Archives par mot-clé : Monnaies médailles et antiques

Département des Monnaies, médailles et antiques

Parution : Dessiner l’antique. Les recueils de Jean Baptiste Muret et de Jean Charles Geslin

Fruit du programme de recherche « Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866) », la BnF, le Musée du Louvre et l’INHA font paraître l’ouvrage Dessiner l’antique Les recueils de Jean Baptiste Muret et de Jean Charles Geslin publié sous la direction de Cécile Colonna et Laurent Haumesser.

Deux dessinateurs, Jean-Baptiste Muret et Jean-Charles Geslin, ont pendant des années dessiné des antiques au sein des deux principales collections archéologiques françaises : le premier au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France, de 1830 à 1866, et le second au musée du Louvre, de 1863 à 1870.
Qu’il s’agisse de bijoux, de bronzes ou de terres cuites polychromes, venus d’Orient, de Grèce ou d’Italie, les deux dessinateurs ont su créer une documentation scientifique et sensible, alliant la précision du regard archéologique et le talent de l’artiste. Leurs recueils, qui rassemblent plusieurs centaines de dessins largement inédits, témoignent d’une sorte d’âge d’or de la documentation graphique au sein des musées, au moment même du développement de la photographie.
Ils constituent aussi une source de première importance sur le goût de l’antique au XIXe siècle et sur l’histoire de l’archéologie et des collections françaises et européennes.

Informations pratiques

  • Description : Broché, 256 pages, 101 illustrations, 17 × 24 cm
  • Date de parution : 7 novembre 2019
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2820-0 / 9782717728200
  • Editeurs : BnF Éditions / Musée du Louvre Éditions / Les Éditions de l’INHA
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 35 €

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur le programme de recherche, consultez le carnet de recherche Digital Muret, https://digitalmuret.hypotheses.org/

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : lancement du site SESPOA. Sceaux et empreintes de sceaux du Proche-Orient ancien

Les sceaux-cylindres ne sont pas noirs et blancs.

La Bibliothèque nationale de France et le LabEx Les Passés dans le présent sont heureux de pouvoir annoncer la mise en ligne des premiers résultats d’un projet de recherche visant à numériser et à faire connaître la collection des sceaux-cylindres orientaux conservés à la Bibliothèque nationale de France, à la fois par l’entremise du projet CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative, <https://tinyurl.com/y6rua6g2>) et via les pages d’un nouveau portail web bilingue spécialement dédié : SESPOA, Sceaux et empreintes de sceau du Proche-Orient ancien <http://sespoa.huma-num.fr>.

La BnF abrite la deuxième plus grande collection de sceaux-cylindres orientaux en France, après celle du musée du Louvre. Avant notre travail, cette collection était surtout connue par l’ancien Catalogue de L. Delaporte, publié en 1910, où n’est cependant enregistrée qu’environ la moitié des quelque mille sceaux-cylindres aujourd’hui conservés à la BnF. L’objectif de notre projet est détaillé sur les pages du site SESPOA, où les visiteurs trouveront également des informations sur l’histoire de cette importante collection, qui a ingéré au fil du temps diverses collections privées plus petites. Les objectifs du projet et l’histoire de la collection sont également détaillés dans un article à paraître dans la prochaine livraison de la revue Syria (2019).

Le travail de numérisation et de présentation en ligne de la collection de sceaux-cylindres de la BnF est le fruit d’une collaboration entre la BnF et le pôle d’excellence (LabEx), Les passés dans le présent <http://passes-present.eu>, en coopération avec les universités d’Oxford et de Southampton au Royaume-Uni.

Le projet SESPOA est dirigé par Bertrand Lafont (CNRS Paris-Nanterre) et Jacob L. Dahl (Oxford), avec Nordine Ouraghi comme chercheur postdoctorant à Paris (archéologue Éveha financé par le LabEx) et Kate Kelley comme postdoctorante à Oxford (financée par le projet jumeau SIANE à Oxford). La majorité des travaux d’imagerie a été réalisée par Nordine et Kate, avec l’assistance de David Young de l’Université de Southampton (projet SIANE) qui a conçu et produit, avec Kirk Martinez et Jonathon Hare, également de l’Université de Southampton, le kit de capture numérique spécifiquement conçu pour les sceaux-cylindres.

Le projet SIANE1, Seals and their Impressions in the Ancient Near East, a été originellement un projet pilote de douze mois, financé par le Fonds John Fell de l’Université d’Oxford et qui a visé à mettre au point et à tester des méthodes innovantes et adaptées pour permettre la capture numérique de ces petits objets que sont les sceaux-cylindres, avec de premières applications dans les collections de la BnF et de l’Ashmolean Museum d’Oxford. Le kit de capture SIANE qui a été produit à cette occasion et utilisé par la suite est décrit dans les pages web du projet SESPOA. La numérisation des sceaux de la collection de l’Ashmolean Museum est en grande partie achevée et sera ajoutée aux sites CDLI et SESPOA à l’issue du traitement en cours des images et données.

Les porteurs du projet espèrent que leur travail sur ces deux collections clés de sceaux-cylindres, avec les technologies et outils de recherche novateurs qu’ils proposent, ouvriront la voie à la création de nouvelles mises en ligne de sceaux proche-orientaux, afin de favoriser les études sur la glyptique et l’histoire administrative de l’ancien Proche-Orient, le développement des humanités numériques dans ces domaines et la protection de ces divers corpus d’objets du patrimoine culturel mondial désormais si menacés.

  1. Le projet SIANE est décrit dans un article d’un volume édité par Kelley et Woods, “Digital Imaging of Artefacts: Developments in Methods and Aims”, publié en 2018 et disponible en ligne <http://www.archaeopress.com/public/displayProductDetail.asp?id=%7B5538CD4D-1A45-47F9-AACD-42A389B5ABCA%7D>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études : Autour du Digital Muret : recherches récentes sur les collections archéologiques du xixe siècle (17/6)

Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, II, pl. 45, tête d’Hypnos.

À l’occasion de la mise en ligne du premier corpus du « Digital Muret », l’INHA et la BnF organisent une journée d’études pour présenter et mettre en perspectives les recherches menées dans ce programme depuis 2017. Jean-Baptiste Muret (1795-1866) a été le dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866 ; tout au long de sa carrière, il a constitué un ensemble de planches en couleur reproduisant des objets antiques pris dans différentes collections, privées et publiques, et mis en série pour mieux en comprendre la typologie ou la signification. Cet important recueil, conservé à la BnF et resté inédit, constitue donc une source majeure pour l’histoire des collections d’antiques au XIXe siècle et celle de leur étude. La journée reviendra sur la démarche mise en place et l’outil numérique développé pour l’occasion (http://digitalmuret.inha.fr/), présentera quelques aspects des découvertes permises par les recherches menées sur ce corpus et s’intéressera à d’autres fonds similaires et complémentaires.

Comité scientifique

  • Mathide Avisseau-Broustet (BnF)
  • Cécile Colonna (INHA)
  • Louise Detrez (BnF)
  • Bastien Rueff (INHA)
  • Clément Salviani (INHA)

Programme

9h30 : Introduction
Cécile Colonna (INHA), Mathilde Avisseau-Broustet (BnF)
Le programme Digital Muret, enjeux et développements

10h Outils et publication numérique
Présidé par Frédérique Duyrat (BnF)

Bastien Rueff (INHA), Approche statistique du volume II : sa place dans les recueils de dessins d’antiques de Jean-Baptiste Muret et
son organisation interne

Clément Salviani (INHA), Productions participatives et externalisation du dispositif d’identification : retour sur les expériences de crowdsourcing autour du Digital Muret
Federico Nurra (INHA), Stratigraphie d’un site web : du tableau de données à la mise en ligne du « Digital Muret »
Anne-Violaine Szabados (CNRS, ArScAn, LIMC), Rozenn Douaud (CNRS, ArScAn), Des dessins à la 3D : redécouvrir un coffret disparu

Le dessin comme point de départ des recherches
Présidé par Laurent Haumesser (musée du Louvre)

Anaïs Boucher (Sèvres, cité de la Céramique), Louise Detrez (BnF),
Fabrice Rubiella (InP), Un cratère en calice à fond blanc Sèvres-Lausanne ? Autour d’une planche du recueil de Jean-Baptiste Muret

12h30 Déjeuner

14h Christian Mazet (École pratique des hautes études, Université PSL / École française de Rome), L’iconographie des divinités et monstres marins étrusques chez Jean-Baptiste Muret : la « Tritonide » Révil et le « Triton » Lajard

Mathilde Vauquelin (École du Louvre), Les planches de Jean-Baptiste Muret, à l’origine d’une étude sur les collectionneurs d’antiquités nationales en province au XIXe siècle

Lionel Pernet (musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne), Les collections du Musée des Antiquités de Lausanne dans la seconde moitié du XIXe siècle : une politique d’acquisition entre patrimoine vaudois et ventes parisiennes

15h45 Les dessins et l’histoire de l’archéologie
Présidé par Louise Detrez (BnF)

Corinne Jouy-Barbelin (musée d’archéologie nationale), Les richesses oubliées des archives du musée d’Archéologie nationale

Soline Morinière (musée d’archéologie nationale), Le fonds Edouard Flouest : dessiner les antiquités nationales dans la seconde moitié du
XIXe siècle (1859-1891) pour une nouvelle approche de la preuve scientifique

Isabelle Périchaud (INHA), Isabelle Vazelle (INHA), Les dessins archéologiques dans les collections patrimoniales de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art

Informations pratiques

  • 17 juin 2019 – 9h30-18h
  • Institut national d’histoire de l’art, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Trésors monétaires volume XXVIII : trésors de monnaies espagnoles dans la france des XVIIe et XVIIIe siècles

Couverture Trésors monétaires 28

Ce nouveau volume de Trésors monétaires rassemble plusieurs trésors de monnaies d’or espagnoles perdus au XVIIe siècle : l’un découvert sur une plage de Donville-les-Bains dans la Manche (24 monnaies, vers 1623-1629), un autre dans des maisons de Castillonnès dans le Lot-et-Garonne (45 monnaies, vers 1630-1635) ou encore à Aurillac dans le Cantal (24 monnaies et deux bijoux, vers 1665).

S’y ajoute le spectaculaire trésor de monnaies d’argent espagnoles de l’épave de la Jeanne-Élisabeth, vaisseau suédois coulé en 1755 au large de la Maguelonne, sur la côte méditerranéenne. Ce trésor de quelque 4 000 pièces d’argent est remarquable par les péripéties qui accompagnent sa perte – course anglaise, naufrage, pillage – mais aussi par la richesse des informations qu’il nous fait connaître. L’archéologie du trésor et l’examen des archives permettent de comprendre comment et où les lots ont été constitués, quelle a été la vitesse de circulation de cet argent depuis les ateliers américains jusqu’aux cales de la Jeanne-Élisabeth. Il met aussi en lumière le rôle des marchands français dans la circulation des métaux américains, les zones privilégiées de circulation de l’or et de l’argent dans une économie mondialisée qui va des Amériques à l’Inde et à la Chine en passant par l’Europe et le Proche-Orient.

Ce volume s’accompagne aussi d’un article de synthèse sur l’or espagnol en France au XVIIe et au XVIIIe siècle qui permet de situer ces ensembles monétaires dans leur contexte historique, économique, politique…

Auteur

Jérôme Jambu, conservateur au département des Monnaies, médailles et antiques

Informations pratiques

  • Description : Broché, 180 pages, 13 planches, 21 × 29,7 cm
  • Date de parution : 13 mai 2019
  • ISBN/EAN 978-2-7177-2821-7 / 9782717728217
  • Editeur : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Disponibilité : Disponible
  • Prix : 80 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Roman Provincial Coinage Supplement 5

RPC suppl. 5

Un nouveau supplément de la publication de référence sur le monnayage romain Roman provincial coinage vient de paraître.

Auteurs

  • Pere Pau Ripollès Alegre
  • Michel Amandry
  • Jerome Mairat
  • Andrew Burnett
  • Antony Hostein
  • Marguerite Spoerri

Ce 5e supplément aux volumes I, II, III, VII, 1 et IX recensant les monnaies romaines provinciales enrichit le précédent Supplément 5 paru en 2015. Le travail a été dirigé par Pere Pau Rpollès (de l’université de Valence).

Le texte intégral de la parution est accessible à l’adresse : https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/supp/rpc-supp-5.pd

Le précédent de Supplément 4 (Volumes I, II, III, VII.1 et IX) était paru en 2017 : https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/supp/rpc-supp-4.pdf

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archéologie des femmes de pouvoir : De la fouille à l’écriture de l’histoire

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? La Bibliothèque nationale de France aborde la double problématique des femmes de pouvoir, à travers la présentation de recherches et de fouilles françaises en cours.

Programme

23 janvier 2019 (18h30)

Son nom est méconnu du grand public pourtant elle a œuvré toute sa vie dans l’ombre pour mener Néron au pouvoir. Son fils est passé à la postérité comme l’archétype du tyran mégalomane. Avant qu’il ne se rebelle contre elle jusqu’au matricide, Agrippine a dirigé Rome depuis les coulisses du palais impérial comme aucune autre femme ne l’a fait pendant l’Empire romain.

13 février 2019 (18h30)

Les tablettes cunéiformes, exhumées à Kültepe, l’ancienne ville de Kanesh située en Anatolie centrale (Turquie), constituent les archives privées de marchands assyriens établis là au XIXe siècle av. J.-C. Les lettres envoyées depuis leur ville d’origine, Assur (Irak) reflètent le rôle influent des femmes au sein de leur famille et dans l’économie domestique, ainsi que leur contribution au commerce international. Les documents juridiques découverts à Kanesh les font intervenir comme partie dans les contrats de mariage et divorce, les successions, les créances et les contrats d’achat. Cette documentation unique, alliée à une étude interdisciplinaire de l’artisanat textile, illustre le rôle important tenu par les femmes dans la gestion du ménage. Elle permet de dresser un portrait vivant de ces Assyriennes, qui ont acquis une certaine autonomie grâce à leur travail rémunéré, et de reconstituer leur quotidien.

20 mars 2019 (18h30)

Entre le VIIIe siècle et le VIe avant J.-C., le puissant domaine religieux de Karnak passe progressivement sous le contrôle d’une grande prêtresse, l’« adoratrice du dieu ». Fille de pharaon et déléguée par lui pour représenter son pouvoir en Haute-Égypte, celle-ci dispose de prérogatives royales. La succession de ces grandes prêtresses se fait néanmoins sans conflits dynastiques, malgré les rivalités entre Libyens, Kouchites et Saïtes, grâce à un système d’adoption de la future adoratrice dès son plus jeune âge. L’étude épigraphique et archéologique de plusieurs constructions aménagées par ces femmes de pouvoir, actuellement menée par la Mission Sanctuaires Osiriens de Karnak (IFAO, CFEETK, EPHE-PSL, INRAP, UMR 8546, 8167 et 5189, avec le soutien de la fondation ARPAMED), éclaire d’un nouveau jour de nombreux aspects de leur histoire.

3 avril 2019 (18h30)

Considérer les problématiques de genre en archéologie permet d’abord de remettre en cause les interprétations des vestiges funéraires faites selon les stéréotypes de notre société. Ceci nous permet ensuite de reconsidérer, d’un point de vue tant méthodologique qu’interprétatif, ce qui semble souvent si « facile » et évident à comprendre des rapports entre les femmes et les hommes, et de leurs rôles dans les sociétés anciennes. Que peut-on précisément comprendre de ces rapports à partir des vestiges archéologiques ? Comment peut-on appréhender ce qu’était « être une femme » ou un « homme » dans ces sociétés ? La question du « pouvoir » est forcément liée à ce type de questionnements, aussi était-il nécessairement exclu pour les femmes ? Il s’agira ainsi de présenter quelques pistes de réflexion à partir d’exemples archéologiques et anthropologiques.

5 juin 2019 (18h30)

De 141 à 101 avant J.-C., Cléopâtre III siège sur le trône d’Égypte aux côtés de trois rois : Ptolémée VIII Évergète II son oncle et époux, Ptolémée IX Philométor Sôter son fils aîné et enfin Ptolémée X Alexandre, son fils cadet. Si elle est présentée comme avide de pouvoir et manipulatrice hors pair par les auteurs classiques et modernes, son image peut être reconsidérée grâce à un retour à la documentation. Un vaste éventail de sources, composé de papyrus en grec et démotique, de sources épigraphiques grecques et hiéroglyphiques, de témoignages d’historiens grecs et romains ainsi que de représentations iconographiques dans les temples ptolémaïques, offre la possibilité d’appréhender de façon plus critique la carrière et le statut de Cléopâtre III au sein du pouvoir. Ces témoignages variés présentent différentes identités de la reine et nous permettent de mieux saisir ses actions et les cadres, institutionnels ou non, de sa position.

19 juin 2019 (18h30)

L’exclusion des femmes de la Couronne de France en 1316 (confortée par la redécouverte de la loi salique) amène à s’interroger sur la place et des fonctions de la reine au sein du système monarchique au bas Moyen Âge. Quel « métier » exerce-t-elle ? Elle ne pouvait certes pas être « un monarque au féminin », disposant de la plénitude des pouvoirs comme Isabelle la Catholique, reine de Castille (1451-1504), et Elisabeth Ière Tudor (1533-1603) en Angleterre. Pour autant, elle n’était pas cantonnée à la seule fonction maternelle ni à la seule sphère privée : la reine avait un statut, des pouvoirs, elle participait au bon fonctionnement de la royauté, et plus largement de la société politique, et ce bien avant les souveraines « modernes » célébrées par l’historiographie, telles Catherine ou Marie de Médicis. Son pouvoir se déployait notamment dans les sphères de la diplomatie et du mécénat. Elle jouait également un rôle majeur au sein de la communication du pouvoir.

Bibliographie

Bibliographie à télécharger

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Jean Babelon (1889-1978), une passion chaleureuse (8/12)

REPORT DE LA JOURNÉE 

La journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40eanniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe (prom. 1910) et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961) prévue le samedi 8 décembre est reportée, probablement en février 2019 (sous réserve).

Jean Babelon, né le 19 janvier 1889, mort le 20 avril 1978

Le 8 décembre, l’École nationale des chartes accueille la journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40e anniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961), sous le patronage de l’Institut de France – Académie des inscriptions et belles-lettres.

La journée est organisée par Jean-Pierre Babelon, de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de numismatique).

Argument

Ancien élève de l’École nationale des chartes et de l’Institut des hautes études hispaniques, docteur ès-lettres, ancien combattant, prisonnier de guerre en 14-18, Jean Babelon consacra toute sa vie professionnelle (1913-1961) au Cabinet des médailles de la BnF, que son père Ernest Babelon avait dirigé de 1892 à 1924 et qu’il dirigea à son tour de 1937 à octobre 1961. Il avait, entre autres, assuré la sauvegarde des prestigieuses collections du Cabinet des médailles pendant la guerre et l’Occupation (1939-1945) et accueilli la Société française de numismatique en lui permettant de se domicilier rue de Richelieu.

Jean Babelon ne fut pas seulement un éminent numismate, spécialiste mondialement connu des monnaies grecques, des portraits des empereurs romains, des médailles et des antiques. Il fut aussi un remarquable écrivain, grand connaisseur de l’Espagne et de ses personnages célèbres (souverains, écrivains, artistes, conquistadores…). Il était un esthète, sachant faire partager sa passion de l’art, de la littérature latine, des peintres prestigieux (Titien, Goya, Le Greco…), de saint Louis aussi bien que de la reine Margot, de Benvenuto Cellini ou de Germain Pilon.

Établie en 1978, sa bibliographie officielle comprend 372 titres. À cela doivent encore être ajoutées les communications qu’il prononça dans les deux sociétés qui le portèrent à leur présidence d’honneur, la SFN et la SENA. Ces écrits révèlent la culture encyclopédique de cet « honnête homme » dont la modestie et la bienveillance n’eurent d’égales que l’étendue et la variété de son savoir.

Quarante ans après sa disparition, ses œuvres témoignent de la vivante actualité et de la permanence de ses enseignements.

Programme

  • 9 h : accueil des participants
  • 9 h 15 : mot d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes

Présidence : Christian Charlet

  • 9 h 30 : Jean-Pierre Babelon (Académie des inscriptions et belles-lettres),« Jean Babelon, une passion chaleureuse »

L’homme de lettres

  • 10 h 10 : Jean-Louis Charlet (Université d’Aix-Marseille),« Jean Babelon latiniste »
  • 10 h 35 : François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon poète »
  • 11 h : pause

Présidence : Cécile Morrisson

L’historien d’art

  • 11 h 30 : Béatrice Coullaré (Musée du 11 Conti, Monnaie de Paris), « Aréthuse et l’engagement éditorial de Jean Babelon »
  • 11 h 55 : Claude Brenot (Société nationale des Antiquaires de France ; Société française de Numismatique), « L’enseignement de Jean Babelon au Louvre et l’âme des monnaies »
  • 12 h 20 : Cécile Colonna (Institut national d’Histoire de l’art), « Jean Babelon et les collections Caylus, Janzé et Oppermann »
  • 12 h 45 : déjeuner

Présidence : Jean-Pierre Babelon

L’historien

  • 14 h 30 : Marion Delcamp (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), « Jean Babelon, Les monnaies racontent l’Histoire : quelques nouvelles perspectives »
  • 14 h 55 : Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Sur une médaille d’Andrés Bello, premier précepteur de Simón Bolívar »

Le conservateur

  • 15 h 20 : Inès Villela-Petit (Conservatrice du Patrimoine), « L’affaire Beistegui »
  • 15 h 45 : pause

Présidence : Claude Brenot

Le numismate

  • 16 h 15 : Laurent Schmitt (Président d’honneur de la Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique), « Jean Babelon etLa monnaie grecque de Franke et Hirmer »
  • 16 h 40 : Thibault Cardon (CNRS), « Monnaies de Louis IX, monnaies de saint Louis »
  • 17 h 05 : Philippe Schiesser (Président de la Société d’Études numismatiques et archéologiques), « Jean Babelon, premier président d’honneur de la SENA »
  • 17 h 30 : Christan Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon, les Sociétés numismatiques et les revues de numismatique »

Informations pratiques

Logos des organisateurs

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : « Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury »

“Mercure tenant le caducée” (inv.56.1) ; copyright BnF/Département Médailles, monnaies et antiques

Le département des Monnaies, médailles et antiques est co-commissaire de l’exposition “Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury” présentée à  New-York à l’Institute for the study of the Ancient World. À cette occasion, la BnF prête le trésor de Berthouville, un trésor d’orfèvrerie romain et gallo-romain, et environ 75 pièces – plateaux d’argent, camées, pierres précieuses, pièces de monnaie et bijoux – issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques.

Informations pratiques

  • Du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019
  • Institute for the study of the Ancient World, New-York.
  • 15 East 84th Street (between Madison and Fifth Avenues), New York, NY 10028

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Comte de Caylus. Recueil d’antiquités, 1752-1767

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Comte de Caylus. Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises 1752-1767

Pays

France

Auteur(s)

  • Maîtres d’ouvrage : ANHIMA, BnF, INHA
  • Responsables du projet : Irène Aghion (Conservatrice en chef au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF), Mathilde Avisseau-Broustet (Conservatrice en chef au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF), Alain Schnapp (Professeur d’archéologie grecque à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Description

La base de données créée à partir du Recueil d’antiquités du comte de Caylus résulte du programme européen sur l’histoire et les archives de l’archéologie AREA, Archives of European Archaeology3, initié en 1999 et qui réunissait douze institutions partenaires internationales.

La partie française a développé particulièrement trois axes de recherche :

  • l’identification et la description de fonds d’archives de diverses institutions, archives mais aussi bibliothèques, centres de recherche, musées, dont le musée des Monnaies, Médailles et Antiques de la BnF.
  • un catalogue systématique de la littérature antiquaire française de la naissance de l’imprimerie à la fin du XVIIIe siècle avec, en projet, la numérisation de l’ensemble de cette production (http://www.muzarp.poznan.pl/antiquarian-database/)
  • une étude approfondie des travaux du comte de Caylus, dans le cadre des recherches sur la naissance de l’archéologie en France, en partant de son œuvre archéologique majeure, le Recueil d’Antiquités Égyptiennes, Étrusques, Grecques, Romaines et Gauloises (7 vol., 1752-1767).

Le site consiste en l’édition numérique du Recueil avec constitution de la base de données qui met en rapport les renseignements et les gravures fournis par Caylus avec les objets conservés au cabinet des Médailles ou identifiés dans des collections extérieures.

Le site s’articule autour de trois axes :

  • le comte de Caylus, avec une biographie, une bibliographie et la liste de ses travaux d’antiquaire ;
  • le Recueil d’Antiquités, avec accès à la version numérisée, une analyse du Recueil et de la méthode de Caylus ; le recensement des sources utilisées dans le Recueil ;
  • le catalogue des 2 900 objets décrits dans le Recueil, sous la forme d’une base de données qui présente en vis-à-vis une synthèse des renseignements fournis par Caylus et les gravures du Recueil ainsi qu’une fiche moderne qui propose datation, attribution et bibliographie.

Ces objets proviennent majoritairement de ses collections, offertes au roi au fur et à mesure de l’avancement de ses travaux, et aujourd’hui conservées au département des Monnaies, médailles et antiques. D’autres ont été identifiés dans des musées français et étrangers. L’exégèse et le dépouillement systématique du recueil ont pour but de mettre en lumière la démarche novatrice de Caylus et d’offrir un panorama du savoir antiquaire au XVIIIe siècle.

URL

http://caylus-recueil.huma-num.fr/

À noter

L’outil donne accès à un catalogue d’œuvres décrites dans le répertoire de Caylus dont 1623 issues des collections de la BnF : http://caylus-recueil.huma-num.fr/base/index.php?r=recueil/oeuvre/recherche

  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []
  3. Cf. http://www.area-archives.org/index.html []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Captations sonores du colloque : Les médailles de Louis XIV et leur livre, 24-26 mai 2018

Le Centre de recherche du château de Versailles, le groupe de recherche « Identités et cultures » de l’université Le Havre Normandie, la Bibliothèque nationale de France (département des Monnaies, médailles et antiques) et l’Académie des inscriptions et belles-lettres ont organisé le colloque Les médailles de Louis XIV et leur livre les 24-26 mai 2018 à l’auditorium du château de Versailles.

Argument

Suite au succès du premier colloque international « Les médailles de Louis XIV et leur livre » qui s’est déroulé sur le site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France du 9 au 11 avril 2015 à l’occasion du tricentenaire de la mort de Louis XIV, un second colloque de même intitulé s’est tenu au château de Versailles du jeudi 24 au samedi 26 mai 2018.

Les porteurs se proposaient à nouveau d’étudier l’histoire métallique du roi sous tous les angles possibles. Ses médailles furent les plus nombreuses créées pour un seul monarque. L’importance que celui-ci et son gouvernement accordaient à cette entreprise destinée à franchir les siècles ne doit pas être sous-estimée. Son influence sur la production postérieure est évidente. C’est une erreur d’appréciation moderne que de le reléguer dans les bornes d’une étroite spécialité. Le livre en lui-même suscite l’analyse, par ses débats académiques préparatoires, dont les protagonistes méritent d’être mieux connus, comme par leurs résultats. Il aura aussi une postérité, depuis les Médailles du règne de Louis XV de Nicolas Godonnesche (1748) jusqu’aux Médailles sur les principaux événements de l’Empire de Russie de P. Ricaud de Tiregale (1772) (deux ouvrages qui n’ont pas trouvé preneur dans le premier colloque…). L’histoire, l’histoire littéraire, l’histoire de l’art, l’histoire du livre étaient invitées à apporter leur éclairage sur ce monument du Grand Siècle.

Programme

Programme complet

Captations sonores

  • Inès VILLELA-PETIT, L’architecture en médaille ou la gloire du roi in nuce
  • Christian de MÉRINDOL, À propos des médailles de Louis XIV : préférences et pratiques médiévales à la cour
  • Robert WELLINGTON, Le Cabinet des médailles de Versailles
  • Marie-Claude CANOVA-GREEN, Louis XIV à cheval : du cavalier à l’homme de pierre
  • Fabrice CHARTON, Versailles en médailles
  • Torsten FRIED et Mark HENGERER, La diffusion de l’histoire métallique de Louis XIV en Allemagne (médailles et livre)
  • Thomas COCANO, Les médailles de Louis XIV en Angleterre d’après les sources écrites
  • Marie-Christine SKUNCKE, L’histoire métallique de Gustave III de Suède et ses sources dans celle de Louis XIV
  • Yvan LOSKOUTOFF, Un manuscrit du département des estampes de la Bibliothèque nationale de France : l’histoire métallique du tsar Pierre Ier (vers 1730)
  • Isabelle SCHÜBEL, L’image de l’Espagne dans les Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand
  • William EISLER, Les histoires métalliques du pape et de Louis XIV : deux discours en conflit
  • Isaure BOITEL, Louis XIV roi de paix dans son histoire métallique
  • Jean-Pascal LASSIRE, La question des sujets chrétiens dans l’histoire métallique de Louis XIV
  • Yvan LOSKOUTOFF, La naissance du roi dans son histoire métallique
  • Christian CHARLET, L’histoire métallique de Louis XV
  • James MOSLEY, The Médailles de Louis le Grand : the book and its ornaments according to the Albums of the British Library
  • Ludovic JOUVET, Le manuscrit perdu de Saint-Omer : Poinçons et carrez des médailles de Louis le Grand, avec tous les changements à faire suivant le nouveau livre ou Table du Parallèle des deux livres de l’Académie
  • Léa GAGNON, Des Triomphe de Louis le Juste (1649) aux Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand (1702) : vers une esthétique de l’uniformité
  • Léo STAMBUL, Sublimer le métal : le dispositif de l’enargeia dans les débats de la Petite Académie pour les Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand
  • Jordan BLONDEL, Les monnaies romaines aux sources des médailles de Louis XIV (suite)
  • Jean-Pascal LASSIRE, VICTORIA IN CLIPEIS SCRIBENS : un type de l’Histoire métallique de Louis XIV
  • Ludovic JOUVET, L’histoire métallique du grand maître de Malte, Emmanuel Pinto

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

ATMOCE : L’atelier monétaire gaulois de Cenabum. Production des bronzes carnutes IIe-Ier s. av. J.-C.

Résumé du projet

Les recherches archéologiques menées ces 30 dernières années dans l’agglomération orléanaise ont révélé des vestiges d’occupation du second âge du Fer sur une quinzaine de sites, parmi lesquels huit ont livré un nombre conséquent de monnaies gauloises. Les structures, monnaies, objets et résidus métalliques mis au jour en 1997 et 1999 dans l’Ilot de la Charpenterie1 à Orléans-Cenabum suggèrent la présence d’un atelier spécialisé dans le travail du bronze tout ou partie lié à la fabrication monétaire.

Fibule gauloise, IIe siècle avant notre ère. Îlot de la Charpenterie, Orléans (Loiret), 1999. © Émilie Roux, SAMO

Fondé sur une approche pluridisciplinaire, le projet ATMOCE a pour objectif l’étude de l’atelier monétaire gaulois d’Orléans, afin de caractériser le plus finement possible cette structure de production, dans toutes ses composantes, et d’apporter un éclairage nouveau à notre connaissance des ateliers monétaires gaulois. Les investigations seront élargies aux sites orléanais ayant livré du mobilier gaulois et au territoire traditionnellement attribué aux Carnutes.

Atelier monétaire gaulois de la fin du IIe siècle-milieu du Ier siècle avant notre ère.
Série de structures de combustion. Îlot de la Charpenterie, Orléans (Loiret), 1997-2000. © Thierry Massat, Afan

Près de 200 monnaies, le petit mobilier métallique et les résidus métalliques en alliage cuivreux seront étudiés et analysés selon une méthode d’analyse non destructive développée en Région Centre-Val de Loire (analyse par activation aux neutrons rapides de cyclotron). Ces analyses seront complétées par des observations métallographiques et de microscopie électronique à balayage. Parallèlement, les données relatives aux structures archéologiques seront reprises et traitées en étroite corrélation avec les données numismatiques, et le mobilier en céramique utilisé dans le cadre de la fabrication des alliages métalliques sera recensé et étudié. Un travail de cartographie et d’analyse spatiale des données permettra d’étudier les répartitions monétaires et les interactions spatiales dans leur ensemble.

L’ensemble des données produites sera interprété par un consortium d’historiens, d’archéologues, de numismates et de spécialistes des analyses physico-chimiques.

Il s’agira alors de rassembler et confronter des données numismatiques, archéologiques, archéométriques et spatiales afin de comprendre et préciser la production monétaire en alliage cuivreux chez les Carnutes au IIe et Ier siècles av. n.è. depuis la préparation des alliages monétaires jusqu’à la mise en circulation des monnaies.

Au-delà de la définition de la chaine opératoire, le projet ATMOCE sera également l’occasion d’amorcer et de nourrir une réflexion sur l’usage de la monnaie de bronze et la question de la fiduciarité au second âge du Fer. Le projet intègre des actions de valorisation de la recherche.

Le projet s’inscrit dans l’axe Monnaie et finance de la MSH Val de Loire et bénéficie du label Intelligence des Patrimoines.

Durée

36 mois (2017-2020)

Aide

Région Centre-Val de Loire dans le cadre des Appels à Projets de Recherche d’Intérêt Régional (APR IR 2016).

Partenaires

Pilote : Sylvia NIETO-PELLETIER – Institut de recherche sur les archéomatériaux, Centre Ernest-Babelon (IRAMAT-CEB), UMR 5060

  • UMR 5060 IRAMAT-CEB, CNRS-université d’Orléans
  • INRAP
  • Pôle d’archéologie, Ville d’Orléans
  • UMR 7324 CITERES-LAT, CNRS-université de Tours
  • UPR 3079 CEMHTI, CNRS
  • Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques
  • EA 6298 CETHIS, université de Tours
  • MSH Val de Loire
  • ARCHEA
  1. Cf. la description de la fouille sur le site de l’INRAP : Ilot de la Charpenterie, url : <https://multimedia.inrap.fr/atlas/Orleans/sites/2503/Ilot-de-la-Charpenterie> et les illustrations des objets découverts : https://www.images-archeologie.fr/Accueil/Recherche/p-4-Liste-de-resultats.htm?&page=1&pagination_bloc=25&txt=Charpenterie&submit=Ok&id=4&pagination_liste=48 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Les monnaies de fouille du monde grec (VIe-Ie s. a.C.)

Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et Catherine Grandjean, responsable du CeTHiS (Centre Tourangeau d’Histoire et d’études des Sources – EA 6298 de l’Université François-Rabelais) ont fait paraître en 2016 la publication Les monnaies de fouille du monde grec (VIe-Ie s. a.C.). Apports, approches et méthodes.

Couv. Les monnaies de fouille du monde grec

L’ouvrage consiste en la publication des actes du colloque des 28 et 29 novembre 2014 organisé à l’École française d’Athènes.

Résumé

Ce livre donne un état des récentes découvertes de monnaies de fouille en Méditerranée  orientale dont celles faites en Égypte lors des fouilles sous-marines dans le delta du Nil en Égypte ou en Grèce sur les sites royaux de Macédoine. Une grande partie de ce matériel est inédite. L’ambition des auteurs est d’abord méthodologique : les monnaies de fouille sont des monnaies principalement perdues, souvent de faible valeur ou hors d’usage (décri, monnaies modifiées, fausses monnaies). L’objectif classique de leur étude est de fournir des marqueurs chronologiques aux archéologues, d’enrichir les corpus monétaires ou d’étudier la circulation. En réalité, elles offrent bien d’autres possibilités à la recherche (étude des phases de circulation et de décri, des pratiques monétaires, histoire économique, histoire des pratiques sociales, etc.), qu’elles soient trouvées en groupe ou isolées, dès lors qu’elles sont remises en contexte archéologique, de concert avec les autres artefacts, notamment céramiques.

Abstract

This book provides an overview of recent finds of coins in excavations in the eastern Mediterranean region, including those in the well-publicised underwater excavations off the Nile Delta in Egypt and from the royal sites of Macedonia in Greece. A large part of this material is as yet unpublished. The aim of the authors is first and foremost methodological: excavation coins are principally lost coins, often of low value or not acceptable (withdrawn from circulation, altered or forgeries). The traditional objctive of the study of such coins has been to provide chronological indicators to excavators, to enrich the classification of numismatic material, or to study circulation. In fact, they offer many other possibilities for research (the study of periods of circulation and demonetisation, of monetary habits, of economic and social history, etc.), whether they are found in groups or individually, when they can be located in an archaeological context, alongside other artefacts, particularly ceramics.

Table des matières

Avant-propos : p. 9
Catherine Grandjean, Introduction : p.  11

1. Monnaies de fouille et histoire

  • John Davies, An Economic Historian’s Agenda  : p. 19
  • Frédérique Duyrat, Les monnaies de fouilles au Levant. Une approche régionale : p. 35
  • Catherine Grandjean, Les monnaies grecques des fouilles de l’EfA à Argos : p. 51
  • Olivier Picard, Les monnaies de fouille du monde grec : l’apport de Thasos : p. 65
  • Christos A. Gatzolis, Selene E. Psoma, Olynthos and Stageira: Bronze Coinageand Political History : p.  83

2. Traiter les données

  • Donald T. Ariel, Coins from a Small Country : How Excavated Coins are Managedin Israel, from the Dig to the Bookshelf : p.  99
  • Thomas Faucher, Cartographie des monnaies de fouilles (1950-2050) : p. 113
  • Lionel Fadin, Véronique Chankowski, Monnaies de fouilles et SIG : l’exemple de Délos : p. 123

3. Faciès

  • Andrew Meadows, Coins from Underwater Excavations. The Case of Thonis-Herakleion : p. 133
  • Panagiotis Tselekas, Treasures from the Deep: Coins from Hellenistic and Roman Republican shipwrecks : p. 147
  • Sophia Kremydi, Katerina Chryssanthaki-Nagle, Aigeai and Amphipolis: Numismatic Circulation in two Major Macedonian Cities : p. 157
  • Nikos Akamatis, Numismatic Circulation in the Macedonian Kingdom. The Case of Pella : p. 177
  • Marie-Christine Marcellesi, Territoire, institutions et rayonnement de Pergame : l’apport des monnaies de fouilles : p. 203

4. Masses monétaires et contextes

  • Kevin Butcher, Coin Finds and the Monetary Economy: the Good, the Bad, and the Irrelevant : p. 225
  • François de Callataÿ, De quoi les monnaies grecques trouvées en fouilles sont-elles le reflet ? Propos diachroniques de méthode : p.  239
  • Panagiotis P. Iossif, Using Site Finds as Basis for Statistical Analysesof the Seleucid Numismatic Production and Circulation.An Introduction to the Method : p. 263
  • Frédérique Duyrat, Some Recommendations for Publishing Coins from Excavations : p.  297
  • John H. Kroll, Conclusions : p. 303

Bibliographie : p. 307
Index général : p. 333
Index des personnages historiques : p. 339
Index des trésors : p. 343
Index des sites archéologiques : p. 345
Index des sources écrites : p. 349
Résumés : p.  351

Informations pratiques

Description : Broché, 1 vol. (359 p.) : ill. en coul. ; 24 cm
Date de parution : 2016
ISBN/EAN : ISBN 978-2-35613-170-6 (Ausonius). – ISBN 978-2-86958-283-5 (ÉFA). EAN 9782356131706
Éditeurs : Bordeaux ; Pessac : Ausonius éditions ; Athènes : École française d’Athènes
Collection : Scripta antiqua ; 93
Disponibilité : Épuisé
Prix : 25 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à participations : Aidez-nous à identifier les objets dessinés par Jean-Baptiste Muret !

Aidez-nous à identifier les œuvres antiques dessinées par Jean-Baptiste Muret au XIXe siècle, pour mieux connaître l’histoire de ces objets aujourd’hui dispersés dans le monde entier.

RES-MS-70100-MUR-GF-1_P16_OBJET_2

L’Institut national d’histoire de l’art (INHA) lance un crowdsourcing pour proposer au grand public de participer à l’identification des œuvres antiques dessinées par Jean-Baptiste Muret.

Ce corpus concerne environ 300 objets, présentés dans les onze recueils dessinés par Jean-Baptiste Muret (1795-1866) au cours de sa carrière de dessinateur au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France.

Accéder directement à la plateforme Zooniverse à cette adresse : https://www.zooniverse.org/projects/inha/digital-muret

Le projet

Le projet de crowdsourcing est mené dans le cadre du programme « Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866) » au sein du domaine de recherche Histoire de l’art antique et de l’archéologie. Le but de ce projet est de décrire et d’identifier un maximum d’œuvres antiques “orphelines” dessinées par Jean-Baptiste Muret au XIXe siècle. Le premier corpus publié est composé d’images de céramiques grecques antiques, de tous types et de toutes époques. Elles ne sont pas décrites, et leur lieu de conservation actuel n’est pas encore retrouvé. Grâce à ces descriptions et identifications, nous pourrons avancer dans la publication en ligne de l’ensemble des planches dessinées, le Digital Muret.

Vous pouvez tout un chacun tenter de proposer d’identifier un objet dessiné et de le raccorder à un objet dont vous avez connaissance dans les collections muséales de France et du monde. Pour cela, vous disposez d’un outil de description formelle (style, sujet, atelier de production, chronologie, etc.) et aussi d’un outil d’identification vous permettant de suggérer un numéro d’inventaire, un lien vers une collection accessible en ligne. Si vous n’avez pas réussi à identifier l’objet, sa description nous sera toujours utile pour nos recherches, bien entendu.

Pour faciliter cette démarche, l’équipe du Digital Muret a donc procédé à un choix : plutôt que de proposer d’emblée 8000 objets, il a été décidé de choisir un premier corpus, de taille humaine et concernant des objets en général bien documentés et dont l’iconographie est plus accessible : la céramique grecque. Ce corpus sera constitué de 308 vases dessinés intégralement ou seulement par des extraits sélectionnés par Muret.

Comment participer

Autour de ces dessins de céramiques, nous vous proposons un certain nombre de tutoriels pédagogiques afin de vous permettre de vous plonger dans ces productions antiques emblématiques par la richesse de l’iconographie et la diversité des techniques employées (figures rouges, figures noires, fond blanc, vases plastiques, etc.), mais aussi de vous familiariser avec certains outils employés par les chercheurs pour identifier les vases : la Beazley Archive Pottery Database, du nom du célèbre historien d’art qui le premier proposa une classification générale basée sur l’identification de peintres de vases grecs, ou encore le LIMC, le lexique iconographique de la mythologie grecque, permettant une recherche par personnage mythologique.

Zooniverse est une plateforme participative simple d’utilisation et ouverte à tous permettant d’identifier et d’échanger sur des images. Une présentation de la plateforme est à l’adresse : https://drive.google.com/file/d/1HMIIxnTsiyp3FZhzwoHvg9fVVOR5Gc5D/view.

Utilisez le Field Guide dans la rubrique “About” pour être accompagné tout au long du processus d’identification (comment contribuer, où chercher pour identifier les images, comment décrire un dessin, comment reconnaitre la forme de l’objet etc.).
Cratères, aryballes, alabastres, lécythes, vases plastiques en forme de lapin, cochons, coquillages et autres coupes à boire n’auront bientôt plus de secret pour vous !
Pour le processus de validation des propositions : les propositions seront vues par l’équipe au fil de l’eau, éventuellement discutées dans le “talk” et nous ferons des réunions régulières pour voir les éléments les plus pertinents. Les mêmes images sont proposées à de multiples contributeurs et nous ferons une vérification en compilant les meilleures propositions.

À propos du Digital Muret

L’INHA, en partenariat avec la BnF, a lancé en 2017 un programme de recherche, « Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866) ». Il est consacré à la publication numérique éditorialisée d’un important fonds de dessins conservés à la BnF. Conçu par le dessinateur du Cabinet des Médailles (aujourd’hui département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France), ce recueil donne à voir des collections archéologiques françaises, aussi bien privées que publiques, entre les années 1830 et 1860, et témoigne d’une volonté de classification et de mise en série en phase avec les avancées de la science archéologique naissante. Outre l’identification des œuvres représentées, le projet explorera les enjeux historiques, artistiques et archéologiques du corpus. La mise en image de ce savoir en constitution est notamment un élément important de réflexion, autour du traitement graphique de tous les types d’œuvres conservées de l’antiquité, depuis la grande sculpture jusqu’aux plus modestes témoins de la vie quotidienne.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

[ANR] ARCH : Ancient Coinage as Related Cultural Heritage

L’Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage), coordonné et financé pour la France par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), a accordé un financement de 570 000 € pour un projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique.

Référence projet : ANR-17-JPCH-0003

Résumé du projet

Le projet ARCH: Ancient Coinage as Related Cultural Heritage établira, pour la première fois, une plate-forme pour l’étude, la conservation, l’archivage et la préservation du patrimoine monétaire du monde antique hébergée par l’université d’Oxford. Les apports historiques et économiques des résultats obtenus grâce aux nouveaux outils développés seront exploités en développant une étude de cas sur l’Espagne et le sud-ouest de la France. Le projet abordera les questions de connectivité monétaire et culturelle et les interactions transpyrénéennes dans l’Antiquité, en collaboration avec d’éminents chercheurs spécialisés dans l’histoire monétaire et culturelle de cette zone géographique, travaillant comme partenaires associés à Oxford, Paris, Bordeaux, Orléans, et Valence. Le projet développera un outil de référence en ligne (Monedaiberica) qui s’appuiera sur des collections publiques et des monnaies connues par les catalogues de vente, ainsi qu’un programme de recherche conçu pour exploiter les opportunités offertes par les données liées du web sémantique (Linked Open Data) : les vocabulaires standardisés et l’ontologie propre aux monnaies grecques seront mis à jour à cette occasion.

Abstract

The ARCH project uses Linked Open Data technology to establish, for the first time, an overarching platform for the study, curation, archiving and preservation of the monetary heritage of the ancient world. As such, it squarely addresses the concerns expressed in Topic 3 of the JPICH call : Safeguarding Digital Heritage. Using the newly developed nomisma.org knowledge organization system it will create a framework consisting at the highest level of a single, unified portal across multiple online typological resources currently under development. These resources will in turn be linked to a body of data drawn from two major European collections, as well as a large corpus of material drawn from commercial contexts (auction catalogues). The overarching portal will serve as a central point of access to this data for multiple audiences, as well as a demonstration of the extensibility of this approach to other geographic areas. Associate Partner-projects based in Germany and the United States will contribute typologies for this purpose. As a proof of concept of the research applicability of this framework, ARCH will develop one geographical focus – Pre-Roman Spain and southern Gaul – in the form of a specific online reference tool that will draw upon both categories of data (public collections and objects in commerce), as well as a program of research designed to exploit the opportunities offered by such a systematic and Linked Open Data infrastructure. This will examine questions of monetary and cultural connectivity and interaction across the borders of Spain and France in antiquity, in collaboration with leading scholars in the field of this geographical area, and monetary and cultural history, working as Associate Partners based in Paris, Orléans, and Valencia.

Durée

36 mois à partir du 1er janvier 2018.

Aide

L’aide conjointe des différentes agences de financement s’élève à 570 000 € euros.

Programme

Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage), référence projet : ANR-17-JPCH-0003, http://www.jpi-culturalheritage.eu/wp-content/uploads/JPICH-website-Digital-Heritage-call-results.pdf

Partenaires

Les partenaires du projet sont :

Oxford University

Logo-BnF

Bibliothèque nationale de France

University of Valencia

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Programme de recherche : Polices de caractères pour les inscriptions monétaires

Dans le cadre de ses plans triennal de la recherche 2013-2015 et quadriennal de la recherche 2016-2019, la Bibliothèque nationale de France finance un programme sur les Polices de caractères pour les inscriptions monétaires qui vise à créer des polices de caractères pour transcrire, publier et analyser de façon satisfaisante et uniformisée les inscriptions monétaires. 

Inscription mérovingienne annotée dans l’outil Numipal (clone de Digipal).

L’objectif consiste à développer des fontes de caractères Unicode sous licence libre pour transcrire les inscriptions monétaires dans les divers supports de diffusion : imprimés et numérique1. L’encodage des caractères typographiques propres à la numismatique devrait  à terme intéresser un public plus large, comprenant les épigraphes et les éditeurs scientifiques qui devraient économiser les coûts liés aux commandes de polices sur mesure, propres à chaque projet éditorial et pour ainsi dire jamais réutilisées pour un autre.

Par ailleurs, alors que les polices consistaient en des fichiers images insérés dans les projets éditoriaux, une notable évolution pour la recherche en humanités numériques sera permise par l’emploi de polices Unicode, notamment dans les projets d’édition numérique (catalogues en ligne, images numérisées IIIF annotées avec l’extension Open Annotation2) puisque le contenu sémantique des légendes monétaires pourra être analysé et étudié puisqu’il sera codé3.

Un partenariat entre la BnF et l’ANRT a permis de développer un caractère regroupant, sous une forme unifiée, toutes les variantes formelles identifiées sur des pièces mérovingiennes.  Elvire Volk Leonovitch4 a ainsi développé la police baptisée MEROWEG5.

Le travail se poursuit avec les inscriptions de monnaies ibériques et puniques. Gaëlle Thevenin, doctorante en Histoire au Laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167) rend compte des travaux en cours au sein du carnet de recherche du département des Monnaies, médailles et antiques, L’Antiquité à la BnF, dans l’article à lire ci-dessous.

  1. Codine-Trécourt, Florence ; Sarah, Guillaume, « Du plomb au pixel. Transcrire les légendes des monnaies du haut Moyen Âge », Revue numismatique, 2012, 6e série, tome 168, p. 261-277. DOI : 10.3406/numi.2012.3183. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/numi_0484-8942_2012_num_6_168_3183>. []
  2. Cf. : http://iiif.io/api/annex/openannotation/ []
  3. Codine Florence, « Polices de caractères et inscriptions monétaires. Le projet PIM », Document numérique, 2013/3 (Vol. 16), p. 69-79. DOI : 10.3166/DN.16.3.69-79. URL : <https://www.cairn.info/revue-document-numerique-2013-3-page-69.htm>. []
  4. Cf. son site : http://www.elvirevolk.com/ []
  5. Elvire Volk Leonovitch, « PIM. Police pour les Inscriptions Monétaires », Atelier National de Recherche Typographique (ANRT), 2014. Disponible en ligne, url : <http://anrt-nancy.fr/fr/projets/pim-police-pour-les-inscriptions-monetaires/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts