Archives par mot-clé : Cartes et plans

Offre d’emploi : magasinier(e) de bibliothèque

Logo Société de géographie
Logo Société de géographie

Descriptif du poste

La Société de géographie a choisi, en 1942, de déposer au département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France sa collection patrimoniale de cartes, ouvrages et photographies. A ce titre, elle recherche un magasinier, recruté en CDI qui sera mis à disposition de la BnF à temps complet.

Missions et activités permanentes

Dans le cadre du service public :

  • communiquer les documents en salle de lecture aux lecteurs
  • assurer des fonctions de surveillance en salle de lecture
  • assurer le rangement des documents en magasin

Dans le cadre du travail interne :

  • effectuer les opérations de conditionnement et d’équipement des entrées courantes (estampillage, rondage) et celui des collections patrimoniales
  • participer au mouvement et au conditionnement de collections
  • participer aux transferts de collections entre la Société de géographie et la BnF et aux transferts entre les sites de la BnF
  • prendre en charge le circuit de numérisation
  • participer aux chantiers de récolement et d’estampillage et d’amélioration des données du catalogue
  • participation au circuit de reproduction (suivi des commandes)
  • recherches ponctuelles pour le compte de la Société de Géographie.

Activités spécifiques

Préparation du transfert des collections sur le site de Richelieu dans environ un an

Domaines de compétences

  • Rigueur et méthode
  • Goût pour le travail en équipe
  • Intérêt pour les collections

Contraintes spécifiques

  • Port de charges
  • Travail du samedi par roulement

Lieu de travail 

Bibliothèque nationale de France, site Tolbiac (actuellement) et site Richelieu (déménagement prévu en 2022)

Horaires et avantages

  • 36 heures par semaine (du lundi au vendredi et un samedi par mois environ)
  • 13e mois
  • Complémentaire santé : Uni-prévoyance.

Renseignements auprès de

Calendrier

  • Les candidatures sont reçues jusqu’au 30 octobre par mail aux 3 adresses ci-dessus
  • Le poste est à pourvoir au 1er décembre 2020

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

4000 cartes par jour : des réseaux de neurones artificiels pour récupérer les géodonnées du passé

La BnF accueille des chercheurs qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Rémi Petitpierre, mastérant de l’École polytechnique fédérale (EPFL) a été accueilli au département des Cartes et plans, pour son projet sur la vectorisation automatique des cartes 1.


Imaginons une intelligence artificielle capable de récupérer des siècles d’histoire urbaine. Imaginons des politiques informées par des millions de cartes historiques. Imaginons une promenade dans l’Exposition universelle de 1889, dans la Rome de Nolli, dans l’Inde coloniale. Imaginons l’apparition de mondes miroirs, reflets numériques tangibles basés sur les big datas du passé. Ces mondes, qui pourraient être peuplés artificiellement par nos aïeuls prendraient place dans un univers 4D, à travers l’espace et le temps.

Récemment, la Bibliothèque nationale de France et le laboratoire d’Humanités digitales de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont franchi un premier pas dans cette direction en développant une technologie basée sur les réseaux de neurones convolutifs, complexes entrelacs de fonctions mathématiques dont le fonctionnement s’approche du cortex visuel humain. Ce projet expérimental a permis d’établir un moteur de recherche spatio-temporel, baptisé Jadis, basé sur près de 350 cartes de Paris issues des collections de la BnF.

À la base de ce projet, les collections cartographiques numérisées de la BnF. Grâce à la numérisation, l’objet carte est enregistré sous la forme de pixels. Pour autant, pour l’ordinateur, l’image virtuelle de la carte n’a aucun sens. Seules ses qualités visuelles existent numériquement, mais les informations géographiques s’effacent. Malgré sa numérisation, la carte, si riche en informations, n’est réduite qu’à une photographie, un objet d’art. La technologie implémentée à la BnF, appelée segmentation sémantique, révolutionne ce paradigme. Le réseau de neurones artificiels identifie en effet les objets géométriques de la carte, comme les rues, les îlots, les cours d’eau et leur attribue une classe ou un label. L’assemblage hétéroclite qui, selon les cartes, se retrouve représenté par des ondelettes noires, des hachures bleues ou un blanc homogène peut désormais être identifié par l’ordinateur comme la Seine. En définitive, cette segmentation sémantique permet de rendre la carte numériquement intelligible avec une exactitude étonnante. Sur près de 1500 cartes parisiennes des collections de la BnF et de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP), plus de 96% des pixels sont classés correctement, lorsque l’on cherche à identifier les rues et les îlots urbains.

Aucune magie n’est à l’œuvre pourtant. Les réseaux de neurones convolutifs ne sont en effet intuitivement qu’une suite de filtres qui, comme ceux que l’on utilise quotidiennement sur nos photos ou sur Instagram, accentuent certaines qualités visuelles ou certaines couleurs de l’image. La différence principale réside dans le fait que ces filtres et les poids correspondants sont optimisés automatiquement au terme d’une phase d’entraînement du réseau. Durant son apprentissage, une succession d’exemples d’entraînement composés d’une image (question) et d’un label (réponse) sont soumis au réseau. En fonction de la prédiction obtenue, les poids du réseau sont réajustés pour optimiser la performance, dans un processus de rétro-propagation. L’efficacité de cet apprentissage est capitale pour déterminer l’applicabilité de la technologie dans des cas concrets, au-delà du contexte théorique. Pour certains problèmes, l’entraînement requière plusieurs millions d’exemples et le temps d’apprentissage se compte en mois. Dans le cas présent cependant, une solution technologique pratique a pu être développée. Un processus de pré-entraînement dans lequel un réseau spécialiste, par exemple déjà entraîné sur Paris, est transformé en un réseau générique en lui présentant des exemples plus variés issus de villes du monde entier a été implémenté. Grâce à cela et à d’autres améliorations, le nombre d’exemples d’apprentissage a été considérablement réduit, à seulement 120 exemples. L’apprentissage, qui ne doit être effectué qu’une seule fois, dure moins de 1h40. Le passage d’un réseau générique à un réseau spécialiste mais plus précis est aussi possible directement, par exemple pour développer un réseau spécialiste des cadastres napoléoniens.

Fonctionnement du réseau de neurones

Dans de nombreux cas cependant, cela n’est pas nécessaire. En effet, plus encore que le résultat et l’efficacité, c’est la généricité de la technologie qui surprend. Les réseaux de neurones sont en effet capables de dépasser les représentations visuelles de base, comme la couleur et la texture, sans les écarter et d’implémenter des stratégies complexes, basées sur la morphologie, la topologie et la hiérarchisation sémantique. Ces mécanismes uniques expliquent la suprématie de ces technologies et surtout leur très grande flexibilité représentationnelle. Un réseau de neurones peut ainsi identifier un même objet, représenté de manière très différente dans un ensemble hétérogène de cartes. Semblablement, il est aussi possible de différencier des objets sans distinction figurative grâce à leur contexte. Et ces performances savent aussi s’affranchir des biais occidentaux. En étendant les essais à 256 cartes historiques représentant quelques 182 villes différentes dans 90 pays du monde, l’exactitude des résultats reste pratiquement inchangée, malgré la grande diversité des figurations et des formes urbaines. Ainsi, les rues historiques de Marseille, Rome, Tokyo ou encore Calcutta ont pu être extraites automatiquement, sans aucune intervention humaine. Sur une carte graphique récente –ce composant de votre ordinateur qui vous permet également de jouer aux jeux vidéos–la technologie permet de traiter en moyenne une carte toutes les 20 secondes, soit plus de 4000 par jour !

Segmentation sémantique du Nouveau Plan de la Rome Moderne, par Nolli et Ruga, 1818. En blanc le réseau viaire, en rouge le contenu cartographique autre, en gris le cadre de la carte. Nolli, Giovanni Battista, et Pietro Ruga, ‘Nuova Pianta Di Roma Moderna’ (Rome, Italie: Publicata a spese di Venanzio Monaldini, 1818).

Ces géodonnées sémantisées représentent une inestimable source d’informations sur l’histoire urbaine des villes qui pourraient, à l’avenir, nourrir des simulations d’urbanisation, résoudre des problèmes de mobilité, informer architectes et urbanistes sur le passé d’un quartier et évidemment contribuer significativement à la création de mondes miroirs 4D pour l’éducation, les musées, l’industrie cinématographique et les jeux vidéos. Alors que la population converge vers les villes-monde, nous manquons toujours d’outils scientifiques permettant de simuler l’impact des politiques publiques. De tels modèles pourraient, à terme, être nourris par l’évolution de milliers de cités pendant des siècles.

La sémantisation des cartes les rend également plus facilement cherchables et manipulables numériquement. Plus de 300 cartes de Paris ont ainsi pu être réalignées automatiquement sur des coordonnées géographiques actuelles, sans intervention manuelle. Grâce aux ilots extraits, la morphologie du tissu urbain peut en effet être appariée d’une carte à l’autre et avec les géodonnées actuelles avec une grande précision. Les déformations naturelles de la carte, dues à l’usure, à l’humidité ou à un entoilage, ainsi que les déformations d’origine dues à des imprécisions de relevés ou aux choix artistiques des cartographes de l’époque peuvent également être corrigées automatiquement en se basant sur un référentiel contemporain.

Ce processus de traitement des cartes représente un saut qualitatif en matière d’interopérabilité des données patrimoniales. À terme, cette technologie devrait en effet permettre de tisser des liens entre des sources historiques jusqu’ici disjointes : plans cadastraux, registres fonciers, minutes notariales ou archives paroissiales. Un projet pilote d’intégration complète des données est notamment en cours sur le cas de Lausanne. D’ici quelques années, il devrait donc être possible de lancer une recherche historique sur internet en sélectionnant un immeuble et de connaître toutes les attributions antérieures du bâtiment. Il sera possible de découvrir les déménagements de vos ancêtres sur 10 générations et d’explorer leur réseau social aussi simplement que sur facebook. Les ingénieurs pourront visualiser les réseaux souterrains oubliés pour installer la fibre plus rapidement. Les architectes pourront économiser des mégalitres de béton en exploitant des fondations pré-existantes. Les historiens pourront conquérir le passé.

Et l’essor des humanités digitales ne fait que commencer.

Pour aller plus loin

  • Petitpierre, Rémi, ‘Neural Networks for Semantic Segmentation of Historical City Maps: Cross-Cultural Performance and the Impact of Figurative Diversity’ (EPFL, Lausanne, 2020)  <dx.doi.org/10.13140/RG.2.2.10973.64484>.
  • JADIS Paris <bnf-jadis.github.io>
  • Kaplan, Frederic, et Isabella di Lenardo, ‘The Advent of the 4D Mirror World’, Urban Planning, 5.2 (2020), 307–10 <doi.org/10.17645/up.v5i2.3133>.
  • Long, Jonathan, Evan Shelhamer, et Trevor Darrell, ‘Fully Convolutional Networks for Semantic Segmentation’, in Proceedings of the IEEE Conference on Computer Vision and Pattern Recognition, 2015, p. 3431–40 <arxiv.org/abs/1411.4038>.
  1. Voir son mémoire qui a obtenu la meilleure note attribuable par l’École, Neural networks for semantic segmentation of historical city maps: Cross-cultural performance and the impact of figurative diversity, Lien DOI: 10.13140/RG.2.2.10973.64484. []

Petitpierre Rémi

Ingénieur de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Humanités digitales travaillant actuellement sur le projet Lausanne Time Machine.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Appel à communications : Du jardin vers le monde et du monde au jardin : la cartographie et l’histoire naturelle. date butoir : 20 mars 2020

Partie méridionale de l’Afrique sur les observations de François Levaillant, 1790. – Détail

La commission histoire du Comité français de cartographie organise une journée d’études Du jardin vers le monde et du monde au jardin : la cartographie et l’histoire naturelle le 4 décembre 2020 sur les relations entre la carte et l’histoire naturelle, qui se tiendra au Muséum d’histoire naturelle grâce à un partenariat avec la Direction des bibliothèques et de la documentation du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Argument

Les jardins naturalistes, botanique et zoologique, partagent avec la cartographie la volonté de décrire le monde de manière à la fois exhaustive et ordonnée. Les échelles, les matériaux, les apparences de la représentation sont certes différents. Mais il s’agit bien, dans la carte comme dans le jardin, d’élaborer une image du monde qui puisse être lisible par tout un chacun. Cartes et jardins font partie de ce grand effort scientifique qui consiste à faire voir et faire comprendre le monde et ses espaces, naturels et humains.
La journée d’études organisée conjointement par la Commission « Histoire » du Comité Français de Cartographie et la Bibliothèque du Muséum National d’Histoire Naturelle se propose d’explorer les rapports qui se sont noués entre la cartographie et le jardin, notamment au Jardin des Plantes, du point de vue de l’acquisition, de l’organisation, de la représentation et de la diffusion des connaissances naturelles. La période étudiée pourra remonter aux origines médiévales de l’activité de collecte et de description du monde naturel, mais on insistera surtout sur les périodes modernes et contemporaines liées à l’institution du Jardin des Plantes et à son fonctionnement jusqu’à nos jours.
Deux directions sont à envisager : celle qui conduit du jardin vers le monde ; celle qui ramène, pour ainsi dire, le monde vers et dans le jardin.
La cartographie est engagée à des titres et sous des formes multiples dans les opérations de description et de représentation des mondes naturels et humains. De la géologie à l’ethnographie, de la botanique à la zoologie : c’est l’ensemble du champ d’investigation ouvert aux naturalistes qui est devenu le théâtre de la mise en œuvre des opérations cartographiques. 
Il s’agirait alors, dans les contributions à cette Journée d’étude, d’analyser dans un premier temps les diverses façons dont les cartes, aux côtés des archives et autres documents de terrain, ont été mobilisées dans la construction des connaissances naturalistes. Les échelles, les supports matériels, les sémiologies, les modes d’écriture, mais aussi les usages, qui peuvent parfois différer du tout au tout, feront l’objet d’un intérêt particulier. Autrement dit : à quoi servent les cartes sur le terrain naturaliste et comment sont-elles conçues, fabriquées, utilisées, à quelles fins ?
Mais on aimerait également, dans un second temps de cette Journée d’études, pour ainsi dire symétrique au premier, envisager le jardin comme une sorte de carte. Le jardin propose à ses visiteurs et usagers une représentation synthétique, et accessible, des mondes naturels dont les échantillons sont parvenus jusqu’à lui et y ont été rassemblés. Mais le jardin est d’abord un espace, lui-même projeté et fabriqué, entretenu et transformé. A quelles fins ? Sous quelles formes ? L’espace du jardin a été chargé, en quelque sorte, de la mission de faire voir le monde sous ses différentes espèces. Mais comment ses concepteurs, ainsi que les savants y travaillant, ont-ils assumé cette charge ? Autrement dit : quelle(s) carte(s) du monde naturel ont-ils élaboré et diffusé par l’intermédiaire du jardin ?
A cet égard, on accueillera de façon privilégiée les contributions qui sont reliées au Jardin des plantes, et à la documentation cartographique qui est conservée dans ses bibliothèques.

Modalités pratiques

Les propositions de communication (environ 1500 signes), accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 20 mars à l’adresse suivante : catherine.hofmann@bnf.fr.

Le comité de sélection communiquera les résultats de l’appel à communication au plus tard le 30 mai 2020.

Les communications retenues auront vocation à être publiées dans un numéro de la revue du Comité français de cartographie, Cartes & Géomatique, au courant de l’année 2021.

Organisateurs

  • Comité Français de Cartographie (commission ‘histoire’)
  • Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Globes et sphères : deux mille ans d’histoire (7/6)

Dans le cadre de l’exposition « Le Monde en sphères » et avec le soutien du Comité français de Cartographie, la BnF organise le 7 juin 2019 un symposium qui porte sur les objets qui sont au cœur de l’exposition : les globes et sphères armillaires, instruments scientifiques et œuvres d’art marqués par une histoire pluriséculaire.

L’histoire de ces objets, qui ont incarné pendant plus de 2 000 ans le modèle sphérique de l’univers, peut être abordée sous de nombreux aspects : conception et production matérielle, cartographie terrestre ou céleste, diffusion et usages, symbolique et représentation dans les arts.

La journée d’étude se propose de porter un regard diachronique sur ce patrimoine trop souvent méconnu.

PROGRAMME

9h00 Accueil

9h15   Ouverture par Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France et Catherine Hofmann, co-commissaire de l’exposition, conservatrice en chef au département des Cartes et plans de la BnF

Première session : L’invention du modèle et sa transmission en Orient et en Occident

Président de session : François Nawrocki, co-commissaire de l’exposition, directeur-adjoint de la bibliothèque Sainte-Geneviève

9h45    James Evans, historien de l’astronomie, University of Puget Sound (USA)

Globes et cadrans solaires : avec une attention particulière à une statuette d’Atlas portant une sphère creuse trouvée à Tor Paterno (Latium)

10h15 Elly Dekker, historienne des modèles et instruments astronomiques

The celestial globe of Gerbert of Aurillac: its place in the history of celestial cartography

10h45 pause

11h00  Taha Yasin Arslan, chercheur à l’université Medeniyet, département d’Histoire des sciences (Istanbul)

Seizing the Heavens: Making Celestial Globes

11h30  Anna Caiozzo, professeur d’histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne

L’imaginaire de la sphère dans la culture visuelle du monde musulman médiéval

Deuxième session : L’évolution du modèle et sa diffusion a l’époque moderne

Présidente de session : Hélène Richard, conservateur général honoraire des bibliothèques

14h00  François Nawrocki

L’Amérasie du Globe doré : invention et déconstruction d’un continent (1526-1538)

14h30  Anthony Turner, historien des sciences

Globes et horloges : prolégomènes à une analyse historique

15h00  Martin Vailly, doctorant en histoire, European University Institute – EHESS

La sphère et son manuel : les globes terrestres en tension entre théories et matérialité (1660-1715)

15h30 pause

 15h45 Catherine Hofmann et Eve Netchine

Le globe du Dauphin (1789) : archaïsmes et modernité d’un objet gigogne

16h15  Jan Mokre, directeur du département des Cartes et du musée des Globes, Österreichische Nationalbibliothek

The development of new types of terrestrial globes in the 19th and early 20thcenturies

 17h – 19h Visite de l’exposition par groupes de 15 personnes (sur inscription préalable le jour même)

Informations pratiques

Edme Mentelle, Jean Tobie Mercklein, Globe terrestre et céleste pour l’éducation du dauphin, 1786-1789.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Monde en sphères

Argument

Le globe est un objet familier, profondément ancré dans l’imaginaire de chacun. Un objet d’art et de savoir qui a incarné au fil des siècles la vision sphérique du monde. Comment appréhender aujourd’hui l’univers tel qu’il était connu et imaginé avant Copernic, avant Newton, avant les révolutions scientifiques et la conquête spatiale ? Initialement présentée au Louvre Abu Dhabi, l’exposition conçue par la BnF retrace 2500 ans d’une histoire des sciences et des représentations du ciel et de la Terre. De l’Antiquité à nos jours, de la conception d’un monde sphérique clos centré sur la Terre à celle d’un univers infini en perpétuelle évolution, elle tisse les fils qui relient la quête de savoir à la science et à l’imaginaire d’aujourd’hui. Un voyage exceptionnel rendant hommage aux savants qui ont approché, de sphères en sphères, de cercles en ellipses, la modélisation d’un cosmos qui n’a pas fini de livrer ses secrets.

Près de 200 œuvres remarquables composent un parcours qui place en son cœur ces objets nobles et fascinants que sont les globes et les sphères. Les pièces exposées sont issues des collections de la BnF et d’institutions prestigieuses parmi lesquelles le Centre Pompidou, le Centre national des Arts et Métiers, le Musée du Louvre ou encore le musée national des châteaux de Versailles et de Trianon…

L’exposition fait la lumière sur l’« invention » du modèle sphérique dans l’Antiquité gréco-latine. Au VIe siècle avant notre ère émerge une conception de l’univers fondée sur l’observation des mouvements cycliques du ciel, complétée par une intuition mathématique sur les propriétés de la sphère qui en font, aux yeux des savants et des philosophes, la forme la plus juste du cosmos. S’impose alors le modèle d’un monde clos composé de sphères concentriques portant astres et étoiles autour d’une Terre sphérique et immobile. Ce modèle est perfectionné par Ptolémée et matérialisé par les premiers globes. La plus ancienne sphère céleste connue, présentée dans l’exposition, date du IIe siècle avant J-C. La présence de la sphère dans les arts antiques illustre par ailleurs sa forte portée symbolique. En témoignent les figures récurrentes des Empereurs tenant un globe – le monde – en leurs mains ou d’Uranie, muse de l’astronomie pointant sa baguette sur un globe suggérant l’influence des astres sur la destinée humaine.

Le parcours s’intéresse dans un second temps à la réception et l’évolution du modèle sphérique à l’époque médiévale dans le monde arabo-musulman et l’Occident chrétien. Ces deux aires de civilisation sont marquées par l’importance des sciences astronomiques. Le globe céleste comme l’astrolabe sont parmi les instruments scientifiques les plus répandus dans le monde islamique. Héritière des savoirs antiques, l’astronomie arabe se développe et se diffuse par les textes de savants comme Abd al-Rahman al-Sufi (Xe siècle). Dans l’Occident chrétien, le renouveau scientifique se fait pour l’essentiel par la voie arabe à partir du XIe siècle. Au XVe siècle, la traduction latine de la Géographie de Ptolémée et les premiers voyages d’exploration donnent une nouvelle impulsion à l’hypothèse sphérique et conduisent à la réalisation des premiers globes terrestres. Les conceptions antiques sont alors réinterprétées selon les croyances chrétiennes, comme le montre une abondante iconographie médiévale.

Le globe terrestre s’affirme ensuite comme modèle réduit de la Terre, à la faveur des explorations européennes et de la Renaissance des arts et sciences en Europe aux XVe et XVIe siècles. L’exploration des nouveaux mondes confirme la sphéricité de la Terre et précise sa géographie. Le globe est à la fois un outil au service des explorateurs et un moyen de restitution des nouvelles découvertes. Le fac-similé du globe de Martin Behaim de 1492, présenté dans l’exposition, témoigne ainsi des connaissances du monde avant la découverte de l’Amérique tandis que le « Globe vert » réalisé vers 1506 et attribué à Martin Waldseemüller est quant à lui le premier à représenter le « Nouveau Monde » et à le nommer « America ». Le triomphe du modèle sphérique en Europe s’incarne alors sous la forme de la paire de globes – terrestre et céleste – produite en série grâce à la gravure et largement diffusée dans la société. Sa représentation dans les arts se déploie alors avec une grande variété de sens symboliques : pouvoir, savoir, vanité des œuvres humaines, instabilité du monde…

Pour finir, l’exposition aborde la question de la révolution copernicienne et des bouleversements des sciences après Kepler, Descartes et Newton. L’héliocentrisme et la rotation de la Terre autour du Soleil, la gravitation universelle, la découverte de nouvelles planètes et satellites ou encore l’infinité de l’univers pensée par Bruno, Kant ou Laplace, vont à l’encontre de la théorie d’un univers clos constitué de sphères imbriquées. À partir du XVIIe siècle, les premières sphères héliocentrées cohabitent avec le modèle ptoléméen géocentré. Au fil des siècles et de l’évolution des connaissances, le globe s’enrichit, se transforme et devient un objet familier. La remise en cause de la place de la Terre au sein de l’univers s’accompagne paradoxalement d’une appropriation universelle de sa représentation en tant que sphère. La Terre a longtemps été imaginée depuis l’espace, faisant rêver savants et artistes, comme Jules Verne ou Méliès. Aujourd’hui, grâce notamment aux images satellites, son image est familière et sa force symbolique reste riche. Une image que les artistes contemporains, tels Alain Jacquet ou Thomas Hirschhorn, continuent d’interroger à la lumière des défis de notre époque. L’exposition présente, parmi ces pièces exceptionnelles, une quarantaine de globes et sphères souvent uniques, mis en concordance avec des œuvres d’une grande diversité qui en éclairent la production, les usages ainsi que la symbolique : vestiges archéologiques, monnaies et camées, traités manuscrits ou imprimés, mappemondes, estampes et peintures, œuvres contemporaines. Des dispositifs multimédias permettent d’explorer en détail quelques-unes de ces sphères et de pénétrer les mystères de leur conception et de leur fabrication.

Informations pratiques

  • Le Monde en sphères
  • 16 avril I 21 juillet 2019
  • Bibliothèque nationale de France, site
    François-Mitterrand , Galerie 2
  • Du mardi au samedi 10h > 19h
  • Dimanche 13h > 19h
  • Fermeture les lundis et jours fériés
  • Tarif plein : 9 euros (billet couplé 2 expositions : 11 euros)
  • Tarif réduit : 7 euros (billet couplé 2 expositions : 9 euros)
  • Gratuit avec le Pass BnF lecture/culture et le Pass Recherche illimité
  • Réservations FNAC au 0892 684 694 (0,34 euros TTC/min) et sur www.fnac.com

Commissariat

  • Catherine Hofmann, conservatrice en chef au département des Cartes et plans, BnF
  • François Nawrocki, conservateur en chef, directeur adjoint de la Bibliothèque Sainte-Geneviève

Publication

  • Le Monde en sphères, Catalogue de l’exposition, Editions de la BnF, 272 pages, 170 illustrations environ, 45 euros

Ressources en ligne

Dès l’Antiquité, les Grecs savaient que la Terre était ronde et l’imaginaient au centre d’un univers de sphères. Telle est l’origine des globes nés du savoir et de l’imagination des Anciens. Alors que des globes célestes furent créés dès le Moyen-âge, notamment dans le monde islamique, la production de globes terrestres se développa surtout à partir des grandes expéditions maritimes du temps de Christophe Colomb, permettant ainsi de diffuser les découvertes rapportées par les navigateurs sur les différentes régions du monde. Mêlant mythes et hypothèses anciennes aux plus récentes informations, les globes invitent au voyage, au commerce et à la découverte de nouvelles civilisations. Représentant à la fois la connaissance, le pouvoir et la richesse, ils sont aussi des objets d’art de grand raffinement, souvent représentés dans la peinture pour leur valeur esthétique et symbolique.

Le département des Cartes et plans de la BnF conserve l’une des principales collections au monde de globes terrestres et célestes anciens, composée de plus de 200 objets datant du XIe au XIXe siècle, d’origine européenne ou arabe. Cet ensemble, doté de pièces uniques du XVIe siècle, manuscrites ou gravées sur métal, illustrant les grandes découvertes, témoigne aussi du développement de la production imprimée au siècle d’or hollandais et de la diversification de la production européenne au siècle des Lumières. L’édition du XIXe siècle est également illustrée par quelques pièces remarquables et représentatives de l’évolution du genre, jusqu’au globe de la Lune de l’astronome Camille Flammarion (1896).

La numérisation en 3D de 55 globes de la collection de la BnF a été réalisée grâce au mécénat de compétence de la société japonaise Dai Nippon Printing Co., Ltd. et avec le mécénat de la Fondation d’entreprise Total. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter la page consacrée au projet.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les instruments scientifiques et les livres

Au moment de la publication du Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France par Anthony Turner avec Taha Arslan et Silke Ackermann (co-édition Brepols / BnF, 2018), il a semblé opportun de consacrer une journée d’étude à la place des instruments dans les bibliothèques et plus largement à la relation entre les livres et les instruments. Cette journée se tiendra à la Bibliothèque de l’Arsenal, qui fait partie, avec le département des Monnaies, médailles et antiques et celui des Cartes et plans, des trois départements de la BnF couverts par le catalogue.

Programme

  • 14 h : Accueil : Olivier Bosc, directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal, et Catherine Hofmann, conservatrice au département des Cartes et plans
  • 14 h 15 : The Circulation of Knowledge of Instruments in the Islamic World : Taha Y. Arslan, chercheur au département d’Histoire des sciences de l’université Medeniyet à Istanbul
  • 14 h 45 : L’Astrolabe et le livre en France au seizième siècle : Anthony Turner, historien indépendant
  • 15 h 15 : The Horary quadrant and the Book in mid-17th Century England : Jim Bennet, ancien directeur du Musée d’Histoire des Sciences, Oxford
  • 15 h 45 :  La Représentation des instruments dans la presse du XIXe siècle : Paolo Brenni, chercheur au CNRS-Italie, Président de la Scientific Instrument Society
  • 16 h 30 Pause
  • 17 h : La Pendule aux quatre continents de la bibliothèque de l’Arsenal : enjeux esthétiques et résultats d’une restauration : Sophie Nawrocki, conservatrice à la Bibliothèque de l’Arsenal, Jean Perfettini et Elisabeth Grall, restaurateurs
  • 17 h 30 : Examen commenté de la ‘Pendule aux quatre continents’ et/ou Présentation des instruments exposés issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques et du département des Cartes et plans
Couverture de : Mathematical Instruments in the collections of the Bibliothèque Nationale de France

Informations pratiques

  • Mardi 22 janvier 2019, 14h-18h30
  • Bibliothèque de l’Arsenal, 1, rue de Sully – Paris 4e
  • Entrée libre sur inscription 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Les Premiers voyageurs photographes, 1850-1914

Les Éditions de la BnF publient Les premiers voyageurs photographes : 1850 – 1914, coédité par la BnF, la Société de géographie et les éditions Glénat. Réalisé sous la direction d’Olivier Loiseaux, département des Cartes et plans, cet ouvrage présente des clichés pris sur le vif par des explorateurs photographes entre 1850 et 1914 et constitue une invitation au voyage, de l’Orient à l’Occident, en même temps qu’une histoire des débuts de la photographie.

Officiers, reporters ou savants, en mission ou en quête d’aventures personnelles, les premiers voyageurs photographes ont su, dès les années 1850, faire preuve d’une grande maîtrise technique dans des conditions souvent extrêmes. Véritable invitation au voyage, cet ouvrage nous entraîne sur les pas de ces infatigables explorateurs, à la découverte de civilisations et de contrées alors inconnues. Leurs clichés, rassemblés au sein des collections de la Société de géographie, ici mises en lumière, témoignent du talent de ces pionniers, nous offrant ainsi, en un tour du monde, une histoire de la photographie.

Informations pratiques

  • Sous la direction d’Olivier Loiseaux. Textes d’Olivier Loiseaux et de Gilles Fumey
  • Description : Broché, 1 vol. (240 p.) : 250 ill., 21 × 28,5 cm
  • Date de parution : 24 octobre 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-344-02773-8 / 9782344027738, 978-2-7177-2799-9 / 9782717727999
  • Éditeur : BnF Éditions : Glénat
  • Prix : 35 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Voyages en Scandinavie, du 5 octobre 2018 au 6 janvier 2019

Dans le cadre du Festival international de géographie qui met à l’honneur cette année les pays d’Europe du Nord, l’exposition Voyages en Scandinavie, au musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges, présente quelque 30 pièces d’exception – cartes, photographies et livres rares – , toutes issues des collections de la Bibliothèque nationale de France.

À l’époque où l’Europe découvrait le monde, ses régions nordiques étaient à peine plus connues que l’Amérique. Le Nord vint à trouver une identité géographique à travers le regard d’explorateurs, de voyageurs, de savants, d’aventuriers et de touristes qui en ont construit, au fil du temps, une représentation plus ou moins adéquate dans l’imaginaire collectif. L’exposition Voyages en Scandinavie se propose de saisir la profondeur historique de cette longue mise au point. Elle présente d’abord les premiers contours cartographiques donnés à cet espace et les récits de voyage qui commencent à s’intéresser aux peuples du Nord. D’une part, la Géographie de Ptolémée, traduite en latin au début du XVe siècle, est augmentée en 1427 d’une série de cartes modernes parmi lesquelles on trouve la première carte présentant l’Atlantique Nord comme une région à part. L’entreprise magistrale d’Olaus Magnus, auteur en 1539 de la première carte originale de la Scandinavie, naît ainsi d’une confrontation féconde à la référence ptoléméenne. D’autre part, au milieu du XVIe siècle,la domination espagnole et  portugaise sur le commerce maritime avec l’Orient via les routes de l’Atlantique Sud pousse les puissances émergentes, l’Angleterre et les Provinces-Unies, à rechercher une route alternative, le long des côtes scandinaves et sibériennes. Ces explorations s’accompagnent d’un effort cartographique sans précédent qui contribue à faire progresser la connaissance des régions septentrionales de l’Europe. 

L’histoire des voyages en Europe du Nord nous mène d’un espace hostile, froid, en proie à des forces redoutables à un territoire qui est progressivement découvert et étudié à l’époque des Lumières. Après avoir servi à rappeler à l’humanité les premiers stades de sa route vers la civilisation, les peuples du Nord deviennent un objet d’étude doté d’un intérêt propre. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le savoir ainsi accumulé est mûr pour produire de grandes synthèses académiques en histoire et géographie. Parallèlement, l’essor de la presse illustrée contribue à la diffusion de ces connaissances et à la vulgarisation des récits de voyages et d’explorations. L’Illustration et surtout Le Tour du monde, première revue illustrée exclusivement consacrée aux récits de voyages, qui paraît de 1860 à 1914 aux éditions Hachette, se font largement l’écho des voyages dans les pays nordiques et dans les terres arctiques, nourrissant l’imaginaire aventureux de ces régions. Au tournant du siècle, la poursuite des explorations a fini par combler les blancs sur la carte et seuls les pôles bénéficient encore de l’aura mystérieuse des espaces inconnus. La conquête polaire et la croisière arctique sont désormais les deux figures du voyage au Nord que déploient l’aventurier et son repoussoir, le touriste.

Commissariat

  • Éléonore Buffler, directrice du musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges
  • Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF
  • Cristina Ion, directrice adjointe au département des Cartes et plans, BnF
  • Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF
  • Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie, histoire,sciences de l’homme, BnF
  • Bertrand Tassou, chargé des collections de géographie au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF
  • Coordination scientifique : Gennaro Toscano, conseiller scientifique et culturel, BnF

Dans les collections

Chaque année, dans plusieurs établissements patrimoniaux en région, la BnF présente un « trésor » ou une sélection d’œuvres de ses collections, faisant ainsi partager à un plus large public ses richesses patrimoniales. Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec les collections locales, le programme « Dans les collections de la BnF » vise à développer de véritables partenariats avec d’autres institutions, dans les domaines scientifiques et pédagogiques. L’exposition présentée à Saint-Dié-des-Vosges permet à la BnF non seulement de mettre en lumière ses collections mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur sa bibliothèque numérique Gallica.

Pour aller plus loin

  • Le voyage en Scandinavie : anthologie de voyageurs, 1627-1914 / éd. établie par Vincent Fournier, Paris : R. Laffont, 2001, 1 vol. (XXXVIII-792 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 20 cm. (Bouquins).
  • The Northeast Passage: From the Vikings to Nordenskiold, 
    / [editor, Nils-Erik Raurala], Helsinki : Helsinki University Library : John Nurminen Foundation, 1992, 1 vol. (287 p.) : ill., cartes ; 35 cm.

Informations pratiques

  • Voyages en Scandinavie du 5 octobre 2018 au 6 janvier 2019
  • Musée Pierre-Noël, 11 rue saint Charles, 88100 Saint-Dié-des-Vosges

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

CartoMundi – Valorisation en ligne du patrimoine cartographique

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

http://www.cartomundi.fr/site/

Description

Pour aider les voyageurs, qu’ils soient  randonneurs ou automobilistes, les producteurs et diffuseurs de cartes et plans imprimés proposent des tableaux d’assemblage qui permettent de repérer la portion qui les intéresse d’un territoire cartographié à des échelles non reproductibles sur une seule feuille.

Exemples de tableaux d’assemblage de cartes Michelin

A l’autre bout de la chaîne éditoriale, les bibliothécaires emploient aussi des tableaux d’assemblage pour gérer et communiquer les fonds de leurs cartothèques, notamment pour identifier les cartes qu’ils possèdent.

Or, le site CartoMundi entend offrir des tableaux d’assemblages interactifs permettant de naviguer au sein du catalogue collectif des cartes et plans qu’il recense et de leurs reproductions. D’une certaine façon il a informatisé le travail auparavant effectué par les cartothécaires sur des fiches ou des tableaux imprimés. Ainsi, à partir d’un tableau d’assemblage virtuel, le public du site peut aisément identifier les cartes recensées par le site voire consulter leur version numérique quand les bibliothèques partenaires, dont la Bibliothèque nationale de France, ont procédé à leur numérisation.

Un accès cartographique géoréférencé permet aisément d’accéder au tableau d’assemblage d’un pays, d’une région, d’une ville pour ensuite visualiser le plus petit niveau de granularité produit par un éditeur de carte et possédé par une bibliothèque : à partir d’un planisphère interactif, un cadre permet de sélectionner la zone géographique recherchée.

Auteur(s)

  • Jean-Luc Arnaud, directeur de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique – CNRS, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – MMSH, laboratoire Telemme, Aix-en-Provence

  • Le programme est porté par un consortium coordonné par l’Université de Provence, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et le laboratoire Telemme, avec la collaboration de la Bibliothèque nationale de France et de l’Institut géographique national

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Bourse de recherche Louis Roederer 2018 attribuée à Pierre Guivaudon

La Bourse de recherche Louis Roederer pour la photographie est attribuée cette année à Pierre Guivaudon pour son projet de recherche intitulé Le Sahara projeté : les conférences avec projection de positifs sur verre données par les explorateurs photographes de l’Afrique du Nord à la Société de géographie (1875-1914). Grâce à cette bourse doté de 10 000 euros, la Maison Louis Roederer soutient le projets de recherche et de valorisation des collections de photographies de la BnF depuis 13 ans.

Laurence Engel, Présidente de la BnF, Pierre Guivaudon, lauréat, Eve Netchine, directrice du dépt. des Cartes et plans, et Michel Janneau, Secrétaire général de la Fondation Louis Roederer

Pierre Guivaudon

Doctorant en histoire contemporaine, Pierre Guivaudon va étudier les différents dispositifs de présentation et d’exposition des photographies d’explorateurs au sein de la Société de géographie, en particulier cette forme particulière de présentation qu’est la conférence projetée. Il établira plus précisément une étude régionale sur les représentations du Sahara par la photographie, à partir des plaques de verre conservées parmi les fonds de la Société de géographie, au département des Cartes et plans de la BnF.

La Fondation Louis Roederer, Grand Mécène de la Culture, soutient fidèlement depuis 2003 les expositions photographiques de la BnF et accompagne, grâce à cette bourse annuelle, des projets de recherche sur les collections photographiques conservées dans les différents départements de la Bibliothèque.

Pour cette édition 2018, le jury de la Bourse de recherche Louis Roederer était composé de représentants de la BnF parmi lesquels Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la Bibliothèque, ainsi que de Michel Janneau, Secrétaire général de la Fondation Louis Roederer, Florian Ebner, chef du Cabinet de la photographie du Musée national d’Art moderne et Eric de Chassey, directeur de l’Institut National d’Histoire de l’Art.

A propos de Louis Roederer

Fondée en 1776 à Reims, Louis Roederer est une maison familiale et indépendante présidée par Frédéric Rouzaud. Outre la production du champagne Louis Roederer et de Cristal, Louis Roederer possède également le  champagne Deutz, le Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande (Grand cru classé de Pauillac), les Châteaux Haut-Beauséjour et Pez (Saint-Estèphe) et la Maison Descaves, à Bordeaux ; les Domaines Ott en Provence, La Maison Delas Frères dans la Vallée du Rhône, Roederer Estate, Scharffenberger et le domaine Anderson en Californie, le Porto Ramos Pinto au Portugal.

Louis Roederer, élevé au rang de Grand Mécène de la Culture, crée la « Fondation Louis Roederer pour l’art contemporain » en 2011 afin de structurer et pérenniser la politique de mécénat menée par la Maison depuis 2003 auprès de grands institutions culturelles et d’artistes confirmés ou émergents.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Table ronde : Une carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville

Le département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France organise une table ronde à l’occasion de la parution de l’ouvrage Une carrière de géographe au siècle des Lumières Jean-Baptiste d’Anville.

Une carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville

Véritable « Strabon français » pour ses contemporains, Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782) est l’auteur d’une œuvre cartographique considérable qui a renouvelé en profondeur la cartographie du monde. Pour la première fois, une monographie qui s’appuie sur les recherches d’une dizaine de spécialistes internationaux lui a été consacrée.

Par Catherine Hofmann et Lucile Haguet, directrices de l’ouvrage, conservatrices à la BnF et à la bibliothèque du Havre, avec la participation de plusieurs contributeurs de l’ouvrage.

Informations pratiques

Mercredi 26 septembre 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France, site Richelieu – Salle Émilie du Châtelet
Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr 58, rue de Richelieu, Paris 2e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Une carrière de géographe au siècle des Lumières Jean-Baptiste d’Anville

Véritable ‘Strabon français’ pour ses contemporains, Jean-Baptiste d’Anville est considéré comme l’un des plus grands géographes des Lumières. Ce livre, fruit du travail d’analyse d’une dizaine de spécialistes internationaux, fondé sur des sources nombreuses et souvent inédites, est la première monographie à lui être consacrée.

L’ouvrage est le fruit du programme de recherche « Un cabinet savant à l’époque des Lumières : cartes, archives et manuscrits du géographe du roi Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782) » mené dans le cadre du plan triennal de la recherche de la BnF pendant les années 2010-2012 et 2013-2015, par Lucile Haguet, sous la direction de Catherine Hofmann.


Comment cet inconnu, fils de tailleur parisien, se retrouve-t-il à vingt-deux ans géographe du roi et précepteur du jeune Louis XV ? C’est ce parcours extraordinaire que retracent les auteurs de cet ouvrage, en reconstituant le réseau qu’il a su se créer tout en s’assurant la protection des ducs d’Orléans sur trois générations et l’intérêt de la couronne portugaise. Au fil des chapitres se révèle l’impressionnante habileté intellectuelle de d’Anville, capable de satisfaire les exigences de ses mécènes sans trahir ses sources, conservant son intégrité de savant malgré la pression des enjeux diplomatiques. Sans quitter son cabinet parisien, par le seul exercice d’une critique aiguisée et d’un croisement systématique des sources (textes anciens, récits de voyage, mesures astronomiques, informations orales…), d’Anville remodèle les contours du monde ancien et moderne, avec une exactitude qui sera validée par les mesures de terrain a posteriori.

Ce livre dresse un portrait tout en nuances d’un géographe de cabinet au siècle des Lumières. Penché derrière l’épaule du savant, le lecteur découvre comment il élabore très tôt une rigoureuse méthodologie de travail, bâtit sa carrière, constitue l’une des plus grandes collections de cartes du XVIIIe siècle, et influence jusqu’à nos jours la représentation du monde et de ses frontières.

Sommaire

  • Laurence Engel, Préface
  • Christian Jacob, Avant-propos
  • Lucile Haguet et Catherine Hofmann, Introduction générale
  • I. Faire carrière au dix-huitième siècle
    • 1. Participer à l’éducation des princes : d’Anville et son élève Louis XV (1718-1730), Pascale Mormiche
    • 2. Elargir ses réseaux, diversifier ses commandes : les travaux de d’Anville pour la couronne portugaise, Júnia Ferreira Furtado
    • 3. Convaincre ses mécènes: un plan d’affaire prévisionnel pour faire commerce de cartes, Mary Sponberg Pedley
  • II. Dessiner le monde depuis sa chambre
    • 1. La bibliothèque cartographique, outil de travail du géographe de cabinet, Lucile Haguet
    • 2. Une ‘science de pure érudition’, la géographie critique et comparée selon Jean-Baptiste d’Anville, Georges Tolias
    • 3. L’utilisation des sources orientales par Jean-Baptiste d’Anville, Jean-Charles Ducène
    • 4. Jean-Baptiste d’Anville et la cartographie de l’Amérique du Nord, Jean-François Palomino
  • III. La réception de l’œuvre de d’Anville
    • 1. Entre publicité, débat scientifique et vulgarisation: Jean-Baptiste d’Anville dans les journaux, Nicolas Verdier
    • 2. D’Anville, Gibbon et l’espace des empires : la réception britannique du géographe français à travers l’exemple de l’historien anglais, Robert Mankin
    • 3. L’appropriation des cartes de d’Anville dans le monde luso-brésilien : mémoire toponymique et stratégie diplomatique dans la région amazonienne, 1798 et 1904, Iris Kantor
  • IV. La réception institutionnelle, patrimoniale et symbolique d’un ‘grand homme’
    • 1. Splendeur et décadence d’un ‘grand homme’ : réception et postérité de d’Anville et son œuvre, Lucile Haguet
    • 2. La ‘collection d’Anville’ au ministère des Affaires étrangères (1772-1828) : modalités et enjeux d’une appropriation, Catherine Hofmann
    • 3. D’Anville et la Bibliothèque royale/nationale : forces et ambiguïtés d’un héritage, Catherine Hofmann
  • Conclusion : célèbre et méconnu – un géographe réévalué, Jean-Marc Besse
  • Annexes
  • Bibliographie
  • Index

Informations pratiques

Description : Broché, 528 pages, 90 illustrations, 15,6 x 23,4 cm
Date de parution : 14 mai 2018
ISBN/EAN : 978-2-7177-2653-4 (BnF) / 9782717726534 / 978-0-7294-1209-4 (Voltaire)
Editeurs : Coédition BnF Éditions / Voltaire Foundation
Collection : Oxford University Studies in the Enlightenment ; 2018.05
Distributeur : BnF Éditions
Disponibilité : Disponible
Prix : 89 € : 87 £
Pour les résumés en anglais, voir ici
Pour pièces préliminaires, voir ici

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Captation : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ?

Les captations de l’après-midi d’étude Tableaux de la France : géographie – L’héritage de Paul Vidal de La Blache (1845-1918) tenue en 2017,  sont mises en ligne.

Considéré comme le fondateur de la géographie moderne française jusque dans les années 70, Paul Vidal de La Blache en a renouvelé le champ scientifique, social, politique. Il a contribué au développement de la cartographie moderne avec la conception d’une soixantaine de cartes physiques, humaines et politiques qui seront utilisées dans toutes les écoles de France et d’un Atlas innovant. Son « Tableau » présentait une description inédite du paysage français et il a institutionnalisé une discipline universitaire nouvelle et indépendante de l’Histoire. Un siècle plus tard, la figure de la France a changé. Quel est aujourd’hui l’héritage de l’œuvre et de la pensée vidaliennes ? En quoi ont-elles été innovantes ?

Conférence du 14 novembre 2017 : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ? Bernard Tassou, Olivier Loiseaux

51 min

Présentations

Olivier Loiseaux est Chef de service acquisitions et collections géographiques, au département des Cartes et plans.

Conférence du 14 novembre 2017 : Vidal de La Blache : quelles ouvertures contemporaines ? Marie-Vic Ozouf-Marignier, Marie-Claire Robic, Jean-Louis Tissier animée par Sylvain Allemand

91 min

Présentation

Le Tableau de la géographie de la France de P. Vidal de la Blache – Jean-Louis Tissier [fichier .pdf – 1356 Ko – 08/01/17 – 8 p.]

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La carte de l’Afrique australe de François Levaillant (1753-1824)

À l’occasion du festival international de géographie, la Bibliothèque nationale de France et le musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges présentent la carte de l’Afrique australe de François Levaillant : une œuvre spectaculaire, tant par son format monumental que par la précision de ses illustrations, réalisée au terme de voyages menés entre 1781 et 1784. Cette carte d’exception est aujourd’hui conservée au département des Cartes et plans de la BnF.


Partie Méridionale de l’Afrique depuis le Tropique du Capricorne jusqu’au Cap de Bonne Espérance contenant les Pays des Hottentots, des Cafres et de quelques autres Nations / dressée pour le Roi sur les observations de M. Le Vaillant par M. de Laborde, ancien premier valet de chambre du Roi, gouverneur du Louvre, l’un des Fermiers généraux de Sa Majesté

Au terme de ses deux voyages en Afrique australe, le naturaliste François Levaillant (1753-1824) rapporte une somme considérable d’observations sur les régions qu’il a traversées. Elles feront l’objet de nombreuses publications mais aussi d’une oeuvre remarquable : la carte de l’Afrique australe, conçue avec le marquis de Laborde (1734-1794) et offerte à Louis XVI, lui-même passionné par la géographie et les voyages d’exploration lointaine.

Cette carte de grand format (183 x 267 cm) se veut suffisamment vaste pour permettre d’y faire figurer des représentations réalistes de spécimens de la faune et de la flore. Les deux hommes s’entourent de spécialistes : Perrier pour le dessin cartographique et les talentueux Willem van Leen et Lebrecht Reinold pour les 66 vignettes et les 5 tableaux peints que comporte la carte.
Si la réalisation finale pêche parfois par inexactitude cartographique, elle est novatrice par la précision avec laquelle est représenté et situé chaque spécimen. Le format même du document ne répond pas
seulement aux caractéristiques de l’objet de pouvoir – une carte monumentale offerte à un puissant – , elle est aussi une nécessité pour le cartographe afin de représenter plantes et animaux dans une élégante miniaturisation et permettre dans le même temps leur exact positionnement géographique.
Recueil détaillé de la faune et de la flore de ces régions, cette carte exceptionnelle se présente ainsi comme l’un des tout premiers essais de cartographie biogéographique.
Cette présentation de la carte de l’Afrique australe de François Levaillant s’inscrit à double titre dans la programmation du Festival international de géographie qui met cette année à l’honneur l’Afrique du Sud et propose comme thème « Territoires humains, mondes animaux ».
La carte est visible sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Informations pratiques

La carte de l’Afrique australe de François Levaillant (1753-1824)
du 29 septembre au 1er octobre 2017
Musée Pierre-Noël
11 rue saint Charles
88100 Saint-Dié-des-Vosges

Commissariat :

Olivier Loiseaux, conservateur en chef au département des Cartes et plans, BnF
Éléonore Buffler, directrice du musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges

Conférence :

Vendredi 29 septembre 2017 à 18h, par Olivier Loiseaux au Musée Pierre-Noël.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les projections de vues sur verre à la Société de géographie (1875-1914)

Du 16 au 18 mars dernier, se tenait au Collège doctoral européen de Strasbourg, le colloque « Plaques photographiques, fabrication et diffusion du savoir » organisée par l’Université de Strasbourg.

La manifestation s’intéressait aux plaques photographiques utilisées pour l’enseignement et/ou la recherche dans le cadre scolaire, les universités et autres instituts spécialisés. Par-delà le repérage et l’inventaire des collections de plaques de verre, il paraît en effet important de comprendre l’usage qui en était fait, ces collections devenant les témoins privilégiés de l’histoire de l’enseignement universitaire autant que de la recherche. Les plaques de verre ont en effet été utilisées par une grande variété de disciplines au tournant des XIXe et XXe siècles. Ces objets s’avèrent donc particulièrement représentatifs d’un moment clef pour l’histoire des sciences et de leur enseignement académique. L’enseignement par l’image autant que l’image comme outil scientifique s’impose alors à des disciplines qui jusque-là n’y recourraient pas systématiquement.

A cette occasion, Olivier Loiseaux, Chef du service acquisitions et collections géographiques du département des Cartes et plans de la BnF, est intervenu pour évoquer Les projections de vues sur verre à la Société de géographie (1875-1914).

Son intervention a fait l’objet d’une captation vidéo publiée sur la chaîne Canal C2 de l’Université de Strasbourg (http://www.canalc2.tv/video/13812) ainsi que sur la chaîne Canal U, de la Fondation Maison des sciences de l’homme :

Contrairement à ce que l’on pourrait naturellement penser en imaginant que les collections photographiques de la Bibliothèque nationale de France sont conservées au département des Estampes et de la photographie, des trésors photographiques sont répartis dans d’autres départements dont celui des Cartes et plans qui abrite les plaques de verre de la Société de géographie. Ces dernières ont déjà fait l’objet d’opérations de valorisation comme par exemple au cours de l’exposition présentée à l’automne 2007 à la Galerie de photographie de la BnF1 et dont une version en ligne reste consultable :  Trésors photographiques de la Société de géographie, Paris : Bibliothèque nationale de France, [2007]. Disponible en ligne, url : <http://expositions.bnf.fr/socgeo/>.

Le site de la Société de géographie décrit le Fonds photographique riche de près de 100 000 épreuves sur papier et de quelque 43 000 plaques de verre qu’elle a confié à la BnF à l’adresse url : <http://www.socgeo.org/bibliotheque/fonds-photographique/>.


Image de Une : Yucatan [Lacandons]. 27, Statue de Tlaloc. Chichen / [mission] Charnay ; [photogr.] Charnay ; [photogr. reprod. par Molténi pour la conférence donnée par] Charnay. Disponible sur Gallica, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5965161w>.

  1. Olivier Loiseaux (dir.), Trésors photographiques de la Société de géographie,>[Paris] : Bibliothèque nationale de France : Glénat, 2006, 239 p. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts