Archives par mot-clé : Journée d’étude

Journée d’étude : La Métamorphose du livre français, 1543-1547

Entre 1543 et 1547, les milieux éditoriaux français sont en ébulition : développement rapide de la traduction en langue française, résurrection de l’office d’imprimeur du roi, lancement de la collection grecque « Ex Bibliotheca Regia » chez Robert Estienne (1544), renouvellement des matériels décoratifs parisiens et lyonnais, tournant dans la politique éditoriale de certaines entreprises de librairie (Kerver, De Tournes, Vascosan)… Cette période voit paraître quelques-uns des chefs d’œuvre du livre illustré français (Chirurgia de Guido Guidi, Songe de Poliphile, Hiéroglyphica d’Horapollon, Architecture de Serlio, Délie de Maurice Scève, etc.) ; elle voit également l’entrée en lice de nouveaux acteurs dans tous les domaines: traduction (Martin, Amyot, etc.), illustration (Jean Cousin, Baptiste Pellerin), typographie (Garamont, Granjon). L’enjeu de cette journée d’étude est de décrire et de mettre en perspective les changements qui interviennent dans les cinq dernières années du règne de François Ier, pour déterminer dans quelle mesure ces faits isolés sont les symptômes d’un phénomène plus vaste. Il est en effet aisé de décrire ce bouillonnement, mais il est sans doute plus difficile d’en identifier les causes avec précision. Nous avons donc l’espoir qu’en mutualisant nos expertises respectives, nous puissions parvenir à identifier les principaux enjeux de cette « métamorphose » du livre ».

Continuer la lecture de Journée d’étude : La Métamorphose du livre français, 1543-1547

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journées d’étude : nommer et raconter la Commune

Dès 1871, il semble difficile de nommer la Commune et ses acteurs. Les communards déplorent l’anonymat des combattants, ces « las-de-vivre » chantés par Jean-Baptiste Clément et ces « milliers de héros inconnus » célébrés par Louise Michel. Les uns comme les autres racontent la Commune selon leur point de vue : ils créent des mots pour l’occasion – « communeux », « pétroleuse » –, figent par la photographie les lieux dévastés, réinventent parfois les faits en distordant souvent mémoire et histoire. L’événement constitue un tabou socio-politique durable. Comment s’en emparer, le nommer, le raconter, lorsque l’on est témoin, historien(ne), artiste, curieux(se), d’hier à aujourd’hui ?

Continuer la lecture de Journées d’étude : nommer et raconter la Commune

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Histoire croisée du Collège de France et de la Bibliothèque nationale de France : journée d’étude (14/6)

Organisée dans le cadre de « Passage des disciplines : histoire globale du Collège de France, XIXe-XXe siècle » par le professeur Antoine Compagnon, Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie et le Comité d’histoire de la Bibliothèque nationale de France.

Programme

9h30 Ouverture
Antoine Compagnon, Collège de France
Laurence Engel, Bibliothèque nationale de France

10h15 « Relations pluriséculaires entre le Collège de France
et la Bibliothèque nationale de France »
Isabelle le Masne de Chermont, Bibliothèque nationale de France
Céline Surprenant, Collège de France

11h15 Pause-café

11h30 « Sources archivistiques du Collège de France
et de la Bibliothèque nationale de France »
Anne Leblay-Kinoshita, Bibliothèque nationale de France
Christophe Labaune, Collège de France

12h30 Déjeuner

14h « Les textes réglementaires sous le Second Empire,
Collège de France (1857) et Bibliothèque impériale
(1858) »
Marie de Séverac, Bibliothèque nationale de France
Cécile Fabris, Archives nationales

15h « Émergence des domaines disciplinaires.
À la croisée des chaires et des collections.
Les collections d’hébreu »
Peter Nahon, Université de Neuchâtel
Laurent Héricher, Bibliothèque nationale de France

16h Pause

16h15 « Constitution du fonds papyrologique de la
Bibliothèque nationale de France et naissance d’une
nouvelle discipline »
Julien Auber de Lapierre, Bibliothèque nationale
de France / Collège de France
Christian Förstel, Bibliothèque nationale de France

16h45 « L’image de la Bibliothèque nationale et du Collège
de France dans la presse sous le Second Empire »
Agnès Sandras, Bibliothèque nationale de France

17h15 Conclusion

Informations pratiques

  • Collège de France – 11, place Marcelin-Berthelot – Lundi 14 juin 2021 – Salle 2

Organisateurs

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Faire réseau autour des archives du web, usages et opportunités : journée de lancement du projet ResPaDon (17/05)

Financé par le GIS Collex-Persée, porté par l’Université de Lille et la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec Sciences Po Paris et le Campus Condorcet, le projet ResPaDon (Réseau de Partenaires pour l’analyse et l’exploration de données numériques) vise à développer et à diversifier les usages par les chercheurs des archives du web collectées et conservées par la Bibliothèque nationale de France : développement des pratiques de recherche, nouvelles approches autour des archives du web, nouvelles formes d’exploitation. Associant chercheurs et professionnels de l’information scientifique et technique, le projet se construit autour d’un réseau de partenaires et se compose d’une étude sur les usages, de plusieurs expérimentations et de temps d’échanges. Il mobilise en particulier les équipes de recherche du medialab et du laboratoire GERiiCO.

Dans un format entièrement virtuel, la journée de lancement a pour objectif d’engager la construction d’une communauté d’acteurs autour du projet et de ses différentes phases. Elle permettra de dresser l’état des lieux de la constitution des archives du web et de leurs usages et d’explorer de nouvelles potentialités de recherche autour des archives du web. Elle sera également l’occasion pour tous les acteurs de découvrir le projet ResPaDon et de s’inscrire dans le réseau en cours de création.

  • Vous êtes chercheur ou chercheuse : vos pratiques de recherche vous ont déjà rendu familiers des archives du web ? Vous souhaitez découvrir ces corpus et voir comment les utiliser dans le cadre de vos recherches ? Cette journée vous permettra de participer à des premiers échanges sur les archives du web, leur constitution et leurs usages. Ces échanges se poursuivront ensuite à différentes étapes du projet.
  • Vous êtes professionnel(le) de l’information scientifique : cette journée vous permettra de découvrir le projet ResPaDon et la place que peuvent y tenir les professionnels de l’information et des bibliothèques, et de vous inscrire dans la démarche en cours.

Programme prévisionnel

  • 9h15 : Ouverture de la journée par Julien Roche, directeur du Service Commun de Documentation de l’Université de Lille
  • 9h25 : Session 1. Les archives du web : perspectives croisées pour un état des lieux
    Interventions d’Olga Holownia (International Internet Préservation Consortium) et Benoît Tuleu (Bibliothèque nationale de France)
  • 10h30 : Pause
  • 11h : Session 2. Les usages des archives du web dans la recherche : quelques exemples
    Animation par Laurence Favier (ULR GERiiCO, Université de Lille)
    Cette session sera composée de présentation de travaux de chercheurs de différentes disciplines ayant mobilisé les archives du web dans leurs travaux. Elle sera suivie d’un échange sur les possibilités ouvertes par les archives du web et les limites actuelles à leur utilisation.
    Liste des intervenants en cours de finalisation : Christian Bonah (Université de Strasbourg), Fabienne Greffet (Université de Lorraine), Emmanuel Cartier (Université de Paris 13)
  • 12h30 : Pause déjeuner
  • 13h45 : Présentation du projet ResPaDon
    Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France) et Marie-Madeleine Géroudet (Université de Lille), coordinatrices du projet
  • 14h : Session 3. Une approche transversale sur les usages des archives du web / Niels Brugger (Université d’Aarhus)
  • 14h45 : Session 4. Trois rendez-vous thématiques en parallèle
  • Littératures numériques et expression de soi durant le confinement
    Le confinement, parce qu’il a pu laisser du temps et parce qu’il a été vécu chez soi de manière connecté, a constitué une expérience inédite de créativité instantanée sur le web mais aussi d’injonction à la créativité.
    Intervenants : Valérie Beaudouin (Télécom ParisTech), Christian Cote (Université Lyon 3) et Christine Genin (Bibliothèque nationale de France) témoigneront de leurs regards portés sur ce moment particulier et de leurs propres expériences de collecte, d’archivage et de constitution de corpus.
  • Quelle place pour le web dans les études sur le jeu vidéo ?
    Le jeu vidéo est désormais un sujet d’étude à part entière, qui intéresse de plus en plus de chercheur(e)s. En plus des titres déposés à la Bibliothèque nationale de France au titre du dépôt légal, le web constitue une source indispensable pour l’analyse de ces documents multimédias. Plusieurs universitaires spécialistes de ces sujets évoqueront leurs pratiques et leur utilisation d’internet dans leurs travaux autour du jeu vidéo.
    Intervenants : Fanny Barnabé (Université de Liège), Simon Dor & Hugo Montembault (Université de Montréal), Julian Alvarez (INSPE Lille)
  • Conduire des recherches à partir du web vivant ou comment faire face à la volatilité des contenus sur le web
    Le passage d’un web basé sur le document à un web reposant sur le flux ne fait qu’accroître la problématique de la volatilité des contenus sur le web. Ce rendez-vous thématique propose des exemples de méthodes et d’outils mobilisés dans le cadre de recherches portant sur des corpus web et nécessitant des stratégies d’archivage face à la nature évanescente du web contemporain.
    Intervenants : Tommaso Venturini (CNRS), Benjamin Ooghe-Tabanou (médialab, Sciences Po), Guillaume Levrier (CEVIPOF, SciencesPo), Gersende Blanchard (ULR GERiiCO)
  • 16h30 : Table ronde : comment faire réseau autour des archives du web ?
    Intervenants : Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France), Dominique Cardon (medialab, Sciences Po), Stéphanie Groudiev (Campus Condorcet), Valérie Schafer (Université du Luxembourg)
  • Animation et mot de conclusion : Gildas Illien (MNHN)

Modalités pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études : les feuilletons dans la presse

Le Roman-feuilleton - BnF
Le Roman-feuilleton – BnF

Longtemps mésestimé, le roman s’est imposé au XIXe siècle comme une forme littéraire majeure, popularisé notamment par les romans-feuilletons qui paraissaient dans la presse quotidienne. Une journée d’étude à la BnF s’intéresse à ce mode de publication que l’on peut explorer dans Gallica.

Après une conférence d’ouverture présentant le roman-feuilleton, un deuxième temps propose un point sur l’actualité de la recherche autour de ces textes, tant du côté de la numérisation et de son exploitation que du côté de l’histoire générale des médias et de la genèse des textes littéraires. Viendront ensuite des parcours spécifiques proposés par des chercheurs et des enseignants : on découvrira par exemple Alexandre Dumas feuilletoniste et des cas pratiques d’utilisation de la sélection pour l’enseignement des Lettres. La journée est rythmée par la lecture d’extraits de romans-feuilletons par un acteur et accompagnée d’une bibliographie.

Cette journée d’étude est associée à la sélection Gallica « Les Feuilletons dans la presse », mise en ligne en octobre 2020, pensée pour le grand public et les enseignants. 

Programme

9 h 30 – Introduction

Par Sophie Robert, chargée de collections, service de la Presse, département Droit, économie, politique, BnF, et Morgane Avellaneda, chargée de recherche documentaire, BnF/université de Saint-Étienne

9 h 45 – 11 h – Conférence

Le roman-feuilleton dans la presse, panorama et problématiques
par Marie-Eve Thérenty, université de Montpellier 3

11 h 30 – 12 h 30 – Actualités

  • Présentation de la sélection Gallica « Les Feuilletons dans la presse »
    par Morgane Avellaneda
  • Présentation des API et outils d’accès aux contenus de presse de Gallica
    par Sébastien CretinJean-Philippe Moreux, BnF
  • Présentation du projet Numapresse d’extraction automatisée des romans-feuilletons dans la presse quotidienne
    par Pierre-Carl Langlais, université de Montpellier 3

Questions

14 h – 15 h –Exemples de parcours dans la sélection et prolongements

  • Le roman zolien, du feuilleton au volume
    par Hortense Delair, université Paris 3
  • Fabrique de romans, maison Alexandre Dumas et Cie
    par Sarah Mombert, École normale supérieure de Lyon
  • Au-dessus du feuilleton : les contes en série du Gil Blas
    par Blandine Lefèvre, université Paris 3

15 h 30 – 17 h –Cas pratiques d’utilisation de la sélection Gallica pour l’enseignement

  • Utilisation de la sélection pour étudier les représentations du personnage féminin face à l’ordre social dans le cadre de la thématique « Individu, morale et société » (classe de 1re)
    par Jean-Pierre Langevin, lycée de Sèvres
  • Le thème de la nuit dans le roman réaliste ou naturaliste à travers les romans feuilletons (classe de seconde)
    par Olivier Pécout-Varetz, académie de Grenoble
  • Utilisation de la sélection pour une meilleure autonomisation des élèves dans le cadre des heures d’accompagnement personnalisé et du retour de l’histoire littéraire dans les programmes (classe de 1re)
    par Coralie Cadran, lycée d’Argenteuil

17 h – 18 h – Questions

Informations pratiques

  • Samedi 10 avril 2021
  • 9 h 30 – 18 h
  • François-Mitterrand – Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études (15/3) : À la recherche des femmes dans la presse ancienne numérisée (1850-1950)

Affiche pour Le Figaro, Pierre Bonnard - 1903 - BnF
Affiche pour Le Figaro, Pierre Bonnard – 1903 – BnF

Comment appréhender et faire de la recherche dans les corpus de presse ancienne numérisés ? Au cours de cette journée de présentation du projet européen NewsEye, A Digital Investigator for Historical Newspapers, plusieurs propositions de réponses seront apportées grâce à des exemples concrets de recherche ayant trait à la thématique des femmes, et par la démonstration de plusieurs outils : Gallica, RetroNews, mais aussi un nouvel outil de recherche en ligne développé par le projet NewsEye.

L’objectif du projet NewsEye est d’améliorer l’accès à la presse ancienne (1850-1950) pour les chercheurs, usagers des bibliothèques mais aussi pour le grand public. Pour cela, il développe des outils de reconnaissance  de caractères, d’analyse automatique de la structure des journaux (extraction des thématiques, identification des articles) et de traitement multilingue des contenus (reconnaissance des noms de personnes,  de lieux, d’organisations ; analyse d’opinion et de sentiment ; fouille de texte et de données) fondée sur l’intelligence artificielle. Son ambition est de proposer une boîte à outils d’analyse à très grande échelle des journaux numérisés dans n’importe quelle langue et en provenance de différentes sources. Pour se faire, le projet rassemble huit partenaires de quatre pays (Allemagne, Autriche, Finlande et France).

Programme

10 h – 13 h : Présentation du projet NewsEye

  • Mot de bienvenue
  • Le projet NewsEye et sa plateforme – Antoine Doucet et Axel Jean-Caurant (La Rochelle Université, Laboratoire Informatique, Image et Interaction)

Un journalisme au féminin : enjeux historiques du numérique

  • « Propositions pour une nouvelle histoire des femmes journalistes : la place cardinale du numérique » – Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21)
  • « Le projet FemEnRev : de la numérisation à l’histoire de la presse féministe du second 20e siècle » – Christine Bard (Université d’Angers, IUF) et Magali Guaresi (Université Libre de Bruxelles)
  • « L’offre de service Perséide : un dispositif proposé par Persée au service de la valorisation enrichie de corpus numérisés » – Hélène Bégnis (Persée, UAR 3602, ENS de Lyon et CNRS)

14 h – 17 h 30 : Presse et féminisme à la BnF

  • Gallica – Philippe Mezzasalma (BnF)
  • RetroNews – Étienne Manchette (BnF Partenariats)

Outils numériques et revendications féministes

  • « Le bruit des bases de données contre les silences de l’histoire; vers une nouvelle écriture de la première vague du féminisme » – Claire Blandin (Université Sorbonne Paris Nord)
  • « Les femmes culottées au quotidien (1850-1950) : pantalonnades médiatiques et humanités numériques » – Nejma Omari (Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA21)

Table ronde : regards croisés sur les défis et les enjeux de la mise à disposition de larges corpus numérisés

  • Modératrice : Emmanuelle Bermès (BnF)
  • Intervenants : Cyrille Suire (La Rochelle Université, Laboratoire Informatique, Image et Interaction), Pierre-Carl Langlais (Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA21) et Jean-Philippe Moreux (BnF)

Informations pratiques

  • En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube et sur cette page le lundi 15 mars à 10 h.

Le projet NewsEye, A Digital Investigator for Historical Newspapers est financé par le programme cadre de recherche et innovation Horizon 2020 de l’Union européenne (accord de subvention n°770299).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940

Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit pas, ou pas uniquement, articulée autour du livre et des formes culturellement légitimes de l’imprimé. Les différentes interventions permettront d’explorer les matérialités diverses de l’objet imprimé et ses différentes fonctions ; les usages et pratiques d’appropriation qu’il génère ; les méthodes et objectifs de ses producteurs, y compris dans le cadre de situations de production innovantes, alternatives et/ou minoritaires. Ces contributions offriront non seulement un bref aperçu de la richesse de genres imprimés encore méconnus, mais permettront de dresser un état des lieux de la recherche actuelle sur cette ère de production et de consommation médiatique et d’envisager de futures perspectives théoriques et méthodologiques.

Marie Goupil, chercheuse associée de la BnF au département de la Musique aura l’occasion d’y présenter une partie de ses recherches1.

Programme

9h Mots d’ouverture

9h15 Invitée spéciale : Séverine Montigny (Conservateur du Département des Documents éphémères de la BHVP)
Présentation des collections d’éphémères de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

10h Panel 1 – Nouveaux objets, nouveaux usages

  • Violaine Gourbet – Gravures et almanachs : la présence discrète de l’art anglais dans les foyers allemands (seconde moitié du XIXe siècle)
  • Delphine Mulard – L’image et son rapport illustratif au texte, les différents modes illustratifs du Recueil des choses vues et entendues de l’ère Ansei
  • Marie Goupil-Lucas-Fontaine – « Fixer l’air du temps » : L’éditeur Salabert et l’imprimé musical populaire dans l’Entre-deux-guerres
  • Benoît Crucifix – La bande dessinée après le quotidien. Découpages, scrapbooks et comic strips aux États-Unis

12h Pause déjeuner

13h30 Panel 2 – L’entre-deux-guerres : aux frontières des légitimités culturelles

  • Pamela Ellayah – William R. Scott Inc., imprimer l’album pour enfants autrement
  • Fiona Piccolo – Intermédiaire et intermédial : l’imprimé polyvalent à travers culture savante, culture populaire et culture de masse chez Stefan Eggeler (1894-1969)
  • Alix Agret – Mise en page/mise en scène : séduction cinématographique dans des revues érotiques des années 1930

14h50 Panel 3 – Pratiques militantes de l’imprimé

  • Julien Contes – L’émergence d’une nouvelle culture démocratique de l’imprimé périodique en France et en Italie au milieu du XIXe siècle
  • Max Bonhomme – Découpages du temps révolutionnaire : les almanachs anarchistes et communistes
  • Lou Le Joly – Le Suffrage Atelier : émancipation politique et économique des femmes par l’imprimé (Royaume-Uni, 1909-1914)

16h15 Pause café

16h30 Invitée spéciale : Alice Savoie (Designer typographique, chercheuse indépendante et enseignante)
Présentation du projet de recherche Women in Type (University of Reading)

17h Discussion de fin de journée

Informations pratiques

  • Le 20 janvier 2021, de 9h à 18h.
  • La journée d’étude aura lieu en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien et connaître les modalités pratiques, merci d’adresser un mail aux deux adresses suivantes : laura.truxa@ehess.fr  et nathalie.sebayashi@ehess.fr.
  1. Voir la présentation de son projet de recherche, url : <https://bnf.hypotheses.org/9303>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Le Sacramentaire de Drogon (Paris, BnF, Latin 9428) et les ivoires de Metz (12/10)

Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon]
Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525084620/f1.item

Fleuron de la Renaissance carolingienne, le Sacramentaire de Drogon conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous la cote Latin 9428 est doublement célèbre, par son histoire prestigieuse et le luxe de sa décoration. Ce manuscrit liturgique a été commandé entre 826/837 et 855 par l’évêque de Metz Drogon, fils illégitime de Charlemagne et grand mécène de son temps, et a fait partie du trésor de la cathédrale de Metz jusqu’à la Révolution. Il a reçu un luxueux décor, composé d’enluminures et d’une reliure d’orfèvrerie ornée de 18 plaques d’ivoire sculpté. Ces plaques d’ivoire ont été remontées à l’époque moderne dans un ordre différent et enchâssées dans une nouvelle monture d’argent.

La restauration des plaques et de la monture, financée par un généreux don de Michael I. Allen aux American Friends of the National Library of France via la King Baudouin Foundation United States, a été récemment menée dans le cadre du programme de restauration des reliures précieuses du département des Manuscrits en vue de leur exposition dans le futur musée Richelieu. Elle a permis de faire des découvertes majeures concernant la fabrication des plaques d’ivoire et leur assemblage d’origine et d’ouvrir ainsi de nouvelles pistes de recherches sur les ivoires de cette époque, leur origine, les procédés de fabrication et leur iconographie, ainsi que sur l’histoire du trésor de la cathédrale de Metz, exceptionnellement riche en ivoires carolingiens.

Cette journée d’étude interdisciplinaire organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre, dans le sillage du partenariat scientifique que les deux institutions ont noué autour de l’exposition « Reliures précieuses dans les collections de la BnF au musée du Louvre » (novembre 2017- juillet 2018), présentera les premiers résultats de ces découvertes.

Programme

9h30-10h

Introduction

Isabelle le Masne de Chermont (BnF) et Jannic Durand (musée du Louvre)

10h-10h30

Étude et restauration des ivoires des plats de reliure du Sacramentaire de Drogon

Marie-Emmanuelle Meyohas (restauratrice)

10h30-11h

Le revers des ivoires de Drogon à la lumière de la question des réemplois d’ivoires au Moyen Âge

Danielle Gaborit-Chopin et Florian Meunier (musée du Louvre)

11h-11h30 Pause

11h30-12h

Les interventions sur les reliures médiévales d’orfèvrerie et d’ivoire du trésor de la cathédrale de Metz à l’époque moderne

Maxence Hermant (BnF)

12h-12h30 Discussion

12h30-14h Déjeuner

14h-14h30

Pour une lecture renouvelée de l’iconographie des plaques du Sacramentaire de Drogon

Charlotte Denoël (BnF/Centre Jean Mabillon)

14h30-15h

La commande artistique de Drogon à travers ses Évangiles (BnF latin 9388) et leur décor

Anne-Orange Poilpré (Université Paris 1)

15h-15h30 Pause

15h30-16h

La réception des ivoires carolingiens à l’époque romane : l’exemple de l’abbaye Saint-Arnoul de de Metz

Isabelle Bardiès-Fronty (musée de Cluny)

16h00-16h30 Discussion

Informations pratiques

  • En raison du contexte sanitaire, la capacité de l’auditorium Colbert est limitée à 100 personnes.
  • Inscription obligatoire via le lien suivant : https://drogon.sciencesconf.org/
  • Date : 12 octobre 2020
  • Lieu : Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002
  • Organisée par Charlotte Denoël (BnF), Maxence Hermant (BnF) et Florian Meunier (musée du Louvre)
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55001425m/f1.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude (10/2) : Culture matérielle en Asie Centrale – Manuscrits et peintures bouddhiques de la région de Koutcha (VIe-VIIIe siècle)

HisTochText

Le bassin du Tarim, avec en son centre le désert du Taklamakan, a été le témoin du développement de civilisations qui ont prospéré notamment grâce au développement de la Route de la Soie. Nous nous intéresserons durant cette journée d’études aux vestiges matériels liés à la pratique du bouddhisme. Les manuscrits (sur papier, sur tissu ou sur bois) et peintures (sur papier, sur tissu ou murales) sont d’un intérêt particulier pour les linguistes, philologues et historiens qui étudient les textes religieux ou profanes ainsi que l’iconographie et les matériaux de la couleur. Situés géographiquement à la confluence des cultures et civilisations de l’Iran, de l’Inde et de la Chine, les Koutchéens convertis au bouddhisme utilisèrent notamment le papier d’invention chinoise pour copier les textes religieux traduits ou adaptés du sanskrit, qui étaient auparavant écrits sur des supports différents (feuille de palmier, écorce de bouleau ou de peuplier).

Durant cette journée d’étude, nous vous invitons à découvrir cette région de Koutcha et la civilisation indo-bouddhique qui s’y est épanouie (du IIIe au VIIIe siècle de notre ère). Tout au long de cette journée, douze chercheurs exposeront leurs travaux dans la perspective suivante: dans quelle mesure l’étude matérielle et technologique des manuscrits et des peintures peut nous apporter des informations sur ces sociétés anciennes, leurs usages et leur histoire ?

Programme

  • 09h45-10h00 Accueil / Reception
  • 10h00-10h10 Ouverture / Opening – Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL) & Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

Session 1 – Le projet ERC HisTochText / The ERC project HisTochText: History of the Tocharian texts of the Pelliot collection

  • 10h10-13h00 Modérateur / Chairperson: Anne Michelin, CRC
  • Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL)
    Définir la culture manuscrite du bouddhisme, en sanskrit et en tokharien.
    Defining the manuscript culture of Buddhism, in Sanskrit and Tocharian.
  • Melinda Fodor (EPHE-PSL, BnF)
    Les manuscrits du fonds Pelliot Sanskrit: Forme et contenu.
    Pelliot Sanskrit collection’s manuscripts: Form and content.
  • Emilie Arnaud-Nguyen (EPHE-PSL, UH) & Lucas Llopis (CRC, EPHE-PSL)
    Analyses micro et macroscopiques des manuscrits du fonds Pelliot: Matières premières et technologie du support de l’écrit.
    Micro and macroscopic analyses of the Pelliot collection manuscripts: Raw materials and writing support technology.
  • 11h40-12h00 Pause café / Coffee break
  • Kilian Laclavetine (CRC, EPHE-PSL)
    Etude des encres et des techniques de préparation du papier des manuscrits de la collection Pelliot.
    Study of inks and papermaking process on the Pelliot collection’s manuscripts
    .
  • Athanaric Huard (EPHE-PSL, BnF)
    Codicologie du fonds Pelliot Koutchéen: analyse et chronologie.
    Codicology of the Pelliot Koutchéen collection: Diachronic features
    .
    13h00-14h20 Déjeuner / Lunch
  • 13h00-14h20 Déjeuner / Lunch

Session 2 – Ecrire en Asie Centrale – Matérialité et datation : Writing in Central Asia – Materiality and datation

  • 14h20-15h50 Modérateur / Chairperson: Jérôme Petit, BnF
  • Agnieszka Helman-Wazny (UH) & Anna-Grethe Rischel (NatMusDk)
    Papier du nord du désert de Taklamakan – Analyse macroscopique et microscopique des manuscrits de Turfan de la collection de Berlin.
    Paper from the North of Taklamakan Desert – Macroscopic and Microscopic Analysis of Turfan Manuscripts from Berlin
    .
  • Pascale Richardin (C2RMF)
    Manuscrits précieux et datation par le carbone 14 : un défi pluridisciplinaire.
    Precious manuscripts and radiocarbon dating: a pluridisciplinary challenge
    .
  • Ira Rabin (BAM)
    Peut-on étudier les encres au carbone par XRF? Études de manuscrits bouddhistes du Népal.
    Can we study carbon inks with XRF? Studies of Buddhist Manuscripts in Nepal
    .
  • 15h50-16h10 Pause café / Coffee break

Session 3 – Peindre en Asie Centrale – Matériaux de la couleur / Painting in Central Asia – Color materials

  • 16h10-17h10 Modérateur / Chairperson: Léon-Bavi Vilmont, CRC
  • Renate Nöller (BAM)
    Techniques de peinture traditionnelle sur des documents provenant de sites de la Route de la soie.
    Techniques of traditional painting on documents from Silk Road sites
    .
  • Ellen Egel (BLDAM)
    Peintures murales bouddhistes de la Route de la soie – Identification des pigments et de leurs produits d’altération.
    Buddhist mural paintings from the Northern Silk Road – Identification of pigments and of their alteration products
    .
  • 17h10-17h20 Clôture / Closing – Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL) & Laurent Héricher (BnF)

Informations pratiques

  • Cette journée se tiendra le lundi 10 février 2020.
  • Auditorium, Galerie Colbert
  • INHA, 2, rue Vivienne, 75002 Paris
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (196 places) mais inscription obligatoire sur le site de la journée d’études : https://histochtext2020.sciencesconf.org/

Organisateurs

La journée d’études sur la « Culture matérielle en Asie Centrale – Manuscrits et peintures bouddhiques de la région de Koutcha (VIe-VIIIe siècle) » est organisée par l’EPHE et le CRC avec le soutien de la BnF et du projet ERC HisTochText.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Collecter, conserver et explorer les corpus massifs d’archives audiovisuelles : états des lieux et perspectives (13/11)

Inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la BnF, le programme de recherche CORPUS a pour objectif de construire un nouveau service de fourniture de corpus numériques à destination de la recherche. Un des axes explorés dans le cadre de ce projet consiste à accompagner les chercheurs dans leur appropriation des collections numériques. À cet effet, des ateliers d’échange sont régulièrement organisés entre des équipes de recherche partageant des enjeux méthodologiques, scientifiques et techniques similaires, ainsi que les personnels BnF experts des sujets abordés.

Argument

Dans le prolongement de la journée d’étude réalisée autour des archives d’Amos Gitaï le 12 décembre prochain, cet atelier Corpus vise à se pencher sur les défis posés par la perspective prochaine de la mise à disposition et de l’exploration de corpus massifs de vidéos numériques à la Bibliothèque nationale de France.

L’ensemble documentaire Amos Gitaï, entré dans les collections en 2018, est composé en grande majorité de documents nativement numériques qui représentent un volume jusqu’ici jamais atteint pour ce type de fonds à la BnF. Ce don s’est rapidement avéré un espace d’expérimentation inédit en raison de la nature très hétérogène des documents et des formats divers qui le constituent. Or, l’arrivée de ce fonds est l’occasion d’aborder des points clés concernant la collecte, le traitement et l’exploration de corpus audiovisuels massifs.

Quelle politique d’archivage pour les plateformes vidéos contributives ? Comment conserver et mettre à disposition des fichiers de montage audiovisuel ? Quelles nouvelles méthodes d’analyse pour les médias audiovisuels ? Quelle est la méthodologie des chercheurs qui étudient des corpus massifs de vidéos ? Autant de questions qui seront au cœur de cet atelier, et qui chercheront à ouvrir des perspectives pour les entrées similaires qui sont pressenties à la BnF dans les années à venir, et dans d’autres institutions.

Programme

Intervention 1 : Explorations méthodologiques autour de corpus vidéo massifs. Interview menée par Christophe Gauthier (École nationale des Chartes).

Intervention 2 : Alain Carou (BnF) – Archiver les plateformes vidéos contributives à la BnF : la collecte de vidéos vernaculaires du conflit et de la révolte en Syrie (projet Shakk-Syrie).

Intervention 3 : Louise Dutertre (BnF) – La mise à disposition des fichiers de montage issus de l’ensemble documentaire Amos Gitaï.

Intervention 4 : Jean Carrive (INA) – Les nouvelles méthodes d’analyse des médias audiovisuels : l’ANR ANTRACT et le projet MeMAD.

Intervention 5 : Claire Scopsi, Gilles Bertin (Laboratoire Dicen-IDF CNAM) – L’annotation rapide de vracs d’images et l’intégration image fixe/image animée. Les enjeux de la norme iiiF.

Modalités pratiques

  • 13 décembre 2018, 14h00 – 18h
  • Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu), salle Émilie du Châtelet.
  • Entrée libre sur inscription.

Regards sur Serge Tisseron. De la tintinologie à la robotique (30/11)

Serge Tisseron ©Julien Faure – Leextra – Leemage

Psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie habilité à diriger des thèses et membre de l’Académie des technologies, Serge Tisseron est aussi dessinateur et photographe.

Dès la présentation de sa thèse de médecine sous forme de bande dessinée, il s’est attaché à montrer que les images sont une forme de symbolisation du monde à part entière, au même titre que le langage parlé ou écrit. Après avoir travaillé sur les secrets de famille et nos relations aux images, ses recherches portent actuellement sur les bouleversements psychiques et sociaux entraînés par les technologies numériques et robotiques. Il a créé en 2013, l’Institut pour l’Etude de la relation Homme-Robot.

En 2018, il a fait don de ses archives à la BnF qui a souhaité rendre hommage à cet intellectuel éclectique, transdisciplinaire, inclassable et visionnaire.

En partenariat avec les Éditions Albin Michel, les Éditions Dunod et l’Académie des technologies.

Programme

13 h 30 – Accueil

14 h – Ouverture par Laurence Engel, présidente de la BnF
Signature officielle de la convention de don avec la Présidente

14 h 15 – Dialogue avec Denis Bruckmann, directeur général de la BnF

Regards croisés

Animation : Nathalie Bocher-Lenoir, présidente de Gens d’Images

14 h 35 – Les secrets de famille
Elisabeth Darchis, présidente de l’Association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok
Chantal Diamante, présidente de la Société de Thérapie Familiale IDF

15 h – Les images
Frédéric Tordo, psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique
Yann Leroux, psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique
Pierre Léna, membre de l’Académie des sciences, co-fondateur de « La Main à la pâte »

15 h 35 – La photographie
Le Manifeste de l’École inférieure de la photographie
Dialogue avec Bernard Plossu, photographe

16 h – Pause et séance de dédicace

16 h 30 – Le Rire médecin avec Caroline Simonds (Girafe) et Jean-Philippe Buzaud (Roger Chips),clowns pour les enfants à l’hôpital

16 h 45 – Pourquoi un psy à l’Académie des technologies ?
Yves Farge, membre de l’Académie des technologies

17 h – Robotique et enjeux d’avenir
Pierre-Marie Lledo, directeur du laboratoire de recherche « Perception et Mémoire » à l’Institut Pasteur, et du laboratoire « Gène et Cognition » du CNRS
Véronique Aubergé, chargée de recherche au CNRS au LIG, Chaire Robo’ethics de la fondation Grenoble INP

17 h 30 – Les « petits laboratoires d’empathie » (fédération des associations créées par Serge Tisseron)
Trois, Six, Neuf, Douze par Marie-Noëlle Clément, pédopsychiatre, directrice de l’hôpital de jour André Boulloche, Association Cerep-Phymentin
Institut pour l’étude des relations homme-robots (IERHR) par Olivier Duris, psychologue, doctorant en psychologie clinique
Développer l’empathie par le Jeu des Trois Figures (DEPJ3F) par Thérèse Auzou, doctorante en sciences de l’éducation
Pocket film empathie par Benoît Labourdette, cinéaste
Institut pour l’Histoire et la Mémoire des Catastrophes (IHMEC) par Francisca Espinoza, sociologue et Sylvaine Pettens, responsable pédagogique, INA

18 h 15 – Projection en avant-première du film Tisseron en quête de Serge, avec le soutien de la BnF

14 h-19 h Dans le foyer du Petit auditorium

  • Vitrines de manuscrits issus du don et conservés au département des Manuscrits
  • Vitrine d’objets issus de la collection de Serge Tisseron
  • Exposition de photos issues du don et conservées au département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • 30 novembre 2019, 13 h 30 – 19 h
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée libre et gratuite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : La presse de langue arménienne en France et la création d’un espace transnational

La Bibliothèque Nubar de l’UGAB (Paris) et l’université Paris-Diderot, avec le soutien du réseau Transfopress, réseau international prenant pour objet la presse allophone (http://transfopresschcsc.wixsite.com/transfopress), et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), s’associent pour organiser une journée d’étude sur le phénomène de la presse en langue arménienne comme presse allophone, en prenant pour terrain d’études la France. 

Programme

  • 9h Accueil des participants
  • 9h15-9h30 Introduction par Talar Chahinian (UCI) et Stéphanie Prévost (Université de Paris / LARCA)
  • 9h30-9h50 État des collections de périodiques arméniens en France par Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)

PANEL 1 : Les périodiques de langue arménienne en France comme patrimoine culturel
Présidence de séance : Valentina Calzolari-Bouvier (Université de Genève)

  • 9h50-10h10 Arpi Totoyan (Paris) – La réédition de Midk yev Arvest, supplément littéraire du quotidien Haratch (1976-2009) (en arménien)
  • 10h10-10h30 Vazken Khatchig Davidian (Faculty of Oriental Studies, Université d’Oxford) – In Search of « Monsieur Pierre » : Teotig’s Everyone’s Almanac in Exile and the Recovery of Cultural Memory (1920s)
  • 10h30-10h50 Discussion
  • 10h50-11h10 Pause-café

PANEL 2 : Les périodiques de langue arménienne en France, espaces de mobilisation
Présidence de séance : Houri Berberian (University of California Irvine)

  • 11h10-11h35 Vahé Tachjian (directeur de Houshamadyan) et Méliné Pehlivanian (Staatsbibliothek, Berlin) – La presse arménienne à Paris et à Berlin, entre bolchevisme et nazisme (années 1930-1940)
  • 11h35-12h Sophie Toulajian (Ens Lyon/Larhra) – Hay Baykar, périodique protestataire dans le sillon de mai 68 : de « Libération Arménienne » au « Mouvement National Arménien » (1977-1988)
  • 12h-12h25 Lerna Ekmekçioğlu (MIT, Boston) – Hai Guine, Organ of the French Armenian Women’s Union, & Gender (1947-1949)
  • 12h25-12h50 Discussion
  • 12h50-14h20 Pause-déjeuner

PANEL 3 : Repenser les identités linguistiques et littéraires par la presse
Présidence de séance : Mélanie Keledjian (Inalco)

  • 14h20-14h40 Talar Chahinian (UCI, Los Angeles) – The Armenian Press and the Forging of a New Literati in Post-WWI France
  • 14h40-15h Tork Dalalyan (Académie des Sciences d’Arménie, Erevan) – La normativisation et le développement de l’arménien occidental dans le quotidien Haratch (en arménien)
  • 15h-15h20 Discussion
  • 15h20-15h40 Pause-café

PANEL 4 : Enjeux actuels de la presse périodique arménienne en France
Présidence de séance : Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)

  • 15h45-16h05 Jiraïr Tcholakian (Paris) – Nor Haratch :
  • expériences et réflexions d’un rédacteur en chef
  • 16h05-16h25 Ari Topouzkhanian (Lyon) – Des caractères en plomb à la PAO : la contribution du mensuel Panpère au développement de la presse arménophone en diaspora
  • 16h25-16h45 Tigran Zargaryan (Fundamental Scientific Library de l’Académie des Sciences d’Arménie, Erevan) – Preserving & Digitising the French Armenian-Language press in Armenia. Views from the National Library
  • 16h45-17h05 Discussion
  • 17h05-17h30 Conclusions générales – Claire Mouradian (EHESS) et Diana Cooper- Richet (UVSQ/ Transfopress)

Comité d’organisation

  • Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)
  • Talar Chahinian (Université de Californie)
  • Mélanie Keledjian (Inalco)
  • Stéphanie Prévost (Université de Paris)
  • Adrineh Zinali (BULAC)

Comité scientifique

  • Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)
  • Valentina Calzolari Bouvier (Université de Genève)
  • Talar Chahinian (Université de Californie)
  • Bénédicte Deschamps (Université de Paris)
  • Mélanie Keledjian (Inalco)
  • Nicolas Pitsos (BULAC)
  • Stéphanie Prévost (Université de Paris)
  • Isabelle Richet (Université de Paris)
  • Taline Ter Minassian (Inalco)
  • Khachig Tölölyan (Wesleyan University)

Informations pratiques

  • INALCO, 65 Rue des Grands Moulins, Paris 13e, Auditorium du Pôle des langues et civilisations
  • Métro ligne 14 – RER C : Bibliothèque François Miterrand
  • Tram T3a : Avenue de France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Dessins originaux et fonds d’archives : quels témoins de la création pour la jeunesse en bibliothèque ? (18/11)

12e journée d’étude en Région, organisée par la Bibliothèque nationale de France avec la Bibliothèque de Tours, avec le soutien de l’Université de Tours

Argument

Dessins et manuscrits originaux, correspondances d’éditeurs, documentation de critiques… nombreux sont les documents qui constituent des témoins précieux de la création et de l’édition pour la jeunesse. Quelles sont les institutions qui les conservent, quels partenariats, notamment avec les chercheurs, sont mis en place autour de ces archives, quelle médiation mettre en œuvre pour les mettre à disposition d’un large public ?

La journée d’étude aura lieu à la Bibliothèque municipale de Tours.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
  • 9h30 Hommage à Tomi Ungerer
    Thérèse Willer, directrice du Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’illustration, Strasbourg
  • 10h Conservation et signalement : quelques définitions
    Clarisse Gadala, BnF/CNLJ
  • 10h30 Pause
  • 10h45 Témoignage de Patrice Wolf
    Dialogue avec Bérangère Rouchon-Borie, Bibliothèque municipale de Tours
  • 11h15 L’apport des archives : paroles de chercheurs
    Rencontre avec Mathilde Lévêque, Université Paris 13, Afreloce, et Sophie Heywood, Université de Reading, animée par Cécile Boulaire, Université de Tours
  • 12h30 Déjeuner libre
  • 14h Visite guidée du Centre Patrice Wolf
  • 14h30 Patrimoine et création contemporaine à la Médiathèque Françoise-Sagan
    Hélène Valotteau, Médiathèque Françoise-Sagan
  • 15h Mettre en lumière les coulisses de la création pour la jeunesse : coopération et valorisation
    Table ronde animée par Virginie Meyer, BnF/CNLJ, Noémie Ryon, Bibliothèque Robinson, Arras Emmanuelle Martinat-Dupré, Musée de l’illustration jeunesse, Moulins Joëlle Bourlois, conseillère pour le livre et la lecture, DRAC Nouvelle Aquitaine
  • 16h Témoignage de Bruno Heitz
  • 16h30 Visite guidée du Centre Patrice Wolf

Informations pratiques

  • Bibliothèque municipale de Tours, 2 avenue André Malraux 37000 Tours
  • Gratuit sur inscription auprès de Marion Caliyannis
  • Contact : marion.caliyannis@bnf.fr
  • Téléphone : 01.53.79.57.06

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Globes et sphères : deux mille ans d’histoire (7/6)

Dans le cadre de l’exposition « Le Monde en sphères » et avec le soutien du Comité français de Cartographie, la BnF organise le 7 juin 2019 un symposium qui porte sur les objets qui sont au cœur de l’exposition : les globes et sphères armillaires, instruments scientifiques et œuvres d’art marqués par une histoire pluriséculaire.

L’histoire de ces objets, qui ont incarné pendant plus de 2 000 ans le modèle sphérique de l’univers, peut être abordée sous de nombreux aspects : conception et production matérielle, cartographie terrestre ou céleste, diffusion et usages, symbolique et représentation dans les arts.

La journée d’étude se propose de porter un regard diachronique sur ce patrimoine trop souvent méconnu.

PROGRAMME

9h00 Accueil

9h15   Ouverture par Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France et Catherine Hofmann, co-commissaire de l’exposition, conservatrice en chef au département des Cartes et plans de la BnF

Première session : L’invention du modèle et sa transmission en Orient et en Occident

Président de session : François Nawrocki, co-commissaire de l’exposition, directeur-adjoint de la bibliothèque Sainte-Geneviève

9h45    James Evans, historien de l’astronomie, University of Puget Sound (USA)

Globes et cadrans solaires : avec une attention particulière à une statuette d’Atlas portant une sphère creuse trouvée à Tor Paterno (Latium)

10h15 Elly Dekker, historienne des modèles et instruments astronomiques

The celestial globe of Gerbert of Aurillac: its place in the history of celestial cartography

10h45 pause

11h00  Taha Yasin Arslan, chercheur à l’université Medeniyet, département d’Histoire des sciences (Istanbul)

Seizing the Heavens: Making Celestial Globes

11h30  Anna Caiozzo, professeur d’histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne

L’imaginaire de la sphère dans la culture visuelle du monde musulman médiéval

Deuxième session : L’évolution du modèle et sa diffusion a l’époque moderne

Présidente de session : Hélène Richard, conservateur général honoraire des bibliothèques

14h00  François Nawrocki

L’Amérasie du Globe doré : invention et déconstruction d’un continent (1526-1538)

14h30  Anthony Turner, historien des sciences

Globes et horloges : prolégomènes à une analyse historique

15h00  Martin Vailly, doctorant en histoire, European University Institute – EHESS

La sphère et son manuel : les globes terrestres en tension entre théories et matérialité (1660-1715)

15h30 pause

 15h45 Catherine Hofmann et Eve Netchine

Le globe du Dauphin (1789) : archaïsmes et modernité d’un objet gigogne

16h15  Jan Mokre, directeur du département des Cartes et du musée des Globes, Österreichische Nationalbibliothek

The development of new types of terrestrial globes in the 19th and early 20thcenturies

 17h – 19h Visite de l’exposition par groupes de 15 personnes (sur inscription préalable le jour même)

Informations pratiques

Edme Mentelle, Jean Tobie Mercklein, Globe terrestre et céleste pour l’éducation du dauphin, 1786-1789.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Naissance et diffusion du roman anglophone en France

Cette journée d’étude vise à croiser les professionnels de la littérature anglophone et des bibliothèques, qui disposent de fonds importants ou spécifiques dans ce domaine. Elle permettra de valoriser les collections patrimoniales de la BnF et d’appréhender le paysage national autour du patrimoine culturel et littéraire anglophone. Un public varié, composé d’étudiants, de bibliothécaires, de chercheurs, de documentalistes et d’amateurs sera convié autour d’interventions d’experts, de démonstrations (Gallica, CCFr) et de questionnements sur la naissance et la diffusion du roman anglophone en France, ainsi que sur le signalement, l’histoire et la numérisation de certains fonds.

La littérature américaine est surtout connue pour ses récits d’exploration et de colonisation, ses traités, ses sermons teintés de théologie et pour l’exaltation de ses vertus républicaines au XVIIIe siècle. Or si l’on revient sur les premières formes de romans américains, on y découvre des récits autour de la nouvelle nation des États-Unis dans un contexte de développement d’une industrie du livre encore hésitante. Tandis qu’en Angleterre, Daniel Defoe inaugure le roman à portée morale avec Robinson Crusoë (1719) et Moll Flanders (1722), l’américain Charles Brockden Brown offre, quelques années plus tard, une nouvelle liberté au roman gothique américain avec Wieland ; or, The Transformation : An American Tale (1798), explorant l’ambiguïté du réel. Du début du XVIIIe siècle jusqu’à la période victorienne, le roman anglophone va connaître de multiples évolutions : narrations s’apparentant aux récits d’exploration, écriture didactique, témoignages sur l’expérience de l’esclavage, aventures rocambolesques ou frissons gothiques… De nombreux pionniers de ce genre nouveau restent encore obscurs. Il s’agira de les découvrir ou de les relire à l’éclairage des regards contemporains.

Parallèlement à ces évocations d’un genre littéraire qui a connu de profondes mutations au cours des siècles, cette journée d’étude permettra de découvrir des fonds en littérature anglophone dont les provenances et les histoires sont très diverses, permettant de comprendre les modalités de diffusion du roman anglophone en France. L’exemple de la Bibliothèque de Saint Omer, qui conserve des fonds en littérature anglaise du IXè au XIXè siècle, issus d’un collège de Jésuites anglais et qui a également bénéficié d’un don de livres contemporains (XIXè-XXè siècle) par le Comité Canadien pour la reconstruction dans les années 1940, permettra d’aborder un volet de l’histoire de ces fonds anglophones en France. Cette cession sera complétée par une présentation dynamique de fonds et d’éditions anglophones anciennes, recensés et signalés dans le Catalogue Collectif de France, un portail qui permet de localiser sur tout le territoire des collections parfois uniques.

Dans un second temps, l’après-midi proposera de découvrir l’histoire et l’actualité de bibliothèques américaines, irlandaises et anglophones à Paris et en région. Fondée en 1920, l’American Library in Paris témoigne de la volonté des États-Unis d’envoyer des livres aux soldats américains à la fin de la Première Guerre mondiale et de fournir aux lecteurs en France le meilleur de la littérature et de la culture américaine. Aujourd’hui, la Bibliothèque Américaine de Paris est la plus grande bibliothèque de prêt d’ouvrages en langue anglaise en Europe, avec un programme culturel très dense.

Fortement liée à l’histoire de l’American Library in Paris, la Bibliothèque anglophone d’Angers touche un public varié d’étudiants et d’universitaires mais aussi d’enfants et d’adultes et a développé un fonds documentaire en langue anglaise disponible sur tout le département de Maine-et-Loire avec de nombreuses actualités culturelles.

Enfin, la bibliothèque patrimoniale du Centre Culturel irlandais de Paris date de 1775, avec la fondation d’un Collège des irlandais. Regroupant des ouvrages en théologie, philosophie, géographie et histoire allant du XVè au XIXè siècle, elle offre une bibliothèque numérique en ligne permettant d’admirer des manuscrits enluminés, l’Histoire des rois d’Angleterre (1500) et des trésors patrimoniaux. Quant à la médiathèque, elle propose plus de 8000 documents en anglais et de nombreuses activités, notamment des résidences d’auteurs ou d’artistes irlandais.

À l’issue de cette cession, des trésors en littérature anglophone numérisés seront présentés afin de découvrir des ouvrages précieux conservés à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France. 

Programme

Matinée animée par Marie-Françoise Cachin, Professeur émérite à l’université Paris VII-Denis Diderot, spécialiste de littérature britannique (époque victorienne), et de traduction littéraire.

  • Isabelle Bour, professeur d’études anglaises du XVIIIe siècle à la Sorbonne Nouvelle.

« Quel roman est né en Angleterre au début du XVIIIe siècle ? »

  • Nathalie Collé, Maître de conférence, Université de Lorraine.

« Le roman anglophone entre l’Angleterre et la France au XVIIIe siècle : place et rôle de l’illustration dans la diffusion et la réception de quelques œuvres de Defoe, Fielding, Smollett et Sterne »

  • Michael Roy, Maître de conférence, Paris Nanterre.

« L’esclavage aux États-Unis, sous toutes ses faces, avec toutes ses douleurs » : le roman antiesclavagiste américain en France dans les années 1850

  • Jean-Didier Wagneur, BnF

« Le rire anglo-saxon fin de siècle »

Après-midi animée par Isabelle Le Pape, chargée de collection en littérature anglophone, modératrice

1 Histoire et signalement de fonds anglophones en France

  • Remy Cordonnier : responsable des fonds anciens de la bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer, en fonction depuis novembre 2011. Docteur en histoire de l’art, chercheur associé de l’Institut de recherches histories du septentrion (Université de Lille), et de l’institut d’études médiévales de L’université nouvelle de Lisbonne.

« Des jésuites à l’UNESCO : le pourquoi du fonds anglais de la BAPSO. »

Résumé : La redécouverte, il y a une dizaine d’années, de liens prestigieux entre Saint-Omer et le monde anglo-américain, a entrainé toute les acteurs culturels de l’agglomération à explorer et à exploiter cette veine patrimoniale. La bibliothèque n’était pas en reste et c’est ainsi que furent « redécouvert » les fonds d’origine anglaise de la BAPSO, et que furent révélés leurs trésors.

  • Alexandre Faye (BnF/DSR/DCP/CCF) : signalement et présentation d’une sélection de fonds sur le CCFr

2 Diffusion d’ouvrages américains et irlandais en France

  • Jeffrey Hawkins, director of the American Library in Paris
  • Phoebe Marshall-Raimbeau, Director, English-language Library in Angers, Bibliothèque Anglophone.

« Le Fabuleux Destin de la Bibliothèque Anglophone d’Angers : 25 ans de développement d’une petite bibliothèque qui aime se présenter comme « The little library with a big attitude ».

  • Carole Jacquet, Responsable des ressources documentaires, Centre Culturel Irlandais.

« Les collections du Centre Culturel Irlandais »

  • Stéphane Lecouteux, Bibliothèque d’Avranches.

3 Trésors de littérature anglophone

  • Jean-Marc Châtelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF, présentation de trésors en littérature anglaise et américaine numérisés Suivi d’une table-ronde 

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts