Archives par mot-clé : Production scientifique

Filemaker versus web sémantique

Comme tout laboratoire ou institution menant ou finançant des programmes de recherche, la Bibliothèque nationale de France fut confrontée à la problématique des bases de données développées par les chercheurs dans le cadre de leurs programmes.

Bien souvent, pour la création d’une base de données relationnelle, faute d’ingénieurs1 et de compétences personnelles en développement informatique, mais aussi faute de crédits pour solliciter des prestations dédiées, le choix se porte vers un logiciel propriétaire au format propriétaire, par exemple MS Access, mais plus communément encore, notamment en sciences humaines et sociales, le logiciel FileMaker Pro2.

Cela se comprend et peut se justifier pour des travaux individuels, notamment dans le cadre d’une thèse qui doit être menée selon un rythme soutenu et quand la base n’a pas vocation, ni à être publiée en ligne, ni à être pérennisée. Cette assertion est évidement sujette au caution devant l’injonction croissante de la preuve qui conduit de plus en plus à fournir les données ayant permis d’obtenir des résultats. Le principe de la science ouverte implique de fournir, sinon la base de données, du moins le jeu de données ayant permis d’obtenir des résultats, afin de permettre à d’autres de rejouer le jeu, afin de confirmer ou d’infirmer les conclusions3.

Or, comme le confirment les témoignages de jeunes chercheurs4, FileMaker leur est recommandé par leurs professeurs, fussent-ils ingénieurs « pratiquant des humanités numériques ».

Autre preuve, Access et Filemaker sont les seuls logiciels de bases de données cités par Sébastien Poublanc dans son billet « Sur le bureau de l’historien » de La boîte à outils des historien·ne·s5.

La question de l’emploi de FileMaker et surtout de la pérennisation des bases créées se pose régulièrement à tout nouveau développeur6.

Dans le cadre de programmes collaboratifs de recherche, l’emploi de telles bases se justifie d’autant moins dès lors que l’un des objectifs du projet consiste à mettre en ligne la base, à la publier sur le web, ce qui soulève les questions de sa mise à jour, de sa pérennité et surtout de son interopérabilité. Pour les informaticiens se pose également le problème, souvent ignoré des chercheurs, du maintien en condition opérationnelle, c’est-à-dire de l’évolution nécessaire des matériels et logiciels pour garantir dans le temps la disponibilité du produit développé. Cela a un coût humain et financier rarement pris en compte par les chercheurs car relevant, à leurs yeux, des problématiques propres à la direction des systèmes d’information (DSI) de leur laboratoire ou de leur université.

Petit à petit, l’action d’acteurs comme la TGIR Adonis devenue Huma-Num porte auprès des équipes adoptant les bases PHP/SQL voire se lançant même dans les technologies du web sémantique pour gérer des données structurées et liées. Cependant, malgré les multliples interventions
de ces infrastructures et consortia7 oeuvrant pour l’interopérabilité et la pérennisation des BDD dans maints colloques et actions nationales de formation (ANF)8, l’usage de la base de donnée propriétaire et fermée sur elle-même, reste encore largement répandu, et ce malgré le succès des «  humanités numériques » mises à toutes les sauces ainsi que les différentes injonctions des financeurs de la recherche et du CNRS en faveur des données ouvertes.

L’emploi de logiciels propriétaires par les laboratoires ne manquent pas d’étonner depuis la circulaire n° 5608-SG du 19 septembre 2012 et son annexe qui s’attachent à promouvoir le logiciel libre dans les administrations et ont mené à la mise en place d’un socle interministériel de logiciels libres (SILL)9. Il faut croire que la « liberté » de l’enseignant-chercheur, garantie par le Code de la recherche, l’exonère de se considérer comme fonctionnaire ou du moins de relever de l’administration.

Par ailleurs, il faut bien reconnaître que les facilités offertes par les éditeurs commerciaux de logiciels n’aident pas ce mouvement vertueux vers le « libre », l’interopérabilité ou l’accès ouvert. Ainsi, la fonction « Publication Web instantanée » proposée par l’éditeur de FileMaker Pro, « qui intègre tous les logiciels requis pour la publication d’une base de données sous forme de pages Web sur un réseau local ou intranet »10 s’avère être un concurrent de poids du pack NAKALONA11 de l’infrastructure Huma-Num.

D’aucuns persistent à oeuvrer pour que les nouvelles générations de chercheurs adoptent les bonnes pratiques déjà mentionnées. Ainsi par exemple de cette école d’été organisée en 2017 par l’Université Paris 1 et l’Université du Québec à Montréal (UQAM)12.

Dans le même état d’esprit qu’HumaNum ou de l’Agence nationale de la recherche, du temps de son appel « Corpus », la Bibliothèque nationale de France, dans son appel à projets interne pour son plan quadriennal de la recherche (http://c.bnf.fr/xu5), a prescrit quelques bonnes pratiques à respecter dès lors qu’un projet envisageait la création d’une base de données. Rappelons que c’est ce dispositif qui a financé des bases telles que Mandragore (http://mandragore.bnf.fr), la base de données iconographiques du département des Manuscrits développée en 1989 avant la naissance du web avec MS Access et mise en ligne en 2003, mais aussi la base des Reliures numérisées de la Bibliothèque nationale de France (http://reliures.bnf.fr), première base de la BnF gérant des fichiers XML-TEI ou encore BP16, le Renouard13 numérisé de la Bibliothèque nationale de France (http://bp16.bnf.fr).

Hors de France, la problématique des bases de données est la même. Des organismes oeuvrent à diffuser de bonnes pratiques, comme par exemple le JISC14, le Arts and Humanities Research Council (AHRC)15, ou encore l’American Council of Learned Societies qui a publié en 2006 le rapport Our Cultural Commonwealth16 qui, pour la création d’une infrastructure pour les sciences humaines et sociales, recommande qu’elle ait 5 caractéristiques :

  1. It will be accessible as a public good.
  2. It will be sustainable.
  3. It will provide interoperability.
  4. It will facilitate collaboration.
  5. It will support experimentation.

Pour y parvenir, 8 recommandations sont énoncées :

  1. Invest in cyberinfrastructure for the humanities and social sciences, as a matter of strategic priority.
  2. Develop public and institutional policies that foster openness and access.
  3. Promote cooperation between the public and private sectors.
  4. Cultivate leadership in support of cyberinfrastructure from within the humanities and social sciences.
  5. Encourage digital scholarship.
  6. Establish national centers to support scholarship that contributes to and exploits cyberinfrastructure.
  7. Develop and maintain open standards and robust tools.
  8. Create extensive and reusable digital collections.

Même si la question des bases de données n’y est pas directement abordée, il peut être utile de rappeler le travail de la Visual Resources Association qui diffusait en 2006 un Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images ((Murtha Baca, Patricia Harpring, Elisa Lanzi, Linda McRae, Ann Baird Whiteside, Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images, Chicago : ALA Editions, 2006, XIII-396 p. Disponible en ligne, url : <http://cco.vrafoundation.org/index.php/toolkit/cco_pdf_version/>.)) recommandant l’établissement de liens et l’emploi de vocabulaires contrôlés. Utile à mentionner quand on constate le relatif retard pris pas l’histoire de l’art en matière d’humanités numériques.

En 2007, la National Information Standards Organization diffusait la 3e édition de son A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections17, soit un recueil de bonnes pratiques pour créer et gérer des collections numériques.

En Europe, il convient de mentionner l’action des Archives fédérales suisses qui, dès 2007, proposaient une solution complète d’archivage des bases de données, avec le SIARD (Software Independent Archiving of Relational Databases)18 qui est un standard de mise en forme XML de données provenant de tout système de base de données. Pour effectuer une conversion du format de données source dans le format standard SIARD, les Archives fédérales proposent un logiciel libre de conversion. Le standard permet de stocker des données et leur structure dans des fichiers texte (XML), ce qui est de nature à permettre de pérenniser l’accès aux données.

En France, il faut citer l’action du Centre informatique de l’enseignement supérieur (CINES) qui mène des actions comparables, avec par exemple la publication en 2013 du Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données ((Philippe Prat ; Lorène Béchard, Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données, [S. l.] : Centre informatique National de l’Enseignement Supérieur, 2016, 24 p. Disponible en ligne, url : <https://alfresco.cines.fr/alfresco/d/d/workspace/SpacesStore/ca323bcc-804a-43e3-822f-5d18fa304dff/GM_archivage_BDD.pdf>.)) ou encore la mise au point du Standard d’Echange de Données pour l’Archivage (SEDA)19.

Bref, le chemin pour mener à des bases de données ouvertes, documentées et pérennes, est long mais progresse au gré des recommandations et des initiatives vertueuses comme la publication de la liste des sites web hébergés par Huma-Num (https://www.huma-num.fr/annuaire-des-sites-web), de nature à donner à voir les résultats tangibles de l’application des bonnes pratiques de la science ouverte.

  1. Ingénieurs de recherche (IR), ingénieurs d’études (IE) ou assistants ingénieurs (AI). []
  2. Le fort taux d’équipement en MacBook dans le monde académique pourrait expliquer l’entrisme de FileMaker, filiale d’Apple Inc., auprès des chercheurs – même si une majorité d' »humanistes digitaux », adeptes des « bonnes pratiques » (Guides de bonnes pratiques, url : <https://www.huma-num.fr/ressources/guides>) sont également équipés de la marque de Cupertino… []
  3. « Les données primaires de la recherche étant affichées, elles peuvent être corroborées, critiquées ou interprétées par quiconque possédant l’expertise ou la compétence nécessaire, qui peut alors participer à l’effort de collaboration.», Contributeurs de Wikipédia, « Science ouverte », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 6 juin 2018. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Science_ouverte&oldid=149276531>. []
  4. Raphaëlle Talbot, https://hcp.hypotheses.org/4918 et Clémentine Souchaud, https://acares.hypotheses.org/953 []
  5. Sébastien Poublanc, « Sur le bureau de l’historien », La boîte à outils des historien·ne·s, 15 juin 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/06/sur-le-bureau-de-lhistorien/>. Cette assertion est à relativiser avec la mention de Base et MySQL par Émilien Ruiz, dans son billet du 21 mars 2015 : Émilien Ruiz, « Se former aux logiciels de bases de données », La boîte à outils des historien·ne·s, 21 mars 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/03/fomations-bdd/>. []
  6. Comme le dit Matthieu Thivet « Quel avenir pour les multiples BDD produites par les étudiants ? », dans Matthieu Thivet, Base de données archéologiques. Disponible en ligne, url : <https://theta.obs-besancon.fr/IMG/pdf/JBDD_MatthieuThivet.pdf>. []
  7. CAHIER – Corpus d’Auteurs pour les Humanités : Informatisation, Édition, Recherche,Archives des ethnologues, CORLI – Corpus, Langues et Interactions, Consortium 3D-SHS, MASA – Mémoires des archéologues et des sites archéologiques, COSME – Sources Médiévales, IMAGEO – Cartes et photographies pour les géographes, Musica, ArchiPolis – Archives des sciences sociales du politique, ArcMC  – Archives des mondes contemporains []
  8. Comme par exemple « Concevoir et exploiter les sources numériques de la recherche en SHS », url : <http://anf.msh-vdl.fr>. []
  9. Socle logiciels libres. Disponible en ligne, url : <http://references.modernisation.gouv.fr/socle-logiciels-libres>. []
  10. Selon « Publication de bases de données sur le Web », Aide FileMaker Pro 12. Disponible en ligne, url : <https://fmhelp.filemaker.com/help/12/fmp/fr/html/publish_web.html>. []
  11. Cf. Diffuser ses données, https://www.huma-num.fr/services-et-outils/diffuser#nakalona []
  12. Méthodes et outils numériques : les bases de données en histoire, url : <https://www.paris-iea.fr/fr/evenements/methodes-et-outils-numeriques-les-bases-de-donnees-en-histoire>. []
  13. Bibliographie des éditions parisiennes du 16e siècle, rédigée d’après les manuscrits de Philippe Renouard légués à la Bibliothèque nationale en 1952. []
  14. Dès 2008 – bien avant les plans de gestion de données -, le JISC exigeait que les porteurs des programmes qu’il finance élaborent un plan de sortie/soutenabilité des résultats des projets. []
  15. AHRC ICT Methods Network Workgroup on Digital Tools Development for the Arts and Humanities. []
  16. American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences, Our Cultural Commonwealth, New York : American Council of Learned Societies, 2006, 43 p. Disponible en ligne, url : <http://www.acls.org/cyberinfrastructure/OurCulturalCommonwealth.pdf>. []
  17. National Information Standards Organization, A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections, Baltimore : National Information Standards Organization, 2007, 95 p. Disponible en ligne, url : <https://www.niso.org/sites/default/files/2017-08/framework3.pdf>. []
  18. SIARD Suite, Archives fédérales suisses, url : <https://www.bar.admin.ch/bar/fr/home/archivage/outils-et-instruments/siard-suite.html>. []
  19. Cf. url : <https://www.cines.fr/publication-de-la-v1-0-du-seda-standard-dechange-de-donnees-pour-larchivage/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Problématique des bases de données en sciences humaines et sociales

La recherche scientifique est souvent évaluée à l’aune de ses livrables, soit la production qui résulte d’un programme de recherche individuel ou collectif. Sachant qu’en sciences humaines et sociales les productions scientifiques les plus valorisées ont longtemps été l’ouvrage et l’article dans des revues internationales à comité de lecture, quel est le sort réservé au développement de bases de données, à l’alimentation des portails, à la production d’éditions électroniques ? Quel est l’impact du développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication1 dans la carrière du chercheur ?

Ce jargon de la gestion de projet s’est d’autant plus répandu dans le monde de la recherche depuis le développement du financement de la recherche sur projets par des agences de financement (régions, ANR, Commission européenne, etc.) qui obligent les chercheurs à penser en tâches, jalons et livrables – pour ne pas dire Work packages et tasks -, comme l’évoque le titre du billet Penser par livrables ((Sylvain Piron, « Penser par livrables », Évaluation de la recherche en SHS, 12 février 2011. Disponible en ligne, url : <https://evaluation.hypotheses.org/1226>.)) du carnet Évaluation de la recherche en SHS.

Production scientifique

Cette notion de production déclinée en production scientifique résulte des travaux concernant, moins l’évaluation des résultats de la recherche que leur quantification par des indicateurs. Ainsi, quand dans les années 1970, des organismes comme l’UNESCO réfléchissaient à la normalisation internationale des statistiques relatives à la science et à la technologie, l’objectif consistait bien à produire des indicateurs de la production ou des résultats des activités en science et technologie et en particulier de recherche & développement2.

Inputs versus outputs

C’est la même logique qui a prévalu à l’élaboration du Manuel de Frascati de l’OCDE qui, dans son édition de 2002, évoquait les « intrants » pour les ressources affectées à la recherche, à mettre en parallèle aux « résultats de la R-D » ou outputs en anglais3.

D’ailleurs certains organismes mentionnent explicitement les « outputs » comme par exemple l’UNESCO dans son rapport Mesure de l’output de la recherche et du développement expérimental4 et, plus récemment, le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) – équivalent helvétique de notre Agence nationale de la recherche – qui décrit les « outputs » attendus dans les projets qu’elle finance5.

Produits de la recherche

Dans le système de la recherche français, la question de la mesure de la production scientifique a peu à peu été normalisée à la suite de la loi de programme n° 2006-450 du 18 avril 2006 pour la recherche6, notamment par l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AÉRES) puis par le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres),  qui lui a succédé en 2014.   Le Haut Conseil parle de produits de la recherche et définit des indicateurs de production de la recherche7. L’un des critères d’évaluation de la recherche concerne la « production scientifique » déclinée en rubriques :

  • Publications scientifiques : ouvrages, chapitres d’ouvrages, éditions de textes, traductions, articles dans des revues à comité de lecture, communications avec actes, etc. ;
  • Conférences et autres communications orales sans publication : communications orales sans actes, communications par affiche, conférences données sur invitation, jeux de diapositives déposés, etc. ;
  • Autres productions scientifiques : rapports scientifiques ou techniques (rapports de fouille, par exemple), catalogues d’exposition, atlas, corpus, démonstrateurs, logiciels, prototypes, productions audio-visuelles à caractère scientifique, créations artistiques théorisées, etc. ;
  • Production d’instruments, de ressources, de méthodologie : éditions critiques, glossaires, bases de données, collections, cohortes, observatoires, plateformes technologiques, etc.

Ainsi, ce qui a prévalu jusqu’à la date de publication de ce billet, est la nomenclature du Haut Conseil dans le cadre de travaux relatifs à la liste de revues en SHS8 qui propose une codification des publications et productions9 :

  • ACL : Articles dans des revues internationales ou nationales avec comité de lecture répertoriées par l’AERES ou dans les bases de données internationales (ISI Web of Knowledge, Pub Med…).
  • ACLN : Articles dans des revues avec comité de lecture non répertoriées par l’AERES ou dans des bases de données internationales.
  • ASCL : Articles dans des revues sans comité de lecture.
  • BRE : Brevets (indiquer les licences éventuelles).
  • C-INV : Conférences données à l’invitation du Comité d’organisation dans un congrès national ou international.
  • C-ACTI : Communications avec actes dans un congrès international.
  • C-ACTN : Communications avec actes dans un congrès national.
  • C-COM : Communications orales sans actes dans un congrès international ou national.
  • C-AFF : Communications par affiche dans un congrès international ou national.
  • DO : Directions d’ouvrages ou de revues.
  • OR : Outils de recherche (bases de données, corpus de recherche…).
  • OS : Ouvrages scientifiques (y compris les éditions critiques et les traductions scientifiques).
  • PV : Publications de vulgarisation.
  • PAT : Productions artistiques théorisées (compositions musicales, cinématographiques, expositions, installations…).
  • PT : Publications de transfert.
  • AP : Autres productions : bases de données, logiciels enregistrés, comptes rendus d’ouvrages, rapports de fouilles, guides techniques, catalogues d’exposition, rapports intermédiaires de grands projets internationaux, etc.

Les laboratoires faisant l’objet d’une évaluation sont ainsi inviter à  classer la production de leurs membres selon cette classification.

Le sort des bases de données

Comme on le constate dans cette codification, les « bases de données » – présentes à deux endroits… – et les « logiciels enregistrés » sont pour ainsi dire dévalorisés puisqu’à inclure par le chercheur dans la rubrique fourre-tout « Autres productions ». Même si l’AERES/HCERES indiquait que « L’ordre proposé […] n’est pas hiérarchique car la valeur des supports de publication varie selon les disciplines », il n’en demeure pas moins que l’ensemble de la communauté scientifique comprenait fort bien que le dernier rang de la liste « comptait » beaucoup moins que les trois premiers dans l’évaluation du chercheur.

Cette répartition a longtemps prévalu dans les documents de l’HCERES et de nombreux sites de laboratoires de recherche l’affichent en clair10, avec l’ordre indiqué par l’HCERES qui a bien été compris comme étant hiérarchique11.

Reconnaissance tardive des Produits et outils informatiques

Cependant, dans son référentiel d’évaluation des unités de recherche pour la campagne 2018-201912, le HCERES propose aux laboratoires une nouvelle typologie des produits et activités de la recherche qui nous semble vouloir faire une plus grande place aux « Produits et outils informatiques ». Cette nouvelle typologie des produits de la recherche est la suivante :

  1. Journaux / Revues
    1. Articles scientifiques
    2. Articles de synthèse / revues bibliographiques
    3. Autres articles (articles publiés dans des revues professionnelles ou techniques, etc.)
  2. Ouvrages
    1. Monographies et ouvrages scientifiques, éditions critiques, traductions Direction / édition scientifique
    2. Chapitres d’ouvrage
    3. Thèses publiées / éditées
  3. Colloques / congrès, séminaires de recherche
    1. Édition d’actes de colloques / congrès
    2. Articles publiés dans des actes de colloques / congrès
    3. Autres produits présentés dans des colloques / congrès et des séminaires de recherche
  4. Développements instrumentaux et méthodologiques
    1. Prototypes et démonstrateurs
    2. Plateformes et observatoires
  5. Produits et outils informatiques
    1. Logiciels
    2. Bases de données / cohortes
    3. Corpus
    4. Outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs
    5. Outils d’aide à la décision
  6. Brevets, licences et déclarations d’invention
  7. Rapports d’expertises techniques, produits des instances de normalisation
  8. Produits des activités didactique
    1. Ouvrages
    2. E-learning, moocs, cours multimédia, etc.
  9. Produits destinés au grand public
    1. Émissions radio, TV, presse écrite
    2. Produits de vulgarisation : articles, interviews, éditions, vidéos, etc.
    3. Produits de médiation scientifique
    4. Débats science et société
  10. Autres produits propres à une discipline
    1. Créations artistiques théorisées
    2. Mises en scènes
    3. Films

Grâce à cette typologie et ses guides des produits et activités de la recherche13, le HCERES a mis en forme l’annexe 4 du dossier d’autoévaluation des unités de recherche, qui permet à ces dernières de présenter une sélection de leurs produits et activités de recherche, quelles jugent la plus représentative14.

On y constate la disparition de la rubrique « Autres productions » au profit notamment de deux rubriques à part entière, « Développements instrumentaux et méthodologiques » et « Produits et outils informatiques », destinées, la première aux prototypes et démonstrateurs et plateformes et observatoires, la deuxième au signalement des logiciels, bases de données / cohortes, corpus, outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs, outils d’aide à la décision.

Quel chemin parcouru

Cette évolution apportée à la classification de la production scientifique des chercheurs est sans doute aussi la conséquence du lent travail mené par certaines communautés autour des données de la recherche et des logiciels comme ce fut le cas avec le projet de Software Heritage (http://www.softwareheritage.org/) initié par l’Inria et ensuite adoubé par l’UNESCO qui encourage l’accès universel à l’information et la préservation du savoir, notamment avec sa Charte sur la préservation du patrimoine numérique, adoptée en 2003.

Avant cela, rappelons-nous du  Comité de concertation pour les données en sciences humaines et sociales (CCDSHS créé par le Décret n°2001-139 du 12 février 200115 et supprimé en 2015) qui eu pour mission de proposer des orientations nationales pour une politique publique de données pour la recherche en sciences humaines et sociales selon trois grandes dimensions : faciliter l’accès aux ensembles de données utiles à la recherche, accroître l’utilisation de ces données, soutenir la réalisation de grandes enquêtes utiles à la recherche. 

Avant cela le Consortium of European Social Sciences Data Archives (CESSDA), fondé en 1976 jusqu’à devenir une infrastructure européenne de recherche en 2013, dotée depuis 2017 du statut juridique d’ERIC (European Research Infrastructure Consortium) a apporté sa pierre à l’édifice, notamment dans le cadre de PROGEDO (PROduction et GEstion des DOnnées en SHS).


Données de la recherche

Il se peut que cette amélioration de la part du HCERES résulte de la prise en compte des recommandations européennes concernant les données de la recherche. En effet, la Commission européenne a publié le 25 avril 2018 une recommandation relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation16.

Cette publication fait suite à celle des Guidelines on FAIR Data Management in Horizon 202017 dont l’annexe abordait les données de la recherche.

Le souci des données de la recherche conduit désormais à l’élaboration de Plans de gestion des données (PGD, ou data management plan, DMP). Ainsi, à l’échelle européenne, l’European Research Council propose son ERC Data Management Plan template (Disponible en ligne, url : <https://erc.europa.eu/sites/default/files/document/file/ERC_DataManagementPlan_template.docx>.) quand, en France, les laboratoires et les équipes de recherche peuvent employer l’outil de saisie mis à disposition de l’Enseignement Supérieur et Recherche français par l’Inist-CNRS : DMP OPIDoR (Data Management Plan pour une Optimisation du Partage et de l’Interopérabilité des Données de la Recherche, url : <https://opidor.fr/modele-horizon-2020-fair-dmp-en-version-francaise-sur-dmp-opidor/>).

Désormais la question des plans de gestion des données tend à se généraliser dans le cadre des projets de recherche financés par les agences de financement. Ainsi, des appels à projets lancés par la Commission européenne dans le cadre d’Horizon 2020 en exigent, comme c’est le cas pour le projet « Open research data pilot ».

En France, si l’ANR n’en prescrit pas encore, la recommandation est malgré tout faite sous la forme d’une incitation : « Concernant les données de recherche, l’ANR n’impose pas de plan de gestion des données (DMP) dans l’appel générique 2018. Elle attire cependant l’attention des déposants sur l’importance de considérer la question des données de recherche au moment du montage et tout au long du projet. »18.

Produits et outils informatiques

Si les communautés relevant de la section 27 du Conseil national des université peuvent estimer enfin disposer des outils de la reconnaissance de leur production, encore récemment confortée par la possibilité offerte de déposer des logiciels dans Hyper-Articles en ligne (HAL) depuis le 25 septembre 201819, une réserve semble devoir malgré tout être formulée concernant, encore et toujours, le sort des productions numériques des sciences humaines et sociales, notamment quand elles sont collaborativement enrichies. En effet, comme on le voit, les nouveaux dispositifs paraissent adaptés au signalement des prototypes et démonstrateurs et plateformes et observatoires, ainsi qu’aux logiciels, bases de données / cohortes, corpus, outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs, outils d’aide à la décision. Ainsi, pour rester en sciences humaines, l’ingénieur et le développeur qui ont créé l’outil permettant de produire un catalogue de manuscrits, un catalogue raisonné d’un artiste, une édition électronique d’un corpus ou une base de manuscrits (comme e-man de l’ITEM) peuvent désormais se montrer satisfaits. Mais qu’en est-il de l’historien d’art ou du généticien qui alimente ces outils ? Comment et dans quelle rubrique peut-il signaler sa production qui ne relève pas du chapitre d’un ouvrage scientifique ni d’un article d’un revue ?

Cas des notices de catalogues en ligne

Prenons le cas des notices descriptives des manuscrits (mais cela pourrait concerner les estampes, les monnaies, les photographies, etc.) qui sont décrites dans des catalogues dédiés comme par exemple BnF archives et manuscrits ou des catalogues collectifs comme e-codices.

Quand les notices sont signées20, comme on le voit dans e-codices avec l’exemple du Codex de Santa María Tepexoyucan (https://www.e-codices.unifr.ch/fr/description/fmb/cb-0902/), comment cette production peut être signalée par le chercheur dans les outils de recensement de sa production, avec ce nouveau classement  HCERES ?

Si le précédent classement de la production scientifique du HCERES laissait une place dans les « Autres productions », la nouvelle classification évacue ce type de productions pourtant courantes en SHS21. Misère des SHS…

Conclusion

Cette prise en compte des données de la recherche et l’obligation de concevoir des plans de gestion des données de la recherche attestent de la prise de conscience de la valeur des données brutes de la recherche, notamment informatiques22. Il nous semble que ce mouvement est un effet collatéral de l’exploitation des données informatiques par les GAFA (Google-Apple-Facebook-Amazon) qui créent de la valeur à partir de données – notamment personnelles collectées gratuitement avec le plein accord des personnes concernées. La vogue des big data a révélé à la communauté scientifique la valeur des données qu’elle hébergeait dans ses laboratoires, auparavant dans des silos fermés quand ce n’était pas sur des supports physiques périssables23.

  1. Les fameuses NTIC dont le terme commençait à dater avant d’être largement supplanté en SHS au profit des Digital humanities et maintenant encore davantage par l’Intelligence artificielle, le text and data mining et le deep learning… []
  2. Nous renvoyons à la Recommandation concernant la normalisation internationale des statistiques relatives à la science et à la technologie, disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001140/114032f.pdf#page=197> qui a abouti à la publication du Guide des statistiques relatives à la science et à la technologie, Paris : UNESCO, 1984, 1 vol. (153 p.). Disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0006/000635/063537fo.pdf>. []
  3. OECD, Manuel de Frascati 2015. Lignes directrices pour le recueil et la communication des données sur la recherche et le développement expérimental, Paris : Éditions OCDE, 2016. Disponible en ligne, url : <https://read.oecd-ilibrary.org/science-and-technology/manuel-de-frascati-2002_9789264299047-fr> ; DOI:http://dx.doi.org/10.1787/9789264257252-fr. La version anglaise cite les « outputs from R&D », Frascati Manual 2015 : Guidelines for Collecting and Reporting Data on Research and Experimental Development, The Measurement of Scientific, Technological and Innovation Activities, Paris : Éditions OCDE, 2015.Disponible en ligne, url : <https://read.oecd-ilibrary.org/science-and-technology/frascati-manual-2015_9789264239012-en> ; DOI:http://dx.doi.org/10.1787/9789264239012-en []
  4. Christopher Freeman, Mesure de l’output de la recherche et du développement expérimental : rapport-inventaire, Paris : Unesco, 1970. (Rapport et études statistiques ; 16). Disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0019/001922/192234fo.pdf>. []
  5. Cf. « Quels sont les outputs de la recherche pertinents pour le FNS ? », FNSNF, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.snf.ch/fr/pointrecherche/faq/Pages/faq-outputdaten-relevante-forschungsoutputs.aspx>. []
  6. Disponible en ligne, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000426953&dateTexte=&categorieLien=id>. []
  7. Cf. « 1.7.5 Indicateurs de production de la recherche proposés par le HCERES », dans MENESR, Cadre de cohérence Recherche, [S. l. n. d.]. Disponible en ligne, url : <https://esr-wikis.adc.education.fr/ca2co/index.php/1.7.5_Indicateurs_de_production_de_la_recherche_proposés_par_le_HCERES>. []
  8. Cf. « 4.1.2 Nomenclature proposée par le HCERES dans le cadre de travaux relatifs à la liste de revues en SHS », dans Cadre de cohérence des systèmes d’information « Recherche », 2017. Disponible en ligne, url : <https://esr-wikis.adc.education.fr/ca2co/index.php?title=Nomenclatures_:_4.1.2_Nomenclature_proposée_par_le_HCERES_dans_le_cadre_de_travaux_relatifs_à_la_liste_de_revues_en_SHS&mobileaction=toggle_view_desktop>. []
  9. Cf. en ligne, url : <https://www.collecte.evaluation-contractualisation.fr/c/document_library/get_file?p_l_id=10276&folderId=10356&name=DLFE-125.pdf>. []
  10. Exemples : https://www.umiess.net/index.php?option=com_content&view=article&id=387:production-scientifique&catid=146:article&Itemid=48 ; http://www.ihd.cnrs.fr/spip.php?rubrique12&debut_articles=10 []
  11. C’est le même classement employé d’ailleurs par la BnF pour son site de recensement de sa Production scientifique, avec quelques aménagements malgré tout. []
  12. Référentiel d’évaluation des unités de recherche pour la campagne 2018-2019, Paris : HCERES, 2017. Disponible en ligne, url : <https://www.hceres.fr/content/download/31686/485369/file/R%C3%A9f%C3%A9rentiel_recherche_UR.pdf>. []
  13. Cf. https://www.hceres.fr/MODALITES-D-EVALUATIONS/Campagne-d-evaluation-2018-2019/Guides-des-produits-et-activites-de-recherche []
  14. Cf. https://www.hceres.fr/content/download/28683/439653/file/Annexe%25204%2520Selection%2520des%2520produits%2520et%2520activites%2520de%2520recherche%2520UR.docx []
  15. https://solidarites-sante.gouv.fr/fichiers/bo/2001/01-07/a0070425.htm []
  16. Cf. « Recommandation (UE) 018/790 de la commission du 25 avril 2018 relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation », Journal officiel de l’Union européenne, 31 mai 2018. Disponible en ligne, url : <https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32018H0790&> []
  17. Disponible en ligne, url : <http://ec.europa.eu/research/participants/data/ref/h2020/grants_manual/hi/oa_pilot/h2020-hi-oa-data-mgt_en.pdf>. []
  18. Disponible en ligne, url : <http://www.agence-nationale-recherche.fr/missions-et-organisation/open-access/> []
  19. Agnès Magron, « Le dépôt de logiciel maintenant disponible sur HAL et tous les portails », CCSD, 25 septembre 2018. Disponible en ligne, url :<https://www.ccsd.cnrs.fr/2018/09/le-depot-de-logiciel-maintenant-disponible-sur-hal-et-tous-les-portails/>. []
  20. Reconnaissons que les acteurs de ces SHS restent en retrait quant à la question de leur identité numérique et quant à la valorisation de leurs travaux puisqu’ils ont rarement milité pour que leur signature apparaissent dans de tels outils ou n’ont pas toujours obtenu gain de cause. Cela explique leur attachement à la production de catalogues imprimés et leur méfiance à l’égard de l’édition électronique qui n’est acceptée que lorsqu’il s’agit des versions numériques -type e-book- d’un catalogue et non sous la forme d’une base de donnée catalographique. []
  21. Le chercheur les signale généralement quand ces notices servent à produire des catalogues imprimés ou des notices de catalogues d’exposition, ces dernières étant rarement considérées comme relevant du chapitre d’ouvrage. Faut-il rappeler que le catalogue d’exposition – constituant pourtant l’aboutissement de la recherche de l’historien d’art – est dévalué par ce type de classement ? []
  22. CIGREF, Valoriser les données de l’Entreprise 2020 : maturité, pratiques et modèle, Paris : CIGREF, 2016, 1 vol.  (45 p.). Disponible en ligne, url : <https://www.cigref.fr/wp/wp-content/uploads/2016/11/CIGREF-Valorisation-des-donnees-Pratiques-Modele-2016.pdf>. []
  23. Simon Chignard et Louis-David Benyayer, Datanomics, les nouveaux business models des données, Fyp Editions. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts