Archives par mot-clé : Musique

Département de la Musique

Colloque “Le rayonnement des arts au Moyen âge. Réflexions autour du Ms. Aquitain, Paris, BnF Latin 1139”

Programme

Mardi 19 mars (BnF — Richelieu)

16h30 Accueil des participants
17h00-18h00 James Grier (University of Western Ontario)
The Music Scribe of Paris, Bibliothèque nationale de France, MS latin 1139: Melodic Variants and a Musical Personality

Produced around 1100, the earliest section of Paris, Bibliothèque nationale de France, MS latin (hereafter Pa) 1139, f. 32-118, stands out as the largest collection in the earliest layer of Aquitanian uersaria, that is, music manuscripts that preserve the Aquitanian repertory of lyric song commonly known as uersus. Only the earliest portions of Pa 3719 rival it in age. But these libelli comprise only a single gathering each and so are significantly smaller than Pa 1139 and transmit a correspondingly more limited repertory. Furthermore, in Pa 1139, rubrics introduce many pieces, along with decorated initials, and internal sections within pieces receive red initials. In comparison with its contemporaries, therefore, Pa 1139 presents a much more polished and formal appearance. Its owner clearly valued it as an important part of his music library.

The music scribe exhibited a clear command of the Aquitanian notation that, by the time he worked on Pa 1139, musicians had used for some 200 years. Comparison of his neumations with those of other Aquitanian scribes who copied the same pieces, both contemporary and later in the twelfth century, show that he cultivated musical idiosyncrasies that indicate aspects of his musical personality. His approach to embellishment, especially through the addition of appoggiature to cadences, reveals a distinctive approach to the melodic vocabulary of this repertory. His practice also indicates a subtle shift in the function of musical notation as it was employed for the uersus repertory, from preserving stable forms of liturgical melodies to recording distinctive versions of the melodies of this body of lyric song. Codex Pa 1139, therefore, comprises a personal document that presents the repertory and melodic versions of an Aquitanian musician from the turn of the twelfth century who was exploiting the genre of lyric song to express himself on sacred and secular subjects and the technology of musical notation to preserve his idiosyncratic versions of those songs.

18h00-18h30 Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon, Paris) Présentation des manuscrits aquitains de la BnF
18h30 Exposition des manuscrits en salle de lecture

(sur inscription dans la limite des places disponibles)

Mercredi 20 mars (IRHT — Paris)

Session 1 : Éditer Latin 1139

présidée par James Grier (University of Western Ontario)

9h-11h David Catalunya, Kelly Landerkin, Konstantin Voigt, Hanna Zühlke (Universität Würzburg)
Codex and Genre-Crosslinks: Towards a Complete Source Edition of the Oldest Corpus of Paris latin 1139

Corpus monodicum is currently preparing a complete “source edition” of the oldest section of the manuscript Paris, BnF, latin 1139. The proposed panel will discuss the methodological demands of this editorial project (codicology, paleography, philology, musical analysis) and explore the implications of this new editorial approach for the understanding of the different repertoires the manuscript transmits:

David Catalunya’s codicological study shows that the earliest section of Paris, BnF, latin 1139 was conceived as a unitary, well planned codex. Building on this observation, Kelly Landerkin and Konstantin Voigt showcase some of the crosslinks that occur between different musical and textual genres copied in different sections of the manuscript. The correspondences found between songs and sequences for example shed new light on the early history of Aquitanian polyphony, the similarities between songs and plays question the strict distinctions set up by modern genre concepts. Hanna Zühlke will deal with the later concordances of the songs from Paris, BnF, latin 1139, asking what the transmission profile of these pieces tells about the localization of the manuscript.

By the time of the conference, the edition will be completed, but not yet printed. Thus, the panel hopes to provoke an intense feedback, in order to integrate the expertise assembled at the conference into the first complete edition of this outstanding manuscript.

Session 2 : Les jeux liturgiques

présidée par Susan Rankin (University of Cambridge)

11h15-12h00 Michael L. Norton (James Madison University, Harrisonburg) 
The Problem of Genre and the ‘Dramas’ of Paris BnF latin 1139

In 1741, l’Abbé Jean Lebeuf first called attention to the “tragedies en rimes latines” found in Paris, BnF, latin 1139. His framing of these texts as dramas adhered over time, and after two centuries and more, these dramatic texts continue to be treated as theatrical works, and in particular, as liturgical dramas. While sanguine about the theatrical nature of these texts, scholars have not always agreed on what these texts actually represented. Lebeuf himself referred only the Ordo Prophetarum that concluded the complex of dramatic texts. The edition provided by Raynouard in 1817, on the other hand, treated the entire complex (Quem queritisSponsus, and Ordo Prophetarum in most contemporary renderings) as a singular “mystère des vierges sages et des vierges folles”, while excluding the text of the Ordo Prophetarum in the edition itself. And in their edition of 1839, Monmerqué and Michel provided the complete text of the dramatic complex under the title “Les vierges sages et les vierges folles.” Charles Magnin, though, saw this differently. In his Sorbonne lectures of 1834–1835, Magnin argued that there was not just the single mystery recognized by his peers, but rather three: two complete mysteries, one wholly in Latin (Quem queritis) and the second mixing Latin with vernacular (Sponsus) along with a third fragment totally in Latin (Ordo Prophetarum). In addition, he noted a dramatic office for the feast of Holy Innocents (Lamentatio Rachelis) earlier in the same manuscript. While Magnin’s division was accepted by most subsequent critics, Carol Symes recently challenged the orthodox view, arguing as had Magnin’s predecessors that the “plays” of Paris, BnF, latin 1139 should be regarded in the singular rather than in the plural.

The so-called dramas of Paris, BnF, latin 1139 are thus enigmatic on at least two levels. First, how many dramatic texts are actually preserved within the manuscript? One? Two? Or four? What do the placements of these texts within the manuscript suggest? What can we glean from their textual and melodic settings? How are these internally structured? And how do these textual and melodic structures relate to those of the texts that surround them? Second, are these dramatic texts actually drama (assuming we can agree on what the word “drama” entails)? Were these texts intended to be enacted? If so, how by whom? If these can be viewed as dramas, as theatrical works of some kind, can they legitimately be seen also as liturgical dramas? How do these texts compare with others also judged to be liturgical dramas? Drama or not, how might these texts have been used within (or around) the liturgy? If they were not used liturgically, what might their intent have been?

12h00-12h45 Nils Holger Petersen (University of Copenhagen)
A Possible New Understanding of the so-called Liturgical Dramas in BnF ms. latin 1139

The idea (and notion) of “liturgical drama” as a liturgical medieval theatrical genre was developed in medieval liturgical scholarship since the mid-nineteenth century. It has since undergone severe criticism by scholars including not least C. Clifford Flanigan in the 1970s and 1980s, a criticism further developed in more recent scholarship (see Michael Norton’s recent Liturgical Drama and the Reimagining of Medieval Theater, 2017). In this paper, I propose to discuss those ceremonies from Paris, BnF, latin 1139, which have been described as liturgical dramas, in a new light. Inspired by Michal Kobialka’s This Is My Body (1999), I have recently attempted to understand liturgical enactments of biblical narratives in the context of changing understandings of the notion of a sacrament during the twelfth century.

During the first half of this century, the notion of a sacrament was narrowed from Augustine’s broad sign-theoretical approach, especially through Hugh of St Victor’s ecclesiologically oriented De sacramentis christiane fidei (1130s) and Peter Lombard’s particularly influential mid-century Sententiae, which contained his enumeration of (only) seven New Testament sacraments. This process of theological elaboration left a space open for liturgical ceremonies, which had previously been seen as sacramental (by Hugh: as sacraments of exercise), to be sacred while no longer sacramental, sacred in a freer way, outside the theological focus of the ceremonies which carried the heaviest theological weight, the sacraments.

Rather than searching for an alternative genre-designation for “liturgical drama” ceremonies, the idea, much inspired by other recent scholarship, is to understand them individually, although they clearly also came to form traditions. In this paper, I shall set out to interpret the “liturgical dramas” of the Paris, BnF, latin 1139, not as attempts at theatrical representation, but as “free” sacraments in the “old” Augustinian understanding, with a focus on three ceremonies, the Quem queritis ceremony (f. 53r), the Sponsus (f. 53r–55v), and the Ordo prophetarum (f. 55v–58r). These ceremonies will be seen as diverse attempts to function as sacraments in the “old” understanding, as signs, pointers to divine (Christian) truths by (more or less) new uses of sensory means, visual as well as auditory, including poetry.

Session 3 : Le répertoire du manuscrit latin 1139 au-delà de l’Aquitaine

présidée par Thomas F. Kelly (Harvard University)

14h00-14h45 Manuel Pedro Ferreira (Universidade Nova, Lisbonne)
Transmission and “Mouvance”: Iberian Witnesses

This paper will illustrate the problematics of “mouvance”, or variance in appropriation, in the transmission of two core Aquitanian pieces present in Paris, BnF, latin 1139: the troped epistle Gaudeamus nova cum laetitia, copied into different sources in both Catalonia (of which Vic 106 will be retained) and Portugal (Missal de Mateus), and the polyphonic Benedicamus Domino Catholicorum concio, a mensural version of which is found in the well-known Las Huelgas codex.

14h45-15h30  Hana Vlhová-Wörner (Department of Music History, Prague)
Mass Ordinary Chants from Aquitaine in Prague: a Complicated History

The presence of some chants recorded in ms. Paris, BnF, latin 1139 (and some other sources from Aquitaine) in the repertory from 14th-century Prague is rather unexpected and needs some clarification. French-Bohemian cultural connections are today considered as mainly an outcome of 14th-century political development, with the installation (in 1306) of the French-oriented Luxembourg dynasty on the Czech throne. However, knowledge of genuine French repertory, both from the North and Aquitaine, dates already to the early 13th-century, when the Prague chapter purchased a 12th-century manuscript with a rich repertory of ordinary chants and tropes, the so-called troper of the Prague Dean Vítus (Prague, Archive of the Metropolitan Chapter at St Vitus, ms. Cim 4). In this way, the Prague chapter came into possession of one of the richest collections of late trope repertory still preserved, which also includes a number of items characteristic of the Aquitanian singing tradition. For some chants (such as Sanctus Qui deus es vere), the Prague troper is the only source outside of Aquitaine, and the trope Agnus Cuius in Egypto is today known only from Paris, BnF, latin 1139 and two Prague sources (the Prague troper and its 14th-century copy).

It is very likely that the prime interest of the Prague clergy in the manuscript was drawn not to its repertory, but to its (late Lothringian) staff notation, which was to replace the German neumatic notation in Prague by the mid-13th-century. Besides genuine Aquitanian chants, the troper includes several, today uniquely preserved, pieces with rich ornamental melodic lines, characteristic of chants from Aquitaine; they were, however, obviously never incorporated into the official Prague liturgy and remained only as inscriptions in manuscripts preserved in the chapter library.

Session 4 : Tropes et versus

présidée par Pascale Bourgain (Centre Jean Mabillon, Paris)

15h45-16h30 Francesco Carapezza (Università degli studi di Palermo)
Le trope vernaculaire du Tu autem entre liturgie et « cantus gestualis »

Dans cette contribution nous allons proposer une nouvelle édition – texte et mélodie – du trope du Tu autem en langue vulgaire (incipit : « Be deu hoimais finir nostra razos »), inséré à l’intérieur de la partie la plus ancienne du ms. Paris, BnF, latin 1139 (f. 44r) et étudié surtout par des musicologues, en visant ses aspects rhétoriques et formels et en essayant de faire le point, à partir des études de J. Chailley (1948, 1960, 1982), sur ses relations supposées avec les vies de saints et la poésie épique des siècles suivants. Une autre question qui se pose est celle de son inclusion dans une série de Benedicamus domino, à l’écart des autres pièces vernaculaires, qui pourrait fournir en principe des données vis-à-vis son statut générique et sa fonction liturgique.

16h30-17h45 Adriana Camprubí Vinyals (Universitat Autònoma de Barcelona)
Complex Metric and Melodic Developments in the Versus of Paris BnF latin 1139. A Reflection on Formal Experimentation

The versus we find in the Paris, BnF, latin 1139 manuscript provide a fantastic means for studying the metrical forms developed in Aquitania at the end of the eleventh century. The concept of the “New Song“ designates a new kind of structure in the versus which can be identified through its metrical and melodic structures.

This paper offers a systematic and exhaustive analysis of these internal structures in order to reveal how these compositions engage in formal experimentation. This, in turn, gives us an insight into the poetic ingenuity of eleventh-century composers. The notion of variability (and not irregularity) enables us to see how composition involved a range of conscious processes that can uncover the fixed patterns which marked the first steps towards the new poetic formulae that would define future medieval lyric.

The formal features of the nova cantica use new methods for versification and these emerge from a moment when individual expression was becoming more and more sought after. The versus become a kind of metrical and melodic laboratory, a gauge that shows us how the nova cantica came to be.

Concert : “Nova gaudia“, ensemble Peregrina(direction Agnieszka Budzińska-Bennett)

20h église Saint-Séverin (2 rue des Prètres Saint-Séverin, 75005)

Entrée libre avec participation aux frais.

http://www.peregrina.ch

Jeudi 21 mars (fondation Calouste Gulbenkian — Paris)

Session 5 : La polyphonie dans le manuscrit latin 1139

présidée par Andreas Haug (Universität Würzburg)

9h-9h45 Catherine A. Bradley (University of Oslo)
Stirps Iesse florigeram in Context: Benedicamus Domino Polyphony in Aquitaine and The Origins of the Motet

This paper considers in detail one of the most significant and controversial compositions contained in Paris, BnF, latin 1139: the polyphonic Benedicamus versus in which the text Stirps Iesse florigeram is sung above a lower-voice quotation of a Benedicamus Domino plainchant melody, borrowed from the Responsory Stirps Iesse for the Nativity of the Virgin Mary. This composition has long attracted attention because it prefigures by more than one hundred years the characteristic typically considered to define the new thirteenth-century genre of the motet: the presentation of a syllabic upper-voice text above a plainchant tenor quotation. While scholars such as Ewald Jammers (1972) viewed Stirps Iesse florigeram as a motet avant la lettre, and Hans Tischler included a transcription of this piece at the beginning of his 1985 edition of The Earliest Motets (To ca. 1270), others—including Sarah Fuller—have emphasized significant conceptual and genetic differences between Stirps Iesse florigeram and later, genuine motets.

This paper seeks to re-engage with the complex generic, compositional, and notational circumstances of Stirps Iesse florigeram. I consider this unusual piece in the broader context of Aquitanian Benedicamus Domino compositions, examining in detail its single surviving concordance in Paris, BnF, latin 3549, as well as comparing it with another piece in this latter source, Benedicamus DominoHumane proles, the only other extant work in the Aquitanian repertoire that presents syllabic text above a pre-existing plainchant melody. Offering a re-consideration of the relationship of Stirps Iesse florigeram to thirteenth-century motets, this paper traces broader continuities and connections in polyphonic Benedicamus Domino traditions in apparently disparate contexts.

9h45-10h30 Agnieszka Budzińska-Bennett (Bâle)
Organa leticie revisited (Paris, latin 1139, fol. 59v)

The long-discussed case of Organa leticie (1139b, f. 59v) posits various problems. The first one concerns the question what parts belong to this piece and the opinions differ greatly as far as the entries between f. 59v and 60v are concerned. While some researchers (Raillard, Handschin and Arlt) read it as a piece with two textual units – Organa and Dei benediction –, both the inventories of St. Martial manuscripts by Spanke and Fuller, followed by the unpublished text edition by Björkvall, list them as two separate pieces. Further, Barclay favouring the first option, considers the following Benedicamus Domino on f. 60v as belonging to that piece.

The second important question is whether this piece is monophonic or polyphonic. While Handschin, Spanke, Stäblein, Barclay and Thomann are in the favour of it being a two-part piece with unwritten lower voice, Fuller considers it a doubtful polyphonic work and Gillingham published it as a monophonic piece. The survey of suggested solutions of the published polyphonic renditions (Stäblein, Barclay, Thomann) makes the matter even more complicated. Three different sources for the hypothetical lower voice have been suggested (with full or partial transcriptions): Benedicamus flos filius (used with letter notation in the famous case of Stirps Jesse), its version Benedicamus benigno voto and the untroped Benedicamus, all three to be found on f. 60v, in closest proximity to Organa leticie. These transcriptions, however, do not offer a satisfactory solution neither for the musicologist nor for the performer.

In this presentation, I would like to argue anew that the piece belongs to early Aquitanian polyphonic Benedicamus-tropes based on unwritten flos filius melody, offering yet another solution that matches in satisfactory way the existing and the hypothetical voice. It emphasizes on the euphonic qualities of the text of both voices and respects the overall structure of the piece as well as the coherent dynamic development of the composition. This reconstruction is based both on the philological analysis and on the interiorized musical conventions of the singers specializing in this repertoire (including myself) that served as an epistemological tool in the decision-making process. This version will be presented in the aural form as an example from yet unreleased new recording the repertoire of ms. Paris, BnF, latin 1139 Nova gaudia by ensemble Peregrina (Glossa/Schola Cantorum Basiliensis edition, forthcoming in 2019).

Session 6 : Calame et pinceau

présidée par David Ganz

10h45-11h15 Laura Albiero (IRHT, Paris) et Maria Gurrado (IRHT, Paris)
Écrire à Saint-Martial : le cas des manuscrits liturgiques

Notre communication aura pour objet l’examen paléographique des écritures utilisées dans les manuscrits liturgiques de Saint-Martial de Limoges, et en particulier des diverses mains qui ont contribué à la copie des textes. Les livres liturgiques constituent non seulement un ensemble cohérent du point de vue de la préparation, de l’usage et de la destination des volumes, mais aussi un support extrêmement fiable pour la datation des sources, qui s’appuie sur des éléments liturgiques, paléographiques et décoratifs. Les résultats de cette enquête, limitée au XIe siècle, constitueront le point de départ d’une réflexion sur les pratiques de l’écrit et la tradition des scriptoria limousins.

11h15-12h00 Maria Alessandra Bilotta (Universidade Nova, Lisbonne)
Sur les routes de pèlerinage : l’illustration des manuscrits dans le contexte des réseaux monastiques du Midi de la France (XIIe-XIIIe siècles)

Interpréter le répertoire aquitain

14h30-15h30 Katarina Livljanić, Marc Mauillon et les étudiants du MIMA (Master d’interprétation des musiques anciennes, Université Paris-Sorbonne)
Présentation du travail sur le répertoire du manuscrit latin 1139
15h45-17h15 Table ronde organisée et animée par Guy Lobrichon (Université d’Avignon) Avec la participation de Sébastien Fray (Université de Saint-Étienne), Thomas F. Kelly (Harvard University), Alain Rauwel (CeSor/EHESS, Paris), Daniel Russo (Université de Bourgogne) et Éric Sparhubert (Université de Limoges, CRIHAM / CESCM)

Comité scientifique

  • Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • François Bougart (CNRS, IRHT, Paris)
  • Pascale Bourgain (Centre Jean Mabillon/École nationale des chartes, Paris)
  • Christelle Cazaux-Kowalski (FHNW / Musik Akademie Basel, Schola Cantorum Basiliensis)
  • Christelle Chaillou (CNRS, CESCM, Poitiers)
  • Marie-Noël Colette (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Gilbert Dahan (EPHE/LEM, Paris)
  • Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon/École nationale des chartes, Paris)
  • Manuel Pedro Ferreira (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Andreas Haug (Universität Würzburg)
  • Katarina Livljanić (Université Paris-Sorbonne, IReMus)
  • Guy Lobrichon (CIHAM UMR 5648 – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
  • Christian Meyer (CNRS, CESR, Tours)
  • Susan Rankin (University of Cambridge)
  • Cécile Reynaud (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

Institutions partenaires

  • LabEx Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances (HASTEC)
  • Bibliothèque nationale de France
  • Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT)
  • Calouste Gulbekian
  • Centre Jean Mabillon
  • FCSG
  • Centro de Estudos de Sociologia e Estética Musical (CESEM-FCSH/NOVA)
  • Fundação para a Ciência e a Tecnologia (FCT)
  • Savoirs et Pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle(Saprat/EPHE)
  • Institut de Recherche en Musicologie (IReMus)
  • Centre européen de recherche sur les communautés, congrégations et ordres religieux (CERCOR)
  • Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie (CRIHAM)
  • Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM)
  • Université catholique de l’Ouest (UCO)

Informations pratiques

Le colloque aura lieu :

  • Mardi 19 mars à la Bibliothèque nationale de France (58, rue de Richelieu, 75002 Paris), salle de conférences. Sur inscription, nombre de places limité.
  • Mercredi 20 mars à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (40, avenue d’Iéna, 75116 Paris), salle Jeanne Vielliard. Entrée libre.
  • Jeudi 21 mars à la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France (39, bd de La Tour-Maubourg, 75007 Paris). Entrée libre.

Contact

Informations et inscription pour le 19/03 : info@colloque1139.fr

Comité d’organisation

  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)
  • Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Cécile Reynaud (EPHE/SAPRAT, Paris)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hommage à Jacques Offenbach (1819 – 1880)

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Jacques Offenbach, le département de la Musique convie le public à une présentation de documents prestigieux tirés de ses collections. Seront notamment montrés les manuscrits des Contes d’Hoffmann, dernier ouvrage du compositeur, qui ne sera créé qu’après sa mort, ainsi que du Papillon, son unique ballet, chorégraphié par la célèbre danseuse de l’Opéra de Paris, icône du romantisme, Marie Taglioni.

Cette présentation sera animée par Jean-Claude Yon, professeur à l’Université de Saint-Quentin en Yvelines et directeur d’études cumulant à l’École Pratique des Hautes Etudes (EPHE). Jean-Claude Yon est l’auteur notamment d’une biographie d’Offenbach publiée en 2000 aux éditions Gallimard, et vient tout juste de faire paraître M. Offenbach nous écrit. Lettres au Figaro et autres propos (Actes Sud / Palazzetto Bru Zane).

Informations pratiques

La manifestation se déroulera le jeudi 21 mars 2019 dans la salle de lecture du département de la Musique, 2 rue Louvois, 75002 PARIS de 18h à 19h. Elle est ouverte à tous, titulaires ou non d’une carte de lecteur de la BnF.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Informations : musique@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nicole Wild (1929-2017)

Pour nombre de chercheurs actifs entre le milieu des années soixante et celui des années quatre-vingt dix, la figure de Nicole Wild est intimement associée à la Bibliothèque-musée de l’Opéra de Paris, dont elle connaissait tous les arcanes, compétence qu’elle était toujours prête à mettre à leur disposition avec une gentillesse et une patience constantes. Bibliothécaire devenue par son érudition et sa disponibilité un pilier de cette institution, elle était aussi une musicologue de renommée internationale, grande spécialiste de l’histoire et de l’iconographie du théâtre lyrique en France au XIXe siècle. Ses travaux ont joué un rôle pionnier, de toute première importance, dans le développement de l’histoire du spectacle du XIXe siècle, à l’œuvre depuis une trentaine d’année, et de l’iconographie musicale.

Née à Reims le 20 juin 1929, Nicole Wild fait tout d’abord son apprentissage musical à l’école de musique de cette ville, obtenant entre 1952 et 1956 des récompenses en solfège, harmonie, contrepoint, histoire de la musique, un certificat d’aptitude à l’enseignement musical, en 1953, et un premier prix d’Orgue, en 1955. Élève par la suite d’André Marchal et stagiaire à l’Académie d’orgue de Saint-Maximin, elle ne cessera durant sa vie de pratiquer cet instrument dans le cadre de son obédience protestante, tout d’abord comme organiste titulaire du temple de Reims, de 1955 à 1962, puis de celui de Palaiseau à partir de 1967. De 1968 à 1973, elle assurera la rédaction en chef de la revue Musique et chant, éditée par la Fédération musique et chant du protestantisme français.

Sa vie professionnelle commence également à Reims, comme chargée de cours d’éducation musicale dans les écoles, ainsi qu’au collège technique, de 1953 à 1959, puis à partir de 1957, jusqu’en 1962, comme professeur intérimaire à l’école nationale de musique. Parallèlement, elle entreprend des études supérieures à la Sorbonne, où, dans le cadre de l’Institut de musicologie, elle obtient le certificat d’Histoire de la musique en 1962, et, dans le même temps, au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, alors rue de Madrid. Elle y est admise en octobre 1956 dans la classe d’Histoire de la musique de Norbert Dufourcq, où elle obtient un second prix en 1958 et, suite à son accession à la section de musicologie en octobre 1959, un premier prix de Musicologie en 1961, avec un mémoire consacré à La vie musicale en France sous la Régence d’après le Mercure. Par la suite, entre 1965 à 1983, elle sera régulièrement membre de jurys dans cet établissement.

À partir de 1959, sa carrière se poursuit à Paris dans le domaine des bibliothèques. Celle du Conservatoire national, où elle exerce comme contractuelle jusqu’en 1960, et surtout à la Bibliothèque nationale, où elle est engagée comme auxiliaire au département de la Musique, affectée à la Bibliothèque-musée de l’Opéra, qu’elle ne quittera pratiquement plus. Son investissement, son action auprès des lecteurs et la qualité de ses travaux lui permettent de devenir sous-bibliothécaire, puis bibliothécaire adjointe, de 1962 à 1982, conservatrice titulaire à partir d’octobre 1985 et enfin conservatrice en chef en 1993. Après sa promotion dans le corps des conservateurs, en 1983, et son passage à l’École nationale supérieure des bibliothèques de Lyon, elle est soumise à l’obligation d’effectuer une année comme stagiaire à la bibliothèque universitaire de Rouen. Elle fait alors l’objet d’une requête collective adressée à André Miquel, à l’époque administrateur général de la Bibliothèque nationale : une dizaine d’éminents musicologues américains, parmi lesquels figurent James R. Anthony, Elizabeth C. Bartlet, Barry S. Brook et H. Robert Cohen, y demandent son retour à l’Opéra après son stage, arguant que le concours qu’elle apporte aux chercheurs est essentiel. Nombre de musicologues français auraient pu la signer, car Nicole Wild ne ménageait pas sa peine dans ses recherches de sources, alors disséminées dans les fonds de ce théâtre.

Il faut dire, en effet, que Nicole Wild avait entrepris et poursuivi, dès sa nomination en 1959 et jusqu’à son départ en retraite en juin 1994, d’importants chantiers de catalogage, accumulant et organisant une multitude d’informations sur les fonds musicaux et iconographiques. Ces travaux approfondis et systématiques vont lui permettre de publier de remarquables catalogues : Le cirque (avec Tristan Rémy), 1969 ; Les arts du spectacle en France. Affiches illustrées, 1850-1950 : catalogue, 1976 ; Décors et costumes du xixe siècle. Tome I, Opéra de Paris, 1987 ; Décors et costumes du xixe siècle. Tome II, Théâtres et décorateurs : collections de la Bibliothèque-musée de l’Opéra, 1993 (prix Charles Blanc de l’Académie française, médaille de bronze, en 1994). Elle contribua par ailleurs à la mise en valeur de ces fonds en mettant en œuvre différentes expositions, dont les catalogues sont de précieux outils de travail : Diaghilev : les Ballets russes (avec Jean-Michel Nectoux), 1979 ; Auber et l’opéra romantique (avec Yves Gérard et Anne-Charlotte Rémond), 1982 ; Wagner et la France (avec Martine Kahane), 1983 ; Les Ballets russes à l’Opéra (avec Martine Kahane), 1992.

Passionnée par la recherche sur les arts du spectacle, Nicole Wild a également mené des travaux historiques fondamentaux sur les théâtres de Paris. Tout d’abord à l’École pratique des hautes études, où elle soutient en 1980 une thèse, sous la direction de François Lesure, sur Les théâtres parisiens entre 1807 et 1848. Ensuite à l’université Paris IV-Sorbonne, où elle obtient en 1987 un doctorat d’État ès Lettres, préparé sous la direction de Jean Mongrédien, avec une thèse intitulée Musique et théâtres parisiens face au pouvoir (1807-1864), avec inventaire historique des salles. Ce travail, qui met en avant un domaine de recherche appelé à se développer – les rapports entre opéra et politique, genre lyrique et institution –, a également fourni la matière de son Dictionnaire des théâtres parisiens au XIXe siècle (1989), ouvrage de référence que ne cessent de consulter tous les spécialistes et dont la nouvelle édition en 2012, considérablement augmentée, couvre la période 1807-1914. Englobant la totalité des théâtres parisiens, la musique ayant eu cours dans chacun à un moment ou à un autre, il donne pour chaque salle ou institution une somme considérable d’informations (origine, affectations, personnels artistiques, type de production, régime de fonctionnement, sources, bibliographie), permettant, comme l’écrit Joël-Marie Fauquet dans sa préface, « de saisir, dans son ampleur et sa diversité, l’activité d’un secteur culturel qui, pour avoir été maintenue en liberté étroitement surveillée jusqu’en 1864, étonne par son intensité ». Et il conclut, évaluant l’énorme documentation contenu dans cet opus : « À Nicole Wild revient l’enviable privilège de prouver qu’un seul livre peut parfois remplacer une bibliothèque. »

Parmi ces théâtres, celui de l’Opéra-Comique était particulièrement cher à notre amie musicologue. Elle a travaillé de nombreuses années sur son fonds musical, conservé alors salle Favart, et a contribué à attirer l’attention sur son intérêt et sa richesse, préparant son dépôt à la Bibliothèque-musée de l’Opéra. S’appuyant sur ces documents de première main, ainsi que sur les archives de la seconde institution lyrique de France, elle a publié en 2005, avec la collaboration de David Charlton pour le XVIIIe siècle, une somme sur son répertoire, couvrant pratiquement trois siècles de productions : Théâtre de l’Opéra-Comique, Paris : répertoire 1762-1972. Dans le même temps, l’iconographe qu’elle était faisait paraître en 2002, en collaboration avec Raphaëlle Legrand, une histoire remarquablement illustrée de ce genre typiquement français, qui a donné naissance à sa propre scène musicale : Regards sur l’opéra-comique : trois siècles de vie théâtrale. Son décès a été douloureusement ressenti dans ce théâtre, où ces deux publications sont d’un usage quotidien.

Aux yeux de ses collègues Yves Gérard et Jean Mongrédien, Nicole Wild, disparue le 29 décembre 2017, se caractérisait par son extrême discrétion, assortie d’une propension à ne pas se mettre en avant. Concernant ses travaux, tous deux soulignent qu’ils privilégient le retour impératif aux sources, avec le souci constant d’intégrer les documents originaux collectés dans une réflexion plus générale et de constituer un socle solide sur lequel les générations suivantes pourront bâtir à leur tour. Indubitablement, celle qui a fait avancer la recherche musicologique et historique sur les spectacles au XIXe siècle se considérait comme un chaînon dans une succession dynamique. Au sein de cette lignée, elle se situe sur le même rang qu’un Charles Nuitter, un Théodore de Lajarte, un Arthur Pougin ou un Charles Malherbe, y apportant son goût de la collaboration avec autrui et sa personnalité faite de droiture, de générosité, d’une grande douceur, profondément animée par la passion de la musique et de la recherche1.


  • Philippe Blay
  • Hervé Lacombe
  • Jean-Claude Yon

Les auteurs remercient pour leur aide Mme Jacqueline Wild, sœur de Nicole Wild, les professeurs Yves Gérard et Jean Mongrédien, ainsi que M. Thibault Louste, directeur du département du Personnel et de l’emploi de la Bibliothèque nationale de France, qui nous a permis de consulter le dossier de carrière de Nicole Wild, et Mme Sophie Lévy, responsable des archives du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris à la médiathèque Hector Berlioz.

Cet article est à retrouver sous forme imprimée dans : Philippe Blay, Hervé Lacombe, Jean-Claude Yon, “Nicole Wild (1929-2017)”, Revue de musicologie, 2019, tome 105, n° 1, p. 169-172.
Nous remercions les auteurs et la rédaction de la Revue de musicologie d’avoir autorisé cette republication en ligne.

  1. La bibliothèque de travail de Nicole Wild a été donnée par ses héritiers à la bibliothèque universitaire de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, où elle constituera le « fonds Wild ». Il viendra compléter le « fonds Tamvaco » déjà consacré aux spectacles et à la musique du XIXe siècle. []

Philippe Blay

Philippe Blay est conservateur en chef au département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France, agrégé et docteur en musicologie, diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (histoire de la musique, esthétique, musicologie). Ses publications portent sur le théâtre lyrique en France sous la Troisième République et l’œuvre de Reynaldo Hahn. Il est membre du comité de rédaction de la collection « L’Opéra français », éditée chez Bärenreiter sous la direction éditoriale de Paul Prévost (2009 →).

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Colloque : Mémoire sonore du Japon : le disque, la musique et la langue (25/1)

La Bibliothèque nationale de France célèbre le patrimoine sonore japonais conservé dans ses collections grâce à un colloque international organisé le 25 janvier prochain, sous le haut patronage de l’ambassade du Japon à Paris et dans le cadre de la saison culturelle « Japonismes 2018 ». Cet événement témoigne, après la mise en ligne du portail France-Japon et la numérisation de 55 globes de la Bibliothèque par l’entreprise japonaise Dai Nippon Printing Co., de la vitalité des liens noués entre la BnF et le Japon.

Continuer la lecture de Colloque : Mémoire sonore du Japon : le disque, la musique et la langue (25/1)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’ICONOGRAPHIE MUSICALE ET L’ART OCCIDENTAL – PORTRAITS DE MUSICIENS

Corrado Giaquinto, portrait de Carlo Broschi dit Farinelli, 1753
Museo internazionale e biblioteca della musica di Bologna

Les travaux qui se sont intéressés aux portraits de musiciens les ont longuement utilisés, d’une part comme images constitutives d’un « musée idéal » de l’histoire de la musique où les portraits des grands compositeurs étaient exploités au même titre que des extraits de leurs oeuvres, d’autre part comme prétexte à des biographies « en image » de musiciens.
À partir des années 1980, ont commencé à paraître des études d’ensemble avec une approche proprement iconographique visant à des essais de typologie, à la mise en évidence de codes de représentations, de la fonction et de la matérialité de ces portraits.
Néanmoins, malgré quelques compendiums et des séries d’études de cas sous forme d’articles, les ouvrages de synthèse sur l’évolution, les variantes, les théories et les particularités du portrait musical par rapport à d’autres portraits d’artistes, de créateurs ou de théoriciens restent à écrire.
La quatrième édition du séminaire présentera à la fois les étapes de ces différents travaux mais également les publications les plus récentes et les chantiers en cours. Il fera ressortir des questions de méthodologie, de corpus, de techniques (peinture, estampe, photographie, etc.), de genre (portrait officiel ou caricature) et s’achèvera par la représentation de fonds parisiens remarquables et cohérents (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Bibliothèque nationale de France).

Programme

  • Mercredi 30 janvier 2019, 17h-19h, BnF, salle Richelieu : Séance I – Historiographie et méthodologie

Florence Gétreau (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Le portrait de musicien : épistémologie et historiographie depuis la fin du XVIIIe siècle

Lorenzo Bianconi (Bologne, Università di Bologna)

L’iconothèque du Padre Martini : typologie des portraits de chanteurs

  • Mercredi 27 février 2018, 17h-19h, BnF, salle Richelieu : Séance II – Approches monographiques

Laurent Guillo (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Les portraits de Roland de Lassus (ou les six âges de l’homme)

Benedetta Saglietti (Turin, chercheuse indépendante)

Is that Beethoven ? Iconographic Shifts during the Composer’s Lifetime

  • Mercredi 27 mars 2018, 17h-19h, salle Richelieu : Séance III – L’art du portrait : les codes de représentation entre Ancien Régime et Romantisme

Florence Gétreau (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Le portrait de compositeur en France de 1660 à 1760 : les codes de représentation

Thierry Laugée (Paris, Sorbonne-Université)

Niccolò Paganini ou l’anatomie de la virtuosité

  • Mercredi 17 avril 2018, 17h-19h, salle Richelieu : Séance IV – Approches photographiques

Gunther Braam (Munich, Pestalozzi-Gymnasium)

Photographies et caricatures de Richard Wagner

Piyush Whadera (Paris, Centre André Chastel-UMR 8150)

Le compositeur, la muse, et la photographie. Représentations masculines à l’aune d’une nouvelle féminité visuelle, 1850-1914

  • Mercredi 22 mai 2018, 17h-19h, BnF, salle Richelieu : Séance V – Collections et collectionneurs

Pauline Girard et Juliette Jestaz (Bibliothèque historique de la Ville de Paris)

Les Caricatures de musiciens dans les fonds de la Bibliothèque
historique de la Ville de Paris : d’Horace Vernet à Daniel de Losques

Séverine Forlani (Paris, Bibliothèque-Musée de l’Opéra)

Les fonds iconographiques à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra

Fabien Guilloux (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Le Fonds Saint-Saëns à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra

Laurence Decobert (Paris, Bibliothèque nationale de France)

De Rondel à nos jours : les portraits de musiciens dans les collections
du département des Arts du spectacle de la BnF

Session hors-cycle

Dans le cadre du projet FAB-Musiconis (Sorbonne-Université/Columbia University), une session hors-cycle : à la Sorbonne, 54 rue Saint-Jacques, salle Pirro (J 326)
Coordination : Frédéric Billiet (IReMus), Susan Boynton (Columbia University)
Pour cette séance, réservation obligatoire avant le 8 janvier 2019 :
fabien.guilloux@cnrs.fr

Mercredi 9 janvier 2018, 15h-17h

  • Alice Tacaille (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

A la recherche d’un musicien : le triptyque du musée de Cluny

  • Kate Maxwell (Tromsø, Musikkonservatoriet Universitet i Tromsø)

Guillaume de Machaut and the multimodal performance of the page

  • Sarina Kuersteiner (Columbia University, Department of History)

Playing the Vielle in a Monstrance-Signum : Notarial Culture in
Medieval Bologna, 1260-1330

Comité scientifique

  • Frédéric Billiet (IReMus)
  • Karine Boulanger (Centre Chastel)
  • Florence Gétreau (IReMus)
  • Fabien Guilloux (IReMus)

Partenaires

  • Centre André Chastel (UMR 8150)
  • Institut de recherche en musicologie (UMR 8223)
  • Bibliothèque nationale de France

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, Salle Richelieu
  • 58 rue de Richelieu
  • Métro : Palais-Royal, Pyramides, Bourse ou Châtelet-les-Halles
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Ensemble Pizzicar Galante : la mandoline baroque à Venise au 18e s.

Pour clôturer le colloque dédié à la diaspora des artistes vénitiens au XVIIIe siècle, L’Institut culturel italien de Paris a invité l’ensemble Pizzicar Galante qui a à cœur la recherche et la promotion du répertoire historique de la mandoline. Nommé aux prestigieux International Classical Music Awards (ICMA) pour son premier disque dédié aux sonates pour mandoline de Valentini, l’ensemble met à l’honneur la mandoline vénitienne, instrument semblable à un petit luth et en tout point différent de la mandoline napolitaine classique que nous avons l’habitude d’entendre aujourd’hui. Dans un programme qui mêlera sonates de Vivaldi, Valentini et Venier, ils dévoileront quelques-unes des pages les plus importantes et fascinantes du répertoire de cet instrument.

Avec Anna Schivazappa (mandoline vénitienne), Ronald Martin Alonso (viole de gambe) et Fabio Antonio Falcone (clavecin).

Le carnet de la recherche la BnF mentionne l’événement car Anna Schivazappa est doctorante contractuelle à l’Université Paris-Sorbonne et musicienne-chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France. Spécialiste des mandolines anciennes, elle prépare actuellement une thèse en cotutelle sous la direction de Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne), Emilio Sala et Renato Meucci (Università Statale de Milan), portant sur les femmes mandolinistes en Italie entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. En tant que mandoliniste, elle travaille activement à la découverte et à la promotion du répertoire pour mandoline et basse continue au XVIIIe siècle, notamment avec son ensemble Pizzicar Galante, avec lequel elle se produit régulièrement en France et à l’étranger.

Au printemps prochain, l’ensemble fera paraître un nouveau disque lié à son projet de recherche à la BnF intitulé Sonates « pour dessus instrumental » à la mandoline : le cas de Scarlatti.

Informations pratiques

  • Date : 13 décembre 2018
  • Horaire: de 20h à 22h
  • Entrée : libre
  • L’événement est complet

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Trésors de la musique classique. Partitions manuscrites XVIIe-XXIe siècle

Couverture de Trésors de la musique classique

Un accès inédit aux manuscrits de 34 chefs-d’œuvre

Charpentier, Rameau, Bach, Vivaldi, Haydn, Mozart, Beethoven, Berlioz, Chopin, Liszt, Schubert, Schumann, Rossini, Gounod, Verdi, Wagner, Bizet, Offenbach, Massenet, Saint-Saëns, Franck, Fauré, Debussy, Dukas, Stravinsky, Boulanger, Ravel, Satie, Poulenc, Jolivet, Strauss, Messiaen, Dutilleux, Boulez.

Parcourant l’histoire de la création musicale, ce recueil de manuscrits lève le voile sur la fabrique de 34 chefs-d’œuvre de la musique classique, précieusement conservés dans les collections de la Bibliothèque nationale de France. Leur reproduction en fac-similé offre un accès inédit au processus de création des plus grands compositeurs de l’Europe baroque jusqu’aux audaces des XXe et XXIe siècles en passant par l’âge classique, la période romantique et les grandes heures de l’opéra. Chaque partition autographe est accompagnée du double éclairage d’un spécialiste, commentant la trajectoire du compositeur ainsi que la singularité du manuscrit. Une occasion unique d’entrer en contact avec les originaux d’œuvres inestimables, composées de mains de maîtres.

Auteurs

  • Mathias Auclair est directeur du département de la Musique à la Bibliothèque nationale de France. Il est l’auteur avec Élizabeth Giuliani de Rameau et la scène (BnF, 2014) et avec Pierre Provoyeur du livre Le Plafond de Chagall à l’Opéra Garnier (Gourcuff Gradenigo, 2014).
  • Avec les contributions de Rosalba Agresta, Benoît Cailmail, Damien Colas, Boris Courrège, Pénélope Driant, Valère Étienne, Romain Feist, Séverine Forlani, François-Pierre Goy, Bérenger Hainaut, Paul Prévost, Agnès Simon-Reecht, Marie-Gabrielle Soret, Catherine Vallet-Collot, Jean-Michel Vinciguerra.

Informations pratiques

  • Description : Relié, 272 pages, 100 pages de reproductions de partitions manuscrites et 90 illustrations, 24 × 32 cm
  • Date de parution : 24 octobre 2018
  • ISBN / EAN :  978-2-84597-700-6 / 9782845977006 ; 978-2-7177-2792-0 / 9782717727920
  • Éditeur :  BnF Éditions / Éditions Textuel
  • Prix : 55 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Osez Haydn !

Dans le cadre de sa résidence à l’Institut d’études avancées de Paris, le violoniste Julien Chauvin initie un premier festival « Haydn ».

Présentation

Au cours de ces deux journées d’expositions, tables rondes et concerts, il s’agira de réfléchir à la place de la musique du compositeur dans les programmes et les salles de concerts, de savoir pourquoi ses opéras restent si rares sur les scènes lyriques, pour quelles raisons ses œuvres sont souvent des premières parties de programmes associées à une autre pièce plus populaire…

Programmateurs, musicologues, historiens, musiciens de différents horizons seront invités pour des rencontres qui seront ponctuées de moments musicaux avec des artistes tels que Christophe Coin, Alain Planès, Kristian Bezuidenhout, le Quatuor Mosaïques, le Quatuor Cambini-Paris…

Les œuvres interprétées feront partie des partitions conservées par la Bibliothèque nationale de France, qui exposera exceptionnellement, et pour l’occasion, plusieurs manuscrits originaux.

Les thématiques abordées seront :

  • Les quatuor à cordes : mise en bouche ou plat résistance ?
  • Autour des manuscrits de la BnF et des éditions des Symphonies Parisiennes
  • Opéras de Haydn vs opéras de Mozart
  • Haydn dans les salles de concert
  • Symphonies : 107 chefs d’œuvre à redécouvrir
  • Haydn et les claviers

Programme

Vendredi 12 octobre

Exposition de manuscrits autographes de la BnF de 10h à 18h

  • 10h30-12h30 Les quatuors à cordes : mise en bouche ou plat de résistance ?
    Modérateur : Clément Rochefort (journaliste à France Musique)
    Intervenants : Pierre Korzilius (directeur de ProQuartet), Patrick Foll (directeur du Théâtre de Caen) et Antoine Manceau (manager général de La Belle Saison)
    Avec la participation du Quatuor Cambini-Paris
  • 14h-16h Autour des manuscrits de la Bnf et des éditions des Symphonies Parisiennes
    Modérateur : Julien Chauvin (Le Concert de la Loge, Quatuor Cambini-Paris)
    Intervenant(e)s : Mathias Auclair (directeur du département Musique à la BnF), Walter Reicher (intendant du Haydn Festspiele d’Eisenstadt) et Julien Dubruque (musicologue, responsable éditorial au CMBV)
  • 16h-18h Opéras de Haydn vs opéras de Mozart
    Modérateur : Ivan Alexandre
    Intervenant(e)s : Andreas Spering (chef d’orchestre et directeur du Brühler Schlosskonzerte), Marc Vignal (musicologue) et Mariame Clément (metteure en scène)
  • 20h Concert du Quatuor Mosaïques

Samedi 13 octobre

Exposition de manuscrits autographes de la BnF de 10h à 18h

  • 10h30-12h30 Haydn dans les salles de concert
    Modératrice : Gaëlle Le Dantec (journaliste à Concertclassic.com)
    Intervenants : Jeanine Roze (sous réserve) (productrice de concerts) et Laurent Muraro (programmation musicale de l’Auditorium du Louvre)
  • 14h-16h Symphonies : 107 chefs-d’oeuvre à redécouvrir
    Modérateur : Alain Cochard (rédacteur en chef de Concertclassic.com)
    Intervenants : Andreas Spering (chef d’orchestre et directeur du Brühler Schlosskonzerte), Márton Rácz (chef d’orchestre et directeur musical du Centre de culture, recherche et festival du château Eszterháza) et Jean-Alexandre Perras (historien de la littérature française du XVIIIe siècle, résident 2018-2019 de l’IEA de Paris)
  • 16h-18h Haydn et les claviers
    Modérateur : Gaëtan Naulleau (Chef de rubrique disques de Diapason et musicologue)
    Intervenants : Kristian Bezuidenhout (clavecin), Alain Planès (pianoforte) et Jérôme Hantaï (pianofortiste et gambiste)
  • 20h Concert de Kristian Bezuidenhout et Alain Planès

Informations pratiques

Date : 12 octobre 2018,  10h30 – 13 octobre 2018 22h00
Lieu : Institut d’études avancées de Paris Hôtel de Lauzun 17 quai d’Anjou 75004 Paris
Émail du responsable : information@paris-iea.fr
Réservations : https://www.paris-iea.fr/fr/evenements/osez-haydn

Image de Une : Franz Joseph Haydn par Johann Ernst Mansfeld, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84208590

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Mademoiselle Guimard, danseuse de l’Opéra sous l’Ancien Régime

Dans le cadre de l’opération « Dans les collections de la BnF », la Bibliothèque nationale de France poursuit son partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Tours. Intitulée Mademoiselle Guimard, danseuse de l’Opéra sous l’Ancien Régime, une nouvelle exposition est proposée. Elle s’articule autour du buste de celle qui porta aux plus hautes sphères le ballet anacréontique. Ce buste, sculpté par Gaëtan Merchi en 1779, sera entouré par une série de maquettes de costumes de Louis-René Boquet mettant en scène « la Terpsichore du XVIIIe siècle ».

Gaëtan Merchi, Buste de la Guimard, 1779, marbre blanc, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, MUS.143m

Dans les collections de la BnF

Chaque année, dans quatre ou cinq établissements patrimoniaux en région, la BnF présente un « trésor » ou une sélection d’œuvres de ses collections, faisant ainsi partager à un plus large public ses richesses patrimoniales. Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec les collections locales, le programme « Dans les collections de la BnF » vise à développer de véritables partenariats avec d’autres institutions, dans les domaines scientifiques et pédagogiques.
À Tours, le buste de Mademoiselle Guimard et les maquettes de ses costumes s’inscrivent parfaitement dans les collections du musée des Beaux-Arts qui conserve une très belle collection d’art du XVIIIe siècle. Cette exposition permet à la BnF non seulement de mettre en lumière ses collections mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur la bibliothèque numérique Gallica.
Depuis plusieurs siècles, la BnF collecte et préserve le patrimoine écrit et artistique de la France. Ses collections, d’une richesse exceptionnelle et d’une grande diversité, couvrent tous les champs du savoir et du patrimoine artistique : manuscrits richement enluminés, mais aussi photographies et estampes, cartes et plans, monnaies et médailles, chefs-d’œuvre de l’Antiquité, livres précieux,
trésors audiovisuels, costumes, partitions…
Sur son site historique de la rue de Richelieu à Paris, la BnF ouvrira en 2021 un musée pour présenter une anthologie de ses richesses patrimoniales, qui sont aussi celles de la Nation. L’opération « Dans les collections de la BnF » permet d’ores et déjà de faire connaître ces collections à un large public en région.

Marie-Madeleine Guimard (1743-1816)

Les qualificatifs pour désigner Marie-Madeleine Guimard ne manquent pas dans les chroniques de son temps et des années qui suivent. Qu’ils soient empreints d’admiration comme « l’aimable Terpsichore » ou au contraire teintés d’une certaine malice, tel que « le squelette des Grâces », ils démontrent surtout la place incontournable qu’occupe la danseuse dans le monde de l’Opéra au XVIIIe siècle.
Née en 1743 à Paris d’une union illégitime, elle commence sa carrière de danseuse en 1758 lorsqu’elle entre dans le corps de ballet de la Comédie-Française. Elle le quitte dès 1761 pour intégrer l’Opéra de Paris où, selon les mots de Noverre, maître de ballet à l’Académie royale de musique, elle « fixe les applaudissements du public depuis son début jusqu’à sa retraite ». Remarquée une première fois lorsqu’elle remplace en mai 1762 Allard et interprète le rôle de Terpsichore dans le prologue du ballet de Collin de Blamont, Les Festes grecques et romaines, sa réputation ne cesse de croître et elle obtient rapidement le plus haut statut de première danseuse. Se produisant pour les plus grands maîtres de son temps (Noverre, mais aussi Vestris ou Gardel), elle incarne des rôles nobles avant de se tourner vers le genre de demi-caractère, s’illustrant notamment dans Les Caprices de Galathée (1776), La Chercheuse d’esprit (1778) ou encore La Fête de Mirza (1781).
Ce succès, Mademoiselle Guimard ne le doit certainement pas à sa beauté. Les observateurs s’accordent pour souligner qu’elle n’a jamais été « ni belle, ni même jolie ». Sa maigreur lui attire les sarcasmes de ses rivales telle Arnould, et certains pamphlets volontairement outranciers la dépeignent comme ayant « la cuisse flasque ». Pourtant, elle parvient à séduire le public par sa tournure incomparable et son ton exquis, occupant les devants de la scène pendant près de trente ans. Élève des trois Grâces selon ses admirateurs, elle inspire les poètes qui lui dédient des vers sur l’art de la danse-pantomime dans laquelle elle excelle, et porte aux plus hautes sphères le ballet anacréontique.

Fig.1 : Marie-Madeleine Guimard dans Le Premier Navigateur, ballet de Gardel, lithographie, BnF, département de la Musique, Est. Guimard 002

En 1785, alors qu’elle a déjà atteint un âge respectable pour sa profession et qu’elle paraît dans le ballet Le Premier Navigateur (fig.1), un critique exhorte encore ses lecteurs à contempler la Guimard pour puiser, « dans ses moindres mouvements, le goût sans lequel rien ne peut être agréable ». La danse n’est pour autant pas l’unique raison qui contribue à la notoriété de la première danseuse. Sa vie galante a nourri dès ses débuts les gazettes en tous genres. Choisissant ses amants parmi la haute société (le prince de Soubise, les évêques d’Orléans et de Cambrai ou le fermier-général de La Borde pour ne citer qu’eux), elle s’assure ainsi de confortables revenus qui lui permettent de mener un train de vie remarquable. Elle se fait construire deux hôtels particuliers à Pantin et à la Chaussée-d’Antin (ce dernier appelé « le Temple de Terpsichore », fig. 2) dans lesquels elle organise de fastueux bals, opéras et autres spectacles auxquels accourt le Tout-Paris. Malgré ces soutiens et les larges traitements qu’elle parvient à obtenir de l’Opéra, elle fait faillite et se voit obligée de vendre à la loterie son « Temple » en 1786.

Fig. 2 : Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806), maison de Mademoiselle Guimard, rue de la Chaussée-d’Antin, lavis à l’encre brune, mine de plomb sur papier, BnF, département des Estampes et de la photographie, Rés. Fol-VE-53(F)

Elle fait ses adieux à la scène à Londres en 1789 et abandonne dans le même temps la vie libertine en se mariant à Despréaux la même année. Elle s’éteint dans l’anonymat en 1816.

Le buste de la Guimard et les maquettes de costumes de Boquet

La Guimard n’utilise pas les largesses dont elle bénéficie pour son seul plaisir mais sait se montrer généreuse envers les artistes qu’elle fréquente.
Parmi ceux-ci, le plus célèbre est probablement Fragonard. D’autres,
à la postérité moins affirmée, ont également su s’attirer les bonnes grâces de la danseuse comme Gaëtan Merchi.
Ce sculpteur, né à Brescia (Italie) en 1747, s’installe à Paris en 1777 et rencontre la Guimard, alors au sommet de sa gloire, qui lui commande un buste en 1779.
En marbre blanc, il parvient à rendre à la première danseuse toute la volupté et la sensualité qui font alors sa réputation au XVIIIe siècle. Possédé par Nivelon, danseur qu’elle côtoie en 1784 et qui aurait compté parmi ses amants, il le lègue à l’Opéra de Paris en 1838, alors situé rue Le Peletier. Le buste est placé dans le foyer de la danse, dominant ainsi l’ensemble des danseurs, figurants et autres
habitués qui viennent s’y installer. Il entre dans les collections de la Bibliothèque nationale en 1935, date à laquelle lui est rattachée la Bibliothèque-musée de l’Opéra (cat. 1).
Le goût de Mademoiselle Guimard pour les beaux atours participe de sa réputation. Elle s’entoure ainsi des meilleurs costumiers pour l’habiller. Les costumes dessinés par Boquet (entré au service de l’Opéra en 1758-59) pour la « moderne Terpsichore » permettent de mieux saisir la grâce et la distinction qui ont fait sa renommée (cat. 2-7).

Sylvie, 1765, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VI-2

Liste des oeuvres exposées

  1. Gaëtan Merchi, Buste de la Guimard, 1779, marbre blanc, H : 73 cm ; L : 50 cm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, MUS.143m
    Six maquettes de costumes de Louis-René Boquet (1717-1814)
  2. Caractère de la folyie, Prologue, 1762, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier, 231 x 157 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 V-49
  3. Les Festes liriques, 1766, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier, 236 x 155 mm. BnF, Bibliothèque-musée de  l’Opéra, D216 VII
  4. Sylvie, 1765, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 270 x 359 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VI-2
  5. Le Carnaval du Parnasse, 1767, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 234 x 149 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VII-53
  6. Azollan, 1774, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 251 x 181 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-5
  7. Ismene, 1770, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 212 x 167 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 V-5

Azollan, 1774, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-5

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Repenser la Musique en France à l’époque baroque (19-23 juin)

L’Institut de Recherche en Musicologie (IReMus – CNRS, Sorbonne Université, Bibliothèque nationale de France), le Centre de Musique Baroque de Versailles (CMBV) et la Fondation Royaumont organisent un colloque international qui se tiendra les 19-23 juin 2018, à Paris, Versailles et Royaumont.

Argument

Depuis la parution du livre de James Anthony sur la musique baroque française en 1974, les recherches sur la musique jouée et composée en France durant l’époque baroque se sont enrichies de nombreuses connaissances et de nouvelles approches. Ce renouveau dans la recherche a été accompagné, en France, par l’implication forte d’institutions qui ont favorisé les échanges entre musiciens et chercheurs (Centre de Musique Baroque de Versailles, Institut de Recherche sur le Patrimoine Musical en France – devenu Institut de Recherche en Musicologie (IReMus) – Fondation Royaumont, Centre culturel de rencontre d’Ambronay, entre autres). Et pourtant, on constate que les études sur la musique française n’ont pas une visibilité analogue à celles des musiques allemandes et italiennes.

Le 350e anniversaire de la naissance de François Couperin en 2018 offre aux chercheurs et aux interprètes une occasion de réévaluer les travaux antérieurs, et de mener une réflexion plus large sur les perspectives de recherche sur la musique des XVIIe et XVIIIe siècles en France. En écho aux Goûts réunis et aux Nations de Couperin, ces réflexions concerneront un périmètre géographique élargi aux échanges internationaux et permettront de dégager de nouvelles pistes pour l’avancée des connaissances.

Rethinking Music in France during the Baroque Era

Since the 1974 publication of James Anthony’s book French Baroque Music, research about the music that was performed and composed in France during the Baroque era has enriched its knowledge-base and investigative approaches. In France, this research revitalisation has been accompanied by the considerable involvement of institutions that have fostered dialogue between musicians and researchers (the Centre de Musique Baroque de Versailles, the Institut de Recherche sur le Patrimoine Musical en France – now Institut de Recherche en Musicologie (IReMus) – the Royaumont Foundation, and the Centre Culturel de Rencontre d’Ambronay, among others). And yet, studies of French music have noticeably less visibility than those of German or Italian music.

The 350th anniversary of François Couperin’s birth in 2018 provides an opportunity for researchers and performers to re-evaluate previous work and reflect more broadly on research perspectives for the study of French music of the 17th and 18th centuries. In response to Couperin’s Les Goûts réunis and Les Nations, these reflections will relate to a geographical perimeter that extends to international dialogue and will allow new avenues for advancing research to be revealed.

 Comité d’organisation : Cécile Davy-Rigaux (CNRS – IReMus), Théodora Psychoyou (Sorbonne Université – IReMus), Laurence Decobert (Bibliothèque nationale de France – IReMus), Sylvain Caron (Université de Montréal), Solveig Serre, Julien Charbey (CMBV), Thomas Vernet (Fondation Royaumont)

Programme

Livret complet : http://www.iremus.cnrs.fr/sites/default/files/programme_rethinking_6.pdf

Comité scientifique

  • Mario Armellini (Université de Rouen, France)
  • Margaret Butler (University of Florida, États-Unis d’Amérique)
  • Michele Calella (Universität Wien, Autriche)
  • Don Fader (The University of Alabama, États-Unis d’Amérique)
  • Thierry Favier (Université de Poitiers, France)
  • Catherine Gordon-Seifert (Providence College Rhode Island, États-Unis d’Amérique)
  • Denis Herlin (CNRS IReMus, France)
  • Thomas Leconte (CMBV, France)
  • Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université — IReMus, France)
  • Arnaldo Morelli (Università Degli Studi Dell’Aquila, Italie)
  • Davitt Moroney (University of California, Berkeley, États-Unis d’Amérique)
  • Lois Rosow (Ohio State University, États-Unis d’Amérique)
  • Louise Stein (University of Michigan, États-Unis d’Amérique)
  • Shirley Thompson (Univertsity of Birmingham, Royaume-Uni)
  • Alvaro Torrente (Universidad Complutense Madrid, Espagne)

Modalités pratiques

  • 19 juin, 18H00 — Site historique de la Sorbonne
    Adresse : Amphithéâtre Richelieu,17, rue de la Sorbonne, Paris 75005
  • 20 juin, à partir de 8H30 — Galerie Colbert, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), Bibliothèque nationale de France (BNF)
    Adresse : 2, rue Vivienne 75002 Paris
  • 21 juin, 9H30 — L’Hôtel des Menus-Plaisirs, Centre de Musique Baroque de Versailles
    Adresse : 22 Avenue de Paris, 78000 Versailles
  • 22-23 juin — Abbaye de Royaumont
    Transfert en bus spécial
  • Contact : rethinking@sciencesconf.org
  • Site : https://rethinking.sciencesconf.org

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Call for papers : 3d congress tosc@paris.2019 : Transnational Opera Studies Conference (TOSC)

Call for papers for the third edition of the tosc@ congress which will take place in Paris, from June 27 to 29, 2019.

Following the success of the first two meetings (tosc@bologna.2015 and tosc@bern.2017), the third edition of the tosc@ conference will take place in Paris, France, from 27 to 29 June 2019.

The event will be organised by the University of Paris 8, and hosted at the Opéra de Paris and the Institut national d’histoire de l’art, partners of tosc@paris.2019 along with the Bibliothèque nationale de France and the Musée du Louvre. The conference will also benefit from the participation of the Opéra-Comique and the Centre Pompidou-Metz.

tosc@paris.2019 will engage directly with current theatrical production, encouraging fertile exchanges between researchers, artists, spectators, theatre professionals and other players of the operatic stage who contribute to its influence and success. It will also be an opportunity to celebrate the 350th anniversary of the Opéra de Paris, and special moments will be dedicated to the Opéra de Paris and its history.

The Programme Committee will consist of :

  • Joy H. Calico (Vanderbilt University)
  • Georgia Cowart (Case Western Reserve University)
  • Céline Frigau Manning (Université Paris 8 – Institut universitaire de France)
  • Sarah Hibberd (University of Bristol)
  • Kordula Knaus (Universität Bayreuth)
  • Hervé Lacombe (Université Rennes 2)
  • Isabelle Moindrot (Université Paris 8)
  • Emanuele Senici (Sapienza – Università di Roma)

Céline Frigau Manning and Isabelle Moindrot are also the conference organizers.

La Tosca, [acte] II : [mort du baron Scarpia]

Call for papers

The Programme Committee has now decided to welcome proposals in the following formats :

  • individual papers (20 minutes long, with 10 minutes for discussion) ;
  • themed sessions (three or four papers, each 20 minutes long with 10 minutes for discussion – please note that the Committee reserves the right to accept one or several proposals on a separate basis even if the entire panel is not selected) ;
  • roundtable sessions (up to six people each giving a brief position paper, followed by a general discussion).

We invite submissions on any subject related to opera and other forms of musical and music theatre.

Presentations which integrate performative aspects, or other atypical formats, are welcome.
Methodologies may be varied, traversing disciplines and perspectives: verbal text, music, drama, performance, interpretation, declamation, painting, scenography, dance, staging, stage technology, cinema, photography, video, television, radio, digital arts, as well as reception, historiography, economics, ecology, opera and society, opera and the media, opera and the other arts, etc.
On the occasion of the 350th anniversary of the Opéra de Paris, proposals focusing on operatic institutions, their history and current perspectives, and in particular on the Opéra de Paris, are encouraged. Proposals that engage with the question of opera in a globalised world, as well as transnational perspectives, will also be of particular interest to the committee.
Preference will be given to proposals that explore questions and problematics, rather than simply offering descriptive accounts.

Proposals may be in English, French, German or Italian. They must include the following :

  • author’s full name ;
  • country and institution ;
  • e-mail address ;
  • paper title ;
  • abstract.

Abstracts should be prepared as follows :

  • individual papers : maximum 350 words ;
  • themed sessions : a 250-word summary outlining the aims of the session and a 350word abstract for each paper ;
  • roundtable sessions : a 250-word summary outlining the aims of the session, and a brief description of each position paper.

Typically, an academic abstract should include a clear statement of the topic and research question(s), contextualised within existing knowledge ; a summary of the argument, evidence and conclusions ; and an explanation of why the topic and findings are important.

Abstracts should thus include all necessary information that will allow the Programme Committee to evaluate the paper’s quality and originality and its potential as an oral presentation.

Proposals must be submitted as attachments by email as a Word file (“.doc” or “.docx” – not “.pdf”) to : paristosc@gmail.com by 30 September 2018.

Everyone submitting a proposal will be sent a confirmation email ; if you do not receive a notification within six days, please resend the proposal.

All abstracts will be anonymised before being evaluated by the Programme Committee. Do not to include any information in your abstract that could reveal your identity (such as “As I have shown in my earlier article…”).

All those who have submitted a proposal will be notified of the outcome by the beginning of January 2019.

All those who have submitted a proposal will be notified of the outcome by the beginning of January 2019.

Following acceptance by the Programme Committee, there will be an opportunity to revise abstracts before their publication in the conference programme.

tosc@lab – The “abstracts” workshop

As announced in April 2018 upon the initial publication of the Call for Papers, the tosc@lab (abstracts workshop) was successfully held in June 2018 and provided an independent and academic guidance to participants wanting to improve their proposals.

Fees

As for other events of this kind, participants (speakers and spectators) will be required to pay for themselves. The precise registration fee will depend on the number of participants, and will be confirmed when the notification of accepted papers is sent; it will, however, be no more than €100, and will include three buffets. A special effort will be made for students in order to reduce their registration fees.

The tosc@paris.2019 award

The Programme Committee will offer an award for the best paper presented by a junior scholar at the conference. All those born after 1984, and whose papers are accepted for the conference, will be eligible.

Those who wish to be considered for this award must submit the final version of their paper to the Programme Committee (accompanied by any musical examples, images, etc.) to paristosc@gmail.com by 20 May 2019.

The tosc@paris.2019 award will be awarded at the end of the event (29 June 2019) by Marco Beghelli (Università di Bologna), founder of the Transnational Opera Studies Conference and organizer of the first edition (tosc@bologna.2015).

The winner will be invited to submit the oral presentation as a full article for publication in a prominent international peer-reviewed journal, and will be invited to present a new paper at a plenary session of the fourth edition of tosc@.

Calendar

  • 30 September 2018 : Deadline for the candidates’ submissions
  • Early January 2019 : Announcement of the results
  • 20 May 2019 : Deadline for submissions to the tosc@paris.2019 award
  • 20 May-20 June 2019 : Evaluation of young researchers’ papers
  • 27-29 June 2019 : tosc@paris.2019

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : 3e congrès tosc@paris.2019 : Transnational Opera Studies Conference (TOSC)

Appel à communications pour la troisième édition du congrès tosc@ qui aura lieu à Paris, du 27 au 29 juin 2019.

Argument

Fondé à Bologne en 2015 sur le modèle des congrès thématiques mondiaux (the Medieval and Renaissance Music Conference, Baroque Music Conference etc.), tosc@ propose une rencontre biennale rassemblant des chercheurs, des artistes et des passionnés d’opéra de tous les pays.
Ouvert, itinérant, conçu sans exclusive d’approches, de formes, de genres ni de périodes, le congrès tosc@ veut unir l’excellence et l’audace de la recherche contemporaine sur l’opéra. Le congrès se déplace de ville en ville, encourageant la présence de contributeurs des pays hôtes, élargissant le cercle de ses participants et favorisant les rencontres entre les cultures et les sensibilités. Il espère ainsi développer l’intérêt pour l’opéra parmi les jeunes chercheurs, qu’ils soient musicologues ou venus d’autres disciplines.
Les communications peuvent être présentées dans la (ou les) langue(s) du pays d’accueil ou en anglais. Toutes et tous sont invités à y prendre part, quel que soit leur statut professionnel.
Comme dans les congrès de ce genre, les frais sont à la charge des congressistes et des spectateurs, mais les droits d’inscription seront maintenus aussi faibles que possible.
Le nom de ce congrès est désigné par l’acronyme
T ransnational
O pera
S tudies
C onference
@
suivi de la ville d’accueil et de l’année.

Troisième congrès : tosc@paris.2019

Après le succès des premières rencontres (tosc@bologna.2015 et tosc@bern.2017), la troisième édition du congrès tosc@ aura lieu à Paris, du 27 au 29 juin 2019.

La manifestation sera organisée par l’Université Paris 8, et accueillie à l’Opéra de Paris ainsi qu’à l’Institut national d’histoire de l’art, partenaires de tosc@paris.2019 avec la Bibliothèque nationale de France et le Musée du Louvre. Le congrès bénéficiera en outre de la participation de l’Opéra-Comique et du Centre Pompidou-Metz.

Le congrès sera placé au cœur des problématiques de la production vivante, et pourra mettre l’accent sur les échanges féconds entre chercheurs, artistes, spectateurs, professionnels du spectacle et acteurs moins connus du monde lyrique qui contribuent au rayonnement de l’opéra. Il sera aussi l’occasion de fêter les 350 ans de l’Opéra de Paris, et des temps forts y seront consacrés à l’Opéra de Paris et à son histoire.

Le Comité scientifique est composé de :

  • Joy H. Calico (Vanderbilt University)
  • Georgia Cowart (Case Western Reserve University)
  • Céline Frigau Manning (Université Paris 8 – Institut universitaire de France)
  • Sarah Hibberd (University of Bristol)
  • Kordula Knaus (Universität Bayreuth)
  • Hervé Lacombe (Université Rennes 2)
  • Isabelle Moindrot (Université Paris 8)
  • Emanuele Senici (Sapienza – Università di Roma)

Céline Frigau Manning et Isabelle Moindrot seront en outre les organisatrices du congrès.

La Tosca, [acte] II : [mort du baron Scarpia]

Appel à communications

Plusieurs types de propositions seront accueillies :

  • proposition de communication individuelle (20 minutes, suivies de 10 minutes de discussion) ;
  • proposition de panel thématique (trois ou quatre communications, chacune de 20 minutes, suivie de 10 minutes de discussion – le comité se réservant d’accepter une ou plusieurs interventions séparées si le panel entier n’était pas retenu) ;
  • proposition de table ronde (jusqu’à six intervenants, chacun.e exposant un positionnement bref sur la question, le tout suivi d’une discussion générale).

Les propositions peuvent porter sur tout sujet lié à l’opéra ou à d’autres formes de théâtre musical. Des présentations performées ou aux formats atypiques sont bienvenues.

Les approches pourront être multiples, transversales et croisées : par le texte, la musique, la dramaturgie, la performance, la déclamation, la peinture, la scénographie, la danse, la mise en scène, les technologies de la scène, le cinéma, la photographie, la vidéo, la télévision, la radio, les arts numériques, mais aussi l’interprétation, la réception, l’historiographie, l’économie, l’écologie, ou encore à travers les liens entre l’opéra et la société, l’opéra et les média, l’opéra et les autres arts…

On privilégiera les propositions explorant des enjeux problématisés, plutôt que les approches purement descriptives. Les propositions peuvent être soumises en français, anglais, italien ou allemand. Elles doivent comprendre :

  • le nom complet ;
  • le pays et l’institution ;
  • l’adresse mail ;
  • le titre de la communication ;
  • un résumé.

Les résumés doivent prendre la forme suivante :

  • communication individuelle : un résumé de 350 mots maximum ;
  • panel thématique : un résumé général de 250 mots présentant les enjeux et objectifs de la séance et un résumé de chaque intervention individuelle (350 mots chacun) ;
  • table ronde : un résumé général de 350 mots décrivant les objectifs de la session et donnant une brève description de chaque positionnement individuel.

En règle générale, un résumé scientifique doit énoncer clairement le sujet et la problématique de recherche, mis en contexte par un bref état des connaissances établies sur le sujet, présenter brièvement l’argument et l’orientation de la communication, et expliquer pourquoi le sujet et les résultats de cette recherche sont importants.

Les résumés devront donc comporter tous les éléments permettant au Comité scientifique d’évaluer la qualité et l’originalité de la problématique, l’apport de la recherche par rapport à la littérature scientifique existante, ainsi que son potentiel pour une présentation publique.

Les propositions doivent être soumises sous forme de pièces jointes sous format Word (« .doc » ou « .docx », et non pas « .pdf ») par mail à : paristosc@gmail.com le 30 septembre 2018 au plus tard.

Toute proposition donnera lieu à un accusé de réception par mail. Si la notification ne vous est pas parvenue dans un délai de six jours, merci de soumettre de nouveau votre proposition.
Tous les résumés seront anonymisés avant d’être expertisés par le Comité scientifique. Les résumés ne devront donc comporter aucune information qui permettrait de révéler l’identité de leurs auteurs (telle que “Comme je l’ai montré dans mon article…”).
Toutes celles et tous ceux qui auront soumis une proposition seront informé.e.s de l’issue du processus de sélection d’ici début janvier 2019.
En cas d’acceptation par le Comité scientifique, le résumé de la communication pourra faire l’objet de modifications en amont de la publication du programme.

tosc@lab – L’atelier « résumés »

Annoncé lors de la première publication de l’Appel à communications en avril 2018, le tosc@lab s’est tenu en juin 2018 avec succès et a offert à celles et ceux qui le souhaitaient un accompagnement scientifique indépendant dans la formulation de leur proposition.

Droits d’inscription

Les droits d’inscription seront pris en charge par les participant.e.s (présentant une communication ou assistant au congrès), selon l’usage des congrès internationaux. Le montant exact des droits dépendra en partie du nombre de participants, et sera confirmé au moment de la notification des résultats de la sélection. Il ne dépassera cependant pas 100 €, et inclura trois buffets au moins. Un effort particulier sera fait en direction des étudiants pour réduire leurs frais d’inscription.

Le Prix tosc@paris.2019

Le Comité scientifique remettra un prix à la meilleure communication présentée par un.e jeune chercheur.se lors du congrès. Sont éligibles toutes les communications sélectionnées par le Comité et présentées par des candidat.e.s né.e.s après 1984.

Celles et ceux qui souhaitent candidater pour le prix devront soumettre la version finale de leur communication et l’adresser (accompagnée d’éventuels exemples musicaux, matériel iconographique, etc.) à paristosc@gmail.com au plus tard le 20 mai 2019.

Le Prix tosc@paris.2019 sera décerné à l’issue de la manifestation (29 juin 2019) par Marco Beghelli (Università di Bologna), fondateur de la Transnational Opera Studies Conference et organisateur de la première édition (tosc@bologna.2015).

Le ou la gagnante sera invité.e à publier son travail sous forme d’article dans une grande revue internationale à comité de lecture, et convié.e à présenter une nouvelle communication en session plénière, à l’occasion de la quatrième édition de tosc@.

Calendrier

  • 30 septembre 2018 : clôture de l’appel à communications
  • Début janvier 2019 : résultats de la sélection
  • 20 mai 2019 : clôture des candidatures pour le Prix tosc@paris.2019
  • 27-29 juin 2019 : congrès tosc@paris.2019

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour la thèse de Cécile Kubik

Dans ce carnet de recherche nous avions annoncé la soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-20151. Aujourd’hui, quelques nouvelles de la suite de son parcours.

Sa thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe siècle (1800-1870) : des sources au concert, s’est vue décerner le Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour l’année 2017, dans le cadre des Prix de la Chancellerie des Universités de Paris dont la cérémonie de remise des prix s’est tenue le 5 décembre 2017 au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne.

Les prix solennels récompensent l’excellence de la valeur universitaire et scientifique d’une thèse de doctorat soutenue au cours de l’année civile précédant l’année d’attribution. Ils s’adressent à tous les étudiants franciliens en droit et sciences politiques, sciences économiques et gestion, médecine et sciences, lettres et sciences humaines et pharmacie. Sur les 15 prix en Lettres et Sciences Humaines, seul l’un d’entre eux était destiné aux arts et à l’histoire ancienne. La musicologie n’a qu’une seule fois remporté les faveurs du jury dans l’histoire des Prix de la Chancellerie.

Avec cette distinction, c’est aussi le doctorat de Musique : Recherche et Pratique (Université Paris-Sorbonne/CNSMDP), qui obtient une reconnaissance.

Comme l’écrit Gilles Pécout, recteur de la région académique Île-de-France et de l’académie de Paris, Chancelier des universités, dans le livret des lauréats 2016 :

Loin de couronner seulement la fin d’un cursus, ces prix marquent aussi le début d’un parcours prometteur, et doivent contribuer à aider tous les jeunes docteurs primés à réaliser leurs ambitions dans la poursuite de leur carrière, notamment pour ceux d’entre eux qui deviendront chercheurs ou enseignants-chercheurs. C’est une reconnaissance académique marquante de leurs talents quoi doit les encourager à continuer leurs travaux, avec la même exigence et la même liberté, dans la voie qu’ils ont commencé à tracer.

Formons le vœu que cette ancienne  musicienne-chercheuse associée puis musicienne-chercheuse invitée Pasteur Vallery-Radot à la Bibliothèque nationale de France (BnF) ainsi récompensée trouve, après sa qualification aux fonctions de maître de conférences (sections 18 et 22) un poste lui permettant de faire fructifier le doctorat “Recherche et Pratique”.

On peut toutefois s’étonner qu’un tel doctorat soit mis en place sans que la question du débouché professionnel permettant à la fois de mener des activités de recherche-enseignement et une pratique musicale n’ait été imaginé car, dans les faits, les postes proposés aux docteurs-interprètes concernent soit la recherche (maître de conférences en musicologie), soit l’enseignement dans les conservatoires et pôles supérieurs de musique. Rien encore ne semble leur permettre de poursuivre leur double activité professionnellement tout en étant évalués pour cette double compétence. Cécile Kubik, qui avait rendu compte des apports mais aussi des limites de ce doctorat “Recherche et Pratique”, plaidait dès 2015 pour la création d’un statut d'”enseignants-chercheurs-interprètes”2.

  1. Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015, https://bnf.hypotheses.org/1135 []
  2. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique »», Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://hermes.hypotheses.org/44> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Histoire de la BnF : Bibliothèque-musée de l’Opéra

Après la création du Comité d’histoire de la BnF,  certains de ses membres s’étaient attachés à publier des notices biographiques des différents directeurs de la Bibliothèque nationale du XIVe siècle à nos jours ainsi que des biographies des directeurs de départements “historiques” de la bibliothèque, à savoir les départements des Imprimés, des Périodiques, des Manuscrits, des Monnaies, médailles et antiques (directeurs du département des Monnaies, Médailles et Antiques depuis 1719 ; intendants et gardes du Cabinet des médailles des origines à 1753), et des Estampes et photographie.

Une lacune était à noter dans ce travail de nature prosopographique, paradoxalement le plus complet, celui de la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

Rappelons que la Bibliothèque-musée de l’Opéra est rattachée à la Bibliothèque nationale depuis 1935. Elle tire son origine de la bibliothèque et des archives de l’Opéra, créés en 1866, et du musée, ouvert au public en 1881.  À la création du département de la musique en 1942, la bibliothèque-musée de l’Opéra lui est rattachée. Bénéficiant auparavant d’une direction, elle est désormais un service du département de la musique dont le directeur actuel, auteur du travail prosopographique, était l’adjoint au directeur de la bibliothèque-musée de l’Opéra.

La Bibliothèque est installée dans l’ancien « Pavillon de l’Empereur » du Palais Garnier, destiné à Napoléon III. Situé dans l’aile occidentale du bâtiment, côté jardin, ce pavillon comprenait une rampe d’accès à une rotonde « à couvert » pour les voitures à chevaux. À l’étage supérieur, se trouvaient un salon et un fumoir, d’où le chef de l’État pouvait accéder à sa loge. Après la chute du Second Empire, cet espace fut cédé à la Bibliothèque-musée.

La configuration actuelle de la Bibliothèque-musée de l’Opéra date de 1991. La salle de lecture occupe le salon, les expositions temporaires la rotonde basse, et les collections permanentes du musée l’ancien fumoir.

Avec le lancement d’un nouveau site du Comité d’histoire de la BnF (http://comitehistoire.bnf.fr/), cette lacune est désormais comblée.

En sus, en guise d’addendum, nous proposons à la communauté des chercheurs, historiens et amateurs de l’histoire de la BnF, une liste des archives conservées à la BnF concernant la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BMO) et dont une partie reste conservée à la BMO.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Année Claude Debussy : ressources de la BnF

Ce 19 janvier 2018, un concert donné par Daniel Barenboim à la Philharmonie de Paris en présence du président français et de la chancelière allemande a marqué le lancement de la commémoration du centenaire de la mort du compositeur Claude Debussy (22 août 1862 – 25 mars 1918). Ce centenaire est l’occasion de mentionner les ressources disponibles à la Bibliothèque nationale de France (BnF).

Claude Debussy, tirage de démonstration de l’Atelier Nadar

Le jour anniversaire de la mort du compositeur, soit le 25 mars, se tiendra une « Nuit blanche Debussy ». Le ministère de la Culture prévoit la publication prochaine d’un site internet1 pour signaler  tous les événements de la commémoration qui durera jusqu’au 25 mars 2019.

Rappelons que la Bibliothèque nationale de France s’était mobilisée à l’occasion du centenaire de sa naissance en présentant une exposition sur le site Richelieu, galerie Mansart, du 22 juin au 30 septembre 19622 dont le commissariat était assuré par le musicologue, spécialiste de Debussy, François Lesure, conservateur au département de musique de la Bibliothèque Nationale3.

Est-il besoin de rappeler que c’est à François Lesure que l’on doit la création du Centre de documentation Claude Debussy4 – aujourd’hui hébergé dans les locaux du département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France depuis 1996 – et ses Cahiers Debussy 5. François Lesure fut aussi l’initiateur de l’édition critique des œuvres complètes6 et de l’édition de la correspondance générale de Claude Debussy7 et l’auteur de travaux pionniers parmi lesquels l’édition du catalogue de l’œuvre8 et d’une biographie critique du compositeur9.

Dans l’attente du calendrier des événements, signalons d’ores et déjà le cycle de neuf conférences Claude Debussy, Claude de France10 organisé par la Philharmonie de Paris et au cours duquel interviennent nos collègues de l’Institut de recherche en musicologie (IReMus, CNRS, Université Paris-Sorbonne, Bibliothèque nationale de France, Ministère de la Culture) Denis Herlin et Myriam Chimènes. Le premier, qui a œuvré avec François Lesure pour l’établissement de la correspondance de Debussy11, a évoqué ce 11 janvier L’univers symboliste de Debussy : la Librairie de l’Art indépendant (1890-1895)12. Le 25 janvier, Myriam Chimènes a dressé le portrait de La société parisienne et la carrière de Debussy13. Jeudi 5 avril, Denis Herlin interviendra de nouveau : A la recherche de couleurs orchestrales : du Prélude à l’après-midi d’un faune aux trois Nocturnes14.

Mais alors que s’achève le Week-end Debussy 100 à la Philharmonie de Paris, donnons à voir quelques-unes des ressources de la BnF, notamment au travers de la base de données sémantique de la BnF, data.bnf.fr15, qui, si elle ne moissonne pas l’intégralité des recensements de collections de la BnF, permet de visualiser la richesse et la variété d’un grand nombre d’entre elles.

Ainsi, au jour où nous publions, le site propose :

  • 7 499 documents liés à la notice d’autorité de Claude Debussy dont 656 sont numérisés et donc consultables dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF ;
  • 818 documents au sujet de Claude Debussy.

Le site data.bnf.fr, exploitant les codes de fonction attribués aux rôles de Claude Debussy dans les notices descriptives des 7 499 documents, offre la répartition suivante :

C’est ainsi que tout un chacun peut accéder et  déchiffrer la musique de Claude Debussy sur ses manuscrits musicaux, comme le donne à voir cet extrait de La Mer (accès au manuscrit complet en cliquant sur l’image) :

La mer : trois esquisses symphoniques pour orchestre : 4 mains : manuscrit autographe de Claude Debussy

Celui qui souhaite élargir sa recherche peut consulter les notices suivantes permettant de rebondir sur les notices bibliographiques qui leurs sont  liées dans les bases citées :

  1. Dans l’attente du site web, Claude Debussy figure sur la page des Commémorations nationales 2018 du portail des archives de France, FranceArchives, avec une notice qui renvoie à celle du 150e anniversaire de la naissance du compositeur, url : <https://francearchives.fr/fr/commemo/recueil-2018/82601648>. []
  2. Lesure, François, Claude Debussy, Paris : Bibliothèque Nationale, 1962, 1 vol. (72 p.-8 p. de pl.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6456586n/f10.image>. []
  3. « François Lesure », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Lesure>. []
  4. Cf. son site internet : http://www.debussy.fr/cdfr/centre/centre.php []
  5. Cf. http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34378787n []
  6. Œuvres complètes de Claude Debussy, Paris : Durand : Costallat, cop. 1985-, http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb395806552 []
  7. Lettres : 1884-1918 / Claude Debussy ; réunies et présentées par François Lesure, Paris : Hermann, 1980. Rééd. Paris : Hermann, 1993. Rééd. [Paris] : Gallimard, impr. 2005. []
  8. Catalogue de l’œuvre de Claude Debussy, Genève : Minkoff ; [Paris] : [diffusion Frankelve], 1977. []
  9. Claude Debussy : biographie critique, [Paris] : Klincksieck, 1994. []
  10. Cf. programme en ligne, url : <https://philharmoniedeparis.fr/fr/programmation/culture-musicale/cycles-et-seances-de-culture-musicale/claude-debussy-claude-de-france>. []
  11. Nous renvoyons à l’entretien qu’il donna à Florilettres au moment de la parution de la correspondance : « Entretien avec Denis Herlin. Propos recueillis par Nathalie Jungerman », Florilettres, 1er septembre 2005. Disponible en ligne, url : <http://www.fondationlaposte.org/florilettre/entretiens/entretien-avec-denis-herlin-propos-recueillis-par-nathalie-jungerman/>. []
  12. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18342-claude-debussy-claude-de-france []
  13. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18344-claude-debussy-claude-de-france. []
  14. Cf. https://philharmoniedeparis.fr/fr/activite/college/18348-claude-debussy-claude-de-france. []
  15. Cf. http://data.bnf.fr/. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts