Archives par mot-clé : Littérature et art

Colloque – Nathalie Sarraute : Vingt ans après (17-18/10)

Vingt ans après la disparition de l’auteure, une nouvelle génération de chercheurs tente d’ouvrir des perspectives inédites sur son oeuvre, en s’attachant à la replacer dans son contexte historique, social et littéraire et à se confronter aux interdits dressés par l’écrivaine elle-même.

Romancière, auteure dramatique et essayiste, Nathalie Sarraute a laissé une vision des mots et du monde portée par une écriture en évolution permanente. Influencée par les recherches formelles de Marcel Proust, James Joyce ou Virginia Woolf, elle avait très tôt perçu les normes narratives traditionnelles comme autant de poids morts empêchant le créateur de poursuivre « la recherche d’une matière inconnue ». Elle a bâti sur ces fondements une œuvre d’une rare exigence formelle et d’une originalité remarquable, qui témoigne encore aujourd’hui de l’acuité avec laquelle elle avait entrepris de déchiffrer les automatismes de la pensée humaine.

Colloque international dirigé par Johan FaerberAnn JeffersonRainier Rocchi et Olivier Wagner

BnF – université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle – Institut d’Études Avancées de Paris

Programme

9 h 15 – Ouverture par Laurence Engel, Présidente de la BnF

9 h 30 – Présentation du Colloque
Par Johan Faerber et Olivier Wagner

9 h 45 – NS à l’aune de la biographie
Par Ann Jefferson, université d’Oxford

10 h 15 – Nathalie Sarraute aux regards du Nouveau Roman. Ce que voyait Sarraute
Par Mireille Calle-Gruber, université Sorbonne Nouvelle, Paris 3

10 h 45 – Discussion

11 h – Pause

11 h 30 – Liens affectifs, liens littéraires : les affinités que nous révèle la correspondance de Nathalie Sarraute avec d’autres « Nouveaux Romanciers »
Par Carrie Landfried, Franklin & Marshall College, Pennsylvanie

12 h – La séquence de la confiture de fraises et du calomel dans Enfance : un palimpseste ?
Par Rainier Rocchi, université Côte d’Azur

12 h 30 – Discussion

14 h – Monique Wittig, lectrice idéale de Nathalie Sarraute ?
Par Chloé Jacquesson, université Lumière Lyon 2

14 h 30 – Sarraute, Duras : le déni du théorique
Par Simona Crippa, UCO, Angers/ Paris 3

15 h – Discussion

15 h 15 – Pause

15 h 30 – « Tous ces mots qu’on dit ! Des mots… » : Sarraute et Beauvoir, ou le dialogue impossible »
Par Jean-Louis Jeannelle, université Sorbonne Nouvelle Paris 3

16 h – Virginia Woolf et Nathalie Sarraute : l’écriture impersonnelle et la question du genre
Par Naomi Toth, Université Paris Nanterre

16 h 30 – Un héritage proustien inconscient : les paroles fantasmées dans l’œuvre de Nathalie Sarraute
Par Solenne Montier, Université Caen Normandie

17 h – Discussion

17 h 30 – Fin de la première journée

La deuxième journée de ce colloque a lieu le vendredi 18 octobre de 9 h à 14 h 30 à l’Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e

Autour du colloque

Mercredi 16 octobre 2019, 20 h
Maison de la Poésie, Passage Molière, 157 rue Saint-Martin, Paris 3e
Lecture publique
Lecture intégrale de la version originale de Tropismes (1939) par Coraly Zahonero de la Comédie-Française. Archives audiovisuelles.

Vendredi 18 octobre 2019, 15 h 30 – 16 h 30
Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e
Table ronde « Sarraute hier et aujourd’hui » Avec Françoise Asso, Pascale Fautrier, Ann Jefferson, Arnaud Rykner, Jean-Yves Tadié 
Modérateur : Olivier Wagner

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, 2, rue Vivienne – 75002 Paris
  • Auditorium Colbert
  • 17 octobre 2019, 9h-18h
  • Entrée libre et gratuite
  • Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 Quai d’Anjou, Paris 4e
  • 18 octobre 2019, 9h-14h30
  • Entrée libre et gratuite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Medieval Francophone Literary Culture Outside France

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche portant sur des collections de la bibliothèque.

Titre

Medieval Francophone Literary Culture Outside France

Pays

Royaume-Uni

Auteur(s)

  • King’s College London
  • University of Cambridge
  • University College London

Description

Ce projet mené de 2011-2015 visait à étudier l’expansion de la littérature francophone en Europe et au-delà vers 1200-c.1450. Il s’agissait d’explorer la transmission des textes littéraires le long de deux axes principaux : une route du nord qui s’étend de l’Angleterre à la Bourgogne et à la Rhénanie en passant par les Pays-Bas ; une route du sud à travers les Alpes jusqu’en Italie du nord et jusqu’en Méditerranée et en Adriatique, au Moyen-Orient.

URL

hhttp://www.medievalfrancophone.ac.uk/

À noter

  • L’outil exploite un nombre important de manuscrits de la Bibliothèque nationale de France : 19 de la Bibliothèque de l’Arsenal, plus d’une centaine du département des Manuscrits.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier du livre (16/4) : Le roman graphique

Les « Ateliers du livre » de la Bibliothèque nationale de France proposent des rendez-vous réguliers autour de l’histoire du livre et de ses enjeux contemporains.

Richard Felton Outcault. Buster Brown est incorrigible. Hachette, 1918

Qu’on le considère comme une forme esthétique ou un objet éditorial, le roman graphique s’est imposé ces dernières années dans le paysage de la bande dessinée. Catégorie d’ouvrages protéiformes aux contours encore mal définis, il est devenu l’un des éléments structurants d’une offre éditoriale abondante et variée. Au cœur des enjeux de légitimation qui travaillent un secteur dont le dynamisme ne s’est pas démenti au cours des deux dernières décennies, il fournit des opportunités de médiation nouvelles et stimulantes en librairie, en bibliothèque ainsi que dans des expositions.

En partenariat avec l’Université Paris Nanterre

Programme

9h : Ouverture par Cécile Rabot, sociologue, maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre (Centre européen de sociologie et de science politique) et le Directeur général de la Bibliothèque nationale de France ou son représentant.

Le roman graphique et son cadre : historique, frontières, définitions

9h30-10h : Le roman graphique du point de vue de l’auteur
Par Tiphaine Rivière, auteure de Carnets de thèse (Seuil, 2015) et de L’invasion des imbéciles (Seuil, 2019).

10h-10h30 :Du roman en estampes au roman graphique. Généalogie d’une catégorie éditoriale
Par Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire contemporaine (Institut de recherches historiques du septentrion, Université de Lille).

10h30-11h : Le « graphic novel » comme étiquette nouvelle : des premiers usages américains de la catégorie dans les années 1970 aux premiers usages français dans les années 1980
Par Jean-Matthieu Méon, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine).

11h-11h30 – Pause

11h30-12h : Le récit mémoriel historique en bande dessinée, un roman graphique consacré à la mémoire
Par Isabelle Delorme, docteure en histoire contemporaine, chercheuse associée au Centre d’Histoire de Sciences Po (Lauréate de la bourse Mark Pigott et chercheuse invitée de la BnF en 2016-2017).

Le roman graphique et ses éditeurs

14h-14h30 : Structuration des catalogues : comment les éditeurs alternatifs mobilisent (ou non) la catégorie roman graphique
Par Kévin Le Bruchec, Doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication (Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13 Villetaneuse).

14h30-15h : L’édition alternative de bandes dessinées
Par Serge Ewenczyk des éditions Ça et là.

15h-15h30 : Roman graphique et stratégies éditoriales
Par Benoît Mouchart, directeur éditorial en charge de la bande dessinée chez Casterman.

15h30-15h40 – Pause

Les médiations du roman graphique : bibliothèques, librairies, expositions

15h40 – 17h : Table-ronde introduite et modérée par Jean-Marie Compte, directeur du département Littérature et art à la Bibliothèque nationale de France.
Avec Jean-Christophe Boudet, libraire, maître de conférences associé au Pôle métiers du livre de l’Université Paris Nanterre, Thierry Groensteen, spécialiste de la bande dessinée et commissaire de l’exposition « Roman graphique » à la Fondation Jan Michalski du 3 novembre 2018 au 6 janvier 2019, Antoine Torrens, directeur des bibliothèques de la ville de Compiègne.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les colloques secrets de Claude Louis-Combet (Orléans & Paris)

11 avril 2019 – Hôtel Dupanloup, Orléans 

10h : Accueil des participants et mot d’ouverture

  • L’écrivain et le plasticien : autoportraits secrets

Présidente de séance : France Marchal-Ninosque

10h15-10h45

  • Héloïse Cabiron (Université de Bourgogne-Franche-Comté) : « Dans le petit atelier » de Claude Louis-Combet : les trois incipits de “Bethsabée”

10h45-11h15

  • Stéphanie Boulard (Georgia institute of technology, Atlanta, USA) : Replis de nuit ou arcane du rêve ? Pour une lecture de l’« adorable effigie » dans “Bethsabée au clair comme à l’obscur”

11h15-11h30 : discussion

  • L’écrivain et le plasticien : rencontre des imaginaires

Présidente de séance : Bahia Dalens

11h45-12h15

  • France Marchal-Ninosque (Université de Bourgogne-Franche-Comté) :
  • Claude Louis-Combet, dadophile et dadolâtre 

12h15 – 12h45

  • Sara Di Santo Prada (inspection académique de la Dordogne) : L’univers de Pierre Bassard narré par la plume louis-combetienne

12h45-13h : discussion

  • La création au secret : une mystique de l’art

Présidente de séance : Aude Bonord

14h45-15h15

  • Alain Romestaing (Université Paris-Descartes) : Cheval de batailles : “La Sœur du petit Hans”, de Claude Louis-Combet 

15h15 -15h45

  • Dominique de Courcelles (CNRS) :
  • L’art cinétique de Claude Louis-Combet : le mouvement mystique 

15h45-16h discussion

  • Regards vers un passé oublié

Président de séance : Olivier Wagner

16h-16h30

  • Myriam White-Le Goff (université d’Artois) :
  • Claude Louis-Combet, le Moyen Âge et l’intériorité

16h30-17h

  • Marion de Lencquesaing, (université Aoyama Gakuin de Tokyo, Japon) :
  • Les « territoires de spiritualité » publiés par Claude Louis-Combet pour la collection Atopia
  • 17h15-18h Entretien avec l’auteur animé par Aude Bonord (université d’Orléans) 

12 avril 2019 : après-midi d’hommage à la Bibliothèque nationale de France, 58 rue de Richelieu, Paris 2e

– 13h45 : accueil des participants dans le salon d’honneur du site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France

– 14h : table ronde (salle Emilie du Châtelet) animée par Dominique de Courcelles avec Jean-Claude Terrier, Martial Hamon et Elizabeth Prouvost autour de l’auteur

– 15h45-16h30 : lecture de passages de Bethsabée, au clair comme à l’obscur de Claude Louis-Combet par Thierry Vu-Huu, comédien

Comité scientifique

  • Marie-Hélène Boblet (Professeur de littérature française à l’université de Caen)
  • Marie-Odile Germain (Conservateur honoraire de la Bibliothèque nationale de France)
  • France Marchal-Ninosque (Professeur de littérature française à l’université de Bourgogne-Franche-Comté)
  • François Trémolières, (Professeur de littérature française à l’université de Rennes 2)
  • Myriam Watthee-Delmotte (directrice de recherches du FNRS, professeur de littérature française à l’Université catholique de Louvain et membre de l’Académie royale de Belgique)

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Naissance et diffusion du roman anglophone en France

Cette journée d’étude vise à croiser les professionnels de la littérature anglophone et des bibliothèques, qui disposent de fonds importants ou spécifiques dans ce domaine. Elle permettra de valoriser les collections patrimoniales de la BnF et d’appréhender le paysage national autour du patrimoine culturel et littéraire anglophone. Un public varié, composé d’étudiants, de bibliothécaires, de chercheurs, de documentalistes et d’amateurs sera convié autour d’interventions d’experts, de démonstrations (Gallica, CCFr) et de questionnements sur la naissance et la diffusion du roman anglophone en France, ainsi que sur le signalement, l’histoire et la numérisation de certains fonds.

La littérature américaine est surtout connue pour ses récits d’exploration et de colonisation, ses traités, ses sermons teintés de théologie et pour l’exaltation de ses vertus républicaines au XVIIIe siècle. Or si l’on revient sur les premières formes de romans américains, on y découvre des récits autour de la nouvelle nation des États-Unis dans un contexte de développement d’une industrie du livre encore hésitante. Tandis qu’en Angleterre, Daniel Defoe inaugure le roman à portée morale avec Robinson Crusoë (1719) et Moll Flanders (1722), l’américain Charles Brockden Brown offre, quelques années plus tard, une nouvelle liberté au roman gothique américain avec Wieland ; or, The Transformation : An American Tale (1798), explorant l’ambiguïté du réel. Du début du XVIIIe siècle jusqu’à la période victorienne, le roman anglophone va connaître de multiples évolutions : narrations s’apparentant aux récits d’exploration, écriture didactique, témoignages sur l’expérience de l’esclavage, aventures rocambolesques ou frissons gothiques… De nombreux pionniers de ce genre nouveau restent encore obscurs. Il s’agira de les découvrir ou de les relire à l’éclairage des regards contemporains.

Parallèlement à ces évocations d’un genre littéraire qui a connu de profondes mutations au cours des siècles, cette journée d’étude permettra de découvrir des fonds en littérature anglophone dont les provenances et les histoires sont très diverses, permettant de comprendre les modalités de diffusion du roman anglophone en France. L’exemple de la Bibliothèque de Saint Omer, qui conserve des fonds en littérature anglaise du IXè au XIXè siècle, issus d’un collège de Jésuites anglais et qui a également bénéficié d’un don de livres contemporains (XIXè-XXè siècle) par le Comité Canadien pour la reconstruction dans les années 1940, permettra d’aborder un volet de l’histoire de ces fonds anglophones en France. Cette cession sera complétée par une présentation dynamique de fonds et d’éditions anglophones anciennes, recensés et signalés dans le Catalogue Collectif de France, un portail qui permet de localiser sur tout le territoire des collections parfois uniques.

Dans un second temps, l’après-midi proposera de découvrir l’histoire et l’actualité de bibliothèques américaines, irlandaises et anglophones à Paris et en région. Fondée en 1920, l’American Library in Paris témoigne de la volonté des États-Unis d’envoyer des livres aux soldats américains à la fin de la Première Guerre mondiale et de fournir aux lecteurs en France le meilleur de la littérature et de la culture américaine. Aujourd’hui, la Bibliothèque Américaine de Paris est la plus grande bibliothèque de prêt d’ouvrages en langue anglaise en Europe, avec un programme culturel très dense.

Fortement liée à l’histoire de l’American Library in Paris, la Bibliothèque anglophone d’Angers touche un public varié d’étudiants et d’universitaires mais aussi d’enfants et d’adultes et a développé un fonds documentaire en langue anglaise disponible sur tout le département de Maine-et-Loire avec de nombreuses actualités culturelles.

Enfin, la bibliothèque patrimoniale du Centre Culturel irlandais de Paris date de 1775, avec la fondation d’un Collège des irlandais. Regroupant des ouvrages en théologie, philosophie, géographie et histoire allant du XVè au XIXè siècle, elle offre une bibliothèque numérique en ligne permettant d’admirer des manuscrits enluminés, l’Histoire des rois d’Angleterre (1500) et des trésors patrimoniaux. Quant à la médiathèque, elle propose plus de 8000 documents en anglais et de nombreuses activités, notamment des résidences d’auteurs ou d’artistes irlandais.

À l’issue de cette cession, des trésors en littérature anglophone numérisés seront présentés afin de découvrir des ouvrages précieux conservés à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France. 

Programme

Matinée animée par Marie-Françoise Cachin, Professeur émérite à l’université Paris VII-Denis Diderot, spécialiste de littérature britannique (époque victorienne), et de traduction littéraire.

  • Isabelle Bour, professeur d’études anglaises du XVIIIe siècle à la Sorbonne Nouvelle.

« Quel roman est né en Angleterre au début du XVIIIe siècle ? »

  • Nathalie Collé, Maître de conférence, Université de Lorraine.

« Le roman anglophone entre l’Angleterre et la France au XVIIIe siècle : place et rôle de l’illustration dans la diffusion et la réception de quelques œuvres de Defoe, Fielding, Smollett et Sterne »

  • Michael Roy, Maître de conférence, Paris Nanterre.

« L’esclavage aux États-Unis, sous toutes ses faces, avec toutes ses douleurs » : le roman antiesclavagiste américain en France dans les années 1850

  • Jean-Didier Wagneur, BnF

« Le rire anglo-saxon fin de siècle »

Après-midi animée par Isabelle Le Pape, chargée de collection en littérature anglophone, modératrice

1 Histoire et signalement de fonds anglophones en France

  • Remy Cordonnier : responsable des fonds anciens de la bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer, en fonction depuis novembre 2011. Docteur en histoire de l’art, chercheur associé de l’Institut de recherches histories du septentrion (Université de Lille), et de l’institut d’études médiévales de L’université nouvelle de Lisbonne.

« Des jésuites à l’UNESCO : le pourquoi du fonds anglais de la BAPSO. »

Résumé : La redécouverte, il y a une dizaine d’années, de liens prestigieux entre Saint-Omer et le monde anglo-américain, a entrainé toute les acteurs culturels de l’agglomération à explorer et à exploiter cette veine patrimoniale. La bibliothèque n’était pas en reste et c’est ainsi que furent « redécouvert » les fonds d’origine anglaise de la BAPSO, et que furent révélés leurs trésors.

  • Alexandre Faye (BnF/DSR/DCP/CCF) : signalement et présentation d’une sélection de fonds sur le CCFr

2 Diffusion d’ouvrages américains et irlandais en France

  • Jeffrey Hawkins, director of the American Library in Paris
  • Phoebe Marshall-Raimbeau, Director, English-language Library in Angers, Bibliothèque Anglophone.

« Le Fabuleux Destin de la Bibliothèque Anglophone d’Angers : 25 ans de développement d’une petite bibliothèque qui aime se présenter comme « The little library with a big attitude ».

  • Carole Jacquet, Responsable des ressources documentaires, Centre Culturel Irlandais.

« Les collections du Centre Culturel Irlandais »

  • Stéphane Lecouteux, Bibliothèque d’Avranches.

3 Trésors de littérature anglophone

  • Jean-Marc Châtelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF, présentation de trésors en littérature anglaise et américaine numérisés Suivi d’une table-ronde 

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Péladan, l’art et l’avant-garde


Joséphin Péladan

Joséphin Péladan (1859-1918) est une figure représentative de l’époque symboliste. Il fonda en 1888 une loge maçonnique, l’ordre de la Rose-Croix. Cette journée d’étude est organisée à l’occasion du centième anniversaire de sa disparition.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : L’art médiéval est-il contemporain ? Pour un décloisonnement des regards

Comment et pourquoi l’art du Moyen Âge, et en particulier l’art alto-médiéval, a-t-il irrigué la création contemporaine depuis les années 1950 ? Que lui a-t-il apporté ? Cette journée d’études a pour objectif de proposer des lectures croisées des deux périodes : elle questionnera la manière dont les artistes contemporains et les historiens de l’art contemporain perçoivent l’art du Moyen Âge et inversement, la façon dont les historiens de l’art médiévistes comprennent les échos de la création et de l’esthétique du Moyen Âge dans l’art contemporain.

Organisée dans le cadre de l’exposition Make it New, qui met en regard les poèmes figurés de la louange à la Sainte Croix de Raban Maur avec un ensemble d’œuvres d’artistes conceptuels, minimalistes et du Land Art, elle s’inscrit dans la continuité de l’atelier qui s’est tenu à l’INHA en 2016 autour des liens entre art médiéval et art contemporain.

Autour de l’exposition Make it New. Conversations avec l’art médiéval. Carte blanche à Jan Dibbets jusqu’au 10 février 2019 – Galerie 1 Make it New : d’après l’expression d’Ezra Pound (1885-1972)appelant au renouvellement des formes poétiques.

Programme

  • 9 h 30 Ouverture Denis Bruckmann, directeur général adjoint, directeur des collections, Bibliothèque nationale de France
  • 9 h45 Introduction Éric de Chassey, directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art
  • Présidente de séance : Larisa Dryansky
  • 10 h 15 Au-delà des périodisations par Nancy Thebaut (Université de Chicago)
  • 10 h 45 Suitcases par Amy Knight Powell (Université de Californie, Irvine)

11 h 15 – 11 h 30 pause

Président de séance: Erik Verhagen

  • 11 h 30 L’artiste conceptuel à son pupitre par Valérie Mavridorakis (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h 00 Qui était Jean Fouquet pour François Robertet ? Une autorité dans l’art de la fin du Moyen Âge par Elliot Adam (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h30 L’art conceptuel est-il thomiste ? L’exemple de Michael Craig-Martin  par Benjamin Riado (docteur en esthétique et sciences de l’art, agrégé d’arts plastiques)

13 h – 14 h 30 déjeuner

Présidente de séance: Charlotte Denoël

  • 14 h30 All form is a process of notation: Looking at medieval carmina figurata with Dick Higgins and Boethius par Aden Kumler (Université de Chicago)
  • 15 h 00 La toolbox mathématique des enlumineurs des VIIIe-IXe siècles par Isabelle Marchesin (INHA)
  • 15 h30 De luce. Le minimalisme filmique de Hollis Frampton et la métaphysique scolastique de la lumière par Larisa Dryansky (Sorbonne Université / Centre André Chastel)

16 h – 16 h 15 pause

Présidente de séance: Isabelle Marchesin

  • 16 h 15 The Medieval Performative Image and Contemporary Installation Art par Bissera Pentcheva (Université de Stanford)
  • 16 h 45 Sang des images et christianisation des affects : les performances de Gina Pane au prisme des enluminures médiévales, par Janig Bégoc (Université de Strasbourg)
  • 17h 15 Table ronde avec Jan Dibbets et Franz E. Walther

Organisation scientifique

  • Charlotte Denoël, BnF
  • Larisa Dryansky, Sorbonne Université/Centre André Chastel
  • Isabelle Marchesin, INHA
  • Erik Verhagen, Université polytechnique Hauts-de-France/Calhiste (équipe d’accueil 4343)
  • Avec le soutien de la galerie Jocelyn Wolff, Paris

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Merveilleux-scientifique Une science-fiction à la française


Gustave le Rouge, Le Prisonnier de la planète Mars, illustré par Henri Thiriet, « Le Roman d’aventures », n° 4, Paris, Albert Méricant, 1908

À l’aube de la Grande Guerre, le public se passionne pour la découverte des rayons X, la photographie des auras ou les essais de communication avec la planète Mars. C’est dans cette atmosphère de rêverie scientifique que l’écrivain Maurice Renard entreprend de structurer un nouveau mouvement littéraire, inscrit dans la lignée de H. G. Wells et en rupture avec Jules Verne : le « merveilleux-scientifique ». L’intrigue de ces récits se construit dans un cadre rationnel ; l’auteur choisit d’y altérer une loi scientifique, permettant ainsi aux protagonistes de traverser la matière, de lire les pensées ou de voyager dans l’infiniment petit. La BnF consacre une exposition inédite à ce pan méconnu de la littérature française du début du XXe siècle. Un voyage dans le temps jubilatoire aux côtés de ces auteurs « chasseurs de chimères » et « scribes de miracles », qui révèle la richesse de l’imaginaire scientifique français, avant même l’avènement de la science-fiction américaine au début des années 1930.

La Bibliothèque nationale de France participe depuis 2017 à la redécouverte du corpus merveilleux-scientifique, qui s’est épanoui en France entre 1900 et 1930, en rééditant certains auteurs-phares au sein de sa collection de pépites littéraires « Les Orpailleurs » (Théo Varlet, André Couvreur, J.-H. Rosny aîné) et en collaboration avec les éditions 2024 (G. Ri). Maurice Renard, maître à penser du genre, se positionne en tant que « rénovateur du roman » et invite ses pairs (André Couvreur, Théo Varlet, Gustave le Rouge, Octave Béliard, Léon Groc, etc.) à fonder un roman neuf, basé sur la raison. S’éloignant des aventures scientifiques à la Verne, le récit merveilleux-scientifique s’inspire du roman expérimental de Zola, des contes philosophiques de Wells, des histoires extraordinaires de Poe, du merveilleux de Perrault modernisé et de la vague de merveilleux spirite. Chaque intrigue s’élabore autour de l’invention/modification d’une loi physique, chimique ou biologique, qui pro-pose dès lors au lecteur de regarder le monde connu la tête en bas ou au travers d’un miroir déformant.

L’exposition présente plus de 250 reproductions de documents largement méconnus, issus des fonds de la BnF : romans, feuilletons, affiches, récits sous images, articles prospectifs et de vulgarisation scientifique. Ils témoignent ainsi de la dissémination de l’esprit merveilleux-scientifique dans la culture médiatique et populaire au début du XXe siècle. Déambulant librement dans l’allée Julien Cain, le visiteur découvre au fil des cimaises que certaines thématiques qu’il pensait l’apanage de la science-fiction américaine des années 1930 et au-delà, étaient déjà en germe dans l’imaginaire merveilleux-scientifique français, très au fait des avancées scientifiques de l’époque (homme artificiel et augmenté, révolte des robots, catastrophe écologique, invasion et surveillance extraterrestre, etc.). L’exposition met en lumière les liens privilégiés du modèle merveilleux-scientifique avec les sciences et pseudo-sciences de son temps.

La première partie propose une immersion dans l’atmosphère de la Belle Époque, qui voit des savants comme Pierre Curie et Camille Flammarion se passionner pour les mystères surnaturels, tandis que les journaux vantent les bienfaits des crèmes au radium et autres ceintures électriques. En écho à son titre évocateur, « une science-fiction à la française », l’exposition met aussi en évidence la place du champ merveilleux-scientifique dans l’histoire plus générale du roman d’hypothèse où se côtoient science-fiction, aventures scientifiques et autres voyages extraordinaires.

La seconde partie offre un large panorama des motifs littéraires caractéristiques du genre : le savant fou et ses créations, l’homme artificiel, la découverte de nouveaux mondes, les créatures inquiétantes et ultraterrestres, les voyages dans le temps. Les illustrations mettent chaque fois en évidence l’influence du contexte scientifique sur l’épanouissement d’un thème fantaisiste, révélateur d’une époque où l’on rêvait les « Et si… »

Informations pratiques

  • 23 avril au 25 août 2019
  • Allée Julien Cain
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand
  • Quai François-Mauriac, Paris XIIIe
  • Du mardi au samedi 10h > 19h
  • Dimanche 13h >19h
  • Fermeture les lundis et jours fériés
  • Entrée libre
  • Iconographie à disposition de la presse

Commissariat

Fleur Hopkins, chercheuse invitée au département des Sciences et techniques, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmes

Le Petit Palais présente pour la première fois au public un ensemble inédit de 150 dessins de Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), artiste hors du commun. L’œuvre graphique de ce dessinateur méconnu est l’une des plus singulières de son temps. Elle témoigne, au-delà des premières étapes d’un parcours d’architecte, de la dérive solitaire et obsédante d’un artiste fascinant. Cette exposition est réalisée avec le concours de la Bibliothèque nationale de France qui conserve la quasi-totalité des dessins de l’artiste.

Jean-Jacques Lequeu, originaire d’une famille de menuisiers à Rouen, reçoit une formation de dessinateur technique. Très doué, il est recommandé par ses professeurs et trouve rapidement sa place auprès d’architectes parisiens dont le grand Soufflot. Celui-ci, occupé par le chantier de l’église Sainte Geneviève (actuel Panthéon), le prend sous son aile. Mais Soufflot meurt en 1780. Dix ans plus tard, les bouleversements révolutionnaires font disparaître la riche clientèle que Lequeu avait eu tant de difficultés à trouver. Désormais, employé de bureau au Cadastre, il tente en vain de remporter des concours d’architecture. Seulement, il doit se résigner à dessiner des monuments et des fabriques d’autant plus étonnants que l’artiste, pressentant que ces constructions ne sortiront jamais de terre, se libère des contraintes techniques.

Le parcours thématique de l’exposition retrace cette trajectoire atypique et aborde les différentes facettes de son œuvre. L’exposition ouvre sur une série de portraits, genre très en vogue au XVIIIe siècle. Lequeu se portraiture à de nombreuses reprises et réalise des têtes d’expression témoignant de sa recherche sur le tempérament et les émotions des individus. En parallèle, il continue de proposer des projets d’architecture qui n’aboutissent pas ou sont inter-rompus. Alors, fort de l’outil précis et technique, de l’épure géométrique et du lavis, Lequeu, à défaut de réaliser des projets, décrit scrupuleusement des édifices peuplant des paysages d’invention. Ce voyage initiatique au sein d’un parc imaginaire, qu’il accomplit sans sortir de son atelier, est nourri de figures et de récits tirés de ses lecture d’autodidacte tel Le Songe de Poliphile. Il conduit ainsi le visiteur de temples en buissons, de grottes factices en palais, de kiosques en souterrains labyrinthiques. L’exposition se termine sur une série de dessins érotiques oscillant entre idéalisation héritée de la statuaire antique et naturalisme anatomique.

Ainsi pour Lequeu, il s’agit de tout voir et tout décrire, avec systématisme, de l’animal à l’organique, du fantasme et du sexe cru à l’autoportrait, et par-delà de mener une véritable quête pour mieux se connaître lui-même. En 1825, six mois avant de disparaître dans le dénuement et l’oubli, il donne à la Bibliothèque royale l’ensemble de ses feuilles livrant l’une des œuvres les plus complexes et curieuses de cette période. Au XXe siècle, des recherches ont permis de redécouvrir peu à peu l’artiste, mettant en lumière ses dessins les plus déconcertants mais jamais une rétrospective n’avait été organisée sur ce génie si singulier

Commissariat

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général, adjointe au directeur du département des estampes et de la photographie de la BnF
  • Laurent Baridon, professeur à l’université de Lyon II
  • Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Martial Guédron, professeur à l’université de Strasbourg
  • Christophe Leribault, directeur du Petit Palais avec le concours de Joëlle Raineau, collaboratrice scientifique.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Alcools de Guillaume Apollinaire, illustré par Louis Marcoussis

À l’occasion du centenaire de la mort de Guillaume Apollinaire, les Éditions de la BnF publient, en coédition avec Gallimard, un coffret contenant le fac-similé de l’exemplaire d’Alcools aquarellé par le peintre cubiste Louis Marcoussis et 40 eaux-fortes gravées par l’artiste.

Peintre cubiste « chéri des poètes » selon le mot d’Éluard, ami d’Apollinaire, de Max Jacob et de Pierre Reverdy comme il l’était de Braque, de Picasso et de Juan Gris, Louis Marcoussis (1878-1941) n’a cessé d’explorer les liens du langage poétique et du langage pictural. Alcools d’Apollinaire est au cœur de cette recherche du mystère de la création. De ce recueil qui l’a accompagné comme une inépuisable « eau de vie », Marcoussis a laissé deux grands cycles d’illustrations : un exemplaire de l’édition originale de 1913 entièrement rehaussé d’aquarelles entre 1919 et 1931 et une suite de gravures à l’eau-forte publiée en 1934. Ces deux œuvres, la première unique, la seconde tirée à très petit nombre pour quelques grands collectionneurs d’art contemporain, sont reproduites en fac-similé d’après les exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France et réunies dans un coffret. Elles sont accompagnées d’une étude de Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, qui éclaire leur genèse et l’ambition de Marcoussis de pénétrer au cœur de l’imagination poétique d’Apollinaire.

Informations pratiques

  • Description : 208 pages + un étui de 40 gravures + un livret de 48 pages 248 illustrations ;  115 x 190 mm
  • Date de parution : 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-7574-2072-0 / 9782757420720 
  • Éditeur :  BnF Éditions ; Gallimard
  • Prix : 35 euros

Pour aller plus loin

Marcoussis, Louis (1883?-1941), Eaux-fortes pour “Alcools” de Guillaume Apollinaire, Paris : Marcoussis, 1934. Album, en feuilles (19,1 x 12,7 cm). Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52508499c/f2.planchecontact>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance


Arlequin général d’armée : le commandant en chef de l’armée patriotes campée auprès de Bréda, ne voulant pas être connu, ne quitte jamais le masque ni l’habit d’Arlequin… : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69484959

Argument

Pathelin, avocat rusé et fourbe, Cléopâtre, personnage historique et légendaire de l’antiquité et Arlequin, le plus célèbre personnage de la commedia delle maschere illustrent parfaitement cette exposition car ils incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne.

Le théâtre de la Renaissance se manifeste par des formes dramatiques aussi variées que spectaculaires. Loin de tourner la page avec les traditions du Moyen Âge, le théâtre s’enrichit de toutes les nouveautés de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural, inventions techniques, conceptions politiques et transformations sociales.

Les formes médiévales atteignent un éclat inégalé lorsque l’extraordinaire Mystère de la Passion de 1547 est représenté à Valenciennes en 25 journées sur un espace de 60 m sur 18 m. Dans le même temps, les nouvelles formes à l’antique sont expérimentées dans les collèges puis sur les routes. En parallèle, de nouvelles pratiques en provenance d’Italie transforment aussi bien les spectacles comiques (avec les troupes de commedia dell’arte) que les spectacles de cour avec la collaboration des ingénieurs, des danseurs et des artistes.

Aucune exposition n’a été consacrée à ce théâtre depuis plus de soixante ans et, malgré la publication en 2014 de l’Anthologie de L’avant-scène théâtre consacrée au Théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait un vide à combler.

L’exposition se concentrera sur le théâtre français de la fin du XVe siècle aux années 1610. Elle évoquera certains éléments du théâtre européen comme point de comparaison ou d’explication. Les 135 œuvres seront présentées dans les salles du premier étage de l’aile sud, selon un ordre chronologique qui permet aussi de distinguer les formes dramatiques :

  1. Apogée des formes médiévales (appartement du Connétable)
  2. Expérimentations des formes à l’antique (antichambre de Madeleine de Savoie)
  3. Diffusion de la commedia dell’arte (chambre de Madeleine de Savoie)
  4. Renouvellement des spectacles de cour (salle de la cheminée d’Abigaïl)

Des prêts prestigieux

L’exposition bénéficiera de prêts nombreux et prestigieux accordés par 21 institutions à Paris (Archives nationales, Comédie Française, Bibliothèque nationale de France, Musée du Louvre) et en région (Musée Calvet d’Avignon, musée Baron Gérard de Bayeux, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne, Bibliothèque Municipale de Lyon, Musée Lorrain de Nancy…). Nombre de ces œuvres seront présentées au public pour la première fois.

Au sein des collections du musée national de la Renaissance, objets en cuir, panneaux de bois, pièces d’armure, fragments de textiles permettront quant à eux d’évoquer le quotidien des comédiens.

Commissariat

  • Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance – château d’Écouen
  • Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
  • Assistés de Vincent Rousseau, chargé d’études documentaire, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Informations pratiques

  • Musée national de la Renaissance Château d’Écouen, 
    95440 Écouen
  • Du 17 octobre 2018 au 28 janvier 2019
  • 9h30 à 12h45 et de 14h00 à 17h45 (fermé le mardi)
  • Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610)

Cleopatre : [estampe] / R.B. del. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531554885

Argument

Les textes et les documents français du XVIe siècle témoignent d’une intense activité théâtrale. Non seulement ils constituent une source capitale pour l’étude de la tradition médiévale (la grande majorité des farces est par exemple conservée dans des écrits du XVIe siècle), mais ils révèlent plusieurs expérimentations à la croisée d’influences européennes : création d’un théâtre à l’antique, développement de formes d’inspiration italienne, initiatives commerciales, évolution du statut du comédien, etc.
Or cette vie théâtrale entretient des liens étroits avec de nombreuses oeuvres artistiques contemporaines. Comme l’ont montré Émile Mâle et les travaux parfois opposés qu’il a suscités, représentations théâtrales et arts visuels s’influencent réciproquement ; l’installation des comédiens italiens donne naissance au genre du portrait d’acteurs et introduit comme ailleurs en Europe de nouveaux motifs décoratifs.
À l’occasion de la publication de l’ouvrage Le théâtre à Paris au XVIe siècle de Guy-Michel Leproux (Institut d’histoire de Paris, 2017) et de la présentation de l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin : le théâtre dans la France de la Renaissance (musée national de la Renaissance, château d’Écouen, 17 octobre 2018 – 29 janvier 2019), cette après-midi d’étude propose donc de faire dialoguer les approches littéraires, historiques et esthétiques. Cela permettrait non seulement de mieux comprendre le langage dramatique renaissant et les représentations artistiques qui y sont associées, mais aussi d’envisager le fonctionnement proprement « intermédiatique » du phénomène théâtral et d’explorer ses processus de création et d’interprétation.

L’après-midi d’étude sera suivie de la représentation dans le Grand Auditorium de Cléopâtre captive (1553) d’Étienne Jodelle, compagnie Oghma, mise en scène Charles di Meglio.

Programme

Ouverture
14h Michel Hochmann, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les portraits de comédiens à Venise dans la première moitié du XVIe siècle

Échanges

14h45 Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
Invention dramatique et invention graphique : les gravures d’Arlequin du Recueil Fossard

Échanges

15h30 Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les tableaux de comédiens produits à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle

16h15 Astrid Castres, post-doctorante du LabEx Hastec (centre Jean-Mabillon)
« En ce temps-là, les comédiens louoient des habits à la friperie ; ils étoient vêtus infâmement, et ne savoient ce qu’ils faisoient » : les costumes de théâtre et le commerce de vêtements à Paris au XVIe siècle

Échanges

16h45 Nina Hugot, agrégée de lettres modernes, doctorante

Cette après-midi d étude est suivie d’une représentation théâtrale
Cléopâtre Captive d’Etienne Jodelle à 18h30-20h (Grand auditorium)

Spectacle Cléopâtre Captive d’Étienne Jodelle (1553)

La Bibliothèque nationale de France et le Musée national de la Renaissance à Ecouen rendent hommage à Etienne Jodelle, auteur salué comme le restaurateur du théâtre antique en France, à travers le spectacle Cléopâtre captive, création de la Compagnie Oghma.
Représentée à Paris en février 1553 devant le roi Henri II, Cléopâtre Captive est la première tragédie à l’antique écrite en français. Elle met en scène les dernières heures de la reine Cléopâtre.

Alexandrie, après la mort de Marc-Antoine défait par Octavien (le futur empereur Auguste). L’Ombre d’Antoine vient rendre visite à Cléopâtre pour la pousser au suicide afin d’empêcher qu’elle ne soit faite prisonnière à Rome et pour que les deux amants soient réunis dans la mort.

Par la Compagnie Oghma, fondée en 2006 par Charles Di Meglio.
Avec Julia de Gasquet, Ulysse Robin, Manuel Weber, Christine Narovitch, Florence Beillacou, Elsa Dupuy, Romaric Olarte, Charles Di Meglio

Marie-Françoise Bloch : création musicale et lirone
Olivier Halévy : assistant à la dramaturgie
Timothée Mouton : assistant de production
Lauren Allen : stage management
Ivan Kamenarovic : assistant à la mise en scène
Charles Di Meglio : costumes et mise en scène

Durée : 1h30

Création par la Compagnie Oghma co-produite avec la BnF et le Musée national de la Renaissance à Ecouen et avec le soutien du Conseil départemental de la Dordogne et de la ville d’Auriac-du-Périgord.
Spectacle proposé en clôture de la journée d’étude, Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610).

Comité d’organisation

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance-château d’Écouen ; Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle ; Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études.

Comité scientifique

Le comité d’organisation ainsi que Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance-château d’Écouen et Darwin Smith, directeur de recherche, CNRS (Lamop).

Informations pratiques

  • Quand ? 22 novembre 2018, 14h-17h30
  • Comment ? Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Paul Claudel, résolument contemporain (19/09/2018)

L’année 2018 marque les 150 ans de la naissance de Paul Claudel (1868-1955), auteur du Soulier de satin, de Tête d’or ou encore du Partage de midi. Un colloque international est organisé en mémoire de celui qui fut tout à la fois dramaturge, poète, essayiste et diplomate, sous le haut patronage de l’Académie française, avec le soutien de la Société Paul Claudel, Sorbonne Université, Faculté des lettres, UMR CELLF 16-21, en collaboration avec la BnF, l’INA, l’Université de Chicago à Paris, la Comédie-Française et  le labex OBVIL.

Programme

Mercredi 19 septembre : Claudel et le temps contemporain

  • 9h : Accueil, présentation par Didier Alexandre
  • 9h15 : Allocution liminaire de Madame Laurence Engel , présidente de la BnF
  • 9h30 : Habiter poétiquement le monde – Claudel
    Jean-Luc Marion, de l’Académie française, Professeur émérite de Sorbonne Université, Professeur à l’Université de Chicago
  • 10h : « Ce lien entre lui et moi » (Le Soulier de satin, I, V)
    Thomas Pavel, Professeur, Université de Chicago
  • 10h30 : Discussion
  • 11h15 : Inactualité de Paul Claudel
    Dominique Millet-Gérard, Professeur, Sorbonne Université
  • 11h45 : Claudel contemporain ? Le poète, les lumières du siècle et la part de l’ombre
    Paul Claudel, son et image
    Pascal Dethurens, Professeur, Université de Strasbourg
  • 14h : Paul Claudel dans les collections de l’INA
    Voisinages poétiques
    Géraldine Poels, INA, Responsable de la valorisation scientifique
  • 14h45 : Claudel et Valéry : une amitié bien incertaine
    Michel Jarrety, Professeur, Sorbonne Université
  • 15h15 : Claudel et Segalen : deux poètes français face au taoïsme
    Huang Bei, Professeur, Université Fudan, Shanghai
  • 15h45 : Jacques Réda et Paul Claudel, des poètes contemporains ?
    Didier Alexandre, Professeur, Sorbonne Université
  • 16h15 : Discussion
  • 17H : Claudel et le lyrisme
    Michel Murat, Professeur, Sorbonne Université  : table ronde avec Olivier BarbarantMichel Deguy, Jean-Marie GleizeGuy GoffetteLaurent FourcautJean-Pierre Lemaire

20 septembre 2018

Président de séance : Pascal Dethurens
Diplomatie, poésie, vision du monde

  • 9h15 : Accueil par le directeur de l’Université de Chicago
  • 9h30 : Claudel et la mondialisation
    Pierre Brunel, professeur, Institut des sciences morales et politiques
  • 10h : Paul Claudel et la Chine contemporaine
    Yvan Daniel, professeur, Université de La Rochelle
  • 10h30 : Discussion et pause
  • 11h : Claudel dans / pour l’avenir : diplomatie, économie, écocritique
    Eric Touya, professeur, Université de Clemson
  • 11h30 : Le Japon : une ambassade mythique et fondatrice
    Michel Wasserman, professeur, Université Ritsumeikan, Kyoto
  • 12h : Diplomatie, poésie, mondialisation, 1895-1907
    Claude-Pierre Pérez, professeur, Université de Provence
  • 12h30 : Discussion et pause

Président de séance : Claude-Pierre Pérez
Claudel, faces à faces (1)

  • 14h : Claudel et le XVIIIe siècle, quelques remarques
    Christophe Martin, professeur, Sorbonne Université
  • 14h30 : Condamnation et détournements de l’ironie contemporaine chez Paul Claudel exégète
    François Bompaire, professeur CPGE, Arras
  • 15h : Discussion et pause

Claudel, faces à faces (2)

  • 15h45 : Paul Claudel lecteur de la presse
    Catherine Mayaux, professeure, Université de Cergy-Pontoise
  • 16h15 : La réception de l’œuvre de Claudel par Gabriel Marcel : deux catholicismes face à face
    Anne Verdure-Mary, conservatrice, bibliothèque de Besançon
  • 16h45 : Claudel devant ses contemporains japonais
    Ayako Nishino, maître de conférences, Université de Keiō, Tokyo
  • 17h30 : Discussion
  • 19h : Buffet au Club des enseignants de Sorbonne Université
  • 20h : Lectures d’extraits d’œuvres de Paul Claudel (salle des actes en Sorbonne) par Les Livreurs de Sorbonne Université
    Réservation : http://www.culture-sorbonne.fr/agendaculturel/evenements/eternel-claudel/

21 septembre 2018

Présidente de séance : Yvan Daniel
Claudel et la technique

  • 9h15 : Accueil par le doyen de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université
  • 9h30 : Claudel à partir du numérique ?
    Glenn Roe, professeur, Sorbonne Université
  • 10h : Claudel et la technique
    Lionel Cuillé, professeur, Université Webster, Saint-Louis
  • 10h30 : Discussion et pause
  • 11h : Table ronde : Jouer Claudel aujourd’hui, avec Florence Naugrette, professeure, Sorbonne Université, Éric Ruf, Comédie-Française, Yves Beaunesne, Comédie Poitou-Charentes, Daniel Mesguich,Cours Mesguich, Christian Schiaretti, TNP de Villeurbanne
  • 12h30 : Pause et déjeuner

Présidente de séance : Florence Naugrette
Claudel et l’écriture dramatique contemporaine

  • 14h : Des écritures dramatiques contemporaines dans l’héritage
    du verset claudélien ?

    Pascal Lécroart, professeur, Université de Bourgogne Franche-Comté
  • 14h30 : Claudel et Brecht : deux parcours dramaturgiques en miroir
    Sever Martinot-Lagarde, professeur CPGE, Toulouse
  • 15h : Entretien avec Pascal Lécroart : la création du Soulier de satin à l’Opéra Bastille
    Raphaèle Fleury
  • 15h30 : Discussion et pause

Claudel et la scène contemporaine

  • 16h : Claudel et la danse
    Delphine Vernozy, Sorbonne Université
  • 16h30 : Paul Claudel et Antoine Vitez
    Adélaïde Jacquemard-Truc, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • 17h : Entretien avec Didier Alexandre : la mise en scène du Soulier de satin au Japon
    Moriaki Watanabe, professeur, traducteur, metteur en scène, Université de Tokyo
  • 17h30 : Discussion et pause
  • 17h45 : Conclusions et cocktail

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

[Projet européen] DIGITENS : DIGITal ENcyclopedia of European Sociability

L’Union européenne, dans le cadre de son programme H2020 (Marie Skłodowska-Curie Actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)), a accordé un financement de 300 000 € dont 32 000 pour la BnF pour un projet de recherche visant à développer une Encyclopédie numérique de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières.

Résumé du projet

L’objectif du projet DIGITENS est de construire un cadre afin de mieux appréhender les interactions, les tensions, les limites et les paradoxes propres aux modèles européens de sociabilité et d’étudier la question relative à l’émergence et la formation des modèles européens de sociabilité tout au long du XVIIIe siècle.
Les résultats de cette recherche collaborative, internationale et intersectorielle sera la mise en ligne de la première Encyclopédie numérique à accès ouvert de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières. Cette encyclopédie numérique comportera une anthologie historique de sources textuelles ou iconographiques et proposera à un large public une cartographie des savoirs. Pour cela, des échanges de chercheurs entre les différentes institutions partenaires sont prévus.
Par son caractère électronique et par sa pluridisciplinarité, il s’adresse à la communauté des chercheurs anglophones et francophones, mais aussi plus largement au grand public qui grâce aux modalités de sa mise en place et ensuite de sa consultation et de son utilisation sera amené à s’interroger sur une valeur essentielle des Lumières qui trouve diverses formes d’expression au XXIe siècle pouvant aller de la permanence d’espaces institutionnels de sociabilité à celle de denrées « sociables » comme le café ou le thé ou encore de pratiques de sociabilité comme l’amitié. Le croisement des approches, sociologique, philosophique, linguistique, historique et littéraire permettra la réalisation d’un produit innovant et évolutif unique à ce jour dans l’univers de la recherche.

Pour la BnF, les principaux bénéfices de cette coopération sont :

  • une collaboration scientifique pour la réalisation de l’encyclopédie,
  • une collaboration technique pour la numérisation de quelques documents indispensables à la mise en place de l’encyclopédie,
  • un partenariat en termes d’échanges de personnes et de savoirs entre institutions “académiques” et “non académiques”  partenaires ; les séjours de recherche étant pris en charge par le projet,
  • l’accueil d’un atelier pour les étudiants et les chercheurs en 2019 et d’une journée nationale d’information en 2020,
  • enfin, une mise en valeur des collections numérisées et une découverte de documents non encore numérisés pouvant faire l’objet d’une numérisation ultérieure ; le thème des Lumières étant déjà fortement présent dans Gallica. C’est également une forme d’éditorialisation des collections.

Durée

2012-2022

Aide

Aide totale de l’Union européenne : 300 0000 euros

Programme

  • Appel à projets Marie Skłodowska-Curie actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)

Partenaires

  • Université de Bretagne occidentale : Principal Investigator : Kimberley Page-Jones + Annick Cossic
  • Université de Paris 13 : project coordinator : Valérie Capdeville

Pour en savoir plus

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Archipels Glissant (31 mai – 2 juin)

Un colloque international autour de la pensée d’Édouard Glissant est organisé sous la direction de Romuald Fonkoua, François Noudelmann, Françoise Simasotchi-Bronès, Yann Toma.

Écrivain, poète et philosophe, Édouard Glissant a marqué son époque par son travail, en France et à l’international, sur les grands concepts tel que la créolisation, l’archipel, l’opacité, la relation…

Ce colloque de 3 jours s’articule autour de 3 grandes thématiques : Théories, Écritures et Arts.

Programme

Théories : 31 mai

  • 10h : Ouverture par Annick Allaigre (présidente de l’Université de Paris 8), François Noudelmann et Françoise Simasotchi-Bronès
  • 10h30 PANEL 1 • POLITIQUES DE LA COMMUNAUTÉ
    • François Noudelmann (modérateur, Université de Paris 8, IUF).
    • Celia Britton — British Academy : “La Relation et l’être-en-commun : l’idée de la communauté dans la pensée d’Édouard Glissant et de Jean-Luc Nancy”.
    • Nick Nesbitt — Princeton University : “Politique de la Relation : Penser l’association libre”.
    • Aliocha Wald Lasowski — Université catholique de Lille : “Politique de la relation et de la créolisation démocratique”.
    • Corinne Mencé Caster — Sorbonne Université : “Édouard Glissant et le féminin, quelques observations”.
  • 15H00 PANEL 2 • ÉTHIQUES DE LA RELATION
    • Françoise Simasotchi-Bronès (modératrice, Université de Paris 8).
    • Mary Gallagher — University College Dublin : “L’éthique d’Édouard Glissant : une appréciation personnelle”.
    • Edelyn Dorismond — Université d’Haïti : “Créolisation et Communauté. République diverselle et politique de la rencontre”.
    • Samia Kassab Charfi — Université de Tunis : “Édouard Glissant, le récit somatique”.

Écritures : 1er juin

  • 10h Ouverture par Romuald Fonkoua (Sorbonne Université)
  • 10h30 ÉCHOS : ÉDOUARD GLISSANT PARMI LES ÉCRIVAINS
    Eduardo Manet

    • René Depestre : Entretien avec Françoise Simasotchi-Bronès
      Michaël Ferrier (Université Chuo, Tokyo) : “Édouard Glissant, un savoir déroutant”
    • Joël des Rosiers
      Diffusion d’extraits de films sur Édouard Glissant (Manthia Diawara, Mathieu Glissant)
  • 14h30 L’IMAGINAIRE DES LANGUES
    • Souleymane Bachir Diagne (Columbia University) : “Traduire en présence de toutes les langues du monde”
    • Lise Gauvin (Université de Montréal) : “Il est donné dans toutes les langues de bâtir la tour”: apprivoiser Babel
    • Hidehiro Tachibana (Université de Waseda) : “Questions de langage chez Édouard Glissant”
    • 16h Lancement et présentation du nouveau site internet edouardglissant.world par Dominique Labays
  • 16h30 ÉDOUARD GLISSANT EST-IL UN ÉCRIVAIN JAPONAIS ?
    • Table ronde avec Michaël Ferrier, Satoshi Hirota, Hiroshi Matsui, Nao Sawada et Hidehiro Tachibana

Arts : 2 juin

  • 9h30 : Ouverture par Georges Haddad (président de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Yann Toma (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 10h Panel 1 : ÉDOUARD GLISSANT BAROQUE
    • Dominique Berthet — Université des Antilles : “Édouard Glissant et les oeuvres d’art”.
    • Michael Dash — New York University : “Le Frisson du Baroque, Glissant, l’art et la structure granuleuse du monde”.
    • Nao Sawada — Université Rikkyo : “Le baroque chez Édouard Glissant”.
    • Performance “Chairs Mots” : Anatoli Vlassov
  • 11h30 Panel 2 : ÉDOUARD GLISSANT EN MOUVEMENT
    • Guillaume Robillard — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : “Glissant et le cinéma antillais” et Guy Deslauriers — Réalisateur.
  • 14h30 Panel 3 : ART ET MONDIALITÉ I
    • Yovan Gilles, Cristina Bertelli, Federica Bertelli-Giustacchini Revue
    • Les périphériques vous parlent : “Attracteurs étranges et bifurcations”.
    • Performance Yovan Gilles
    • Kahena Sanaa (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : “De la géographie du tout-monde à l’épreuve des films plasticiens sur les exilés”.
    • Performance : Victoire Bombou (hip-hop).
  • 16h Panel 4 : ART ET MONDIALITÉ II
    • Hélène Sirven — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : “Les voies créatrices de l’insulaire, à l’aune d’Edouard Glissant et d’Alain Ménil”.
    • Jacinto Lageira — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : “Divers et cosmopolitique”.
    • Marc Lathuillière — Artiste : “Recréer du divers”.
    • Yann Toma — Artiste : “Le Grand Magnat des imprévus en Ouest-Lumière”.
  • 18h : CONCERT SYMPHONIQUE de Olivier GLISSANT avec le Brooklyn Orchestra.
    • Symphonie no1 en 4 mouvements (30mn) — Charmeuse de Serpents (12mn) Entracte (15mn) — Echaurren (15mn) — Les Nuits d’Égypte (15mn).

Organisateurs

  • Université Paris Lumières
  • Bibliothèque Nationale de France
  • Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Sorbonne Université Paris 4
  • Université de Paris 8

Informations pratiques

  • 31 mai : Université de Paris 8 : 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis — Amphi B106
  • 1er juin : Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, face au 25 rue Émile Durkheim, Paris 13ème — Petit auditorium
  • 2 juin : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : 17 rue de la Sorbonne, Paris 5ème — Amphi Richelieu
  • Programme complet avec biographie des intervenants

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts