Archives par mot-clé : Conférence

Cycle de conférences : Archéologie de la Guerre : de la fouille à l’écriture de l’Histoire

La Bibliothèque nationale de France organise, entre octobre 2017 et juin 2018, un cycle de conférences consacré aux différents aspects de l’archéologie de la Guerre, toutes périodes confondues. 

Mercredi 11 octobre 2017 : L’archéologie de la Grande Guerre

Gilles Prilaux, Ingénieur de recherche, directeur adjoint scientifique et technique à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) Hauts-de-France
Les interventions archéologiques menées dans le Nord et dans l’Est de la France font souvent ressurgir les cicatrices du sol générées par les combats de la guerre 1914/1918. Ces stigmates, particulièrement nombreux, se comptent par centaines de milliers : trous d’obus, tranchées, boyaux, abris de fortune, dépotoirs, munitions de tous calibres, mais aussi restes des 700 000 combattants encore fossilisés sur le champ de bataille. Ces témoignages directs de cette boucherie sans nom se révèlent sous des formes variées ; ici les restes d’un corps enseveli et grêlés de shrapnell ; là une jambe arrachée abandonnée dans un trou d’obus, jusqu’à des ensembles plus complexes qui font écho à l’état d’esprit du soldat face à l’horreur des combats. Cette conférence propose de faire un point sur l’état des lieux sur cette période à travers le regard de l’archéologie de terrain que reste-t-il aujourd’hui dans le sol et comment l’interpréter ?
La tombe des Grimsby Chums, dans la ZAC Actiparc d’Arras (Pas-de-Calais) en cours de fouille en 2001. 20 corps de soldats ont été découverts dans cette fosse commune.
Cl. Gilles Prilaux. Inrap

Mercredi 22 novembre 2017 : Les fouilles de fortins du désert oriental en Égypte

Bérengère Redon, Chargée de recherche au CNRS, UMR 5189 HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Antiques), directrice de la MAFDO
Créée en 1994 par Hélène Cuvigny, la mission archéologique française du désert Oriental explore une région en marge de l’Égypte, située à l’interface entre la vallée du Nil et la mer Rouge. Le but de la mission est d’étudier l’occupation humaine du désert Oriental, l’exploitation de ses ressources, le développement de ses infrastructures (routes, fortins, stations) aux époques ptolémaïque
(331-30 av. J.-C.) et romaine (30 av. J.-C.-IVe s. ap. J.-C.), en se concentrant d’une part sur l’exploitation des carrières et mines de la région, et d’autre part sur l’aménagement et la surveillance des grandes pistes caravanières qui traversaient le désert jusqu’aux ports de Bérénice et Myos Hormos. Une dizaine de forts, extrêmement bien préservés, ont été explorés. Ils ont livré un matériel exceptionnel, dont plusieurs milliers d’ostraca. Ces découvertes renseignent l’historien sur la vie quotidienne de la petite société des fortins, qui ont accueilli une population mêlée et complexe, composée de soldats et de civils, de femmes et d’hommes, et même d’enfants, d’origine très diverses.
Artist’s Sketch of Pharaoh Spearing a Lion

Mercredi 20 décembre 2017 : Archéologie de la bataille de Sellasie (222 av. J.-C.) : entre sources antiques et réalités du terrain

Jean-Christophe Couvenhes, Maître de conférence d’Histoire grecque, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), UMR 8210 AnHiMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques)
La bataille de Sellasie (222 av. J.-C.) mit fin aux espoirs de redressement de l’État spartiate par son roi Cléomène III. Cette bataille est restée célèbre grâce à l’historien Polybe et à Plutarque. En position de force défensive, sur son territoire, Cléomène est néanmoins défait par les troupes du roi de Macédoine Antigone Dôsôn, près de la localité périèque de Sellasie, à quelques kilomètres au nord-est de Sparte ; il doit s’enfuir en Égypte. Entre 1828 et 1833, lors de la guerre d’indépendance grecque, l’expédition de Morée passe par Sellasie.
Emile Le Puillon de Boblaye (Paris-Strasbourg, 1835) y consacre une page, tentant d’articuler les textes au terrain. Tout au long des XIXe
et XXe siècles, des voyageurs puis des archéologues de toutes nationalités reviennent sur le champ de bataille et sur les textes : Leake, Ross, Jochmus, Kromayer, Sotiriadis, Delbrück, Pritchett, Morgan, etc. Aujourd’hui encore, Sellasie reste un point d’observation intéressant pour comprendre les enjeux méthodologiques de la reconstitution d’une bataille antique.
Bataille de [Séllasia] entre [Antigonos] et Cleomène

Mercredi 17 janvier 2018 : Les mercenaires celtes, entre mythes et réalités

Luc Baray, Habilité à diriger des recherches, Directeur de recherche au CNRS, membre de l’UMR 6298 ArTeHiS (Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés)
Du Ve siècle à la fin du Ier siècle avant J.-C., de l’Afrique du Nord à la Judée en passant par la Sicile, l’Italie, la Grèce et l’Asie Mineure, des milliers de guerriers celtes ont été recrutés par les Carthaginois et les Grecs. Guerriers étrangers, motivés par l’appât du gain et la recherche de terres où s’installer, les Celtes essaimèrent sur tous les fronts où leur savoir-faire technique et leur bravoure paraissaient indispensables.
L’objet de cette conférence est de déconstruire le mythe du mercenariat celtique tel qu’il nous est donné à lire à travers les poncifs des auteurs gréco-latins, souvent repris et amplifiés par les modernes. Un retour critique aux sources antiques permet d’en présenter une autre image en cherchant notamment à toujours distinguer les statuts – mercenaire ou auxiliaire – derrière les dénominations.

Soldat gaulois

Mercredi 7 février 2018 : Archéologie sous-marine du débarquement de Normandie

Cécile Sauvage, Conservateur du Patrimoine, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM)
Le débarquement de Normandie a été abondamment étudié par les historiens. Depuis deux décennies, l’archéologie sous-marine contribue également à sa connaissance. Aux premières études menées par des plongeurs de la région de Caen, se sont ajoutées des campagnes menées par des équipes professionnelles américaine, canadienne, britannique puis française.

Le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), a pour mission l’inventaire des vestiges d’intérêt archéologique ou historique situés dans les eaux sous juridiction française. Depuis 2015, il accompagne la Région Normandie dans un projet qui vise à faire inscrire les plages du Débarquement au titre du patrimoine mondial par l’Unesco. Après une première phase de dépouillement des données déjà acquises sur les vestiges maritimes du Débarquement, le DRASSM a débuté en 2017 une campagne d’expertises in situ. La centaine de vestiges aujourd’hui connus montre l’importance de la composante maritime de l’Opération Neptune et la variété des moyens mis en œuvre à cette occasion.

Char U.S. Duplex Drive Sherman © ShigureKai, Imgur

Mercredi 21 mars 2018 : Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (78) : La préparation des troupes de Louis XIV à la guerre de siège (1669-1770)

Séverine Hurard, Ingénieure de recherches à l’ Institut national de
recherches archéologiques préventives (Inrap)
Situé, à l’intérieur de la boucle de la Seine, dans la plaine alluviale dite d’Achères, le Fort Saint-Sébastien accueillit, vraisemblablement à partir de 1669 et pour quelques années seulement, les troupes dites de la «Maison du Roi», soit entre 9000 et 30000 soldats, faisant
l’apprentissage des techniques de la guerre de siège. La fouille archéologique, menée entre 2011 et 2012 sur une surface de 28 hectares, a révélé l’existence de deux ouvrages fortifiés distincts associés à leurs aires de campement. Cette lecture archéologique inédite de la préparation à la guerre de siège offre un éclairage différent, à une échelle inaccoutumée, sur la rationalisation des pratiques militaires sous Louis XIV. Elle permet de s’intéresser plus
globalement à la société des gens de guerre, à laquelle appartiennent les compagnies de mousquetaires et d’examiner la réalité matérielle de cette société composite.

Mercredi 11 avril 2018 : Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy

Benoît Pouvreau, Chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis
Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permit une redécouverte : l’œuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.
R. B. Kitaj (29 Oct 1932 – 21 Oct 2007), Drancy, Credit: Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d’art et d’histoire du judaïsme) / Jean-Gilles Berizzi

Mercredi 23 mai 2018 : L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est : L’alimentation du combattant de la Grande Guerre à travers l’archéologie

Michaël Landolt, Archéologue, Service régional de l’archéologie, Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est
Le développement de l’archéologie de la Première Guerre Mondiale en France depuis quelques années s’est récemment accompagné d’une définition de nouvelles problématiques d’études. Parmi celles-ci, l’étude archéologique des dépotoirs vient véritablement compléter la vision de la Grande Guerre. De nombreux éléments, issus du mobilier rejeté dans ces structures, sont à mettre en relation avec l’alimentation. L’évocation par les soldats des conditions alimentaires au front et au repos est trop souvent parcellaire et anecdotique. Ainsi, les objets et les restes alimentaires qui leurs sont liés méritent une attention particulière car ils contiennent une quantité d’informations encore sous exploitées par les historiens. Même si ces vestiges ont malheureusement souvent été délaissés, au profit des fouilleurs clandestins, les études scientifiques démontrent aujourd’hui le potentiel documentaire de ce mobilier. À partir de corpus principalement issus de Champagne-
Ardenne, Lorraine et Alsace, l’alimentation des soldats allemands et français pourra être abordée. L’accent sera donné sur les spécificités de chaque belligérant à partir de quelques exemples caractéristiques (boissons, condiments, conserves, viande…). Cette étude comparative pluridisciplinaire développera plusieurs problématiques depuis la fabrication des aliments jusqu’au rejet des restes alimentaires.
Gamelles et matériel de cuisine abandonnés par les Allemands à Etrepilly : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Archéogéomorphologie de la Grande Guerre : une approche du façonnement des paysages du premier conflit mondial dans le Nord-Est de la France (champ de bataille de Verdun)

Stéphanie Jacquemot, Archéologue, Service régional de l’archéologie, Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est
Cent ans après, les traces des combats de la Grande Guerre demeurent toujours vivaces dans les paysages du Nord-Est de la France. C’est le cas notamment en forêt de Verdun, qui a fait l’objet en 2013 d’une prospection par LiDAR aéroporté, permettant de dévoiler, sous forme d’images 3-D à haute résolution, les vestiges de guerre masqués par le manteau forestier. Menée à partir du traitement d’images et de l’analyse de terrain, une étude archéogéomorphologique des formes de relief induites par les bombardements et les aménagements du front établit une typologie et une cartographie inédites de la diversité des vestiges et de la structure du champ de bataille.
Les résultats de ces travaux menés avec Rémi de Matos-Machado contribuent à affiner la connaissance du champ de bataille de Verdun.
Auteur : R. de Matos Machado, mars 2015. Source : Rémi de Matos Machado, Jean-Paul Amat, Gilles Arnaud-Fassetta et François Bétard, « Potentialités de l’outil LiDAR pour cartographier les vestiges de la Grande Guerre en milieu intra-forestier (bois des Caures, forêt domaniale de Verdun, Meuse) », EchoGéo [En ligne], 38 | 2016, mis en ligne le 13 décembre 2016, consulté le 13 octobre 2017. URL : http://echogeo.revues.org/14791 ; DOI : 10.4000/echogeo.14791

Mercredi 13 juin 2018 : La guerre romaine en Espagne (IIIe-Ier s. av. J.-C.) : l’historien face aux traces matérielles

François Cadiou, Professeur d’Histoire romaine, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Ausonius
L’Espagne est actuellement la région où l’archéologie militaire, en plein essor depuis plus d’une décennie, a livré les résultats les plus importants et les plus spectaculaires concernant l’époque de l’expansion romaine en Méditerranée à la fin de la République. On y compte désormais de nombreux sites identifiés comme des camps militaires ou même des champs de bataille.
Chronologiquement situés entre le début de la Deuxième guerre punique et les ultimes conquêtes réalisées sous Auguste, soit sur près de deux siècles, ils ont livré des restes d’infrastructures ou du matériel qui contribuent à alimenter des débats sur l’évolution des pratiques romaines de la guerre à cette période. À partir d’un bilan de ces découvertes récentes, la conférence proposera de réfléchir à l’usage de ces données matérielles par l’historien.
[Monnaie. Denarius, Auguste, Atelier auxiliaire (Espagne)]

Coordination

  • Vanessa Desclaux, chargée de collection du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF
  • Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, BnF
  • Tassos Anastasiadis, directeur des études Grèce moderne et contemporaine, EFA

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand,  Salle 70

Entrée libre

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

20e Rendez-vous de l’histoire de Blois

La 20e édition des Rendez-vous de l’histoire qui a lieu du 4 au 8 octobre 2017 à Blois, a pour thème cette année « Eurêka – inventer, découvrir, innover ». Comme chaque année, la BnF y est présente et propose des conférences.

Conférences proposées par la BnF

Transmettre et réfléchir sur la transmission

Vendredi 6 octobre – de 10h à 11h30 – Bibliothèque Abbé Grégoire

Cette rencontre invitera enseignants et responsables associatifs à réfléchir à des modes de transmission adaptés à des publics fragilisés socialement. Comment transmettre de façon inclusive ? Comment réfléchir à des modes d’appropriation qui rendent les personnes concernées acteurs et participants ?

Avec Sylvie Dreyfus Alphandery, responsable de la Mission de diversification des publics, à la BnF, et Jean-Charles Buttier, professeur à Blois et chercheur associé à la BnF.

De la drachme au bitcoin – La monnaie, une invention en perpétuel renouvellement

Vendredi 6 octobre – de 10h à 17h – Site Chocolaterie de l’IUT, salle 214

légende ci-après

Drachme, Épire

Le propos de cette journée sera d’étudier sur la longue durée, de la Chine antique au Bitcoin, le perpétuel renouvellement d’une monnaie de plus en plus immatérielle.

Modéré par Catherine Grandjean, professeur d’histoire grecque, université François-
Rabelais, Tours, CeTHiS et Pierre-Olivier Hochard, maître de conférences d’histoire grecque, université François-Rabelais, Tours, CeTHiS. Avec Patrice Baubeau, maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Paris-Nanterre, IDHES, Marc Bompaire, directeur de recherches CNRS, histoire médiévale, IRAMAT-université d’Orléans, Yves Coativy, professeur d’histoire médiévale à l’université de Bretagne occidentale, CRBC, Ludovic Desmedt, maître de conférences en sciences économiques à l’université de Bourgogne, LEG, Vincent Drost, allocataire post-doctorant en histoire romaine, ARC 5 Région Rhône-Alpes, HISOMA, Jérôme Jambu, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Lille III détaché au département des monnaies, médailles et antiques de la BnF, Michel Kaplan, professeur émérite d’histoire médiévale à l’université de Paris- Panthéon Sorbonne, Orient et Méditerranée, Arnaud Suspène, professeur d’histoire ancienne, université d’Orléans, IRAMAT, Bruno Théret, directeur de recherches au CNRS, sciences économiques, université de Paris-Dauphine, IRISSO.

Écrire l’histoire au XIXe siècle: romans historiques, récits de voyage classiques, manuels

Vendredi 6 octobre – de 17h30 à 19h – Université, amphi 2

Tout au long du XIXe siècle, une très importante production éditoriale a participé à la construction de l’histoire de France. La BnF, aidée par des historiens de renom, a réalisé une sélection de 100 textes qui méritent d’être relus aujourd’hui.

Avec Antoine Lefebure, historien, Frédéric Manfrin, chef du service histoire à la BnF, Paule Petitier, professeur à l’université Paris-Diderot, Agnès Sandras, chargée de collections à la BnF, et Emmanuel de Waresquiel, historien, spécialiste de la France du XIXe siècle. Modéré par Emmanuel Laurentin, producteur de La Fabrique de l’histoire sur France Culture.

Gustave Trouvé, un inventeur oublié de la seconde révolution industrielle

Vendredi 6 octobre – de 16h à 17h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

légende ci-après

Gustave Trouvé

EURÊKA ! C’est le nom de la société fondée par l’inventeur Gustave Trouvé ! Dans la 2e moitié du XIXe siècle, il déposa des dizaines de brevets dans le domaine de l’électricité. Cette intervention porte sur sa vie, ses brevets, ses inventions…

Par Anne Boyer, chargée de collections en histoire des sciences à la BnF, Luc Menapace, chargé de collections en biologie et paléontologie à la BnF.

Fouiller, découvrir, déchiffrer l’Orient au XIXe siècle

Vendredi 6 octobre – de 17h30 à 18h30 – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patriomonial

Entre émulation scientifique et enjeux diplomatiques, le XIXe siècle marque un tournant dans le déchirement des écritures de l’Orient ancien : égyptien, phénicien, cunéiforme se dévoilent progressivement grâce aux découvertes archéologiques.

Par Vanessa Desclaux, chargée de collections en préhistoire, histoire ancienne et archéologie à la BnF, Hélène Virenque, chargée de collections en lettres classiques à la BnF.

« L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science

Samedi 7 octobre – de 11h à 12h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

Retour sur un célèbre article d’Emmanuel Le Roy Ladurie paru en mai 1968 et l’évocation d’autres préoccupations de l’historien visant l’ouverture de sa discipline vers de nouvelles conquêtes scientifiques.

Par Stefan Lemny, chargé de collections d’histoire à la BnF.

La conservation du patrimoine audiovisuel face à l’obsolescence technologique

Samedi 7 octobre – de 11h15 à 11h45 – École du Paysage, Gand amphi

Conférence dans le cadre de la journée d’étude « L’innovation dans les sciences du patrimoine »
Par Alain Carou, conservateur général, département de l’audiovisuel, Bibliothèque nationale de France.

Gallica, une bibliothèque numérique au service de la recherche

Samedi 7 octobre – de 14h à 15h30 – Site Chocolaterie de l’IUT, amphi 2

Gallica accompagne ses utilisateurs dans leurs pratiques de recherche et de production, par la réappropriation et la rediffusion de ses ressources vers les sites, blogs et outils collaboratifs, prolongeant expertises et spécialités déjà en ligne.

Par Arnaud Dhermy, coordinateur scientifique pour Gallica au département de la Coopération (BnF).

1848 et la « Foire aux idées nouvelles »

Samedi 7 octobre – de 15h à 16h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

Les « idées nouvelles » de 1848 (celles de Proudhon, Cabet, Considérant…) stimulent le crayon des caricaturistes et la plume des satiristes. Cet humour va-t-il à l’encontre des « inventions » politiques ou les accompagne-t-elles ?

Par Agnès Sandras, conservatrice à la BnF.

Le Moyen Age : temps obscures ou siècles d’innovations ?

Samedi 7 octobre – de 17h à 18h – Bibliothèque Abbé Grégoire, Fonds patrimonial

Longtemps considéré en Occident comme le basculement de l’Antiquité vers des siècles d’obscurantisme, le Moyen Âge s’avère une période bien plus nuancée. Des découvertes et des innovations médiévales à parcourir à travers Gallica.

Par Séverine Boullay, conservateur des bibliothèques.

Le cinéma aux rendez-vous de l’histoire

Partenaire de longue date des Rendez-vous de l’histoire, le département de l’Audiovisuel de la BnF collecte chaque année plus de 10 000 films pour en assurer la conservation et la transmission au public. Cette année, sa programmation se veut en écho à l’exposition qu’elle coproduit avec le CNC consacrée à Jean Rouch.

Moi, un Noir de Jean Rouch

Dimanche 8 octobre à 9h30 et lundi 9 octobre à 18h – Cinéma Les Lobis
Documentaire, France, 1959, Solaris, restauration CNC
Précédé de Télesphore Légaré, garde-pêche de Claude Fournier (Canada / Québec, 1959)

En 1959, le cinéaste-ethnographe Jean Rouch présente un film en rupture complète avec les normes du documentaire. Il a filmé un jeune manœuvre du port d’Abidjan dans son quotidien, puis lui a projeté les images et lui a demandé de les commenter. Pour la première fois, le sujet observé par l’ethnographe a véritablement la parole. Au même moment, au Canada, une révolution comparable s’opère dans la manière de filmer le quotidien de ceux qui ont été jusqu’alors des « sansvoix ».

Présentation par Alain Carou, responsable du département audiovisuel de la BnF et commissaire de l’exposition Jean Rouch, l’homme-cinéma.

Stand BnF au salon du livre d’histoire

Halle aux grains, emplacement 27.
Vendredi 6 et samedi 7 octobre : de 10h à 19h30
Dimanche 8 octobre : de 10h à 18h30

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

La Bibliothèque nationale de France organise un cycle de conférences sur l’histoire de l’Italie portant plus particulièrement sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles.

Argument

La France et l’Italie entretiennent des relations très étroites depuis une époque lointaine. Au fil des siècles, les multiples échanges entre les deux pays ont favorisé la constitution d’un fonds patrimonial extrêmement riche et varié qui demeure cependant peu connu du grand public. Ce cycle de conférences porte sur des moments clés de l’histoire de la péninsule aux XIXe-XXe siècles.

Programme

Vendredi 13 octobre 2017 : Les exilés politiques italiens à Paris dans les années 1830. L’exemple de la Gazette « L’Italiano »

Madame Ilaria Gabbani, Docteur ès Lettres, traductrice. Université de Pise, Université de Paris 3 Sorbonne, Centre C.I.R.C.E.

La publication, à Paris, en 1836, de la gazette littéraire « L’Italiano » demeure un épisode peu connu de l’histoire de la diaspora italienne du Risorgimento. Écrit presque entièrement en italien, destiné à la communauté des exilés comme au public de la péninsule, le journal avait comme objectif un ambitieux programme de critique littéraire visant l’élaboration d’une nouvelle littérature nationale. En dépit de sa nature identitaire, ce projet était le fruit d’un dialogue fécond avec la littérature européenne du XIXe s. dont un recueil de traductions de drames était à l’origine envisagé. Entre éloges et âpres critiques, c’est surtout la culture française du XIXe s. qui joue un rôle prépondérant dans le développement du projet littéraire défendu par la gazette.

L’Italiano. Foglio letterario, [périodique] Collections BnF, Site François-Mitterrand, cote Z-9119

Vendredi 17 novembre 2017 : Les Français et l’Unité italienne : 1848-1870

Madame Laura Fournier-Finocchiaro, Maître de conférences HDR en études italiennes. Université Paris 8  Vincennes-Saint-Denis.

Entre 1848 et 1870, on constate un très vif intérêt en France pour la question de l’indépendance et de l’unité italienne. L’opinion française, globalement plutôt sensible et favorable à l’idée de combattre l’influence autrichienne en Italie, est régulièrement informée par la presse qui, pendant la guerre d’indépendance de 1859-1860, développe massivement la pratique journalistique de la correspondance de guerre. À cet égard, on peut remarquer que la France construit son image propre du Risorgimento italien où le rôle joué par la personnalité de Napoléon III est fortement valorisé. Inversement, l’historiographie italienne revendique, pour sa part, l’indépendance de l’action politique dans l’unification de la péninsule par rapport à l’appui venu des Français.

Guerre d’Italie. Bataille de Solferino (24 juin 1859). L’empereur Napoléon III donne l’ordre aux chasseurs et aux voltigeurs de la Garde d’enlever Solferino [estampe]

Vendredi 15 décembre 2017 : Entre estime et rivalité : les relations entre la France et le Royaume d’Italie de la défaite de Sedan à la Marche sur Rome (1870-1922)

Monsieur Jean-Yves Frétigné, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université de Rouen, GRHis. Président de la Société d’études françaises du Risorgimento italien.

Après les périodes d’incompréhension (Napoléon III et la question romaine) et les combats communs entre Français et Piémontais sur les champs de bataille contre les Autrichiens qui ont joué un grand rôle dans le Risorgimento et dans la naissance du Royaume d’Italie, les relations entre les deux peuples restent tissées d’estime et de solidarité mais aussi de mépris et de rivalité. Les frictions, parfois très vives, et les apaisements autour de la question romaine puis de la question coloniale vont rythmer les rapports diplomatiques, économiques et culturels jusqu’à l’arrivée de Mussolini au pouvoir.  Plus fortement que jamais, entre 1870 et 1922, les deux États latins se considèrent comme deux sœurs profondément attachées l’une à l’autre mais parfois incapables de se comprendre.

« La Question tunisienne », Le Monde illustré, 20 avril 1881.

Vendredi 26 janvier 2018 : L’émigration italienne en France aux XIXe et XXe siècles

Madame Marie-Claude Blanc-Chaléard, Professeur d’histoire émérite. Université Paris Ouest Nanterre-La Défense.

La circulation des hommes entre l’Italie et la France s’inscrit dans la longue durée de l’histoire de voisinage sans doute la plus riche de toutes. Elle se poursuit aujourd’hui dans le cadre de l’Europe unie. Mais c’est avec le XIXe siècle et l’ère de l’immigration moderne que s’est produit le grand mouvement qui a donné aux Italiens une place exceptionnelle dans la construction de la France contemporaine.  Leur migration, entre les années 1850 et 1960, a été la plus longue et la plus nombreuse. Si l’on observe la génération des grands-parents, les Italiens sont toujours au premier rang des origines étrangères de la population nationale. Présents dans tous les domaines de l’économie, ils ont eu leur part dans le peuplement de presque toutes les régions françaises et dans leur histoire politique et culturelle. La conférence abordera ces différents aspects, à travers une lecture chronologique qui suivra les différentes vagues migratoires et leurs modalités d’intégration.

L’Emporio italiano. L’Italie à Paris » [carte postale, 1900-1914]. © Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

Vendredi 9 février 2018 : Entre les deux guerres mondiales : les exilés antifascistes italiens en France

Monsieur Eric Vial, Professeur d’histoire contemporaine. Université de Cergy-Pontoise.

 10% du million d’Italiens présents en France autour de 1930 s’opposent au fascisme. Sur les fuorusciti, sympathisants comme leaders politiques, la police de Mussolini a ouvert plus de 20 000 dossiers. Des catholiques, des libéraux, républicains mazziniens, libéraux-socialistes, socialistes réformistes ou maximalistes, communistes, anarchistes… : les sensibilités politiques sont diverses. Après 1945, ils ont fourni à l’Italie des cadres politiques, dont deux présidents de la République. Si les exilés antifascistes ont été peu entendus par l’opinion, si leurs actions en direction de leur pays ont fatalement tourné court, leur activité a été importante et a témoigné d’événements majeurs : Concordat de 1929, crise mondiale, Front populaire, guerres d’Éthiopie et d’Espagne, préludes à la Seconde Guerre mondiale, dans les va-et-vient des relations franco-italiennes. C’est cette histoire qu’il s’agit de suivre.

Sandro Pertini, ancien président de la République italienne, dans les années 1920 [photographie]

Vendredi 9 mars 2018 : Les relations franco-italiennes dans le deuxième après-guerre : de 1947 à nos jours

Monsieur Alessandro Giacone, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine. Université de Grenoble-Alpes.

Dans l’immédiat après-guerre, la France et l’Italie doivent régler les conséquences de la Seconde Guerre mondiale afin de rétablir de bonnes relations. Après la signature du traité de paix (1947), les deux pays négocient un projet d’union douanière, rapidement remplacé par la coopération européenne au sein de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et du Marché commun (CEE). L’amélioration des transports, la progression des échanges économiques et touristiques et la forte immigration italienne en France intensifient les rapports entre les deux peuples. Pendant les années 1960-1970, les gouvernements des deux pays ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde. A partir de 1981, les sommets franco-italiens créent un espace de dialogue régulier, où les deux gouvernements essaient de coordonner leurs politiques et de lancer des projets communs, comme ceux qui sont actuellement en cours.

François Mitterrand et Bettino Craxi au siège du Parti Socialiste Italien, années 1980

Informations pratiques

Vendredi 15 décembre 2017 – 18h30-20h
Site François-Mitterrand, Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre
Coordination : Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences : Monnaies virtuelles et monnaies locales, quels enjeux ?

La Bibliothèque nationale de France organise un cycle de conférences sur les enjeux des monnaies virtuelles et monnaies locales.

Ces dernières décennies ont vu se multiplier dans de nombreux pays quantité de monnaies parallèles ayant cours sur un territoire donné et/ou entre des personnes d’une même communauté.
Ainsi, bitcoin, éther et autres monnaies virtuelles universalistes, de même que des monnaies locales complémentaires, se développent en alternative aux monnaies officielles émises par les Etats. C’est ainsi le cas en Région parisienne où une monnaie locale à vocation régionale circule à Montreuil et un projet est en cours pour Paris.
Si l’utilisation de ces nouvelles monnaies est accessible à tous, l’information sur leur nature et leurs implications reste souvent obscure. La monnaie, moyen d’échange, de don et d’accumulation, véhicule de confiance et de puissance, souffre de manière générale d’un déficit chronique d’information facilement accessible aux citoyens, malgré le rôle central qu’elle joue dans la vie quotidienne et les conséquences du fait d’en disposer ou pas. L’objectif de ce cycle « Monnaies virtuelles et monnaies locales, quels enjeux ? » est de permettre à tous de saisir les enjeux de ces nouvelles monnaies. Un parcours sera proposé qui, partant de la nature de la monnaie et de la diversité de ses supports, mènera à découvrir le panorama des monnaies virtuelles ainsi que des retours d’expérience de monnaies locales.
Ce cycle permettra également de donner un coup de projecteur sur la richesse de la recherche sur les questions monétaires, notamment en France, ainsi que sur les collections de la BnF en ce domaine. En particulier, des objets monétaires seront exposés, et certains d’entre eux présentés, dans la salle 70.

Coordination : Carmen Guy, département Droit, économie, politique, BnF et Florence Codine, département des Monnaies, médailles et antiques, BnF
Modérateur : Arnaud Manas, chef du service du Patrimoine Historique et des Archives de la Banque de France.

Programme

  • Jeudi 2 mars 2017

    Universalité et pluralité du fait monétaire : monnaie officielle et monnaies alternatives

    Avec Michel Aglietta, professeur des universités à Paris-Ouest, conseiller au CEPII et France Stratégie et Jerôme Blanc, professeur des universités à Sciences Po Lyon, administrateur de l’institut Veblen pour les réformes économiques.

    L’utilisation des monnaies virtuelles et des monnaies locales, quoiqu’en forte croissance, reste marginale par rapport à celle des monnaies officielles, gérées par les Etats. En même temps, la coexistence de plusieurs monnaies au sein d’une même communauté est loin d’être un phénomène nouveau.
    Eclaircir les origines, les fonctions et les modalités du fait monétaire, et les situer dans l’histoire de la monnaie, se pose ainsi comme préalable pour mieux comprendre nos comportements monétaires au jour le jour et éclairer ainsi les logiques qui président à l’apparition des nouvelles monnaies.

  • Jeudi 9 mars 2017

    Les supports de la monnaie et leur dématérialisation : de l’électrum aux cryptomonnaies

    Avec Patrice Baubeau, maître de conférences en histoire économique à Paris-Ouest et enseignant à Sciences-po Paris, et Odile Lakomski-Laguerre, maître de conférences en économie à l’université de Picardie.

    Si le bitcoin apparaît comme un cas extrême de monnaie au seul support électronique, la norme a plutôt été la coexistence de plusieurs supports pour une même monnaie. Des encoches sur des bâtons aux séquences électroniques, en passant par les métaux et le papier, un parcours des différents supports permettra de découvrir la logique en jeu ayant déterminé leur apparition. En effet, des marchandises durables et transportables, faciles à échanger, seraient à l’origine des monnaies métalliques, qui présentent une valeur vénale indépendante de leur valeur symbolique, tandis que les reconnaissances de dettes et les promesses de paiement seraient devenues des supports de monnaie dont la valeur s’appuie uniquement sur la confiance. Apparu comme nouvelle option pour les monnaies existantes, le support électronique se développe ensuite comme support exclusif des monnaies virtuelles.

  • Jeudi 23 mars 2017

    Les monnaies locales complémentaires en France : focus sur la « pêche », en Ile-de-France et la « doume » au Puy-de-Dôme

    Avec Marc Abel, responsable à l’association « la pêche, monnaie locale en Ile de France », Marie Fare, maître de conférences en sciences économiques à l’université Lumière Lyon 2, Christophe Fourel, chef de mission à la Direction générale de la cohésion sociale et Ariane Tichit, maître de conférences en économie à l’université d’Auvergne.

    À côté des monnaies officielles, acceptées partout au sein des Etats qui les ont émis, voire bien au-delà de ses frontières, des communautés locales développent des monnaies alternatives, ancrées sur la monnaie officielle. Il s’agit d’initiatives à caractère associatif, qui exigent un gros investissement humain. Il y a une trentaine en circulation actuellement en France, comme l’Abeille (2010) à Villeneuve-sur-Lot, l’Occitan (2010) à Pézenas, l’Eusko (2013) au Pays Basque, la Pêche (2013) à Montreuil, en Ile de France, la Doume (2015) au Puy de Dôme, SoNantes (2015) à Nantes ou la Gonette (2015) à Lyon. De nombreux projets sont en cours : parmi eux, celui de la Seine à Paris.
    Il s’agit de mettre en perspective la genèse et la portée de ce phénomène, ainsi que les objectifs, modalités et supports de ces monnaies, et de présenter plus précisément le fonctionnement des monnaies en circulation.

Une bibliographie élaborée par les bibliothécaires de la BnF permet d’approfondir les sujets abordés par le cycle de conférences : http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_biblios_droit/a.biblio_monnaie.html

Flyer du cycle

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site-François-Mitterrand
Quai François Mauriac, Paris 13e
Salle 70, de 18h30 à 20h

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts