Archives par mot-clé : Journée d’étude

Journée d’étude (10/2) : Culture matérielle en Asie Centrale – Manuscrits et peintures bouddhiques de la région de Koutcha (VIe-VIIIe siècle)

HisTochText

Le bassin du Tarim, avec en son centre le désert du Taklamakan, a été le témoin du développement de civilisations qui ont prospéré notamment grâce au développement de la Route de la Soie. Nous nous intéresserons durant cette journée d’études aux vestiges matériels liés à la pratique du bouddhisme. Les manuscrits (sur papier, sur tissu ou sur bois) et peintures (sur papier, sur tissu ou murales) sont d’un intérêt particulier pour les linguistes, philologues et historiens qui étudient les textes religieux ou profanes ainsi que l’iconographie et les matériaux de la couleur. Situés géographiquement à la confluence des cultures et civilisations de l’Iran, de l’Inde et de la Chine, les Koutchéens convertis au bouddhisme utilisèrent notamment le papier d’invention chinoise pour copier les textes religieux traduits ou adaptés du sanskrit, qui étaient auparavant écrits sur des supports différents (feuille de palmier, écorce de bouleau ou de peuplier).

Durant cette journée d’étude, nous vous invitons à découvrir cette région de Koutcha et la civilisation indo-bouddhique qui s’y est épanouie (du IIIe au VIIIe siècle de notre ère). Tout au long de cette journée, douze chercheurs exposeront leurs travaux dans la perspective suivante: dans quelle mesure l’étude matérielle et technologique des manuscrits et des peintures peut nous apporter des informations sur ces sociétés anciennes, leurs usages et leur histoire ?

Programme

  • 09h45-10h00 Accueil / Reception
  • 10h00-10h10 Ouverture / Opening – Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL) & Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

Session 1 – Le projet ERC HisTochText / The ERC project HisTochText: History of the Tocharian texts of the Pelliot collection

  • 10h10-13h00 Modérateur / Chairperson: Anne Michelin, CRC
  • Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL)
    Définir la culture manuscrite du bouddhisme, en sanskrit et en tokharien.
    Defining the manuscript culture of Buddhism, in Sanskrit and Tocharian.
  • Melinda Fodor (EPHE-PSL, BnF)
    Les manuscrits du fonds Pelliot Sanskrit: Forme et contenu.
    Pelliot Sanskrit collection’s manuscripts: Form and content.
  • Emilie Arnaud-Nguyen (EPHE-PSL, UH) & Lucas Llopis (CRC, EPHE-PSL)
    Analyses micro et macroscopiques des manuscrits du fonds Pelliot: Matières premières et technologie du support de l’écrit.
    Micro and macroscopic analyses of the Pelliot collection manuscripts: Raw materials and writing support technology.
  • 11h40-12h00 Pause café / Coffee break
  • Kilian Laclavetine (CRC, EPHE-PSL)
    Etude des encres et des techniques de préparation du papier des manuscrits de la collection Pelliot.
    Study of inks and papermaking process on the Pelliot collection’s manuscripts
    .
  • Athanaric Huard (EPHE-PSL, BnF)
    Codicologie du fonds Pelliot Koutchéen: analyse et chronologie.
    Codicology of the Pelliot Koutchéen collection: Diachronic features
    .
    13h00-14h20 Déjeuner / Lunch
  • 13h00-14h20 Déjeuner / Lunch

Session 2 – Ecrire en Asie Centrale – Matérialité et datation : Writing in Central Asia – Materiality and datation

  • 14h20-15h50 Modérateur / Chairperson: Jérôme Petit, BnF
  • Agnieszka Helman-Wazny (UH) & Anna-Grethe Rischel (NatMusDk)
    Papier du nord du désert de Taklamakan – Analyse macroscopique et microscopique des manuscrits de Turfan de la collection de Berlin.
    Paper from the North of Taklamakan Desert – Macroscopic and Microscopic Analysis of Turfan Manuscripts from Berlin
    .
  • Pascale Richardin (C2RMF)
    Manuscrits précieux et datation par le carbone 14 : un défi pluridisciplinaire.
    Precious manuscripts and radiocarbon dating: a pluridisciplinary challenge
    .
  • Ira Rabin (BAM)
    Peut-on étudier les encres au carbone par XRF? Études de manuscrits bouddhistes du Népal.
    Can we study carbon inks with XRF? Studies of Buddhist Manuscripts in Nepal
    .
  • 15h50-16h10 Pause café / Coffee break

Session 3 – Peindre en Asie Centrale – Matériaux de la couleur / Painting in Central Asia – Color materials

  • 16h10-17h10 Modérateur / Chairperson: Léon-Bavi Vilmont, CRC
  • Renate Nöller (BAM)
    Techniques de peinture traditionnelle sur des documents provenant de sites de la Route de la soie.
    Techniques of traditional painting on documents from Silk Road sites
    .
  • Ellen Egel (BLDAM)
    Peintures murales bouddhistes de la Route de la soie – Identification des pigments et de leurs produits d’altération.
    Buddhist mural paintings from the Northern Silk Road – Identification of pigments and of their alteration products
    .
  • 17h10-17h20 Clôture / Closing – Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL) & Laurent Héricher (BnF)

Informations pratiques

  • Cette journée se tiendra le lundi 10 février 2020.
  • Auditorium, Galerie Colbert
  • INHA, 2, rue Vivienne, 75002 Paris
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (196 places) mais inscription obligatoire sur le site de la journée d’études : https://histochtext2020.sciencesconf.org/

Organisateurs

La journée d’études sur la « Culture matérielle en Asie Centrale – Manuscrits et peintures bouddhiques de la région de Koutcha (VIe-VIIIe siècle) » est organisée par l’EPHE et le CRC avec le soutien de la BnF et du projet ERC HisTochText.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Collecter, conserver et explorer les corpus massifs d’archives audiovisuelles : états des lieux et perspectives (13/11)

Inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la BnF, le programme de recherche CORPUS a pour objectif de construire un nouveau service de fourniture de corpus numériques à destination de la recherche. Un des axes explorés dans le cadre de ce projet consiste à accompagner les chercheurs dans leur appropriation des collections numériques. À cet effet, des ateliers d’échange sont régulièrement organisés entre des équipes de recherche partageant des enjeux méthodologiques, scientifiques et techniques similaires, ainsi que les personnels BnF experts des sujets abordés.

Argument

Dans le prolongement de la journée d’étude réalisée autour des archives d’Amos Gitaï le 12 décembre prochain, cet atelier Corpus vise à se pencher sur les défis posés par la perspective prochaine de la mise à disposition et de l’exploration de corpus massifs de vidéos numériques à la Bibliothèque nationale de France.

L’ensemble documentaire Amos Gitaï, entré dans les collections en 2018, est composé en grande majorité de documents nativement numériques qui représentent un volume jusqu’ici jamais atteint pour ce type de fonds à la BnF. Ce don s’est rapidement avéré un espace d’expérimentation inédit en raison de la nature très hétérogène des documents et des formats divers qui le constituent. Or, l’arrivée de ce fonds est l’occasion d’aborder des points clés concernant la collecte, le traitement et l’exploration de corpus audiovisuels massifs.

Quelle politique d’archivage pour les plateformes vidéos contributives ? Comment conserver et mettre à disposition des fichiers de montage audiovisuel ? Quelles nouvelles méthodes d’analyse pour les médias audiovisuels ? Quelle est la méthodologie des chercheurs qui étudient des corpus massifs de vidéos ? Autant de questions qui seront au cœur de cet atelier, et qui chercheront à ouvrir des perspectives pour les entrées similaires qui sont pressenties à la BnF dans les années à venir, et dans d’autres institutions.

Programme

Intervention 1 : Explorations méthodologiques autour de corpus vidéo massifs. Interview menée par Christophe Gauthier (École nationale des Chartes).

Intervention 2 : Alain Carou (BnF) – Archiver les plateformes vidéos contributives à la BnF : la collecte de vidéos vernaculaires du conflit et de la révolte en Syrie (projet Shakk-Syrie).

Intervention 3 : Louise Dutertre (BnF) – La mise à disposition des fichiers de montage issus de l’ensemble documentaire Amos Gitaï.

Intervention 4 : Jean Carrive (INA) – Les nouvelles méthodes d’analyse des médias audiovisuels : l’ANR ANTRACT et le projet MeMAD.

Intervention 5 : Claire Scopsi, Gilles Bertin (Laboratoire Dicen-IDF CNAM) – L’annotation rapide de vracs d’images et l’intégration image fixe/image animée. Les enjeux de la norme iiiF.

Modalités pratiques

  • 13 décembre 2018, 14h00 – 18h
  • Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu), salle Émilie du Châtelet.
  • Entrée libre sur inscription.

Regards sur Serge Tisseron. De la tintinologie à la robotique (30/11)

Serge Tisseron ©Julien Faure – Leextra – Leemage

Psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie habilité à diriger des thèses et membre de l’Académie des technologies, Serge Tisseron est aussi dessinateur et photographe.

Dès la présentation de sa thèse de médecine sous forme de bande dessinée, il s’est attaché à montrer que les images sont une forme de symbolisation du monde à part entière, au même titre que le langage parlé ou écrit. Après avoir travaillé sur les secrets de famille et nos relations aux images, ses recherches portent actuellement sur les bouleversements psychiques et sociaux entraînés par les technologies numériques et robotiques. Il a créé en 2013, l’Institut pour l’Etude de la relation Homme-Robot.

En 2018, il a fait don de ses archives à la BnF qui a souhaité rendre hommage à cet intellectuel éclectique, transdisciplinaire, inclassable et visionnaire.

En partenariat avec les Éditions Albin Michel, les Éditions Dunod et l’Académie des technologies.

Programme

13 h 30 – Accueil

14 h – Ouverture par Laurence Engel, présidente de la BnF
Signature officielle de la convention de don avec la Présidente

14 h 15 – Dialogue avec Denis Bruckmann, directeur général de la BnF

Regards croisés

Animation : Nathalie Bocher-Lenoir, présidente de Gens d’Images

14 h 35 – Les secrets de famille
Elisabeth Darchis, présidente de l’Association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok
Chantal Diamante, présidente de la Société de Thérapie Familiale IDF

15 h – Les images
Frédéric Tordo, psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique
Yann Leroux, psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique
Pierre Léna, membre de l’Académie des sciences, co-fondateur de « La Main à la pâte »

15 h 35 – La photographie
Le Manifeste de l’École inférieure de la photographie
Dialogue avec Bernard Plossu, photographe

16 h – Pause et séance de dédicace

16 h 30 – Le Rire médecin avec Caroline Simonds (Girafe) et Jean-Philippe Buzaud (Roger Chips),clowns pour les enfants à l’hôpital

16 h 45 – Pourquoi un psy à l’Académie des technologies ?
Yves Farge, membre de l’Académie des technologies

17 h – Robotique et enjeux d’avenir
Pierre-Marie Lledo, directeur du laboratoire de recherche « Perception et Mémoire » à l’Institut Pasteur, et du laboratoire « Gène et Cognition » du CNRS
Véronique Aubergé, chargée de recherche au CNRS au LIG, Chaire Robo’ethics de la fondation Grenoble INP

17 h 30 – Les « petits laboratoires d’empathie » (fédération des associations créées par Serge Tisseron)
Trois, Six, Neuf, Douze par Marie-Noëlle Clément, pédopsychiatre, directrice de l’hôpital de jour André Boulloche, Association Cerep-Phymentin
Institut pour l’étude des relations homme-robots (IERHR) par Olivier Duris, psychologue, doctorant en psychologie clinique
Développer l’empathie par le Jeu des Trois Figures (DEPJ3F) par Thérèse Auzou, doctorante en sciences de l’éducation
Pocket film empathie par Benoît Labourdette, cinéaste
Institut pour l’Histoire et la Mémoire des Catastrophes (IHMEC) par Francisca Espinoza, sociologue et Sylvaine Pettens, responsable pédagogique, INA

18 h 15 – Projection en avant-première du film Tisseron en quête de Serge, avec le soutien de la BnF

14 h-19 h Dans le foyer du Petit auditorium

  • Vitrines de manuscrits issus du don et conservés au département des Manuscrits
  • Vitrine d’objets issus de la collection de Serge Tisseron
  • Exposition de photos issues du don et conservées au département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • 30 novembre 2019, 13 h 30 – 19 h
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée libre et gratuite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : La presse de langue arménienne en France et la création d’un espace transnational

La Bibliothèque Nubar de l’UGAB (Paris) et l’université Paris-Diderot, avec le soutien du réseau Transfopress, réseau international prenant pour objet la presse allophone (http://transfopresschcsc.wixsite.com/transfopress), et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), s’associent pour organiser une journée d’étude sur le phénomène de la presse en langue arménienne comme presse allophone, en prenant pour terrain d’études la France. 

Programme

  • 9h Accueil des participants
  • 9h15-9h30 Introduction par Talar Chahinian (UCI) et Stéphanie Prévost (Université de Paris / LARCA)
  • 9h30-9h50 État des collections de périodiques arméniens en France par Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)

PANEL 1 : Les périodiques de langue arménienne en France comme patrimoine culturel
Présidence de séance : Valentina Calzolari-Bouvier (Université de Genève)

  • 9h50-10h10 Arpi Totoyan (Paris) – La réédition de Midk yev Arvest, supplément littéraire du quotidien Haratch (1976-2009) (en arménien)
  • 10h10-10h30 Vazken Khatchig Davidian (Faculty of Oriental Studies, Université d’Oxford) – In Search of « Monsieur Pierre » : Teotig’s Everyone’s Almanac in Exile and the Recovery of Cultural Memory (1920s)
  • 10h30-10h50 Discussion
  • 10h50-11h10 Pause-café

PANEL 2 : Les périodiques de langue arménienne en France, espaces de mobilisation
Présidence de séance : Houri Berberian (University of California Irvine)

  • 11h10-11h35 Vahé Tachjian (directeur de Houshamadyan) et Méliné Pehlivanian (Staatsbibliothek, Berlin) – La presse arménienne à Paris et à Berlin, entre bolchevisme et nazisme (années 1930-1940)
  • 11h35-12h Sophie Toulajian (Ens Lyon/Larhra) – Hay Baykar, périodique protestataire dans le sillon de mai 68 : de « Libération Arménienne » au « Mouvement National Arménien » (1977-1988)
  • 12h-12h25 Lerna Ekmekçioğlu (MIT, Boston) – Hai Guine, Organ of the French Armenian Women’s Union, & Gender (1947-1949)
  • 12h25-12h50 Discussion
  • 12h50-14h20 Pause-déjeuner

PANEL 3 : Repenser les identités linguistiques et littéraires par la presse
Présidence de séance : Mélanie Keledjian (Inalco)

  • 14h20-14h40 Talar Chahinian (UCI, Los Angeles) – The Armenian Press and the Forging of a New Literati in Post-WWI France
  • 14h40-15h Tork Dalalyan (Académie des Sciences d’Arménie, Erevan) – La normativisation et le développement de l’arménien occidental dans le quotidien Haratch (en arménien)
  • 15h-15h20 Discussion
  • 15h20-15h40 Pause-café

PANEL 4 : Enjeux actuels de la presse périodique arménienne en France
Présidence de séance : Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)

  • 15h45-16h05 Jiraïr Tcholakian (Paris) – Nor Haratch :
  • expériences et réflexions d’un rédacteur en chef
  • 16h05-16h25 Ari Topouzkhanian (Lyon) – Des caractères en plomb à la PAO : la contribution du mensuel Panpère au développement de la presse arménophone en diaspora
  • 16h25-16h45 Tigran Zargaryan (Fundamental Scientific Library de l’Académie des Sciences d’Arménie, Erevan) – Preserving & Digitising the French Armenian-Language press in Armenia. Views from the National Library
  • 16h45-17h05 Discussion
  • 17h05-17h30 Conclusions générales – Claire Mouradian (EHESS) et Diana Cooper- Richet (UVSQ/ Transfopress)

Comité d’organisation

  • Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)
  • Talar Chahinian (Université de Californie)
  • Mélanie Keledjian (Inalco)
  • Stéphanie Prévost (Université de Paris)
  • Adrineh Zinali (BULAC)

Comité scientifique

  • Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)
  • Valentina Calzolari Bouvier (Université de Genève)
  • Talar Chahinian (Université de Californie)
  • Bénédicte Deschamps (Université de Paris)
  • Mélanie Keledjian (Inalco)
  • Nicolas Pitsos (BULAC)
  • Stéphanie Prévost (Université de Paris)
  • Isabelle Richet (Université de Paris)
  • Taline Ter Minassian (Inalco)
  • Khachig Tölölyan (Wesleyan University)

Informations pratiques

  • INALCO, 65 Rue des Grands Moulins, Paris 13e, Auditorium du Pôle des langues et civilisations
  • Métro ligne 14 – RER C : Bibliothèque François Miterrand
  • Tram T3a : Avenue de France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Dessins originaux et fonds d’archives : quels témoins de la création pour la jeunesse en bibliothèque ? (18/11)

12e journée d’étude en Région, organisée par la Bibliothèque nationale de France avec la Bibliothèque de Tours, avec le soutien de l’Université de Tours

Argument

Dessins et manuscrits originaux, correspondances d’éditeurs, documentation de critiques… nombreux sont les documents qui constituent des témoins précieux de la création et de l’édition pour la jeunesse. Quelles sont les institutions qui les conservent, quels partenariats, notamment avec les chercheurs, sont mis en place autour de ces archives, quelle médiation mettre en œuvre pour les mettre à disposition d’un large public ?

La journée d’étude aura lieu à la Bibliothèque municipale de Tours.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
  • 9h30 Hommage à Tomi Ungerer
    Thérèse Willer, directrice du Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’illustration, Strasbourg
  • 10h Conservation et signalement : quelques définitions
    Clarisse Gadala, BnF/CNLJ
  • 10h30 Pause
  • 10h45 Témoignage de Patrice Wolf
    Dialogue avec Bérangère Rouchon-Borie, Bibliothèque municipale de Tours
  • 11h15 L’apport des archives : paroles de chercheurs
    Rencontre avec Mathilde Lévêque, Université Paris 13, Afreloce, et Sophie Heywood, Université de Reading, animée par Cécile Boulaire, Université de Tours
  • 12h30 Déjeuner libre
  • 14h Visite guidée du Centre Patrice Wolf
  • 14h30 Patrimoine et création contemporaine à la Médiathèque Françoise-Sagan
    Hélène Valotteau, Médiathèque Françoise-Sagan
  • 15h Mettre en lumière les coulisses de la création pour la jeunesse : coopération et valorisation
    Table ronde animée par Virginie Meyer, BnF/CNLJ, Noémie Ryon, Bibliothèque Robinson, Arras Emmanuelle Martinat-Dupré, Musée de l’illustration jeunesse, Moulins Joëlle Bourlois, conseillère pour le livre et la lecture, DRAC Nouvelle Aquitaine
  • 16h Témoignage de Bruno Heitz
  • 16h30 Visite guidée du Centre Patrice Wolf

Informations pratiques

  • Bibliothèque municipale de Tours, 2 avenue André Malraux 37000 Tours
  • Gratuit sur inscription auprès de Marion Caliyannis
  • Contact : marion.caliyannis@bnf.fr
  • Téléphone : 01.53.79.57.06

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Globes et sphères : deux mille ans d’histoire (7/6)

Dans le cadre de l’exposition « Le Monde en sphères » et avec le soutien du Comité français de Cartographie, la BnF organise le 7 juin 2019 un symposium qui porte sur les objets qui sont au cœur de l’exposition : les globes et sphères armillaires, instruments scientifiques et œuvres d’art marqués par une histoire pluriséculaire.

L’histoire de ces objets, qui ont incarné pendant plus de 2 000 ans le modèle sphérique de l’univers, peut être abordée sous de nombreux aspects : conception et production matérielle, cartographie terrestre ou céleste, diffusion et usages, symbolique et représentation dans les arts.

La journée d’étude se propose de porter un regard diachronique sur ce patrimoine trop souvent méconnu.

PROGRAMME

9h00 Accueil

9h15   Ouverture par Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France et Catherine Hofmann, co-commissaire de l’exposition, conservatrice en chef au département des Cartes et plans de la BnF

Première session : L’invention du modèle et sa transmission en Orient et en Occident

Président de session : François Nawrocki, co-commissaire de l’exposition, directeur-adjoint de la bibliothèque Sainte-Geneviève

9h45    James Evans, historien de l’astronomie, University of Puget Sound (USA)

Globes et cadrans solaires : avec une attention particulière à une statuette d’Atlas portant une sphère creuse trouvée à Tor Paterno (Latium)

10h15 Elly Dekker, historienne des modèles et instruments astronomiques

The celestial globe of Gerbert of Aurillac: its place in the history of celestial cartography

10h45 pause

11h00  Taha Yasin Arslan, chercheur à l’université Medeniyet, département d’Histoire des sciences (Istanbul)

Seizing the Heavens: Making Celestial Globes

11h30  Anna Caiozzo, professeur d’histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne

L’imaginaire de la sphère dans la culture visuelle du monde musulman médiéval

Deuxième session : L’évolution du modèle et sa diffusion a l’époque moderne

Présidente de session : Hélène Richard, conservateur général honoraire des bibliothèques

14h00  François Nawrocki

L’Amérasie du Globe doré : invention et déconstruction d’un continent (1526-1538)

14h30  Anthony Turner, historien des sciences

Globes et horloges : prolégomènes à une analyse historique

15h00  Martin Vailly, doctorant en histoire, European University Institute – EHESS

La sphère et son manuel : les globes terrestres en tension entre théories et matérialité (1660-1715)

15h30 pause

 15h45 Catherine Hofmann et Eve Netchine

Le globe du Dauphin (1789) : archaïsmes et modernité d’un objet gigogne

16h15  Jan Mokre, directeur du département des Cartes et du musée des Globes, Österreichische Nationalbibliothek

The development of new types of terrestrial globes in the 19th and early 20thcenturies

 17h – 19h Visite de l’exposition par groupes de 15 personnes (sur inscription préalable le jour même)

Informations pratiques

Edme Mentelle, Jean Tobie Mercklein, Globe terrestre et céleste pour l’éducation du dauphin, 1786-1789.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Naissance et diffusion du roman anglophone en France

Cette journée d’étude vise à croiser les professionnels de la littérature anglophone et des bibliothèques, qui disposent de fonds importants ou spécifiques dans ce domaine. Elle permettra de valoriser les collections patrimoniales de la BnF et d’appréhender le paysage national autour du patrimoine culturel et littéraire anglophone. Un public varié, composé d’étudiants, de bibliothécaires, de chercheurs, de documentalistes et d’amateurs sera convié autour d’interventions d’experts, de démonstrations (Gallica, CCFr) et de questionnements sur la naissance et la diffusion du roman anglophone en France, ainsi que sur le signalement, l’histoire et la numérisation de certains fonds.

La littérature américaine est surtout connue pour ses récits d’exploration et de colonisation, ses traités, ses sermons teintés de théologie et pour l’exaltation de ses vertus républicaines au XVIIIe siècle. Or si l’on revient sur les premières formes de romans américains, on y découvre des récits autour de la nouvelle nation des États-Unis dans un contexte de développement d’une industrie du livre encore hésitante. Tandis qu’en Angleterre, Daniel Defoe inaugure le roman à portée morale avec Robinson Crusoë (1719) et Moll Flanders (1722), l’américain Charles Brockden Brown offre, quelques années plus tard, une nouvelle liberté au roman gothique américain avec Wieland ; or, The Transformation : An American Tale (1798), explorant l’ambiguïté du réel. Du début du XVIIIe siècle jusqu’à la période victorienne, le roman anglophone va connaître de multiples évolutions : narrations s’apparentant aux récits d’exploration, écriture didactique, témoignages sur l’expérience de l’esclavage, aventures rocambolesques ou frissons gothiques… De nombreux pionniers de ce genre nouveau restent encore obscurs. Il s’agira de les découvrir ou de les relire à l’éclairage des regards contemporains.

Parallèlement à ces évocations d’un genre littéraire qui a connu de profondes mutations au cours des siècles, cette journée d’étude permettra de découvrir des fonds en littérature anglophone dont les provenances et les histoires sont très diverses, permettant de comprendre les modalités de diffusion du roman anglophone en France. L’exemple de la Bibliothèque de Saint Omer, qui conserve des fonds en littérature anglaise du IXè au XIXè siècle, issus d’un collège de Jésuites anglais et qui a également bénéficié d’un don de livres contemporains (XIXè-XXè siècle) par le Comité Canadien pour la reconstruction dans les années 1940, permettra d’aborder un volet de l’histoire de ces fonds anglophones en France. Cette cession sera complétée par une présentation dynamique de fonds et d’éditions anglophones anciennes, recensés et signalés dans le Catalogue Collectif de France, un portail qui permet de localiser sur tout le territoire des collections parfois uniques.

Dans un second temps, l’après-midi proposera de découvrir l’histoire et l’actualité de bibliothèques américaines, irlandaises et anglophones à Paris et en région. Fondée en 1920, l’American Library in Paris témoigne de la volonté des États-Unis d’envoyer des livres aux soldats américains à la fin de la Première Guerre mondiale et de fournir aux lecteurs en France le meilleur de la littérature et de la culture américaine. Aujourd’hui, la Bibliothèque Américaine de Paris est la plus grande bibliothèque de prêt d’ouvrages en langue anglaise en Europe, avec un programme culturel très dense.

Fortement liée à l’histoire de l’American Library in Paris, la Bibliothèque anglophone d’Angers touche un public varié d’étudiants et d’universitaires mais aussi d’enfants et d’adultes et a développé un fonds documentaire en langue anglaise disponible sur tout le département de Maine-et-Loire avec de nombreuses actualités culturelles.

Enfin, la bibliothèque patrimoniale du Centre Culturel irlandais de Paris date de 1775, avec la fondation d’un Collège des irlandais. Regroupant des ouvrages en théologie, philosophie, géographie et histoire allant du XVè au XIXè siècle, elle offre une bibliothèque numérique en ligne permettant d’admirer des manuscrits enluminés, l’Histoire des rois d’Angleterre (1500) et des trésors patrimoniaux. Quant à la médiathèque, elle propose plus de 8000 documents en anglais et de nombreuses activités, notamment des résidences d’auteurs ou d’artistes irlandais.

À l’issue de cette cession, des trésors en littérature anglophone numérisés seront présentés afin de découvrir des ouvrages précieux conservés à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France. 

Programme

Matinée animée par Marie-Françoise Cachin, Professeur émérite à l’université Paris VII-Denis Diderot, spécialiste de littérature britannique (époque victorienne), et de traduction littéraire.

  • Isabelle Bour, professeur d’études anglaises du XVIIIe siècle à la Sorbonne Nouvelle.

« Quel roman est né en Angleterre au début du XVIIIe siècle ? »

  • Nathalie Collé, Maître de conférence, Université de Lorraine.

« Le roman anglophone entre l’Angleterre et la France au XVIIIe siècle : place et rôle de l’illustration dans la diffusion et la réception de quelques œuvres de Defoe, Fielding, Smollett et Sterne »

  • Michael Roy, Maître de conférence, Paris Nanterre.

« L’esclavage aux États-Unis, sous toutes ses faces, avec toutes ses douleurs » : le roman antiesclavagiste américain en France dans les années 1850

  • Jean-Didier Wagneur, BnF

« Le rire anglo-saxon fin de siècle »

Après-midi animée par Isabelle Le Pape, chargée de collection en littérature anglophone, modératrice

1 Histoire et signalement de fonds anglophones en France

  • Remy Cordonnier : responsable des fonds anciens de la bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer, en fonction depuis novembre 2011. Docteur en histoire de l’art, chercheur associé de l’Institut de recherches histories du septentrion (Université de Lille), et de l’institut d’études médiévales de L’université nouvelle de Lisbonne.

« Des jésuites à l’UNESCO : le pourquoi du fonds anglais de la BAPSO. »

Résumé : La redécouverte, il y a une dizaine d’années, de liens prestigieux entre Saint-Omer et le monde anglo-américain, a entrainé toute les acteurs culturels de l’agglomération à explorer et à exploiter cette veine patrimoniale. La bibliothèque n’était pas en reste et c’est ainsi que furent « redécouvert » les fonds d’origine anglaise de la BAPSO, et que furent révélés leurs trésors.

  • Alexandre Faye (BnF/DSR/DCP/CCF) : signalement et présentation d’une sélection de fonds sur le CCFr

2 Diffusion d’ouvrages américains et irlandais en France

  • Jeffrey Hawkins, director of the American Library in Paris
  • Phoebe Marshall-Raimbeau, Director, English-language Library in Angers, Bibliothèque Anglophone.

« Le Fabuleux Destin de la Bibliothèque Anglophone d’Angers : 25 ans de développement d’une petite bibliothèque qui aime se présenter comme « The little library with a big attitude ».

  • Carole Jacquet, Responsable des ressources documentaires, Centre Culturel Irlandais.

« Les collections du Centre Culturel Irlandais »

  • Stéphane Lecouteux, Bibliothèque d’Avranches.

3 Trésors de littérature anglophone

  • Jean-Marc Châtelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF, présentation de trésors en littérature anglaise et américaine numérisés Suivi d’une table-ronde 

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Dessin satirique et écologie (21/3)

cop. TRAX.

Apparu à la fin du XIXe siècle dans l’univers scientifique, le terme « écologie » est passé dans le langage courant à partir des années 1970 en même temps que naissait une nouvelle conscience sur la fragilité de l’environnement. Pollutions de toutes natures, disparition des espèces animales et végétales, menaces du nucléaire, recherches de nouvelles sources d’énergie : autant de questions abordées très sérieusement dans le mensuel La Gueule ouverte, créé en 1972 par Pierre Fournier, dessinateur et journaliste à Charlie Hebdo. Fermé définitivement en 1980, le « journal de l’écologie politique » (unique en son genre), sous-titré le journal qui annonce la fin du monde, accueillait le talent de nombreux dessinateurs parmi lesquels Cabu, Gébé, Reiser, Willem ou Wolinski. La journée d’étude permettra à Jacky Houdré, collectionneur de journaux satiriques, d’en présenter les temps forts. Cinquante ans après, l’avenir de la planète est devenu une préoccupation majeure pour tous. On verra comment les dessinateurs de presse Alain Dubouillon Robert Rousso et la dessinatrice Trax commentent la gravité du sujet par des jeux graphiques originaux et pleins d’humour.

Programme

9h30 Accueil

10h Introduction à la journée du dessin de presse (dans le cadre du CLEMI) 
Présidente d’honneur du dessin de presse : Sylvie Aubenas

Dessin satirique et écologie : actualité brûlante : collections de la BnF et Ridiculosa n°26
Martine Mauvieux, département Estampes et photographie, BnF et Jean-Claude Gardes (Eiris-HCTI, université de Brest) 

10h30 Ecologies et leur reflet dans l’image satirique
Alain Deligne, professeur, Université de Münster et Jean-Claude Gardes, Eiris-HCTI, Université de Brest

11h15 Croquer le monde avant qu’il ne nous croque
Alain Dubouillon, dessinateur de presse, Le ProgrèsLyon Poche, L’Equipe

11h45 Débat

14h La Gueule ouverte : journal de l’écologie politique qui annonce la fin du monde (1972 -1980)
Jacky Houdré, collectionneur de journaux satiriques et membre de l’Eiris

14h30 Comment va la terre ?
Robert Rousso, dessinateur de presse (Siné Hebdo et MensuelZélium) avec Placide

15h Sécheresse en Iran : le pays joue sa survie
Margarethe Potocki, Université de Clermont-Ferrand

15h30 Dessiner parce qu’il n’y a pas de quoi rire !
TRAX, dessinatrice de presse (Le Ravi, Zélium, Barricade) 

Débat
En soirée
Remise du 6e Trophée Presse Citron/ BnF en partenariat avec l’École Estienne 
à la Mairie du 13e arr. de Paris (sur invitation)

Informations pratiques

Avec l’association Équipe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Image Satirique (E.I.R.I.S.) et dans le cadre de la 30 e édition de la Semaine de la presse et des médias organisée par le CLEMI.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Péladan, l’art et l’avant-garde


Joséphin Péladan

Joséphin Péladan (1859-1918) est une figure représentative de l’époque symboliste. Il fonda en 1888 une loge maçonnique, l’ordre de la Rose-Croix. Cette journée d’étude est organisée à l’occasion du centième anniversaire de sa disparition.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d ‘étude : « Les Nadar, une légende photographique » (2/2/19)


Paul Nadar, Joséphine Baker, vers 1930, BnF, département des Estampes et de la photographie

Programme

Matinée 

10h Introduction 
par Antoine Compagnon, (sous réserve)

10h30 Mon itinéraire Nadar
par Roger Greaves, écrivain, journaliste, éditeur et premier biographe de Nadar 

11h La Bohème de Félix Nadar,
par Jean-Didier Wagneur, ancien coordinateur scientifique de la numérisation (BnF) et chercheur au sein du CSLF (Centre des Sciences des Littératures en langue Française) Université Paris Nanterre 

11h30 Nadar et l’authenticité photographique, ou l’héritage de Quand j’étais photographe
par Paul-Louis Roubert, maître de conférences à l’université de Paris VIII

12h Nadar et les cultures visuelles
par Bernd Stiegler, professeur d’histoire de la littérature à l’université de Constance (All)

12h30 Discussion

Après midi 

14h30 La conférence de Paul Nadar
par Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la Photographie de Lille et co-commissaire de l’exposition Nadar

15h Une ressource méconnue, les fonds Nadar conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris et au musée Carnavalet
Par Juliette Jestaz, conservatrice des manuscrits, livres rares et cartes et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris

15h30 Les Nadar, une histoire sans fin ? Perspectives de la recherche sur les Nadar
par Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF et co-commissaire de l’exposition Nadar

16h Paul Nadar cinéaste amateur, présentation d’une œuvre méconnue 
par Laurent Mannoni, directeur scientifique du Patrimoine et du Conservatoire des techniques à la Cinémathèque française

16h30 Discussion

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : L’art médiéval est-il contemporain ? Pour un décloisonnement des regards

Comment et pourquoi l’art du Moyen Âge, et en particulier l’art alto-médiéval, a-t-il irrigué la création contemporaine depuis les années 1950 ? Que lui a-t-il apporté ? Cette journée d’études a pour objectif de proposer des lectures croisées des deux périodes : elle questionnera la manière dont les artistes contemporains et les historiens de l’art contemporain perçoivent l’art du Moyen Âge et inversement, la façon dont les historiens de l’art médiévistes comprennent les échos de la création et de l’esthétique du Moyen Âge dans l’art contemporain.

Organisée dans le cadre de l’exposition Make it New, qui met en regard les poèmes figurés de la louange à la Sainte Croix de Raban Maur avec un ensemble d’œuvres d’artistes conceptuels, minimalistes et du Land Art, elle s’inscrit dans la continuité de l’atelier qui s’est tenu à l’INHA en 2016 autour des liens entre art médiéval et art contemporain.

Autour de l’exposition Make it New. Conversations avec l’art médiéval. Carte blanche à Jan Dibbets jusqu’au 10 février 2019 – Galerie 1 Make it New : d’après l’expression d’Ezra Pound (1885-1972)appelant au renouvellement des formes poétiques.

Programme

  • 9 h 30 Ouverture Denis Bruckmann, directeur général adjoint, directeur des collections, Bibliothèque nationale de France
  • 9 h45 Introduction Éric de Chassey, directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art
  • Présidente de séance : Larisa Dryansky
  • 10 h 15 Au-delà des périodisations par Nancy Thebaut (Université de Chicago)
  • 10 h 45 Suitcases par Amy Knight Powell (Université de Californie, Irvine)

11 h 15 – 11 h 30 pause

Président de séance: Erik Verhagen

  • 11 h 30 L’artiste conceptuel à son pupitre par Valérie Mavridorakis (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h 00 Qui était Jean Fouquet pour François Robertet ? Une autorité dans l’art de la fin du Moyen Âge par Elliot Adam (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h30 L’art conceptuel est-il thomiste ? L’exemple de Michael Craig-Martin  par Benjamin Riado (docteur en esthétique et sciences de l’art, agrégé d’arts plastiques)

13 h – 14 h 30 déjeuner

Présidente de séance: Charlotte Denoël

  • 14 h30 All form is a process of notation: Looking at medieval carmina figurata with Dick Higgins and Boethius par Aden Kumler (Université de Chicago)
  • 15 h 00 La toolbox mathématique des enlumineurs des VIIIe-IXe siècles par Isabelle Marchesin (INHA)
  • 15 h30 De luce. Le minimalisme filmique de Hollis Frampton et la métaphysique scolastique de la lumière par Larisa Dryansky (Sorbonne Université / Centre André Chastel)

16 h – 16 h 15 pause

Présidente de séance: Isabelle Marchesin

  • 16 h 15 The Medieval Performative Image and Contemporary Installation Art par Bissera Pentcheva (Université de Stanford)
  • 16 h 45 Sang des images et christianisation des affects : les performances de Gina Pane au prisme des enluminures médiévales, par Janig Bégoc (Université de Strasbourg)
  • 17h 15 Table ronde avec Jan Dibbets et Franz E. Walther

Organisation scientifique

  • Charlotte Denoël, BnF
  • Larisa Dryansky, Sorbonne Université/Centre André Chastel
  • Isabelle Marchesin, INHA
  • Erik Verhagen, Université polytechnique Hauts-de-France/Calhiste (équipe d’accueil 4343)
  • Avec le soutien de la galerie Jocelyn Wolff, Paris

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les instruments scientifiques et les livres

Au moment de la publication du Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France par Anthony Turner avec Taha Arslan et Silke Ackermann (co-édition Brepols / BnF, 2018), il a semblé opportun de consacrer une journée d’étude à la place des instruments dans les bibliothèques et plus largement à la relation entre les livres et les instruments. Cette journée se tiendra à la Bibliothèque de l’Arsenal, qui fait partie, avec le département des Monnaies, médailles et antiques et celui des Cartes et plans, des trois départements de la BnF couverts par le catalogue.

Programme

  • 14 h : Accueil : Olivier Bosc, directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal, et Catherine Hofmann, conservatrice au département des Cartes et plans
  • 14 h 15 : The Circulation of Knowledge of Instruments in the Islamic World : Taha Y. Arslan, chercheur au département d’Histoire des sciences de l’université Medeniyet à Istanbul
  • 14 h 45 : L’Astrolabe et le livre en France au seizième siècle : Anthony Turner, historien indépendant
  • 15 h 15 : The Horary quadrant and the Book in mid-17th Century England : Jim Bennet, ancien directeur du Musée d’Histoire des Sciences, Oxford
  • 15 h 45 :  La Représentation des instruments dans la presse du XIXe siècle : Paolo Brenni, chercheur au CNRS-Italie, Président de la Scientific Instrument Society
  • 16 h 30 Pause
  • 17 h : La Pendule aux quatre continents de la bibliothèque de l’Arsenal : enjeux esthétiques et résultats d’une restauration : Sophie Nawrocki, conservatrice à la Bibliothèque de l’Arsenal, Jean Perfettini et Elisabeth Grall, restaurateurs
  • 17 h 30 : Examen commenté de la ‘Pendule aux quatre continents’ et/ou Présentation des instruments exposés issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques et du département des Cartes et plans
Couverture de : Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France

Informations pratiques

  • Mardi 22 janvier 2019, 14h-18h30
  • Bibliothèque de l’Arsenal, 1, rue de Sully – Paris 4e
  • Entrée libre sur inscription 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Jean Babelon (1889-1978), une passion chaleureuse (8/12)

REPORT DE LA JOURNÉE 

La journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40eanniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe (prom. 1910) et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961) prévue le samedi 8 décembre est reportée, probablement en février 2019 (sous réserve).

Jean Babelon, né le 19 janvier 1889, mort le 20 avril 1978

Le 8 décembre, l’École nationale des chartes accueille la journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40e anniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961), sous le patronage de l’Institut de France – Académie des inscriptions et belles-lettres.

La journée est organisée par Jean-Pierre Babelon, de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de numismatique).

Argument

Ancien élève de l’École nationale des chartes et de l’Institut des hautes études hispaniques, docteur ès-lettres, ancien combattant, prisonnier de guerre en 14-18, Jean Babelon consacra toute sa vie professionnelle (1913-1961) au Cabinet des médailles de la BnF, que son père Ernest Babelon avait dirigé de 1892 à 1924 et qu’il dirigea à son tour de 1937 à octobre 1961. Il avait, entre autres, assuré la sauvegarde des prestigieuses collections du Cabinet des médailles pendant la guerre et l’Occupation (1939-1945) et accueilli la Société française de numismatique en lui permettant de se domicilier rue de Richelieu.

Jean Babelon ne fut pas seulement un éminent numismate, spécialiste mondialement connu des monnaies grecques, des portraits des empereurs romains, des médailles et des antiques. Il fut aussi un remarquable écrivain, grand connaisseur de l’Espagne et de ses personnages célèbres (souverains, écrivains, artistes, conquistadores…). Il était un esthète, sachant faire partager sa passion de l’art, de la littérature latine, des peintres prestigieux (Titien, Goya, Le Greco…), de saint Louis aussi bien que de la reine Margot, de Benvenuto Cellini ou de Germain Pilon.

Établie en 1978, sa bibliographie officielle comprend 372 titres. À cela doivent encore être ajoutées les communications qu’il prononça dans les deux sociétés qui le portèrent à leur présidence d’honneur, la SFN et la SENA. Ces écrits révèlent la culture encyclopédique de cet « honnête homme » dont la modestie et la bienveillance n’eurent d’égales que l’étendue et la variété de son savoir.

Quarante ans après sa disparition, ses œuvres témoignent de la vivante actualité et de la permanence de ses enseignements.

Programme

  • 9 h : accueil des participants
  • 9 h 15 : mot d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes

Présidence : Christian Charlet

  • 9 h 30 : Jean-Pierre Babelon (Académie des inscriptions et belles-lettres),« Jean Babelon, une passion chaleureuse »

L’homme de lettres

  • 10 h 10 : Jean-Louis Charlet (Université d’Aix-Marseille),« Jean Babelon latiniste »
  • 10 h 35 : François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon poète »
  • 11 h : pause

Présidence : Cécile Morrisson

L’historien d’art

  • 11 h 30 : Béatrice Coullaré (Musée du 11 Conti, Monnaie de Paris), « Aréthuse et l’engagement éditorial de Jean Babelon »
  • 11 h 55 : Claude Brenot (Société nationale des Antiquaires de France ; Société française de Numismatique), « L’enseignement de Jean Babelon au Louvre et l’âme des monnaies »
  • 12 h 20 : Cécile Colonna (Institut national d’Histoire de l’art), « Jean Babelon et les collections Caylus, Janzé et Oppermann »
  • 12 h 45 : déjeuner

Présidence : Jean-Pierre Babelon

L’historien

  • 14 h 30 : Marion Delcamp (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), « Jean Babelon, Les monnaies racontent l’Histoire : quelques nouvelles perspectives »
  • 14 h 55 : Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Sur une médaille d’Andrés Bello, premier précepteur de Simón Bolívar »

Le conservateur

  • 15 h 20 : Inès Villela-Petit (Conservatrice du Patrimoine), « L’affaire Beistegui »
  • 15 h 45 : pause

Présidence : Claude Brenot

Le numismate

  • 16 h 15 : Laurent Schmitt (Président d’honneur de la Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique), « Jean Babelon etLa monnaie grecque de Franke et Hirmer »
  • 16 h 40 : Thibault Cardon (CNRS), « Monnaies de Louis IX, monnaies de saint Louis »
  • 17 h 05 : Philippe Schiesser (Président de la Société d’Études numismatiques et archéologiques), « Jean Babelon, premier président d’honneur de la SENA »
  • 17 h 30 : Christan Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon, les Sociétés numismatiques et les revues de numismatique »

Informations pratiques

Logos des organisateurs

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Droit(s) et apparence vestimentaire – du singulier au pluriel

La manière de s’habiller peut n’être que la traduction d’un besoin (climatique, professionnel…) ou, au contraire, être lourdement signifiante (uniformes, vêtements religieux ou traduisant un signal sexuel…).

Comme chaque année, la Bibliothèque nationale de France, l’Institut de Recherche pour un Droit Attractif (Université Paris 13) et le Centre de recherche juridique Pothier (Université d’Orléans), avec le soutien du LabEx ICCA, organisent un travail de réflexion susceptible d’apporter aux juristes le bénéfice d’une approche pluridisciplinaire et professionnelle sur une problématique contemporaine (et souvent même, intemporelle). Les collections exceptionnelles de la BnF permettent, non seulement de richement illustrer les démonstrations présentées, mais, aussi et surtout, d’apporter des compléments historiques et iconographiques indispensables à la compréhension de tout phénomène propre à l’humanité.

La vêture peut être futilité ou simple utilité, comme au contraire, lourdement signifiante : vêtements religieux, parures des chefs… La mode se situe probablement quelque part entre ces deux extrêmes et mérite également l’intérêt. Comme l’écrivait Georg Simmel : « La mode est l’imitation d’un modèle donné, et ce faisant elle répond au besoin qu’a l’individu d’être soutenu par la société ». Mais, par ailleurs, c’est elle, également, qui, a contrario, permet à l’individu qui le souhaite de se démarquer.
C’est donc de l’apparence de l’être humain dont il sera ici question, mais de l’être humain vêtu. La manière de s’habiller peut n’être que la traduction d’un besoin (climatique, professionnel…) ou, au contraire, être lourdement signifiante (uniformes, vêtements religieux ou traduisant un signal sexuel…). Le vêtement peut être, également, l’expression de deux comportements contraires : la volonté de se singulariser (parures des chefs, habillements des « incroyables » ou des « zazous » de chaque époque…) ou celle de se fondre dans un moule commun (effets de mode, expression collective d’un groupe…). L’apparence vestimentaire, au croisement de ces différentes appréhensions, nous place à l’intersection de l’individuel et du collectif, tiraillés et en recherche d’un équilibre, un peu comme en Droit, où, sans cesse, l’on doit composer entre liberté du citoyen et obligations sociales.
Dès lors, l’apparence vestimentaire mérite d’être appréhendée tant dans ses aspects juridiques, culturels et artistiques que dans ses implications sociétales et patrimoniales.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h30 Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale, BnF
    Anne Fauchon, Doyen de la Faculté de Droit, Sciences politiques et sociales, Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité
  • 9h45 Introduction : « Utilités, identités, usages »
    Didier Guével
    , Professeur, Doyen honoraire de la Faculté Droit Sciences politiques et sociales, Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité, illustré par Hélène Raymond, Coordinatrice scientifique de la numérisation, Département Droit, économie, politique, BnF
  • 9h55 Témoignage d’un couturier : Gustavo Lins

Enjeux patrimoniaux et artistiques
Présidence : Mustapha Mekki, Professeur à l’Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité

  • 10h15 Enjeux de patrimoine
    La collection Gaignières ou la construction d’une histoire du costume
    Anne Ritz-Guilbert, Historienne de l’art HDR, Equipe de recherche de l’Ecole du Louvre
    La mode dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF
    Corinne Le Bitouzé, adjointe à la Directrice du Département des estampes et de la photographie, BnF
    Les enjeux liés aux collections de mode – l’exemple de Madeleine Vionet
    Lydia Kamitsis, Historienne de la mode, Conservatrice
  • Débats
  • 11h30 Enjeux de création
    Mode et propriété industrielle
    Géraldine Goffaux Callebaut, Professeur à l’Université d’Orléans
    Protection du défilé par la propriété littéraire et artistique
    Nathalie Blanc, Professeur à l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité
    La mode dans la jurisprudence américaine
    Jean-Christophe Roda, Professeur à l’Université Lyon 3

Débats

  • 13h Enjeux de société et de pouvoir
    Présidence : Catherine Aurérin, Directrice du département Droit, économie, politique, BnF
  • 14h15 Témoignage d’un photographe : Charles Fréger
  • 14h35 Enjeux de société
    Dits et non-dits de l’apparence vestimentaire
    Xavier Chaumette, Historien de la mode
    Droit du travail et tenue vestimentaire
    Laurent Gamet, Professeur à l’Université Paris Est Créteil
    Droit pénal et tenue vestimentaire
    Stéphane Detraz, Maître de conférences à l’Université Paris Sud
    Droit fiscal et tenue vestimentaire
    Anne Fauchon, Maître de conférences HDR à l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité, Doyen de la faculté Droit Sciences politiques et sociales

Débats

  • 16h20 Enjeux de pouvoir
    Costumes du monde du droit
    Emmanuel Pierrat, Avocat et écrivain, Conservateur du Musée du Barreau et Secrétaire général du Musée Yves Saint Laurent Paris
    Quand le cinéma habille le juge et déshabille la Justice
    Nathalie Goedert, Maître de conférences HDR à l’Université Paris Sud

Débats

  • 17h15 Propos conclusifs
    Anne-Emmanuelle Kahn, Maître de conférences HDR à l’Université Lyon 2

Organisé avec l’Institut de Recherche pour un Droit Attractif (Université Paris 13) et le Centre de recherche juridique Pothier (Université d’Orléans), avec le soutien du LabEx ICCA.

Informations pratiques

Image de une : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5816205t/f34.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier : Penser, classer, modéliser. L’exemple du projet Foucault Fiches de Lecture. (13/11)

Inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la BnF, le programme de recherche Corpus a pour objectif de construire un nouveau service de fourniture de corpus numériques à destination de la recherche. Un des axes explorés dans le cadre de ce projet consiste à accompagner les chercheurs dans leur appropriation des collections numériques. À cet effet, des ateliers d’échange sont régulièrement organisés entre des équipes de recherche partageant des enjeux méthodologiques, scientifiques et techniques similaires, ainsi que les personnels BnF experts des sujets abordés.
Cette année, nous suivons en particulier le travail de l’équipe de recherche travaillant sur le projet ANR Foucault Fiches de Lecture (FFL), dont le Service des manuscrits modernes et contemporains de la BnF est partenaire, afin d’étudier ses besoins en matière d’utilisation des données bibliographiques et plus globalement, sa pratique des humanités numériques. L’atelier « Penser, classer, modéliser », organisé en collaboration avec l’équipe travaillant sur le projet FFL et le département des Métadonnées de la BnF, se présente comme l’occasion de réfléchir ensemble, à partir d’un exemple concret, à des aspects de la modélisation et de l’enrichissement de données.


Le projet FFL a pour but de numériser, mettre en ligne, décrire et enrichir les manuscrits de notes de lecture de Michel Foucault, en utilisant une plate-forme numérique de travail collaboratif. Un prototype développé par l’équipe permet déjà de consulter les feuillets numérisés (environ 5700 feuillets actuellement), de les décrire et de les annoter : chaque utilisateur peut à la fois produire des métadonnées mutualisées et enregistrer des annotations privées. Basé sur les technologies RDF, le prototype permet également d’enrichir ces informations par un système de mashup et d’alignement avec les données bibliographiques et biographiques de data.bnf.fr1. Le projet vise ainsi à constituer une base de connaissances sur les sources de Foucault, ainsi qu’un référentiel terminologique du vocabulaire utilisé par le philosophe.

Parallèlement, des transcriptions seront réalisées, au moins pour une partie du corpus, en s’appuyant sur les fonctionnalités de la plate-forme eman. Afin de faciliter ce travail, l’utilisation du logiciel Transkribus (reconnaissance automatique d’écriture manuscrite) est envisagée : les résultats des tests réalisés2 laissent espérer que l’équipe disposera bientôt d’une grande quantité de textes produits automatiquement, qui serviront  de base pour la transcription manuelle, tout en permettant une indexation plein texte du corpus.

Il s’agit donc de réfléchir à l’articulation des données textuelles (provenant du relevé manuel des titres de fiches aussi bien que des transcriptions intégrales automatiques) avec les métadonnées renvoyant à des entités nommées (concepts, personnes, documents). Comment exploiter au mieux, structurer et harmoniser les différents types de données ? Un premier axe de travail consisterait à s’appuyer sur les index de notions réalisés pour les Cours au Collège de France, mais aussi sur des thesauri comme Rameau. Un deuxième axe serait d’utiliser les entités nommées déjà créées pour faciliter la correction des transcriptions automatiques et, réciproquement, d’utiliser les transcriptions pour le repérage et la création de nouvelles entités.

Modalités pratiques

Quand ? 13 novembre 2018, 14 – 17h30

Où ? Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand (Quai François Mauriac, 75013 Paris), salle : Aquarium.

Comment ? Entrée libre sur réservation via cette page.

  1. Voir la présentation de ces fonctionnalités donnée lors de l’atelier Corpus précédent, le 10/07/2018 :
    https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/3226/files/2018/07/Slides_atelier_bnf_Corpus_2.pdf []
  2. https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-01794139v1 []