Archives par mot-clé : Estampes et photographie

Les albums de « Costumes péruviens » du fonds Léonce Angrand (2/2)

Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure des universités à l’Université Bordeaux Montaigne (EA3656) – Institut Universitaire de France, nous propose de revenir sur la personnalité de Léonce Angrand, dont les collections sont présente dans plusieurs départements de la BnF.


Le second album d’aquarelles péruviennes, 1837-1849

Le second album de « Costumes péruviens. Scènes de la vie religieuse et populaire à Lima ». 2e partie 1837 à 18491 a été ordonné a posteriori, ce que l’on peut déduire de la numérotation des aquarelles, qui portent cette fois, toutes le monogramme AL (pour Angrand Léonce).

Deux aquarelles de l’album sont entrées au répertoire des représentations les plus connus au Pérou, et ont été reproduites à l’envi : c’est l’annonce de la vente de billets pour un combat de coqs, une aquarelle datée du 20 avril 18372, sur un sujet qui a également inspiré Francisco Fierro3.

C’est d’autre part le retour de la fête d’Amancaes, une aquarelle d’Angrand datée de septembre 1837, une scène violente et festive, sorte d’enlèvement des Sabines lors d’une manifestation populaire traditionnellement célébrée à l’occasion de la Saint-Jean, en juin, lorsque le mont Amancaes, près de Lima, est recouvert d’un parterre de fleurs jaunes, à l’orée de l’hiver austral.

Les Afro-Péruviens acquièrent une visibilité chez Angrand, plus sans doute que les les groupes indiens et métis, qui vivent à la périphérie de la capitale, et exercent des métiers semi-ruraux comme le groupe de vanniers et de fagotiers mis en scène dans la première aquarelle datée de 18364.

L’aquarelle du 30 avril 1837 rassemble un groupe de sept personnages représentatifs des classes populaires, composé d’indiennes et de métis : trois soldats en tenue de parade dialoguent avec quatre femmes en corsages et longues jupes, dépourvues de l’élégance des « tapadas » enveloppées dans des soieries. Le militaire s’amuse d’une souris, au centre de l’image.

L’arrière-plan est à peine ébauché, tandis que Léonce Angrand a dessiné par ailleurs, quantité d’églises et de places, de paysages et de monuments, une infinité de croquis restés inachevés qu’Edgardo Rivera Martinez a reproduits en partie dans son ouvrage consacré à Léonce Angrand.

Les scènes de marché ont aussi retenu l’attention du voyageur étranger. Le diplomate français représente une ville où la nourriture abonde, la nature est généreuse, mères et enfants vivent dans un espace public ouvert à tous les regards.

La misère est visible à côté du luxe ostentatoire. La prostitution est omniprésente et côtoie le pouvoir religieux sur la voie publique. Les processions sont dépeintes avec une grande diversité5.

L’insécurité guette le voyageur au premier carrefour. Peinte par Angrand, Lima est une cour des miracles.

Cet aperçu montre combien la centaine d’aquarelles des albums Angrand sur le Pérou est d’une extraordinaire complexité. Les deux albums sont intéressants pour les historiens tout comme les historiens de l’art. Certes, il ne s’agit pas d’instantanés, mais de constructions élaborées, des scènes imaginaires, porteuses de sens, renvoyant à une réalité ethno-historique précise que le peintre voyageur va retrouver et continuer d’illustrer au Guatemala, au milieu du siècle.

Les aquarelles d’Angrand, de Merino et de Fierro constituent une encyclopédie illustrée de l’Amérique du sud au sortir des guerres d’indépendance, avant que les coutumes et l’habillement traditionnel ne soient relégué du fait de l’essor des modes importées de France. Les Péruviens enrichis grâce au guano réorientent la culture nationale dans une capitale qui devient de plus en plus européanisée à partir de 1850, jusqu’au retournement de sensibilité et la revendication autochtone des années 1920, à l’occasion du Centenaire de l’Indépendance du Pérou, par des peintres comme Mario Urteaga, José Sabogal originaires des Andes.  

Bibliographie

Sources primaires

  • Angrand, Léonce, Costumes péruviens, scènes de la vie religieuse et populaire à Lima, Paris, Bibliothèque Nationale. 2 albums. Département des Estampes et de la Photographie. RESERVE OF-32 (1 et 2)-PET FOL. 
    Album 1: https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403584916
    Album 2 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w
  • Inventaire des livres et documents relatifs à l’Amérique recueillis et légués à la Bibliothèque Nationale par M. Angrand, Paris, Bibliothèque Nationale. Département des imprimés, 1887. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k255697k>.
  • Lafond de Lurçy, Gabriel, Voyages autour du monde et naufrages célèbres, Paris, Pourrat, 1843-1844, t. 1-3. 
  • Tristan Flora, Pérégrinations d’une paria, Paris, Ladvocat, 1838.
  • Tschudi, Johann Jacob von, Esquisses d’un voyage au Pérou, Besançon, La lanterne magique, 2020 (traduction).

Sources secondaires

  • Barron, Josefina, Pancho Fierro. Un cronista de su tiempo, Lima, Munilibros, 2018. Disponible en ligne, url : <https://publicacioneslima.pe/wp-content/uploads/2018/11/munilibro-15.pdf>.
  • Greatorex-Bell, Coryn et Christopher H. Lutz, Reflections of Guatemala: costume and life in the 19th century, Guatemala, Cirma, 2016.
  • Jacquot, Olivier, « Le fonds Angrand », Amoxcalli, 7 janvier 2018. Disponible en ligne, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/640>.
  • Jacquot, Olivier, « Le musée d’antiquités américaines du Louvre », Amoxcalli, 17 juin 2019. Disponible en ligne, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/10639>.
  • Kusunoki, Ricardo, Ignacio Merino. Pintor de Historia, 200 años, Lima, Municipalidad Metropolitana, 2018. Disponible en ligne, url : <https://publicacioneslima.pe/wp-content/uploads/2018/10/munilibro-9.pdf>.
  • Majluf, Natalia, La creación del costumbrismo. Las acuarelas de la donación Juan Carlos Verme, Lima, MALI, 2016.
  • Portocarrero, Gonzalo, La urgencia por decir nosotros: los intelectuales y la idea de nación en el Perú republicano, Lima, PUCP, 2015.
  • Rivera Martinez, Edgardo, La obra peruanista de Angrand (1834-1838, 1847), Lima, Fundación Bustamante, 2010.
  • Riviale, Pascal, Los viajeros franceses en busca del Perú antiguo, 1821-1914, Lima,IFEA, 2000, 357-383.
  • Riviale, Pascal, « Un explorateur si dilettante », HISAL, 2020, 14. Disponible en ligne, url : <https://www.hisal.org/revue/article/view/riviale2020a>.
  • Saint-Fuscien, Emmanuel, « La querelle Castilla Saillard : enseignements historiques d’un duel diplomatique », hSAL1997-1. Disponible en ligne, url : <« >https://web.archive.org/web/20160119125424/http://www.univ-paris-diderot.fr/hsal/hsal971/esf97-1.html>.
  • Tauzin-Castellanos, « La otredad en la intersección de la cultura letrada y la iconografía del Perú Republicano: Pancho Fierro y Ricardo Palma,  Léonce Angrand y Gabriel Lafond », 2019,  III Conferencia Internacional  Perú XIX, FIU, Miami. Disponible en ligne, url : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02528688/file/PWPMiami.pdf>.
  • Villegas Torres, Luis Fernando, «El costumbrismo americano ilustrado: el caso peruano. Imágenes originales en la reproducción técnica», Anales del Museo de América, Madrid, n° 19, p. 7-67.

Notes

  1. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w>. []
  2. N° 72, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w/f13.item>. []
  3. Cf. Anuncio de pelea de gallos, Museo de Arte de Lima. Donación Juan Carlos Verme, url :<https://mali.pe/objects/24767/convite-o-anuncio-de-pelea-de-gallos;jsessionid=E8826D0210966A454424DF533B6DE928>. []
  4. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w/f2.item []
  5. On se reportera à la planche de contact de l’album, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w/f19.planchecontact>. []

Isabelle Tauzin

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels Ancienne élève de l’École Normale Supérieure Sèvres, Agrégée d'espagnol Professeure des universités en études latino-américaines Membre senior de l'Institut Universitaire de France

More Posts - Website

Les albums de « Costumes péruviens » du fonds Léonce Angrand (1/2)

Isabelle Tauzin-Castellanos, professeure des universités à l’Université Bordeaux Montaigne (EA3656) – Institut Universitaire de France, nous propose de revenir sur la personnalité de Léonce Angrand, dont les collections sont présente dans plusieurs départements de la BnF.


Léonce Angrand est un diplomate qui a beaucoup voyagé et manifesté tout au long du XIXe siècle, une grande curiosité pour les populations locales, les coutumes et les vestiges des lieux où il s’est déplacé entre l’Europe et l’Amérique. Avant sa mort (1886), il a légué à la Bibliothèque nationale de France un fonds unique de mille trois cents ouvrages, une centaine de cartes, des carnets de dessin, de croquis et d’aquarelles, des albums sur le Pérou et le Guatemala, ainsi que d’autres œuvres sur le Mexique et Cuba. L’inventaire du fonds révèle l’existence de documents uniques dans le monde, acquis par Léonce Angrand jusqu’à la fin de sa vie1.  Une partie de son œuvre iconographique exceptionnelle, autrefois réservée à une consultation Rue de Richelieu, est accessible grâce à la numérisation sur le site Gallica, notamment les deux albums d’aquarelles péruviennes objet de cette contribution scientifique. La synthèse biographique ci-dessous est suivie d’une présentation de quelques aquarelles représentatives du contenu des albums péruviens du fonds Angrand.

Léonce Angrand : diplomatie et américanisme

La naissance de Léonce Angrand en 1808 à Paris illustre l’alliance de la noblesse traditionnelle et de la haute fonction publique postrévolutionnaire2. La carrière diplomatique conduit la famille en Angleterre : Aimé Angrand, nommé consul à Malte au début de la première Restauration, en 1814, est ensuite consul à Liverpool puis à Edimbourg en 1833.   

Léonce Angrand débute la carrière diplomatique comme secrétaire particulier de l’ambassadeur de France à La Haye, en 1830 ; il est nommé ensuite vice-consul de France à Cadix, et occupe les mêmes fonctions deux ans plus tard, en 1833, à Lima, où il reste pendant six années.

Les années 1830 sont tumultueuses au Pérou et ont été définies comme une époque d’anarchie, du fait des coups d’état à répétition (« revoluciones »), et des menaces que la Bolivie et le Chili ont fait peser sur l’unité territoriale. Lorsque Léonce Angrand débarque au port du Callao, la jeune république péruvienne est en proie à la plus grande instabilité politique. Elle est présidée successivement par les généraux Gamarra, Orbegoso, Salaverry, et unifiée à la Bolivie par le général Santa Cruz allié au général Orbegoso. Le 21 août 1838, Lima est occupée par la Coalition péruano-chilienne sous les ordres des généraux Gamarra et Bulnes disposée à piller les commerces étrangers3. De nombreux Français favorables à la Confédération péruano-bolivienne quittent le Pérou et rentrent en France. Angrand est nommé vice-consul à Cuba en 1839.

Les albums du Fonds Angrand conservés à la Bibliothèque Nationale concernant le Pérou correspondent pour l’essentiel aux années 1837-18384.

Léonce Angrand est nommé en juin 1842 consul à Cadix. Il y accueille le peintre Eugène Delacroix, et est présent au moment de l’expédition coloniale au Maroc ; il est alors élevé au rang d’officier de la Légion d’Honneur.

En 1846, il est envoyé en Bolivie et parcourt à nouveau les Andes péruviennes, en tenant des carnets de croquis. Les voyageurs (Flora Tristan, Eugène de Sartiges…) ont été nombreux à écrire sur le Pérou de la décennie 1833-1842, parallèlement à toute la documentation privée et publique ainsi que la presse locale, dont le quotidien El Comercio, apparu en 1839 à Lima et devenu le doyen de la presse péruvienne.  ((On se reportera à la bibliographie des sources françaises recensées par Pascal Riviale dans Los viajeros franceses en busca del Perú antiguo, 1821-1914, Lima, IFEA, 2000, 357-383, url : <https://books.openedition.org/ifea/3581>.)).

Selon l’écrivain péruvien Edgardo Rivera Martinez, qui a étudié une grande partie de l’œuvre d’Angrand dans les années 1960, sur les traces de l’hispaniste Marcel Bataillon et du diplomate Raúl Porras Barrenechea5, Léonce Angrand est rappelé de Bolivie en 1849, alors qu’il se passionnait pour le site archéologique de Tiahuanaco, à proximité du lac Titicaca. En 1850, il fait don au Louvre d’une collection de tissus et de céramiques complétée par « la magnifique collection d’étoffes et de costumes rapportée tout récemment par M. J. Merino »6. La liste des objets reçus par le Louvre est répertoriée aussitôt. Elle témoigne de la proximité entre le diplomate français et le peintre péruvien, Ignacio Merino7. La même proximité est visible et soulève plusieurs questions concernant un des albums d’aquarelles péruviennes de la Bibliothèque nationale de France.

Les relations entre Léonce Angrand et Ignacio Merino

Ignacio Merino est aujourd’hui considéré comme l’un des grands peintres du Pérou du XIXe siècle. Né dans le nord du pays en 1817, d’une famille de l’aristocratie locale, il est envoyé enfant à Paris, et revient à Lima dans le contexte de la guerre internationale entre le Pérou, le Chili et la Bolivie, tout juste âgé de vingt ans, en 1838.

Le général Santa Cruz, admirateur de l’empire napoléonien et à la tête de l’éphémère Confédération péruano-bolivienne, a promulgué en 1838 un décret pour former des lithographes à Lima en favorisant l’installation de deux artisans français8. C’est dans ce contexte de soutien à l’activité artistique, qu’Augustin Gamarra, vainqueur du Bolivien Santa Cruz et partisan du protectionnisme, nomme en 1839, comme directeur de l’École de Dessin de Lima, Ignacio Merino, après le décès du fondateur de l’école, l’Équatorien Francisco Javier Cortés9.

Merino et Angrand ont pu faire connaissance à l’occasion du premier ou du second séjour d’Angrand au Pérou, en 1838 ou en 1847. Plusieurs peintres étrangers ont séjourné à Lima dans ces mêmes années et ont peint des portraits ou des scènes de la vie quotidienne, comme l’Allemand Maurice Rugendas, natif d’Augsbourg (1842-1844), ou le Bordelais Raymond Quinsac de Monvoisin (1845-1847). Le Pérou présidé par le général Ramon Castilla sort de trente années de guerre et profite désormais de la manne que représente l’exportation du guano, cet engrais miraculeux pour les agriculteurs européens et connu depuis des temps immémoriaux sur le territoire péruvien.

Ignacio Merino retourne en France en 1850. C’est dans ce contexte que se situe le don de céramiques et de tissus au musée du Louvre par les deux hommes. Merino s’installe à Paris et y réside jusqu’à la fin de sa vie (1876)10.

En 1852, Ignacio Merino illustre le court roman de Jules Verne Martin Paz situé à Lima (dans la ligne du personnage de la Perrichole imaginée par Prosper Mérimée en 1829), et paru en feuilletons dans Le Musée des familles. Il dessine aussi les images du recueil poétique Lima por dentro y por fuera édité à Paris en 185411. Cependant, le succès de la peinture historique sous le Second Empire conduit Merino à se détourner des tableaux de genre et des scènes pittoresques, pour exposer dans les Salons annuels et satisfaire les commandes d’acheteurs fortunés en quête de notoriété artistique12.

Le premier album de « Costumes péruviens » : Angrand, Merino et Fierro

En 1851, Léonce Angrand est nommé consul général au Guatemala où il réside pendant près de trois années, dessine et peint des scènes de la vie quotidienne. Il se retire de la vie publique en 1857 pour se consacrer à ses collections ethnographiques et archéologiques pendant près de trente ans.

Les deux albums d’aquarelles qu’il a légués à la Bibliothèque Nationale, ont pour titre « Costumes péruviens. Scènes de la vie religieuse et populaire à Lima ». Le premier album porte comme sous-titre « 1ère partie : 1834 à 1837 »13 et le second « 2e partie. 1837 à 1849 »14. En réalité, le premier album contient quelques aquarelles datées du premier séjour de Léonce Angrand au Pérou (1833-1839), mais aussi d’autres peintures de 1847-1848, dates du second séjour. Peindre les « costumes » sous-entend aussi la peinture des « coutumes » (« costumbres » en espagnol).

Le premier feuillet de l’album réitère le titre ; le premier dessin est une œuvre signée « Merino, 1844 », sans attrait esthétique15.

Après le premier dessin, l’album contient une collection d’aquarelles provenant des ateliers de Francisco Fierro, ces véritables cartes postales avant l’heure, représentant des « types péruviens ». Un Nota bene précise que « tous ces dessins depuis le n° 2 inclusivement jusqu’à celui qui précède (n° 50) sont les produits d’un art ou plutôt d’une industrie locale. Ils ont été réalisés par un homme de couleur appelé Sancho (Francisco) Fierro qui n’avait jamais appris à dessiner »16.

Les recherches de Natalia Majluf et de Fernando Villegas ont montré que la production de centaines d’aquarelles attribuées à Francisco Fierro avait aussi été l’œuvre de peintres équatoriens17. Une autre partie des aquarelles dites de Pancho Fierro, ont été réalisées par des artisans chinois.

L’album d’Angrand présente une galerie d’une vingtaine de « tapadas », ces élégantes au visage caché18 qui ont hanté l’imaginaire des voyageurs européens de passage à Lima, avec toutes les variations de modèle de jupe (« saya »), plus ou moins amples et colorées.

Le succès des dessins de Fierro a entraîné l’essor d’une industrie de la reproduction à Canton, dans le cadre de la seconde mondialisation à partir de l’indépendance politique du continent sud-américain. Le papier de riz chinois était employé comme support des aquarelles de « costumes péruviens », ce qui a prouvé la circulation des modèles et des copies entre la Chine, le Pérou et l’Europe19.

Une légende en espagnol accompagne souvent les images qui se répondent ou se complètent, avec un clin d’oeil humoristique, que Léonce Angrand n’a pas transposé dans ses traductions au bas des images. Le diplomate efface le ton de connivence et le double sens comme c’est le cas pour l’aquarelle 14: « J’appartiens à un chargé d’affaires» (« Soy de todo un encargado de negocios … guah ! ») est devenue la légende neutre : « Dames de Lima. 1834 ».

La date de 1834 renvoie aux premiers temps du séjour d’Angrand, sous l’autorité du chargé d’affaires Barrère favorable aux libéraux péruviens et comme eux, à la libre-circulation des marchandises, profitable aux négociants européens. Quant à l’érotisation des deux silhouettes, de face et de dos, elle est imperceptible dans la formulation diplomatique « Dames de Lima ». Les voyageurs européens, imprégnés par l’orientalisme culturel qui a émergé au début du XIXe siècle, se plaisaient à comparer Lima à une ville orientale, du fait des silhouettes féminines et des coupoles des églises.

Outre la série des Tapadas, l’album offre un autre motif récurrent dans les images associées au nom de Fierro, dans l’album d’Angrand tout comme dans la collection Verme du Musée d’Art de Lima, la collection Palma de la Pinacothèque Municipale de Lima), et la collection Sartiges20. Il s’agit de l’Indienne au lama.

Une « Indienne de la vallée de San Mateo (bassin supérieur du Rimac) conduisant un llama [sic] chargé de charbon » est incluse dans l’album Angrand. Le même type féminin est repérable dans d’autres collections, défini comme muletière ou charbonnière, privilégiant le métier au lieu de la catégorisation ethnique21. Les noms des vêtements ont été ajoutés au crayon par Angrand, comme pour mémoriser le vocabulaire spécialisé quechua.

Indienne de la vallée de San Mateo, aquarelle 23
Indienne de la vallée de San Mateo, aquarelle 23, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f27.item

Les carnets de croquis de Léonce Angrand comportent de nombreuses inscriptions qu’il s’agisse des couleurs ou des étoffes, ou d’autres informations de première importance pour le voyageur. Microfilmées et consultables au Département des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale, les innombrables esquisses qui s’ajoutent aux aquarelles, témoignent de la passion américaniste d’Angrand, comme dans le dessin ci-dessous réalisé à Ayacucho par le diplomate, attentif à tous les détails de l’habillement.

Métisse d’Ayacucho (BNF microfilm - Tauzin, 2015).
Métisse d’Ayacucho (BNF microfilm – Tauzin, 2015).

Les aquarelles du premier album présentent des figures d’autorité, portraiturées seules sur la feuille de papier: il s’agit de juges, de religieux, de médecins, d’alcaldes indiens, en plus des marchands ambulants et de quelques scènes de fêtes populaires (danse des ciseaux, danse des diables à Guayaquil, deux scènes que l’on retrouve dans la Collection Sartiges décrite par Pascal Riviale). La datation est très variable, entre 1834 et 1847.

L’album est complété par dix aquarelles plus élaborées, aux couleurs lumineuses, accompagnées d’une légende, mais sans la signature AL omniprésente dans le second album22  

Dans l’album d’Angrand, la planche numérotée 59, non signée, est accompagnée d’une explicitation de la scène :

Femmes négresses et mulâtresses en grand costume de fête suivantes ou anciennes esclaves de dames de la ville, ornées par leurs maîtresses de leurs propres bijoux et de leurs plus beaux châles, suivant les grandes processions, marchant en avant du dais et brûlant des parfums ou portant des plateaux de mistura envoyés en offrande à l’Église. On en a vu parfois jusqu’à cinquante réunies.

Une date figure dans l’angle supérieur droit : 18 -2-37. La scène correspond à un moment de trêve pour la Confédération Péruano-Bolivienne après un premier blocus du port du Callao par l’armée chilienne et l’échec du général Gamarra à rallier l’Équateur contre le Pérou.

Deux domestiques sont de profil, l’une d’elles porte un plateau de mistura, mélange de fruits et de fleurs destinés à parfumer l’espace extérieur et les églises tout comme les encensoirs d’argent en forme de paon ou de lampe, employés pour aromatiser la ville en liesse au moment du carnaval. Si les trois domestiques portent des soieries et des bijoux, et ont une longue chevelure afro couverte de fleurs, la masculinité des trois visages surprend. Est-ce le signe d’une maladresse technique d’Angrand ou faut-il y voir une intention satirique ?23

La dernière aquarelle de l’album, numérotée 60, s’inscrit dans la continuité de la scène du trio des « mistureras ». De fait, elle est datée du 22 février 1837, quatre jours après. Il s’agit d’un autre trio, masculin cette fois. La légende explique de la sorte: « Scène de rue –frère lai du couvent des Récollets quêtant par la ville – mulâtre maricon en grande tenue de trottoire [sic] – écolier étudiant de philosophie au collège de San Carlos, ou à l’université de Lima en grande tenue d’apparat ».

Loin d’être une scène anodine de bavardage, il s’agit de montrer les mœurs qu’observe le vice-consul français, et que d’autres dessinateurs ont répertorié à la même époque aussi dans Lima. Ici, l’homosexualité est affichée ; le « maricon », pour reprendre le terme qu’Angrand s’abstient de traduire, porte un poncho rouge et un pantalon blanc moulant (le rouge et le blanc sont les couleurs du drapeau péruvien, que l’on retrouve dans la cocarde de l’étudiant. Des fleurs dans les cheveux et un rasoir à la main, le travesti fait face au jeune homme qui lisse sa moustache en s’adressant à lui. Quant au frère lai, il dissimule une forte poitrine sous l’habit, se protège du soleil sous une ombrelle et chevauche en amazone un mulet. L’absence de signature et le placement de l’aquarelle à la fin du premier album, sont peut-être les indices d’un doute ou d’une censure du propriétaire de l’album, vis-à-vis d’une représentation taboue, à la différence des autres aquarelles toutes signées AL dans le second album. La datation, février 1837, correspond à la période où Angrand s’est trouvé au Pérou, et Merino, selon ses biographes, n’était pas encore revenu dans son pays natal. La longue note explicative, tout comme la fermeté du trait en revanche conduisent à s’interroger sur l’auteur de cette aquarelle exceptionnelle, radicalement différente des « maricones » de Pancho Fierro qui se trouvent aussi dans l’album, marchands ambulants d’ascendante africaine, vêtus d’un pantalon blanc, vendeurs de fleurs (n° 31, 1838)24 ou de bonbons (n° 32, 1847) ((Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f36.item>.).

Notes

  1. Cf. Inventaire des livres et documents relatifs à l’Amérique / recueillis et légués à la Bibliothèque nationale par M. Angrand. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k255697k>. []
  2. Léonce Angrand est un fils d’Aimé Angrand, contrôleur général du Trésor Public et de Philippine Bernier de Valois []
  3. Le voyageur suisse Tschudi a retranscrit les menaces en espagnol, placardées dans les rues de Lima : « Les étrangers viennent dans votre pays, vous prennent votre travail, votre commerce, vos richesses et vos femmes. Ils sont les ennemis de votre liberté et veulent faire appel à Santa Cruz. Libérez votre pays de ces infâmes et refaites une nuit de la Saint-Barthélemy… », Esquisses d’un voyage au Pérou, ed. La lanterne magique, Besançon, 2020, p. 103 []
  4. Sur la situation politique des années 1838-1840 qui marquent le début de l’ascension politique du général Ramón Castilla, on se reportera à l’article d’Emmanuel Saint-Fuscien, « La querelle Castilla Saillard : enseignements historiques d’un duel diplomatique », hSAL1997-1, https://web.archive.org/web/20160119125424/http://www.univ-paris-diderot.fr/hsal/hsal971/esf97-1.html []
  5. La obra peruanista de Angrand (1834-1838, 1847), Lima, Fundación Bustamante, 2010 []
  6. Cf. Olivier Jacquot : « Le musée d’antiquités américaines du Louvre », url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/10639> []
  7. Cf. url : <https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/item/10100-notice-des-monuments-exposees-dans-la-salle-des-antiquites-americaines>. []
  8. Cf. url : <https://emila.hypotheses.org/2500>. []
  9. Natalia Majluf, La creación del costumbrismo. Las acuarelas de la donación Juan Carlos Verme, Lima, MALI, 2016, p. 26 []
  10. Cf. Kusunoki, Ricardo, Ignacio Merino. Pintor de Historia, 200 años, Lima, Municipalidad Metropolitana, 2018, url : <https://publicacioneslima.pe/wp-content/uploads/2018/10/munilibro-9.pdf>. []
  11. L’auteur de ces poèmes satiriques, qui signa sous le pseudonyme de Simon Ayanque, était Esteban Terralla y Landa, un Andalou qui vécut à Lima à la fin du XVIIIe siècle, url :<https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb300424610>. []
  12. Luisa Gonzalez de Andia y Orbegoso, petite-fille du président Orbegoso et épouse du magnat du guano, Auguste Dreyfus, soutint financièrement le peintre dans ses dernières années de bohème parisienne, Kusunoki, op. cit., 81 []
  13. Cf. url : <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb403584916>. []
  14. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540833w>. []
  15. Angrand explique en note qu’il s’agit d’une « dame de Lima en costume de ville portant la saya desplegada [jupe sans plis] –nouvelle mode inaugurée en 1837 en l’honneur du général Orbegoso qui venait d’être élu Président de la République. Ce genre de saya était une modification de la mode appelée saya descanutada qui n’était autre chose que la saya ajustada décousue pour plus de commodité jusqu’à la hauteur du bas des reins. Dessin et lithographie de M. Ygnacio Merino peintre péruvien (1844) » []
  16. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f55.item> []
  17. Majluf attribue certaines à Francisco Javier Cortés (2016,26) tandis que Villegas (2011, 17) les rapproche du savoir-faire de José del Pozo, arrivé à Lima avec l’expédition Malaspina []
  18. « tapar » signifie en espagnol « cacher » []
  19. Cf. Villegas, « El costumbrismo americano ilustrado. El caso peruano. Imágenes originales en la era de la reproducción técnica», Anales del Museo de América, 2011, 19, 7-67. Disponible en ligne, url : <https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=4149969>. []
  20. « Un explorateur si dilettante », HISAL, 2020, vol.14, article nº 1. Disponible en ligne, url : <https://www.hisal.org/revue/article/view/riviale2020a>. []
  21. c’est aussi « la quesera », « la marchande de fromage », reproduite par Josefina Barron dans Pancho Fierro. Un cronista de su tiempo, 2018, p. 37 []
  22. Certaines sont proches des modèles plus tardifs des lithographies d’Auguste André Bonnaffé, revenu en France en 1855 et à l’origine de deux albums distincts de « types, costumes et coutumes » dont un exemplaire est conservé au Getty Research Institute – cf. url : <https://archive.org/details/gri_33125011191315/mode/2up>  et un autre se trouve à l’université Bunka (Tokyo) – cf. url : <https://digital.bunka.ac.jp/kichosho_e/search_list2.php>. []
  23. Une autre aquarelle de l’album, numérotée 16, présente une misturera zamba (afro-américaine)de dos,dans le style des compositions de Pancho Fierro et est datée de 1847, acquisition faite à l’occasion du second voyage d’Angrand au Pérou. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f20.item>. []
  24. Cf. url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10540832f/f35.item>. []

Isabelle Tauzin

Recherches latino-américanistes. Circulations humaines et transferts culturels Ancienne élève de l’École Normale Supérieure Sèvres, Agrégée d'espagnol Professeure des universités en études latino-américaines Membre senior de l'Institut Universitaire de France

More Posts - Website

Parution : Le siècle de Labrouste : un élève, un ami, un maître

Au cours de deux plans triennaux de la recherche successifs, le département des Estampes et de la photographie de la BnF a mené un important chantier de mise en valeur de ses fonds d’architectes français du XIXe siècle. Un premier programme s’est attaché en particulier au traitement des fonds des architectes Henri Labrouste, Jacques-Denis Antoine et Paul Abadie : restauration et microfilmage partiels en particulier pour les grands formats et certains calques très fragiles. Mais une bonne partie de ces fonds restait à inventorier, conditionner, restaurer, et décrire.

Dans la perspective du Projet Richelieu, un programme fut spécifiquement consacré à la personnalité d’Henri Labrouste (1801-1875), architecte de la Bibliothèque nationale de 1854 à 1875. Il a permis de classer et inventorier (dessins, manuscrits, objets, etc.) entièrement ce fonds d’une richesse unique, comme cela peut être constaté grâce à la numérisation opérée pour la bibliothèque numérique Gallica.

Après la publication de l’ouvrage portant sur le quadrilatère Richelieu. Quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris en 2017, paraissent désormais les actes du colloque Henri Labrouste et son temps que la BnF avait consacré à l’architecte.

Elle est l’oeuvre de Marc Le Cœur, qui menait les programmes mentionnés sous la direction de Corinne Le Bitouzé, et de Jean-Philippe Garric.

Argument

Auteur de deux réalisations magistrales, la bibliothèque Sainte-Geneviève et la Bibliothèque nationale, Henri Labrouste (1801-1875) présente à la fois l’image d’un enfant prodige du système – pensionnaire de la villa Médicis, chef d’atelier, puis membre de l’Institut – et celle d’un artiste en marge, introverti et indocile.
Si l’historiographie a parfois souligné leur portée novatrice, notamment dans l’emploi qu’il fit du métal, sa démarche et son œuvre s’enracinent pourtant dans son siècle, que l’architecte semble avoir traversé en trois temps : à l’École, puis à Rome, il est d’abord Labrouste jeune, au mitan de son parcours, il gagne un prénom, orthographié parfois « Henry », enfin, dans ses dernières années, son nom seul suffit à le désigner.
Ce livre reflète ces trois grandes séquences, qui impliquent aussi trois générations successives : celle de ses maîtres, architectes d’un autre siècle qui, de Charles Percier à Antoine Laurent Thomas Vaudoyer, portèrent l’architecture Beaux-Arts sur les fonts baptismaux, celle de ses condisciples et de ses compagnons, souvent qualifiée de « génération romantique », celle, enfin, de ses nombreux élèves et de ses enfants, qui connaîtront les développements du béton armé et les prémices des mouvements modernes. De sorte que, des années 1780, où se dessine la gloire de ses aînés, jusqu’à la fin des années 1920, où sa fille publie ses « souvenirs » et parachève sa légende, les essais réunis ici inscrivent l’architecte dans un très long XIXe siècle, mais aussi dans un paradoxe. Labrouste, considéré à juste titre comme l’un des enfants les plus audacieux des Beaux-Arts, y apparaît moins comme une figure singulière que comme le fil conducteur d’une histoire qui lie les derniers feux de l’Académie royale d’architecture aux élans de l’entre-deux-guerres.

Essais de Corinne Bélier, Martin Bressani, Hervé Doucet, Fabienne Doulat, Jean-Philippe Garric, Ralph Ghoche, Marie-Agnès Gilot, Marc Grignon, Guy Lambert, Marc Le Cœur, Sigrid de Jong, Natacha Lubtchansky, Caroline Soppelsa & Estelle Thibault.

Sommaire

Introduction

  • Un élève, un ami, un maître, par Jean-Philippe Garric et Marc Le Cœur

Les années de formation

  • De maître à élève : Augustin Nicolas Caristie et Henri Labrouste. Correspondance, 1822-1826, pat Marie-Agnès Gilot
  • Henri Labrouste, l’Étrusque. De l’Antiquité rêvée à l’archéologie, par Natacha Lubtchansky
  • Le progrès vers le primitif : le mémoire de Labrouste sur Paestum en perspective, par Sigrid de Jong
  • Le monument à La Pérouse : Labrouste et le topos d’un tombeau face à la mer, par Jean-Philippe Garric

L’œuvre dans son époque

  • Labrouste et la prison, par Caroline Soppelsa
  • « Que nos constructions conservent le caractère d’étais ». Labrouste, architecte attaché à la Commission des monuments historiques, par Corinne Bélier
  • Le monument funéraire comme paradigme du rapport au passé chez Labrouste, par Martin Bressani et Marc Grignon
  • Guillaume Abel Blouet et Labrouste, regards croisés, par Fabienne Doulat
  • « Un art nouveau complet ». On Simon Claude Constant-Dufeux’s Project for a Chamber of Deputies, par Ralph Ghoche

Labrouste en partage

  • « Mon cher maître et ami… » Parcours croisés de Labrouste et de ses élèves, par Marc Le Cœur
  • Entre Labrouste et Viollet-le-Duc, Gustave Klotz architecte de l’œuvre Notre-Dame à Strasbourg, par Hervé Doucet
  • Labrouste dans la généalogie des maîtres. Voies divergentes du rationalisme et conflits de mémoire académique dans la rénovation de l’enseignement de l’architecture à la fin du XIXe siècle, par Guy Lambert
  • Le rationalisme des enfants de Labrouste, par Estelle Thibault
  • Chronologie
  • Bibliographie
  • Index nominum

Information pratiques

  • Le Siècle de Labrouste. Un élève, un ami, un maître,
  • Dir. Jean-Philippe Garric, Marc Le Cœur
  • Paris : Éditions des Cendres, 2020
  • 1 vol. (284 p.) : ill. ; 24 cm
  • ISBN 978-2-86742-297-3
  • Prix : 42 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La photographie dématérialisée : quels enjeux de création, de conservation et de valorisation ?

Héloïse Conesa, conservatrice en charge des collections photographiques contemporaines, Bibliothèque nationale de France et Alain Carou, chef du service image à la BnF, posent les questions des enjeux de création, de conservation et de valorisation soulevés par la photographie dématérialisée.

La présentation a eu lieu au cours des Journées professionnelles des patrimoines, tenues les 10 et 11 octobre 2019 et organisées par la direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture en lien avec l’Institut national du patrimoine. Elles avaient pour titre : Photographie numérique – Photographies numérisées : Problématiques patrimoniales. La numérisation, ma meilleure ennemie ?

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

A la recherche d’un format de conservation de la photo numérique : l’expérience de la BnF

Stéphane Reecht, chef de service de la Gestion centralisée des acquisitions, Bibliothèque nationale de France rend compte de l’expérience de la BnF dans la recherche d’un format de conservation de la photo numérique.

La présentation a eu lieu au cours des Journées professionnelles des patrimoines, tenues les 10 et 11 octobre 2019 et organisées par la direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture en lien avec l’Institut national du patrimoine. Elles avaient pour titre : Photographie numérique – Photographies numérisées : Problématiques patrimoniales. La numérisation, ma meilleure ennemie ?

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le fonds Jacques Henri Lartigue : de nouvelles perspectives de recherches

Depuis 2006, la Fondation Louis Roederer, Grand Mécène de la culture, soutient la recherche sur les collections de photographies de la Bibliothèque nationale de France, en finançant chaque année une bourse de recherche. Lauréate de la bourse Roederer 2019, Hélène Orain achève en ce moment un important travail sur le fonds d’archives Jacques-Henri Lartigue conservé au département des Estampes et de la photographie.

Logo Fondation Louis Roederer

Lartigue venait de se réinventer sous la forme d’une archive1.

Ces mots de Kevin Moore, auteur d’une thèse sur Jacques Henri Lartigue publiée dans sa traduction française en 2012, soulignent l’importance du don de l’artiste à l’État français en 1979 pour comprendre la personnalité de celui-ci. Connu pour ses albums rassemblant des images de la Belle Époque, des premiers essais automobiles et de l’aviation dans les années 1910-1920 ou encore pour le portrait officiel du Président Valéry Giscard d’Estaing en 1974, Jacques Henri Lartigue est photographe, peintre et écrivain. Pour remédier aux difficultés de conservation à son domicile et à d’éventuels cambriolages, ce dernier décide de confier l’ensemble de son œuvre photographique à l’Association des Amis de Jacques Henri Lartigue. Il organise ainsi, avec son épouse Florette, les tirages et négatifs en leur possession, les albums, mais aussi les papiers qui sont conservés depuis par cette Association, appelée aujourd’hui la Donation Jacques Henri Lartigue2. Au-delà d’une carrière d’artiste, c’est l’ensemble de la vie de Lartigue consigné dans ce don. Le couple contrôle ainsi l’unicité et l’indivisibilité de l’œuvre photographique de Lartigue, mais aussi le contenu même de ce qui va leur survivre. S’ajoutent à ces archives, les mémoires de Jacques Henri Lartigue sous la forme de trois publications3, respectivement en 1975, 1981 et l’année de sa mort, en 1986. Jacques Henri Lartigue se raconte tant comme photographe que comme peintre et écrivain.

Pour un chercheur, cette masse de sources premières est précieuse tant elle offre des informations contextuelles et techniques sur les prises de vues. Cependant, il faut rester vigilant face à celles-ci : ces sources sont le produit d’un travail de tri du couple Lartigue. Dans l’introduction de son ouvrage, Kevin Moore alerte sur les incohérences entre les différents éléments donnés à voir et à lire par Jacques Henri Lartigue4. Il conclut déjà à l’impossibilité de trouver dans ces documents les réponses aux questions posées par sa recherche qui s’articule autour de la déconstruction du mythe Lartigue.

Aujourd’hui les sources existantes sur Jacques Henri Lartigue se sont enrichies d’un nouveau fonds conservé depuis 2017 au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France5. Ce dernier est incontournable pour l’étude des photographies et de la personnalité de Jacques Henri Lartigue. C’est sur l’exploration et l’inventaire de ce fonds que notre projet de recherche s’est porté cette année dans le cadre d’une bourse de la Fondation Louis Roederer.

Itinérance d’un fonds : de la Fondation Jacques Henri Lartigue au département des Estampes et de la photographie de la BnF

Le fonds conservé par le département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France correspond au legs de Florette Lartigue, décédée en 2000. La dernière épouse du photographe conservait encore des documents, notamment de la correspondance, et quelques tirages de Jacques Henri Lartigue qui n’avaient pas été intégrés au don à l’État français de 1979 par le photographe lui-même. Dans le testament de Florette Lartigue, il est stipulé que la Fondation de France est légataire de tous les documents écrits encore en sa possession. Sous l’impulsion de François Hers, responsable de la culture à la Fondation de France, est créé la Fondation Jacques Henri Lartigue dont la mission principale est d’assurer le rayonnement de l’œuvre de Jacques Henri Lartigue que ce soit à travers des expositions, publications ou encore par la création d’une bourse pour les jeunes talents. D’un côté, la Fondation peut s’appuyer sur l’œuvre photographique conservée par la Donation Jacques Henri Lartigue, de l’autre sur l’œuvre picturale conservée au Musée d’Art et d’Histoire Louis Senlecq à l’Isle d’Adam. Cependant la Fondation Jacques Henri Lartigue ne peut accueillir les pièces matérielles de ce legs que juridiquement et non physiquement. François Hers, également directeur de la Fondation Hartung Bergman située à Antibes, opère un rapprochement entre les deux institutions dont il est le directeur et avec la Donation Jacques Henri Lartigue et lance un programme de recherche en 2003. En juin de cette même année s’ouvre au Centre Pompidou l’exposition Jacques Henri Lartigue, présentant pour la première fois cent des albums du photographe6. Parmi les enjeux de ce programme, l’inventaire du fonds légué par Florette Lartigue est primordial. La tâche est confiée à Marianne Le Galliard, archiviste à la Fondation Hartung-Bergman. Elle recense d’un côté les documents, attribue un numéro de foliotage à la correspondance, cherche les images correspondantes dans les albums qui viennent d’être numérisés7, et répertorie les liens familiaux, amicaux ou professionnels dans la correspondance. Marianne Le Galliard poursuit cette recherche dans sa thèse consacrée à Diary of a Century8, ouvrage regroupant des photographies de Jacques Henri Lartigue, conçu avec le photographe Richard Avedon et la directrice artistique de Harper’s Bazaar, Bea Feitler9. Elle expose le résultat de ces recherches, conjointes avec celles issues de la Bourse Roederer obtenue en 2015, dans une section de l’exposition La France d’Avedon. Vieux Monde, New Look à la Bibliothèque nationale de France en 201610.

L’entrée en 2017 du legs de Florette Lartigue au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France marque une nouvelle étape dans l’exploration de ce fonds. Si la première base de données conçue par Marianne Le Galliard offre une première approche de la richesse de ce fonds, il est difficile de comprendre exactement l’origine des documents présentés et de déterminer ce qui est conservé à la Donation ou celui légué par Florette Lartigue. En effet, cette base de données repose sur de nombreux liens internes à la base entre lettres, noms et images photographiques à la fois conservés à la Donation Jacques Henri Lartigue et dans le legs de 2000. Sans lieu de conservation fixe, les pièces de ce dernier legs n’ont jusqu’alors pas bénéficié de numéros d’archives permettant un repérage aisé pour le chercheur. Aujourd’hui, l’entrée de ce dernier fonds Jacques Henri Lartigue au département des Estampes et de la photographie permet de pallier ce problème de localisation. De plus, la base conçue par Marianne Le Galliard avec l’aide de Jean-Luc Uro11, également archiviste à la Fondation Hartung-Bergman et concepteur de leur base de données, n’est aujourd’hui consultable qu’à la Donation Jacques Henri Lartigue. La transposition dans un nouvel inventaire aux normes du catalogue de la Bibliothèque nationale de France ouvre à une visibilité à distance mais aussi à des liens intracatalogues. Par exemple, certaines lettres évoquent des personnalités tels que le dramaturge Sacha Guitry (voir illustration 1), le réalisateur Abel Gance ou encore son cousin le scénariste André Haguet, dont certains documents d’archives sont conservés dans le département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France.

Extrait de la correspondance de André Haguet à Jacques Henri Lartigue. Sur l'une des lettres, André Haguet évoque un nouveau scénario. Sur une autre lettre, André Haguet dessine Sacha Guitry.
Extrait de la correspondance de André Haguet à Jacques Henri Lartigue. Sur l’une des lettres, André Haguet évoque un nouveau scénario. Sur une autre lettre, André Haguet dessine Sacha Guitry. © Dominique Versavel, Hélène Orain

Inventaire général du fonds Jacques Henri Lartigue : correspondance, maquettes et notes manuscrites

Le nouvel inventaire réalisé dans le cadre de la Bourse Roederer a pu être réalisé en un temps relativement court – une année – grâce au travail préalable entrepris par Marianne Le Galliard. Celui-ci va permettre un conditionnement aux normes de la Bibliothèque nationale de France et une attribution de numéro d’inventaires sur la base du premier travail de foliotage, rendant accessibles plus facilement ces documents aux futurs chercheurs.

À son entrée au département des Estampes et de la photographie, ce fonds est constitué de quarante boîtes de tailles inégales numérotées. Certaines sont des anciennes boîtes de papier photographique Kodak, d’autres ont un format plus classique de boîtes d’archivage pour de la correspondance. À celles-ci s’ajoutent trois boîtes d’une taille plus conséquente contenant des ensembles dans des enveloppes ou dans boîtes en bois et en carton – parfois dessinées par Jacques Henri Lartigue lui-même (voir illustration 2) – ou encore du matériel ayant appartenu à Jacques Henri Lartigue comme une visionneuse ou un transistor.

Exemple de boîte conservée dans le fonds Jacques Henri Lartigue. Le soleil correspond à la signature de Lartigue.
Exemple de boîte conservée dans le fonds Jacques Henri Lartigue. Le soleil correspond à la signature de Lartigue. © Dominique Versavel, Hélène Orain

Dans cet ensemble, la correspondance tient une place de choix. Celle-ci sont de tous ordres : familiale, amicale et professionnelle. Les dix premières boites sont exclusivement composées de lettres et de cartes postales ou militaires reçues par Jacques Henri Lartigue. Il est difficile de savoir si ce dernier a répondu. Certaines lettres laissent entrevoir une impatience à le lire, à obtenir des nouvelles. Une des explications tient à une caractéristique propre à un fonds d’artiste : nous détenons entre les mains ce qui est parvenu à Lartigue et non ce que lui a envoyé. Une recherche en parallèle à la Donation Lartigue dessine une autre hypothèse, celle que Jacques Henri Lartigue répond rarement. Au cours de notre recherche, cette hypothèse se nourrit de réponses copiées à des journaux, des photographes, notamment à Richard Avedon avec qui Lartigue discute du livre qu’ils fabriquent à la fin des années 1960, Diary of a Century. Le peintre, photographe et écrivain donne l’impression de garder trace de tout. Dans l’une des dernières boîtes, un cahier présente les copies de lettres envoyées entre 1914 et 1917. Trois ans auparavant, en 1911, Jacques Henri Lartigue débute ses agendas dans lesquels il consigne ses activités ainsi que la météo du jour avec soin. S’il nous paraît évident que certaines lettres envoyées par Lartigue se trouve ailleurs, ce fonds présente déjà la possibilité de mettre en miroir des envois et des réponses. Par ailleurs certaines boîtes viennent étayer des aspects de la personnalité déjà connus de Jacques Henri Lartigue, notamment l’importance de sa foi ou encore certaines de ses amitiés. Certaines lettres amicales se succèdent comme une galerie des célébrités du vingtième siècle. Les lettres de comédiennes telles que Brigitte Bardot ou Charlotte Rampling sont suivies de celles d’écrivains comme René Barjavel ou Anaïs Nin. De nombreuses lettres sont signées par des peintres et des photographes, parmi lesquels Ansel Adams, Mary Ellen Mark ou encore Willy Ronis.

L’exploration de cette correspondance ouvre un nouvel aspect dans la compréhension de la constitution de ces archives et de la postérité du photographe. En effet, certaines boîtes contiennent des listes de photographies déposées à l’agence Rapho, conservées par Lartigue lui-même ou en circulation dans des services photo de journaux. En parallèle, les maquettes de différents livres de Jacques Henri Lartigue démontrent les méthodes de fabrication de ces objets par le photographe lui-même. De même, les différents carnets, journaux ou bouts de papier sur lesquels sont notées les choses à faire démontrent l’activité incessante autour de la valorisation de ses photographies à partir des années 196012. Une analyse des notes manuscrites et des entretiens avec des journalistes revus et corrigés par Lartigue souligne l’absence de spontanéité de son histoire. Il est toujours à la recherche de l’expression la plus juste, de la citation qu’il a déjà donnée par ailleurs et qui illustre parfaitement un sentiment éprouvé dans le passé. Nous nous éloignons de l’image du photographe de l’instantané qui choisit tout à l’instinct et non par un travail prémédité13. Certaines de ses pistes sont déjà présentes dans le livre de Kevin Moore et dans d’autres études sur le photographe. Ce nouveau fonds sur Jacques Henri Lartigue offre donc une opportunité pour étayer les hypothèses amorcées par certains auteurs, mais c’est aussi une chance de mieux cerner la personnalité de Jacques Henri Lartigue qui, pour l’instant, ne semble obéir à aucune règle du monde de la photographie au XXe siècle. Personnalité parfois ambiguë, Lartigue semble jouer tant sur le plan de l’amateur que celui du professionnel. La correspondance, les maquettes de livre et les notes manuscrites sont ici autant de pistes à explorer pour comprendre comment Jacques Henri Lartigue concilie ces deux statuts dans sa pratique photographique.

Au-delà de l’activité du photographe : vision d’une vie aisée, des innovations techniques, des arts du spectacle et de la guerre

Consulter la correspondance adressée à Jacques Henri Lartigue    ouvre sur d’autres champs de recherche que la photographie en elle-même. Elles sont en partie le reflet de ce qui peut être décelé dans les images de Lartigue directement : les lieux de villégiatures de la haute bourgeoisie française, les dernières élégantes qui se promènent au Bois de Boulogne ou encore les premiers essais d’automobiles et d’avions. Les images de Jacques Henri Lartigue montrent l’insouciance matérielle, une vie de famille et d’amis, de jeux. La correspondance familiale conservée dans le fonds Jacques Henri Lartigue au département des Estampes et de la photographie reflète ces mêmes aspects. Les adresses, les récits et certains dessins témoignent d’une vie aisée qui se déroule au soleil et selon une temporalité rarement interrompue par le travail. Parmi toute la correspondance, c’est celle de André Haguet, son jeune cousin qui se distingue. Entre 1908 et 1973, donc de ses huit ans jusqu’à sa mort, André Haguet ne cesse de raconter ses journées au travers de dessins et de récits parfois très détaillés à Jacques Henri Lartigue (voir illustration 1). La complicité entre les deux hommes se perçoit non seulement dans la nécessité de raconter tout événement ou découverte, dans la trivialité de certains propos, mais aussi dans l’usage de surnoms. Avant de se plonger dans ce fonds, il est nécessaire d’en maîtriser certains aspects, notamment les surnoms de chacun qui varient selon les époques et ceux qui les emploient. Coco est ainsi le surnom de Jaques Henri Lartigue puis celui de sa deuxième épouse, Marcelle Paolucci. André Haguet se surnommé Dédé toute sa vie tandis que son frère, Robert Haguet, est surnommé Ubu. Les lettres de André Haguet sont ponctués à la fois des événements de sa vie – ses premiers emplois, la perte de sa virginité, l’écriture de scénarios – que d’éléments appartenant à l’Histoire ou aux nouvelles inventions. Par exemple, pendant la Seconde Guerre mondiale, André Haguet raconte en mots et en dessins les campements puis sa vie en tant que prisonnier. Les cartes-militaires sont ainsi nombreuses dans le fonds de Jacques Henri Lartigue. Il est possible ainsi de saisir la vie d’une famille de la haute bourgeoisie pendant la guerre que ce soit dans la France occupée, en zone libre ou encore dans un campement d’officiers prisonniers. Ces documents éloignent l’idée du Lartigue épargné par la guerre, du moins insouciant de ce qui se passe en cette période. Les deux cousins partagent également un amour de la vitesse automobile et en avion. Les dessins de Haguet viennent ajouter à ceux de Lartigue cette obsession pour les lignes des voitures et des avions. Les histoires de l’automobile et de l’aviation se profilent au fil des lettres de André Haguet, et ce jusqu’en 1973. En parallèle, l’amour des jeunes filles et du sport dont André Haguet fait grand étalage trouve du répondant dans la vie même de Lartigue.

Par ailleurs, André Haguet commence une vie professionnelle dans le monde du théâtre et du cinéma. Il confie ainsi à Jacques Henri Lartigue, lui-même investi professionnellement auprès de Abel Gance dans les années 1920, les histoires des stars et starlettes, la découverte de nouveaux effets spéciaux ou encore la mécanique de production des films. Le contenu de ces lettres peut ainsi être vecteur de nouvelles recherches dans le domaine des Arts du Spectacle. D’autres lettres, dessins ou caricatures peuvent également être connectés à des recherches en ce domaine. Par exemple, des documents concernant le dramaturge Sacha Guitry peuvent être croisés avec le fonds de ce dernier conservé au département des Arts du spectacle à la Bibliothèque nationale de France.

D’autre part, cette recherche nous a amenés à réfléchir aux usages des cartes postales au cours de différentes décennies (voir illustration 3), mais aussi, plus étonnamment, aux choix des papiers pour la correspondance. Une boîte contenant uniquement papiers, enveloppes et cartes démontre l’usage marqué dans le temps de certains types de papiers comme celui destiné aux courriers par avion.

Exemple de boîte contenant des cartes postales dans le fonds Jacques Henri Lartigue.
Exemple de boîte contenant des cartes postales dans le fonds Jacques Henri Lartigue.  © Dominique Versavel, Hélène Orain

Vers de nouvelles pistes et conclusions

L’arrivée du fonds Jacques Henri Lartigue au sein du département des Estampes et de la photographie a été la promesse de nouvelles découvertes sur la pratique photographique et la personnalité de Jacques Henri Lartigue. Suite à cet inventaire, la masse impressionnante de cette correspondance est une invitation à tirer de nouveaux fils de recherche : la vie de hauts bourgeois, non pas au regard des photographies de Jacques Henri Lartigue, mais à travers le récit de sa famille ; le développement de l’industrie cinématographique au fil des lettres de André Haguet ; la vie militaire pendant la Seconde Guerre mondiale ; les usages de correspondance entre famille, amis et professionnels ; l’intégration des photographies de Jacques Henri Lartigue dans les collections en construction des institutions muséales françaises et étrangères dans les années 1970.

Une ouverture inattendue a également émergé pendant cette recherche : le rôle de Florette Lartigue dans la constitution de cette archive. Car si l’historien Kevin Moore évoque un « Lartigue qui se réinvente sous la forme d’une archive. », celle conservée à la Bibliothèque nationale de France démontre que sa dernière épouse s’est investie dans ce don. Florette Lartigue est partout, de la plus petite annotation manuscrite à l’organisation générale du fonds jusqu’à l’intégration de documents privés la concernant uniquement elle. Il apparaît clairement au travers ce nouveau fonds, composé des legs de Florette Lartigue, que l’invention s’est faite à deux.

  1. Kevin MOORE, Jacques Henri Lartigue, L’invention d’un artiste, trad. de T. Constantinesco, Paris, Textuel, coll. L’Ecriture Photographique, 2012, p. 11. (1ère éd : Princeton UP, 2004). []
  2. La Donation Jacques Henri Lartigue est hébergée dans les locaux de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine à Charenton-le-Pont (94). []
  3. Jacques Henri LARTIGUE, Mémoires sans mémoire, Paris, R. Laffont, 1975 ; L’émerveillé : écrits à mesure, 1923-1931, Paris, Stock, 1981 ; L’œil de la mémoire, 1932-1985, Paris, Éditions 13, 1986. []
  4. MOORE, 2012, op. cit., p. 11. []
  5. L’inventaire de ce fonds a été réalisé dans le cadre de la Bourse Roederer/BnF 2019-2020. Le fonds est en cours de reconditionnement et d’attribution de numéro d’inventaire. []
  6. Martine d’ASTIER, Quentin BAJAC et Alain SAYAG (dir.), Lartigue : l’album d’une vie, 1894-1986, (cat. exp. Paris, Centre Georges Pompidou, du 4 juin au 22 septembre 2003), Paris, Centre Pompidou, Seuil, 2003. []
  7. Les albums sont consultables en ligne : https://albums.lartigue.org/Album-Index. []
  8. Marianne LE GALLIARD, Jacques Henri Lartigue sous le regard de Richard Avedon. La question de l’œuvre et de l’album photographique à partir de l’édition de Diary of a Century (1970), Thèse de doctorat en histoire de l’art, sous la direction du Professeur Michel Poivert, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2013. []
  9. Richard AVEDON, Bea FEITLER et Jacques Henri LARTIGUE, Diary of a Century. Jacques Henry Lartigue, New York, The Viking Press, 1970. []
  10. Robert M. RUBIN et Marianne LE GALLIARD, La France d’Avedon : vieux monde, New Look (cat. exp. Paris, BnF, du 18 octobre 2016 au 26 février 2017), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2016. []
  11. Voir Marianne LE GALLIARD, « De la gestion de collection à l’analyse historique », Études photographiques, 19, décembre 2006, p. 140-152. []
  12. Kevin Moore consacre la seconde partie de sa thèse à la reconnaissance de Lartigue comme photographe, notamment après l’exposition de 1963 au Museum of Modern Art de New York, sous le commissariat de John Szarkowski. MOORE, 2012, op. cit. Voir aussi : Kevin MOORE, « Jacques-Henri Lartigue », Études photographiques, 13, 2003, p. 6-34. []
  13. Cette image est véhiculée non seulement par Jacques Henri Lartigue mais aussi par ceux qui commentent son travail comme John Szarkowski, directeur du département de la photographie du Museum of Modern Art de New York, à l’occasion de l’exposition sur Lartigue de 1963. Cette vision de l’artiste spontané et libre se retrouve ultérieurement dans les histoires de la photographie et d’autres monographies sur l’artiste. Voir : John SZARKOWSKI, The Photographs of Jacques Henri Lartigue, (cat. exp., New York, Museum of Modern Art du 1er juillet au 3 novembre 1963), New York, MoMA, 1963 ; Alain SAYAG, « Un œil libre et innocent », dans Martine d’ASTIER, Quentin BAJAC et Alain SAYAG (dir.), Lartigue : l’album d’une vie, 1894-1986, (cat. exp. Paris, Centre Georges Pompidou, du 4 juin au 22 septembre 2003), Paris, Centre Pompidou, Seuil, 2003, p. 13-15. []

Helene Orain

Docteure en art contemporain

More Posts

Nouvelle édition du programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie. Thème : « Photographie et politiques de la Terre »

Institut pour la photographie
Institut pour la photographie

Pour la troisième édition de son programme de soutien à la recherche et à la création, l’Institut pour la photographie propose de se tourner vers la Terre, aujourd’hui appréhendée dans sa puissance d’hospitalité en regard des enjeux écologiques actuels. 

Argument

Lieu ressource par excellence, la Terre a donné naissance puis domicile au vivant. L’homme y a pris une place prépondérante sans y être pour autant majoritaire, il l’a peuplée, découverte, parcourue, explorée, exploitée, au prix parfois de changements fondamentaux au delà des
lois géophysiques. La liste infinie des bouleversements environnementaux qui ont entraîné autant d’instabilités que de dysfonctionnements, impose aujourd’hui la problématique plus
globale de la santé planétaire. Cette prise de conscience de la Terre comme sujet nécessite d’envisager de nouvelles sensibilités, de nouveaux regards sur le monde, mais aussi et surtout de repenser notre rapport au vivant.

Inventée dans le sillage de la révolution industrielle, la photographie —petit phénomène physique à l’échelle planétaire— a accompagné les transformations écologiques conduites par l’homme. Elle a pris en charge une partie des représentations et des occupations de notre
Terre. Au fil de l’évolution de ses performances techniques, elle a été un outil pour en conserver des traces, des images, pour en documenter l’histoire, les états, les transformations. Forte de ses capacités techniques et technologiques, qui lui permettent de varier les échelles, les points de vue, les perspectives, forte aussi de son caractère de
témoignage, de documentation, ses propriétés de diffusion, elle a pu participer pleinement de cette histoire visuelle.

Sous l’intitulé Photographie et politiques de la Terre, cet axe de recherche propose alors une réflexion autour du rôle et de l’impact de la photographie sur notre perception de la Terre comme sujet en regard des questions environnementales, des sciences et des industries de la
Terre et leur impact sur le vivant.

Les différentes entrées, tant historiques que contemporaines, pourraient se décliner ainsi :

  • Iconographie scientifique : sciences et techniques de la Terre (physique, chimie, biologie, géologie, géographie, etc.)
  • Environnement, versus lithosphère (de la roche) et biosphère (de la vie)
  • Industrie minière, ressources énergétiques (l’après pétrole, l’atome, les énergies renouvelables, etc.)
  • Manières d’être sensible aux différents milieux de vie et leurs coexistences
  • Engagements et actions pour l’écologie
  • Industrie photographique et développement soutenable.

Photographes, artistes, chercheurs et curateurs sont invités à répondre à cet appel pour le développement d’un projet qui impliquerait ainsi l’apport de la photographie à une histoire visuelle de la Terre et de ses nouveaux enjeux politiques.

Calendrier

  • Lancement du thème et ouverture du programme sur le site de l’Institut : mercredi 30 septembre 2020
  • Fin des candidatures : lundi 30 novembre 2020 – minuit heure française
  • Jury & annonce des lauréats : courant janvier 2021
  • Début de la 3ème édition : mai 2021

Règlement

Merci de lire attentivement le règlement. Toute candidature qui ne respecterait pas les conditions sera rejetée, sans aucune exception

Candidature

Aucun dossier ne sera accepté après la date annoncée.


Votre candidature, rédigée en français ou en anglais, devra comprendre (en format .PDF ou .JPEG uniquement) :

  • Une note d’intention détaillée du projet (maximum 8.000 signes / 1.300 mots) ;
  • Un calendrier prévisionnel de réalisation du projet sur la période du programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut ;
  • De 5 à 20 visuels (version imprimée format A4 / JPEG 72 dpi) correspondant au projet proposé par le candidat ;
  • Un CV résumé en une page contenant les éléments suivants : poste occupé actuellement ou travail en cours, formation, sélection d’expositions, publications, interventions et projets réalisés par le candidat ;
  • Un portrait photographique du candidat libre de droits ;
  • Une lettre de recommandation d’un professionnel reconnu dans le domaine de l’art, de la recherche ou de l’édition.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution du N°4 de la Revue focales

Le numéro 4 de la revue Focales vient d’être mis en ligne. Il comporte un dossier consacré à la « photographie mise en espace ». Les contributions réunies là interrogent les nouvelles formes d’agencement des images au sein des lieux d’exposition ainsi que sur le web. Les dispositifs spatiaux élaborés alimentent la perception des photographies qui ne sont pas abordées isolément, mais prises dans des relations qui se construisent au travers des déambulations ‒ physiques ou virtuelles ‒ des spectateurs. Les diverses formes de « mise en espace » des images se présentent sous le signe de la variabilité, chaque nouvelle actualisation entraînant une évolution de l’enjeu et de la portée des œuvres. Un entretien d’Arno Gisinger par Oliver Lugon (accompagné d’un portfolio) complète cette réflexion.

Dans ce numéro, vous découvrirez les textes de Flora Triebel, conservatrice en charge de la photographie ancienne au sein du département des Estampes et de la photographie de la BnF depuis 2018 et de Lydia Echeverria, chercheuse associée au sein du département des Estampes et de la photographie de la BnF pour l’année 2019-2020.

Arno Gisinger et Georges Didi-Huberman, Histoires de fantômes pour grandes personnes, Le Fresnoy, Tourcoing, 2012, photographie : Arno Gisinger
Arno Gisinger et Georges Didi-Huberman, Histoires de fantômes pour grandes personnes, Le Fresnoy, Tourcoing, 2012, photographie : Arno Gisinger

Philippe Chevallier

Adjoint au responsable de la coordination de la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le fonds du « bar Floréal » dans les collections du Département des Estampes et de la photographie à la BnF (2/2)

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Aujourd’hui, le deuxième et dernier article relatif au projet mené par Lydia Echeverria autour du fonds du « bar Floréal »


Organiser/classer/inventorier : état des lieux du recensement des tirages photographiques du « bar Floréal »

Organiser : le « conditionnement » des tirages (stage avril-mai 2018)

Au cours du printemps 2018, un premier travail de conditionnement du fonds a été effectué : l’urgence était de référencer les tirages, entreposés dans leurs boîtes d’origine1 (fig. 1), et de les conserver avec les matériaux adaptés (rangement dans des enveloppes de papier neutre placées dans des boîtes d’archivage format « folio »). Sur les boîtes d’origine étaient mentionnées des informations mais ces dernières ne correspondaient pas automatiquement aux tirages présents à l’intérieur. Un premier travail d’identification a donc été mené et les informations présentes sur les tirages ont été reportées dans un document de travail (tableur Excel). Le conditionnement de l’ensemble des boîtes photographiques a abouti à un pré-inventaire : un ensemble d’environ 8 000 tirages confondus (lecture et exposition).

Exemple de boîtes photos standard dans lesquelles les tirages de lectures étaient archivés dans les locaux du « bar Floréal ».
Fig. 1 – Exemple de boîtes photos standard dans lesquelles les tirages de lectures étaient archivés dans les locaux du « bar Floréal ».

Classer : mettre en place des catégories de classification et révéler les différents « statuts » des images

Grâce au travail précédemment mené dans les archives à la MAP (réalisation de l’inventaire de la documentation du « bar Floréal » en 2017-2018) et aux rencontres-entretiens avec les photographes depuis ma première année de doctorat (2018-2019), il a été possible de mettre en place une classification des photographies où s’entrelacent des projets originaux initiés par le groupe et des commandes institutionnelles. Avant de présenter les catégories de classification des images, explicitons la variété de statuts des projets dont elles proviennent :

  • les projets originaux initiés par le groupe peuvent être des projets individuels et/ou collectifs autour desquels se fédèrent plusieurs praticiens et pour lesquels les financements seront recherchés ;
  • les projets de commandes institutionnelles émanent de municipalités, conseils généraux, conseils régionaux, ministères, associations ou encore entreprises privées. Dans le cas des commandes il s’agit de distinguer le partenariat et la prestation de service. Pour le partenariat on peut remarquer « une liberté » du regard « mais souvent négocié tant la valeur d’attestation de l’image rend les commanditaires frileux […]. Les réticences s’estompent à mesure que sont mieux connus les différents travaux. Les photographes sont alors demandés pour la qualité et la pertinence de leur regard sur le monde […] chaque auteur inscrit son parcours dans une continuité thématique, sociale et idéologique »2. La prestation de service, effectuée notamment pour de la communication visuelle, répond à un cahier des charges plus précis qui limite les modalités de création.  Au cours de mon travail de thèse, il s’agira d’analyser l’économie de travail du groupe ce qui revient à distinguer les divers statuts des projets. Toutefois, pour parvenir à classer, avec clarté, les photographies du fonds, je n’ai pas insisté sur cette différenciation entre projets originaux initiés par le groupe et projets de commandes. Ils ont donc été confondus au sein de trois catégories de classification des images que j’ai établies et qui, en cohérence avec la méthode d’organisation des collections au sein du Département, tient compte en priorité de la distinction entre « collectif » et « auteur » :
    • images issues de projets « collectifs » c’est-à-dire réalisés à partir de deux photographes du « bar Floréal » : 1001 visages du Blanc-Mesnil, 1994 ; Foot en 93, Petit deviendra grand, Conseil Général Seine Saint-Denis, 1998 ; La Courneuve, rue Renoir, 1998-2000 ; Les vacances, on y a droit ! Bourse Solidarité Vacances, 2001 ; Éthiopie, Lalibela,2004 ; [Longwy Lorraine], André Lejarre, Alex Jordan, 1979, et Retour en Lorraine, 2008 ; Villes, 12 photographes, 2012 ;
    • images issues de projets par « auteur(s) » pour le « bar Floréal » : il s’agit de projets menés par un auteur du groupe au nom du collectif et/ou développés en aparté, parfois avec des auteurs hors « bar Floréal » : Ma Maison, Vivre dans les quartiers HLM du Territoire de Belfort, 1989, d’André Lejarre avec Jean-Louis Sagot-Duvauroux ; Tournage de Lady Bird, Ken Loach, 1994, de Jean-Pierre Vallorani ; Pas de ville sans visages, 1994-1995, et Prendre le temps, il est temps Besançon, Cité de la Grette, 1999-2000, d’Olivier Pasquiers mené avec le graphiste Jean-Marc Brétégnier (Fabrication Maison) et l’écrivain Michel Séonnet ; Les oubliés de guerre (foyer Sonacotra), 2006, d’Olivier Pasquiers avec Michel Séonnet ;
    • images issues de projets par « auteur(s) » et/ou par « groupe » en écho avec la création au sein du « bar Floréal » : en sont issus différentes natures de photographies :
      • « images de recherches » : liées à des thématiques développées par le « bar Floréal » (« précarité », « jeunesse ») ou des recherches personnelles (recherches plastiques, photographies « vernaculaires », photographie de famille) ;
      • « images d’études » : réalisées avant la formation du « bar Floréal » (par exemple le projet prototype Paris/Texas de 1985 mené par Alex Jordan) ou avant l’arrivée du photographe au sein du groupe. Souvent il s’agit des projets présentés aux membres titulaires afin d’intégrer le collectif tel que le travail sur le handicap d’Olivier Pasquiers, Apparence, présenté lors du Mois de la Photo à Paris en 19903, ou le projet de Chemin de croix, « errance photographique en noir et blanc à la recherche de la statuaire du Christ et de ses paysages »4 de Jean-Luc Cormier ;
      • « images-thématiques » : issues de commandes ponctuelles (prestation de services) et/ou créées pour nourrir la photothèque – il s’agit d’ensembles d’images réunies par thématiques (par exemple « transports », « métiers/artisanat », « travail/métallurgie ») qui forment des banques d’images et qui sont créées par les iconographes pour répondre à des demandes extérieures (communication visuelle pour les entreprises, presse). Ici, dans ce type de classement, nous avons donc conservé les traces de classification, les indications thématiques, qui étaient utilisées par le groupe pendant son activité5. Notons que ces assemblages d’images ne respectaient pas toujours la cohérence des projets photographiques, mais que ces regroupements étaient utiles pour former une iconothèque.

Ces catégories mettent en évidence les différentes pratiques photographiques du groupe. Elles révèlent que toutes les photographies n’occupent pas le même statut et que la nature des images est différente. Certaines photographies et/ou séries constituent des projets-clés de l’histoire du groupe et du regard porté sur le contexte politique et social ; d’autres photographies sont produites à titre d’illustration pour des supports de communication et enfin, d’autres sont le fruit de recherches plus personnelles, éloignées du rythme de production du collectif.

Inventorier : proposition de recension du fonds dans les collections de la BnF

Suite à ce travail d’organisation et de classification des images, il est possible de proposer différentes entrées de catalogage pour réaliser un inventaire définitif du fonds « bar Floréal ». Seront rassemblés dans les folios d’archivage6 les projets photographiques selon trois modalités d’entrée :

  • Folios via l’entrée « Collectifs »
  • Folios via l’entrée « Auteurs »7
  • Folios via l’entrée « Séries documentaires » : il s’agit d’un critère d’archivage utilisé dans les collections du Département des Estampes et de la photographie. Dans le cas du « bar Floréal », il s’agira de regrouper les projets concernés par la catégorie « images issues deprojets par « auteurs » et/ou par « groupe » en écho avec la création au sein du « bar Floréal »8 et plus particulièrement les séries d’« images-thématiques ».

Pour établir un inventaire et un archivage définitifs, la restructuration du fonds nous contraint à adopter une répartition pragmatique selon ces trois entrées. Ces dernières schématisent les catégories de classifications élaborées au préalable, catégories davantage analytiques dont l’ambition est d’appréhender les démarches de création du collectif. On constate une séparation physique entre œuvres collectives et œuvres auteuriales, tout en sachant que cette division, dans le cas précis d’un fonds de collectif, est conventionnelle : les projets portés par un auteur du groupe servent le propos collectif et renforcent la porosité entre collectif et auteur (voir catégorie « images issues de projets par « auteur(s) » pour le « bar Floréal »). Or, créer une entrée via « Collectifs » traduit la volonté du Département d’organiser une collection spécifique en distinguant les œuvres transverses motivées par la dynamique d’une élaboration artistique commune au sein même du « bar Floréal ». Signalons à cet égard que l’installation Retour en Lorraine (2008), présentée à la BnF en 2017 dans le cadre de l’exposition Paysages français : une aventure photographique, 1984-2017, a été acquise par le Département des Estampes et de la photographie en 2018 afin de compléter certaines lacunes du fonds déjà conservé, notamment en ce qui concerne les projets collectifs.

Soulignons enfin la difficulté d’envisager une frontière stricte entre le régime collectif et auteurial au cœur de la démarche photographique avec l’intervention d’un autre mode de création, le graphisme. En effet, nombre de travaux engagés individuellement ont été auto-publiés aux éditions du « bar Floréal » et mis en forme par les graphistes de Nous Travaillons Ensemble NTE, ce qui permet d’aboutir à une œuvre collective : « la publication peut être [ainsi] le porte-parole d’une expérience collective dont il est la trace ultime »9.

Éléments de conclusion

Suite des démarches en tant que chercheuse associée

Une fois la méthode de recensement des tirages mise en place, il faut restructurer l’ensemble des folios et rassembler les images en fonction des trois entrées préétablies afin de pouvoir retrouver et manipuler facilement les séries photographiques (fig. 2). Ce travail de réagencement accompli, il sera possible de contacter les photographes afin de parachever l’identification de certaines photographies. Ce sera également l’occasion de dresser le bilan des œuvres accueillies à la BnF et ainsi de « résoudre leur sort », sort qu’il conviendra aux photographes de sceller par un « don » ou une « reprise ». J’ai évoqué en préambule l’aspect fragmentaire du fonds en raison du « sauvetage d’urgence » : en effet, le versement des éléments visuels à la BnF n’a pas été décidé de manière collégiale et n’a pas fait l’objet d’une collection rassemblée et imaginée en amont par le collectif en vue d’un don à la BnF. Ces archives photographiques sont donc aujourd’hui incomplètes et mettent en évidence des déséquilibres de représentativité entre les auteurs et entre les projets individuels et collectifs. Néanmoins, grâce au travail de dépouillement des archives papier à la MAP10 et aux rencontres avec les photographes, il est possible de déceler les manques – notamment l’absence de photographes dans le fonds actuel et/ou de projets d’ampleur collective11 – et de pallier l’aspect parcellaire si de nouveaux versements sont envisagés, en accord avec les photographes. Enfin, il faudra d’ici la fin de l’année 2020 conditionner et inventorier les objets visuels issus des alliances entre graphisme et photographie, à savoir les affiches, kakémonos, éditions.

Vue des « folios » du fonds « bar Floréal » en cours de réorganisation dans les réserves du Département des Estampes et de la photographie.
Fig. 2 – Vue des « folios » du fonds « bar Floréal » en cours de réorganisation dans les réserves du Département des Estampes et de la photographie.

Étudier un fonds de collectif de photographes : l’usage des archives et le travail de thèse

Suite à la constitution des inventaires à la MAP et à la BnF, il est possible de mettre au jour une architecture des projets-clés qui structurent le discours artistique et politique du « bar Floréal ». Cette étude analytique et chronologique permettra de retracer l’histoire et les partis pris esthétiques du collectif afin de penser un modèle photographique qui s’installe à partir des années 1980 en France12. En effet, la décennie précédente est celle de la remise en question du statut du photojournaliste solitaire et de sa mythique objectivité. Les pratiques photographiques des années 1970 ouvrent de nouvelles voies de création, entre recherche documentaire et subjectivité artistique. Les structures collectives, héritières de cette tension, prennent en charge un renouveau des pratiques pour une photographie engagée, sociale et documentaire.

Éloigné à la fois de la « photographie d’auteur » dominante au sein du photojournalisme et de l’émulation de la « photographie plasticienne » dans l’art contemporain, le « bar Floréal » choisit une autre voie, fondée sur l’action collective et la prise en charge indépendante de la diffusion des travaux. Cette troisième voie autonome se présente à contre-courant des tendances de l’époque, mais semble nécessaire pour mettre en lumière les représentations de luttes nouvelles et investir le champ social, comme ne peuvent le faire les canaux traditionnels de la diffusion.

  1. Les boîtes photos d’origine étaient rassemblées dans des caisses de transport (environ une vingtaine). []
  2. Denoyelle Françoise, Le bar Floréal.photographie, Paris, Créaphis, 2005, p. 42. Il faut donc nuancer l’idée de contraintes liées aux commandes : rappelons que d’importantes commandes institutionnelles – comme celles du Conseil Général de la Seine Saint-Denis ou encore celles du Secours populaire – ont structuré les années de création du « bar Floréal » ; en parallèle, le groupe a répondu à d’autres commandes dans le cadre de prestation de services, commandes ponctuelles pour l’équilibre financier du groupe. Le collectif de photographes est ainsi à appréhender comme un corps au travail dont la dynamique de groupe oscille entre ces deux modalités de création. []
  3. Pasquiers Olivier, Apparence, cat. expo. dans le cadre du Mois de la Photo à Paris, Paris, Artcom éditions, 1990. []
  4. Propos extrait du site de l’auteur, http://www.jeanluccormierstudio.fr/
    Cormier Jean-Luc, Chemin de croix, préface de Claude Dityvon, postface de Pedro Meca, Paris, NTE/bar Floréal.éditions, 1998. []
  5. De nombreux tirages de lecture sont accompagnés d’une étiquette contrecollée au verso de l’image avec le nom du collectif, les coordonnées et la thématique. Dans certains cas la légende – auteur, titre, date – y figure. Ce travail d’organisation est amorcé, à partir de 1996, avec l’arrivée de Cécile Lucas, qui auparavant était iconographe pour l’agence « Métis ». []
  6. En fonction des formats des tirages – tirages de lecture (18x24cm) / tirages d’exposition (formats variés et supérieurs à 18x24cm) – des boîtes folios différentes seront utilisées. []
  7. Actuellement, les images d’Olivier Pasquiers sont les plus nombreuses, et en accord avec l’auteur nous avons décidé de les organiser en trois ensembles : « paysage », « portrait », « reportage » pour les sous-catégories « images de recherches » et « images d’études ». []
  8. Un des enjeux préalables pendant les phases d’ « organisation/conditionnement » et de « classification », a été d’identifier des séries photographiques et de repérer des images déposées dans ces « ensembles iconographiques » afin de les réintégrer dans leur série d’origine. Par exemple, des photographies du projet Prendre le temps, il est temps Besançon, Cité de la Grette 1999-2000, prises dans un bus étaient rassemblées dans un « ensemble iconographique/thématique transports » et ont rejoint leur série originale. []
  9. Denoyelle Françoise, op. cit. p.47, à propos de la première publication du « bar Floréal » résultant d’un projet d’Olivier Pasquiers dans le cadre de la Politique de la Ville (Asnières-sur-Seine) consistant à « photographier et faire photographier les enfants, permettre aux instituteurs de s’approprier les photographies pour engager un travail de langage et de production des textes ; amener des familles du quartier à découvrir l’école de leurs enfants, à s’intéresser au travail fait par les enfants et les instituteurs, à découvrir les chemins qui mènent à la bibliothèque municipale, à mieux connaître le fonctionnement de cette bibliothèque » [archives MAP n° inventaire 2015/029-013-111].
    Pasquiers Olivier, Séonnet Michel, Tous pareils, tous pas pareils, Paris, le bar Floréal éditions, 1997. []
  10. « Les documents administratifs et financiers, ainsi que ceux concernant la vie de l’association, représentent 56 dossiers et permettent de retracer les trente années d’activités du collectif.
    Les documents relatifs à l’activité culturelle concernant les projets de créations photographiques et les projets d’expositions − textes explicatifs et textes de présentation des projets, montage financier, coupures de presse, … − ont également été bien conservés : il a ainsi été possible d’établir un inventaire chronologique de 196 projets », voir Archives MAP Inventaire n°- 2015/029-013-111. []
  11. Par exemple, le projet fondateur du collectif, Cité Dunlop, Montluçon, de 1986 ou encore les derniers projets menés collectivement avec les nouvelles générations tels que Paris, Centre-Ville, 2006 et Mitry-Mori, 2012-2014, ne sont pas présents dans le fonds. []
  12. Pensons aux nombreux collectifs qui émergent à la suite de « Faut Voir » et du « bar Floréal » tels que l’Agence « Métis », 1989, « Tendance Floue », 1991 ; « Ne pas plier », 1991 ; « L’Œil public », 1995 ; « Argos », 2001 ; « Myop », 2005, « Signatures. maison de photographes », 2007. []

Le fonds du « bar Floréal » dans les collections du Département des Estampes et de la photographie à la BnF (1/2)

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Aujourd’hui, le premier article sur deux relatif au projet mené par Lydia Echeverria autour du fonds du « bar Floréal »


De l’émergence du premier collectif de photographes au « sauvetage d’urgence » du fonds du « Bar Floréal »


Le travail que je mène au sein de la BnF s’inscrit dans le cadre de ma thèse de doctorat qui a pour objectif d’étudier l’émergence des collectifs de photographes, dans les années 1980, en France, afin de resituer leur trajectoire artistique dans un cadre historique, politique et culturel. Sont prises en compte les productions de l’agence « Faut Voir » (1982-2000), fondée par Jean-Michel Montfort, développeur culturel, Marc Pataut, photographe, et Martine Vantses, sociologue-écrivaine, et celles du collectif le « bar Floréal » (1985-2015), créé sous l’impulsion d’Alex Jordan, photographe et graphiste, André Lejarre et Noak Carrau, tous deux photographes.

Il s’agit ici de présenter le « bar Floréal », dont le fonds est en cours de recensement dans les collections du Département des Estampes et de la photographie à la Bibliothèque nationale de France (BnF). Ce fonds est particulièrement riche et se compose de milliers d’éléments et de données à traiter, comprenant tirages d’exposition et de lecture, affiches, kakémonos, éditions, et archives papier1.

Au cours de cette année 2020, ma mission en tant que chercheuse associée consiste à élaborer une méthode de classification en vue d’un inventaire définitif de l’ensemble des éléments visuels2 qui découlent de différentes démarches de création du « bar Floréal ». On repère des productions réalisées dans le cadre de projets originaux initiés par le groupe, de commandes institutionnelles ou encore de travaux à visée pédagogique avec la mise en place d’ateliers de/sur l’image.

Présentation du « bar Floréal »

Le bar Floréal.photographie est une association de photographes réunis autour de la volonté de prendre en compte l’implication de la photographie dans le champ social

Citation provenant d’une carte postale éditée par le « bar Floréal » pour le projet « Les vacances, on y a droit ! », 2000.

Le « bar Floréal » est une association (loi de 1901) de photographes, considérée comme le « premier collectif de photographes » en France3. Structure morale donc, il est également un lieu physique, un ancien bistrot parisien situé au 43 rue des Couronnes à Belleville, qui va abriter un studio de prise de vues, un laboratoire et une galerie. L’entité « bar Floréal » se forme en 1985 sous l’impulsion des photographes Noak Carrau, André Lejarre, et d’Alex Jordan, photographe et membre de l’atelier de conception graphique Grapus. Ce dernier oriente la création artistique du « bar Floréal » vers une combinaison plastique photo/graphique. Ainsi, durant les premières années, l’élaboration des projets prendra forme avec la complicité du célèbre collectif « Grapus » (1970 – 1990), puis avec « Nous Travaillons Ensemble, NTE » (1989 – ), groupe fondé par Alex Jordan en 1989 à l’intérieur de Grapus, encore actif aujourd’hui. La particularité du « bar Floréal » réside donc dans cette alliance entre photographie et graphisme qui donne au groupe une autonomie de production. Il prend en charge l’ensemble du processus de fabrication des projets : de la conception de l’idée artistique, à la réalisation des prises de vues jusqu’à la diffusion par des expositions et des livres photographiques.

Durant trente années, le collectif est investi par différentes générations de photographes, dont apporte chacune une vision originale de la pratique photographique et de sa portée culturelle. Vingt-et-un photographes s’associeront à l’aventure « bar Floréal », faite de cohésions et de désunions, d’ententes et de désaccords. Mais elle sera toujours riche de créativité dans l’élaboration des images, nourrie par l’acuité des regards posés sur le monde contemporain. Les premières années sont marquées par la pratique d’une photographie sociale, puis certains auteurs expérimentent de nouvelles écritures où la représentation des enjeux sociétaux passe par des images plus intimes et/ou autobiographiques.

Les trois fondateurs − Noak Carrau, André Lejarre, Alex Jordan – sont rejoints, dès 1986, par Myr Muratet (1986-1989). C’est en 1988 que ce noyau originaire va s’ouvrir avec l’arrivée de Marc Gibert (1988-1999/2004-2011), photographe de paysage, initié dans les ateliers de John Batho à la couleur. Durant la décennie 1990, Bernard Baudin (1990-2015), Jean-Pierre Vallorani (1991-2004), Olivier Pasquiers (1991-2015), Sabine Delcour (1995-2000), Jean-Luc Cormier (1997-2006) et Nicolas Frémiot (1998-2002) intègrent le groupe. La diversité de leurs pratiques atteste de l’éclectisme des langages photographiques. Au tournant des années 2000, Hervé Dez (2002-2008), Caroline Pottier (2003-2015), Sophie Carlier (2003-2015), Nicolas Quinette (2003-2015), Jean-Christophe Bardot (2004-2015), et Eric Facon (2004-2015) rejoignent l’aventure et participent aux expositions des « 20 ans du bar Floréal.photographie »4. Entre 2010 et 2015, une dernière génération de femmes photographes, formée dans les écoles de photographie qui ont éclos deux décennies auparavant, confirme l’ouverture du groupe pour un renouvellement continu des pratiques photographiques. Prennent ainsi part au groupe Lucile Chombart de Lauwe (2010-2014), Mara Mazzanti (2010-2015), Nathalie Mohadjer (2010-2013) et Laetitia Tura (2010-2015). Les photographes sont accompagnés d’une équipe de spécialistes de l’image avec Claudine Durand (chargée de projets) puis Cécile Lucas (gestion/suivi de projets et de production), Fouad Houiche (tireur, laboratoire noir et blanc), Christiane Bagard (numérisation) et Frédérique Mangin (iconographe). Le « bar Floréal », présidé dans un premier temps par l’écrivain Jacques Lacarrière, l’est ensuite par Françoise Denoyelle, historienne de la photographie, qui accompagne le groupe de 2004 à 2015. 

Porté par un militantisme de gauche, le collectif se caractérise par une action artistique engagée dans le champ social et s’empare de sujets politiques. Le « bar Floréal » questionne ainsi la mutation du territoire, et notamment celle des quartiers populaires : le projet Cité Dunlop, Montluçon (1986), inventaire de la cité avant sa réhabilitation, est présenté par le collectif comme son travail instigateur5. D’autres projets sont par la suite menés au cœur des villes, en coopération avec les directions culturelles, comme pour la réalisation photographique conçue au Blanc-Mesnil avec le projet 1001 visages du Blanc-Mesnil (1994)6 ; ou dans le cadre de la « Politique de la Ville » avec Je veux vivre en paix, Cité Verte, Verdun (1992, collaboration entre « Faut Voir »7 et le « Bar Floréal »)8. Citons encore un projet exemplaire dans la mesure où il affirme la signature du collectif et son inscription au cœur des quartiers populaires : La Courneuve, rue Renoir… avant démolition (1998-2000)9 (fig. 1).

Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.
Fig.1 – Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.
Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.
Fig.1 – Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.
Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.
Fig.1 – Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.

Diversifiant ses sujets, le collectif s’intéresse également à l’insertion des exclus, la vie dans les prisons, mais aussi la pauvreté − en travaillant notamment avec le Secours populaire français pour les projets : Pauvre France (1988)10, l’Europe de l’autre côté des étoiles (1991)11, Nos premières photos de vacances (1998)12. Un autre thème abordé est celui de l’immigration à travers la représentation des réfugiés – comme dans le projet Maux d’Exil en lien avec le COMEDE13 en 200014 –, ou encore à travers celle des habitants dans les foyers d’immigrés − travaux entrepris avec la SONACOTRA15 pour Mémoire de résidents, mémoires plurielles (2006)16. Notons aussi le soutien aux luttes anti-racistes avec le projet 75 photographes contre l’Apartheid, (1988)17. Le « bar Floréal » révèle également le quotidien des travailleurs, comme l’atteste l’emblématique reportage d’André Lejarre en 1993 sur le travail de nuit18. En lien avec les comités d’entreprise qui souhaitent communiquer sur le monde du travail et sur leurs modalités d’action culturelle pour les salariés, le collectif organise des projets avec la S.N.C.F. − Trains d’Images (1987), Au service public (1996) − ; ou avec la C.C.A.S.19 (au cours de l’été 1998, en Avignon, des créations photographiques articulent les regards entre les vacanciers et les photographes).

En 1997, lors des Rencontres internationales de la photographie d’Arles, pensé au cœur d’une triangulation entre Ethique, esthétique, politique (1997)20, c’est le monde du travail, plus spécifiquement le « monde ouvrier » et son effondrement, qu’interroge le « bar Floréal » et son entourage artistique. Avec Jours de colère, exposition produite par la C.C.A.S. qui s’est tenue à la Bourse du Travail, trois propositions sont présentées. Colère au quotidien de Nous Travaillons Ensemble (NTE 97)21 rassemble des « unes » de la presse quotidienne nationale et régionale du 14 novembre au 29 décembre 1995 afin de dénoncer le manque de pertinence et l’uniformité des choix iconographiques pour relater les grandes grèves. Du travail ! de Bernard Baudin articule deux projets, un reportage sur la lutte pour la sauvegarde des activités de l’usine d’emballage de luxe à Valréas avec « J’occupe Morel-Barneron » et une série de portraits de « privés d’emploi ». Enfin, Jours incertains d’Éric Larrayadieu propose un documentaire incisif sur le quotidien et sa fragilité dans les milieux populaires22. À cette occasion est publié un recueil de textes mis en forme par NTE et La Forge23 dans une auto-édition intitulée Implication, photographie, distance, politique qui interrogent les liens entre photographie, création artistique et engagement (politique). C’est dans la rencontre entre André Lejarre et Alex Jordan, qui survient bien avant la création du « bar Floréal », que naît la volonté de faire collectif afin d’être attentif aux désordres causés par le nouveau monde néolibéral. C’est dès 1978-1979 qu’ils avaient décidé de représenter les luttes et les grèves des sidérurgistes et des mineurs dans l’Est de la France (fig. 2). Trente ans après la fermeture des usines, le collectif décide du Retour en Lorraine (2008)24, pour dresser un état des lieux de ce territoire ouvrier métamorphosé. En 2017 un ensemble de ces images est présenté à la BnF lors de l’exposition Paysages français, une aventure photographique (1984-2017)25 (fig. 3).

Portfolio « Longwy vivra Solidarité, Union locale de la C.G.T. de Longwy » réalisé par l’atelier de conception graphique Grapus, avril 1979 (photographie : Alex Jordan).
Fig. 2 – Portfolio « Longwy vivra Solidarité, Union locale de la C.G.T. de Longwy » réalisé par l’atelier de conception graphique Grapus, avril 1979 (photographie : Alex Jordan).
 Collectif, Retour en Lorraine, Paris, Trans Photographic Press, 2008.
Fig.3 – Collectif, Retour en Lorraine, Paris, Trans Photographic Press, 2008.

Ces réflexions sur le potentiel – esthétique et politique – de l’image photographique conduisent à repenser la représentation des classes populaires26 en leur donnant, au cours de certains projets, les moyens d’expression – soit par l’image et/ou les mots – tout en faisant émerger de nouvelles pratiques artistiques, partagées et participatives, au sein d’ateliers pédagogiques. Il s’agit d’un mode d’action-création qui prend corps dans la rencontre entre un photographe et une personne extérieure à la photographie, amenée à produire ses propres images du monde qui l’entoure (fig. 4). Cette remise en question de la posture auteuriale27 révèle la portée politique de l’acte photographique. Est convoquée une approche documentaire particulière, traduite par une esthétique du proche, qui dévoile une connaissance intime du sujet dont la représentation peut être prise en charge par des acteurs qui, jusque-là observés, deviennent désormais des sujets-observants.

 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999 / Portfolio avec des photographies noir et blanc d’Olivier Pasquiers et des images couleur prises par des familles partant pour la première fois en vacances grâce au Secours populaire français. Des entretiens ont été réalisés avec le sociologue Jean Epstein et les « paroles libres » des familles sont « reportées » dans un livret qui accompagne les images.

Ramener la production artistique au plus près des populations photographiées est aussi une exigence éthique du collectif dont la visée est de créer un dialogue entre preneurs et donneurs d’images. Fondées sur cette idée, des expositions sont organisées soit à la galerie du bar Floréal à Belleville, ou, in situ, là où les photographes ont réalisé leurs images, au cœur des espaces vécus par les individus représentés. Par ailleurs, la galerie – espace de monstration sans prétention commerciale – agit comme un lieu d’accueil culturel protéiforme dans lequel de nombreux artistes, photographes, graphistes, sculpteurs, vidéastes, vont pouvoir exposer leurs travaux28. La créativité et l’engagement du « bar Floréal » se traduisent ainsi à travers la diffusion de leurs projets artistiques, la forme imprimée marquant son aboutissement. Les publications, conçues en dialogue avec les graphistes, rythment la production du collectif et fixent l’expérience photographique. Le livre photographique, compris dans un processus de don et contre-don, est remis aux photographiés dans un souci de créer un équilibre entre ceux qui donnent leur image et ceux qui la prennent. Cette dialectique est alors motrice de la conception de l’acte photographique au sein du « bar Floréal » : « la photographie n’est pas une fin en soi, mais une approche solidaire autant qu’un témoignage »29.

Le « bar Floréal » questionne la représentation du réel et nos manières d’être au quotidien : l’enjeu est d’aboutir à une réflexivité et non de figer, de réifier l’acte de création des images, pour que ces dernières activent un « pouvoir d’agir » sur ceux qui prennent part au processus artistique.  C’est à travers une recherche photographique au caractère documentaire et social que s’invente alors un répertoire visuel de la société, sorte d’atlas sociologique, constamment repensé à travers diverses formes esthétiques, depuis le milieu des années 198030.

Enjeux d’un fonds issu « d’un sauvetage d’urgence »

Alors qu’en 2014 le « bar Floréal » accueille une nouvelle génération, il est contraint de cesser ses activités en juillet 2015 pour ses trente ans. L’histoire est atypique, l’arrêt abrupt. C’est donc un « sauvetage d’urgence des fonds »31 qui est mis en œuvre : Françoise Denoyelle contacte d’abord la BnF pour connaître les possibilités de mise en place d’une sauvegarde de ce patrimoine par l’institution. Enthousiaste à l’idée de préserver ce fonds, l’équipe de conservation du service de la photographie du Département des Estampes et de la photographie se rend dans les locaux du « bar Floréal ». En deux jours, le fonds sur place est sommairement trié avec l’aide d’Alex Jordan, André Lejarre et Olivier Pasquiers. La BnF sauve en priorité les tirages, portfolio et livres et prend l’attache de la direction de la MAP qui accepte de conserver les archives à caractère administratif du collectif. Les photographes actifs en 201532 sont prévenus de la fermeture de l’espace-galerie, ce qui leur a permis de récupérer des travaux qu’ils souhaitaient garder, le reste ayant été versé à BnF et à la MAP. Indiquons dès maintenant que la spécificité de ce « sauvetage d’urgence » dans les locaux du « bar Floréal » amène à considérer le fonds déposé à la BnF comme fragmentaire. En effet, au cours d’entretiens effectués entre 2018 et 2020 avec les photographes, nombreux sont ceux qui m’ont expliqué avoir conservé les tirages produits au cours des projets dans leurs archives personnelles.

D’autre part, il faut considérer la bascule du numérique au tournant des années 2000 : l’argentique est de moins en moins utilisé et les photographies ne sont plus retravaillées (cadrage, contraste) et sélectionnées à partir des tirages de lecture mais depuis un ordinateur. Une grande partie des photographes arrivée au cours de cette décennie va travailler au numérique, notamment pour répondre aux commandes institutionnelles. Or, les collections du Département des Estampes et de la photographie n’ont pas pour vocation de gérer les archives photographiques numériques. Ainsi, la représentativité des photographes est lacunaire : Olivier Pasquiers, qui a privilégié l’argentique, a laissé de nombreux tirages de lecture réalisés avec l’aide du laborantin. Le photographe a alors décidé de déposer à la BnF les tirages stockés dans l’espace du « bar Floréal » ce qui explique l’importante présence de sa production dans le fonds actuel.

Du fait de l’évolution de la réalité matérielle de la photographie, liée au passage de l’argentique vers le numérique, le fonds est davantage représentatif des années 1985 – voire des années ante « bar Floréal » (recherches documentaires des photographes laissées dans des boîtes standard type Ilford ou Agfa) − jusqu’aux années 2000 en ce qui concerne les tirages de lecture. Pour les tirages d’exposition, en nombre plus réduit, la représentativité des photographes est plus équilibrée mais les projets représentés sont parcellaires. Enfin, il faut noter qu’en septembre 2015 lors du « sauvetage d’urgence », « [q]uelques tirages [qui] appartiennent à des photographes ayant quitté le collectif par le passé (au nombre de 10) et [qui n’ont pas] encore [été] contactés [à ce moment-là] faute de temps. Pour ces tirages, compte-tenu de l’urgence actuelle, ils seront accueillis à la BnF à titre de dépôt, avant une prise de contact avec les photographes concernés pour résoudre leur sort (don ou reprise par les photographes propriétaires) »33.

Un des enjeux du travail est d’identifier les œuvres photographiques – certaines images ne possèdent aucune indication et/ou légende – afin de pouvoir prendre contact avec les photographes dont les images sont présentes dans le fonds. Pour les photographies qui n’auront pas pu être désignées, il faudra dans un second temps engager un ultime travail d’identification avec les fondateurs André Lejarre et Alex Jordan. Or, afin de pouvoir naviguer le plus aisément au milieu de ces milliers de tirages notre mission première, en accord avec Héloïse Conésa, conservatrice et référente scientifique, est de nous concentrer sur une méthode de classification et une procédure de recension des tirages (environ 8 000 tirages, principalement de lecture et quelques centaines d’exposition).

  1. Les archives papier correspondent aux archives administratives et financières, à la documentation en lien avec la présentation de projets − projets  originaux initiés par le groupe ou projets de commandes −, et sont localisées à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (MAP). Elles ont permis de mettre au jour environ 196 projets comprenant des créations photographiques et des productions d’expositions au cours des 30 ans de création du groupe (Cf. Inventaire archives MAP Fonds N°- 2015/29, Cartons 1 à 19, Dossiers 1 à 255). []
  2. Tirages, affiches, panneaux d’expositions, éditions ou encore supports de communication − corporate −. []
  3. Denoyelle Françoise, Le bar Floréal.photographie, Paris, Créaphis, 2005.

    Pedon Éric, « La professionnalisation culturelle dans les collectifs de photographes : les stratégies et les formes de médiation pour une photographie d’auteur », dans Vancassel P. (dir.), Les études photographiques au carrefour des sciences humaines et sociales, Rennes, Actes de colloque, 2011, en ligne https://www.colloque-photo-rennes.eu/ []

  4. Interrogations sur le monde, 20 ans d’une aventure humaine et photographique, à la Maison Européenne de la photographie du 7 décembre 2005 au 8 janvier 2006.
    Intimes et Partages, à la Galerie du bar Floréal, Belleville, Paris, du 7 décembre 2005 au 4 février 2006. []
  5. Il s’agit de la première commande du « bar Floréal » : « Un projet de l’OPHLM Montluçon sur la réhabilitation de la cité ouvrière Dunlop, commandé à Grapus, réunit pour la première fois Alex Jordan, Noak Carrau et André Lejarre ». Les images réalisées sont diffusées au sein d’une première édition : Bar Floréal [Carrau Noak, Jordan Alex, Lejarre André]/Grapus, Cité Dunlop, Montluçon, Montluçon, OPHLMONTLUÇON/Comité d’Établissement de l’usine Dunlop France, 1988. []
  6. Collectif [Baudin Bernard, Lejarre André, Carrau Noak, Pasquiers Olivier, Vallorani Jean-Pierre], 1001 visages du Blanc-Mesnil, Blanc-Mesnil, Production division de la communication municipale/NTE, 1994. []
  7. Dans tous ces projets artistiques et culturels, l’agence « Faut Voir », en mêlant photographie, écriture et graphisme, va s’engager à donner une nouvelle représentation des banlieues et des quartiers populaires, portée par ses habitants. C’est sur la participation que se fondent les projets et la mise en place de dispositifs de « création partagée » et que se forment les images. Animés par une réflexion commune sur le medium photographique en tant que vecteur des questions politiques et sociales dans le champ artistique, on observe de nombreux échanges théoriques et pratiques entre « Faut Voir » et le « bar Floréal ». []
  8. Baudin Bernard, Ehret Marie Florence, Je veux vivre en paix, Verdun, le monde entier, et la cité verte, Paris, agence « Faut Voir »/Ville de Verdun/ Conception graphique NTE, 1992. []
  9. Lejarre André, Pasquiers Olivier, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, Paris, Bar Floréal.éditions, 2000. []
  10. Lejarre André, Nègre Marie-Paule, Pauvre France, Portfolio, Paris, Secours populaire/ Conception graphique Grapus, 1988. []
  11. Collectif, L’Europe… de l’autre côté des étoiles, Paris, Secours populaire français, NTE 91/Grapus, 1991. []
  12. Pasquiers Olivier, Epstein Jean, Premières photos de vacances, Paris, le bar Floréal.éditions, portfolio, 1999. []
  13. Comité médical d’aide aux exilés. []
  14. Pasquiers Olivier, Levy Jean-Louis, Maux d’exil, Paris, COMEDE/le bar Floréal.éditions, 2000. []
  15. Société nationale de construction de logements pour les travailleurs. []
  16. Pasquiers Olivier, Séonnet Michel, Les oubliés de guerre, des anciens combattant marocains de l’armée française dans un foyer Sonacotra, Paris, Créaphis, 2006. []
  17. Collectif, 75 Photographes contre l’Apartheid, Paris, le bar Floréal.éditions, 1988 [2ème édition 1990]. []
  18. Lejarre André, Leduc Alain, La Grande Nuit, Paris, Syros, 1993. []
  19. Caisse centrale d’activités sociales des personnels des industries électrique et gazière. []
  20. Collectif, Esthétique, éthique, politique, cat. expo., Arles, Actes Sud/Rencontres internationales de la photographie, 1997. []
  21. NTE 97 avec Alex Jordan, Ronit Meirovitz, Olaf Mühlmann, Virginir Legrand. []
  22. Trois réalisations graphiques et photographiques sont éditées :
    – Nous Travaillons Ensemble 97, Colère au quotidien, les Unes de la presse quotidienne du 14 novembre au 29 décembre 1995, cat. expo., NTE 97, C.C.A.S., Les Rencontres d’Arles, 1997.
    – Baudin Bernard, Du Travail !, Portrait de privés d’emploi et J’occupe Morel-Barneron, cat. expo., Nous Travaillons Ensemble 97, C.C.A.S., Les Rencontres d’Arles, 1997.
    – Larrayadieu Eric, Lercher Alain, Jours incertains, Cherbourg, Le Point du Jour, 1997. []
  23. « La Forge » est un collectif d’artistes créé en 1994 par Alex Jordan, graphiste, (Grapus / NTE), Eric Larrayadieu, photographe, Marie Claude Quignon, plasticienne, et François Mairey, « pratiques sociales », qui inscrit sa production artistique au cœur de territoires en concertation avec ses habitants pour réfléchir les enjeux de « l’habiter ». []
  24. Collectif, Retour en Lorraine, Paris, Trans Photographic Press, 2008. []
  25. Bertho Raphaëlle, Conésa Héloïse, Paysages français, une aventure photographique (1984-2017), Paris, BnF/éditions, 2017. []
  26. Imager les « classes populaires » et penser le glissement de la « classe ouvrière » vers la « classe populaire » sont au cœur de la réflexion du groupe, soutenue par de nombreux projets engagés depuis le milieu des années 1980. Dans cette perspective, voir : Mischi Julian, Pasquiers Olivier, Pottier Caroline, Renahy Nicolas, « Le groupe ouvrier : transformé mais toujours là », Métropolitiques, novembre 2013. []
  27. Morel Gaëlle, Le photoreportage d’auteur : L’institution culturelle de la photographie en France depuis les années 1970, Paris, Centre National de Recherche Scientifique, coll. « CNRS Histoire », 2006. []
  28. « L’éclectisme, le refus du cloisonnement, l’ouverture vers d’autres artistes est une constante qui a permis d’éviter le repli », Denoyelle Françoise, op. cit., p.49. Mentionnons la première exposition de graphisme en 1986 de l’artiste Thomas Hirschhorn. []
  29. Denoyelle Françoise, op. cit., p.34. []
  30. « L’expérience du bar Floréal met en œuvre de multiples propositions et procède d’un parcours atypique quant au questionnement sur le réel dans sa dimension documentaire et sociale. Les réponses initiées dans les zones d’interférence entre création, production d’informations et projet social se déclinent sous forme d’entretiens, de portraits, de reportages ou de photographies réalisées par les sujets eux-mêmes », dans Denoyelle Françoise, op. cit., p. 51. []
  31. Versavel Dominique, Rapport suite à la liquidation judiciaire du bar Floréal, Paris, BnF, 22 septembre 2015. []
  32. André Lejarre, Alex Jordan, Bernard Baudin, Olivier Pasquiers, Jean-Christophe Bardot, Sophie Carlier, Eric Facon, Nicolas Quinette, Caroline Pottier, Lucile Chombart de Lauwe, Mara Mazzanti, et Leatitia Tura. []
  33. Versavel Dominique, Rapport suite à la liquidation judiciaire du bar Floréal, Paris, BnF, 22 septembre 2015. []

Appel à candidatures : Bourse BnF-Getty « Paper Project », Paris (2020-2022)

Les Parques nues / Milan, Pierre (15..-15..) [Graveur] , BnF, Est. BA-12 (2)-FOL

Avec le soutien de la Getty Foundation et dans le cadre du “Paper Project”, le Département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France recrute un pensionnaire-conservateur(trice) H/F (Curatorial Fellowship), à plein temps, pour une durée de 24 mois (novembre 2020-novembre 2022).

Cette bourse permettra à un jeune historien de l’art souhaitant devenir conservateur d’arts graphiques de se former auprès des conservateurs du département, en étant pleinement intégré à l’équipe scientifique et associé à l’ensemble de ses activités (recherche, inventaire, conservation préventive, restauration, diffusion, valorisation des collections).

Le lauréat sera plus particulièrement chargé d’un projet d’étude et de recherche sur l’estampe et le dessin français du 16e siècle, centré sur l’école de Fontainebleau.

Il participera aux différentes opérations prévues pour la réouverture du site historique de la BnF, rue de Richelieu, à l’issue de l’important chantier de rénovation actuellement en cours.

Profil et qualifications recherchés

  • Diplôme de Master (ou équivalent) en histoire de l’art
  • Intérêt pour l’estampe et le dessin anciens
  • Intérêt pour les questions de conservation préventive et de restauration
  • Forte motivation pour les métiers de la conservation du patrimoine
  • Capacité d’organisation et de travail en équipe
  • Maîtrise courante du français écrit et parlé (la maîtrise d’une autre langue sera un atout)

Missions

Le pensionnaire travaillera sous la supervision de l’équipe des conservateurs aux missions suivantes :

  • Recherche, inventaire et conservation préventive pour la collection d’estampes et de dessins de (et autour de) l’école de Fontainebleau. Le pensionnaire aura l’opportunité de se rendre dans les grandes collections européennes d’arts graphiques et sera en contact avec les experts internationaux.
  • Organisation d’une journée d’étude sur les estampes et les dessins de l’école de Fontainebleau
  • Participation aux activités quotidiennes du département : accueil des étudiants, chercheurs et conservateurs, coopération avec l’atelier de restauration du département, examen des demandes de prêts…
  • Participation à la réouverture de la Bibliothèque et du musée sur le site Richelieu : sélection des trésors, rédaction des cartels, travail sur les expositions temporaires

Candidature

Les dossiers doivent être en langue française et contenir :

  • CV (maximum 3 pages)
  • Lettre de motivation (maximum 2 pages)
  • Bibliographie (sélection des principales publications ou communications, travaux académiques)

Calendrier

  • 30 juin 2020 : date limite de dépôt des dossiers
  • 15 juillet 2020 : envoi des notifications aux candidats pré-sélectionnés
  • 31 août – 4 septembre 2020 : entretiens pour les candidats pré-sélectionnés. Les entretiens se dérouleront sur le site de la BnF-Richelieu (58 rue de Richelieu, 75002). Les frais de déplacements ne seront pas pris en charge. Des entretiens virtuels peuvent être mis en place (Skype)
  • 7 septembre 2020 : sélection et notification au candidat retenu
  • 2 novembre 2020 : début de la mission

Les candidatures électroniques doivent être envoyées à l’adresse suivante : reserve-estampes-photographie@bnf.fr

Les dossiers papiers, par voie postale, ne seront pas acceptés.

Toute demande d’information peut être envoyée à l’adresse : reserve-estampes-photographie@bnf.fr. Merci d’indiquer, en objet du message, « 2020 – BnF/Getty »

Antonio Fantuzzi (1508?-1550?) , BnF, Est. BD-19 (2)-FOL

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

SI J’ÉTAIS… Une collecte de photographies pour une exposition participative

Photographie : © Nine Jacquet
Photographie : © Nine Jacquet

En attendant sa prochaine programmation d’expositions, l’Institut pour la photographie vous propose avec Wipplay, son premier projet interactif. Pour participer, envoyez-lui 1, 2 ou 3 photos qui répondent à ces questions :

Régulièrement, l’Institut partagera avec vous une sélection des photographies reçues. VOS images raconteront certainement NOS histoires à tous. Espérons que celles-ci nous permettront de nous évader autrement en ces temps de confinement.

Exposition de toutes les photographies lors de la programmation d’expositions EN QUÊTE, à l’Institut pour la photographie, à Lille, prévue du 10 septembre au 15 novembre 2020 (sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire).

Téléchargez le règlement 

Téléchargez le communiqué de presse 

Logo IPP
Logo IPP

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : La ligne et l’ombre : dessins d’architectes, XVIème – XIXème siècle

La ligne et l'ombre
La ligne et l’ombre

Après la Cité de l’architecture qui présentait l’exposition Trésors de l’Albertina. Dessins d’architecture rassemblant des dessins de grands maîtres ayant pour thème l’architecture, c’est au tour de la Bibliothèque nationale de France de faire montre de la richesse de ses collections en la matière, avec la publication La ligne et l’ombre : dessins d’architectes, XVIème – XIXème siècle.

Signés par les plus grands architectes français (du Cerceau, Mansart, Boullée, Viollet-le-Duc…), ces 160 dessins retracent l’histoire de l’architecture du XVIe au XIXe siècle. Traduisant l’ambition d’atteindre un idéal urbain et éclairant le processus créatif de leurs auteurs, ils proposent une expérience sensible et intellectuelle au lecteur.

Cet ouvrage sur le dessin d’architecture de la Renaissance au XIXe siècle fournit une iconographie de 160 dessins en couleur réalisés par les plus grands architectes français offrant par là une plongée dans les fonds de BnF abritant l’une des plus riches collections au monde

Résumé

Le dessin d’architecture constitue un domaine vaste et divers. Les architectes le pratiquent pour acquérir une connaissance intime des édifices et développer leur habileté à les imaginer ; ils l’utilisent comme le support de leurs échanges avec les différents métiers du bâtiment ; ils en font un moyen pour toucher le public et les décideurs, jusqu’à l’élever parfois au rang d’œuvre d’art.
Signés par les architectes dessinateurs les plus brillants – de Jacques Androuet du Cerceau à Etienne Louis Boullée, de Gilles Marie Oppenord à Jean Jacques Lequeu, de Charles Percier à Henri Labrouste, d’Eugène Viollet-le-Duc à Charles Garnier – les 160 dessins présentés dans cet ouvrage retracent une histoire de l’architecture française de la Renaissance au dernier XIXe siècle.

Dans un domaine où le défi majeur consiste à donner à voir un édifice par anticipation, ces dessins témoignent de l’ambition partagée par les architectes d’atteindre un idéal architectural et urbain. Comme le manuscrit de l’écrivain, ils éclairent un processus créatif, avec ses hésitations, ses corrections ou ses reprises. A la différence du texte, ils possèdent toutefois la force et l’autonomie des figures, qui « parlent » à l’œil de façon immédiate. Ils nous proposent ainsi une expérience à la fois sensible et intellectuelle en exprimant le rapport de leurs auteurs à l’espace, à la matière, à la couleur, à l’intelligence des structures.

Auteurs

  • Pauline Chougnet, chargée de collections, département des Estampes et de la photographie
  • Jean-Philippe Garric, professeur d’Histoire de l’architecture à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Archiviste paléographe, Pauline Chougnet est conservatrice au département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France. Responsable des collections de dessins depuis 2015, elle s’est notamment chargée de l’inventaire des dessins de l’architecte François Joseph Bélanger (1744-1818). Elle est membre du comité de lecture des Livraisons d’histoire de l’architecture.

Jean-Philippe Garric est professeur d’histoire de l’architecture contemporaine à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne. Pendant plus de quinze ans, il a pratiqué et enseigné le dessin d’architecture avant de choisir la voie des travaux historiques. Spécialiste de l’architecture en France et en Europe du milieu du XVIIIe siècle à la Première Guerre mondiale, il a consacré sa thèse de doctorat aux modèles italiens dans les livres d’architecture français, sous la direction de Françoise Choay. Auteur de nombreux ouvrages et articles sur la théorie, les livres et les représentations graphiques de l’architecture, ainsi que sur l’enseignement de l’architecture et sur les architectes de Napoléon, Charles Percier et Pierre Fontaine, il a été commissaire de la première exposition Charles Percier (New York, 2016, Fontainebleau, 2017) et cocommissaire de la première exposition Jean Jacques Lequeu (Paris, 2018). Il a notamment publié Recueils d’Italie. Les Modèles italiens dans les livres d’architecture français (2004) ; Le Livre et l’Architecte (dir. avec É. d’Orgeix et E. Thibault, 2010) ; Percier et Fontaine. Les Architectes de Napoléon (2012) ; Vers une agritecture. Architecture des constructions agricoles 1789-1950 (2014) ; Charles Percier. Architecte et designer (dir. 2016) ; L’École de Percier. Imaginer et bâtir le XIXe siècle (avec M.-L. Crosnier Leconte, 2017) et Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmes (dir. avec L. Baridon et M. Guédron, 2018), couronné par le prix Sade du livre d’art 2019.

Informations pratiques

  • Description : Broché, 224 pages, 160 illustrations, 24 × 28 cm
  • Date de parution : 12 mars 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2829-3 / 9782717728293
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : Interforum
  • Prix : 45 €

Les illustrations issues du volume sont disponibles à la consultation sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/, sur la banque d’images de la BnF : http://images.bnf.fr, et à la vente auprès du département Images et prestations numériques : reproduction@bnf.fr.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : La photographie, une « histoire pour tous » : Hommage à François Brunet (26-27/3)

Le colloque La photographie, une “histoire pour tous”, organisé sous la direction scientifique de la revue Transbordeur : photographie, histoire, société, en partenariat avec l’Université d’Amiens, l’Université de Lille et la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société à Lille, propose de rendre hommage aux travaux sur l’histoire et les images de François Brunet.

Dans le prolongement du colloque Les manières de faire vernaculaires (Université de Paris, LARCA, 23-24 janvier 2020), qui a axé son propre hommage à François Brunet sur la notion de vernaculaire et sur les productions qui s’y rapportent, il concentrera ses réflexions sur les formes populaires d’écriture de l’histoire de et par la photographie.

Jeudi 26 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : NATHALIE DELBARD, Professeure en arts plastiques, Université de Lille, CEAC
  • 10h30 : Introduction de JEAN KEMPF, Professeur de civilisation américaine, Université Lumière-Lyon 2, Membre de l’UMR Triangle
  • 11h : ELIANE DE LARMINATMobilisations des archives photographiques des logements sociaux de Chicago. Histoire en image, contre-récits et mémoire sociale
  • 11h45 : JORDI BALLESTALes photographies amateures des dossiers administratifs de déclaration de travaux. Pour une histoire photographique étendue des paysages contemporains.
  • Déjeuner libre
  • Modération : CHRISTIAN JOSCHKE, Maître de conférences au département d’Histoire de l’art et d’Archéologie de l’Université Paris Ouest Nanterre
  • 14h : DIDIER VIVIENHistoires vernaculaires & photographies sans auteur. L’exemplarité éditoriale du Bassin minier Nord Pas-de-Calais.
  • 14h45 : MATHILDE BERTRANDLa photographie comme outil et vecteur d’une histoire populaire et alternative dans les travaux du Photography Workshop.
  • Pause
  • 16h : LYDIA ECHEVERRIA1Auteur et amateurs. Pour une histoire photographique des quartiers populaires.
  • 17h : conclusion
  • Moment convivial autour d’un verre

Vendredi 27 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : LISE LERICHOMME, Maîtresse de conférences en arts plastiques à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens
  • 10h30 : Introduction de DIDIER AUBERT, Enseignant au département Monde anglophone de l’Université Paris 3 -Sorbonne Nouvelle – « L’humanisme profond de la photographie« .
  • 11h : ALEXANDRA DE HEERINGDe l’invisibilisation à la représentation de soi. L’histoire des communautés subalternes en Inde du Sud à travers le portrait photographique.
  • 11h45 : ANAIS MAUUARINHistoire (re)naissantes. Retours
  • et appropriations des photographiques de l’ethnologie.
  • Déjeuner libre
  • Modération : OLIVIER LUGON, Professeur d’histoire de la photographie à l’Université de Lausanne
  • 14h : CAROLIN GEORGENL’histoire de la photographie américaine depuis les marges. La Peter Palmquist Collection sur l’Ouest américain au XIXe siècle : apports historiographiques et méthodologiques.
  • 14h45 : MARLENE VAN DE CASTEELE« A Camera Issue. » Popularisation et commercialisation de la photographie dans les magazines Vogue et Commercial Camera Magazine.
  • Pause
  • 16h : ISABELLA SENIUTAHistoire des Texbraun, les invisibles du monde photographique.
  • 16h45 : Conclusion de MICHEL POIVERT, Professeur d’histoire de l’art/photographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Informations pratiques

  • Jeudi 26 mars

Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MEHS)
2 rue des Cannonniers, 59000 Lille
Espace Baïetto

  • Vendredi 27 mars

UFR Arts de l’Université Jules Verne – Picardie
30 rue des Teinturiers
80000 Amiens

  1. Chercheuse-associée de la Bibliothèque nationale de France. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mise en ligne des Nouvelles de l’estampe

Les Nouvelles de l’estampe, revue scientifique française portant sur l’histoire de l’estampe, des origines à nos jours viennent d’inaugurer leur espace sur la plateforme de diffusion en ligne OpenEdition Journals : https://journals.openedition.org/estampe/ .

La revue qui du Comité national de l’estampe possède ses bureaux au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, qui la soutient depuis sa création.

OpenEdition Journals est la plateforme publique d’édition électronique en sciences humaines et sociales qui propose plus de 500 revues scientifiques représentant le meilleur de la recherche française. La revue, seule revue académique sur l’estampe et la gravure, des origines à nos jours, y fera désormais paraître l’intégralité de ses articles.

Vous pouvez d’ores et déjà y trouver les numéros 227 à 261, c’est-à-dire les neuf dernières années de parution. Les nouvelles parutions viendront s’y ajouter au fur et à mesure de leur acceptation et de leur traitement éditorial.

Le fonctionnement de la revue ne change pas : le comité de lecture reçoit les textes et juge de leur intérêt et validité scientifique, avant leur éventuelle prise en charge pour publication par la revue. De même pour les textes sur la création contemporaine, dans le respect du droit d’auteur des artistes dont il sera question.

N’hésitez pas à diffuser la nouvelle autour de vous, dans les cercles pouvant être intéressés par notre publication : nous vous remercions d’ainsi contribuer à faire vivre cette revue unique en son genre !

Pour en savoir plus

La revue dispose de son propre site Internet qui renseigne sur le Comité national de l’estampe : https://nouvellesdelestampe.fr/ et son activité éditoriale.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts