Archives par mot-clé : Estampes et photographie

Le Prix 2018 de l’Association de l’École du Louvre met en valeur l’estampe

Pour contribuer à donner aux travaux de recherche des élèves de l’Ecole du Louvre l’audience qu’ils méritent et aider à une première publication en histoire de l’art ou en archéologie, l’Association de l’École du Louvre encourage annuellement les jeunes chercheurs par la remise d’un prix annuel, au lauréat, élève ou ancien élève de l’Ecole du Louvre, âgé de moins de 30 ans.

Caroline Watson (British, London 1760/61–1814 London) Miranda (Shakespeare, The Tempest, Act 1, Scene 1), April 14, 1809 British, Stipple with etching; printed in reddish brown ink; Plate: 12 3/8 × 10 1/16 in. (31.4 × 25.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Rogers Frund, 1962 (62.602.675) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/431239

Pour la première fois, depuis que le prix a été créé en 20071, il honore un travail de recherche consacré à l’art de l’estampe puisqu’il a été remis ce 16 novembre 2018 à Camille Belvèze, pour son mémoire de master 2 de 2e cycle en histoire de l’art appliquée aux collections intitulé Mordues. Femmes aquafortistes britanniques (1838-1929)2.

En acceptant le prix, le lauréat s’engage à publier son travail dans la collection « Mémoires de recherche de l’Ecole du Louvre ». Si ce prix met à 
à l’honneur l’estampe, il conforte aussi l’importance de l’investissement du département des Estampes et de la photographie à l’Ecole du Louvre pour promouvoir la recherche sur l’estampe. Rappelons en effet que cette distinction honore indirectement l’enseignement assuré par Valérie Sueur-Hermel à l’Ecole du Louvre dont Camille Belvèze fut l’élève.

Valérie Sueur-Hermel assure les enseignements sur « lʼestampe romantique, de l’Ancien Régime au Second Empire » quand Caroline Vrand a en charge « l’estampe aux XVe et XVIe siècles. »

Au-delà de l’Ecole du Louvre, signalons aussi que le département assure – en la personne de Rémi Mathis – les cours sur l’histoire et les techniques de l’estampe aux futurs archivistes-paléographes de l’Ecole nationale des chartes.

Camille Belvèze avait eu l’occasion de rendre compte de son mémoire d’étude de 1ère année de 2e cycle : Horace Walpole et l’estampe (1717-1797). L’encre du gothique, sous la direction de Pascale Cugy et François-René Martin, dans les Nouvelles de l’estampe3.

  1. Cf. https://www.association-ecoledulouvre.fr/prix-de-lassociation []
  2. sous la direction de Pascale Cugy et Frédéric Ogée. Valérie Sueur-Hermel était la « personne-ressource » et membre du jury pour ce mémoire []
  3. Camille Belvèze, « L’estampe à Strawberry Hill », Nouvelles de l’Estampe,  hiver 2017-18, n° 261, p. 70-79 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Voisinages de Lequeu : questions partagées et portraits croisés » (11/12/18)

Ce deuxième profil est bien plus ressemblant à Jns Jques Lequeu Jur Architecte. : [dessin] / Le reste par Lequeu

Dans le cadre de l’exposition qui se tient actuellement au Petit Palais un symposium est organisé par le Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris ; Arche, Université de Strasbourg ; Hicsa, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Larhra, Université Lumière, Lyon 2, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France

Programme

  • 9h45 Accueil
  • 10h Introduction, Sylvie Aubenas, directrice du Département des Estampes et de la Photographie, BnF et Christophe Leribault, directeur du Petit Palais
  • 10h20 Session 1. Décrypter Lequeu
    présidence par Corinne Le Bitouzé, BnF
  • 10h30 Martial Guédron, Université de Strasbourg
    Savoirs physiognomoniques et parodie analytique: autour de la « Nouvelle méthode » de Jean-Jacques Lequeu
  • 11h Marc Décimo, Université de Paris-Nanterre
    Jean-Jacques Lequeu est-il un «fou littéraire»?
  • 11h30 Gilbert Richaud, Larhra
    Pisé, bétons, ciments, mastics et congélations: les maçonneries et matières non conventionnelles dans l’ «Architecture civile de Lequeu»
  • 12h Elisa Boeri, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    «de la chaux mêlée avec du sucre et du lait », la curieuse cuisine architecturale de Jean-Jacques Lequeu et Marie-Antoine Carême
  • 12h30 Pause déjeuner
  • 14h30 Session 2. Figures parallèles
    présidence par Antoine Picon, Université d’Harvard
  • 14h40 Jean-Philippe Garric, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Jean Thomas Thibault (1757-1826), « laborieux, amant passionné du beau, ami zélé du bien, il a constamment mérité l’estime et l’admiration de tout le monde »
  • 15h10 Émilie d’Orgeix, École pratique des hautes études
    Antoine François Lomet (1759-1826), « homme du monde devenu philosophe »
  • 15h40 Valérie Nègre, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    Pierre Giraud (1744-1814), « il est facheux que les vues du citoyen Giraud soient peu compatibles avec nos mœurs»
  • 16h10 Laurent Baridon, Université Lumière Lyon 2
    François Cointeraux (1740-1830), « qui ne fut rien, pas même académicien »
  • 16h40 Conclusions par Antoine Picon – débat
  • Pot de clôture

Informations pratiques

  • Mercredi 19 décembre 2018, 9h45-17h30
  • PETIT PALAIS – Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
  • Avenue Winston-Churchill, Paris, 8e — Auditorium
  • M° Champs-Elysées-Clémenceau, Franklin-Roosevelt
  • Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Il tire la langue. : [dessin] / J.n J.que Le Queu delin.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmes

Le Petit Palais présente pour la première fois au public un ensemble inédit de 150 dessins de Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), artiste hors du commun. L’œuvre graphique de ce dessinateur méconnu est l’une des plus singulières de son temps. Elle témoigne, au-delà des premières étapes d’un parcours d’architecte, de la dérive solitaire et obsédante d’un artiste fascinant. Cette exposition est réalisée avec le concours de la Bibliothèque nationale de France qui conserve la quasi-totalité des dessins de l’artiste.

Jean-Jacques Lequeu, originaire d’une famille de menuisiers à Rouen, reçoit une formation de dessinateur technique. Très doué, il est recommandé par ses professeurs et trouve rapidement sa place auprès d’architectes parisiens dont le grand Soufflot. Celui-ci, occupé par le chantier de l’église Sainte Geneviève (actuel Panthéon), le prend sous son aile. Mais Soufflot meurt en 1780. Dix ans plus tard, les bouleversements révolutionnaires font disparaître la riche clientèle que Lequeu avait eu tant de difficultés à trouver. Désormais, employé de bureau au Cadastre, il tente en vain de remporter des concours d’architecture. Seulement, il doit se résigner à dessiner des monuments et des fabriques d’autant plus étonnants que l’artiste, pressentant que ces constructions ne sortiront jamais de terre, se libère des contraintes techniques.

Le parcours thématique de l’exposition retrace cette trajectoire atypique et aborde les différentes facettes de son œuvre. L’exposition ouvre sur une série de portraits, genre très en vogue au XVIIIe siècle. Lequeu se portraiture à de nombreuses reprises et réalise des têtes d’expression témoignant de sa recherche sur le tempérament et les émotions des individus. En parallèle, il continue de proposer des projets d’architecture qui n’aboutissent pas ou sont inter-rompus. Alors, fort de l’outil précis et technique, de l’épure géométrique et du lavis, Lequeu, à défaut de réaliser des projets, décrit scrupuleusement des édifices peuplant des paysages d’invention. Ce voyage initiatique au sein d’un parc imaginaire, qu’il accomplit sans sortir de son atelier, est nourri de figures et de récits tirés de ses lecture d’autodidacte tel Le Songe de Poliphile. Il conduit ainsi le visiteur de temples en buissons, de grottes factices en palais, de kiosques en souterrains labyrinthiques. L’exposition se termine sur une série de dessins érotiques oscillant entre idéalisation héritée de la statuaire antique et naturalisme anatomique.

Ainsi pour Lequeu, il s’agit de tout voir et tout décrire, avec systématisme, de l’animal à l’organique, du fantasme et du sexe cru à l’autoportrait, et par-delà de mener une véritable quête pour mieux se connaître lui-même. En 1825, six mois avant de disparaître dans le dénuement et l’oubli, il donne à la Bibliothèque royale l’ensemble de ses feuilles livrant l’une des œuvres les plus complexes et curieuses de cette période. Au XXe siècle, des recherches ont permis de redécouvrir peu à peu l’artiste, mettant en lumière ses dessins les plus déconcertants mais jamais une rétrospective n’avait été organisée sur ce génie si singulier

Commissariat

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général, adjointe au directeur du département des estampes et de la photographie de la BnF
  • Laurent Baridon, professeur à l’université de Lyon II
  • Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Martial Guédron, professeur à l’université de Strasbourg
  • Christophe Leribault, directeur du Petit Palais avec le concours de Joëlle Raineau, collaboratrice scientifique.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Avis : programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie

La Bibliothèque nationale de France entend promouvoir la formation à la recherche par la recherche, raison pour laquelle tous les ans elle lance un appel à chercheurs incluant une bourse de recherche pour la photographie. Cette dernière bénéficie du soutien de la Fondation Louis Roederer.

Acteur de la recherche en histoire de la photographie comme de la jeune création, avec l’exposition annuelle des photographies lauréates de la Bourse du Talent ou la collaboration au prix Nadar des Gens d’images, la BnF signale l’appel lancé par l’Institut pour la photographie des Hauts de France.

Argument

L’Institut pour la photographie lance la première édition de son programme de soutien à la recherche et à la création sur la thématique « La photographie, objet de diffusion ».

Le programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie vise à développer et à croiser des approches diverses autour de la photographie – histoire de la photographie, anthropologie des images, études visuelles et  recherche en arts plastiques.

L’appel à candidature est ouvert aux doctorants, chercheurs universitaires ou indépendants, commissaires d’expositions et artistes quel que soit leur âge ou leur nationalité proposant un projet inédit – publication, exposition ou production d’œuvres – ouvrant de nouvelles perspectives sur la thématique annoncée. L’Institut pour la photographie octroie quatre bourses annuelles de 15.000 euros pour le temps de la recherche, de la création et de la finalisation des projets sélectionnés. L’organisation de colloques, workshops et évènements permettra d’enrichir ces échanges au cours de l’année avant la présentation des travaux finalisés lors d’une rencontre publique organisée par l’Institut pour la photographie.

Candidatures

Thème retenu pour cette première édition : « La photographie, objet de diffusion ».

En réponse à cet appel, les candidats veilleront à développer une approche singulière, qu’elle soit sous la forme d’une recherche théorique ou plastique, ou d’une proposition d’exposition.

Les langues officielles des candidatures du programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie sont le français et l’anglais.

Les dossiers de candidatures doivent être transmis uniquement par voie numérique via le site de l’Institut : https://www.institut-photo.com/dossier-de-candidature/

Calendrier

  • 18 octobre 2018 : Appel à candidature avec la thématique annoncée
  • 30 novembre 2018 : Date limite de dépôt des candidatures
  • mi-décembre 2018 : Jury de sélection des lauréats
  • Janvier 2019 : Annonce publique des lauréats
  • Janvier 2020 : Présentation publique des travaux finalisés

Toutes les informations sur le site de l’Institut pour la photographie : https://www.institut-photo.com/presentation-bourses/

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Murs de papier. L’atelier du papier peint (1798-1805)

Cet ouvrage des éditions de la BnF invite à découvrir une histoire haute en couleur qui s’écrit sur les murs des intérieurs bourgeois à la fin du XVIIIe siècle, à l’heure où le papier peint s’impose comme un objet de décoration à la mode, grâce à la grande variété de ses motifs.

Couverture de Murs de papier. L’atelier du papier peint (1798-1805)

Argument

L’ introduction revient sur les raisons de ce succès, lié à la naissance de la société de consommation et à l’évolution des conditions d’habitat : facile d’utilisation, porté par un milieu manufacturier en pleine expansion qui n’hésite pas à recourir à la publicité, le papier peint a su capter les envies de confort et de nouveauté de la société d’alors et séduire tant par son univers visuel et coloré que par l’imagination des dessinateurs et l’habileté des imprimeurs. Aujourd’hui encore, il continue d’inspirer les créateurs et décorateurs contemporains.L’ouvrage se présente sous la forme d’un répertoire de motifs dans le but de révéler pleinement cette créativité qui joue sur différents registres : les papiers en arabesque ; les motifs architecturaux ; le monde végétal ; les animaux et les fruits ; l’imitation des matériaux ; les motifs géométriques ; le modèle antique ; les scènes de genre ; l’imitation du textile. Le lecteur se trouve ainsi plongé dans un univers de formes et d’associations de couleurs parfois surprenantes, voire tout à fait inattendues.Tous les échantillons présentés proviennent de la collection de la Bibliothèque nationale de France, constituée entre 1798 et 1805, à la faveur de la législation révolutionnaire qui invitait les manufacturiers à y déposer leurs créations pour se protéger de la contrefaçon.Des focus viennent éclairer de manière plus précise certains aspects comme la fabrication des papiers peints, le monde de la boutique, la question épineuse de la propriété intellectuelle, ou encore le contexte révolutionnaire.

Auteurs

  • Ancienne élève de l’École normale supérieure, Christine Velut est docteur en histoire moderne de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Daniel Roche, sur « La production, la commercialisation et les usages des papiers peints à Paris de 1750 à 1820 » (publiée par Monum, Éd. du patrimoine, en 2006). Dans le cadre de la préparation de sa thèse, elle a réalisé le catalogage de la collection de papiers peints du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France.
  • Vincent Darré est décorateur-designer. Après avoir travaillé dans le secteur de la mode, il se consacre à l’univers de la maison, entre inspirations baroques et obsessions dadaïstes.

Informations pratiques

  • Description : 220 pages, 150 illustrations, 23 x 33 cm, broché
  • Date de parution : 31 octobre 2018
  • ISBN / EAN :  978-2-7177-2776-0 / 9782717727760
  • Éditeur :  BnF Éditions
  • Prix : 39 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférences : « Trésors de Richelieu »

L’Institut national d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition de ce cycle, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de littérature, et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de l’INHA, de la BnF et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Responsables scientifiques

Continuer la lecture de Conférences : « Trésors de Richelieu »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

COLLECTA : Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.collecta.fr

Description

Ce site résulte d’un programme de recherche porté par l’École du Louvre, mené en collaboration avec l’Université de Paris I-Sorbonne en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et l’IRHT.

Collecta est une base de données qui reconstitue la collection dispersée de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières (1642-1715) dispersée entre différents lieux de conservation (plusieurs départements de la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford). Construite à partir des anciens inventaires, la base de données et son interface permettent de redonner une vision globale de la collection avant sa dispersion et de retrouver le système classificatoire très perfectionné mis en place par l’antiquaire.

Elle permet un accès aux documents conservés numérisés en lien avec les sites des institutions détentrices et elle fait le lien avec les documents des XVIIIe et XIXe siècles montrant un usage ultérieur de la collection.

La collection de papier de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières offre une vaste documentation textuelle et iconographique constituée d’originaux et d’une majorité de copies, servant l’histoire de la noblesse et de la monarchie française, l’histoire des monuments ou encore celle du costume.

Auteur(s)

  • Direction

    • Anne Ritz-Guilbert (historienne de l’art – enseignant-chercheur hdr, École du Louvre).
    • Sophie Fétro (designer – maître de conférences en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

    Membres associés au projet

    • Pascal Schandel (historien de l’art – chargé de mission, École du Louvre)
    • Anthony Masure (designer d’interfaces – chargé de mission, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    • Matthieu Lacroix (développeur-programmeur)
    • Josselin Morvan (encodeur TEI)
    • Virginia Cassola (doctorante, École du Louvre)
    • Camille Jolin (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Anne-Sophie Rincel (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Stéphane Lab (élève en Master 2, École du Louvre)

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Gravure en clair-obscur Cranach, Raphaël, Rubens…

Portrait de Johann Paumgartner, par Hans Burgkmair.  British Museum, AN1613316170.  CC BY-NC-SA 4.0

Argument

Résultat du programme de recherche CLARO financé par la Fondation des sciences du patrimoine, l’exposition porte sur la gravure en clair-obscur qui fut pratiquée dans toute l’Europe des années 1510 à 1650.

Fruit de recherches techniques et artistiques visant à traduire à l’impression une gamme limitée de couleurs, elle connut une large diffusion et suscita un intérêt évident chez des peintres et des dessinateurs comme Hans Baldung Grien, Parmigianino, Domenico Beccafumi ou Pierre Paul Rubens, qui y virent un champ d’expérimentation stimulant, leur  permettant d’explorer la monochromie et les rapports entre ombre et lumière.

C’est cette longue histoire que l’exposition entend retracer, en présentant les gravures les plus représentatives de cette production à partir du fonds de la collection Edmond de Rothschild du musée du Louvre, du département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France et de la Fondation Custodia.

Le  commissariat de l’exposition est assuré par Séverine Lepape, conservateur à la collection Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, Musée du Louvre, après avoir été chef de service de l’estampe ancienne et de la Réserve du département des Estampes et de la Photographie de la BnF de 2010 à 2014.

Présentation

Réunissant de manière inédite près de 120 estampes conservées dans les collections parisiennes les plus importantes (collection Edmond de Rothschild, musée du Louvre ; Bibliothèque nationale de France ; Fondation Custodia et les Beaux-Arts de Paris), ainsi que des prêts emblématiques de musées français (musée des Beaux-Arts de Besançon) et étrangers (British Museum, Ashmolean Museum et Rijksmuseum), l’exposition retrace à la fois une technique et une esthétique particulière de l’estampe : la gravure en clair-obscur, dite aussi en couleurs.
Elle en propose un panorama chronologique et géographique à travers les chefs-d’oeuvre gravés par ou d’après les plus grands maîtres de la Renaissance et du maniérisme européen, tels que Cranach, Raphaël, Pierre Paul Rubens, Parmigianino, Domenico Beccafumi ou Hans Baldung Grien.

L’estampe gravée sur bois en couleurs, appelée chiaroscuro en Italie, fut pour la première fois expérimentée au cours des années 1508-1510 en Allemagne avant de se diffuser dans toute l’Europe, où elle fut pratiquée avec de plus en plus de sophistication jusque dans les années 1650.
Fruit de recherches techniques et artistiques visant à traduire à l’impression de riches nuances de teintes, la gravure en clair-obscur fascina les artistes qui y explorèrent une question chère à Léonard de Vinci et à Giorgio Vasari : l’art des ombres et des lumières.
La recherche de cette esthétique si particulière fait de la gravure en clair-obscur un objet au carrefour des autres pratiques artistiques : imitant le dessin sur papier teinté ou au lavis, le sgraffito de la peinture murale ou la mosaïque de pierre, elle est néanmoins un objet autonome, où la monochromie constitue une autre voie pour représenter le monde.
Outre ce dialogue que la gravure en clair-obscur entretient avec les autres arts, l’exposition aborde également les questions de sa production et de sa réception. L’estampe est souvent le résultat d’une
collaboration de l’inventeur de la composition, souvent peintre et dessinateur, avec un graveur et/ou un imprimeur, qui maîtrise la science des encres de couleurs, la taille des matrices, leur superposition
et le rendu final. Le caractère précieux de ces gravures retint l’attention des amateurs qui se mirent à les collectionner dès le XVIe siècle.

L’exposition s’appuie sur un projet de recherche scientifique, financé par la
Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima), portant sur l’analyse des pigments et colorants d’une quarantaine de gravures en clair-obscur et faisant collaborer la BnF et le Centre de recherche et restauration des musées de France (C2RMF).

Cette exposition est réalisée avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.
Le catalogue est publié avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima).

Téléchargements

Communiqué de presse
Visuels

Informations pratiques

  • Où ? Musée du Louvre, Rotonde Sully nord et sud
  • Quand ? Du 18 octobre 2018 au 14 janvier 2019
  • Comment ? Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.
  • Renseignements : 01 40 20 53 17
L’Empereur Maximilien à cheval (1507-1508) par Hans Burgkmair. Oxford

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Les Nadar, une légende photographique

La Bibliothèque nationale de France propose la première grande exposition consacrée aux trois Nadar. Félix Nadar (1820-1910), son frère Adrien Tournachon (1825-1903) et son fils Paul Nadar (1856-1939) furent tout à la fois photographes, peintres, dessinateurs et inventeurs…
Quelque 300 pièces témoignent des spécificités de chacun des trois photographes, de leurs collaborations comme de leurs rivalités, dans un parcours qui embrasse l’histoire de l’atelier des Nadar pendant près d’un siècle. À travers des épreuves photographiques originales, des dessins, des estampes, des peintures et des objets, l’exposition invite à la découverte inédite de l’héritage de l’un des ateliers les plus importants et les plus durables des débuts de la photographie.

Le propos de l’exposition s’appuie sur des pièces issues des très riches collections de la BnF, que viennent compléter des prêts prestigieux du Metropolitan Museum of Art de New York, du John Paul Getty Museum de Los Angeles, du musée d’Orsay, du musée de l’Air du Bourget, de l’École des Beaux-Arts de Paris et de la Société française de photographie.Trois parties illustrent les caractéristiques de l’entreprise des Nadar, des années 1850 à la fin des années 1930.

Les Nadar par les Nadar

La première partie, « Les Nadar par les Nadar », fait la lumière sur l’histoire familiale en présentant une sélection des très nombreux portraits et autoportraits des trois photographes et de leur cercle
privé. Elle témoigne de leur implication personnelle dans l’atelier, leurs relations complexes et la manière dont ils utilisèrent leurs propres personnes pour promouvoir leurs ateliers et leur production.
Souvent mis en scène, travestis, scénarisés, ces portraits construisent une légende familiale qui va des prises de vues en studio dans les années 1850 jusqu’aux instantanés Kodak de Paul Nadar, et illustrent en filigrane l’histoire de la représentation photographique elle-même.

Art et industrie du portrait

La deuxième partie, « Art et industrie du portrait », est consacrée à l’héritage des Nadar dans ce domaine et inclura une sélection de portraits emblématiques des personnages les plus connus et les plus influents de leur époque. Elle met en évidence leurs approches différentes ainsi que l’évolution des techniques photographiques et du goût au cours d’un siècle. Elle comprend des chefs-d’œuvre du portrait photographique par Félix Nadar et Adrien Tournachon. Les relations d’amitié que Félix Nadar a pu entretenir avec Gustave Doré ou Baudelaire ont permis de produire des portraits très intimes. Les nombreux ateliers des Nadar à Paris, et même à Marseille, seront évoqués à travers des photographies permettant de voir les lieux et les coulisses des dispositifs de prises de vue.

Art et science

Enfin, la dernière partie de l’exposition, « Art et science », établit le lien des Nadar avec l’actualité de leur temps et la manière dont leur œuvre photographique s’est très souvent associée à des  découvertes scientifiques et techniques. Témoignent de cette implication les reportages photographiques d’Adrien Tournachon sur les races de bovins et de chevaux, ou sa collaboration avec le docteur Duchenne de Boulogne pour saisir le mécanisme de la physionomie humaine. Quant à Félix Nadar, il s’est fait connaître durablement pour son utilisation pionnière de la photographie à la lumière artificielle : portraits nocturnes en studio, reportages dans les égouts et les catacombes de la capitale, photographies sous la mer dans des caissons étanches dans le port de Marseille. Il est également connu pour les premières photographies aériennes qui résultèrent de sa célèbre passion pour la navigation aérienne. Une projection sous forme de diaporama évoque par ailleurs le voyage au Turkestan de Paul Nadar en 1890, et la projection publique qu’il organisa lui-même à son retour.

Premier résultat de photographie aérostatique // Applications : Cadastre, Stratégie, etc // Cliché obtenu à l’altitude de 520 m par Nadar 1858″ : [photographie] / Nadar ; [agrandissement par Paul Nadar], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10539821c

Informations pratiques

Commissariat

  • Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la photographie des Hauts-de-France

Où et quand ?

Du 16 octobre 2018 au 3 février 2019
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Galerie 2
Quai François Mauriac, Paris XIIIe
Du mardi au samedi 10h à 19h
Dimanche 13h à 19h
Fermeture les lundis et jours fériés

Publication

Catalogue de l’exposition
23×30 cm, 352 pages, 250 illustrations environ
Éditions de la BnF

Dossier de presse

Gallica

Collections numérisées de Nadar : https://gallica.bnf.fr/conseils/content/nadar

Avec le soutien de

Logo Champagne Louis Roederer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Fabuleuses cartes à jouer. Le monde en miniature

Les Éditions de la BnF et les Éditions Gallimard publient Fabuleuses cartes à jouer. Le monde en miniature, ouvrage de référence racontant plus de 700 ans d’histoire de la carte à jouer. Cet ouvrage de référence s’appuie sur la collection unique de la Bibliothèque nationale de France – 2 000 jeux du monde entier, soit plus de 60 000 cartes, aujourd’hui entièrement catalogués et numérisés.

Résumé

Rédigé par les conservateurs de la BnF, sous la direction de Jude Talbot1, cet ouvrage richement illustré invite à découvrir l’exceptionnelle collection de la Bibliothèque nationale de France.

Ludiques, ésotériques, satiriques, mais aussi pédagogiques, politiques, humoristiques et promotionnelles, les cartes à jouer sont tout à la fois un sujet populaire et scientifique.
Du XIVe siècle à nos jours, le livre Fabuleuses cartes à jouer voyage au cœur de ce monde grâce à 350 cartes extraordinaires, de tous formats et de tous pays, comme par exemple :

  • un jeu chinois,
  • le Hanafuda japonais,
  • les Ganjifa mongholes,
  • les cartes astronomiques à enseignes allemandes,
  • un tarot italien,
  • le tarot de Charles VI.
  • jusqu’aux jeux non-conventionnels d’artistes comme Salvador Dali (avec son jeu pour Puiforcat aux Éditions Draeger) et Jean Dubuffet (avec sa Banque de l’Hourloupe-Cartes à Jouer et à Tirer);

Commentaire

Ainsi, la Bibliothèque nationale de France réactualise le regard qu’elle porte sur cette collection puisque les précédentes publications datent des expositions organisées en 1963 et 1967 avec Cinq siècles de cartes à jouer en France : [exposition], Paris, Bibliothèque nationale, septembre-octobre 1963 dont le catalogue fut rédigé par Jean-Pierre Seguin et Cécile de Jandin2 et La carte à jouer : donation faite à la Bibliothèque nationale par Monsieur Paul Marteau, maître cartier, juin 1966 : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale, [17 janvier-25 février] 1967], catalogue toujours rédigé par Jean-Pierre Seguin, Cécile de Jandin mais aussi Marie-Thérèse Gourdon3.

Les chercheurs intéressés par la collection de la BnF peuvent par ailleurs se reporter au mémoire d’Estelle Pierau, Les cartes à jouer imprimées en France dans la deuxième moitié du XVème siècle, conservées à la Bibliothèque Nationale, 19964.

Informations pratiques

Description : Relié, 1 vol. (256 p.- 350 illustrations) : couv. ill. en coul. ; 29 cm.
Date de parution : 25 octobre 2018
ISBN / EAN : 978-2-07-270999-9 / 9782072709999 
Éditeur : BnF Éditions : Gallimard
Distributeur : SODIS
Prix : 39 euros

  1. Anciennement chargé de la numérisation au Département des estampes et la photographie. Jude Talbot, « Le dessous des cartes. 350 ans de cartes à jouer au département des Estampes et de la Photographie de la BnF », Nouvelles de l’estampe, 2016, p. 4-21. Disponible en ligne, url : <https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-01315444>. []
  2. Paris : Bulletin du vieux papier, 1963. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6457050m>. []
  3. [Paris] : [Bibliothèque nationale], 1967. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6458518f> []
  4. 2 vol. (155, non paginé [37] p.) : ill. en noir et en coul. ; 30 cm. Mémoire : Histoire de l’art : Paris 1 : 1996. Consultable au département des Estampes et de la photographie. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire du C2RMF : projet CLARO

La prochaine séance du séminaire du C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) aura lieu le vendredi 13 avril 2018 à 11h dans l’amphithéâtre Palissy (C2RMF – Site du Carrousel).

Gravure en clair-obscur de Hans Burgkmair, Amants surpris par la Mort (1510)

Programme

Kilian Laclavetine présentera le projet CLARO portant sur l’analyse des pigments des encres et des filigranes de gravures en couleurs réalisées en Allemagne, France et Pays-Bas entre 1508 et 1640.

Ce projet qui associe le C2RMF, le musée du Louvre et la Bibliothèque nationale de France est soutenu par la Fondation des sciences du patrimoine depuis 2016.

Informations pratiques

Vendredi 13 avril 2018 à 11h
C2RMF – Site du Carrousel, amphithéâtre Palissy.
Palais du Louvre – Porte des Lions
14, quai François Mitterrand
75001 Paris
En raison du plan vigipirate alerte attentat, il est nécessaire de s’inscrire en envoyant un message à marie.lionnet@culture.gouv.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : France, face et profil, 17-19/01/2018

L’exposition de la BnF « Paysages français. Une aventure photographique,1984-2017) »  porte au premier plan les questions conjointes du paysage national et de la commande photographique. Le colloque « France, face et profil » se donne pour tâche de revenir sur les enjeux portés par les projets des missions photographiques, et plus largement sur la construction d’une représentation du paysage national français entre le XIXe et le XXe siècles. Il s’agira de proposer une lecture aussi bien archéologique que prospective de ce paysage national qui articule les enjeux esthétiques, politiques et sociaux. Comment les missions photographiques ont-elles contribué à renouveler cette lecture depuis la Mission photographique de la DATAR des années 1980 jusqu’aux projets les plus contemporains ? Comment ces derniers peuvent-ils contribuer à la réflexion sur le devenir de nos territoires menée par les institutions locales et nationales ? Quel dialogue instaurer entre la création, la recherche et les acteurs du paysage autours des enjeux actuels des paysages ?

Organisé en trois temps, ce colloque proposera à la fois une synthèse des expériences menées depuis quatre décennies en France comme en Europe, et une mise en dialogue autour des enjeux et des perspectives du paysage contemporain.
La première journée (mercredi 17 janvier 2018) aura lieu à la BnF et portera sur la relation entre commande publique et création photographique en France et en Europe, des années 1980 à nos jours.
La deuxième journée (jeudi 18 janvier 2018), aux Archives Nationales, sera centrée sur la constitution d’un imaginaire du paysage national, dans une perspective historique et généalogique.
Enfin, la troisième journée (vendredi 19 janvier 2018) se déroulera à Tours. Elle interrogera les pratiques du paysage, depuis l’appropriation intime des lieux et les relations sensibles au territoire jusqu’aux usages du paysage dans les projets d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement.

Programme

Mercredi 17 janvier 2018 : Recréer une culture du paysage

9h Accueil
9h30 Laurence Engel. présidente de Bibliothèque nationale de France
9h45 Jean-Benott Albertin, commissaire général de l’égalité des territoires

10h-12h LES MISSIONS PHOTOGRAPHIQUES FRANÇAISES, PROJETS ARTISTIQUES ET POLITIQUES
Modération : Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

10h-10h30 Bernard Latarjet, directeur de la Mission photographique de la DATAR
Pourquoi  et comment la Mission photographique de la DATAR ?

10h30-11h Raphaële Bertho, maitresse de conférences en arts, Université de Tours /lnTRu
Paysages politiques, le développement des missions photographiques en France

11h-11h30 Paul Wombell. directeur artistique de la mission France(s) territoire liquide
Tectonics Photographic [anglais – traduction simultanée]

11h30-12h Discussion

14h-15h30 UN PHÉNOMENE INTERNATIONAL
Modération : Héloïse Conesa, conservatrice de la photographie contemporaine, département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France

14h -14h30 Roberta Valtorta, historienne de la photographie Viaggio in ltalia, l’ école italienne du paysage» et les projets de commande publique sur le paysage contemporain en ltalie

14h30 -15h Lizz Wells, professeur en culture photographique, Plymouth University
Critical Landscapes : Aesthetics,Topagraphy and Environment
[anglais – traduction simultanée]

15h -15h30 Discussion

16h-17h30 ENTRE COMMANDE ET CRÉATION, QUELLE RELATION AU TERRITOIRE ?

Modération Raphaële Bertho, maîtresse de conférences en arts, Université de Tours / lnTRu

16h -16h30 Dialogue entre Frédéric Pousin, directeur de recherche HDR au CNRS, UMR Ausser / ENSA Paris-Bellevilte et Thierry Girard, photographe autour de l’Observatoire photographique du Parc naturel régional des Vosges du Nord (1997-2017)

16h30 -17h Dialogue entre Danièle Meaux,  professeur en esthétique et sciences de l’art, Université de Saint-Etienne /CIEREC. et Geoffroy Mathieu et Bertrand Stotleth, photographes sur le projet Paysages usagés, Observatoire photographique depuis le GR2013 (2012-2022)

17h -17h30 Discussion

18h-19h DANS L’ATELIER DE LA MISSION
Retour sur l’héritage de la Mission photographique de la DATAR avec le film de Christian Milovanoft, Travail dramaturgique autour du livre Bureaux. 2017 (39 min.)

Jeudi 18 janvier 2018 : Recréer une culture du paysage

9h Accueil

9h30 Introduction par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales

9h45 Conférence d’ouverture de Pascal Ory, professeur émérite, Université Paris I Panthéon-Sorbonne / CHS XXe siècle

10h30-13h  NORMES ET STEREOTYPES
Modération :   Sandrine Bula, conservateur en chef du patrimoine,  Archives nationales, direction des fonds, responsable de la mission Photographie.

10h30-11h Lucie Goujard, maître de conférences en histoire de l’art/ histoire de la photographie, Université de Grenoble-Alpes / LARHRA
Du pittoresque au vernaculaire. Contribution de la photographie à l’artialisation des territoires

11h-11h30 Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Lille / IRHIS
Paysages à construire, L’imagerie Pellerin d’Epinal et la tardive émergence du panorama à la Belle Epoque.

12h-12h30 Marie-Ève Bouillon, chargée d’étude documentaire, Archives nationales, mission Photographie, docteur en Histoire et Civilisation, EHESS.
De la vue au stéréotype. Logiques industrielles et imaginaires de la carte postale au début du XXe siècle, le cas de l’entreprise Neurdein frères

12h30-13h Discussion

14h-15h30 INFORMATION ET PROPAGANDE

Modération :   Véronique Figini-Veron, maître de conférences en histoire de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle

14h-14h30 Françoise Denoyelle, professeur émérite, historienne de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle
Une image de la France. La France et la Révolution nationale : le fonds de l’ensemble des photographies de propagande diffusées par le Service central photographique depuis Vichy (1942-1944)

14h30-15h François Vatin, professeur en sociologie, Université Paris-Nanterre / IGHES et Gwenaële Rot, professeur en sociologie, Sciences Po Paris / CSO
Le tour de France industriel du peintre Reynold Arnould (1957-1958)

15h-15h30 Discussion

16h-17h PEDAGOGIE ET POLITIQUE

Modération : Françoise Denoyelle, historienne de la photographie, professeure des Universités émérite, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle

16h-16h30 Sandrine Bula, conservateur en chef du patrimoine,  Archives nationales, direction des fonds, responsable de la mission Photographie.
Les usages pédagogiques des vues aériennes de l’entreprise LAPIE (Les Applications Photographiques d’Industrie et d’Édition) (1955-1980)

16h30-17h Véronique Figini-Véron, maître de conférences en histoire de la photographie, ENS Louis-Lumière / CHS XXe siècle.
L’information dite “ neutre ” de la Documentation française : la photographie au service d’une communication d’Etat (1945-1975)

17h-17h30 Discussion

Vendredi 19 janvier : Photographie & paysage,  dialogues contemporains

9h Accueil
9h30-11h  Table ronde Qualifier le paysage autour du travail d’Éric Tabuchi, Atlas des régions naturelles (depuis 2017)
Modération : Pascal Ferren , directeur adjoint du Pôle des arts urbains 
Intervenants :
Eric Boulay, Directeur du CAUE 37
Laurent Cailly, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES
Olivier Legros, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES

11h30-13h Table ronde Se projeter dans le paysage autour du travail d’Alban Lécuyer, Ici prochainement (2013)
Modération : Raphaële Bertho, maîtresse de conférences en arts, Université de Tours / InTRu
Intervenants :
Lolita Voisin, maître de conférences en Aménagement de l’espace et urbanisme, École Nature et Paysage, Blois / CITERES
Hovig Ter Minassian, maître de conférences en géographie, Université de Tours / CITERES
Maxime Vignolles, Ingénieur paysagiste, ADAC 37

14h30-16h  Table ronde S’approprier le paysage autour du travail d’Alexandra Pouzet, La carte du tendre (2013-2015)
Modération : Pascal Ferren, directeur adjoint du Pôle des arts urbains
Intervenants :
Benoît Feildel, maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Rennes 2 / UMR ESO
Karine Hurel, Cheffe du pôle Ressources, valorisation et cartographie du CGET, Géographe et cartographe
Héloïse Nez, maître de conférences en sociologie, Université de Tours / CITERES

Conférence de clôture Hugo Bevort, directeur des stratégies territoriales, CGET

Informations pratiques

  • Jeudi 18 janvier 2018 – 9h30-17h30
    Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
    59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine
    Métro : Saint-Denis Université (Ligne 13)
  • Vendredi 19 janvier 2018 – 9h30-16h30
    Tours, Salle Jean de Ockeghem
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
    15 place de Chateauneuf 37000 Tours

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

VERSPERA : numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime

Le projet de recherche VERSPERA est un ambitieux projet de  numérisation et de modélisation des plans du château de Versailles sous l’Ancien Régime. 16 000 images numériques issues d’un corpus exceptionnel et varié seront mises à disposition du public à partir du 11 décembre 2017. Cette démarche vise à la préservation d’un fonds unique, fragile et difficilement accessible jusqu’à aujourd’hui. Elle permet également de faciliter les restitutions numériques de certains espaces disparus de l’ancienne résidence royale.

Un ambitieux projet de numérisation

Depuis 2013, le Centre de recherche du château de Versailles pilote un projet inédit de grande ampleur. Ce programme, lancé en partenariat avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et le laboratoire ETIS (Équipes Traitement de l’Information et Systèmes, UMR8051, université de Cergy-Pontoise / ENSEA Cergy / CNRS), reçoit le soutien financier de la Fondation des sciences du patrimoine – LabEx Patrima et du ministère de la Culture.
Il s’agit d’une vaste opération de numérisation de près de 9 000 documents graphiques relatifs à Versailles de la fin des années 1660 au début du XIXe siècle (châteaux, jardins, parc, domaine et ville). Ces plans proviennent essentiellement des Archives nationales, mais également de la Bibliothèque nationale de France et de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles. Ils seront consultables par tous sur les différents sites internet des différents partenaires.

Plateau de prise de vue mis en place pour les plans de très grand format,
avec un appareillage prototype.

Un corpus exceptionnel

Ce corpus documentaire, composé de plans généraux, coupes, élévations, détails d’architecture ou de décoration, est exceptionnel par son histoire et son volume. Il est principalement issu du travail des premiers architectes du roi.
De Louis Le Vau à Richard Mique, en passant par Jules Hardouin-Mansart, Robert de Cotte ou Ange-Jacques Gabriel, tous évoquent l’excellence de l’architecture française aux XVIIeet XVIIIesiècles. Ce rassemblement constitue l’un des plus grands fonds publics d’architecture, à l’instar des collections Tessin-Cronstedt-Härleman du musée national de Stockholm. C’est également le plus vaste ensemble documentaire sur l’architecture palatiale classique française des XVIIeet XVIIIesiècles.
La reproduction en images numériques de haute qualité de ce corpus unique a nécessité une importante campagne de restauration de 750 documents fragiles et précieux et la mise en place de procédures innovantes pour faire face à des défis techniques, notamment dus aux dimensions de certains documents de très grand format (jusqu’à 3 m x 4 m) ou à la présence de nombreuses et complexes retombes de papier.

Plan de la chapelle du château de Versailles et de la sacristie 1705-1708,
2 retombes relevées.

Un logiciel de modélisation

À partir de ces plans numérisés, le laboratoire ETIS a développé un logiciel original de modélisation 3D. L’exhaustivité du corpus ainsi accessible permettra des croisements jusqu’alors difficiles, voire impossibles matériellement.
Chacun pourra alors mieux appréhender la distribution des espaces, le fonctionnement et les usages, en fonction de la topographie de la résidence royale. En effet, depuis le XVIIesiècle, le château de Versailles a connu de nombreuses évolutions architecturales qui se sont succédées ou enchevêtrées dans les bâtiments (relais de chasse, résidence de plaisance, résidence officielle de la cour et du pouvoir royal, galeries historiques, palais national). Ces différentes identités empêchent aujourd’hui une lecture suivie des différentes étapes de construction et d’aménagements de Versailles.
Si la modélisation 3D à partir de plans d’architectes est commune aujourd’hui, un travail semblable à partir de plans anciens est un défi
pour le traitement numérique des images, du fait des particularités des documents (absence de normalisation des symboles, imprécision
des traits rectilignes, etc.) et de leur numérisation (marques de pliage, parfois filigranes). Les modèles 3D ainsi créés sont édités dans un format standard et peuvent être lus sur n’importe quelle application de visualisation, permettant de les manipuler, de « tourner autour » ou « d’entrer » à l’intérieur du modèle. Le logiciel VERSPERA dispose également d’une fonction de parcours 3D, générant une vidéo « subjective » dans le modèle à partir d’un trajet dessiné sur le plan par celui qui l’utilise. La diffusion de ce programme sera libre de droits.

La géométrie des modèles 3D est calculée par extrusion des murs à une
hauteur d’abord fixée arbitrairement. Ici pour la Chapelle royale.

Des reconstitutions virtuelles pour aller encore plus loin

Pour certains espaces du château présentant un grand intérêt historique, des étudiants de l’université de Cergy-Pontoise (licence professionnelle « Métiers du numérique : patrimoine, visualisation et modélisation 3D ») produisent des visites virtuelles réalistes et de grande qualité technique et esthétique.

Reconstitution de la petite galerie de Mignard extraite du film réalisé
par les étudiants de la licence professionnelle « Métiers du numérique
– Patrimoine, visualisation et modélisation 3D » de l’université de Cergy-
Pontoise, encadrés par Nicolas Priniotakis et Michel Jordan.

VERSPERA en chiffres

  • 7500 dessins des Bâtiments du roi sous l’Ancien Régime aux Archives nationales
  • 1000 dessins de la collection Robert de Cotte à la Bibliothèque nationale de France
  • 200 dessins issus des collections du château de Versailles.

Une présentation VERSPERA aux Archives nationales

Sur le site de Paris des Archives nationales, un espace de présentation du projet permet au public de visionner un court documentaire, véritable « making of » du projet, et de découvrir un exemple de reconstitution d’un lieu disparu aujourd’hui reconstitué grâce à VERSPERA, la petite galerie de Mignard, à l’aide d’une paire de lunettes 3D et après avoir téléchargé une application sur téléphone portable.
À partir du 22 décembre jusqu’au 31 mars, du lundi au vendredi de 10 h à 17 h 30, samedi et dimanche de 14 h à 19 h
Archives nationales, Site de Paris
60 rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris

Retrouvez VERSPERA

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Fedora Parkmann

Le 25 novembre 2017, Fedora Parkmann, ancienne chercheuse invitée Fondation Louis Roederer sur la photographie1, soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art intitulée Paris-Prague : transferts en photographie, 1918-1939, préparée sous la direction d’Arnauld Pierre (Université Paris-Sorbonne).

Jury

  • Christian Joschke, Université Paris Nanterre
  • Guillaume Le Gall, Université Paris-Sorbonne
  • Arnauld Pierre, Université Paris-Sorbonne, directeur de thèse
  • Michel Poivert, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Maria Stavrinaki, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Markéta Theinhardt, Université Paris-Sorbonne

Résumé

Les photographes actifs en France et leur production ont, tout au long de l’entre-deux-guerres, éveillé un intérêt continu chez leurs homologues tchèques. Cette thèse se propose d’étudier les transferts en photographie entre France et Pays tchèques qui résultèrent de cette fascination. Fondée sur une approche matérielle des circulations de personnes, d’images et de concepts, elle vise à définir la scène photographique tchèque en fonction de son rapport à la France et de ses métissages.
L’enquête a porté sur les flux photographiques – reproductions photomécaniques et catalogues d’exposition – et les activités des médiateurs et photographes à l’intersection entre les deux pays. Elle a montré, d’une part, que les Pays tchèques furent non seulement un lieu de passage d’apports français, particulièrement marquants au regard des impulsions allemandes et russes, mais aussi un centre d’exportation d’une production photographique locale. Elle a révélé, d’autre part, les hybridations auxquelles a donné lieu l’accueil de la scène photographique française. Le courant surréaliste tchèque en fut l’exemple le plus marquant : dépassant le simple geste d’adhésion, cette production originale s’est à son tour exportée, à la faveur d’un processus de circulation et de transformation réciproques caractéristique du phénomène de transfert. Les séjours et expériences photographiques des Tchèques en France et leur contribution à l’ « école de Paris de la photographie » complètent ce panorama des interactions entre les deux pays.
Le prisme des transferts culturels adopté dans notre étude a agi comme un révélateur d’acteurs, d’images et de concepts ignorés jusque-là des histoires nationales de la photographie. Il a également montré comment la réceptivité des photographes tchèques vis-à-vis de la France a pu, en retour, favoriser l’émergence du modernisme photographique dans leur pays.

Abstract

The continuous interest shown by Czech photographers in their French counterparts during the interwar period set the ground and provided favorable conditions for a transfer in photography between France and the Czech Lands, which this dissertation sets forth to explicate.
Rooted in a material approach towards the various circulations of individuals, images and concepts, this study considers the Czech photographic scene in light of its specific relation to France and analyzes the resulting hybridizations. The research focuses on photographic vectors such as photomechanical reproductions, exhibition catalogues and the activities of mediators and photographers working between the two countries. It illuminates a network of relations between French, German and Russian impulses and describes also the export of a local photographic production. The Czech surrealist current is a prominent hybridization that resulted from the strong reception of the French photographic scene. It was exported again as an original Czech production, and as such exemplifies the process of mutual circulation and transformation that describes the concept of transfer. An expansive study of Czech journeys to France, their photographic experience of the country and their subsequent contribution to the “Paris school of photography” complete this overview of the interactions and transfers between both countries.
By situating Czech photography within the discourse of cultural transfers, this dissertation reveals actors, images, concepts and developments that until now have been critically absent from national photography histories. It also demonstrates how the receptivity of Czech photographers to France in return favored the emergence of photographic modernism in their country.

Soutenance

Le samedi 25 novembre 2017 à 9h30, en salle Perrot,
à l’Institut national d’histoire de l’art (2 rue Vivienne, 75002 Paris).

  1. Cf. http://www.bnf.fr/documents/cp_bourse_roederer_2012.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse d’Héloïse Conesa

Le 14 novembre 2017, Héloïse Conésa, chargée de la photographie contemporaine au département des Estampes et de la photographie de la BnF, soutiendra sa thèse intitulée La photographie espagnole contemporaine de 1970 à 2010 : miroir d’un pays en quête d’identité préparée sous la direction du professeur Michel Poivert.

Couv. de la revue « Nueva Lente », nº 38, avril 1975 : phot. de Jorge Rueda

Signalons que cette même année, Héloïse Conésa a assuré le commissariat des deux expositions, Dans l’atelier de la Mission photographique de la DATAR. Regards de 15 photographes et Paysages français : une aventure photographique,1984-2017.

Jury

  • Paul-Henri GIRAUD, professeur en études hispaniques contemporaines à l’Université Lille 3 Charles de Gaulle
  • Michel POIVERT, professeur en histoire de l’art (photographie), Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
  • Pascal ROUSSEAU, professeur en histoire de l’art, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
  • Jacques TERRASA, professeur en civilisation espagnole contemporaine, Université Paris IV Paris-Sorbonne

Résumé

Dans l’Espagne de la fin du franquisme à nos jours, l’histoire socio-politique mouvementée dessine une ligne qui, de la dictature franquiste à la démocratie retrouvée, permet l’émergence d’une identité labile de la photographie espagnole oscillant entre l’alignement sur des modèles esthétiques et critiques dérivés de la postmodernité nord-européenne et américaine et la valorisation de spécificités créatives forgées par la culture péninsulaire.

Dans ce processus de quête identitaire, nous avons déterminé trois phases : d’abord, dans les dernières heures du franquisme et le début de la transition démocratique, sous l’égide de la revue Nueva Lente, s’affirme une  génération  militante de photographes qui s’ouvrent à la création internationale et à l’esthétique postmoderniste et dont le paroxysme en Espagne sera la Movida ; puis, de la fin des années 80 et jusqu’au milieu des années 90, l’apport critique de la revue PhotoVisión et en parallèle l’atomisation des pratiques photographiques du fait de l’essor des communautés autonomes suscite une réévaluation du modèle postmoderne ; enfin, au début du XXIème siècle, la redécouverte d’une filiation territoriale avec les pays du Sud et l’avènement de l’ère digitale, génèrent chez les photographes ibériques de nouveaux déterminants idiosyncrasiques à même de privilégier une forme de transterritorialité.

Abstract

In Spain from the end of  Francoism to nowadays, the animated sociopolitical history draws a line which, from the Franco dictatorship to the refound democracy, allows the emergence of an unstable identity of the Spanish photography oscillating between  the alignment on esthetic and critical models derived of the north-European and American postmodernity and the promotion of creative specificities forged by the Peninsular culture.

In this process of search for identity, we determined three phases: at first, in the last hours of the Francoism and the beginning of the democratic transition, under the aegis of the magazine Nueva Lente, a militant generation of photographers assert themselves and open to the international creation and to the postmodernist esthetics, paroxysm of which will be in Spain the Movida ; then, from the end of the 80s till the middle of the 90s, the critical impact of the review PhotoVisión and,  in parallel, the atomization of the photographic practices because of the development of autonomous communities arouses a revaluation of the postmodernist model ; finally, at the beginning of the XXIth century, the rediscovery of a territorial filiation with the countries of the South and the advent of the digital era, generate for the Iberian photographers new idiosyncratic determiners taking the shape of a transterritoriality

Soutenance

Le 14 novembre 2017

Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu 75002), salle Richelieu 1  à 14h.

José Ortiz Echagüe à Avila

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts