Archives par mot-clé : Journée d’étude

Journée d’étude : Globes et sphères : deux mille ans d’histoire (7/6)

Dans le cadre de l’exposition « Le Monde en sphères » et avec le soutien du Comité français de Cartographie, la BnF organise le 7 juin 2019 un symposium qui porte sur les objets qui sont au cœur de l’exposition : les globes et sphères armillaires, instruments scientifiques et œuvres d’art marqués par une histoire pluriséculaire.

L’histoire de ces objets, qui ont incarné pendant plus de 2 000 ans le modèle sphérique de l’univers, peut être abordée sous de nombreux aspects : conception et production matérielle, cartographie terrestre ou céleste, diffusion et usages, symbolique et représentation dans les arts.

La journée d’étude se propose de porter un regard diachronique sur ce patrimoine trop souvent méconnu.

PROGRAMME

9h00 Accueil

9h15   Ouverture par Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France et Catherine Hofmann, co-commissaire de l’exposition, conservatrice en chef au département des Cartes et plans de la BnF

Première session : L’invention du modèle et sa transmission en Orient et en Occident

Président de session : François Nawrocki, co-commissaire de l’exposition, directeur-adjoint de la bibliothèque Sainte-Geneviève

9h45    James Evans, historien de l’astronomie, University of Puget Sound (USA)

Globes et cadrans solaires : avec une attention particulière à une statuette d’Atlas portant une sphère creuse trouvée à Tor Paterno (Latium)

10h15 Elly Dekker, historienne des modèles et instruments astronomiques

The celestial globe of Gerbert of Aurillac: its place in the history of celestial cartography

10h45 pause

11h00  Taha Yasin Arslan, chercheur à l’université Medeniyet, département d’Histoire des sciences (Istanbul)

Seizing the Heavens: Making Celestial Globes

11h30  Anna Caiozzo, professeur d’histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne

L’imaginaire de la sphère dans la culture visuelle du monde musulman médiéval

Deuxième session : L’évolution du modèle et sa diffusion a l’époque moderne

Présidente de session : Hélène Richard, conservateur général honoraire des bibliothèques

14h00  François Nawrocki

L’Amérasie du Globe doré : invention et déconstruction d’un continent (1526-1538)

14h30  Anthony Turner, historien des sciences

Globes et horloges : prolégomènes à une analyse historique

15h00  Martin Vailly, doctorant en histoire, European University Institute – EHESS

La sphère et son manuel : les globes terrestres en tension entre théories et matérialité (1660-1715)

15h30 pause

 15h45 Catherine Hofmann et Eve Netchine

Le globe du Dauphin (1789) : archaïsmes et modernité d’un objet gigogne

16h15  Jan Mokre, directeur du département des Cartes et du musée des Globes, Österreichische Nationalbibliothek

The development of new types of terrestrial globes in the 19th and early 20thcenturies

 17h – 19h Visite de l’exposition par groupes de 15 personnes (sur inscription préalable le jour même)

Informations pratiques

Edme Mentelle, Jean Tobie Mercklein, Globe terrestre et céleste pour l’éducation du dauphin, 1786-1789.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Naissance et diffusion du roman anglophone en France

Cette journée d’étude vise à croiser les professionnels de la littérature anglophone et des bibliothèques, qui disposent de fonds importants ou spécifiques dans ce domaine. Elle permettra de valoriser les collections patrimoniales de la BnF et d’appréhender le paysage national autour du patrimoine culturel et littéraire anglophone. Un public varié, composé d’étudiants, de bibliothécaires, de chercheurs, de documentalistes et d’amateurs sera convié autour d’interventions d’experts, de démonstrations (Gallica, CCFr) et de questionnements sur la naissance et la diffusion du roman anglophone en France, ainsi que sur le signalement, l’histoire et la numérisation de certains fonds.

La littérature américaine est surtout connue pour ses récits d’exploration et de colonisation, ses traités, ses sermons teintés de théologie et pour l’exaltation de ses vertus républicaines au XVIIIe siècle. Or si l’on revient sur les premières formes de romans américains, on y découvre des récits autour de la nouvelle nation des États-Unis dans un contexte de développement d’une industrie du livre encore hésitante. Tandis qu’en Angleterre, Daniel Defoe inaugure le roman à portée morale avec Robinson Crusoë (1719) et Moll Flanders (1722), l’américain Charles Brockden Brown offre, quelques années plus tard, une nouvelle liberté au roman gothique américain avec Wieland ; or, The Transformation : An American Tale (1798), explorant l’ambiguïté du réel. Du début du XVIIIe siècle jusqu’à la période victorienne, le roman anglophone va connaître de multiples évolutions : narrations s’apparentant aux récits d’exploration, écriture didactique, témoignages sur l’expérience de l’esclavage, aventures rocambolesques ou frissons gothiques… De nombreux pionniers de ce genre nouveau restent encore obscurs. Il s’agira de les découvrir ou de les relire à l’éclairage des regards contemporains.

Parallèlement à ces évocations d’un genre littéraire qui a connu de profondes mutations au cours des siècles, cette journée d’étude permettra de découvrir des fonds en littérature anglophone dont les provenances et les histoires sont très diverses, permettant de comprendre les modalités de diffusion du roman anglophone en France. L’exemple de la Bibliothèque de Saint Omer, qui conserve des fonds en littérature anglaise du IXè au XIXè siècle, issus d’un collège de Jésuites anglais et qui a également bénéficié d’un don de livres contemporains (XIXè-XXè siècle) par le Comité Canadien pour la reconstruction dans les années 1940, permettra d’aborder un volet de l’histoire de ces fonds anglophones en France. Cette cession sera complétée par une présentation dynamique de fonds et d’éditions anglophones anciennes, recensés et signalés dans le Catalogue Collectif de France, un portail qui permet de localiser sur tout le territoire des collections parfois uniques.

Dans un second temps, l’après-midi proposera de découvrir l’histoire et l’actualité de bibliothèques américaines, irlandaises et anglophones à Paris et en région. Fondée en 1920, l’American Library in Paris témoigne de la volonté des États-Unis d’envoyer des livres aux soldats américains à la fin de la Première Guerre mondiale et de fournir aux lecteurs en France le meilleur de la littérature et de la culture américaine. Aujourd’hui, la Bibliothèque Américaine de Paris est la plus grande bibliothèque de prêt d’ouvrages en langue anglaise en Europe, avec un programme culturel très dense.

Fortement liée à l’histoire de l’American Library in Paris, la Bibliothèque anglophone d’Angers touche un public varié d’étudiants et d’universitaires mais aussi d’enfants et d’adultes et a développé un fonds documentaire en langue anglaise disponible sur tout le département de Maine-et-Loire avec de nombreuses actualités culturelles.

Enfin, la bibliothèque patrimoniale du Centre Culturel irlandais de Paris date de 1775, avec la fondation d’un Collège des irlandais. Regroupant des ouvrages en théologie, philosophie, géographie et histoire allant du XVè au XIXè siècle, elle offre une bibliothèque numérique en ligne permettant d’admirer des manuscrits enluminés, l’Histoire des rois d’Angleterre (1500) et des trésors patrimoniaux. Quant à la médiathèque, elle propose plus de 8000 documents en anglais et de nombreuses activités, notamment des résidences d’auteurs ou d’artistes irlandais.

À l’issue de cette cession, des trésors en littérature anglophone numérisés seront présentés afin de découvrir des ouvrages précieux conservés à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France. 

Programme

Matinée animée par Marie-Françoise Cachin, Professeur émérite à l’université Paris VII-Denis Diderot, spécialiste de littérature britannique (époque victorienne), et de traduction littéraire.

  • Isabelle Bour, professeur d’études anglaises du XVIIIe siècle à la Sorbonne Nouvelle.

« Quel roman est né en Angleterre au début du XVIIIe siècle ? »

  • Nathalie Collé, Maître de conférence, Université de Lorraine.

« Le roman anglophone entre l’Angleterre et la France au XVIIIe siècle : place et rôle de l’illustration dans la diffusion et la réception de quelques œuvres de Defoe, Fielding, Smollett et Sterne »

  • Michael Roy, Maître de conférence, Paris Nanterre.

« L’esclavage aux États-Unis, sous toutes ses faces, avec toutes ses douleurs » : le roman antiesclavagiste américain en France dans les années 1850

  • Jean-Didier Wagneur, BnF

« Le rire anglo-saxon fin de siècle »

Après-midi animée par Isabelle Le Pape, chargée de collection en littérature anglophone, modératrice

1 Histoire et signalement de fonds anglophones en France

  • Remy Cordonnier : responsable des fonds anciens de la bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer, en fonction depuis novembre 2011. Docteur en histoire de l’art, chercheur associé de l’Institut de recherches histories du septentrion (Université de Lille), et de l’institut d’études médiévales de L’université nouvelle de Lisbonne.

« Des jésuites à l’UNESCO : le pourquoi du fonds anglais de la BAPSO. »

Résumé : La redécouverte, il y a une dizaine d’années, de liens prestigieux entre Saint-Omer et le monde anglo-américain, a entrainé toute les acteurs culturels de l’agglomération à explorer et à exploiter cette veine patrimoniale. La bibliothèque n’était pas en reste et c’est ainsi que furent « redécouvert » les fonds d’origine anglaise de la BAPSO, et que furent révélés leurs trésors.

  • Alexandre Faye (BnF/DSR/DCP/CCF) : signalement et présentation d’une sélection de fonds sur le CCFr

2 Diffusion d’ouvrages américains et irlandais en France

  • Jeffrey Hawkins, director of the American Library in Paris
  • Phoebe Marshall-Raimbeau, Director, English-language Library in Angers, Bibliothèque Anglophone.

« Le Fabuleux Destin de la Bibliothèque Anglophone d’Angers : 25 ans de développement d’une petite bibliothèque qui aime se présenter comme « The little library with a big attitude ».

  • Carole Jacquet, Responsable des ressources documentaires, Centre Culturel Irlandais.

« Les collections du Centre Culturel Irlandais »

  • Stéphane Lecouteux, Bibliothèque d’Avranches.

3 Trésors de littérature anglophone

  • Jean-Marc Châtelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF, présentation de trésors en littérature anglaise et américaine numérisés Suivi d’une table-ronde 

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Dessin satirique et écologie (21/3)

cop. TRAX.

Apparu à la fin du XIXe siècle dans l’univers scientifique, le terme « écologie » est passé dans le langage courant à partir des années 1970 en même temps que naissait une nouvelle conscience sur la fragilité de l’environnement. Pollutions de toutes natures, disparition des espèces animales et végétales, menaces du nucléaire, recherches de nouvelles sources d’énergie : autant de questions abordées très sérieusement dans le mensuel La Gueule ouverte, créé en 1972 par Pierre Fournier, dessinateur et journaliste à Charlie Hebdo. Fermé définitivement en 1980, le « journal de l’écologie politique » (unique en son genre), sous-titré le journal qui annonce la fin du monde, accueillait le talent de nombreux dessinateurs parmi lesquels Cabu, Gébé, Reiser, Willem ou Wolinski. La journée d’étude permettra à Jacky Houdré, collectionneur de journaux satiriques, d’en présenter les temps forts. Cinquante ans après, l’avenir de la planète est devenu une préoccupation majeure pour tous. On verra comment les dessinateurs de presse Alain Dubouillon Robert Rousso et la dessinatrice Trax commentent la gravité du sujet par des jeux graphiques originaux et pleins d’humour.

Programme

9h30 Accueil

10h Introduction à la journée du dessin de presse (dans le cadre du CLEMI) 
Présidente d’honneur du dessin de presse : Sylvie Aubenas

Dessin satirique et écologie : actualité brûlante : collections de la BnF et Ridiculosa n°26
Martine Mauvieux, département Estampes et photographie, BnF et Jean-Claude Gardes (Eiris-HCTI, université de Brest) 

10h30 Ecologies et leur reflet dans l’image satirique
Alain Deligne, professeur, Université de Münster et Jean-Claude Gardes, Eiris-HCTI, Université de Brest

11h15 Croquer le monde avant qu’il ne nous croque
Alain Dubouillon, dessinateur de presse, Le ProgrèsLyon Poche, L’Equipe

11h45 Débat

14h La Gueule ouverte : journal de l’écologie politique qui annonce la fin du monde (1972 -1980)
Jacky Houdré, collectionneur de journaux satiriques et membre de l’Eiris

14h30 Comment va la terre ?
Robert Rousso, dessinateur de presse (Siné Hebdo et MensuelZélium) avec Placide

15h Sécheresse en Iran : le pays joue sa survie
Margarethe Potocki, Université de Clermont-Ferrand

15h30 Dessiner parce qu’il n’y a pas de quoi rire !
TRAX, dessinatrice de presse (Le Ravi, Zélium, Barricade) 

Débat
En soirée
Remise du 6e Trophée Presse Citron/ BnF en partenariat avec l’École Estienne 
à la Mairie du 13e arr. de Paris (sur invitation)

Informations pratiques

Avec l’association Équipe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Image Satirique (E.I.R.I.S.) et dans le cadre de la 30 e édition de la Semaine de la presse et des médias organisée par le CLEMI.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Péladan, l’art et l’avant-garde


Joséphin Péladan

Joséphin Péladan (1859-1918) est une figure représentative de l’époque symboliste. Il fonda en 1888 une loge maçonnique, l’ordre de la Rose-Croix. Cette journée d’étude est organisée à l’occasion du centième anniversaire de sa disparition.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d ‘étude : « Les Nadar, une légende photographique » (2/2/19)


Paul Nadar, Joséphine Baker, vers 1930, BnF, département des Estampes et de la photographie

Programme

Matinée 

10h Introduction 
par Antoine Compagnon, (sous réserve)

10h30 Mon itinéraire Nadar
par Roger Greaves, écrivain, journaliste, éditeur et premier biographe de Nadar 

11h La Bohème de Félix Nadar,
par Jean-Didier Wagneur, ancien coordinateur scientifique de la numérisation (BnF) et chercheur au sein du CSLF (Centre des Sciences des Littératures en langue Française) Université Paris Nanterre 

11h30 Nadar et l’authenticité photographique, ou l’héritage de Quand j’étais photographe
par Paul-Louis Roubert, maître de conférences à l’université de Paris VIII

12h Nadar et les cultures visuelles
par Bernd Stiegler, professeur d’histoire de la littérature à l’université de Constance (All)

12h30 Discussion

Après midi 

14h30 La conférence de Paul Nadar
par Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la Photographie de Lille et co-commissaire de l’exposition Nadar

15h Une ressource méconnue, les fonds Nadar conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris et au musée Carnavalet
Par Juliette Jestaz, conservatrice des manuscrits, livres rares et cartes et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris

15h30 Les Nadar, une histoire sans fin ? Perspectives de la recherche sur les Nadar
par Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF et co-commissaire de l’exposition Nadar

16h Paul Nadar cinéaste amateur, présentation d’une œuvre méconnue 
par Laurent Mannoni, directeur scientifique du Patrimoine et du Conservatoire des techniques à la Cinémathèque française

16h30 Discussion

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : L’art médiéval est-il contemporain ? Pour un décloisonnement des regards

Comment et pourquoi l’art du Moyen Âge, et en particulier l’art alto-médiéval, a-t-il irrigué la création contemporaine depuis les années 1950 ? Que lui a-t-il apporté ? Cette journée d’études a pour objectif de proposer des lectures croisées des deux périodes : elle questionnera la manière dont les artistes contemporains et les historiens de l’art contemporain perçoivent l’art du Moyen Âge et inversement, la façon dont les historiens de l’art médiévistes comprennent les échos de la création et de l’esthétique du Moyen Âge dans l’art contemporain.

Organisée dans le cadre de l’exposition Make it New, qui met en regard les poèmes figurés de la louange à la Sainte Croix de Raban Maur avec un ensemble d’œuvres d’artistes conceptuels, minimalistes et du Land Art, elle s’inscrit dans la continuité de l’atelier qui s’est tenu à l’INHA en 2016 autour des liens entre art médiéval et art contemporain.

Autour de l’exposition Make it New. Conversations avec l’art médiéval. Carte blanche à Jan Dibbets jusqu’au 10 février 2019 – Galerie 1 Make it New : d’après l’expression d’Ezra Pound (1885-1972)appelant au renouvellement des formes poétiques.

Programme

  • 9 h 30 Ouverture Denis Bruckmann, directeur général adjoint, directeur des collections, Bibliothèque nationale de France
  • 9 h45 Introduction Éric de Chassey, directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art
  • Présidente de séance : Larisa Dryansky
  • 10 h 15 Au-delà des périodisations par Nancy Thebaut (Université de Chicago)
  • 10 h 45 Suitcases par Amy Knight Powell (Université de Californie, Irvine)

11 h 15 – 11 h 30 pause

Président de séance: Erik Verhagen

  • 11 h 30 L’artiste conceptuel à son pupitre par Valérie Mavridorakis (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h 00 Qui était Jean Fouquet pour François Robertet ? Une autorité dans l’art de la fin du Moyen Âge par Elliot Adam (Sorbonne Université / Centre André Chastel)
  • 12 h30 L’art conceptuel est-il thomiste ? L’exemple de Michael Craig-Martin  par Benjamin Riado (docteur en esthétique et sciences de l’art, agrégé d’arts plastiques)

13 h – 14 h 30 déjeuner

Présidente de séance: Charlotte Denoël

  • 14 h30 All form is a process of notation: Looking at medieval carmina figurata with Dick Higgins and Boethius par Aden Kumler (Université de Chicago)
  • 15 h 00 La toolbox mathématique des enlumineurs des VIIIe-IXe siècles par Isabelle Marchesin (INHA)
  • 15 h30 De luce. Le minimalisme filmique de Hollis Frampton et la métaphysique scolastique de la lumière par Larisa Dryansky (Sorbonne Université / Centre André Chastel)

16 h – 16 h 15 pause

Présidente de séance: Isabelle Marchesin

  • 16 h 15 The Medieval Performative Image and Contemporary Installation Art par Bissera Pentcheva (Université de Stanford)
  • 16 h 45 Sang des images et christianisation des affects : les performances de Gina Pane au prisme des enluminures médiévales, par Janig Bégoc (Université de Strasbourg)
  • 17h 15 Table ronde avec Jan Dibbets et Franz E. Walther

Organisation scientifique

  • Charlotte Denoël, BnF
  • Larisa Dryansky, Sorbonne Université/Centre André Chastel
  • Isabelle Marchesin, INHA
  • Erik Verhagen, Université polytechnique Hauts-de-France/Calhiste (équipe d’accueil 4343)
  • Avec le soutien de la galerie Jocelyn Wolff, Paris

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les instruments scientifiques et les livres

Au moment de la publication du Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France par Anthony Turner avec Taha Arslan et Silke Ackermann (co-édition Brepols / BnF, 2018), il a semblé opportun de consacrer une journée d’étude à la place des instruments dans les bibliothèques et plus largement à la relation entre les livres et les instruments. Cette journée se tiendra à la Bibliothèque de l’Arsenal, qui fait partie, avec le département des Monnaies, médailles et antiques et celui des Cartes et plans, des trois départements de la BnF couverts par le catalogue.

Programme

  • 14 h : Accueil : Olivier Bosc, directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal, et Catherine Hofmann, conservatrice au département des Cartes et plans
  • 14 h 15 : The Circulation of Knowledge of Instruments in the Islamic World : Taha Y. Arslan, chercheur au département d’Histoire des sciences de l’université Medeniyet à Istanbul
  • 14 h 45 : L’Astrolabe et le livre en France au seizième siècle : Anthony Turner, historien indépendant
  • 15 h 15 : The Horary quadrant and the Book in mid-17th Century England : Jim Bennet, ancien directeur du Musée d’Histoire des Sciences, Oxford
  • 15 h 45 :  La Représentation des instruments dans la presse du XIXe siècle : Paolo Brenni, chercheur au CNRS-Italie, Président de la Scientific Instrument Society
  • 16 h 30 Pause
  • 17 h : La Pendule aux quatre continents de la bibliothèque de l’Arsenal : enjeux esthétiques et résultats d’une restauration : Sophie Nawrocki, conservatrice à la Bibliothèque de l’Arsenal, Jean Perfettini et Elisabeth Grall, restaurateurs
  • 17 h 30 : Examen commenté de la ‘Pendule aux quatre continents’ et/ou Présentation des instruments exposés issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques et du département des Cartes et plans
Couverture de : Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France

Informations pratiques

  • Mardi 22 janvier 2019, 14h-18h30
  • Bibliothèque de l’Arsenal, 1, rue de Sully – Paris 4e
  • Entrée libre sur inscription 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Jean Babelon (1889-1978), une passion chaleureuse (8/12)

REPORT DE LA JOURNÉE 

La journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40eanniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe (prom. 1910) et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961) prévue le samedi 8 décembre est reportée, probablement en février 2019 (sous réserve).

Jean Babelon, né le 19 janvier 1889, mort le 20 avril 1978

Le 8 décembre, l’École nationale des chartes accueille la journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40e anniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961), sous le patronage de l’Institut de France – Académie des inscriptions et belles-lettres.

La journée est organisée par Jean-Pierre Babelon, de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de numismatique).

Argument

Ancien élève de l’École nationale des chartes et de l’Institut des hautes études hispaniques, docteur ès-lettres, ancien combattant, prisonnier de guerre en 14-18, Jean Babelon consacra toute sa vie professionnelle (1913-1961) au Cabinet des médailles de la BnF, que son père Ernest Babelon avait dirigé de 1892 à 1924 et qu’il dirigea à son tour de 1937 à octobre 1961. Il avait, entre autres, assuré la sauvegarde des prestigieuses collections du Cabinet des médailles pendant la guerre et l’Occupation (1939-1945) et accueilli la Société française de numismatique en lui permettant de se domicilier rue de Richelieu.

Jean Babelon ne fut pas seulement un éminent numismate, spécialiste mondialement connu des monnaies grecques, des portraits des empereurs romains, des médailles et des antiques. Il fut aussi un remarquable écrivain, grand connaisseur de l’Espagne et de ses personnages célèbres (souverains, écrivains, artistes, conquistadores…). Il était un esthète, sachant faire partager sa passion de l’art, de la littérature latine, des peintres prestigieux (Titien, Goya, Le Greco…), de saint Louis aussi bien que de la reine Margot, de Benvenuto Cellini ou de Germain Pilon.

Établie en 1978, sa bibliographie officielle comprend 372 titres. À cela doivent encore être ajoutées les communications qu’il prononça dans les deux sociétés qui le portèrent à leur présidence d’honneur, la SFN et la SENA. Ces écrits révèlent la culture encyclopédique de cet « honnête homme » dont la modestie et la bienveillance n’eurent d’égales que l’étendue et la variété de son savoir.

Quarante ans après sa disparition, ses œuvres témoignent de la vivante actualité et de la permanence de ses enseignements.

Programme

  • 9 h : accueil des participants
  • 9 h 15 : mot d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes

Présidence : Christian Charlet

  • 9 h 30 : Jean-Pierre Babelon (Académie des inscriptions et belles-lettres),« Jean Babelon, une passion chaleureuse »

L’homme de lettres

  • 10 h 10 : Jean-Louis Charlet (Université d’Aix-Marseille),« Jean Babelon latiniste »
  • 10 h 35 : François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon poète »
  • 11 h : pause

Présidence : Cécile Morrisson

L’historien d’art

  • 11 h 30 : Béatrice Coullaré (Musée du 11 Conti, Monnaie de Paris), « Aréthuse et l’engagement éditorial de Jean Babelon »
  • 11 h 55 : Claude Brenot (Société nationale des Antiquaires de France ; Société française de Numismatique), « L’enseignement de Jean Babelon au Louvre et l’âme des monnaies »
  • 12 h 20 : Cécile Colonna (Institut national d’Histoire de l’art), « Jean Babelon et les collections Caylus, Janzé et Oppermann »
  • 12 h 45 : déjeuner

Présidence : Jean-Pierre Babelon

L’historien

  • 14 h 30 : Marion Delcamp (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), « Jean Babelon, Les monnaies racontent l’Histoire : quelques nouvelles perspectives »
  • 14 h 55 : Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Sur une médaille d’Andrés Bello, premier précepteur de Simón Bolívar »

Le conservateur

  • 15 h 20 : Inès Villela-Petit (Conservatrice du Patrimoine), « L’affaire Beistegui »
  • 15 h 45 : pause

Présidence : Claude Brenot

Le numismate

  • 16 h 15 : Laurent Schmitt (Président d’honneur de la Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique), « Jean Babelon etLa monnaie grecque de Franke et Hirmer »
  • 16 h 40 : Thibault Cardon (CNRS), « Monnaies de Louis IX, monnaies de saint Louis »
  • 17 h 05 : Philippe Schiesser (Président de la Société d’Études numismatiques et archéologiques), « Jean Babelon, premier président d’honneur de la SENA »
  • 17 h 30 : Christan Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon, les Sociétés numismatiques et les revues de numismatique »

Informations pratiques

Logos des organisateurs

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Droit(s) et apparence vestimentaire – du singulier au pluriel

La manière de s’habiller peut n’être que la traduction d’un besoin (climatique, professionnel…) ou, au contraire, être lourdement signifiante (uniformes, vêtements religieux ou traduisant un signal sexuel…).

Comme chaque année, la Bibliothèque nationale de France, l’Institut de Recherche pour un Droit Attractif (Université Paris 13) et le Centre de recherche juridique Pothier (Université d’Orléans), avec le soutien du LabEx ICCA, organisent un travail de réflexion susceptible d’apporter aux juristes le bénéfice d’une approche pluridisciplinaire et professionnelle sur une problématique contemporaine (et souvent même, intemporelle). Les collections exceptionnelles de la BnF permettent, non seulement de richement illustrer les démonstrations présentées, mais, aussi et surtout, d’apporter des compléments historiques et iconographiques indispensables à la compréhension de tout phénomène propre à l’humanité.

La vêture peut être futilité ou simple utilité, comme au contraire, lourdement signifiante : vêtements religieux, parures des chefs… La mode se situe probablement quelque part entre ces deux extrêmes et mérite également l’intérêt. Comme l’écrivait Georg Simmel : « La mode est l’imitation d’un modèle donné, et ce faisant elle répond au besoin qu’a l’individu d’être soutenu par la société ». Mais, par ailleurs, c’est elle, également, qui, a contrario, permet à l’individu qui le souhaite de se démarquer.
C’est donc de l’apparence de l’être humain dont il sera ici question, mais de l’être humain vêtu. La manière de s’habiller peut n’être que la traduction d’un besoin (climatique, professionnel…) ou, au contraire, être lourdement signifiante (uniformes, vêtements religieux ou traduisant un signal sexuel…). Le vêtement peut être, également, l’expression de deux comportements contraires : la volonté de se singulariser (parures des chefs, habillements des « incroyables » ou des « zazous » de chaque époque…) ou celle de se fondre dans un moule commun (effets de mode, expression collective d’un groupe…). L’apparence vestimentaire, au croisement de ces différentes appréhensions, nous place à l’intersection de l’individuel et du collectif, tiraillés et en recherche d’un équilibre, un peu comme en Droit, où, sans cesse, l’on doit composer entre liberté du citoyen et obligations sociales.
Dès lors, l’apparence vestimentaire mérite d’être appréhendée tant dans ses aspects juridiques, culturels et artistiques que dans ses implications sociétales et patrimoniales.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h30 Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale, BnF
    Anne Fauchon, Doyen de la Faculté de Droit, Sciences politiques et sociales, Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité
  • 9h45 Introduction : « Utilités, identités, usages »
    Didier Guével
    , Professeur, Doyen honoraire de la Faculté Droit Sciences politiques et sociales, Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité, illustré par Hélène Raymond, Coordinatrice scientifique de la numérisation, Département Droit, économie, politique, BnF
  • 9h55 Témoignage d’un couturier : Gustavo Lins

Enjeux patrimoniaux et artistiques
Présidence : Mustapha Mekki, Professeur à l’Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité

  • 10h15 Enjeux de patrimoine
    La collection Gaignières ou la construction d’une histoire du costume
    Anne Ritz-Guilbert, Historienne de l’art HDR, Equipe de recherche de l’Ecole du Louvre
    La mode dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF
    Corinne Le Bitouzé, adjointe à la Directrice du Département des estampes et de la photographie, BnF
    Les enjeux liés aux collections de mode – l’exemple de Madeleine Vionet
    Lydia Kamitsis, Historienne de la mode, Conservatrice
  • Débats
  • 11h30 Enjeux de création
    Mode et propriété industrielle
    Géraldine Goffaux Callebaut, Professeur à l’Université d’Orléans
    Protection du défilé par la propriété littéraire et artistique
    Nathalie Blanc, Professeur à l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité
    La mode dans la jurisprudence américaine
    Jean-Christophe Roda, Professeur à l’Université Lyon 3

Débats

  • 13h Enjeux de société et de pouvoir
    Présidence : Catherine Aurérin, Directrice du département Droit, économie, politique, BnF
  • 14h15 Témoignage d’un photographe : Charles Fréger
  • 14h35 Enjeux de société
    Dits et non-dits de l’apparence vestimentaire
    Xavier Chaumette, Historien de la mode
    Droit du travail et tenue vestimentaire
    Laurent Gamet, Professeur à l’Université Paris Est Créteil
    Droit pénal et tenue vestimentaire
    Stéphane Detraz, Maître de conférences à l’Université Paris Sud
    Droit fiscal et tenue vestimentaire
    Anne Fauchon, Maître de conférences HDR à l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité, Doyen de la faculté Droit Sciences politiques et sociales

Débats

  • 16h20 Enjeux de pouvoir
    Costumes du monde du droit
    Emmanuel Pierrat, Avocat et écrivain, Conservateur du Musée du Barreau et Secrétaire général du Musée Yves Saint Laurent Paris
    Quand le cinéma habille le juge et déshabille la Justice
    Nathalie Goedert, Maître de conférences HDR à l’Université Paris Sud

Débats

  • 17h15 Propos conclusifs
    Anne-Emmanuelle Kahn, Maître de conférences HDR à l’Université Lyon 2

Organisé avec l’Institut de Recherche pour un Droit Attractif (Université Paris 13) et le Centre de recherche juridique Pothier (Université d’Orléans), avec le soutien du LabEx ICCA.

Informations pratiques

Image de une : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5816205t/f34.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

ATELIER : Penser, classer, modéliser. L’exemple du projet Foucault Fiches de Lecture. (13/11)

Inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la BnF, le programme de recherche Corpus a pour objectif de construire un nouveau service de fourniture de corpus numériques à destination de la recherche. Un des axes explorés dans le cadre de ce projet consiste à accompagner les chercheurs dans leur appropriation des collections numériques. À cet effet, des ateliers d’échange sont régulièrement organisés entre des équipes de recherche partageant des enjeux méthodologiques, scientifiques et techniques similaires, ainsi que les personnels BnF experts des sujets abordés.
Cette année, nous suivons en particulier le travail de l’équipe de recherche travaillant sur le projet ANR Foucault Fiches de Lecture (FFL), dont le Service des manuscrits modernes et contemporains de la BnF est partenaire, afin d’étudier ses besoins en matière d’utilisation des données bibliographiques et plus globalement, sa pratique des humanités numériques. L’atelier “Penser, classer, modéliser”, organisé en collaboration avec l’équipe travaillant sur le projet FFL et le département des Métadonnées de la BnF, se présente comme l’occasion de réfléchir ensemble, à partir d’un exemple concret, à des aspects de la modélisation et de l’enrichissement de données.


Le projet FFL a pour but de numériser, mettre en ligne, décrire et enrichir les manuscrits de notes de lecture de Michel Foucault, en utilisant une plate-forme numérique de travail collaboratif. Un prototype développé par l’équipe permet déjà de consulter les feuillets numérisés (environ 5700 feuillets actuellement), de les décrire et de les annoter : chaque utilisateur peut à la fois produire des métadonnées mutualisées et enregistrer des annotations privées. Basé sur les technologies RDF, le prototype permet également d’enrichir ces informations par un système de mashup et d’alignement avec les données bibliographiques et biographiques de data.bnf.fr1. Le projet vise ainsi à constituer une base de connaissances sur les sources de Foucault, ainsi qu’un référentiel terminologique du vocabulaire utilisé par le philosophe.

Parallèlement, des transcriptions seront réalisées, au moins pour une partie du corpus, en s’appuyant sur les fonctionnalités de la plate-forme eman. Afin de faciliter ce travail, l’utilisation du logiciel Transkribus (reconnaissance automatique d’écriture manuscrite) est envisagée : les résultats des tests réalisés2 laissent espérer que l’équipe disposera bientôt d’une grande quantité de textes produits automatiquement, qui serviront  de base pour la transcription manuelle, tout en permettant une indexation plein texte du corpus.

Il s’agit donc de réfléchir à l’articulation des données textuelles (provenant du relevé manuel des titres de fiches aussi bien que des transcriptions intégrales automatiques) avec les métadonnées renvoyant à des entités nommées (concepts, personnes, documents). Comment exploiter au mieux, structurer et harmoniser les différents types de données ? Un premier axe de travail consisterait à s’appuyer sur les index de notions réalisés pour les Cours au Collège de France, mais aussi sur des thesauri comme Rameau. Un deuxième axe serait d’utiliser les entités nommées déjà créées pour faciliter la correction des transcriptions automatiques et, réciproquement, d’utiliser les transcriptions pour le repérage et la création de nouvelles entités.

Modalités pratiques

Quand ? 13 novembre 2018, 14 – 17h30

Où ? Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand (Quai François Mauriac, 75013 Paris), salle : Aquarium.

Comment ? Entrée libre sur réservation via cette page.

  1. Voir la présentation de ces fonctionnalités donnée lors de l’atelier Corpus précédent, le 10/07/2018 :
    https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/3226/files/2018/07/Slides_atelier_bnf_Corpus_2.pdf []
  2. https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-01794139v1 []

1/2 journée d’étude : D’Autrice à Zlataner : enrichissement linguistique et exploration des sites de presse dans les archives de l’internet à la Bibliothèque nationale de France (2010-2017)

Résumé

Lors de la demi-journée d’étude du lundi 15 octobre, la Bibliothèque nationale de France (BnF), l’équipe Représentation des connaissances et langage naturelle du Laboratoire d’informatique et de Paris Nord (LIPN-RCLN) de l’université Paris 13 et le laboratoire Linguistique, langues, Parole (LILPA) de l’université de Strasbourg présenteront les principaux résultats du projet Néonaute. Ce projet, soutenu par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) dans le cadre de l’appel à projet 2017 « Langues et numérique », vise à doter les observateurs de la langue française d’un moteur de recherche s’appuyant sur la collection « Actualités » du dépôt légal du web conservée à la BnF depuis 2010.

Continuer la lecture de 1/2 journée d’étude : D’Autrice à Zlataner : enrichissement linguistique et exploration des sites de presse dans les archives de l’internet à la Bibliothèque nationale de France (2010-2017)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : La Bibliothèque nationale en temps de guerre (1870-1945)

Dans le cadre de la fin des commémorations de la guerre 1914-1918, le Comité d’histoire de la BnF organise une après-midi d’étude consacrée à l’histoire de l’institution en période de conflit.

Dispositions presentées au gouvernement, depuis l’an 6, pour garantir la Bibliothèque nationale contre les dangers du feu en cas d’une incendie au Theâtre des Arts : [estampe] / proposé par Bélanger… ; gravé par Berthault, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69509270

Programme

  • 14h-14h15 : Ouverture par Laurence Engel, Présidente de la BnF.
  • 14h15-15h : « La guerre franco-prussienne et la Commune de Paris à la Bibliothèque nationale » par Marie Galvez, conservateur à la BnF.
  • 15h-15h30 : « Les lecteurs de la Bibliothèque nationale pendant la Grande Guerre » par Jacqueline Sanson, archiviste paléographe, ancienne directrice générale de la BnF.
  • 15h30-16h : Questions et pause
  • 16h-16h30 : « La Bibliothèque nationale, septembre 1939-août 1940 » par Anne Leblay-Kinoshita, conservatrice du patrimoine, responsable de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives de la BnF.
  • 16h30-17h : « L’instrumentalisation de la Bibliothèque nationale sous l’Occupation » par Martine Poulain, conservatrice générale honoraire des bibliothèques, chercheuse au Centre Gabriel Naudé (enssib).
  • 17h-17h30 : « L’enrichissement des collections pendant la Seconde Guerre Mondiale : piste et enjeux pour une histoire de l’institution » par Ève Netchine, conservatrice en chef, directrice du département des Cartes et Plans à la BnF.
  • 17h30-18h : « Le département de la Musique de la Bibliothèque nationale sous l’Occupation » par Mathias Auclair, conservateur en chef, directeur du département de la Musique à la BnF.
  • 18h-18h30 : Pause et questions
  • 18h30-19h : Présentation d’une sélection de documents d’archives en lien avec la thématique de l’après-midi
  • 19h : Cocktail et clôture de la demi-journée

Informations pratiques

Mardi 16 octobre 2018 – 14h00-19h00

Bibliothèque nationale de France, site de l’Arsenal
1, rue de Sully – Paris 4e

Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Données liées et données à lier : quels outils pour quels alignements ?

À la suite des ateliers « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils », « Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux » et « Explorer des corpus d’images. L’IA au service du patrimoine », une quatrième demi-journée d’étude a été organisée dans le cadre du programme de recherche CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Dans le même esprit que les trois ateliers précédents, cette matinée d’étude, qui a eu lieu le 10 juillet sur le site François Mitterrand, était l’occasion de présenter plusieurs projets impliquant des alignements de données et menés aussi bien par des acteurs du monde des bibliothèques que du milieu de la recherche.

Six présentations se sont succédées au cours de la matinée avec l’objectif de présenter différentes approches, méthodes et outils pour aligner des ensembles de données, et avec l’ambition d’apporter des pistes de réponses à des questions communes à plusieurs équipes de recherche telles que : comment récupérer ce qui existe pour pouvoir se concentrer sur ce qui fait la valeur ajoutée d’un projet ? Comment s’assurer de l’interopérabilité des bases de données et faire en sorte que ces données puissent être réutilisées et accessibles de manière stable sur le Web ?

Regroupements et alignements de données internes à la BnF. Des outils, des données et des humains.

Présentation par Sébastien Peyrard, Chef du service Ingénierie des métadonnées à la BnF, et Adrien Di Mascio, Responsable du projet data.bnf.fr chez la société de services  LogiLab.

La BnF mène une démarche interne qui consiste à améliorer la structuration de ses données afin de les publier, notamment sur le web de données. Data.bnf.fr est un site internet qui rassemble et expose sur le Web des données issues de différentes bases de la BnF, la plus grande étant celle du catalogue général qui contient les notices d’éditions, de personnes, de thèmes, de lieux géographiques produites par la BnF. Les pages du site data.bnf.fr contiennent des liens vers les données stockées dans les différentes bases de la BnF mais aussi vers des bases extérieures, comme Wikidata ou GeoNames. Dans la page de l’auteur Michel Houellebecq (Fig.1) par exemple, les liens au milieu de la page renvoient vers les œuvres de l’auteur, c’est-à-dire vers les entités qui, selon le modèle FRBR, regroupent chacune plusieurs éditions d’un même objet/ produit intellectuel.

Figure 1 Page de l’auteur Michel Houellebecq dans data.bnf.fr

 

Les pratiques de catalogage de la BnF font que cette notice « œuvre », c’est-à-dire ce chapeau qui regroupe les différentes éditions d’une même « œuvre de l’esprit », n’existe pas systématiquement. Pour donner un ordre de grandeur, environ dix millions d’éditions sont référencées sous forme de notices mais seulement 300 000 notices chapeaux d’œuvres ont été créées. C’est la raison pour laquelle dans plusieurs pages d’auteur de data.bnf.fr, les différentes éditions ne sont pas regroupées sous la même « œuvre » mais elles sont présentées sous forme de liste (Fig.2).

Figure 2 Liste des plusieurs éditions de l’œuvre « La carte et le territoire »

Du point de vue de l’utilisateur, en termes d’ergonomie et de service de recherche, cette présentation sous forme de liste d’objets apparemment identiques, n’est pas très efficace et implique, plus globalement, un problème d’hétérogénéité du site internet (certaines pages présentent les œuvres, d’autres présentent les éditions). Du point de vue de la gestion des métadonnées, le niveau de l’œuvre ne peut pas être exploité à l’heure actuelle en raison de ce biais, c’est-à-dire de l’existence aléatoire de ce niveau de métadonnées. Le niveau des éditions peut être exploité pour étudier la production éditoriale par exemple, mais le niveau de l’œuvre ne peut pas être utilisé pour analyser de manière fiable la production intellectuelle, comme par exemple le nombre d’œuvres produites par auteur au fil des siècles. Afin d’éliminer ou de réduire les biais dus à cette hétérogénéité des données et pour permettre aux agents de la BnF d’avoir plus de contrôle sur les outils inclus dans la chaîne de production de data.bnf.fr, l’outil RobotDonnées a été développé. Cet outil permet de tisser des liens qui manquent entre certaines œuvres et certaines éditions et il permet également de regrouper automatiquement des éditions lorsque la notice d’œuvre n’a jamais été créée. RobotDonnées est issu du projet data.bnf.fr mais a son cycle de développement propre. Il consiste plus concrètement en une plateforme web qui permet de lancer des traitements qui prennent des données en entrée et, selon les paramètres choisis par l’utilisateur, produisent un fichier tabulaire (CSV) en sortie. Une dizaine de traitements peuvent s’enchainer les uns après les autres. Pour rassembler différentes éditions d’une œuvre par exemple, l’outil extrait du catalogue général les notices des documents associés à un auteur, via principalement l’identifiant de l’auteur et le champ titre, et les regroupe dans un fichier tabulaire ; ensuite deux algorithmes de distance ou de regroupement (minhasching et mean shift) permettent de rassembler les titres similaires sous un même chapeau dans un deuxième fichier tabulaire. Sur cette base, des pré-métadonnées de notices d’œuvre peuvent être produites et peuvent ensuite alimenter data.bnf.fr ; un reversement de ces oeuvres dans les données du catalogue général est prévue dans un second temps. L’objectif de la BnF à court terme est de pouvoir reverser un premier corpus de notices d’œuvres dans data.bnf.fr : le corpus d’œuvres textuelles françaises du XXe et du XXIe siècle. La philosophie qui sous-tend ce chantier est d’expérimenter, de tester l’efficacité des traitements en reversant les œuvres dans data.bnf.fr pour ensuite les inclure dans le catalogue général. Data.bnf.fr est donc utilisé comme « bac à sable » pour ce traitement de données complexe et massif. La systématisation du processus de création de métadonnées de niveau d’œuvre devra tenir compte ensuite de la spécificité des diverses typologies de corpus de documents conservés à la BnF : des manuscrits aux documents iconographiques en passant par les documents audiovisuels et multimédia. Comme tout projet en cours, ce chantier suscite plusieurs interrogations parmi lesquelles : sur quels paramètres et dans quelle mesure permettre à l’utilisateur d’intervenir ? Sur quelle unité baser la comparaison de titres par exemple : mot ou n-gramme ? RobotDonnées est un outil avec de nombreuses règles métier. La philosophie sous-jacente est que l’intelligence réside dans les données et les agents experts des données de la BnF connaissent la logique de ces données. Au-delà d’un outil de gestion des données, il devient un outil de connaissance des données, une connaissance non pas basée seulement sur la mémoire mais sur le calcul. En adoptant une approche ni trop fine, ni trop massive, l’outil permet de moduler et d’adapter les traitements selon les besoins et les objectifs de l’utilisateur.

Bibliostratus. STRatégie d’Alignement d’URIs pour la Transition bibliographique.

Présentation par Etienne Cavalié, Adjoint au chef du service Ingénierie des métadonnées à la BnF et membre du groupe Systèmes et Données dans le cadre du programme national Transition bibliographique.

Le programme national Transition bibliographique a pour objectif d’exposer les catalogues des bibliothèques dans le web de données. Comme expliqué dans la première présentation, la BnF, en créant des notices d’œuvres via des calculs, est en train de FRBRiser son catalogue. Dans le cadre de la Transition bibliographique, le groupe Systèmes et Données travaille pour que les autres bibliothèques ne recalculent pas ces notices d’œuvres, mais bénéficient du travail entrepris par la BnF. Ce groupe de travail compte parmi ses membres des agents de la BnF mais aussi des représentants de l’Abes (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur), qui administre le réseau Sudoc du catalogue collectif des bibliothèques de l’enseignement supérieur. L’enjeu pour les bibliothèques de ce réseau est de savoir pour chacun de leurs documents quelle est la notice de la BnF correspondante pour identifier l’œuvre qui sera générée d’ici deux ou trois ans à la BnF et pour ensuite récupérer à la fois la notice elle-même du catalogue BnF et la notice d’œuvre. C’est dans cette perspective qu’a été développé par le groupe Systèmes et Données un logiciel nommé Bibliostratus, suite à une demande du réseau des bibliothèques de Montpellier qui ont sollicité la BnF pour réaligner leur catalogue notamment dans le cadre de la Transition bibliographique. La BnF s’est engagée à accompagner cette bibliothèque pour construire un exemple, définir et documenter une méthodologie et des outils que d’autres bibliothèques pourraient ensuite récupérer. Dans un premier temps la Bibliothèque avait commencé à travailler avec le logiciel existant Open Refine car cet outil permet d’interroger et de traiter en masse des informations, comme un catalogue de bibliothèque, de nettoyer les métadonnées fournies en entrée, de les normaliser, de les restructurer et de les vérifier. Le premier jet de la documentation pour l’utilisation d’Open Refine atteignant vingt-huit pages, cette solution risquait d’être un frein pour l’appropriation de cet outil par d’autres bibliothèques. C’est la raison pour laquelle, en novembre, la Bibliothèque a décidé d’explorer une autre piste : développer un outil similaire mais d’une manière plus standardisée et permettant d’enchainer les étapes pertinentes effectuées de manière successive dans Open Refine. Les étapes et les règles métier identifiées dans l’utilisation d’Open Refine sont donc celles qui ont été inclues ensuite dans le logiciel baptisé Bibliostratus en mars dernier par le groupe Systèmes et Données. Ce logiciel, écrit en Python, est libre et il s’intègre dans un circuit de traitement qui est : « je suis une bibliothèque, j’ai un catalogue, je veux l’aligner avec celui de la BnF ou celui du Sudoc ». Bibliostratus s’articule en différents modules qui peuvent être utilisés séparément. Il permet également d’opérer des alignements indépendamment du format de catalogage : si par exemple l’on souhaite aligner une base de données bibliographique qui n’est pas en format Marc, le logiciel permet de bénéficier juste du module d’alignement sans demander la manipulation du format Marc. Bibliostratus permet en somme la mise en œuvre d’un processus d’alignement qui est une application rigoureuse des règles métier définies par le groupe Systèmes et Données de juin à novembre dernier mais traduites en langage informatique. L’interface présente une fenêtre d’accueil avec quatre modules : le cœur est l’alignement mais des outils d’aide de préparation à l’alignement sont également intégrés car on n’aligne pas de la même manière un document audiovisuel, un périodique ou une monographie. Le module d’alignement bibliographique permet, une fois récupérée pour chacune des notices la liste des identifiants BnF et Sudoc, de récupérer l’intégralité des notices correspondant à ces identifiants. Actuellement en entrée quatre règles d’alignement sont applicables : une pour le texte imprimé, une pour les vidéos, une pour les enregistrements sonores et une pour les périodiques. Via les identifiants, il est possible non seulement d’aligner des notices avec celles de la BnF mais aussi à celles du Sudoc. Bibliostratus donne la possibilité de générer un fichier séparé pour les notices sans alignements ou avec plusieurs alignements afin de pouvoir les vérifier à la main.

Figure 3 Fichier tabulaire contenant les résultats d’un exemple d’alignement

Le système est tributaire évidemment des données en entrée mais grâce à l’explicitation de la méthode utilisée pour chaque alignement, il est possible d’effectuer une relecture et un contrôle manuel pour valider chacun des alignements. Le logiciel a été testé depuis janvier dernier, le groupe Systèmes et Données s’en est emparé progressivement et a commencé à injecter des identifiants BnF dans son catalogue mais d’autres cas d’utilisation se sont avérés pertinents : pour récupérer des notices ou des identifiants de la BnF pour des statistiques par exemple ou pour identifier et supprimer des doublons de notices. Dans la mesure où le module d’alignement se contente de faire une recherche systématique dans le catalogue par ligne, on peut envisager de mettre ce qu’on veut dans le fichier en entrée, on peut envisager donc plusieurs cas d’usage selon les besoins, sachant que ce logiciel se contente de lancer la requête et de fournir les résultats. Le code source de Bibliostratus est disponible et récupérable en ligne sur Github mais, comme il a été conçu dans le cadre de la Transition bibliographique, la BnF ne s’est pas engagée dans la maintenance de l’outil une fois la transition achevée. D’autres communautés sont toutefois libres de s’emparer de l’outil, d’y apporter des extensions, de développer d’autres fonctionnalités et de le maintenir à plus long terme.

Le projet ANR ELKER. Enhancing Link Keys: Extraction and Reasoning.

Présentation par Manuel Atencia et Jérôme David, enseignants-chercheurs à l’Université Grenoble Alpes, Inria, CNRS, Grenoble INP, LIG.

ELKER est un acronyme anglais qui signifie Enhancing Link Keys: Extraction and Reasoning (Améliorer les clés de liage : extraction et raisonnement). Ce projet, accepté dans le cadre de l’ANR Société de l’information et de la communication, a une durée de quatre ans (octobre 2017-octobre 2021). Trois laboratoires sont impliqués : LIG (Laboratoire Informatique de Grénoble), LIASD (Laboratoire d’Informatique Avancée de Saint-Denis) de l’Université Paris 8 et Inria Nancy. Le projet porte essentiellement sur le problème de liage de données dans le contexte du web de données. Ce problème peut être résumé de la manière suivante : étant donné deux jeux de données RDF, trouver des paires de ressources qui identifient la même entité. Ce problème demande de relever notamment les défis du passage à l’échelle (quantité importante de données), de l’hétérogénéité des descriptions des données (utilisation d’ontologies ou vocabulaires différents) et de la qualité des données (erreurs). Par exemple, on pourrait vouloir savoir si une URI de l’Insee (qui ressemble des données géographiques et sur l’administration française) et une URI de GeoNames (qui ressemble des données géographiques avec une portée mondiale) représentent la même commune, donc la même entité, afin de pouvoir les lier (Fig.4).

Figure 4 Exemple de correspondance entre la ressource de la commune « Bully » dans le jeu de données géographiques de l’Insee et dans GeoNames

Pour aborder cette problématique de liage de données, deux types d’approches existent : les méthodes symboliques (relevant de l’intelligence artificielle « ancienne », basées sur le raisonnement logique) et les méthodes numériques (relevant de l’intelligence artificielle moderne, basées sur l’agrégation de valeurs de similarité entre les valeurs de propriétés pertinentes). L’approche adoptée dans le cadre du projet ELKER relève de la première méthode car, pour résoudre ce problème de liage de données, la proposition du projet est d’utiliser des clés de liage (link keys). Une clé de liage est une généralisation de la notion de clé propre aux bases de données rationnelles aux cas de jeux des données RDF différents. Une clé de liage peut être exprimée sous la forme d’une action logique, elle est constituée par un ensemble de paires de propriétés et une paire de classe. Par exemple, pour définir si un livre décrit dans un jeu de données exprimé en français (Livre) est le même décrit dans un jeu de données en anglais (Book), on peut comparer les valeurs des paires auteur et creator et les valeurs des paires titre et title. Si une instance de la classe Livre a les mêmes valeurs pour les propriétés auteur et titre qu’une instance de la classe Book a pour les propriétés creator et title, alors elles désignent la même entité.

Figure 5 Exemple de clé de liage

L’approche adoptée dans le cadre du projet ELKER prévoit deux phases distinctes : l’extraction automatique de clés de liage et le raisonnement avec les clés de liage pour l’inférence de liens. La première phase consiste à extraire de manière automatique à partir jeux de données RDF des clés de liage candidates et, en définissant les mesures de qualité, sélectionner parmi ces clés de liage candidates les meilleures. Pour découvrir ces clés de liage candidates les techniques à l’œuvre relèvent de l’analyse formelle de concepts. Dans la deuxième phase, comme une clé de liage peut être exprimée sous la forme d’une action logique, il est possible de combiner les clés de liage avec les ontologies pour inférer des liens et d’autres clés de liage. À partir de déclarations de type OWL il est donc possible d’inférer des clés de liage à partir des clés de liage découvertes par un outil d’extraction automatique et finalement inférer des liens à partir des clés de liage.

Figure 6 Exemple de raisonnement avec clés de liage

Concernant la première phase, l’extraction de clés de liage candidates, plusieurs tests ont été réalisés et sont en cours. L’un des enjeux majeurs consiste à pouvoir classer et trier le grand nombre des clés candidates extraites et à conserver la posture généraliste du projet qui exige de ne pas rentrer dans la spécificité des données mais de proposer une solution pour le liage de tout jeu de données.

Sur des approches d’alignement semi-automatique.

Présentation par Antoine Isaac, R&D Manager chez Europeana.

Dans la cadre d’un projet lié à Europeana, une expérimentation a été menée avec l’objectif de connecter les vocabulaires propres à plusieurs institutions participant à Europeana à un vocabulaire spécifique, en utilisant Cultuurlink, un outil d’alignement semi-automatique. Europeana est un agrégateur de métadonnées liées à quelques dizaines de millions d’objets appartenant à environ 3500 institutions culturelles européennes. En raison de la création et de l’utilisation de différents vocabulaires et référentiels par les nombreuses institutions, Europeana comme d’autres agrégateurs fait face à la problématique d’une considérable hétérogénéité des données. Europeana envisage de créer plus d’alignements entre référentiels de manière automatique ou semi-automatique pour mieux gérer ces données hétéroclites et pour améliorer la recherche dans les différentes collections. Dans le cadre du projet Europeana Sounds, dont l’objectif était d’ajouter des sons et des musiques dans Europeana tout en améliorant les métadonnées issues des différentes organisations, l’outil Cultuurlink a été expérimenté pour aligner et enrichir les métadonnées provenant des institutions avec le vocabulaire spécifique aux instruments de musique MIMO. Ce vocabulaire, développé pour décrire des instruments de musique dans le milieu muséal, a une très bonne couverture du domaine des instruments de musique, il est ouvert, il est multilingue et il a donc été choisi pour son potentiel d’établir des correspondances entre collections. Cultuurlink est un outil d’alignement semi-automatique, il n’est pas libre mais il est librement utilisable en ligne. Ayant identifié le vocabulaire Mimo et l’outil Cultuurlink, Europeana a demandé aux participants au projet Europeana Sounds d’expérimenter les deux. Quatre acteurs étaient particulièrement intéressés à cette expérimentation : la British Library, deux centres de recherche français (CREM – Centre de Recherche en Ethnomusicologie et MMSH – Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme) et le NISV (Netherlands Institute of Sound and Vision). Pour chaque collection, dans un premier temps chaque métadonnée a été scrutée afin de reconstituer les vocabulaires des quatre participants. Ensuite, Cultuurlink a été utilisé par les différents participants pour effectuer les alignements vers MIMO et enrichir les données initiales. Enfin les résultats ont été évalués.

Figure 7 Exemple d’utilisation de Cultuurlink

Ce que l’expérimentation a prouvé est que 50% des correspondances ont été alignées de manière automatique. L’utilisateur peut regarder chacune des correspondances et la valider ou l’invalider. L’outil permet à l’utilisateur de procéder par étapes, de construire une stratégie d’alignement et de garder le contrôle sur les résultats. L’expérimentation a donc démontré l’intérêt de l’approche en termes d’enrichissement et d’accessibilité des données. Elle a confirmé les difficultés liées à la polysémie, la nécessité du contrôle humain et de l’expertise dans le domaine de la connaissance concerné ainsi que la robustesse du vocabulaire MIMO, même si des marges de progrès en termes de couverture seraient possibles.

REDEN : Résolution et désambiguïsation d’entités nommées pour l’enrichissement des corpus textuels.

Présentation par Carmen Brando, ingénieure de recherche en sciences de l’information géographique et en humanités numériques, EHESS.

Comment lier des données textuelles, qui, à la différence des données dans le web de données, ne sont pas structurées ? Dans un contexte d’édition numérique il est intéressant de pouvoir faire des annotations, c’est-à-dire de déclarer dans un texte qu’un segment de ce texte est un lieu par exemple, que ce segment fait référence non pas à un lieu quelconque mais à un lieu précis tel qu’il est décrit dans une base de données déterminée. Des enjeux majeurs de l’édition numérique consistent donc à repérer les références (c’est-à-dire des entités nommées telles que des lieux, des personnes, des institutions, des événements historiques, …) dans un texte, les identifier de manière unique, les lier à la connaissance externe afin d’enrichir le texte et de proposer des modalités de lecture plus riches ou complémentaires. Le développement de l’outil REDEN, initié en 2015, a été entrepris pour répondre au besoin de plusieurs chercheurs en littérature française travaillant au Labex OBVIL (Observatoire de la vie littéraire) d’enrichir leurs éditions numériques encodées en XML/ TEI. L’encodage d’entités nommées dans une édition numérique en XML/ TEI consiste à faire rentrer un segment de texte faisant référence à une entité nommée dans la balise pertinente prédéfinie dans la norme TEI : par exemple <persName> pour les personnes et <placeName> pour les lieux. Pour lier ces connaissances à des connaissances externes, il est possible de rajouter à la balise en question l’attribut ref qui permet de faire référence à des ressources sur le Web. L’annotation d’entités nommées peut être effectuée en encodant manuellement le texte mais peut se faire aussi de manière automatique ou semi-automatique. L’algorithme REDEN n’intervient pas dans la phase d’identification des entités nommés dans le texte ni dans la phase de classification du type d’entité nommée mais il intervient dans la phase de résolution, c’est-à-dire au moment du liage du segment de texte à l’identifiant de la ressource accessible sur le Web. L’approche de REDEN est une approche fondée d’un point de vue informatique sur les graphes et sur le fonctionnement du web de données. REDEN peut être utilisé pour tout jeu de données RDF à condition que les données puissent être interrogées via un Sparql Endpoint. L’algorithme REDEN est constitué de plusieurs phases :

  • Constitution d’un index par type d’entité contenant les formes de surface de toute entité dans la base de connaissance y compris son URI (identifiant unique) ;
  • Pour chaque mention dans un contexte donné du texte, par exemple dans un paragraphe ou dans une phrase, et un type d’entité nommée à la fois, REDEN effectue deux opérations :

(1) Identification des candidats et récupération des données RDF des candidats à partir des données liées ;

(2) Fusion de graphes et élagage, suivi par le calcul de centralité par mention, et choix du candidat ayant le score le plus élevé.

Figure 8 Exemple de fonctionnement de l’algorithme

Un outil démonstrateur utilisant REDEN est disponible en ligne. Il permet, à partir d’un texte balisé en XML/ TEI, de sélectionner le type d’entité nommée (lieu, personne, institution, etc.) pour lequel on souhaite trouver et lier des ressources sur le Web et de télécharger le texte enrichi des liens signalés via l’attribut ref_auto. Une fonctionnalité de visualisation est aussi mise à disposition : l’outil récupère les coordonnées géographiques des ressources identifiées à partir du texte et les montre sur une carte.

Figure 9 Exemple de lecture « géographique » d’un passage de « Le passant de Prague » de Guillaume Apollinaire

Actuellement, une collaboration avec le laboratoire Lattice et l’Université de Tunis prévoit l’intégration en amont avec l’outil de reconnaissance d’entités nommées SEM fondé sur l’apprentissage automatique (CRF) et Wikidata. Parmi les autres travaux en cours : la réflexion autour de la mise à disposition en ligne de données géo-historiques et la proposition de l’outil par des institutions patrimoniales comme service à la recherche. REDEN est un outil open source. Le code est disponible sur Github.

Le projet ANR Foucault Fiches de Lecture.

Présentation par Laurent Dartigues et Vincent Ventresque, respectivement chargé de recherche et ingénieur d’étude au laboratoire TRIANGLE (UMR 5206), ENS Lyon.

Foucault Fiches de Lecture (FFL) est un projet scientifique qui a pour objectif d’explorer, de mettre à disposition en ligne et de donner à lire de manière enrichie un vaste ensemble de fiches de lecture de Michel Foucault conservées au département des Manuscrits de la BnF. Ce projet a été initié en octobre 2017, il a une durée prévue de trois ans, il est réalisé en partenariat avec la BnF et il participe en tant qu’équipe test du projet Corpus pour l’année 2018. Il porte sur un corpus issu des archives de Foucault conservées à la BnF et constitué de plusieurs milliers de feuillets qui forment une collection de citations et de références bibliographiques, organisées et commentées par Foucault pour la rédaction de ses ouvrages ou la préparation de ses cours. Cet ensemble considérable en termes de volumétrie et de richesse d’informations, en étant fondé sur des références, se prête particulièrement à une exploration « hypertextuelle » du parcours de lecture, de travail, de la pensée de Foucault, et demande le tissage de liens entre les citations ou les références et les auteurs ou les ouvrages concernés. Dans cette perspective, le projet se propose non seulement d’analyser le corpus des fiches de lecture mais également de développer une plateforme qui permettrait à un chercheur de consulter environ 11 000 fiches numérisées, de les annoter, de bénéficier des annotations des autres utilisateurs et de faire une lecture enrichie du corpus grâce au tissage de liens vers des ressources externes et à des visualisations de données.

Figure 10 Exemple de fiche de lecture présenté dans l’interface du prototype de plateforme en cours de développement dans le cadre du projet

La plateforme est en train d’être développée dans une logique de gain de temps et d’attention à la qualité des données grâce notamment à l’utilisation de référentiels, autorités et de l’autocomplétion. Par exemple, lorsqu’un ouvrage est mentionné dans une fiche, l’utilisateur a la possibilité de sélectionner la référence correspondante précédemment rentrée dans la base de données du projet et liée à la ressource correspondante dans data.bnf.fr ou bien de rajouter la référence de l’ouvrage dans la base de données et de récupérer les informations bibliographiques associées à cet ouvrage en effectuant l’alignement vers l’URI correspondant dans data.bnf.fr. Le modèle de données sous-jacent est basé sur le principe de l’annotation pour permettre de mutualiser certains contenus (l’utilisateur décide pour chaque contenu ajouté s’il est privé, restreint ou public) tout en fournissant un espace de travail pour chaque utilisateur.

Figure 11 Modèle de données simplifié

Les avancements du projet sont reportés sur le carnet de recherche du projet.

Conclusion

Dans un contexte d’accroissement des volumétries des données et de réduction des temps d’analyse et de traitement, les institutions patrimoniales comme les équipes de recherche reconnaissent le besoin d’une complémentarité croissante entre humains et systèmes automatiques. Les présentations qui se sont succédé au fil de la matinée rappellent que l’automatisme complet présente à l’heure actuelle de nombreuses limites. Des approches semi-automatiques, en s’appuyant de manière hybride sur les atouts des humains comme sur les atouts des machines, semblent en revanche donner des résultats prometteurs. Notamment dans le processus d’alignement de données, le contrôle et la validation humaine sont des aspects fondamentaux pour la garantie de la qualité des données et pour l’instauration de la confiance. Si les projets de recherche qui se focalisent sur des questions qui relèvent de l’informatique, comme REDEN ou ELKER, visent à développer des solutions généralistes, respectivement pour tout texte et pour tout jeu de données, la Bibliothèque et les projets de recherche en SHS notamment sont confrontés à la fois à la nécessité de l’automatisation et à la prise en compte des spécificités des données qu’ils traitent. C’est pourtant précisément cette tension entre la posture technique transverse et l’approche centrée sur les particularités d’un domaine qui peut s’avérer extrêmement fructueuse.

Appel à contribution : Présentations flash sur des projets participatifs et collaboratifs, pour les 17e Journées des Pôles associés et de la Coopération (1-2-3 octobre 2018, à Paris)

La Bibliothèque nationale de France organise les 17es Journées des Pôles associés et de la coopération (JPAC) les 1er, 2 et 3 octobre prochains. Le thème proposé pour l’édition 2018 est “Partager, enrichir, contribuer”. Un appel à contribution est lancé pour des présentations flash sur des projets participatifs et collaboratifs.

Comme lors des 16es Journées des pôles associés et de la coopération, la tribune des JPAC est ouverte à 4 bibliothèques qui souhaitent présenter aux participants de ces journées leurs actions innovantes en lien avec le thème “Partager, enrichir, contribuer”.

Le format de ces présentations-flash est très court puisque chacune d’entre elles dure 10 minutes. Deux présentations sont inscrites au programme de l’après-midi du mardi 2 octobre (14h30-15h) et deux autres à celui du programme de la matinée du mercredi 3 octobre (9h30-10h). À l’issue des présentations, un temps de 10 minutes est réservé aux échanges avec la salle.

L’équipement du Grand auditorium de la BnF permet la diffusion de présentations sur écran, de son et de vidéo. Les JPAC feront l’objet d’une captation vidéo et les présentations seront donc diffusées en différé.

Cet appel à contributions est ouvert jusqu’au lundi 3 septembre inclus dernier délai. Les établissements intéressés sont invités à adresser leur proposition qui comprendra le sujet et la description de leur projet d’intervention simultanément à Sophie Bertrand (sophie.bertrand@bnf.fr), Arnaud Dhermy (arnaud.dhermy@bnf.fr) et Véronique Falconnet (veronique.falconnet@bnf.fr).

Calendrier de l’appel à candidatures

  • Date limite de soumission des propositions : 3 septembre 2018 inclus (par e-mail aux adresses de messagerie indiquées ci-dessus)
  • Date d’annonce des propositions retenues : 14 septembre 2018 (par e-mail)

Les éventuelles questions portant sur l’organisation de ces « Présentations flash » sont à adresser à Sylvie Damase (sylvie.damase@bnf.fr), chargée de communication, d’événements et de logistique professionnelle au département de la Coopération.

17es Journées des Pôles associés et de la coopération (JPAC)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier : Données liées et données à lier : quels outils pour quels alignements ? (10/07)

Dans le cadre du projet Corpus, inscrit au plan quadriennal de la recherche de la Bibliothèque nationale de France 2016-2019, des ateliers thématiques sont organisés régulièrement afin d’inciter les échanges entre le milieu académique et le monde des bibliothèques dans le domaine des humanités numériques. Le prochain atelier aura lieu le 10 juillet 2018 et portera sur différentes méthodes et outils d’alignement de données.

The Linked Open Data Cloud

Argument

Une des promesses de la publication de données en ligne ouvertes est la possibilité de tisser des liens entre jeux de données de nature différente pour en enrichir les réutilisations. La mise en œuvre de ces alignements fait appel à des approches très diverses. Un cas d’usage en bibliothèque est la création d’entités exploitables sur le web à partir de données bibliographiques structurées (Logilab). La comparaison de chaînes de caractères ne peut suffire à aligner des concepts, pour lesquels entrent en jeu l’analyse de la structure des référentiels où ils sont décrits ou l’exploitation de liens à une référence partagée. Une méthode telle que l’extraction de clés liage permet de proposer des mesures de similarité à partir de la comparaison de deux jeux de données sans en connaître la sémantique (ELKER). Des outils peuvent aussi aider à la décision pour faciliter le travail manuel, voire le crowdsourcing de la part de communautés identifiées (Projet Foucault Fiches de Lecture, Wikidata Mix’n’Match). Ces liens servent enfin à enrichir des données peu structurées, comme le propose la résolution d’entités nommées pour le plein texte (REDEN).

Programme

  • Emmanuelle Bermès (BnF) et Aude Le Moullec-Rieu (BnF) introduiront la matinée
  • Adrien Di Mascio (Logilab) et Sébastien Peyrard (BnF) présenteront l’utilisation d’algorithmes de regroupement dans le logiciel Robot-Données
  • Etienne Cavalié (BnF) présentera Bibliostratus, l’outil d’alignement développé par le groupe Systèmes et Données du programme national Transition bibliographique
  • Jérôme David et Manuel Atencia (équipe MOEX, Inria & LIG) : présenteront le projet ANR ELKER sur l’extraction et le raisonnement avec clés de liage
  • Carmen Brando (EHESS) présentera l’algorithme REDEN
  • Antoine Isaac (Europeana) présentera les outils CULTUURLINK et Wikidata Mix’n’Match
  • Vincent Ventresque et Laurent Dartigues (TRIANGLE/ ENS Lyon) présenteront le projet ANR Foucault Fiches de Lecture

Modalités pratiques

10 juillet 2018, 9h30 – 13h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand (Quai François Mauriac, 75013 Paris), salle 70.

Entrée libre sur réservation auprès d’Eleonora Moiraghi.