Archives par mot-clé : Réserve des livres rares

Le « Grand Renouard » du papier au numérique

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Du nom du bibliographe Philippe Renouard (1862-1934), les fascicules « Grand Renouard » sont des outils bibliographiques consacrés à la production des libraires-imprimeurs parisiens du XVIe siècle. Organisés alphabétiquement par nom de libraire-imprimeur, ils ont été constitués en grande partie par Jeanne Veyrin-Forrer, ainsi que par d’autres chercheurs et conservateurs à la Réserve. Toutefois, en raison de la précision des notices, les fascicules Renouard ne concernent qu’une minorité de libraires-imprimeurs : ceux dont le nom commence par les lettres A et B, et quelques autres libraires-imprimeurs tels Jean Loys et Guillaume Cavellat. D’autres fascicules en cours sont respectivement consacrés à Chrétien Wechel, Gilles Corrozet et Michel de Vascosan, auxquels s’ajoute notre fascicule sur Jean Petit.

Marque de libraire de Jean Petit (n° 881), extraite de Philippe Renouard, Les marques typographiques parisiennes des XVe et XVIe siècles, Paris: H. Champion, 1926, p. 283.
Marque de libraire de Jean Petit (n° 881), extraite de Philippe Renouard, Les marques typographiques parisiennes des XVe et XVIe siècles, Paris: H. Champion, 1926, p. 283.

Les fascicules Renouard présentent dans leur forme traditionnelle une introduction générale sur la production du libraire-imprimeur et des notices avec des caractéristiques communes : une description bibliographique permettant d’identifier l’édition, la transcription diplomatique du titre, de l’adresse et du colophon, une analyse structurée du contenu, un relevé du matériel typographique, des indications sur la mise en page, des notes sur la filiation de l’édition, une bibliographie secondaire et la liste des localisations d’exemplaires connus dans le monde. De telles notices sont par conséquent longues à réaliser : la constitution d’un fascicule Renouard est un travail qui s’étend sur plusieurs années.

À l’heure du numérique, se pose la question de savoir comment les fascicules Renouard doivent poursuivre : quel est aujourd’hui l’intérêt d’un fascicule « Grand Renouard » ? Un outil informatique pour ce travail pourrait-il contribuer à la recherche sur les libraires-imprimeurs parisiens du XVIe siècle ? Si oui, quelles adaptations pouvons-nous proposer ?

En effet, nous devons commencer par rappeler que l’histoire du livre à Paris au XVIe siècle dispose déjà d’une base de données : la Bibliographie des éditions parisiennes du XVIe siècle (BP161). Cette base a été développée au sein de la Réserve des livres rares de la BnF à partir de l’Inventaire chronologique de Brigitte Moreau, qui recense de manière systématique les éditions parisiennes imprimées de 1501 à 1540. Les notices sont plus concises que celles du « Grand Renouard » et sont organisées par année puis par ordre alphabétique d’auteur. La base BP16, qui reprend et poursuit ce travail, contient aujourd’hui l’essentiel des éditions parisiennes connues de la première moitié du XVIe siècle.

Le « Grand Renouard » et l’Inventaire chronologique se sont développés de manière simultanée dans la deuxième moitié du XXe siècle, mais pas pour les mêmes raisons : alors que l’Inventaire chronologique devait permettre un recensement général de la production imprimée du XVIe siècle, le « Grand Renouard » devait offrir une description précise de chacun de ces livres et une étude approfondie de la production d’un libraire-imprimeur. Pourtant, ces deux objectifs du « Grand Renouard » ont évolué différemment : alors que les numérisations offrent un accès plus direct aux ouvrages et concurrencent la rédaction de notices extensives, l’étude de l’activité des libraires-imprimeurs et de leurs réseaux prend une place de plus en plus importante dans la recherche sur le livre ancien.

La réalisation d’un fascicule « Grand Renouard » destiné à Jean Petit arrive dans ce contexte et pause aussi d’autres difficultés : personnage central du monde du livre à Paris, Jean Petit participe à la publication de près de 10% des imprimés parisiens connus entre 1495 et 1540, soit plus d’un millier d’éditions. Travaillant systématiquement avec d’autres libraires et imprimeurs, Jean Petit nous permet d’accéder au fonctionnement des réseaux du métier du livre à Paris, et d’étudier notamment les imprimeurs anonymes, encore mal connus des travaux sur le livre ancien.

Le « Grand Renouard » apparaît comme le principal outil nous permettant d’effectuer ce travail parce qu’il s’appuie sur un ensemble de conventions qui sont communes aux différents fascicules de la collection, notamment pour ce qui concerne le relevé du matériel typographique. Ces conventions permettent d’établir des liens entre la production de Jean Petit et celle des autres libraires-imprimeurs. Dans le même temps, nous pouvons nous demander en quelle mesure l’exhaustivité des notices traditionnelles nous permettront de répondre à nos questions : dans le contexte actuel de la recherche, pouvons-nous proposer des adaptations ?

Sans engager l’ensemble de la collection, nous avons procédé à la mise en place d’une base de données consacrée à la production de Jean Petit. Cette base présente trois principaux objectifs : l’organisation du travail de recherche, l’exploitation des données et la publication des notices bibliographiques – sous le format numérique ou papier. Il s’agit actuellement du principal outil que nous utilisons dans notre travail à la Réserve.    

La mise en place d’une base de données pour le « Grand Renouard » pose toutefois plusieurs types de questions, et d’abord des questions structurelles : une base de données ne peut se concevoir comme un outil papier. Nous pouvons par exemple donner l’exemple des index2.

Dans la bibliographie papier, les index se situent à la fin, et permettent une meilleure exploitation des informations. Mais si la bibliographie perd son index, elle peut toujours être utilisée, bien que de manière plus limitée. Dans le cas de la base de données, tout le fonctionnement du système repose sur le principe d’indexation : les notices d’autorité sont au fondement même de la structure de la base. Le rapport entre les notices bibliographiques et les notices d’autorité est ainsi fondamentalement différent entre la bibliographie papier et la base bibliographique, même si dans les deux cas le résultat final est la notice bibliographique.

En parallèle, comme nous l’avons annoncé plus haut, se posent aussi des questions de contenu. Dans la mesure où nous disposons aujourd’hui de plusieurs ressources qui n’existaient pas auparavant, nous pouvons nous demander si certains aspects des notices traditionnelles du « Grand Renouard » ne pourraient être repensés, en particulier pour ce qui concerne la transcription diplomatique des pages de titre et colophons ou l’analyse du contenu à la page près. Pour notre base de données, nous avons maintenu l’ensemble des éléments constitutifs de la notice traditionnelle, en donnant toutefois des transcriptions normalisées et une analyse du contenu simplifiée. En revanche, le relevé du matériel typographique est aussi exhaustif que possible, afin de permettre de plus précises datations et identifications des ateliers d’impressions.

La troisième question consiste enfin à savoir comment la base de données s’inscrit dans le paysage informatique de la recherche et des bibliothèques. La base bibliographique pose en effet des problématiques proches de celles qui se présentent aujourd’hui pour les catalogues de bibliothèques dans le cadre notamment de la transition bibliographique. Par exemple, alors que le premier niveau de description de la bibliographie papier est l’édition (manifestation), la base bibliographique devient mieux exploitable à partir du moment où il existe un niveau supérieur consacré aux textes (œuvres). Ce rapprochement pourrait ainsi permettre sur le long terme d’envisager un modèle de base bibliographique interopérable, du moins en partie, avec les catalogues informatisés. Dans le même temps, il faut aussi considérer que ces outils répondent à des questions différentes et ne pourraient se concevoir exactement de la même manière.

En somme, le contexte actuel de la recherche et les spécificités de la production de Jean Petit nous ont amené à envisager une base de données pour la réalisation de notre fascicule « Grand Renouard ». Ce projet repose nécessairement sur la description des livres issus de la production de Jean Petit, mais a pour principale finalité de reconstituer des réseaux de libraires-imprimeurs. Entre-temps, il nous permet de préciser les repères pour la datation des ouvrages et l’identification des ateliers d’impression. La base de données « Grand Renouard » est ainsi un outil que nous mettons en place pour organiser notre travail et mieux exploiter nos résultats, tout en les rendant accessibles à l’ensemble des chercheurs.

Note

La réflexion relative au passage du « Grand Renouard » du papier au numérique accompagne celle que nous menons actuellement pour le projet La réception d’Érasme en France au XVIe siècle (dir. Christine Bénévent), projet dans lequel nous travaillons également.

  1. Voir url : <http://bp16.bnf.fr/>. []
  2. Je remercie Tiphaine Foucher (BnF) et Gina Mars (Bibliothèque Mazarine) pour les échanges sur cette question. []

Parution : Alcools de Guillaume Apollinaire, illustré par Louis Marcoussis

À l’occasion du centenaire de la mort de Guillaume Apollinaire, les Éditions de la BnF publient, en coédition avec Gallimard, un coffret contenant le fac-similé de l’exemplaire d’Alcools aquarellé par le peintre cubiste Louis Marcoussis et 40 eaux-fortes gravées par l’artiste.

Peintre cubiste « chéri des poètes » selon le mot d’Éluard, ami d’Apollinaire, de Max Jacob et de Pierre Reverdy comme il l’était de Braque, de Picasso et de Juan Gris, Louis Marcoussis (1878-1941) n’a cessé d’explorer les liens du langage poétique et du langage pictural. Alcools d’Apollinaire est au cœur de cette recherche du mystère de la création. De ce recueil qui l’a accompagné comme une inépuisable « eau de vie », Marcoussis a laissé deux grands cycles d’illustrations : un exemplaire de l’édition originale de 1913 entièrement rehaussé d’aquarelles entre 1919 et 1931 et une suite de gravures à l’eau-forte publiée en 1934. Ces deux œuvres, la première unique, la seconde tirée à très petit nombre pour quelques grands collectionneurs d’art contemporain, sont reproduites en fac-similé d’après les exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France et réunies dans un coffret. Elles sont accompagnées d’une étude de Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, qui éclaire leur genèse et l’ambition de Marcoussis de pénétrer au cœur de l’imagination poétique d’Apollinaire.

Informations pratiques

  • Description : 208 pages + un étui de 40 gravures + un livret de 48 pages 248 illustrations ;  115 x 190 mm
  • Date de parution : 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-7574-2072-0 / 9782757420720 
  • Éditeur :  BnF Éditions ; Gallimard
  • Prix : 35 euros

Pour aller plus loin

Marcoussis, Louis (1883?-1941), Eaux-fortes pour « Alcools » de Guillaume Apollinaire, Paris : Marcoussis, 1934. Album, en feuilles (19,1 x 12,7 cm). Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52508499c/f2.planchecontact>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication : « Pascal, le cœur et la raison »

pascal_web
Pascal, le cœur et la raison : couverture

Publié à l’occasion de l’exposition « Pascal, le cœur et la raison », présentée par la Bibliothèque nationale de France sur le site François-Mitterrand, Galerie 1, du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017, l’ouvrage au titre éponyme a été dirigé par Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, avec les contributions érudites de Dominique Descotes, Rémi Mathis, Philippe Sellier et Laurent Susini.

Mathématicien, physicien, inventeur, philosophe, moraliste, théologien… : la Bibliothèque nationale de France conserve la plus riche collection des œuvres manuscrites et imprimées de Blaise Pascal, ce penseur hors norme, toujours actuel, et qui échappe à toute tentative de portrait exhaustif. Et c’est à l’occasion d’une exposition d’envergure qui lui est dédiée qu’elle fait paraître cet ouvrage, inspiré des trois ordres pascaliens : ordre des corps, régi par les déterminations de la nature et de la coutume ; ordre de l’esprit, placé sous la juridiction de la raison ; enfin ordre du cœur, qui obéit à la loi de l’amour. Son propos suit un cheminement qui nous fait découvrir le contexte historique (le « corps » de l’histoire) de l’œuvre, puis les deux versants du travail de la raison (l’esprit), jusqu’au moment où cette dernière est confrontée aux questions qui la déconcertent : le vide, le hasard, l’infini ou… la grâce (l’ordre du cœur). L’ensemble fait ainsi (re)surgir les recherches et les écrits, lapidaires, d’une figure majeure de la révolution scientifique du XVIIe siècle, la réflexion sur la logique et l’argumentation d’un maître du discours, dont témoignent les Provinciales, pour enfin aboutir à ce dépassement, accompli par les Pensées : une œuvre majeure, au style d’une étonnante modernité – tout comme l’est la réflexion de son auteur –, mais demeurée inachevée et qui comme tout « portrait » selon Pascal « porte absence et présence ». Le volume abonde en commentaires éclairants sur le parcours intellectuel de cette figure éminente de la pensée et de la culture de notre pays, il donne aussi à voir des documents aussi précieux qu’évocateurs, tel ce feuillet autographe des Pensées où se déchiffre « l’homme [qui] passe infiniment l’homme », ou bien encore l’exemplaire de leur édition originale dans son état le plus ancien connu.

Liste des contributeurs

Outre 190 notices d’oeuvres, l’ouvrage comprend les contributions suivantes :

  • Introduction : Jean-Marc Chatelain
  • Les mondes de Pascal : Rémi Mathis
  • Pascal géomètre : Dominique Descotes
  • Pascal écrivain : Laurent Susini
  • L’introuvable livre des Pensées : du manuscrit autographe aux éditions de Port-Royal : Jean-Marc Chatelain
  • Pascal, prophète existentialiste : Philippe Sellier

Informations pratiques

Description : broché, 192 p., 50 illustrations, 16,5 x 22 cm
Date de parution : 3 novembre 2016
ISBN/EAN : 978-2-7177-2721-0 / 9782717727210
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : Seuil-Volumen
Prix : 39 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication des schémas XML-TEI du projet Reliures (reliures.bnf.fr)

mois_de_marie_compose_le_pelle_btv1b55007376tLa Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France1 publie une nouvelle version des schémas de définition XML-TEI et personnalisations ODD qui encadrent le corpus Reliures BnF (reliures.bnf.fr). Ces documents sont disponibles sur le site : bibnum.bnf.fr/reliure

Pour mémoire, le projet d’encodage (reliures.bnf.fr/projet) a pour ambition de répondre aux enjeux très spécifiques de la description des reliures anciennes, modernes et même contemporaines, en s’attachant aussi bien à décrire les objets eux-mêmes (techniques, ornements), qu’à renseigner le contexte de leur création et écrire leur histoire en y incluant les données relatives aux ateliers, aux commanditaires et aux possesseurs.

L’objectif de cette mise à jour est de parachever le travail de documentation entamé en 2010 par Anna Markova et Florence Clavaud (dans le cadre d’un Master de l’École nationale des Chartes). Il s’agit donc ici de proposer une description entièrement revue, actualisée et cohérente des usages qui se sont établis au fil des ans et de l’évolution du corpus encodé. Les choix techniques et intellectuels qui ont été faits sont documentés par des définitions précises et un référentiel enrichi, illustrés d’exemples concrets.

La Bibliothèque nationale de France propose également à la communauté un manuel d’encodage afin qu’elle y trouve matière à réflexion dans le paysage actuel des humanités numériques ou matière à débat quant aux solutions proposées et retenues pour la description des reliures.

La publication est organisée de la manière suivante :

  1. Manuel d’encodage, avec une section recensant l’ensemble des balises utilisées (à l’image des Guidelines TEI) ;
  2. Personnalisation ODD et schémas liés, en quatre sections distinctes : notices reliures, notices personnes, notices collectivités et références bibliographiques ;
  3. Deux exemples de notices reliure en XML-TEI pour illustrer la minutie du travail d’encodage effectué dans le cadre du projet.

schemateiL’ensemble de cette documentation est téléchargeable et réutilisable sous réserve de mentionner la paternité de l’information et de citer explicitement le nom de la Bibliothèque nationale de France (Licence Ouverte).

La Bibliothèque nationale de France remercie l’Equipex Biblissima, dont la contribution a permis de mener à bien et à son terme cet important travail de mise à jour et de mise à disposition de la description du format lié au projet Reliures BnF.

La Bibliothèque nationale de France invite la communauté des digital humanists et des bibliothécaires souhaitant décrire des corpus de reliures à prendre connaissance de la publication sur bibnum.bnf.fr ainsi qu’à consulter les dernières mises à jour de la base reliures.bnf.fr

  1. Fabienne Le Bars, BnF, Direction des Collections, Réserve des livres rares, Responsable de la base Reliures et Lauranne Bertrand, BnF, DCO, Réserve des livres rares / Biblissima, Responsable développement de la base Reliures []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Pascal, le cœur et la raison

aff_pascal_10x15Organisée par Jean-Marc Chatelain (BnF) et Laurent Susini un journée d’étude consacrée à Blaise Pascal se tient à la BnF le 9 décembre 2016 à l’occasion de l’exposition éponyme qui s’y tient du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017.

Programme

9h30 : Accueil et introduction par Laurent Susini, Université Paris-Sorbonne et Jean-Marc Chatelain, BnF

Session présidée par L. Plazenet (U. Paris-Sorbonne)
– 9h45 : Qu’est-ce que les oeuvres scientifiques de Pascal nous apprennent sur la manière dont il conçoit le coeur et la raison ?
Dominique Descotes, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand
– 10h25 : Une idole de la vérité, une idole de l’obscurité
Laurent Thirouin, Université Lyon 2

Pause

– 11h20 : Du coeur de l’âme à l’union de volonté
Vincent Carraud, Université Paris-Sorbonne
– 12h : Penser le corps : l’avant-garde pascalienne
Pierre Lyraud, École normale supérieure

Session présidée par P. Sellier (U. Paris-Sorbonne)

– 14h30 : Plaisanterie et dérision en théologie : l’influence des Provinciales
Sylvio de Franceschi, École pratique des hautes études
– 15h10 : Pascal, auteur classique : la révision de Port-Royal
Jean-Robert Armogathe, correspondant de l’Institut, directeur d’études émérite, École pratique des hautes études
– 15h50 : La chronologie des Pensées : une utopie critique ?
Alberto Frigo, Centre national de la recherche scientifique
– 16h45 : visite commentée de l’exposition Pascal, le coeur et la raison par Jean-Marc Chatelain, commissaire de l’exposition

Informations pratiques

9 décembre 2016
Bibliothèque nationale de France , site François-Mitterrand, Petit Auditorium

Avec le soutien de la Société d’Étude du XVIIe siècle.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Aurore Schoenecker

Reserve_Salle_20141104_155Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aurore Schoenecker, chargée de recherches documentaires à la Réserve des livres rares de septembre 2012 à août 2016, répond à nos questions.

Pouvez-vous vous présenter ?

Agrégée de Lettres modernes, j’ai choisi de faire de la littérature du XVIIe siècle ma spécialité après avoir été formée dans la première promotion du Master Recherche spécialisé « De la Renaissance aux Lumières », co-habilité entre l’École Normale Supérieure de Paris et les Universités Paris-IV Sorbonne et Sorbonne Nouvelle Paris-3. Alors que j’obtenais le concours externe et préparais parallèlement mon inscription en thèse dans l’École Doctorale 540 transdisciplinaire de l’ENS de Paris, l’intérêt que je portais aux bibliothèques m’a conduite à postuler au statut de chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France. J’ai ainsi eu l’opportunité d’être accueillie comme chercheur associé au département Littérature et art lors de ma première année de doctorat. Puis, toujours guidée par un intérêt pour le livre ancien qui ne faisait que se confirmer, c’est au seuil de ma seconde année de thèse que j’ai sollicité et obtenu le poste de chargée de recherches documentaires à la Réserve des livres rares que j’occupe jusqu’à aujourd’hui.

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Mon travail de recherches documentaires vise à reconstituer et inventorier la bibliothèque de Gaston d’Orléans (1608-1660), le frère de Louis XIII. Cette collection de livres, qu’à son décès le prince légua à son neveu Louis XIV, est entrée à la fin du XVIIe siècle dans les collections de la bibliothèque royale, puis elle a été conservée jusqu’à nos jours dans les collections de ce qui est devenu la Bibliothèque nationale de France. Actuellement, la majorité des volumes provenant de cette bibliothèque sont conservés au Département de la Réserve des livres rares, où il s’est agi pour moi de les identifier par leur facture matérielle – ces exemplaires étant reliés au chiffre ou aux armes de Gaston d’Orléans – puis d’en faire un catalogage précis, intégrant la collation des exemplaires et la description des reliures. Mes recherches m’ont également amenée à rechercher des exemplaires présents dans les collections d’autres bibliothèques françaises conservant des collections patrimoniales, qu’elles soient parisiennes (bibliothèque Mazarine, bibliothèque de l’Institut, bibliothèque de la Sorbonne, bibliothèque Sainte-Geneviève etc.) ou provinciales (par exemple la bibliothèque de Chantilly, la bibliothèque municipale de Lyon, la bibliothèque Méjanes d’Aix en Provence etc.). À ce jour, j’ai pu identifier et décrire environ 2000 exemplaires.

Mes recherches doctorales portent quant à elles sur la diffusion du livre espagnol dans la France du premier XVIIe siècle, en accordant une attention particulière aux traductions françaises des textes espagnols. Cette étude, conduite sous la direction de Madame le Professeur Isabelle Pantin (ENS) se veut transdisciplinaire, à la croisée de la littérature et de l’histoire du livre. Je m’emploie tout d’abord à évaluer l’importance quantitative et qualitative de la pénétration des œuvres espagnoles en France en brossant un panorama général de la production imprimée de livres espagnols en France et en dressant une nomenclature de ce qu’on pourrait appeler la « bibliothèque espagnole de la France » (soit des livres espagnols imprimés par des presses françaises), dont l’ambition n’est pas d’être exhaustive mais suggestive et dont le principe fondamental réside dans l’intégration de tous les domaines du savoir (ainsi des romans côtoient-ils des livres de spiritualité ou d’histoire, des traités techniques ou des ouvrages médicaux…). L’étude se resserre ensuite sur quelques acteurs majeurs de la diffusion et de la traduction des livres espagnols en langue française, figures qui peuvent aussi bien être des traducteurs que des maîtres de langue ou des imprimeurs-libraires : considérant l’activité littéraire de ces « passeurs de textes » au sein de la vie sociale de leur cercle de plumes, je m’applique à mettre au jour les modalités pratiques et intellectuelles de la genèse et de la diffusion des traductions françaises des textes espagnols. Enfin, en suivant l’histoire textuelle et éditoriale de quelques œuvres espagnoles dont la circulation a été particulièrement féconde en France, je cherche à éclairer les choix théoriques et pratiques qui président au travail littéraire de version d’une langue en l’autre, ainsi qu’à déceler dans les circuits et les formes de leur diffusion les présupposés et l’impact, tant intellectuels qu’esthétiques, de leur réception française.

Bien que le champ de ma thèse et celui de mes recherches documentaires ne se recouvrent pas entièrement, ces deux recherches que je mène de front entretiennent des liens étroits. La bibliothèque de Gaston d’Orléans, qui était bon connaisseur de la langue espagnole, constitue pour la thèse un cas tout particulièrement digne d’intérêt car elle est riche de nombreux livres hispaniques ou en langue espagnole. En outre, l’exploration de ces deux champs de recherche suppose une approche méthodologique commune : alors que j’avais retenu pour mes recherches doctorales une approche transdisciplinaire qui permet de mettre au service d’un travail de littérature les données et les apports méthodologiques de l’histoire du livre, sous le double aspect de la bibliométrie (ou bibliographique quantitative) et de la bibliographie matérielle, le travail de recherches documentaires m’a familiarisée avec l’étude du livre ancien considéré en tant qu’objet et par là donné l’occasion d’affûter les outils de travail et d’analyse nécessaires à la bonne conduite de mes recherches doctorales.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargée de recherches documentaires ?

Me voir confier ce projet de recherches documentaires original m’a, comme je le soulignais précédemment, tout d’abord permis de mener parallèlement à ma thèse un travail formateur d’un point de vue méthodologique. Cela a en outre élargi mes horizons de travail et de recherche. Les spécialistes de la littérature d’Ancien Régime savent combien il est fondamental de ne pas borner l’étude de la production écrite de cette époque aux limites restreintes de ce que l’on tient aujourd’hui pour être la « littérature ». Mon travail de reconstitution de la bibliothèque de Gaston d’Orléans, en me permettant de travailler au plus près des collections d’imprimés anciens conservés à la Réserve, a fondé ainsi pour moi l’habitude et l’usage de considérer la production écrite dans l’extension large que lui confère la polymathie propre à la culture lettrée ancienne.

De surcroît, pour qui apprécie la fréquentation des livres anciens, il est évident que la Réserve des livres rares de la BnF constitue un lieu de travail privilégié : durant quatre années, j’ai eu l’opportunité et le privilège de pouvoir travailler sur des collections d’une exceptionnelle richesse patrimoniale, ce que je n’aurais pu faire hors de ce cadre institutionnel.

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Je souhaite en premier lieu mettre en exergue que le poste de CRD offre à de jeunes enseignants une occasion, unique au cours de leur carrière, d’approcher la vie des bibliothèques, à maints égards distincte de celle de l’université. Les deux milieux de travail et les deux activités qu’on y exerce étant extrêmement différents, il faut parvenir à concilier ces vies parallèles en étant adaptable et organisé.

Le plus important a été pour moi de garder à l’esprit que le poste était tripartite et devait se distribuer entre 1/3 de temps pour la recherche documentaire en bibliothèque, 1/3 de temps pour la charge de cours à l’université et 1/3 de temps pour l’avancement de la thèse. De manière pratique, j’ai choisi de cloisonner mon emploi du temps, entre 1) mon temps de travail à la BnF, pour lequel j’ai déterminé des horaires fixes ; 2) ma charge de cours, dont les horaires étaient bien évidemment fixés, mais auxquels il faut ajouter les préparations de cours, les corrections de copies, le suivi pédagogique et l’organisation des examens – que j’avais en charge en tant coordinatrice d’un UE de Licence – ; 3) du temps pour préparer ma thèse, qui nécessitait notamment de consulter des documents anciens en bibliothèque.

Si la recherche documentaire occupe un volume horaire plus important que les heures de cours, elle n’est, de loin, pas la plus difficile à gérer car elle est régulière : c’est surtout la variabilité de la charge de travail liée à l’enseignement qui tend à désorganiser le cours des semaines. Le plus difficile est de parvenir à ménager du temps pour la thèse, alors que d’autres obligations savent se faire sentir infiniment plus pressantes.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Si les cinq années passées à la Bibliothèque nationale de France, en tant que chercheur associé puis en tant que chargé de recherches documentaires, m’ont permis de mener ma thèse dans un cadre statutaire qui était nécessaire, la contrepartie était la charge de travail qu’elles impliquaient en sus de mes recherches doctorales, qui ne m’a pour l’heure pas permis de soutenir ma thèse. Il me faut donc encore me consacrer l’an prochain à l’achèvement de mon doctorat, ce que je pourrai faire de manière exclusive, puisque j’ai eu la grande opportunité d’être recrutée pour l’année 2016-2017 comme Membre scientifique de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques – Casa de Velázquez. Lorsque j’aurai achevé mon troisième cycle universitaire et obtenu des qualifications du CNU, je souhaite participer aux campagnes de recrutement des Maîtres de conférences en section 09 ou 10.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

À un doctorant ou futur doctorant qui se pose la question de savoir si le statut de chargé de recherches documentaires pourrait lui convenir, je dirais en premier lieu que ce poste de CRD n’est pas l’équivalent d’un contrat doctoral, les principales différences étant de trois ordres : elles sont tout d’abord relatives à la durée du contrat, quadriennal (contre trois ans pour un contrat doctoral) ; elles tiennent ensuite au statut administratif, qui a des avantages évidents, puisque les chargés de recherches documentaires sont considérés comme des professeurs agrégés en activité à temps plein ; elles ont trait enfin à la charge de travail, beaucoup plus importante que celle d’un doctorant contractuel : non seulement la charge de cours est plus lourde (elle s’élève à 96h équivalent TD par an), mais il faut aussi y ajouter le travail de recherches documentaires, à hauteur de 400h par an. Si l’on peut être attiré par les avantages qu’offre le statut de chargé de recherches documentaires, il convient de ne pas s’engager dans une démarche de candidature sans avoir une claire conscience de l’impact qu’aura la charge de travail inhérente au poste sur l’avancement de la thèse.

À mon sens, la seule raison qui devrait être réellement déterminante dans ce choix réside dans l’intérêt scientifique que l’on porte aux collections que l’on se propose d’étudier dans le cadre du programme de recherches documentaires : quel sera le gain scientifique de ces recherches ? La réponse peut être un concourt immédiat à la thèse, notamment si l’on travaille directement sur son corpus de thèse, mais aussi – et cela était mon cas -, un apport méthodologique plus indirect. Il me semble que c’est à ces conditions, acceptées en conscience, que le poste de chargé de recherches documentaires pourra, malgré les entraves dont il assujettira la thèse, constituer une expérience formatrice dans la carrière d’un jeune chercheur.


Image de Une : Aurore Schoenecker dans la salle de lecture de la Réserve des livres rares, copyright Béatrice Lucchese/BnF.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts