Archives par mot-clé : Doctorants

Soutenance de thèse d’Arnaud Laborderie

Le 4 décembre 2017, Arnaud Laborderie, chef de projet éditorial multimédia de la BnF, soutiendra sa thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication intitulée Le Livre augmenté : de la remédiatisation à l’éditorialisation, préparée sous la direction de Ghislaine Azémard (Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis) et de Milad Doueihi (Université Paris IV-Sorbonne).

Jury

  • Rapporteur : Mme Raja FENNICHE, professeure des Universités, Université de la Manouba (Tunis)
  • Rapporteur : M. Dominique COTTE, professeur des Universités, Université Paris-IV, CELSA
  • Examinateur : M. Stéphane CHAUDIRON, professeur des Universités, Université de Lille
  • Examinateur : M. Imad SALEH, professeur des Universités, Université Paris-VIII
  • Directeurs de thèse : Mme Ghislaine Azémard, professeure des Universités, titulaire de la chaire Unesco-ITEN, Université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis et M. Milad Doueihi, professeur des Universités, titulaire de la chaire Humanum, Université Paris IV-Sorbonne
  • Invité : M. Henri HUDRISIER, maître de conférences HDR, Université Paris-VIII

Résumé

Cette thèse se propose d’examiner le concept de « livre augmenté » à partir d’une posture théorique articulée à une pratique de médiateur et d’éditeur multimédia exercée à la Bibliothèque nationale de France (BnF) pendant une vingtaine d’années. Notre recherche pose la question de la reconfiguration du livre dans l’espace numérique à travers les notions de remédiatisation et d’éditorialisation, c’est-à-dire du point de vue de l’évolution des formes médiatiques et des pratiques éditoriales. La conception de deux prototypes — le livre-application Candide réalisé à la BnF et le livre-web Odyssée réalisé à l’Université Paris-VIII — nous a permis d’interroger les frontières du livre et de formuler les concepts d’enrichissement et d’augmentation au regard de la clôture du livre. Nous défendons la thèse d’un objet-livre numérique nécessairement clos, enrichi par l’éditeur et le lecteur, augmenté par des extensions virtuelles sur le web ou en applications. L’expérience de lecture et la transmission des œuvres s’y trouvent renouvelées par des pratiques intermédiatiques et une nouvelle sensorialité des supports numériques.

Abstract

This thesis proposes to examine the concept of « enhanced book » from a theoretical posture articulated to a practice of mediator and multimedia editor exercised at the French National Library (BnF) during twenty years. Our research raises the question of the reconfiguration of the book in the digital environment through the notions of remediation and editorialization, that is to say, from the point of view of the media forms and editorial practices evolution. The design of two prototypes — the Candide app-book carried out at the BnF and the Odyssey web-book conducted at the University of Paris VIII — enabled us to examine the boundaries of the book and formulate the concepts of enrichment and enhancement regarding to the enclosure of the book. We defend the thesis of a digital object-book necessarily closed, enriched by the editor and the reader, enhanced by virtual extensions on the web or in applications. The experience of reading and transmitting the works are renewed by intermediate practices and a new sensoriality of digital media.

Soutenance

Le lundi 4 décembre 2017 à 10h, au Centre de Veille et d’Innovation de l’Université Paris-VIII, sis au 5e étage de la Tour Montparnasse, 55 avenue du Maine à Paris 15e.

Veuillez vous munir d’une pièce d’identité pour vous enregistrer à l’accueil de la tour et prévoir 10 minutes d’attente éventuelle au contrôle.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Fedora Parkmann

Le 25 novembre 2017, Fedora Parkmann, ancienne chercheuse invitée Fondation Louis Roederer sur la photographie1, soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art intitulée Paris-Prague : transferts en photographie, 1918-1939, préparée sous la direction d’Arnauld Pierre (Université Paris-Sorbonne).

Jury

  • Christian Joschke, Université Paris Nanterre
  • Guillaume Le Gall, Université Paris-Sorbonne
  • Arnauld Pierre, Université Paris-Sorbonne, directeur de thèse
  • Michel Poivert, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Maria Stavrinaki, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Markéta Theinhardt, Université Paris-Sorbonne

Résumé

Les photographes actifs en France et leur production ont, tout au long de l’entre-deux-guerres, éveillé un intérêt continu chez leurs homologues tchèques. Cette thèse se propose d’étudier les transferts en photographie entre France et Pays tchèques qui résultèrent de cette fascination. Fondée sur une approche matérielle des circulations de personnes, d’images et de concepts, elle vise à définir la scène photographique tchèque en fonction de son rapport à la France et de ses métissages.
L’enquête a porté sur les flux photographiques – reproductions photomécaniques et catalogues d’exposition – et les activités des médiateurs et photographes à l’intersection entre les deux pays. Elle a montré, d’une part, que les Pays tchèques furent non seulement un lieu de passage d’apports français, particulièrement marquants au regard des impulsions allemandes et russes, mais aussi un centre d’exportation d’une production photographique locale. Elle a révélé, d’autre part, les hybridations auxquelles a donné lieu l’accueil de la scène photographique française. Le courant surréaliste tchèque en fut l’exemple le plus marquant : dépassant le simple geste d’adhésion, cette production originale s’est à son tour exportée, à la faveur d’un processus de circulation et de transformation réciproques caractéristique du phénomène de transfert. Les séjours et expériences photographiques des Tchèques en France et leur contribution à l’ « école de Paris de la photographie » complètent ce panorama des interactions entre les deux pays.
Le prisme des transferts culturels adopté dans notre étude a agi comme un révélateur d’acteurs, d’images et de concepts ignorés jusque-là des histoires nationales de la photographie. Il a également montré comment la réceptivité des photographes tchèques vis-à-vis de la France a pu, en retour, favoriser l’émergence du modernisme photographique dans leur pays.

Abstract

The continuous interest shown by Czech photographers in their French counterparts during the interwar period set the ground and provided favorable conditions for a transfer in photography between France and the Czech Lands, which this dissertation sets forth to explicate.
Rooted in a material approach towards the various circulations of individuals, images and concepts, this study considers the Czech photographic scene in light of its specific relation to France and analyzes the resulting hybridizations. The research focuses on photographic vectors such as photomechanical reproductions, exhibition catalogues and the activities of mediators and photographers working between the two countries. It illuminates a network of relations between French, German and Russian impulses and describes also the export of a local photographic production. The Czech surrealist current is a prominent hybridization that resulted from the strong reception of the French photographic scene. It was exported again as an original Czech production, and as such exemplifies the process of mutual circulation and transformation that describes the concept of transfer. An expansive study of Czech journeys to France, their photographic experience of the country and their subsequent contribution to the “Paris school of photography” complete this overview of the interactions and transfers between both countries.
By situating Czech photography within the discourse of cultural transfers, this dissertation reveals actors, images, concepts and developments that until now have been critically absent from national photography histories. It also demonstrates how the receptivity of Czech photographers to France in return favored the emergence of photographic modernism in their country.

Soutenance

Le samedi 25 novembre 2017 à 9h30, en salle Perrot,
à l’Institut national d’histoire de l’art (2 rue Vivienne, 75002 Paris).

  1. Cf. http://www.bnf.fr/documents/cp_bourse_roederer_2012.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse d’Héloïse Conesa

Le 14 novembre 2017, Héloïse Conésa, chargée de la photographie contemporaine au département des Estampes et de la photographie de la BnF, soutiendra sa thèse intitulée La photographie espagnole contemporaine de 1970 à 2010 : miroir d’un pays en quête d’identité préparée sous la direction du professeur Michel Poivert.

Couv. de la revue « Nueva Lente », nº 38, avril 1975 : phot. de Jorge Rueda

Signalons que cette même année, Héloïse Conésa a assuré le commissariat des deux expositions, Dans l’atelier de la Mission photographique de la DATAR. Regards de 15 photographes et Paysages français : une aventure photographique,1984-2017.

Jury

  • Paul-Henri GIRAUD, professeur en études hispaniques contemporaines à l’Université Lille 3 Charles de Gaulle
  • Michel POIVERT, professeur en histoire de l’art (photographie), Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
  • Pascal ROUSSEAU, professeur en histoire de l’art, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
  • Jacques TERRASA, professeur en civilisation espagnole contemporaine, Université Paris IV Paris-Sorbonne

Résumé

Dans l’Espagne de la fin du franquisme à nos jours, l’histoire socio-politique mouvementée dessine une ligne qui, de la dictature franquiste à la démocratie retrouvée, permet l’émergence d’une identité labile de la photographie espagnole oscillant entre l’alignement sur des modèles esthétiques et critiques dérivés de la postmodernité nord-européenne et américaine et la valorisation de spécificités créatives forgées par la culture péninsulaire.

Dans ce processus de quête identitaire, nous avons déterminé trois phases : d’abord, dans les dernières heures du franquisme et le début de la transition démocratique, sous l’égide de la revue Nueva Lente, s’affirme une  génération  militante de photographes qui s’ouvrent à la création internationale et à l’esthétique postmoderniste et dont le paroxysme en Espagne sera la Movida ; puis, de la fin des années 80 et jusqu’au milieu des années 90, l’apport critique de la revue PhotoVisión et en parallèle l’atomisation des pratiques photographiques du fait de l’essor des communautés autonomes suscite une réévaluation du modèle postmoderne ; enfin, au début du XXIème siècle, la redécouverte d’une filiation territoriale avec les pays du Sud et l’avènement de l’ère digitale, génèrent chez les photographes ibériques de nouveaux déterminants idiosyncrasiques à même de privilégier une forme de transterritorialité.

Abstract

In Spain from the end of  Francoism to nowadays, the animated sociopolitical history draws a line which, from the Franco dictatorship to the refound democracy, allows the emergence of an unstable identity of the Spanish photography oscillating between  the alignment on esthetic and critical models derived of the north-European and American postmodernity and the promotion of creative specificities forged by the Peninsular culture.

In this process of search for identity, we determined three phases: at first, in the last hours of the Francoism and the beginning of the democratic transition, under the aegis of the magazine Nueva Lente, a militant generation of photographers assert themselves and open to the international creation and to the postmodernist esthetics, paroxysm of which will be in Spain the Movida ; then, from the end of the 80s till the middle of the 90s, the critical impact of the review PhotoVisión and,  in parallel, the atomization of the photographic practices because of the development of autonomous communities arouses a revaluation of the postmodernist model ; finally, at the beginning of the XXIth century, the rediscovery of a territorial filiation with the countries of the South and the advent of the digital era, generate for the Iberian photographers new idiosyncratic determiners taking the shape of a transterritoriality

Soutenance

Le 14 novembre 2017

Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu 75002), salle Richelieu 1  à 14h.

José Ortiz Echagüe à Avila

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Poussez les portes de la BnF avec les « journées spéciales étudiants »

Vous êtes lycéen, étudiant en licence ou en master, doctorant, ou vous préparez un mémoire ou une thèse ? Venez découvrir la Bibliothèque nationale de France lors de ces journées à travers des animations, des ateliers et des concerts !

Entrée gratuite les vendredi 6 et samedi 7 octobre de 9h à 20h.

Salle de lecture © Emmanuel Nguyen Ngoc/BnF

Tout au long de ces deux jours :

  • rencontrez nos bibliothécaires, disponibles pour vous durant ces journées,
  • profitez du lieu et découvrez nos espaces grâce à notre parcours d’initiation (parcours d’initiation de la bibliothèque tous publics en continu entre 10h et 17h / durée 20 minutes Hall est),
  • participez à notre jeu concours et tentez de gagner un an d’abonnement illimité aux salles de lecture et aux expositions de la BnF.

Vous venez en groupe ?
Contactez-nous au 01 53 79 49 70

Remise gratuite d’un ticket d’entrée aux salles de lecture à chaque participant en faisant la demande à l’accueil (limité à un ticket par personne et par jour).

1 boisson chaude* offerte au café des Globes pour les nouveaux entrant sur présentation du ticket d’entrée. Cette offre s’applique aux horaires d’ouverture du café le vendredi 7 et le samedi 8 octobre de 10h à 18h30
*Offre valable parmi le choix disponible sur la machine de boissons lyophilisées, 1 boisson offerte maximum par ticket.

Informations pratiques

Plan de situation du site François-Mitterrand © BnF

Contact
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque, 75013 Paris.
(Adresse postale : Quai François-Mauriac, 75706 Paris Cedex 13)
Téléphone : 33(0)1 53 79 59 59

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Comprendre les enjeux expérientiels du jeu vidéo dans le cadre de sa conservation

La Bibliothèque nationale de France contribue à la formation à la recherche par la recherche en accueillant, depuis 2003, des masterants et doctorants dans ses départements. Afin de montrer la diversité des sujets d’étude et des parcours de chercheurs, nous nous proposons de rendre compte de quelques travaux.

D’octobre 2012 à septembre 2015, le département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale accueillait Sélim Ammouche, de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, en tant que chercheur associé pour son projet de recherche intitulé : Comprendre les enjeux expérientiels du jeu vidéo dans le cadre de sa conservation. Le projet était menée dans le cadre de la thèse La part ludique des jeux vidéo : le joueur et son expérience1, menée sous la direction de François Jost de l’équipe d’accueil EA 1484-CIM2 et de l’école doctorale ED 267 Arts & Médias.

Console de jeux vidéo Nintendo – NES, n° de série PE5192654

Le projet de recherche

L’enjeu de ce projet de recherche était de proposer une base méthodologique permettant un encadrement théorique et pratique de la conservation de jeu vidéo. Sélim Ammouche est parti du constat suivant : les jeux vidéo sont des objets profondément liés aux évolutions technologiques qui permettent leur conception et celle des dispositifs qui les actionnent. Ces évolutions font apparaître différents problèmes de conservation, que ce soit d’un point de vue technique – l’électronique vieillie – ou technologique, internet et la dématérialisation des supports remettant en cause la notion même de conservation. Il s’agissait donc de répondre méthodologiquement aux exigences de conservation de la BnF devant ces problématiques du jeu vidéo. Ainsi, les applications concrètes de cette méthode visaient ces objets déjà problématiques qui nécessitent – dans l’objectif de leur conservation – une intervention supplémentaire à la seule collection et mise à disposition de leur code informatique. Cette méthode se proposait de contourner les problèmes d’obsolescences ou d’abandon technique des dispositifs soutenant ces jeux (serveurs, accessoires…), en proposant de construire, depuis le concept d’expérience de joueur, un ensemble de modalités descriptives et analytiques  permettant la constitution d’un ensemble de données. C’est une méthode d’analyse de jeu qui propose de dépasser la conservation (parfois impossible) d’un objet pour tenter d’en restituer l’expérience. La recherche se Sélim Ammouche se trouvait prise au carrefour d’un réel problème scientifique en train de se jouer dans la jeune recherche sur le jeu vidéo, celle de l’analyse de séquence. Il a donc proposé donc de détailler ici les réflexions de cette recherche.

Les impasses de l’analyse syntagmatique

Le positionnement scientifique dans le champ des études sur les jeux vidéo de Sélim Ammouche le place à la croisée de plusieurs traditions d’analyse. Sa volonté est d’analyser la relation joueur/machine de jeu afin d’en faire ressortir les tensions, les rapports de force et d’éviter à la fois l’écueil d’un structuralisme qui prendrait la règle comme seule gageure du ludique ou qui laisserait à l’inverse les pratiques vidéoludiques toutes puissantes dans l’analyse. Rappelons que Sélim Ammouche souhaitait analyser le « dialogue » joueur/machine en construisant une figure théorique en réception du joueur suivant les modèles construits par les études esthétiques et sémiologiques. Cette figure doit devenir de fait adaptable aux contextes socioéconomiques et historiques et les résultats de la méthode peuvent donc être utilisables dans un  mouvement transdisciplinaire. Dans cette optique, Sélim Ammouche a d’abord observé les méthodes d’analyse de contenus que les différents champs des sciences humaines emploient afin de réfléchir à une application possible aux jeux vidéo.
Il lui semble assez évident que le problème principal de ces différentes méthodes – que ce soit celle de l’analyse littéraire ou de l’analyse cinématographique par exemple – repose sur un sens de lecture (et d’analyse) qui s’applique mal aux jeux vidéo. Ces traditions d’observation proposent ainsi de manière logique de centrer l’analyse sur un sens de lecture spatio-temporel. La découpe des extraits en elle-même indique cela et on se trouve alors face à ligne syntagmatique qui structure l’énoncé. Les éléments sont situés dans l’espace et le temps sur cette ligne, ils sont structurés par le récit, les idées, les émotions ou simplement la narration.  L’analyse se fait sur un second niveau – paradigmatique celui-ci : c’est le style, les analyses techniques propres aux objets, les jeux de références internes et externes qui sont alors extraits un à un des éléments successifs (ou des relations entre les éléments, toujours dans une dynamique spatio-temporelle). Ainsi, l’axe x – axe syntagmatique –, structure et règle le temps de l’analyse qui s’effectue dans l’observation sur un axe y – paradigmatique donc – des matières. Une telle logique structure bien évidemment le choix premier de la « séquence » à analyser, puisqu’on peut en exprimer simplement les bornes.
Le problème premier et fondamental de cette méthode tient justement à l’impossibilité première de la découpe de séquence pour l’analyse de jeu vidéo. Il s’agit alors d’entrer dans un débat des théories du jeu sur la notion même d’une partie de jeu, dans toute la polysémie du terme « partie ».

Les conditions d’identité d’un jeu, qui sont associées au concept du jeu de Sélim Ammouche, l’oblige donc à distinguer le jeu de ses parties, comme on distingue l’œuvre musicale de ses exécutions successives ou l’œuvre dramatique de ses diverses représentations. Or il est impossible d’opérer cette distinction s’il n’y a rien d’autre, dans ce que fait une personne qui manipule un élastique, qu’un objectif qu’elle vise et une contrainte qu’elle s’impose pour l’atteindre. Ce qu’on a sous les yeux est dans ce cas une action arbitrale, personnelle et naturelle, une action qui, en raison de son but et de la contrainte que la personne s’impose pour l’atteindre, peut éventuellement être rangée dans la rubrique des divertissements. Mais on n’a pas affaire à une partie d’un jeu. Avoir affaire à un jeu en train d’être joué, c’est nécessairement (ou grammaticalement) avoir affaire à une partie de ce jeu. Il faut donc qu’il y ait, dans l’activité en question, quelque chose de plus que le but et les contraintes, quelque chose qui fait qu’on est dans un jeu et pas dans une action personnelle, fut-elle de divertissement. Dans cet élément supplémentaire, on aura évidemment reconnu la règle.
Ainsi, la question de la « partie de jeu », pose celle, plus large, de la disjonction entre le jeu comme expérience et l’expérience du joueur. Couper dans un jeu n’est pas possible sur un modèle syntagmatique, car la notion d’espace-temps n’est pas autonome dans un jeu, elle dépend du joueur. C’est lui qui co-crée le temps en se déplaçant dans le jeu et l’espace en rendant ses déplacements mesurables par le temps. Les deux sont indissociables : «  Dans un jeu vidéo, l’espace est fait de polygones en mouvement face à un joueur assis dans son fauteuil. L’étendue entre deux lieux ou deux adversaires n’est pas une distance métrique, mais une distance-temps : elle se mesure selon le temps nécessaire pour la parcourir, faire défiler des polygones pour atteindre ces derniers ». La sélection syntagmatique n’est pas envisageable puisqu’elle nie l’idée d’une partie de jeu (il n’est pas possible de dire où sera un joueur à un temps « t » dans un jeu).

La proposition  paradigmatique

Deux concepts s’avèrent centraux pour les travaux de Sélim Ammouche. Celui d’instanciation d’abord, prit sur le sens informatique de la création d’un exemplaire selon un modèle. Cette instanciation témoigne du caractère itératif du jeu vidéo. Le joueur essaie, recommence, modifie ces actions, aucune partie ne se ressemble même s’il s’agit toujours pour différents joueurs des parties du même jeu (différentes instances donc). Ces instances doivent lui permettre de comprendre la valeur des récits expérientiels créés par les jeux. Ce second concept est le cœur même de l’entreprise puisqu’il doit signaler la valeur même d’une expérience de jeu et en faisant ressortir – par la singularité – le caractère ludique véritable, car instancié. Ces concepts doivent être mis au cœur de l’analyse de contenus et remplacer la colonne vertébrale spatio-temporelle habituellement utilisée. Ce sont ces variances, ces substitutions dans le jeu, ces itérations dans les parties qui sont le fondement de l’injonction ludique. L’itération de l’expérience de jeu au sein d’un jeu, la variation non pas entre les joueurs, mais pour le joueur. Sélim Ammouche propose donc de poser comme structure de l’analyse de contenus pour les jeux vidéo l’axe paradigmatique. Cet axe doit donc permettre une analyse des possibles, des substitutions ludiques pour faire ressortir justement la singularité d’une expérience. Ce n’est plus le temps et l’espace, mais les instances de jeux, les variables, les itérations qui construisent l’expérience et qui doivent permettre d’analyser un jeu comme on ouvrirait les possibles successifs d’une même partie. Il s’agit de remettre au centre de l’analyse la confrontation de la liberté du joueur dans le cadre du jeu, la dialectique entre la régulation et la subversion d’un système réglé. Le joueur dans ce jeu tente d’en épuiser l’espace et le temps3, qui ne sont plus des données premières de l’analyse, mais des composants variables d’un jeu à l’autre, d’une partie à l’autre. L’enjeu est de construire une analyse de contenus qui ne prend jamais la partie d’un joueur pour toutes les parties possibles d’un jeu vidéo. On déplace donc l’appareil critique depuis le jeu comme moteur au joueur comme moteur.

Perspectives de recherche

Cette méthode d’analyse définie, il s’est ensuite agi de l’appliquer au corpus qui s’est ouvert et s’enrichit par la même occasion d’autres titres. L’ensemble, une fois standardisé dans sa présentation, propose un parcours clair des modèles d’application de cette méthode et donc des résultats pour chaque jeu capable de témoigner d’un jeu pour l’expérience de son caractère ludique, indépendamment des enjeux techniques qui pourront le traverser dans le futur.

Enregistrer

  1. Cf. le résumé de thèse sur le site thèses.fr, http://www.theses.fr/s69657 []
  2. Laboratoire « Communication, Information, Médias » (CIM) de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 []
  3. On pense ici au concept d’épuisé tel que développé par Gilles Deleuze à propos de Quad de Beckett.  Gilles Deleuze, L’Epuisé, Paris, éditions de Minuit, 1992, p. 61-62 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conserver les traces, enregistrer les luttes : les mémoires de Lionel Soukaz

Lionel Soukaz est un réalisateur français qui oscille entre le cinéma que l’on qualifie par défaut de militant et le cinéma dit expérimental1, peu connu du grand public, mais dont l’oeuvre peut être considérée comme pionnière, eu égard de ses qualités esthétiques, de sa dimension historique et de son volume. Très actif dans les années 70, son cinéma accompagne les mouvements d’émancipation, notamment ceux de la communauté homosexuelle, puis s’éteint, à la fin des “années d’hiver”2, alors que le Sida fait les ravages que l’on connaît. Au début de la décennie 90, Lionel Soukaz se met à la vidéo, format peu coûteux alors en plein essor, et entame un journal-vidéo, qui compte aujourd’hui plus de 2000 heures. Son travail est redécouvert au début des années 2000 par Nicole Brenez qui programme Ixe, son film le plus outrageant à la Cinémathèque française lors de la rétrospective Jeune, dure et pure !.

Jusqu’en 2013, la recherche s’était relativement peu penché sur le travail de Lionel Soukaz, et hormis quelques articles notables et quelques mémoires, il n’y a pas eu de travaux conséquents sur son oeuvre3. En 2013, le Colloque “Eros Militant” organisé par l’Université Paris-8 de Saint-Denis, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, un an après le début de mon travail de thèse et alors que je n’étais pas encore chercheur associé à la BnF, permît de dresser un état des lieux de la recherche sur cet auteur, d’évaluer l’ampleur du travail encore à accomplir et de rencontrer des perspectives et des problématiques stimulantes4.

Au même moment, Lionel Soukaz déposait à la BnF une partie de son journal-vidéo, Le Journal Annales. Un important chantier a été entamé par Stéphane Gérard : l’indexation et le catalogage de ce fonds vidéographiques afin de le rendre accessible aux chercheurs.

Mémoire, indépendance et politique

Ma thèse s’intitule “Témoigner, émanciper : le cinéma de Lionel Soukaz”. Un titre volontairement large, qui met l’accent sur deux aspects essentiels du sujet : d’une part, une conscience forte des capacités du cinéma à pouvoir construire – ou du moins participer à la construction – une Histoire pour les “sans-histoire”, c’est-à-dire pour les marginaux, les invisibles et les minorités dont l’histoire est écrite et raconter par les dominants. Tout au long de sa carrière, Lionel Soukaz s’est placé aux côtés de ces populations oppressées, avec pour exemple tutélaire, Jean Genet, lui-même pionnier dans le cinéma homosexuel5. De fait, les films de Lionel Soukaz font souvent office de documents historiques, à l’image de La Marche gaie, où, aux côtés de son ami Guy Hocquenghem, il participe à la première marche des homosexuels à Washington, le 14 octobre 1979. D’autre part, Lionel Soukaz fait preuve d’une volonté constante de s’émanciper, c’est-à-dire de se libérer des carcans moraux et des oppressions de tout type, tant économiques que politiques. Aussi pratique-t-il ce que l’on appelle un cinéma “pauvre”6, non par ses qualités artistiques, mais dans ses moyens de production, ce qui à la fois relève de revendications politiques – ne pas dépendre d’un producteur, du système industriel commercial dominant – et a des conséquences esthétiques (qualité de l’image de caméra type Super-8, expérimentations visuelles radicales…).

La recherche s’organise donc autour du fonds vidéographique déposé à la BnF, qui recouvre la production de Lionel Soukaz entre 1991 et 2000, et de deux autres fonds. Le premier est un fonds que nous dirons “numérique” : avec l’avènement d’internet et des outils numériques, Lionel Soukaz a modifié sa pratique de diffusion, autrefois orientée exclusivement vers les festivals et les projections spéciales, pour occuper un espace nouveau au public plus incertain, plus diversifié et qui peut tomber de façon aléatoire sur les travaux du réalisateur. Lionel Soukaz a une pratique intensive d’internet, que ce soit comme source d’inspiration (La Prison de Reines), comme matériau principal (www.webcam), ou comme plateforme de diffusion. En effet, qu’il s’agisse des réseaux sociaux (Facebook) ou des plateformes de partage en ligne comme YouTube et surtout Dailymotion, le cinéaste y trouve un moyen nouveau pour diffuser son oeuvre. Il est donc intéressant de se pencher sur les usages des outils numériques de partage de donnés, et de constater que, loin d’offrir une liberté totale, le net impose de “composer” avec ses propres limites et ses propres systèmes de censure.

Le dernier fonds est composé de documents papiers et de documents iconographiques de différents types (photographies, dessins, peintures). Il est le fruit d’un travail minutieux d’archivage de documents en lien avec les réalisations de Lionel Soukaz, mais aussi avec les festivals et les différentes manifestations organisées ou auxquelles il a participé durant plus de 40 ans. Ce fonds est très hétérogène, ce qui nécessite un travail d’indexation puis de réorganisation, afin de clarifier son ordonnancement et de rendre lisible sa composition. Les documents en présence renseignent beaucoup sur la période 1970-1980, notamment sur la conception des films et sur leur réception. Il est composé de très nombreux programmes de festivals et de document plus personnels (facture, photos de vacances ou de famille). Par ailleurs, de nombreux éléments s’y retrouvent en plusieurs exemplaires, originaux et photocopies. Un tri est donc nécessaire afin de discriminer ce qui doit véritablement constituer le fonds, en fonction de la valeur historique mais aussi de la valeur personnelle des documents.

Ces trois fonds ont de multiples intérêts : le fonds de documents papier renseigne à la fois sur la période “Super-8” de Lionel Soukaz et sur les périodes les plus récentes (jusqu’à aujourd’hui), permettant de saisir l’évolution d’une pratique cinématographique sur le temps long sans perdre de vue l’importance des conjonctures spécifiques dans lesquels elle prend place. Conjointement, les trois fonds mettent en avant l’histoire de la communauté homosexuelle d’avant la dépénalisation jusqu’à nos jours. Un axe spécifique peut être dégagé quant à la lutte contre le Sida, la façon dont elle s’est structurée au sein de la communauté homosexuelle, comment elle s’est déployée, mais aussi quant à la façon dont on vivait avec le Sida dans les années 1990. Un autre axe plus spécifique pourrait être celui du “cercle” Soukazien. Le cinéaste est à la fois une force centrifuge et une force centripète, attirant à lui de nombreuses personnalités et circulant à son tour autour d’autres, dessinant ainsi une “constellation”, à l’image de celle qui entourait l’un de ses proches amis, Guy Hocquenghem7. Plus largement, les fonds peuvent être des sources particulièrement pertinentes pour quiconque travaillerait sur les luttes sociales en France dans la deuxième partie du XXe siècle, et plus particulièrement sur les luttes des minorités ou pour des chercheurs travaillant sur le journal filmé et les formes autoréférentielles.

Mon travail de thèse consiste donc à recouper ces différents fonds et à en proposer une analyse historique et esthétique : comment l’auteur construit une démarche mémorielle afin de construire une histoire alternative, celle d’une frange spécifique d’une communauté, à différents moments du XXe siècle ? Comment se situe-t-il également dans l’espace politique, à la fois partie-prenante de l’action militante et en même temps à l’écart de toute structure partisane ? Enfin, comment construit-il une identité visuelle qui témoigne de ces deux aspects spécifiques de son travail ? En somme, qu’est-ce qui les cimente ?

De l’archive à la vidéo : rendre le Journal visible

La mission qui avait été proposée dans le cadre du contrat de chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France, était de préparer le dépôt d’un futur fonds, à savoir celui des archives papiers. L’idée était d’en faire l’inventaire exhaustif afin, voire de créer les fiches de chaque document en vue d’un dépôt à moyen terme. Cette proposition allait dans le sens de la volonté du cinéaste, de protéger et de préserver ces ressources tout en se libérant du poids de leur conservation. Mais cela posait aussi un autre problème, celui de la disponibilité des documents pour Lionel Soukaz, certains éléments étant rares ou dotés d’une forte charge émotionnelle. L’exposition consacrée aux archives de Lionel Soukaz lors du colloque « Eros Militant » en 2013 fut une bonne occasion de se rendre compte de la richesse du fonds et d’entamer un inventaire. Las, organisée dans la hâte, il fut impossible de pratiquer un recensement des biens en présence. Les documents furent brièvement triés et classés par période ou par grande thématique (par film par exemple, par festival ou par personnalité). L’empressement du montage puis du démontage ne permît pas de travailler sereinement sur les documents et à peine plus de 150 documents purent être inventoriés.

Par la suite, les documents restants furent durant une longue période, indisponibles à la consultation. L’accès n’étant plus possible, il n’était alors plus question de procéder à un traitement préalable permettant la constitution du fonds. Avec Alain Carou, responsable du service Image, nous décidâmes de réorienter la mission vers un catalogage actif du fonds vidéographique déposé à la BnF.

De quoi est donc composé ce fonds ? Il se compose de cassettes au format Vidéo 8 ou Hi8. Il y a précisément, pour le moment, 470 Vidéo 8 et 171 Hi8, couvrant la période du 6 avril 1991 au 20 janvier 2001. Cela représente plusieurs centaines d’heures, les cassettes pouvant durer jusqu’à 3 heures pour certaines d’entre-elles. Le travail a été initié par Stéphane Gérard, qui a collaboré étroitement avec Lionel Soukaz afin de déterminer, préalablement les détails du contrat et la visibilité des cassettes. En effet, nous ne pouvons travailler sur l’ensemble des 641 cassettes déposées car certaines sont classées comme étant “Privé”, et ne peuvent être visionnées. Par ailleurs, lorsque nous travaillons à l’inventaire des cassettes qui ne sont pas préalablement jugée comme relevant du “Privé” – c’est-à-dire lors que nous en décrivons le contenu – nous devons estimer, en fonction de critères fournis par l’auteur (présence de certains proches, moments d’intimité douloureux…), si la cassette sera ou non accessible au public.

Méthodologie

L’inventaire du fonds et son catalogage se font le plus simplement du monde : afin de décrire au mieux les contenus de chaque cassette, il faut les visionner dans leur intégralité. C’est le seul moyen que nous ayons également pour savoir comment les discriminer entre “privé” et “public”. En effet, une même cassette ne correspond pas forcément à une date fixe, elle peut couvrir une semaine entière de journal. Aussi, dans cette cassette, l’on peut trouver tout à la fois, une manifestation publique (prenons, par exemple, un festival consacré aux films sur le Sida), de la veille télévisuelle (Lionel Soukaz filmait chaque émission ou reportage de télévision en lien avec les homosexuels ou le Sida) et un moment d’intimité avec un proche.

La question qui s’est posé à nous, face à la masse importante de vidéo à traiter, fut de savoir par où commencer. Une progression chronologique semblait tout indiquée, mais il était évident qu’il fallait d’abord répondre aux besoins précis des chercheurs qui souhaitaient travailler à partir du fonds (Stéphane Gérard, Simon Claude et moi-même, pour le moment). Aussi avons nous commencé en fonction des besoins et des délais. La progression chronologique est relativement récente (2015). À ce jour, 181 vidéos ont d’ores et déjà été décrites, 62 ont été rendues publiques, 47 ont été classés privées – conformément aux souhaits de l’auteur, leurs descriptions ne seront pas publiées dans le catalogue Archives et Manuscrits (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/) -, 70 vont être prochainement rendues accessibles. D’ici à octobre, les 200 premières vidéos (sur 470) auront été discriminées entre public et privé, et 133 vidéos jugées publiques auront été valorisées.

Valorisation

La valorisation du fonds d’archives vidéographiques passe avant tout par la publicisation des vidéos. Cette publicisation requiert beaucoup de temps étant donné le nombre important de bande à visionner. Par ailleurs, les 641 cassettes déposées ne représentent pas la totalité du Journal, puisque la période 2001-2016 n’a pas encore été délivrée à la BnF. Elle nécessitera un traitement équivalent en vue de son catalogage lorsqu’elle sera déposée. Par ailleurs, de nombreuses communication en France et en Grande-Bretagne ces deux dernières années ont permis de faire connaître, si ce n’est le travail de Lionel Soukaz, tout du moins l’existence de ce fonds d’archives et ses intérêts. Deux nouvelles communications sont espérées sur ce sujet d’ici à fin 2017.

Pour ce qui est de la valorisation du fonds de documents papiers, celle-ci passe vraisemblablement d’abord par le travail de thèse. Son exploitation a déjà connu un rebondissement ces derniers mois. Une grande partie des archives m’est à nouveau accessible. Une douzaine de cartons pleins à craquer ! J’ai de ce pas entamé un inventaire. Pour l’heure, la moitié du matériau disponible a été inventorié. Cela représente 104 pages d’index et plus de 1094 documents. Étant donné qu’il reste environ autant de cartons, on peut estimer que ce nombre de pages devrait doubler, même si la nature des pièces dans les autres cartons est différentes. Au vu de ce qui a pu être traité, les documents en présence sont majoritairement des documents liés à la production des oeuvres, qu’il s’agisse de factures, de revues de presse ou de coupures de presse (nous distinguons les deux car Lionel Soukaz a une pratique très particulière de la revue de presse, quasiment artistique), de scénarios et de découpages techniques, de documents commerciaux (affiches, tracts…). Ces documents essentiels pour établir une monographie analytique du cinéma de Lionel Soukaz, constituent le fondement du travail de thèse et viennent enrichir de façon notable la compréhension et l’analyse de ses productions filmiques et vidéographiques.

Ce travail ne pourrait être mené sans les conditions particulières offertes par la Bibliothèque nationale de France à ses chercheurs associés. L’accès au fonds, la possibilité de travailler sur place et d’avoir un suivi et un dialogue avec les personnels de la Bibliothèque sont un atout inestimable.

  1. Il est compliqué de situer Lionel Soukaz à l’intérieur de la catégorie « film militant », étant donné qu’il n’a jamais appartenu à une structure collective politique ou ayant des objectifs politiques. En cela, il contrevient à la définition du militant telle qu’elle est donnée par Guy Hennebelle dans Cinéma Militant (1976) ou par Joris Ivens dans le même ouvrage. De la même manière, le terme expérimental a fait l’objet d’un nombre important de controverses et de débat au sein même des cinéastes rattachés (volontairement ou non) à cette catégorie : cinéma différent, cinéma autre, cinéma underground… Nous renvoyons à la lecture de l’Éloge du cinéma expérimental, de Dominique Noguez (1979). []
  2. Nous reprenons ici le titre d’un ouvrage de Félix Guattari, Les Années d’hiver (1980-1985), Paris, Les Prairies Ordinaires, [1985] 2009. []
  3. Pour les articles, en plus de l’immense travail de Nicole Brenez, citons également les nombreux textes d’Hélène Fleckinger ainsi que les travaux d’Olivier Neveux. Pour les mémoires, citons les travaux de Maïa Etchart, de Yekhan Pinarligil et de Simon Claude. []
  4. Voir le programme du colloque à l’adresse url : <http://www.bnf.fr/documents/programme_soukaz.pdf>. []
  5. Voir son film Un chant d’amour (1950). []
  6. Nous reprenons l’expression à Jean-Louis Comolli, explicitée dans l’entretien accordé à Cédric Mal, « Eloge d’un cinéma pauvre, politique et populaire (Comolli) », Le blog documentaire, 6 février 2013. Disponible en ligne, url : <http://leblogdocumentaire.fr/eloge-dun-cinema-pauvre-politique-et-populaire-avec-jean-louis-comolli/>. []
  7. « La Constellation Hocquenghem », Gai Pied Hebdo, n° 396, 30 novembre 1989, pp. 66-67. []

Soutenance de thèse de Caroline Vrand

Le jeudi 15 décembre 2016, Caroline Vrand, chargée de collections des estampes des XVe et XVIe siècles au service de l’estampe ancienne et de la réserve du département des Estampes et de la photographie de la BnF, soutient sa thèse intitulée Les collections d’art d’Anne de Bretagne. Au rythme de la vie de cour1 préparée sous la direction de Monsieur Philippe Plagnieux.

anne_de_bretagne_assise_btv1b84002549
Anne de Bretagne, assise sur un trône dans un jardin

Jury

Le jury sera composé de :

  • Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance
  • Philippe Lorentz, professeur à l’Université Paris-Sorbonne
  • Olivier Mattéoni, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne
  • Philippe Plagnieux, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne
  • Elisabeth Taburet-Delahaye, directrice du musée de Cluny
  • Gennaro Toscano, professeur, Conseiller scientifique et culturel à la Bibliothèque nationale de France pour le projet Richelieu

Soutenance

La soutenance se tiendra le jeudi 15 décembre, 13h30 à l’Université Panthéon Sorbonne, salle Duroselle (accès par la galerie J.-B. Dumas).

  1. Cf. les positions de sa thèse de l’Ecole des chartes, http://theses.enc.sorbonne.fr/2010/vrand []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse d’Isabelle Delorme

Le lundi 12 décembre 2016, Isabelle Delorme, chercheur associé de la BnF, titulaire de la bourse de recherche Mark Pigott 2016 mention « Histoire, l’Art et l’histoire de l’art », soutient sa thèse intitulée Les récits mémoriels historiques : mémoire individuelle et mémoire collective du XXe siècle en bande dessinée menée sous la direction de Madame Laurence Bertrand Dorléac.

prisonniers_de_guerre_laurens_jean-pierre_bpt6k96078058
Prisonniers de guerre / par Jean-Pierre Laurens. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96078058>

Thèse

Un nouveau genre est apparu en bande dessinée, le récit mémoriel historique. Il retrace la mémoire d’un individu, celle de l’auteur (Marjane Satrapi Persépolis) ou de l’un de ses proches (Art Spiegelman Maus), au sein d’un événement historique majeur des XXe et XXIe siècles. Cette création artistique, en mots et en images, repose sur la nécessité de transmettre un passé le plus souvent familial. Le caractère intime et personnel de ce type d’album induit qu’un récit mémoriel historique est, sauf exception, l’oeuvre d’un unique auteur, qui en réalise le scénario, le dessin et éventuellement, la mise en couleur. L’engagement moral de ne pas trahir la mémoire
invoquée conduit ce dernier à mener d’importantes recherches documentaires et à restituer, le plus objectivement possible, les faits, personnels et historiques.

Le récit mémoriel historique en bande dessinée est l’expression d’une mémoire individuelle, représentative de la mémoire collective. L’apparition de ce nouveau genre est à mettre en relation avec l’intérêt croissant porté à la mémoire depuis la fin du XXe siècle. Il est, en quelque sorte, un marqueur visuel et narratif de l’« activisme mémoriel » mis en lumière par Henri Rousso. Il crée une mémoire imagée, laquelle est une mémoire traumatique où l’image est prédominante ; cette dernière, dessinée voire photographique, interagit avec le texte et impressionne durablement. Ces albums sont critiques, fidèles aux évènements et conformes à l’historiographie. Leur publication influence l’image que nous nous faisons des faits historiques. Maus, seul album au monde a avoir reçu un prix Pulitzer (1992) a ainsi contribué à un profond changement du regard porté sur la Shoah.

Soutenance

La soutenance se tiendra le lundi 12 décembre 2016 à 14h30 au Centre d’histoire de Sciences Po salle de réunion, 3e étage
199, boulevard Saint-Germain, Paris 7e

Le jury sera composé de :

  • Mme Laurence Bertrand Dorléac, Professeur, Sciences Po Paris
  • M. Jacques Dürrenmatt, Professeur des universités, Université Paris Sorbonne
  • M. Mark McKinney, Professeur, Miami University, États-Unis
  • M. Denis Peschanski, Directeur de recherche au CNRS, Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Mise à jour du 12 décembre :
Malgré la disparition des mentions autrefois attribuées1, le président du jury a précisé que le jury était « très très satisfait » et aurait délivrer une mention si elles existaient encore.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015

Le mardi 15 novembre, Cécile Kubik, musicien chercheur associé de la BnF soutient sa thèse du doctorat de musique Recherche et pratique, menée conjointement à l’université Paris-Sorbonne et au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP).

Avant d’évoquer la thèse, faisons un petit rappel concernant ce statut dont bénéficiait Cécile Kubik à la BnF. En 2013-2014 la BnF élargissait en effet son dispositif d’accueil de chercheurs associés aux interprètes et musiciens chercheurs en créant le statut de musicien chercheur associé. C’est cette même année que la candidature de Cécile Kubik fut retenue pour son projet intitulé De la recherche à l’interprétation : les sonates françaises pour piano et violon (1800-1870).

En 2014-2015, sur proposition d’un jury ad hoc, le Président de la BnF a attribué l’une des bourses BnF – Pasteur Vallery-Radot à Cécile Kubik. Dotées de 10.000 euros, grâce au legs de la famille Pasteur Vallery-Radot, ces bourses sont attribuées chaque année depuis 2004 aux chercheurs associés les plus méritants de la Bibliothèque et dont les travaux de recherche portent principalement sur les collections de la BnF.

Désormais, la soutenance de thèse marque une nouvelle étape dans le cursus destiné aux interprètes menant une recherche pour et à travers l’interprétation.

duo_avec_violoniste_et_pianiste_btv1b69041755
Duo avec violoniste et pianiste par Georges Desvallières. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69041755

Thèse

Menée sous la direction de Jean-Pierre Bartoli, par une double approche, musicologique d’une part et d’interprète d’autre part, la thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe sièclevise à appréhender le langage musical de différents compositeurs et leurs codes stylistiques implicites, pour les restituer au mieux. Elle propose à cet effet la sélection d’un corpus de sonates représentatives des diverses tendances au long du siècle.

La sonate française pour piano et violon connaît en effet une considérable évolution au cours du XIXe siècle, depuis les exemples méconnus de l’Empire et de la Restauration jusqu’à la fin du siècle où son renouveau apparaît clairement.

L’étude des nombreuses sources, par exemple les méthodes de violon parues à cette époque, fournit d’innombrables indications techniques éclairant les modes de jeu appropriés, tel l’usage du vibrato, du port de voix ou encore des ornements. Un important effort de contextualisation – témoignages sur les créateurs des œuvres, presse musicale, environnement artistique, politique, vient compléter le travail mené sur l’évolution des instruments, du public ou des espaces acoustiques. Ces solides éléments musicologiques étayent la mise en pratique musicale concrète, lors de concerts, sur instruments d’époque comme modernes.

Le rôle et la place de l’interprète ont été questionnés, tant aujourd’hui qu’au XIXe siècle, ainsi que les problèmes inhérents à la notion d’authenticité, pour éviter d’aboutir à un monolithique ‘style XIXe‘. L’ambition de cette recherche était d’offrir une interprétation nouvelle de ces sonates françaises, propre à en susciter une écoute renouvelée ; une lecture consciente aussi bien de la genèse des œuvres que des conditions de leur représentation contemporaine.

Comme l’écrit Cécile Kubik, la thèse « considère la double inconnue d’un répertoire et d’un jeu violonistique encore inexplorés. Elle dévoile les sonates de cette période, mais questionne aussi leur interprétation. Une étude historique est menée sur le jeu des violonistes français : base de données, inventaires inédits, analyse de sources et témoignages, notamment un vaste corpus de traités de violon et les partitions annotées du fonds Baillot de la BnF, éclairent leur pratique à la lumière de multiples paradigmes. L’ambition est de construire aujourd’hui, violon en main, une interprétation de ces sonates méconnues et, avec la création d’outils destinés aux interprètes et aux scientifiques, d’œuvrer à leur diffusion. »

young_woman_with_violin_btv1b84339354
Young woman with violin : jeune violoniste / Orazio Gentileschi. Source : Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84339354

Programme de la soutenance

S’agissant d’un doctorat d’artiste chercheur1, la soutenance allie une soutenance de type académique à un récital public.

  • Lundi 14 novembre 2016, 19h, Philharmonie 2, Paris : récital public associé à la soutenance, avec des pianos forte des collections du Musée de la musique de Paris,  aimablement mis à disposition
  • Mardi 15 octobre 2016, 14h, Salon Vinteuil du CNSMDP : soutenance académique

Le jury sera composé de personnalités universitaires autant que musicales :

  • M. Bruno Mantovani, compositeur, chef d’orchestre, directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
  • M. Jean-Pierre Bartoli, Professeur à l’université Paris-Sorbonne
  • M. Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, professeur au CNSMDP
  • Mme Cécile Reynaud, conservateur en chef au département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France, directeur d’études en musicologie à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (section Sciences historiques et philologiques)
  • M. Jean-Jacques Kantorow, violoniste, chef d’orchestre
  • M. Guy Gosselin, Professeur à l’université François-Rabelais de Tours, Président de la Société française de musicologie

Entrée libre sans réservation

Mise à jour du 23 novembre 2016 : à l’issue des deux épreuves constituées d’un récital à la Philharmonie de Paris et de la soutenance académique, le jury a décerné à Cécile Kubik la mention très honorable avec les félicitations du jury. Elle revient sur cette soutenance dans son site, à la page : http://www.cecilekubik.fr/recherche/docteure/

Enregistrer

  1. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique » », Carnet de la revue Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne url : <https://hermes.hypotheses.org/44>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse : Philipp Leu

Philipp Leu, doctorant du LabEx Patrima/Fondation des sciences du patrimoine, inscrit à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines soutiendra ses travaux le samedi 5 novembre 2016 à 13h30 à la Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand, salle 70, quai François Mauriac, Paris).

Sa thèse initiée en 2011 est intitulée Les Revues littéraires et artistiques (1880–1900). Questions de patrimonialisation et de numérisation.

jugend1896_1_0005
Jugend: Münchner illustrierte Wochenschrift für Kunst und Leben — 1.1896, Band 1 (Nr. 1-26). Disponible en ligne, url : <http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/jugend1896_1/0005>.

Résumé des travaux

Travailler aujourd’hui sur un fonds numérique de revues c’est être confronté à des artefacts. Numérisées en noir et blanc, débarrassées de leurs couvertures, des pages vierges, des encarts, des publicités, des bulletins et hors-texte divers, les revues numérisées offrent souvent une physionomie très différente des documents originaux, surtout quand les fichiers numériques ont été produits à partir de reproductions antérieures (réimpressions ou microformes). Le présent travail tourne autour d’une question de méthode : quels sont les principes à retenir pour la numérisation des revues littéraires et artistiques de la fin du XIXe siècle afin que l’accord subtil entre forme et contenu ne soit pas rompu lorsque les supports sont dématérialisés ?

La revue littéraire et artistique s’inscrit dans la communication littéraire au croisement de traditions éditoriales hybrides. Sa matrice oscille entre le journal, le livre, l’album d’art et la revue, mobilisant et exploitant les caractéristiques de ces quatre référents. Ces référents sont ici représentés à travers un corpus de quatre périodiques : les revues françaises La Plume (1889–1914) et L’Épreuve (1894–1895), le trimestriel britannique The Yellow Book (1894–1897), et le périodique berlinois Pan (1895–1900). Ces publications déclinent l’objet revue dans trois aires culturelles, et permettent d’en explorer les spécificités ainsi que les enjeux économiques liés à son essor au sein des sociabilités littéraires et artistiques et au contact des doctrines esthétiques. Cette étude de cas débouche sur une analyse de la matérialité, de l’économie et des pratiques revuistes dans la période fin-de-siècle qui amène à s’interroger sur les implications culturelles, historiques et sociologiques de ces objets.

Fragilisée par l’usage fréquent, la revue, lieu d’innovations graphiques et textuelles, est confrontée à la nécessité de la dématérialisation pour rester accessible à la recherche. L’examen de six bibliothèques numériques (Gallica, la Bibliothèque numérique de l’Université de Heidelberg, Internet Archive, The Yellow Nineties Online, le Blue Mountain Project et Jugend Wochenschrift) souligne que le numérique n’est en aucune manière une opération neutre et doit être constamment accompagné d’une approche scientifique de l’objet ouvrant à des recommandations et à de « bonnes pratiques ».

Outre la question technique, toujours capitale, l’accent est mis dans cette thèse sur les procédures de numérisation en vue à la fois d’une restitution optimale de l’original et de la possibilité de disposer d’interfaces et de fonctionnalités dotant le chercheur de nouvelles approches heuristiques, permises par les nouvelles technologies, au service du patrimoine.

Le jury sera composé de :

  • Évanghélia Stead – Professeure, UVSQ ; membre de l’IUF.
  • Anne-Rachel Hermetet – Professeure, Université d’Angers ; présidente du CNU, 10e section.
  • Isabelle Krzywkowski – Professeure, Université de Stendhal-Grenoble 3.
  • Pascal Liévaux – Chef du département de pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Ministère de la Culture et de la Communication ; membre de la Fondation des Sciences du Patrimoine.
  • Serge Linarès – Professeur, UVSQ.
  • Alain Vaillant – Professeur, Université Paris-Ouest.
  • Jean-Didier Wagneur – Coordonnateur scientifique de la numérisation, Bibliothèque nationale de France.
  • Michael Zimmermann – Professeur, Katholische Universität Eichstätt.

Mise à jour du 5 novembre :
Malgré la disparition des mentions autrefois attribuées1, le président du jury a précisé délivrer le titre de docteur « avec les félicitations du jury ».

  1. En vertu de l’Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Coline Arnaud

Histoire culturelle de la pâtisserie : facteurs et enjeux de la démocratisation du sucré entre 1870 et 1914

La pluralité des domaines d’investigation de l’histoire culturelle (Jean-Pierre Rioux ; Laurent Martin et Sylvain Venayre ; Pascal Ory) intègre depuis une vingtaine d’années l’étude de l’alimentation et plus spécifiquement du repas. Résultat d’un processus social complexe, la commensalité et ses représentations renouvellent l’analyse historique, en l’enrichissant de phénomènes ethnologiques, anthropologiques et culturels. Dans la lignée de l’Ecole des Annales théorisée par Fernand Braudel, Lucien Febvre et Marc Bloch, la gastronomie participe à une conception transdisciplinaire du fait historique. Cette réhabilitation du « manger » en tant qu’acte collectif ou individuel est issue d’une vaste réflexion impliquant un intérêt croissant pour le folklore, les usages et coutumes des civilisations occidentales dont les pratiques culinaires, les arts et les manières de tables constituent un axe fondamental, par le biais d’ouvrages fondamentaux comme Pour une histoire de l’alimentation en 1970.

Si les sciences et l’histoire de la gastronomie se sont aujourd’hui structurées dans le domaine universitaire français et font l’objet d’une reconnaissance publique et institutionnelle évidente grâce, entre autre, au classement du repas des Français au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, l’étude du gâteau et plus largement du dessert reste largement inexploré. Plusieurs études s’intéressent, depuis la diffusion du sucre en Occident à la Renaissance (Jean-Louis Flandrin, Jean Meyer), aux impacts sociologiques de sa consommation (Marie-Sylvie Billaux, Sidney Mintz) et témoignent des nombreux débats interrogeant ses valeurs diététiques, religieuses, mais également subversives, entre médicament et poison. Ces écrits permettent de juger de la place croissante du dessert dans les modes alimentaires, au point de dépasser le cadre institué du repas, par le plaisir coupable du grignotage solitaire, encouragé par l’essor de la confiserie, puis du goûter.

Ces temps de dégustations et les mets qui les caractérisent ne font l’objet d’aucune référence bibliographique très précise. Pourtant, une étude de ces phénomènes paraît essentielle pour comprendre la
place prépondérante attribuée à la consommation du sucre dans nos sociétés contemporaines, et expliquer ainsi des tendances actuelles fortes comme la réhabilitation des salons de thé en Europe comme en Orient, ou la popularisation croissante de la fabrication pâtissière, résultat d’une médiatisation littéraire et télévisuelle sans précédent.

Cette étude se propose donc de revenir aux origines possibles de cette démocratisation du sucré, en se concentrant sur la France, alors référence incontestée de la haute cuisine, et sur la période charnière de 1870-1914. Le début du XIXe siècle est en effet marqué par les théories ornementales de Carême, synthétisant elles-mêmes une tradition décorative du dessert depuis les pièces monumentales de la
Renaissance italienne jusqu’aux oeuvres de Gilliers et de Beauvilliers. Le travail de Carême repense les fondements du métier de pâtissier. Ce statut d’artisan évolue vers une ambition artistique et esthétique qui transforme le produit de sa création en une oeuvre architecturale ou picturale. Les pâtissiers des générations suivantes se positionnent comme des passeurs de ces thèses rénovatrices, militant pour une
reconnaissance accrue des institutions artistiques et politiques. Cette génération cultive à la fin du siècle une nostalgie de cette époque « bénie », cet « âge d’or » gastronomique où « [d]es gourmets, des appréciateurs, voilà ce qu’il y avait et ce qu’il nous faudrait pour arriver à la perfection » (Granvillier, L’art culinaire comparé, 1894). L’aristocratie déclinante est considérée alors comme le seul public capable d’apprécier la beauté pour sa seule valeur esthétique et envisager le luxe comme un art de vivre indispensable. Néanmoins, en 1870, la cohabitation de cette nostalgie avec l’avènement et l’affermissement de la IIIe République et les profonds changements économiques, provoque de nombreux débats au sein même de la profession, entraînant une modification profonde du rôle et de l’avenir du pâtissier. Ces bouleversements questionnent la survie même de la profession, et sa faculté à s’adapter aux enjeux synthétisés par le concept de « modernité » de la deuxième révolution industrielle. Les réponses proposées par la nouvelle génération de chefs, ou implicitement imposées par les contraintes du marché économique, ouvrent des perspectives inédites pour la pâtisserie du XXe siècle. Facteur principal de ce renouvellement, la démocratisation du dessert est en marche, interrogeant les rapports du métier au public, au lieu de vente et aux produits qu’il consomme.

exportDésormais productrice de ses propres modèles, la bourgeoisie instaure depuis les années 1850 de nouveaux rites sociaux déplaçant les temps de consommations du sucre vers l’après-midi et le soir par le biais du goûter et du lunch. Les femmes, symboliquement et socialement associées au sucre initient ce renouvellement, se créant ainsi de nouveaux espaces d’expression qui leur sont réservés. Consommatrices privilégiées de ces lieux de ventes et de dégustations, elles en définissent également les codes et les
tendances, dans un subtil jeu de dialogue entre l’offre et la demande. La reconnaissance progressive des droits et du statut de l’enfant contribuent également à influencer un marché économique qui désormais s’adresse à lui, tout comme aux classes ouvrières dès les années 1880.

Le produit, évolue également, sous l’influence croisée de l’essor de la biscuiterie et du patriotisme culinaire, qui oeuvre pour une réhabilitation du patrimoine gastronomiques français. L’essor des
restaurants et du dessert à l’assiette, la modernisation des moyens de production en usine comme dans l’espace domestique, redéfinissent les règles de fabrication d’un produit qui se simplifie dans le fond tout
en conservant sa spécificité décorative. Cette fonction ornementale et la dichotomie fond-forme et signifiant-signifié qu’elle suggère constituent le point central de ce processus complexe et potentiellement irrésolu de la possible et nécessaire démocratisation de la pâtisserie.

Dans le cadre d’une étude en histoire culturelle, la richesse et la diversité des fonds nécessaires à la contextualisation se doit de choisir des formes de représentations nécessairement diversifiées. Le processus de recherche se fonde donc sur le croisement des collections, permettant la création de liens inexistants entre différents départements de la BnF. La richesse des fonds retenus implique une sélection, se concentrant prioritairement sur les bornes chronologiques de 1870 à 1914, marquant l’avènement de la IIIe République jusqu’à la parenthèse historique de la 1ère Guerre Mondiale. La pâtisserie est envisagée dans son acception la plus large, c’est-à-dire en tant que produit, lieu de fabrication, mais également technique et profession. La disparition des corporations en 1791 et la législation favorisant la liberté d’entreprendre impliquent que la pâtisserie se conçoit légalement dès le début du XIXe siècle comme un métier diversifié pouvant se décliner sous les appellations de traiteur, de confiseur, de glacier ou de biscuitier. Si la fabrication du pain reste l’apanage des boulangers, la viennoiserie intègre progressivement la carte des pâtisseries et les relations conflictuelles entre ces deux métiers restent un fait à étudier, par le biais notamment d’articles de presses et d’arrêtés judiciaires.

La_Salle_à_manger_Revue_bpt6k938284nLe premier axe de ces recherches s’est construit autour de la confrontation du discours de l’élite gastronomique parisienne représentée par la Société des Cuisiniers Français avec la presse régionale professionnelle. Cette étude repose sur l’analyse d’un corpus comprenant trois revues culinaires généralistes (L’Art culinaire, Le Pot au feu et La Salle à manger), constituant une synthèse des voix, de l’élite des chefs à l’amateur éclairé, dans le domaine de la cuisine, de la pâtisserie, mais également des arts de la table et du bien recevoir entre 1883 et 1933. Par ailleurs, sur le fonds de 30 notices de périodiques spécialisés recensés au département Sciences et techniques, issus de la Chambre professionnelle des métiers de l’artisanat dès 1804, puis des chambres syndicales régionales à partir des années 1880, mon sujet se concentre sur une sélection de 15 titres.

Le_Journal_des_confiseurs_pâtissiers_bpt6k62660874Les ressources techniques de ces magazines professionnels sont complétées par une approche d’un autre fonds constitué des livres de recettes conservés conjointement aux départements Sciences et techniques et Littérature et art. Représentative des tendances éditoriales des XIXe et XXe siècles, ma période d’étude ne comprend que 12 manuels uniquement dédiés à la pâtisserie. En dépit de la revalorisation du métier par Carême en 1815 dans Le pâtissier national parisien, les ouvrages de 1870 à 1939 privilégient l’exhaustivité en abordant chaque aspect du repas. Symboles de l’économie bourgeoise et de l’avènement du rôle prépondérant de la maîtresse de maison, les ouvrages retenus s’adressent à 80% à des ménagères de petites ou moyennes conditions, comme en témoigne la réduction des formats et du prix de vente, significative entre 1870 et 1915. Les multiples rééditions de ces ouvrages écrits par des chefs parisiens, puis régionaux et enfin par des cuisinières sont complétées par une littérature professionnelle se raréfiant progressivement. Elle est composée de 8 publications luxueuses signées de professionnels issus principalement des grandes maisons aristocratiques étrangères ou de la nouvelle hôtellerie de luxe tels Urbain Dubois, Gustave Garlin, Pierre Lacam. Comprenant une abondante iconographie et de très nombreuses recettes (956 en moyenne sur une étude de 8 livres) ces éditions coûteuses sont relayées par des encyclopédies de vulgarisation scientifiques, telles que la collection Roret, qui évolue vers le manuel professionnel et commercial (1928), le dictionnaire (Larousse gastronomique de Montagné et Salles) puis vers le livre d’apprentissage, après la création du CAP pâtissier-boulanger en 1911.

Polka_des_crêpes_-_pour_Bonnamy_Émile_btv1b90763449Une première approche du fonds conservé au département de la Musique a révélé la présence de 73 notices de musique imprimée comprenant notamment des partitions et des textes de vaudeville autour de la thématique de la pâtisserie entre 1870 et 1939. Ce nombre considérable mérite une étude permettant de comprendre l’origine de cet engouement pour la figure du patronnet, le jeune apprenti pâtissier présent dans 79% des titres inventoriés, ainsi que pour la métaphore féminine du gâteau, en vogue dans la chanson populaire du début du siècle. Par ailleurs, une étude des collections de Recueils et notamment des catalogues Manufrance ou des grands magasins du Louvre ouvrira de nouvelles perspectives sur les liens certains entre ce mouvement de démocratisation et la vente par correspondance. Ces catalogues possédant une iconographie très riche permettraient également d’observer les évolutions de formes et de factures des moules, métonymie des mutations des goûts et des tendances du métier sur cette période d’étude.

Abécédaire_des_petits_gourmands_par_Dufrénoy_Adélaïde-Gillette_bpt6k5418385vEnfin, un recensement des collections conservées au département « Littérature et arts » comme des abécédaires ou des premiers magazines pour enfants permettra de mettre en valeur les liens entre les évolutions du discours diététique autour du sucre, le transfert de cible de la femme à l’enfant dans les publicités de la nouvelle industrie biscuitière française, la mode du goûter à l’anglaise puis du goûter scolaire avec cet important mouvement de popularisation de la pâtisserie au tournant des XIXe et XXe siècles. Ces collections d’imprimés sont à comparer avec les fonds d’éphémères et notamment de menus détenus par le département des Estampes entre autres. Une étude est donc actuellement en cours sur les menus de la Collection Braun comprenant 30 cartons. Ces derniers sont tout particulièrement représentatifs des modes alimentaires sur la période 1870-1914, grâce à un échantillon de plus de 550 feuilles issues aussi bien de la classe politique et des voyages diplomatiques que des cérémonies sociales ou religieuses marquant la vie quotidienne du XIXe siècle.

L’analyse de ce fond prouve son exception. Il regroupe en effet des pièces uniques comme des menus présidentiels mais également des corpus de 20 pièces permettant de retracer l’évolution des plats proposés par un même restaurant sur une période de 10 à 20 ans. Cet ensemble devrait permettre de confirmer certaines tendances culinaires comme la mode du chester pudding dénotant une forte anglomanie et l’appropriation française d’un patrimoine culinaire étranger. Par ailleurs, la terminologie des mets sucrés, leur place au sein même du repas et leur nombre sont autant de facteurs reflétant la progression du dessert à l’assiette et des entremets comme l’essor du biscuit individuel. Ces premiers constats tissent de nouveaux liens entre pâtisserie et patrimonialisation du culinaire, facteur possible de l’émancipation progressive du dessert de toute considération ornementale.

Par ailleurs, afin de saisir les phénomènes sociaux et culturels évoqués dans toute leur complexité, il parait nécessaire de compléter cette étude des représentations par une analyse des objets. Dans la lignée des travaux de Daniel Roche, cette étude se propose donc de confronter les sources imprimées ou manuscrites de la BnF avec des fonds d’objets, témoins des pratiques ne relevant ni de la figuration ni de la dénotation. Le rapport à l’objet, son lien culturel et social avec l’évolution des habitudes de table permet de saisir également les progrès techniques et industriels effectués dans le domaine de la ferronnerie et de la dinanderie, comme la création de nombreuses maisons spécialisées dans la ferblanterie (Dehillerin, Gobel, Létang et fils, etc.). Le musée des Arts Décoratifs, le MUCEM et les musées de Strasbourg et de Metz, sont les détenteurs d’une importante collection de moules, et d’ustensiles de cuisine de la période étudiée. Leur comparaison permet d’esquisser une autre histoire du sucré, basée sur la symbolique du geste associé à l’usage quotidien de chaque objet.


Images :

1 : « Forteresse en biscuit » et « Panier aux oeufs de Pâques », dans Grand livre des pâtissiers et des confiseurs (4e édition) / par Urbain Dubois,…, p. 193. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5494326z>.

2 : La Salle à manger. Revue de la table et de l’office. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k938284n>.

3 : Le Journal des confiseurs, pâtissiers, glaciers, fabricants de chocolats, biscuits, fruits confits, confitures, conserves, etc. : organe mensuel, technique, professionnel pour ces industries et celles qui s’y rattachent / rédacteur en chef F. Barthélemy. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62660874>.

4 : Polka des crêpes : pour piano / Emile Bonnamy ; [ill. par] Faria. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90763449>.

5 : « Beignets », dans Abécédaire des petits gourmands, par Mme Dufrénoy… Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5418385v>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Anne-Céline CALLENS, chercheur invité de la BnF soutient sa thèse

304649aAnne-Céline Callens, doctorante de l’École Doctorale Lettres Langues Linguistique Arts (ED 3LA 484) et membre du Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (CIEREC) soutiendra sa thèse en esthétique et sciences de l’art le mardi 6 septembre 2016.

Intitulée Une esthétique industrielle. Le cas des Éditions Paul-Martial, la thèse était menée à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne sous la direction de Danièle Méaux.

En octobre 2014, Anne-Céline Callens avait obtenu la bourse de la Fondation Louis Roederer sur la photographie pour son travail sur le fonds Paul-Martial du département des estampes et de la photographie, mené dans le cadre de l’appel à chercheurs 2014/2015 de la BnF : « Une esthétique industrielle : échanges et influences entre travaux de commande et esthétiques des avant-gardes, à partir de l’étude du fonds Paul Martial ».

La soutenance aura lieu le 6 septembre à Université Jean Monnet de Saint-Étienne, site Tréfilerie, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, 33, rue du Onze-Novembre – 42023 Saint-Étienne cedex 2, Bâtiment G, rez-de-chaussée, salle G.05,  13h30, devant le jury composé de :

  • Christophe Génin, professeur des universités à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Olivier Lugon, historien de la photographie et professeur à l’Université de Lausanne
  • Danièle Méaux, professeur d’esthétique et sciences de l’art à l’Université de Saint-Étienne
  • Martine Mourès-Dancer, conservateur du Patrimoine au Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole (MAMC)
  • Michel Rautenberg, professeur de sociologie à l’université Jean Monnet Saint Etienne
  • Dominique Versavel, conservateur au département des Estampes et de la photographie, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Morgane Vasta

Réflexion sur les travaux menés à la Bibliothèque nationale de France, en tant que chercheur associé.

Les extraits mis en image ci-dessus proviennent de deux enquêtes qualitatives menées dans le cadre de mon mémoire de Master1 : en rouge, les propos d’un club de grands lecteurs adolescents et en bleu, le fruit d’échanges avec des lycéens en institut rural. L’ensemble de ces réactions témoigne de la diversité des représentations de la lecture, mais aussi des modes d’appropriation de l’objet littéraire par les adolescents. Une affirmation mise en exergue ici est symptomatique de l’évolution des pratiques culturelles des jeunes2 :

Je pense que la lecture n’est pas appropriée à la vie de maintenant.

Malgré un changement de paradigme culturel constaté dans les discours sur la lecture3, malgré une désaffection pour cette pratique à l’adolescence4, malgré les sollicitations toujours plus nombreuses d’autres médias5, les romans pour adolescents présentent aujourd’hui un intérêt scientifique singulier et tendent à s’affranchir de toutes les frontières :

  • des romans lus par un lectorat de plus en plus élargi,
  • des objets littéraires qui se caractérisent par une hybridité de genres,
  • une transtextualité manifeste avec des textes patrimoniaux,
  • des fictions inscrites dans des stratégies cross/trans-médiatiques, etc.

Certains phénomènes littéraires dits « pour adolescents » – des traductions sérielles de succès cross-médiatiques anglo-saxons – sont devenus « phénomènes sociologiques » ; en 2014 par exemple, la tétralogie Twilight avait été vendue en français à 6 millions d’exemplaires et Hunger Games, à 2 millions.

Présentation du projet de recherche.

Dans le cadre d’une thèse en cours, intitulée « Représentations du roman pour adolescents aujourd’hui (France, Etats-Unis) : de l’édition à la réception. », je m’interroge sur les changements de perception du lectorat adolescent, de son rapport à ses lectures, de ce qu’il y cherche et de ce qu’il devrait, selon les maisons d’édition, y trouver.

S’il existe aujourd’hui d’importants travaux de recherche sur les romans pour adolescents et leurs lecteurs6, j’ai voulu creuser un autre sillon vers ceux qui dessinent les lignes de l’offre littéraire : les éditeurs.

Quelles représentations du lectorat adolescent et de la littérature conditionnent la production ? Dans quelle mesure existe-t-il un décalage entre les présupposés des éditeurs et les usages sociaux de la lecture chez les adolescents ?

Mon travail de recherche au sein de la Bibliothèque nationale de France consiste en une étude synchronique et diachronique des paratextes d’éditeurs français, ces « hauts lieux stratégiques de l’influence et de l’action exercées par l’éditeur sur le lecteur7 » qui accompagnent les publications de romans pour adolescents : couvertures, quatrièmes de couverture, jaquettes, prières d’insérer/communiqués de presse, plaquettes publicitaires, sites internet, catalogues ou encore presses d’édition.

Ces premiers mois d’immersion à la Bibliothèque nationale se sont structurés autour de la découverte et de la recension des fonds disponibles, puis de l’élaboration de mon outil de recherche.

Fonds consultés.

L’étude synchronique en cours couvre de la manière la plus exhaustive possible l’ensemble des collections contemporaines de romans pour adolescents – c’est-à-dire des collections disponibles en 2015, dont on peut suivre l’évolution depuis leurs créations. Ces dernières comprennent parfois moins de dix titres (comme par exemple la collection « Romans ados » créée en 2010 aux éditions Balivernes8)), parfois plus d’une centaine (comme « Doado » aux éditions du Rouergue, créé en 19989)). Un premier travail de recension grâce au catalogue numérique de la Bibliothèque nationale de France révèle que peu de collections ont plus d’une décennie10).

En plus de l’ensemble des publications de romans pour adolescents disponible à la Bibliothèque nationale de France grâce au dépôt légal, le Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ) a sauvegardé un riche matériau depuis 2002 : les prières d’insérer et plaquettes publicitaires des éditeurs, accompagnant ces parutions. Ces fonds ont été en grande partie conservés dans soixante boites d’archivage en cours de classement. Par ailleurs, les documents numériques natifs en provenance des éditeurs sont catalogués et une partie des prières d’insérer numérisés (notamment la totalité de l’année 2011) sur le site du CNLJ11.

Ce travail d’analyse sur les paratextes éditoriaux contemporains est complété par une étude – plus synthétique pour le moment – des discours des éditeurs sur internet. Afin de mesurer les évolutions d’un support de communication numérique souvent « éphémère », je compte par la suite consulter les Archives de l’internet, via l’intranet de la Bibliothèque nationale de France.

Méthodologie de recherche.

J’enrichis actuellement une grille d’analyse des prières d’insérer et des quatrièmes de couverture des collections contemporaines, me permettant de révéler les occurrences et récurrences qu’ils contiennent – au sein de tableurs organisés « par éditeurs », selon plusieurs critères :

  • Comment l’ensemble de la collection étudiée a-t-elle évolué depuis ses débuts : rythme de parution, genres, thèmes, production sérielle ou non, traductions ou non, public cible.
  • Comment l’éditeur évoque-t-il le style de ses romans : « Antoine Dole compose, à coups de métaphores puissantes et de brusques ruptures syntaxiques, une écriture organique, où les mots semblent une matière vivante. », etc.
  • Leurs rythmes : « accélérations rythmiques », « urgence narrative », « scénario sans temps mort », « mené au rythme d’un thriller, minute par minute », etc.
  • Leurs structures : « structure en puzzle », « structure épistolaire », « structure flamboyante », « structure innovante », « structure tentaculaire », etc.
  • Leurs tons : « Féroce et bouleversant, l’humour est constamment présent, comme un rempart au désespoir », « Le dernier volet d’une série fantastique remarquée pour son humour, son ton rock’n’roll et sa réjouissante insolence. », etc.
  • Leurs références textuelles et audio-visuelles : « Un chef-d’œuvre […] parodiant Harry Potter, les séries TV Buffy contre les vampires, Dead Like Me… », etc.
  • Les effets de la lecture sur l’adolescent – ici les occurrences du sous-groupe témoignent d’un rapport « synesthésique » au support écrit : « prend aux tripes », « agrippe le lecteur », « foudroie le lecteur », « vous accroche au cœur », « renversera tous les lecteurs », etc.
  • Les arguments « didactiques » et/ou « engagés » : « à étudier en classe, d’urgence ! », « Le grand cri de colère d’une jeunesse confrontée à un monde chaotique […] », etc.
  • Les arguments commerciaux : les référents prescripteurs cités (blogueurs amateurs, journalistes, libraires), les liens internet diffusés en sus (site de l’éditeur, sites événementiels, page sur les réseaux sociaux, site de l’auteur), etc.
  • De quelle manière l’éditeur introduit-il les auteurs : récurrence en termes de parcours (enseignants, professionnels de l’audiovisuel, journaliste, diplômés de lettres, de psychologie, d’histoire, etc.), d’influences (ayant ici souvent trait aux littératures de genre : Lovecraft, Asimov, Ellroy, etc.), prix littéraires cités, etc.
  • Comment l’éditeur résume-t-il le roman : entre le communiqué de presse dédié aux prescripteurs et la quatrième de couverture à l’attention des lecteurs cibles.

Ce travail de recension se veut quantitatif et « qualitatif » – dans le sens où tout argument peut faire l’objet d’un questionnement. La linguistique textuelle, les sciences de la communication, la sociologie de la littérature sont sollicités lors d’une première phase d’analyse menée par collection – une analyse plus globale sera réalisée lorsque tous les composants auront été référencés.

En entamant cette recherche, il m’est vite paru indispensable de m’entretenir avec les éditeurs, afin de confronter mes hypothèses – bâties sur l’analyse des paratextes conservés à la Bibliothèque nationale de France – avec leurs points de vue. Ces rencontres nourrissent, déconstruisent, nuancent ma réflexion. J’ai par exemple pu découvrir différentes manières de travailler les textes et les paratextes, en relation directe avec le lectorat adolescent : les éditions Albin Michel (collection Litt’), Gulf Stream (Électrogène) ou encore Sarbacane (Exprim’), font ainsi très régulièrement appel à des « béta-lecteurs » adolescents dont les retours impactent plus ou moins le fond, et surtout la forme, de certaines de leurs publications.

Perspectives et valorisation.

Face à l’ampleur de la tâche en cours et des fonds disponibles à la Bibliothèque nationale de France, l’étude synchronique des paratextes éditoriaux devrait faire l’objet de mes recherches jusqu’à la fin de l’année 2016.

L’étude diachronique qui sera effectuée ensuite s’intéressera à une sélection d’éditeurs dont les collections ont traversé plusieurs décennies et permettra de mettre en perspective le fruit de l’analyse portant sur la production contemporaine. Virginie Meyer, chargée de collections en littérature pour la jeunesse et Marie Galvez, responsable du fonds de catalogues d’éditeurs et de libraires (Q10), m’ont permis d’appréhender l’étendue du fonds de catalogues d’éditeurs à ma disposition dans le cadre de cette recherche : les fonds Q10D (1960-1979), Q10E (1980-1999) et Q10F (depuis 2000) pour la période qui m’intéresse, conservés au sein du département Littérature et Art.

En parallèle de mes recherches, j’exerce une activité professionnelle : je forme des bibliothécaires à la littérature de jeunesse, j’anime des comités de lectures, des prix littéraires pour adolescents, je participe aux activités de l’association Lecture Jeunesse12. J’ai depuis peu intégré le groupe de recherche de l’Association Française de Recherche sur les Livres et les Objets Culturels de l’Enfance (Afreloce)13. Cette année, je donnerai également des cours sur le roman pour adolescents en Licence de lettres et des cours en Master Littérature de jeunesse sur, entre-autre, la veille éditoriale.

Toutes ces activités s’articulent autour de mon projet de recherche et sont autant d’occasions de communiquer sur mes travaux en cours et sur les collections de la Bibliothèque nationale de France.

  1. « Lecture réelle/lecture supposée des adolescents », Master 2 MEEF mention Littérature de jeunesse à Cergy []
  2. Voir à ce propos les travaux de Sylvie Octobre :
    – Sylvie Octobre, Deux pouces et des neurones, Paris, La Documentation française, 2014, « Questions de culture ».
    – Sylvie Octobre, Catherine Détrez, Pierre Mercklé, Nathalie Berthomier, L’enfance des loisirs, Paris, La Documentation française, 2010, « Questions de culture ». []
  3. Chartier Anne-Marie, Hébrard Jean, Discours sur la lecture (1880-2000), Paris, BPI – Centre Georges Pompidou, Fayard, 2000, chapitre XXVI : « Les pratiques de lecture ordinaire : la fin de l’exception culturelle », p.641-682. []
  4. Voir la récente synthèse de l’étude du Centre national du livre confiée à Ipsos, sur « Les jeunes et la lecture », qui montre comment « Le taux de lecture pour le loisir baisse fortement à l’âge de l’entrée au collège. » Disponible sur Internet : http://www.centrenationaldulivre.fr/fr/ressources/etudes_rapports_et_chiffres/les-jeunes-et-la-lecture/ []
  5. Voir l’enquête Ipsos « Junior Connect’ 2016 : Les enfants, nouveaux partenaires de consommation ? ». Disponible sur Internet : http://fr.slideshare.net/IpsosFrance/junior-connect-2016-les-enfants-nouveaux-partenaires-de-consommation []
  6. Notamment :
    – Ferrier Bertrand, Tout n’est pas littérature, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.
    – Delbrassine Daniel, Le roman pour adolescents, Créteil, Sceren, 2006.
    – Routisseau Marie-Hélène, Des romans pour la jeunesse ? Décryptage, Paris, Belin, 2008. []
  7. Lane Philippe, La Périphérie du texte, Paris, Nathan Université, 1992, « fac. linguistique », p. 19. []
  8. Comme les éditions Balivernes (catalogue en ligne : http://www.balivernes.com/index.php/romans-ados []
  9. Voir l’entretien avec Sylvie Gracia, directrice de la collection, avec l’association Lecture Jeunesse (disponible sur internet : http://www.lecturejeunesse.org/articles/rencontre-avec-sylvie-gracia/ []
  10. Disponible sur mon carnet de thèse en ligne : https://romandos.hypotheses.org/318 (avec mdp []
  11. Ressources disponibles à l’adresse suivante : http://lajoieparleslivres.bnf.fr/clientBookline/toolkit/p_requests/formulaire.asp?INSTANCE=joie&GRILLE=DOCNUMERIQUEPINS_0 []
  12. Pour plus d’informations à ce sujet, voir mon site professionnel : www.epigrammecollegram.com []
  13. Le site internet de l’Afreloce : https://magasindesenfants.hypotheses.org/lafreloce []

COMPRESSIL : COnservation Matérielle du papier de PRESse par les polySILoxanes

Logo FSP vertical Labex PatrimaCe projet sur lequel collabore le département de la Conservation de la BnF (Philippe VALLAS) associe le Centre de Recherche sur la Conservation des Collections (CRCC, coordonnateur : Anne-Laurence DUPONT) et le Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI, université de Cergy : Odile FICHET) ; il a officiellement débuté en octobre 2012, pour une durée de 3 ans. Le projet était financé par la Fondation des sciences du patrimoine (Labex PATRIMA).

Résumé

Il avait pour but de développer une méthodologie de traitement novatrice qui permettra la désacidification et le renforcement simultanés de ces documents afin de proposer une solution complète viable aux documents devenus incommunicables. Pour cela, des réseaux interpénétrés de polysiloxanes à fonctionnalité alcaline, incorporés au papier, ont été développés et caractérisés physico-chimiquement à des fins d’optimisation.

Le projet a fait l’objet d’une thèse menée par Camille Piovesan (ED 417, École Doctorale Sciences et Ingénierie – Université de Cergy Pontoise) en co-tutelle entre le CRCC et le LPPI. La BnF, partenaire sur ce projet, s’est proposée pour fournir des informations concernant la composition chimique réelle des papiers de presse conservés en bibliothèque.

Contribution de la BnF

Dans ce but, un échantillonnage de papiers de presse représentatifs a été constitué à partir des collections du département Droit, économie et politique : ces papiers ont été analysés au laboratoire de la Bibliothèque nationale de France, sur le site de Bussy-Saint-Georges. Pour chaque titre de presse retenu, les prélèvements représentaient un morceau de papier de 5cm2 prélevé sur un numéro tous les deux ans de 1950 à 2010.
Les informations récoltées à partir de ces prélèvements ont permis une évaluation de la qualité des papiers de journaux nationaux, régionaux, de presse syndicale ou de presse d’outre-mer ; d’estimer les évolutions dans la fabrication des papiers de presse et d’anticiper de futures mesures de conservation.

Pour en savoir plus

  • Camille Piovesan, « Conservation matérielle du papier de presse par les polysiloxanes. Etude des réseaux interpénétrés pour le renforcement et la désacidification des papiers patrimoniaux (compressil) » : poster présenté au colloque « Les sciences de la conservation du patrimoine et le développement durable: acquis, recherche, innovation », Paris, 23, 24, 25 octobre 2013. Disponible en ligne : <http://crcc50.sciencesconf.org/conference/crcc50/pages/30_Piovesan.pdf>

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Anne Weddigen

DSCN6250Le Carnet de la BnF se propose de publier des portraits de chercheurs pour donner de la chair à des projets et acronymes et donner à voir qui sont les femmes et les hommes qui incarnent l’activité scientifique à la BnF.

Anne Weddigen, chargée de recherches documentaires au service des Manuscrits orientaux, évoque son quotidien.

Pouvez-vous vous présenter ?

Normalienne et agrégée de lettres Classiques, actuellement doctorante à l’Université de Reims sous la direction de Didier Marcotte. J’occupe un poste de CRD à la BnF au département des manuscrits grecs, où je rédige les notices de catalogue pour les manuscrits grecs 2430 à 2549 de l’ancien fonds, et assure une charge d’enseignement à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE).

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Je travaille sur la musique grecque antique, et plus précisément sur les traités scientifiques sur la musique, l’harmonie étant une des quatre disciplines mathématiques. Je prépare1 l’édition des Harmoniques de Manuel Bryenne, un mathématicien-astronome qui a écrit autour de 1300, à partir d’une collection de textes beaucoup plus anciens allant du IVè siècle av. J.-C. (Aristoxène de Tarente) au IIè siècle ap. J.-C. (Ptolémée).

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre expérience de chargé de recherches documentaires ?

Le poste de CRD est une opportunité particulièrement enrichissante à la condition que le fonds documentaire traité soit en lien avec, voire partie intégrante du travail de thèse. Dans mon cas, le travail de catalogage me permet de me familiariser avec les manuscrits médiévaux dans le contact quotidien, ce qu’aucun séminaire de recherche ne pourrait transmettre. Non seulement j’ai accès directement aux manuscrits nécessaires à mon travail d’édition, mais je dois aussi étudier d’autres manuscrits dont les particularités  ouvrent des pistes de recherche ou de réflexion précieuses pour le travail de thèse.

Par ailleurs, la mission de rédaction des notices me forme aux outils bibliographiques spécifiques, et me donne peu à peu une connaissance fine et précise des collections de la BnF.

Comment conciliez-vous vos activités de recherche à la BnF et votre activité d’enseignant ?

Dans mon cas, la séparation est très nette entre ces deux activités. Les heures d’enseignement étant fixées dès le début de l’année, j’organise mon emploi du temps hebdomadaire de sorte à venir deux jours par semaine en moyenne à la BnF. Ce temps est alors entièrement consacré à la mission du CRD, et non à l’enseignement. En revanche, il peut m’arriver d’utiliser en cours des exemples de manuscrits que j’ai eu à cataloguer à la BnF. Mais cela n’est pas très fréquent, car j’enseigne le grec ancien pour débutants, et non la paléographie.

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ?

Affirmer mon orientation de recherche dans la mesure des opportunités professionnelles qui s’offriront alors. Je souhaite pouvoir continuer une carrière dans l’enseignement supérieur et la recherche, malgré la pénurie de postes qui s’intensifie en sciences humaines. Il est impossible de prévoir aujourd’hui quelle forme cela pourra prendre d’ici la fin de mon doctorat.

Quels conseils donneriez-vous aux normaliens qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat de chargé de recherches documentaires ?

Je donnerais deux conseils contradictoires et complémentaires. Le premier : ne pas se censurer, ne pas éliminer cette option par principe. Le second : être sûr que ce poste correspond à son profil.

La charge de travail pour un CRD est nettement plus élevée que celle d’un doctorant contractuel avec monitorat. En échange, ce contrat et mieux rémunéré, plus intéressant, et bénéficie d’une année supplémentaire. Je déconseille ce choix à toute personne qui ne construirait qu’un lien factice entre son sujet de thèse et le projet sur fonds documentaire, car le CRD est chronophage, et n’est un formidable outil de travail que si le travail effectué apporte aussi un bénéfice à la recherche de thèse.

Le CRD a l’avantage de n’être pas prédéfini : c’est au candidat de réunir dans un projet commun un organisme documentaire et une institution d’enseignement supérieur. C’est donc un projet que l’on peut façonner pour qu’il nous soit le plus bénéfique possible. Il vaut la peine de le construire plusieurs mois à l’avance en concertation avec les différentes parties, notamment avec l’organisme documentaire. Cela permet d’élaborer et de définir en commun la mission de recherche, afin qu’elle soit véritablement complémentaire de la thèse et, pourquoi pas, de la charge d’enseignement.

  1. Édition, traduction et commentaire du traité des Harmoniques de Manuel Bryenne. Présentation disponible en ligne : <http://www.theses.fr/s153263> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts