Archives par mot-clé : Conférence

Cycle de conférences 2019 – 2020 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 9e édition du cycle les Trésors de Richelieu, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de la littérature et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de la BnF, de l’INHA et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Programme

17 décembre 2019 : ouverture du cycle par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, Laurence Engel, présidente de la BnF et Éric de Chassey, directeur de l’INHA

17 décembre 2019 : Des fascicules de L’Ami du peuple tachés du sang de Marat

  • Philippe Charlier, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du Quai Branly-Jacques Chirac
  • Corinne Le Bitouzé, directrice-adjointe, département des Estampes et de la photographie, BnF

Le 13 juillet 1793, Jean-Paul Marat tombait sous les coups de Charlotte Corday. On connaît la scène : l’homme politique, malade, allongé dans sa baignoire, une tablette installée devant lui recouverte de papiers qui se tachent peu à peu de son sang. Devenues des reliques, quelques-unes de ces feuilles se trouvent aujourd’hui dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF. La provenance de ces documents exceptionnels, jusque-là uniquement attestée par des mentions manuscrites, a pu récemment être confirmée, grâce à des méthodes d’analyses, similaires à celles utilisées par la police scientifique.

14 janvier 2020 : Le Douzième Coup de minuit (1932), un manuscrit au service du « théâtre invisible »

  • Pascal Lécroart, professeur à l’université de Franche-Comté
  • Jean-Baptiste Raze, département des Arts du spectacle, BnF

À la fin des années 1920, le développement technique de la radio et l’élargissement de son public conduisent à l’idée d’un art spécifiquement radiophonique. Influencé par le théâtre, la musique et le cinéma, il produit, en 1929, un premier chef-d’œuvre à dimension internationale : Le Vol de Lindbergh de Bertolt Brecht, Kurt Weill et Paul Hindemith. En France, le groupe théâtral d’avant-garde Art et Action, animé par Édouard Autant et Louise Lara, présente, en décembre 1933, Le Douzième Coup de minuit sur un « poème orchestral » de Carlos Larronde, avec une musique d’Arthur Honegger. Diffusée deux fois à la radio et jouée en version de concert, cette production prestigieuse donne lieu à une valorisation exceptionnelle à travers la réalisation d’un manuscrit superbement calligraphié et d’un enregistrement, destinés à servir de modèle pour la postérité. La conservation de ces pièces remarquables dans le fonds Art et action du département des Arts du spectacle de la BnF permet aujourd’hui d’appréhender la valeur patrimoniale singulière de cette œuvre, alors que les ambitions initiales d’un art radiophonique sont oubliées et que la postérité a relégué hors de nos mémoires cette réalisation.

28 janvier 2020 : La carte d’Italie de Jean-Baptiste d’Anville : prémices d’une nouvelle cartographie

  • Lucile Haguet, conservatrice à la Bibliothèque du Havre
  • Catherine Hofmann, département des cartes et plans, BnF

Dans la première moitié du siècle, la cartographie de l’Europe est dans une situation très inégale, l’Italie faisant partie des pays mal dotés. À quarante-six ans, protégé des ducs d’Orléans, d’Anville est reconnu par ses pairs, mais n’a pas encore atteint la reconnaissance académique. Sa méthode de travail et son érudition l’autorisent à penser qu’il est en mesure d’améliorer la cartographie du globe. Il projette de réaliser dix-huit cartes pour former un nouvel atlas universel. C’est dans ce contexte qu’il publie une nouvelle carte de l’Italie (1743) et rédige un ouvrage de plus de trois cents pages, l’Analyse géographique de l’Italie (1744), qui justifie les nouveaux contours qu’il donne à la péninsule, mais invite aussi le lecteur à se projeter dans un projet plus vaste de remaniement de la représentation du monde. La carte d’Italie est donc le fer de lance d’un projet scientifique et commercial. En comblant radicalement le retard cartographique italien, d’Anville espère être reconnu comme le plus grand géographe de son temps.

25 février 2020 : le manuscrit de Nadja d’André Breton (NAF 28930), acquis en 2017

  • Jacqueline Chénieux-Gendron, directeur de recherche émérite au CNRS
  • Olivier Wagner, département des manuscrits, BnF

Retiré au manoir d’Ango sur le littoral normand au cours du mois d’août 1927, André Breton y écrivit l’un de ses plus beaux textes, Nadja. Le manuscrit autographe de cette œuvre, longtemps réputé perdu, était conservé depuis 1928 dans des collections privées. Joyau de la bibliothèque de Pierre Bergé, ce manuscrit a été acquis par la BnF en 2017 après son classement comme trésor national. Ayant récemment fait l’objet d’une édition sous forme de fac similé, le manuscrit original sera exceptionnellement montré et commenté, accompagné de documents inédits récemment acquis par la BnF. On retrouve au fil de ces pages la genèse d’une œuvre historique, où une écriture en tension se met au service d’une interrogation vertigineuse : « Qui suis-je ? »

3 mars 2020 : Un manuscrit de la Renaissance. Le Missel de Jacques de Beaune

  • Maxence Hermant, département des Manuscrits, BnF
  • Eric Bazin, département de la Conservation, BnF
Missel de Jacques de Beaune

Réalisé peu avant 1511 pour Jacques de Beaune, trésorier de la reine Anne de Bretagne, doyen du chapitre de Saint-Gatien et administrateur de l’archevêché de Tours, le somptueux et imposant Missel de Jacques de Beaune est un des chefs-d’œuvre de la Renaissance française. Enluminé par le peintre du roi Jean Bourdichon et le Maître de Claude de France, il a été doté au milieu du xvie siècle d’une reliure de maroquin à grand décor sur laquelle Nicolas II Fumée, abbé de Beaulieu-lès-Loches, a fait poser un semé de ses initiales. Resté longtemps confidentiel en raison de sa fragilité et de son état, ce manuscrit peut désormais être présenté au public à la faveur d’une importante et récente restauration.

10 mars 2020 : Merveilleuses et ordinaires : les vues d’optique de la bibliothèque de l’INHA

  • Anne-Elisabeth Buxtorf, directrice du département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA
  • Johanna Daniel, chargée d’études et de recherches au département des Études et de la recherche, INHA
© bibliothèque de l’INHA

Visionnée à travers la lentille d’une boîte d’optique ou d’un zograscope, les vues d’optique offrent le spectacle – en relief et en couleurs – des plus remarquables paysages urbains du siècle des Lumières, du château de Versailles aux temples de la Chine, des canaux d’Amsterdam à SaintPierre de Rome. Objet d’une production et d’une diffusion massive à partir de 1750, ces estampes conquièrent rapidement un large public, devenant à la fois un divertissement de salon, un objet de collection et une attraction populaire. La bibliothèque de l’INHA possède un ensemble de plus de 600 vues d’optique, dont la quantité comme la qualité permet d’explorer tout un pan de la culture visuelle des hommes et des femmes de la seconde moitié du xviiie siècle et des premières décennies du xixe siècle. La conférence permettra de partir à la découverte de ces objets autrefois banals aujourd’hui insolites et d’en dévoiler quelques secrets.

24 mars 2020 : Les vues d’Italie et d’Orient par les frères Piranèse [ca1801-1802]

  • Annie Gilet, conservateur en chef honoraire, musée des BeauxArts de Tours
  • Sophie Guérinot-Nawroki, BnF, Bibliothèque de l’Arsenal

Peintre et dessinateur talentueux, Louis-François Cassas voyagea en Italie et en Orient à la fin du xviiie siècle et en rapporta de nombreux croquis. Rentré à Paris, il participa à la publication du Voyage pittoresque de la Syrie, de la Phénicie, de la Palestine et la BasseAegypte, par La Porte du Theil, Legrand et Langlès en 1799 et du Voyage pittoresque de l’Istrie et de la Dalmatie par Lavallée en 1802. Une cinquantaine de ses dessins furent gravés et peints dans l’atelier de chalcographie des frères Piranèse pour constituer un ensemble de vues, dont la bibliothèque de l’Arsenal possède l’une des rares collections presque complètes. Ces estampes aux couleurs chatoyantes, parfois montées sur châssis, offrent au regard de somptueux panoramas des sept collines de Rome, des ruines antiques de Sicile et de Grèce, des monuments d’Égypte et d’Asie Mineure, mêlant avec précision et délicatesse architecture et scènes de vie aux paysages méditerranéens.

21 avril 2020 : Le trésor de Saint-Ouen-du-Breuil, exemple des largesses impériales

  • Paul van Ossel, professeur émérite des universités (Université Paris-Nanterre)
  • Dominique Hollard, département des monnaies, médailles et antiques, BnF

Lié à une implantation germanique de la seconde moitié du ive siècle, le trésor de monnaies et médaillons d’or et d’argent de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime) réunit les témoins de distributions impériales sur un quart de siècle. Il nous permet d’approcher l’univers des soldats et officiers germains de l’entourage des empereurs.

28 avril 2020 : La cité des morts, sur les pas des archéologues en Libye

  • Morgan Belzic, chargé d’études et de recherches au département des Études et de la recherche, INHA
  • Juliette Robain, conservateur au département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA

En 1864, les explorateurs britanniques Smith et Porcher publiaient une relation de leur voyage et de leurs fouilles en Cyrénaïque dans un ouvrage fondamental pour la recherche archéologique, History of the Recent Discoveries at Cyrene. À mi-chemin entre la tradition du récit de voyage, le rapport de fouille, le document militaire et l’ouvrage d’histoire, ses abondantes illustrations, lithographies, gravures et photographies, documentent en particulier l’un des sites archéologique majeurs de Méditerranée, la nécropole de Cyrène. Un cimetière plus large qu’une ville, aujourd’hui menacé, heure après heure, par les pilleurs de tombes et les bulldozers. Entrer dans l’histoire de ce livre, explorer son contenu, c’est aussi évoquer le rôle du fonds archéologique de la bibliothèque de l’INHA et ses apports pour la recherche et la préservation du patrimoine.

12 mai 2020 : L’Imprimeur et le Roi : le Nouveau Testament grec (1550)

  • Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre, ENC
  • Fabienne Le Bars, département de la réserve et des livres rares, BnF

Donner accès au texte biblique, revenir aux sources : ces deux enjeux majeurs animent les controverses religieuses du xvie siècle. C’est dans ce contexte que Robert I Estienne (1503 ?-1559) publie en 1550 un Nouveau Testament grec « ex bibliotheca regia », établi d’après les manuscrits grecs présents dans les collections royales auxquels renvoie un apparat critique. Cette édition, imprimée avec les « Grecs du roi » gravés par Claude Garamond, passe pour la plus remarquable, tant par sa qualité textuelle que par son élégance typographique, du grand imprimeur humaniste parisien, bientôt contraint à l’exil genevois en raison de ses sympathies pour la Réforme. L’exemplaire offert par Estienne à Henri II, dans une reliure exceptionnelle qui la classe parmi les plus spectaculaires de la Renaissance française, est un témoin extraordinaire des efforts consentis au service d’une impossible conciliation.

26 mai 2020 : L’Appassionata de Beethoven (conférence concert)

  • Alain Planès, pianiste
  • Jérôme Fronty, département de la musique, BnF

La sonate pour piano n° 23 en fa mineur opus 57 est une œuvre représentative de la période dite « héroïque » de Beethoven, celle de la Cinquième symphonie ou de Fidelio. D’emblée reconnue comme un sommet du répertoire pianistique, elle doit son surnom à l’invention posthume d’un éditeur. Mais ses audaces formelles rejoignent singulièrement l’apparence matérielle du manuscrit, les circonstances dans lesquelles celui-ci nous est parvenu, et les thèmes qu’on y entend. Qu’on y lise un tribut à l’esprit du « Sturm und Drang », ou fasse fond d’une référence supposée du génie de Bonn à La Tempête shakespearienne, en tournant les pages de la partition on suit aussi les traces d’un orage survenu sur la route de Vienne en 1806. Pour illustrer et prolonger le cours de cette pensée musicale, la sonate sera restituée au pianoforte.

Informations pratiques

  • Entrée libre
  • 18h15 – 19h30
  • Auditorium de la galerie Colbert
  • 2 rue Vivienne, Paris 2e
  • Programmation & organisation Charlotte de Foras (ENC), Fieschi (INHA), Muriel Couton (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Rencontres Gallica : “La paix en Europe au XIXe siècle”

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10209569q/f1.itemEurope (L’) pour et par le peuple. Votez tous le 24 novembre pour les Etats-Unis d’Europe

« L’Europe n’a pas été faite, nous avons eu la guerre. »
Robert Schuman tirait ainsi les leçons du passé, dans sa déclaration du 9 mai 1950, texte fondateur de la construction européenne. Un des objectifs, sinon l’objectif, mis en avant par les pères fondateurs de l’Europe était, en effet, l’instauration d’une paix pérenne. Cette idée d’une pacification par l’unification politique de l’Europe n’est pas récente. Gallica, la Bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, peut nous permettre d’historiciser le sujet. Elle contient plusieurs projets porteurs de cette idée, datant du Moyen Age à l’époque contemporaine. L’un des textes les plus marquants est le discours d’ouverture du Congrès de la paix prononcé par Victor Hugo en 1849, et dans lequel il appelle de ses voeux la constitution d’« États-Unis d’Europe ». Le rapport des Européens à la paix au XIXe siècle paraît particulièrement intéressant à étudier. Ce siècle qui s’ouvre avec les guerres de la Révolution et de l’Empire, est à la fois celui du « concert européen », de l’émergence de mouvements pacifistes, et de l’exacerbation des nationalismes, qui rendront l’éclatement de la Grande guerre inéluctable. La Société des nations, les communautés et l’Union européennes, mais aussi l’Organisation des Nations unies, ne voient pas le jour ex nihilo au XXe siècle. Elles trouvent leurs racines dans l’histoire des idées des siècles précédents. Cherchons donc les origines de l’Europe à travers ce XIXe siècle contrasté…

Intervenants

  • Hélène Raymond, Coordinatrice de la numérisation au département Droit, Économie, Politique
  • Stéphanie Tonnerre-Seychelles, chargée de collections en science politique et de valorisation en droit et en science politique.

Informations pratiques

  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, salle 70
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles
  • Mardi 12 Mars, 17h30 – 18h30

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hommage à Jacques Offenbach (1819 – 1880)

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Jacques Offenbach, le département de la Musique convie le public à une présentation de documents prestigieux tirés de ses collections. Seront notamment montrés les manuscrits des Contes d’Hoffmann, dernier ouvrage du compositeur, qui ne sera créé qu’après sa mort, ainsi que du Papillon, son unique ballet, chorégraphié par la célèbre danseuse de l’Opéra de Paris, icône du romantisme, Marie Taglioni.

Cette présentation sera animée par Jean-Claude Yon, professeur à l’Université de Saint-Quentin en Yvelines et directeur d’études cumulant à l’École Pratique des Hautes Etudes (EPHE). Jean-Claude Yon est l’auteur notamment d’une biographie d’Offenbach publiée en 2000 aux éditions Gallimard, et vient tout juste de faire paraître M. Offenbach nous écrit. Lettres au Figaro et autres propos (Actes Sud / Palazzetto Bru Zane).

Informations pratiques

La manifestation se déroulera le jeudi 21 mars 2019 dans la salle de lecture du département de la Musique, 2 rue Louvois, 75002 PARIS de 18h à 19h. Elle est ouverte à tous, titulaires ou non d’une carte de lecteur de la BnF.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Informations : musique@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Archéologie des femmes de pouvoir : De la fouille à l’écriture de l’histoire

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? La Bibliothèque nationale de France aborde la double problématique des femmes de pouvoir, à travers la présentation de recherches et de fouilles françaises en cours.

Programme

23 janvier 2019 (18h30)

Son nom est méconnu du grand public pourtant elle a œuvré toute sa vie dans l’ombre pour mener Néron au pouvoir. Son fils est passé à la postérité comme l’archétype du tyran mégalomane. Avant qu’il ne se rebelle contre elle jusqu’au matricide, Agrippine a dirigé Rome depuis les coulisses du palais impérial comme aucune autre femme ne l’a fait pendant l’Empire romain.

13 février 2019 (18h30)

Les tablettes cunéiformes, exhumées à Kültepe, l’ancienne ville de Kanesh située en Anatolie centrale (Turquie), constituent les archives privées de marchands assyriens établis là au XIXe siècle av. J.-C. Les lettres envoyées depuis leur ville d’origine, Assur (Irak) reflètent le rôle influent des femmes au sein de leur famille et dans l’économie domestique, ainsi que leur contribution au commerce international. Les documents juridiques découverts à Kanesh les font intervenir comme partie dans les contrats de mariage et divorce, les successions, les créances et les contrats d’achat. Cette documentation unique, alliée à une étude interdisciplinaire de l’artisanat textile, illustre le rôle important tenu par les femmes dans la gestion du ménage. Elle permet de dresser un portrait vivant de ces Assyriennes, qui ont acquis une certaine autonomie grâce à leur travail rémunéré, et de reconstituer leur quotidien.

20 mars 2019 (18h30)

Entre le VIIIe siècle et le VIe avant J.-C., le puissant domaine religieux de Karnak passe progressivement sous le contrôle d’une grande prêtresse, l’« adoratrice du dieu ». Fille de pharaon et déléguée par lui pour représenter son pouvoir en Haute-Égypte, celle-ci dispose de prérogatives royales. La succession de ces grandes prêtresses se fait néanmoins sans conflits dynastiques, malgré les rivalités entre Libyens, Kouchites et Saïtes, grâce à un système d’adoption de la future adoratrice dès son plus jeune âge. L’étude épigraphique et archéologique de plusieurs constructions aménagées par ces femmes de pouvoir, actuellement menée par la Mission Sanctuaires Osiriens de Karnak (IFAO, CFEETK, EPHE-PSL, INRAP, UMR 8546, 8167 et 5189, avec le soutien de la fondation ARPAMED), éclaire d’un nouveau jour de nombreux aspects de leur histoire.

3 avril 2019 (18h30)

Considérer les problématiques de genre en archéologie permet d’abord de remettre en cause les interprétations des vestiges funéraires faites selon les stéréotypes de notre société. Ceci nous permet ensuite de reconsidérer, d’un point de vue tant méthodologique qu’interprétatif, ce qui semble souvent si « facile » et évident à comprendre des rapports entre les femmes et les hommes, et de leurs rôles dans les sociétés anciennes. Que peut-on précisément comprendre de ces rapports à partir des vestiges archéologiques ? Comment peut-on appréhender ce qu’était « être une femme » ou un « homme » dans ces sociétés ? La question du « pouvoir » est forcément liée à ce type de questionnements, aussi était-il nécessairement exclu pour les femmes ? Il s’agira ainsi de présenter quelques pistes de réflexion à partir d’exemples archéologiques et anthropologiques.

5 juin 2019 (18h30)

De 141 à 101 avant J.-C., Cléopâtre III siège sur le trône d’Égypte aux côtés de trois rois : Ptolémée VIII Évergète II son oncle et époux, Ptolémée IX Philométor Sôter son fils aîné et enfin Ptolémée X Alexandre, son fils cadet. Si elle est présentée comme avide de pouvoir et manipulatrice hors pair par les auteurs classiques et modernes, son image peut être reconsidérée grâce à un retour à la documentation. Un vaste éventail de sources, composé de papyrus en grec et démotique, de sources épigraphiques grecques et hiéroglyphiques, de témoignages d’historiens grecs et romains ainsi que de représentations iconographiques dans les temples ptolémaïques, offre la possibilité d’appréhender de façon plus critique la carrière et le statut de Cléopâtre III au sein du pouvoir. Ces témoignages variés présentent différentes identités de la reine et nous permettent de mieux saisir ses actions et les cadres, institutionnels ou non, de sa position.

19 juin 2019 (18h30)

L’exclusion des femmes de la Couronne de France en 1316 (confortée par la redécouverte de la loi salique) amène à s’interroger sur la place et des fonctions de la reine au sein du système monarchique au bas Moyen Âge. Quel « métier » exerce-t-elle ? Elle ne pouvait certes pas être « un monarque au féminin », disposant de la plénitude des pouvoirs comme Isabelle la Catholique, reine de Castille (1451-1504), et Elisabeth Ière Tudor (1533-1603) en Angleterre. Pour autant, elle n’était pas cantonnée à la seule fonction maternelle ni à la seule sphère privée : la reine avait un statut, des pouvoirs, elle participait au bon fonctionnement de la royauté, et plus largement de la société politique, et ce bien avant les souveraines « modernes » célébrées par l’historiographie, telles Catherine ou Marie de Médicis. Son pouvoir se déployait notamment dans les sphères de la diplomatie et du mécénat. Elle jouait également un rôle majeur au sein de la communication du pouvoir.

Bibliographie

Bibliographie à télécharger

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nuit des idées 2019

Cette année, la Nuit des idées propose aux lieux participants d’imaginer leur programmation autour du thème « Face au présent ». De quoi notre présent est-il fait ? Comment faire face à ce que notre présent exige ? Face au présent, quelle mémoire et quel avenir ? Telles seront les interrogations au cœur de la Nuit des idées.

La Bibliothèque nationale de France participe à l’événement et propose deux événements.
Sur le site Richelieu, table ronde et conférences questionnent le rôle des revues d’idées et de débat et leur place dans le paysage intellectuel français, en invitant l’une des plus prestigieuses d’entre elles, Esprit.

Sur le site François-Mitterrand, la BnF et France Culture proposent une émission et des masterclasses en direct du petit auditorium.

Organisé par l’Institut français, en partenariat avec la Fondation de France, la revue Esprit et France Culture.

Programme

À quoi pensent les revues ?

18h Ouverture par Laurence Engel, Présidente de la BnF
« Revue des Revues » face au présent
Par Laurence Jung, chef du service sciences sociales, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF

18h15 Esprit, une revue dans le temps
Conférence par Goulven Boudic, historien

18h35 Esprit, es-tu là ?
Table ronde autour des combats contemporains de la Revue
Avec notamment Anne-Lorraine Bujon, rédactrice en chef de la revue Esprit

19h25 Qu’est-ce qui fait événement au présent ?
Zoom par Carole Widmaier, spécialiste d’Hannah Arendt

19h45 Qu’est-ce qu’un intellectuel de revue ?
Conférence par Michaël Fœssel, philosophe

Informations pratiques

  • Jeudi 31 janvier 2019 – 18h-20h30
  • Site Richelieu – Salle Emilie du Châtelet
  • 58, rue de Richelieu – Paris 2e

Émission et master classes avec France Culture

Hervé Gardette anime en public et en direct du Petit auditorium de la BnF une émission spéciale de France Culture, autour d’une “Battle” d’idées. Elle sera suivie de deux master classes animées par Pierre Rosanvallon et Mona Ozouf.

18h20 – 20h > Battle d’idées, 5 débats animés par Hervé Gardette en direct et en public

20h30 – 21h45 > Masterclasse de Pierre Rosanvallon en public

22h – 23h15 > Masterclasse de Mona Ozouf en public

Informations pratiques

  • Jeudi 31 janvier 2019 – 18h20-23h15
  • Site François-Mitterrand – Petit auditorium
  • Entrée rue Émile Durkheim – Paris 13e


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences 2018 – 2019 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition des Trésors de Richelieu. Conservateurs, historiens et historiens de l’art, spécialistes de la mode, du spectacle, de la musique, de la littérature partagent leurs savoirs avec un large public.
À chaque conférence, des oeuvres exceptionnelles (manuscrits, costumes,
partitions musicales, oeuvres d’art) sont présentées, filmées et projetées
sur grand écran afin d’en exposer les plus infimes détails.

Programme

20 novembre 2018 : Ouverture du cycle par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, Laurence Engel, présidente de la BnF et Éric de Chassey, directeur de l’INHA

20 novembre 2018 : Un « très curieux recueil » : le fonds Jean-Jacques Lequeu

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général chargé des collections XVIIIe siècle au département des Estampes et de la photographie, BnF, co-commissaire de l’exposition
  • Elisa Boeri, historienne de l’architecture, auteure d’une thèse sur l’Architecture civile de Jean-Jacques Lequeu (en cours de publication).

En 1825, Jean-Jacques Lequeu (1757-1826) faisait don au Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale de nombreux documents : portefeuilles de dessins et de manuscrits, projets architecturaux, études et croquis
pour divers bâtiments, portraits, études de nu, dessins anatomiques, paysages, scènes de genre et représentations érotiques ; au total près de 800 pièces aujourd’hui conservées au département des Estampes et de la photographie de la BnF.
Si l’artiste poursuivit toute sa vie l’ambition de mener une carrière d’architecte, c’est grâce au dessin que son nom est parvenu jusqu’à nous. Par ses somptueux lavis de palais, pavillons, fabriques de jardin ou colonnes commémoratives, il a créé un univers de papier qui, depuis les années 1930, suscite interrogations et fascination.
En décembre 2019, le Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris,
en partenariat avec la BnF, organise la première exposition monographique consacrée à cet oeuvre inclassable. En préambule à cet événement, la BnF présente quelques pièces emblématiques de l’artiste.

18 décembre 2018 : Les écrans à main au XVIIIe siècle : des objets d’art au service du théâtre

  • Manon Dardenne, conservateur à la BnF, département des Arts du spectacle
  • Nathalie Rizzoni, ingénieure de recherche, Sorbonne Université – CNRS

Ni livre, ni estampe, ni médaille, l’écran à main tient un peu de ces trois catégories à la fois. Variante de l’éventail, cet accessoire était utilisé, à partir du XVIIe siècle, par celui ou celle qui était assis(e) auprès d’une cheminée pour se protéger des ardeurs du feu.
Composé d’un petit manche en bois et d’une feuille de carton, il était souvent orné, à l’avers, d’une estampe et, au revers, d’un texte imprimé, qui étaient destinés à instruire ou à divertir son usager. Document historique de premier plan, l’écran à main révèle la variété des centres d’intérêt de ses
utilisateurs : géographie, littérature, histoire, théâtre, musique. Le département des Arts du spectacle de la BnF possède onze écrans à main inspirés par la production dramatique du XVIIIe siècle, en particulier par l’opéra comique et la comédie. « Produits dérivés » du théâtre avant l’heure, ces objets rares racontent l’histoire vivante du théâtre au XVIIIe siècle.

15 janvier 2019 : Le voyage anthropologique
de Roland Bonaparte en Laponie

  • Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF
  • Christine Barthe, responsable de l’Unité patrimoniale des collections photographiques, musée du Quai Branly

Au cours de l’été 1884, le prince Roland Bonaparte (1858-1924), petit-neveu de Napoléon Ier, entreprit une expédition en Laponie, accompagné de son bibliothécaire François Escard, de l’anthropologue Herman Frederik Carel ten Kate, d’un jeune philologue faisant fonction d’interprète, d’un photographe et de deux domestiques.
Si l’ouvrage qu’il projetait n’a jamais vu le jour, les clichés qu’il en rapporta complétés par les écrits de son bibliothécaire, conservés au département des Cartes et plans de la BnF, sont autant de sources pour comprendre
les desseins d’un tel voyage ; ils permettent aussi de saisir la spécificité du regard porté par le prince sur un monde et sur ses habitants dans le contexte évolutif que connaissent les disciplines géographiques et anthropologiques à la fin du XIXe siècle.

29 janvier 2019 : Les chaînes de Louis XIV

  • Inès Villela-Petit, conservateur du patrimoine à la BnF, département des Monnaies, médailles et antiques
  • Ludovic Jouvet, doctorant à l’université d’Aix-Marseille

En juin 2017, le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a fait l’acquisition d’une médaille de Louis XIV à la devise du soleil et de la lourde chaîne en or qui l’accompagnait, très rare exemple parvenu jusqu’à nous d’une combinaison qui faisait sens. Replacé dans son contexte diplomatique, ce présent royal à un seigneur d’Alsace, bien documenté, permet d’éclairer un usage encore méconnu de la médaille. Perpétuant la tradition médiévale des badges partisans portés en gage de fidélité.
Le fait d’arborer le portrait du roi comme une marque de distinction personnelle contribuait à imprimer l’image du souverain sur un territoire nouvellement français.
La multiplication des variantes du prototype conçu par Jean Warin, graveur virtuose, montre qu’il fut spécifiquement retenu pour cet usage, le choix d’un exemplaire à la devise étant hautement symbolique.

12 février 2019 : Hubert Robert, l’incendie de l’Opéra

  • Boris Courrège, bibliothécaire à la BnF, département de la Musique
  • Guillaume Faroult, conservateur en chef, département des peintures, musée du Louvre

Le 8 juin 1781, l’Opéra de Paris, situé dans une aile du Palais-Royal, brûle un soir de représentation d’Orphée et Eurydice de Gluck. La salle est évacuée dans le calme, mais le feu, qui a pris dans les cintres, se propageant rapidement au toit du bâtiment, embrase le ciel parisien et offre un spectacle saisissant. Tandis que les pompiers luttent contre le brasier, de l’autre côté de la place, posté dans l’une des baies du palais du Louvre, Hubert Robert observe l’incendie et envisage une première étude. Il se rend
le lendemain matin devant les ruines encore fumantes de l’Opéra qui lui inspirent le sujet d’une seconde étude. La Bibliothèque-musée de l’Opéra, au sein du département de la Musique de la BnF, conserve deux esquisses,
peintes sur bois, jalons intermédiaires avant la réalisation finale des deux pendants, réalisés en grand format sur toile, dont l’un est aujourd’hui conservé au Louvre,
et l’autre dans une collection particulière.

12 mars 2019 : Le carnet italien de Girodet

  • Rémi Cariel, conservateur en chef du patrimoine, chargé de la valorisation du fonds patrimonial de la Bibliothèque de l’INHA
  • Sidonie Lemeux-Fraitot, docteure en histoire de l’art, chargée des collections du musée Girodet

Utilisé entre 1792 et 1810 environ, ce carnet tient à la fois du manuscrit et du carnet de dessins (Bibliothèque de l’INHA, Ms 513).
L’aspiration de l’artiste à mêler dans un même espace l’art de la littérature
et celui de la peinture s’y révèle à chaque page. Son écriture élégante trahit dans les passages biffés les étapes de réflexions foisonnantes et ses croquis fixent les sujets de possibles tableaux d’histoire. On y trouve aussi quelques pensées intimes, idées pour le long poème didactique Le Peintre, de nombreuses pages consacrées à l’imitation ou la traduction des poètes latins ou grecs.
Plus précieux encore, douze croquis de paysage, réalisés pendant son séjour
napolitain de 1793-1794, sont un rare souvenir de sa passion pour ce thème.

26 mars 2019 : Les Homélies de Grégoire de Nazianze

  • Christian Förstel, conservateur en chef, BnF, département des Manuscrits
  • Jannic Durand, directeur du département des objets d’art, musée du Louvre

Exemplaire célèbre de la « collection liturgique » des homélies de Grégoire
de Nazianze, une sélection des seize discours lus dans la liturgie de l’office de l’aurore (orthros), le manuscrit Grec 550 de la BnF se distingue par son illustration au style d’une richesse inouïe : miniatures à pleine page, frontispices sur fonds or accompagnés de représentations d’animaux et de scènes de la vie quotidienne, initiales aux motifs extrêmement variés font de ce manuscrit de luxe un témoin unique de l’art du temps des Comnènes. Néanmoins, le lieu d’exécution du manuscrit fait encore débat : s’agit-il d’un produit de la capitale de l’empire ou d’une oeuvre d’un atelier de l’Orient byzantin, voire de l’Italie du Sud, où le manuscrit est attesté dans la seconde moitié du XIVe siècle ?

2 avril 2019 : Pompéi publiée et inédit par William Gell

  • Isabelle Périchaud, chargée d’étude documentaire, responsable du fonds de dessins, bibliothèque de l’INHA
  • Hélène Dessales, maître de conférences en archéologie, École normale supérieure, Paris

Figure emblématique du Grand Tour en Italie, William Gell (1777-1836) est l’auteur de la première publication d’envergure consacrée à Pompéi au Royaume Uni, en 1817. Deux de ses carnets, restés en grande partie inédits, sont conservés à la Bibliothèque de l’INHA. Ils rassemblent 362 dessins réalisés à Pompéi et témoignent de l’évolution des excavations sur le site, entre 1801 et 1827. Au-delà de la reproduction fidèle de Pompéi, bien d’autres visages apparaissent en filigrane de ces carnets au caractère exceptionnel : les modalités de visite des fouilles, les conditions d’exécution
des dessins, les échanges de connaissances entre artistes européens autour des cités du Vésuve, les projets de publication, enfin, le rôle d’un architecte anglais dans la vie culturelle napolitaine du premier tiers du XIXe siècle.

16 avril 2019 : La Sonate Arpeggione de Franz Schubert (conférence-concert)

  • Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, chef d’orchestre
  • Valère Etienne, conservateur à la BnF, département de la Musique

Franz Schubert (1797-1828) écrit en 1824, sur commande, une sonate destinée à un curieux instrument à cordes tout récemment mis au point par le luthier viennois Johann Staufer : l’arpeggione, sorte d’hybride entre la guitare et le violoncelle, appelé d’ailleurs parfois « guitare-violoncelle » ou « guitare à archet ».
Créée dans la foulée par son commanditaire Vincenz Schuster, avec Schubert au piano, cette oeuvre de circonstance a conservé une notoriété, alors même que l’instrument auquel elle s’adressait est, quant à lui, très vite tombé dans l’oubli. Les éditions successives de la sonate jusqu’à aujourd’hui
nous l’ont présentée dans des transcriptions diverses (pour violon,  violoncelle, alto, ou pour instruments à vent), mais le manuscrit original de Schubert, conservé au département de la Musique de la BnF, incite à redécouvrir l’oeuvre dans sa conception initiale.

14 mai 2019 : Belles figures et drolleries de la Ligue de Pierre de L’Estoile

  • Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF
  • Gilbert Schrenck, professeur émérite de littérature française à l’université de Strasbourg

Recueil de pièces d’actualité réunies par le mémorialiste Pierre de L’Estoile (1546-1611), les Belles figures et drolleries de la Ligue ont enregistré sur le vif les événements qui agitent la France pendant les années 1589-1594, entre l’assassinat d’Henri III et l’avènement d’Henri IV, quand Paris est
livrée à la domination du parti catholique de la Ligue. « Plein de figures et de placards diffamatoires de toutes sortes », comme L’Estoile l’écrit dans son journal, ce volume, conservé à la Réserve des livres rares de la BnF, est fait d’un étonnant collage d’estampes et de textes de propagande, de chansons satiriques, de déclarations politiques.
Leur juxtaposition offre un témoignage sans équivalent sur la violence réelle des actes commis aussi bien que sur la violence symbolique des représentations dans ces temps de guerre civile.

28 mai 2019 : Les Dits de Watriquet de Couvins par le Maître de Fauvel

  • Louisa Torres, conservateur à la BnF, Bibliothèque de l’Arsenal
  • Amandine Mussou, maître de conférences à l’université de Paris-Diderot.

On ignore à quelle date ce manuscrit de dédicace conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal (Ms-3525 Rés), sans doute réalisé sous la direction de son auteur, est sorti des collections royales ; mais on sait qu’il avait été réalisé pour Philippe VI, qu’on reconnaît sur la miniature de présentation aux côtés de Jeanne de Bourgogne.
Il figure à l’inventaire de la bibliothèque de Charles V, repasse en mains privées et entre à l’Arsenal à la faveur des confiscations révolutionnaires. Des Dits de Watriquet, le manuscrit de l’Arsenal est le recueil le plus complet et le plus enluminé, avec 28 poèmes et 40 miniatures : tous les dits sont illustrés soit par le Maître de Watriquet, élégant artiste éponyme
dont on sait peu de chose mais qui a enluminé l’autre copie de luxe qu’on connaît de ces mêmes dits [BnF, Manuscrits, Français 14968], soit par le Maître de Fauvel, artiste parisien prolifique.

11 juin 2019 : Les carnets de Mazarin

  • Mathieu Lescuyer, conservateur en chef, adjoint au directeur du département des Manuscrits, BnF
  • Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions et des archives de l’époque moderne, École nationale des chartes.

Lorsqu’il accéda au pouvoir après la mort de Richelieu, le cardinal Mazarin (1642-1650) prit l’habitude d’inscrire assez régulièrement dans de petits carnets des notations qui tiennent à la fois du pense-bête, du journal intime, de l’enregistrement de principes d’action politique et de la relation d’entretiens.
Récupérés au décès du cardinal en 1661 par son ancien intendant Colbert, prélevés par le bibliothécaire de ce dernier Étienne Baluze, les quinze carnets aujourd’hui conservés ont intégré les fonds de la Bibliothèque royale par achat en 1719 (BnF, Manuscrits, Baluze 174).
Ces carnets sont un témoignage exceptionnel des jeux de pouvoir et d’une conception pragmatique de l’exercice du gouvernement durant la première partie du ministériat de Mazarin jusqu’aux premières années de la Fronde, de 1642 à 1651.

Informations pratiques

  • Conférences Trésors de Richelieu
  • Entrée libre
  • 18h15 – 19h30
  • Auditorium de la galerie Colbert
  • 2, rue Vivienne, Paris 2e
  • Programmation & organisation : Cécile Colonna (INHA), Frédéric Ramires (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférences : « Trésors de Richelieu »

L’Institut national d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition de ce cycle, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de littérature, et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de l’INHA, de la BnF et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Responsables scientifiques

Continuer la lecture de Conférences : « Trésors de Richelieu »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire « Richelieu. Histoire du quartier : état des lieux ». L’évolution urbaine du quartier Richelieu

Ce projet est proposé conjointement par l’Institut national d’histoire de l’art, le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes, les Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Sorbonne Université et porte sur l’histoire du « quartier » qu’ils occupent, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources documentaires et les services aux publics sont immenses et complémentaires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde.

Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire. Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de l’Institut national d’histoire de l’art et de la Bibliothèque nationale de France – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de Francel’École nationale des chartesle Centre allemand d’histoire de l’artSorbonne Université et l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Comité scientifique

  • Alexandre Gady (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art)
  • France Nerlich (INHA)
  • Gennaro Toscano (BnF)

Programme

  • 12 octobre 2018
    Isabella di Lenardo (INHA) : L’évolution urbaine du quartier Richelieu
  • 16 novembre 2018
    Olivier Poncet (École nationale des chartes) : Du document à l’histoire autour du quartier Richelieu
  • 14 décembre 2018
    Sophie Derrot (INHA), Jérôme Bessière (INHA) : Histoire du quartier Richelieu : les sources documentaires du département de la Bibliothèque 
    et de la Documentation de l’INHA

Informations pratiques

  • Quand ? 10H30-12H30
  • Où ? Galerie Colbert, salle Walter Benjamin,
    Institut national d’histoire de l’art, 
    2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs 75002 Paris
  • Comment ? Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences : Histoire des mers : échanges et conflits de l’Antiquité au XXIe siècle

La Bibliothèque nationale de France organise un cycle de conférences, en accès libre, intitulé Histoire des mers : échanges et conflits de l’Antiquité au XXIe siècle.

À l’heure de la mondialisation, ce cycle de conférences a pour objectif d’aborder l’histoire globale sous l’angle de la place des mers et des océans dans les relations politiques, économiques, culturelles ou sociales de l’Antiquité à nos jours.

Bataille navale entre les Anglais et les Français auprès de Malaga : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8407730s

Programme

Mercredi 10 octobre 2018

Rome et l’exploitation « opportuniste » des îles de l’Egée
Par Enora Le Queré, maître de conférences à l’université de Rouen

Mercredi 21 novembre 2018

L’histoire des mers dans la construction des entités géopolitiques
Par Christian Grataloup, professeur émérite à l’université Paris VII

Mercredi 5 décembre 2018

D’Alexandrie au golfe du Bengale : les routes maritimes de l’Océan indien au tournant de notre ère
Par Didier Marcotte, professeur à l’université de Paris-Sorbonne

Mercredi 16 janvier 2019

Les relations franco-britanniques dans la Manche et aux Caraïbes (XVIIe-XVIIIe siècles)
Par Renaud Morieux, maître de conférences (senior lecturer) à l’université de Cambridge.

Mercredi 6 février 2019

Autour de Bornéo : la maîtrise des mers orientales entre Pays-Bas, Grande-Bretagne et Espagne (1850-1900)
Par Romain Bertrand, directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques (CERI).

Mercredi 13 mars 2019

Venise et l’expansion ottomane en méditerranée centrale (XVIe-XVIIe siècles)
Par Géraud Poumarède, professeur à l’université de Bordeaux III.

Mercredi 10 avril 2019

Arctique, enjeux stratégiques dans un contexte qui change
Par Barbara Kunz, chercheur à l’Institut français des relations internationales.

Mercredi 22 mai 2019

Les mers d’Asie du Sud Est : conflits, coopérations et intégration régionale
Par Nathalie Fau, maître de conférences à l’université de Paris-VII.

Modalités pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand
Salle 70
18h30 – 20h
Entrée libre dans la limite des places disponibles (70).

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Image de Une : Bataille navale entre les Français, les Hollandais et les Français sur les cotes d’Angleterre : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8406754w

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Transformations et circulation des légendes de Hachiman : rouleaux peints, mythes et sociétés locales. Autour du Rouleau de Hachiman, conservé à la Bibliothèque nationale de France »

Dans le cadre d’un atelier de recherche organisé par le Programme de recherche international destiné à renforcer les échanges intellectuels de l’Université de Nagoya et le Projet Manuscrits à peintures dans les collections publiques françaises du Centre d’Etudes Japonaises (Inalco), une séance est organisée sur le rouleau du sanctuaire de Hachiman. 

L’impératrice Jingû Kôgo 神功皇后 soumet l’envahisseur coréen avec l’aide du dieu Sumiyoshi Myôjin 住吉明神 (sc. 1-7), 1650-1700, BnF.

Argument

Les rouleaux illustrés des Origines karmiques du bodhisattva Hachiman ont été créés du XIVe au XIXe siècle au Japon. Ils relatent comment l’impératrice Jingû Kôgo 神功皇后 soumit l’envahisseur coréen avec l’aide du dieu Sumiyoshi Myôjin 住吉明神; puis les prodiges liés à la fondation des temples consacrés à Hachiman.

Le rouleau Hachiman no honji emaki = 八幡の本地絵巻 / Asakura Jûken = [朝倉重賢]写, de la BnF, numérisé, est consultable dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF :

Programme

  • Turning Points in the History of illuminated Hachiman Engi scrolls : conférence de Mélanie Trede (Université de Heidelberg). Mélanie Trede1 présentera la période-clé de l’élaboration de ces magnifiques rouleaux, dont la réalisation s’accélère à partir du XIVe s.

Informations pratiques

La séance se déroulera en anglais
10h-18h
Galerie Colbert, Salle Benjamin
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris
Entrée libre dans la limite des place disponibles

Pour toute demande contacter estelle.bauer@inalco.fr

  1. Cf. sa page personnelle, url : <https://www.zo.uni-heidelberg.de/iko/institute/staff/trede/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence-performance : Michel Jaffrennou : ma vie, mon œuvre, mes bugs (29 juin)

En partenariat avec le Labex Arts-H2H (programme Les arts trompeurs), la Bibliothèque nationale de France organise une conférence-performance à l’occasion de l’exposition Michel Jaffrennou. Jouer avec la vidéo.

Les Totologiques (1979) Photo : Patrick Bousquet

Michel Jaffrennou, pionnier de l’art vidéo en France, retracera son parcours d’une manière ludique et toute personnelle, dans une conférence-performance émaillée de nombreuses archives.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les Pionniers du Jeu Vidéo »

La BnF possède, grâce au dépôt légal des documents multimédias, l’une des plus importantes collections patrimoniales de jeux vidéo. Le département de l’Audiovisuel propose d’explorer l’évolution des modalités de la production vidéoludique en France à travers un cycle de conférences.

Programme

  • Mercredi 6 juin 2018 18h30-20h : Le jeu vidéo français : le tropisme éducatif
    Par Muriel Tramis avec  Romain Vincent, modérateur et Sébastien Siraudeau (sous réserve).
    Lors d’une rencontre animée par Romain Vincent, enseignant en Histoire-Géographie à l’académie de Créteil utilisant le jeu vidéo comme outil pédagogique et vidéaste de la chaîne Jeux Vidéo et Histoire, Muriel Tramis (Mewilo, Freedom…) et Sébastien Siraudeau (Versailles, Egypte) nous feront part de leur expérience dans la création de jeu vidéo et de la manière dont ils en ont fait un moyen de transmission de savoir. Un espace de présentation permettra également au public de s’essayer à une sélection de titres emblématiques de cette thématique.

  • Mercredi 16 mai 2018 18h30-20h :  BD et jeu vidéo
    Par Benoît Sokal.

Modalités pratiques

BnF, site François-Mitterrand – Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire du C2RMF : projet CLARO

La prochaine séance du séminaire du C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) aura lieu le vendredi 13 avril 2018 à 11h dans l’amphithéâtre Palissy (C2RMF – Site du Carrousel).

Gravure en clair-obscur de Hans Burgkmair, Amants surpris par la Mort (1510)

Programme

Kilian Laclavetine présentera le projet CLARO portant sur l’analyse des pigments des encres et des filigranes de gravures en couleurs réalisées en Allemagne, France et Pays-Bas entre 1508 et 1640.

Ce projet qui associe le C2RMF, le musée du Louvre et la Bibliothèque nationale de France est soutenu par la Fondation des sciences du patrimoine depuis 2016.

Informations pratiques

Vendredi 13 avril 2018 à 11h
C2RMF – Site du Carrousel, amphithéâtre Palissy.
Palais du Louvre – Porte des Lions
14, quai François Mitterrand
75001 Paris
En raison du plan vigipirate alerte attentat, il est nécessaire de s’inscrire en envoyant un message à marie.lionnet@culture.gouv.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence : “Galeries et passages. Les traversées de Paris”

Le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art portent le projet de recherche “Richelieu, histoire d’un quartier”.

Argument

Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du “quartier” que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire.

Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de la BnF et de l’INHA – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Programme

La prochaine session du séminaire donnera l’occasion à Jean-Philippe GARRIC, professeur à l’Université Paris 1 Sorbonne et directeur du Labex CAP,  d’aborder les Galeries et passages. Les traversées de Paris.

Boulevard Montmartre. : Passage Jouffroy : [estampe] / APM [Potémont]

Modalités pratiques

Vendredi 6 avril, 10h30-12h30
Salle Walter Benjamin, INHA-Galerie Colbert
2 rue Vivienne, 75002 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles (60 places).

 

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle « Les écrivains et la presse » : Sorj Chalandon, entre presse et littérature

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

By Thesupermat (Own work) [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Intervention de Sorj Chalandon et dialogue avec Marie-Eve Thérenty.

Informations pratiques

Jeudi 12 avril, 2018 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts