Archives par mot-clé : Littérature et art

Colloque : « La bande dessinée, toujours jeune ? »

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université Paris 13.

les_tribulations_dun_chat_texte_rabier_benjamin_bpt6k376559m
Les Tribulations d’un chat, texte et illustrations de Benjamin Rabier. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9657430b>.

Argument

La bande dessinée a été en France, dès ses origines, essentiellement associée à l’enfance et la jeunesse, puis étendue par-delà les générations, « de 7 à 77 ans », avant que ne se développe un courant explicitement adulte dans les années 1970. Depuis, les frontières entre oeuvres et publics n’ont cessé d’évoluer et parfois de s’estomper, devant les pratiques croisées des lectorats, entre jeunes lecteurs curieux d’une bande dessinée « pangénérationnelle » et adultes amateurs nostalgiques ou régressifs de titres jeunesse. Ayant largement conquis de nouvelles légitimités artistiques, intellectuelles, scolaires même, la bande dessinée a élargi son paysage à de nouveaux lectorats, féminins, occasionnels, en même temps qu’aux productions asiatiques, américaines et plus récemment africaines. Dans notre époque qui voit fleurir les oeuvres transmedia mais tout autant une explosion des formes, styles, thèmes profondément originaux et créatifs, il est intéressant d’interroger les enjeux des rapports entre enfance, jeunesse et bande dessinée, de l’Europe au Japon et aux Etats-Unis.
Chercheurs, créateurs, éditeurs et médiateurs confronteront leurs regards pour cerner ce lectorat jeunesse d’aujourd’hui.

Programme

– 9h00 : Accueil
– 9h15 : Ouverture
– 9h30 : Introduction / Emmanuel Guibert

Matin
Présidente de séance : Marine Planche, BnF/CNLJ
– 10h15 : Les censeurs : des pionniers de la critique de bande dessinée / Sylvain Lesage, Université de Lille
– 10h45 : échanges avec la salle et pause
– 11h00 : « Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours » : les petites stratégies pédagogiques dans les illustrés franco-belges des Trente glorieuses / Jessica Kohn, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
– 11h30 : Le manga, du produit dérivé à un secteur de la bande dessinée à part entière / Bounthavy Suvilay, Université Montpellier 3

Après-midi
Président de séance : Jean-Marie Compte, BnF/département Littérature et art
– 14h00 : Frontières / Olivier Piffault, BnF/département de la Conservation
– 14h30 : De la bande dessinée au roman graphique de jeunesse : quels changements et apports pour le jeune public ? / Marcelle Délicat, Université de Saint-Etienne
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Du côté des auteurs : état de la profession / Benoît Peeters, écrivain, scénariste et théoricien de la bande dessinée
– 15h45 : La vie des classiques : interview croisée animée par Jean-Pierre Mercier, CIBDI, Jean-Yves Ferri, Matthieu Bonhomme
– 17h00 : Clôture de la journée

Vendredi 25 novembre 2016, Médiathèque Françoise Sagan

– 9h15 : Ouverture

Matin
Président de séance : Benoît Berthou, Université Paris 13
– 9h30 : Créer les adolescents : la jeunesse adulte des comics américains / Raphaël Faon, EHESS
– 10h00 : Pourquoi les adolescents ne lisent-ils pas plus de bandes dessinées ? / Sylvain Aquatias, Université de Limoges
– 10h30 : échanges avec la salle et pause
– 10h45 : Quelles stratégies pour toucher le jeune public ? / Table ronde animée par Benoît Berthou : Florian Ferrier (Sarbacane), Pauline Mermet (Dargaud), Charlotte Moundlic (Rue de Sèvres)

Après-midi
Présidente de séance : Hélène Valotteau, Médiathèque Françoise Sagan
– 14h00 : Exposer la bande dessinée : l’exemple de l’exposition Lucky Luke / Jean-Pierre Mercier
– 14h30 : Quel canon scolaire pour la BD ? Contre-enquête sur un classique du cycle 3 : Angelot du lac d’Yvan Pommaux / Hélène Raux, Lycée Montpellier
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Bande dessinée et médiation. Table ronde animée par Pierre Pulliat
– 16h30 : Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Entrée libre sur inscription auprès de : Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr), Quai François – Mauriac – 75706 Paris Cedex 13
    Tél. +33 (0)1 53 79 57 06 || Fax +33 (0)1 53 79 41 80

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse : Philipp Leu

Philipp Leu, doctorant du LabEx Patrima/Fondation des sciences du patrimoine, inscrit à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines soutiendra ses travaux le samedi 5 novembre 2016 à 13h30 à la Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand, salle 70, quai François Mauriac, Paris).

Sa thèse initiée en 2011 est intitulée Les Revues littéraires et artistiques (1880–1900). Questions de patrimonialisation et de numérisation.

jugend1896_1_0005
Jugend: Münchner illustrierte Wochenschrift für Kunst und Leben — 1.1896, Band 1 (Nr. 1-26). Disponible en ligne, url : <http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/jugend1896_1/0005>.

Résumé des travaux

Travailler aujourd’hui sur un fonds numérique de revues c’est être confronté à des artefacts. Numérisées en noir et blanc, débarrassées de leurs couvertures, des pages vierges, des encarts, des publicités, des bulletins et hors-texte divers, les revues numérisées offrent souvent une physionomie très différente des documents originaux, surtout quand les fichiers numériques ont été produits à partir de reproductions antérieures (réimpressions ou microformes). Le présent travail tourne autour d’une question de méthode : quels sont les principes à retenir pour la numérisation des revues littéraires et artistiques de la fin du XIXe siècle afin que l’accord subtil entre forme et contenu ne soit pas rompu lorsque les supports sont dématérialisés ?

La revue littéraire et artistique s’inscrit dans la communication littéraire au croisement de traditions éditoriales hybrides. Sa matrice oscille entre le journal, le livre, l’album d’art et la revue, mobilisant et exploitant les caractéristiques de ces quatre référents. Ces référents sont ici représentés à travers un corpus de quatre périodiques : les revues françaises La Plume (1889–1914) et L’Épreuve (1894–1895), le trimestriel britannique The Yellow Book (1894–1897), et le périodique berlinois Pan (1895–1900). Ces publications déclinent l’objet revue dans trois aires culturelles, et permettent d’en explorer les spécificités ainsi que les enjeux économiques liés à son essor au sein des sociabilités littéraires et artistiques et au contact des doctrines esthétiques. Cette étude de cas débouche sur une analyse de la matérialité, de l’économie et des pratiques revuistes dans la période fin-de-siècle qui amène à s’interroger sur les implications culturelles, historiques et sociologiques de ces objets.

Fragilisée par l’usage fréquent, la revue, lieu d’innovations graphiques et textuelles, est confrontée à la nécessité de la dématérialisation pour rester accessible à la recherche. L’examen de six bibliothèques numériques (Gallica, la Bibliothèque numérique de l’Université de Heidelberg, Internet Archive, The Yellow Nineties Online, le Blue Mountain Project et Jugend Wochenschrift) souligne que le numérique n’est en aucune manière une opération neutre et doit être constamment accompagné d’une approche scientifique de l’objet ouvrant à des recommandations et à de « bonnes pratiques ».

Outre la question technique, toujours capitale, l’accent est mis dans cette thèse sur les procédures de numérisation en vue à la fois d’une restitution optimale de l’original et de la possibilité de disposer d’interfaces et de fonctionnalités dotant le chercheur de nouvelles approches heuristiques, permises par les nouvelles technologies, au service du patrimoine.

Le jury sera composé de :

  • Évanghélia Stead – Professeure, UVSQ ; membre de l’IUF.
  • Anne-Rachel Hermetet – Professeure, Université d’Angers ; présidente du CNU, 10e section.
  • Isabelle Krzywkowski – Professeure, Université de Stendhal-Grenoble 3.
  • Pascal Liévaux – Chef du département de pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Ministère de la Culture et de la Communication ; membre de la Fondation des Sciences du Patrimoine.
  • Serge Linarès – Professeur, UVSQ.
  • Alain Vaillant – Professeur, Université Paris-Ouest.
  • Jean-Didier Wagneur – Coordonnateur scientifique de la numérisation, Bibliothèque nationale de France.
  • Michael Zimmermann – Professeur, Katholische Universität Eichstätt.

Mise à jour du 5 novembre :
Malgré la disparition des mentions autrefois attribuées1, le président du jury a précisé délivrer le titre de docteur « avec les félicitations du jury ».

  1. En vertu de l’Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Épaulez les chercheurs en humanités numériques ! Lisez et trouvez des comparaisons dans des poèmes des 19e et 20e siècles !

Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui : quelles rencontres ?

abc_de_babar_-_dessine_brunhoff_jean_btv1b10508487r
ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10508487r>.

La Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB) et la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (FILL) organisent une journée d’étude intitulée « Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui : quelles rencontres ? », le mardi 4 octobre 2016, à l’enssib – Villeurbanne (69).

Le patrimoine des livres pour l’enfance et la jeunesse fait l’objet d’un intérêt renouvelé et croissant depuis presque deux décennies, les outils numériques favorisant les redécouvertes et la médiation.
Auteurs et éditeurs qui revisitent le passé, bibliothèques qui se concertent pour conserver et numériser : au-delà d’une certaine mode du « vintage », pour quel public – érudit, nostalgique, familial, enfantin… – exhumer ces trésors ? Comment favoriser la transmission et l’appropriation de ce patrimoine ?

Programme

Programme complet en ligne : http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/manifestations/2016/je-livres-jeunesse-hier-web.pdf

Modalités pratiques

Entrée libre sur inscription en ligne : http://www.enssib.fr/inscription-JE-livres-de-jeunesse-dhier-publics-daujourdhui

Renseignements : Marion Caliyannis : tél. 01.53.79.57.06 || courriel : marion.caliyannis@bnf.fr

Adresse de l’événement : Amphithéâtre de l’Enssib, 17-21 bd du 11 novembre 1918, 69100 Villeurbanne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Global Art & Cultural Periodicals. Généalogies critiques et artistiques, XIXe-XXe siècles

Revista de arteLe projet Global Art & Cultural Periodicals. Généalogies critiques et artistiques a pour vocation d’écrire une histoire de la critique, périphérique à l’Occident, par l’exercice de la revue et de ses collectifs. Il couvrira les périodes du XIXe au XXIème siècle. Il se distingue de fait des travaux existants par la nature des terrains géographiques qu’il vise : l’Amérique du Nord, l’Amérique Latine, l’Afrique, l’Asie, les Caraïbes, le Moyen-Orient, et l’Océanie et des possibilités de réussite escomptées en raison aussi des compétences scientifiques et linguistiques des équipes que le constitue. Il consiste en la création d’un répertoire de revues d’art et d’idées, dont l’orientation généalogique doit rendre compte d’une filiation artistique et critique. Cet outil, destiné à intégrer la base AGORHA et souhaitant intéresser la communauté scientifique internationale, se distinguera des systèmes d’archivages en ligne actuels, tels que JSTOR, Cairn ou Persée, par son ambition à la fois narrative et comparative. Dans un premier temps il ne procédera ainsi à aucun dépouillement ni travail de numérisation, préférant renvoyer vers des ressources existant déjà, mais engagera, par un système d’indexation nominative et thématique ainsi que des modes de recherche et de compilation des données dynamiques (approches cartographique et chronologique), une série de questionnements autour de la revue : circulation et diffusion des modèles esthétiques, voyage des théories et concepts, formation de moments collectifs, structuration d’une pensée critique locale.

Se déclinant à la foitapa revista el grabado sivori_canale_1916_numero_1s en laboratoire d’expérimentation, atelier d’écriture et tribune, la revue est en effet rapidement devenue, en plusieurs lieux du monde, vectrice de parole : elle a contribué à fortifier des réseaux de sociabilités et à faire embrasser des pratiques modernes artistiques et critiques. Son caractère parfois éphémère – certains titres ne connaissent qu’une courte livraison – atteste cette démarche pragmatique qui opère par touches et essais et demeure toujours en action. Elle a permis à des groupements d’artistes et d’intellectuels de bâtir leurs ressources propres, leur vocabulaire théorique et d’élaborer un récit alternatif. Le répertoire, en excédant la liste habituelle des titres « monuments » et en demeurant ouvert aux formes variées d’initiatives critiques, participera de la redécouverte de ces histoires tout en mettant au jour des publications rares, anciennes ou méconnues.

Conçu sous une forme collaborative, le projet Global Art & Cultural Periodicals s’adjoindra enfin l’expertise de partenaires institutionnels et de spécialistes d’aires culturelles périphériques à l’Occident. La base de données qu’il envisage de construire sera d’ailleurs accompagnée d’une plateforme web éditorialisée, bilingue et en accès libre, à laquelle ils contribueront, qui permettra d’enrichir et de préciser le propos. L’équipe du projet « Global Art Prospective  » dispose de vastes compétences linguistiques notamment : l’allemand, anglais, arabe, bengali, italien, indi, chinois, espagnol, parsi et portugais. A ce jour un recensement préalable a déjà permis de repérer plus de 370 revues d’art historiques (XIXe et 1ère moitié XXème siècle) en provenance des différentes zones géographies dont relèvent le projet. Pour exemple la Cité du patrimoine et de l’architecture compte à ce jour quelques 450 périodiques contemporains. Les revues anciennes de langue étrangère rares et indisponibles sur le marché ne sont pas présentes. Le projet donnera lieu, pour finir, à plusieurs demi-journées d’études où seront confrontés les terrains d’étude, les approches théoriques et méthodologiques, ainsi que les enjeux liés au travail de recensement critique.

Responsable scientifique : Zahia Rahmani, responsable du domaine de recherche « Art et architecture dans la mondialisation », programme Global Art Prospective de l’Institut national d’histoire de l’art

Partenaires Labex CAP (personnes et institutions) :
– Florence Duchemin-Pelletier, Post-doctorante, pensionnaire à l’INHA, domaine « art et architecture dans la mondialisation », programme Global Art Prospective
– Mica Gherghescu, docteur en histoire et théorie de l’art (EHESS) et chargée du développement des services à la recherche à la Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, membre du projet Global Art Prospective
– Lucile Grand, Responsable de la médiathèque du musée du quai Branly
– Bernard Mnich, Responsable des périodiques, Cité de l’architecture et du patrimoine
– Florence Leleu, conservatrice des bibliothèques, adjointe de direction, Département art et littérature, Bibliothèque nationale de France
– Antoine Courtin, chef de la cellule d’ingénierie documentaire du département des études et de la recherche à l’INHA
– Christine Ferret, conservatrice des bibliothèques, responsable du service des acquisitions à l’INHA

Autres partenaires : Membres du projet Global Art Prospective
– Lotte Arndt, docteur en Cultural Studies (Paris 7/ Humboldt Universität), enseignante à l’École Supérieure d’Art et Design de Valence
– Marie Laure Allain Bonilla, docteur en histoire de l’art (Rennes 2) et post-doctorante à l’Institute of Urban and Landscape Studies de l’Université de Bâle
– Estelle Bories, docteur en histoire (IEP), enseignante à l’Université Paris 3
– Devika Singh, docteur en histoire de l’art (Cambridge), critique d’art indépendante et commissaire d’exposition, enseignante à l’Université de Cambridge
– Alix Chagué, monitrice-étudiante (Master 2), INHA
– Annabela Tournon, doctorante en histoire de l’art (EHESS), membre du projet Global Art Prospective
– Morad Montazami, commissaire-chercheur à la Tate Modern et doctorant en sciences du langage (CEHTA/EHESS), membre du projet Global Art Prospective
– Emilie Goudal, docteur en histoire de l’art (Paris Ouest), chercheur associé au CADIS/EHESS

Ce projet est rattaché à la Plateforme 3 : Processus créatifs, archivage et transmission du Labex CAP.


Images de Une :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts