Archives par mot-clé : Estampes et photographie

VERSPERA s’enrichit d’estampes et dessins des collections de la Bibliothèque nationale de France

[Vûë et perspective du Château Royal de Versailles, du côté de l’Entrée] : [dessin, vue]

Le projet VERSPERA, numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime s’enrichit de quelque 560 estampes et dessins issus des collections de la Bibliothèque nationale de France. Des plans, coupes et élévations concernant le château, les jardins et la Ville de Versailles issus des fonds « Robert de Cotte » et « Topographie française » de la BnF ont été mis en ligne, donnant accès à plus de 820 nouvelles images exceptionnelles.

Le projet de recherche VERSPERA, financé par la Fondation des sciences du patrimoine, vise à rendre accessibles à tous les plans du domaine de Versailles sous l’Ancien Régime et à en restituer certains espaces grâce à la numérisation et à la modélisation 3D. Ce programme, porté par le Centre de recherche du château de Versailles en partenariat avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et le laboratoire ETIS (Équipes Traitement de l’Information et Systèmes, UMR8051, université de Cergy-Pontoise /ENSEA Cergy / CNRS) permet un accès facilité à une source patrimoniale d’exception pour la communauté internationale des chercheurs et du grand public.

Un corpus de documents est en effet progressivement mis en ligne depuis 2017 via la banque d’images du Centre de recherche du château de Versailles et sur les sites des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale de France pour leurs fonds respectifs. La richesse des collections de la BnF permet aujourd’hui d’enrichir le projet VERSPERA de pièces majeures.

Le corpus versé par la BnF est issu de deux fonds principaux : le fonds d’architecture dit « Robert de Cotte » et celui de la « Topographie française ». Robert de Cotte, architecte de Louis XIV et intendant des bâtiments du Roi, a beaucoup travaillé pour le château de Versailles à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe . La BnF conserve de très nombreux dessins pour ses projets concernant le château ou les jardins, qui viennent aujourd’hui enrichir le corpus VERSPERA. Le fonds « Robert de Cotte », qui, au delà du château de Versailles, regroupe des plans et dessins documentant 430 édifices français et étrangers, est entièrement numérisé et accessible sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF (gallica.bnf.fr). L’ensemble versé par la BnF dans le projet VERSPERA comprend également des dessins et estampes des XVIIe et XVIIIe siècles conservés dans les albums de la série de la Topographie française, consacrés au château et au parc de Versailles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Avis : programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie

L’Institut pour la photographie lance son second appel à candidatures pour son programme de soutien à la recherche et à la création sur la thématique « Photographie et culture visuelle des imaginaires ».

Argument

En tant que pourvoyeuse d’imageries allégoriques ou relevant de la mythification, la photographie est rapidement devenue un mode d’expression privilégié pour faire le lien entre le symbolique et le réel. Elle rend compte d’imaginaires collectifs ancrés dans les mythes ou croyances les plus anciens aux mondes les plus futuristes (rites, légendes, utopies, imagerie scientifique, imaginaires urbains, UFO, science-fiction, etc.).

Omniprésentes tant dans notre imagerie populaire que savante, ces représentations contribuent à notre conscience du temps présent ; certains s’interrogeant même sur leur participation à la construction sociale voire scientifique de la réalité.

Entre culture visuelle, anthropologie visuelle, sciences sociales, politique de l’actualité et histoire de l’art, on pourra appréhender la manière dont la photographie enclenche ou réactive des récits partagés, mais aussi comment elle exhume ou crée de toute part des imaginaires collectifs.

Les projets de recherche et de création devront tenir compte des différents aspects de la création des imaginaires collectifs :

  • les acteurs impliqués dans la production et la diffusion de ces imaginaires (éducation populaire, presse, sciences, photographes, artistes, etc.) ;
  • les sources (littérature, recherche scientifique, croyances, mythologies contemporaines…) ;
  • les supports et médias d’activation (livres, illustrés, cinéma, séries, jeux vidéo, réseaux sociaux… ).

Photographes, artistes, curateurs et chercheurs sont invités à répondre à cet appel en veillant à développer une approche originale autour du rôle de la photographie dans la construction des imaginaires collectifs.

Calendrier

  • 4 octobre 2019 : Date limite de dépôt des candidatures
  • Début décembre 2019 : Jury de sélection des lauréats
  • Janvier 2020 : Annonce publique des lauréats
  • Mars 2020 : Début du programme de soutien à la recherche et à la création

Pour en savoir plus

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

In memoriam Laure Beaumont-Maillet (1947-2016)

Laure Beaumont-Maillet (1947-2016)

Née le 4 mars 1947 à Clichy (Hauts-de-Seine), Laure Beaumont-Maillet a intégré l’Ecole nationale des Chartes en juin 1966 à un âge où généralement on entre à peine en classe préparatoire. À la précocité intellectuelle elle a d’emblée joint un esprit très brillant. À l’issue de sa scolarité en juin 1970, elle a soutenu une thèse consacrée au grand Couvent des Cordeliers de Paris, thèse qui a été signalée au ministre de l’Éducation nationale. Cet intérêt pour l’histoire de Paris lui a permis de lier une solide et durable amitié avec ses confrères Michel Fleury, Jean Dhérens et Jean-Marc Léri. D’août 1970 à septembre 1972, elle a été conservatrice à la Bibliothèque universitaire de Metz. Elle s’y est consacrée à constituer des collections et à installer cette bibliothèque dans ses nouveaux locaux de l’île du Saulcy. Durant cette même période, en 1971, elle a été diplômée de l’École pratique des Hautes Études (IVe section, Sciences philologiques et historiques). D’octobre 1972 à septembre 1978, elle a été conservatrice à la Bibliothèque municipale de Metz. Elle a participé à la construction et à l’aménagement de la nouvelle Bibliothèque-Médiathèque du Pontiffroy. Elle y a également organisé de nombreuses expositions, un de ses talents qui se confirmera par la suite, telles que l’Histoire de la reliure (mars 1977) ; Metz au XVIIIe siècle (avril-mai 1978) dans le cadre du 103e Congrès des Sociétés savantes ; Trésors de la Bibliothèque municipale de Metz (septembre-octobre 1978).

En octobre 1978, elle rejoint la Bibliothèque nationale et Paris qui demeurait sa ville de prédilection. Jusqu’en septembre 1982, elle est affectée au département des Estampes et de la photographie : elle y est responsable du dépôt légal de l’imagerie, chargée des études en vue de l’automatisation de la recherche documentaire et de l’établissement d’un schéma descriptif de l’estampe. C’est à cette époque que le département a réalisé un premier vidéodisque d’essai. Elle y fait la connaissance de Jacqueline Sanson qui demeurera une amie tout au long de leurs carrières au sein de la BnF.  

D’octobre 1982 à septembre 1983, elle est chargée de mission pour les relations extérieures auprès de l’Administrateur général de la Bibliothèque nationale, Alain Gourdon, tout en assurant la fonction de rédacteur en chef de la Revue de la Bibliothèque nationale. C’est une période cruciale pour la BnF qui passe de la tutelle de l’Education nationale à celle de la Culture et subit une réorganisation profonde de son organigramme. Laure Beaumont-Maillet gardera de cette étape de sa carrière une vision politique et stratégique de l’avenir de l’établissement qui est effectivement passé par bien des incertitudes durant plus d’une décennie.

La direction du département des Estampes et de la photographie s’étant trouvée vacante à la suite du départ de Michel Melot appelé à diriger la Bibliothèque publique d’information (BPI) du Centre Georges Pompidou, elle pose sa candidature et malgré son jeune âge, trente-six ans, elle est choisie pour diriger le département, responsabilité qu’elle conservera jusqu’à son départ en retraite en décembre 2006. Notons qu’elle est la vingt-deuxième à occuper cette responsabilité et la première femme. 

Les réalisations les plus marquantes à retenir de cette longue période de direction sont la mise en chantier et la réalisation en 1989, dans le cadre du Bicentenaire, d’un vidéodisque de 38 000 images illustrant la Révolution française à partir des collections du département ; c’est la plus importante banque d’images interactive réalisée à cette date.

D’énormes chantiers de microfilmage des collections ont été entrepris dans les années 1980/1990, pour la protection de fonds très consultés ou des fonds très précieux et une meilleure communication des séries documentaires.

Au chapitre des innovations, il faut également souligner l’informatisation des catalogues décrivant les livres et les œuvres conservées. Les premières mises en ligne des catalogues sur le site Web de la BnF datent de 2005/2006 et permettaient aux chercheurs la recherche à distance des cotes.

Laure Beaumont-Maillet s’est attachée, en s’appuyant sur la compétence d’une équipe d’une quinzaine de conservateurs, souvent parmi les meilleurs spécialistes mondiaux, à enrichir les collections du département en favorisant le dépôt légal de l’estampe, de l’affiche et de la photographie tout en développant les acquisitions, dons et legs par des choix judicieux dans tous les domaines. Parmi les enrichissements les plus remarquables figurent les grands noms de l’estampe (Callot, Nanteuil, Bonnard, Bresdin, Daumier, Degas, Gauguin, Renoir, Toulouse-Lautrec), de la photographie ancienne (Le Gray, Niépce, Girault de Prangey, Cuvelier). Les relations avec les artistes comme Apeloig, Hélion, Houtin, Desmazières, Saura, Tapies, Frélaut, Scully ou Dine ont permis des dons magnifiques aux collections du département. Il faut également citer les dations pour les fonds Vieillard et Rivière. Elle s’occupait personnellement des grands enrichissements, des dations appuyée par Jacqueline Sanson devenue directrice des collections de la BnF en 1998.

Sa curiosité et son intérêt pour l’image l’ont poussée à mettre en valeur non seulement les grands maîtres mais aussi l’imagerie, les affiches, les cartes postales, la documentation iconographique sous toutes ses formes.

Spécialiste de l’histoire de Paris, elle a beaucoup écrit sur la capitale française (Sainte-Geneviève, Paris inconnu, L’Eau à Paris…) et sur les collections du département. Elle fut elle-même commissaire de nombreuses expositions de la BnF en France et à l’étranger.

Sa bibliographie peut paraître d’un éclectisme suspect aux spécialistes sourcilleux mais les méthodes de travail enseignées à l’Ecole nationale des Chartes lui ont permis de fait de traiter avec brio de nombreux thèmes au fil des sollicitations professionnelles. Son amour de la recherche et de la mise en valeur du patrimoine national l’aura accompagné jusqu’ à son dernier souffle.

Publiant beaucoup et en donnant ainsi l’exemple comme ses prédécesseurs Jean Adhémar et Michel Melot, elle a su maintenir haut et fort le goût chartiste pour la recherche et les  travaux académiques au sein de son département, notamment par la poursuite des inventaires des fonds sous forme imprimée ou en ligne. Fait assez peu commun pour être souligné, elle a toujours encouragé vivement les conservateurs travaillant sous sa direction à entreprendre des projets, publier, donner des cours et des conférences. Elle a toujours eu dans ce domaine une vision ouverte et généreuse loin de certaines mesquineries administratives à courte vue.

Parallèlement, Laure Beaumont-Maillet a été en 1987/1988, directrice d’études d’Histoire de Paris à l’Ecole pratique des Hautes Etudes (IVe Section). Mais elle a dû renoncer à cette activité complémentaire pour des raisons de santé dès mai 1988.

Elle a néanmoins encouragé les conservateurs du département à enseigner à l’université, à l’Ecole du Louvre, à l’Ecole nationale des chartes, à l’Institut national du patrimoine et également à l’Enssib.

En plus de ses activités au sein du département, Laure Beaumont-Maillet a été présidente du Comité national de la Gravure française de 1983 à 2006 et à ce titre directrice de la publication des Nouvelles de l’estampe, ainsi que présidente du Jury du Prix Nadar (organisé par l’association Gens d’Images) de 1983 à 2006, membre du Conseil d’administration du Centre national de la Photographie de 1983 à 2006, membre du Conseil d’administration de l’Association pour la Bibliothèque nationale des Arts de 1992 à 1995, membre de la Société nationale des Antiquaires de France depuis 1986, membre de la Commission du Vieux-Paris de 1987 à 2003.

Elle a également été présidente de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France de 1993 à 1997.

Membre du conseil d’administration de la Société des Amis de la Bibliothèque nationale depuis 1982, elle en a été le secrétaire général de 1982 à 1983 puis de 1988 à 1990.

Personnalité originale, rigoureuse, dotée d’un sens de l’humour décapant, son rayonnement intellectuel évident a été reconnu par ses pairs et la communauté professionnelle et universitaire. Elle n’hésitait pas à rompre le fer, à batailler pour défendre ses convictions, une éthique professionnelle exigeante, ses amis, ses collègues. Elle s’était  fait ainsi de solides ennemis et des amis plus solides encore.

On se souviendra ainsi qu’elle avait un grand cercle de fidèles autour d’elle : collègues de la BnF mais aussi du monde entier, historiens, historiens de l’art, chercheurs, professeurs, artistes, éditeurs, collectionneurs au premier rang desquels on peut citer Barthélemy Jobert, Adrien Goetz, Martine Kahane, Raymond-Josué Seckel, Françoise Denoyelle, Eric Hazan, Jean-Yves Sarazin, Monique Cohen pour n’en citer que quelques uns.

On se souviendra enfin du courage et encore une fois de l’élégance avec lesquels elle a supporté les graves et douloureuses maladies qui pendant de longues années lui ont rendu la vie très difficile.

Laure Beaumont-Maillet a pris sa retraite en décembre 2006. Elle s’est consacrée à des travaux concernant l’histoire de l’art et l’histoire de Paris.

Elle a une fille Clotilde Beaumont, née le 17 juillet 1980.

Sylvie Aubenas, conservatrice générale des bibliothèques, directrice du département des Estampes et de la photographie depuis 2007.

Bibliographie

Monographies, catalogues d’expositions

  • Le Grand couvent des Cordeliers de Paris : étude historique et archéologique du XIIIe siècle à nos jours, préf. de Michel Fleury. Paris, H. Champion, 1975 (Bibliothèque de l’École des hautes études, IVe Section, Sciences historiques et philologiques ; 325).
  • Sainte-Geneviève de Paris : la vie, le culte, l’art, en collaboration avec Dom Jacques Dubois, O.S.B., Paris, Beauchesne, 1982, 168 p., ill. Nouvelle édition revue et corrigée en 1985.
  • Paris inconnu. Collection Les Albums du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale ; 3, Paris, Albin Michel, 1984, 103 p., ill.
  • La Guerre des Sexes . Paris, Albin Michel, 1984, 111 p., ill.
  • Paris de la Préhistoire à nos jours, en collaboration avec Jean Dérens, Michel Fleury, Jean Tulard, Saint-Jean d’Angely, éd. Bordessoules, 1985,  707 p.
  • Note de synthèse à Monsieur l’administrateur général de la Bibliothèque nationale sur le vidéodisque Révolution française, Paris, Bibliothèque nationale, 1986, 27 f.
  • L’Estampe en France du XVIe au XIXe siècles, exposition Machida et Niigata, Japon, printemps-été 1987 ; BN, automne 1987.
  • Vie et histoire du Xe arrondissement. Paris, éd. Hervas, 1988, 160 p.
  • La Caricature française et la Révolution, 1789-1799, exposition (Los Angeles-New York, automne-hiver 1988-1989 ; BN, printemps 1989.
  • Le plan de Turgot, portrait de Paris à vol d’oiseau. Paris, Nouvelles éditions Tchou, 1989. 
  • Images de la Révolution française : catalogue du vidéodisque / coproduit par la Bibliothèque nationale et Pergamon press ; Laure Beaumont-Maillet, direction générale ; Denis Bruckmann, assisté de Marie-Claude Thompson, conception et coordination, Paris : Bibliothèque nationale, 1990,  3 vol.  
  • Voyage pittoresque et romantique à travers les villes de France,  oeuvres choisies et commentées par Laure Beaumont-Maillet, Le Temps de vivre, 1990.
  • L’Eau à Paris. Paris, Hazan, 1991, 261 p.
  • Adam et Eve de Dürer à Chagall (catalogue de l’exposition du Musée national du Message biblique Marc Chagall, à Nice, été 1992), Paris, RMN, 1992, 128 p. 
  • Les Lautrec de Lautrec, exposition Brisbane, été-automne 1991 ; Melbourne, automne-hiver 1992 ; Paris, BN, hiver-printemps 1992.
  • Le Florilège de Nassau-Idstein, par Johann Walter, 1604-1677, Paris, Anthèse, 1993. 
  • L’eau-forte en couleurs de Pissarro à Picasso, exposition New-Brunswick, automne 1992 ; Amsterdam, hiver 1993 ; BN, été 1993.
  • Paris (texte en japonais). Photographies de Shuji Ave, Tokyo, Takarajimasha Inc., 1994.
  • Garde-le toujours. Lettres et dessins des Enfants d’Izieu, 1943-1944, collection de Sabine Zlatin (en collaboration avec Anne Grynberg), Paris, Bibliothèque nationale de France – Association du Musée-Mémorial d’Izieu, 1994, 104 p.
  • D’après nature, Chefs d’œuvre de la peinture naturaliste en Alsace de 1450 à 1800. Strasbourg, Créamuse, 1994, 200 p.
  • Guide du Paris médiéval, Paris, Hazan, 1997, 200 p. 
  • La France au Grand Siècle. Chefs d’œuvre de la collection Gaignières, Arcueil, Anthèse/Paris, Bibliothèque nationale de France, 1997, 104 p. 
  • Souvenirs d’un voyage dans le Maroc / Eugène Delacroix ; éd. de LBM, Barthélémy Jobert et Sophie Join-Lambert. Paris, Gallimard, 1999. (Art et artistes). 
  • Ivan Theimer : oeuvres sur papier, exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, crypte, 24 septembre-27 octobre 2002, Collection : Cahiers d’une exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2002,  48 p. 
  • Dessins de la Renaissance : collection de la Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie, catalogue par LBM, Gisèle Lambert, Jocelyn Bouquillart,  exposition, Barcelone, Fundació Caixa de Catalunya, 21 octobre 2003-18 janvier 2004, Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, galerie Mazarine, 24 février-4 avril 2004, Paris, Bibliothèque nationale de France ; Barcelone, Fundació Caixa Catalunya, 2003, 293 p.  
  • Capa connu et inconnu, sous la dir. de LBM, exposition, Paris, BnF, automne 2004, Martin Gropius Bau, Berlin, printemps 2005, Paris, BnF, 2004. 
  • La photographie humaniste, 1945-1968 : autour d’Izis, Boubat, Brassaï, Doisneau, Ronis,  sous la direction de LBM, Françoise Denoyelle et Dominique Versavel, exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, Site Richelieu, Galerie de photographie, 31 octobre 2006-28 janvier 2007, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2006. 
  • Sean Scully, 1945, Paris, Cercle d’art, 2006, 63 p.  
  • Albert Dubout, le fou dessinant, sous la dir. de LBM et et Jean-François Foucaud, exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, 4 juillet-3 septembre 2006, Paris, Bibliothèque nationale de France, Hoëbeke, 2006, 158 p. 
  • C. D. Friedrich, 1774-1840, Paris, Cercle d’art, 2007, 63 p.  
  • Saint-Séverin, une église, une paroisse, avec la collaboration de Marie-Laure Deschamps-Bourgeon, Paris, Lacurne, 2010, 331 p.

Préfaces et postfaces

  • Suite d’estampes de la Renaissance italienne dite « Tarots de Mantegna » ou Jeu du Gouvernement du Monde au Quattrocento, édition en fac-similé de cette suite de burins conservée à la Bibliothèque nationale…, Garches, éd. Arnaud Seydoux 1985.
  • Germaine Meyer-Noirel, L’Ex-Libris, histoire, art, techniques, Paris, Picard, 1989.
  • Dictionnaire des monuments de Paris, sous la direction de Jean Colson et Marie-Christine Lauroa, Paris, Hervas, 1992. Nouvelle édition revue et corrigée en 2003. 
  • Atget-Paris. Paris, Hazan, 1992, 788 p.
  • Féodor Hoffbauer, Paris à travers les âges, Paris, Inter-Livres, 1993.
  • Les Costumes grotesques de Nicolas de Larmessin, Paris, Bibliothèque de l’Image, 2002.
  • François Houtin  : catalogue raisonné 1973-2002, coordonné par Richard Reed Armstrong fine art ; préf. de Laure Beaumont-Maillet, Chicago ; Paris, Galerie Michèle Broutta, 2002.  Publ. à l’occasion de l’exposition “François Houtin, dessins, lavis, gravures et livres”, Paris, Galerie Michèle Broutta, 4 décembre 2002 au 1er février 2003.
  • Jardins anglo-chinois ou Détails de nouveaux jardins à la mode. Georges Louis Le Rouge ; en collab. avec la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Reprod. en fac-sim., Paris, Connaissances et mémoires, 2004,  33 p.-21 cahiers de pl.

Articles et contributions (sélection)

  • « Le Réfectoire du Grand Couvent des Cordeliers de Paris », dans Documents Archéologia, 1973, n° 3 (Paris, Foyer d’art au Moyen-âge), pp. 61-69, ill.
  • « Saint-Anne-la-Royale, église des Théatins de Paris », dans Commission du Vieux-Paris, procès-verbal de la séance du 11 juin 1979 (annexe au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris des 18-19 juillet 1979, pp. 10-23, ill.
  • « Dernières recherches relatives aux portails des Théatins quai Voltaire et 26 rue de Lille (7e) » dans Commission du Vieux-Paris, procès-verbal de la séance du 14 janvier 1980 (annexe au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris du 9 juillet 1980.
  • « Les Bains chinois », dans Commission du Vieux Paris, procès-verbal de la séance du 3 mars 1980 (annexe au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris des 23-24 juillet 1980), pp. 6-8, ill.
  • « L’iconographie de sainte Geneviève de Paris », dans Bulletin de la Société le Vieux-Papier, n° 287 (janvier 1983), pp. 17-22, ill.
  • « Le Patrimoine des Bibliothèques : mesures préventives à la Bibliothèque nationale », dans Rencontres internationales pour la protection du patrimoine culturel, premier colloque : Protection contre les déprédations et dégradations du fait de l’homme, Avignon, 13-15 novembre 1985, Avignon, 1986, pp. 16-25.
  • Le Vidéodisque « Images de la Révolution française » dans Revue de la Bibliothèque nationale, n° 32 (été 1989), pp. 54-61.
  • « Le Quatorze Juillet 1789 », dans La Révolution française et l’Europe, 1789-1799, tome II, L’Evénement révolutionnaire, Paris, catalogue de l’exposition du Grand-Palais, Paris, RMN, 1989, pp. 382-413.
  •  « Les dessins de tombeaux levés pour Gaignières dans les provinces de l’Ouest à la fin du XVIIe siècle » par Jean-Bernard de Vaivre, dans Pays de la Loire, 303, 1990.
  • « Le Porche de l’église Saint-Saturnin de Nogent-sur-Marne provient-il d’une église parisienne ? » dans Commission du Vieux-Paris. Procès-verbal de la séance du lundi 11 juin 1990 (Supplément au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris n°29 du vendredi 10 avril 1992), pp. 15-21.
  • « Un projet inédit de Visconti pour l’hôtel de Mademoiselle Mars », dans Louis Visconti, 1791-1853, Paris, Délégation à l’Action Artistique de la Ville de Paris, 1991, pp. 190-193.
  • « Le Département des Estampes et de la Photographie » dans Arts et Métiers du Livre, n° 171 (janvier-février 1992), pp. 6-14.
  • « La Gravure française du XVIe siècle », dans Arts et Métiers du Livre, n° 171 (janvier-février 1992), pp. 24-26.
  • « L’Image de la Lorraine dans les collections du Département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale » dans Yves Le Moigne (1935-1991) historien de la Lorraine, Metz, Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, 1992 (Les Cahiers lorrains, 1992, n° 3-4), pp. 465-474.
  • « Les collectionneurs au Département des Estampes », dans Nouvelles de l’Estampe, n° 132 (1993, n° 6), pp. 5-27.
  • « Un recueil de caricatures de lecteurs et de conservateurs du Département des estampes à la fin du XIXe siècle dans Mémoire pour demain, mélanges en l’honneur de Albert Ronsin, Gérard Thirion, Guy Vauce, Paris, Association des bibliothécaires français, 1995, pp. 203-234.
  • Passage du témoin : Cécile Reims & les graveurs du XVe au XXIe siècle, affinités électives,  textes de Cécile Reims et Laure Beaumont-Maillet,  exposition Issoudun, Musée de l’Hospice Saint-Roch, 25 février-28 mai 2012, Issoudun,  Établissement public de coopération culturelle, 2012, 87 p. Exposition organisée à l’occasion de la parution du catalogue raisonné de l’oeuvre gravé de Cécile Reims.  

Participation à des colloques, conférences (sélection)

  • La Question du dépôt légal. Tri, sélection, conservation. Quel patrimoine pour l’avenir ? Ouvrage collectif réunissant les actes de la table ronde organisée sous l’égide de l’Ecole nationale du Patrimoine les 23, 24 et 25 juin 1999, Centre des Monuments nationaux/Monum, éditions du Patrimoine, 2001, 237 p. (p.189-190)
  • Robert Capa et le photojournalisme : colloque du mardi 16 et du mercredi 17 novembre 2004 / Laure Beaumont-Maillet, Richard Whelan, Herbert Molderings…[et al.], aut. des textes ; Laure Beaumont-Maillet, Richard Whelan, Herbert Molderings … [et al.]
  • Et publications diverses, dans les Nouvelles de l’Estampe, le Bulletin de l’association des Bibliothécaires français, la Revue de la Bibliothèque nationale, etc.

Bibliographie

  • Numéro spécial « Laure Beaumont-Maillet », dans Nouvelles de l’estampe, décembre 2006-février 2007, n° 209-210.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition hors les murs : “Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle)”

Jan Rustem et Gottlieg Kisling, Cartes barbouillées, Vilnius, 1814-1815 (cat. 8) ; BnF, département des Estampes et de la photographie

Afin de mieux faire connaître ses trésors, la BnF ouvre ses collections à des musées ou des bibliothèques partout en France. Dans le cadre de l’exposition « Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle) », elle présente une sélection de pièces issues du département des Estampes et de la photographie qui conserve une collection de cartes exceptionnelles assemblée depuis plus de trois siècles.

Les cartes à jouer dans les collections de la BnF

Fort de trois mille suites de cartes à jouer, le département des Estampes et de la photographie de la BnF conserve une collection de cartes exceptionnelle par la diversité et la rareté de ses pièces, assemblée patiemment depuis plus de trois siècles.

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Fabuleuses cartes à jouer ! Le monde en miniature, aux Éditions de la BnF, un florilège de cartes occidentales du XVe au XXe siècle est présenté au sein de l’exposition permanente du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux. Ces fonds, issus de dons et d’achats de jeux appartenant à de grands collectionneurs (Michel de Marolles et Roger de Gaignières au XVIIe siècle, Romain Merlin au XIXe, Georges et Paul Marteau, Henry d’Allemagne au XXe siècle), complétés par des acquisitions variées du département depuis le XIXe siècle, comportent des exemplaires des plus rares et précieux tout en offrant un panorama unique des techniques de fabrication des cartes et de leurs usages à travers les siècles.

Fabuleuses cartes à jouer de la BnF exposées au Musée Français de la Carte à Jouer

Une sélection de pièces issues de douze jeux différents, insérée dans le parcours des collections permanentes du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux, instaure un jeu de regards croisés entre les deux collections, qui souligne la richesse respective des deux institutions.

De rarissimes tous premiers burins allemands du maître des cartes à jouer, vers 1440, qui rattachent les cartes aux origines de l’estampe, ainsi qu’un somptueux tarot italien enluminé du XVe siècle sont ainsi mis en lumière.

Des planches non découpées ont permis de sauvegarder d’exceptionnels jeux français, lyonnais du XVe siècle.

L’Italie du XVIIIe siècle est représentée à travers un jeu peint au portrait vénitien et un délicat ensemble de cartes florentines imprimées sur soie et rehaussées de couleurs. L’inventivité du XIXe siècle transparaît dans des cartes lituaniennes dites « barbouillées », un jeu de tarot allemand sur le thème populaire du « monde renversé », un jeu russe de fantaisie, ou les premières cartes photographiques parisiennes représentant des artistes des grands théâtres. N’oublions pas aussi que de célèbres artistes ont travaillé pour l’univers de la carte à jouer, en témoignent les dessins de Jacques-Louis David en 1808 pour l’Imprimerie impériale ou ceux de Sonia Delaunay en 1959 à la demande du musée des cartes à jouer de Bielefeld (Allemagne).

Cette sélection de trésors de papier appartenant aux fonds de la BnF, présentée au cœur même des collections permanentes, dans une scénographie spécialement créée pour l’occasion par Pascal Rodriguez, permet d’inaugurer un nouveau parcours chronologique, qui se superpose au parcours thématique traditionnel du musée. Les cartes les plus précieuses du musée, telle la carte du Chariot, provenant d’un tarot enluminé italien attribué à l’École de Ferrare, produite dans le contexte somptuaire de la cour des Este vers 1450, ou encore la planche de tête au « portrait de Paris » des Guyon Guymier (XVIe s.) seront mises en valeur à la lumière de cette présentation croisée.

C’est le legs de Louis Chardonneret, archiviste au Monde illustré et collectionneur, qui fut à l’origine de cette collection. Elle comprenait alors une centaine de suites de cartes à jouer dont la redécouverte dans les années 1980 orienta le musée vers une importante politique d’acquisition de ces ensembles, avec une volonté d’ouverture vers les beaux-arts et la création contemporaine. Cette collection comprend aujourd’hui plus de 15 000 œuvres dont près de 9 000 jeux de cartes, planches et enveloppes de jeux, plus de 800 peintures, dessins et estampes, mais également de nombreux objets de jeu ainsi que des bois d’impression.

Dans les collections de la BnF

Chaque année, la BnF présente dans des établissements patrimoniaux une sélection d’œuvres issues de ses collections et fait partager ses richesses à un plus large public.

Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec des collections locales, le programme Dans les collections de la BnF vise à développer des partenariats scientifiques et pédagogiques avec d’autres institutions.

Organisation

Le commissariat de l’exposition est assuré par :

  • Gwenael Beuchet, attaché de conservation, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Charlotte Guinois, conservatrice du patrimoine, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Vanessa Selbac, conservatrice, chef du service de la Réserve, département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le musée, la recherche et la valorisation, direction des Collections, BnF

Informations pratiques

  • Musée Français de la Carte à Jouer
  • 16 Rue Auguste Gervais, 92130 Issy-les-Moulineaux
  • Jours et heures d’ouverture :
  • Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h
  • Samedi et dimanche : de 14h à 18h
  • Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h
  • Août : fermé

Fermé les jours fériés et en août
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : “Antonio Seguí”

Antonio Seguí, Señor y perro, 1991. BnF, Estampes et photographie. © Antonio Seguí, ADAGP, Paris, 2019. 

Artiste argentin installé en France depuis plus de 50 ans, Antonio Seguí (né en 1934) est à l’origine d’une œuvre figurative qui fait vivre un monde coloré et graphique, sur fond d’agitation urbaine. À travers un personnage récurrent coiffé d’un chapeau, archétype de l’homme anonyme, qu’il met en scène seul ou perdu dans la ville et qu’il confronte à des situations tragiques ou cocasses, le peintre tend à réduire l’homme à son comportement social. À la suite de la donation effectuée par Antonio Seguí qui a permis d’enrichir les collections du département des Estampes et de la photographie ainsi que de la Réserve des livres rares, la BnF expose en galerie des donateurs une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, qui vont permettre de (re) découvrir l’univers de cet artiste singulier.

L’exposition rassemble une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, de l’artiste argentin. Antonio Segui a trouvé dans l’estampe une pratique complémentaire au dessin et à la peinture. Il a fait don à la BnF de plus de 500 pièces (estampes, portfolios, livres illustrés) conservées au département des Estampes et de la photographie ainsi qu’à la Réserve des livres rares.

Commissaire de l’exposition : Céline Chicha-Castex, département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • Bibliothèque François-Mitterrand, Quai François Mauriac,
    75706 Paris Cedex 13
  • Galerie des donateurs
  • 14 mai – 25 août 2019
  • Exposition en entrée libre (gratuit)
  • Ouvert tous les jours sauf le lundi
  • Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :10h – 19h
  • Dimanche : 13h- 19h

Ressources

Portrait d’Antonio Seguí, 2019 © Béatrice Lucchese / BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le mariage sous l’Ancien Régime

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche portant sur des collections de la bibliothèque.

Titre

Le mariage sous l’Ancien Régime

Pays

Canada

Auteur(s)

Description

URL

https://mariage.uvic.ca

À noter

  • L’outil donne accès à des estampes de la BnF  : https://mariage.uvic.ca/toc_gravure.html
  • Chaque image fait l’objet d’une indexation originale car encore rare dans les humanités numériques puisqu’elles ont été balisées en XML-TEI à l’aide du logiciel Image Markup Tool. Des mots-clefs ont été ajoutés par zones de l’image, ainsi qu’une transcription de la lettre et une restitution en français moderne.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

VERSPERA : de la numérisation à la modélisation des plans de Versailles de l’Ancien

Reconstitution de la petite galerie de Mignard extraite du film réalisé par les étudiants de la licence professionnelle « Métiers du numérique – Patrimoine, visualisation et modélisation 3D » de l’université de Cergy- Pontoise, encadrés par Nicolas Priniotakis et Michel Jordan.

La prochaine séance des Lundis numériques de l’Institut national d’histoire de l’art sera consacrée à la présentation du projet :
VERSPERA : de la numérisation à la modélisation des plans de Versailles de l’Ancien

Le projet de recherche VERSPERA, dirigé par le Centre de recherche du château de Versailles et porté par la Fondation des Sciences du Patrimoine, vise à rendre publics les plans du domaine de Versailles sous l’Ancien Régime conservés aux Archives nationales (Paris), à la Bibliothèque nationale de France et à l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles et à en restituer certains espaces grâce à la modélisation 3D élaborée par le laboratoire Équipes Traitement de l’Information et Systèmes de l’université de Cergy-Pontoise (ETIS).

Ce projet répond à trois objectifs : préserver des fonds fragiles et difficilement accessibles, en faciliter l’accès via Internet à la communauté internationale scientifique interdisciplinaire et permettre, grâce à la modélisation, une réflexion sur l’utilisation qui pouvait être faite d’une résidence royale à l’époque moderne.

Intervenants

  • Corinne Le Bitouzé (BnF)
  • Michel Jordan (université Paris-Seine, université de Cergy-Pontoise, ENSEA, CNRS)
  • Pierre Jugie (Archives nationales)
  • Mathieu da Vinha (Centre de recherche du château de Versailles, chef du projet VERSPERA)

Informations pratiques

  • 11 mars 2019 – 18h-20h
  • Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • Institut national d’histoire de l’art
  • 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Entrée libre
Plateau de prise de vue mis en place pour les plans de très grand format, avec un appareillage prototype.

À propos des Lundis numériques

L’Institut national de l’histoire de l’art effectue depuis plusieurs années une veille active dans le domaine des humanités numériques avec un accent porté sur ce qui touche au domaine visuel. De nombreux contacts et échanges sont régulièrement établis entre les différentes composantes de l’établissement et diverses équipes sur des problématiques et des projets concernant les enjeux, les représentations, les aspects techniques ou les questions juridiques liées à l’histoire de l’art et à l’image.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d ‘étude : « Les Nadar, une légende photographique » (2/2/19)


Paul Nadar, Joséphine Baker, vers 1930, BnF, département des Estampes et de la photographie

Programme

Matinée 

10h Introduction 
par Antoine Compagnon, (sous réserve)

10h30 Mon itinéraire Nadar
par Roger Greaves, écrivain, journaliste, éditeur et premier biographe de Nadar 

11h La Bohème de Félix Nadar,
par Jean-Didier Wagneur, ancien coordinateur scientifique de la numérisation (BnF) et chercheur au sein du CSLF (Centre des Sciences des Littératures en langue Française) Université Paris Nanterre 

11h30 Nadar et l’authenticité photographique, ou l’héritage de Quand j’étais photographe
par Paul-Louis Roubert, maître de conférences à l’université de Paris VIII

12h Nadar et les cultures visuelles
par Bernd Stiegler, professeur d’histoire de la littérature à l’université de Constance (All)

12h30 Discussion

Après midi 

14h30 La conférence de Paul Nadar
par Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la Photographie de Lille et co-commissaire de l’exposition Nadar

15h Une ressource méconnue, les fonds Nadar conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris et au musée Carnavalet
Par Juliette Jestaz, conservatrice des manuscrits, livres rares et cartes et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris

15h30 Les Nadar, une histoire sans fin ? Perspectives de la recherche sur les Nadar
par Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF et co-commissaire de l’exposition Nadar

16h Paul Nadar cinéaste amateur, présentation d’une œuvre méconnue 
par Laurent Mannoni, directeur scientifique du Patrimoine et du Conservatoire des techniques à la Cinémathèque française

16h30 Discussion

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archives numériques de la Révolution française

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources de référence, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Archives numériques de la Révolution française = French Revolution Digital Archive

Pays

Etas-Unis

Langue(s)

Français et anglais. Le site est bilingue. Si les entrées des Archives parlementaires ont été traduites en anglais, les articles restent en français.

Auteur(s)

  • Stanford University Libraries
  • Bibliothèque nationale de France
  • Pilote du projet : Sarah Sussman

Description

Les Archives numériques de la Révolution française (ANRF) réunissent deux sources fondamentales pour la recherche : les Archives parlementaires (AP) et les Images de la Révolution française, large ensemble iconographique issu des collections de la Bibliothèque nationale de France. Ces deux corpus constituaient les Archives de la Révolution française, vaste ensemble documentaire rassemblé par la BnF et Pergamon Press à l’occasion du bicentenaire de la Révolution en 1989. Les AP y étaient accessibles en microfilm et les Images sur vidéodisque.

Les Archives parlementaires sont un recueil, au jour le jour, des débats et discussions qui ont eu lieu au sein des trois organes parlementaires exerçant le pouvoir législatif en France entre 1789 et 1794. 
Dans les AP, les noms d’orateurs, les dates, ainsi que les termes figurant dans les index publiés des AP, ont tous été marqués dans le texte, renforçant ainsi considérablement les capacités d’exploration de ce corpus. 

Les images sélectionnées pour les Archives numériques couvrent uniquement la période 1787-1799, des années précédant immédiatement le début de la Révolution jusqu’à l’apparition de Napoléon. Seule l’iconographie directement liée à la Révolution a été sélectionnée.

URL

URL : https://frda.stanford.edu/fr

À noter

Les deux collections des Images et des Archives parlementaires peuvent être exploitées séparément mais le site permet également d’effectuer des recherches croisées. 

  • Archives parlementaires : https://frda.stanford.edu/fr/ap : le site donne accès à la version numérisée et à la version textuelle (issue d’une océrisation), visible en vis-à-vis ;
  • Images de la Révolution française : https://frda.stanford.edu/fr/images : 14 000 documents, principalement des gravures du Département des Estampes et de la Photographie, mais également des illustrations, des médailles, des monnaies, ainsi que d’autres objets.
  • Chronologie de la Révolution : chacune des pages d’accueil (française et anglaise) propose une frise chronologique.
  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le Prix 2018 de l’Association de l’École du Louvre met en valeur l’estampe

Pour contribuer à donner aux travaux de recherche des élèves de l’Ecole du Louvre l’audience qu’ils méritent et aider à une première publication en histoire de l’art ou en archéologie, l’Association de l’École du Louvre encourage annuellement les jeunes chercheurs par la remise d’un prix annuel, au lauréat, élève ou ancien élève de l’Ecole du Louvre, âgé de moins de 30 ans.

Caroline Watson (British, London 1760/61–1814 London) Miranda (Shakespeare, The Tempest, Act 1, Scene 1), April 14, 1809 British, Stipple with etching; printed in reddish brown ink; Plate: 12 3/8 × 10 1/16 in. (31.4 × 25.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Rogers Frund, 1962 (62.602.675) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/431239

Pour la première fois, depuis que le prix a été créé en 20071, il honore un travail de recherche consacré à l’art de l’estampe puisqu’il a été remis ce 16 novembre 2018 à Camille Belvèze, pour son mémoire de master 2 de 2e cycle en histoire de l’art appliquée aux collections intitulé Mordues. Femmes aquafortistes britanniques (1838-1929)2.

En acceptant le prix, le lauréat s’engage à publier son travail dans la collection “Mémoires de recherche de l’Ecole du Louvre”. Si ce prix met à 
à l’honneur l’estampe, il conforte aussi l’importance de l’investissement du département des Estampes et de la photographie à l’Ecole du Louvre pour promouvoir la recherche sur l’estampe. Rappelons en effet que cette distinction honore indirectement l’enseignement assuré par Valérie Sueur-Hermel à l’Ecole du Louvre dont Camille Belvèze fut l’élève.

Valérie Sueur-Hermel assure les enseignements sur “lʼestampe romantique, de l’Ancien Régime au Second Empire” quand Caroline Vrand a en charge “l’estampe aux XVe et XVIe siècles.”

Au-delà de l’Ecole du Louvre, signalons aussi que le département assure – en la personne de Rémi Mathis – les cours sur l’histoire et les techniques de l’estampe aux futurs archivistes-paléographes de l’Ecole nationale des chartes.

Camille Belvèze avait eu l’occasion de rendre compte de son mémoire d’étude de 1ère année de 2e cycle : Horace Walpole et l’estampe (1717-1797). L’encre du gothique, sous la direction de Pascale Cugy et François-René Martin, dans les Nouvelles de l’estampe3.

  1. Cf. https://www.association-ecoledulouvre.fr/prix-de-lassociation []
  2. sous la direction de Pascale Cugy et Frédéric Ogée. Valérie Sueur-Hermel était la “personne-ressource” et membre du jury pour ce mémoire []
  3. Camille Belvèze, “L’estampe à Strawberry Hill”, Nouvelles de l’Estampe,  hiver 2017-18, n° 261, p. 70-79 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Voisinages de Lequeu : questions partagées et portraits croisés » (11/12/18)

Ce deuxième profil est bien plus ressemblant à Jns Jques Lequeu Jur Architecte. : [dessin] / Le reste par Lequeu

Dans le cadre de l’exposition qui se tient actuellement au Petit Palais un symposium est organisé par le Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris ; Arche, Université de Strasbourg ; Hicsa, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Larhra, Université Lumière, Lyon 2, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France

Programme

  • 9h45 Accueil
  • 10h Introduction, Sylvie Aubenas, directrice du Département des Estampes et de la Photographie, BnF et Christophe Leribault, directeur du Petit Palais
  • 10h20 Session 1. Décrypter Lequeu
    présidence par Corinne Le Bitouzé, BnF
  • 10h30 Martial Guédron, Université de Strasbourg
    Savoirs physiognomoniques et parodie analytique: autour de la « Nouvelle méthode » de Jean-Jacques Lequeu
  • 11h Marc Décimo, Université de Paris-Nanterre
    Jean-Jacques Lequeu est-il un «fou littéraire»?
  • 11h30 Gilbert Richaud, Larhra
    Pisé, bétons, ciments, mastics et congélations: les maçonneries et matières non conventionnelles dans l’ «Architecture civile de Lequeu»
  • 12h Elisa Boeri, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    «de la chaux mêlée avec du sucre et du lait », la curieuse cuisine architecturale de Jean-Jacques Lequeu et Marie-Antoine Carême
  • 12h30 Pause déjeuner
  • 14h30 Session 2. Figures parallèles
    présidence par Antoine Picon, Université d’Harvard
  • 14h40 Jean-Philippe Garric, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Jean Thomas Thibault (1757-1826), « laborieux, amant passionné du beau, ami zélé du bien, il a constamment mérité l’estime et l’admiration de tout le monde »
  • 15h10 Émilie d’Orgeix, École pratique des hautes études
    Antoine François Lomet (1759-1826), « homme du monde devenu philosophe »
  • 15h40 Valérie Nègre, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    Pierre Giraud (1744-1814), « il est facheux que les vues du citoyen Giraud soient peu compatibles avec nos mœurs»
  • 16h10 Laurent Baridon, Université Lumière Lyon 2
    François Cointeraux (1740-1830), « qui ne fut rien, pas même académicien »
  • 16h40 Conclusions par Antoine Picon – débat
  • Pot de clôture

Informations pratiques

  • Mercredi 19 décembre 2018, 9h45-17h30
  • PETIT PALAIS – Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
  • Avenue Winston-Churchill, Paris, 8e — Auditorium
  • M° Champs-Elysées-Clémenceau, Franklin-Roosevelt
  • Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Il tire la langue. : [dessin] / J.n J.que Le Queu delin.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmes

Le Petit Palais présente pour la première fois au public un ensemble inédit de 150 dessins de Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), artiste hors du commun. L’œuvre graphique de ce dessinateur méconnu est l’une des plus singulières de son temps. Elle témoigne, au-delà des premières étapes d’un parcours d’architecte, de la dérive solitaire et obsédante d’un artiste fascinant. Cette exposition est réalisée avec le concours de la Bibliothèque nationale de France qui conserve la quasi-totalité des dessins de l’artiste.

Jean-Jacques Lequeu, originaire d’une famille de menuisiers à Rouen, reçoit une formation de dessinateur technique. Très doué, il est recommandé par ses professeurs et trouve rapidement sa place auprès d’architectes parisiens dont le grand Soufflot. Celui-ci, occupé par le chantier de l’église Sainte Geneviève (actuel Panthéon), le prend sous son aile. Mais Soufflot meurt en 1780. Dix ans plus tard, les bouleversements révolutionnaires font disparaître la riche clientèle que Lequeu avait eu tant de difficultés à trouver. Désormais, employé de bureau au Cadastre, il tente en vain de remporter des concours d’architecture. Seulement, il doit se résigner à dessiner des monuments et des fabriques d’autant plus étonnants que l’artiste, pressentant que ces constructions ne sortiront jamais de terre, se libère des contraintes techniques.

Le parcours thématique de l’exposition retrace cette trajectoire atypique et aborde les différentes facettes de son œuvre. L’exposition ouvre sur une série de portraits, genre très en vogue au XVIIIe siècle. Lequeu se portraiture à de nombreuses reprises et réalise des têtes d’expression témoignant de sa recherche sur le tempérament et les émotions des individus. En parallèle, il continue de proposer des projets d’architecture qui n’aboutissent pas ou sont inter-rompus. Alors, fort de l’outil précis et technique, de l’épure géométrique et du lavis, Lequeu, à défaut de réaliser des projets, décrit scrupuleusement des édifices peuplant des paysages d’invention. Ce voyage initiatique au sein d’un parc imaginaire, qu’il accomplit sans sortir de son atelier, est nourri de figures et de récits tirés de ses lecture d’autodidacte tel Le Songe de Poliphile. Il conduit ainsi le visiteur de temples en buissons, de grottes factices en palais, de kiosques en souterrains labyrinthiques. L’exposition se termine sur une série de dessins érotiques oscillant entre idéalisation héritée de la statuaire antique et naturalisme anatomique.

Ainsi pour Lequeu, il s’agit de tout voir et tout décrire, avec systématisme, de l’animal à l’organique, du fantasme et du sexe cru à l’autoportrait, et par-delà de mener une véritable quête pour mieux se connaître lui-même. En 1825, six mois avant de disparaître dans le dénuement et l’oubli, il donne à la Bibliothèque royale l’ensemble de ses feuilles livrant l’une des œuvres les plus complexes et curieuses de cette période. Au XXe siècle, des recherches ont permis de redécouvrir peu à peu l’artiste, mettant en lumière ses dessins les plus déconcertants mais jamais une rétrospective n’avait été organisée sur ce génie si singulier

Commissariat

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général, adjointe au directeur du département des estampes et de la photographie de la BnF
  • Laurent Baridon, professeur à l’université de Lyon II
  • Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Martial Guédron, professeur à l’université de Strasbourg
  • Christophe Leribault, directeur du Petit Palais avec le concours de Joëlle Raineau, collaboratrice scientifique.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Avis : programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie

La Bibliothèque nationale de France entend promouvoir la formation à la recherche par la recherche, raison pour laquelle tous les ans elle lance un appel à chercheurs incluant une bourse de recherche pour la photographie. Cette dernière bénéficie du soutien de la Fondation Louis Roederer.

Acteur de la recherche en histoire de la photographie comme de la jeune création, avec l’exposition annuelle des photographies lauréates de la Bourse du Talent ou la collaboration au prix Nadar des Gens d’images, la BnF signale l’appel lancé par l’Institut pour la photographie des Hauts de France.

Argument

L’Institut pour la photographie lance la première édition de son programme de soutien à la recherche et à la création sur la thématique « La photographie, objet de diffusion ».

Le programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie vise à développer et à croiser des approches diverses autour de la photographie – histoire de la photographie, anthropologie des images, études visuelles et  recherche en arts plastiques.

L’appel à candidature est ouvert aux doctorants, chercheurs universitaires ou indépendants, commissaires d’expositions et artistes quel que soit leur âge ou leur nationalité proposant un projet inédit – publication, exposition ou production d’œuvres – ouvrant de nouvelles perspectives sur la thématique annoncée. L’Institut pour la photographie octroie quatre bourses annuelles de 15.000 euros pour le temps de la recherche, de la création et de la finalisation des projets sélectionnés. L’organisation de colloques, workshops et évènements permettra d’enrichir ces échanges au cours de l’année avant la présentation des travaux finalisés lors d’une rencontre publique organisée par l’Institut pour la photographie.

Candidatures

Thème retenu pour cette première édition : « La photographie, objet de diffusion ».

En réponse à cet appel, les candidats veilleront à développer une approche singulière, qu’elle soit sous la forme d’une recherche théorique ou plastique, ou d’une proposition d’exposition.

Les langues officielles des candidatures du programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie sont le français et l’anglais.

Les dossiers de candidatures doivent être transmis uniquement par voie numérique via le site de l’Institut : https://www.institut-photo.com/dossier-de-candidature/

Calendrier

  • 18 octobre 2018 : Appel à candidature avec la thématique annoncée
  • 30 novembre 2018 : Date limite de dépôt des candidatures
  • mi-décembre 2018 : Jury de sélection des lauréats
  • Janvier 2019 : Annonce publique des lauréats
  • Janvier 2020 : Présentation publique des travaux finalisés

Toutes les informations sur le site de l’Institut pour la photographie : https://www.institut-photo.com/presentation-bourses/

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Murs de papier. L’atelier du papier peint (1798-1805)

Cet ouvrage des éditions de la BnF invite à découvrir une histoire haute en couleur qui s’écrit sur les murs des intérieurs bourgeois à la fin du XVIIIe siècle, à l’heure où le papier peint s’impose comme un objet de décoration à la mode, grâce à la grande variété de ses motifs.

Couverture de Murs de papier. L’atelier du papier peint (1798-1805)

Argument

L’ introduction revient sur les raisons de ce succès, lié à la naissance de la société de consommation et à l’évolution des conditions d’habitat : facile d’utilisation, porté par un milieu manufacturier en pleine expansion qui n’hésite pas à recourir à la publicité, le papier peint a su capter les envies de confort et de nouveauté de la société d’alors et séduire tant par son univers visuel et coloré que par l’imagination des dessinateurs et l’habileté des imprimeurs. Aujourd’hui encore, il continue d’inspirer les créateurs et décorateurs contemporains.L’ouvrage se présente sous la forme d’un répertoire de motifs dans le but de révéler pleinement cette créativité qui joue sur différents registres : les papiers en arabesque ; les motifs architecturaux ; le monde végétal ; les animaux et les fruits ; l’imitation des matériaux ; les motifs géométriques ; le modèle antique ; les scènes de genre ; l’imitation du textile. Le lecteur se trouve ainsi plongé dans un univers de formes et d’associations de couleurs parfois surprenantes, voire tout à fait inattendues.Tous les échantillons présentés proviennent de la collection de la Bibliothèque nationale de France, constituée entre 1798 et 1805, à la faveur de la législation révolutionnaire qui invitait les manufacturiers à y déposer leurs créations pour se protéger de la contrefaçon.Des focus viennent éclairer de manière plus précise certains aspects comme la fabrication des papiers peints, le monde de la boutique, la question épineuse de la propriété intellectuelle, ou encore le contexte révolutionnaire.

Auteurs

  • Ancienne élève de l’École normale supérieure, Christine Velut est docteur en histoire moderne de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Daniel Roche, sur « La production, la commercialisation et les usages des papiers peints à Paris de 1750 à 1820 » (publiée par Monum, Éd. du patrimoine, en 2006). Dans le cadre de la préparation de sa thèse, elle a réalisé le catalogage de la collection de papiers peints du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France.
  • Vincent Darré est décorateur-designer. Après avoir travaillé dans le secteur de la mode, il se consacre à l’univers de la maison, entre inspirations baroques et obsessions dadaïstes.

Informations pratiques

  • Description : 220 pages, 150 illustrations, 23 x 33 cm, broché
  • Date de parution : 31 octobre 2018
  • ISBN / EAN :  978-2-7177-2776-0 / 9782717727760
  • Éditeur :  BnF Éditions
  • Prix : 39 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférences : « Trésors de Richelieu »

L’Institut national d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition de ce cycle, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de littérature, et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de l’INHA, de la BnF et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Responsables scientifiques

Continuer la lecture de Conférences : « Trésors de Richelieu »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts