Archives par mot-clé : Journée d’étude

Journée d’étude : Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage ? (17/05/2018)

A l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque « 68 and Boundaries of the Chilhood » (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution » à la médiathèque Françoise Sagan. Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde.
Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui.
Illustration de Nicole Claveloux pour Alala : les télémorphoses de Guy Monreal (1970).

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
    Viviane Ezratty, médiathèque Françoise-Sagan, Jacques Vidal-Naquet, Centre national de la littérature pour la jeunesseLa révolution des albums, 1965-1975 : état de la recherche
    Président de séance : Viviane Ezratty
  • 9h30 Une révolution dans l’album français ?
    Sophie Heywood, Université de Reading, et Cécile Boulaire, Université de Tours
  • 10h Traces, empreintes : « 68 » dans les archives de l’éditeur
    François Ruy-Vidal (Fonds patrimonial de l’Heure Joyeuse)
    Cécile Vergez-Sans, Aix-Marseille Université
  • 10h20 Pause et questions
  • 10h35 Un regard croisé sur le ’68 de la culture pour enfants en Europe
    Sophie Heywood
  • 11h20 Le droit de lire : les droits de l’enfant et la littérature pour enfants en Grande-Bretagne
    Lucy Pearson, Université de Newcastle
  • 11h50 Clés de lecture de l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution »
    Hélène Valotteau, médiathèque Françoise-Sagan
  • 12h15 Clôture de la matinée

    Déjeuner libre et visite libre de l’exposition de 13h à 14h
  • 14h Témoins et filiations
    Président de séance : Jacques Vidal-Naquet
    D’Ah ! Ernesto au Sourire qui mord : pourquoi rééditer des albums des années 1970 ?
    Rencontre avec Thierry Magnier, éditeur animée par Hélène Valotteau
  • 14h30 Deux témoins : dialogue entre Yvan Pommaux, auteur-illustrateur, et Pascale Bouchié, auteure et journaliste animé par Virginie Meyer, BnF/CNLJ
  • 15h Pause et questions
  • 15h15 Souvenirs de Nicole Claveloux, auteure-illustratrice
    Rapportés par Sophie Heywood
  • 15h30 Enfantina de 68, la nostalgie en héritage : pourquoi j’aime transmettre l’illustration des années 1970 ?
    Janine Kotwica, enseignante, commissaire d’expositions
  • 16h Témoignage d’Agnès Rosenstiehl, auteure-illustratrice
    Rencontre animée par Marie Lallouet, BnF/CNLJ
  • 16h30 Témoignage de France de Ranchin, artiste labyrinthiste
    Rencontre animée par Cécile Vergez-Sans
  • 17h Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Jeudi 17 mai 2018
  • Entrée gratuite sur inscription
  • Lieu : Médiathèque Françoise Sagan
    8 Rue Léon Schwartzenberg
    75010 Paris
  • Inscriptions-renseignements :
    Marion Caliyannis
    01.53.79.57.06
    marion.caliyannis@bnf.fr

Journée d’étude organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse/ BnF, avec la collaboration de Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international ‘The children’s’68

Voir aussi : l’exposition Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire, du 17 avril 2018 au 26 août 2018, BnF, site François-Mitterrand / Galerie 1

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : analyse de corpus d’images

Dans le cadre du projet Corpus mené par la Bibliothèque nationale de France, un atelier d’étude sur l’analyse de corpus d’images est organisé le 28 mars 2018. Il a pour objectif d’alimenter la réflexion en cours à la BnF pour déployer dans Gallica un outil de recherche d’images par le contenu (content-based image retrieval ou CBIR) et d’inciter les échanges entre les institutions patrimoniales et le milieu académique.

Argument

Bien que constituées de millions de fichiers images1, les bibliothèques numériques ne proposent pour ainsi dire pas d’outil de recherche d’images par le contenu à leurs usagers2. Or, le nombre croissant d’images rend de plus en plus illusoire une indexation sémantique manuelle de la totalité des fichiers images accessibles en ligne. Des alternatives à la recherche purement textuelle existent.

Programme

  • Nicolas Sidere (L3i) présentera un état de l’art sur des outils logiciels, actuels ou en développement réalisé à la demande de la BnF au Centre Européen de valorisation numérique Valconum
  • Jean-Philippe Moreux (BnF) présentera la preuve de concept Gallica.pix
  • Raphaël Baudiment (BnF) présentera le prototype Gallica images
  • Nicolas Hervé (INA) présentera l’outil DiginPix
  • Pierre-Carl Langlais (CELSA) présentera ses travaux de recherche sur la classification automatique des images de presse sur la période 1920-1940
  • Melvin Wevers (KB Lab / Université d’Utrecht) présentera le projet SIAMESE autour de la reconnaissance d’images publicitaires dans la presse qu’il a mené en tant que chercheur « en résidence » à la Bibliothèque nationale des Pays-Bas
  • Nicole Vincent (LIPADE) présentera la compétition CLAMM (ICDAR) sur la classification des types d’écriture
  • Dominique Stutzmann (IRHT) présentera l’utilisation d’un réseau de neurones dans le projet HIMANIS
  • Nicolas Gonthier (Télécom ParisTech) présentera son projet de thèse « Deep Learning pour l’histoire de l’art »
  • Débat animé par Jean-Philippe Moreux (BnF), Emmanuelle Bermès (BnF) et André Gunthert.

Modalités pratiques

28 mars 2018, 14h30 – 18h
Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu), salle Émilie du Châtelet.
Entrée libre sur réservation auprès d’Eleonora Moiraghi.

  1. Même les bibliothèques numériques proposant une majorité de fichiers texte donnent à voir à leurs usagers une version image, la version texte servant à la recherche étant le plus souvent « cachée » []
  2. À quelques rares exceptions comme la recherche par similarité – Bildähnlichkeitssuche – proposée par la Bayerischen Staatsbibliothek, url : <https://bildsuche.digitale-sammlungen.de/> ou la recherche par le contenu proposée par les Bodleian Libraries pour leur collection de Broadside ballads, url : <http://imagematch.bodleian.ox.ac.uk:8000/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journées professionnelles des patrimoines : « Construire ensemble les sciences du patrimoine », 21-22/06

Le ministère de la Culture a le plaisir de vous inviter aux Journées professionnelles des patrimoines 2018 intitulées Construire ensemble les sciences du patrimoine. Ces journées professionnelles organisées par la direction générale des patrimoines avec l’Institut national du patrimoine présenteront des « retours d’expérience » en matière d’implication des professionnels dans la recherche et d’apport de cette dernière à l’exercice de leurs métiers.

Argument

Tous les métiers du patrimoine, de ceux de la conservation à ceux de la médiation en passant par ceux de la restauration, sont intimement liés à la recherche. Indispensable à l’élaboration des politiques et des projets comme à l’exercice des missions, elle est une dimension essentielle de leur mise en œuvre.

Aussi, les professionnels du patrimoine et de l’architecture sont de plus en plus impliqués dans la recherche aux côtés des chercheurs académiques, français et étrangers, depuis la définition des sujets jusqu’à l’application comme à la restitution des résultats.
Ces recherches portent sur l’ensemble des domaines patrimoniaux, matériel, immatériel ou numérique. Elles constituent un champ particulier, celui des « sciences du patrimoine », qui désignent dans toute leur diversité les disciplines scientifiques sollicitées pour la connaissance, la conservation, la restauration et la transmission du patrimoine. Elles associent sciences humaines et sociales, telles que l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, l’anthropologie, la sociologie, la géographie, le droit ou la pédagogie ; sciences expérimentales, telles que la physique la chimie ou la biologie, auxquelles sont venues s’ajouter les sciences du numérique.

Les sciences du patrimoine embrassent l’ensemble des domaines d’intervention des professionnels, de l’identification du patrimoine (recensements, inventaires, etc.) à sa médiation, en passant par sa conservation et sa restauration. Elles concourent aussi bien à l’histoire des œuvres, qu’à l’identification des matériaux dont elles sont constituées et des techniques mise en œuvre par leurs  créateurs, à la compréhension des phénomènes d’altération et de destruction ou encore à la muséographie et aux dispositifs de médiation.
Par nature pluri- et transdisciplinaire, cette recherche est tout particulièrement favorable aux approches transversales croisant plusieurs domaines patrimoniaux (archives et bibliothèques, archéologie et monuments historiques, patrimoine matériel et immatériel, etc.), ouvrant de nouvelles thématiques, que ce soit dans les humanités numériques, la physique et la chimie des matériaux anciens ou l’anthropologie du fait patrimonial. Elles contribuent à renouveler non seulement les méthodes de travail et les processus professionnels, mais aussi la teneur et les modes de restitution des travaux.
En envisageant l’implication des professionnels dans la recherche et l’apport de cette dernière à l’exercice de leurs métiers, ces journées permettront de dresser un état des lieux, d’exposer les dispositifs rendant possible cette construction conjointe et plusieurs projets emblématiques de cette approche et de dessiner, enfin, les perspectives d’évolution des sciences du patrimoine au regard des métiers, dans une totale continuité entre recherche fondamentale et recherche appliquée.

Modalités pratiques

Jeudi 21 et vendredi 22 juin 2018 de 9h30 à 17h30
Lieu : Auditorium de la galerie Colbert, 2, rue Vivienne – 75002 Paris

Programme et inscription prochainement en ligne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Au cœur des circulations internationales du livre : traducteurs, agents et autres passeurs

Le livre, à la fois « marchandise », « chef d’œuvre » et « ferment », pour reprendre les termes de l’historien Henri-Jean Martin, se situe dès son origine au cœur des échanges littéraires internationaux. Imprimé dans un pays, il circule, en pleine lumière ou sous le manteau, dans sa version originelle ou par le biais de traductions qui le transforment et font connaître à de larges publics des systèmes de pensées différents des leurs, auxquels ils n’auraient pu avoir accès sans ce passage d’une langue à l’autre. Au cœur de ces circulations, souvent dans l’ombre, œuvrent des « passeurs » culturels, des « hommes doubles », comme les qualifie le sociologue Christophe Charles, qui font le lien entre les différentes versions d’une œuvre et permettent sa large diffusion. Les textes, en effet, même numériques, ne circulent pas de manière autonome mais par le biais d’intermédiaires pluriels que cet atelier se propose d’étudier. Parmi eux figurent les traducteurs, des plus reconnus aux moins visibles, et les agents littéraires qui portent les intérêts de leurs auteurs et accompagnent l’exportation de leurs œuvres. D’autres intermédiaires, politiques notamment, peuvent également entrer en jeu et soutenir des productions à l’échelle internationale dans une perspective de diplomatie culturelle.

La ville et la tour de Babylone : [estampe]

Cet atelier du livre se fait l’écho d’une série de travaux, récents ou en cours, qui, à partir d’une perspective historique, littéraire ou sociologique, permettront de mettre en lumière et d’analyser le rôle de ces passeurs.
Dans quels enjeux pluriels leur travail s’inscrit-il ? Renforcent-ils les hiérarchies existantes ou peuvent-ils favoriser la diversité éditoriale et culturelle ? De quelle marge décisionnelle disposent-ils ? Et comment expliquer leur discrétion sur la scène littéraire et éditoriale ?
En partenariat avec l’université Paris Nanterre.

Programme

14h : ouverture
Denis Bruckmann, directeur des Collections de la Bibliothèque nationale de France
Cécile Rabot, sociologue au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), maîtresse de conférences à l’université Paris Nanterre, responsable du master Métiers du livre et de l’édition

Introduction générale et historique
14h15 : la traduction, un objet d’histoire
Blaise Wilfert-Portal, maître de conférences en histoire contemporaine au département de Sciences sociales de l’École normale supérieure (université Paris sciences et lettres)

Traducteurs et traductions
14h45 : le traducteur dans l’Angleterre de la fin du XVIe siècle : questions parfois sans réponse au sujet d’un passeur discret
Marie-Céline Daniel, maîtresse de conférences en civilisation britannique, UFR d’études anglophones, Sorbonne Université, vice-présidente en charge de la formation tout au long de la vie

15h15 : quand le traducteur prend la parole : l’émergence des traducteurs comme figures médiatiques
Claire Placial, maîtresse de conférences en littérature comparée à l’université de Lorraine (Metz) et membre du centre de recherche Ecritures

15h45-16h : questions et pause

Les agents littéraires et autres passeurs
16h00 : l’agent littéraire : quelques aperçus historiques
Cécile Cottenet, maîtresse de conférences HDR, études américaines, Aix-Marseille université

16h30 : les agents littéraires, « personnels de renfort » au cœur des échanges littéraires
Delia Guijarro Arribas, doctorante en sociologie (CESSP-EHESS-Casa de Velázquez)
Lilas Bass, doctorante en sociologie (EHESS-CESSP)

17h : diplomatie culturelle et marché de la traduction : des « agents de proximité » au service du livre français à l’étranger
Marcella Frisani, doctorante en sociologie (CESSP-CSE-EHESS), membre du Centre de sociologie européenne

17h30-17h45 : questions et pause

17h45 : table ronde : un exemple de littérature étrangère en France, la littérature hébraïque
Projection d’une séquence du film Traduire de Nourith Aviv.
Table ronde animée par Laurence Kiéfé (sous réserve), traductrice, membre du conseil de l’ATLF, Association des traducteurs littéraires en France
Avec Anne-Sophie Dreyfus, co-responsable des Éditions de l’Antilope ; Laurent Héricher, chef du service des Manuscrits orientaux, BnF ; Rosie Pinhas-Delpuech, traductrice de littérature hébraïque, membre de l’ATLF  et  Laurence Sendrowicz, traductrice de littérature théâtrale hébraïque, actrice, membre de l’ATLF.

Modalités pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Mercredi 28 mars 2018 – 14h00-19h30
Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Proust et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Article de Jean Cocteau consacré à Marcel Proust, dans l’Excelsior : journal illustré quotidien
L’exemple le plus remarquable dans l’actualité de la recherche cette année est la parution du livre issu de la thèse de Yuri Cerqueira Dos Anjos, Proust et la presse de la Belle Époque, publié aux éditions Champion1. En effet, alors que l’œuvre de Proust a été largement analysée, ses articles publiés de 1890 à1922, dans une trentaine de journaux et revues littéraires, n’avaient pas encore fait l’objet d’une étude aussi large.
 Des documents seront présentés dans le foyer du petit auditorium.

Programme

  • Conférence inaugurale
    Par Jean-Yves Tadié, professeur émérite à la Sorbonne
  • Proust et la presse dans Gallica
    Par Sophie Robert, chargée de collections, service de la presse, DEP, BnF
  • Les débuts de Proust dans la presse
    Par Yuri Cerqueira dos Anjos, professeur à l’université Fédérale de Juiz de Fora, Brésil
  • Proust journaliste mondain
    Par Guillaume Pinson, professeur à l’université Laval, Canada
  • Proust critique littéraire dans la presse
    Par Luc Fraisse, professeur à l’université de Strasbourg et membre de l’Institut universitaire de France
  • L’adieu au journalisme
    Par Nathalie Mauriac Dyer, directrice de recherche au CNRS, responsable de l’équipe Proust de l’ ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes)

Lectures par Gabriel Dufay, comédien.

Informations pratiques

Samedi 10 février 2018 – 14h00-19h00
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

  1. Cf. son Carnet de recherche : Marcel Proust et la presse : archives, ressources et recherches, https://proustpresse.hypotheses.org/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude sur la diffusion des données de la BnF (20 mars 2018)

Le mardi 20 mars 2018, au lendemain du Salon du livre, la Bibliothèque nationale de France organise une nouvelle journée d’étude sur la diffusion des données de la BnF. Cette journée permettra notamment de découvrir de nouveaux modes d’accès aux données de la BnF et dressera un panorama des échanges de métadonnées entre les différents acteurs de la chaîne du livre.

La matinée sera l’occasion de présenter les nouveautés liées aux services d’accès (ouverture d’un service SRU d’interrogation du catalogue, lancement du site BnF API et jeux de données, placement des données du CCFr sous licence ouverte) et aux données (l’ISNI, les nouvelles zones liées à la Transition bibliographiques, les fichiers numériques adaptés pour les personnes en situation de handicap), avant une présentation du projet CORPUS de construction de services avec le monde de la recherche.

L’après-midi sera consacrée à une table ronde sur les échanges de métadonnées dans l’ensemble de la chaîne du livre avec les différents acteurs concernés (distributeurs, éditeurs, libraires…) et sur la place des données de la BnF dans cet environnement.

Elle se conclura sur une présentation de la future plateforme de services numériques du Puy-de-Dôme.

Programme

    • 9h : Accueil des participants
    • 9h30 : Ouverture (Arnaud Beaufort, directeur général adjoint et directeur des Services et réseaux, BnF)
    • 9h45 : Une nouvelle offre de services de diffusion
      Tous les moyens d’accéder aux données de la BnF : le site BnF API et jeux de données (Pauline Moirez, Innovation, BnF) et l’ouverture des données du CCFr (Wilfried Müller, Catalogue Collectif de France, BnF)
      Le nouveau service SRU d’interrogation de BnF catalogue général (Laure Mane, services aux professionnels, BnF) et la récupération anticipée des pré-notices du dépôt légal
      Les évolutions de data.bnf.fr (Aude Le Moullec-Rieu, data.bnf.fr, BnF)
    • Pause (11h)
    • 11h20 : Actualité sur les données
      Les nouvelles zones créées à la BnF dans le cadre de la Transition bibliographique (Clémence Agostini, services aux professionnels, BnF
      Récupérer l’ISNI : pourquoi ? comment ? (Valérie Dhiver, Agence d’enregistrement ISNI-BnF et Héloïse Lecomte, service des Référentiels, BnF)
      La mutualisation des fichiers adaptés à destination des personnes empêchées de lire (Chloé Cottour, Centre Exception handicap, BnF)
    • 12h : Co-construire les humanités numériques entre bibliothèques et chercheurs : le projet CORPUS (Emmanuelle Bermès, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des Services et des réseaux, BnF)
    • Déjeuner libre (12h30-14h)
    • 14h : Les métadonnées dans la chaîne du livre
      Du créateur au lecteur, panorama de la circulation des données entre les différents acteurs de la chaîne du livre (Dominique Parisis, président de la commission FEL numérique de la CLIL, et Anne Bommier-Chasles, Extranet du dépôt légal, BnF)
      Table ronde interprofessionnelle (animée par Héloïse Lecomte, service des Référentiels, BnF) avec :
      > Véronique Backert, directrice générale, Dilicom
      > Joëlle Aernoudt, directrice qualité de la base de données bibliographique, Electre
      > Luc Audrain, direction innovation, Hachette
      > Xavier Guillot, expert sur les questions de Transition bibliographique auprès de la FULBI
    • Pause (15h30)
    • 15h50 : Production et exposition des métadonnées de la future plateforme de services numériques du Puy-de-Dôme (Renaud Aïoutz, chef de projet du développement numérique et Christophe Torresan, directeur de la Médiathèque départementale du Puy-de-Dôme)
    • 16h20-16h45 : Conclusion (Frédérique Joannic-Seta, directrice du département des Métadonnées, BnF)

Modalités pratiques

Mardi 20 mars 2018, de 9h30 à 17h00, accueil à partir de 9h Paris, Bibliothèque nationale de France
Site François-Mitterrand – Grand Auditorium (entrée principale – hall Est)

Inscription en ligne via Eventbrite, gratuite et obligatoire, dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Captation : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ?

Les captations de l’après-midi d’étude Tableaux de la France : géographie – L’héritage de Paul Vidal de La Blache (1845-1918) tenue en 2017,  sont mises en ligne.

Considéré comme le fondateur de la géographie moderne française jusque dans les années 70, Paul Vidal de La Blache en a renouvelé le champ scientifique, social, politique. Il a contribué au développement de la cartographie moderne avec la conception d’une soixantaine de cartes physiques, humaines et politiques qui seront utilisées dans toutes les écoles de France et d’un Atlas innovant. Son « Tableau » présentait une description inédite du paysage français et il a institutionnalisé une discipline universitaire nouvelle et indépendante de l’Histoire. Un siècle plus tard, la figure de la France a changé. Quel est aujourd’hui l’héritage de l’œuvre et de la pensée vidaliennes ? En quoi ont-elles été innovantes ?

Conférence du 14 novembre 2017 : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ? Bernard Tassou, Olivier Loiseaux

51 min

Présentations

Olivier Loiseaux est Chef de service acquisitions et collections géographiques, au département des Cartes et plans.

Conférence du 14 novembre 2017 : Vidal de La Blache : quelles ouvertures contemporaines ? Marie-Vic Ozouf-Marignier, Marie-Claire Robic, Jean-Louis Tissier animée par Sylvain Allemand

91 min

Présentation

Le Tableau de la géographie de la France de P. Vidal de la Blache – Jean-Louis Tissier [fichier .pdf – 1356 Ko – 08/01/17 – 8 p.]

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études « Films de recherche en Sciences sociales » (12/12/2017)

La Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel) et l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (CNRS) organisent une journée d’études en partenariat avec l’association « Filmer le travail ».

Le film a mis du temps pour s’imposer comme un outil de la recherche en sciences humaines et sociales. Aujourd’hui, des chercheuses et chercheurs d’horizons très divers y recourent, de manière régulière ou très ponctuelle. La journée d’études vise à mettre en lumière les conditions pratiques dans lesquelles sont écrits, tournés et montés de tels films, en relation avec les enjeux de connaissance qu’ils soulèvent. Chaque session s’articule autour d’un film post-produit à la cellule audiovisuelle du laboratoire de l’IIAC. Celui-ci a récemment effectué le dépôt à la BnF de l’intégralité de ses productions à ce jour.

L’approvisionnement d’une ville : Orléans / Georges Guastavi, réal. ; Danielle Sayegh, aut. ; Hélène Aymonier, concept.

Programme

10h : ouverture par Sophie Wahnich (IIAC) et Alain Carou (BnF)

10h15-11h45 : Salle 70
Lire des pratiques

  • La canne à mesurer l’eau, de Fabienne Wateau, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (2006), 28 min.
    Dans le nord-ouest du Portugal, pour partager l’eau d’irrigation retenue dans de petits bassins-réservoirs de flancs de coteaux, les ayant-droits fabriquent et utilisent un instrument de mesure simple et original : « la cana ». Il s’agit d’une canne de roseau graduée servant à mesurer des volumes d’eau. Son utilisation implique la connaissance des principes de roulement, d’équité et de partage collectif de la ressource, ainsi qu’une organisation sociale particulière qui se resserre au plus fort de l’été. De la fabrication minutieuse de l’objet à la distribution de l’eau dans les parcelles, le film relate les relations sociales finement tissées autour de cette activité.
  • Discutants : Joyce Sebag (Centre Pierre Naville, Université Evry-Val d’Essonne), Marc-François Deligne (ancien responsable de la cellule audiovisuelle de l’IIAC), Jean-Paul Gehin (Université de Poitiers)

12h30-14h00 : Petit auditorium
Cinéma de midi

  • Pittsburgh Police, de John Marshall (1974), 15 min.
    Peu de temps après une vague d’émeutes urbaines, l’anthropologue John Marshall se livre à l’étude de terrain des interactions entre la police et la population dans la ville de Pittsburgh.
  • Travailler à domicile, de Monique Haicault (1986), 10 min.
    En 1986, la sociologue Monique Haicault dirige une série de 31 portraits sur le travail à domicile : de la kinésithérapeute à l’enfileuse de perles en prison, à l’ouvrière à domicile, au traiteur antillais, en passant par le polisseur de couteaux ou le tailleur.
  • Pourquoi tu pleures, de Michèle Fiéloux et Jacques Lombard (2007), 26 min.
    Une séance de possession consacrée à la résolution d’un conflit au sein d’une famille à Madagascar.
    Avec la participation de Jean-Paul Gehin, Alice Leroy, Jacques Lombard.

14h15-16h : Salle 70
Filmer de la parole


  • Vivre chez Rothschild, de Daniel Friedmann, CETSAH (2003), 66 min.
    Daniel Friedmann a filmé durant deux ans, les résidents de la maison de retraite et de gériatrie de la Fondation de Rothschild, la plus importante de Paris. Le film capte la mémoire de leur passé tout en questionnant le présent où le sujet se confronte à la vie en train de se défaire. Leur reste-t-il quelque espoir en une frange de futur où s’investir ?
  • Discutantes : Christina Alexopoulos (INALCO), Corinne Fortier (Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS)

16h15-18h : Salle 70
Répertorier des gestes


  • Les Argentypes de Jean-Marie Fadier, de Monique et Pauline Sicard, Institut des Textes et Manuscrits modernes (2012), 15 min.
    A l’heure où se banalise l’usage des petits appareils numériques tout automatiques, où chacun devient potentiellement témoin des événements du monde, il devenait urgent de filmer les gestes des créateurs et leurs travaux de laboratoire. Par le film, en complément des textes, nous espérons atteindre la dimension anthropologique de la photographie.
  • Discutants : Jacques Lombard (anthropologue), Arghyro Paouri (IIAC)

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, salle 70 et Petit auditorium
Entrée libre
Séances en présence des réalisateurs.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Lieux de contre-mémoire Une histoire des mémoires de l’immigration maghrébine à travers les archives du web

Cette après-midi d’étude met au centre les archives de l’internet comme source pour l’histoire des mémoires migrantes et plus largement pour l’histoire du temps présent. Si le web apparaît aujourd’hui comme étant incontournable pour analyser les formes de mise en récit du passé qu’il s’agisse de mémoires individuelles ou d’usages de l’histoire, les transformations récentes ne peuvent se comprendre sans les replacer dans l’épaisseur des temporalités, notamment en revenant sur la médiatisation des mémoires de l’immigration maghrébine durant la période qui précède l’essor du web en France. Les dispositifs mémoriels en ligne sont en effet le fruit d’une recomposition des pratiques et des modes de médiation antérieures, remontant à la seconde moitié du XXe siècle. Ces filiations rencontrent sur la Toile les problématiques propres aux années 2000 à l’image d’une lecture religieuse ou d’une interprétation post-coloniale de l’histoire de l’immigration. Dans le même temps, le web participe à la fabrique commémorative comme en témoigne le cinquantième anniversaire du 17 octobre 1961 et les trente ans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983. Durant cette demi-journée, l’accent sera donc mis sur l’histoire de la mise en visibilité des mémoires de l’immigration maghrébine dans l’espace public, depuis les premiers ouvrages-témoignages des années 1950 jusqu’aux déploiements des récits sur le web dans les années 2000.

Le parcours guidé dans les Archives de l’internet intitulé « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur la toile (1999 – 2014) » réalisé par Sophie Gebeil, chercheuse invitée à la BnF, sera présenté à cette occasion.

Peter Stirling (BnF, service du Dépôt légal numérique)
Ceci n’est pas le web : les archives de l’internet comme source pour la recherche

Yvan Gastaut (maître de conférences à l’Université de Nice Sophia Antipolis)
Mémoires de l’immigration maghrébine en France, émergences politiques et médiatiques (1981-2007)

Sophie Gebeil (maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille, chercheuse invitée à la BnF)
Les mémoires de l’immigration maghrébine sur web français de 1999 à 2014, une histoire entre héritages et métamorphoses

Après-midi d’étude animée par Cristina Ion (BnF, chef du service Sciences sociales)

Informations pratiques

Mardi 5 décembre 2017 – 14h00-18h00
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

 

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Biennale d’art numérique de la BnF : contribution de la critique au Net Art

Qu’est-ce qu’une oeuvre d’art numérique ? Comment cet art s’est-il construit durant les vingt dernières années ? Comment cet objet d’étude aussi riche que complexe est-il abordé par la critique d’art ?
Autant de questions qui sont posées lors de la Biennale d’art numérique et en particulier de la journée d’étude organisée à la Bibliothèque nationale de France.
En parallèle, plusieurs oeuvres sont exposées ce même jour dans deux salles voisines.

Informations pratiques

Mercredi 6 décembre 2017 – 09h30-18h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les Ateliers du livre : L’histoire des bibliothèques : état de la recherche (2)

« Où en est la recherche sur les bibliothèques » ?
La Bibliothèque nationale de France posait déjà cette question en 2010, dans le cadre du premier « atelier du livre » qu’elle consacrait au sujet. Sept ans après, en partenariat avec l’École des chartes et l’enssib, une nouvelle session est organisée qui se propose de faire un point d’étape et de donner à voir un « instantané » de la recherche sur l’histoire des bibliothèques au 14 décembre 2017.
En effet, dans un contexte marqué par le développement ininterrompu des nouvelles technologies, et notamment du numérique, il semble particulièrement pertinent de réfléchir à l’histoire de ces institutions millénaires et à leur continuité.
Sur un plan scientifique, l’histoire des bibliothèques peut être perçue comme une branche de l’histoire du livre, domaine pluridisciplinaire par excellence, qui évolue en élargissant sans cesse son périmètre de recherche vers d’autres thématiques. L’histoire des bibliothèques publiques et privées rencontre de plus en plus celle d’autres institutions comme les archives ou les musées. Elle étend son champ d’investigation à l’histoire de la lecture, aux transferts culturels, aux programmes architecturaux, aux pratiques professionnelles ou encore aux représentations symboliques et imaginaires auxquelles ces institutions peuvent être associées dans la mémoire collective.
Tout au long de cette journée d’étude, des chercheurs, enseignants, doctorants, des historiens et des bibliothécaires présenteront de manière synthétique le dernier état de leurs travaux.
L’année 2017 ayant été riche d’expositions consacrées aux bibliothèques, des « focus » sur certaines d’entre elles permettront également de revenir sur les actions menées et d’en dresser le bilan.

What news about the history of libraries » ? Seven years after a first workshop dedicated to this subject,  the French National Library, in partnership with the École des chartes and the enssib, has decided to take stock and to study the research conducted nowadays on the history of libraries.
Indeed, in a context marked by the development of new technologies, digitalization mainly, it seems important to think about these historical institutions and their continuity.
The history of libraries is part of the History of the book, a multidisciplinary subject that includes private and public libraries and their links with other institutions like archives or museums. Its area of research includes also the history of reading, the history of architecture, professionnal practices, social and imaginary representations.
During the whole day, students, scholars, librarians, historians, will speak about their works. The year 2017 was also rich in exhibitions about libraries : two of them will be presented.

Rayonnages de livres dans les anciens locaux de la Bibliothèque municipale, rue Lakanal, Toulouse

Programme

  • 9h30 : Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la BnF
    Yves Alix, directeur de l’enssib
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h : Introduction à la recherche sur les bibliothèques médiévales
    Donatella Nebbiai, directrice de recherche au CNRS, Institut de recherche et d’histoire des textes
  • 10h10 : Les bibliothèques privées en France et en Italie à la fin du Moyen Age (fin XVe-début XVIe)
    Anne Tournieroux, chercheur associé au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris
  • 10h30 : Introduction à la recherche sur l’histoire des bibliothèques au XVIe siècle
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h40 : Les livres scientifiques dans les bibliothèques parisiennes au XVIe siècle
    Alissar Lévy, élève de 3e année à l’Ecole des chartes
  • 11h-11h20 : Questions et pause
  • 11h20 : Focus sur une exposition : « Une Renaissance en Normandie : Georges d’Amboise, bibliophile et mécène » (du 8 juillet au 22 octobre 2017, musée d’Art, Histoire et Archéologie d’Évreux, en partenariat avec la BnF)
    Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 11h50 : Livre religieux et société au Mans, des Guerres de religion au XVIIIe siècle
    Tiphaine Foucher, élève-conservateur à l’enssib
  • 12h10-12h30 : Questions
  • 14h00 : Archives en bibliothèques: pratiques bibliothécaires et savantes aux XVIIe et XVIIIe siècles
    Emmanuelle Chapron, professeur des universités, histoire moderne, Aix Marseille Université
  • 14h30 : Une histoire des bibliothèques à travers leurs décors (1627-1851)
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE
  • 15h00 : Dernières nouvelles d’Antoine-Alexandre Barbier : recherches en cours sur les bibliothèques des palais de la Couronne au XIXe siècle (1800-1870)
    Charles-Eloi Vial, docteur en histoire, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 15h30-16h00 : Questions et Pause
  • 16h00 : Focus sur une exposition : « De Genève à Reims, la collection Louis Dumur (1863-1933) » (du 16 septembre 2017 au 6 janvier 2018, Bibliothèque Carnegie de Reims)
    Sabine Maffre, conservatrice des bibliothèques, directrice de la bibliothèque Carnegie de Reims (sous réserve)
  • 16h30 : La Bibliothèque a-t-elle un genre ? Questions de genre et de sexualité dans les systèmes d’indexation à la BnF : un espace de recherche à déployer
    Florence Salanouve, conservatrice des bibliothèques, Université de Nice Sophia Antipolis et chercheuse associée à la BnF, département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, service Sciences Sociales
  • 16h50-17h : Questions
  • 17h : Conclusion de la journée
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE

Program (english)

  • 9h30 : General introduction
    Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la BnF
    Yves Alix, directeur de l’enssib
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h : Introduction to the research on medieval libraries
    Donatella Nebbiai, directrice de recherche au CNRS, Institut de recherche et d’histoire des textes
  • 10h10 : Private libraries at the end of Middle-Ages in France and Italy (end of fifteenth century – beginning of sixteenth century)
    Anne Tournieroux, chercheur associé au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris
  • 10h30 : Introduction to the research on the history of libraries during the sixteenth century
    Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’Ecole des chartes
  • 10h40 : Scientific books in Parisian libraries during the sixteenth century
    Alissar Lévy, élève de 3e année à l’Ecole des chartes
  • 11h-11h20 : Questions, break
  • 11h20 : A focus on an exhibition : « A Renaissance in Normandy : Georges d’Amboise, bibliophile and sponsor » (from July to October 2017, museum of Art, History and Archeology, Évreux, in partnership with the French national Library)
    Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 11h50 : Religious book and society in the city of Le Mans, from religious wars to the eighteenth century
    Tiphaine Foucher, élève-conservateur à l’enssib
  • 12h10-12h30 : Questions
  • 14h00 : Archives in libraries : professionnal practices of librarians and scholars during the seventeenth and eighteenth centuries
    Emmanuelle Chapron, professeur des universités, histoire moderne, Aix Marseille Université
  • 14h30 : A history of libraries through their decorations (1627-1851)
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE
  • 15h00 : Last news about Antoine-Alexandre Barbier : researchs on the libraries in the palaces of the French crown during the nineteenth century (1800-1870)
    Charles-Eloi Vial, docteur en histoire, conservateur au département des Manuscrits de la BnF
  • 15h30-16h00 : Questions, break
  • 16h00 : A Focus on an exhibition : « From Genève to Reims : the library of Louis Dumur (1863-1933) » (From September 2017 to January 2018, Carnegie Library, Reims)
    Sabine Maffre, conservatrice des bibliothèques, directrice de la bibliothèque Carnegie de Reims (sous réserve)
  • 16h30 : Does the library have a gender ? Questions of gender and sexuality in the indexing systems of the French national Library : an area of research to develop
    Florence Salanouve, conservatrice des bibliothèques, Université de Nice Sophia Antipolis et chercheuse associée à la BnF, département Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, service Sciences Sociales
  • 16h50-17h : Questions
  • 17h : Conclusion of the day
    Frédéric Barbier, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE

Informations pratiques

Jeudi 14 décembre 2017 – 09h30-18h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Enjeux et évolutions de la Bibliographie littéraire

La Société d’Histoire littéraire de la France organise une après-midi d’étude sur la Bibliographie de la Littérature française le samedi 25 novembre à la Sorbonne.

Après de longs efforts, la Bibliographie de la Littérature française1 a été mise en ligne en 2014 après avoir été longtemps un instrument de recherche uniquement imprimé, paraissant dans le hors-série annuel de la Revue d’Histoire littéraire de la France.

Programme

Ses porteurs, la Bibliothèque nationale de France, la Société d’Histoire littéraire de la France et Garnier Numérique, se proposent d’en assurer une présentation sur écrans.

La séance sera suivie d’une table ronde réunissant :

  • Frédéric BARBIER, directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EPHE
  • Claude BLUM, président de Garnier Numérique
  • Éric FEREY, conservateur à la BnF et ancien rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Romuald FONKOUA, directeur du Centre d’Études Francophones, Université Paris-Sorbonne
  • Marie GALVEZ, conservateur à la BnF et ancienne rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française
  • Istvan MONOK, directeur des bibliothèques et archives de l’Académie des Sciences de Hongrie
  • Monika PROCHNIEWICZ, conservateur à la BnF, rédacteur en chef de la Bibliographie de la Littérature française.

Modalités pratiques

En Sorbonne, bibliothèque Ascoli (escalier C, 2e étage) le samedi 25 novembre 2017 à 14 h.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Accès par le 17 rue de la Sorbonne, sur présentation du programme joint, avec une pièce d’identité.

Programme à télécharger : Table_ronde_SHLF_2017

Pour accéder à la base (sur abonnement) : https://www.classiques-garnier.com/numerique/index.php?option=com_content&view=article&id=157%3A2014-08-20-07-19-26&catid=46%3Acatalogue-bases-biblio&Itemid=30

  1. Cf. brochure de Garnier numérique, url : <https://www.classiques-garnier.com/editions-bulletins/Brochure_BLF_Fr.pdf> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Quoi de neuf ? Jean Rouch

En écho à l’exposition Jean Rouch, l’Homme-Cinéma, la Bibliothèque nationale de France organise une après-midi d’étude se divisant en deux moments, une conférence et projection suivis d’un spectacle chorégraphique.

Légendes:
1. Homme possédé par un génie, Jean Rouch, Grande sécheresse à Simiri, photogramme, 1951 © Comité du film ethnographique / CNRS
2. Jean Rouch et Damouré Zika sur le tournage de Jaguar, 1954. © Jocelyn Rouch
3. Jean Rouch tournant Ciné-portrait de Raymond Depardon, photogramme, 1983. © Libération

Programme

  • 14h30 à 17h30 : Quoi de neuf ? Jean Rouch, réflexion sur la valeur contemporaine de l’œuvre de Jean Rouch.
    Projection du film documentaire Les Maîtres fous de Jean Rouch, 1954-1957, 28 mn
  • 18h à 20h : Les Maîtres fous, de la Compagnie Dodescaden, création chorégraphique d’après le film documentaire Les Maîtres fous de Jean Rouch.

Informations pratiques

Samedi 14 octobre 2017 – 14h30-20h
Bibliothèque nationale de France, François-Mitterrand – Grand auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée de rencontre interprofessionnelle « L’Éducation artistique et culturelle et le patrimoine écrit, graphique et littéraire », 26 septembre 2017

À l’occasion de l’exposition Dans les collections de la BnF Mantegna graveur, le Conseil départemental d’Indre et Loire, et la BnF proposent une journée d’étude sur les actions d’Education Artistique et Culturelle (EAC) autour du patrimoine écrit, graphique et littéraire. Cette journée d’étude est proposée à un large public de professionnels (enseignants, bibliothécaires, documentalistes, médiateurs) afin de leur présenter des ressources et des actions développées en région, un regard croisé sur des actions pédagogiques régionales et des clés pour développer de nouveaux partenariats en s’appuyant sur les ressources locales.
L’éducation artistique et culturelle est une politique publique partagée entre les ministères de l’Éducation nationale et de la Culture qui permet la rencontre des élèves avec des œuvres, des artistes et des lieux. C’est un axe important dans le travail de coopération entre les établissements scolaires et les établissements conservant du patrimoine écrit et graphique. Ces nouveaux partenariats offrent une deuxième jeunesse au patrimoine et permettent une médiation innovante et une valorisation des collections d’un territoire.
Cette journée s’adresse à tout professionnel exerçant dans ou avec le milieu scolaire (enseignant, conseiller pédagogique, documentaliste, bibliothécaire, archiviste…).

Programme

  • 9h : Accueil café
  • 9h30 : Ouverture de la journée
  • 10h – 10h45 : Le développement de l’EAC dans les bibliothèques territoriales
    Thierry Claerr ou Colin Sidre, Service du livre et de la lecture du Ministère de la Culture et de la Communication.
    Échanges avec la salle
  • 10h45 – 11h30 : L’offre pédagogique de la BnF
    Jérôme Fronty, chef du service de l’action péda­gogique, BnF.
    Etudes de cas, portant sur l’histoire et les formes du livre.
    Échanges avec la salle
  • 11h30 – 12h15 : Les ressources pédagogiques à distance de la BnF
    « Les ressources en ligne de la BnF mobilisables par les enseignants et les professionnels du livre » : Catherine Schneider, adjointe au chef de service de l’action pédagogique, BnF.
    À partir de la présentation globale du portail de la BnF, les principales ressources numériques : classes.bnf, expositions.bnf, Gallica, Data.bnf… Échanges avec la salle
  • 12h30 : Pause déjeuner (libre)
  • 13h45 – 14h45 : Table-ronde « Monter un projet
    d’éducation artistique et culturelle»
    Avec Adeline Robin, coordinatrice départementale
    de l’éducation artistique et culturelle, Bérangère Rouchon
    Borie, responsable du secteur jeunesse de la bibliothèque municipale de Tours, et David Simon, responsable de
    l’éducation artistique de l’agence CICLIC.
    Échanges avec la salle
  • 15h – 16h : Ateliers et rencontres au choix
    Atelier Rétrocliché : promenade dans Tours, sur les traces des photographes du passé, appareil en main (avec la DdLLP).
    L’éducation à l’image : rencontre avec David Simon, responsable de l’éduca­tion artistique de l’agence CICLIC.
    Exemples concrets de médiation, idées de projets à mettre en place.
    Projets arts et culture du réseau Canopé, stand animé par Christian Durand, directeur de l’Atelier Canopé 37.
    La bibliothèque municipale de Tours au service des enseignants, stand animé par Bérangère Rouchon Borie, responsable du secteur jeunesse de la bibliothèque municipale de Tours.
    Soutenir l’éducation artistique et culturelle en Indre-et-Loire, stand animé par Hélène Pagnard et Anne Marie Otto, service de l’action culturelle du Conseil Départemental d’Indre et Loire
    Atelier pratique à partir d’une ressource de la BnF.
  • 16h10 : Restitution d’ateliers
  • 16h30 : Conclusion de la journée

Modalités pratiques

S’inscrire sur la page dédiée (Réponse demandée avant le 20/09)

Tours, Hôtel du Département, place de la Préfecture (salle Charles de Gaulle)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Histoire de l’enregistrement de la musique baroque

C’est à partir des années 1970, avec la révolution dite des «baroqueux», que la musique baroque a connu une médiatisation importante, accrue par un certain nombre de polémiques sur la manière d’interpréter les partitions de cette période. Des musiciens comme Nikolaus Harnoncourt, Gustav Leonhardt ou Jean-Claude Malgoire ont en effet beaucoup œuvré pour faire entendre ce genre, en particulier les œuvres tombées dans l’oubli. Le disque a joué un rôle majeur dans sa démocratisation et reste un vecteur essentiel, d’un point de vue culturel et pédagogique. Mais les premières heures de l’enregistrement baroque sont bien antérieures aux années 1970 : les œuvres de Bach, Händel, Monteverdi ou Lully ont été gravées dès les débuts de l’ère phonographique, et en particulier dans les années 1930-40.
La journée d’étude organisée à la BnF permettra de montrer à quel point le disque a été essentiel dans la diffusion du répertoire baroque, et ce très tôt dans le XXe siècle. Autour des fonds discographiques et musicaux, mais aussi des archives conservées à la bibliothèque, musicologues, chercheurs, éditeurs et interprètes s’attacheront à faire revivre ce pan de l’histoire de la musique et de l’interprétation vécue comme une histoire culturelle.

Programme

9h30 : introduction
9h45-10h30 : Bruno Sébald, Les labels discographiques pionniers
10h30-11h : Gilles Saint-Arroman, Le cas Vincent d’Indy
11h30-12h : Laurence Decobert, Claude Crussard (1893-1947) : une vie pour la musique ancienne
12h-12h30 : Dominique Hausfater, Les organistes

14h30-15h : Elizabeth Giuliani, La discographie Rameau
15h-15h30 : Laurent Slaars, D’Arnold Dolmetsch à Noah Greenberg : pionniers du Nouveau et de l’Ancien monde
15h30-16h : Gaetan Naulleau, La notice musicale : relire Harnoncourt
16h30-17h : Jean-Marc Berns, Le cas d’un éditeur : Harmonia Mundi
17h-18h : Entretien avec Frédérick Haas, claveciniste, animé par Elizabeth Giuliani

Date et lieu

Mercredi 15 juin 2016 – 09h30-17h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e
Adresse et transports – site François-Mitterrand
Plan d’accès au site François-Mitterrand [fichier .pdf – 62 Ko – 29/10/15 – 1 p.]


Image de Une : D’amor sul’ali : air anonyme du XVIIIe siècle / réalisation Claude Crussard

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts