Archives par mot-clé : Presse

Salut les copines ! Vie et mort des illustrés pour petites filles dans l’après-guerre.

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Bernadette, n° 309
Bernadette, n° 309

En 2018, lorsque je rejoignis le Centre national de la littérature pour la jeunesse en tant que chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France, j’avais pour projet de m’attaquer à un corpus jusqu’alors très peu exploité par les sciences humaines et sociales, les illustrés pour petites filles. Ces hebdomadaires, qui jouissaient pourtant d’une popularité portant leurs tirages à 200 000 exemplaires en certaines périodes, n’avaient pas fait l’objet d’études monographiques, à l’exception de la Semaine de Suzette et de son héroïne Bécassine. C’est pour cette raison que j’ai décidé de consacrer ma première année de recherche à une étude monographique de Lisette, sa concurrente, publiée chaque semaine à compter de 1921 et qui, à sa disparition en 1974, était la dernière survivante des grands illustrés pour fillettes du XXe siècle. J’ai exploité ce corpus de quelques 2500 journaux à travers la création de plusieurs bases de données : rubriques (contenu et récurrence), figures principales du journal, illustrations, courrier des lectrices, correspondantes, et résultats des jeux concours.

Lisette constitue une source précieuse pour l’histoire culturelle du XXe siècle, en raison de sa longévité et de ses forts tirages. Destiné aux 7-15 ans et lu par des générations de fillettes1, il témoigne des changements de représentation de cette classe d’âge, qui se scinde après la Seconde Guerre mondiale en deux publics distincts : les petites filles et les adolescentes. C’est sur cette période de 1946 à 1974 que je me suis concentrée à compter de ma deuxième année en tant que chercheuse associée à la BnF, car elle constitue un tournant dans la prise en compte d’une période spécifique de transition entre l’enfance et l’âge adulte. Les illustrés pour enfants de l’époque, grâce à leur caractère interactif (courrier des lectrices, rubriques de correspondantes, jeux concours…) et à leur nécessaire adaptation face à l’émergence de grands mensuels à succès pour adolescents comme Salut les copains !, permettent de documenter au plus près les changements socioculturels de l’époque. J’ai donc décidé d’élargir mon corpus à trois autres périodiques contemporains de Lisette : Bernadette, future Nade, traditionnellement tournée vers les milieux ruraux et populaires (1914-1973) ; La Semaine de Suzette, et son public de classe supérieure (1905-1960) ; Fillette, devenue Fillette-Jeune Fille, bénéficiant plutôt d’un lectorat populaire (1909-1964).

Cette étude m’a non seulement permis de dessiner les contours de l’univers de la presse enfantine après guerre, mais également d’analyser les causes de la disparition des périodiques pour fillettes dans les années 1970. Ce déclin est d’autant plus étonnant que depuis l’apparition d’une presse spécialisée pour jeune public, dont l’existence est d’ailleurs une spécificité française, celle-ci a toujours été divisée entre des titres pour garçons et des titres pour filles. Les années 1960 voient l’émergence d’une culture jeune partagée, souvent présentée par les commentateurs comme s’affranchissant des frontières de genre et de classe. Si cette vision a depuis été relativisée par les historien.ne.s de la culture, il n’en reste pas moins que l’époque est marquée par un des plus gros bouleversements qu’ait connu le monde de l’éducation en France : la généralisation de la mixité scolaire. Cette onde de choc se ressent jusque dans les pages des illustrés pour fillettes, qu’avaient à peine ébranlé les grands traumatismes du siècle. Dans cet univers feutré où étaient jusqu’alors enseignés avec sévérité les savoirs et savoir-faire nécessaires aux futures mères au foyer, les garçons font brusquement irruption. Les fillettes écrivent à leur journal préféré pour s’inquiéter de l’arrivée de ces nouveaux camarades dans leur classe et demander des conseils pour mieux les comprendre. De leur côté, les hebdomadaires se font les chantres de cette réforme. Les multiples marraines et tantes qui peuplent les illustrés pour petites filles met en avant les bénéfices de la mixité scolaire, avec un discours différencialiste qui reprend celui des pouvoirs publics : au contact les uns des autres, les garçons s’adouciront, les filles s’endurciront.

Dans ce contexte, les ventes des hebdomadaires ciblés pour petites filles s’effondrent peu à peu, désignant comme obsolète leur principe même : pourquoi continuer à publier des journaux destinés à un seul des deux sexes, alors même que garçons et filles suivent à présent le même enseignement entre les mêmes murs, et doivent précisément apprendre à vivre ensemble pour assurer l’avenir du pays ? La mixité scolaire, les idées portées par mai 1968, la visibilité nouvelle de la seconde vague du féminisme, tout semble concourir pour expliquer une mort présentée comme programmée par les rédactions des journaux elles-mêmes. La Semaine de Suzette fut ainsi la première à annoncer, dès 1960 :

Nous savons combien vos mamans et vous-mêmes êtes attachées à votre journal. Aussi serez-vous désappointées en apprenant qu’il va cesser de paraître, la préférence des jeunes filles d’aujourd’hui allant de de plus en plus aux grands magazines s’adressant à la fois aux filles et aux garçons.

La Semaine de Suzette, 1950.

J’ai voulu cette année m’attarder sur cette chronique d’un désastre annoncé, et questionner ce qui est ainsi apparu comme une évidence, dans les discours rédactionnels de l’époque ou dans les travaux universitaires ultérieurs. Comment une généralisation de la mixité reposant largement sur le présupposé de l’existence d’une nature féminine et masculine a-t-elle finalement sonné le glas d’une presse spécialisée pour petites filles ? Par quels processus un type de presse bicentenaire est-il devenu en quelques années une anomalie rétrograde, au point de disparaître jusqu’à la parution de Minnie en 1994 et de Julie en 1998, le magazine « 100% filles » dont la parution a provoqué un tollé de la part des associations féministes ? Tandis que les magazines féminins constituent toujours un secteur florissant de la presse, les périodiques pour petites filles ne se sont jamais refait une place dans un milieu dominé par de grandes publications mixtes comme les titres de Bayard Presse.

C’est cette transition que j’étudie actuellement en tant que chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France, à travers Lisette, Fillette, Bernadette et La Semaine de Suzette. Après un premier semestre consacré à l’étude des contenus, je prépare une série d’entretiens avec d’anciennes lectrices de ces journaux, afin de travailler sur la question de leur réception. Ces échanges me permettront d’enrichir l’apport de mon enquête à l’histoire culturelle de la presse enfantine, mais aussi d’éclairer le rôle attribué a posteriori à ces journaux par leur public.

Pour aller plus loin

  1. J’utilise le mot « fillette » pour désigner ce public de 7-15 ans qui s’est peu à peu morcelé au cours de la période jusqu’à désigner des classes d’âge distinctes : des petites filles, des adolescentes, des très jeunes filles. J’emploie donc par commodité le terme « fillette », très employé dans les périodiques étudiés et qui a le mérite de ne pas obliger la chercheuse à appliquer des catégories contemporaines à ce lectorat devenu au fil du temps très hétérogène. []

Journée d’étude : La presse de langue arménienne en France et la création d’un espace transnational

La Bibliothèque Nubar de l’UGAB (Paris) et l’université Paris-Diderot, avec le soutien du réseau Transfopress, réseau international prenant pour objet la presse allophone (http://transfopresschcsc.wixsite.com/transfopress), et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), s’associent pour organiser une journée d’étude sur le phénomène de la presse en langue arménienne comme presse allophone, en prenant pour terrain d’études la France. 

Programme

  • 9h Accueil des participants
  • 9h15-9h30 Introduction par Talar Chahinian (UCI) et Stéphanie Prévost (Université de Paris / LARCA)
  • 9h30-9h50 État des collections de périodiques arméniens en France par Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)

PANEL 1 : Les périodiques de langue arménienne en France comme patrimoine culturel
Présidence de séance : Valentina Calzolari-Bouvier (Université de Genève)

  • 9h50-10h10 Arpi Totoyan (Paris) – La réédition de Midk yev Arvest, supplément littéraire du quotidien Haratch (1976-2009) (en arménien)
  • 10h10-10h30 Vazken Khatchig Davidian (Faculty of Oriental Studies, Université d’Oxford) – In Search of « Monsieur Pierre » : Teotig’s Everyone’s Almanac in Exile and the Recovery of Cultural Memory (1920s)
  • 10h30-10h50 Discussion
  • 10h50-11h10 Pause-café

PANEL 2 : Les périodiques de langue arménienne en France, espaces de mobilisation
Présidence de séance : Houri Berberian (University of California Irvine)

  • 11h10-11h35 Vahé Tachjian (directeur de Houshamadyan) et Méliné Pehlivanian (Staatsbibliothek, Berlin) – La presse arménienne à Paris et à Berlin, entre bolchevisme et nazisme (années 1930-1940)
  • 11h35-12h Sophie Toulajian (Ens Lyon/Larhra) – Hay Baykar, périodique protestataire dans le sillon de mai 68 : de « Libération Arménienne » au « Mouvement National Arménien » (1977-1988)
  • 12h-12h25 Lerna Ekmekçioğlu (MIT, Boston) – Hai Guine, Organ of the French Armenian Women’s Union, & Gender (1947-1949)
  • 12h25-12h50 Discussion
  • 12h50-14h20 Pause-déjeuner

PANEL 3 : Repenser les identités linguistiques et littéraires par la presse
Présidence de séance : Mélanie Keledjian (Inalco)

  • 14h20-14h40 Talar Chahinian (UCI, Los Angeles) – The Armenian Press and the Forging of a New Literati in Post-WWI France
  • 14h40-15h Tork Dalalyan (Académie des Sciences d’Arménie, Erevan) – La normativisation et le développement de l’arménien occidental dans le quotidien Haratch (en arménien)
  • 15h-15h20 Discussion
  • 15h20-15h40 Pause-café

PANEL 4 : Enjeux actuels de la presse périodique arménienne en France
Présidence de séance : Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)

  • 15h45-16h05 Jiraïr Tcholakian (Paris) – Nor Haratch :
  • expériences et réflexions d’un rédacteur en chef
  • 16h05-16h25 Ari Topouzkhanian (Lyon) – Des caractères en plomb à la PAO : la contribution du mensuel Panpère au développement de la presse arménophone en diaspora
  • 16h25-16h45 Tigran Zargaryan (Fundamental Scientific Library de l’Académie des Sciences d’Arménie, Erevan) – Preserving & Digitising the French Armenian-Language press in Armenia. Views from the National Library
  • 16h45-17h05 Discussion
  • 17h05-17h30 Conclusions générales – Claire Mouradian (EHESS) et Diana Cooper- Richet (UVSQ/ Transfopress)

Comité d’organisation

  • Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)
  • Talar Chahinian (Université de Californie)
  • Mélanie Keledjian (Inalco)
  • Stéphanie Prévost (Université de Paris)
  • Adrineh Zinali (BULAC)

Comité scientifique

  • Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)
  • Valentina Calzolari Bouvier (Université de Genève)
  • Talar Chahinian (Université de Californie)
  • Bénédicte Deschamps (Université de Paris)
  • Mélanie Keledjian (Inalco)
  • Nicolas Pitsos (BULAC)
  • Stéphanie Prévost (Université de Paris)
  • Isabelle Richet (Université de Paris)
  • Taline Ter Minassian (Inalco)
  • Khachig Tölölyan (Wesleyan University)

Informations pratiques

  • INALCO, 65 Rue des Grands Moulins, Paris 13e, Auditorium du Pôle des langues et civilisations
  • Métro ligne 14 – RER C : Bibliothèque François Miterrand
  • Tram T3a : Avenue de France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les démocraties à l’épreuve de l’infox

Désinformation, mensonge, canular, propagande, les « fausses nouvelles » sont légion. Afin de lutter contre cette menace remise au goût du jour sous l’appellation de « fake news » ou d’« infox », la BnF et l’INA proposent une journée de réflexion le mercredi 20 mars 2019, durant la Semaine de la presse à l’école.


Les démocraties à l’épreuve des infox

Comment se fabriquent les fausses nouvelles ? Comment circulent-elles ? Comment lutter contre ? Ces questions constituent les trois temps forts de ce colloque qui rassemblera historiens, sociologues, juristes, journalistes, spécialistes de l’éducation, bibliothécaires… Les deux institutions, fortes de leur expertise sur l’histoire de l’information, participent ainsi aux débats qui traversent la société française en les mettant en perspective, grâce aux documents et oeuvres du patrimoine.

La « fausse nouvelle » ne date pas d’hier. L’infox est un phénomène ancien, servi aujourd’hui par des technologies nouvelles. Si elle court les rues au XVIIIe siècle, si elle « infecte » le journal au XIXe, elle se propage à présent sur les réseaux sociaux avec une vitesse inédite et des effets redoutables. Instantanéité de diffusion, élargissement du nombre de personnes concernées, efficacité de ces « faits alternatifs » qui discréditent les versions « officielles », instrumentalisation aux fins de désinformation ou de déstabilisation : l’âge du web a bousculé en profondeur l’écosystème de l’information.

Programme

9h15 Ouverture
Laurence Engel, présidente de la BnF, Laurent Vallet, président de l’Ina et Martin Ajdari, DGMIC (direction générale des médias et des industries culturelles)

9h45 Keynote speech 
Sommes-nous crédules ? par Gérald Bronner, sociologue professeur à l’université Paris Diderot et membre de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie des technologies

10h – 11h45
La fabrique des « fausses nouvelles »
-10h00 – 10h45 Débat : fake news, business ou idéologie ? avec Sylvain Bourmeau, EHESS et Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer, IRSEM

-10h45 – 11h15 Zoom : les fermes de Fake news par Craig Silverman, BuzzFeed News

-11h15 – 11h45 Zoom : Énoncé faux, effet de l’énoncé par Arnaud Esquerre, sociologue, chargé de recherche au Cnrs, directeur de l’IRIS (Ehess-Cnrs-inserm-Paris 13)

11h45 – 12h45
La circulation des « fausses nouvelles »
-11h45 – 12 h15 Zoom : détecter les fausses nouvelles par Denis Teyssou, responsable éditorial du Medialab de l’AFP (projets européens InVID et WeVerify)

-12h15 – 12h45 Zoom : Les circuits de la désinformation dans l’espace public numérique par Dominique Cardon , directeur du Médialab deSciences Po

14h30 – 19h
La lutte contre les « fausses nouvelles »

-14h30 – 15h 15 Débat : comment les nations réagissent-elles à la fausse nouvelle ? avec Anais GinoriLa RepubblicaRachel Donadio,The AtlanticPierre Haski, France Inter
et Adam NossiterNew York times

-15h15 – 15h45 Débat : comment étudier la circulation des fausses nouvelles ? par Nicolas Hervé, Ina et Julia Cagé, Sciences Po

-15h45 – 17h00 Débat : le fact-cheking est-il la solution ? Est-il possible de lutter en « amont » de la fausse nouvelle sans courir le risque d’encourager une forme de censure ? avecEstelle Cognacq, Agence France Info, Laurent Bigot, école de journalisme de Tours, Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters Sans Frontières, Samuel LaurentLes décodeurs/ le Monde et Philippe Mezzasalma, BnF -« atelier recherche des sources » 

-17h00 – 17h30 Débat : le droit contre les « fausses nouvelles », avec Géraldine Muhlmann, Panthéon Assas Sorbonne et Bruno Studer , commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale

-17h30 – 18h45 Table ronde : infox globalisée : nécessité d’une coopération pour une éducation aux médias et à l’information sans frontières ? avec Kathryn Hill, directrice Habilos médias – Canada, Line Pagé, représentante de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec,Animée par Serge Barbet, directeur du CLEMI, avec Anne Kerloc’h, rédactrice en chef de 20 MinutesKathryn Hill, directrice Habilos médias – Canada, Line Pagé, représentante de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, Christian Georges de la conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin et Patrick Verniers, président du Conseil supérieur de l’éducation aux médias –Belgique 

18h45 Conférence de clôture : comment la post-vérité a ébranlé notre monde commun ? par Myriam Revault d’Allonnes, philosophe

À l’issue de cette journée, Christian Cappe, fondateur et président de l’UNION Francophone présentera le palmarès du prix 2019 des jeunes créatifs francophones mobilisés sur le thème Stop aux infox ! Projet conçu par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France et l’UNION Francophone

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand
  • 20 Mars, 9h15 – 19h
  • Entrée libre 

En partenariat avec l’Institut d’études politiques, l’INA, Medialab et le CLEMI. En coproduction avec l’INA.


Les démocraties à l’épreuve des infox

L’INA met ses capacités de recherche et d’innovation au service de la lutte conre les infox

La détection des fausses nouvelles requiert une connaissance globale de l’écosystème de l’information, que développe l’INA à travers ses activités de recherche pluridisciplinaires dans le domaine des techniques audiovisuelles et numériques et des sciences humaines et sociales. À travers son projet « Knew Safe », l’INA propose ainsi d’étendre le décryptage d’importants volumes de données transmédia à la fourniture d’indices contextuels permettant de mieux caractériser une information et d’apporter une compréhension augmentée des phénomènes de création, de relais et de reprise des infox. En outre, en privilégiant le temps long de l’analyse, inaglobal.fr, site de référence pour l’analyse des médias qui devient, en mars, La Revue des médias (larevuedesmedias.ina.fr), invite à une meilleure compréhension des grands enjeux contemporains.

La Bibliothèque nationale de France lutte contre l’infox

La BnF ne cesse d’améliorer les outils qui permettent aux chercheurs d’identifier l’information pertinente. Ne parle-t-on pas en bibliothèque de fichiers d’autorités, d’autorités-matière ? La BnF est l’un de ces lieux-référence.

  • La Bibliothèque prend sa part dans la lutte contre l’infox :
  • Le site de presse Rétronews a réalisé, en partenariat avec France Télévisions une exposition et une série de vidéos autour de la production de l’information
  • Lancement de nouveaux ateliers pédagogiques et d’une exposition sur affiches
  • La journée d’étude du 20 mars 2019 autour de ces questions.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Dessin satirique et écologie (21/3)

cop. TRAX.

Apparu à la fin du XIXe siècle dans l’univers scientifique, le terme « écologie » est passé dans le langage courant à partir des années 1970 en même temps que naissait une nouvelle conscience sur la fragilité de l’environnement. Pollutions de toutes natures, disparition des espèces animales et végétales, menaces du nucléaire, recherches de nouvelles sources d’énergie : autant de questions abordées très sérieusement dans le mensuel La Gueule ouverte, créé en 1972 par Pierre Fournier, dessinateur et journaliste à Charlie Hebdo. Fermé définitivement en 1980, le « journal de l’écologie politique » (unique en son genre), sous-titré le journal qui annonce la fin du monde, accueillait le talent de nombreux dessinateurs parmi lesquels Cabu, Gébé, Reiser, Willem ou Wolinski. La journée d’étude permettra à Jacky Houdré, collectionneur de journaux satiriques, d’en présenter les temps forts. Cinquante ans après, l’avenir de la planète est devenu une préoccupation majeure pour tous. On verra comment les dessinateurs de presse Alain Dubouillon Robert Rousso et la dessinatrice Trax commentent la gravité du sujet par des jeux graphiques originaux et pleins d’humour.

Programme

9h30 Accueil

10h Introduction à la journée du dessin de presse (dans le cadre du CLEMI) 
Présidente d’honneur du dessin de presse : Sylvie Aubenas

Dessin satirique et écologie : actualité brûlante : collections de la BnF et Ridiculosa n°26
Martine Mauvieux, département Estampes et photographie, BnF et Jean-Claude Gardes (Eiris-HCTI, université de Brest) 

10h30 Ecologies et leur reflet dans l’image satirique
Alain Deligne, professeur, Université de Münster et Jean-Claude Gardes, Eiris-HCTI, Université de Brest

11h15 Croquer le monde avant qu’il ne nous croque
Alain Dubouillon, dessinateur de presse, Le ProgrèsLyon Poche, L’Equipe

11h45 Débat

14h La Gueule ouverte : journal de l’écologie politique qui annonce la fin du monde (1972 -1980)
Jacky Houdré, collectionneur de journaux satiriques et membre de l’Eiris

14h30 Comment va la terre ?
Robert Rousso, dessinateur de presse (Siné Hebdo et MensuelZélium) avec Placide

15h Sécheresse en Iran : le pays joue sa survie
Margarethe Potocki, Université de Clermont-Ferrand

15h30 Dessiner parce qu’il n’y a pas de quoi rire !
TRAX, dessinatrice de presse (Le Ravi, Zélium, Barricade) 

Débat
En soirée
Remise du 6e Trophée Presse Citron/ BnF en partenariat avec l’École Estienne 
à la Mairie du 13e arr. de Paris (sur invitation)

Informations pratiques

Avec l’association Équipe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Image Satirique (E.I.R.I.S.) et dans le cadre de la 30 e édition de la Semaine de la presse et des médias organisée par le CLEMI.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : La presse indochinoise (1865-1954)


Couverture du magazine Tân-Vân de janvier 1935

Mises à part quelques périodes, quelques thématiques et quelques aires géographiques particulières, l’histoire culturelle des ex-colonies françaises reste assez largement méconnue, notamment le cas de l’Indochine. Dans ce contexte, l’étude de la presse en langue française (journaux et revues, littéraires et généralistes) constitue un champ d’études qui permettrait de répondre à un certain nombre de questions. Parmi elles, la problématique des rapports entre centralité et périphérie est évidemment fondamentale. Non seulement entre la France métropolitaine et l’Indochine mais aussi entre l’Indochine et d’autres espaces coloniaux (Afrique du nord, Afrique occidentale, Méditerranée orientale, Madagascar, Antilles …). L’activité littéraire et culturelle telle qu’elle se structure au sein de ces journaux et revues est-elle l’œuvre exclusive de membres des communautés exogènes d’origine métropolitaine (colons, administrateurs, émigrés…) ? A-t-elle permis ou accompagné l’émergence de nouvelles élites locales ou seulement la mutation-adaptation des élites antérieures ? Cette question se pose avec une particulière acuité en Indochine avec le mouvement de lutte contre le mandarinat encouragé par l’administration coloniale et la généralisation de l’usage du quốc ngữ qui donne lieu à la romanisation de la langue vietnamienne au tournant du XXe siècle, posant là des enjeux et des problématiques spécifiques en matière de transferts culturels et de contact colonial.

Afin de débattre autour de ces questions, les collections de périodiques du Fonds indochinois de la BnF et encore plus les titres numérisés rendus accessibles par le portail de presse indochinoise de Gallica constituent un gisement documentaire d’une valeur inestimable sans lequel aucune recherche approfondie ne peut être menée. Ce sont quelques-unes de ces ressources que les chercheurs membres du réseau PERFROM (Périodiques francophones outre-mer, 19e-20e siècle), piloté par Le Mans Université, ont exploitées et qu’ils présenteront lors de cet après-midi d’étude.

Informations pratiques

  • Lundi 3 décembre 2018, de 14h à 17h30
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Salle 70
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70 pl.)
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
    Adresse et transports – site François-Mitterrand

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire Transfopress Europe : Profils et parcours des journalistes de la presse allophone


Galignani’s messenger, N° 172

Programme

  • 14h30 – 14h50 : François Robinet : « Introduction ».
  • 14h50 – 15h10 : Diana Cooper-Richet (CHCSC-UVSQ) : « Des journalistes au Galignani’s Messenger (1814-1895) ? ».
  • 15h10 – 15h30 : Isabelle Felici (Université Paul-Valéry, Montpellier) : « La presse anarchiste en italien dans le monde, du militant au journaliste ».
  • 15h30 – 15h50 : Gideon Kouts (Université Paris VIII) : « Les premiers journalistes de la presse hébraïque : l’invention d’un métier ».
  • 15h50 – 16h30 : Discussion et pause
  • 16h30 – 16h50 : Isabelle Richet (Université Paris-Diderot) : « Helen Zimmern et la Florence Gazette : la carrière d’une journaliste cosmopolite (1880-1915) ».
  • 16h50 – 17h10 : Pascal Riviale (Archives nationales) : « Théodore Ber, journaliste et éditeur de journaux en français au Pérou (deuxième
  • moitié du XIXe siècle) ».
  • 17h10 – 17h30 : Pauline Ambrogi-Réquillat (Université Paris-Diderot) : « Alfred Ebelot de la Revue des deux mondes au Courrier de la Plata (deuxième moitié du XIXe siècle) ».
  • 17h30 – 17h45 : Discussion
  • 17h45 – 18h : Michel Rapoport (CHCSC-UVSQ) : conclusions.

Informations pratiques

Séminaire animée par Francois Robinet

Quand ? Lundi 19 novembre 2018, 14h30-18h

Où ?  Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand (Quai François Mauriac, 75013 Paris), salle : B.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : ESPRit – Les Périodiques comme Médiateurs (27-29/06/2018)

Le 7e colloque international de la European Society for Periodical Research (ESPRit) abordera les périodiques comme médiateurs de publications alternatives ou expérimentales et comme tremplins vers d’autres activités éditoriales et culturelles du XVIIIe au XXIe siècle.

De nombreux périodiques ont en effet donné naissance à des maisons d’édition en recourant aux réseaux de leurs imprimeurs, en testant dans leurs livraisons des formules expérimentales ou plus conventionnelles, et en devenant des moteurs économiques dans les domaines du livre, de l’imprimé, des arts, de l’artisanat et des métiers. Souvent, le périodique est un véhicule pour les amateurs de sciences, les organisations professionnelles ou commerciales, les amateurs de littérature et d’art : ses matériaux, égrenés tout au long de l’année, puis réunis en volumes sous reliure ou cartonnage pour résister au temps, répondent aux besoins de tels lecteurs. Ou l’inverse : les éditeurs ou les galeries publient un périodique ou un magazine pour soutenir leur catalogue, promouvoir leurs artistes, tester de nouvelles formules ou fidéliser leur public. Le phénomène s’étend aux estampes, à la fois comme prime aux abonnés et comme œuvres originales. L’étude d’un tel phénomène dans son envergure internationale mettrait en lumière les relations des périodiques avec le monde de l’édition, les galeries d’art, divers salons et cercles d’influence, ainsi qu’avec plusieurs formes alternatives de publication, de nouvelles idées, tendances et manifestes.

Comment l’histoire canonique de l’édition de livres et d’estampes s’amplifie-t-elle dès lors qu’on prend en compte les structures médiatiques – économiques et symboliques – qui accentuent le rôle des périodiques? Quelles questions émergent lorsqu’on considère les périodiques comme des moteurs clés de la culture de l’imprimé et de la culture visuelle, de la matérialité des publications, de leur valeur d’échange, et de leur fonction d’opérateurs culturels? Nous invitons à des communications, à des panels, et à des tables rondes autour de ces questions.

Programme

Modalités pratiques

  • Le 26 juin, Atelier Master/Doctorat, Sorbonne-Université.
  • Le 27 juin les sessions du colloque se tiendront entre la BnF, site Tolbiac (matin : petit amphi, après-midi : salle 70) et l’INaLCO, rue des Grands Moulins, (amphi 2 ou bien salle 3.15)
  • Les 28 & 29 juin les sessions du colloque se tiendront à Sorbonne Université, rue Victor Cousin
    28 juin (amphi Guizot, amphi Milne-Edwards, au sein du bâtiment central)
    29 juin (amphi Guizot, amphi Milne-Edwards, salle des Actes, au sein du bâtiment central)

Entrée libre dans la limite des places disponibles mais réservation à l’adresse : https://www.azur-colloque.fr/DR04/inscription/inscription/115/fr

Lieux

  • Sorbonne-Université, Faculté des lettres
    1 rue Victor Cousin, 75005 Paris
    Accès : RER B, arrêt Luxembourg
    RER C : arrêt Saint-Michel
    bus: 27, 21, 38, 89 etc.
    En savoir plus 
    Plan de la Sorbonne (entrée recommandée : 17 rue de la Sorbonne)
  • Inalco, Pôle des langues et civilisations
    65 rue des grands moulins
    75013 Paris
    En métro : ligne 14, arrêt bibliothèque François Mitterrand
    En RER : RER C, arrêt bibliothèque François Mitterrand
    En bus : ligne 83 (arrêt Olympiades), ligne 89 (arrêt bibliothèque François Mitterrand)
    En Tramway : ligne T3a (arrêt Avenue de France)
    En savoir plus
  • BnF, site François-Mitterrand
    Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque, 75013 Paris.
    Métro : Lignes 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)
    Bus : lignes 89, 62, 64, 132 et 325
    En savoir plus 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

[Projet européen] NewsEye : A Digital Investigator for Historical Newspaper

L’Union européenne, dans le cadre de son programme H2020, a accordé un financement de 300 000 € pour un projet de recherche visant à faciliter l’accès à la presse historique numérisée.

Résumé du projet

L’objectif de NewsEye vise à faciliter l’accès à la presse ancienne (1850-1950) sous forme numérique pour les chercheurs, usagers des bibliothèques nationales européennes mais aussi pour le grand public.

L’intérêt de NewsEye est de faire se rencontrer des laboratoires spécialisés dans les traitements sémantiques de documents textuels, ici de la presse, des bibliothèques nationales, en tant que dépositaires d’un grand nombre de documents et de données, et des chercheurs versés dans les humanités numériques.

Après des travaux d’amélioration de la qualité des articles, d’enrichissement sémantique (noms de personnes, lieux, pays, etc.), et de déduction par analyse des données en fonctions des recherches des utilisateurs, de nouvelles analyses vont être testées, comme celle de l’apposition de l’opinion (positive ou négative) de l’auteur d’un article par rapport à un événement ou à une thématique donnée (la guerre ou les migrations, par exemple).

Le projet entend développer un prototype d’assistant personnel pour l’utilisateur en tenant compte à la fois des possibilités technologiques mais aussi des besoins des usagers, lors d’ateliers et d’expérimentations que superviseront notamment les bibliothèques nationales (BN d’Autriche, de Finlande et BnF). Cet outil fonctionnera de manière multilingue et pour toutes les disciplines des sciences humaines et sociales.

L’enjeu de confronter les outils et algorithmes à un corpus multilingue est aussi intéressant avec pas moins de 5 langues à gérer (allemand, finlandais, autrichien, français et anglais).

Durée

1er mai 2018 – 30 avril 2021.

Aide

Aide totale de l’Union européenne : 300 0000 euros

Programme

  • Appel à projets H2020 « Comprendre l’Europe, promouvoir l’espace public et culturel européen »
  • Référence du projet : 770299

Partenaires

Piloté par l’Université de La Rochelle / Laboratoire informatique image et interaction (L3i), le projet réunit huit partenaires de France, Allemagne, Finlande et Autriche.

  • Université de La Rochelle / Laboratoire Informatique, Image et Interaction (L3i)
  • Austrian National Library
  • University of Helsinki
  • University of Innsbruck
  • Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • University of Rostock
  • Université Paul-Valéry Montpellier (UPVM)
  • University of Vienna

Pour en savoir plus

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Sorj Chalandon, entre presse et littérature

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

By Thesupermat (Own work) [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Intervention de Sorj Chalandon et dialogue avec Marie-Eve Thérenty.

Informations pratiques

Jeudi 12 avril, 2018 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Colette et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Gérard Bonal, écrivain et journaliste et  Amélie Chabrier, maîtresse de conférences à l’université de Nîmes.

Informations pratiques

Jeudi 5 avril 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Aragon et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Erwan Caulet et Josette Pintueles, membres de l’équipe de Recherche Interdisciplinaire sur Elsa Triolet et Aragon (ÉRITA).

Informations pratiques

Jeudi 29 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : George Sand et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Marie-Eve Thérenty, professeur à l’université de Montpellier III et Jean Rime, doctorant.

Informations pratiques

Jeudi 15 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Apollinaire et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Laurence Campa, professeur à l’université Paris Nanterre et Julia Ribeiro Thomaz, doctorante.

Informations pratiques

Jeudi 22 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Zola et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Emile Zola en couverture de Floréal : l’hebdomadaire illustré du monde du travail / directeur Paul-Boncour ; éditeur-fondateur Aristide Quillet

Par Adeline Wrona, professeur à l’université Paris-Sorbonne CELSA et Alain Pagès, professeur à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, directeur des Cahiers naturalistes et responsable de l’équipe Zola de l’ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes, CNRS).

Informations pratiques

Jeudi 8 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Proust et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Article de Jean Cocteau consacré à Marcel Proust, dans l’Excelsior : journal illustré quotidien

L’exemple le plus remarquable dans l’actualité de la recherche cette année est la parution du livre issu de la thèse de Yuri Cerqueira Dos Anjos, Proust et la presse de la Belle Époque, publié aux éditions Champion1. En effet, alors que l’œuvre de Proust a été largement analysée, ses articles publiés de 1890 à1922, dans une trentaine de journaux et revues littéraires, n’avaient pas encore fait l’objet d’une étude aussi large.
 Des documents seront présentés dans le foyer du petit auditorium.

Programme

  • Conférence inaugurale
    Par Jean-Yves Tadié, professeur émérite à la Sorbonne
  • Proust et la presse dans Gallica
    Par Sophie Robert, chargée de collections, service de la presse, DEP, BnF
  • Les débuts de Proust dans la presse
    Par Yuri Cerqueira dos Anjos, professeur à l’université Fédérale de Juiz de Fora, Brésil
  • Proust journaliste mondain
    Par Guillaume Pinson, professeur à l’université Laval, Canada
  • Proust critique littéraire dans la presse
    Par Luc Fraisse, professeur à l’université de Strasbourg et membre de l’Institut universitaire de France
  • L’adieu au journalisme
    Par Nathalie Mauriac Dyer, directrice de recherche au CNRS, responsable de l’équipe Proust de l’ ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes)

Lectures par Gabriel Dufay, comédien.

Informations pratiques

Samedi 10 février 2018 – 14h00-19h00
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

  1. Cf. son Carnet de recherche : Marcel Proust et la presse : archives, ressources et recherches, https://proustpresse.hypotheses.org/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts