Archives par mot-clé : Littérature et art

Offre d’emploi : Assistant de recherche

Missions et activités permanentes

Dans le cadre du programme de recherche « Les Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré : histoire éditoriale et analyse iconographique » du Plan quadriennal de la recherche 2020-2023, le titulaire du poste est chargé de :

  • Effectuer des travaux de recherche et d’analyse sur le conte merveilleux à partir du fonds documentaire de la BnF, en collaboration avec des départements internes :
    • Identifier et collecter des sources d’informations bibliographiques sur les contes de Perrault et les illustrateurs du XIXe siècle.
    • Identifier le type de document et effectuer toute recherche ou vérification nécessaires
    • Enregistrer, référencer et classer les collections objets de la recherche
  • Collaborer aux travaux de valorisation sur le conte (bibliographies, carnet de recherche, …), d’enrichissement des collections et aux recherches documentaires
  • Participer à la numérisation des collections
  • Participer à la production des indicateurs quantitatifs et/ou qualitatifs associés au projet

Activités spécifiques

  • Participer, le cas échéant, à des missions de valorisation sur les contes de Perrault illustrés par Doré.

Compétences requises

  • Connaissance de la littérature du XVIIe
  • Connaissance du conte merveilleux
  • Connaissance des illustrateurs du XIXe siècle
  • Maîtrise des outils informatiques standards et des applications propres au domaine de la recherche
  • Connaissance des outils bibliographiques (répertoires, bases de données, ressources documentaires…)
  • Connaissance de l’anglais
  • Capacité à travailler en équipe
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, qualité rédactionnelle

Caractéristiques

  • Référence du poste : RC100
  • Sites : François-Mitterrand Quai François-Mauriac Cedex 13 75706 Paris
  • Catégorie : B
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Gestionnaire de collections et de traitement documentaire
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Fixe
  • Nombre d’heures par mois : 80
  • Durée du contrat : 1,5 mois – 6.6
  • À pourvoir à compter du : 01/10/2020

Contacts

  • Jacques VIDAL-NAQUET
    Directeur du Centre national de la littérature pour la jeunesse- La Joie par les livres
    33 (0)1 53 79 55 01
  • Marine PLANCHE
    Adjoint au chef de service – Centre national de la littérature pour la jeunesse
    33 (0)1 53 79 55 02
  • Ghislaine CHAGROT
    Gestionnaire de collections : monographies, périodiques
    33 (0)1 53 79 88 03

Postuler

Postuler en ligne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à candidature – Postdoctorant.e informatique Projet LIFRANUM – Littérature FRAncophone NUMérique

Dans le cadre du programme scientifique LIFRANUM (Littératures Francophones Numériques) qui associe la Bibliothèque nationale de France, financé par l’ANR, recrute un.e postdoctorant.e.

Logo ANR

Contexte et objectifs du projet

Le projet LIFRANUM vise à constituer et analyser le corpus des productions littéraires francophones nativement numériques. Il s’agit d’un projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) qui regroupe un laboratoire de langue, littérature et sciences de l’information et de la communication (MARGE), un laboratoire d’informatique (ERIC) et la Bibliothèque nationale de France (BnF).

Le corpus du projet LIFRANUM, qui est constitué de données variées au sens des big data, va être stocké un dans lac de données (data lake) permettant la conservation des données dans leur forme d’origine et leur préparation pour des analyses diverses, dont la fouille de textes. Cela implique de concevoir un système de métadonnées, d’indexation et d’interrogation du lac assurant la traçabilité du lignage des données. De plus, le lac de données n’étant pas uniquement destiné à des data scientists, il est nécessaire de s’inscrire dans une démarche « d’industrialisation » des analyses effectuées sur le lac via une couche logicielle d’exploration, de requêtage et de visualisation des données permettant aux chercheur.es du laboratoire MARGE d’être autonomes dans la plupart des cas d’étude.

Missions

La personne recrutée devra être titulaire d’un master ou d’un doctorat en informatique, être spécialiste en gestion de données, informatique décisionnelle (business intelligence), mégadonnées (big data), et être immédiatement opérationnelle. Un expérience des humanités numériques sera appréciée. Elle travaillera au sein du laboratoire ERIC, sous la responsabilité scientifique de Jérôme Darmont et Sabine Loudcher.

Elle aura pour mission de concevoir et mettre en œuvre le lac de données, de la partie métadonnées et indexation à la partie analyses « industrialisées », et ce en collaboration étroite avec tous les chercheur.es de MARGE et d’ERIC impliqué.es dans le projet LIFRANUM.

Compétences requises

Gestion de données, bases/entrepôts de données, architectures big data, humanités numériques, gestion de projet, travail en équipe, autonomie, sens de la communication, rigueur.

Conditions du poste

  • Salaire : environ 2000 € net mensuel.
  • Durée : 10 mois à compter du 1er septembre 2020.
  • Lieu d’exercice : campus Porte des Alpes, Bron.
  • Candidature à adresser à jerome.darmont@univ-lyon2.fr et sabine.loudcher@univ-lyon2.fr d’ici le 20 juin 2020, accompagnée d’un CV et d’une lettre de motivation.
  • Les candidat.es retenu.es après examen des dossiers seront convoqué.es pour un entretien par visioconférence.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de contrat doctoral Littératures Numériques Francophones (LIFRANUM, Lyon3)

Dans le cadre du programme scientifique LIFRANUM (Littératures Francophones Numériques) qui associe la Bibliothèque nationale de France, financé par l’ANR, le centre de recherches MARGE de l’université Lyon 3 propose un contrat doctoral de 3 ans (36 mois à partir du 1er sept. 2020).

Logo ANR

Dans le cadre du programme scientifique LIFRANUM (Littératures francophones numériques), financé par l’ANR de 2020 à 2023, l’unité de recherche Marge de l’université Lyon 3 offre un contrat doctoral d’une durée de 36 mois. LIFRANUM est un programme pluridisciplinaire, alliant recherches en Lettres, Sciences de l’information et Informatique. Il vise à la constitution d’un corpus de productions littéraires nativement numériques à l’échelle de la francophonie.

Les candidat.e.s doivent être titulaires d’un Master 2 (Lettres, Humanités numériques ou Information-Communication).

La thèse portera notamment sur la caractérisation et la description des créations littéraires nativement numériques. Les créations littéraires numériques font en effet apparaître des formes expressives nouvelles, associant écriture et image, texte propre et hyperlien. Répertorier et décrire ces objets constitue un problème à la fois littéraire et documentaire. Cette thèse, fondamentalement pluridisciplinaire, visera, en s’appuyant sur les questionnements autour de la notion d’oeuvre, de publication, mais également les propriétés intrinsèques du multimédia, d’élaborer les concepts descriptifs de ces objets.

Elle contribuera à forger des outils d’analyse littéraire adaptés aux nouvelles textualités numériques en s’inscrivant dans une réflexion globale dite “poétique des supports”. L’aboutissement de cette thèse sera une ontologie terminologique représentant les nouvelles formes (voire les genres) de l’expression littéraire et sera utilisée pour caractériser les entités constitutives du corpus sur les différents niveaux de la description.

Le travail quotidien consistera à utiliser et améliorer des outils élaborés en XML (schémas, requêtes Xquery, fichiers), à utiliser des outils de crawling et à travailler, dans le cadre de l’élaboration de l’ontologie terminologique, avec les outils du web sémantique. S’il n’est pas demandé une maîtrise initiale de ces outils, le candidat s’engage à s’y former et à les utiliser avec la plus grande rigueur. Il lui sera demandé une attitude réflexive vis-à-vis de ces outils.

Informations pratiques

  • La thèse sera co-dirigée par Gilles Bonnet (Lettres) et Christian Cote (Sciences de l’information).
  • Les dossiers de candidature doivent comporter un CV détaillé et une lettre de motivation, à adresser à l’adresse suivante : frederique.lozanorios@univ-lyon3.fr.
  • Date-limite d’envoi des dossiers : 10 juin 2020.
  • Des auditions des candidat.e.s retenu.e.s seront organisées, soit en présentiel, soit par visio-conférence, à la fin du mois de juin 2020.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le fonds de l’éditeur Fukuinkan shoten du Centre National de la littérature pour la Jeunesse

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Le Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ) m’a accueillie à partir d’octobre 2019 afin de mener une recherche sur les ouvrages de l’éditeur jeunesse japonais Fukuinkan shoten, dont un fonds important est conservé à la BnF.

Ce fonds est composé de 1576 ouvrages enregistrés dans le catalogue jeunesse et de 434 ouvrages n’ayant pas fait l’objet de traitement. À l’origine constitué par la Joie par les livres, ce fonds a été enrichi par des envois réguliers de l’éditeur lui-même au CNLJ. Aucun catalogage des ouvrages de Fukuinkan shoten n’a été entrepris depuis 2013.

L’objectif de mon travail consiste à identifier les collections et à mener une analyse des ouvrages disponibles à la BnF tout en revenant sur l’histoire de la constitution de ce fonds. Il s’agit aussi de mettre en lumière les échanges entre Fukuinkan shoten et la France et, de manière plus générale, de présenter un éditeur majeur de la littérature de jeunesse japonaise depuis sa fondation en 1952 jusqu’à nos jours.

Logo de  Fukuinkan shoten
Logo de Fukuinkan shoten

Dénombrement des collections du fonds de l’éditeur Fukuinkan shoten

Les trois premiers mois de recherche ont été consacrés à la localisation en magasins et au dénombrement des ouvrages non-traités de l’éditeur Fukuinkan shoten. Des échanges réguliers avec ce dernier ont permis d’obtenir des précisions ainsi que de présenter le travail de recherche envisagé et le souci de valorisation du fonds disponible au CNLJ porté par ce projet.

Un premier classement par décennie a été effectué et a permis d’identifier les différentes collections de l’éditeur :

Années Ouvrages non-catalogués Ouvrages catalogués
1960-69 20 64
1970-79 89 292
1980-89 31 335
1990-99 2 314
2000-2009 1 388
2010-2019 291 (jusque novembre 2019) 174 (jusque 2013)
Total4341567
Répartition selon les collections des ouvrages non-traités du fonds Fukuinkan shoten

Ces collections peuvent être divisées en deux catégories :

1. Une catégorie, la plus conséquente, comprenant des ouvrages brochés, essentiellement des albums à périodicité mensuelle, dont les quatre collections suivantes font l’objet d’envois réguliers par Fukuinkan shoten :

Kodomo no tomo « L’ami des enfants » (fondée en 1956), pour les 5 à 6 ans.

Caractéristiques : 440 yens/mois ou 5280 yens/an, format 26*19 cm, 28-32 pages, slogan : « Etendre l’univers de l’imaginaire des enfants »

Il s’agit de la première collection d’albums narratifs créée par l’éditeur et qui a donné naissance à de nombreux best-sellers (Guri to Gura, Daruma-chan…). Malgré sa longue histoire et quelques variations de format au cours des époques, elle présente une ligne éditoriale continue et bien définie. En se situant à un âge charnière marqué par l’entrée à l’école primaire, la collection Kodomo no tomo offre des histoires diversifiées, associées à des jeux de mots, de nouvelles expressions et des phrases plus longues et plus complexes que dans la collection pour les 2-4 ans du même titre. Définie dès le départ comme étant une collection d’albums devant être lus par le parent à l’enfant, elle résume à elle seule la mission portée par l’éditeur de produire des ouvrages aux textes et aux illustrations de qualité que puissent apprécier communément les adultes et les enfants. On note une présence constante de contes et de légendes tirés du folklore et de la littérature classique japonaise.

Texte et illustrations de Tsuruta Yôko, Yasai no onitaiji, Kodomo no tomo n° de février 2016, Fukuinkan shoten
Texte et illustrations de Tsuruta Yôko, Yasai no onitaiji, Kodomo no tomo n° de février 2016, Fukuinkan shoten
Il s’agit d’une histoire librement adaptée du célèbre conte Shuten-dôji, narrant la défaite de ce oni (démon japonais). Les différents protagonistes de l’histoire ont ici été représentés sous forme de légumes.

Kagaku no tomo « L’ami des sciences » (fondée en 1969), pour les 5 à 6 ans.

Caractéristiques : 440 yens/mois ou 5280 yens/an, 25*23 cm, 28 pages, slogan : « Le monde des sciences qui stimule la curiosité des enfants » 

Il s’agit d’une collection d’albums à portée scientifique portant sur des thématiques variées, les plus familières aux enfants japonais, abordées sous la forme de textes narratifs à la manière de la collection Archimède de l’Ecole des loisirs mais avec une attention davantage portée aux objets et aux animaux qu’à l’histoire des individus. Les plantes, les animaux, les objets, les phénomènes naturels ou les événements socio-culturels ne sont pas simplement énumérés mais présentés avec un accent mis sur la narration selon trois points de vue : la nature, l’être humain et le jeu.

Kodomo no tomo shônen ban « L’ami des enfants pour shônen » (fondée en 1977), pour les 2 à 4 ans

Caractéristiques : 440 yens/mois ou 5280 yens/an, 21*20 cm, 24 pages, slogan : « Pour les petits enfants qui commencent à s’intéresser aux albums »

Il s’agit d’une collection d’albums narratifs, ou d’histoires courtes avec des phrases brèves, sans sinogrammes et présentant de nombreux impressifs (onomatopées). Les enfants voient à ces âges leur compétences langagières se développer et le cadre de leurs intérêts s’agrandir de façon surprenante. Kodomo no tomo shônen ban propose des albums simples qui valorisent les objets et les événements du quotidien de l’enfant afin de stimuler sa curiosité et son imagination.

Takusan no fushigi « Plein de mystères » (fondée en 1985), à partir de la 3ème année du primaire.

Caractéristiques : 770 yens TTC/mois ou 9240 yens/an, format 25*19 cm, 40 pages + le journal Fushigi shinbun, slogan : « Quand on connait le merveilleux on comprend le monde ! »

Il s’agit d’une collection d’albums documentaires qui abordent des sujets scientifiques très variés de manière approfondie, davantage portés sur la connaissance du reste du monde que sur le Japon seul. Le texte est plus important que dans la collection Kagaku no tomo et les auteurs sont souvent des spécialistes reconnus de leur discipline.

Texte de Mineshige Shin (spécialiste des trous noirs), illustrations de Kurabe Kyôko, Burakku hôrutte nandarô ? (Que sont les trous noirs?), Takusan no fushigi n° de juillet 2019, Fukuinkan shoten
Texte de Mineshige Shin (spécialiste des trous noirs), illustrations de Kurabe Kyôko, Burakku hôrutte nandarô ? (Que sont les trous noirs?), Takusan no fushigi n° de juillet 2019, Fukuinkan shoten

2. La catégorie des ouvrages reliés, le plus généralement des rééditions des best-sellers révélés dans les collections sus-citées. Ces collections sont orientées selon le genre auquel appartient l’oeuvre, le format du livre, la région du monde dont est originaire l’histoire ou encore la portée documentaire ou encyclopédique du document. La place accordée aux contes et légendes folkloriques ainsi qu’aux adaptations de classiques de la littérature japonaise présentés sous forme d’albums semble constante dans la production des années 60 à nos jours. On retrouve également plusieurs collections consacrées aux albums qualifiés de « chefs-d’oeuvre ».

Texte et illustrations de Kako Satoshi, Daruma-chan to kaminari-chan (Daruma et Kaminari), première édition 1968, Fukuinkan shoten.
Texte et illustrations de Kako Satoshi, Daruma-chan to kaminari-chan (Daruma et Kaminari), première édition 1968, Fukuinkan shoten.
Méconnu en France, Daruma-chan, du nom de la figurine populaire dont il est inspiré, est un personnage très affectionné des enfants japonais, et ses aventures ont eu droit à leur propre collection, à l’instar des deux souris Guri et Gura .

Historique et caractéristiques de l’éditeur Fukuinkan shoten

Le tableau ci-dessous récapitule quelques dates-clés de l’histoire de Fukuinkan shoten :

1916Fondation de la librairie Fukuinkan spécialisée dans la vente d’ouvrages religieux par un missionnaire canadien dans la ville de Kanazawa (département Ishikawa)
1926Début de ventes d’ouvrages généralistes
1940 En contexte de guerre, la gestion de la librairie est reprise par des Japonais
1945 Fin de la guerre, début des activités d’édition en parallèle des activités de libraire
1952 – Février : le département d’édition prend son indépendance et s’établit à Kanazawa en tant que  SA Fukuinkan shoten
– Août : déménage à Shimizu-chô dans l’arrondissement de Suginami à Tôkyô
– Décembre : déménage à Misaki-chô dans l’arrondissement de Chiyoda à Tôkyô
1953 Septembre : fondation du mensuel Haha no tomo, revue à destination des parents pour l’éducation du jeune enfant
1956 Avril : fondation de la collection à publication mensuelle Kodomo no tomo, revue proposant des albums
1963 Décembre : début de la traduction et de la publication de livres d’images, albums et contes à l’étranger
1968 Avril : début de la production de Fukyûban kodomo no tomo (renommée Kodomo no tomo, chûnen muki en avril 1986)
1969 Avril : fondation du mensuel Kagaku no tomo
1972 Mai : création du logo de l’éditeur Fukuinkan shoten
1973 Juin : fondation du mensuel Kodomo no yakata (arrêt en mars 1983)
1977 Avril : fondation du mensuel Shônen ban kodomo no tomo
1984 Janvier : déménagement dans le bâtiment du siège de la société à Honkomagome dans l’arrondissement de Bunkyô à Tôkyô
1985 Avril : fondation du mensuel Takusan no fushigi
1992 Avril : fondation du mensuel Ôkina poketto (arrêt en mars 2011)
1993 Centième anniversaire de Peter Rabbit
1995 Janvier : #500 de Haha no tomo
Avril : fondation de la collection des livres illustrés pour bébés Kodomo no tomo 0.1.2.
1997 Novembre : #500 de Kodomo no tomo
1998 50ème anniversaire du roman My father’s dragon de Ruth Stiles Gannett
2000 Août: SA Fukuinkan shoten devient société par actions Fukuinkan shoten
2002 – Février : 50 ans de l’éditeur
– Avril : fondation de Chiisana kagaku no tomo
2003 Septembre : 50 ans du mensuel Haha no tomo
2005 50ème anniversaire de Miffy de l’artiste éerlandais Dick Bruna
2006 Avril : 50ème anniversaire de Kodomo no tomo
2008 50ème anniversaire de l’ours Paddington de Michael Bond
2010 Novembre : #500 de Kagaku no tomo
2013 50ème anniversaire de Guri et Gura
Novembre : fondation de Tenji tsuki sawaru ehon guri to gura, une version avec braille et texture pour les malvoyants de Guri et Gura
201750ème anniversaire de Daruma-chan

Les premières recherches menées ont mis en évidence quelques caractéristiques permettant de mieux situer Fukuinkan shoten dans le milieu éditorial japonais.

La promotion de la littérature de jeunesse étrangère doublée d’un important rayonnement international

L’éditeur a développé dès sa fondation une importante activité de traduction d’albums, de contes, de documentaires scientifiques mais également d’ouvrages pédagogiques et éducatifs du monde entier. Dans les années 1960, la publication d’oeuvres étrangères se concentrait surtout autour de la littérature de jeunesse anglo-saxonne (Virginia Lee Burton, Beatrix Potter, Ruth Gannett…) mais elle s’est rapidement étendue à celles des auteurs du monde entier. Cette ouverture a contribué au succès du lapin Miffy, de l’ours Paddington ou des personnages de l’univers de Peter Rabbit auprès des enfants japonais, un succès qui n’a pas décru depuis. En ce qui concerne la traduction d’ouvrages en français, Fukuinkan shoten a publié les classiques de Jules Verne, de Victor Hugo, de Léopold Chauveau et de Robert Sabatier mais aussi les oeuvres de Chris Donner, de Claude Ponti, ou bien encore de Frédéric Stehr.

Fukuinkan shoten présente également un important rayonnement à l’échelle internationale comme l’attestent les nombreuses traductions de cet éditeur à l’étranger. Plusieurs auteurs-phares attaché à cet éditeur ont reçu des prix internationaux tels que Akaba Suekichi (prix Hans Christian Andersen 1980), Segawa Yasuo (Grand prix de la biennale de l’illustration de Bratislava 1967) ou encore Anno Mitsumasa (Prix de la Pomme d’Or de la biennale Internationale de l’illustration de Bratislava 1977 et 1979, Prix Hans Christian Andersen 1984). Certaines œuvres ont atteint le statut de best-seller en Occident (A chacun sa crotte de Gomi Tarô) tandis que les traductions en Asie (Chine et Corée notamment) sont en augmentation. Anno Mitsumasa est d’ailleurs le premier auteur japonais à avoir été traduit à l’Ecole des loisirs.

La lecture comme vecteur de lien entre l’adulte et l’enfant

Comme le symbolise le logo de l’éditeur, représentant une petite main et une grande main l’une dans l’autre, la ligne éditoriale de Fukuinkan shoten a pour objectif de renforcer les liens entre l’enfant et l’adulte par la lecture commune d’albums et d’histoires. Ainsi, depuis les années 1960, les albums et les romans indiquent sur leur quatrième de couverture l’âge de lecture conseillé quand cette dernière est faite par autrui et celui conseillé lorsqu’elle est réalisée en autonomie. La production de l’éditeur s’est, au fil des années, de plus en plus diversifiée en proposant des collections à publication mensuelle spécifiquement adressées à un âge ou un niveau scolaire donné.

On constate également une volonté forte de la part de l’éditeur de produire des albums à visées documentaire et scientifique pour les différentes tranches d’âge, ce que témoigne les  collections Takusan no fushigi (à partir de 7 ans), Kagaku no tomo (5-6 ans), Chiisa na kagaku no tomo1 (de 3 à 5 ans) mais également les zukan et autres ouvrages reliés de type encyclopédique. On retrouve plusieurs traductions d’ouvrages d’auteurs et d’illustrateurs ayant publié chez Fukuinkan shoten dans la collection Archimède de documentaires jeunesse des éditions de l’Ecole des loisirs (A quoi ils jouent de Komori Atsushi et Yabuuchi Masayuki, Les Animaux des mers profondes de Okutani Takashi et Tomita Momoaki, Maman, je m’ennuie de Kanao Keiko, La Taupe du jardin de Tanaka Toyomi).

Mori Tatsuo, qui fut rédacteur en chef de la collection Kagaku no tomo, avait dressé le constat de la situation difficile dans laquelle se trouvait l’édition d’ouvrages scientifiques destinés à la jeunesse au Japon depuis les années 1990. Cette situation découlait selon lui de plusieurs facteurs : la baisse de la natalité, la mauvaise situation économique, l’aliteracy en augmentation et un désintérêt général pour les sciences. De ce constat est né la volonté de créer le mensuel Chiisa na kagaku no tomo, une collection scientifique qui cible les 3-5 ans. Celle-ci n’a pas pour vocation d’instruire mais de solliciter le mécanisme de curiosité, d’imagination et le plaisir intellectuel inné de l’enfant dans l’apprentissage des choses du quotidien.

  1. Absent du fonds de la BnF. []

Salut les copines ! Vie et mort des illustrés pour petites filles dans l’après-guerre.

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Bernadette, n° 309
Bernadette, n° 309

En 2018, lorsque je rejoignis le Centre national de la littérature pour la jeunesse en tant que chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France, j’avais pour projet de m’attaquer à un corpus jusqu’alors très peu exploité par les sciences humaines et sociales, les illustrés pour petites filles. Ces hebdomadaires, qui jouissaient pourtant d’une popularité portant leurs tirages à 200 000 exemplaires en certaines périodes, n’avaient pas fait l’objet d’études monographiques, à l’exception de la Semaine de Suzette et de son héroïne Bécassine. C’est pour cette raison que j’ai décidé de consacrer ma première année de recherche à une étude monographique de Lisette, sa concurrente, publiée chaque semaine à compter de 1921 et qui, à sa disparition en 1974, était la dernière survivante des grands illustrés pour fillettes du XXe siècle. J’ai exploité ce corpus de quelques 2500 journaux à travers la création de plusieurs bases de données : rubriques (contenu et récurrence), figures principales du journal, illustrations, courrier des lectrices, correspondantes, et résultats des jeux concours.

Lisette constitue une source précieuse pour l’histoire culturelle du XXe siècle, en raison de sa longévité et de ses forts tirages. Destiné aux 7-15 ans et lu par des générations de fillettes1, il témoigne des changements de représentation de cette classe d’âge, qui se scinde après la Seconde Guerre mondiale en deux publics distincts : les petites filles et les adolescentes. C’est sur cette période de 1946 à 1974 que je me suis concentrée à compter de ma deuxième année en tant que chercheuse associée à la BnF, car elle constitue un tournant dans la prise en compte d’une période spécifique de transition entre l’enfance et l’âge adulte. Les illustrés pour enfants de l’époque, grâce à leur caractère interactif (courrier des lectrices, rubriques de correspondantes, jeux concours…) et à leur nécessaire adaptation face à l’émergence de grands mensuels à succès pour adolescents comme Salut les copains !, permettent de documenter au plus près les changements socioculturels de l’époque. J’ai donc décidé d’élargir mon corpus à trois autres périodiques contemporains de Lisette : Bernadette, future Nade, traditionnellement tournée vers les milieux ruraux et populaires (1914-1973) ; La Semaine de Suzette, et son public de classe supérieure (1905-1960) ; Fillette, devenue Fillette-Jeune Fille, bénéficiant plutôt d’un lectorat populaire (1909-1964).

Cette étude m’a non seulement permis de dessiner les contours de l’univers de la presse enfantine après guerre, mais également d’analyser les causes de la disparition des périodiques pour fillettes dans les années 1970. Ce déclin est d’autant plus étonnant que depuis l’apparition d’une presse spécialisée pour jeune public, dont l’existence est d’ailleurs une spécificité française, celle-ci a toujours été divisée entre des titres pour garçons et des titres pour filles. Les années 1960 voient l’émergence d’une culture jeune partagée, souvent présentée par les commentateurs comme s’affranchissant des frontières de genre et de classe. Si cette vision a depuis été relativisée par les historien.ne.s de la culture, il n’en reste pas moins que l’époque est marquée par un des plus gros bouleversements qu’ait connu le monde de l’éducation en France : la généralisation de la mixité scolaire. Cette onde de choc se ressent jusque dans les pages des illustrés pour fillettes, qu’avaient à peine ébranlé les grands traumatismes du siècle. Dans cet univers feutré où étaient jusqu’alors enseignés avec sévérité les savoirs et savoir-faire nécessaires aux futures mères au foyer, les garçons font brusquement irruption. Les fillettes écrivent à leur journal préféré pour s’inquiéter de l’arrivée de ces nouveaux camarades dans leur classe et demander des conseils pour mieux les comprendre. De leur côté, les hebdomadaires se font les chantres de cette réforme. Les multiples marraines et tantes qui peuplent les illustrés pour petites filles met en avant les bénéfices de la mixité scolaire, avec un discours différencialiste qui reprend celui des pouvoirs publics : au contact les uns des autres, les garçons s’adouciront, les filles s’endurciront.

Dans ce contexte, les ventes des hebdomadaires ciblés pour petites filles s’effondrent peu à peu, désignant comme obsolète leur principe même : pourquoi continuer à publier des journaux destinés à un seul des deux sexes, alors même que garçons et filles suivent à présent le même enseignement entre les mêmes murs, et doivent précisément apprendre à vivre ensemble pour assurer l’avenir du pays ? La mixité scolaire, les idées portées par mai 1968, la visibilité nouvelle de la seconde vague du féminisme, tout semble concourir pour expliquer une mort présentée comme programmée par les rédactions des journaux elles-mêmes. La Semaine de Suzette fut ainsi la première à annoncer, dès 1960 :

Nous savons combien vos mamans et vous-mêmes êtes attachées à votre journal. Aussi serez-vous désappointées en apprenant qu’il va cesser de paraître, la préférence des jeunes filles d’aujourd’hui allant de de plus en plus aux grands magazines s’adressant à la fois aux filles et aux garçons.

La Semaine de Suzette, 1950.

J’ai voulu cette année m’attarder sur cette chronique d’un désastre annoncé, et questionner ce qui est ainsi apparu comme une évidence, dans les discours rédactionnels de l’époque ou dans les travaux universitaires ultérieurs. Comment une généralisation de la mixité reposant largement sur le présupposé de l’existence d’une nature féminine et masculine a-t-elle finalement sonné le glas d’une presse spécialisée pour petites filles ? Par quels processus un type de presse bicentenaire est-il devenu en quelques années une anomalie rétrograde, au point de disparaître jusqu’à la parution de Minnie en 1994 et de Julie en 1998, le magazine « 100% filles » dont la parution a provoqué un tollé de la part des associations féministes ? Tandis que les magazines féminins constituent toujours un secteur florissant de la presse, les périodiques pour petites filles ne se sont jamais refait une place dans un milieu dominé par de grandes publications mixtes comme les titres de Bayard Presse.

C’est cette transition que j’étudie actuellement en tant que chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France, à travers Lisette, Fillette, Bernadette et La Semaine de Suzette. Après un premier semestre consacré à l’étude des contenus, je prépare une série d’entretiens avec d’anciennes lectrices de ces journaux, afin de travailler sur la question de leur réception. Ces échanges me permettront d’enrichir l’apport de mon enquête à l’histoire culturelle de la presse enfantine, mais aussi d’éclairer le rôle attribué a posteriori à ces journaux par leur public.

Pour aller plus loin

  1. J’utilise le mot « fillette » pour désigner ce public de 7-15 ans qui s’est peu à peu morcelé au cours de la période jusqu’à désigner des classes d’âge distinctes : des petites filles, des adolescentes, des très jeunes filles. J’emploie donc par commodité le terme « fillette », très employé dans les périodiques étudiés et qui a le mérite de ne pas obliger la chercheuse à appliquer des catégories contemporaines à ce lectorat devenu au fil du temps très hétérogène. []

Colloque : Cartographie du Web littéraire francophone (22-24/01)

Les porteurs du programme ANR LIFRANUM (LIttératures FRAncophones NUMériques), auquel prend part la Bibliothèque nationale de France, organisent un colloque international du 22 au 24 janvier 2020.

Argument

Le colloque international Cartographie du Web littéraire francophone entend interroger divers critères liés au repérage, à la sélection, à l’archivage, et au traitement de corpus nativement numériques des productions littéraires francophones. De même une analyse littéraire du corpus donnera sans doute l’occasion d’approfondir notamment  la question de l’élargissement du champ littéraire, d’interroger l’efficience des outils  narratologiques classiques pour saisir cette nouvelle poétique numérique. Il s’agira  aussi d’étudier la répartition des ressources numériques littéraires dans l’espace francophone, d’établir des modalités standardisées de description afin d’en proposer des parcours interprétatifs adaptés. Par ailleurs, l’occasion sera donnée de repenser la Francophonie, dans une logique plurielle, décentrée, en tenant compte de toutes les aires culturelles qui ont le français comme langue de partage.

Programme

Mercredi 22 janvier

8h30- Accueil des participants

08h45-Ouverture du colloque et présentation du projet Idex

Corpus numérique : quelle pertinence heuristique, méthodologique et épistémologique ?

Modération : Catherine Dessinges, Université de Lyon 3

9h00-10h00 : conférence plénière 

Le partenariat Littérature québécoise mobile

  • Bertrand Gervais, titulaire Chaire de recherche du Canada sur les arts et les littératures numériques 

10h00-10h35 : Proposition Cartographie du web littéraire francophone

  • Pierre Boizette, chercheur postdoctoral, IFRA, Nairobi

10h35-10h50: pause-café

10h50-11h25 : Cartographie du web littéraire francophone : entre considérations générales et questionnements juridiques

  • Aboubakar Sidi Njutapwoui, Université Maroua, Cameroun

11h25-12h00 : Cartographie du Web littéraire francophone. Le cas de certains blogs et sites littéraires francophones subsahariens

  • Patricia Sylvie Essonghe, Université Omar Bongo Libreville-Gabon, Marge/ Lyon 3

12h00-12h35 : Le corpus “brouhaha” au défi de la visualisation de texte

  • Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

Pause déjeuner

Francophonie : configurations numériques, dynamique transversale et confins sémantiques

Modération : Lucien Perticoz, Université Lyon 3

14h00-15h00 : conférence plénière

Je ne suis pas un littéraire. Plaidoyer pour des frontières disciplinaires poreuses,

  • Marcello Vitali-Rosatidépartement des littératures de langue française de l’Université de Montréal

15h00-15h35 : Les institutions fantômes de la littérature numérique,

  • Nicolas Sauret, Université Paris-Ouest

15h35-15h50 : pause-café

15h50-16h25 : Ébauche de visualisation des productions littéraires francophones d’Haïti et retour d’expérience

  • Inès Burri, Université Jean Moulin Lyon 3
  • Anaïs Chambat, ENS de Lyon
  • Célian Ringwald, Université Lumière Lyon 2 

16h25-17h00 : L’impact des pratiques de la numérisation dans la création littéraire francophone

  • Amel Mesli, Ecole Supérieure de Management de Tlemcen, Algérie

Jeudi 23 janvier

Genre(s) et création à l’ère du numérique

Modération : Gilles Bonnet, Université Lyon 3

9h30-10h05 : Des effets du web sur la création littéraire : évolution des pratiques et légitimation des œuvres

  • Karen Cayrat, Université de Lorraine (Crem)

10h05-10h40 : Inconnu à cette adresse. Plongée exploratoire dans la création littéraire numérique belge en langue française

  • Corentin Lahouste,  FNRS-UCLouvain

10h40-10h55 : Pause-café 

10h55-11h30 : Francophonie et création littéraire en Algérie à l’ère du numérique : état des lieux et enjeux

  • Karima Ait Dahmane, Université de Blida2

11h30-12h05 : La littérature populaire en français sur le web contribue-t-elle à morceler ou à unifier l’espace numérique francophone ? Le cas des chroniques : de part et d’autre de la Méditerranée,

  • Nadja Maillard-De La Corte Gomez, Université d’Angers
  • Violaine Bigot, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Pause déjeuner

Web littéraire  et configurations socionumériques

Modération : Belén Hernández Marzal, Université Lyon 3  

14h00-14h35 : Pratiques discursives et hybridité dans  les  forums de discussion algérien

  • Yahiaoui Kheira, Maître de Conférences HDR, Ecole Normale Supérieure d’Oran, Algérie

14h35-15h10 : à MainLevé, un dispositif d’écriture original sur les Réseaux Sociaux

  • Emmanuel Vaslin, Directeur Atelier Canopé de Maine-et-Loire 

15h10-15h25 : pause-café

15h25-16h00 : L’internet et la mise en scène de soi : la participation du web dans la restructuration des dispositifs de légitimation et le processus de concrétisation des créations littéraires en Haïti

  • Jean Verdin Jeudi, Université d’Etat d’Haïti

16h00-16h35 : Présentation de l’œuvre The pleasure of the coast ou Le Plaisir de la côte de J. R. Carpenter

  • Sylviane Médard, doctorante LLSH université Grenoble Alpes

Vendredi 24 janvier

Corpus en ligne, herméneutique et obstacles méthodologiques

Modération : Christian Cote, Université Lyon 3

9h30-10h30 : conférence plénière

La plate-forme Mukanda, limites et potentiels d’une expérience

  • Pierre Halen, Université Lorraine

10h30-11h05 : Quelle cartographie de la littérature francophone à l’ère du cyberespace ?

  • Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université de Toulouse Jean Jaurès, Marge, Université de Lyon 3

11H05-11h20 : Pause-café

11h20-11h55 : Le “Répertoire des écrivaines et écrivains numériques”. Archivage et institutionnalisation de la littérature numérique, Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

  • Nicolas Sauret (UdeM)
  • Enrico Agostini Marchese (UdeM)

11h55-12h30 : A la recherche du web littéraire : une enquête hyper-perplexe en hypertexte

  • Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

Pause déjeuner

Nouveaux horizons littéraires & performance d’auteurs

Modération : Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

14h00-15h00 : La littérature (par la) bande, Servanne Monjour, département des littératures de langue française de l’Université de Montréal

  • Marcello Vitali-Rosati, Chaire de recherche du Canada sur les écritures numérique

15h00-15h35 : Notes pour une littérature de terrain. Le devenir-spatial de la littérature numérique

  • Enrico Agostini Marchese (UdeM), doctorant, Université de Montréal

15h35-15h50: pause-café

15h50-16h10 : Lecture de textes par Jean Verdin Jeudi, Ecrivain et bloggeur, responsable d’un club de jeunes écrivains d’Haïti

16h10-16H50 : Table ronde d’administrateurs de plateformes d’écriture littéraire autour de Marie-Anaïs Guegan, Université Lyon 3

16h50-17h45 : Table ronde : De l’Idex à Lifranum : les grands enjeux de la Francophonie numériqueGilles Bonnet, Université Lyon 3 ; Christian Cote, Université Lyon 3, Pierre Halen, Université Lorraine ; Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, Marge, Lyon 3 

Informations pratiques

  • Université Lyon 3, Salle Caillemer
  • 15, quai Claude Bernard 69007 LYON
  • Tram T1 : descente rue de l’université
  • Contact : 04.78.78.73.92

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque – André Gide, un intellectuel engagé pour son temps et le nôtre (22/11)

Cent cinquante ans après sa naissance, ce colloque rend hommage à André Gide, qui fut salué comme le « contemporain capital » que ses multiples détracteurs s’empressèrent d’enterrer. Il reste remarquablement présent dans la vie intellectuelle et littéraire.

Les textes d’André Gide constamment réédités, relus et étudiés, mais aussi son itinéraire intellectuel, moral, politique continuent d’être interrogés et discutés. Bien des aspects de la singularité de l’écrivain entrent en résonance avec nos préoccupations contemporaines : ses écrits restent une véritable école de libération et d’affirmation de soi ; le devoir de faire de soi « le plus irremplaçable des êtres » ou le refus de « sacrifier aux idoles » qu’il défendait sont d’une actualité brûlante. Par ailleurs, Gide, souvent caricaturé en égotiste, n’a au contraire cessé de témoigner intérêt et compassion envers l’humanité souffrante et les invisibles de tous ordres : face aux accusés de cours d’assises, au milieu des réfugiés de guerre, des peuples colonisés ou aliénés par des dictatures, il a tenu un discours de responsabilité et de solidarité d’une portée universelle. Ainsi la vraie force de la parole gidienne est d’avoir su s’incarner dans une œuvre polymorphe, à la fois classique et novatrice.

Journée d’étude proposée en partenariat avec l’Association des Amis d’André Gide (AAAG), à l’occasion du 150anniversaire de la naissance d’André Gide (1869-2019).

Programme

9 h 30 – Ouverture
Par Thomas Cazentre, département des manuscrits, BnF

10 h – Du bon usage de la dissidence
Par Pierre Masson, professeur émérite, université de Nantes

10 h 30 – Gide, un engagement pour aujourd’hui
Par Stéphanie Bertrand, maître de conférences, université de Lorraine

11 h – Pour une Europe des lettres. Gide face à la « crise de l’esprit »
Par Paola Codazzi, université de Haute-Alsace

11 h 30 – Présentation de manuscrits (sur écran)
Par Thomas Cazentre, BnF

12 h – Pause

14 h 30 – Gide et la question des réfugiés
Par Jocelyn Van Tuyl, professeur, université de Sarasota

15 h – Gide et la générosité
Par Martine Sagaert, professeur émérite, université du Sud Toulon-Var

16 h – Gide e(s)t le criminel
Par Jean-Michel Wittmann, professeur, université de Lorraine

16 h 30 – Chez Gide, l’essentiel c’est la contingence
Par David Walker, professeur émérite, université de Sheffield

Informations pratiques

  • Vendredi 22 novembre 2019, 9h30 – 17h
  • Bibliothèque nationale de France, Petit auditorium
  • Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (70)
  • Site François-Mitterrand – Salle 70
    Quai François-Mauriac – Paris 13e
    Entrée Est face à la rue Émile Durkheim

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque – Nathalie Sarraute : Vingt ans après (17-18/10)

Vingt ans après la disparition de l’auteure, une nouvelle génération de chercheurs tente d’ouvrir des perspectives inédites sur son oeuvre, en s’attachant à la replacer dans son contexte historique, social et littéraire et à se confronter aux interdits dressés par l’écrivaine elle-même.

Romancière, auteure dramatique et essayiste, Nathalie Sarraute a laissé une vision des mots et du monde portée par une écriture en évolution permanente. Influencée par les recherches formelles de Marcel Proust, James Joyce ou Virginia Woolf, elle avait très tôt perçu les normes narratives traditionnelles comme autant de poids morts empêchant le créateur de poursuivre « la recherche d’une matière inconnue ». Elle a bâti sur ces fondements une œuvre d’une rare exigence formelle et d’une originalité remarquable, qui témoigne encore aujourd’hui de l’acuité avec laquelle elle avait entrepris de déchiffrer les automatismes de la pensée humaine.

Colloque international dirigé par Johan FaerberAnn JeffersonRainier Rocchi et Olivier Wagner

BnF – université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle – Institut d’Études Avancées de Paris

Programme

9 h 15 – Ouverture par Laurence Engel, Présidente de la BnF

9 h 30 – Présentation du Colloque
Par Johan Faerber et Olivier Wagner

9 h 45 – NS à l’aune de la biographie
Par Ann Jefferson, université d’Oxford

10 h 15 – Nathalie Sarraute aux regards du Nouveau Roman. Ce que voyait Sarraute
Par Mireille Calle-Gruber, université Sorbonne Nouvelle, Paris 3

10 h 45 – Discussion

11 h – Pause

11 h 30 – Liens affectifs, liens littéraires : les affinités que nous révèle la correspondance de Nathalie Sarraute avec d’autres « Nouveaux Romanciers »
Par Carrie Landfried, Franklin & Marshall College, Pennsylvanie

12 h – La séquence de la confiture de fraises et du calomel dans Enfance : un palimpseste ?
Par Rainier Rocchi, université Côte d’Azur

12 h 30 – Discussion

14 h – Monique Wittig, lectrice idéale de Nathalie Sarraute ?
Par Chloé Jacquesson, université Lumière Lyon 2

14 h 30 – Sarraute, Duras : le déni du théorique
Par Simona Crippa, UCO, Angers/ Paris 3

15 h – Discussion

15 h 15 – Pause

15 h 30 – « Tous ces mots qu’on dit ! Des mots… » : Sarraute et Beauvoir, ou le dialogue impossible »
Par Jean-Louis Jeannelle, université Sorbonne Nouvelle Paris 3

16 h – Virginia Woolf et Nathalie Sarraute : l’écriture impersonnelle et la question du genre
Par Naomi Toth, Université Paris Nanterre

16 h 30 – Un héritage proustien inconscient : les paroles fantasmées dans l’œuvre de Nathalie Sarraute
Par Solenne Montier, Université Caen Normandie

17 h – Discussion

17 h 30 – Fin de la première journée

La deuxième journée de ce colloque a lieu le vendredi 18 octobre de 9 h à 14 h 30 à l’Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e

Autour du colloque

Mercredi 16 octobre 2019, 20 h
Maison de la Poésie, Passage Molière, 157 rue Saint-Martin, Paris 3e
Lecture publique
Lecture intégrale de la version originale de Tropismes (1939) par Coraly Zahonero de la Comédie-Française. Archives audiovisuelles.

Vendredi 18 octobre 2019, 15 h 30 – 16 h 30
Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e
Table ronde « Sarraute hier et aujourd’hui » Avec Françoise Asso, Pascale Fautrier, Ann Jefferson, Arnaud Rykner, Jean-Yves Tadié 
Modérateur : Olivier Wagner

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, 2, rue Vivienne – 75002 Paris
  • Auditorium Colbert
  • 17 octobre 2019, 9h-18h
  • Entrée libre et gratuite
  • Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e
  • 18 octobre 2019, 9h-14h30
  • Entrée libre et gratuite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Medieval Francophone Literary Culture Outside France

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche portant sur des collections de la bibliothèque.

Titre

Medieval Francophone Literary Culture Outside France

Pays

Royaume-Uni

Auteur(s)

  • King’s College London
  • University of Cambridge
  • University College London

Description

Ce projet mené de 2011-2015 visait à étudier l’expansion de la littérature francophone en Europe et au-delà vers 1200-c.1450. Il s’agissait d’explorer la transmission des textes littéraires le long de deux axes principaux : une route du nord qui s’étend de l’Angleterre à la Bourgogne et à la Rhénanie en passant par les Pays-Bas ; une route du sud à travers les Alpes jusqu’en Italie du nord et jusqu’en Méditerranée et en Adriatique, au Moyen-Orient.

URL

hhttp://www.medievalfrancophone.ac.uk/

À noter

  • L’outil exploite un nombre important de manuscrits de la Bibliothèque nationale de France : 19 de la Bibliothèque de l’Arsenal, plus d’une centaine du département des Manuscrits.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier du livre (16/4) : Le roman graphique

Les « Ateliers du livre » de la Bibliothèque nationale de France proposent des rendez-vous réguliers autour de l’histoire du livre et de ses enjeux contemporains.

Richard Felton Outcault. Buster Brown est incorrigible. Hachette, 1918

Qu’on le considère comme une forme esthétique ou un objet éditorial, le roman graphique s’est imposé ces dernières années dans le paysage de la bande dessinée. Catégorie d’ouvrages protéiformes aux contours encore mal définis, il est devenu l’un des éléments structurants d’une offre éditoriale abondante et variée. Au cœur des enjeux de légitimation qui travaillent un secteur dont le dynamisme ne s’est pas démenti au cours des deux dernières décennies, il fournit des opportunités de médiation nouvelles et stimulantes en librairie, en bibliothèque ainsi que dans des expositions.

En partenariat avec l’Université Paris Nanterre

Programme

9h : Ouverture par Cécile Rabot, sociologue, maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre (Centre européen de sociologie et de science politique) et le Directeur général de la Bibliothèque nationale de France ou son représentant.

Le roman graphique et son cadre : historique, frontières, définitions

9h30-10h : Le roman graphique du point de vue de l’auteur
Par Tiphaine Rivière, auteure de Carnets de thèse (Seuil, 2015) et de L’invasion des imbéciles (Seuil, 2019).

10h-10h30 :Du roman en estampes au roman graphique. Généalogie d’une catégorie éditoriale
Par Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire contemporaine (Institut de recherches historiques du septentrion, Université de Lille).

10h30-11h : Le « graphic novel » comme étiquette nouvelle : des premiers usages américains de la catégorie dans les années 1970 aux premiers usages français dans les années 1980
Par Jean-Matthieu Méon, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine).

11h-11h30 – Pause

11h30-12h : Le récit mémoriel historique en bande dessinée, un roman graphique consacré à la mémoire
Par Isabelle Delorme, docteure en histoire contemporaine, chercheuse associée au Centre d’Histoire de Sciences Po (Lauréate de la bourse Mark Pigott et chercheuse invitée de la BnF en 2016-2017).

Le roman graphique et ses éditeurs

14h-14h30 : Structuration des catalogues : comment les éditeurs alternatifs mobilisent (ou non) la catégorie roman graphique
Par Kévin Le Bruchec, Doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication (Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13 Villetaneuse).

14h30-15h : L’édition alternative de bandes dessinées
Par Serge Ewenczyk des éditions Ça et là.

15h-15h30 : Roman graphique et stratégies éditoriales
Par Benoît Mouchart, directeur éditorial en charge de la bande dessinée chez Casterman.

15h30-15h40 – Pause

Les médiations du roman graphique : bibliothèques, librairies, expositions

15h40 – 17h : Table-ronde introduite et modérée par Jean-Marie Compte, directeur du département Littérature et art à la Bibliothèque nationale de France.
Avec Jean-Christophe Boudet, libraire, maître de conférences associé au Pôle métiers du livre de l’Université Paris Nanterre, Thierry Groensteen, spécialiste de la bande dessinée et commissaire de l’exposition « Roman graphique » à la Fondation Jan Michalski du 3 novembre 2018 au 6 janvier 2019, Antoine Torrens, directeur des bibliothèques de la ville de Compiègne.

Informations pratiques

  • 16 avril 2019, de 9h30 à 17h
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, salle 70
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les colloques secrets de Claude Louis-Combet (Orléans & Paris)

11 avril 2019 – Hôtel Dupanloup, Orléans 

10h : Accueil des participants et mot d’ouverture

  • L’écrivain et le plasticien : autoportraits secrets

Présidente de séance : France Marchal-Ninosque

10h15-10h45

  • Héloïse Cabiron (Université de Bourgogne-Franche-Comté) : « Dans le petit atelier » de Claude Louis-Combet : les trois incipits de « Bethsabée »

10h45-11h15

  • Stéphanie Boulard (Georgia institute of technology, Atlanta, USA) : Replis de nuit ou arcane du rêve ? Pour une lecture de l’« adorable effigie » dans « Bethsabée au clair comme à l’obscur »

11h15-11h30 : discussion

  • L’écrivain et le plasticien : rencontre des imaginaires

Présidente de séance : Bahia Dalens

11h45-12h15

  • France Marchal-Ninosque (Université de Bourgogne-Franche-Comté) :
  • Claude Louis-Combet, dadophile et dadolâtre 

12h15 – 12h45

  • Sara Di Santo Prada (inspection académique de la Dordogne) : L’univers de Pierre Bassard narré par la plume louis-combetienne

12h45-13h : discussion

  • La création au secret : une mystique de l’art

Présidente de séance : Aude Bonord

14h45-15h15

  • Alain Romestaing (Université Paris-Descartes) : Cheval de batailles : « La Sœur du petit Hans », de Claude Louis-Combet 

15h15 -15h45

  • Dominique de Courcelles (CNRS) :
  • L’art cinétique de Claude Louis-Combet : le mouvement mystique 

15h45-16h discussion

  • Regards vers un passé oublié

Président de séance : Olivier Wagner

16h-16h30

  • Myriam White-Le Goff (université d’Artois) :
  • Claude Louis-Combet, le Moyen Âge et l’intériorité

16h30-17h

  • Marion de Lencquesaing, (université Aoyama Gakuin de Tokyo, Japon) :
  • Les « territoires de spiritualité » publiés par Claude Louis-Combet pour la collection Atopia
  • 17h15-18h Entretien avec l’auteur animé par Aude Bonord (université d’Orléans) 

12 avril 2019 : après-midi d’hommage à la Bibliothèque nationale de France, 58 rue de Richelieu, Paris 2e

– 13h45 : accueil des participants dans le salon d’honneur du site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France

– 14h : table ronde (salle Emilie du Châtelet) animée par Dominique de Courcelles avec Jean-Claude Terrier, Martial Hamon et Elizabeth Prouvost autour de l’auteur

– 15h45-16h30 : lecture de passages de Bethsabée, au clair comme à l’obscur de Claude Louis-Combet par Thierry Vu-Huu, comédien

Comité scientifique

  • Marie-Hélène Boblet (Professeur de littérature française à l’université de Caen)
  • Marie-Odile Germain (Conservateur honoraire de la Bibliothèque nationale de France)
  • France Marchal-Ninosque (Professeur de littérature française à l’université de Bourgogne-Franche-Comté)
  • François Trémolières, (Professeur de littérature française à l’université de Rennes 2)
  • Myriam Watthee-Delmotte (directrice de recherches du FNRS, professeur de littérature française à l’Université catholique de Louvain et membre de l’Académie royale de Belgique)

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Naissance et diffusion du roman anglophone en France

Cette journée d’étude vise à croiser les professionnels de la littérature anglophone et des bibliothèques, qui disposent de fonds importants ou spécifiques dans ce domaine. Elle permettra de valoriser les collections patrimoniales de la BnF et d’appréhender le paysage national autour du patrimoine culturel et littéraire anglophone. Un public varié, composé d’étudiants, de bibliothécaires, de chercheurs, de documentalistes et d’amateurs sera convié autour d’interventions d’experts, de démonstrations (Gallica, CCFr) et de questionnements sur la naissance et la diffusion du roman anglophone en France, ainsi que sur le signalement, l’histoire et la numérisation de certains fonds.

La littérature américaine est surtout connue pour ses récits d’exploration et de colonisation, ses traités, ses sermons teintés de théologie et pour l’exaltation de ses vertus républicaines au XVIIIe siècle. Or si l’on revient sur les premières formes de romans américains, on y découvre des récits autour de la nouvelle nation des États-Unis dans un contexte de développement d’une industrie du livre encore hésitante. Tandis qu’en Angleterre, Daniel Defoe inaugure le roman à portée morale avec Robinson Crusoë (1719) et Moll Flanders (1722), l’américain Charles Brockden Brown offre, quelques années plus tard, une nouvelle liberté au roman gothique américain avec Wieland ; or, The Transformation : An American Tale (1798), explorant l’ambiguïté du réel. Du début du XVIIIe siècle jusqu’à la période victorienne, le roman anglophone va connaître de multiples évolutions : narrations s’apparentant aux récits d’exploration, écriture didactique, témoignages sur l’expérience de l’esclavage, aventures rocambolesques ou frissons gothiques… De nombreux pionniers de ce genre nouveau restent encore obscurs. Il s’agira de les découvrir ou de les relire à l’éclairage des regards contemporains.

Parallèlement à ces évocations d’un genre littéraire qui a connu de profondes mutations au cours des siècles, cette journée d’étude permettra de découvrir des fonds en littérature anglophone dont les provenances et les histoires sont très diverses, permettant de comprendre les modalités de diffusion du roman anglophone en France. L’exemple de la Bibliothèque de Saint Omer, qui conserve des fonds en littérature anglaise du IXè au XIXè siècle, issus d’un collège de Jésuites anglais et qui a également bénéficié d’un don de livres contemporains (XIXè-XXè siècle) par le Comité Canadien pour la reconstruction dans les années 1940, permettra d’aborder un volet de l’histoire de ces fonds anglophones en France. Cette cession sera complétée par une présentation dynamique de fonds et d’éditions anglophones anciennes, recensés et signalés dans le Catalogue Collectif de France, un portail qui permet de localiser sur tout le territoire des collections parfois uniques.

Dans un second temps, l’après-midi proposera de découvrir l’histoire et l’actualité de bibliothèques américaines, irlandaises et anglophones à Paris et en région. Fondée en 1920, l’American Library in Paris témoigne de la volonté des États-Unis d’envoyer des livres aux soldats américains à la fin de la Première Guerre mondiale et de fournir aux lecteurs en France le meilleur de la littérature et de la culture américaine. Aujourd’hui, la Bibliothèque Américaine de Paris est la plus grande bibliothèque de prêt d’ouvrages en langue anglaise en Europe, avec un programme culturel très dense.

Fortement liée à l’histoire de l’American Library in Paris, la Bibliothèque anglophone d’Angers touche un public varié d’étudiants et d’universitaires mais aussi d’enfants et d’adultes et a développé un fonds documentaire en langue anglaise disponible sur tout le département de Maine-et-Loire avec de nombreuses actualités culturelles.

Enfin, la bibliothèque patrimoniale du Centre Culturel irlandais de Paris date de 1775, avec la fondation d’un Collège des irlandais. Regroupant des ouvrages en théologie, philosophie, géographie et histoire allant du XVè au XIXè siècle, elle offre une bibliothèque numérique en ligne permettant d’admirer des manuscrits enluminés, l’Histoire des rois d’Angleterre (1500) et des trésors patrimoniaux. Quant à la médiathèque, elle propose plus de 8000 documents en anglais et de nombreuses activités, notamment des résidences d’auteurs ou d’artistes irlandais.

À l’issue de cette cession, des trésors en littérature anglophone numérisés seront présentés afin de découvrir des ouvrages précieux conservés à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France. 

Programme

Matinée animée par Marie-Françoise Cachin, Professeur émérite à l’université Paris VII-Denis Diderot, spécialiste de littérature britannique (époque victorienne), et de traduction littéraire.

  • Isabelle Bour, professeur d’études anglaises du XVIIIe siècle à la Sorbonne Nouvelle.

« Quel roman est né en Angleterre au début du XVIIIe siècle ? »

  • Nathalie Collé, Maître de conférence, Université de Lorraine.

« Le roman anglophone entre l’Angleterre et la France au XVIIIe siècle : place et rôle de l’illustration dans la diffusion et la réception de quelques œuvres de Defoe, Fielding, Smollett et Sterne »

  • Michael Roy, Maître de conférence, Paris Nanterre.

« L’esclavage aux États-Unis, sous toutes ses faces, avec toutes ses douleurs » : le roman antiesclavagiste américain en France dans les années 1850

  • Jean-Didier Wagneur, BnF

« Le rire anglo-saxon fin de siècle »

Après-midi animée par Isabelle Le Pape, chargée de collection en littérature anglophone, modératrice

1 Histoire et signalement de fonds anglophones en France

  • Remy Cordonnier : responsable des fonds anciens de la bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer, en fonction depuis novembre 2011. Docteur en histoire de l’art, chercheur associé de l’Institut de recherches histories du septentrion (Université de Lille), et de l’institut d’études médiévales de L’université nouvelle de Lisbonne.

« Des jésuites à l’UNESCO : le pourquoi du fonds anglais de la BAPSO. »

Résumé : La redécouverte, il y a une dizaine d’années, de liens prestigieux entre Saint-Omer et le monde anglo-américain, a entrainé toute les acteurs culturels de l’agglomération à explorer et à exploiter cette veine patrimoniale. La bibliothèque n’était pas en reste et c’est ainsi que furent « redécouvert » les fonds d’origine anglaise de la BAPSO, et que furent révélés leurs trésors.

  • Alexandre Faye (BnF/DSR/DCP/CCF) : signalement et présentation d’une sélection de fonds sur le CCFr

2 Diffusion d’ouvrages américains et irlandais en France

  • Jeffrey Hawkins, director of the American Library in Paris
  • Phoebe Marshall-Raimbeau, Director, English-language Library in Angers, Bibliothèque Anglophone.

« Le Fabuleux Destin de la Bibliothèque Anglophone d’Angers : 25 ans de développement d’une petite bibliothèque qui aime se présenter comme « The little library with a big attitude ».

  • Carole Jacquet, Responsable des ressources documentaires, Centre Culturel Irlandais.

« Les collections du Centre Culturel Irlandais »

  • Stéphane Lecouteux, Bibliothèque d’Avranches.

3 Trésors de littérature anglophone

  • Jean-Marc Châtelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF, présentation de trésors en littérature anglaise et américaine numérisés Suivi d’une table-ronde 

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Péladan, l’art et l’avant-garde


Joséphin Péladan

Joséphin Péladan (1859-1918) est une figure représentative de l’époque symboliste. Il fonda en 1888 une loge maçonnique, l’ordre de la Rose-Croix. Cette journée d’étude est organisée à l’occasion du centième anniversaire de sa disparition.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : L’art médiéval est-il contemporain ? Pour un décloisonnement des regards

Comment et pourquoi l’art du Moyen Âge, et en particulier l’art alto-médiéval, a-t-il irrigué la création contemporaine depuis les années 1950 ? Que lui a-t-il apporté ? Cette journée d’études a pour objectif de proposer des lectures croisées des deux périodes : elle questionnera la manière dont les artistes contemporains et les historiens de l’art contemporain perçoivent l’art du Moyen Âge et inversement, la façon dont les historiens de l’art médiévistes comprennent les échos de la création et de l’esthétique du Moyen Âge dans l’art contemporain.

Organisée dans le cadre de l’exposition Make it New, qui met en regard les poèmes figurés de la louange à la Sainte Croix de Raban Maur avec un ensemble d’œuvres d’artistes conceptuels, minimalistes et du Land Art, elle s’inscrit dans la continuité de l’atelier qui s’est tenu à l’INHA en 2016 autour des liens entre art médiéval et art contemporain.

Autour de l’exposition Make it New. Conversations avec l’art médiéval. Carte blanche à Jan Dibbets jusqu’au 10 février 2019 – Galerie 1 Make it New : d’après l’expression d’Ezra Pound (1885-1972)appelant au renouvellement des formes poétiques.

Programme

  • 9 h 30 Ouverture Denis Bruckmann, directeur général adjoint, directeur des collections, Bibliothèque nationale de France
  • 9 h45 Introduction Éric de Chassey, directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art
  • Présidente de séance : Larisa Dryansky
  • 10 h 15 Au-delà des périodisations par Nancy Thebaut (Université de Chicago)
  • 10 h 45 Suitcases par Amy Knight Powell (Université de Californie, Irvine)

11 h 15 – 11 h 30 pause

Président de séance: Erik Verhagen

  • 11 h 30 L’artiste conceptuel à son pupitre par Valérie Mavridorakis (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h 00 Qui était Jean Fouquet pour François Robertet ? Une autorité dans l’art de la fin du Moyen Âge par Elliot Adam (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h30 L’art conceptuel est-il thomiste ? L’exemple de Michael Craig-Martin  par Benjamin Riado (docteur en esthétique et sciences de l’art, agrégé d’arts plastiques)

13 h – 14 h 30 déjeuner

Présidente de séance: Charlotte Denoël

  • 14 h30 All form is a process of notation: Looking at medieval carmina figurata with Dick Higgins and Boethius par Aden Kumler (Université de Chicago)
  • 15 h 00 La toolbox mathématique des enlumineurs des VIIIe-IXe siècles par Isabelle Marchesin (INHA)
  • 15 h30 De luce. Le minimalisme filmique de Hollis Frampton et la métaphysique scolastique de la lumière par Larisa Dryansky (Sorbonne Université / Centre André Chastel)

16 h – 16 h 15 pause

Présidente de séance: Isabelle Marchesin

  • 16 h 15 The Medieval Performative Image and Contemporary Installation Art par Bissera Pentcheva (Université de Stanford)
  • 16 h 45 Sang des images et christianisation des affects : les performances de Gina Pane au prisme des enluminures médiévales, par Janig Bégoc (Université de Strasbourg)
  • 17h 15 Table ronde avec Jan Dibbets et Franz E. Walther

Organisation scientifique

  • Charlotte Denoël, BnF
  • Larisa Dryansky, Sorbonne Université/Centre André Chastel
  • Isabelle Marchesin, INHA
  • Erik Verhagen, Université polytechnique Hauts-de-France/Calhiste (équipe d’accueil 4343)
  • Avec le soutien de la galerie Jocelyn Wolff, Paris

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Merveilleux-scientifique Une science-fiction à la française

Le Prisonnier de la planète Mars, illustré par Henri Thiriet, « Le Roman d’aventures », n° 4, Paris, Albert Méricant, 1908.

À l’aube de la Grande Guerre, le public se passionne pour la découverte des rayons X, la photographie des auras ou les essais de communication avec la planète Mars. C’est dans cette atmosphère de rêverie scientifique que l’écrivain Maurice Renard entreprend de structurer un nouveau mouvement littéraire, inscrit dans la lignée de H. G. Wells et en rupture avec Jules Verne : le « merveilleux-scientifique ». L’intrigue de ces récits se construit dans un cadre rationnel ; l’auteur choisit d’y altérer une loi scientifique, permettant ainsi aux protagonistes de traverser la matière, de lire les pensées ou de voyager dans l’infiniment petit. La BnF consacre une exposition inédite à ce pan méconnu de la littérature française du début du XXe siècle. Un voyage dans le temps jubilatoire aux côtés de ces auteurs « chasseurs de chimères » et « scribes de miracles », qui révèle la richesse de l’imaginaire scientifique français, avant même l’avènement de la science-fiction américaine au début des années 1930.

La Bibliothèque nationale de France participe depuis 2017 à la redécouverte du corpus merveilleux-scientifique, qui s’est épanoui en France entre 1900 et 1930, en rééditant certains auteurs-phares au sein de sa collection de pépites littéraires « Les Orpailleurs » (Théo Varlet, André Couvreur, J.-H. Rosny aîné) et en collaboration avec les éditions 2024 (G. Ri). Maurice Renard, maître à penser du genre, se positionne en tant que « rénovateur du roman » et invite ses pairs (André Couvreur, Théo Varlet, Gustave le Rouge, Octave Béliard, Léon Groc, etc.) à fonder un roman neuf, basé sur la raison. S’éloignant des aventures scientifiques à la Verne, le récit merveilleux-scientifique s’inspire du roman expérimental de Zola, des contes philosophiques de Wells, des histoires extraordinaires de Poe, du merveilleux de Perrault modernisé et de la vague de merveilleux spirite. Chaque intrigue s’élabore autour de l’invention/modification d’une loi physique, chimique ou biologique, qui pro-pose dès lors au lecteur de regarder le monde connu la tête en bas ou au travers d’un miroir déformant.

L’exposition présente plus de 250 reproductions de documents largement méconnus, issus des fonds de la BnF : romans, feuilletons, affiches, récits sous images, articles prospectifs et de vulgarisation scientifique. Ils témoignent ainsi de la dissémination de l’esprit merveilleux-scientifique dans la culture médiatique et populaire au début du XXe siècle. Déambulant librement dans l’allée Julien Cain, le visiteur découvre au fil des cimaises que certaines thématiques qu’il pensait l’apanage de la science-fiction américaine des années 1930 et au-delà, étaient déjà en germe dans l’imaginaire merveilleux-scientifique français, très au fait des avancées scientifiques de l’époque (homme artificiel et augmenté, révolte des robots, catastrophe écologique, invasion et surveillance extraterrestre, etc.). L’exposition met en lumière les liens privilégiés du modèle merveilleux-scientifique avec les sciences et pseudo-sciences de son temps.

La première partie propose une immersion dans l’atmosphère de la Belle Époque, qui voit des savants comme Pierre Curie et Camille Flammarion se passionner pour les mystères surnaturels, tandis que les journaux vantent les bienfaits des crèmes au radium et autres ceintures électriques. En écho à son titre évocateur, « une science-fiction à la française », l’exposition met aussi en évidence la place du champ merveilleux-scientifique dans l’histoire plus générale du roman d’hypothèse où se côtoient science-fiction, aventures scientifiques et autres voyages extraordinaires.

La seconde partie offre un large panorama des motifs littéraires caractéristiques du genre : le savant fou et ses créations, l’homme artificiel, la découverte de nouveaux mondes, les créatures inquiétantes et ultraterrestres, les voyages dans le temps. Les illustrations mettent chaque fois en évidence l’influence du contexte scientifique sur l’épanouissement d’un thème fantaisiste, révélateur d’une époque où l’on rêvait les « Et si… »

Informations pratiques

  • 23 avril au 25 août 2019
  • Allée Julien Cain
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand
  • Quai François-Mauriac, Paris XIIIe
  • Du mardi au samedi 10h > 19h
  • Dimanche 13h >19h
  • Fermeture les lundis et jours fériés
  • Entrée libre
  • Iconographie à disposition de la presse

Commissariat

Fleur Hopkins, chercheuse invitée au département des Sciences et techniques, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts