Archives par mot-clé : Monnaies médailles et antiques

Département des Monnaies, médailles et antiques

[ANR] ARCH : Ancient Coinage as Related Cultural Heritage

L’Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage), coordonné et financé pour la France par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), a accordé un financement de 570 000 € pour un projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique.

Référence projet : ANR-17-JPCH-0003

Résumé du projet

Le projet ARCH: Ancient Coinage as Related Cultural Heritage établira, pour la première fois, une plate-forme pour l’étude, la conservation, l’archivage et la préservation du patrimoine monétaire du monde antique hébergée par l’université d’Oxford. Les apports historiques et économiques des résultats obtenus grâce aux nouveaux outils développés seront exploités en développant une étude de cas sur l’Espagne et le sud-ouest de la France. Le projet abordera les questions de connectivité monétaire et culturelle et les interactions transpyrénéennes dans l’Antiquité, en collaboration avec d’éminents chercheurs spécialisés dans l’histoire monétaire et culturelle de cette zone géographique, travaillant comme partenaires associés à Oxford, Paris, Bordeaux, Orléans, et Valence. Le projet développera un outil de référence en ligne (Monedaiberica) qui s’appuiera sur des collections publiques et des monnaies connues par les catalogues de vente, ainsi qu’un programme de recherche conçu pour exploiter les opportunités offertes par les données liées du web sémantique (Linked Open Data) : les vocabulaires standardisés et l’ontologie propre aux monnaies grecques seront mis à jour à cette occasion.

Abstract

The ARCH project uses Linked Open Data technology to establish, for the first time, an overarching platform for the study, curation, archiving and preservation of the monetary heritage of the ancient world. As such, it squarely addresses the concerns expressed in Topic 3 of the JPICH call : Safeguarding Digital Heritage. Using the newly developed nomisma.org knowledge organization system it will create a framework consisting at the highest level of a single, unified portal across multiple online typological resources currently under development. These resources will in turn be linked to a body of data drawn from two major European collections, as well as a large corpus of material drawn from commercial contexts (auction catalogues). The overarching portal will serve as a central point of access to this data for multiple audiences, as well as a demonstration of the extensibility of this approach to other geographic areas. Associate Partner-projects based in Germany and the United States will contribute typologies for this purpose. As a proof of concept of the research applicability of this framework, ARCH will develop one geographical focus – Pre-Roman Spain and southern Gaul – in the form of a specific online reference tool that will draw upon both categories of data (public collections and objects in commerce), as well as a program of research designed to exploit the opportunities offered by such a systematic and Linked Open Data infrastructure. This will examine questions of monetary and cultural connectivity and interaction across the borders of Spain and France in antiquity, in collaboration with leading scholars in the field of this geographical area, and monetary and cultural history, working as Associate Partners based in Paris, Orléans, and Valencia.

Durée

36 mois à partir du 1er janvier 2018.

Aide

L’aide conjointe des différentes agences de financement s’élève à 570 000 € euros.

Programme

Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage), référecne projet : ANR-17-JPCH-0003, http://www.jpi-culturalheritage.eu/wp-content/uploads/JPICH-website-Digital-Heritage-call-results.pdf

Partenaires

Les partenaires du projet sont :

Oxford University

Logo-BnF

Bibliothèque nationale de France

University of Valencia

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Programme de recherche : Polices de caractères pour les inscriptions monétaires

Dans le cadre de ses plans triennal de la recherche 2013-2015 et quadriennal de la recherche 2016-2019, la Bibliothèque nationale de France finance un programme sur les Polices de caractères pour les inscriptions monétaires qui vise à créer des polices de caractères pour transcrire, publier et analyser de façon satisfaisante et uniformisée les inscriptions monétaires. 

Inscription mérovingienne annotée dans l’outil Numipal (clone de Digipal).

L’objectif consiste à développer des fontes de caractères Unicode sous licence libre pour transcrire les inscriptions monétaires dans les divers supports de diffusion : imprimés et numérique1. L’encodage des caractères typographiques propres à la numismatique devrait  à terme intéresser un public plus large, comprenant les épigraphes et les éditeurs scientifiques qui devraient économiser les coûts liés aux commandes de polices sur mesure, propres à chaque projet éditorial et pour ainsi dire jamais réutilisées pour un autre.

Par ailleurs, alors que les polices consistaient en des fichiers images insérés dans les projets éditoriaux, une notable évolution pour la recherche en humanités numériques sera permise par l’emploi de polices Unicode, notamment dans les projets d’édition numérique (catalogues en ligne, images numérisées IIIF annotées avec l’extension Open Annotation2) puisque le contenu sémantique des légendes monétaires pourra être analysé et étudié puisqu’il sera codé3.

Un partenariat entre la BnF et l’ANRT a permis de développer un caractère regroupant, sous une forme unifiée, toutes les variantes formelles identifiées sur des pièces mérovingiennes.  Elvire Volk Leonovitch4 a ainsi développé la police baptisée MEROWEG5.

Le travail se poursuit avec les inscriptions de monnaies ibériques et puniques. Gaëlle Thevenin, doctorante en Histoire au Laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167) rend compte des travaux en cours au sein du carnet de recherche du département des Monnaies, médailles et antiques, L’Antiquité à la BnF, dans l’article à lire ci-dessous.

  1. Codine-Trécourt, Florence ; Sarah, Guillaume, « Du plomb au pixel. Transcrire les légendes des monnaies du haut Moyen Âge », Revue numismatique, 2012, 6e série, tome 168, p. 261-277. DOI : 10.3406/numi.2012.3183. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/numi_0484-8942_2012_num_6_168_3183>. []
  2. Cf. : http://iiif.io/api/annex/openannotation/ []
  3. Codine Florence, « Polices de caractères et inscriptions monétaires. Le projet PIM », Document numérique, 2013/3 (Vol. 16), p. 69-79. DOI : 10.3166/DN.16.3.69-79. URL : <https://www.cairn.info/revue-document-numerique-2013-3-page-69.htm>. []
  4. Cf. son site : http://www.elvirevolk.com/ []
  5. Elvire Volk Leonovitch, « PIM. Police pour les Inscriptions Monétaires », Atelier National de Recherche Typographique (ANRT), 2014. Disponible en ligne, url : <http://anrt-nancy.fr/fr/projets/pim-police-pour-les-inscriptions-monetaires/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau projet soutenu : VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins

Cet automne la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire avait lancé son XIIe appel à projets, MSH-VdL 20181 visant à développer l’interdisciplinarité, les recherches transversales entre équipes de recherche en SHS et en Sciences (théoriques et/ou appliquées), tout en promouvant une action forte à l’international.

L’IRAMAT – Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS – Université d’Orléans) et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France y ont répondu en soumettant le projet VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins.

Alors que ce 6 février 2018, la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire publie les résultats de son appel, l’IRAMAT et la BnF se réjouissent d’apprendre que le projet est sélectionné.

Porté par Guillaume Sarah, le projet est financé à hauteur de 4 200 €. Outre l’IRAMAT-CEB et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet implique Le Studium Fellowship « Monnaies, coins, argent : relire les débuts de la période féodale » (Institut d’Études Avancées en Région Centre-Val de Loire).

Résumé du projet VisualCoins

Avec une forte visée expérimentale et un caractère innovant, le projet VisualCoins entend tester et adapter un nouvel outil logiciel développé par l’Atelier numérique de la MSH Val de Loire (l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs) dans le cadre d’une des principales problématiques des recherches actuelles dans le domaine de l’histoire de la monnaie : la quantification des productions monétaires par l’étude des liaisons de coins. La mise en œuvre de ce logiciel dans ce cadre spécialisé permettra de représenter de manière simple et immédiate des schémas de liaisons de coins de séries monétaires qu’il est actuellement long et complexe de produire faute de logiciel adapté. Une fois la pertinence du logiciel VisualGraphs validée et les éventuels nouveaux développements testés en lien avec l’Atelier numérique de la MSH par l’équipe du projet, membres permanents et rattachés à l’IRAMAT-CEB et de la BnF, une restitution des expériences d’utilisateurs sera proposée à l’occasion d’une session scientifique de présentation. A l’issue du projet, des travaux de recherche faisant usage de cet outil innovant seront publiés et son emploi sera proposé dans la communauté des chercheurs en numismatique, voire au-delà pour susciter d’autres développements spécifiques.

Pour la BnF, il s’agira de fournir des données afin d’alimenter les essais de l’outil.

Problématique : les liaisons de coins

Le propos du projet concerne l’une des pierres d’angle de la numismatique, à savoir la formalisation des études de coins et en particulier les liaisons de coins.

Une monnaie ancienne, d’un point de vue technique, est dans la plupart des cas un disque de métal frappé entre deux matrices appelées coins monétaires. Ces deux matrices portent, gravés en miroir, les motifs et légendes qui confèrent à une masse de métal la garantie de l’autorité émettrice. Ces coins étant confectionnés à la main, chacun est par définition unique. Les coins sont rarement parvenus jusqu’à nous, mais nous les connaissons par les empreintes qu’ils ont laissées sur les monnaies. Un examen attentif des monnaies anciennes permet par conséquent d’identifier des liaisons de coins : par cette expression, les numismates désignent le fait de déterminer si deux monnaies ont été frappées par un même coin pour l’une de leurs faces ou pour les deux. Au sein d’un trésor ou pour un corpus recensant l’intégralité des monnaies d’une même série qui nous sont parvenues, il est possible, sur la base de ces observations, de déterminer des indices caractéroscopiques qui nous renseignent sur la représentativité de l’échantillon pris en compte par rapport à la production initiale. Des calculs statistiques permettent ensuite d’évaluer le nombre de coins employés pour la fabrication d’une série monétaire, voire d’estimer le nombre de monnaies produites.

L’étude des liaisons de coins est un travail long et patient qui constitue la première étape incontournable de la quantification des productions monétaires anciennes. En fonction de la dimension du corpus d’étude, un nombre d’informations parfois considérable est consigné par le numismate, souvent sous la forme de tableaux. Ces données sont aussi précieuses qu’austères et difficiles à présenter et à publier. La représentation avec des symboles identifiant les coins de droit et les coins de revers, reliés entre eux par des traits, tend à s’imposer comme la forme graphique privilégiée.

Or, aussi bien pour les publications imprimées que les pages internet ou les diapositives de présentation, la synthèse des liaisons de coins d’un monnayage relève souvent de la gageure que les chercheurs tentent de relever par le moyen de logiciels peu adaptés, pour parvenir à présenter l’ensemble des informations d’une manière lisible et compréhensible pour le lecteur ou l’auditeur.

Le lecteur profane peut se reporter à l’article de François de Callatay, L’historique de l’étude des liaisons de coins2. La fiche Les liaisons de coins et le graphique (que nous citons ci-dessous) consacrés au sujet par Christian R. Raschle dans son module Numismatique d’Antiquit@s, projet du Campus Virtuel Suisse, permettent d’appréhender la complexité de la question :

Enjeu

Les logiciels de représentation en réseaux pourraient constituer un outil pertinent pour parvenir à ce type de représentation de manière automatisée. Si cela est juste en théorie, aucun des logiciels disponibles à l’heure actuelle n’est adapté aux problématiques des numismates, avec à la fois les fonctionnalités souhaitées et la facilité d’utilisation requise, et ce de manière gratuite. Le développement au sein de la MSH VdL du logiciel VisualGraphs permet d’envisager de fournir un outil de représentation graphique des liaisons de coins aux numismates. Les premiers essais réalisés ont confirmé la bonne adéquation entre l’outil logiciel en cours de finalisation et  les problématiques des historiens de la monnaie.


En tout, six projets ont été retenus et seront financés à hauteur de 4200 € ou 5000€ au titre de l’Appel à projets 2018 de la MSH Val de Loire :

  1. Cf. http://www.msh-vdl.fr/actualite/appel-a-projets-2018-de-la-msh-val-de-loire/ []
  2. François de Callatay, « L’historique de l’étude des liaisons de coins (XVIIIe-XXe s.) », Bulletin de la société française de numismatique, 2007, avril, n° 4, p. 86-92. Disponible en ligne, url : http://www.academia.edu/338113/L_historique_de_l_%C3%A9tude_des_liaisons_de_coins_XVIIIe-XXe_s._. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Catalogue des monnaies celtiques, 2. Les monnaies à la croix

Le programme Catalogue des monnaies celtiques (CMC) initié dans le cadre du plan triennal de la Bibliothèque nationale de France (BnF), visait à établir un nouveau catalogue commun des collections nationales des monnaies celtiques conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) et au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (MAN).

Après la publication en 2014 du 1er volume du catalogue consacrée aux Arvernes (Centre de la Gaule), c’est désormais le deuxième volume qui est paru consacré aux monnaies à la croix.

Les monnayages à la croix constituent l’ensemble monétaire le plus abondant et le plus caractéristique de la Gaule méridionale. Un ouvrage sans précédent qui permet d’appréhender les pratiques monétaires en Gaule méridionale, et, plus largement, de saisir les réalités économiques, ethniques et territoriales des populations de l’âge du fer.

L’auteur, Eneko Hiriart1, est chargé de recherche au CNRS (IRAMAT-CRP2A, UMR 5060). Il a soutenue en 2014 une thèse de doctorat en Sciences Archéologiques (Ausonius, UBM), sous la direction de K. Gruel (DR. CNRS-ENS) et de Fr. Tassaux (PR. UBM) intitulée Pratiques économiques et monétaires entre l’Èbre et la Charente (IIIe-Ier s. a.C.).

L’ouvrage est coédité par la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Archéologie nationale, avec le concours du laboratoire AOrOc (CNRS-ENS, UMR 8546).

Cette série entend se substituer progressivement au catalogue publié en 1889 par Ernest Muret et Anatole Chabouillet2 en mettant à disposition les deux fonds nationaux les plus importants en France, pour au final constituer une collection de référence facilitant les identifications et publications des monnaies découvertes.

Informations pratiques

  • Description
    Broché, 356 pages, 2500 illustrations, 21 x 29,7 cm, 1510 g.
  • Date de parution
    16 novembre 2017
  • ISBN/EAN
    978-2-7177-2744-9 / 9782717727449
  • Prix
    65 €
  • Editeurs
    BnF Éditions
  • Distributeur
    BnF Éditions
  • Disponibilité
    Disponible

Enregistrer

Enregistrer

  1. Cf. sa page personnelle sur le site de son laboratoire, url : <http://www.iramat-crp2a.cnrs.fr/spip/spip.php?article260> []
  2. Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale, Paris : E. Plon, Nourrit et Cie, 1889, 1 vol. (XXVII-327 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5759384k> (version standard), <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3990745> (version interfoliée et annotée). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Les monnaies de la Chine ancienne, des origines à la fin de l’Empire

Conservateur général en charge des monnaies orientales au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF jusqu’en 2015, François Thierry publie Les monnaies de la Chine ancienne, des origines à la fin de l’Empire (Les Belles Lettres, 2017).

Fort de 688 pages et abondamment illustré, cet ouvrage est destiné à devenir la synthèse indispensable pour quiconque s’intéresse aux développements de la monnaie en Chine depuis le Xe siècle avant J.-C. jusqu’à la fin de l’Empire, en 1911.

Dans cette somme, l’auteur confronte systématiquement aux données numismatiques les textes historiques et les découvertes archéologiques les plus récentes. Ce faisant, il dresse un tableau complet des monnaies en circulation, des usages de ce medium ainsi que des pratiques financières tout au long de l’histoire multiséculaire de la Chine.

Pour mémoire, François Thierry est notamment l’auteur des catalogues suivants  (cliquer sur les couvertures pour en savoir plus) :

 

Résultat de recherche d'images pour "bnf monnaie chine"  

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication de mélanges en l’honneur de Michel Amandry : Rome et les provinces, monnayage et histoire

A gauche, couverture de l’ouvrage ; à droite, Michel Amandry

Les amis, collègues et élèves de Michel Amandry, directeur honoraire du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (1991-2013) et président de la Société française de Numismatique (depuis 2014) ont souhaité l’honorer samedi 2 septembre 2017 par la remise d’un volume de mélanges intitulé Rome et les provinces, monnayage et histoire.  Dirigé par L. Bricault, A. Burnett, V. Drost et A. Suspène et édité chez Ausonius Editions (collection Numismatica Antiqua, vol. 7), ce gros ouvrage de plus de 450 pages ne contient pas moins de 31 articles qui font écho aux abondants travaux du spécialiste renommé – 19 pages ne suffisent pas à rassembler l’intégralité de sa bibliographie -, qu’il s’agisse de numismatique grecque, romaine, et surtout provinciale romaine.

PS : Rappelons que Michel Amandry a été directeur du département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France de 1991 à septembre 2013.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau financement en faveur du monnayage grec en ligne : le projet ARCH

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a le plaisir d’annoncer que l’Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage) a accordé un financement de 570 000 € pour un nouveau projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique.

[Monnaie : Denier, Argent, Bolskan, Espagne]

Le projet ARCH: Ancient Coinage as Related Cultural Heritage établira, pour la première fois, une plate-forme pour l’étude, la conservation, l’archivage et la préservation du patrimoine monétaire du monde antique hébergée par l’université d’Oxford. Les apports historiques et économiques des résultats obtenus grâce aux nouveaux outils développés seront exploités en développant une étude de cas sur l’Espagne et le sud-ouest de la France. Le projet abordera les questions de connectivité monétaire et culturelle et les interactions transpyrénéennes dans l’Antiquité, en collaboration avec d’éminents chercheurs spécialisés dans l’histoire monétaire et culturelle de cette zone géographique, travaillant comme partenaires associés à Oxford, Paris, Bordeaux, Orléans, et Valence. Le projet développera un outil de référence en ligne (Monedaiberica) qui s’appuiera sur des collections publiques et des monnaies connues par les catalogues de vente, ainsi qu’un programme de recherche conçu pour exploiter les opportunités offertes par les données liées du web sémantique (Linked Open Data) : les vocabulaires standardisés et l’ontologie propre aux monnaies grecques seront mis à jour à cette occasion.

Le projet sera dirigé par Frédérique Duyrat (directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France, Paris), Andrew Meadows (New College, Oxford) et Pere Pau Ripollès (Universitat de València).

Les 80 000 monnaies grecques de la BnF actuellement en ligne avec des descriptions sommaires seront décrites en détail, créant de facto le plus grand catalogue de référence disponible en ligne. 100 000 monnaies ibériques seront mises en ligne par l’université de Valence.

Selon les principes des programmes conjoints, le financement est assuré par l’Arts and Humanities Research Council (AHRC) pour les équipes britanniques, l’Agence Nationale de la Recherche pour les Français et le Ministerio de Economía, Industria y Competitividad (MINECO) pour les équipes espagnoles.

Pour plus de détails, voir l’annonce du JPI : http://www.jpi-culturalheritage.eu/wp-content/uploads/JPICH-website-Digital-Heritage-call-results.pdf.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : « Quand l’archéologie construit ses archives », 9-10 novembre 2017

Dans le cadre du programme Commission de Topographie des Gaules (1858-1879) financé par le Labex Les Passés dans le présent, le Musée d’Archéologie nationale et les Archives nationales organisent un colloque les 9 et 10 novembre 2017.

Commission de Topographie des Gaules (1858-1879)
Tampon de la Commission de Topographie des Gaules ©Musée d’Archéologie nationale

Archives et archéologie entretiennent des rapports étroits, et pour ainsi dire séminaux. À partir du moment où la fouille du sol est devenue, le point d’ancrage de l’administration de la preuve archéologique, la question de l’enregistrement des informations et objet recueillis dans leur contexte a pris une dimension à la fois symbolique et stratégique.

En s’arc-boutant sur les modèles parfois contradictoires mais complémentaires, de l’architecture et de la géologie, les archéologues ont précocément adopté, en guise de comparaison opératoire, la phrase de Buffon, comparant les couches sédimentées aux « archives de la terre ». Dans la seconde moitié du XIXe siècle, cette métaphore savante se transforme progressivement en un véritable protocole de travail : l’enregistrement systématique des données contextuelles à une activité de fouille est assimilé à un dépouillement des « archives du sol » (Leroi-Gourhan). Du plan au carnet de notes, du relevé aux estampages, de la photo au prélèvement sédimentaire, la recherche archéologique a donc généré une constellation de supports documentaires connectés aux objets et collections, eux-mêmes assimilés à des documents.

L’archéologie moderne et contemporaine s’est donc construite en parallèle de l’accumulation d’une documentation dont la « mise en archives », c’est-à-dire la transmission pérenne et partagée par l’accessibilité des documents, est au coeur de la réflexion proposée au cours des deux journées des 9 et 10 novembre 2017, au musée d’Archéologie nationale et aux Archives nationales, dans le cadre du Labex « Les Passés dans le Présent » (ANR-11-LABX-026-01).

Cette rencontre scientifique se propose d’aborder cette genèse mutuelle de l’archéologie et de ses archives à travers deux approches :

  • La première journée sera consacrée à l’histoire des archives du musée d’Archéologie nationale, depuis sa préfiguration à travers la commission de Topographie des Gaules créée en 1858, dont la transmission des archives est aussi complexe que dispersée, mais aussi à travers les fonds privés associés aux collections acquises. Moulages, collections d’archéologie comparée et collections Piette viendront illustrer l’ampleur des « archives archéologiques » vantées par Gabriel de Mortillet.
  • La seconde journée s’intéressera plus particulièrement aux lieux de conservation des archives historiques et contemporaines de l’archéologie, du Muséum à l’Institut, du bureau des fouilles à l’INRAP, dû à la manière dont la fouille (programmée, préventive, en France comme à l’étranger) produit et transmet des fonds d’archives, mais encore la manière dont ces derniers peuvent être remobilisés par la recherche actuelle, dans le cadre de « reprises » d’opérations sur des sites majeurs (chantier INRAP – Laboratoire Traces du Mas d’Azil par exemple).

Programme

Jeudi 9 novembre 2017

Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye (MAN)
Auditorium

9h15 – Accueil : Ces archives qui font le Musée d’Archéologie nationale
Hilaire Multon, directeur du musée d’Archéologie nationale et du Domaine national de Saint-Germain-en-Laye

9h30 – Introduction : Les archives du MAN, entre splendeur et misère
Corinne Jouys Barbelin, MAN

9h45 – La Commission de Topographie des Gaules : aux sources du musée gallo-romain
Elie Rafowicz, musée d’Évreux

10h15 – Les archives de l’épigraphie
Pauline Cuzel, AOROC / MAN

10h35 – Une histoire de bibliothèque
Grégoire Meylan, MAN

Pause

11h15 – 12h15 – Table ronde 1 : Quand archéologues et amateurs éclairés offrent au MAN leurs archives : petit panorama
Modération : Corinne Jouys Barbelin (MAN)

  • Le fonds de l’abbé Philippe, Mathilde Vauquelin, Master 2, École du Louvre
  • Le fonds Breuil, le fonds Suzanne Cassou de Saint-Mathurin, Yann Potin, Archives nationales
  • Le fonds Rayet, Anaïs Boucher, Sèvres – Cité de la céramique

12h15 -12h30 – Débat

Déjeuner – Visite libre des collections

14h15 -15h30 –Table ronde 2 : « Les archives archéologiques » (Gabriel de Mortillet)
Modération : Noël Coye (Pôle international de la Préhistoire)

  • Les moulages : des archives comme les autres ? Clotilde Proust, MAN
  • La salle d’archéologie comparée : un pan de la documentation ? Christine Lorre, MAN
  • La salle Piette : une oeuvre documentaire ? Catherine Schwab, MAN

Pause

16h00 – 17h – Un écrin pour le MAN

  • Les archives du Domaine : complexité et lacunes, Pauline Louvrier, archiviste, CNRS
  • Quand le musée d’Archéologie nationale assemble les archives de son château, Étienne Faisant, docteur en histoire de l’art

17h00 -17h15 – Débat

Introduction à la journée du 10 novembre 2017
Corinne Jouys Barbelin, MAN

19h – Lancement du site Internet : « Aux sources de l’archéologie : la Commission de Topographie des Gaules », collection Grands sites archéologiques (Thomas Sagory, MAN / MCC ; Fleuric Dupau-Delmas, chef de projet)

Vendredi 10 novembre 2017

Archives nationales – Site de Pierrefitte-sur-Seine
Auditorium

9h15 – Accueil par Emmanuel Rousseau, directeur des fonds, Archives nationales

9h30 – 10h – Conférence introductive
Alain Schnapp (université Paris 1)

Matin : Quelles archives de et pour l’archéologie ?

10h – 11h – L’archéologie dans les fonds des Archives nationales
Yann Potin, Pascal Riviale, Archives nationales

Pause

11h15 -12h45 – Table ronde 1 : Les grands gisements d’archives
Modération : Rosine Lheureux (Archives nationales)

  • Sous-direction de l’archéologie (M. Monnier/Ch. Périn) et Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine (J.-Ch. Forgeret)
  • Maison de l’Archéologie et de l’ethnologie, Nanterre (Elisabeth Bellon)
  • Institut de France (Françoise Bérard)
  • Bibliothèques du Muséum national d’histoire naturelle (Joëlle Garcia)

12h45 – 13h – Débat

Déjeuner

Après -midi : Quand les archives reconstruisent l’archéologie

14h30 – 15h – Contexte juridique de l’exercice de l’archéologie en France et conséquences sur les fonds documentaires
Vincent Négri (CNRS/ISP)

15h – 16h30 – Table ronde 2 : valorisations et revisites
Modération : Dany Barraud (MCC, Inspection général des patrimoines)

  • La reprise du Mas d’Azil (Marc Jarry, INRAP/Toulouse II)
  • Le projet de Moulin Quignon (Arnaud Hurel, MNHN)
  • Ethno-histoire et archéologie en Guadeloupe (André Delpuech, Musée de l’Homme)
  • La collection « Grands sites » (Thomas Sagory, MAN/MCC)
  • Lascaux et son chronogramme (Geneviève Pinçon, Centre national de la Préhistoire)

16h30 – 16h50 – Débat

Pause

17h – 17h30 – Conclusions et perspectives
Nathan Schlanger (École nationale des chartes)

Organisation

Corinne Jouys Barbelin (Musée d’Archéologie nationale)
Rosine Lheureux, Emmanuelle Giry, Yann Potin, Pascal Riviale (Archives nationales)

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Le luxe en Gaule », les 16 et 17 octobre 2017, au musée départemental Arles antique

Le musée départemental Arles antique, la Bibliothèque nationale de France et l’IRAMAT – Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS, université d’Orléans) organisent un colloque intitulé “Le luxe en Gaule”, les 16 et 17 octobre 2017, au musée départemental Arles antique, dans le cadre de l’exposition temporaire “Le luxe dans l’Antiquité” (ouverte au public du 1er juillet 2017 au 21 janvier 2018).

Le Musée départemental Arles antique et la Bibliothèque nationale de France organisent en 2017 une exposition consacrée au luxe romain. Elle est centrée sur le trésor de Berthouville (Normandie).
Le Trésor de Berthouville
Cet ensemble regroupe environ 70 pièces d’argenterie du IIIe s. de notre ère découvertes fortuitement dans un champ en 1830. Il est exceptionnel par la très grande qualité des œuvres qu’il a livrées et par son contexte de découverte : il s’agit d’un des rares trésors de sanctuaire connus.
Entré dans les collections du Cabinet des médailles peu après sa découverte, il forme le cœur d’une exposition conçue par les conservateurs de la BnF et du Getty Museum (Los Angeles) après complète restauration par cet établissement. Les autres œuvres exposées, provenant intégralement des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, évoquent différentes facettes du luxe romain : vaisselle précieuse, bijoux en or et pierres gravées, décor des demeures. Après avoir été présentée dans différents musées américains entre 2013 et 2017, l’exposition rejoint le Musée
départemental Arles antique durant l’été et l’automne 2017.
Le luxe tel qu’il était conçu en Gaule romaine s’y exprime au travers d’œuvres exceptionnelles d’orfèvrerie notamment, issues de fouilles anciennes et entrées dans les collections aux XVIIIe et XIXe siècles. Mais le luxe peut se traduire sous bien d’autres formes et les fouilles de la Verrerie de Trinquetaille à Arles, en révélant de riches maisons au décor d’influence italienne, en sont l’illustration. La rencontre d’œuvres issues des collections anciennes de la BnF, certaines provenant directement de la collection royale d’Ancien Régime, et des découvertes récentes de l’archéologie a conduit à proposer l’organisation d’un colloque autour du luxe en Gaule les 16 et 17 octobre 2017 au Musée départemental Arles antique.
Il sera l’occasion de faire le point sur ce que nous savons des manifestations de la richesse en Gaule indépendante et romaine. Fouilles archéologiques, réexamen d’œuvres connues de longue date,
mais aussi recherches récentes sur la monnaie d’or, sa circulation et
ses usages à travers les résultats du programme de recherche Aureus
(Université d’Orléans/CNRS) permettent de renouveler l’approche du luxe en Gaule. Parmi les points à aborder figurent l’évolution du luxe avant et après la conquête, les spécificités de la Gaule indépendante et de la Gaule romaine, les rythmes de la conversion aux formes romaines du luxe et les permanences éventuelles d’un luxe gaulois, les rapports des élites et du luxe, les différentes manifestations du luxe dans l’espace public et dans l’espace privé et,
enfin, les marqueurs du luxe, ou des luxes, dans l’Antiquité : ainsi l’urbanisme, l’architecture, le décor urbain, la pratique de l’épigraphie, l’usage de la monnaie et de l’orfèvrerie révèlent autant de facettes d’un phénomène social et économique qui devra aussi faire l’objet d’une définition renouvelée

Programme

Lundi 16 octobre 2017
(Journée commune à la formation du « PREAC Patrimoine antique » destinée aux enseignants et au personnel éducatif des musées)

• 8 h 45 : accueil des participants ;
• 9 h 15 : Introduction (Sylvia Nieto-Pelletier, Frédérique Duyrat, Fabrice Denise et Claude Sintes), Le trésor de Berthouville ;
• 9 h 30 : Mathilde Avisseau-Broustet (BNF), Le luxe antique au Cabinet des Médailles : brève histoire des collections ;
• 10 h : Cécile Colonna (INHA), Le Trésor de Berthouville ;
10 h 30 : François Baratte (Université Paris-Sorbonne/INHA), La vaisselle précieuse en Gaule romaine : circulation et chronologie ;
• 11 h : pause.

Luxe et pratiques funéraires
• 11 h 20 : Émilie Millet, Bastien Dubuis (INRAP), La tombe de Lavau (Aube), Ve s. av. n.è. ;
• 11 h 50 : Stéphane Verger (EPHE), Luxe et pratiques funéraires en Gaule ;
• 12 h 20 : repas libre.

Monumenta
• 14 h 30 : Pierre Gros (AIBL), La magnificentia publica dans les centres urbains de la Gaule romaine sous le Haut Empire : marqueurs, signification et limites ;
• 15 h : Xavier Delestre (SRA Paca), Manifestations du luxe en Narbonnaise ;
• 15 h 30 : David Djaoui (musée départemental Arles antique), L’expression du luxe dans les collections et fouilles du MDAA ;
• 16 h : Julien Boislève (Inrap), Manifestation du luxe dans les décors peints et stuqués de Gaule romaine : styles, matériaux et techniques ;
• 16 h 30 : débat ;
• 17 h : présentation de l’exposition temporaire Le Luxe dans l’Antiquité : visite libre des différents espaces d’exposition (collections permanentes, exposition Luxe, présentation des enduits peints) possible durant les deux jours du colloque sur présentation du badge du colloque.

Mardi 17 octobre 2017
(Journée réservée aux scientifiques, les enseignants repartant de leur côté pour étudier les aspects pédagogiques du thème)

Circulation des richesses et thésaurisation
• 9 h : Barbara Armbruster (CNRS, TRACES), Maryse Blet-Lemarquand (CNRS, IRAMAT-CEB), L’artisanat de l’orfèvrerie dans la culture du Hallstatt occidental. Entre traditions et innovations technologiques ;
• 9 h 35 : Sylvia Nieto-Pelletier (CNRS, IRAMAT-CEB), Or monnayé et thésaurisation en Gaule au second âge du Fer ;
• 10 h 10 : Philip de Jersey (Guernsey Museums & Galleries), Le dépôt de Jersey découvert en 2012 et sa fouille ;
• 10 h 45 : pause ;
• 11 h : Arnaud Suspène (Université Orléans, IRAMAT-CEB), Les aurei en Gaule romaine (fin de la République-Haut Empire) ;
11 h 35 : Susan Lansing Maish et Edouardo Sanchez (Getty Museum), Nouvelles découvertes sur le trésor de Berthouville et résultat des analyses de l’argent ;
• 12 h 15 : repas libre.

Les élites et le luxe
• 13 h 45 : Matthieu Poux (Université Lumière Lyon 2) : Fonction diacritique et emblématique des parures en or durant la période de transition La Tène finale-époque romaine ;
• 14 h 20 : Antony Hostein (EPHE), Michel Kasprzyk (Inrap) et Pierre Nouvel (Université Franche-Comté) : La monnaie et les objets marqueurs de « luxe » chez les Éduens du Haut-Empire ;
• 14 h 55 : Nicolas Tran (Université Poitiers) : Les hommes de métier, leurs associations et le luxe en Gaule romaine.

Conclusion
• 15 h 30 Kenneth Lapatin (Getty Museum) : Au-delà de la Gaule : Le luxe en Grèce et à Rome ;
16 h : fin du colloque.

Modalités pratiques

Pour assister aux sessions de ce colloque : réservation obligatoire dans la limite des places disponibles, auprès de Madame Sandrine Ferrand, Secrétaire de direction du musée départemental Arles antique, par mail à sandrine.ferrand@departement13.fr

Auditorium du musée départemental Arles antique
Lundi 16 et mardi 17 octobre 2017
Organisateurs : BnF (MMA) / IRAMAT-CEB CNRS-univ. Orléans / MDAA

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Lagides à la Bibliothèque nationale de France : collections du département des Monnaies, médailles et antiques

Octodrachme d’argent frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée Ier Sôter, 28,05 g. BnF, Luynes 3556. Au droit, tête diadémée de Ptolémée Ier Sôter tournée à droite ; au revers, la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche.

 

De Ptolémée Ier Sôter (323-283 av. J.-C.), ancien général d’Alexandre le Grand, à Cléopâtre VII Théa (51-30 av. J.-C.), reine illustre dont les relations avec le triumvir romain Antoine défraient encore l’imaginaire collectif, la dynastie lagide marqua profondément l’histoire du bassin méditerranéen.

Ptolémée, qui obtint la satrapie d’Égypte suite à la mort d’Alexandre, fonda un royaume qu’il étendit rapidement aux territoires syro-phéniciens, chypriotes et libyens. Le contrôle des cités portuaires du Levant sud ainsi que la possession de l’île de Chypre assuraient aux Lagides la mainmise sur une partie des voies maritimes de l’Est méditerranéen ainsi que de substantielles rentrées fiscales. Les Ptolémées marquèrent leur temps, entre autres, avec la construction de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie ou la création des Ptolemaia, fêtes dont la somptueuse procession faisait montre de tant de richesses que Callixène de Rhodes rapporte à son propos :

« Quelle monarchie, compagnons, est-elle devenue à ce point riche en or ? »

Mnaieion d’or frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée II Philadelphe (vers avant 272-261 av. J.-C.), 27,75 g. BnF, Luynes 3563. Au droit, les bustes géminés de Ptolémée II et Arsinoé II Philadelphe tournés à droite, un bouclier dans le champ gauche ; au revers, les bustes géminés de Ptolémée I Sôter et Bérénice I tournés à droite ; répartie sur les deux faces, la légende ΑΔΕΛΦΩΝ ΘΕΩΝ.

La connaissance de l’histoire de cette dynastie est aujourd’hui enrichie par l’étude de ses émissions monétaires, matériel porteur de nombreuses informations. En effet, les ouvertures et fermetures des ateliers monétaires, leurs rythmes et volumes de production, leurs programmes iconographiques ainsi que les enfouissements de trésors sont autant de témoins de la politique lagide. Au début du IIIe s. av. J.-C., Ptolémée Ier Sôter a fermé le royaume aux monnaies étrangères et instauré un système de change aux frontières, ce qui constituait une véritable spécificité dans le monde hellénistique. Le monnayage lagide se distingue par ailleurs des numéraires contemporains par la quantité de monnaies émises et la place importante donnée à l’or et au bronze.

Triobole de bronze, série 5, frappé à Alexandrie sous Ptolémée IV Philopatôr, 35,29 g. BnF, F 7573. Au droit, la tête de Zeus Ammon tournée à droite ; au revers la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche, une corne d’abondance diadémée dans le champ gauche.

Dans le cadre de mon association à la Bibliothèque nationale de France, deux projets coordonnés par Julien Olivier (chargé des collections de monnaies grecques, BnF) sont menés concomitamment au département des Monnaies, médailles et antiques. Le premier consiste en la publication d’un catalogue de l’importante collection de monnaies lagides conservée à la Bibliothèque nationale de France. Le deuxième projet porte sur une nouvelle étude et publication du trésor de Meydancıkkale, trésor d’une grande valeur scientifique composé de 5 215 monnaies d’argent.

Sylloge Nummorum Graecorum. France 8, département des Monnaies, médailles et antiques. Les Ptolémées, rois d’Égypte

Plateaux de monnaies d’or lagides. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Comportant 2 602 monnaies, le fonds lagide du département des Monnaies, médailles et antiques est l’un des plus important à l’échelle mondiale. Julien Olivier, Thomas Faucher (chargé de recherche CNRS, laboratoire IRAMAT) et moi-même œuvrons à la publication de cette collection. Cette démarche s’inscrit dans la ligne des précédentes publications du fonds de monnaies grecques – 10 catalogues ayant été édités entre 1983 et 2015 – ainsi que dans une volonté de valorisation de cette collection face au regain d’intérêt de la communauté scientifique pour la numismatique lagide. En effet, la parution de ce catalogue coïncidera avec celle du premier volume du futur ouvrage de référence, Coins of the Ptolemaic Empire, par Catharine Lorber, avec qui nous collaborons étroitement. Un travail conséquent d’identification et d’inventaire des monnaies conservées à la BnF est mené préalablement à la construction du catalogue proprement dit, qui appartiendra à la série des Sylloge Nummorum Graecorum, placée sous le haut patronage de l’International Numismatic Council et impliquant notamment l’illustration de l’intégralité des monnaies. Cette publication nécessite une standardisation des vocabulaires employés pour les descriptions, laquelle, dans une optique de cohérence, sera appliquée par la suite à l’ensemble du fonds grec. Cette harmonisation sera précieuse dans le cadre de l’enrichissement des notices descriptives des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, dont environ un tiers (soit 171 000 monnaies) est à ce jour consultable en ligne grâce à la bibliothèque numérique Gallica. Afin de faciliter la navigation des internautes au sein du fonds lagide, un parcours de médiation sera mis en place.

Le volume s’ouvrira par ailleurs sur une histoire de la collection, rédigée grâce à l’étude des archives du département de la fin du XVIIe siècle à nos jours. Ce travail de dépouillement vise à identifier les grandes étapes de l’enrichissement de la collection ainsi que leurs protagonistes, tout en retraçant l’histoire propre à chaque monnaie, celle qui a conduit à son intégration au sein des médailliers. Les résultats obtenus par l’étude de ces archives seront également présentés sur le blog L’Antiquité à la BnF au cours d’une série d’articles, le premier d’entre eux, consacré à la collection des rois de France [Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe – fin XVIIIe siècle)], étant déjà paru.

Ainsi, la publication simultanée de la Sylloge Nummorum Graecorum, l’enrichissement des notices en ligne sur le site de Gallica ainsi que l’élaboration d’un parcours de médiation permettront de valoriser et d’ouvrir à différents publics l’ensemble du fonds ptolémaïque, qu’il s’agisse de membres de la communauté scientifique, d’amateurs éclairés, de collectionneurs ou de simples curieux.

Le trésor de Meydancıkkale

Découverte du vase A du trésor de Meydancıkkale.
Illustration extraite de Davesne (A.), Le Rider (G.), Gülnar II. Le trésor de Meydancıkkale (Cilicie Trachée, 1980), Paris, 1989, p. 9.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce trésor monétaire a été découvert le 21 septembre 1980 au cours de fouilles archéologiques menées sur le site de Meydancıkkale, dans l’ancienne province de Cilicie Trachée, en actuelle Turquie. Ce site a été occupé par une garnison lagide à l’occasion de la troisième guerre de Syrie (246-241 av. J.-C.) au cours de laquelle Ptolémée III Évergète reprit aux Séleucides, dynastie rivale, des territoires ciliciens perdus par Ptolémée II Philadelphe lors de la deuxième guerre de Syrie.

Composé de 5 215 monnaies d’argent (découvertes réparties dans trois vases), il s’agit d’un trésor dit mixte, puisque constitué de 3 057 monnaies d’étalon attique et de 2 158 d’étalon lagide. Il comprend au total 2 554 alexandres (au nom d’Alexandre ou de Philippe III), 31 monnaies de Démétrios Poliorcète, 3 tétradrachmes d’Antigone Gonatas, 148 lysimaques, 261 monnaies séleucides, 60 tétradrachmes attalides et 2 158 monnaies ptolémaïques. En raison de la fermeture de l’économie monétaire ptolémaïque, la frontière politique est ainsi matérialisée de manière géographique et monétaire. De tels trésors mixtes sont en général retrouvés sur des positions frontalières, ce qui est le cas de la place forte de Meydancıkkale. Les autorités lagides de la forteresse auraient ainsi voulu cacher le numéraire en leur possession, probablement en raison d’une avancée des troupes séleucides.

Une étude de ce trésor a été publiée en 1989 par Alain Davesne et Georges le Rider. De par sa composition et son contexte d’enfouissement, le trésor de Meydancıkkale est une référence incontournable pour l’étude des émissions monétaires ptolémaïques de la première moitié du IIIe siècle av. J.-C. et de leur circulation. Le très important travail d’identification et de classement réalisé par Alain Davesne pour les monnaies ptolémaïques nécessite une réactualisation, notre connaissance concernant la numismatique lagide ayant depuis considérablement évolué. Une nouvelle étude des monnaies le constituant, appuyée de la diffusion des photographies de la totalité des exemplaires, est donc primordiale. Actuellement conservé au musée de Silifke en Turquie, le matériel est toutefois difficilement accessible aux chercheurs. Néanmoins, les négatifs de l’ensemble des photographies des monnaies du trésor, donnés par Alain Davesne, sont conservés au département des Monnaies, médailles et antiques. Ces documents uniques seront numérisés par la Bibliothèque nationale de France, dans le cadre de sa grande campagne de numérisation entreprise depuis 1990, puis intégrés à la bibliothèque numérique Gallica au sein de laquelle ils seront valorisés par une médiation, afin de toucher un public élargi.

Planche de négatifs du trésor de Meydancıkkale. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Julien Olivier et moi-même allons saisir cette chance exceptionnelle de pouvoir étudier et diffuser ce matériel, soit les 5 215 monnaies. Lors de sa publication, l’étude du trésor sera accompagnée des planches photographiques de l’intégralité des monnaies – complétées d’une version numérique – afin de mettre l’ensemble de ce matériel à la disposition de la communauté scientifique.

 

Ces travaux s’inscrivent dans un contexte de renouveau de la numismatique lagide et sont à appréhender dans un cadre pluriannuel. Les publications de la Sylloge Nummorum Graecorum ainsi que du trésor de Meydancıkkale mettront ainsi  à disposition de différents publics de précieux outils de recherche et de découverte.

Cycle de conférences : Monnaies virtuelles et monnaies locales, quels enjeux ?

La Bibliothèque nationale de France organise un cycle de conférences sur les enjeux des monnaies virtuelles et monnaies locales.

Ces dernières décennies ont vu se multiplier dans de nombreux pays quantité de monnaies parallèles ayant cours sur un territoire donné et/ou entre des personnes d’une même communauté.
Ainsi, bitcoin, éther et autres monnaies virtuelles universalistes, de même que des monnaies locales complémentaires, se développent en alternative aux monnaies officielles émises par les Etats. C’est ainsi le cas en Région parisienne où une monnaie locale à vocation régionale circule à Montreuil et un projet est en cours pour Paris.
Si l’utilisation de ces nouvelles monnaies est accessible à tous, l’information sur leur nature et leurs implications reste souvent obscure. La monnaie, moyen d’échange, de don et d’accumulation, véhicule de confiance et de puissance, souffre de manière générale d’un déficit chronique d’information facilement accessible aux citoyens, malgré le rôle central qu’elle joue dans la vie quotidienne et les conséquences du fait d’en disposer ou pas. L’objectif de ce cycle « Monnaies virtuelles et monnaies locales, quels enjeux ? » est de permettre à tous de saisir les enjeux de ces nouvelles monnaies. Un parcours sera proposé qui, partant de la nature de la monnaie et de la diversité de ses supports, mènera à découvrir le panorama des monnaies virtuelles ainsi que des retours d’expérience de monnaies locales.
Ce cycle permettra également de donner un coup de projecteur sur la richesse de la recherche sur les questions monétaires, notamment en France, ainsi que sur les collections de la BnF en ce domaine. En particulier, des objets monétaires seront exposés, et certains d’entre eux présentés, dans la salle 70.

Coordination : Carmen Guy, département Droit, économie, politique, BnF et Florence Codine, département des Monnaies, médailles et antiques, BnF
Modérateur : Arnaud Manas, chef du service du Patrimoine Historique et des Archives de la Banque de France.

Programme

  • Jeudi 2 mars 2017

    Universalité et pluralité du fait monétaire : monnaie officielle et monnaies alternatives

    Avec Michel Aglietta, professeur des universités à Paris-Ouest, conseiller au CEPII et France Stratégie et Jerôme Blanc, professeur des universités à Sciences Po Lyon, administrateur de l’institut Veblen pour les réformes économiques.

    L’utilisation des monnaies virtuelles et des monnaies locales, quoiqu’en forte croissance, reste marginale par rapport à celle des monnaies officielles, gérées par les Etats. En même temps, la coexistence de plusieurs monnaies au sein d’une même communauté est loin d’être un phénomène nouveau.
    Eclaircir les origines, les fonctions et les modalités du fait monétaire, et les situer dans l’histoire de la monnaie, se pose ainsi comme préalable pour mieux comprendre nos comportements monétaires au jour le jour et éclairer ainsi les logiques qui président à l’apparition des nouvelles monnaies.

  • Jeudi 9 mars 2017

    Les supports de la monnaie et leur dématérialisation : de l’électrum aux cryptomonnaies

    Avec Patrice Baubeau, maître de conférences en histoire économique à Paris-Ouest et enseignant à Sciences-po Paris, et Odile Lakomski-Laguerre, maître de conférences en économie à l’université de Picardie.

    Si le bitcoin apparaît comme un cas extrême de monnaie au seul support électronique, la norme a plutôt été la coexistence de plusieurs supports pour une même monnaie. Des encoches sur des bâtons aux séquences électroniques, en passant par les métaux et le papier, un parcours des différents supports permettra de découvrir la logique en jeu ayant déterminé leur apparition. En effet, des marchandises durables et transportables, faciles à échanger, seraient à l’origine des monnaies métalliques, qui présentent une valeur vénale indépendante de leur valeur symbolique, tandis que les reconnaissances de dettes et les promesses de paiement seraient devenues des supports de monnaie dont la valeur s’appuie uniquement sur la confiance. Apparu comme nouvelle option pour les monnaies existantes, le support électronique se développe ensuite comme support exclusif des monnaies virtuelles.

  • Jeudi 23 mars 2017

    Les monnaies locales complémentaires en France : focus sur la « pêche », en Ile-de-France et la « doume » au Puy-de-Dôme

    Avec Marc Abel, responsable à l’association « la pêche, monnaie locale en Ile de France », Marie Fare, maître de conférences en sciences économiques à l’université Lumière Lyon 2, Christophe Fourel, chef de mission à la Direction générale de la cohésion sociale et Ariane Tichit, maître de conférences en économie à l’université d’Auvergne.

    À côté des monnaies officielles, acceptées partout au sein des Etats qui les ont émis, voire bien au-delà de ses frontières, des communautés locales développent des monnaies alternatives, ancrées sur la monnaie officielle. Il s’agit d’initiatives à caractère associatif, qui exigent un gros investissement humain. Il y a une trentaine en circulation actuellement en France, comme l’Abeille (2010) à Villeneuve-sur-Lot, l’Occitan (2010) à Pézenas, l’Eusko (2013) au Pays Basque, la Pêche (2013) à Montreuil, en Ile de France, la Doume (2015) au Puy de Dôme, SoNantes (2015) à Nantes ou la Gonette (2015) à Lyon. De nombreux projets sont en cours : parmi eux, celui de la Seine à Paris.
    Il s’agit de mettre en perspective la genèse et la portée de ce phénomène, ainsi que les objectifs, modalités et supports de ces monnaies, et de présenter plus précisément le fonctionnement des monnaies en circulation.

Une bibliographie élaborée par les bibliothécaires de la BnF permet d’approfondir les sujets abordés par le cycle de conférences : http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_biblios_droit/a.biblio_monnaie.html

Flyer du cycle

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site-François-Mitterrand
Quai François Mauriac, Paris 13e
Salle 70, de 18h30 à 20h

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Linked Open World: Alexander the Great, Transnational Heritage and the Semantic Web

La Bibliothèque nationale de France et l’Ashmolean Museum d’Oxford organisent un colloque intitulé Alexandre le Grand, le patrimoine transnational et le Web sémantique = A Linked Open World : Alexander the Great, Transnational Heritage and the Semantic Web qui se tiendra les 3 et 4 avril 2017 au New College, Oxford.

La conférence s’inscrit dans le cadre du projet Oxford-Paris Alexander (OPAL), initiative conjointe de la Bibliothèque nationale de France et de l’Ashmolean Museum d’Oxford financée par le Labex les Passés dans le Présent et l’Arts and Humanities Research Council.

Dirigé par le Frédérique Duyrat et le Professeur Andrew Meadows, OPAL explore les possibilités offertes par le web de données et le web sémantique pour préserver et rendre disponible le patrimoine physique du monnayage émis au nom d’Alexandre le Grand, un phénomène unique induisant de profondes transformations pour une aire géographique allant des Balkans modernes à l’Afghanistan.

Monnaie de Macédoine. Sardes, Alexandre III le Grand : Statère
Monnaie de Macédoine. Sardes, Alexandre III le Grand : Statère

Les monnaies émises par Alexandre et en son nom après sa mort existent aujourd’hui à des millions d’exemplaires, dispersées dans des collections à travers le monde. Mais elles sont aussi victimes, en tant qu’objets en métal précieux, de destruction et de pillage dans leur pays d’origine. Le projet OPAL a pour but de mettre en ligne un corpus de 3 500 exemplaires de monnaies d’Alexandre issues des collections de l’Ashmolean museum d’Oxford1 et de la Bibliothèque nationale de France2. Il fournira des données au projet PELLA de l’American Numismatic Society3

Le colloque se penchera sur le caractère homogénéisant du monnayage d’Alexandre le Grand sur l’histoire économique de la Méditerranée, du Proche-Orient, et l’Asie centrale et orientale ainsi tout en abordant la question de la valorisation et l’étude des collections mélangées. Le colloque examinera les nouveaux outils créés par le web de données (Linked Open Data) et le Web sémantique, ainsi que leurs caractères techniques. Il présentera les nouvelles recherches menées sur le monnayage d’Alexandre, dont beaucoup ont été rendues possibles grâce à l’outil PELLA.

Enfin, le colloque se conclura en se concentrant particulièrement sur l’héritage d’Alexandre le Grand, de son immédiate postérité à nos jours, et en discutant de l’importance de la préservation de ce patrimoine transnational et du rôle que jouent dans ce domaine des projets tels OPAL et PELLA.

Programme

Lundi 3 avril

  • 10h Inscription
  • 10h15 Introduction (Frédérique Duyrat et Andrew Meadows)

Partie 1 : Nouveaux outils (Président : Andrew Meadows)

  • 10h30 Égalité et concept : élargissement de la portée du web de données (Sebastian Heath)
  • 11h Les projets numériques de l’ANS : une plate-forme complète pour l’étude mumismatique (Ethan Gruber)
  • 11h30 Exploration statistique des données de PELLA (Julien Olivier)
  • 12h Pause déjeuner

Partie 2 : L’espace économique impérial – employer PELLA pour écrire une nouvelle histoire (Présidence : Robin Lane Fox)

  • 13h30 Qu’est-ce qu’un Alexandre ? (Andrew Meadows)
  • 14h La destruction et la recréation de zones monétaires à la suite des conquêtes d’Alexandre (Peter van Alfen)
  • 14h30 Exploration des localités : étude des Alexandres de Damas (Simon Glenn)
  • 15H Pause-café
  • 15h30 L’impact de la conquête d’Alexandre sur l’argent frappé : nouvelles données de l’analyse métallurgique des pièces conservées à la BnF (Maryse Blet-Lemarquand, Julien Olivier, Caroline Carrier)
  • 16h La première génération de l’influence d’Alexandre: une diversité d’empire (Karsten Dahmen)
  • 16h30 Le monnayage en or d’Alexandre au sein de l’Empire et au-delà (Frédérique Duyrat)
  • 17h Discussion générale
  • 18h Réception à l’Ashmolean museum

Mardi 4 avril

Partie 3 : Interaction culturelle et héritage (Présidence: Frédérique Duyrat)

  • 9h30 La monnaie d’Alexandre le Grand telle que perçue aux XVIe-XVIIIe siècles (François de Callataÿ)
  • 10h L’héritage d’Alexandre : l’argent en Asie centrale (Simon Glenn)
  • 10h30 Le pillage et son impact : le cas des Alexandres du Proche-Orient et le rôle d’un projet de corpus en ligne (Caroline Carrier ; Simon Glenn)
  • 11h Le débat sur la propagation du monnayage d’Alexandre et son impact économique : s’engager sur la longue durée historiographique (Pierre Briant)
  • 11h30 Le Musée virtuel d’Alexandre le Grand (Angeliki Kottaridi)
  • 12h Conclusion : Alexandre : la vision plus large (Robin Lane Fox)

Informations pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles mais réservation auprès de simon.glenn@ashmus.ox.ac.uk

Programme en anglais disponible à l’adresse : http://www.greekcoinage.org/opalconference.html

  1. Http://hcr.ashmus.ox.ac.uk []
  2. Http://gallica.bnf.fr/html/und/objets/monnaies []
  3. Http://numismatics.org/pella []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Dominique Hollard

hollard_dominiqueLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Dominique Hollard, responsable d’un fonds spécialisé (collections patrimoniales romaines et celtiques) au département des Monnaies, médailles et antiques.

Quel est votre parcours ?

Économiste de formation, j’ai étudié à Paris X Nanterre (1976-1981, spécialité : économie publique et planification), ce qui m’a conduit à m’intéresser à la monnaie, mais pas sous l’angle de l’Histoire ou de l’Archéologie qui sera ensuite le mien. Ayant été incidemment en contact avec des monnaies romaines, j’ai bifurqué en préparant un DEA d’Histoire des techniques à l’EHESS (sur les techniques d’illustration en numismatique au XIXe siècle), complété par des enseignements en archéologie, économie et religion de l’antiquité romaine à l’EPHE (4e et 5e sections). L’opportunité d’étudier un trésor antique du IIIe s. s’étant offerte à moi, cela m’a alors permis d’en présenter, pour publication, le résultat dans une collection spécialisée de la BnF, celle des Trésors monétaires ((http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2012003761_tresors-monetaires)). Le manuscrit fut accepté et on me proposa, en 1984, de travailler pour le Centre d’étude et de publication des Trésors monétaires. Ce fut le début d’un long « stage » ininterrompu d’agent de recherche non-titulaire qui s’acheva fin 2002, par le concours de bibliothécaire d’État dans le cadre de la « Loi Sapin ». J’ai alors pris officiellement la charge du médailler romain (l’un des plus fournis au monde) puis, en 2007, des fonds monétaires celtiques. Entretemps, j’avais publié environ une centaine d’études1, dont une quarantaine portant sur des trésors et dépôts monétaires, principalement pour nourrir les volumes des Trésors monétaires.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

Ils sont d’abord liés aux fonds dont j’ai la charge. Les monnayages romains – environ 100 000 exemplaires – et le numéraire celtique : environ 10 000 exemplaires constituant la collection internationale de référence. En numismatique romaine, je me dois d’être « généraliste » vu l’ampleur et la représentativité des fonds de la BnF. Toutefois, étant venu à l’Antiquité par les trésors monétaires découverts en France et la majorité d’entre eux étant datés du IIIe s. après J.-C., c’est naturellement à l’histoire et à la monnaie de cette période troublée que je me suis consacré. J’ai, en particulier, eu la chance de pouvoir, avec un autre chercheur de l’établissement, Daniel Gricourt, contribuer de manière significative à la recherche sur le monnayage des « empereurs gaulois ». On désigne ainsi des généraux gallo-romains qui régirent les provinces occidentales dans les années 260-274, période marquée par l’éclatement de l’Empire, les incursions barbares et les troubles politiques et économiques. Au détour de ces travaux, il a été possible à la fois d’enrichir, de reclasser et de mieux dater les productions officielles mais aussi de mettre en évidence une vaste équipe de faux-monnayeurs, exceptionnelle par la variété et l’ampleur de ses productions, qui a pu depuis être localisée dans l’agglomération antique située à Châteaubleau (Seine-et-Marne).
Dans le domaine gaulois, un examen attentif de l’iconographie – en premier lieu monétaire – des Celtes du continent et de l’île de Bretagne, associée aux sources textuelles médiévales de l’Irlande et du Pays de Galles, permet de reconstituer des pans de la mythologie commune du monde celtique, dont la cohérence peut être vérifiée par des recoupements comparatistes avec les traditions homologues des domaines grec ou indo-iranien. La continuité, par-delà la Conquête césarienne, entre la culture de La Tène finale et la religion gallo-romaine peut aussi être démontrée par la reprise de thématiques proprement gauloises sur les monnaies de nécessité fabriquées par les populations lors de périodes de pénurie de numéraire.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

D’abord le contact avec une documentation multiséculaire. J’ai pu étudier et classer des trésors antiques composés, suivants les cas, de matériaux fort communs (alliages cuivreux) ou précieux (or). Cela n’est pas donné à tout le monde et l’accès direct aux témoins du passé sans la médiation de catalogues est irremplaçable. Il en a découlé la possibilité de publier et de s’inscrire dans des courants de recherche. L’enseignement a ensuite pris le relai, sur la base de l’expérience acquise à la fois par mes travaux personnels mais également par la fréquentation d’un fonds considérable et polyvalent comme celui de la BnF (qui possède par exemple la plus vaste collection de monnaies de la République romaine : plus de 23 000).

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

On doit distinguer les applications « internes » et « externes ». Comme pour n’importe quel chargé de fonds, la recherche portant sur des documents présents dans les collections de l’établissement peut amener à mieux les comprendre et donc mieux les classer. Dans mon cas, mes travaux sur l’Empire gallo-romain (260-274) m’ont conduit à affiner le classement des séries concernées. De même, pour le monnayage celtique, les travaux auxquels je suis associé me permettent de mieux évaluer, par exemple, les manques de notre fonds aussi riche soit-il. Pour ce qui est des applications externes, cela permet de donner une valeur ajoutée à des partenariats avec d’autres institutions et, naturellement, de densifier les échanges avec d’autres chercheurs.
De ce point de vue, notre quotidien est précisément composé d’échanges. Avec nos collègues, avec nos lecteurs qui sont aussi avant tout des chercheurs et viennent consulter nos fonds bibliographiques et numismatiques. Et puis il y a Internet. Les chargés de fonds spécialisés reçoivent très fréquemment des demandes d’information ou d’avis, la plupart informelles mais parfois aussi officielles lorsque, par exemple, des musées sollicitent, pour des acquisitions patrimoniales, notre accord en tant que Grand département de référence. Par ailleurs, les tâches courantes sont faites, comme partout à la BnF,  de plages de service public, de gestion de fonctions transverses et de missions de conservation et de valorisation des fonds avec, depuis quelques années, un accent particulier mis sur la numérisation des collections, particulièrement cruciale en numismatique, la discipline portant sur des ensembles à la fois sériels et composés d’individus généralement discernables.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

Mon père était ingénieur électronicien (l’un des premiers « cybernéticiens ») et, dans mon enfance, mes premières lectures m’ont orienté vers les sciences exactes (astronomie, physique, biologie etc.). L’adolescence, au début des années 70 et dans l’ambiance politique de l’époque, m’a ouvert aux sciences sociales (économie d’abord, mais tout autant sociologie, psychologie, puis anthropologie). Mais je ne me projetais nullement vers l’avenir comme « chercheur », éventuellement comme enseignant car j’ai toujours eu une passion pour la transmission. C’est en travaillant sur les monnaies que je me suis rendu compte des limites des ouvrages et des connaissances et que, par voie de conséquence, j’ai tenté de porter la réflexion quelques pas plus loin à partir des objets concrets que j’avais en main. Je pense que dans mon cas – comme pour beaucoup –, la démarche de recherche a trouvé sa source dans la frustration de ne pas trouver à partir de l’état existant de la discipline les réponses aux questions que me posait ma documentation. Après coup, je me suis rendu compte que cela réveillait en moi de profondes résonances et je me suis efforcé de me forger une méthodologie adaptée à mes besoins.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

Le Cabinet des Médailles (le département des Monnaies, médailles et antiques) regorge d’objets précieux et prestigieux, parfois uniques et de renommée mondiale, accumulés par les rois de France, le premier et le second empires puis la République. Choisir parmi ces trésors est toujours discutable, voire absurde. Toutefois, parmi tant de documents exceptionnels pour l’Art et l’Histoire, l’un m’a particulièrement retenu il y a quelques années. Il s’agit d’un multiple d’or de Constantin (306-337) frappé à Ticinum/Pavie en 313-315 (coll. Beistegui 233). Il figure l’empereur à mi-corps en armes au côté du dieu Soleil célébrant, dans la tradition païenne du culte héliaque, leur victoire commune (celle du pont Milvius en octobre 312). Réalisé alors que Constantin s’était récemment – selon des sources écrites – « converti » au christianisme, ce médaillon de distribution montre à la fois que les monnaies sont des sources historiques infalsifiables et de première main et que la rupture entre paganisme et christianisme fut, dans le cas du premier empereur chrétien, exagérée par une illusion rétrospective.

Multiple de 9 solidi de Constantin, Ticinum (313)
Multiple de 9 solidi de Constantin, Ticinum (313)

Quelles sont vos plus belles réussites ?

« Réussite » est un terme inadapté. À mes yeux, les résultats les plus intéressants sont ceux qui surprennent et réorientent la réflexion loin des idées reçues. J’ai ainsi, au début de mes travaux, pu montrer à partir d’une fastidieuse compilation de données, que la « crise monétaire » du IIIe siècle (qui a aussi été une crise économique, sociale, politique et militaire…) avait emprunté une voie restée jusqu’alors incomprise. Entre les années 240 et 275, la production monétaire s’accéléra alors que la qualité des espèces se dégradait : un symptôme classique d’inflation. Il était admis que la hausse vertigineuse du nombre de monnaies frappées devait compenser la moindre qualité de chacune et qu’un stock stable de métal précieux (argent) avait ainsi été recyclé. Il n’en est rien : en quarante ans, plus de 90 % du stock monétaire d’argent-métal a fui sans retour hors de la circulation monétaire, le plus souvent thésaurisé. Ce fait, surprenant pour beaucoup, explique et conditionne les réformes monétaires des décennies suivantes : Aurélien en 274 puis Dioclétien en 294. Il permet aussi de comprendre pourquoi la monnaie d’argent ne put jamais retrouver au IVe et Ve siècles le rôle central qu’elle joua sous la République et les premiers siècles de l’Empire.
Plus récemment, dans le domaine celtique, nous avons, avec mon collègue Daniel Gricourt, pu montrer en croisant des images celtiques, gallo-romaines grecques et indiennes, des textes gréco-romains mais aussi irlandais et gallois, que le dieu gaulois Cernunnos, célèbre pour sa ramure cervine, était l’homologue celte du Dionysos grec et du Śiva indien. Cette correspondance, acceptée par d’éminents comparatistes, éclaire d’un jour nouveau la religion préhistorique commune des peuples indo-européens, dispersés par la suite de l’extrême occident au sous-continent indien.
Enfin, comme gestionnaire de fonds, je m’estime heureux d’avoir pu effectuer certaines acquisitions patrimoniales qui ont enrichi les collections nationales, tels des outillages monétaires gaulois : rarissimes coins et poinçons et, surtout, un unique et spectaculaire moule en bronze pour couler des monnaies en alliage plombeux.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Des capacités complémentaires. En premier lieu, celle d’approfondir méthodiquement et sans relâche les voies qu’il s’est tracées. Mais il est tout aussi important de savoir changer régulièrement d’angle d’approche, en remettant en cause les hypothèses que l’on a précédemment échafaudées. Une autre disposition essentielle est la capacité de dialoguer avec d’autres chercheurs qui n’ont pas nécessairement les mêmes démarches ou centres d’intérêt que vous. Cela permet une fécondation inconsciente mutuelle qui élargit la créativité et facilite la remise en cause des routines mentales dans lesquelles on enferme trop souvent son raisonnement. Si j’ai parfois eu personnellement des intuitions qui se sont ensuite avérées pertinentes, je n’ai pu les développer au mieux dans toutes leurs dimensions qu’en collaboration avec d’autres.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Mon intérêt depuis l’enfance pour la cosmologie devrait me faire choisir la relativité d’Einstein ou la physique quantique, dont notre siècle et les suivants porteront profondément la marque. Mais mon goût pour le dévoilement des choses cachées m’incline toujours vers les déchiffreurs d’écritures ou de langues. L’Abbé Barthélémy, garde du Cabinet des Médailles (l’alphabet palmyrénien), Jean-François Champollion (les hiéroglyphes), Michael Ventris (le linéaire B crétois) et, récemment, David Stuart (l’écriture maya) sont pour moi de merveilleux passeurs qui nous donnent accès à l’univers mental et aux émotions d’hommes disparus depuis longtemps. Ils élargissent ainsi notre perception de notre commune humanité. Des anthropologues, linguistes et mythologues comme Claude Lévi-Strauss ou Georges Dumézil remplissent à mes yeux la même précieuse mission.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Dans mon cas il fut déterminant à plusieurs reprises. J’ai croisé quasiment par hasard un trésor monétaire de petites monnaies de billon (alliage de cuivre et d’argent) du IIIe siècle dont le propriétaire, s’expatriant durablement outremer, ne pouvait assurer l’étude qu’il souhaitait. Il me confia ce dossier et je pus rapidement constater que le dépôt comprenait un lot cohérent de « fausses monnaies » d’époque rappelant le style d’un mystérieux atelier non-officiel (dit « atelier II »), repéré dès 1966 mais non-localisé, qui avait produit une masse de grands bronzes illicites (« doubles sesterces ») de l’empereur Postume (260-269). Sur la base de cette connexion, je pris contact avec le spécialiste de ces séries, qui allait d’ailleurs devenir mon collègue au Centre d’études des Trésors monétaires, et il apparut que nos documentations étaient complémentaires et devaient dès lors être étudiées ensemble. Peu après, un jeune archéologue travaillant en Seine-et-Marne, sur un site (Châteaubleau) où de tels bronzes étaient (comme en bien d’autres lieux) régulièrement découverts, nous contacta pour l’aider à classer ses exemplaires. Au fil des années, il est apparu peu à peu, au fil des fouilles archéologiques, que ce vicus antique avait abrité simultanément trois officines de faux-monnayeurs, à l’origine en définitive de ces nombreux grands bronzes et piécettes de billon. Parmi mille localisations possibles en Gaule du nord, c’est cette agglomération gallo-romaine qui est ainsi « venue à nous », sans que nous ayons à la chercher !
Et ce n’est pas tout. Quelques monnaies des mêmes faussaires, au lieu de copier les modèles impériaux officiels, portent des scènes inattendues : des divinités et des éléments mythologiques procédant clairement d’un héritage gaulois. Le caractère encore très indigène de cette communauté, plusieurs siècles après César, a d’ailleurs été confirmée par la découverte à Châteaubleau d’une longue inscription gauloise sur une tuile datant de la même période. L’étude de telles images monétaires a alors ouvert un nouveau chapitre de recherche, en histoire des religions cette fois-ci. La mise en parallèle des scènes gauloises et gallo-romaines avec les sources mythologiques conservées par l’Irlande et le Pays de Galles ont permis de démontrer que l’iconographie continentale illustre les mythes insulaires et que ces derniers expliquent, en retour, des images restées jusqu’alors mystérieuses. Ce domaine d’étude est aujourd’hui en pleine expansion et de nouvelles correspondances sont régulièrement mises en évidence.

  1. NLDR : cf. la bibliographie commentée de Dominique Hollard, http://www.archeophile.com/rw-bibliographie-hollard.htm et sa page personnelle : http://production-scientifique.bnf.fr/CV/hollard-dominique []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition « Un photographe au musée : regards de Serge Oboukhoff sur les collections du Cabinet des Médailles de la BnF »

251c
Stamnos « Dispute du trépied »© Serge Oboukhoff © BnF / CNRS – MAE

Dans le cadre du programme de recherche Corpus numérique des objets archéologiques à iconographie mythologique du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF financé par le Labex Les Passés dans le présent, la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès organise une exposition de photographies présentant plusieurs aspects du travail réalisé par Serge Oboukhoff à partir d’une sélection d’objets antiques du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF ornés d’images mythologiques.

Les photographies réalisées par Serge Oboukhoff visent à alimenter le catalogue des Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France : http://medaillesetantiques.bnf.fr/  ((Rechercher avec le critère : Oboukhoff et/ou attique)) et le site français du Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae (LIMC-France) : http://www.limc-france.fr/presentation

A titre d’exemple, nous renvoyons vers les vues d’une statuette du « trésor de Chalon » réalisées par le photographe et diffusées sur le site du LIMC (http://www.limc-france.fr/objet/14220), le catalogue Médailles et antiques de la BnF (http://medaillesetantiques.bnf.fr/ark:/12148/c33gbgkp2) mais aussi sur le site du Recueil d’antiquités du Comte de Caylus (http://caylus-recueil.huma-num.fr/base/index.php?r=recueil/oeuvre/detail&id=2798) qui met en relation la description actuelle avec celle de Comte de Caylus telle que publiée dans son Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines en 1767.

Pour ce qui et du programme en cours, de 2012 à 2014 plus de 8700 photographies ont été prises, ventilées ainsi :
– 3410 photographies de bronzes,
– 1939 photographies de vases grecs,
– 3108 photographies de pierres gravée,
– 312 photographies de bijoux.

La campagne photographique s’est poursuivie en 2015 avec également un projet d’expositions virtuelles à venir.

Information pratiques

Décembre 2016 – janvier 2017
Hall de la Maison Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès
Université Paris Ouest Nanterre la Défense
21, allée de l’Université
92023 NANTERRE Cedex
Inauguration le 8 décembre 2016 à 12h30
Affiche de l’exposition
Plan d’accès

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences : Archéologie de la Grèce : de la fouille à l’écriture de l’Histoire

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’Histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? Après un cycle consacré à l’Egypte, la Bibliothèque nationale de France met à l’honneur la Grèce antique, à travers des présentations de recherches et de fouilles françaises en cours.

Programme

  • macellum12 octobre 2016
    M. Jean-Yves Marc, Professeur d’archéologie romaine, Université de Strasbourg, UMR 7044 – Archéologie et Histoire ancienne: Méditerranée-Europe
    La fouille d’un quartier du centre monumental de Thasos
    La conférence évoquera la fouille d’un quartier du centre monumental de Thasos, qui a mis au jour un complexe commercial construit à l’époque hellénistique et occupé jusqu’au IVe siècle apr. J.-C. Un des intérêts de cette fouille réside dans les liens topographiques, architecturaux et fonctionnels qu’elle a pu établir entre les rites religieux (sacrifices et banquets sur l’agora) et le circuit de la viande (dans le macellum, du centre commercial).
  • [Monnaie d'Argolide. Argos : Triobole]16 novembre 2016
    Mme Catherine Grandjean, Professeur d’Histoire ancienne, Université François-Rabelais Tours, EA 6298- Centre Tourangeau d’Histoire et d’étude des sources
    Trésors monétaires grecs d’Argos et d’Olympie
    Trésors et monnaies de fouilles conditionnent largement les développements de la recherche actuelle en numismatique grecque. Les trésors contiennent des pièces de forte valeur mises de côté que leurs propriétaires n’ont pas été en mesure de récupérer.
    On évoquera principalement un trésor découvert en 1939/1940 par l’Institut archéologique allemand lors de fouilles archéologiques dans le sanctuaire de Zeus à Olympie et un trésor trouvé en 2005 par le Service archéologique grec lors de fouilles à Argos.
  • drone7 décembre 2016
    M. Alexandre Farnoux, Directeur de l’École Française d’Athènes, Professeur d’Archéologie grecque Université Paris Sorbonne
    Panorama de la recherche archéologique en Grèce
    La conférence remettra en perspective les travaux menés sur les sites de l’EFA en présentant un panorama de la recherche archéologique en Grèce à travers quelques grands chantiers de ces dernières années. Ce sera l’occasion de resituer l’action de l’EFA dans les opérations de terrain du service archéologique et des autres écoles étrangères en Grèce, aspect assez peu connu de la recherche. Seront également signalées les réalisations en matière de muséographie (ouvertures de plus d’une trentaine de nouveaux musées archéologiques) ou d’aménagement de sites.
  • 419px-nama_marble_head_of_a_kouros18 janvier 2017
    Mme Christel Müller, Professeur d’Histoire grecque, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    Travaux français en Béotie: les cultes d’Akraiphia et du Ptoion de l’époque archaïque à l’époque impériale
    Les travaux de l’École française d’Athènes, à partir de la fin du XIXe siècle, ont touché non seulement les grands sanctuaires apolliniens de Delphes et de Délos mais également plusieurs sanctuaires de Béotie en Grèce centrale, dont celui d’Apollon Ptoios sur le territoire de la cité d’Akraiphia. Ce sanctuaire extra-urbain à vocation régionale a livré un nombre important de statues archaïques (kouroi), mais également d’autres offrandes, dont des trépieds votifs, aux époques classique et hellénistique. Il entretenait des rapports complexes d’une part avec les sanctuaires fédéraux béotiens avérés et, d’autre part, localement avec le sanctuaire dit du héros Ptoios (également situé dans l’espace rural) et avec le sanctuaire urbain de Zeus Sôter, apparu plus tardivement à la basse époque hellénistique.
  • delos22 février 2017
    M. Jean-Charles Moretti, Directeur de recherche au CNRS, USR 3155 – Institut de recherche sur l’architecture antique
    Délos 1873-1913 : une ville antique révélée par la fouille
    En 1873, l’École française d’Athènes entreprit des fouilles à Délos. En quarante ans, elle mit au jour une quarantaine de sanctuaires et plusieurs quartiers de ville hellénistique dans lesquels furent découverts près de 3000 inscriptions et un mobilier d’une richesse incomparable dans les Cyclades. Des publications, des archives manuscrites et une documentation graphique et photographique exceptionnelle permettent de restituer les étapes, les objectifs et les méthodes de cette exploration hors du commun.
  • thasos22 mars 2017
    M. Julien Fournier, Maître de conférences, Université de Lorraine, EA 1132 – Histoire et Culture de l’Antiquité et du Moyen-Âge
    La cité dans l’empire : Thasos à l’époque de l’hégémonie romaine
    Antique colonie de Paros, Thasos fut l’une des plus grandes puissances de Grèce du Nord aux époques archaïque et classique. La suite, moins brillante, a pourtant laissé de nombreux vestiges et monuments inscrits mis au jour dans les fouilles menées depuis plus d’un siècle par l’École française d’Athènes. La conférence s’intéressera à l’histoire de la cité au tout début de notre ère : ses relations avec les gouverneurs romains, ses liens avec la colonie romaine de Philippes, mais aussi ses efforts pour maintenir les attributs essentiels de la cité-État de modèle grec : son territoire, ses remparts, ses lois ancestrales.
  • tash19 avril 2017
    M. Pascal Darcque, Directeur de recherche au CNRS, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    Dikili Tash, un village néolithique au Nord du monde égéen
    Situé à proximité immédiate de la ville antique de Philippes (département de Kavala, Grèce), Dikili Tash a été identifié comme un tell préhistorique depuis un siècle. Les recherches récentes sur le site ont permis d’établir la date des premières installations humaines (vers 6400 av. J.-C.), ce qui correspond au début du Néolithique dans la région. Par ailleurs, plusieurs maisons, assez bien conservées, offrent des instantanés du mode de vie néolithique, vers 5000 et vers 4300 av. J.-C., et révèlent des pratiques agricoles ou artisanales originales.
  • delosmonnaie17 mai 2017
    Mme Véronique Chankowski, Professeur d’Histoire grecque, Université Lyon 2, UMR 5189 – Histoire et Sources des Mondes Antiques
    Délos, centre économique et financier de Méditerranée
    La petite île de Délos est, dès l’époque archaïque, un sanctuaire apollinien dont le rayonnement fonde la prospérité de la communauté qui s’y développe, dans l’ombre des grandes puissances de la Méditerranée orientale. De l’époque classique à l’époque hellénistique, et avec l’arrivée de Rome dans les affaires du monde grec, l’activité commerciale et financière se développe considérablement dans l’île, qui devient un centre économique méditerranéen. Les sources archéologiques, mais aussi la documentation épigraphique à travers laquelle nous avons conservé les archives comptables du sanctuaire d’Apollon, ainsi que les monnaies, permettent d’éclairer les mutations profondes de ces sociétés insulaires et marchandes. Ces sources montrent aussi que Délos est un point d’observation privilégié pour comprendre les politiques économiques dans un monde antique en mutation.
  • temple_of_zeus_at_euromos-turkey7 juin 2017
    M. Francis Prost, Professeur d’Archéologie classique, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, UMR 7041 – Archéologies et Sciences de l’Antiquité
    La fabrique d’une cité grecque: l’exemple d’Euromos (Carie, Turquie)
    Le site d’Euromos, en Carie (Turquie), offre une opportunité unique pour comprendre la mise en place d’un cadre urbain renouvelé à l’époque hellénistique, dans l’espace d’un territoire propice aux conflits militaires et aux évolutions identitaires bien caractérisées. La fouille de l’agora engagée par l’Université de Mugla, avec la collaboration des Universités de Bordeaux Montaigne et de Paris 1, apporte de nouvelles données sur le contexte d’un phénomène de grande ampleur.

Coordination

  • Vanessa Desclaux, chargée de collection au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF
  • Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques vous invitent à assister à un cycle de conférence sur l’archéologie de la Grèce antique

Modalités pratiques

18h30-20h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre


Légendes des illustrations  :
– Une : Lions, Thasos, by Bernard Gagnon – CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19148197, Inscription dédicace, Thasos © École française d’Athènes – Émile Sérafis ; Figurine de lion en ivoire et Figurine bestiaire fantastique Sphinge tête poitrail et ailes argile, Thasos © École française d’Athènes – Philippe Collet ; Monnaie d’Argolide, Argos, Triobole et Monnaie de Cyclades, Délos – BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 12 oct. : Agora of Thasos – mai 2007, by Haplochromis CC, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Agora_of_Thasos.jpg?uselang=fr
– 16 nov. : Monnaie d’Argos, BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 7 déc. : Relevé topographiques de Philippes © École française d’Athènes
– 18 janv. : Kouros du temple d’Apollon à Ptoios – Musée archéologique national d’Athènes, by Sharon Mollerus, CC BY-SA 2.0, https://creativecommons.org/licences/by/2.0, via Wikimedia
– 22 fév. : La Terrasse des Lions, l’Agora des Italiens et le mont Cynthe, Délos, 1910 © École française d’Athènes ; Carte de l’île de Délos – levé pour l’École française d’Athènes en 1907 et 1908 – BnF, dpt. Cartes et plans
– 22 mars : Plan de la ville de Thasos © École française d’Athènes – Manuela Wurch-Kozelj
– 19 avril : Dégagements de céramiques à Dikili Tash © École française d’Athènes
– 17 mai : Délos, le sanctuaire d’Apollon © École française d’Athènes ; Monnaie de Cyclades, Délos – BnF, dpt. Monnaies, médailles et antiques
– 7 juin : Temple de Zeus à Euromos, by Sarah Murray [CC BY-SA 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)], via Wikimedia Commons

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts