Archives par mot-clé : Exposition

Exposition : Le Livre & la Mort (14e – 18e siècle)

LE LIVRE & LA MORT

Étroits sont les liens qui unissent la mort et l’écrit. L’épigraphie, le manuscrit puis l’imprimé ont été mobilisés pour préserver le souvenir des disparus, et le rapport d’intimité qui lie le livre au lecteur a fait du premier le miroir privilégié des interrogations du second sur sa propre finitude. La Mort elle-même, comme figure et comme sujet, fait son entrée en littérature au 14e siècle, suscitant une appréhension moins abstraite du trépas. On dit et on représente désormais la déchéance des corps, souvent associée aux fins dernières que sont le Jugement, l’Enfer et le Ciel.

Fléaux de tous ordres et angoisse de la fin des Temps favorisent cette expansion du macabre à la fin du Moyen Âge. « Incarnations » de la Mort et représentations des morts investissent alors le livre, bien au-delà des répertoires privilégiés que sont les arts de mourir, les livres d’heures et les danses macabres.

Le corpus des images évolue, infléchi par l’Humanisme, la Réforme et la reconquête catholique, touché par l’évolution du cérémonial funéraire, s’adaptant aux nouvelles pratiques sociales d’encadrement de la mort. Le recours au média imprimé pour célébrer les grands défunts, et bientôt pour « faire part » des morts plus ordinaires, donne lieu à une vaste production documentaire, des pompes funèbres, tombeaux littéraires et reliures de deuil, aux modestes billets d’enterrement.

Cette exposition interroge la variété des apparitions de la Mort dans le livre européen, du Moyen Âge au 18e siècle. À travers l’illustration peinte et gravée, l’ornement typographique, la reliure ou l’héraldique, se déploie une iconographie funèbre ou macabre fascinante, avec ses scénographies et sa gestuelle (la Mort qui frappe, fauche, entraîne, moque, désigne, triomphe…), ses attributs et symboles (faux, dard, crâne, tibia, larmes, torchères, chauve-souris, outils du fossoyeur…), dont il importe de comprendre le sens et les évolutions.

Commissariat

  • Ilona Hans-Collas, Groupe de Recherches sur la Peinture Murale
  • Fabienne Le Bars, Bibliothèque nationale de France
  • Danielle Quéruel, Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires
  • Nathalie Rollet-Bricklin, Bibliothèque Sainte-Geneviève
  • Yann Sordet, Bibliothèque Mazarine
  • Anne Weber, Bibliothèque Mazarine

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine et la bibliothèque Sainte-Geneviève, avec le soutien de la Fondation Simone et Cino Del Duca

Informations pratiques

  • Du 21 mars 2019 au 21 juin 2019
  • Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h23
  • Bibliothèque Mazarine, quai de Conti, 75006 Paris
  • Dossier de presse

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hommage à Jacques Offenbach (1819 – 1880)

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Jacques Offenbach, le département de la Musique convie le public à une présentation de documents prestigieux tirés de ses collections. Seront notamment montrés les manuscrits des Contes d’Hoffmann, dernier ouvrage du compositeur, qui ne sera créé qu’après sa mort, ainsi que du Papillon, son unique ballet, chorégraphié par la célèbre danseuse de l’Opéra de Paris, icône du romantisme, Marie Taglioni.

Cette présentation sera animée par Jean-Claude Yon, professeur à l’Université de Saint-Quentin en Yvelines et directeur d’études cumulant à l’École Pratique des Hautes Etudes (EPHE). Jean-Claude Yon est l’auteur notamment d’une biographie d’Offenbach publiée en 2000 aux éditions Gallimard, et vient tout juste de faire paraître M. Offenbach nous écrit. Lettres au Figaro et autres propos (Actes Sud / Palazzetto Bru Zane).

Informations pratiques

La manifestation se déroulera le jeudi 21 mars 2019 dans la salle de lecture du département de la Musique, 2 rue Louvois, 75002 PARIS de 18h à 19h. Elle est ouverte à tous, titulaires ou non d’une carte de lecteur de la BnF.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Informations : musique@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Culture près de chez vous » : Deux pièces de la BnF à Châteauneuf-sur-Loire au printemps 2019

Dans le cadre du plan « Culture près de chez vous » du ministère de la Culture, la Bibliothèque nationale de France prête deux pièces de ses collections au musée de la marine de Loire de Châteauneuf-sur-Loire. Une chaîne d’entrave d’esclaves du XVIIIe siècle ainsi que deux tomes de De la traite et de l’esclavage des noirs et des blancs, par un ami des hommes de toutes les couleurs de l’Abbé Grégoire seront exposés dans le parcours permanent du musée, du 1er mars au 1er septembre 2019.

Chaîne d’entrave d’esclave (carcan négrier), XVIIIe siècle, fer forgé. BnF, Arsenal

Des documents patrimoniaux relatifs à la mémoire de l’esclavage et de son abolition

La BnF possède dans ses collections, à la Bibliothèque de l’Arsenal, un ensemble très important relatif à la mémoire de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. Cet ensemble est en grande partie composé de documents provenant de l’abbé Henri Grégoire (1750-1831). Célèbre pour son activité politique pendant la Révolution Française, évêque constitutionnel du Loir-et-Cher, il fut député aux États généraux de 1789 et membre de plusieurs assemblées révolutionnaires. Il fut surtout l’un des premiers à œuvrer pour l’abolition de l’esclavage. Aimé Césaire a pu le qualifier de « premier militant anti-colonialiste » et de « premier réfutateur du racisme ». A sa mort il a légué à la Bibliothèque de l’Arsenal sa collection d’ouvrages sur la traite, l’esclavage, les colonies et le combat abolitionniste dont il fut le promoteur.

Le fonds Abbé Grégoire de la BnF, Bibliothèque de l’Arsenal comprend environ un millier de livres et de brochures qui traitent principalement de l’esclavage et de sa première abolition dans les colonies françaises en février 1794 (rétabli en 1802, l’esclavage sera définitivement aboli en France en avril 1848). Il comporte entre autres des livres écrits et publiés par l’Abbé Grégoire lui-même, à l’image de son texte de combat : De la traite et de l’esclavage des noirs et des blancs, par un ami des hommes de toutes les couleurs en 1815. En 1814, la France signe avec l’Angleterre un traité lui permettant de poursuivre cette activité coupable. En cette circonstance, l’abbé Grégoire proteste publiquement contre la traite et l’esclavage, entretenus par la cupidité des colons français et le silence complice des hommes de lettres. Au fil du temps, le Fonds Abbé Grégoire de l’Arsenal a pu s’enrichir d’objets emblématiques du combat en faveur de cette abolition, montrant la dimension criminelle et contraire aux droits de l’Homme de la traite. C’est à cette fin que la chaîne d’entrave d’esclave est entrée dans les collections. Hippolyte Carnot tenait cet objet de l’ancien secrétaire de la Société abolitionniste. Il en fit don au milieu du XIXe siècle à l’Arsenal. Cet objet rare, témoin muet de la souffrance des hommes, a ainsi trouvé au sein du fonds de l’Abbé Grégoire conservé par la BnF, toute sa place et tout son sens dans un lieu emblématique de la pensée des Lumières et de la Révolution. Ce livre et cet objet méritent aujourd’hui d’être redécouverts par un public élargi. Ils sont la preuve que le combat contre la traite et l’esclavage sont aussi anciens que la République.

39 pièces de la BnF pour le plan « Culture près de chez vous »

Le livre de l’Abbé Grégoire et la chaîne d’entrave qui seront exposés au musée de la marine de Loire font partie de la liste des 39 pièces que la BnF propose à l’itinérance dans le cadre du plan « Culture près de chez vous ». Elles figurent dans le Catalogue des désirs du ministère de la Culture, qui rassemble une sélection de près de 500 œuvres iconiques issues des collections nationales et destinées à circuler en France. Les 39 documents patrimoniaux choisis par la BnF dans ce cadre reflètent la diversité et la richesse de ses collections : la sélection comprend des pièces exceptionnelles, de l’Antiquité grecque et gallo-romaine au Moyen âge jusqu’aux époques moderne et contemporaine. Des manuscrits et livres rares et précieux de Jean-Jacques Rousseau à Charles Fourier puis Léopold Sedar Senghor, Aimé Césaire ou Edouard Glissant ; des objets – médaillons, coupes, vase… – de Ligier Richier, Jean Court, David d’Angers ; des estampes et photographies de Félix Nadar, Pablo Picasso… Sans oublier des cartes exceptionnelles, imprimées ou manuscrites permettant la mise en valeur des territoires ; des documents juridiques témoignant de l’histoire des luttes contre les discriminations raciales ou religieuses. Une photographie de Gérard Philipe, la « robe fétiche » d’Edith Piaf, un manuscrit autographe de Charles Gounod ou l’enregistrement du Ring de Wagner, permettent d’évoquer les arts du spectacle et plus largement la culture dans ses liens avec l’histoire du pays.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Monde en sphères

Argument

Le globe est un objet familier, profondément ancré dans l’imaginaire de chacun. Un objet d’art et de savoir qui a incarné au fil des siècles la vision sphérique du monde. Comment appréhender aujourd’hui l’univers tel qu’il était connu et imaginé avant Copernic, avant Newton, avant les révolutions scientifiques et la conquête spatiale ? Initialement présentée au Louvre Abu Dhabi, l’exposition conçue par la BnF retrace 2500 ans d’une histoire des sciences et des représentations du ciel et de la Terre. De l’Antiquité à nos jours, de la conception d’un monde sphérique clos centré sur la Terre à celle d’un univers infini en perpétuelle évolution, elle tisse les fils qui relient la quête de savoir à la science et à l’imaginaire d’aujourd’hui. Un voyage exceptionnel rendant hommage aux savants qui ont approché, de sphères en sphères, de cercles en ellipses, la modélisation d’un cosmos qui n’a pas fini de livrer ses secrets.

Près de 200 œuvres remarquables composent un parcours qui place en son cœur ces objets nobles et fascinants que sont les globes et les sphères. Les pièces exposées sont issues des collections de la BnF et d’institutions prestigieuses parmi lesquelles le Centre Pompidou, le Centre national des Arts et Métiers, le Musée du Louvre ou encore le musée national des châteaux de Versailles et de Trianon…

L’exposition fait la lumière sur l’« invention » du modèle sphérique dans l’Antiquité gréco-latine. Au VIe siècle avant notre ère émerge une conception de l’univers fondée sur l’observation des mouvements cycliques du ciel, complétée par une intuition mathématique sur les propriétés de la sphère qui en font, aux yeux des savants et des philosophes, la forme la plus juste du cosmos. S’impose alors le modèle d’un monde clos composé de sphères concentriques portant astres et étoiles autour d’une Terre sphérique et immobile. Ce modèle est perfectionné par Ptolémée et matérialisé par les premiers globes. La plus ancienne sphère céleste connue, présentée dans l’exposition, date du IIe siècle avant J-C. La présence de la sphère dans les arts antiques illustre par ailleurs sa forte portée symbolique. En témoignent les figures récurrentes des Empereurs tenant un globe – le monde – en leurs mains ou d’Uranie, muse de l’astronomie pointant sa baguette sur un globe suggérant l’influence des astres sur la destinée humaine.

Le parcours s’intéresse dans un second temps à la réception et l’évolution du modèle sphérique à l’époque médiévale dans le monde arabo-musulman et l’Occident chrétien. Ces deux aires de civilisation sont marquées par l’importance des sciences astronomiques. Le globe céleste comme l’astrolabe sont parmi les instruments scientifiques les plus répandus dans le monde islamique. Héritière des savoirs antiques, l’astronomie arabe se développe et se diffuse par les textes de savants comme Abd al-Rahman al-Sufi (Xe siècle). Dans l’Occident chrétien, le renouveau scientifique se fait pour l’essentiel par la voie arabe à partir du XIe siècle. Au XVe siècle, la traduction latine de la Géographie de Ptolémée et les premiers voyages d’exploration donnent une nouvelle impulsion à l’hypothèse sphérique et conduisent à la réalisation des premiers globes terrestres. Les conceptions antiques sont alors réinterprétées selon les croyances chrétiennes, comme le montre une abondante iconographie médiévale.

Le globe terrestre s’affirme ensuite comme modèle réduit de la Terre, à la faveur des explorations européennes et de la Renaissance des arts et sciences en Europe aux XVe et XVIe siècles. L’exploration des nouveaux mondes confirme la sphéricité de la Terre et précise sa géographie. Le globe est à la fois un outil au service des explorateurs et un moyen de restitution des nouvelles découvertes. Le fac-similé du globe de Martin Behaim de 1492, présenté dans l’exposition, témoigne ainsi des connaissances du monde avant la découverte de l’Amérique tandis que le « Globe vert » réalisé vers 1506 et attribué à Martin Waldseemüller est quant à lui le premier à représenter le « Nouveau Monde » et à le nommer « America ». Le triomphe du modèle sphérique en Europe s’incarne alors sous la forme de la paire de globes – terrestre et céleste – produite en série grâce à la gravure et largement diffusée dans la société. Sa représentation dans les arts se déploie alors avec une grande variété de sens symboliques : pouvoir, savoir, vanité des œuvres humaines, instabilité du monde…

Pour finir, l’exposition aborde la question de la révolution copernicienne et des bouleversements des sciences après Kepler, Descartes et Newton. L’héliocentrisme et la rotation de la Terre autour du Soleil, la gravitation universelle, la découverte de nouvelles planètes et satellites ou encore l’infinité de l’univers pensée par Bruno, Kant ou Laplace, vont à l’encontre de la théorie d’un univers clos constitué de sphères imbriquées. À partir du XVIIe siècle, les premières sphères héliocentrées cohabitent avec le modèle ptoléméen géocentré. Au fil des siècles et de l’évolution des connaissances, le globe s’enrichit, se transforme et devient un objet familier. La remise en cause de la place de la Terre au sein de l’univers s’accompagne paradoxalement d’une appropriation universelle de sa représentation en tant que sphère. La Terre a longtemps été imaginée depuis l’espace, faisant rêver savants et artistes, comme Jules Verne ou Méliès. Aujourd’hui, grâce notamment aux images satellites, son image est familière et sa force symbolique reste riche. Une image que les artistes contemporains, tels Alain Jacquet ou Thomas Hirschhorn, continuent d’interroger à la lumière des défis de notre époque. L’exposition présente, parmi ces pièces exceptionnelles, une quarantaine de globes et sphères souvent uniques, mis en concordance avec des œuvres d’une grande diversité qui en éclairent la production, les usages ainsi que la symbolique : vestiges archéologiques, monnaies et camées, traités manuscrits ou imprimés, mappemondes, estampes et peintures, œuvres contemporaines. Des dispositifs multimédias permettent d’explorer en détail quelques-unes de ces sphères et de pénétrer les mystères de leur conception et de leur fabrication.

Informations pratiques

  • Le Monde en sphères
  • 16 avril I 21 juillet 2019
  • Bibliothèque nationale de France, site
    François-Mitterrand , Galerie 2
  • Du mardi au samedi 10h > 19h
  • Dimanche 13h > 19h
  • Fermeture les lundis et jours fériés
  • Tarif plein : 9 euros (billet couplé 2 expositions : 11 euros)
  • Tarif réduit : 7 euros (billet couplé 2 expositions : 9 euros)
  • Gratuit avec le Pass BnF lecture/culture et le Pass Recherche illimité
  • Réservations FNAC au 0892 684 694 (0,34 euros TTC/min) et sur www.fnac.com

Commissariat

  • Catherine Hofmann, conservatrice en chef au département des Cartes et plans, BnF
  • François Nawrocki, conservateur en chef, directeur adjoint de la Bibliothèque Sainte-Geneviève

Publication

  • Le Monde en sphères, Catalogue de l’exposition, Editions de la BnF, 272 pages, 170 illustrations environ, 45 euros

Ressources en ligne

Dès l’Antiquité, les Grecs savaient que la Terre était ronde et l’imaginaient au centre d’un univers de sphères. Telle est l’origine des globes nés du savoir et de l’imagination des Anciens. Alors que des globes célestes furent créés dès le Moyen-âge, notamment dans le monde islamique, la production de globes terrestres se développa surtout à partir des grandes expéditions maritimes du temps de Christophe Colomb, permettant ainsi de diffuser les découvertes rapportées par les navigateurs sur les différentes régions du monde. Mêlant mythes et hypothèses anciennes aux plus récentes informations, les globes invitent au voyage, au commerce et à la découverte de nouvelles civilisations. Représentant à la fois la connaissance, le pouvoir et la richesse, ils sont aussi des objets d’art de grand raffinement, souvent représentés dans la peinture pour leur valeur esthétique et symbolique.

Le département des Cartes et plans de la BnF conserve l’une des principales collections au monde de globes terrestres et célestes anciens, composée de plus de 200 objets datant du XIe au XIXe siècle, d’origine européenne ou arabe. Cet ensemble, doté de pièces uniques du XVIe siècle, manuscrites ou gravées sur métal, illustrant les grandes découvertes, témoigne aussi du développement de la production imprimée au siècle d’or hollandais et de la diversification de la production européenne au siècle des Lumières. L’édition du XIXe siècle est également illustrée par quelques pièces remarquables et représentatives de l’évolution du genre, jusqu’au globe de la Lune de l’astronome Camille Flammarion (1896).

La numérisation en 3D de 55 globes de la collection de la BnF a été réalisée grâce au mécénat de compétence de la société japonaise Dai Nippon Printing Co., Ltd. et avec le mécénat de la Fondation d’entreprise Total. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter la page consacrée au projet.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Manuscrits de l’extrême. Prison, passion, péril, possession



Lettre écrite sur du linge avec son sang
Jean Henri Masers de Latude, Paris, 1761.
Toile de lin écrue, 125 x 32,5 cm
BnF, Arsenal, manuscrit 11693
© Bibliothèque nationale de France

Argument

Des manuscrits d’exception, rédigés dans des situations extrêmes et qui en conservent les traces physiques, constituent la matière de cette exposition de la BnF : encres de sang et papiers d’infortune disent avec intensité le désespoir, la folie ou la passion de leurs auteurs, personnalités célèbres ou inconnues. Feuillets et notes d’André Chénier, Napoléon Ier, Alfred Dreyfus, Guillaume Apollinaire ou Nathalie Sarraute y côtoient les mots d’anonymes, simples soldats, prisonniers, hommes et femmes ordinaires. D’autant plus précieux qu’ils ont parfois été soumis à des conditions de conservation difficiles, ces « manuscrits de l’extrême » font résonner jusqu’à nous les voix de destins hors-norme. Un propos sensible et encore jamais tenu dans une exposition.


« Mais je garde mon crayon et mon carnet que je défends au péril de ma vie. Ce petit carnet qui contient là une preuve de ma triste vie. »

Anonyme, Carnet noir de l’Occupation.

Qu’il s’agisse d’une lettre écrite en1639 sur une écorce de bouleau, faute de papier, par un missionnaire au Canada, des derniers mots d’André Chénier avant d’être guillotiné, du journal de Marie Curie après le décès de son mari, de l’inscription portée par un détenu sous l’assise d’une chaise de la Gestapo ou de lettres d’Antonin Artaud, la valeur patrimoniale de ces textes réside en ce qu’ils offrent les souvenirs palpables d’histoires individuelles ou collectives extraordinaires. Dépositaires d’émotions non contenues, de sentiments pris sur le vif, ces billets, notes et lettres, rédigés souvent dans l’urgence, expriment ce que les manuels d’histoire ou les ouvrages critiques ne peuvent restituer : la façon dont des événements susceptibles de faire vaciller une existence ont été vécus de l’intérieur. L’exposition s’organise selon quatre thèmes – prison, passion, péril, possession – quatre P qui évoquent ici les situations les plus difficiles auxquelles un être humain puisse être confronté. Au-delà des différences de circonstances dans lesquelles ces écrits ont été produits, tous témoignent d’une confiance désespérée dans les mots pour soutenir ce qui reste de vie encore possible quand tout, autour, vient l’infirmer. Au fil du parcours, le visiteur découvre une sélection d’écrits profondément bouleversants. Écritures microscopiques, tourmentées, feuillets minuscules, papiers et encres de fortune sont autant de particularités graphiques et matérielles par lesquelles ces manuscrits font corps avec les événements vécus. La détresse, la folie, la passion s’y révèlent, non seulement dans le contenu textuel mais aussi dans la forme même de l’inscription. L’exposition présente aussi bien des textes de personnalités ou d’écrivains célèbres, parmi lesquels Pascal, Sade, Marie -Antoinette, Auguste Blanqui, Stéphane Mallarmé, Henri Michaux, ou encore Marie Curie, Antonin Artaud, Arthur Adamov, Germaine Tillion et Jean-Dominique Bauby, que ceux d’inconnus ayant traversé des épreuves similaires. S’ils peuvent faire sens en tant qu’œuvre littéraire, les mots sont ici surtout une tentative désespérée de dire l’indicible. Ils sont l’expression de ce qui est véritablement en jeu pour un être humain, dans une guerre comme dans un hospice, dans toutes les épreuves qui menacent son humanité même : sa propre survie.

Commissariat

Laurence Le Bras, conservatrice, département des Manuscrits, BnF

Informations pratiques

Pour sa 3e édition, « La Bibliothèque parlante », le festival de la BnF, mettra à l’honneur cette écriture de l’extrême en donnant à entendre par la voix de nombreux comédiens quelques-uns des textes les plus emblématiques de cette exposition.

En partenariat avec France Culture
Festival de la BnF
La Bibliothèque parlante 25 et 26 mai 2019
BnF I François-Mitterrand

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Manuscrits hébreux d’Italie

Rituel de prières avec Haggadah

16 manuscrits hébreux enluminés et copiés en Italie issus des collections de la Bibliothèque nationale de France font l’objet d’une exposition exceptionnelle au musée d’art et d’histoire du Judaïsme, du 20 mars au 22 septembre 2019. Ils sont présentés avec quelques pièces remarquables appartenant au MAHJ. Ces manuscrits, qui figurent parmi les chefs-d’œuvre de l’enluminure italienne, témoignent d’un moment particulier dans l’histoire de la communauté juive italienne, la plus ancienne d’Europe : celui d’une intense activité intellectuelle, littéraire et artistique dans le cadre de l’Italie du Moyen Âge et de la Renaissance.

L’exposition

Cet ensemble de manuscrits enluminés, produit sur près de 4 siècles, provient de régions et de communautés diverses, à l’image du judaïsme, implanté dans la péninsule depuis l’Antiquité puis renouvelé avec l’arrivée de nouveaux groupes venus du nord et du pourtour méditerranéen pour échapper aux expulsions médiévales. Bibles, livres de prières, ouvrages philosophiques d’auteurs juifs ou musulmans traduits de l’arabe, traités scientifiques et médicaux, contrats de mariage etc., ces documents illustrent à la fois l’exceptionnelle richesse de la production italienne et de la vie intellectuelle à cette période, mais aussi la vitalité des échanges entre communautés. Grâce notamment au renouveau des études classiques, de l’étude du grec et de l’hébreu en particulier, de nombreux savants juifs et chrétiens se consacrent à l’étude de la transmission du texte biblique ainsi qu’à la Kabbale. À l’époque des Médicis, les juifs fréquentent les universités et participent activement à la Renaissance des lettres et des sciences. Alors que le décor des manuscrits hébreux les plus anciens est essentiellement marqué par une tradition médiévale non figurative – premiers mots décorés comme des lettrines, jeu sur la disposition des blocs de textes, micrographies… -, le développement des illustrations, de la vignette au frontispice, témoigne de l’intégration économique et culturelle des juifs italiens qui n’hésitaient pas à faire enluminer leurs manuscrits selon les canons artistiques de l’époque.

Le fonds hébreu du département des Manuscrits de la BnF

Établi au XIVe siècle par le roi Charles V (1338-1380) qui possédait dans sa Librairie du Louvre plusieurs manuscrits hébreux, le fonds s’est considérablement enrichi au fil de l’histoire : au XVIIe siècle grâce aux collections constituées par les cardinaux de Richelieu et Mazarin, à la Révolution où la sécularisation des biens du clergé fit plus que doubler le fonds, puis au XIXe siècle grâce à diverses missions et acquisitions.

Il comprend aujourd’hui près de 1495 pièces remarquables : Bibles et commentaires, Talmud et droits civil et religieux, théologie, Kabbale, philosophie, sciences et médecine, grammaire, histoire, poésie, documents d’archives etc. venant aussi bien du Yémen, d’Orient, de Byzance, d’Italie, d’Afrique du Nord, d’Italie, d’Angleterre, que d’Allemagne ou d’Europe centrale. Pour l’essentiel, cette collection reflète la production du Moyen Âge et de la Renaissance.

L’exposition présentée au musée d’art et d’histoire du Judaïsme permet à la BnF de mettre en lumière la richesse de ses collections, mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur sa bibliothèque numérique Gallica, tels les 1320 manuscrits hébreux numérisés grâce à un partenariat avec la Bibliothèque nationale d’Israël.

Informations pratiques

  • Dans les collections de la BnF : Manuscrits hébreux d’Italie
  • Du 20 mars au 22 septembre 2019
  • Musée d’art et d’histoire du Judaïsme 71, rue du Temple 75003 Paris
  • Exposition organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Commissariat

  • Laurent Héricher, conservateur général au département des Manuscrits, BnF
  • Claire Descomps, conservatrice en chef au musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Coordination scientifique

  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le Musée, la recherche et la valorisation à la direction des Collections, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Merveilleux-scientifique Une science-fiction à la française


Gustave le Rouge, Le Prisonnier de la planète Mars, illustré par Henri Thiriet, « Le Roman d’aventures », n° 4, Paris, Albert Méricant, 1908

À l’aube de la Grande Guerre, le public se passionne pour la découverte des rayons X, la photographie des auras ou les essais de communication avec la planète Mars. C’est dans cette atmosphère de rêverie scientifique que l’écrivain Maurice Renard entreprend de structurer un nouveau mouvement littéraire, inscrit dans la lignée de H. G. Wells et en rupture avec Jules Verne : le « merveilleux-scientifique ». L’intrigue de ces récits se construit dans un cadre rationnel ; l’auteur choisit d’y altérer une loi scientifique, permettant ainsi aux protagonistes de traverser la matière, de lire les pensées ou de voyager dans l’infiniment petit. La BnF consacre une exposition inédite à ce pan méconnu de la littérature française du début du XXe siècle. Un voyage dans le temps jubilatoire aux côtés de ces auteurs « chasseurs de chimères » et « scribes de miracles », qui révèle la richesse de l’imaginaire scientifique français, avant même l’avènement de la science-fiction américaine au début des années 1930.

La Bibliothèque nationale de France participe depuis 2017 à la redécouverte du corpus merveilleux-scientifique, qui s’est épanoui en France entre 1900 et 1930, en rééditant certains auteurs-phares au sein de sa collection de pépites littéraires « Les Orpailleurs » (Théo Varlet, André Couvreur, J.-H. Rosny aîné) et en collaboration avec les éditions 2024 (G. Ri). Maurice Renard, maître à penser du genre, se positionne en tant que « rénovateur du roman » et invite ses pairs (André Couvreur, Théo Varlet, Gustave le Rouge, Octave Béliard, Léon Groc, etc.) à fonder un roman neuf, basé sur la raison. S’éloignant des aventures scientifiques à la Verne, le récit merveilleux-scientifique s’inspire du roman expérimental de Zola, des contes philosophiques de Wells, des histoires extraordinaires de Poe, du merveilleux de Perrault modernisé et de la vague de merveilleux spirite. Chaque intrigue s’élabore autour de l’invention/modification d’une loi physique, chimique ou biologique, qui pro-pose dès lors au lecteur de regarder le monde connu la tête en bas ou au travers d’un miroir déformant.

L’exposition présente plus de 250 reproductions de documents largement méconnus, issus des fonds de la BnF : romans, feuilletons, affiches, récits sous images, articles prospectifs et de vulgarisation scientifique. Ils témoignent ainsi de la dissémination de l’esprit merveilleux-scientifique dans la culture médiatique et populaire au début du XXe siècle. Déambulant librement dans l’allée Julien Cain, le visiteur découvre au fil des cimaises que certaines thématiques qu’il pensait l’apanage de la science-fiction américaine des années 1930 et au-delà, étaient déjà en germe dans l’imaginaire merveilleux-scientifique français, très au fait des avancées scientifiques de l’époque (homme artificiel et augmenté, révolte des robots, catastrophe écologique, invasion et surveillance extraterrestre, etc.). L’exposition met en lumière les liens privilégiés du modèle merveilleux-scientifique avec les sciences et pseudo-sciences de son temps.

La première partie propose une immersion dans l’atmosphère de la Belle Époque, qui voit des savants comme Pierre Curie et Camille Flammarion se passionner pour les mystères surnaturels, tandis que les journaux vantent les bienfaits des crèmes au radium et autres ceintures électriques. En écho à son titre évocateur, « une science-fiction à la française », l’exposition met aussi en évidence la place du champ merveilleux-scientifique dans l’histoire plus générale du roman d’hypothèse où se côtoient science-fiction, aventures scientifiques et autres voyages extraordinaires.

La seconde partie offre un large panorama des motifs littéraires caractéristiques du genre : le savant fou et ses créations, l’homme artificiel, la découverte de nouveaux mondes, les créatures inquiétantes et ultraterrestres, les voyages dans le temps. Les illustrations mettent chaque fois en évidence l’influence du contexte scientifique sur l’épanouissement d’un thème fantaisiste, révélateur d’une époque où l’on rêvait les « Et si… »

Informations pratiques

  • 23 avril au 25 août 2019
  • Allée Julien Cain
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand
  • Quai François-Mauriac, Paris XIIIe
  • Du mardi au samedi 10h > 19h
  • Dimanche 13h >19h
  • Fermeture les lundis et jours fériés
  • Entrée libre
  • Iconographie à disposition de la presse

Commissariat

Fleur Hopkins, chercheuse invitée au département des Sciences et techniques, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmes

Le Petit Palais présente pour la première fois au public un ensemble inédit de 150 dessins de Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), artiste hors du commun. L’œuvre graphique de ce dessinateur méconnu est l’une des plus singulières de son temps. Elle témoigne, au-delà des premières étapes d’un parcours d’architecte, de la dérive solitaire et obsédante d’un artiste fascinant. Cette exposition est réalisée avec le concours de la Bibliothèque nationale de France qui conserve la quasi-totalité des dessins de l’artiste.

Jean-Jacques Lequeu, originaire d’une famille de menuisiers à Rouen, reçoit une formation de dessinateur technique. Très doué, il est recommandé par ses professeurs et trouve rapidement sa place auprès d’architectes parisiens dont le grand Soufflot. Celui-ci, occupé par le chantier de l’église Sainte Geneviève (actuel Panthéon), le prend sous son aile. Mais Soufflot meurt en 1780. Dix ans plus tard, les bouleversements révolutionnaires font disparaître la riche clientèle que Lequeu avait eu tant de difficultés à trouver. Désormais, employé de bureau au Cadastre, il tente en vain de remporter des concours d’architecture. Seulement, il doit se résigner à dessiner des monuments et des fabriques d’autant plus étonnants que l’artiste, pressentant que ces constructions ne sortiront jamais de terre, se libère des contraintes techniques.

Le parcours thématique de l’exposition retrace cette trajectoire atypique et aborde les différentes facettes de son œuvre. L’exposition ouvre sur une série de portraits, genre très en vogue au XVIIIe siècle. Lequeu se portraiture à de nombreuses reprises et réalise des têtes d’expression témoignant de sa recherche sur le tempérament et les émotions des individus. En parallèle, il continue de proposer des projets d’architecture qui n’aboutissent pas ou sont inter-rompus. Alors, fort de l’outil précis et technique, de l’épure géométrique et du lavis, Lequeu, à défaut de réaliser des projets, décrit scrupuleusement des édifices peuplant des paysages d’invention. Ce voyage initiatique au sein d’un parc imaginaire, qu’il accomplit sans sortir de son atelier, est nourri de figures et de récits tirés de ses lecture d’autodidacte tel Le Songe de Poliphile. Il conduit ainsi le visiteur de temples en buissons, de grottes factices en palais, de kiosques en souterrains labyrinthiques. L’exposition se termine sur une série de dessins érotiques oscillant entre idéalisation héritée de la statuaire antique et naturalisme anatomique.

Ainsi pour Lequeu, il s’agit de tout voir et tout décrire, avec systématisme, de l’animal à l’organique, du fantasme et du sexe cru à l’autoportrait, et par-delà de mener une véritable quête pour mieux se connaître lui-même. En 1825, six mois avant de disparaître dans le dénuement et l’oubli, il donne à la Bibliothèque royale l’ensemble de ses feuilles livrant l’une des œuvres les plus complexes et curieuses de cette période. Au XXe siècle, des recherches ont permis de redécouvrir peu à peu l’artiste, mettant en lumière ses dessins les plus déconcertants mais jamais une rétrospective n’avait été organisée sur ce génie si singulier

Commissariat

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général, adjointe au directeur du département des estampes et de la photographie de la BnF
  • Laurent Baridon, professeur à l’université de Lyon II
  • Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Martial Guédron, professeur à l’université de Strasbourg
  • Christophe Leribault, directeur du Petit Palais avec le concours de Joëlle Raineau, collaboratrice scientifique.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Voyages en Scandinavie, du 5 octobre 2018 au 6 janvier 2019

Dans le cadre du Festival international de géographie qui met à l’honneur cette année les pays d’Europe du Nord, l’exposition Voyages en Scandinavie, au musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges, présente quelque 30 pièces d’exception – cartes, photographies et livres rares – , toutes issues des collections de la Bibliothèque nationale de France.

À l’époque où l’Europe découvrait le monde, ses régions nordiques étaient à peine plus connues que l’Amérique. Le Nord vint à trouver une identité géographique à travers le regard d’explorateurs, de voyageurs, de savants, d’aventuriers et de touristes qui en ont construit, au fil du temps, une représentation plus ou moins adéquate dans l’imaginaire collectif. L’exposition Voyages en Scandinavie se propose de saisir la profondeur historique de cette longue mise au point. Elle présente d’abord les premiers contours cartographiques donnés à cet espace et les récits de voyage qui commencent à s’intéresser aux peuples du Nord. D’une part, la Géographie de Ptolémée, traduite en latin au début du XVe siècle, est augmentée en 1427 d’une série de cartes modernes parmi lesquelles on trouve la première carte présentant l’Atlantique Nord comme une région à part. L’entreprise magistrale d’Olaus Magnus, auteur en 1539 de la première carte originale de la Scandinavie, naît ainsi d’une confrontation féconde à la référence ptoléméenne. D’autre part, au milieu du XVIe siècle,la domination espagnole et  portugaise sur le commerce maritime avec l’Orient via les routes de l’Atlantique Sud pousse les puissances émergentes, l’Angleterre et les Provinces-Unies, à rechercher une route alternative, le long des côtes scandinaves et sibériennes. Ces explorations s’accompagnent d’un effort cartographique sans précédent qui contribue à faire progresser la connaissance des régions septentrionales de l’Europe. 

L’histoire des voyages en Europe du Nord nous mène d’un espace hostile, froid, en proie à des forces redoutables à un territoire qui est progressivement découvert et étudié à l’époque des Lumières. Après avoir servi à rappeler à l’humanité les premiers stades de sa route vers la civilisation, les peuples du Nord deviennent un objet d’étude doté d’un intérêt propre. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le savoir ainsi accumulé est mûr pour produire de grandes synthèses académiques en histoire et géographie. Parallèlement, l’essor de la presse illustrée contribue à la diffusion de ces connaissances et à la vulgarisation des récits de voyages et d’explorations. L’Illustration et surtout Le Tour du monde, première revue illustrée exclusivement consacrée aux récits de voyages, qui paraît de 1860 à 1914 aux éditions Hachette, se font largement l’écho des voyages dans les pays nordiques et dans les terres arctiques, nourrissant l’imaginaire aventureux de ces régions. Au tournant du siècle, la poursuite des explorations a fini par combler les blancs sur la carte et seuls les pôles bénéficient encore de l’aura mystérieuse des espaces inconnus. La conquête polaire et la croisière arctique sont désormais les deux figures du voyage au Nord que déploient l’aventurier et son repoussoir, le touriste.

Commissariat

  • Éléonore Buffler, directrice du musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges
  • Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF
  • Cristina Ion, directrice adjointe au département des Cartes et plans, BnF
  • Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF
  • Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie, histoire,sciences de l’homme, BnF
  • Bertrand Tassou, chargé des collections de géographie au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF
  • Coordination scientifique : Gennaro Toscano, conseiller scientifique et culturel, BnF

Dans les collections

Chaque année, dans plusieurs établissements patrimoniaux en région, la BnF présente un « trésor » ou une sélection d’œuvres de ses collections, faisant ainsi partager à un plus large public ses richesses patrimoniales. Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec les collections locales, le programme « Dans les collections de la BnF » vise à développer de véritables partenariats avec d’autres institutions, dans les domaines scientifiques et pédagogiques. L’exposition présentée à Saint-Dié-des-Vosges permet à la BnF non seulement de mettre en lumière ses collections mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur sa bibliothèque numérique Gallica.

Pour aller plus loin

  • Le voyage en Scandinavie : anthologie de voyageurs, 1627-1914 / éd. établie par Vincent Fournier, Paris : R. Laffont, 2001, 1 vol. (XXXVIII-792 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 20 cm. (Bouquins).
  • The Northeast Passage: From the Vikings to Nordenskiold, 
    / [editor, Nils-Erik Raurala], Helsinki : Helsinki University Library : John Nurminen Foundation, 1992, 1 vol. (287 p.) : ill., cartes ; 35 cm.

Informations pratiques

  • Voyages en Scandinavie du 5 octobre 2018 au 6 janvier 2019
  • Musée Pierre-Noël, 11 rue saint Charles, 88100 Saint-Dié-des-Vosges

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : « Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury »

“Mercure tenant le caducée” (inv.56.1) ; copyright BnF/Département Médailles, monnaies et antiques

Le département des Monnaies, médailles et antiques est co-commissaire de l’exposition “Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury” présentée à  New-York à l’Institute for the study of the Ancient World. À cette occasion, la BnF prête le trésor de Berthouville, un trésor d’orfèvrerie romain et gallo-romain, et environ 75 pièces – plateaux d’argent, camées, pierres précieuses, pièces de monnaie et bijoux – issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques.

Informations pratiques

  • Du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019
  • Institute for the study of the Ancient World, New-York.
  • 15 East 84th Street (between Madison and Fifth Avenues), New York, NY 10028

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition « Médias imaginaires. Les archives vivantes »

L’exposition Médias imaginaires. Les archives vivantes conçue comme le prolongement naturel du séminaire de recherche, propose de mettre à la disposition du public des outils visuels et livresques, ainsi que des écrans permettant d’accéder à une base de données. Cette manifestation se conçoit elle-même comme un dispositif d’exposition. Ouverte au plus grand nombre, elle entend se présenter comme une interface invitant le public à utiliser les outils de recherche présents sur les lieux. La salle Longhi devient ainsi un lieu d’actualité permanente, un espace de circulation en contact avec l’extérieur, par des écrans et des projections. Pour ce faire, elle mobilisera surtout les fonds numériques de la Bibliothèque nationale de France, du Musée des arts et métiers (CNAM) ainsi que des collections privées.

À propos d’INHALab

Dans cette volonté politique de privilégier et soutenir la jeune recherche, l’INHA invite chaque année deux collectifs successifs de chercheurs à proposer un projet scientifique créatif dans un domaine se rapportant à l’histoire de l’art. L’association Imago est le deuxième collectif de jeune chercheurs à être accueilli en 2018 dans le cadre d’INHALab. Ils travailleront du 15 septembre 2018 au 15 janvier 2019 sur le projet Médias imaginaires.

Informations pratiques

1er octobre 2018 – 15 janvier 2019

Galerie Colbert, salle Roberto Longhi
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Gravure en clair-obscur Cranach, Raphaël, Rubens…

Portrait de Johann Paumgartner, par Hans Burgkmair.  British Museum, AN1613316170.  CC BY-NC-SA 4.0

Argument

Résultat du programme de recherche CLARO financé par la Fondation des sciences du patrimoine, l’exposition porte sur la gravure en clair-obscur qui fut pratiquée dans toute l’Europe des années 1510 à 1650.

Fruit de recherches techniques et artistiques visant à traduire à l’impression une gamme limitée de couleurs, elle connut une large diffusion et suscita un intérêt évident chez des peintres et des dessinateurs comme Hans Baldung Grien, Parmigianino, Domenico Beccafumi ou Pierre Paul Rubens, qui y virent un champ d’expérimentation stimulant, leur  permettant d’explorer la monochromie et les rapports entre ombre et lumière.

C’est cette longue histoire que l’exposition entend retracer, en présentant les gravures les plus représentatives de cette production à partir du fonds de la collection Edmond de Rothschild du musée du Louvre, du département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France et de la Fondation Custodia.

Le  commissariat de l’exposition est assuré par Séverine Lepape, conservateur à la collection Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, Musée du Louvre, après avoir été chef de service de l’estampe ancienne et de la Réserve du département des Estampes et de la Photographie de la BnF de 2010 à 2014.

Présentation

Réunissant de manière inédite près de 120 estampes conservées dans les collections parisiennes les plus importantes (collection Edmond de Rothschild, musée du Louvre ; Bibliothèque nationale de France ; Fondation Custodia et les Beaux-Arts de Paris), ainsi que des prêts emblématiques de musées français (musée des Beaux-Arts de Besançon) et étrangers (British Museum, Ashmolean Museum et Rijksmuseum), l’exposition retrace à la fois une technique et une esthétique particulière de l’estampe : la gravure en clair-obscur, dite aussi en couleurs.
Elle en propose un panorama chronologique et géographique à travers les chefs-d’oeuvre gravés par ou d’après les plus grands maîtres de la Renaissance et du maniérisme européen, tels que Cranach, Raphaël, Pierre Paul Rubens, Parmigianino, Domenico Beccafumi ou Hans Baldung Grien.

L’estampe gravée sur bois en couleurs, appelée chiaroscuro en Italie, fut pour la première fois expérimentée au cours des années 1508-1510 en Allemagne avant de se diffuser dans toute l’Europe, où elle fut pratiquée avec de plus en plus de sophistication jusque dans les années 1650.
Fruit de recherches techniques et artistiques visant à traduire à l’impression de riches nuances de teintes, la gravure en clair-obscur fascina les artistes qui y explorèrent une question chère à Léonard de Vinci et à Giorgio Vasari : l’art des ombres et des lumières.
La recherche de cette esthétique si particulière fait de la gravure en clair-obscur un objet au carrefour des autres pratiques artistiques : imitant le dessin sur papier teinté ou au lavis, le sgraffito de la peinture murale ou la mosaïque de pierre, elle est néanmoins un objet autonome, où la monochromie constitue une autre voie pour représenter le monde.
Outre ce dialogue que la gravure en clair-obscur entretient avec les autres arts, l’exposition aborde également les questions de sa production et de sa réception. L’estampe est souvent le résultat d’une
collaboration de l’inventeur de la composition, souvent peintre et dessinateur, avec un graveur et/ou un imprimeur, qui maîtrise la science des encres de couleurs, la taille des matrices, leur superposition
et le rendu final. Le caractère précieux de ces gravures retint l’attention des amateurs qui se mirent à les collectionner dès le XVIe siècle.

L’exposition s’appuie sur un projet de recherche scientifique, financé par la
Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima), portant sur l’analyse des pigments et colorants d’une quarantaine de gravures en clair-obscur et faisant collaborer la BnF et le Centre de recherche et restauration des musées de France (C2RMF).

Cette exposition est réalisée avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.
Le catalogue est publié avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima).

Téléchargements

Communiqué de presse
Visuels

Informations pratiques

  • Où ? Musée du Louvre, Rotonde Sully nord et sud
  • Quand ? Du 18 octobre 2018 au 14 janvier 2019
  • Comment ? Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.
  • Renseignements : 01 40 20 53 17
L’Empereur Maximilien à cheval (1507-1508) par Hans Burgkmair. Oxford

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Les Nadar, une légende photographique

La Bibliothèque nationale de France propose la première grande exposition consacrée aux trois Nadar. Félix Nadar (1820-1910), son frère Adrien Tournachon (1825-1903) et son fils Paul Nadar (1856-1939) furent tout à la fois photographes, peintres, dessinateurs et inventeurs…
Quelque 300 pièces témoignent des spécificités de chacun des trois photographes, de leurs collaborations comme de leurs rivalités, dans un parcours qui embrasse l’histoire de l’atelier des Nadar pendant près d’un siècle. À travers des épreuves photographiques originales, des dessins, des estampes, des peintures et des objets, l’exposition invite à la découverte inédite de l’héritage de l’un des ateliers les plus importants et les plus durables des débuts de la photographie.

Le propos de l’exposition s’appuie sur des pièces issues des très riches collections de la BnF, que viennent compléter des prêts prestigieux du Metropolitan Museum of Art de New York, du John Paul Getty Museum de Los Angeles, du musée d’Orsay, du musée de l’Air du Bourget, de l’École des Beaux-Arts de Paris et de la Société française de photographie.Trois parties illustrent les caractéristiques de l’entreprise des Nadar, des années 1850 à la fin des années 1930.

Les Nadar par les Nadar

La première partie, « Les Nadar par les Nadar », fait la lumière sur l’histoire familiale en présentant une sélection des très nombreux portraits et autoportraits des trois photographes et de leur cercle
privé. Elle témoigne de leur implication personnelle dans l’atelier, leurs relations complexes et la manière dont ils utilisèrent leurs propres personnes pour promouvoir leurs ateliers et leur production.
Souvent mis en scène, travestis, scénarisés, ces portraits construisent une légende familiale qui va des prises de vues en studio dans les années 1850 jusqu’aux instantanés Kodak de Paul Nadar, et illustrent en filigrane l’histoire de la représentation photographique elle-même.

Art et industrie du portrait

La deuxième partie, « Art et industrie du portrait », est consacrée à l’héritage des Nadar dans ce domaine et inclura une sélection de portraits emblématiques des personnages les plus connus et les plus influents de leur époque. Elle met en évidence leurs approches différentes ainsi que l’évolution des techniques photographiques et du goût au cours d’un siècle. Elle comprend des chefs-d’œuvre du portrait photographique par Félix Nadar et Adrien Tournachon. Les relations d’amitié que Félix Nadar a pu entretenir avec Gustave Doré ou Baudelaire ont permis de produire des portraits très intimes. Les nombreux ateliers des Nadar à Paris, et même à Marseille, seront évoqués à travers des photographies permettant de voir les lieux et les coulisses des dispositifs de prises de vue.

Art et science

Enfin, la dernière partie de l’exposition, « Art et science », établit le lien des Nadar avec l’actualité de leur temps et la manière dont leur œuvre photographique s’est très souvent associée à des  découvertes scientifiques et techniques. Témoignent de cette implication les reportages photographiques d’Adrien Tournachon sur les races de bovins et de chevaux, ou sa collaboration avec le docteur Duchenne de Boulogne pour saisir le mécanisme de la physionomie humaine. Quant à Félix Nadar, il s’est fait connaître durablement pour son utilisation pionnière de la photographie à la lumière artificielle : portraits nocturnes en studio, reportages dans les égouts et les catacombes de la capitale, photographies sous la mer dans des caissons étanches dans le port de Marseille. Il est également connu pour les premières photographies aériennes qui résultèrent de sa célèbre passion pour la navigation aérienne. Une projection sous forme de diaporama évoque par ailleurs le voyage au Turkestan de Paul Nadar en 1890, et la projection publique qu’il organisa lui-même à son retour.

Premier résultat de photographie aérostatique // Applications : Cadastre, Stratégie, etc // Cliché obtenu à l’altitude de 520 m par Nadar 1858″ : [photographie] / Nadar ; [agrandissement par Paul Nadar], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10539821c

Informations pratiques

Commissariat

  • Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la photographie des Hauts-de-France

Où et quand ?

Du 16 octobre 2018 au 3 février 2019
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Galerie 2
Quai François Mauriac, Paris XIIIe
Du mardi au samedi 10h à 19h
Dimanche 13h à 19h
Fermeture les lundis et jours fériés

Publication

Catalogue de l’exposition
23×30 cm, 352 pages, 250 illustrations environ
Éditions de la BnF

Dossier de presse

Gallica

Collections numérisées de Nadar : https://gallica.bnf.fr/conseils/content/nadar

Avec le soutien de

Logo Champagne Louis Roederer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Magiques Licornes (14/7 – 25/02/19)

Depuis le 14 juillet 2018, le musée de Cluny accueille le public dans un nouveau bâtiment situé à proximité immédiate du boulevard Saint-Michel. En guise d’exposition inaugurale, du 14 juillet 2018 au 25 février 2019, le musée de Cluny, musée national du Moyen Âge, propose Magiques licornes, autour des six tapisseries de La Dame à la licorne, chef d’œuvre du musée, qui en constituent le cœur. 

Le commissariat de l’exposition «Magiques Licornes » est assuré par Béatrice de Chancel-Bardelot, conservateur général au musée de Cluny. Autour de la tenture de La Dame à la licorne, de retour au musée après un prêt à l’Art Gallery of New South Wales de Sydney (Australie), des œuvres médiévales et contemporaines proviennent d’institutions prestigieuses comme la Bibliothèque nationale de France, la Cité internationale de la tapisserie d’Aubusson, le musée de la Chasse et de la Nature, le Fonds national d’art contemporain ou le Mobilier national.

Collections de la BnF

La majorité des manuscrits et des imprimés présentés proviennent de la BnF. Plusieurs départements ont été mis à contribution.

Manuscrits

Français 1877

Le Livre nommé Fleur de vertu, translaté d’italien en françoys, par FRANÇOYS DE ROHAN, archevesque de Lion, primat de France et evesque d’Angiers ».

« Le Verger de doctrine ».

Français 6448

Saint Antoine (Antonius Eremita) et les attributs de la licorne et du lion.
Ill. du livre de Jacques de Voragine
“La Légende dorée”, traduit par Jean de Vignay ; exemplaire aux armes de Jean du Mas, seigneur de l’Isle, conseiller et chambellan du Roi (mort en 1495) .
Ms. français 6448, fol. 45 v°,

Français 12247

François Demoulins , Traité des vertus cardinales

François Demoulins, Traité des vertus cardinales, peint par Guillaume II Leroy

Français 12562

Roman de la Dame à la licorne, suivi de Floire et Blanchefleur.

Français 24461

Recueil de dessins ou cartons, avec devises, destinés à servir de modèles pour tapisseries ou pour peintures sur verre.

Recueil de dessins ou cartons, avec devises, destinés à servir de modèles pour tapisseries ou pour peintures sur verre.

Italien 545

I Trionfi del Petrarca.

Estampes et photographie

Le département des Estampes et de la photographie a prêté le fol. 15 de RESERVE PC-18-FOL : [Pièce de tapisserie sur laquelle est représentée une dame en hennin assise dans un parterre]

[Pièce de tapisserie sur laquelle est représentée une dame en hennin assise dans un parterre] : [dessin]

Réserve des livres rares

RES P-D-180

Guido de Monterocherio (13..-13..), Manipulus curatorum, Rouen : Martin Morin pour Jean Richard, 16 IX 1496.

RES-O2F-20 (ALPHA)

Die Heylighe Bevarden tot dat heylighe grafft in Iherusalem , door Bernhardt van Breydenbach

Breydenbach, Bernhard von (1440?-1497), Die Heylighe Bevarden tot dat heylighe grafft in Iherusalem[Mainz] : Ghedruct doir meister Eerhaert Rewich van Utrecht in die stadt van Mentz, 1488.

VELINS-1633

Heures à l’usaige de Paris toutes au long sans rien requerir avec les heures Saincte Geneviève et la commémoration St Marcel et St Germain

Heures à l’usaige de Paris toutes au long sans rien requerir avec les heures Saincte Geneviève et la commémoration St Marcel et St Germain, Paris : Thielman Kerver pour : Guillaume Eustace, 20 VI 1500.

SMITH-LESOUËF R-160

Colonna, Francesco (1433?-1527), Hypnerotomachia Poliphili (F. Columnae, edente L. Crasso), Venezia : Aldo Manuzio pour Leonardo Grassi, XII 1499.

Arts du spectacle

Le département des Arts du spectacle a prêté une photographie de Liane Daydé prise par Serge Lido] cotée : [4-PHO-29 (50).

Le reportage complet est visible dans Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531403985/f1.planchecontact

Littérature et art

Le département Littérature et art présente plusieurs imprimés : 8-Y2-6 (1636), un volume du Magasin pittoresque (Z-4679) et un autre de L’Illustration (FOL-LC2-1549, vol. IX, 227, samedi 5 juillet 1847, p. 276).

Sand, George, “Un coin de Berry et de la Marche”, L’Illustration, samedi 5 juillet 1847, vol. IX, 227, p. 276.

Évidémment, au-delà de ces manuscrits et imprimés, l’exposition donne à voir des objets d’art, tapisseries, etc.

Cuba, Johannes von (14..-1504?), Hortus sanitatis (Joanne de Cuba auctore), Mainz : Jacob Meydenbach, 23 VI 1491. Exemplaire de la BIU Santé

Aquamanile : Licorne, Vers 1400 © RMN-Grand Palais, musée de Cluny, G. Blot

Informations pratiques

28 rue Du Sommerard, 75005 Paris
Ouvert tous les jours, sauf le mardi,
de 9h15 à 17h45
Fermeture de la caisse à 17h15
Fermé les 25 décembre, 1er janvier.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Dans le Secret des œuvres d’art, musée Fabre (24/03-2/09/2018)

Depuis le 23 mars, le musée Fabre de Montpellier propose aux visiteurs une plongée dans l’exposition Dans le Secret des œuvres d’art qui présente cinq focus sur cinq « cas » d’œuvres ayant réagi à leur milieu (contraction ou rétraction, et parfois détérioration) : peinture sur bois, sur toile, dessins sur papier, sculpture en bronze et toile en matériaux contemporains, dont l’étude et la restauration se sont avérées complexes et passionnantes. Les propriétés des matériaux, les techniques de création, les nécessités en termes de conservation et de restauration, tous ces aspects fascinants sont révélés au public, proposant un discours à la croisée de l’histoire, de la science, de l’artisanat et de l’art.

Toile de Claude Viallat

Claude Viallat est l’un des artistes vivants majeurs représenté dans les collections du musée Fabre.

Membre fondateur du groupe Supports/Surfaces, il est présent dans les collections du musée depuis 1982 avec l’achat d’une grande toile auprès d’Amnesty International. Le fonds a dès lors été complété par des achats et des dons de l’artiste, dans l’objectif de retracer la carrière de Claude Viallat et de compléter l’ensemble spécifique au mouvement Supports/Surfaces.

Il constitue aujourd’hui un fonds de référence avec ceux du Musée national d’art moderne et du musée d’art moderne de Saint-Étienne.

En 2015, la collection a été enrichie d’un don d’une vingtaine d’œuvres. La complexité des matériaux éclectiques et industriels choisis par l’artiste ont généré des dégradations pouvant mettre en péril l’intégrité de certaines d’entre elles. Les matériaux recensés dans ces œuvres témoignent d’une variété posant des problèmes de conservation pérenne : bande de plâtre teinte, cercle de bois, cercle de barrique, corde teintée, nappe et tissu imprimés, tente militaire, poulie.

Dans l’exposition, une œuvre de format monumental peinte recto/verso et souffrant d’un processus de perte de matière évolutif est présentée : Sans titre (1993), soit une toile composée de deux toiles de store brun-rouge peintes à la peinture acrylique industrielle au recto et au verso, mesurant 355 x 368 cm. Une étude approfondie a été réalisée par le restaurateur afin de trouver la méthodologie la plus adaptée pour résoudre une problématique bien précise : la perte d’adhérence de la couche picturale.

La toile monumentale de Claude Viallat a été restaurée en collaboration avec le Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP) de Marseille.

Rôle de la BnF

Dans le cadre d’une convention avec le Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP) de Marseille, le laboratoire scientifique de la BnF a permis la réalisation de tests mécaniques préalables au choix de la méthode de restauration de la toile.

Réunion avec Claude Viallat au CICRP, 12/2016. Copyright : Carole Husson

Une batterie de test de vieillissement artificiel ainsi que de traction a été réalisée sur des éprouvettes reprenant des matériaux proches de ceux utilisés par l’artiste, récupérés auprès de fabricants marseillais de stores. Ces tests ont pour objectif d’anticiper le vieillissement futur de matériaux contemporains dont on ignore le devenir. L’objectif poursuivi consistait à choisir un adhésif adapté à la peinture acrylique et à la toile de store non préparée au départ par le peintre, sachant que la toile subit des tensions et tractions en raison de sa présentation en suspension dans l’espace (sans cadre, ni support ni marouflage), de sorte à en apprécier les deux faces. Bien entendu, l’adhésif choisi doit respecter les règles de la conservation préventive : être performant, stable dans le temps et réversible.

Quatre adhésifs ont fait l’objet d’analyses de vieillissement et de traction en laboratoire avant des essais sur une partie de l’œuvre avec l’adhésif retenu. Les adhésifs devaient être compatibles avec l’acrylique, éviter le risque d’infiltration pour ne pas dégrader ni le support ni la peinture, garantir une certaine adhérence et une résistance mécanique à la tractions. Pour ce faire, Eleonora Pellizzi1, du laboratoire scientifique de la BnF, et Alain Colombini, ingénieur au CICRP, ont suspendu des éprouvettes encollées et lestées. Les éprouvettes ont fait l’objet d’étirement, bloquées dans les mâchoires d’un dynamomètre. Ces essais de tractions mécanique étaient focalisés sur deux paramètres significatifs : le module de tractions ou d’élasticité (module de Young) et l’allongement au maximum. Ils visaient à comparer les propriétés mécaniques des consolidants testés.

Eprouvettes étirées, bloquées dans les mâchoires du dynamomètre de la BnF.

Les analyses physico-chimiques menées sur les éprouvettes avant et après traitement de vieillissement artificiel ainsi qu’avant et après les essais mécaniques ont permis de constater l’absence de variation significative imputable à la thermo-oxydation et aux changements physiques (tractions / relâchements).

Au final, l’adhésif retenu qui correspond le plus aux critères définis (élasticité, vieillissement, etc.) est la colle d’esturgeon.

Après les analyses menées à la BnF, le CICRP a pu mettre en œuvre un protocole de restauration appliqué par une conservatrice-restauratrice spécialisée dans les problématiques du textile.

L’exposition du musée Fabre vise à montrer au public les résultats de ces tests et d’expliquer le processus de dégradation comme de restauration des œuvres.

Pour en savoir plus

    • Présentation de l’exposition
    • Dossier pédagogique Dans le secret des oeuvres d’art
    • Livret de visite à destination des familles, Dans l’œil du restaurateur
    • Colodiet, Stanislas ; Colombin, Alain ; Husson, Carole, « Une toile monumentale de Claude Viallat : restaurer Suppotrs/surfaces » in Dans le secret des oeuvres d’art : campagnes de restauration au Musée Fabre : [exposition, Musée Fabre de Montpellier Méditerranée métropole, 24 mars-2 septembre 2018], Gand : Snoeck ; Montpellier : Musée Fabre, 2018, p. 83-95.
  1. Chargée d’études et de recherche en physique-chimie au laboratoire scientifique de la BnF, Bussy-Saint-Georges []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts