Archives par mot-clé : Humanités numériques

Proposition d’emploi : Modélisation des données pour une base Heurist

La BnF propose un CDD de trois mois en vue de la modélisation d’une base de données, dans le cadre d’un projet du Quadriennal de la recherche.

Continuer la lecture de Proposition d’emploi : Modélisation des données pour une base Heurist

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Poste de chargé d’études et de recherche pour le projet RICH.DATA

Le projet RICH.DATA (Richelieu. Histoire du quartier – POC modélisation de données) est porté par l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), l’UMR 3495 MAP (Modèles et simulations pour
l’architecture et le patrimoine), la Bibliothèque nationale de France (BnF) et l’Ecole nationale des chartes (Enc).

Le projet est inscrit dans la programmation scientifique 2021 de la Fondation des sciences du patrimoine et à ce titre bénéficie d’un soutien financier.

Le consortium RICH.DATA recrute un/e chargé/e d’études et de recherche pour une période de 18 mois. La mission concerne l’élaboration d’un système d’information innovant pour ce projet qui
concerne l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme du quartier Richelieu à Paris. Le profil recherché concerne donc des spécialistes des systèmes d’information et de la modélisation de données
patrimoniales.

Continuer la lecture de Poste de chargé d’études et de recherche pour le projet RICH.DATA

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de stage d’humanités numériques : Édition numérique enrichie du “plus ancien Livre du monde”

L’Institut français d’archéologie orientale au Caire, en collaboration avec Sorbonne Université et le CNAM, dans le cadre du programme de recherches ECRITURES et en lien avec l’exposition Champollion au printemps 2022 à la BnF, propose un stage d’humanités numériques à l’automne prochain, à Paris, avec une mission au Caire, centré en particulier sur la TEI et le IIIF.

Continuer la lecture de Offre de stage d’humanités numériques : Édition numérique enrichie du “plus ancien Livre du monde”

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier : Humanités numériques, littérature et intelligence artificielle (18/6)

Assistez à l’atelier que le BnF DataLab organise le 18 juin 2021 de 14h à 17h30 pour découvrir les nouveaux axes de recherche en littérature et linguistique, ainsi que les enjeux pour la BnF.

Continuer la lecture de Atelier : Humanités numériques, littérature et intelligence artificielle (18/6)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat : Frédéric Martin

Le mardi 27 avril, Frédéric Martin, directeur du département de l’Accueil, de l’orientation et de la billetterie de la BnF, soutiendra sa thèse de doctorat en littérature française intitulée Les politesses du seuil : étude littéraire et répertoire bibliographique des pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques en France (1598-1630) ; graphe social des amitiés poétiquesmenée sous la direction de M. Patrick Dandrey, professeur émérite de littérature française, Sorbonne Université.

Résumé

Cette thèse porte sur les pièces liminaires dédiées à l’auteur dans les recueils poétiques publiés en France entre 1598 et 1630. Elle comporte trois volets : un répertoire bibliographique qui recense 988 poèmes amicaux, issus de la consultation de 213 éditions ; une étude littéraire portant sur différents aspects de cette composante de l’appareil péritextuel ; un graphe social représentant, de manière dynamique, l’ensemble des liens de sociabilité que révèlent les poèmes d’éloge liminaires, c’est-à-dire le réseau social public des amitiés poétiques.
L’étude littéraire analyse, en premier lieu, le péritexte amical en tant qu’objet éditorial, inscrit dans une stratégie « marketing » et relevant d’une captatio benevolentiae déléguée à des tiers. Un partage des responsabilités s’opère entre l’imprimeur-libraire, l’auteur du recueil, et celui du poème liminaire. En second lieu, nous étudions les principes rhétoriques, poétiques et topiques concourant à la composition de l’éloge du poète. Une écriture fortement codifiée, tant dans ses procédés stylistiques que dans ses référents topiques, dessine le portrait du poète idéal. Enfin, nous nous attachons à caractériser les cercles d’amitiés poétiques, qui ne témoignent pas uniquement d’une volonté de reconnaissance par les pairs, mais d’un souhait d’ouvrir les pages du recueil à l’entourage, à la famille, aux connaissances professionnelles, sollicités comme témoins de moralité plutôt que prescripteurs littéraires. Les mentions accompagnant de nombreux poèmes liminaires livrent de précieuses informations sur les qualités et professions des amis du poète, révélant ainsi les spécificités de leurs positions sociales.

Soutenance

  • Mardi 27 avril 2021 à 13 h
  • La soutenance se déroulera en visio-conférence : https://bnf-fr.zoom.us/j/91730347643?pwd=V3pCT2xueExBeTVQb2t5QUVSUHZ1Zz09
  • Identifiant de réunion : 917 3034 7643
  • Code : 945926

Composition du jury

  • M. Patrick Dandrey, professeur émérite, Sorbonne Université
  • Mme Emmanuelle Bermès, conservatrice générale des bibliothèques, BnF
  • M. Alain Génetiot, professeur, Université de Lorraine
  • M. Glenn Roe, professeur, Sorbonne Université
  • M. Bernard Teyssandier, professeur, Université de Reims Champagne-Ardennes

Position de thèse

Addendum du 27/4

  • Après délibération, le jury a déclaré Frédéric Martin digne du titre de docteur et, malgré la disparation des mentions, lui a décerné ses félicitations.
  • Pour consulter le graphe produit pour la thèse, http://these.acalon.fr/

Voir aussi

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier sur la Transcription de l’écriture manuscrite

La transcription de l’écriture manuscrite constitue l’un des enjeux du travail de recherche et d’exploitation des collections numérisées : temps de traitement long, difficulté à industrialiser les procédés, question autour de la valorisation et du devenir des corpus transcrits. Face à ces questionnements, deux solutions semblent émerger :

  • La transcription collaborative sur des plateformes ouvertes à des contributeurs bénévoles participant à la transcription (et parfois à l’encodage) des manuscrits ;
  • La transcription automatique, qui utilise les techniques de reconnaissance d’image issues de l’IA (dit HTR : Handwritten Text Recognition), ou la transcription semi-automatique qui utilise le participatif pour corriger et annoter les documents en post traitement.


La BnF, en tant qu’institution patrimoniale et acteur de la recherche se pose également la question de solutions de transcription, qu’elle soit sous forme de plateforme participative, ou d’outils mis à la disposition des usagers pour traiter leurs corpus. A l’heure où les technologies semblent atteindre un certain niveau de maturité, d’autres questions viennent alors : comment fédérer une communauté autour d’une plateforme ; comment verser ces transcriptions dans les outils déjà existants ; comment accompagner les chercheurs sur ces nouveaux outils ?

A travers la présentation d’outils et de projet de recherche, cet atelier vise deux objectifs principaux :

  • partager les résultats de la recherche et fédérer une communauté d’usagers autour des outils qui seront mis à disposition dans le BnF DataLab ;
  • acculturer les acteurs aux traitements automatisés sur des collections qui jusqu’à présent échappaient à l’analyse de masse (manuscrits, tapuscrits, imprimés anciens, écritures non latines, etc.).

Programme

15h – Introduction générale de l’atelier / accueil des participants par Arnaud Laborderie

  • 1er partie : Transcription collaborative

15h05 : Jean-Philippe Moreux, BnF, expert scientifique Gallica : les projets de transcription collaborative et de correction d’OCR à la BnF.

15h15 : Pauline Charbonnier, Archives nationales, ingénieur d’études : Présentation du projet de plateforme collaborative Testament de poilus1.

15h30 : Vanessa Desclaux, BnF, conservatrice au service des manuscrits orientaux, Anaïs Wion, CNRS, chargée de recherche et Mathilde ALAIN, assistante de recherche : Les manuscrits d’Abbadie et la plateforme Transcrire2.

15h45 : Questions

  • 2e partie : Transcription automatique ( HTR)

16h15 : Emmanuelle Bermès, BnF, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du Directeur des services et des réseaux : Introduction.

16h25 : Daniel Stökl Ben Ezra, EPHE, PSL, UMR 8546 AOrOc : Présentation de l’infrastructure HTR open source eScriptorium3.

16h40 : Alix Chagué, INRIA, ingénieure recherche et développement et Aurélia Rostaing, Archives nationales, conservatrice du patrimoine : présentation du projet Lectaurep4.

16h55 : Dominique Stutzmann, CNRS-IRHT, chargé de recherche : présentation de l’ANR Horae5.


Organisateurs

  • Marie Carlin, Arnaud Laborderie, Emmanuelle Bermès et Charlotte Clergeau

Informations pratiques

  1. TESTAMENTS DE POILUS, les contributeurs bénévoles ont participé à la transcription et à l’encodage au format informatique TEI des testaments de poilus, via la plateforme de transcription collaborative ouverte en janvier 2018 (https://testaments-de-poilus.huma-num.fr). Mise en ligne de l’édition numérique  https://edition-testaments-de-poilus.huma-num.fr/ []
  2. CARNETS D’ABBADIE, Ce projet de recherche a pour objectif, de transcrire, analyser et éditer les dix-sept carnets de notes du savant voyageur Antoine d’Abbadie, qui séjourna en Éthiopie de 1840 à 1852. Informations : https://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2019000024_mss-abbadie-les-carnets-scientifiques-d-antoine-d-abbadie-en-ethiopie-1840-1852-numerisation-transcription-et-edition []
  3. ESCRIPTORIUM – interface de transcription automatique d’écritures manuscrites qui s’appuie sur Kraken et qui fournit des modèles de segmentation performant à utiliser sur divers corpus. Informations : https://ephenum.hypotheses.org/1412 []
  4. LECTAUREP, porté par les Archives nationales et Inria, élabore avec Kraken/eScriptorium des modèles de segmentation et de reconnaissance automatiques d’écritures manuscrites spécifiques à des répertoires d’actes de notaires, avec un volet participatif : https://lectaurep.hypotheses.org/ []
  5. HORAE (ANR, 2018-2021) vise à l’étude du texte des livres d’heures manuscrits du Moyen Âge : https://anr.fr/Projet-ANR-17-CE38-0008. La société Teklia et le laboratoire de linguistique LS2N sont associés à l’IRHT pour identifier les structures des livres d’heures et analyser la circulation des textes de dévotion au bas Moyen Âge. https://horae.digital/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de stage d’Assistant de recherche pour le Répertoire des Écritures Musicales du Département de la Musique (REMDM)

 
La Dauphine (manuscrit autographe)
La Dauphine (manuscrit autographe), https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7400130b/f4.item

Dans le cadre du projet de recherche REMDM : Répertoire des Ecritures Musicales du Département de la Musique, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2020-2023 de la BnF, le département de la Musique propose un stage de 300 h, équivalent à une période de deux mois à temps plein.

Le stage est à effectuer entre novembre 2020 et février 2022 (dates à définir avec le ou la stagiaire).


Chercheurs et professionnels sont confrontés depuis toujours à la problématique de l’identification et de la qualité des sources. En s’appuyant sur les 50.000 partitions manuscrites (XVIe-XXIe siècles) conservées au département de la Musique, le projet REMDM propose la constitution d’un répertoire des écritures musicales dues à la fois à des compositeurs (notion d’autographe) et à des copistes identifiés ou anonymes.

Conçu sous forme de base de données, ce répertoire classe rationnellement des échantillons d’écriture musicale. Il représente le développement naturel, à l’ère numérique, des recherches que la BnF a menées pendant plusieurs années dans le cadre du Répertoire International des Sources Musicales (RISM).

Parallèlement à la constitution de la base de données, le projet prévoit le développement de méthodologies innovantes d’analyse graphique faisant appel aux technologies les plus avancées en matière de fouille
d’images.

Missions du stage

  • Annoter un corpus d’images issu de Gallica selon le protocole IIIf
  • Inventorier, référencer et indexer dans la base de données les corpus de manuscrits musicaux retenus
  • Vérifier l’exactitude des descriptions bibliographiques des documents retenus dans le catalogue général
  • Vérifier, compléter ou enrichir les notices d’autorité adéquates (compositeurs, copistes)
  • Identifier et collecter des sources d’informations bibliographiques

Compétences requises

  • Niveau requis : Master 2 (bac + 5)
  • Expertise scientifique des sources musicales, notamment manuscrites, et connaissance de l’histoire de la musique
  • Connaissances en paléographie et philologie musicale
  • Notions de bibliothéconomie et de description bibliographique des documents anciens
  • Connaissance des outils bibliographiques (répertoires, bases de données, ressources documentaires…)
  • Connaissance des catalogues et des réservoirs numériques de documents de la BnF
  • Pratique aisée des outils informatiques (Excel, InView…)
  • Connaissance d’une ou plusieurs langues étrangères
  • Capacité à travailler en équipe
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, sens de l’organisation, qualité rédactionnelle

Candidater

  • Durée du stage : 300 h
  • Convention de stage non gratifié
  • Les candidatures (lettre de motivation et CV détaillé) sont à envoyer jusqu’au 15 octobre à l’adresse suivante : rosalba.agresta@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Assistant de recherche

Poème amharique, Bibliothèque nationale de France Département des Manuscrits. Ethiopien d'Abbadie 114
Poème amharique, Bibliothèque nationale de France Département des Manuscrits. Ethiopien d’Abbadie 114

Missions et activités permanentes

Dans le cadre du programme de recherche « Les carnets scientifiques d’Antoine d’Abbadie en Éthiopie (1840-1852) : numérisation, transcription et édition » (MSS-ABBADIE) ((Voir le Catalogue raisonné de manuscrits éthiopiens appartenant à Antoine d’Abbadie…)) retenu par le plan quadriennal de recherche (2020-2023), le titulaire du poste est chargé de :

  • vérifier la numérisation des 17 cahiers de notes d’Antoine d’Abbadie (ms Ethiopien Abbadie 218, 265 à 280)
  • opérer le versement des lots d’images dans l’outil Transcrire 
  • transcrire 
  • acquérir une expertise paléographique permettant l’accompagnement des transcripteurs
  • réaliser la première phase de validation des transcriptions collaboratives 
  • organiser les événements scientifiques autour du projet de transcription collaborative (« Transcrithon »)
  • animer la communauté
  • animer la communication autour du projet (carnet sur Hypothèses et/ou fil twitter et/ou autres réseaux sociaux) 
  • accompagner le travail d’édition en XML-TEI.

Compétences requises

  • Maîtrise des outils informatiques standards et des applications propres au domaine de la recherche
  • Connaissance des normes et formats de métadonnées adaptés à la spécialité (peut s’acquérir en cours de contrat)
  • Connaissance des catalogues et des réservoirs numériques de documents de la BnF
  • Connaissance en histoire dans le domaine traité
  • Capacité à travailler en équipe
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, qualité rédactionnelle
  • Maîtrise des outils de communication (carnet de recherche et/ou réseaux sociaux)

Caractéristiques

  • Référence du poste : RC098
  • Sites : Richelieu 58 rue de Richelieu 75002 Paris; Louvois 58 rue de Richelieu 75002 Paris
  • Catégorie : B
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Gestionnaire de collections et de traitement documentaire
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Fixe
  • Nombre d’heures par mois : 110
  • Durée du contrat : 4 mois – 6.6
  • À pourvoir à compter du : 01/09/2020

Contacts

  • Laurent HERICHER
    Chef du service des Manuscrits orientaux
    33 (0)1 53 79 89 08
  • Mathieu LESCUYER
    Adjoint au directeur du département
    33 (0)1 53 79 83 24

Postuler

Postuler en ligne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Chargé-e d’appui au traitement des données scientifiques – BnF Data Lab et TGIR Huma-Num CNRS H/F

Missions

Le·la chargé·e d’appui au traitement des données scientifiques a pour mission, en coordination avec la TGIR Huma-Num et la direction du BnF Data Lab, d’accompagner les projets de recherche dans leur construction et leur déploiement grâce à des outils et services adaptés.

Activités

  • Accompagner d’un point de vue opérationnel les projets de recherche accueillis et/ou soutenus par le BnF Data Lab
  • Identifier et orienter les équipes de recherche vers les outils de traitement et d’exploitation des données, rédiger des spécifications pour le développement d’outils et le choix d’environnements numériques
  • Accompagner les équipes dans l’utilisation des outils et services d’Huma-Num et d’autres réseaux (consortiums, réseaux de compétences à l’international etc.)
  • Conseiller les chercheurs aux différentes étapes techniques de gestion de leurs projets numériques (constitution de corpus, traitements et analyses, valorisation, préservation des données…)
  • Animer des formations et participer à des manifestations scientifiques organisées par Huma-Num et/ou la BnF
  • Assurer en propre des traitements pour réaliser des projets répondant à des défis numériques innovants portés conjointement par la BnF et Huma-Num
  • Exercer une veille scientifique et technique dans le domaine des Humanités Numériques
  • Partager les problématiques de traitement numérique des chercheurs du BnF Data Lab avec les équipes d’Huma-Num.

Compétences

  • Humanités Numériques : connaître le domaine (littérature, veille, interlocuteurs, réseaux), les problématiques de l’enseignement supérieur et de la recherche. Avoir pratiqué dans le cadre de projets SHS le développement et la mise en œuvre de logiciels de traitement et de publication de données et de documents.
  • Connaissance des usages et technologies du web sémantique : normes et standards d’interopérabilité, métadonnées, datamining.
  • Connaissance des technologies numériques appliquées au traitement et à l’exploration des données.
  • Programmation et bases de données : connaître à un niveau débutant, au moins un des langages de programmation (Python, PHP, Perl par exemple) et son utilisation dans le cadre de traitement des données et/ou du web, ainsi qu’au moins une des bases de données usuelles (relationnelle, noSQL…).
  • Capacité d’apprentissage et d’appropriation des nouvelles technologies.
  • Connaissance des règles et problématiques juridiques du droit de l’information.
  • Maîtriser les techniques de présentation orale et écrite, de rédaction de documents de synthèse.
  • Anglais niveau B1.

Savoir-faire opérationnels

  • Conduite de projets : savoir identifier les finalités et les objectifs, prévoir les moyens de réalisation, structurer les différentes phases du projet, rédiger les cahiers des charges, coordonner les échanges entre les différents interlocuteurs et partenaires.
  • Formation : savoir identifier les besoins et définir les objectifs d’acquisition des compétences, organiser, rédiger les supports, dispenser éventuellement des formations.
  • Réseautage : savoir s’insérer dans un réseau d’échanges ou de partage des ressources et conduire des projets inter-organismes.
  • Savoir rendre compte et faire le lien sur le plan technique entre le BnF Data Lab et la TGIR Huma-Num.

Contexte de travail

Le BnF Data Lab est un nouveau service mis en place par la BnF pour développer la recherche sur les collections numériques. Cet espace, situé en bibliothèque de recherche du site François Mitterrand proposera aux chercheurs un environnement matériel (bureaux, salles de travail, salle de formation…), technique (prestations d’accès ou de constitution de corpus : extraction, indexation, numérisation…) et scientifique (assistance et expertise) destiné à faciliter l’exploitation de corpus numériques, dans le respect des règles de propriété intellectuelle.
Le/La chargé.e d’appui au traitement des données scientifiques sera affecté.e à la Très Grande Infrastructure de Recherche – TGIR Huma-Num, portée par le CNRS, l’Université d’Aix Marseille et le Campus Condorcet. Pour en savoir plus sur les missions de la TGIR Huma-Num : https://www.huma-num.fr/la-tgir-en-bref.

La personne recrutée intégrera le pôle “données” de l’unité sous la responsabilité du responsable du pôle et collaborera de manière transverse avec les différents pôles d’Huma-Num au sein d’une unité composée actuellement de 20 personnes réparties sur Paris et Lyon. Elle collaborera également avec la coordinatrice du BnF Data Lab et les équipes de recherche hébergées au BnF Data Lab. 

La personne recrutée sera amenée à travailler sur les sites de la TGIR (Raspail Paris 5ème, Campus Condorcet à Aubervilliers) et sur le site François-Mitterrand de la BnF (Paris 13ème).

Contraintes et risques

Des déplacements fréquents sur ces trois sites en Ile-de-France sont à prévoir.

Informations générales

  • Référence : UMS3598-ARIALL-012
  • Lieu de travail : AUBERVILLIERS
  • Date de publication : mercredi 1 juillet 2020
  • Type de contrat : CDD Technique/Administratif
  • Durée du contrat : 12 mois
  • Date d’embauche prévue : 1 septembre 2020
  • Quotité de travail : Temps complet
  • Rémunération : Rémunération entre 2151 et 2727 euros bruts mensuels selon expérience
  • Niveau d’études souhaité : Bac+3
  • Expérience souhaitée : Indifférent

Postuler

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

Colloque de clôture du projet ANR Foucault Fiches de Lecture – Première partie à l’IMEC Abbaye d’Ardenne, 10-11 septembre 2020, à la BnF le 26 septembre 2020.

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique
Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

En proposant la numérisation des fiches de lecture de Michel Foucault conservées à la BnF, le programme ANR Foucault Fiches de Lecture (FFL) vise une approche de l’œuvre de Foucault fondée sur l’analyse des pratiques de lecture du philosophe et de ses cheminements de pensée.

Le colloque final sera l’occasion d’effectuer un bilan, au niveau des outils développés, en ce qui concerne l’édition et le travail de la recherche foucaldienne valorisant le fonds Foucault déposé à la Bibliothèque nationale de France. Il s’agira aussi de proposer une réflexion sur les enjeux politiques et intellectuels du numérique dans le domaine des archives. Parce que matérialité technique et pensée sont étroitement liées, le numérique en tant qu’écriture n’est pas sans effet ni sur la façon d’organiser et de penser les archives dans la société, ni sur la manière de pratiquer la philosophie.

Programme du 10 septembre

  • 9h30 Mot de bienvenue par F. Bordes et P. Sabot suivi d’une ouverture par Mathias Girel, Laurence Le Bras et Michel Senellart
  • 10h30 Les outils. Président de séance J.-P. Moreux
    • Présentation de la plate-forme numérique
      Vincent Ventresque
    • « Lire les fiches de lecture avec Transkribus »
      Marie-Laure Massot et Vincent Ventresque
  • 14h30 Les projets d’édition. Président de séance L. Dartigues
    • « Michel Foucault, un cas exemplaire pour penser les pratiques savantes »
      Jean-François Bert
    • « Les usages de la plate-forme au soutien des projets d’édition de Michel Foucault »
      Elisabetta Basso
    • « Reconstituer un corpus à partir d’archives : Foucault et la phénoménologie »
      Philippe Sabot
  • 18h00 Soirée animée par E. Basso
    • Les enjeux des archives numériques pour les chercheurs et les archivistes. Avec François Bordes, Laurence Le Bras, Jean-Philippe Moreux, Arianna Sforzini

Programme du 11 septembre

  • 9h30 Analyse du travail « matériel » (1). Président de séance M. Senellart
    • « Le bio-pouvoir entre libéralisme et néolibéralisme. Un regard par les boîtes »
      Luca Paltrinieri
    • « La genèse des Aveux de la chair : les hypothèses de l’archive »
      Philippe Chevallier
    • « Édition et ayants-droit, une nécessaire coopération »
      Laurent Dartigues
  • 14h30 Analyse du travail « matériel » (2). Président de séance Ph. Chevallier
    • « Foucault, néolibéralisme et la question de l’État : un éclairage à partir des fiches de lecture »
      Carolina Verlengia
    • « Archéologie et volonté chez Michel Foucault entre les années 1950 et 1960 »
      Orazio Irrera

Programme du 26 septembre

Matinée

9 h 30 – Présentation de la matinée par Laurence Le Bras
9 h 40 – Présentation du projet et des objectifs techniques par Vincent Ventresque
9 h 50 – Présentation de fonctionnalités de Gallica utiles au projet par Jean-Philippe Moreux
10 h – Présentation du prototype et de ses aspects expérimentaux par Vincent Ventresque
11 h – Présentation de Transkribus par Jean-Philippe Moreux et Marie-Laure Massot
12 h – Présentation de la plateforme Eman par Richard Walter

Après-midi

14 h 30 – Ouverture par Laurence Le BrasIsabelle le Masne de chermont
15 h – « Le projet FFL : présentation et devenir », présentation du projet Foucault Fiches de Lecture et de ses enjeux pour la recherche par Michel Senellart et Laurent Dartigues
15 h 30 – « Conserver et éditer les archives », table ronde animée par Laurence Le Bras, avec Henri-Paul Fruchaud et Daniel Defert
16 h 30 – « Articles, cours, inédits : les visages de l’œuvre posthume », table ronde animée par Philippe Chevallier, avec François EwaldFrédéric Gros et Claude-Olivier Doron
17 h 30 – Table-ronde conclusive animée par Judith Revel : « Ce que l’édition posthume fait à l’œuvre  »

Informations pratiques BnF

  • Samedi 26 septembre 2020, 9h30 – 18h30
  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com (rubrique Bibliothèques) – Réservation obligatoire avant le 18 septembre pour la matinée.
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation).

Comité d’organisation

Elisabetta Basso, Laurent Dartigues, Michel Senellart, Vincent Ventresque, Carolina Verlengia, avec l’aimable participation de
François Bordes et Philippe Sabot.

Contact : laurent.dartigues@ens-lyon.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à candidature – Postdoctorant.e informatique Projet LIFRANUM – Littérature FRAncophone NUMérique

Dans le cadre du programme scientifique LIFRANUM (Littératures Francophones Numériques) qui associe la Bibliothèque nationale de France, financé par l’ANR, recrute un.e postdoctorant.e.

Logo ANR

Contexte et objectifs du projet

Le projet LIFRANUM vise à constituer et analyser le corpus des productions littéraires francophones nativement numériques. Il s’agit d’un projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) qui regroupe un laboratoire de langue, littérature et sciences de l’information et de la communication (MARGE), un laboratoire d’informatique (ERIC) et la Bibliothèque nationale de France (BnF).

Le corpus du projet LIFRANUM, qui est constitué de données variées au sens des big data, va être stocké un dans lac de données (data lake) permettant la conservation des données dans leur forme d’origine et leur préparation pour des analyses diverses, dont la fouille de textes. Cela implique de concevoir un système de métadonnées, d’indexation et d’interrogation du lac assurant la traçabilité du lignage des données. De plus, le lac de données n’étant pas uniquement destiné à des data scientists, il est nécessaire de s’inscrire dans une démarche « d’industrialisation » des analyses effectuées sur le lac via une couche logicielle d’exploration, de requêtage et de visualisation des données permettant aux chercheur.es du laboratoire MARGE d’être autonomes dans la plupart des cas d’étude.

Missions

La personne recrutée devra être titulaire d’un master ou d’un doctorat en informatique, être spécialiste en gestion de données, informatique décisionnelle (business intelligence), mégadonnées (big data), et être immédiatement opérationnelle. Un expérience des humanités numériques sera appréciée. Elle travaillera au sein du laboratoire ERIC, sous la responsabilité scientifique de Jérôme Darmont et Sabine Loudcher.

Elle aura pour mission de concevoir et mettre en œuvre le lac de données, de la partie métadonnées et indexation à la partie analyses « industrialisées », et ce en collaboration étroite avec tous les chercheur.es de MARGE et d’ERIC impliqué.es dans le projet LIFRANUM.

Compétences requises

Gestion de données, bases/entrepôts de données, architectures big data, humanités numériques, gestion de projet, travail en équipe, autonomie, sens de la communication, rigueur.

Conditions du poste

  • Salaire : environ 2000 € net mensuel.
  • Durée : 10 mois à compter du 1er septembre 2020.
  • Lieu d’exercice : campus Porte des Alpes, Bron.
  • Candidature à adresser à jerome.darmont@univ-lyon2.fr et sabine.loudcher@univ-lyon2.fr d’ici le 20 juin 2020, accompagnée d’un CV et d’une lettre de motivation.
  • Les candidat.es retenu.es après examen des dossiers seront convoqué.es pour un entretien par visioconférence.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Foucault Fiches de Lecture : ouverture de la plate-forme publique

Les porteurs du projet ANR Foucault Fiches de Lecture1 ont le plaisir d’annoncer l’ouverture de la plateforme FFL-Eman, accessible à l’adresse : http://eman-archives.org/Foucault-Fiches.

Le projet ANR Foucault Fiches de Lecture a notamment pour objectif de mettre en ligne plusieurs milliers de feuillets de notes de lecture de Michel Foucault, appartenant au fonds Foucault conservé au département des Manuscrits de la BnF depuis 2013 (sous la côte des Nouvelles acquisitions françaises : NAF 28730, URL : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc98634s).

Un premier échantillon de 3 boîtes (soit 1 855 pièces) a été publié via le système Eman-Omeka :

  • Boîte n°1 : Système pénal. Moyen-âge, XVIe siècle. [14 chemises, 335fiches]
  • Boîte n°39 : Freud. Sexualité. Folie. (Cours de Vincennes) [45chemises, 728 fiches]
  • Boîte n°44 A : Neurophysiologie Lagache & EEG. [36 chemises, 687 fiches]

La description archivistique, en particulier l’indexation des personnes et le relevé des références bibliographiques, sont le résultat d’un travail mené depuis 2017 et impliquant une équipe de chercheurs et ingénieurs.

Par ailleurs, la plate-forme accueillera prochainement 22 boîtes supplémentaires (voir l’inventaire complet réalisé par l’équipe : http://eman-archives.org/foucault-fiches/files/theme_uploads/Foucault-fiches-de-lecture_inventaire_chemises.pdf), et le site est encore en cours de construction.

Si vous êtes intéressé par les fiches de lecture de Foucault, et souhaitez participer au travail de description/enrichissement, veuillez contacter les porteurs du projet pour demander un accès à l’espace collaboratif privé.

Pour plus d’informations sur le projet FFL, voir le carnet de recherche : https://ffl.hypotheses.org

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’
  1. Voir : https://anr.fr/Projet-ANR-17-CE38-0001 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : lancement du site SESPOA. Sceaux et empreintes de sceaux du Proche-Orient ancien

Les sceaux-cylindres ne sont pas noirs et blancs.

La Bibliothèque nationale de France et le LabEx Les Passés dans le présent sont heureux de pouvoir annoncer la mise en ligne des premiers résultats d’un projet de recherche visant à numériser et à faire connaître la collection des sceaux-cylindres orientaux conservés à la Bibliothèque nationale de France, à la fois par l’entremise du projet CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative, <https://tinyurl.com/y6rua6g2>) et via les pages d’un nouveau portail web bilingue spécialement dédié : SESPOA, Sceaux et empreintes de sceau du Proche-Orient ancien <http://sespoa.huma-num.fr>.

La BnF abrite la deuxième plus grande collection de sceaux-cylindres orientaux en France, après celle du musée du Louvre. Avant notre travail, cette collection était surtout connue par l’ancien Catalogue de L. Delaporte, publié en 1910, où n’est cependant enregistrée qu’environ la moitié des quelque mille sceaux-cylindres aujourd’hui conservés à la BnF. L’objectif de notre projet est détaillé sur les pages du site SESPOA, où les visiteurs trouveront également des informations sur l’histoire de cette importante collection, qui a ingéré au fil du temps diverses collections privées plus petites. Les objectifs du projet et l’histoire de la collection sont également détaillés dans un article à paraître dans la prochaine livraison de la revue Syria (2019).

Le travail de numérisation et de présentation en ligne de la collection de sceaux-cylindres de la BnF est le fruit d’une collaboration entre la BnF et le pôle d’excellence (LabEx), Les passés dans le présent <http://passes-present.eu>, en coopération avec les universités d’Oxford et de Southampton au Royaume-Uni.

Le projet SESPOA est dirigé par Bertrand Lafont (CNRS Paris-Nanterre) et Jacob L. Dahl (Oxford), avec Nordine Ouraghi comme chercheur postdoctorant à Paris (archéologue Éveha financé par le LabEx) et Kate Kelley comme postdoctorante à Oxford (financée par le projet jumeau SIANE à Oxford). La majorité des travaux d’imagerie a été réalisée par Nordine et Kate, avec l’assistance de David Young de l’Université de Southampton (projet SIANE) qui a conçu et produit, avec Kirk Martinez et Jonathon Hare, également de l’Université de Southampton, le kit de capture numérique spécifiquement conçu pour les sceaux-cylindres.

Le projet SIANE1, Seals and their Impressions in the Ancient Near East, a été originellement un projet pilote de douze mois, financé par le Fonds John Fell de l’Université d’Oxford et qui a visé à mettre au point et à tester des méthodes innovantes et adaptées pour permettre la capture numérique de ces petits objets que sont les sceaux-cylindres, avec de premières applications dans les collections de la BnF et de l’Ashmolean Museum d’Oxford. Le kit de capture SIANE qui a été produit à cette occasion et utilisé par la suite est décrit dans les pages web du projet SESPOA. La numérisation des sceaux de la collection de l’Ashmolean Museum est en grande partie achevée et sera ajoutée aux sites CDLI et SESPOA à l’issue du traitement en cours des images et données.

Les porteurs du projet espèrent que leur travail sur ces deux collections clés de sceaux-cylindres, avec les technologies et outils de recherche novateurs qu’ils proposent, ouvriront la voie à la création de nouvelles mises en ligne de sceaux proche-orientaux, afin de favoriser les études sur la glyptique et l’histoire administrative de l’ancien Proche-Orient, le développement des humanités numériques dans ces domaines et la protection de ces divers corpus d’objets du patrimoine culturel mondial désormais si menacés.

  1. Le projet SIANE est décrit dans un article d’un volume édité par Kelley et Woods, “Digital Imaging of Artefacts: Developments in Methods and Aims”, publié en 2018 et disponible en ligne <http://www.archaeopress.com/public/displayProductDetail.asp?id=%7B5538CD4D-1A45-47F9-AACD-42A389B5ABCA%7D>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le mariage sous l’Ancien Régime

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche portant sur des collections de la bibliothèque.

Titre

Le mariage sous l’Ancien Régime

Pays

Canada

Auteur(s)

Description

URL

https://mariage.uvic.ca

À noter

  • L’outil donne accès à des estampes de la BnF  : https://mariage.uvic.ca/toc_gravure.html
  • Chaque image fait l’objet d’une indexation originale car encore rare dans les humanités numériques puisqu’elles ont été balisées en XML-TEI à l’aide du logiciel Image Markup Tool. Des mots-clefs ont été ajoutés par zones de l’image, ainsi qu’une transcription de la lettre et une restitution en français moderne.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Penser, classer, modéliser. L’exemple du projet Foucault Fiches de Lecture

Dans le cadre du projet CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France, l’atelier intitulé « Penser, classer, modéliser. L’exemple du projet Foucault Fiches de Lecture » a eu lieu le 13 novembre après-midi sur le site François-Mitterrand. Organisé dans une logique de partage d’expertise, il avait pour objectif de mener, à partir de l’exemple concret du projet Foucault Fiches de Lecture, une réflexion autour des problématiques liées à la modélisation et à l’enrichissement de données et, de manière plus générale, sur ce que les outils numériques peuvent apporter au travail de recherche sur un corpus d’archives.

Le projet Foucault Fiches de Lecture (FFL) est un projet ANR d’une durée de trois ans qui a pour objectif de numériser, mettre en ligne, indexer, décrire et enrichir les notes de lecture manuscrites de Michel Foucault, en utilisant une plate-forme numérique de travail collaboratif.

Fruit du partenariat entre PSL et l’ENS Lyon, le projet FFL, en fédérant des équipes de différents laboratoires de recherche (ArchiNum, Triangle, CAPHÉS et ITEM), repose sur une collaboration étroite entre chercheurs en sciences humaines et sociales et ingénieurs de recherche.

Suite au lancement de la numérisation par la BnF des fiches de lecture (fonds NAF 28740 acquis par le département des manuscrits de la BnF en 2013), aujourd’hui, à la fin de la première année du projet, un prototype de plate-forme développé par l’équipe d’ingénieurs offre aux chercheurs plusieurs fonctionnalités et ouvre de nouvelles perspectives de recherche. Elle permet d’abord de consulter les feuillets numérisés : actuellement environ 5 700 sur les 14 000 à numériser dans le cadre du projet et sur les 20 000 fiches présentes dans le fonds conservé à la BnF. Elle donne aussi la possibilité aux chercheurs de décrire et d’annoter ces fiches : chaque utilisateur peut à la fois produire des métadonnées mutualisées et enregistrer des annotations privées.


Prototype de la plate-forme Foucault Fiches de Lecture (FFL)

Basée sur les technologies du web sémantique, la plate-forme permet également d’enrichir ces informations par un système de mashup et d’alignement avec les données bibliographiques et biographiques de data.bnf.fr. En outre, elle fournit une transcription de chaque fiche. Cette transcription automatique est obtenue à l’aide du logiciel Transkribus qui, basé sur une technologie d’intelligence artificielle, après une phase d’apprentissage via des réseaux neuronaux, permet la reconnaissance d’écritures manuscrites ainsi qu’une recherche par mots clés. Malgré la nécessité d’un travail minutieux ligne par ligne, l’équipe a constaté un taux moyen de réussite de reconnaissance de l’écriture de 92%, une fois l’entraînement effectué. Enfin, les ingénieurs de recherche travaillent sur une fonctionnalité de cartographie pour permettre aux chercheurs de visualiser graphiquement les connexions entre les fiches et, à partir de ces connexions, de visualiser les réseaux de notions et d’auteurs. Le projet vise ainsi à constituer une base de connaissances sur les sources de Foucault ainsi qu’un référentiel terminologique du vocabulaire employé par le philosophe.

Exemple de transcription

Le passage des archives papier au numérique implique pour les chercheurs une nouvelle manière de les appréhender. La possibilité d’établir des liens hypertextuels entre les fiches et vers des ressources extérieures ainsi que d’obtenir des visualisations de données constitue des atouts majeurs du projet qui vise ainsi à offrir aux chercheurs un modèle de travail ouvert mais aussi une réflexion théorique sur les méthodes de travail de Foucault et ses archives, sa « bibliothèque ».

Réutiliser les données existantes

Ce corpus de fiches de lecture présente un statut hybride : plus qu’un texte, il constitue une banque de données bibliographiques. Dans leur matérialité, les fiches, accumulées pendant plus de trente ans, sont rangées dans des boîtes et des chemises selon un ordre thématique. Systématiquement, sur ces fiches, Foucault relève des références et attribue des concepts. Dans la dimension virtuelle de la plate-forme, ces références à des personnes, documents et concepts sont alignées, autant que possible, avec data.bnf.fr ou pointent vers le catalogue général de la BnF ou bien vers d’autres catalogues de bibliothèques lorsque la référence n’est pas présente sur data.bnf.fr. À ces métadonnées structurées, s’ajoutent les annotations produites par les chercheurs (par exemple des commentaires personnels ou des ajouts de références) et les transcriptions intégrales des fiches.

Comment alors tirer parti au mieux de ces différents types de données (métadonnées structurées, annotations et transcriptions) ? Cet enrichissement de données via data.bnf.fr pourrait-il être complété par le même travail à partir des transcriptions des fiches, du plein texte ?

Les index des Cours au Collège de France (thèmes et personnes) ont été fusionnés en un seul (l’index de 10 cours représente 200 pages), mais ils ne décrivent qu’une partie de l’œuvre (1970-1984) et se révèlent trop spécialisés autour des thèmes des cours ; l’équipe s’interroge alors sur la possibilité de créer un thésaurus à partir de notions ou d’utiliser un thésaurus existant pour décrire les concepts employés par Foucault afin de contrôler la création de nouvelles entités et d’améliorer la qualité des données textuelles.

Parmi les possibilités existantes, Rameau (Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié), en tant que langage d’indexation matière répandu dans le monde des bibliothèques, semble au premier abord être une solution intéressante. Aux échanges entre chercheurs et ingénieurs de recherche, s’ajoute alors un autre domaine de compétences : celui des sciences de l’information. L’échange entre des experts de Rameau à la BnF et l’équipe de recherche a permis de déterminer que ce langage documentaire n’est pas adapté à une terminologie spécifique comme celle de Foucault. En effet, les catégories foucaldiennes ne recouvrent pas les concepts du thésaurus. Les concepts de Rameau se rapportent à une classification à vocation encyclopédique et universelle à l’opposé de l’indexation des fiches de lecture qui a vocation à tenir compte de la valeur sémantique dépendante de l’usage et du contexte d’emploi des termes par le philosophe. SKOS, en permettant la description des types de relations entre des catégories et donc en permettant la description non seulement de relations hiérarchiques mais aussi associatives, est proposé alors comme un possible cadre de départ pour formaliser les relations entre les concepts. 

Visualiser les données

Outre la question de l’enrichissement des données via des thesauri, d’autres questions se posent dans le cadre du projet autour de l’enrichissement de l’expérience de navigation et de recherche.

Comment permettre la navigation dans les données à partir des graphes ? Un des obstacles face auxquels l’équipe se trouve est en effet la difficulté à l’utiliser comme une carte pour accéder aux contenus. Cette difficulté semble résider plus précisément dans le fait que soit la quantité des données est trop élevée pour être exploitée (la carte devient illisible), soit la représentation risque de porter sur des éléments déjà connus. Quel est donc l’apport de la visualisation de données ? Peut-elle faire surgir des interprétations nouvelles ?

La cartographie que l’équipe vise à construire sert à naviguer dans les fiches, plutôt qu’à représenter les concepts eux-mêmes. À l’état actuel d’avancement du projet, cette cartographie sert à savoir ce qui a été saisi et voir quel philosophe ou quelle notion apparaît dans quelle fiche.

Exemple de graphe du projet FFL

Modéliser les données

L’enjeu du projet est de réunir des usages de recherche différents sur le matériau que constituent les fiches, mais sans les réduire à un dénominateur commun : quel modèle de données alors pour le travail collaboratif ? Comment associer travail personnel et collectif ? Comment faire face à l’hétérogénéité du corpus et des usages de recherche ? Le modèle élaboré par l’équipe a été donc structuré autour du principe de l’annotation, autrement dit un « modèle centré annotations ». Il tente de concilier l’hétérogénéité de ce que les fiches contiennent (représenté sous forme d’annotations) avec les éléments homogènes comme par exemple les titres.

À chaque élément saisi par le chercheur dans la plate-forme, ou à chaque annotation, sont rattachées des métadonnées : information de provenance (qui l’a saisie et quand), type de chaque information saisie et portée (quelle partie du corpus est couverte). Certaines informations sont privées et visibles uniquement par celui qui les a saisies, ou restreintes pour un groupe de personnes.

Exemples de fiches de lecture de Michel Foucault

Dans le modèle, chaque annotation est une ressource avec une URI. Son contenu peut être un littéral ou une entité avec elle-même une URI. S’y ajoutent les méta-métadonnées (type, catégorie comme analyse scientifique ou archivistique ou note éditoriale, auteur, date, conditions d’accès).

Graphe FFL

Enrichir  les données non structurées

Les participants partagent un constat : la personnalisation des outils a pour conséquence de faire diverger les projets. Dans le prototype du projet Foucault Fiches de lecture, un membre de l’équipe a fait un import en local des données de data.bnf.fr dont il avait besoin. Pour éviter ce phénomène, Omeka permet de travailler avec des plug-ins que l’utilisateur peut choisir d’ajouter à son site internet. Par exemple,  un plugin, LC suggest, permet d’intégrer les référentiels de la Bibliothèque du Congrès comme aide à la saisie. Un tel plug-in serait utile pour data.bnf.fr. Un membre de l’équipe du projet propose un appel à la communauté pour développer de tels plug-ins pour Omeka ou WordPress. La question de la maintenance des logiciels développés dans le cadre de projets de recherche se pose alors.

L’objectif de ces développements est d’avoir des fichiers TEI1 bien formés, sans obliger les chercheurs à apprendre la TEI qui est un langage assez technique. S’ils ont eu le temps de l’acquérir, les chercheurs n’ont guère le temps de maintenir ce savoir. Chaque chercheur membre du projet pourra lui-même annoter ses fiches avec des balises par simple clic.

La BnF a testé la reconnaissance d’entités nommées avec l’API Watson sur une dizaine de fiches transcrites à la main, pour les personnes, dates, lieux, et organisations : environ 70% des personnes sont identifiées et 40% des lieux. Les quantités, dates et durées sont bien reconnues. L’algorithme est peu performant avec les organisations. En revanche, les API commerciales ne savent vraiment pas reconnaître des titres d’œuvre. Il est possible de fournir à Watson le dictionnaire propre du projet pour améliorer les résultats.

Contribuer à la recherche grâce à la complémentarité entre plate-forme numérique et travail d’édition papier

L’ordre des fiches de lecture telles qu’arrivées à la BnF n’est pas forcément significatif. La construction d’un réseau intertextuel entre les fiches est un apport majeur rendu possible par le numérique. Il ne permet pas de découvrir un nouveau Foucault, mais la richesse de ses archives de travail. 

À partir du matériel conservé dans le fonds Foucault de la BnF, deux projets d’éditions en particulier sont en cours : la publication des cours et travaux antérieurs au Collège de France, dans la collection « Hautes études » des éditions Seuil/Gallimard et la réédition des Cours au Collège de France en édition de poche, dans la collection « Points » des éditions du Seuil.

Outre la publication d’un certain nombre d’inédits, la première série en particulier se propose aussi de valoriser le matériel qui accompagne les manuscrits de ces cours/travaux, à savoir le matériel venant des archives. Ce matériel, parmi lequel figurent les fiches de lecture, est fondamental pour l’édition des manuscrits, pour la rédaction des notes bibliographiques et des notes critiques. La question fondamentale qui se pose à l’éditeur est : comment faire pour retrouver les informations parmi les milliers de feuillets consultés ? La plate-forme élaborée dans le cadre du projet FFL apporte une réponse à ce problème. Quand le philosophe renvoie dans un manuscrit à une source bibliographique incomplète, la plate-forme permet de lancer une recherche par auteur par exemple et retrouver les fiches de lecture qui concernent cette source. Outre à améliorer la compréhension des données bibliographiques, la plate-forme aide le travail d’édition en permettant une recherche par notion qui fait ressortir des informations sur la bibliographie et l’emploi d’un certain terme.

Dans cette perspective, le projet FFL contribue en général à la réflexion autour des archives contemporaines et à la manière dont le numérique peut changer le rapport aux sources d’archives.

  1. Text Encoding Initiative []