Archives par mot-clé : Manuscrits

Département des Manuscrits

Partenariat Collège de France-BnF

Julien Auber de Lapierre © Amr Bahgat, Ifao
Julien Auber de Lapierre © Amr Bahgat, Ifao

Durant un an (2020-2021), le département des Manuscrits de la BnF et la chaire Culture écrite de l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine du Pr Jean-Luc Fournet au Collège de France accueillent pour un contrat postdoctoral Julien Auber de Lapierre, docteur en l’histoire de l’art de l’EPHE.

Son travail vise à éclairer l’histoire de la collection de papyrus de la BnF, la plus ancienne conservée en France, témoignage exceptionnel de la culture écrite de l’Égypte post-pharaonique et du monde gréco-romain. Cette collection a contribué à l’essor des sciences de l’Antiquité du XIXe siècle à aujourd’hui.

Ce projet sera suivi au département des Manuscrits par Christian Förstel, chargé de collections pour les manuscrits grecs au service des Manuscrits médiévaux.

Retrouvez toutes les informations sur le site du Collège de France.

Logo Collège de France
Logo Collège de France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Le Sacramentaire de Drogon (Paris, BnF, Latin 9428) et les ivoires de Metz (12/10)

Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon]
Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525084620/f1.item

Fleuron de la Renaissance carolingienne, le Sacramentaire de Drogon conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous la cote Latin 9428 est doublement célèbre, par son histoire prestigieuse et le luxe de sa décoration. Ce manuscrit liturgique a été commandé entre 826/837 et 855 par l’évêque de Metz Drogon, fils illégitime de Charlemagne et grand mécène de son temps, et a fait partie du trésor de la cathédrale de Metz jusqu’à la Révolution. Il a reçu un luxueux décor, composé d’enluminures et d’une reliure d’orfèvrerie ornée de 18 plaques d’ivoire sculpté. Ces plaques d’ivoire ont été remontées à l’époque moderne dans un ordre différent et enchâssées dans une nouvelle monture d’argent.

La restauration des plaques et de la monture, financée par un généreux don de Michael I. Allen aux American Friends of the National Library of France via la King Baudouin Foundation United States, a été récemment menée dans le cadre du programme de restauration des reliures précieuses du département des Manuscrits en vue de leur exposition dans le futur musée Richelieu. Elle a permis de faire des découvertes majeures concernant la fabrication des plaques d’ivoire et leur assemblage d’origine et d’ouvrir ainsi de nouvelles pistes de recherches sur les ivoires de cette époque, leur origine, les procédés de fabrication et leur iconographie, ainsi que sur l’histoire du trésor de la cathédrale de Metz, exceptionnellement riche en ivoires carolingiens.

Cette journée d’étude interdisciplinaire organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre, dans le sillage du partenariat scientifique que les deux institutions ont noué autour de l’exposition « Reliures précieuses dans les collections de la BnF au musée du Louvre » (novembre 2017- juillet 2018), présentera les premiers résultats de ces découvertes.

Programme

9h30-10h

Introduction

Isabelle le Masne de Chermont (BnF) et Jannic Durand (musée du Louvre)

10h-10h30

Étude et restauration des ivoires des plats de reliure du Sacramentaire de Drogon

Marie-Emmanuelle Meyohas (restauratrice)

10h30-11h

Le revers des ivoires de Drogon à la lumière de la question des réemplois d’ivoires au Moyen Âge

Danielle Gaborit-Chopin et Florian Meunier (musée du Louvre)

11h-11h30 Pause

11h30-12h

Les interventions sur les reliures médiévales d’orfèvrerie et d’ivoire du trésor de la cathédrale de Metz à l’époque moderne

Maxence Hermant (BnF)

12h-12h30 Discussion

12h30-14h Déjeuner

14h-14h30

Pour une lecture renouvelée de l’iconographie des plaques du Sacramentaire de Drogon

Charlotte Denoël (BnF/Centre Jean Mabillon)

14h30-15h

La commande artistique de Drogon à travers ses Évangiles (BnF latin 9388) et leur décor

Anne-Orange Poilpré (Université Paris 1)

15h-15h30 Pause

15h30-16h

La réception des ivoires carolingiens à l’époque romane : l’exemple de l’abbaye Saint-Arnoul de de Metz

Isabelle Bardiès-Fronty (musée de Cluny)

16h00-16h30 Discussion

Informations pratiques

  • En raison du contexte sanitaire, la capacité de l’auditorium Colbert est limitée à 100 personnes.
  • Inscription obligatoire via le lien suivant : https://drogon.sciencesconf.org/
  • Date : 12 octobre 2020
  • Lieu : Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002
  • Organisée par Charlotte Denoël (BnF), Maxence Hermant (BnF) et Florian Meunier (musée du Louvre)
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55001425m/f1.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Assistant de recherche

Poème amharique, Bibliothèque nationale de France Département des Manuscrits. Ethiopien d'Abbadie 114
Poème amharique, Bibliothèque nationale de France Département des Manuscrits. Ethiopien d’Abbadie 114

Missions et activités permanentes

Dans le cadre du programme de recherche « Les carnets scientifiques d’Antoine d’Abbadie en Éthiopie (1840-1852) : numérisation, transcription et édition » (MSS-ABBADIE) ((Voir le Catalogue raisonné de manuscrits éthiopiens appartenant à Antoine d’Abbadie…)) retenu par le plan quadriennal de recherche (2020-2023), le titulaire du poste est chargé de :

  • vérifier la numérisation des 17 cahiers de notes d’Antoine d’Abbadie (ms Ethiopien Abbadie 218, 265 à 280)
  • opérer le versement des lots d’images dans l’outil Transcrire 
  • transcrire 
  • acquérir une expertise paléographique permettant l’accompagnement des transcripteurs
  • réaliser la première phase de validation des transcriptions collaboratives 
  • organiser les événements scientifiques autour du projet de transcription collaborative (« Transcrithon »)
  • animer la communauté
  • animer la communication autour du projet (carnet sur Hypothèses et/ou fil twitter et/ou autres réseaux sociaux) 
  • accompagner le travail d’édition en XML-TEI.

Compétences requises

  • Maîtrise des outils informatiques standards et des applications propres au domaine de la recherche
  • Connaissance des normes et formats de métadonnées adaptés à la spécialité (peut s’acquérir en cours de contrat)
  • Connaissance des catalogues et des réservoirs numériques de documents de la BnF
  • Connaissance en histoire dans le domaine traité
  • Capacité à travailler en équipe
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, qualité rédactionnelle
  • Maîtrise des outils de communication (carnet de recherche et/ou réseaux sociaux)

Caractéristiques

  • Référence du poste : RC098
  • Sites : Richelieu 58 rue de Richelieu 75002 Paris; Louvois 58 rue de Richelieu 75002 Paris
  • Catégorie : B
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Gestionnaire de collections et de traitement documentaire
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Fixe
  • Nombre d’heures par mois : 110
  • Durée du contrat : 4 mois – 6.6
  • À pourvoir à compter du : 01/09/2020

Contacts

  • Laurent HERICHER
    Chef du service des Manuscrits orientaux
    33 (0)1 53 79 89 08
  • Mathieu LESCUYER
    Adjoint au directeur du département
    33 (0)1 53 79 83 24

Postuler

Postuler en ligne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

Colloque de clôture du projet ANR Foucault Fiches de Lecture – Première partie à l’IMEC Abbaye d’Ardenne, 10-11 septembre 2020, à la BnF le 26 septembre 2020.

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique
Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

En proposant la numérisation des fiches de lecture de Michel Foucault conservées à la BnF, le programme ANR Foucault Fiches de Lecture (FFL) vise une approche de l’œuvre de Foucault fondée sur l’analyse des pratiques de lecture du philosophe et de ses cheminements de pensée.

Le colloque final sera l’occasion d’effectuer un bilan, au niveau des outils développés, en ce qui concerne l’édition et le travail de la recherche foucaldienne valorisant le fonds Foucault déposé à la Bibliothèque nationale de France. Il s’agira aussi de proposer une réflexion sur les enjeux politiques et intellectuels du numérique dans le domaine des archives. Parce que matérialité technique et pensée sont étroitement liées, le numérique en tant qu’écriture n’est pas sans effet ni sur la façon d’organiser et de penser les archives dans la société, ni sur la manière de pratiquer la philosophie.

Programme du 10 septembre

  • 9h30 Mot de bienvenue par F. Bordes et P. Sabot suivi d’une ouverture par Mathias Girel, Laurence Le Bras et Michel Senellart
  • 10h30 Les outils. Président de séance J.-P. Moreux
    • Présentation de la plate-forme numérique
      Vincent Ventresque
    • « Lire les fiches de lecture avec Transkribus »
      Marie-Laure Massot et Vincent Ventresque
  • 14h30 Les projets d’édition. Président de séance L. Dartigues
    • « Michel Foucault, un cas exemplaire pour penser les pratiques savantes »
      Jean-François Bert
    • « Les usages de la plate-forme au soutien des projets d’édition de Michel Foucault »
      Elisabetta Basso
    • « Reconstituer un corpus à partir d’archives : Foucault et la phénoménologie »
      Philippe Sabot
  • 18h00 Soirée animée par E. Basso
    • Les enjeux des archives numériques pour les chercheurs et les archivistes. Avec François Bordes, Laurence Le Bras, Jean-Philippe Moreux, Arianna Sforzini

Programme du 11 septembre

  • 9h30 Analyse du travail « matériel » (1). Président de séance M. Senellart
    • « Le bio-pouvoir entre libéralisme et néolibéralisme. Un regard par les boîtes »
      Luca Paltrinieri
    • « La genèse des Aveux de la chair : les hypothèses de l’archive »
      Philippe Chevallier
    • « Édition et ayants-droit, une nécessaire coopération »
      Laurent Dartigues
  • 14h30 Analyse du travail « matériel » (2). Président de séance Ph. Chevallier
    • « Foucault, néolibéralisme et la question de l’État : un éclairage à partir des fiches de lecture »
      Carolina Verlengia
    • « Archéologie et volonté chez Michel Foucault entre les années 1950 et 1960 »
      Orazio Irrera

Programme du 26 septembre

Matinée

9 h 30 – Présentation de la matinée par Laurence Le Bras
9 h 40 – Présentation du projet et des objectifs techniques par Vincent Ventresque
9 h 50 – Présentation de fonctionnalités de Gallica utiles au projet par Jean-Philippe Moreux
10 h – Présentation du prototype et de ses aspects expérimentaux par Vincent Ventresque
11 h – Présentation de Transkribus par Jean-Philippe Moreux et Marie-Laure Massot
12 h – Présentation de la plateforme Eman par Richard Walter

Après-midi

14 h 30 – Ouverture par Laurence Le BrasIsabelle le Masne de chermont
15 h – « Le projet FFL : présentation et devenir », présentation du projet Foucault Fiches de Lecture et de ses enjeux pour la recherche par Michel Senellart et Laurent Dartigues
15 h 30 – « Conserver et éditer les archives », table ronde animée par Laurence Le Bras, avec Henri-Paul Fruchaud et Daniel Defert
16 h 30 – « Articles, cours, inédits : les visages de l’œuvre posthume », table ronde animée par Philippe Chevallier, avec François EwaldFrédéric Gros et Claude-Olivier Doron
17 h 30 – Table-ronde conclusive animée par Judith Revel : « Ce que l’édition posthume fait à l’œuvre  »

Informations pratiques BnF

  • Samedi 26 septembre 2020, 9h30 – 18h30
  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com (rubrique Bibliothèques) – Réservation obligatoire avant le 18 septembre pour la matinée.
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation).

Comité d’organisation

Elisabetta Basso, Laurent Dartigues, Michel Senellart, Vincent Ventresque, Carolina Verlengia, avec l’aimable participation de
François Bordes et Philippe Sabot.

Contact : laurent.dartigues@ens-lyon.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’apostolat par les livres et la langue mandchoue : lecture d’Aristote et des catéchismes à Pékin au XVIIIe siècle

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Alice Crowther est titulaire de la bourse d’excellence 2019-2020 de la BnF.


Les origines de la traduction en mandchou des livres chrétiens

En 1707, à Pékin, parmi les vieux livres en vente lors de la foire mensuelle d’un temple bouddhique, le prince mandchou Surgiyen trouva une traduction en chinois du De l’âme d’Aristote. L’histoire est racontée dans une lettre envoyée le 20 août 1724 par Dominique Parrenin (1665-1741), jésuite lyonnais missionnaire à Pékin, à un confrère habitant à Paris1. Le lieu de gravure des planches du livre était un temple « du Dieu du ciel », et, ressentant « que le but de ce livre était bien différent des autres livres que j’avais lus jusqu’à alors », le prince envoya un serviteur chercher ce temple et d’autres de leurs livres. Son serviteur trouva alors l’église catholique à Pékin des jésuites portugais, appelée la Salle du Maître du Ciel (Tianzhu tang 天主堂), où les prêtres lui donnèrent, sans demander paiement, de nombreux livres dont « celui qui traite de la vraie connaissance de Dieu » – le plus probablement le Tianzhu shiyi 天主實義 (Le vrai sens du Maître de Ciel) (1603)2, un catéchisme par Matteo Ricci (1552-1610) qui connut de nombreuses réimpressions, et « celui des sept victoires », qui doit être le Qike 七克 (Sept victoires) (s. d.) de Diego de Pantoja (1578-1618) et Yang Tingyun 楊廷筠 (1562-1627), un traité sur les sept péchés capitaux, ainsi que les sept vertus qui permettent de les surmonter3.

L’église des jésuites portugais était située à l’extérieur et un peu à l’est de la cité impériale, tandis que la nouvellement établie (1701) église des jésuites venus de France, dite Beitang « l’église du nord », où Parrenin vivait, venait d’être construite dans les jardins attachés au nord du palais impérial (voir figure 1). Cette disposition spatiale, qui rendait l’église française plus isolée de la vie de la ville et plus difficile à atteindre discrètement, contribua à amener le serviteur de Surgiyen d’abord à l’église portugaise, où il rencontra notamment le père Joseph Suarez (1656-1736)4.

Figure 1. « Église du Beitang en vue plongeante, avec personnages en procession dans les jardins du Palais impérial », Pékin, vers 1701-1703. Département des Estampes et de la photographie, Bibliothèque nationale de France
Figure 1. « Église du Beitang en vue plongeante, avec personnages en procession dans les jardins du Palais impérial », Pékin, vers 1701-1703. Département des Estampes et de la photographie, Bibliothèque nationale de France (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b541001700)5.

Les temples jouaient un rôle important dans la vente ainsi que l’impression des livres en Chine impériale tardive. A Pékin, les foires les plus importantes pour l’achat des livres de tous sortes étaient celles des temples bouddhiques du Huguosi 護國寺 (Temple de la protection de l’État), au nord de la cité impériale, du 7 au 8 de chaque mois, et du Longfusi 隆福寺 (Temple de la félicité abondante), pas loin de l’église portugaise,  les 9 et 10 de chaque mois6. Des temples de la capitale, tels le Longfusi, mais aussi le Da Ci’ensi 大慈恩寺 (Temple de la grande bienfaisance), le Yanfusi 延福寺 (Temple du bonheur prolongé) ou le Guanyinsi 觀音寺 (Temple de Guanyin) étaient aussi des imprimeurs et des éditeurs des livres7. Les activités de publication et de distribution de livres entreprises par les églises s’inséraient naturellement dans ce contexte culturel. Le marché diversifié de livres qui fleurissait en Chine, et les difficultés administratives que les missionnaires rencontraient pour circuler librement sur le territoire de l’Empire, motivèrent l’adoption d’une méthode de travail privilégiant « l’apostolat par les livres »8.

Figure 2. Toit du temple Huguosi (Pékin), fermé au public, en 2016. (Photo : Alice Crowther, 2016).
Figure 2. Toit du temple Huguosi (Pékin), fermé au public, en 2016. (Photo : Alice Crowther, 2016).

Dans les premières décennies du dix-septième siècle deux jésuites écrivirent des adaptations des commentaires du Collège jésuite de Coimbre sur le De l’âme d’Aristote et le Parva naturalia, les traités aristotéliciens sur la perception, la mémoire, le sommeil et les rêves, la vieillesse, et la respiration9. Francesco Sambiasi (1582-1649) donna oralement une exégèse et son collaborateur, le célèbre mandarin converti Xu Guangqi 徐光啓 (1562-1633), mit ses explications par écrit en bon chinois classique. Leur Lingyan lishao 靈言蠡勺 (Un pochon des mots sur l’esprit) fut publiée par le Shenxiutang 慎修堂 (la Salle de la pratique soigneuse [du vertu]) en 162410. Pourtant, la recherche par Surgiyen d’un temple « du Dieu du ciel », quête qui le mena à l’église portugaise de Pékin, semble indiquer que le vieux livre qu’il avait entre les mains n’était probablement pas cette traduction de 1624, mais plutôt celle en trois fascicules de Giulio Aleni (1582-1649), le Xingxue cushu 性學觕述 (Exposé grossier sur l’étude de la nature [de l’homme])11. Cette traduction, commencée des 1623 mais seulement publiée dans sa version définitive en 1646, était imprimée par le Chijian Tianzhutang 敕建天主堂 , « la Salle du Maître du Ciel fondée par ordre impériale », une église qui ne se trouvait pas à Pékin mais au sud de la Chine, dans la ville de Fuzhou. Pour Surgiyen, c’était la clarté qu’il trouva dans les explications de la genèse du monde et de l’âme de l’homme données par les livres des chrétiens qui motiva sa conversion. Mais il restait longtemps sans recevoir le baptême parce qu’il peinait à accepter les doctrines de l’incarnation du Christ et de la rédemption des péchés. Il fallut une période de réflexion intense lors d’une convalescence après une maladie à l’été 1717, suivie par des années de prière, de lecture et de conversations avec les missionnaires et des catéchistes chinois, pour le décida finalement de franchir cette étape en 1717, prenant le nom de baptême de Jean. – Cette anecdote n’est pas sans rappeler les circonstances de la conversion d’Ignace de Loyola lors de sa lente guérison d’une blessure à la jambe qui l’amena à quitter sa vie de soldat et d’homme du monde, une histoire que les jésuites rapportaient sûrement à leur fidèles. 

Or, ses années de questionnement mirent la famille de Surgiyen en contact fréquent avec les prêtres européens résidant à Pékin. De nombreux membres de sa branche de la famille impériale reçurent le baptême avant lui, et notamment les femmes. La traduction en langue mandchoue des livres chrétiens était initiée par une demande faite par ces mandchoues au père Suarez, qui fit appel à Dominique Parrenin pour entreprendre le travail. Bien que parlant le chinois, elles ne le lisaient pas, ou pas avec aise. En plus, elles n’avaient que rarement l’occasion de discuter avec des missionnaires, ou avec des convertis chrétiens extérieurs à leur foyer. Les premiers écrits sur la religion chrétienne en mandchoue sont ainsi nés du besoin de guider des femmes croyantes mais ayant peu d’occasions de recevoir une instruction doctrinale. Ainsi, en regardant le corpus, on trouve le catéchisme de Ricci donné à Surgiyen par les prêtres portugais12, mais pas les commentaires sur Aristote. Parmi les livres traduits ou composés en mandchou figurent aussi un calendrier des saints13, et des traités sur la confession14 et la communion15. Ces textes sont écrits dans une langue qui s’efforce à la simplicité et la clarté d’expression, se servant souvent de la répétition et des listes numérotées, des techniques qui devaient avoir pour but de faciliter la mémorisation par cœur des concepts centraux.

Figure 3. Première page de la traduction mandchoue du catéchisme de Ricci (Mandchou 234. Abkai ejen i unenggi jurgan i bithe).
Figure 3. Première page de la traduction mandchoue du catéchisme de Ricci (Mandchou 234. Abkai ejen i unenggi jurgan i bithe). La langue des mandchous, ce peuple venu du nord qui conquit Pékin et la Chine en 1644, était une langue toungouse agglutinante, complètement différente du chinois. Au dix-huitième siècle l’administration de l’Empire des Qing était bilingue, avec une rédaction systématique des documents en chinois et en mandchou, sauf pour certaines communications, jugées sensibles, uniquement en mandchou. Le mongol, l’ouïghour et le tibétain étaient aussi utilisés. Déjà au XVIIIe siècle les empereurs Yongzheng (r. 1723-1735) et Qianlong (r. 1736-1795) se plaignirent de plus en plus souvent de ce que les Mandchous perdaient leur langue maternelle au profit du chinois. Pourtant, la situation réelle aurait été plus nuancée. Encore au XIXe s., on traduisait en mandchou des romans chinois.

En 1724, la famille de Surgiyen fut condamnée à l’exil, à la fois pour avoir adopté une religion hétérodoxe et étrangère, mais aussi dans un contexte où Yongzheng (r. 1723-1735), dont la succession au trône était controversée, consolidait son pouvoir en attaquant ses frères et d’autres branches de sa famille qu’il soupçonnait de ne pas le soutenir16. Le père de Surgiyen, Sunu, était l’arrière-petit-fils de Cuyen, le fils aîné de Nurhaci (r. 1616-1626), fondateur de l’État mandchou. La plus grand partie de la famille fut envoyé à un poste frontalier de la grande muraille, dans le Shanxi actuel : en mandchou la ville de Furdan « passe », en chinois Youwei 右衛 « Garnison de droite ».

Cet exil initia une deuxième période de traduction vers le mandchou, pour réconforter ces déportés, dont certains, hommes comme femmes, se sentaient plus à l’aise en lisant le mandchou que le chinois17. D’abord l’exil, et puis emprisonnement, exécutions, et expulsion en masse de la lignée impériale, firent que la conversion de ces princes ne marqua qu’un interlude et pas un début, et l’époque des traductions théologiques et catéchétiques en mandchou se limite au XVIIIe siècle18.

Échanges d’idées et d’exemples entre Paris et Pékin

Figure 4. Première page de la biographie de Sainte Geneviève (« Enduringge sargan jui Ženowa ») de Paris dans un calendrier manuscrit et anonyme des saints de la première quinzaine du mois de janvier (Mandchou 253).
Figure 4. Première page de la biographie de Sainte Geneviève (« Enduringge sargan jui Ženowa ») de Paris dans un calendrier manuscrit et anonyme des saints de la première quinzaine du mois de janvier (Mandchou 253).

Des jésuites français, notamment Dominique Parrenin ou Alexandre de la Charme (1695-1767) qui traduisaient vers le mandchou, jouèrent un rôle clef dans la production des livres chrétiens en mandchou. Ils envoyaient aussi des copies de leurs traductions mandchoues à Paris, où elles font partie de la couche la plus ancienne de la collection mandchoue de la Bibliothèque nationale, recensées déjà dans le catalogue des livres chinois de 1739 de Étienne Fourmont (1683-1745), ou portant des estampilles de la Bibliothèque royale du XVIIIe siècle. Si, hors de Chine, la collection mandchoue la plus importante est celle de Saint-Pétersbourg, c’est la collection de la Bibliothèque nationale de France qui est la plus importante en ce qui concerne les textes chrétiens19 et plus largement des écrits en mandchou des jésuites.

Par ailleurs des sélections des lettres de Parrenin décrivant les conversions des mandchous furent publiées en France, par Jean-Baptiste Du Halde (1674-1743) dans les Lettres édifiantes et curieuses, écrites des Missions Etrangeres, par quelques Missionaires de la Compagnie de Jésus (Paris, 1702-1776). Les extraits publiés dans les Lettres édifiantes mettent en avant les souffrances et la constance de l’exil à Furdan. Ils sont présentés comme des martyrs modernes : « il y a dans cette fermeté quelque chose d’aussi admirable et d’aussi héroïque, que ce que nous lisons de la constance des héros chrétiens des premiers siècles de l’Église.20 » Les lettres détaillent aussi la pénurie extrême de cette famille princière déchue et le désir des jésuites de pouvoir leur apporter plus d’aide financière21. En 1827 la correspondance sur la famille de Surgiyen fut republiée comme un recueil par l’imprimeur et libraire Mathieu Placide Rusand (1768-1839)22 : Les Héros chrétiens, ou Lettres du P. Parennin sur une famille de princes tartares convertis à la foi, suivies de deux lettres du P. Benoist sur un autre seigneur tartare (Lyon, 1827). Royaliste et catholique, vendant ses livres dans ses librairies à Lyon et à Paris, Rusand espérait, comme il l’expose dans sa préface,  que l’exemple de ces princes « tartares » convertis par des jésuites partis d’Europe plus qu’une siècle auparavant, aurait une influence salutaire sur ses compatriotes : « Nous ne sommes pas accoutumés à avoir sous les yeux d’aussi frappans spectacles ; ces habitudes de religion et cette couleur extérieure de christianisme qu’on retrouve encore dans nos sociétés chrétiennes, y rendent une conversion moins sensible et moins frappante », « […] on les admire, on les aime ; mais on ne peut se défendre aussi d’un nouveau sentiment d’admiration et d’amour pour la religion qui les a formés et qui les inspire. »

Figure 5. Page de titre du livre Les Héros chrétiens de l'imprimeur Rusand. On note la citation de Hébreux, 13.7 : « Considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi. »
Figure 5. Page de titre du livre Les Héros chrétiens de l’imprimeur Rusand. On note la citation de Hébreux, 13.7 : « Considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi. » (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6138774g)

« Les textes chrétiens en langue mandchoue de la Bibliothèque nationale », un projet dans le cadre du programme des chercheurs associés

Ce projet a pour but la préparation d’une édition en ligne des textes chrétiens en langue mandchoue conservés à la Bibliothèque nationale. Une base de données permettra la recherche des mots et formes grammaticales mandchoues parmi des transcriptions en caractères latins, suivant le système de transcription de Möllendorff. Les transcriptions seront présentées à côté des images des textes originaux, et liées autant que possible, quand il s’agit d’une traduction, aux transcriptions et images des des originaux chinois. Une première version de cette plateforme devrait être mise en ligne avant la fin de l’année 2020.

En parallèle, je mène un travail sur les aspects matériels de ces xylographes et manuscrits pour enrichir et réviser les notices sur ce fonds dans le catalogue BnF Archives et manuscrits ((Voir url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/>.)). Les notices du catalogue en ligne ont été saisies par Jeanne-Marie Puiraymond, conservateur au Département des manuscrits et catalogueur de la collection mandchoue. Elle a apporté des ajouts, notamment des mises à jour bibliographiques, aux informations du Catalogue du fonds mandchou. Elle avait préparé ce catalogue, publié en 1979, sous la direction de Walter Simon et Marie-Rose Séguy, et sur la base des recherches préliminaires menées par Walter Simon. Au vingtième siècle le travail de catalogage du fonds mandchou commença dans les années 1930 avec le catalogue manuscrit de Willy Baruch de 1932 : Catalogue des livres et manuscrits mandchous du nouveau fonds chinois (et du fonds Fourmont) à la Bibliothèque nationale. Un nouvel index dactylographié fut préparé par Yu Tao-ts-iuan (Yu Daoquan) 于道泉 en 1937 : Index des titres mantchoux et français du fonds mantchou dans la Bibliothèque nationale.

Réfutations du bouddhisme et manuels de confession

Hartmut Walravens et Giovanni Stary ont dressé des inventaires des textes chrétiens en mandchou23. Parmi les vingt-quatre textes qu’ils recensent, la Bibliothèque nationale possède des exemplaires de quinze24. Dans le cadre de ce projet, la Bibliothèque a accordé des crédits pour la numérisation de ce corpus. Une copie de chacun des quinze textes est maintenant disponible – ou le sera bientôt –  sur Gallica. Ci-dessous, de brèves présentations de trois des textes récemment numérisés.

Le Sain be uhelere leolen (Sur le bien commun) est une traduction du Tongshan shuo 同善說 d’un lettré chrétien, Li Zubai 李祖白 (baptisé en 1622, m. 1665)25. La traduction est anonyme. Il n’existe aujourd’hui que quatre copies de cette traduction mandchoue, trois xylographes (imprimés à partir des mêmes planches, leur examen suggère) conservés à la BnF (Mandchou 265, Mandchou 266, et Mandchou 267 dont la numérisation se trouve ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10027469q) et un exemplaire dans les archives jésuites (ARSI, Archivum Romanun Societatis Iesu) à Rome. La BnF possède aussi huit copies du texte chinois, toutes reliées ensemble sous une seule cote, Chinois 7079 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9006324m). Le texte est court, l’original seulement quatre feuillets recto-verso dans un chinois qui mélange le vernaculaire et le classique, ce qui en mandchou donne un texte de huit feuillets. Il commence par une démonstration de la nécessité d’accepter l’existence d’un Dieu créateur et gouverneur du monde. Suit un discours sur l’âme et son rapport au corps qui reprend des thèses principes du De l’âme d’Aristote, et une critique du bouddhisme et du taoïsme, qui souligne que même si on a de bonnes intentions en suivant ces cultes, ces bonnes volontés erronées seront inutiles pour obtenir le salut.

Le Geren holo be milarabuha bithe (Livre qui écarte toutes les erreurs) (Mandchou 262, accessible à : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10027471j), un xylographe de 25 feuillets26, est la traduction d’une réfutation du bouddhisme, le Pi wang 闢妄 (Écartement des erreurs) (s. d.)27 de Xu Guangqi, qui on a déjà rencontré comme collaborateur de la première traduction d’Aristote publiée en chinois. Les erreurs écartées sont : l’idée qu’on peut libérer un esprit de l’enfer (na i loo be efulere holo « l’erreur de casser l’enfer ») ; jeku salara holo « l’erreur des offrandes alimentaires [aux esprits] » ; ejen akū emhun fayangga, senggi omo i holo « les erreurs de [croire que] le Seigneur n’est pas un seul esprit, et du lac du sang » qui était un rituel pour les femmes mortes en couches ; hoošan deijire holo « l’erreur de brûler du papier » comme une offrande ; tarni hūlara holo « l’erreur de réciter des dhāraṇī » ; forgošome banjinjire holo « l’erreur de la réincarnation » ;fucihi hūlara holo « l’erreur de réciter le nom du Bouddha » ; cin,[sic] dzung ni holo « l’erreur de l’École de Chan » (i.e. le bouddhisme zen).

L’importance de démentir les enseignements du bouddhisme et du taoïsme, thème qu’on retrouve dans ces deux livres, est aussi une préoccupation récurrente de Surgiyen dans une profession de foi manuscrite, qui est conservée par la Bibliothèque nationale (Chinois 7248 ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9006403s), son Shengjiao zhenshi liyi 聖教真實利益 (Sur le profit dans la vérité de l’Enseignement sacré). Si le Christianisme, arrivé déjà sous les Ming (1368-1644), ne se répand28 pas encore en Chine, s’interrogea-t-il, ne serait-il pas parce que les gens, accoutumés à alterner la pratique du bouddhisme et du taoïsme selon les besoins du moment, assument, quand ils entendent parler de la religion chrétienne, qu’il s’agit d’un autre secte adaptable à cette façon éclectique de parlementer avec les dieux, et alors ils ne font pas attention à la profondeur de ses doctrines29.

Figure 7. Un morceau du papier inséré dans une copie chinoise du Pi wang (Chinois 7101 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501309v).
Figure 7. Un morceau du papier inséré dans une copie chinoise du Pi wang (Chinois 7101 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501309v).

Des fragments d’écriture en lettres mandchoues sont daubées par-dessus quelques phrases en français : fayangga « l’âme », et quatre fois hendurengge « ce qui est dit ». Plus bas la date donnée en latin est le 15 mai 1737 (idib maii M.DCCXXXvii). Et, de nouveau en mandchou, Bader nos der « Pater noster ». Brouillons faits à Paris ou à Pékin ? Et, est-ce que c’est possible qu’il y a un lien entre ces brouillons en mandchou, et le travail de traduction de ce texte vers la langue mandchoue ? Le livre où ce fragment est intercalé porte les estampilles de la Bibliothèque royale, et fut inclus dans le premier catalogue des livres chinois établi par Fourmont en 1739.

Figure 8. Verso. Sur l'autre côté on trouve en chinois 拉呾咧 deux fois dans des mains différents (la da lie ou la dan lie ou la ta lie sont des prononciations possibles de ces syllabes qui ne donnent pas de sens en chinois et doivent probablement être la transcription d'un nom propre ou d'un mot étranger), 咧 lie une fois, 前学 qian xue (?) une fois.
Figure 8. Verso. Sur l’autre côté on trouve en chinois 拉呾咧 deux fois dans des mains différents (la da lie ou la dan lie ou la ta lie sont des prononciations possibles de ces syllabes qui ne donnent pas de sens en chinois et doivent probablement être la transcription d’un nom propre ou d’un mot étranger), 咧 lie une fois, 前学 qian xue (?) une fois.

Le Mandchou 24330 est un manuscrit écrit sur un papier pré-imprimé avec des colonnes en lignes rouge. La première partie est un dictionnaire mandchou-chinois de 510 pages organisé de a- à šum- suivant l’ordre conventionnel des syllabes mandchoues. Certaines entrées, surtout dans les 60 premières pages, sont aussi glosées en latin, ou en français (e.g. eshun jui / 沒出痘的小兒/ qui nondum habuit variolas, e.g. ildamu/ 有韻致/ qui a bonne grace bon air). Le dictionnaire est suivi d’un traité en mandchou sur la confession, le Weile be geterembure jingkini kooli (Règlements standards pour laver les péchés). La seule version de ce texte en langue mandchoue est ce manuscrit de la BnF. Le texte mandchou est une traduction du traité chinois Dizui zhenggui lüe 滌罪正規略 (Abrégé des règlements standards pour laver les péchés) (Ming tardif, s.d.), un abrégé très utilisé du Dizui zhenggui 滌罪正規略 (Règlements standards pour laver les péchés) (1627) de Giulio Aleni. Le traité introduit l’examen de conscience, proposant une liste des sujets d’examen de soi ordonnés selon les dix commandements et les sept péchés capitaux. Cela est suivi par des sections sur la contrition, sur la confession, et sur la satisfaction, et par une présentation des exemples des pénitences des saints de l’Antiquité pour expier leurs péchés31. Le livre se termine sur l’avertissement que «  un mauvais acte qu’on ne confesse pas sera éternellement condamné », (en mandchou : ehe bifi alarakū oci, enteheme guweburakūngge), illustrée par l’histoire d’une vieille dame pieuse qui n’avait pas confessé un péché de sa jeunesse :

wargi bade emu sakda mamari bihe, kemuni ton akū enduringge tang dosifi, ging hūlame, jalbarime hing seme soksime songgome baire de, dalbade emu erdemu wesihun saisa bihe, tuwaci, hehei fisa amala emu sahahūn cirangga niyalma, fekuceme urgunjeme injembi, saisa ferguweme ibefi fonjime, ere niyalma, ei abkai ejen de hing seme baire de si ainu injembi, ere sahaliyan niyalma injeme hendume, ere hehe asigan i fonde, emu ujen weile araha bihe, emu jalan de tucibume alarakū damu gosiholome nasame, guwebure be baire gojime, umai abkai ejen i hese de dahame guwebure be bairakū. udu gosiholome baiha seme dubentele meni na i loo i niyalma dabala aide ukcambi. uttu ofi, bi terei mentuhun menen be injembi sehe.

Dans une contrée lointaine vivait une vieille dame. Elle avait l’habitude d’aller tout le temps à l’église [enduringge tang = salle sacrée]. Une fois, tandis qu’elle récitait des versets de la Bible et priait avec sincérité et en sanglotant, un gentilhomme vertueux était à côté d’elle. Il vit que derrière le dos de la femme un homme noirâtre gambadait et riait joyeusement. S’étonnant, le gentilhomme s’avança pour demander, « Cette personne est en train de prier Dieu avec sincérité. Comment se peut-il que vous riiez ? » L’homme noir répondit en ricanant, « Cette femme, quand elle était jeune, a commis un lourd péché. De toute sa vie, elle ne l’a pas avoué. Elle l’a seulement regretté avec détresse. Mais elle n’e s’est jamais repentie selon le commandement de Dieu [Abkai ejen = le Seigneur du Ciel]. Même si jusqu’à la fin elle prie avec détresse, comment pourrait-elle échapper à notre Enfer [na i loo = prison souterraine] ? Alors, je ris de sa sottise et naïveté. »

La contrée lointaine ; la femme qui a l’habitude d’aller seule dans une église où elle côtoieraient des hommes inconnus ; la description du démon comme un homme noirâtre – tout semble indiquer une origine européenne pour cette anecdote. Le message est sévère – un sentiment de regret ne suffit pas, pour repentir il faut confesser. L’avertissement semble s’adresser particulièrement à une femme, tout comme dans le Geren holo be milarabuha bithe la réfutation de l’idée qu’on peut sauver un esprit de l’enfer vise les croyances populaires sur le salut de la mère de Mulian, sauvée des enfers, malgré sa vie scélérate, par un fils filial.

Un lieu de savoir

Prenant comme exemple de son programme de travail sur les lieux du savoir les œuvres d’Aristote et leurs traductions, Christian Jacob écrit : « dans chacune des langues dans lesquelles ils furent traduits (latin, arabe…), [ils] ont produit des effets de lecture spécifiques, indissociables de leur sens philosophique : effets structurants du lexique et de la syntaxe, des figures de pensée liées à l’usage de cette langue, avec ses marqueurs logiques »32. L’étude de ce corpus des manuscrits et des xylographes des missionnaires du XVIIIe siècle, gardé par la Bibliothèque nationale, en partie composé d’envois de Pékin de la part des hommes partis de la France, et des textes qu’ils contiennent, où idées passent du français et du latin vers le mandchou, ou du chinois vers le mandchou, s’inspire de cette perspective du texte comme « lui-même un lieu de savoir », et dont l’étude doit aussi prendre en compte « l’ergonomie du travail d’écriture, avec ses supports et ses instruments, la gestuelle qu’ils impliquent, l’intervention des acteurs anonymes chargés de mettre par écrit un texte dicté ou de produire la copie d’un exemplaire » ainsi que « la manière dont leur construction s’inscrit dans des lieux particuliers, les conditions dans lesquelles ils peuvent circuler au-delà de ces lieux. »

  1. Voir Les Héros chrétiens, ou Lettres du P. Parennin sur une famille de princes tartares convertis à la foi, suivies de deux lettres du P. Benoist sur un autre seigneur tartare (Lyon : Imprimerie de Rusand, 1828). []
  2. La BnF a un grand nombre de copies de ce catéchisme : Chinois 6820, 6821, 6822-6823, 6824, 6825, 6826, 6827, et 6828. []
  3. Dans les collections de la BnF, voir Chinois 7177, 7178, 7179, 7180, 7181, 7182, 7183, 7184, et 7185. []
  4. Dominique Parrenin, op. cit. p. 40 : « Ils n’avaient pas la même liberté de venir dans notre église que dans celle des Portugais. L’église française est dans l’enceinte extérieure du palais ; et pour s’y rendre, il faut passer par une porte et par une rue où se trouvent à tous momens des Régulos et des Mandarins qui vont et qui viennent ; ils n’eussent pas manqué d’être découverts ». []
  5. Sur cette peinture, voir Marie-Rose Séguy « À propos d’une peinture chinoise du cabinet des Estampes à la bibliothèque nationale », Gazette des Beaux-arts, 88, 1976, p. 228-230. []
  6. Sur le Huguosi, voir la notice de Lei Yang dans Marianne Bujard, Ju Xi, Guan Xiaojing, Lei Yang Temples et stèles de Pékin/Beijing neicheng simiao beikezhi 北京內城寺廟碑刻志, vol. 4, Pékin : Guojia tushuguan, 2017. Sur le Longfusi, voir la notice de Xie Lingqiong dans Xie Lingqiong (sous la direction de Marianne Bujard) Temples et stèles de Pékin/Beijing neicheng simiao beikezhi 北京內城寺廟碑刻志, vol. 6 (à paraître). []
  7. Susan Naquin Peking: Temples and City Life, 1400-1900, Berkeley : University of California, 2000, p. 96-97, n. 154. []
  8. « Das Apostolat der Presse » est une formulation de Johannes Bettray (S.V.D.) qui l’utilisa dans sa thèse de doctorat soutenue à l’Université Grégorienne à Rome en 1955 pour décrire la méthode utilisée par Matteo Ricci (Die Akkommodationsmethode des P. Matteo Ricci S.I. in China). Pour une synthèse sur « l’apostolat par les livres » en Chine, voir la section « Apostolate through books » (Nicolas Standaert, Ad Dudink, Giovanni Stary) in Nicolas Standaert (dir.) Handbook of Christianity in China, vol. I : 635-1800, Leiden : Brill, 2001, p. 600-631. []
  9. Sur ces traductions, voir Thierry Meynard, « De Anima: Lingyan lishao, Xingxue cushu (juan 1, 4, 5, 6) », Conimbricenses.org Encyclopedia, Mário Santiago de Carvalho, Simone Guidi (dir.), doi = “10.5281/zenodo.3252378”, URL = <http://www.conimbricenses.org/encyclopedia/de-anima-lingyan-lishao-xingxue-cushu-juan-1-4-5-6/>, dernière révision le 22 juin 2019. []
  10. Pour les copies conservées dans les collections de la BnF, voir Chinois 6867, 6863, 6864, et 6865-6866. Voir aussi la description bibliographique donnée par Ad Dudink & Nicolas Standaert dans leur Chinese Christian Texts Database (CCT-Database) : <http://heron-net.be/pa_cct/index.php/Detail/objects/1061>. []
  11. Dans les fonds de la BnF il existe quatre copies : Chinois 3410, 3410, et 3411, et Chinois 3412, une réimpression datant de 1872. []
  12. Abkai ejen i unenggi jurgan i bithe. Voir Mandchou 235, 235, 236, 237, et 238. []
  13. Mandchou 252. []
  14. Mandchou 243. []
  15. Mandchou 248. []
  16. Yongzheng était le quatorzième fils de l’empereur Kangxi (r. 1662-1722). Une rumeur persistante prétendait qu’il altéra le testament de son père, qui aurait écrit qu’il voulait que son quatrième fils lui succède, en intercalant un dix. Parmi les peuples toungouses la succession n’était pas par primogéniture mais par tanistrie, et les frères tout comme les fils du souverain étaient des candidats possibles. Ainsi Cuyen (1580-1615), l’ancêtre des Sunu, était le fils aîné de Nurhaci, mais pas son héritier. []
  17. Dominique Parrenin, op. cit. p. 250, p. 261. []
  18. Tatiana Pang a récemment publiée l’étude d’un catéchisme produit par la mission orthodoxe à Pékin, et dont l’orthographe suggère une date de composition autour du début du XIXe siècle : « The Orthodox Catechism in the Manchu Collection of the Institute of Oriental Manuscripts, Russian Academy of Sciences » International Journal of Sino-Western Studies, Volume 14, 2018,  p. 99-108 (p. 101 pour la datation). []
  19. Hormis les traductions de la Bible menées sous la houlette du British and Foreign Bible Society au XIXe siècle. []
  20. Dominique Parrenin, op. cit. p. 276. []
  21. Bronwen McShea Apostles of Empire : The Jesuits and New France (Lincoln : University of Nebraska, 2019) examine en détail le rôle joué par la publication à Paris des lettres en provenance des missions dans le recueil des patrons et des fonds pour les missions du Nouveau Monde. Sur la publication en France des traductions faites par les jésuites des textes chinois, voir Wu Huiyi Traduire la Chine au XVIIIe siècle. Les jésuites traducteurs de textes chinois et le renouvellement des connaissances européennes sur la Chine (1687-ca. 1740), Paris : Honoré Champion, 2017. []
  22. Voir la notice sur Rusand dans Corinne Bouquin et Élisabeth Parinet Dictionnaire des imprimeurs-lithographes du XIXsiècle (Éditions en ligne de l’École des chartes) : <http://elec.enc.sorbonne.fr/imprimeurs/node/25736>. []
  23. Giovanni Stary « Christian Literature in Manchu », Central Asiatic Journal, 44.2, 2000, p. 305- 316 ; Hartmut Walravens, « Christian Literature in Manchu », Central Asiatic Journal, 58.1-2, 2015, p. 197-224, et « Christian Literature in Manchu : Some Bibliographic Notes », Monumenta Serica, 48, 2000, p. 445-469. []
  24. Prenant en compte les doublons, les éditions différentes du même ouvrage, et les manuscrits contenant plusieurs textes distincts, cela donne un ensemble de trente items. []
  25. Sur Li Zubai, voir Adrian Dudink « The rediscovery of a seventeenth-century collection of Chinese Christian texts: the manuscript Tianxue jijie », Sino-Western cultural relations journal 15, 1993, p. 1-26 (p. 13). []
  26. Mandchou 262, Mandchou 263, Mandchou 264. []
  27. Voir chinois 7102, 7103, 7104, 7105, 7106, 7107, 7108, et 7109. []
  28. guangyang 廣揚 []
  29. E.g. (f. 2a-3b) 不說是怪異就說是另是一個門頭。也不大理論也不究問. « S’ils ne disent pas que c’est bizarre, alors ils disent que c’est un autre moyen. Ils ne raisonnent pas beaucoup et ne l’examinent pas. ». []
  30. Accessible ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100274631 []
  31. Sur ce texte, voir Eugenio Menegon « Deliver Us from Evil: Confession and Salvation in Seventeenth- and Eighteenth-Century Chinese Catholicism » in Nicolas Standaert et Ad Dudink (dir.) Forgive Us Our Sins: Confession in Late Ming and Early Qing China, 2006, p. 9-101. []
  32. Christian Jacob Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press, 2014, p. 34. (Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/oep/653>). []

Alice Crowther

Doctorante, EPHE, PSL, CRCAO (UMR 8155)

More Posts

La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècle

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Depuis les années 2000, de nombreux travaux sur les bibliothèques médiévales et de nombreuses entreprises de reconstitution et de mise en réseau des connaissances ont été mis en place ; un portail, ou cluster, de bases de données a d’ailleurs été créé par le consortium Biblissima : il constitue un point d’entrée sur le patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance en Occident, du VIIIe au XVIIIe siècle.

La Bibliothèque nationale de France, qui est une des équipes fondatrices de Biblissima, a une histoire continue de l’étude de ses collections médiévales, et déjà plusieurs chercheurs associés ont auparavant travaillé sur ces fonds de manuscrits médiévaux. Dans le cadre de ma thèse de doctorat « Entre cloître et université, la bibliothèque de Saint-Victor de Paris aux XIIIe-XIVe siècles », sous la direction de Cécile Caby et de Cédric Giraud, j’étudie un grand nombre de manuscrits de la BnF. Beaucoup sont rassemblés dans le fonds « latin 14232-15175 », mais près d’une centaine sont aussi éparpillés dans les collections de la Bibliothèque de l’Arsenal, et de la bibliothèque Mazarine, qui ont reçu elles aussi une partie des confiscations révolutionnaires des établissements religieux ; une cinquantaine d’autres manuscrits issus de Saint-Victor de Paris sont dispersés dans quelques bibliothèques d’Europe, du fait des prédations des bibliophiles de l’époque moderne.

L’abbaye de Saint-Victor de Paris est fondée par Guillaume de Champeaux en 1113, non loin de la cité de Paris. Son acte de fondation confirmé par le roi Louis VI l’année suivante, elle connaît un succès important immédiat, grâce à la réputation de l’enseignement de Guillaume de Champeaux qui y continue très brièvement ses activités de maître avant de devenir évêque de Châlons et de laisser la direction de l’école au premier abbé, Gilduin, et grâce à l’esprit de réforme canoniale qu’elle diffuse. L’école de Saint-Victor devient, vers le milieu du XIIe siècle un des centres intellectuels majeurs de la Chrétienté du fait de son école où évoluent des théologiens qui auront une influence majeure sur les études de scolastique, tel que Hugues de Saint-Victor, et de par sa bibliothèque qui, constituée dès les années 1120, demeurera la bibliothèque la plus importante de Paris, seulement égalée par celle du collège Sorbonne, fondée en 1257.

Etudes préalables

L’histoire de l’abbaye, de ses maîtres et de leur influence, a beaucoup été étudiée pour le XIIe siècle, mais face à l’émergence de l’université de Paris, au tournant du XIIIe siècle, et à l’absence de maîtres victorins aussi illustres qu’un Hugues ou un Richard de Saint-Victor, l’historiographie semble avoir délaissé l’abbaye après le XIIe siècle. Le peu d’archives épargné par la Révolution française a été exploité par Fourier Bonnard, dans son Histoire de l’abbaye royale et de l’ordre des chanoines réguliers de St-Victor de Paris, 1ère période (1113-1500), publiée en 1907, qui est encore à ce jour l’unique somme de l’histoire de l’abbaye pour le Moyen Âge. Cependant, la bibliothèque représente un élément de continuité dans l’histoire de l’abbaye : en effet, elle n’a cessé d’être enrichie et d’être une bibliothèque symbolique du paysage parisien, jusqu’à la Révolution : ainsi c’est elle que Rabelais choisit pour symboliser les bibliothèques des savants scolastiques qu’il critique dans son Pantagruel (chapitre 7).

Plusieurs études ont été consacrées à la bibliothèque pour le XIIe siècle et le XVe siècle.

François Gasparri a étudié la bibliothèque et son scriptorium au XIIe siècle, ses relations avec la chancellerie royale où elle a identifié un scribe commun1 ; elle a aussi fourni une classification des différents ex-libris du XIIe siècle2. Sa liste des manuscrits de la bibliothèque pour le XIIe siècle compte pas moins de deux cents manuscrits, dont une grande partie serait copiée à Saint-Victor3 ; la diversité des sujets représentés suit les principes d’enseignement proposés par Hugues de Saint Victor dans son Didascalicon : c’est-à-dire qu’elle couvre l’ensemble des champs du savoir, parce que la lecture est la première étape qui mène à la méditation puis à la contemplation4.

Le second ouvrage majeur sur la bibliothèque de Saint-Victor, est l’édition, par Gilbert Ouy, du catalogue du bibliothécaire Claude de Grandrue, achevé en 15145. Ce riche catalogue, qui détaille les différents textes contenus dans les codices, fut rédigé parce que la bibliothèque déménagea dans de nouveaux bâtiments, il concerne uniquement la grande bibliothèque où les livres étaient enchaînés et n’évoque pas le parvum armarium. Il contient plus de 1100 manuscrits que Gilbert Ouy a étudié : il a retrouvé la vaste majorité des manuscrits survivants (ceux qui n’ont pas été retrouvés, les bibliothécaires du XVIIe-XVIIIe siècle les avaient déjà inscrits comme étant volés), il a aussi dressé une table des concordances qui permet de naviguer dans les cotes contemporaines et les cotes anciennes du XVe siècle. Gilbert Ouy a aussi détaillé les unités codicologiques et leurs textes, en proposant une période de copie, il a aussi relevé, en partie, les différents ex-libris, c’est-à-dire les marques de possession. Cet immense travail prouve une fois encore l’ampleur de la collection que représente la bibliothèque de Saint-Victor et justifie les louanges des visiteurs à travers les siècles. Cependant, ce travail donne une image immobile de la bibliothèque, au début du XVIe siècle.

La bibliothèque du XIIIe au XIVe siècle n’a pas été étudiée de manière systématique, mais quelques chercheurs s’y sont penchés. En effet, Nicole Bériou a étudié des reportationes et des collections de sermons provenant de la bibliothèque de Saint-Victor dans les années 1280 et au début du XIVe siècle6 ; Isabelle Guyot-Bachy a retracé les sources ayant contribué à l’élaboration du Mémoriale historiarum, une chronique écrite à Saint-Victor, commandée par l’abbé Jean de Palaiseau (1311-1329)7.

Projet de thèse

Ma thèse de doctorat ambitionne de reconstruire l’histoire mouvante de la bibliothèque, de la fin du XIIe siècle, après « l’âge d’or » victorin, jusqu’au milieu du XIVe siècle, quand l’intégration de Saint-Victor dans le système universitaire est plus connue, après les réformes du pape Benoit XII qui rendit la fréquentation de l’université obligatoire à tous les ordres religieux. J’ai pu réunir un corpus de plus de 500 manuscrits, datant de cette période, principalement conservés à la Bibliothèque nationale de France, que j’étudie à nouveau du point de vue de la codicologie – quelques-uns n’avaient d’ailleurs pas été étudiés par Gilbert Ouy car ils n’apparaissaient pas dans le catalogue de Claude de Grandrue. Je dissèque les manuscrits en unités codicologiques, dans une base de données relationnelle, et je retrace leur histoire en détaillant les différentes étapes qu’elles ont connu : copie, annotations, reliures hypothétiques ou certaines, codex définitif, divers ex-libris ; toutes ces étapes sont reliées à un lieu ou une personne (ou bien à la mention « Inconnu », le cas échéant), et à une proposition de datation avec une fourchette. Les unités codicologiques sont aussi reliées à leur contenu dans une table où j’identifie les textes et les auteurs. En résumé, je propose de naviguer à travers la stratigraphie de la bibliothèque et de donner une idée en mouvement de la bibliothèque, afin de connaître l’histoire de ses acquisitions et de son fonctionnement. Ce travail permettra de connaître ce que les chanoines lisaient, et quand ; quelles furent les grandes périodes d’acquisitions ; si elles étaient en adéquation avec les intérêts universitaires contemporains ; quelles étaient les relations de la bibliothèque avec le monde extérieur ; si c’était comparable aux librairies des collèges fondés dans la seconde moitié du XIIIe siècle. L’étude de la bibliothèque pendant cette période permettra de retracer l’histoire intellectuelle de l’abbaye, en gardant à l’esprit que la bibliothèque est une institution vivante et changeante, et en la plaçant dans son contexte d’abbaye royale, à quelques centaines de mètres du cœur intellectuel de Paris.

De ce corpus de 500 manuscrits, je réduirai mon étude à l’ensemble des unités codicologiques dont la présence est assurée à Saint-Victor durant la période que j’étudie, ce qui réduira le corpus de moitié.

Déjà, avec l’avancement de mes recherches, on peut détecter une continuité dans les acquisitions de la bibliothèque. De nombreuses donations parsèment la période, et les différentes appositions d’ex-libris victorins laissent supposer des arrivages réguliers d’unités codicologiques dans la bibliothèque.

Les marques de possessions comme témoins de la vie de la bibliothèque

L’étude des ex-libris est centrale : ils sont placés dans une table spécifique de ma base de données afin de pouvoir les lier aux unités codicologiques, les trier, les classer par styles et datations possibles, ceci afin de comprendre le système de pose des ex-libris dans les manuscrits victorins : à quel moment, sur quels manuscrits, quelle position dans le manuscrit, quand et pourquoi sont-ils associés ou non à une table des matières ou à un titre, quand peut-on parler de « campagne d’ex-libris » ?

Pour l’instant, un groupe, composé d’une bonne vingtaine d’ex-libris, que j’ai appelé « SV-XIVe-A » pourrait correspondre à une campagne de récolement de la bibliothèque au cours du premier tiers du XIVe siècle. Toujours tracé à l’encre brune (mélange ferro-gallique), ce type d’ex-libris, écrit peut-être par la même main, se trouve sous la forme complète de la formule de possession victorine couplée de l’anathème en usage depuis le XIIe siècle à la bibliothèque : « Iste liber est sancti Victoris parisiensis quicumque eum furatus fuerit vel celaverit, vel titulum istum deleverit, anathema sit amen »8. Cette main abrège souvent le « liber » en un « lib » surmonté d’un tilde, et le « est » est remplacé par un signe spécifique ; les « a » ont un étage, refermé sur la panse et qui dépasse des autres lettres ; les « v » sont de deux sortes : ils se composent d’un petit crochet vers la gauche, parfois allongé en une première ligne montante, ou bien le crochet s’étire vers la droite ; les hastes s’ornent aussi d’un léger crochet. Très souvent la formule de l’ex-libris est abrégée en un « Iste liber est sancti Victoris parisiensis », et elle se retrouve aussi bien sur les feuilles de garde (cas le plus courant pour les ex-libris victorins antérieurs au XVe siècle), que sur le premier ou le dernier folio des unités codicologiques, doublant fréquemment un ex-libris victorin antérieur.

Quelques exemples de ce style SV-XIVe-A :

Arsenal ms-265 f.94v SV-XIVe-A
Arsenal ms-265 f.94v
Arsenal ms-265 f.126v
Arsenal ms-265 f.126v
BnF lat 14866 f.211v
BnF lat 14866 f.211v
BnF lat 14954 f.75v
BnF lat 14954 f.75v

Plus tôt dans l’histoire de la bibliothèque, pour le XIIIe siècle, j’ai pu repérer ce que j’appelle des « clusters » d’ex-libris : ce terme musical9 me permet de désigner des ensembles d’ex-libris aux traits forts similaires, mais pas tout à fait identiques, pouvant être issus d’une même main (une même personne donc), à des moments différents, voire à des années d’écart, ou bien pouvant être issus de différentes mains, suivant un style calligraphique similaire. Ce dernier cas de figure pourrait être celui du groupe appelé SV-XIIIe-A, dont le style imite l’écriture de chancellerie pour de nombreux ex-libris, et se retrouve dans des chartes victorines.

Ces « clusters » mettent en lumière certains manuscrits qui peuvent former des études de cas. Ainsi, celui des manuscrits très anciens d’Etienne Langton, dont la bibliothèque possède très tôt des exemplaires. Le manuscrit BnF lat. 14556 f.164-266 semble être un brouillon des Questiones theologiae : Riccardo Quinto juge la qualité de ce texte pauvre par rapport à des versions plus tardives10[1]. Cette copie est datable du tout début du XIIIe siècle, mais les deux pages de prologue sont plus tardives : entièrement rubriquées, elles témoignent de l’importance de la réception de ce texte par les victorins qui posèrent leur ex-libris à la fin du texte, sans doute au moment de la copie du prologue. D’autres textes d’Etienne Langton, datables de la fin du XIIe siècle et du tout début du XIIIe siècle sont présents dans la bibliothèque, donnés par Berthold de Würzburg, archidiacre de Würzburg, qui mourut autour de 1209-1213, comme le suggère Ursula Von Liebenstein selon la position qu’il occupe dans le Necrologium Victorinum11. Ces œuvres d’Etienne Langton vont dans le sens d’un renouveau de la théologie au service de la pastorale, à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle, et elles viennent grossir la collection des œuvres contemporaines sur la prédication présente dans la bibliothèque à cette époque, comme les différentes Summae Confessionis et les collections de sermons victorins.

Les dons de Berthold de Würbzurg représentent la première donation de livres visible dans les manuscrits (grâce à l’ex-dono) dans l’histoire de la bibliothèque. La mention du don, qui accompagne la marque de possession victorine, précise qu’ils sont donnés à l’église de Saint-Victor pour les étudiants pauvres ; par trois fois on retrouve cette mention de don par Berthold, de ce style SV-XIIIe-A. Il est apposé souvent après un premier ex-libris qui, lui aussi imite le style des écritures de chancellerie mais est tout de même antérieur à l’ex-libris de style SV-XIIIe-A. Honorer la mémoire du donateur devient donc important au XIIIe : outre des traces dans le Nécrologe, les manuscrits conservent le plus possible la trace du don, ainsi on peut retrouver des mentions de dons faits bien des années auparavant, réécrits des années plus tard en raison d’un changement de reliure ou de l’état de conservation des feuilles de garde où la mention du don se trouvait.

BnF lat. 14414 f.Av. L’ex-dono, en bas, est du style SV-XIIIe-A.
BnF lat. 14414 f.Av. L’ex-dono, en bas, est du style SV-XIIIe-A.
BnF lat. 14417 f.Av. L’ex-dono, en bas, est du style SV-XIIIe-A. L’ex-libris, en haut, est d’un style imitant lui aussi l’écriture de chancellerie, mais antérieur à SV-XIIIe-A.
BnF lat. 14417 f.Av. L’ex-dono, en bas, est du style SV-XIIIe-A. L’ex-libris, en haut, est d’un style imitant lui aussi l’écriture de chancellerie, mais antérieur à SV-XIIIe-A.
BnF lat. 14246 f.1v. Cet ex-libris est du style SV-XIIIe-A.
BnF lat. 14246 f.1v. Cet ex-libris est du style SV-XIIIe-A.
Archives Nationales L//893/n°12 recto. Cette charte victorine datée de 1230 a une calligraphie du style SV-XIIIe-A.
Archives Nationales L//893/n°12 recto. Cette charte victorine datée de 1230 a une calligraphie du style SV-XIIIe-A.

L’étude des ex-libris est donc capitale pour naviguer dans l’histoire de la bibliothèque de Saint-Victor. La typologie que j’établis permettra de disposer d’une frise chronologique des chanoines ou groupes de chanoines ayant travaillé à l’organisation de la bibliothèque, ainsi qu’une chronologie des arrivées de livres, de leurs usages.

La bibliothèque de Saint-Victor a toujours été un pilier de cette abbaye, mais l’image fixe que nous avons d’elle au XIIe et au début du XVIe  siècle ne nous permet pas de comprendre avec exactitude quelle était son importance et comment elle incarnait la vie intellectuelle et spirituelle des chanoines aux XIIIe-XIVe siècles. La bibliothèque doit être étudiée comme un objet changeant, avec des livres fabriqués, donnés, achetés, prêtés, volés, détruits, réorganisés ; avec différents personnages montrant leurs relations avec l’abbaye à travers sa bibliothèque. Comprendre l’évolution de la bibliothèque et sa place dans l’abbaye, et dans la cité de Paris, aidera à comprendre une partie de l’histoire intellectuelle de Saint-Victor, et permettra de proposer un nouvel outil à l’histoire des textes au moyen de la base de données en cours d’élaboration.

  1. Françoise Gasparri, « Manuscrit monastique ou registre de chancellerie ? A propos d’un recueil épistolaire de l’abbaye de Saint-Victor », in Journal des savants, 1976, p. 131-140. Françoise Gasparri, « Scriptorium et bureau d’écriture de l’abbaye Saint-Victor de Paris », dans L’Abbaye parisienne de Saint-Victor au Moyen Age : Communications présentées au XIIIe Colloque d’Humanisme médiéval de Paris (1986-1988), ed. Jean Longère, Turnhout, Brepols, 1991 p. 119-139. []
  2. Françoise Gasparri, « Ex-libris et mentions anciennes portés sur les manuscrits du XIIe siècle de l’abbaye Saint-Victor de Paris », dans Scriptorium, XLIV, 1990, p. 69-79. []
  3. Françoise Gasparri, « Bibliothèque et archives de l’abbaye de Saint-Victor au XIIe siècle », Scriptorium, t. LV, 2001, 2, p. 275-284. Françoise Gasparri, « Constitution et première organisation d’une bibliothèque canoniale au XIIe siècle », Cahiers de recherches médiévales [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 15 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/11520. []
  4. Dominique Poirel, « Prudens lector la pratique des livres et de la lecture selon Hugues de Saint-Victor », Cahiers de recherches médiévales, [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/crm/11522. []
  5. Gilbert Ouy, Les manuscrits de l’abbaye de Saint-Victor, catalogue établi sur la base du répertoire de Claude de Grandrue (1514), 2 vol., Bibliotheca Victorina, 10, 1999. []
  6. Nicole Bériou, L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle, 2 vol., Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1998. []
  7. Isabelle Guyot-Bachy, Le Memoriale historiarum de Jean de Saint-Victor, un historien et sa communauté au début du XIVe siècle, Bibliotheca Victorina, 12, Turnhout, Brepols, 2000. []
  8. Ce livre appartient à Saint-Victor de Paris, quiconque le vole, ou le cache, ou détruit cette inscription, qu’il soit anathème, amen. []
  9. On parle aussi de « grappes de sons voisins ». []
  10. Riccardo Quinto, « « Doctor Nominatissimus », Stefano Langton (+1228) e la tradizione delle sue opere », Beiträge zur Gesischte der Philosophie und Theologie des Mittelalters, Neue Folge, Band 39, Münster, Aschendorff, 1994, p. 104. []
  11. Ursula Von Liebenstein, Monika Seifert ed., Necrologium abbatiae Sanctis Victoris Parisiensis, Monasterii Westfalorum, Aschendorff, 2012. []

Parution : Chefs-d’oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges

Chefs-d'oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges
Chefs-d’oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges

Une exposition consacrée à des œuvres artistiques réalisées au sein de l’ancienne abbaye Saint-Martial de Limoges a été organisée conjointement par la Bibliothèque nationale de France et la Ville de Limoges. Cette exposition fut présentée au musée des Beaux-Arts de Limoges du 23 novembre 2019 au 24 février 20201.

Le projet d’exposition « Chefs-d’œuvre romans de Saint-Martial de Limoges » s’inscrit dans le cadre du cycle de présentations d’œuvres hors-les-murs intitulé « Dans les collections de la BnF » mis en place, en 2017, par la Bibliothèque nationale de France. L’objectif est de faire découvrir et partager les richesses patrimoniales de la Bibliothèque, en présentant des pièces exceptionnelles issues de ses collections dans plusieurs établissements culturels en région. Ces pièces sont choisies en fonction de leur valeur emblématique mais aussi pour leurs liens avec les collections locales ou la thématique d’un événement donné.

La BnF a proposé au musée des Beaux-Arts de Limoges de mettre temporairement à sa disposition quatorze manuscrits médiévaux (Xe-XIIe siècles), provenant du fonds de l’abbaye Saint-Martial de Limoges. Outre le prêt de ces pièces prestigieuses, le musée a bénéficié d’une collaboration scientifique avec le Service des manuscrits médiévaux de la BnF. Cette exposition avait pour but d’illustrer l’importance historique de l’abbaye Saint-Martial de Limoges à l’époque romane, grâce à la valorisation scientifique, esthétique et pédagogique des manuscrits présentés qui furent mis en relation avec d’autres œuvres issues de l’abbaye, appartenant à d’autres domaines artistiques, tels que l’émail, la sculpture ou encore la musique.

Auteurs

Résumé de l’éditeur

L’abbaye Saint-Martial, établie autour du tombeau du premier évêque de Limoges, fut un centre de création majeur du Moyen Âge européen. Son scriptorium a notamment produit les manuscrits enluminés romans, conservés à la Bibliothèque nationale de France, présentés dans cet ouvrage. Ces pièces prestigieuses, véritables trésors artistiques, sont valorisées grâce à une mise en regard avec d’imposantes sculptures lapidaires, habituellement dans les réserves du musée limousin, mais aussi de précieuses châsses et plaques émaillées ou des documents historiques prêtés par d’autres institutions.

Informations pratiques

  • Editeur : Gand : Snoeck
  • Date de parution : 19 novembre 2019
  • Description matérielle : 1 vol. (143 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 22 cm
  • ISBN 978-94-6161-556-5 (br.)  : 25 €
4e de couv.  Chefs-d'oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges
4e de couv. Chefs-d’oeuvre romans de Saint-Martial de Limoges
  1. Voir, page url : <https://www.bnf.fr/fr/agenda/chefs-doeuvre-romans-de-saint-martial-de-limoges>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Regards sur Serge Tisseron. De la tintinologie à la robotique (30/11)

Serge Tisseron ©Julien Faure – Leextra – Leemage

Psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie habilité à diriger des thèses et membre de l’Académie des technologies, Serge Tisseron est aussi dessinateur et photographe.

Dès la présentation de sa thèse de médecine sous forme de bande dessinée, il s’est attaché à montrer que les images sont une forme de symbolisation du monde à part entière, au même titre que le langage parlé ou écrit. Après avoir travaillé sur les secrets de famille et nos relations aux images, ses recherches portent actuellement sur les bouleversements psychiques et sociaux entraînés par les technologies numériques et robotiques. Il a créé en 2013, l’Institut pour l’Etude de la relation Homme-Robot.

En 2018, il a fait don de ses archives à la BnF qui a souhaité rendre hommage à cet intellectuel éclectique, transdisciplinaire, inclassable et visionnaire.

En partenariat avec les Éditions Albin Michel, les Éditions Dunod et l’Académie des technologies.

Programme

13 h 30 – Accueil

14 h – Ouverture par Laurence Engel, présidente de la BnF
Signature officielle de la convention de don avec la Présidente

14 h 15 – Dialogue avec Denis Bruckmann, directeur général de la BnF

Regards croisés

Animation : Nathalie Bocher-Lenoir, présidente de Gens d’Images

14 h 35 – Les secrets de famille
Elisabeth Darchis, présidente de l’Association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok
Chantal Diamante, présidente de la Société de Thérapie Familiale IDF

15 h – Les images
Frédéric Tordo, psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique
Yann Leroux, psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique
Pierre Léna, membre de l’Académie des sciences, co-fondateur de « La Main à la pâte »

15 h 35 – La photographie
Le Manifeste de l’École inférieure de la photographie
Dialogue avec Bernard Plossu, photographe

16 h – Pause et séance de dédicace

16 h 30 – Le Rire médecin avec Caroline Simonds (Girafe) et Jean-Philippe Buzaud (Roger Chips),clowns pour les enfants à l’hôpital

16 h 45 – Pourquoi un psy à l’Académie des technologies ?
Yves Farge, membre de l’Académie des technologies

17 h – Robotique et enjeux d’avenir
Pierre-Marie Lledo, directeur du laboratoire de recherche « Perception et Mémoire » à l’Institut Pasteur, et du laboratoire « Gène et Cognition » du CNRS
Véronique Aubergé, chargée de recherche au CNRS au LIG, Chaire Robo’ethics de la fondation Grenoble INP

17 h 30 – Les « petits laboratoires d’empathie » (fédération des associations créées par Serge Tisseron)
Trois, Six, Neuf, Douze par Marie-Noëlle Clément, pédopsychiatre, directrice de l’hôpital de jour André Boulloche, Association Cerep-Phymentin
Institut pour l’étude des relations homme-robots (IERHR) par Olivier Duris, psychologue, doctorant en psychologie clinique
Développer l’empathie par le Jeu des Trois Figures (DEPJ3F) par Thérèse Auzou, doctorante en sciences de l’éducation
Pocket film empathie par Benoît Labourdette, cinéaste
Institut pour l’Histoire et la Mémoire des Catastrophes (IHMEC) par Francisca Espinoza, sociologue et Sylvaine Pettens, responsable pédagogique, INA

18 h 15 – Projection en avant-première du film Tisseron en quête de Serge, avec le soutien de la BnF

14 h-19 h Dans le foyer du Petit auditorium

  • Vitrines de manuscrits issus du don et conservés au département des Manuscrits
  • Vitrine d’objets issus de la collection de Serge Tisseron
  • Exposition de photos issues du don et conservées au département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • 30 novembre 2019, 13 h 30 – 19 h
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée libre et gratuite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

12e rencontres du GRIM (23/5) : « Matérialité, visualité et signification »

Le GRIM – Groupe de recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres médiévales ainsi qu’aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Dorénavant lié à IMAGO et favorisant la prise de parole de jeunes chercheurs, il organise sa 12e journée d’études sur le thème « Matérialité, visualité et signification ».

Les notions de matérialité et de visualité constituent deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques. Les interventions poseront la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et rendront compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Comité scientifique

  • Charlotte Denoël (BnF)
  • Isabelle Marchesin (INHA)
  • Anne-Orange Poilpré (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Cécile Voyer (université de Poitiers)

Programme

10H : Introduction par Charlotte Denoël, Isabelle Marchesin, Anne-Orange Poilpré, Cécile Voyer

10h10 : La charpenterie mudéjar : le bois comme support d’un langage symbolique en Espagne

Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure PSL et université de Grenade)

10h30 : Focus sur la matérialité des murs, traces de l’intervention humaine et mémoire des hommes. L’exemple de saint Georges au château de Selles de Cambrai (Nord)

Audrey Ségard (docteure, université Lille 3)

10h50 : Stratégies dévotionnelles de Marguerite d’Autriche. Le trésor de Brou : reconstitution in situ du trésor légué par Marguerie d’Autriche à sa fondation funéraire

Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble-Alpes)

11h10 : Discussion et pause

11h40 : Entre matérialité et iconographie de l’architecture : la rotonde de Saint-Jean à Vigolo Marchese (Plaisance) comme interprétation du modèle du Saint-Sépulcre

Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise)

12h : Une sculpture sans-papiers : approche méthodologique de la matérialité

Amal Azzi (Master 2, université de Nantes)

12h20 : Discussion

12h45 : Pause déjeuner

14h : Exacerber la matière picturale pour faire connaître l’intervalle entre le sensible et le divin. L’exemple du sanctuaire de Saint-Martin de Fenollar

Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)

14h20 : Le corps, le signe et l’image : autour de la console figurative de la Dernière communion de Marie l’Égyptienne (Colmar, musée Unterlinden, v. 1150)

Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers)

14h40 : La danseuse et la relique. À propos d’un chapiteau roman de la cathédrale de Besançon et des nouvelles pratiques de l’image de saint Jean-Baptiste au tournant des XIIe et XIIIe siècles

Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès)

15h : Discussion et pause

15h30 : Salvum me fac deus : réflexions sur la matérialité d’un psautier bréviaire bâlois féminin du XIIIe siècle

Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne)

15h50 : Du portrait de Toute Belle à la statue de Pygmalion : l’image du féminin modelé comme support de prière amoureuse, aux XIVe et XVe  siècles

Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté)

16h10 : Discussion

Informations pratiques

  • 23 mai 2019 – 9h30-18h00,
  • Institut national d’histoire de l’art , Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • 6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne 
  • 75002 Paris
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Medieval Francophone Literary Culture Outside France

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche portant sur des collections de la bibliothèque.

Titre

Medieval Francophone Literary Culture Outside France

Pays

Royaume-Uni

Auteur(s)

  • King’s College London
  • University of Cambridge
  • University College London

Description

Ce projet mené de 2011-2015 visait à étudier l’expansion de la littérature francophone en Europe et au-delà vers 1200-c.1450. Il s’agissait d’explorer la transmission des textes littéraires le long de deux axes principaux : une route du nord qui s’étend de l’Angleterre à la Bourgogne et à la Rhénanie en passant par les Pays-Bas ; une route du sud à travers les Alpes jusqu’en Italie du nord et jusqu’en Méditerranée et en Adriatique, au Moyen-Orient.

URL

hhttp://www.medievalfrancophone.ac.uk/

À noter

  • L’outil exploite un nombre important de manuscrits de la Bibliothèque nationale de France : 19 de la Bibliothèque de l’Arsenal, plus d’une centaine du département des Manuscrits.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire d’introduction à l’astronomie et à l’astrologie médiévales

Illustration du Comput de Johannes de Sacrobosco. BnF, Latin 7475, f.33v (BAMGallica)

La Bibliothèque nationale de France co-organise avec le projet ERC ALFA un séminaire hybride consacré à l’astronomie et à l’astrologie médiévales. En trois séances, il se donne pour objectif de couvrir l’essentiel des bases théoriques des deux disciplines, étroitement complémentaires à la fin du Moyen Âge, en partant des manuscrits d’époque. Pour parfaire et illustrer ce cœur de doctrine, une partie de chaque séance sera consacrée à des recherches en cours, envisageant des sources astronomiques et/ou astrologiques par une approche transverse, présentées par des spécialistes de ces disciplines.

Ce séminaire est ouvert à tous mais plus particulièrement destiné à des chercheurs, débutants ou confirmés, souhaitant s’initier à l’astronomie et à l’astrologie médiévales. Une certaine familiarité avec les manuscrits médiévaux, et en particulier des connaissances de base de paléographie, d’ancien français et de latin médiéval sont préférables.

Organisation : Laure Miolo (Observatoire de Paris – SYRTE), Alexandre Tur (BnF, département des Manuscrits), avec la collaboration de Jean-Patrice Boudet et Matthieu Husson.

Jeudi 18 avril

  • 13h30-14h50 : Alexandre Tur, Astronomie ou astrologie ? Le cas des prédictions annuelles du XVe siècle
  • 15h10-18h : Introduction aux mouvements quotidiens ; astronomie et astrologie sphériques (manuscrits BnF Latin 7195, Français 613)

Mardi 25 juin

  • 13h30-14h50 : Richard Kremer, From Tables to Ephemerides: Computational Astronomy in the Service of Astrology from 1340-1474
  • 15h10-18h : Introduction aux phénomènes planétaires et à leurs interprétations astronomiques et astrologiques (manuscrits BnF Français 2078-2079, Français 2013)

Jeudi 10 octobre

  • 13h30-14h50 : Laure Rioust, Pour une approche globale des manuscrits astronomiques et astrologiques : l’apport de l’histoire de l’art
  • 15h10-18h : Introduction aux configurations célestes spécifiques et à leurs horoscopes (manuscrits BnF Français 2078-2079, Français 2013)

Télécharger le programme du séminaireTélécharger

Pour des raisons logistiques, le nombre de places est limité et l’inscription obligatoire à l’adresse : pascale.baudoin@obspm.fr.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Le rayonnement des arts au Moyen âge. Réflexions autour du Ms. Aquitain, Paris, BnF Latin 1139 »

Programme

Mardi 19 mars (BnF — Richelieu)

16h30 Accueil des participants
17h00-18h00 James Grier (University of Western Ontario)
The Music Scribe of Paris, Bibliothèque nationale de France, MS latin 1139: Melodic Variants and a Musical Personality

Produced around 1100, the earliest section of Paris, Bibliothèque nationale de France, MS latin (hereafter Pa) 1139, f. 32-118, stands out as the largest collection in the earliest layer of Aquitanian uersaria, that is, music manuscripts that preserve the Aquitanian repertory of lyric song commonly known as uersus. Only the earliest portions of Pa 3719 rival it in age. But these libelli comprise only a single gathering each and so are significantly smaller than Pa 1139 and transmit a correspondingly more limited repertory. Furthermore, in Pa 1139, rubrics introduce many pieces, along with decorated initials, and internal sections within pieces receive red initials. In comparison with its contemporaries, therefore, Pa 1139 presents a much more polished and formal appearance. Its owner clearly valued it as an important part of his music library.

The music scribe exhibited a clear command of the Aquitanian notation that, by the time he worked on Pa 1139, musicians had used for some 200 years. Comparison of his neumations with those of other Aquitanian scribes who copied the same pieces, both contemporary and later in the twelfth century, show that he cultivated musical idiosyncrasies that indicate aspects of his musical personality. His approach to embellishment, especially through the addition of appoggiature to cadences, reveals a distinctive approach to the melodic vocabulary of this repertory. His practice also indicates a subtle shift in the function of musical notation as it was employed for the uersus repertory, from preserving stable forms of liturgical melodies to recording distinctive versions of the melodies of this body of lyric song. Codex Pa 1139, therefore, comprises a personal document that presents the repertory and melodic versions of an Aquitanian musician from the turn of the twelfth century who was exploiting the genre of lyric song to express himself on sacred and secular subjects and the technology of musical notation to preserve his idiosyncratic versions of those songs.

18h00-18h30 Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon, Paris) Présentation des manuscrits aquitains de la BnF
18h30 Exposition des manuscrits en salle de lecture

(sur inscription dans la limite des places disponibles)

Mercredi 20 mars (IRHT — Paris)

Session 1 : Éditer Latin 1139

présidée par James Grier (University of Western Ontario)

9h-11h David Catalunya, Kelly Landerkin, Konstantin Voigt, Hanna Zühlke (Universität Würzburg)
Codex and Genre-Crosslinks: Towards a Complete Source Edition of the Oldest Corpus of Paris latin 1139

Corpus monodicum is currently preparing a complete “source edition” of the oldest section of the manuscript Paris, BnF, latin 1139. The proposed panel will discuss the methodological demands of this editorial project (codicology, paleography, philology, musical analysis) and explore the implications of this new editorial approach for the understanding of the different repertoires the manuscript transmits:

David Catalunya’s codicological study shows that the earliest section of Paris, BnF, latin 1139 was conceived as a unitary, well planned codex. Building on this observation, Kelly Landerkin and Konstantin Voigt showcase some of the crosslinks that occur between different musical and textual genres copied in different sections of the manuscript. The correspondences found between songs and sequences for example shed new light on the early history of Aquitanian polyphony, the similarities between songs and plays question the strict distinctions set up by modern genre concepts. Hanna Zühlke will deal with the later concordances of the songs from Paris, BnF, latin 1139, asking what the transmission profile of these pieces tells about the localization of the manuscript.

By the time of the conference, the edition will be completed, but not yet printed. Thus, the panel hopes to provoke an intense feedback, in order to integrate the expertise assembled at the conference into the first complete edition of this outstanding manuscript.

Session 2 : Les jeux liturgiques

présidée par Susan Rankin (University of Cambridge)

11h15-12h00 Michael L. Norton (James Madison University, Harrisonburg) 
The Problem of Genre and the ‘Dramas’ of Paris BnF latin 1139

In 1741, l’Abbé Jean Lebeuf first called attention to the “tragedies en rimes latines” found in Paris, BnF, latin 1139. His framing of these texts as dramas adhered over time, and after two centuries and more, these dramatic texts continue to be treated as theatrical works, and in particular, as liturgical dramas. While sanguine about the theatrical nature of these texts, scholars have not always agreed on what these texts actually represented. Lebeuf himself referred only the Ordo Prophetarum that concluded the complex of dramatic texts. The edition provided by Raynouard in 1817, on the other hand, treated the entire complex (Quem queritisSponsus, and Ordo Prophetarum in most contemporary renderings) as a singular “mystère des vierges sages et des vierges folles”, while excluding the text of the Ordo Prophetarum in the edition itself. And in their edition of 1839, Monmerqué and Michel provided the complete text of the dramatic complex under the title “Les vierges sages et les vierges folles.” Charles Magnin, though, saw this differently. In his Sorbonne lectures of 1834–1835, Magnin argued that there was not just the single mystery recognized by his peers, but rather three: two complete mysteries, one wholly in Latin (Quem queritis) and the second mixing Latin with vernacular (Sponsus) along with a third fragment totally in Latin (Ordo Prophetarum). In addition, he noted a dramatic office for the feast of Holy Innocents (Lamentatio Rachelis) earlier in the same manuscript. While Magnin’s division was accepted by most subsequent critics, Carol Symes recently challenged the orthodox view, arguing as had Magnin’s predecessors that the “plays” of Paris, BnF, latin 1139 should be regarded in the singular rather than in the plural.

The so-called dramas of Paris, BnF, latin 1139 are thus enigmatic on at least two levels. First, how many dramatic texts are actually preserved within the manuscript? One? Two? Or four? What do the placements of these texts within the manuscript suggest? What can we glean from their textual and melodic settings? How are these internally structured? And how do these textual and melodic structures relate to those of the texts that surround them? Second, are these dramatic texts actually drama (assuming we can agree on what the word “drama” entails)? Were these texts intended to be enacted? If so, how by whom? If these can be viewed as dramas, as theatrical works of some kind, can they legitimately be seen also as liturgical dramas? How do these texts compare with others also judged to be liturgical dramas? Drama or not, how might these texts have been used within (or around) the liturgy? If they were not used liturgically, what might their intent have been?

12h00-12h45 Nils Holger Petersen (University of Copenhagen)
A Possible New Understanding of the so-called Liturgical Dramas in BnF ms. latin 1139

The idea (and notion) of “liturgical drama” as a liturgical medieval theatrical genre was developed in medieval liturgical scholarship since the mid-nineteenth century. It has since undergone severe criticism by scholars including not least C. Clifford Flanigan in the 1970s and 1980s, a criticism further developed in more recent scholarship (see Michael Norton’s recent Liturgical Drama and the Reimagining of Medieval Theater, 2017). In this paper, I propose to discuss those ceremonies from Paris, BnF, latin 1139, which have been described as liturgical dramas, in a new light. Inspired by Michal Kobialka’s This Is My Body (1999), I have recently attempted to understand liturgical enactments of biblical narratives in the context of changing understandings of the notion of a sacrament during the twelfth century.

During the first half of this century, the notion of a sacrament was narrowed from Augustine’s broad sign-theoretical approach, especially through Hugh of St Victor’s ecclesiologically oriented De sacramentis christiane fidei (1130s) and Peter Lombard’s particularly influential mid-century Sententiae, which contained his enumeration of (only) seven New Testament sacraments. This process of theological elaboration left a space open for liturgical ceremonies, which had previously been seen as sacramental (by Hugh: as sacraments of exercise), to be sacred while no longer sacramental, sacred in a freer way, outside the theological focus of the ceremonies which carried the heaviest theological weight, the sacraments.

Rather than searching for an alternative genre-designation for “liturgical drama” ceremonies, the idea, much inspired by other recent scholarship, is to understand them individually, although they clearly also came to form traditions. In this paper, I shall set out to interpret the “liturgical dramas” of the Paris, BnF, latin 1139, not as attempts at theatrical representation, but as “free” sacraments in the “old” Augustinian understanding, with a focus on three ceremonies, the Quem queritis ceremony (f. 53r), the Sponsus (f. 53r–55v), and the Ordo prophetarum (f. 55v–58r). These ceremonies will be seen as diverse attempts to function as sacraments in the “old” understanding, as signs, pointers to divine (Christian) truths by (more or less) new uses of sensory means, visual as well as auditory, including poetry.

Session 3 : Le répertoire du manuscrit latin 1139 au-delà de l’Aquitaine

présidée par Thomas F. Kelly (Harvard University)

14h00-14h45 Manuel Pedro Ferreira (Universidade Nova, Lisbonne)
Transmission and “Mouvance”: Iberian Witnesses

This paper will illustrate the problematics of “mouvance”, or variance in appropriation, in the transmission of two core Aquitanian pieces present in Paris, BnF, latin 1139: the troped epistle Gaudeamus nova cum laetitia, copied into different sources in both Catalonia (of which Vic 106 will be retained) and Portugal (Missal de Mateus), and the polyphonic Benedicamus Domino Catholicorum concio, a mensural version of which is found in the well-known Las Huelgas codex.

14h45-15h30  Hana Vlhová-Wörner (Department of Music History, Prague)
Mass Ordinary Chants from Aquitaine in Prague: a Complicated History

The presence of some chants recorded in ms. Paris, BnF, latin 1139 (and some other sources from Aquitaine) in the repertory from 14th-century Prague is rather unexpected and needs some clarification. French-Bohemian cultural connections are today considered as mainly an outcome of 14th-century political development, with the installation (in 1306) of the French-oriented Luxembourg dynasty on the Czech throne. However, knowledge of genuine French repertory, both from the North and Aquitaine, dates already to the early 13th-century, when the Prague chapter purchased a 12th-century manuscript with a rich repertory of ordinary chants and tropes, the so-called troper of the Prague Dean Vítus (Prague, Archive of the Metropolitan Chapter at St Vitus, ms. Cim 4). In this way, the Prague chapter came into possession of one of the richest collections of late trope repertory still preserved, which also includes a number of items characteristic of the Aquitanian singing tradition. For some chants (such as Sanctus Qui deus es vere), the Prague troper is the only source outside of Aquitaine, and the trope Agnus Cuius in Egypto is today known only from Paris, BnF, latin 1139 and two Prague sources (the Prague troper and its 14th-century copy).

It is very likely that the prime interest of the Prague clergy in the manuscript was drawn not to its repertory, but to its (late Lothringian) staff notation, which was to replace the German neumatic notation in Prague by the mid-13th-century. Besides genuine Aquitanian chants, the troper includes several, today uniquely preserved, pieces with rich ornamental melodic lines, characteristic of chants from Aquitaine; they were, however, obviously never incorporated into the official Prague liturgy and remained only as inscriptions in manuscripts preserved in the chapter library.

Session 4 : Tropes et versus

présidée par Pascale Bourgain (Centre Jean Mabillon, Paris)

15h45-16h30 Francesco Carapezza (Università degli studi di Palermo)
Le trope vernaculaire du Tu autem entre liturgie et « cantus gestualis »

Dans cette contribution nous allons proposer une nouvelle édition – texte et mélodie – du trope du Tu autem en langue vulgaire (incipit : « Be deu hoimais finir nostra razos »), inséré à l’intérieur de la partie la plus ancienne du ms. Paris, BnF, latin 1139 (f. 44r) et étudié surtout par des musicologues, en visant ses aspects rhétoriques et formels et en essayant de faire le point, à partir des études de J. Chailley (1948, 1960, 1982), sur ses relations supposées avec les vies de saints et la poésie épique des siècles suivants. Une autre question qui se pose est celle de son inclusion dans une série de Benedicamus domino, à l’écart des autres pièces vernaculaires, qui pourrait fournir en principe des données vis-à-vis son statut générique et sa fonction liturgique.

16h30-17h45 Adriana Camprubí Vinyals (Universitat Autònoma de Barcelona)
Complex Metric and Melodic Developments in the Versus of Paris BnF latin 1139. A Reflection on Formal Experimentation

The versus we find in the Paris, BnF, latin 1139 manuscript provide a fantastic means for studying the metrical forms developed in Aquitania at the end of the eleventh century. The concept of the “New Song“ designates a new kind of structure in the versus which can be identified through its metrical and melodic structures.

This paper offers a systematic and exhaustive analysis of these internal structures in order to reveal how these compositions engage in formal experimentation. This, in turn, gives us an insight into the poetic ingenuity of eleventh-century composers. The notion of variability (and not irregularity) enables us to see how composition involved a range of conscious processes that can uncover the fixed patterns which marked the first steps towards the new poetic formulae that would define future medieval lyric.

The formal features of the nova cantica use new methods for versification and these emerge from a moment when individual expression was becoming more and more sought after. The versus become a kind of metrical and melodic laboratory, a gauge that shows us how the nova cantica came to be.

Concert : “Nova gaudia“, ensemble Peregrina(direction Agnieszka Budzińska-Bennett)

20h église Saint-Séverin (2 rue des Prètres Saint-Séverin, 75005)

Entrée libre avec participation aux frais.

http://www.peregrina.ch

Jeudi 21 mars (fondation Calouste Gulbenkian — Paris)

Session 5 : La polyphonie dans le manuscrit latin 1139

présidée par Andreas Haug (Universität Würzburg)

9h-9h45 Catherine A. Bradley (University of Oslo)
Stirps Iesse florigeram in Context: Benedicamus Domino Polyphony in Aquitaine and The Origins of the Motet

This paper considers in detail one of the most significant and controversial compositions contained in Paris, BnF, latin 1139: the polyphonic Benedicamus versus in which the text Stirps Iesse florigeram is sung above a lower-voice quotation of a Benedicamus Domino plainchant melody, borrowed from the Responsory Stirps Iesse for the Nativity of the Virgin Mary. This composition has long attracted attention because it prefigures by more than one hundred years the characteristic typically considered to define the new thirteenth-century genre of the motet: the presentation of a syllabic upper-voice text above a plainchant tenor quotation. While scholars such as Ewald Jammers (1972) viewed Stirps Iesse florigeram as a motet avant la lettre, and Hans Tischler included a transcription of this piece at the beginning of his 1985 edition of The Earliest Motets (To ca. 1270), others—including Sarah Fuller—have emphasized significant conceptual and genetic differences between Stirps Iesse florigeram and later, genuine motets.

This paper seeks to re-engage with the complex generic, compositional, and notational circumstances of Stirps Iesse florigeram. I consider this unusual piece in the broader context of Aquitanian Benedicamus Domino compositions, examining in detail its single surviving concordance in Paris, BnF, latin 3549, as well as comparing it with another piece in this latter source, Benedicamus DominoHumane proles, the only other extant work in the Aquitanian repertoire that presents syllabic text above a pre-existing plainchant melody. Offering a re-consideration of the relationship of Stirps Iesse florigeram to thirteenth-century motets, this paper traces broader continuities and connections in polyphonic Benedicamus Domino traditions in apparently disparate contexts.

9h45-10h30 Agnieszka Budzińska-Bennett (Bâle)
Organa leticie revisited (Paris, latin 1139, fol. 59v)

The long-discussed case of Organa leticie (1139b, f. 59v) posits various problems. The first one concerns the question what parts belong to this piece and the opinions differ greatly as far as the entries between f. 59v and 60v are concerned. While some researchers (Raillard, Handschin and Arlt) read it as a piece with two textual units – Organa and Dei benediction –, both the inventories of St. Martial manuscripts by Spanke and Fuller, followed by the unpublished text edition by Björkvall, list them as two separate pieces. Further, Barclay favouring the first option, considers the following Benedicamus Domino on f. 60v as belonging to that piece.

The second important question is whether this piece is monophonic or polyphonic. While Handschin, Spanke, Stäblein, Barclay and Thomann are in the favour of it being a two-part piece with unwritten lower voice, Fuller considers it a doubtful polyphonic work and Gillingham published it as a monophonic piece. The survey of suggested solutions of the published polyphonic renditions (Stäblein, Barclay, Thomann) makes the matter even more complicated. Three different sources for the hypothetical lower voice have been suggested (with full or partial transcriptions): Benedicamus flos filius (used with letter notation in the famous case of Stirps Jesse), its version Benedicamus benigno voto and the untroped Benedicamus, all three to be found on f. 60v, in closest proximity to Organa leticie. These transcriptions, however, do not offer a satisfactory solution neither for the musicologist nor for the performer.

In this presentation, I would like to argue anew that the piece belongs to early Aquitanian polyphonic Benedicamus-tropes based on unwritten flos filius melody, offering yet another solution that matches in satisfactory way the existing and the hypothetical voice. It emphasizes on the euphonic qualities of the text of both voices and respects the overall structure of the piece as well as the coherent dynamic development of the composition. This reconstruction is based both on the philological analysis and on the interiorized musical conventions of the singers specializing in this repertoire (including myself) that served as an epistemological tool in the decision-making process. This version will be presented in the aural form as an example from yet unreleased new recording the repertoire of ms. Paris, BnF, latin 1139 Nova gaudia by ensemble Peregrina (Glossa/Schola Cantorum Basiliensis edition, forthcoming in 2019).

Session 6 : Calame et pinceau

présidée par David Ganz

10h45-11h15 Laura Albiero (IRHT, Paris) et Maria Gurrado (IRHT, Paris)
Écrire à Saint-Martial : le cas des manuscrits liturgiques

Notre communication aura pour objet l’examen paléographique des écritures utilisées dans les manuscrits liturgiques de Saint-Martial de Limoges, et en particulier des diverses mains qui ont contribué à la copie des textes. Les livres liturgiques constituent non seulement un ensemble cohérent du point de vue de la préparation, de l’usage et de la destination des volumes, mais aussi un support extrêmement fiable pour la datation des sources, qui s’appuie sur des éléments liturgiques, paléographiques et décoratifs. Les résultats de cette enquête, limitée au XIe siècle, constitueront le point de départ d’une réflexion sur les pratiques de l’écrit et la tradition des scriptoria limousins.

11h15-12h00 Maria Alessandra Bilotta (Universidade Nova, Lisbonne)
Sur les routes de pèlerinage : l’illustration des manuscrits dans le contexte des réseaux monastiques du Midi de la France (XIIe-XIIIe siècles)

Interpréter le répertoire aquitain

14h30-15h30 Katarina Livljanić, Marc Mauillon et les étudiants du MIMA (Master d’interprétation des musiques anciennes, Université Paris-Sorbonne)
Présentation du travail sur le répertoire du manuscrit latin 1139
15h45-17h15 Table ronde organisée et animée par Guy Lobrichon (Université d’Avignon) Avec la participation de Sébastien Fray (Université de Saint-Étienne), Thomas F. Kelly (Harvard University), Alain Rauwel (CeSor/EHESS, Paris), Daniel Russo (Université de Bourgogne) et Éric Sparhubert (Université de Limoges, CRIHAM / CESCM)

Comité scientifique

  • Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • François Bougart (CNRS, IRHT, Paris)
  • Pascale Bourgain (Centre Jean Mabillon/École nationale des chartes, Paris)
  • Christelle Cazaux-Kowalski (FHNW / Musik Akademie Basel, Schola Cantorum Basiliensis)
  • Christelle Chaillou (CNRS, CESCM, Poitiers)
  • Marie-Noël Colette (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Gilbert Dahan (EPHE/LEM, Paris)
  • Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon/École nationale des chartes, Paris)
  • Manuel Pedro Ferreira (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Andreas Haug (Universität Würzburg)
  • Katarina Livljanić (Université Paris-Sorbonne, IReMus)
  • Guy Lobrichon (CIHAM UMR 5648 – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
  • Christian Meyer (CNRS, CESR, Tours)
  • Susan Rankin (University of Cambridge)
  • Cécile Reynaud (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

Institutions partenaires

  • LabEx Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances (HASTEC)
  • Bibliothèque nationale de France
  • Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT)
  • Calouste Gulbekian
  • Centre Jean Mabillon
  • FCSG
  • Centro de Estudos de Sociologia e Estética Musical (CESEM-FCSH/NOVA)
  • Fundação para a Ciência e a Tecnologia (FCT)
  • Savoirs et Pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle(Saprat/EPHE)
  • Institut de Recherche en Musicologie (IReMus)
  • Centre européen de recherche sur les communautés, congrégations et ordres religieux (CERCOR)
  • Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie (CRIHAM)
  • Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM)
  • Université catholique de l’Ouest (UCO)

Informations pratiques

Le colloque aura lieu :

  • Mardi 19 mars à la Bibliothèque nationale de France (58, rue de Richelieu, 75002 Paris), salle de conférences. Sur inscription, nombre de places limité.
  • Mercredi 20 mars à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (40, avenue d’Iéna, 75116 Paris), salle Jeanne Vielliard. Entrée libre.
  • Jeudi 21 mars à la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France (39, bd de La Tour-Maubourg, 75007 Paris). Entrée libre.

Contact

Informations et inscription pour le 19/03 : info@colloque1139.fr

Comité d’organisation

  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)
  • Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Cécile Reynaud (EPHE/SAPRAT, Paris)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Manuscrits de l’extrême. Prison, passion, péril, possession



Lettre écrite sur du linge avec son sang
Jean Henri Masers de Latude, Paris, 1761.
Toile de lin écrue, 125 x 32,5 cm
BnF, Arsenal, manuscrit 11693
© Bibliothèque nationale de France

Argument

Des manuscrits d’exception, rédigés dans des situations extrêmes et qui en conservent les traces physiques, constituent la matière de cette exposition de la BnF : encres de sang et papiers d’infortune disent avec intensité le désespoir, la folie ou la passion de leurs auteurs, personnalités célèbres ou inconnues. Feuillets et notes d’André Chénier, Napoléon Ier, Alfred Dreyfus, Guillaume Apollinaire ou Nathalie Sarraute y côtoient les mots d’anonymes, simples soldats, prisonniers, hommes et femmes ordinaires. D’autant plus précieux qu’ils ont parfois été soumis à des conditions de conservation difficiles, ces « manuscrits de l’extrême » font résonner jusqu’à nous les voix de destins hors-norme. Un propos sensible et encore jamais tenu dans une exposition.


« Mais je garde mon crayon et mon carnet que je défends au péril de ma vie. Ce petit carnet qui contient là une preuve de ma triste vie. »

Anonyme, Carnet noir de l’Occupation.

Qu’il s’agisse d’une lettre écrite en1639 sur une écorce de bouleau, faute de papier, par un missionnaire au Canada, des derniers mots d’André Chénier avant d’être guillotiné, du journal de Marie Curie après le décès de son mari, de l’inscription portée par un détenu sous l’assise d’une chaise de la Gestapo ou de lettres d’Antonin Artaud, la valeur patrimoniale de ces textes réside en ce qu’ils offrent les souvenirs palpables d’histoires individuelles ou collectives extraordinaires. Dépositaires d’émotions non contenues, de sentiments pris sur le vif, ces billets, notes et lettres, rédigés souvent dans l’urgence, expriment ce que les manuels d’histoire ou les ouvrages critiques ne peuvent restituer : la façon dont des événements susceptibles de faire vaciller une existence ont été vécus de l’intérieur. L’exposition s’organise selon quatre thèmes – prison, passion, péril, possession – quatre P qui évoquent ici les situations les plus difficiles auxquelles un être humain puisse être confronté. Au-delà des différences de circonstances dans lesquelles ces écrits ont été produits, tous témoignent d’une confiance désespérée dans les mots pour soutenir ce qui reste de vie encore possible quand tout, autour, vient l’infirmer. Au fil du parcours, le visiteur découvre une sélection d’écrits profondément bouleversants. Écritures microscopiques, tourmentées, feuillets minuscules, papiers et encres de fortune sont autant de particularités graphiques et matérielles par lesquelles ces manuscrits font corps avec les événements vécus. La détresse, la folie, la passion s’y révèlent, non seulement dans le contenu textuel mais aussi dans la forme même de l’inscription. L’exposition présente aussi bien des textes de personnalités ou d’écrivains célèbres, parmi lesquels Pascal, Sade, Marie -Antoinette, Auguste Blanqui, Stéphane Mallarmé, Henri Michaux, ou encore Marie Curie, Antonin Artaud, Arthur Adamov, Germaine Tillion et Jean-Dominique Bauby, que ceux d’inconnus ayant traversé des épreuves similaires. S’ils peuvent faire sens en tant qu’œuvre littéraire, les mots sont ici surtout une tentative désespérée de dire l’indicible. Ils sont l’expression de ce qui est véritablement en jeu pour un être humain, dans une guerre comme dans un hospice, dans toutes les épreuves qui menacent son humanité même : sa propre survie.

Commissariat

Laurence Le Bras, conservatrice, département des Manuscrits, BnF

Informations pratiques

Pour sa 3e édition, « La Bibliothèque parlante », le festival de la BnF, mettra à l’honneur cette écriture de l’extrême en donnant à entendre par la voix de nombreux comédiens quelques-uns des textes les plus emblématiques de cette exposition.

En partenariat avec France Culture
Festival de la BnF
La Bibliothèque parlante 25 et 26 mai 2019
BnF I François-Mitterrand

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Manuscrits hébreux d’Italie

Rituel de prières avec Haggadah

16 manuscrits hébreux enluminés et copiés en Italie issus des collections de la Bibliothèque nationale de France font l’objet d’une exposition exceptionnelle au musée d’art et d’histoire du Judaïsme, du 20 mars au 22 septembre 2019. Ils sont présentés avec quelques pièces remarquables appartenant au MAHJ. Ces manuscrits, qui figurent parmi les chefs-d’œuvre de l’enluminure italienne, témoignent d’un moment particulier dans l’histoire de la communauté juive italienne, la plus ancienne d’Europe : celui d’une intense activité intellectuelle, littéraire et artistique dans le cadre de l’Italie du Moyen Âge et de la Renaissance.

L’exposition

Cet ensemble de manuscrits enluminés, produit sur près de 4 siècles, provient de régions et de communautés diverses, à l’image du judaïsme, implanté dans la péninsule depuis l’Antiquité puis renouvelé avec l’arrivée de nouveaux groupes venus du nord et du pourtour méditerranéen pour échapper aux expulsions médiévales. Bibles, livres de prières, ouvrages philosophiques d’auteurs juifs ou musulmans traduits de l’arabe, traités scientifiques et médicaux, contrats de mariage etc., ces documents illustrent à la fois l’exceptionnelle richesse de la production italienne et de la vie intellectuelle à cette période, mais aussi la vitalité des échanges entre communautés. Grâce notamment au renouveau des études classiques, de l’étude du grec et de l’hébreu en particulier, de nombreux savants juifs et chrétiens se consacrent à l’étude de la transmission du texte biblique ainsi qu’à la Kabbale. À l’époque des Médicis, les juifs fréquentent les universités et participent activement à la Renaissance des lettres et des sciences. Alors que le décor des manuscrits hébreux les plus anciens est essentiellement marqué par une tradition médiévale non figurative – premiers mots décorés comme des lettrines, jeu sur la disposition des blocs de textes, micrographies… -, le développement des illustrations, de la vignette au frontispice, témoigne de l’intégration économique et culturelle des juifs italiens qui n’hésitaient pas à faire enluminer leurs manuscrits selon les canons artistiques de l’époque.

Le fonds hébreu du département des Manuscrits de la BnF

Établi au XIVe siècle par le roi Charles V (1338-1380) qui possédait dans sa Librairie du Louvre plusieurs manuscrits hébreux, le fonds s’est considérablement enrichi au fil de l’histoire : au XVIIe siècle grâce aux collections constituées par les cardinaux de Richelieu et Mazarin, à la Révolution où la sécularisation des biens du clergé fit plus que doubler le fonds, puis au XIXe siècle grâce à diverses missions et acquisitions.

Il comprend aujourd’hui près de 1495 pièces remarquables : Bibles et commentaires, Talmud et droits civil et religieux, théologie, Kabbale, philosophie, sciences et médecine, grammaire, histoire, poésie, documents d’archives etc. venant aussi bien du Yémen, d’Orient, de Byzance, d’Italie, d’Afrique du Nord, d’Italie, d’Angleterre, que d’Allemagne ou d’Europe centrale. Pour l’essentiel, cette collection reflète la production du Moyen Âge et de la Renaissance.

L’exposition présentée au musée d’art et d’histoire du Judaïsme permet à la BnF de mettre en lumière la richesse de ses collections, mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur sa bibliothèque numérique Gallica, tels les 1320 manuscrits hébreux numérisés grâce à un partenariat avec la Bibliothèque nationale d’Israël.

Informations pratiques

  • Dans les collections de la BnF : Manuscrits hébreux d’Italie
  • Du 20 mars au 22 septembre 2019
  • Musée d’art et d’histoire du Judaïsme 71, rue du Temple 75003 Paris
  • Exposition organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Commissariat

  • Laurent Héricher, conservateur général au département des Manuscrits, BnF
  • Claire Descomps, conservatrice en chef au musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Coordination scientifique

  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le Musée, la recherche et la valorisation à la direction des Collections, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : L’art médiéval est-il contemporain ? Pour un décloisonnement des regards

Comment et pourquoi l’art du Moyen Âge, et en particulier l’art alto-médiéval, a-t-il irrigué la création contemporaine depuis les années 1950 ? Que lui a-t-il apporté ? Cette journée d’études a pour objectif de proposer des lectures croisées des deux périodes : elle questionnera la manière dont les artistes contemporains et les historiens de l’art contemporain perçoivent l’art du Moyen Âge et inversement, la façon dont les historiens de l’art médiévistes comprennent les échos de la création et de l’esthétique du Moyen Âge dans l’art contemporain.

Organisée dans le cadre de l’exposition Make it New, qui met en regard les poèmes figurés de la louange à la Sainte Croix de Raban Maur avec un ensemble d’œuvres d’artistes conceptuels, minimalistes et du Land Art, elle s’inscrit dans la continuité de l’atelier qui s’est tenu à l’INHA en 2016 autour des liens entre art médiéval et art contemporain.

Autour de l’exposition Make it New. Conversations avec l’art médiéval. Carte blanche à Jan Dibbets jusqu’au 10 février 2019 – Galerie 1 Make it New : d’après l’expression d’Ezra Pound (1885-1972)appelant au renouvellement des formes poétiques.

Programme

  • 9 h 30 Ouverture Denis Bruckmann, directeur général adjoint, directeur des collections, Bibliothèque nationale de France
  • 9 h45 Introduction Éric de Chassey, directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art
  • Présidente de séance : Larisa Dryansky
  • 10 h 15 Au-delà des périodisations par Nancy Thebaut (Université de Chicago)
  • 10 h 45 Suitcases par Amy Knight Powell (Université de Californie, Irvine)

11 h 15 – 11 h 30 pause

Président de séance: Erik Verhagen

  • 11 h 30 L’artiste conceptuel à son pupitre par Valérie Mavridorakis (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h 00 Qui était Jean Fouquet pour François Robertet ? Une autorité dans l’art de la fin du Moyen Âge par Elliot Adam (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h30 L’art conceptuel est-il thomiste ? L’exemple de Michael Craig-Martin  par Benjamin Riado (docteur en esthétique et sciences de l’art, agrégé d’arts plastiques)

13 h – 14 h 30 déjeuner

Présidente de séance: Charlotte Denoël

  • 14 h30 All form is a process of notation: Looking at medieval carmina figurata with Dick Higgins and Boethius par Aden Kumler (Université de Chicago)
  • 15 h 00 La toolbox mathématique des enlumineurs des VIIIe-IXe siècles par Isabelle Marchesin (INHA)
  • 15 h30 De luce. Le minimalisme filmique de Hollis Frampton et la métaphysique scolastique de la lumière par Larisa Dryansky (Sorbonne Université / Centre André Chastel)

16 h – 16 h 15 pause

Présidente de séance: Isabelle Marchesin

  • 16 h 15 The Medieval Performative Image and Contemporary Installation Art par Bissera Pentcheva (Université de Stanford)
  • 16 h 45 Sang des images et christianisation des affects : les performances de Gina Pane au prisme des enluminures médiévales, par Janig Bégoc (Université de Strasbourg)
  • 17h 15 Table ronde avec Jan Dibbets et Franz E. Walther

Organisation scientifique

  • Charlotte Denoël, BnF
  • Larisa Dryansky, Sorbonne Université/Centre André Chastel
  • Isabelle Marchesin, INHA
  • Erik Verhagen, Université polytechnique Hauts-de-France/Calhiste (équipe d’accueil 4343)
  • Avec le soutien de la galerie Jocelyn Wolff, Paris

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts