Archives par mot-clé : Open access

Covid-19 : alimentez les archives ouvertes

Vous êtes un agent de la Bibliothèque nationale de France confiné chez vous ? Vous êtes coupé des applications informatiques professionnelles ? Et si vous en profitiez pour alimenter le portail d’archives ouvertes de l’établissement qui reste accessible, avec toute connexion internet, à l’adresse url : https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr ?

Logo HAL

Alors que ce 19 mars 2020, l’Association française des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (ADBU), le consortium Couperin.org et EPRIST lancent un appel commun invitant les éditeurs scientifiques à laisser le libre accès aux publications scientifiques en cette période de pandémie de Covid-191, nous invitons les personnels de la Bibliothèque nationale de France à déposer leurs publications scientifiques dans le portail d’archives ouvertes de l’établissement

Vous rejoindrez ainsi les nombreuses initiatives d’ouverture et de partage de données que la pandémie a fait naître, comme par exemple les espaces de partage de bibliothèques personnelles à suivre avec les hashtag #BiblioSolidaire et #biblisolidaire sur Twitter et le groupe Facebook La Bibliothèque Solidaire du confinement. Celles-ci s’ajoutent à celles des éditeurs scientifiques pour aider le monde académique à faire face aux conséquences de la crise sanitaire actuelle et qui sont recensées sur cette page du site du consortium Couperin.org : Covid-19 : recensement des facilités offertes par les éditeurs du fait de la pandémie.

Nous signalons aussi l’ouverture élargie des publications sur OpenEdition Books et OpenEdition Journals recensées sur son carnet de recherche L’Édition électronique ouverte, à l’adresse : https://leo.hypotheses.org/16941.

Quelles publications déposer ?

La loi “pour une République Numérique” (art. 30)2.

  1. Covid-19, « Ouvrez largement l’accès aux publications scientifiques ! » / “Open access to scientific publications!” – Appel ADBU, Couperin, EPRIST aux éditeurs académiques, url : <https://adbu.fr/appel-adbu-couperin-eprist-aux-editeurs-academiques/>. []
  2. “LOI n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique”, JORF, 8 octobre 2016, n° 0235. Disponible en ligne, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033202746&categorieLien=id>.) vous donne le droit – sans le rendre obigatoire – de mettre en ligne vos publications.

    Selon le Centre pour la communication scientifique directe, sont éligibles au dépôt les textes « d’une qualité équivalente à celle des articles que les auteurs soumettent aux revues scientifiques de leur champ disciplinaire ». Au-delà des données issues d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par l’Etat, vous pouvez déposer les versions dites “auteur” des documents suivants :

    • les documents non publiés (thèses, communications, working papers, etc.).
    • les pré-publications, post-publications et publications (articles de revues, chapitres d’ouvrage, etc.).
    • des notices bibliographiques contenant les références de publication des article, livre publié, chapitre de livre, communication à un colloque, etc. mais sans le texte intégral.

    Les textes à déposer (sous la forme d’un fichier Word, Libre/Open office, PDF) peuvent se présenter sous trois versions :

    • Version finale éditeur : version du texte telle que publiée avec la mise en page de l’éditeur. C’est la version à privilégier pour tous les éditeurs qui l’autorisent.
    • Post-publication auteur : version du texte telle que publiée par un éditeur, mais sans la mise en page de l’éditeur.
    • Pré-publication auteur : texte publié mais dans sa version avant acceptation finale par l’éditeur.

    La loi encadre les contrats signés entre les chercheurs et leurs éditeurs pour ce qui concerne les écrits scientifiques publiés “dans un périodique paraissant au moins une fois par an”.

    En l’absence de contrat signé avec l’éditeur l’auteur conserve de toute façon l’ensemble de ses droits patrimoniaux sur la publication. Par conséquent le dépôt de la publication dans une archive ouverte peut avoir lieu sans délai à compter de la publication de l’article. En revanche, il ne peut s’agir que de la version “auteur” : la diffusion de la version “éditeur” (avec logo de l’éditeur, pagination éditeur, etc.) doit faire l’objet d’une autorisation de sa part.

    A partir de quand puis-je déposer ?

    La loi fixe des délais à l’expiration desquels le dépôt peut se faire dans une archives en ligne. Ces délais sont au maximum de :

    • 6 mois pour une publication dans le domaine des sciences, de la technique et de la médecine ;
    • 12 mois dans celui des sciences humaines et sociales.

    Le délai court à partir de la date de première diffusion en ligne de la publication par l’éditeur, et pas de la date de parution du numéro de la revue qui peut être ultérieure. Si l’éditeur l’autorise, le dépôt peut se faire sans délai ou dans un délai plus court.

    Comment connaître la politique des éditeurs ?

    Pour connaître la politique des éditeurs en matière de dépôt en archive ouverte, vous pouvez consulter les sites :

    A partir du titre ou de l’ISSN d’un période ou du nom d’un éditeur, le site SHERPA / RoMEO fournit sa politique sous une forme rapidement visible. Voici l’exemple avec les Nouvelles de l’estampe :

    SHERPA / RoMEO

    Le site SHERPA / RoMEO donne à voir, par une charte colorimétrique, les différentes “voies” de l’open access qui ne s’appliquent qu’à partir du moment où il existe un contrat signé entre l’éditeur et l’auteur :

    RoMEO Colour
    • Vert : les documents peuvent être archivés aussi bien avant qu’après publication (pre- et post-print) dans la version éditeur.
    • Bleu : la version post-impression (c’est-à-dire le projet final post-relecture) ou la version de l’éditeur/PDF peuvent être archivées (mais pas les pre-print).
    • Jaune : l’archivage des pre-print est autorisée.
    • Blanc : aucun archivage n’est autorisé, que ce soit avant ou après la publication.

    Comment déposer ? Formations en ligne

    Si vous n’avez jamais déposé et redoutez de vous lancer, sachez que le Centre pour la communication scientifique directe maintient ses formations en ligne pendant la période de confinement.

    Ces formations d’une heure permettent de se familiariser avec le dépôt dans HAL. Le contenu d’une session vous apprendra à :

    • définir vos préférences de dépôt,
    • créer une notice bibliographique,
    • effecter un dépôt avec fichier de texte intégral,
    • gérer vos dépôts.

    Ces formations s’adressent aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants, qu’ils aient déjà déposé ou non.

    Pour s’inscrire, il convient de suivre ce lien.

    Une fois inscrit, vous recevrez par mail un lien pour visionner et participer à la séance. Vous pourrez interagir avec les intervenants au moyen d’un chat.

    L’inscription est gratuite. Pour permettre des échanges via le chat avec les intervenants, les sessions sont limitées à une quinzaine de participants.

    Les dates programmées :

    • Jeudi 09 avril :  11h-12h
    • Jeudi 16 avril :  14h-15h
    • Jeudi 23 avril : 15h-16h
    • Jeudi 30 avril : 11h-12h

    Au-delà de ces formations accessibles sur inscription, des tutoriels video permettent à tout un chacun d’aborder rapidement la procédure du dépôt et quelques points précis. Ces tutoriels didactiques multipliant les captures d’écran, sont disponibles à l’adresse url : <https://doc.archives-ouvertes.fr/tutoriels-video/>.

    Voici un exemple avec le tutoriel sur le dépôt d’un article scientifique publié :

    Contact

    Pour toute question relative au dépôt ou au portail, la coordination de la recherche reste à votre disposition (à l’adresse : recherche.coordination@bnf.fr ou à l’adresse professionnelle nominative d’Olivier Jacquot []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mise en ligne des Nouvelles de l’estampe

Les Nouvelles de l’estampe, revue scientifique française portant sur l’histoire de l’estampe, des origines à nos jours viennent d’inaugurer leur espace sur la plateforme de diffusion en ligne OpenEdition Journals : https://journals.openedition.org/estampe/ .

La revue qui du Comité national de l’estampe possède ses bureaux au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, qui la soutient depuis sa création.

OpenEdition Journals est la plateforme publique d’édition électronique en sciences humaines et sociales qui propose plus de 500 revues scientifiques représentant le meilleur de la recherche française. La revue, seule revue académique sur l’estampe et la gravure, des origines à nos jours, y fera désormais paraître l’intégralité de ses articles.

Vous pouvez d’ores et déjà y trouver les numéros 227 à 261, c’est-à-dire les neuf dernières années de parution. Les nouvelles parutions viendront s’y ajouter au fur et à mesure de leur acceptation et de leur traitement éditorial.

Le fonctionnement de la revue ne change pas : le comité de lecture reçoit les textes et juge de leur intérêt et validité scientifique, avant leur éventuelle prise en charge pour publication par la revue. De même pour les textes sur la création contemporaine, dans le respect du droit d’auteur des artistes dont il sera question.

N’hésitez pas à diffuser la nouvelle autour de vous, dans les cercles pouvant être intéressés par notre publication : nous vous remercions d’ainsi contribuer à faire vivre cette revue unique en son genre !

Pour en savoir plus

La revue dispose de son propre site Internet qui renseigne sur le Comité national de l’estampe : https://nouvellesdelestampe.fr/ et son activité éditoriale.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Open Access Week 2018 : Open Access et sciences humaines : quelles transformations des pratiques de recherche ?

L’Open Access Week qui se déroulera du 22 au 28 octobre 2018 est un événement international visant à promouvoir les bénéfices de l’open access au sein de la communauté scientifique. Cette semaine sera riche de nombreux ateliers, séminaires et rencontres à travers le monde. Le labex Les passés dans le présent profite de ce cadre pour proposer le vendredi 26 octobre avec la BnF deux tables-rondes ouvertes au grand public sur les enjeux de l’open access, à travers les expériences des projets numériques du labex.

L’open access, entendu à la fois comme accès en ligne, gratuit et immédiat aux résultats de la recherche scientifique et comme droit d’utilisation de ces résultats, pose de multiples questions transversales, tant aux chercheurs qu’aux institutions patrimoniales. Ces enjeux varient selon les disciplines, la nature des objets d’étude et les technologies utilisées, mais impactent immanquablement tant la recherche en train de se faire que la diffusion de ses productions. Ces transformations sont au cœur des humanités numériques.

L’histoire du mouvement open access est liée aux évolutions des modèles économiques des revues et des bibliothèques à l’ère du numérique, et oblige à affronter la complexité des différents régimes de propriété intellectuelle et des potentialités offertes par la fouille de données massives. En France, la loi pour une République numérique de 2016 a posé un certain nombre de jalons dans cette direction sans toutefois donner une réponse définitive aux problèmes émergents et aux limites de l’open access, en particulier dans les disciplines des sciences humaines et sociales. Ainsi, l’objectif de cette journée ne sera pas tant de faire la simple promotion de l’engagement vers l’open access, mais de cerner les évolutions des pratiques des chercheurs et des conservateurs au prisme de ce qui a été accompli au sein du labex et de ses partenaires, en accord avec ces principes.

Programme provisoire

13H-13H30

Introduction

  • Olivier Jacquot, Responsable de la coordination de la recherche à la BnF.
  • Emmanuel Grimaud, Responsable scientifique du labex Les passés dans le présent.

13H30-15H15

Produire et documenter : à quoi sert l’Open Access ?

  • Aude Julien Da Cruz Lima, Chargée des ressources documentaires au Centre de Recherche en Ethnomusicologie (LESC-CREM).
  • Bertrand Lafont, assyriologue et historien de la Mésopotamie antique,  Directeur de recherche CNRS.
  • Julien Olivier, conservateur des bibliothèques au Cabinet des médailles de la BnF, responsable de la collection des monnaies grecques.
  • Anne-Violaine Szabados, Directrice adjointe du laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité, spécialiste de l’iconographie de la mythologie classique.

Modération par Marta Severo, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris Nanterre.

PAUSE

15H45-17H30

Diffuser et valoriser : à qui sert l’Open Access ?

  • Thomas Sagory, Responsable de la politique numérique du musée d’Archéologie nationale.
  • Sophie Blanchy, ethnologue, Directrice de recherche CNRS émérite.
  • Philippe Chevallier, Délégation à la stratégie et à la recherche de la BnF.
  • Pierre-Carl Langlais, postdoc en sciences de l’information et de la communication associé au GRIPIC.

Modération par Lionel Maurel, Conservateur des bibliothèques, en charge de la valorisation de l’information scientifique et technique à l’Université Paris Nanterre.

17H30-17H45

Conclusions

  • Ghislaine Glasson Deschaumes, Cheffe de Projet du labex Les passés dans le présent.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts