Archives par mot-clé : Dépôt légal du web

Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent

Le lancement des commémorations de Mai 68 par le Centre Pompidou1 sont l’occasion de rappeler l’action menée par la Bibliothèque nationale pour sauvegarder les traces de l’événement et ses déclinaisons les plus contemporaines à l’heure de la dématérialisation des sources de l’histoire du temps présent.

Après les attentats qui ont marqué la ville de Paris en novembre 2015, l’action menée par les Archives de Paris pour recueillir et sauvegarder les messages anonymes laissés sur les lieux des attentats avait suscité des échos dans les médias. Cette initiative faisait suite à celle entreprise par la bibliothèque de l’université de Harvard pour les documents relatifs aux attentats de janvier 2015.

Ces actions relevant d’une institution publique, les Archives de Paris2, et d’une bibliothèque, la Bibliothèque de l’université Harvard3, font écho à la collecte des journaux, tracts, affiches manuscrites ou imprimées, banderoles, dessins, chansons… menée par les bibliothécaires de la Bibliothèque Nationale de la rue de Richelieu, près de 50 ans avant, pendant les événements de Mai 68.

Si cette implication des agents de la Bibliothèque Nationale dans la collecte des sources de l’histoire immédiate est connue par la relative abondante bibliographie qui lui a été consacrée, rappelons tout de même que les chercheurs actuels la doivent en premier chef à l’initiative individuelle d’une conservatrice, Marie-Renée Morin (1925-2012)4.

Marie-Renée Morin en 2008.

Nommée en 1958 au Catalogue de l’histoire de France – qui allait devenir le Service de l’Histoire de France5, soit le service chargé  d’attribuer une cote parlante à tous les ouvrages ou documents entrant dans la division Histoire de France6 – , par Julien Cain, Marie-Renée Morin, après avoir œuvré au comblement des lacunes en collections de périodiques, tracts et affiches électoraux de la période 1900-1930 et de la Résistance, ne pouvait qu’être sensible à ce patrimoine matériel particulier, relevant parfois des éphémères et, de ce fait, exclu du périmètre de la loi sur le dépôt légal.

D’aucuns pourraient arguer que l’importante bibliographie (cf. ci-dessous) relative à cette action de la BN en mai 68 reflète son caractère à la fois inédit et exceptionnel. Comme si la BN se targuait d’avoir eu la prescience de l’importance de l’événement et ne cessait de célébrer depuis cette clairvoyance singulière. En réalité, il n’en est rien.  Comme le rappelle Marie-Renée Morin dans l’interview7 qu’elle accorda pour illustrer l’exposition Esprit(s) de mai 68. Tracts, affiches, photographies, journaux organisée par la Bibliothèque nationale de France en 2008, la collecte des tracts était une tradition :

… c’était une tradition au Service de l’histoire de France de ramasser tout ce qui était tracts, tout ce qui était [de] tendance politique, tous les papiers un peu informes et donc, toujours on ramassait…

Cette pratique déjà ancienne n’a fait que se perpétuer en mai-juin 1968. Marie-Renée Morin dit bien que la collecte s’est faite « y compris quand il y a eu les événements de Nanterre, le 22 mars », comme si cela allait de soi et que ces événements ne dérogeaient pas, sinon à la règle, du moins à une habitude inscrite dans les us et coutumes des agents du Service de l’histoire de France et de leurs collègues.

Au-delà de la BN ou de l’action d’acteurs8, une pratique équivalente menée dans d’autres villes, par exemple à Lyon – de l’initiative là encore personnelle d’un agent public, l’archiviste de la Ville de Lyon Henri Hours9 – , tend à révéler que les conservateurs des bibliothèques ou des archives, aient eu, par leur formation, un tropisme à la conservation des documents de l’histoire en train de se faire.

Cette pratique a perduré à la Bibliothèque Nationale jusqu’à la fermeture du Service de l’Histoire de France qui est intervenue lors de l’arrêt de la cotation dans la division Histoire de France. De nombreux services internes de la bibliothèque conservaient dans leurs espaces qui une bannette, qui une boîte Cauchard® – cas le plus fréquent –10 pour y stocker les tracts, affichettes voire affiches récupérés des mains mêmes des militants les distribuant, des lieux publics ou des murs. Chacun avait intégré les consignes11 stipulant qu’il convenait d’inscrire au crayon, sur le document recueilli, la date et le lieu de collecte12.

« Réformes : le Gaulle loupe encore le coche », tract manuscrit révélant l’utilité pour le collecteur d’indiquer le lieu et la date de collection, voire l’auteur.

Régulièrement, dès la boîte remplie, le contenu en était adressé au Service des Recueils13 pour tri et intégration dans les collections.

Certains agents ont tenté de maintenir cette tradition au sein du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, notamment au département de la Recherche bibliographique qui a longtemps proposé aux lecteurs de la salle X une boîte avec une étiquette « Recueils » destinée aux dons de tracts des lecteurs, lecteurs sans doute de moins en moins au fait de cette pratique et de plus en plus ignorants de la signification de cette mention.

Désormais, la disparition du Service de l’Histoire de France comme du Service des Recueils (devenu un fonds du service Histoire du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.)), le renouvellement générationnel des personnels, les réformes successives du dépôt légal ainsi que la généralisation des médias numériques pour la diffusion des tracts ont fait disparaître les boîtes de « Recueils » des services internes et des salles de lecture.

Même si l’initiative de la collecte des tracts de Mai 68 est due à Marie-Renée Morin, sans doute aussi en raison de sa domiciliation dans le Quartier Latin, près de l’Odéon, le souci des archives immédiates était effectivement partagé au sein de la bibliothèque. Marie-Renée Morin nous le prouve par l’interpellation faite par « mademoiselle Kleindienst », soit la secrétaire générale de la BN, Thérèse Kliendienst qui, le 6 juin 1968, lui demandait sur un papier de brouillon utilisé au recto, comme a son habitude de femme économe – déjà éco-responsable ! –  : « Mlle Morin, avez-vous pensé à ramasser les tracts ? »14

À cette date, Marie-Renée Morin s’était déjà organisée pour mobiliser les collègues afin d’élargir la collecte en impliquant les producteurs puisqu’elle contactait le maximum de mouvements et de partis.

« Brisons les vieux engrenages », Affiche, 50,5 x 70 cm – [Atelier populaire] BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3646
Au fonds initial collecté en mai 1968 par le Service de l’Histoire de France auprès du personnel et des lecteurs de la BN, vinrent s’ajouter des tracts obtenus par échange auprès de bibliothèques ou de particuliers, ainsi que des dons et des acquisitions.
En 1986, ces différents fonds furent regroupés, microfichés, et ordonnés suivant un plan de classement.
Conservés sous la cote : [4-LB61-600 (1968), la collection des tracts des événements de mai 1968 de la BnF s’élève à 10 067, reproduits sur 391 microfiches. Le plan de classement des tracts comporte 3 parties : Paris, la région parisienne et la province, chacune étant divisée en cinq séquences :
• le monde étudiant et lycéen
• vers les travailleurs
• le monde du travail
• mouvements et partis politiques
• autres tracts
Un index par ordre alphabétique des mouvements, partis politiques, syndicats, en fin de volume permet de retrouver les tracts qui en émanent dans le corps du classement. Un guide décrit précisément la collection15.
Depuis, il forment une source de nostalgie ou d’abjection pour certains – selon les bords – et constituent désormais des objets patrimoniaux régulièrement exposés, étudiés16 et publiés dans maints ouvrages, depuis l’un des tout premiers, paru en 1968 : Atelier populaire, présenté par lui-même, 87 affiches de mai-juin 1968, Paris (2e) : Usines, universités, union, (64, rue de Richelieu), 1968, 96 p. : ill. ; 19 cm.  (Bibliothèque de mai), que l’on doit à l’Atelier populaire de l’École nationale supérieure des beaux-arts lui-même qui manifestait moins par là, une quelconque volonté d’auto-célébration ou une vaniteuse glorification, qu’un souhait de faire école :
il ne s’agit pas, en effet, d’inonder le pays à partir d’un seul point, mais de susciter la création d’Ateliers populaires partout où il y a des travailleurs en lutte afin que demeure toujours lié aux luttes du peuple, le travail d’analyse politique à partir duquel s’élaborent les affiches et leur diffusion.

La collecte des sources de l’histoire immédiate a désormais pris une autre forme, dématérialisée, puisqu’elle relève désormais pour l’essentiel du dépôt légal de l’internet. Ainsi, depuis que cette activité fait partie intégrante des missions de la BnF, des campagnes de capture et de sauvegarde de l’internet électoral sont menées17.

S’agissant des attaques dont la France fut la cible, en plus des archives physiques, déposées sur les lieux des attentats et autour de monuments, les archives numériques suscitèrent également l’intérêt des chercheurs, notamment l’équipe du projet ASAP, Archives Sauvegarde Attentats Paris (https://asap.hypotheses.org) auquel prend part la Bibliothèque nationale de France et qui vise à documenter la collecte du Web et de Twitter au cours des événements, d’interroger les conditions et possibilités d’élaboration de corpus, et de faire ressortir les premiers éléments qui peuvent émerger de ces données massives entre histoire visuelle, approche quantitative et qualitative, traitement automatique de la langue, cartographie de liens, sémiologie, ou encore médiologie, pour analyser la fabrique de l’événement en ligne.

Avec le projet ASAP, la Bibliothèque nationale de France  perpétue donc cette tradition de la collecte des traces matérielles de l’histoire en train de se faire.


Bibliographie sur le Service des recueils et la collecte des tracts

  • Vera Colmaire, « Le service des Recueils », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1978, n° 100, p. 135–138.
  • Les affiches de mai 68 ou L’imagination graphique : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale, 17 février-31 mars 1982] / [catalogue par Charles Perussaux] ; [préface par Alain Gourdon], Paris : Bibliothèque nationale, 1982, 1 vol. ([12] p.-70 p. de pl.) : couv. ill. ; 22 cm. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6532558s>.
  • Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>.
  • Madeleine Barnoud, « Littérature éphémère et sources de l’histoire. Les tracts à la Bibliothèque nationale de France », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, n° 3, p. 26-29. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-03-0026-005>.
  • Madeleine Barnoud, « La société française en recueils », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2002, n° 10, p. 51–56.
  • Nathalie Varda,  Traitement et signalement des catalogues de bibliothèques du fonds de recueils de la Bibliothèque nationale de France : Projet professionnel personnel de bibliothécaire : gestion de projet : Bibliothéconomie, [Villeurbanne] : Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, 2004, 75 f. Disponible en ligne, url : <http://enssibal.enssib.fr/bibliotheque/documents/ppp/pppvarda.pdf>.
  • Frédéric Manfrin, Annie Gay, Esprit(s) de Mai 68 : prenez vos désirs pour des réalités : [exposition virtuelle], Paris : Bibliothèque nationale de France, 2008. Disponible en ligne, url : <http://expositions.bnf.fr/mai68/index.htm>.
  • Valérie Tesnière, « Les sources de l’histoire en bibliothèque : la Bibliothèque nationale de France », in Histoire en bibliothèque, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2009, p. 121-126. Suivi, p. 130-132, d’un encadré sur le fonds des Recueils de la BnF, par Frédéric Manfrin.

Actualité

Puisque les affiches de Mai 68 ont déjà fait l’objet d’expositions de la part de la BnF lors des commémorations précédentes, la contribution de la BnF aux manifestations du 50e anniversaire consistera en une exposition sur les Icônes de mai 68 : les images ont une histoire qui reviendra sur la construction médiatique de notre mémoire visuelle collective.
Du 17 avril au 26 août, l’exposition dont le commissariat est assuré par Dominique Versavel, conservatrice au département des Estampes et de la photographie et Audrey Leblanc, docteure en histoire et civilisations (EHESS), Université Lille 3, questionnera la construction des images photographiques iconiques de mai 68.
Comment s’est construite notre mémoire visuelle collective des événements de Mai 68 ? Selon quels processus certaines photographies, présentées comme documentaires, ont-elles atteint un statut d’icônes ? S’appuyant sur près de deux cents pièces, l’exposition présentée par la BnF fait l’histoire de certaines de ces images désormais célèbres. Elle suit leur trajectoire médiatique pour mettre en évidence les conditions de leur émergence culturelle dans la mémoire collective.
La barricade, le duel CRS / étudiants, le pavé lancé, le poing levé… depuis 50 ans, la représentation des événements de Mai 68 est associée à des motifs récurrents. L’exposition analyse le parcours sinueux de différentes photographies, depuis la planche-contact jusqu’à leur circulation dans les magazines et autres produits éditoriaux : elle revient sur l’élaboration médiatique et culturelle de la représentation de ces événements historiques.
Le portrait de Daniel Cohn-Bendit face à un CRS par Gilles Caron et
La Marianne de 68 de Jean-Pierre Rey constituent deux exemples caractéristiques de la fabrique des icônes. La photographie de Daniel Cohn-Bendit n’a pas immédiatement été distinguée et mise en exergue par les grands titres de la presse magazine. Pour éclairer la trajectoire de cette photographie devenue icône, l’exposition en présente des tirages originaux mais aussi de nombreuses formes éditées jusqu’en 2008.
La « Marianne de 68 » a également évolué vers un statut d’icône. Au fur et à mesure de ses publications, le cadrage se resserre, faisant perdre à la photographie son ancrage historique, et les commentaires se recentrent sur l’image elle-même faisant d’elle un symbole de Mai 68.
L’exposition interroge également la pratique de la couleur : comment et pourquoi la mémoire visuelle de Mai 68 se conjugue-t-elle en noir et blanc alors que les événements ont été couverts et diffusés en couleurs par la presse de l’époque ?
Des clichés couleurs ont été pris par de nombreux photographes : Janine Niépce, Georges Melet, Bruno Barbey, Claude Dityvon… D’autres récits photographiques des événements ont à l’inverse échappé à la mémoire visuelle commune. Pour finir, l’exposition interroge en creux le statut d’icône. Pourquoi la première « nuit des barricades » n’a-t-elle paradoxalement laissé aucune image persistante ?
Citer cet article : Olivier Jacquot, "Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 4 mars 2018. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/2517> (consulté le 15 août 2018).
  1. SoixanteHuit, url : <http://soixantehuit.fr/> []
  2. Hommages aux victimes des attentats de 2015, http://archives.paris.fr/r/137/hommages-aux-victimes-des-attentats-de-2015/ []
  3. Archives Charlie à Harvard, http://cahl.io/ []
  4. Jacqueline Sclafer, « Marie-Renée Morin (1925-2012) », Bibliothèque de l’École des chartes, 2012, n°  170, p. 617-619. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2012_num_170_2_464275>. []
  5. Alice Garrigoux, « Le service de l’histoire de France à la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France, 1965, n° 2, p. 41-46. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1965-02-0041-001>. []
  6. Division héritière du classement et du catalogue méthodique des collections mis en place par Nicolas Clément en 1682 sous le libellé de Rerum gallicarum scriptores et portant la lettre de désignation symbolique « L ». []
  7. « Souvenirs de collecte. Entretien avec Frédéric Manfrin », http://expositions.bnf.fr/mai68/rencontres/01.htm []
  8. Comme Olivier Rigoir dont la collection est conservée aux archives de la Vendée : « 211 J – Tracts et imprimés sur Mai 68, réunis par Olivier Rigoir, entre 1966 et 2008 », http://recherche-archives.vendee.fr/archive/fonds/FRAD085_211J []
  9. Françoise Blum,  Jean-Philippe Legois, Anne-Catherine Marin, « Archives, événements et « Commune étudiante » : prolonger et valoriser plusieurs collectes immédiates du mouvement social de mai-juillet 1968 », La Gazette des archives, 2011, n° 221, p. 123-140. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_2011_num_221_1_4780#gazar_0016-5522_2011_num_221_1_T12_0130_0000>. []
  10. Du nom de la société Cartonnages Cauchard, https://dossier-patient-online.fr/produits/12-boites-de-conservation-en-carton-celloderme.html, fondées en 1947 par Michel Cauchard (né le 25 juin 1925 à Metz, mort le 25 décembre 2004). []
  11. Sans doute les archives administratives de la BnF conservent-elles une note ou une circulaire indiquant la procédure à suivre. []
  12. On voit là le réflexe professionnel visant à enrichir ce que l’on nomme désormais les métadonnées. Cela s’avère en effet d’autant plus précieux pour les tracts « sauvages », non issus de syndicats et mouvements clairement identifiés, imprimeurs dûment mentionnés, ni auteurs crédités. []
  13. Ce service avait la responsabilité du traitement des imprimés de type publicitaire, informatif, technique ou de propagande (prospectus, dépliants, brochures, affichettes, tracts etc.) appelés « recueils » car à la différence des monographies, ces documents ne sont pas traités à la pièce mais « recueillis » et traités en unités homogènes, les Recueils. Sur le « Traitement en recueils », on se reportera au Guide pratique du catalogueur de la Bibliothèque nationale de France, http://guideducatalogueur.bnf.fr/abn/GPC.nsf/gpc_page?openform&type_page=fiche&unid=55857196A08C26D2C12571810044FEAD []
  14. Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>. []
  15. Bibliothèque nationale de Paris, Service de l’histoire de France, Les Tracts de Mai 1968 : guide, ICD : Brill, 2005. Disponible en ligne, url : <http://www.brill.com/files/brill.nl/specific/downloads/32087_Guide.pdf>. []
  16. Recensement et étude de la constitution des collections sur Mai 68 à la BnF, par Audrey Leblanc, cf. : <http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2016000219_recensement-et-etude-de-la-constitution-des-collections-sur-mai-68-a-la-bnf> []
  17. Le dépôt légal de l’internet électoral : la collecte en coopération des sites web des présidentielles et législatives de 2012, url: <http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_journees_pro_2012/a.jp_dlweb_2012.html> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Grande Guerre sur le web : un éclairage inédit

Place de l'Hôtel de Ville bombardée, Américains dans la ville reconquise, Fismes, 12-9-18, BDIC (Marne, collection Valois)
Place de l’Hôtel de Ville bombardée, Américains dans la ville reconquise, Fismes, 12-9-18, BDIC (Marne, collection Valois)

« Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre », projet soutenu par le labex Les passés dans le présent1, est le fruit d’une collaboration entre la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine et Télécom ParisTech. Il vient de s’achever après trois ans de recherches interdisciplinaires (2013-2016), occasion de revenir sur quelques résultats remarquables.

Pourquoi la Grande Guerre ?

Les sources documentaires numérisées autour de la guerre 14-18 offraient un terrain favorable à l’observation des usages du patrimoine en ligne, du fait de l’intensité des activités qu’elles suscitent sur le web. Par ce projet de recherche, il s’agissait de mieux comprendre la manière dont ces sources circulent, sont utilisées et valorisées sur le web. À travers, mais également au-delà de l’objet singulier du patrimoine 14-18, ce projet de recherche a permis d’éprouver des outils d’analyse du web rigoureux et de dégager des axes forts de réflexion pour la valorisation du patrimoine en ligne.

Un choix original : la fouille des « archives du web »

L’analyse du web français de la Grande Guerre s’est appuyée, dans un premier temps, sur 500 sites collectés dans le cadre du dépôt légal d’internet. Elle a mobilisé pour ce faire des outils de cartographie et de traitement automatique de la langue, qui furent pour la première fois appliqués aux « archives du web » conservées à la BnF. Si le cadre du dépôt légal est contraignant en termes d’accès aux données (limité aux emprises de la BnF et des institutions habilitées), il permet d’offrir des collections riches et raisonnées, dont les règles de production et de conservation sont transparentes pour la recherche. Les liens entre sites étant conservés dans la collecte, ils permettent de cartographier un réseau, repérer ses nœuds, ses zones de plus ou moins forte densité, en restituer également la dynamique. Ce travail pionnier a permis d’adapter les outils existants de fouille aux formats collectés, de telle manière qu’ils puissent, à terme, être réutilisés sur d’autres corpus du dépôt légal de l’internet.

Sur la carte du web français de la Grande Guerre ainsi obtenue, la place centrale d’un forum – le « Forum pages 14-18 » -, a pu être vérifiée, tandis que les réservoirs documentaires (Gallica, Mémoire des hommes, etc.) se sont révélés un élément fortement structurant car ils assurent le contact entre deux zones qui communiquent peu entre elles : les sites institutionnels et les sites amateurs. En complément, le traitement automatique du contenu du Forum pages 14-18, incluant les liens hypertextes dans les messages, a permis d’avoir une appréciation quantitative des usages documentaires à l’intérieur de ce collectif : la place croissante qu’y tiennent les images et la prépondérance des fils de discussion sur l’histoire des soldats. Au-delà de ces informations quantitatives, des entretiens approfondis avec des acteurs du web de Grande Guerre ont permis de mieux comprendre les pratiques d’échanges, de publications, mais aussi d’apprentissage de ces communautés en ligne, dont le Forum pages 14-18 offre un témoignage majeur, par le nombre d’inscrits et de messages échangés.

Consulter le rapport en ligne de la phase 2 du projet : Valérie Beaudouin, Zeynep Pehlivan, « Cartographie de la Grande Guerre sur le web » (91 pages)

Une veille raisonnée sur la dissémination d’un corpus remarquable

En dernière phase du projet, une veille méthodique a été mise en place afin de suivre de manière raisonnée durant 14 mois les réutilisations d’un fonds remarquable, récemment mis en ligne sur la bibliothèque numérique L’Argonnaute sous licence ouverte : 110.000 photographies de la Grande Guerre conservées par la BDIC et connues sous l’appellation « Albums Valois » (service photographique de l’Armée). L’objectif était de mesurer les effets visibles de la mise en ligne de ces albums sur le web, au plus près de leurs citations et réutilisations, et d’évaluer l’impact de différentes formes de médiation.

Malgré les actions de communication et de médiation, nulle viralité n’a été observée ; plutôt une lente montée des réutilisations où, à nouveau, les usages amateurs prédominent, et que seuls les médias traditionnels (dans ce cas précis : un concours organisé par un quotidien régional) sont en mesure d’accélérer de manière notable. Cette expérimentation souligne la difficulté pour les fonds patrimoniaux numérisés d’exister sur le web : y susciter de l’appétence et de la circulation, encore plus de l’interaction.

Consulter le rapport en ligne de la phase 3 du projet : Lionel Maurel, Josselin Morvan, « Les circulations sur le web d’un corpus numérisé : l’exemple des albums Valois » (75 pages)

Ce projet fera l’objet d’un livre collectif, à paraître fin 2017, où les résultats de la recherche seront enrichis de témoignages et d’approches complémentaires.

  1. « Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre » est un projet de recherche conduit par la BnF, la BDIC et Télécom ParisTech dans le cadre du Labex Les Passés dans le présent, Investissements d’avenir, réf. ANR-11-LABX-0026-01. Il a impliqué directement : Nicolas Auray, Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier, Lionel Maurel, Josselin Morvan, Zeynep Pehlivan, Peter Stirling. []

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le Web des années 1990 : 20 ans d’Internet Archive et 10 ans du Dépôt légal du Web en France

compo-parcours14La fondation Internet Archive, pionnière dans l’archivage du Web, fête en 2016 ses vingt ans, tandis qu’en France le dépôt légal du Web célèbre ses dix ans. Si l’archivage du Web est donc jeune, le World Wide Web l’est aussi : c’est en effet seulement cinq années après sa naissance que le souci d’archiver la Toile commence à prendre forme.

Développé au tournant de la décennie 1980-1990 au Cern, organisation européenne de recherche nucléaire située à la frontière franco-suisse, ce système fondé notamment sur l’hypertexte bénéficie de sa mise à disposition gratuite, mais aussi du développement des navigateurs, notamment le navigateur graphique Mosaic, lancé par Marc Andreessen et ses collègues de l’université d’Illinois en 1993. Le succès est au rendez-vous et, avec le Web, Internet commence à gagner le grand public. Cantonné jusque-là au milieu scientifique qui partageait la puissance de calcul des ordinateurs, échangeait des courriers électroniques ou effectuait du transfert de fichiers dès les années 1970, ou encore utilisé par les premiers adoptants des communications en réseau, Internet pénètre dans les foyers, grâce également à l’équipement croissant en informatique personnelle.

Aussi, quand l’Américain Brewster Kahle lance en 1996 ce projet un peu fou d’archiver la Toile mondiale au sein de la fondation Internet Archive, le Web a commencé sa diffusion. Toutefois l’offre de contenus en ligne est encore restreinte.

Si aujourd’hui Internet Archive peut s’enorgueillir de conserver 487 milliards de pages, son effort a été rejoint notamment par celui de bibliothèques nationales. Il y a dix ans, au sein d’un mouvement européen de plus en plus préoccupé par la conservation de ce patrimoine nativement numérique, reconnu par une charte de l’Unesco de 2003, la France se lançait officiellement à son tour. Dès le début des années 2000 elle s’est penchée sur la question, mais c’est en 2006, au sein de la loi DADVSI (loi relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information), que la Bibliothèque nationale de France (BnF) et l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) se voient officiellement confier la mission de préserver et conserver le Web « français » au titre du dépôt légal : à l’Ina revient l’archivage des sites et contenus médiatiques liés au monde de l’audiovisuel, le reste est confié à la BnF.

Bien sûr il ne s’agit pas d’un archivage exhaustif : les captures des sites sont plus ou moins profondes, parfois qu’à un ou deux clics de profondeur. En outre à des collectes très régulières (les sites de presse sont par exemple archivés quotidiennement par la BnF), répondent des collectes plus ponctuelles, « collectes dites larges » qui, à la BnF, concernent en 2016 une fois par an quatre millions et demi de sites enregistrés en France ou produits par des Français.

Consultables aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France mais aussi dans plusieurs bibliothèques en région, les archives du Web de la BnF et de l’Ina gardent les traces de nos activités en ligne dans des domaines variés – personnels, professionnels, politiques, sociaux, économiques. Déjà le monde académique s’en empare, à l’instar de notre équipe de recherche, Web90, qui travaille à analyser le patrimoine, les mémoires et l’histoire du Web des années 1990 en France.

Les archives des années 1990 : des archives du Web comme les autres ?

Les archives que ce parcours a l’ambition de présenter – invitant l’internaute à parcourir une petite partie de l’histoire du Web en France dans les années 1990, partagent plusieurs particularités.

Rappelons tout d’abord que cette collection de la Bibliothèque nationale de France est constituée de fonds qui proviennent non pas d’un archivage « maison », mais d’une partie des extractions de données collectées par Internet Archive entre 1996 à 2000, dont le nombre et la qualité vont croissants au fur et à mesure que l’on s’approche de la fin de la décennie (sur les 17 300 domaines collectés de 1996 à 2000 que contiennent les archives de la BnF, 67 % des URL l’ont été en 2000).

Les captures ne sont pas régulières et certains sites français ont pu y échapper. Surtout, en raison notamment de limites techniques des outils de collecte, les archives du Web sont un univers de sources pléthoriques, mais aussi lacunaires. La collecte des archives est rarement très profonde, le chercheur se heurte à des pages non archivées, à des images manquantes et à des liens brisés. Des bizarreries apparaissent parfois au fil des pages (contenus liés l’un à l’autre qui ont pourtant plusieurs mois d’écart, sauts ou anomalies chronologiques, etc.) : si l’entrée dans la boîte noire des archives du Web permet en partie d’expliquer ces reconstructions, ouvrir celle-ci permet aussi de mieux comprendre ce qu’est le patrimoine nativement numérique et apporte des outils pour l’exploiter. Ainsi notre recherche a bénéficié, dans le cadre du projet Web Corpus 2016, de l’expérimentation du plein texte par la BnF dans le fonds. Avant, le chercheur devait connaître l’URL du site pour accéder à ces archives, ce qui impliquait de savoir précisément ce qu’il cherchait, d’avoir une idée précise du paysage global de la Toile et enfin de maîtriser les noms de domaine des sites – pour certains disparus et ayant pour d’autres changé, à l’instar du site france.diplomatie.fr devenu diplomatie.gouv.fr.

Nostalgie et spécificités du Web des années 1990

« C’était l’époque d’Internet de l’époque » chantait en 2015 le youtubeur Norman dans une vidéo devenue virale sur la Toile, évoquant les « connexions pourries », la lenteur du chargement des pages, mais aussi les sites populaires au cours de ces années – Lycos, Caramail, voila.fr ou Netscape par exemple.

Le Web des années 1990 – antérieur au tournant dit « 2.0 », qui verra se développer les blogs, Wikipedia ou encore les invitations à une participation plus soutenue des internautes, simplifiée aussi par les CMS (Content Management Systems) – est paré de caractéristiques, qualités et spécificités qui inspirent le regret et la nostalgie à certains pionniers : celle d’un club encore fermé et impliquant une certaine maîtrise technique pour produire des pages. Perçu comme un temps d’inventivité, c’est également le moment où foisonnent gifs et bandeaux « En construction » et où les pages personnelles côtoient les sites vitrines d’institutions et d’entreprises. Souvent encore peu interactifs, ces derniers se veulent informatifs ou occupent juste l’espace, enchaînant parfois les maladresses de débutants (informations non mises à jour, compteurs de visites affichant une fréquentation très faible, surcharge informative, architecture confuse, etc.). C’est aussi un design typique des années 1990 qui se révèle au fil des pages, moins formaté et standardisé qu’aujourd’hui, avec son goût des visuels tape-à-l’œil qui trouvera son plein épanouissement dans le succès de la technologie Flash au moment de la pré-bulle Internet.

Au-delà du folklore de ce Web conservé dans les pages personnelles, la Toile des années 1990 présente plusieurs caractéristiques qu’il convient d’avoir à l’esprit pour pleinement en apprécier les archives : il faudrait tout d’abord pouvoir imaginer la page en contexte, c’est-à-dire au sein d’une interface qui fut sienne et des navigateurs de l’époque (Mosaic, Netscape Navigator 3.04, Internet Explorer 4.0…). La typographie de certains sites, leur affichage en seraient différents. De même pour le terminal ou les interfaces : à l’époque vous auriez sûrement utilisé Windows 95 ou Mac OS 8 (1997). Mais il faut aussi penser un Internet plus lent, aux débits bien inférieurs à ceux d’aujourd’hui (l’ADSL ne se développe en France qu’à partir de 1999). Si le bruit du modem, les difficultés de connexions et celles de repérage dans la Toile sont une réalité des années 1990, elles s’atténuent à la fin de la décennie, tout en nous rappelant aussi que ces années sont celles des cybercafés, de la consultation limitée à quelques heures (les forfaits illimités n’apparaissent que progressivement) et de tout un apprentissage, qui passe par le Web, mais aussi par d’autres supports : presse généraliste et spécialisée (Internet Actu, Planète Internet, etc.), émissions dédiées (Cyber Flash sur Canal + ou J’m’en mail sur France 5), ou encore distribution de kits de connexion dans les grandes surfaces.

C’est aussi une période d’euphorie, qui précède l’éclatement de la bulle Internet au début des années 2000. Certains s’enflamment pour les promesses de la « Net Économie » ou de la « Nouvelle Économie », les start-ups et les stock options, alors que les médias s’émerveillent des succès rapides de quelques jeunes entrepreneurs. Tandis que l’entrée en bourse de Netscape marque au milieu des années 1990 les esprits de ceux qui font résolument l’apprentissage du Web mais aussi du commerce et de la communication en ligne, le monde professionnel s’adapte avec plus ou moins de facilité et d’inspiration à ce monde numérique en plein essor. Le discours d’Al Gore de 1993 sur les « autoroutes de l’information » est relayé rapidement en Europe et donne lieu à des réflexions au sein de la commission européenne et en France (rapport de Gérard Théry en 1995) sur les promesses attendues de ces nouveaux vecteurs puis, au début de la décennie 2000, d’une société de l’information. Mais déjà certains s’inquiètent des menaces qui pèsent sur la liberté dans laquelle se sont épanouis Internet et le Web à leurs débuts. Ce qui n’était qu’affaire d’« happy few » devient un média investi par une diversité d’acteurs et le vecteur d’ambitions et d’enjeux dont, aux côtés des entreprises, s’emparent également les politiques. À cet égard notre parcours des années 1990 en France peut être prolongé jusqu’en 2001, avec la création du Forum des droits sur Internet et les craintes que fait peser la loi LSQ (Loi sur la sécurité quotidienne).

Le contexte français

La France n’échappe ni à cette euphorie, ni à la vague de rapports commandés par le gouvernement et dédiés à Internet. Elle présente toutefois quelques spécificités au sein de l’Europe: on lui attribue tout d’abord un retard, qui désigne le Minitel comme coupable. La célèbre petite boîte beige distribuée aux Français dans les années 1980, ne voit son succès que progressivement reculer au cours de la seconde moitié de la décennie 1990. Elle a été à la fois le support et l’outil d’une première adaptation des Français aux dispositifs écran/clavier et aux services en ligne. Par sa sécurité, sa simplicité d’usage et son modèle économique stabilisé – contrairement à celui du Web, elle reste utilisée et appréciée, notamment de la part de certains fournisseurs de services.

De 100 000 en 1995, l’accès à Internet passe à 150 000 accès domestiques et 395 000 accès professionnels en 1996 et à 381 000 accès domestiques et 621 000 accès professionnels en 1997. C’est le moment du décollage en France des noms de domaine, mais Reuter estime toutefois en 1997 le nombre de sites français à seulement 21 367 contre 825 385 aux États-Unis. Si certains prennent le virage numérique avec enthousiasme et si la naissance de l’Internet Society ou encore de l’Association des utilisateurs d’Internet (AUI) réunit plusieurs de ces pionniers français, c’est seulement en 1997 à l’université de la communication d’Hourtin que le premier ministre, Lionel Jospin, se prononce avec vigueur en faveur de l’Internet et du Web. Cette prise de position aboutit l’année suivante au lancement du PAGSI – Programme d’action gouvernemental pour la société de l’information, qui définit six secteurs prioritaires parmi lesquels la culture, l’éducation ou les services publics.

Il s’agit de stimuler le Web en France, il s’agira aussi bientôt de stimuler un Web francophone. C’est d’ailleurs sur cette thématique que communique un certain nombre d’acteurs de la Toile comme Club-Internet.

Bien que le Web semble s’abstraire des frontières, il n’est toutefois pas possible de faire abstraction des réalités nationales et parfois locales. Aussi ce parcours se penche également sur des initiatives telles celles prises à Parthenay ou Issy-les-Moulineaux pour acculturer les citoyens et administrés aux possibilités du numérique, sur les politiques françaises, ou encore sur des espaces de consultation.

De spécificités il est aussi question dans les débats qui agitent la Toile des années 1990. L’affaire Monica Lewinski fortement médiatisée sur les réseaux a un célèbre prédécesseur par sa viralité en l’affaire française Gubler (il s’agit de la mise en ligne par un patron de cybercafé de Besançon du livre interdit en librairie que le médecin personnel de François Mitterrand, Claude Gubler, consacre au président décédé en 1996). Les discussions des acteurs français autour de la régulation d’Internet et de la Toile suivent des formes de protestation, rythmes et débats propres. De même les univers médiatiques développés sur la Toile, s’ils peuvent emprunter ou être directement liés à des modèles étrangers (voir les offres d’Infonie sur le modèle d’AOL ou Compuserve, le développement de Google à la fin de notre période, etc.) conservent aussi les traces de tentatives spécifiques d’innovation.

Une invitation à naviguer dans la Toile du passé

Décliné en onze thèmes invitant chacun à la découverte d’une douzaine de sites, ce parcours, s’il n’a pas vocation à l’exhaustivité et a dû renoncer à présenter certains sites dont les archives étaient trop lacunaires ou tout simplement absentes, a veillé à essayer de présenter le Web des années 1990 dans sa diversité : services publics sur la Toile, Internet commercial et espaces marchands, Web dit vernaculaire reflétant des productions des internautes via les pages personnelles, espaces militants, etc. Il a aussi cherché à problématiser ces entrées en fonction de traits saillants et souvent transversaux : approche par les architectures et le design des sites ; apprentissage du Web par les acteurs d’innovation puis par les internautes, dont témoignent les modes d’emploi et la pédagogie du Web qui se déploie sur celui-ci ; Internet et la Toile comme espace de débat et en débat. Pensant les producteurs de sites comme les utilisateurs, les pionniers et premiers adoptants comme les « newbies » (terme utilisé pour désigner les nouveaux arrivants, néophytes un peu perdus et maladroits) ce parcours se penche aussi sur les premières associations et institutions dédiées à l’Internet en France, sur la genèse des fournisseurs d’accès à Internet et des premiers hébergeurs de contenus, sur les intermédiaires. Il n’oublie pas les enjeux qui traversent la décennie : réaction du « monde du papier » et de la culture à l’arrivée de la Toile ; héritages médiatiques et télématiques ; terrain de créativité, de liberté d’expression mais aussi de tentatives de régulation et d’une gouvernance en gestation. Enfin la Toile, si elle nous parle souvent d’elle-même, est aussi le reflet d’une époque et nous parle des années 1990 et des événements qui les ont parcourues. Aussi nous vous invitons à embarquer pour une (re)découverte de ce Web du passé mais aussi des années 1990 …

Archive ouvre-toi !

Stéphanie Le Gallic, Louise Merzeau, Camille Paloque-Berges, Valérie Schafer et Benjamin Thierry pour l’équipe Web90

Quelques références bibliographiques pour aller plus loin

  • Ankerson, M.S. (2015), « Read/Write the Digital Archive: Strategies for Historical Web Research », In E. Hargittai, C. Sandvig (eds.), Digital Research Confidential. The Secrets of Studying Behavior Online, Cambridge, MA : The MIT Press.
  • Aubry, S. (2010), « Introducing Web Archives as a New Library Service : the Experience of the National Library of France », Liber Quarterly, 20(2), p. 179-199. Disponible en ligne, url : <https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-00949993>.
  • Brügger, N. (2012), « Web History and the Web as a Historical Source », Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, 9, p. 316-325. Disponible en ligne, url : <http://www.zeithistorische-forschungen.de/2-2012/id%3D4426>.
  • Cohen, E., Verlaine, J. (2013), « Le dépôt légal de l’internet français à la Bibliothèque nationale de France », Sociétés & Représentations, 1(35), p. 209-218.
  • Merzeau, L. (2012), « Faire mémoire des traces numériques. e-dossiers de l’audiovisuel « Sciences humaines et sociales et patrimoine numérique » », Ina expert. Disponible en ligne, url : <http://www.ina-expert.com/e-dossier-de-l-audiovisuel-sciences-humaines-et-sociales-et-patrimoine-numerique/faire-memoire-des-traces-numeriques.html>.
  • Merzeau, L. (2014), « Vers un Web temporel. Talk at the IIPC General Assembly. Disponible en ligne, url : <http://merzeau.net/vers-un-web-temporel/>.
  • Mussou, C. (2012), « Et le Web devint archive : enjeux et défis », Le Temps des médias, 2(19), p. 259-266.
  • Paloque-Berges, C. (2015), « L’imaginaire du « grand public » au tournant du Web (1993-1997) », Revue française des sciences de l’information et de la communication. Disponible en ligne, url : <http://rfsic.revues.org/1478>.
  • Paloque-Berges, C., Schafer, V. (2015), « Quand la communication devient patrimoine », Hermès, no 71, 2015, p. 255-262.
  • Schafer, V., Thierry, B. (2015), « L’ogre et la Toile. Le rendez-vous de l’histoire et des archives du Web », Socio 4, p. 75-96.
  • Schafer, V., Musiani, F. et Borelli, M. (2016), « Negotiating  the Web of the Past », French Journal for Media Research, no 6, La toile négociée / Negotiating the Web. Disponible en ligne, url : <http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel/index.php?id=952>.
  • Unesco. (2003), Charte sur la conservation du patrimoine numérique. Disponible en ligne, url : <http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=17721&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html>.

Remerciements

Ce parcours guidé n’aurait pas été possible sans le soutien, les fonds d’archives et le projet Corpus Web 2016 de la BnF. Nous remercions ici l’institution et, comme celle-ci ne peut exister sans les personnes qui la font vivre, nous remercions plus particulièrement l’équipe du dépôt légal numérique, en particulier Marie Chouleur, Annick Le Follic, Géraldine Camile, Sara Aubry, Peter Stirling, ainsi qu’Emmanuelle Bermès et tous ceux qui ont rendu possible cette idée et sa réalisation, notamment dans les coulisses techniques. Nous remercions également Pauline Mardoc, assistante de recherche à la BnF au cours de la réalisation de ce parcours, qui nous a aidés avec énergie et enthousiasme. Enfin le soutien de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) au projet Web90 (ANR-14-CE29-0012-01)1 nous a permis de lancer en 2014 la recherche qui trouve dans ce parcours guidé une valorisation à destination d’un public large, mais répond aussi à une ambition : celle de donner envie à ceux qui le découvriront de poursuivre leur navigation sans nous. L’archivage du Web ouvre des possibilités de recherche encore insuffisamment connues et passionnantes. Ceux qui s’aventurent dans cet océan de données y affrontent des questions scientifiques, méthodologiques, épistémologiques stimulantes et qui dépassent de loin la seule histoire du Web.

  1. Carnet de recherche du programme : <https://web90.hypotheses.org/> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Il était une fois dans le web. 20 ans d’archives de l’internet en France

dlweb_interieur_serveur
Intérieur de serveur de collecte © David Paul Carr/BnF

Les archives de l’internet français fêtent cette année leurs 20 ans, et la loi sur le dépôt légal du web ses 10 ans. Le colloque « Il était une fois dans le web, 20 ans d’archives de l’internet en France », organisé par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national de l’audiovisuel avec le concours de l’équipe du projet ANR Web90, se tiendra le 23 novembre 2016. Il retracera l’histoire de la préservation de ce patrimoine singulier.

Argumentaire

En 2016, la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national de l’audiovisuel célébreront les 20 ans des archives de l’internet français, et les 10 ans de la loi sur le dépôt légal du web, mission en partage entre ces deux institutions.

Dans ce cadre, une manifestation scientifique intitulée « Il était une fois dans le web, 20 ans d’archives de l’internet en France », organisée avec le concours de l’équipe du projet ANR Web90, partenaire du projet CORPUS, se tiendra le 23 novembre 2016.

Cette journée, animée par le journaliste Thibault Henneton, sera l’occasion de remonter aux origines de l’activité d’archivage du web.

Elle prendra la forme d’interventions et de tables rondes qui réuniront des acteurs du web, témoins ou déposants, des chercheurs usagers des archives de l’internet ou spécialistes de domaines en relation (droit appliqué au numérique, méthodes quantitatives et cartographiques) et des praticiens de l’archivage du web.

Les organisateurs entendent, au travers de cette manifestation, faire dialoguer des chercheurs issus de plusieurs disciplines et champs de la recherche avec des professionnels, et encourager l’émergence d’une communauté scientifique française autour des archives de l’internet.

petabox
Les Petabox, baies de stockage sur disque © BnF

Programme

23 novembre matin

Événement INA-BnF – Petit Auditorium

  • 9h15-9h35 Mot d’introduction
  • 9h35-10h00 Regards croisés sur les outils d’accès à la BnF et à l’INA : Zeynep PEHLIVAN, ingénieure de recherche (INA), Peter STIRLING, chargé de collections numériques, responsable des services aux publics (BnF)
  • 10h00-10h25 L’expérience des « ateliers DLWeb » de l’INA : Louise MERZEAU, enseignante-chercheuse (Univ. Paris-Ouest / Web90), Claude MUSSOU, responsable de l’Inathèque (INA)

10h25-11h15 Table-ronde : Les archives de l’internet comme sources : méthodes et représentations

  • Valérie BEAUDOUIN, enseignante-chercheuse (Télécom-ParisTech / Labex Les passés dans le présent),
  • Sophie GEBEIL, enseignante-chercheuse (Univ. Aix-Marseille),
  • Francesca MUSIANI, enseignante-chercheuse (ISCC / Web90), Valérie SCHAFER, enseignante-chercheuse (ISCC / Web90),
  • Marie-Luce VIAUD, cheffe de projet recherche et développement (INA),
  • Dana DIMINESCU, enseignante-chercheuse (Télécom-ParisTech)

11h15-11h45 : Pause-café dans le foyer de l’auditorium

11h45-12h10 L’adoption de la loi DADVSI et les enjeux juridiques contemporains Jean-Baptiste SOUFRON (Sciences Po), Geneviève PIEJUT (INA)

12h10-13h00 Table ronde : Archives de l’internet et territoires

  • Fabienne GREFFET, enseignante-chercheuse (IRENEE / PACTE),
  • David LESVENAN président de l’association www.bzh,
  • Frédéric-David MARTIN, adjoint à la directrice du département de la coopération (BnF),
  • Jérôme SCHWEITZER, responsable du pôle d’excellence « Alsatiques » (BNU),
  • Marta SEVERO, enseignante-chercheuse (Univ. Lille 3),
  • Anne PAVIS ou Corinne GAUTHIER (INA)

23 novembre après-midi

Événement INA-BnF

  • 14h15-14h40  La reconnaissance du patrimoine nativement numérique Eric GUICHARD, enseignant-chercheur (ENSSIB), Camille PALOQUE-BERGES, ingénieure de recherche (CNAM/ Web90)

14h40-15h20 Table ronde : L’émergence de nouveaux objets sur internet

  • Ariane BOUCHARD, adjointe à la responsable du dépôt légal des livres numériques (BnF),
  • Louise FAUDUET, cheffe du service multimédias et coordinatrice DLWeb pour le département de l’audiovisuel (BnF), Jérôme THIEVRE, ingénieur et chef de projet recherche et développement (INA),
  • Philippe MEZZASALMA, chef du service presse (BnF)

15h20-16h00 Table ronde : Archivage du web, le temps des expérimentations en France

  • Sara AUBRY, experte fonctionnelle (BnF),
  • Bruno BACHIMONT, directeur scientifique (INA),
  • Thomas DRUGEON, responsable du dépôt légal du web (INA),
  • Julien MASANES, président de l’Internet Memory Foundation

16h00-16h30 : Pause-café dans le foyer de l’auditorium

  • 16h30-16h55 La création du .fr Loïc DAMILAVILLE, directeur général adjoint de l’AFNIC

16h55-17h45 Table ronde : Éditeurs et sites web

  • Roei AMIT, directeur chargé du numérique (RMN / Culture CLIC),
  • Isabelle AVELINE, fondatrice du site zazieweb.com,
  • Alexandre GEFEN, fondateur du site fabula.org  (OBVIL),
  • Hervé LE CROSNIER, enseignant-chercheur (Univ. Caen / Web90),
  • Boris RAZON, directeur des rédactions de slate.fr – Sous réserve

17h45-18h10 Les 20 ans d’Internet Archive Brewster KALHE, président-fondateur d’Internet Archive – Sous réserve

18h20-18h30 Mot de conclusion

  • Emmanuelle BERMES, adjointe au directeur des services et des réseaux (BnF),
  • Agnès MAGNIEN, directrice déléguée aux collections (INA),
  • Eléonore ALQUIER, chargée de mission auprès de la directrice déléguée aux collections (INA)

Inscription

Entrée libre dans la limite des places disponibles. L’inscription, obligatoire, s’effectue à l’adresse ci-dessous :

https://www.eventbrite.fr/e/billets-il-etait-une-fois-dans-le-web-26558559366

La rencontre sera à suivre sur les comptes twitter @DLWebBnF @Inadlweb et sur le hashtag #20ansDLWeb

Accès

La manifestation aura lieu à la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Quai François Mauriac, 75013 Paris.

Pour y accéder :

• Par le métro : ligne 14 (station Bibliothèque François Mitterrand). La ligne 14 passe par la station Châtelet pour rejoindre le RER B vers l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle ainsi que par la station Gare de Lyon pour rejoindre le service de bus d’Air France vers l’aéroport.

• Par bus : lignes 89, 62, 64, 132, 325.

• En taxi, à proximité de la BnF : Taxi G7, rue Emile Durkheim (tel: 01 47 39 47 39)

Plan d’accès à la BnF : http://www.bnf.fr/documents/acces_site_mitterrand.pdf

Vigipirate

En raison du Plan Vigipirate niveau « alerte attentat », vous êtes priés de vous munir d’une pièce d’identité.
Merci de noter que l’entrée Ouest du site François-Mitterrand est fermée, et que seuls les bagages de gabarit dit « cabine » (55cm × 35cm × 25cm) sont acceptés dans l’enceinte des sites de la BnF.

Contact

Pour toute demande d’information complémentaire, vous pouvez écrire à depot.legal.web@bnf.fr

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Un nouveau parcours guidé pour les Archives de l’internet

festivals bannière

Un nouveau parcours consacré à La ronde des festivals sur le web vient d’être mis en ligne sur les postes des salles de recherche.

L’été est la saison des festivals, dont les thèmes de plus en plus variés attirent un public croissant, à la recherche de formes inédites d’échanges. Depuis la fin des années 90, les archives de l’internet accumulent des instantanés historiques sur cette effervescence. Elles contiennent des pages sur la plupart des festivals français et donnent à voir des concerts de rock, des spectacles de marionnettes, des scènes de théâtre ou encore des lectures de poésie … La diversité et l’insolite sont mis en valeur dans ce parcours qui définit le festival de façon extensive, comme un lieu de rencontres où sont célébrés le lien social et la participation du public sur place ou à distance. Le numérique offre aussi de nouveaux modes d’expression : des bandes annonces de films sont publiées en ligne tandis que l’art numérique se joue directement sur le web ; il est même des festivals qui n’existent que sur la toile.

Dans une approche chronologique, le parcours présente d’abord le point de vue des organisateurs. Les éditos des sites web montrent bien souvent leurs intentions et les enjeux : découvrir de nouveaux talents, défendre une cause, offrir des lieux de rencontres sont autant de raisons pour lancer une manifestation et attirer des publics. Il est aussi nécessaire de penser au financement, à la programmation, au choix des artistes et à la logistique. Autant de préparatifs qui restaient confidentiels avant l’apparition du web mais qui, désormais, sont mis au grand jour. La question du financement devient un sujet ouvert aux internautes, qui peuvent apporter une contribution directe en ligne à côté des subventions publiques. De façon plus pragmatique, les internautes peuvent facilement réserver leur billet en ligne ou trouver une place en covoiturage. Tout cela n’était pas envisageable avant l’apparition du web et transforme la vie quotidienne.

Les réactions des publics et la mémoire des événements ont également leur place en ligne. En contribuant à la démocratisation de la culture, les festivals suscitent débats et polémiques. Les forums, les blogs, les réseaux sociaux sont autant de formes éditoriales propres au web qui facilitent l’expression citoyenne à côté de celle de la presse. Les internautes peuvent voter en ligne pour faire pencher le choix des jurys vers telle ou telle œuvre. Enfin, nombreux sont les sites web qui archivent les programmes et les descriptifs des œuvres, pour permettre à un public plus vaste que celui qui a assisté aux festivals de partager ce plaisir artistique. Le web favorise ainsi une plus grande circulation des créations et une meilleure connaissance des artistes et contribue  à la démocratisation de la culture.

Treize parcours pour vous guider

Ce parcours guidé est le treizième mis en ligne. Les précédents portaient sur des sujets aussi divers que le web militant, les images amateurs, les journaux personnels, les carnets de voyage, la vulgarisation scientifique ou l’internet électoral, par exemple.

Tous ces parcours guidés des archives de l’internet sont des sélections parmi les très nombreux sites collectés par la BnF. Ils proposent, pour chacun des sites retenus, une centaine par parcours,  une description, une illustration et un lien direct vers une page intéressante dans les archives, à partir de laquelle il est possible de rebondir, dans le temps ou dans l’espace de la toile.

Ils ne prétendent pas à l’exhaustivité, mais ont pour but de faire découvrir la richesse et la variété des archives. Ils ont vocation à la fois à guider les recherches dans la masse considérable de données que proposent les archives et à montrer pour chacun des domaines commentés en quoi le web change la donne et la nature des sources de recherche.

Les Archives de l’internet ont 20 ans

Les Archives de l’internet fêtent cet année un double anniversaire : les 10 ans de la loi attribuant à la BnF, en partenariat avec l’INA, la responsabilité du dépôt légal du web et les 20 ans des archives proposées. La BnF conserve en effet des archives du web qui s’étendent de 1996 à aujourd’hui, soit plus de 668 To de données et 26 milliards de fichiers.

Pour tenter de remplir au mieux sa mission de collecte des sites web, le dispositif choisi par la BnF évolue sans cesse pour tenter de suivre les évolutions très rapides du web, et repose sur une solution mixte qui mêle deux modes d’entrée : des collectes dites larges les plus automatisées possibles et des collectes ciblées beaucoup plus fines mais limitées en taille. Les collectes larges sont réalisées une fois par an à partir de la liste de tous les sites en .fr fournie par l’AFNIC et des listes de quelques autres hébergeurs, ce qui a donné environ 4,5 millions de sites lors de la dernière collecte à l’automne 2015. Ce mode de capture entièrement automatisé est la meilleure façon de collecter le tissu du web, c’est-à-dire les pages mais aussi les liens entre elles. Mais il a aussi des défauts : la profondeur de la capture est souvent insuffisante, les sites personnels et les blogs ne sont souvent pas collectés.

C’est la raison pour laquelle a été ajouté un deuxième mode d’entrée, les collectes ciblées, qui ont pour but de repérer plus précisément les sites qui pourraient échapper à la collecte large. Ce sont des collectes beaucoup plus limitées en nombre mais qui permettent de constituer des archives plus complètes, plus profondes et plus fréquentes. Elles sont lancées à partir de listes de sites repérés par des bibliothécaires spécialistes de chaque discipline, ainsi que des universitaires ou des partenaires extérieurs. À ce jour près de 39 000 sites sont ainsi archivés via les collectes ciblées, parmi lesquels de très nombreux blogs et sites personnels.

Des accès de plus en plus nombreux

Afin de protéger les auteurs et producteurs de sites et d’éviter tout risque d’utilisation non souhaitée, les Archives de l’internet ne sont pas mises en ligne, leur consultation ne peut s’effectuer qu’après accréditation dans les salles de Recherche de la BnF, à Tolbiac mais aussi à Richelieu et tous les autres sites de la BnF.

Mais vingt-six pôles associés, dans toutes les régions de France et d’outre-mer, ont également vocation désormais à les proposer dans leurs collections. La carte de ces accès distants s’étoffe au fil des mois et compte déjà onze bibliothèques ou établissements partenaires.

Les Archives de l’internet sont encore peu consultées par les chercheurs, alors même qu’elle pourraient devenir des sources principales ou complémentaires très appréciables dans des disciplines très variées.

Au-delà des parcours guidés, de nouveaux outils permettant un mode d’accès plus précis à ces sources devraient être mis en place à partir de la rentrée pour faciliter l’exploration et l’exploitation par la recherche de ce patrimoine d’un genre nouveau.

Christine Genin

Littérature française contemporaine, dépôt légal du web et valorisation en ligne au Département Littérature et art, Bibliothèque nationale de France

More Posts