Archives par mot-clé : Histoire de l’art

Carnets de notes, carnets de références, musées de papier. Regards croisés sur la culture visuelle des artistes et le processus de création du Moyen Âge à nos jours (23-25/3)

Gennaro Toscano, Conseiller scientifique pour le musée, la recherche et la valorisation et Maxence Hermant, conservateur au Service des Manuscrits médiévaux de la BnF interviennent au colloque organisé par Denise Borlée et Hervé Doucet (ARCHE UR3400 – Université de Strasbourg).

L’objectif du colloque n’est pas de dresser un inventaire – forcément lacunaire – des carnets de notes et de références qui existent, mais bien plutôt d’analyser sur une longue période leur mode de conception ainsi que l’usage qui a pu en être fait par les artistes eux-mêmes. De manière sous-jacente transparaît la question des modèles, des media permettant leur circulation, leur transmission autant que leur réception.

Carnets de notes, carnets de références, musées de papier
Carnets de notes, carnets de références, musées de papier
Continuer la lecture de Carnets de notes, carnets de références, musées de papier. Regards croisés sur la culture visuelle des artistes et le processus de création du Moyen Âge à nos jours (23-25/3)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le “Digital Muret” et l’archéologie au XIXe siècle (23/03)

À l’occasion de la mise en ligne du « Digital Muret », cette table ronde présentera et mettra en perspective les recherches menées dans ce programme depuis 2017.

Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, VIII, pl. 47, figurine de Sphinge trouvée en Cyrénaïque (collection Muret).
Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, VIII, pl. 47, figurine de Sphinge trouvée en Cyrénaïque (collection Muret).
Continuer la lecture de Le “Digital Muret” et l’archéologie au XIXe siècle (23/03)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journées d’étude : Gustave Doré et le livre illustré (17-18/3)

Les Musées de la Ville de Strasbourg sont heureux d’accueillir ces journées d’étude consacrées à Gustave Doré. Celles-ci portent un regard actualisé sur son oeuvre imprimé en étudiant ses sources graphiques et littéraires et en situant sa production dans le paysage éditorial de l’illustration.

L’étude de son interprétation des Contes de Perrault constitue une séquence de ces rencontres qui sont complétées par le regard d’illustrateurs qui nous éclairent sur la réception actuelle de ce patrimoine graphique.

Ces journées d’étude sont organisées par les Musées de la Ville de Strasbourg et la Bibliothèque nationale de France, dans le cadre du programme de recherche BnF « Les Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré » : https://perraultdore.hypotheses.org/.

Continuer la lecture de Journées d’étude : Gustave Doré et le livre illustré (17-18/3)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Charlotte Duvette, Cheffe de projet « Richelieu. Histoire du quartier »

Charlotte Duvette, cheffe du projet « Richelieu. Histoire du quartier », porté conjointement, depuis 2018, par l’Institut national d’histoire de l’art, le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes et le centre André Chastel, l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL)1, soutient sa thèse intitulée Les transformations de Paris étudiées à travers l’évolution de la maison urbaine de 1780 à 1810 : projets, publications et réalité bâtie.

Résumé de thèse

L’objectif de cette thèse est de repenser la relation entre l’évolution du tissu urbain parisien et une forme d’architecture domestique mal connue : la maison urbaine. Il ne s’agit pas de revenir sur la genèse de cet habitat, mais de questionner son état à un moment précis : 1780-1810. Cette étude contribue à faire connaître des praticiens oubliés, à faire émerger les pratiques constructives les plus répandues, ou encore à démêler le lien entre l’image des maisons publiées et leur réalité bâtie. Les lotissements engagés à la fin de l’Ancien Régime sont davantage considérés pour leur remplissage à travers le procédé du sous-lotissement et les petites transactions qui s’en suivirent. Les architectes déjà célèbres en leur temps sont étudiés au regard du pendant le moins visible de leur production. Celle de leurs confrères est observée sur un pied d’égalité, en partant du principe qu’un Michel Duval ou qu’un Guireaud de Talairac produisait des ensembles aussi intéressants que la triade Bélanger, Brongniart et Ledoux. Les caractéristiques de ces maisons urbaines protéiformes émergent de l’analyse du corpus réuni – à l’image des terrasses aménagées en jardin – et illustrent les capacités d’adaptations des maîtres d’œuvre. La prolifération d’images et de commentaires dont elles sont l’objet permettent de saisir la place qu’occupaient ces demeures non plus dans la ville, mais dans l’espace public. Ce travail favorise la réévaluation de cas d’études tantôt inconnus, tantôt lacunaires, à l’aune d’une mise en contexte nouvelle. 

Jury

  • Antonio BRUCCULERI, Professeur d’histoire et cultures architecturales, ENSA Paris-La Villette (rapporteur).
  • Jean-Philippe GARRIC, Professeur d’histoire de l’architecture, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (directeur de thèse).
  • Valérie NÈGRE, Professeure d’histoire des techniques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteur).
  • Susanna PASQUALI, Professeure d’histoire de l’architecture, Università Uniroma 1 La Sapienza.
  • Allan POTOFSKY, Professeur d’histoire, Université Paris 7 Denis-Diderot.

Informations pratiques

  • Jeudi 20 janvier 2022 à partir de 9h00
  • Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Vasari (1er étage)
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles et sur présentation d’un passe sanitaire valide.
  1. Pour en savoir plus, voir : Mélanie Leroy-Terquem, « L’histoire du quartier Richelieu à la loupe », bnf.fr, 2021. Disponible sur Internet, url : <https://www.bnf.fr/fr/lhistoire-du-quartier-richelieu-la-loupe>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Robur

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Aurélien Vret présente ses recherches menées à la Bibliothèque de l’Arsenal autour de son projet : Pourquoi il est important de faire de la typographie contemporaine à la BnF, et ce que cela change pour l’avenir de la création artistique en général.


Continuer la lecture de Robur

Aurélien Vret

Chercheur associé à la bibliothèque de l’Arsenal, pour l’étude du fonds Mandel, avec Anne-Bérangère Rothenburger comme tutrice scientifique. Diplômé de l’École supérieure des Beaux-Arts de Toulouse (devenu l’Institut supérieur des arts de Toulouse, ISDAT), artiste plasticien et dessinateur de caractères typographiques chez Typofonderie.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Cycle de séminaires associé au projet Richelieu. Histoire du quartier : « Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950) »

Ouvert à tous, le cycle de séminaires associé au projet Richelieu. Histoire du quartier : « Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950) » reprend à partir du 26 novembre prochain.

Un premier séminaire, intitulé « Richelieu. Histoire du quartier : état des lieux », en 2018-2019, a permis de poser les bases de ce projet de recherche, et d’en définir les axes majeurs. Les intervenants ont mis en évidence les principaux éléments ayant façonné le quartier du XVIIe siècle à 1900, telles l’évolution de l’occupation des rues, des passages couverts, ou des activités liées aux commerces et aux banques. Il s’est ensuivi une présentation des sources utiles à la documentation du quartier, issues des collections de l’Institut national d’histoire de l’art, du Louvre et de la Bibliothèque nationale de France.

En 2021, le séminaire poursuit ces réflexions en parallèle du lancement de la seconde phase du projet qui débute avec une analyse des corpus iconographiques conservés dans les institutions parisiennes. La ville étant constamment accompagnée par sa représentation graphique et imprimée, il s’agit de sélectionner, numériser et agréger ces documents (photographies, cartes postales, dessins d’architecture, gravures de mode, menus, jetons, prospectus et affiches publicitaires, etc.). Ce croisement entre des sources de différentes natures permet de créer un récit historique et de livrer des informations sur l’état du quartier à une période donnée. Les cinq séances prévues iront dans ce sens, et permettront d’ouvrir des perspectives nouvelles au sujet de l’exploitation de ces types de documents dans l’étude des villes.

Continuer la lecture de Cycle de séminaires associé au projet Richelieu. Histoire du quartier : « Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950) »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Table ronde du LabEx CAP : “Matières à inventer”

Le Laboratoire d’excellence Création, arts et patrimoines (Labex CAP), réunissant 24 partenaires institutionnels et porté par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, organise son ultime table ronde, “Matières à inventer”, le 3 novembre 2021 à l’INHA.

Continuer la lecture de Table ronde du LabEx CAP : “Matières à inventer”

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences 2021 – 2022 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 11e édition des Trésors de Richelieu où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la musique, de la littérature et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasin de la BnF, de l’INHA et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium
de la galerie Colbert.

Le cycle est ouvert à tous les publics intéressés par le patrimoine, l’histoire de l’art et l’histoire.

Continuer la lecture de Cycle de conférences 2021 – 2022 : Trésors de Richelieu

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : Quadrilles. Danse et divertissements entre République et Empire, autour de la figure de Jean-Etienne Despréaux (1748-1820)

John James Chalon, Bal public
John James Chalon, Bal public. Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Continuer la lecture de Appel à communication : Quadrilles. Danse et divertissements entre République et Empire, autour de la figure de Jean-Etienne Despréaux (1748-1820)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les iconothèques d’artistes et d’écrivains. du romantisme aux modernes

Argument

Pour traiter de bibliothèques d’images, des « dossiers iconographiques », des « répertoires d’images » – ou plus largement des « iconothèques », selon un terme d’archivistique – composés ou simplement utilisés par les écrivains, trois journées d’études allant du romantisme à nos jours sont organisées dans trois pays (la France, la Belgique, le Canada) en 2021 et 2022, avec des partenariats différents.

Ce cycle de rencontres s’ouvre avec une comparaison entre les iconothèques d’écrivains et d’artistes. Pour ce faire, l’École du Louvre et l’ITEM s’associent le temps de cette manifestation au programme de recherches HANDLING, dirigé par Anne Reverseau (FNRS/UCLouvain), financé par l’ERC. Dans la mouvance des travaux récents sur les bibliothèques et les archives, à partir de quelques fonds d’images d’écrivains et d’artistes, allant du romantisme aux modernes, nous réfléchirons aux questions suivantes : Comment se sont constituées ces iconothèques ? Quels types d’images contiennentelles ? Où sont-elles stockées ? Comment sont-elles rangées ? Quelle est leur place dans la création d’une oeuvre et la formation d’un oeil ? Quel est leur rapport au canon, au musée et à la bibliothèque ? Quelles différences entre les pratiques et les gestes de l’artiste et de l’écrivain ? Quelles méthodes et quels enjeux pour
les iconothèques devenues invisibles ?

Agnès Sandras, conservatrice à la BnF et Sarah Hassd, post-doctorante au département de la Musique dans le cadre d’une bourse commune BnF-EUR Translitterae, présenteront des communications sur leurs travaux.

Programme

  • 9h30 Accueil
  • 9h45 Jessica DESCLAUX (UCLouvain/Erc Handling) et François-René MARTIN (École du Louvre/ ENSBA/ Item)
  • Introduction

Créer et collecter des images

  • 10h00 Ségolène LE MEN (Université Paris-Nanterre) Iconothèques graphiques dans la seconde moitié du XIXᵉ siècle
  • 10h30 Pierre WAT (Université Paris 1) L’iconothèque et ses secrets chez John Constable
  • 11h00 Agnès SANDRAS (BnF) L’iconothèque Zola constituée par Henry Céard : du panorama à la brouette
  • 11h45 Pause

De l’iconothèque à l’œuvre

  • 12h00 Pierre-Marc DE BIASI (CNRS/Item) Flaubert : de l’illustration à l’illusion, le parti pris immatériel des images
  • 12h30 Dominique PETY (Université de Savoie) L’iconothèque des Goncourt : circulation des images et genèse de l’écriture
  • 13h00 Pause

L’iconothèque comme musée personnel

  • 14h30 Sarah HASSID (École du Louvre, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) L’iconothèque de Paul Chenavard (1807-1895) : une collection d’estampes et de photographies au service d’une vision décadente de l’histoire de l’art ?
  • 15h00 Lillie FAURIAC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/HICSA) Fabrication d’un musée idéal : les outils et les pratiques de Gustave Moreau 
  • 15h30 Laurence BROGNIEZ (Université Libre de Bruxelles) Préraphaélisme et « produits dérivés » : du musée imaginaire au home de l’artiste. Le cas des symbolistes belges
  • 16h15 Pause

Répertoires d’images chez les modernes

  • 16h30 Laurence CAMPA (Université Paris-Nanterre) Les années d’apprentissage de Guillaume Apollinaire : la genèse du regard
  • 17h00 Sylvie RAMOND (Musée des Beaux-Arts de Lyon/ ENS de Lyon)  Les images de Joseph Cornell : répertoire et matériaux
  • 18h Fin des travaux

Informations pratiques

  • 23 janvier 2021
  • 9h30 – 18h
  • La journée d’étude aura lieu en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien de connexion, qui vous sera envoyé 48 heures auparavant, merci d’adresser un courriel aux deux organisateurs : Jessica.desclaux@uclouvain.be et mfrancoisrene@gmail.com

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

conférence sur la galerie Mazarine (9/10)

Jupiter foudroyant les géants

Fabien Aguglia  (chargé d’étude et de projets  du Projet Richelieu de la Bibliothèque nationale de France) et Louis Jaubertie (adjoint au chef du Projet Richelieu ) donnent une conférence consacrée à la galerie Mazarine, vestige du palais Mazarin au sein du site Richelieu de la BnF. Ils présenteront plus particulièrement les recherches qui ont permis de retracer l’histoire de ce lieu et d’en éclairer les choix de restauration.

Informations pratiques

  • Date : mercredi 9 octobre 2019 à 9h30.
  • Lieu : Ecole nationale des chartes , salle Léopold-Delisle, 65, rue de Richelieu, Paris 2e
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études : Autour du Digital Muret : recherches récentes sur les collections archéologiques du XIXe siècle (17/6)

Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, II, pl. 45, tête d’Hypnos.

À l’occasion de la mise en ligne du premier corpus du « Digital Muret », l’INHA et la BnF organisent une journée d’études pour présenter et mettre en perspectives les recherches menées dans ce programme depuis 2017. Jean-Baptiste Muret (1795-1866) a été le dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866 ; tout au long de sa carrière, il a constitué un ensemble de planches en couleur reproduisant des objets antiques pris dans différentes collections, privées et publiques, et mis en série pour mieux en comprendre la typologie ou la signification. Cet important recueil, conservé à la BnF et resté inédit, constitue donc une source majeure pour l’histoire des collections d’antiques au XIXe siècle et celle de leur étude. La journée reviendra sur la démarche mise en place et l’outil numérique développé pour l’occasion (http://digitalmuret.inha.fr/), présentera quelques aspects des découvertes permises par les recherches menées sur ce corpus et s’intéressera à d’autres fonds similaires et complémentaires.

Comité scientifique

  • Mathide Avisseau-Broustet (BnF)
  • Cécile Colonna (INHA)
  • Louise Detrez (BnF)
  • Bastien Rueff (INHA)
  • Clément Salviani (INHA)

Programme

9h30 : Introduction
Cécile Colonna (INHA), Mathilde Avisseau-Broustet (BnF)
Le programme Digital Muret, enjeux et développements

10h Outils et publication numérique
Présidé par Frédérique Duyrat (BnF)

Bastien Rueff (INHA), Approche statistique du volume II : sa place dans les recueils de dessins d’antiques de Jean-Baptiste Muret et
son organisation interne

Clément Salviani (INHA), Productions participatives et externalisation du dispositif d’identification : retour sur les expériences de crowdsourcing autour du Digital Muret
Federico Nurra (INHA), Stratigraphie d’un site web : du tableau de données à la mise en ligne du « Digital Muret »
Anne-Violaine Szabados (CNRS, ArScAn, LIMC), Rozenn Douaud (CNRS, ArScAn), Des dessins à la 3D : redécouvrir un coffret disparu

Le dessin comme point de départ des recherches
Présidé par Laurent Haumesser (musée du Louvre)

Anaïs Boucher (Sèvres, cité de la Céramique), Louise Detrez (BnF),
Fabrice Rubiella (InP), Un cratère en calice à fond blanc Sèvres-Lausanne ? Autour d’une planche du recueil de Jean-Baptiste Muret

12h30 Déjeuner

14h Christian Mazet (École pratique des hautes études, Université PSL / École française de Rome), L’iconographie des divinités et monstres marins étrusques chez Jean-Baptiste Muret : la « Tritonide » Révil et le « Triton » Lajard

Mathilde Vauquelin (École du Louvre), Les planches de Jean-Baptiste Muret, à l’origine d’une étude sur les collectionneurs d’antiquités nationales en province au XIXe siècle

Lionel Pernet (musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne), Les collections du Musée des Antiquités de Lausanne dans la seconde moitié du XIXe siècle : une politique d’acquisition entre patrimoine vaudois et ventes parisiennes

15h45 Les dessins et l’histoire de l’archéologie
Présidé par Louise Detrez (BnF)

Corinne Jouy-Barbelin (musée d’archéologie nationale), Les richesses oubliées des archives du musée d’Archéologie nationale

Soline Morinière (musée d’archéologie nationale), Le fonds Edouard Flouest : dessiner les antiquités nationales dans la seconde moitié du
XIXe siècle (1859-1891) pour une nouvelle approche de la preuve scientifique

Isabelle Périchaud (INHA), Isabelle Vazelle (INHA), Les dessins archéologiques dans les collections patrimoniales de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art

Informations pratiques

  • 17 juin 2019 – 9h30-18h
  • Institut national d’histoire de l’art, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : “Antonio Seguí”

Antonio Seguí, Señor y perro, 1991. BnF, Estampes et photographie. © Antonio Seguí, ADAGP, Paris, 2019. 

Artiste argentin installé en France depuis plus de 50 ans, Antonio Seguí (né en 1934) est à l’origine d’une œuvre figurative qui fait vivre un monde coloré et graphique, sur fond d’agitation urbaine. À travers un personnage récurrent coiffé d’un chapeau, archétype de l’homme anonyme, qu’il met en scène seul ou perdu dans la ville et qu’il confronte à des situations tragiques ou cocasses, le peintre tend à réduire l’homme à son comportement social. À la suite de la donation effectuée par Antonio Seguí qui a permis d’enrichir les collections du département des Estampes et de la photographie ainsi que de la Réserve des livres rares, la BnF expose en galerie des donateurs une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, qui vont permettre de (re) découvrir l’univers de cet artiste singulier.

L’exposition rassemble une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, de l’artiste argentin. Antonio Segui a trouvé dans l’estampe une pratique complémentaire au dessin et à la peinture. Il a fait don à la BnF de plus de 500 pièces (estampes, portfolios, livres illustrés) conservées au département des Estampes et de la photographie ainsi qu’à la Réserve des livres rares.

Commissaire de l’exposition : Céline Chicha-Castex, département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • Bibliothèque François-Mitterrand, Quai François Mauriac,
    75706 Paris Cedex 13
  • Galerie des donateurs
  • 14 mai – 25 août 2019
  • Exposition en entrée libre (gratuit)
  • Ouvert tous les jours sauf le lundi
  • Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :10h – 19h
  • Dimanche : 13h- 19h

Ressources

Portrait d’Antonio Seguí, 2019 © Béatrice Lucchese / BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

12e rencontres du GRIM (23/5) : « Matérialité, visualité et signification »

Le GRIM – Groupe de recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres médiévales ainsi qu’aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Dorénavant lié à IMAGO et favorisant la prise de parole de jeunes chercheurs, il organise sa 12e journée d’études sur le thème « Matérialité, visualité et signification ».

Les notions de matérialité et de visualité constituent deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques. Les interventions poseront la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et rendront compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Comité scientifique

  • Charlotte Denoël (BnF)
  • Isabelle Marchesin (INHA)
  • Anne-Orange Poilpré (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Cécile Voyer (université de Poitiers)

Programme

10H : Introduction par Charlotte Denoël, Isabelle Marchesin, Anne-Orange Poilpré, Cécile Voyer

10h10 : La charpenterie mudéjar : le bois comme support d’un langage symbolique en Espagne

Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure PSL et université de Grenade)

10h30 : Focus sur la matérialité des murs, traces de l’intervention humaine et mémoire des hommes. L’exemple de saint Georges au château de Selles de Cambrai (Nord)

Audrey Ségard (docteure, université Lille 3)

10h50 : Stratégies dévotionnelles de Marguerite d’Autriche. Le trésor de Brou : reconstitution in situ du trésor légué par Marguerie d’Autriche à sa fondation funéraire

Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble-Alpes)

11h10 : Discussion et pause

11h40 : Entre matérialité et iconographie de l’architecture : la rotonde de Saint-Jean à Vigolo Marchese (Plaisance) comme interprétation du modèle du Saint-Sépulcre

Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise)

12h : Une sculpture sans-papiers : approche méthodologique de la matérialité

Amal Azzi (Master 2, université de Nantes)

12h20 : Discussion

12h45 : Pause déjeuner

14h : Exacerber la matière picturale pour faire connaître l’intervalle entre le sensible et le divin. L’exemple du sanctuaire de Saint-Martin de Fenollar

Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)

14h20 : Le corps, le signe et l’image : autour de la console figurative de la Dernière communion de Marie l’Égyptienne (Colmar, musée Unterlinden, v. 1150)

Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers)

14h40 : La danseuse et la relique. À propos d’un chapiteau roman de la cathédrale de Besançon et des nouvelles pratiques de l’image de saint Jean-Baptiste au tournant des XIIe et XIIIe siècles

Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès)

15h : Discussion et pause

15h30 : Salvum me fac deus : réflexions sur la matérialité d’un psautier bréviaire bâlois féminin du XIIIe siècle

Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne)

15h50 : Du portrait de Toute Belle à la statue de Pygmalion : l’image du féminin modelé comme support de prière amoureuse, aux XIVe et XVe  siècles

Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté)

16h10 : Discussion

Informations pratiques

  • 23 mai 2019 – 9h30-18h00,
  • Institut national d’histoire de l’art , Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • 6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne 
  • 75002 Paris
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Présentation et débat autour de l’ouvrage : Imago Libri Représentations carolingiennes du livre

Évangiles de Saint-Riquier, Abbeville, BM Ms. 4, fol. 17v

Le renouveau culturel carolingien confère au livre une place majeure
dans la société, qui perdure dans le monde ottonien. Sa production est suffisamment abondante pour que près de 9000 manuscrits de cette époque nous soient parvenus, et le soin apporté à la qualité de leur confection est remarquable. Les manuscrits, précieux ou non, corrigés, glosés, comparés, échangés, servent à l’action, politique ou judiciaire, à la spiritualité, à la réforme religieuse, au développement de l’« humanisme » carolingien. Dans la société et la culture chrétiennes, l’objet-livre revêt un caractère précieux et somptuaire, comme en témoignent sa place de choix au sein des trésors d’église et sa haute valeur monétaire. Il est l’incarnation à la fois de l’autorité sacrée, du pouvoir et du savoir ; investi d’une forte dimension symbolique, il peut aussi être source de conflits et victime de destructions. Polymorphe, il intervient dans de multiples situations et se trouve au coeur des relations entre protagonistes : il peut être tour à tour exhibé sous l’aspect d’un rouleau, d’un codex ouvert ou fermé, mangé, foulé aux pieds, dissimulé, utilisé pour prêter des serments…

À la fois contenant et contenu, objet et parole, le livre est aussi un objet imaginaire et imaginé. L’enquête collective envisagée ici dépasse la dimension archétypale du livre pour cerner, à travers une approche pluridisciplinaire combinant l’histoire sociale, culturelle et artistique, la spécificité des représentations carolingiennes du livre.

Programme

Pascale Bourgain (École Nationale des Chartes) et Ioanna Rapti (EPHE) présideront une table-ronde pour la présentation de l’ouvrage publié sous la direction de Charlotte Denoël, Anne-Orange Poilpré et Sumi Shimahara, paru aux éditions Brepols.

Imago libri : couverture

Informations pratiques

  • Jeudi 27 juin de 18h à 20h
  • Institut National d’Histoire de l’Art, Salle Vasari
  • 2 rue Vivienne, 75002 Paris
  • Un cocktail sera servi en salle Warburg

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts