Archives par mot-clé : Histoire des collections

Mise en ligne de l’inventaire des archives du secrétariat général de la Bibliothèque, dit fonds Mortreuil (1827-1936)

La mission Archives de la BnF vient d’achever la description des archives du secrétariat général de la Bibliothèque couvrant le premier quart du XXe siècle, qui a connu deux phases de traitement vers 1944 puis vers 2005 sans jamais avoir été terminé.

Présentation du fonds et traitement

Envoi en province des fonds les plus précieux en septembre 1914
(2005/028/455). © BnF, Archives administratives
Envoi en province des fonds les plus précieux en septembre 1914
(2005/028/455). © BnF, Archives administratives

Le fonds est appelé communément fonds Mortreuil, du nom de Théodore Mortreuil (1850-1937), entré à la Bibliothèque en 1870 et nommé secrétaire-trésorier auprès des administrateurs de 1885 à 1925, bien que ce fonds couvre en réalité une période plus large. Il a été scindé en deux à une date indéterminée (antérieure à la Seconde Guerre mondiale).

La partie ancienne couvrant les années 1858 à 1899 est conservée au département des Manuscrits sous les cotes Archives modernes 187-263, tandis que la partie plus récente couvrant théoriquement la période 1900-1926 est conservée par la mission sous les cotes 255/028/001 à 2005/028/593.

L’objectif du chantier entamé en 2018 était d’une part d’achever la description de l’ensemble des 593 dossiers et d’autre part de rendre ce fonds plus accessible aux chercheurs par le biais d’un instrument de recherche méthodique, c’est-à-dire par grands thèmes, disponible dans le catalogue BnF Archives et manuscrits.

L’exercice s’est avéré particulièrement complexe en raison de l’histoire du fonds. Les choix de traitement successifs appliqués par les bibliothécaires ou les archivistes au début du XXe siècle, pendant la Seconde guerre mondiale et au milieu des années 2000, mal documentés et parfois contradictoires, ont en effet « déstructuré » le fonds et en ont rendu la compréhension complexe.

Contexte de production de ces archives

Ce n’est probablement pas un hasard si ce fonds débute en 1858 puisqu’il s’agit d’une date charnière pour la Bibliothèque, qui est alors réorganisée. La commission de réorganisation confiée à Prosper Mérimée se réunit de 1857 à 1858 et propose des réformes pour remédier aux dysfonctionnements de la Bibliothèque. En effet, bien qu’elle ait connu un enrichissement exceptionnel de ses collections par les confiscations des biens du clergé, du roi, des princes et des émigrés, puis de saisies sous le Consulat et l’Empire, celles-ci sont peu décrites et cataloguées, et donc difficilement communicables au public.

En outre, la direction de l’établissement reposait depuis le décret du 25 Vendémiaire an IV (16 octobre 1795) sur un Conservatoire réunissant l’ensemble des conservateurs, qui désignait chaque année parmi ses membres un directeur pour présider les débats. Les tentatives de réforme avaient jusqu’alors échoué mais la commission Mérimée bénéficie d’un contexte plus favorable, la France du second Empire souhaitant rayonner sur les plans artistique et culturel, en concurrence avec le Royaume-Uni.

Le décret du 14 juillet 1858 nomme Jules-Antoine Taschereau administrateur-général, crée la fonction de trésorier-comptable, étend les heures d’ouverture de la bibliothèque et revalorise le statut de ses employés, et prévoit la création de deux salles de lecture pour le département des Imprimés.

Histoire des traitements successifs

Les archives du secrétariat général étaient initialement triées de façon chronologique et selon le plan de classement ci-dessous :

  • 1. Prêt à Paris
  • 2. Réintégration dans les collections
  • 3. Approbation des dépenses
  • 4. Règlement intérieur
  • 5. Demandes d’emploi
  • 6. Dépôt légal
  • 7. Entretien
  • 8. Prêt à l’étranger
  • 9. Prêt dans les départements
  • 10. Publications
  • 11. Propositions d’acquisitions
  • 12. Bâtiments
  • 13. Demandes d’autorisation de publication
  • 14. Dons
  • 15. Demandes de renseignements
  • 16. Personnel
  • 17. Catalogues et inventaires
  • 18. Relations diverses avec l’extérieur
  • 19. Comité consultatif
  • 20. Revendications du Louvre, du Musée de l’Artillerie, divers
  • 21. Lettres de service
  • 22. Salles de lecture
  • 23. Acquisitions exceptionnelles
  • 24. Affaire Bernay. Tête d’Argent
  • 25. Comptabilité
  • 26. Demandes d’autorisation de photographier
  • 27. Visites
  • 28. Catalogues de ventes publiques
  • 29. Échanges avec les bibliothèques de Paris
  • 30. Cabinet de l’Empereur (jusqu’en 1871)

Ces rubriques sont reportées sur chaque document sur lequel figure un tampon « Bibliothèque nationale – Archives » avec le numéro d’enregistrement, ainsi que sur les chemises regroupant les documents qui précisent également le millésime.

Il convient toutefois de noter que l’application du plan de classement a connu des variations au fil des ans. Ainsi la rubrique « 18. Relations diverses avec l’extérieur » a parfois été privilégiée par le personnel du secrétariat par rapport à d’autres rubriques apparemment plus pertinentes, ce qui entraîne des dossiers très volumineux et complique les recherches.

La reprise du traitement en 2018 s’est heurtée à deux difficultés de nature différente. Tout d’abord, lors des opérations de classement dans les années 1940, les bibliothécaires ont rapproché du fonds originel du secrétariat pour la période 1900-1926 des dossiers plus anciens (remontant jusqu’à 1827) ou au contraire postérieurs (jusqu’en 1936), parfois issus d’autres fonds (rapport d’activité 1943-1945, p. 63). Ainsi, les dossiers cotés 2005/028/001 à 085 sont issus du ministère de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts, avec la présence ponctuelle d’archives provenant du fonds Mortreuil. Cet ensemble ne comporte donc pas de mention de rubrique de plan de classement, sauf les dossiers qui ont vraisemblablement été extraits du fonds Mortreuil conservé au département des Manuscrits pour être insérés dans les dossiers du ministère (cotes 109, 111, 112, 115).

Par ailleurs, lors de la reprise du chantier en 2005, probablement pour gagner du temps, les archivistes ont fait le choix de décrire et de coter en continu les dossiers alors en vrac, sans se soucier de l’ordre initial ou de proposer un classement méthodique préalable pour les dossiers sur lesquels ne figurait aucune mention de rubrique. En outre, des registres situés à proximité géographique mais dont on ignore la provenance et couvrant une période quasiment similaire ont alors été intégrés à cet ensemble déjà peu cohérent (2005/028/589 à 2005/028/593).

Enfin, comme dans tous les chantiers de classement qui se prolongent sur plusieurs années, les descriptions ont été rédigées par différentes personnes, à des époques différentes, ce qui entraîne une grande hétérogénéité des analyses, du point de vue du vocabulaire choisi, mais également du degré de précision.

Traitement entrepris en 2018

Lors de la reprise du chantier en 2018, l’archiviste en charge du fonds devait compléter les descriptions manquantes, apporter d’éventuelles corrections ou précisions, et établir un instrument de recherche méthodique pour un accès intellectuel plus aisé, en dépit des difficultés évoquées plus haut.

L’objectif était également d’améliorer les conditions de conservation de ce fonds important : les éléments métalliques ont systématiquement été enlevés, les documents estampillés et l’ensemble du fonds reconditionné dans des matériaux adaptés.

En raison de l’application partielle et complexe du plan de classement initial, l’archiviste a fait le choix de proposer un nouveau plan de classement, tout en respectant l’ordre physique des dossiers et donc leur cotation de 2005, et en mentionnant dans l’instrument de recherche la rubrique d’origine du dossier lorsqu’il y en avait une :

  • Administration générale de la Bibliothèque
    • Direction, Comité consultatif de la Bibliothèque
    • Fonctionnement, règlement intérieur
    • Questions financières
    • Personnel
    • Bâtiment et infrastructures
  • Entrées dans les collections
    • Acquisitions, échanges
    • Dons et legs
    • Dépôt légal
    • Restitutions, revendications
  • Inventaires, communication et valorisation des collections
    • Catalogues et inventaires
    • Salle de lecture : demandes, incidents
    • Prêt
    • Valorisation et utilisation des collections
  • Relations avec l’extérieur
    • Demandes de renseignements
    • Visites, échanges
    • Divers
Exemple de fiche
© BnF, Archives administratives
Exemple de fiche
© BnF, Archives administratives

Au sein-même de chaque rubrique de l’instrument de recherche, le classement chronologique tel qu’il a prévalu dans la tenue de ces archives par le secrétariat central a été rétabli quand il existait.

Enfin, il a été décidé de ne pas modifier la cotation établie en 2005 dans la mesure où une partie des dossiers avait déjà été communiquée.

Ces choix – plan de classement méthodique, classement chronologique, non recotation – expliquent pourquoi dans ce nouvel instrument de recherche, les dossiers ne sont pas présentés dans un ordre numérique.

La mission conserve également les fiches établies pour chaque document qui passait par le secrétariat général, conservées dans un meuble en bois et en mauvais état général. Elles sont aujourd’hui peu exploitables puisqu’elles renvoient au numéro d’enregistrement des documents, mais la date et la rubrique du plan de classement peuvent guider la recherche d’un document (qui sera conservé soit au département des Manuscrits, soit à la mission archives). Ces 33.800 fiches ont été reproduites en format pdf (image) en 2019 afin d’éviter leur manipulation et leur déclassement. À terme, il est prévu de mettre en ligne ces fiches sur Gallica.

Intérêt du fonds

Note de l'architecte au sujet de l'éclairage de la salle de lecture (2005/028/558).
© BnF, Archives administratives
Note de l’architecte au sujet de l’éclairage de la salle de lecture (2005/028/558).
© BnF, Archives administratives

Ce fonds est particulièrement important pour l’histoire de la Bibliothèque nationale à plusieurs titres. En effet, il permet de suivre toutes les affaires qui transitaient par le secrétariat général, de l’administration générale de la Bibliothèque à la gestion des collections. On y trouve des lettres de candidature comme des propositions de dons, mais aussi de nombreuses demandes diverses. À l’heure d’Internet et des moteurs de recherches, on oublie parfois le rôle alors prépondérant des bibliothèques pour toute recherche d’information.

Le fonds témoigne de ce qui pouvait être l’action administrative il y a un siècle, quand chaque document était enregistré, classé et fiché. Ainsi le fichier évoqué plus haut, organisé par grandes entrées (« dons », « demandes de renseignements », « prêts » …), permet d’offrir une vision synthétique des activités de la Bibliothèque sur plus d’un demi-siècle. Ces méthodes de travail contrastent avec l’ampleur des flux d’information qui passent aujourd’hui dans un établissement comme la BnF.

Consultation

Ce fonds est consultable en salle T de la bibliothèque de recherche de la BnF, en rez-de-jardin, en adressant une demande au moins 48 heures (jours ouvrés) à l’avance à archives@bnf.fr.

Exemple d'échange entre l'administrateur et l'architecte (2005/028/558). © BnF, Archives administratives
Exemple d’échange entre l’administrateur et l’architecte (2005/028/558). © BnF, Archives administratives

Les Lagides à la Bibliothèque nationale de France : collections du département des Monnaies, médailles et antiques

Octodrachme d’argent frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée Ier Sôter, 28,05 g. BnF, Luynes 3556. Au droit, tête diadémée de Ptolémée Ier Sôter tournée à droite ; au revers, la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche.

 

De Ptolémée Ier Sôter (323-283 av. J.-C.), ancien général d’Alexandre le Grand, à Cléopâtre VII Théa (51-30 av. J.-C.), reine illustre dont les relations avec le triumvir romain Antoine défraient encore l’imaginaire collectif, la dynastie lagide marqua profondément l’histoire du bassin méditerranéen.

Ptolémée, qui obtint la satrapie d’Égypte suite à la mort d’Alexandre, fonda un royaume qu’il étendit rapidement aux territoires syro-phéniciens, chypriotes et libyens. Le contrôle des cités portuaires du Levant sud ainsi que la possession de l’île de Chypre assuraient aux Lagides la mainmise sur une partie des voies maritimes de l’Est méditerranéen ainsi que de substantielles rentrées fiscales. Les Ptolémées marquèrent leur temps, entre autres, avec la construction de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie ou la création des Ptolemaia, fêtes dont la somptueuse procession faisait montre de tant de richesses que Callixène de Rhodes rapporte à son propos :

« Quelle monarchie, compagnons, est-elle devenue à ce point riche en or ? »

Mnaieion d’or frappé à Alexandrie sous le règne de Ptolémée II Philadelphe (vers avant 272-261 av. J.-C.), 27,75 g. BnF, Luynes 3563. Au droit, les bustes géminés de Ptolémée II et Arsinoé II Philadelphe tournés à droite, un bouclier dans le champ gauche ; au revers, les bustes géminés de Ptolémée I Sôter et Bérénice I tournés à droite ; répartie sur les deux faces, la légende ΑΔΕΛΦΩΝ ΘΕΩΝ.

La connaissance de l’histoire de cette dynastie est aujourd’hui enrichie par l’étude de ses émissions monétaires, matériel porteur de nombreuses informations. En effet, les ouvertures et fermetures des ateliers monétaires, leurs rythmes et volumes de production, leurs programmes iconographiques ainsi que les enfouissements de trésors sont autant de témoins de la politique lagide. Au début du IIIe s. av. J.-C., Ptolémée Ier Sôter a fermé le royaume aux monnaies étrangères et instauré un système de change aux frontières, ce qui constituait une véritable spécificité dans le monde hellénistique. Le monnayage lagide se distingue par ailleurs des numéraires contemporains par la quantité de monnaies émises et la place importante donnée à l’or et au bronze.

Triobole de bronze, série 5, frappé à Alexandrie sous Ptolémée IV Philopatôr, 35,29 g. BnF, F 7573. Au droit, la tête de Zeus Ammon tournée à droite ; au revers la légende ΠΤΟΛEMAIOY BAΣΙΛΕΩΣ qui encadre un aigle perché sur un foudre tourné à gauche, une corne d’abondance diadémée dans le champ gauche.

Dans le cadre de mon association à la Bibliothèque nationale de France, deux projets coordonnés par Julien Olivier (chargé des collections de monnaies grecques, BnF) sont menés concomitamment au département des Monnaies, médailles et antiques. Le premier consiste en la publication d’un catalogue de l’importante collection de monnaies lagides conservée à la Bibliothèque nationale de France. Le deuxième projet porte sur une nouvelle étude et publication du trésor de Meydancıkkale, trésor d’une grande valeur scientifique composé de 5 215 monnaies d’argent.

Sylloge Nummorum Graecorum. France 8, département des Monnaies, médailles et antiques. Les Ptolémées, rois d’Égypte

Plateaux de monnaies d’or lagides. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Comportant 2 602 monnaies, le fonds lagide du département des Monnaies, médailles et antiques est l’un des plus important à l’échelle mondiale. Julien Olivier, Thomas Faucher (chargé de recherche CNRS, laboratoire IRAMAT) et moi-même œuvrons à la publication de cette collection. Cette démarche s’inscrit dans la ligne des précédentes publications du fonds de monnaies grecques – 10 catalogues ayant été édités entre 1983 et 2015 – ainsi que dans une volonté de valorisation de cette collection face au regain d’intérêt de la communauté scientifique pour la numismatique lagide. En effet, la parution de ce catalogue coïncidera avec celle du premier volume du futur ouvrage de référence, Coins of the Ptolemaic Empire, par Catharine Lorber, avec qui nous collaborons étroitement. Un travail conséquent d’identification et d’inventaire des monnaies conservées à la BnF est mené préalablement à la construction du catalogue proprement dit, qui appartiendra à la série des Sylloge Nummorum Graecorum, placée sous le haut patronage de l’International Numismatic Council et impliquant notamment l’illustration de l’intégralité des monnaies. Cette publication nécessite une standardisation des vocabulaires employés pour les descriptions, laquelle, dans une optique de cohérence, sera appliquée par la suite à l’ensemble du fonds grec. Cette harmonisation sera précieuse dans le cadre de l’enrichissement des notices descriptives des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, dont environ un tiers (soit 171 000 monnaies) est à ce jour consultable en ligne grâce à la bibliothèque numérique Gallica. Afin de faciliter la navigation des internautes au sein du fonds lagide, un parcours de médiation sera mis en place.

Le volume s’ouvrira par ailleurs sur une histoire de la collection, rédigée grâce à l’étude des archives du département de la fin du XVIIe siècle à nos jours. Ce travail de dépouillement vise à identifier les grandes étapes de l’enrichissement de la collection ainsi que leurs protagonistes, tout en retraçant l’histoire propre à chaque monnaie, celle qui a conduit à son intégration au sein des médailliers. Les résultats obtenus par l’étude de ces archives seront également présentés sur le blog L’Antiquité à la BnF au cours d’une série d’articles, le premier d’entre eux, consacré à la collection des rois de France [Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe – fin XVIIIe siècle)], étant déjà paru.

Ainsi, la publication simultanée de la Sylloge Nummorum Graecorum, l’enrichissement des notices en ligne sur le site de Gallica ainsi que l’élaboration d’un parcours de médiation permettront de valoriser et d’ouvrir à différents publics l’ensemble du fonds ptolémaïque, qu’il s’agisse de membres de la communauté scientifique, d’amateurs éclairés, de collectionneurs ou de simples curieux.

Le trésor de Meydancıkkale

Découverte du vase A du trésor de Meydancıkkale.
Illustration extraite de Davesne (A.), Le Rider (G.), Gülnar II. Le trésor de Meydancıkkale (Cilicie Trachée, 1980), Paris, 1989, p. 9.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce trésor monétaire a été découvert le 21 septembre 1980 au cours de fouilles archéologiques menées sur le site de Meydancıkkale, dans l’ancienne province de Cilicie Trachée, en actuelle Turquie. Ce site a été occupé par une garnison lagide à l’occasion de la troisième guerre de Syrie (246-241 av. J.-C.) au cours de laquelle Ptolémée III Évergète reprit aux Séleucides, dynastie rivale, des territoires ciliciens perdus par Ptolémée II Philadelphe lors de la deuxième guerre de Syrie.

Composé de 5 215 monnaies d’argent (découvertes réparties dans trois vases), il s’agit d’un trésor dit mixte, puisque constitué de 3 057 monnaies d’étalon attique et de 2 158 d’étalon lagide. Il comprend au total 2 554 alexandres (au nom d’Alexandre ou de Philippe III), 31 monnaies de Démétrios Poliorcète, 3 tétradrachmes d’Antigone Gonatas, 148 lysimaques, 261 monnaies séleucides, 60 tétradrachmes attalides et 2 158 monnaies ptolémaïques. En raison de la fermeture de l’économie monétaire ptolémaïque, la frontière politique est ainsi matérialisée de manière géographique et monétaire. De tels trésors mixtes sont en général retrouvés sur des positions frontalières, ce qui est le cas de la place forte de Meydancıkkale. Les autorités lagides de la forteresse auraient ainsi voulu cacher le numéraire en leur possession, probablement en raison d’une avancée des troupes séleucides.

Une étude de ce trésor a été publiée en 1989 par Alain Davesne et Georges le Rider. De par sa composition et son contexte d’enfouissement, le trésor de Meydancıkkale est une référence incontournable pour l’étude des émissions monétaires ptolémaïques de la première moitié du IIIe siècle av. J.-C. et de leur circulation. Le très important travail d’identification et de classement réalisé par Alain Davesne pour les monnaies ptolémaïques nécessite une réactualisation, notre connaissance concernant la numismatique lagide ayant depuis considérablement évolué. Une nouvelle étude des monnaies le constituant, appuyée de la diffusion des photographies de la totalité des exemplaires, est donc primordiale. Actuellement conservé au musée de Silifke en Turquie, le matériel est toutefois difficilement accessible aux chercheurs. Néanmoins, les négatifs de l’ensemble des photographies des monnaies du trésor, donnés par Alain Davesne, sont conservés au département des Monnaies, médailles et antiques. Ces documents uniques seront numérisés par la Bibliothèque nationale de France, dans le cadre de sa grande campagne de numérisation entreprise depuis 1990, puis intégrés à la bibliothèque numérique Gallica au sein de laquelle ils seront valorisés par une médiation, afin de toucher un public élargi.

Planche de négatifs du trésor de Meydancıkkale. BnF, département des Monnaies, médailles et antiques.

Julien Olivier et moi-même allons saisir cette chance exceptionnelle de pouvoir étudier et diffuser ce matériel, soit les 5 215 monnaies. Lors de sa publication, l’étude du trésor sera accompagnée des planches photographiques de l’intégralité des monnaies – complétées d’une version numérique – afin de mettre l’ensemble de ce matériel à la disposition de la communauté scientifique.

 

Ces travaux s’inscrivent dans un contexte de renouveau de la numismatique lagide et sont à appréhender dans un cadre pluriannuel. Les publications de la Sylloge Nummorum Graecorum ainsi que du trésor de Meydancıkkale mettront ainsi  à disposition de différents publics de précieux outils de recherche et de découverte.