Archives par mot-clé : Journée d’étude

Données liées et données à lier : quels outils pour quels alignements ?

À la suite des ateliers « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils », « Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux » et « Explorer des corpus d’images. L’IA au service du patrimoine », une quatrième demi-journée d’étude a été organisée dans le cadre du programme de recherche CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Dans le même esprit que les trois ateliers précédents, cette matinée d’étude, qui a eu lieu le 10 juillet sur le site François Mitterrand, était l’occasion de présenter plusieurs projets impliquant des alignements de données et menés aussi bien par des acteurs du monde des bibliothèques que du milieu de la recherche.

Six présentations se sont succédées au cours de la matinée avec l’objectif de présenter différentes approches, méthodes et outils pour aligner des ensembles de données, et avec l’ambition d’apporter des pistes de réponses à des questions communes à plusieurs équipes de recherche telles que : comment récupérer ce qui existe pour pouvoir se concentrer sur ce qui fait la valeur ajoutée d’un projet ? Comment s’assurer de l’interopérabilité des bases de données et faire en sorte que ces données puissent être réutilisées et accessibles de manière stable sur le Web ?

Regroupements et alignements de données internes à la BnF. Des outils, des données et des humains.

Présentation par Sébastien Peyrard, Chef du service Ingénierie des métadonnées à la BnF, et Adrien Di Mascio, Responsable du projet data.bnf.fr chez la société de services  LogiLab.

La BnF mène une démarche interne qui consiste à améliorer la structuration de ses données afin de les publier, notamment sur le web de données. Data.bnf.fr est un site internet qui rassemble et expose sur le Web des données issues de différentes bases de la BnF, la plus grande étant celle du catalogue général qui contient les notices d’éditions, de personnes, de thèmes, de lieux géographiques produites par la BnF. Les pages du site data.bnf.fr contiennent des liens vers les données stockées dans les différentes bases de la BnF mais aussi vers des bases extérieures, comme Wikidata ou GeoNames. Dans la page de l’auteur Michel Houellebecq (Fig.1) par exemple, les liens au milieu de la page renvoient vers les œuvres de l’auteur, c’est-à-dire vers les entités qui, selon le modèle FRBR, regroupent chacune plusieurs éditions d’un même objet/ produit intellectuel.

Figure 1 Page de l’auteur Michel Houellebecq dans data.bnf.fr

 

Les pratiques de catalogage de la BnF font que cette notice « œuvre », c’est-à-dire ce chapeau qui regroupe les différentes éditions d’une même « œuvre de l’esprit », n’existe pas systématiquement. Pour donner un ordre de grandeur, environ dix millions d’éditions sont référencées sous forme de notices mais seulement 300 000 notices chapeaux d’œuvres ont été créées. C’est la raison pour laquelle dans plusieurs pages d’auteur de data.bnf.fr, les différentes éditions ne sont pas regroupées sous la même « œuvre » mais elles sont présentées sous forme de liste (Fig.2).

Figure 2 Liste des plusieurs éditions de l’œuvre « La carte et le territoire »

Du point de vue de l’utilisateur, en termes d’ergonomie et de service de recherche, cette présentation sous forme de liste d’objets apparemment identiques, n’est pas très efficace et implique, plus globalement, un problème d’hétérogénéité du site internet (certaines pages présentent les œuvres, d’autres présentent les éditions). Du point de vue de la gestion des métadonnées, le niveau de l’œuvre ne peut pas être exploité à l’heure actuelle en raison de ce biais, c’est-à-dire de l’existence aléatoire de ce niveau de métadonnées. Le niveau des éditions peut être exploité pour étudier la production éditoriale par exemple, mais le niveau de l’œuvre ne peut pas être utilisé pour analyser de manière fiable la production intellectuelle, comme par exemple le nombre d’œuvres produites par auteur au fil des siècles. Afin d’éliminer ou de réduire les biais dus à cette hétérogénéité des données et pour permettre aux agents de la BnF d’avoir plus de contrôle sur les outils inclus dans la chaîne de production de data.bnf.fr, l’outil RobotDonnées a été développé. Cet outil permet de tisser des liens qui manquent entre certaines œuvres et certaines éditions et il permet également de regrouper automatiquement des éditions lorsque la notice d’œuvre n’a jamais été créée. RobotDonnées est issu du projet data.bnf.fr mais a son cycle de développement propre. Il consiste plus concrètement en une plateforme web qui permet de lancer des traitements qui prennent des données en entrée et, selon les paramètres choisis par l’utilisateur, produisent un fichier tabulaire (CSV) en sortie. Une dizaine de traitements peuvent s’enchainer les uns après les autres. Pour rassembler différentes éditions d’une œuvre par exemple, l’outil extrait du catalogue général les notices des documents associés à un auteur, via principalement l’identifiant de l’auteur et le champ titre, et les regroupe dans un fichier tabulaire ; ensuite deux algorithmes de distance ou de regroupement (minhasching et mean shift) permettent de rassembler les titres similaires sous un même chapeau dans un deuxième fichier tabulaire. Sur cette base, des pré-métadonnées de notices d’œuvre peuvent être produites et peuvent ensuite alimenter data.bnf.fr ; un reversement de ces oeuvres dans les données du catalogue général est prévue dans un second temps. L’objectif de la BnF à court terme est de pouvoir reverser un premier corpus de notices d’œuvres dans data.bnf.fr : le corpus d’œuvres textuelles françaises du XXe et du XXIe siècle. La philosophie qui sous-tend ce chantier est d’expérimenter, de tester l’efficacité des traitements en reversant les œuvres dans data.bnf.fr pour ensuite les inclure dans le catalogue général. Data.bnf.fr est donc utilisé comme « bac à sable » pour ce traitement de données complexe et massif. La systématisation du processus de création de métadonnées de niveau d’œuvre devra tenir compte ensuite de la spécificité des diverses typologies de corpus de documents conservés à la BnF : des manuscrits aux documents iconographiques en passant par les documents audiovisuels et multimédia. Comme tout projet en cours, ce chantier suscite plusieurs interrogations parmi lesquelles : sur quels paramètres et dans quelle mesure permettre à l’utilisateur d’intervenir ? Sur quelle unité baser la comparaison de titres par exemple : mot ou n-gramme ? RobotDonnées est un outil avec de nombreuses règles métier. La philosophie sous-jacente est que l’intelligence réside dans les données et les agents experts des données de la BnF connaissent la logique de ces données. Au-delà d’un outil de gestion des données, il devient un outil de connaissance des données, une connaissance non pas basée seulement sur la mémoire mais sur le calcul. En adoptant une approche ni trop fine, ni trop massive, l’outil permet de moduler et d’adapter les traitements selon les besoins et les objectifs de l’utilisateur.

Bibliostratus. STRatégie d’Alignement d’URIs pour la Transition bibliographique.

Présentation par Etienne Cavalié, Adjoint au chef du service Ingénierie des métadonnées à la BnF et membre du groupe Systèmes et Données dans le cadre du programme national Transition bibliographique.

Le programme national Transition bibliographique a pour objectif d’exposer les catalogues des bibliothèques dans le web de données. Comme expliqué dans la première présentation, la BnF, en créant des notices d’œuvres via des calculs, est en train de FRBRiser son catalogue. Dans le cadre de la Transition bibliographique, le groupe Systèmes et Données travaille pour que les autres bibliothèques ne recalculent pas ces notices d’œuvres, mais bénéficient du travail entrepris par la BnF. Ce groupe de travail compte parmi ses membres des agents de la BnF mais aussi des représentants de l’Abes (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur), qui administre le réseau Sudoc du catalogue collectif des bibliothèques de l’enseignement supérieur. L’enjeu pour les bibliothèques de ce réseau est de savoir pour chacun de leurs documents quelle est la notice de la BnF correspondante pour identifier l’œuvre qui sera générée d’ici deux ou trois ans à la BnF et pour ensuite récupérer à la fois la notice elle-même du catalogue BnF et la notice d’œuvre. C’est dans cette perspective qu’a été développé par le groupe Systèmes et Données un logiciel nommé Bibliostratus, suite à une demande du réseau des bibliothèques de Montpellier qui ont sollicité la BnF pour réaligner leur catalogue notamment dans le cadre de la Transition bibliographique. La BnF s’est engagée à accompagner cette bibliothèque pour construire un exemple, définir et documenter une méthodologie et des outils que d’autres bibliothèques pourraient ensuite récupérer. Dans un premier temps la Bibliothèque avait commencé à travailler avec le logiciel existant Open Refine car cet outil permet d’interroger et de traiter en masse des informations, comme un catalogue de bibliothèque, de nettoyer les métadonnées fournies en entrée, de les normaliser, de les restructurer et de les vérifier. Le premier jet de la documentation pour l’utilisation d’Open Refine atteignant vingt-huit pages, cette solution risquait d’être un frein pour l’appropriation de cet outil par d’autres bibliothèques. C’est la raison pour laquelle, en novembre, la Bibliothèque a décidé d’explorer une autre piste : développer un outil similaire mais d’une manière plus standardisée et permettant d’enchainer les étapes pertinentes effectuées de manière successive dans Open Refine. Les étapes et les règles métier identifiées dans l’utilisation d’Open Refine sont donc celles qui ont été inclues ensuite dans le logiciel baptisé Bibliostratus en mars dernier par le groupe Systèmes et Données. Ce logiciel, écrit en Python, est libre et il s’intègre dans un circuit de traitement qui est : « je suis une bibliothèque, j’ai un catalogue, je veux l’aligner avec celui de la BnF ou celui du Sudoc ». Bibliostratus s’articule en différents modules qui peuvent être utilisés séparément. Il permet également d’opérer des alignements indépendamment du format de catalogage : si par exemple l’on souhaite aligner une base de données bibliographique qui n’est pas en format Marc, le logiciel permet de bénéficier juste du module d’alignement sans demander la manipulation du format Marc. Bibliostratus permet en somme la mise en œuvre d’un processus d’alignement qui est une application rigoureuse des règles métier définies par le groupe Systèmes et Données de juin à novembre dernier mais traduites en langage informatique. L’interface présente une fenêtre d’accueil avec quatre modules : le cœur est l’alignement mais des outils d’aide de préparation à l’alignement sont également intégrés car on n’aligne pas de la même manière un document audiovisuel, un périodique ou une monographie. Le module d’alignement bibliographique permet, une fois récupérée pour chacune des notices la liste des identifiants BnF et Sudoc, de récupérer l’intégralité des notices correspondant à ces identifiants. Actuellement en entrée quatre règles d’alignement sont applicables : une pour le texte imprimé, une pour les vidéos, une pour les enregistrements sonores et une pour les périodiques. Via les identifiants, il est possible non seulement d’aligner des notices avec celles de la BnF mais aussi à celles du Sudoc. Bibliostratus donne la possibilité de générer un fichier séparé pour les notices sans alignements ou avec plusieurs alignements afin de pouvoir les vérifier à la main.

Figure 3 Fichier tabulaire contenant les résultats d’un exemple d’alignement

Le système est tributaire évidemment des données en entrée mais grâce à l’explicitation de la méthode utilisée pour chaque alignement, il est possible d’effectuer une relecture et un contrôle manuel pour valider chacun des alignements. Le logiciel a été testé depuis janvier dernier, le groupe Systèmes et Données s’en est emparé progressivement et a commencé à injecter des identifiants BnF dans son catalogue mais d’autres cas d’utilisation se sont avérés pertinents : pour récupérer des notices ou des identifiants de la BnF pour des statistiques par exemple ou pour identifier et supprimer des doublons de notices. Dans la mesure où le module d’alignement se contente de faire une recherche systématique dans le catalogue par ligne, on peut envisager de mettre ce qu’on veut dans le fichier en entrée, on peut envisager donc plusieurs cas d’usage selon les besoins, sachant que ce logiciel se contente de lancer la requête et de fournir les résultats. Le code source de Bibliostratus est disponible et récupérable en ligne sur Github mais, comme il a été conçu dans le cadre de la Transition bibliographique, la BnF ne s’est pas engagée dans la maintenance de l’outil une fois la transition achevée. D’autres communautés sont toutefois libres de s’emparer de l’outil, d’y apporter des extensions, de développer d’autres fonctionnalités et de le maintenir à plus long terme.

Le projet ANR ELKER. Enhancing Link Keys: Extraction and Reasoning.

Présentation par Manuel Atencia et Jérôme David, enseignants-chercheurs à l’Université Grenoble Alpes, Inria, CNRS, Grenoble INP, LIG.

ELKER est un acronyme anglais qui signifie Enhancing Link Keys: Extraction and Reasoning (Améliorer les clés de liage : extraction et raisonnement). Ce projet, accepté dans le cadre de l’ANR Société de l’information et de la communication, a une durée de quatre ans (octobre 2017-octobre 2021). Trois laboratoires sont impliqués : LIG (Laboratoire Informatique de Grénoble), LIASD (Laboratoire d’Informatique Avancée de Saint-Denis) de l’Université Paris 8 et Inria Nancy. Le projet porte essentiellement sur le problème de liage de données dans le contexte du web de données. Ce problème peut être résumé de la manière suivante : étant donné deux jeux de données RDF, trouver des paires de ressources qui identifient la même entité. Ce problème demande de relever notamment les défis du passage à l’échelle (quantité importante de données), de l’hétérogénéité des descriptions des données (utilisation d’ontologies ou vocabulaires différents) et de la qualité des données (erreurs). Par exemple, on pourrait vouloir savoir si une URI de l’Insee (qui ressemble des données géographiques et sur l’administration française) et une URI de GeoNames (qui ressemble des données géographiques avec une portée mondiale) représentent la même commune, donc la même entité, afin de pouvoir les lier (Fig.4).

Figure 4 Exemple de correspondance entre la ressource de la commune « Bully » dans le jeu de données géographiques de l’Insee et dans GeoNames

Pour aborder cette problématique de liage de données, deux types d’approches existent : les méthodes symboliques (relevant de l’intelligence artificielle « ancienne », basées sur le raisonnement logique) et les méthodes numériques (relevant de l’intelligence artificielle moderne, basées sur l’agrégation de valeurs de similarité entre les valeurs de propriétés pertinentes). L’approche adoptée dans le cadre du projet ELKER relève de la première méthode car, pour résoudre ce problème de liage de données, la proposition du projet est d’utiliser des clés de liage (link keys). Une clé de liage est une généralisation de la notion de clé propre aux bases de données rationnelles aux cas de jeux des données RDF différents. Une clé de liage peut être exprimée sous la forme d’une action logique, elle est constituée par un ensemble de paires de propriétés et une paire de classe. Par exemple, pour définir si un livre décrit dans un jeu de données exprimé en français (Livre) est le même décrit dans un jeu de données en anglais (Book), on peut comparer les valeurs des paires auteur et creator et les valeurs des paires titre et title. Si une instance de la classe Livre a les mêmes valeurs pour les propriétés auteur et titre qu’une instance de la classe Book a pour les propriétés creator et title, alors elles désignent la même entité.

Figure 5 Exemple de clé de liage

L’approche adoptée dans le cadre du projet ELKER prévoit deux phases distinctes : l’extraction automatique de clés de liage et le raisonnement avec les clés de liage pour l’inférence de liens. La première phase consiste à extraire de manière automatique à partir jeux de données RDF des clés de liage candidates et, en définissant les mesures de qualité, sélectionner parmi ces clés de liage candidates les meilleures. Pour découvrir ces clés de liage candidates les techniques à l’œuvre relèvent de l’analyse formelle de concepts. Dans la deuxième phase, comme une clé de liage peut être exprimée sous la forme d’une action logique, il est possible de combiner les clés de liage avec les ontologies pour inférer des liens et d’autres clés de liage. À partir de déclarations de type OWL il est donc possible d’inférer des clés de liage à partir des clés de liage découvertes par un outil d’extraction automatique et finalement inférer des liens à partir des clés de liage.

Figure 6 Exemple de raisonnement avec clés de liage

Concernant la première phase, l’extraction de clés de liage candidates, plusieurs tests ont été réalisés et sont en cours. L’un des enjeux majeurs consiste à pouvoir classer et trier le grand nombre des clés candidates extraites et à conserver la posture généraliste du projet qui exige de ne pas rentrer dans la spécificité des données mais de proposer une solution pour le liage de tout jeu de données.

Sur des approches d’alignement semi-automatique.

Présentation par Antoine Isaac, R&D Manager chez Europeana.

Dans la cadre d’un projet lié à Europeana, une expérimentation a été menée avec l’objectif de connecter les vocabulaires propres à plusieurs institutions participant à Europeana à un vocabulaire spécifique, en utilisant Cultuurlink, un outil d’alignement semi-automatique. Europeana est un agrégateur de métadonnées liées à quelques dizaines de millions d’objets appartenant à environ 3500 institutions culturelles européennes. En raison de la création et de l’utilisation de différents vocabulaires et référentiels par les nombreuses institutions, Europeana comme d’autres agrégateurs fait face à la problématique d’une considérable hétérogénéité des données. Europeana envisage de créer plus d’alignements entre référentiels de manière automatique ou semi-automatique pour mieux gérer ces données hétéroclites et pour améliorer la recherche dans les différentes collections. Dans le cadre du projet Europeana Sounds, dont l’objectif était d’ajouter des sons et des musiques dans Europeana tout en améliorant les métadonnées issues des différentes organisations, l’outil Cultuurlink a été expérimenté pour aligner et enrichir les métadonnées provenant des institutions avec le vocabulaire spécifique aux instruments de musique MIMO. Ce vocabulaire, développé pour décrire des instruments de musique dans le milieu muséal, a une très bonne couverture du domaine des instruments de musique, il est ouvert, il est multilingue et il a donc été choisi pour son potentiel d’établir des correspondances entre collections. Cultuurlink est un outil d’alignement semi-automatique, il n’est pas libre mais il est librement utilisable en ligne. Ayant identifié le vocabulaire Mimo et l’outil Cultuurlink, Europeana a demandé aux participants au projet Europeana Sounds d’expérimenter les deux. Quatre acteurs étaient particulièrement intéressés à cette expérimentation : la British Library, deux centres de recherche français (CREM – Centre de Recherche en Ethnomusicologie et MMSH – Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme) et le NISV (Netherlands Institute of Sound and Vision). Pour chaque collection, dans un premier temps chaque métadonnée a été scrutée afin de reconstituer les vocabulaires des quatre participants. Ensuite, Cultuurlink a été utilisé par les différents participants pour effectuer les alignements vers MIMO et enrichir les données initiales. Enfin les résultats ont été évalués.

Figure 7 Exemple d’utilisation de Cultuurlink

Ce que l’expérimentation a prouvé est que 50% des correspondances ont été alignées de manière automatique. L’utilisateur peut regarder chacune des correspondances et la valider ou l’invalider. L’outil permet à l’utilisateur de procéder par étapes, de construire une stratégie d’alignement et de garder le contrôle sur les résultats. L’expérimentation a donc démontré l’intérêt de l’approche en termes d’enrichissement et d’accessibilité des données. Elle a confirmé les difficultés liées à la polysémie, la nécessité du contrôle humain et de l’expertise dans le domaine de la connaissance concerné ainsi que la robustesse du vocabulaire MIMO, même si des marges de progrès en termes de couverture seraient possibles.

REDEN : Résolution et désambiguïsation d’entités nommées pour l’enrichissement des corpus textuels.

Présentation par Carmen Brando, ingénieure de recherche en sciences de l’information géographique et en humanités numériques, EHESS.

Comment lier des données textuelles, qui, à la différence des données dans le web de données, ne sont pas structurées ? Dans un contexte d’édition numérique il est intéressant de pouvoir faire des annotations, c’est-à-dire de déclarer dans un texte qu’un segment de ce texte est un lieu par exemple, que ce segment fait référence non pas à un lieu quelconque mais à un lieu précis tel qu’il est décrit dans une base de données déterminée. Des enjeux majeurs de l’édition numérique consistent donc à repérer les références (c’est-à-dire des entités nommées telles que des lieux, des personnes, des institutions, des événements historiques, …) dans un texte, les identifier de manière unique, les lier à la connaissance externe afin d’enrichir le texte et de proposer des modalités de lecture plus riches ou complémentaires. Le développement de l’outil REDEN, initié en 2015, a été entrepris pour répondre au besoin de plusieurs chercheurs en littérature française travaillant au Labex OBVIL (Observatoire de la vie littéraire) d’enrichir leurs éditions numériques encodées en XML/ TEI. L’encodage d’entités nommées dans une édition numérique en XML/ TEI consiste à faire rentrer un segment de texte faisant référence à une entité nommée dans la balise pertinente prédéfinie dans la norme TEI : par exemple <persName> pour les personnes et <placeName> pour les lieux. Pour lier ces connaissances à des connaissances externes, il est possible de rajouter à la balise en question l’attribut ref qui permet de faire référence à des ressources sur le Web. L’annotation d’entités nommées peut être effectuée en encodant manuellement le texte mais peut se faire aussi de manière automatique ou semi-automatique. L’algorithme REDEN n’intervient pas dans la phase d’identification des entités nommés dans le texte ni dans la phase de classification du type d’entité nommée mais il intervient dans la phase de résolution, c’est-à-dire au moment du liage du segment de texte à l’identifiant de la ressource accessible sur le Web. L’approche de REDEN est une approche fondée d’un point de vue informatique sur les graphes et sur le fonctionnement du web de données. REDEN peut être utilisé pour tout jeu de données RDF à condition que les données puissent être interrogées via un Sparql Endpoint. L’algorithme REDEN est constitué de plusieurs phases :

  • Constitution d’un index par type d’entité contenant les formes de surface de toute entité dans la base de connaissance y compris son URI (identifiant unique) ;
  • Pour chaque mention dans un contexte donné du texte, par exemple dans un paragraphe ou dans une phrase, et un type d’entité nommée à la fois, REDEN effectue deux opérations :

(1) Identification des candidats et récupération des données RDF des candidats à partir des données liées ;

(2) Fusion de graphes et élagage, suivi par le calcul de centralité par mention, et choix du candidat ayant le score le plus élevé.

Figure 8 Exemple de fonctionnement de l’algorithme

Un outil démonstrateur utilisant REDEN est disponible en ligne. Il permet, à partir d’un texte balisé en XML/ TEI, de sélectionner le type d’entité nommée (lieu, personne, institution, etc.) pour lequel on souhaite trouver et lier des ressources sur le Web et de télécharger le texte enrichi des liens signalés via l’attribut ref_auto. Une fonctionnalité de visualisation est aussi mise à disposition : l’outil récupère les coordonnées géographiques des ressources identifiées à partir du texte et les montre sur une carte.

Figure 9 Exemple de lecture « géographique » d’un passage de « Le passant de Prague » de Guillaume Apollinaire

Actuellement, une collaboration avec le laboratoire Lattice et l’Université de Tunis prévoit l’intégration en amont avec l’outil de reconnaissance d’entités nommées SEM fondé sur l’apprentissage automatique (CRF) et Wikidata. Parmi les autres travaux en cours : la réflexion autour de la mise à disposition en ligne de données géo-historiques et la proposition de l’outil par des institutions patrimoniales comme service à la recherche. REDEN est un outil open source. Le code est disponible sur Github.

Le projet ANR Foucault Fiches de Lecture.

Présentation par Laurent Dartigues et Vincent Ventresque, respectivement chargé de recherche et ingénieur d’étude au laboratoire TRIANGLE (UMR 5206), ENS Lyon.

Foucault Fiches de Lecture (FFL) est un projet scientifique qui a pour objectif d’explorer, de mettre à disposition en ligne et de donner à lire de manière enrichie un vaste ensemble de fiches de lecture de Michel Foucault conservées au département des Manuscrits de la BnF. Ce projet a été initié en octobre 2017, il a une durée prévue de trois ans, il est réalisé en partenariat avec la BnF et il participe en tant qu’équipe test du projet Corpus pour l’année 2018. Il porte sur un corpus issu des archives de Foucault conservées à la BnF et constitué de plusieurs milliers de feuillets qui forment une collection de citations et de références bibliographiques, organisées et commentées par Foucault pour la rédaction de ses ouvrages ou la préparation de ses cours. Cet ensemble considérable en termes de volumétrie et de richesse d’informations, en étant fondé sur des références, se prête particulièrement à une exploration « hypertextuelle » du parcours de lecture, de travail, de la pensée de Foucault, et demande le tissage de liens entre les citations ou les références et les auteurs ou les ouvrages concernés. Dans cette perspective, le projet se propose non seulement d’analyser le corpus des fiches de lecture mais également de développer une plateforme qui permettrait à un chercheur de consulter environ 11 000 fiches numérisées, de les annoter, de bénéficier des annotations des autres utilisateurs et de faire une lecture enrichie du corpus grâce au tissage de liens vers des ressources externes et à des visualisations de données.

Figure 10 Exemple de fiche de lecture présenté dans l’interface du prototype de plateforme en cours de développement dans le cadre du projet

La plateforme est en train d’être développée dans une logique de gain de temps et d’attention à la qualité des données grâce notamment à l’utilisation de référentiels, autorités et de l’autocomplétion. Par exemple, lorsqu’un ouvrage est mentionné dans une fiche, l’utilisateur a la possibilité de sélectionner la référence correspondante précédemment rentrée dans la base de données du projet et liée à la ressource correspondante dans data.bnf.fr ou bien de rajouter la référence de l’ouvrage dans la base de données et de récupérer les informations bibliographiques associées à cet ouvrage en effectuant l’alignement vers l’URI correspondant dans data.bnf.fr. Le modèle de données sous-jacent est basé sur le principe de l’annotation pour permettre de mutualiser certains contenus (l’utilisateur décide pour chaque contenu ajouté s’il est privé, restreint ou public) tout en fournissant un espace de travail pour chaque utilisateur.

Figure 11 Modèle de données simplifié

Les avancements du projet sont reportés sur le carnet de recherche du projet.

Conclusion

Dans un contexte d’accroissement des volumétries des données et de réduction des temps d’analyse et de traitement, les institutions patrimoniales comme les équipes de recherche reconnaissent le besoin d’une complémentarité croissante entre humains et systèmes automatiques. Les présentations qui se sont succédé au fil de la matinée rappellent que l’automatisme complet présente à l’heure actuelle de nombreuses limites. Des approches semi-automatiques, en s’appuyant de manière hybride sur les atouts des humains comme sur les atouts des machines, semblent en revanche donner des résultats prometteurs. Notamment dans le processus d’alignement de données, le contrôle et la validation humaine sont des aspects fondamentaux pour la garantie de la qualité des données et pour l’instauration de la confiance. Si les projets de recherche qui se focalisent sur des questions qui relèvent de l’informatique, comme REDEN ou ELKER, visent à développer des solutions généralistes, respectivement pour tout texte et pour tout jeu de données, la Bibliothèque et les projets de recherche en SHS notamment sont confrontés à la fois à la nécessité de l’automatisation et à la prise en compte des spécificités des données qu’ils traitent. C’est pourtant précisément cette tension entre la posture technique transverse et l’approche centrée sur les particularités d’un domaine qui peut s’avérer extrêmement fructueuse.

Appel à contribution : Présentations flash sur des projets participatifs et collaboratifs, pour les 17e Journées des Pôles associés et de la Coopération (1-2-3 octobre 2018, à Paris)

La Bibliothèque nationale de France organise les 17es Journées des Pôles associés et de la coopération (JPAC) les 1er, 2 et 3 octobre prochains. Le thème proposé pour l’édition 2018 est « Partager, enrichir, contribuer ». Un appel à contribution est lancé pour des présentations flash sur des projets participatifs et collaboratifs.

Comme lors des 16es Journées des pôles associés et de la coopération, la tribune des JPAC est ouverte à 4 bibliothèques qui souhaitent présenter aux participants de ces journées leurs actions innovantes en lien avec le thème « Partager, enrichir, contribuer ».

Le format de ces présentations-flash est très court puisque chacune d’entre elles dure 10 minutes. Deux présentations sont inscrites au programme de l’après-midi du mardi 2 octobre (14h30-15h) et deux autres à celui du programme de la matinée du mercredi 3 octobre (9h30-10h). À l’issue des présentations, un temps de 10 minutes est réservé aux échanges avec la salle.

L’équipement du Grand auditorium de la BnF permet la diffusion de présentations sur écran, de son et de vidéo. Les JPAC feront l’objet d’une captation vidéo et les présentations seront donc diffusées en différé.

Cet appel à contributions est ouvert jusqu’au lundi 3 septembre inclus dernier délai. Les établissements intéressés sont invités à adresser leur proposition qui comprendra le sujet et la description de leur projet d’intervention simultanément à Sophie Bertrand (sophie.bertrand@bnf.fr), Arnaud Dhermy (arnaud.dhermy@bnf.fr) et Véronique Falconnet (veronique.falconnet@bnf.fr).

Calendrier de l’appel à candidatures

  • Date limite de soumission des propositions : 3 septembre 2018 inclus (par e-mail aux adresses de messagerie indiquées ci-dessus)
  • Date d’annonce des propositions retenues : 14 septembre 2018 (par e-mail)

Les éventuelles questions portant sur l’organisation de ces « Présentations flash » sont à adresser à Sylvie Damase (sylvie.damase@bnf.fr), chargée de communication, d’événements et de logistique professionnelle au département de la Coopération.

17es Journées des Pôles associés et de la coopération (JPAC)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier : Données liées et données à lier : quels outils pour quels alignements ? (10/07)

Dans le cadre du projet Corpus, inscrit au plan quadriennal de la recherche de la Bibliothèque nationale de France 2016-2019, des ateliers thématiques sont organisés régulièrement afin d’inciter les échanges entre le milieu académique et le monde des bibliothèques dans le domaine des humanités numériques. Le prochain atelier aura lieu le 10 juillet 2018 et portera sur différentes méthodes et outils d’alignement de données.

The Linked Open Data Cloud

Argument

Une des promesses de la publication de données en ligne ouvertes est la possibilité de tisser des liens entre jeux de données de nature différente pour en enrichir les réutilisations. La mise en œuvre de ces alignements fait appel à des approches très diverses. Un cas d’usage en bibliothèque est la création d’entités exploitables sur le web à partir de données bibliographiques structurées (Logilab). La comparaison de chaînes de caractères ne peut suffire à aligner des concepts, pour lesquels entrent en jeu l’analyse de la structure des référentiels où ils sont décrits ou l’exploitation de liens à une référence partagée. Une méthode telle que l’extraction de clés liage permet de proposer des mesures de similarité à partir de la comparaison de deux jeux de données sans en connaître la sémantique (ELKER). Des outils peuvent aussi aider à la décision pour faciliter le travail manuel, voire le crowdsourcing de la part de communautés identifiées (Projet Foucault Fiches de Lecture, Wikidata Mix’n’Match). Ces liens servent enfin à enrichir des données peu structurées, comme le propose la résolution d’entités nommées pour le plein texte (REDEN).

Programme

  • Emmanuelle Bermès (BnF) et Aude Le Moullec-Rieu (BnF) introduiront la matinée
  • Adrien Di Mascio (Logilab) et Sébastien Peyrard (BnF) présenteront l’utilisation d’algorithmes de regroupement dans le logiciel Robot-Données
  • Etienne Cavalié (BnF) présentera Bibliostratus, l’outil d’alignement développé par le groupe Systèmes et Données du programme national Transition bibliographique
  • Jérôme David et Manuel Atencia (équipe MOEX, Inria & LIG) : présenteront le projet ANR ELKER sur l’extraction et le raisonnement avec clés de liage
  • Carmen Brando (EHESS) présentera l’algorithme REDEN
  • Antoine Isaac (Europeana) présentera les outils CULTUURLINK et Wikidata Mix’n’Match
  • Vincent Ventresque et Laurent Dartigues (TRIANGLE/ ENS Lyon) présenteront le projet ANR Foucault Fiches de Lecture

Modalités pratiques

10 juillet 2018, 9h30 – 13h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand (Quai François Mauriac, 75013 Paris), salle 70.

Entrée libre sur réservation auprès d’Eleonora Moiraghi.

Journées d’étude : « Chaillot, lieu de tous les arts » (14 et 15 juin)

Dans le contexte des commémorations des 70 ans de la signature de la Déclaration universelle des droits de l’homme à Chaillot, ces journées d’étude mettent à l’honneur Chaillot, lieu de tous les arts, en partenariat avec Chaillot – Théâtre national de la Danse, la Bibliothèque nationale de France, l’ANR ECHO « [ECrire l’Histoire de l’Oral], les Archives nationales et la Mission des archives du Service interministériel des Archives de France, placée auprès du ministère de la Culture. La première journée, aux Archives nationales, sera consacrée aux sources archivistiques et à leur exploitation. La seconde journée, à la Bibliothèque nationale de France, présentera les diverses facettes du Palais des arts du spectacle : de l’architecture à la musique, de la danse aux perceptions du public.
Au cours des interventions, les institutions partenaires valoriseront les différents fonds d’archives relatifs au Théâtre national de Chaillot, notamment, en ce qui concerne les Archives nationales, les récents versements, exceptionnels, et inédits pour un théâtre national, d’archives audiovisuelles et sonores. Ils viennent compléter les archives papier versées par le théâtre dès les années 1960. Chercheurs et étudiants dévoileront en avant-première les résultats de leurs travaux fondés sur des archives sur tous supports

Programme

Jeudi 14 juin, Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine
De Vilar à Savary, au cœur des archives
  • 9h15 Accueil
  • 9h45 Ouverture par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales
    Présidence : Martine Sin Blima-Barru, responsable du département des Archives électroniques et des Archives audiovisuelles [DAEAA], Archives nationales
  • 10h Les fonds du théâtre de Chaillot aux Archives nationales, premières étapes
    par Geneviève Profit, responsable du pôle Culture au département de l’Éducation, de la Culture et des Affaires sociales [DECAS], Archives nationales
  • 10h25 Une mission en quête d’archivage, deuxième étape
    par Justine Dilien, archiviste, Chaillot-Théâtre national de la Danse
  • 10h50 Débat
  • 11h05 Pause
  • 11h20 Les sources de l’histoire des spectacles de Chaillot à la Bibliothèque nationale de France
    par Joël Huthwohl, directeur du département des Arts du spectacle, Bibliothèque nationale de France
  • 11h45 De la bobine au fichier numérique, une archéologie des archives audiovisuelles de Chaillot
    par Sandrine Gill, cheffe de projet archivage audiovisuel, département des Archives électroniques et des Archives audiovisuelles [DAEAA], Archives nationales
  • 12h10 Débat
  • Présidence : Sandrine Dubouilh, architecte, professeur en études théâtrales, université de Bordeaux membre du projet ANR ECHO
  • 14h Complémentarité des modes d’archivage modernes du spectacle théâtral : archives sonores/archives audiovisuelles et visuelles/archives papier
    par Marie-Madeleine Mervant-Roux, directeur de recherche émérite au CNRS (UMR THALIM), responsable du projet ANR ECHO
  • 14h30 L’initiation au travail sur archives dans la formation des étudiants en Master d’Etudes théâtrales: le séminaire « Mémoire des arts du spectacle vivant » de l’université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3
    par Aurélie Mouton-Rezzouk, maître de conférences, et Catherine Treilhou-Balaudé, professeure à l’Institut d’Études Théâtrales, IRET, université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 14h45 Débat
  • 15h Pause
  • 15h15 Cyrano de Bergerac mis en scène par Jérôme Savary : reconstituer le visuel par le son
    par Océane Djabellah-Peillon, étudiante en Master 1 Études théâtrales, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 15h30 Le nez de Cyrano de Bergerac dans la mise en scène de Jérôme Savary
    par Renata Hernandez, étudiante en Master 1 Études théâtrales,
    université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 15h45 Sonorités de la censure dans Macbeth de Matthias Langhoff
    par Eva Bleibtreu, étudiante en Master 2 Recherche – Études théâtrales, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 16h Zones grises de la voix dans Macbeth de Matthias Langhoff
    par David Suzannne, étudiant en Master 1 Études théâtrales, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 16h15 Les aventures du petit Père lapin, spectacle de marionnettes : les signes et les sons
    par Evangélia Pruvot, étudiante en Master 1 Études théâtrales,
    université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 16h30 Débat

Vendredi 15 juin, Bibliothèque nationale de France (site de Richelieu)

Le Palais des arts du spectacle
  • 9h Accueil
  • 9h30 Ouverture
    par Réda Soufi, administrateur général, Chaillot – Théâtre national de la Danse
    Présidence : Marie-Madeleine Mervant-Roux, directeur de recherche émérite au CNRS (UMR THALIM), responsable du projet ANR ECHO
  • 9h45 Les archives d’architecture : comprendre ce que fut l’outil du TNP à Chaillot
    par Sandrine Dubouilh, architecte, professeur en études théâtrales, université de Bordeaux membre du projet ANR ECHO
  • 10h15 Le scénographe Jacques Le Marquet et le Palais de Chaillot
    par Anaïs Dupuy, conservatrice au département des Manuscrits de la BnF, doctorante en Études théâtrales, université de Bordeaux
  • 10h45 Débat
  • 11h Pause
  • 11h15 Déclinaisons musicales à Chaillot
    par Pascale Goetschel, directrice du Centre d’histoire sociale du
    XXe siècle, maîtresse de conférences, université Paris I
  • 11h45 Jeanne d’Arc au bûcher au Palais de Chaillot de 1939 à 1942 : une simple reprise ?
    par Pascal Lécroart, professeur, université de Franche-Comté, membre du projet ANR ECHO
  • Présidence : Joël Huthwohl, directeur du département des Arts
    du spectacle, Bibliothèque nationale de France
  • 14h Aller à Chaillot : des spectateurs d’aujourd’hui parlent et se souviennent
    par Hélène Bouvier, directeur de recherche au CNRS (UMR THALIM), membre du projet ANR ECHO
  • 14h30 Béjart à Chaillot
    par Guillaume Sintès, maître de conférences en danse, université de Strasbourg
  • 15h Débat
  • 15h15 Pause
  • 15h30 Débriefer l’assemblée théâtrale
    par Daniel Deshays, Études et pratiques du sonore, membre du projet ANR ECHO
  • 16h Antoine Vitez à Chaillot : l’utopie d’une cité du tout-théâtre (conte, poésie, marionnette, formes brèves, théâtre musical, musique actuelle et contemporaine)
    par Brigitte Joinnault, membre du projet ANR ECHO, maîtresse de conférences, université de Nice Sophia Antipolis
  • 16h30 Habilleuse-couturière à Chaillot : toute une vie professionnelle (1967-2018)
    par Nicolle Daviot, cheffe habillement et couture, Chaillot – Théâtre national de la Danse en dialogue avec Justine
    Dilien
  • 16h45 Table ronde conclusive animée par Geneviève Profit, Archives nationales avec Benoît André, secrétaire général, Chaillot, Joël Huthwohl, Bibliothèque nationale de France, Marie-Madeleine Mervant-Roux, ANR ECHO, Martine Sin Blima-Barru, Archives nationales

Organisation

  • Sandrine Gill [DAEAA], Geneviève Profit et Émeline Rotolo [DECAS], Archives nationales
  • Julie Wannecque, ministère de la Culture, Mission des archives du Service interministériel des Archives de France
  • Joël Huthwohl, Bibliothèque nationale de France
  • Marie-Madeleine Mervant Roux, ANR ECHO
  • Benoît André, Justine Dilien, Chaillot – Théâtre national de la Danse

Modalités pratiques

Jeudi 14 juin aux Archives nationales et vendredi 15 juin, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, salle Émilie du Châtelet.
Inscription préalable obligatoire : daeaa.archives-nationales@culture.gouv.fr et decas.archives-nationales@culture.gouv.fr
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier : The Polonsky Foundation England and France Project: Digitisation and Conservation Strategies (15 juin)

Dans le cadre du programme « France-Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 », soutenu par la Fondation Polonsky, un atelier est organisé au sujet des stratégies de conservation mises en place par les deux bibliothèques partenaires, la British Library et la BnF, en lien avec la numérisation de manuscrits médiévaux.

1er folio de la Règle de St Benoît (1129) de l’abbaye bénédictine de Saint-Gilles, dans le diocèse de Nîmes, Add MS 16979, f. 21v

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, la Bibliothèque nationale de France et la British Library sont engagées dans un partenariat inédit, qui vise à cataloguer, restaurer, numériser et mettre à disposition d’un large public un corpus de 800 manuscrits enluminés, produits en France ou Angleterre entre le VIIIe et le XIIe siècle.

Cette journée d’échanges sera axée sur les actions de conservation-restauration entreprises par les deux institutions en lien avec la numérisation des manuscrits médiévaux. Elle est conçue pour les professionnels des bibliothèques, les étudiants se spécialisant dans les domaines de la conservation et du patrimoine, et toute personne s’intéressant aux questions soulevées par la numérisation des manuscrits médiévaux.

Thanks to the patronage of The Polonsky Foundation, the Bibliothèque nationale de France and the British Library are engaged in a partnership aiming at cataloguing, digitizing, and showcasing a corpus of 800 illuminated manuscripts, produced in France or England between the 8th and 12th centuries.
During this one-day international workshop, we intend to share the strategies chosen by the two partner libraries regarding care and conservation of manuscripts in connection with digitization. In the light of the challenges encountered in the course of the project, we would like to consider to what extent it invites each library to reflect
upon current conservation policies in order to improve them.

Programme

  • 11h-11h10 : Welcome coffee
  • 11h10-11h15 : Isabelle Bonnard (BnF, Département de la Conservation) / Francesco Siri (BnF, Département des Manuscrits), Introduction
  • 11h15-13h15 : Care and Conservation Works at the BnF
    • Sébastien Gilot (independent conservator), Conservation Works on Cluny’s Late Bindings
    • Marie Messager (independent conservator), A Sample Book Conservation Binding
    • Alizéé Lacourtiade (independent conservator), Conservation Binding of Small Format Manuscripts
    • Coralie Barbe (independent conservator), Manuscripts Digitization : Relevance of Diagnosis to Predict Possible Degradations
    • Discussion
  • 13h-14h : Lunch
  • 14h-15h15 : Care and Conservation Works at the British Library
    • Dr Cordelia Rogerson (Head of Collection Management South), An overview of the foundation collections at the British Library – Considerations for Conservation
    • Jessica Pollard (Digitisation Conservator, Pre1200 Polonsky project), Conservation Treatment and Digitisation Support for the Polonsky Project
    • Gayle Whitby (Conservation Digitisation Manager), The Role and Context of Conservation Support for Digitisation at the British Library
    • Dr Cordelia Rogerson (Head of Collection Management South), Reflections on Care and Conservation at the British Library
    • Discussion
  • 15h15-15h30 : Coffee break
  • 15h30-17h : Round Table about Policies for Care and Conservation of Manuscripts at the BL and the BnF. What have we learned from The Polonsky Foundation project ?

Modalités pratiques

  • Le 15 juin 2018 de 11h à 17h.
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit Auditorium
  • Entrée libre dans la limites des places disponibles.
  • (Les communications seront faites uniquement en anglais)
  • Pour des informations complémentaires contactez : Isabelle Bonnard – Experte restauration au DSC tél. : 01-53-79- 44-38
    Francesco Siri – Coordinateur du programme Polonsky au MSS tél. : 01-53-79- 82-59

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Bibliographie, numérisation et histoire (15 juin 2018)

La pratique de la bibliographie régionale est ancienne en bibliothèque. A des degrés divers, sous des formes variées, elle est depuis plusieurs années entrée dans l’ère du numérique. Pourtant, alors que les ressources en ligne, l’accès à l’article, les facilités d’exploration des contenus, la reconnaissance des entités nommées se généralisent en matière d’offre documentaire, la nécessité d’un service de dépouillement et de structuration des ressources actuellement disponibles dans les bibliographies semble paradoxalement peu reconnue en bibliothèque.

Il s’agit tout d’abord d’établir un état des lieux des bibliographies régionales, puis de réinterroger cette pratique, aussi bien à partir de l’existant qu’à partir des potentialités offertes par le numérique et les publics qu’il fédère. Cette ré-interrogation se situe tant au niveau des modalités techniques que documentaires : enrichissement de catalogues ou bien constitution de bases de données ; liens avec les bibliothèques numériques ; extension aux ressources dématérialisées notamment via la collecte du web, etc.

Une redéfinition de la pratique du dépouillement et du recensement bibliographique est-elle nécessaire, au regard de nouvelles pratiques, notamment le recours à l’enrichissement collaboratif ?

Cette journée d’étude se propose d’être une première étape dans cette réflexion.

Affiche « Montpellier – Exposition internationale 26 mai – 26 juin 1927 »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : Autour de l’exposition Chaillot, une mémoire de la danse, 1878-2018 (30/5/18)

La Danse en 2 000 films
Autour des archives du Grand prix international Vidéo-Danse

Transversum, de Marikki Hakola

De 1988 à 2002, le Grand prix international Vidéo-Danse a présenté l’actualité du film de danse en l’embrassant sous toutes ses formes. En onze éditions, Béatrice Gernez et Jacques Menet, son fondateur ont rassemblé environ 2 000 films du monde entier. A l’occasion du don récent du fonds d’archives du Grand prix international Vidéo-Danse, le département de l’Audiovisuel de la BnF propose de partir à la découverte des trésors de ce fonds. L’après-midi se conclura par une carte blanche exceptionnelle confiée à Joëlle Bouvier, danseuse, chorégraphe, auteure d’œuvres marquantes dans l’histoire de la vidéo-danse.

14h-16h30
Le Parc, de Angelin Preljocaj (chorégraphie) et Denis Caïozzi (réalisation), 2000, 10e Grand prix Vidéo-Danse, 1h43. Avec l’aimable autorisation de l’Opéra national de Paris
précédé de Le fou de la danse, de Jean Benoit-Lévy, 1952, 12 min.
Copie mise à disposition par le CNC

16h30-17h30
Présentation du fonds Vidéo-Danse illustrée de nombreux extraits numérisés, par Alain Carou (département de l’Audiovisuel), Béatrice Gernez et Jacques Menet

17h30-18h30
Cérémonie de remise du fonds à la BnF, en présence de Laurence Engel, présidente de la BnF, Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale, Béatrice Gernez et Jacques Menet, président fondateur du Grand prix international Vidéo-Danse
suivie d’une présentation des actions de la BnF autour des sources sur la danse, par Joel Huthwohl, directeur du département des Arts du spectacle et Mathias Auclair, directeur du département de la Musique

18h30-20h
Carte blanche à Joëlle Bouvier
Auteure notamment avec Régis Obadia de La Chambre, mention spéciale du jury 1989, Joëlle Bouvier nous fait partager sa sélection subjective de films puisés dans le fonds du Grand prix Vidéo-Danse.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage ? (17/05/2018)

A l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque « 68 and Boundaries of the Chilhood » (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution » à la médiathèque Françoise Sagan. Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde.
Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui.
Illustration de Nicole Claveloux pour Alala : les télémorphoses de Guy Monreal (1970).

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
    Viviane Ezratty, médiathèque Françoise-Sagan, Jacques Vidal-Naquet, Centre national de la littérature pour la jeunesseLa révolution des albums, 1965-1975 : état de la recherche
    Président de séance : Viviane Ezratty
  • 9h30 Une révolution dans l’album français ?
    Sophie Heywood, Université de Reading, et Cécile Boulaire, Université de Tours
  • 10h Traces, empreintes : « 68 » dans les archives de l’éditeur
    François Ruy-Vidal (Fonds patrimonial de l’Heure Joyeuse)
    Cécile Vergez-Sans, Aix-Marseille Université
  • 10h20 Pause et questions
  • 10h35 Un regard croisé sur le ’68 de la culture pour enfants en Europe
    Sophie Heywood
  • 11h20 Le droit de lire : les droits de l’enfant et la littérature pour enfants en Grande-Bretagne
    Lucy Pearson, Université de Newcastle
  • 11h50 Clés de lecture de l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution »
    Hélène Valotteau, médiathèque Françoise-Sagan
  • 12h15 Clôture de la matinée

    Déjeuner libre et visite libre de l’exposition de 13h à 14h
  • 14h Témoins et filiations
    Président de séance : Jacques Vidal-Naquet
    D’Ah ! Ernesto au Sourire qui mord : pourquoi rééditer des albums des années 1970 ?
    Rencontre avec Thierry Magnier, éditeur animée par Hélène Valotteau
  • 14h30 Deux témoins : dialogue entre Yvan Pommaux, auteur-illustrateur, et Pascale Bouchié, auteure et journaliste animé par Virginie Meyer, BnF/CNLJ
  • 15h Pause et questions
  • 15h15 Souvenirs de Nicole Claveloux, auteure-illustratrice
    Rapportés par Sophie Heywood
  • 15h30 Enfantina de 68, la nostalgie en héritage : pourquoi j’aime transmettre l’illustration des années 1970 ?
    Janine Kotwica, enseignante, commissaire d’expositions
  • 16h Témoignage d’Agnès Rosenstiehl, auteure-illustratrice
    Rencontre animée par Marie Lallouet, BnF/CNLJ
  • 16h30 Témoignage de France de Ranchin, artiste labyrinthiste
    Rencontre animée par Cécile Vergez-Sans
  • 17h Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Jeudi 17 mai 2018
  • Entrée gratuite sur inscription
  • Lieu : Médiathèque Françoise Sagan
    8 Rue Léon Schwartzenberg
    75010 Paris
  • Inscriptions-renseignements :
    Marion Caliyannis
    01.53.79.57.06
    marion.caliyannis@bnf.fr

Journée d’étude organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse/ BnF, avec la collaboration de Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international ‘The children’s’68

Voir aussi : l’exposition Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire, du 17 avril 2018 au 26 août 2018, BnF, site François-Mitterrand / Galerie 1

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : analyse de corpus d’images

Dans le cadre du projet Corpus mené par la Bibliothèque nationale de France, un atelier d’étude sur l’analyse de corpus d’images est organisé le 28 mars 2018. Il a pour objectif d’alimenter la réflexion en cours à la BnF pour déployer dans Gallica un outil de recherche d’images par le contenu (content-based image retrieval ou CBIR) et d’inciter les échanges entre les institutions patrimoniales et le milieu académique.

Argument

Bien que constituées de millions de fichiers images1, les bibliothèques numériques ne proposent pour ainsi dire pas d’outil de recherche d’images par le contenu à leurs usagers2. Or, le nombre croissant d’images rend de plus en plus illusoire une indexation sémantique manuelle de la totalité des fichiers images accessibles en ligne. Des alternatives à la recherche purement textuelle existent.

Programme

  • Nicolas Sidere (L3i) présentera un état de l’art sur des outils logiciels, actuels ou en développement réalisé à la demande de la BnF au Centre Européen de valorisation numérique Valconum
  • Jean-Philippe Moreux (BnF) présentera la preuve de concept Gallica.pix
  • Raphaël Baudiment (BnF) présentera le prototype Gallica images
  • Nicolas Hervé (INA) présentera l’outil DiginPix
  • Pierre-Carl Langlais (CELSA) présentera ses travaux de recherche sur la classification automatique des images de presse sur la période 1920-1940
  • Melvin Wevers (KB Lab / Université d’Utrecht) présentera le projet SIAMESE autour de la reconnaissance d’images publicitaires dans la presse qu’il a mené en tant que chercheur « en résidence » à la Bibliothèque nationale des Pays-Bas
  • Nicole Vincent (LIPADE) présentera la compétition CLAMM (ICDAR) sur la classification des types d’écriture
  • Dominique Stutzmann (IRHT) présentera l’utilisation d’un réseau de neurones dans le projet HIMANIS
  • Nicolas Gonthier (Télécom ParisTech) présentera son projet de thèse « Deep Learning pour l’histoire de l’art »
  • Débat animé par Jean-Philippe Moreux (BnF), Emmanuelle Bermès (BnF) et André Gunthert.

Modalités pratiques

28 mars 2018, 14h30 – 18h
Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu), salle Émilie du Châtelet.
Entrée libre sur réservation auprès d’Eleonora Moiraghi.

  1. Même les bibliothèques numériques proposant une majorité de fichiers texte donnent à voir à leurs usagers une version image, la version texte servant à la recherche étant le plus souvent « cachée » []
  2. À quelques rares exceptions comme la recherche par similarité – Bildähnlichkeitssuche – proposée par la Bayerischen Staatsbibliothek, url : <https://bildsuche.digitale-sammlungen.de/> ou la recherche par le contenu proposée par les Bodleian Libraries pour leur collection de Broadside ballads, url : <http://imagematch.bodleian.ox.ac.uk:8000/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journées professionnelles des patrimoines : « Construire ensemble les sciences du patrimoine », 21-22/06

Le ministère de la Culture a le plaisir de vous inviter aux Journées professionnelles des patrimoines 2018 intitulées Construire ensemble les sciences du patrimoine. Ces journées professionnelles organisées par la direction générale des patrimoines avec l’Institut national du patrimoine présenteront des « retours d’expérience » en matière d’implication des professionnels dans la recherche et d’apport de cette dernière à l’exercice de leurs métiers.

Argument

Tous les métiers du patrimoine, de ceux de la conservation à ceux de la médiation en passant par ceux de la restauration, sont intimement liés à la recherche. Indispensable à l’élaboration des politiques et des projets comme à l’exercice des missions, elle est une dimension essentielle de leur mise en œuvre.

Aussi, les professionnels du patrimoine et de l’architecture sont de plus en plus impliqués dans la recherche aux côtés des chercheurs académiques, français et étrangers, depuis la définition des sujets jusqu’à l’application comme à la restitution des résultats.
Ces recherches portent sur l’ensemble des domaines patrimoniaux, matériel, immatériel ou numérique. Elles constituent un champ particulier, celui des « sciences du patrimoine », qui désignent dans toute leur diversité les disciplines scientifiques sollicitées pour la connaissance, la conservation, la restauration et la transmission du patrimoine. Elles associent sciences humaines et sociales, telles que l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, l’anthropologie, la sociologie, la géographie, le droit ou la pédagogie ; sciences expérimentales, telles que la physique la chimie ou la biologie, auxquelles sont venues s’ajouter les sciences du numérique.

Les sciences du patrimoine embrassent l’ensemble des domaines d’intervention des professionnels, de l’identification du patrimoine (recensements, inventaires, etc.) à sa médiation, en passant par sa conservation et sa restauration. Elles concourent aussi bien à l’histoire des œuvres, qu’à l’identification des matériaux dont elles sont constituées et des techniques mise en œuvre par leurs  créateurs, à la compréhension des phénomènes d’altération et de destruction ou encore à la muséographie et aux dispositifs de médiation.
Par nature pluri- et transdisciplinaire, cette recherche est tout particulièrement favorable aux approches transversales croisant plusieurs domaines patrimoniaux (archives et bibliothèques, archéologie et monuments historiques, patrimoine matériel et immatériel, etc.), ouvrant de nouvelles thématiques, que ce soit dans les humanités numériques, la physique et la chimie des matériaux anciens ou l’anthropologie du fait patrimonial. Elles contribuent à renouveler non seulement les méthodes de travail et les processus professionnels, mais aussi la teneur et les modes de restitution des travaux.
En envisageant l’implication des professionnels dans la recherche et l’apport de cette dernière à l’exercice de leurs métiers, ces journées permettront de dresser un état des lieux, d’exposer les dispositifs rendant possible cette construction conjointe et plusieurs projets emblématiques de cette approche et de dessiner, enfin, les perspectives d’évolution des sciences du patrimoine au regard des métiers, dans une totale continuité entre recherche fondamentale et recherche appliquée.

Modalités pratiques

Jeudi 21 et vendredi 22 juin 2018 de 9h30 à 17h30
Lieu : Auditorium de la galerie Colbert, 2, rue Vivienne – 75002 Paris

Programme et inscription prochainement en ligne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Au cœur des circulations internationales du livre : traducteurs, agents et autres passeurs

Le livre, à la fois « marchandise », « chef d’œuvre » et « ferment », pour reprendre les termes de l’historien Henri-Jean Martin, se situe dès son origine au cœur des échanges littéraires internationaux. Imprimé dans un pays, il circule, en pleine lumière ou sous le manteau, dans sa version originelle ou par le biais de traductions qui le transforment et font connaître à de larges publics des systèmes de pensées différents des leurs, auxquels ils n’auraient pu avoir accès sans ce passage d’une langue à l’autre. Au cœur de ces circulations, souvent dans l’ombre, œuvrent des « passeurs » culturels, des « hommes doubles », comme les qualifie le sociologue Christophe Charles, qui font le lien entre les différentes versions d’une œuvre et permettent sa large diffusion. Les textes, en effet, même numériques, ne circulent pas de manière autonome mais par le biais d’intermédiaires pluriels que cet atelier se propose d’étudier. Parmi eux figurent les traducteurs, des plus reconnus aux moins visibles, et les agents littéraires qui portent les intérêts de leurs auteurs et accompagnent l’exportation de leurs œuvres. D’autres intermédiaires, politiques notamment, peuvent également entrer en jeu et soutenir des productions à l’échelle internationale dans une perspective de diplomatie culturelle.

La ville et la tour de Babylone : [estampe]

Cet atelier du livre se fait l’écho d’une série de travaux, récents ou en cours, qui, à partir d’une perspective historique, littéraire ou sociologique, permettront de mettre en lumière et d’analyser le rôle de ces passeurs.
Dans quels enjeux pluriels leur travail s’inscrit-il ? Renforcent-ils les hiérarchies existantes ou peuvent-ils favoriser la diversité éditoriale et culturelle ? De quelle marge décisionnelle disposent-ils ? Et comment expliquer leur discrétion sur la scène littéraire et éditoriale ?
En partenariat avec l’université Paris Nanterre.

Programme

14h : ouverture
Denis Bruckmann, directeur des Collections de la Bibliothèque nationale de France
Cécile Rabot, sociologue au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), maîtresse de conférences à l’université Paris Nanterre, responsable du master Métiers du livre et de l’édition

Introduction générale et historique
14h15 : la traduction, un objet d’histoire
Blaise Wilfert-Portal, maître de conférences en histoire contemporaine au département de Sciences sociales de l’École normale supérieure (université Paris sciences et lettres)

Traducteurs et traductions
14h45 : le traducteur dans l’Angleterre de la fin du XVIe siècle : questions parfois sans réponse au sujet d’un passeur discret
Marie-Céline Daniel, maîtresse de conférences en civilisation britannique, UFR d’études anglophones, Sorbonne Université, vice-présidente en charge de la formation tout au long de la vie

15h15 : quand le traducteur prend la parole : l’émergence des traducteurs comme figures médiatiques
Claire Placial, maîtresse de conférences en littérature comparée à l’université de Lorraine (Metz) et membre du centre de recherche Ecritures

15h45-16h : questions et pause

Les agents littéraires et autres passeurs
16h00 : l’agent littéraire : quelques aperçus historiques
Cécile Cottenet, maîtresse de conférences HDR, études américaines, Aix-Marseille université

16h30 : les agents littéraires, « personnels de renfort » au cœur des échanges littéraires
Delia Guijarro Arribas, doctorante en sociologie (CESSP-EHESS-Casa de Velázquez)
Lilas Bass, doctorante en sociologie (EHESS-CESSP)

17h : diplomatie culturelle et marché de la traduction : des « agents de proximité » au service du livre français à l’étranger
Marcella Frisani, doctorante en sociologie (CESSP-CSE-EHESS), membre du Centre de sociologie européenne

17h30-17h45 : questions et pause

17h45 : table ronde : un exemple de littérature étrangère en France, la littérature hébraïque
Projection d’une séquence du film Traduire de Nourith Aviv.
Table ronde animée par Laurence Kiéfé (sous réserve), traductrice, membre du conseil de l’ATLF, Association des traducteurs littéraires en France
Avec Anne-Sophie Dreyfus, co-responsable des Éditions de l’Antilope ; Laurent Héricher, chef du service des Manuscrits orientaux, BnF ; Rosie Pinhas-Delpuech, traductrice de littérature hébraïque, membre de l’ATLF  et  Laurence Sendrowicz, traductrice de littérature théâtrale hébraïque, actrice, membre de l’ATLF.

Modalités pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Mercredi 28 mars 2018 – 14h00-19h30
Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Proust et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Article de Jean Cocteau consacré à Marcel Proust, dans l’Excelsior : journal illustré quotidien
L’exemple le plus remarquable dans l’actualité de la recherche cette année est la parution du livre issu de la thèse de Yuri Cerqueira Dos Anjos, Proust et la presse de la Belle Époque, publié aux éditions Champion1. En effet, alors que l’œuvre de Proust a été largement analysée, ses articles publiés de 1890 à1922, dans une trentaine de journaux et revues littéraires, n’avaient pas encore fait l’objet d’une étude aussi large.
 Des documents seront présentés dans le foyer du petit auditorium.

Programme

  • Conférence inaugurale
    Par Jean-Yves Tadié, professeur émérite à la Sorbonne
  • Proust et la presse dans Gallica
    Par Sophie Robert, chargée de collections, service de la presse, DEP, BnF
  • Les débuts de Proust dans la presse
    Par Yuri Cerqueira dos Anjos, professeur à l’université Fédérale de Juiz de Fora, Brésil
  • Proust journaliste mondain
    Par Guillaume Pinson, professeur à l’université Laval, Canada
  • Proust critique littéraire dans la presse
    Par Luc Fraisse, professeur à l’université de Strasbourg et membre de l’Institut universitaire de France
  • L’adieu au journalisme
    Par Nathalie Mauriac Dyer, directrice de recherche au CNRS, responsable de l’équipe Proust de l’ ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes)

Lectures par Gabriel Dufay, comédien.

Informations pratiques

Samedi 10 février 2018 – 14h00-19h00
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Petit auditorium
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

  1. Cf. son Carnet de recherche : Marcel Proust et la presse : archives, ressources et recherches, https://proustpresse.hypotheses.org/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude sur la diffusion des données de la BnF (20 mars 2018)

Le mardi 20 mars 2018, au lendemain du Salon du livre, la Bibliothèque nationale de France organise une nouvelle journée d’étude sur la diffusion des données de la BnF. Cette journée permettra notamment de découvrir de nouveaux modes d’accès aux données de la BnF et dressera un panorama des échanges de métadonnées entre les différents acteurs de la chaîne du livre.

La matinée sera l’occasion de présenter les nouveautés liées aux services d’accès (ouverture d’un service SRU d’interrogation du catalogue, lancement du site BnF API et jeux de données, placement des données du CCFr sous licence ouverte) et aux données (l’ISNI, les nouvelles zones liées à la Transition bibliographiques, les fichiers numériques adaptés pour les personnes en situation de handicap), avant une présentation du projet CORPUS de construction de services avec le monde de la recherche.

L’après-midi sera consacrée à une table ronde sur les échanges de métadonnées dans l’ensemble de la chaîne du livre avec les différents acteurs concernés (distributeurs, éditeurs, libraires…) et sur la place des données de la BnF dans cet environnement.

Elle se conclura sur une présentation de la future plateforme de services numériques du Puy-de-Dôme.

Programme

    • 9h : Accueil des participants
    • 9h30 : Ouverture (Arnaud Beaufort, directeur général adjoint et directeur des Services et réseaux, BnF)
    • 9h45 : Une nouvelle offre de services de diffusion
      Tous les moyens d’accéder aux données de la BnF : le site BnF API et jeux de données (Pauline Moirez, Innovation, BnF) et l’ouverture des données du CCFr (Wilfried Müller, Catalogue Collectif de France, BnF)
      Le nouveau service SRU d’interrogation de BnF catalogue général (Laure Mane, services aux professionnels, BnF) et la récupération anticipée des pré-notices du dépôt légal
      Les évolutions de data.bnf.fr (Aude Le Moullec-Rieu, data.bnf.fr, BnF)
    • Pause (11h)
    • 11h20 : Actualité sur les données
      Les nouvelles zones créées à la BnF dans le cadre de la Transition bibliographique (Clémence Agostini, services aux professionnels, BnF
      Récupérer l’ISNI : pourquoi ? comment ? (Valérie Dhiver, Agence d’enregistrement ISNI-BnF et Héloïse Lecomte, service des Référentiels, BnF)
      La mutualisation des fichiers adaptés à destination des personnes empêchées de lire (Chloé Cottour, Centre Exception handicap, BnF)
    • 12h : Co-construire les humanités numériques entre bibliothèques et chercheurs : le projet CORPUS (Emmanuelle Bermès, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des Services et des réseaux, BnF)
    • Déjeuner libre (12h30-14h)
    • 14h : Les métadonnées dans la chaîne du livre
      Du créateur au lecteur, panorama de la circulation des données entre les différents acteurs de la chaîne du livre (Dominique Parisis, président de la commission FEL numérique de la CLIL, et Anne Bommier-Chasles, Extranet du dépôt légal, BnF)
      Table ronde interprofessionnelle (animée par Héloïse Lecomte, service des Référentiels, BnF) avec :
      > Véronique Backert, directrice générale, Dilicom
      > Joëlle Aernoudt, directrice qualité de la base de données bibliographique, Electre
      > Luc Audrain, direction innovation, Hachette
      > Xavier Guillot, expert sur les questions de Transition bibliographique auprès de la FULBI
    • Pause (15h30)
    • 15h50 : Production et exposition des métadonnées de la future plateforme de services numériques du Puy-de-Dôme (Renaud Aïoutz, chef de projet du développement numérique et Christophe Torresan, directeur de la Médiathèque départementale du Puy-de-Dôme)
    • 16h20-16h45 : Conclusion (Frédérique Joannic-Seta, directrice du département des Métadonnées, BnF)

Modalités pratiques

Mardi 20 mars 2018, de 9h30 à 17h00, accueil à partir de 9h Paris, Bibliothèque nationale de France
Site François-Mitterrand – Grand Auditorium (entrée principale – hall Est)

Inscription en ligne via Eventbrite, gratuite et obligatoire, dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Captation : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ?

Les captations de l’après-midi d’étude Tableaux de la France : géographie – L’héritage de Paul Vidal de La Blache (1845-1918) tenue en 2017,  sont mises en ligne.

Considéré comme le fondateur de la géographie moderne française jusque dans les années 70, Paul Vidal de La Blache en a renouvelé le champ scientifique, social, politique. Il a contribué au développement de la cartographie moderne avec la conception d’une soixantaine de cartes physiques, humaines et politiques qui seront utilisées dans toutes les écoles de France et d’un Atlas innovant. Son « Tableau » présentait une description inédite du paysage français et il a institutionnalisé une discipline universitaire nouvelle et indépendante de l’Histoire. Un siècle plus tard, la figure de la France a changé. Quel est aujourd’hui l’héritage de l’œuvre et de la pensée vidaliennes ? En quoi ont-elles été innovantes ?

Conférence du 14 novembre 2017 : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ? Bernard Tassou, Olivier Loiseaux

51 min

Présentations

Olivier Loiseaux est Chef de service acquisitions et collections géographiques, au département des Cartes et plans.

Conférence du 14 novembre 2017 : Vidal de La Blache : quelles ouvertures contemporaines ? Marie-Vic Ozouf-Marignier, Marie-Claire Robic, Jean-Louis Tissier animée par Sylvain Allemand

91 min

Présentation

Le Tableau de la géographie de la France de P. Vidal de la Blache – Jean-Louis Tissier [fichier .pdf – 1356 Ko – 08/01/17 – 8 p.]

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études « Films de recherche en Sciences sociales » (12/12/2017)

La Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel) et l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (CNRS) organisent une journée d’études en partenariat avec l’association « Filmer le travail ».

Le film a mis du temps pour s’imposer comme un outil de la recherche en sciences humaines et sociales. Aujourd’hui, des chercheuses et chercheurs d’horizons très divers y recourent, de manière régulière ou très ponctuelle. La journée d’études vise à mettre en lumière les conditions pratiques dans lesquelles sont écrits, tournés et montés de tels films, en relation avec les enjeux de connaissance qu’ils soulèvent. Chaque session s’articule autour d’un film post-produit à la cellule audiovisuelle du laboratoire de l’IIAC. Celui-ci a récemment effectué le dépôt à la BnF de l’intégralité de ses productions à ce jour.

L’approvisionnement d’une ville : Orléans / Georges Guastavi, réal. ; Danielle Sayegh, aut. ; Hélène Aymonier, concept.

Programme

10h : ouverture par Sophie Wahnich (IIAC) et Alain Carou (BnF)

10h15-11h45 : Salle 70
Lire des pratiques

  • La canne à mesurer l’eau, de Fabienne Wateau, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (2006), 28 min.
    Dans le nord-ouest du Portugal, pour partager l’eau d’irrigation retenue dans de petits bassins-réservoirs de flancs de coteaux, les ayant-droits fabriquent et utilisent un instrument de mesure simple et original : « la cana ». Il s’agit d’une canne de roseau graduée servant à mesurer des volumes d’eau. Son utilisation implique la connaissance des principes de roulement, d’équité et de partage collectif de la ressource, ainsi qu’une organisation sociale particulière qui se resserre au plus fort de l’été. De la fabrication minutieuse de l’objet à la distribution de l’eau dans les parcelles, le film relate les relations sociales finement tissées autour de cette activité.
  • Discutants : Joyce Sebag (Centre Pierre Naville, Université Evry-Val d’Essonne), Marc-François Deligne (ancien responsable de la cellule audiovisuelle de l’IIAC), Jean-Paul Gehin (Université de Poitiers)

12h30-14h00 : Petit auditorium
Cinéma de midi

  • Pittsburgh Police, de John Marshall (1974), 15 min.
    Peu de temps après une vague d’émeutes urbaines, l’anthropologue John Marshall se livre à l’étude de terrain des interactions entre la police et la population dans la ville de Pittsburgh.
  • Travailler à domicile, de Monique Haicault (1986), 10 min.
    En 1986, la sociologue Monique Haicault dirige une série de 31 portraits sur le travail à domicile : de la kinésithérapeute à l’enfileuse de perles en prison, à l’ouvrière à domicile, au traiteur antillais, en passant par le polisseur de couteaux ou le tailleur.
  • Pourquoi tu pleures, de Michèle Fiéloux et Jacques Lombard (2007), 26 min.
    Une séance de possession consacrée à la résolution d’un conflit au sein d’une famille à Madagascar.
    Avec la participation de Jean-Paul Gehin, Alice Leroy, Jacques Lombard.

14h15-16h : Salle 70
Filmer de la parole


  • Vivre chez Rothschild, de Daniel Friedmann, CETSAH (2003), 66 min.
    Daniel Friedmann a filmé durant deux ans, les résidents de la maison de retraite et de gériatrie de la Fondation de Rothschild, la plus importante de Paris. Le film capte la mémoire de leur passé tout en questionnant le présent où le sujet se confronte à la vie en train de se défaire. Leur reste-t-il quelque espoir en une frange de futur où s’investir ?
  • Discutantes : Christina Alexopoulos (INALCO), Corinne Fortier (Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS)

16h15-18h : Salle 70
Répertorier des gestes


  • Les Argentypes de Jean-Marie Fadier, de Monique et Pauline Sicard, Institut des Textes et Manuscrits modernes (2012), 15 min.
    A l’heure où se banalise l’usage des petits appareils numériques tout automatiques, où chacun devient potentiellement témoin des événements du monde, il devenait urgent de filmer les gestes des créateurs et leurs travaux de laboratoire. Par le film, en complément des textes, nous espérons atteindre la dimension anthropologique de la photographie.
  • Discutants : Jacques Lombard (anthropologue), Arghyro Paouri (IIAC)

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, salle 70 et Petit auditorium
Entrée libre
Séances en présence des réalisateurs.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts