Archives par mot-clé : Manuscrits

Département des Manuscrits

La Librairie des rois Charles V et Charles VI

La Librairie que le roi Charles V avait organisée au Louvre et dans ses différentes résidences parisiennes comptait environ 1100 manuscrits, un chiffre exceptionnel pour une bibliothèque princière, en majeure partie en français. Du fait de son importance numérique et intellectuelle, elle se trouvait être le pendant aristocratique, en langue vernaculaire de ce qu’était, à la même époque la Bibliothèque du collège de Sorbonne, en latin, pour le monde universitaire. Première bibliothèque royale française, son rôle comme fondement de l’autorité monarchique et source d’une culture commune en langue vernaculaire pour l’aristocratie fut essentiel.

Édition scientifique

Dans le cadre du plan quadriennal de la recherche de la BnF, le département des Manuscrits oeuvre à une édition scientifique du contenu de la Libraire de Charles V1, telle qu’elle était en 1380, à la mort du roi, et des échanges qu’elle suscita sous le règne de Charles VI, à partir des données des 13 inventaires, qui, de 1380 à 1424, recensent les livres de la tour de la Fauconnerie au Louvre (917 manuscrits) et ceux des résidences du roi, à Vincennes, Saint-Germain-en-Laye, Beaulté-sur-Marne, Melun… (114 manuscrits). Le manuscrit BnF, Français 27002 sert de base à l’édition ; il s’agit d’une copie de l’inventaire remis à Gilles Malet, garde de la Librairie, et qu’il annota.

Le programme aboutira à la publication de l’édition scientifique des inventaires en deux tomes, de 800 p. chacun, dans la collection Documents Etudes, et Répertoires, dirigée par F. Bougard, directeur de l’IRHT, consacrée à l’histoire des bibliothèques médiévales. La publication proposera l’identification textuelle des 1100 manuscrits (généralement des recueils) conservés au Louvre et dans les résidences royales et la description des 185 manuscrits subsistants.

Outre l’édition imprimée, le projet entend proposer une publication électronique de la transcription des 13 inventaires de la Librairie de Charles V et Charles VI.

Apports

Le projet apportera un éclairage original sur la manière dont s’est constituée la première bibliothèque royale et, à travers la « première » dispersion de ses manuscrits, sur les éléments qui ont présidé à la formation de la culture française dans la seconde moitié du XIVe siècle et au début du XVe siècle, ferment d’une identité aristocratique commune au XVe siècle.

Pour la première fois, le contenu intellectuel et l’organisation matérielle d’une bibliothèque royale médiévale sera ainsi appréhendée. Cette recherche met l’accent sur la constitution de la bibliothèque royale à partir de réseaux familiaux princiers et sur sa dispersion, au gré des pérégrinations de ses manuscrits dans les collections européennes d’Ancien Régime, pour aboutir finalement à la BnF et dans les bibliothèques publiques d’Europe du Nord et des États-Unis.

La publication est appelée à remplacer les Recherches sur la Librairie de Charles V3 que publia en 1907, en 2 volumes, Léopold Delisle, et à compléter les données de l’exposition La Librairie de Charles V, organisé à la BN en 1968, dont le maître d’œuvre était François Avril.

Ce projet bénéficiera des résultats obtenus à la suite de différents programmes de recherche menés sur la Librairie de Charles V et Charles VI comme le programme européen EUROPEANA REGIA  qui comprenait la numérisation des 80 manuscrits de Charles V4.

Partenariat

Piloté par Marie-Hélène Tesnière, conservateur général au département des Manuscrits, ce programme est le résultat d’une collaboration entre la BnF et l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT) : Monique Peyrafort-Huin et Françoise Féry-Hue.


Pour en savoir plus : Marie-Hélène Tesnière, Ann Kelders et Yann Sordet, La reconstitution virtuelle d’une bibliothèque perdue : la librairie de Charles V, in Numérisation du patrimoine écrit. Du projet scientifique à sa mise en oeuvre : l‘exemple d' »Europeana Regia », Colloque des 30 et 31 mars 2010. Disponible en ligne : <http://www.inp.fr/Mediatheque-numerique/Colloques/La-numerisation-du-patrimoine-ecrit.-Du-projet-scientifique-a-sa-mise-en-oeuvre-l-exemple-d-Europeana-Regia/La-reconstitution-virtuelle-d-une-bibliotheque-perdue-la-librairie-de-Charles-V>.

Image de Une : Le Duc de Bourbon rend hommage au Roi Charles V.

  1. La librairie de Charles V (1364-1380) : fiche pédagogique. Disponible en ligne : <http://classes.bnf.fr/rendezvous/pdf/fiche_livre3.pdf> []
  2. Inventaire des « livres de tres souverain et tres excellent prince roy Charles le Quint,… l’an de grace.MCCCLXXIII… par… GILET MALET, son varlet de chambre ». Disponible en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9009689x> []
  3. Recherches sur la librairie de Charles V, Paris : H. Champion, 1907. Disponible en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k131727p> []
  4. « La Librairie de Charles V et sa famille. La reconstitution d’un modèle des bibliothèques princières », europeana Regia. Disponible en ligne : <http://www.europeanaregia.eu/fr/collections-historiques/librairie-charles-v-famille> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Anne Weddigen

DSCN6250Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Anne Weddigen, chargée de recherches documentaires au service des Manuscrits orientaux, évoque son quotidien.

Pouvez-vous vous présenter ?

Normalienne et agrégée de lettres Classiques, actuellement doctorante à l’Université de Reims sous la direction de Didier Marcotte. J’occupe un poste de CRD à la BnF au département des manuscrits grecs, où je rédige les notices de catalogue pour les manuscrits grecs 2430 à 2549 de l’ancien fonds, et assure une charge d’enseignement à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE).

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Je travaille sur la musique grecque antique, et plus précisément sur les traités scientifiques sur la musique, l’harmonie étant une des quatre disciplines mathématiques. Je prépare1 l’édition des Harmoniques de Manuel Bryenne, un mathématicien-astronome qui a écrit autour de 1300, à partir d’une collection de textes beaucoup plus anciens allant du IVè siècle av. J.-C. (Aristoxène de Tarente) au IIè siècle ap. J.-C. (Ptolémée).

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargé de recherches documentaires ?

Le poste de CRD est une opportunité particulièrement enrichissante à la condition que le fonds documentaire traité soit en lien avec, voire partie intégrante du travail de thèse. Dans mon cas, le travail de catalogage me permet de me familiariser avec les manuscrits médiévaux dans le contact quotidien, ce qu’aucun séminaire de recherche ne pourrait transmettre. Non seulement j’ai accès directement aux manuscrits nécessaires à mon travail d’édition, mais je dois aussi étudier d’autres manuscrits dont les particularités  ouvrent des pistes de recherche ou de réflexion précieuses pour le travail de thèse.

Par ailleurs, la mission de rédaction des notices me forme aux outils bibliographiques spécifiques, et me donne peu à peu une connaissance fine et précise des collections de la BnF.

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Dans mon cas, la séparation est très nette entre ces deux activités. Les heures d’enseignement étant fixées dès le début de l’année, j’organise mon emploi du temps hebdomadaire de sorte à venir deux jours par semaine en moyenne à la BnF. Ce temps est alors entièrement consacré à la mission du CRD, et non à l’enseignement. En revanche, il peut m’arriver d’utiliser en cours des exemples de manuscrits que j’ai eu à cataloguer à la BnF. Mais cela n’est pas très fréquent, car j’enseigne le grec ancien pour débutants, et non la paléographie.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Affirmer mon orientation de recherche dans la mesure des opportunités professionnelles qui s’offriront alors. Je souhaite pouvoir continuer une carrière dans l’enseignement supérieur et la recherche, malgré la pénurie de postes qui s’intensifie en sciences humaines. Il est impossible de prévoir aujourd’hui quelle forme cela pourra prendre d’ici la fin de mon doctorat.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

Je donnerais deux conseils contradictoires et complémentaires. Le premier : ne pas se censurer, ne pas éliminer cette option par principe. Le second : être sûr que ce poste correspond à son profil.

La charge de travail pour un CRD est nettement plus élevée que celle d’un doctorant contractuel avec monitorat. En échange, ce contrat et mieux rémunéré, plus intéressant, et bénéficie d’une année supplémentaire. Je déconseille ce choix à toute personne qui ne construirait qu’un lien factice entre son sujet de thèse et le projet sur fonds documentaire, car le CRD est chronophage, et n’est un formidable outil de travail que si le travail effectué apporte aussi un bénéfice à la recherche de thèse.

Le CRD a l’avantage de n’être pas prédéfini : c’est au candidat de réunir dans un projet commun un organisme documentaire et une institution d’enseignement supérieur. C’est donc un projet que l’on peut façonner pour qu’il nous soit le plus bénéfique possible. Il vaut la peine de le construire plusieurs mois à l’avance en concertation avec les différentes parties, notamment avec l’organisme documentaire. Cela permet d’élaborer et de définir en commun la mission de recherche, afin qu’elle soit véritablement complémentaire de la thèse et, pourquoi pas, de la charge d’enseignement.

  1. Édition, traduction et commentaire du traité des Harmoniques de Manuel Bryenne. Présentation disponible en ligne : <http://www.theses.fr/s153263> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Charles-Éloi Vial

vial_charles-eloiLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui Charles-Éloi Vial, chargé de collections « manuscrits modernes et contemporains » au département des Manuscrits,  répond à nos questions.

Quel est votre parcours ?

Après deux années de classe préparatoire, j’ai intégré l’Ecole des chartes de 2007 à 2010 puis l’Enssib en 2011-2012. En parallèle, je me suis inscrit à Paris-Sorbonne où j’ai suivi un parcours Licence-Master-Doctorat. J’ai été recruté à la BnF en 2012 et j’ai soutenu ma thèse en 2013.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

En continuité de mes travaux de thèse, je continue à étudier l’histoire du Premier Empire, tout particulièrement la figure de Napoléon Ier et son entourage. En parallèle, je m’intéresse à ce que j’appellerais les systèmes curiaux tardifs, et notamment les cours des souverains français de la fin du XVIIIe siècle au début de la IIIe République, et aussi à l’histoire du livre et des bibliothèques, notamment à des figures d’érudits proches du pouvoir comme Antoine-Alexandre Barbier ou Jean Vatout, respectivement bibliothécaires de Napoléon et de Louis-Philippe. Je m’intéresse également à l’histoire du cheval et de l’enseignement de l’équitation, et aussi à l’histoire de la chasse, notamment du point de vue iconographique.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Mon arrivée au département des Manuscrits a été un grand moment, car j’ai pu passer de longs mois à découvrir la profondeur et la variété des collections de la BnF, à repérer les fonds non exploités puis à les signaler aux enseignants ou aux doctorants que je connaissais et même à ceux que je ne connaissais pas, mais dont je pensais que les travaux pourraient bénéficier de nouvelles sources. Cela m’a permis de faire venir quelques nouveaux lecteurs et d’attirer l’attention sur des manuscrits qui attendaient parfois depuis plus de deux siècles que des chercheurs s’intéressent à eux.

La soutenance de ma thèse a été un autre moment fort, parce que j’ai eu le plaisir de retrouver parmi l’assistance les chercheurs et les universitaires avec qui j’avais pu nouer des liens depuis plusieurs années, mais aussi mes collègues et supérieurs hiérarchiques du département des Manuscrits, qui m’avaient tous soutenu dans la phase de rédaction et qui tenaient à assister à ce grand moment.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Concrètement, mes recherches ne servent pas à grand-chose, si ce n’est à faire un peu progresser la connaissance historique. Cela passe par la découverte de nouveaux manuscrits ou documents d’archive, par leur critique, souvent par leur édition, et par leur mise en résonnance avec d’autres fonds ou d’autres types de sources, comme des journaux intimes, des mémoires ou des documents graphiques. La publication d’un article, d’un livre ou même d’une notice dans un catalogue d’exposition permet parfois de revenir sur les conclusions formées par d’autres historiens, de les affiner ou de les contredire, voire même de les prendre en flagrant délit de mauvaise foi. L’histoire du Premier Empire, qui me préoccupe particulièrement, est particulièrement intéressante de ce point de vue, car de nombreux auteurs ont privilégiés un seul type de sources, généralement les autobiographies ou les archives militaires, en passant souvent à côté de documents conservés à la BnF ou aux Archives nationales. Souvent, de nombreux historiens se sont aussi contentés d’adapter ou de plagier sans vergogne des ouvrages un peu anciens, en présentant ensuite leur pensée comme novatrice. L’historiographie du Premier Empire a donc patiné pendant de très nombreuses décennies. Même si les travaux de Jean Tulard, puis plus dernièrement ceux menés à la Sorbonne ou à la Fondation Napoléon ont profondément renouvelé la connaissance de l’Empire, il reste encore beaucoup à découvrir. Quand on s’attaque sérieusement aux sources, on se rend ainsi compte qu’un personnage aussi célèbre que Napoléon est encore très peu connu, ce qui est vraiment paradoxal et qui contredit la doxa habituellement dispensée par certains historiens pour qui tout a déjà été dit sur les grands personnages. A ce titre, le premier devoir d’un conservateur-chercheur est de faire connaître ses sources et de les signaler aux chercheurs, que ce soit par des publications, des colloques, des cours, des séminaires, des billets de blog ou même des posts sur twitter, et naturellement en enrichissant le catalogue BnF-Archives et manuscrits. Si un conservateur ne met pas les richesses de la bibliothèque en avant, elles risquent de ne jamais servir à personne.

Pour ce qui est de mon quotidien, il n’est sans doute guère différent de celui de mes autres collègues : j’ai plusieurs dizaines de fonds sous ma responsabilité, je m’occupe d’en faire rentrer de nouveaux, en maintenant des contacts avec des écrivains, des éditeurs ou des universitaires, et je reprends des fonds dont le classement n’avait pas été achevé par mes prédécesseurs. Depuis mon arrivée à la BnF, je me suis par exemple occupé du classement et de la numérisation du fonds René Girard et du catalogage du fonds Masques et Persona, autour des mouvements LGBT des années 1970-1980. Je passe donc beaucoup de temps en magasin noyé dans des cartons, devant mon écran d’ordinateur à enrichir BnF-Archives et manuscrits, ou en salle de lecture à communiquer des documents aux lecteurs. Même s’il m’arrive de prendre un peu de mon temps de travail pour des projets transverses initiés par la BnF comme le projet des Essentiels de Gallica, il m’arrive souvent de revenir le samedi ou de rester au bureau le soir pour dépouiller des manuscrits concernant mes propres centres d’intérêt. Comme il est parfois dur de concilier recherche et vie professionnelle, je préfère prendre sur mes vacances ou mon temps de sommeil et travailler la nuit, en général entre 20 heures et 3 heures du matin. Cela me permet de produire plusieurs articles et au moins un livre par an. Je pense que c’est un des principaux devoirs du conservateur que de beaucoup écrire et d’étudier lui-même ses propres fonds. C’est aussi le seul moyen de parler d’égal à égal avec les universitaires, de comprendre leur démarche et leurs besoins.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

Difficile de me souvenir du moment-clé, même si j’ai très vite voulu travailler sur le XIXe siècle, et plus particulièrement sur l’Empire et la Restauration. Il s’agit peut-être de ma première séance de dépouillement aux Archives nationales, où un conservateur m’avait conseillé de commander des cartons au hasard pour me faire une idée de ce qu’était la recherche en archives. J’étais tombé par chance sur des instructions au grand maître des cérémonies, annotées par Louis XVIII quelques jours avant sa mort, d’une main très tremblante. J’ai trouvé ça très émouvant et très intriguant, et j’ai eu envie d’en savoir plus.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Dès mon arrivée à Richelieu, je me suis rendu compte que la BnF renfermait des trésors cachés, qui ne demandaient qu’à être redécouverts. J’ai été particulièrement ému par le fonds d’archives de Louis-Nicolas Planat de La Faye, un aide de camp de Napoléon, qui renfermait plusieurs lettres écrites après Waterloo, et un portrait au crayon absolument magnifique, représentant l’empereur quelques jours avant son départ pour Sainte-Hélène. Un autre beau souvenir est celui de la découverte du journal d’un révolutionnaire de 1830, qui avait collé dans son manuscrit la cocarde qu’il portait sur les barricades de Juillet. Enfin, je me souviens avec émotion de la découverte du journal tenu par le valet de chambre Anthoine sur la mort de Louis XIV, et sur la description des derniers moments du Roi-Soleil. Il y a d’autres souvenirs plus amusants, comme la découverte d’un manuscrit-reliquaire contenant des cheveux de Lucrèce Borgia !

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je suis très fier d’avoir pu faire entrer dans les collections publiques un manuscrit des mémoires de Napoléon Ier, dictées à Sainte-Hélène, entièrement dicté et corrigé de sa main, avec de nombreuses notes, des cartes et des anecdotes sur l’expédition d’Egypte. Je compte bien entendu me pencher dessus, mais j’espère que de nombreux chercheurs viendront le consulter dans les années à venir.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

La patience, bien sûr, mais surtout l’inventivité et la vivacité d’esprit. La recherche impose de constamment innover, chaque sujet, chaque document demandant de mettre au point une nouvelle méthode de travail.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Le papier. Sans papier, par d’archives, par de manuscrits ni de bibliothèques, et partant, pas d’historiens.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Le coup de chance archivistique est une réalité. Il ne faut pas toujours compter dessus, mais on peut toujours faire de très belles découvertes, en se donnant la peine d’ouvrir un carton, de consulter un inventaire ou même de lire un document jusqu’au bout. Mais comme l’histoire est une science, la chance peut aussi se provoquer, en étudiant les catalogues, en dépouillant les références bibliographiques, jusqu’à localiser au plus près le document qui vous permettra d’avancer, d’étayer des conclusions ou au contraire de tout remettre en question. Parfois, un coup de foudre archivistique vous fera partir dans une toute autre direction, et vous mettra sur la piste d’un personnage ou d’un événement que vous n’auriez jamais pensé étudier.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Proust numérique, Proust imprimé : l’édition des manuscrits aujourd’hui

Immense réservoir de formes romanesques, de figures poétiques, de savoirs critiques, bref de possibles qui déploient encore plus l’arc d’une œuvre déjà immense, les manuscrits d’À la recherche du temps perdu font aujourd’hui l’objet d’une attention intense. Leur édition, c’est-à-dire leur mise à disposition sous forme de transcriptions annotées, indexées et cartographiées, est devenue un champ important de la recherche sur la Recherche. Parallèlement, les éditeurs de la Correspondance ont à faire face à un corpus en augmentation constante, qui impose la révision de l’édition Kolb et l’invention de formules éditoriales souples et évolutives.

Quel premier bilan tirer de la collection des « Cahiers 1 à 75 » de la BnF (BnF-Brepols) alors que le sixième de la série, le Cahier 67 (Delesalle, Goujon, Rauzier), sortira des presses à l’automne ? Le moment est-il venu de faire évoluer le modèle éditorial choisi ? Si, paradoxalement, c’est le lancement de cette édition imprimée qui a permis, à partir de 2007, de numériser plus d’une centaine de cahiers et manuscrits du fonds Proust de la BnF, l’accessibilité, aujourd’hui, d’un nombre toujours plus important de ces manuscrits sur Gallica offre de nouvelles possibilités de représenter la genèse, comme l’ont montré le prototype d’édition numérique du Cahier 46 (Pierazzo et André, 2012) et la récente édition nativement numérique de L’Agenda 1906 (Mauriac, Leriche, Wise et Fau, 2015).

Faudrait-il renoncer à l’édition imprimée ? Plutôt que d’opposer – pour les brouillons romanesques, en tout cas – une « vieille » édition papier qui serait dépassée et hors-jeu, à une édition numérique seule porteuse de lendemains scientifiques qui chantent, on voudrait essayer de définir ce que peut chaque modalité éditoriale, pour faire évoluer les modèles tout en cherchant les voies de leur complémentarité. Comment optimiser, aujourd’hui, l’édition « papier » des manuscrits ? Et comment parvenir, dans le domaine de l’édition numérique proustienne, à des modèles conjuguant ergonomie, lisibilité, et stabilité ? Des spécialistes de Proust et des Humanités numériques seront invités à dialoguer autour de leur expérience d’édition, et à présenter leurs projets en cours. Au-delà du cas de Proust, toujours exemplaire, c’est à la réflexion sur l’édition savante des manuscrits aujourd’hui que cette Journée voudrait contribuer.

Journée d’étude organisée par Julie André et Nathalie Mauriac Dyer dans le cadre des travaux de l’équipe Proust de l’ITEM-CNRS.

Continuer la lecture de Journée d’étude : Proust numérique, Proust imprimé : l’édition des manuscrits aujourd’hui

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Morgane Cariou

Photo M. CariouLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui Morgane Cariou, ancienne élève de l’ENS Ulm, qui a occupé un poste de chargée de recherches documentaires au service des manuscrits médiévaux de la BnF, répond à nos questions.

Pouvez-vous vous présenter ?

Ancienne élève de l’ENS Ulm, agrégée de Lettres classiques, j’ai eu la chance d’occuper, de 2010 à 2014, un poste de chargée de recherches documentaires au service des manuscrits médiévaux de la BnF tout en poursuivant une thèse de littérature et philologie grecques à l’EPHE. Je suis actuellement chercheur post-doctoral au sein du Laboratoire d’Excellence Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances.

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Ma thèse, soutenue en 2014, s’intitulait « édition critique, traduction et commentaire du chant I des Halieutiques d’Oppien de Cilicie ». Pour ces travaux de philologie, j’ai dû recenser les 80 manuscrits byzantins et renaissants qui transmettent ce poème scientifique. Cinq d’entre eux font partie de l’ancien fonds de la BnF. Les autres sont conservés dans les collections des grandes bibliothèques européennes, notamment la Bibliothèque Vaticane, la Bibliothèque Laurentienne, la Bibliothèque Ambrosienne et la Bibliothèque Nationale d’Autriche. Après quoi j’ai établi, autant que faire se peut, une histoire de la transmission de ce texte, histoire marquée par une forte contamination. Sur la base de ces résultats, j’ai pu sélectionner la dizaine de manuscrits qui figure dans l’apparat critique de mon édition. Elle est accompagnée d’un commentaire qui tente de faire apparaître la richesse poétique et scientifique de ce texte qui a été composé à la fin du deuxième siècle de notre ère et qui est dédié aux empereurs Marc-Aurèle et Commode.

Mes recherches post-doctorales s’inscrivent dans la continuité de ces travaux et visent à la publication de mon édition. Tout en continuant de travailler sur la transmission manuscrite de ce texte et sur la poésie scientifique, je m’intéresse également aux textes zoologiques, aujourd’hui réduits à l’état de fragments, d’époque hellénistique.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargé de recherches documentaires ?

Je considère que cela a été une grande chance de pouvoir côtoyer les conservateurs du service des manuscrits médiévaux et d’avoir accès aux magasins de manuscrits. J’ai beaucoup appris, à la fois sur le plan scientifique et sur le plan professionnel, aux côtés de Marie-Pierre Laffitte, de Charlotte Denoël et de Christian Förstel (qui a encadré mes travaux de catalogage des manuscrits poétiques de l’ancien fonds grec).

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Il est certain qu’un CRD est un poste plus lourd qu’un poste de moniteur dans le sens où il s’agit de trouver le temps, dans la semaine, de préparer les enseignements, de travailler à la BnF, d’avancer dans la rédaction de la thèse et, éventuellement, de suivre un ou deux séminaires. Il faut donc être très organisé. En ce qui me concerne, mes enseignements de grec ancien n’avaient pas de rapport direct avec mes recherches documentaires à la BnF. Cependant, j’avais pris l’habitude de consacrer tous les ans, en fin d’année, une séance de mon cours au livre grec, ce qui me permettait d’utiliser mes travaux de codicologie pour le compte de la BnF tout donnant à mes étudiants un aperçu de cette question trop peu connue.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Je souhaite, dans la mesure du possible et même si les postes sont de moins en moins nombreux, poursuivre mes recherches en littérature et philologie grecques. C’est ce que j’ai pu faire, depuis 2014, grâce à une bourse de la Fondation Thiers – Centre de Recherches humanistes et à un contrat de recherche du LabEx HASTEC. J’ai en outre la chance d’avoir récemment été élue sur un poste de pensionnaire à la Fondation Thiers, ce qui me permettra d’avancer efficacement, dans les trois années à venir, dans mes travaux.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

Pour pouvoir aborder sereinement la charge de travail que représente un CRD, je conseille de rapprocher au maximum le sujet de recherches documentaires du sujet de thèse : cela permet de donner de la cohérence au dossier de candidature et, par la suite, d’éviter de se disperser dans des directions trop nombreuses.

Pour aller plus loin

Page personnelle de Morgane Cariou

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Tradition manuscrite et transmission iconographique : les manuscrits à peintures de Kalila wa Dimna à la Bibliothèque nationale de France

Ce projet de recherche a pour objet la description et l’interprétation des manuscrits illustrés arabes, persans et turcs de Kalila wa Dimna conservés au département des Manuscrits. Originaire d’Inde et de Perse, ce recueil de fables animalières a connu un grand succès dans le monde arabo-musulman. Traduit au VIIIe siècle par Ibn al-Muqaffa’, l’un des grands prosateurs arabes, il connaîtra plusieurs adaptations persanes et turques entre le XIIe et le XVIe siècle. C’est l’un des textes littéraires qui a été le plus illustré et une centaine d’exemplaires à peintures dans les trois langues est actuellement recensée dans le monde. La Bibliothèque nationale de France qui possède l’une des plus riches collections de manuscrits orientaux d’Europe, détient, outre les exemplaires purement textuels, un nombre important de copies illustrées dans ses différentes versions (six en arabe, huit en persan et une en turc) ce qui représente un corpus exceptionnel, tant par sa diversité régionale et culturelle que par l’amplitude des dates de production (du XIIIe au XIXe siècle). L’étude systématique de chacun des manuscrits dans ses composantes textuelles, codicologiques et iconographiques et leur mise en rapport avec des exemplaires présents dans d’autres collections permettra d’enrichir la compréhension de cette œuvre et sa place majeure dans les échanges culturels. En se centrant dans un premier temps sur l’analyse des manuscrits arabes, elle contribuera à une meilleure connaissance de la peinture arabe, domaine peu étudié particulièrement en ce qui concerne la période tardive (XVIe-XVIIIe siècle), totalement négligée par les historiens de l’art islamique.


Pour aller plus loin, consultez le carnet de recherche du programme : Kalîla wa Dimna. Manuscrits à peintures dans le monde islamique, à la BnF et dans les collections mondiales

Image de une : Kalīlaẗ wa Dimnaẗ , traduit par Ibn al-MuqaffaʿʿAbd Allâh (0720?-0756?)

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Tradition manuscrite et transmission iconographique : les manuscrits à peintures de Kalila wa Dimna à la Bibliothèque nationale de France”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/159 (consulté le 17 mars 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Christian Förstel, docteur ès-lettres

Christian Förstel, conservateur responsable des fonds grecs du département des Manuscrits a obtenu le titre de docteur ès-lettres avec une mention très honorable, assortie des félicitations du jury. Il est encouragé à publier rapidement les fructueux résultats de sa thèse intitulée « Marsile Ficin et les Ennéades : la génèse de la traduction et du commentaire de Plotin », et préparée sous la direction de M. Philippe Hoffmann.

Jury

Le jury était composé de : M. Riccardo CHIARADONNA, M. Sebastiano GENTILE, M. Philippe HOFFMANN, M. Marwan RASHED, M. Stéphane TOUSSAINT

Résumé de la thèse

La publication en 1492, par Marsile Ficin, de la première traduction latine des Ennéades et du monumental commentaire qui l’accompagne marque le retour de Plotin en Occident. Le manuscrit de travail de Ficin, le Parisinus graecus 1816 de la Bibliothèque nationale de France nous offre un témoignage exceptionnel concernant les principales étapes philosophiques et historiques qui ont marqué l’élaboration du Plotinus latinus. Les quelque 2500 annotations inscrites par Ficin sur les marges de ce manuscrit qui fut mis à sa disposition par Côme l’Ancien sont ici éditées, traduites et commentées. Cet important apparat exégétique jusque là inédit éclaire les différentes facettes du travail accompli par Ficin durant plusieurs décennies sur le texte très difficile de Plotin : des corrections apportées au texte transmis – une partie de ces interventions ont trouvé leur chemin jusque dans les éditions contemporaines sans toutefois que leur origine ait toujours été reconnue – à la confrontation doctrinale avec le néoplatonisme profondément original de Plotin, le manuscrit met en scène un Ficin soucieux d’intégrer les Ennéades dans sa vision à la fois chrétienne et platonicienne de la concordia philosophorum, mais aussi conscient des aspérités et audaces difficilement récupérables du texte plotinien. Cette lecture ficinienne des Ennéades produit à son tour de multiples échos dans l’œuvre propre de Ficin et contribue ainsi à irriguer les débats philosophiques de la Renaissance et au-delà.


Image à la une : Grec 1816.

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Christian Förstel, docteur ès-lettres”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/78 (consulté le 6 février 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Matthieu Bonicel, docteur en histoire

Matthieu Bonicel, conservateur du département des Manuscrits, responsable de l’informatique et de la numérisation, a obtenu le titre de docteur en histoire pour sa thèse intitulée « Arts et gens du spectacle à Avignon à la fin du Moyen Âge (1450-1550), une approche numérique », menée à Paris 1, en partenariat avec Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP), sous la direction de M. Jean-Philippe Genet.

Jury

Le jury était composé de : Mme Claudia Fabian, Mme Élisabeth Lalou, M. Jean-Philippe Genet (directeur de thèse), M. Paul Bertrand et M. Darwin Smith.


Rapport d’étape de thèse

Image de une : Français 20, fol. 25, Romains au théâtre

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Matthieu Bonicel, docteur en histoire”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/145 (consulté le 22 novembre 2015).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Amandine Postec, docteur ès-lettres

Amandine Postec, conservateur au service des Manuscrits médiévaux du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, a obtenu le 11 septembre 2015 le titre de docteur ès-lettres de l’Université Lumière Lyon 2 avec une mention très honorable, assortie des félicitations du jury. Elle est encouragée à publier  les fructueux résultats de sa thèse intitulée « Profil intellectuel d’un homme de pouvoir : les quodlibets de Matthieu d’Aquasparta disputés à Paris et à la Curie entre 1277 et 1287  » et préparée sous la direction de Mme Nicole BERIOU, Professeure émérite des universités.

Jury

Le jury était composé de : M. Jean-Louis GAULIN, Professeur des universités, Université Lumière Lyon 2, Mme Nicole BERIOU, Professeure émérite des universités, Université Lumière Lyon 2, M. Dominique POIREL, Directeur de recherche, C.N.R.S., M. Sylvain PIRON, Directeur d’Études, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, M. Marc SMITH, Directeur d’Études, Ecole Nationale des Chartes, M. Jacques VERGER, Professeur émérite des universités, Université Paris 4.

Résumé de la thèse

Matthieu d’Aquasparta (v. 1240-1302) est une figure emblématique de la fin du XIIIe siècle. Maître en théologie de l’Université de Paris, son oeuvre est abondante ; franciscain, il est élu ministre général de l’Ordre ; nommé cardinal par Nicolas IV, il est un des plus fidèles alliés du pape Boniface VIII. Pourtant, malgré ses écrits et son parcours politique, Matthieu d’Aquasparta ne connaîtra aucune postérité avant d’être redécouvert au début du XXe siècle. Son oeuvre de théologien acquiert une place croissante dans les analyses des historiens et des philosophes médiévistes grâce aux éditions de ses Questions disputées, publiées par les frères de Quaracchi ; les interprétations s’affinent progressivement : après l’avoir longtemps considéré comme un « néo-augustinien » convaincu, les historiens s’interrogent sur sa place parmi les franciscains de sa génération, son lien avec Thomas d’Aquin et ses rapports avec la tradition aristotélicienne. L’édition de ses six Quodlibets disputés à Paris et à la Curie pontificale offre de nombreuses perspectives de recherches. Ces textes sont conservés principalement dans deux manuscrits, un autographe et une copie corrigée par l’auteur ; il s’agit par conséquent d’un témoignage exceptionnel pour étudier le travail d’un maître en théologie. L’analyse de ses manuscrits (autographes et manuscrits de travail) complétée par l’étude du contenu des questions éditées permettent d’esquisser une introduction biographique du personnage. La diversité des questions quodlibétiques contribue ainsi à éclairer différents aspects de la pensée du maître sur des sujets aussi divers et précis que la forme substantielle unique ou le métier des avocats et des juges.

Commentaire

L’édition critique qu’elle donne de ces textes de débats intellectuels du XIIIè siècle fait la preuve de sa pleine maîtrise de la paléographie ; le jury a souligné la qualité du volume d’analyse qui s’attache à souligner la cohérence entre la pensée et de l’action de ce franciscain, qui fut professeur à la Sorbonne, maître général de l’ordre et cardinal : il a joué un rôle important  dans les  débats théologiques de l’université et dans la situation politique italienne, alors pour le moins troublée. Les différents membres du jury ont trouvé des mots justes pour exprimer tout ce que le travail quotidien du conservateur apporte à la qualité des recherches académiques, notamment grâce à l’intime familiarité ainsi créée avec des manuscrits de natures très diverses.


Référence : diplôme de master : Le genre quodlibétique au XIIIe siècle, défense et illustration de la pensée d’un maître en théologie Matthieu d’Aquasparta (v. 1240-1302), O.F.M. Édition critique et commentaire des trois premiers Quodlibets

Image de une : Matthieu d’Aquasparta (1240?-1302)

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Amandine Postec, docteur ès-lettres”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/172 (consulté le 11 septembre 2015).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Maxence Hermant, docteur en Histoire de l’art

Maxence Hermant, conservateur au Service des Manuscrits médiévaux  du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France a obtenu sa thèse de doctorat en Histoire de l’art pour sa thèse intitulée Art, artistes et commanditaires en Champagne du nord, milieu du XVe-fin du XVIe siècle, soutenue le 14 décembre 2013 à l’École pratique des hautes études (Paris), Section des sciences historiques et philologiques et préparée sous la direction de Guy-Michel Leproux.

Jury

Le jury était composé de : Mme Marianne Grivel (présidente du jury, Paris-Sorbonne), M. Guy-Michel Leproux, M. Michel Hochmann (EPHE), M. Frédéric Elsig (Université de Genève).

Résumé de la thèse

Dans bien des ouvrages et des esprits, la commande et la production d’œuvres d’art en Champagne aux XVe et XVIe siècles se résument à celles de la Champagne méridionale. La ville de Troyes a en effet été un des plus importants foyers artistiques du royaume de France en dehors de Paris et de la Vallée de la Loire. La Champagne du Nord, autour des villes archiépiscopale de Reims et épiscopale de Châlons, n’est en revanche jamais considérée comme un centre particulièrement actif à la même époque. Ce travail propose d’en réévaluer l’importance en suivant deux axes indissociables et complémentaires : un repérage et une analyse des œuvres dans tous les champs de la création artistique, ainsi qu’un large dépouillement de sources documentaires, sur une période allant du renouveau économique au milieu du XVe siècle, jusqu’à la fin du XVIe siècle.


Image à la une : Horae (Troyes) [Heures à l’usage de Troyes]

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Maxence Hermant, docteur en Histoire de l’art”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/186 (consulté le 14 décembre 2013).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Charles-Éloi Vial, docteur en histoire

Charles-Éloi Vial, conservateur au Service des manuscrits modernes et contemporains du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, a obtenu le titre de docteur en histoire le 17 octobre 2013 pour la thèse « Les chasses des souverains en France (1804-1830) », menée sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, Université Paris-IV Sorbonne.

Jury

Le jury était composé de M. Jean-Michel Leniaud (EPHE), Mme Natalie Petiteau (Université d’Avignon), M. Daniel Roche (Collège de France).

Résumé de la thèse

Activité prisée des rois de France depuis l’époque médiévale, la chasse était devenue pour les derniers Bourbons plus une passion dévorante qu’une simple distraction. Louis XV et Louis XVI furent critiqués par l’opinion publique naissante, qui considérait que leurs chasses onéreuses les éloignaient du gouvernement. Après la chute de la monarchie, les chasses royales disparurent. Elles furent remises au goût du jour par Napoléon Ier, soucieux de s’approprier les apparences de la légitimité monarchique. Le maréchal Berthier fut ainsi nommé Grand veneur en 1804. Grâce à lui, Napoléon put faire de ses chasses un instrument politique puissant, une distraction de Cour prisée, le tout avec une économie substantielle de moyens. La Restauration, au lieu de revenir à l’organisation d’Ancien Régime, choisit de conserver l’équipage de chasse et l’administration mise en place pour Napoléon, qui fonctionnèrent jusqu’en 1830. Naquit ainsi le paradoxe d’une Restauration affichant, à la suite de l’Empire, la volonté de renouer avec la tradition monarchique, mais cela grâce à un équipage formé pour Napoléon. C’est cette continuité, humaine, budgétaire, mais aussi politique et symbolique qu’il convient d’étudier au travers des éléments constitutifs des chasses : une implantation autour de Paris permettant une circulation de la Cour autour de différentes résidences de chasse, une pratique régulière destinée à la distraction du souverain et de ses proches, des invitations de personnages politiquement importants, qui donnent à certains jours de chasse bien précis une résonance particulière. Autant d’aspects qui se retrouvent dans les sources : archives, journaux, mémoires, œuvres d’art.


Image de une : Gaston Phébus, Livre de la chasse.

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Charles-Éloi Vial, docteur en histoire”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/180 (consulté le 17 octobre 2013).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts