Archives par mot-clé : Conférence

Nouveau cycle de conférences “Arsenal en lumière : des origines au XIXe siècle”

La bibliothèque de l’Arsenal accueille un nouveau cycle de conférences à deux voix, pour saluer d’un même mouvement le tricentenaire de la naissance de son fondateur, le marquis de Paulmy, et la redécouverte de son histoire, en particulier architecturale. Les conférences s’appuient sur la présentation de documents issus des collections anciennes de la  bibliothèque de l’Arsenal. 

Décor – Bibliothèque de l'Arsenal - - © Denis Guéville / BnF
Décor – Bibliothèque de l’Arsenal — © Denis Guéville / BnF
Continuer la lecture de Nouveau cycle de conférences “Arsenal en lumière : des origines au XIXe siècle”

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire Usages et valeurs du noir. Double conférence : Valérie Sueur, “La quête du noir dans l’estampe au XIXe siècle” ; Olivier Deprez, “Le noir comme matériau” (6/4)

Dans le cadre du séminaire “Usages et valeurs du noir”, le Centre d’étude de l’écriture et de l’image accueillera Valérie Sueur, conservatrice au département des Estampes et de la photographie de la BnF, en discussion avec Michel Melot et Olivier Deprez en discussion avec Jan Baetens pour deux interventions respectivement intitulées La quête du noir dans l’estampe au XIXe siècle et Le noir comme matériau

Continuer la lecture de Séminaire Usages et valeurs du noir. Double conférence : Valérie Sueur, “La quête du noir dans l’estampe au XIXe siècle” ; Olivier Deprez, “Le noir comme matériau” (6/4)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le “Digital Muret” et l’archéologie au XIXe siècle (23/03)

À l’occasion de la mise en ligne du « Digital Muret », cette table ronde présentera et mettra en perspective les recherches menées dans ce programme depuis 2017.

Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, VIII, pl. 47, figurine de Sphinge trouvée en Cyrénaïque (collection Muret).
Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, VIII, pl. 47, figurine de Sphinge trouvée en Cyrénaïque (collection Muret).
Continuer la lecture de Le “Digital Muret” et l’archéologie au XIXe siècle (23/03)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’archéologue et le peintre. Aubin- Louis Millin et Franz Ludwig Catel dans la Calabre napoléonienne. Notes et dessins de la BnF (22/03)

En 1811, l’archéologue Aubin-Louis Millin, directeur du cabinet des Médailles de la Bibliothèque impériale, part pour l’Italie, mandaté pour inspecter les monuments de la péninsule désormais sous autorité française. Poussant bien au-delà de Naples, il choisit de se rendre en Calabre. Les notes de Millin consacrées au voyage de Naples à Reggio font découvrir au lecteur une région alors inexplorée. La faune, la flore, la gastronomie, les sociabilités y sont observées avec le même soin que les ruines des cités antiques de la Magna Græcia, ou les restes des cathédrales normandes. L’archéologue s’est assuré les services du peintre prussien Franz Ludwig Catel, chargé de dessiner les paysages traversés et de fournir des relevés des monuments visités. Ces dessins sont parfois les uniques témoignages de sites et de monuments disparus.

Continuer la lecture de L’archéologue et le peintre. Aubin- Louis Millin et Franz Ludwig Catel dans la Calabre napoléonienne. Notes et dessins de la BnF (22/03)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire »

En 2022, en écho à l’exposition L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes, programmée à la BnF du 12 avril au 24 juillet, la nouvelle édition du cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes.

Écritures cunéiformes, hébraïques, araméennes, nabatéennes, syriaques, étrusques et gauloises seront ainsi abordées en six conférences. Archéologues, historiens, épigraphistes présenteront leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Caillou Michaux, contrat de donation d'une terre agricole en babylonien - -1100 -1075 - BnF, département des Monnaies, médailles et antiques
Caillou Michaux, contrat de donation d’une terre agricole en babylonien – -1100 -1075 – BnF, département des Monnaies, médailles et antiques
Continuer la lecture de Cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Mediating Scripture: Judeo-Persian Tobit as Global Crossroads

This symposium is occasioned by the recent discovery of the only-known Judeo-Persian copy of the apocryphal Book of Tobit, one of the most uplifting stories of the Old Testament which has inspired explosions in the arts. Commissioned in 1600 in the Gulf city of Lār, the interdisciplinary and global crossroads of manuscript provides an important case study of global early modernity within a research agenda that includes global art history, Judeo-Persian and Judeo-Arabic studies, diplomatic and commercial relations, biblical studies, and natural philosophy of language. A two-day symposium brings prominent scholars into conversation about the significance of the global iterations and variations of the remarkable story and iconography of the Book of Tobit. On the occasion of this symposium, the manuscript will travel back to the region and will be exhibited at Louvre Abu Dhabi.

Continuer la lecture de Colloque : Mediating Scripture: Judeo-Persian Tobit as Global Crossroads

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences 2021 – 2022 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 11e édition des Trésors de Richelieu où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la musique, de la littérature et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasin de la BnF, de l’INHA et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium
de la galerie Colbert.

Le cycle est ouvert à tous les publics intéressés par le patrimoine, l’histoire de l’art et l’histoire.

Continuer la lecture de Cycle de conférences 2021 – 2022 : Trésors de Richelieu

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence : Delacroix et la photographie (9/11)

Conservateurs, historiens de l’art, spécialistes et restaurateurs partagent leur savoir et leur passion autour de manuscrits et de documents originaux, exceptionnellement sortis pour l’occasion des magasins de la BnF, de l’INHA et de l’École nationale des chartes. Cette séance se penche sur l’intérêt de Delacroix pour la photographie à travers la présentation d’un de ses albums de photographies conservé au département des Estampes et de la photographie de la BnF.

Modèle posant pour un Christ en croix, vers 1852/1853, tirage sur papier salé d’après un négatif sur verre - - Inconnu – BnF, département des Estampes et de la photographie
Modèle posant pour un Christ en croix, vers 1852/1853, tirage sur papier salé d’après un négatif sur verre – – Inconnu – BnF, département des Estampes et de la photographie
Continuer la lecture de Conférence : Delacroix et la photographie (9/11)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle virtuel : un rendez-vous avec la Bibliothèque nationale du Mexique : Una cita con la Biblioteca Nacional de México : Actualidad y porvenir de la historia del libro y la edición tras la pandemia

L’Institut de recherche bibliographique et la Bibliothèque nationale du Mexique organisent un cycle virtuel de conférences intitulé Una cita con la Biblioteca Nacional de México : Actualidad y porvenir de la historia del libro y la edición tras la pandemia (Un rendez-vous avec la Bibliothèque nationale du Mexique : Le présent et l’avenir de l’histoire du livre et édition post-pandémique) au cours duquel interviendront Jean-Yves Mollier, membres du conseil scientifique du Comité d’histoire de la BnF et Anne Pasquignon, adjointe à la directrice des Collections pour les questions scientifiques et techniques.

Programme

2 février

ROBERT DARNTON (Profesor emérito de la Universidad Harvard)

9 février

CARLO GINZBURG (Universidad California Los Ángeles)

16 février

PEDRO GUIBOVICH (Pontificia Universidad Católica de Perú)

23 février

PEDRO RUEDA (Universidad de Barcelona, Coordinador del Máster Universitario de Bibliotecas y Colecciones Patrimoniales)

2 mars

JAMES RAVEN (University of Cambridge, President of the Bibliographical Society, director of the Cambridge Project for the Book Trust)

9 mars

JEAN-YVES MOLLIER (Profesor emérito Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

16 mars

ROGER CHARTIER (Escuela de Estudios Superiores en Ciencias Sociales, París)

23 mars

FERNANDO BOUZA (Universidad Complutense de Madrid)

6 avril

FRANCOIS HARTOG (Escuela de Estudios Superiores en Ciencias Sociales, París)

13 avril

ANNE PASQUIGNON (Directora adjunta de colecciones para asuntos científicos y técnicos, Biblioteca Nacional de Francia)

Informations pratiques

  • Tous les mardis du 2 février au 13 avril 2021, à 13 heures (heure de Mexico)
  • Le cycle sera diffusé via la plateforme ZOOM, pour recevoir le lien d’accès inscrivez-vous en remplissant le formulaire d’inscription ou en écrivant au Département de la diffusion culturelle de l’IIB : difusionculturaliib@unam.mx
  • Conférence en traduction simultanée en espagnol
Programme
Programme

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Rendez-vous du Jeu Vidéo à la BnF

Jeux vidéos à la BnF - - Laurent Julliand / BnF
Jeux vidéos à la BnF – – Laurent Julliand / BnF

De la console Odyssey à la PlayStation ou à la Super Nintendo, des cartouches aux logiciels en passant par les disques optiques, la BnF conserve les jeux vidéos diffusés en France et leurs supports : détentrice de la première collection publique de jeux vidéo en France, elle est devenue un acteur majeur de la conservation du patrimoine vidéoludique.

Objet culturel inventif et populaire, le jeu vidéo a fait son entrée dans les collections de la Bibliothèque nationale de France il y a plus de 25 ans. En 1992, sur le modèle du dépôt légal des imprimés, les éditeurs de jeux vidéo ont l’obligation d’y déposer les jeux vidéo distribués en France. Grâce à ce dispositif, la Bibliothèque conserve aujourd’hui plus de 17 000 titres de jeux vidéo, français comme étrangers.

Chaque année, la collection s’enrichit d’environ un millier de jeux entrés par dépôt légal, dons ou acquisitions. Le plus ancien date de 1973 et a été édité pour la première console de salon, la Magnavox Odyssey, acquise par la BnF. La collection du département de l’Audiovisuel de la BnF, en perpétuelle évolution, rassemble tous les types de supports : cartouches, cassettes logicielles, disquettes et disques optiques, éditions simples ou collectors ainsi qu’un ensemble de consoles anciennes.

Les jeux vidéo collectés au titre du dépôt légal sont accessibles aux chercheurs et aux professionnels en salle P de la bibliothèque de recherche tandis qu’une sélection de jeux contemporains, sur PC, tablettes, consoles et en réalité virtuelle, est proposée en salle A de la bibliothèque tous publics.

Mardi 19 janvier 2021


De Wonder Boy à Streets of Rage 4, focus sur le département artistique du studio Lizardcube. Comment renouveler des classiques du jeu vidéo japonais tout en restant fidèle à leur esprit original ?

Entrez dans les coulisses de la conception de Wonder Boy : Dragon’s Trap et Streets of Rage 4 ! Cette séance s’accompagne d’une session de « digital painting live » ; elle propose aussi un focus sur le département artistique du studio Lizardcube et montre comment renouveler des classiques du jeu vidéo japonais tout en restant fidèle à leur esprit original.

Séance animée par Marine Macq, avec Ben Fiquet (Art director) et Julian Nguyen-You (Background Supervisor) du studio français Lizardcube.

La conférence reviendra sur l’histoire du studio Lizardcube et le travail de direction artistique. Comment remettre au goût du jour des jeux créés au Japon il y a plus de 25 ans ? Quelles sont les contraintes ou les libertés à prendre quand le public et la technique ont autant évolué entre deux épisodes d’une même série ?

Pour en parler, Benjamin Fiquet (Art Director) sera accompagné de Julian Nguyen-You (Background Supervisor). La séance sera ponctuée d’une démonstration de digital painting (peinture numérique effectuée directement sur tablette graphique). L’entretien sera mené par Marine Macq, directrice et commissaire de la galerie d’art vidéoludique Pixel Life Stories.

Wonder Boy : Dragon’s Trap et Streets of Rage 4 sont deux franchises Sega qui ont connu un très grand succès dans les années 1980-1990, par leurs grandes qualités en termes de gameplay, graphisme, musique (notamment pour Streets of Rage 4 ). Streets of Rage 4 a souvent été cité comme étant l’un des meilleurs jeux vidéo développés pour ces générations de consoles.

Les deux titres ont d’abord été développés pour les salles d’arcade, avant d’être adaptés sur les consoles de salon : notamment la première console de Sega (la Master System) puis la Mega Drive.

Wonder Boy a donné lieu à une dizaine de suites / remakes, publiés au fil du temps sur près d’une vingtaine de machines différentes. Streets of Rage 4 a lui connu trois épisodes entre 1991 et 1994, avant le 4e opus sorti en 2020. Les deux licences ont été régulièrement republiées, seules ou dans des compilations et jouissent d’une grande popularité auprès des communautés de joueurs et joueuses. Elles ont aussi connu beaucoup de produits dérivés, dont des adaptations en bande dessinée ou en nouvelles.

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube (ci-dessous) et sur Facebook.

Lundi 8 février 2021

Conférence initialement programmée le 3 novembre 2020. À l’occasion de la sortie de l’ouvrage de référence Une histoire du jeu vidéo en France aux Éditions Pix’n Love sur les débuts de l’industrie du jeu vidéo en France, ses auteurs Alexis Blanchet et Guillaume Montagnon reviennent sur leur travail de recherche, notamment à partir des ressources de la BnF.

Avec Marine Macq, enseignante conférencière en concept art, Alexis Blanchet, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, et Guillaume Montagnon, chercheur indépendant, suivie d’une séance de dédicace.

Mardi 2 mars 2021

Play-conférence : Assassin’s Creed Valhalla et les influences nordiques dans les jeux vidéo

Découvrez le dernier né de la série phare d’Ubisoft, Assassin’s Creed Valhalla , qui prend place à l’ère viking.

Séance animée par Romain Vincent, avec Laurent Di Filippo, maître de conférences à l’université de Lorraine

Mardi 6 avril 2021

Pionniers du jeu vidéo – Rencontre avec les créateurs du studio Silmarils

Au programme de cette séance, l’aventure de la société Silmarils (1987-2003), à l’origine de nombreux titres novateurs qui ont marqué l’histoire du jeu vidéo en France – Targhan, Transarctica, Deus, Asghan ou encore la série Ishar.

Séance animée par Alice Dionnet, doctorante en littérature comparée à l’université d’Orléans

Mardi 4 mai 2021

Play-conférence : La seconde guerre mondiale à travers Call of Duty : WWII et Battlefield V

À la veille des commémorations du 8 mai 1945, analyse de la vision du conflit mondial proposée dans les derniers épisodes de deux licences-phares du jeu de guerre, Call of Duty et Battlefield.

L’action des épisodes Call of Duty WWII (Activision, 2017) et Battlefield V (Electronic Arts, 2018) se situe pendant la Seconde Guerre mondiale. L’analyse de quelques moments-clés de ces deux jeux montre que les choix effectués sont une manière d’écrire l’Histoire.

Séance animée par Romain Vincent, avec Marjolaine Boutet, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Picardie, et Rémi Cayatte, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, université Toulouse 3.

En pratique

  • Les Rendez-vous du Jeu Vidéo
  • BnF, site François-Mitterrand, 75013 PARIS
  • Selon les conditions sanitaires et les couvre-feu : en ligne 15h – 17h ou sur place 18h – 20h (vérifier sur le site bnf.fr)
  • Entrée gratuite – réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com (rubrique Bibliothèques)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences 2019 – 2020 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 9e édition du cycle les Trésors de Richelieu, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de la littérature et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de la BnF, de l’INHA et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Programme

17 décembre 2019 : ouverture du cycle par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, Laurence Engel, présidente de la BnF et Éric de Chassey, directeur de l’INHA

17 décembre 2019 : Des fascicules de L’Ami du peuple tachés du sang de Marat

  • Philippe Charlier, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du Quai Branly-Jacques Chirac
  • Corinne Le Bitouzé, directrice-adjointe, département des Estampes et de la photographie, BnF

Le 13 juillet 1793, Jean-Paul Marat tombait sous les coups de Charlotte Corday. On connaît la scène : l’homme politique, malade, allongé dans sa baignoire, une tablette installée devant lui recouverte de papiers qui se tachent peu à peu de son sang. Devenues des reliques, quelques-unes de ces feuilles se trouvent aujourd’hui dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF. La provenance de ces documents exceptionnels, jusque-là uniquement attestée par des mentions manuscrites, a pu récemment être confirmée, grâce à des méthodes d’analyses, similaires à celles utilisées par la police scientifique.

14 janvier 2020 : Le Douzième Coup de minuit (1932), un manuscrit au service du « théâtre invisible »

  • Pascal Lécroart, professeur à l’université de Franche-Comté
  • Jean-Baptiste Raze, département des Arts du spectacle, BnF

À la fin des années 1920, le développement technique de la radio et l’élargissement de son public conduisent à l’idée d’un art spécifiquement radiophonique. Influencé par le théâtre, la musique et le cinéma, il produit, en 1929, un premier chef-d’œuvre à dimension internationale : Le Vol de Lindbergh de Bertolt Brecht, Kurt Weill et Paul Hindemith. En France, le groupe théâtral d’avant-garde Art et Action, animé par Édouard Autant et Louise Lara, présente, en décembre 1933, Le Douzième Coup de minuit sur un « poème orchestral » de Carlos Larronde, avec une musique d’Arthur Honegger. Diffusée deux fois à la radio et jouée en version de concert, cette production prestigieuse donne lieu à une valorisation exceptionnelle à travers la réalisation d’un manuscrit superbement calligraphié et d’un enregistrement, destinés à servir de modèle pour la postérité. La conservation de ces pièces remarquables dans le fonds Art et action du département des Arts du spectacle de la BnF permet aujourd’hui d’appréhender la valeur patrimoniale singulière de cette œuvre, alors que les ambitions initiales d’un art radiophonique sont oubliées et que la postérité a relégué hors de nos mémoires cette réalisation.

28 janvier 2020 : La carte d’Italie de Jean-Baptiste d’Anville : prémices d’une nouvelle cartographie

  • Lucile Haguet, conservatrice à la Bibliothèque du Havre
  • Catherine Hofmann, département des cartes et plans, BnF

Dans la première moitié du siècle, la cartographie de l’Europe est dans une situation très inégale, l’Italie faisant partie des pays mal dotés. À quarante-six ans, protégé des ducs d’Orléans, d’Anville est reconnu par ses pairs, mais n’a pas encore atteint la reconnaissance académique. Sa méthode de travail et son érudition l’autorisent à penser qu’il est en mesure d’améliorer la cartographie du globe. Il projette de réaliser dix-huit cartes pour former un nouvel atlas universel. C’est dans ce contexte qu’il publie une nouvelle carte de l’Italie (1743) et rédige un ouvrage de plus de trois cents pages, l’Analyse géographique de l’Italie (1744), qui justifie les nouveaux contours qu’il donne à la péninsule, mais invite aussi le lecteur à se projeter dans un projet plus vaste de remaniement de la représentation du monde. La carte d’Italie est donc le fer de lance d’un projet scientifique et commercial. En comblant radicalement le retard cartographique italien, d’Anville espère être reconnu comme le plus grand géographe de son temps.

25 février 2020 : le manuscrit de Nadja d’André Breton (NAF 28930), acquis en 2017

  • Jacqueline Chénieux-Gendron, directeur de recherche émérite au CNRS
  • Olivier Wagner, département des manuscrits, BnF

Retiré au manoir d’Ango sur le littoral normand au cours du mois d’août 1927, André Breton y écrivit l’un de ses plus beaux textes, Nadja. Le manuscrit autographe de cette œuvre, longtemps réputé perdu, était conservé depuis 1928 dans des collections privées. Joyau de la bibliothèque de Pierre Bergé, ce manuscrit a été acquis par la BnF en 2017 après son classement comme trésor national. Ayant récemment fait l’objet d’une édition sous forme de fac similé, le manuscrit original sera exceptionnellement montré et commenté, accompagné de documents inédits récemment acquis par la BnF. On retrouve au fil de ces pages la genèse d’une œuvre historique, où une écriture en tension se met au service d’une interrogation vertigineuse : « Qui suis-je ? »

3 mars 2020 : Un manuscrit de la Renaissance. Le Missel de Jacques de Beaune

  • Maxence Hermant, département des Manuscrits, BnF
  • Eric Bazin, département de la Conservation, BnF
Missel de Jacques de Beaune

Réalisé peu avant 1511 pour Jacques de Beaune, trésorier de la reine Anne de Bretagne, doyen du chapitre de Saint-Gatien et administrateur de l’archevêché de Tours, le somptueux et imposant Missel de Jacques de Beaune est un des chefs-d’œuvre de la Renaissance française. Enluminé par le peintre du roi Jean Bourdichon et le Maître de Claude de France, il a été doté au milieu du xvie siècle d’une reliure de maroquin à grand décor sur laquelle Nicolas II Fumée, abbé de Beaulieu-lès-Loches, a fait poser un semé de ses initiales. Resté longtemps confidentiel en raison de sa fragilité et de son état, ce manuscrit peut désormais être présenté au public à la faveur d’une importante et récente restauration.

10 mars 2020 : Merveilleuses et ordinaires : les vues d’optique de la bibliothèque de l’INHA

  • Anne-Elisabeth Buxtorf, directrice du département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA
  • Johanna Daniel, chargée d’études et de recherches au département des Études et de la recherche, INHA
© bibliothèque de l’INHA

Visionnée à travers la lentille d’une boîte d’optique ou d’un zograscope, les vues d’optique offrent le spectacle – en relief et en couleurs – des plus remarquables paysages urbains du siècle des Lumières, du château de Versailles aux temples de la Chine, des canaux d’Amsterdam à SaintPierre de Rome. Objet d’une production et d’une diffusion massive à partir de 1750, ces estampes conquièrent rapidement un large public, devenant à la fois un divertissement de salon, un objet de collection et une attraction populaire. La bibliothèque de l’INHA possède un ensemble de plus de 600 vues d’optique, dont la quantité comme la qualité permet d’explorer tout un pan de la culture visuelle des hommes et des femmes de la seconde moitié du xviiie siècle et des premières décennies du xixe siècle. La conférence permettra de partir à la découverte de ces objets autrefois banals aujourd’hui insolites et d’en dévoiler quelques secrets.

24 mars 2020 : Les vues d’Italie et d’Orient par les frères Piranèse [ca1801-1802]

  • Annie Gilet, conservateur en chef honoraire, musée des BeauxArts de Tours
  • Sophie Guérinot-Nawroki, BnF, Bibliothèque de l’Arsenal

Peintre et dessinateur talentueux, Louis-François Cassas voyagea en Italie et en Orient à la fin du xviiie siècle et en rapporta de nombreux croquis. Rentré à Paris, il participa à la publication du Voyage pittoresque de la Syrie, de la Phénicie, de la Palestine et la BasseAegypte, par La Porte du Theil, Legrand et Langlès en 1799 et du Voyage pittoresque de l’Istrie et de la Dalmatie par Lavallée en 1802. Une cinquantaine de ses dessins furent gravés et peints dans l’atelier de chalcographie des frères Piranèse pour constituer un ensemble de vues, dont la bibliothèque de l’Arsenal possède l’une des rares collections presque complètes. Ces estampes aux couleurs chatoyantes, parfois montées sur châssis, offrent au regard de somptueux panoramas des sept collines de Rome, des ruines antiques de Sicile et de Grèce, des monuments d’Égypte et d’Asie Mineure, mêlant avec précision et délicatesse architecture et scènes de vie aux paysages méditerranéens.

21 avril 2020 : Le trésor de Saint-Ouen-du-Breuil, exemple des largesses impériales

  • Paul van Ossel, professeur émérite des universités (Université Paris-Nanterre)
  • Dominique Hollard, département des monnaies, médailles et antiques, BnF

Lié à une implantation germanique de la seconde moitié du ive siècle, le trésor de monnaies et médaillons d’or et d’argent de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime) réunit les témoins de distributions impériales sur un quart de siècle. Il nous permet d’approcher l’univers des soldats et officiers germains de l’entourage des empereurs.

28 avril 2020 : La cité des morts, sur les pas des archéologues en Libye

  • Morgan Belzic, chargé d’études et de recherches au département des Études et de la recherche, INHA
  • Juliette Robain, conservateur au département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA

En 1864, les explorateurs britanniques Smith et Porcher publiaient une relation de leur voyage et de leurs fouilles en Cyrénaïque dans un ouvrage fondamental pour la recherche archéologique, History of the Recent Discoveries at Cyrene. À mi-chemin entre la tradition du récit de voyage, le rapport de fouille, le document militaire et l’ouvrage d’histoire, ses abondantes illustrations, lithographies, gravures et photographies, documentent en particulier l’un des sites archéologique majeurs de Méditerranée, la nécropole de Cyrène. Un cimetière plus large qu’une ville, aujourd’hui menacé, heure après heure, par les pilleurs de tombes et les bulldozers. Entrer dans l’histoire de ce livre, explorer son contenu, c’est aussi évoquer le rôle du fonds archéologique de la bibliothèque de l’INHA et ses apports pour la recherche et la préservation du patrimoine.

12 mai 2020 : L’Imprimeur et le Roi : le Nouveau Testament grec (1550)

  • Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre, ENC
  • Fabienne Le Bars, département de la réserve et des livres rares, BnF

Donner accès au texte biblique, revenir aux sources : ces deux enjeux majeurs animent les controverses religieuses du xvie siècle. C’est dans ce contexte que Robert I Estienne (1503 ?-1559) publie en 1550 un Nouveau Testament grec « ex bibliotheca regia », établi d’après les manuscrits grecs présents dans les collections royales auxquels renvoie un apparat critique. Cette édition, imprimée avec les « Grecs du roi » gravés par Claude Garamond, passe pour la plus remarquable, tant par sa qualité textuelle que par son élégance typographique, du grand imprimeur humaniste parisien, bientôt contraint à l’exil genevois en raison de ses sympathies pour la Réforme. L’exemplaire offert par Estienne à Henri II, dans une reliure exceptionnelle qui la classe parmi les plus spectaculaires de la Renaissance française, est un témoin extraordinaire des efforts consentis au service d’une impossible conciliation.

26 mai 2020 : L’Appassionata de Beethoven (conférence concert)

  • Alain Planès, pianiste
  • Jérôme Fronty, département de la musique, BnF

La sonate pour piano n° 23 en fa mineur opus 57 est une œuvre représentative de la période dite « héroïque » de Beethoven, celle de la Cinquième symphonie ou de Fidelio. D’emblée reconnue comme un sommet du répertoire pianistique, elle doit son surnom à l’invention posthume d’un éditeur. Mais ses audaces formelles rejoignent singulièrement l’apparence matérielle du manuscrit, les circonstances dans lesquelles celui-ci nous est parvenu, et les thèmes qu’on y entend. Qu’on y lise un tribut à l’esprit du « Sturm und Drang », ou fasse fond d’une référence supposée du génie de Bonn à La Tempête shakespearienne, en tournant les pages de la partition on suit aussi les traces d’un orage survenu sur la route de Vienne en 1806. Pour illustrer et prolonger le cours de cette pensée musicale, la sonate sera restituée au pianoforte.

Informations pratiques

  • Entrée libre
  • 18h15 – 19h30
  • Auditorium de la galerie Colbert
  • 2 rue Vivienne, Paris 2e
  • Programmation & organisation Charlotte de Foras (ENC), Fieschi (INHA), Muriel Couton (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Rencontres Gallica : “La paix en Europe au XIXe siècle”

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10209569q/f1.itemEurope (L’) pour et par le peuple. Votez tous le 24 novembre pour les Etats-Unis d’Europe

« L’Europe n’a pas été faite, nous avons eu la guerre. »
Robert Schuman tirait ainsi les leçons du passé, dans sa déclaration du 9 mai 1950, texte fondateur de la construction européenne. Un des objectifs, sinon l’objectif, mis en avant par les pères fondateurs de l’Europe était, en effet, l’instauration d’une paix pérenne. Cette idée d’une pacification par l’unification politique de l’Europe n’est pas récente. Gallica, la Bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, peut nous permettre d’historiciser le sujet. Elle contient plusieurs projets porteurs de cette idée, datant du Moyen Age à l’époque contemporaine. L’un des textes les plus marquants est le discours d’ouverture du Congrès de la paix prononcé par Victor Hugo en 1849, et dans lequel il appelle de ses voeux la constitution d’« États-Unis d’Europe ». Le rapport des Européens à la paix au XIXe siècle paraît particulièrement intéressant à étudier. Ce siècle qui s’ouvre avec les guerres de la Révolution et de l’Empire, est à la fois celui du « concert européen », de l’émergence de mouvements pacifistes, et de l’exacerbation des nationalismes, qui rendront l’éclatement de la Grande guerre inéluctable. La Société des nations, les communautés et l’Union européennes, mais aussi l’Organisation des Nations unies, ne voient pas le jour ex nihilo au XXe siècle. Elles trouvent leurs racines dans l’histoire des idées des siècles précédents. Cherchons donc les origines de l’Europe à travers ce XIXe siècle contrasté…

Intervenants

  • Hélène Raymond, Coordinatrice de la numérisation au département Droit, Économie, Politique
  • Stéphanie Tonnerre-Seychelles, chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et en science politique.

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, salle 70
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles
  • Mardi 12 Mars, 17h30 – 18h30

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hommage à Jacques Offenbach (1819 – 1880)

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Jacques Offenbach, le département de la Musique convie le public à une présentation de documents prestigieux tirés de ses collections. Seront notamment montrés les manuscrits des Contes d’Hoffmann, dernier ouvrage du compositeur, qui ne sera créé qu’après sa mort, ainsi que du Papillon, son unique ballet, chorégraphié par la célèbre danseuse de l’Opéra de Paris, icône du romantisme, Marie Taglioni.

Cette présentation sera animée par Jean-Claude Yon, professeur à l’Université de Saint-Quentin en Yvelines et directeur d’études cumulant à l’École Pratique des Hautes Etudes (EPHE). Jean-Claude Yon est l’auteur notamment d’une biographie d’Offenbach publiée en 2000 aux éditions Gallimard, et vient tout juste de faire paraître M. Offenbach nous écrit. Lettres au Figaro et autres propos (Actes Sud / Palazzetto Bru Zane).

Informations pratiques

La manifestation se déroulera le jeudi 21 mars 2019 dans la salle de lecture du département de la Musique, 2 rue Louvois, 75002 PARIS de 18h à 19h. Elle est ouverte à tous, titulaires ou non d’une carte de lecteur de la BnF.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Informations : musique@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archéologie des femmes de pouvoir : De la fouille à l’écriture de l’histoire

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? La Bibliothèque nationale de France aborde la double problématique des femmes de pouvoir, à travers la présentation de recherches et de fouilles françaises en cours.

Programme

23 janvier 2019 (18h30)

Son nom est méconnu du grand public pourtant elle a œuvré toute sa vie dans l’ombre pour mener Néron au pouvoir. Son fils est passé à la postérité comme l’archétype du tyran mégalomane. Avant qu’il ne se rebelle contre elle jusqu’au matricide, Agrippine a dirigé Rome depuis les coulisses du palais impérial comme aucune autre femme ne l’a fait pendant l’Empire romain.

13 février 2019 (18h30)

Les tablettes cunéiformes, exhumées à Kültepe, l’ancienne ville de Kanesh située en Anatolie centrale (Turquie), constituent les archives privées de marchands assyriens établis là au XIXe siècle av. J.-C. Les lettres envoyées depuis leur ville d’origine, Assur (Irak) reflètent le rôle influent des femmes au sein de leur famille et dans l’économie domestique, ainsi que leur contribution au commerce international. Les documents juridiques découverts à Kanesh les font intervenir comme partie dans les contrats de mariage et divorce, les successions, les créances et les contrats d’achat. Cette documentation unique, alliée à une étude interdisciplinaire de l’artisanat textile, illustre le rôle important tenu par les femmes dans la gestion du ménage. Elle permet de dresser un portrait vivant de ces Assyriennes, qui ont acquis une certaine autonomie grâce à leur travail rémunéré, et de reconstituer leur quotidien.

20 mars 2019 (18h30)

Entre le VIIIe siècle et le VIe avant J.-C., le puissant domaine religieux de Karnak passe progressivement sous le contrôle d’une grande prêtresse, l’« adoratrice du dieu ». Fille de pharaon et déléguée par lui pour représenter son pouvoir en Haute-Égypte, celle-ci dispose de prérogatives royales. La succession de ces grandes prêtresses se fait néanmoins sans conflits dynastiques, malgré les rivalités entre Libyens, Kouchites et Saïtes, grâce à un système d’adoption de la future adoratrice dès son plus jeune âge. L’étude épigraphique et archéologique de plusieurs constructions aménagées par ces femmes de pouvoir, actuellement menée par la Mission Sanctuaires Osiriens de Karnak (IFAO, CFEETK, EPHE-PSL, INRAP, UMR 8546, 8167 et 5189, avec le soutien de la fondation ARPAMED), éclaire d’un nouveau jour de nombreux aspects de leur histoire.

3 avril 2019 (18h30)

Considérer les problématiques de genre en archéologie permet d’abord de remettre en cause les interprétations des vestiges funéraires faites selon les stéréotypes de notre société. Ceci nous permet ensuite de reconsidérer, d’un point de vue tant méthodologique qu’interprétatif, ce qui semble souvent si « facile » et évident à comprendre des rapports entre les femmes et les hommes, et de leurs rôles dans les sociétés anciennes. Que peut-on précisément comprendre de ces rapports à partir des vestiges archéologiques ? Comment peut-on appréhender ce qu’était « être une femme » ou un « homme » dans ces sociétés ? La question du « pouvoir » est forcément liée à ce type de questionnements, aussi était-il nécessairement exclu pour les femmes ? Il s’agira ainsi de présenter quelques pistes de réflexion à partir d’exemples archéologiques et anthropologiques.

5 juin 2019 (18h30)

De 141 à 101 avant J.-C., Cléopâtre III siège sur le trône d’Égypte aux côtés de trois rois : Ptolémée VIII Évergète II son oncle et époux, Ptolémée IX Philométor Sôter son fils aîné et enfin Ptolémée X Alexandre, son fils cadet. Si elle est présentée comme avide de pouvoir et manipulatrice hors pair par les auteurs classiques et modernes, son image peut être reconsidérée grâce à un retour à la documentation. Un vaste éventail de sources, composé de papyrus en grec et démotique, de sources épigraphiques grecques et hiéroglyphiques, de témoignages d’historiens grecs et romains ainsi que de représentations iconographiques dans les temples ptolémaïques, offre la possibilité d’appréhender de façon plus critique la carrière et le statut de Cléopâtre III au sein du pouvoir. Ces témoignages variés présentent différentes identités de la reine et nous permettent de mieux saisir ses actions et les cadres, institutionnels ou non, de sa position.

19 juin 2019 (18h30)

L’exclusion des femmes de la Couronne de France en 1316 (confortée par la redécouverte de la loi salique) amène à s’interroger sur la place et des fonctions de la reine au sein du système monarchique au bas Moyen Âge. Quel « métier » exerce-t-elle ? Elle ne pouvait certes pas être « un monarque au féminin », disposant de la plénitude des pouvoirs comme Isabelle la Catholique, reine de Castille (1451-1504), et Elisabeth Ière Tudor (1533-1603) en Angleterre. Pour autant, elle n’était pas cantonnée à la seule fonction maternelle ni à la seule sphère privée : la reine avait un statut, des pouvoirs, elle participait au bon fonctionnement de la royauté, et plus largement de la société politique, et ce bien avant les souveraines « modernes » célébrées par l’historiographie, telles Catherine ou Marie de Médicis. Son pouvoir se déployait notamment dans les sphères de la diplomatie et du mécénat. Elle jouait également un rôle majeur au sein de la communication du pouvoir.

Bibliographie

Bibliographie à télécharger

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nuit des idées 2019

Cette année, la Nuit des idées propose aux lieux participants d’imaginer leur programmation autour du thème « Face au présent ». De quoi notre présent est-il fait ? Comment faire face à ce que notre présent exige ? Face au présent, quelle mémoire et quel avenir ? Telles seront les interrogations au cœur de la Nuit des idées.

La Bibliothèque nationale de France participe à l’événement et propose deux événements.
Sur le site Richelieu, table ronde et conférences questionnent le rôle des revues d’idées et de débat et leur place dans le paysage intellectuel français, en invitant l’une des plus prestigieuses d’entre elles, Esprit.

Sur le site François-Mitterrand, la BnF et France Culture proposent une émission et des masterclasses en direct du petit auditorium.

Organisé par l’Institut français, en partenariat avec la Fondation de France, la revue Esprit et France Culture.

Programme

À quoi pensent les revues ?

18h Ouverture par Laurence Engel, Présidente de la BnF
« Revue des Revues » face au présent
Par Laurence Jung, chef du service sciences sociales, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF

18h15 Esprit, une revue dans le temps
Conférence par Goulven Boudic, historien

18h35 Esprit, es-tu là ?
Table ronde autour des combats contemporains de la Revue
Avec notamment Anne-Lorraine Bujon, rédactrice en chef de la revue Esprit

19h25 Qu’est-ce qui fait événement au présent ?
Zoom par Carole Widmaier, spécialiste d’Hannah Arendt

19h45 Qu’est-ce qu’un intellectuel de revue ?
Conférence par Michaël Fœssel, philosophe

Informations pratiques

  • Jeudi 31 janvier 2019 – 18h-20h30
  • Site Richelieu – Salle Emilie du Châtelet
  • 58, rue de Richelieu – Paris 2e

Émission et master classes avec France Culture

Hervé Gardette anime en public et en direct du Petit auditorium de la BnF une émission spéciale de France Culture, autour d’une “Battle” d’idées. Elle sera suivie de deux master classes animées par Pierre Rosanvallon et Mona Ozouf.

18h20 – 20h > Battle d’idées, 5 débats animés par Hervé Gardette en direct et en public

20h30 – 21h45 > Masterclasse de Pierre Rosanvallon en public

22h – 23h15 > Masterclasse de Mona Ozouf en public

Informations pratiques

  • Jeudi 31 janvier 2019 – 18h20-23h15
  • Site François-Mitterrand – Petit auditorium
  • Entrée rue Émile Durkheim – Paris 13e


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts