Archives par mot-clé : Manuscrits

Département des Manuscrits

Soutenance de thèse de doctorat : Alexandre Tur

Le 14 septembre 2018, Alexandre Tur, coordinateur du numérique, chargé de collections au département des Manuscrits  de la BnF, a soutenu sa thèse de doctorat en histoire médiévale intitulée Hora introitus solis in Arietem. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle (1405-1484) menée sous la direction de Jean-Patrice Boudet et Olivier Guyotjeannin.

Résumé

Les prédictions astrologiques annuelles constituent un genre littéraire cohérent qui suscite de plus en plus d’intérêt de la part des historiens du Moyen Âge et de la première modernité. Cette thèse étudie plus particulièrement leur généralisation dans l’Europe latine entre 1405 et 1484, plusieurs siècles après les premières mentions dans les sources théoriques. Une première partie explore la dialectique interne de ces « jugements », et en particulier les méthodes astrologiques qui, rigoureusement appliquées, soutiennent la prétention scientifique de leurs auteurs. Ceux-ci, leur milieu social et plus généralement le contexte de production de ces prédictions font l’objet d’une deuxième partie. Une troisième examine la réception contemporaine et la transmission jusqu’à nos jours de textes pourtant promis à une existence éphémère. Cette étude est complétée et étayée par un catalogue systématique de 111 prédictions manuscrites et 84 incunables rédigées en latin et conservées dans les collections publiques, et des 64 astrologues identifiés comme leurs auteurs. Enfin, les trois prédictions annuelles connues pour 1405, à la fois singulières et caractéristiques, font l’objet d’une édition critique commentée et traduite en français.

Soutenance

Université d’Orléans, Salle des thèses.

Pour aller plus loin

Lire l’interview d’Alexandre Tur : https://chartes.hypotheses.org/914

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution en ligne : Étienne Colaud et l’enluminure parisienne sous le règne de François Ier

En 2016, la thèse de Marie-Blanche Cousseau était parue à titre posthume aux Presses Universitaires de Rennes. Désormais, les Presses universitaires François-Rabelais la font paraître sous forme électronique au sein de leur portail OpenEdition books.

Présentation

La production parisienne de manuscrits illustrés demeure à ce jour mal connue pour le règne de François Ier. L’étude de Marie-Blanche Cousseau vient combler cette lacune. En s’appuyant sur de nombreux documents d’archives inédits ainsi que sur l’étude minutieuse des œuvres qui nous sont parvenues, l’auteur parvient à dresser un panorama très complet du monde de l’enluminure dans la capitale, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Elle recense près d’une trentaine d’artistes, ce qui érige Paris au rang de centre majeur durant cette période, et restitue avec précision les pratiques professionnelles et commerciales et les processus de création. Étienne Colaud occupe une place centrale dans ce travail. Son nom est depuis longtemps associé aux manuscrits des Statuts de l’ordre de Saint-Michel produits en série à Paris pour le roi, mais la découverte d’un livre d’heures portant sa souscription permet de mieux cerner sa personnalité artistique et de comprendre le rôle qu’il joua au sein de cette production. La confrontation des actes documentant sa carrière entre 1512 et 1541 avec dix-huit manuscrits de grande qualité, dans lesquels on peut désormais reconnaître sa main, éclaire aussi d’un jour nouveau l’autre activité à laquelle il se livra, celle de libraire, qui lui permit de recevoir des commandes prestigieuses et de collaborer avec plusieurs autres artistes importants.

Marie-Blanche Cousseau (1976-2011)

Marie-Blanche Cousseau avait soutenu sa thèse à l’École pratique des hautes études en 2009 mais n’avait pu achever la mise au point de son manuscrit. Décédée le 30 novembre 2011, c’est donc Guy-Michel Leproux qui s’est livré, à partir des notes qu’elle avait laissées, à un travail de reconstitution du texte et de préparation du manuscrit avec les amis de Marie-Blanche Cousseau.

À la Bibliothèque nationale de France, Marie-Blanche Cousseau1 était assistante de recherche au département des Manuscrits depuis février 2010, où elle était chargée du catalogue des manuscrits germaniques enluminés, ambitieuse entreprise à laquelle elle s’était attelée avec ténacité et extrême rigueur. Le programme, mené dans le cadre du plan triennal de la recherche 2010-2012, s’est donc interrompu. Au cours de l’année 2012, malgré recherches et sollicitations, le département des Manuscrits n’est pas parvenu à identifier un chercheur susceptible de continuer le programme. Celui-ci s’avère en effet particulièrement complexe en raison de la diversité des manuscrits en question,  en termes de couverture chronologique et géographique, ce qui soulève des difficultés quant aux compétences à maîtriser, notamment paléographiques2. Au terme du programme, la publication d’un catalogue imprimé reste à l’ordre du jour.

Sommaire

Guy-Michel Leproux

Avant-propos

François Avril

Préface

Informations pratiques

  • Éditeur : Presses universitaires François-Rabelais, Presses Universitaires de Rennes
  • Collection : Renaissance
  • Lieu d’édition : Tours
  • Année d’édition : 2016
  • Publication sur OpenEdition Books : 16 juillet 2018
  • ISBN (Édition imprimée) : 9782869064126
  • ISBN électronique : 9782869065437
  • DOI : 10.4000/books.pufr.8467
  • Nombre de pages : 373 p.
  • URL : https://books.openedition.org/pufr/8467
  1. Cf. sa notice dans le catalogue général de la BnF (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb16548797r) et sa bibliographie. []
  2. Le programme a continué dans le cadre du Plan triennal de la recherche 2013-2015 de la BnF, mené par Laure Rioust, chargée de collections au département des Manuscrits, assistée d’Olga Karaskova ((Cf. sa page et sa thèse, http://www.theses.fr/2014LIL30019 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Magiques Licornes (14/7 – 25/02/19)

Depuis le 14 juillet 2018, le musée de Cluny accueille le public dans un nouveau bâtiment situé à proximité immédiate du boulevard Saint-Michel. En guise d’exposition inaugurale, du 14 juillet 2018 au 25 février 2019, le musée de Cluny, musée national du Moyen Âge, propose Magiques licornes, autour des six tapisseries de La Dame à la licorne, chef d’œuvre du musée, qui en constituent le cœur. 

Le commissariat de l’exposition «Magiques Licornes » est assuré par Béatrice de Chancel-Bardelot, conservateur général au musée de Cluny. Autour de la tenture de La Dame à la licorne, de retour au musée après un prêt à l’Art Gallery of New South Wales de Sydney (Australie), des œuvres médiévales et contemporaines proviennent d’institutions prestigieuses comme la Bibliothèque nationale de France, la Cité internationale de la tapisserie d’Aubusson, le musée de la Chasse et de la Nature, le Fonds national d’art contemporain ou le Mobilier national.

Collections de la BnF

La majorité des manuscrits et des imprimés présentés proviennent de la BnF. Plusieurs départements ont été mis à contribution.

Manuscrits

Français 1877

Le Livre nommé Fleur de vertu, translaté d’italien en françoys, par FRANÇOYS DE ROHAN, archevesque de Lion, primat de France et evesque d’Angiers ».

« Le Verger de doctrine ».

Français 6448

Saint Antoine (Antonius Eremita) et les attributs de la licorne et du lion.
Ill. du livre de Jacques de Voragine
“La Légende dorée”, traduit par Jean de Vignay ; exemplaire aux armes de Jean du Mas, seigneur de l’Isle, conseiller et chambellan du Roi (mort en 1495) .
Ms. français 6448, fol. 45 v°,

Français 12247

François Demoulins , Traité des vertus cardinales

François Demoulins, Traité des vertus cardinales, peint par Guillaume II Leroy

Français 12562

Roman de la Dame à la licorne, suivi de Floire et Blanchefleur.

Français 24461

Recueil de dessins ou cartons, avec devises, destinés à servir de modèles pour tapisseries ou pour peintures sur verre.

Recueil de dessins ou cartons, avec devises, destinés à servir de modèles pour tapisseries ou pour peintures sur verre.

Italien 545

I Trionfi del Petrarca.

Estampes et photographie

Le département des Estampes et de la photographie a prêté le fol. 15 de RESERVE PC-18-FOL : [Pièce de tapisserie sur laquelle est représentée une dame en hennin assise dans un parterre]

[Pièce de tapisserie sur laquelle est représentée une dame en hennin assise dans un parterre] : [dessin]

Réserve des livres rares

RES P-D-180

Guido de Monterocherio (13..-13..), Manipulus curatorum, Rouen : Martin Morin pour Jean Richard, 16 IX 1496.

RES-O2F-20 (ALPHA)

Die Heylighe Bevarden tot dat heylighe grafft in Iherusalem , door Bernhardt van Breydenbach

Breydenbach, Bernhard von (1440?-1497), Die Heylighe Bevarden tot dat heylighe grafft in Iherusalem[Mainz] : Ghedruct doir meister Eerhaert Rewich van Utrecht in die stadt van Mentz, 1488.

VELINS-1633

Heures à l’usaige de Paris toutes au long sans rien requerir avec les heures Saincte Geneviève et la commémoration St Marcel et St Germain

Heures à l’usaige de Paris toutes au long sans rien requerir avec les heures Saincte Geneviève et la commémoration St Marcel et St Germain, Paris : Thielman Kerver pour : Guillaume Eustace, 20 VI 1500.

SMITH-LESOUËF R-160

Colonna, Francesco (1433?-1527), Hypnerotomachia Poliphili (F. Columnae, edente L. Crasso), Venezia : Aldo Manuzio pour Leonardo Grassi, XII 1499.

Arts du spectacle

Le département des Arts du spectacle a prêté une photographie de Liane Daydé prise par Serge Lido] cotée : [4-PHO-29 (50).

Le reportage complet est visible dans Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531403985/f1.planchecontact

Littérature et art

Le département Littérature et art présente plusieurs imprimés : 8-Y2-6 (1636), un volume du Magasin pittoresque (Z-4679) et un autre de L’Illustration (FOL-LC2-1549, vol. IX, 227, samedi 5 juillet 1847, p. 276).

Sand, George, « Un coin de Berry et de la Marche », L’Illustration, samedi 5 juillet 1847, vol. IX, 227, p. 276.

Évidémment, au-delà de ces manuscrits et imprimés, l’exposition donne à voir des objets d’art, tapisseries, etc.

Cuba, Johannes von (14..-1504?), Hortus sanitatis (Joanne de Cuba auctore), Mainz : Jacob Meydenbach, 23 VI 1491. Exemplaire de la BIU Santé
Aquamanile : Licorne, Vers 1400 © RMN-Grand Palais, musée de Cluny, G. Blot

Informations pratiques

28 rue Du Sommerard, 75005 Paris
Ouvert tous les jours, sauf le mardi,
de 9h15 à 17h45
Fermeture de la caisse à 17h15
Fermé les 25 décembre, 1er janvier.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Agen médiéval, de la cité des martyrs à la république communale

Depuis le 7 juillet et jusqu’au 18 novembre 2018, le Musée des Beaux-Arts d’Agen présente l’exposition Agen médiéval, de la cité des martyrs à la république communale, à l’église des Jacobins.

L’exposition vise à raconter le riche passé médiéval de la cité et de l’Agenais. Forte de l’importance du culte de ses saints locaux, sainte Foy et saint Caprais, la ville devient rapidement un centre religieux et économique dynamique, profitant de sa position géographique stratégique. Territoire fluctuant entre le royaume d’Angleterre et le comté de Toulouse, il revendique un système politique original, dont le Livre des Coutumes d’Agen, est le témoignage insigne.

L’exposition est l’occasion de découvrir plus de cent cinquante œuvres d’art et objets du quotidien, beaucoup montrés pour la première fois ou redécouverts, dont des manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale de France, autrefois dans l’Agenais, et récupérés par Colbert.

Sonia Ozanne, relieuse-restauratrice à l’atelier de Restauration Reliure dorure de la Bibliothèque nationale de France, a prêté mains fortes aux équipes du Musée pour confectionner les lutrins sur lesquels sont présentés les ouvrages sélectionnés à la Médiathèque d’Agen.

Prochainement, trois manuscrits, actuellement en restauration, seront présentés du 15 septembre au 18 novembre, dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine :

  1. le Bréviaire choral,
  2. le Nouveau Testament (Latin 252)
  3. le Processionnal à l’usage de l’abbaye de Saint-Maurin (Latin 2819).

Latin 252
Latin 2819

Conférence

Dimanche 15 septembre à 15h30, Maxence Hermant, chargé des collections de manuscrits médiévaux au département des manuscrits, présentera ces oeuvres originaires d’Agen et de l’Agenais au cours d’une conférence gratuite intitulée « Manuscrits médiévaux de l’Agenais ».

Modalités pratiques

Musée des Beaux-Arts d’Agen
Place Docteur Esquirol – 47916 Agen cedex 9
Tél : 05 53 69 47 23 / Fax : 05 53 69 47 77
Email : musee@agen.fr

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Projets BnF lauréats du sixième appel à manifestation d’intérêt Biblissima

L’Equipex Biblissima a déjà lancé six appels à manifestation d’intérêt pour des opérations conjointes de recherche, de documentation, de numérisation portant sur des collections historiques de manuscrits et d’imprimés anciens. Les résultats du sixième appel à manifestation d’intérêt, clos le 31 janvier 2018, ont été rendus publics au mois de juin. Parmi les lauréats sélectionnés par le Comité de direction de l’Equipex, deux projets impliquent la Bibliothèque nationale de France.

Après examen par le Conseil scientifique des dossiers de candidature reçus en réponse au sixième appel à manifestation d’intérêt Biblissima, le Comité de direction de Biblissima a retenu cinq projets à financer en 2018. Parmi ceux-ci, deux comptent le département des Manuscrits de la BnF parmi leurs partenaires.

La bibliothèque de Mazarin en ligne

Établissement porteur

Bibliothèque Mazarine

Partenaire(s)

  • Centre Jean Mabillon (ENC)
  • Pôle Document numérique, Maison de la recherche en sciences humaines (Caen)
  • Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits

Lauréat en 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018.

Présentation du projet

Le projet consiste à éditer en ligne les sources catalographiques de la bibliothèque de Mazarin (1602-1661), la plus importante collection personnelle du premier âge classique. Le cœur du projet est constitué par l’inventaire de la bibliothèque dressé en 1661, dans les semaines qui ont suivi la mort de Mazarin (environ 27 000 livres imprimés et un peu plus de 2 000 manuscrits), dont l’édition se fera en TEI.

Le projet correspond à plusieurs ambitions complémentaires :

  • diffusion en ligne de l’inventaire d’une grande collection historique afin de développer l’analyse de sa constitution, de son économie, de ses usages, de ses impacts culturels et politiques ; à ce titre, le rôle de Mazarin dans la diplomatie européenne, le volume exceptionnel de sa bibliothèque et la manière dont elle a modélisé l’idéologie documentaire à l’époque moderne, font que la divulgation des données du projet permettra des investigations dans divers domaines: histoire de la documentation politique, du collectionnisme et des pratiques bibliophiliques, de la transmission des textes, des savoirs et des modèles culturels dans l’Europe moderne.
  • identification précise des livres et manuscrits provenant de Mazarin (circonstances d’acquisition, usages, gestion dans l’espace de la bibliothèque, transmission, localisation actuelle).
  • mise en œuvre d’un modèle de reconstitution de bibliothèque ancienne qui soit articulé avec les outils actuels de signalement des manuscrits ou imprimés anciens.

Le périmètre historique et documentaire du projet est resserré autour de la bibliothèque personnelle de Mazarin (de 1643, date de sa constitution, à 1668, date de l’échange pratiqué avec la bibliothèque royale sept ans après la mort de Mazarin).

La bibliothèque du cardinal de Richelieu

Établissement porteur

Bibliothèque Mazarine

Partenaire(s)

  • Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS)
  • Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits
  • Centre Jean Mabillon (ENC)

Lauréat en : 2016, 2018

Présentation du projet

Le cardinal de Richelieu (1585-1642) a passé sa vie à rassembler des livres, manuscrits et imprimés, dont il a fait la première bibliothèque « d’homme d’État » du XVIIe siècle : une réalisation (1300 manuscrits, 6150 imprimés) qui fut imitée et largement dépassée, sur le plan quantitatif, par Mazarin (sans doute 50 000 volumes dans sa 1re bibliothèque en 1650 ; 2400 manuscrits et 26 500 imprimés dans sa seconde en 1661) puis par Colbert (7600 manuscrits, 22 000 imprimés).

Le projet, bien que né presque au même moment que celui sur « la bibliothèque de Mazarin en ligne » est présenté à Biblissima seulement aujourd’hui : il répond aux mêmes principes et bénéficie de son expérience technique. Il consiste en la reconstitution virtuelle de la collection, avec identification des ouvrages et renvoi vers les numérisations quand elles existent. Il passe par l’édition électronique des inventaires anciens, déjà numérisés, qui sont répartis entre la Bibliothèque Mazarine et la BnF. Le protocole d’édition retenu (XML TEI) est le même que pour Mazarin. L’intégration des livres de Richelieu aux entreprises de bibliothèques en ligne permettra de leur apporter ce qui fut le socle des grandes bibliothèques de l’âge classique.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Transformations et circulation des légendes de Hachiman : rouleaux peints, mythes et sociétés locales. Autour du Rouleau de Hachiman, conservé à la Bibliothèque nationale de France »

Dans le cadre d’un atelier de recherche organisé par le Programme de recherche international destiné à renforcer les échanges intellectuels de l’Université de Nagoya et le Projet Manuscrits à peintures dans les collections publiques françaises du Centre d’Etudes Japonaises (Inalco), une séance est organisée sur le rouleau du sanctuaire de Hachiman. 

L’impératrice Jingû Kôgo 神功皇后 soumet l’envahisseur coréen avec l’aide du dieu Sumiyoshi Myôjin 住吉明神 (sc. 1-7), 1650-1700, BnF.

Argument

Les rouleaux illustrés des Origines karmiques du bodhisattva Hachiman ont été créés du XIVe au XIXe siècle au Japon. Ils relatent comment l’impératrice Jingû Kôgo 神功皇后 soumit l’envahisseur coréen avec l’aide du dieu Sumiyoshi Myôjin 住吉明神; puis les prodiges liés à la fondation des temples consacrés à Hachiman.

Le rouleau Hachiman no honji emaki = 八幡の本地絵巻 / Asakura Jûken = [朝倉重賢]写, de la BnF, numérisé, est consultable dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF :

Programme

  • Turning Points in the History of illuminated Hachiman Engi scrolls : conférence de Mélanie Trede (Université de Heidelberg). Mélanie Trede1 présentera la période-clé de l’élaboration de ces magnifiques rouleaux, dont la réalisation s’accélère à partir du XIVe s.

Informations pratiques

La séance se déroulera en anglais
10h-18h
Galerie Colbert, Salle Benjamin
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris
Entrée libre dans la limite des place disponibles

Pour toute demande contacter estelle.bauer@inalco.fr

  1. Cf. sa page personnelle, url : <https://www.zo.uni-heidelberg.de/iko/institute/staff/trede/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier : The Polonsky Foundation England and France Project: Digitisation and Conservation Strategies (15 juin)

Dans le cadre du programme « France-Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 », soutenu par la Fondation Polonsky, un atelier est organisé au sujet des stratégies de conservation mises en place par les deux bibliothèques partenaires, la British Library et la BnF, en lien avec la numérisation de manuscrits médiévaux.

1er folio de la Règle de St Benoît (1129) de l’abbaye bénédictine de Saint-Gilles, dans le diocèse de Nîmes, Add MS 16979, f. 21v

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, la Bibliothèque nationale de France et la British Library sont engagées dans un partenariat inédit, qui vise à cataloguer, restaurer, numériser et mettre à disposition d’un large public un corpus de 800 manuscrits enluminés, produits en France ou Angleterre entre le VIIIe et le XIIe siècle.

Cette journée d’échanges sera axée sur les actions de conservation-restauration entreprises par les deux institutions en lien avec la numérisation des manuscrits médiévaux. Elle est conçue pour les professionnels des bibliothèques, les étudiants se spécialisant dans les domaines de la conservation et du patrimoine, et toute personne s’intéressant aux questions soulevées par la numérisation des manuscrits médiévaux.

Thanks to the patronage of The Polonsky Foundation, the Bibliothèque nationale de France and the British Library are engaged in a partnership aiming at cataloguing, digitizing, and showcasing a corpus of 800 illuminated manuscripts, produced in France or England between the 8th and 12th centuries.
During this one-day international workshop, we intend to share the strategies chosen by the two partner libraries regarding care and conservation of manuscripts in connection with digitization. In the light of the challenges encountered in the course of the project, we would like to consider to what extent it invites each library to reflect
upon current conservation policies in order to improve them.

Programme

  • 11h-11h10 : Welcome coffee
  • 11h10-11h15 : Isabelle Bonnard (BnF, Département de la Conservation) / Francesco Siri (BnF, Département des Manuscrits), Introduction
  • 11h15-13h15 : Care and Conservation Works at the BnF
    • Sébastien Gilot (independent conservator), Conservation Works on Cluny’s Late Bindings
    • Marie Messager (independent conservator), A Sample Book Conservation Binding
    • Alizéé Lacourtiade (independent conservator), Conservation Binding of Small Format Manuscripts
    • Coralie Barbe (independent conservator), Manuscripts Digitization : Relevance of Diagnosis to Predict Possible Degradations
    • Discussion
  • 13h-14h : Lunch
  • 14h-15h15 : Care and Conservation Works at the British Library
    • Dr Cordelia Rogerson (Head of Collection Management South), An overview of the foundation collections at the British Library – Considerations for Conservation
    • Jessica Pollard (Digitisation Conservator, Pre1200 Polonsky project), Conservation Treatment and Digitisation Support for the Polonsky Project
    • Gayle Whitby (Conservation Digitisation Manager), The Role and Context of Conservation Support for Digitisation at the British Library
    • Dr Cordelia Rogerson (Head of Collection Management South), Reflections on Care and Conservation at the British Library
    • Discussion
  • 15h15-15h30 : Coffee break
  • 15h30-17h : Round Table about Policies for Care and Conservation of Manuscripts at the BL and the BnF. What have we learned from The Polonsky Foundation project ?

Modalités pratiques

  • Le 15 juin 2018 de 11h à 17h.
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit Auditorium
  • Entrée libre dans la limites des places disponibles.
  • (Les communications seront faites uniquement en anglais)
  • Pour des informations complémentaires contactez : Isabelle Bonnard – Experte restauration au DSC tél. : 01-53-79- 44-38
    Francesco Siri – Coordinateur du programme Polonsky au MSS tél. : 01-53-79- 82-59

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Archipels Glissant (31 mai – 2 juin)

Un colloque international autour de la pensée d’Édouard Glissant est organisé sous la direction de Romuald Fonkoua, François Noudelmann, Françoise Simasotchi-Bronès, Yann Toma.

Écrivain, poète et philosophe, Édouard Glissant a marqué son époque par son travail, en France et à l’international, sur les grands concepts tel que la créolisation, l’archipel, l’opacité, la relation…

Ce colloque de 3 jours s’articule autour de 3 grandes thématiques : Théories, Écritures et Arts.

Programme

Théories : 31 mai

  • 10h : Ouverture par Annick Allaigre (présidente de l’Université de Paris 8), François Noudelmann et Françoise Simasotchi-Bronès
  • 10h30 PANEL 1 • POLITIQUES DE LA COMMUNAUTÉ
    • François Noudelmann (modérateur, Université de Paris 8, IUF).
    • Celia Britton — British Academy : « La Relation et l’être-en-commun : l’idée de la communauté dans la pensée d’Édouard Glissant et de Jean-Luc Nancy ».
    • Nick Nesbitt — Princeton University : « Politique de la Relation : Penser l’association libre ».
    • Aliocha Wald Lasowski — Université catholique de Lille : « Politique de la relation et de la créolisation démocratique ».
    • Corinne Mencé Caster — Sorbonne Université : « Édouard Glissant et le féminin, quelques observations ».
  • 15H00 PANEL 2 • ÉTHIQUES DE LA RELATION
    • Françoise Simasotchi-Bronès (modératrice, Université de Paris 8).
    • Mary Gallagher — University College Dublin : « L’éthique d’Édouard Glissant : une appréciation personnelle ».
    • Edelyn Dorismond — Université d’Haïti : « Créolisation et Communauté. République diverselle et politique de la rencontre ».
    • Samia Kassab Charfi — Université de Tunis : « Édouard Glissant, le récit somatique ».

Écritures : 1er juin

  • 10h Ouverture par Romuald Fonkoua (Sorbonne Université)
  • 10h30 ÉCHOS : ÉDOUARD GLISSANT PARMI LES ÉCRIVAINS
    Eduardo Manet

    • René Depestre : Entretien avec Françoise Simasotchi-Bronès
      Michaël Ferrier (Université Chuo, Tokyo) : « Édouard Glissant, un savoir déroutant »
    • Joël des Rosiers
      Diffusion d’extraits de films sur Édouard Glissant (Manthia Diawara, Mathieu Glissant)
  • 14h30 L’IMAGINAIRE DES LANGUES
    • Souleymane Bachir Diagne (Columbia University) : « Traduire en présence de toutes les langues du monde »
    • Lise Gauvin (Université de Montréal) : « Il est donné dans toutes les langues de bâtir la tour »: apprivoiser Babel
    • Hidehiro Tachibana (Université de Waseda) : « Questions de langage chez Édouard Glissant »
    • 16h Lancement et présentation du nouveau site internet edouardglissant.world par Dominique Labays
  • 16h30 ÉDOUARD GLISSANT EST-IL UN ÉCRIVAIN JAPONAIS ?
    • Table ronde avec Michaël Ferrier, Satoshi Hirota, Hiroshi Matsui, Nao Sawada et Hidehiro Tachibana

Arts : 2 juin

  • 9h30 : Ouverture par Georges Haddad (président de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Yann Toma (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 10h Panel 1 : ÉDOUARD GLISSANT BAROQUE
    • Dominique Berthet — Université des Antilles : « Édouard Glissant et les oeuvres d’art ».
    • Michael Dash — New York University : « Le Frisson du Baroque, Glissant, l’art et la structure granuleuse du monde ».
    • Nao Sawada — Université Rikkyo : « Le baroque chez Édouard Glissant ».
    • Performance « Chairs Mots » : Anatoli Vlassov
  • 11h30 Panel 2 : ÉDOUARD GLISSANT EN MOUVEMENT
    • Guillaume Robillard — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Glissant et le cinéma antillais » et Guy Deslauriers — Réalisateur.
  • 14h30 Panel 3 : ART ET MONDIALITÉ I
    • Yovan Gilles, Cristina Bertelli, Federica Bertelli-Giustacchini Revue
    • Les périphériques vous parlent : « Attracteurs étranges et bifurcations ».
    • Performance Yovan Gilles
    • Kahena Sanaa (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « De la géographie du tout-monde à l’épreuve des films plasticiens sur les exilés ».
    • Performance : Victoire Bombou (hip-hop).
  • 16h Panel 4 : ART ET MONDIALITÉ II
    • Hélène Sirven — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Les voies créatrices de l’insulaire, à l’aune d’Edouard Glissant et d’Alain Ménil ».
    • Jacinto Lageira — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Divers et cosmopolitique ».
    • Marc Lathuillière — Artiste : “Recréer du divers”.
    • Yann Toma — Artiste : “Le Grand Magnat des imprévus en Ouest-Lumière”.
  • 18h : CONCERT SYMPHONIQUE de Olivier GLISSANT avec le Brooklyn Orchestra.
    • Symphonie no1 en 4 mouvements (30mn) — Charmeuse de Serpents (12mn) Entracte (15mn) — Echaurren (15mn) — Les Nuits d’Égypte (15mn).

Organisateurs

  • Université Paris Lumières
  • Bibliothèque Nationale de France
  • Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Sorbonne Université Paris 4
  • Université de Paris 8

Informations pratiques

  • 31 mai : Université de Paris 8 : 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis — Amphi B106
  • 1er juin : Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, face au 25 rue Émile Durkheim, Paris 13ème — Petit auditorium
  • 2 juin : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : 17 rue de la Sorbonne, Paris 5ème — Amphi Richelieu
  • Programme complet avec biographie des intervenants

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : Colloque « Michel Chaillou à l’écoute de l’obscur »

Le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France et l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3 (THALIM, UMR 7172) organisent un colloque international portant sur l’œuvre de Michel Chaillou (1930-2013). Ils lancent un appel à communication ouvert jusqu’au 1er novembre 2018.

By Esby (talk) 08:44, 4 June 2010 (UTC) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons

« Écrire, on l’a bien compris, c’est d’une certaine façon faire monter dans mes phrases la langue de nuit que je porte en moi, que tout être porte en lui » (Michel Chaillou, L’Écoute intérieure, p. 322).

L’œuvre de Michel Chaillou (1930-2013) est une œuvre entièrement à l’écoute des voix : par tous les moyens, elle cherche même à ce que des voix inentendues, oubliées, délaissées, refoulées, ou encore démodées, recommencent. Cette « écoute intérieure » qui fait le moteur d’une telle écriture serait à observer d’œuvre en œuvre dans tous les registres de l’activité d’écriture de Michel Chaillou, qu’elle soit romanesque, essayiste, orale ou éditoriale. Dans la continuité des deux colloques qui se sont déjà penchés sur son œuvre, à Angers en 2015 (« Une écriture en parcours ») puis à Dunkerque en 2016 (« L’écriture fugitive »), il s’agira de repenser à nouveaux frais la force d’écoute d’une telle œuvre. Nous nous proposons de le faire en suivant trois orientations complémentaires à partir des archives, des histoires et des géographies de Michel Chaillou.

Les manuscrits dorénavant conservés à la BnF permettent aux chercheurs de découvrir certains éléments de la genèse des œuvres publiées. De plus, de nombreux cahiers et dossiers préparatoires, dont certains relèvent des activités professorales, éditoriales ou encore audio-visuelles de Michel Chaillou, ont également été conservés par la famille ; on y découvre le continu organique de l’ensemble de ces activités. Il est temps maintenant de les ouvrir et d’y voir à l’œuvre toujours recommençante « l’écoute intérieure ». Alors que le tournant archivistique est maintenant considéré dans les sciences humaines, la pratique spécifique de Chaillou des carnets et cahiers aux archives sonores et visuelles peut certainement nous aider à articuler des régimes d’historicité pluriels de son écriture en rapport direct aussi bien avec le goût de l’archive, au sens d’Arlette Farge, qu’avec un renouvellement des pratiques archivistiques, à la manière d’un Philippe Artières, pour faire histoire autrement.

De Montaigne à l’enfance nantaise, de Mirabeau à la seconde guerre mondiale, de l’Astrée au guide pédestre du XVIIe siècle, sans oublier les 24 volumes de la collection « Brèves littérature » qu’il a dirigée de 1990 à 1996, l’activité protéiforme de Michel Chaillou relève d’un racontage généralisée qui recommence toutes les histoires à ne jamais les finir pour que s’entretiennent non des itinéraires balisés, des généalogies assurées mais des historicités toujours mobiles, des points d’écoute jamais vraiment entendues. On considérera donc qu’avec Michel Chaillou, l’histoire de la littérature se voit largement contestée dans ses attendus traditionnels tout en étant renouvelée considérablement au moment même où le structuralisme voire même Roland Barthes, son directeur de thèse, n’entendaient pas forcément « la conversation éternelle des auteurs des siècles passés » dans le « vaste roman de la littérature » qu’ambitionnait Chaillou.

Chaillou aimait parler de « prose courante » et quand il écrit sur la France, la voilà « fugitive » ; mais il y aurait chez Chaillou une fascination pour tous les lieux qui ne savent pas où se situer autrement qu’à se voir sans cesse redevenir des expériences libres du rêve, de la digression ou des recommencements. Alors que la géographie en prise avec le « glocal », de Michel Lussault à Olivier Mongin, repense la notion de lieu au plus près des usages et des mobilités au moyen de raccordements scalaires souvent inédits, l’œuvre de Michel Chaillou n’offre-t-elle pas des explorations avec autant de points de fuite qui ne cessent de dé/re/localiser bien des expériences géographiques. On cherchera à suivre certaines lignes de reconceptualisation dans l’œuvre de Michel Chaillou, contemporaine d’un Henri Lefebvre (La production de l’espace, 1974), dans l’esprit d’une géocritique littéraire attentive, comme le propose Bertrand Westphal, à « saisir les espaces humains dans leur mouvance ».

Modalités pratiques

Les propositions participeront à l’un des trois axes définis ci-dessus et seront adressées avant le 1er novembre 2018 à serge.martin@univ-paris3.fr

Comité d’organisation

Guillaume Fau (BnF), Pascal Lefranc (Paris 3), Serge Martin (Paris 3)

Comité scientifique

  • François Berquin (U. du Littoral)
  • Pauline Bruley (U. d’Angers)
  • Philippe Daros (U. Sorbonne nouvelle)
  • Guillaume Fau (BNF)
  • Catherine Haman (U. du Littoral)
  • Michel Lussault (ENS, Ecole urbaine de Lyon)
  • Serge Martin (U. Sorbonne nouvelle)
  • Marie-Laure Prévost (BNF)
  • Dominique Rabaté (U. Diderot)
  • Chiara Rolla (U. di Genova)
  • Jean-François Thémines (U. de Caen)
  • Alain Schaffner (U. Sorbonne nouvelle)
  • Bertrand Westphal (U. de Limoges)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : colloque « Le rayonnement des arts au Moyen Âge. Réflexions autour du ms. aquitain, Paris, BnF latin 1139 »

Le manuscrit Paris, BnF, lat. 1139 est un manuscrit composite, aux origines mal connues, conservé dans les collections de l’abbaye de Saint-Martial de Limoges dès le milieu du XIIIe siècle. Issu de l’une des plus prestigieuses bibliothèques médiévales, il est l’un des premiers témoins d’une nouvelle manière de chanter la louange divine. Ces créations ne rompent pas avec les traditions antérieures mais prolongent des pratiques existantes.

La partie la plus importante et la plus ancienne (fin XIe-début XIIe siècle) comprend de nombreux chants festifs : tropes, chansons versifiées (versus et Benedicamus domino appelés nova cantica), épîtres farcies et jeux liturgiques (f. 32r-117r). S’y ajoutent aussi des offices votifs de la Vierge, notés au XIIIe siècle (f. 119r-148r), un prosaire complet de la fin du XIIe siècle (f. 149r-228v) et des extraits de deux autres prosaires du XIIIe siècle (f. 2r-20v). Tout au long du manuscrit figurent également des indications à la liturgie et la vie de l’abbaye (inventaire des ornements de l’autel, liste des livres de la bibliothèque, etc.).

vue 155 - folio 74r

Ce recueil factice permet donc d’appréhender deux siècles de répertoires chantés et de pratiques liturgiques touchant aux évolutions des célébrations et de leurs marges. Cette anthologie hétéroclite est révélatrice de l’élan créateur et des échanges culturels qui gravitent autour de Saint-Martial dans le contexte plus large de la France méridionale et de contrées plus lointaines.

Ce manuscrit est un livre exceptionnel et a très tôt suscité l’intérêt des chercheurs :

  • Il est l’un des plus anciens témoins des polyphonies aquitaines.
  • Il s’agit de la plus ancienne grande collection de chants festifs de nouvelle facture.
  • Il comprend plusieurs jeux liturgiques, notamment le Sponsus dont il est l’unique témoin.
  • Il s’inscrit à la croisée des répertoires latins et vernaculaires.
  • Le notateur de la partie la plus ancienne a fait usage d’une note en forme de losange afin d’indiquer le demi-ton. Cette particularité notationnelle a été rapidement abandonnée dans le sud de la France mais a été très largement adoptée dans l’ouest de la péninsule Ibérique, tout particulièrement au Portugal.

L’inventaire de la partie la plus ancienne a été dressé par Hans Spanke (1931) et Judith M. Marshall lui a entièrement consacré sa thèse (1961), essentiellement analytique. Jacques Chailley (1952), Sarah Fuller (1969) et Leo Treitler (1978) ont également intégré ce manuscrit à leurs études du répertoire aquitain. Il apparaît que de nombreux chants de latin 1139 comportent des concordances avec des sources du sud de la France mais aussi avec les offices festifs de la Circoncision de Beauvais, Sens et du Puy (Wulf Arlt, 1970, 2000) ainsi qu’avec d’autres répertoires plus éloignés géographiquement.

Ce colloque s’adresse aux chercheurs issus de différentes disciplines (histoire, histoire de l’art, histoire de la littérature, musicologie, philologie, paléographie, etc.) afin d’appréhender ce manuscrit complexe dans toutes ses dimensions. Cette rencontre sera l’occasion de combler les pans laissés vierges par l’historiographie, notamment quant aux parties les plus récentes du manuscrit. Il s’agira à la fois de s’attacher au manuscrit lui-même mais surtout, de l’inscrire dans une production plus large, à commencer par celle de l’abbaye Saint-Martial de Limoges, et dans des réseaux de création et de diffusion dépassant le territoire du Limousin. L’originalité de ce colloque réside ainsi dans la mise en évidence des circulations des pratiques artistiques et intellectuelles. Dans cette perspective, le manuscrit latin 1139 servira de point de départ à une étude renouvelée de la création au sein du Midi et de son rayonnement dans l’espace et le temps mais il n’en sera pas l’unique objet.

Les communications pourront porter sur les thématiques suivantes (liste non limitative) :

Transferts : comparaison de Paris, BnF, latin 1139 avec d’autres sources

  • questions paléographiques musicales et textuelles ; utilisation des spécificités de la notation neumatique du manuscrit dans d’autres traditions (péninsule Ibérique notamment) ;
  • caractéristiques stylistiques musicales et littéraires de son répertoire ;
  • approches codicologiques, présentation, mise en page et décoration du manuscrit en lien avec un corpus plus large.

Diffusion : Saint-Martial de Limoges comme foyer musical et artistique

  • la position de Saint-Martial par rapport à la diffusion des répertoires ou des pratiques artistiques du Limousin vers d’autres régions ;
  • l’abbaye comme centre de création et/ou de réception d’un répertoire exogène ;
  • la circulation des manuscrits à la bibliothèque de Saint-Martial ;
  • la liturgie et la vie communautaire de l’abbaye à travers les répertoires et les ajouts non musicaux dans latin1139.

Circulation : devenir et réception des répertoires notés dans Paris, BnF, latin 1139

  • mise en perspective des réseaux de diffusion des répertoires notés dans latin 1139 : manuscrits normano-siciliens, offices de la Circoncision, manuscrits germaniques dont les Carmina Burana, Cantatoria de Prague du XIVe siècle, etc. ;
  • relations entre les répertoires de latin 1139 et les sources parisiennes des XIIe et XIIIe siècles (nova cantica, proses) ;
  • prise en compte de la dimension matérielle complexe du manuscrit comme témoignage des usages des livres et des répertoires : transformations, recompositions en fonction de nouveaux besoins ;
  • échanges et interférences entre les répertoires latins (versus, tropes, épîtres, etc.) et vernaculaires.

Les propositions de communication (titre et résumé : 300 mots environ) sont à envoyer à l’adresse info@colloque1139.fr avant le 31 mai 2018.

Les déjeuners seront pris en charge. Le remboursement des frais d’hébergement et de déplacement sera discuté au cas par cas en fonction des budgets obtenus.

Comité scientifique

  • Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • François Bougart (CNRS, IRHT, Paris)
  • Pascale Bourgain (Centre Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Christelle Cazaux-Kowalski (FHNW / Musik Akademie Basel, Schola Cantorum Basiliensis)
  • Christelle Chaillou (CNRS, CESCM, Poitiers)
  • Marie-Noël Colette (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Gilbert Dahan (EPHE/LEM, Paris)
  • Charlotte Denoël (Centre Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Manuel Pedro Ferreira (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Andreas Haug (Universität Würzburg)
  • Katarina Livljanić (Université Paris-Sorbonne, IReMus)
  • Guy Lobrichon (CIHAM UMR 5648 – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
  • Christian Meyer (CNRS, CESR, Tours)
  • Susan Rankin (University of Cambridge)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

Informations pratiques

Le colloque aura lieu les 19, 20 et 21 mars 2019 à la Bibliothèque nationale de France (58, rue de Richelieu, 75002 Paris), à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (40, avenue d’Iéna, 75116 Paris) et à la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France (39, bd de La Tour-Maubourg, 75007 Paris).

Contact

info@colloque1139.fr

Comité d’organisation

  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF rend hommage à Suzanne Citron

Suzanne Citron, son parcours et ses archives à la BnF (Bibliothèque de l’Arsenal)

Suzanne CitronSuzanne Citron, décédée le 22 janvier 2018, fut une femme passionnée qui ne cessa de s’engager, et de s’interroger avec une grande lucidité sur ses engagements, comme elle le raconte dans son livre de souvenirs publié en 2003, Mes lignes de démarcation : croyances, utopies, engagements. Après l’épisode dramatique de sa détention à Drancy en juillet-août 1944, elle reprend ses études, devient agrégée d’histoire en 1947 et commence une carrière d’enseignement, d’abord en lycée puis à l’Université de Villetaneuse. Pendant ses années d’enseignement puis après sa retraite en 1983, elle s’intéresse d’une manière critique et active à l’histoire de l’enseignement de l’histoire et à ses contenus, publie articles et ouvrages sur ce sujet et réfléchit aux possibilités de réforme. Les étapes les plus marquantes de cette retraite active sont la parution des ouvrages Le Mythe national (1987, plusieurs rééditions dont la dernière, en 2017, eut un certain retentissement), L’Histoire de France autrement (1992, réédition en 1995) et L’Histoire des hommes (1996, réédition en 1999) mais aussi sa participation active et tutélaire au groupe créé en 2011, « Aggiornamento », composé de professeurs désireux de proposer des « réflexions et propositions pour un renouvellement de l’histoire et de la géographie du Primaire à l’Université ».

C’est en 2011 qu’elle entre en contact avec la Bibliothèque de l’Arsenal, au moment où elle souhaite confier à la BnF les archives de son mari Pierre Citron, musicologue et universitaire de renom, spécialiste de Jean Giono. En bonne historienne, elle s’est prise au jeu de cet examen de son parcours et de ses traces. La plus grande partie des archives de Suzanne Citron est déjà présente à l’Arsenal, à la disposition des chercheurs qui s’intéressent à son œuvre et à son approche de l’histoire. Cet ensemble sera prochainement complété par les éléments qu’elle a souhaité garder auprès d’elle pour continuer à travailler. Sa curiosité, sa réflexion, sa lucidité et sa générosité pourront ainsi continuer à témoigner mais aussi à inspirer le travail des historiens et historiographes du futur.

Ce fonds vient enrichir les collections d’archives en sciences humaines et sociales de la BnF, particulièrement celles des historiens, des philosophes ou des ethnologues. Si l’entrée de certaines collections a fait l’objet d’une importante couverture médiatique, qu’on songe à l’acquisition des archives de Foucault1, celles de Guy Debord2 ou encore le don des archives de Roland Barthes3, d’autres méritent d’être signalées, comme par exemple :

  • Simone Weil (1909-1943) : déposés à la BnF depuis 1978, ses manuscrits entrent définitivement par dation en 2000, accessibles aux chercheurs qui en ont entrepris une publication exhaustive. Des Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale à L’Enracinement, des travaux Sur la science ou sur La Source grecque aux Intuitions préchrétiennes, de la Correspondance à l’admirable série des Cahiers,  l’essentiel de ce que la philosophe a écrit, y compris ses notes de cours, ses livres annotés ou les documents accumulés pendant ses derniers mois à Londres, figure dans le fonds Simone Weil ;
  • Jean Malaurie (1922- )((NAF 28421. Fonds Terre Humaine, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc124045)) ;
  • René Girard (1923-2015)4 ;
  • Claude Lévi-Strauss (1908-2009)5 ;
  • Jean-François Revel (1924-2006) : manuscrits de ses essais, de La Tentation totalitaire (1976) à L’Obsession anti-américaine (2002), en passant par La Connaissance inutile (1988) et Le Voleur dans la maison vide (1997). L’ensemble est complété par les manuscrits de ses articles et par une riche correspondance. Les abondantes archives de L’Express pour la période 1978-1981 offrent enfin à l’histoire du journalisme des sources inédites6;
  • Victor Ségalen (1878-1919) ;
  • Jean Cuisenier (1927-2017) ;
  • Germaine Tillon (1907-2008) : le fonds couvre l’ensemble des domaines d’activité de Germaine Tillion7 ;
  • Jean Rouch (1917-2004)8.

Si le statut des archives personnelles de chercheurs suscite parfois encore débat dans le monde académique9, de plus en plus d’établissements (bibliothèques universitaires, comme laboratoires, instituts de recherche et maisons des sciences de l’homme) se soucient désormais de plus en plus de la conservation des archives de la recherche et des chercheurs en parallèle de la réflexion sur la sauvegarde et la transmission des données de la recherche. A titre d’exemple, mentionnons ArchiFacile ! Le guide d’archivage au CNRS publié en 200810 ou le rapport présenté par Bertrand Müller en décembre 2012 intitulé Archiver les sciences humaines et sociales : positions de problèmes, propositions ((Cf. Bertrand Müller, « Archiver les sciences humaines et sociales », Lettre de l’InSHS, 27, janvier 2014, p. 13-19. Disponible en ligne, url : <http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoinshs_27.pdf>.)).

Pour ce qui est de la BnF, le souci de l’accueil et de la conservation des fonds d’archives est réaffirmé dans sa charte documentaire : « une place plus grande encore pour les archives. Si la collecte d’archives est de tradition dans certains départements -département des Manuscrits, de la Musique, des Arts du spectacle- notamment pour les raisons documentaires déjà évoquées, on peut en constater encore le développement dans la période récente y compris dans les départements en charge du dépôt légal. »11)

  1. NAF 28730. Fonds Michel Foucault, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc98634s []
  2. Les archives de Guy Debord entrent à la Bibliothèque nationale de France, http://www.bnf.fr/documents/cp_archives_debord.pdf ; NAF 28603. Fonds Guy Debord, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc57433n []
  3. Les archives de Roland Barthes entrent à la Bibliothèque nationale de France, http://www.bnf.fr/documents/cp_roland_barthes.pdf ; NAF 28630. Fonds Roland Barthes, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc78608x []
  4. Fonds René Girard, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc94943q []
  5. NAF 28150. Fonds Claude Lévi-Strauss, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc134071 ; Catherine Faivre d’Arcier, « Les Archives de Claude Lévi-Strauss », Chroniques de la BnF, http://chroniques.bnf.fr/numero_courant/collections/archives_levi_strauss.htm []
  6. Le fonds Jean-François Revel entre à la BnF, http://www.bnf.fr/documents/cp_revel.pdf []
  7. NAF 28481. Fonds Germaine Tillion, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc12933d []
  8. NAF 28464. Fonds Jean Rouch, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc4402h, 1950-1997 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Films finis, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc90685z ; 1961-1994 : Fonds Jean Rouch – Archives sonores – Films non finis, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc96277c []
  9. BERT, Jean-François. Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? Nouvelle édition [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press, 2014 (généré le 30 janvier 2018). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/oep/438>. ISBN : 9782821834620. DOI : 10.4000/books.oep.438. []
  10. http://www.cnrs.fr/paris-michel-ange/IMG/pdf/guide_ARCHIfacile.pdf et décliné par délégations, comme par exemple en Midi-Pyrénées, https://cnrs-hebdo.dr14.cnrs.fr/documents/361/document.aspx&usg=AOvVaw0fP3u8jERFFcS7EA9xKF88 []
  11. Charte documentaire 2015 : Politique d’enrichissement des collections, (version synthétique), url : <http://www.bnf.fr/documents/charte_doc_synthetique.pdf>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Projet ANR (2017-2020) : FFL – Foucault Fiches de Lecture

Le projet Foucault Fiches de lecture (FFL) coordonné par Michel Senellart, professeur de philosophie à l’ENS Lyon (UMR Triangle), a été sélectionné par l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans le cadre de son appel à projets générique 2017, CE38 La Révolution numérique : rapports aux savoirs et à la culture, « Instrument de financement : Projet de Recherche Collaborative (PRC) ».

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’

Résumé du projet

Le projet Foucault Fiches de lecture (FFL) a pour but d’explorer et de mettre à disposition en ligne un large ensemble de fiches de lecture de Michel Foucault conservées à la BnF. Ce corpus de plusieurs milliers de feuillets contient une collection considérable de citations et de références, organisées et commentées par Foucault pour la préparation de ses livres et de ses cours.
Il ne s’agira pas seulement de rendre accessibles les sources du philosophe, mais de contribuer à l’élaboration d’une herméneutique philosophique, reposant sur l’analyse des pratiques documentaires et des styles de travail de Foucault. La recherche foucaldienne, à laquelle le fonds BnF ouvre de multiples perspectives d’exploration, en sera profondément renouvelée, et les sciences humaines disposeront d’un corpus inédit, constitué des matériaux accumulés par Foucault tout au long de son parcours intellectuel, sur des sujets aussi variés que la psychiatrie, la pénalité, la sexualité.
Outre cet apport aux sciences humaines, la réflexion sur la théorie foucaldienne de la matérialité du discours et de l’archive – théorie dont les fiches de lecture offriront une approche inédite – guidera le développement d’une plate-forme numérique d’un nouveau type. Elle permettra de circuler dans les contenus, de les enrichir par des annotations et des ressources distantes, mais aussi d’analyser et de représenter leurs relations.
En particulier, s’appuyant sur les technologies du Linked Data, l’équipe proposera un modèle de données original et ouvert, que chaque chercheur pourra adapter à ses problématiques spécifiques, en créant son propre système de description des documents, de mise en relation, et d’interrogation, des connaissances et des contenus. Plutôt que de donner accès aux archives selon un modèle unique et prédéfini de la pertinence des informations, l’ambition du projet sera de proposer à chacun de constituer et d’organiser ses propres indicateurs et son propre parcours de lecture. Le principal défi sera donc d’intégrer ces différents modes d’analyse du corpus, et donc les fonctionnalités correspondantes, dans une plate-forme où les contributions pourront être mutualisées et articulées – et ce, au-delà du projet ANR.

Coordinateur scientifique : Michel Senellart

ANR-17-CE38-0001

Contribution de la BnF

Le département des Manuscrits est partenaire de ce programme pour lequel il contribuera par :

  • la mise à disposition des données et leur sauvegarde pérenne : les images numériques des fiches de lecture seront en effet mises en ligne dans Gallica, vers laquelle pointera la base de données ;
  • la mise à disposition des données de l’inventaire, mises en ligne dans le catalogue BnF Archives et manuscrits (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/), et leur réutilisation pour les besoins du projet ;
  • l’apport d’une aide ponctuelle concernant notamment des questions d’indexation ;
  • participation sur fonds propres aux frais de numérisation à hauteur de 6000 euros.

Partenaires

Triangle :Logo Triangle
BnF :Logo-BnF
ENS-PSL :Logo ENS-PSL

Pour en savoir plus

Le projet dispose d’un carnet de recherche : https://ffl.hypotheses.org/

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Reliures précieuses dans la collection de la BnF au musée du Louvre

En lien avec l’exposition de la Petite Galerie, Théâtre du pouvoir, où sont actuellement présentés les regalia, les instruments du sacre des rois de France, la Bibliothèque nationale de France a accepté le prêt de cinq de ses reliures les plus précieuses, conservées au département des Manuscrits : pendant huit mois, elles prennent ainsi provisoirement place dans les vitrines des salles médiévales du département des Objets d’art du Louvre.
Ces reliures forment un ensemble exceptionnel par leur somptuosité et leur histoire, du siècle de Charlemagne à la fin du Moyen Âge. A elles cinq, elles laissent entrevoir, chacune à leur manière, la richesse de l’art médiéval et, par-delà, celle de l’histoire culturelle et politique des différentes régions qui ont participé à la genèse de l’histoire de la France et des pays voisins.

Psautier de Dagulf, Ateliers dits de « l’École du palais » de Charlemagne (France du Nord actuelle ou Aix-la-Chapelle en Allemagne actuelle), entre 783 et 795. Plaques de reliure : Ivoire. Mentionné au Moyen Âge en Allemagne dans les trésors des cathédrales de Limbourg-sur-la Lahn, de Spire (avant 1065) puis de Brême (du XIe au XVe siècle). Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale autrichienne à Vienne. Musée du Louvre, MR 370-371. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola

Conservés par la BnF depuis la Révolution et le Consulat, ces livres dialoguent, dans un parcours inédit, avec les Objets d’art des collections médiévales du Louvre et s’offrent sous un nouveau jour, en particulier pour   les deux reliures restaurées grâce au mécénat de la Fondation Polonsky.

Évangiles de la collégiale Saint-Louis de Metz. Plat inférieur de la reliure. Au centre, ivoire représentant une Crucifixion (Constantinople, XIe siècle). Encadrement de plaques d’argent et plaques émaillées, cabochons de cristal de roche (XIIIe -XIVe siècles). BnF, département des Manuscrits, latin 9391. © Bibliothèque nationale de France

Au Moyen Âge, les livres liturgiques utilisés pour la célébration du service divin faisaient partie des trésors des églises aux côtés d’autres objets sacrés comme les reliques. Ils revêtaient, pour l’établissement religieux qui les conservait, une fonction mémorielle essentielle : le trésor servait à perpétuer le glorieux souvenir de la fondation du lieu comme à incarner son histoire vivante et la puissance de son assise spirituelle et temporelle.

Deuxième Évangéliaire de la Sainte-Chapelle, Paris, vers 1240 (bordures extérieures de la reliure du XVIe siècle). Plat supérieur de la reliure : Crucifixion. Plat inférieur de la reliure : Christ en majesté. Argent doré, cabochons de verre et de pâte de verre. BnF, département des Manuscrits, latin 9455. © Bibliothèque nationale de France

Le statut d’unica des livres qui en faisaient partie et leur valeur hautement commémorative justifiait l’ornementation luxueuse qui était la leur et qui rivalisait sans peine avec les plus riches pièces d’orfèvrerie dans la glorification de Dieu.
Tous ont pour point commun d’avoir reçu une riche décoration enluminée et, en guise de couverture, de véritables joyaux dont la splendeur et l’iconographie élaborée sont à la mesure de la dimension spirituelle et symbolique de leur contenu. Ces manuscrits proviennent de centres variés : Metz pour les deux livres d’Évangiles présentés dans la première et dernière vitrine, Saint-Vaast d’Arras pour le Missel de Saint-Denis dans la vitrine de la salle 4 et Paris pour les deux Évangéliaires de la Sainte-Chapelle dans la vitrine centrale de la salle 2.

Premier Évangéliaire de la Sainte-Chapelle, Paris, vers 1230 et 1240-1248. Plat supérieur de la reliure : Résurrection du Christ. Plat inférieur : Crucifixion. Argent doré et niellé. BnF, département des Manuscrits, latin 8892. © Bibliothèque nationale de France
Missel à l’usage de Saint-Denis. Plat supérieur : Figurines d’ivoire de morse de l’école du palais de Charles le Chauve, vers 870. Feuille d’or gravée, repoussée, filigrané et orné de pierres précieuses et de perles remontant au XIe siècle (bordure extérieure du XIIIe siècle). BnF, département des Manuscrits, latin 9436. Plat inférieur : Plaque de cuivre dorée, gravée et ciselée, insérée dans un cadre d’argent estampé et contenant la figure de saint Jean l’Évangéliste (France, XVe siècle) . BnF, département des Manuscrits, latin 9436. © Bibliothèque nationale de France

Si l’exécution de ces manuscrits et de leurs enluminures est bien localisée dans l’espace et le temps, il n’en va pas toujours de même de leurs reliures, dont certaines présentent un aspect composite. Leur décor est formé à l’aide de matériaux aussi précieux que variés : or, argent, cuivre, ivoire, gemmes, perles… Ceux-ci, comme les techniques raffinées avec lesquelles ils étaient travaillés, avaient pour fonction d’accroître la valeur esthétique et spirituelle des livres.


Cette présentation est organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre.

Évangiles de Drogon. Plaque d’ivoire d’éléphant illustrant des scènes de la Passion du Christ : Metz, vers 850. Bordure d’orfèvrerie à filigrane avec perles et pierres, XIe siècle. BnF, département des Manuscrits, latin 9388. © Bibliothèque nationale de France

Commissaires de l’exposition : Charlotte Denoël, conservatrice en chef, département des Manuscrits, BnF et Florian Meunier, conservateur en chef, département des Objets d’art, musée du Louvre.

Manuscrit de Denys l’Aréopagite. Manuscrit : Constantinople, 1403-1405 ; Ivoire : Paris, vers 1360-1380 ; Monture : argent doré, pierreries : Paris, vers 1400, remaniée au XVIIe siècle. Provient du trésor de l’abbaye de Saint-Denis. Musée du Louvre, MR 416. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Œuvre en scène : Évangiles de Drogon, le mercredi 30 mai 2018 à 12h30, à l’auditorium du Louvre.
Par Charlotte Denoël, BnF, Jannic Durand et Florian Meunier, musée du Louvre.

Boîte-reliure de Maastricht, Empire ottonien (Trèves ou Ratisbonne ? Allemagne actuelle), vers 1020-1040. Provient du trésor de la cathédrale de Maastricht. Âme de bois, or, émaux cloisonnés, nielle, cabochons. Musée du Louvre, MR 349. © RMN – Grand Palais (Musée du Louvre) / Droits réservés

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences : Archéologie de la Guerre : de la fouille à l’écriture de l’Histoire

La Bibliothèque nationale de France organise, entre octobre 2017 et juin 2018, un cycle de conférences consacré aux différents aspects de l’archéologie de la Guerre, toutes périodes confondues. 

Mercredi 11 octobre 2017 : L’archéologie de la Grande Guerre

Gilles Prilaux, Ingénieur de recherche, directeur adjoint scientifique et technique à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) Hauts-de-France
Les interventions archéologiques menées dans le Nord et dans l’Est de la France font souvent ressurgir les cicatrices du sol générées par les combats de la guerre 1914/1918. Ces stigmates, particulièrement nombreux, se comptent par centaines de milliers : trous d’obus, tranchées, boyaux, abris de fortune, dépotoirs, munitions de tous calibres, mais aussi restes des 700 000 combattants encore fossilisés sur le champ de bataille. Ces témoignages directs de cette boucherie sans nom se révèlent sous des formes variées ; ici les restes d’un corps enseveli et grêlés de shrapnell ; là une jambe arrachée abandonnée dans un trou d’obus, jusqu’à des ensembles plus complexes qui font écho à l’état d’esprit du soldat face à l’horreur des combats. Cette conférence propose de faire un point sur l’état des lieux sur cette période à travers le regard de l’archéologie de terrain que reste-t-il aujourd’hui dans le sol et comment l’interpréter ?
La tombe des Grimsby Chums, dans la ZAC Actiparc d’Arras (Pas-de-Calais) en cours de fouille en 2001. 20 corps de soldats ont été découverts dans cette fosse commune.
Cl. Gilles Prilaux. Inrap

Mercredi 22 novembre 2017 : Les fouilles de fortins du désert oriental en Égypte

Bérengère Redon, Chargée de recherche au CNRS, UMR 5189 HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Antiques), directrice de la MAFDO
Créée en 1994 par Hélène Cuvigny, la mission archéologique française du désert Oriental explore une région en marge de l’Égypte, située à l’interface entre la vallée du Nil et la mer Rouge. Le but de la mission est d’étudier l’occupation humaine du désert Oriental, l’exploitation de ses ressources, le développement de ses infrastructures (routes, fortins, stations) aux époques ptolémaïque
(331-30 av. J.-C.) et romaine (30 av. J.-C.-IVe s. ap. J.-C.), en se concentrant d’une part sur l’exploitation des carrières et mines de la région, et d’autre part sur l’aménagement et la surveillance des grandes pistes caravanières qui traversaient le désert jusqu’aux ports de Bérénice et Myos Hormos. Une dizaine de forts, extrêmement bien préservés, ont été explorés. Ils ont livré un matériel exceptionnel, dont plusieurs milliers d’ostraca. Ces découvertes renseignent l’historien sur la vie quotidienne de la petite société des fortins, qui ont accueilli une population mêlée et complexe, composée de soldats et de civils, de femmes et d’hommes, et même d’enfants, d’origine très diverses.
Artist’s Sketch of Pharaoh Spearing a Lion

Mercredi 20 décembre 2017 : Archéologie de la bataille de Sellasie (222 av. J.-C.) : entre sources antiques et réalités du terrain

Jean-Christophe Couvenhes, Maître de conférence d’Histoire grecque, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), UMR 8210 AnHiMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques)
La bataille de Sellasie (222 av. J.-C.) mit fin aux espoirs de redressement de l’État spartiate par son roi Cléomène III. Cette bataille est restée célèbre grâce à l’historien Polybe et à Plutarque. En position de force défensive, sur son territoire, Cléomène est néanmoins défait par les troupes du roi de Macédoine Antigone Dôsôn, près de la localité périèque de Sellasie, à quelques kilomètres au nord-est de Sparte ; il doit s’enfuir en Égypte. Entre 1828 et 1833, lors de la guerre d’indépendance grecque, l’expédition de Morée passe par Sellasie.
Emile Le Puillon de Boblaye (Paris-Strasbourg, 1835) y consacre une page, tentant d’articuler les textes au terrain. Tout au long des XIXe
et XXe siècles, des voyageurs puis des archéologues de toutes nationalités reviennent sur le champ de bataille et sur les textes : Leake, Ross, Jochmus, Kromayer, Sotiriadis, Delbrück, Pritchett, Morgan, etc. Aujourd’hui encore, Sellasie reste un point d’observation intéressant pour comprendre les enjeux méthodologiques de la reconstitution d’une bataille antique.
Bataille de [Séllasia] entre [Antigonos] et Cleomène

Mercredi 17 janvier 2018 : Les mercenaires celtes, entre mythes et réalités

Luc Baray, Habilité à diriger des recherches, Directeur de recherche au CNRS, membre de l’UMR 6298 ArTeHiS (Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés)
Du Ve siècle à la fin du Ier siècle avant J.-C., de l’Afrique du Nord à la Judée en passant par la Sicile, l’Italie, la Grèce et l’Asie Mineure, des milliers de guerriers celtes ont été recrutés par les Carthaginois et les Grecs. Guerriers étrangers, motivés par l’appât du gain et la recherche de terres où s’installer, les Celtes essaimèrent sur tous les fronts où leur savoir-faire technique et leur bravoure paraissaient indispensables.
L’objet de cette conférence est de déconstruire le mythe du mercenariat celtique tel qu’il nous est donné à lire à travers les poncifs des auteurs gréco-latins, souvent repris et amplifiés par les modernes. Un retour critique aux sources antiques permet d’en présenter une autre image en cherchant notamment à toujours distinguer les statuts – mercenaire ou auxiliaire – derrière les dénominations.

Soldat gaulois

Mercredi 7 février 2018 : Archéologie sous-marine du débarquement de Normandie

Cécile Sauvage, Conservateur du Patrimoine, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM)
Le débarquement de Normandie a été abondamment étudié par les historiens. Depuis deux décennies, l’archéologie sous-marine contribue également à sa connaissance. Aux premières études menées par des plongeurs de la région de Caen, se sont ajoutées des campagnes menées par des équipes professionnelles américaine, canadienne, britannique puis française.

Le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), a pour mission l’inventaire des vestiges d’intérêt archéologique ou historique situés dans les eaux sous juridiction française. Depuis 2015, il accompagne la Région Normandie dans un projet qui vise à faire inscrire les plages du Débarquement au titre du patrimoine mondial par l’Unesco. Après une première phase de dépouillement des données déjà acquises sur les vestiges maritimes du Débarquement, le DRASSM a débuté en 2017 une campagne d’expertises in situ. La centaine de vestiges aujourd’hui connus montre l’importance de la composante maritime de l’Opération Neptune et la variété des moyens mis en œuvre à cette occasion.

Char U.S. Duplex Drive Sherman © ShigureKai, Imgur

Mercredi 21 mars 2018 : Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (78) : La préparation des troupes de Louis XIV à la guerre de siège (1669-1770)

Séverine Hurard, Ingénieure de recherches à l’ Institut national de
recherches archéologiques préventives (Inrap)
Situé, à l’intérieur de la boucle de la Seine, dans la plaine alluviale dite d’Achères, le Fort Saint-Sébastien accueillit, vraisemblablement à partir de 1669 et pour quelques années seulement, les troupes dites de la «Maison du Roi», soit entre 9000 et 30000 soldats, faisant
l’apprentissage des techniques de la guerre de siège. La fouille archéologique, menée entre 2011 et 2012 sur une surface de 28 hectares, a révélé l’existence de deux ouvrages fortifiés distincts associés à leurs aires de campement. Cette lecture archéologique inédite de la préparation à la guerre de siège offre un éclairage différent, à une échelle inaccoutumée, sur la rationalisation des pratiques militaires sous Louis XIV. Elle permet de s’intéresser plus
globalement à la société des gens de guerre, à laquelle appartiennent les compagnies de mousquetaires et d’examiner la réalité matérielle de cette société composite.

Mercredi 11 avril 2018 : Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy

Benoît Pouvreau, Chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis
Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permit une redécouverte : l’œuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.
R. B. Kitaj (29 Oct 1932 – 21 Oct 2007), Drancy, Credit: Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d’art et d’histoire du judaïsme) / Jean-Gilles Berizzi

Mercredi 23 mai 2018 : L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est : L’alimentation du combattant de la Grande Guerre à travers l’archéologie

Michaël Landolt, Archéologue, Service régional de l’archéologie, Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est
Le développement de l’archéologie de la Première Guerre Mondiale en France depuis quelques années s’est récemment accompagné d’une définition de nouvelles problématiques d’études. Parmi celles-ci, l’étude archéologique des dépotoirs vient véritablement compléter la vision de la Grande Guerre. De nombreux éléments, issus du mobilier rejeté dans ces structures, sont à mettre en relation avec l’alimentation. L’évocation par les soldats des conditions alimentaires au front et au repos est trop souvent parcellaire et anecdotique. Ainsi, les objets et les restes alimentaires qui leurs sont liés méritent une attention particulière car ils contiennent une quantité d’informations encore sous exploitées par les historiens. Même si ces vestiges ont malheureusement souvent été délaissés, au profit des fouilleurs clandestins, les études scientifiques démontrent aujourd’hui le potentiel documentaire de ce mobilier. À partir de corpus principalement issus de Champagne-
Ardenne, Lorraine et Alsace, l’alimentation des soldats allemands et français pourra être abordée. L’accent sera donné sur les spécificités de chaque belligérant à partir de quelques exemples caractéristiques (boissons, condiments, conserves, viande…). Cette étude comparative pluridisciplinaire développera plusieurs problématiques depuis la fabrication des aliments jusqu’au rejet des restes alimentaires.
Gamelles et matériel de cuisine abandonnés par les Allemands à Etrepilly : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Archéogéomorphologie de la Grande Guerre : une approche du façonnement des paysages du premier conflit mondial dans le Nord-Est de la France (champ de bataille de Verdun)

Stéphanie Jacquemot, Archéologue, Service régional de l’archéologie, Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est
Cent ans après, les traces des combats de la Grande Guerre demeurent toujours vivaces dans les paysages du Nord-Est de la France. C’est le cas notamment en forêt de Verdun, qui a fait l’objet en 2013 d’une prospection par LiDAR aéroporté, permettant de dévoiler, sous forme d’images 3-D à haute résolution, les vestiges de guerre masqués par le manteau forestier. Menée à partir du traitement d’images et de l’analyse de terrain, une étude archéogéomorphologique des formes de relief induites par les bombardements et les aménagements du front établit une typologie et une cartographie inédites de la diversité des vestiges et de la structure du champ de bataille.
Les résultats de ces travaux menés avec Rémi de Matos-Machado contribuent à affiner la connaissance du champ de bataille de Verdun.
Auteur : R. de Matos Machado, mars 2015. Source : Rémi de Matos Machado, Jean-Paul Amat, Gilles Arnaud-Fassetta et François Bétard, « Potentialités de l’outil LiDAR pour cartographier les vestiges de la Grande Guerre en milieu intra-forestier (bois des Caures, forêt domaniale de Verdun, Meuse) », EchoGéo [En ligne], 38 | 2016, mis en ligne le 13 décembre 2016, consulté le 13 octobre 2017. URL : http://echogeo.revues.org/14791 ; DOI : 10.4000/echogeo.14791

Mercredi 13 juin 2018 : La guerre romaine en Espagne (IIIe-Ier s. av. J.-C.) : l’historien face aux traces matérielles

François Cadiou, Professeur d’Histoire romaine, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Ausonius
L’Espagne est actuellement la région où l’archéologie militaire, en plein essor depuis plus d’une décennie, a livré les résultats les plus importants et les plus spectaculaires concernant l’époque de l’expansion romaine en Méditerranée à la fin de la République. On y compte désormais de nombreux sites identifiés comme des camps militaires ou même des champs de bataille.
Chronologiquement situés entre le début de la Deuxième guerre punique et les ultimes conquêtes réalisées sous Auguste, soit sur près de deux siècles, ils ont livré des restes d’infrastructures ou du matériel qui contribuent à alimenter des débats sur l’évolution des pratiques romaines de la guerre à cette période. À partir d’un bilan de ces découvertes récentes, la conférence proposera de réfléchir à l’usage de ces données matérielles par l’historien.
[Monnaie. Denarius, Auguste, Atelier auxiliaire (Espagne)]

Coordination

  • Vanessa Desclaux, chargée de collection du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF
  • Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, BnF
  • Tassos Anastasiadis, directeur des études Grèce moderne et contemporaine, EFA

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand,  Salle 70

Entrée libre

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international Census, 12 et 13 octobre 2017

La rencontre internationale « Census » réunit de nombreux experts européens, du monde universitaire et des bibliothèques, pour réfléchir aux pratiques actuelles de recensement des manuscrits au sein des bases de données de référence et au sein des catalogues en ligne de bibliothèques. Ce partage d’expériences est l’occasion de mettre en lumière les nouveaux enjeux de recherche et les améliorations proposées au sein des différents outils et catalogues.

Programme

Jeudi 12 octobre 2017

9h309h45 IntroductionFrançois Bougard et Matthieu Cassin (IRHT)
9h4510h45 Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales (Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e)François Bougard
9h45-10h15 Trismegistos: cataloguing all ancient texts (BC 800 BC – AD 800) – M. Depauw, KU Leuven
10h15-10h45 Pinakes (recenser et décrire les manuscrits grecs) et Diktyon (identifier les manuscrits grecs) – M. Cassin, IRHT
10h4511h Pause
11h-12h30 Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales (Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e)Brigitte Mondrain (SAPRAT, EPHE)
11h-11h30 Digital Coptic – DH Projects in Coptic Studies – M. Rosenau, Akademie der Wissenschaften zu Göttingen
11h30-12h E-ktobe : une base pour les manuscrits syriaques – A. Binggeli, IRHT
12h-12h30 Classer les manuscrits hébreux par leur aire de production : enjeux et problèmes méthodologiques – J. Olszowy-Schlanger, SAPRAT, EPHE, IRHT
12h3014h Déjeuner
14h16h Recenser les manuscrits par paysClaudia Fabian
14h-14h30 Cultural objects and descriptions. Towards a new German Manuscript Portal – R. Giel, Berlin, Staatsb.zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung
14h30-15h Local – National – Global : How e-codices has made a national manuscript portal in Switzerland – Ch. Flüeler, Université de Fribourg
15h-15h30 manuscripta.at – Manuscrits médiévaux en Autriche – Ch. Glassner, Österreichische Akademie der Wissenschaften
15h30-16h Medieval and Renaissance Manuscripts in North America : Identification, Digitization, and Discoverability – L. Fagin Davis, Medieval Academy of America
16h2018h Recenser les manuscrits par paysPierre-Jean Riamond (Ministère de la Culture)
16h20-16h50 Documentare i manoscritti greci d’Italia : riflessioni in margine ad un lavoro in corso – M. Maniaci, Università degli studi di Cassino
16h50-17h20 Nuovi strumenti per la catalogazione in ManusOnLine: le Linee Guida per l’Authority File e la tastiera virtuale – L. NEGRINI, ICCU, Roma
17h20-18h Recenser et décrire les manuscrits des bibliothèques publiques de France : les catalogues en ligne. – A. Postec, BnF – C. Poiret, CCFr – P. Latour, Calames

Vendredi 13 octobre 2017

9h30-9h45 Accueil et Introduction (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Isabelle le Masne de Chermont
9h4510h45 Recenser les manuscrits par langue : langues modernes (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Isabelle le Masne de Chermont
9h45-10h15 Handschriftencensus (allemand) – N. Busch, Universität Siegen
10h15-10h45 Les deux visages de Jonas : répertoire ‘exhaustif’ des manuscrits contenant du français ou de l’occitan et outils d’analyse de corpus de recherche – M.-L. Savoye, IRHT
10h4511h Pause
11h12h30 Recenser les manuscrits par langue : langues modernes (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Marie-Laure Savoye
11h-11h30 Philobiblon (péninsule ibérique : espagnol, catalan, galicien et portugais) – G. Avenoza, Universitat de Barcelona
11h30-12h Les manuscrits de la littérature italienne des origines : une mise à jour – S. Bertelli, Università degli Studi di Ferrara
12h-12h30 The Past, Present and Future of the Bibliotheca Neerlandica Manuscripta (BNM) – A. Bouwman, Leiden, UL – B. Besamusca, Universiteit Utrecht
12h3014h Déjeuner
14h15h30 Ressources transversales et projets en cours (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Charlotte Denoël
14h-14h30 Biblissima – B. Giffard, IRHT, Biblissima – A.-M. Turcan, SAPRAT, EPHE, Biblissima
14h30-15h Les manuscrits en réseau – réinvention, réorganisation et visibilité dans un nouvel écosystème – C. Fabian, BSB, München
15h-15h30 Pour des identifiants uniques des manuscrits (ISMSN) : présentation d’un projet en cours. – M. Cassin, IRHT – C. Masset, IRHT
15h3016h Pause
16h17h30 Ressources transversales et projets en cours (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Anne-Marie Turcan
16h-16h30 Le programme Polonsky (BnF-British Library) : aspects scientifiques et interopérabilité des métadonnées. – Ch. Denoêl, BnF – F. Siri, BnF
16h30-17h L’innovation au service du partage des données : IIIF à la BnF – M. Bonicel, BnF
17h17h30 Conclusions

Informations pratiques

Jeudi 12 ocobre 2017
Institut de recherche et d’histoire des textes
Site Iéna, Salle Jeanne-Vielliard
40 avenue d’Iéna, 75116 Paris

Vendredi 13 ocobre 2017
Bibliothèque nationale de France,
Petit auditorium du site François Mitterrand
avenue de France, 75706 Paris cedex 13

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts