Archives par mot-clé : Manuscrits

Département des Manuscrits

Colloque (30/9) : Les manuscrits hébreux de la BnF : textes et contextes

Un colloque international est organisé par la section hébraïque de l’IRHT jeudi 30 septembre 2021 à l’auditorium du musée d’art et d’histoire du Judaïsme.

Ce colloque international marque le lancement du nouveau projet de la section hébraïque de l’IRHT en partenariat avec la BnF « BiNaH : Bibliothèque Nationale “Hebraica”. Manuscrits hébreux à Paris ». Le but du projet est de publier le premier catalogue complet et mis à jour des manuscrits hébreux de la BnF, d’une part, d’écrire l’histoire du fonds, des acquisitions progressives dont il est issu et des itinéraires intellectuels dont il témoigne, d’autre part.

Le fonds de la BnF, l’un des plus riches au monde, abrite une collection unique de près de 1500 manuscrits. Datant du Moyen Âge à l’époque moderne, ils proviennent d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Ce corpus comprend des codex bibliques, des rouleaux de la Torah, des commentaires bibliques, des textes talmudiques et rabbiniques, des traités théologiques, des livres de prières, ainsi que des ouvrages historiques. Il inclut également des documents de la vie quotidienne, des traités philosophiques, scientifiques, médicaux, lexicographiques, magiques et mystiques. Certains sont des manuscrits magnifiquement enluminés, d’autres des parchemins kabbalistiques ayant appartenu à des humanistes et des hébraïstes d’époques différentes. Le fonds reflète une histoire d’acquisitions complexe mais progressive, qui reste encore en large partie à écrire. Des chercheurs spécialisés dans ces domaines de recherche présenteront chacun un cas exemplaire parmi les Trésors de cette collection.

Continuer la lecture de Colloque (30/9) : Les manuscrits hébreux de la BnF : textes et contextes

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Reliures médiévales de l’abbaye de Saint-Victor de Paris : un ensemble exceptionnellement bien conservé

La BnF accueille tous les ans de chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Eve Defaÿsse présente l’avancement de ses recherches sur les manuscrits de l’ancienne abbaye de Saint-Victor de Paris (1113-1789).

Continuer la lecture de Reliures médiévales de l’abbaye de Saint-Victor de Paris : un ensemble exceptionnellement bien conservé

Eve Defaÿsse

Doctorante en histoire médiévale - Université Lumière Lyon 2 (ED483) - CIHAM (UMR 5648)

More Posts

« La couleur : artefacts, matière et cognition » et « Fabrique matérielle du visuel : panneaux peints en Méditerranée, XIIIe-XVIe siècle »

Ce séminaire de recherche fera dialoguer historiens de l’art, scientifiques de la conservation et conservateurs-restaurateurs autour de la manière dont les matériaux sont mis en oeuvre pour obtenir un effet visuel, dans les peintures, les enluminures, les sculptures et autres objets d’art polychromés. Il s’agira d’intégrer pleinement l’étude des matériaux, de la couleur mais aussi ceux qui y participent indirectement comme les liants et les vernis, et de leur mise en oeuvre en regard des diverses problématiques d’histoire de l’art et des techniques, dans une perspective interdisciplinaire : création, transformation, réseaux, transferts techniques et artistiques, etc. Nous souhaitons aborder particulièrement la manière dont les données matérielles relatives aux œuvres d’art et à leur technique sont mises à la disposition des chercheurs pour leur permettre d’en tirer des connaissances nouvelles sur les pratiques artistiques (tout en respectant les principes d’interopérabilité FAIR).

Continuer la lecture de « La couleur : artefacts, matière et cognition » et « Fabrique matérielle du visuel : panneaux peints en Méditerranée, XIIIe-XVIe siècle »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Seule la terre viendra à notre secours : journal d’une déportée du génocide arménien

Couverture de "Seule la terre viendra à notre secours" - Éditions BnF
Couverture de « Seule la terre viendra à notre secours » – Éditions BnF

Argument

Oublié pendant des décennies dans un grenier avant de rejoindre les collections de la BnF, le carnet de Serpouhi Hovaghian constitue l’un des rares témoignages connus d’une victime écrit alors même que le génocide arménien se commettait. La présente édition critique du récit qu’il renferme nous plonge dans une des périodes les plus sombres du XXe siècle.

 » Nous marchions sans but, six heures par jour, sans manger ni boire. Marche, marche sur la route jusqu’à ce que tu en finisses avec ta vie [… ]. « 

Le 25 octobre 1915, une jeune Arménienne de vingt-deux ans échappée d’un convoi de déportés arrive dans le port de Giresun sur la mer Noire dans des conditions dramatiques. Le génocide orchestré par les Jeunes-Turcs contre les Arméniens de l’Empire ottoman fait rage depuis le mois d’avril. Comme beaucoup de ses compagnes d’infortune, Serpouhi Hovaghian a dû abandonner son fils de quatre ans en cours de route, et demeurera cachée plusieurs années, au prix de fréquents changements de domicile.
Au cours de sa longue clandestinité, elle utilise un carnet pour consigner par écrit avec plus ou moins de régularité son expérience et les événements dont elle a vent dans une sorte de journal intime, tenu en arménien, puis en français, avec quelques passages en grec. Dans ce récit fragmentaire, elle relate son périple à travers l’Anatolie, depuis son départ en déportation de Trébizonde où elle vivait avec sa famille en juin 1915, et sa vie recluse à Giresun.
Pour comprendre et décrypter ce document fragile, bouleversant, les éditions de la BnF ont fait appel à l’historien Raymond Kévorkian, spécialiste de l’histoire arménienne, qui livre ici une édition critique indispensable.

Informations pratiques

  • Description matérielle : 1 vol. (144 p.) : 30 ill., 22 cm
  • Date de parution : 29 avril 2021
  • ISBN/EAN 978-2-7177-2870-5 / 9782717728705
  • Editeur : BnF Éditions
  • Distributeur : Interforum
  • Prix : 19 €

Spectacle vivant

Mardi 11 mai, à partir de 18h30, la BnF rendra hommage à Serpouhi Hovaghian. Son journal, tenu clandestinement en 1916-1918, fera l’objet d’une présentation historique, par le professeur Raymond Kévorkian et Maximilien Girard, chargé de collections au département des Manuscrits, avant d’être lu par la comédienne Anna Mouglalis.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Transcrire les carnets d’Antoine d’Abbadie (1837-1848)

Le projet de recherche MSS-Abbadie a pour objectif de transcrire, analyser et éditer les carnets de notes du savant voyageur Antoine d’Abbadie qui séjourna en Éthiopie de 1837 à 1848. Il s’inscrit dans le cadre du plan quadriennal de la Recherche 2020-2023 de la BnF. Le dispositif engagé depuis 1994 permet de conduire des programmes de recherche autour de l’histoire et l’analyse des collections de la BnF et autour des sciences du livre et des bibliothèques. Le projet MSS-Abbadie bénéficie d’un partenariat avec le CNRS et l’INHA. 

Éthiopie : Carte N°4, Dambya et Lasta par Antoine d’Abbadie, Paris, 1866
Éthiopie : Carte N°4, Dambya et Lasta par Antoine d’Abbadie, Paris, 1866

Des carnets riches mais peu exploités

À cette période, très peu de voyageurs avaient encore séjourné dans la Corne de l’Afrique, ce qui fait d’Antoine d’Abbadie un pionnier. Ces carnets sont le fruit d’une intense activité scientifique : notes sur l’histoire des peuples éthiopiens, leurs langues, leur histoire, descriptions presque ethnographiques, relevés des droits de douanes et de marchés, relevés géographiques, listes de vocabulaire, notes sur la culture livresque, données économiques et sociales… ces notes couvrent des champs très divers. À l’exception des relevés géographiques, ces observations scientifiques furent peu réutilisées par Antoine d’Abbadie lui-même et très peu ensuite par les générations suivantes de chercheurs. Il y a une raison très concrète à cela : rédigées d’une écriture serrée, minuscule mais lisible, ces milliers de pages fragiles défiaient les chercheurs. La génération des reproductions en microfilms noir et blanc n’avait pas réellement rendu la consultation de ces écrits plus facile. Les numérisations couleur en haute définition adjointes aux outils de transcription collaborative permettent aujourd’hui de relever le défi et de mettre à disposition de la recherche le contenu de ces cahiers. Sur la vingtaine de carnets conservés au Département des Manuscrits de la BnF, 17 sont aujourd’hui numérisés et accessibles sur Gallica

Un outil de transcription collaborative 

Éditer de manière électronique pour rendre facilement accessible à tous le contenu de ces carnets constitue un défi par son ampleur. À l’écriture foisonnante tapissant les milliers pages dans tous les sens, s’ajoutent des croquis, des notations dans des langues et des écritures différentes, des tableaux… Le projet fait donc appel au plus grand nombre pour participer à la redécouverte de l’Éthiopie du début du 19è siècle dans les pas d’Antoine d’Abbadie sous la forme de la transcription collaborative. Il s’agit déchiffrer les notes de l’explorateur et les saisir de manière informatique sur une plateforme commune ouverte à tous. Cinq premiers carnets viennent d’être mis en ligne sur Transcrire.  

La plate-forme de crowdsourcing Transcrire a été développée dans le cadre du Consortium « Archives des ethnologues » afin de permettre la transcription des carnets de notes des voyageurs et scientifiques. Après plusieurs années d’existence qui ont permis de valider l’intérêt de la méthode, elle vient de faire peau neuve grâce à un financement Collex-Persée.  

Transcription en cours sur Transcrire
Transcription en cours sur Transcrire

Les carnets d’Antoine d’Abbadie vont être mis à disposition de la communauté des transcripteurs/trices progressivement et seront tous en ligne sur Transcrire d’ici la fin de l’année 2021. Il n’est pas exclu qu’à terme les correspondances scientifiques viennent les y rejoindre.  Ouvrir la transcription à un large public, spécialiste ou amateur, permet à chacun-e de transcrire en fonction de ses intérêts, de ses compétences et aussi tout simplement de sa disponibilité. 

Transcrire ces cahiers a pour objectif premier d’obtenir un texte exploitable c’est-à-dire dans lequel on puisse mener des recherches et qui soit éditable. Par ailleurs, la nouvelle version de Transcrire a l’avantage de conserver l’historique des contributions et permettra ainsi de créditer les transcripteurs/trices.  

Et ensuite ? 

Il était initialement prévu d’organiser plusieurs ateliers de transcription collective, ou « transcrithon ». En effet, ces événements permettent de répondre aux nombreuses questions que peuvent susciter le travail autour de textes complexes et hétérogènes (travail en cours d’élaboration, multiples graphies et signes diacritiques variés, découverte progressive des langues et des régions par Antoine d’Abbadie, mise en ordre des notes selon un système complexe, diversité des types de carnets, etc.). Les transcrithons sont aussi l’occasion de fédérer la communauté des transcripteurs/trices, et il est prévu d’en organiser un au splendide château d’Abbadia à Hendaye en fin de projet. Ces étapes ne sont pas abandonnées mais le contexte sanitaire actuel en repousse la réalisation à des dates inconnues.  

Dans un second temps, il s’agira d’éditer le texte transcrit en le structurant et en l’annotant. L’édition électronique en XML-TEI paraît particulièrement adaptée afin de créer un document numérique qui puisse être analysé, diffusé et édité.  

Mathilde Alain (assistante de recherche, BnF), Vanessa Desclaux (conservatrice département des manuscrits, BnF), Fabrice Melka (CNRS, IMAF), Anaïs Wion (CNRS, IMAF) 

Fil twitter : https://twitter.com/TranscrireAdA  

Participer à la transcription des carnets : http://transcrire.huma-num.fr/  

Parution : Dictionnaire Sade

Dictionnaire Sade
Dictionnaire Sade

Conservateur des bibliothèques au Canada (EBSI, Université de Montréal), Christian Lacombe est actuellement bibliothécaire au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Après avoir publié, Sade et l’Arétin, une consanguinité d’esprit à L’Infini chez Gallimard et La Vérité sur le marquis de Sade aux éditions La Bibliothèque, il souhaitait publier un Dictionnaire Sade depuis quelques années, avant de découvrir les archives de Jean-Jacques Pauvert.

Parmi les auteurs sollicités par Christian Lacombe figurent d’autres personnels de la BnF, comme Marie Françoise Quignard ou Charles-Eloi Vial. L’ouvrage intègre les notices rédigées par Jean-Jacques Pauvert qui représentent près de 300 textes issus du fonds Jean-Jacques Pauvert, acquis par la BnF en 2016 et conservé sous la cote : NAF28891

Argument

Il s’agit du premier dictionnaire consacré au Marquis de Sade.

Jean-Jacques Pauvert avait eu l’idée de publier un Dictionnaire Sade au début des années 90, ses notes sont à l’origine de cet ouvrage.

Depuis le début des années 1920, après que Maurice Heine ait, le premier, sorti les écrits de Sade de l’ombre, la pensée du marquis a fait l’objet de multiples interprétations ; il était nécessaire d’effectuer une synthèse. Christian Lacombe propose un ouvrage collectif à dimension internationale, en faisant appel à près de 40 chercheurs et écrivains venus des quatre coins du monde, afin de montrer la diversité des lectures de Sade.

Avec plus de 500 entrées, le Dictionnaire Sade interroge de nombreux genres littéraires, comme le roman, le théâtre, la poésie, la correspondance et s’adresse également à l’art, à la musique et à presque toutes les disciplines des sciences humaines, pour se demander sans cesse : qu’est-ce que le marquis de Sade à bien pu vouloir dire ?

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : l’Harmattan
  • Date de parution : 8 février 2021
  • Description matérielle : 1 vol. (627) : ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm
  • ISBN 978-2-343-22243-1 (br.) : 44 €
  • EAN 9782343222431
  • EAN PDF 9782140170942
Dictionnaire Sade : 4e de couv.
Dictionnaire Sade : 4e de couv.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : L’atelier de Christine de Pizan

Christine de Pizan, Cent balades d'amant et de dame - 1400-1410 - BnF, Département des Manuscrits
Christine de Pizan, Cent balades d’amant et de dame – 1400-1410 – BnF, Département des Manuscrits

Inès Villela-Petit, chargée de collections, médailles, monnaies byzantines et monnaies de l’Orient latin à la BnF, archiviste paléographe, diplômée de l’École du Louvre, conservatrice du patrimoine, poursuit des recherches sur les arts de l’époque de Charles VI dite « Gothique International » et les pigments de la peinture médiévale. Elle est l’auteur d’études sur les Très Riches Heures du duc de Berry, le Livre de chasse de Gaston Fébus, les Heures du maréchal Boucicaut, le Bréviaire de Châteauroux, et elle a contribué à l’Album Christine de Pizan (2012).

Femme de lettres sans pareille parmi les auteurs du début du XVe siècle, engagée dans les débats littéraires et politiques de son époque, Christine de Pizan s’est illustrée comme poétesse, critique, moraliste, théoricienne et biographe. Créant son propre atelier de copie, elle tint le rôle de libraire (au sens médiéval d’éditeur) pour multiplier les exemplaires de ses œuvres et en assurer la diffusion et le succès. Pas moins de cinquante-quatre manuscrits originaux, autographes ou corrigés de sa main, en témoignent.

Christine de Pizan se révèle aussi une remarquable narratrice, à travers ses textes mais aussi les cycles d’images qu’elle conçoit pour les illustrer et séduire son lecteur. Son imagination féconde est à l’origine de compositions nouvelles qui marquent encore l’imaginaire contemporain, telle la « cité des dames ».

Dans cet ouvrage, Inès Villela-Petit, historienne de l’art et spécialiste de l’enluminure médiévale, nous emmène dans les coulisses de la création christinienne. L’étude des brouillons d’auteur, l’encre et le parchemin, l’ornement de la page par filigranes et vignetures, les « histoires » en peinture et les reliures au décor animalier livrent une très riche moisson pour l’histoire du livre. Inès Villela-Petit replace ici l’atelier de Christine de Pizan dans son contexte matériel, sa culture et la société du temps, suivant pas à pas la réalisation du manuscrit de l’achat des matières premières jusqu’à la remise du livre à la reine.

Informations pratiques

  • Description : broché, 144, 53 illustrations, 16,5 x 24 cm
  • Date de parution : 19 novembre 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2852-1 / 9782717728521
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Prix : 29 €
L’atelier de Christine de Pizan
L’atelier de Christine de Pizan
L’atelier de Christine de Pizan #1
L’atelier de Christine de Pizan #2

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence : Genèse éthique et esthétique du Kaddish inachevé d’André Schwarz-Bart

Keren Mock, chercheuse associée de la BnF, post-doctorante de la Fondation pour la mémoire de la Shoah interviendra au cours du Séminaire Schwarz-Bart (ITEM – CNRS/ENS, Groupe Schwarz-Bart) pour une conférence en lien avec son projet de recherche menée à la BnF.


Sur une page extraite du livre Célébration Talmudique (1991) d’Elie Wiesel, on retrouve, accompagnée de la lettre « K », une note d’André Schwarz-Bart : 

Tout a été dit et rien n’a été établi :
Tout demeure silence et questionnement,
Questionnement silencieux. 

Tout a été dit : toutes les folies et toutes les
paroles de sagesse, et les folies sages et les sagesses 
pensées de folie. Et toute parole a servi au
mal et au bien, selon le temps et selon les hommes :
toute parole est à la fois nimbée de lumière et éclaboussée de sang.

Cette présentation a pour objet d’aborder, à travers des extraits inédits de la « bibliothèque-manuscrit » d’André Schwarz-Bart, son « Kaddish ». 

Entre 1959 et sa disparition en 2006, André Schwarz-Bart a consacré un vaste travail de retour au Kaddish en choisissant de faire de cette prière la structure d’accueil d’un véritable monde, une sorte de puzzle à l’état naissant constitué d’une multitude de pièces laissées en partie dans le désordre et dont l’image finale serait l’énigme. Des journaux et des magazines découpés et annotés, des carnets organisant l’inventaire de ses ouvrages, et une bibliothèque pleine de livres enrichis de marginalia : telle serait la forme native de ce dossier de genèse démiurgique.

Cette importante œuvre mémorielle laissée en suspens n’est pas une simple hypothèse : partout la notation « K » renvoie bien à l’idée unificatrice du Kaddish, et cette totalité virtuelle faite de notes autographes, d’ouvrages, de pliages, d’arrachage et de pages découpées, porte la marque d’une recherche approfondie. Elle constitue un cas exceptionnel de création exogénétique qui nous force à penser de manière radicale la dialectique du lire et de l’écrire mais aussi du dire et du silence. Elle est aussi l’espace d’une réinvention personnelle où l’écrivain utilise librement l’intertexte sacré pour le transformer en une écriture expérimentale profane, mémorielle et potentielle dans une perspective éthique et humaniste. Ainsi, à la faveur de cette prière sacrée qui se reformule à travers mille citations, c’est la trame sous-jacente de la Shoah qui reprend possession du texte tout entier.

Diplômée de psychologie clinique et de philosophie, traductrice, docteur ès Lettres, Keren Mock enseigne à Sciences-Po Paris et à l’Université de Paris. Après avoir assuré, pendant plusieurs années, la charge de cours d’hébreu moderne à l’ENS de Paris, elle a été lauréate en 2016 de la Visiting Junior Scholar Fellowship du France Stanford Center for Interdisciplinary Studies. Issu de sa recherche doctorale, son premier ouvrage, Hébreu, du sacré au maternel (CNRS Editions, 2016) préfacé par Pierre-Marc de Biasi et Julia Kristeva, interroge la genèse de l’hébreu moderne comme nouvelle langue maternelle. Pour l’année 2020-2021, elle a obtenu le statut de chercheuse associée à la BnF et une bourse de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah dans le cadre d’une recherche sur les archives d’André Schwarz-Bart, en collaboration avec l’ITEM (CNRS/ENS).

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : Séminaire sur les Manuscrits islamiques, Alexandrie

Un séminaire scientifique sera organisé à l’Université Senghor à Alexandrie, dans le cadre des actions du consortium Senghor-Ecole des chartes-Ecole des bibliothécaires, archivistes, documentalistes (Université Cheikh Anta Diop, Dakar), les 24 et 25 novembre 2021. Cette manifestation sera programmée soit en présentiel, soit en ligne, en fonction de la situation sanitaire internationale.

Thématique : usage social des manuscrits dans l’espace africain.

Le nombre élevé de manuscrits islamiques, principalement en langue arabe, hébreu, ‘adjamie, persane et osmanli et la multiplication des projets de conservation et des sujets d’études, constituent autant d’outils au service d’une pensée critique de la culture islamique, dans ses diverses composantes religieuses, historiques, juridiques ou géographiques.

Ces journées d’études partent d’un constat, celui de la réalité des différents domaines de recherche des manuscrits appartenant au domaine culturel islamique. Les études sur les manuscrits musulmans, juifs et chrétiens sont trop souvent articulées de manière cloisonnées,
parfois en raison d’un présupposé, celui de l’évolution parallèle de ces trois cultures, alors que leurs historiographies respectives restèrent quotidiennement en interaction, en accord ou en opposition. Ainsi, le manuscrit constitue un espace d’expression privilégié sur la société de son temps, il constitue un conservatoire des pratiques sociales de son époque.

Afin de pouvoir contribuer à cette réflexion, nous avons choisi de réunir des spécialistes des manuscrits africains et moyen-orientaux autour d’un cadre de réflexion, celui de la circulation des manuscrits, documents ou livres, dans l’espace africain. Cette codicologie sociale s’articule autour des déclinaisons multiples des témoins africains, des traits communs des différentes traditions et des diverses formes matérielles de réalisations.
Une attention particulière est portée aux modalités de conservation, de transmission, des usages et des processus de patrimonialisation à l’œuvre, à différents niveaux et aux critères de comparaison. Ainsi seront retenus, en priorité, les communications qui développeront essentiellement les aspects sociaux.
L’objectif est de comparer les réflexions d’une communauté transnationale sur les manuscrits islamiques, autour de trois axes :

  • Le manuscrit comme conservatoire de pratiques sociales.
  • Evolution des usages du manuscrit.
  • Matérialité et techniques, de la réalisation à la codicologie sociale.

Le format de la rencontre suivra un calendrier de trois sessions d’une demi-journée chacune, dans un scénario en présentiel, à une série de visio-conférences suivies de questions dans un scénario en ligne.

L’ensemble des communications sera ensuite disponible sur YouTube.

Chaque communication aura une durée de 15-20 mn, suivie de 10 mn d’échange avec les auditeurs.

Agenda

  • Date limite de dépôt des propositions de communications : 1er mars 2021.
  • Phase d’évaluation des communications : 2-31 mars 2021.
  • Date de retour du Comité scientifique : 1er avril 2021.
  • Définition du programme : 2-10 avril 2021.
  • Publication de l’agenda des communications : 31 mai 2021.
  • Adresses d’envoie des propositions de communications :
    rowan.hatem@usenghor.org
    culture@usenghor.org

Comité scientifique

  • Anne Regourd, CNRS ;
  • Jean-François Faü, Univ. Senghor (président) ;
  • Mor Dieye, EBAD/UCAD ;
  • Mohamed Tawaf, ENC ;
  • Khalid Chakor Alami, BnF ;
  • Christian Mueller, IRHT.

Comité d’organisation

  • Elsa Marguin-Hamon, ENC ;
  • Rania El Guindy, Univ. Senghor ;
  • Alexis De Canck, ENC ;
  • Jean-François Faü, Univ. Senghor ;
  • Moustapha Mbengue, UCAD ;
  • Charlotte Maury, Musée du Louvre.

Cet événement a reçu le soutien du ministère français des Affaires étrangères et de la Fondation des Sciences du Patrimoine.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Foucault fiches de lecture : vidéos du colloque (BnF, 26 septembre 2020)

La deuxième partie du colloque final du projet ANR Foucault fiches de lecture1 s’est tenue à la BnF le 26 septembre et a fait l’objet d’une captation vidéo : vous trouverez ci-dessous les enregistrements.

Cette journée intitulée « Éditer Michel Foucault (1994-2021) » consacrait la matinée aux outils numériques ayant permis la mise en ligne et l’exploration des fiches de lecture ; l’après-midi se concentrait sur les questions posées aux projets d’édition par l’entrée des archives du philosophe à la BnF.

1) Présentation de la matinée (Laurence Le Bras) ; présentation du projet, du prototype FFL et des réalisations techniques (Vincent Ventresque). 59 minutes.


2) Présentation de Transkribus (Marie-Laure Massot). 31 minutes.


3) Présentation de fonctionnalités de Gallica utiles au projet (Arnaud Laborderie). 12 minutes.


4) Présentation de la plateforme publique FFL-Eman (Richard Walter). 38 minutes.


5) Enjeux du projet FFL pour la recherche foucaldienne (Michel Senellart). 28 minutes.


6) « Conserver et éditer les archives », table ronde animée par Laurence Le Bras, avec Henri-Paul Fruchaud et Daniel Defert. 66 minutes.


7) « Articles, cours, inédits : les visages de l’œuvre posthume », table ronde animée par Philippe Chevallier, avec François Ewald, Frédéric Gros et Claude-Olivier Doron. 18 minutes.


8) Table-ronde conclusive animée par Judith Revel : « Ce que l’édition posthume fait à l’œuvre ». Avec Daniel Defert, Claude-Olivier Doron, Frédéric Gros. 22 minutes.

Cette journée d’étude faisait suite à une première partie intitulée « Fiches et fichiers. L’Archive Foucault à l’ère du numérique », qui s’était tenue à l’IMEC les 10 et 11 septembre et avait déjà fait l’objet d’un compte rendu2.

  1. Voir : https://bnf.hypotheses.org/2421 []
  2. Mise en BD et compte rendu disponibles à l’adresse : <https://ffl.hypotheses.org/1964>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : les Grandes Heures d’Anne de Bretagne

C’est l’un des plus célèbres manuscrits au monde : enluminées au début du XVIe siècle par le peintre du roi Jean Bourdichon, les Grandes Heures d’Anne de Bretagne éblouissent par la beauté de leurs miniatures religieuses mais aussi par la richesse de leur décor végétal, sorte d’encyclopédie botanique en marge d’un texte destiné à la dévotion.

Sommaire

Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne

Duchesse de Bretagne, deux fois reine de France, Anne était entourée d’une cour brillante où ses collections artistiques tenaient une place centrale. Trouvant son origine dans le trésor des ducs de Bretagne, cet ensemble n’eut de cesse de croître, par achats, cadeaux ou héritages. Les Grandes Heures en sont un joyau, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France. Les peintures de Bourdichon y sont portées à un très haut niveau, avec de forts effets de lumière (atmosphères nocturnes, couchers de soleil, lanternes) et des personnages à la beauté idéalisée et sculpturale. Mais ce sont aussi les bordures qui ont fait la renommée de ce manuscrit, que le botaniste Antoine de Jussieu a sollicité l’autorisation royale de consulter en 1722 : on y retrouve des centaines de variétés végétales et quantité d’insectes et de petits animaux représentés de façon réaliste.

Auteur : Maxence Hermant, conservateur, département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France, p. 4-29.

Portfolio

Nativité, Adoration des mages, Fuite en Egypte, calendrier, saints et saintes, pages florales, insectes et petits animaux… : ce portfolio reproduit 32 des plus belles pages du manuscrit et donne à apprécier l’art de Bourdichon à son sommet.

Auteur : Maxence Hermant, conservateur, département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France, p. 30-61.

Nouvelles de l’enluminure

Manuscrits enluminés de la collection Calouste Gulbenkian. Tarots enluminés au musée français de la Carte à jouer à Issy-les-Moulineaux. Trésors du duc d’Aumale à Chantilly.

Auteurs : Albert Châtelet ; François Avril, Conservateur général honoraire, département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France, p. 62-64.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse d’Anne Weddigen

Anne Weddigen1, agrégée de lettres classiques, ancienne élève ENS Ulm, chargée de recherches documentaires au département des Manuscrits de la BnF de 2014 à 2018 a soutenu sa thèse de doctorat intitulée : Édition, traduction et commentaire du traité des Harmoniques de Manuel Bryenne, menée sous la direction de Didier Marcotte.

Le département des Manuscrits de la BnF, où Anne Weddigen a été accueillie en tant que chargée de recherches documentaires, conserve 15 des 63 manuscrits transmettant le texte de Manuel Bryenne ; deux d’entre eux furent d’une importance cruciale pour l’établissement du texte.

Résumé

Les Harmoniques de Manuel Bryenne sont, autour de 1300, le dernier texte de théorie musicale ‘classique’, écrit à Byzance, dans le contexte de la Renaissance Paléologue. Il n’existe que deux éditions de ce texte (celle de J. Wallis en 1699 et celle de G. H. Jonker en 1970), dont aucune n’établit une histoire critique du texte. Le but de cette édition sera donc de proposer une histoire rigoureuse du texte et une traduction française, mais également un commentaire du contenu, des sources que M. Bryenne avait à sa disposition et de la manière dont il en fait usage, afin de mieux juger de son importance dans l’histoire de la musique grecque antique et comprendre comment situer ce traité dans la tradition plus large des textes mathématiques et scientifiques des XIIIe-XIVe siècles.

Soutenance

  • Vendredi 4 décembre 2020
  • Format virtuel.

Composition du jury

  • Didier Marcotte, professeur, Sorbonne Université, directeur de thèse
  • Luisa Zanoncelli, professeur émérite, université de Turin
  • Christian Förstel, conservateur en chef des bibliothèques, département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France
  • Jean-Baptiste Guillaumin, maître de conférences, Sorbonne Université
  • Vincent Deroche, professeur, Sorbonne Université
  • Brigitte Mondrain, directeur d’études, Ecole Pratique des Hautes Etudes.

Anne Weddigen a reçu les félicitations du jury unanime.

  1. Voir son portrait, url : <https://bnf.hypotheses.org/458>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Thomas Le Gouge

Le samedi 5 décembre 2020, Thomas Le Gouge, chercheur associé de la BnF et enseignant à Paris 1 a soutenu sa thèse intitulée : Schémas de cosmologie et géométrie de l’image du monde, XIIIe-XVIe siècles, menée sous la direction de Bruno Haas, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Daniel Russo, Professeur à l’Université de Bourgogne.

Ce travail se fonde en grande partie sur l’examen de manuscrits scientifiques du département des Manuscrits de la BnF que Thomas Le Gouge étudie en tant que chercheur associé 2019-20201.

Résumé

Cette thèse étudie les illustrations de l’univers à partir du XIIIe siècle et leur développement jusqu’au XVIe siècle, à la lumière de leurs sources scientifiques et de la théorie de l’espace. Elle s’appuie sur un corpus constitué de trois sources principales : les schémas de cosmologie dessinés et copiés dans les manuscrits en particulier de Sacrobosco, Albert le Grand et Gossuin de Metz ; l’iconographie de la Genèse du IXe au XVIe siècle ; la théorie du lieu (locus) et de la sphère comme lieu orienté (situs) dans plusieurs traités d’Albert le Grand. La réunion de ces trois sources de nature différente (schémas, textes, images), permet d’éclairer à nouveaux frais l’histoire de l’espace pictural. Souvent étudiée à partir d’une forme, la « perspective », pourtant apparue seulement au début du XVe à Florence la spatialité des images médiévales a été inscrite dans une téléologie réduisant les XIIIe et XIVe siècles aux rôles de précurseurs. Les nouvelles sources mobilisées, en détaillant l’usage très prégnant pendant toute la fin du Moyen Age de la géométrie de la sphère et de ses variations artistiques, scientifiques et philosophiques, invitent plutôt à concevoir la spatialité de cette période dans sa singularité.

Soutenance

  • Samedi 5 décembre 2020, 14h.
  • Sorbonne en salle Halbwachs (17, rue de la Sorbonne, esc. C, 1er étage).

Composition du jury

  • Jean-Baptiste Brenet, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Guillaume Cassegrain, Professeur, Université Grenoble-Alpes
  • Beate Fricke, Professeure, Universität Bern
  • Bertrand Prévost, Maître de Conférences, Université Bordeaux-Montaigne
  • Cécile Voyer, Professeure, Université de Poitiers
  1. Voir son projet, url : <https://c.bnf.fr/L7L>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Chargé(e) de projet de recherche

Financé par la BnF dans le cadre du plan quadriennal de la recherche 2020-2023, le projet « La couleur : artefacts, matière et cognition » vise à élaborer une base fédérant les données sur les matériaux de la couleur dans les œuvres d’art, produites par différents établissements, à commencer par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national d’histoire de l’art. Il s’agit d’un programme interdisciplinaire et collaboratif, porté conjointement par ces deux institutions, avec la participation de l’École nationale des chartes et du C2RMF. La constitution de la base de données, qui sera développée et hébergée par l’INHA, passera par la création d’un modèle de structuration des données chromatiques et physico-chimiques et par l’élaboration de référentiels spécialisés. Le modèle retenu sera interopérable avec ceux du système d’information de la BnF, afin d’alimenter le futur système de gestion des données de la conservation de la Bibliothèque. À terme, il s’agira de développer autour de la base de données des outils innovants d’éditorialisation, afin de répondre aux différents besoins des communautés scientifiques travaillant sur la couleur et ses matériaux.

Missions et activités permanentes

Sous l’autorité de la responsable scientifique du projet, la personne chargée de projet est partie prenante de la mise en œuvre opérationnelle du projet :

  • lien entre les différentes institutions impliquées dans le projet
  • identification des données d’analyses existantes sur la couleur à la BnF et ailleurs, en lien avec le laboratoire du département de la conservation de la BnF, évaluation de celles-ci
  • mise aux normes des données d’analyses collectées et des images qui viendront alimenter la future base en lien avec le département de la conservation de la BnF et l’INHA
  • participation à la réflexion sur l’élaboration de la base et son éditorialisation en lien avec l’INHA et la BnF
  • participation à la réflexion sur l’élaboration de référentiels linguistiques et aux modalités d’exposition des données en s’appuyant sur les ontologies existantes du domaine avec les groupes de travail du projet
  • préparation, animation et/ou participation aux réunions administratives et opérationnelles autour du projet et rédaction de comptes-rendus de réunions
  • collaboration aux travaux de valorisation du projet (notamment à travers l’alimentation du carnet de recherche BnF dédié au projet sur la plate-forme Hypothèses)
  • rédaction de rapports sur l’avancement des travaux et sur les résultats obtenus
  • suivi du respect du planning du projet en binôme avec la responsable scientifique
  • recherche et candidature à des financements complémentaires pour développer certains aspects du projet et poursuivre celui-ci au-delà du quadriennal, en binôme avec la responsable scientifique

Compétences requises

  • Bonne connaissance de la gestion de projets
  • Connaissances approfondies en gestion bases de données
  • Connaissances approfondies des bonnes pratiques autour de la gestion de données de la recherche Connaissances approfondies des thésaurus et de leur représentation SKOS
  • Atouts : développement web (Html, css, js) ; outils de réconciliation (openrefine, autre langage de programmation) ; connaissance de l’environnement du Web Sémantique et du Web des données
  • Sens de l’organisation et de la méthode, esprit d’initiative et de synthèse, rigueur scientifique.
  • Aptitude au dialogue, capacité à travailler en équipe, à mobiliser différents partenaires internes et externes et à partager et diffuser l’information.
  • Maîtrise écrite et orale de l’anglais.
  • Connaissance des secteurs académique, de la recherche et de la conservation.
  • Une expérience similaire sur un projet équivalent serait souhaitée.
  • Des connaissances en histoire de l’art, en histoire des sciences et/ou en analyse des matériaux du patrimoine seraient bienvenues.
  • Titulaire d’un diplôme de niveau Bac + 3 à Bac + 5 en humanités numériques.

Contraintes spécifiques

  • Déplacements à prévoir (Paris et en région)
  • Contrat renouvelable en 2022 et 2023 dans le cadre du plan quadriennal de recherche

Modalités

  • Date limite de candidature : 29 janvier 2021
  • Auditions (zoom): 8 février – 12 février 2021
  • Postuler en ligne

Contacts

  • Charlotte DENOËL
    Chef du service des Manuscrits médiévaux
    33 (0)1 53 79 82 83
  • Isabelle LE MASNE DE CHERMONT
    Directeur du département des Manuscrits
    33 (0)1 53 79 83 22
  • Mathieu LESCUYER
    Adjoint au directeur du département
    33 (0)1 53 79 83 24
  • Référence du poste : RC118
  • Sites : Richelieu 58 rue de Richelieu 75002 Paris; Louvois 58 rue de Richelieu 75002 Paris
  • Catégorie : A
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Charge de collections
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Fixe
  • Nombre d’heures par mois : 80
  • Durée du contrat : 10 mois – 6.6
  • À pourvoir à compter du : 01/03/2021

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200

La Bibliothèque nationale de France a le plaisir d’annoncer la parution d’une publication menée dans le cadre du programme « France-Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 », soutenu par la Fondation Polonsky.

Bibliologia 57

Argument

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, fondation dont l’objectif est de favoriser l’accès au patrimoine culturel du plus grand nombre, la Bibliothèque nationale de France et la British Library ont noué un partenariat inédit dans le domaine des manuscrits médiévaux autour d’un programme intitulé « France-Angleterre 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». Il concerne 800 manuscrits, conservés pour moitié à la BnF pour moitié à la British Library, qui ont été sélectionnés en fonction de leur importance pour l’histoire des relations franco-anglaises au Moyen Âge, ainsi que pour leur intérêt artistique, historique ou littéraire. Produits entre le VIIIe et la fin du XIIe siècle, ces manuscrits couvrent des domaines très variés représentatifs de la production intellectuelle du haut Moyen Âge et de l’époque romane.

À l’occasion du lancement officiel des deux sites web réalisés dans le cadre du programme, la bibliothèque numérique « Gallica marque blanche » qui réunit tous les manuscrits du corpus et permet leur comparaison (BnF)1 et un site web à visée pédagogique proposant d’explorer une sélection de manuscrits (BL)2, un colloque international organisé par la BnF s’est tenu les 21-23 novembre 20183. Rassemblant différentes contributions consacrées aux manuscrits du corpus Polonsky et réparties en trois thématiques – histoire de l’art, acteurs et histoire des textes –, ces actes jettent un regard renouvelé sur les échanges culturels entre France et Angleterre au Moyen Âge, abordés dans une perspective interdisciplinaire.

Sommaire

Laurence Engel et Roly Keating
Préface

Charlotte Denoël et Francesco Siri
Introduction

HISTOIRE DE L’ART

Anne-Orange Poilpré
L’iconographie des Évangiles de saint Augustin et leur postérité?

Fabrizio Crivello
Prolégomènes à l’étude de l’enluminure carolingienne de Sens. À propos de la décoration du Sacramentaire Harley MS 2291-2292 de la British Library

Elizabeth Morrison
Founding a Visual Tradition for the Bestiary: London, British Library, Add MS 11283

Hanna Vorholt
The Ruled Line and the Drawn Line in Medieval Maps

ACTEURS

Stéphane Lecouteux
Les moines et leurs livres au Moyen Âge. Échanges spirituels, intellectuels, culturels et artistiques dans l’espace anglo-normand (Xe-XIIe siècle)

Benjamin Pohl
Who wrote Paris, BnF, latin 2342? The identity of the Anonymus Beccensis revisited

Richard Gameson
The Apostle of the English in a Manuscript from Flanders and English and Flemish Benedictine Libraries in the Twelfth Century

Laura Cleaver
Ralph of Diceto’s Opuscula and the Making of History at the End of the Twelfth Century

Emily A. Winkler
William of Newburgh, Henry II, and the Kings of France

HISTOIRE DES TEXTES

Laura Light
Genealogies, Chronicles, and the Interpretation of Hebrew Names: The Foigny Bible in Context

Laura Albiero
Interférences liturgiques entre la France et l’Angleterre

Lucile Trân-Duc
Échanges cultuels entre France et Angleterre (XIe-XIIe siècles): le manuscrit Paris, BnF, latin 5362

Frédéric Duplessis
La diffusion des scholies auxerroises sur Juvénal en Angleterre avant la conquête normande (IXe-XIe siècles)

Franck Cinato
La diffusion des signes de construction syntaxique entre la France et l’Angleterre

Monica H. Green
Medicine in France and England in the Long Twelfth Century: Inheritors and Creators of European Medicine

Laure Miolo
La Scientia stellarum entre la France et l’Angleterre

Informations pratiques

  • Editeurs : Charlotte Denoël, Francesco Siri
  • Description matérielle : 1 vol. (448 p.) : 10 ill. + 101 ill. en coul., 22 tableaux, 216 x 280 mm
  • Date de parution : 2020
  • ISBN : 978-2-503-58772-1
  • Langues : Français, Anglais
  • Prix : 90 €
  1. Voir : <https://manuscrits-france-angleterre.org/>. []
  2. Voir : <https://www.bl.uk/fr-FR/medieval-english-french-manuscripts>. []
  3. Voir : <https://www.youtube.com/watch?v=zF-gW-QW1q0> et <https://www.youtube.com/watch?v=nYIcvn_BSbE> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts