Archives par mot-clé : Monnaies médailles et antiques

Département des Monnaies, médailles et antiques

L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes (12/4-24/7/2022)

À l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, la BnF propose une exposition qui s’attache à la figure et aux découvertes de Jean-François Champollion (1790-1832), père de l’égyptologie. À peine âgé de 32 ans, le jeune savant expose son interprétation lumineuse du système graphique des Égyptiens anciens. Il offre ainsi au monde la connaissance des noms des pharaons bâtisseurs des pyramides, le déchiffrement des livres des morts trouvés dans les tombeaux et la compréhension d’une langue et d’une littérature perdues. L’exposition, qui s’adresse à tous et particulièrement aux jeunes publics, met en lumière la démarche de Champollion, son actualité et son influence jusqu’à nos jours.

Thot, dieu de l'écriture, in « Panthéon égyptien, collection des personnages mythologiques de l'ancienne Égypte » de Jean-François Champollion, illustrations de Léon-Jean-Joseph Dubois - 1823 - BnF, Bibliothèque de l'Arsenal

Près de 350 pièces – manuscrits, estampes, photographies, papyrus, sculptures… – issues des collections de la BnF et de prêts exceptionnels – notamment du musée du Louvre et du museo Egizio de Turin – viendront initier le public à la « méthode Champollion » et redonner vie à une civilisation qui fascine encore aujourd’hui. L’exposition révèle la figure du père de l’égyptologie mais aussi de l’homme que fut Champollion, son ardeur, son immense curiosité, son tempérament, comme ses qualités littéraires.

Continuer la lecture de L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes (12/4-24/7/2022)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le “Digital Muret” et l’archéologie au XIXe siècle (23/03)

À l’occasion de la mise en ligne du « Digital Muret », cette table ronde présentera et mettra en perspective les recherches menées dans ce programme depuis 2017.

Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, VIII, pl. 47, figurine de Sphinge trouvée en Cyrénaïque (collection Muret).
Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, VIII, pl. 47, figurine de Sphinge trouvée en Cyrénaïque (collection Muret).
Continuer la lecture de Le “Digital Muret” et l’archéologie au XIXe siècle (23/03)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier Culture-INRIA (22/03)

Cet atelier, organisé le 22 mars aux Archives Nationales, permettra de découvrir les projets de recherche et développement (R&D) en culture, menés par des opérateurs culturels, dont la BnF, et des équipes de recherche d’Inria. La présentation de travaux de recherche de l’Inria doit susciter de nouvelles collaborations et nouveaux cas d’usages.

Continuer la lecture de Atelier Culture-INRIA (22/03)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire »

En 2022, en écho à l’exposition L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes, programmée à la BnF du 12 avril au 24 juillet, la nouvelle édition du cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes.

Écritures cunéiformes, hébraïques, araméennes, nabatéennes, syriaques, étrusques et gauloises seront ainsi abordées en six conférences. Archéologues, historiens, épigraphistes présenteront leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Caillou Michaux, contrat de donation d'une terre agricole en babylonien - -1100 -1075 - BnF, département des Monnaies, médailles et antiques
Caillou Michaux, contrat de donation d’une terre agricole en babylonien – -1100 -1075 – BnF, département des Monnaies, médailles et antiques
Continuer la lecture de Cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

ClaReNET. Classifications and Representations for Networks. From types and characteristics to linked open data for Celtic coinages

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF prend part à un programme de recherche financé par le Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt, centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique et porté par la Römische-Germanische Kommission du Deutschen Archäologischen Instituts et le Frankfurt Big Data Lab de la Goethe-Universität Frankfurt.

Objectifs

Le projet, porté par David Wigg-Wolf du Deutsches archäologisches Institut et par Bernward Ziegaus, responsable des Archäologischen Staatssammlung München, au Museum für Vor- und Frühgeschichte, vise à automatiser l’identification des monnaies celtiques en utilisant les technologies de l’information et l’apprentissage profond (deep learning). Parmi ses livrables figure la création d’un portail de la monnaie celtique1, qui unirait les nombreuses collections en ligne selon les principes FAIR2, les règles de Linked Open Data et les référentiels développés par Nomisma3.

Il donnera une meilleure visibilité à la collection de monnaies celtiques de la BnF en permettant de nets progrès dans les classements très compliqués de monnaies celtiques.

Résumé du projet (en allemand)

Die Klassifikation archäologischer Funde und ihre Repräsentation sind durch verschiedene objektepistemologische Ansätze und Medienwechsel geprägt. Durch die fortschreitende Digitalisierung ergeben sich neue Möglichkeiten des Klassifizierens aufgrund automatisierter Bilderkennungsverfahren und der Repräsentation von Funden im Netz mit Hilfe von linked open data. Anhand dreier, jeweils für bestimmte Forschungsfragen und Problemstellungen exemplarisch ausgewählter keltischer Münzserien sollen im Projekt ClaReNet die Möglichkeiten und Grenzen neuer Klassifikations- und Repräsentationsverfahren getestet werden. Dazu werden traditionelle Ansätze der Typisierung und Merkmalserhebung in Numismatik und Archäologie mit informationstechnischen Klassifikationsverfahren, inkl. deep learning, verglichen. Unterschiedliche Datengranularitäten werden dabei evaluiert und standardisierte Normdaten gewonnen. Es wird ein erweiterbarer virtueller Verbundkatalog, celticcoinaige.org, für die von uns untersuchten Münzserien eingerichtet. Er verlinkt auf öffentlich zugängliche Online-Sammlungsbestände sowie auf die von uns nach FAIR-Prinzipien auf der Plattform „Antike Fundmünzen in Europa“ online gestellten Daten und Digitalisate der in Deutschland gefundenen Münzen. Der Arbeitsprozess wird durch eine science and technology-Studie begleitet, die die Wissensproduktion und -zirkulation dokumentiert und zu einer Reflexion über die Veränderungen der Erkenntnisprozesse durch den Einsatz digitaler Werkzeuge und Algorithmen beiträgt. Für das Projekt wird ein Blog mit Videos und nachnutzbarem Wiki eingerichtet. Ziel ist es, im interdisziplinären Dialog systematisch Automatisierungspotentiale und -grenzen für Klassifikations- und Repräsentationsverfahren in der Numismatik und Archäologie auszuloten.


Voir aussi

Des « Gallici » sur Gallica : les monnaies celtiques de la BnF numérisées
  1. Site en construction : <https://celticcoinage.org/>. []
  2. Voir url : <https://www.go-fair.org/>. []
  3. Voir url : <http://nomisma.org/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Assistant de recherche “Trouvailles monétaires”

Trésor monétaire
Trésor monétaire

Missions et activités permanentes

Dans le cadre du programme de recherche « Trouvailles monétaires » (TM) du Plan quadriennal de la recherche 2020-2023, le titulaire du poste est chargé de :

  • Inventorier les trésors monétaires antiques lorrains sur la base d’un corpus existant. Il s’agira plus particulièrement de décrire à la pièce des trésors publiés ou inédits dans un tableau Excel.
  • Rétroconvertir l’ouvrage de référence de J. Duplessy, Les trésors monétaires médiévaux et modernes découverts en France, ainsi que des ensembles publiés dans la Revue numismatique. Il s’agira de décrire les ensembles répertoriés, au niveau du trésor, dans un tableau Excel.

Environnement professionnel 

Le candidat retenu travaillera sous la direction du directeur de département, en collaboration avec le chef de projet Trouvailles monétaires

Compétences requises

  • Niveau d’études : Bac +4
  • Savoirs : Connaissances générales en numismatique, de l’Antiquité à l’époque moderne ; Connaissances en archéologie et intérêt pour les trouvailles monétaires ; Connaissance des corpus numismatiques de référence.
  • Savoir-faire : Maîtrise des outils informatiques standards et en particulier d’Excel ; Maîtrise des outils bibliographiques (répertoires, bases de données, ressources documentaires…).
  • Savoir être : Capacité à travailler en équipe ; Goût pour la recherche ; Rigueur scientifique.

Contraintes spécifiques

  • Le télétravail est envisageable sous réserve d’accès à la bibliographie, dont une partie pourra être fournie au format numérique.

Caractéristiques

  • Référence du poste : RC099
  • Sites : Richelieu 58 rue de Richelieu 75002 Paris; Louvois 58 rue de Richelieu 75002 Paris
  • Catégorie : B
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Gestionnaire de collections et de traitement documentaire
  • Spécialité professionnelle : Description documentaire et catalogage
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Fixe
  • Nombre d’heures par mois : 100
  • Durée du contrat : 2 mois – 6.6
  • À pourvoir à compter du : 01/10/2020

Contacts

  • Frédérique DUYRAT
    Directeur du département des Monnaies, médailles et antiques
    33 (0)1 53 79 81 29
  • Vincent DROST
    Chef de projet Trouvailles monétaires
    33 (0)1 53 79 87 24
  • Sylvie CARREAU
    Chef de service
    33 (0)1 53 79 50 26

Postuler

Postuler en ligne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Dessiner l’antique. Les recueils de Jean Baptiste Muret et de Jean Charles Geslin

Fruit du programme de recherche « Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866) », la BnF, le Musée du Louvre et l’INHA font paraître l’ouvrage Dessiner l’antique Les recueils de Jean Baptiste Muret et de Jean Charles Geslin publié sous la direction de Cécile Colonna et Laurent Haumesser.

Deux dessinateurs, Jean-Baptiste Muret et Jean-Charles Geslin, ont pendant des années dessiné des antiques au sein des deux principales collections archéologiques françaises : le premier au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France, de 1830 à 1866, et le second au musée du Louvre, de 1863 à 1870.
Qu’il s’agisse de bijoux, de bronzes ou de terres cuites polychromes, venus d’Orient, de Grèce ou d’Italie, les deux dessinateurs ont su créer une documentation scientifique et sensible, alliant la précision du regard archéologique et le talent de l’artiste. Leurs recueils, qui rassemblent plusieurs centaines de dessins largement inédits, témoignent d’une sorte d’âge d’or de la documentation graphique au sein des musées, au moment même du développement de la photographie.
Ils constituent aussi une source de première importance sur le goût de l’antique au XIXe siècle et sur l’histoire de l’archéologie et des collections françaises et européennes.

Informations pratiques

  • Description : Broché, 256 pages, 101 illustrations, 17 × 24 cm
  • Date de parution : 7 novembre 2019
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2820-0 / 9782717728200
  • Editeurs : BnF Éditions / Musée du Louvre Éditions / Les Éditions de l’INHA
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 35 €

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur le programme de recherche, consultez le carnet de recherche Digital Muret, https://digitalmuret.hypotheses.org/

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : lancement du site SESPOA. Sceaux et empreintes de sceaux du Proche-Orient ancien

Les sceaux-cylindres ne sont pas noirs et blancs.

La Bibliothèque nationale de France et le LabEx Les Passés dans le présent sont heureux de pouvoir annoncer la mise en ligne des premiers résultats d’un projet de recherche visant à numériser et à faire connaître la collection des sceaux-cylindres orientaux conservés à la Bibliothèque nationale de France, à la fois par l’entremise du projet CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative, <https://tinyurl.com/y6rua6g2>) et via les pages d’un nouveau portail web bilingue spécialement dédié : SESPOA, Sceaux et empreintes de sceau du Proche-Orient ancien <http://sespoa.huma-num.fr>.

La BnF abrite la deuxième plus grande collection de sceaux-cylindres orientaux en France, après celle du musée du Louvre. Avant notre travail, cette collection était surtout connue par l’ancien Catalogue de L. Delaporte, publié en 1910, où n’est cependant enregistrée qu’environ la moitié des quelque mille sceaux-cylindres aujourd’hui conservés à la BnF. L’objectif de notre projet est détaillé sur les pages du site SESPOA, où les visiteurs trouveront également des informations sur l’histoire de cette importante collection, qui a ingéré au fil du temps diverses collections privées plus petites. Les objectifs du projet et l’histoire de la collection sont également détaillés dans un article à paraître dans la prochaine livraison de la revue Syria (2019).

Le travail de numérisation et de présentation en ligne de la collection de sceaux-cylindres de la BnF est le fruit d’une collaboration entre la BnF et le pôle d’excellence (LabEx), Les passés dans le présent <http://passes-present.eu>, en coopération avec les universités d’Oxford et de Southampton au Royaume-Uni.

Le projet SESPOA est dirigé par Bertrand Lafont (CNRS Paris-Nanterre) et Jacob L. Dahl (Oxford), avec Nordine Ouraghi comme chercheur postdoctorant à Paris (archéologue Éveha financé par le LabEx) et Kate Kelley comme postdoctorante à Oxford (financée par le projet jumeau SIANE à Oxford). La majorité des travaux d’imagerie a été réalisée par Nordine et Kate, avec l’assistance de David Young de l’Université de Southampton (projet SIANE) qui a conçu et produit, avec Kirk Martinez et Jonathon Hare, également de l’Université de Southampton, le kit de capture numérique spécifiquement conçu pour les sceaux-cylindres.

Le projet SIANE1, Seals and their Impressions in the Ancient Near East, a été originellement un projet pilote de douze mois, financé par le Fonds John Fell de l’Université d’Oxford et qui a visé à mettre au point et à tester des méthodes innovantes et adaptées pour permettre la capture numérique de ces petits objets que sont les sceaux-cylindres, avec de premières applications dans les collections de la BnF et de l’Ashmolean Museum d’Oxford. Le kit de capture SIANE qui a été produit à cette occasion et utilisé par la suite est décrit dans les pages web du projet SESPOA. La numérisation des sceaux de la collection de l’Ashmolean Museum est en grande partie achevée et sera ajoutée aux sites CDLI et SESPOA à l’issue du traitement en cours des images et données.

Les porteurs du projet espèrent que leur travail sur ces deux collections clés de sceaux-cylindres, avec les technologies et outils de recherche novateurs qu’ils proposent, ouvriront la voie à la création de nouvelles mises en ligne de sceaux proche-orientaux, afin de favoriser les études sur la glyptique et l’histoire administrative de l’ancien Proche-Orient, le développement des humanités numériques dans ces domaines et la protection de ces divers corpus d’objets du patrimoine culturel mondial désormais si menacés.

  1. Le projet SIANE est décrit dans un article d’un volume édité par Kelley et Woods, “Digital Imaging of Artefacts: Developments in Methods and Aims”, publié en 2018 et disponible en ligne <http://www.archaeopress.com/public/displayProductDetail.asp?id=%7B5538CD4D-1A45-47F9-AACD-42A389B5ABCA%7D>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études : Autour du Digital Muret : recherches récentes sur les collections archéologiques du XIXe siècle (17/6)

Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, II, pl. 45, tête d’Hypnos.

À l’occasion de la mise en ligne du premier corpus du « Digital Muret », l’INHA et la BnF organisent une journée d’études pour présenter et mettre en perspectives les recherches menées dans ce programme depuis 2017. Jean-Baptiste Muret (1795-1866) a été le dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866 ; tout au long de sa carrière, il a constitué un ensemble de planches en couleur reproduisant des objets antiques pris dans différentes collections, privées et publiques, et mis en série pour mieux en comprendre la typologie ou la signification. Cet important recueil, conservé à la BnF et resté inédit, constitue donc une source majeure pour l’histoire des collections d’antiques au XIXe siècle et celle de leur étude. La journée reviendra sur la démarche mise en place et l’outil numérique développé pour l’occasion (http://digitalmuret.inha.fr/), présentera quelques aspects des découvertes permises par les recherches menées sur ce corpus et s’intéressera à d’autres fonds similaires et complémentaires.

Comité scientifique

  • Mathide Avisseau-Broustet (BnF)
  • Cécile Colonna (INHA)
  • Louise Detrez (BnF)
  • Bastien Rueff (INHA)
  • Clément Salviani (INHA)

Programme

9h30 : Introduction
Cécile Colonna (INHA), Mathilde Avisseau-Broustet (BnF)
Le programme Digital Muret, enjeux et développements

10h Outils et publication numérique
Présidé par Frédérique Duyrat (BnF)

Bastien Rueff (INHA), Approche statistique du volume II : sa place dans les recueils de dessins d’antiques de Jean-Baptiste Muret et
son organisation interne

Clément Salviani (INHA), Productions participatives et externalisation du dispositif d’identification : retour sur les expériences de crowdsourcing autour du Digital Muret
Federico Nurra (INHA), Stratigraphie d’un site web : du tableau de données à la mise en ligne du « Digital Muret »
Anne-Violaine Szabados (CNRS, ArScAn, LIMC), Rozenn Douaud (CNRS, ArScAn), Des dessins à la 3D : redécouvrir un coffret disparu

Le dessin comme point de départ des recherches
Présidé par Laurent Haumesser (musée du Louvre)

Anaïs Boucher (Sèvres, cité de la Céramique), Louise Detrez (BnF),
Fabrice Rubiella (InP), Un cratère en calice à fond blanc Sèvres-Lausanne ? Autour d’une planche du recueil de Jean-Baptiste Muret

12h30 Déjeuner

14h Christian Mazet (École pratique des hautes études, Université PSL / École française de Rome), L’iconographie des divinités et monstres marins étrusques chez Jean-Baptiste Muret : la « Tritonide » Révil et le « Triton » Lajard

Mathilde Vauquelin (École du Louvre), Les planches de Jean-Baptiste Muret, à l’origine d’une étude sur les collectionneurs d’antiquités nationales en province au XIXe siècle

Lionel Pernet (musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne), Les collections du Musée des Antiquités de Lausanne dans la seconde moitié du XIXe siècle : une politique d’acquisition entre patrimoine vaudois et ventes parisiennes

15h45 Les dessins et l’histoire de l’archéologie
Présidé par Louise Detrez (BnF)

Corinne Jouy-Barbelin (musée d’archéologie nationale), Les richesses oubliées des archives du musée d’Archéologie nationale

Soline Morinière (musée d’archéologie nationale), Le fonds Edouard Flouest : dessiner les antiquités nationales dans la seconde moitié du
XIXe siècle (1859-1891) pour une nouvelle approche de la preuve scientifique

Isabelle Périchaud (INHA), Isabelle Vazelle (INHA), Les dessins archéologiques dans les collections patrimoniales de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art

Informations pratiques

  • 17 juin 2019 – 9h30-18h
  • Institut national d’histoire de l’art, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Trésors monétaires volume XXVIII : trésors de monnaies espagnoles dans la france des XVIIe et XVIIIe siècles

Couverture Trésors monétaires 28

Ce nouveau volume de Trésors monétaires rassemble plusieurs trésors de monnaies d’or espagnoles perdus au XVIIe siècle : l’un découvert sur une plage de Donville-les-Bains dans la Manche (24 monnaies, vers 1623-1629), un autre dans des maisons de Castillonnès dans le Lot-et-Garonne (45 monnaies, vers 1630-1635) ou encore à Aurillac dans le Cantal (24 monnaies et deux bijoux, vers 1665).

S’y ajoute le spectaculaire trésor de monnaies d’argent espagnoles de l’épave de la Jeanne-Élisabeth, vaisseau suédois coulé en 1755 au large de la Maguelonne, sur la côte méditerranéenne. Ce trésor de quelque 4 000 pièces d’argent est remarquable par les péripéties qui accompagnent sa perte – course anglaise, naufrage, pillage – mais aussi par la richesse des informations qu’il nous fait connaître. L’archéologie du trésor et l’examen des archives permettent de comprendre comment et où les lots ont été constitués, quelle a été la vitesse de circulation de cet argent depuis les ateliers américains jusqu’aux cales de la Jeanne-Élisabeth. Il met aussi en lumière le rôle des marchands français dans la circulation des métaux américains, les zones privilégiées de circulation de l’or et de l’argent dans une économie mondialisée qui va des Amériques à l’Inde et à la Chine en passant par l’Europe et le Proche-Orient.

Ce volume s’accompagne aussi d’un article de synthèse sur l’or espagnol en France au XVIIe et au XVIIIe siècle qui permet de situer ces ensembles monétaires dans leur contexte historique, économique, politique…

Auteur

Jérôme Jambu, conservateur au département des Monnaies, médailles et antiques

Informations pratiques

  • Description : Broché, 180 pages, 13 planches, 21 × 29,7 cm
  • Date de parution : 13 mai 2019
  • ISBN/EAN 978-2-7177-2821-7 / 9782717728217
  • Editeur : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Disponibilité : Disponible
  • Prix : 80 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Roman Provincial Coinage Supplement 5

RPC suppl. 5

Un nouveau supplément de la publication de référence sur le monnayage romain Roman provincial coinage vient de paraître.

Auteurs

  • Pere Pau Ripollès Alegre
  • Michel Amandry
  • Jerome Mairat
  • Andrew Burnett
  • Antony Hostein
  • Marguerite Spoerri

Ce 5e supplément aux volumes I, II, III, VII, 1 et IX recensant les monnaies romaines provinciales enrichit le précédent Supplément 5 paru en 2015. Le travail a été dirigé par Pere Pau Rpollès (de l’université de Valence).

Le texte intégral de la parution est accessible à l’adresse : https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/supp/rpc-supp-5.pd

Le précédent de Supplément 4 (Volumes I, II, III, VII.1 et IX) était paru en 2017 : https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/supp/rpc-supp-4.pdf

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archéologie des femmes de pouvoir : De la fouille à l’écriture de l’histoire

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? La Bibliothèque nationale de France aborde la double problématique des femmes de pouvoir, à travers la présentation de recherches et de fouilles françaises en cours.

Programme

23 janvier 2019 (18h30)

Son nom est méconnu du grand public pourtant elle a œuvré toute sa vie dans l’ombre pour mener Néron au pouvoir. Son fils est passé à la postérité comme l’archétype du tyran mégalomane. Avant qu’il ne se rebelle contre elle jusqu’au matricide, Agrippine a dirigé Rome depuis les coulisses du palais impérial comme aucune autre femme ne l’a fait pendant l’Empire romain.

13 février 2019 (18h30)

Les tablettes cunéiformes, exhumées à Kültepe, l’ancienne ville de Kanesh située en Anatolie centrale (Turquie), constituent les archives privées de marchands assyriens établis là au XIXe siècle av. J.-C. Les lettres envoyées depuis leur ville d’origine, Assur (Irak) reflètent le rôle influent des femmes au sein de leur famille et dans l’économie domestique, ainsi que leur contribution au commerce international. Les documents juridiques découverts à Kanesh les font intervenir comme partie dans les contrats de mariage et divorce, les successions, les créances et les contrats d’achat. Cette documentation unique, alliée à une étude interdisciplinaire de l’artisanat textile, illustre le rôle important tenu par les femmes dans la gestion du ménage. Elle permet de dresser un portrait vivant de ces Assyriennes, qui ont acquis une certaine autonomie grâce à leur travail rémunéré, et de reconstituer leur quotidien.

20 mars 2019 (18h30)

Entre le VIIIe siècle et le VIe avant J.-C., le puissant domaine religieux de Karnak passe progressivement sous le contrôle d’une grande prêtresse, l’« adoratrice du dieu ». Fille de pharaon et déléguée par lui pour représenter son pouvoir en Haute-Égypte, celle-ci dispose de prérogatives royales. La succession de ces grandes prêtresses se fait néanmoins sans conflits dynastiques, malgré les rivalités entre Libyens, Kouchites et Saïtes, grâce à un système d’adoption de la future adoratrice dès son plus jeune âge. L’étude épigraphique et archéologique de plusieurs constructions aménagées par ces femmes de pouvoir, actuellement menée par la Mission Sanctuaires Osiriens de Karnak (IFAO, CFEETK, EPHE-PSL, INRAP, UMR 8546, 8167 et 5189, avec le soutien de la fondation ARPAMED), éclaire d’un nouveau jour de nombreux aspects de leur histoire.

3 avril 2019 (18h30)

Considérer les problématiques de genre en archéologie permet d’abord de remettre en cause les interprétations des vestiges funéraires faites selon les stéréotypes de notre société. Ceci nous permet ensuite de reconsidérer, d’un point de vue tant méthodologique qu’interprétatif, ce qui semble souvent si « facile » et évident à comprendre des rapports entre les femmes et les hommes, et de leurs rôles dans les sociétés anciennes. Que peut-on précisément comprendre de ces rapports à partir des vestiges archéologiques ? Comment peut-on appréhender ce qu’était « être une femme » ou un « homme » dans ces sociétés ? La question du « pouvoir » est forcément liée à ce type de questionnements, aussi était-il nécessairement exclu pour les femmes ? Il s’agira ainsi de présenter quelques pistes de réflexion à partir d’exemples archéologiques et anthropologiques.

5 juin 2019 (18h30)

De 141 à 101 avant J.-C., Cléopâtre III siège sur le trône d’Égypte aux côtés de trois rois : Ptolémée VIII Évergète II son oncle et époux, Ptolémée IX Philométor Sôter son fils aîné et enfin Ptolémée X Alexandre, son fils cadet. Si elle est présentée comme avide de pouvoir et manipulatrice hors pair par les auteurs classiques et modernes, son image peut être reconsidérée grâce à un retour à la documentation. Un vaste éventail de sources, composé de papyrus en grec et démotique, de sources épigraphiques grecques et hiéroglyphiques, de témoignages d’historiens grecs et romains ainsi que de représentations iconographiques dans les temples ptolémaïques, offre la possibilité d’appréhender de façon plus critique la carrière et le statut de Cléopâtre III au sein du pouvoir. Ces témoignages variés présentent différentes identités de la reine et nous permettent de mieux saisir ses actions et les cadres, institutionnels ou non, de sa position.

19 juin 2019 (18h30)

L’exclusion des femmes de la Couronne de France en 1316 (confortée par la redécouverte de la loi salique) amène à s’interroger sur la place et des fonctions de la reine au sein du système monarchique au bas Moyen Âge. Quel « métier » exerce-t-elle ? Elle ne pouvait certes pas être « un monarque au féminin », disposant de la plénitude des pouvoirs comme Isabelle la Catholique, reine de Castille (1451-1504), et Elisabeth Ière Tudor (1533-1603) en Angleterre. Pour autant, elle n’était pas cantonnée à la seule fonction maternelle ni à la seule sphère privée : la reine avait un statut, des pouvoirs, elle participait au bon fonctionnement de la royauté, et plus largement de la société politique, et ce bien avant les souveraines « modernes » célébrées par l’historiographie, telles Catherine ou Marie de Médicis. Son pouvoir se déployait notamment dans les sphères de la diplomatie et du mécénat. Elle jouait également un rôle majeur au sein de la communication du pouvoir.

Bibliographie

Bibliographie à télécharger

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Jean Babelon (1889-1978), une passion chaleureuse (8/12)

REPORT DE LA JOURNÉE 

La journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40eanniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe (prom. 1910) et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961) prévue le samedi 8 décembre est reportée, probablement en février 2019 (sous réserve).

Jean Babelon, né le 19 janvier 1889, mort le 20 avril 1978

Le 8 décembre, l’École nationale des chartes accueille la journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40e anniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961), sous le patronage de l’Institut de France – Académie des inscriptions et belles-lettres.

La journée est organisée par Jean-Pierre Babelon, de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de numismatique).

Argument

Ancien élève de l’École nationale des chartes et de l’Institut des hautes études hispaniques, docteur ès-lettres, ancien combattant, prisonnier de guerre en 14-18, Jean Babelon consacra toute sa vie professionnelle (1913-1961) au Cabinet des médailles de la BnF, que son père Ernest Babelon avait dirigé de 1892 à 1924 et qu’il dirigea à son tour de 1937 à octobre 1961. Il avait, entre autres, assuré la sauvegarde des prestigieuses collections du Cabinet des médailles pendant la guerre et l’Occupation (1939-1945) et accueilli la Société française de numismatique en lui permettant de se domicilier rue de Richelieu.

Jean Babelon ne fut pas seulement un éminent numismate, spécialiste mondialement connu des monnaies grecques, des portraits des empereurs romains, des médailles et des antiques. Il fut aussi un remarquable écrivain, grand connaisseur de l’Espagne et de ses personnages célèbres (souverains, écrivains, artistes, conquistadores…). Il était un esthète, sachant faire partager sa passion de l’art, de la littérature latine, des peintres prestigieux (Titien, Goya, Le Greco…), de saint Louis aussi bien que de la reine Margot, de Benvenuto Cellini ou de Germain Pilon.

Établie en 1978, sa bibliographie officielle comprend 372 titres. À cela doivent encore être ajoutées les communications qu’il prononça dans les deux sociétés qui le portèrent à leur présidence d’honneur, la SFN et la SENA. Ces écrits révèlent la culture encyclopédique de cet « honnête homme » dont la modestie et la bienveillance n’eurent d’égales que l’étendue et la variété de son savoir.

Quarante ans après sa disparition, ses œuvres témoignent de la vivante actualité et de la permanence de ses enseignements.

Programme

  • 9 h : accueil des participants
  • 9 h 15 : mot d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes

Présidence : Christian Charlet

  • 9 h 30 : Jean-Pierre Babelon (Académie des inscriptions et belles-lettres),« Jean Babelon, une passion chaleureuse »

L’homme de lettres

  • 10 h 10 : Jean-Louis Charlet (Université d’Aix-Marseille),« Jean Babelon latiniste »
  • 10 h 35 : François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon poète »
  • 11 h : pause

Présidence : Cécile Morrisson

L’historien d’art

  • 11 h 30 : Béatrice Coullaré (Musée du 11 Conti, Monnaie de Paris), « Aréthuse et l’engagement éditorial de Jean Babelon »
  • 11 h 55 : Claude Brenot (Société nationale des Antiquaires de France ; Société française de Numismatique), « L’enseignement de Jean Babelon au Louvre et l’âme des monnaies »
  • 12 h 20 : Cécile Colonna (Institut national d’Histoire de l’art), « Jean Babelon et les collections Caylus, Janzé et Oppermann »
  • 12 h 45 : déjeuner

Présidence : Jean-Pierre Babelon

L’historien

  • 14 h 30 : Marion Delcamp (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), « Jean Babelon, Les monnaies racontent l’Histoire : quelques nouvelles perspectives »
  • 14 h 55 : Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Sur une médaille d’Andrés Bello, premier précepteur de Simón Bolívar »

Le conservateur

  • 15 h 20 : Inès Villela-Petit (Conservatrice du Patrimoine), « L’affaire Beistegui »
  • 15 h 45 : pause

Présidence : Claude Brenot

Le numismate

  • 16 h 15 : Laurent Schmitt (Président d’honneur de la Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique), « Jean Babelon etLa monnaie grecque de Franke et Hirmer »
  • 16 h 40 : Thibault Cardon (CNRS), « Monnaies de Louis IX, monnaies de saint Louis »
  • 17 h 05 : Philippe Schiesser (Président de la Société d’Études numismatiques et archéologiques), « Jean Babelon, premier président d’honneur de la SENA »
  • 17 h 30 : Christan Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon, les Sociétés numismatiques et les revues de numismatique »

Informations pratiques

Logos des organisateurs

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : « Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury »

“Mercure tenant le caducée” (inv.56.1) ; copyright BnF/Département Médailles, monnaies et antiques

Le département des Monnaies, médailles et antiques est co-commissaire de l’exposition “Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury” présentée à  New-York à l’Institute for the study of the Ancient World. À cette occasion, la BnF prête le trésor de Berthouville, un trésor d’orfèvrerie romain et gallo-romain, et environ 75 pièces – plateaux d’argent, camées, pierres précieuses, pièces de monnaie et bijoux – issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques.

Informations pratiques

  • Du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019
  • Institute for the study of the Ancient World, New-York.
  • 15 East 84th Street (between Madison and Fifth Avenues), New York, NY 10028

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Comte de Caylus. Recueil d’antiquités, 1752-1767

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Comte de Caylus. Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises 1752-1767

Pays

France

Auteur(s)

  • Maîtres d’ouvrage : ANHIMA, BnF, INHA
  • Responsables du projet : Irène Aghion (Conservatrice en chef au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF), Mathilde Avisseau-Broustet (Conservatrice en chef au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF), Alain Schnapp (Professeur d’archéologie grecque à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Description

La base de données créée à partir du Recueil d’antiquités du comte de Caylus résulte du programme européen sur l’histoire et les archives de l’archéologie AREA, Archives of European Archaeology3, initié en 1999 et qui réunissait douze institutions partenaires internationales.

La partie française a développé particulièrement trois axes de recherche :

  • l’identification et la description de fonds d’archives de diverses institutions, archives mais aussi bibliothèques, centres de recherche, musées, dont le musée des Monnaies, Médailles et Antiques de la BnF.
  • un catalogue systématique de la littérature antiquaire française de la naissance de l’imprimerie à la fin du XVIIIe siècle avec, en projet, la numérisation de l’ensemble de cette production (http://www.muzarp.poznan.pl/antiquarian-database/)
  • une étude approfondie des travaux du comte de Caylus, dans le cadre des recherches sur la naissance de l’archéologie en France, en partant de son œuvre archéologique majeure, le Recueil d’Antiquités Égyptiennes, Étrusques, Grecques, Romaines et Gauloises (7 vol., 1752-1767).

Le site consiste en l’édition numérique du Recueil avec constitution de la base de données qui met en rapport les renseignements et les gravures fournis par Caylus avec les objets conservés au cabinet des Médailles ou identifiés dans des collections extérieures.

Le site s’articule autour de trois axes :

  • le comte de Caylus, avec une biographie, une bibliographie et la liste de ses travaux d’antiquaire ;
  • le Recueil d’Antiquités, avec accès à la version numérisée, une analyse du Recueil et de la méthode de Caylus ; le recensement des sources utilisées dans le Recueil ;
  • le catalogue des 2 900 objets décrits dans le Recueil, sous la forme d’une base de données qui présente en vis-à-vis une synthèse des renseignements fournis par Caylus et les gravures du Recueil ainsi qu’une fiche moderne qui propose datation, attribution et bibliographie.

Ces objets proviennent majoritairement de ses collections, offertes au roi au fur et à mesure de l’avancement de ses travaux, et aujourd’hui conservées au département des Monnaies, médailles et antiques. D’autres ont été identifiés dans des musées français et étrangers. L’exégèse et le dépouillement systématique du recueil ont pour but de mettre en lumière la démarche novatrice de Caylus et d’offrir un panorama du savoir antiquaire au XVIIIe siècle.

URL

http://caylus-recueil.huma-num.fr/

À noter

L’outil donne accès à un catalogue d’œuvres décrites dans le répertoire de Caylus dont 1623 issues des collections de la BnF : http://caylus-recueil.huma-num.fr/base/index.php?r=recueil/oeuvre/recherche

  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []
  3. Cf. http://www.area-archives.org/index.html []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts