Archives par mot-clé : Histoire du livre

Présentation et débat autour de l’ouvrage : Imago Libri Représentations carolingiennes du livre

Évangiles de Saint-Riquier, Abbeville, BM Ms. 4, fol. 17v

Le renouveau culturel carolingien confère au livre une place majeure
dans la société, qui perdure dans le monde ottonien. Sa production est suffisamment abondante pour que près de 9000 manuscrits de cette époque nous soient parvenus, et le soin apporté à la qualité de leur confection est remarquable. Les manuscrits, précieux ou non, corrigés, glosés, comparés, échangés, servent à l’action, politique ou judiciaire, à la spiritualité, à la réforme religieuse, au développement de l’« humanisme » carolingien. Dans la société et la culture chrétiennes, l’objet-livre revêt un caractère précieux et somptuaire, comme en témoignent sa place de choix au sein des trésors d’église et sa haute valeur monétaire. Il est l’incarnation à la fois de l’autorité sacrée, du pouvoir et du savoir ; investi d’une forte dimension symbolique, il peut aussi être source de conflits et victime de destructions. Polymorphe, il intervient dans de multiples situations et se trouve au coeur des relations entre protagonistes : il peut être tour à tour exhibé sous l’aspect d’un rouleau, d’un codex ouvert ou fermé, mangé, foulé aux pieds, dissimulé, utilisé pour prêter des serments…

À la fois contenant et contenu, objet et parole, le livre est aussi un objet imaginaire et imaginé. L’enquête collective envisagée ici dépasse la dimension archétypale du livre pour cerner, à travers une approche pluridisciplinaire combinant l’histoire sociale, culturelle et artistique, la spécificité des représentations carolingiennes du livre.

Programme

Pascale Bourgain (École Nationale des Chartes) et Ioanna Rapti (EPHE) présideront une table-ronde pour la présentation de l’ouvrage publié sous la direction de Charlotte Denoël, Anne-Orange Poilpré et Sumi Shimahara, paru aux éditions Brepols.

Imago libri : couverture

Informations pratiques

  • Jeudi 27 juin de 18h à 20h
  • Institut National d’Histoire de l’Art, Salle Vasari
  • 2 rue Vivienne, 75002 Paris
  • Un cocktail sera servi en salle Warburg

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Livre & la Mort (14e – 18e siècle)

LE LIVRE & LA MORT

Étroits sont les liens qui unissent la mort et l’écrit. L’épigraphie, le manuscrit puis l’imprimé ont été mobilisés pour préserver le souvenir des disparus, et le rapport d’intimité qui lie le livre au lecteur a fait du premier le miroir privilégié des interrogations du second sur sa propre finitude. La Mort elle-même, comme figure et comme sujet, fait son entrée en littérature au 14e siècle, suscitant une appréhension moins abstraite du trépas. On dit et on représente désormais la déchéance des corps, souvent associée aux fins dernières que sont le Jugement, l’Enfer et le Ciel.

Fléaux de tous ordres et angoisse de la fin des Temps favorisent cette expansion du macabre à la fin du Moyen Âge. « Incarnations » de la Mort et représentations des morts investissent alors le livre, bien au-delà des répertoires privilégiés que sont les arts de mourir, les livres d’heures et les danses macabres.

Le corpus des images évolue, infléchi par l’Humanisme, la Réforme et la reconquête catholique, touché par l’évolution du cérémonial funéraire, s’adaptant aux nouvelles pratiques sociales d’encadrement de la mort. Le recours au média imprimé pour célébrer les grands défunts, et bientôt pour « faire part » des morts plus ordinaires, donne lieu à une vaste production documentaire, des pompes funèbres, tombeaux littéraires et reliures de deuil, aux modestes billets d’enterrement.

Cette exposition interroge la variété des apparitions de la Mort dans le livre européen, du Moyen Âge au 18e siècle. À travers l’illustration peinte et gravée, l’ornement typographique, la reliure ou l’héraldique, se déploie une iconographie funèbre ou macabre fascinante, avec ses scénographies et sa gestuelle (la Mort qui frappe, fauche, entraîne, moque, désigne, triomphe…), ses attributs et symboles (faux, dard, crâne, tibia, larmes, torchères, chauve-souris, outils du fossoyeur…), dont il importe de comprendre le sens et les évolutions.

Commissariat

  • Ilona Hans-Collas, Groupe de Recherches sur la Peinture Murale
  • Fabienne Le Bars, Bibliothèque nationale de France
  • Danielle Quéruel, Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires
  • Nathalie Rollet-Bricklin, Bibliothèque Sainte-Geneviève
  • Yann Sordet, Bibliothèque Mazarine
  • Anne Weber, Bibliothèque Mazarine

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine et la bibliothèque Sainte-Geneviève, avec le soutien de la Fondation Simone et Cino Del Duca

Informations pratiques

  • Du 21 mars 2019 au 21 juin 2019
  • Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h23
  • Bibliothèque Mazarine, quai de Conti, 75006 Paris
  • Dossier de presse

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

20/5 : rencontre-débat autour de l’ouvrage Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?, l’Enssib organise une rencontre-débat, dans le cadre des “Carrefours de l’information” proposés par la fondation Gulbenkian.

Programme

Présentation de l’ouvrage et débat, en présence de la coordinatrice de l’ouvrage et de deux auteurs.

  • Martine Poulain, conservatrice générale des bibliothèques honoraire, sociologue et historienne,
  • Anne Pasquignon, conservatrice générale des bibliothèques, adjointe au directeur des Collections, Bibliothèque nationale de France,
  • Benjamin Guichard, conservateur des bibliothèques, directeur scientifique de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC)

Informations pratiques

  • Organisateur : Enssib – Fondation Gulbenkian
  • Date et horaire : 20/05/2019 18h30 – 20h
  • Adresse : Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France 39 Boulevard de la Tour-Maubourg 75007 Paris 
  • Entrée libre sur inscription

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

L’ampleur des pillages effectués par les forces nazies durant la Seconde Guerre mondiale dans tous les pays occupés a été révélée à la Libération. Des opérations d’identification et de restitution des livres spoliés ont été mises en œuvre, notamment en Europe occidentale.

En mars 2017, un colloque international, co-organisé par le Centre Gabriel Naudé de l’Enssib, posait cette question : où sont les livres spoliés par les nazis ? Une partie des contributions sont rassemblées dans cet ouvrage, plus particulièrement, celles cherchant à localiser quelque 14 000 livres spoliés déposés dans une quarantaine de bibliothèques françaises entre 1950 et 1953 et à en connaître les caractéristiques.

Après un demi-siècle d’amnésie institutionnelle, des travaux de recherche ont montré qu’une quarantaine de bibliothèques françaises avaient été affectataires de livres spoliés par les nazis, dont la Bibliothèque nationale de France. Elles cherchent aujourd’hui à honorer la mémoire des propriétaires de ces bibliothèques disparues en identifiant ces documents – traces muettes de la volonté d’exterminer la population juive -.

Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, et
Anne Pasquignon, adjointe au directeur des Collections pour les questions scientifiques et techniques présentent ici les recherches relatives à la BnF.

Sommaire de l’ouvrage

  • Introduction. La souffrance des livres en exil, par Martine Poulain
  • Partie 1. Les spoliations de bibliothèques longtemps ignorées
  • Chapitre 1.Les pistes paneuropéennes des livres pillés par les nazis : trop d’ouvrages encore en exil, par Patricia Kennedy Grimsted
  • Chapitre 2. Restituer leurs bibliothèques aux spoliés, un impératif toujours actuel, par Martine Poulain
  • Partie 2. Bibliothèques spoliées : restituées, perdues, retrouvées, cachées ?
  • Chapitre 3. Une bibliothèque alsacienne disparue en Allemagne en 1940 : une quête en cours, par Nathalie Neumann
  • Chapitre 4. La bibliothèque d’art d’August Liebmann Mayer : Munich – Paris – Munich, par Maria Tischner
  • Chapitre 5. Livres français spoliés dans les collections de la Bibliothèque nationale de Biélorussiepar Anatole Steburaka
  • Chapitre 6. “28 sacs” de livres français pour la bibliothèque universitaire de Vienne : présentation d’une recherche de provenance en cours, par Christina Köstner-Pemsel
  • Chapitre 7. Paris-Berlin-Paris. Sur la piste de livres spoliés en France par les nazis : comment les retrouver et les restituer, par Sebastian Finsterwalder
  • Chapitre 8. La spoliation d’une bibliothèque privée sous l’Occupation : le cas de Pierre Guerquin, bibliophile, par Patricia Sorel
  • Partie III. Des livres spoliés dans les bibliothèques publiques françaises
  • Chapitre 9. Les documents spoliés déposés à la Bibliothèque nationale : les résultats d’une enquête, par Anne Pasquignon, avec la collaboration de Cécile Bellon
  • Chapitre 10. Les livres spoliés déposés à la Bibliothèque des langues orientales : une source pour l’histoire de la destruction des diasporas d’Europe centrale et orientale en France, par Benjamin Guichard
  • Chapitre 11. Le « Fonds Séquestres » de la BDIC, histoire d’une spoliation invisible, par Dominique Bouchery
  • Chapitre 12. Spoliations, confiscations et vols à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg entre 1940 et 1944, par Catherine Maurer
  • Chapitre 13. Octobre 1942 à la Bibliothèque nationale : des faits de collaboration par les livres, par Eve Netchine
  • Glossaire
  • Index
  • Bibliographie
  • Liste des illustrations
  • Encadré. Les principes de Washington
  • Liste des auteurs
  • Table des matières

Informations pratiques

  • Parution : mai 2019
  • Broché
  • Editeur : Presses de l’enssib

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier du livre (16/4) : Le roman graphique

Les « Ateliers du livre » de la Bibliothèque nationale de France proposent des rendez-vous réguliers autour de l’histoire du livre et de ses enjeux contemporains.

Richard Felton Outcault. Buster Brown est incorrigible. Hachette, 1918

Qu’on le considère comme une forme esthétique ou un objet éditorial, le roman graphique s’est imposé ces dernières années dans le paysage de la bande dessinée. Catégorie d’ouvrages protéiformes aux contours encore mal définis, il est devenu l’un des éléments structurants d’une offre éditoriale abondante et variée. Au cœur des enjeux de légitimation qui travaillent un secteur dont le dynamisme ne s’est pas démenti au cours des deux dernières décennies, il fournit des opportunités de médiation nouvelles et stimulantes en librairie, en bibliothèque ainsi que dans des expositions.

En partenariat avec l’Université Paris Nanterre

Programme

9h : Ouverture par Cécile Rabot, sociologue, maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre (Centre européen de sociologie et de science politique) et le Directeur général de la Bibliothèque nationale de France ou son représentant.

Le roman graphique et son cadre : historique, frontières, définitions

9h30-10h : Le roman graphique du point de vue de l’auteur
Par Tiphaine Rivière, auteure de Carnets de thèse (Seuil, 2015) et de L’invasion des imbéciles (Seuil, 2019).

10h-10h30 :Du roman en estampes au roman graphique. Généalogie d’une catégorie éditoriale
Par Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire contemporaine (Institut de recherches historiques du septentrion, Université de Lille).

10h30-11h : Le « graphic novel » comme étiquette nouvelle : des premiers usages américains de la catégorie dans les années 1970 aux premiers usages français dans les années 1980
Par Jean-Matthieu Méon, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine).

11h-11h30 – Pause

11h30-12h : Le récit mémoriel historique en bande dessinée, un roman graphique consacré à la mémoire
Par Isabelle Delorme, docteure en histoire contemporaine, chercheuse associée au Centre d’Histoire de Sciences Po (Lauréate de la bourse Mark Pigott et chercheuse invitée de la BnF en 2016-2017).

Le roman graphique et ses éditeurs

14h-14h30 : Structuration des catalogues : comment les éditeurs alternatifs mobilisent (ou non) la catégorie roman graphique
Par Kévin Le Bruchec, Doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication (Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13 Villetaneuse).

14h30-15h : L’édition alternative de bandes dessinées
Par Serge Ewenczyk des éditions Ça et là.

15h-15h30 : Roman graphique et stratégies éditoriales
Par Benoît Mouchart, directeur éditorial en charge de la bande dessinée chez Casterman.

15h30-15h40 – Pause

Les médiations du roman graphique : bibliothèques, librairies, expositions

15h40 – 17h : Table-ronde introduite et modérée par Jean-Marie Compte, directeur du département Littérature et art à la Bibliothèque nationale de France.
Avec Jean-Christophe Boudet, libraire, maître de conférences associé au Pôle métiers du livre de l’Université Paris Nanterre, Thierry Groensteen, spécialiste de la bande dessinée et commissaire de l’exposition « Roman graphique » à la Fondation Jan Michalski du 3 novembre 2018 au 6 janvier 2019, Antoine Torrens, directeur des bibliothèques de la ville de Compiègne.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Naissance et diffusion du roman anglophone en France

Cette journée d’étude vise à croiser les professionnels de la littérature anglophone et des bibliothèques, qui disposent de fonds importants ou spécifiques dans ce domaine. Elle permettra de valoriser les collections patrimoniales de la BnF et d’appréhender le paysage national autour du patrimoine culturel et littéraire anglophone. Un public varié, composé d’étudiants, de bibliothécaires, de chercheurs, de documentalistes et d’amateurs sera convié autour d’interventions d’experts, de démonstrations (Gallica, CCFr) et de questionnements sur la naissance et la diffusion du roman anglophone en France, ainsi que sur le signalement, l’histoire et la numérisation de certains fonds.

La littérature américaine est surtout connue pour ses récits d’exploration et de colonisation, ses traités, ses sermons teintés de théologie et pour l’exaltation de ses vertus républicaines au XVIIIe siècle. Or si l’on revient sur les premières formes de romans américains, on y découvre des récits autour de la nouvelle nation des États-Unis dans un contexte de développement d’une industrie du livre encore hésitante. Tandis qu’en Angleterre, Daniel Defoe inaugure le roman à portée morale avec Robinson Crusoë (1719) et Moll Flanders (1722), l’américain Charles Brockden Brown offre, quelques années plus tard, une nouvelle liberté au roman gothique américain avec Wieland ; or, The Transformation : An American Tale (1798), explorant l’ambiguïté du réel. Du début du XVIIIe siècle jusqu’à la période victorienne, le roman anglophone va connaître de multiples évolutions : narrations s’apparentant aux récits d’exploration, écriture didactique, témoignages sur l’expérience de l’esclavage, aventures rocambolesques ou frissons gothiques… De nombreux pionniers de ce genre nouveau restent encore obscurs. Il s’agira de les découvrir ou de les relire à l’éclairage des regards contemporains.

Parallèlement à ces évocations d’un genre littéraire qui a connu de profondes mutations au cours des siècles, cette journée d’étude permettra de découvrir des fonds en littérature anglophone dont les provenances et les histoires sont très diverses, permettant de comprendre les modalités de diffusion du roman anglophone en France. L’exemple de la Bibliothèque de Saint Omer, qui conserve des fonds en littérature anglaise du IXè au XIXè siècle, issus d’un collège de Jésuites anglais et qui a également bénéficié d’un don de livres contemporains (XIXè-XXè siècle) par le Comité Canadien pour la reconstruction dans les années 1940, permettra d’aborder un volet de l’histoire de ces fonds anglophones en France. Cette cession sera complétée par une présentation dynamique de fonds et d’éditions anglophones anciennes, recensés et signalés dans le Catalogue Collectif de France, un portail qui permet de localiser sur tout le territoire des collections parfois uniques.

Dans un second temps, l’après-midi proposera de découvrir l’histoire et l’actualité de bibliothèques américaines, irlandaises et anglophones à Paris et en région. Fondée en 1920, l’American Library in Paris témoigne de la volonté des États-Unis d’envoyer des livres aux soldats américains à la fin de la Première Guerre mondiale et de fournir aux lecteurs en France le meilleur de la littérature et de la culture américaine. Aujourd’hui, la Bibliothèque Américaine de Paris est la plus grande bibliothèque de prêt d’ouvrages en langue anglaise en Europe, avec un programme culturel très dense.

Fortement liée à l’histoire de l’American Library in Paris, la Bibliothèque anglophone d’Angers touche un public varié d’étudiants et d’universitaires mais aussi d’enfants et d’adultes et a développé un fonds documentaire en langue anglaise disponible sur tout le département de Maine-et-Loire avec de nombreuses actualités culturelles.

Enfin, la bibliothèque patrimoniale du Centre Culturel irlandais de Paris date de 1775, avec la fondation d’un Collège des irlandais. Regroupant des ouvrages en théologie, philosophie, géographie et histoire allant du XVè au XIXè siècle, elle offre une bibliothèque numérique en ligne permettant d’admirer des manuscrits enluminés, l’Histoire des rois d’Angleterre (1500) et des trésors patrimoniaux. Quant à la médiathèque, elle propose plus de 8000 documents en anglais et de nombreuses activités, notamment des résidences d’auteurs ou d’artistes irlandais.

À l’issue de cette cession, des trésors en littérature anglophone numérisés seront présentés afin de découvrir des ouvrages précieux conservés à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France. 

Programme

Matinée animée par Marie-Françoise Cachin, Professeur émérite à l’université Paris VII-Denis Diderot, spécialiste de littérature britannique (époque victorienne), et de traduction littéraire.

  • Isabelle Bour, professeur d’études anglaises du XVIIIe siècle à la Sorbonne Nouvelle.

« Quel roman est né en Angleterre au début du XVIIIe siècle ? »

  • Nathalie Collé, Maître de conférence, Université de Lorraine.

« Le roman anglophone entre l’Angleterre et la France au XVIIIe siècle : place et rôle de l’illustration dans la diffusion et la réception de quelques œuvres de Defoe, Fielding, Smollett et Sterne »

  • Michael Roy, Maître de conférence, Paris Nanterre.

« L’esclavage aux États-Unis, sous toutes ses faces, avec toutes ses douleurs » : le roman antiesclavagiste américain en France dans les années 1850

  • Jean-Didier Wagneur, BnF

« Le rire anglo-saxon fin de siècle »

Après-midi animée par Isabelle Le Pape, chargée de collection en littérature anglophone, modératrice

1 Histoire et signalement de fonds anglophones en France

  • Remy Cordonnier : responsable des fonds anciens de la bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer, en fonction depuis novembre 2011. Docteur en histoire de l’art, chercheur associé de l’Institut de recherches histories du septentrion (Université de Lille), et de l’institut d’études médiévales de L’université nouvelle de Lisbonne.

« Des jésuites à l’UNESCO : le pourquoi du fonds anglais de la BAPSO. »

Résumé : La redécouverte, il y a une dizaine d’années, de liens prestigieux entre Saint-Omer et le monde anglo-américain, a entrainé toute les acteurs culturels de l’agglomération à explorer et à exploiter cette veine patrimoniale. La bibliothèque n’était pas en reste et c’est ainsi que furent « redécouvert » les fonds d’origine anglaise de la BAPSO, et que furent révélés leurs trésors.

  • Alexandre Faye (BnF/DSR/DCP/CCF) : signalement et présentation d’une sélection de fonds sur le CCFr

2 Diffusion d’ouvrages américains et irlandais en France

  • Jeffrey Hawkins, director of the American Library in Paris
  • Phoebe Marshall-Raimbeau, Director, English-language Library in Angers, Bibliothèque Anglophone.

« Le Fabuleux Destin de la Bibliothèque Anglophone d’Angers : 25 ans de développement d’une petite bibliothèque qui aime se présenter comme « The little library with a big attitude ».

  • Carole Jacquet, Responsable des ressources documentaires, Centre Culturel Irlandais.

« Les collections du Centre Culturel Irlandais »

  • Stéphane Lecouteux, Bibliothèque d’Avranches.

3 Trésors de littérature anglophone

  • Jean-Marc Châtelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF, présentation de trésors en littérature anglaise et américaine numérisés Suivi d’une table-ronde 

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque “Etre éditeur en France au XIXe siècle”

DEF19

Programme

Jeudi 4 avril

9h30 Accueil

10h Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Introduction générale du colloque

Session 1. Se lancer et prospérer dans l’édition Présidence : Jean-Yves Mollier, UVSQ

10h25 Véronique Sarrazin (Univ. d’Angers) – Pourquoi et comment se lancer dans l’édition quand on domine le marché de l’imprimerie-librairie à l’échelle locale ? Les Degouy à Saumur, 1797-1830

10h50 Alice de Bremond d’Ars (École nationale des Chartes) – Eugène Renduel, les débuts d’un éditeur romantique

11h15 Stéphane Roy (Carleton University, Canada) – Jules Basset, figure méconnue de l’écosystème de l’édition au xixe siècle

Session 2. Développer des réseaux internationaux Présidence : Viera Rebolledo-Dhuin, UVSQ

13h45 Lucia Granja (Université de Saõ Paulo) – Baptiste-Louis Garnier, entre Rio et Paris

14h10 Ana Peñas Ruiz (Université Complutense de Madrid) –Être femme, éditrice et porter un nom français en Espagne au xixe siècle : le cas de Catherine-Clémentine Denné-Schmitz

Session 3. Éditer à l’ère de la photographie Présidence : Anne-Sophie Aguilar, Univ. Paris Nanterre

15h10 Marie-Eve Bouillon et Sylvie Le Goëdec (Archives nationales) – Éditeurs photographes et collaborations institutionnelles au tournant du XXe siècle : l’exemple des Archives nationales

15h35 Laureline Meizel (Université Paris Nanterre/HiCSA) – Mesurer le devenir-éditeur des photograveurs, interroger le devenir-image de l’édition : le cas des frères Berthaud (1867-1908)

Table ronde. Deux projets de dictionnaires des éditeurs Discutant : Jean-Dominique Mellot, Bibliothèque nationale de France

16h20Pura Fernández (Centro de Ciencias Humanas y sociales, Madrid) et Viera Rebolledo-Dhuin (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) – Dialogue entre DEF19 et Editores y Editoriales Iberoamericanos (ss. XIX-XXI) 

Vendredi 5 avril

Session 4 : Éditer la musique : enjeux et archives Présidence : Patricia Sorel, Univ. Paris Nanterre

9h30 Jean-François Botrel (Université Rennes-2) – Trois éditeurs de musique parisiens et un chansonnier breton autour de 1900

9h55 Marie-Ange Multrier-Fortin (éditions Musicales Fortin-Armiane) – Présentation des archives des Éditions musicales Fortin

Session 5 : Éditer pour des marchés spécifiques Présidence : Marie-Claire Boscq, UVSQ

10h55 Sophie Defrance (British Library) – Quelques acteurs de l’édition pour l’éducation secondaire des jeunes filles et leurs réseaux

11h20 Constance de Courrèges d’Agnos (Service historique de la Défense) – L’édition militaire au travers de deux portraits : les maisons Corréard (Paris) et Verronnais (Metz)

11h45 Flavien Bertran de Balanda (Sorbonne-Universités/CRH19) – Émile Babeuf (1785-1842), un Nain tricolore à l’assaut de la légitimité

Informations pratiques

  • Quand ? 4 et 5 avril 2019
  • Où ? Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)
  • Comment ? Entrée libre dans la limite des places disponibles
  • Qui ? Organisé dans le cadre du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : Clemenceau et la Culture : d’une bibliothèque à l’autre

Nommé Président du conseil en novembre 1917, Georges Clemenceau a conduit la France à la victoire et à la signature de l’armistice de 1918. Un aspect essentiel mais un peu moins connu de
sa personnalité est son profond amour pour les lettres et les arts, qui ont marqué son éducation et occupé une place importante dans sa vie, jusqu’à ses derniers jours. Une décennie après le don à la Bibliothèque nationale de France des manuscrits de la Fondation du musée Clemenceau, cette journée d’étude mettra l’accent sur les goûts artistiques et littéraires et les relations que le Tigre a entretenues avec des artistes et des auteurs de tout premier plan, tels Claude Monet, Auguste Rodin, Charles Péguy ou encore Octave Mirbeau.

Dans le cadre de l’Année Clemenceau, avec le soutien de la Mission du Centenaire et le concours scientifique de Jean-Noël Jeanneney et de Jacqueline Sanson.

Programme

14h – Ouverture
par Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et M. Joseph Zimet, directeur général de la Mission du centenaire

Un homme de culture

Modérateur : Sylvie Brodziak, codirecteur du Dictionnaire Clemenceau (Robert Laffont, 2017)

14h30 – Les bibliothèques de Georges Clemenceau
Sylvie Brodziak, professeur des universités

15h – Table-ronde – Clemenceau et les arts

  • Clemenceau et la peinture
    Alexandre Duval-Stalla, avocat au barreau de Paris, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris
  • Clemenceau et la sculpture
    Florence Rionnet, docteur en histoire de l’art, responsable des partenariats scientifiques au département de la Vendée
  • Clemenceau collectionneur
    Aurélie Samuel, conservatrice du patrimoine, directrice des collections du musée Yves-Saint-Laurent (Paris)

Georges Clemenceau et les intellectuels

Modérateur : Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie-histoire-sciences de l’homme de la BnF16h – Table-ronde – Georges Clemenceau et les intellectuels

  • Péguy éditeur de Clemenceau : le Discours pour la liberté (1903) comme texte philosophique essentiel
    Charles Coutel, professeur émérite à l’université d’Artois
  • Maurice Barrès et Clemenceau
    Michel Leymarie, maître de conférences HDR à l’université de Lille
  • Octave Mirbeau et Clemenceau
    Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau

Clemenceau à la BnF

17h

  • Le fonds Clemenceau
    Anaïs Dupuy-Olivier, conservatrice au département des Manuscrits de la BnF
  • Les derniers enrichissements du fonds Clemenceau à la BnF : la redécouverte de L’homme libreL’homme enchaîné
    Valérie Joxe, administratrice de la Fondation du musée Clemenceau

17h45 – Conclusion
Jean-Noël Jeanneney, président de la Fondation du musée Clemenceau

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences 2018 – 2019 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition des Trésors de Richelieu. Conservateurs, historiens et historiens de l’art, spécialistes de la mode, du spectacle, de la musique, de la littérature partagent leurs savoirs avec un large public.
À chaque conférence, des oeuvres exceptionnelles (manuscrits, costumes,
partitions musicales, oeuvres d’art) sont présentées, filmées et projetées
sur grand écran afin d’en exposer les plus infimes détails.

Programme

20 novembre 2018 : Ouverture du cycle par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, Laurence Engel, présidente de la BnF et Éric de Chassey, directeur de l’INHA

20 novembre 2018 : Un « très curieux recueil » : le fonds Jean-Jacques Lequeu

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général chargé des collections XVIIIe siècle au département des Estampes et de la photographie, BnF, co-commissaire de l’exposition
  • Elisa Boeri, historienne de l’architecture, auteure d’une thèse sur l’Architecture civile de Jean-Jacques Lequeu (en cours de publication).

En 1825, Jean-Jacques Lequeu (1757-1826) faisait don au Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale de nombreux documents : portefeuilles de dessins et de manuscrits, projets architecturaux, études et croquis
pour divers bâtiments, portraits, études de nu, dessins anatomiques, paysages, scènes de genre et représentations érotiques ; au total près de 800 pièces aujourd’hui conservées au département des Estampes et de la photographie de la BnF.
Si l’artiste poursuivit toute sa vie l’ambition de mener une carrière d’architecte, c’est grâce au dessin que son nom est parvenu jusqu’à nous. Par ses somptueux lavis de palais, pavillons, fabriques de jardin ou colonnes commémoratives, il a créé un univers de papier qui, depuis les années 1930, suscite interrogations et fascination.
En décembre 2019, le Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris,
en partenariat avec la BnF, organise la première exposition monographique consacrée à cet oeuvre inclassable. En préambule à cet événement, la BnF présente quelques pièces emblématiques de l’artiste.

18 décembre 2018 : Les écrans à main au XVIIIe siècle : des objets d’art au service du théâtre

  • Manon Dardenne, conservateur à la BnF, département des Arts du spectacle
  • Nathalie Rizzoni, ingénieure de recherche, Sorbonne Université – CNRS

Ni livre, ni estampe, ni médaille, l’écran à main tient un peu de ces trois catégories à la fois. Variante de l’éventail, cet accessoire était utilisé, à partir du XVIIe siècle, par celui ou celle qui était assis(e) auprès d’une cheminée pour se protéger des ardeurs du feu.
Composé d’un petit manche en bois et d’une feuille de carton, il était souvent orné, à l’avers, d’une estampe et, au revers, d’un texte imprimé, qui étaient destinés à instruire ou à divertir son usager. Document historique de premier plan, l’écran à main révèle la variété des centres d’intérêt de ses
utilisateurs : géographie, littérature, histoire, théâtre, musique. Le département des Arts du spectacle de la BnF possède onze écrans à main inspirés par la production dramatique du XVIIIe siècle, en particulier par l’opéra comique et la comédie. « Produits dérivés » du théâtre avant l’heure, ces objets rares racontent l’histoire vivante du théâtre au XVIIIe siècle.

15 janvier 2019 : Le voyage anthropologique
de Roland Bonaparte en Laponie

  • Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF
  • Christine Barthe, responsable de l’Unité patrimoniale des collections photographiques, musée du Quai Branly

Au cours de l’été 1884, le prince Roland Bonaparte (1858-1924), petit-neveu de Napoléon Ier, entreprit une expédition en Laponie, accompagné de son bibliothécaire François Escard, de l’anthropologue Herman Frederik Carel ten Kate, d’un jeune philologue faisant fonction d’interprète, d’un photographe et de deux domestiques.
Si l’ouvrage qu’il projetait n’a jamais vu le jour, les clichés qu’il en rapporta complétés par les écrits de son bibliothécaire, conservés au département des Cartes et plans de la BnF, sont autant de sources pour comprendre
les desseins d’un tel voyage ; ils permettent aussi de saisir la spécificité du regard porté par le prince sur un monde et sur ses habitants dans le contexte évolutif que connaissent les disciplines géographiques et anthropologiques à la fin du XIXe siècle.

29 janvier 2019 : Les chaînes de Louis XIV

  • Inès Villela-Petit, conservateur du patrimoine à la BnF, département des Monnaies, médailles et antiques
  • Ludovic Jouvet, doctorant à l’université d’Aix-Marseille

En juin 2017, le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a fait l’acquisition d’une médaille de Louis XIV à la devise du soleil et de la lourde chaîne en or qui l’accompagnait, très rare exemple parvenu jusqu’à nous d’une combinaison qui faisait sens. Replacé dans son contexte diplomatique, ce présent royal à un seigneur d’Alsace, bien documenté, permet d’éclairer un usage encore méconnu de la médaille. Perpétuant la tradition médiévale des badges partisans portés en gage de fidélité.
Le fait d’arborer le portrait du roi comme une marque de distinction personnelle contribuait à imprimer l’image du souverain sur un territoire nouvellement français.
La multiplication des variantes du prototype conçu par Jean Warin, graveur virtuose, montre qu’il fut spécifiquement retenu pour cet usage, le choix d’un exemplaire à la devise étant hautement symbolique.

12 février 2019 : Hubert Robert, l’incendie de l’Opéra

  • Boris Courrège, bibliothécaire à la BnF, département de la Musique
  • Guillaume Faroult, conservateur en chef, département des peintures, musée du Louvre

Le 8 juin 1781, l’Opéra de Paris, situé dans une aile du Palais-Royal, brûle un soir de représentation d’Orphée et Eurydice de Gluck. La salle est évacuée dans le calme, mais le feu, qui a pris dans les cintres, se propageant rapidement au toit du bâtiment, embrase le ciel parisien et offre un spectacle saisissant. Tandis que les pompiers luttent contre le brasier, de l’autre côté de la place, posté dans l’une des baies du palais du Louvre, Hubert Robert observe l’incendie et envisage une première étude. Il se rend
le lendemain matin devant les ruines encore fumantes de l’Opéra qui lui inspirent le sujet d’une seconde étude. La Bibliothèque-musée de l’Opéra, au sein du département de la Musique de la BnF, conserve deux esquisses,
peintes sur bois, jalons intermédiaires avant la réalisation finale des deux pendants, réalisés en grand format sur toile, dont l’un est aujourd’hui conservé au Louvre,
et l’autre dans une collection particulière.

12 mars 2019 : Le carnet italien de Girodet

  • Rémi Cariel, conservateur en chef du patrimoine, chargé de la valorisation du fonds patrimonial de la Bibliothèque de l’INHA
  • Sidonie Lemeux-Fraitot, docteure en histoire de l’art, chargée des collections du musée Girodet

Utilisé entre 1792 et 1810 environ, ce carnet tient à la fois du manuscrit et du carnet de dessins (Bibliothèque de l’INHA, Ms 513).
L’aspiration de l’artiste à mêler dans un même espace l’art de la littérature
et celui de la peinture s’y révèle à chaque page. Son écriture élégante trahit dans les passages biffés les étapes de réflexions foisonnantes et ses croquis fixent les sujets de possibles tableaux d’histoire. On y trouve aussi quelques pensées intimes, idées pour le long poème didactique Le Peintre, de nombreuses pages consacrées à l’imitation ou la traduction des poètes latins ou grecs.
Plus précieux encore, douze croquis de paysage, réalisés pendant son séjour
napolitain de 1793-1794, sont un rare souvenir de sa passion pour ce thème.

26 mars 2019 : Les Homélies de Grégoire de Nazianze

  • Christian Förstel, conservateur en chef, BnF, département des Manuscrits
  • Jannic Durand, directeur du département des objets d’art, musée du Louvre

Exemplaire célèbre de la « collection liturgique » des homélies de Grégoire
de Nazianze, une sélection des seize discours lus dans la liturgie de l’office de l’aurore (orthros), le manuscrit Grec 550 de la BnF se distingue par son illustration au style d’une richesse inouïe : miniatures à pleine page, frontispices sur fonds or accompagnés de représentations d’animaux et de scènes de la vie quotidienne, initiales aux motifs extrêmement variés font de ce manuscrit de luxe un témoin unique de l’art du temps des Comnènes. Néanmoins, le lieu d’exécution du manuscrit fait encore débat : s’agit-il d’un produit de la capitale de l’empire ou d’une oeuvre d’un atelier de l’Orient byzantin, voire de l’Italie du Sud, où le manuscrit est attesté dans la seconde moitié du XIVe siècle ?

2 avril 2019 : Pompéi publiée et inédit par William Gell

  • Isabelle Périchaud, chargée d’étude documentaire, responsable du fonds de dessins, bibliothèque de l’INHA
  • Hélène Dessales, maître de conférences en archéologie, École normale supérieure, Paris

Figure emblématique du Grand Tour en Italie, William Gell (1777-1836) est l’auteur de la première publication d’envergure consacrée à Pompéi au Royaume Uni, en 1817. Deux de ses carnets, restés en grande partie inédits, sont conservés à la Bibliothèque de l’INHA. Ils rassemblent 362 dessins réalisés à Pompéi et témoignent de l’évolution des excavations sur le site, entre 1801 et 1827. Au-delà de la reproduction fidèle de Pompéi, bien d’autres visages apparaissent en filigrane de ces carnets au caractère exceptionnel : les modalités de visite des fouilles, les conditions d’exécution
des dessins, les échanges de connaissances entre artistes européens autour des cités du Vésuve, les projets de publication, enfin, le rôle d’un architecte anglais dans la vie culturelle napolitaine du premier tiers du XIXe siècle.

16 avril 2019 : La Sonate Arpeggione de Franz Schubert (conférence-concert)

  • Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, chef d’orchestre
  • Valère Etienne, conservateur à la BnF, département de la Musique

Franz Schubert (1797-1828) écrit en 1824, sur commande, une sonate destinée à un curieux instrument à cordes tout récemment mis au point par le luthier viennois Johann Staufer : l’arpeggione, sorte d’hybride entre la guitare et le violoncelle, appelé d’ailleurs parfois « guitare-violoncelle » ou « guitare à archet ».
Créée dans la foulée par son commanditaire Vincenz Schuster, avec Schubert au piano, cette oeuvre de circonstance a conservé une notoriété, alors même que l’instrument auquel elle s’adressait est, quant à lui, très vite tombé dans l’oubli. Les éditions successives de la sonate jusqu’à aujourd’hui
nous l’ont présentée dans des transcriptions diverses (pour violon,  violoncelle, alto, ou pour instruments à vent), mais le manuscrit original de Schubert, conservé au département de la Musique de la BnF, incite à redécouvrir l’oeuvre dans sa conception initiale.

14 mai 2019 : Belles figures et drolleries de la Ligue de Pierre de L’Estoile

  • Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF
  • Gilbert Schrenck, professeur émérite de littérature française à l’université de Strasbourg

Recueil de pièces d’actualité réunies par le mémorialiste Pierre de L’Estoile (1546-1611), les Belles figures et drolleries de la Ligue ont enregistré sur le vif les événements qui agitent la France pendant les années 1589-1594, entre l’assassinat d’Henri III et l’avènement d’Henri IV, quand Paris est
livrée à la domination du parti catholique de la Ligue. « Plein de figures et de placards diffamatoires de toutes sortes », comme L’Estoile l’écrit dans son journal, ce volume, conservé à la Réserve des livres rares de la BnF, est fait d’un étonnant collage d’estampes et de textes de propagande, de chansons satiriques, de déclarations politiques.
Leur juxtaposition offre un témoignage sans équivalent sur la violence réelle des actes commis aussi bien que sur la violence symbolique des représentations dans ces temps de guerre civile.

28 mai 2019 : Les Dits de Watriquet de Couvins par le Maître de Fauvel

  • Louisa Torres, conservateur à la BnF, Bibliothèque de l’Arsenal
  • Amandine Mussou, maître de conférences à l’université de Paris-Diderot.

On ignore à quelle date ce manuscrit de dédicace conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal (Ms-3525 Rés), sans doute réalisé sous la direction de son auteur, est sorti des collections royales ; mais on sait qu’il avait été réalisé pour Philippe VI, qu’on reconnaît sur la miniature de présentation aux côtés de Jeanne de Bourgogne.
Il figure à l’inventaire de la bibliothèque de Charles V, repasse en mains privées et entre à l’Arsenal à la faveur des confiscations révolutionnaires. Des Dits de Watriquet, le manuscrit de l’Arsenal est le recueil le plus complet et le plus enluminé, avec 28 poèmes et 40 miniatures : tous les dits sont illustrés soit par le Maître de Watriquet, élégant artiste éponyme
dont on sait peu de chose mais qui a enluminé l’autre copie de luxe qu’on connaît de ces mêmes dits [BnF, Manuscrits, Français 14968], soit par le Maître de Fauvel, artiste parisien prolifique.

11 juin 2019 : Les carnets de Mazarin

  • Mathieu Lescuyer, conservateur en chef, adjoint au directeur du département des Manuscrits, BnF
  • Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions et des archives de l’époque moderne, École nationale des chartes.

Lorsqu’il accéda au pouvoir après la mort de Richelieu, le cardinal Mazarin (1642-1650) prit l’habitude d’inscrire assez régulièrement dans de petits carnets des notations qui tiennent à la fois du pense-bête, du journal intime, de l’enregistrement de principes d’action politique et de la relation d’entretiens.
Récupérés au décès du cardinal en 1661 par son ancien intendant Colbert, prélevés par le bibliothécaire de ce dernier Étienne Baluze, les quinze carnets aujourd’hui conservés ont intégré les fonds de la Bibliothèque royale par achat en 1719 (BnF, Manuscrits, Baluze 174).
Ces carnets sont un témoignage exceptionnel des jeux de pouvoir et d’une conception pragmatique de l’exercice du gouvernement durant la première partie du ministériat de Mazarin jusqu’aux premières années de la Fronde, de 1642 à 1651.

Informations pratiques

  • Conférences Trésors de Richelieu
  • Entrée libre
  • 18h15 – 19h30
  • Auditorium de la galerie Colbert
  • 2, rue Vivienne, Paris 2e
  • Programmation & organisation : Cécile Colonna (INHA), Frédéric Ramires (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Alcools de Guillaume Apollinaire, illustré par Louis Marcoussis

À l’occasion du centenaire de la mort de Guillaume Apollinaire, les Éditions de la BnF publient, en coédition avec Gallimard, un coffret contenant le fac-similé de l’exemplaire d’Alcools aquarellé par le peintre cubiste Louis Marcoussis et 40 eaux-fortes gravées par l’artiste.

Peintre cubiste « chéri des poètes » selon le mot d’Éluard, ami d’Apollinaire, de Max Jacob et de Pierre Reverdy comme il l’était de Braque, de Picasso et de Juan Gris, Louis Marcoussis (1878-1941) n’a cessé d’explorer les liens du langage poétique et du langage pictural. Alcools d’Apollinaire est au cœur de cette recherche du mystère de la création. De ce recueil qui l’a accompagné comme une inépuisable « eau de vie », Marcoussis a laissé deux grands cycles d’illustrations : un exemplaire de l’édition originale de 1913 entièrement rehaussé d’aquarelles entre 1919 et 1931 et une suite de gravures à l’eau-forte publiée en 1934. Ces deux œuvres, la première unique, la seconde tirée à très petit nombre pour quelques grands collectionneurs d’art contemporain, sont reproduites en fac-similé d’après les exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France et réunies dans un coffret. Elles sont accompagnées d’une étude de Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, qui éclaire leur genèse et l’ambition de Marcoussis de pénétrer au cœur de l’imagination poétique d’Apollinaire.

Informations pratiques

  • Description : 208 pages + un étui de 40 gravures + un livret de 48 pages 248 illustrations ;  115 x 190 mm
  • Date de parution : 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-7574-2072-0 / 9782757420720 
  • Éditeur :  BnF Éditions ; Gallimard
  • Prix : 35 euros

Pour aller plus loin

Marcoussis, Louis (1883?-1941), Eaux-fortes pour “Alcools” de Guillaume Apollinaire, Paris : Marcoussis, 1934. Album, en feuilles (19,1 x 12,7 cm). Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52508499c/f2.planchecontact>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance


Arlequin général d’armée : le commandant en chef de l’armée patriotes campée auprès de Bréda, ne voulant pas être connu, ne quitte jamais le masque ni l’habit d’Arlequin… : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69484959

Argument

Pathelin, avocat rusé et fourbe, Cléopâtre, personnage historique et légendaire de l’antiquité et Arlequin, le plus célèbre personnage de la commedia delle maschere illustrent parfaitement cette exposition car ils incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne.

Le théâtre de la Renaissance se manifeste par des formes dramatiques aussi variées que spectaculaires. Loin de tourner la page avec les traditions du Moyen Âge, le théâtre s’enrichit de toutes les nouveautés de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural, inventions techniques, conceptions politiques et transformations sociales.

Les formes médiévales atteignent un éclat inégalé lorsque l’extraordinaire Mystère de la Passion de 1547 est représenté à Valenciennes en 25 journées sur un espace de 60 m sur 18 m. Dans le même temps, les nouvelles formes à l’antique sont expérimentées dans les collèges puis sur les routes. En parallèle, de nouvelles pratiques en provenance d’Italie transforment aussi bien les spectacles comiques (avec les troupes de commedia dell’arte) que les spectacles de cour avec la collaboration des ingénieurs, des danseurs et des artistes.

Aucune exposition n’a été consacrée à ce théâtre depuis plus de soixante ans et, malgré la publication en 2014 de l’Anthologie de L’avant-scène théâtre consacrée au Théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait un vide à combler.

L’exposition se concentrera sur le théâtre français de la fin du XVe siècle aux années 1610. Elle évoquera certains éléments du théâtre européen comme point de comparaison ou d’explication. Les 135 œuvres seront présentées dans les salles du premier étage de l’aile sud, selon un ordre chronologique qui permet aussi de distinguer les formes dramatiques :

  1. Apogée des formes médiévales (appartement du Connétable)
  2. Expérimentations des formes à l’antique (antichambre de Madeleine de Savoie)
  3. Diffusion de la commedia dell’arte (chambre de Madeleine de Savoie)
  4. Renouvellement des spectacles de cour (salle de la cheminée d’Abigaïl)

Des prêts prestigieux

L’exposition bénéficiera de prêts nombreux et prestigieux accordés par 21 institutions à Paris (Archives nationales, Comédie Française, Bibliothèque nationale de France, Musée du Louvre) et en région (Musée Calvet d’Avignon, musée Baron Gérard de Bayeux, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne, Bibliothèque Municipale de Lyon, Musée Lorrain de Nancy…). Nombre de ces œuvres seront présentées au public pour la première fois.

Au sein des collections du musée national de la Renaissance, objets en cuir, panneaux de bois, pièces d’armure, fragments de textiles permettront quant à eux d’évoquer le quotidien des comédiens.

Commissariat

  • Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance – château d’Écouen
  • Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
  • Assistés de Vincent Rousseau, chargé d’études documentaire, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Informations pratiques

  • Musée national de la Renaissance Château d’Écouen, 
    95440 Écouen
  • Du 17 octobre 2018 au 28 janvier 2019
  • 9h30 à 12h45 et de 14h00 à 17h45 (fermé le mardi)
  • Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat : Alexandre Tur

Le 14 septembre 2018, Alexandre Tur, coordinateur du numérique, chargé de collections au département des Manuscrits  de la BnF, a soutenu sa thèse de doctorat en histoire médiévale intitulée Hora introitus solis in Arietem. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle (1405-1484) menée sous la direction de Jean-Patrice Boudet et Olivier Guyotjeannin.

Résumé

Les prédictions astrologiques annuelles constituent un genre littéraire cohérent qui suscite de plus en plus d’intérêt de la part des historiens du Moyen Âge et de la première modernité. Cette thèse étudie plus particulièrement leur généralisation dans l’Europe latine entre 1405 et 1484, plusieurs siècles après les premières mentions dans les sources théoriques. Une première partie explore la dialectique interne de ces « jugements », et en particulier les méthodes astrologiques qui, rigoureusement appliquées, soutiennent la prétention scientifique de leurs auteurs. Ceux-ci, leur milieu social et plus généralement le contexte de production de ces prédictions font l’objet d’une deuxième partie. Une troisième examine la réception contemporaine et la transmission jusqu’à nos jours de textes pourtant promis à une existence éphémère. Cette étude est complétée et étayée par un catalogue systématique de 111 prédictions manuscrites et 84 incunables rédigées en latin et conservées dans les collections publiques, et des 64 astrologues identifiés comme leurs auteurs. Enfin, les trois prédictions annuelles connues pour 1405, à la fois singulières et caractéristiques, font l’objet d’une édition critique commentée et traduite en français.

Soutenance

Université d’Orléans, Salle des thèses.

Pour aller plus loin

Lire l’interview d’Alexandre Tur : https://chartes.hypotheses.org/914

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Emmanuel Le Roy Ladurie, précurseur du data mining ?

En affirmant dès la fin des années 1960 que « les historiens seront programmeurs ou ne seront plus »1, Emmanuel Le Roy Ladurie posait les bases de ce qui allait constituer l’une des branches des humanités numériques (“digital humanities”) appliquées à l’histoire, à savoir la fouille de données (data mining). En énonçant cette prédiction, il semblait prophétiser que sa propre pratique allait se généraliser.

Dès 1968, Emmanuel Le Roy Ladurie affirme, qu'”à la limite… il n’est histoire scientifique que du quantifiable”2. Comme le rappelle Francine-Dominique Liechtenham, l’historien des Annales a « été l’un des premiers historiens à participer à la grande aventure de l’informatique dans l’histoire quantitative »3. Les divers travaux qu’il a mené et les résultats qu’il a publié à partir de la compilation massive de données semblent bien avoir ouvert la voie aux technologies numériques appliquées à l’histoire, pour reprendre le libellé de l’un des master de l’École nationale des chartes4.

Emmanuel Le Roy Ladurie avec ses paperolles et sa machine à calculer.

Très tôt, après avoir été équipé par le Centre d’études historiques d’une machine électrique à calculer5, il emploie l’informatique pour quantifier d’importantes séries de données chiffrées issues des fonds archives (données économiques, climatiques, ou anthropologiques6).

Emmanuel Le Roy Ladurie

Cependant, malgré sa pratique quantitative assistée par l’ordinateur et son affirmation sur l’avenir du métier d’historien, Emmanuel Le Roy Ladurie peut-il pour autant être considéré comme l’un des précurseur des humanités numériques ?

Précurseur des humanités numériques ?

Le débat sur l’origine des humanités numériques n’est pas clos et les défenseurs comme les détracteurs de ce champ n’ont de cesse de débattre de ses origines comme de ses précurseurs. Aussi, nous n’entrerons pas dans ce débat même s’il reste intéressant d’analyser la fortune critique de l’assertion d’Emmanuel Le Roy Ladurie7.

Même si Emmanuel Le Roy Ladurie dit désormais regretter cette phrase qu’il affirme inexacte8, certains des travaux qu’il a mené ou fait mener, alors qu’il était Administrateur général de la Bibliothèque nationale, laissent à penser qu’il fut bien un précurseur de la fouille de données.

Emmanuel Le Roy Ladurie lors de l’inauguration de premiers ordinateurs donnant accès au catalogue BN-OPALE dans l’ancienne salle des catalogues de la Bibliothèque nationale, rue de Richelieu (février 1988).

Pour s’en convaincre, revenons à la publication des résultats d’un travail que l’on peut qualifier comme annonciateur du data mining, ou en tout cas pionnier de la fouille de métadonnées, notamment bibliographiques, puisqu’il rendait compte de l’exploitation et de l’analyse des données informatiques en histoire du livre à partir du catalogue informatique de la Bibliothèque nationale, et ce, bien avant le Ngram Viewer9 de Google.

Ces travaux firent l’objet de plusieurs publications. La première d’entre elle intervint en 1995, dans Histoire, économie & société :  Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 3-2410. Une année plus tard, Emmanuel Le Roy Ladurie publiait une nouvelle étude centrée sur les éditions francophones de 1470 à 1780 : Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 507-52311. En 1999, donnait une version anglaise de l’étude portant sur la période 1454 à 1960 mais surtout à la période antérieure à 1871 : Emmanuel Le Roy Ladurie, Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « French Book Production From 1454: A Quantative Analysis », Library History, 1999, vol. 15, n° 2, p. 83-9812. Dans le corps de l’article, Emmanuel Le Roy Ladurie, avant de livrer les enseignements qu’il tire des chiffres, rappelle la dette que ces travaux doivent au fait de disposer de tels réservoirs de données : « an entirely computerized catalogue was a very good thing for the BN but was also an excellent basis for our scientific enterprise of writing a quantitative history of books at the BN and to some extent in France, and perhaps abroad. The BN collection, thanks to legal deposit, becomes increasingly more representative of French book production of books with the succession of centuries, as legal deposit becomes more efficiently implemented. »13.

En 2001, les articles de 1995 et de 1996 firent l’objet d’une suite publiée dans la Revue de la Bibliothèque nationale de France : Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « Histoire quantitative de l’édition en langue française d’après les collections de la Bibliothèque nationale de France (1460-1969) », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2001, n° 9, p. [20]-27.

Ces travaux résultent de la conjonction des intérêts d’Emmanuel Le Roy Ladurie, adepte de l’histoire quantitative14, et de son mandat en tant qu’administrateur de la Bibliothèque nationale, qui lui permis de comprendre les potentialités offertes par l’édition sous forme de cédéroms, interrogeables selon divers critères, du résultat de la conversion rétrospective des catalogues et fichiers de la bibliothèque, ce que Yann Fauchois nomme dans l’introduction du dernier article, « l’invention d’un trésor ». Dans l’article de 1995, E. Le Roy Ladurie parlait de « monument national qui donc est maintenant conservé “sur ordinateur” et qui devient lisible, “écranique”, accessible d’ores et déjà un peu partout  grâce à un CDRom ou à plusieurs. »15.

Conversion rétrospective

Revenons en arrière pour évoquer cette entreprise de conversion rétrospective, entamée en 1988 et encore en cours en 201816.

En 1994, la Bibliothèque nationale de France créé le Service des Chantiers de Conversion Rétrospective (SCCR) chargé de l’informatisation de tous les anciens catalogues de livres imprimés, de brochures et de périodiques de la Bibliothèque nationale17.

Comme les plus jeunes des générations X, Y et Z ne le savent sans doute pas, la Bibliothèque nationale (BN) n’a jamais disposé d’un catalogue unique. Au sein de sa salle des catalogues et de l’hémicycle de sa salle de travail (aujourd’hui salle Labrouste), elle mettait à la disposition de ses lecteurs des catalogues imprimés et des fichiers qui se complétaient, se recoupaient, se subdivisaient en tranches chronologiques ou thématiques (anonymes, périodiques, collectivités auteurs, etc.). Par ailleurs, rappelons que certains n’étaient pas en libre-accès mais uniquement dévolus à un service interne. C’est la raison pour laquelle le recours aux bibliothécaires de la salle des catalogues était souvent nécessaire et générait une file d’attente obligeant les agents à répondre aux lecteurs dans la presse18.

En février 1988 cependant, la Bibliothèque nationale mettait à la disposition du public son catalogue informatisé BN-OPALE qui marquait une première pierre dans la voie de l’informatisation même s’il ne recensait que les nouveautés entrées par dépôt légal. Dès cette période, la BN commençait à  réfléchir à l’informatisation générale de ses catalogues en faisant procéder à la conversion rétrospective de son fichier décennal 1970-197919. C’est ainsi que 400 000 notices sont venues enrichir le catalogue BN-OPALE entre 1985 et 1990. Mais l’annonce par François Mitterrand, le 14 juillet 1988, de la construction d’une Très Grande Bibliothèque allait impulser une nouvelle dynamique tant il apparaissait que cette « bibliothèque d’un genre entièrement nouveau »20 devait pleinement investir le numérique pour offrir des collections en ligne au public distant mais surtout et d’abord leur signalement par la voie d’un catalogue informatisé unique et le plus exhaustif possible. C’est ce qui incite à lancer le Chantier Conversion rétrospective avec des moyens humains et financiers spécialement dédiés.

Ce chantier de conversion rétrospective21 n’a ni plus ni moins consisté qu’en l’informatisation de l’ensemble des données, désormais nommées métadonnées, des notices catalographiques imprimées dans des catalogues, dactylographiées dans des fiches 7,5 x 12 cm22 ou rédigées à la main sur des cartes (dont le format était héritier des premières cartes à jouer dont le verso était employé à cet effet).

En termes contemporains, il s’est agi de constituer un immense jeu de données retraçant l’histoire du livre et de l’édition perçue au prisme du dépôt légal, appliqué en France au gré de aléas de l’Histoire, des acquisitions opérées par la bibliothèque et des dons dont elle fut la bénéficiaire.

Le jeu de données analysé par Emmanuel Le Roy Ladurie, le « maxi-corpus » comme il le nomme23, fut celui du résultat de cette conversion24, qui fut diffusé ensuite par la société  Chadwick-Healey sous forme de six cédéroms intitulés : Le Catalogue général des imprimés avant 1970 de la Bibliothèque nationale de France sur CD-ROM. Avant la production d’un cédérom dit de travail – car à usage interne et non commercialisé – , mais qui devait constituer le prototype de cette version commerciale citée, les collaborateurs de la BN, et notamment les acteurs même de la conversion rétrospective, n’avaient jusque-là encore jamais pu voir le résultat du travail qu’il menaient. Ainsi, en avril 1992, le premier cédérom de travail produit ne contenait que le résultat de la Phase 1 de la conversion rétrospective, c’est-à-dire quatre catalogues25 représentant environ quatre millions de notices.

Ce cédérom, chargé sur le serveur de cédéroms de la BN, était notamment consultable dans les services de conversion rétrospective sur le seul poste informatique qui équipait chacune de ses équipes, à raison d’un poste par équipe. Cela a permis aux agents du Service des Chantiers de Conversion Rétrospective (SCCR) d’exploiter les divers modes d’interrogation et de requêtes (feuilletage d’index, recherche par mots clés, sur toutes les zones des notices).

Plus tard, un autre cédérom de travail était produit pour incorporer le résultat d’autres chantiers de conversion, jusqu’à la parution des 6 cédéroms diffusés à l’automne 1996.

Histoire sérielle du livre

Le premier article publié par E. Le Roy Ladurie sur ces travaux quantitatifs appliqués au livre est aussi de nature programmatique puisqu’il décrit les potentialités offertes par le « monument national » qu’est pour lui la conversion rétrospective, et qui « constitue aussi une entité puissante, immense, à l’usage des recherches scientifiques et historiques » permettant plusieurs projets de fouille de données :

  • « Inventaire du vocabulaire des titres avec une étude de l’émergence et de l’occurrence statistique en iceux des mots ou des groupes de mots.
  • Examen […] des courants profonds ou tendances passagères [….].
  • Classification par genres littéraires de la production éditoriale ; histoire quantitative ou évolution statistique de ces différents genres.
  • Évolution du nombre de pages et de la dimension des formats.
  • Productivité des auteurs ; éditions successives, qui donnent quelques indices sur la réception des livres.
  • “Croisements” possibles [….] entre ces diverses données ou groupes de données. ».26.

Poursuivant ses prédictions, E. Le Roy Ladurie envisage plusieurs enseignements que l’historien peut tirer de ces données : « histoire linguistique et […] histoire lexicographique […] dans la longue durée », « conclusions quantitatives et qualitatives […] à partir notamment des résultats de l’analyse lexicographique »27.

Plus étonnant à l’heure où la BnF lance un tel programme en 201828, E. Le Roy Ladurie envisageait d’étudier « le devenir statistique de l’usure physique et de l’acidification des ouvrages, de leur papier, des reliures, toutes données procurées par un récolement […] effectué dans la perspective du prochain déménagement physique des fonds d’imprimés »29.

Cependant, loin de se contenter des données massives du catalogue de la BnF, E. Le Roy Ladurie se projette encore davantage dans l’avenir quand il annonce n’être qu’à l’aube de recherches encore plus développées malgré « l’INformatique avec son extraodrinaire puissance »30. N’affirme-t-il pas que ses travaux ont été menés « avec des moyens informatiques encore artisanaux, qui n’atteignent point à la sophistication que nous envisageons pour l’avenir »31.

Text mining

À ne lire que les analyses quantitatives de la production livresque publiées par Emmanuel Le Roy Ladurie, il serait aisé de conclure qu’il n’avait pas pressenti un pan entier des humanités numériques, celui qui concerne la fouille de textes (text mining), soit la recherche d’information à partir du texte même des notices bibliographiques. Car au-delà des dates de publication qui permettent d’obtenir des graphiques de la production imprimée rapportée au nombre de notices informatiques, l’entreprise d’informatisation des fiches catalographiques et des notices bibliographiques comprises dans les divers catalogues imprimés de la Bibliothèque permet des recherches sur le texte même des notices : titres, sous-titres, noms des divers auteurs, lieux de publication, noms d’éditeur et surtout zones de notes. Avant même l’application et la généralisation à l’échelle internationale de règles de catalogage normalisées – entreprise qui prend de l’ampleur avec l’adoption, en 1968, des Anglo-American cataloguing rules (ou AACR) par l’American Library Assocation -, la Bibliothèque nationale respectait peu ou prou les Instructions élémentaires et techniques pour la mise et le maintien en ordre des livres d’une bibliothèque de Léopold Delisle32.

Or, comme le révèlent ces “règles de catalogage”, les fiches bibliographiques antérieures à la normalisation internationale s’avèrent riches de sens, de texte signifiant qui se trouve être désormais interrogeable via des outils de fouille de texte puisque l’ensemble de ce contenu sémantique a été rétroconverti, c’est-à-dire saisi par des opérateurs de saisie – le plus souvent du personnel féminin qualifié de dactylocodeuses. En effet, Léopold Delisle recommandait que pour la “rédaction des cartes”, c’est-à-dire l’établissement des fiches ou notices catalographiques, un certain nombre d’éléments figurent systématiquement :

  • “le nom de l’auteur” ;
  • “titre du livre, en omettant ce qui n’est pas nécessaire pour bien
    caractériser l’ouvrage, mais sans jamais modifier la rédaction ni
    l’orthographe du titre” ;
  • “le nom de l’auteur sera reproduit tel qu’il est sur le titre” ;
  • “On reproduira de même l’adresse bibliographique : lieu de publication, nom de l’imprimeur ou du libraire, date, d’année […] les rédacteurs des catalogues feront oeuvre utile en relevant avec le soin le plus scrupuleux toutes les particularités relatives aux imprimeurs et aux libraires français, surtout à ceux des villes d’une importance secondaire” ;
  • “le format et le nombre des volumes” ;
  • “le genre de reliure” ;
  • “les lacunes ou les défauts notables des exemplaires” ;

et surtout une zone de notes pouvant contenir du texte parfois quantitativement plus important que le reste de la notice. Ainsi, cette zone est réservée :

  • à indexer le contenu de l’ouvrage : “Si le titre ne fait pas connaître le sujet de la publication, il faut l’expliquer par une observation ajoutée au bas de la carte” ;
  • à traduire ou transcrire les titres étrangers : “Les titres rédigés dans une langue peu familière aux lecteurs d’une bibliothèque seront, autant que possible, accompagnés d’un sommaire en français”.

Comme on peut le lire, cette zone reste encore unique et indistincte  pour signifier des éléments pourtant divergents. Avec le temps, dans l’histoire du catalogage, ces divers éléments conduiront à la création d’autant de zones spécifiques33.

Or il semble bien qu’Emmanuel Le Roy Ladurie ait pressenti les potentialités de la fouille de ces données textuelles issues des notices bibliographiques rétroconverties, puisqu’en 1994 – dernière année de son mandat d’administrateur général de la Bibliothèque nationale -, il proposait de conduire un programme de recherche intitulé TITLIV, dans un jeu de mots faisant référence à l’historien Tite-Live (0059? av. J.-C.-0017), qui n’étonnera pas de la part du facétieux historien habitué aux formules et bons mots.

Ce programme, qui devait être piloté par l’historien, et pratiquement conduit pas Jean-Marie Cotteret, professeur à l’université Panthéon-Sorbonne (Paris I), directeur du CRIC (Centre de recherches sur l’information et la communication à Paris I),  visait à entreprendre l’analyse lexico-statistique des titres de livres enregistrés dans la base BN-Opale, soit la base bibliographique de la Bibliothèque nationale devenue ensuite BN-Opale + (Plus) puis BnF Catalogue général où l’ensemble des métadonnées rétroconverties ont été et sont versées.

Dans ce programme relevant à la fois de la fouille de texte mais aussi du traitement automatique de la langue, Emmanuel Le Roy Ladurie souhaitait procéder à l’inventaire du vocabulaire des titres de livres  parus entre 1452 et 1970 tout en menant une étude de l’émergence et de l’occurrence statistique des mots ou des groupes de mots. Ainsi, pour cette analyse lexicographique et statistique, il avait envisagé :

  • l’examen sur cette base, des courants profonds et des tendances passagères qui parcourent la culture et la langue française ;
  • la classification par genres littéraires de la production éditoriale ;
  • l’histoire quantitative ou l’évolution statistique de ces différents genres ;
  • l’évolution du nombre de pages et de la dimension des formats.

Par ailleurs, il était aussi question de prendre en compte la productivité des auteurs, le nombre d’éditions du même ouvrage du même auteur, l’étude onomastique en utilisant les patronymes des auteurs pour montrer la méridionalisation progressive des noms d’auteurs de la production éditoriale en français.

En ce sens, compte tenu des enseignements que la fouille des métadonnées textuelles devait délivrer, il nous semble bien que ce projet préfigurait les travaux les plus actuels entrepris par les digital humanists et spécialistes du text mining.

Malheureusement, ce projet qui avait sans doute germé dans l’esprit d’Emmanuel Le Roy Ladurie dès ses premiers travaux d’histoire sérielle du livre, n’a pu être mené à son terme34, nous laissant sur notre faim compte tenu de son ambition originale.

Puissent ces quelques lignes, déjà trop longues, inciter de jeunes praticiens des humanités numériques et du text and data mining à creuser le sillon de la fouille des métadonnées bibliographiques. La Bibliothèque nationale de France est ouverte à tout projet allant dans ce sens, œuvrant même à mettre en place un laboratoire dédié à ce genre de travaux.

Pour finir, laissons une dernière fois la parole à Emmanuel Le Roy Ladurie qui écrivait, dans une affirmation toujours d’actualité, que « l’étonnante richesse du fond bibliographique […] grâce à l’ordinateur, peut aujourd’hui fait l’objet d’une exploration simultanément détaillée, vive, multidimensionnelle. »35.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Emmanuel Le Roy Ladurie, précurseur du data mining ?". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 14 septembre 2018. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/1316> (consulté le 12 novembre 2019).

  1. « La fin des érudits : l’historien de demain sera programmeur ou ne sera pas », Le Nouvel Observateur, 8 mai 1968, p. 38-39, repris dans Emmanuel Le Roy Ladurie, Le Territoire de l’historien, Paris : Gallimard, 1973, t. I, p. XX. []
  2. Emmanuel Le Roy Ladurie, Le territoire de l’historien, Paris, Gallimard, 1973, p. 22 []
  3. Une vie avec l’histoire : mémoires, Paris : Tallandier, 2014, p. 166. []
  4. Cf. http://www.chartes.psl.eu/fr/cursus/master-technologies-numeriques-appliquees-histoire []
  5. Visible à la 24e min 13e s. du documentaire de Micheline Paintault (réal.) ; Janine Codou,  (aut.), Le métier d’historien, 1974, 0h43 min 37s. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1320584v>. []
  6. Quand il est par exemple question d’exploiter les données de la conscription département par département entre 1819 et 1830 et dont la base de données reste accessible en ligne : Conscription française (CNSJGC), http://federation.ens.fr/wheberg/dataweb/conscription/yndex/ []
  7. Un exemple récent : Malte Rehbein, « L’historien de demain sera programmeur ou il ne sera pas. (Digitale) Geschichtswissenschaften heute und morgen », Digital classic online, 2018, vol. 4, n° 1, p. 23-43. Disponible en ligne, url : <https://journals.ub.uni-heidelberg.de/index.php/dco/article/viewFile/48491/41870>. Stefan Lemny, le récent biographe de l’historien – Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire, Paris : Hermann, copyright cop. 2018, 1 vol. (560 p.) ; 23 cm –, s’est essayé à l’exercice dans son article « “L’historien de demain sera programmeur…” Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science », L’Histoire à la BnF, 28 décembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/1505>. []
  8. « L’historien est-il promis à devenir programmeur comme vous l’avez dit jadis ? Je regrette cette phrase qui est évidemment inexacte. Néanmoins, il est évident que les ordinateurs permettent aujourd’hui plus qu’hier un développement de l’histoire quantitative. », in Une vie avec l’histoire : mémoires, Paris : Tallandier, 2014, p. 166-168. []
  9. Contributeurs à Wikipedia, « Ngram Viewer », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 5 novembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Ngram_Viewer&oldid=142307096>. []
  10. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1995_num_14_1_1758>. Repris dans  l’Annuaire du Collège de France : résumé des cours et travaux, 1994-1995. []
  11. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1996_num_15_4_1886> []
  12. Disponible en ligne, url : <https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1179/lib.1999.15.2.83>, DOI : https://doi.org/10.1179/lib.1999.15.2.83 []
  13. Emmanuel Le Roy Ladurie, Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « French Book Production From 1454: A Quantative Analysis », Library History, 1999, vol. 15, n° 2, p. 84. []
  14. Cf. Stefan Lemny, « “L’historien de demain sera programmeur…” : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science », L’Histoire à la BnF, 28 décembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/1505>. []
  15. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 5. []
  16. Une bibliographie concernant la conversion rétrospective à la BN/BnF est disponible à l’adresse, url : <http://bibliographie-historique.bnf.fr/taxon/0502-conversion-retrospective>. []
  17. Parallèlement un autre chantier relevant de la direction des Collections concernait la conversion rétrospective des catalogues des autres documents de la BnF : documents audiovisuels, cartes, musique, etc. []
  18. Même si leur conscience professionnelle les incitait souvent à prendre le temps d’être exhaustifs dans leur recherche et réponse, raison supplémentaire de l’augmentation de la file d’attente… []
  19. Ce fut l’opération NCG pour Nouveau Catalogue Général, sans rapport avec le New General Catalogue de nébuleuses et d’amas d’étoiles… []
  20. Cette phrase qui a tant fait couler d’encre a été prononcée le 14 juillet 1988 lors de l’interview télévisée du Président par Yves Mourousi sur TF1 : « Je veux que soient entrepris la construction et l’aménagement de l’une des ou de la plus grande et de la plus moderne bibliothèque du monde, d’un genre entièrement nouveau. […] Je veux une bibliothèque qui puisse prendre en compte toutes les données du savoir dans toutes les disciplines, et surtout, qui puisse communiquer ce savoir à l’ensemble de ceux qui cherchent, ceux qui étudient, ceux qui ont besoin d’apprendre, toutes les universités, les lycées, tous les chercheurs qui doivent trouver un appareil modernisé, informatisé et avoir immédiatement le renseignement qu’ils cherchent. On pourra connecter cette bibliothèque nationale avec l’ensemble des grandes universités de l’Europe, et nous aurons alors un instrument de recherche et de travail qui sera incomparable. J’en ai l’ambition et je le ferai. ». La lettre de mission que le Président adresse en août 1988 au Premier ministre Michel Rocard formalise le projet en ces termes : « Je souhaiterais, comme je vous l’ai dit, aller plus loin dans ce domaine, par la création d’une très grande bibliothèque, d’un type entièrement nouveau, en inscrivant ce projet dans le cadre des Grands Travaux. Cette grande bibliothèque devra couvrir tous les champs de la connaissance, être à la disposition de tous, utiliser les technologies les plus modernes de transmission des données, pouvoir être consultée à distance et entrer en relation avec d’autres bibliothèques européennes. » []
  21. Beaudiquez, Marcelle. « Le Chantier Conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale ». Bulletin des bibliothèques de France, 1993, n° 3, p. 8-19. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1993-03-0008-001>. []
  22. Cf. Bert, Jean-François, Une histoire de la fiche érudite, Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB, DL 2017, 1 vol. (143 p.). Disponible en ligne, url : <http://ficheserudites.enssib.fr/>. []
  23. Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 508. []
  24. Beaudiquez, Marcelle ; Beaugendre, Anne-Marie, « Du tiroir à l’écran : les opérations de conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale de France », 62nd IFLA General Conference – Conference Proceedings – August 25-31, 1996, IFLA, 1996. Disponible en ligne, url : <http://origin-archive.ifla.org/IV/ifla62/62-beam.htm>. []
  25. 118 volumes sur 232 du Catalogue général auteurs des origines à 1959, 419 tiroirs sur 1024 de son Supplément sur fiches, 8 volumes sur 23 du Catalogue général auteurs, collectivités-auteurs et ouvrages anonymes 1960-1969, la totalité du Catalogue général des périodiques avant 1960. []
  26. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  27. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  28. Le projet DALGOCOL : Fouille de données et ALGOrithmes de prédiction de l’état des COLlections financé par la Fondation des Sciences du patrimoine. []
  29. Données non présentes à strictement parlé dans la conversion rétrospective et constituant un jeu de données spécifique résultant d’un autre chantier préparatoire du projet de Bibliothèque de France et l’Établissement public de la Bibliothèque de France (EPBF). Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  30. Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 509. []
  31. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 20. []
  32. Delisle, Léopold (1826-1910), « Rédaction des cartes », in Instructions élémentaires et techniques pour la mise et le maintien en ordre des livres d’une bibliothèque, Lille : impr. de L. Danel, 1890, 1 vol. (76 p.) ; in-8°. Réédition de 1908 disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5663553w/f373.item> aux pages 318-320. []
  33. Comme par exemple : Titre original, Note générale600 Vedette matière nom de personne601 Vedette matière titre uniforme textuel602 Vedette matière titre de publication en série603 Vedette matière titre d’anonyme604 Vedette matière titre uniforme musical605 Vedette matière titre conventionnel606 Vedette matière nom commun607 Vedette matière nom géographique609 Vedette matière marque610 Vedette matière collectivité615 Vedette matière étrangère617 Vedette géographique619 Mot-matière non contrôlé621 Date d’événement622 Lieu d’événement829 Table des matières830 Résumé []
  34. Sans doute parce qu’il est remplacé à la tête de la Nationale par Jean Favier. []
  35. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 21. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Bibliographie génovéfaine

Second volet d’un diptyque consacré à l’histoire des génovéfains, la Bibliographie génovéfaine : ouvrages publiés par les chanoines réguliers de Saint-Augustin de la Congrégation de France, 1624-1800 de Nicolas Petit regroupe 3 600 notices et un appareillage riche mettant en lumière la diversité des écrits produits par les génovéfains sous l’Ancien Régime.

Présentation

Cet ouvrage, publié à titre posthume, constitue le second volume du diptyque monumental consacré aux génovéfains par Nicolas Petit.   En 2008, Nicolas Petit avait publié sous les auspices de l’École des chartes la Prosopographie génovéfaine. Ce premier ouvrage offrait le répertoire biographique complet des 5 352 religieux ayant fait profession dans la Congrégation de France de 1624 à 1789. Voici maintenant son complément naturel : la Bibliographie génovéfaine, qui recense pour sa part tous les ouvrages publiés par les chanoines réguliers de saint Augustin de la Congrégation de France (1624-1800), depuis la fondation de l’ordre et jusqu’au lendemain de la Révolution, plusieurs génovéfains ayant continué d’écrire après la disparition de leur ordre. Nicolas Petit en avait pratiquement achevé la rédaction dès 2012 et même esquissé une mise en page qui a guidé les pas des éditeurs. Ce sont plus de 3 600 notices, réparties en douze sections, que complètent une table chronologique et plusieurs autres index, par titres, topographique par ville et par imprimeurs-libraires, une table analytique et un index des localisations. Après avoir recensé et individualisé chaque membre de la Congrégation en 2008, Nicolas Petit, dans cet ultime ouvrage, passe au crible toute la production intellectuelle de l’ordre dans sa très grande diversité, parfois même surprenante. Comme l’écrit ici-même l’auteur de la préface, on ne pourra désormais plus dire avec Flaubert et son Dictionnaire des idées reçues, « Génovéfain : on ne sait pas ce que c’est ».

L’auteur

Nicolas Petit (1955-2014), archiviste-paléographe (prom. 1980), a été conservateur durant dix-sept ans à la Réserve de la bibliothèque Sainte-Geneviève – où il a contribué au catalogue de l’exposition sur Le Cabinet de curiosités de la bibliothèque Sainte-Geneviève (1989) et publié L’Éphémère, l’occasionnel et le non-livre (1997) – avant de rejoindre en 1998 la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France, où il a notamment collaboré au Catalogue des incunables (CIBN) dont il a assuré l’achèvement avec la rédaction du dernier fascicule, publié en mars 2014.

Table des matières

Préface par Isabelle Brian
Introduction
Remerciements

Première partie. Catalogue bibliographique

  • I. Règles & constitutions
  • II. Décrets des chapitres généraux & des diètes
  • III. Liturgie
  • IV. Circulaires, instructions & mandements
  • V. Thèses
  • VI. Collèges & séminaires
  • VII. Auteurs
  • VIII. Factums
  • IX. Actes officiels concernant les génovéfains
  • X. Dévotion & Hommages
  • XI. Polémique & divers
  • XII. Gravures

Deuxième partie. Tables & index

  • Table chronologique, 1621-1800
  • Index des titres
  • Table topographique (par villes et imprimeurs-libraires)
  • Table analytique
  • Localisations

Bibliographie
Table des illustrations

Informations pratiques

Description : Broché, 1 vol. (678 p.) : ill., couv. ill. ; 30 cm.
Date de parution : 20 février 2018
ISBN/EAN : 978-2-35723-095-8 / 9782357230958
Éditeurs : Paris : École nationale des chartes
Collection : Matériaux pour l’histoire, ISSN 1272-2596 ; 10
Poids : 1930 gr
Prix : 58 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : “La bande dessinée, toujours jeune ?”

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université Paris 13.

les_tribulations_dun_chat_texte_rabier_benjamin_bpt6k376559m
Les Tribulations d’un chat, texte et illustrations de Benjamin Rabier. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9657430b>.

Argument

La bande dessinée a été en France, dès ses origines, essentiellement associée à l’enfance et la jeunesse, puis étendue par-delà les générations, « de 7 à 77 ans », avant que ne se développe un courant explicitement adulte dans les années 1970. Depuis, les frontières entre oeuvres et publics n’ont cessé d’évoluer et parfois de s’estomper, devant les pratiques croisées des lectorats, entre jeunes lecteurs curieux d’une bande dessinée « pangénérationnelle » et adultes amateurs nostalgiques ou régressifs de titres jeunesse. Ayant largement conquis de nouvelles légitimités artistiques, intellectuelles, scolaires même, la bande dessinée a élargi son paysage à de nouveaux lectorats, féminins, occasionnels, en même temps qu’aux productions asiatiques, américaines et plus récemment africaines. Dans notre époque qui voit fleurir les oeuvres transmedia mais tout autant une explosion des formes, styles, thèmes profondément originaux et créatifs, il est intéressant d’interroger les enjeux des rapports entre enfance, jeunesse et bande dessinée, de l’Europe au Japon et aux Etats-Unis.
Chercheurs, créateurs, éditeurs et médiateurs confronteront leurs regards pour cerner ce lectorat jeunesse d’aujourd’hui.

Programme

– 9h00 : Accueil
– 9h15 : Ouverture
– 9h30 : Introduction / Emmanuel Guibert

Matin
Présidente de séance : Marine Planche, BnF/CNLJ
– 10h15 : Les censeurs : des pionniers de la critique de bande dessinée / Sylvain Lesage, Université de Lille
– 10h45 : échanges avec la salle et pause
– 11h00 : « Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours » : les petites stratégies pédagogiques dans les illustrés franco-belges des Trente glorieuses / Jessica Kohn, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
– 11h30 : Le manga, du produit dérivé à un secteur de la bande dessinée à part entière / Bounthavy Suvilay, Université Montpellier 3

Après-midi
Président de séance : Jean-Marie Compte, BnF/département Littérature et art
– 14h00 : Frontières / Olivier Piffault, BnF/département de la Conservation
– 14h30 : De la bande dessinée au roman graphique de jeunesse : quels changements et apports pour le jeune public ? / Marcelle Délicat, Université de Saint-Etienne
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Du côté des auteurs : état de la profession / Benoît Peeters, écrivain, scénariste et théoricien de la bande dessinée
– 15h45 : La vie des classiques : interview croisée animée par Jean-Pierre Mercier, CIBDI, Jean-Yves Ferri, Matthieu Bonhomme
– 17h00 : Clôture de la journée

Vendredi 25 novembre 2016, Médiathèque Françoise Sagan

– 9h15 : Ouverture

Matin
Président de séance : Benoît Berthou, Université Paris 13
– 9h30 : Créer les adolescents : la jeunesse adulte des comics américains / Raphaël Faon, EHESS
– 10h00 : Pourquoi les adolescents ne lisent-ils pas plus de bandes dessinées ? / Sylvain Aquatias, Université de Limoges
– 10h30 : échanges avec la salle et pause
– 10h45 : Quelles stratégies pour toucher le jeune public ? / Table ronde animée par Benoît Berthou : Florian Ferrier (Sarbacane), Pauline Mermet (Dargaud), Charlotte Moundlic (Rue de Sèvres)

Après-midi
Présidente de séance : Hélène Valotteau, Médiathèque Françoise Sagan
– 14h00 : Exposer la bande dessinée : l’exemple de l’exposition Lucky Luke / Jean-Pierre Mercier
– 14h30 : Quel canon scolaire pour la BD ? Contre-enquête sur un classique du cycle 3 : Angelot du lac d’Yvan Pommaux / Hélène Raux, Lycée Montpellier
– 15h00 : échanges avec la salle et pause
– 15h15 : Bande dessinée et médiation. Table ronde animée par Pierre Pulliat
– 16h30 : Clôture de la journée

Modalités pratiques

  • Entrée libre sur inscription auprès de : Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr), Quai François – Mauriac – 75706 Paris Cedex 13
    Tél. +33 (0)1 53 79 57 06 || Fax +33 (0)1 53 79 41 80

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts