Archives par mot-clé : Littérature et art

Colloque international « Breton après Breton (1966-2016). Philosophies du surréalisme »

André Breton en 1924 | Inconnu

Les années 2016 et 2017 voient paraître les premières correspondances privées du poète André Breton (1896-1966) dont la devise « je cherche l’or du temps »a été gravée sur la pierre tombale. Or c’est précisément de temps et d’histoire que nous voudrions parler d’abord : de l’histoire du surréalisme telle qu’elle se dit, s’écrit, se raconte depuis la disparition de son protagoniste majeur. Ce temps écoulé a créé du sens, a interprété le vécu et ses traces d’une certaine façon, très convenue désormais. Notre premier mode d’approche doit donc être critique et viser une histoire plus structurée en termes d’idées.Dans cette perspective, nous affichons une deuxième ligne directrice : la pensée d’André Breton doit être questionnée à frais nouveaux comme pensée, donc comme travail philosophique et non comme un espace littéraire relevant de philosophies répertoriées. Les deux notions surchargées de sens que sont l’écriture et le dessin « automatiques » d’une part, le « hasard objectif » de l’autre, doivent faire l’objet d’une lecture ouverte à plusieurs champs méthodologiques, plutôt que rabattues vers l’indifférencié, le magique ou le« faire croire ». Enfin, il faut lire les pages de Breton sur la peinture – pages composites qui le conduisent d’un regard d’amateur, sensible à la lecture des formes, à une philosophie de l’art prônant la figuration onirique et attentive à ses processus, dans lesquels la forme et la langue prennent toute leur place.
Jacqueline Chénieux-Gendron

Colloque organisé sous la responsabilité scientifique de Jacqueline Chénieux-Gendron (CRAL-CNRS) et de Pierre Caye (Centre Jean Pépin, CNRS-ENS).

Programme complet

1ère journée
Philosophie du surréalisme : en écrire l’histoire

10h Ouverture officielle
André Breton, un poète pense
Introduction générale par Jacqueline Chénieux-Gendron, directrice de recherche émérite au CRAL (CNRS)

Surréalisme vs avant-garde
Président de séance Robert Kopp, professeur à l’université de Bâle

10h 30 Pratique-théorie-philosophie dans l’avant-garde russe  
au début du XXe siècle 
Jean-Claude Marcadé, directeur de recherche émérite au CNRS

11 h  pause

11h15 Murilo Mendes et André Breton : image poétique  
et quête de l’inconnu
Teodoro Rennó Assunção, professeur à la faculté de lettres de l’Université Fédérale du Minas Gerais, Belo Horizonte

11h45 Breton au Japon – une passivité créatrice
Masanori Tsukamoto, professeur à l’Université de Tokyo

12h15 – 12h30 Débat

Histoire des mentalités, manières de penser
Présidente de séance Marielle Macé, directrice de recherche au CNRS, co-directrice du CRAL

14h Sur- de quoi ? Breton ou Bataille
Pierre Caye, directeur de recherche au CNRS

14h30 De « la valise intérieure » à l’objet magique : le poème-
objet d’André Breton
Marie-Paule Berranger, professeur à l’université Sorbonne
nouvelle-Paris 3

15h  pause

15h15 Écrire une nouvelle Science des rêves  ?  Les lectures onirologiques de Breton
Jacqueline Carroy, directrice d’études à l’EHESS

15h45 Breton, Alquié et la philosophie du surréalisme
Martin Rueff, professeur à l’université de Genève

16 h15 Manifestement
Michel Deguy, poète et essayiste

16 h 45 – 17 h Débat

2e journée
Breton après Breton : une poésie qui pense

9h45 Ouverture officielle
Breton, avec et contre
Président de séance Stéphane Guégan, historienet critique d’art, conservateur au musée d’Orsay

10h André Breton et Blaise Cendrars ou les rejets électifs
Claude Leroy, professeur émérite à l’université Paris Nanterre

10h30 Aragon et Breton : d’un discours infiniment adressé
Luc Vigier, maître de conférences à l’université de Poitiers

11 h pause

11h10 Manuscrits surréalistes à la BnF
Olivier Wagner, conservateur au service des manuscrits modernes et contemporains, BnF

11h30 Nadja d’André Breton : une écriture mise à l’épreuve
Christiane Lacôte-Destribats
, philosophe et psychanalyste, membre de l’association lacanienne internationale (A.L.I.)

12h Pensée du temps, écriture du sujet dans quelques pagesd’André Breton
Jacqueline Chénieux-Gendron
, directrice de recherche émérite au CRAL (CNRS)

12h30 Débat

En remontant le cours de la pensée d’André Breton sur l’art
Président de séance Pierre Caye, directeur de rechercheau CNRS, directeur du centre Jean Pépin

14h15 L’art à l’état sauvage
Mark Polizzotti
, directeur des Éditions, The MET, New York

14h45 « Le dialogue créole » entre André Breton et André Masson
Françoise Nicol
, maître de conférences HDR à l’universitéde Nantes

15h15 Charles Filiger. André Breton, à la recherche de l’art magique
André Cariou
, conservateur en chef du patrimoine

15 h 45 pause

16h La magie de l’art : l’origine contre l’histoire
Maria Stavrinaki
, maître de conférences HDR à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne

16h30 (Re)lire L’Art magique
Stéphane Guégan
, historien et critique d’art

Modalités pratiques

  • Mercredi 26 avril 2017 à l’auditorium de la galerie Colbert, Institut national d’histoire de l’art (INHA), 2 rue Vivienne, Paris 2e, de 10h à 17h, entrée libre
  • Jeudi 27 avril 2017 au Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Quai François Mauriac, 750013, de 9h45 à 17h15, entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Il sera une fois les conteurs…

La Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse organise une journée d’étude en collaboration avec Muriel Bloch, conteuse, auteure et formatrice.

Les Contes de Perrault, précédés d’une préface par J.-T. de Saint-Germain

Argument

Comme un écho au recueil des Secrets de conteurs paru en octobre 2016, à l’heure où le conte semble vivre un tournant, cette journée posera la question de la transmission. Quel matériau, quel(s) répertoire(s) ont été transmis ? Quel passage de relais dans le domaine de la recherche et en bibliothèque ? Comment les conteurs d’aujourd’hui réinventent les jeux de la parole et du récit ?
Une large place sera faite à la parole des conteurs, qui témoigneront de leur expérience de la transmission et raconteront.
La journée sera traduite en Langue des signes française.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale de la Bibliothèque nationale de France
  • 9h30 Présentation de la journée
    Muriel Bloch
  • 9h45 Projection
    Extraits de Il était une fois des conteurs de Dominique Gros et Al Halqa – The Last Storytellers, de Thomas Ladenburger
  • 10h Archives : comment transmettre l’art des conteurs d’aujourd’hui
    Dialogue animé par Muriel Bloch entre Pascal Dubois (Oui’Dire éditions) et Anne-Gaël Gauducheau (émission « C’est pas pour dire», Radio Jet FM)
  • 10h30 Parole narrative et création sonore
    Olivier Noack, conteur engagé dans le monde contemporain, collecteur et chercheur sonore
  • 11h Pause café et questions
  • 11h15 Publier des contes aujourd’hui
    Table ronde animée par Lionnette Arnodin (revue La Grande oreille), Loïc Jacob (Ed. Hong-Fei), Céline Murcier (Didier jeunesse), Fabienne Raphoz (Ed. José Corti)
  • 12h Langue des signes et images
    Marie Boccacio, conteuse et bibliothécaire, racontera en langue des signes, avec Praline Gay-Para.
    Performance de Chen Jian Hong, auteur-illustrateur.
  • 12h30 Déjeuner libre
  • 14h Qu’est-ce que transmettre ?
    Un petit voyage biblique comme une conversation entre les générations disparues et celles qui ne sont pas encore nées Delphine Horvilleur, journaliste, écrivain, femme-rabbin, rédactrice en chef de la revue Tenou’a
  • 14h30 Un chemin entre collectes et semailles pour un théâtre poétique d’aujourd’hui
    Bernadète Bidaude, conteuse-auteure
    Solliciter les mémoires, tenter de tisser, l’espace d’une soirée, de quelques jours ou de plusieurs mois, le partage des histoires vécues, remémorées, transmises ou imaginées. Puis rêver à haute voix d’autres traces invisibles, d’autres « voyages immobiles », d’autres sentiers imprévus… De là naît la poétique des histoires, entre mémoire individuelle et collective
  • 15h Passation
    Dialogue entre Praline Gay-Para, conteuse, auteure, ethnolinguiste et metteur en scène, et Thierno Diallo, lauréat du Grand Prix des Conteurs 2006 à Chevilly-Larue.
    Comment ils travaillent ensemble, interrogent ensemble le monde d’aujourd’hui. Chacun raconte un conte très court de l’autre.
  • 15h45 Pause et questions
  • 16h Du côté de la programmation : le nouveau conte ?
    Dialogue entre Rachid Akbal (directeur du festival des Rumeurs urbaines et comédien-conteur), Valérie Briffod (co-directrice de la Maison du conte de Chevilly-Larue), et Karine Mazel Noury,(directrice artistique de la Compagnie Les Mots Tissés), accompagnée par David Kpossou.
  • 16h45 La voie du conte dans les bibliothèques d’hier à demain
    Table ronde animée par Ghislaine Chagrot, BnF/CNLJ, Cécile Vigouroux et Lise Durousseau (médiathèque de Bagnolet), Agnès Levecque (Bibliothèque François-Mitterrand, Le Pré-Saint-Gervais)
  • 17h30 La voix de deux nouveaux conteurs
    Najoua Darwiche, Louis-Marie Zaccaron-Barthe, accompagné par Loup Barrow au Cristal Baschet
  • 18h Clôture de la journée

Informations pratiques

Lieu : Bibliothèque nationale de France, Site François-Mitterrand, Petit auditorium (hall Est)
Quai François Mauriac, 75013 Paris
Inscriptions-renseignements : Marion Caliyannis, 01.53.79.57.06, marion.caliyannis@bnf.fr
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : L’enseignement de la littérature avec le numérique

colloque-grenoble-bandeauEn collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, l’UMR 5316 LITT&ARTS CNRS (Université Grenoble Alpes) et le Groupe en Littératie Médiatique Multimodale (Université du Québec à Montréal) organisent un colloque qui se propose d’examiner comment, dans l’enseignement de la lecture et de l’écriture littéraires, les ressources numériques (supports didactiques, outils de production et de diffusion) font évoluer la configuration des textes étudiés en classe et leurs approches scolaires.

Argument

Les recherches dans le champ des humanités numériques invitent le domaine de l’éducation, en l’occurrence celui de la didactique de la littérature, à tenir compte de la mutation des corpus, des textualités et des genres numériques/numérisés ainsi que des pratiques d’enseignement-apprentissage soutenues par les supports et outils technologiques. Ainsi les savoirs en didactique de la littérature sont appelés à contribuer à ce que Doueihi appelle l’évolution de l’humanisme numérique (2011)1

Le numérique, dans l’enseignement de la littérature, permet de développer de nouvelles configurations des textes, des supports didactiques et des productions inédites (Chartier, 2012 ; Davallon, Desperet-Lonnet, Jeanneret, Le Marec & Souchier, 2003). Les supports technologiques (écran, ordinateur tablettes, objets connectés) et leurs outils (sites, logiciels, web) ouvrent de nouveaux espaces d’apprentissage et de nouveaux usages scolaires (Brunel & Quet, 2016): multimodalité (Lacelle, Lebrun, Boutin, 2012), interactivité et hypertextualité (Bouchardon, Broudoux, Deseilligny & Ghitalla, 2007) sont prises en compte dans des dispositifs didactiques d’enseignement de la littérature. Grâce à ces circulations et topographies nouvelles, des résonances inédites sont rendues possibles entre textes de provenance ou d’époque différentes, entre textes littéraires et commentaires métatextuels, écrits et œuvres issues d’autres modes sémiotiques (images, sons et cinétique), édition de récits classiques et genres numériques, univers culturels que tout, a priori, oppose (Vandendorpe, 2012). Les programmes peu à peu, prennent acte de ces évolutions, et orientent la discipline français, intégrant des objets à lire et à produire évolutifs, ou prescrivant des modalités didactiques adaptées. De même, dans les classes, des pratiques de lecture et d’écriture se créent, liées à l’usage d’outils devenus coutumiers, à des gestes professionnels spécifiques, à des objets ou à l’enseignement de compétences nouvelles.

Le colloque se propose ainsi d’examiner comment, dans l’enseignement de la lecture et de l’écriture littéraires, les ressources numériques (supports didactiques, outils de production et de diffusion) font évoluer la configuration des textes étudiés en classe et leurs approches scolaires.

Informations pratiques

Les 7 et 8 mars 2017
Maison des Sciences de l’homme,
Université Grenoble Alpes, 38 Saint Martin d’Hères
Site internet du colloque : http://litmedmod.ca/grenoble
  1. Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris : Éditions du Seuil, 2011, 177 p. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Giang Huong Nguyen

fullsizerender4Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Giang Huong Nguyen, Chargée de Collections en Langue et Littérature d’Asie du Sud-Est au département Littérature et art.

Quel est votre parcours ?

Après mes études en Français Langue Étrangère (FLE) à L’École nationale de Hanoi, j’ai obtenu en 2006 une bourse de pensionnaire scientifique international de l’École Normale Supérieure de Lyon. J’y ai poursuivi mes études de master en Littérature comparée et francophonie pendant deux ans. Je suis ensuite retournée au Vietnam pour un poste de chercheur en littérature comparée à l’Académie des Sciences Sociales du Vietnam. En parallèle à ce travail, je collaborais avec des éditeurs et des revues pour traduire des textes littéraires, des romans du français et de l’anglais en vietnamien et inversement.

Ces activités m’ont amené à approfondir le domaine de la francophonie au Vietnam et plus spécifiquement les apports de la littérature française à la littérature vietnamienne. En 2010, j’ai décidé de m’inscrire en doctorat à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense pour un sujet de thèse : La poétique du sujet multiculturel dans le roman vietnamien francophone de l’époque coloniale dans la première moitié du XXe siècle, que j’ai soutenue en janvier 2015.

Je travaille à la Bibliothèque nationale de France depuis mai 2011 comme chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est (Vietnam, Laos, Cambodge). Les collections de la langue vietnamienne occupent une place particulièrement importante au sein du Service des Littératures du Monde. Elles témoignent des débuts de l’Imprimé au Vietnam ainsi que de la naissance de plusieurs domaines scientifiques et culturels au moment où l’Asie commençait à s’ouvrir vers l’Europe.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

La naissance du roman vietnamien à la fin du XIXe siècle et les influences françaises. La littérature francophone vietnamienne du XXe siècle et d’aujourd’hui, étude comparatiste avec les littératures francophones africaines. Le fonds d’archives et les manuscrits de l’écrivain d’origine vietnamienne Pham Van Ky. La traduction en vietnamien de Sodome et Gomorrhe, et celle d’Albertine disparue de Marcel Proust.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Le poste de chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est, au sein du département Littérature et Art m’a offert l’occasion de connaître et d’approfondir un fonds documentaire très riches des littératures du Vietnam, du Laos et du Cambodge. Les missions liées à ce poste me permettent d’acquérir des compétences de gestion et d’organisation de la bibliothèque et surtout, de développer mon sens de la communication en assurant régulièrement le service public dans les salles de lectures.

Par ailleurs, la soutenance de ma thèse le 6 janvier 2015 a donné lieu à un débat passionnant avec les membres de mon jury. Cette soutenance m’a ouvert des opportunités pour prolonger le sujet de recherche que j’ai mené lors de mon doctorat, notamment de présenter aux chercheurs de l’équipe ITEM-CNRS mon projet d’explorer le fonds d’archives de l’écrivain Pham Van Ky, conservé aujourd’hui au Département des Arts du Spectacle de la BnF1. Ce fonds contient des tapuscrits inédits de cet écrivain : romans, théâtre, poésie, essais. Pham Van Ky a eu du succès de son vivant, a notamment eu le Grand Prix du roman de l’Académie française en 1961 avec son roman Perdre la demeure. Malheureusement, aujourd’hui, il est tombé dans l’oubli.

Récemment, j’ai obtenu le Prix Jeunesse de la Francophonie 35<352. Le voyage en Côte d’Ivoire pour la remise du prix a été pour moi une expérience formidable. Les 35 lauréats de ce prix ont été sélectionnés parmi plus de 200 candidatures dans tout l’espace francophone pour leur projet en matière d’innovation. Je suis fière d’être parmi eux pour mon travail de valorisation du fonds Pham Van Ky décrit ci-dessus. Cette occasion m’a permis de rencontrer des chercheurs étrangers ainsi que des jeunes innovateurs dans d’autres domaines que la bibliothéconomie. Ces contacts m’ont donné une vision plus complète sur la francophonie dont le Vietnam contribue activement à la promotion.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Ce quotidien est caractérisé par une diversité des activités, entre la veille documentaire, l’acquisition, le catalogage et la valorisation des collections sur différentes voies de publication. Être en contact avec les lecteurs en banque de salles et à distance est aussi une partie enrichissante de ma fonction. Le travail de chercheur m’aide d’abord à comprendre les besoins ainsi que les difficultés des lecteurs venant étudier à la BnF, puis à répondre à leurs questions afin de mieux les guider dans leur quête documentaire. Par ailleurs, mes expériences dans la recherche favorisent la tâche de valorisation qui est souvent bien plus prenante que l’on peut l’imaginer. Il s’agit par exemple de rédiger des articles ou des ouvrages de qualité scientifique sur différents auteurs ou sur un certain corpus documentaire, d’organiser des rencontres, des tables rondes, des colloques, ou de participer à des chantiers, comme l’élaboration en cours du portail numérique France-Vietnam.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

C’était peut-être en dernière année de ma maîtrise en Français Langue Etrangère (FLE) au Vietnam. Pour l’obtention du diplôme de fin d’étude, il fallait choisir un sujet de mémoire en linguistique, en didactique ou en littérature française. J’ai alors choisi de faire un mémoire en littérature française, en prenant A la recherche du temps perdu de Marcel Proust comme objet d’étude. En effet, j’ai été toujours attirée par la lecture des textes littéraires durant mon enfance. L’apprentissage de la langue française a été pour moi une porte ouverte vers d’innombrables œuvres qui n’avaient pas de traduction en vietnamien. Lorsque j’atteignais un niveau de français suffisant pour accéder à La recherche, le style de Proust m’émerveillait. Aujourd’hui, j’approfondis toujours le texte proustien avec l’ambition de le traduire en vietnamien – ce travail est en cours – tout en élargissant mon champ de recherche aux échanges culturels et littéraires franco-vietnamiens.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

La richesse des collections dans tous les supports (papiers, monnaies, objets et décors de théâtre, support multimédia, etc.) et sa vaste couverture dans le temps et dans l’espace géographique. Le rôle pionnier de la BnF dans la gestion des métadonnées, dans la numérisation et dans le partage des documents numériques à l’échelle internationale.

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

L’écriture et la lecture, la peinture, la cuisine vietnamienne et la pâtisserie française, le bricolage. J’aime aussi voyager pour découvrir de nouvelles cultures et de nouveaux amis provenant de tous les coins du monde.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je crois que mes plus belles réussites m’attendent car le temps et les rencontres au travail et en dehors de celui-ci me font évoluer chaque jour.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Une grande curiosité, la persévérance, la rigueur, l’ouverture d’esprit, le sens du partage et la capacité à travailler en équipe.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer l’histoire de l’humanité ?

L’écriture qui permet à l’homme de communiquer d’une génération à une autre, de transcrire l’Histoire. Les systèmes d’écriture façonnent le raisonnement et l’imaginaire de l’être humain. Comme Pham Van Ky s’exprime à propos des idéogrammes d’Extrême-Orient :

Et même chez le jeune écolier qui ânonnait ses premiers caractères, la calligraphie primait sur le son. Elle lui proposait déjà un effort de dépassement, car elle ne cerne pas ce qui aboutit à des limitations et ce qu’elle éconduit avec urbanité : le regard furtif, éphémère, l’ombre instable – que la peinture elle-même bannit -, le phénomène et l’illusion. Elle va tout droit à l’être décanté, désincarné, essentiel, elle liquide la tension de tout ce qui vit et palpite, elle représente une sorte de demi-bouddhisme qui dénonce les futilités mortelles. Mais, ne niant pas la figure contrairement au bouddhisme primitif, elle confère validité et pérennité à la figure par excellence qu’est l’Idéogramme, elle en fait un archétype élucidé à vue, parfait, exemplaire. Et de même que l’Eglise romaine, lieu reconnaissable où se montre la grâce, forme le corps vivant du Christ, l’Extrême-Orient tout entier forme le corps vivant de son écriture.

Le pouvoir de l’écriture. » (Des Femmes assises ça et là, 1964, p. 25)

Aussi les autres systèmes d’écriture influencent d’une autre manière ceux qui les utilisent.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Je rebondis sur ma réponse faite à propos de mes plus belles réussites pour dire que le hasard, si on le définit comme opportunités, rencontres ou chance, joue un rôle crucial dans la carrière et dans la vie en général.

Enregistrer

  1. « Fonds Pham Van Ky (théâtre, littérature) » : instrument de recherche consultable dans le catalogue BnF Archives et manuscrits de la BnF, url : <http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc101230j> []
  2. NDLR : Giang Huong Nguyen a remporté le 3e prix dans la catégorie « Coup de coeur du Jury » du Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35, url : <http://www.francophonie3535.com/> et <https://www.facebook.com/Francophonie3535/posts/1200389440018944>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : Le moment 1816 des sciences et des arts. Regards croisés franco-brésiliens

france-bresilDans le cadre du bicentenaire du voyage du botaniste Auguste de Saint-Hilaire au Brésil (1816-1822) ainsi que de l’arrivée, dans la cour de Jean V à Rio de Janeiro, d’un groupe d’artistes et architectes français (la dite « Mission Artistique Française », dénomination aujourd’hui critiquée), l’EHESS , le Centre Roland Mousnier (Sorbonne-Paris IV), l’Université de Poitiers, le Museum National d’Histoire Naturelle ainsi que la Maison d’Amérique Latine1 organisent un colloque international.

Contexte

Le thème de ce colloque s’inscrit dans un contexte de partenariat avec la Bibliothèque Nationale du Brésil, depuis que les deux bibliothèques nationales ont créé un portail numérique commun, en 2009, « La France au Brésil » . Ces rencontres permettront également de valoriser le fonds Ferdinand Denis de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, numérisé par la BnF en 2015-2016, grâce à une convention de coopération entre les deux institutions.

Thème

Consécutifs à l’ouverture du territoire brésilien aux étrangers, les voyages d’exploration des premières décennies du XIXe siècle, eurent des natures diverses, les uns ayant l’envergure d’expéditions collectives, les autres reposant sur l’initiative plus ou moins individuelle et systématique. Ces voyages s’effectuent sur fond de mutations profondes : l’apparition des États-Nations est parallèle à l’affirmation d’une nouvelle philosophie de l’histoire et d’un redécoupage entre arts, littérature et sciences sociales qui n’est plus celui du XVIIIe siècle, mais n’est pas non plus encore le nôtre. En un moment post-buffonien, les savoirs naturalistes sont eux aussi le théâtre de réaménagements fondamentaux (théories de l’évolution, taxinomie, recensement et classification des espèces…), et s’inscrivent dans des formes d’organisation et d’administration en évolution (jardins botaniques, musées naturalistes…).

Ce « moment 1816 » ne prétend donc pas seulement réparer des oublis mémoriels, il sera le carrefour propice à un brassage intellectuel fécond, à la mise en dialogue de spécialistes de tous horizons : ethnologues, historiens, spécialistes de la littérature et de l’art, botanistes et historiens des sciences, du Brésil, de France et d’ailleurs.
Mettant à profit les révisions opérées autour d’Auguste de Saint-Hilaire, mais aussi les nombreuses études sur le rôle des artistes et artisans français arrivés avec Joachim Lebreton – J-B Debret principalement – et le renouveau des travaux sur Ferdinand Denis (fonds en cours de numérisation à la BnF), ces rencontres seront l’occasion de mener une réflexion transatlantique sur les enjeux passés et contemporains des voyages entre France et Brésil : quels dispositifs savants présidèrent alors à la collecte de ces données ? dans quel contexte épistémologique ? pour quelle diffusion et quelle réception française ? avec quels héritages, de part et d’autre de l’océan ?

Il s’agit donc d’embrasser, à partir de ces expériences franco-brésiliennes, une longue durée d’évolutions et de révolutions scientifiques, politiques, artistiques, de réinterroger leurs fondements, de penser leur archéologie en dépassant les cloisonnements disciplinaires : parce que les domaines sont loin d’être étanches, que le voyage de Saint-Hilaire a aussi une valeur anthropologique, que la contribution d’un Debret ne s’arrête pas aux aléas entourant la présence artistique française, que la porosité entre géographie et littérature fait déceler des voies d’irrigation de la fiction vernienne… C’est donc aussi de circulation d’objets et de savoirs dans un contexte atlantique dont il sera question.

Programme

Vendredi 25 novembre 2016 9h30-18h

9h30 – Introduction par Claudia Damasceno (CRBC/EHESS), Laura de Mello e Souza (Université Paris-Sorbonne), Antonella Romano (CAK/EHESS)

10h – Présentation de l’ouvrage Auguste de Saint-Hilaire (1779-1853). Un botaniste français au Brésil (Paris : Muséum National d’Histoire naturelle, 2016, 607 p. Coll. Archives, 22), Denis Lamy (CAK/ MNHN)

10h-15h – Première session. Le voyage : projet, réalisation, mises en écriture. Présidence : Caroline Callard (Université Paris-Sorbonne) Discutante : Marie-Noëlle Bourguet (CAK/Université Paris-Diderot)

  • Auguste de Saint-Hilaire: botanique, spécialisation et prestige, Lorelai Kury (Fondation Oswaldo Cruz)
  • Éditer le voyage, Claudia Damasceno (CRBC/EHESS) et Yasmine Marcil (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
  • Ferdinand Denis et le Brésil: le partage des savoirs, Michel Riaudel (Université de Poitiers)

12h30 – Discussion

13h – Pause déjeuner

14h – Deuxième session. Au carrefour des sciences et des arts : l’espace atlantique au lendemain du Congrès de Vienne. Présidence : Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne) Discutant : Pierre-Henri Gouyon (MNHN)

  • Une botanique moderne ? Denis Lamy (CAK/MNHN)
  • Pays, paysage: les changements de la forêt de Tijuca, Guilherme Simões (Université Pontificale Catholique, São Paulo)

15h30 – Pause

  • Où en est la dispute sur le Nouveau Monde ?, Silvia Sebastiani (CRH/EHESS)
  • Mesurer le Brésil : cartographie, statistique et pensée géographique, Iris Kantor (Université de São Paulo)

17h-18h – Discussion générale

Samedi 26 novembre 2016 9h30-18h

9h30 – Troisième session. Le « Monde Nouveau » : Un paradigme recomposé ? Présidence : Régine Piersanti (BnF). Discutant : Charlotte de Castelnau (Université Paris-Diderot)
Quand le Brésil parlait français: les carrefours des sciences et de l’exploration au 18e siècle, Neil Safier (John Carter Brown Library)
La nature dans la sphère publique au début du 19e siècle, Pietro Corsi (CAK-EHESS/Oxford University)
10h30-11h – Pause
La couleur atlantique : les arts visuels dans la racialisation de la peau autour de 1800, Anne Laffont (INHA/Université Paris Est-Marne-la-Vallée)
11h30 – Discussion générale
12h15 – Pause déjeuner
14h – Quatrième session. Appropriations et héritages. Présidence : Jean-Frédéric Schaub (CRBC/EHESS). Discutant : Jacques Leenhardt (EHSS)
Une revue des deux mondes, Sébastien Rozeaux (Framespa/Université Toulouse Jean Jaurès)
L’historiographie brésilienne et les récits de Voyage. Le cas Auguste de Saint-Hilaire, Temístocles Cezar (Université Fédérale de Rio Grande do Sul)
Une postérité inattendue: le phalanstère de Sahy et les connexions brésiliennes de Saint Hilaire (1830’s – 1840’s), Laurent Vidal (Université de La Rochelle)
15h45 – Pause
16h15 – Discussion finale ouverte par Jean-Marc Besse (E.H.GO/CNRS)
17h30 – Clôture du colloque

Infos pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Téléchargement

Programme completEnregistrer

  1. où se tient, du 20 octobre au 20 décembre, une exposition intitulée : L’atelier tropical. Jean-Baptiste Debret. Peintres, écrivains et savants français au Brésil, 1816-1850. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : « La bande dessinée, toujours jeune ? »

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université Paris 13.

les_tribulations_dun_chat_texte_rabier_benjamin_bpt6k376559m
Les Tribulations d’un chat, texte et illustrations de Benjamin Rabier. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9657430b>.

Argument

La bande dessinée a été en France, dès ses origines, essentiellement associée à l’enfance et la jeunesse, puis étendue par-delà les générations, « de 7 à 77 ans », avant que ne se développe un courant explicitement adulte dans les années 1970. Depuis, les frontières entre oeuvres et publics n’ont cessé d’évoluer et parfois de s’estomper, devant les pratiques croisées des lectorats, entre jeunes lecteurs curieux d’une bande dessinée « pangénérationnelle » et adultes amateurs nostalgiques ou régressifs de titres jeunesse. Ayant largement conquis de nouvelles légitimités artistiques, intellectuelles, scolaires même, la bande dessinée a élargi son paysage à de nouveaux lectorats, féminins, occasionnels, en même temps qu’aux productions asiatiques, américaines et plus récemment africaines. Dans notre époque qui voit fleurir les oeuvres transmedia mais tout autant une explosion des formes, styles, thèmes profondément originaux et créatifs, il est intéressant d’interroger les enjeux des rapports entre enfance, jeunesse et bande dessinée, de l’Europe au Japon et aux Etats-Unis.
Chercheurs, créateurs, éditeurs et médiateurs confronteront leurs regards pour cerner ce lectorat jeunesse d’aujourd’hui.

Programme

– 9h00 : Accueil
– 9h15 : Ouverture
– 9h30 : Introduction / Emmanuel Guibert

Matin
Présidente de séance : Marine Planche, BnF/CNLJ
– 10h15 : Les censeurs : des pionniers de la critique de bande dessinée / Sylvain Lesage, Université de Lille
– 10h45 : échanges avec la salle et pause
– 11h00 : « Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours » : les petites stratégies pédagogiques dans les illustrés franco-belges des Trente glorieuses / Jessica Kohn, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
– 11h30 : Le manga, du produit dérivé à un secteur de la bande dessinée à part entière / Bounthavy Suvilay, Université Montpellier 3

Après-midi
Président de séance : Jean-Marie Compte, BnF/département Littérature et art
– 14h00 : Frontières / Olivier Piffault, BnF/département de la Conservation
– 14h30 : De la bande dessinée au roman graphique de jeunesse : quels changements et apports pour le jeune public ? / Marcelle Délicat, Université de Saint-Etienne
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Du côté des auteurs : état de la profession / Benoît Peeters, écrivain, scénariste et théoricien de la bande dessinée
– 15h45 : La vie des classiques : interview croisée animée par Jean-Pierre Mercier, CIBDI, Jean-Yves Ferri, Matthieu Bonhomme
– 17h00 : Clôture de la journée

Vendredi 25 novembre 2016, Médiathèque Françoise Sagan

– 9h15 : Ouverture

Matin
Président de séance : Benoît Berthou, Université Paris 13
– 9h30 : Créer les adolescents : la jeunesse adulte des comics américains / Raphaël Faon, EHESS
– 10h00 : Pourquoi les adolescents ne lisent-ils pas plus de bandes dessinées ? / Sylvain Aquatias, Université de Limoges
– 10h30 : échanges avec la salle et pause
– 10h45 : Quelles stratégies pour toucher le jeune public ? / Table ronde animée par Benoît Berthou : Florian Ferrier (Sarbacane), Pauline Mermet (Dargaud), Charlotte Moundlic (Rue de Sèvres)

Après-midi
Présidente de séance : Hélène Valotteau, Médiathèque Françoise Sagan
– 14h00 : Exposer la bande dessinée : l’exemple de l’exposition Lucky Luke / Jean-Pierre Mercier
– 14h30 : Quel canon scolaire pour la BD ? Contre-enquête sur un classique du cycle 3 : Angelot du lac d’Yvan Pommaux / Hélène Raux, Lycée Montpellier
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Bande dessinée et médiation. Table ronde animée par Pierre Pulliat
– 16h30 : Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Entrée libre sur inscription auprès de : Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr), Quai François – Mauriac – 75706 Paris Cedex 13
    Tél. +33 (0)1 53 79 57 06 || Fax +33 (0)1 53 79 41 80

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse : Philipp Leu

Philipp Leu, doctorant du LabEx Patrima/Fondation des sciences du patrimoine, inscrit à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines soutiendra ses travaux le samedi 5 novembre 2016 à 13h30 à la Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand, salle 70, quai François Mauriac, Paris).

Sa thèse initiée en 2011 est intitulée Les Revues littéraires et artistiques (1880–1900). Questions de patrimonialisation et de numérisation.

jugend1896_1_0005
Jugend: Münchner illustrierte Wochenschrift für Kunst und Leben — 1.1896, Band 1 (Nr. 1-26). Disponible en ligne, url : <http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/jugend1896_1/0005>.

Résumé des travaux

Travailler aujourd’hui sur un fonds numérique de revues c’est être confronté à des artefacts. Numérisées en noir et blanc, débarrassées de leurs couvertures, des pages vierges, des encarts, des publicités, des bulletins et hors-texte divers, les revues numérisées offrent souvent une physionomie très différente des documents originaux, surtout quand les fichiers numériques ont été produits à partir de reproductions antérieures (réimpressions ou microformes). Le présent travail tourne autour d’une question de méthode : quels sont les principes à retenir pour la numérisation des revues littéraires et artistiques de la fin du XIXe siècle afin que l’accord subtil entre forme et contenu ne soit pas rompu lorsque les supports sont dématérialisés ?

La revue littéraire et artistique s’inscrit dans la communication littéraire au croisement de traditions éditoriales hybrides. Sa matrice oscille entre le journal, le livre, l’album d’art et la revue, mobilisant et exploitant les caractéristiques de ces quatre référents. Ces référents sont ici représentés à travers un corpus de quatre périodiques : les revues françaises La Plume (1889–1914) et L’Épreuve (1894–1895), le trimestriel britannique The Yellow Book (1894–1897), et le périodique berlinois Pan (1895–1900). Ces publications déclinent l’objet revue dans trois aires culturelles, et permettent d’en explorer les spécificités ainsi que les enjeux économiques liés à son essor au sein des sociabilités littéraires et artistiques et au contact des doctrines esthétiques. Cette étude de cas débouche sur une analyse de la matérialité, de l’économie et des pratiques revuistes dans la période fin-de-siècle qui amène à s’interroger sur les implications culturelles, historiques et sociologiques de ces objets.

Fragilisée par l’usage fréquent, la revue, lieu d’innovations graphiques et textuelles, est confrontée à la nécessité de la dématérialisation pour rester accessible à la recherche. L’examen de six bibliothèques numériques (Gallica, la Bibliothèque numérique de l’Université de Heidelberg, Internet Archive, The Yellow Nineties Online, le Blue Mountain Project et Jugend Wochenschrift) souligne que le numérique n’est en aucune manière une opération neutre et doit être constamment accompagné d’une approche scientifique de l’objet ouvrant à des recommandations et à de « bonnes pratiques ».

Outre la question technique, toujours capitale, l’accent est mis dans cette thèse sur les procédures de numérisation en vue à la fois d’une restitution optimale de l’original et de la possibilité de disposer d’interfaces et de fonctionnalités dotant le chercheur de nouvelles approches heuristiques, permises par les nouvelles technologies, au service du patrimoine.

Le jury sera composé de :

  • Évanghélia Stead – Professeure, UVSQ ; membre de l’IUF.
  • Anne-Rachel Hermetet – Professeure, Université d’Angers ; présidente du CNU, 10e section.
  • Isabelle Krzywkowski – Professeure, Université de Stendhal-Grenoble 3.
  • Pascal Liévaux – Chef du département de pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Ministère de la Culture et de la Communication ; membre de la Fondation des Sciences du Patrimoine.
  • Serge Linarès – Professeur, UVSQ.
  • Alain Vaillant – Professeur, Université Paris-Ouest.
  • Jean-Didier Wagneur – Coordonnateur scientifique de la numérisation, Bibliothèque nationale de France.
  • Michael Zimmermann – Professeur, Katholische Universität Eichstätt.

Mise à jour du 5 novembre :
Malgré la disparition des mentions autrefois attribuées1, le président du jury a précisé délivrer le titre de docteur « avec les félicitations du jury ».

  1. En vertu de l’Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Épaulez les chercheurs en humanités numériques ! Lisez et trouvez des comparaisons dans des poèmes des 19e et 20e siècles !

Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui : quelles rencontres ?

abc_de_babar_-_dessine_brunhoff_jean_btv1b10508487r
ABC de Babar / dessiné par Jean de Brunhoff. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10508487r>.

La Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB) et la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (FILL) organisent une journée d’étude intitulée « Livres de jeunesse d’hier, publics d’aujourd’hui : quelles rencontres ? », le mardi 4 octobre 2016, à l’enssib – Villeurbanne (69).

Le patrimoine des livres pour l’enfance et la jeunesse fait l’objet d’un intérêt renouvelé et croissant depuis presque deux décennies, les outils numériques favorisant les redécouvertes et la médiation.
Auteurs et éditeurs qui revisitent le passé, bibliothèques qui se concertent pour conserver et numériser : au-delà d’une certaine mode du « vintage », pour quel public – érudit, nostalgique, familial, enfantin… – exhumer ces trésors ? Comment favoriser la transmission et l’appropriation de ce patrimoine ?

Programme

Programme complet en ligne : http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/manifestations/2016/je-livres-jeunesse-hier-web.pdf

Modalités pratiques

Entrée libre sur inscription en ligne : http://www.enssib.fr/inscription-JE-livres-de-jeunesse-dhier-publics-daujourdhui

Renseignements : Marion Caliyannis : tél. 01.53.79.57.06 || courriel : marion.caliyannis@bnf.fr

Adresse de l’événement : Amphithéâtre de l’Enssib, 17-21 bd du 11 novembre 1918, 69100 Villeurbanne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Global Art & Cultural Periodicals. Généalogies critiques et artistiques, XIXe-XXe siècles

Revista de arteLe projet Global Art & Cultural Periodicals. Généalogies critiques et artistiques a pour vocation d’écrire une histoire de la critique, périphérique à l’Occident, par l’exercice de la revue et de ses collectifs. Il couvrira les périodes du XIXe au XXIème siècle. Il se distingue de fait des travaux existants par la nature des terrains géographiques qu’il vise : l’Amérique du Nord, l’Amérique Latine, l’Afrique, l’Asie, les Caraïbes, le Moyen-Orient, et l’Océanie et des possibilités de réussite escomptées en raison aussi des compétences scientifiques et linguistiques des équipes que le constitue. Il consiste en la création d’un répertoire de revues d’art et d’idées, dont l’orientation généalogique doit rendre compte d’une filiation artistique et critique. Cet outil, destiné à intégrer la base AGORHA et souhaitant intéresser la communauté scientifique internationale, se distinguera des systèmes d’archivages en ligne actuels, tels que JSTOR, Cairn ou Persée, par son ambition à la fois narrative et comparative. Dans un premier temps il ne procédera ainsi à aucun dépouillement ni travail de numérisation, préférant renvoyer vers des ressources existant déjà, mais engagera, par un système d’indexation nominative et thématique ainsi que des modes de recherche et de compilation des données dynamiques (approches cartographique et chronologique), une série de questionnements autour de la revue : circulation et diffusion des modèles esthétiques, voyage des théories et concepts, formation de moments collectifs, structuration d’une pensée critique locale.

Se déclinant à la foitapa revista el grabado sivori_canale_1916_numero_1s en laboratoire d’expérimentation, atelier d’écriture et tribune, la revue est en effet rapidement devenue, en plusieurs lieux du monde, vectrice de parole : elle a contribué à fortifier des réseaux de sociabilités et à faire embrasser des pratiques modernes artistiques et critiques. Son caractère parfois éphémère – certains titres ne connaissent qu’une courte livraison – atteste cette démarche pragmatique qui opère par touches et essais et demeure toujours en action. Elle a permis à des groupements d’artistes et d’intellectuels de bâtir leurs ressources propres, leur vocabulaire théorique et d’élaborer un récit alternatif. Le répertoire, en excédant la liste habituelle des titres « monuments » et en demeurant ouvert aux formes variées d’initiatives critiques, participera de la redécouverte de ces histoires tout en mettant au jour des publications rares, anciennes ou méconnues.

Conçu sous une forme collaborative, le projet Global Art & Cultural Periodicals s’adjoindra enfin l’expertise de partenaires institutionnels et de spécialistes d’aires culturelles périphériques à l’Occident. La base de données qu’il envisage de construire sera d’ailleurs accompagnée d’une plateforme web éditorialisée, bilingue et en accès libre, à laquelle ils contribueront, qui permettra d’enrichir et de préciser le propos. L’équipe du projet « Global Art Prospective  » dispose de vastes compétences linguistiques notamment : l’allemand, anglais, arabe, bengali, italien, indi, chinois, espagnol, parsi et portugais. A ce jour un recensement préalable a déjà permis de repérer plus de 370 revues d’art historiques (XIXe et 1ère moitié XXème siècle) en provenance des différentes zones géographies dont relèvent le projet. Pour exemple la Cité du patrimoine et de l’architecture compte à ce jour quelques 450 périodiques contemporains. Les revues anciennes de langue étrangère rares et indisponibles sur le marché ne sont pas présentes. Le projet donnera lieu, pour finir, à plusieurs demi-journées d’études où seront confrontés les terrains d’étude, les approches théoriques et méthodologiques, ainsi que les enjeux liés au travail de recensement critique.

Responsable scientifique : Zahia Rahmani, responsable du domaine de recherche « Art et architecture dans la mondialisation », programme Global Art Prospective de l’Institut national d’histoire de l’art

Partenaires Labex CAP (personnes et institutions) :
– Florence Duchemin-Pelletier, Post-doctorante, pensionnaire à l’INHA, domaine « art et architecture dans la mondialisation », programme Global Art Prospective
– Mica Gherghescu, docteur en histoire et théorie de l’art (EHESS) et chargée du développement des services à la recherche à la Bibliothèque Kandinsky, Centre Pompidou, membre du projet Global Art Prospective
– Lucile Grand, Responsable de la médiathèque du musée du quai Branly
– Bernard Mnich, Responsable des périodiques, Cité de l’architecture et du patrimoine
– Florence Leleu, conservatrice des bibliothèques, adjointe de direction, Département art et littérature, Bibliothèque nationale de France
– Antoine Courtin, chef de la cellule d’ingénierie documentaire du département des études et de la recherche à l’INHA
– Christine Ferret, conservatrice des bibliothèques, responsable du service des acquisitions à l’INHA

Autres partenaires : Membres du projet Global Art Prospective
– Lotte Arndt, docteur en Cultural Studies (Paris 7/ Humboldt Universität), enseignante à l’École Supérieure d’Art et Design de Valence
– Marie Laure Allain Bonilla, docteur en histoire de l’art (Rennes 2) et post-doctorante à l’Institute of Urban and Landscape Studies de l’Université de Bâle
– Estelle Bories, docteur en histoire (IEP), enseignante à l’Université Paris 3
– Devika Singh, docteur en histoire de l’art (Cambridge), critique d’art indépendante et commissaire d’exposition, enseignante à l’Université de Cambridge
– Alix Chagué, monitrice-étudiante (Master 2), INHA
– Annabela Tournon, doctorante en histoire de l’art (EHESS), membre du projet Global Art Prospective
– Morad Montazami, commissaire-chercheur à la Tate Modern et doctorant en sciences du langage (CEHTA/EHESS), membre du projet Global Art Prospective
– Emilie Goudal, docteur en histoire de l’art (Paris Ouest), chercheur associé au CADIS/EHESS

Ce projet est rattaché à la Plateforme 3 : Processus créatifs, archivage et transmission du Labex CAP.


Images de Une :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts