Appel à candidatures : post-doctorat BnF / EUR Translitteræ

Logo Translitteræ
Logo Translitteræ
Logo-BnF
Logo-BnF

La Bibliothèque nationale de France et l’Ecole universitaire de recherche Translitteræ s’associent pour faire bénéficier d’un contrat postdoctoral un-e jeune chercheur-euse intéressé-e par un travail à la croisée des thématiques de l’Eur et des collections de la BnF, en particulier les fonds rares, non décrits ou inédits.

Les candidats peuvent à la fois proposer spontanément des sujets d’étude ou choisir parmi les cinq proposés par la BnF (détail à consulter ci-dessous) :

  1. L’édition en hébreu dans l’Occident chrétien du XVIe siècle
  2. Représentations de l’océan indien entre le XVIIIe et le XXe siècle
  3. Construire, reconstruire une bibliothèque : les scientifica des jésuites
  4. La presse en yiddish des années 1880 à la fin des années 1960
  5. Expériences de traduction : le Festival franco-anglais de poésie (1976-2014) et La Traductière, revue internationale de poésie et d’art visuel

Date limite du dépôt du dossier de demande : 1er juin 2020 minuit

Pour en savoir plus

Retrouvez toutes les informations sur le site de l’Eur Translitterae : https://www.translitterae.psl.eu/pratique/les-contrats-doctoraux-et-postdoctoraux-a-pourvoir-en-2020

Contact BnF : philippe.chevallier@bnf.fr

SI J’ÉTAIS… Une collecte de photographies pour une exposition participative

Photographie : © Nine Jacquet
Photographie : © Nine Jacquet

En attendant sa prochaine programmation d’expositions, l’Institut pour la photographie vous propose avec Wipplay, son premier projet interactif. Pour participer, envoyez-lui 1, 2 ou 3 photos qui répondent à ces questions :

Régulièrement, l’Institut partagera avec vous une sélection des photographies reçues. VOS images raconteront certainement NOS histoires à tous. Espérons que celles-ci nous permettront de nous évader autrement en ces temps de confinement.

Exposition de toutes les photographies lors de la programmation d’expositions EN QUÊTE, à l’Institut pour la photographie, à Lille, prévue du 10 septembre au 15 novembre 2020 (sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire).

Téléchargez le règlement 

Téléchargez le communiqué de presse 

Logo IPP
Logo IPP

Covid-19 : alimentez les archives ouvertes

Vous êtes un agent de la Bibliothèque nationale de France confiné chez vous ? Vous êtes coupé des applications informatiques professionnelles ? Et si vous en profitiez pour alimenter le portail d’archives ouvertes de l’établissement qui reste accessible, avec toute connexion internet, à l’adresse url : https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr ?

Logo HAL

Alors que ce 19 mars 2020, l’Association française des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (ADBU), le consortium Couperin.org et EPRIST lancent un appel commun invitant les éditeurs scientifiques à laisser le libre accès aux publications scientifiques en cette période de pandémie de Covid-191, nous invitons les personnels de la Bibliothèque nationale de France à déposer leurs publications scientifiques dans le portail d’archives ouvertes de l’établissement

Vous rejoindrez ainsi les nombreuses initiatives d’ouverture et de partage de données que la pandémie a fait naître, comme par exemple les espaces de partage de bibliothèques personnelles à suivre avec les hashtag #BiblioSolidaire et #biblisolidaire sur Twitter et le groupe Facebook La Bibliothèque Solidaire du confinement. Celles-ci s’ajoutent à celles des éditeurs scientifiques pour aider le monde académique à faire face aux conséquences de la crise sanitaire actuelle et qui sont recensées sur cette page du site du consortium Couperin.org : Covid-19 : recensement des facilités offertes par les éditeurs du fait de la pandémie.

Nous signalons aussi l’ouverture élargie des publications sur OpenEdition Books et OpenEdition Journals recensées sur son carnet de recherche L’Édition électronique ouverte, à l’adresse : https://leo.hypotheses.org/16941.

Quelles publications déposer ?

La loi “pour une République Numérique” (art. 30)2.

  1. Covid-19, « Ouvrez largement l’accès aux publications scientifiques ! » / “Open access to scientific publications!” – Appel ADBU, Couperin, EPRIST aux éditeurs académiques, url : <https://adbu.fr/appel-adbu-couperin-eprist-aux-editeurs-academiques/>. []
  2. “LOI n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique”, JORF, 8 octobre 2016, n° 0235. Disponible en ligne, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033202746&categorieLien=id>.) vous donne le droit – sans le rendre obigatoire – de mettre en ligne vos publications.

    Selon le Centre pour la communication scientifique directe, sont éligibles au dépôt les textes « d’une qualité équivalente à celle des articles que les auteurs soumettent aux revues scientifiques de leur champ disciplinaire ». Au-delà des données issues d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par l’Etat, vous pouvez déposer les versions dites “auteur” des documents suivants :

    • les documents non publiés (thèses, communications, working papers, etc.).
    • les pré-publications, post-publications et publications (articles de revues, chapitres d’ouvrage, etc.).
    • des notices bibliographiques contenant les références de publication des article, livre publié, chapitre de livre, communication à un colloque, etc. mais sans le texte intégral.

    Les textes à déposer (sous la forme d’un fichier Word, Libre/Open office, PDF) peuvent se présenter sous trois versions :

    • Version finale éditeur : version du texte telle que publiée avec la mise en page de l’éditeur. C’est la version à privilégier pour tous les éditeurs qui l’autorisent.
    • Post-publication auteur : version du texte telle que publiée par un éditeur, mais sans la mise en page de l’éditeur.
    • Pré-publication auteur : texte publié mais dans sa version avant acceptation finale par l’éditeur.

    La loi encadre les contrats signés entre les chercheurs et leurs éditeurs pour ce qui concerne les écrits scientifiques publiés “dans un périodique paraissant au moins une fois par an”.

    En l’absence de contrat signé avec l’éditeur l’auteur conserve de toute façon l’ensemble de ses droits patrimoniaux sur la publication. Par conséquent le dépôt de la publication dans une archive ouverte peut avoir lieu sans délai à compter de la publication de l’article. En revanche, il ne peut s’agir que de la version “auteur” : la diffusion de la version “éditeur” (avec logo de l’éditeur, pagination éditeur, etc.) doit faire l’objet d’une autorisation de sa part.

    A partir de quand puis-je déposer ?

    La loi fixe des délais à l’expiration desquels le dépôt peut se faire dans une archives en ligne. Ces délais sont au maximum de :

    • 6 mois pour une publication dans le domaine des sciences, de la technique et de la médecine ;
    • 12 mois dans celui des sciences humaines et sociales.

    Le délai court à partir de la date de première diffusion en ligne de la publication par l’éditeur, et pas de la date de parution du numéro de la revue qui peut être ultérieure. Si l’éditeur l’autorise, le dépôt peut se faire sans délai ou dans un délai plus court.

    Comment connaître la politique des éditeurs ?

    Pour connaître la politique des éditeurs en matière de dépôt en archive ouverte, vous pouvez consulter les sites :

    A partir du titre ou de l’ISSN d’un période ou du nom d’un éditeur, le site SHERPA / RoMEO fournit sa politique sous une forme rapidement visible. Voici l’exemple avec les Nouvelles de l’estampe :

    SHERPA / RoMEO

    Le site SHERPA / RoMEO donne à voir, par une charte colorimétrique, les différentes “voies” de l’open access qui ne s’appliquent qu’à partir du moment où il existe un contrat signé entre l’éditeur et l’auteur :

    RoMEO Colour
    • Vert : les documents peuvent être archivés aussi bien avant qu’après publication (pre- et post-print) dans la version éditeur.
    • Bleu : la version post-impression (c’est-à-dire le projet final post-relecture) ou la version de l’éditeur/PDF peuvent être archivées (mais pas les pre-print).
    • Jaune : l’archivage des pre-print est autorisée.
    • Blanc : aucun archivage n’est autorisé, que ce soit avant ou après la publication.

    Comment déposer ? Formations en ligne

    Si vous n’avez jamais déposé et redoutez de vous lancer, sachez que le Centre pour la communication scientifique directe maintient ses formations en ligne pendant la période de confinement.

    Ces formations d’une heure permettent de se familiariser avec le dépôt dans HAL. Le contenu d’une session vous apprendra à :

    • définir vos préférences de dépôt,
    • créer une notice bibliographique,
    • effecter un dépôt avec fichier de texte intégral,
    • gérer vos dépôts.

    Ces formations s’adressent aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants, qu’ils aient déjà déposé ou non.

    Pour s’inscrire, il convient de suivre ce lien.

    Une fois inscrit, vous recevrez par mail un lien pour visionner et participer à la séance. Vous pourrez interagir avec les intervenants au moyen d’un chat.

    L’inscription est gratuite. Pour permettre des échanges via le chat avec les intervenants, les sessions sont limitées à une quinzaine de participants.

    Les dates programmées :

    • Jeudi 09 avril :  11h-12h
    • Jeudi 16 avril :  14h-15h
    • Jeudi 23 avril : 15h-16h
    • Jeudi 30 avril : 11h-12h

    Au-delà de ces formations accessibles sur inscription, des tutoriels video permettent à tout un chacun d’aborder rapidement la procédure du dépôt et quelques points précis. Ces tutoriels didactiques multipliant les captures d’écran, sont disponibles à l’adresse url : <https://doc.archives-ouvertes.fr/tutoriels-video/>.

    Voici un exemple avec le tutoriel sur le dépôt d’un article scientifique publié :

    Contact

    Pour toute question relative au dépôt ou au portail, la coordination de la recherche reste à votre disposition (à l’adresse : recherche.coordination@bnf.fr ou à l’adresse professionnelle nominative d’Olivier Jacquot []

Information COVID-19

L’équipe de la coordination de la recherche de la Bibliothèque nationale de France, en télétravail, continue d’assurer ses missions.

En raison de l’épidémie de Coronavirus COVID-19, il a été décidé de décaler la date de clôture de l’appel à chercheurs 2020 de la BnF, initialement fixée au 20 avril à 12h, au 4 mai 2020, 12h. Le dépôt électronique des candidatures se fait sur la plateforme Sciencesconf dédiée : https://bnfaac2020.sciencescall.org/

Pour toute question relative aux activités de recherche de la BnF ou aux partenariats à mettre en oeuvre, il est demandé de ne pas utiliser l’adresse mail générique de la coordination de la recherche à laquelle nous n’avons pas accès à distance1 mais de privilégier les adresses professionnelles de vos correspondants :

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche

Sur la coordination et la valorisation de la recherche à la BnF.

Philippe Chevallier

Adjoint au responsable de la coordination de la recherche

Appel à chercheurs de la BnF, Campus Richelieu – Bibliothèques, musée, galeries.

Peter Stirling

Chargé d’appui aux projets scientifiques

Sur le plan quadriennal de la recherche, l’aide au montage de projets.


En cette période de confinement, l’équipe de la coordination de la recherche de la BnF vous souhaite bon courage à tous, avec une pensée toute particulière pour ceux qui sont touchés par le virus, et pour tout le personnel soignant.

  1. L’adresse : recherche.coordination@bnf.fr []

Parution : Mélodies en vogue au XVIIIe siècle. Le répertoire des timbres de Patrice Coirault

Les mélodies en vogue au XVIIIe siècle sont celles qui ont servi de timbres. Composer sur « Sur l’air de » suppose l’utilisation d’un air connu pour porter de nouvelles paroles. Cette méthode de composition relève d’un genre musical qui dessine quantité d’espaces transitionnels, de passerelles entre les genres musicaux, les groupes sociaux, les espaces géoculturels et temporels. Si le principe compositionnel est toujours d’actualité, les airs ayant servi de support pour véhiculer les textes connaissent de nettes mutations au cours du XIXe siècle : alors qu’ils étaient, jusqu’alors, essentiellement issus d’une mémoire collective profondément enracinée dans le temps, ils s’adaptent peu à peu à l’éphémère des phénomènes de modes et se dégagent de toutes possibilités de mouvance au fur et à mesure que se mettent en place les moyens de diffusion à grande échelle.

Ce volume recense les timbres antérieurs à cet élan du XIXe siècle. Aussi, il liste les airs encore régulièrement utilisés dans le courant du siècle précèdent. Charnière, cette période garde trace des lignes mélodiques remontant à des temps bien plus anciens tout comme elle témoigne de celles qui sauront porter de nouveaux textes au cours de la période suivante. Aussi, d’une clef (La Clef des chansonniers, Ballard, 1717) à l’autre (La Clé du Caveau, Capelle, 1811, 1re éd.), cette publication rend compte des airs présents dans les recueils publiés durant cette période qui conduit ce genre à son apogée et qu’encadrent ces deux incontournables publications le concernant.

Ce répertoire est directement issu du méticuleux travail de dépouillement de Patrice Coirault (1865-1958). Laissé à l’état de manuscrit dans son fichier déposé à la Bibliothèque nationale de France, il a été ici totalement mis en forme et complété des recollements personnels de Georges Delarue.

Ainsi près de 2 000 timbres et encore plus de mélodies sont ici recensés. Chaque entrée synthétise l’ensemble des appellations du timbre et précise son origine lorsqu’elle est connue ; elle donne de l’air au moins une ligne mélodique ; elle liste, de manière structurée, les références aux ouvrages où la notation musicale est présente et celles où l’air a été employé sans être noté. C’est surtout pour établir des parallèles avec les chansons traditionnelles que Coirault avait élaboré ce répertoire. Aussi l’entrée vers la « tradition orale » est l’un des apports indéniables de cet ouvrage. Pour autant, il intéressera, également, les amateurs de chansons, les historiens, les chercheurs en matière de théâtre et, de manière plus générale, le milieu de la musicologie.

Informations pratiques

  • Révisé, organisé et complété par : Marlène Belly et Georges Delarue
  • Description : Broché, 962 pages, 64 illustrations couleurs, 21 × 29,7 cm
  • Date de parution : 19 mars 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2747-0 / 9782717727470
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 155 €

Parution : La ligne et l’ombre : dessins d’architectes, XVIème – XIXème siècle

La ligne et l'ombre
La ligne et l’ombre

Après la Cité de l’architecture qui présentait l’exposition Trésors de l’Albertina. Dessins d’architecture rassemblant des dessins de grands maîtres ayant pour thème l’architecture, c’est au tour de la Bibliothèque nationale de France de faire montre de la richesse de ses collections en la matière, avec la publication La ligne et l’ombre : dessins d’architectes, XVIème – XIXème siècle.

Signés par les plus grands architectes français (du Cerceau, Mansart, Boullée, Viollet-le-Duc…), ces 160 dessins retracent l’histoire de l’architecture du XVIe au XIXe siècle. Traduisant l’ambition d’atteindre un idéal urbain et éclairant le processus créatif de leurs auteurs, ils proposent une expérience sensible et intellectuelle au lecteur.

Cet ouvrage sur le dessin d’architecture de la Renaissance au XIXe siècle fournit une iconographie de 160 dessins en couleur réalisés par les plus grands architectes français offrant par là une plongée dans les fonds de BnF abritant l’une des plus riches collections au monde

Résumé

Le dessin d’architecture constitue un domaine vaste et divers. Les architectes le pratiquent pour acquérir une connaissance intime des édifices et développer leur habileté à les imaginer ; ils l’utilisent comme le support de leurs échanges avec les différents métiers du bâtiment ; ils en font un moyen pour toucher le public et les décideurs, jusqu’à l’élever parfois au rang d’œuvre d’art.
Signés par les architectes dessinateurs les plus brillants – de Jacques Androuet du Cerceau à Etienne Louis Boullée, de Gilles Marie Oppenord à Jean Jacques Lequeu, de Charles Percier à Henri Labrouste, d’Eugène Viollet-le-Duc à Charles Garnier – les 160 dessins présentés dans cet ouvrage retracent une histoire de l’architecture française de la Renaissance au dernier XIXe siècle.

Dans un domaine où le défi majeur consiste à donner à voir un édifice par anticipation, ces dessins témoignent de l’ambition partagée par les architectes d’atteindre un idéal architectural et urbain. Comme le manuscrit de l’écrivain, ils éclairent un processus créatif, avec ses hésitations, ses corrections ou ses reprises. A la différence du texte, ils possèdent toutefois la force et l’autonomie des figures, qui « parlent » à l’œil de façon immédiate. Ils nous proposent ainsi une expérience à la fois sensible et intellectuelle en exprimant le rapport de leurs auteurs à l’espace, à la matière, à la couleur, à l’intelligence des structures.

Auteurs

  • Pauline Chougnet, chargée de collections, département des Estampes et de la photographie
  • Jean-Philippe Garric, professeur d’Histoire de l’architecture à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Archiviste paléographe, Pauline Chougnet est conservatrice au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France. Responsable des collections de dessins depuis 2015, elle s’est notamment chargée de l’inventaire des dessins de l’architecte François Joseph Bélanger (1744-1818). Elle est membre du comité de lecture des Livraisons d’histoire de l’architecture.

Jean-Philippe Garric est professeur d’histoire de l’architecture contemporaine à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne. Pendant plus de quinze ans, il a pratiqué et enseigné le dessin d’architecture avant de choisir la voie des travaux historiques. Spécialiste de l’architecture en France et en Europe du milieu du XVIIIe siècle à la Première Guerre mondiale, il a consacré sa thèse de doctorat aux modèles italiens dans les livres d’architecture français, sous la direction de Françoise Choay. Auteur de nombreux ouvrages et articles sur la théorie, les livres et les représentations graphiques de l’architecture, ainsi que sur l’enseignement de l’architecture et sur les architectes de Napoléon, Charles Percier et Pierre Fontaine, il a été commissaire de la première exposition Charles Percier (New York, 2016, Fontainebleau, 2017) et cocommissaire de la première exposition Jean Jacques Lequeu (Paris, 2018). Il a notamment publié Recueils d’Italie. Les Modèles italiens dans les livres d’architecture français (2004) ; Le Livre et l’Architecte (dir. avec É. d’Orgeix et E. Thibault, 2010) ; Percier et Fontaine. Les Architectes de Napoléon (2012) ; Vers une agritecture. Architecture des constructions agricoles 1789-1950 (2014) ; Charles Percier. Architecte et designer (dir. 2016) ; L’École de Percier. Imaginer et bâtir le XIXe siècle (avec M.-L. Crosnier Leconte, 2017) et Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmes (dir. avec L. Baridon et M. Guédron, 2018), couronné par le prix Sade du livre d’art 2019.

Informations pratiques

  • Description : Broché, 224 pages, 160 illustrations, 24 × 28 cm
  • Date de parution : 12 mars 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2829-3 / 9782717728293
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : Interforum
  • Prix : 45 €

Les illustrations issues du volume sont disponibles à la consultation sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/, sur la banque d’images de la BnF : http://images.bnf.fr, et à la vente auprès du département Images et prestations numériques : reproduction@bnf.fr.

Colloque : La photographie, une “histoire pour tous” : Hommage à François Brunet (26-27/3)

Le colloque La photographie, une “histoire pour tous”, organisé sous la direction scientifique de la revue Transbordeur : photographie, histoire, société, en partenariat avec l’Université d’Amiens, l’Université de Lille et la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société à Lille, propose de rendre hommage aux travaux sur l’histoire et les images de François Brunet.

Dans le prolongement du colloque Les manières de faire vernaculaires (Université de Paris, LARCA, 23-24 janvier 2020), qui a axé son propre hommage à François Brunet sur la notion de vernaculaire et sur les productions qui s’y rapportent, il concentrera ses réflexions sur les formes populaires d’écriture de l’histoire de et par la photographie.

Jeudi 26 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : NATHALIE DELBARD, Professeure en arts plastiques, Université de Lille, CEAC
  • 10h30 : Introduction de JEAN KEMPF, Professeur de civilisation américaine, Université Lumière-Lyon 2, Membre de l’UMR Triangle
  • 11h : ELIANE DE LARMINATMobilisations des archives photographiques des logements sociaux de Chicago. Histoire en image, contre-récits et mémoire sociale
  • 11h45 : JORDI BALLESTALes photographies amateures des dossiers administratifs de déclaration de travaux. Pour une histoire photographique étendue des paysages contemporains.
  • Déjeuner libre
  • Modération : CHRISTIAN JOSCHKE, Maître de conférences au département d’Histoire de l’art et d’Archéologie de l’Université Paris Ouest Nanterre
  • 14h : DIDIER VIVIENHistoires vernaculaires & photographies sans auteur. L’exemplarité éditoriale du Bassin minier Nord Pas-de-Calais.
  • 14h45 : MATHILDE BERTRANDLa photographie comme outil et vecteur d’une histoire populaire et alternative dans les travaux du Photography Workshop.
  • Pause
  • 16h : LYDIA ECHEVERRIA1Auteur et amateurs. Pour une histoire photographique des quartiers populaires.
  • 17h : conclusion
  • Moment convivial autour d’un verre

Vendredi 27 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : LISE LERICHOMME, Maîtresse de conférences en arts plastiques à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens
  • 10h30 : Introduction de DIDIER AUBERT, Enseignant au département Monde anglophone de l’Université Paris 3 -Sorbonne Nouvelle – “L’humanisme profond de la photographie“.
  • 11h : ALEXANDRA DE HEERINGDe l’invisibilisation à la représentation de soi. L’histoire des communautés subalternes en Inde du Sud à travers le portrait photographique.
  • 11h45 : ANAIS MAUUARINHistoire (re)naissantes. Retours
  • et appropriations des photographiques de l’ethnologie.
  • Déjeuner libre
  • Modération : OLIVIER LUGON, Professeur d’histoire de la photographie à l’Université de Lausanne
  • 14h : CAROLIN GEORGENL’histoire de la photographie américaine depuis les marges. La Peter Palmquist Collection sur l’Ouest américain au XIXe siècle : apports historiographiques et méthodologiques.
  • 14h45 : MARLENE VAN DE CASTEELE“A Camera Issue.” Popularisation et commercialisation de la photographie dans les magazines Vogue et Commercial Camera Magazine.
  • Pause
  • 16h : ISABELLA SENIUTAHistoire des Texbraun, les invisibles du monde photographique.
  • 16h45 : Conclusion de MICHEL POIVERT, Professeur d’histoire de l’art/photographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Informations pratiques

  • Jeudi 26 mars

Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MEHS)
2 rue des Cannonniers, 59000 Lille
Espace Baïetto

  • Vendredi 27 mars

UFR Arts de l’Université Jules Verne – Picardie
30 rue des Teinturiers
80000 Amiens

  1. Chercheuse-associée de la Bibliothèque nationale de France. []

La Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la recherche scientifique signent une nouvelle convention-cadre

Logo CNRS
Logo CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Paris, CNRS, Salon d'honneur
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Paris, CNRS, Salon d’honneur

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, ont signé mardi 10 mars 2020 une nouvelle convention-cadre réaffirmant la volonté de coopération des deux établissements.

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Dans le cadre des missions qui leurs sont attribuées, le CNRS et la BnF participent chacun au partage et à la diffusion des savoirs, à la valorisation des résultats de la recherche comme au développement de nouvelles connaissances.

Les deux établissements ont par ailleurs une politique concertée dans leurs domaines de recherche communs, notamment en sciences humaines et sociales et en sciences et technologies de
l’information et de la communication. Leur convergence d’intérêt a conduit à la conclusion d’une convention-cadre dès 1997.

La nouvelle convention signée ce 10 mars 2020 réaffirme et renforce le cadre de cette coopération. Elle vise à améliorer la synergie des actions entreprises et leur visibilité, à favoriser la mise en relation des recherches menées avec d’autres programmes ou unités ayant des intérêts convergents, à assurer une meilleure promotion des collections de la BnF auprès des chercheurs. A la faveur de nouveaux services numériques aux chercheurs mis en place à la BnF, elle contribuera à intensifier les collaborations dans les domaines de la fouille des données massives favorisant l’exploitation du vaste gisement de collections numériques de la la BnF (collections numérisées ou nativement numériques, images fixes et animées, archives du web).

Les études et recherches conduites conjointement dans le cadre de cet accord peuvent relever de disciplines diverses intéressant plusieurs Instituts du CNRS : sciences humaines et sociales, sciences
biologiques et chimie, sciences de l’information et de leurs interactions (informatique, traitement du signal et de l’image, intelligence artificielle…).

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

SÉMINAIRE 2020 D’INTRODUCTION À L’ASTRONOMIE ET À L’ASTROLOGIE MÉDIÉVALES

Présentation de manuscrits et sphère armillaire (2019)

Pour la deuxième année consécutive, la BnF co-organise avec le projet ERC ALFA un séminaire d’introduction à l’astronomie et à l’astrologie médiévales par une présentation des concepts généraux et des sources originales, mis en contexte, expliqués et commentés tout au long des sessions.

En cinq séances, il se donne pour objectif de couvrir l’essentiel des bases théoriques des deux disciplines, étroitement complémentaires durant la période médiévale, en partant des textes et manuscrits d’époque. Chaque thème particulier traité lors de chaque séminaire sera étudié et discuté à l’aide des sources manuscrits originales de la BnF.

Ces sessions visent à offrir aux participants une meilleure compréhension de la science des astres à la fin du Moyen Âge.

Ce séminaire est ouvert à tous mais plus particulièrement destiné à des chercheurs, débutants ou confirmés, souhaitant s’initier à l’astronomie et à l’astrologie médiévales. Une certaine familiarité avec les manuscrits médiévaux, et en particulier des connaissances de base de paléographie, d’ancien français et de latin médiéval sont préférables.

Organisation Laure Miolo (IRIS Scripta PSL), Alexandre Tur (BnF, département des Manuscrits), avec la collaboration de Jean-Patrice Boudet et Matthieu Husson.

Mardi 24 mars : mise en contexte

  • Introduction générale et chronologie (VIIIe-XVIe siècles)
  • Présentation de manuscrits

Mardi 14 avril : le mouvement quotidien

  • Recherches en cours, par Jean-Patrice Boudet (titre à confirmer)
  • Astronomie et astrologie du mouvement quotidien (sphères, repères, mouvement des étoiles fixes et notion de maisons célestes) : avec une animation de Stellarium par Matthieu Husson

Mardi 12 mai : phénomènes planétaires

  • Mouvement planétaire et construction d’un horoscope
  • Présentation de manuscrits

Lundi 22 juin : aspects, conjonctions et éclipses

  • Recherches en cours, par Francesco Siri : « Écrire le ciel autrement : les diagrammes dans les œuvres de cosmologie et des arts libéraux »
  • Astronomie et astrologie des aspects planétaires, et en particulier des conjonctions et éclipses

Mardi 30 juin : l’interprétation astrologique d’un horoscope

  • Construire et interpréter un horoscope à partir d’un cas concret, animée par Jean-Patrice Boudet
  • Présentation de manuscrits

Informations pratiques

Chaque séance d’une demi-journée (14h30-17h30) aura lieu à la Bibliothèque nationale de France (site Richelieu, 58 rue de Richelieu, 75002 Paris).

Pour des raisons logistiques, le nombre de places est limité et l’inscription préalable obligatoire (laure.miolo@obspm.fr ou alexandre.tur@bnf.fr) en précisant votre nom et les dates des séances auxquelles vous souhaiteriez participer. Les détails pratiques seront fournis lors de la confirmation par retour de courriel de l’inscription.

Opuscula astrologica : grande figure astrologique du corps humain avec indication de la relation entre ses ârtoes et lmes signes du zodiaque, selon les textes d’Olympiodore et de Stephanus. Recueil de documents alchimiques, astrologiques et magiques
XVe siècle. Manuscrit sur papier, 342 fol., copié par Georges Midiates
BnF, département des Manuscrits, Grec 2419, f. 1
© Bibliothèque nationale de France

Colloque international – Chansons/Romans : fréquences croisées (depuis 1968) (17-19/03)

Affiche
Affiche

Qu’est-ce que le roman demande à la chanson ? Qu’est-ce que les chansons retiennent des romans ? Ce colloque qui se déroule le 17 mars à la BnF, le 18 mars à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 puis le 19 mars à la Maison de la poésie (Paris 3e), a pour ambition d’explorer les interférences de la chanson et du roman de langue française depuis 1968.

C’est aux interférences de la chanson et du roman de langue française, depuis 1968, que ce colloque s’attachera.

Il interrogera ce que le roman demande à la chanson : que font les chansons dans les romans ? quelle(s) place(s), quelle(s) fonction(s), quelles transformations réciproques ? Il se penchera aussi sur ce que les chansons retiennent des romans. Il prêtera une attention particulière aux figures hybrides de romanciers devenus auteurs de chansons et de chanteurs devenus romanciers.

Il examinera enfin la pratique en développement des collaborations artistiques de romanciers et de chanteurs : quels dispositifs créatifs, quelles interactions, quels déplacements des cultures artistiques d’origine ?

À travers les zones de frottement, les espaces de porosité ainsi ménagés, il s’agira de saisir les enjeux d’une aimantation réciproque et de cerner des singularités irréductibles.

Un concert payant conclura le colloque (réservations auprès de la Maison de la poésie).

Colloque organisé par Bruno Blanckeman et Catherine Brun, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 / THALIM

Programme

17 mars

9 h 15 – 9 h 45 – Ouverture
Jamil Jean-Marc Dakhlia, président de l’université Sorbonne Nouvelle

9 h 45 – 11 h 15 – Session 1 : Au prisme des romans
Présidence : Catherine Brun, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Philippe Djian, La chanson comme mesure de l’écriture
Par Françoise Zamour, ENS Ulm

La trilogie noire de Jean-Claude Izzo (Total Khéops, Chourmo, Soléa) et le rôle de la chanson et du rap dans ces romans
Par Birgit Mertz-Baumgartner, université d’Innsbruck

La chanson au service du personnage
dans la trilogie Vernon Subutex de Virginie Despentes
Par Céline Pruvost, université de Picardie Jules-Verne

10  h 45 – 11 h 15 : Discussion

11 h 30 – 12 h 30 – Table ronde 1 : Romans/chansons : Histoire, politique
À chaque époque sa chanson de Gavroche ? Mai 68, mai 81, les utopies défaites, une nouvelle pandémie, des banlieues en crise, l’émergence de modes de vie alternatifs, une nouvelle ère de migrations : dans quelle mesure et de quelle manière ces situations de société impactent-elles les romans et chansons d’une même époque?
Modérateur : Françoise Zamour, ENS Ulm
Avec Bertrand Dicale,  journaliste, spécialiste de la chanson française, Stéphane Chaudier, université de Lille

14 h 15 – 15 h 15 – Session 2 : Les chanteurs-romanciers
Présidence : Bruno Blanckeman, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Figuration et défiguration du chanteur pop dans quelques récits exofictionnels (Johnny, Ziggy, Britney & co)
Par Mathieu Messager, université de Nantes

Une histoire de mélancolies : magnétisme des lointains, impressions chantées et circulations romanesques chez Yves Simon
Par Jean-Pierre Zubiate, université Toulouse II

14 h 55 – 15 h 15 – Discussion

15 h 30 – 16 h 30 – Table ronde 2 : Chansons/romans : expériences, création
Modérateur : Patrice Demailly
Avec Colette Fellous et Michäel Ferrier, écrivain et essayiste

16 h 30 – 17 h 30 – Débat d’ensemble

18 h 30 – 19 h 30 – Lecture croisées par Émeline Bayart, actrice, chanteuse et metteuse en scène

18 mars

Au prisme des chansons. Présidence : Catherine Douzou

9 h 45 – 10 h 05 – Stéphane Chaudier (Université de Lille), La chanson, un romanesque alternatif

10 h 05 – 10 h 25 – Stéphane Hirschi (Université Polytechnique Hauts-de-France), Les romans catalyseurs de chansons

10 h 25 – 10 h 45 – Bruno Blanckeman (Université Sorbonne Nouvelle), De la chanson comme micro-fiction

10h45-11h15 : Discussion

11 h 30 – 12 h 30 – Table ronde 3 : Chansons/romans : romances, romanesque
Modérateur : Gilles Bonnet
Avec Joël July, Cécile Prévost-Thomas

14 h 30 – 16 h – Au prisme des romans II. Présidence : Stéphane Hirschi

14 h 30 – 14 h 50 – Luca di Gregorio (Université de Liège), Copains d’abord et requiem pour les cons. La droite littéraire et l’« imaginaire français » dans la chanson des Trente Glorieuses

14 h 50 – 15 h 10 – Joël July (Aix-Marseille Université), La chanson comme déterminisme

15 h 10 – 15 h 40 – Discussion

16 h – Conversation avec Annie Ernaux (Bruno Blanckeman et Catherine Brun)

19 mars

9 h 45 – 11 h 15 – Les chanteurs-romanciers II. Présidence : Pascal Mougin

9 h 45 – 10 h 05 – Audrey Coudevylle-Vue (Université Polytechnique Hauts-de-France), À la frontière des genres, l’œuvre protéiforme de Brigitte Fontaine

10 h 05 – 10 h 25 – Cécile Prévost-Thomas (Université Sorbonne Nouvelle), Nicole, Sapho, Lola, Mara et les autres. Lumières croisées sur les œuvres des autrices, compositrices, interprètes et romancières francophones

10 h 25 – 10 h 45 – Gilles Bonnet (Université Lyon 3), En chanson dans le texte

10 h 45 – 11 h 15 – Discussion

Table Ronde 4 : Chansons/romans : scène de théâtre, scène d’écriture
Modérateur : Stéphane Hirschi
Avec Olivier Chaudenson (directeur de la Maison de la Poésie), Yves Charnet (écrivain)

14 h 30 – 16 h 30 – Session 6 : Œuvres croisées.
Présidence : Marc Dambre

14 h 30 – 14 h 50 – Catherine Douzou (Université de Tours), La collaboration entre Patrick Modiano et les Editions musicales Fantasia

14 h 50 – 15 h 10 – Pierre Pichon (BnF),  Stephan Eicher / Philippe Djian. “Tu ne me dois rien” : de l’intime universel 

15 h 10 – 15 h 30 – Bernard Jeannot (Université d’Angers), La pratique d’un roman désenchanté : l’expérience des romans musicaux de Florent Marchet et Arnaud Cathrine 

15 h 30 – 15 h 50 – Catherine Brun (Université Sorbonne Nouvelle), Roman, enquête, photos, chansons : le contre-dispositif d’Alex Beaupain et Isabelle Monnin

15 h 50 – 16 h 20 – Discussion

20 h – Scène littéraire, à la Maison de la poésie

A la ligne – Feuillets d’usine de Joseph Ponthus, par Michel Cloup Duo et Miossec.
Concert payant. Réservations auprès de la Maison de la poésie.

Informations pratiques

  • Mardi 17 mars 2020, 9 h 15 – 19 h 30
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée libre et gratuite
  • 18 mars 2020, 9 h 45 – 17 h
  • Institut d’études avancées de Paris
  • 17 quai d’Anjou, 75004 Paris
  • Entrée libre, uniquement sur réservation auprès de romans.chansons@gmail.com
  • 19 mars 2020, 9 h 45 – 16 h 30
  • Maison de la poésie – Scène littéraire
  • Passage Molière,
  • 157 rue Saint-Martin, 75003 Paris
  • Entrée libre

Parution : Bibliographie de la presse française politique et d’information générale : 05 Hautes-Alpes

Couverture
Couverture

Argument

La parution de ce 74e volume de la Bibliographie de la presse française politique et d’information générale vient achever la couverture de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Rappelons que par l’ampleur de son objet, ce travail, accompli conjointement par le service de l’Inventaire rétrospectif de la Bibliothèque nationale de France et les bibliothèques et services d’archives en région, constitue une référence incontournable.

Par la précision de ses informations, le présent ouvrage vient enrichir une collection qui constitue véritablement un premier jalon pour l’étude de l’histoire des mentalités, de la vie intellectuelle ou culturelle des territoires.

Auteurs

  • Valérie Gressel
  • Wojciech Kolecki
  • Anne-Marie Granet. Préfacier

Informations pratiques

  • Description : Broché, 98 pages, 15,5 x 24 cm
  • Date de parution : 14 novembre 2019
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2827-9 / 9782717728279
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 24 €

Parution : L’indexation matière en transition – De la réforme de Rameau à l’indexation automatique

L'indexation matière en transition
L’indexation matière en transition

Auteur

Etienne Cavalié. Directeur de publication

Etienne Cavalié est responsable de l’équipe Analyse et Traitement des données au sein du département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France. Il participe activement au groupe Systèmes & Données du programme de la Transition bibliographique. Il anime depuis 2008 le blog Bibliothèques (reloaded) (https://bibliotheques.wordpress.com/) consacré à l’informatique documentaire. Il s’est entouré des meilleurs spécialistes pour dresser ici un état des mutations en cours, résumées par l’expression “Transition bibliographique”.

Résumé de l’éditeur

L’indexation matière en transition retrace et explique, 40 ans après la création du langage documentaire Rameau, l’actualité mouvante autour des questions d’indexation dans le monde des bibliothèques et des métiers de l’information-documentation. Pourquoi la réforme du langage documentaire Rameau ? A quoi doit-elle servir ? Quels problèmes est-elle censée résoudre ? Quels impacts va-t-elle avoir dans les catalogues des bibliothèques ? Comment anticiper les évolutions à venir, et résoudre les problèmes qui en découleront ? Partant de ces questions d’actualité sur un processus encore en cours, l’indexation matière en transition explore l’ensemble des mutations à l’oeuvre autour de l’indexation matière : l’évolution des données bibliographiques et d’autorité, l’évolution des interfaces et des services, les potentialités offertes. 
Au-delà de l’utilisation bien connue en recherche avancée, par facette ou par rebond, d’autres modalités d’utilisation sont décrites, afin d’explorer les potentialités de l’indexation matière. Cet ouvrage pose également la question de l’évolution des outils et des données au coeur de la Transition bibliographique. Il s’interroge sur le compétences métier et l’offre de formation pour les acquérir. Les perspectives à moyen ou long terme autour de l’indexation automatique n’impliquent pas une disparition du métier, mais une transformation de ses missions, de ses activités : cette évolution doit se préparer aujourd’hui, afin que les professionnels des bibliothèques restent maîtres de leur collections, des données qu’ils gèrent et des services qu’ils offrent.

Sommaire

  • Introduction [Etienne Cavalié, BnF]1
  • Partie 1 : le contexte normatif et la Transition bibliographique
    • Chapitre 1. Indexation et grammatisation [Bruno Bachimont]
    • Chapitre 2. Le sujet dans le modèle IFLA LRM [Françoise Leresche, BnF]
    • Chapitre 3. La réforme de Rameau : principes, méthode, étapes [Florence Ménard, BnF]
    • Chapitre 4. Perspectives d’évolution de Rameau après la réforme [Ewa Nieszkowska-Serlan]
    • Chapitre 5. Des nouvelles de la classification décimale Dewey [Jean Maury, BnF]
  • Partie 2 : l’indexation comme contexte au sein d’une collection
    • Chapitre 6. Analyser les données d’indexation : comment ? pourquoi ? [François Pichenot]
    • Chapitre 7. Les chantiers d’indexation rétrospective à la Bibliothèque nationale de France  [Etienne Cavalié, BnF] 2
    • Chapitre 8. Indexation automatique des documents : de nouvelles métadonnées pour de nouveaux services [Jean-Philippe Moreux, BnF]
    • Chapitre 9. La formation à l’indexation dans l’enseignement supérieur : approche comparative des diplômes visant une insertion en bibliothèque de lecture publique [David Guillemin]
  • Partie 3 : l’indexation comme appui à une offre de services
    • Chapitre 10. Plaidoyer pour une indexation collaborative… Mais laquelle ? [Hélène Cavalié]
    • Chapitre 11. Utiliser l’architecture de Rameau pour naviguer dans les données d’un catalogue [Pierre Bournerie]
    • Chapitre 12. Indexation et médiation [Bernard Strainchamps]
    • Chapitre 13. L’indexation comme outil de politique documentaire [Géraldine Geoffroy]
    • Chapitre 14. Visualiser l’indexation : au-delà de la cartographie [Raphaëlle Lapôtre, BnF]
  • Conclusion  [Etienne Cavalié, BnF] 3

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : Éditions du Cercle de la librairie
  • Date de parution : 6 décembre 2019
  • Description matérielle : 1 vol. (227 p.) ; 24 cm
  • Collection : (Collection Bibliothèques, ISSN 0184-0886)
  • ISBN 978-2-7654-1623-4 (br.) : 40 EUR

En savoir plus

Cette parution fera l’objet d’un « Bibliothèques en débat », à la BnF, le mercredi 11 Mars, de 17h à 18h30, quai François-Mauriac, Paris 13e (salle 70).

Entrée libre dans la limite des places disponibles (70).

Bibliographie sélective

Extrait à feuilleter

  1. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435623>. []
  2. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435624>. []
  3. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02435623>. []

Parution : Chefs-d’oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges

Chefs-d'oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges
Chefs-d’oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges

Une exposition consacrée à des œuvres artistiques réalisées au sein de l’ancienne abbaye Saint-Martial de Limoges a été organisée conjointement par la Bibliothèque nationale de France et la Ville de Limoges. Cette exposition fut présentée au musée des Beaux-Arts de Limoges du 23 novembre 2019 au 24 février 20201.

Le projet d’exposition « Chefs-d’œuvre romans de Saint-Martial de Limoges » s’inscrit dans le cadre du cycle de présentations d’œuvres hors-les-murs intitulé « Dans les collections de la BnF » mis en place, en 2017, par la Bibliothèque nationale de France. L’objectif est de faire découvrir et partager les richesses patrimoniales de la Bibliothèque, en présentant des pièces exceptionnelles issues de ses collections dans plusieurs établissements culturels en région. Ces pièces sont choisies en fonction de leur valeur emblématique mais aussi pour leurs liens avec les collections locales ou la thématique d’un événement donné.

La BnF a proposé au musée des Beaux-Arts de Limoges de mettre temporairement à sa disposition quatorze manuscrits médiévaux (Xe-XIIe siècles), provenant du fonds de l’abbaye Saint-Martial de Limoges. Outre le prêt de ces pièces prestigieuses, le musée a bénéficié d’une collaboration scientifique avec le Service des manuscrits médiévaux de la BnF. Cette exposition avait pour but d’illustrer l’importance historique de l’abbaye Saint-Martial de Limoges à l’époque romane, grâce à la valorisation scientifique, esthétique et pédagogique des manuscrits présentés qui furent mis en relation avec d’autres œuvres issues de l’abbaye, appartenant à d’autres domaines artistiques, tels que l’émail, la sculpture ou encore la musique.

Auteurs

Résumé de l’éditeur

L’abbaye Saint-Martial, établie autour du tombeau du premier évêque de Limoges, fut un centre de création majeur du Moyen Âge européen. Son scriptorium a notamment produit les manuscrits enluminés romans, conservés à la Bibliothèque nationale de France, présentés dans cet ouvrage. Ces pièces prestigieuses, véritables trésors artistiques, sont valorisées grâce à une mise en regard avec d’imposantes sculptures lapidaires, habituellement dans les réserves du musée limousin, mais aussi de précieuses châsses et plaques émaillées ou des documents historiques prêtés par d’autres institutions.

Informations pratiques

  • Editeur : Gand : Snoeck
  • Date de parution : 19 novembre 2019
  • Description matérielle : 1 vol. (143 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 22 cm
  • ISBN 978-94-6161-556-5 (br.)  : 25 €
4e de couv.  Chefs-d'oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges
4e de couv. Chefs-d’oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges
  1. Voir, page url : <https://www.bnf.fr/fr/agenda/chefs-doeuvre-romans-de-saint-martial-de-limoges>. []

France-Vietnam : un portail entre les cultures

Organisé par Nguyen Giang Huong ((Voir son portrait, url : <https://bnf.hypotheses.org/1359>.)) de la BnF en partenariat avec l’EUR Translitteræ,  le séminaire France-Vietnam : un portail entre les cultures est consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam.

Une large variété de sujets touchant en particulier à l’histoire culturelle et à l’histoire des sciences humaines est présentée au fil des séances. Le séminaire se conçoit comme un lieu d’échange et un atelier de recherche, accueillant des spécialistes français et étrangers qui y exposent leurs travaux et projets. Les intervenants y croisent leurs domaines, mais aussi leurs trajectoires de recherche. Il est ouvert aux étudiants de tout niveau, ainsi qu’aux chercheurs et enseignants-chercheurs intéressés. 

Il se tient un vendredi par mois à l’École normale supérieure.

28 février 2020

La prochaine séance aura lieu le 28 février (16h-18h, Salle Paul Langevin, 29 rue d’Ulm, 1er étage à gauche) et verra intervenir :

  • Myriam de Loenzien (IRD-CEPED), « Accoucher par césarienne au Viêt Nam : un choix ? Approche socio-démographique au sein d’un projet multidisciplinaire en sciences sociales et biomédicales »
  • Luong Van Ha (ECSP Europe & Université Paris 1), « L’image du Vietnam à travers le tourisme : entre la symbolique et l’expérience »

Programme 2020

20 mars | 16h-18h | salle Paul Langevin

  • Anna Moï (romancière), Hoai Huong Nguyen (romancière) et Henri Copin (Université de Nantes), « Le Vietnam entre la mémoire et l’imaginaire : l’écriture féminine francophone »

24 avril | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Nguyen Vu Hung (Université Paris 8), « Quelques réflexions sur l’écriture de Samuel Beckett : Pour une introduction en troisième langue (le cas du vietnamien) »
  • Jérôme Gidoin (chercheur indépendant), « Les défunts à la pagode »

22 mai | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Aude To (ENS), « Les boat people Vietnamiens en France »
  • Mai Lam Nguyen-Conan (MUUTIVATE), «Une lecture de l’évolution de la société vietnamienne ces vingt-cinq dernières années au travers de la consommation de produits laitiers »

5 juin | 16h-18h | salle des Actes

  • Lâm Lê (cinéaste), « La maison Cinéma(s) du Vietnam et le monde : le moi filmique au singulier et au pluriel »

12 juin | 16h-18h | salle Celan

  • Lê Thi Hoa (IFRAE), « Cheminement historique de l’éducation catholique de l’époque coloniale français à la seconde République du Sud Viet Nam »
  • Pierre Journoud (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Dien Bien Phu dans la relation franco-vietnamienne : de la bataille à la réconciliation »

Foucault Fiches de Lecture : ouverture de la plate-forme publique

Les porteurs du projet ANR Foucault Fiches de Lecture1 ont le plaisir d’annoncer l’ouverture de la plateforme FFL-Eman, accessible à l’adresse : http://eman-archives.org/Foucault-Fiches.

Le projet ANR Foucault Fiches de Lecture a notamment pour objectif de mettre en ligne plusieurs milliers de feuillets de notes de lecture de Michel Foucault, appartenant au fonds Foucault conservé au département des Manuscrits de la BnF depuis 2013 (sous la côte des Nouvelles acquisitions françaises : NAF 28730, URL : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc98634s).

Un premier échantillon de 3 boîtes (soit 1 855 pièces) a été publié via le système Eman-Omeka :

  • Boîte n°1 : Système pénal. Moyen-âge, XVIe siècle. [14 chemises, 335fiches]
  • Boîte n°39 : Freud. Sexualité. Folie. (Cours de Vincennes) [45chemises, 728 fiches]
  • Boîte n°44 A : Neurophysiologie Lagache & EEG. [36 chemises, 687 fiches]

La description archivistique, en particulier l’indexation des personnes et le relevé des références bibliographiques, sont le résultat d’un travail mené depuis 2017 et impliquant une équipe de chercheurs et ingénieurs.

Par ailleurs, la plate-forme accueillera prochainement 22 boîtes supplémentaires (voir l’inventaire complet réalisé par l’équipe : http://eman-archives.org/foucault-fiches/files/theme_uploads/Foucault-fiches-de-lecture_inventaire_chemises.pdf), et le site est encore en cours de construction.

Si vous êtes intéressé par les fiches de lecture de Foucault, et souhaitez participer au travail de description/enrichissement, veuillez contacter les porteurs du projet pour demander un accès à l’espace collaboratif privé.

Pour plus d’informations sur le projet FFL, voir le carnet de recherche : https://ffl.hypotheses.org

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’
  1. Voir : https://anr.fr/Projet-ANR-17-CE38-0001 []

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?