Archives par mot-clé : Numismatique

Programme de recherche : Polices de caractères pour les inscriptions monétaires

Dans le cadre de ses plans triennal de la recherche 2013-2015 et quadriennal de la recherche 2016-2019, la Bibliothèque nationale de France finance un programme sur les Polices de caractères pour les inscriptions monétaires qui vise à créer des polices de caractères pour transcrire, publier et analyser de façon satisfaisante et uniformisée les inscriptions monétaires. 

Inscription mérovingienne annotée dans l’outil Numipal (clone de Digipal).

L’objectif consiste à développer des fontes de caractères Unicode sous licence libre pour transcrire les inscriptions monétaires dans les divers supports de diffusion : imprimés et numérique1. L’encodage des caractères typographiques propres à la numismatique devrait  à terme intéresser un public plus large, comprenant les épigraphes et les éditeurs scientifiques qui devraient économiser les coûts liés aux commandes de polices sur mesure, propres à chaque projet éditorial et pour ainsi dire jamais réutilisées pour un autre.

Par ailleurs, alors que les polices consistaient en des fichiers images insérés dans les projets éditoriaux, une notable évolution pour la recherche en humanités numériques sera permise par l’emploi de polices Unicode, notamment dans les projets d’édition numérique (catalogues en ligne, images numérisées IIIF annotées avec l’extension Open Annotation2) puisque le contenu sémantique des légendes monétaires pourra être analysé et étudié puisqu’il sera codé3.

Un partenariat entre la BnF et l’ANRT a permis de développer un caractère regroupant, sous une forme unifiée, toutes les variantes formelles identifiées sur des pièces mérovingiennes.  Elvire Volk Leonovitch4 a ainsi développé la police baptisée MEROWEG5.

Le travail se poursuit avec les inscriptions de monnaies ibériques et puniques. Gaëlle Thevenin, doctorante en Histoire au Laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167) rend compte des travaux en cours au sein du carnet de recherche du département des Monnaies, médailles et antiques, L’Antiquité à la BnF, dans l’article à lire ci-dessous.

  1. Codine-Trécourt, Florence ; Sarah, Guillaume, « Du plomb au pixel. Transcrire les légendes des monnaies du haut Moyen Âge », Revue numismatique, 2012, 6e série, tome 168, p. 261-277. DOI : 10.3406/numi.2012.3183. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/numi_0484-8942_2012_num_6_168_3183>. []
  2. Cf. : http://iiif.io/api/annex/openannotation/ []
  3. Codine Florence, « Polices de caractères et inscriptions monétaires. Le projet PIM », Document numérique, 2013/3 (Vol. 16), p. 69-79. DOI : 10.3166/DN.16.3.69-79. URL : <https://www.cairn.info/revue-document-numerique-2013-3-page-69.htm>. []
  4. Cf. son site : http://www.elvirevolk.com/ []
  5. Elvire Volk Leonovitch, « PIM. Police pour les Inscriptions Monétaires », Atelier National de Recherche Typographique (ANRT), 2014. Disponible en ligne, url : <http://anrt-nancy.fr/fr/projets/pim-police-pour-les-inscriptions-monetaires/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Trésors monétaires, vol. XXVII : Monnayages de Francie, des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens

Partie prenante du plan quadriennal de la recherche de la BnF, le programme Trésors monétaires donne lieu à la publication régulière d’un nouveau volume de la série éponyme.

Le présent volume qui présente six trésors et deux synthèse est entièrement consacré aux trésors médiévaux du Xe au tout début du XIIe siècle, soit :

  • Le trésor dit « du Loiret » : présentation, catalogue et étude caractéroscopique par Steve Achache, Marc Bompaire, Aude Castelas, p. 1-99.
  • Le trésor du Xe siècle de Maffliers (Val-d’Oise). Deniers et oboles d’Hugues Capet duc par Bruno Foucray, p. 101-127.
  • Le trésor de Cuts (Oise). Monnaies et circulation monétaire autour de l’an Mil dans le royaume de France sous Hugues Capet et Robert II le Pieux par Bruno Foucray, Marc Bompaire, Jean-Yves Kind, p. 129-182.
  • Le trésor monétaire double de Vignacourt (Somme). Monnaies et circulation monétaire dans l’Amiénois et l’Orléanais au début du règne de Philippe Ier par Bruno Foucray et Marc Bompaire, p. 183-272.
  • Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais (Loiret). Deniers et fausses monnaies au début du XIIe siècle. Étude numismatique et analyses métalliques par Marc Bompaire et Maryse Blet-Lemarquand, p. 273-297.
  • Un petit dépôt de monnaies royales du début du XIIe siècle à l’église de Marly-la-Ville (Val-d’Oise) par Bruno Foucray, p. 299-303.
  • Le monnayage en Francie occidentale au Xe siècle. L’apport des nouveaux trésors par Marc Bompaire, p. 305-327.
  • Catalogue des monnaies royales et féodales de Francie des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens (936-1108) par Bruno Foucray, p. 329-373.

Le trésor dit « du Loiret »

Le trésor du Loiret fut découvert vers 1970. Il aurait été enterré selon Jean Duplessy1 entre 936 et 954. Le nombre précis des monnaies composant ce trésor n’est pas connu ; l’étude du volume porte sur 1001 pièces acquises par la BnF en 1998-1999.

Le trésor de Maffliers

Issu d’une fouille illégale menée près du château de Maffliers, au nord de Paris, le trésor et une hache de bronze ont ainsi été saisis le 22 novembre 2012 par les officiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) auprès du pilleur. Constitué de 300 monnaies, seules 269 ont pu être récupérées et étudiées dans le volume : 243 deniers, 26 oboles. Ces pièces d’argent du 10ème siècle ont révélé certaines pièces inconnues des collections nationales.

Le trésor de Cuts

Découvert en 1998 dans un bois privé du village de Cuts dans l’Oise, le trésor se compose de 1108 monnaies d’argent émises de la fin du Xe au début du XIe siècle : 1009 deniers et 99 oboles, toutes conservées à la BnF. Le Trésor2 est exceptionnel par son état de conservation et par le fait que la quasi-totalité des monnaies qui le composent étaient considérées comme inconnues à ce jour.

Le trésor de Vignacourt

Enfoui entre 1075 et 1100, ce trésor comprend 1237 deniers, 245 demi-deniers et 32 oboles. Découvert le dimanche 24 mars 2002 par un chasseur, le trésor a été confié à la DRAC Hauts-de-France. L’inventaire et l’étude du trésor ont été menés par Bruno Fourcray et Marc Bompaire. Sa composition – principalement des deniers d’argent accompagnés de 245 demi-deniers et de 32 oboles – est exceptionnelle car elle comprend, explique Bruno Fourcray, « deux ensembles monétaires contemporains, provenant d’univers économiques étanches de ce dernier quart du XIe siècle l’Orléanais et l’Amiénois ». Ce trésor comprend aussi 220 monnaies inédites, notamment 146 deniers et 69 demi-deniers de Philippe 1er (1060-1108) frappés à Montreuil-sur-Mer. Le trésor était vendu par la maison de vente Rossini en octobre 20073 avec les fragments de la poterie dans lequel il avait été enfoui. C’est le musée d’Amiens qui a préempté le trésor.

Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais

Conservé à la BnF, ce trésor est composé de 220 deniers issus de 6 monnayages de la région. Quatre de ces monnayages sont représentés par des fausses monnaies.

Dépôt de Marly

Les fouilles réalisées en 2005 dans l’église de Marly-la-Ville ont permis de découvrir un ensemble de 7 deniers et 1 obole de Philippe Ier qui témoigne de la circulation monétaire en Île-de-France au début du XIIe siècle.

Informations pratiques

Description : Broché, 21 × 29,7 cm
Date de parution : 30 janvier 2018
ISBN/EAN : 978-2-7177-2748-7 / 9782717727487
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF Éditions
Disponibilité : Disponible
Prix : 99 €

  1. Jean Duplessy, Les monnaies françaises féodales. Tome 1, Paris : Platt, 2004, 404 []
  2. Cf. Les 1107 monnaies d’argent du Trésor de Cuts font leur entrée à la BnF : communiqué de presse, [Paris] : BnF, 30 mars 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/cp_acquisition_tresor_cuts.pdf>. []
  3. Cf. http://www.rossini.fr/html/fiche.jsp?id=347384&np=2&lng=fr&npp=20&ordre=1&aff=1&r= et notamment le descriptif détaillé : https://www.auction.fr/_fr/lot/tresor-de-vignacourt-1552015#.WpRu4eciHs0 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau projet soutenu : VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins

Cet automne la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire avait lancé son XIIe appel à projets, MSH-VdL 20181 visant à développer l’interdisciplinarité, les recherches transversales entre équipes de recherche en SHS et en Sciences (théoriques et/ou appliquées), tout en promouvant une action forte à l’international.

L’IRAMAT – Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS – Université d’Orléans) et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France y ont répondu en soumettant le projet VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins.

Alors que ce 6 février 2018, la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire publie les résultats de son appel, l’IRAMAT et la BnF se réjouissent d’apprendre que le projet est sélectionné.

Porté par Guillaume Sarah, le projet est financé à hauteur de 4 200 €. Outre l’IRAMAT-CEB et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet implique Le Studium Fellowship « Monnaies, coins, argent : relire les débuts de la période féodale » (Institut d’Études Avancées en Région Centre-Val de Loire).

Résumé du projet VisualCoins

Avec une forte visée expérimentale et un caractère innovant, le projet VisualCoins entend tester et adapter un nouvel outil logiciel développé par l’Atelier numérique de la MSH Val de Loire (l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs) dans le cadre d’une des principales problématiques des recherches actuelles dans le domaine de l’histoire de la monnaie : la quantification des productions monétaires par l’étude des liaisons de coins. La mise en œuvre de ce logiciel dans ce cadre spécialisé permettra de représenter de manière simple et immédiate des schémas de liaisons de coins de séries monétaires qu’il est actuellement long et complexe de produire faute de logiciel adapté. Une fois la pertinence du logiciel VisualGraphs validée et les éventuels nouveaux développements testés en lien avec l’Atelier numérique de la MSH par l’équipe du projet, membres permanents et rattachés à l’IRAMAT-CEB et de la BnF, une restitution des expériences d’utilisateurs sera proposée à l’occasion d’une session scientifique de présentation. A l’issue du projet, des travaux de recherche faisant usage de cet outil innovant seront publiés et son emploi sera proposé dans la communauté des chercheurs en numismatique, voire au-delà pour susciter d’autres développements spécifiques.

Pour la BnF, il s’agira de fournir des données afin d’alimenter les essais de l’outil.

Problématique : les liaisons de coins

Le propos du projet concerne l’une des pierres d’angle de la numismatique, à savoir la formalisation des études de coins et en particulier les liaisons de coins.

Une monnaie ancienne, d’un point de vue technique, est dans la plupart des cas un disque de métal frappé entre deux matrices appelées coins monétaires. Ces deux matrices portent, gravés en miroir, les motifs et légendes qui confèrent à une masse de métal la garantie de l’autorité émettrice. Ces coins étant confectionnés à la main, chacun est par définition unique. Les coins sont rarement parvenus jusqu’à nous, mais nous les connaissons par les empreintes qu’ils ont laissées sur les monnaies. Un examen attentif des monnaies anciennes permet par conséquent d’identifier des liaisons de coins : par cette expression, les numismates désignent le fait de déterminer si deux monnaies ont été frappées par un même coin pour l’une de leurs faces ou pour les deux. Au sein d’un trésor ou pour un corpus recensant l’intégralité des monnaies d’une même série qui nous sont parvenues, il est possible, sur la base de ces observations, de déterminer des indices caractéroscopiques qui nous renseignent sur la représentativité de l’échantillon pris en compte par rapport à la production initiale. Des calculs statistiques permettent ensuite d’évaluer le nombre de coins employés pour la fabrication d’une série monétaire, voire d’estimer le nombre de monnaies produites.

L’étude des liaisons de coins est un travail long et patient qui constitue la première étape incontournable de la quantification des productions monétaires anciennes. En fonction de la dimension du corpus d’étude, un nombre d’informations parfois considérable est consigné par le numismate, souvent sous la forme de tableaux. Ces données sont aussi précieuses qu’austères et difficiles à présenter et à publier. La représentation avec des symboles identifiant les coins de droit et les coins de revers, reliés entre eux par des traits, tend à s’imposer comme la forme graphique privilégiée.

Or, aussi bien pour les publications imprimées que les pages internet ou les diapositives de présentation, la synthèse des liaisons de coins d’un monnayage relève souvent de la gageure que les chercheurs tentent de relever par le moyen de logiciels peu adaptés, pour parvenir à présenter l’ensemble des informations d’une manière lisible et compréhensible pour le lecteur ou l’auditeur.

Le lecteur profane peut se reporter à l’article de François de Callatay, L’historique de l’étude des liaisons de coins2. La fiche Les liaisons de coins et le graphique (que nous citons ci-dessous) consacrés au sujet par Christian R. Raschle dans son module Numismatique d’Antiquit@s, projet du Campus Virtuel Suisse, permettent d’appréhender la complexité de la question :

Enjeu

Les logiciels de représentation en réseaux pourraient constituer un outil pertinent pour parvenir à ce type de représentation de manière automatisée. Si cela est juste en théorie, aucun des logiciels disponibles à l’heure actuelle n’est adapté aux problématiques des numismates, avec à la fois les fonctionnalités souhaitées et la facilité d’utilisation requise, et ce de manière gratuite. Le développement au sein de la MSH VdL du logiciel VisualGraphs permet d’envisager de fournir un outil de représentation graphique des liaisons de coins aux numismates. Les premiers essais réalisés ont confirmé la bonne adéquation entre l’outil logiciel en cours de finalisation et  les problématiques des historiens de la monnaie.


En tout, six projets ont été retenus et seront financés à hauteur de 4200 € ou 5000€ au titre de l’Appel à projets 2018 de la MSH Val de Loire :

  1. Cf. http://www.msh-vdl.fr/actualite/appel-a-projets-2018-de-la-msh-val-de-loire/ []
  2. François de Callatay, « L’historique de l’étude des liaisons de coins (XVIIIe-XXe s.) », Bulletin de la société française de numismatique, 2007, avril, n° 4, p. 86-92. Disponible en ligne, url : http://www.academia.edu/338113/L_historique_de_l_%C3%A9tude_des_liaisons_de_coins_XVIIIe-XXe_s._. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’Étude : Sensualité et sexualité en numismatique, 2 décembre

La Bibliothèque nationale de France et la Société française de Numismatique organisent le samedi 2 décembre 2017 une journée d’étude dédiée à la sensualité et à la sexualité en numismatique. Cette thématique s’inscrit dans le renouvèlement des sciences historiques et sociales, notamment l’histoire des sensibilités et les études de genre. Objets certes à la mode, ils n’ont cependant pas épuisé toutes les sources disponibles. Ainsi les objets monétiformes, dans leur matérialité, dans une vaste Europe méditerranéenne de l’Antiquité (le matin) aux époques médiévales et modernes (l’après-midi), seront abordés sous cet angle, permettant un croisement disciplinaire, géographique et chronologique inédit.

Le nombre de places étant limité à 50, merci de s’inscrire par courriel à sfnum@hotmail.fr

Les questions de l’iconographie et de la représentation de motifs sensuels et sexuels, des pratiques et des usages des objets qui les portent, ou encore du regard des historiens et numismates sur ceux-ci, seront au cœur de nos préoccupations.

Statère d’or armoricain, (IIIe siècle – 1re moitié du IIe siècle av. J.-C. (BnF, MMA, 6756)

Dans quelle mesure un motif iconographique était-il choisi pour susciter le désir ? Comment les usagers de la monnaie percevaient-ils ces choix et cela a-t-il influencé la circulation des espèces ? Des pièces de monnaie étaient-elles par ailleurs particulièrement réservées à certaines pratiques, comme les échanges de faveurs ? Enfin, comment nos devanciers ont-ils perçu la nudité ou l’érotisme figuré sur certains monnayages et à quel point leurs travaux en ont-ils été influencés ?

C’est autour de cette problématique en trois axes – conception, perception et utilisation à l’époque et perception a posteriori – que les intervenants vont livrer et partager leurs observations.

Programme :

Matinée (9h30-12h30) :

Présentation et introduction (Sylvie Steinberg et François de Callataÿ).

S. Berger et Fr. Wojan – « Il n’est pas donné à tout le monde d’aller à Corinthe » : sexe et monnaies en Grèce ancienne.

S. Nieto-Pelletier, J. Genechesi et St. Martin – Pour une approche genrée des monnayages celtiques : iconographie et usages de la monnaie au second âge du Fer

D. Hollard – La violente nudité de la déesse celtique des combats.

V. Drost – La question de la nudité sur le monnayage romain.

M.-A. Le Guennec – De l’usage de jetons à motifs érotiques : le dossier des spintriae romaines.

Après-midi (14h00-17h00) :

V. Geneviève – Viril ou insultant ? A propos d’un graffiti sur un léopard d’or.

Th. Cardon – « Le cœur humain recèle des bas-fonds qu’il ne faut pas trop sonder en détail » : méreaux médiévaux à l’iconographie sexuelle.

J. Jambu – Sensuelles, les monnaies modernes ?

Chr. Charlet – Les luigini « à la Mademoiselle ».

P. Baubeau – Fausse monnaie de la débauche et or du mariage à Nice à la fin du XIXe siècle.

Conclusion et perspectives (Sylvie Steinberg et François de Callataÿ).

Informations pratiques

Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, Salle Emilie
du Châtelet et Salon d’honneur
Samedi 2 décembre 2017

Organisation : Thibault Cardon et Jérôme Jambu.
Présidence : Michel Amandry et Jérôme Jambu.
Discussion : Sylvie Steinberg et François de Callataÿ.
Le nombre de places étant limité à 50, merci de s’inscrire à sfnum@hotmail.fr
Un buffet sera organisé le midi sur place.
La séance ordinaire de la SFN se tiendra en début d’après-midi.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Lagides à la Bibliothèque nationale de France : collections du département des Monnaies, médailles et antiques

Octodrachme d’argent frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée Ier Sôter, 28,05 g. BnF, Luynes 3556. Au droit, tête diadémée de Ptolémée Ier Sôter tournée à droite ; au revers, la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche.

 

De Ptolémée Ier Sôter (323-283 av. J.-C.), ancien général d’Alexandre le Grand, à Cléopâtre VII Théa (51-30 av. J.-C.), reine illustre dont les relations avec le triumvir romain Antoine défraient encore l’imaginaire collectif, la dynastie lagide marqua profondément l’histoire du bassin méditerranéen.

Ptolémée, qui obtint la satrapie d’Égypte suite à la mort d’Alexandre, fonda un royaume qu’il étendit rapidement aux territoires syro-phéniciens, chypriotes et libyens. Le contrôle des cités portuaires du Levant sud ainsi que la possession de l’île de Chypre assuraient aux Lagides la mainmise sur une partie des voies maritimes de l’Est méditerranéen ainsi que de substantielles rentrées fiscales. Les Ptolémées marquèrent leur temps, entre autres, avec la construction de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie ou la création des Ptolemaia, fêtes dont la somptueuse procession faisait montre de tant de richesses que Callixène de Rhodes rapporte à son propos :

« Quelle monarchie, compagnons, est-elle devenue à ce point riche en or ? »

Mnaieion d’or frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée II Philadelphe (vers avant 272-261 av. J.-C.), 27,75 g. BnF, Luynes 3563. Au droit, les bustes géminés de Ptolémée II et Arsinoé II Philadelphe tournés à droite, un bouclier dans le champ gauche ; au revers, les bustes géminés de Ptolémée I Sôter et Bérénice I tournés à droite ; répartie sur les deux faces, la légende ΑΔΕΛΦΩΝ ΘΕΩΝ.

La connaissance de l’histoire de cette dynastie est aujourd’hui enrichie par l’étude de ses émissions monétaires, matériel porteur de nombreuses informations. En effet, les ouvertures et fermetures des ateliers monétaires, leurs rythmes et volumes de production, leurs programmes iconographiques ainsi que les enfouissements de trésors sont autant de témoins de la politique lagide. Au début du IIIe s. av. J.-C., Ptolémée Ier Sôter a fermé le royaume aux monnaies étrangères et instauré un système de change aux frontières, ce qui constituait une véritable spécificité dans le monde hellénistique. Le monnayage lagide se distingue par ailleurs des numéraires contemporains par la quantité de monnaies émises et la place importante donnée à l’or et au bronze.

Triobole de bronze, série 5, frappé à Alexandrie sous Ptolémée IV Philopatôr, 35,29 g. BnF, F 7573. Au droit, la tête de Zeus Ammon tournée à droite ; au revers la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche, une corne d’abondance diadémée dans le champ gauche.

Dans le cadre de mon association à la Bibliothèque nationale de France, deux projets coordonnés par Julien Olivier (chargé des collections de monnaies grecques, BnF) sont menés concomitamment au département des Monnaies, médailles et antiques. Le premier consiste en la publication d’un catalogue de l’importante collection de monnaies lagides conservée à la Bibliothèque nationale de France. Le deuxième projet porte sur une nouvelle étude et publication du trésor de Meydancıkkale, trésor d’une grande valeur scientifique composé de 5 215 monnaies d’argent.

Sylloge Nummorum Graecorum. France 8, département des Monnaies, médailles et antiques. Les Ptolémées, rois d’Égypte

Plateaux de monnaies d’or lagides. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Comportant 2 602 monnaies, le fonds lagide du département des Monnaies, médailles et antiques est l’un des plus important à l’échelle mondiale. Julien Olivier, Thomas Faucher (chargé de recherche CNRS, laboratoire IRAMAT) et moi-même œuvrons à la publication de cette collection. Cette démarche s’inscrit dans la ligne des précédentes publications du fonds de monnaies grecques – 10 catalogues ayant été édités entre 1983 et 2015 – ainsi que dans une volonté de valorisation de cette collection face au regain d’intérêt de la communauté scientifique pour la numismatique lagide. En effet, la parution de ce catalogue coïncidera avec celle du premier volume du futur ouvrage de référence, Coins of the Ptolemaic Empire, par Catharine Lorber, avec qui nous collaborons étroitement. Un travail conséquent d’identification et d’inventaire des monnaies conservées à la BnF est mené préalablement à la construction du catalogue proprement dit, qui appartiendra à la série des Sylloge Nummorum Graecorum, placée sous le haut patronage de l’International Numismatic Council et impliquant notamment l’illustration de l’intégralité des monnaies. Cette publication nécessite une standardisation des vocabulaires employés pour les descriptions, laquelle, dans une optique de cohérence, sera appliquée par la suite à l’ensemble du fonds grec. Cette harmonisation sera précieuse dans le cadre de l’enrichissement des notices descriptives des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, dont environ un tiers (soit 171 000 monnaies) est à ce jour consultable en ligne grâce à la bibliothèque numérique Gallica. Afin de faciliter la navigation des internautes au sein du fonds lagide, un parcours de médiation sera mis en place.

Le volume s’ouvrira par ailleurs sur une histoire de la collection, rédigée grâce à l’étude des archives du département de la fin du XVIIe siècle à nos jours. Ce travail de dépouillement vise à identifier les grandes étapes de l’enrichissement de la collection ainsi que leurs protagonistes, tout en retraçant l’histoire propre à chaque monnaie, celle qui a conduit à son intégration au sein des médailliers. Les résultats obtenus par l’étude de ces archives seront également présentés sur le blog L’Antiquité à la BnF au cours d’une série d’articles, le premier d’entre eux, consacré à la collection des rois de France [Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe – fin XVIIIe siècle)], étant déjà paru.

Ainsi, la publication simultanée de la Sylloge Nummorum Graecorum, l’enrichissement des notices en ligne sur le site de Gallica ainsi que l’élaboration d’un parcours de médiation permettront de valoriser et d’ouvrir à différents publics l’ensemble du fonds ptolémaïque, qu’il s’agisse de membres de la communauté scientifique, d’amateurs éclairés, de collectionneurs ou de simples curieux.

Le trésor de Meydancıkkale

Découverte du vase A du trésor de Meydancıkkale.
Illustration extraite de Davesne (A.), Le Rider (G.), Gülnar II. Le trésor de Meydancıkkale (Cilicie Trachée, 1980), Paris, 1989, p. 9.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce trésor monétaire a été découvert le 21 septembre 1980 au cours de fouilles archéologiques menées sur le site de Meydancıkkale, dans l’ancienne province de Cilicie Trachée, en actuelle Turquie. Ce site a été occupé par une garnison lagide à l’occasion de la troisième guerre de Syrie (246-241 av. J.-C.) au cours de laquelle Ptolémée III Évergète reprit aux Séleucides, dynastie rivale, des territoires ciliciens perdus par Ptolémée II Philadelphe lors de la deuxième guerre de Syrie.

Composé de 5 215 monnaies d’argent (découvertes réparties dans trois vases), il s’agit d’un trésor dit mixte, puisque constitué de 3 057 monnaies d’étalon attique et de 2 158 d’étalon lagide. Il comprend au total 2 554 alexandres (au nom d’Alexandre ou de Philippe III), 31 monnaies de Démétrios Poliorcète, 3 tétradrachmes d’Antigone Gonatas, 148 lysimaques, 261 monnaies séleucides, 60 tétradrachmes attalides et 2 158 monnaies ptolémaïques. En raison de la fermeture de l’économie monétaire ptolémaïque, la frontière politique est ainsi matérialisée de manière géographique et monétaire. De tels trésors mixtes sont en général retrouvés sur des positions frontalières, ce qui est le cas de la place forte de Meydancıkkale. Les autorités lagides de la forteresse auraient ainsi voulu cacher le numéraire en leur possession, probablement en raison d’une avancée des troupes séleucides.

Une étude de ce trésor a été publiée en 1989 par Alain Davesne et Georges le Rider. De par sa composition et son contexte d’enfouissement, le trésor de Meydancıkkale est une référence incontournable pour l’étude des émissions monétaires ptolémaïques de la première moitié du IIIe siècle av. J.-C. et de leur circulation. Le très important travail d’identification et de classement réalisé par Alain Davesne pour les monnaies ptolémaïques nécessite une réactualisation, notre connaissance concernant la numismatique lagide ayant depuis considérablement évolué. Une nouvelle étude des monnaies le constituant, appuyée de la diffusion des photographies de la totalité des exemplaires, est donc primordiale. Actuellement conservé au musée de Silifke en Turquie, le matériel est toutefois difficilement accessible aux chercheurs. Néanmoins, les négatifs de l’ensemble des photographies des monnaies du trésor, donnés par Alain Davesne, sont conservés au département des Monnaies, médailles et antiques. Ces documents uniques seront numérisés par la Bibliothèque nationale de France, dans le cadre de sa grande campagne de numérisation entreprise depuis 1990, puis intégrés à la bibliothèque numérique Gallica au sein de laquelle ils seront valorisés par une médiation, afin de toucher un public élargi.

Planche de négatifs du trésor de Meydancıkkale. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Julien Olivier et moi-même allons saisir cette chance exceptionnelle de pouvoir étudier et diffuser ce matériel, soit les 5 215 monnaies. Lors de sa publication, l’étude du trésor sera accompagnée des planches photographiques de l’intégralité des monnaies – complétées d’une version numérique – afin de mettre l’ensemble de ce matériel à la disposition de la communauté scientifique.

 

Ces travaux s’inscrivent dans un contexte de renouveau de la numismatique lagide et sont à appréhender dans un cadre pluriannuel. Les publications de la Sylloge Nummorum Graecorum ainsi que du trésor de Meydancıkkale mettront ainsi  à disposition de différents publics de précieux outils de recherche et de découverte.

Cycle de conférences : Archéologie de la Grèce : de la fouille à l’écriture de l’Histoire

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’Histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? Après un cycle consacré à l’Egypte, la Bibliothèque nationale de France met à l’honneur la Grèce antique, à travers des présentations de recherches et de fouilles françaises en cours.

Programme

  • macellum12 octobre 2016
    M. Jean-Yves Marc, Professeur d’archéologie romaine, Université de Strasbourg, UMR 7044 – Archéologie et Histoire ancienne: Méditerranée-Europe
    La fouille d’un quartier du centre monumental de Thasos
    La conférence évoquera la fouille d’un quartier du centre monumental de Thasos, qui a mis au jour un complexe commercial construit à l’époque hellénistique et occupé jusqu’au IVe siècle apr. J.-C. Un des intérêts de cette fouille réside dans les liens topographiques, architecturaux et fonctionnels qu’elle a pu établir entre les rites religieux (sacrifices et banquets sur l’agora) et le circuit de la viande (dans le macellum, du centre commercial).
  • [Monnaie d'Argolide. Argos : Triobole]16 novembre 2016
    Mme Catherine Grandjean, Professeur d’Histoire ancienne, Université François-Rabelais Tours, EA 6298- Centre Tourangeau d’Histoire et d’étude des sources
    Trésors monétaires grecs d’Argos et d’Olympie
    Trésors et monnaies de fouilles conditionnent largement les développements de la recherche actuelle en numismatique grecque. Les trésors contiennent des pièces de forte valeur mises de côté que leurs propriétaires n’ont pas été en mesure de récupérer.
    On évoquera principalement un trésor découvert en 1939/1940 par l’Institut archéologique allemand lors de fouilles archéologiques dans le sanctuaire de Zeus à Olympie et un trésor trouvé en 2005 par le Service archéologique grec lors de fouilles à Argos.
  • drone7 décembre 2016
    M. Alexandre Farnoux, Directeur de l’École Française d’Athènes, Professeur d’Archéologie grecque Université Paris Sorbonne
    Panorama de la recherche archéologique en Grèce
    La conférence remettra en perspective les travaux menés sur les sites de l’EFA en présentant un panorama de la recherche archéologique en Grèce à travers quelques grands chantiers de ces dernières années. Ce sera l’occasion de resituer l’action de l’EFA dans les opérations de terrain du service archéologique et des autres écoles étrangères en Grèce, aspect assez peu connu de la recherche. Seront également signalées les réalisations en matière de muséographie (ouvertures de plus d’une trentaine de nouveaux musées archéologiques) ou d’aménagement de sites.
  • 419px-nama_marble_head_of_a_kouros18 janvier 2017
    Mme Christel Müller, Professeur d’Histoire grecque, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    Travaux français en Béotie: les cultes d’Akraiphia et du Ptoion de l’époque archaïque à l’époque impériale
    Les travaux de l’École française d’Athènes, à partir de la fin du XIXe siècle, ont touché non seulement les grands sanctuaires apolliniens de Delphes et de Délos mais également plusieurs sanctuaires de Béotie en Grèce centrale, dont celui d’Apollon Ptoios sur le territoire de la cité d’Akraiphia. Ce sanctuaire extra-urbain à vocation régionale a livré un nombre important de statues archaïques (kouroi), mais également d’autres offrandes, dont des trépieds votifs, aux époques classique et hellénistique. Il entretenait des rapports complexes d’une part avec les sanctuaires fédéraux béotiens avérés et, d’autre part, localement avec le sanctuaire dit du héros Ptoios (également situé dans l’espace rural) et avec le sanctuaire urbain de Zeus Sôter, apparu plus tardivement à la basse époque hellénistique.
  • delos22 février 2017
    M. Jean-Charles Moretti, Directeur de recherche au CNRS, USR 3155 – Institut de recherche sur l’architecture antique
    Délos 1873-1913 : une ville antique révélée par la fouille
    En 1873, l’École française d’Athènes entreprit des fouilles à Délos. En quarante ans, elle mit au jour une quarantaine de sanctuaires et plusieurs quartiers de ville hellénistique dans lesquels furent découverts près de 3000 inscriptions et un mobilier d’une richesse incomparable dans les Cyclades. Des publications, des archives manuscrites et une documentation graphique et photographique exceptionnelle permettent de restituer les étapes, les objectifs et les méthodes de cette exploration hors du commun.
  • thasos22 mars 2017
    M. Julien Fournier, Maître de conférences, Université de Lorraine, EA 1132 – Histoire et Culture de l’Antiquité et du Moyen-Âge
    La cité dans l’empire : Thasos à l’époque de l’hégémonie romaine
    Antique colonie de Paros, Thasos fut l’une des plus grandes puissances de Grèce du Nord aux époques archaïque et classique. La suite, moins brillante, a pourtant laissé de nombreux vestiges et monuments inscrits mis au jour dans les fouilles menées depuis plus d’un siècle par l’École française d’Athènes. La conférence s’intéressera à l’histoire de la cité au tout début de notre ère : ses relations avec les gouverneurs romains, ses liens avec la colonie romaine de Philippes, mais aussi ses efforts pour maintenir les attributs essentiels de la cité-État de modèle grec : son territoire, ses remparts, ses lois ancestrales.
  • tash19 avril 2017
    M. Pascal Darcque, Directeur de recherche au CNRS, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    Dikili Tash, un village néolithique au Nord du monde égéen
    Situé à proximité immédiate de la ville antique de Philippes (département de Kavala, Grèce), Dikili Tash a été identifié comme un tell préhistorique depuis un siècle. Les recherches récentes sur le site ont permis d’établir la date des premières installations humaines (vers 6400 av. J.-C.), ce qui correspond au début du Néolithique dans la région. Par ailleurs, plusieurs maisons, assez bien conservées, offrent des instantanés du mode de vie néolithique, vers 5000 et vers 4300 av. J.-C., et révèlent des pratiques agricoles ou artisanales originales.
  • delosmonnaie17 mai 2017
    Mme Véronique Chankowski, Professeur d’Histoire grecque, Université Lyon 2, UMR 5189 – Histoire et Sources des Mondes Antiques
    Délos, centre économique et financier de Méditerranée
    La petite île de Délos est, dès l’époque archaïque, un sanctuaire apollinien dont le rayonnement fonde la prospérité de la communauté qui s’y développe, dans l’ombre des grandes puissances de la Méditerranée orientale. De l’époque classique à l’époque hellénistique, et avec l’arrivée de Rome dans les affaires du monde grec, l’activité commerciale et financière se développe considérablement dans l’île, qui devient un centre économique méditerranéen. Les sources archéologiques, mais aussi la documentation épigraphique à travers laquelle nous avons conservé les archives comptables du sanctuaire d’Apollon, ainsi que les monnaies, permettent d’éclairer les mutations profondes de ces sociétés insulaires et marchandes. Ces sources montrent aussi que Délos est un point d’observation privilégié pour comprendre les politiques économiques dans un monde antique en mutation.
  • temple_of_zeus_at_euromos-turkey7 juin 2017
    M. Francis Prost, Professeur d’Archéologie classique, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    La fabrique d’une cité grecque: l’exemple d’Euromos (Carie, Turquie)
    Le site d’Euromos, en Carie (Turquie), offre une opportunité unique pour comprendre la mise en place d’un cadre urbain renouvelé à l’époque hellénistique, dans l’espace d’un territoire propice aux conflits militaires et aux évolutions identitaires bien caractérisées. La fouille de l’agora engagée par l’Université de Mugla, avec la collaboration des Universités de Bordeaux Montaigne et de Paris 1, apporte de nouvelles données sur le contexte d’un phénomène de grande ampleur.

Coordination

  • Vanessa Desclaux, chargée de collection au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF
  • Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques vous invitent à assister à un cycle de conférence sur l’archéologie de la Grèce antique

Modalités pratiques

18h30-20h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre


Légendes des illustrations  :
– Une : Lions, Thasos, by Bernard Gagnon – CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19148197, Inscription dédicace, Thasos © École française d’Athènes – Émile Sérafis ; Figurine de lion en ivoire et Figurine bestiaire fantastique Sphinge tête poitrail et ailes argile, Thasos © École française d’Athènes – Philippe Collet ; Monnaie d’Argolide, Argos, Triobole et Monnaie de Cyclades, Délos – BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 12 oct. : Agora of Thasos – mai 2007, by Haplochromis CC, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Agora_of_Thasos.jpg?uselang=fr
– 16 nov. : Monnaie d’Argos, BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 7 déc. : Relevé topographiques de Philippes © École française d’Athènes
– 18 janv. : Kouros du temple d’Apollon à Ptoios – Musée archéologique national d’Athènes, by Sharon Mollerus, CC BY-SA 2.0, https://creativecommons.org/licences/by/2.0, via Wikimedia
– 22 fév. : La Terrasse des Lions, l’Agora des Italiens et le mont Cynthe, Délos, 1910 © École française d’Athènes ; Carte de l’île de Délos – levé pour l’École française d’Athènes en 1907 et 1908 – BnF, dpt. Cartes et plans
– 22 mars : Plan de la ville de Thasos © École française d’Athènes – Manuela Wurch-Kozelj
– 19 avril : Dégagements de céramiques à Dikili Tash © École française d’Athènes
– 17 mai : Délos, le sanctuaire d’Apollon © École française d’Athènes ; Monnaie de Cyclades, Délos – BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 7 juin : Temple de Zeus à Euromos, by Sarah Murray [CC BY-SA 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)], via Wikimedia Commons

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Collections muséales en ligne » : publication des captations vidéo

Le 15 avril 2016, le Museo Arqueológico Nacional organisait à Madrid le colloque Collections muséales en ligne. L’exemple de la numismatique = Colecciones museísticas en línea. El ejemplo de la Numismática, auquel prenait par le département des Monnaies, médailles et antique.

Le colloque a permis d’aborder les aspects théoriques et pratiques qui sous-tendent les différents projets nationaux et internationaux de mise en ligne de collections numismatiques. Les divers retours d’expériences ont fait le tour des critères, difficultés et ressources nécessaires pour aboutir à une numérisation et une mise en ligne efficaces des collections.

Ouverture Andrés CARRETERO PÉREZ, Director del Museo Arqueológico Nacional y Michel BERTRAND, Director de la Casa de Velázquez

Las experiencias españolas. Estado actual de las colecciones museísticas y corpora numismáticos en línea

Débat : Carmen MARCOS ALONSO (Museo Arqueológico Nacional) , Reyes CARRASCO GARRIDO (Subdirección General de Museos Estatales, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte), Paloma OTERO MORÁN (Departamento de Numismática, Museo Arqueológico y Maria CLUA (Gabinet Numismàtic de Catalunya, Museu Nacional d’Art de Catalunya, Rebeca C. RECIO (Departamento de Investigación y Colecciones, Museo Cerralbo)

Digitalización y publicación de colecciones numismáticas: Gestión de procesos, desarrollo y aspectos tecnológicos 

Débat : Pere Pau RIPOLLÈS (Universitat de València), Florence CODINE, Jérôme JAMBU y Frédérique DUYRAT (Département des monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France), María CARRILLO (Subdirección General de Museos Estatales, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte), Virginia SALVE (Departamento de Documentación, Museo Arqueológico Nacional), Manuel GOZALBES (Museu de Prehistòria de València) y Alejandro PEÑA (Render S.L. – Dédalo)

Recursos en línea y programas colaborativos internacionales

Débat final : Laurent CALLEGARIN (École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez, Madrid), David WIGG-WOLF (Römisch-Germanische Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts, Frankfurt-am-Main), Julien OLIVIER
y Frédérique DUYRAT (Département des monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France), Pere Pau RIPOLLÈS

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Collections muséales en ligne – L’exemple de la numismatique

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France oeuvre à la diffusion de ses collections via les réseaux.
Outre d’ambitieux programmes de numérisation dont les résultats sont d’ores et déjà visibles dans Gallica (http://gallica.bnf.fr/html/und/objets/monnaies), le département est très impliqué dans les projets visant à inscrire la numismatique dans le web de données (Linked Open Data) en participant activement à Nomisma.org  et notamment au dévoppement du schéma de description des monnaies XML Nuds,  porté par Ethan Gruber de l’American Numismatic Society.

Ces différents projets seront l’objet de communications à la journée d’étude organisée au Musée archéologique national de Madrid par la Casa de Velázquez, le Museo Arqueológico Nacional, l’Universitat de València (Facultad de Geografía e Historia), le Museu de Prehistòria de València en collaboration avec la BnF.

Les communications de la BnF seront les suivantes :

  • Numérisation des monnaies de la BnF : entre urgence et projet de longue durée par Florence Codine, Jérôme Jambu et Frédérique Duyrat (département des Monnaies, médailles et antiques)
  • Nomisma.org: Linked Open Data for Numismatics par Florence Codine (département des Monnaies, médailles et antiques)
  • Numérisation des monnaies grecques de la BnF : enjeux scientifiques et communication par Julien Olivier et Frédérique Duyrat (département des Monnaies, médailles et antiques)

Programme complet  de la journée d’étude du 15 avril 2016.

Museo Arqueológico Nacional
Sala de conferencias
C/ Serrano, 13
28001 Madrid

Entrée libre et gratuite


Images de une : monnaies grecque, byzantine, impériale romaine issues de Gallica

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Collections muséales en ligne – L’exemple de la numismatique". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 13 avril 2016. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/8> (consulté le 24 mai 2018).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution du tome 26 des Trésors monétaires

Publié avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication, le tome XXVI de la série « Trésors monétaires » est paru. Il analyse 10 trésors de la moitié nord de la France enfouis sous le Haut Empire romain (Ier – IIIe siècle après J.-C.).TM26

Plusieurs auteurs ont été mobilisés pour cette parution :

– Le trésor de sesterces de Saint-Sauveur (Somme) par Ludovic Trommenschlager et Pierre-Yves Groch
– Un trésor de bronzes romains du Haut-Empire provenant du village de Bray (Eure) par Mehdi Meguelati
– Le trésor de Courcelles-sur-Nied (Moselle), 132 deniers et 59 antoniniens, 253 AD par Dominique Hollard, Lonny Bourada, Jean-Denis Laffite et Jean-Jacques Bigot
– Les trésors de sesterces de Famars #3 (Nord) et de Lahoussoye (Somme) (terminus décennie 250) par Fabien Pilon
– Les trésors nordistes de Carvin et d’Élincourt. Recherches autour de deux ensembles d’antoniniens de Gordien III à Postume par Daniel Gricourt
– Les trésors d’antoniniens de Forges-les-Bains #2 (Essonne) et de Lieusaint #1 (Seine-et-Marne) (terminus 269 après J.-C.) : émissions monétaires et thésaurisation sous Victorin par Fabien Pilon.

Rappelons que le programme « Trésors monétaires » fait partie du « plan triennal de la recherche » de la BnF (désormais quadriennal), dispositif permettant de mettre en oeuvre des programmes de recherche financés sur les fonds propres de l’établissement.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Parution du tome 26 des Trésors monétaires". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 4 février 2016. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/65> (consulté le 24 mai 2018).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Roman provincial coinage. Volume III, Nerva, Trajan and Hadrian (AD 96-138)

Fruit d’une collaboration entre le British Museum et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, un nouveau volume du Roman provincial coinage (RPC) est paru.

RPC IIICe volume présente pour la première fois un inventaire des pièces de monnaie frappées dans les provinces romaines pendant la période du règne de Nerva, en l’an 96, à la mort d’Hadrien, en l’an 138 et comprend les trois règnes de Nerva (96-98 après J.-C.), Trajan (98-117 après J.-C.) et Hadrien (117-138 après J.-C.). L’ouvrage offre la vue la plus complète du sujet, à même de répondre aux attentes des numismates mais aussi de fournir une référence essentielle pour les historiens, les archéologues et les autres amateurs de l’Empire romain. Les essais introductifs sont suivis par les catalogues qui se veulent exhaustifs, complétés d’index. Le tableau des émissions recense près de 300 villes situées dans la partie orientale de l’Empire romain, de Appollonia en Albanie à Trébizonde en Turquie et de Tomi en Roumanie à Alexandrie en Egypte (les monnaies sont classées par ville puis par Empereur). Le catalogue comprend les monnayages des villes de la province romaine d’Asie et la monnaie complexe d’Alexandrie en Egypte.

Comprenant 2 volumes (Part I, Catalogue : XVII- 971 p. ; Part II, general introduction, indexes and plates : 340 p. de pl.), la somme compte 6 570 entrées pour plus de 50 000 monnaies référencées issues des principales collections mondiales (les « core collections« ), y compris celles du British Museum et de la Bibliothèque nationale de France.

La publication de ce volume a justifié la parution, en ligne, d’un supplément pour les volumes déjà parus, Consolidated Supplement I-III (1992-2015), par Pere Pau Ripollès.
Signalons que l’ensemble est consultable en ligne dans la base de données Roman Provincial Coinage Online. Pour les données de ce volume 3, l’internaute consultera le lien suivant : http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/search/advanced/?v=3&search=Search

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Roman provincial coinage. Volume III, Nerva, Trajan and Hadrian (AD 96-138)". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 15 octobre 2015. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/68> (consulté le 24 mai 2018).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts