Archives par mot-clé : Portrait de chercheur

Dominique Hollard

hollard_dominiqueLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Dominique Hollard, responsable d’un fonds spécialisé (collections patrimoniales romaines et celtiques) au département des Monnaies, médailles et antiques.

Quel est votre parcours ?

Économiste de formation, j’ai étudié à Paris X Nanterre (1976-1981, spécialité : économie publique et planification), ce qui m’a conduit à m’intéresser à la monnaie, mais pas sous l’angle de l’Histoire ou de l’Archéologie qui sera ensuite le mien. Ayant été incidemment en contact avec des monnaies romaines, j’ai bifurqué en préparant un DEA d’Histoire des techniques à l’EHESS (sur les techniques d’illustration en numismatique au XIXe siècle), complété par des enseignements en archéologie, économie et religion de l’antiquité romaine à l’EPHE (4e et 5e sections). L’opportunité d’étudier un trésor antique du IIIe s. s’étant offerte à moi, cela m’a alors permis d’en présenter, pour publication, le résultat dans une collection spécialisée de la BnF, celle des Trésors monétaires ((http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2012003761_tresors-monetaires)). Le manuscrit fut accepté et on me proposa, en 1984, de travailler pour le Centre d’étude et de publication des Trésors monétaires. Ce fut le début d’un long « stage » ininterrompu d’agent de recherche non-titulaire qui s’acheva fin 2002, par le concours de bibliothécaire d’État dans le cadre de la « Loi Sapin ». J’ai alors pris officiellement la charge du médailler romain (l’un des plus fournis au monde) puis, en 2007, des fonds monétaires celtiques. Entretemps, j’avais publié environ une centaine d’études1, dont une quarantaine portant sur des trésors et dépôts monétaires, principalement pour nourrir les volumes des Trésors monétaires.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Ils sont d’abord liés aux fonds dont j’ai la charge. Les monnayages romains – environ 100 000 exemplaires – et le numéraire celtique : environ 10 000 exemplaires constituant la collection internationale de référence. En numismatique romaine, je me dois d’être « généraliste » vu l’ampleur et la représentativité des fonds de la BnF. Toutefois, étant venu à l’Antiquité par les trésors monétaires découverts en France et la majorité d’entre eux étant datés du IIIe s. après J.-C., c’est naturellement à l’histoire et à la monnaie de cette période troublée que je me suis consacré. J’ai, en particulier, eu la chance de pouvoir, avec un autre chercheur de l’établissement, Daniel Gricourt, contribuer de manière significative à la recherche sur le monnayage des « empereurs gaulois ». On désigne ainsi des généraux gallo-romains qui régirent les provinces occidentales dans les années 260-274, période marquée par l’éclatement de l’Empire, les incursions barbares et les troubles politiques et économiques. Au détour de ces travaux, il a été possible à la fois d’enrichir, de reclasser et de mieux dater les productions officielles mais aussi de mettre en évidence une vaste équipe de faux-monnayeurs, exceptionnelle par la variété et l’ampleur de ses productions, qui a pu depuis être localisée dans l’agglomération antique située à Châteaubleau (Seine-et-Marne).
Dans le domaine gaulois, un examen attentif de l’iconographie – en premier lieu monétaire – des Celtes du continent et de l’île de Bretagne, associée aux sources textuelles médiévales de l’Irlande et du Pays de Galles, permet de reconstituer des pans de la mythologie commune du monde celtique, dont la cohérence peut être vérifiée par des recoupements comparatistes avec les traditions homologues des domaines grec ou indo-iranien. La continuité, par-delà la Conquête césarienne, entre la culture de La Tène finale et la religion gallo-romaine peut aussi être démontrée par la reprise de thématiques proprement gauloises sur les monnaies de nécessité fabriquées par les populations lors de périodes de pénurie de numéraire.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

D’abord le contact avec une documentation multiséculaire. J’ai pu étudier et classer des trésors antiques composés, suivants les cas, de matériaux fort communs (alliages cuivreux) ou précieux (or). Cela n’est pas donné à tout le monde et l’accès direct aux témoins du passé sans la médiation de catalogues est irremplaçable. Il en a découlé la possibilité de publier et de s’inscrire dans des courants de recherche. L’enseignement a ensuite pris le relai, sur la base de l’expérience acquise à la fois par mes travaux personnels mais également par la fréquentation d’un fonds considérable et polyvalent comme celui de la BnF (qui possède par exemple la plus vaste collection de monnaies de la République romaine : plus de 23 000).

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

On doit distinguer les applications « internes » et « externes ». Comme pour n’importe quel chargé de fonds, la recherche portant sur des documents présents dans les collections de l’établissement peut amener à mieux les comprendre et donc mieux les classer. Dans mon cas, mes travaux sur l’Empire gallo-romain (260-274) m’ont conduit à affiner le classement des séries concernées. De même, pour le monnayage celtique, les travaux auxquels je suis associé me permettent de mieux évaluer, par exemple, les manques de notre fonds aussi riche soit-il. Pour ce qui est des applications externes, cela permet de donner une valeur ajoutée à des partenariats avec d’autres institutions et, naturellement, de densifier les échanges avec d’autres chercheurs.
De ce point de vue, notre quotidien est précisément composé d’échanges. Avec nos collègues, avec nos lecteurs qui sont aussi avant tout des chercheurs et viennent consulter nos fonds bibliographiques et numismatiques. Et puis il y a Internet. Les chargés de fonds spécialisés reçoivent très fréquemment des demandes d’information ou d’avis, la plupart informelles mais parfois aussi officielles lorsque, par exemple, des musées sollicitent, pour des acquisitions patrimoniales, notre accord en tant que Grand département de référence. Par ailleurs, les tâches courantes sont faites, comme partout à la BnF,  de plages de service public, de gestion de fonctions transverses et de missions de conservation et de valorisation des fonds avec, depuis quelques années, un accent particulier mis sur la numérisation des collections, particulièrement cruciale en numismatique, la discipline portant sur des ensembles à la fois sériels et composés d’individus généralement discernables.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

Mon père était ingénieur électronicien (l’un des premiers « cybernéticiens ») et, dans mon enfance, mes premières lectures m’ont orienté vers les sciences exactes (astronomie, physique, biologie etc.). L’adolescence, au début des années 70 et dans l’ambiance politique de l’époque, m’a ouvert aux sciences sociales (économie d’abord, mais tout autant sociologie, psychologie, puis anthropologie). Mais je ne me projetais nullement vers l’avenir comme « chercheur », éventuellement comme enseignant car j’ai toujours eu une passion pour la transmission. C’est en travaillant sur les monnaies que je me suis rendu compte des limites des ouvrages et des connaissances et que, par voie de conséquence, j’ai tenté de porter la réflexion quelques pas plus loin à partir des objets concrets que j’avais en main. Je pense que dans mon cas – comme pour beaucoup –, la démarche de recherche a trouvé sa source dans la frustration de ne pas trouver à partir de l’état existant de la discipline les réponses aux questions que me posait ma documentation. Après coup, je me suis rendu compte que cela réveillait en moi de profondes résonances et je me suis efforcé de me forger une méthodologie adaptée à mes besoins.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Le Cabinet des Médailles (le département des Monnaies, médailles et antiques) regorge d’objets précieux et prestigieux, parfois uniques et de renommée mondiale, accumulés par les rois de France, le premier et le second empires puis la République. Choisir parmi ces trésors est toujours discutable, voire absurde. Toutefois, parmi tant de documents exceptionnels pour l’Art et l’Histoire, l’un m’a particulièrement retenu il y a quelques années. Il s’agit d’un multiple d’or de Constantin (306-337) frappé à Ticinum/Pavie en 313-315 (coll. Beistegui 233). Il figure l’empereur à mi-corps en armes au côté du dieu Soleil célébrant, dans la tradition païenne du culte héliaque, leur victoire commune (celle du pont Milvius en octobre 312). Réalisé alors que Constantin s’était récemment – selon des sources écrites – « converti » au christianisme, ce médaillon de distribution montre à la fois que les monnaies sont des sources historiques infalsifiables et de première main et que la rupture entre paganisme et christianisme fut, dans le cas du premier empereur chrétien, exagérée par une illusion rétrospective.

Multiple de 9 solidi de Constantin, Ticinum (313)
Multiple de 9 solidi de Constantin, Ticinum (313)

Quelles sont vos plus belles réussites ?

« Réussite » est un terme inadapté. À mes yeux, les résultats les plus intéressants sont ceux qui surprennent et réorientent la réflexion loin des idées reçues. J’ai ainsi, au début de mes travaux, pu montrer à partir d’une fastidieuse compilation de données, que la « crise monétaire » du IIIe siècle (qui a aussi été une crise économique, sociale, politique et militaire…) avait emprunté une voie restée jusqu’alors incomprise. Entre les années 240 et 275, la production monétaire s’accéléra alors que la qualité des espèces se dégradait : un symptôme classique d’inflation. Il était admis que la hausse vertigineuse du nombre de monnaies frappées devait compenser la moindre qualité de chacune et qu’un stock stable de métal précieux (argent) avait ainsi été recyclé. Il n’en est rien : en quarante ans, plus de 90 % du stock monétaire d’argent-métal a fui sans retour hors de la circulation monétaire, le plus souvent thésaurisé. Ce fait, surprenant pour beaucoup, explique et conditionne les réformes monétaires des décennies suivantes : Aurélien en 274 puis Dioclétien en 294. Il permet aussi de comprendre pourquoi la monnaie d’argent ne put jamais retrouver au IVe et Ve siècles le rôle central qu’elle joua sous la République et les premiers siècles de l’Empire.
Plus récemment, dans le domaine celtique, nous avons, avec mon collègue Daniel Gricourt, pu montrer en croisant des images celtiques, gallo-romaines grecques et indiennes, des textes gréco-romains mais aussi irlandais et gallois, que le dieu gaulois Cernunnos, célèbre pour sa ramure cervine, était l’homologue celte du Dionysos grec et du Śiva indien. Cette correspondance, acceptée par d’éminents comparatistes, éclaire d’un jour nouveau la religion préhistorique commune des peuples indo-européens, dispersés par la suite de l’extrême occident au sous-continent indien.
Enfin, comme gestionnaire de fonds, je m’estime heureux d’avoir pu effectuer certaines acquisitions patrimoniales qui ont enrichi les collections nationales, tels des outillages monétaires gaulois : rarissimes coins et poinçons et, surtout, un unique et spectaculaire moule en bronze pour couler des monnaies en alliage plombeux.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Des capacités complémentaires. En premier lieu, celle d’approfondir méthodiquement et sans relâche les voies qu’il s’est tracées. Mais il est tout aussi important de savoir changer régulièrement d’angle d’approche, en remettant en cause les hypothèses que l’on a précédemment échafaudées. Une autre disposition essentielle est la capacité de dialoguer avec d’autres chercheurs qui n’ont pas nécessairement les mêmes démarches ou centres d’intérêt que vous. Cela permet une fécondation inconsciente mutuelle qui élargit la créativité et facilite la remise en cause des routines mentales dans lesquelles on enferme trop souvent son raisonnement. Si j’ai parfois eu personnellement des intuitions qui se sont ensuite avérées pertinentes, je n’ai pu les développer au mieux dans toutes leurs dimensions qu’en collaboration avec d’autres.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Mon intérêt depuis l’enfance pour la cosmologie devrait me faire choisir la relativité d’Einstein ou la physique quantique, dont notre siècle et les suivants porteront profondément la marque. Mais mon goût pour le dévoilement des choses cachées m’incline toujours vers les déchiffreurs d’écritures ou de langues. L’Abbé Barthélémy, garde du Cabinet des Médailles (l’alphabet palmyrénien), Jean-François Champollion (les hiéroglyphes), Michael Ventris (le linéaire B crétois) et, récemment, David Stuart (l’écriture maya) sont pour moi de merveilleux passeurs qui nous donnent accès à l’univers mental et aux émotions d’hommes disparus depuis longtemps. Ils élargissent ainsi notre perception de notre commune humanité. Des anthropologues, linguistes et mythologues comme Claude Lévi-Strauss ou Georges Dumézil remplissent à mes yeux la même précieuse mission.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Dans mon cas il fut déterminant à plusieurs reprises. J’ai croisé quasiment par hasard un trésor monétaire de petites monnaies de billon (alliage de cuivre et d’argent) du IIIe siècle dont le propriétaire, s’expatriant durablement outremer, ne pouvait assurer l’étude qu’il souhaitait. Il me confia ce dossier et je pus rapidement constater que le dépôt comprenait un lot cohérent de « fausses monnaies » d’époque rappelant le style d’un mystérieux atelier non-officiel (dit « atelier II »), repéré dès 1966 mais non-localisé, qui avait produit une masse de grands bronzes illicites (« doubles sesterces ») de l’empereur Postume (260-269). Sur la base de cette connexion, je pris contact avec le spécialiste de ces séries, qui allait d’ailleurs devenir mon collègue au Centre d’études des Trésors monétaires, et il apparut que nos documentations étaient complémentaires et devaient dès lors être étudiées ensemble. Peu après, un jeune archéologue travaillant en Seine-et-Marne, sur un site (Châteaubleau) où de tels bronzes étaient (comme en bien d’autres lieux) régulièrement découverts, nous contacta pour l’aider à classer ses exemplaires. Au fil des années, il est apparu peu à peu, au fil des fouilles archéologiques, que ce vicus antique avait abrité simultanément trois officines de faux-monnayeurs, à l’origine en définitive de ces nombreux grands bronzes et piécettes de billon. Parmi mille localisations possibles en Gaule du nord, c’est cette agglomération gallo-romaine qui est ainsi « venue à nous », sans que nous ayons à la chercher !
Et ce n’est pas tout. Quelques monnaies des mêmes faussaires, au lieu de copier les modèles impériaux officiels, portent des scènes inattendues : des divinités et des éléments mythologiques procédant clairement d’un héritage gaulois. Le caractère encore très indigène de cette communauté, plusieurs siècles après César, a d’ailleurs été confirmée par la découverte à Châteaubleau d’une longue inscription gauloise sur une tuile datant de la même période. L’étude de telles images monétaires a alors ouvert un nouveau chapitre de recherche, en histoire des religions cette fois-ci. La mise en parallèle des scènes gauloises et gallo-romaines avec les sources mythologiques conservées par l’Irlande et le Pays de Galles ont permis de démontrer que l’iconographie continentale illustre les mythes insulaires et que ces derniers expliquent, en retour, des images restées jusqu’alors mystérieuses. Ce domaine d’étude est aujourd’hui en pleine expansion et de nouvelles correspondances sont régulièrement mises en évidence.

  1. NLDR : cf. la bibliographie commentée de Dominique Hollard, http://www.archeophile.com/rw-bibliographie-hollard.htm et sa page personnelle : http://production-scientifique.bnf.fr/CV/hollard-dominique []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Giang Huong Nguyen

fullsizerender4Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Giang Huong Nguyen, Chargée de Collections en Langue et Littérature d’Asie du Sud-Est au département Littérature et art.

Quel est votre parcours ?

Après mes études en Français Langue Étrangère (FLE) à L’École nationale de Hanoi, j’ai obtenu en 2006 une bourse de pensionnaire scientifique international de l’École Normale Supérieure de Lyon. J’y ai poursuivi mes études de master en Littérature comparée et francophonie pendant deux ans. Je suis ensuite retournée au Vietnam pour un poste de chercheur en littérature comparée à l’Académie des Sciences Sociales du Vietnam. En parallèle à ce travail, je collaborais avec des éditeurs et des revues pour traduire des textes littéraires, des romans du français et de l’anglais en vietnamien et inversement.

Ces activités m’ont amené à approfondir le domaine de la francophonie au Vietnam et plus spécifiquement les apports de la littérature française à la littérature vietnamienne. En 2010, j’ai décidé de m’inscrire en doctorat à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense pour un sujet de thèse : La poétique du sujet multiculturel dans le roman vietnamien francophone de l’époque coloniale dans la première moitié du XXe siècle, que j’ai soutenue en janvier 2015.

Je travaille à la Bibliothèque nationale de France depuis mai 2011 comme chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est (Vietnam, Laos, Cambodge). Les collections de la langue vietnamienne occupent une place particulièrement importante au sein du Service des Littératures du Monde. Elles témoignent des débuts de l’Imprimé au Vietnam ainsi que de la naissance de plusieurs domaines scientifiques et culturels au moment où l’Asie commençait à s’ouvrir vers l’Europe.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

La naissance du roman vietnamien à la fin du XIXe siècle et les influences françaises. La littérature francophone vietnamienne du XXe siècle et d’aujourd’hui, étude comparatiste avec les littératures francophones africaines. Le fonds d’archives et les manuscrits de l’écrivain d’origine vietnamienne Pham Van Ky. La traduction en vietnamien de Sodome et Gomorrhe, et celle d’Albertine disparue de Marcel Proust.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Le poste de chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est, au sein du département Littérature et Art m’a offert l’occasion de connaître et d’approfondir un fonds documentaire très riches des littératures du Vietnam, du Laos et du Cambodge. Les missions liées à ce poste me permettent d’acquérir des compétences de gestion et d’organisation de la bibliothèque et surtout, de développer mon sens de la communication en assurant régulièrement le service public dans les salles de lectures.

Par ailleurs, la soutenance de ma thèse le 6 janvier 2015 a donné lieu à un débat passionnant avec les membres de mon jury. Cette soutenance m’a ouvert des opportunités pour prolonger le sujet de recherche que j’ai mené lors de mon doctorat, notamment de présenter aux chercheurs de l’équipe ITEM-CNRS mon projet d’explorer le fonds d’archives de l’écrivain Pham Van Ky, conservé aujourd’hui au Département des Arts du Spectacle de la BnF1. Ce fonds contient des tapuscrits inédits de cet écrivain : romans, théâtre, poésie, essais. Pham Van Ky a eu du succès de son vivant, a notamment eu le Grand Prix du roman de l’Académie française en 1961 avec son roman Perdre la demeure. Malheureusement, aujourd’hui, il est tombé dans l’oubli.

Récemment, j’ai obtenu le Prix Jeunesse de la Francophonie 35<352. Le voyage en Côte d’Ivoire pour la remise du prix a été pour moi une expérience formidable. Les 35 lauréats de ce prix ont été sélectionnés parmi plus de 200 candidatures dans tout l’espace francophone pour leur projet en matière d’innovation. Je suis fière d’être parmi eux pour mon travail de valorisation du fonds Pham Van Ky décrit ci-dessus. Cette occasion m’a permis de rencontrer des chercheurs étrangers ainsi que des jeunes innovateurs dans d’autres domaines que la bibliothéconomie. Ces contacts m’ont donné une vision plus complète sur la francophonie dont le Vietnam contribue activement à la promotion.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Ce quotidien est caractérisé par une diversité des activités, entre la veille documentaire, l’acquisition, le catalogage et la valorisation des collections sur différentes voies de publication. Être en contact avec les lecteurs en banque de salles et à distance est aussi une partie enrichissante de ma fonction. Le travail de chercheur m’aide d’abord à comprendre les besoins ainsi que les difficultés des lecteurs venant étudier à la BnF, puis à répondre à leurs questions afin de mieux les guider dans leur quête documentaire. Par ailleurs, mes expériences dans la recherche favorisent la tâche de valorisation qui est souvent bien plus prenante que l’on peut l’imaginer. Il s’agit par exemple de rédiger des articles ou des ouvrages de qualité scientifique sur différents auteurs ou sur un certain corpus documentaire, d’organiser des rencontres, des tables rondes, des colloques, ou de participer à des chantiers, comme l’élaboration en cours du portail numérique France-Vietnam.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

C’était peut-être en dernière année de ma maîtrise en Français Langue Etrangère (FLE) au Vietnam. Pour l’obtention du diplôme de fin d’étude, il fallait choisir un sujet de mémoire en linguistique, en didactique ou en littérature française. J’ai alors choisi de faire un mémoire en littérature française, en prenant A la recherche du temps perdu de Marcel Proust comme objet d’étude. En effet, j’ai été toujours attirée par la lecture des textes littéraires durant mon enfance. L’apprentissage de la langue française a été pour moi une porte ouverte vers d’innombrables œuvres qui n’avaient pas de traduction en vietnamien. Lorsque j’atteignais un niveau de français suffisant pour accéder à La recherche, le style de Proust m’émerveillait. Aujourd’hui, j’approfondis toujours le texte proustien avec l’ambition de le traduire en vietnamien – ce travail est en cours – tout en élargissant mon champ de recherche aux échanges culturels et littéraires franco-vietnamiens.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

La richesse des collections dans tous les supports (papiers, monnaies, objets et décors de théâtre, support multimédia, etc.) et sa vaste couverture dans le temps et dans l’espace géographique. Le rôle pionnier de la BnF dans la gestion des métadonnées, dans la numérisation et dans le partage des documents numériques à l’échelle internationale.

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

L’écriture et la lecture, la peinture, la cuisine vietnamienne et la pâtisserie française, le bricolage. J’aime aussi voyager pour découvrir de nouvelles cultures et de nouveaux amis provenant de tous les coins du monde.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je crois que mes plus belles réussites m’attendent car le temps et les rencontres au travail et en dehors de celui-ci me font évoluer chaque jour.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Une grande curiosité, la persévérance, la rigueur, l’ouverture d’esprit, le sens du partage et la capacité à travailler en équipe.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer l’histoire de l’humanité ?

L’écriture qui permet à l’homme de communiquer d’une génération à une autre, de transcrire l’Histoire. Les systèmes d’écriture façonnent le raisonnement et l’imaginaire de l’être humain. Comme Pham Van Ky s’exprime à propos des idéogrammes d’Extrême-Orient :

Et même chez le jeune écolier qui ânonnait ses premiers caractères, la calligraphie primait sur le son. Elle lui proposait déjà un effort de dépassement, car elle ne cerne pas ce qui aboutit à des limitations et ce qu’elle éconduit avec urbanité : le regard furtif, éphémère, l’ombre instable – que la peinture elle-même bannit -, le phénomène et l’illusion. Elle va tout droit à l’être décanté, désincarné, essentiel, elle liquide la tension de tout ce qui vit et palpite, elle représente une sorte de demi-bouddhisme qui dénonce les futilités mortelles. Mais, ne niant pas la figure contrairement au bouddhisme primitif, elle confère validité et pérennité à la figure par excellence qu’est l’Idéogramme, elle en fait un archétype élucidé à vue, parfait, exemplaire. Et de même que l’Eglise romaine, lieu reconnaissable où se montre la grâce, forme le corps vivant du Christ, l’Extrême-Orient tout entier forme le corps vivant de son écriture.

Le pouvoir de l’écriture. » (Des Femmes assises ça et là, 1964, p. 25)

Aussi les autres systèmes d’écriture influencent d’une autre manière ceux qui les utilisent.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Je rebondis sur ma réponse faite à propos de mes plus belles réussites pour dire que le hasard, si on le définit comme opportunités, rencontres ou chance, joue un rôle crucial dans la carrière et dans la vie en général.

Enregistrer

  1. « Fonds Pham Van Ky (théâtre, littérature) » : instrument de recherche consultable dans le catalogue BnF Archives et manuscrits de la BnF, url : <http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc101230j> []
  2. NDLR : Giang Huong Nguyen a remporté le 3e prix dans la catégorie « Coup de coeur du Jury » du Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35, url : <http://www.francophonie3535.com/> et <https://www.facebook.com/Francophonie3535/posts/1200389440018944>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Rémi Mathis

398px-remi_mathis_bnf_2011-11-07_n01
Portrait de Rémi Mathis. Photo prise sur le site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France par Marie-Lan Nguyen

Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Rémi Mathis, chargé des estampes du XVIIème siècle au département des Estampes et de la photographie et rédacteur en chef des Nouvelles de l’Estampe.

Quel est votre parcours ?

Il est très classique pour occuper le poste qui est le mien : je suis passé par l’École des chartes (archiviste paléographe de la promotion 2007), et j’ai choisi l’enssib comme école d’application (enssib 2008 – DCB 16) afin de devenir conservateur des bibliothèques. Parallèlement au cursus en écoles et en lien avec ma thèse d’École des chartes, j’ai suivi des études d’histoire moderne à l’université, me spécialisant sur le XVIIe siècle à l’université Paris IV-Sorbonne.
Pour mon premier poste, j’ai dirigé une bibliothèque universitaire (bibliothèque de sciences humaines et sociales Paris-Descartes-CNRS) et j’ai cherché à exercer le plus rapidement possible sur un poste scientifique – d’où mon arrivée au département des Estampes de la BnF en 2010.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Ma thèse de l’École des chartes portait sur le personnel politique de Louis XIV, et en particulier sur Simon Arnauld de Pomponne, qui a dirigé la diplomatie française à l’apogée de sa puissance. Travailler sur un membre de la famille Arnauld amène  forcément à approfondir la question du jansénisme, sur lequel je travaille encore aujourd’hui de manière transversale.

Mais le fait de travailler comme conservateur amène surtout à se recentrer sur les fonds de bibliothèques et donc à privilégier l’histoire du livre (des stages à l’étranger m’ont amené à me passionner pour la bibliographie matérielle) et, surtout, pour moi, de l’estampe. La majeure partie de ma recherche actuelle a donc pour sujet l’estampe française du XVIIe siècle.

Ma tâche de fond en tant que chargé de collections pour le XVIIe siècle est de travailler à ce qu’on appelle l’Inventaire du fonds français. Il s’agit de réaliser un inventaire des estampes françaises du département, graveur par graveur, en les prenant systématiquement, par ordre alphabétique – mais étant donné l’incroyable richesse de la Bibliothèque nationale et le manque de recherches sur la plupart de ces œuvres, cet IFF se rapproche d’un catalogue raisonné – et souvent le premier jamais réalisé sur ces graveurs, dont il faut également rechercher les (trop rares) traces qu’ils ont laissé dans les archives – essentiellement des actes notariés – afin d’écrire leur biographie et replacer leurs créations dans le contexte de l’époque. À la fois l’IFF et le travail quotidien aux côtés des lecteurs nous amènent à voir de très nombreuses œuvres qui font jaillir des questions, nous oblige à faire des rapprochements, etc., d’où des recherches ponctuelles qui donnent lieu à des articles.

Quelles sont les applications de vos recherches ?

Il est forcément difficile de parler d’application pour de la recherche historique – qui est forcément une recherche fondamentale, très spécialisée, et sans forcément de retombées directes, ou en tout cas évidentes, pour le grand public.

Mais, d’abord, la recherche menée par un conservateur a des caractéristiques qui la différencient de celle d’un universitaire. Nous travaillons avant tout sur les fonds dont nous avons la responsabilité. Les recherches que nous menons permettent avant tout de publier des instruments de recherche donnant accès aux collections – que ce soit des catalogues publiés par les éditions de la BnF (Inventaire du fonds français…) ou les notices du catalogue général informatisé. Au-delà, quand j’écris un article de quinze pages sur un recueil d’estampes, ce n’est pas seulement parce que ça m’intéresse personnellement (même si c’est évidemment le cas !) mais parce que mon travail consiste à le mettre à disposition des lecteurs de la BnF et que cela ne peut se faire que si on comprend ce qu’est cet objet, pourquoi il a été créé, quand, par qui, en quoi il est original, ce qu’il dit. L’accès à des collections n’est pas immanent et le conservateur est là pour le faciliter – que ce soit en direction des chercheurs, d’autres institutions ou du grand public.

Le grand public sera, lui, touché par des ouvrages de diffusion que nous ne pouvons écrire que parce qu’un travail de spécialiste a été fait antérieurement. Dans mon cas, j’ai par exemple pu codiriger avec Valérie Sueur-Hermel un très joli ouvrage sur la représentation des animaux dans l’estampe1 (une question passionnante d’histoire des sociétés et des représentations, autant que d’histoire de l’art !), publier les poésies et maximes de Robert Nanteuil (l’un des meilleurs graveurs français sous Louis XIV)2 ou, dernièrement, publier un livret sur un des fleurons de notre collections : les dessins qu’un prince allemand a fait réaliser de son jardin de fleurs rares au milieu du XVIIe s3. À chaque fois, nous essayons de faire passer des connaissances qui existent ailleurs, mais que les gens n’iront pas chercher dans des revues universitaires ou des livres hors de prix écrits dans une langue rare… Il n’est pas rare non plus que nous donnions des conférences sur des sujets plus ou moins larges, dans des bibliothèques, des musées, des écoles, etc.

Nous organisons également régulièrement des expositions – qui se trouvent à la limite de la recherche, de la synthèse des recherches antérieures et de la présentation au grand public. J’ai ainsi récemment pu, avec Vanessa Selbach (BnF), Louis Marchesano (Getty) et Peter Fuhring (fondation Custodia) récemment, être le commissaire d’une exposition présentée à Los Angeles (Getty) et à la BnF (Tolbiac) qui fait le point sur près d’un siècle de recherche sur l’estampe française sous Louis XIV, qui a ainsi pu montrer à des dizaines de milliers de visiteurs des planches exceptionnelles qui ne sont habituellement consultées que par des spécialistes dans nos salles de lecture, et proposer à travers le catalogue4 une synthèse qui fera sans doute référence sur le sujet pendant quelques dizaines d’années, ouvrant ce monde de l’estampe aux étudiants, aux amateurs, et aux chercheurs non directement spécialistes du sujet.

Enfin, les applications, c’est aussi l’enseignement. Je suis chargé de cours en histoire de l’estampe à l’École des chartes et à l’École du Louvre : les cours que je prodigue se nourrissent de nos intérêts, de nos découvertes, des anecdotes, de nos curiosités récentes… Il est formidable de voir des étudiants se passionner pour de telles matières, éventuellement leur proposer des sujets, les retrouver quelques années plus tard…

Le quotidien d’un conservateur-chercheur, c’est quoi au juste ?

La recherche ne peut forcément constituer qu’une partie de notre temps. Le travail quotidien est constitué d’une multitude de petites tâches : accompagner les lecteurs et répondre à leurs questions – que ce soit sur place ou par mail ; gérer la vie du service et des collections dont nous avons la charge sous tous les aspects : restauration, numérisation, expositions (travailler aux dossiers de demandes de prêt avec le conservateur chargé de cette question, puis parfois accompagner les œuvres à paris comme à l’autre bout de la Terre après avoir rédigé un constat d’état), reproductions, acquisitions… À cela s’ajoute les questions de fonctionnement quotidien : depuis quelques mois, les travaux menés sur le site Richelieu ont une grande influence sur nos emplois du temps dans la mesure où l’ensemble de nos collections doivent être déménagés dans de nouveaux magasins, et que nos bureaux eux-mêmes vont être déplacés pour quelques années. Nous avons aussi quelques tâches transversales : en  ce qui me concerne, je suis par exemple le correspondant pour le département des Estampes du dépôt légal de l’Internet.

Une bonne partie de ces tâches sont directement liées à nos missions de service public. Comme il est difficile de trouver ce qu’on cherche dans nos collections labyrinthiques, le conservateur constitue une interface souvent mise à contribution… ce que nous faisons avec plaisir, mais qui prend beaucoup de temps. Rechercher une pièce en particulier peut en effet être compliqué : les collections sont organisées par série, comme dans des archives et non décrites pièce à pièce. À cela, une raison : nous gérons des centaines de milliers d’œuvres, souvent jamais décrites – ce qui nous interdit de nous référer à une quelconque littérature –, quand un musée en a quelques centaines, tout au plus quelques milliers.

La recherche, en particulier, celle qui permet de rédiger les inventaires, c’est donc notre tâche de fond, mais nous devons pour la mener à bien être extrêmement bien organisés, et vigilants, pour ne pas nous laisser manger par les petites urgences du quotidien.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

J’ai toujours trouvé l’activité de recherche fascinante. Mon père pratiquait la paléontologie, il était spécialiste des mammifères de l’éocène et a décrit de nouvelles espèces. La recherche est une activité qui a toujours été très mise en valeur dans mon milieu : les exemples que je recevais enfant étaient plus ceux de grands archéologues, de scientifiques ou de prix Nobel que de chefs d’entreprises ou de présentateurs de télévision ! Mais je n’ai jamais fait une fixation sur cela et, si je m’intéressais à l’histoire, j’étais tout aussi curieux de géographie ou de sciences – j’ai d’ailleurs passé un bac scientifique. Un premier choix s’est opéré quand j’ai décidé de suivre une classe préparatoire littéraire (et non scientifique) et surtout de préparer le concours de l’École des chartes – les documents historiques me fascinaient alors, et j’achetais déjà des livres anciens avec mon argent de poche de lycéen. Et il était clair pour moi en intégrant l’École des chartes que je le faisais pour les postes spécifiques. Attention, cela ne signifie pas que je méprise les postes plus administratifs ou le management, tout au contraire : je suis persuadé qu’il est de toute première instance que les équipes scientifiques puissent être dotées d’un projet stratégique clair, qu’elles soient suivies et encadrées, que des objectifs réalistes soient fixés et des comptes rendus : j’ai pu effectuer ces tâches en BU et dans la vie associative, elles sont loin de me rebuter et je suis prêt à les assumer de nouveau… si c’est dans ce milieu patrimonial où le manager est le chef d’orchestre, le maïeuticien qui aide organiser, à rendre plus efficaces et plus cohérents le travail et la recherche de son équipe.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Je ne désire pas mettre en valeur un objet en particulier : je suis assez critique envers l’habitude de starifier telle ou telle pièce, tel ou tel artiste, ce qui, les abstrayant de leur contexte,  modifie complètement leur sens, crée des anachronismes, trompe le spectateur. Notre rôle de scientifique est au contraire de remettre en contexte, de rendre représentatif, de faire comprendre des phénomènes. À cet égard, le département des Estampes et de la Photographie est un objet patrimonial à lui tout seul : il est exceptionnel d’avoir conservé à travers les siècles le cabinet des rois de France et de pouvoir encore aujourd’hui travailler sur leurs collections, au sein d’une structure qui a continué à vivre sa vie, à grandir, à travailler. Le « cabinet des estampes » est le plus complet au monde par ses collections, c’est le témoin du savoir et des interrogations de nos ancêtres, c’est une référence mondiale, et c’est une merveille patrimoniale en soi, dont je m’émerveille chaque jour en y travaillant !

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

Je crois qu’il est important de rappeler qu’un chercheur est une personne comme une autre : les physiciens ne sont pas des savants fous, les historiens ne rêvent pas de vivre à Versailles sous Louis XIV…
Mes loisirs sont donc tout à fait banals : je lis, je pratique le badminton, je jardine, je vois mes amis… même si je dois bien avouer que j’écris également des articles et ouvrages qui ne sont pas en relation avec mon travail à la BnF, les soirs et les week-ends (histoire du livre, histoire du jansénisme…)
Je suis très actif sur les réseaux sociaux et prends part à la vie citoyenne et intellectuelle de notre temps. En particulier, je suis très impliqué dans le mouvement pour la connaissance libre, dans Wikipédia (j’ai présidé Wikimedia France pendant quatre ans) : là encore, il s’agit sans doute du symptôme du fonctionnaire mais je suis extrêmement attaché à la notion de bien public. Quand on reçoit, il faut donner en échange. Et quand de l’argent est dépensé, il faut qu’il le soit efficacement en maximisant ses retombées. Internet a énormément fait à cet égard pour le partage des connaissances et des données, mais il reste encore de nombreux sujets de travail en matière d’open data, open content, voire open gov – et j’ai la chance de pouvoir œuvrer sur des projets en étant entendu. La société évolue… mais lentement, ce qui est parfois frustrant quand des évolutions sont à la fois inévitables et largement bénéfiques à moyen terme.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Là non plus, je ne veux pas donner une impression fausse de notre métier : on fait rarement des « coups » et, quand on en fait, nous travaillons sur des sujets qui semblent tellement spécialisés à l’immense majorité de la population, que cela ne peut impressionner que notre petit milieu, constitué de quelques dizaines de personnes à peine. Contrairement à ce que font souvent croire les médias, la recherche ne se nourrit pas de réussites ponctuelles et éclatantes mais d’une multitude de petites avancées.

Sans doute a-t-on tendance, en tant que spécialiste, à accorder de l’importance à des sujets qui ne toucheraient personne d’autre que nous, mais trouver une nouvelle œuvre d’un graveur sur lequel on travaille depuis des semaines est un vrai plaisir qui illumine votre journée. De même quand, aux Archives nationales, on trouve enfin le contrat de mariage ou l’inventaire après décès de l’artiste : un coup au cœur accompagne cette joie de la découverte et cet espoir d’ouvrir une nouvelle porte qui apportera de l’inédit !

Car, encore une fois, soyons conscients que nous travaillons en terra incognita : c’est justement là que réside nos plus belles réussites, dans la capacité à faire resurgir la vie de quelqu’un, à lui redonner une valeur alors que la personne est morte et oubliée depuis trois siècles. Dernièrement, dans le cadre de l’IFF, j’avais ainsi à peine quelques pièces signées d’un certain « P. Leroy ». Chercher partout où peuvent se trouver des pièces signées de lui permet de créer un petit corpus. On cherche alors un début de biographie aux Archives nationales : j’ai eu la chance de trouver à la fois son acte de mariage et son inventaire après décès – car il est mort à 32 ans à peine. Ce dernier document donne une liste d’estampes trouvées dans son atelier – ce qui permet de lancer de nouvelles recherches pour retrouver ces pièces. On regarde également ce qu’on peut trouver dans d’autres grands cabinets d’estampes : le British Museum, le Rijksmuseum, etc. Découvrant qu’il était originaire de Blois, c’est l’occasion de demander de l’aide à quelques collègues : les archives du Loir-et-Cher ont ainsi pu déterminer sa date de naissance en découvrant son acte de baptême. En quelques jours, un individu complètement oublié reprend vie, un œuvre apparaît, des hypothèses peuvent être émises pour combler les trous (son arrivée à Paris grâce à un oncle orfèvre déjà sur place, un apprentissage chez le graveur de portrait Antoine Masson, dont il réalise le portrait…). Je ne pense pas révolutionner l’histoire de l’art en faisant cela, et Pierre Le Roy demeure un graveur de troisième ordre, mais c’est très satisfaisant et donne une image de plus en plus nette de la production d’image à cette époque, de la condition d’artiste – loin de la vision faussée que l’on peut avoir quand on ne présente que les chefs d’œuvres et les mêmes noms qui reviennent sempiternellement.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La première qualité est la curiosité. On ne cherche que parce qu’on désire savoir toujours un peu plus, qu’on désire creuser, qu’on ne se satisfait pas des zones d’ombre ou des explications qui n’en sont pas. Cette curiosité, on l’a par son caractère, par son éducation, mais on la crée aussi en soi en se posant les bonnes questions.

C’est là qu’intervient la seconde qualité : l’esprit critique, la capacité à remettre en cause ce qui a été dit, ce qui n’est pas suffisant, ce qui ne va pas assez loin, ce qui n’est pas cohérent. Quand ce qui a été publié ne vous satisfait pas, on ne se contente pas de le regretter mais, dans la mesure du possible, on reprend le problème à son origine.

Après, il faut bien sûr faire preuve de rigueur, avoir une bonne culture pour remettre immédiatement en contexte ses trouvailles et leur assigner leur véritable signification, une capacité de synthèse… et beaucoup de patience, une grande capacité de travail. Toutes qualités qui peuvent être personnelles mais qui s’acquièrent : malgré les critiques que l’on entend régulièrement sur le système français, le passage en khâgne et à l’École des chartes m’a semblé une formation excellente, qui donne toutes les bases nécessaires pour permettre à notre esprit de progresser.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Elle est sans aucun doute très importante. Vous savez, on a souvent l’impression, dans la vie quotidienne, qu’on n’a jamais entendu parler d’un phénomène et que, dès qu’on en apprend l’existence, on le voit partout dans les journaux et dans les livres. Je vous donne un exemple, quand j’étais étudiant : en stage dans une bibliothèque italienne, je tire au hasard des rayonnages un livre en français. Il s’agit de l’édition de récits de voyages de Français qui se sont engagés dans la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC) et qui ont donc vécu en Asie du Sud-Est (Indonésie actuelle…) au XVIIe siècle : ces récits sont rarissimes, on n’en connaît que deux. Le mois suivant, dans les archives du ministère des Affaires étrangères, je découvre dans les papiers personnels d’un commis des années 1660 un texte auquel personne n’a jusqu’alors prêté attention et qui n’a, a priori, rien d’exceptionnel : mais, en réalité, il s’agit d’un troisième récit d’un marin français de la VOC, inconnu jusqu’alors. Il est rédigé par un marin qu’on connaissait pour avoir été l’un des premiers Français du Québec, mais nous ignorions tout de sa jeunesse néerlandaise et des événements dont il parle ! C’est un texte fascinant, que je dois prochainement publier après l’avoir donné comme sujet d’étude à un étudiant de master, et que je n’aurais jamais remarqué si je n’avais pas pris ce livre au hasard un mois avant à Venise.

Il en est de même des rencontres, évidemment : je dois énormément non seulement à mes maîtres mais à de nombreux collègues que j’ai rencontrés ici et là. C’est par ces échanges que nous évoluons, approfondissons nos approches, découvrons des nouvelles questions. Lire les travaux des autres – y compris dans des disciplines pouvant paraître éloignées de la nôtre – et discuter avec de beaux esprits reste la meilleure manière de progresser soi-même !

  1. NDR : Rémi Mathis et Valérie Sueur-Hermel, Animal, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, DL 2014, 164 p. ISBN 978-2-7177-2615-2 []
  2. NDR : Robert Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l’estampe, 2016, 24 p. ISBN 979-10-96279-01-2. L’ouvrage s’acquiert par correspondance auprès de la rédaction des Nouvelles de l’estampe, dans leurs bureaux du département des Estampes de la BnF et dans une sélection de points de vente. Edition limitée à 500 exemplaires, numérotés. 8 € []
  3. Florilège : Jardin extraordinaire / choix et présentation de Rémi Mathis, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2016, 48 p. []
  4. NDR : Images du Grand siècle : l’estampe française au temps de Louis XIV, 1660-1715 : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, galerie 1, 3 novembre 2015-31 janvier 2016, Los Angeles, Getty center, 16 juin-6 septembre 2015] / [organisée en collaboration avec The Getty research institute] ; [catalogue] sous la direction de Rémi Mathis, Vanessa Selbach, Louis Marchesano et Peter Fuhring, Paris : Bibliothèque nationale de France ; Los Angeles : The Getty research institute, DL 2015, 271 p. ISBN 978-2-7177-2663-3 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Décès de Paulette Perec, conservateur à la BnF et veuve de Georges Perec

Saluons la mémoire de notre collègue Paulette Perec (née Pétras) décédée à l’hôpital de Chevilly-Larue (Val-de-Marne) ce samedi 5 novembre.paulette-perec

En effet, si elle a été un temps à la ville l’épouse de l’écrivain Georges Perec, elle fut professionnellement conservateur à la Bibliothèque nationale de France de 1965 à sa retraite, comme son mari fut documentaliste au CNRS de 1961 à 1978 (au laboratoire de neurophysiologie du CHU de Saint-Antoine puis à Gif-sur-Yvette) employant les fiches Flambo et Pikaboo.

Son parcours aux côtés de Georges Perec est rappelé dans l’article que lui consacre Denis Cosnard dans le Monde (http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/11/07/mort-de-paulette-perec-veuve-de-georges-perec_5026729_3382.html). Les connaisseurs de l’oeuvre de Georges Perec savent combien l’exercice d’un tel emploi n’était pas anodin pour un esprit rompu aux listes, à la classification et à la taxinomie. La publication de Penser/Classer1 vint le confirmer.

Il en fut de même pour Paulette Perec qui mit ses compétences au service de l’oeuvre de celui qui fut son mari en inventoriant2 ses archives et, entre autres, en dirigeant les Portrait(s) de Georges Perec ((Portrait(s) de Georges Perec, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2001, 238 p.)) parus aux éditions de la BnF en 2001. Elle y contribua également en proposant la « Chronique de la vie de Georges Perec : 7 mars 1936-3 mars 1982 ».

Pour ceux qui voudraient la voir et l’entendre, mentionnons sa participation à l’atelier d’écriture « écrire la ville » réalisé avec François Bon, où elle évoquait en 2008 le travail de son mari. La vidéo est consultable à l’adresse : http://classes.bnf.fr/ecrirelaville/rencontres/perec.htm.

Entrée à la BnF en 1965 au département des Périodiques, elle a intégré le département des Imprimés en 1971, où elle dirigea dans la célèbre salle des catalogues l’équipe chargée de l’intercalation des nouvelles fiches dans les fichiers (auteurs, titres, matières, etc.). Comme quoi, elle devait partager le vertige taxonomique de Georges Perec pour les fiches du Répertoire Bibliographique Universelle (RBU) de Paul Otlet…

Entre 1981 et 1985, elle est responsable des affiches et du service public au département des Estampes, avant de rejoindre la bibliothèque de l’Arsenal en 1986, où elle gère essentiellement les entrées (acquisitions, dépôt légal…). Elle contribua à plusieurs expositions toujours en lien avec la littérature. Ainsi en 1974, elle participa à l’exposition Ernest Renan et en 1987 à celle portant sur le roman feuilleton intitulée « Les mystères du rez-de-chaussée : le journal du feuilleton ». En 1991, elle devient responsable des acquisitions en antiquariat pour le département des Imprimés, où elle développe une expertise qui lui permet de remplir le même rôle au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme à partir de 1995, tout en conseillant ses homologues des autres départements thématiques, avant de s’occuper de la coordination des dons et échanges pour tous les départements thématiques.

Beaucoup la connaissaient pour son rôle dans l’Association Georges Perec, fondée dès 1982, l’année même de la mort de son époux, et pour sa présence si vive et passionnée dans tous les événements visant à promouvoir cette œuvre majeure. C’est grâce à elle que le fonds Georges Perec a pu être déposé à la bibliothèque de l’Arsenal3. Elle a pris une part capitale à l’établissement de son inventaire et à la vie de l’Association, présente chaque semaine rue de Sully.

  1. Penser, classer, [Paris] : Hachette, 1985, 184 p. []
  2. avec Ela Bienenfeld, née en 1927 et décédée le 1er février 2016 et Bianca Lamblin (1921-2011), toutes deux cousines de l’écrivain []
  3. Le fonds Georges Perec et le fonds de l’Association ont pour ainsi dire été aux prémices de la spécialisation oulipienne de l’Arsenal puisque se sont rajoutés les fonds de Jacques Jouet depuis 1999, de Noël Arnaud depuis 2003, de Jacques Bens en 2004 puis de l’Ouvroir de littérature potentielle en 2005, complétés en 2009 par ceux de François Caradec et de Paul Fournel en 2014 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Anne Weddigen

DSCN6250Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Anne Weddigen, chargée de recherches documentaires au service des Manuscrits orientaux, évoque son quotidien.

Pouvez-vous vous présenter ?

Normalienne et agrégée de lettres Classiques, actuellement doctorante à l’Université de Reims sous la direction de Didier Marcotte. J’occupe un poste de CRD à la BnF au département des manuscrits grecs, où je rédige les notices de catalogue pour les manuscrits grecs 2430 à 2549 de l’ancien fonds, et assure une charge d’enseignement à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE).

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Je travaille sur la musique grecque antique, et plus précisément sur les traités scientifiques sur la musique, l’harmonie étant une des quatre disciplines mathématiques. Je prépare1 l’édition des Harmoniques de Manuel Bryenne, un mathématicien-astronome qui a écrit autour de 1300, à partir d’une collection de textes beaucoup plus anciens allant du IVè siècle av. J.-C. (Aristoxène de Tarente) au IIè siècle ap. J.-C. (Ptolémée).

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargé de recherches documentaires ?

Le poste de CRD est une opportunité particulièrement enrichissante à la condition que le fonds documentaire traité soit en lien avec, voire partie intégrante du travail de thèse. Dans mon cas, le travail de catalogage me permet de me familiariser avec les manuscrits médiévaux dans le contact quotidien, ce qu’aucun séminaire de recherche ne pourrait transmettre. Non seulement j’ai accès directement aux manuscrits nécessaires à mon travail d’édition, mais je dois aussi étudier d’autres manuscrits dont les particularités  ouvrent des pistes de recherche ou de réflexion précieuses pour le travail de thèse.

Par ailleurs, la mission de rédaction des notices me forme aux outils bibliographiques spécifiques, et me donne peu à peu une connaissance fine et précise des collections de la BnF.

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Dans mon cas, la séparation est très nette entre ces deux activités. Les heures d’enseignement étant fixées dès le début de l’année, j’organise mon emploi du temps hebdomadaire de sorte à venir deux jours par semaine en moyenne à la BnF. Ce temps est alors entièrement consacré à la mission du CRD, et non à l’enseignement. En revanche, il peut m’arriver d’utiliser en cours des exemples de manuscrits que j’ai eu à cataloguer à la BnF. Mais cela n’est pas très fréquent, car j’enseigne le grec ancien pour débutants, et non la paléographie.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Affirmer mon orientation de recherche dans la mesure des opportunités professionnelles qui s’offriront alors. Je souhaite pouvoir continuer une carrière dans l’enseignement supérieur et la recherche, malgré la pénurie de postes qui s’intensifie en sciences humaines. Il est impossible de prévoir aujourd’hui quelle forme cela pourra prendre d’ici la fin de mon doctorat.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

Je donnerais deux conseils contradictoires et complémentaires. Le premier : ne pas se censurer, ne pas éliminer cette option par principe. Le second : être sûr que ce poste correspond à son profil.

La charge de travail pour un CRD est nettement plus élevée que celle d’un doctorant contractuel avec monitorat. En échange, ce contrat et mieux rémunéré, plus intéressant, et bénéficie d’une année supplémentaire. Je déconseille ce choix à toute personne qui ne construirait qu’un lien factice entre son sujet de thèse et le projet sur fonds documentaire, car le CRD est chronophage, et n’est un formidable outil de travail que si le travail effectué apporte aussi un bénéfice à la recherche de thèse.

Le CRD a l’avantage de n’être pas prédéfini : c’est au candidat de réunir dans un projet commun un organisme documentaire et une institution d’enseignement supérieur. C’est donc un projet que l’on peut façonner pour qu’il nous soit le plus bénéfique possible. Il vaut la peine de le construire plusieurs mois à l’avance en concertation avec les différentes parties, notamment avec l’organisme documentaire. Cela permet d’élaborer et de définir en commun la mission de recherche, afin qu’elle soit véritablement complémentaire de la thèse et, pourquoi pas, de la charge d’enseignement.

  1. Édition, traduction et commentaire du traité des Harmoniques de Manuel Bryenne. Présentation disponible en ligne : <http://www.theses.fr/s153263> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Thierry Pastorello

s200_thierry_pastorelloLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Thierry Pastorello, gestionnaire de collections et coordinateur de la valorisation au département Philosophie Histoire Sciences de l’homme.

Quel est votre parcours ?

Après des études d’histoire à L’Université Lyon 2 (Maîtrise d’histoire), j’ai obtenu le DEUST des métiers du livre et réussit un concours. J’ai été nommé à la BnF en 1996. J’ai préparé un Doctorat sociétés occidentales sous la direction d’André Gueslin de l’Université Denis Diderot Paris VII de 2002 à 2009. J’ai obtenu mon doctorat avec les félicitations de mon jury. Ma thèse portait sur l’homosexualité à Paris entre XVIIIe et XIXe siècle. Ensuite, j’ai publié ma thèse1 et j’ai continué mes activités de recherche à l’Université Paris VII laboratoire Identités – cultures – territoires et au Cahiers d’histoire : revue d’histoire critique : je suis membre du comité de rédaction. J’ai participé à des colloques et journées d’études.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Je suis un historien des homosexualités. Mes recherches portent sur les homosexualités en France principalement mais pas seulement entre XVIIIe siècle et aujourd’hui au plan des vécus, discours et juridique.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

La soutenance de ma thèse le 31 mars 2009, car il y eut un débat intéressant avec les membres de mon jury (Président Robert Muchembled, André Rauch, Elisabeth Roudinesco, André Gueslin, Didier Godard). Il y eut en même temps une véritable empathie. Ce fut un moment de débat passionnant et enrichissant et qui prolongeait le travail que j’avais produit2. Quelques autres moments marquants concernent plus spécifiquement la BnF, dans le cadre de mes activités de valorisation des présentations d’ouvrages avec bibliographie que l’on fit avec d’autres collègues : à l’occasion des trente ans de l’abolition de la peine de mort en 20113, en 2013 sur les études de genre : « Hommes femmes les différences au prisme des sciences humaines et sociales« .

 Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Sur le plan de mon activité de bibliothécaire, je peux réinvestir les résultats de mes recherches : dans mes activités de correspondant valorisation haut de jardin à travers les bibliographies et présentations d’ouvrages, dans le cadre de ma contribution aux questions des chercheurs sur le Service d’information des bibliothèques à distance (SINBDAD) et aussi dans le cadre de mon travail sur les collections. Par ailleurs, je suis membre du comité de rédaction des Cahiers d’histoire : revue d’histoire critique et à cette occasion, je produit régulièrement des articles et comptes rendus de lecture sur mes thèmes de recherche. J’ai aussi de nouveaux projets de publication.
Un bibliothécaire chercheur doit établir un équilibre entre ses activités de bibliothécaire et ses activités de recherche et veiller à une bonne coordination entre les deux.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

A la suite de ma thèse, j’ai voulu poursuivre les recherches dans le domaine que j’étudie tant les recherches se développent dans le domaine de l’histoire des homosexualités .

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

La richesse et la diversité des collections de la BnF est marquante et pour mes recherches je trouve dans cette richesse de quoi faire progresser mes recherches.

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

La randonnée car la nature et la montagne me permettent de me relier à l’éternité. J’ai aussi une passion pour le cinéma, les expositions, les voyages, le dernier Dublin avec l’APBNF. Je fais aussi du sport. Par ailleurs, j’ai une pratique spirituelle.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Ma thèse fut pour moi une satisfaction. De plus, elle fut publiée par un bon éditeur de sciences humaines (Créaphis) et j’ai eu des retombées encourageantes. J’ai aussi participé à la publication de deux autres ouvrages. Enfin, dernièrement, avec une collègue des Cahiers d’histoire, Me Annie Burger Roussenac, nous avons dirigé un numéro consacré aux usages politiques du vêtement XVIIIe-XXe siècle4. J’ai réalisé une notice biographique sur Michel  Boué (1947-1993) journaliste de mode à L’Humanité et aussi homosexuel affirmé et qui a côtoyé Yves Saint Laurent, Pierre Bergé…

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La curiosité et l’ouverture d’esprit et aussi savoir garder sa capacité d’émerveillement et aussi l’esprit de synthèse. Ai-je tout ceci ? Je ne peux vous répondre .

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

La découverte du procédé d’impression par Gutenberg au XVe siècle a permis de produire en plus grande quantité des écrits et d’abord la Bible, ce qui a ouvert la possibilité d’une pensée critique sans quoi nous ne serions pas ici. Enfin, au plan médical, l’apparition de la pénicilline fin XIXe siècle début XXe siècle car ceci permet de vaincre un grand nombre de maux qui affecte les populations. Souvenons-nous des épidémies, par exemple la peste noire entre 1347 et 1352 en Europe et qui décima les populations.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Les rencontres sont très importantes car la recherche est une confrontation et un échange. Sans ma rencontre avec Annie Burger Roussenac, je ne me serais intéressé au parcours de Michel Boué et au journalisme de mode et au lien entre mode et homosexualité au cours du XXe siècle. De même, les projets de publication et de recherche naissent souvent de rencontre. On ne peut tout planifier et il faut laisser la place au hasard que constituent les rencontres.

  1. Sodome à Paris : fin XVIIIe-milieu XIXe siècle, l’homosexualité masculine en construction, Grâne : Créaphis éd., impr. 2011, 302 p. []
  2. Sodome à Paris : protohistoire de l’homosexualité masculine fin XVIIIe – milieu XIXe siècle. Disponible en ligne : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00392241/> []
  3. Commémoration des 30 ans de l’abolition de la peine de mort []
  4. Un usage politique du vêtement (XVIIIe-XXe siècles) []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Aurore Schoenecker

Reserve_Salle_20141104_155Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aurore Schoenecker, chargée de recherches documentaires à la Réserve des livres rares de septembre 2012 à août 2016, répond à nos questions.

Pouvez-vous vous présenter ?

Agrégée de Lettres modernes, j’ai choisi de faire de la littérature du XVIIe siècle ma spécialité après avoir été formée dans la première promotion du Master Recherche spécialisé « De la Renaissance aux Lumières », co-habilité entre l’École Normale Supérieure de Paris et les Universités Paris-IV Sorbonne et Sorbonne Nouvelle Paris-3. Alors que j’obtenais le concours externe et préparais parallèlement mon inscription en thèse dans l’École Doctorale 540 transdisciplinaire de l’ENS de Paris, l’intérêt que je portais aux bibliothèques m’a conduite à postuler au statut de chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France. J’ai ainsi eu l’opportunité d’être accueillie comme chercheur associé au département Littérature et art lors de ma première année de doctorat. Puis, toujours guidée par un intérêt pour le livre ancien qui ne faisait que se confirmer, c’est au seuil de ma seconde année de thèse que j’ai sollicité et obtenu le poste de chargée de recherches documentaires à la Réserve des livres rares que j’occupe jusqu’à aujourd’hui.

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Mon travail de recherches documentaires vise à reconstituer et inventorier la bibliothèque de Gaston d’Orléans (1608-1660), le frère de Louis XIII. Cette collection de livres, qu’à son décès le prince légua à son neveu Louis XIV, est entrée à la fin du XVIIe siècle dans les collections de la bibliothèque royale, puis elle a été conservée jusqu’à nos jours dans les collections de ce qui est devenu la Bibliothèque nationale de France. Actuellement, la majorité des volumes provenant de cette bibliothèque sont conservés au Département de la Réserve des livres rares, où il s’est agi pour moi de les identifier par leur facture matérielle – ces exemplaires étant reliés au chiffre ou aux armes de Gaston d’Orléans – puis d’en faire un catalogage précis, intégrant la collation des exemplaires et la description des reliures. Mes recherches m’ont également amenée à rechercher des exemplaires présents dans les collections d’autres bibliothèques françaises conservant des collections patrimoniales, qu’elles soient parisiennes (bibliothèque Mazarine, bibliothèque de l’Institut, bibliothèque de la Sorbonne, bibliothèque Sainte-Geneviève etc.) ou provinciales (par exemple la bibliothèque de Chantilly, la bibliothèque municipale de Lyon, la bibliothèque Méjanes d’Aix en Provence etc.). À ce jour, j’ai pu identifier et décrire environ 2000 exemplaires.

Mes recherches doctorales portent quant à elles sur la diffusion du livre espagnol dans la France du premier XVIIe siècle, en accordant une attention particulière aux traductions françaises des textes espagnols. Cette étude, conduite sous la direction de Madame le Professeur Isabelle Pantin (ENS) se veut transdisciplinaire, à la croisée de la littérature et de l’histoire du livre. Je m’emploie tout d’abord à évaluer l’importance quantitative et qualitative de la pénétration des œuvres espagnoles en France en brossant un panorama général de la production imprimée de livres espagnols en France et en dressant une nomenclature de ce qu’on pourrait appeler la « bibliothèque espagnole de la France » (soit des livres espagnols imprimés par des presses françaises), dont l’ambition n’est pas d’être exhaustive mais suggestive et dont le principe fondamental réside dans l’intégration de tous les domaines du savoir (ainsi des romans côtoient-ils des livres de spiritualité ou d’histoire, des traités techniques ou des ouvrages médicaux…). L’étude se resserre ensuite sur quelques acteurs majeurs de la diffusion et de la traduction des livres espagnols en langue française, figures qui peuvent aussi bien être des traducteurs que des maîtres de langue ou des imprimeurs-libraires : considérant l’activité littéraire de ces « passeurs de textes » au sein de la vie sociale de leur cercle de plumes, je m’applique à mettre au jour les modalités pratiques et intellectuelles de la genèse et de la diffusion des traductions françaises des textes espagnols. Enfin, en suivant l’histoire textuelle et éditoriale de quelques œuvres espagnoles dont la circulation a été particulièrement féconde en France, je cherche à éclairer les choix théoriques et pratiques qui président au travail littéraire de version d’une langue en l’autre, ainsi qu’à déceler dans les circuits et les formes de leur diffusion les présupposés et l’impact, tant intellectuels qu’esthétiques, de leur réception française.

Bien que le champ de ma thèse et celui de mes recherches documentaires ne se recouvrent pas entièrement, ces deux recherches que je mène de front entretiennent des liens étroits. La bibliothèque de Gaston d’Orléans, qui était bon connaisseur de la langue espagnole, constitue pour la thèse un cas tout particulièrement digne d’intérêt car elle est riche de nombreux livres hispaniques ou en langue espagnole. En outre, l’exploration de ces deux champs de recherche suppose une approche méthodologique commune : alors que j’avais retenu pour mes recherches doctorales une approche transdisciplinaire qui permet de mettre au service d’un travail de littérature les données et les apports méthodologiques de l’histoire du livre, sous le double aspect de la bibliométrie (ou bibliographique quantitative) et de la bibliographie matérielle, le travail de recherches documentaires m’a familiarisée avec l’étude du livre ancien considéré en tant qu’objet et par là donné l’occasion d’affûter les outils de travail et d’analyse nécessaires à la bonne conduite de mes recherches doctorales.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargée de recherches documentaires ?

Me voir confier ce projet de recherches documentaires original m’a, comme je le soulignais précédemment, tout d’abord permis de mener parallèlement à ma thèse un travail formateur d’un point de vue méthodologique. Cela a en outre élargi mes horizons de travail et de recherche. Les spécialistes de la littérature d’Ancien Régime savent combien il est fondamental de ne pas borner l’étude de la production écrite de cette époque aux limites restreintes de ce que l’on tient aujourd’hui pour être la « littérature ». Mon travail de reconstitution de la bibliothèque de Gaston d’Orléans, en me permettant de travailler au plus près des collections d’imprimés anciens conservés à la Réserve, a fondé ainsi pour moi l’habitude et l’usage de considérer la production écrite dans l’extension large que lui confère la polymathie propre à la culture lettrée ancienne.

De surcroît, pour qui apprécie la fréquentation des livres anciens, il est évident que la Réserve des livres rares de la BnF constitue un lieu de travail privilégié : durant quatre années, j’ai eu l’opportunité et le privilège de pouvoir travailler sur des collections d’une exceptionnelle richesse patrimoniale, ce que je n’aurais pu faire hors de ce cadre institutionnel.

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Je souhaite en premier lieu mettre en exergue que le poste de CRD offre à de jeunes enseignants une occasion, unique au cours de leur carrière, d’approcher la vie des bibliothèques, à maints égards distincte de celle de l’université. Les deux milieux de travail et les deux activités qu’on y exerce étant extrêmement différents, il faut parvenir à concilier ces vies parallèles en étant adaptable et organisé.

Le plus important a été pour moi de garder à l’esprit que le poste était tripartite et devait se distribuer entre 1/3 de temps pour la recherche documentaire en bibliothèque, 1/3 de temps pour la charge de cours à l’université et 1/3 de temps pour l’avancement de la thèse. De manière pratique, j’ai choisi de cloisonner mon emploi du temps, entre 1) mon temps de travail à la BnF, pour lequel j’ai déterminé des horaires fixes ; 2) ma charge de cours, dont les horaires étaient bien évidemment fixés, mais auxquels il faut ajouter les préparations de cours, les corrections de copies, le suivi pédagogique et l’organisation des examens – que j’avais en charge en tant coordinatrice d’un UE de Licence – ; 3) du temps pour préparer ma thèse, qui nécessitait notamment de consulter des documents anciens en bibliothèque.

Si la recherche documentaire occupe un volume horaire plus important que les heures de cours, elle n’est, de loin, pas la plus difficile à gérer car elle est régulière : c’est surtout la variabilité de la charge de travail liée à l’enseignement qui tend à désorganiser le cours des semaines. Le plus difficile est de parvenir à ménager du temps pour la thèse, alors que d’autres obligations savent se faire sentir infiniment plus pressantes.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Si les cinq années passées à la Bibliothèque nationale de France, en tant que chercheur associé puis en tant que chargé de recherches documentaires, m’ont permis de mener ma thèse dans un cadre statutaire qui était nécessaire, la contrepartie était la charge de travail qu’elles impliquaient en sus de mes recherches doctorales, qui ne m’a pour l’heure pas permis de soutenir ma thèse. Il me faut donc encore me consacrer l’an prochain à l’achèvement de mon doctorat, ce que je pourrai faire de manière exclusive, puisque j’ai eu la grande opportunité d’être recrutée pour l’année 2016-2017 comme Membre scientifique de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques – Casa de Velázquez. Lorsque j’aurai achevé mon troisième cycle universitaire et obtenu des qualifications du CNU, je souhaite participer aux campagnes de recrutement des Maîtres de conférences en section 09 ou 10.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

À un doctorant ou futur doctorant qui se pose la question de savoir si le statut de chargé de recherches documentaires pourrait lui convenir, je dirais en premier lieu que ce poste de CRD n’est pas l’équivalent d’un contrat doctoral, les principales différences étant de trois ordres : elles sont tout d’abord relatives à la durée du contrat, quadriennal (contre trois ans pour un contrat doctoral) ; elles tiennent ensuite au statut administratif, qui a des avantages évidents, puisque les chargés de recherches documentaires sont considérés comme des professeurs agrégés en activité à temps plein ; elles ont trait enfin à la charge de travail, beaucoup plus importante que celle d’un doctorant contractuel : non seulement la charge de cours est plus lourde (elle s’élève à 96h équivalent TD par an), mais il faut aussi y ajouter le travail de recherches documentaires, à hauteur de 400h par an. Si l’on peut être attiré par les avantages qu’offre le statut de chargé de recherches documentaires, il convient de ne pas s’engager dans une démarche de candidature sans avoir une claire conscience de l’impact qu’aura la charge de travail inhérente au poste sur l’avancement de la thèse.

À mon sens, la seule raison qui devrait être réellement déterminante dans ce choix réside dans l’intérêt scientifique que l’on porte aux collections que l’on se propose d’étudier dans le cadre du programme de recherches documentaires : quel sera le gain scientifique de ces recherches ? La réponse peut être un concourt immédiat à la thèse, notamment si l’on travaille directement sur son corpus de thèse, mais aussi – et cela était mon cas -, un apport méthodologique plus indirect. Il me semble que c’est à ces conditions, acceptées en conscience, que le poste de chargé de recherches documentaires pourra, malgré les entraves dont il assujettira la thèse, constituer une expérience formatrice dans la carrière d’un jeune chercheur.


Image de Une : Aurore Schoenecker dans la salle de lecture de la Réserve des livres rares, copyright Béatrice Lucchese/BnF.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Charles-Éloi Vial

vial_charles-eloiLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui Charles-Éloi Vial, chargé de collections « manuscrits modernes et contemporains » au département des Manuscrits,  répond à nos questions.

Quel est votre parcours ?

Après deux années de classe préparatoire, j’ai intégré l’Ecole des chartes de 2007 à 2010 puis l’Enssib en 2011-2012. En parallèle, je me suis inscrit à Paris-Sorbonne où j’ai suivi un parcours Licence-Master-Doctorat. J’ai été recruté à la BnF en 2012 et j’ai soutenu ma thèse en 2013.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

En continuité de mes travaux de thèse, je continue à étudier l’histoire du Premier Empire, tout particulièrement la figure de Napoléon Ier et son entourage. En parallèle, je m’intéresse à ce que j’appellerais les systèmes curiaux tardifs, et notamment les cours des souverains français de la fin du XVIIIe siècle au début de la IIIe République, et aussi à l’histoire du livre et des bibliothèques, notamment à des figures d’érudits proches du pouvoir comme Antoine-Alexandre Barbier ou Jean Vatout, respectivement bibliothécaires de Napoléon et de Louis-Philippe. Je m’intéresse également à l’histoire du cheval et de l’enseignement de l’équitation, et aussi à l’histoire de la chasse, notamment du point de vue iconographique.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Mon arrivée au département des Manuscrits a été un grand moment, car j’ai pu passer de longs mois à découvrir la profondeur et la variété des collections de la BnF, à repérer les fonds non exploités puis à les signaler aux enseignants ou aux doctorants que je connaissais et même à ceux que je ne connaissais pas, mais dont je pensais que les travaux pourraient bénéficier de nouvelles sources. Cela m’a permis de faire venir quelques nouveaux lecteurs et d’attirer l’attention sur des manuscrits qui attendaient parfois depuis plus de deux siècles que des chercheurs s’intéressent à eux.

La soutenance de ma thèse a été un autre moment fort, parce que j’ai eu le plaisir de retrouver parmi l’assistance les chercheurs et les universitaires avec qui j’avais pu nouer des liens depuis plusieurs années, mais aussi mes collègues et supérieurs hiérarchiques du département des Manuscrits, qui m’avaient tous soutenu dans la phase de rédaction et qui tenaient à assister à ce grand moment.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Concrètement, mes recherches ne servent pas à grand-chose, si ce n’est à faire un peu progresser la connaissance historique. Cela passe par la découverte de nouveaux manuscrits ou documents d’archive, par leur critique, souvent par leur édition, et par leur mise en résonnance avec d’autres fonds ou d’autres types de sources, comme des journaux intimes, des mémoires ou des documents graphiques. La publication d’un article, d’un livre ou même d’une notice dans un catalogue d’exposition permet parfois de revenir sur les conclusions formées par d’autres historiens, de les affiner ou de les contredire, voire même de les prendre en flagrant délit de mauvaise foi. L’histoire du Premier Empire, qui me préoccupe particulièrement, est particulièrement intéressante de ce point de vue, car de nombreux auteurs ont privilégiés un seul type de sources, généralement les autobiographies ou les archives militaires, en passant souvent à côté de documents conservés à la BnF ou aux Archives nationales. Souvent, de nombreux historiens se sont aussi contentés d’adapter ou de plagier sans vergogne des ouvrages un peu anciens, en présentant ensuite leur pensée comme novatrice. L’historiographie du Premier Empire a donc patiné pendant de très nombreuses décennies. Même si les travaux de Jean Tulard, puis plus dernièrement ceux menés à la Sorbonne ou à la Fondation Napoléon ont profondément renouvelé la connaissance de l’Empire, il reste encore beaucoup à découvrir. Quand on s’attaque sérieusement aux sources, on se rend ainsi compte qu’un personnage aussi célèbre que Napoléon est encore très peu connu, ce qui est vraiment paradoxal et qui contredit la doxa habituellement dispensée par certains historiens pour qui tout a déjà été dit sur les grands personnages. A ce titre, le premier devoir d’un conservateur-chercheur est de faire connaître ses sources et de les signaler aux chercheurs, que ce soit par des publications, des colloques, des cours, des séminaires, des billets de blog ou même des posts sur twitter, et naturellement en enrichissant le catalogue BnF-Archives et manuscrits. Si un conservateur ne met pas les richesses de la bibliothèque en avant, elles risquent de ne jamais servir à personne.

Pour ce qui est de mon quotidien, il n’est sans doute guère différent de celui de mes autres collègues : j’ai plusieurs dizaines de fonds sous ma responsabilité, je m’occupe d’en faire rentrer de nouveaux, en maintenant des contacts avec des écrivains, des éditeurs ou des universitaires, et je reprends des fonds dont le classement n’avait pas été achevé par mes prédécesseurs. Depuis mon arrivée à la BnF, je me suis par exemple occupé du classement et de la numérisation du fonds René Girard et du catalogage du fonds Masques et Persona, autour des mouvements LGBT des années 1970-1980. Je passe donc beaucoup de temps en magasin noyé dans des cartons, devant mon écran d’ordinateur à enrichir BnF-Archives et manuscrits, ou en salle de lecture à communiquer des documents aux lecteurs. Même s’il m’arrive de prendre un peu de mon temps de travail pour des projets transverses initiés par la BnF comme le projet des Essentiels de Gallica, il m’arrive souvent de revenir le samedi ou de rester au bureau le soir pour dépouiller des manuscrits concernant mes propres centres d’intérêt. Comme il est parfois dur de concilier recherche et vie professionnelle, je préfère prendre sur mes vacances ou mon temps de sommeil et travailler la nuit, en général entre 20 heures et 3 heures du matin. Cela me permet de produire plusieurs articles et au moins un livre par an. Je pense que c’est un des principaux devoirs du conservateur que de beaucoup écrire et d’étudier lui-même ses propres fonds. C’est aussi le seul moyen de parler d’égal à égal avec les universitaires, de comprendre leur démarche et leurs besoins.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

Difficile de me souvenir du moment-clé, même si j’ai très vite voulu travailler sur le XIXe siècle, et plus particulièrement sur l’Empire et la Restauration. Il s’agit peut-être de ma première séance de dépouillement aux Archives nationales, où un conservateur m’avait conseillé de commander des cartons au hasard pour me faire une idée de ce qu’était la recherche en archives. J’étais tombé par chance sur des instructions au grand maître des cérémonies, annotées par Louis XVIII quelques jours avant sa mort, d’une main très tremblante. J’ai trouvé ça très émouvant et très intriguant, et j’ai eu envie d’en savoir plus.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Dès mon arrivée à Richelieu, je me suis rendu compte que la BnF renfermait des trésors cachés, qui ne demandaient qu’à être redécouverts. J’ai été particulièrement ému par le fonds d’archives de Louis-Nicolas Planat de La Faye, un aide de camp de Napoléon, qui renfermait plusieurs lettres écrites après Waterloo, et un portrait au crayon absolument magnifique, représentant l’empereur quelques jours avant son départ pour Sainte-Hélène. Un autre beau souvenir est celui de la découverte du journal d’un révolutionnaire de 1830, qui avait collé dans son manuscrit la cocarde qu’il portait sur les barricades de Juillet. Enfin, je me souviens avec émotion de la découverte du journal tenu par le valet de chambre Anthoine sur la mort de Louis XIV, et sur la description des derniers moments du Roi-Soleil. Il y a d’autres souvenirs plus amusants, comme la découverte d’un manuscrit-reliquaire contenant des cheveux de Lucrèce Borgia !

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je suis très fier d’avoir pu faire entrer dans les collections publiques un manuscrit des mémoires de Napoléon Ier, dictées à Sainte-Hélène, entièrement dicté et corrigé de sa main, avec de nombreuses notes, des cartes et des anecdotes sur l’expédition d’Egypte. Je compte bien entendu me pencher dessus, mais j’espère que de nombreux chercheurs viendront le consulter dans les années à venir.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La patience, bien sûr, mais surtout l’inventivité et la vivacité d’esprit. La recherche impose de constamment innover, chaque sujet, chaque document demandant de mettre au point une nouvelle méthode de travail.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Le papier. Sans papier, par d’archives, par de manuscrits ni de bibliothèques, et partant, pas d’historiens.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Le coup de chance archivistique est une réalité. Il ne faut pas toujours compter dessus, mais on peut toujours faire de très belles découvertes, en se donnant la peine d’ouvrir un carton, de consulter un inventaire ou même de lire un document jusqu’au bout. Mais comme l’histoire est une science, la chance peut aussi se provoquer, en étudiant les catalogues, en dépouillant les références bibliographiques, jusqu’à localiser au plus près le document qui vous permettra d’avancer, d’étayer des conclusions ou au contraire de tout remettre en question. Parfois, un coup de foudre archivistique vous fera partir dans une toute autre direction, et vous mettra sur la piste d’un personnage ou d’un événement que vous n’auriez jamais pensé étudier.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Dominique Mellot

mellot_jean_dominiqueLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui c’est au tour de Jean-Dominique Mellot, chef du service de l’Inventaire rétrospectif.

Quel est votre parcours ?

Passionné par l’histoire depuis la petite enfance, j’ai entendu parler vers l’âge de 12 ans de l’École des chartes et des disciplines qu’on y enseignait. L’idée d’acquérir cette formation chartiste pour accéder moi-même aux sources écrites de l’histoire ne m’a pas quitté de toute mon adolescence. J’étais initialement plutôt intéressé par l’histoire médiévale. Mais après ma réussite au concours, dès ma première année d’École, j’ai découvert l’histoire du livre imprimé grâce à l’enseignement d’Henri-Jean Martin (1924-2007) et souhaité m’orienter vers ce domaine de recherche. J’ai travaillé à une thèse d’École sur l’histoire de l’édition dans ma région d’origine, la Haute-Normandie, mais qui bien sûr m’obligeait aussi à recourir massivement aux ressources parisiennes ; ç’a été pour moi une période intense de découvertes et de rencontres qui m’a conforté dans l’idée de choisir la voie des bibliothèques, afin de rester au plus près des collections imprimées ou manuscrites et en même temps d’être en relation avec un public plus large et ouvert que celui des archives — j’avais déjà l’expérience des bibliothèques en tant que lecteur, grâce à ma fréquentation de celle du Havre. En terminant ma scolarité à l’École des chartes, major de promotion, j’envisageais surtout de trouver un poste dans une grande bibliothèque normande et de maintenir le lien tissé avec la recherche historique régionale. Mais les circonstances en ont décidé autrement.

Un poste qui m’intéressait particulièrement s’offrait au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale, service de l’Inventaire. Ce service, qui venait alors d’achever le Catalogue général auteurs, était en train de devenir un service expert, spécialisé dans le livre ancien, et en même temps se lançait dans l’informatisation et dans la création des notices d’autorité — dont on perçoit enfin aujourd’hui l’importance capitale, avec le référencement des données sur Internet. C’était un tournant (1985) et un chantier exaltant où j’avais beaucoup à apprendre mais aussi ma pierre à apporter et où je pouvais contribuer à une dynamique de publication. Ce qui ne m’a pas empêché de rester un chercheur — même si ce n’était hélas pas toujours bien vu à l’époque car on soupçonnait, bien à tort dans mon cas, les jeunes chercheurs de prendre sur leur temps de travail BN pour avancer leurs travaux personnels —, de mener à son terme une thèse de doctorat (1992)1, de publier des articles puis des livres tout en intervenant dans des colloques.

La reconnaissance du bien-fondé de mon double statut de conservateur de bibliothèque et de chercheur n’est venue que progressivement, avec notamment ma responsabilité de chargé de conférences à l’École pratique des Hautes Études (à partir de 1999), mes cours de formation continue ENSSIB (à partir de 2000), les conférences que l’on m’a confiées dans le cycle Histoire du livre, histoires de livres de la BnF (à partir de 2006), les invitations à l’étranger et surtout peut-être la codirection scientifique du Dictionnaire encyclopédique du livre, une entreprise de référence internationale qui s’est étalée sur 15 ans (1996-2011). Depuis 2009, je dirige le service de l’Inventaire rétrospectif qui compte une quinzaine de personnes (conservateurs et bibliothécaires) et au sein duquel je contribue, je l’espère, à entretenir la flamme de la recherche et à encourager les publications et réalisations scientifiques. Je poursuis toujours parallèlement des recherches à titre personnel, dans le peu de temps libre dont je dispose.

Quels sont vos domaines de recherche actuels ?

L’histoire sociale et institutionnelle des métiers du livre. La police et la « police du livre » aux XVIIe-XVIIIe siècles. Les pratiques de la librairie d’Ancien Régime. Colportage et « libraires forains » aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le régime des permissions et privilèges et « l’état civil du livre ». Les métiers du livre et l’édition en Normandie du XVIe au XIXe siècle. L’édition française au XIXe siècle. L’histoire religieuse des XVIIe-XVIIIe siècles.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

J’en vois beaucoup, mais les périodes de thèse (École des chartes, 1982-1985, et doctorat Paris-I, 1985-1992) se détachent évidemment par leur intensité et par la somme de découvertes et de rencontres qu’elles m’ont procurée. L’entrée dans le monde du travail (Bibliothèque nationale, été 1985), dont on attend souvent beaucoup, a tenu ses promesses, et ce à tous les points de vue. Mais il faut dire que la fin de mon service militaire, au Service historique de la Marine, en 1984, m’y avait, contrairement à ce que l’on pourrait croire, fort bien préparé. À la BnF, je relèverais deux moments-clés : les débuts au service de l’Inventaire, avec la participation aux grands chantiers qui s’y ouvraient alors (voir ci-dessus question 1) ; la prise de poste en tant que chef de service, à partir de 2009, qui m’a donné une palette plus large de responsabilités, y compris humaines et relationnelles, et m’a certes amené à minuter encore davantage mon emploi du temps, mais la bonne marche d’une équipe et la conduite de ses projets sont une source de satisfactions que l’on a du mal à se figurer tant que l’on n’a pas été en situation. Hors de la BnF, je retiendrais deux phases marquantes : l’invitation de Frédéric Barbier, successeur d’Henri-Jean Martin, à intervenir comme chargé de conférences à son séminaire Histoire et civilisation du livre de l’EPHE, qui m’a permis de développer et partager mes centres d’intérêt avec un public d’auditeurs réguliers et attachants ; la grande entreprise du Dictionnaire encyclopédique du livre, lancée en 1996 par les éditions du Cercle de la Librairie à l’initiative de Pascal Fouché, dont j’ai dirigé le domaine Histoire du livre (plus de 350 contributeurs), une aventure humaine de 15 ans dont tous les protagonistes gardent un souvenir ému et qui a abouti à un instrument de travail d’une qualité rare.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Ce quotidien se caractérise par une grande diversité d’activités, d’autant plus lorsqu’on dirige un service où plusieurs chantiers et projets de recherche sont menés concurremment. La correspondance (interne et externe) — principalement lecture de courriels et réponses — y occupe beaucoup de place, parfois trop, mais c’est la rançon du rayonnement du service et de l’ouverture croissante (et louable) des métiers des bibliothèques. Il ne faut pas négliger non plus les contacts directs et briefings informels, avec les membres de l’équipe comme avec le public des chercheurs (à travers le service public en salle ou de façon plus personnalisée). La supervision du travail concret de l’équipe, la relecture et validation des notices rédigées, la révision des textes avant diffusion ou publication, les conseils experts prodigués au fur et à mesure des besoins sont un autre poste important de l’emploi du temps d’un conservateur-chercheur. Le travail administratif n’est pas négligeable non plus, mais variable selon les périodes (réunions et leur préparation, notes, rapports, entretiens annuels, lecture et diffusion de comptes rendus, statistiques, etc.). Quant au contact avec le livre-source comme avec le livre-objet, il reste permanent mais diffus, de même que la production scientifique proprement dite (articles, contributions, ouvrages, correction d’épreuves, préparation de supports…), qui du reste repose très largement sur le temps privé. Enfin les recherches dans des dépôts d’archives et dans d’autres bibliothèques sont des moments intenses et presque toujours fructueux mais extrêmement ciblés voire minutés.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

En fait cela s’est décidé progressivement. Enfant, j’étais fasciné par la magie qui se dégageait des documents anciens, de leur écriture, de leur langue, et il me tardait de pouvoir un jour m’y initier pour accéder à ces pans du passé, même si je ne reliais pas encore tout cela à la dynamique de la recherche historique. Au collège et au lycée jusqu’en seconde, le plus souvent l’enseignement de l’histoire était terne, frustrant, cadré et superficiel ; cela en fait aiguisait mon désir d’aller plus loin et plus en profondeur, et je pense que cette période a été décisive dans le sens où j’ai été prêt à « ronger mon frein » avant d’espérer être un jour partie prenante dans la « fabrique de l’histoire ». Un peu plus tard, en première, le censeur de mon lycée du Havre, Jacques Ducher, me sachant intéressé par l’École des chartes, m’a fait rencontrer l’un de ses amis, conservateur chartiste à la Bibliothèque Mazarine, Jean-Claude Nardin (hélas décédé en février dernier) ; j’étais accompagné de ma mère et nous avons passé tous les deux un moment de découverte et de complicité fabuleux mais bien réel parmi les collections, les imprimés rares, les reliures et les boiseries de la Mazarine, escortés par un guide savant, discret et cordial. Cette rencontre m’a conforté dans ma vocation encore en pointillé et a fait aussi pencher ma balance vers le monde des bibliothèques. Les cours d’H.-J. Martin, à partir de la première année d’École des chartes, ont fait le reste, en levant le voile sur « l’histoire du livre en train de se faire » et en communiquant l’envie d’y être associé.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

J’en vois au moins trois, en considérant la BnF au sens large et en y incluant la bibliothèque de l’Arsenal. D’abord les reliures et demi-reliures aux armes royales, présentes sur le site François-Mitterrand comme sur celui de Richelieu et même de l’Opéra. J’ai découvert leur beauté sobre, leur solidité et leur abondance — que je ne soupçonnais pas — lors de mes premiers pas de chercheur. Ensuite, plus que la salle Labrouste, dont j’appréciais l’architecture élancée et les galeries ornées de fresques mais pas du tout la lumière « zénithale », c’est le magasin central du département des Imprimés du site Richelieu qui m’a conquis par la combinaison harmonieuse de leurs qualités pratiques et esthétiques. Je m’en voudrais de ne pas mentionner aussi les boîtes d’archives de la Bastille, mine inépuisable de documents policiers sauvés de la destruction en 1789 — et dont certains portent encore des traces de la boue des fossés où ils ont été jetés le 14 juillet ; leur fréquentation, dans le cadre superbement original de l’Arsenal, me procure toujours un moment riche de découvertes et d’émotions.

En dehors de la BnF et de la recherche, quels sont vos loisirs et passions ?

La lecture bien sûr (mais pas seulement en histoire), le jogging, les promenades et visites, les rencontres amicales, les bons moments en famille, le théâtre (grâce à mes enfants), le football, certains films et émissions de télévision, le jardinage.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je ne crois pas avoir encore le recul nécessaire pour en juger et j’ignore si je l’aurai un jour.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Une grande curiosité mais également une humilité au moins aussi grande, la rigueur, la persévérance, l’exigence et le souci d’une écriture claire (la moins jargonnante » possible) et élégante, le goût du partage (y compris à travers la vulgarisation et la transmission directe) et l’esprit d’équipe.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Je dirais un « couple » de découvertes : l’agriculture et l’écriture, deux pratiques parentes aux pouvoirs quasi magiques, ont influé de façon déterminante sur l’évolution de l’humanité. En traçant des sillons dans un espace délimité, elles permettent en effet de féconder celui-ci, puis de stabiliser et de « stocker » le produit de ce « dessin fertile », et ainsi de maîtriser et élargir le temps des hommes. L’agriculture et l’écriture ont été deux préalables essentiels qui ont permis à l’être humain de transcender l’horizon de la mémoire individuelle, familiale ou groupale pour accéder au temps de l’histoire.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

De mon point de vue, cette place est capitale. À chaque moment important de nos vies ou de nos carrières, il y a des rencontres, des exemples que l’on a envie de suivre à notre façon, des paroles qui résonnent en nous. Aussi vrai que « tout ce qui est important s’enseigne de personne à personne » (Nietzsche).

Dans le travail de la recherche, même si la méthode suivie ne doit rien au hasard, le hasard des contraintes de temps et de lieu, celui des trouvailles dans des sources à côté desquelles on ne passe pas, m’apparaît essentiel. Or les découvertes — de sources et dans des sources —, c’est ce qui peut faire évoluer voire révolutionner le regard non seulement du chercheur lui-même, mais aussi de toute une communauté scientifique à qui il les fait partager. J’ai été suffisamment chanceux pour connaître à plusieurs reprises, au cours de ma carrière, ce moment où le chercheur se découvre aussi « trouveur ». L’humilité nécessaire du chercheur, c’est donc celle également qui consiste à reconnaître la part décisive de la chance dans son apport.

  1. L’édition rouennaise et ses marchés : vers 1600-vers 1730 : dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris : École des Chartes, 1998 , 816 p. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Philippe Chevallier

gallica 9718Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Philippe Chevallier est responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche, en charge du pilotage de plusieurs projets de recherche sur les publics, sur place et en ligne, de la Bibliothèque.

Quel est votre parcours ?

A l’origine je suis chercheur en philosophie ; j’ai donc dû tout apprendre des méthodes qui sont employées dans les établissements culturels (bibliothèques, musées, etc.) pour conduire ce que l’on appelle les « études de publics ». Ces méthodes nous viennent pour la plupart des sciences sociales, mais adaptées aux contraintes des institutions. Comme je garde en même temps un regard critique, au moins prudent, sur ces méthodes, j’aime dire que c’est 10% de science et 90% de bon sens, mais il faut néanmoins que les 10% soient bel et bien honorés !

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

La connaissance des publics en ligne de la Bibliothèque : comprendre la manière dont ils accèdent aux documents que nous leur mettons à disposition sous forme numérique, les représentations qu’ils en ont, ce qu’ils en font – qui excède la traditionnelle activité de lecture. Il ne faut pas projeter sur eux des présomptions d’usages qui nous viennent des bibliothèques physiques.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Le dialogue avec des chercheurs capables de se mettre à l’écoute des problématiques que nous avons (par exemple : développer nos publics) tout étant aptes à les reformuler, parfois à les interroger.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Je ne suis pas bibliothécaire et ne me considère pas, dans le cadre de mes missions à la BnF, comme un chercheur : je m’efforce plutôt de faciliter le travail de chercheurs qui partagent avec la BnF des questions sur l’évolution du rapport à lecture, au savoir, aux institutions, à l’heure du numérique. La Bibliothèque et ses usagers constituent un formidable terrain d’étude pour eux. En retour, je veille à ce que leur recherche produise des résultats dont l’institution puisse se saisir : il faut parfois un effort de traduction, saisir ce qui est vraiment neuf, ce qui fait rupture, et éviter surtout le discours de surplomb.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

Traditionnellement, les études de publics à la BnF étaient confiées à des sociétés d’études ou de conseil ; ce qui reste un choix pertinent quand la Bibliothèque a une question simple : par exemple, évaluer la satisfaction des usagers de notre site web. Mais dans certains cas, la simplicité est trompeuse et il faut se donner plus de temps, le temps de la recherche justement, qui renvoie toujours à un labeur, un tâtonnement : explorer un terrain, se mettre à l’écoute de récits de vie, comprendre les logiques d’action des individus, tester des hypothèses. Récemment, Joëlle Le Marec, Judith Dehail et Igor Babou ont conduit durant 6 mois une recherche ethnographique passionnante sur les publics du « Haut-de-jardin » (bibliothèque pour tous du site François-Mitterrand), en variant les angles de vue et en dialoguant constamment avec nous. Ce fut un véritable compagnonnage intellectuel.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Les archives de Michel Foucault.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Travailler dans la confiance depuis 2013 avec des enseignants-chercheurs de Télécom ParisTech sur la connaissance des usages en ligne, en particulier ceux de Gallica, dans le cadre d’un partenariat qui est très important pour nous : le « Bibli-Lab ». Nous en sommes à quatre projets de recherche, dont deux ont eu le soutien très précieux de labex (Les Passés dans le Présent, Obvil). Sur ces quatre projets, sept enseignants-chercheurs de Télécom ParisTech et trois postdoctorants ont été mobilisés, avec des compétences très diverses qui vont de la sociologie au traitement du signal. Je voudrais citer ici Nicolas Auray, qui nous a tragiquement quittés l’an dernier. Avec Valérie Beaudouin, également de Télécom ParisTech, il avait commencé à réfléchir aux pratiques scientifiques amateurs sur le web, autour des documents patrimoniaux numérisés, en particulier ceux de la Grande Guerre. Ce travail sera d’ailleurs prochainement publié, avec l’aide de Valérie Beaudouin et de Lionel Maurel (BDIC, Université Paris Lumières), et le soutien du labex Les passés dans le présent.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Le sens du concret ! Qui passe par le sens du résultat – même temporaire, même incomplet. Pour nous, il faut que le temps de la recherche puisse coïncider avec le temps de l’institution.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Aucune, l’humanité a toujours su se débrouiller.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Aucune, hélas, pas le temps pour ça !


Image de Une :  © O. Moravik/BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Morgane Cariou

Photo M. CariouLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui Morgane Cariou, ancienne élève de l’ENS Ulm, qui a occupé un poste de chargée de recherches documentaires au service des manuscrits médiévaux de la BnF, répond à nos questions.

Pouvez-vous vous présenter ?

Ancienne élève de l’ENS Ulm, agrégée de Lettres classiques, j’ai eu la chance d’occuper, de 2010 à 2014, un poste de chargée de recherches documentaires au service des manuscrits médiévaux de la BnF tout en poursuivant une thèse de littérature et philologie grecques à l’EPHE. Je suis actuellement chercheur post-doctoral au sein du Laboratoire d’Excellence Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances.

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Ma thèse, soutenue en 2014, s’intitulait « édition critique, traduction et commentaire du chant I des Halieutiques d’Oppien de Cilicie ». Pour ces travaux de philologie, j’ai dû recenser les 80 manuscrits byzantins et renaissants qui transmettent ce poème scientifique. Cinq d’entre eux font partie de l’ancien fonds de la BnF. Les autres sont conservés dans les collections des grandes bibliothèques européennes, notamment la Bibliothèque Vaticane, la Bibliothèque Laurentienne, la Bibliothèque Ambrosienne et la Bibliothèque Nationale d’Autriche. Après quoi j’ai établi, autant que faire se peut, une histoire de la transmission de ce texte, histoire marquée par une forte contamination. Sur la base de ces résultats, j’ai pu sélectionner la dizaine de manuscrits qui figure dans l’apparat critique de mon édition. Elle est accompagnée d’un commentaire qui tente de faire apparaître la richesse poétique et scientifique de ce texte qui a été composé à la fin du deuxième siècle de notre ère et qui est dédié aux empereurs Marc-Aurèle et Commode.

Mes recherches post-doctorales s’inscrivent dans la continuité de ces travaux et visent à la publication de mon édition. Tout en continuant de travailler sur la transmission manuscrite de ce texte et sur la poésie scientifique, je m’intéresse également aux textes zoologiques, aujourd’hui réduits à l’état de fragments, d’époque hellénistique.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargé de recherches documentaires ?

Je considère que cela a été une grande chance de pouvoir côtoyer les conservateurs du service des manuscrits médiévaux et d’avoir accès aux magasins de manuscrits. J’ai beaucoup appris, à la fois sur le plan scientifique et sur le plan professionnel, aux côtés de Marie-Pierre Laffitte, de Charlotte Denoël et de Christian Förstel (qui a encadré mes travaux de catalogage des manuscrits poétiques de l’ancien fonds grec).

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Il est certain qu’un CRD est un poste plus lourd qu’un poste de moniteur dans le sens où il s’agit de trouver le temps, dans la semaine, de préparer les enseignements, de travailler à la BnF, d’avancer dans la rédaction de la thèse et, éventuellement, de suivre un ou deux séminaires. Il faut donc être très organisé. En ce qui me concerne, mes enseignements de grec ancien n’avaient pas de rapport direct avec mes recherches documentaires à la BnF. Cependant, j’avais pris l’habitude de consacrer tous les ans, en fin d’année, une séance de mon cours au livre grec, ce qui me permettait d’utiliser mes travaux de codicologie pour le compte de la BnF tout donnant à mes étudiants un aperçu de cette question trop peu connue.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Je souhaite, dans la mesure du possible et même si les postes sont de moins en moins nombreux, poursuivre mes recherches en littérature et philologie grecques. C’est ce que j’ai pu faire, depuis 2014, grâce à une bourse de la Fondation Thiers – Centre de Recherches humanistes et à un contrat de recherche du LabEx HASTEC. J’ai en outre la chance d’avoir récemment été élue sur un poste de pensionnaire à la Fondation Thiers, ce qui me permettra d’avancer efficacement, dans les trois années à venir, dans mes travaux.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

Pour pouvoir aborder sereinement la charge de travail que représente un CRD, je conseille de rapprocher au maximum le sujet de recherches documentaires du sujet de thèse : cela permet de donner de la cohérence au dossier de candidature et, par la suite, d’éviter de se disperser dans des directions trop nombreuses.

Pour aller plus loin

Page personnelle de Morgane Cariou

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Irène Bastard

Irene -PhotoLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui c’est Irène Bastard, cheffe de projet – Publics et usages à la délégation à la Stratégie et à la Recherche, qui se prête au jeu.

Quel est votre parcours ?

J’ai commencé par suivre le parcours classique des bons en maths : prépa scientifique et école d’ingénieur (Télécom ParisTech). J’ai fini cette formation par un master à HEC pour étudier l’impact du numérique dans les entreprises. Après six années de gestion de projet informatique (changer les téléphones des centres d’appels de La Redoute, développer de nouveaux services chez les opérateurs Télécoms et les médias), j’ai eu envie d’acquérir des méthodes d’étude des usages. Il s’agissait pour moi de dépasser la conception de services pour aller voir les « vrais gens », ce qu’ils faisaient des idées pensées et des interfaces réalisées, replacer les activités numériques dans des pratiques traditionnelles. Je suis donc retournée à Télécom ParisTech, cette fois-ci pour piloter un projet de recherche en économie et sociologie, sur l’impact du numérique sur les pratiques culturelles. Cette ouverture m’a donné envie d’aller plus loin et je me suis lancée dans une thèse de sociologie, en contrat CIFRE avec Orange Labs, sur « les logiques de partage de l’information en ligne »1. J’ai terminé mon doctorat en octobre 2015, avant d’arriver à la BnF.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Mon domaine de recherche est la sociologie des publics. Dans les secteurs des médias et de la culture, la réception des contenus constitue une activité sociale : on parle de l’actualité captée au cours de la journée, des films que l’on a aimés, des livres que l’on a lus. Ces discussions participent à la formation des goûts et des opinions. Or en ligne, les modalités de discussion évoluent : on s’adresse à plusieurs amis proches avec un email, on like ou on partage un article pour indiquer ses lectures ou pour faire un clin d’oeil, etc. La question est donc d’étudier comment les activités numériques cohabitent avec les pratiques hors ligne pour former les conversations et les publics ; et si les goûts et opinions qui résultent de ces pratiques mixtes plébiscitent les mêmes contenus que l’industrie culturelle et les médias.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

La double compétence ingénieur-sociologue est très certainement la matrice de mon travail. En termes de « carrière », j’ai du reprendre des études en même temps que mon travail à un moment, ce qui oblige à comprendre des manières de penser différentes et à accepter un certain relativisme. L’enjeu pour moi était de devenir ambidextre, c’est-à-dire pouvoir utiliser à tour de rôle des sciences dures et des sciences molles ; ou si ce n’est pas moi qui utilise ces outils, pouvoir faire appel à tour de rôles aux compétences des uns et des autres.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Je ne suis (malheureusement ?) pas bibliothécaire, mais j’espère bien participer aussi à la Bibliothèque ! Les publics de la BnF sont nouveaux pour moi, donc les applications de ma recherche sont à ce jour méthodologiques. Pour les différents usagers de la bibliothèque, il s’agit de pratiquer des terrains multiples et variés, en ligne ou dans le hall, pour toujours aborder les publics sur place par plusieurs approches. Pour chaque sujet, chaque public, chaque dispositif, le challenge est d’utiliser au mieux le meilleur outil, et de garder une réflexivité sur ce que je fais pour pouvoir améliorer ces techniques d’enquête ou de projets.
Au quotidien, j’ai actuellement plusieurs projets comme le rapport de fréquentation 2015, l’étude des usages des ressources électroniques, l’observatoire des publics, le partenariat avec les étudiants en design de l’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI). Sur chacun, j’alterne entre les réunions internes pour échanger sur les productions en cours, les liens avec les partenaires, les phases de travail personnel pour lire ou formaliser des éléments complémentaires. Par rapport à la recherche à l’université, mes activités intègrent donc plus d’interactions avec des collègues.
En parallèle, je garde quelques projets d’enseignement ou de recherche, de manière à garder une veille sur les méthodes et sujets discutés par les chercheurs.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

J’étais en mission de conseil en stratégie en Guadeloupe avec un salaire doublé pour dédommagement de la distance, et je trouvais que les questions de mes anciens profs d’économie et sociologie étaient plus intéressantes que les courbes d’audience d’un site web… mais je n’aurai jamais imaginé faire de la recherche moi-même !

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Le cri du peuple, février-mai 1870 (je crois). En fait je n’ai pas travaillé sur ce matériau, mais j’ai croisé la boîte de cet objet en prenant l’ascenseur de la T2 [Tour des Lois], et c’est le moment où j’ai pris la mesure de la BnF. Ca m’impressionne de travailler pour une bibliothèque patrimoniale (même si j’ai aussi adoré passer dans les couloirs de fringues ou de canapés à tester à La Redoute). Depuis, je fais toujours attention aux « boîtes » dans les ascenseurs.

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

C’est indiscret comme question ça ! Si je réponds que mon passe-temps préféré est de faire du shopping ou de manger des gâteaux au chocolat en regardant des téléfilms à l’eau de rose, ça me permet de rentrer dans un cliché plutôt que de me dévoiler ?
Et sinon, je fais de la sculpture.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Et ça c’est très dur comme question, je ne sais pas pour les autres chercheurs mais moi j’ai toujours une certaine insatisfaction dans mes recherches : on trouve des réponses à nos questions et en même temps on trouve aussi tellement de nouvelles questions !
J’ai participé à un projet ANR, Algopol, avec des informaticiens et des sociologues : nous avons mis en ligne une application pour demander aux internautes de nous permettre de télécharger leur compte Facebook pour faire des recherches sur les modes de conversation en ligne. Nous avons collecté 16000 comptes Facebook, ce qui permet de travailler sur les usages réels de la plate-forme, plutôt que de rester sur les idées fantasmées ou les discours anecdotiques. J’étais très heureuse de mener au bout ce projet, parce que c’était une démarche réellement innovante à la croisée de mes champs de compétences et parce que je pense que les résultats sont importants2.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La curiosité et l’humilité, ou l’humilité et la curiosité. L’humilité parce qu’elle rappelle que les recherches ne sont que des petits bouts de connaissances, qu’il faut accumuler avec beaucoup de respect pour les enquêtés, les matériaux, la science en général. La curiosité parce que c’est ce qui permet d’utiliser cette humilité pour se poser des questions, envisager des protocoles d’exploration, tester des hypothèses et les approfondir ou revenir en arrière.
Et quand même un peu de persévérance : le temps long de la recherche est à mon sens réellement une épreuve, autant quand on explore un terrain sans en voir le bout que lorsqu’on rédige un article en revenant chaque jour aux premiers mots. Et pourtant, ce temps est nécessaire pour mûrir une analyse, faire tomber des présupposés, discuter des concepts, éclaircir la rédaction.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Est-ce que l’écriture ça compte ? L’écriture comme trace pérenne et comme support d’interaction me parait être une invention plus que fascinante, mais j’ai peur de paraître un peu naïve en disant ça. Sinon je trouve que le « CTRL+C » est quand même une grande invention…

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

J’accorde beaucoup d’attention à la diversité des rencontres et des parcours : lire un article à côté de mon champ disciplinaire, rencontrer un étudiant en master ou un vieux professeur à la retraite si l’un ou l’autre veut discuter de mes recherches, accompagner des élèves dans un parcours d’apprentissage. Cette attention suscite bien sûr des hasards d’idées et de liens. C’est aussi ce que sur Internet on appelle la sérendipité : cette capacité à se laisser porter de liens en liens jusque des contrées improbables, sans pour autant être passif puisqu’au fur et à mesure on capte ce qui fait l’intérêt et le plaisir de la navigation.

  1. Bastard, Irène, De pages en proches, de proches en pages. Exploration et réception des informations en ligne, Paris, 2015 []
  2. Pour les résultats préliminaires voir : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/04/17/une-etude-revele-les-trois-grands-profils-d-utilisateurs-sur-facebook_4618227_4408996.html []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts