Archives par mot-clé : Estampes et photographie

Exposition hors les murs : “Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle)”

Jan Rustem et Gottlieg Kisling, Cartes barbouillées, Vilnius, 1814-1815 (cat. 8) ; BnF, département des Estampes et de la photographie

Afin de mieux faire connaître ses trésors, la BnF ouvre ses collections à des musées ou des bibliothèques partout en France. Dans le cadre de l’exposition « Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle) », elle présente une sélection de pièces issues du département des Estampes et de la photographie qui conserve une collection de cartes exceptionnelles assemblée depuis plus de trois siècles.

Les cartes à jouer dans les collections de la BnF

Fort de trois mille suites de cartes à jouer, le département des Estampes et de la photographie de la BnF conserve une collection de cartes exceptionnelle par la diversité et la rareté de ses pièces, assemblée patiemment depuis plus de trois siècles.

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Fabuleuses cartes à jouer ! Le monde en miniature, aux Éditions de la BnF, un florilège de cartes occidentales du XVe au XXe siècle est présenté au sein de l’exposition permanente du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux. Ces fonds, issus de dons et d’achats de jeux appartenant à de grands collectionneurs (Michel de Marolles et Roger de Gaignières au XVIIe siècle, Romain Merlin au XIXe, Georges et Paul Marteau, Henry d’Allemagne au XXe siècle), complétés par des acquisitions variées du département depuis le XIXe siècle, comportent des exemplaires des plus rares et précieux tout en offrant un panorama unique des techniques de fabrication des cartes et de leurs usages à travers les siècles.

Fabuleuses cartes à jouer de la BnF exposées au Musée Français de la Carte à Jouer

Une sélection de pièces issues de douze jeux différents, insérée dans le parcours des collections permanentes du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux, instaure un jeu de regards croisés entre les deux collections, qui souligne la richesse respective des deux institutions.

De rarissimes tous premiers burins allemands du maître des cartes à jouer, vers 1440, qui rattachent les cartes aux origines de l’estampe, ainsi qu’un somptueux tarot italien enluminé du XVe siècle sont ainsi mis en lumière.

Des planches non découpées ont permis de sauvegarder d’exceptionnels jeux français, lyonnais du XVe siècle.

L’Italie du XVIIIe siècle est représentée à travers un jeu peint au portrait vénitien et un délicat ensemble de cartes florentines imprimées sur soie et rehaussées de couleurs. L’inventivité du XIXe siècle transparaît dans des cartes lituaniennes dites « barbouillées », un jeu de tarot allemand sur le thème populaire du « monde renversé », un jeu russe de fantaisie, ou les premières cartes photographiques parisiennes représentant des artistes des grands théâtres. N’oublions pas aussi que de célèbres artistes ont travaillé pour l’univers de la carte à jouer, en témoignent les dessins de Jacques-Louis David en 1808 pour l’Imprimerie impériale ou ceux de Sonia Delaunay en 1959 à la demande du musée des cartes à jouer de Bielefeld (Allemagne).

Cette sélection de trésors de papier appartenant aux fonds de la BnF, présentée au cœur même des collections permanentes, dans une scénographie spécialement créée pour l’occasion par Pascal Rodriguez, permet d’inaugurer un nouveau parcours chronologique, qui se superpose au parcours thématique traditionnel du musée. Les cartes les plus précieuses du musée, telle la carte du Chariot, provenant d’un tarot enluminé italien attribué à l’École de Ferrare, produite dans le contexte somptuaire de la cour des Este vers 1450, ou encore la planche de tête au « portrait de Paris » des Guyon Guymier (XVIe s.) seront mises en valeur à la lumière de cette présentation croisée.

C’est le legs de Louis Chardonneret, archiviste au Monde illustré et collectionneur, qui fut à l’origine de cette collection. Elle comprenait alors une centaine de suites de cartes à jouer dont la redécouverte dans les années 1980 orienta le musée vers une importante politique d’acquisition de ces ensembles, avec une volonté d’ouverture vers les beaux-arts et la création contemporaine. Cette collection comprend aujourd’hui plus de 15 000 œuvres dont près de 9 000 jeux de cartes, planches et enveloppes de jeux, plus de 800 peintures, dessins et estampes, mais également de nombreux objets de jeu ainsi que des bois d’impression.

Dans les collections de la BnF

Chaque année, la BnF présente dans des établissements patrimoniaux une sélection d’œuvres issues de ses collections et fait partager ses richesses à un plus large public.

Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec des collections locales, le programme Dans les collections de la BnF vise à développer des partenariats scientifiques et pédagogiques avec d’autres institutions.

Organisation

Le commissariat de l’exposition est assuré par :

  • Gwenael Beuchet, attaché de conservation, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Charlotte Guinois, conservatrice du patrimoine, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Vanessa Selbac, conservatrice, chef du service de la Réserve, département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le musée, la recherche et la valorisation, direction des Collections, BnF

Informations pratiques

  • Musée Français de la Carte à Jouer
  • 16 Rue Auguste Gervais, 92130 Issy-les-Moulineaux
  • Jours et heures d’ouverture :
  • Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h
  • Samedi et dimanche : de 14h à 18h
  • Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h
  • Août : fermé

Fermé les jours fériés et en août
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : “Antonio Seguí”

Antonio Seguí, Señor y perro, 1991. BnF, Estampes et photographie. © Antonio Seguí, ADAGP, Paris, 2019. 

Artiste argentin installé en France depuis plus de 50 ans, Antonio Seguí (né en 1934) est à l’origine d’une œuvre figurative qui fait vivre un monde coloré et graphique, sur fond d’agitation urbaine. À travers un personnage récurrent coiffé d’un chapeau, archétype de l’homme anonyme, qu’il met en scène seul ou perdu dans la ville et qu’il confronte à des situations tragiques ou cocasses, le peintre tend à réduire l’homme à son comportement social. À la suite de la donation effectuée par Antonio Seguí qui a permis d’enrichir les collections du département des Estampes et de la photographie ainsi que de la Réserve des livres rares, la BnF expose en galerie des donateurs une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, qui vont permettre de (re) découvrir l’univers de cet artiste singulier.

L’exposition rassemble une cinquantaine d’estampes, la plupart inédites, de l’artiste argentin. Antonio Segui a trouvé dans l’estampe une pratique complémentaire au dessin et à la peinture. Il a fait don à la BnF de plus de 500 pièces (estampes, portfolios, livres illustrés) conservées au département des Estampes et de la photographie ainsi qu’à la Réserve des livres rares.

Commissaire de l’exposition : Céline Chicha-Castex, département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • Bibliothèque François-Mitterrand, Quai François Mauriac,
    75706 Paris Cedex 13
  • Galerie des donateurs
  • 14 mai – 25 août 2019
  • Exposition en entrée libre (gratuit)
  • Ouvert tous les jours sauf le lundi
  • Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :10h – 19h
  • Dimanche : 13h- 19h

Ressources

Portrait d’Antonio Seguí, 2019 © Béatrice Lucchese / BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le mariage sous l’Ancien Régime

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche portant sur des collections de la bibliothèque.

Titre

Le mariage sous l’Ancien Régime

Pays

Canada

Auteur(s)

Description

URL

https://mariage.uvic.ca

À noter

  • L’outil donne accès à des estampes de la BnF  : https://mariage.uvic.ca/toc_gravure.html
  • Chaque image fait l’objet d’une indexation originale car encore rare dans les humanités numériques puisqu’elles ont été balisées en XML-TEI à l’aide du logiciel Image Markup Tool. Des mots-clefs ont été ajoutés par zones de l’image, ainsi qu’une transcription de la lettre et une restitution en français moderne.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

VERSPERA : de la numérisation à la modélisation des plans de Versailles de l’Ancien

Reconstitution de la petite galerie de Mignard extraite du film réalisé par les étudiants de la licence professionnelle « Métiers du numérique – Patrimoine, visualisation et modélisation 3D » de l’université de Cergy- Pontoise, encadrés par Nicolas Priniotakis et Michel Jordan.

La prochaine séance des Lundis numériques de l’Institut national d’histoire de l’art sera consacrée à la présentation du projet :
VERSPERA : de la numérisation à la modélisation des plans de Versailles de l’Ancien

Le projet de recherche VERSPERA, dirigé par le Centre de recherche du château de Versailles et porté par la Fondation des Sciences du Patrimoine, vise à rendre publics les plans du domaine de Versailles sous l’Ancien Régime conservés aux Archives nationales (Paris), à la Bibliothèque nationale de France et à l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles et à en restituer certains espaces grâce à la modélisation 3D élaborée par le laboratoire Équipes Traitement de l’Information et Systèmes de l’université de Cergy-Pontoise (ETIS).

Ce projet répond à trois objectifs : préserver des fonds fragiles et difficilement accessibles, en faciliter l’accès via Internet à la communauté internationale scientifique interdisciplinaire et permettre, grâce à la modélisation, une réflexion sur l’utilisation qui pouvait être faite d’une résidence royale à l’époque moderne.

Intervenants

  • Corinne Le Bitouzé (BnF)
  • Michel Jordan (université Paris-Seine, université de Cergy-Pontoise, ENSEA, CNRS)
  • Pierre Jugie (Archives nationales)
  • Mathieu da Vinha (Centre de recherche du château de Versailles, chef du projet VERSPERA)

Informations pratiques

  • 11 mars 2019 – 18h-20h
  • Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • Institut national d’histoire de l’art
  • 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Entrée libre
Plateau de prise de vue mis en place pour les plans de très grand format, avec un appareillage prototype.

À propos des Lundis numériques

L’Institut national de l’histoire de l’art effectue depuis plusieurs années une veille active dans le domaine des humanités numériques avec un accent porté sur ce qui touche au domaine visuel. De nombreux contacts et échanges sont régulièrement établis entre les différentes composantes de l’établissement et diverses équipes sur des problématiques et des projets concernant les enjeux, les représentations, les aspects techniques ou les questions juridiques liées à l’histoire de l’art et à l’image.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d ‘étude : « Les Nadar, une légende photographique » (2/2/19)


Paul Nadar, Joséphine Baker, vers 1930, BnF, département des Estampes et de la photographie

Programme

Matinée 

10h Introduction 
par Antoine Compagnon, (sous réserve)

10h30 Mon itinéraire Nadar
par Roger Greaves, écrivain, journaliste, éditeur et premier biographe de Nadar 

11h La Bohème de Félix Nadar,
par Jean-Didier Wagneur, ancien coordinateur scientifique de la numérisation (BnF) et chercheur au sein du CSLF (Centre des Sciences des Littératures en langue Française) Université Paris Nanterre 

11h30 Nadar et l’authenticité photographique, ou l’héritage de Quand j’étais photographe
par Paul-Louis Roubert, maître de conférences à l’université de Paris VIII

12h Nadar et les cultures visuelles
par Bernd Stiegler, professeur d’histoire de la littérature à l’université de Constance (All)

12h30 Discussion

Après midi 

14h30 La conférence de Paul Nadar
par Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la Photographie de Lille et co-commissaire de l’exposition Nadar

15h Une ressource méconnue, les fonds Nadar conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris et au musée Carnavalet
Par Juliette Jestaz, conservatrice des manuscrits, livres rares et cartes et plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris

15h30 Les Nadar, une histoire sans fin ? Perspectives de la recherche sur les Nadar
par Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF et co-commissaire de l’exposition Nadar

16h Paul Nadar cinéaste amateur, présentation d’une œuvre méconnue 
par Laurent Mannoni, directeur scientifique du Patrimoine et du Conservatoire des techniques à la Cinémathèque française

16h30 Discussion

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archives numériques de la Révolution française

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources de référence, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Archives numériques de la Révolution française = French Revolution Digital Archive

Pays

Etas-Unis

Langue(s)

Français et anglais. Le site est bilingue. Si les entrées des Archives parlementaires ont été traduites en anglais, les articles restent en français.

Auteur(s)

  • Stanford University Libraries
  • Bibliothèque nationale de France
  • Pilote du projet : Sarah Sussman

Description

Les Archives numériques de la Révolution française (ANRF) réunissent deux sources fondamentales pour la recherche : les Archives parlementaires (AP) et les Images de la Révolution française, large ensemble iconographique issu des collections de la Bibliothèque nationale de France. Ces deux corpus constituaient les Archives de la Révolution française, vaste ensemble documentaire rassemblé par la BnF et Pergamon Press à l’occasion du bicentenaire de la Révolution en 1989. Les AP y étaient accessibles en microfilm et les Images sur vidéodisque.

Les Archives parlementaires sont un recueil, au jour le jour, des débats et discussions qui ont eu lieu au sein des trois organes parlementaires exerçant le pouvoir législatif en France entre 1789 et 1794. 
Dans les AP, les noms d’orateurs, les dates, ainsi que les termes figurant dans les index publiés des AP, ont tous été marqués dans le texte, renforçant ainsi considérablement les capacités d’exploration de ce corpus. 

Les images sélectionnées pour les Archives numériques couvrent uniquement la période 1787-1799, des années précédant immédiatement le début de la Révolution jusqu’à l’apparition de Napoléon. Seule l’iconographie directement liée à la Révolution a été sélectionnée.

URL

URL : https://frda.stanford.edu/fr

À noter

Les deux collections des Images et des Archives parlementaires peuvent être exploitées séparément mais le site permet également d’effectuer des recherches croisées. 

  • Archives parlementaires : https://frda.stanford.edu/fr/ap : le site donne accès à la version numérisée et à la version textuelle (issue d’une océrisation), visible en vis-à-vis ;
  • Images de la Révolution française : https://frda.stanford.edu/fr/images : 14 000 documents, principalement des gravures du Département des Estampes et de la Photographie, mais également des illustrations, des médailles, des monnaies, ainsi que d’autres objets.
  • Chronologie de la Révolution : chacune des pages d’accueil (française et anglaise) propose une frise chronologique.
  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le Prix 2018 de l’Association de l’École du Louvre met en valeur l’estampe

Pour contribuer à donner aux travaux de recherche des élèves de l’Ecole du Louvre l’audience qu’ils méritent et aider à une première publication en histoire de l’art ou en archéologie, l’Association de l’École du Louvre encourage annuellement les jeunes chercheurs par la remise d’un prix annuel, au lauréat, élève ou ancien élève de l’Ecole du Louvre, âgé de moins de 30 ans.

Caroline Watson (British, London 1760/61–1814 London) Miranda (Shakespeare, The Tempest, Act 1, Scene 1), April 14, 1809 British, Stipple with etching; printed in reddish brown ink; Plate: 12 3/8 × 10 1/16 in. (31.4 × 25.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Rogers Frund, 1962 (62.602.675) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/431239

Pour la première fois, depuis que le prix a été créé en 20071, il honore un travail de recherche consacré à l’art de l’estampe puisqu’il a été remis ce 16 novembre 2018 à Camille Belvèze, pour son mémoire de master 2 de 2e cycle en histoire de l’art appliquée aux collections intitulé Mordues. Femmes aquafortistes britanniques (1838-1929)2.

En acceptant le prix, le lauréat s’engage à publier son travail dans la collection “Mémoires de recherche de l’Ecole du Louvre”. Si ce prix met à 
à l’honneur l’estampe, il conforte aussi l’importance de l’investissement du département des Estampes et de la photographie à l’Ecole du Louvre pour promouvoir la recherche sur l’estampe. Rappelons en effet que cette distinction honore indirectement l’enseignement assuré par Valérie Sueur-Hermel à l’Ecole du Louvre dont Camille Belvèze fut l’élève.

Valérie Sueur-Hermel assure les enseignements sur “lʼestampe romantique, de l’Ancien Régime au Second Empire” quand Caroline Vrand a en charge “l’estampe aux XVe et XVIe siècles.”

Au-delà de l’Ecole du Louvre, signalons aussi que le département assure – en la personne de Rémi Mathis – les cours sur l’histoire et les techniques de l’estampe aux futurs archivistes-paléographes de l’Ecole nationale des chartes.

Camille Belvèze avait eu l’occasion de rendre compte de son mémoire d’étude de 1ère année de 2e cycle : Horace Walpole et l’estampe (1717-1797). L’encre du gothique, sous la direction de Pascale Cugy et François-René Martin, dans les Nouvelles de l’estampe3.

  1. Cf. https://www.association-ecoledulouvre.fr/prix-de-lassociation []
  2. sous la direction de Pascale Cugy et Frédéric Ogée. Valérie Sueur-Hermel était la “personne-ressource” et membre du jury pour ce mémoire []
  3. Camille Belvèze, “L’estampe à Strawberry Hill”, Nouvelles de l’Estampe,  hiver 2017-18, n° 261, p. 70-79 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Voisinages de Lequeu : questions partagées et portraits croisés » (11/12/18)

Ce deuxième profil est bien plus ressemblant à Jns Jques Lequeu Jur Architecte. : [dessin] / Le reste par Lequeu

Dans le cadre de l’exposition qui se tient actuellement au Petit Palais un symposium est organisé par le Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris ; Arche, Université de Strasbourg ; Hicsa, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Larhra, Université Lumière, Lyon 2, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France

Programme

  • 9h45 Accueil
  • 10h Introduction, Sylvie Aubenas, directrice du Département des Estampes et de la Photographie, BnF et Christophe Leribault, directeur du Petit Palais
  • 10h20 Session 1. Décrypter Lequeu
    présidence par Corinne Le Bitouzé, BnF
  • 10h30 Martial Guédron, Université de Strasbourg
    Savoirs physiognomoniques et parodie analytique: autour de la « Nouvelle méthode » de Jean-Jacques Lequeu
  • 11h Marc Décimo, Université de Paris-Nanterre
    Jean-Jacques Lequeu est-il un «fou littéraire»?
  • 11h30 Gilbert Richaud, Larhra
    Pisé, bétons, ciments, mastics et congélations: les maçonneries et matières non conventionnelles dans l’ «Architecture civile de Lequeu»
  • 12h Elisa Boeri, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    «de la chaux mêlée avec du sucre et du lait », la curieuse cuisine architecturale de Jean-Jacques Lequeu et Marie-Antoine Carême
  • 12h30 Pause déjeuner
  • 14h30 Session 2. Figures parallèles
    présidence par Antoine Picon, Université d’Harvard
  • 14h40 Jean-Philippe Garric, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Jean Thomas Thibault (1757-1826), « laborieux, amant passionné du beau, ami zélé du bien, il a constamment mérité l’estime et l’admiration de tout le monde »
  • 15h10 Émilie d’Orgeix, École pratique des hautes études
    Antoine François Lomet (1759-1826), « homme du monde devenu philosophe »
  • 15h40 Valérie Nègre, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    Pierre Giraud (1744-1814), « il est facheux que les vues du citoyen Giraud soient peu compatibles avec nos mœurs»
  • 16h10 Laurent Baridon, Université Lumière Lyon 2
    François Cointeraux (1740-1830), « qui ne fut rien, pas même académicien »
  • 16h40 Conclusions par Antoine Picon – débat
  • Pot de clôture

Informations pratiques

  • Mercredi 19 décembre 2018, 9h45-17h30
  • PETIT PALAIS – Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
  • Avenue Winston-Churchill, Paris, 8e — Auditorium
  • M° Champs-Elysées-Clémenceau, Franklin-Roosevelt
  • Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Il tire la langue. : [dessin] / J.n J.que Le Queu delin.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmes

Le Petit Palais présente pour la première fois au public un ensemble inédit de 150 dessins de Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), artiste hors du commun. L’œuvre graphique de ce dessinateur méconnu est l’une des plus singulières de son temps. Elle témoigne, au-delà des premières étapes d’un parcours d’architecte, de la dérive solitaire et obsédante d’un artiste fascinant. Cette exposition est réalisée avec le concours de la Bibliothèque nationale de France qui conserve la quasi-totalité des dessins de l’artiste.

Jean-Jacques Lequeu, originaire d’une famille de menuisiers à Rouen, reçoit une formation de dessinateur technique. Très doué, il est recommandé par ses professeurs et trouve rapidement sa place auprès d’architectes parisiens dont le grand Soufflot. Celui-ci, occupé par le chantier de l’église Sainte Geneviève (actuel Panthéon), le prend sous son aile. Mais Soufflot meurt en 1780. Dix ans plus tard, les bouleversements révolutionnaires font disparaître la riche clientèle que Lequeu avait eu tant de difficultés à trouver. Désormais, employé de bureau au Cadastre, il tente en vain de remporter des concours d’architecture. Seulement, il doit se résigner à dessiner des monuments et des fabriques d’autant plus étonnants que l’artiste, pressentant que ces constructions ne sortiront jamais de terre, se libère des contraintes techniques.

Le parcours thématique de l’exposition retrace cette trajectoire atypique et aborde les différentes facettes de son œuvre. L’exposition ouvre sur une série de portraits, genre très en vogue au XVIIIe siècle. Lequeu se portraiture à de nombreuses reprises et réalise des têtes d’expression témoignant de sa recherche sur le tempérament et les émotions des individus. En parallèle, il continue de proposer des projets d’architecture qui n’aboutissent pas ou sont inter-rompus. Alors, fort de l’outil précis et technique, de l’épure géométrique et du lavis, Lequeu, à défaut de réaliser des projets, décrit scrupuleusement des édifices peuplant des paysages d’invention. Ce voyage initiatique au sein d’un parc imaginaire, qu’il accomplit sans sortir de son atelier, est nourri de figures et de récits tirés de ses lecture d’autodidacte tel Le Songe de Poliphile. Il conduit ainsi le visiteur de temples en buissons, de grottes factices en palais, de kiosques en souterrains labyrinthiques. L’exposition se termine sur une série de dessins érotiques oscillant entre idéalisation héritée de la statuaire antique et naturalisme anatomique.

Ainsi pour Lequeu, il s’agit de tout voir et tout décrire, avec systématisme, de l’animal à l’organique, du fantasme et du sexe cru à l’autoportrait, et par-delà de mener une véritable quête pour mieux se connaître lui-même. En 1825, six mois avant de disparaître dans le dénuement et l’oubli, il donne à la Bibliothèque royale l’ensemble de ses feuilles livrant l’une des œuvres les plus complexes et curieuses de cette période. Au XXe siècle, des recherches ont permis de redécouvrir peu à peu l’artiste, mettant en lumière ses dessins les plus déconcertants mais jamais une rétrospective n’avait été organisée sur ce génie si singulier

Commissariat

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général, adjointe au directeur du département des estampes et de la photographie de la BnF
  • Laurent Baridon, professeur à l’université de Lyon II
  • Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Martial Guédron, professeur à l’université de Strasbourg
  • Christophe Leribault, directeur du Petit Palais avec le concours de Joëlle Raineau, collaboratrice scientifique.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Avis : programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie

La Bibliothèque nationale de France entend promouvoir la formation à la recherche par la recherche, raison pour laquelle tous les ans elle lance un appel à chercheurs incluant une bourse de recherche pour la photographie. Cette dernière bénéficie du soutien de la Fondation Louis Roederer.

Acteur de la recherche en histoire de la photographie comme de la jeune création, avec l’exposition annuelle des photographies lauréates de la Bourse du Talent ou la collaboration au prix Nadar des Gens d’images, la BnF signale l’appel lancé par l’Institut pour la photographie des Hauts de France.

Argument

L’Institut pour la photographie lance la première édition de son programme de soutien à la recherche et à la création sur la thématique « La photographie, objet de diffusion ».

Le programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie vise à développer et à croiser des approches diverses autour de la photographie – histoire de la photographie, anthropologie des images, études visuelles et  recherche en arts plastiques.

L’appel à candidature est ouvert aux doctorants, chercheurs universitaires ou indépendants, commissaires d’expositions et artistes quel que soit leur âge ou leur nationalité proposant un projet inédit – publication, exposition ou production d’œuvres – ouvrant de nouvelles perspectives sur la thématique annoncée. L’Institut pour la photographie octroie quatre bourses annuelles de 15.000 euros pour le temps de la recherche, de la création et de la finalisation des projets sélectionnés. L’organisation de colloques, workshops et évènements permettra d’enrichir ces échanges au cours de l’année avant la présentation des travaux finalisés lors d’une rencontre publique organisée par l’Institut pour la photographie.

Candidatures

Thème retenu pour cette première édition : « La photographie, objet de diffusion ».

En réponse à cet appel, les candidats veilleront à développer une approche singulière, qu’elle soit sous la forme d’une recherche théorique ou plastique, ou d’une proposition d’exposition.

Les langues officielles des candidatures du programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie sont le français et l’anglais.

Les dossiers de candidatures doivent être transmis uniquement par voie numérique via le site de l’Institut : https://www.institut-photo.com/dossier-de-candidature/

Calendrier

  • 18 octobre 2018 : Appel à candidature avec la thématique annoncée
  • 30 novembre 2018 : Date limite de dépôt des candidatures
  • mi-décembre 2018 : Jury de sélection des lauréats
  • Janvier 2019 : Annonce publique des lauréats
  • Janvier 2020 : Présentation publique des travaux finalisés

Toutes les informations sur le site de l’Institut pour la photographie : https://www.institut-photo.com/presentation-bourses/

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Murs de papier. L’atelier du papier peint (1798-1805)

Cet ouvrage des éditions de la BnF invite à découvrir une histoire haute en couleur qui s’écrit sur les murs des intérieurs bourgeois à la fin du XVIIIe siècle, à l’heure où le papier peint s’impose comme un objet de décoration à la mode, grâce à la grande variété de ses motifs.

Couverture de Murs de papier. L’atelier du papier peint (1798-1805)

Argument

L’ introduction revient sur les raisons de ce succès, lié à la naissance de la société de consommation et à l’évolution des conditions d’habitat : facile d’utilisation, porté par un milieu manufacturier en pleine expansion qui n’hésite pas à recourir à la publicité, le papier peint a su capter les envies de confort et de nouveauté de la société d’alors et séduire tant par son univers visuel et coloré que par l’imagination des dessinateurs et l’habileté des imprimeurs. Aujourd’hui encore, il continue d’inspirer les créateurs et décorateurs contemporains.L’ouvrage se présente sous la forme d’un répertoire de motifs dans le but de révéler pleinement cette créativité qui joue sur différents registres : les papiers en arabesque ; les motifs architecturaux ; le monde végétal ; les animaux et les fruits ; l’imitation des matériaux ; les motifs géométriques ; le modèle antique ; les scènes de genre ; l’imitation du textile. Le lecteur se trouve ainsi plongé dans un univers de formes et d’associations de couleurs parfois surprenantes, voire tout à fait inattendues.Tous les échantillons présentés proviennent de la collection de la Bibliothèque nationale de France, constituée entre 1798 et 1805, à la faveur de la législation révolutionnaire qui invitait les manufacturiers à y déposer leurs créations pour se protéger de la contrefaçon.Des focus viennent éclairer de manière plus précise certains aspects comme la fabrication des papiers peints, le monde de la boutique, la question épineuse de la propriété intellectuelle, ou encore le contexte révolutionnaire.

Auteurs

  • Ancienne élève de l’École normale supérieure, Christine Velut est docteur en histoire moderne de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu sa thèse, sous la direction de Daniel Roche, sur « La production, la commercialisation et les usages des papiers peints à Paris de 1750 à 1820 » (publiée par Monum, Éd. du patrimoine, en 2006). Dans le cadre de la préparation de sa thèse, elle a réalisé le catalogage de la collection de papiers peints du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France.
  • Vincent Darré est décorateur-designer. Après avoir travaillé dans le secteur de la mode, il se consacre à l’univers de la maison, entre inspirations baroques et obsessions dadaïstes.

Informations pratiques

  • Description : 220 pages, 150 illustrations, 23 x 33 cm, broché
  • Date de parution : 31 octobre 2018
  • ISBN / EAN :  978-2-7177-2776-0 / 9782717727760
  • Éditeur :  BnF Éditions
  • Prix : 39 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférences : « Trésors de Richelieu »

L’Institut national d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition de ce cycle, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de littérature, et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de l’INHA, de la BnF et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Responsables scientifiques

Continuer la lecture de Conférences : « Trésors de Richelieu »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

COLLECTA : Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.collecta.fr

Description

Ce site résulte d’un programme de recherche porté par l’École du Louvre, mené en collaboration avec l’Université de Paris I-Sorbonne en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et l’IRHT.

Collecta est une base de données qui reconstitue la collection dispersée de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières (1642-1715) dispersée entre différents lieux de conservation (plusieurs départements de la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford). Construite à partir des anciens inventaires, la base de données et son interface permettent de redonner une vision globale de la collection avant sa dispersion et de retrouver le système classificatoire très perfectionné mis en place par l’antiquaire.

Elle permet un accès aux documents conservés numérisés en lien avec les sites des institutions détentrices et elle fait le lien avec les documents des XVIIIe et XIXe siècles montrant un usage ultérieur de la collection.

La collection de papier de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières offre une vaste documentation textuelle et iconographique constituée d’originaux et d’une majorité de copies, servant l’histoire de la noblesse et de la monarchie française, l’histoire des monuments ou encore celle du costume.

Auteur(s)

  • Direction

    • Anne Ritz-Guilbert (historienne de l’art – enseignant-chercheur hdr, École du Louvre).
    • Sophie Fétro (designer – maître de conférences en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

    Membres associés au projet

    • Pascal Schandel (historien de l’art – chargé de mission, École du Louvre)
    • Anthony Masure (designer d’interfaces – chargé de mission, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    • Matthieu Lacroix (développeur-programmeur)
    • Josselin Morvan (encodeur TEI)
    • Virginia Cassola (doctorante, École du Louvre)
    • Camille Jolin (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Anne-Sophie Rincel (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Stéphane Lab (élève en Master 2, École du Louvre)

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Gravure en clair-obscur Cranach, Raphaël, Rubens…

Portrait de Johann Paumgartner, par Hans Burgkmair.  British Museum, AN1613316170.  CC BY-NC-SA 4.0

Argument

Résultat du programme de recherche CLARO financé par la Fondation des sciences du patrimoine, l’exposition porte sur la gravure en clair-obscur qui fut pratiquée dans toute l’Europe des années 1510 à 1650.

Fruit de recherches techniques et artistiques visant à traduire à l’impression une gamme limitée de couleurs, elle connut une large diffusion et suscita un intérêt évident chez des peintres et des dessinateurs comme Hans Baldung Grien, Parmigianino, Domenico Beccafumi ou Pierre Paul Rubens, qui y virent un champ d’expérimentation stimulant, leur  permettant d’explorer la monochromie et les rapports entre ombre et lumière.

C’est cette longue histoire que l’exposition entend retracer, en présentant les gravures les plus représentatives de cette production à partir du fonds de la collection Edmond de Rothschild du musée du Louvre, du département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France et de la Fondation Custodia.

Le  commissariat de l’exposition est assuré par Séverine Lepape, conservateur à la collection Edmond de Rothschild, Département des Arts Graphiques, Musée du Louvre, après avoir été chef de service de l’estampe ancienne et de la Réserve du département des Estampes et de la Photographie de la BnF de 2010 à 2014.

Présentation

Réunissant de manière inédite près de 120 estampes conservées dans les collections parisiennes les plus importantes (collection Edmond de Rothschild, musée du Louvre ; Bibliothèque nationale de France ; Fondation Custodia et les Beaux-Arts de Paris), ainsi que des prêts emblématiques de musées français (musée des Beaux-Arts de Besançon) et étrangers (British Museum, Ashmolean Museum et Rijksmuseum), l’exposition retrace à la fois une technique et une esthétique particulière de l’estampe : la gravure en clair-obscur, dite aussi en couleurs.
Elle en propose un panorama chronologique et géographique à travers les chefs-d’oeuvre gravés par ou d’après les plus grands maîtres de la Renaissance et du maniérisme européen, tels que Cranach, Raphaël, Pierre Paul Rubens, Parmigianino, Domenico Beccafumi ou Hans Baldung Grien.

L’estampe gravée sur bois en couleurs, appelée chiaroscuro en Italie, fut pour la première fois expérimentée au cours des années 1508-1510 en Allemagne avant de se diffuser dans toute l’Europe, où elle fut pratiquée avec de plus en plus de sophistication jusque dans les années 1650.
Fruit de recherches techniques et artistiques visant à traduire à l’impression de riches nuances de teintes, la gravure en clair-obscur fascina les artistes qui y explorèrent une question chère à Léonard de Vinci et à Giorgio Vasari : l’art des ombres et des lumières.
La recherche de cette esthétique si particulière fait de la gravure en clair-obscur un objet au carrefour des autres pratiques artistiques : imitant le dessin sur papier teinté ou au lavis, le sgraffito de la peinture murale ou la mosaïque de pierre, elle est néanmoins un objet autonome, où la monochromie constitue une autre voie pour représenter le monde.
Outre ce dialogue que la gravure en clair-obscur entretient avec les autres arts, l’exposition aborde également les questions de sa production et de sa réception. L’estampe est souvent le résultat d’une
collaboration de l’inventeur de la composition, souvent peintre et dessinateur, avec un graveur et/ou un imprimeur, qui maîtrise la science des encres de couleurs, la taille des matrices, leur superposition
et le rendu final. Le caractère précieux de ces gravures retint l’attention des amateurs qui se mirent à les collectionner dès le XVIe siècle.

L’exposition s’appuie sur un projet de recherche scientifique, financé par la
Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima), portant sur l’analyse des pigments et colorants d’une quarantaine de gravures en clair-obscur et faisant collaborer la BnF et le Centre de recherche et restauration des musées de France (C2RMF).

Cette exposition est réalisée avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.
Le catalogue est publié avec le soutien de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima).

Téléchargements

Communiqué de presse
Visuels

Informations pratiques

  • Où ? Musée du Louvre, Rotonde Sully nord et sud
  • Quand ? Du 18 octobre 2018 au 14 janvier 2019
  • Comment ? Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.
  • Renseignements : 01 40 20 53 17
L’Empereur Maximilien à cheval (1507-1508) par Hans Burgkmair. Oxford

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Les Nadar, une légende photographique

La Bibliothèque nationale de France propose la première grande exposition consacrée aux trois Nadar. Félix Nadar (1820-1910), son frère Adrien Tournachon (1825-1903) et son fils Paul Nadar (1856-1939) furent tout à la fois photographes, peintres, dessinateurs et inventeurs…
Quelque 300 pièces témoignent des spécificités de chacun des trois photographes, de leurs collaborations comme de leurs rivalités, dans un parcours qui embrasse l’histoire de l’atelier des Nadar pendant près d’un siècle. À travers des épreuves photographiques originales, des dessins, des estampes, des peintures et des objets, l’exposition invite à la découverte inédite de l’héritage de l’un des ateliers les plus importants et les plus durables des débuts de la photographie.

Le propos de l’exposition s’appuie sur des pièces issues des très riches collections de la BnF, que viennent compléter des prêts prestigieux du Metropolitan Museum of Art de New York, du John Paul Getty Museum de Los Angeles, du musée d’Orsay, du musée de l’Air du Bourget, de l’École des Beaux-Arts de Paris et de la Société française de photographie.Trois parties illustrent les caractéristiques de l’entreprise des Nadar, des années 1850 à la fin des années 1930.

Les Nadar par les Nadar

La première partie, « Les Nadar par les Nadar », fait la lumière sur l’histoire familiale en présentant une sélection des très nombreux portraits et autoportraits des trois photographes et de leur cercle
privé. Elle témoigne de leur implication personnelle dans l’atelier, leurs relations complexes et la manière dont ils utilisèrent leurs propres personnes pour promouvoir leurs ateliers et leur production.
Souvent mis en scène, travestis, scénarisés, ces portraits construisent une légende familiale qui va des prises de vues en studio dans les années 1850 jusqu’aux instantanés Kodak de Paul Nadar, et illustrent en filigrane l’histoire de la représentation photographique elle-même.

Art et industrie du portrait

La deuxième partie, « Art et industrie du portrait », est consacrée à l’héritage des Nadar dans ce domaine et inclura une sélection de portraits emblématiques des personnages les plus connus et les plus influents de leur époque. Elle met en évidence leurs approches différentes ainsi que l’évolution des techniques photographiques et du goût au cours d’un siècle. Elle comprend des chefs-d’œuvre du portrait photographique par Félix Nadar et Adrien Tournachon. Les relations d’amitié que Félix Nadar a pu entretenir avec Gustave Doré ou Baudelaire ont permis de produire des portraits très intimes. Les nombreux ateliers des Nadar à Paris, et même à Marseille, seront évoqués à travers des photographies permettant de voir les lieux et les coulisses des dispositifs de prises de vue.

Art et science

Enfin, la dernière partie de l’exposition, « Art et science », établit le lien des Nadar avec l’actualité de leur temps et la manière dont leur œuvre photographique s’est très souvent associée à des  découvertes scientifiques et techniques. Témoignent de cette implication les reportages photographiques d’Adrien Tournachon sur les races de bovins et de chevaux, ou sa collaboration avec le docteur Duchenne de Boulogne pour saisir le mécanisme de la physionomie humaine. Quant à Félix Nadar, il s’est fait connaître durablement pour son utilisation pionnière de la photographie à la lumière artificielle : portraits nocturnes en studio, reportages dans les égouts et les catacombes de la capitale, photographies sous la mer dans des caissons étanches dans le port de Marseille. Il est également connu pour les premières photographies aériennes qui résultèrent de sa célèbre passion pour la navigation aérienne. Une projection sous forme de diaporama évoque par ailleurs le voyage au Turkestan de Paul Nadar en 1890, et la projection publique qu’il organisa lui-même à son retour.

Premier résultat de photographie aérostatique // Applications : Cadastre, Stratégie, etc // Cliché obtenu à l’altitude de 520 m par Nadar 1858″ : [photographie] / Nadar ; [agrandissement par Paul Nadar], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10539821c

Informations pratiques

Commissariat

  • Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la photographie des Hauts-de-France

Où et quand ?

Du 16 octobre 2018 au 3 février 2019
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Galerie 2
Quai François Mauriac, Paris XIIIe
Du mardi au samedi 10h à 19h
Dimanche 13h à 19h
Fermeture les lundis et jours fériés

Publication

Catalogue de l’exposition
23×30 cm, 352 pages, 250 illustrations environ
Éditions de la BnF

Dossier de presse

Gallica

Collections numérisées de Nadar : https://gallica.bnf.fr/conseils/content/nadar

Avec le soutien de

Logo Champagne Louis Roederer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts