Archives par mot-clé : Philosophie histoire sciences de l’homme

L’éducation du « peuple » par les almanachs au XIXe siècle

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Depuis 2018, je m’intéresse, en tant que chercheur associé au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF, aux fonctions éducatives d’une composante de la littérature populaire, l’almanach. Ce dernier a fait l’objet de nombreux travaux chez les historiens modernistes1 tandis qu’il a été délaissé pendant très longtemps par les historiens contemporanéistes. L’ouvrage qui fait encore aujourd’hui référence sur les almanachs du XIXe siècle date… de 1896 ! Il s’agit d’une somme rédigée par l’iconographe John Grand-Carteret2.

Au XXe siècle, les études historiques ont traité principalement des almanachs de la Révolution française3.

Almanach des ouvriers pour l’an XIII de la République
Almanach des ouvriers pour l’an XIII de la République (8°V52(104))

Exception notable, l’excellent livre de l’historien Ronald Gosselin qui se focalise sur la diffusion des almanachs républicains dans les années 1840-18514.

Pourquoi l’almanach a-t-il été délaissé, en tant qu’objet d’étude, par les historiens dix-neuviémistes ? L’almanach a la particularité de se situer à la frontière entre le document d’archives et le livre. À la BnF, il est d’ailleurs conservé dans le fonds  des recueils du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Ainsi, il ne s’inscrit pas dans les canons classiques de la source historique telle que la définissaient Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos5. En outre, l’almanach est un matériau dont la consultation peut se révéler fastidieuse : la taille de la police d’écriture est souvent très petite, le papier est de mauvaise qualité et tous les numéros d’une série d’almanachs ne sont pas forcément arrivés jusqu’à nous par le dépôt légal imprimeur.

Pourtant, l’almanach du XIXe siècle est très riche en informations. Plus on avance dans le siècle, plus ses illustrations sont foisonnantes et plus ses thématiques sont diversifiées : astrologie, agriculture, commerce, monde ouvrier, religion, politique, mode, sciences, jeux de société, etc. L’almanach est, par ailleurs, l’une des premières manifestations de la « culture de masses »6.

Calendrier pour 1894 et 1898
Calendrier pour 1894 et 1898 (8°V529 (246-247))

Ses tirages dépassent de loin ceux des romans de Balzac par exemple7. L’historien Arnaud Baubérot estime que l’almanach Double Liégeois, supputé par Me Mathieu Laensberg suivi de ses véritables prophéties8 édité par l’imprimeur parisien Stahl, a été publié à 150 000 exemplaires en 18339.

L’almanach est bien souvent l’un des seuls livres que possèdent les familles paysannes et constitue pour elles un moyen d’éducation privilégié.

Le parfait cultivateur, almanach pour l’année 1849, 1856, 1857
Le parfait cultivateur, almanach pour l’année 1849, 1856, 1857 (8°V529 (488))

Malgré la loi Guizot de 1833 enjoignant à chaque commune d’entretenir au moins une école primaire élémentaire, la France est loin d’être alphabétisée durant une grande partie du XIXe siècle. L’almanach apparaît alors comme un outil idéal pour pallier le manque d’instruction dans le pays. L’analyse du contenu des almanachs fait ressortir trois types de mission éducative : le premier consiste à transmettre les bases de la lecture et de l’écriture à un public analphabète ; le second a pour objectif de vulgariser des connaissances littéraires et scientifiques pour un lectorat ayant un minimum d’instruction ; le troisième vise à émanciper les masses grâce à l’éducation politique. Par conséquent, l’almanach correspond à l’une des manifestations les plus représentatives de l’éducation populaire au XIXe siècle. Ces périodiques annuels, comme on l’a vu, servaient de support à la diffusion des savoirs fondamentaux auprès des enfants et adultes peu lettrés. Ils pouvaient même être proposés comme des manuels pour les instituteurs10, puis, comme des compléments à l’enseignement scolaire après l’adoption des lois Ferry en 1881-188211.

Almanach encyclopédique, récréatif et populaire pour 1852
Almanach encyclopédique, récréatif et populaire pour 1852 (8°529 (209))

Plusieurs interrogations surgissent alors de ces premières observations : quelles sont les stratégies pédagogiques et de vulgarisation des almanachs ? Cette littérature est-elle uniquement lue par le grand public ? Comment les rédacteurs des almanachs définissent-ils et s’imaginent-ils leur lectorat appelé « peuple » ? Les lecteurs prennent-ils part, d’une façon ou d’une autre, à l’écriture des almanachs ? L’almanach peut-il être envisagé comme l’un des chaînons manquants de la « descente de la politique vers les masses » théorisée par l’historien Maurice Agulhon12 ?

Pour répondre à ces questions, j’ai réalisé une base de données, lors de ma première année en tant que chercheur associé, comportant plus de 600 références d’almanachs conservés dans la collection « Almanachs » (cote 8-V-529[…]). Ce tableau m’a permis d’identifier les auteurs, éditeurs, lieux d’édition, dates de publication, langues et thématiques d’un échantillon non négligeable d’almanachs du XIXe siècle. Je l’ai présenté lors d’une table ronde du colloque « Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939) De l’histoire à l’actualité », organisé par Agnès Sandras (chargée de collections à la BnF), Jean-Charles Buttier (ancien chercheur associé à la BnF, rattaché aujourd’hui à l’Université de Genève) et Sylvie Dreyfus (diversification des publics de la BnF), qui s’est tenu à la BnF le 13 novembre 201813.  

Après cette phase d’exploration préparatoire et d’identification des différentes collections d’almanachs sur le site de Tolbiac, j’ai entrepris cette année une analyse qualitative du contenu des almanachs. Ces premiers travaux sont visibles au travers de billets postés sur le blog histoire de la BnF et intitulés « L’Almanach du chercheur associé »14. Les premiers billets présentaient mon installation et mes premières réflexions en tant que chercheur associé à la BnF15. J’ai ensuite travaillé sur des thématiques d’almanachs aussi diverses que les sciences occultes16, l’aérostation17 ou l’anarchisme18. Par ailleurs, je viens de terminer l’écriture d’un article scientifique sur la question des associations de travailleurs dans les almanachs de la Deuxième République. Enfin, je prépare une intervention sur la dimension populaire des almanachs pour la deuxième édition des « Rencontres du XIXe siècle » qui se déroulera à Toulouse19.

Ce projet de recherche consacré aux almanachs m’a permis aussi de m’intéresser plus généralement à la question de l’éducation populaire. J’ai intégré le programme de recherche que la BnF a initié, en 2017, « Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles) »20. Ce projet est désormais porté par les Archives nationales, en coopération avec la BnF, le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) et les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours21.

Société Populaire des Beaux-Arts. L'Art enseigné au peuple par les projections : [affiche] / Mucha
Société Populaire des Beaux-Arts. L’Art enseigné au peuple par les projections : [affiche] / Mucha https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90050990

J’ai participé au comité scientifique de la journée d’études « L’émancipation par l’art d’hier à aujourd’hui » qui s’est déroulée le 20 novembre 2019 aux Archives nationales22. À l’occasion de cette journée, une exposition a été conçue, visible, tout d’abord, sur les grilles des Archives nationales, puis sous une forme numérique23. J’ai rédigé les textes des panneaux « Théâtre et cirque populaires » ; « De la vulgarisation à l’animation scientifique » – et sélectionné les images issues de la Bibliothèque numérique Gallica (BnF)  –. Je réalise actuellement un guide des sources de l’éducation populaire à la BnF, d’une dizaine de pages, qui a pour objectif d’aider les chercheurs s’intéressant à cette thématique, à les identifier dans les différentes collections et sites de l’institution.

  1. Robert MANDROU, De la culture populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles. La Bibliothèque bleue de Troyes, Paris, Stock, 1964, 222 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb330884265 []
  2. John GRAND-CARTERET, Les almanachs français. Bibliographie-iconographie des almanachs, années, annuaires, calendriers, chansonniers, étrennes, états, heures, listes, livres d’adresses, tableaux, tablettes et autres publications annuelles éditées à Paris (1600-1895), Paris, J. Alisié, 1896, 846 p. file://localhost/ark/:12148:bpt6k39925k []
  3. Albert SOBOUL et Gundula GOBEL, « Audience et pragmatisme du Rousseauisme. Les Almanachs de la Révolution (1788-1795) », Annales historiques de la Révolution française, n°234, 1978, pp. 608-640 https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32694556h []
  4. Ronald GOSSELIN, Les almanachs républicains. Traditions révolutionnaires et culture politique des masses populaires de Paris 1840-1851, Paris, L’Harmattan, 1993, 329 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb355667654 []
  5. Charles-Victor LANGLOIS et Charles SEIGNOBOS, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898, 308 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31348364v []
  6. Maurice CRUBELLIER, Histoire culturelle de la France XIXe-XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1974, 454 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35302699m []
  7. Voir, par exemple, Roger PIERROT, « Quelques contrats d’édition de Balzac », Bulletin d’information de l’A.B.F., 1957, p. 19-21. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32705067b. []
  8. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32758770x []
  9. Arnaud BAUBÉROT, « Prophéties et prédictions astrologiques dans les almanachs populaires du XIXe siècle », site web de la Société des études romantiques & dix-neuviémistes, juillet 2018 : https://serd.hypotheses.org/2038 []
  10. Almanach de l’instituteur primaire pour 1839, ou Étrennes pédagogiques et grammaticales par M. Bescherelle aîné et M. Ch. Durazzo, Paris, H. Delloye, 1839, 128 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30386042x []
  11. Almanach Hachette. Petite encyclopédie populaire de la vie pratique, Paris, Hachette, 1894-1972, 80 volumes https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb326892451 []
  12. Maurice AGULHON, La République au village. Les populations du Var, de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970, 543 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb353726396 []
  13. https://histoirebnf.hypotheses.org/4955 []
  14. https://histoirebnf.hypotheses.org/7279 []
  15. Almanach d’un chercheur associé. Présentation du 8 avril 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7279 ; Almanach d’un chercheur associé I. Premier jour… du 3 mai 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7284 ; Almanach du chercheur associé II. Jour de colloque ! du 16 juillet 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7767 []
  16. Almanach du chercheur associé III. Le merveilleux scientifique…en almanach ! du 23 août 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7864 []
  17. Almanach du chercheur associé IV. L’Almanach des ballons (1852) du 16 décembre 2019. https://histoirebnf.hypotheses.org/8423 []
  18. Almanach du chercheur associé V. L’Almanach de la vile multitude. Un périodique pamphlétaire et anarchiste (1851-1852) du 24 avril 2020 https://histoirebnf.hypotheses.org/9647 []
  19. https://www.fabula.org/actualites/les-rencontres-du-xixe-siecle-deuxieme-edition-populaire_94396.php []
  20. https://histoirebnf.hypotheses.org/7472 []
  21. http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/education-populaire []
  22. https://www.cnahes.org/lemancipation-populaire-par-lart-dhier-a-aujourdhui-archives-nationales-pierrefitte-20-novembre-2019/ []
  23. http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/visites-virtuelles/exposition-education-populaire/index.html []

La fabrique du « commun » dans les manuels scolaires de la IIIe République

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Dans le cadre de l’appel à projet « Chercheurs associés 2019-2020 », je déposais au début de l’année 2019 un projet de recherche intitulé La fabrique du « commun » dans les manuels scolaires de la IIIe République. Ce projet fut accepté, ce qui me permit de prolonger mes précédentes recherches engagées au sujet des manuels scolaires. A l’occasion d’un projet de recherche de l’équipe ERHISE de l’Université de Genève1, j’avais eu l’opportunité, lors de l’année 2013-2014, de pouvoir travailler sur l’Institut International de Coopération Intellectuelle (IICI), et plus particulièrement sur le processus de révision des manuels scolaires pendant l’Entre-deux-guerres menée au prisme du pacifisme et de l’entente mutuelle entre les peuples. A l’occasion de ce premier chantier de recherche, j’eus la chance de découvrir des ébauches de réflexions sur l’historiographie, des correspondances entre intellectuels au sujet des manuels, des comptes rendus de manuels scolaires bellicistes ou encore des échanges sur les dispositifs à mettre en place pour supprimer certains passages dans les manuels scolaires en usage dans plusieurs Etats. Cependant, dans cette recherche, et ce n’est pas le moindre des paradoxes : les manuels étaient à la fois omniprésents et absents. Omniprésents, car les archives de l’IICI regorgent de documents portant sur les manuels ; mais également absents, dans le sens où il n’y avait pas, à proprement parler, de manuels dans ce fonds. Le projet de recherche que j’ai proposé à la BnF constituait pour moi une occasion de partir à la découverte concrète des manuels scolaires français dans leur matérialité, et dans leur diversité, et de délimiter le problème complexe que posèrent ces manuels du début de la IIIe République (1870-1940) aux intellectuels pacifistes des années 1930.

Mon projet porte sur la fabrique du commun dans les manuels scolaires de la IIIe République. Cette recherche est accueillie au département « Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme » (PHS) dirigé par Fabien Plazannet, dans le service « sciences sociales » de Laurence Jung. Mon projet s’ancre plus précisément dans le développement de l’offre éditoriale en matières de livres scolaires et de l’investissement de la République dans la culture scolaire entre 1878 et 1888 (Musée pédagogique, 1889a). Il s’agit d’une époque charnière où le budget de l’instruction publique devient plus conséquent, passant de 53 640 714 francs en 1878 à 133 207 905 francs en 1888 (Musée pédagogique, 1888), et pendant laquelle les programmes des disciplines comme l’histoire et l’instruction civique se précisent et se renouvellent. L’enjeu global de mon projet est de mettre en valeur les impressionnantes collections de la BnF en matière de manuels scolaires et les précieuses collections de documents du Musée pédagogique actuellement en voie de numérisation.

Au sens le plus ordinaire, le commun désigne « ce qui est partagé par tous » et la communauté « un groupe social caractérisé par la possession des biens communs et spirituels » (Morfaux, 1980, p.51). Du point de vue de l’institution scolaire à la fin du XIXe siècle, le commun à l’œuvre dans la culture scolaire désigne des références, des connaissances, des symboles voire des sentiments, que l’institution scolaire estime nécessaires de connaître ou de ressentir, pour faire nation et République, mais également pour permettre à la France de se développer d’un point de vue économique et industriel. Le terme « fabrique » insiste sur l’action de transformer une matière première pour en faire quelque chose d’autre. Un manuel d’histoire des classes primaires à la fin du XIXe siècle a moins l’ambition de former des petits historiens que d’enraciner la République, la Patrie et une forme de société, en proposant des éléments idéologiques compatibles aux contenus présents dans les autres livres scolaires (livres de lecture, manuel d’instruction civique, etc.). Le « commun » ne se développe pas spontanément ou naturellement, il émerge d’une pluralité d’actions collectives et institutionnelles.

A l’évidence, beaucoup de recherches magistrales ont déjà porté sur les manuels et livres scolaires (Choppin, Amalvi, Cabanel et bien d’autres) ou sur certains auteurs emblématiques de ces objets culturels (Bourdon, Leduc, Dalisson pour les travaux plus récents), mais je souhaitais me concentrer sur la solidarité d’intentions qui motiva un tel investissement dans les manuels, et la solidarité d’effets qui était recherché. Mentionnons ici le cas bien connu d’Ernest Lavisse, célèbre auteur de manuels d’histoire mais qui signa sous le curieux pseudonyme de « Pierre Laloi » un manuel d’instruction civique, ou encore Clarisse Juranville, véritable « femme orchestre » de la culture scolaire, auteure de méthodes d’enseignement, de récits historiques et autre livres de civilité.

Ces multiples livres qui circulèrent à cette époque s’adressaient aux futurs hommes et femmes de la société française, parfois futurs citoyens certes, mais souvent futures petites mains (exploitées ou exploitantes) dans un mode de production. Quelle forme de famille valorisait-on ? Quelle place importante était accordée aux femmes alors qu’elles n’avaient pourtant pas le droit de vote ? Quels comportements attendait-on du paysan ou du commerçant ? Lorsque la politique coloniale française se développait, agrandissant substantiellement le territoire « commun » des français, comment la culture scolaire prit en compte et mit en évidence ces évolutions, ainsi que les nouveaux besoins qui avaient alors émergé ?

Dans cette recherche se concentrant dans un premier temps sur les livres en usage dans les écoles primaires publiques en France à la fin du XIXe siècle (Musée pédagogique, 1889b), je m’intéresse donc autant aux conditions de l’ambition en jeu dans ce « commun » à transmettre et inculquer par la culture scolaire, qu’aux différents types de commun à l’œuvre. Constituer un « commun », c’est se situer à travers le passé, revendiquer un territoire, mais c’est également visualiser une direction et s’imaginer un destin. Or, ce schéma symbolique nécessite que chacun-e soit assigné-e à une place et une fonction, mais qu’il ou elle y adhère, alors même que les auteur-e-s de manuels peuvent fournir des « communs » qui peuvent différer les uns des autres. Enfin, je m’intéresse également aux stratégies retenues dans ces productions culturelles. Par quels procédés et selon quels postulats ces livres ambitionnèrent avec ingéniosité de s’adresser à des jeunes enfants pour les sensibiliser, les émouvoir et les interpeller ?  C’est donc tout ce jeu de sollicitations et parfois de contradictions véhiculées par les contenus et livres scolaires qui est au cœur de ce projet.

Références bibliographiques

  • Morfaux, L.-M. (1980). Vocabulaire de philosophie et des sciences humaines. Paris : Armand Colin.
  • Musée pédagogique (1888). Exposition internationale de Melbourne (1888). Paris : Imprimerie Nationale
  • Musée pédagogique (1889a). Situation scolaire des départements en 1878 et en 1888. Paris : Imprimerie Nationale
  • Musée pédagogique (1889b). Livres scolaires en usage dans les écoles primaires publiques. Paris : Imprimerie Nationale
  1. « FNS ERHISE–FNS-Figures of knowledge production and the construction of new disciplinary the scenes of knowledge.  Subside Sinergia CRSII1-147688 ». []

Séminaire « Richelieu. Histoire du quartier : état des lieux »

Plan du quartier Richelieu © Isabella di Lenardo

Dans le cadre du projet de recherche « Richelieu. Histoire du quartier » conjointement par la Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art, le Centre allemand d’histoire de l’art, l’École nationale des chartes, les Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Sorbonne Université, un séminaire est organisé à destination de tous les publics intéressés.

Le projet de recherche porte sur l’histoire du « quartier » occupé par les institutions, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources documentaires et les services aux publics sont immenses et complémentaires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde. Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire. Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de l’Institut national d’histoire de l’art et de la Bibliothèque nationale de France – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Comité scientifique

  • Alexandre Gady (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
  • Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art)
  • France Nerlich (Institut national d’histoire de l’art)
  • Gennaro Toscano (Bibliothèque nationale de France)

Programme

  • 5 avril 2019
    Olivier Poncet (École nationale des chartes) : Wall Street sur Seine ? L’attraction de la finance au quartier Richelieu (XVIIe-XIXe siècle)
  • 12 avril 2019 
    Néguine Mathieux (musée du Louvre) : De l’archéologie aux archives : des sources pour un quartier disparu, le quartier du Louvre.
  • 24 mai 2019
    Corinne Le Bitouzé (BnF) : Les collections de mode du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : Clemenceau et la Culture : d’une bibliothèque à l’autre

Nommé Président du conseil en novembre 1917, Georges Clemenceau a conduit la France à la victoire et à la signature de l’armistice de 1918. Un aspect essentiel mais un peu moins connu de
sa personnalité est son profond amour pour les lettres et les arts, qui ont marqué son éducation et occupé une place importante dans sa vie, jusqu’à ses derniers jours. Une décennie après le don à la Bibliothèque nationale de France des manuscrits de la Fondation du musée Clemenceau, cette journée d’étude mettra l’accent sur les goûts artistiques et littéraires et les relations que le Tigre a entretenues avec des artistes et des auteurs de tout premier plan, tels Claude Monet, Auguste Rodin, Charles Péguy ou encore Octave Mirbeau.

Dans le cadre de l’Année Clemenceau, avec le soutien de la Mission du Centenaire et le concours scientifique de Jean-Noël Jeanneney et de Jacqueline Sanson.

Programme

14h – Ouverture
par Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et M. Joseph Zimet, directeur général de la Mission du centenaire

Un homme de culture

Modérateur : Sylvie Brodziak, codirecteur du Dictionnaire Clemenceau (Robert Laffont, 2017)

14h30 – Les bibliothèques de Georges Clemenceau
Sylvie Brodziak, professeur des universités

15h – Table-ronde – Clemenceau et les arts

  • Clemenceau et la peinture
    Alexandre Duval-Stalla, avocat au barreau de Paris, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris
  • Clemenceau et la sculpture
    Florence Rionnet, docteur en histoire de l’art, responsable des partenariats scientifiques au département de la Vendée
  • Clemenceau collectionneur
    Aurélie Samuel, conservatrice du patrimoine, directrice des collections du musée Yves-Saint-Laurent (Paris)

Georges Clemenceau et les intellectuels

Modérateur : Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie-histoire-sciences de l’homme de la BnF16h – Table-ronde – Georges Clemenceau et les intellectuels

  • Péguy éditeur de Clemenceau : le Discours pour la liberté (1903) comme texte philosophique essentiel
    Charles Coutel, professeur émérite à l’université d’Artois
  • Maurice Barrès et Clemenceau
    Michel Leymarie, maître de conférences HDR à l’université de Lille
  • Octave Mirbeau et Clemenceau
    Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau

Clemenceau à la BnF

17h

  • Le fonds Clemenceau
    Anaïs Dupuy-Olivier, conservatrice au département des Manuscrits de la BnF
  • Les derniers enrichissements du fonds Clemenceau à la BnF : la redécouverte de L’homme libreL’homme enchaîné
    Valérie Joxe, administratrice de la Fondation du musée Clemenceau

17h45 – Conclusion
Jean-Noël Jeanneney, président de la Fondation du musée Clemenceau

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archives numériques de la Révolution française

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources de référence, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Archives numériques de la Révolution française = French Revolution Digital Archive

Pays

Etas-Unis

Langue(s)

Français et anglais. Le site est bilingue. Si les entrées des Archives parlementaires ont été traduites en anglais, les articles restent en français.

Auteur(s)

  • Stanford University Libraries
  • Bibliothèque nationale de France
  • Pilote du projet : Sarah Sussman

Description

Les Archives numériques de la Révolution française (ANRF) réunissent deux sources fondamentales pour la recherche : les Archives parlementaires (AP) et les Images de la Révolution française, large ensemble iconographique issu des collections de la Bibliothèque nationale de France. Ces deux corpus constituaient les Archives de la Révolution française, vaste ensemble documentaire rassemblé par la BnF et Pergamon Press à l’occasion du bicentenaire de la Révolution en 1989. Les AP y étaient accessibles en microfilm et les Images sur vidéodisque.

Les Archives parlementaires sont un recueil, au jour le jour, des débats et discussions qui ont eu lieu au sein des trois organes parlementaires exerçant le pouvoir législatif en France entre 1789 et 1794. 
Dans les AP, les noms d’orateurs, les dates, ainsi que les termes figurant dans les index publiés des AP, ont tous été marqués dans le texte, renforçant ainsi considérablement les capacités d’exploration de ce corpus. 

Les images sélectionnées pour les Archives numériques couvrent uniquement la période 1787-1799, des années précédant immédiatement le début de la Révolution jusqu’à l’apparition de Napoléon. Seule l’iconographie directement liée à la Révolution a été sélectionnée.

URL

URL : https://frda.stanford.edu

À noter

Les deux collections des Images et des Archives parlementaires peuvent être exploitées séparément mais le site permet également d’effectuer des recherches croisées. 

  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Présentation du livre : Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Le labex Les passés dans le présent, la Bibliothèque nationale de France, La contemporaine et Télécom ParisTech sont heureux de vous inviter à la présentation du livre Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Label Mission du centenaire
  • Sous la direction de Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier et Lionel Maurel
  • Contributions de Muriel Amar, Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier, Frédéric Clavert, Arnaud Dhermy, Lionel Maurel, Zeynep Pehlivan, Agnès Sandras, Peter Stirling et Valérie Tesnière.
  • Collection « Les passés dans le présent », Presses universitaires de Paris Nanterre

Pour lointaine qu’elle soit, la guerre 14-18 a ses espaces de discussion et de publication sur le web, aussi vivants que structurés, majoritairement animés par des amateurs. Ces espaces sont des vecteurs de valorisation de recherches individuelles, mais aussi d’acquisition de compétences et d’élaborations collectives. Comment analyser ces lieux de mémoire d’un genre nouveau, alors même que le web semble trop grand pour l’œil et l’esprit humain ? En croisant démarches quantitatives et qualitatives, sociologie et sciences des données numériques, ce livre collectif, fruit d’un projet de recherche de trois ans, propose une démarche inédite et pluridisciplinaire pour appréhender le web français de la Grande Guerre. Il éclaire la manière dont les sources documentaires numérisées circulent et dont les réseaux s’organisent à partir ou autour de ces sources.

Informations pratiques

  • Lundi 10 décembre, à la BnF, site François-Mitterrand,
    Quai François-Mauriac, Paris 13e, Salle 70
  • 17h-19h
  • Entrée libre (dans la limite des places disponibles)
  • Avec les interventions, entre autres, de Sarah Gensburger (CNRS-Institut des sciences sociales du politique) et Laurent Veyssière (Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale).
Logo Labex PP
Logo-BnF
Logo BnF
Logo Telecom ParisTech
Logo La contemporaine

Philippe Chevallier

Adjoint au responsable de la coordination de la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Naissance de l’ethnologie française. Valoriser les archives des ethnologues. Usages contemporains des collections (4-6/10/2018)

En coopération avec le LabEx Les passés dans le présent, le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, le musée du quai Branly et la Bibliothèque nationale de France organisent un colloque sur la Naissance de l’ethnologie française. Valoriser les archives des ethnologues. Usages contemporains des collections. Il s’inscrit dans le cadre du programme de recherche À la naissance de l’ethnologie française qui a notamment permis la publication du site À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939).

Mission Sahara-Soudan (1935). Photo mission H. Gordon et informateur. © Bibliothèque Eric de Dampierre.

Argument

La numérisation croissante des archives et des photographies ethnographiques anciennes ou contemporaines rend possible leur diffusion en ligne. Dès lors, outre la question de la gestion de la masse de données et de leur pérennité, se pose celle des formes à donner à cette valorisation numérique des archives et collections, de sa réception et des usages qui peuvent en être faits.

Le colloque a pour objectif de débattre de cette valorisation. En effet, les technologies sans cesse en progrès de l’outil numérique, qui permettent de montrer les contenus des collections différemment de l’édition imprimée et de l’exposition, et qui s’affranchissent de la base de données hiérarchique, sont susceptibles de modifier le discours scientifique produit sur elles. Archives et collections en ligne sont aussi appropriées par divers publics, notamment les artistes, y compris dans les pays à partir desquels elles ont été constituées. D’autres discours peuvent alors les enrichir et leur donner une nouvelle forme d’existence.

Programme

Jeudi 4 octobre matin : Retours d’expérience de valorisation de collections ethnographiques

  • 10h00 Ouverture du colloque par Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
  • Mot d’introduction par Ghislaine Glasson-Deschaumes, Labex Les passés dans le présent, et Sophie Blanchy, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative.
  • Session 1. Valorisation des collections ethnographiques par l’édition et les expositions.
    Modératrice : Caroline Tourette
  • 10h20-10h45 Eric Jolly, CNRS, Institut des mondes africains,
    Les usages éditoriaux des fiches et des photographies de terrain : l’exemple des missions Griaule.
    Cet exposé s’attachera à analyser l’évolution des usages éditoriaux des fiches et des photographies des missions Griaule des années 1930 et 1940 en prenant en compte aussi bien les publications scientifiques, littéraires et grand public des membres de ces missions que les ouvrages plus récents consacrés à ces expéditions ethnographiques.
  • 10h45-10h 55 Discussion, questions
  • 11h00-11h25 Marianne Lemaire, CNRS, Institut des mondes africains,
    Usages et édition d’archives d’ethnologues. L’exemple de la correspondance de Denise Paulme et d’un journal de mission de Michel Leiris.
    Cet exposé retracera deux expériences d’édition d’archives d’ethnologues et tentera de mettre en évidence les apports, les enjeux et les contraintes propres à chacune d’elles, notamment selon la nature de l’archive éditée : une correspondance ou un journal de mission.
  • 11h25-11h35 Discussion, questions
  • Pause 11h35-11h50
  • 11h50-12h15 Anaïs Mauuarin, Association de recherche sur l’image photographique, et Christine Barthe, Responsable de l’Unité Patrimoniale des collections photographiques au musée du quai Branly, avec Carine Peltier, responsable de l’iconothèque du musée du quai Branly,
    Exposer les photographies, du Trocadéro au quai Branly.
    La communication portera sur quelques moments clefs de l’histoire des photographies : de la façon dont l’ethnologie a montré ses images dans le contexte du Musée d’Ethnographie du Trocadéro dans les années 30, à quelques expositions spécifiques au Musée de l’Homme dans les années 90, avant le transfert des collections au musée du quai branly. Seront évoqués différents cas de figure montrant diverses facettes d’un statut des collections en évolution.
  • 12h15-12h25 Discussion, questions
  • 12h25-12h50 Alain Carou, conservateur au département de l’audiovisuel, Bibliothèque nationale de France, Andrea Paganini, Fondation Jean Rouch, et Béatrice de Pastre, directrice des collections du Centre National du Cinéma, commissaires de l’exposition
    Retour sur l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma » (26 septembre au 26 novembre 2017).
    Les trois commissaires de l’exposition reviendront sur la mise en œuvre de l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma », présentée à la Bibliothèque nationale de France du 26 septembre au 26 novembre 2017 à l’occasion du Centenaire de la naissance de Jean Rouch.
  • 12h50-13h00 Discussion, questions
  • Pause déjeuner 13h00-14h00

Jeudi 4 octobre après midi, 14h00-17h00

  • Session 2. Retour critique sur la fabrication de sites web de valorisation d’archives ou de collections
    Modératrice : Ghislaine Glasson-Deschaumes
  • 14h00-15h10 Table ronde : Sophie Blanchy, Marie Dominique Mouton, Frédéric Dubois, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Laure Carbonnel (labex Les passés dans le présent), Aurélie Méric (doctorante à l’EHESS)
    Retour sur la réalisation du site « A la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939) ».
    L’équipe du projet retracera les questions théoriques et méthodologiques qui se sont posées lors de la réalisation du site (au sein du Labex Les passés dans le présent), en partenariat avec le musée du quai Branly-Jacques Chirac et la Bibliothèque nationale de France, depuis ses objectifs jusqu’à ses choix techniques et scientifiques.
  • 15h10-15h25 Discussion, questions
  • 15h25-15h50 Caroline Tourette, Conservateur au département Philosophie, Histoire et Sciences de l’Homme, Bibliothèque nationale de France
    La valorisation des collections de la BnF avec Gallica : la constitution du corpus Ethnologie française.
    Les corpus Gallica sont des sélections organisées et éditorialisées de documents numérisés de la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Le partenariat avec le Labex Les passés dans le présent a été l’occasion de créer un corpus Gallica destiné au grand public et complémentaire du site A la naissance de l’ethnologie française.
  • 15h50-16h00 Discussion, questions
  • 16h00-16h20 Pause
  • 16h20-16h45 Pascal Cordereix, BnF, département de l’Audiovisuel, Bibliothèque nationale de France et Aude da Cruz Lima, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative-Centre de recherches en ethnomusicologie,
    “Les sources de l’ethnomusicologie” : retour d’expérience d’un projet de valorisation numérique à l’ère du web de données.
    Le projet Les Sources de l’ethnomusicologie (Labex Les passés dans le présent) porte sur la numérisation, la documentation et la valorisation des archives sonores et audiovisuelles ethnomusicologiques conservées dans les institutions partenaires : la BnF, le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (LESC, CNRS UPN) et le musée du quai Branly – Jacques Chirac. L’enjeu de ce projet est de faciliter, grâce à des technologies numériques novatrices, l’accès à ces fonds patrimoniaux complémentaires et dispersés.
  • 16h45-16h55 Discussion, questions

Vendredi 5 octobre à la maison Max Weber, Université Paris-Nanterre. Réception et usages des valorisations d’archives ou de collections ethnographiques

  • 10h00-13h00 Session 3. Relations entre fonds ou collections et pratiques contemporaines
    Modérateur : Eric Jolly
  • 10h00-10h25 Jean-Jacques Castéret, directeur de l’Ethnopôle InOc Aquitaine, chercheur associé au Laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Médiations numériques en domaine occitan : Entre archive et pratiques vivantes
    Dès le milieu des années 2000, l’Institut Occitan (InOc) Aquitaine, opérateur de la région Nouvelle-Aquitaine pour la valorisation de la langue et de la culture occitane, labellisé Ethnopôle [Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie] par le ministère de la Culture (DPRPS-DGPat), a abordé la transmission du patrimoine culturel immatériel par le biais de productions éditoriales en ligne, notamment le site Sondaqui.com, constituant peu à peu un environnement numérique œuvrant à la croisée de la recherche et de l’action culturelle, entre archive et pratiques vivantes ; inventaire et éducation artistique et culturelle ; appropriation des ressources par les artistes et acteurs de terrain.
  • 10h25-10h 35 Discussion, questions
  • 10h40-11h05 Judith Hannoun, Maison Asie-Pacifique / CREDO (CNRS/Aix-Marseille Université)
    Les chercheurs et leurs archives : l’exemple d’ODSAS, plateforme d’archivage, de manipulation et d’annotation des ressources numériques en sciences humaines et sociales
    Depuis plus de 10 ans, la plateforme ODSAS, https://www.odsas.net, propose aux chercheurs en sciences sociales, une autre approche dans l’appropriation de leurs données de terrains. Cette intervention propose de faire le point sur les différentes pratiques et usages des chercheurs quant à la réutilisation, l’exploitation et la valorisation de leurs archives numériques.
  • 11h05-11h15 Discussion, questions
  • 11h15-11h35 Pause
  • 11h35-12h00 Valérie Perlès, directrice du musée Albert Kahn.
    Créer les conditions de la rencontre entre les différents publics et les Archives de la planète
    Dans un contexte de rénovation et de réécriture de son projet, le musée Albert Kahn, détenteur des Archives de la planète constituées entre 1909 et 1931 par le banquier, philanthrope et pacifiste Albert Kahn (plus d’une centaine d’heures de films et près de 72 000 autochromes), s’engage dans une démarche historiographique visant à interroger la perception du monde par le photographe/cameraman, la matérialité du fonds, et entreprend un travail autour de l’histoire de ses usages et de sa réception dans différents contextes d’utilisation. Différentes modalités de diffusion et de valorisation des collections sont envisagées. Nous proposons de présenter ici deux projets emblématiques : l’open data qui permet, librement, de mettre l’ensemble des collections dématérialisées à la disposition du plus grand nombre ; le parcours permanent qui donne des clés de compréhension de ces mêmes collections à travers une « vraie » expérience de visite.
  • 12h00-12h10 Discussion, questions
  • 12h15-12h40 David Zeitlyn, Professor of Social Anthropology, University of Oxford,
    Archiving ethnography? The impossible and the necessity. Damned if we do, damned if we don’t.
    Contradictory injunctions, conflicting legal, moral and ethical codes should not be much of a surprise to ethnographers (nor archivists) but surprised we often are. I consider some extreme cases and extreme reactions to them. However, for most ethnography there are mundane, working solutions also achievable without having to burn everything. (For example long embargos can solve many problems but these raise data migration issues).
  • 12h40-12h50 Discussion, questions
  • Pause déjeuner 13h00-14h00
  • Session 4. Réception et usages par les populations et les artistes Modérateur : Julien Bondaz
  • 14h00-14h25 Jessica de Largy Healy, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative
    Archives numériques aborigènes et création: exemples récents de la Terre d’Arnhem
    Depuis une quinzaine d’années, des centres d’archives aborigènes ont vu le jour dans plusieurs communautés isolées du nord de l’Australie. Bénéficiant d’une politique institutionnelle propice à la restitution numérique des collections, ce tournant archivistique aborigène génère une formidable créativité et des pratiques artistiques nouvelles dont il s’agira ici de présenter quelques exemples.
  • 14h25-14h35 Discussion, questions
  • 14h35-15h35 Table ronde : Dominique Malaquais, Imaf, (Archive (re)mix), Sarah Frioux Salgas, Responsable des archives du Musée du quai Branly, Mathieu Kleyebe Abonnenc et Pierre Michelon, réalisateur de cinéma, à propos du travail des artistes avec des archives et des collections africaines.
  • 15h35-15h55 Discussion, questions
  • 15h55-16h15 Pause
  • 16h15-16h40 Jean-Philippe Moreux, Expert scientifique Gallica, département de la Coopération, BnF.
    Les outils des humanités numériques et leur application sur les collections numériques de la BnF : retour d’expérience
    La dynamique des humanités numériques conduit les bibliothèques à réinventer leur mission et à se positionner en tant que fournisseur de services aux chercheurs travaillant sur des corpus numériques. La BnF s’inscrit dans cette dynamique depuis plusieurs années, en particulier avec son projet de recherche CORPUS, et dispose désormais d’un retour d’expérience substantiel quant à ces nouvelles formes d’interaction entre bibliothèques numériques et acteurs du monde académique.
  • 16h40 Questions et discussion finale

Samedi 6 octobre Rendez-vous au salon Kerchache, musée du quai Branly 15h00-17h00 « Quelles archives aujourd’hui pour les objets du musée du quai Branly ? L’exemple des poupées de la mission Dakar Djibouti »

Autour du film Les poupées. Archives vivantes, Sénégal, 2012-2015. Entretiens croisés sur des objets collectés au Sénégal par la mission Dakar-Djibouti en 1931 (28’). Dans le cadre d’un projet collectif d’archives vivantes et de restitution symbolique d’objets collectés en Afrique, Marie Gautheron a réalisé une série d’interviews filmées auprès d’interlocuteurs africains, face à des photographies d’un corpus d’objets de la mission Dakar Djibouti.

Avec Marie Gautheron, agrégée de lettres et historienne de l’art. Présentation de quelques poupées de la collection par Eléonore Kissel, responsable du pôle conservationrestauration. Le débat sera animé par Jessica De Largy Healy (chercheure CNRS, LESC) autour de ce cas et d’autres exemples (aborigènes d’Australie notamment) d’élaborations d’archives vivantes et des modes de restitution.

Leur dialogue portera sur ce que peut apporter à notre connaissance des objets les discours contemporains et la réception locale de ces objets.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

[Projet européen] DIGITENS : DIGITal ENcyclopedia of European Sociability

L’Union européenne, dans le cadre de son programme H2020 (Marie Skłodowska-Curie Actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)), a accordé un financement de 300 000 € dont 32 000 pour la BnF pour un projet de recherche visant à développer une Encyclopédie numérique de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières.

Résumé du projet

L’objectif du projet DIGITENS est de construire un cadre afin de mieux appréhender les interactions, les tensions, les limites et les paradoxes propres aux modèles européens de sociabilité et d’étudier la question relative à l’émergence et la formation des modèles européens de sociabilité tout au long du XVIIIe siècle.
Les résultats de cette recherche collaborative, internationale et intersectorielle sera la mise en ligne de la première Encyclopédie numérique à accès ouvert de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières. Cette encyclopédie numérique comportera une anthologie historique de sources textuelles ou iconographiques et proposera à un large public une cartographie des savoirs. Pour cela, des échanges de chercheurs entre les différentes institutions partenaires sont prévus.
Par son caractère électronique et par sa pluridisciplinarité, il s’adresse à la communauté des chercheurs anglophones et francophones, mais aussi plus largement au grand public qui grâce aux modalités de sa mise en place et ensuite de sa consultation et de son utilisation sera amené à s’interroger sur une valeur essentielle des Lumières qui trouve diverses formes d’expression au XXIe siècle pouvant aller de la permanence d’espaces institutionnels de sociabilité à celle de denrées « sociables » comme le café ou le thé ou encore de pratiques de sociabilité comme l’amitié. Le croisement des approches, sociologique, philosophique, linguistique, historique et littéraire permettra la réalisation d’un produit innovant et évolutif unique à ce jour dans l’univers de la recherche.

Pour la BnF, les principaux bénéfices de cette coopération sont :

  • une collaboration scientifique pour la réalisation de l’encyclopédie,
  • une collaboration technique pour la numérisation de quelques documents indispensables à la mise en place de l’encyclopédie,
  • un partenariat en termes d’échanges de personnes et de savoirs entre institutions « académiques » et « non académiques »  partenaires ; les séjours de recherche étant pris en charge par le projet,
  • l’accueil d’un atelier pour les étudiants et les chercheurs en 2019 et d’une journée nationale d’information en 2020,
  • enfin, une mise en valeur des collections numérisées et une découverte de documents non encore numérisés pouvant faire l’objet d’une numérisation ultérieure ; le thème des Lumières étant déjà fortement présent dans Gallica. C’est également une forme d’éditorialisation des collections.

Durée

2012-2022

Aide

Aide totale de l’Union européenne : 300 0000 euros

Programme

  • Appel à projets Marie Skłodowska-Curie actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)

Partenaires

  • Université de Bretagne occidentale : Principal Investigator : Kimberley Page-Jones + Annick Cossic
  • Université de Paris 13 : project coordinator : Valérie Capdeville

Pour en savoir plus

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent

Le lancement des commémorations de Mai 68 par le Centre Pompidou1 sont l’occasion de rappeler l’action menée par la Bibliothèque nationale pour sauvegarder les traces de l’événement et ses déclinaisons les plus contemporaines à l’heure de la dématérialisation des sources de l’histoire du temps présent.

Après les attentats qui ont marqué la ville de Paris en novembre 2015, l’action menée par les Archives de Paris pour recueillir et sauvegarder les messages anonymes laissés sur les lieux des attentats avait suscité des échos dans les médias. Cette initiative faisait suite à celle entreprise par la bibliothèque de l’université de Harvard pour les documents relatifs aux attentats de janvier 2015.

Ces actions relevant d’une institution publique, les Archives de Paris2, et d’une bibliothèque, la Bibliothèque de l’université Harvard3, font écho à la collecte des journaux, tracts, affiches manuscrites ou imprimées, banderoles, dessins, chansons… menée par les bibliothécaires de la Bibliothèque Nationale de la rue de Richelieu, près de 50 ans avant, pendant les événements de Mai 68.

Si cette implication des agents de la Bibliothèque Nationale dans la collecte des sources de l’histoire immédiate est connue par la relative abondante bibliographie qui lui a été consacrée, rappelons tout de même que les chercheurs actuels la doivent en premier chef à l’initiative individuelle d’une conservatrice, Marie-Renée Morin (1925-2012)4.

Marie-Renée Morin en 2008.

Nommée en 1958 au Catalogue de l’histoire de France – qui allait devenir le Service de l’Histoire de France5, soit le service chargé  d’attribuer une cote parlante à tous les ouvrages ou documents entrant dans la division Histoire de France6 – , par Julien Cain, Marie-Renée Morin, après avoir œuvré au comblement des lacunes en collections de périodiques, tracts et affiches électoraux de la période 1900-1930 et de la Résistance, ne pouvait qu’être sensible à ce patrimoine matériel particulier, relevant parfois des éphémères et, de ce fait, exclu du périmètre de la loi sur le dépôt légal.

D’aucuns pourraient arguer que l’importante bibliographie (cf. ci-dessous) relative à cette action de la BN en mai 68 reflète son caractère à la fois inédit et exceptionnel. Comme si la BN se targuait d’avoir eu la prescience de l’importance de l’événement et ne cessait de célébrer depuis cette clairvoyance singulière. En réalité, il n’en est rien.  Comme le rappelle Marie-Renée Morin dans l’interview7 qu’elle accorda pour illustrer l’exposition Esprit(s) de mai 68. Tracts, affiches, photographies, journaux organisée par la Bibliothèque nationale de France en 2008, la collecte des tracts était une tradition :

… c’était une tradition au Service de l’histoire de France de ramasser tout ce qui était tracts, tout ce qui était [de] tendance politique, tous les papiers un peu informes et donc, toujours on ramassait…

Cette pratique déjà ancienne n’a fait que se perpétuer en mai-juin 1968. Marie-Renée Morin dit bien que la collecte s’est faite « y compris quand il y a eu les événements de Nanterre, le 22 mars », comme si cela allait de soi et que ces événements ne dérogeaient pas, sinon à la règle, du moins à une habitude inscrite dans les us et coutumes des agents du Service de l’histoire de France et de leurs collègues.

Au-delà de la BN ou de l’action d’acteurs8, une pratique équivalente menée dans d’autres villes, par exemple à Lyon – de l’initiative là encore personnelle d’un agent public, l’archiviste de la Ville de Lyon Henri Hours9 – , tend à révéler que les conservateurs des bibliothèques ou des archives, aient eu, par leur formation, un tropisme à la conservation des documents de l’histoire en train de se faire.

Cette pratique a perduré à la Bibliothèque Nationale jusqu’à la fermeture du Service de l’Histoire de France qui est intervenue lors de l’arrêt de la cotation dans la division Histoire de France. De nombreux services internes de la bibliothèque conservaient dans leurs espaces qui une bannette, qui une boîte Cauchard® – cas le plus fréquent –10 pour y stocker les tracts, affichettes voire affiches récupérés des mains mêmes des militants les distribuant, des lieux publics ou des murs. Chacun avait intégré les consignes11 stipulant qu’il convenait d’inscrire au crayon, sur le document recueilli, la date et le lieu de collecte12.

« Réformes : le Gaulle loupe encore le coche », tract manuscrit révélant l’utilité pour le collecteur d’indiquer le lieu et la date de collection, voire l’auteur.

Régulièrement, dès la boîte remplie, le contenu en était adressé au Service des Recueils13 pour tri et intégration dans les collections.

Certains agents ont tenté de maintenir cette tradition au sein du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, notamment au département de la Recherche bibliographique qui a longtemps proposé aux lecteurs de la salle X une boîte avec une étiquette « Recueils » destinée aux dons de tracts des lecteurs, lecteurs sans doute de moins en moins au fait de cette pratique et de plus en plus ignorants de la signification de cette mention.

Désormais, la disparition du Service de l’Histoire de France comme du Service des Recueils (devenu un fonds du service Histoire du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.)), le renouvellement générationnel des personnels, les réformes successives du dépôt légal ainsi que la généralisation des médias numériques pour la diffusion des tracts ont fait disparaître les boîtes de « Recueils » des services internes et des salles de lecture.

Même si l’initiative de la collecte des tracts de Mai 68 est due à Marie-Renée Morin, sans doute aussi en raison de sa domiciliation dans le Quartier Latin, près de l’Odéon, le souci des archives immédiates était effectivement partagé au sein de la bibliothèque. Marie-Renée Morin nous le prouve par l’interpellation faite par « mademoiselle Kleindienst », soit la secrétaire générale de la BN, Thérèse Kliendienst qui, le 6 juin 1968, lui demandait sur un papier de brouillon utilisé au recto, comme a son habitude de femme économe – déjà éco-responsable ! –  : « Mlle Morin, avez-vous pensé à ramasser les tracts ? »14

À cette date, Marie-Renée Morin s’était déjà organisée pour mobiliser les collègues afin d’élargir la collecte en impliquant les producteurs puisqu’elle contactait le maximum de mouvements et de partis.

« Brisons les vieux engrenages », Affiche, 50,5 x 70 cm – [Atelier populaire] BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3646
Au fonds initial collecté en mai 1968 par le Service de l’Histoire de France auprès du personnel et des lecteurs de la BN, vinrent s’ajouter des tracts obtenus par échange auprès de bibliothèques ou de particuliers, ainsi que des dons et des acquisitions.
En 1986, ces différents fonds furent regroupés, microfichés, et ordonnés suivant un plan de classement.
Conservés sous la cote : [4-LB61-600 (1968), la collection des tracts des événements de mai 1968 de la BnF s’élève à 10 067, reproduits sur 391 microfiches. Le plan de classement des tracts comporte 3 parties : Paris, la région parisienne et la province, chacune étant divisée en cinq séquences :
• le monde étudiant et lycéen
• vers les travailleurs
• le monde du travail
• mouvements et partis politiques
• autres tracts
Un index par ordre alphabétique des mouvements, partis politiques, syndicats, en fin de volume permet de retrouver les tracts qui en émanent dans le corps du classement. Un guide décrit précisément la collection15.
Depuis, il forment une source de nostalgie ou d’abjection pour certains – selon les bords – et constituent désormais des objets patrimoniaux régulièrement exposés, étudiés16 et publiés dans maints ouvrages, depuis l’un des tout premiers, paru en 1968 : Atelier populaire, présenté par lui-même, 87 affiches de mai-juin 1968, Paris (2e) : Usines, universités, union, (64, rue de Richelieu), 1968, 96 p. : ill. ; 19 cm.  (Bibliothèque de mai), que l’on doit à l’Atelier populaire de l’École nationale supérieure des beaux-arts lui-même qui manifestait moins par là, une quelconque volonté d’auto-célébration ou une vaniteuse glorification, qu’un souhait de faire école :
il ne s’agit pas, en effet, d’inonder le pays à partir d’un seul point, mais de susciter la création d’Ateliers populaires partout où il y a des travailleurs en lutte afin que demeure toujours lié aux luttes du peuple, le travail d’analyse politique à partir duquel s’élaborent les affiches et leur diffusion.

La collecte des sources de l’histoire immédiate a désormais pris une autre forme, dématérialisée, puisqu’elle relève désormais pour l’essentiel du dépôt légal de l’internet. Ainsi, depuis que cette activité fait partie intégrante des missions de la BnF, des campagnes de capture et de sauvegarde de l’internet électoral sont menées17.

S’agissant des attaques dont la France fut la cible, en plus des archives physiques, déposées sur les lieux des attentats et autour de monuments, les archives numériques suscitèrent également l’intérêt des chercheurs, notamment l’équipe du projet ASAP, Archives Sauvegarde Attentats Paris (https://asap.hypotheses.org) auquel prend part la Bibliothèque nationale de France et qui vise à documenter la collecte du Web et de Twitter au cours des événements, d’interroger les conditions et possibilités d’élaboration de corpus, et de faire ressortir les premiers éléments qui peuvent émerger de ces données massives entre histoire visuelle, approche quantitative et qualitative, traitement automatique de la langue, cartographie de liens, sémiologie, ou encore médiologie, pour analyser la fabrique de l’événement en ligne.

Avec le projet ASAP, la Bibliothèque nationale de France  perpétue donc cette tradition de la collecte des traces matérielles de l’histoire en train de se faire.


Bibliographie sur le Service des recueils et la collecte des tracts

  • Vera Colmaire, « Le service des Recueils », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1978, n° 100, p. 135–138.
  • Les affiches de mai 68 ou L’imagination graphique : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale, 17 février-31 mars 1982] / [catalogue par Charles Perussaux] ; [préface par Alain Gourdon], Paris : Bibliothèque nationale, 1982, 1 vol. ([12] p.-70 p. de pl.) : couv. ill. ; 22 cm. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6532558s>.
  • Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>.
  • Madeleine Barnoud, « Littérature éphémère et sources de l’histoire. Les tracts à la Bibliothèque nationale de France », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, n° 3, p. 26-29. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-03-0026-005>.
  • Madeleine Barnoud, « La société française en recueils », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2002, n° 10, p. 51–56.
  • Nathalie Varda,  Traitement et signalement des catalogues de bibliothèques du fonds de recueils de la Bibliothèque nationale de France : Projet professionnel personnel de bibliothécaire : gestion de projet : Bibliothéconomie, [Villeurbanne] : Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, 2004, 75 f. Disponible en ligne, url : <http://enssibal.enssib.fr/bibliotheque/documents/ppp/pppvarda.pdf>.
  • Frédéric Manfrin, Annie Gay, Esprit(s) de Mai 68 : prenez vos désirs pour des réalités : [exposition virtuelle], Paris : Bibliothèque nationale de France, 2008. Disponible en ligne, url : <http://expositions.bnf.fr/mai68/index.htm>.
  • Valérie Tesnière, « Les sources de l’histoire en bibliothèque : la Bibliothèque nationale de France », in Histoire en bibliothèque, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2009, p. 121-126. Suivi, p. 130-132, d’un encadré sur le fonds des Recueils de la BnF, par Frédéric Manfrin.

Actualité

Puisque les affiches de Mai 68 ont déjà fait l’objet d’expositions de la part de la BnF lors des commémorations précédentes, la contribution de la BnF aux manifestations du 50e anniversaire consistera en une exposition sur les Icônes de mai 68 : les images ont une histoire qui reviendra sur la construction médiatique de notre mémoire visuelle collective.
Du 17 avril au 26 août, l’exposition dont le commissariat est assuré par Dominique Versavel, conservatrice au département des Estampes et de la photographie et Audrey Leblanc, docteure en histoire et civilisations (EHESS), Université Lille 3, questionnera la construction des images photographiques iconiques de mai 68.
Comment s’est construite notre mémoire visuelle collective des événements de Mai 68 ? Selon quels processus certaines photographies, présentées comme documentaires, ont-elles atteint un statut d’icônes ? S’appuyant sur près de deux cents pièces, l’exposition présentée par la BnF fait l’histoire de certaines de ces images désormais célèbres. Elle suit leur trajectoire médiatique pour mettre en évidence les conditions de leur émergence culturelle dans la mémoire collective.
La barricade, le duel CRS / étudiants, le pavé lancé, le poing levé… depuis 50 ans, la représentation des événements de Mai 68 est associée à des motifs récurrents. L’exposition analyse le parcours sinueux de différentes photographies, depuis la planche-contact jusqu’à leur circulation dans les magazines et autres produits éditoriaux : elle revient sur l’élaboration médiatique et culturelle de la représentation de ces événements historiques.
Le portrait de Daniel Cohn-Bendit face à un CRS par Gilles Caron et
La Marianne de 68 de Jean-Pierre Rey constituent deux exemples caractéristiques de la fabrique des icônes. La photographie de Daniel Cohn-Bendit n’a pas immédiatement été distinguée et mise en exergue par les grands titres de la presse magazine. Pour éclairer la trajectoire de cette photographie devenue icône, l’exposition en présente des tirages originaux mais aussi de nombreuses formes éditées jusqu’en 2008.
La « Marianne de 68 » a également évolué vers un statut d’icône. Au fur et à mesure de ses publications, le cadrage se resserre, faisant perdre à la photographie son ancrage historique, et les commentaires se recentrent sur l’image elle-même faisant d’elle un symbole de Mai 68.
L’exposition interroge également la pratique de la couleur : comment et pourquoi la mémoire visuelle de Mai 68 se conjugue-t-elle en noir et blanc alors que les événements ont été couverts et diffusés en couleurs par la presse de l’époque ?
Des clichés couleurs ont été pris par de nombreux photographes : Janine Niépce, Georges Melet, Bruno Barbey, Claude Dityvon… D’autres récits photographiques des événements ont à l’inverse échappé à la mémoire visuelle commune. Pour finir, l’exposition interroge en creux le statut d’icône. Pourquoi la première « nuit des barricades » n’a-t-elle paradoxalement laissé aucune image persistante ?

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 4 mars 2018. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/2517> (consulté le 13 juillet 2020).

  1. SoixanteHuit, url : <http://soixantehuit.fr/> []
  2. Hommages aux victimes des attentats de 2015, http://archives.paris.fr/r/137/hommages-aux-victimes-des-attentats-de-2015/ []
  3. Archives Charlie à Harvard, http://cahl.io/ []
  4. Jacqueline Sclafer, « Marie-Renée Morin (1925-2012) », Bibliothèque de l’École des chartes, 2012, n°  170, p. 617-619. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2012_num_170_2_464275>. []
  5. Alice Garrigoux, « Le service de l’histoire de France à la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France, 1965, n° 2, p. 41-46. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1965-02-0041-001>. []
  6. Division héritière du classement et du catalogue méthodique des collections mis en place par Nicolas Clément en 1682 sous le libellé de Rerum gallicarum scriptores et portant la lettre de désignation symbolique « L ». []
  7. « Souvenirs de collecte. Entretien avec Frédéric Manfrin », http://expositions.bnf.fr/mai68/rencontres/01.htm []
  8. Comme Olivier Rigoir dont la collection est conservée aux archives de la Vendée : « 211 J – Tracts et imprimés sur Mai 68, réunis par Olivier Rigoir, entre 1966 et 2008 », http://recherche-archives.vendee.fr/archive/fonds/FRAD085_211J []
  9. Françoise Blum,  Jean-Philippe Legois, Anne-Catherine Marin, « Archives, événements et « Commune étudiante » : prolonger et valoriser plusieurs collectes immédiates du mouvement social de mai-juillet 1968 », La Gazette des archives, 2011, n° 221, p. 123-140. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_2011_num_221_1_4780#gazar_0016-5522_2011_num_221_1_T12_0130_0000>. []
  10. Du nom de la société Cartonnages Cauchard, https://dossier-patient-online.fr/produits/12-boites-de-conservation-en-carton-celloderme.html, fondées en 1947 par Michel Cauchard (né le 25 juin 1925 à Metz, mort le 25 décembre 2004). []
  11. Sans doute les archives administratives de la BnF conservent-elles une note ou une circulaire indiquant la procédure à suivre. []
  12. On voit là le réflexe professionnel visant à enrichir ce que l’on nomme désormais les métadonnées. Cela s’avère en effet d’autant plus précieux pour les tracts « sauvages », non issus de syndicats et mouvements clairement identifiés, imprimeurs dûment mentionnés, ni auteurs crédités. []
  13. Ce service avait la responsabilité du traitement des imprimés de type publicitaire, informatif, technique ou de propagande (prospectus, dépliants, brochures, affichettes, tracts etc.) appelés « recueils » car à la différence des monographies, ces documents ne sont pas traités à la pièce mais « recueillis » et traités en unités homogènes, les Recueils. Sur le « Traitement en recueils », on se reportera au Guide pratique du catalogueur de la Bibliothèque nationale de France, http://guideducatalogueur.bnf.fr/abn/GPC.nsf/gpc_page?openform&type_page=fiche&unid=55857196A08C26D2C12571810044FEAD []
  14. Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>. []
  15. Bibliothèque nationale de Paris, Service de l’histoire de France, Les Tracts de Mai 1968 : guide, ICD : Brill, 2005. Disponible en ligne, url : <http://www.brill.com/files/brill.nl/specific/downloads/32087_Guide.pdf>. []
  16. Recensement et étude de la constitution des collections sur Mai 68 à la BnF, par Audrey Leblanc, cf. : <http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2016000219_recensement-et-etude-de-la-constitution-des-collections-sur-mai-68-a-la-bnf> []
  17. Le dépôt légal de l’internet électoral : la collecte en coopération des sites web des présidentielles et législatives de 2012, url: <http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_journees_pro_2012/a.jp_dlweb_2012.html> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution de l’ouvrage : « Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire »

Stefan Lemny, chargé des collections d’histoire à la Bibliothèque nationale de France et spécialiste de l’histoire culturelle du XVIIIe siècle1 s’était attelé depuis plusieurs années à la biographie de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie.


La biographie Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire est la première à montrer la personnalité de l’historien dans toute sa complexité, à partir de fonds d’archives inédits et notamment ceux de l’historien même. En effet, Stefan Lemny, a gagné au fil des ans toute la confiance d’Emmanuel Le Roy Ladurie au point que ce dernier lui ait accordé généreusement le droit de consulter ses volumineuses archives personnelles et professionnelles.

Au-delà de l’historiographie, la biographie explore la vie intellectuelle des soixante dernières années, dont Emmanuel Le Roy Ladurie fut un incontournable acteur et un précieux témoin comme en témoignent les superlatifs qui l’ont désigné : Historien de haut vol, magicien de l’histoire, historien total.

Né en 1929, auteur d’ouvrages majeurs, parmi lesquels Paysans de Languedoc (1966), Histoire du climat depuis l’an mil (1967) et Montaillou, village occitan (1975), il a marqué de sa pensée et de sa plume l’historiographie de la deuxième moitié du XXe siècle, qui a vu s’affirmer des courants novateurs comme l’École des Annales, l’histoire quantitative ou l’histoire du climat.

Cependant, si l’œuvre est essentielle, elle n’explique pas seule sa renommée exceptionnelle. Le rôle qu’il a joué dans le développement de plusieurs institutions prestigieuses – l’EHESS, le Collège de France, la BnF, l’Institut de France – n’y a pas moins contribué. À cela s’ajoutent la place particulière qu’il a occupée sur la scène médiatique, ses prises de position dans les débats de société et son combat en faveur des droits de l’homme dans les années 1970 et 1980, au plus fort du totalitarisme communiste.

Historien marqué par l’Occupation puisqu’en tant que fils de Jacques Le Roy Ladurie, secrétaire d’Etat à l’Agriculture et au Ravitaillement sous le Régime de Vichy, Emmanuel Le Roy Ladurie est aussi ce que Pierre Rigoulot a nommé un enfant de l’épuration2 ce qui peut constituer pour l’historien ce qu’Éric Conan et Henry Rousso considèrent comme un passé qui ne passe pas3. On le voit (cf. la table des matières ci-dessous), la biographie d’Emmanuel Le Roy Ladurie est aussi une histoire familiale, celle des Le Roy Ladurie qui l’ont précédé,  ainsi qu’une histoire intellectuelle et politique de la France depuis la montée des périls, l’engagement au sein du Parti communiste français4, l’anticolonialisme, jusqu’aux luttes contre les dérèglements climatiques.

Informations éditoriales

  • Description
    Broché, 570 pages, 15 x 23 cm
  • Date de parution
    14 février 2018
  • ISBN/EAN
    978 2 7056 9508 8
  • Prix
    28 €
  • Editeur
    Hermann
    Collection Hors collection
  • Disponibilité
    Disponible

Table des matières

Avant-propos
Abréviations utilisées

I. La saga d’une famille

Les ancêtres
Edmond Le Roy Ladurie, l’entrepreneur
Emmanuel Le Roy Ladurie, le capitaine
Gabriel Le Roy Ladurie, l’oncle énigmatique
Jacques Le Roy Ladurie, le père agriculteur et politicien

II. Une enfance normande

Villeray
Le collège catholique Sainte-Marie à Caen
Le premier voyage
Au collège Saint-Joseph
Le journal du débarquement
Le bachelier

III. Les années d’études parisiennes (1945-1953)

La khâgne

D’Henri-IV à Lakanal
Les maîtres et les camarades
La conversion idéologique

Le Normalien

1949, l’année des grandes épreuves
Les nouveaux maîtres
Le militant communiste
Le leader syndical
Du théâtre à la presse
Les études et les premières recherches
Les amitiés

IV. L’expérience languedocienne

Sous les drapeaux
« Les promesses d’un excellent professeur »
Désillusions communistes
La naissance de l’historien

L’historien « à mi-temps »
Le chercheur au CNRS
L’assistant universitaire

De nouvelles recherches politiques et militantes

L’Union rationaliste
Socialisme ou barbarie
Le Comité de défense des libertés et l’Union
de la gauche socialiste
Le Parti socialiste unifié

Les cercles de l’intimité

V. Une première décennie de vie scientifique à Paris (1963-1973)

Au Centre de recherches historiques

L’âge des grandes enquêtes
Un promoteur de la coopération internationale
L’expérience américaine
Chercheur et enseignant

Aux Annales
Le Mai 68 de l’historien
De la Sorbonne à Paris VII
Au CRH après 1973

VI. De l’histoire des paysans à l’histoire du climat

Les Paysans de Languedoc (1966) : une thèse qui fait date
L’historien du monde rural
L’historien du climat
L’historien, l’ordinateur et la plume

VII. Au Collège de France

Les étapes d’une élection
Le cours inaugural : « L’histoire immobile »
Cours, séminaires et recherches
Un militant de base FO
Dans la routine des élections
En campagne pour Roland Barthes, Gérard Genette,
François Furet, Maurice Agulhon, Marc Fumaroli
Invités de prestige
Les dernières années : Pierre Bourdieu, Daniel Roche

VIII. L’histoire d’un best-seller : Montaillou, village occitan,
de 1294 à 1324

Dans l’atelier de l’historien : naissance d’un livre
Les premières réactions
La légende du tirage : les éditions françaises
Un village français qui a conquis le monde :
les éditions étrangères
Le succès mondial : à la une de la presse écrite
Rencontres publiques, radio, télévision
De l’enseignement au tourisme
De la bande dessinée au cinéma
Dans le miroir de la critique savante
Expliquer l’inexplicable

IX. L’âge de la nouvelle histoire

Le Territoire de l’historien et la nouvelle histoire
Carnaval et révolte, amour et mort, sorcellerie
Histoire de France : L’État royal et L’Ancien Régime
Le triomphe de l’égo-histoire : Paris-Montpellier.
P.C.-P.S.U. (1945-1963)
L’historien journaliste
Parmi les historiens
L’historien au micro et à l’écran
Le devoir de mémoire

X. L’historien dans la Cité

L’historien comme chroniqueur du temps présent
L’historien face au pouvoir
« CIEL !! Mon mari… »
Dans les autres lieux du militantisme : le Centre Royaumont,
la fondation Saint-Simon, ATD Quart-monde…
Contre l’invasion de l’Afghanistan et les JO de Moscou
« Une nation fidèle à son histoire » : la Pologne
Pour la défense des droits de l’homme

Au « centre du totalitarisme » : l’URSS
Les pays de l’Est
Les « boat-people »
Le Moyen-Orient
Le totalitarisme de la « périphérie » : l’Amérique latine

L’école, l’université, l’enseignement de l’histoire
Pour l’Europe
La défense des libertés
Contre l’antisémitisme, le racisme, la xénophobie
Les marginaux : « Il faut faire quelque chose
pour ces malheureux »
Un combat sur (presque) tous les fronts

XI. À la tête de la Bibliothèque nationale

Un lecteur de longue date
La nomination d’un « administrateur d’exception »
De la BN à la BnF : la gestion d’une transition

La « BN bis » d’Emmanuel Le Roy Ladurie
La BN face à la « bibliothèque d’un type
entièrement nouveau »
La BN et la Bibliothèque de France : vers la fusion (1989-1992)
1993 : la dernière année de la BN

L’agenda du dernier administrateur général de la BN

En quête d’un « modèle idéal » de bibliothèque
Vers l’apaisement des conflits sociaux
Nouvelle direction, nouveaux chantiers
Enrichir, conserver et valoriser les collections patrimoniales
« Une fenêtre sur le monde » : le rayonnement de la BN
« Que n’aurais-je fait ! Toujours pour la BN »
Voeux pour le Nouvel an et adieux

Président du conseil scientifique de la BnF
Le retour du « lecteur de base »

XII. Le retour de l’historien à plein temps

De l’Académie française à l’Académie des sciences morales et politiques

Une cérémonie riche en symboles
L’activité de l’académicien

Le défi biographique : les Platter
Saint-Simon : une approche « essentiellement systématique »
Entrer dans un nouveau millénaire
L’âge des synthèses

Histoire de France des régions
Histoire des paysans français
Histoire humaine et comparée du climat
… et le combat de l’historien du climat

Une retraite active

Bibliographie sélective
Index des noms
Remerciements

  1. en particulier de la famille princière Cantemir. Nous renvoyons à sa bibliographie recensée à l’adresse url : http://production-scientifique.bnf.fr/CV/lemny-stefan. []
  2. Pierre Rigoulot, Les enfants de l’épuration, Paris : Plon, 1993, 1 vol. (532 p.). En vertu du jugement rendu le 1er juillet 1949 par la Haute Cour de Justice, Jacques Le Roy Ladurie bénéficia d’un non-lieu. Emmanuel Le Roy Ladurie s’est attaché à publier les mémoires de son père, Jacques Le Roy Ladurie, Mémoires (1902-1945), texte établi et présenté par Anthony Rowley et Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris : Flammarion, Plon, 1997. []
  3. Éric Conan et Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, [Paris] : Pluriel, DL 2013, 1 vol. (401 p.). []
  4. passé sur lequel Emmanuel Le Roy Ladurie, avec le franc-parler et le refus des tabous qui le caractérise a évoqué dans Paris-Montpellier : P.C.-P.S.U. [Parti communiste-Parti socialiste unifié], 1945-1963, [Paris] : Gallimard, 1982,  1 vol. (261 p.). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Pascal, le cœur et la raison

aff_pascal_10x15Organisée par Jean-Marc Chatelain (BnF) et Laurent Susini un journée d’étude consacrée à Blaise Pascal se tient à la BnF le 9 décembre 2016 à l’occasion de l’exposition éponyme qui s’y tient du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017.

Programme

9h30 : Accueil et introduction par Laurent Susini, Université Paris-Sorbonne et Jean-Marc Chatelain, BnF

Session présidée par L. Plazenet (U. Paris-Sorbonne)
– 9h45 : Qu’est-ce que les oeuvres scientifiques de Pascal nous apprennent sur la manière dont il conçoit le coeur et la raison ?
Dominique Descotes, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand
– 10h25 : Une idole de la vérité, une idole de l’obscurité
Laurent Thirouin, Université Lyon 2

Pause

– 11h20 : Du coeur de l’âme à l’union de volonté
Vincent Carraud, Université Paris-Sorbonne
– 12h : Penser le corps : l’avant-garde pascalienne
Pierre Lyraud, École normale supérieure

Session présidée par P. Sellier (U. Paris-Sorbonne)

– 14h30 : Plaisanterie et dérision en théologie : l’influence des Provinciales
Sylvio de Franceschi, École pratique des hautes études
– 15h10 : Pascal, auteur classique : la révision de Port-Royal
Jean-Robert Armogathe, correspondant de l’Institut, directeur d’études émérite, École pratique des hautes études
– 15h50 : La chronologie des Pensées : une utopie critique ?
Alberto Frigo, Centre national de la recherche scientifique
– 16h45 : visite commentée de l’exposition Pascal, le coeur et la raison par Jean-Marc Chatelain, commissaire de l’exposition

Informations pratiques

9 décembre 2016
Bibliothèque nationale de France , site François-Mitterrand, Petit Auditorium

Avec le soutien de la Société d’Étude du XVIIe siècle.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts