Archives par mot-clé : Manuscrits

Département des Manuscrits

Journée d’étude : L’art médiéval est-il contemporain ? Pour un décloisonnement des regards

Comment et pourquoi l’art du Moyen Âge, et en particulier l’art alto-médiéval, a-t-il irrigué la création contemporaine depuis les années 1950 ? Que lui a-t-il apporté ? Cette journée d’études a pour objectif de proposer des lectures croisées des deux périodes : elle questionnera la manière dont les artistes contemporains et les historiens de l’art contemporain perçoivent l’art du Moyen Âge et inversement, la façon dont les historiens de l’art médiévistes comprennent les échos de la création et de l’esthétique du Moyen Âge dans l’art contemporain.

Organisée dans le cadre de l’exposition Make it New, qui met en regard les poèmes figurés de la louange à la Sainte Croix de Raban Maur avec un ensemble d’œuvres d’artistes conceptuels, minimalistes et du Land Art, elle s’inscrit dans la continuité de l’atelier qui s’est tenu à l’INHA en 2016 autour des liens entre art médiéval et art contemporain.

Autour de l’exposition Make it New. Conversations avec l’art médiéval. Carte blanche à Jan Dibbets jusqu’au 10 février 2019 – Galerie 1 Make it New : d’après l’expression d’Ezra Pound (1885-1972)appelant au renouvellement des formes poétiques.

Programme

  • 9 h 30 Ouverture Denis Bruckmann, directeur général adjoint, directeur des collections, Bibliothèque nationale de France
  • 9 h45 Introduction Éric de Chassey, directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art
  • Présidente de séance : Larisa Dryansky
  • 10 h 15 Au-delà des périodisations par Nancy Thebaut (Université de Chicago)
  • 10 h 45 Suitcases par Amy Knight Powell (Université de Californie, Irvine)

11 h 15 – 11 h 30 pause

Président de séance: Erik Verhagen

  • 11 h 30 L’artiste conceptuel à son pupitre par Valérie Mavridorakis (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h 00 Qui était Jean Fouquet pour François Robertet ? Une autorité dans l’art de la fin du Moyen Âge par Elliot Adam (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h30 L’art conceptuel est-il thomiste ? L’exemple de Michael Craig-Martin  par Benjamin Riado (docteur en esthétique et sciences de l’art, agrégé d’arts plastiques)

13 h – 14 h 30 déjeuner

Présidente de séance: Charlotte Denoël

  • 14 h30 All form is a process of notation: Looking at medieval carmina figurata with Dick Higgins and Boethius par Aden Kumler (Université de Chicago)
  • 15 h 00 La toolbox mathématique des enlumineurs des VIIIe-IXe siècles par Isabelle Marchesin (INHA)
  • 15 h30 De luce. Le minimalisme filmique de Hollis Frampton et la métaphysique scolastique de la lumière par Larisa Dryansky (Sorbonne Université / Centre André Chastel)

16 h – 16 h 15 pause

Présidente de séance: Isabelle Marchesin

  • 16 h 15 The Medieval Performative Image and Contemporary Installation Art par Bissera Pentcheva (Université de Stanford)
  • 16 h 45 Sang des images et christianisation des affects : les performances de Gina Pane au prisme des enluminures médiévales, par Janig Bégoc (Université de Strasbourg)
  • 17h 15 Table ronde avec Jan Dibbets et Franz E. Walther

Organisation scientifique

  • Charlotte Denoël, BnF
  • Larisa Dryansky, Sorbonne Université/Centre André Chastel
  • Isabelle Marchesin, INHA
  • Erik Verhagen, Université polytechnique Hauts-de-France/Calhiste (équipe d’accueil 4343)
  • Avec le soutien de la galerie Jocelyn Wolff, Paris

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Penser, classer, modéliser. L’exemple du projet Foucault Fiches de Lecture

Dans le cadre du projet CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France, l’atelier intitulé « Penser, classer, modéliser. L’exemple du projet Foucault Fiches de Lecture » a eu lieu le 13 novembre après-midi sur le site François-Mitterrand. Organisé dans une logique de partage d’expertise, il avait pour objectif de mener, à partir de l’exemple concret du projet Foucault Fiches de Lecture, une réflexion autour des problématiques liées à la modélisation et à l’enrichissement de données et, de manière plus générale, sur ce que les outils numériques peuvent apporter au travail de recherche sur un corpus d’archives.

Le projet Foucault Fiches de Lecture (FFL) est un projet ANR d’une durée de trois ans qui a pour objectif de numériser, mettre en ligne, indexer, décrire et enrichir les notes de lecture manuscrites de Michel Foucault, en utilisant une plate-forme numérique de travail collaboratif.

Fruit du partenariat entre PSL et l’ENS Lyon, le projet FFL, en fédérant des équipes de différents laboratoires de recherche (ArchiNum, Triangle, CAPHÉS et ITEM), repose sur une collaboration étroite entre chercheurs en sciences humaines et sociales et ingénieurs de recherche.

Suite au lancement de la numérisation par la BnF des fiches de lecture (fonds NAF 28740 acquis par le département des manuscrits de la BnF en 2013), aujourd’hui, à la fin de la première année du projet, un prototype de plate-forme développé par l’équipe d’ingénieurs offre aux chercheurs plusieurs fonctionnalités et ouvre de nouvelles perspectives de recherche. Elle permet d’abord de consulter les feuillets numérisés : actuellement environ 5 700 sur les 14 000 à numériser dans le cadre du projet et sur les 20 000 fiches présentes dans le fonds conservé à la BnF. Elle donne aussi la possibilité aux chercheurs de décrire et d’annoter ces fiches : chaque utilisateur peut à la fois produire des métadonnées mutualisées et enregistrer des annotations privées.


Prototype de la plate-forme Foucault Fiches de Lecture (FFL)

Basée sur les technologies du web sémantique, la plate-forme permet également d’enrichir ces informations par un système de mashup et d’alignement avec les données bibliographiques et biographiques de data.bnf.fr. En outre, elle fournit une transcription de chaque fiche. Cette transcription automatique est obtenue à l’aide du logiciel Transkribus qui, basé sur une technologie d’intelligence artificielle, après une phase d’apprentissage via des réseaux neuronaux, permet la reconnaissance d’écritures manuscrites ainsi qu’une recherche par mots clés. Malgré la nécessité d’un travail minutieux ligne par ligne, l’équipe a constaté un taux moyen de réussite de reconnaissance de l’écriture de 92%, une fois l’entraînement effectué. Enfin, les ingénieurs de recherche travaillent sur une fonctionnalité de cartographie pour permettre aux chercheurs de visualiser graphiquement les connexions entre les fiches et, à partir de ces connexions, de visualiser les réseaux de notions et d’auteurs. Le projet vise ainsi à constituer une base de connaissances sur les sources de Foucault ainsi qu’un référentiel terminologique du vocabulaire employé par le philosophe.

Exemple de transcription

Le passage des archives papier au numérique implique pour les chercheurs une nouvelle manière de les appréhender. La possibilité d’établir des liens hypertextuels entre les fiches et vers des ressources extérieures ainsi que d’obtenir des visualisations de données constitue des atouts majeurs du projet qui vise ainsi à offrir aux chercheurs un modèle de travail ouvert mais aussi une réflexion théorique sur les méthodes de travail de Foucault et ses archives, sa « bibliothèque ».

Réutiliser les données existantes

Ce corpus de fiches de lecture présente un statut hybride : plus qu’un texte, il constitue une banque de données bibliographiques. Dans leur matérialité, les fiches, accumulées pendant plus de trente ans, sont rangées dans des boîtes et des chemises selon un ordre thématique. Systématiquement, sur ces fiches, Foucault relève des références et attribue des concepts. Dans la dimension virtuelle de la plate-forme, ces références à des personnes, documents et concepts sont alignées, autant que possible, avec data.bnf.fr ou pointent vers le catalogue général de la BnF ou bien vers d’autres catalogues de bibliothèques lorsque la référence n’est pas présente sur data.bnf.fr. À ces métadonnées structurées, s’ajoutent les annotations produites par les chercheurs (par exemple des commentaires personnels ou des ajouts de références) et les transcriptions intégrales des fiches.

Comment alors tirer parti au mieux de ces différents types de données (métadonnées structurées, annotations et transcriptions) ? Cet enrichissement de données via data.bnf.fr pourrait-il être complété par le même travail à partir des transcriptions des fiches, du plein texte ?

Les index des Cours au Collège de France (thèmes et personnes) ont été fusionnés en un seul (l’index de 10 cours représente 200 pages), mais ils ne décrivent qu’une partie de l’œuvre (1970-1984) et se révèlent trop spécialisés autour des thèmes des cours ; l’équipe s’interroge alors sur la possibilité de créer un thésaurus à partir de notions ou d’utiliser un thésaurus existant pour décrire les concepts employés par Foucault afin de contrôler la création de nouvelles entités et d’améliorer la qualité des données textuelles.

Parmi les possibilités existantes, Rameau (Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié), en tant que langage d’indexation matière répandu dans le monde des bibliothèques, semble au premier abord être une solution intéressante. Aux échanges entre chercheurs et ingénieurs de recherche, s’ajoute alors un autre domaine de compétences : celui des sciences de l’information. L’échange entre des experts de Rameau à la BnF et l’équipe de recherche a permis de déterminer que ce langage documentaire n’est pas adapté à une terminologie spécifique comme celle de Foucault. En effet, les catégories foucaldiennes ne recouvrent pas les concepts du thésaurus. Les concepts de Rameau se rapportent à une classification à vocation encyclopédique et universelle à l’opposé de l’indexation des fiches de lecture qui a vocation à tenir compte de la valeur sémantique dépendante de l’usage et du contexte d’emploi des termes par le philosophe. SKOS, en permettant la description des types de relations entre des catégories et donc en permettant la description non seulement de relations hiérarchiques mais aussi associatives, est proposé alors comme un possible cadre de départ pour formaliser les relations entre les concepts. 

Visualiser les données

Outre la question de l’enrichissement des données via des thesauri, d’autres questions se posent dans le cadre du projet autour de l’enrichissement de l’expérience de navigation et de recherche.

Comment permettre la navigation dans les données à partir des graphes ? Un des obstacles face auxquels l’équipe se trouve est en effet la difficulté à l’utiliser comme une carte pour accéder aux contenus. Cette difficulté semble résider plus précisément dans le fait que soit la quantité des données est trop élevée pour être exploitée (la carte devient illisible), soit la représentation risque de porter sur des éléments déjà connus. Quel est donc l’apport de la visualisation de données ? Peut-elle faire surgir des interprétations nouvelles ?

La cartographie que l’équipe vise à construire sert à naviguer dans les fiches, plutôt qu’à représenter les concepts eux-mêmes. À l’état actuel d’avancement du projet, cette cartographie sert à savoir ce qui a été saisi et voir quel philosophe ou quelle notion apparaît dans quelle fiche.

Exemple de graphe du projet FFL

Modéliser les données

L’enjeu du projet est de réunir des usages de recherche différents sur le matériau que constituent les fiches, mais sans les réduire à un dénominateur commun : quel modèle de données alors pour le travail collaboratif ? Comment associer travail personnel et collectif ? Comment faire face à l’hétérogénéité du corpus et des usages de recherche ? Le modèle élaboré par l’équipe a été donc structuré autour du principe de l’annotation, autrement dit un « modèle centré annotations ». Il tente de concilier l’hétérogénéité de ce que les fiches contiennent (représenté sous forme d’annotations) avec les éléments homogènes comme par exemple les titres.

À chaque élément saisi par le chercheur dans la plate-forme, ou à chaque annotation, sont rattachées des métadonnées : information de provenance (qui l’a saisie et quand), type de chaque information saisie et portée (quelle partie du corpus est couverte). Certaines informations sont privées et visibles uniquement par celui qui les a saisies, ou restreintes pour un groupe de personnes.

Exemples de fiches de lecture de Michel Foucault

Dans le modèle, chaque annotation est une ressource avec une URI. Son contenu peut être un littéral ou une entité avec elle-même une URI. S’y ajoutent les méta-métadonnées (type, catégorie comme analyse scientifique ou archivistique ou note éditoriale, auteur, date, conditions d’accès).

Graphe FFL

Enrichir  les données non structurées

Les participants partagent un constat : la personnalisation des outils a pour conséquence de faire diverger les projets. Dans le prototype du projet Foucault Fiches de lecture, un membre de l’équipe a fait un import en local des données de data.bnf.fr dont il avait besoin. Pour éviter ce phénomène, Omeka permet de travailler avec des plug-ins que l’utilisateur peut choisir d’ajouter à son site internet. Par exemple,  un plugin, LC suggest, permet d’intégrer les référentiels de la Bibliothèque du Congrès comme aide à la saisie. Un tel plug-in serait utile pour data.bnf.fr. Un membre de l’équipe du projet propose un appel à la communauté pour développer de tels plug-ins pour Omeka ou WordPress. La question de la maintenance des logiciels développés dans le cadre de projets de recherche se pose alors.

L’objectif de ces développements est d’avoir des fichiers TEI1 bien formés, sans obliger les chercheurs à apprendre la TEI qui est un langage assez technique. S’ils ont eu le temps de l’acquérir, les chercheurs n’ont guère le temps de maintenir ce savoir. Chaque chercheur membre du projet pourra lui-même annoter ses fiches avec des balises par simple clic.

La BnF a testé la reconnaissance d’entités nommées avec l’API Watson sur une dizaine de fiches transcrites à la main, pour les personnes, dates, lieux, et organisations : environ 70% des personnes sont identifiées et 40% des lieux. Les quantités, dates et durées sont bien reconnues. L’algorithme est peu performant avec les organisations. En revanche, les API commerciales ne savent vraiment pas reconnaître des titres d’œuvre. Il est possible de fournir à Watson le dictionnaire propre du projet pour améliorer les résultats.

Contribuer à la recherche grâce à la complémentarité entre plate-forme numérique et travail d’édition papier

L’ordre des fiches de lecture telles qu’arrivées à la BnF n’est pas forcément significatif. La construction d’un réseau intertextuel entre les fiches est un apport majeur rendu possible par le numérique. Il ne permet pas de découvrir un nouveau Foucault, mais la richesse de ses archives de travail. 

À partir du matériel conservé dans le fonds Foucault de la BnF, deux projets d’éditions en particulier sont en cours : la publication des cours et travaux antérieurs au Collège de France, dans la collection « Hautes études » des éditions Seuil/Gallimard et la réédition des Cours au Collège de France en édition de poche, dans la collection « Points » des éditions du Seuil.

Outre la publication d’un certain nombre d’inédits, la première série en particulier se propose aussi de valoriser le matériel qui accompagne les manuscrits de ces cours/travaux, à savoir le matériel venant des archives. Ce matériel, parmi lequel figurent les fiches de lecture, est fondamental pour l’édition des manuscrits, pour la rédaction des notes bibliographiques et des notes critiques. La question fondamentale qui se pose à l’éditeur est : comment faire pour retrouver les informations parmi les milliers de feuillets consultés ? La plate-forme élaborée dans le cadre du projet FFL apporte une réponse à ce problème. Quand le philosophe renvoie dans un manuscrit à une source bibliographique incomplète, la plate-forme permet de lancer une recherche par auteur par exemple et retrouver les fiches de lecture qui concernent cette source. Outre à améliorer la compréhension des données bibliographiques, la plate-forme aide le travail d’édition en permettant une recherche par notion qui fait ressortir des informations sur la bibliographie et l’emploi d’un certain terme.

Dans cette perspective, le projet FFL contribue en général à la réflexion autour des archives contemporaines et à la manière dont le numérique peut changer le rapport aux sources d’archives.

  1. Text Encoding Initiative []

Parution : Imago libri Représentations carolingiennes du livre

Bibliologia, n° 47

Argument

Le renouveau culturel carolingien confère au livre une place majeure dans la société, qui perdure dans le monde ottonien. Sa production est suffisamment abondante pour que près de 9000 manuscrits de cette époque nous soient parvenus, et le soin apporté à la qualité de leur confection est remarquable. Les manuscrits, précieux ou non, corrigés, glosés, comparés, échangés, servent à l’action, politique ou judiciaire, à la spiritualité, à la réforme religieuse, au développement de l’« humanisme » carolingien. Dans la société et la culture chrétiennes, l’objet-livre revêt un caractère précieux et somptuaire, comme en témoignent sa place de choix au sein des trésors d’église et sa haute valeur monétaire. Il est l’incarnation à la fois de l’autorité sacrée, du pouvoir et du savoir ; investi d’une forte dimension symbolique, il peut aussi être source de conflits et victime de destructions. Polymorphe, il intervient dans de multiples situations : il peut être tour à tour exhibé sous l’aspect d’un rouleau, d’un codex ouvert ou fermé, mangé, foulé aux pieds, dissimulé, utilisé pour prêter des serments… À la fois contenant et contenu, objet et parole, le livre est aussi imaginaire et imaginé. L’enquête collective envisagée ici dépasse la dimension archétypale du livre pour cerner, à travers une approche pluridisciplinaire combinant l’histoire sociale, culturelle et artistique, la spécificité des représentations carolingiennes du livre.

Table des matières

Charlotte Denoël, Anne-Orange Poilpré et Sumi Shimahara
Introduction

1. Dire et figurer le livre

Charlotte Denoël
L’Épiphanie du Verbe. Essai d’une typologie formelle des représentations du livre au premier Moyen Âge dans les portraits des évangélistes

Bruno Bon et Krysztof Nowak
Autour de Liber : étude (e-)lexicographique

Isabelle Marchesin
Mise en voir mathématique et intermédialité du Verbe dans les Évangiles carolingiens. Genèse d’une tradition iconographique

Lawrence Nees
Design, Default or Defect in Some Perplexing Represented Books

2. Livre, loi et autorité

Stefan Esders
Deux libri legum au service des fonctionnaires du royaume d’Italie à l’époque carolingienne

Anne-Orange Poilpré
Dans et avec le livre : Jérôme, David et les souverains carolingiens

François Bougard
Le livre de l’autorité du siècle

Helmut Reimitz
Livres d’histoire et histoire du livre à l’époque carolingienne

3. Livre et Bible

Yves Christe
Un nouveau Sinaï pour Pierre et Paul

Sumi Shimahara
Le livre dans le Livre : parcours exégétiques

Beatrice E. Kitzinger
Representing the Gospels Beyond the Carolingian Center

Eliza Garrison
Movement and Time in the Egbert Psalter

4. Livre et liturgie

Adam Cohen
The Book and Monastic Reform

Cécile Voyer
Mise en abyme. Le sacramentaire de Marmoutier et ses images

Jean-Pierre Caillet
Le livre dans l’édifice cultuel aux temps carolingiens et ottoniens

Marie-Céline Isaïa
Un simple objet ? Le livre dans l’hagiographie médiolatine (IXe-XIe siècle).

5. Livre, signes, images littéraires

Francesco Stella
Les représentations du livre dans les textes poétiques carolingiens et ottoniens. Naissance de la poésie paratextuelle

Fabrizio Crivello
Tabulae et livres dans les tables des Canons de l’école de la cour de Charlemagne. Questions ouvertes

François Bougard
Le livre dans tous ces états. Conclusions

Index des noms de personnes
Index des noms de lieux
Index des manuscrits

Liste des contributeurs

Informations pratiques

  • Editeurs scientifiques : Charlotte Denoël (BnF), Anne-Orange Poilpré (Université Panthéon Sorbonne), Sumi Shimahara (Université Paris Sorbonne)
  • Description : 1 vol. (336 p., 26 ill. + 96 ill. en coul., 11 tableaux), 210 x 270 mm
  • Parution : 2018
  • Editeur : Brepols
  • ISBN 978-2-503-56767-9
  • Textes : Français, Anglais
  • Prix : 85 euros

Image de une : Recueil composite constitué de deux manuscrits différents : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8478985p/f129.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Digital Averroes Research Environment (DARE)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources de référence, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Digital Averroes Research Environment

Pays

Allemagne

Auteur(s)

  • Universität zu Köln, Philosophische Fakultät Fakultät, Thomas-Institut
  • Pilote du projet : Andreas Speer
  • Coordonnateur scientifique : David Wirmer

Description

Né en 2010, le projet entend donner accès à l’ensemble des textes d’Averroes. Le projet est très ambitieux car il entend fournir, pour chaque texte, la version numérisée, la transcription et les éditions. Si cette dernière partie pose  le problème des droits nécessaire à la diffusion en ligne des travaux, notons le nombre important de manuscrits déjà accessibles en version numérisée (plus de 700) et transcrite. Le visualiseur permet de lire la numérisation et la transcription en vis-à-vis.

L’interface de consultation n’est disponible qu’en anglais.

Le site lancé début 2018, propose 3 principaux accès :

  • works (oeuvres) : avec des filtres par catégories, traducteurs des textes  et langues (arabe, hébreu, latin)
  • sources : permettant d’accéder aux manuscrits par langue, pays de conservation, ville, lieu de conservation
  • bibliography : avec des filtres par type de média, catégories, oeuvres, noms, tranches de dates.

URL

URL : http://dare.uni-koeln.de/

À noter

L’outil donne accès à des collections de la BnF (chiffres de décembre 2018) :

  • Bibliothèque de l’Arsenal : 4 manuscrits (4 arabes, 1 hébreu)
  • Bibliothèque nationale de France : 152 manuscrits (89 hébreux, 57 latins et 7 arabes)

La majorité des copies numériques des manuscrits sont disponibles gratuitement à l’adresse suivante : https://bilderberg.uni-koeln.de.

Bref, de la belle ouvrage !

  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les manuscrits de Gustave Flaubert réunis dans Gallica

Longtemps après la mort de Flaubert, sa nièce Caroline Franklin Groult fait don des manuscrits de ses œuvres majeures en les répartissant entre la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque municipale de Rouen et la Bibliothèque historique de Ville de Paris. A la suite de cette dispersion, aucun dossier manuscrit d’une œuvre n’est complet dans un lieu unique. La répartition géographique des manuscrits de Flaubert entre plusieurs institutions est un handicap pour la consultation et la recherche. Aujourd’hui la numérisation et la mise en ligne sur Gallica et Rotomagus (respectivement les bibliothèques numériques de la BnF et de la BM de Rouen) de l’ensemble des manuscrits de Flaubert, et ce, quel que soit leur lieu de conservation, est une avancée considérable pour la recherche.
Ainsi, Gallica présente dans ses pages « Sélections – Littératures », à la rubrique « dossiers d’écrivains », les œuvres de Flaubert regroupées par ordre chronologique (des œuvres de jeunesse jusqu’à Bouvard et Pécuchet) et thématique pour le théâtre et les carnets de notes ou de voyages.

Avec Yvan Leclerc, professeur émérite de littérature française du XIXe siècle à l’Université de Rouen, spécialiste de Flaubert et directeur du centre Flaubert, Christelle Di Pietro, directrice de Rouen nouvelles bibliothèques, Emmanuelle Toulet, directrice de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, et Isabelle Le Masne de Chermont, directrice du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

durée 5 min 11 s

Réalisation : David Paul Carr
Musique : Reeder / Rigonfiamento del cuore (piano solo)
© BnF 2018

Pour aller plus loin

Billets du blog Gallica  : « Flaubert dans tous ses états »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Les 150 ans du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale

Fruit d’une collaboration entre l’École nationale des chartes, la Bibliothèque nationale de France et l’Institut de recherche et d’histoire des textes, cette journée étudie chacune des sections du Cabinet des manuscrits (1868-1881) de Léopold Delisle et met en lumière ce que cette publication a apporté à notre connaissance de l’histoire des manuscrits et les travaux ou recherches ultérieurs qu’elle a suscités.


Affiche « Les 150 ans du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale »

Journée d’étude organisée par Jérémy Delmulle (IRHT – CNRS), Charlotte Denoël (BnF) et François Ploton-Nicollet (ENC).

En 1868, Léopold Delisle publiait, sous les auspices de la ville de Paris, le premier tome de son Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, dont les deux suivants devaient paraître après le changement de régime (Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. II et III, 1874 et 1881). En écrivant l’histoire de ce qui allait devenir le Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous l’angle des accroissements successifs des collections, décrits chronologiquement règne après règne depuis l’époque de Charles V, Léopold Delisle ne s’est pas contenté de produire une étude monographique. Il a fourni à la fois aux conservateurs et aux historiens des bibliothèques un matériau de travail exceptionnel, témoignage de sa fréquentation assidue et de sa connaissance intime des fonds dont il avait la charge, mais aussi une méthode, appelée à être durablement éprouvée.

À l’occasion du cent-cinquantenaire de cette publication pionnière, il nous a semblé important de nous interroger sur sa réception et sa postérité. Le Cabinet des manuscrits demeure, aujourd’hui encore, l’ouvrage de référence, jamais remplacé, pour qui veut connaître l’histoire de la constitution des fonds manuscrits de la Bibliothèque nationale ; il reste aussi, pour l’identification de copistes ou de lieux de production, comme pour la datation de manuscrits ou d’inventaires de bibliothèques, une source très souvent citée. Il importe d’autant plus, aujourd’hui, de comprendre l’apport des travaux de Léopold Delisle, et de son Cabinet en particulier, à l’histoire de la Bibliothèque nationale comme à l’histoire des bibliothèques en général, et de mesurer les avancées réalisées depuis la fin du XIXe siècle.

Programme

Chaque communication, d’une durée de 30 minutes, est suivie de 15 minutes de discussion.

  • 9h15 : accueil des participants.
  • 9h30-9h45 : mot d’accueil, par Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes
  • 9h45-10h : introduction, par les organisateurs
  • 10h-10h45 : Françoise Vielliard (ENC), « “Je les aimais passionnément”. La place du Cabinet des manuscrits dans la carrière de Léopold Delisle »
  • 11h-12h : Véronique de Becdelièvre (BnF) et Monique Peyrafort-Huin (IRHT), « La librairie royale sous Charles V et Charles VI et le “prince des bibliothécaires” : apports et limites des recherches de Léopold Delisle. 1) L’édition des inventaires : un catalogue méthodique. 2) L’identification des personnages cités dans les inventaires »
  • 12h-12h45 : Marie-Pierre Laffitte (BnF), « La librairie de Blois au travers des sources de Léopold Delisle »
  • 14h30-15h15 : Thomas Falmagne (Bibliothèque nationale du Luxembourg), « Une troisième version du catalogue des manuscrits de Jacques-Auguste de Thou retrouvée à New-York »
  • 15h15-16h : Jérémy Delmulle (IRHT), « Delisle à l’école des mauristes ? Les archives personnelles des érudits bénédictins dans Le cabinet des manuscrits »
  • 16h15-17h : Marie Galvez (BnF), « Présentation du Comité d’histoire de la BnF. Portrait de la Bibliothèque impériale en 1868 »
  • 17h-17h45 : Charlotte Denoël (BnF), « Delisle catalographe »
  • 17h45-18h : conclusions, par les organisateurs

Informations pratiques

logos.png
Lithograph : unknown/ Scan : Remi Mathis [Public domain], from Wikimedia Commons

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences 2018 – 2019 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition des Trésors de Richelieu. Conservateurs, historiens et historiens de l’art, spécialistes de la mode, du spectacle, de la musique, de la littérature partagent leurs savoirs avec un large public.
À chaque conférence, des oeuvres exceptionnelles (manuscrits, costumes,
partitions musicales, oeuvres d’art) sont présentées, filmées et projetées
sur grand écran afin d’en exposer les plus infimes détails.

Programme

20 novembre 2018 : Ouverture du cycle par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, Laurence Engel, présidente de la BnF et Éric de Chassey, directeur de l’INHA

20 novembre 2018 : Un « très curieux recueil » : le fonds Jean-Jacques Lequeu

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général chargé des collections XVIIIe siècle au département des Estampes et de la photographie, BnF, co-commissaire de l’exposition
  • Elisa Boeri, historienne de l’architecture, auteure d’une thèse sur l’Architecture civile de Jean-Jacques Lequeu (en cours de publication).

En 1825, Jean-Jacques Lequeu (1757-1826) faisait don au Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale de nombreux documents : portefeuilles de dessins et de manuscrits, projets architecturaux, études et croquis
pour divers bâtiments, portraits, études de nu, dessins anatomiques, paysages, scènes de genre et représentations érotiques ; au total près de 800 pièces aujourd’hui conservées au département des Estampes et de la photographie de la BnF.
Si l’artiste poursuivit toute sa vie l’ambition de mener une carrière d’architecte, c’est grâce au dessin que son nom est parvenu jusqu’à nous. Par ses somptueux lavis de palais, pavillons, fabriques de jardin ou colonnes commémoratives, il a créé un univers de papier qui, depuis les années 1930, suscite interrogations et fascination.
En décembre 2019, le Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris,
en partenariat avec la BnF, organise la première exposition monographique consacrée à cet oeuvre inclassable. En préambule à cet événement, la BnF présente quelques pièces emblématiques de l’artiste.

18 décembre 2018 : Les écrans à main au XVIIIe siècle : des objets d’art au service du théâtre

  • Manon Dardenne, conservateur à la BnF, département des Arts du spectacle
  • Nathalie Rizzoni, ingénieure de recherche, Sorbonne Université – CNRS

Ni livre, ni estampe, ni médaille, l’écran à main tient un peu de ces trois catégories à la fois. Variante de l’éventail, cet accessoire était utilisé, à partir du XVIIe siècle, par celui ou celle qui était assis(e) auprès d’une cheminée pour se protéger des ardeurs du feu.
Composé d’un petit manche en bois et d’une feuille de carton, il était souvent orné, à l’avers, d’une estampe et, au revers, d’un texte imprimé, qui étaient destinés à instruire ou à divertir son usager. Document historique de premier plan, l’écran à main révèle la variété des centres d’intérêt de ses
utilisateurs : géographie, littérature, histoire, théâtre, musique. Le département des Arts du spectacle de la BnF possède onze écrans à main inspirés par la production dramatique du XVIIIe siècle, en particulier par l’opéra comique et la comédie. « Produits dérivés » du théâtre avant l’heure, ces objets rares racontent l’histoire vivante du théâtre au XVIIIe siècle.

15 janvier 2019 : Le voyage anthropologique
de Roland Bonaparte en Laponie

  • Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF
  • Christine Barthe, responsable de l’Unité patrimoniale des collections photographiques, musée du Quai Branly

Au cours de l’été 1884, le prince Roland Bonaparte (1858-1924), petit-neveu de Napoléon Ier, entreprit une expédition en Laponie, accompagné de son bibliothécaire François Escard, de l’anthropologue Herman Frederik Carel ten Kate, d’un jeune philologue faisant fonction d’interprète, d’un photographe et de deux domestiques.
Si l’ouvrage qu’il projetait n’a jamais vu le jour, les clichés qu’il en rapporta complétés par les écrits de son bibliothécaire, conservés au département des Cartes et plans de la BnF, sont autant de sources pour comprendre
les desseins d’un tel voyage ; ils permettent aussi de saisir la spécificité du regard porté par le prince sur un monde et sur ses habitants dans le contexte évolutif que connaissent les disciplines géographiques et anthropologiques à la fin du XIXe siècle.

29 janvier 2019 : Les chaînes de Louis XIV

  • Inès Villela-Petit, conservateur du patrimoine à la BnF, département des Monnaies, médailles et antiques
  • Ludovic Jouvet, doctorant à l’université d’Aix-Marseille

En juin 2017, le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a fait l’acquisition d’une médaille de Louis XIV à la devise du soleil et de la lourde chaîne en or qui l’accompagnait, très rare exemple parvenu jusqu’à nous d’une combinaison qui faisait sens. Replacé dans son contexte diplomatique, ce présent royal à un seigneur d’Alsace, bien documenté, permet d’éclairer un usage encore méconnu de la médaille. Perpétuant la tradition médiévale des badges partisans portés en gage de fidélité.
Le fait d’arborer le portrait du roi comme une marque de distinction personnelle contribuait à imprimer l’image du souverain sur un territoire nouvellement français.
La multiplication des variantes du prototype conçu par Jean Warin, graveur virtuose, montre qu’il fut spécifiquement retenu pour cet usage, le choix d’un exemplaire à la devise étant hautement symbolique.

12 février 2019 : Hubert Robert, l’incendie de l’Opéra

  • Boris Courrège, bibliothécaire à la BnF, département de la Musique
  • Guillaume Faroult, conservateur en chef, département des peintures, musée du Louvre

Le 8 juin 1781, l’Opéra de Paris, situé dans une aile du Palais-Royal, brûle un soir de représentation d’Orphée et Eurydice de Gluck. La salle est évacuée dans le calme, mais le feu, qui a pris dans les cintres, se propageant rapidement au toit du bâtiment, embrase le ciel parisien et offre un spectacle saisissant. Tandis que les pompiers luttent contre le brasier, de l’autre côté de la place, posté dans l’une des baies du palais du Louvre, Hubert Robert observe l’incendie et envisage une première étude. Il se rend
le lendemain matin devant les ruines encore fumantes de l’Opéra qui lui inspirent le sujet d’une seconde étude. La Bibliothèque-musée de l’Opéra, au sein du département de la Musique de la BnF, conserve deux esquisses,
peintes sur bois, jalons intermédiaires avant la réalisation finale des deux pendants, réalisés en grand format sur toile, dont l’un est aujourd’hui conservé au Louvre,
et l’autre dans une collection particulière.

12 mars 2019 : Le carnet italien de Girodet

  • Rémi Cariel, conservateur en chef du patrimoine, chargé de la valorisation du fonds patrimonial de la Bibliothèque de l’INHA
  • Sidonie Lemeux-Fraitot, docteure en histoire de l’art, chargée des collections du musée Girodet

Utilisé entre 1792 et 1810 environ, ce carnet tient à la fois du manuscrit et du carnet de dessins (Bibliothèque de l’INHA, Ms 513).
L’aspiration de l’artiste à mêler dans un même espace l’art de la littérature
et celui de la peinture s’y révèle à chaque page. Son écriture élégante trahit dans les passages biffés les étapes de réflexions foisonnantes et ses croquis fixent les sujets de possibles tableaux d’histoire. On y trouve aussi quelques pensées intimes, idées pour le long poème didactique Le Peintre, de nombreuses pages consacrées à l’imitation ou la traduction des poètes latins ou grecs.
Plus précieux encore, douze croquis de paysage, réalisés pendant son séjour
napolitain de 1793-1794, sont un rare souvenir de sa passion pour ce thème.

26 mars 2019 : Les Homélies de Grégoire de Nazianze

  • Christian Förstel, conservateur en chef, BnF, département des Manuscrits
  • Jannic Durand, directeur du département des objets d’art, musée du Louvre

Exemplaire célèbre de la « collection liturgique » des homélies de Grégoire
de Nazianze, une sélection des seize discours lus dans la liturgie de l’office de l’aurore (orthros), le manuscrit Grec 550 de la BnF se distingue par son illustration au style d’une richesse inouïe : miniatures à pleine page, frontispices sur fonds or accompagnés de représentations d’animaux et de scènes de la vie quotidienne, initiales aux motifs extrêmement variés font de ce manuscrit de luxe un témoin unique de l’art du temps des Comnènes. Néanmoins, le lieu d’exécution du manuscrit fait encore débat : s’agit-il d’un produit de la capitale de l’empire ou d’une oeuvre d’un atelier de l’Orient byzantin, voire de l’Italie du Sud, où le manuscrit est attesté dans la seconde moitié du XIVe siècle ?

2 avril 2019 : Pompéi publiée et inédit par William Gell

  • Isabelle Périchaud, chargée d’étude documentaire, responsable du fonds de dessins, bibliothèque de l’INHA
  • Hélène Dessales, maître de conférences en archéologie, École normale supérieure, Paris

Figure emblématique du Grand Tour en Italie, William Gell (1777-1836) est l’auteur de la première publication d’envergure consacrée à Pompéi au Royaume Uni, en 1817. Deux de ses carnets, restés en grande partie inédits, sont conservés à la Bibliothèque de l’INHA. Ils rassemblent 362 dessins réalisés à Pompéi et témoignent de l’évolution des excavations sur le site, entre 1801 et 1827. Au-delà de la reproduction fidèle de Pompéi, bien d’autres visages apparaissent en filigrane de ces carnets au caractère exceptionnel : les modalités de visite des fouilles, les conditions d’exécution
des dessins, les échanges de connaissances entre artistes européens autour des cités du Vésuve, les projets de publication, enfin, le rôle d’un architecte anglais dans la vie culturelle napolitaine du premier tiers du XIXe siècle.

16 avril 2019 : La Sonate Arpeggione de Franz Schubert (conférence-concert)

  • Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, chef d’orchestre
  • Valère Etienne, conservateur à la BnF, département de la Musique

Franz Schubert (1797-1828) écrit en 1824, sur commande, une sonate destinée à un curieux instrument à cordes tout récemment mis au point par le luthier viennois Johann Staufer : l’arpeggione, sorte d’hybride entre la guitare et le violoncelle, appelé d’ailleurs parfois « guitare-violoncelle » ou « guitare à archet ».
Créée dans la foulée par son commanditaire Vincenz Schuster, avec Schubert au piano, cette oeuvre de circonstance a conservé une notoriété, alors même que l’instrument auquel elle s’adressait est, quant à lui, très vite tombé dans l’oubli. Les éditions successives de la sonate jusqu’à aujourd’hui
nous l’ont présentée dans des transcriptions diverses (pour violon,  violoncelle, alto, ou pour instruments à vent), mais le manuscrit original de Schubert, conservé au département de la Musique de la BnF, incite à redécouvrir l’oeuvre dans sa conception initiale.

14 mai 2019 : Belles figures et drolleries de la Ligue de Pierre de L’Estoile

  • Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF
  • Gilbert Schrenck, professeur émérite de littérature française à l’université de Strasbourg

Recueil de pièces d’actualité réunies par le mémorialiste Pierre de L’Estoile (1546-1611), les Belles figures et drolleries de la Ligue ont enregistré sur le vif les événements qui agitent la France pendant les années 1589-1594, entre l’assassinat d’Henri III et l’avènement d’Henri IV, quand Paris est
livrée à la domination du parti catholique de la Ligue. « Plein de figures et de placards diffamatoires de toutes sortes », comme L’Estoile l’écrit dans son journal, ce volume, conservé à la Réserve des livres rares de la BnF, est fait d’un étonnant collage d’estampes et de textes de propagande, de chansons satiriques, de déclarations politiques.
Leur juxtaposition offre un témoignage sans équivalent sur la violence réelle des actes commis aussi bien que sur la violence symbolique des représentations dans ces temps de guerre civile.

28 mai 2019 : Les Dits de Watriquet de Couvins par le Maître de Fauvel

  • Louisa Torres, conservateur à la BnF, Bibliothèque de l’Arsenal
  • Amandine Mussou, maître de conférences à l’université de Paris-Diderot.

On ignore à quelle date ce manuscrit de dédicace conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal (Ms-3525 Rés), sans doute réalisé sous la direction de son auteur, est sorti des collections royales ; mais on sait qu’il avait été réalisé pour Philippe VI, qu’on reconnaît sur la miniature de présentation aux côtés de Jeanne de Bourgogne.
Il figure à l’inventaire de la bibliothèque de Charles V, repasse en mains privées et entre à l’Arsenal à la faveur des confiscations révolutionnaires. Des Dits de Watriquet, le manuscrit de l’Arsenal est le recueil le plus complet et le plus enluminé, avec 28 poèmes et 40 miniatures : tous les dits sont illustrés soit par le Maître de Watriquet, élégant artiste éponyme
dont on sait peu de chose mais qui a enluminé l’autre copie de luxe qu’on connaît de ces mêmes dits [BnF, Manuscrits, Français 14968], soit par le Maître de Fauvel, artiste parisien prolifique.

11 juin 2019 : Les carnets de Mazarin

  • Mathieu Lescuyer, conservateur en chef, adjoint au directeur du département des Manuscrits, BnF
  • Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions et des archives de l’époque moderne, École nationale des chartes.

Lorsqu’il accéda au pouvoir après la mort de Richelieu, le cardinal Mazarin (1642-1650) prit l’habitude d’inscrire assez régulièrement dans de petits carnets des notations qui tiennent à la fois du pense-bête, du journal intime, de l’enregistrement de principes d’action politique et de la relation d’entretiens.
Récupérés au décès du cardinal en 1661 par son ancien intendant Colbert, prélevés par le bibliothécaire de ce dernier Étienne Baluze, les quinze carnets aujourd’hui conservés ont intégré les fonds de la Bibliothèque royale par achat en 1719 (BnF, Manuscrits, Baluze 174).
Ces carnets sont un témoignage exceptionnel des jeux de pouvoir et d’une conception pragmatique de l’exercice du gouvernement durant la première partie du ministériat de Mazarin jusqu’aux premières années de la Fronde, de 1642 à 1651.

Informations pratiques

  • Conférences Trésors de Richelieu
  • Entrée libre
  • 18h15 – 19h30
  • Auditorium de la galerie Colbert
  • 2, rue Vivienne, Paris 2e
  • Programmation & organisation : Cécile Colonna (INHA), Frédéric Ramires (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Napoléon à Sainte-Hélène

C’est à une plongée dans le quotidien de l’exil de Napoléon qu’invitent les Éditions de la BnF et Perrin. Cet ouvrage, richement illustré, présente un grand nombre de documents inédits issus des collections de la BnF et apporte un éclairage essentiel sur les dernières années de l’empereur à Sainte-Hélène.

La France défaite à Waterloo, Napoléon se livre aux Anglais le 15 juillet 1815, sans se douter qu’il sera envoyé sur une île perdue au milieu de l’Atlantique sud. Le 17 octobre suivant, après une traversée de plus de deux mois, il débarque à Sainte-Hélène où il vivra ses dernières années sous étroite surveillance. Cet exil, tragique, marque le point de départ de la légende napoléonienne.

Explorant les collections de la BnF, Charles-Éloi Vial a étudié des documents d’exception, pour la plupart méconnus ou entièrement inédits. En grande partie rédigés de la main même de Napoléon ou de celle de son « geôlier » Hudson Lowe, lettres, factures, rapports de surveillance, plans de fortifications et autres témoignages nous livrent des pans entiers de la vie quotidienne à Longwood House.

Dans ce livre richement illustré, amateurs et spécialistes découvriront, au fil des pages, une histoire renouvelée de la captivité et de la mort de l’empereur des Français.

L’auteur

Archiviste paléographe, docteur en histoire, Charles-Éloi Vial est conservateur aux département des Manuscrits de la BnF. Après un remarqué Les Derniers Feux de la monarchie : la cour au siècle des révolutions, sa biographie de Marie-Louise a été couronnée l’année dernière par le prix Premier-Empire de la Fondation Napoléon.

Informations pratiques

  • Description : 1 vol. (352 p.) : couv. ill. en coul.
  • Date de parution : 22 novembre 2018
  • Éditeur : BnF Éditions : Perrin
  • Prix : 29 euros ; ePub : 18,99 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Trésors de la musique classique. Partitions manuscrites XVIIe-XXIe siècle

Couverture de Trésors de la musique classique

Un accès inédit aux manuscrits de 34 chefs-d’œuvre

Charpentier, Rameau, Bach, Vivaldi, Haydn, Mozart, Beethoven, Berlioz, Chopin, Liszt, Schubert, Schumann, Rossini, Gounod, Verdi, Wagner, Bizet, Offenbach, Massenet, Saint-Saëns, Franck, Fauré, Debussy, Dukas, Stravinsky, Boulanger, Ravel, Satie, Poulenc, Jolivet, Strauss, Messiaen, Dutilleux, Boulez.

Parcourant l’histoire de la création musicale, ce recueil de manuscrits lève le voile sur la fabrique de 34 chefs-d’œuvre de la musique classique, précieusement conservés dans les collections de la Bibliothèque nationale de France. Leur reproduction en fac-similé offre un accès inédit au processus de création des plus grands compositeurs de l’Europe baroque jusqu’aux audaces des XXe et XXIe siècles en passant par l’âge classique, la période romantique et les grandes heures de l’opéra. Chaque partition autographe est accompagnée du double éclairage d’un spécialiste, commentant la trajectoire du compositeur ainsi que la singularité du manuscrit. Une occasion unique d’entrer en contact avec les originaux d’œuvres inestimables, composées de mains de maîtres.

Auteurs

  • Mathias Auclair est directeur du département de la Musique à la Bibliothèque nationale de France. Il est l’auteur avec Élizabeth Giuliani de Rameau et la scène (BnF, 2014) et avec Pierre Provoyeur du livre Le Plafond de Chagall à l’Opéra Garnier (Gourcuff Gradenigo, 2014).
  • Avec les contributions de Rosalba Agresta, Benoît Cailmail, Damien Colas, Boris Courrège, Pénélope Driant, Valère Étienne, Romain Feist, Séverine Forlani, François-Pierre Goy, Bérenger Hainaut, Paul Prévost, Agnès Simon-Reecht, Marie-Gabrielle Soret, Catherine Vallet-Collot, Jean-Michel Vinciguerra.

Informations pratiques

  • Description : Relié, 272 pages, 100 pages de reproductions de partitions manuscrites et 90 illustrations, 24 × 32 cm
  • Date de parution : 24 octobre 2018
  • ISBN / EAN :  978-2-84597-700-6 / 9782845977006 ; 978-2-7177-2792-0 / 9782717727920
  • Éditeur :  BnF Éditions / Éditions Textuel
  • Prix : 55 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : De la sphère privée à la sphère publique Actualité du programme de recherche « Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises »

Gioacchino Rossini, Petit souvenir offert à Mme la baronne Charlotte Nathaniel de Rothschild, le 10 septembre 1843, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, INV. MS-1338 © Bibliothèque nationale de France.

Les Rothschild ont joué un rôle de premier plan dans l’histoire du patrimoine culturel européen des XIXe et XXe siècles tant dans le domaine des collections que du mécénat. De 1873 jusqu’à nos jours, plus de cent trente mille œuvres d’art ont été offertes à plus de deux cents institutions françaises par quatre générations des branches française, anglaise, allemande ou italienne de cette famille cosmopolite. Depuis 2015, dans le cadre de son programme de recherche « Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises », l’INHA – en collaboration avec le musée du Louvre, la Bibliothèque nationale de France, le Service des musées de France, la Villa Ephrussi de Rothschild et la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques (FNAGP) – poursuit un projet d’étude et de valorisation de l’ensemble de ces donations. Ainsi, près de cent quinze mille notices de ces dons sont désormais accessibles dans des bases de données en ligne à partir du portail de l’INHA consacré à ce programme.

Continuer la lecture de Colloque : De la sphère privée à la sphère publique Actualité du programme de recherche « Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Page d’accueil de Mandragore

URL

http://mandragore.bnf.fr/

Description

La base de donnée Mandragore est un effet secondaire d’un programme de recherche interne de la Bibliothèque nationale de France conduit par le département des Manuscrits autour des manuscrits enluminés. Le projet était porté par le Centre de recherche des manuscrits enluminés (CRME), entité interne créée par François Avril.

Le programme visait à recenser et cataloguer, en fonction de leur origine géographique, les manuscrits à peintures conservés à la bibliothèque. En 1989, ce projet de recensement et de catalogage s’est vu complété du projet de constitution d’une base de données pour enregistrer le matériel iconographique contenu dans ces manuscrits. Ce volet était réalisé par l’ingénieur d’études Jean-Pierre Aniel et la technicienne de recherche Nicole Fleurier.

À partir de là, le projet Mandragore est devenu un programme à part entière consistant à mener l’indexation iconographique des manuscrits en employant un même thesaurus pour l’ensemble des manuscrits, qu’ils soient occidentaux ou orientaux. Pour ces derniers, il était prévu de couvrir toutes les peintures des manuscrits persans de la BnF (achevé en février 1993 avec plus de 6000 images indexées), 25 manuscrits orientaux de la collection Smith-Lesouëf, les manuscrits coptes (achevé en novembre 1993), les manuscrits syriaques et géorgiens (achevé en janvier 1995), éthiopiens, arabes (160 manuscrits représentant 6000 images), arméniens, hébreux et turcs, et éventuellement des manuscrits indiens et sanskrits.

Au départ uniquement accessible en interne, le projet de publication de la base a été porté par Monique Cohen. Au terme de sa mise en ligne, le travail d’enrichissement et d’indexation s’est poursuivi – et se poursuit – dans le cadre des activités scientifiques du département des Manuscrits.

En accroissement continu, la base compte plus de 170 000 notices analysant des œuvres conservées du département des manuscrits mais aussi de la Bibliothèque de l’Arsenal employant un vocabulaire de plus de 18 000 descripteurs.

Chaque manuscrit et chaque enluminure font l’objet d’une notice bibliographique et iconographique structurées, réalisées selon des principes de catalogage préétablis et un contrôle strict des formes retenues (œuvres copiées, enlumineurs, date et lieu de décor, scène représentée, texte rubriqué, inscriptions dans l’image et notes).

L’indexation applique un vocabulaire iconographique multilingue (français, anglais, allemand, espagnol, italien) de 20 349 termes. Ce référentiel est construit selon les principes de description du Système descriptif des représentations de François Garnier, commandité en 1981 par le Ministère de la Culture et le Centre National de la Recherche Scientifique , mais a largement dépassé ce cadre de départ au fur et à mesure de son enrichissement. Il se rapproche en cela des thésaurus des bases de données Initiale (CNRS, enluminures des bibliothèques publiques de France) ou Joconde (Ministère de la Culture, collections des musées de France), conçus selon les mêmes principes, mais dont l’évolution s’est faite séparément.
Le vocabulaire iconographique de Mandragore n’est pas hiérarchisé, mais les concepts qui le composent sont classés selon les principales classes et sous-classes de la classification décimale de Dewey.

Au gré du développement de la numérisation, cette indexation est complétée de l’image numérisée de l’iconographie avec plus de 80 000 images.

Pays

France

Langue(s)

Français

Auteur(s)

Bibliothèque nationale de France (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Manuscrits en caractères hébreux conservés dans les bibliothèques de France

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.


Haggadah de Pâque (hébreu)

Description

Les manuscrits sont utilisés beaucoup plus fréquemment mais ils le sont sur des reproductions dont le support est essentiellement électronique, même si on peut en faire un tirage papier. L’établissement d’une paléographie hébraïque médiévale nous permet désormais de donner une bonne description matérielle des manuscrits et de proposer une datation et une localisation très probables. L’étude des textes en caractères hébreux et de leur publication durant le Moyen Âge a montré que la majorité d’entre eux ne dérivent pas d’un seul original mais de plusieurs.

La recherche menée sur les manuscrits datés nous a montré que les manuscrits hébreux sont fortement marqués par l’individualité des circonstances de la copie, souvent faite pour l’usage personnel du scribe. En conséquence, une importance beaucoup plus grande doit être attribuée au manuscrit hébreu médiéval en tant qu’objet historique. Il est unique à tous les points de vue ; et c’est avec une attention accrue que l’on doit décrire les témoins matériels et textuels de cette histoire particulière : codicologie, paléographie, reliure, notes de possesseurs, en caractères hébraïques ou en d’autres caractères, censure, ex-libris et estampilles. Ces détails sont en relation étroite avec le texte et ils en révèlent souvent les particularités. Ils doivent donc être donnés avec précision. On veut désormais en rendre compte au lecteur de manière détaillée et explicite. Nous ne croyons plus à une totale neutralité de la science historique. Certes, tous les détails doivent être décrits avec la plus grande exactitude possible ; cependant, un lien de compréhension et d’intimité unit le catalogueur, personne humaine, allant à la rencontre d’autres personnes humaines (celles qui ont laissé dans ce manuscrit la trace de leur main et de leurs idées), C’est une rencontre personnelle et c’est parce qu’elle est personnelle que le lecteur du catalogue comprendra à son tour le manuscrit.

Responsable(s)

  • Philippe Bobichon, chargé de recherche CNRS, membre de la section hébraïque de l’IRHT
  • Laurent Héricher, chef du services des Manuscrits orientaux, Bibliothèque nationale de France
  • Colette Sirat,  directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études

Volumes parus

2016

2015

2014

2011

2008

2006

Editeur

Brepols : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=CMCH

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les manuscrits de l’école palatine de Charlemagne

La Bibliothèque municipale de Trèves (Stadtbibliotheken Trier) œuvre pour faire inscrire les manuscrits de l’école palatine de Charlemagnesur le Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO (https://fr.unesco.org/programme/mow). Le projet comprend trois manuscrits issus des collections de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Les manuscrits de l’école palatine de Charlemagne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 (21-23 novembre 2018)


Missel de Saint-Denis, 1041-1060 (Ms. latin 9436).

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, fondation dont l’objectif est de favoriser l’accès au patrimoine culturel du plus grand nombre, la Bibliothèque nationale de France (BnF) et la British Library ont noué un partenariat inédit dans le domaine des manuscrits médiévaux autour d’un programme intitulé « France-Angleterre 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». Il inclut 800 manuscrits, conservés pour moitié à la BnF pour moitié à la British Library, qui ont été sélectionnés en fonction de leur importance pour l’histoire des relations franco-anglaises au Moyen Âge, ainsi que pour leur intérêt artistique, historique ou littéraire. Produits entre le VIIIe et la fin du XIIe siècle, ces manuscrits couvrent des domaines très variés représentatifs de la production intellectuelle du haut Moyen Âge et de l’époque romane.

À l’occasion du lancement officiel des deux sites web réalisés dans le cadre du programme, la bibliothèque numérique « Gallica marque blanche » qui réunira tous les manuscrits du corpus et permettra leur comparaison (BnF) et un site web à visée pédagogique proposant d’explorer une sélection de manuscrits (BL), un colloque international se tiendra les 21-23 novembre 2018 à Paris. L’objectif de ce colloque est de réunir chercheurs et spécialistes, mais aussi un public plus large autour d’interventions qui porteront un regard neuf sur le riche patrimoine mis à disposition grâce au mécénat de la Fondation Polonsky et sur les relations entre France et Angleterre au Moyen Âge, sur le plan aussi bien historique que littéraire ou artistique.

Dédiée à des problématiques professionnelles, la première journée du 21 novembre fera dialoguer les différents acteurs du programme, à travers des présentations des différentes réalisations menées dans le cadre de celui-ci et des enseignements pouvant être tirés de ce premier partenariat entre les deux institutions dans le domaine médiéval. Un accent particulier sera mis sur les possibilités offertes par le développement des humanités numériques et l’interopérabilité des images, qui modifient en profondeur les pratiques de recherche et les regards sur les manuscrits médiévaux, et sur les enjeux qui en découlent. Les 22 et 23 novembre seront consacrés aux manuscrits, à leur décor, leurs textes et leur circulation, trois axes qui réuniront des spécialistes de différents domaines dans une perspective interdisciplinaire.

Continuer la lecture de Colloque France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 (21-23 novembre 2018)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : La critique génétique comme processus. (1968-2018)

En 1967, la Bibliothèque nationale acquiert les manuscrits du poète Heinrich Heine. Et dans un même geste, le CNRS crée en 1968 une équipe de recherche pour inventorier, décrire et exploiter ce fonds, tandis que l’École normale supérieure met aussitôt un bureau à la disposition de la jeune équipe.
À partir de 1974, avec la création de l’équipe Proust, la formation CNRS se transforme en Centre d’Histoire et d’Analyse des Manuscrits Modernes (CAM). Elle ouvre son champ d’application à d’autres corpus français et étranger avec l’arrivée des équipes Zola, Flaubert, Valéry, Nerval-Baudelaire, Joyce, Aragon et Sartre. En 1979, les Essais de critique génétique sont le premier manifeste collectif de ce nouveau domaine d’étude. Depuis 1982, date de sa création en laboratoire propre du CNRS, l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM), aujourd’hui unité de recherche du CNRS et de l’École normale supérieure, n’a cessé de se développer en France et à l’étranger.

Analyser le document autographe pour comprendre les mécanismes de la production littéraire, artistique et scientifique, élucider la démarche de l’écrivain, du savant, du penseur ou de l’artiste et les procédures qui ont permis l’émergence de l’œuvre, élaborer les concepts, méthodes et techniques permettant d’exploiter scientifiquement le précieux patrimoine que représentent les documents conservés dans les collections et archives, telle est la mission fondamentale de l’ITEM.

Le congrès international du cinquantenaire sera l’occasion de dresser un bilan des avancées de la critique génétique et d’explorer les promesses d’avenir de cette discipline qui a su conquérir une place de premier plan parmi ses sœurs aînées, les sciences du texte.

Comité d’organisation

Paolo D’Iorio (direction), Élise Anastase, Olga Anokhina, Aurèle Crasson, Nathalie Ferrand, Daniel Ferrer, Jean-Marc Hovasse, Jean-Louis Lebrave, Jean-Sébastien Macke, Nathalie Mauriac-Dyer, Pierre Musitelli, Claire Riffard.

Programme

MERCREDI 17 OCTOBRE 2018
École normale supérieure, Salle Dussane

Cérémonie d’ouverture

16h30    La direction de l’École normale supérieure

16h45    La présidence de la Bibliothèque nationale de France

17h00    La direction de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS

17h15    Louis Hay, fondateur de l’Institut des textes et manuscrits modernes

18h00    Table ronde des directeurs successifs de l’ITEM : Almuth Grésillon, Daniel Ferrer, Jean-Louis Lebrave, Pierre-Marc de Biasi, Paolo D’Iorio

19h15    Buffet dînatoire

JEUDI 18 OCTOBRE 2018
École normale supérieure, Salle Dussane

Session 1 : Théorie, genèses

Modération : Daniel Ferrer (ITEM), Nicolas Donin (IRCAM), Nathalie Ferrand (ITEM)

9h30     Dirk Van Hulle (Université d’Anvers et Jesus College, Oxford) : Critique génétique à l’ère du numérique : Vers une histoire comparative du brouillon littéraire

10h25    Charlotte Guichard (IHMC) L’histoire de l’art à l’épreuve de la critique génétique. La main dans la peinture des Lumières

11h20    Pause café

11h35    Pierre-Michel Menger (Collège de France) : Le travail comme catégorie de la génétique

12h30    Pause déjeuner

Session 2 : Nouveaux horizons

Modération : Anne Herschberg Pierrot (Université Paris 8 et ITEM)

14h30    Nicholas Cronk (Université d’Oxford), Nathalie Ferrand (ITEM), Pierre Musitelli (ENS)Le nouvel horizon des manuscrits d’Ancien Régime

15h30    Paolo D’Iorio (ITEM), Génétique philosophique

16h10    Pause café

16h30    Dominique Combe (ENS) et Jean Khalfa (Université de Cambridge)Généalogies et avatars de la négritude

17h10    Pierre-Marc de Biasi (ITEM)Génétique des arts visuels

17h50   Michel Espagne (Pays germaniques, labex TranferS)Réflexions sur les transferts entre disciplines et entre pays

18h20   Discussion générale

VENDREDI 19 OCTOBRE 2018
École normale supérieure, Salle Dussane

Session 3 : Génétique dans le monde

Modération : Olga Anokhina (ITEM), Fatiha Idmhand (Université de Poitiers et ITEM)

9h30     Claudia Amigo Pino (Universidade de São-Paulo, Associação de Pesquisadores em Crítica Genética), Défis et enjeux de la critique génétique au Brésil

10h10    Graciela Goldchluck et Delfina Cabrera (Universidad nacional de la Plata), La critique génétique en Argentine

10h50    Kazuhiro Matsuzawa (Université de Nagoya), Train de nuit dans la Voie lactée de Kenji Miyazawa : les origines de la critique génétique au Japon

11h40    Pause café

12h00    Bodo Plachta (Arbeitsgemeinschaft für germanistiche Edition)Komm ins Offene, Freund! – La critique génétique en Allemagne

12h40    Paola Italia (Università degli Studi di Bologna)Alle origini della « Critica degli scartafacci».  Aux origines de la critique des brouillons

13h20 Pause déjeuner

Session 4 : Supports et traces

Modération : Jean-Gabriel Ganascia (Université Pierre et Marie Curie)

Préambule : Jean-Louis Lebrave (ITEM), La codicologie hier, aujourd’hui et demain : du codex au disque dur

15h10    Claire Bustarret (EHESS)Enjeux de l’expertise codicologique moderne et contemporaine : ce que le papier fait au travail de l’écritJean-Sébastien Macke (ITEM)Les supports et instruments d’écriture des écrivains vus par eux-mêmes

15h50    Thorsten Ries (Université de Gand)The challenge of born-digital : the critique génétique and digital forensics

16h30    Pause café

16h50    Aurèle Crasson (ITEM), Jean-Louis Lebrave (ITEM), Nathalie Léger (IMEC), Jeremy Pedrazzi (ITEM), Thorsten Ries (Université de Gand)Genetic Forensics, analyser les disques durs de Jacques Derrida

18h10    Stéphane Reecht (BnF)Conserver le support, conserver l’information : des défis pour les institutions patrimoniales

18h50    Discussion générale

19h15    Buffet dînatoire

20h30   Conférence-concert de génétique musicale. (Salle des Actes)
               Catherine David (écrivaine, musicienne) et William Kinderman (Université de l’Illinois)

SAMEDI 20 OCTOBRE 2018
INHA– Auditorium Colbert, Galerie Vivienne

Session 5 : Grands corpus de la Bibliothèque nationale de France

Présentation exceptionnelle de chaque corpus, sous forme de dialogue entre un chercheur et un conservateur de la BnF.

Matinée présidée par Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

10h00    Jean-Marc Hovasse (ITEM), Thomas Cazentre (BnF), Victor Hugo

11h00    Olivier Lumbroso ( Université Paris-Sorbonne nouvelle), Guillaume Fau (BnF), Émile Zola

12h00    Nathalie Mauriac Dyer (ITEM), Guillaume Fau (BnF), Marcel Proust

13h00    Pause déjeuner

Après-midi présidée par Jacques Neefs (ITEM)

14h30    Franz Johansson (Université Paris-Sorbonne), Olivier Wagner (BnF), Paul Valéry

15h30    Luc Vigier (Université de Poitiers), Marie Odile Germain (BnF), Louis Aragon

16h30    Irène Fenoglio (ITEM), Émilie Brunet (IRD), Émile Benveniste

Conclusion de la journée et du colloque :

Présentation au public d’un second ensemble de manuscrits originaux provenant des six corpus, sous forme de mini-expositions éphémères.

________________

Exposition de posters de jeunes chercheurs, du 16 au 26 octobre 2018 
Aquarium, 45 rue d’Ulm.

Posters

  • BERNABEI Veronica (Poitiers, Archivos) : Juan José Saer. Carte de genèse des projets narratifs
  • CHABAT Guillaume (Université de Corse/Université de Nantes) : La genèse romanesque de l’autofiction
  • CRISTIAN Georgeta (Paris 3 – Sorbonne nouvelle) : L’auto-traduction théâtrale de Matéi Visniec : une écriture « à plusieurs mains » ?
  • DI FEBO Giuliana (Universita della Svizzera italiana, Lugano) : La genèse d’une traduction d’auteur: la version italienne inédite du Cahier intime de Gustave Flaubert
  • ÉPIÉ Flavie (Université de Bordeaux/Université d’Anvers) : (Re)traduire l’Ulysse de James Joyce : étude comparée des deux traductions françaises et de leur genèse
  • HIDALGO NACHER Max (Université de Barcelone) : Les galaxies intertextuelles d’Haroldo de Campos et la bibliothèque en tant qu’espace de création
  • NOTTET-CHEDEVILLE Élise (Paris 4 – Sorbonne) : Les poèmes de Jean Genet : genèse de la subversion pour style
  • PIMENTA Carlota (Université de Lisbonne) : Camilo Castelo Branco’s writing practices
  • SIMONIN David (Sorbonne Université) : Le sentiment de puissance chez Nietzsche
  • TELESINSKI Anne-Marie (Paris 3 – Sorbonne nouvelle) : Réécritures de la métamorphose chez Pétrarque
  • VALENTINE Colton (ENS) : Le transnationalisme interne de l’oeuvre d’Algermon Swinburne : une approche génétique
  • ZANARDO Monica (ENS) : Digital Alfieri

Contacts

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts