Archives par mot-clé : histoire de l’art

Exposition : « Antonio Seguí »

Antonio Seguí, Señor y perro, 1991. BnF, Estampes et photographie. © Antonio Seguí, ADAGP, Paris, 2019. 

Artiste argentin installé en France depuis plus de 50 ans, Antonio Seguí (né en 1934) est à l’origine d’une œuvre figurative qui fait vivre un monde coloré et graphique, sur fond d’agitation urbaine. À travers un personnage récurrent coiffé d’un chapeau, archétype de l’homme anonyme, qu’il met en scène seul ou perdu dans la ville et qu’il confronte à des situations tragiques ou cocasses, le peintre tend à réduire l’homme à son comportement social. À la suite de la donation effectuée par Antonio Seguí qui a permis d’enrichir les collections du département des Estampes et de la photographie ainsi que de la Réserve des livres rares, la BnF expose en galerie des donateurs une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, qui vont permettre de (re) découvrir l’univers de cet artiste singulier.

L’exposition rassemble une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, de l’artiste argentin. Antonio Segui a trouvé dans l’estampe une pratique complémentaire au dessin et à la peinture. Il a fait don à la BnF de plus de 500 pièces (estampes, portfolios, livres illustrés) conservées au département des Estampes et de la photographie ainsi qu’à la Réserve des livres rares.

Commissaire de l’exposition : Céline Chicha-Castex, département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • Bibliothèque François-Mitterrand, Quai François Mauriac,
    75706 Paris Cedex 13
  • Galerie des donateurs
  • 14 mai – 25 août 2019
  • Exposition en entrée libre (gratuit)
  • Ouvert tous les jours sauf le lundi
  • Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :10h – 19h
  • Dimanche : 13h- 19h

Ressources

Portrait d’Antonio Seguí, 2019 © Béatrice Lucchese / BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

12e rencontres du GRIM (23/5) : « Matérialité, visualité et signification »

Le GRIM – Groupe de recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres médiévales ainsi qu’aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Dorénavant lié à IMAGO et favorisant la prise de parole de jeunes chercheurs, il organise sa 12e journée d’études sur le thème « Matérialité, visualité et signification ».

Les notions de matérialité et de visualité constituent deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques. Les interventions poseront la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et rendront compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Comité scientifique

  • Charlotte Denoël (BnF)
  • Isabelle Marchesin (INHA)
  • Anne-Orange Poilpré (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Cécile Voyer (université de Poitiers)

Programme

10H : Introduction par Charlotte Denoël, Isabelle Marchesin, Anne-Orange Poilpré, Cécile Voyer

10h10 : La charpenterie mudéjar : le bois comme support d’un langage symbolique en Espagne

Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure PSL et université de Grenade)

10h30 : Focus sur la matérialité des murs, traces de l’intervention humaine et mémoire des hommes. L’exemple de saint Georges au château de Selles de Cambrai (Nord)

Audrey Ségard (docteure, université Lille 3)

10h50 : Stratégies dévotionnelles de Marguerite d’Autriche. Le trésor de Brou : reconstitution in situ du trésor légué par Marguerie d’Autriche à sa fondation funéraire

Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble-Alpes)

11h10 : Discussion et pause

11h40 : Entre matérialité et iconographie de l’architecture : la rotonde de Saint-Jean à Vigolo Marchese (Plaisance) comme interprétation du modèle du Saint-Sépulcre

Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise)

12h : Une sculpture sans-papiers : approche méthodologique de la matérialité

Amal Azzi (Master 2, université de Nantes)

12h20 : Discussion

12h45 : Pause déjeuner

14h : Exacerber la matière picturale pour faire connaître l’intervalle entre le sensible et le divin. L’exemple du sanctuaire de Saint-Martin de Fenollar

Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)

14h20 : Le corps, le signe et l’image : autour de la console figurative de la Dernière communion de Marie l’Égyptienne (Colmar, musée Unterlinden, v. 1150)

Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers)

14h40 : La danseuse et la relique. À propos d’un chapiteau roman de la cathédrale de Besançon et des nouvelles pratiques de l’image de saint Jean-Baptiste au tournant des XIIe et XIIIe siècles

Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès)

15h : Discussion et pause

15h30 : Salvum me fac deus : réflexions sur la matérialité d’un psautier bréviaire bâlois féminin du XIIIe siècle

Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne)

15h50 : Du portrait de Toute Belle à la statue de Pygmalion : l’image du féminin modelé comme support de prière amoureuse, aux XIVe et XVe  siècles

Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté)

16h10 : Discussion

Informations pratiques

  • 23 mai 2019 – 9h30-18h00,
  • Institut national d’histoire de l’art , Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • 6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne 
  • 75002 Paris
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Présentation et débat autour de l’ouvrage : Imago Libri Représentations carolingiennes du livre

Évangiles de Saint-Riquier, Abbeville, BM Ms. 4, fol. 17v

Le renouveau culturel carolingien confère au livre une place majeure
dans la société, qui perdure dans le monde ottonien. Sa production est suffisamment abondante pour que près de 9000 manuscrits de cette époque nous soient parvenus, et le soin apporté à la qualité de leur confection est remarquable. Les manuscrits, précieux ou non, corrigés, glosés, comparés, échangés, servent à l’action, politique ou judiciaire, à la spiritualité, à la réforme religieuse, au développement de l’« humanisme » carolingien. Dans la société et la culture chrétiennes, l’objet-livre revêt un caractère précieux et somptuaire, comme en témoignent sa place de choix au sein des trésors d’église et sa haute valeur monétaire. Il est l’incarnation à la fois de l’autorité sacrée, du pouvoir et du savoir ; investi d’une forte dimension symbolique, il peut aussi être source de conflits et victime de destructions. Polymorphe, il intervient dans de multiples situations et se trouve au coeur des relations entre protagonistes : il peut être tour à tour exhibé sous l’aspect d’un rouleau, d’un codex ouvert ou fermé, mangé, foulé aux pieds, dissimulé, utilisé pour prêter des serments…

À la fois contenant et contenu, objet et parole, le livre est aussi un objet imaginaire et imaginé. L’enquête collective envisagée ici dépasse la dimension archétypale du livre pour cerner, à travers une approche pluridisciplinaire combinant l’histoire sociale, culturelle et artistique, la spécificité des représentations carolingiennes du livre.

Programme

Pascale Bourgain (École Nationale des Chartes) et Ioanna Rapti (EPHE) présideront une table-ronde pour la présentation de l’ouvrage publié sous la direction de Charlotte Denoël, Anne-Orange Poilpré et Sumi Shimahara, paru aux éditions Brepols.

Imago libri : couverture

Informations pratiques

  • Jeudi 27 juin de 18h à 20h
  • Institut National d’Histoire de l’Art, Salle Vasari
  • 2 rue Vivienne, 75002 Paris
  • Un cocktail sera servi en salle Warburg

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Livre & la Mort (14e – 18e siècle)

LE LIVRE & LA MORT

Étroits sont les liens qui unissent la mort et l’écrit. L’épigraphie, le manuscrit puis l’imprimé ont été mobilisés pour préserver le souvenir des disparus, et le rapport d’intimité qui lie le livre au lecteur a fait du premier le miroir privilégié des interrogations du second sur sa propre finitude. La Mort elle-même, comme figure et comme sujet, fait son entrée en littérature au 14e siècle, suscitant une appréhension moins abstraite du trépas. On dit et on représente désormais la déchéance des corps, souvent associée aux fins dernières que sont le Jugement, l’Enfer et le Ciel.

Fléaux de tous ordres et angoisse de la fin des Temps favorisent cette expansion du macabre à la fin du Moyen Âge. « Incarnations » de la Mort et représentations des morts investissent alors le livre, bien au-delà des répertoires privilégiés que sont les arts de mourir, les livres d’heures et les danses macabres.

Le corpus des images évolue, infléchi par l’Humanisme, la Réforme et la reconquête catholique, touché par l’évolution du cérémonial funéraire, s’adaptant aux nouvelles pratiques sociales d’encadrement de la mort. Le recours au média imprimé pour célébrer les grands défunts, et bientôt pour « faire part » des morts plus ordinaires, donne lieu à une vaste production documentaire, des pompes funèbres, tombeaux littéraires et reliures de deuil, aux modestes billets d’enterrement.

Cette exposition interroge la variété des apparitions de la Mort dans le livre européen, du Moyen Âge au 18e siècle. À travers l’illustration peinte et gravée, l’ornement typographique, la reliure ou l’héraldique, se déploie une iconographie funèbre ou macabre fascinante, avec ses scénographies et sa gestuelle (la Mort qui frappe, fauche, entraîne, moque, désigne, triomphe…), ses attributs et symboles (faux, dard, crâne, tibia, larmes, torchères, chauve-souris, outils du fossoyeur…), dont il importe de comprendre le sens et les évolutions.

Commissariat

  • Ilona Hans-Collas, Groupe de Recherches sur la Peinture Murale
  • Fabienne Le Bars, Bibliothèque nationale de France
  • Danielle Quéruel, Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires
  • Nathalie Rollet-Bricklin, Bibliothèque Sainte-Geneviève
  • Yann Sordet, Bibliothèque Mazarine
  • Anne Weber, Bibliothèque Mazarine

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine et la bibliothèque Sainte-Geneviève, avec le soutien de la Fondation Simone et Cino Del Duca

Informations pratiques

  • Du 21 mars 2019 au 21 juin 2019
  • Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h23
  • Bibliothèque Mazarine, quai de Conti, 75006 Paris
  • Dossier de presse

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier du livre (16/4) : Le roman graphique

Les « Ateliers du livre » de la Bibliothèque nationale de France proposent des rendez-vous réguliers autour de l’histoire du livre et de ses enjeux contemporains.

Richard Felton Outcault. Buster Brown est incorrigible. Hachette, 1918

Qu’on le considère comme une forme esthétique ou un objet éditorial, le roman graphique s’est imposé ces dernières années dans le paysage de la bande dessinée. Catégorie d’ouvrages protéiformes aux contours encore mal définis, il est devenu l’un des éléments structurants d’une offre éditoriale abondante et variée. Au cœur des enjeux de légitimation qui travaillent un secteur dont le dynamisme ne s’est pas démenti au cours des deux dernières décennies, il fournit des opportunités de médiation nouvelles et stimulantes en librairie, en bibliothèque ainsi que dans des expositions.

En partenariat avec l’Université Paris Nanterre

Programme

9h : Ouverture par Cécile Rabot, sociologue, maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre (Centre européen de sociologie et de science politique) et le Directeur général de la Bibliothèque nationale de France ou son représentant.

Le roman graphique et son cadre : historique, frontières, définitions

9h30-10h : Le roman graphique du point de vue de l’auteur
Par Tiphaine Rivière, auteure de Carnets de thèse (Seuil, 2015) et de L’invasion des imbéciles (Seuil, 2019).

10h-10h30 :Du roman en estampes au roman graphique. Généalogie d’une catégorie éditoriale
Par Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire contemporaine (Institut de recherches historiques du septentrion, Université de Lille).

10h30-11h : Le « graphic novel » comme étiquette nouvelle : des premiers usages américains de la catégorie dans les années 1970 aux premiers usages français dans les années 1980
Par Jean-Matthieu Méon, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine).

11h-11h30 – Pause

11h30-12h : Le récit mémoriel historique en bande dessinée, un roman graphique consacré à la mémoire
Par Isabelle Delorme, docteure en histoire contemporaine, chercheuse associée au Centre d’Histoire de Sciences Po (Lauréate de la bourse Mark Pigott et chercheuse invitée de la BnF en 2016-2017).

Le roman graphique et ses éditeurs

14h-14h30 : Structuration des catalogues : comment les éditeurs alternatifs mobilisent (ou non) la catégorie roman graphique
Par Kévin Le Bruchec, Doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication (Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13 Villetaneuse).

14h30-15h : L’édition alternative de bandes dessinées
Par Serge Ewenczyk des éditions Ça et là.

15h-15h30 : Roman graphique et stratégies éditoriales
Par Benoît Mouchart, directeur éditorial en charge de la bande dessinée chez Casterman.

15h30-15h40 – Pause

Les médiations du roman graphique : bibliothèques, librairies, expositions

15h40 – 17h : Table-ronde introduite et modérée par Jean-Marie Compte, directeur du département Littérature et art à la Bibliothèque nationale de France.
Avec Jean-Christophe Boudet, libraire, maître de conférences associé au Pôle métiers du livre de l’Université Paris Nanterre, Thierry Groensteen, spécialiste de la bande dessinée et commissaire de l’exposition « Roman graphique » à la Fondation Jan Michalski du 3 novembre 2018 au 6 janvier 2019, Antoine Torrens, directeur des bibliothèques de la ville de Compiègne.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire « Richelieu. Histoire du quartier : état des lieux »

Plan du quartier Richelieu © Isabella di Lenardo

Dans le cadre du projet de recherche « Richelieu. Histoire du quartier » conjointement par la Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art, le Centre allemand d’histoire de l’art, l’École nationale des chartes, les Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Sorbonne Université, un séminaire est organisé à destination de tous les publics intéressés.

Le projet de recherche porte sur l’histoire du « quartier » occupé par les institutions, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources documentaires et les services aux publics sont immenses et complémentaires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde. Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire. Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de l’Institut national d’histoire de l’art et de la Bibliothèque nationale de France – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Comité scientifique

  • Alexandre Gady (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
  • Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art)
  • France Nerlich (Institut national d’histoire de l’art)
  • Gennaro Toscano (Bibliothèque nationale de France)

Programme

  • 5 avril 2019
    Olivier Poncet (École nationale des chartes) : Wall Street sur Seine ? L’attraction de la finance au quartier Richelieu (XVIIe-XIXe siècle)
  • 12 avril 2019 
    Néguine Mathieux (musée du Louvre) : De l’archéologie aux archives : des sources pour un quartier disparu, le quartier du Louvre.
  • 24 mai 2019
    Corinne Le Bitouzé (BnF) : Les collections de mode du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : Clemenceau et la Culture : d’une bibliothèque à l’autre

Nommé Président du conseil en novembre 1917, Georges Clemenceau a conduit la France à la victoire et à la signature de l’armistice de 1918. Un aspect essentiel mais un peu moins connu de
sa personnalité est son profond amour pour les lettres et les arts, qui ont marqué son éducation et occupé une place importante dans sa vie, jusqu’à ses derniers jours. Une décennie après le don à la Bibliothèque nationale de France des manuscrits de la Fondation du musée Clemenceau, cette journée d’étude mettra l’accent sur les goûts artistiques et littéraires et les relations que le Tigre a entretenues avec des artistes et des auteurs de tout premier plan, tels Claude Monet, Auguste Rodin, Charles Péguy ou encore Octave Mirbeau.

Dans le cadre de l’Année Clemenceau, avec le soutien de la Mission du Centenaire et le concours scientifique de Jean-Noël Jeanneney et de Jacqueline Sanson.

Programme

14h – Ouverture
par Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et M. Joseph Zimet, directeur général de la Mission du centenaire

Un homme de culture

Modérateur : Sylvie Brodziak, codirecteur du Dictionnaire Clemenceau (Robert Laffont, 2017)

14h30 – Les bibliothèques de Georges Clemenceau
Sylvie Brodziak, professeur des universités

15h – Table-ronde – Clemenceau et les arts

  • Clemenceau et la peinture
    Alexandre Duval-Stalla, avocat au barreau de Paris, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris
  • Clemenceau et la sculpture
    Florence Rionnet, docteur en histoire de l’art, responsable des partenariats scientifiques au département de la Vendée
  • Clemenceau collectionneur
    Aurélie Samuel, conservatrice du patrimoine, directrice des collections du musée Yves-Saint-Laurent (Paris)

Georges Clemenceau et les intellectuels

Modérateur : Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie-histoire-sciences de l’homme de la BnF16h – Table-ronde – Georges Clemenceau et les intellectuels

  • Péguy éditeur de Clemenceau : le Discours pour la liberté (1903) comme texte philosophique essentiel
    Charles Coutel, professeur émérite à l’université d’Artois
  • Maurice Barrès et Clemenceau
    Michel Leymarie, maître de conférences HDR à l’université de Lille
  • Octave Mirbeau et Clemenceau
    Pierre Michel, président de la Société Octave Mirbeau

Clemenceau à la BnF

17h

  • Le fonds Clemenceau
    Anaïs Dupuy-Olivier, conservatrice au département des Manuscrits de la BnF
  • Les derniers enrichissements du fonds Clemenceau à la BnF : la redécouverte de L’homme libreL’homme enchaîné
    Valérie Joxe, administratrice de la Fondation du musée Clemenceau

17h45 – Conclusion
Jean-Noël Jeanneney, président de la Fondation du musée Clemenceau

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’ICONOGRAPHIE MUSICALE ET L’ART OCCIDENTAL – PORTRAITS DE MUSICIENS

Corrado Giaquinto, portrait de Carlo Broschi dit Farinelli, 1753
Museo internazionale e biblioteca della musica di Bologna

Les travaux qui se sont intéressés aux portraits de musiciens les ont longuement utilisés, d’une part comme images constitutives d’un « musée idéal » de l’histoire de la musique où les portraits des grands compositeurs étaient exploités au même titre que des extraits de leurs oeuvres, d’autre part comme prétexte à des biographies « en image » de musiciens.
À partir des années 1980, ont commencé à paraître des études d’ensemble avec une approche proprement iconographique visant à des essais de typologie, à la mise en évidence de codes de représentations, de la fonction et de la matérialité de ces portraits.
Néanmoins, malgré quelques compendiums et des séries d’études de cas sous forme d’articles, les ouvrages de synthèse sur l’évolution, les variantes, les théories et les particularités du portrait musical par rapport à d’autres portraits d’artistes, de créateurs ou de théoriciens restent à écrire.
La quatrième édition du séminaire présentera à la fois les étapes de ces différents travaux mais également les publications les plus récentes et les chantiers en cours. Il fera ressortir des questions de méthodologie, de corpus, de techniques (peinture, estampe, photographie, etc.), de genre (portrait officiel ou caricature) et s’achèvera par la représentation de fonds parisiens remarquables et cohérents (Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Bibliothèque nationale de France).

Programme

  • Mercredi 30 janvier 2019, 17h-19h, BnF, salle Richelieu : Séance I – Historiographie et méthodologie

Florence Gétreau (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Le portrait de musicien : épistémologie et historiographie depuis la fin du XVIIIe siècle

Lorenzo Bianconi (Bologne, Università di Bologna)

L’iconothèque du Padre Martini : typologie des portraits de chanteurs

  • Mercredi 27 février 2018, 17h-19h, BnF, salle Richelieu : Séance II – Approches monographiques

Laurent Guillo (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Les portraits de Roland de Lassus (ou les six âges de l’homme)

Benedetta Saglietti (Turin, chercheuse indépendante)

Is that Beethoven ? Iconographic Shifts during the Composer’s Lifetime

  • Mercredi 27 mars 2018, 17h-19h, salle Richelieu : Séance III – L’art du portrait : les codes de représentation entre Ancien Régime et Romantisme

Florence Gétreau (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Le portrait de compositeur en France de 1660 à 1760 : les codes de représentation

Thierry Laugée (Paris, Sorbonne-Université)

Niccolò Paganini ou l’anatomie de la virtuosité

  • Mercredi 17 avril 2018, 17h-19h, salle Richelieu : Séance IV – Approches photographiques

Gunther Braam (Munich, Pestalozzi-Gymnasium)

Photographies et caricatures de Richard Wagner

Piyush Whadera (Paris, Centre André Chastel-UMR 8150)

Le compositeur, la muse, et la photographie. Représentations masculines à l’aune d’une nouvelle féminité visuelle, 1850-1914

  • Mercredi 22 mai 2018, 17h-19h, BnF, salle Richelieu : Séance V – Collections et collectionneurs

Pauline Girard et Juliette Jestaz (Bibliothèque historique de la Ville de Paris)

Les Caricatures de musiciens dans les fonds de la Bibliothèque
historique de la Ville de Paris : d’Horace Vernet à Daniel de Losques

Séverine Forlani (Paris, Bibliothèque-Musée de l’Opéra)

Les fonds iconographiques à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra

Fabien Guilloux (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

Le Fonds Saint-Saëns à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra

Laurence Decobert (Paris, Bibliothèque nationale de France)

De Rondel à nos jours : les portraits de musiciens dans les collections
du département des Arts du spectacle de la BnF

Session hors-cycle

Dans le cadre du projet FAB-Musiconis (Sorbonne-Université/Columbia University), une session hors-cycle : à la Sorbonne, 54 rue Saint-Jacques, salle Pirro (J 326)
Coordination : Frédéric Billiet (IReMus), Susan Boynton (Columbia University)
Pour cette séance, réservation obligatoire avant le 8 janvier 2019 :
fabien.guilloux@cnrs.fr

Mercredi 9 janvier 2018, 15h-17h

  • Alice Tacaille (Paris, Institut de recherche en musicologie-UMR 8223)

A la recherche d’un musicien : le triptyque du musée de Cluny

  • Kate Maxwell (Tromsø, Musikkonservatoriet Universitet i Tromsø)

Guillaume de Machaut and the multimodal performance of the page

  • Sarina Kuersteiner (Columbia University, Department of History)

Playing the Vielle in a Monstrance-Signum : Notarial Culture in
Medieval Bologna, 1260-1330

Comité scientifique

  • Frédéric Billiet (IReMus)
  • Karine Boulanger (Centre Chastel)
  • Florence Gétreau (IReMus)
  • Fabien Guilloux (IReMus)

Partenaires

  • Centre André Chastel (UMR 8150)
  • Institut de recherche en musicologie (UMR 8223)
  • Bibliothèque nationale de France

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, Salle Richelieu
  • 58 rue de Richelieu
  • Métro : Palais-Royal, Pyramides, Bourse ou Châtelet-les-Halles
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts