Archives par mot-clé : Conservation/restauration

Poste de chargé d’études et de recherche sur le projet ESPyON

La Bibliothèque nationale de France (BnF) recrute un chargé d’études et de recherche pour 12 mois sur le projet « ElaStomères identifiés par Pyrolyse couplée à la GC-MS dans les cOllectioNs muséales (ESPyON) » sur un financement de la Fondation des sciences du patrimoine.

Continuer la lecture de Poste de chargé d’études et de recherche sur le projet ESPyON

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Alaa Zreik, doctorant à la BnF reçoit le Best RCIS 2021 Paper Award

Alaa Zreik 1 , doctorant à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et sa directrice de thèse Zoubida Kedad, ont été récompensés du Best RCIS 2021 Paper Award pour leur article Matching Conservation-Restoration Trajectories: an Ontology-Based Approach.

Continuer la lecture de Alaa Zreik, doctorant à la BnF reçoit le Best RCIS 2021 Paper Award
  1. Voir sa page sur le site de la Fondation des sciences du patrimoine, url : <http://www.sciences-patrimoine.org/chercheur/alla-zreik/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel

Mercredi 17 mars, Nathan Ferrandin-Schoffel soutiendra sa thèse intitulée : Renforcement et désacidification de papiers patrimoniaux par des réseaux de copolymères de polyaminoalkylalcoxysilanes. Mécanismes, stabilité et optimisation. Menée au Centre de Recherche sur la Conservation (CRC) et au Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI), elle a été réalisée en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF) et a été financée par la Fondation des Sciences du Patrimoine. Elle s’inscrivait dans la continuité du projet de recherche CoMPresSil : Conservation matérielle du papier de presse par les polysiloxanes1 également soutenu par la Fondation.

Résumé des travaux

L’acidité du papier est un problème majeur pour la préservation des collections graphiques. Certains ouvrages et papiers fabriqués industriellement entre la fin du XIXe et le début du XXe s, de qualité médiocre, sont devenus acides et fragiles, ce qui compromet souvent leur consultation. Afin de proposer une solution pour ces documents, des traitements à base d’aminoalkylalcoxysilanes (AAAS) copolymérisés, permettant simultanément la désacidification et le renforcement mécanique du papier, ont été développés. Ces traitements ayant fait leurs preuves sur certains papiers mais pas sur d’autres, il était primordial de mieux comprendre les résultats obtenus avant d’envisager leur usage par les professionnels de la conservation et de la restauration du patrimoine sur papier. Ces travaux de thèse ont permis d’approfondir la compréhension des interactions/réactions s’établissant entre les AAAS et le papier, et de mieux identifier les raisons réduisant l’efficacité du traitement. Pour cela, les traitements AAAS ont été appliqués à des papiers lignocellulosiques de compositions complexes. Parallèlement, l’évolution des caractéristiques physico-chimiques (pH, propriétés optiques et mécaniques) d’une large gamme de papiers traités a été étudiée sur plusieurs années. Enfin, plusieurs possibilités d’optimisation des traitements AAAS ont été évaluées, à savoir l’utilisation de pré-traitements du papier avec un agent désacidifiant ou réducteur, de catalyseurs de la polymérisation des polysiloxanes lors du traitement, ainsi que de séquences thermiques post-traitement.

Abstract

Acidity is a major issue in the preservation of paper-based collections. A number of paper documents of mediocre quality produced in the late 19th and early 20th century are very acidic and brittle, their public access hence being drastically restricted. To find a solution for these documents, treatments based on copolymerized aminoalkylalkoxysilanes (AAAS), which allow the simultaneous deacidification and mechanical strengthening of paper, were developed. As these treatments showed their efficacy for some papers but not for others, the results had to be better understood before a possible use by the conservation professionals.
This PhD dissertation advances our understanding of the interactions/reactions between AAAS and the cellulosic substrate, with a better identification of the parameters that reduce the treatment efficacy. To that purpose, AAAS treatments were applied to newsprint lignocellulosic papers of complex compositions. In conjunction, the evolution of the physicochemical properties (pH, optical and mechanical properties) of a large range of papers treated several years ago was studied. Finally, several options towards optimized formulations of the AAAS treatments were studied by using reducing and deacidifying agents as pre-treatments of paper, polymerization catalysts of polysiloxanes during the treatment, and thermal post-treatment sequencies.

Soutenance

  • Mercredi 17 mars 2021 à 14h, dans l’amphithéâtre de paléontologie du Muséum National d’Histoire Naturelle, au jardin des plantes à Paris.
  • En raison des règles sanitaires en vigueur, la soutenance ne pourra s’effectuer qu’en présence d’un public très restreint dans l’amphithéâtre. Une retransmission en visioconférence est donc prévue pour ceux qui souhaitent y assister. Un lien sera disponible ultérieurement à l’adresse suivante : http://www.sciences-patrimoine.org/2021/03/nathan-ferrandin-schoffel/.

Composition du jury

  • Pr Nathalie Steunou, rapporteure (Institut Lavoisier de Versailles)
  • Pr Gérard Mortha, rapporteur (Grenoble INP-Pagora)
  • Pr Bruno Fayolle, examinateur (laboratoire PIMM, Arts et Métiers, Paris)
  • Dr Ann Bourgès, examinatrice (C2RMF, Paris)
  • Pr Hervé Cheradame, invité (Université d’Évry-Val-d’Essonne)
  • Dr Anne-Laurence Dupont, directrice de thèse (CRC, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris)
  • Pr Odile Fichet, directrice de thèse (LPPI, CY Cergy Paris Université)
  1. Voir url : <https://bnf.hypotheses.org/516>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

A la recherche d’un format de conservation de la photo numérique : l’expérience de la BnF

Stéphane Reecht, chef de service de la Gestion centralisée des acquisitions, Bibliothèque nationale de France rend compte de l’expérience de la BnF dans la recherche d’un format de conservation de la photo numérique.

La présentation a eu lieu au cours des Journées professionnelles des patrimoines, tenues les 10 et 11 octobre 2019 et organisées par la direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture en lien avec l’Institut national du patrimoine. Elles avaient pour titre : Photographie numérique – Photographies numérisées : Problématiques patrimoniales. La numérisation, ma meilleure ennemie ?

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Retours d’expérience des Archives nationales et de la BnF sur la mise en place de leurs plans de sauvegarde des biens culturels

Céline Allain, spécialiste en conservation préventive, coordinatrice du plan de sauvegarde des collections de la BnF et Marie Courselaud, chargée de conservation préventive, Centre de recherche et de restauration des musées de France proposent les retours d’expérience des Archives nationales et de la BnF sur la mise en place de leurs plans de sauvegarde des biens culturels.

Cette présentation s’est tenue lors des 9e journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels intitulées Anticipez ! Connaître, prévoir, agir en conservation-restauration, et qui se sont tenues les 21 et 22 mars 2019.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La conservation des collections d’archives et de bibliothèques

Le Service interministériel des Archives de France a produit une série de films tutoriels courts, destinée aux professionnels des bibliothèques et des archives. Il s’agit d’outils pédagogiques qui ont comme objectif de permettre à ces derniers d’acquérir des notions de base en conservation préventive, et de leur fournir des informations utiles pour la gestion des collections dont ils ont la charge.
Cette première série aborde un sujet récurrent dans les services d’archives et de bibliothèques, celui de la contamination des locaux et des collections par les moisissures.

Tournés notamment à la Bibliothèque nationale de France et aux Archives nationales, ils mettent en avant les techniques et procédés mis en oeuvre par des experts et professionnels de la conservation-restauration, physico-chimistes et biologistes qui mettent leurs compétences au service de la sauvegarde du patrimoine national.

Episode 1 : Connaître et prévenir les moisissures

Cet épisode décrit succinctement ce qu’est une moisissure, son cycle de développement, les conditions favorables à sa germination et sa croissance, et les actions de conservation préventive à mettre en place pour éviter son apparition sur les collections d’archives et de bibliothèques.

Episode 2 : Comment gérer une contamination par les moisissures ? Les mesures 

Lorsque des moisissures apparaissent sur les collections d’archives et de bibliothèques, il est important de prendre rapidement les mesures adéquates pour enrayer leur développement et éviter qu’elles ne se propagent. Dans cet épisode, des conseils sont donnés pour une prise en charge rapide et efficace des collections et des locaux moisis.

Episode 3 : Comment gérer une contamination par les moisissures ? Les procédés

Dans cet épisode, sont décrits les procédés à utiliser ou à proscrire pour désinfecter des collections d’archives et de bibliothèques contaminées par les moisissures.

Au-delà de leur public destinataire, ces courts métrages donnent à voir les coulisses de ces grands établissements documentaires au public amateur comme à leurs usagers de leurs salles de lecture.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution mise à jour : Protection et mise en valeur du patrimoine des bibliothèques : recommandations techniques

En 1998, la Direction du livre et de la lecture avait assuré la coordination technique et la publication de l’ouvrage Protection et mise en valeur du patrimoine des bibliothèques : recommandations techniques.

Quelques décennies plus tard, le Service du livre et de la lecture a estimé que cet ouvrage de référence pour les professionnels nécessitait un important travail de refonte et/ou de mise à jour de certains chapitres (devenus obsolètes) et de rédaction de nouveaux textes portant sur des sujets et problématiques nouveaux, ou non traités dans l’ouvrage de 1998.

Assurant la coordination technique du projet, le Service du livre et de la lecture a constitué un groupe de travail chargé de mettre en œuvre et de coordonner le volet scientifique, avec l’aide de la Bibliothèque nationale de France. Tous les textes ont été rédigés par des experts en poste dans cette institution de référence en matière de conservation-restauration du patrimoine des bibliothèques.

Ce travail a été réalisé entre 2016 et 2019 par divers collègues de la Bibliothèque nationale de France sous la coordination de Philippe Vallas, adjoint au directeur du Département de la Conservation et celle d’Isabelle Bonnard, expert en restauration au sein du département, pour la partie restauration.

Certaines problématiques sont nouvelles par rapport aux recommandations initiales (conservation numérique plan d’urgence), voire inédites (désacidification).

Accès au document

Plusieurs textes sont consultables en ligne, sur les sujets suivants :

  • Dépoussiérage et entretien des fonds anciens, rares et précieux. 371 Ko

DÉPOUSSIÉRAGE ET ENTRETIEN DES FONDS ANCIENS.PDF

  • La désacidification de masse des documents écrits et graphiques. 413 Ko

DÉSACIDIFICATION DE MASSE.PDF

  •  La communication des documents patrimoniaux. 309 Ko

COMMUNICATION DES DOCUMENTS PATRIMONIAUX.PDF

  • La conservation des documents audiovisuels. 230 Ko

CONSERVATION DES DOCUMENTS AUDIOVISUELS.PDF

  •  La conservation des journaux. 698 Ko

CONSERVATION DES JOURNAUX.PDF

La reproduction de sauvegarde des documents patrimoniaux (3 sous-parties)

  • Numérisation et conservation. 281 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – NUMÉRISATION.PDF

  • La préservation numérique. 345 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – PRÉSERVATION NUM.PDF

  • Micrographie et conservation au XXIe siècle. 132 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – MICROGRAPHIE.PDF

  • La planification d’urgence et des interventions pour la sauvegarde des collections de bibliothèque. 694 Ko

PLANIFICATION D’URGENCE.PDF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Assistant de recherche

Bandes magnétiques dans une bandothèque
Bandes magnétiques dans une bandothèque

Missions et activités permanentes

Dans le cadre du programme de recherche « Attaques et dégradations de la bande magnétique : du diagnostic à la machine de nettoyage », le titulaire du poste est chargé de :

  • Effectuer des travaux de recherche, d’expertise et d’analyse sur une partie des collections audiovisuelles de la BnF, en collaboration avec des départements internes ou des organismes externes :
    • Identifier et collecter des sources d’informations bibliographiques
    • Identifier le type de document
    • Enregistrer, inventorier, référencer et classer les collections objets de la recherche
  • Participer à la conception et à la réalisation des expériences en laboratoire pour l’analyse de l’état de conservation des collections ; 
  • Mettre en place et gérer les éléments nécessaires à la conduite d’expériences ou d’analyses ;
  • Tenir un cahier d’inventaire (recueil, saisie des données, compte rendu et présentation des résultats, alimentation d’une base de données) ;
  • Collecter et conserver des données liées aux observations ;
  • Rendre compte de ses observations et de ses travaux (rapports, notes de synthèse …) ; diffuser et valoriser les résultats obtenus ;
  • Participer aux rapports, publications, mémoires des travaux de recherche ;
  • Participer à la production des indicateurs quantitatifs et/ou qualitatifs associés au projet

Activités spécifiques

  • Participer, le cas échéant, à des chantiers spécifiques au service

Compétences requises

  • Maîtrise des outils informatiques standards et des applications propres au domaine de la recherche
  • Connaissance des normes et formats de métadonnées adaptés à la spécialité
  • Connaissance des outils bibliographiques (répertoires, bases de données, ressources documentaires …)
  • Connaissance de l’organisation physique et numérique des fonds de la BnF
  • Savoir identifier et utiliser les sources d’information bibliographique utiles quel qu’en soit le support
  • Savoir estimer l’intérêt documentaire, scientifique ou historique ainsi que la valeur et l’état d’un document ou d’un fonds
  • Maîtriser les connaissances indispensables au bon exercice de ses fonctions en matière d’hygiène et de sécurité
  • Connaître les règles de sécurité à respecter dans la manipulation des appareils de laboratoire
  • Etre capable d’identifier les produits dangereux (corrosifs, toxiques, inflammables) et connaître les précautions qu’exigent leur stockage et leur manipulation
  • Capacité à travailler en équipe
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, qualité rédactionnelle

Contraintes spécifiques

Poste situé au Centre technique de conservation de Bussy-Saint-Georges

Caractéristiques

  • Référence du poste : RC104
  • Sites : Bussy-Saint-Georges 14 rue de Gutenberg 77607 Bussy-Saint-Georges
  • Catégorie : B
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Gestionnaire de collections et de traitement documentaire
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Fixe
  • Nombre d’heures par mois : 70
  • Durée du contrat : 2 mois – 6.6
  • À pourvoir à compter du : 01/11/2020

Contacts

  • Dominique THERON
    Chef du service Conservation
    33 (0)1 53 79 88 15
  • Stéphane BOUVET
    Chargé d’études et de recherche en conservation. spécialité physique-chimie. Responsable du laboratoire DSC sur le site Bussy
    33 (0)1 53 79 38 36

Postuler

Postuler en ligne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : vacation au Laboratoire du département de la Conservation de la BnF

Étude de l’influence des rayons gamma employés comme moyen de désinfection sur les matériaux de conservation de la Bibliothèque nationale de France

Centre technique de Bussy-Saint-Georges
© Béatrice Lucchese / BnF

En 2016 les Archives nationales ont été amenés à désinfecter par irradiation aux rayonnements gamma (γ) plusieurs kilomètres linéaires de collections appartenant au site de Fontainebleau. Cette intervention a été nécessaire pour détruire tous les micro-organismes présents sur les collections suite à une importante inondation.

La désinfection par irradiation, utilisée dans d’autres pays européens, n’a pas été jusqu’à présent très employée en France. Cette campagne a donc fait l’objet de plusieurs mesures de contrôle de la qualité du traitement et d’évaluation des risques encourus par les collections. Dans le cadre d’une convention entre la BnF et les Archives nationales plusieurs typologies de matériaux témoins ont été traités pas irradiation à l’occasion du traitement de la collection des Archives. Une première étude a été réalisée pour évaluer l’influence des rayonnements γ sur différentes typologies de documents photographiques ; mais d’autres matériaux restent à analyser.

Cette vacation a comme objectif de finaliser les analyses sur la totalité des matériaux qui ont été exposés aux rayonnements γ. Des tests mécaniques, des mesures de la variation de la couleur et de la stabilité chimique des matériaux seront réalisés sur les échantillons qui ont déjà été irradiés. Les résultats obtenus permettront d’évaluer de manière globale l’influence de ce type de traitement de désinfection sur différents types de papiers, cartons, matériaux synthétiques (PE, PP, PVC, PS), textiles et cuirs, et permettront d’envisager des études plus spécifiques par la suite.

Tous les matériaux témoins qui ont été irradiés se retrouvent couramment dans les collections de toute bibliothèque ou archive, il est donc fondamentale de connaitre leur stabilité aux rayonnements γ dans le cas d’un traitement de désinfection avec cette technique. En effet, l’usage de l’oxyde d’éthylène, jusque-là utilisé comme traitement de désinfection est de moins en moins courant et la France est l’un des derniers pays ou son utilisation est encore autorisée. La BnF anticipe ainsi une potentielle interdiction de ce traitement actuellement utilisé dans notre institution et qui contraindrait alors la BnF à adopter un nouveau traitement de désinfection.

Profil recherché

Candidat(e) avec un Master scientifique. Bases solides en physico-chimie et bonne connaissance en chimie analytique. Des connaissances de chimie sous rayonnement seront particulièrement appréciées.

Durée du contrat

4 mois

Type de financement

Vacation du Ministère de la Culture

Lieu de travail

Laboratoire du département de la Conservation de la Bibliothèque nationale de France, Bussy-St-Georges (77)

Date de début du contrat

Août / septembre 2019

Contacts

Envoyer candidature à : eleonora.pellizzi@bnf.fr et stephane.bouvet@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Dans le Secret des œuvres d’art, musée Fabre (24/03-2/09/2018)

Depuis le 23 mars, le musée Fabre de Montpellier propose aux visiteurs une plongée dans l’exposition Dans le Secret des œuvres d’art qui présente cinq focus sur cinq « cas » d’œuvres ayant réagi à leur milieu (contraction ou rétraction, et parfois détérioration) : peinture sur bois, sur toile, dessins sur papier, sculpture en bronze et toile en matériaux contemporains, dont l’étude et la restauration se sont avérées complexes et passionnantes. Les propriétés des matériaux, les techniques de création, les nécessités en termes de conservation et de restauration, tous ces aspects fascinants sont révélés au public, proposant un discours à la croisée de l’histoire, de la science, de l’artisanat et de l’art.

Toile de Claude Viallat

Claude Viallat est l’un des artistes vivants majeurs représenté dans les collections du musée Fabre.

Membre fondateur du groupe Supports/Surfaces, il est présent dans les collections du musée depuis 1982 avec l’achat d’une grande toile auprès d’Amnesty International. Le fonds a dès lors été complété par des achats et des dons de l’artiste, dans l’objectif de retracer la carrière de Claude Viallat et de compléter l’ensemble spécifique au mouvement Supports/Surfaces.

Il constitue aujourd’hui un fonds de référence avec ceux du Musée national d’art moderne et du musée d’art moderne de Saint-Étienne.

En 2015, la collection a été enrichie d’un don d’une vingtaine d’œuvres. La complexité des matériaux éclectiques et industriels choisis par l’artiste ont généré des dégradations pouvant mettre en péril l’intégrité de certaines d’entre elles. Les matériaux recensés dans ces œuvres témoignent d’une variété posant des problèmes de conservation pérenne : bande de plâtre teinte, cercle de bois, cercle de barrique, corde teintée, nappe et tissu imprimés, tente militaire, poulie.

Dans l’exposition, une œuvre de format monumental peinte recto/verso et souffrant d’un processus de perte de matière évolutif est présentée : Sans titre (1993), soit une toile composée de deux toiles de store brun-rouge peintes à la peinture acrylique industrielle au recto et au verso, mesurant 355 x 368 cm. Une étude approfondie a été réalisée par le restaurateur afin de trouver la méthodologie la plus adaptée pour résoudre une problématique bien précise : la perte d’adhérence de la couche picturale.

La toile monumentale de Claude Viallat a été restaurée en collaboration avec le Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP) de Marseille.

Rôle de la BnF

Dans le cadre d’une convention avec le Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP) de Marseille, le laboratoire scientifique de la BnF a permis la réalisation de tests mécaniques préalables au choix de la méthode de restauration de la toile.

Réunion avec Claude Viallat au CICRP, 12/2016. Copyright : Carole Husson

Une batterie de test de vieillissement artificiel ainsi que de traction a été réalisée sur des éprouvettes reprenant des matériaux proches de ceux utilisés par l’artiste, récupérés auprès de fabricants marseillais de stores. Ces tests ont pour objectif d’anticiper le vieillissement futur de matériaux contemporains dont on ignore le devenir. L’objectif poursuivi consistait à choisir un adhésif adapté à la peinture acrylique et à la toile de store non préparée au départ par le peintre, sachant que la toile subit des tensions et tractions en raison de sa présentation en suspension dans l’espace (sans cadre, ni support ni marouflage), de sorte à en apprécier les deux faces. Bien entendu, l’adhésif choisi doit respecter les règles de la conservation préventive : être performant, stable dans le temps et réversible.

Quatre adhésifs ont fait l’objet d’analyses de vieillissement et de traction en laboratoire avant des essais sur une partie de l’œuvre avec l’adhésif retenu. Les adhésifs devaient être compatibles avec l’acrylique, éviter le risque d’infiltration pour ne pas dégrader ni le support ni la peinture, garantir une certaine adhérence et une résistance mécanique à la tractions. Pour ce faire, Eleonora Pellizzi1, du laboratoire scientifique de la BnF, et Alain Colombini, ingénieur au CICRP, ont suspendu des éprouvettes encollées et lestées. Les éprouvettes ont fait l’objet d’étirement, bloquées dans les mâchoires d’un dynamomètre. Ces essais de tractions mécanique étaient focalisés sur deux paramètres significatifs : le module de tractions ou d’élasticité (module de Young) et l’allongement au maximum. Ils visaient à comparer les propriétés mécaniques des consolidants testés.

Eprouvettes étirées, bloquées dans les mâchoires du dynamomètre de la BnF.

Les analyses physico-chimiques menées sur les éprouvettes avant et après traitement de vieillissement artificiel ainsi qu’avant et après les essais mécaniques ont permis de constater l’absence de variation significative imputable à la thermo-oxydation et aux changements physiques (tractions / relâchements).

Au final, l’adhésif retenu qui correspond le plus aux critères définis (élasticité, vieillissement, etc.) est la colle d’esturgeon.

Après les analyses menées à la BnF, le CICRP a pu mettre en œuvre un protocole de restauration appliqué par une conservatrice-restauratrice spécialisée dans les problématiques du textile.

L’exposition du musée Fabre vise à montrer au public les résultats de ces tests et d’expliquer le processus de dégradation comme de restauration des œuvres.

Pour en savoir plus

    • Présentation de l’exposition
    • Dossier pédagogique Dans le secret des oeuvres d’art
    • Livret de visite à destination des familles, Dans l’œil du restaurateur
    • Colodiet, Stanislas ; Colombin, Alain ; Husson, Carole, « Une toile monumentale de Claude Viallat : restaurer Suppotrs/surfaces » in Dans le secret des oeuvres d’art : campagnes de restauration au Musée Fabre : [exposition, Musée Fabre de Montpellier Méditerranée métropole, 24 mars-2 septembre 2018], Gand : Snoeck ; Montpellier : Musée Fabre, 2018, p. 83-95.
  1. Chargée d’études et de recherche en physique-chimie au laboratoire scientifique de la BnF, Bussy-Saint-Georges []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fondation des sciences du patrimoine : résultats de l’Appel à projets 2018

Le conseil d’administration de la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima) qui s’est tenu le 18 juin dernier au ministère de la Culture a arrêté la liste des projets financés dans le cadre de l’appel à projets 2018. Une enveloppe de 510 000 € a ainsi été distribuée.

Après classement par notre comité scientifique, 8 projets ont donc été retenus pour être directement soutenus par la Fondation des sciences du patrimoine. Soit 2 contrats doctoraux et 6 projets de recherche portés par des laboratoires de recherche, des établissements de formations ou de grandes institutions culturelles partenaires.

À ceux-ci s’ajoutent 3 thèses labellisées par les écoles doctorales des universités de Cergy-Pontoise et Versailles Saint-Quentin.

Le projet retenu impliquant la BnF fera prochainement l’objet d’une courte présentation individuelle dans ce Carnet de recherche :

  • DALGOCOL : Fouille de Données et ALGOrithmes de prédiction de l’état des COLlections : contrat doctoral avec le laboratoire David (Zoubida Kedad) de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) financé à hauteur de 115k€ par la Fondation.

Consulter la liste de l’ensemble des projets et des contrats doctoraux retenus.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Identification et quantification des encollages utilisés dans les papiers de presse du XIXe siècle conservés à la BnF

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  la Bibliothèque nationale de France va pouvoir accueillir un masterant pour identifier et quantifier les encollages utilisés dans les papiers de presse du XIXe siècle conservés à la BnF.
Le projet est piloté par Stéphane Bouvet1 et Eleonora Pellizzi2 en collaboration avec Odile Fichet du laboratoire LPPI de l’Université de Cergy Pontoise et du CRCC.

Argument

La Bibliothèque nationale de France (BnF) réalise régulièrement des campagnes de désacidification de masse sur des documents constitués de papiers acides. Cette désacidification ralentit la dégradation du papier qui est autrement favorisée par l’hydrolyse acide de la cellulose. Toutefois ce traitement de conservation ne permet pas de renforcer le papier. Pour cette raison, la BnF est impliquée dans la recherche de nouvelles méthodes de désacidification et consolidation de documents cellulosiques en collaboration avec le CRC et le LPPI. Les résultats de ces recherches ont montré un intérêt avéré vis-à-vis de l’utilisation d’aminoalkylacoxysilanes (AAAS) pour la désacidification et le renforcement du papier. Les dernières études issues du projet de thèse CoMPresSil (financement Patrima 2012-2015) ont notamment mis en évidence l’influence de l’encollage utilisé dans la fabrication du papier sur l’efficacité du traitement à base d’AAAS. Pour vérifier l’applicabilité de la méthode développée au sein des collections de la BnF il s’avère donc fondamental de connaitre la nature et la quantité d’encollage présent dans les documents susceptibles de recevoir ce type de traitement.

Objectifs

Le stage programmé grâce au financement de la Fondation vient compléter les résultats du projet de thèse CoMPresSil. Il vise à développer une méthode analytique qui permettra d’identifier et de quantifier les différentes matières utilisées pour l’encollage des papiers de presse, comme la colophane, les dimères alkyl cétene (AKDs) ou les anhydrides alcényl succinique (ASAs). Les techniques analytiques utilisées pour l’étude seront la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectroscopie de masse (GC-MS) et la pyrolyse-GC/MS. Le protocole analytique sera mis au point sur des échantillons modèle et appliqué ensuite à des prélèvements de papiers de presse en provenance des collections de la BnF. Ces derniers ont été prélevés lors de la campagne d’échantillonnage réalisée dans le cadre du projet CoMPresSil. Ils ont déjà fait l’objet de plusieurs caractérisations : pH, pourcentage et nature chimique des charges minérales, composition des fibres et présence d’azurants optiques. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours (thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel « Renforcement et Désacidification d’Objets Patrimoniaux Cellulosiques par des Réseaux de Copolymères de Polyaminoalkylalcoxy Silanes. Application aux collections de Bibliothèques (CoSilBib) également financée par le labEx Patrima 2016-2019).

  1. Chargé d’études en physique-chimie au Service central du département de la Conservation, responsable du laboratoire sur le site de Bussy-Saint-Georges de  la BnF []
  2. Chargée d’études et de recherche en physique-chimie au laboratoire sur le site de Bussy-Saint-Georges de  la BnF []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de stage Master 2 – BnF

Grâce au concours de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima), la Bibliothèque nationale de France (BnF) propose un stage rémunéré de master 2 dont le sujet porte sur l’Identification et quantification des encollages utilisés dans les papiers de presse du XXème siècle conservés à la Bibliothèque nationale de France.

La Bibliothèque nationale de France (BnF) réalise régulièrement des campagnes de désacidification de masse sur des documents constitués de papiers acides. Cette désacidification ralentit la dégradation du papier qui est favorisée par l’hydrolyse acide de la cellulose. Toutefois ce traitement de conservation ne permet pas de renforcer le papier. Pour cette raison, la BnF est impliquée dans la recherche de nouvelles méthodes de désacidification et consolidation de documents cellulosiques en collaboration avec les laboratoires partenaires Centre de recherche sur la conservation  (CRC) et Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI, EA 2528). Les résultats de ces recherches ont montré un intérêt avéré vis-à-vis de l’utilisation d’aminoalkylacoxysilanes (AAAS) pour la désacidification et le renforcement simultanés du papier. Les dernières études ont notamment mis en évidence l’influence néfaste de l’encollage utilisé dans la fabrication du papier sur l’efficacité du traitement à base d’AAAS. Pour vérifier l’applicabilité de la méthode développée au sein des collections de la BnF il s’avère donc fondamental de connaître la nature et la quantité d’encollage présent dans les documents susceptibles de recevoir ce type de traitement.

Ce stage vise donc à développer une méthode analytique qui permettra d’identifier et de quantifier les différentes matières utilisées pour l’encollage des papiers de presse, comme la colophane, les dimères alkyl cétene (AKDs) ou les anhydrides alcényl succinique (ASAs). Les techniques analytiques utilisées pour l’étude seront la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectroscopie de masse (GC-MS) et la pyrolyse-GC/MS. Le protocole analytique sera mis au point sur des échantillons modèle et appliqué ensuite à des prélèvements de papiers de presse en provenance des collections de la BnF. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours.

Profil du candidat

Le(la) candidat(e) devra posséder des bonnes connaissances en chimie analytique et en particulier en chromatographie. Des connaissances en chimie des polymères naturels et synthétiques seront appréciées. Le(la) candidat(e) devra montrer un fort intérêt pour les problématiques liées à la conservation du patrimoine culturel.

Modalités pratiques

Pour postuler envoyer CV et lettre de motivation à eleonora.pellizzi@bnf.fr ou stephane.bouvet@bnf.fr

La prise de fonction est prévue entre janvier et février 2018.

Encadrants de stage

  • BOUVET Stéphane, Chargé d’études et de recherche, Laboratoire
    Bibliothèque nationale de France
  • PELLIZZI Eleonora, Chargée d’études et de recherche, Laboratoire Bibliothèque nationale de France
  • FICHET Odile, Professeur des Universités, LPPI-Université de Cergy Pontoise
  • DUPONT Anne-Laurence, Chargée de recherche, Centre de Recherche sur la Conservation (CRC)

Contexte

Le stage programmé grâce au financement de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima) vient compléter les résultats du projet de thèse CoMPresSil. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours (thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel Renforcement et Désacidification d’Objets Patrimoniaux Cellulosiques par des Réseaux de Copolymères de Polyaminoalkylalcoxy Silanes. Application aux collections de Bibliothèques  (CoSilBib) également financée par le labEx Patrima 2016-2019).

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Stage : La désacidification de masse

Cuve d’imprégnation, © BnF

La BnF propose un stage pour découvrir la désacidification de masse.

Dates : mardi 2 mai 2017
Durée : 1 jour
Nombre de stagiaires : 12
Lieu : Centre de conservation Joël-Le-Theule ( 72300 Sablé sur Sarthe )
Code stage : FCS15
(code à mentionner sur le bulletin d’inscription)
Date limite d’inscription : 3 avril 2017

Public visé

Responsables de collections, archivistes, bibliothécaires, assistants de conservation du patrimoine et des bibliothèques, magasiniers chargés des collections.

Objectif de la formation

A l’issue de la formation, le stagiaire connaîtra :

  • les techniques de désacidification en usage en Europe
  • les 2 procédés utilisés par la BnF (Sablé et Bookeeper) avec leurs avantages et leurs limites
  • les critères permettant de sélectionner les documents en fonction des procédés.

Contenu de la formation

Après une présentation sur les causes de dégradations physico-chimiques du papier (lumière, température, fabrication des papiers…), les procédés de désacidification de masse en usage en Europe sont exposés.
Ceux utilisés par la BnF sont détaillés précisément dans leurs techniques ainsi que les critères de choix des documents à traiter.
Ces aspects théoriques sont suivis d’une visite de l’installation de désacidification de Sablé et d’un exercice pratique de sélection de documents.

Contact

David Moyal
Responsable formation
téléphone : 01 53 79 48 56
courriel : formations.publiques@bnf.fr

Télécharger

le bulletin d’inscription [fichier .pdf – 111 Ko – 09/03/17 – 1 p.]

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Métier d’art : les restaurateurs de la BnF : redonner vie au patrimoine

Garants d’un savoir-faire traditionnel, les restaurateurs de la Bibliothèque nationale de France assurent avec passion la préservation des collections de l’établissement. Ils analysent l’état des œuvres, identifient les altérations puis déterminent, en concertation avec les conservateurs, les traitements appropriés qu’ils effectuent selon les techniques et matériaux d’origine.

Un savoir-faire scientifique assorti d’une sensibilité artistique

Après avoir décrit les dégradations et évalué les différentes solutions techniques envisageables, les restaurateurs réalisent avec patience et minutie une maintenance, une consolidation ou une restauration. Ces diverses interventions correspondent à des traitements qui vont des plus légers (comme le gommage) aux plus techniques (greffes de pièces pour réparer des déchirures de couvrure cuir d’ouvrage ancien), et nécessitent indifféremment quelques heures ou plusieurs semaines de travail méticuleux. À la suite du dépoussiérage d’une pièce, les restaurateurs démontent, consolident le support ou comblent les lacunes avec du papier japon ou un papier similaire à celui d’origine. Selon le résultat souhaité, il est réalisé une restauration décelable mais volontairement ressemblante au support, ou une plus visible mais identifiable et datée. La restauration est ensuite documentée dans un rapport de traitement qui détaille les produits et techniques utilisés.

(c) Guillaume Murat T: +33 6 09 86 37 97 guillaumemurat@gmail.com www.guillaumemurat.com
Patrick Lamotte, chef de travaux d’art au département des Estampes et de la Photographie nettoie une épreuve sur papier albuminée de Durandelle représentant la salle Labrouste en 1866.
(c) Guillaume Murat/BnF

Une organisation entre polyvalence et spécialité

Regroupés en quatorze ateliers répartis sur six sites1, les restaurateurs de la BnF sont rattachés soit à la direction des Services et réseaux (DSR), soit à la direction des Collections (DCO). Les sept ateliers du département de la Conservation (DSR) réalisent de façon polyvalente les restaurations des documents reliés ou en feuilles, manuscrits ou imprimés et des reliures prestigieuses ou courantes. Toutefois chaque restaurateur a son expertise particulière et le chef d’atelier répartit le travail en fonction des compétences de chacun et des calendriers. Compte tenu de leur proximité avec les collections, les sept ateliers des départements de collections développent des spécificités liées aux types de documents (estampes, cartes, plans et objets pour l’atelier du département des Monnaies, médailles et antiques). Depuis plusieurs années, des magasiniers volontaires, formés et accompagnés par des restaurateurs, réalisent certaines petites réparations ou maintenances.

Maria d'Ajuda Santana, restauratrice au département de la Musique nettoie et replace les échantillons de tissus agrafés sur les 21 dessins des maquettes des costumes conçus en 1916 pour l’opéra Madame Sans-Gêne des collections de la Bibliothèque-musée de l’opéra. 
(c) Guillaume Murat/BnF
Maria d’Ajuda Santana, restauratrice au département de la Musique nettoie et replace les échantillons de tissus agrafés sur les 21 dessins des maquettes des costumes conçus en 1916 pour l’opéra Madame Sans-Gêne des collections de la Bibliothèque-musée de l’Opéra. 
(c) Guillaume Murat/BnF

Des restaurations préventives ou curatives

La sélection des documents à restaurer répond à des critères de prévention ou de sauvegarde. Dans la majorité des cas, les restaurateurs suivent le programme annuel de conservation réalisé et coordonné par le département de la Conservation. Celui-ci est établi à partir des besoins transmis par les chefs de service conservation et les responsables conservation des départements de collections concernés. Mais parfois, certaines restaurations curatives – dues à un mauvais conditionnement, un environnement néfaste ou détectées lors d’une communication auprès d’un lecteur – ne sont pas prévisibles et nécessitent alors l’intervention rapide des restaurateurs. Ces derniers s’emploient aussi, avant les campagnes de numérisation, à préparer les fonds afin d’obtenir une meilleure ouvrabilité. Pour les expositions BnF ou hors les murs, ils restaurent les œuvres avant leur présentation et réalisent parfois des systèmes de transport ou de présentation ingénieux, comme les climabox2 pour les portulans. Quel que soit le travail à réaliser, c’est dans le plus grand respect des pièces à traiter que les restaurateurs l’accomplissent.

Christophe Ternant, chef de l'atelier Restauration du service technique du département de la Conservation et Anne-Claire Nault, son adjointe, réencollent une affiche du XIXe siècle. 
(c) Guillaume Murat/BnF
Christophe Ternant, chef de l’atelier Restauration du service technique du département de la Conservation et Anne-Claire Nault, son adjointe, réencollent une affiche du XIXe siècle. 
(c) Guillaume Murat/BnF

Définitions

  • Couvrure : Matière de recouvrement d’un ouvrage préalablement encollé sur les plats et le dos de la couverture d’un livre.
  • Papier japon : Papier de différents grammages utilisés pour consolider, créer des pièces manquantes, doubler des documents en papier, comme des fuseaux de globes par exemple.

Jacques Sicre, chef d'atelier au service Restauration du département de la Conservation, humidifie à la vapeur pour la remise à plat des feuillets froissés du manuscrit de saint Thomas d’Aquin de 1486 des Reliures aragonaises des rois de Naples. (c) Guillaume Murat/BnF
Jacques Sicre, chef d’atelier au service Restauration du département de la Conservation, humidifie à la vapeur pour la remise à plat des feuillets froissés du manuscrit de saint Thomas d’Aquin de 1486 des Reliures aragonaises des rois de Naples. (c) Guillaume Murat/BnF

Interview d’Isabelle Bonnard, Experte en restauration, département de la Conservation

« S’adapter aux méthodes de conservation actuelle »

(c) Guillaume Murat T: +33 6 09 86 37 97 guillaumemurat@gmail.com www.guillaumemurat.com
Isabelle Bonnard. (c) Guillaume Murat/BnF

La formation des restaurateurs et la transmission de leur savoir-faire sont primordiales pour la conservation du patrimoine dont la BnF a la charge. L’objectif des projets, menés en collaboration avec les ateliers, est de conserver le savoir-faire historique de ce métier d’art tout en s’adaptant à l’évolution croissante des restaurations demandées et aux méthodes de conservation actuelle. Ainsi en 2015, les restaurateurs de l’atelier du service Technique ont été formés au traitement des manuscrits à encres ferrogalliques. De même, une filière de consolidation d’ouvrages du département des Manuscrits a été mise en place sur le site de Sablé-sur-Sarthe. L’enjeu actuel pour la Bibliothèque est d’équilibrer au mieux les besoins massifs en traitements rapides de consolidation et la nécessité de restaurer des ouvrages plus en profondeur.

Anne-Florine Gimbert et Isabelle Jullien-Chazal

  1. Hors Maison Jean-Vilar, bibliothèque sise à Avignon rattachée au département des Arts du spectacle de la BnF, url : <http://maisonjeanvilar.org/> []
  2. Boîtes conçues pour garantir un niveau d’humidité constant au document grâce à du silicagel (pour l’humidité) et du charbon actif (pour l’acidité). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts