Archives par mot-clé : Linked Open Data

Hackathon BnF, 3e édition de la semaine de l’innovation publique

La Bibliothèque nationale de France organise son premier hackathon les 19 et 20 novembre 2016 dans le cadre de la semaine de l’innovation publique (http://www.modernisation.gouv.fr/la-semaine-de-linnovation-publique). Les ressources de la bibliothèque numérique Gallica mais aussi de toutes les autres bases de données de la BnF offriront la matière de ce marathon participatif.

Durant 24 heures sans interruption, les participants investiront le site François-Mitterrand pour développer des projets autour de la réutilisation des données publiques et imaginer ensemble la bibliothèque du futur.

hackaton_2016

Mettre à disposition, développer les usages et les réutilisations des données : des enjeux majeurs

La BnF investit depuis plus de 15 ans dans des infrastructures numériques de mise à disposition de son patrimoine auprès du plus grand nombre. Sa politique s’inscrit dans un double mouvement : l’ouverture des données publiques et le développement du web sémantique. Elle diffuse sur le web près de 4 millions de documents via sa bibliothèque numérique Gallica et 18 millions de notices dans ses catalogues et bases de données. Son application dédiée au web de données, data.bnf.fr, permet de consulter et réexploiter des informations centralisées autour d’une œuvre, d’un auteur, d’un thème. Les métadonnées descriptives sont librement réutilisables selon le principe de la licence ouverte promue par Etalab. Les images de Gallica sont également accessibles et réutilisables librement pour un usage non commercial. Attentive à la participation de ses usagers, la BnF anime en outre une communauté de Gallicanautes, qui invente des solutions ludiques, décalées ou érudites pour mettre en valeur de manière spontanée les trésors de la bibliothèque numérique.

Le hackathon : 24 heures d’émulation, de rencontres et d’échanges

La diffusion et la réutilisation des données publiques sont au coeur des enjeux de la BnF. Autour de ces principes, le hackathon permettra à une centaine de participants d’explorer durant 24 heures de nouveaux usages des collections et de faire émerger les contours de services innovants à destination des lecteurs de la Bibliothèque. Le thème du sosie est proposé comme point de départ à la créativité des participants qui pourront s’en inspirer comme s’en affranchir. Dans une ambiance avant tout ludique et stimulante, cet événement sera également l’occasion d’échanger avec des experts de la BnF et de grands invités comme Roxanne Varza, responsable du projet Station F/Halle Freyssinet ou l’équipe d’Etalab qui gère la politique d’ouverture et de partage des données publiques.

Un événement ouvert au grand public

Le public est également invité à venir sur place assister aux présentations des projets, à des démonstrations des outils numériques de la BnF et des « trouvailles » de Gallicanautes, à qui il sera largement rendu hommage à cette occasion. Et parce que hackathon ne rime pas forcément avec numérique, des réutilisations plus originales de Gallica, comme un concert à partir de partitions disponibles sur le site, seront également proposées. À distance, le public pourra suivre en direct via les réseaux sociaux l’évolution des réalisations des participants. Les résultats de cette grande émulation collective resteront par ailleurs consultables en ligne après la clôture de l’opération.

Processus participatif de choix des thèmes abordés

Chacun est invité à venir échanger avec les experts de la BnF autour des données mises à disposition dans le cadre du hackathon et sur les thématiques qui seront abordées durant l’événement. Cette discussion est dès à présent ouverte au sein du forum de la mission étalab à l’adresse https://forum.etalab.gouv.fr/t/hackathon-bnf-les-19-et-20-novembre-2016/2927. Vous y trouverez à la fois une description exhaustive des jeux de données disponibles et de leur documentation et pourrez vous exprimer sur les sujets qui vous semblent les plus porteurs. Une journée participative sera organisée à la BnF fin octobre ou début novembre 2016 pour déterminer collectivement les thèmes les plus porteurs. La date définitive sera communiquée sur le forum.

Organisation pratique

Durant 24 heures entre le 19 novembre 14h et le 20 novembre 14h, une centaine de participants sera invitée à développer par équipes d’une dizaine de personnes des projets destinés à améliorer ou réinventer les services numériques de la BnF. Chaque participant apportera son propre matériel informatique, la BnF fournira une connexion WIFI pour tous, une connexion filaire par équipe et suffisamment de prises électriques pour brancher le matériel des participants. Les équipes seront réparties dans le Hall des Globes du site François-Mitterrand et bénéficieront également gratuitement d’espaces de repos, de plateaux-repas et d’un ravitaillement conséquent en boissons chaudes et froides.

Prix du hackathon BnF

Le dimanche 20 novembre à 16h, un jury composé de membres de la BnF et de personnalités extérieures remettra à l’équipe ayant proposé le projet jugé le plus réussi le prix du hackathon BnF. Cette distinction marquera l’engagement de la BnF à développer le projet primé et à l’intégrer aux services de la bibliothèque. Une réunion organisée au printemps 2017 permettra de tenir l’ensemble des participants au courant de l’avancée de ce développement.

Dans un souci de contribution collective à l’esprit d’ouverture des données publiques, l’ensemble des projets réalisés lors du hackathon devra respecter le principe de la licence Creative Commons CC-BY 2.0 FR (licence Attribution 2.0 France : https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/). La BnF, de son côté, s’engagera à développer le projet primé selon les mêmes principes de licence libre.

Quelles ressources ?

Bibliothèque numérique

  • Gallica http://gallica.bnf.fr
    Bibliothèque numérique de la BnF, Gallica héberge près de 3 millions de documents de toutes natures (livres, presse, manuscrits, estampes, objets, partitions…). Tous sont accessibles en mode image et certains le sont également en mode texte, avec une qualité d’OCR variable. La grande majorité des ouvrages sont libres de droit mais certains sont encore sous droits (bien vérifier ce qui est mentionné dans les métadonnées). Pour les documents libres de droits, la récupération des images se fait de manière libre et gratuite pour un usage non commercial (pour les usages commerciaux une licence s’applique). Divers modes de récupération des images sont accessibles (téléchargement de toute ou partie des ouvrages) et un ensemble d’API exploitant le protocole IIIF (documentation sur Erreur ! Référence de lien hypertexte non valide. permet de récupérer les images en haut définition avec un certain nombre de paramètres.
    Les métadonnées descriptives de l’ensemble de ces documents sont également disponibles au format Dublin Core via le protocole OAI-PMH.

Plate-forme de données ouvertes

  • Data BnF http://data.bnf.fr1
    Plate-forme rassemblant l’ensemble des données issues de différentes bases et catalogues de la BnF pour y donner un accès fédéré par auteur et par oeuvre. Un module de recherche permet de faire des requêtes manuelles et un SPARQL Endpoint permet de construire des requêtes complexes. L’ensemble des données est récupérables au format RDF (XML, NT, N3) et JSON ou JSON-LD. Un DUMP complet des données est récupérables par FTP ou HTTP et un certain nombre d’autres protocoles peuvent être utilisés. Voir http://data.bnf.fr/semanticweb

Catalogues

  • Catalogue général http://catalogue.bnf.fr
    Plus important catalogue de la BnF, cet ensemble regroupe 14 millions de notices bibliographiques (livres et périodiques imprimés, images fixes et animées, collections sonores, cartes et plans, manuscrits musicaux et près de 5 millions de notices d’auteurs (noms de personnes, collectivités), de titres d’oeuvres, de sujets, de lieux géographiques, au format MARC.
    Les notices sont récupérables selon divers formats et protocoles :

    • en Dublin Core via un entrepôt OAI (notices descriptives seulement, à l’exclusion des notices d’entités).
    • au format MARC (ISO 2709) via un serveur FTP (sur authentification, un identifiant sera fourni aux participants sur simple demande).
    • au format MARC via un serveur Z 39.50.
  • Catalogue BnF Archives et manuscrits http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/
    Utilisant le format XML EAD, ce catalogue rassemble la description des collections de manuscrits et de fonds d’archives conservés dans différents départements de la BnF. On y trouve des manuscrits littéraires ou historiques de l’antiquité à l’époque contemporaine, des fonds d’archives administratives, privées ou de spectacles. Les notices peuvent être téléchargées au format PDF ou récupérées en XML via un module d’export (sur authentification pour des raisons techniques pour l’instant, un identifiant sera fourni aux participants sur simple demande).
  • Médailles et Antiques http://medaillesetantiques.bnf.fr1
    Catalogue répertoriant les médailles et antiques conservés à la BnF ainsi que leurs images.

Bases spécialisées

  • Reliures http://reliures.bnf.fr1
    Accès à la base des reliures numérisées de la BnF, qui propose une sélection de reliures à décor conservées à la Réserve des livres rares. Descriptions au format XML TEI. Données téléchargeables en PDF et en RDF.
  • Mandragore http://mandragore.bnf.fr1
    Base iconographique en ligne du département des Manuscrits. Indexation des images et accès aux images.
  • BP 16 http://bp16.bnf.fr1
    Base qui contient les notices de la Bibliographie des éditions parisiennes du 16e siècle, rédigée d’après les manuscrits de Philippe Renouard (la version actuelle de BP16 couvre les années 1501-1540). Données téléchargeables en PDF et en RDF.
  • Presse locale ancienne http://presselocaleancienne.bnf.fr1
    Recherche et localisation des journaux d’intérêt local parus en France, des origines jusqu’en 1944 ; accès à leur version numérisée dans Gallica et d’autres bibliothèques numériques.

Modalités de participation

Pour les participants : inscription préalable et gratuite à partir du 15 septembre 2016 sur https://plexi-form.bnf.fr/content/hackathon-2016

La participation au hackathon nécessite l’acceptation du règlement intérieur de la BnF.

Pour le public : pas d’inscription préalable nécessaire. Démonstrations et animations le samedi de 14h à 20h et le dimanche de 12h à 16h.

Même si le hackathon est un événement tourné vers les technologies du numérique, il n’est pas nécessaire d’être un développeur expert pour participer. Toute personne ayant un fort attrait pour la création participative et l’envie de contribuer au devenir des services numériques de la BnF est la bienvenue dans la limite des places disponibles (100).

Horaires et lieu

Horaires grand public :

  • Samedi 19 novembre 2016 – 14h00-20h00
  • Dimanche 20 novembre 2016 – 12h00-16h00

 

Horaires hackeurs :

  • Samedi 19 novembre 2016 – 14h00-24h00
  • Dimanche 20 novembre 2016 – 00h00-16h00

 

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Hall des Globes
Quai François-Mauriac, 75013 Paris

Communiqué de presse


Image de Une : opération #TrouveUnSosieDansGallica avec le portrait de Christophe Colomb : [estampe] (Etat avec la lettre complète) / P. Mercuri dis. e inc. 1843. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10537983f>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Revivez la journée d’étude AFNOR/BnF sur l’Open data

Les communications et captations vidéo de la  Journée d’étude AFNOR CG46 / BnF sur l’Open data du 24 juin 2016 que nous avions signalée le 16 mai dernier sont en ligne sur le site institutionnel de la Bibliothèque nationale de France. Cette journée était consacrée à l’ouverture des données dans les archives, bibliothèques et musées : enjeux juridiques, économiques et normatifs, échanges de bonnes pratiques et retours d’expérience.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

ANR DOREMUS : données en réutilisation dans le domaine de la musique en fonction des usages

anrL’Agence Nationale de la Recherche (ANR) a accepté le projet DOREMUS (Données en réutilisation dans le domaine de la musique en fonction des usages).

 

 

La musique est partout, jouée, enregistrée, diffusée, écoutée, vendue, offerte, louée. Les fichiers de musique enregistrée sont partout, stockés, streamés, échangés, vendus. Mais rien n’est plus difficile aujourd’hui que de trouver sur le web l’histoire d’une œuvre musicale, son compositeur, son origine culturelle, ses paroliers, ses influences, ses reprises, ses interprétations… Pourtant ces connaissances existent et sont décrites finement dans les systèmes d’information de quelques institutions culturelles et média dans le monde.

Consortium

Les partenaires du projet sont :

Résumé

Le premier objectif du projet DOREMUS est de permettre aux institutions culturelles, aux éditeurs et distributeurs, ainsi qu’aux communautés de passionnés de disposer de modèles de connaissances communs (ontologies), de référentiels partagés et multilingues ainsi que de méthodes pour publier, partager, connecter, contextualiser, enrichir les catalogues d’œuvres et d’événements musicaux dans le web des données.
Le projet s’appuie sur l’expertise de catalogage des œuvres musicales de Radio France, de la BnF, de la Cité de la musique, du projet collaboratif Discotheka de la société Meaning Engines et sur un corpus de modèles préexistants, en particulier FRBRoo. Les extensions et spécialisations d’ontologies et les vocabulaires qui résulteront du projet devront permettre de décrire les œuvres et événements musicaux, de la musique traditionnelle à la musique classique, leurs relations avec les créateurs, leur environnement culturel, les événements liés à leur création, leurs interprétations, leur fonction sociale, les instruments, les genres musicaux… tout en s’inscrivant dans la continuité des catalogues d’œuvres existants.

La description des œuvres musicales ne prend de sens que si elle est mise à disposition des publics comme élément d’éducation et de culture, utilisée comme outils facilitant la programmation d’émissions et d’événements musicaux, permettant de suggérer de nouvelles interprétations ou servant de source d’inspiration pour d’autres œuvres.

Le second objectif du projet est en effet de construire un outil d’assistance à la sélection d’œuvres musicales. L’outil doit pouvoir suggérer une programmation musicale originale pour une radio spécialisée, choisir des œuvres ou des interprétations particulières pour illustrer la biographie d’un artiste, une période historique, une culture ou un genre musical. Les publics visés par la Cité de la musique, Radio France, la BnF ou le projet Discotheka sont très diversifiés. Ils vont de l’enfant construisant sa culture musicale au mélomane averti en passant au par le curieux découvrant l’univers de la musique à travers son identité culturelle. Le projet dispose de ressources très riches pour mettre au point ce service : historique des programmations musicales d’émissions de radio, historiques de concerts, œuvres sélectionnées pour des disques, playlists.

Le troisième objectif du projet est de construire et valider les outils pédagogiques qui permettront le déploiement des standards, référentiels et technologies dans les institutions culturelles. Le consortium se donne un objectif fort de formation et de dissémination de compétences avec de nombreuses communications dans les conférences internationales, une interaction constante avec les groupes de travail internationaux travaillant sur ces ontologies et référentiels, des échanges avec Europeana, la Library of Congress et la BBC qui soutiennent le projet.

Le projet intègre une équipe de trois doctorants. Le projet produira des résultats concrets, réutilisables et produits pour une diffusion et utilisation internationale : modèles et référentiels pour les œuvres musicales, jeux de données, méthodes et outils pour la connexion des jeux de données, système de recommandation adapté aux oeuvres musicales, typologie des usages et publics pour ces outils, documents pédagogiques. L’ensemble des résultats sera publié avec des licences ouvertes.

Durée

La durée prévue du projet, débuté en octobre 2014, est de 48 mois.

Contribution BnF

La BnF participe aux travaux de modélisation et de liaison avec les organismes de normalisation internationale.

Aide

L’aide de l’ANR s’élève à 993 249 euros.

Programme ANR

Le projet ANR-14-CE24-0020 s’inscrit dans le cadre du programme Le numérique au service des arts, du patrimoine, des industries culturelles et éditoriales (DS0703) 2014 de l’ANR.

Pour en savoir plus

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Bibliothèques, archives et musées à l’heure de l’Open data. Bonnes pratiques, normes et retours d’expériences

afnorEn partenariat avec l’AFNOR, la BnF organise une journée d’étude sur l’Open Data le 24 juin 2016. Autour des bonnes pratiques et des retours d’expérience de professionnels, elle sera l’occasion de faire un point sur l’actualité des professionnels du domaine et les besoins normatifs liés à cette question.

Objet

L’ouverture des données (Open Data) amène les institutions publiques à changer leurs pratiques quant à la préparation et au traitement des données qu’elles produisent.

L’enjeu pour les institutions culturelles est de s’imposer comme producteurs de données de confiance alors que les contextes normatif et technique qui peuvent y contribuer sont encore en construction.

Pourquoi et comment exposer ses données ? Quelles sont les ambitions, les facteurs de réussite et les coûts des projets Open Data ? Dans quelle mesure peut-on anticiper les usages qui seront faits de ces données ?

Continuer la lecture de Bibliothèques, archives et musées à l’heure de l’Open data. Bonnes pratiques, normes et retours d’expériences

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Collections muséales en ligne – L’exemple de la numismatique

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France oeuvre à la diffusion de ses collections via les réseaux.
Outre d’ambitieux programmes de numérisation dont les résultats sont d’ores et déjà visibles dans Gallica (http://gallica.bnf.fr/html/und/objets/monnaies), le département est très impliqué dans les projets visant à inscrire la numismatique dans le web de données (Linked Open Data) en participant activement à Nomisma.org  et notamment au dévoppement du schéma de description des monnaies XML Nuds,  porté par Ethan Gruber de l’American Numismatic Society.

Ces différents projets seront l’objet de communications à la journée d’étude organisée au Musée archéologique national de Madrid par la Casa de Velázquez, le Museo Arqueológico Nacional, l’Universitat de València (Facultad de Geografía e Historia), le Museu de Prehistòria de València en collaboration avec la BnF.

Les communications de la BnF seront les suivantes :

  • Numérisation des monnaies de la BnF : entre urgence et projet de longue durée par Florence Codine, Jérôme Jambu et Frédérique Duyrat (département des Monnaies, médailles et antiques)
  • Nomisma.org: Linked Open Data for Numismatics par Florence Codine (département des Monnaies, médailles et antiques)
  • Numérisation des monnaies grecques de la BnF : enjeux scientifiques et communication par Julien Olivier et Frédérique Duyrat (département des Monnaies, médailles et antiques)

Programme complet  de la journée d’étude du 15 avril 2016.

Museo Arqueológico Nacional
Sala de conferencias
C/ Serrano, 13
28001 Madrid

Entrée libre et gratuite


Images de une : monnaies grecque, byzantine, impériale romaine issues de Gallica

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Collections muséales en ligne – L’exemple de la numismatique”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/8 (consulté le 13 avril 2016).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts