Archives par mot-clé : Philosophie histoire sciences de l’homme

Colloque : Colonisation et guerre d’Algérie : oppositions intellectuelles (21-22/01)

La Bibliothèque nationale de France et l’Institut du monde arabe (IMA) s’associent pour organiser le colloque « Colonisation et guerre d’Algérie : oppositions intellectuelles ». Celui-ci répond à l’une des recommandations du rapport remis en janvier 2021 au président de la République par Benjamin Stora, historien spécialiste du Maghreb, sur les enjeux mémoriels de la guerre d’Algérie et le travail de vérité et de réconciliation nécessaire entre la France et l’Algérie. La première journée se déroule le 21 janvier à l’IMA, la seconde le 22 janvier à la BnF. 

En ouverture du colloque, jeudi 20 janvier au soir, sera projeté à l’IMA le film Le Soleil assassiné d’Abdelkrim Bahloul, en présence du réalisateur.

L’événement se conclura avec une lecture par Isild le Besco d’extraits de Qui se souvient de la mer de Mohammed Dib, dans le cadre des Nuits de la lecture, samedi 22 janvier.

Continuer la lecture de Colloque : Colonisation et guerre d’Algérie : oppositions intellectuelles (21-22/01)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Sarah Nechtschein, ancienne chercheuse associée du département Littérature et art (13/12)

Sarah Nechtschein, qui fut chercheuse associée au sein du département Littérature et art de la BnF en 2007-2008 pour son projet « Être propre, sentir bon, paraître élégant », soutient sa thèse intitulée Matériaux odorants et créativité. Sociologie de la conception de parfum, ce lundi 13 décembre.

Parfums des femmes de France Viville Oh ! quel parfum exquis que cette Violette Reine
Parfums des femmes de France Viville Oh ! quel parfum exquis que cette Violette Reine https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9016416p
Continuer la lecture de Soutenance de thèse de Sarah Nechtschein, ancienne chercheuse associée du département Littérature et art (13/12)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les religions au prisme de la sociologie (8/12)

Où en sont les religions en France, par-delà l’image conflictuelle qu’on en donne bien souvent ? Quelles sont les motivations des conversions ? L’écologie est-elle une affaire religieuse ? Les différentes confessions influencent-elles les pratiques de procréation ? Quelle est la réalité de la pratique religieuse en prison ? Comment les religions s’accommodent-elles d’internet ?

La France offre en effet l’image d’un pays encore sous tension, qui peine à trouver un point d’apaisement dans ce domaine. Cependant, tout l’intérêt d’une approche sociologique est de ne pas s’en tenir à cette image conflictuelle, mais d’interroger, par des analyses de terrain, la réalité du phénomène religieux, au plus près de ses acteurs dans leur diversité, loin des idées reçues.

Les intervenants conviés sont des chercheurs en sciences sociales dont les travaux actuels renouvellent le regard sur le fait religieux.

Continuer la lecture de Les religions au prisme de la sociologie (8/12)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire : En faisant, en écrivant la Révolution

Marie Anne Charlotte Corday ci-devant Darmans, âgée de 25 ans, assassin de Marat, écrivant sa dernière lettre à son père
Marie Anne Charlotte Corday ci-devant Darmans, âgée de 25 ans, assassin de Marat, écrivant sa dernière lettre à son père, http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40259450p

Pour la troisième année, le séminaire poursuit ses investigations autour du projet soutenu par l’IUF, « en faisant, en écrivant la Révolution ». De nouvelles pistes se dessinent, de nouvelles approches s’esquissent, quelques rares certitudes commencent à être posées. D’abord celle de la confirmation de la vieille illusion de l’école positiviste, qui a si longtemps bercé le monde universitaire pour légitimer sa fonction sociale. Écrire sur le passé ne signifie pas relater le vrai. Écrire sur le passé dans un premier temps consiste de la façon la plus honnête qui soit, de tenter de dire le réel. Dire le passé est dire ce qui s’est passé, non pas en soi, mais pour des actrices et des acteurs au moment où se passaient les faits. La mise en récit en récit attribue, confère un sens à partir d’un ensemble de preuves, considérées comme authentiques dans leur déroulé advenu, pour répondre aux interrogations et aux besoins qui se posent dans le présent. Écrire et faire de l’histoire signifie tisser un lien social par le biais d’une méthode qui définit l’acceptabilité du texte en question.

Continuer la lecture de Séminaire : En faisant, en écrivant la Révolution

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Histoire des cent jours : mars-novembre 1815

Histoire des Cent-Jours : mars-novembre 1815
Histoire des Cent-Jours : mars-novembre 1815

Archiviste paléographe, docteur en histoire, Charles-Eloi Vial est conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Sa biographie de Marie-Louise a reçu le prix Premier Empire de la Fondation Napoléon. « 15 août 1811. L’apogée de l’Empire ? »  a été couronné par le Grand Prix d’Histoire décerné par la Chaîne Histoire et Le Figaro histoire. Il dirige la Bibliothèque des Illustres (Perrin/BnF) pour laquelle il a écrit la biographie d’ouverture sur Napoléon Bonaparte.

Argument

La première histoire totale de cette période exceptionnelle, accoucheuse de la France moderne. L’histoire des Cent-Jours ne cesse de fasciner à juste titre. Entre mars et juillet 1815, année sans pareille, la France passe de Louis XVIII à… Louis XVIII en passant par le spectaculaire retour de Napoléon et un gouvernement provisoire dirigé par Joseph Fouché, ancien et futur ministre de la police. La guerre entre l’abeille et le lys se double d’une nouvelle guerre européenne de trois jours qui se solde par la terrible débâcle de Waterloo, chant du cygne de la domination française sur l’Europe.
Incroyable période, incroyables acteurs. Outre Napoléon et Louis XVIII, le lecteur voit notamment passer Talleyrand, Fouché, mais aussi Chateaubriand, Benjamin Constant, les maréchaux Ney et Grouchy, Wellington, Blücher et tant d’autres illustres ou oubliés. L’exceptionnalité du moment a attiré les plus grands écrivains (Aragon, Stendhal), politiques (Dominique de Villepin) et historiens (Houssaye, Waresquiel), chacun porté par sa sympathie ou sa répulsion pour la geste impériale et sa fin tragique.
L’originalité du propos de Charles-Eloi Vial consiste à proposer une première histoire totale, à la fois globale et objective. Outre son sens consommé de la synthèse, il y parvient notamment par le dépouillement de sources nouvelles en particulier les rapports des préfets et les dépêches diplomatiques. Elles éclairent sous un jour neuf l’état de l’opinion et le jeu des puissances. Sa plume, sobre et inspirée, visite l’ensemble des lieux de l’épopée : Paris, Vienne, l’île d’Elbe, l’actuelle route Napoléon, Gand (refuge de la cour royale en exil) et naturellement la Belgique sans oublier un large tour dans les provinces systématiquement oubliées.
L’ouvrage revient largement sur le dénouement spectaculaire qui voit Napoléon partir vers Sainte-Hélène tandis que le gouvernement de Louis XVIII peine à contenir la Terreur Blanche qui fait rage et condamne à terme la Restauration. Un grand livre d’histoire qui fera date.

Pour en savoir plus

Rencontre proposée par la librairie Mollat avec l’auteur autour de ses ouvrages “Histoire des Cent-Jours” et “Napoléon : la certitude et l’ambition”, tous deux publiés aux éditions Perrin.

  • Editeur : Paris : Perrin
  • Date de parution : 25 février 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (672 p.) : couv. ill. en coul. ; 24 cm
  • ISBN / EAN : 978-2-262-07577-4 (br.) / 9782262075774
  • Prix : 27 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Dictionnaire Sade

Dictionnaire Sade
Dictionnaire Sade

Conservateur des bibliothèques au Canada (EBSI, Université de Montréal), Christian Lacombe est actuellement bibliothécaire au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Après avoir publié, Sade et l’Arétin, une consanguinité d’esprit à L’Infini chez Gallimard et La Vérité sur le marquis de Sade aux éditions La Bibliothèque, il souhaitait publier un Dictionnaire Sade depuis quelques années, avant de découvrir les archives de Jean-Jacques Pauvert.

Parmi les auteurs sollicités par Christian Lacombe figurent d’autres personnels de la BnF, comme Marie Françoise Quignard ou Charles-Eloi Vial. L’ouvrage intègre les notices rédigées par Jean-Jacques Pauvert qui représentent près de 300 textes issus du fonds Jean-Jacques Pauvert, acquis par la BnF en 2016 et conservé sous la cote : NAF28891

Argument

Il s’agit du premier dictionnaire consacré au Marquis de Sade.

Jean-Jacques Pauvert avait eu l’idée de publier un Dictionnaire Sade au début des années 90, ses notes sont à l’origine de cet ouvrage.

Depuis le début des années 1920, après que Maurice Heine ait, le premier, sorti les écrits de Sade de l’ombre, la pensée du marquis a fait l’objet de multiples interprétations ; il était nécessaire d’effectuer une synthèse. Christian Lacombe propose un ouvrage collectif à dimension internationale, en faisant appel à près de 40 chercheurs et écrivains venus des quatre coins du monde, afin de montrer la diversité des lectures de Sade.

Avec plus de 500 entrées, le Dictionnaire Sade interroge de nombreux genres littéraires, comme le roman, le théâtre, la poésie, la correspondance et s’adresse également à l’art, à la musique et à presque toutes les disciplines des sciences humaines, pour se demander sans cesse : qu’est-ce que le marquis de Sade à bien pu vouloir dire ?

  • Editeur : Paris : l’Harmattan
  • Date de parution : 8 février 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (627) : ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm
  • ISBN 978-2-343-22243-1 (br.) : 44 €
  • EAN 9782343222431
  • EAN PDF 9782140170942
Dictionnaire Sade : 4e de couv.
Dictionnaire Sade : 4e de couv.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’éducation du « peuple » par les almanachs au XIXe siècle

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Depuis 2018, je m’intéresse, en tant que chercheur associé au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF, aux fonctions éducatives d’une composante de la littérature populaire, l’almanach. Ce dernier a fait l’objet de nombreux travaux chez les historiens modernistes1 tandis qu’il a été délaissé pendant très longtemps par les historiens contemporanéistes. L’ouvrage qui fait encore aujourd’hui référence sur les almanachs du XIXe siècle date… de 1896 ! Il s’agit d’une somme rédigée par l’iconographe John Grand-Carteret2.

Au XXe siècle, les études historiques ont traité principalement des almanachs de la Révolution française3.

Almanach des ouvriers pour l’an XIII de la République
Almanach des ouvriers pour l’an XIII de la République (8°V52(104))

Exception notable, l’excellent livre de l’historien Ronald Gosselin qui se focalise sur la diffusion des almanachs républicains dans les années 1840-18514.

Pourquoi l’almanach a-t-il été délaissé, en tant qu’objet d’étude, par les historiens dix-neuviémistes ? L’almanach a la particularité de se situer à la frontière entre le document d’archives et le livre. À la BnF, il est d’ailleurs conservé dans le fonds  des recueils du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Ainsi, il ne s’inscrit pas dans les canons classiques de la source historique telle que la définissaient Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos5. En outre, l’almanach est un matériau dont la consultation peut se révéler fastidieuse : la taille de la police d’écriture est souvent très petite, le papier est de mauvaise qualité et tous les numéros d’une série d’almanachs ne sont pas forcément arrivés jusqu’à nous par le dépôt légal imprimeur.

Pourtant, l’almanach du XIXe siècle est très riche en informations. Plus on avance dans le siècle, plus ses illustrations sont foisonnantes et plus ses thématiques sont diversifiées : astrologie, agriculture, commerce, monde ouvrier, religion, politique, mode, sciences, jeux de société, etc. L’almanach est, par ailleurs, l’une des premières manifestations de la « culture de masses »6.

Calendrier pour 1894 et 1898
Calendrier pour 1894 et 1898 (8°V529 (246-247))

Ses tirages dépassent de loin ceux des romans de Balzac par exemple7. L’historien Arnaud Baubérot estime que l’almanach Double Liégeois, supputé par Me Mathieu Laensberg suivi de ses véritables prophéties8 édité par l’imprimeur parisien Stahl, a été publié à 150 000 exemplaires en 18339.

L’almanach est bien souvent l’un des seuls livres que possèdent les familles paysannes et constitue pour elles un moyen d’éducation privilégié.

Le parfait cultivateur, almanach pour l’année 1849, 1856, 1857
Le parfait cultivateur, almanach pour l’année 1849, 1856, 1857 (8°V529 (488))

Malgré la loi Guizot de 1833 enjoignant à chaque commune d’entretenir au moins une école primaire élémentaire, la France est loin d’être alphabétisée durant une grande partie du XIXe siècle. L’almanach apparaît alors comme un outil idéal pour pallier le manque d’instruction dans le pays. L’analyse du contenu des almanachs fait ressortir trois types de mission éducative : le premier consiste à transmettre les bases de la lecture et de l’écriture à un public analphabète ; le second a pour objectif de vulgariser des connaissances littéraires et scientifiques pour un lectorat ayant un minimum d’instruction ; le troisième vise à émanciper les masses grâce à l’éducation politique. Par conséquent, l’almanach correspond à l’une des manifestations les plus représentatives de l’éducation populaire au XIXe siècle. Ces périodiques annuels, comme on l’a vu, servaient de support à la diffusion des savoirs fondamentaux auprès des enfants et adultes peu lettrés. Ils pouvaient même être proposés comme des manuels pour les instituteurs10, puis, comme des compléments à l’enseignement scolaire après l’adoption des lois Ferry en 1881-188211.

Almanach encyclopédique, récréatif et populaire pour 1852
Almanach encyclopédique, récréatif et populaire pour 1852 (8°529 (209))

Plusieurs interrogations surgissent alors de ces premières observations : quelles sont les stratégies pédagogiques et de vulgarisation des almanachs ? Cette littérature est-elle uniquement lue par le grand public ? Comment les rédacteurs des almanachs définissent-ils et s’imaginent-ils leur lectorat appelé « peuple » ? Les lecteurs prennent-ils part, d’une façon ou d’une autre, à l’écriture des almanachs ? L’almanach peut-il être envisagé comme l’un des chaînons manquants de la « descente de la politique vers les masses » théorisée par l’historien Maurice Agulhon12 ?

Pour répondre à ces questions, j’ai réalisé une base de données, lors de ma première année en tant que chercheur associé, comportant plus de 600 références d’almanachs conservés dans la collection « Almanachs » (cote 8-V-529[…]). Ce tableau m’a permis d’identifier les auteurs, éditeurs, lieux d’édition, dates de publication, langues et thématiques d’un échantillon non négligeable d’almanachs du XIXe siècle. Je l’ai présenté lors d’une table ronde du colloque « Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939) De l’histoire à l’actualité », organisé par Agnès Sandras (chargée de collections à la BnF), Jean-Charles Buttier (ancien chercheur associé à la BnF, rattaché aujourd’hui à l’Université de Genève) et Sylvie Dreyfus (diversification des publics de la BnF), qui s’est tenu à la BnF le 13 novembre 201813.  

Après cette phase d’exploration préparatoire et d’identification des différentes collections d’almanachs sur le site de Tolbiac, j’ai entrepris cette année une analyse qualitative du contenu des almanachs. Ces premiers travaux sont visibles au travers de billets postés sur le blog histoire de la BnF et intitulés « L’Almanach du chercheur associé »14. Les premiers billets présentaient mon installation et mes premières réflexions en tant que chercheur associé à la BnF15. J’ai ensuite travaillé sur des thématiques d’almanachs aussi diverses que les sciences occultes16, l’aérostation17 ou l’anarchisme18. Par ailleurs, je viens de terminer l’écriture d’un article scientifique sur la question des associations de travailleurs dans les almanachs de la Deuxième République. Enfin, je prépare une intervention sur la dimension populaire des almanachs pour la deuxième édition des « Rencontres du XIXe siècle » qui se déroulera à Toulouse19.

Ce projet de recherche consacré aux almanachs m’a permis aussi de m’intéresser plus généralement à la question de l’éducation populaire. J’ai intégré le programme de recherche que la BnF a initié, en 2017, « Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles) »20. Ce projet est désormais porté par les Archives nationales, en coopération avec la BnF, le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) et les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours21.

Société Populaire des Beaux-Arts. L'Art enseigné au peuple par les projections : [affiche] / Mucha
Société Populaire des Beaux-Arts. L’Art enseigné au peuple par les projections : [affiche] / Mucha https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90050990

J’ai participé au comité scientifique de la journée d’études « L’émancipation par l’art d’hier à aujourd’hui » qui s’est déroulée le 20 novembre 2019 aux Archives nationales22. À l’occasion de cette journée, une exposition a été conçue, visible, tout d’abord, sur les grilles des Archives nationales, puis sous une forme numérique23. J’ai rédigé les textes des panneaux « Théâtre et cirque populaires » ; « De la vulgarisation à l’animation scientifique » – et sélectionné les images issues de la Bibliothèque numérique Gallica (BnF)  –. Je réalise actuellement un guide des sources de l’éducation populaire à la BnF, d’une dizaine de pages, qui a pour objectif d’aider les chercheurs s’intéressant à cette thématique, à les identifier dans les différentes collections et sites de l’institution.

  1. Robert MANDROU, De la culture populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles. La Bibliothèque bleue de Troyes, Paris, Stock, 1964, 222 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb330884265 []
  2. John GRAND-CARTERET, Les almanachs français. Bibliographie-iconographie des almanachs, années, annuaires, calendriers, chansonniers, étrennes, états, heures, listes, livres d’adresses, tableaux, tablettes et autres publications annuelles éditées à Paris (1600-1895), Paris, J. Alisié, 1896, 846 p. file://localhost/ark/:12148:bpt6k39925k []
  3. Albert SOBOUL et Gundula GOBEL, « Audience et pragmatisme du Rousseauisme. Les Almanachs de la Révolution (1788-1795) », Annales historiques de la Révolution française, n°234, 1978, pp. 608-640 https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32694556h []
  4. Ronald GOSSELIN, Les almanachs républicains. Traditions révolutionnaires et culture politique des masses populaires de Paris 1840-1851, Paris, L’Harmattan, 1993, 329 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb355667654 []
  5. Charles-Victor LANGLOIS et Charles SEIGNOBOS, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898, 308 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31348364v []
  6. Maurice CRUBELLIER, Histoire culturelle de la France XIXe-XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1974, 454 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35302699m []
  7. Voir, par exemple, Roger PIERROT, « Quelques contrats d’édition de Balzac », Bulletin d’information de l’A.B.F., 1957, p. 19-21. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32705067b. []
  8. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32758770x []
  9. Arnaud BAUBÉROT, « Prophéties et prédictions astrologiques dans les almanachs populaires du XIXe siècle », site web de la Société des études romantiques & dix-neuviémistes, juillet 2018 : https://serd.hypotheses.org/2038 []
  10. Almanach de l’instituteur primaire pour 1839, ou Étrennes pédagogiques et grammaticales par M. Bescherelle aîné et M. Ch. Durazzo, Paris, H. Delloye, 1839, 128 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30386042x []
  11. Almanach Hachette. Petite encyclopédie populaire de la vie pratique, Paris, Hachette, 1894-1972, 80 volumes https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb326892451 []
  12. Maurice AGULHON, La République au village. Les populations du Var, de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970, 543 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb353726396 []
  13. https://histoirebnf.hypotheses.org/4955 []
  14. https://histoirebnf.hypotheses.org/7279 []
  15. Almanach d’un chercheur associé. Présentation du 8 avril 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7279 ; Almanach d’un chercheur associé I. Premier jour… du 3 mai 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7284 ; Almanach du chercheur associé II. Jour de colloque ! du 16 juillet 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7767 []
  16. Almanach du chercheur associé III. Le merveilleux scientifique…en almanach ! du 23 août 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7864 []
  17. Almanach du chercheur associé IV. L’Almanach des ballons (1852) du 16 décembre 2019. https://histoirebnf.hypotheses.org/8423 []
  18. Almanach du chercheur associé V. L’Almanach de la vile multitude. Un périodique pamphlétaire et anarchiste (1851-1852) du 24 avril 2020 https://histoirebnf.hypotheses.org/9647 []
  19. https://www.fabula.org/actualites/les-rencontres-du-xixe-siecle-deuxieme-edition-populaire_94396.php []
  20. https://histoirebnf.hypotheses.org/7472 []
  21. http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/education-populaire []
  22. https://www.cnahes.org/lemancipation-populaire-par-lart-dhier-a-aujourdhui-archives-nationales-pierrefitte-20-novembre-2019/ []
  23. http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/visites-virtuelles/exposition-education-populaire/index.html []

La fabrique du « commun » dans les manuels scolaires de la IIIe République

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Dans le cadre de l’appel à projet « Chercheurs associés 2019-2020 », je déposais au début de l’année 2019 un projet de recherche intitulé La fabrique du « commun » dans les manuels scolaires de la IIIe République. Ce projet fut accepté, ce qui me permit de prolonger mes précédentes recherches engagées au sujet des manuels scolaires. A l’occasion d’un projet de recherche de l’équipe ERHISE de l’Université de Genève1, j’avais eu l’opportunité, lors de l’année 2013-2014, de pouvoir travailler sur l’Institut International de Coopération Intellectuelle (IICI), et plus particulièrement sur le processus de révision des manuels scolaires pendant l’Entre-deux-guerres menée au prisme du pacifisme et de l’entente mutuelle entre les peuples. A l’occasion de ce premier chantier de recherche, j’eus la chance de découvrir des ébauches de réflexions sur l’historiographie, des correspondances entre intellectuels au sujet des manuels, des comptes rendus de manuels scolaires bellicistes ou encore des échanges sur les dispositifs à mettre en place pour supprimer certains passages dans les manuels scolaires en usage dans plusieurs Etats. Cependant, dans cette recherche, et ce n’est pas le moindre des paradoxes : les manuels étaient à la fois omniprésents et absents. Omniprésents, car les archives de l’IICI regorgent de documents portant sur les manuels ; mais également absents, dans le sens où il n’y avait pas, à proprement parler, de manuels dans ce fonds. Le projet de recherche que j’ai proposé à la BnF constituait pour moi une occasion de partir à la découverte concrète des manuels scolaires français dans leur matérialité, et dans leur diversité, et de délimiter le problème complexe que posèrent ces manuels du début de la IIIe République (1870-1940) aux intellectuels pacifistes des années 1930.

Mon projet porte sur la fabrique du commun dans les manuels scolaires de la IIIe République. Cette recherche est accueillie au département « Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme » (PHS) dirigé par Fabien Plazannet, dans le service « sciences sociales » de Laurence Jung. Mon projet s’ancre plus précisément dans le développement de l’offre éditoriale en matières de livres scolaires et de l’investissement de la République dans la culture scolaire entre 1878 et 1888 (Musée pédagogique, 1889a). Il s’agit d’une époque charnière où le budget de l’instruction publique devient plus conséquent, passant de 53 640 714 francs en 1878 à 133 207 905 francs en 1888 (Musée pédagogique, 1888), et pendant laquelle les programmes des disciplines comme l’histoire et l’instruction civique se précisent et se renouvellent. L’enjeu global de mon projet est de mettre en valeur les impressionnantes collections de la BnF en matière de manuels scolaires et les précieuses collections de documents du Musée pédagogique actuellement en voie de numérisation.

Au sens le plus ordinaire, le commun désigne « ce qui est partagé par tous » et la communauté « un groupe social caractérisé par la possession des biens communs et spirituels » (Morfaux, 1980, p.51). Du point de vue de l’institution scolaire à la fin du XIXe siècle, le commun à l’œuvre dans la culture scolaire désigne des références, des connaissances, des symboles voire des sentiments, que l’institution scolaire estime nécessaires de connaître ou de ressentir, pour faire nation et République, mais également pour permettre à la France de se développer d’un point de vue économique et industriel. Le terme « fabrique » insiste sur l’action de transformer une matière première pour en faire quelque chose d’autre. Un manuel d’histoire des classes primaires à la fin du XIXe siècle a moins l’ambition de former des petits historiens que d’enraciner la République, la Patrie et une forme de société, en proposant des éléments idéologiques compatibles aux contenus présents dans les autres livres scolaires (livres de lecture, manuel d’instruction civique, etc.). Le « commun » ne se développe pas spontanément ou naturellement, il émerge d’une pluralité d’actions collectives et institutionnelles.

A l’évidence, beaucoup de recherches magistrales ont déjà porté sur les manuels et livres scolaires (Choppin, Amalvi, Cabanel et bien d’autres) ou sur certains auteurs emblématiques de ces objets culturels (Bourdon, Leduc, Dalisson pour les travaux plus récents), mais je souhaitais me concentrer sur la solidarité d’intentions qui motiva un tel investissement dans les manuels, et la solidarité d’effets qui était recherché. Mentionnons ici le cas bien connu d’Ernest Lavisse, célèbre auteur de manuels d’histoire mais qui signa sous le curieux pseudonyme de « Pierre Laloi » un manuel d’instruction civique, ou encore Clarisse Juranville, véritable « femme orchestre » de la culture scolaire, auteure de méthodes d’enseignement, de récits historiques et autre livres de civilité.

Ces multiples livres qui circulèrent à cette époque s’adressaient aux futurs hommes et femmes de la société française, parfois futurs citoyens certes, mais souvent futures petites mains (exploitées ou exploitantes) dans un mode de production. Quelle forme de famille valorisait-on ? Quelle place importante était accordée aux femmes alors qu’elles n’avaient pourtant pas le droit de vote ? Quels comportements attendait-on du paysan ou du commerçant ? Lorsque la politique coloniale française se développait, agrandissant substantiellement le territoire « commun » des français, comment la culture scolaire prit en compte et mit en évidence ces évolutions, ainsi que les nouveaux besoins qui avaient alors émergé ?

Dans cette recherche se concentrant dans un premier temps sur les livres en usage dans les écoles primaires publiques en France à la fin du XIXe siècle (Musée pédagogique, 1889b), je m’intéresse donc autant aux conditions de l’ambition en jeu dans ce « commun » à transmettre et inculquer par la culture scolaire, qu’aux différents types de commun à l’œuvre. Constituer un « commun », c’est se situer à travers le passé, revendiquer un territoire, mais c’est également visualiser une direction et s’imaginer un destin. Or, ce schéma symbolique nécessite que chacun-e soit assigné-e à une place et une fonction, mais qu’il ou elle y adhère, alors même que les auteur-e-s de manuels peuvent fournir des « communs » qui peuvent différer les uns des autres. Enfin, je m’intéresse également aux stratégies retenues dans ces productions culturelles. Par quels procédés et selon quels postulats ces livres ambitionnèrent avec ingéniosité de s’adresser à des jeunes enfants pour les sensibiliser, les émouvoir et les interpeller ?  C’est donc tout ce jeu de sollicitations et parfois de contradictions véhiculées par les contenus et livres scolaires qui est au cœur de ce projet.

Références bibliographiques

  • Morfaux, L.-M. (1980). Vocabulaire de philosophie et des sciences humaines. Paris : Armand Colin.
  • Musée pédagogique (1888). Exposition internationale de Melbourne (1888). Paris : Imprimerie Nationale
  • Musée pédagogique (1889a). Situation scolaire des départements en 1878 et en 1888. Paris : Imprimerie Nationale
  • Musée pédagogique (1889b). Livres scolaires en usage dans les écoles primaires publiques. Paris : Imprimerie Nationale
  1. « FNS ERHISE–FNS-Figures of knowledge production and the construction of new disciplinary the scenes of knowledge.  Subside Sinergia CRSII1-147688 ». []

Séminaire « Richelieu. Histoire du quartier : état des lieux »

Plan du quartier Richelieu © Isabella di Lenardo

Dans le cadre du projet de recherche « Richelieu. Histoire du quartier » conjointement par la Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art, le Centre allemand d’histoire de l’art, l’École nationale des chartes, les Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Sorbonne Université, un séminaire est organisé à destination de tous les publics intéressés.

Le projet de recherche porte sur l’histoire du « quartier » occupé par les institutions, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources documentaires et les services aux publics sont immenses et complémentaires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde. Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire. Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de l’Institut national d’histoire de l’art et de la Bibliothèque nationale de France – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Comité scientifique

  • Alexandre Gady (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
  • Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art)
  • France Nerlich (Institut national d’histoire de l’art)
  • Gennaro Toscano (Bibliothèque nationale de France)

Programme

  • 5 avril 2019
    Olivier Poncet (École nationale des chartes) : Wall Street sur Seine ? L’attraction de la finance au quartier Richelieu (XVIIe-XIXe siècle)
  • 12 avril 2019 
    Néguine Mathieux (musée du Louvre) : De l’archéologie aux archives : des sources pour un quartier disparu, le quartier du Louvre.
  • 24 mai 2019
    Corinne Le Bitouzé (BnF) : Les collections de mode du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : Clemenceau et la Culture : d’une bibliothèque à l’autre

Nommé Président du conseil en novembre 1917, Georges Clemenceau a conduit la France à la victoire et à la signature de l’armistice de 1918. Un aspect essentiel mais un peu moins connu de
sa personnalité est son profond amour pour les lettres et les arts, qui ont marqué son éducation et occupé une place importante dans sa vie, jusqu’à ses derniers jours. Une décennie après le don à la Bibliothèque nationale de France des manuscrits de la Fondation du musée Clemenceau, cette journée d’étude mettra l’accent sur les goûts artistiques et littéraires et les relations que le Tigre a entretenues avec des artistes et des auteurs de tout premier plan, tels Claude Monet, Auguste Rodin, Charles Péguy ou encore Octave Mirbeau.

Dans le cadre de l’Année Clemenceau, avec le soutien de la Mission du Centenaire et le concours scientifique de Jean-Noël Jeanneney et de Jacqueline Sanson.

Programme

14h – Ouverture
par Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et M. Joseph Zimet, directeur général de la Mission du centenaire

Un homme de culture

Modérateur : Sylvie Brodziak, codirecteur du Dictionnaire Clemenceau (Robert Laffont, 2017)

14h30 – Les bibliothèques de Georges Clemenceau
Sylvie Brodziak, professeur des universités

15h – Table-ronde – Clemenceau et les arts

  • Clemenceau et la peinture
    Alexandre Duval-Stalla, avocat au barreau de Paris, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris
  • Clemenceau et la sculpture
    Florence Rionnet, docteur en histoire de l’art, responsable des partenariats scientifiques au département de la Vendée
  • Clemenceau collectionneur
    Aurélie Samuel, conservatrice du patrimoine, directrice des collections du musée Yves-Saint-Laurent (Paris)

Georges Clemenceau et les intellectuels

Modérateur : Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie-histoire-sciences de l’homme de la BnF16h – Table-ronde – Georges Clemenceau et les intellectuels

  • Péguy éditeur de Clemenceau : le Discours pour la liberté (1903) comme texte philosophique essentiel
    Charles Coutel, professeur émérite à l’université d’Artois
  • Maurice Barrès et Clemenceau
    Michel Leymarie, maître de conférences HDR à l’université de Lille
  • Octave Mirbeau et Clemenceau
    Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau

Clemenceau à la BnF

17h

  • Le fonds Clemenceau
    Anaïs Dupuy-Olivier, conservatrice au département des Manuscrits de la BnF
  • Les derniers enrichissements du fonds Clemenceau à la BnF : la redécouverte de L’homme libreL’homme enchaîné
    Valérie Joxe, administratrice de la Fondation du musée Clemenceau

17h45 – Conclusion
Jean-Noël Jeanneney, président de la Fondation du musée Clemenceau

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archives numériques de la Révolution française

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources de référence, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Archives numériques de la Révolution française = French Revolution Digital Archive

Pays

Etas-Unis

Langue(s)

Français et anglais. Le site est bilingue. Si les entrées des Archives parlementaires ont été traduites en anglais, les articles restent en français.

Auteur(s)

  • Stanford University Libraries
  • Bibliothèque nationale de France
  • Pilote du projet : Sarah Sussman

Description

Les Archives numériques de la Révolution française (ANRF) réunissent deux sources fondamentales pour la recherche : les Archives parlementaires (AP) et les Images de la Révolution française, large ensemble iconographique issu des collections de la Bibliothèque nationale de France. Ces deux corpus constituaient les Archives de la Révolution française, vaste ensemble documentaire rassemblé par la BnF et Pergamon Press à l’occasion du bicentenaire de la Révolution en 1989. Les AP y étaient accessibles en microfilm et les Images sur vidéodisque.

Les Archives parlementaires sont un recueil, au jour le jour, des débats et discussions qui ont eu lieu au sein des trois organes parlementaires exerçant le pouvoir législatif en France entre 1789 et 1794. 
Dans les AP, les noms d’orateurs, les dates, ainsi que les termes figurant dans les index publiés des AP, ont tous été marqués dans le texte, renforçant ainsi considérablement les capacités d’exploration de ce corpus. 

Les images sélectionnées pour les Archives numériques couvrent uniquement la période 1787-1799, des années précédant immédiatement le début de la Révolution jusqu’à l’apparition de Napoléon. Seule l’iconographie directement liée à la Révolution a été sélectionnée.

URL

URL : https://frda.stanford.edu

À noter

Les deux collections des Images et des Archives parlementaires peuvent être exploitées séparément mais le site permet également d’effectuer des recherches croisées. 

  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Présentation du livre : Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Le labex Les passés dans le présent, la Bibliothèque nationale de France, La contemporaine et Télécom ParisTech sont heureux de vous inviter à la présentation du livre Le web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels

Label Mission du centenaire
  • Sous la direction de Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier et Lionel Maurel
  • Contributions de Muriel Amar, Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier, Frédéric Clavert, Arnaud Dhermy, Lionel Maurel, Zeynep Pehlivan, Agnès Sandras, Peter Stirling et Valérie Tesnière.
  • Collection « Les passés dans le présent », Presses universitaires de Paris Nanterre

Pour lointaine qu’elle soit, la guerre 14-18 a ses espaces de discussion et de publication sur le web, aussi vivants que structurés, majoritairement animés par des amateurs. Ces espaces sont des vecteurs de valorisation de recherches individuelles, mais aussi d’acquisition de compétences et d’élaborations collectives. Comment analyser ces lieux de mémoire d’un genre nouveau, alors même que le web semble trop grand pour l’œil et l’esprit humain ? En croisant démarches quantitatives et qualitatives, sociologie et sciences des données numériques, ce livre collectif, fruit d’un projet de recherche de trois ans, propose une démarche inédite et pluridisciplinaire pour appréhender le web français de la Grande Guerre. Il éclaire la manière dont les sources documentaires numérisées circulent et dont les réseaux s’organisent à partir ou autour de ces sources.

Informations pratiques

  • Lundi 10 décembre, à la BnF, site François-Mitterrand,
    Quai François-Mauriac, Paris 13e, Salle 70
  • 17h-19h
  • Entrée libre (dans la limite des places disponibles)
  • Avec les interventions, entre autres, de Sarah Gensburger (CNRS-Institut des sciences sociales du politique) et Laurent Veyssière (Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale).
Logo Labex PP
Logo-BnF
Logo BnF
Logo Telecom ParisTech
Logo La contemporaine

Philippe Chevallier

Adjoint au responsable de la coordination de la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Naissance de l’ethnologie française. Valoriser les archives des ethnologues. Usages contemporains des collections (4-6/10/2018)

En coopération avec le LabEx Les passés dans le présent, le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, le musée du quai Branly et la Bibliothèque nationale de France organisent un colloque sur la Naissance de l’ethnologie française. Valoriser les archives des ethnologues. Usages contemporains des collections. Il s’inscrit dans le cadre du programme de recherche À la naissance de l’ethnologie française qui a notamment permis la publication du site À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939).

Mission Sahara-Soudan (1935). Photo mission H. Gordon et informateur. © Bibliothèque Eric de Dampierre.

Argument

La numérisation croissante des archives et des photographies ethnographiques anciennes ou contemporaines rend possible leur diffusion en ligne. Dès lors, outre la question de la gestion de la masse de données et de leur pérennité, se pose celle des formes à donner à cette valorisation numérique des archives et collections, de sa réception et des usages qui peuvent en être faits.

Le colloque a pour objectif de débattre de cette valorisation. En effet, les technologies sans cesse en progrès de l’outil numérique, qui permettent de montrer les contenus des collections différemment de l’édition imprimée et de l’exposition, et qui s’affranchissent de la base de données hiérarchique, sont susceptibles de modifier le discours scientifique produit sur elles. Archives et collections en ligne sont aussi appropriées par divers publics, notamment les artistes, y compris dans les pays à partir desquels elles ont été constituées. D’autres discours peuvent alors les enrichir et leur donner une nouvelle forme d’existence.

Programme

Jeudi 4 octobre matin : Retours d’expérience de valorisation de collections ethnographiques

  • 10h00 Ouverture du colloque par Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
  • Mot d’introduction par Ghislaine Glasson-Deschaumes, Labex Les passés dans le présent, et Sophie Blanchy, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative.
  • Session 1. Valorisation des collections ethnographiques par l’édition et les expositions.
    Modératrice : Caroline Tourette
  • 10h20-10h45 Eric Jolly, CNRS, Institut des mondes africains,
    Les usages éditoriaux des fiches et des photographies de terrain : l’exemple des missions Griaule.
    Cet exposé s’attachera à analyser l’évolution des usages éditoriaux des fiches et des photographies des missions Griaule des années 1930 et 1940 en prenant en compte aussi bien les publications scientifiques, littéraires et grand public des membres de ces missions que les ouvrages plus récents consacrés à ces expéditions ethnographiques.
  • 10h45-10h 55 Discussion, questions
  • 11h00-11h25 Marianne Lemaire, CNRS, Institut des mondes africains,
    Usages et édition d’archives d’ethnologues. L’exemple de la correspondance de Denise Paulme et d’un journal de mission de Michel Leiris.
    Cet exposé retracera deux expériences d’édition d’archives d’ethnologues et tentera de mettre en évidence les apports, les enjeux et les contraintes propres à chacune d’elles, notamment selon la nature de l’archive éditée : une correspondance ou un journal de mission.
  • 11h25-11h35 Discussion, questions
  • Pause 11h35-11h50
  • 11h50-12h15 Anaïs Mauuarin, Association de recherche sur l’image photographique, et Christine Barthe, Responsable de l’Unité Patrimoniale des collections photographiques au musée du quai Branly, avec Carine Peltier, responsable de l’iconothèque du musée du quai Branly,
    Exposer les photographies, du Trocadéro au quai Branly.
    La communication portera sur quelques moments clefs de l’histoire des photographies : de la façon dont l’ethnologie a montré ses images dans le contexte du Musée d’Ethnographie du Trocadéro dans les années 30, à quelques expositions spécifiques au Musée de l’Homme dans les années 90, avant le transfert des collections au musée du quai branly. Seront évoqués différents cas de figure montrant diverses facettes d’un statut des collections en évolution.
  • 12h15-12h25 Discussion, questions
  • 12h25-12h50 Alain Carou, conservateur au département de l’audiovisuel, Bibliothèque nationale de France, Andrea Paganini, Fondation Jean Rouch, et Béatrice de Pastre, directrice des collections du Centre National du Cinéma, commissaires de l’exposition
    Retour sur l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma » (26 septembre au 26 novembre 2017).
    Les trois commissaires de l’exposition reviendront sur la mise en œuvre de l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma », présentée à la Bibliothèque nationale de France du 26 septembre au 26 novembre 2017 à l’occasion du Centenaire de la naissance de Jean Rouch.
  • 12h50-13h00 Discussion, questions
  • Pause déjeuner 13h00-14h00

Jeudi 4 octobre après midi, 14h00-17h00

  • Session 2. Retour critique sur la fabrication de sites web de valorisation d’archives ou de collections
    Modératrice : Ghislaine Glasson-Deschaumes
  • 14h00-15h10 Table ronde : Sophie Blanchy, Marie Dominique Mouton, Frédéric Dubois, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Laure Carbonnel (labex Les passés dans le présent), Aurélie Méric (doctorante à l’EHESS)
    Retour sur la réalisation du site « A la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939) ».
    L’équipe du projet retracera les questions théoriques et méthodologiques qui se sont posées lors de la réalisation du site (au sein du Labex Les passés dans le présent), en partenariat avec le musée du quai Branly-Jacques Chirac et la Bibliothèque nationale de France, depuis ses objectifs jusqu’à ses choix techniques et scientifiques.
  • 15h10-15h25 Discussion, questions
  • 15h25-15h50 Caroline Tourette, Conservateur au département Philosophie, Histoire et Sciences de l’Homme, Bibliothèque nationale de France
    La valorisation des collections de la BnF avec Gallica : la constitution du corpus Ethnologie française.
    Les corpus Gallica sont des sélections organisées et éditorialisées de documents numérisés de la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Le partenariat avec le Labex Les passés dans le présent a été l’occasion de créer un corpus Gallica destiné au grand public et complémentaire du site A la naissance de l’ethnologie française.
  • 15h50-16h00 Discussion, questions
  • 16h00-16h20 Pause
  • 16h20-16h45 Pascal Cordereix, BnF, département de l’Audiovisuel, Bibliothèque nationale de France et Aude da Cruz Lima, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative-Centre de recherches en ethnomusicologie,
    “Les sources de l’ethnomusicologie” : retour d’expérience d’un projet de valorisation numérique à l’ère du web de données.
    Le projet Les Sources de l’ethnomusicologie (Labex Les passés dans le présent) porte sur la numérisation, la documentation et la valorisation des archives sonores et audiovisuelles ethnomusicologiques conservées dans les institutions partenaires : la BnF, le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (LESC, CNRS UPN) et le musée du quai Branly – Jacques Chirac. L’enjeu de ce projet est de faciliter, grâce à des technologies numériques novatrices, l’accès à ces fonds patrimoniaux complémentaires et dispersés.
  • 16h45-16h55 Discussion, questions

Vendredi 5 octobre à la maison Max Weber, Université Paris-Nanterre. Réception et usages des valorisations d’archives ou de collections ethnographiques

  • 10h00-13h00 Session 3. Relations entre fonds ou collections et pratiques contemporaines
    Modérateur : Eric Jolly
  • 10h00-10h25 Jean-Jacques Castéret, directeur de l’Ethnopôle InOc Aquitaine, chercheur associé au Laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Médiations numériques en domaine occitan : Entre archive et pratiques vivantes
    Dès le milieu des années 2000, l’Institut Occitan (InOc) Aquitaine, opérateur de la région Nouvelle-Aquitaine pour la valorisation de la langue et de la culture occitane, labellisé Ethnopôle [Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie] par le ministère de la Culture (DPRPS-DGPat), a abordé la transmission du patrimoine culturel immatériel par le biais de productions éditoriales en ligne, notamment le site Sondaqui.com, constituant peu à peu un environnement numérique œuvrant à la croisée de la recherche et de l’action culturelle, entre archive et pratiques vivantes ; inventaire et éducation artistique et culturelle ; appropriation des ressources par les artistes et acteurs de terrain.
  • 10h25-10h 35 Discussion, questions
  • 10h40-11h05 Judith Hannoun, Maison Asie-Pacifique / CREDO (CNRS/Aix-Marseille Université)
    Les chercheurs et leurs archives : l’exemple d’ODSAS, plateforme d’archivage, de manipulation et d’annotation des ressources numériques en sciences humaines et sociales
    Depuis plus de 10 ans, la plateforme ODSAS, https://www.odsas.net, propose aux chercheurs en sciences sociales, une autre approche dans l’appropriation de leurs données de terrains. Cette intervention propose de faire le point sur les différentes pratiques et usages des chercheurs quant à la réutilisation, l’exploitation et la valorisation de leurs archives numériques.
  • 11h05-11h15 Discussion, questions
  • 11h15-11h35 Pause
  • 11h35-12h00 Valérie Perlès, directrice du musée Albert Kahn.
    Créer les conditions de la rencontre entre les différents publics et les Archives de la planète
    Dans un contexte de rénovation et de réécriture de son projet, le musée Albert Kahn, détenteur des Archives de la planète constituées entre 1909 et 1931 par le banquier, philanthrope et pacifiste Albert Kahn (plus d’une centaine d’heures de films et près de 72 000 autochromes), s’engage dans une démarche historiographique visant à interroger la perception du monde par le photographe/cameraman, la matérialité du fonds, et entreprend un travail autour de l’histoire de ses usages et de sa réception dans différents contextes d’utilisation. Différentes modalités de diffusion et de valorisation des collections sont envisagées. Nous proposons de présenter ici deux projets emblématiques : l’open data qui permet, librement, de mettre l’ensemble des collections dématérialisées à la disposition du plus grand nombre ; le parcours permanent qui donne des clés de compréhension de ces mêmes collections à travers une « vraie » expérience de visite.
  • 12h00-12h10 Discussion, questions
  • 12h15-12h40 David Zeitlyn, Professor of Social Anthropology, University of Oxford,
    Archiving ethnography? The impossible and the necessity. Damned if we do, damned if we don’t.
    Contradictory injunctions, conflicting legal, moral and ethical codes should not be much of a surprise to ethnographers (nor archivists) but surprised we often are. I consider some extreme cases and extreme reactions to them. However, for most ethnography there are mundane, working solutions also achievable without having to burn everything. (For example long embargos can solve many problems but these raise data migration issues).
  • 12h40-12h50 Discussion, questions
  • Pause déjeuner 13h00-14h00
  • Session 4. Réception et usages par les populations et les artistes Modérateur : Julien Bondaz
  • 14h00-14h25 Jessica de Largy Healy, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative
    Archives numériques aborigènes et création: exemples récents de la Terre d’Arnhem
    Depuis une quinzaine d’années, des centres d’archives aborigènes ont vu le jour dans plusieurs communautés isolées du nord de l’Australie. Bénéficiant d’une politique institutionnelle propice à la restitution numérique des collections, ce tournant archivistique aborigène génère une formidable créativité et des pratiques artistiques nouvelles dont il s’agira ici de présenter quelques exemples.
  • 14h25-14h35 Discussion, questions
  • 14h35-15h35 Table ronde : Dominique Malaquais, Imaf, (Archive (re)mix), Sarah Frioux Salgas, Responsable des archives du Musée du quai Branly, Mathieu Kleyebe Abonnenc et Pierre Michelon, réalisateur de cinéma, à propos du travail des artistes avec des archives et des collections africaines.
  • 15h35-15h55 Discussion, questions
  • 15h55-16h15 Pause
  • 16h15-16h40 Jean-Philippe Moreux, Expert scientifique Gallica, département de la Coopération, BnF.
    Les outils des humanités numériques et leur application sur les collections numériques de la BnF : retour d’expérience
    La dynamique des humanités numériques conduit les bibliothèques à réinventer leur mission et à se positionner en tant que fournisseur de services aux chercheurs travaillant sur des corpus numériques. La BnF s’inscrit dans cette dynamique depuis plusieurs années, en particulier avec son projet de recherche CORPUS, et dispose désormais d’un retour d’expérience substantiel quant à ces nouvelles formes d’interaction entre bibliothèques numériques et acteurs du monde académique.
  • 16h40 Questions et discussion finale

Samedi 6 octobre Rendez-vous au salon Kerchache, musée du quai Branly 15h00-17h00 « Quelles archives aujourd’hui pour les objets du musée du quai Branly ? L’exemple des poupées de la mission Dakar Djibouti »

Autour du film Les poupées. Archives vivantes, Sénégal, 2012-2015. Entretiens croisés sur des objets collectés au Sénégal par la mission Dakar-Djibouti en 1931 (28’). Dans le cadre d’un projet collectif d’archives vivantes et de restitution symbolique d’objets collectés en Afrique, Marie Gautheron a réalisé une série d’interviews filmées auprès d’interlocuteurs africains, face à des photographies d’un corpus d’objets de la mission Dakar Djibouti.

Avec Marie Gautheron, agrégée de lettres et historienne de l’art. Présentation de quelques poupées de la collection par Eléonore Kissel, responsable du pôle conservationrestauration. Le débat sera animé par Jessica De Largy Healy (chercheure CNRS, LESC) autour de ce cas et d’autres exemples (aborigènes d’Australie notamment) d’élaborations d’archives vivantes et des modes de restitution.

Leur dialogue portera sur ce que peut apporter à notre connaissance des objets les discours contemporains et la réception locale de ces objets.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

[Projet européen] DIGITENS : DIGITal ENcyclopedia of European Sociability

L’Union européenne, dans le cadre de son programme H2020 (Marie Skłodowska-Curie Actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)), a accordé un financement de 300 000 € dont 32 000 pour la BnF pour un projet de recherche visant à développer une Encyclopédie numérique de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières.

Résumé du projet

L’objectif du projet DIGITENS est de construire un cadre afin de mieux appréhender les interactions, les tensions, les limites et les paradoxes propres aux modèles européens de sociabilité et d’étudier la question relative à l’émergence et la formation des modèles européens de sociabilité tout au long du XVIIIe siècle.
Les résultats de cette recherche collaborative, internationale et intersectorielle sera la mise en ligne de la première Encyclopédie numérique à accès ouvert de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières. Cette encyclopédie numérique comportera une anthologie historique de sources textuelles ou iconographiques et proposera à un large public une cartographie des savoirs. Pour cela, des échanges de chercheurs entre les différentes institutions partenaires sont prévus.
Par son caractère électronique et par sa pluridisciplinarité, il s’adresse à la communauté des chercheurs anglophones et francophones, mais aussi plus largement au grand public qui grâce aux modalités de sa mise en place et ensuite de sa consultation et de son utilisation sera amené à s’interroger sur une valeur essentielle des Lumières qui trouve diverses formes d’expression au XXIe siècle pouvant aller de la permanence d’espaces institutionnels de sociabilité à celle de denrées « sociables » comme le café ou le thé ou encore de pratiques de sociabilité comme l’amitié. Le croisement des approches, sociologique, philosophique, linguistique, historique et littéraire permettra la réalisation d’un produit innovant et évolutif unique à ce jour dans l’univers de la recherche.

Pour la BnF, les principaux bénéfices de cette coopération sont :

  • une collaboration scientifique pour la réalisation de l’encyclopédie,
  • une collaboration technique pour la numérisation de quelques documents indispensables à la mise en place de l’encyclopédie,
  • un partenariat en termes d’échanges de personnes et de savoirs entre institutions “académiques” et “non académiques”  partenaires ; les séjours de recherche étant pris en charge par le projet,
  • l’accueil d’un atelier pour les étudiants et les chercheurs en 2019 et d’une journée nationale d’information en 2020,
  • enfin, une mise en valeur des collections numérisées et une découverte de documents non encore numérisés pouvant faire l’objet d’une numérisation ultérieure ; le thème des Lumières étant déjà fortement présent dans Gallica. C’est également une forme d’éditorialisation des collections.

Durée

2012-2022

Aide

Aide totale de l’Union européenne : 300 0000 euros

Programme

  • Appel à projets Marie Skłodowska-Curie actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)

Partenaires

  • Université de Bretagne occidentale : Principal Investigator : Kimberley Page-Jones + Annick Cossic
  • Université de Paris 13 : project coordinator : Valérie Capdeville

Pour en savoir plus

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts