Archives par mot-clé : Docteur

Soutenance de thèse de Manel Achichi

Financée par le projet ANR DOREMUS (DOnnées en REutilisation pour la Musique en fonction des USages)1, Manel Achichi a soutenu sa thèse de doctorat ce 15 février 2018.

Résumé de thèse

Des milliers d’œuvres musicales sont décrites dans des catalogues des institutions culturelles, dont le rôle est de stocker toutes les créations musicales à travers le catalogage et de les diffuser auprès du grand public. Cette thèse fait partie du projet DOREMUS -DOnnées en REutilisation pour la Musique en fonction des USages- qui vise à explorer les données de trois grandes institutions culturelles : Bibliothèque nationale de France, Philharmonie de Paris et Radio France ; afin qu’elles puissent communiquer et être mieux utilisées par les différents publics. Elles ne gèrent pas toutes les données musicales de la même manière ou dans le même objectif. L’accès à l’information pertinente devient alors difficile, d’où la nécessité d’interconnecter ces données.

Abstract

Linking Heterogeneous Open Data – Application to the Musical Domain

Thousands of musical works are described in catalogs in cultural institutions whose role is to store all the musical creations through the cataloging and to stream them to the general public. This thesis is part of DOREMUS -Doing Reusable Musical Data- project which aims to explore the data of three major cultural institutions: Bibliothèque Nationale de France, Philharmonie de Paris and Radio France; so they can communicate and be better used by different audiences. They do not handle all of the musical data in the same way or for the same purpose. Access to relevant information becomes then difficult, hence the need to interconnect these data.

Jury

Préparée sous la direction de Zohra Bellahsene et de Konstantin Todorov à Montpellier, dans le cadre de l’I2S – Information, Structures, Systèmes, en partenariat avec le Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Micro-électronique de Montpellier (LIRMM) la thèse a été soutenue devant :

  • Mathieu D’Aquin, professeur d’informatique, National University of Ireland
  • Ollivier Haemmerlé, professeur d’informatique, Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Catherine Faron-Zucker, maître de conférence, Université Nice Sophia Antipolis

Soutenance

Le jeudi 15 février 2018.

En juin 2014, Manel Achichi avait soutenu son master intitulé : Extraction de données liées à partir de tweets pour leur publication sur le web de données.

Cette thèse peut être dédiée à la mémoire de Dominique Cotte décédé le 14 décembre 20172. Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication (laboratoire Geriico, Université de Lille-3), il était l’un des responsables du programme.

Pour en savoir plus

  1. Dans le cadre du programme ANR : ANR-14-CE24-0020 : Le numérique au service des arts, du patrimoine, des industries culturelles et éditoriales (DS0703) 2014 []
  2. Stéphane Chaudiron, « Hommage à Dominique Cotte », ADBS. Disponible en ligne, url : <https://www.adbs.fr/groupes/adbs-site-internet/hommage-a-dominique-cotte-36666> ; « Dominique Cotte (20 janvier 1956-14 décembre 2017) », Robin Goodfellow. Disponible en ligne, url : <https://www.robingoodfellow.info/pagesfr/rubriques/Dominique_Cotte.pdf> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour la thèse de Cécile Kubik

Dans ce carnet de recherche nous avions annoncé la soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-20151. Aujourd’hui, quelques nouvelles de la suite de son parcours.

Sa thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe siècle (1800-1870) : des sources au concert, s’est vue décerner le Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour l’année 2017, dans le cadre des Prix de la Chancellerie des Universités de Paris dont la cérémonie de remise des prix s’est tenue le 5 décembre 2017 au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne.

Les prix solennels récompensent l’excellence de la valeur universitaire et scientifique d’une thèse de doctorat soutenue au cours de l’année civile précédant l’année d’attribution. Ils s’adressent à tous les étudiants franciliens en droit et sciences politiques, sciences économiques et gestion, médecine et sciences, lettres et sciences humaines et pharmacie. Sur les 15 prix en Lettres et Sciences Humaines, seul l’un d’entre eux était destiné aux arts et à l’histoire ancienne. La musicologie n’a qu’une seule fois remporté les faveurs du jury dans l’histoire des Prix de la Chancellerie.

Avec cette distinction, c’est aussi le doctorat de Musique : Recherche et Pratique (Université Paris-Sorbonne/CNSMDP), qui obtient une reconnaissance.

Comme l’écrit Gilles Pécout, recteur de la région académique Île-de-France et de l’académie de Paris, Chancelier des universités, dans le livret des lauréats 2016 :

Loin de couronner seulement la fin d’un cursus, ces prix marquent aussi le début d’un parcours prometteur, et doivent contribuer à aider tous les jeunes docteurs primés à réaliser leurs ambitions dans la poursuite de leur carrière, notamment pour ceux d’entre eux qui deviendront chercheurs ou enseignants-chercheurs. C’est une reconnaissance académique marquante de leurs talents quoi doit les encourager à continuer leurs travaux, avec la même exigence et la même liberté, dans la voie qu’ils ont commencé à tracer.

Formons le vœu que cette ancienne  musicienne-chercheuse associée puis musicienne-chercheuse invitée Pasteur Vallery-Radot à la Bibliothèque nationale de France (BnF) ainsi récompensée trouve, après sa qualification aux fonctions de maître de conférences (sections 18 et 22) un poste lui permettant de faire fructifier le doctorat « Recherche et Pratique ».

On peut toutefois s’étonner qu’un tel doctorat soit mis en place sans que la question du débouché professionnel permettant à la fois de mener des activités de recherche-enseignement et une pratique musicale n’ait été imaginé car, dans les faits, les postes proposés aux docteurs-interprètes concernent soit la recherche (maître de conférences en musicologie), soit l’enseignement dans les conservatoires et pôles supérieurs de musique. Rien encore ne semble leur permettre de poursuivre leur double activité professionnellement tout en étant évalués pour cette double compétence. Cécile Kubik, qui avait rendu compte des apports mais aussi des limites de ce doctorat « Recherche et Pratique », plaidait dès 2015 pour la création d’un statut d' »enseignants-chercheurs-interprètes »2.

  1. Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015, https://bnf.hypotheses.org/1135 []
  2. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique »», Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://hermes.hypotheses.org/44> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Post-doctorant(e) – Chef(fe) de projet de recherche « Histoire du quartier Richelieu »

Les principaux acteurs du site « Richelieu, bibliothèques, musée, galeries » (Bibliothèque nationale de France, École nationale des chartes, Institut national d’histoire de l’art) ainsi que le Centre allemand d’histoire de l’art, les universités de Sorbonne Université et de Paris I Panthéon Sorbonne ont décidé de conduire en commun un programme de recherche pluriannuel autour de l’histoire du « quartier Richelieu » dans lequel ces institutions de recherche sont en grande partie implantées.

Le projet se donne pour objectif d’aborder différents facettes de l’histoire du quartier : urbanistique (transformations, destructions) ; architecturale (histoire des bâtiments : construction, réaffectation, destruction) ; économique, commerciale et administrative ; sociologique (personnalités célèbres ayant eu des liens : résidence, travail, etc. avec les lieux et institutions du quartier, réseaux de sociabilité), culturelle (théâtre, musique…), etc.

Le projet consiste à documenter et illustrer l’histoire du quartier en valorisant les collections patrimoniales des institutions participantes et les travaux herméneutiques menés par des chercheurs dans le cadre du programme ainsi qu’à rendre accessible le produit de ces travaux au moyen d’interfaces numériques adaptées à des consultations spécialisées et plus grand public.

Dans ce cadre, les institutions citées offrent un emploi pour un(e) post-doctorant(e) – Chef(fe) de projet de recherche « Histoire du quartier Richelieu ».

Missions du poste

Sous la responsabilité du Comité de pilotage du projet, le/la Chef(fe) de projet est chargé(e) de :

  • piloter le projet de recherche « Histoire du quartier » ;
  • définir avec le Comité de pilotage les objectifs, les livrables et les délais de réalisation des différentes tâches ;
  • établir les méthodes et outils de pilotage du projet ainsi que les modalités de communication entre les différents partenaires et chercheurs impliqués ;
  • superviser, coordonner le travail de l’ensemble des acteurs et animer des points réguliers avec l’ensemble des partenaires : état d’avancement du programme, suivi du partage de connaissances, validation des résultats, suivi du planning et respect du budget, etc. ;
  • promouvoir auprès des unités de recherche (Labex, écoles doctorales, écoles universitaires de recherche…) le projet pour susciter des vocations et des aides financières pour recruter des étudiants chercheurs ;
  • participer à l’organisation du séminaire de recherche du projet ;
  • collaborer aux travaux de valorisation et de communication sur le projet (carnet de recherche, …) ;
  • rédiger le projet scientifique pour financement de recherche (type ANR, ERC).

Contributions spécifiques attendues du (de la) chef(fe) de projet

  • Coordonner le répertoire des collections patrimoniales des institutions participantes relatives à l’histoire du « quartier Richelieu » selon les différents axes définis ;
  • Tenir régulièrement à jour un carnet de recherche rythmant la vie du projet créé sur la plateforme Hypothèses.org d’Open Edition.

Compétences

  • Etre titulaire d’un doctorat en Sciences humaines et sociales ou en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication au cours des cinq dernières années ;
  • Capacité à travailler en mode projet et aptitude à dialoguer avec des équipes de recherche ;
  • Rigueur attachée aux productions scientifiques mais aussi qualité rédactionnelle de vulgarisation, notamment sur le web ;
  • Intelligence des problématiques de recherche liées aux données numériques (big data, text and data mining, humanités numériques…) ;
  • Intérêt prononcé pour le patrimoine graphique et faculté à utiliser les outils bibliographiques pour repérer les collections et les données pouvant être utilisées par les chercheurs ;
  • Aisance avec les outils informatiques ;
  • Maîtrise du français et de l’anglais.

Personne(s) à contacter

  • France Nerlich, Directrice du département des études et de la recherche à l’INHA, france.nerlich@inha.fr
  • Gennaro Toscano, Conseiller scientifique et culturel sur le projet de Bibliothèque-Musée Richelieu, gennaro.toscano@bnf.fr
  • Thomas Kirchner, Directeur du Centre allemand d’histoire de l’art (ou « DFK Paris »), tkirchner@dfk-paris.org

Conditions de l’emploi

  • Structure de référence administrative : Institut national d’histoire de l’art
  • Localisation géographique : 6, rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Rattachement hiérarchique au sein de la structure : France Nerlich, Directrice du département des études et de la recherche
  • Quotité de travail inhérente au poste : 50%
  • Catégorie : contrat post-doctoral
  • Prise de fonction : 1er février 2018
  • Durée : CDD d’une durée de 12 mois

Modalités

Le dossier consistera en un CV, une présentation du doctorat, des activités et contrats de recherche antérieurs, et une lettre de motivation.
Les candidatures seront envoyées à l’adresse der-dir@inha.fr, en spécifiant comme sujet : Chef.fe de projet pour le programme Histoire du quartier Richelieu.
Date limite du dépôt des candidatures : 15 janvier 2018

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Florence Menez, docteure

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10536788kFlorence Ménez, gestionnaire de collections de langue et littérature italiennes au département Littérature et art de la BnF a obtenu le titre de docteur avec une mention très honorable, assortie des félicitations du jury. Elle est encouragée à publier les résultats de sa thèse intitulée « La parabole de la palourde : ontogénèse d’un attachement inter-spécifique dans la lagune de Venise. Ethnographie de son récit biographique », et préparée sous la direction de MM. Philippe Descola, EHESS et Glauco Sanga, Università Ca’ Foscari, Venise.

Jury

Le jury était présidé de : Mme Nadia Breda, professeur, Università degli studi di Firenze

Résumé de la thèse

Fondée sur une enquête de terrain menée dans la lagune de Venise entre 2009 et 2014, cette thèse vise à montrer les processus d’intégration à l’oeuvre lors d’une invasion biologique animale, en mettant l’objet de recherche, soit la palourde Philippine en tant qu’actif et actant, au centre des interactions, et en observant la manière dont les différents acteurs (palourde, pêcheurs, néo-pêcheurs et institutions), nouent des relations interspécifiques qui redéfinissent les ontologies de chacun dans une complexité partagée en constante mutation. Dans un territoire tiraillé par de multiples intérêts commerciaux, industriels, écologiques, touristiques, tapes philippinarum, espèce exotique envahissante, est devenue une source de prospérité inespérée et un vecteur de controverses écologiques et sociales depuis son introduction volontaire en 1983. La thèse est divisée en deux parties : la première concerne la définition de l’identité de la palourde, alors qu’usages, représentations, savoirs et pratiques redessinent les frontières de l’alterité. Pour rendre cette palourde singulière « bonne à manger », des stratégies discursives, législatives et techniques sont engagées. Une mythographie de l’abondance et un questionnement des catégories permettent l’hybridation de la sauvage et étrangère « palourde à la dioxine » en domestique « indigène » puis en « palourde d’Etat ». La seconde partie développe les actions matérielles, les innovations techniques, la législation et les politiques environnementales. Passant de la dynamique de la prédation à la contrainte institutionnelle de l’élevage, les pêcheurs s’hybrident eux aussi pour s’approprier une palourde qui résiste à la domestication.


Image de une : La marchande de palourdes : [estampe] ([2e état]) / Jean Emile Laboureur. Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10536788k

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Christian Förstel, docteur ès-lettres

Christian Förstel, conservateur responsable des fonds grecs du département des Manuscrits a obtenu le titre de docteur ès-lettres avec une mention très honorable, assortie des félicitations du jury. Il est encouragé à publier rapidement les fructueux résultats de sa thèse intitulée « Marsile Ficin et les Ennéades : la génèse de la traduction et du commentaire de Plotin », et préparée sous la direction de M. Philippe Hoffmann.

Jury

Le jury était composé de : M. Riccardo CHIARADONNA, M. Sebastiano GENTILE, M. Philippe HOFFMANN, M. Marwan RASHED, M. Stéphane TOUSSAINT

Résumé de la thèse

La publication en 1492, par Marsile Ficin, de la première traduction latine des Ennéades et du monumental commentaire qui l’accompagne marque le retour de Plotin en Occident. Le manuscrit de travail de Ficin, le Parisinus graecus 1816 de la Bibliothèque nationale de France nous offre un témoignage exceptionnel concernant les principales étapes philosophiques et historiques qui ont marqué l’élaboration du Plotinus latinus. Les quelque 2500 annotations inscrites par Ficin sur les marges de ce manuscrit qui fut mis à sa disposition par Côme l’Ancien sont ici éditées, traduites et commentées. Cet important apparat exégétique jusque là inédit éclaire les différentes facettes du travail accompli par Ficin durant plusieurs décennies sur le texte très difficile de Plotin : des corrections apportées au texte transmis – une partie de ces interventions ont trouvé leur chemin jusque dans les éditions contemporaines sans toutefois que leur origine ait toujours été reconnue – à la confrontation doctrinale avec le néoplatonisme profondément original de Plotin, le manuscrit met en scène un Ficin soucieux d’intégrer les Ennéades dans sa vision à la fois chrétienne et platonicienne de la concordia philosophorum, mais aussi conscient des aspérités et audaces difficilement récupérables du texte plotinien. Cette lecture ficinienne des Ennéades produit à son tour de multiples échos dans l’œuvre propre de Ficin et contribue ainsi à irriguer les débats philosophiques de la Renaissance et au-delà.


Image à la une : Grec 1816.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Christian Förstel, docteur ès-lettres". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 6 février 2016. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/78> (consulté le 18 juillet 2018).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Matthieu Bonicel, docteur en histoire

Matthieu Bonicel, conservateur du département des Manuscrits, responsable de l’informatique et de la numérisation, a obtenu le titre de docteur en histoire pour sa thèse intitulée « Arts et gens du spectacle à Avignon à la fin du Moyen Âge (1450-1550), une approche numérique », menée à Paris 1, en partenariat avec Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP), sous la direction de M. Jean-Philippe Genet.

Jury

Le jury était composé de : Mme Claudia Fabian, Mme Élisabeth Lalou, M. Jean-Philippe Genet (directeur de thèse), M. Paul Bertrand et M. Darwin Smith.


Rapport d’étape de thèse

Image de une : Français 20, fol. 25, Romains au théâtre

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Matthieu Bonicel, docteur en histoire". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 22 novembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/145> (consulté le 18 juillet 2018).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Amandine Postec, docteur ès-lettres

Amandine Postec, conservateur au service des Manuscrits médiévaux du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, a obtenu le 11 septembre 2015 le titre de docteur ès-lettres de l’Université Lumière Lyon 2 avec une mention très honorable, assortie des félicitations du jury. Elle est encouragée à publier  les fructueux résultats de sa thèse intitulée « Profil intellectuel d’un homme de pouvoir : les quodlibets de Matthieu d’Aquasparta disputés à Paris et à la Curie entre 1277 et 1287  » et préparée sous la direction de Mme Nicole BERIOU, Professeure émérite des universités.

Jury

Le jury était composé de : M. Jean-Louis GAULIN, Professeur des universités, Université Lumière Lyon 2, Mme Nicole BERIOU, Professeure émérite des universités, Université Lumière Lyon 2, M. Dominique POIREL, Directeur de recherche, C.N.R.S., M. Sylvain PIRON, Directeur d’Études, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, M. Marc SMITH, Directeur d’Études, Ecole Nationale des Chartes, M. Jacques VERGER, Professeur émérite des universités, Université Paris 4.

Résumé de la thèse

Matthieu d’Aquasparta (v. 1240-1302) est une figure emblématique de la fin du XIIIe siècle. Maître en théologie de l’Université de Paris, son oeuvre est abondante ; franciscain, il est élu ministre général de l’Ordre ; nommé cardinal par Nicolas IV, il est un des plus fidèles alliés du pape Boniface VIII. Pourtant, malgré ses écrits et son parcours politique, Matthieu d’Aquasparta ne connaîtra aucune postérité avant d’être redécouvert au début du XXe siècle. Son oeuvre de théologien acquiert une place croissante dans les analyses des historiens et des philosophes médiévistes grâce aux éditions de ses Questions disputées, publiées par les frères de Quaracchi ; les interprétations s’affinent progressivement : après l’avoir longtemps considéré comme un « néo-augustinien » convaincu, les historiens s’interrogent sur sa place parmi les franciscains de sa génération, son lien avec Thomas d’Aquin et ses rapports avec la tradition aristotélicienne. L’édition de ses six Quodlibets disputés à Paris et à la Curie pontificale offre de nombreuses perspectives de recherches. Ces textes sont conservés principalement dans deux manuscrits, un autographe et une copie corrigée par l’auteur ; il s’agit par conséquent d’un témoignage exceptionnel pour étudier le travail d’un maître en théologie. L’analyse de ses manuscrits (autographes et manuscrits de travail) complétée par l’étude du contenu des questions éditées permettent d’esquisser une introduction biographique du personnage. La diversité des questions quodlibétiques contribue ainsi à éclairer différents aspects de la pensée du maître sur des sujets aussi divers et précis que la forme substantielle unique ou le métier des avocats et des juges.

Commentaire

L’édition critique qu’elle donne de ces textes de débats intellectuels du XIIIè siècle fait la preuve de sa pleine maîtrise de la paléographie ; le jury a souligné la qualité du volume d’analyse qui s’attache à souligner la cohérence entre la pensée et de l’action de ce franciscain, qui fut professeur à la Sorbonne, maître général de l’ordre et cardinal : il a joué un rôle important  dans les  débats théologiques de l’université et dans la situation politique italienne, alors pour le moins troublée. Les différents membres du jury ont trouvé des mots justes pour exprimer tout ce que le travail quotidien du conservateur apporte à la qualité des recherches académiques, notamment grâce à l’intime familiarité ainsi créée avec des manuscrits de natures très diverses.


Référence : diplôme de master : Le genre quodlibétique au XIIIe siècle, défense et illustration de la pensée d’un maître en théologie Matthieu d’Aquasparta (v. 1240-1302), O.F.M. Édition critique et commentaire des trois premiers Quodlibets

Image de une : Matthieu d’Aquasparta (1240?-1302)

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Amandine Postec, docteur ès-lettres". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 11 septembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/172> (consulté le 18 juillet 2018).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Maxence Hermant, docteur en Histoire de l’art

Maxence Hermant, conservateur au Service des Manuscrits médiévaux  du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France a obtenu sa thèse de doctorat en Histoire de l’art pour sa thèse intitulée Art, artistes et commanditaires en Champagne du nord, milieu du XVe-fin du XVIe siècle, soutenue le 14 décembre 2013 à l’École pratique des hautes études (Paris), Section des sciences historiques et philologiques et préparée sous la direction de Guy-Michel Leproux.

Jury

Le jury était composé de : Mme Marianne Grivel (présidente du jury, Paris-Sorbonne), M. Guy-Michel Leproux, M. Michel Hochmann (EPHE), M. Frédéric Elsig (Université de Genève).

Résumé de la thèse

Dans bien des ouvrages et des esprits, la commande et la production d’œuvres d’art en Champagne aux XVe et XVIe siècles se résument à celles de la Champagne méridionale. La ville de Troyes a en effet été un des plus importants foyers artistiques du royaume de France en dehors de Paris et de la Vallée de la Loire. La Champagne du Nord, autour des villes archiépiscopale de Reims et épiscopale de Châlons, n’est en revanche jamais considérée comme un centre particulièrement actif à la même époque. Ce travail propose d’en réévaluer l’importance en suivant deux axes indissociables et complémentaires : un repérage et une analyse des œuvres dans tous les champs de la création artistique, ainsi qu’un large dépouillement de sources documentaires, sur une période allant du renouveau économique au milieu du XVe siècle, jusqu’à la fin du XVIe siècle.


Image à la une : Horae (Troyes) [Heures à l’usage de Troyes]

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Maxence Hermant, docteur en Histoire de l’art". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 14 décembre 2013. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/186> (consulté le 18 juillet 2018).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Charles-Éloi Vial, docteur en histoire

Charles-Éloi Vial, conservateur au Service des manuscrits modernes et contemporains du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, a obtenu le titre de docteur en histoire le 17 octobre 2013 pour la thèse « Les chasses des souverains en France (1804-1830) », menée sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, Université Paris-IV Sorbonne.

Jury

Le jury était composé de M. Jean-Michel Leniaud (EPHE), Mme Natalie Petiteau (Université d’Avignon), M. Daniel Roche (Collège de France).

Résumé de la thèse

Activité prisée des rois de France depuis l’époque médiévale, la chasse était devenue pour les derniers Bourbons plus une passion dévorante qu’une simple distraction. Louis XV et Louis XVI furent critiqués par l’opinion publique naissante, qui considérait que leurs chasses onéreuses les éloignaient du gouvernement. Après la chute de la monarchie, les chasses royales disparurent. Elles furent remises au goût du jour par Napoléon Ier, soucieux de s’approprier les apparences de la légitimité monarchique. Le maréchal Berthier fut ainsi nommé Grand veneur en 1804. Grâce à lui, Napoléon put faire de ses chasses un instrument politique puissant, une distraction de Cour prisée, le tout avec une économie substantielle de moyens. La Restauration, au lieu de revenir à l’organisation d’Ancien Régime, choisit de conserver l’équipage de chasse et l’administration mise en place pour Napoléon, qui fonctionnèrent jusqu’en 1830. Naquit ainsi le paradoxe d’une Restauration affichant, à la suite de l’Empire, la volonté de renouer avec la tradition monarchique, mais cela grâce à un équipage formé pour Napoléon. C’est cette continuité, humaine, budgétaire, mais aussi politique et symbolique qu’il convient d’étudier au travers des éléments constitutifs des chasses : une implantation autour de Paris permettant une circulation de la Cour autour de différentes résidences de chasse, une pratique régulière destinée à la distraction du souverain et de ses proches, des invitations de personnages politiquement importants, qui donnent à certains jours de chasse bien précis une résonance particulière. Autant d’aspects qui se retrouvent dans les sources : archives, journaux, mémoires, œuvres d’art.


Image de une : Gaston Phébus, Livre de la chasse.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Charles-Éloi Vial, docteur en histoire". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 17 octobre 2013. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/180> (consulté le 18 juillet 2018).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts