Archives par mot-clé : Numérisation

VERSPERA : numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime

Le projet de recherche VERSPERA est un ambitieux projet de  numérisation et de modélisation des plans du château de Versailles sous l’Ancien Régime. 16 000 images numériques issues d’un corpus exceptionnel et varié seront mises à disposition du public à partir du 11 décembre 2017. Cette démarche vise à la préservation d’un fonds unique, fragile et difficilement accessible jusqu’à aujourd’hui. Elle permet également de faciliter les restitutions numériques de certains espaces disparus de l’ancienne résidence royale.

Un ambitieux projet de numérisation

Depuis 2013, le Centre de recherche du château de Versailles pilote un projet inédit de grande ampleur. Ce programme, lancé en partenariat avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et le laboratoire ETIS (Équipes Traitement de l’Information et Systèmes, UMR8051, université de Cergy-Pontoise / ENSEA Cergy / CNRS), reçoit le soutien financier de la Fondation des sciences du patrimoine – LabEx Patrima et du ministère de la Culture.
Il s’agit d’une vaste opération de numérisation de près de 9 000 documents graphiques relatifs à Versailles de la fin des années 1660 au début du XIXe siècle (châteaux, jardins, parc, domaine et ville). Ces plans proviennent essentiellement des Archives nationales, mais également de la Bibliothèque nationale de France et de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles. Ils seront consultables par tous sur les différents sites internet des différents partenaires.
Plateau de prise de vue mis en place pour les plans de très grand format,
avec un appareillage prototype.

Un corpus exceptionnel

Ce corpus documentaire, composé de plans généraux, coupes, élévations, détails d’architecture ou de décoration, est exceptionnel par son histoire et son volume. Il est principalement issu du travail des premiers architectes du roi.
De Louis Le Vau à Richard Mique, en passant par Jules Hardouin-Mansart, Robert de Cotte ou Ange-Jacques Gabriel, tous évoquent l’excellence de l’architecture française aux XVIIeet XVIIIesiècles. Ce rassemblement constitue l’un des plus grands fonds publics d’architecture, à l’instar des collections Tessin-Cronstedt-Härleman du musée national de Stockholm. C’est également le plus vaste ensemble documentaire sur l’architecture palatiale classique française des XVIIeet XVIIIesiècles.
La reproduction en images numériques de haute qualité de ce corpus unique a nécessité une importante campagne de restauration de 750 documents fragiles et précieux et la mise en place de procédures innovantes pour faire face à des défis techniques, notamment dus aux dimensions de certains documents de très grand format (jusqu’à 3 m x 4 m) ou à la présence de nombreuses et complexes retombes de papier.
Plan de la chapelle du château de Versailles et de la sacristie 1705-1708,
2 retombes relevées.

Un logiciel de modélisation

À partir de ces plans numérisés, le laboratoire ETIS a développé un logiciel original de modélisation 3D. L’exhaustivité du corpus ainsi accessible permettra des croisements jusqu’alors difficiles, voire impossibles matériellement.
Chacun pourra alors mieux appréhender la distribution des espaces, le fonctionnement et les usages, en fonction de la topographie de la résidence royale. En effet, depuis le XVIIesiècle, le château de Versailles a connu de nombreuses évolutions architecturales qui se sont succédées ou enchevêtrées dans les bâtiments (relais de chasse, résidence de plaisance, résidence officielle de la cour et du pouvoir royal, galeries historiques, palais national). Ces différentes identités empêchent aujourd’hui une lecture suivie des différentes étapes de construction et d’aménagements de Versailles.
Si la modélisation 3D à partir de plans d’architectes est commune aujourd’hui, un travail semblable à partir de plans anciens est un défi
pour le traitement numérique des images, du fait des particularités des documents (absence de normalisation des symboles, imprécision
des traits rectilignes, etc.) et de leur numérisation (marques de pliage, parfois filigranes). Les modèles 3D ainsi créés sont édités dans un format standard et peuvent être lus sur n’importe quelle application de visualisation, permettant de les manipuler, de « tourner autour » ou « d’entrer » à l’intérieur du modèle. Le logiciel VERSPERA dispose également d’une fonction de parcours 3D, générant une vidéo « subjective » dans le modèle à partir d’un trajet dessiné sur le plan par celui qui l’utilise. La diffusion de ce programme sera libre de droits.
La géométrie des modèles 3D est calculée par extrusion des murs à une
hauteur d’abord fixée arbitrairement. Ici pour la Chapelle royale.

Des reconstitutions virtuelles pour aller encore plus loin

Pour certains espaces du château présentant un grand intérêt historique, des étudiants de l’université de Cergy-Pontoise (licence professionnelle « Métiers du numérique : patrimoine, visualisation et modélisation 3D ») produisent des visites virtuelles réalistes et de grande qualité technique et esthétique.
Reconstitution de la petite galerie de Mignard extraite du film réalisé
par les étudiants de la licence professionnelle « Métiers du numérique
– Patrimoine, visualisation et modélisation 3D » de l’université de Cergy-
Pontoise, encadrés par Nicolas Priniotakis et Michel Jordan.

VERSPERA en chiffres

  • 7500 dessins des Bâtiments du roi sous l’Ancien Régime aux Archives nationales
  • 1000 dessins de la collection Robert de Cotte à la Bibliothèque nationale de France
  • 200 dessins issus des collections du château de Versailles.

Une présentation VERSPERA aux Archives nationales

Sur le site de Paris des Archives nationales, un espace de présentation du projet permet au public de visionner un court documentaire, véritable « making of » du projet, et de découvrir un exemple de reconstitution d’un lieu disparu aujourd’hui reconstitué grâce à VERSPERA, la petite galerie de Mignard, à l’aide d’une paire de lunettes 3D et après avoir téléchargé une application sur téléphone portable.
À partir du 22 décembre jusqu’au 31 mars, du lundi au vendredi de 10 h à 17 h 30, samedi et dimanche de 14 h à 19 h
Archives nationales, Site de Paris
60 rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris

Retrouvez VERSPERA

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Gallica Studio, une autre expérience de Gallica

À l’occasion de la seconde édition de son Hackathon, la BnF lance Gallica Studio, un espace qui se veut à la fois terrain de jeu, boîte à outils et vitrine pour les réutilisations innovantes et créatives des contenus disponibles dans Gallica (Bibliothèque numérique de la BnF). En phase avec les nouveaux usages de Gallica apparus au fil du temps dans les différentes communautés d’utilisateurs, Gallica Studio entend placer les Gallicanautes et leurs réalisations au cœur de son dispositif.
Des tutoriels Do It Yourself au test de nouveaux outils en passant par les GIF animés, Gallica Studio est un espace pour transformer, accommoder, améliorer Gallica. Les projets collaboratifs entendent occupent une place centrale. Aussi, es chercheurs, développeurs, amateurs ayant un projet à soumettre sont invités à le faire via ce formulaire.

Parmi les projets collaboratifs mentionnés figure le projet Gallicarte, un projet de géolocalisation des résultats de recherche dans Gallica, soit le lauréat du Hackathon 2016. Ce projet consiste à afficher les résultats d’une recherche effectuée dans Gallica sur une carte. La nouvelle fonctionnalité permet de visualiser, par exemple, l’ensemble d’un fonds photographique géolocalisé sur une carte interactive en présentant les documents et leurs métadonnées issues du catalogue.

Le projet lauréat Hackathon 2017, Musiviz, qui permet de visualiser les contenus audio dans Gallica intègrera également Gallica Studio. Musiviz entend caractériser les enregistrements sonores de Gallica (longueur, catégorie : interview,  morceau de musique, etc.) afin d’en faciliter la recherche et donc l’accès.

En voici la présentation :

Et l’ensemble de l’équipe :

BnF, François Mitterrand, Hackathon, 26/11/2017

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hackathon BnF – 2e édition : 24h autour des données musicales de la BnF

Performances, concerts, installations, ateliers, soirée remix…

Les 25 et 26 novembre 2017, à l’occasion de la deuxième édition de son Hackathon qui porte cette année sur la musique, la BnF vous convie à une grande fête du numérique. Tout le week-end des performances, concerts, installations et ateliers pour tous en accès gratuit permettront d’explorer le patrimoine et le monde numérique et musical. Sans oublier une soirée remix autour d’extraits des collections de la BnF, par Jaïs Elalouf et Manaré, pour « bouger » entre deux lignes de code !

Evénement organisé dans le cadre de la semaine de l’innovation publique, une initiative nationale portée par le secrétariat général pour la modernisation de l’action publique.
En partenariat avec
Semaine de l’innovation publiqueLa SACEMClass’Code InaDeezerLibérationRadio NovaUsbek & RicaLes Inrockuptibles

Programme

Samedi 25 novembre 2017, de 14h à 22h
14h – Inauguration du Hackathon
14h30 – 19h – Conférences, animations et ateliers

– 14h30 – conférence « Terra Data : qu’allons nous faire des données numériques ? », par Valérie Peugeot (Orange Labs, CNIL)
Mentalista : soyez les plus concentrés pour gagner ! Un jeu qui permet de comprendre l’interaction entre le cerveau et notre environnement
Class’Code : apprenez à maîtriser l’informatique en jouant avec des objets du quotidien ! Une façon ludique de comprendre les enjeux des algorithmes et des programmes, du codage de l’information et leurs applications concrètes
– « Ce que je voulais c’est être heureux », installation sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysageAteliers sur inscription via ce formulaire :
– Voyageurs du code : codez votre premier jeu vidéo !
– Lab’sus : initiez-vous à la Musique Assistée par Ordinateur (MAO) avec cet atelier interactif expérimental de détournement de son (ou sampling)
Animations pour les étudiants et les chercheurs
– Présentations de Zotero, Framasoft : les outils libres de l’étudiant et du chercheur pour préparer un mémoire ou une thèse
– Démonstrations des recherches en musicologie du CESR (Tours)
– Découverte des ressources de la BnF et de l’Ina 19h – 22h – Au cœur du Hackathon
– 19h – Présentation des projets en cours du Hackathon BnF
– 20h-22h – DJ Set – Remix des collections sonores, par Jaïs Elalouf et Manaré.
Musicien, compositeur de musique électronique, vidéaste et collectionneur d’art psychédélique, Jaïs Elalouf est un artiste multitalents qui mixe en sons et en images depuis 2003. Manaré est tout à la fois DJ, producteur, PDG de la webradio alternative « Rinse France » et créateur de la griffe de vêtements « Noir Noir ». Il est membre du label ClekClekBoom.

Dimanche 26 novembre 2017, de 15h à18h
14h – 19h – Animations
– 15h et 16h – Musique et technologies : un voyage ludique dans l’histoire de la musique enregistrée et la lutherie du XXe siècle. Animé par PV NOVA, musicien et Youtubeur
– 15h30-17h – Lectures musicales de Gallica, avec les étudiants et les professeurs de musique ancienne du Conservatoire de Paris (CNSMDP)
– « Ce que je voulais c’est être heureux », installation sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysage16h-17h – Remise du prix Hackathon BnF
– 16h – Présentation des projets du Hackathon BnF
– 17h – Remise du prix Hackathon BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Approches innovantes pour la presse ancienne numérisée : fouille et visualisation de données

Cet article décrit comment une technique innovante de reconnaissance de mise en page (OLR, optical layout recognition) appliquée lors d’un grand projet européen de numérisation de la presse ancienne (Europeana Newspapers, 2012-2015) a été utilisée dans une expérience de fouille de données ciblant les métadonnées quantitatives de quotidiens numérisés. Les fichiers numériques de six titres de journaux français des collections de la BnF ont ainsi été analysés avec des techniques d’extraction et de visualisation de données démontrant des voies prometteuses pour la production de connaissances sur la presse ancienne, à l’usage des acteurs des bibliothèques numériques (gestionnaires de programmes de numérisation, conservateurs et médiateurs des collections de presse), ceux du champ des humanités numériques mais aussi le grand public utilisateur des bibliothèques numériques. Démonstration est également faite de l’intérêt de ces métadonnées quantitatives pour la recherche d’information.

Extrait de : “Data Mining Heritage Newspapers”, Document Analysis Systems 2016, Santorin;  IFLA News Media Satellite Conference, Hambourg, 2016
“Innovative Approaches for Heritage Newspapers: Data Mining, Data Visualization, Semantic Enrichment”, IFLA News Media satellite conference, Lexington, 2016

I. Introduction : Quelles données ?

Les bibliothèques regorgent de données numériques et elles en produisent quotidiennement de nouvelles : des métadonnées bibliographiques sont créées ou mises à jour dans les catalogues décrivant des collections ; des données d’usage sur les bibliothèques et leur public sont collectées ; des documents numériques sont produits par la numérisation des contenus conservés dans les bibliothèques.

Mais ces données et métadonnées numériques ressortent-elles du concept de big data ? Et sont-elles des cibles légitimes pour du data mining ? Leur volume réduit (douze millions de notices pour le catalogue de la BnF) n’incite-t-il pas à quelque précaution ? Le critère de la volumétrie n’est pas pertinent, si l’on en croit Viktor Mayer-Schoenberger et Kenneth Cukier : “(…) big data refers to things one can do at a large scale that cannot be done at a smaller one, to extract new insights or create new forms of value (…)” [1]. À une large échelle donc, mais en regard de l’activité concernée (“my big data is not your big data” [2]), avec des moyens différents de ceux satisfaisant les besoins métier nominaux, et avec pour objectif de « créer du neuf » : de nouvelles relations (auteur, lieu, date, etc.) sont construites au-dessus de catalogues publics (OPAC) [3] ; le pilotage des bibliothèques s’adosse à l’analyse des données de fréquentation et de lecture [4] ; une histoire des pages de une de quotidiens est élaborée à partir des données extraites d’une bibliothèque numérique [5], [6].

Est-il possible de donner à voir de l’inédit en fouillant les métadonnées descriptives de la presse patrimoniale numérisée pendant le projet Europeana Newspapers1 ? L’expérimentation décrite dans cet article tente de répondre à cette hypothèse, en présentant d’abord un processus de création d’un jeu de métadonnées quantitatives, puis des méthodes d’analyse et d’interprétation et de réutilisation de ces données ; et finalement quelques considérations sur les enjeux de qualité des données.

II.    Créer de nouvelles données

A.    Le jeu de données Europeana Newspapers

Six quotidiens nationaux et régionaux des collections de la BnF (1814-1945) font partie du corpus traité en OLR (Optical Layout Recognition) par le projet Europeana Newspapers. Le traitement OLR consiste en la description de la structure logique de chaque fascicule et de ses articles (emprise spatiale, titre et sous-titre, etc.) à l’aide des formats METS et ALTO [7] et en la classification des types de contenus (information, feuilleton littéraire, programme des spectacles, publicités, etc., au format MODS).

Figure 1. OLR : principe
Figure 1. OLR : principe

B.    Des documents numériques aux données dérivées

Contenus OCR et OLR sont des sources de métadonnées quantitatives décrivant des « grains » de contenus. Notre hypothèse est que compter ces grains (fig. 2) produit une information porteuse de sens :

  • l’OCR (format ALTO) est une source de métadonnées quantitatives relatives à des grains de contenus élémentaires : nombre de mots, d’illustrations, de tableaux, etc.
  • l’OLR (format METS) est également une source de métadonnées quantitatives décrivant des objets informationnels de plus haut niveau : articles, sections (regroupement d’articles), types de contenu.
Figure 2. Les métadonnées quantitatives d’une page
Figure 2. Les métadonnées quantitatives d’une page

En s’appuyant sur cette conjecture, des documents numériques est donc dérivé un jeu de métadonnées bibliographiques (titre du journal, date de publication) et quantitatives (nombre de pages, articles, mots, illustrations, publicités, etc.) pour chaque fascicule analysé. Des scripts Perl ou XSL (fig. 3) sont utilisés pour extraire certaines métadonnées du manifeste METS décrivant le fascicule (par ex. le nombre d’articles) ou des fichiers OCR associés (par ex. le nombre de mots). Le jeu de données créé contient environ 5,5 millions de métadonnées élémentaires exprimées selon des formats de données usuels (XML, JSON, CSV).

Figure 3. Processus de production des données dérivées
Figure 3. Processus de production des métadonnées dérivées

Ce principe de production de données dérivées offre plusieurs avantages. En tout premier lieu, pour le consommateur des données :

  • prêtes à l’emploi : pas de documents à extraire des magasins numériques et à analyser,
  • d’usage aisé (notamment CSV, JSON), à comparer à la complexité des formats XML métiers (ALTO, METS, MODS, etc.),
  • légères : 80 Mo pour les métadonnées dérivées, 1 To pour le corpus EN-BnF,
  • abondantes : 5,5 M de métadonnées atomiques.

Pour le producteur, notons que ces données sont faciles à produire et à diffuser (par exemple sous la forme d’archives ZIP par titre de presse, par période, etc.) et n’impliquent aucun enjeu de propriété intellectuelle, puisqu’il s’agit de métadonnées dérivées n’incluant pas les contenus originels.

III.   Faire parler les données

A.    Analyse statistique : évaluer, dimensionner, anticiper

Certaines données quantifient une réalité dont l’analyste a une connaissance ou une intuition préalable. C’est le cas d’informations statistiques aidant au pilotage d’actions de numérisation ou de valorisation des contenus. Le jeu de métadonnées pourrait alors être un échantillon représentatif de la collection ou du corpus, les informations recherchées étant majoritairement des mesures statistiques. Citons quelques exemples :

  • Post-correction automatique de l’OCR : la connaissance de la moyenne des mots imprimés dans un fascicule de presse (5 760 mots par page pour le corpus EN-BnF) permet de dimensionner la puissance de calcul nécessaire pour corriger algorithmiquement et au fil de l’eau l’OCR entrant dans une chaîne de numérisation.
Figure 4. Nombre moyen de mots par page
Figure 4. Nombre moyen de mots par page
  • Programmes de numérisation et valorisation : la densité en articles d’une collection de presse numérique est une donnée ayant un impact potentiel sur les processus et les coûts. Cette dimension varie fortement en fonction des périodes et des titres de presse (fig. 5).
Figure. 5. Nombre moyen d’articles par fascicule et par titre
Figure. 5. Nombre moyen d’articles par fascicule et par titre
  • Banque d’images : dans la perspective de la création d’une banque d’illustrations de presse, une analyse statistique élémentaire éclaire sur les titres de presse richement illustrés et quant au nombre total d’illustrations potentiellement exploitables (427 000, 97 % au XXe siècle).
Figure 6. Nombre moyen d’illustrations pour 1000 pages (XIXe, XXe siècles)
Figure 6. Nombre moyen d’illustrations pour 1 000 pages (XIXe, XXe siècles)

Appelés à commenter ces résultats, historiens ou conservateurs établiront aisément des liens avec la réalité documentaire qu’ils connaissent :

  • « Bien sûr, Le Matin est un quotidien apparu durant l’âge d’or de la presse d’information moderne (1890-1914), emblématique de ses innovations : il est fortement structuré en articles et richement illustré. » ( fig. 5, courbe marron : fig. 6 : plus de 6 000 illustrations en moyenne pour 1 000 pages).
  • « Le Journal des Débats politiques et littéraires (JDLP) fondé en 1789 est l’héritier des gazettes : il conserve au fil de son histoire un système de rubriquage moins dense en articles que les quotidiens nés à la fin du XIXe et il est économe en illustration. » (fig. 5 : courbe orange ; fig. 6 : 225 illustrations pour 1 000 pages)

Les mesures statistiques collectées permettent d’enrichir cette connaissance avec des données précises (moyennes, totaux, maxima) et représentatives (car collectées sur de vastes échantillons, voire sur la totalité de la collection), qui constituent une aide précieuse pour les activités de gestion de l’écosystème de toute bibliothèque numérique, de la numérisation à la valorisation.

B.  Visualisation de données : découvrir des connaissances

L’histoire des méthodes de recherche sur des contenus documentaires ou archivistiques est en partie déterminée par une autre histoire, celle de la numérisation de l’information, et partant de la numérisation patrimoniale, des premiers programmes en mode image à la restructuration des documents et à la description sémantique des contenus atomiques. Les modalités d’interaction des chercheurs avec les corpus numériques ont évolué simultanément, du feuilletage à la fouille de données, sans oublier l’étape de la recherche en texte intégral. En quelques décennies, l’œil du chercheur se sera posé sur microfilms, images numériques, listes de résultats de recherche plein texte, pour finalement s’éloigner des documents, en déléguant à des algorithmes (analyse d’images et de documents, analyse statistique, traitement automatique de la langue, modélisation des textes, visualisation de données) la tâche  de nourrir une nouvelle pratique, la lecture distante (telle que théorisée par Franco Moretti [8]).

La communauté des humanités numériques applique des techniques de visualisation de données depuis déjà fort longtemps2. S’agissant de l’étude des périodiques numérisés, une méthodologie tout à la fois rationnelle et pragmatique devrait prendre en compte les particularités de ce type documentaire, notamment sa nature composite (de l’information politique aux programmes de radio, sans oublier feuilleton, critique littéraire et petites annonces) et chaotique (OCR bruité). Citons par exemple les travaux du projet PRELIA3, de la plateforme Médias 194 ou encore ceux de Ryan Cordell (notamment l’identification de motifs textuels à grande échelle malgré les défauts de qualité du texte océrisé5, fig. 7).

Figure 7. “Viral Texts Project, Mapping Networks of Reprinting in 19th-Century Newspapers and Magazines”, Ryan Cordell, Northeastern University (Boston), 2015.
Figure 7. “Viral Texts Project, Mapping Networks of Reprinting in 19th-Century Newspapers and Magazines”, Ryan Cordell, Northeastern University (Boston), 2015.

Appliquée au jeu de métadonnées d’un titre spécifique, la visualisation de données permet de circonscrire l’analyse à l’histoire du titre considéré. Déployé au contraire à l’échelle du jeu de métadonnées complet, elle met en lumière l’histoire de la presse quotidienne française sur deux siècles. Dans tous les cas, le praticien sera libre de sélectionner et d’affiner la granularité de la visualisation, depuis l’échelle du fascicule jusqu’à celui d’une année de publication ou d’une période temporelle plus large. Et il faudra chaque fois régler la « distance de lecture » et évaluer son impact sur les enjeux d’interprétation. Les exemples suivants donnent quelques cas d’application de ces principes.

Le rôle de l’image dans la presse quotidienne est un sujet de recherche classique [5],[9] que fouille de données et outils de visualisation peuvent enrichir en données factuelles (micro-faits comme macro-tendances). Ainsi la courbe singulière décrivant la une du supplément du dimanche du Petit Journal (fig. 8) met en évidence l’apparition de l’illustration pleine page en couverture (29 novembre 1890).

Figure 8. Nombre moyen d’illustrations en une (Le Petit Journal, 1884-1920)
Figure 8. Nombre moyen d’illustrations en une (Le Petit Journal – Supplément illustré, 1884-1920)

En poursuivant sur cette thématique de l’image, la figure 9 montre que le nombre d’illustrations en une du Petit Parisien (courbe bleue) dépasse la moyenne par page dès 1902, pour suivre ensuite une croissance exponentielle : dans les années 1930, la une contient 45 % des illustrations d’un fascicule de 8 à 10 pages.

Figure 9. Nombre moyen d’illustrations par page (Le Petit Parisien, 1876-1944 ; en bleue, la une)
Figure 9. Nombre moyen d’illustrations par page (Le Petit Parisien, 1876-1944 ; en bleue, la une)

Les facteurs de forme de la presse quotidienne ont varié au fil des siècles. La figure 5 permet de situer une des transitions majeures dans la décennie 1880, avec deux familles de titres, les « anciens », basés sur le système du rubriquage (Le Gaulois, Le Journal des débats politiques et littéraires), et les autres (Le Matin, Le Petit Parisien, Ouest-Eclair) qui naissent avec ­– ou adoptent rapidement –, une mise en page « moderne », avec des caractéristiques qui sont celles de notre presse contemporaine : page de une graphique, titre en bandeau, granularité de l’information à l’article. Cette typologie et son évolution entre XIXe et XXe siècles est illustrée avec un graphe à bulles (fig. 10) combinant les trois facteurs de modernité de forme que sont nombre moyen d’articles par page (x), d’illustrations par page (y) et en une (z, diamètre des bulles).

Figure 10. Typologie des six titres de presse du corpus Légendes : XIXe s. : 19 ; XXe s. : 20 ; PJI : Le Petit Journal supp. illustré ; JDPL : Le Journal des débats politiques et littéraires ; OE : Ouest-Eclair éd. de Rennes ; G : Le Gaulois ; PP : Le Petit Parisien ; M : Le Matin
Figure 10. Typologie des six titres de presse du corpus
Légendes : 19 : XIXe s.  ; 20 : XXe s. ; PJI : Le Petit Journal supp. illustré ; JDPL : Le Journal des débats politiques et littéraires ;
OE : Ouest-Eclair éd. de Rennes ; G : Le Gaulois ; PP : Le Petit Parisien ; M : Le Matin

Autre registre de métadonnées disponible, la classification réalisée durant le traitement OLR des types de contenus (texte, illustration, tableau et publicité, ou plutôt « réclame ») autorise une analyse documentaire poussée. La figure 11 montre par exemple l’impact de la Grande guerre sur l’activité économique de la presse et permet d’évaluer le délai de retour au niveau d’avant-guerre (10 ans).

Figure 11. Répartition des contenus par type (Le Matin, 1884-1942)
Figure 11. Répartition des contenus par type (Le Matin, 1884-1942)

De telles métadonnées quantitatives, ordonnées selon des dimensions à la fois temporelle et éditoriale (les titres de presse) et éventuellement croisées avec les contenus eux-mêmes (les textes océrisés), constitue un terrain fertile en hypothèses de recherche. Par ailleurs, la classification des types de contenus sera d’une grande aide pour les chercheurs ciblant un type de contenus spécifique (comme il a été dit, la presse quotidienne est un média composite : extraire un sous-corpus d’une collection de presse numérique reste un challenge technique). Ainsi d’une étude portant sur la formation de la chronique boursière dans la presse quotidienne [10], pour laquelle les données quantitatives offrent un accès direct au corpus cible, les tableaux présents dans la presse quotidienne étant majoritairement utilisés pour les cotations (fig. 12).

Figure 12. Nombre de tableaux par jour de semaine, Le Journal des débats politiques et littéraires (Pierre-Carl Langlais, 2016)
Figure 12. Nombre de tableaux par jour de semaine, Le Journal des débats politiques et littéraires (Pierre-Carl Langlais, 2016)

C.    Visualisation de données pour la médiation numérique

La visualisation de données offre également des perspectives novatrices en matière de redécouverte et de réappropriation des documents décrits par ces données. En effet, les méthodes et outils de visualisation de données sont en mesure d’aider les bibliothèques numériques à diversifier les modalités de parcours de leurs collections, en allant au-delà des classiques accès par recherche en texte intégral et feuilletage de pages.

La figure suivante montre ainsi une visualisation interactive de la moyenne de mots par page du Journal des débats politiques et littéraires sur toute sa durée (1814-1944, plusieurs dizaines de milliers de numéros, un point par numéro). Les franches ruptures et autres singularités mises en évidence par ce graphe invitent l’utilisateur à entrer dans la collection de presse via une nouvelle dimension, sa densité en mots. Cette dimension est exprimée par une métaphore visuelle à laquelle est associée une seconde dimension, le temps, à travers lequel le promeneur numérique se déplace (avec une fonctionnalité de zoom).

Figure 13. Nombre moyen de mots par page (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)
Figure 13. Nombre moyen de mots par page (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)

Les ruptures observées trouvent leur explication dans les changements successifs de maquette et/ou de format, motivés tant par les innovations techniques survenues dans la fabrication du papier ou l’imprimerie, comme étudié par les historiens de la presse [11] (1er déc. 1827 : 3 colonnes, 330×450 mm ; 1er oct. 1830 : 4 colonnes; 1er mars 1837 : 400×560 mm ; 1er janv. 1896 : typographie plus dense) que par le contexte politique (4 août 1914 : réduction à 2 pages et 3 colonnes puis retour à 6 colonnes le 8 août). Les valeurs aberrantes peuvent aussi révéler des trésors documentaires, ainsi des cas de censure telle que pratiquée durant la Grande guerre (voir ainsi le 22 mai 1915). Ici le vide, soit la disparition d’un texte, est découvert en l’affichant. Et les données racontent plusieurs histoires (pour paraphraser Edward Tufte [12]), la Grande, celle de la presse imprimée, celle du Journal des débats.

Il est intéressant de noter que ces documents singuliers, révélés par l’action conjuguée d’une métadonnée quantitative et d’une métaphore visuelle, resteraient cachés, perdus dans la profusion documentaire, pour qui se lancerait dans leur quête muni des outils classiques que sont recherche par critère bibliographique et interrogation par mot clé.

Comme on l’a vu, la visualisation de données en masse fait ressortir des valeurs singulières. En matière d’illustration, un graphe similaire au précédent mais appliqué à la dimension « nombre d’images » met en évidence des fascicules richement illustrés du Journal des débats politiques et littéraires (fig. 14), qui s’avèrent être des suppléments illustrés (27 mars 1899, 201 illustrations), mais également des événements clés de l’histoire du titre, comme la première illustration publiée (dans une publicité, le 11 mai 1828).

Figure 14. Nombre d’illustrations par fascicule (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)
Figure 14. Nombre d’illustrations par fascicule (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)

Faits et informations extraits grâce aux techniques de fouille et de visualisation de données gagneront à venir enrichir d’autres supports de médiation, qu’ils soient numériques ou non. Dans le premier cas, on pourra citer blog, dossier pédagogique, frise chronologique (fig. 15), etc.

Figure 15. Frise chronologique
Figure 15. Frise chronologique du Journal des débats politiques et littéraires

Autre exemple, une exposition sur l’histoire de la presse [13] souhaitant scénographier l’évolution des formats de papier et les liens entre innovations techniques, cadre économique et politique éditoriale, pourrait s’appuyer tant sur des documents physiques (fig. 16, en haut) que sur l’expression graphique d’une analyse statistique des formats de page (calculés à partir des informations extraites des images numérisées, fig. 16, en bas). Il serait tentant de rattacher ce cas illustratif aux tensions entre micro-histoire et histoire quantitative. Opposition artificielle dans le cadre de la mission de médiation qui échoit aux musées et bibliothèques : sélectionner quelques documents exemplaires ou travailler sur une très6 longue série de documents/données n’est pas antinomique (« Hybridity is the new normal », Gerben Zaagsma [14]).

Figure 16. Evolution des formats de papier (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)
Figure 16. Evolution des formats de papier (Journal des débats politiques et littéraires, 1814-1944)

Classiquement, ce graphe met en lumière tant que les valeurs moyennes et leurs transitions que des points atypiques, tels ce numéro à 24 mots par page (2 mai 1899) qui s’avère être le plan de l’Exposition universelle de Paris, ou encore un courrier commercial consécutif à la loi sur la presse de 1851, ainsi que les événements historiques singuliers (eu regard des conditions de publication de la presse quotidienne) que sont les périodes de déclaration de guerre.

D.    Interroger les métadonnées quantitatives

Utiliser des outils adaptés contribue à améliorer l’efficacité de la fouille de données. BaseX7 est une de ces solutions simples et élégantes (au même titre que les systèmes NoSQL) permettant d’agglomérer tous les fichiers de métadonnées au format XML et d’interroger l’ensemble avec des requêtes XPath/XQuery. Dans le cadre d’une action de médiation numérique consacrée à un titre de presse ou pour l’ensemble du jeu de données, une telle requête identifiera par exemple toutes les pages « graphiques », c’est-à-dire celles à la fois pauvres en mots et incluant au moins une illustration. Des centaines de pages sont ainsi extraites du corpus (fig. 17 : bandes dessinées, dessins de presse, portraits, cartes, partitions, publicités, etc.), autant de documents remarquables qu’il aurait été fort laborieux de découvrir par un dépouillement (fût-il numérique) de la collection.

Figure 17. Exemples de résultat : (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658372q/f11.item">1</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7158889/f8.item">2</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6840321/f4.item">3</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k557319t/f1.item">4</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k522950j/f4.item">5</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k469111r/f14">6</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k657927g/f14.item.zoom">7</a>)
Figure 17. Exemples de résultat : (1), (2), (3), (4), (5), (6), (7)

E.    Valoriser les métadonnées quantitatives

Les documents imprimés constitutifs des bibliothèques patrimoniales numériques ne sont pas des textes anonymes et indifférenciés. Ils présentent tous des facteurs de forme singuliers, ils sont tous héritiers de la longue histoire de l’imprimé. Prendre en compte leur matérialité afin de favoriser les usages numériques qui en sont faits est une hypothèse légitime. En particulier dans le cas de la presse ancienne numérisée, du fait de sa profusion8 et de sa nature composite : des centaines d’articles par fascicule, jusqu’à 15 000 mots par page (souvent bruités en sortie du traitement OCR) pour les grands formats du début du XXe s., de nombreux registres de discours : éditorial, information, loisirs, annonces, etc. Comme le souligne Ryan Cordell, “even digitized periodicals remain voluminous, messy, provocatively difficult” [15].

Par conséquent, il fait sens d’alimenter les outils d’accès et d’interrogation des collections de presse avec les métadonnées quantitatives issues de l’OLR ou l’OCR, elles-mêmes porteuses d’une information relative à la forme des documents physiques. En termes d’usage, la figure 18 montre deux exemples de requêtes avancées combinant des critères bibliographiques, par mot-clé et relatifs à la structure logique (en gras : titre d’article, corps de l’article, article incluant un tableau, etc.). Ces requêtes très expressives, proches du langage naturel, sont particulièrement adaptées à la recherche d’information au sein d’un portail de presse.

Figure 18. Sources de données d’un moteur de recherche pour la presse et requêtes avancées
Figure 18. Sources de données d’un moteur de recherche pour la presse et requêtes avancées

La bibliothèque numérique Trove (http://trove.nla.gov.au) est un exemple emblématique de cette approche. La figure 19 montre son formulaire de recherche avancée et ses critères de structure (types de contenu, longueur de l’article, article illustré).

Figure 19. Trove : formulaire de recherche avancée (extrait)
Figure 19. Trove : formulaire de recherche avancée (extrait)

Cette approche trouve un cas d’application voisin dans la recherche d’images au sein d’une collection de presse numérisée, riche en ressources iconographiques comme il a été dit (cf. fig. 6). En s’appuyant sur les sources d’information à disposition (métadonnée « nombre d’illustrations » ; texte de légende et de titre d’article fournis par l’OLR et l’OCR), il est possible d’interroger la collection à cette fin. Les métadonnées quantitatives jouent alors le rôle d’un simple index (au sens informatique du terme).

Un démonstrateur basé sur le jeu de métadonnées augmenté du texte des légendes a été développé.  Utilisant une API REST et des scripts XQuery interrogeant la base, il autorise l’expression de requêtes mêlant critères bibliographique et mot-clé. La figure 20 montre un exemple de recherche iconographique portant sur la statue de la liberté9. Onze illustrations sont trouvées, à comparer aux quinze documents présents dans la collection d’images de Gallica (extraites selon la seule métadonnée bibliographique « titre »).

Figure 20. Recherche d’illustrations « statue de la liberté » (exemples) : (1), (2), (3), (4), (5)
Figure 20. Recherche d’illustrations « statue de la liberté » (exemples) : (1), (2), (3), (4), (5)

Dans de nombreux cas, l’iconographie de la presse pourra couvrir les lacunes de la collection d’images. Ainsi l’exemple suivant consacré à la bataille de Málaga, événement absent de la collection d’images mais bien sûr traité par la presse quotidienne française de 1937 (quinze illustrations).

Figure 21. Recherche d’illustrations « bataille de Málaga » (exemples) : (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k585512z.item.zoom">1</a>), (<a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5855106.item/f8">2</a>)
Figure 21. Recherche d’illustrations « bataille de Málaga » (exemples) : (1), (2)

Ce démonstrateur d’un moteur de recherche d’illustrations de presse a permis de mettre en  lumière les points suivants :

  • L’iconographie présente dans la presse quotidienne est complémentaire d’une collection d’images « classique » (photographies, dessins), avec une forte couverture des thématiques histoire, société, culture populaire, vie quotidienne, etc. Pour l’étude des XIXe et XXe siècles, la presse, premier média de masse, est une ressource sans pareil. Par contre, la presse quotidienne est très peu illustrée avant 1870 (il faut attendre le tournant des XIXe et XXe siècles pour que se généralise le photoreportage, permis par l’amélioration des techniques de prise de vue et l’invention de la similigravure).
  • Pour la presse spécialisée (scientifique, professionnelle, sports, loisirs, etc.) et la presse magazine, l’iconographie n’a peu ou pas d’équivalent dans la collection d’images. Ainsi, l’exemple précédent de la bataille de Málaga appliqué au titre emblématique de l’histoire de la presse magazine qu’est Regards permettrait de dévoiler des photographies de Robert Capa et Gerda Taro (ou Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis sur d’autres reportages).
Figure 22. Recherche d’illustrations dans <a href="http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7635923b/f6.image">Regards </a>: « bataille de Málaga »
Figure 22. Recherche d’illustrations dans Regards : « bataille de Málaga »
  • Elle offre un plus large registre de types iconographiques : dessin, photographie, caricature, extrait de film, carte, bande dessinée, publicité, etc. (cf. fig. 17).
  • Les 427 000 illustrations des 637 000 pages du corpus EN-BnF sont à mettre en regard des dimensions de la collection d’images de Gallica (950 000 illustrations pour 400 000 documents). Rapporté à une collection de 5 millions de pages de presse, le nombre d’illustrations potentiel avoisinerait les 3 millions.
  • Les illustrations sont légendées à 80 % dans le corpus EN-BnF. À défaut de légende, le titre de l’article peut être utilisé, ou encore le premier paragraphe de l’article.
  • La qualité de l’iconographie de la presse va de médiocre à correct, du fait des techniques de reproduction et d’impression.

Et que dire des monographies imprimées ? Leur OCR contient bien évidemment des informations quantitatives quant à leur contenu : mot, tableau, illustration (voir [16] pour la démonstration de l’intérêt d’une utilisation extensive de ce principe). Le même mode opératoire pourrait leur être appliqué à des fins de recherche iconographique, en s’appuyant sur :

  • la classification en divers types d’« illustrations » opérée automatiquement par certains moteurs OCR (tableaux, timbres, annotations manuscrites, ornements et autres culs-de-lampe),
  • une annotation réalisée par un opérateur humain lors de la numérisation (la BnF demande l’identification des cartes et des partitions musicales),
  • des algorithmes de détection appliqués en post-traitement  contribuant à affiner la description des images en les classant selon leur mode de production (dessin au trait, photographies) ou encore leurs caractéristiques (noir et blanc/couleur, taille).

La figure 23 présente un scénario type de recherche iconographique dans les collections d’imprimés, où cartes, schémas et photographies de la planète Mars sont identifiées grâce à des critères de forme (« page illustrée ») et de type (« cartes »). Là encore, les éventuelles lacunes de la collection des cartes (100 000 cartes dans Gallica, aucune de Mars) peuvent être compensées par l’iconographie présente dans les imprimés.

Figure 23. Recherche iconographique dans les imprimés (exemples de résultats) : (1), (2), (3), (4), (5)
Figure 23. Recherche iconographique dans les imprimés (exemples de résultats) : (1), (2), (3), (4), (5)

IV.   Contrôler la qualité des données

La qualité des données dérivées influence la validité des analyses et interprétations (notamment visuelles, voir [4],[17] sur cette problématique). En effet, des données irrégulières en nature ou discontinues dans le temps pourraient introduire des biais. Une étude qualitative doit donc impérativement être menée au préalable à toute analyse interprétative.

Et dans tous les cas, les informations de qualité relatives aux collections ou au corpus numériques (taux OCR, manques, niveau de structuration, etc.) gagnent à être communiquées aux utilisateurs finaux – monde académique comme grand public –, par souci de transparence. Une utilisation ultérieure fiable de ces collections et corpus repose en partie sur ce prérequis.

La presse quotidienne des XIXe et XXe siècles se caractérise par une bonne homogénéité de forme, ce qui induit une cohérence et une granularité constantes des métadonnées dérivées du corpus (fascicule, page, article, etc.). Par ailleurs, la démarche employée (fouille de données massive, le fondement de toute approche big data [18]) rassure quant à sa représentativité. Une analyse statistique peut également aider à fournir les informations nécessaires de couverture temporelle et de distribution des données (fig. 24). On constate par exemple que la période 1814-1867 est sous-représentée (par un seul titre, le JDPL). Par contre, la visualisation simultanée du nombre de titres périodiques10 actifs année par année (information extraite du catalogue général de la BnF, courbe bleu) montre que la distribution du corpus est relativement bien corrélée à la production éditoriale.

Figure 24. Répartition des données du corpus (en rouge) et des titres de périodique actifs (en bleu) – 1810-1945
Figure 24. Répartition des données du corpus (en rouge) et des titres de périodique actifs (en bleu) – 1810-1945

Comme on vient de le voir, les corpus eux-mêmes peuvent  contribuer à leur propre validation qualitative. Ainsi une visualisation en calendrier des données disponibles pour un titre de presse (fig. 25) montre les rares manques, ce qui laisse à penser que son avatar numérique est représentatif de la réalité documentaire sous-jacente [19].

Figure 24. Visualisation des manques d’un titre de presse numérisé (JDPL)
Figure 25. Visualisation des manques d’un titre de presse numérisé (JDPL)

Ou encore, préalablement à une étude sur l’apparition de la chronique boursière dans la presse française s’appuyant sur les contenus typés « tableau » ([10], cf. fig. 12), cette hypothèse sera validée empiriquement par les brusques inflexions constatées en 1914 et 1939 (cf. fig. 26), étant connu et établi par ailleurs le fait historique du quasi-arrêt des tableaux de cotation et de la chronique boursière durant les deux guerres mondiales.

Figure 25. Nombre moyen de tableaux par fascicule
Figure 26. Nombre moyen de tableaux par fascicule
Conclusion

Cette étude a montré que les métadonnées quantitatives de fascicules de journaux, a priori peu disertes, s’expriment haut et fort lorsqu’interrogées à la bonne distance. Ce constat s’explique par le type documentaire, la presse quotidienne, sujet idéal pour une structuration fine (« à l’article ») et partant la création d’un ensemble cohérent de métadonnées sérialisées selon une dimension temporelle.

Pour une bibliothèque numérique, créer et diffuser de telles métadonnées quantitatives – par simple téléchargement ou par tout autre moyen (API, interface web d’interrogation) – donne aux chercheurs un terrain d’étude prêt à l’usage pour des actions de fouille de données dans des disciplines variées (histoire de la presse, de l’imprimé, du journalisme ; sciences de l’information ; sociologie, etc.) relevant du champ et des pratiques des « humanités numériques ». Mais ces métadonnées sont susceptibles de s’appliquer à d’autres catégories d’usage, qu’il s’agisse de gestion de la bibliothèque numérique, de médiation numérique ou encore de consultation des collections numériques.

Par ailleurs, le mode opératoire rend cette expérimentation généralisable, à plusieurs titres :

  • Le traitement OLR est désormais un standard en matière de numérisation des collections de presse patrimoniales.
  • La génération de métadonnées quantitatives ne nécessite qu’un traitement informatique élémentaire.
  • L’exploitation de telles métadonnées peut s’appuyer sur une grande variété d’outils de fouille et de visualisation de données, qui ne nécessitent le plus souvent que des compétences informatiques basiques.

Enfin, ses résultats appellent plusieurs suites possibles :

  • Expérimenter sur d’autres types documentaires présentant une cohérence de forme et une dimension temporelle : revues et magazines du XXe, premiers livres imprimés du XVIe s. etc.
  • Fournir les résultats aux chargés de collection et de médiation numérique des portails numériques (dans le cas de la BnF, bnf.fr et data.bnf.fr) afin de les éditorialiser au fil d’actions de médiation de la collection numérique (présentation des titres de presse, frise chronologique, etc.).
  • Mettre à la disposition des acteurs de la recherche des jeux de métadonnées quantitatives prédéfinis (par titre de presse, par date, etc.) et/ou une infrastructure technique de livraison de documents numériques11 dans laquelle les spécificités de la presse numérisée seraient prises en compte (sélection de corpus par critères multiples : titre, date, titre de rubrique, type de contenu, etc.).
  • Enrichir les moteurs de recherche avec ces métadonnées quantitatives afin de décrire le plus fidèlement possible tant la forme matérielle que la structure sémantique de la presse numérisée.

Nous pensons que cette étude a mis en évidence le bénéfice pour les bibliothèques numériques à utiliser les méthodes et outils du champ des humanités numériques. Et fournir ainsi de meilleurs services à tous leurs utilisateurs, y compris ceux de la communauté des humanités numériques, en mettant à leur disposition des corpus numériques plus riches et mieux structurés.

Les scripts, les jeux de données dérivées et les graphes décrits dans cet article sont librement disponibles : http://altomator.github.io/EN-data_mining. Ils ont été créés avec des outils open source (BaseX, Highcharts, Google Charts, timeline.knightlab).

Bibliographie
  1. K. Cukier, V. Mayer-Schönberger, Big Data: A Revolution That Will Transform How We Live, Work, and Think, Eamon Dolan/Houghton Mifflin Harcourt, 2013.
  2.  R. Green and M. Panzer , “The Interplay of Big Data, WorldCat, and Dewey”, in Advances In Classification Research Online, 24(1).
  3. M. Teets and M. Goldner, “Libraries’ Role in Curating and Exposing Big Data”, Future Internet 2013, 5, 429-438.
  4. R. Lapôtre, “Faire parler les données des bibliothèques : du Big Data à la visualisation de données”, Library Curator memorandum, ENSSIB, 2014. http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/65117-faire-parler-les-donnees-des-bibliotheques-du-big-data-a-la-visualisation-de-donnees
  5. The Front Page, http://dhistory.org/frontpages.
  6. T. Sherratt, “4 million articles later…”, June 29, 2012.
    http://discontents .com .au/ 4-million-articles-later
  7. C. Neudecker and L. Wilms, KB National Library of the Netherlands, “Europeana Newspapers, A Gateway to European Newspapers Online”, FLA Newspapers/GENLOC PreConference Satellite Meeting, Singapore, August 2013.
  8. F. Moretti, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature. Les Prairies Ordinaires, 2008. Trad. de l’anglais, Verso, 2005.
  9. L. Joffredo, “La fabrication de la presse”. http://expositions.bnf.fr/presse/arret/07-2.htm
  10. P.-C. Langlais, “La formation de la chronique boursière dans la presse quotidienne française (1801-1870). Métamorphoses textuelles d’un journalisme de données”. Thèse de doctorat en science de l’information et de la communication, CELSA Université Paris-Sorbonne, 2015.
  11. G. Feyel, La Presse en France des origines à 1944. Histoire politique et matérielle, Ellipses, 2007.
  12. E. Tufte, The Visual Display of Quantitative Information, Graphics Press, 2001.
  13. “SCOOP, une histoire graphique de la presse”, musée de l’Imprimerie, Lyon, 2015.
  14. G. Zaagsma, “On Digital Historyˮ, BMGN, Volume 128-4 (2013), pp 3-29.
  15. R. Cordell, “What has the Digital Meant to American Periodicals Scholarshipˮ, American Periodicals, 26.1 2016.
  16. Lease Morgan, E., “Use and understand: the inclusion of services against texts in library catalogs and discovery systems”, Libray Hi Tech, Vol. 30, Issue 1, pp. 35-59.
  17. Y. Jeanneret, « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé » In : Galinon-Mélénec Béatrice (dir.). L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines. CNRS Editions, Paris, 2011.
  18. E. Aiden, J.-B. Michel, Uncharted: Big Data as a Lens on Human Culture. New York : Riverhead Books, 2013.
  19. A. Dunning, and C. Neudecker, “Representation and Absence in Digital Resources: The Case of Europeana Newspapers”, Digital Humanities 2014, Lausanne, Switzerland. http://dharchive.org/paper/DH2014/Paper-773.xml
Citer ce billet : Jean-Philippe Moreux. “Approches innovantes pour la presse ancienne numérisée : fouille et visualisation de données”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. http://bnf.hypotheses.org/208 (consulté le 30 décembre 2016).
  1. http://www.europeana-newspapers.eu/ []
  2. Cf. par ex. John Burrows, “Textual Analysis”, in A Compagnion to Digital Humanities, 2004 []
  3. http://prelia.hypotheses.org []
  4. http://www.medias19.org []
  5. https://viraltexts.org []
  6. Ici très exactement 47 799 []
  7. basex.org []
  8. Qui ne manque pas de faire écho à notre ère d’abondance informationnelle… On peut estimer à 120 millions de pages de presse la collection patrimoniale de la BnF, le catalogue général recensant environ 130 000 titres (presse et revues confondues). En 2012, 129 millions de pages étaient déjà numérisées en Europe (The “State of the Art”: A Comparative Analysis of Newspaper Digitization to Date, 2015. https://www.crl.edu/sites/default/files/d6/attachments/events/ICON_Report-State_of_Digitization_final.pdf) []
  9. http://basexapplication.2ftbeuqbi2.eu-central-1.elasticbeanstalk.com/rest/?run=findCaptionedIllustrations.xq&fromDate=1886-01-01&keyword=statue.*liberté. Demander à l’auteur l’accès à l’API. []
  10. De périodicité inférieure au mois. []
  11. Ce point sera abordé par le projet de recherche BnF « Corpus » (2016-2018), qui a pour objectif l’étude des services que peut rendre une bibliothèque en matière de fouille de textes et de données à destination de la recherche. []

Jean-Philippe Moreux

Dpt de la Conservation, service Numérisation, BnF

More Posts - Website

Soutenance de thèse : Philipp Leu

Philipp Leu, doctorant du LabEx Patrima/Fondation des sciences du patrimoine, inscrit à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines soutiendra ses travaux le samedi 5 novembre 2016 à 13h30 à la Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand, salle 70, quai François Mauriac, Paris).

Sa thèse initiée en 2011 est intitulée Les Revues littéraires et artistiques (1880–1900). Questions de patrimonialisation et de numérisation.

jugend1896_1_0005
Jugend: Münchner illustrierte Wochenschrift für Kunst und Leben — 1.1896, Band 1 (Nr. 1-26). Disponible en ligne, url : <http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/jugend1896_1/0005>.

Résumé des travaux

Travailler aujourd’hui sur un fonds numérique de revues c’est être confronté à des artefacts. Numérisées en noir et blanc, débarrassées de leurs couvertures, des pages vierges, des encarts, des publicités, des bulletins et hors-texte divers, les revues numérisées offrent souvent une physionomie très différente des documents originaux, surtout quand les fichiers numériques ont été produits à partir de reproductions antérieures (réimpressions ou microformes). Le présent travail tourne autour d’une question de méthode : quels sont les principes à retenir pour la numérisation des revues littéraires et artistiques de la fin du XIXe siècle afin que l’accord subtil entre forme et contenu ne soit pas rompu lorsque les supports sont dématérialisés ?

La revue littéraire et artistique s’inscrit dans la communication littéraire au croisement de traditions éditoriales hybrides. Sa matrice oscille entre le journal, le livre, l’album d’art et la revue, mobilisant et exploitant les caractéristiques de ces quatre référents. Ces référents sont ici représentés à travers un corpus de quatre périodiques : les revues françaises La Plume (1889–1914) et L’Épreuve (1894–1895), le trimestriel britannique The Yellow Book (1894–1897), et le périodique berlinois Pan (1895–1900). Ces publications déclinent l’objet revue dans trois aires culturelles, et permettent d’en explorer les spécificités ainsi que les enjeux économiques liés à son essor au sein des sociabilités littéraires et artistiques et au contact des doctrines esthétiques. Cette étude de cas débouche sur une analyse de la matérialité, de l’économie et des pratiques revuistes dans la période fin-de-siècle qui amène à s’interroger sur les implications culturelles, historiques et sociologiques de ces objets.

Fragilisée par l’usage fréquent, la revue, lieu d’innovations graphiques et textuelles, est confrontée à la nécessité de la dématérialisation pour rester accessible à la recherche. L’examen de six bibliothèques numériques (Gallica, la Bibliothèque numérique de l’Université de Heidelberg, Internet Archive, The Yellow Nineties Online, le Blue Mountain Project et Jugend Wochenschrift) souligne que le numérique n’est en aucune manière une opération neutre et doit être constamment accompagné d’une approche scientifique de l’objet ouvrant à des recommandations et à de « bonnes pratiques ».

Outre la question technique, toujours capitale, l’accent est mis dans cette thèse sur les procédures de numérisation en vue à la fois d’une restitution optimale de l’original et de la possibilité de disposer d’interfaces et de fonctionnalités dotant le chercheur de nouvelles approches heuristiques, permises par les nouvelles technologies, au service du patrimoine.

Le jury sera composé de :

  • Évanghélia Stead – Professeure, UVSQ ; membre de l’IUF.
  • Anne-Rachel Hermetet – Professeure, Université d’Angers ; présidente du CNU, 10e section.
  • Isabelle Krzywkowski – Professeure, Université de Stendhal-Grenoble 3.
  • Pascal Liévaux – Chef du département de pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Ministère de la Culture et de la Communication ; membre de la Fondation des Sciences du Patrimoine.
  • Serge Linarès – Professeur, UVSQ.
  • Alain Vaillant – Professeur, Université Paris-Ouest.
  • Jean-Didier Wagneur – Coordonnateur scientifique de la numérisation, Bibliothèque nationale de France.
  • Michael Zimmermann – Professeur, Katholische Universität Eichstätt.

Mise à jour du 5 novembre :
Malgré la disparition des mentions autrefois attribuées1, le président du jury a précisé délivrer le titre de docteur « avec les félicitations du jury ».

  1. En vertu de l’Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mémoires de l’édition phonographique à voir et entendre

poster-entretiens-edition-phonographiqueEn juin 2012, a débuté au service des documents sonores du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, un cycle d’entretiens qui ont fait l’objet d’enregistrements audio.

Des personnalités de l’édition phonographique, aux parcours singuliers, passionnés, engagés même pour certains, sont venues témoigner de leur expérience. Le plus souvent à l’origine de la création de maisons de disques ou de festivals, ces êtres animés avant tout par l’amour de la musique, des musiques, des artistes, s’inscrivent pour beaucoup d’entre eux dans la mouvance alternative, si ce n’est libertaire d’après 68.

En marge d’un système dominant sur lequel règnent Vogue et Barclay, ces hommes en quête d’un monde meilleur vont permettre la découverte en France d’univers musicaux encore peu connus du grand public : le free jazz, les «musiques du monde», e rock psychédélique et progressif, le post-rock ou plus tard le punk rock ainsi que de nouveaux artistes de la chanson française aux textes plus engagés ou décalés. Histoires individuelles et collectives, elles racontent l’aventure du vinyle, elles sont le reflet d’une époque à la croisée des chemins, entre espoir et désillusions.

Plusieurs éditeurs (Gérard Terronès, Gilbert Castro, Pierre Barouh, Eric Basset, Richard Pinhas, Gilles Faucheux, Marsu, Jean Karakos, Didier Petit, Marc Thonon, Alain Normand, Jean-Marie Salhani, Laurent Thibault, Hervé Bergerat, Jacques Le Calvé) se sont prêtés au jeu de l’interview et sont revenus sur la création de leur(s) label(s), le choix de leur nom et de leur logo, l’élaboration des disques (les relations avec les musiciens, l’enregistrement en studio, les pochettes et livrets), les difficultés de la distribution et leur vision du disque aujourd’hui. Ils évoquent aussi leurs rencontres avec certains artistes, et, livrent également des anecdotes cocasses et surprenantes.

Pour la première fois, ces témoignages sont regroupés au sein d’un corpus, accessible en ligne via Gallica : http://gallica.bnf.fr/html/und/enregistrements-sonores/rencontres-autour-de-ledition-phonographique

Au-delà de la parole enregistrée qui évoque le disque et ses artisans, la musique et les artistes, ce corpus est destiné à fournir un matériau pour une histoire de l’édition phonographique, objet de recherches pour professionnels et universitaires.

En tout cas, saluons ce projet de constitution d’une archive orale et remercions les éditeurs enregistrés qui ont accordé la diffusion de l’entretien dans les emprises de la BnF ainsi que sur Gallica. Ils ont en outre accordé l’utilisation d’une photographie pour servir de vignette d’illustration.

Les entretiens ont été également séquencés en vue de leur catalogage dans le catalogue BnF Archives et Manuscrits dans un fonds spécifique (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc953509) avec des renvois vers les notices d’autorité et notices bibliographiques.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Manuscrits : innovation et coopération / Manuscripts : innovation and cooperation

Logo du CERLLe séminaire annuel du Groupement de bibliothèques européennes de recherche (Consortium of european research libraries, CERL) se tiendra à la BnF le 20 octobre sur le site François-Mitterrand. La rencontre est intitulée : « Manuscrits : innovation et coopération / Manuscripts : innovation and cooperation ».

Les interventions se répartiront entre quatre sessions abordant le sujet sous ses différents aspects (réservoirs et mises en commun de données, projets et entreprises au service de la recherche, contenus et innovations, structuration de la coopération).

Les collègues des principales institutions européennes viendront présenter à côté de leurs homologues français les principales avancées de ces dernières années dans ce domaine.

Programme

  • 08.45-09.15 Registration and Coffee
  • 09.15-09.45 Opening & Welcome, Laurence Engel (Présidente de la Bibliothèque nationale de France) and Ulf Göranson (Chairman, CERL)

SESSION 1 – RÉSERVOIRS ET MISE EN COMMUN DE DONNÉES / STORING AND SHARING DATA
Chair: Ivan Boserup (Det Kongelige Bibliotek, Copenhagen)

  • 09.45-10.15 Paper 1: Updating and modernizing the French Manuscripts Union Catalogue: a collaborative project for enriching and improving the Catalogue collectif de France – Camille Poiret (Bibliothèque nationale de France, département de la Coopération)
  • 10.15-10.45 Paper 2: ManusOnLine, the Italian proposal for manuscript cataloguing: new implementations and functionalities – Lucia Negrini (ICCU, Rome)
  • 10.45-11.15 Paper 3: ALVIN, a Swedish platform for preservation and availability of cultural heritage material – Anna Clareborn (Uppsala University Library)
  • 11.15-11.45 COFFEE

SESSION 2 – PROJETS ET ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RECHERCHE / RESEARCH PROJECTS AND ACHIEVEMENTS
Chair: Ulf Göranson (CERL Chairman)

  • 11.45-12.15 Paper 4: La Librairie royale sous Charles V et Charles VI (1364-1422): reconstitution et survie d’un patrimoine intellectuel – Marie-Hélène Tesnière (Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits)
  • 12.15-12.45 Paper 5: La numérisation comme ressort de la recherche: le projet Polonsky et son environnement à la British Library – Kristian Jensen (British Library)
  • 12.45-13.15 Paper 6: The Humboldt Project – Jutta Weber (Staatsbibliothek zu Berlin)
  • 13.15-14.15 LUNCH

SESSION 3 – CONTENUS ET INNOVATIONS / CONTENTS AND INNOVATIONS
Chair: Claudia Fabian (Bayerische Staatsbibliothek, Munich, and LIBER)

  • 14.15-14.45 Paper 7: Mettre à l’épreuve l’interopérabilité: Fragmentarium – International Digital Research Lab for Medieval Manuscript Fragments – Christoph Flüeler and Veronika Drescher (Université de Fribourg)
  • 14.45-15.15 Paper 8: Rompre avec la logique des silos: le protocole IIIF – Matthieu Bonicel (Bibliothèque nationale de France, responsable de l’Innovation auprès de la Direction générale)
  • 15.15-15.45 Paper 9: Numérisation, édition, éditorialisation: retour sur la valorisation du fonds Marcel Proust de la BnF – Guillaume Fau (Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits)
  • 15.45-16.15 Paper 10: ADDN: signalement, conservation pérenne et communication des documents numériques natifs – Cécile Geoffroy-Oriente (Bibliothèque nationale de France, département des Arts du spectacle)
  • 16.15-16.45 COFFEE

SESSION 4 – STRUCTURATION DE LA COLLABORATION / GIVING STRUCTURE TO COLLABORATION
Chair: Jutta Weber (Staatsbibliothek zu Berlin)

  • 16.45-17.15 Paper 11: The CERL Thesaurus: identifying persons, institutions and places of our printed and written heritage – Alex Jahnke (Data Conversion Group, Göttingen)
  • 17.15-17.45 Paper 12: Fédérer la recherche sur le patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance: Biblissima – Anne-Marie Turcan-Verkerk (École pratique des Hautes Études, Paris)
  • 17.45-18.30 Exhibition visit
  • 18.30-20.00 Drinks reception

Modalités pratiques

Jeudi 20 octobre 2016, 8h45-17h15
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterand, Petit Auditorium
Entrée libre mais réservation à effectuer auprès du secrétariat du CERL / Attendance is free, but please register with : secretariat@cerl.org

Programme à télécharger

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La recherche dans les institutions patrimoniales : sources matérielles et ressources numériques, sous la dir. de Mélanie Roustan

roustan_recherche-institution_0Le classement et la conservation des sources patrimoniales sont le fruit d’une histoire, faite de hasards et de choix politiques. L’activité de gestion des fonds implique un travail continuel de renouvellement : de leur interprétation, des techniques de recherche, de leurs modes d’accès, de leurs usages. Les méthodes d’analyse sont réactualisées : quelles relations intellectuelles, sensorielles, entretient-on avec les collections patrimoniales ? Comment les utilise-t-on ? Qu’en retire-t-on ?

Cet ouvrage est issu d’une journée d’étude organisée à la BnF en février 2013 par Anne Monjaret (DR CNRS, IIAC-LAHIC/EHESS-CNRS-MCC) et Mélanie Roustan (chercheur associée au CERLIS/CNRS-Paris Descartes), en coopération avec la BnF– site Richelieu, dans le cadre du programme de recherche « Le quadrilatère Richelieu et ses lecteurs ».

Sommaire

Préface par Sylviane Tarsot-Gillery

Introduction. Institutions patrimoniales et chercheurs face aux sources, un renouveau du rapport à la matérialité des savoirs par Anne Monjaret et Mélanie Roustan

Partie I. S’orienter parmi les sources

  • Chapitre I. Du dépouillement au dévoilement. L’historien et les archives numérisées par Philippe Artières
  • Chapitre II. Renseigner, orienter le chercheur. Expériences de service public par Julien Brault
  • Chapitre III. Le patrimoine numérisé. Nouveaux usages, nouveaux usagers ? Réflexions méthodologiques autour de Gallica par Philippe Chevallier
  • Chapitre IV. Bibliothèques numériques et recherche sur le Web par Fabrice Papy

Partie II. Construire l’offre

  • Chapitre V. Environnement numérique et accès aux originaux. Évolution de l’offre et des usages du patrimoine cartographique à la BnF par Jean-Yves Sarazin
  • Chapitre VI. Le redéploiement des Archives nationales. De l’usage institutionnel d’une transformation matérielle et immatérielle des fonds par Anne Monjaret
  • Chapitre VII. La documentation numérique des collections ou l’éthique du « hacker » appliquée à l’institution par Jean-Baptiste Clais
  • Chapitre VIII. Les enjeux de la reconstitution en ligne de corpus disséminés. L’exemple des manuscrits koutchéens par Isabelle le Masne de Chermont
  • Chapitre IX. De la politique d’accès à la coopération scientifique. Chercheurs et collections patrimoniales à la Cinémathèque française par Joël Daire

Partie III. Penser la recherche

  • Chapitre X. Ordonnancements et histoire des idées. Anciens catalogues et classifications « anciennes » à la BnF par Raymond-Josué Seckel
  • Chapitre XI. Le poids des classements et catégories antérieures sur la recherche en numismatique. Des impériales grecques aux provinciales romaines par Michel Amandry
  • Chapitre XII. La matière de l’histoire, du texte à l’objet par Etienne Anheim
  • Chapitre XIII. La vague numérique et le ressac du réel. Du rapport aux sources des chercheurs en sciences humaines et sociales, à partir d’une enquête dans les collections patrimoniales de la BnF par Mélanie Roustan

Conclusion. Sources matérielles et ressources numériques. Deux défis en un par Denis Bruckmann

Introduction

L’introduction est disponible sur le site de l’éditeur : http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/presses-enssib/extrait/00_b_sources-materielles_introduction_vf_v1.pdf

 Les auteurs

  • Amandry Michel

    Après des études de lettres classiques à l’Université de Strasbourg, Michel Amandry entre au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France en 1978. Il en a été le directeur de 1991 à 2013. Parallèlement, il enseigne la numismatique à l’Ecole du Louvre, soutient son habilitation à diriger des recherches devant l’université Sorbonne IV en 1994, avant de devenir directeur d’études cumulant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes IVe section en 2006. Il a présidé la Commission Internationale de Numismatique de 2003 à 2009. Il est actuellement le président de la Société Française de Numismatique.

  • Anheim Étienne

    Ancien élève de l’ENS Fontenay/Saint-Cloud et de l’Ecole française de Rome, Étienne Anheim est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses travaux portent principalement sur l’histoire sociale et culturelle de la fin du Moyen Âge, et sur l’épistémologie de l’histoire et l’historiographie. Il a publié récemment Clément VI au travail. Lire, écrire, prêcher au XIVe siècle (Publications de la Sorbonne, 2014). Il est vice-président de la Fondation des sciences du patrimoine et dirige la rédaction de la revue Annales. Histoire, Sciences Sociales.

  • Artières Philippe

    Philippe Artières est Historien, chargé de recherches au CNRS, spécialiste des écrits personnels de déviants et de malades, au 19e et 20e siècles. – Président du Centre Foucault, chercheur associé à l’IMEC (en 2004)

  • Brault Julien

    Julien Brault est conservateur de bibliothèque. Il a rejoint l’équipe du Projet Richelieu à la Direction des collections de la BnF en 2007 en qualité de coordonnateur programmation ; il est responsable notamment de l’ensemble des dossiers relatifs à l’accueil des lecteurs et à la modernisation des services au public. Il est, depuis le 1er mars 2013, adjoint par intérim au chef du Projet Richelieu.

  • Bruckmann Denis

    Conservateur général, Denis Bruckmann a notamment travaillé à l’établissement public de la Bibliothèque de France et pour le réseau des médiathèques françaises à l’étranger, ainsi que dans de nombreux départements de la Bibliothèque nationale puis de la BnF (Estampes et photographie, Audiovisuel, Littérature et art…) avant de devenir directeur des collections.

  • Chevallier Philippe

    Philosophe de formation, Philippe Chevallier a enseigné en école d’ingénieur puis travaillé plusieurs années dans la presse écrite. A rejoint la Bibliothèque nationale de France en 2008, où il est aujourd’hui responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche.

  • Clais Jean-Baptiste

    Jean-Baptiste Clais est conservateur du patrimoine et docteur en ethnologie. Il travaille à la Direction de la Recherche et des Collections du musée du Louvre. Il a exercé auparavant au musée des arts asiatiques Guimet sur l’art chinois et les cultures transmédia japonaises contemporaines (manga – anime – jeux vidéo) et au département des arts de l’Islam du Louvre sur les collections d’Inde moghole et d’armes islamiques. Il poursuit aujourd’hui des recherches sur l’innovation au service de la conservation du patrimoine et sur les arts décoratifs de l’empire moghol.

  • Daire Joël

    Joël Daire est directeur du patrimoine de La Cinémathèque française depuis 2007. Il a conçu l’exposition « Jean Cocteau & le cinématographe » présentée au Musée  de la Cinémathèque en 2013. En 2014, il a assuré la coordination de l’hommage à Jean Epstein auquel il a consacré une biographie (La Tour verte éditeur) et dont il assure, avec Nicole Brenez et Cyril Neyrat, l’édition des écrits complets. En 2015, en collaboration avec Lauren Benoit (Université Paris-Diderot), il a réalisé l’exposition « Dossier Scriptes » présentée au Musée de la Cinémathèque française et participé à l’édition DVD des films de Louis Delluc par Les Documents cinématographiques.

  • le Masne de Chermont Isabelle

    Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste paléographe, Isabelle Le Masne de Chermont avant de travailler à la Bibliothèque Nationale de France, a été conservatrice en chef chargée du service des bibliothèques, des archives et de la documentation générale à la direction des Musées de France. En 2012, elle a pris la suite de Thierry Delcourt comme directeur du département des Manuscrits de la BnF.

  • Monjaret Anne

    Anne Monjaret est ethnologue, sociologue, est directrice de recherche – CNRS, rattachée à l’IIAC/Équipe LAHIC (CNRS–EHESS). Elle est Présidente de la Société d’ethnologie française (SEF). Elle a été rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle s’intéresse notamment aux lieux de travail et à leur fermeture comme leur redéploiement, aux mémoires et patrimoines professionnels et urbains. Outre de nombreux articles sur ces thèmes, elle a publié MAAO. Mémoires avec Jacqueline Eidelman et Mélanie Roustan (2002, Marval) et dirigé le numéro « Fermetures : crises et reprises » de la revue Ethnologie française (2005).

  • Papy Fabrice

    Depuis 2010, Fabrice Papy est professeur des Universités  (Sciences de l’Information et de la Communication) – Université de Lorraine. 1998-2010 : Maître de conférences (Sciences de l’Information et de la Communication) : Université Paris 8 – Vincennes à Saint-Denis

  • Roustan Mélanie

    Mélanie Roustan est anthropologue, maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle. Membre de l’UMR208 Paloc, elle enseigne au sein du master de muséologie du Muséum. Ses recherches portent sur la culture matérielle et les lieux de patrimoine. Elle s’attache à une anthropologie du musée à partir de différents points de vue, de ceux qui les conçoivent à ceux qui les visitent. Ses terrains d’enquête explorent les liens entre musée et anthropologie, de l’héritage colonial aux revendications autochtones, des objets d’arts premiers aux collections vivantes des jardins zoologiques.

  • Seckel Raymond-Josué

    Raymond-Josué Seckel est conservateur, directeur du département de la Recherche bibliographique à la BnF.

Caractéristiques

  • Support : broché
  • ISBN : 979-10-91281-84-3
  • Pages : 200
  • Prix : 23,00 €
 Support : numérique
  • Format(s) : pdf
  • ISBN PDF : 979-10-91281-85-0
  • Pages : 200
  • Prix : 13,80 €

Acheter l’ouvrage

Conditions de vente

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Collections muséales en ligne » : publication des captations vidéo

Le 15 avril 2016, le Museo Arqueológico Nacional organisait à Madrid le colloque Collections muséales en ligne. L’exemple de la numismatique = Colecciones museísticas en línea. El ejemplo de la Numismática, auquel prenait par le département des Monnaies, médailles et antique.

Le colloque a permis d’aborder les aspects théoriques et pratiques qui sous-tendent les différents projets nationaux et internationaux de mise en ligne de collections numismatiques. Les divers retours d’expériences ont fait le tour des critères, difficultés et ressources nécessaires pour aboutir à une numérisation et une mise en ligne efficaces des collections.

Ouverture Andrés CARRETERO PÉREZ, Director del Museo Arqueológico Nacional y Michel BERTRAND, Director de la Casa de Velázquez

Las experiencias españolas. Estado actual de las colecciones museísticas y corpora numismáticos en línea

Débat : Carmen MARCOS ALONSO (Museo Arqueológico Nacional) , Reyes CARRASCO GARRIDO (Subdirección General de Museos Estatales, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte), Paloma OTERO MORÁN (Departamento de Numismática, Museo Arqueológico y Maria CLUA (Gabinet Numismàtic de Catalunya, Museu Nacional d’Art de Catalunya, Rebeca C. RECIO (Departamento de Investigación y Colecciones, Museo Cerralbo)

Digitalización y publicación de colecciones numismáticas: Gestión de procesos, desarrollo y aspectos tecnológicos 

Débat : Pere Pau RIPOLLÈS (Universitat de València), Florence CODINE, Jérôme JAMBU y Frédérique DUYRAT (Département des monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France), María CARRILLO (Subdirección General de Museos Estatales, Ministerio de Educación, Cultura y Deporte), Virginia SALVE (Departamento de Documentación, Museo Arqueológico Nacional), Manuel GOZALBES (Museu de Prehistòria de València) y Alejandro PEÑA (Render S.L. – Dédalo)

Recursos en línea y programas colaborativos internacionales

Débat final : Laurent CALLEGARIN (École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez, Madrid), David WIGG-WOLF (Römisch-Germanische Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts, Frankfurt-am-Main), Julien OLIVIER
y Frédérique DUYRAT (Département des monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France), Pere Pau RIPOLLÈS

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les globes anciens conservés en France

Le département des Cartes et plans de la BnF conserve l’une des principales collections au monde de globes terrestres et célestes anciens, composée de plus de 200 objets datant du XIe au XIXe siècle, d’origine européenne ou arabe.

Avec le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), il possède la plus grande collection de globes en France, et sans conteste la plus exceptionnelle : il suffit de penser aux globes de Louis XIV et aux globes uniques du XVIe siècle. Aux globes montés sur pied (plus de 150), il faut ajouter les nombreux globes conservés dans des portefeuilles sous forme de fuseaux imprimés.

Un projet de recherche

Depuis 2013, un travail scientifique est en cours pour actualiser et compléter la description des globes de la BnF et de la Société de géographie1.

L’objectif principal du programme est de dresser un catalogue des globes anciens conservés dans les collections publiques françaises.

Le département dispose de l’inventaire dactylographié réalisé en 1970 à l’initiative d’Edmond Pognon, conservateur en chef du département des Cartes et Plans, et de Gabrielle Duprat, conservateur en chef de la Bibliothèque du Museum national d’histoire naturelle, dans le cadre d’un programme de recherches du CNRS  et qui recensait 231 pièces antérieures à 1850 dont 101 à Paris2, mais resté inachevé et non publié. La liste est complétée des archives que Mme Duprat a léguées au département et qui comprennent les descriptions détaillées des globes, accompagnées souvent de photographies et de quelques précisions sur l’état de conservation des globes.

Quarante ans après, la situation a beaucoup évolué : restaurations, enrichissements, changements d’affectation et de localisation, transferts de propriété, dommages, pertes et vols ont été régulièrement signalés aux directeurs successifs du département des Cartes et plans de la BnF. Une nouvelle campagne de recensement se justifie donc.

Pour faire connaître le patrimoine national des globes anciens, le programme vise aussi à développer une base de données consultable en ligne et enrichissable qui associera des images 2D et 3D, sur le modèle de la base Reliures (http://reliures.bnf.fr/) qui sera de nature à susciter et faciliter les recherches sur les globes et l’utilisation du globe comme source dans la recherche scientifique.

Numérisation 3D

En effet, parallèlement au programme de recherche, bénéficiant d’un mécénat exceptionnel de Dai Nippon Printing3, et avec le mécénat de la Fondation d’entreprise Total, le département des Cartes et plans a engagé la numérisation en haute résolution et la modélisation en 3D de 55 globes anciens terrestres et célestes : il s’agit d’une numérisation à forte valeur ajoutée, menée pour le grand public comme pour la communauté scientifique. Le résultat est librement accessible dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF : un dossier (url : <http://gallica.bnf.fr/html/und/cartes/les-globes-en-3d>) présente le projet et offre trois accès :

La mise en ligne de ces globes a été l’occasion de proposer une nouvelle fonctionnalité dans Gallica, la visualisation 3D accessible au moyen du bouton : 3D. Un clic sur le bouton active le visualiseur 3D permettant de lancer une rotation automatique ou manuelle du globe. Notons que ce visualiseur offre la fonction zoom4 habituelle de Gallica.

Volet national

Un élargissement du recensement à l’ensemble des collections de globes en France va être réalisé d’ici 2019, avec la publication d’un catalogue et la constitution de la base de données de référence, qui aura vocation à s’enrichir et à s’actualiser. Un questionnaire sera soumis aux différentes institutions susceptibles de conserver des globes : bibliothèques, musées, centres d’archives, etc. Il portera aussi bien sur les globes que les globes en fuseaux. La couverture chronologique s’étendra aux globes produits jusqu’en 1940.

Modélisation XML-TEI

Jocelyn Monchamp, conservateur stagiaire, a mené un travail de compilation et d’analyse du vocabulaire et de la structure employés par les principaux spécialistes dans les catalogues étrangers et autres publications de référence. Sur cette base, des choix ont été faits pour structurer la description des globes. Dans un second temps, un travail de comparaison des langages XML exploitables pour la description des globes a permis de distinguer le module « Description des manuscrits » de la TEI P5 (utilisée pour la base Reliures) comme le modèle le mieux adapté. Un modèle TEI-globes a pu être établi sur cette base avec des enrichissements spécifiques. Il reste désormais à décrire les collections en appliquant le modèle pour alimenter la base de données à développer.

Valorisation du programme

L’Agence France-Museum a retenu au printemps 2014 le projet d’exposition Le Monde en sphères sur les globes proposé par la département des Cartes et Plans pour l’année d’ouverture du Louvre Abu Dhabi (octobre-décembre 2017). Les commissaires en seront Jean-Yves Sarazin, François Nawrocki et Catherine Hofmann.

Du 19 février au 4 septembre 2016 l’exposition Globes in motion5, qui se tient au Dai Nippon Printing (Gotanda Building) à Tokyo, permet d’exposer 10 globes.


Image de une : Globe terrestre dit « globe vert » de Martin Waldseemüller avec la première mention du mot « America »

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Les globes anciens conservés en France”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. http://bnf.hypotheses.org/245 (consulté le 3 mai 2016).
  1. Cf. la description Globes et Cartes qui en est faite sur le site de la Société. Disponible sur le Web : <http://www.socgeo.org/bibliotheque/globes-et-cartes/> []
  2. DUPRAT (Gabrielle) ; [avec la collaboration de Gabrielle Duprat ; avant-propos de Edmond Pognon], Liste des globes terrestres et célestes anciens (antérieurs à 1850) conservés dans les collections publiques de France, Paris, CNRS, 1970, 42 f. Cf. : « Liste des globes terrestres et célestes anciens », in Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n° 2, 1971, p. 99-99. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1971-02-0099-006>. Et DUPRAT (Gabrielle), « Les globes terrestres et célestes de France », Der Globusfreund, n° 21/23, 1973, p. 198-225. Disponible sur le Web : <http://www.jstor.org/stable/41628733>. []
  3. Cf. le communiqué de presse disponible sur le Web :  <http://www.bnf.fr/documents/cp_mecenat_globes_dnp.pdf> []
  4. Cf. « Le nouveau zoom et les autres actualités de Gallica », Gallica, le blog, 9 mai 2011. Disponible sur le Web : <http://blog.bnf.fr/gallica/index.php/2011/05/09/le-nouveau-zoom-et-les-autres-actualites-de-gallica/> []
  5. Globes in motion. Disponible sur le Web : <http://www.museumlab.fr/bnf/> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Marianne REFAAT AYAB AZAD, Égypte

Dates du séjour : du 1er au 31 octobre 2015

Drapeau de l´Égypte

Marianne REFAAT AYAB AZAD est bibliothécaire à l’Institut français d’archéologie orientale au Caire.

Sujet d’étude : Définir un référentiel pour le catalogage des documents en arabe à partir d’un échantillon documentaire issu des collections de la BnF, dans le cadre du projet de portail de numérisation partagée Bibliothèques du Levant.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Naïma KEDDANE, Maroc

Dates du séjour : du 3 août au 30 septembre 2015

Drapeau du Maroc

Naïma KEDDANE est directrice du département Monographies et collections spécialisées à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc à Rabat.

Sujet d’étude : Identification des ouvrages et documents sur le Maroc en vue d’enrichir Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc et le portail du Réseau francophone numérique.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Urszula KROL, Pologne

Dates du séjour : du 1er juin au 31 juillet 2015

Drapeau de la Pologne

Urszula KROL est chargée de numérisation au département des Estampes et des dessins au Musée national de Varsovie.

Sujet d’étude : Identification et sélection de documents issus de Gallica à intégrer au projet de portail de numérisation partagée France-Pologne.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Natalia GONZALEZ TOMASSINI, Argentine

Dates du séjour : du 4 mai au 30 juin 2015

Drapeau de l´Argentine

Natalia GONZALEZ TOMASSINI est coordinatrice du service de Référence et de consultation des archives et collections particulières à la Bibliothèque nationale de la République d’Argentine à Buenos Aires.

Sujet d’étude : Les pratiques de numérisation de la BnF ainsi que les procédures et techniques de contrôle et de préservation des fichiers numériques.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Faten NAEEM, Égypte

Dates du séjour : du 16 mars au 16 avril 2015

Drapeau de l´Égypte

Faten NAEEM est bibliothécaire à l’Institut français d’archéologie orientale au Caire.

Sujet d’étude : Étude et recherche sur l’identification du corpus conservé à la BnF, dans le cadre du projet de numérisation partagée Bibliothèques du Levant.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts