Archives par mot-clé : Prix et récompenses

Les numismates de la BnF à l’honneur : Jérôme Jambu

Après le prix Javier Conde Garriga 20191 de l’Asociacion Numismatica Espanola, Jérôme Jambu2, chargé de collections, monnaies étrangères au département des Monnaies, médailles et antiques, vient de se voir décerner le Eric P. Newman Graduate Summer Seminar in Numismatics 2020 ((Cf. url : <http://numismatics.org/archive/graduateseminar/>.)), délivré par l’American Numismatic Society, pour ses recherches sur la monnaie aux Antilles sous l’Ancien régime3.

Jérôme Jambu
Logo ANS
  1. Que nous avons signalé, url : <https://bnf.hypotheses.org/8680>. []
  2. Voir sa page personnelle sur l’Annuaire des spécialistes et experts de la BnF, url : <https://experts.bnf.fr/page_personnelle/jerome-jambu> et <https://bnf.academia.edu/J%C3%A9r%C3%B4meJambu>. []
  3. Cf. par exemple J. Jambu, » Hadrien aux Antilles. Un sou guadeloupéen réformé sur une monnaie antique au temps du rétablissement de l’esclavage », BSFN, décembre 2018, p. 467-471. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Prix Javier Conde Garriga 2019 : Trésors monétaires volume XXVIII : Trésors de monnaies espagnoles dans la France des XVIIE et XVIIIE siècles

Trésors monétaires 28

Nous avions signalé dans ce carnet, la parution du volume de Trésors monétaires sur les trésors de monnaies espagnoles dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles.

Aussi, nous nous réjouissons de signaler que l’Asociación Numismática Española (ANE, https://numisane.org/) vient d’attribuer au volume, le prix Javier Conde Garriga 2019 pour « le meilleur ouvrage de numismatique (sur l’Espagne) de l’année ».

Félicitations à l’auteur, Jérôme Jambu, conservateur au département des Monnaies, médailles et antiques, et aux éditions de la BnF.

Jérôme Jambu recevra formellement ce prix à Barcelone le 13 mars.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le Prix 2018 de l’Association de l’École du Louvre met en valeur l’estampe

Pour contribuer à donner aux travaux de recherche des élèves de l’Ecole du Louvre l’audience qu’ils méritent et aider à une première publication en histoire de l’art ou en archéologie, l’Association de l’École du Louvre encourage annuellement les jeunes chercheurs par la remise d’un prix annuel, au lauréat, élève ou ancien élève de l’Ecole du Louvre, âgé de moins de 30 ans.

Caroline Watson (British, London 1760/61–1814 London) Miranda (Shakespeare, The Tempest, Act 1, Scene 1), April 14, 1809 British, Stipple with etching; printed in reddish brown ink; Plate: 12 3/8 × 10 1/16 in. (31.4 × 25.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Rogers Frund, 1962 (62.602.675) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/431239

Pour la première fois, depuis que le prix a été créé en 20071, il honore un travail de recherche consacré à l’art de l’estampe puisqu’il a été remis ce 16 novembre 2018 à Camille Belvèze, pour son mémoire de master 2 de 2e cycle en histoire de l’art appliquée aux collections intitulé Mordues. Femmes aquafortistes britanniques (1838-1929)2.

En acceptant le prix, le lauréat s’engage à publier son travail dans la collection « Mémoires de recherche de l’Ecole du Louvre ». Si ce prix met à 
à l’honneur l’estampe, il conforte aussi l’importance de l’investissement du département des Estampes et de la photographie à l’Ecole du Louvre pour promouvoir la recherche sur l’estampe. Rappelons en effet que cette distinction honore indirectement l’enseignement assuré par Valérie Sueur-Hermel à l’Ecole du Louvre dont Camille Belvèze fut l’élève.

Valérie Sueur-Hermel assure les enseignements sur « lʼestampe romantique, de l’Ancien Régime au Second Empire » quand Caroline Vrand a en charge « l’estampe aux XVe et XVIe siècles. »

Au-delà de l’Ecole du Louvre, signalons aussi que le département assure – en la personne de Rémi Mathis – les cours sur l’histoire et les techniques de l’estampe aux futurs archivistes-paléographes de l’Ecole nationale des chartes.

Camille Belvèze avait eu l’occasion de rendre compte de son mémoire d’étude de 1ère année de 2e cycle : Horace Walpole et l’estampe (1717-1797). L’encre du gothique, sous la direction de Pascale Cugy et François-René Martin, dans les Nouvelles de l’estampe3.

  1. Cf. https://www.association-ecoledulouvre.fr/prix-de-lassociation []
  2. sous la direction de Pascale Cugy et Frédéric Ogée. Valérie Sueur-Hermel était la « personne-ressource » et membre du jury pour ce mémoire []
  3. Camille Belvèze, « L’estampe à Strawberry Hill », Nouvelles de l’Estampe,  hiver 2017-18, n° 261, p. 70-79 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Prix Pasteur Vallery-Radot 2018

La Bibliothèque nationale de France a décerné les Prix Pasteur Vallery-Radot à Sigolène Meilhac et Jost Enninga, chercheurs à l’Institut Pasteur.
Ces prix ont été remis aux lauréats le 27 juin 2018 à la BnF, site Richelieu à l’invitation de sa Présidente, Laurence Engel, en présence de Pascale Cossart, Professeur à l’Institut Pasteur, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, et de Stewart Cole, Directeur général de l’Institut Pasteur.

Remise du Prix Pasteur Vallery-Radot 2018, au salon d’honneur de la BnF, site Richelieu, devant le buste de Voltaire dont le socle contient le cœur du philosophe.

Le Prix Pasteur Vallery-Radot

Jacqueline Pasteur Vallery-Radot, épouse du petit-fils de Louis Pasteur, a fait de la Bibliothèque nationale de France son légataire universel. En application des dispositions testamentaires qu’elle a souhaité prendre, la BnF a pour mission d’attribuer chaque année, en accord avec l’Institut Pasteur, deux prix d’un montant unitaire de 16 000 euros. Depuis 2007, ces prix récompensent deux personnalités françaises de moins de 50 ans, appartenant à l’Institut Pasteur, ayant conçu au cours des cinq dernières années une œuvre scientifique d’envergure dans le domaine de la biologie ou de la physique-chimie, en dignes héritiers de Pasteur. Les lauréats sont désignés par un jury présidé par le Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences et composé de membres issus de l’Institut Pasteur et de l’Académie des sciences.

Les lauréats 2018

Sigolène Meilhac – Copyright Institut Imagine

Sigolène Meilhac

Sigolène Meilhac s’intéresse à la formation du cœur en adoptant des approches pluridisciplinaires de recherche fondamentale. Parce que la forme de cet organe conditionne sa fonction, son équipe étudie la croissance des ventricules, nécessaire à la force de contraction. Elle a ainsi identifié un nouveau facteur régulant la multiplication des cellules du muscle cardiaque, ce qui ouvre des pistes pour la médecine réparatrice du cœur. Son équipe veut également élucider les mécanismes de l’alignement des chambres cardiaques, nécessaire à l’établissement d’une double circulation sanguine. Un modèle informatique a été développé, capable de prédire la forme du tube cardiaque embryonnaire, prémices de la structure adulte.
L’étude de ces processus du développement de l’embryon a des répercussions pour comprendre l’origine de malformations cardiaques dont souffrent 1% des nouveau-nés.
Sigolène Meilhac est chercheuse à l’INSERM. Normalienne, elle se passionne pour la biologie du développement au cours de sa thèse à l’Institut Pasteur et de son post-doctorat au Gurdon Institute (Grande-Bretagne). Lauréate du programme ANR jeunes chercheuses jeunes chercheurs en 2012, elle dirige depuis 2015 le laboratoire de Morphogenèse du cœur à l’Institut Imagine et à l’Institut Pasteur. Elle exerce en outre une activité d’enseignement et de tutorat universitaires, et développe des ateliers scientifiques pour les jeunes enfants.

Jost Enninga – Copyright Institut Pasteur

Jost Enninga

 Les recherches de Jost Enninga portent sur les interactions hôte-bactéries pathogènes au niveau cellulaire et moléculaire. Pour les mesurer, il a développé de nouvelles technologies d’imagerie capables d’apprécier ce dialogue hôte-pathogène à un niveau de très haute résolution spatiotemporelle. Les travaux de son équipe ont permis l’identification de cascades moléculaires utilisées par certaines bactéries intracellulaires, telles que Shigella flexneri, Salmonella enterica ou Mycobacterium tuberculosis pour leur permettre l’accès au cytosol des cellules d’hôte.

Jost Enninga est directeur de recherche à l’Institut Pasteur où il dirige l’unité Dynamique des interactions hôte-pathogène. Il a étudié la biochimie à l’Université de Hanovre (Allemagne). Il a ensuite effectué son doctorat dans le laboratoire de biologie cellulaire à l’Université Rockefeller (États-Unis) sous la supervision de Günter Blobel. Il a réalisé son stage postdoctoral à l’Institut Pasteur sous la direction de Guy Tran Van Nhieu et Philippe Sansonetti. Outre ses recherches, Jost EnniNga se consacre à l’enseignement scientifique en co-organisant une série de cours pratiques d’imagerie à l’Institut Pasteur et à l’étranger.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour la thèse de Cécile Kubik

Dans ce carnet de recherche nous avions annoncé la soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-20151. Aujourd’hui, quelques nouvelles de la suite de son parcours.

Sa thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe siècle (1800-1870) : des sources au concert, s’est vue décerner le Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour l’année 2017, dans le cadre des Prix de la Chancellerie des Universités de Paris dont la cérémonie de remise des prix s’est tenue le 5 décembre 2017 au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne.

Les prix solennels récompensent l’excellence de la valeur universitaire et scientifique d’une thèse de doctorat soutenue au cours de l’année civile précédant l’année d’attribution. Ils s’adressent à tous les étudiants franciliens en droit et sciences politiques, sciences économiques et gestion, médecine et sciences, lettres et sciences humaines et pharmacie. Sur les 15 prix en Lettres et Sciences Humaines, seul l’un d’entre eux était destiné aux arts et à l’histoire ancienne. La musicologie n’a qu’une seule fois remporté les faveurs du jury dans l’histoire des Prix de la Chancellerie.

Avec cette distinction, c’est aussi le doctorat de Musique : Recherche et Pratique (Université Paris-Sorbonne/CNSMDP), qui obtient une reconnaissance.

Comme l’écrit Gilles Pécout, recteur de la région académique Île-de-France et de l’académie de Paris, Chancelier des universités, dans le livret des lauréats 2016 :

Loin de couronner seulement la fin d’un cursus, ces prix marquent aussi le début d’un parcours prometteur, et doivent contribuer à aider tous les jeunes docteurs primés à réaliser leurs ambitions dans la poursuite de leur carrière, notamment pour ceux d’entre eux qui deviendront chercheurs ou enseignants-chercheurs. C’est une reconnaissance académique marquante de leurs talents quoi doit les encourager à continuer leurs travaux, avec la même exigence et la même liberté, dans la voie qu’ils ont commencé à tracer.

Formons le vœu que cette ancienne  musicienne-chercheuse associée puis musicienne-chercheuse invitée Pasteur Vallery-Radot à la Bibliothèque nationale de France (BnF) ainsi récompensée trouve, après sa qualification aux fonctions de maître de conférences (sections 18 et 22) un poste lui permettant de faire fructifier le doctorat « Recherche et Pratique ».

On peut toutefois s’étonner qu’un tel doctorat soit mis en place sans que la question du débouché professionnel permettant à la fois de mener des activités de recherche-enseignement et une pratique musicale n’ait été imaginé car, dans les faits, les postes proposés aux docteurs-interprètes concernent soit la recherche (maître de conférences en musicologie), soit l’enseignement dans les conservatoires et pôles supérieurs de musique. Rien encore ne semble leur permettre de poursuivre leur double activité professionnellement tout en étant évalués pour cette double compétence. Cécile Kubik, qui avait rendu compte des apports mais aussi des limites de ce doctorat « Recherche et Pratique », plaidait dès 2015 pour la création d’un statut d' »enseignants-chercheurs-interprètes »2.

  1. Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015, https://bnf.hypotheses.org/1135 []
  2. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique »», Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://hermes.hypotheses.org/44> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Prix Phonurgia Nova 2017 : A l’écoute du réel, 23 & 24 septembre

Des sons, des paroles, des voix, parmi les livres !

La BnF accueille les prix Phonurgia Nova de la création radiophonique et sonore

Les Prix Phonurgia Nova 2017 jettent à nouveau l’ancre à la BnF. Durant deux jours consacrés à scanner le meilleur de la création radiophonique française et internationale, auteurs, auditeurs et jury, se réuniront pour comparer, distinguer et récompenser une sélection d’oeuvres sonores représentative de la création sonore et radiophonique la plus pointue.
Les meilleur(e)s Fictions, documentaires de création, hörspiel, pièces de field recording et d’art acoustique seront à l’honneur pendant ce grand marathon des oreilles qui l’année dernière avait attiré 199 auteurs du monde entier – et couronné (entre autres) les fictions de Sebastien Dicenaire (Belgique) et Daniel Martin-Borret (France), les explorations sonores de Hanna Hartman (Allemagne), de Mark Vernon et Jenn Mattinson (Royaume-Uni), les documentaires de Aurelia Balboni (Belgique) et du collectif Soundwalk (USA et Allemagne), ou encore un très beau documentaire de l’intime de Clara Alloing (Belgique).
Au menu de cette 22e édition, un prix Fiction, doté par la SACD, un prix Art sonore doté par la SACEM, un prix Archives de la parole doté par la BnF, un prix jeunes créateurs et un nouveau Prix « Paysage sonore » doté par le Musée de la Camargue.

Sur 175 productions reçues cette année provenant de 19 pays, 51 ont été retenues. Un nombre sans précédent de bolides sonores sont en compétition, en provenance à la fois des meilleures fabriques (Arte Radio, Phaune Radio, La Première RTBF, SWR, France Culture, ACSR, Faïdos Sonor, Le Labo–RSR, Polymorfilms et l’atelier Graphoui, ABC Soundproof, Deutschlandfunk, BabelFish asbl, Radio Panik, CinéSilex…) et de la grande famille des auteurs-producteurs-indépendants, de plus en plus nombreuse, qui, partout dans le monde, ont choisi la parole humaine, le réel ou l’imaginaire sonore du monde, comme supports et ressorts privilégiés de leur création.

Affiche Phonurgia BnF

Programme

Samedi 23 septembre

– 10h : Accueil du jury
– 10h30 – 13h : Prix Paysage Sonore

  • Alexis Rodolphe Myanmar Melodies
  • Atanasyan Charlie A journey through the Middle-East
  • Black Colin One Saturday in a small welsh village
  • Blinkhorn Daniel Cradle caldera
  • Blume Félix Fuga – Phaune Radio
  • Capeille Daniel Le silence sur un fil
  • Marin Stéphane Serendib rythms
  • Moxley Alyssa Epiphany
  • Petit Jérôme Siffler Laos – Arte Radio
  • Vaillant François Sous le grand chêne
  • Vernon Marc Lend an ear, leave a word – Audio Archaeology Volume 1: Lisbon

– 14h15 – 16h35 : Prix Archives de la Parole / Session 1

  • Tirandaz Laura Des étés plus longs que d’autres – La Première – RTBF – Par Ouï-dire
  • Pesch Carina Wanna play? worlds and 5 blind dates – SWR
  • Despeignes/Mardirossian Charles-Henri/Gilles Les voix du Mal (Chipe, Merguez, Disco)
  • Martin Borret/Lisel Daniel/Marie Agogies
  • Carre/Julien Marylène/Jean Baptiste A cherbourg la mer est bleue quand il fait beau – France Culture
  • Pascariello Pascale Les braqueurs – Arte Radio
  • Robiche Claire Un faux prophète – Arte Radio
  • François Nicolas La sardine et le loup de mer – ACSR

– 16h50 – 19h20 : Prix Archives de la Parole / Session 2

  • Laumonier Fabienne Bienvenue – ACSR
  • Gasteau Sylvie Anne de Jongh, la rebelle à la licorne – France Culture
  • Bories Benoît Une quête – La première – RTBF, FaÏdos Sonore
  • Oudin Nicolas Porte voix de la disparition – Le labo – RSR
  • Meursault/Landry Pali/Amélie Les chemins égarés – France Culture
  • Penitot Aline Nous, pacotilleuses, femmes de vagabondages marins – France Culture
  • Aigner Florence Les enfants de la poule – Florence Aigner, Polymorfilms et l’atelier Graphoui
  • Parietti/Langer Caroline/Vanessa Le corps qui sait – Le labo – RSR

– 19h30 : remise du prix ‘Archives de la Parole 2016’ par la BnF

Dimanche 24 septembre

– 11h15 – 13h15 : Prix Pierre Schaeffer « découvertes »

  • Chomel Cabiria Les habitués de la nuit
  • Flacon Marie Fini de jouer – Arte Radio
  • Cousseau Jeanne Si je rêve, prends garde à toi – ACSR Empreinte
  • Desmarais Louis Olivier Abbaye
  • Herrmann Mitchell Nicosia
  • Gobin/Franco Boris/Sonia De l’autre côté du monde

– 14h – 16h40 : Prix Art sonore

  • Butzmann Frieder Die schrecklichhsten Stimmen – The most terrible voices – SWR
  • Calvo Charo Qualia – ABC Soundproof Australia
  • Hanushevsky/Poepplein Janko/Eva In darkness let me dwell – Deutschlandfunk
  • Jacquot Nicolas Lames de fonds
  • Madan/Friz Emmanuel/Anna The Joy channel
  • Naylor Steven Rivers
  • Peters/Peregrine Sarah/Andrews Ed Balls’ dream diner party
  • Tidoni Davide Le son du bruit blanc – ACSR Empreinte
  • Toulemonde Olivier Comment dire
  • Von Reusner Clemens Definierte Lastbedingung

– 17h – 19h30 : Prix Fictions francophones

  • Abitan Benjamin La préhistoire du futur – France Culture
  • Debarsy/Lagadec Jeanne/Maël La première fois que je suis devenue fou(le) – BabelFish asbl et ACSR
  • Dicenaire Sebastian John Haute Fidélité
  • Matyn-Wallecan/Boute Vincent/Antoine Télé Banque Hypnose – Radio Panik
  • Merlin Jean Paul Faits divers
  • Osinski Fabrice La Tourmente – CinéSilex
  • Perache/Zovighian François/Sabine De guerre en fils – Arte Radio
  • Ray Sandrine La tragédie du bonheur

– 20h30 : Annonce du palmarès

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Entrée libre dans la limite des places disponibles, réservation : info@phonurgia.org
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Phonurgia Nova 2016 « Sons du réel » à la BnF

phonurgia_visuel-2016-exe-hdLe haut-parleur est probablement aujourd’hui le plus grand dénominateur commun de nos vies. La vidéo, le multimédia, les automobiles, les téléphones nous modèlent une vie sonore nouvelle. Le son est partout présent, objet d’étude et de réflexion… Mais l’essentiel est encore de lui faire une place imaginative et d’encourager son écoute. Christian Leblé, Président de Phonurgia Nova

Les Prix Phonurgia Nova 2016 auront lieu les 17 et 18 septembre prochains à la Bibliothèque nationale de France.

Consacrés à l’exploration de la création radiophonique française et internationale, la manifestation réunira auteurs, auditeurs et jury, pour comparer, distinguer et récompenser une sélection d’oeuvres sonores représentative de la création sonore et radiophonique la plus pointue.

En plus des distinctions habituelles de nouveaux prix seront accordés (Prix Fiction, Prix du Field recording) . En outre la BnF accordera pour la première fois un Prix Archives de la parole1 doté de 1000 euros .

Programme

Fictions, documentaires de création, hörspiel, field recording et art acoustique seront au menu de ce grand marathon des oreilles .

Pour cette 21e édition, l’équipe Phonurgia Nova (qui fête ses 30 ans !) a reçu 199 oeuvres, venant de 17 pays.

Durant deux jours, au cours de débats ouverts et vifs, le jury va écouter, comparer, discuter, commenter en public, délibérer et distinguer les oeuvres sachant que plusieurs prix sont proposés :

  • Samedi 17 septembre10h15
    Mot d’accueil et présentation du jury10h30-12h30
    PRIX DU FIELD RECORDING
    Patrick Avakian, Ecoute la montagne, la bande son du voyage (autoproduction -France)
    Caroline Berliner et Félix Blume, Jouk Li Jou, (Arte Radio & Le bruit et la fureur – France et Belgique)
    Yannick Lemesle : Entomophonie syntonale (autoproduction – France)
    Emmanuel Mieville, Kuala Lumpur Malaisie, (autoproduction – France)
    Gabi Schaffner, Hidden places, (Deutschlandradio Kultur – Allemagne)
    discussion du jury14h-16h05
    PRIX ARCHIVES DE LA PAROLE –  1
    Aurelia Balboni, Les mots de ma mère, (ACSR & Cinétroupe – Belgique)
    Théo Boulenger, Avec le vent, (autoproduction – France)
    Sarah Segura et Thibault Coeckelberghs, Les radieuses, (GSARA – Belgique)
    Laure Franques, 54 ans et 2 mois, (Arte Radio – France)
    Laure Gatelier, Derrière les yeux, (ACSR – Belgique)
    discussion du jury
    16h25 -18h30
    PRIX ARCHIVES DE LA PAROLE –  2
    Thierry Lamireau : Histoire, radio, poésie : Georges Emmanuel Clancier. De Radio Limoges à Radio France (autoproduction – France)
    Péroline Barbet, La Piérotta, France, (RTBF – Belgique)
    Sarah Fautré, Eric Collard et Marc Monaco : Toxcity (une histoire de l’héroïne à Liège)
    (En coproduction avec D’une Certaine Gaité ASBL– Belgique)
    Soundwalk Collective, What we leave behing : Jean Luc Godard Archives, (Deutschlandradio Kultur, Wild Bunch et Soundwalk Collective – USA)
    Antoine Chao, Comme un bruit/Cut-up, (France Inter – France)
    discussion du jury

     18h50 -19h45
    PRIX ARCHIVES DE LA PAROLE –  3
    Antje Vowinckel : Melody minus one (WDR – Allemagne)
    Laurence Huet, Les diseuses et diseurs de bonne aventure, (France Culture – France)
    discussion du jury

  • Dimanche 18 septembre11h-12h40
    PRIX FICTION FRANCOPHONE
    Florent Barat et Sébastien Schmitz, Beaux jeunes monstres, (ACSR & le collectif Wow – Belgique)
    Christophe Deleu et François Teste, Hypermnesia, (France Culture – France)
    Sébastian Dicenaire : Pamela (ACSR – Belgique)
    Daniel Martin-Borret : Total Vrac (autoproduction – France)
    discussion du jury13h00 – 14h40
    PRIX RADIO ART – 1
    Colin Black, Sonic Reflections, (Deutschlandradio Kultur, Allemagne)
    Dinah Bird : A box of 78s (La Muse en Circuit, Centre national de création musicale – France)
    Emmanuelle Gibello, L’épiderme nomade, enquête autour du rêve, (France Culture – France)
    Hannah Hartman : Törst (Deutschlandradio Kultur – Allemagne)
    discussion du jury15h -16h30
    PRIX RADIO ART – 2
    Laurent Sellier, Walking with Patti Smith, (autoproduction – France)
    Phil Smith, With Faint Dry Sound, (Falling Tree , Royaume-Uni)
    Mark Vernon et Jenn Mattinson, Circular Thinking, (autoproduction, Royaume Uni)
    Dmitry Nikolaev et Oleg Makarov : Sound and the city – Moscow Ballet (autoproduction – Russie)
    discussion du jury
    16h50-18h50
    PRIX DECOUVERTES PIERRE SCHAEFFER
    Guillaume Campion et Guillaume Cote, Archipel, (autoproduction, Canada)
    Clara Alloing, Nous sommes trop jeunes, nous ne pouvons plus attendre, (FLIM! – Belgique)
    Cabiria Chomel, L’escamoteur, (ACSR – Belgique)
    Cécile Debove, Passagère, (autoproduction – France)
    Martin Klusak, Princess in the iron mask, (autoproduction, République Tchèque)
    discussion du jury

Jury

La compositrice Chantal Dumas préside le jury. Elle est entourée de 11 « Grandes oreilles » : Kaye Mortley, Léa Minod (Radio Campus France), Aude Dassonville (Télérama), Pilar Subira (Radio Calalunya Music, UER/EBU), David Collin (Le Labo, Espace 2, RTSR), Jean-Loup Graton et François Nida (BnF), Daniel Deshays, Alexandre Plank (France France Culture), Amaury da Cunha (Le Monde) et Pascal Mouneyres (Les Inrockuptibles et Syntone).

Le jury accordera aussi des Résidences de création à plusieurs jeunes auteurs dont il souhaite accompagner les projets. Les lauréats seront désignés parmi les 17 nominés suivants :

  • Péroline Barbet (Bestiaire sonore), France
  • Sacha Bollet et Benoît Demarle (Derrière la Cymbale), France
  • Hanan Benammar (Animal Sound lab), Norvège
  • Nicolas Perret et Cédric Anglaret (Gloss), France / Allemagne
  • Alessandro Bosetti et Sebastien Roux (Vita Nova d’après Dante), Italie et France
  • Emmanuelle Gibello (Je t’accompagne), France
  • Laurence Huet (Poupées de Sông), France
  • Anne le Troter (Les mitoyennes), France
  • Péroline Barbet (Carnavas), France
  • Laurence Cuny (Barranquilla 1930), France
  • Michaël Filler (Les chasseurs de trains), France
  • Francesco Giomi (Oh Hissa !), Italie
  • Sandrine Jorand (Une enfance en Allemagne), France
  • Arnaud Leroy (Epluche mon sourire, tu trouveras mes larmes)
  • Lydie Mushamalirwa (Crier à toi), France
  • Giulia Vismara (Paraphernalia), Italie
  • Jennifer Cousin (Mode majeur de la fugue), France

Informations pratiques

Quand ?

– Samedi 17 septembre 2016 – 10h-20h
– Dimanche 18 septembre 2016 – 11h-21h

Où ?

BnF, site François-Mitterrand, Petit auditorium qui sera spécialement équipé d’écoutes Cabasse

Comment ?

L’entrée est libre mais sur inscription préalable à : bnf@phonurgia.org

  1. Pour en savoir un peu plus sur les Archives de la parole, nous recommandons la consultation de Gallica : <http://gallica.bnf.fr/html/und/enregistrements-sonores/archives-de-la-parole-ferdinand-brunot-1911-1914> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts