Archives par mot-clé : Histoire du livre

Cycle de conférences 2018 – 2019 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition des Trésors de Richelieu. Conservateurs, historiens et historiens de l’art, spécialistes de la mode, du spectacle, de la musique, de la littérature partagent leurs savoirs avec un large public.
À chaque conférence, des oeuvres exceptionnelles (manuscrits, costumes,
partitions musicales, oeuvres d’art) sont présentées, filmées et projetées
sur grand écran afin d’en exposer les plus infimes détails.

Programme

20 novembre 2018 : Ouverture du cycle par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, Laurence Engel, présidente de la BnF et Éric de Chassey, directeur de l’INHA

20 novembre 2018 : Un « très curieux recueil » : le fonds Jean-Jacques Lequeu

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général chargé des collections XVIIIe siècle au département des Estampes et de la photographie, BnF, co-commissaire de l’exposition
  • Elisa Boeri, historienne de l’architecture, auteure d’une thèse sur l’Architecture civile de Jean-Jacques Lequeu (en cours de publication).

En 1825, Jean-Jacques Lequeu (1757-1826) faisait don au Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale de nombreux documents : portefeuilles de dessins et de manuscrits, projets architecturaux, études et croquis
pour divers bâtiments, portraits, études de nu, dessins anatomiques, paysages, scènes de genre et représentations érotiques ; au total près de 800 pièces aujourd’hui conservées au département des Estampes et de la photographie de la BnF.
Si l’artiste poursuivit toute sa vie l’ambition de mener une carrière d’architecte, c’est grâce au dessin que son nom est parvenu jusqu’à nous. Par ses somptueux lavis de palais, pavillons, fabriques de jardin ou colonnes commémoratives, il a créé un univers de papier qui, depuis les années 1930, suscite interrogations et fascination.
En décembre 2019, le Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris,
en partenariat avec la BnF, organise la première exposition monographique consacrée à cet oeuvre inclassable. En préambule à cet événement, la BnF présente quelques pièces emblématiques de l’artiste.

18 décembre 2018 : Les écrans à main au XVIIIe siècle : des objets d’art au service du théâtre

  • Manon Dardenne, conservateur à la BnF, département des Arts du spectacle
  • Nathalie Rizzoni, ingénieure de recherche, Sorbonne Université – CNRS

Ni livre, ni estampe, ni médaille, l’écran à main tient un peu de ces trois catégories à la fois. Variante de l’éventail, cet accessoire était utilisé, à partir du XVIIe siècle, par celui ou celle qui était assis(e) auprès d’une cheminée pour se protéger des ardeurs du feu.
Composé d’un petit manche en bois et d’une feuille de carton, il était souvent orné, à l’avers, d’une estampe et, au revers, d’un texte imprimé, qui étaient destinés à instruire ou à divertir son usager. Document historique de premier plan, l’écran à main révèle la variété des centres d’intérêt de ses
utilisateurs : géographie, littérature, histoire, théâtre, musique. Le département des Arts du spectacle de la BnF possède onze écrans à main inspirés par la production dramatique du XVIIIe siècle, en particulier par l’opéra comique et la comédie. « Produits dérivés » du théâtre avant l’heure, ces objets rares racontent l’histoire vivante du théâtre au XVIIIe siècle.

15 janvier 2019 : Le voyage anthropologique
de Roland Bonaparte en Laponie

  • Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF
  • Christine Barthe, responsable de l’Unité patrimoniale des collections photographiques, musée du Quai Branly

Au cours de l’été 1884, le prince Roland Bonaparte (1858-1924), petit-neveu de Napoléon Ier, entreprit une expédition en Laponie, accompagné de son bibliothécaire François Escard, de l’anthropologue Herman Frederik Carel ten Kate, d’un jeune philologue faisant fonction d’interprète, d’un photographe et de deux domestiques.
Si l’ouvrage qu’il projetait n’a jamais vu le jour, les clichés qu’il en rapporta complétés par les écrits de son bibliothécaire, conservés au département des Cartes et plans de la BnF, sont autant de sources pour comprendre
les desseins d’un tel voyage ; ils permettent aussi de saisir la spécificité du regard porté par le prince sur un monde et sur ses habitants dans le contexte évolutif que connaissent les disciplines géographiques et anthropologiques à la fin du XIXe siècle.

29 janvier 2019 : Les chaînes de Louis XIV

  • Inès Villela-Petit, conservateur du patrimoine à la BnF, département des Monnaies, médailles et antiques
  • Ludovic Jouvet, doctorant à l’université d’Aix-Marseille

En juin 2017, le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a fait l’acquisition d’une médaille de Louis XIV à la devise du soleil et de la lourde chaîne en or qui l’accompagnait, très rare exemple parvenu jusqu’à nous d’une combinaison qui faisait sens. Replacé dans son contexte diplomatique, ce présent royal à un seigneur d’Alsace, bien documenté, permet d’éclairer un usage encore méconnu de la médaille. Perpétuant la tradition médiévale des badges partisans portés en gage de fidélité.
Le fait d’arborer le portrait du roi comme une marque de distinction personnelle contribuait à imprimer l’image du souverain sur un territoire nouvellement français.
La multiplication des variantes du prototype conçu par Jean Warin, graveur virtuose, montre qu’il fut spécifiquement retenu pour cet usage, le choix d’un exemplaire à la devise étant hautement symbolique.

12 février 2019 : Hubert Robert, l’incendie de l’Opéra

  • Boris Courrège, bibliothécaire à la BnF, département de la Musique
  • Guillaume Faroult, conservateur en chef, département des peintures, musée du Louvre

Le 8 juin 1781, l’Opéra de Paris, situé dans une aile du Palais-Royal, brûle un soir de représentation d’Orphée et Eurydice de Gluck. La salle est évacuée dans le calme, mais le feu, qui a pris dans les cintres, se propageant rapidement au toit du bâtiment, embrase le ciel parisien et offre un spectacle saisissant. Tandis que les pompiers luttent contre le brasier, de l’autre côté de la place, posté dans l’une des baies du palais du Louvre, Hubert Robert observe l’incendie et envisage une première étude. Il se rend
le lendemain matin devant les ruines encore fumantes de l’Opéra qui lui inspirent le sujet d’une seconde étude. La Bibliothèque-musée de l’Opéra, au sein du département de la Musique de la BnF, conserve deux esquisses,
peintes sur bois, jalons intermédiaires avant la réalisation finale des deux pendants, réalisés en grand format sur toile, dont l’un est aujourd’hui conservé au Louvre,
et l’autre dans une collection particulière.

12 mars 2019 : Le carnet italien de Girodet

  • Rémi Cariel, conservateur en chef du patrimoine, chargé de la valorisation du fonds patrimonial de la Bibliothèque de l’INHA
  • Sidonie Lemeux-Fraitot, docteure en histoire de l’art, chargée des collections du musée Girodet

Utilisé entre 1792 et 1810 environ, ce carnet tient à la fois du manuscrit et du carnet de dessins (Bibliothèque de l’INHA, Ms 513).
L’aspiration de l’artiste à mêler dans un même espace l’art de la littérature
et celui de la peinture s’y révèle à chaque page. Son écriture élégante trahit dans les passages biffés les étapes de réflexions foisonnantes et ses croquis fixent les sujets de possibles tableaux d’histoire. On y trouve aussi quelques pensées intimes, idées pour le long poème didactique Le Peintre, de nombreuses pages consacrées à l’imitation ou la traduction des poètes latins ou grecs.
Plus précieux encore, douze croquis de paysage, réalisés pendant son séjour
napolitain de 1793-1794, sont un rare souvenir de sa passion pour ce thème.

26 mars 2019 : Les Homélies de Grégoire de Nazianze

  • Christian Förstel, conservateur en chef, BnF, département des Manuscrits
  • Jannic Durand, directeur du département des objets d’art, musée du Louvre

Exemplaire célèbre de la « collection liturgique » des homélies de Grégoire
de Nazianze, une sélection des seize discours lus dans la liturgie de l’office de l’aurore (orthros), le manuscrit Grec 550 de la BnF se distingue par son illustration au style d’une richesse inouïe : miniatures à pleine page, frontispices sur fonds or accompagnés de représentations d’animaux et de scènes de la vie quotidienne, initiales aux motifs extrêmement variés font de ce manuscrit de luxe un témoin unique de l’art du temps des Comnènes. Néanmoins, le lieu d’exécution du manuscrit fait encore débat : s’agit-il d’un produit de la capitale de l’empire ou d’une oeuvre d’un atelier de l’Orient byzantin, voire de l’Italie du Sud, où le manuscrit est attesté dans la seconde moitié du XIVe siècle ?

2 avril 2019 : Pompéi publiée et inédit par William Gell

  • Isabelle Périchaud, chargée d’étude documentaire, responsable du fonds de dessins, bibliothèque de l’INHA
  • Hélène Dessales, maître de conférences en archéologie, École normale supérieure, Paris

Figure emblématique du Grand Tour en Italie, William Gell (1777-1836) est l’auteur de la première publication d’envergure consacrée à Pompéi au Royaume Uni, en 1817. Deux de ses carnets, restés en grande partie inédits, sont conservés à la Bibliothèque de l’INHA. Ils rassemblent 362 dessins réalisés à Pompéi et témoignent de l’évolution des excavations sur le site, entre 1801 et 1827. Au-delà de la reproduction fidèle de Pompéi, bien d’autres visages apparaissent en filigrane de ces carnets au caractère exceptionnel : les modalités de visite des fouilles, les conditions d’exécution
des dessins, les échanges de connaissances entre artistes européens autour des cités du Vésuve, les projets de publication, enfin, le rôle d’un architecte anglais dans la vie culturelle napolitaine du premier tiers du XIXe siècle.

16 avril 2019 : La Sonate Arpeggione de Franz Schubert (conférence-concert)

  • Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, chef d’orchestre
  • Valère Etienne, conservateur à la BnF, département de la Musique

Franz Schubert (1797-1828) écrit en 1824, sur commande, une sonate destinée à un curieux instrument à cordes tout récemment mis au point par le luthier viennois Johann Staufer : l’arpeggione, sorte d’hybride entre la guitare et le violoncelle, appelé d’ailleurs parfois « guitare-violoncelle » ou « guitare à archet ».
Créée dans la foulée par son commanditaire Vincenz Schuster, avec Schubert au piano, cette oeuvre de circonstance a conservé une notoriété, alors même que l’instrument auquel elle s’adressait est, quant à lui, très vite tombé dans l’oubli. Les éditions successives de la sonate jusqu’à aujourd’hui
nous l’ont présentée dans des transcriptions diverses (pour violon,  violoncelle, alto, ou pour instruments à vent), mais le manuscrit original de Schubert, conservé au département de la Musique de la BnF, incite à redécouvrir l’oeuvre dans sa conception initiale.

14 mai 2019 : Belles figures et drolleries de la Ligue de Pierre de L’Estoile

  • Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF
  • Gilbert Schrenck, professeur émérite de littérature française à l’université de Strasbourg

Recueil de pièces d’actualité réunies par le mémorialiste Pierre de L’Estoile (1546-1611), les Belles figures et drolleries de la Ligue ont enregistré sur le vif les événements qui agitent la France pendant les années 1589-1594, entre l’assassinat d’Henri III et l’avènement d’Henri IV, quand Paris est
livrée à la domination du parti catholique de la Ligue. « Plein de figures et de placards diffamatoires de toutes sortes », comme L’Estoile l’écrit dans son journal, ce volume, conservé à la Réserve des livres rares de la BnF, est fait d’un étonnant collage d’estampes et de textes de propagande, de chansons satiriques, de déclarations politiques.
Leur juxtaposition offre un témoignage sans équivalent sur la violence réelle des actes commis aussi bien que sur la violence symbolique des représentations dans ces temps de guerre civile.

28 mai 2019 : Les Dits de Watriquet de Couvins par le Maître de Fauvel

  • Louisa Torres, conservateur à la BnF, Bibliothèque de l’Arsenal
  • Amandine Mussou, maître de conférences à l’université de Paris-Diderot.

On ignore à quelle date ce manuscrit de dédicace conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal (Ms-3525 Rés), sans doute réalisé sous la direction de son auteur, est sorti des collections royales ; mais on sait qu’il avait été réalisé pour Philippe VI, qu’on reconnaît sur la miniature de présentation aux côtés de Jeanne de Bourgogne.
Il figure à l’inventaire de la bibliothèque de Charles V, repasse en mains privées et entre à l’Arsenal à la faveur des confiscations révolutionnaires. Des Dits de Watriquet, le manuscrit de l’Arsenal est le recueil le plus complet et le plus enluminé, avec 28 poèmes et 40 miniatures : tous les dits sont illustrés soit par le Maître de Watriquet, élégant artiste éponyme
dont on sait peu de chose mais qui a enluminé l’autre copie de luxe qu’on connaît de ces mêmes dits [BnF, Manuscrits, Français 14968], soit par le Maître de Fauvel, artiste parisien prolifique.

11 juin 2019 : Les carnets de Mazarin

  • Mathieu Lescuyer, conservateur en chef, adjoint au directeur du département des Manuscrits, BnF
  • Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions et des archives de l’époque moderne, École nationale des chartes.

Lorsqu’il accéda au pouvoir après la mort de Richelieu, le cardinal Mazarin (1642-1650) prit l’habitude d’inscrire assez régulièrement dans de petits carnets des notations qui tiennent à la fois du pense-bête, du journal intime, de l’enregistrement de principes d’action politique et de la relation d’entretiens.
Récupérés au décès du cardinal en 1661 par son ancien intendant Colbert, prélevés par le bibliothécaire de ce dernier Étienne Baluze, les quinze carnets aujourd’hui conservés ont intégré les fonds de la Bibliothèque royale par achat en 1719 (BnF, Manuscrits, Baluze 174).
Ces carnets sont un témoignage exceptionnel des jeux de pouvoir et d’une conception pragmatique de l’exercice du gouvernement durant la première partie du ministériat de Mazarin jusqu’aux premières années de la Fronde, de 1642 à 1651.

Informations pratiques

  • Conférences Trésors de Richelieu
  • Entrée libre
  • 18h15 – 19h30
  • Auditorium de la galerie Colbert
  • 2, rue Vivienne, Paris 2e
  • Programmation & organisation : Cécile Colonna (INHA), Frédéric Ramires (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Alcools de Guillaume Apollinaire, illustré par Louis Marcoussis

À l’occasion du centenaire de la mort de Guillaume Apollinaire, les Éditions de la BnF publient, en coédition avec Gallimard, un coffret contenant le fac-similé de l’exemplaire d’Alcools aquarellé par le peintre cubiste Louis Marcoussis et 40 eaux-fortes gravées par l’artiste.

Peintre cubiste « chéri des poètes » selon le mot d’Éluard, ami d’Apollinaire, de Max Jacob et de Pierre Reverdy comme il l’était de Braque, de Picasso et de Juan Gris, Louis Marcoussis (1878-1941) n’a cessé d’explorer les liens du langage poétique et du langage pictural. Alcools d’Apollinaire est au cœur de cette recherche du mystère de la création. De ce recueil qui l’a accompagné comme une inépuisable « eau de vie », Marcoussis a laissé deux grands cycles d’illustrations : un exemplaire de l’édition originale de 1913 entièrement rehaussé d’aquarelles entre 1919 et 1931 et une suite de gravures à l’eau-forte publiée en 1934. Ces deux œuvres, la première unique, la seconde tirée à très petit nombre pour quelques grands collectionneurs d’art contemporain, sont reproduites en fac-similé d’après les exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France et réunies dans un coffret. Elles sont accompagnées d’une étude de Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, qui éclaire leur genèse et l’ambition de Marcoussis de pénétrer au cœur de l’imagination poétique d’Apollinaire.

Informations pratiques

  • Description : 208 pages + un étui de 40 gravures + un livret de 48 pages 248 illustrations ;  115 x 190 mm
  • Date de parution : 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-7574-2072-0 / 9782757420720 
  • Éditeur :  BnF Éditions ; Gallimard
  • Prix : 35 euros

Pour aller plus loin

Marcoussis, Louis (1883?-1941), Eaux-fortes pour « Alcools » de Guillaume Apollinaire, Paris : Marcoussis, 1934. Album, en feuilles (19,1 x 12,7 cm). Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52508499c/f2.planchecontact>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance


Arlequin général d’armée : le commandant en chef de l’armée patriotes campée auprès de Bréda, ne voulant pas être connu, ne quitte jamais le masque ni l’habit d’Arlequin… : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69484959

Argument

Pathelin, avocat rusé et fourbe, Cléopâtre, personnage historique et légendaire de l’antiquité et Arlequin, le plus célèbre personnage de la commedia delle maschere illustrent parfaitement cette exposition car ils incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne.

Le théâtre de la Renaissance se manifeste par des formes dramatiques aussi variées que spectaculaires. Loin de tourner la page avec les traditions du Moyen Âge, le théâtre s’enrichit de toutes les nouveautés de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural, inventions techniques, conceptions politiques et transformations sociales.

Les formes médiévales atteignent un éclat inégalé lorsque l’extraordinaire Mystère de la Passion de 1547 est représenté à Valenciennes en 25 journées sur un espace de 60 m sur 18 m. Dans le même temps, les nouvelles formes à l’antique sont expérimentées dans les collèges puis sur les routes. En parallèle, de nouvelles pratiques en provenance d’Italie transforment aussi bien les spectacles comiques (avec les troupes de commedia dell’arte) que les spectacles de cour avec la collaboration des ingénieurs, des danseurs et des artistes.

Aucune exposition n’a été consacrée à ce théâtre depuis plus de soixante ans et, malgré la publication en 2014 de l’Anthologie de L’avant-scène théâtre consacrée au Théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait un vide à combler.

L’exposition se concentrera sur le théâtre français de la fin du XVe siècle aux années 1610. Elle évoquera certains éléments du théâtre européen comme point de comparaison ou d’explication. Les 135 œuvres seront présentées dans les salles du premier étage de l’aile sud, selon un ordre chronologique qui permet aussi de distinguer les formes dramatiques :

  1. Apogée des formes médiévales (appartement du Connétable)
  2. Expérimentations des formes à l’antique (antichambre de Madeleine de Savoie)
  3. Diffusion de la commedia dell’arte (chambre de Madeleine de Savoie)
  4. Renouvellement des spectacles de cour (salle de la cheminée d’Abigaïl)

Des prêts prestigieux

L’exposition bénéficiera de prêts nombreux et prestigieux accordés par 21 institutions à Paris (Archives nationales, Comédie Française, Bibliothèque nationale de France, Musée du Louvre) et en région (Musée Calvet d’Avignon, musée Baron Gérard de Bayeux, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne, Bibliothèque Municipale de Lyon, Musée Lorrain de Nancy…). Nombre de ces œuvres seront présentées au public pour la première fois.

Au sein des collections du musée national de la Renaissance, objets en cuir, panneaux de bois, pièces d’armure, fragments de textiles permettront quant à eux d’évoquer le quotidien des comédiens.

Commissariat

  • Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance – château d’Écouen
  • Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
  • Assistés de Vincent Rousseau, chargé d’études documentaire, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Informations pratiques

  • Musée national de la Renaissance Château d’Écouen, 
    95440 Écouen
  • Du 17 octobre 2018 au 28 janvier 2019
  • 9h30 à 12h45 et de 14h00 à 17h45 (fermé le mardi)
  • Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat : Alexandre Tur

Le 14 septembre 2018, Alexandre Tur, coordinateur du numérique, chargé de collections au département des Manuscrits  de la BnF, a soutenu sa thèse de doctorat en histoire médiévale intitulée Hora introitus solis in Arietem. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle (1405-1484) menée sous la direction de Jean-Patrice Boudet et Olivier Guyotjeannin.

Résumé

Les prédictions astrologiques annuelles constituent un genre littéraire cohérent qui suscite de plus en plus d’intérêt de la part des historiens du Moyen Âge et de la première modernité. Cette thèse étudie plus particulièrement leur généralisation dans l’Europe latine entre 1405 et 1484, plusieurs siècles après les premières mentions dans les sources théoriques. Une première partie explore la dialectique interne de ces « jugements », et en particulier les méthodes astrologiques qui, rigoureusement appliquées, soutiennent la prétention scientifique de leurs auteurs. Ceux-ci, leur milieu social et plus généralement le contexte de production de ces prédictions font l’objet d’une deuxième partie. Une troisième examine la réception contemporaine et la transmission jusqu’à nos jours de textes pourtant promis à une existence éphémère. Cette étude est complétée et étayée par un catalogue systématique de 111 prédictions manuscrites et 84 incunables rédigées en latin et conservées dans les collections publiques, et des 64 astrologues identifiés comme leurs auteurs. Enfin, les trois prédictions annuelles connues pour 1405, à la fois singulières et caractéristiques, font l’objet d’une édition critique commentée et traduite en français.

Soutenance

Université d’Orléans, Salle des thèses.

Pour aller plus loin

Lire l’interview d’Alexandre Tur : https://chartes.hypotheses.org/914

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Emmanuel Le Roy Ladurie, précurseur du data mining ?

En affirmant dès la fin des années 1960 que « les historiens seront programmeurs ou ne seront plus »1, Emmanuel Le Roy Ladurie posait les bases de ce qui allait constituer l’une des branches des humanités numériques (« digital humanities ») appliquées à l’histoire, à savoir la fouille de données (data mining). En énonçant cette prédiction, il semblait prophétiser que sa propre pratique allait se généraliser.

Dès 1968, Emmanuel Le Roy Ladurie affirme, qu' »à la limite… il n’est histoire scientifique que du quantifiable »2. Comme le rappelle Francine-Dominique Liechtenham, l’historien des Annales a « été l’un des premiers historiens à participer à la grande aventure de l’informatique dans l’histoire quantitative »3. Les divers travaux qu’il a mené et les résultats qu’il a publié à partir de la compilation massive de données semblent bien avoir ouvert la voie aux technologies numériques appliquées à l’histoire, pour reprendre le libellé de l’un des master de l’École nationale des chartes4.

Emmanuel Le Roy Ladurie avec ses paperolles et sa machine à calculer.

Très tôt, après avoir été équipé par le Centre d’études historiques d’une machine électrique à calculer5, il emploie l’informatique pour quantifier d’importantes séries de données chiffrées issues des fonds archives (données économiques, climatiques, ou anthropologiques6).

Emmanuel Le Roy Ladurie

Cependant, malgré sa pratique quantitative assistée par l’ordinateur et son affirmation sur l’avenir du métier d’historien, Emmanuel Le Roy Ladurie peut-il pour autant être considéré comme l’un des précurseur des humanités numériques ?

Précurseur des humanités numériques ?

Le débat sur l’origine des humanités numériques n’est pas clos et les défenseurs comme les détracteurs de ce champ n’ont de cesse de débattre de ses origines comme de ses précurseurs. Aussi, nous n’entrerons pas dans ce débat même s’il reste intéressant d’analyser la fortune critique de l’assertion d’Emmanuel Le Roy Ladurie7.

Même si Emmanuel Le Roy Ladurie dit désormais regretter cette phrase qu’il affirme inexacte8, certains des travaux qu’il a mené ou fait mener, alors qu’il était Administrateur général de la Bibliothèque nationale, laissent à penser qu’il fut bien un précurseur de la fouille de données.

Emmanuel Le Roy Ladurie lors de l’inauguration de premiers ordinateurs donnant accès au catalogue BN-OPALE dans l’ancienne salle des catalogues de la Bibliothèque nationale, rue de Richelieu (février 1988).

Pour s’en convaincre, revenons à la publication des résultats d’un travail que l’on peut qualifier comme annonciateur du data mining, ou en tout cas pionnier de la fouille de métadonnées, notamment bibliographiques, puisqu’il rendait compte de l’exploitation et de l’analyse des données informatiques en histoire du livre à partir du catalogue informatique de la Bibliothèque nationale, et ce, bien avant le Ngram Viewer9 de Google.

Ces travaux firent l’objet de plusieurs publications. La première d’entre elle intervint en 1995, dans Histoire, économie & société :  Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 3-2410. Une année plus tard, Emmanuel Le Roy Ladurie publiait une nouvelle étude centrée sur les éditions francophones de 1470 à 1780 : Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 507-52311. En 1999, donnait une version anglaise de l’étude portant sur la période 1454 à 1960 mais surtout à la période antérieure à 1871 : Emmanuel Le Roy Ladurie, Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « French Book Production From 1454: A Quantative Analysis », Library History, 1999, vol. 15, n° 2, p. 83-9812. Dans le corps de l’article, Emmanuel Le Roy Ladurie, avant de livrer les enseignements qu’il tire des chiffres, rappelle la dette que ces travaux doivent au fait de disposer de tels réservoirs de données : « an entirely computerized catalogue was a very good thing for the BN but was also an excellent basis for our scientific enterprise of writing a quantitative history of books at the BN and to some extent in France, and perhaps abroad. The BN collection, thanks to legal deposit, becomes increasingly more representative of French book production of books with the succession of centuries, as legal deposit becomes more efficiently implemented. »13.

En 2001, les articles de 1995 et de 1996 firent l’objet d’une suite publiée dans la Revue de la Bibliothèque nationale de France : Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « Histoire quantitative de l’édition en langue française d’après les collections de la Bibliothèque nationale de France (1460-1969) », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2001, n° 9, p. [20]-27.

Ces travaux résultent de la conjonction des intérêts d’Emmanuel Le Roy Ladurie, adepte de l’histoire quantitative14, et de son mandat en tant qu’administrateur de la Bibliothèque nationale, qui lui permis de comprendre les potentialités offertes par l’édition sous forme de cédéroms, interrogeables selon divers critères, du résultat de la conversion rétrospective des catalogues et fichiers de la bibliothèque, ce que Yann Fauchois nomme dans l’introduction du dernier article, « l’invention d’un trésor ». Dans l’article de 1995, E. Le Roy Ladurie parlait de « monument national qui donc est maintenant conservé « sur ordinateur » et qui devient lisible, « écranique », accessible d’ores et déjà un peu partout  grâce à un CDRom ou à plusieurs. »15.

Conversion rétrospective

Revenons en arrière pour évoquer cette entreprise de conversion rétrospective, entamée en 1988 et encore en cours en 201816.

En 1994, la Bibliothèque nationale de France créé le Service des Chantiers de Conversion Rétrospective (SCCR) chargé de l’informatisation de tous les anciens catalogues de livres imprimés, de brochures et de périodiques de la Bibliothèque nationale17.

Comme les plus jeunes des générations X, Y et Z ne le savent sans doute pas, la Bibliothèque nationale (BN) n’a jamais disposé d’un catalogue unique. Au sein de sa salle des catalogues et de l’hémicycle de sa salle de travail (aujourd’hui salle Labrouste), elle mettait à la disposition de ses lecteurs des catalogues imprimés et des fichiers qui se complétaient, se recoupaient, se subdivisaient en tranches chronologiques ou thématiques (anonymes, périodiques, collectivités auteurs, etc.). Par ailleurs, rappelons que certains n’étaient pas en libre-accès mais uniquement dévolus à un service interne. C’est la raison pour laquelle le recours aux bibliothécaires de la salle des catalogues était souvent nécessaire et générait une file d’attente obligeant les agents à répondre aux lecteurs dans la presse18.

En février 1988 cependant, la Bibliothèque nationale mettait à la disposition du public son catalogue informatisé BN-OPALE qui marquait une première pierre dans la voie de l’informatisation même s’il ne recensait que les nouveautés entrées par dépôt légal. Dès cette période, la BN commençait à  réfléchir à l’informatisation générale de ses catalogues en faisant procéder à la conversion rétrospective de son fichier décennal 1970-197919. C’est ainsi que 400 000 notices sont venues enrichir le catalogue BN-OPALE entre 1985 et 1990. Mais l’annonce par François Mitterrand, le 14 juillet 1988, de la construction d’une Très Grande Bibliothèque allait impulser une nouvelle dynamique tant il apparaissait que cette « bibliothèque d’un genre entièrement nouveau »20 devait pleinement investir le numérique pour offrir des collections en ligne au public distant mais surtout et d’abord leur signalement par la voie d’un catalogue informatisé unique et le plus exhaustif possible. C’est ce qui incite à lancer le Chantier Conversion rétrospective avec des moyens humains et financiers spécialement dédiés.

Ce chantier de conversion rétrospective21 n’a ni plus ni moins consisté qu’en l’informatisation de l’ensemble des données, désormais nommées métadonnées, des notices catalographiques imprimées dans des catalogues, dactylographiées dans des fiches 7,5 x 12 cm22 ou rédigées à la main sur des cartes (dont le format était héritier des premières cartes à jouer dont le verso était employé à cet effet).

En termes contemporains, il s’est agi de constituer un immense jeu de données retraçant l’histoire du livre et de l’édition perçue au prisme du dépôt légal, appliqué en France au gré de aléas de l’Histoire, des acquisitions opérées par la bibliothèque et des dons dont elle fut la bénéficiaire.

Le jeu de données analysé par Emmanuel Le Roy Ladurie, le « maxi-corpus » comme il le nomme23, fut celui du résultat de cette conversion24, qui fut diffusé ensuite par la société  Chadwick-Healey sous forme de six cédéroms intitulés : Le Catalogue général des imprimés avant 1970 de la Bibliothèque nationale de France sur CD-ROM. Avant la production d’un cédérom dit de travail – car à usage interne et non commercialisé – , mais qui devait constituer le prototype de cette version commerciale citée, les collaborateurs de la BN, et notamment les acteurs même de la conversion rétrospective, n’avaient jusque-là encore jamais pu voir le résultat du travail qu’il menaient. Ainsi, en avril 1992, le premier cédérom de travail produit ne contenait que le résultat de la Phase 1 de la conversion rétrospective, c’est-à-dire quatre catalogues25 représentant environ quatre millions de notices.

Ce cédérom, chargé sur le serveur de cédéroms de la BN, était notamment consultable dans les services de conversion rétrospective sur le seul poste informatique qui équipait chacune de ses équipes, à raison d’un poste par équipe. Cela a permis aux agents du Service des Chantiers de Conversion Rétrospective (SCCR) d’exploiter les divers modes d’interrogation et de requêtes (feuilletage d’index, recherche par mots clés, sur toutes les zones des notices).

Plus tard, un autre cédérom de travail était produit pour incorporer le résultat d’autres chantiers de conversion, jusqu’à la parution des 6 cédéroms diffusés à l’automne 1996.

Histoire sérielle du livre

Le premier article publié par E. Le Roy Ladurie sur ces travaux quantitatifs appliqués au livre est aussi de nature programmatique puisqu’il décrit les potentialités offertes par le « monument national » qu’est pour lui la conversion rétrospective, et qui « constitue aussi une entité puissante, immense, à l’usage des recherches scientifiques et historiques » permettant plusieurs projets de fouille de données :

  • « Inventaire du vocabulaire des titres avec une étude de l’émergence et de l’occurrence statistique en iceux des mots ou des groupes de mots.
  • Examen […] des courants profonds ou tendances passagères [….].
  • Classification par genres littéraires de la production éditoriale ; histoire quantitative ou évolution statistique de ces différents genres.
  • Évolution du nombre de pages et de la dimension des formats.
  • Productivité des auteurs ; éditions successives, qui donnent quelques indices sur la réception des livres.
  • « Croisements » possibles [….] entre ces diverses données ou groupes de données. ».26.

Poursuivant ses prédictions, E. Le Roy Ladurie envisage plusieurs enseignements que l’historien peut tirer de ces données : « histoire linguistique et […] histoire lexicographique […] dans la longue durée », « conclusions quantitatives et qualitatives […] à partir notamment des résultats de l’analyse lexicographique »27.

Plus étonnant à l’heure où la BnF lance un tel programme en 201828, E. Le Roy Ladurie envisageait d’étudier « le devenir statistique de l’usure physique et de l’acidification des ouvrages, de leur papier, des reliures, toutes données procurées par un récolement […] effectué dans la perspective du prochain déménagement physique des fonds d’imprimés »29.

Cependant, loin de se contenter des données massives du catalogue de la BnF, E. Le Roy Ladurie se projette encore davantage dans l’avenir quand il annonce n’être qu’à l’aube de recherches encore plus développées malgré « l’INformatique avec son extraodrinaire puissance »30. N’affirme-t-il pas que ses travaux ont été menés « avec des moyens informatiques encore artisanaux, qui n’atteignent point à la sophistication que nous envisageons pour l’avenir »31.

Text mining

À ne lire que les analyses quantitatives de la production livresque publiées par Emmanuel Le Roy Ladurie, il serait aisé de conclure qu’il n’avait pas pressenti un pan entier des humanités numériques, celui qui concerne la fouille de textes (text mining), soit la recherche d’information à partir du texte même des notices bibliographiques. Car au-delà des dates de publication qui permettent d’obtenir des graphiques de la production imprimée rapportée au nombre de notices informatiques, l’entreprise d’informatisation des fiches catalographiques et des notices bibliographiques comprises dans les divers catalogues imprimés de la Bibliothèque permet des recherches sur le texte même des notices : titres, sous-titres, noms des divers auteurs, lieux de publication, noms d’éditeur et surtout zones de notes. Avant même l’application et la généralisation à l’échelle internationale de règles de catalogage normalisées – entreprise qui prend de l’ampleur avec l’adoption, en 1968, des Anglo-American cataloguing rules (ou AACR) par l’American Library Assocation -, la Bibliothèque nationale respectait peu ou prou les Instructions élémentaires et techniques pour la mise et le maintien en ordre des livres d’une bibliothèque de Léopold Delisle32.

Or, comme le révèlent ces « règles de catalogage », les fiches bibliographiques antérieures à la normalisation internationale s’avèrent riches de sens, de texte signifiant qui se trouve être désormais interrogeable via des outils de fouille de texte puisque l’ensemble de ce contenu sémantique a été rétroconverti, c’est-à-dire saisi par des opérateurs de saisie – le plus souvent du personnel féminin qualifié de dactylocodeuses. En effet, Léopold Delisle recommandait que pour la « rédaction des cartes », c’est-à-dire l’établissement des fiches ou notices catalographiques, un certain nombre d’éléments figurent systématiquement :

  • « le nom de l’auteur » ;
  • « titre du livre, en omettant ce qui n’est pas nécessaire pour bien
    caractériser l’ouvrage, mais sans jamais modifier la rédaction ni
    l’orthographe du titre » ;
  • « le nom de l’auteur sera reproduit tel qu’il est sur le titre » ;
  • « On reproduira de même l’adresse bibliographique : lieu de publication, nom de l’imprimeur ou du libraire, date, d’année […] les rédacteurs des catalogues feront oeuvre utile en relevant avec le soin le plus scrupuleux toutes les particularités relatives aux imprimeurs et aux libraires français, surtout à ceux des villes d’une importance secondaire » ;
  • « le format et le nombre des volumes » ;
  • « le genre de reliure » ;
  • « les lacunes ou les défauts notables des exemplaires » ;

et surtout une zone de notes pouvant contenir du texte parfois quantitativement plus important que le reste de la notice. Ainsi, cette zone est réservée :

  • à indexer le contenu de l’ouvrage : « Si le titre ne fait pas connaître le sujet de la publication, il faut l’expliquer par une observation ajoutée au bas de la carte » ;
  • à traduire ou transcrire les titres étrangers : « Les titres rédigés dans une langue peu familière aux lecteurs d’une bibliothèque seront, autant que possible, accompagnés d’un sommaire en français ».

Comme on peut le lire, cette zone reste encore unique et indistincte  pour signifier des éléments pourtant divergents. Avec le temps, dans l’histoire du catalogage, ces divers éléments conduiront à la création d’autant de zones spécifiques33.

Or il semble bien qu’Emmanuel Le Roy Ladurie ait pressenti les potentialités de la fouille de ces données textuelles issues des notices bibliographiques rétroconverties, puisqu’en 1994 – dernière année de son mandat d’administrateur général de la Bibliothèque nationale -, il proposait de conduire un programme de recherche intitulé TITLIV, dans un jeu de mots faisant référence à l’historien Tite-Live (0059? av. J.-C.-0017), qui n’étonnera pas de la part du facétieux historien habitué aux formules et bons mots.

Ce programme, qui devait être piloté par l’historien, et pratiquement conduit pas Jean-Marie Cotteret, professeur à l’université Panthéon-Sorbonne (Paris I), directeur du CRIC (Centre de recherches sur l’information et la communication à Paris I),  visait à entreprendre l’analyse lexico-statistique des titres de livres enregistrés dans la base BN-Opale, soit la base bibliographique de la Bibliothèque nationale devenue ensuite BN-Opale + (Plus) puis BnF Catalogue général où l’ensemble des métadonnées rétroconverties ont été et sont versées.

Dans ce programme relevant à la fois de la fouille de texte mais aussi du traitement automatique de la langue, Emmanuel Le Roy Ladurie souhaitait procéder à l’inventaire du vocabulaire des titres de livres  parus entre 1452 et 1970 tout en menant une étude de l’émergence et de l’occurrence statistique des mots ou des groupes de mots. Ainsi, pour cette analyse lexicographique et statistique, il avait envisagé :

  • l’examen sur cette base, des courants profonds et des tendances passagères qui parcourent la culture et la langue française ;
  • la classification par genres littéraires de la production éditoriale ;
  • l’histoire quantitative ou l’évolution statistique de ces différents genres ;
  • l’évolution du nombre de pages et de la dimension des formats.

Par ailleurs, il était aussi question de prendre en compte la productivité des auteurs, le nombre d’éditions du même ouvrage du même auteur, l’étude onomastique en utilisant les patronymes des auteurs pour montrer la méridionalisation progressive des noms d’auteurs de la production éditoriale en français.

En ce sens, compte tenu des enseignements que la fouille des métadonnées textuelles devait délivrer, il nous semble bien que ce projet préfigurait les travaux les plus actuels entrepris par les digital humanists et spécialistes du text mining.

Malheureusement, ce projet qui avait sans doute germé dans l’esprit d’Emmanuel Le Roy Ladurie dès ses premiers travaux d’histoire sérielle du livre, n’a pu être mené à son terme34, nous laissant sur notre faim compte tenu de son ambition originale.

Puissent ces quelques lignes, déjà trop longues, inciter de jeunes praticiens des humanités numériques et du text and data mining à creuser le sillon de la fouille des métadonnées bibliographiques. La Bibliothèque nationale de France est ouverte à tout projet allant dans ce sens, œuvrant même à mettre en place un laboratoire dédié à ce genre de travaux.

Pour finir, laissons une dernière fois la parole à Emmanuel Le Roy Ladurie qui écrivait, dans une affirmation toujours d’actualité, que « l’étonnante richesse du fond bibliographique […] grâce à l’ordinateur, peut aujourd’hui fait l’objet d’une exploration simultanément détaillée, vive, multidimensionnelle. »35.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Emmanuel Le Roy Ladurie, précurseur du data mining ?". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 14 septembre 2018. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/1316> (consulté le 13 décembre 2018).

  1. « La fin des érudits : l’historien de demain sera programmeur ou ne sera pas », Le Nouvel Observateur, 8 mai 1968, p. 38-39, repris dans Emmanuel Le Roy Ladurie, Le Territoire de l’historien, Paris : Gallimard, 1973, t. I, p. XX. []
  2. Emmanuel Le Roy Ladurie, Le territoire de l’historien, Paris, Gallimard, 1973, p. 22 []
  3. Une vie avec l’histoire : mémoires, Paris : Tallandier, 2014, p. 166. []
  4. Cf. http://www.chartes.psl.eu/fr/cursus/master-technologies-numeriques-appliquees-histoire []
  5. Visible à la 24e min 13e s. du documentaire de Micheline Paintault (réal.) ; Janine Codou,  (aut.), Le métier d’historien, 1974, 0h43 min 37s. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1320584v>. []
  6. Quand il est par exemple question d’exploiter les données de la conscription département par département entre 1819 et 1830 et dont la base de données reste accessible en ligne : Conscription française (CNSJGC), http://federation.ens.fr/wheberg/dataweb/conscription/yndex/ []
  7. Un exemple récent : Malte Rehbein, « L’historien de demain sera programmeur ou il ne sera pas. (Digitale) Geschichtswissenschaften heute und morgen », Digital classic online, 2018, vol. 4, n° 1, p. 23-43. Disponible en ligne, url : <https://journals.ub.uni-heidelberg.de/index.php/dco/article/viewFile/48491/41870>. Stefan Lemny, le récent biographe de l’historien – Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire, Paris : Hermann, copyright cop. 2018, 1 vol. (560 p.) ; 23 cm –, s’est essayé à l’exercice dans son article « « L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science », L’Histoire à la BnF, 28 décembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/1505>. []
  8. « L’historien est-il promis à devenir programmeur comme vous l’avez dit jadis ? Je regrette cette phrase qui est évidemment inexacte. Néanmoins, il est évident que les ordinateurs permettent aujourd’hui plus qu’hier un développement de l’histoire quantitative. », in Une vie avec l’histoire : mémoires, Paris : Tallandier, 2014, p. 166-168. []
  9. Contributeurs à Wikipedia, « Ngram Viewer », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 5 novembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Ngram_Viewer&oldid=142307096>. []
  10. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1995_num_14_1_1758>. Repris dans  l’Annuaire du Collège de France : résumé des cours et travaux, 1994-1995. []
  11. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1996_num_15_4_1886> []
  12. Disponible en ligne, url : <https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1179/lib.1999.15.2.83>, DOI : https://doi.org/10.1179/lib.1999.15.2.83 []
  13. Emmanuel Le Roy Ladurie, Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « French Book Production From 1454: A Quantative Analysis », Library History, 1999, vol. 15, n° 2, p. 84. []
  14. Cf. Stefan Lemny, « « L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science », L’Histoire à la BnF, 28 décembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/1505>. []
  15. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 5. []
  16. Une bibliographie concernant la conversion rétrospective à la BN/BnF est disponible à l’adresse, url : <http://bibliographie-historique.bnf.fr/taxon/0502-conversion-retrospective>. []
  17. Parallèlement un autre chantier relevant de la direction des Collections concernait la conversion rétrospective des catalogues des autres documents de la BnF : documents audiovisuels, cartes, musique, etc. []
  18. Même si leur conscience professionnelle les incitait souvent à prendre le temps d’être exhaustifs dans leur recherche et réponse, raison supplémentaire de l’augmentation de la file d’attente… []
  19. Ce fut l’opération NCG pour Nouveau Catalogue Général, sans rapport avec le New General Catalogue de nébuleuses et d’amas d’étoiles… []
  20. Cette phrase qui a tant fait couler d’encre a été prononcée le 14 juillet 1988 lors de l’interview télévisée du Président par Yves Mourousi sur TF1 : « Je veux que soient entrepris la construction et l’aménagement de l’une des ou de la plus grande et de la plus moderne bibliothèque du monde, d’un genre entièrement nouveau. […] Je veux une bibliothèque qui puisse prendre en compte toutes les données du savoir dans toutes les disciplines, et surtout, qui puisse communiquer ce savoir à l’ensemble de ceux qui cherchent, ceux qui étudient, ceux qui ont besoin d’apprendre, toutes les universités, les lycées, tous les chercheurs qui doivent trouver un appareil modernisé, informatisé et avoir immédiatement le renseignement qu’ils cherchent. On pourra connecter cette bibliothèque nationale avec l’ensemble des grandes universités de l’Europe, et nous aurons alors un instrument de recherche et de travail qui sera incomparable. J’en ai l’ambition et je le ferai. ». La lettre de mission que le Président adresse en août 1988 au Premier ministre Michel Rocard formalise le projet en ces termes : « Je souhaiterais, comme je vous l’ai dit, aller plus loin dans ce domaine, par la création d’une très grande bibliothèque, d’un type entièrement nouveau, en inscrivant ce projet dans le cadre des Grands Travaux. Cette grande bibliothèque devra couvrir tous les champs de la connaissance, être à la disposition de tous, utiliser les technologies les plus modernes de transmission des données, pouvoir être consultée à distance et entrer en relation avec d’autres bibliothèques européennes. » []
  21. Beaudiquez, Marcelle. « Le Chantier Conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale ». Bulletin des bibliothèques de France, 1993, n° 3, p. 8-19. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1993-03-0008-001>. []
  22. Cf. Bert, Jean-François, Une histoire de la fiche érudite, Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB, DL 2017, 1 vol. (143 p.). Disponible en ligne, url : <http://ficheserudites.enssib.fr/>. []
  23. Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 508. []
  24. Beaudiquez, Marcelle ; Beaugendre, Anne-Marie, « Du tiroir à l’écran : les opérations de conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale de France », 62nd IFLA General Conference – Conference Proceedings – August 25-31, 1996, IFLA, 1996. Disponible en ligne, url : <http://origin-archive.ifla.org/IV/ifla62/62-beam.htm>. []
  25. 118 volumes sur 232 du Catalogue général auteurs des origines à 1959, 419 tiroirs sur 1024 de son Supplément sur fiches, 8 volumes sur 23 du Catalogue général auteurs, collectivités-auteurs et ouvrages anonymes 1960-1969, la totalité du Catalogue général des périodiques avant 1960. []
  26. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  27. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  28. Le projet DALGOCOL : Fouille de données et ALGOrithmes de prédiction de l’état des COLlections financé par la Fondation des Sciences du patrimoine. []
  29. Données non présentes à strictement parlé dans la conversion rétrospective et constituant un jeu de données spécifique résultant d’un autre chantier préparatoire du projet de Bibliothèque de France et l’Établissement public de la Bibliothèque de France (EPBF). Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  30. Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 509. []
  31. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 20. []
  32. Delisle, Léopold (1826-1910), « Rédaction des cartes », in Instructions élémentaires et techniques pour la mise et le maintien en ordre des livres d’une bibliothèque, Lille : impr. de L. Danel, 1890, 1 vol. (76 p.) ; in-8°. Réédition de 1908 disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5663553w/f373.item> aux pages 318-320. []
  33. Comme par exemple : Titre original, Note générale600 Vedette matière nom de personne601 Vedette matière titre uniforme textuel602 Vedette matière titre de publication en série603 Vedette matière titre d’anonyme604 Vedette matière titre uniforme musical605 Vedette matière titre conventionnel606 Vedette matière nom commun607 Vedette matière nom géographique609 Vedette matière marque610 Vedette matière collectivité615 Vedette matière étrangère617 Vedette géographique619 Mot-matière non contrôlé621 Date d’événement622 Lieu d’événement829 Table des matières830 Résumé []
  34. Sans doute parce qu’il est remplacé à la tête de la Nationale par Jean Favier. []
  35. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 21. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Bibliographie génovéfaine

Second volet d’un diptyque consacré à l’histoire des génovéfains, la Bibliographie génovéfaine : ouvrages publiés par les chanoines réguliers de Saint-Augustin de la Congrégation de France, 1624-1800 de Nicolas Petit regroupe 3 600 notices et un appareillage riche mettant en lumière la diversité des écrits produits par les génovéfains sous l’Ancien Régime.

Présentation

Cet ouvrage, publié à titre posthume, constitue le second volume du diptyque monumental consacré aux génovéfains par Nicolas Petit.   En 2008, Nicolas Petit avait publié sous les auspices de l’École des chartes la Prosopographie génovéfaine. Ce premier ouvrage offrait le répertoire biographique complet des 5 352 religieux ayant fait profession dans la Congrégation de France de 1624 à 1789. Voici maintenant son complément naturel : la Bibliographie génovéfaine, qui recense pour sa part tous les ouvrages publiés par les chanoines réguliers de saint Augustin de la Congrégation de France (1624-1800), depuis la fondation de l’ordre et jusqu’au lendemain de la Révolution, plusieurs génovéfains ayant continué d’écrire après la disparition de leur ordre. Nicolas Petit en avait pratiquement achevé la rédaction dès 2012 et même esquissé une mise en page qui a guidé les pas des éditeurs. Ce sont plus de 3 600 notices, réparties en douze sections, que complètent une table chronologique et plusieurs autres index, par titres, topographique par ville et par imprimeurs-libraires, une table analytique et un index des localisations. Après avoir recensé et individualisé chaque membre de la Congrégation en 2008, Nicolas Petit, dans cet ultime ouvrage, passe au crible toute la production intellectuelle de l’ordre dans sa très grande diversité, parfois même surprenante. Comme l’écrit ici-même l’auteur de la préface, on ne pourra désormais plus dire avec Flaubert et son Dictionnaire des idées reçues, « Génovéfain : on ne sait pas ce que c’est ».

L’auteur

Nicolas Petit (1955-2014), archiviste-paléographe (prom. 1980), a été conservateur durant dix-sept ans à la Réserve de la bibliothèque Sainte-Geneviève – où il a contribué au catalogue de l’exposition sur Le Cabinet de curiosités de la bibliothèque Sainte-Geneviève (1989) et publié L’Éphémère, l’occasionnel et le non-livre (1997) – avant de rejoindre en 1998 la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France, où il a notamment collaboré au Catalogue des incunables (CIBN) dont il a assuré l’achèvement avec la rédaction du dernier fascicule, publié en mars 2014.

Table des matières

Préface par Isabelle Brian
Introduction
Remerciements

Première partie. Catalogue bibliographique

  • I. Règles & constitutions
  • II. Décrets des chapitres généraux & des diètes
  • III. Liturgie
  • IV. Circulaires, instructions & mandements
  • V. Thèses
  • VI. Collèges & séminaires
  • VII. Auteurs
  • VIII. Factums
  • IX. Actes officiels concernant les génovéfains
  • X. Dévotion & Hommages
  • XI. Polémique & divers
  • XII. Gravures

Deuxième partie. Tables & index

  • Table chronologique, 1621-1800
  • Index des titres
  • Table topographique (par villes et imprimeurs-libraires)
  • Table analytique
  • Localisations

Bibliographie
Table des illustrations

Informations pratiques

Description : Broché, 1 vol. (678 p.) : ill., couv. ill. ; 30 cm.
Date de parution : 20 février 2018
ISBN/EAN : 978-2-35723-095-8 / 9782357230958
Éditeurs : Paris : École nationale des chartes
Collection : Matériaux pour l’histoire, ISSN 1272-2596 ; 10
Poids : 1930 gr
Prix : 58 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : « La bande dessinée, toujours jeune ? »

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université Paris 13.

les_tribulations_dun_chat_texte_rabier_benjamin_bpt6k376559m
Les Tribulations d’un chat, texte et illustrations de Benjamin Rabier. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9657430b>.

Argument

La bande dessinée a été en France, dès ses origines, essentiellement associée à l’enfance et la jeunesse, puis étendue par-delà les générations, « de 7 à 77 ans », avant que ne se développe un courant explicitement adulte dans les années 1970. Depuis, les frontières entre oeuvres et publics n’ont cessé d’évoluer et parfois de s’estomper, devant les pratiques croisées des lectorats, entre jeunes lecteurs curieux d’une bande dessinée « pangénérationnelle » et adultes amateurs nostalgiques ou régressifs de titres jeunesse. Ayant largement conquis de nouvelles légitimités artistiques, intellectuelles, scolaires même, la bande dessinée a élargi son paysage à de nouveaux lectorats, féminins, occasionnels, en même temps qu’aux productions asiatiques, américaines et plus récemment africaines. Dans notre époque qui voit fleurir les oeuvres transmedia mais tout autant une explosion des formes, styles, thèmes profondément originaux et créatifs, il est intéressant d’interroger les enjeux des rapports entre enfance, jeunesse et bande dessinée, de l’Europe au Japon et aux Etats-Unis.
Chercheurs, créateurs, éditeurs et médiateurs confronteront leurs regards pour cerner ce lectorat jeunesse d’aujourd’hui.

Programme

– 9h00 : Accueil
– 9h15 : Ouverture
– 9h30 : Introduction / Emmanuel Guibert

Matin
Présidente de séance : Marine Planche, BnF/CNLJ
– 10h15 : Les censeurs : des pionniers de la critique de bande dessinée / Sylvain Lesage, Université de Lille
– 10h45 : échanges avec la salle et pause
– 11h00 : « Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours » : les petites stratégies pédagogiques dans les illustrés franco-belges des Trente glorieuses / Jessica Kohn, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
– 11h30 : Le manga, du produit dérivé à un secteur de la bande dessinée à part entière / Bounthavy Suvilay, Université Montpellier 3

Après-midi
Président de séance : Jean-Marie Compte, BnF/département Littérature et art
– 14h00 : Frontières / Olivier Piffault, BnF/département de la Conservation
– 14h30 : De la bande dessinée au roman graphique de jeunesse : quels changements et apports pour le jeune public ? / Marcelle Délicat, Université de Saint-Etienne
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Du côté des auteurs : état de la profession / Benoît Peeters, écrivain, scénariste et théoricien de la bande dessinée
– 15h45 : La vie des classiques : interview croisée animée par Jean-Pierre Mercier, CIBDI, Jean-Yves Ferri, Matthieu Bonhomme
– 17h00 : Clôture de la journée

Vendredi 25 novembre 2016, Médiathèque Françoise Sagan

– 9h15 : Ouverture

Matin
Président de séance : Benoît Berthou, Université Paris 13
– 9h30 : Créer les adolescents : la jeunesse adulte des comics américains / Raphaël Faon, EHESS
– 10h00 : Pourquoi les adolescents ne lisent-ils pas plus de bandes dessinées ? / Sylvain Aquatias, Université de Limoges
– 10h30 : échanges avec la salle et pause
– 10h45 : Quelles stratégies pour toucher le jeune public ? / Table ronde animée par Benoît Berthou : Florian Ferrier (Sarbacane), Pauline Mermet (Dargaud), Charlotte Moundlic (Rue de Sèvres)

Après-midi
Présidente de séance : Hélène Valotteau, Médiathèque Françoise Sagan
– 14h00 : Exposer la bande dessinée : l’exemple de l’exposition Lucky Luke / Jean-Pierre Mercier
– 14h30 : Quel canon scolaire pour la BD ? Contre-enquête sur un classique du cycle 3 : Angelot du lac d’Yvan Pommaux / Hélène Raux, Lycée Montpellier
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Bande dessinée et médiation. Table ronde animée par Pierre Pulliat
– 16h30 : Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Entrée libre sur inscription auprès de : Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr), Quai François – Mauriac – 75706 Paris Cedex 13
    Tél. +33 (0)1 53 79 57 06 || Fax +33 (0)1 53 79 41 80

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’histoire littéraire en mode mineur : le rôle des bibliophiles dans la promotion d’un panthéon littéraire alternatif au XIXe siècle

Colloque des 13 et 14 octobre 2016, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris/ Bibliothèque de l’Arsenal

Une première journée a lieu le JEUDI 13 OCTOBRE, Salle des Commissions de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, 24 rue pavée, 75 004 Paris.

PROGRAMME DU JEUDI 13 OCTOBRE, BIBLIOTHEQUE HISTORIQUE DE LA VILLE DE PARIS :
Matinée. Modalités de la collection de livres au XIXe siècle. Présidence Juliette Jestaz (BHVP).
9h : ouverture par Juliette Jestaz, responsable de la Réserve des imprimés et des manuscrits de la BHVP.
9h15 : Ève Netchine (BnF, Arsenal), « Une étude de commissaires-priseurs au service de la bibliophilie nouvelle : Jacques-Nicolas et Georges-Henri Boulland ».
9h45 : Pierre-Jean Dufief (Paris X-Nanterre), « Octave Uzanne bibliophile et historien de la bibliophilie ».
10h15 : échanges et discussion.

10h45 : Mathilde Bombart (Lyon III), « Livres à clef, lectures à clef, romans à clef : de la passion bibliophile à l’histoire littéraire ».
11h15 : Andrea de Pasquale (Bibliothèque Nationale Centrale de Rome), « Un regard au-delà des Alpes : histoire littéraire mineure et bibliophilie dans l’Italie du Nord (fin XVIIIe / XIXe siècles) ».
11h45 : échanges et discussion.

Après-midi. Le culte du beau livre, entre texte et objet.
Présidence José-Luis Diaz (Paris VII-Diderot).
14h : Magali Charreire (Montpellier III-Paul Valéry), « L’œuvre « Doré » du bibliophile Jacob ».
14h30 : Olivier Bessard-Banquy, (Michel de Montaigne-Bordeaux III), « Du luxe au semi-luxe ».
15h : échanges et discussion.

15h30 : Nolwenn Pamart (Paris IV-Sorbonne), « Jean de Tinan ou la recherche de la légitimité par le beau livre ».
16h : Marine Le Bail (Toulouse II-Jean Jaurès / Arsenal), « La quête de la « condition d’origine » chez Charles Nodier : la condition d’une histoire littéraire des origines ? »
16h30 : échanges et discussion.
17h : Présentation d’un choix de livres et documents relatifs à des bibliophiles du XIXe siècle : Juliette Jestaz, BHVP.

PROGRAMME DU VENDREDI 14 OCTOBRE, BNF, BIBLIOTHEQUE DE L’ARSENAL
Matinée. Quand la bibliophilie incite à réécrire l’histoire littéraire. Présidence Marine Le Bail (UT2J-Arsenal).
9h15 : Raymond-Josué Seckel (BnF) : « Sade entre 1850 et 1910, début de reconnaissance ? ».
9h45 : Delphine Fayard (Christie’s Paris), « La notion de libertinage à l’aune des pratiques bibliophiliques du XIXe siècle ».
10h15 : échanges et discussion.

10h45 : François Pic (Toulouse II-Jean Jaurès), « Des « livres en patois » à la « littérature occitane » : le rôle des bibliophiles dans la constitution d’un objet littéraire (XVIIIe/XXe siècles) ».
11h15 : José-Luis Diaz (Paris VII-Diderot), « Charles Asselineau face aux « minores » du romantisme ».
11h45 : échanges et discussion.

Après-midi. Enjeux de l’édition bibliophilique.
Présidence Claire Lesage (BnF, Arsenal).
13h30 : François Rouget (Queen’s University, Canada), « Prosper Blanchemain, bibliophile et éditeur des poètes de la Renaissance ».
14h : Julien Schuh et Anne-Christine Royère (Reims-Champagne), « Prosopographie des éditeurs bibliophiles (1870-1930) ».
14h30 : échanges et discussion.

Chroniqueurs de la bibliophilie

15h : Laurent Portes (BnF), « Eugène Le Senne (1846-1938), collectionneur de livres parisiens ».
15h30 : Jean-Didier Wagneur (BnF), « Hémérophilie : Firmin Maillard, un chiffonnier de la petite presse ».
16h : échanges et discussions.
16h15 : mot de conclusion par Olivier Bosc, directeur de la bibliothèque de l’Arsenal.
16h30 : fin des communications.

16h45-18h15 : table-ronde « La bibliophilie d’hier à aujourd’hui », présidée par Jean-Yves Mollier (Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), avec Isabelle de Conihout (Christie’s), Éric Dussert (BnF), Nicolas Malais (Paris X-Nanterre).

Chacune de ces deux journées s’accompagnera d’une exposition de pièces exceptionnelles sélectionnées parmi les fonds de la BHVP et de la Bibliothèque de l’Arsenal.

Inscription préalable obligatoire à l’adresse suivante : colloque.bibliophilie.2016@gmail.com

Argumentaire complet et bibliographie

Organisé par Patrimoine, littérature, histoire (EA 4601, Université Toulouse Jean Jaurès), la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (SERD) et la BnF.


Images de Une  :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les incunables de l’Arsenal : un continent à découvrir

Fol-T-1094_vol1_a1rEn 2014, avec la parution du dernier tome du Catalogue des incunables (CIBN1), la Bibliothèque nationale de France achevait le recensement et le catalogage des incunables en sa possession (couvrant la Réserve des livres rares, les départements des Cartes et plans, des Estampes et de la photographie, des Manuscrits et des Arts du spectacle), à une exception près. En effet, le catalogue ne comprend pas les incunables de la Bibliothèque de l’Arsenal, dont les fonds demeuraient à décrire.

Inventaire des incunables de l’Arsenal

Principalement connus grâce au catalogue de Marie Pellechet et Louis Polain établi à la fin du XIXe siècle2, les incunables de la bibliothèque de l’Arsenal restent mal représentés dans les catalogues mondiaux (151 notices seulement dans l’ISTC3). Ceci est d’autant plus regrettable vu l’importance quantitative du fonds (environ 1600 cotes) et sa qualité, puisqu’il comprend nombre d’exemplaires uniques et de provenances intéressantes.

Aussi, depuis 2010, la Bibliothèque de l’Arsenal s’est attelée à combler cette lacune en inventoriant l’ensemble de ses incunables en vue de la publication d’un catalogue scientifique répondant aux normes actuelles.

Section Sciences et arts

Dans le cadre du plan triennal de la recherche 2010-2012 de la BnF, Martine Lefèvre a décrit l’ensemble des incunables de la section « Sciences et arts ». Le projet a consisté à localiser les incunables de la section, à les décrire et à les restituer dans l’histoire des collections.

Plusieurs exemplaires uniques au monde ont été recensés, notamment :

Spirito. Libro dala ventura. – Milano, Pietro Martire Mantegazza pour Giovanni da Legnano, 26 IX 1500. – 2° (Est 472) (déjà décrit dans certains répertoires) ;

Paulus II. Bulla. – [Mondovi, Antonio di Mattia et Baldassare Corderio, circa 1472-1473.] – 4° (4° S 606 (4) (complètement inconnu).

À cela s’ajoute un certain nombre d’éditions conservées en seulement deux exemplaires au monde. Beaucoup d’éditions ne figurent pas dans les collections de la Réserve des livres rares. Des provenances remarquables méritent d’être signalées, tels les dons d’Antoine Vérard à l’abbaye de Clairvaux (Rés. Fol S 350 et Fol S 151) ; si l’on ajoute un exemplaire conservé en « Belles-Lettres » et un exemplaire conservé en « Théologie », ce sont au moins quatre ouvrages offerts par Vérard que conserve la bibliothèque de l’Arsenal. Plusieurs d’entre eux ont appartenu au duc de La Vallière avant de rejoindre la collection du marquis de Paulmy, fondateur de la collection de la bibliothèque de l’Arsenal. Les ouvrages rassemblés par ce collectionneur constituent le noyau du fonds ancien de la bibliothèque de l’Arsenal, qui fut ensuite complété par les confiscations révolutionnaires.

L’ex-libris et les armoiries peintes de Jean Budé se remarquent sur les Opera medica de J. M. Ferrarius. – Milano, [Giovanni Antonio d’Onate] pour Pietro Antonio da Castiglione, [4 V] 1481. – 2°. (Fol. S 819).
L’humaniste italien Matteo Bandello a apposé son nom sur une édition milanaise du De Carcere de Platinus Platus, probablement acquise à Milan avant son arrivée en France en 1525 (4° S 4248 (8)).

Enfin, d’après une annotation portée par Paulmy dans son catalogue, un ouvrage, relié à neuf par Bradel (Réserve Fol. S 248), proviendrait de Johann Amerbach. La bibliothèque conserve au moins un autre exemplaire provenant du célèbre imprimeur bâlois, ce dernier en reliure d’époque (4° BL 827).

Si l’immense majorité des exemplaires provient des confiscations révolutionnaires, on note cependant un achat effectué en 1792 par Ameilhon (De Cometis. – [Beromünster, Helyas Helyæ, post IV 1472.] – 2o. (Fol. S 1281))

Pour conclure, il est apparu que  l’ensemble de la section « Sciences et arts » comprenait 199 éditions incunables, représentant 219 exemplaires, soit 192 volumes. 77 éditions sur 199, soit 38,6 %, ne sont pas représentées dans le CIBN.  La proportion varie en fonction du format. Ainsi, sur un total de 21 éditions in-8°, 14, soit 66 %, ne figurent pas au CIBN.

Section Belles-Lettres

Au cours des années 2011-2012, le chantier s’est poursuivi par le catalogage de la section « Belles-Lettres », dont 105 cotes restaient à cataloguer. Au sein de cette section, le nombre d’éditions rares s’est avéré très élevé. Ces exemplaires uniques montrent le rôle important que joua le fondateur de la bibliothèque de l’Arsenal dans la sauvegarde des éditions en langues vernaculaires.

Le traitement des sections « Sciences et arts » et « Belles-lettres » a mis en lumière une vingtaine d’exemplaires uniques au monde, ce qui confirme l’exceptionnelle richesse du fonds de l’Arsenal.

Les incunables de la section « belles-lettres » totalisent 291 éditions, qui correspondent à 324 exemplaires, soit 281 volumes.

Section Histoire

Dans le cadre du plan triennal 2013-2015, la Bibliothèque de l’Arsenal s’est proposé de traiter l’ensemble de la section « Histoire », environ 267 cotes, qui s’ajoutent aux 219 exemplaires de la section « Sciences et arts » et aux 324 cotes de la section « Belles-Lettres ».
Les incunables de la section « Histoire » retiennent particulièrement l’attention, en raison de l’intérêt porté aux sciences historiques par le marquis de Paulmy4 et le duc de La Vallière5. Cette section présente des provenances particulièrement intéressantes. Ainsi la cote Fol. H 3723 désigne un intéressant livre de raison d’une famille de Saône-et-Loire, commencé au XVe siècle et poursuivi au XVIe siècle. Un incunable provenant de la bibliothèque des rois aragonais a également été identifié (Fol. H 1348). Il a conservé sa reliure exécutée pour cette collection. Enfin, un exemplaire exceptionnel d’un Boccace publié par Antoine Vérard (Trésors de la bibliothèque de l’Arsenal, 1980, n°77, Rés. Fol. H 4991) est orné de 10 peintures à pleine page et de 163 petites miniatures. Recouvert d’une reliure de velours ciselé, il surpasse l’exemplaire de la bibliothèque du Congrès6, considéré jusqu’à maintenant comme le plus précieux des volumes conservés. Le destinataire de ce luxueux exemplaire demeure un mystère. Comme dans deux exemplaires offerts en 1494 à Charles VIII (Des livres et des rois7, n° 20 et 23), les intitulés des chapitres ont été reportés à la main dans les marges. Bien que l’on trouve dans le catalogue de la bibliothèque royale de 15448 un exemplaire des Nobles malheureux couvert de velours noir, (Omont9, n° 1345), rien ne permet de supposer que ce volume ait été offert à Charles VIII.

Les incunables de la section « Histoire » totalisent 193 éditions correspondant à 256 exemplaires, soit 249 volumes. Le programme s’est ensuite poursuivi par le traitement de la « Jurisprudence ».

Section Jurisprudence

La section « Jurisprudence », numériquement moins fournie que les autres, est particulièrement remarquable par les exemplaires en petit format, dont peu d’exemplaires nous sont parvenus. La bibliothèque de l’Arsenal conserve notamment l’unique témoin d’un recueil d’ordonnances postérieur à 1492 (4° J 2051) :

Ordonnances des amortissements. – CHARLES VII. Ordonnances sur les criées et subhastations. – [Paris, Philippe Pigouchet, non ante 1492]. – 4°, ill., 26 ff., sign. A-E4, F6 ; 37 ll. – Caractères B 81 de Philippe Pigouchet, cf. BMC VIII pl. XIV.

La section « Jurisprudence » totalise 83 éditions incunables correspondant à 88 exemplaires, soit 75 volumes.

Section Théologie

La section « Théologie » est actuellement en cours de traitement : les notices ont été rédigées entre 2013 et 2016 et sont en relecture. Cette section comporte de nombreux exemplaires rares. Là encore, les petits formats se distinguent par le nombre assez élevé d’unica, notamment :

[Psalterium Romanum :] Psalterium cum hymnis, canticis et antiphonis ad modum curie romanae. – [Napoli,] Sixtus Riessinger, [circa 1471-1478]. – 8°, 142 ff., sign. [a-d10, e8, f-h10, i-l8, m-p10] ; 1 col. 26 ll. – Caractère R 98A et G 180 : BMC VI, pl. LXV (IA. 29313). (8° T 1958)

Missale Carnotense. – Paris, Johannes Higman [pour Antoine Vérard ?], Idibus Octobris [15 X] 1491. – 2°, sign. [a6] a-i8 k10 k-n8 a10 b-d8, ill., musique. (4° T 846)

Baptismale secundum usum Viennensis diocesis. – Ordo ad visitandum infirmum. – Missa de sancto spiritu. – [Lyon, Mathias Huss, circa 1493 ?] – 4°, 44 ff. sign. a-c8, d4, e8, A8, 1 col. 31 ll., ill., portées sans notes. – Caractères G94, cf. BMC VIII, p. 258 (95G). (8° T 2366)

On y trouve également plusieurs livres d’heures, dont certains furent enluminés par des Maîtres parisiens actifs à la fin du XVe siècle. Citons à titre d’exemple l’exemplaire des Heures à l’usage de Rome publiées à Paris par Philippe Pigouchet pour Simon Vostre en septembre 1498 (4° T 951), qui conserve sa reliure en velours bleu, et en tête duquel a été reliée une liste manuscrite des peintures contenues dans le volume.

Certains exemplaires ont une histoire particulièrement intéressante. Par exemple, celui de la Summa de casibus conscientiæ, imprimé à Paris avant 1473 par Ulrich Gering, Martin Crantz et Michæl Friburger (Fol. T 1524), comporte un ex-dono manuscrit d’Antoine de Cambrai. Ce dernier offrit ce livre à Robert Gaguin, ami de Guillaume Fichet et chef de file du second humanisme français à partir de 1472.

Cette section comporte 736 exemplaires incunables.

Conclusion provisoire

La Bibliothèque de l’Arsenal est maintenant capable d’estimer le corpus des incunables qu’elle conserve à 1623 exemplaires.

Le travail de description a connu dans les 6 dernières années une progression décisive puisque la totalité des volumes sont désormais identifiés et traités. Ce dernier programme de recherche permettra d’harmoniser les notices, d’effectuer des vérifications concernant les provenances, et de conduire le travail éditorial (relecture, établissement de tables et de pièces liminaires)  indispensable pour une publication en 2019.

Le corpus ainsi décrit permettra la valorisation d’un patrimoine culturel commun et offrira de nouvelles pistes sur le passage du manuscrit à l’imprimé, la production des ateliers typographiques, la circulation des éditions, enfin la place occupée par les incunables dans les collections bibliophiliques formées au XVIIIe siècle.

Perspectives

Dans le domaine des incunables, d’autres programmes sont en cours, comme le catalogue des incunables de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, ou le projet d’informatisation des catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France10.


Image de Une : HIERONYMUS, S. Epistolæ. Éd. Theodorus Lælius. – Venezia, Bernardino Benagli, 14 VII 1490. – 2 parties, 2°.
HC 8560. GW 12432. Pell 5986 (5974). Polain 4435. IGI 4742. Goff H-172. BMC V 372. CIBN H-107.
Variante : collation du vol.2 = Pell (présence d’un cahier GG2 entre les cahiers G12 et H8), ≠ GW :

Ars. Fol. T 1094 (1-2) (Anciennement T 3810. – Inc. du 1er f. blanc ; le cahier v est relié à la fin du 2nd vol. – Prov. Ex-libr. ms de l’abbaye de Saint-Airy à Verdun, post 1611 ; ex-libr. peint et armoiries peintes de Richard de Wassebourg, archidiacre à Verdun en 1549. – Initiales ornées ; ff.a1r° et A1r° enluminés ; très rares notes mss, 16e s.)

  1. Tome I, fasc. 1 : Xylographes et A. 1992. ISBN : 2-7177-1823-0
    Tome I, fasc. 2 : B. 1996. ISBN : 2-7177-1976-8
    Tome I, fasc. 3 : C-D. 2006. ISBN : 2-7177-2356-0
    Tome I, fasc. 4 : Xilographes et E-G et Supplément. 2014. ISBN : 978-2-7177-2561-2
    Tome II, fasc. 1 : H-L. 1981. ISBN : 2-7177-1611-4
    Tome II, fasc. 2 : M-O. 1982. ISBN : 2-7177-1642-4
    Tome II, fasc. 3 : P-R. 1983. ISBN : 2-7177-1681-5
    Tome II, fasc. 4 : S-Z et Hebraica. 1985. ISBN : 2-7177-1700-5 []
  2. Marie Pellechet et Louis Polain, Catalogue général des incunables des bibliothèques publiques de France, 27 vol., Paris, 1897-1909. []
  3. Incunabula Short Title Catalogue. Disponible en ligne : <http://www.bl.uk/catalogues/istc/> []
  4. La bibliothèque du marquis de Paulmy. Disponible en ligne : <http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_fds_col/a.bibliotheque_paulmy.html> []
  5. La collection du duc de La Vallière. Disponible en ligne : <http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_fds_col/a.collection_la_valliere.html> []
  6. Boccace des nobles maleureux, imprime nouuellement. De casibus virorum illustrium. Paris, Antoine Vérard, 4 Nov. 1494. []
  7. Ursula Baurmeister et Marie-Pierre Laffitte, Des livres et des rois : la Bibliothèque royale de Blois, Paris : Bibliothèque nationale : Quai Voltaire, 1992 []
  8.   Inventaire de la Librairie royale de Blois. Disponible en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6000260n/f169.item> []
  9. Henri Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, I, La Librairie royale à Blois, Fontainebleau et Paris au XVIe siècle, Paris, 1908, p. 155-264. []
  10. Projet CRII : Catalogues Régionaux des Incunables Informatisés []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Jean-Dominique Mellot

mellot_jean_dominiqueLe Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Aujourd’hui c’est au tour de Jean-Dominique Mellot, chef du service de l’Inventaire rétrospectif.

Quel est votre parcours ?

Passionné par l’histoire depuis la petite enfance, j’ai entendu parler vers l’âge de 12 ans de l’École des chartes et des disciplines qu’on y enseignait. L’idée d’acquérir cette formation chartiste pour accéder moi-même aux sources écrites de l’histoire ne m’a pas quitté de toute mon adolescence. J’étais initialement plutôt intéressé par l’histoire médiévale. Mais après ma réussite au concours, dès ma première année d’École, j’ai découvert l’histoire du livre imprimé grâce à l’enseignement d’Henri-Jean Martin (1924-2007) et souhaité m’orienter vers ce domaine de recherche. J’ai travaillé à une thèse d’École sur l’histoire de l’édition dans ma région d’origine, la Haute-Normandie, mais qui bien sûr m’obligeait aussi à recourir massivement aux ressources parisiennes ; ç’a été pour moi une période intense de découvertes et de rencontres qui m’a conforté dans l’idée de choisir la voie des bibliothèques, afin de rester au plus près des collections imprimées ou manuscrites et en même temps d’être en relation avec un public plus large et ouvert que celui des archives — j’avais déjà l’expérience des bibliothèques en tant que lecteur, grâce à ma fréquentation de celle du Havre. En terminant ma scolarité à l’École des chartes, major de promotion, j’envisageais surtout de trouver un poste dans une grande bibliothèque normande et de maintenir le lien tissé avec la recherche historique régionale. Mais les circonstances en ont décidé autrement.

Un poste qui m’intéressait particulièrement s’offrait au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale, service de l’Inventaire. Ce service, qui venait alors d’achever le Catalogue général auteurs, était en train de devenir un service expert, spécialisé dans le livre ancien, et en même temps se lançait dans l’informatisation et dans la création des notices d’autorité — dont on perçoit enfin aujourd’hui l’importance capitale, avec le référencement des données sur Internet. C’était un tournant (1985) et un chantier exaltant où j’avais beaucoup à apprendre mais aussi ma pierre à apporter et où je pouvais contribuer à une dynamique de publication. Ce qui ne m’a pas empêché de rester un chercheur — même si ce n’était hélas pas toujours bien vu à l’époque car on soupçonnait, bien à tort dans mon cas, les jeunes chercheurs de prendre sur leur temps de travail BN pour avancer leurs travaux personnels —, de mener à son terme une thèse de doctorat (1992)1, de publier des articles puis des livres tout en intervenant dans des colloques.

La reconnaissance du bien-fondé de mon double statut de conservateur de bibliothèque et de chercheur n’est venue que progressivement, avec notamment ma responsabilité de chargé de conférences à l’École pratique des Hautes Études (à partir de 1999), mes cours de formation continue ENSSIB (à partir de 2000), les conférences que l’on m’a confiées dans le cycle Histoire du livre, histoires de livres de la BnF (à partir de 2006), les invitations à l’étranger et surtout peut-être la codirection scientifique du Dictionnaire encyclopédique du livre, une entreprise de référence internationale qui s’est étalée sur 15 ans (1996-2011). Depuis 2009, je dirige le service de l’Inventaire rétrospectif qui compte une quinzaine de personnes (conservateurs et bibliothécaires) et au sein duquel je contribue, je l’espère, à entretenir la flamme de la recherche et à encourager les publications et réalisations scientifiques. Je poursuis toujours parallèlement des recherches à titre personnel, dans le peu de temps libre dont je dispose.

Quels sont vos domaines de recherche actuels ?

L’histoire sociale et institutionnelle des métiers du livre. La police et la « police du livre » aux XVIIe-XVIIIe siècles. Les pratiques de la librairie d’Ancien Régime. Colportage et « libraires forains » aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le régime des permissions et privilèges et « l’état civil du livre ». Les métiers du livre et l’édition en Normandie du XVIe au XIXe siècle. L’édition française au XIXe siècle. L’histoire religieuse des XVIIe-XVIIIe siècles.

Quels aspects considérez-vous comme les plus marquants de votre carrière ?

J’en vois beaucoup, mais les périodes de thèse (École des chartes, 1982-1985, et doctorat Paris-I, 1985-1992) se détachent évidemment par leur intensité et par la somme de découvertes et de rencontres qu’elles m’ont procurée. L’entrée dans le monde du travail (Bibliothèque nationale, été 1985), dont on attend souvent beaucoup, a tenu ses promesses, et ce à tous les points de vue. Mais il faut dire que la fin de mon service militaire, au Service historique de la Marine, en 1984, m’y avait, contrairement à ce que l’on pourrait croire, fort bien préparé. À la BnF, je relèverais deux moments-clés : les débuts au service de l’Inventaire, avec la participation aux grands chantiers qui s’y ouvraient alors (voir ci-dessus question 1) ; la prise de poste en tant que chef de service, à partir de 2009, qui m’a donné une palette plus large de responsabilités, y compris humaines et relationnelles, et m’a certes amené à minuter encore davantage mon emploi du temps, mais la bonne marche d’une équipe et la conduite de ses projets sont une source de satisfactions que l’on a du mal à se figurer tant que l’on n’a pas été en situation. Hors de la BnF, je retiendrais deux phases marquantes : l’invitation de Frédéric Barbier, successeur d’Henri-Jean Martin, à intervenir comme chargé de conférences à son séminaire Histoire et civilisation du livre de l’EPHE, qui m’a permis de développer et partager mes centres d’intérêt avec un public d’auditeurs réguliers et attachants ; la grande entreprise du Dictionnaire encyclopédique du livre, lancée en 1996 par les éditions du Cercle de la Librairie à l’initiative de Pascal Fouché, dont j’ai dirigé le domaine Histoire du livre (plus de 350 contributeurs), une aventure humaine de 15 ans dont tous les protagonistes gardent un souvenir ému et qui a abouti à un instrument de travail d’une qualité rare.

Quelles sont les applications de vos recherches ? Le quotidien d’un bibliothécaire-chercheur, c’est quoi au juste ?

Ce quotidien se caractérise par une grande diversité d’activités, d’autant plus lorsqu’on dirige un service où plusieurs chantiers et projets de recherche sont menés concurremment. La correspondance (interne et externe) — principalement lecture de courriels et réponses — y occupe beaucoup de place, parfois trop, mais c’est la rançon du rayonnement du service et de l’ouverture croissante (et louable) des métiers des bibliothèques. Il ne faut pas négliger non plus les contacts directs et briefings informels, avec les membres de l’équipe comme avec le public des chercheurs (à travers le service public en salle ou de façon plus personnalisée). La supervision du travail concret de l’équipe, la relecture et validation des notices rédigées, la révision des textes avant diffusion ou publication, les conseils experts prodigués au fur et à mesure des besoins sont un autre poste important de l’emploi du temps d’un conservateur-chercheur. Le travail administratif n’est pas négligeable non plus, mais variable selon les périodes (réunions et leur préparation, notes, rapports, entretiens annuels, lecture et diffusion de comptes rendus, statistiques, etc.). Quant au contact avec le livre-source comme avec le livre-objet, il reste permanent mais diffus, de même que la production scientifique proprement dite (articles, contributions, ouvrages, correction d’épreuves, préparation de supports…), qui du reste repose très largement sur le temps privé. Enfin les recherches dans des dépôts d’archives et dans d’autres bibliothèques sont des moments intenses et presque toujours fructueux mais extrêmement ciblés voire minutés.

Le moment où vous vous êtes dit : je veux faire de la recherche ?

En fait cela s’est décidé progressivement. Enfant, j’étais fasciné par la magie qui se dégageait des documents anciens, de leur écriture, de leur langue, et il me tardait de pouvoir un jour m’y initier pour accéder à ces pans du passé, même si je ne reliais pas encore tout cela à la dynamique de la recherche historique. Au collège et au lycée jusqu’en seconde, le plus souvent l’enseignement de l’histoire était terne, frustrant, cadré et superficiel ; cela en fait aiguisait mon désir d’aller plus loin et plus en profondeur, et je pense que cette période a été décisive dans le sens où j’ai été prêt à « ronger mon frein » avant d’espérer être un jour partie prenante dans la « fabrique de l’histoire ». Un peu plus tard, en première, le censeur de mon lycée du Havre, Jacques Ducher, me sachant intéressé par l’École des chartes, m’a fait rencontrer l’un de ses amis, conservateur chartiste à la Bibliothèque Mazarine, Jean-Claude Nardin (hélas décédé en février dernier) ; j’étais accompagné de ma mère et nous avons passé tous les deux un moment de découverte et de complicité fabuleux mais bien réel parmi les collections, les imprimés rares, les reliures et les boiseries de la Mazarine, escortés par un guide savant, discret et cordial. Cette rencontre m’a conforté dans ma vocation encore en pointillé et a fait aussi pencher ma balance vers le monde des bibliothèques. Les cours d’H.-J. Martin, à partir de la première année d’École des chartes, ont fait le reste, en levant le voile sur « l’histoire du livre en train de se faire » et en communiquant l’envie d’y être associé.

Quel objet patrimonial de la BnF vous a particulièrement marqué ?

J’en vois au moins trois, en considérant la BnF au sens large et en y incluant la bibliothèque de l’Arsenal. D’abord les reliures et demi-reliures aux armes royales, présentes sur le site François-Mitterrand comme sur celui de Richelieu et même de l’Opéra. J’ai découvert leur beauté sobre, leur solidité et leur abondance — que je ne soupçonnais pas — lors de mes premiers pas de chercheur. Ensuite, plus que la salle Labrouste, dont j’appréciais l’architecture élancée et les galeries ornées de fresques mais pas du tout la lumière « zénithale », c’est le magasin central du département des Imprimés du site Richelieu qui m’a conquis par la combinaison harmonieuse de leurs qualités pratiques et esthétiques. Je m’en voudrais de ne pas mentionner aussi les boîtes d’archives de la Bastille, mine inépuisable de documents policiers sauvés de la destruction en 1789 — et dont certains portent encore des traces de la boue des fossés où ils ont été jetés le 14 juillet ; leur fréquentation, dans le cadre superbement original de l’Arsenal, me procure toujours un moment riche de découvertes et d’émotions.

En dehors de la BnF et de la recherche, quels sont vos loisirs et passions ?

La lecture bien sûr (mais pas seulement en histoire), le jogging, les promenades et visites, les rencontres amicales, les bons moments en famille, le théâtre (grâce à mes enfants), le football, certains films et émissions de télévision, le jardinage.

Quelles sont vos plus belles réussites ?

Je ne crois pas avoir encore le recul nécessaire pour en juger et j’ignore si je l’aurai un jour.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités que doit avoir un chercheur ?

Une grande curiosité mais également une humilité au moins aussi grande, la rigueur, la persévérance, l’exigence et le souci d’une écriture claire (la moins jargonnante » possible) et élégante, le goût du partage (y compris à travers la vulgarisation et la transmission directe) et l’esprit d’équipe.

Quelle est, pour vous, la découverte majeure qui a pu influer sur l’histoire de l’humanité ?

Je dirais un « couple » de découvertes : l’agriculture et l’écriture, deux pratiques parentes aux pouvoirs quasi magiques, ont influé de façon déterminante sur l’évolution de l’humanité. En traçant des sillons dans un espace délimité, elles permettent en effet de féconder celui-ci, puis de stabiliser et de « stocker » le produit de ce « dessin fertile », et ainsi de maîtriser et élargir le temps des hommes. L’agriculture et l’écriture ont été deux préalables essentiels qui ont permis à l’être humain de transcender l’horizon de la mémoire individuelle, familiale ou groupale pour accéder au temps de l’histoire.

Quelle place accordez-vous au hasard (opportunités, rencontres, chance…) dans votre travail de recherche ?

De mon point de vue, cette place est capitale. À chaque moment important de nos vies ou de nos carrières, il y a des rencontres, des exemples que l’on a envie de suivre à notre façon, des paroles qui résonnent en nous. Aussi vrai que « tout ce qui est important s’enseigne de personne à personne » (Nietzsche).

Dans le travail de la recherche, même si la méthode suivie ne doit rien au hasard, le hasard des contraintes de temps et de lieu, celui des trouvailles dans des sources à côté desquelles on ne passe pas, m’apparaît essentiel. Or les découvertes — de sources et dans des sources —, c’est ce qui peut faire évoluer voire révolutionner le regard non seulement du chercheur lui-même, mais aussi de toute une communauté scientifique à qui il les fait partager. J’ai été suffisamment chanceux pour connaître à plusieurs reprises, au cours de ma carrière, ce moment où le chercheur se découvre aussi « trouveur ». L’humilité nécessaire du chercheur, c’est donc celle également qui consiste à reconnaître la part décisive de la chance dans son apport.

  1. L’édition rouennaise et ses marchés : vers 1600-vers 1730 : dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris : École des Chartes, 1998 , 816 p. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Habiller le livre : phénomène de mode ou enjeu éditorial ?

Illustration Atelier 24 mai (V4) blog 2

Les Ateliers du livre de la Bibliothèque nationale de France, inaugurés en 2002, sont organisés deux fois par an, en partenariat avec diverses institutions, dans le but de réunir chercheurs et professionnels du livre.

Le 39e atelier, organisé le 24 mai prochain en partenariat avec le Pôle Métiers du livre de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense se propose, au cours d’une après-midi de communications suivie d’une table ronde de professionnels, d’interroger le rôle de la couverture du livre au cours de son histoire.

Habiller le livre

Qu’elles soient de papier ou de carton, richement illustrées ou ornées d’un unique titre manuscrit, échangées sous le manteau ou exposées en librairies, les couvertures de livres font bien plus qu’envelopper de simples pages et se trouvent au cœur d’enjeux graphiques, éditoriaux et littéraires.

C’est sur leur histoire, de la bibliothèque bleue au livre numérique, leur importance en termes de graphisme et de stratégies éditoriales, entre marketing et construction d’une valeur symbolique, que se pencheront chercheurs, étudiants et professionnels.

Continuer la lecture de Habiller le livre : phénomène de mode ou enjeu éditorial ?

Christine Genin

Littérature française contemporaine, dépôt légal du web et valorisation en ligne au Département Littérature et art, Bibliothèque nationale de France

More Posts