais ».

Modalités pratiques

Musée des Beaux-Arts d’Agen
Place Docteur Esquirol – 47916 Agen cedex 9
Tél : 05 53 69 47 23 / Fax : 05 53 69 47 77
Email : musee@agen.fr

Pour aller plus loin

Exposition : Mademoiselle Guimard, danseuse de l’Opéra sous l’Ancien Régime

Dans le cadre de l’opération « Dans les collections de la BnF », la Bibliothèque nationale de France poursuit son partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Tours. Intitulée Mademoiselle Guimard, danseuse de l’Opéra sous l’Ancien Régime, une nouvelle exposition est proposée. Elle s’articule autour du buste de celle qui porta aux plus hautes sphères le ballet anacréontique. Ce buste, sculpté par Gaëtan Merchi en 1779, sera entouré par une série de maquettes de costumes de Louis-René Boquet mettant en scène « la Terpsichore du XVIIIe siècle ».
Gaëtan Merchi, Buste de la Guimard, 1779, marbre blanc, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, MUS.143m

Dans les collections de la BnF

Chaque année, dans quatre ou cinq établissements patrimoniaux en région, la BnF présente un « trésor » ou une sélection d’œuvres de ses collections, faisant ainsi partager à un plus large public ses richesses patrimoniales. Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec les collections locales, le programme « Dans les collections de la BnF » vise à développer de véritables partenariats avec d’autres institutions, dans les domaines scientifiques et pédagogiques.
À Tours, le buste de Mademoiselle Guimard et les maquettes de ses costumes s’inscrivent parfaitement dans les collections du musée des Beaux-Arts qui conserve une très belle collection d’art du XVIIIe siècle. Cette exposition permet à la BnF non seulement de mettre en lumière ses collections mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur la bibliothèque numérique Gallica.
Depuis plusieurs siècles, la BnF collecte et préserve le patrimoine écrit et artistique de la France. Ses collections, d’une richesse exceptionnelle et d’une grande diversité, couvrent tous les champs du savoir et du patrimoine artistique : manuscrits richement enluminés, mais aussi photographies et estampes, cartes et plans, monnaies et médailles, chefs-d’œuvre de l’Antiquité, livres précieux,
trésors audiovisuels, costumes, partitions…
Sur son site historique de la rue de Richelieu à Paris, la BnF ouvrira en 2021 un musée pour présenter une anthologie de ses richesses patrimoniales, qui sont aussi celles de la Nation. L’opération « Dans les collections de la BnF » permet d’ores et déjà de faire connaître ces collections à un large public en région.

Marie-Madeleine Guimard (1743-1816)

Les qualificatifs pour désigner Marie-Madeleine Guimard ne manquent pas dans les chroniques de son temps et des années qui suivent. Qu’ils soient empreints d’admiration comme « l’aimable Terpsichore » ou au contraire teintés d’une certaine malice, tel que « le squelette des Grâces », ils démontrent surtout la place incontournable qu’occupe la danseuse dans le monde de l’Opéra au XVIIIe siècle.
Née en 1743 à Paris d’une union illégitime, elle commence sa carrière de danseuse en 1758 lorsqu’elle entre dans le corps de ballet de la Comédie-Française. Elle le quitte dès 1761 pour intégrer l’Opéra de Paris où, selon les mots de Noverre, maître de ballet à l’Académie royale de musique, elle « fixe les applaudissements du public depuis son début jusqu’à sa retraite ». Remarquée une première fois lorsqu’elle remplace en mai 1762 Allard et interprète le rôle de Terpsichore dans le prologue du ballet de Collin de Blamont, Les Festes grecques et romaines, sa réputation ne cesse de croître et elle obtient rapidement le plus haut statut de première danseuse. Se produisant pour les plus grands maîtres de son temps (Noverre, mais aussi Vestris ou Gardel), elle incarne des rôles nobles avant de se tourner vers le genre de demi-caractère, s’illustrant notamment dans Les Caprices de Galathée (1776), La Chercheuse d’esprit (1778) ou encore La Fête de Mirza (1781).
Ce succès, Mademoiselle Guimard ne le doit certainement pas à sa beauté. Les observateurs s’accordent pour souligner qu’elle n’a jamais été « ni belle, ni même jolie ». Sa maigreur lui attire les sarcasmes de ses rivales telle Arnould, et certains pamphlets volontairement outranciers la dépeignent comme ayant « la cuisse flasque ». Pourtant, elle parvient à séduire le public par sa tournure incomparable et son ton exquis, occupant les devants de la scène pendant près de trente ans. Élève des trois Grâces selon ses admirateurs, elle inspire les poètes qui lui dédient des vers sur l’art de la danse-pantomime dans laquelle elle excelle, et porte aux plus hautes sphères le ballet anacréontique.
Fig.1 : Marie-Madeleine Guimard dans Le Premier Navigateur, ballet de Gardel, lithographie, BnF, département de la Musique, Est. Guimard 002
En 1785, alors qu’elle a déjà atteint un âge respectable pour sa profession et qu’elle paraît dans le ballet Le Premier Navigateur (fig.1), un critique exhorte encore ses lecteurs à contempler la Guimard pour puiser, « dans ses moindres mouvements, le goût sans lequel rien ne peut être agréable ». La danse n’est pour autant pas l’unique raison qui contribue à la notoriété de la première danseuse. Sa vie galante a nourri dès ses débuts les gazettes en tous genres. Choisissant ses amants parmi la haute société (le prince de Soubise, les évêques d’Orléans et de Cambrai ou le fermier-général de La Borde pour ne citer qu’eux), elle s’assure ainsi de confortables revenus qui lui permettent de mener un train de vie remarquable. Elle se fait construire deux hôtels particuliers à Pantin et à la Chaussée-d’Antin (ce dernier appelé « le Temple de Terpsichore », fig. 2) dans lesquels elle organise de fastueux bals, opéras et autres spectacles auxquels accourt le Tout-Paris. Malgré ces soutiens et les larges traitements qu’elle parvient à obtenir de l’Opéra, elle fait faillite et se voit obligée de vendre à la loterie son « Temple » en 1786.
Fig. 2 : Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806), maison de Mademoiselle Guimard, rue de la Chaussée-d’Antin, lavis à l’encre brune, mine de plomb sur papier, BnF, département des Estampes et de la photographie, Rés. Fol-VE-53(F)
Elle fait ses adieux à la scène à Londres en 1789 et abandonne dans le même temps la vie libertine en se mariant à Despréaux la même année. Elle s’éteint dans l’anonymat en 1816.

Le buste de la Guimard et les maquettes de costumes de Boquet

La Guimard n’utilise pas les largesses dont elle bénéficie pour son seul plaisir mais sait se montrer généreuse envers les artistes qu’elle fréquente.
Parmi ceux-ci, le plus célèbre est probablement Fragonard. D’autres,
à la postérité moins affirmée, ont également su s’attirer les bonnes grâces de la danseuse comme Gaëtan Merchi.
Ce sculpteur, né à Brescia (Italie) en 1747, s’installe à Paris en 1777 et rencontre la Guimard, alors au sommet de sa gloire, qui lui commande un buste en 1779.
En marbre blanc, il parvient à rendre à la première danseuse toute la volupté et la sensualité qui font alors sa réputation au XVIIIe siècle. Possédé par Nivelon, danseur qu’elle côtoie en 1784 et qui aurait compté parmi ses amants, il le lègue à l’Opéra de Paris en 1838, alors situé rue Le Peletier. Le buste est placé dans le foyer de la danse, dominant ainsi l’ensemble des danseurs, figurants et autres
habitués qui viennent s’y installer. Il entre dans les collections de la Bibliothèque nationale en 1935, date à laquelle lui est rattachée la Bibliothèque-musée de l’Opéra (cat. 1).
Le goût de Mademoiselle Guimard pour les beaux atours participe de sa réputation. Elle s’entoure ainsi des meilleurs costumiers pour l’habiller. Les costumes dessinés par Boquet (entré au service de l’Opéra en 1758-59) pour la « moderne Terpsichore » permettent de mieux saisir la grâce et la distinction qui ont fait sa renommée (cat. 2-7).
Sylvie, 1765, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VI-2

Liste des oeuvres exposées

  1. Gaëtan Merchi, Buste de la Guimard, 1779, marbre blanc, H : 73 cm ; L : 50 cm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, MUS.143m
    Six maquettes de costumes de Louis-René Boquet (1717-1814)
  2. Caractère de la folyie, Prologue, 1762, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier, 231 x 157 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 V-49
  3. Les Festes liriques, 1766, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier, 236 x 155 mm. BnF, Bibliothèque-musée de  l’Opéra, D216 VII
  4. Sylvie, 1765, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 270 x 359 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VI-2
  5. Le Carnaval du Parnasse, 1767, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 234 x 149 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VII-53
  6. Azollan, 1774, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 251 x 181 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-5
  7. Ismene, 1770, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 212 x 167 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 V-5
Azollan, 1774, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-5

La BnF à la 47e conférence annuelle de LIBER

Fondée en 1971 et basée à la Haye, LIBER (Ligue des Bibliothèques Européennes de Recherche), est une association non gouvernementale de droit néerlandais fédérant plus de 400 bibliothèques de recherche principalement en Europe. Parmi ses membres figurent des bibliothèques universitaires, des bibliothèques de centres de recherche, des bibliothèques nationales ainsi que des bibliothèques municipales et patrimoniales dont les collections sont de niveau recherche. LIBER représente les intérêts de ces institutions et promeut leur collaboration, la recherche, l’amélioration des services et l’innovation.

Sa 47e conférence annuelle se tient cette année à Lille au LILLIAD Learning Center Innovation de l’université de Lille. Inauguré par la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, le congrès LIBER rassemble autour de la thématique « Research Libraries as an Open Science Hub: from Strategy to Action » une quarantaine d’interventions traitant du rôle des bibliothèques dans la mise en œuvre et la diffusion de la science ouverte.

La Bibliothèque nationale de France, membre de la Ligue, intervient au cours de la conférence pour présenter plusieurs projets.

Session 3 : Let’s Work Together : Developing Partnerships

Dans le cadre de la session « Let’s work together: developing partnerships », la Bibliothèque nationale de France a pu présenter deux programmes numériques collaboratifs en cours de réalisation, la bibliothèque numérique France-Pologne et le programme « France-Angleterre, 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». L’accent a été mis sur les enseignements à tirer quant à la réalisation d’un tel projet d’un point de vue méthodologique tant en interne qu’en externe.

Retour sur le projet France-Pologne

La bibliothèque numérique France-Pologne a été présentée par Bruno Sagna, adjoint à la directrice déléguée aux Relations internationales, chargé de mission Europe et Amérique du Nord.

Cela a été l’occasion de présenter l’action internationale de la BnF, la stratégie d’unification numérique à travers la collection Patrimoines Partagés et la Bibliothèque francophone numérique et de mettre l’accent sur les enjeux de valorisation et l’implication des communautés de chercheurs. Les cartes postales et marque-pages des diverses réalisations graphiques ont connu un franc succès auprès des participants.

Présentation : Bruno Sagna, « The France-Poland digital Library: an example of Digital Unification », http://production-scientifique.bnf.fr/sites/default/files/france-pologne.pdf

An innovative partnership between the French National Library and the British Library in the field of digital humanities : the Polonsky program

Charlotte Denoël, cheffe du service des Manuscrits médiévaux a présenté le projet « France-Angleterre, 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». Mené depuis juillet 2016 grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, France-Angleterre, 700-1200 est un vaste programme de numérisation et diffusion incluant un ensemble de 800 manuscrits médiévaux, conservés à parts égales entre la BnF et la British Library. Entre autres nombreuses opérations, il donnera lieu à l’automne au lancement par la BnF d’un site Gallica marque blanche. Ce site proposera un accès à l’ensemble des documents numériques inclus dans le programme grâce au standard IIIF et au visualiseur Mirador, deux outils qui permettent de rendre interopérables des images provenant de différents établissements. »

Présentation : Charlotte Denoël, « An innovative partnership between the French National Library and the British Library in the field of digital humanities: the Polonsky  program », http://production-scientifique.bnf.fr/sites/default/files/polonsky_0.pdf

Session 6 : Exploring OPEN & FAIR Opportunities

Au cours de cette session, Emmanuelle Bermès, Adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du Directeur des services et des réseaux et Jean-Philippe Moreux, Expert-e scientifique Gallica /Chef-fe de projet de coopération numérique, présentent le cas de la BnF qui illustre le rôle des bibliothèques nationales dans la mise en place de services destinés aux chercheurs, notamment en humanités numériques.

Présentation : Emmanuelle Bermès et Jean-Philippe Moreux, « National libraries as service providers for research: BnF case study ».

Session 8 : Understanding Researcher’s Needs

Dans le cadre de cette session  sur les besoins des chercheurs, Peter Stirling, chargé de collections numériques au service du Dépôt légal numérique, a présenté la manière dont la BnF a abordé l’utilisation par des chercheurs d’approches nouvelles de fouille et d’analyse sur les collections du dépôt légal de l’internet. Après plusieurs projets où la BnF a travaillé de manière collaborative avec les équipes de recherche sur le développement des solutions, la BnF cherche à définir une offre de service dans le contexte du projet Corpus, pour être en mesure de répondre de manière plus simple aux demandes des chercheurs.

Des parallèles ont été tissés avec la présentation de la bibliothèque universitaire de Louvain, sur la création d’un portefeuille de services informatiques en soutien de projets de recherche, avec des solutions qui peuvent être réutilisées et adaptées à de nouvelles demandes. Cela entre en résonance avec la présentation de l’Université de York sur la perception des bibliothèques chez les universitaires qui a démontré que, dans un contexte où des ressources en ligne sont de plus en plus utilisées, ils apprécient toujours l’espace physique de la bibliothèque, et que les bibliothécaires ont un rôle important en accompagnant les usagers dans la recherche et l’exploitation de l’information numérique.

Présentation ; Peter Stirling et Sara Aubry, « Meeting researchers’ needs in mining web archives: the experience of the National Library of France » : http://production-scientifique.bnf.fr/sites/default/files/meeting_researchers_needs.pdf

Les objectifs de LIBER

La stratégie 2018-2022 de LIBER comprend 3 axes stratégiques 2018-2022 très proches des préoccupations des bibliothèques universitaires et de recherche, mais également des bibliothèques nationales, spécialisées, et des consortiums documentaires et visant à relever les défis numériques de demain :

  • les bibliothèques, plateformes pour une communication scientifique innovante ;
  • les bibliothèques, hub de compétences et de services numériques ;
  • les bibliothèques, partenaires de l’infrastructure de recherche.

LIBER stratégie 2018-2022 ; copyright LIBERElle est mise en œuvre par 9 groupes de travail :

  • Architecture
  • Copyright & Legal Matters
  • Digital Humanities & Digital Cultural Heritage
  • Digital Skills for Library Staff & Researchers
  • Leadership Programmes
  • Linked Open Data
  • Innovative Metrics
  • Open Access
  • Research Data Management

La BnF participe au groupe de travail Digital Humanities & Digital Cultural Heritage.

Projets BnF lauréats du sixième appel à manifestation d’intérêt Biblissima

L’Equipex Biblissima a déjà lancé six appels à manifestation d’intérêt pour des opérations conjointes de recherche, de documentation, de numérisation portant sur des collections historiques de manuscrits et d’imprimés anciens. Les résultats du sixième appel à manifestation d’intérêt, clos le 31 janvier 2018, ont été rendus publics au mois de juin. Parmi les lauréats sélectionnés par le Comité de direction de l’Equipex, deux projets impliquent la Bibliothèque nationale de France.

Après examen par le Conseil scientifique des dossiers de candidature reçus en réponse au sixième appel à manifestation d’intérêt Biblissima, le Comité de direction de Biblissima a retenu cinq projets à financer en 2018. Parmi ceux-ci, deux comptent le département des Manuscrits de la BnF parmi leurs partenaires.

La bibliothèque de Mazarin en ligne

Établissement porteur

Bibliothèque Mazarine

Partenaire(s)

  • Centre Jean Mabillon (ENC)
  • Pôle Document numérique, Maison de la recherche en sciences humaines (Caen)
  • Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits

Lauréat en 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018.

Présentation du projet

Le projet consiste à éditer en ligne les sources catalographiques de la bibliothèque de Mazarin (1602-1661), la plus importante collection personnelle du premier âge classique. Le cœur du projet est constitué par l’inventaire de la bibliothèque dressé en 1661, dans les semaines qui ont suivi la mort de Mazarin (environ 27 000 livres imprimés et un peu plus de 2 000 manuscrits), dont l’édition se fera en TEI.

Le projet correspond à plusieurs ambitions complémentaires :

  • diffusion en ligne de l’inventaire d’une grande collection historique afin de développer l’analyse de sa constitution, de son économie, de ses usages, de ses impacts culturels et politiques ; à ce titre, le rôle de Mazarin dans la diplomatie européenne, le volume exceptionnel de sa bibliothèque et la manière dont elle a modélisé l’idéologie documentaire à l’époque moderne, font que la divulgation des données du projet permettra des investigations dans divers domaines: histoire de la documentation politique, du collectionnisme et des pratiques bibliophiliques, de la transmission des textes, des savoirs et des modèles culturels dans l’Europe moderne.
  • identification précise des livres et manuscrits provenant de Mazarin (circonstances d’acquisition, usages, gestion dans l’espace de la bibliothèque, transmission, localisation actuelle).
  • mise en œuvre d’un modèle de reconstitution de bibliothèque ancienne qui soit articulé avec les outils actuels de signalement des manuscrits ou imprimés anciens.

Le périmètre historique et documentaire du projet est resserré autour de la bibliothèque personnelle de Mazarin (de 1643, date de sa constitution, à 1668, date de l’échange pratiqué avec la bibliothèque royale sept ans après la mort de Mazarin).

La bibliothèque du cardinal de Richelieu

Établissement porteur

Bibliothèque Mazarine

Partenaire(s)

  • Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS)
  • Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits
  • Centre Jean Mabillon (ENC)

Lauréat en : 2016, 2018

Présentation du projet

Le cardinal de Richelieu (1585-1642) a passé sa vie à rassembler des livres, manuscrits et imprimés, dont il a fait la première bibliothèque « d’homme d’État » du XVIIe siècle : une réalisation (1300 manuscrits, 6150 imprimés) qui fut imitée et largement dépassée, sur le plan quantitatif, par Mazarin (sans doute 50 000 volumes dans sa 1re bibliothèque en 1650 ; 2400 manuscrits et 26 500 imprimés dans sa seconde en 1661) puis par Colbert (7600 manuscrits, 22 000 imprimés).

Le projet, bien que né presque au même moment que celui sur « la bibliothèque de Mazarin en ligne » est présenté à Biblissima seulement aujourd’hui : il répond aux mêmes principes et bénéficie de son expérience technique. Il consiste en la reconstitution virtuelle de la collection, avec identification des ouvrages et renvoi vers les numérisations quand elles existent. Il passe par l’édition électronique des inventaires anciens, déjà numérisés, qui sont répartis entre la Bibliothèque Mazarine et la BnF. Le protocole d’édition retenu (XML TEI) est le même que pour Mazarin. L’intégration des livres de Richelieu aux entreprises de bibliothèques en ligne permettra de leur apporter ce qui fut le socle des grandes bibliothèques de l’âge classique.

Enregistrer

« Transformations et circulation des légendes de Hachiman : rouleaux peints, mythes et sociétés locales. Autour du Rouleau de Hachiman, conservé à la Bibliothèque nationale de France »

Dans le cadre d’un atelier de recherche organisé par le Programme de recherche international destiné à renforcer les échanges intellectuels de l’Université de Nagoya et le Projet Manuscrits à peintures dans les collections publiques françaises du Centre d’Etudes Japonaises (Inalco), une séance est organisée sur le rouleau du sanctuaire de Hachiman. 

L’impératrice Jingû Kôgo 神功皇后 soumet l’envahisseur coréen avec l’aide du dieu Sumiyoshi Myôjin 住吉明神 (sc. 1-7), 1650-1700, BnF.

Argument

Les rouleaux illustrés des Origines karmiques du bodhisattva Hachiman ont été créés du XIVe au XIXe siècle au Japon. Ils relatent comment l’impératrice Jingû Kôgo 神功皇后 soumit l’envahisseur coréen avec l’aide du dieu Sumiyoshi Myôjin 住吉明神; puis les prodiges liés à la fondation des temples consacrés à Hachiman.

Le rouleau Hachiman no honji emaki = 八幡の本地絵巻 / Asakura Jûken = [朝倉重賢]写, de la BnF, numérisé, est consultable dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF :

Programme

  • Turning Points in the History of illuminated Hachiman Engi scrolls : conférence de Mélanie Trede (Université de Heidelberg). Mélanie Trede1 présentera la période-clé de l’élaboration de ces magnifiques rouleaux, dont la réalisation s’accélère à partir du XIVe s.

Informations pratiques

La séance se déroulera en anglais
10h-18h
Galerie Colbert, Salle Benjamin
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris
Entrée libre dans la limite des place disponibles

Pour toute demande contacter estelle.bauer@inalco.fr

  1. Cf. sa page personnelle, url : <https://www.zo.uni-heidelberg.de/iko/institute/staff/trede/>. []

Hommage à Thérèse Kleindienst (1916-2018)

La Bibliothèque nationale de France a le regret de signaler le décès de Thérèse Kleindienst, survenu le 3 juillet 2018, à l’âge de 101 ans.

Thérèse Kleindienst lors de ses adieux au Centre de Sablé de la BnF, le 17 octobre 1984. Photogr. issue de « Le château de Sablé, 1979-1984 ». Copyright : collection privée.

Nommée conservateur en 1954, elle avait été nommée secrétaire générale (l’équivalent du poste de directrice générale d’aujourd’hui) de la Bibliothèque Nationale par arrêté du 10 septembre 1962, en remplacement de Marcel Rieunier, admis à faire valoir ses droits à la retraite. Elle le resta jusqu’en octobre 1984, date de sa retraite, après 43 années et demie au service de la BN. À ce titre,  Thérèse Kleindienst a travaillé avec les administrateurs généraux successifs, de Julien Cain à André Miquel, en passant par Georges Le Rider. C’est une période importante pour la BN : entrée de grands fonds (Valéry, Bernanos, Barrès,…), mouvements immobiliers (création du département des Arts du spectacle et de la Maison Jean Vilar, création du site Louvois, du Centre Joël Le Theule, du Centre de Provins, acquisition et rénovation du bâtiment Vivienne,…), premiers pas de l’automatisation, à la Bibliographie Nationale et pour les périodiques… Les plus anciens agents se souviennent de la silhouette hantant les couloirs de la Bibliothèque des premières heures du jour jusque tard dans la nuit, veillant infatigablement aux grandes décisions comme aux plus menus détails. Thérèse Kleindienst était l’un des derniers témoins d’une certaine époque de la BN et de ses premiers pas dans l’ère des bibliothèques modernes. Celle que les agents surnommaient Mademoiselle TK, reçoit les insigne de Chevalier de la Légion d’honneur en 1961 avant d’être élevée au rang d’Officier de la Légion d’honneur en 1973. En 1985 elle bénéficia de mélanges dirigés par Michel Nortier, les Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque nationale qui fournissent un certain nombre de contributions relatant son parcours au sein de la BN.

Élève de l’École des chartes, elle débute sa carrière au sein de la Bibliothèque Nationale en tant qu’attachée en janvier 1941. Nommée bibliothécaire moins d’un an plus tard, elle a exercé par la suite de nombreuses fonctions : affectée au service du catalogue, puis au secrétariat de 1942 à 1943, elle rejoint le services des Archives qui est aussi celui de la Réunion des Bibliothèques Nationales, à partir d’octobre 1943. Elle y met en place un cadre de classement encore fort utile pour les archivistes de la BnF.

Impliquée dans le fonctionnement de la profession de bibliothécaire au niveau national et international, elle a consacré une large partie de sa vie à l’administration des bibliothèques, au rôle de la Bibliothèque Nationale et à la conservation des collections. Elle a publié de nombreux articles sur la transformation de la Bibliothèque Nationale.

Historienne locale et du livre

Pendant sa longue retraite elle a poursuivi ses activités au service des bibliothèques en tant que membre active de la bibliothèque de la ville de Saint Gilles Croix de Vie, tout en poursuivant des recherches en histoire locale en Vendée.

En effet, en tant que secrétaire générale de la « Société des Amis de Saint-Gilles-Croix-de-Vie » et membre du « Groupe de Recherches sur le Marais Breton vendéen », de 1988 à 1991 elle organisa Les conférences de la Société des Amis de Saint-Gilles-Croix-de-Vie qui se tenaient Salle Hippolyte Chauvière. Le 29 juin 1988, Thérèse Kleindienst inaugurait le cycle avec la conférence : Des chefs-d’œuvre de la reliure IXe-XVIe siècles. Velours, soi, orfèvrerie, émail, ivoires, cuirs et « fanfares », poursuivie le 14 septembre 1988 par : Des chefs-d’œuvre de la reliure IXe-XVIe siècles. Vernis Bertin, maroquin du Roi, collages, cartonnages… au « phare », écorces et coquillages. Le 2 juin 1999, illustrée de 50 diapositives, elle donnait la conférence : De Vercingétorix à la Révolution. Monnaies, médailles et insignes. Le 2 août 1990, elle intervenait autour des Images médiévales de la Médecine. Le savoir et la pratique de la médecine du Ve siècle au XVe siècle par les miniatures en couleur des manuscrits de la Bibliothèque nationale.

En 1991, Thérèse Kleindienst, toujours aussi investie dans la vie locale, devient présidente de l’Association Suroît (http://www.suroit85.fr) dont l’objet consiste à « Entreprendre des recherches pour la conservation et la valorisation des patrimoines locaux à caractère maritime » et qui œuvre surtout à l’exploitation du vieux grément « Hope » que l’Association avait acquis et à la gestion de la maison du pêcheur.

Le 25 octobre 2016, à l’occasion de son 100e anniversaire, la commune de Saint-Gilles-Croix-de-Vie rendit hommage à  Thérèse Kleindienst, en séjour à la Maison de Retraite de Givrand – Les Iris –1.

Mécène de la rénovation de la Salle Ovale

À l’occasion de son centenaire, une collecte a été menée auprès des personnes ayant connu Thérèse Kleindienst à la Bibliothèque nationale ou qui ont pu être élèves de son enseignement professionnel. Cette collecte a permis d’adopter en son nom trois éléments du mobilier de la Salle Ovale : une lampe, une table et un calorifère, sur lesquels apparaîtra le nom de Thérèse Kleindienst. En outre, à la fin 2016, un don complémentaire2 a été fait, toujours en son nom.

Ainsi, Thérèse Kleindienst restera indéféctiblement liée et attachée à la BnF3.

Ses obsèques eurent lieu vendredi 6 juillet à 14h30 en l’Église Saint-Gilles de Saint-Gilles-sur-Vie 4, suivis de l’inhumation au cimetière ancien de Saint-Gilles-Croix-de-Vie 5 .

Biographie

  • 1916, 25 octobre : Naissance à Clamart, de Joseph Jean-Baptiste Kleindienst, alors capitaine au 911 Régiment d’infanterie, et de Corinne Jeanne Marguerite Dutrey-Lassus. Les grands-parents paternels sont originaires d’Alsace (Haut-Rhin et Bas-Rhin) et ont opté pour la France après 1871. Les grands-parents maternels sont originaires de l’ouest de la France (de la Picardie à la Gascogne. — Un arrière-grand-père, né en Gascogne, avait émigré à Cuba).
  • 1933 Lycée Victor-Duruy. Lauréate du concours général (3e prix d’histoire). De même en 1934 (5e accessit d’histoire).
  • 1934 Préparation à l’Institut Catholique du concours d’entrée à l’Ecole des chartes. Parmi les enseignants, Albert Isnard, ancien conservateur adjoint des Cartes et Plans.
  • 1935, novembre : Entrée à l’Ecole des chartes.
  • 1936, novembre : Diplôme technique de bibliothécaire, après un stage à la Bibliothèque municipale de Nantes, avec M. Pierre Lelièvre, directeur, et une visite pour le livre ancien à la Bibliothèque municipale de Tours, avec M. Georges Collon, directeur.
  • 1939, 2 février : Soutenance de thèse, MM. Julien Cain et Dupont-Ferrier étant examinateurs. Thèse signalée au ministre de l’Education nationale. Nommée archiviste paléographe (3e rang).
  • 1939, juillet-août : A l’occasion du 150e anniversaire de la Révolution française, mission de classement d’archives à Beauvais (série Q), et mise à l’abri des documents précieux.
  • 1939, fin de l’année : Travaux pour Edouard Salin, spécialiste de l’époque mérovingienne.
  • 1940, février : Entre au service de documentation de la S.N.C.F.
  • 1940, du 18 février à juin : Travaille à la Bibliothèque nationale pour le Cercle de la Librairie (Bibliographie de la France-Livres pour 1939 et Tables de 1938).
  • 1940, octobre : Sur l’intervention de Charles Samaran, est employée au Service des prisonniers de guerre, dirigé par Jean Porcher.
  • 1941, 1er janvier : Attachée à la Bibliothèque nationale (grâce à M. Samaran). 1er novembre : Bibliothécaire (arrêté du 31 décembre 1941). Affectée jusqu’au îer novembre 1942 au Service du Catalogue (Bibliographie de la France-Livres, Thèses étrangères, Catalogue alphabétique de matières), jusqu’au 1er octobre 1943 au Secrétariat, puis aux Archives.
  • 1947 Voyage au Maroc, grâce à une bourse de l’Association des lauréats du Concours général.
  • 1948 Voyage en Italie, grâce à une bourse Pierron. (Prend contact avec l’Istituto centrale del Restauro et l’Istituto de patologia del libro).
  • 1949 Voyage en Grande-Bretagne.
  • 1948 Assure pour la première fois les cours d’administration pour le Diplôme technique de bibliothécaire.
  • 1952 puis 1955 : Missions en Belgique, à Bruxelles et à Liège.
  • 1953-1959 : Participe aux réunions conjointes du Comité de l’I.C.O.M. pour les laboratoires de musées et de la Commission de l’I.C.O.M. pour la restauration des peintures (Paris, 1953; Vienne, 1955; Amsterdam, 1957; Copenhague, 1959; Barcelone, 1961).
  • 1954, 17 avril : Nommée Conservateur.
  • 1955-1978 : Prend part aux Congrès de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires (F.I.A.B.) de Bruxelles (21e session, 1955) 6, Paris (23e session, 1957), La Haye (32e session, 1966), Toronto (33e session, 1967) et Strbské Pleso (44e session, 1978).
  • 1958, 8-27 septembre : Colloque des Bibliothèques nationales d’Europe, à Vienne. Secrétaire adjointe du Groupe I.
  • 1960 Voyage d’étude en Russie avec M. Pierre Vaillant dans le cadre des échanges franco-russes.
  • 1961 Chevalier de la Légion d’honneur (décret du 28 décembre 1961).
  • 1963, 1er janvier : Nommée conservateur en chef et secrétaire général de la Bibliothèque nationale (arrêté du 10 septembre 1962).
  • 1973, 20 avril : Officier de la Légion d’honneur.
  • 1973, 3-6 septembre : Colloque sur la construction des Bibliothèques nationales, à Rome.
  • 1983, février : Participe à Milan à la réunion des bibliothécaires italiens préliminaire à la création du Centre italien de reproduction de la presse de Vigevano.
  • 1984, 25 octobre : Retraite au terme de 43 années et demie de présence à la Bibliothèque nationale.
  • 1988-1991 : organise avec la « Société des Amis de Saint-Gilles-Croix-de-Vie » et le « Groupe de Recherches sur la Marais Breton vendéen » plus de trente conférences publiques sur le patrimoine, avec Bernard Lerat et Bernard Mérigot 6.
  • 1991 Présidente de l’Association Suroît.
  • 2012 : Entre à la Maison de Retraite de Givrand.
  • 2016, 25 octobre : jour de son centième anniversaire fêté à la Maison de Retraite de Givrand. À cette occasion, François Blanchet, maire de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, accompagné de Josette Alabert, adjointe au maire, et de Nicole Boulineau, conseillère municipale déléguée, viennent la féliciter. Le personnel du Centre Joël Le Theule de Sablé constitue et envoie le recueil Le château de Sablé, 1979-1984 ((Le recueil est conservé avec toute la correspondance adressée à Thérèse Kleindienst pour le 25 octobre 2016 par  Mme Verguin, de Saint-Gilles.)).
  • 2018, 3 juillet : Décès.
  • 2018, 6 juillet : Obsèques en l’Église Saint-Gilles de Saint-Gilles-sur-Vie et inhumation dans la sépulture familiale au cimetière ancien de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.
  1. Hommage pour le centenaire de Mademoiselle Thérèse Kleindienst, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, url : <http://www.saintgillescroixdevie.fr/Modules/Actualites/Hommage-pour-le-centenaire-de-Mademoiselle-Therese-Kleindienst> et « Hommage pour les 100 ans de Thérèse Kleindienst », Ouest-France, 27 octobre 2016. Disponible en ligne, url  : <http://www.savigny-avenir.fr/wp-content/uploads/2016/10/KLEINDIEST-100-ANS-OF-27-10-2016.jpg>. []
  2. Le nom de Thérèse Kleindienst apparaît aux quatre emplacements adéquats dans la page Aux donateurs de la Salle Ovale du site de l’établissement, url : <
    http://www.bnf.fr/fr/acces_dedies/anx_mecenat/a.remerciements_salle_ovale.html>. []
  3. En effet, rappelons que la campagne d’appel au don pour restaurer la salle Ovale du site Richelieu offre la possibilité aux donateurs d’inscrire leur don dans la pérennité en adoptant une lampe, une table ou une colonne de la salle Ovale. À la date de publication de cette nécrologie,  outre les dons au montant libre, il reste à adopter – http://mecenat.bnf.fr – 12 noms de villes peints en rouge dans des cartouches dorés ainsi que 11 colonnes jumelées en fonte sur lesquelles reposent les arcs de la demi-voûte annulaire. []
  4. Église Saint-Gilles de Saint-Gilles-sur-Vie : Place du Vieux Port, 85800 Saint-Gilles-Croix-de-Vie []
  5. Cimetière ancien de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Rue Jean Ingoult 85800 Saint-Gilles-Croix-de-Vie []
  6. Bernard Mérigot, « Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Le centenaire de Thérèse Kleindienst (1916-2016) », Savigny-Avenir, 31 octobre 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.savigny-avenir.fr/2016/10/31/saint-gilles-croix-de-vie-le-centenaire-de-therese-kleindienst-1916-2016/>. []

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?