Archives par mot-clé : Littérature et art

Exposition : Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmes

Le Petit Palais présente pour la première fois au public un ensemble inédit de 150 dessins de Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), artiste hors du commun. L’œuvre graphique de ce dessinateur méconnu est l’une des plus singulières de son temps. Elle témoigne, au-delà des premières étapes d’un parcours d’architecte, de la dérive solitaire et obsédante d’un artiste fascinant. Cette exposition est réalisée avec le concours de la Bibliothèque nationale de France qui conserve la quasi-totalité des dessins de l’artiste.

Jean-Jacques Lequeu, originaire d’une famille de menuisiers à Rouen, reçoit une formation de dessinateur technique. Très doué, il est recommandé par ses professeurs et trouve rapidement sa place auprès d’architectes parisiens dont le grand Soufflot. Celui-ci, occupé par le chantier de l’église Sainte Geneviève (actuel Panthéon), le prend sous son aile. Mais Soufflot meurt en 1780. Dix ans plus tard, les bouleversements révolutionnaires font disparaître la riche clientèle que Lequeu avait eu tant de difficultés à trouver. Désormais, employé de bureau au Cadastre, il tente en vain de remporter des concours d’architecture. Seulement, il doit se résigner à dessiner des monuments et des fabriques d’autant plus étonnants que l’artiste, pressentant que ces constructions ne sortiront jamais de terre, se libère des contraintes techniques.

Le parcours thématique de l’exposition retrace cette trajectoire atypique et aborde les différentes facettes de son œuvre. L’exposition ouvre sur une série de portraits, genre très en vogue au XVIIIe siècle. Lequeu se portraiture à de nombreuses reprises et réalise des têtes d’expression témoignant de sa recherche sur le tempérament et les émotions des individus. En parallèle, il continue de proposer des projets d’architecture qui n’aboutissent pas ou sont inter-rompus. Alors, fort de l’outil précis et technique, de l’épure géométrique et du lavis, Lequeu, à défaut de réaliser des projets, décrit scrupuleusement des édifices peuplant des paysages d’invention. Ce voyage initiatique au sein d’un parc imaginaire, qu’il accomplit sans sortir de son atelier, est nourri de figures et de récits tirés de ses lecture d’autodidacte tel Le Songe de Poliphile. Il conduit ainsi le visiteur de temples en buissons, de grottes factices en palais, de kiosques en souterrains labyrinthiques. L’exposition se termine sur une série de dessins érotiques oscillant entre idéalisation héritée de la statuaire antique et naturalisme anatomique.

Ainsi pour Lequeu, il s’agit de tout voir et tout décrire, avec systématisme, de l’animal à l’organique, du fantasme et du sexe cru à l’autoportrait, et par-delà de mener une véritable quête pour mieux se connaître lui-même. En 1825, six mois avant de disparaître dans le dénuement et l’oubli, il donne à la Bibliothèque royale l’ensemble de ses feuilles livrant l’une des œuvres les plus complexes et curieuses de cette période. Au XXe siècle, des recherches ont permis de redécouvrir peu à peu l’artiste, mettant en lumière ses dessins les plus déconcertants mais jamais une rétrospective n’avait été organisée sur ce génie si singulier

Commissariat

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général, adjointe au directeur du département des estampes et de la photographie de la BnF
  • Laurent Baridon, professeur à l’université de Lyon II
  • Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Martial Guédron, professeur à l’université de Strasbourg
  • Christophe Leribault, directeur du Petit Palais avec le concours de Joëlle Raineau, collaboratrice scientifique.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Alcools de Guillaume Apollinaire, illustré par Louis Marcoussis

À l’occasion du centenaire de la mort de Guillaume Apollinaire, les Éditions de la BnF publient, en coédition avec Gallimard, un coffret contenant le fac-similé de l’exemplaire d’Alcools aquarellé par le peintre cubiste Louis Marcoussis et 40 eaux-fortes gravées par l’artiste.

Peintre cubiste « chéri des poètes » selon le mot d’Éluard, ami d’Apollinaire, de Max Jacob et de Pierre Reverdy comme il l’était de Braque, de Picasso et de Juan Gris, Louis Marcoussis (1878-1941) n’a cessé d’explorer les liens du langage poétique et du langage pictural. Alcools d’Apollinaire est au cœur de cette recherche du mystère de la création. De ce recueil qui l’a accompagné comme une inépuisable « eau de vie », Marcoussis a laissé deux grands cycles d’illustrations : un exemplaire de l’édition originale de 1913 entièrement rehaussé d’aquarelles entre 1919 et 1931 et une suite de gravures à l’eau-forte publiée en 1934. Ces deux œuvres, la première unique, la seconde tirée à très petit nombre pour quelques grands collectionneurs d’art contemporain, sont reproduites en fac-similé d’après les exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France et réunies dans un coffret. Elles sont accompagnées d’une étude de Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, qui éclaire leur genèse et l’ambition de Marcoussis de pénétrer au cœur de l’imagination poétique d’Apollinaire.

Informations pratiques

  • Description : 208 pages + un étui de 40 gravures + un livret de 48 pages 248 illustrations ;  115 x 190 mm
  • Date de parution : 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-7574-2072-0 / 9782757420720 
  • Éditeur :  BnF Éditions ; Gallimard
  • Prix : 35 euros

Pour aller plus loin

Marcoussis, Louis (1883?-1941), Eaux-fortes pour « Alcools » de Guillaume Apollinaire, Paris : Marcoussis, 1934. Album, en feuilles (19,1 x 12,7 cm). Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52508499c/f2.planchecontact>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance


Arlequin général d’armée : le commandant en chef de l’armée patriotes campée auprès de Bréda, ne voulant pas être connu, ne quitte jamais le masque ni l’habit d’Arlequin… : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69484959

Argument

Pathelin, avocat rusé et fourbe, Cléopâtre, personnage historique et légendaire de l’antiquité et Arlequin, le plus célèbre personnage de la commedia delle maschere illustrent parfaitement cette exposition car ils incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne.

Le théâtre de la Renaissance se manifeste par des formes dramatiques aussi variées que spectaculaires. Loin de tourner la page avec les traditions du Moyen Âge, le théâtre s’enrichit de toutes les nouveautés de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural, inventions techniques, conceptions politiques et transformations sociales.

Les formes médiévales atteignent un éclat inégalé lorsque l’extraordinaire Mystère de la Passion de 1547 est représenté à Valenciennes en 25 journées sur un espace de 60 m sur 18 m. Dans le même temps, les nouvelles formes à l’antique sont expérimentées dans les collèges puis sur les routes. En parallèle, de nouvelles pratiques en provenance d’Italie transforment aussi bien les spectacles comiques (avec les troupes de commedia dell’arte) que les spectacles de cour avec la collaboration des ingénieurs, des danseurs et des artistes.

Aucune exposition n’a été consacrée à ce théâtre depuis plus de soixante ans et, malgré la publication en 2014 de l’Anthologie de L’avant-scène théâtre consacrée au Théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait un vide à combler.

L’exposition se concentrera sur le théâtre français de la fin du XVe siècle aux années 1610. Elle évoquera certains éléments du théâtre européen comme point de comparaison ou d’explication. Les 135 œuvres seront présentées dans les salles du premier étage de l’aile sud, selon un ordre chronologique qui permet aussi de distinguer les formes dramatiques :

  1. Apogée des formes médiévales (appartement du Connétable)
  2. Expérimentations des formes à l’antique (antichambre de Madeleine de Savoie)
  3. Diffusion de la commedia dell’arte (chambre de Madeleine de Savoie)
  4. Renouvellement des spectacles de cour (salle de la cheminée d’Abigaïl)

Des prêts prestigieux

L’exposition bénéficiera de prêts nombreux et prestigieux accordés par 21 institutions à Paris (Archives nationales, Comédie Française, Bibliothèque nationale de France, Musée du Louvre) et en région (Musée Calvet d’Avignon, musée Baron Gérard de Bayeux, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne, Bibliothèque Municipale de Lyon, Musée Lorrain de Nancy…). Nombre de ces œuvres seront présentées au public pour la première fois.

Au sein des collections du musée national de la Renaissance, objets en cuir, panneaux de bois, pièces d’armure, fragments de textiles permettront quant à eux d’évoquer le quotidien des comédiens.

Commissariat

  • Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance – château d’Écouen
  • Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
  • Assistés de Vincent Rousseau, chargé d’études documentaire, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Informations pratiques

  • Musée national de la Renaissance Château d’Écouen, 
    95440 Écouen
  • Du 17 octobre 2018 au 28 janvier 2019
  • 9h30 à 12h45 et de 14h00 à 17h45 (fermé le mardi)
  • Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610)

Cleopatre : [estampe] / R.B. del. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531554885

Argument

Les textes et les documents français du XVIe siècle témoignent d’une intense activité théâtrale. Non seulement ils constituent une source capitale pour l’étude de la tradition médiévale (la grande majorité des farces est par exemple conservée dans des écrits du XVIe siècle), mais ils révèlent plusieurs expérimentations à la croisée d’influences européennes : création d’un théâtre à l’antique, développement de formes d’inspiration italienne, initiatives commerciales, évolution du statut du comédien, etc.
Or cette vie théâtrale entretient des liens étroits avec de nombreuses oeuvres artistiques contemporaines. Comme l’ont montré Émile Mâle et les travaux parfois opposés qu’il a suscités, représentations théâtrales et arts visuels s’influencent réciproquement ; l’installation des comédiens italiens donne naissance au genre du portrait d’acteurs et introduit comme ailleurs en Europe de nouveaux motifs décoratifs.
À l’occasion de la publication de l’ouvrage Le théâtre à Paris au XVIe siècle de Guy-Michel Leproux (Institut d’histoire de Paris, 2017) et de la présentation de l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin : le théâtre dans la France de la Renaissance (musée national de la Renaissance, château d’Écouen, 17 octobre 2018 – 29 janvier 2019), cette après-midi d’étude propose donc de faire dialoguer les approches littéraires, historiques et esthétiques. Cela permettrait non seulement de mieux comprendre le langage dramatique renaissant et les représentations artistiques qui y sont associées, mais aussi d’envisager le fonctionnement proprement « intermédiatique » du phénomène théâtral et d’explorer ses processus de création et d’interprétation.

L’après-midi d’étude sera suivie de la représentation dans le Grand Auditorium de Cléopâtre captive (1553) d’Étienne Jodelle, compagnie Oghma, mise en scène Charles di Meglio.

Programme

Ouverture
14h Michel Hochmann, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les portraits de comédiens à Venise dans la première moitié du XVIe siècle

Échanges

14h45 Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
Invention dramatique et invention graphique : les gravures d’Arlequin du Recueil Fossard

Échanges

15h30 Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les tableaux de comédiens produits à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle

16h15 Astrid Castres, post-doctorante du LabEx Hastec (centre Jean-Mabillon)
« En ce temps-là, les comédiens louoient des habits à la friperie ; ils étoient vêtus infâmement, et ne savoient ce qu’ils faisoient » : les costumes de théâtre et le commerce de vêtements à Paris au XVIe siècle

Échanges

16h45 Nina Hugot, agrégée de lettres modernes, doctorante

Cette après-midi d étude est suivie d’une représentation théâtrale
Cléopâtre Captive d’Etienne Jodelle à 18h30-20h (Grand auditorium)

Spectacle Cléopâtre Captive d’Étienne Jodelle (1553)

La Bibliothèque nationale de France et le Musée national de la Renaissance à Ecouen rendent hommage à Etienne Jodelle, auteur salué comme le restaurateur du théâtre antique en France, à travers le spectacle Cléopâtre captive, création de la Compagnie Oghma.
Représentée à Paris en février 1553 devant le roi Henri II, Cléopâtre Captive est la première tragédie à l’antique écrite en français. Elle met en scène les dernières heures de la reine Cléopâtre.

Alexandrie, après la mort de Marc-Antoine défait par Octavien (le futur empereur Auguste). L’Ombre d’Antoine vient rendre visite à Cléopâtre pour la pousser au suicide afin d’empêcher qu’elle ne soit faite prisonnière à Rome et pour que les deux amants soient réunis dans la mort.

Par la Compagnie Oghma, fondée en 2006 par Charles Di Meglio.
Avec Julia de Gasquet, Ulysse Robin, Manuel Weber, Christine Narovitch, Florence Beillacou, Elsa Dupuy, Romaric Olarte, Charles Di Meglio

Marie-Françoise Bloch : création musicale et lirone
Olivier Halévy : assistant à la dramaturgie
Timothée Mouton : assistant de production
Lauren Allen : stage management
Ivan Kamenarovic : assistant à la mise en scène
Charles Di Meglio : costumes et mise en scène

Durée : 1h30

Création par la Compagnie Oghma co-produite avec la BnF et le Musée national de la Renaissance à Ecouen et avec le soutien du Conseil départemental de la Dordogne et de la ville d’Auriac-du-Périgord.
Spectacle proposé en clôture de la journée d’étude, Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610).

Comité d’organisation

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance-château d’Écouen ; Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle ; Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études.

Comité scientifique

Le comité d’organisation ainsi que Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance-château d’Écouen et Darwin Smith, directeur de recherche, CNRS (Lamop).

Informations pratiques

  • Quand ? 22 novembre 2018, 14h-17h30
  • Comment ? Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Paul Claudel, résolument contemporain (19/09/2018)

L’année 2018 marque les 150 ans de la naissance de Paul Claudel (1868-1955), auteur du Soulier de satin, de Tête d’or ou encore du Partage de midi. Un colloque international est organisé en mémoire de celui qui fut tout à la fois dramaturge, poète, essayiste et diplomate, sous le haut patronage de l’Académie française, avec le soutien de la Société Paul Claudel, Sorbonne Université, Faculté des lettres, UMR CELLF 16-21, en collaboration avec la BnF, l’INA, l’Université de Chicago à Paris, la Comédie-Française et  le labex OBVIL.

Programme

Mercredi 19 septembre : Claudel et le temps contemporain

  • 9h : Accueil, présentation par Didier Alexandre
  • 9h15 : Allocution liminaire de Madame Laurence Engel , présidente de la BnF
  • 9h30 : Habiter poétiquement le monde – Claudel
    Jean-Luc Marion, de l’Académie française, Professeur émérite de Sorbonne Université, Professeur à l’Université de Chicago
  • 10h : « Ce lien entre lui et moi » (Le Soulier de satin, I, V)
    Thomas Pavel, Professeur, Université de Chicago
  • 10h30 : Discussion
  • 11h15 : Inactualité de Paul Claudel
    Dominique Millet-Gérard, Professeur, Sorbonne Université
  • 11h45 : Claudel contemporain ? Le poète, les lumières du siècle et la part de l’ombre
    Paul Claudel, son et image
    Pascal Dethurens, Professeur, Université de Strasbourg
  • 14h : Paul Claudel dans les collections de l’INA
    Voisinages poétiques
    Géraldine Poels, INA, Responsable de la valorisation scientifique
  • 14h45 : Claudel et Valéry : une amitié bien incertaine
    Michel Jarrety, Professeur, Sorbonne Université
  • 15h15 : Claudel et Segalen : deux poètes français face au taoïsme
    Huang Bei, Professeur, Université Fudan, Shanghai
  • 15h45 : Jacques Réda et Paul Claudel, des poètes contemporains ?
    Didier Alexandre, Professeur, Sorbonne Université
  • 16h15 : Discussion
  • 17H : Claudel et le lyrisme
    Michel Murat, Professeur, Sorbonne Université  : table ronde avec Olivier BarbarantMichel Deguy, Jean-Marie GleizeGuy GoffetteLaurent FourcautJean-Pierre Lemaire

20 septembre 2018

Président de séance : Pascal Dethurens
Diplomatie, poésie, vision du monde

  • 9h15 : Accueil par le directeur de l’Université de Chicago
  • 9h30 : Claudel et la mondialisation
    Pierre Brunel, professeur, Institut des sciences morales et politiques
  • 10h : Paul Claudel et la Chine contemporaine
    Yvan Daniel, professeur, Université de La Rochelle
  • 10h30 : Discussion et pause
  • 11h : Claudel dans / pour l’avenir : diplomatie, économie, écocritique
    Eric Touya, professeur, Université de Clemson
  • 11h30 : Le Japon : une ambassade mythique et fondatrice
    Michel Wasserman, professeur, Université Ritsumeikan, Kyoto
  • 12h : Diplomatie, poésie, mondialisation, 1895-1907
    Claude-Pierre Pérez, professeur, Université de Provence
  • 12h30 : Discussion et pause

Président de séance : Claude-Pierre Pérez
Claudel, faces à faces (1)

  • 14h : Claudel et le XVIIIe siècle, quelques remarques
    Christophe Martin, professeur, Sorbonne Université
  • 14h30 : Condamnation et détournements de l’ironie contemporaine chez Paul Claudel exégète
    François Bompaire, professeur CPGE, Arras
  • 15h : Discussion et pause

Claudel, faces à faces (2)

  • 15h45 : Paul Claudel lecteur de la presse
    Catherine Mayaux, professeure, Université de Cergy-Pontoise
  • 16h15 : La réception de l’œuvre de Claudel par Gabriel Marcel : deux catholicismes face à face
    Anne Verdure-Mary, conservatrice, bibliothèque de Besançon
  • 16h45 : Claudel devant ses contemporains japonais
    Ayako Nishino, maître de conférences, Université de Keiō, Tokyo
  • 17h30 : Discussion
  • 19h : Buffet au Club des enseignants de Sorbonne Université
  • 20h : Lectures d’extraits d’œuvres de Paul Claudel (salle des actes en Sorbonne) par Les Livreurs de Sorbonne Université
    Réservation : http://www.culture-sorbonne.fr/agendaculturel/evenements/eternel-claudel/

21 septembre 2018

Présidente de séance : Yvan Daniel
Claudel et la technique

  • 9h15 : Accueil par le doyen de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université
  • 9h30 : Claudel à partir du numérique ?
    Glenn Roe, professeur, Sorbonne Université
  • 10h : Claudel et la technique
    Lionel Cuillé, professeur, Université Webster, Saint-Louis
  • 10h30 : Discussion et pause
  • 11h : Table ronde : Jouer Claudel aujourd’hui, avec Florence Naugrette, professeure, Sorbonne Université, Éric Ruf, Comédie-Française, Yves Beaunesne, Comédie Poitou-Charentes, Daniel Mesguich,Cours Mesguich, Christian Schiaretti, TNP de Villeurbanne
  • 12h30 : Pause et déjeuner

Présidente de séance : Florence Naugrette
Claudel et l’écriture dramatique contemporaine

  • 14h : Des écritures dramatiques contemporaines dans l’héritage
    du verset claudélien ?

    Pascal Lécroart, professeur, Université de Bourgogne Franche-Comté
  • 14h30 : Claudel et Brecht : deux parcours dramaturgiques en miroir
    Sever Martinot-Lagarde, professeur CPGE, Toulouse
  • 15h : Entretien avec Pascal Lécroart : la création du Soulier de satin à l’Opéra Bastille
    Raphaèle Fleury
  • 15h30 : Discussion et pause

Claudel et la scène contemporaine

  • 16h : Claudel et la danse
    Delphine Vernozy, Sorbonne Université
  • 16h30 : Paul Claudel et Antoine Vitez
    Adélaïde Jacquemard-Truc, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • 17h : Entretien avec Didier Alexandre : la mise en scène du Soulier de satin au Japon
    Moriaki Watanabe, professeur, traducteur, metteur en scène, Université de Tokyo
  • 17h30 : Discussion et pause
  • 17h45 : Conclusions et cocktail

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

[Projet européen] DIGITENS : DIGITal ENcyclopedia of European Sociability

L’Union européenne, dans le cadre de son programme H2020 (Marie Skłodowska-Curie Actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)), a accordé un financement de 300 000 € dont 32 000 pour la BnF pour un projet de recherche visant à développer une Encyclopédie numérique de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières.

Résumé du projet

L’objectif du projet DIGITENS est de construire un cadre afin de mieux appréhender les interactions, les tensions, les limites et les paradoxes propres aux modèles européens de sociabilité et d’étudier la question relative à l’émergence et la formation des modèles européens de sociabilité tout au long du XVIIIe siècle.
Les résultats de cette recherche collaborative, internationale et intersectorielle sera la mise en ligne de la première Encyclopédie numérique à accès ouvert de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières. Cette encyclopédie numérique comportera une anthologie historique de sources textuelles ou iconographiques et proposera à un large public une cartographie des savoirs. Pour cela, des échanges de chercheurs entre les différentes institutions partenaires sont prévus.
Par son caractère électronique et par sa pluridisciplinarité, il s’adresse à la communauté des chercheurs anglophones et francophones, mais aussi plus largement au grand public qui grâce aux modalités de sa mise en place et ensuite de sa consultation et de son utilisation sera amené à s’interroger sur une valeur essentielle des Lumières qui trouve diverses formes d’expression au XXIe siècle pouvant aller de la permanence d’espaces institutionnels de sociabilité à celle de denrées « sociables » comme le café ou le thé ou encore de pratiques de sociabilité comme l’amitié. Le croisement des approches, sociologique, philosophique, linguistique, historique et littéraire permettra la réalisation d’un produit innovant et évolutif unique à ce jour dans l’univers de la recherche.

Pour la BnF, les principaux bénéfices de cette coopération sont :

  • une collaboration scientifique pour la réalisation de l’encyclopédie,
  • une collaboration technique pour la numérisation de quelques documents indispensables à la mise en place de l’encyclopédie,
  • un partenariat en termes d’échanges de personnes et de savoirs entre institutions « académiques » et « non académiques »  partenaires ; les séjours de recherche étant pris en charge par le projet,
  • l’accueil d’un atelier pour les étudiants et les chercheurs en 2019 et d’une journée nationale d’information en 2020,
  • enfin, une mise en valeur des collections numérisées et une découverte de documents non encore numérisés pouvant faire l’objet d’une numérisation ultérieure ; le thème des Lumières étant déjà fortement présent dans Gallica. C’est également une forme d’éditorialisation des collections.

Durée

2012-2022

Aide

Aide totale de l’Union européenne : 300 0000 euros

Programme

  • Appel à projets Marie Skłodowska-Curie actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)

Partenaires

  • Université de Bretagne occidentale : Principal Investigator : Kimberley Page-Jones + Annick Cossic
  • Université de Paris 13 : project coordinator : Valérie Capdeville

Pour en savoir plus

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Archipels Glissant (31 mai – 2 juin)

Un colloque international autour de la pensée d’Édouard Glissant est organisé sous la direction de Romuald Fonkoua, François Noudelmann, Françoise Simasotchi-Bronès, Yann Toma.

Écrivain, poète et philosophe, Édouard Glissant a marqué son époque par son travail, en France et à l’international, sur les grands concepts tel que la créolisation, l’archipel, l’opacité, la relation…

Ce colloque de 3 jours s’articule autour de 3 grandes thématiques : Théories, Écritures et Arts.

Programme

Théories : 31 mai

  • 10h : Ouverture par Annick Allaigre (présidente de l’Université de Paris 8), François Noudelmann et Françoise Simasotchi-Bronès
  • 10h30 PANEL 1 • POLITIQUES DE LA COMMUNAUTÉ
    • François Noudelmann (modérateur, Université de Paris 8, IUF).
    • Celia Britton — British Academy : « La Relation et l’être-en-commun : l’idée de la communauté dans la pensée d’Édouard Glissant et de Jean-Luc Nancy ».
    • Nick Nesbitt — Princeton University : « Politique de la Relation : Penser l’association libre ».
    • Aliocha Wald Lasowski — Université catholique de Lille : « Politique de la relation et de la créolisation démocratique ».
    • Corinne Mencé Caster — Sorbonne Université : « Édouard Glissant et le féminin, quelques observations ».
  • 15H00 PANEL 2 • ÉTHIQUES DE LA RELATION
    • Françoise Simasotchi-Bronès (modératrice, Université de Paris 8).
    • Mary Gallagher — University College Dublin : « L’éthique d’Édouard Glissant : une appréciation personnelle ».
    • Edelyn Dorismond — Université d’Haïti : « Créolisation et Communauté. République diverselle et politique de la rencontre ».
    • Samia Kassab Charfi — Université de Tunis : « Édouard Glissant, le récit somatique ».

Écritures : 1er juin

  • 10h Ouverture par Romuald Fonkoua (Sorbonne Université)
  • 10h30 ÉCHOS : ÉDOUARD GLISSANT PARMI LES ÉCRIVAINS
    Eduardo Manet

    • René Depestre : Entretien avec Françoise Simasotchi-Bronès
      Michaël Ferrier (Université Chuo, Tokyo) : « Édouard Glissant, un savoir déroutant »
    • Joël des Rosiers
      Diffusion d’extraits de films sur Édouard Glissant (Manthia Diawara, Mathieu Glissant)
  • 14h30 L’IMAGINAIRE DES LANGUES
    • Souleymane Bachir Diagne (Columbia University) : « Traduire en présence de toutes les langues du monde »
    • Lise Gauvin (Université de Montréal) : « Il est donné dans toutes les langues de bâtir la tour »: apprivoiser Babel
    • Hidehiro Tachibana (Université de Waseda) : « Questions de langage chez Édouard Glissant »
    • 16h Lancement et présentation du nouveau site internet edouardglissant.world par Dominique Labays
  • 16h30 ÉDOUARD GLISSANT EST-IL UN ÉCRIVAIN JAPONAIS ?
    • Table ronde avec Michaël Ferrier, Satoshi Hirota, Hiroshi Matsui, Nao Sawada et Hidehiro Tachibana

Arts : 2 juin

  • 9h30 : Ouverture par Georges Haddad (président de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Yann Toma (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 10h Panel 1 : ÉDOUARD GLISSANT BAROQUE
    • Dominique Berthet — Université des Antilles : « Édouard Glissant et les oeuvres d’art ».
    • Michael Dash — New York University : « Le Frisson du Baroque, Glissant, l’art et la structure granuleuse du monde ».
    • Nao Sawada — Université Rikkyo : « Le baroque chez Édouard Glissant ».
    • Performance « Chairs Mots » : Anatoli Vlassov
  • 11h30 Panel 2 : ÉDOUARD GLISSANT EN MOUVEMENT
    • Guillaume Robillard — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Glissant et le cinéma antillais » et Guy Deslauriers — Réalisateur.
  • 14h30 Panel 3 : ART ET MONDIALITÉ I
    • Yovan Gilles, Cristina Bertelli, Federica Bertelli-Giustacchini Revue
    • Les périphériques vous parlent : « Attracteurs étranges et bifurcations ».
    • Performance Yovan Gilles
    • Kahena Sanaa (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « De la géographie du tout-monde à l’épreuve des films plasticiens sur les exilés ».
    • Performance : Victoire Bombou (hip-hop).
  • 16h Panel 4 : ART ET MONDIALITÉ II
    • Hélène Sirven — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Les voies créatrices de l’insulaire, à l’aune d’Edouard Glissant et d’Alain Ménil ».
    • Jacinto Lageira — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Divers et cosmopolitique ».
    • Marc Lathuillière — Artiste : “Recréer du divers”.
    • Yann Toma — Artiste : “Le Grand Magnat des imprévus en Ouest-Lumière”.
  • 18h : CONCERT SYMPHONIQUE de Olivier GLISSANT avec le Brooklyn Orchestra.
    • Symphonie no1 en 4 mouvements (30mn) — Charmeuse de Serpents (12mn) Entracte (15mn) — Echaurren (15mn) — Les Nuits d’Égypte (15mn).

Organisateurs

  • Université Paris Lumières
  • Bibliothèque Nationale de France
  • Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Sorbonne Université Paris 4
  • Université de Paris 8

Informations pratiques

  • 31 mai : Université de Paris 8 : 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis — Amphi B106
  • 1er juin : Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, face au 25 rue Émile Durkheim, Paris 13ème — Petit auditorium
  • 2 juin : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : 17 rue de la Sorbonne, Paris 5ème — Amphi Richelieu
  • Programme complet avec biographie des intervenants

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Atelier du XIXe siècle » : autour de « Jean Sbogar », de Charles Nodier (1 juin 2018)

Les Doctoriales, groupe de jeunes chercheurs rattaché à la Société des études romantiques et dix-neuviémistes, organise un « Atelier du XIXe siècle » autour de Jean Sbogar de Charles Nodier à la Bibliothèque de l’Arsenal. La journée s’adresse aux lecteurs de Nodier comme à ceux qui, moins familiers de son œuvre, souhaiteraient la découvrir.

[Jean Sbogar, mélodrame de Cuvelier et Chandézon : costume de Lafargue (Jean Sbogar) / dessiné par Eugène]

Programme 

  • 9h30 : Café d’accueil
  • 10h : Émilie Pézard et Marta Sukiennicka – Introduction

Session 1 : Poétique et politiques

Présidence de session : Patrick Berthier

  • 10h30 : Roselyne de Villeneuve (Sorbonne Université) – Jean Sbogar, la voix et le style
  • 11h : Katia Hayek (Université de Lille, ALITHILA / Université Masaryk de Brno) – Quand la fiction se mêle d’historicité : Jean Sbogar de Charles Nodier
  • 11h30 : Marta Sukiennicka (Université Adam Mickiewicz, Poznań) – Jean Sbogar en « Gracchus de Spalato » : l’éloquence politique d’un brigand
  • 12h15 : Déjeuner

Session 2 : Un roman européen

Présidence de session : Marta Sukiennicka

  • 14h : Jacques-Remi Dahan – Les épigraphes de Jean Sbogar : un itinéraire européen
  • 14h30 : Virginie Tellier (Université Lyon 1 / IHRIM) – Jean Sbogar en Russie
  • 15h : Pause

Session 3 : Postérité romantique

Présidence de session : Émilie Pézard

  • 15h30 : Marine Le Bail (Université Toulouse II) – Métamorphoses de Jean Sbogar : parcours éditorial d’un roman marginal
  • 16h : Amélie de Chaisemartin (Université Paris Descartes) – Jean Sbogar, le modèle des bandits-justiciers romantiques
  • 16h30 : Caroline Raulet-Marcel (Université de Bourgogne-Franche-Comté) – De Jean Sbogar à Han d’Islande : ironie auctoriale et jeu de piste littéraire
  • 17h30 : Fin de la journée

Modalités pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles, mais pré-inscription auprès des organisatrices, Émilie Pézard (emiliepezard@yahoo.fr) et Marta Sukiennicka (martas@amu.edu.pl)

Bibliothèque de l’Arsenal, rue de Sully, 75004 Paris (métro Sully-Morland).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage ? (17/05/2018)

A l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque « 68 and Boundaries of the Chilhood » (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution » à la médiathèque Françoise Sagan. Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde.
Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui.
Illustration de Nicole Claveloux pour Alala : les télémorphoses de Guy Monreal (1970).

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
    Viviane Ezratty, médiathèque Françoise-Sagan, Jacques Vidal-Naquet, Centre national de la littérature pour la jeunesseLa révolution des albums, 1965-1975 : état de la recherche
    Président de séance : Viviane Ezratty
  • 9h30 Une révolution dans l’album français ?
    Sophie Heywood, Université de Reading, et Cécile Boulaire, Université de Tours
  • 10h Traces, empreintes : « 68 » dans les archives de l’éditeur
    François Ruy-Vidal (Fonds patrimonial de l’Heure Joyeuse)
    Cécile Vergez-Sans, Aix-Marseille Université
  • 10h20 Pause et questions
  • 10h35 Un regard croisé sur le ’68 de la culture pour enfants en Europe
    Sophie Heywood
  • 11h20 Le droit de lire : les droits de l’enfant et la littérature pour enfants en Grande-Bretagne
    Lucy Pearson, Université de Newcastle
  • 11h50 Clés de lecture de l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution »
    Hélène Valotteau, médiathèque Françoise-Sagan
  • 12h15 Clôture de la matinée

    Déjeuner libre et visite libre de l’exposition de 13h à 14h
  • 14h Témoins et filiations
    Président de séance : Jacques Vidal-Naquet
    D’Ah ! Ernesto au Sourire qui mord : pourquoi rééditer des albums des années 1970 ?
    Rencontre avec Thierry Magnier, éditeur animée par Hélène Valotteau
  • 14h30 Deux témoins : dialogue entre Yvan Pommaux, auteur-illustrateur, et Pascale Bouchié, auteure et journaliste animé par Virginie Meyer, BnF/CNLJ
  • 15h Pause et questions
  • 15h15 Souvenirs de Nicole Claveloux, auteure-illustratrice
    Rapportés par Sophie Heywood
  • 15h30 Enfantina de 68, la nostalgie en héritage : pourquoi j’aime transmettre l’illustration des années 1970 ?
    Janine Kotwica, enseignante, commissaire d’expositions
  • 16h Témoignage d’Agnès Rosenstiehl, auteure-illustratrice
    Rencontre animée par Marie Lallouet, BnF/CNLJ
  • 16h30 Témoignage de France de Ranchin, artiste labyrinthiste
    Rencontre animée par Cécile Vergez-Sans
  • 17h Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Jeudi 17 mai 2018
  • Entrée gratuite sur inscription
  • Lieu : Médiathèque Françoise Sagan
    8 Rue Léon Schwartzenberg
    75010 Paris
  • Inscriptions-renseignements :
    Marion Caliyannis
    01.53.79.57.06
    marion.caliyannis@bnf.fr

Journée d’étude organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse/ BnF, avec la collaboration de Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international ‘The children’s’68

Voir aussi : l’exposition Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire, du 17 avril 2018 au 26 août 2018, BnF, site François-Mitterrand / Galerie 1

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : Cinéma et littérature de jeunesse : quelles passerelles entre écrits et écrans ?

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université Paris-Saclay, en partenariat avec l’Afreloce (Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance), avec le soutien de Images en bibliothèque et de la Cinémathèque Française.

S’il est désormais communément admis que le passage de millénaire s’est traduit entre autres modifications par un changement majeur de paradigme (de la galaxie Gutenberg à la galaxie numérique) affectant l’ensemble des pratiques de création et de consommation, il n’est pas certain que cette évolution doive nécessairement, dans l’ordre culturel, s’accompagner du constat désabusé selon lequel « les jeunes générations ne lisent plus mais passent leur vie devant des images ». La bonne santé de l’édition jeunesse, à la créativité plus que jamais féconde, suffirait à invalider une telle idée reçue – pourtant bien ancrée dans les mentalités – ; les jeunes ont sans conteste validé massivement les représentations iconiques, qui accompagnent bel et bien leur quotidien, mais ils n’ont pas pour autant oublié les écrits au seul profit des écrans. En témoignent notamment l’accueil enthousiaste réservé à des auteurs toujours plus innovants dans leur exploration narrative et/ou graphique, le succès planétaire de best-sellers devenus incontournables, la dynamique des salons et autres manifestations littéraires en direction de la jeunesse, ou encore les nombreux sites de lecture, commentaire et même réécriture qui prouvent à l’envie à quel point ces publics continuent d’entretenir une relation privilégiée au monde de l’écrit.
Reste à analyser en profondeur les modalités de la nouvelle donne créée par la profusion des images pour voir de quelle façon l’omniprésence des cultures iconiques affecte, ou non, les univers textuels. On s’intéressera ici plus particulièrement à la question des rapports entre récits écrits et récits filmiques, en s’interrogeant sur la nature du lien qui régit désormais le monde des livres et celui des films (qu’il s’agisse de cinéma, de cinéma d’animation ou de télévision).
Les contributions attendues (des universitaires, des créateurs comme des professionnels de la culture) auront pour objet d’étudier les formes et les enjeux d’un tel dialogue, qu’on pourra aborder sous toutes ses facettes (esthétiques, narratives, symboliques, mais aussi historiques, économiques, juridiques ou encore sociologiques) et dans l’ensemble des étapes de son déploiement (de l’amont de la production jusqu’à l’aval de la réception).

Ainsi, et entre autres, pourront être considérées les questions suivantes :

– Comment les films, téléfilms, séries et autres animés se nourrissent-ils des récits inventés dans les albums, contes, romans et bandes dessinées pour les jeunes publics ? Faut-il parler de reprises, d’adaptations, de transpositions ou bien encore de re-créations ? La fidélité (ou non) des scénarios par rapport aux récits, la cohérence des univers visuels face aux univers diégétiques ou encore la conformité des personnages avec leurs incarnations affectent-elles la signification de l’œuvre et les symboliques qui s’y attachent ? Peut-on considérer que les adaptations ré-inventent les œuvres originales en créant de nouvelles histoires ?

– Qu’est-ce qui se joue dans la « novellisation » et quels sont les effets en retour sur l’œuvre originelle ? S’agit-il avant tout de stratégie commerciale ou au contraire de parti-pris artistique ? Existe-t-il une poétique propre à ce type d’écriture, peut-on parler de genre et quels en seraient les constituants ? Correspond-il à une spécialisation-métier, voire à un public spécifique ?

– Les textes comportant une part importante d’images (albums, mangas, bandes dessinées…) offrent-ils une surface différente à l’adaptation filmique par rapport à un récit exclusivement écrit ? Le processus de transformation met-il en oeuvre des choix esthétiques particuliers ? Quel rôle les illustrateurs peuvent-ils jouer lors des glissements intermédiatiques ?

– En quoi les allers et retours entre écrits et écrans affectent-ils la fonction auctoriale ? Quelles relations se tissent entre écrivains et scénaristes, comment s’opèrent les décisions, avec quelles contraintes et pour quels objectifs ? Que devient le statut d’une œuvre à partir du moment où elle existe sous des formes différentes ? Par ailleurs, pour les auteurs qui écrivent en alternance dans un média ou un autre, qu’apporte l’écriture filmique par rapport à la littérature (et réciproquement) ?

– L’entrée par un medium ou un autre influence-t-elle perceptions et représentations de l’œuvre ? La relation à la fiction est-elle la même dans l’un et l’autre cas ? Comment se font les choix de réception devant des univers déclinés sur plusieurs supports, et comment peut-on les interpréter ? Plus généralement, que nous disent les nouvelles pratiques de consommation sur les jeunes générations ?

– Cette évolution constitue-t-elle une révolution, ou bien s’ancre-t-elle dans une histoire qu’il conviendrait de retracer ? Quelles en seraient en ce cas les grandes étapes, les créateurs innovants, les œuvres représentatives ? Comment les interactions entre écrits et écrans se sont-elles développées dans le temps long et, le cas échéant, de façon distincte selon les aires géoculturelles ? Ces phénomènes ont-ils fait l’objet, en tout ou partie, d’études critiques voire de théorisations ?

– Quels enjeux de transmission sont liés à cette nouvelle donne ? Comment l’éducation à l’image, partie prenante des programmes d’enseignement, peut-elle se nourrir des situations d’interaction entre écrits et écrans ? Dans les bibliothèques et les institutions culturelles, quelle articulation entre cinéma, lecture et littérature ; quels apports pour le lecteur ; quels ponts entre supports et espaces du lieu ? De façon générale, comment travailler une œuvre avec le jeune public en combinant livre et film ?

Comité scientifique du colloque

Laurent Bazin (Université Paris-Saclay)
Perrine Boutin (Université Paris 3)
Cécile Giraud (Images en bibliothèque)
Zaïma Hamnache (BnF)
Mathilde Lévêque (Université Paris 13)
Virginie Meyer (BnF)
Marine Planche (BnF)
Jacques Vidal-Naquet (BnF)

Modalités

Le colloque se déroulera le jeudi 15 novembre 2018 à la BnF (Paris) et le vendredi 16 novembre 2018 (Paris, lieu à préciser)

Langues : français, anglais

Les communications seront enregistrées afin d’être éventuellement mises en ligne sur un site de la BnF. La durée de chaque communication est limitée à 25 minutes. La publication d’une sélection de textes est prévue.

Date limite de soumission des propositions : les propositions de communication (titre et résumé de 2000 signes maximum), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique devront parvenir (par courriel) avant le 15 avril 2018 à : Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr)

Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge des intervenants.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Octave Mirbeau et les États-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde

L’Université de Chicago, la Bibliothèque nationale de France et la Société Octave Mirbeau organisent un colloque international consacré à la réception critique de l’œuvre d’Octave Mirbeau dans le Nouveau Monde.

Octave Mirbeau par Dornac (1858-1941)

Argument

Aux États-Unis, l’œuvre de Mirbeau a reçu très tôt un accueil favorable. Nombreuses furent en effet outre-Atlantique les publications en français de ses romans et de ses pièces les plus célèbres à destination d’un public francophone local, mais aussi les traductions qui parurent du vivant de l’auteur et tout au long du XXe siècle. Le XXIe siècle n’a fait que confirmer cet intérêt pour les écrits mirbelliens. Ainsi, en 2015, sont parues les premières traductions américaines de Dans le ciel1 et des 21 jours d’un neurasthénique2.

Cet intérêt jamais démenti d’un lectorat américain pour l’auteur du Journal d’une femme de chambre se double encore d’une réception critique à bien des égards remarquable. Dans aucun autre pays étranger sans doute, l’œuvre de Mirbeau n’a suscité une telle production d’études et d’articles scientifiques. Dès 1966, à une époque où Mirbeau était encore largement ignoré par l’université française,  Martin Schwarz, professeur à l’Université de Virginie, publiait sa thèse Octave Mirbeau. Vie et œuvre. A partir de cette date, les travaux consacrés à Octave Mirbeau se sont multipliés outre-Atlantique notamment sous l’impulsion de Robert Ziegler, professeur à l’Université du Montana, dont les études récentes3 ont contribué, par leur approche psychanalytique, au renouvellement des études mirbelliennes.

Le colloque « Octave Mirbeau et les Etats-Unis. Regards croisés sur la réception critique de l’œuvre mirbellienne dans le Nouveau Monde », a pour but de faire dialoguer ensemble spécialistes américains et européens d’Octave Mirbeau autour de trois thèmes centraux dans l’œuvre mirbellienne qui ont particulièrement retenu la critique américaine : nature et animalité ; la représentation de la femme à la Belle Epoque et enfin littérature et peinture.

Nature et animalité chez Mirbeau

Pourfendeur de la société bourgeoise et technicienne, critique virulent de l’idée de progrès, Octave Mirbeau fut un ardent défenseur de la nature dans la lignée de Rousseau et de Montaigne. Cependant, cette défense de l’environnement, menacé de mort par la folie du système capitaliste, et des instincts naturels, par opposition aux « besoins artificiels » et à l’hypocrisie morale créés par la société moderne, n’est pas sans paradoxe. Pour Mirbeau, en effet, la nature obéit à « la loi du meurtre ». Il sait que l’homme si civilisé qu’il se prétende, est encore bien souvent dominé par des impulsions homicides qui lui viennent de ses ancêtres, les grands singes « cruels et lubriques ». Le monde naturel et animal est donc aussi celui de la cruauté décrite avec force et précision dans le Jardin des Supplices. Quelle part l’animalité occupe-t-elle dans la réflexion d’Octave Mirbeau sur l’homme et son devenir ? Qu’est-ce que l’animal peut nous apprendre sur la place et le rôle de l’homme dans le monde ? Comment Octave Mirbeau décrit-il les rapports entre le monde des hommes et celui des animaux, notamment dans son dernier roman Dingo dont le personnage principal n’est autre qu’un chien ? C’est à ces questions entre autres que la première demi-journée du colloque souhaiterait apporter des réponses en s’appuyant, si cela est jugé pertinent, sur les travaux théoriques récents dans le domaine des Animal Studies et de l’ecocritiscism qui ont vu le jour en Amérique du Nord.

La représentation de la femme à la Belle Époque

À l’instar de Léon Daudet qui dans un article de 1936 qualifia Octave Mirbeau de « gynophobe », on a souvent considéré l’auteur du Jardin des Supplices comme un des représentants les plus emblématiques de la misogynie Fin de siècle. Emily Apter dans les travaux qu’elle a consacrés à Mirbeau a contribué à renforcer cette image de misogyne associée à l’écrivain. La deuxième demi-journée du colloque consacrée à la représentation dans la femme à la Belle Epoque souhaiterait questionner cette interprétation univoque des écrits de Mirbeau en mettant notamment  l’accent sur la critique de la condition sociale réservée aux femmes présente dans les écrits romanesques (Le Journal d’une femme de Chambre) et les œuvres théâtrales (Les affaires sont les affaires). La question de la représentation de la femme chez Mirbeau sera encore abordée à travers l’analyse des trois adaptions cinématographiques du Journal d’une femme de chambre (Renoir, Bunuel et Jacquot) et de la réception de ces films outre-Atlantique.

Littérature et peinture

Octave Mirbeau fut une des plus ardents défenseurs de l’avant garde artistique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ami de Rodin et de Monnet, grand admirateur de Pissaro et de Camille Claudel, Mirbeau n’aura de cesse pendant toute sa vie de faire reconnaître l’art des Impressionnistes. La deuxième journée du colloque privilégiera deux axes d’analyse : la contribution d’Octave Mirbeau à la critique esthétique de son temps et les relations qu’entretiennent critique esthétique et création romanesque chez Mirbeau.

Programme

Mercredi 13 décembre
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, avenue de France, salle S70

  • 18h : conférence inaugurale « Octave Mirbeau et les Etats-Unis » par Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau.

Jeudi 14 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Nature, corps et animalité dans l’œuvre mirbellienne
Présidente de séance : Françoise Meltzer (Université de Chicago)

  • 9h – 9h30 : accueil et mot de bienvenue
  • 9h30 : Samuel Lair (Vice-Président de la Société Octave Mirbeau), « Le mythe de la nature chez Mirbeau » (titre provisoire)
  • 10h : Chloe VandenBerghe (Université Libre de Bruxelles), « Dans les yeux de Dingo : l’humain en question »
  • 10h30 : Alain (Georges) Leduc (Ecole supérieure d’Art de Lorraine/ESAL), « Dingo. Croc Blanc. Deux chiens politiques »
  • 11h – 11h15  : discussion
  • 11h15 -11h30 : pause
  • 11h30 : Anita Staron (Université de Lodz), « Les jardins de Mirbeau et de Rachilde – un rêve empoisonné »
  • 12h : Bertrand Marquer (Université de Strasbourg), « Les langages du corps dans L’Abbé Jules »
  • 12h30-12h45 : discussion
  • Déjeuner

Jeudi 14 décembre
Octave Mirbeau et la représentation de la femme à la Belle Epoque
Président de séance : Pierre Michel (Société Octave Mirbeau)

  • 14h : Ludivine Fustin (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Le cynisme au féminin dans l’œuvre d’Octave Mirbeau »
  • 14h30 : Lisa Rodrigues Suarez (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « De l’insuffisance à l’excès : ambiguïté du consumérisme chez la femme mirbellienne »
  • 15h – 15h15 : discussion
  • 15h15 – 15h30 : pause
  • 15h30 : Lucia Campanella (Universidad de la Republica, Uruguay), « Réception de l’oeuvre de Mirbeau au Rio de la Plata : la figure de la femme travailleuse »
  • 16h : Elizabeth Muelsch (Angelo State University), « Le journal d’une femme de chambre et le journal d’une concierge. Sur la réception de Célestine et de Renée Michel aux Etats-Unis »
  • 16h30 – 17h : discussion

Vendredi 15 décembre
Université de Chicago, Centre à Paris, 6 rue Thomas Mann 75013
Octave Mirbeau, critique d’art

  • 9h30 : Marie-Bernard Bat (Université Paris-Sorbonne, Cellf), « Mirbeau amateur d’art et collectionneur éclairé »
  • 10h : Christian Limousin (poète et critique d’art), « Octave Mirbeau et l’érotisme dans l’art »
  • 10h30 – 10h45 : discussion
  • 10h45 -11h : pause
  • 11h : Andrei Pop (Université de Chicago), « Mirbeau, ennemi de l’absolu ? »
  • 11h30 – 12h : Annamaria Laserra (Université de Salerne), « La tentation de la science dans l’experience artistique de Lucien (Dans le Ciel) »
  • Discussion

Vendredi 15 décembre
Dans le Ciel. Littérature et peinture chez Octave Mirbeau

  • 14h : Ann Sterzinger (romancière et traductrice), « Dans le Ciel, une expérience de traduction »
  • Table ronde autour de Dans le Ciel : Annamaria Laserra, Ann Sterzinger, Christian Limousin, Marie-Bernard Bat, Pierre Michel

Enregistrer

  1. traduit par Ann Sterzinger []
  2. traduit par Justin Vicari []
  3. The Nothing Machine: the Fiction of Octave Mirbeau (2007) ; Octave Mirbeau’s Fictions of the Transcendental (2015 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international « Breton après Breton (1966-2016). Philosophies du surréalisme »

André Breton en 1924 | Inconnu

Les années 2016 et 2017 voient paraître les premières correspondances privées du poète André Breton (1896-1966) dont la devise « je cherche l’or du temps »a été gravée sur la pierre tombale. Or c’est précisément de temps et d’histoire que nous voudrions parler d’abord : de l’histoire du surréalisme telle qu’elle se dit, s’écrit, se raconte depuis la disparition de son protagoniste majeur. Ce temps écoulé a créé du sens, a interprété le vécu et ses traces d’une certaine façon, très convenue désormais. Notre premier mode d’approche doit donc être critique et viser une histoire plus structurée en termes d’idées.Dans cette perspective, nous affichons une deuxième ligne directrice : la pensée d’André Breton doit être questionnée à frais nouveaux comme pensée, donc comme travail philosophique et non comme un espace littéraire relevant de philosophies répertoriées. Les deux notions surchargées de sens que sont l’écriture et le dessin « automatiques » d’une part, le « hasard objectif » de l’autre, doivent faire l’objet d’une lecture ouverte à plusieurs champs méthodologiques, plutôt que rabattues vers l’indifférencié, le magique ou le« faire croire ». Enfin, il faut lire les pages de Breton sur la peinture – pages composites qui le conduisent d’un regard d’amateur, sensible à la lecture des formes, à une philosophie de l’art prônant la figuration onirique et attentive à ses processus, dans lesquels la forme et la langue prennent toute leur place.
Jacqueline Chénieux-Gendron

Colloque organisé sous la responsabilité scientifique de Jacqueline Chénieux-Gendron (CRAL-CNRS) et de Pierre Caye (Centre Jean Pépin, CNRS-ENS).

Programme complet

1ère journée
Philosophie du surréalisme : en écrire l’histoire

10h Ouverture officielle
André Breton, un poète pense
Introduction générale par Jacqueline Chénieux-Gendron, directrice de recherche émérite au CRAL (CNRS)

Surréalisme vs avant-garde
Président de séance Robert Kopp, professeur à l’université de Bâle

10h 30 Pratique-théorie-philosophie dans l’avant-garde russe  
au début du XXe siècle 
Jean-Claude Marcadé, directeur de recherche émérite au CNRS

11 h  pause

11h15 Murilo Mendes et André Breton : image poétique  
et quête de l’inconnu
Teodoro Rennó Assunção, professeur à la faculté de lettres de l’Université Fédérale du Minas Gerais, Belo Horizonte

11h45 Breton au Japon – une passivité créatrice
Masanori Tsukamoto, professeur à l’Université de Tokyo

12h15 – 12h30 Débat

Histoire des mentalités, manières de penser
Présidente de séance Marielle Macé, directrice de recherche au CNRS, co-directrice du CRAL

14h Sur- de quoi ? Breton ou Bataille
Pierre Caye, directeur de recherche au CNRS

14h30 De « la valise intérieure » à l’objet magique : le poème-
objet d’André Breton
Marie-Paule Berranger, professeur à l’université Sorbonne
nouvelle-Paris 3

15h  pause

15h15 Écrire une nouvelle Science des rêves  ?  Les lectures onirologiques de Breton
Jacqueline Carroy, directrice d’études à l’EHESS

15h45 Breton, Alquié et la philosophie du surréalisme
Martin Rueff, professeur à l’université de Genève

16 h15 Manifestement
Michel Deguy, poète et essayiste

16 h 45 – 17 h Débat

2e journée
Breton après Breton : une poésie qui pense

9h45 Ouverture officielle
Breton, avec et contre
Président de séance Stéphane Guégan, historienet critique d’art, conservateur au musée d’Orsay

10h André Breton et Blaise Cendrars ou les rejets électifs
Claude Leroy, professeur émérite à l’université Paris Nanterre

10h30 Aragon et Breton : d’un discours infiniment adressé
Luc Vigier, maître de conférences à l’université de Poitiers

11 h pause

11h10 Manuscrits surréalistes à la BnF
Olivier Wagner, conservateur au service des manuscrits modernes et contemporains, BnF

11h30 Nadja d’André Breton : une écriture mise à l’épreuve
Christiane Lacôte-Destribats
, philosophe et psychanalyste, membre de l’association lacanienne internationale (A.L.I.)

12h Pensée du temps, écriture du sujet dans quelques pagesd’André Breton
Jacqueline Chénieux-Gendron
, directrice de recherche émérite au CRAL (CNRS)

12h30 Débat

En remontant le cours de la pensée d’André Breton sur l’art
Président de séance Pierre Caye, directeur de rechercheau CNRS, directeur du centre Jean Pépin

14h15 L’art à l’état sauvage
Mark Polizzotti
, directeur des Éditions, The MET, New York

14h45 « Le dialogue créole » entre André Breton et André Masson
Françoise Nicol
, maître de conférences HDR à l’universitéde Nantes

15h15 Charles Filiger. André Breton, à la recherche de l’art magique
André Cariou
, conservateur en chef du patrimoine

15 h 45 pause

16h La magie de l’art : l’origine contre l’histoire
Maria Stavrinaki
, maître de conférences HDR à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne

16h30 (Re)lire L’Art magique
Stéphane Guégan
, historien et critique d’art

Modalités pratiques

  • Mercredi 26 avril 2017 à l’auditorium de la galerie Colbert, Institut national d’histoire de l’art (INHA), 2 rue Vivienne, Paris 2e, de 10h à 17h, entrée libre
  • Jeudi 27 avril 2017 au Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Quai François Mauriac, 750013, de 9h45 à 17h15, entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Il sera une fois les conteurs…

La Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse organise une journée d’étude en collaboration avec Muriel Bloch, conteuse, auteure et formatrice.

Les Contes de Perrault, précédés d’une préface par J.-T. de Saint-Germain

Argument

Comme un écho au recueil des Secrets de conteurs paru en octobre 2016, à l’heure où le conte semble vivre un tournant, cette journée posera la question de la transmission. Quel matériau, quel(s) répertoire(s) ont été transmis ? Quel passage de relais dans le domaine de la recherche et en bibliothèque ? Comment les conteurs d’aujourd’hui réinventent les jeux de la parole et du récit ?
Une large place sera faite à la parole des conteurs, qui témoigneront de leur expérience de la transmission et raconteront.
La journée sera traduite en Langue des signes française.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale de la Bibliothèque nationale de France
  • 9h30 Présentation de la journée
    Muriel Bloch
  • 9h45 Projection
    Extraits de Il était une fois des conteurs de Dominique Gros et Al Halqa – The Last Storytellers, de Thomas Ladenburger
  • 10h Archives : comment transmettre l’art des conteurs d’aujourd’hui
    Dialogue animé par Muriel Bloch entre Pascal Dubois (Oui’Dire éditions) et Anne-Gaël Gauducheau (émission « C’est pas pour dire», Radio Jet FM)
  • 10h30 Parole narrative et création sonore
    Olivier Noack, conteur engagé dans le monde contemporain, collecteur et chercheur sonore
  • 11h Pause café et questions
  • 11h15 Publier des contes aujourd’hui
    Table ronde animée par Lionnette Arnodin (revue La Grande oreille), Loïc Jacob (Ed. Hong-Fei), Céline Murcier (Didier jeunesse), Fabienne Raphoz (Ed. José Corti)
  • 12h Langue des signes et images
    Marie Boccacio, conteuse et bibliothécaire, racontera en langue des signes, avec Praline Gay-Para.
    Performance de Chen Jian Hong, auteur-illustrateur.
  • 12h30 Déjeuner libre
  • 14h Qu’est-ce que transmettre ?
    Un petit voyage biblique comme une conversation entre les générations disparues et celles qui ne sont pas encore nées Delphine Horvilleur, journaliste, écrivain, femme-rabbin, rédactrice en chef de la revue Tenou’a
  • 14h30 Un chemin entre collectes et semailles pour un théâtre poétique d’aujourd’hui
    Bernadète Bidaude, conteuse-auteure
    Solliciter les mémoires, tenter de tisser, l’espace d’une soirée, de quelques jours ou de plusieurs mois, le partage des histoires vécues, remémorées, transmises ou imaginées. Puis rêver à haute voix d’autres traces invisibles, d’autres « voyages immobiles », d’autres sentiers imprévus… De là naît la poétique des histoires, entre mémoire individuelle et collective
  • 15h Passation
    Dialogue entre Praline Gay-Para, conteuse, auteure, ethnolinguiste et metteur en scène, et Thierno Diallo, lauréat du Grand Prix des Conteurs 2006 à Chevilly-Larue.
    Comment ils travaillent ensemble, interrogent ensemble le monde d’aujourd’hui. Chacun raconte un conte très court de l’autre.
  • 15h45 Pause et questions
  • 16h Du côté de la programmation : le nouveau conte ?
    Dialogue entre Rachid Akbal (directeur du festival des Rumeurs urbaines et comédien-conteur), Valérie Briffod (co-directrice de la Maison du conte de Chevilly-Larue), et Karine Mazel Noury,(directrice artistique de la Compagnie Les Mots Tissés), accompagnée par David Kpossou.
  • 16h45 La voie du conte dans les bibliothèques d’hier à demain
    Table ronde animée par Ghislaine Chagrot, BnF/CNLJ, Cécile Vigouroux et Lise Durousseau (médiathèque de Bagnolet), Agnès Levecque (Bibliothèque François-Mitterrand, Le Pré-Saint-Gervais)
  • 17h30 La voix de deux nouveaux conteurs
    Najoua Darwiche, Louis-Marie Zaccaron-Barthe, accompagné par Loup Barrow au Cristal Baschet
  • 18h Clôture de la journée

Informations pratiques

Lieu : Bibliothèque nationale de France, Site François-Mitterrand, Petit auditorium (hall Est)
Quai François Mauriac, 75013 Paris
Inscriptions-renseignements : Marion Caliyannis, 01.53.79.57.06, marion.caliyannis@bnf.fr
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : L’enseignement de la littérature avec le numérique

colloque-grenoble-bandeauEn collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, l’UMR 5316 LITT&ARTS CNRS (Université Grenoble Alpes) et le Groupe en Littératie Médiatique Multimodale (Université du Québec à Montréal) organisent un colloque qui se propose d’examiner comment, dans l’enseignement de la lecture et de l’écriture littéraires, les ressources numériques (supports didactiques, outils de production et de diffusion) font évoluer la configuration des textes étudiés en classe et leurs approches scolaires.

Argument

Les recherches dans le champ des humanités numériques invitent le domaine de l’éducation, en l’occurrence celui de la didactique de la littérature, à tenir compte de la mutation des corpus, des textualités et des genres numériques/numérisés ainsi que des pratiques d’enseignement-apprentissage soutenues par les supports et outils technologiques. Ainsi les savoirs en didactique de la littérature sont appelés à contribuer à ce que Doueihi appelle l’évolution de l’humanisme numérique (2011)1

Le numérique, dans l’enseignement de la littérature, permet de développer de nouvelles configurations des textes, des supports didactiques et des productions inédites (Chartier, 2012 ; Davallon, Desperet-Lonnet, Jeanneret, Le Marec & Souchier, 2003). Les supports technologiques (écran, ordinateur tablettes, objets connectés) et leurs outils (sites, logiciels, web) ouvrent de nouveaux espaces d’apprentissage et de nouveaux usages scolaires (Brunel & Quet, 2016): multimodalité (Lacelle, Lebrun, Boutin, 2012), interactivité et hypertextualité (Bouchardon, Broudoux, Deseilligny & Ghitalla, 2007) sont prises en compte dans des dispositifs didactiques d’enseignement de la littérature. Grâce à ces circulations et topographies nouvelles, des résonances inédites sont rendues possibles entre textes de provenance ou d’époque différentes, entre textes littéraires et commentaires métatextuels, écrits et œuvres issues d’autres modes sémiotiques (images, sons et cinétique), édition de récits classiques et genres numériques, univers culturels que tout, a priori, oppose (Vandendorpe, 2012). Les programmes peu à peu, prennent acte de ces évolutions, et orientent la discipline français, intégrant des objets à lire et à produire évolutifs, ou prescrivant des modalités didactiques adaptées. De même, dans les classes, des pratiques de lecture et d’écriture se créent, liées à l’usage d’outils devenus coutumiers, à des gestes professionnels spécifiques, à des objets ou à l’enseignement de compétences nouvelles.

Le colloque se propose ainsi d’examiner comment, dans l’enseignement de la lecture et de l’écriture littéraires, les ressources numériques (supports didactiques, outils de production et de diffusion) font évoluer la configuration des textes étudiés en classe et leurs approches scolaires.

Informations pratiques

Les 7 et 8 mars 2017
Maison des Sciences de l’homme,
Université Grenoble Alpes, 38 Saint Martin d’Hères
Site internet du colloque : http://litmedmod.ca/grenoble
  1. Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Paris : Éditions du Seuil, 2011, 177 p. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Giang Huong Nguyen

fullsizerender4Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui le Carnet accueille Giang Huong Nguyen, Chargée de Collections en Langue et Littérature d’Asie du Sud-Est au département Littérature et art.

Quel est votre parcours ?

Après mes études en Français Langue Étrangère (FLE) à L’École nationale de Hanoi, j’ai obtenu en 2006 une bourse de pensionnaire scientifique international de l’École Normale Supérieure de Lyon. J’y ai poursuivi mes études de master en Littérature comparée et francophonie pendant deux ans. Je suis ensuite retournée au Vietnam pour un poste de chercheur en littérature comparée à l’Académie des Sciences Sociales du Vietnam. En parallèle à ce travail, je collaborais avec des éditeurs et des revues pour traduire des textes littéraires, des romans du français et de l’anglais en vietnamien et inversement.

Ces activités m’ont amené à approfondir le domaine de la francophonie au Vietnam et plus spécifiquement les apports de la littérature française à la littérature vietnamienne. En 2010, j’ai décidé de m’inscrire en doctorat à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense pour un sujet de thèse : La poétique du sujet multiculturel dans le roman vietnamien francophone de l’époque coloniale dans la première moitié du XXe siècle, que j’ai soutenue en janvier 2015.

Je travaille à la Bibliothèque nationale de France depuis mai 2011 comme chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est (Vietnam, Laos, Cambodge). Les collections de la langue vietnamienne occupent une place particulièrement importante au sein du Service des Littératures du Monde. Elles témoignent des débuts de l’Imprimé au Vietnam ainsi que de la naissance de plusieurs domaines scientifiques et culturels au moment où l’Asie commençait à s’ouvrir vers l’Europe.

Quels sont vos domaines de recherches actuels ?

La naissance du roman vietnamien à la fin du XIXe siècle et les influences françaises. La littérature francophone vietnamienne du XXe siècle et d’aujourd’hui, étude comparatiste avec les littératures francophones africaines. Le fonds d’archives et les manuscrits de l’écrivain d’origine vietnamienne Pham Van Ky. La traduction en vietnamien de Sodome et Gomorrhe, et celle d’Albertine disparue de Marcel Proust.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

Le poste de chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est, au sein du département Littérature et Art m’a offert l’occasion de connaître et d’approfondir un fonds documentaire très riches des littératures du Vietnam, du Laos et du Cambodge. Les missions liées à ce poste me permettent d’acquérir des compétences de gestion et d’organisation de la bibliothèque et surtout, de développer mon sens de la communication en assurant régulièrement le service public dans les salles de lectures.

Par ailleurs, la soutenance de ma thèse le 6 janvier 2015 a donné lieu à un débat passionnant avec les membres de mon jury. Cette soutenance m’a ouvert des opportunités pour prolonger le sujet de recherche que j’ai mené lors de mon doctorat, notamment de présenter aux chercheurs de l’équipe ITEM-CNRS mon projet d’explorer le fonds d’archives de l’écrivain Pham Van Ky, conservé aujourd’hui au Département des Arts du Spectacle de la BnF1. Ce fonds contient des tapuscrits inédits de cet écrivain : romans, théâtre, poésie, essais. Pham Van Ky a eu du succès de son vivant, a notamment eu le Grand Prix du roman de l’Académie française en 1961 avec son roman Perdre la demeure. Malheureusement, aujourd’hui, il est tombé dans l’oubli.

Récemment, j’ai obtenu le Prix Jeunesse de la Francophonie 35<352. Le voyage en Côte d’Ivoire pour la remise du prix a été pour moi une expérience formidable. Les 35 lauréats de ce prix ont été sélectionnés parmi plus de 200 candidatures dans tout l’espace francophone pour leur projet en matière d’innovation. Je suis fière d’être parmi eux pour mon travail de valorisation du fonds Pham Van Ky décrit ci-dessus. Cette occasion m’a permis de rencontrer des chercheurs étrangers ainsi que des jeunes innovateurs dans d’autres domaines que la bibliothéconomie. Ces contacts m’ont donné une vision plus complète sur la francophonie dont le Vietnam contribue activement à la promotion.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Ce quotidien est caractérisé par une diversité des activités, entre la veille documentaire, l’acquisition, le catalogage et la valorisation des collections sur différentes voies de publication. Être en contact avec les lecteurs en banque de salles et à distance est aussi une partie enrichissante de ma fonction. Le travail de chercheur m’aide d’abord à comprendre les besoins ainsi que les difficultés des lecteurs venant étudier à la BnF, puis à répondre à leurs questions afin de mieux les guider dans leur quête documentaire. Par ailleurs, mes expériences dans la recherche favorisent la tâche de valorisation qui est souvent bien plus prenante que l’on peut l’imaginer. Il s’agit par exemple de rédiger des articles ou des ouvrages de qualité scientifique sur différents auteurs ou sur un certain corpus documentaire, d’organiser des rencontres, des tables rondes, des colloques, ou de participer à des chantiers, comme l’élaboration en cours du portail numérique France-Vietnam.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

C’était peut-être en dernière année de ma maîtrise en Français Langue Etrangère (FLE) au Vietnam. Pour l’obtention du diplôme de fin d’étude, il fallait choisir un sujet de mémoire en linguistique, en didactique ou en littérature française. J’ai alors choisi de faire un mémoire en littérature française, en prenant A la recherche du temps perdu de Marcel Proust comme objet d’étude. En effet, j’ai été toujours attirée par la lecture des textes littéraires durant mon enfance. L’apprentissage de la langue française a été pour moi une porte ouverte vers d’innombrables œuvres qui n’avaient pas de traduction en vietnamien. Lorsque j’atteignais un niveau de français suffisant pour accéder à La recherche, le style de Proust m’émerveillait. Aujourd’hui, j’approfondis toujours le texte proustien avec l’ambition de le traduire en vietnamien – ce travail est en cours – tout en élargissant mon champ de recherche aux échanges culturels et littéraires franco-vietnamiens.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

La richesse des collections dans tous les supports (papiers, monnaies, objets et décors de théâtre, support multimédia, etc.) et sa vaste couverture dans le temps et dans l’espace géographique. Le rôle pionnier de la BnF dans la gestion des métadonnées, dans la numérisation et dans le partage des documents numériques à l’échelle internationale.

En-dehors de la BnF et de la recherche quels sont vos loisirs et passions ?

L’écriture et la lecture, la peinture, la cuisine vietnamienne et la pâtisserie française, le bricolage. J’aime aussi voyager pour découvrir de nouvelles cultures et de nouveaux amis provenant de tous les coins du monde.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je crois que mes plus belles réussites m’attendent car le temps et les rencontres au travail et en dehors de celui-ci me font évoluer chaque jour.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Une grande curiosité, la persévérance, la rigueur, l’ouverture d’esprit, le sens du partage et la capacité à travailler en équipe.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer l’histoire de l’humanité ?

L’écriture qui permet à l’homme de communiquer d’une génération à une autre, de transcrire l’Histoire. Les systèmes d’écriture façonnent le raisonnement et l’imaginaire de l’être humain. Comme Pham Van Ky s’exprime à propos des idéogrammes d’Extrême-Orient :

Et même chez le jeune écolier qui ânonnait ses premiers caractères, la calligraphie primait sur le son. Elle lui proposait déjà un effort de dépassement, car elle ne cerne pas ce qui aboutit à des limitations et ce qu’elle éconduit avec urbanité : le regard furtif, éphémère, l’ombre instable – que la peinture elle-même bannit -, le phénomène et l’illusion. Elle va tout droit à l’être décanté, désincarné, essentiel, elle liquide la tension de tout ce qui vit et palpite, elle représente une sorte de demi-bouddhisme qui dénonce les futilités mortelles. Mais, ne niant pas la figure contrairement au bouddhisme primitif, elle confère validité et pérennité à la figure par excellence qu’est l’Idéogramme, elle en fait un archétype élucidé à vue, parfait, exemplaire. Et de même que l’Eglise romaine, lieu reconnaissable où se montre la grâce, forme le corps vivant du Christ, l’Extrême-Orient tout entier forme le corps vivant de son écriture.

Le pouvoir de l’écriture. » (Des Femmes assises ça et là, 1964, p. 25)

Aussi les autres systèmes d’écriture influencent d’une autre manière ceux qui les utilisent.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

Je rebondis sur ma réponse faite à propos de mes plus belles réussites pour dire que le hasard, si on le définit comme opportunités, rencontres ou chance, joue un rôle crucial dans la carrière et dans la vie en général.

Enregistrer

  1. « Fonds Pham Van Ky (théâtre, littérature) » : instrument de recherche consultable dans le catalogue BnF Archives et manuscrits de la BnF, url : <http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc101230j> []
  2. NDLR : Giang Huong Nguyen a remporté le 3e prix dans la catégorie « Coup de coeur du Jury » du Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35, url : <http://www.francophonie3535.com/> et <https://www.facebook.com/Francophonie3535/posts/1200389440018944>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts