Archives par mot-clé : Périodiques

Appel à communications : Transfopress : La presse arménienne en France et la création d’un espace transnational

Անկուտիին Զուարճալի Տարեգիրքը : 7րդ Տարի / Ամիրենց Յ. (Յովհ Ամիրեան)

Avec le soutien du réseau Transfopress et de la BULAC

Argument

La Bibliothèque Nubar de l’UGAB (Paris) et l’université Paris-Diderot, avec le soutien du réseau Transfopress, réseau international prenant pour objet la presse allophone (http://transfopresschcsc.wixsite.com/transfopress), et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), s’associent pour organiser une journée d’étude sur le phénomène de la presse en langue arménienne comme presse allophone, en prenant pour terrain d’études la France. La presse allophone, entendue comme la presse écrite en langues autres que le(s) langue(s) officielles du pays où elle paraît, est un important phénomène transnational, tant dans sa dimension historique que contemporaine. Si la presse arménophone en diaspora a fait l’objet d’études disjointes, sur certaines périodes, ou dans certains pays (notamment la France), ce phénomène n’a pas véritablement fait l’objet d’une étude plus globale. Cette journée d’études se propose de resituer la presse arménophone publiée en France dans un cadre plus large, en s’interrogeant sur le rôle de cette presse dans la création d’un espace transnational ou d’espaces transnationaux.

Depuis le 18e siècle, des centaines de périodiques en arménien ont été fondés et publiés sur tous les continents, témoignant ainsi de moments d’émigration liés à des conditions socio-économiques (réseaux de commerce) ou politiques (massacres arméniens des années 1890 et le génocide de 1915, notamment). Cela est aussi vrai pour les titres parus en France. Ainsi, par-delà une très grande diversité de titres recouvrant des périodicités de publication tout aussi variées (titres politiques, revues littéraires, titres d’associations culturelles, almanachs, etc.), les organisateurs invitent les participants à porter une réflexion globale sur la presse de langue arménienne en diaspora, qu’ils considèrent comme étant constitutive de cette expérience dans la longue durée, hors duHayastan. Ainsi, comme la plupart des titres allophones, les titres publiés – complètement ou partiellement – en langue arménienne en France se trouvent au croisement de plusieurs espaces médiatiques (en particulier nationaux et transnationaux) et posent la question des lectorats auxquels les acteurs de cette presse cherchent à s’adresser.

En examinant la presse arménophone en France sous l’angle des notions d’espaces et d’identités, et en s’attachant à comprendre l’existence de cette presse dans sa matérialité, cette journée d’étude entend contribuer aux réflexions sur la construction diasporique et l’ancrage arménien en France. Les organisateurs invitent les participants à proposer des communications sur les thématiques suivantes, dont la liste n’est pas restrictive :

– le rôle de la presse arménophone en France dans la constitution d’identités individuelles et collectives, ou plus largement d’une communauté imaginée en France et/ou en dehors des frontières nationales (avant et après l’indépendance de l’Arménie en 1991)

– le rôle de la presse arménophone en France dans les échanges entre les communautés arméniennes (Empire ottoman, Arménie soviétique, Arménie post-indépendance)

– le rôle de la presse arménophone en France dans les débats sur le retour à la mère patrie, la reconnaissance du génocide arménien, les mobilisations humanitaires (tremblement de terre de 1988) ou sur le conflit du Haut-Karabagh

– le rôle de la presse arménophone de France dans l’essaimage de centres littéraires et intellectuels en diaspora et dans la promotion de la culture et l’histoire arménienne en France et dans un espace transnational auquel cette presse contribue

– le rôle de la presse arménophone publiée en France dans la standardisation de la langue arménienne (notamment l’arménien occidental) ; la contribution de cette presse à des débats impliquant d’autres périodiques arméniens (non allophones) ou multilingues, en France ou hors de France

– la presse arménophone allophone en France comme espace d’échange transnational entre la vie politique en Arménie et les communautés arméniennes, où qu’elles se trouvent

– la presse arménophone allophone publiée en France, comme espace de négociation des relations entre la communauté de lecteurs envisagée et l’État français, ou comme instrument de négociation avec d’autres États

– la collaboration entre des équipes de rédaction de cette presse de la langue arménienne en France et d’autres équipes de rédaction de la presse arménienne ailleurs dans le monde

– les évolutions des stratégies de la presse arménophone allophone dans un monde globalisé, où le numérique constitue un défi supplémentaire pour la survie de ces titres ; l’incidence de ces changements sur les stratégies médiatiques et leur conséquence sur les relations avec le lectorat habituel des titres ; les contributions de l’étranger au montage de cette presse (envoi d’articles, créations, etc.)

Appel à communications

Les études de cas, tout comme les communications qui présenteront une réflexion plus large articulant la presse arménophone publiée en France et la diaspora arménienne, sont les bienvenues. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont concernées par cet appel à communications. La réflexion sur la conservation et la mise en valeur de titres allophones arménophones par des institutions patrimoniales est aussi un enjeu que cette journée d’étude souhaite examiner. Les organisateurs encouragent également les retours d’expériences critiques de la part des acteurs de cette presse.

Les participants potentiels sont invités à envoyer un résumé d’au moins 500 mots avec un court CV aux organisateurs avant le 31 janvier 2019. Les langues de travail correspondent aux langues de la revue Études arméniennes contemporaines (français et anglais). Une sélection des communications constituera un numéro spécial de cette revue (https://journals.openedition.org/eac/) .

Organisateurs

Informations pratiques

  • 7 novembre 2019
  • Auditorium de l’Inalco, Paris
  • Institutions partenaires : la Bibliothèque Nubar de l’UGAB et l’Université Paris Diderot (UMR LARCA)
Pro Armenia / rédacteur en chef : Pierre Quillard ; comité de rédaction : G. Clemenceau, Anatole France, Jean Jaurès, Francis de Pressensé, E. de Roberty

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : La presse indochinoise (1865-1954)


Couverture du magazine Tân-Vân de janvier 1935

Mises à part quelques périodes, quelques thématiques et quelques aires géographiques particulières, l’histoire culturelle des ex-colonies françaises reste assez largement méconnue, notamment le cas de l’Indochine. Dans ce contexte, l’étude de la presse en langue française (journaux et revues, littéraires et généralistes) constitue un champ d’études qui permettrait de répondre à un certain nombre de questions. Parmi elles, la problématique des rapports entre centralité et périphérie est évidemment fondamentale. Non seulement entre la France métropolitaine et l’Indochine mais aussi entre l’Indochine et d’autres espaces coloniaux (Afrique du nord, Afrique occidentale, Méditerranée orientale, Madagascar, Antilles …). L’activité littéraire et culturelle telle qu’elle se structure au sein de ces journaux et revues est-elle l’œuvre exclusive de membres des communautés exogènes d’origine métropolitaine (colons, administrateurs, émigrés…) ? A-t-elle permis ou accompagné l’émergence de nouvelles élites locales ou seulement la mutation-adaptation des élites antérieures ? Cette question se pose avec une particulière acuité en Indochine avec le mouvement de lutte contre le mandarinat encouragé par l’administration coloniale et la généralisation de l’usage du quốc ngữ qui donne lieu à la romanisation de la langue vietnamienne au tournant du XXe siècle, posant là des enjeux et des problématiques spécifiques en matière de transferts culturels et de contact colonial.

Afin de débattre autour de ces questions, les collections de périodiques du Fonds indochinois de la BnF et encore plus les titres numérisés rendus accessibles par le portail de presse indochinoise de Gallica constituent un gisement documentaire d’une valeur inestimable sans lequel aucune recherche approfondie ne peut être menée. Ce sont quelques-unes de ces ressources que les chercheurs membres du réseau PERFROM (Périodiques francophones outre-mer, 19e-20e siècle), piloté par Le Mans Université, ont exploitées et qu’ils présenteront lors de cet après-midi d’étude.

Informations pratiques

  • Lundi 3 décembre 2018, de 14h à 17h30
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Salle 70
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70 pl.)
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
    Adresse et transports – site François-Mitterrand

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Global Art & Cultural Periodicals. Généalogies critiques et artistiques, XIXe-XXe siècles

Revista de arteLe projet Global Art & Cultural Periodicals. Généalogies critiques et artistiques a pour vocation d’écrire une histoire de la critique, périphérique à l’Occident, par l’exercice de la revue et de ses collectifs. Il couvrira les périodes du XIXe au XXIème siècle. Il se distingue de fait des travaux existants par la nature des terrains géographiques qu’il vise : l’Amérique du Nord, l’Amérique Latine, l’Afrique, l’Asie, les Caraïbes, le Moyen-Orient, et l’Océanie et des possibilités de réussite escomptées en raison aussi des compétences scientifiques et linguistiques des équipes que le constitue. Il consiste en la création d’un répertoire de revues d’art et d’idées, dont l’orientation généalogique doit rendre compte d’une filiation artistique et critique. Cet outil, destiné à intégrer la base AGORHA et souhaitant intéresser la communauté scientifique internationale, se distinguera des systèmes d’archivages en ligne actuels, tels que JSTOR, Cairn ou Persée, par son ambition à la fois narrative et comparative. Dans un premier temps il ne procédera ainsi à aucun dépouillement ni travail de numérisation, préférant renvoyer vers des ressources existant déjà, mais engagera, par un système d’indexation nominative et thématique ainsi que des modes de recherche et de compilation des données dynamiques (approches cartographique et chronologique), une série de questionnements autour de la revue : circulation et diffusion des modèles esthétiques, voyage des théories et concepts, formation de moments collectifs, structuration d’une pensée critique locale.

Se déclinant à la foitapa revista el grabado sivori_canale_1916_numero_1s en laboratoire d’expérimentation, atelier d’écriture et tribune, la revue est en effet rapidement devenue, en plusieurs lieux du monde, vectrice de parole : elle a contribué à fortifier des réseaux de sociabilités et à faire embrasser des pratiques modernes artistiques et critiques. Son caractère parfois éphémère – certains titres ne connaissent qu’une courte livraison – atteste cette démarche pragmatique qui opère par touches et essais et demeure toujours en action. Elle a permis à des groupements d’artistes et d’intellectuels de bâtir leurs ressources propres, leur vocabulaire théorique et d’élaborer un récit alternatif. Le répertoire, en excédant la liste habituelle des titres « monuments » et en demeurant ouvert aux formes variées d’initiatives critiques, participera de la redécouverte de ces histoires tout en mettant au jour des publications rares, anciennes ou méconnues.

Conçu sous une forme collaborative, le projet Global Art & Cultural Periodicals s’adjoindra enfin l’expertise de partenaires institutionnels et de spécialistes d’aires culturelles périphériques à l’Occident. La base de données qu’il envisage de construire sera d’ailleurs accompagnée d’une plateforme web éditorialisée, bilingue et en accès libre, à laquelle ils contribueront, qui permettra d’enrichir et de préciser le propos. L’équipe du projet « Global Art Prospective  » dispose de vastes compétences linguistiques notamment : l’allemand, anglais, arabe, bengali, italien, indi, chinois, espagnol, parsi et portugais. A ce jour un recensement préalable a déjà permis de repérer plus de 370 revues d’art historiques (XIXe et 1ère moitié XXème siècle) en provenance des différentes zones géographies dont relèvent le projet. Pour exemple la Cité du patrimoine et de l’architecture compte à ce jour quelques 450 périodiques contemporains. Les revues anciennes de langue étrangère rares et indisponibles sur le marché ne sont pas présentes. Le projet donnera lieu, pour finir, à plusieurs demi-journées d’études où seront confrontés les terrains d’étude, les approches théoriques et méthodologiques, ainsi que les enjeux liés au travail de recensement critique.

Responsable scientifique : Zahia Rahmani, responsable du domaine de recherche « Art et architecture dans la mondialisation », programme Global Art Prospective de l’Institut national d’histoire de l’art

Partenaires Labex CAP (personnes et institutions) :
– Florence Duchemin-Pelletier, Post-doctorante, pensionnaire à l’INHA, domaine « art et architecture dans la mondialisation », programme Global Art Prospective
– Mica Gherghescu, docteur en histoire et théorie de l’art (EHESS) et chargée du développement des services à la recherche à la Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, membre du projet Global Art Prospective
– Lucile Grand, Responsable de la médiathèque du musée du quai Branly
– Bernard Mnich, Responsable des périodiques, Cité de l’architecture et du patrimoine
– Florence Leleu, conservatrice des bibliothèques, adjointe de direction, Département art et littérature, Bibliothèque nationale de France
– Antoine Courtin, chef de la cellule d’ingénierie documentaire du département des études et de la recherche à l’INHA
– Christine Ferret, conservatrice des bibliothèques, responsable du service des acquisitions à l’INHA

Autres partenaires : Membres du projet Global Art Prospective
– Lotte Arndt, docteur en Cultural Studies (Paris 7/ Humboldt Universität), enseignante à l’École Supérieure d’Art et Design de Valence
– Marie Laure Allain Bonilla, docteur en histoire de l’art (Rennes 2) et post-doctorante à l’Institute of Urban and Landscape Studies de l’Université de Bâle
– Estelle Bories, docteur en histoire (IEP), enseignante à l’Université Paris 3
– Devika Singh, docteur en histoire de l’art (Cambridge), critique d’art indépendante et commissaire d’exposition, enseignante à l’Université de Cambridge
– Alix Chagué, monitrice-étudiante (Master 2), INHA
– Annabela Tournon, doctorante en histoire de l’art (EHESS), membre du projet Global Art Prospective
– Morad Montazami, commissaire-chercheur à la Tate Modern et doctorant en sciences du langage (CEHTA/EHESS), membre du projet Global Art Prospective
– Emilie Goudal, docteur en histoire de l’art (Paris Ouest), chercheur associé au CADIS/EHESS

Ce projet est rattaché à la Plateforme 3 : Processus créatifs, archivage et transmission du Labex CAP.


Images de Une :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts