Archives par mot-clé : Colloque

La BnF à la 47e conférence annuelle de LIBER

Fondée en 1971 et basée à la Haye, LIBER (Ligue des Bibliothèques Européennes de Recherche), est une association non gouvernementale de droit néerlandais fédérant plus de 400 bibliothèques de recherche principalement en Europe. Parmi ses membres figurent des bibliothèques universitaires, des bibliothèques de centres de recherche, des bibliothèques nationales ainsi que des bibliothèques municipales et patrimoniales dont les collections sont de niveau recherche. LIBER représente les intérêts de ces institutions et promeut leur collaboration, la recherche, l’amélioration des services et l’innovation.

Sa 47e conférence annuelle se tient cette année à Lille au LILLIAD Learning Center Innovation de l’université de Lille. Inauguré par la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, le congrès LIBER rassemble autour de la thématique « Research Libraries as an Open Science Hub: from Strategy to Action » une quarantaine d’interventions traitant du rôle des bibliothèques dans la mise en œuvre et la diffusion de la science ouverte.

La Bibliothèque nationale de France, membre de la Ligue, intervient au cours de la conférence pour présenter plusieurs projets.

Session 3 : Let’s Work Together : Developing Partnerships

Dans le cadre de la session « Let’s work together: developing partnerships », la Bibliothèque nationale de France a pu présenter deux programmes numériques collaboratifs en cours de réalisation, la bibliothèque numérique France-Pologne et le programme « France-Angleterre, 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». L’accent a été mis sur les enseignements à tirer quant à la réalisation d’un tel projet d’un point de vue méthodologique tant en interne qu’en externe.

Retour sur le projet France-Pologne

La bibliothèque numérique France-Pologne a été présentée par Bruno Sagna, adjoint à la directrice déléguée aux Relations internationales, chargé de mission Europe et Amérique du Nord.

Cela a été l’occasion de présenter l’action internationale de la BnF, la stratégie d’unification numérique à travers la collection Patrimoines Partagés et la Bibliothèque francophone numérique et de mettre l’accent sur les enjeux de valorisation et l’implication des communautés de chercheurs. Les cartes postales et marque-pages des diverses réalisations graphiques ont connu un franc succès auprès des participants.

Présentation : Bruno Sagna, « The France-Poland digital Library: an example of Digital Unification », http://production-scientifique.bnf.fr/sites/default/files/france-pologne.pdf

An innovative partnership between the French National Library and the British Library in the field of digital humanities : the Polonsky program

Charlotte Denoël, cheffe du service des Manuscrits médiévaux a présenté le projet « France-Angleterre, 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». Mené depuis juillet 2016 grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, France-Angleterre, 700-1200 est un vaste programme de numérisation et diffusion incluant un ensemble de 800 manuscrits médiévaux, conservés à parts égales entre la BnF et la British Library. Entre autres nombreuses opérations, il donnera lieu à l’automne au lancement par la BnF d’un site Gallica marque blanche. Ce site proposera un accès à l’ensemble des documents numériques inclus dans le programme grâce au standard IIIF et au visualiseur Mirador, deux outils qui permettent de rendre interopérables des images provenant de différents établissements. »

Présentation : Charlotte Denoël, « An innovative partnership between the French National Library and the British Library in the field of digital humanities: the Polonsky  program », http://production-scientifique.bnf.fr/sites/default/files/polonsky_0.pdf

Session 6 : Exploring OPEN & FAIR Opportunities

Au cours de cette session, Emmanuelle Bermès, Adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du Directeur des services et des réseaux et Jean-Philippe Moreux, Expert-e scientifique Gallica /Chef-fe de projet de coopération numérique, présentent le cas de la BnF qui illustre le rôle des bibliothèques nationales dans la mise en place de services destinés aux chercheurs, notamment en humanités numériques.

Présentation : Emmanuelle Bermès et Jean-Philippe Moreux, « National libraries as service providers for research: BnF case study ».

Session 8 : Understanding Researcher’s Needs

Dans le cadre de cette session  sur les besoins des chercheurs, Peter Stirling, chargé de collections numériques au service du Dépôt légal numérique, a présenté la manière dont la BnF a abordé l’utilisation par des chercheurs d’approches nouvelles de fouille et d’analyse sur les collections du dépôt légal de l’internet. Après plusieurs projets où la BnF a travaillé de manière collaborative avec les équipes de recherche sur le développement des solutions, la BnF cherche à définir une offre de service dans le contexte du projet Corpus, pour être en mesure de répondre de manière plus simple aux demandes des chercheurs.

Des parallèles ont été tissés avec la présentation de la bibliothèque universitaire de Louvain, sur la création d’un portefeuille de services informatiques en soutien de projets de recherche, avec des solutions qui peuvent être réutilisées et adaptées à de nouvelles demandes. Cela entre en résonance avec la présentation de l’Université de York sur la perception des bibliothèques chez les universitaires qui a démontré que, dans un contexte où des ressources en ligne sont de plus en plus utilisées, ils apprécient toujours l’espace physique de la bibliothèque, et que les bibliothécaires ont un rôle important en accompagnant les usagers dans la recherche et l’exploitation de l’information numérique.

Présentation ; Peter Stirling et Sara Aubry, « Meeting researchers’ needs in mining web archives: the experience of the National Library of France » : http://production-scientifique.bnf.fr/sites/default/files/meeting_researchers_needs.pdf

Les objectifs de LIBER

La stratégie 2018-2022 de LIBER comprend 3 axes stratégiques 2018-2022 très proches des préoccupations des bibliothèques universitaires et de recherche, mais également des bibliothèques nationales, spécialisées, et des consortiums documentaires et visant à relever les défis numériques de demain :

  • les bibliothèques, plateformes pour une communication scientifique innovante ;
  • les bibliothèques, hub de compétences et de services numériques ;
  • les bibliothèques, partenaires de l’infrastructure de recherche.

LIBER stratégie 2018-2022 ; copyright LIBERElle est mise en œuvre par 9 groupes de travail :

  • Architecture
  • Copyright & Legal Matters
  • Digital Humanities & Digital Cultural Heritage
  • Digital Skills for Library Staff & Researchers
  • Leadership Programmes
  • Linked Open Data
  • Innovative Metrics
  • Open Access
  • Research Data Management

La BnF participe au groupe de travail Digital Humanities & Digital Cultural Heritage.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Captations sonores du colloque : Les médailles de Louis XIV et leur livre, 24-26 mai 2018

Le Centre de recherche du château de Versailles, le groupe de recherche « Identités et cultures » de l’université Le Havre Normandie, la Bibliothèque nationale de France (département des Monnaies, médailles et antiques) et l’Académie des inscriptions et belles-lettres ont organisé le colloque Les médailles de Louis XIV et leur livre les 24-26 mai 2018 à l’auditorium du château de Versailles.

Argument

Suite au succès du premier colloque international « Les médailles de Louis XIV et leur livre » qui s’est déroulé sur le site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France du 9 au 11 avril 2015 à l’occasion du tricentenaire de la mort de Louis XIV, un second colloque de même intitulé s’est tenu au château de Versailles du jeudi 24 au samedi 26 mai 2018.

Les porteurs se proposaient à nouveau d’étudier l’histoire métallique du roi sous tous les angles possibles. Ses médailles furent les plus nombreuses créées pour un seul monarque. L’importance que celui-ci et son gouvernement accordaient à cette entreprise destinée à franchir les siècles ne doit pas être sous-estimée. Son influence sur la production postérieure est évidente. C’est une erreur d’appréciation moderne que de le reléguer dans les bornes d’une étroite spécialité. Le livre en lui-même suscite l’analyse, par ses débats académiques préparatoires, dont les protagonistes méritent d’être mieux connus, comme par leurs résultats. Il aura aussi une postérité, depuis les Médailles du règne de Louis XV de Nicolas Godonnesche (1748) jusqu’aux Médailles sur les principaux événements de l’Empire de Russie de P. Ricaud de Tiregale (1772) (deux ouvrages qui n’ont pas trouvé preneur dans le premier colloque…). L’histoire, l’histoire littéraire, l’histoire de l’art, l’histoire du livre étaient invitées à apporter leur éclairage sur ce monument du Grand Siècle.

Programme

Programme complet

Captations sonores

  • Inès VILLELA-PETIT, L’architecture en médaille ou la gloire du roi in nuce
  • Christian de MÉRINDOL, À propos des médailles de Louis XIV : préférences et pratiques médiévales à la cour
  • Robert WELLINGTON, Le Cabinet des médailles de Versailles
  • Marie-Claude CANOVA-GREEN, Louis XIV à cheval : du cavalier à l’homme de pierre
  • Fabrice CHARTON, Versailles en médailles
  • Torsten FRIED et Mark HENGERER, La diffusion de l’histoire métallique de Louis XIV en Allemagne (médailles et livre)
  • Thomas COCANO, Les médailles de Louis XIV en Angleterre d’après les sources écrites
  • Marie-Christine SKUNCKE, L’histoire métallique de Gustave III de Suède et ses sources dans celle de Louis XIV
  • Yvan LOSKOUTOFF, Un manuscrit du département des estampes de la Bibliothèque nationale de France : l’histoire métallique du tsar Pierre Ier (vers 1730)
  • Isabelle SCHÜBEL, L’image de l’Espagne dans les Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand
  • William EISLER, Les histoires métalliques du pape et de Louis XIV : deux discours en conflit
  • Isaure BOITEL, Louis XIV roi de paix dans son histoire métallique
  • Jean-Pascal LASSIRE, La question des sujets chrétiens dans l’histoire métallique de Louis XIV
  • Yvan LOSKOUTOFF, La naissance du roi dans son histoire métallique
  • Christian CHARLET, L’histoire métallique de Louis XV
  • James MOSLEY, The Médailles de Louis le Grand : the book and its ornaments according to the Albums of the British Library
  • Ludovic JOUVET, Le manuscrit perdu de Saint-Omer : Poinçons et carrez des médailles de Louis le Grand, avec tous les changements à faire suivant le nouveau livre ou Table du Parallèle des deux livres de l’Académie
  • Léa GAGNON, Des Triomphe de Louis le Juste (1649) aux Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand (1702) : vers une esthétique de l’uniformité
  • Léo STAMBUL, Sublimer le métal : le dispositif de l’enargeia dans les débats de la Petite Académie pour les Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand
  • Jordan BLONDEL, Les monnaies romaines aux sources des médailles de Louis XIV (suite)
  • Jean-Pascal LASSIRE, VICTORIA IN CLIPEIS SCRIBENS : un type de l’Histoire métallique de Louis XIV
  • Ludovic JOUVET, L’histoire métallique du grand maître de Malte, Emmanuel Pinto

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : ESPRit – Les Périodiques comme Médiateurs (27-29/06/2018)

Le 7e colloque international de la European Society for Periodical Research (ESPRit) abordera les périodiques comme médiateurs de publications alternatives ou expérimentales et comme tremplins vers d’autres activités éditoriales et culturelles du XVIIIe au XXIe siècle.

De nombreux périodiques ont en effet donné naissance à des maisons d’édition en recourant aux réseaux de leurs imprimeurs, en testant dans leurs livraisons des formules expérimentales ou plus conventionnelles, et en devenant des moteurs économiques dans les domaines du livre, de l’imprimé, des arts, de l’artisanat et des métiers. Souvent, le périodique est un véhicule pour les amateurs de sciences, les organisations professionnelles ou commerciales, les amateurs de littérature et d’art : ses matériaux, égrenés tout au long de l’année, puis réunis en volumes sous reliure ou cartonnage pour résister au temps, répondent aux besoins de tels lecteurs. Ou l’inverse : les éditeurs ou les galeries publient un périodique ou un magazine pour soutenir leur catalogue, promouvoir leurs artistes, tester de nouvelles formules ou fidéliser leur public. Le phénomène s’étend aux estampes, à la fois comme prime aux abonnés et comme œuvres originales. L’étude d’un tel phénomène dans son envergure internationale mettrait en lumière les relations des périodiques avec le monde de l’édition, les galeries d’art, divers salons et cercles d’influence, ainsi qu’avec plusieurs formes alternatives de publication, de nouvelles idées, tendances et manifestes.

Comment l’histoire canonique de l’édition de livres et d’estampes s’amplifie-t-elle dès lors qu’on prend en compte les structures médiatiques – économiques et symboliques – qui accentuent le rôle des périodiques? Quelles questions émergent lorsqu’on considère les périodiques comme des moteurs clés de la culture de l’imprimé et de la culture visuelle, de la matérialité des publications, de leur valeur d’échange, et de leur fonction d’opérateurs culturels? Nous invitons à des communications, à des panels, et à des tables rondes autour de ces questions.

Programme

Modalités pratiques

  • Le 26 juin, Atelier Master/Doctorat, Sorbonne-Université.
  • Le 27 juin les sessions du colloque se tiendront entre la BnF, site Tolbiac (matin : petit amphi, après-midi : salle 70) et l’INaLCO, rue des Grands Moulins, (amphi 2 ou bien salle 3.15)
  • Les 28 & 29 juin les sessions du colloque se tiendront à Sorbonne Université, rue Victor Cousin
    28 juin (amphi Guizot, amphi Milne-Edwards, au sein du bâtiment central)
    29 juin (amphi Guizot, amphi Milne-Edwards, salle des Actes, au sein du bâtiment central)

Entrée libre dans la limite des places disponibles mais réservation à l’adresse : https://www.azur-colloque.fr/DR04/inscription/inscription/115/fr

Lieux

  • Sorbonne-Université, Faculté des lettres
    1 rue Victor Cousin, 75005 Paris
    Accès : RER B, arrêt Luxembourg
    RER C : arrêt Saint-Michel
    bus: 27, 21, 38, 89 etc.
    En savoir plus 
    Plan de la Sorbonne (entrée recommandée : 17 rue de la Sorbonne)
  • Inalco, Pôle des langues et civilisations
    65 rue des grands moulins
    75013 Paris
    En métro : ligne 14, arrêt bibliothèque François Mitterrand
    En RER : RER C, arrêt bibliothèque François Mitterrand
    En bus : ligne 83 (arrêt Olympiades), ligne 89 (arrêt bibliothèque François Mitterrand)
    En Tramway : ligne T3a (arrêt Avenue de France)
    En savoir plus
  • BnF, site François-Mitterrand
    Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque, 75013 Paris.
    Métro : Lignes 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)
    Bus : lignes 89, 62, 64, 132 et 325
    En savoir plus 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Archipels Glissant (31 mai – 2 juin)

Un colloque international autour de la pensée d’Édouard Glissant est organisé sous la direction de Romuald Fonkoua, François Noudelmann, Françoise Simasotchi-Bronès, Yann Toma.

Écrivain, poète et philosophe, Édouard Glissant a marqué son époque par son travail, en France et à l’international, sur les grands concepts tel que la créolisation, l’archipel, l’opacité, la relation…

Ce colloque de 3 jours s’articule autour de 3 grandes thématiques : Théories, Écritures et Arts.

Programme

Théories : 31 mai

  • 10h : Ouverture par Annick Allaigre (présidente de l’Université de Paris 8), François Noudelmann et Françoise Simasotchi-Bronès
  • 10h30 PANEL 1 • POLITIQUES DE LA COMMUNAUTÉ
    • François Noudelmann (modérateur, Université de Paris 8, IUF).
    • Celia Britton — British Academy : « La Relation et l’être-en-commun : l’idée de la communauté dans la pensée d’Édouard Glissant et de Jean-Luc Nancy ».
    • Nick Nesbitt — Princeton University : « Politique de la Relation : Penser l’association libre ».
    • Aliocha Wald Lasowski — Université catholique de Lille : « Politique de la relation et de la créolisation démocratique ».
    • Corinne Mencé Caster — Sorbonne Université : « Édouard Glissant et le féminin, quelques observations ».
  • 15H00 PANEL 2 • ÉTHIQUES DE LA RELATION
    • Françoise Simasotchi-Bronès (modératrice, Université de Paris 8).
    • Mary Gallagher — University College Dublin : « L’éthique d’Édouard Glissant : une appréciation personnelle ».
    • Edelyn Dorismond — Université d’Haïti : « Créolisation et Communauté. République diverselle et politique de la rencontre ».
    • Samia Kassab Charfi — Université de Tunis : « Édouard Glissant, le récit somatique ».

Écritures : 1er juin

  • 10h Ouverture par Romuald Fonkoua (Sorbonne Université)
  • 10h30 ÉCHOS : ÉDOUARD GLISSANT PARMI LES ÉCRIVAINS
    Eduardo Manet

    • René Depestre : Entretien avec Françoise Simasotchi-Bronès
      Michaël Ferrier (Université Chuo, Tokyo) : « Édouard Glissant, un savoir déroutant »
    • Joël des Rosiers
      Diffusion d’extraits de films sur Édouard Glissant (Manthia Diawara, Mathieu Glissant)
  • 14h30 L’IMAGINAIRE DES LANGUES
    • Souleymane Bachir Diagne (Columbia University) : « Traduire en présence de toutes les langues du monde »
    • Lise Gauvin (Université de Montréal) : « Il est donné dans toutes les langues de bâtir la tour »: apprivoiser Babel
    • Hidehiro Tachibana (Université de Waseda) : « Questions de langage chez Édouard Glissant »
    • 16h Lancement et présentation du nouveau site internet edouardglissant.world par Dominique Labays
  • 16h30 ÉDOUARD GLISSANT EST-IL UN ÉCRIVAIN JAPONAIS ?
    • Table ronde avec Michaël Ferrier, Satoshi Hirota, Hiroshi Matsui, Nao Sawada et Hidehiro Tachibana

Arts : 2 juin

  • 9h30 : Ouverture par Georges Haddad (président de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Yann Toma (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 10h Panel 1 : ÉDOUARD GLISSANT BAROQUE
    • Dominique Berthet — Université des Antilles : « Édouard Glissant et les oeuvres d’art ».
    • Michael Dash — New York University : « Le Frisson du Baroque, Glissant, l’art et la structure granuleuse du monde ».
    • Nao Sawada — Université Rikkyo : « Le baroque chez Édouard Glissant ».
    • Performance « Chairs Mots » : Anatoli Vlassov
  • 11h30 Panel 2 : ÉDOUARD GLISSANT EN MOUVEMENT
    • Guillaume Robillard — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Glissant et le cinéma antillais » et Guy Deslauriers — Réalisateur.
  • 14h30 Panel 3 : ART ET MONDIALITÉ I
    • Yovan Gilles, Cristina Bertelli, Federica Bertelli-Giustacchini Revue
    • Les périphériques vous parlent : « Attracteurs étranges et bifurcations ».
    • Performance Yovan Gilles
    • Kahena Sanaa (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « De la géographie du tout-monde à l’épreuve des films plasticiens sur les exilés ».
    • Performance : Victoire Bombou (hip-hop).
  • 16h Panel 4 : ART ET MONDIALITÉ II
    • Hélène Sirven — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Les voies créatrices de l’insulaire, à l’aune d’Edouard Glissant et d’Alain Ménil ».
    • Jacinto Lageira — Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : « Divers et cosmopolitique ».
    • Marc Lathuillière — Artiste : “Recréer du divers”.
    • Yann Toma — Artiste : “Le Grand Magnat des imprévus en Ouest-Lumière”.
  • 18h : CONCERT SYMPHONIQUE de Olivier GLISSANT avec le Brooklyn Orchestra.
    • Symphonie no1 en 4 mouvements (30mn) — Charmeuse de Serpents (12mn) Entracte (15mn) — Echaurren (15mn) — Les Nuits d’Égypte (15mn).

Organisateurs

  • Université Paris Lumières
  • Bibliothèque Nationale de France
  • Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Sorbonne Université Paris 4
  • Université de Paris 8

Informations pratiques

  • 31 mai : Université de Paris 8 : 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis — Amphi B106
  • 1er juin : Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, face au 25 rue Émile Durkheim, Paris 13ème — Petit auditorium
  • 2 juin : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne : 17 rue de la Sorbonne, Paris 5ème — Amphi Richelieu
  • Programme complet avec biographie des intervenants

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Atelier du XIXe siècle » : autour de « Jean Sbogar », de Charles Nodier (1 juin 2018)

Les Doctoriales, groupe de jeunes chercheurs rattaché à la Société des études romantiques et dix-neuviémistes, organise un « Atelier du XIXe siècle » autour de Jean Sbogar de Charles Nodier à la Bibliothèque de l’Arsenal. La journée s’adresse aux lecteurs de Nodier comme à ceux qui, moins familiers de son œuvre, souhaiteraient la découvrir.

[Jean Sbogar, mélodrame de Cuvelier et Chandézon : costume de Lafargue (Jean Sbogar) / dessiné par Eugène]

Programme 

  • 9h30 : Café d’accueil
  • 10h : Émilie Pézard et Marta Sukiennicka – Introduction

Session 1 : Poétique et politiques

Présidence de session : Patrick Berthier

  • 10h30 : Roselyne de Villeneuve (Sorbonne Université) – Jean Sbogar, la voix et le style
  • 11h : Katia Hayek (Université de Lille, ALITHILA / Université Masaryk de Brno) – Quand la fiction se mêle d’historicité : Jean Sbogar de Charles Nodier
  • 11h30 : Marta Sukiennicka (Université Adam Mickiewicz, Poznań) – Jean Sbogar en « Gracchus de Spalato » : l’éloquence politique d’un brigand
  • 12h15 : Déjeuner

Session 2 : Un roman européen

Présidence de session : Marta Sukiennicka

  • 14h : Jacques-Remi Dahan – Les épigraphes de Jean Sbogar : un itinéraire européen
  • 14h30 : Virginie Tellier (Université Lyon 1 / IHRIM) – Jean Sbogar en Russie
  • 15h : Pause

Session 3 : Postérité romantique

Présidence de session : Émilie Pézard

  • 15h30 : Marine Le Bail (Université Toulouse II) – Métamorphoses de Jean Sbogar : parcours éditorial d’un roman marginal
  • 16h : Amélie de Chaisemartin (Université Paris Descartes) – Jean Sbogar, le modèle des bandits-justiciers romantiques
  • 16h30 : Caroline Raulet-Marcel (Université de Bourgogne-Franche-Comté) – De Jean Sbogar à Han d’Islande : ironie auctoriale et jeu de piste littéraire
  • 17h30 : Fin de la journée

Modalités pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles, mais pré-inscription auprès des organisatrices, Émilie Pézard (emiliepezard@yahoo.fr) et Marta Sukiennicka (martas@amu.edu.pl)

Bibliothèque de l’Arsenal, rue de Sully, 75004 Paris (métro Sully-Morland).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Résistances au féminin. Écriture contemporaine de l’engagement (1-2 juin 2018)

Avec la collaboration de la Bibliothèque nationale de France, Sylvie Camet (Université de Lorraine) et Isabelle Mons (Université  Paris 13) organisent un colloque sur les modes d’inscription de la résistance au féminin contre l’adversité.

« Nicole » a French Partisan Who Captured 25 Nazis in the Chartres Area, in Addition to Liquidating Others, Poses with the Automatic Rifle with Which She is Most Proficient

Programme

Vendredi 1erjuin 2018 : matin

9h. Ouverture (après petit-déjeuner d’accueil)
Olivier Bosc, directeur de la Bibliothèque de l’Arsenal
Sylvie Camet, Isabelle Mons : 
présentation du colloque

9h30. Introduction Sylvie Camet, université de Lorraine
Présidence : Isabelle Mons, université Paris 13
Première partie : Résister au féminin : fondements et enjeux sociaux
10h. Isabelle Galichon, université Bordeaux-Montaigne
Le récit de soi, entre pratique de liberté et pratique de libération : Forest, Luxembourg, Sapienza.
10h20. Agnieszka Stobierska, université de Nice
Pour le droit de choisir : combat des artistes et écrivaines contre l’interdiction de l’avortement en Pologne

10h40 : questions

Deuxième partie : Le journalisme comme arme
11h. Marie-Gersande Raoult, université de Limoges
‘La Fronde’ et ses frondeuses. Pratiques journalistiques et engagement féministe
11h20. Anne Mathieu, université de Lorraine
Dénoncer la barbarie fasciste. Le cas des reportrices pendant la guerre d’Espagne (1936-1939)
11h40. Simone Orzechowski, université de Lorraine
Ulrike Meinhof : la radicalisation d’une intellectuelle engagée dans l’Allemagne de « la prospérité pour tous »
12h : questions

Vendredi 1erjuin 2018 : après-midi

Première partie : Une œuvre de résistance théâtralisée
14h. Jean Monamy et Nathalie Gautier, Lorient
Colette Peignot : « Je ne suis jamais là où les autres croient me trouver et pouvoir me saisir. »
14h45 : questions

Deuxième partie : Dans les geôles
15h20. Michaela Chapelan, université Spiru Haret, Bucarest
Léna Constante : le témoignage d’une résistance claustrée
16h. Joy Courret, université Bordeaux-Montaigne
Les sœurs Mirabal contre le tyran Trujillo
16h20 : questions
16h30. François-Jean Authier, CPGE Poitiers
Femmes à l’agonie : les apocalypses d’Asli Erdoğan
Interview de Maryam Madjidi, auteure de Marx et la poupée, Prix Goncourt du Premier Roman 2017
17h30 : questions

Samedi 2 juin 2018 : matin

Présidence : Sylvie Camet
Première partie : Femmes en guerre
10h. Nicolas Charles, université Paris I Panthéon-Sorbonne
Des femmes françaises entrent en résistance face aux Allemands entre 1914 et 1918 : portrait de celles qui ont dit « non ! ».
10h20. Annabelle BonnetEHESS
Les dernières lettres d’Olga Benário Prestes (1938-1941). Résister à la cruauté malgré tout
10h40 : questions
11h. Rocio Negrete Pena, université Bordeaux-Montaigne
L’identité de genre dans les discours des femmes résistantes : ‘Ces femmes    espagnoles : de la Résistance à la déportation : témoignages vivants : de Barcelone à Ravensbrück’, de Neus Catalá.
11h20. Bilge Ertugrul, université Paris I Panthéon-Sorbonne
Erika Mann ou l’écriture engagée des femmes contre le nazisme
11h40 : questions
12h00 : questions

Le 2 juin après-midi

Deuxième partie : Madeleine Riffaud
14h. Isabelle Mons
Madeleine Riffaud entre littérature et journalisme : une œuvre en partage, une vie en récits
14h20. Jorge Amat, Paris
Film ‘Les 7 vies de Madeleine Riffaud’ : projection et interview
16h : questions
17h. Table ronde autour de Madeleine Riffaud (présence à confirmer) avec Jorge Amat, Sylvie Camet et Isabelle Mons
Conclusion : Sylvie Camet et Isabelle Mons

Femmes patriotes. Organe des Comités féminins de la résistance (M.U.R.)

Modalités pratiques

Bibliothèque de l’Arsenal, Paris
1 Rue de Sully, 75004 Paris
Inscription indispensable auprès de sylvie.camet@univ-lorraine.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : « Les mondes de 68 », 16-19 mai 2018

Cinquante ans après les faits, il est commun de considérer que les événements qui ont éclaté au cours de l’année 1968 ont participé d’une re-configuration de nos imaginaires politiques et sociaux. Or, cet effet 68 si souvent décrié ou encensé relève peut-être de la multitude des événements qu’il englobe. Ce colloque entend dresser une carte de ces mondes de l’autorité mise en contestation. Il se propose de le faire dans deux perspectives au moins : d’abord, en interrogeant la mondialité du phénomène, en revenant sur des soulèvements jusque-là négligés, notamment dans le sud de l’hémisphère ; ensuite, en tentant de le questionner par les vecteurs principaux des imaginaires sociaux que sont successivement les œuvres, les images, les archives et enfin la parole. Il s’agit donc d’une double traversée qui est proposée, celle des paysages et des discours qui en émanent, en associant des chercheurs en histoire, en culture visuelle, mais aussi des philosophes, des écrivains et des artistes, des bibliothécaires et des archivistes.

Affiche « Sois jeune et tais-toi » de l’atelier populaire de l’Ecole des beaux-arts de Paris

Programme

Soirée du mercredi 16 mai : Institut national d’histoire de l’art, galerie Colbert, auditorium

17h – 20h : Soirée d’ouverture
Intervenants :
Pierre Buraglio / Monique FrydmanGérard Fromanger, Julio Le Parc
Modérateurs :
Éric de Chassey (INHA), Elitza Dulguerova (INHA), Élodie Antoine (historienne de l’art indépendante)

Jeudi 17 mai 2018 : Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium

9h30 : Accueil
Sylviane TARSOT-GILLERY,directrice générale de la Bibliothèque nationale de France

9h40 : Introduction
Philippe ARTIERES,directeur de recherches (CNRS/IIAC)

Première session : Tour d’Europe de 1968. Quelles inscriptions mémorielles immédiates, quels silences ?
Présidence de séance : Philippe ARTIERES

10h : L’Europe de l’Est : autour des événements de Prague

Les événements de Prague dans la presse française
par Aurélien BROSSE, chargé de collections Presse, département Droit, économie, politique, BnF

La rupture de mars 68 en Pologne
par Jean-Yves POTEL, historien et politiste émérite à l’Institut d’études européennes de l’université Paris VIII et à l’université de Varsovie

11h15 : Entre France et Allemagne

Quand les phrases interdites descendaient la rue : Allemagne et France : lectures croisées des mouvements de 68
par Prof. Dr. Ingrid HOLTEY, Universität Bielefeld, Fakultät für Geschichte, Philosophie und Theologie

Le cas français : de réelles singularités ?
par Jean-François SIRINELLI, professeur émérite à Sciences Po

Deuxième session : Histoire visuelle de 1968
Présidence : Audrey LEBLANC et Dominique VERSAVEL

14h : Images de Mai 68
Modération : Dominique VERSAVEL, conservatrice au département des Estampes et de la Photographie, BnF

Ateliers populaires oui, atelier bourgeois non, ou pratiques de création et imaginaires politiques pendant Mai 68 
par Jil DANIEL, graphiste, doctorant en esthétique, université Rennes 2

Mai 68, regard de l’État. Étude du fonds photographique du préfet Maurice Grimaud de la Bibliothèque nationale de France

par Véronique FIGIN-VERON, historienne de la photographie, maître de conférences à l’ENS Louis-Lumière, chercheur associé au Centre d’histoire sociale du XXe siècle (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS) et expert près la cour d’appel de Paris

15h : Des Icônes
Modération : Audrey LEBLANC, docteure en histoire, EHESS, université Lille 3

Circulation des icônes photojournalistiques de la guerre du Vietnam : fabrique médiatique, historique et culturelle
par Camille ROUQUET, docteure, LARCA [Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones], université Paris-Diderot

La Marianne de 68 : une invention américaine
par André GUNTHERT, maître de conférences en histoire visuelle, EHESS, fondateur de la revue Études photographiques et de la plate-forme Culture Visuelle

16h : Les images ont une histoire
Industrialiser l’image de grève au début du XXe siècle ?
par Marie-Ève BOUILLON, docteure en histoire et civilisations à l’EHESS, mission photographie, Archives nationales

Filtrer le flux. Le marché de l’image dans l’ère numérique
par Estelle BLASCHKE, université de Lausanne, Centre des sciences historiques et de la culture, membre du comité éditorial de la revue Transbordeur. Photographie, Histoire, Société

Vendredi 18 mai : Archives nationales

10h15 : Accueil
Françoise BANAT-BERGER, directrice des Archives nationales

10h30 : Introduction
Michelle ZANCARINI-FOURNEL, professeur émérite à l’université Lyon-I

Première session : 1968 entre Nord et Sud
Présidence de séance : Michelle ZANCARINI-FOURNEL

10h45 : Amérique du Sud et Mexique

1968 au Mexique : du mouvement étudiant au massacre de Tlatelolco
par Karim BENMILOUD, professeur à l’université Paul Valéry-Montpellier 3, membre honoraire de l’IUF.

11h15 : La France entre politique étrangère et spécificités ultra-marine

D’un Mai à l’autre : Sénégal et France, convergences et connexions
par Françoise BLUM, CNRS/Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Février-avril 1968 : le procès des Guadeloupéens
par Jean-Pierre SAINTON, professeur d’histoire à l’université des Antilles

14h : Deuxième session : Quelle(s) patrimonialisation(s) de 68 ?
Présidence de séance : Ludivine BANTIGNY, université de Rouen

Du document à l’œuvre
par Éric de CHASSEY, président de l’Institut national d’histoire de l’art

De la boîte à la vitrine
par Emmanuelle GIRY, conservatrice du patrimoine, ministère de l’Éducation nationale

15h10 – 16h30
Les archives des années 68 à La Contemporaine : des fonds ouverts et vivants
par Franck VEYRON, responsable du département Archives, La Contemporaine (ex-Bibliothèque de documentation internationale contemporaine)

Presse filmée et ORTF en grève, sons et images d’une France en lutte : quelles archives regardons-nous aujourd’hui ?
par Catherine GONNARD, documentaliste chargée de la valorisation scientifique, Institut national de l’audiovisuel

De l’inscription à la mémoire
Entretien avec Alain JAUBERT, écrivain et journaliste

Samedi 19 mai après-midi : Centre Pompidou, Forum -1 

15h – 18h : FORUM -1
Modération : Philippe ARTIERES et Jean-Max COLARD

D’où tu parles ?
par Olivier VADROT, designer et concepteur de Cavea, une salle de conférence nomade

La parole ouvrière
par Fabienne LAURET, ancienne ouvrière de Flins et auteure de L’Envers de Flins, lira L’Établi de Robert Linhart
et Arno BERTINA, lecture de son livre Des châteaux qui brûlent

Les murs ont la parole et les slogans féministes de 70 à maintenant
par Beatrice FRAENKEL et Anne-Marie FAURE-FRAISSE

Parole d’un poète
par Stéphane GATTI, lecture du Poème de Berlin (1968) d’Armand Gatti

Parole de danse
par Mélanie PAPIN (la danse en Mai 68) et Emmanuelle HUYNH [sous réserve]

18h30 – 21h : FORUM -1
Mai 1968 en France de Jean Thibaudeau (lecture intégrale)
Dans sa version intégrale, lecture du texte de Jean Thibaudeau écrit entre novembre 68 et février 69, Un « théâtre » destiné à des lectures publiques. Sur une proposition de Philippe Artières, ce texte sera lu par des adhérents du Centre Pompidou

Organisateurs

  • Archives nationales (Emmanuelle Giry)
  • Bibliothèque nationale de France (Catherine Aurérin)
  • Centre national de la recherche scientifique (Philippe Artières)
  • Centre Pompidou (Romain Lacroix)
  • Institut national d’histoire de l’art (Éric de Chassey)

Modalités pratiques

    • Mercredi 16 mai 2018
      Institut national d’histoire de l’art, galerie Colbert, auditorium
      2, rue Vivienne 75002 Paris
      Métro : stations Palais-Royal-Musée du Louvre, Bourse ou Pyramides
    • Jeudi 17 mai 2018
      Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, petit auditorium
      Entrée Est, face au 25, rue Émile Durkheim 75013 Paris
      Métro : stations Quai de la gare, Bibliothèque François-Mitterrand
      Adresse et transports – site François-Mitterrand
      Plan d’accès au site François-Mitterrand [fichier .pdf – 62 Ko – 29/10/15 – 1 p.]
    • Vendredi 18 mai 2018
      Archives nationales
      60 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris
      Métro : station Hôtel-de-Ville, Rambuteau, Saint-Paul
    • Samedi 19 mai 2018
      Centre Pompidou, forum -1
      Place Georges-Pompidou 75004 Paris
      Métro : stations Hôtel de Ville, Rambuteau, Châtelet
    • Entrée libre
Archives de la Cour de sûreté de l’État : affiche représentant le
général de Gaulle, bras levé, saisie.
© Arch. nat. CP/5W/1151.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Call for papers : 3d congress tosc@paris.2019 : Transnational Opera Studies Conference (TOSC)

Call for papers for the third edition of the tosc@ congress which will take place in Paris, from June 27 to 29, 2019.

Following the success of the first two meetings (tosc@bologna.2015 and tosc@bern.2017), the third edition of the tosc@ conference will take place in Paris, France, from 27 to 29 June 2019.

The event will be organised by the University of Paris 8, and hosted at the Opéra de Paris and the Institut national d’histoire de l’art, partners of tosc@paris.2019 along with the Bibliothèque nationale de France and the Musée du Louvre. The conference will also benefit from the participation of the Opéra-Comique and the Centre Pompidou-Metz.

tosc@paris.2019 will engage directly with current theatrical production, encouraging fertile exchanges between researchers, artists, spectators, theatre professionals and other players of the operatic stage who contribute to its influence and success. It will also be an opportunity to celebrate the 350th anniversary of the Opéra de Paris, and special moments will be dedicated to the Opéra de Paris and its history.

The Programme Committee will consist of :

  • Joy H. Calico (Vanderbilt University)
  • Georgia Cowart (Case Western Reserve University)
  • Céline Frigau Manning (Université Paris 8 – Institut universitaire de France)
  • Sarah Hibberd (University of Bristol)
  • Kordula Knaus (Universität Bayreuth)
  • Hervé Lacombe (Université Rennes 2)
  • Isabelle Moindrot (Université Paris 8)
  • Emanuele Senici (Sapienza – Università di Roma)

Céline Frigau Manning and Isabelle Moindrot are also the conference organizers.

La Tosca, [acte] II : [mort du baron Scarpia]

Call for papers

The Programme Committee has now decided to welcome proposals in the following formats :

  • individual papers (20 minutes long, with 10 minutes for discussion) ;
  • themed sessions (three or four papers, each 20 minutes long with 10 minutes for discussion – please note that the Committee reserves the right to accept one or several proposals on a separate basis even if the entire panel is not selected) ;
  • roundtable sessions (up to six people each giving a brief position paper, followed by a general discussion).

We invite submissions on any subject related to opera and other forms of musical and music theatre.

Presentations which integrate performative aspects, or other atypical formats, are welcome.
Methodologies may be varied, traversing disciplines and perspectives: verbal text, music, drama, performance, interpretation, declamation, painting, scenography, dance, staging, stage technology, cinema, photography, video, television, radio, digital arts, as well as reception, historiography, economics, ecology, opera and society, opera and the media, opera and the other arts, etc.
On the occasion of the 350th anniversary of the Opéra de Paris, proposals focusing on operatic institutions, their history and current perspectives, and in particular on the Opéra de Paris, are encouraged. Proposals that engage with the question of opera in a globalised world, as well as transnational perspectives, will also be of particular interest to the committee.
Preference will be given to proposals that explore questions and problematics, rather than simply offering descriptive accounts.

Proposals may be in English, French, German or Italian. They must include the following :

  • author’s full name ;
  • country and institution ;
  • e-mail address ;
  • paper title ;
  • abstract.

Abstracts should be prepared as follows :

  • individual papers : maximum 350 words ;
  • themed sessions : a 250-word summary outlining the aims of the session and a 350word abstract for each paper ;
  • roundtable sessions : a 250-word summary outlining the aims of the session, and a brief description of each position paper.

Typically, an academic abstract should include a clear statement of the topic and research question(s), contextualised within existing knowledge ; a summary of the argument, evidence and conclusions ; and an explanation of why the topic and findings are important.

Abstracts should thus include all necessary information that will allow the Programme Committee to evaluate the paper’s quality and originality and its potential as an oral presentation.

Proposals must be submitted as attachments by email as a Word file (“.doc” or “.docx” – not “.pdf”) to : paristosc@gmail.com by 30 September 2018.

Everyone submitting a proposal will be sent a confirmation email ; if you do not receive a notification within six days, please resend the proposal.

All abstracts will be anonymised before being evaluated by the Programme Committee. Do not to include any information in your abstract that could reveal your identity (such as “As I have shown in my earlier article…”).

All those who have submitted a proposal will be notified of the outcome by the beginning of January 2019.

All those who have submitted a proposal will be notified of the outcome by the beginning of January 2019.

Following acceptance by the Programme Committee, there will be an opportunity to revise abstracts before their publication in the conference programme.

tosc@lab – The “abstracts” workshop

As announced in April 2018 upon the initial publication of the Call for Papers, the tosc@lab (abstracts workshop) was successfully held in June 2018 and provided an independent and academic guidance to participants wanting to improve their proposals.

Fees

As for other events of this kind, participants (speakers and spectators) will be required to pay for themselves. The precise registration fee will depend on the number of participants, and will be confirmed when the notification of accepted papers is sent; it will, however, be no more than €100, and will include three buffets. A special effort will be made for students in order to reduce their registration fees.

The tosc@paris.2019 award

The Programme Committee will offer an award for the best paper presented by a junior scholar at the conference. All those born after 1984, and whose papers are accepted for the conference, will be eligible.

Those who wish to be considered for this award must submit the final version of their paper to the Programme Committee (accompanied by any musical examples, images, etc.) to paristosc@gmail.com by 20 May 2019.

The tosc@paris.2019 award will be awarded at the end of the event (29 June 2019) by Marco Beghelli (Università di Bologna), founder of the Transnational Opera Studies Conference and organizer of the first edition (tosc@bologna.2015).

The winner will be invited to submit the oral presentation as a full article for publication in a prominent international peer-reviewed journal, and will be invited to present a new paper at a plenary session of the fourth edition of tosc@.

Calendar

  • 30 September 2018 : Deadline for the candidates’ submissions
  • Early January 2019 : Announcement of the results
  • 20 May 2019 : Deadline for submissions to the tosc@paris.2019 award
  • 20 May-20 June 2019 : Evaluation of young researchers’ papers
  • 27-29 June 2019 : tosc@paris.2019

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : 3e congrès tosc@paris.2019 : Transnational Opera Studies Conference (TOSC)

Appel à communications pour la troisième édition du congrès tosc@ qui aura lieu à Paris, du 27 au 29 juin 2019.

Argument

Fondé à Bologne en 2015 sur le modèle des congrès thématiques mondiaux (the Medieval and Renaissance Music Conference, Baroque Music Conference etc.), tosc@ propose une rencontre biennale rassemblant des chercheurs, des artistes et des passionnés d’opéra de tous les pays.
Ouvert, itinérant, conçu sans exclusive d’approches, de formes, de genres ni de périodes, le congrès tosc@ veut unir l’excellence et l’audace de la recherche contemporaine sur l’opéra. Le congrès se déplace de ville en ville, encourageant la présence de contributeurs des pays hôtes, élargissant le cercle de ses participants et favorisant les rencontres entre les cultures et les sensibilités. Il espère ainsi développer l’intérêt pour l’opéra parmi les jeunes chercheurs, qu’ils soient musicologues ou venus d’autres disciplines.
Les communications peuvent être présentées dans la (ou les) langue(s) du pays d’accueil ou en anglais. Toutes et tous sont invités à y prendre part, quel que soit leur statut professionnel.
Comme dans les congrès de ce genre, les frais sont à la charge des congressistes et des spectateurs, mais les droits d’inscription seront maintenus aussi faibles que possible.
Le nom de ce congrès est désigné par l’acronyme
T ransnational
O pera
S tudies
C onference
@
suivi de la ville d’accueil et de l’année.

Troisième congrès : tosc@paris.2019

Après le succès des premières rencontres (tosc@bologna.2015 et tosc@bern.2017), la troisième édition du congrès tosc@ aura lieu à Paris, du 27 au 29 juin 2019.

La manifestation sera organisée par l’Université Paris 8, et accueillie à l’Opéra de Paris ainsi qu’à l’Institut national d’histoire de l’art, partenaires de tosc@paris.2019 avec la Bibliothèque nationale de France et le Musée du Louvre. Le congrès bénéficiera en outre de la participation de l’Opéra-Comique et du Centre Pompidou-Metz.

Le congrès sera placé au cœur des problématiques de la production vivante, et pourra mettre l’accent sur les échanges féconds entre chercheurs, artistes, spectateurs, professionnels du spectacle et acteurs moins connus du monde lyrique qui contribuent au rayonnement de l’opéra. Il sera aussi l’occasion de fêter les 350 ans de l’Opéra de Paris, et des temps forts y seront consacrés à l’Opéra de Paris et à son histoire.

Le Comité scientifique est composé de :

  • Joy H. Calico (Vanderbilt University)
  • Georgia Cowart (Case Western Reserve University)
  • Céline Frigau Manning (Université Paris 8 – Institut universitaire de France)
  • Sarah Hibberd (University of Bristol)
  • Kordula Knaus (Universität Bayreuth)
  • Hervé Lacombe (Université Rennes 2)
  • Isabelle Moindrot (Université Paris 8)
  • Emanuele Senici (Sapienza – Università di Roma)

Céline Frigau Manning et Isabelle Moindrot seront en outre les organisatrices du congrès.

La Tosca, [acte] II : [mort du baron Scarpia]

Appel à communications

Plusieurs types de propositions seront accueillies :

  • proposition de communication individuelle (20 minutes, suivies de 10 minutes de discussion) ;
  • proposition de panel thématique (trois ou quatre communications, chacune de 20 minutes, suivie de 10 minutes de discussion – le comité se réservant d’accepter une ou plusieurs interventions séparées si le panel entier n’était pas retenu) ;
  • proposition de table ronde (jusqu’à six intervenants, chacun.e exposant un positionnement bref sur la question, le tout suivi d’une discussion générale).

Les propositions peuvent porter sur tout sujet lié à l’opéra ou à d’autres formes de théâtre musical. Des présentations performées ou aux formats atypiques sont bienvenues.

Les approches pourront être multiples, transversales et croisées : par le texte, la musique, la dramaturgie, la performance, la déclamation, la peinture, la scénographie, la danse, la mise en scène, les technologies de la scène, le cinéma, la photographie, la vidéo, la télévision, la radio, les arts numériques, mais aussi l’interprétation, la réception, l’historiographie, l’économie, l’écologie, ou encore à travers les liens entre l’opéra et la société, l’opéra et les média, l’opéra et les autres arts…

On privilégiera les propositions explorant des enjeux problématisés, plutôt que les approches purement descriptives. Les propositions peuvent être soumises en français, anglais, italien ou allemand. Elles doivent comprendre :

  • le nom complet ;
  • le pays et l’institution ;
  • l’adresse mail ;
  • le titre de la communication ;
  • un résumé.

Les résumés doivent prendre la forme suivante :

  • communication individuelle : un résumé de 350 mots maximum ;
  • panel thématique : un résumé général de 250 mots présentant les enjeux et objectifs de la séance et un résumé de chaque intervention individuelle (350 mots chacun) ;
  • table ronde : un résumé général de 350 mots décrivant les objectifs de la session et donnant une brève description de chaque positionnement individuel.

En règle générale, un résumé scientifique doit énoncer clairement le sujet et la problématique de recherche, mis en contexte par un bref état des connaissances établies sur le sujet, présenter brièvement l’argument et l’orientation de la communication, et expliquer pourquoi le sujet et les résultats de cette recherche sont importants.

Les résumés devront donc comporter tous les éléments permettant au Comité scientifique d’évaluer la qualité et l’originalité de la problématique, l’apport de la recherche par rapport à la littérature scientifique existante, ainsi que son potentiel pour une présentation publique.

Les propositions doivent être soumises sous forme de pièces jointes sous format Word (« .doc » ou « .docx », et non pas « .pdf ») par mail à : paristosc@gmail.com le 30 septembre 2018 au plus tard.

Toute proposition donnera lieu à un accusé de réception par mail. Si la notification ne vous est pas parvenue dans un délai de six jours, merci de soumettre de nouveau votre proposition.
Tous les résumés seront anonymisés avant d’être expertisés par le Comité scientifique. Les résumés ne devront donc comporter aucune information qui permettrait de révéler l’identité de leurs auteurs (telle que “Comme je l’ai montré dans mon article…”).
Toutes celles et tous ceux qui auront soumis une proposition seront informé.e.s de l’issue du processus de sélection d’ici début janvier 2019.
En cas d’acceptation par le Comité scientifique, le résumé de la communication pourra faire l’objet de modifications en amont de la publication du programme.

tosc@lab – L’atelier « résumés »

Annoncé lors de la première publication de l’Appel à communications en avril 2018, le tosc@lab s’est tenu en juin 2018 avec succès et a offert à celles et ceux qui le souhaitaient un accompagnement scientifique indépendant dans la formulation de leur proposition.

Droits d’inscription

Les droits d’inscription seront pris en charge par les participant.e.s (présentant une communication ou assistant au congrès), selon l’usage des congrès internationaux. Le montant exact des droits dépendra en partie du nombre de participants, et sera confirmé au moment de la notification des résultats de la sélection. Il ne dépassera cependant pas 100 €, et inclura trois buffets au moins. Un effort particulier sera fait en direction des étudiants pour réduire leurs frais d’inscription.

Le Prix tosc@paris.2019

Le Comité scientifique remettra un prix à la meilleure communication présentée par un.e jeune chercheur.se lors du congrès. Sont éligibles toutes les communications sélectionnées par le Comité et présentées par des candidat.e.s né.e.s après 1984.

Celles et ceux qui souhaitent candidater pour le prix devront soumettre la version finale de leur communication et l’adresser (accompagnée d’éventuels exemples musicaux, matériel iconographique, etc.) à paristosc@gmail.com au plus tard le 20 mai 2019.

Le Prix tosc@paris.2019 sera décerné à l’issue de la manifestation (29 juin 2019) par Marco Beghelli (Università di Bologna), fondateur de la Transnational Opera Studies Conference et organisateur de la première édition (tosc@bologna.2015).

Le ou la gagnante sera invité.e à publier son travail sous forme d’article dans une grande revue internationale à comité de lecture, et convié.e à présenter une nouvelle communication en session plénière, à l’occasion de la quatrième édition de tosc@.

Calendrier

  • 30 septembre 2018 : clôture de l’appel à communications
  • Début janvier 2019 : résultats de la sélection
  • 20 mai 2019 : clôture des candidatures pour le Prix tosc@paris.2019
  • 27-29 juin 2019 : congrès tosc@paris.2019

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : La BnF, 20 ans après (12 avril 2018)

La BnF organise une après-midi d’étude autour de l’exposition Dominique Perrault – La Bibliothèque nationale de France. Portrait d’un projet 1988-1998.

Croquis réalisés en 1990 par Dominique Perrault pour le projet de la future Bibliothèque François-Mitterrand © Dominique Perrault architecte / ADAGP

Programme

  • 14h30-15h : Conférence introductive par Georges Vigarello, philosophe, ancien président du Conseil scientifique de la BnF
  • 15-16h45 : BnF : une nouvelle fabrique du savoir ?
    La BnF a-t-elle apporté, à travers les outils et l’espace offert aux chercheurs, une nouvelle manière de construire sa recherche ? A-t-elle inventé une nouvelle fabrique du savoir ? La répartition en départements, la césure décidée entre les collections, le double niveau (haut-de-jardin et rez-de-jardin) ont-elles permis un élargissement de la recherche et du public de chercheurs ?
    Table ronde animée par Thierry Pardé, directeur de la stratégie, BnFavec Marianne Bastid-Bruguière, membre de l’Institut, directeur de recherche émérite au CNRS, Frédérique Berthet, université Paris-7, Hélène Fleckinger, université Paris-8, Denis Bruckmann, directeur des collections, BnF et Antoine de Baecque, chercheur
  • 17h-17h15 : La bibliothèque vitrée vue de l’extérieur : la réception de la BnF aux États-Unis
    Par Barry Bergdoll, MOMA
  • 17h15-18h45 : BnF : un bâtiment en débat ?
    La construction d’un nouveau bâtiment a été au centre de polémiques et sa réception par les usagers a alimenté de nombreuses discussions. Cette séquence d’entretiens et de conférences devrait permettre de donner un coup de projecteur sur cette histoire agitée.
    Table ronde avec Dominique Alba, architecte dplg, directrice générale de l’Apur, Odile Lucan, Odile Seyler & Jacques Lucan architectes, Jacqueline Sanson, ancienne directrice générale de la BnF, François Chaslin, architecte et critique d’architecture français, Frédéric Edelman, journaliste et Pierre Nora, de l’Académie française.
  • 19h-20h : Master classe de Dominique Perrault

Modalités pratiques

Jeudi 12 avril 2018 – 14h30-18h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Entrée libre dans la limite des places disponibles (200 places)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : Être éditeur en France au XIXe siècle (1789-1914)

Appel à communications pour le colloque final du programme ANR DEF19 qui se tiendra les 4 et 5 avril 2019.

 Le projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) a déjà donné lieu à deux journées d’études : « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives » (octobre 2015) et « Marges et périphéries du monde du livre » (février 2017). Elles ont permis d’explorer des questionnements d’ordre épistémologique et méthodologique sur la prosopographie et l’étude des gens du livre, en confrontant des expériences et des travaux de chercheurs issus de différents horizons. Afin de conclure ce projet qui arrive à son terme en 2019, un colloque final est organisé, qui mettra au centre de ses débats ce qui a fait le cœur de l’entreprise : les figures individuelles d’éditeurs.

(c) BnF-Gallica

Cette histoire des éditeurs du XIXe siècle est-elle encore à faire ? De nombreux travaux ont déjà permis d’enrichir considérablement notre connaissance de ce milieu et, de la mise en valeur du « temps des éditeurs » par l’Histoire de l’édition française1, à la centaine de pages de synthèse consacrées vingt ans plus tard par Elisabeth Parinet aux « éditeurs du XIXe siècle »2, les histoires générales de l’édition témoignent de l’étendue de nos connaissances sur un champ largement défriché. Monographies et biographies se sont ainsi multipliées pour éclairer les trajectoires d’éditeurs variés, de Hachette à Hetzel en passant par Plon, Begrer-Levrault, Privat, Larousse, Tallandier, Baillière, etc. En 2015, Jean-Yves Mollier recensait ainsi presque une centaine de références sur « le monde des éditeurs » à l’époque contemporaine dans sa bibliographie rétrospective3. Il expliquait par ailleurs tout l’intérêt de ces études, « précieuses et même indispensables parce qu’elles mettent en scène un homme, une famille, un milieu, une entreprise, qu’elles éclairent des réseaux, aident à comprendre la formation d’écuries d’auteurs, le passage de la maison d’édition à la grande entreprise éditoriale4. »

Parce que le monde de l’édition est fait d’individualités fortes, qui marquent leur domaine de leur empreinte, par leurs innovations et leurs ambitions, et dans la perspective globalisante d’une histoire du livre et de l’édition située au carrefour des histoires politique, économique, sociale et culturelle, l’approche biographique est une voie d’entrée privilégiée, voire essentielle à l’étude d’un secteur emblématique de la révolution économique du XIXe siècle autant que de l’entrée dans l’ère de la culture de masse. L’ensemble de ces travaux a donc permis de mieux comprendre ce monde de l’édition, qui est aussi celui des éditeurs, et, au-delà, des mécanismes à l’œuvre dans les révolutions économiques et culturelles dont ils sont autant les reflets que les acteurs.

Cependant, la récente publication de l’ouvrage de Pascal Fouché sur Flammarion5, ou de de la thèse d’habilitation à diriger des recherches de Patricia Sorel sur Plon6, témoignent de la nécessité de poursuivre ces enquêtes, afin d’approfondir notre connaissance des figures majeures du monde de l’édition. Au-delà de ces individualités de premier plan, la journée d’études de février 2017 sur les « Marges et périphéries du monde du livre7 » montre également les promesses de l’exploration de zones moins connues et moins faciles à appréhender du champ éditorial. diteurs marginaux, provinciaux, clandestins, éphémères, éditeurs au rayonnement limité, au capital faible, à la production réduite, constituent un front pionnier, si ce n’est une terra incognita de la recherche en histoire du livre. Le terrain a commencé déjà à être déblayé, comme en témoignent les pages que consacrent à ces secteurs l’Histoire de l’édition française et l’Histoire de la librairie française.

Le colloque « Être éditeur en France au XIXe siècle » s’inscrit dans la lignée de l’ensemble de ces travaux, tout en souhaitant mettre en évidence, dans la logique du projet DEF19, les figures individuelles, plus que les entreprises éditoriales et leurs productions. Il s’agira par conséquent de privilégier les approches biographiques et prosopographiques, et de ne mobiliser les questions de bibliométrie ou d’histoire des sociétés et des stratégies entrepreneuriales que dans la mesure où elles interfèrent avec les trajectoires individuelles et viennent les éclairer.

Les propositions de communication s’inscriront de manière privilégiée dans les axes d’étude suivants :

  • L’approche biographique sur des figures d’éditeurs peu connues, en particulier les éditeurs provinciaux, marginaux dans le type et l’ampleur quantitative de leur production, leur durée d’activité, leur rayonnement commercial, etc.
  • La question des femmes (de) libraires-éditeurs, le rôle des veuves dans la reprise des entreprises masculines, le rôle des femmes dans l’édition.
  • Les études collectives, sur les éditeurs relevant d’espaces régionaux ou urbains particuliers, ou bien de secteurs déterminés du champ éditorial.
  • Les formes de l’engagement politique des éditeurs, et la prise de risque que cela peut représenter pour leur activité et pour eux à une époque où domine longtemps une logique de contrôle de l’imprimé ; on pourra élargir le champ aux autres formes d’engagement, associatif, social, caritatif…
  • L’étude de institutions éditrices : activité d’édition de syndicats, d’entreprises, d’associations, rôle également de l’Imprimerie royale/impériale/nationale, des presses professionnelles ; on s’interrogera particulièrement sur les individus qui sont derrière leur activité, ces éditeurs qui n’ont pas laissé leur nom à une maison d’édition.
  • L’approche internationale du monde des éditeurs : les éditeurs spécialisés dans l’international (traduction, diffusion à l’étranger…) ; les éditeurs étrangers installés en France ; les éditeurs français installés à l’étranger ; l’étude également des liens et réseaux internationaux des éditeurs français.
  • L’étude des éditeurs des colonies et de l’outre-mer, dans les zones d’influence française ou non.

Soumission des propositions

Les propositions (3000 signes maximum) devront être envoyées pour le 4 juin 2018 à :
– Jean-Charles Geslot (jean-charles.geslot@uvsq.fr)
– Viera Rebolledo-Dhuin (viera.rebolledo-dhuin@uvsq.fr).

Elles seront accompagnées d’une courte présentation biobibliographique des auteurs. Elles seront examinées par le comité d’organisation pour une réponse à la rentrée 2018. Les communications à deux voix sont autorisées.

Les communications pourront être des présentations de recherches en cours.

Comité d’organisation

  • Marie-Claire Boscq (docteure en histoire, CHCSC)
  • Jean-Charles Geslot (MCF, UVSQ)
  • Jean-Dominique Mellot (BnF)
  • Jean-Yves Mollier (professeur émérite, UVSQ)
  • Viera Rebolledo-Dhuin (docteure en histoire, CHCSC)
  • Patricia Sorel (MCF HDR, Paris-Nanterre)

Organisation du colloque

Le colloque se déroulera les jeudi 4 et vendredi 5 avril 2019, aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).

Télécharger l’appel à communications en format pdf : Etre éditeur au XIXe siècle – appel à communications

  1. Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française. T. III : Le temps des éditeurs : du romantisme à la Belle époque, Paris, Fayard/Cercle de la Librairie, rééd. 1990 (1985), 672 p. []
  2. Elisabeth Parinet, Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, « Points Histoire », 2004, p. 152-262. []
  3. Jean-Yves Mollier, « L’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en France de la fin du XVIIIIe siècle au début du XXIe siècle : approche bibliographique », 2015, <halshs-01164765>, p. 49-54. []
  4. Ibid., p. 13-14. []
  5. Pascal Fouché, Flammarion (1875-2015). 140 ans d’édition et de librairie, Paris, Gallimard, 2015, 272 p. []
  6. Patricia Sorel, Plon. Le sens de l’histoire (1833-1962), Rennes, PUR, 2016, 326 p. []
  7. Journée d’études tenue à Saint-Quentin-en-Yvelines les 23 et 24 février 2017 – publication en cours. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : colloque « Le rayonnement des arts au Moyen Âge. Réflexions autour du ms. aquitain, Paris, BnF latin 1139 »

Le manuscrit Paris, BnF, lat. 1139 est un manuscrit composite, aux origines mal connues, conservé dans les collections de l’abbaye de Saint-Martial de Limoges dès le milieu du XIIIe siècle. Issu de l’une des plus prestigieuses bibliothèques médiévales, il est l’un des premiers témoins d’une nouvelle manière de chanter la louange divine. Ces créations ne rompent pas avec les traditions antérieures mais prolongent des pratiques existantes.

La partie la plus importante et la plus ancienne (fin XIe-début XIIe siècle) comprend de nombreux chants festifs : tropes, chansons versifiées (versus et Benedicamus domino appelés nova cantica), épîtres farcies et jeux liturgiques (f. 32r-117r). S’y ajoutent aussi des offices votifs de la Vierge, notés au XIIIe siècle (f. 119r-148r), un prosaire complet de la fin du XIIe siècle (f. 149r-228v) et des extraits de deux autres prosaires du XIIIe siècle (f. 2r-20v). Tout au long du manuscrit figurent également des indications à la liturgie et la vie de l’abbaye (inventaire des ornements de l’autel, liste des livres de la bibliothèque, etc.).

vue 155 - folio 74r

Ce recueil factice permet donc d’appréhender deux siècles de répertoires chantés et de pratiques liturgiques touchant aux évolutions des célébrations et de leurs marges. Cette anthologie hétéroclite est révélatrice de l’élan créateur et des échanges culturels qui gravitent autour de Saint-Martial dans le contexte plus large de la France méridionale et de contrées plus lointaines.

Ce manuscrit est un livre exceptionnel et a très tôt suscité l’intérêt des chercheurs :

  • Il est l’un des plus anciens témoins des polyphonies aquitaines.
  • Il s’agit de la plus ancienne grande collection de chants festifs de nouvelle facture.
  • Il comprend plusieurs jeux liturgiques, notamment le Sponsus dont il est l’unique témoin.
  • Il s’inscrit à la croisée des répertoires latins et vernaculaires.
  • Le notateur de la partie la plus ancienne a fait usage d’une note en forme de losange afin d’indiquer le demi-ton. Cette particularité notationnelle a été rapidement abandonnée dans le sud de la France mais a été très largement adoptée dans l’ouest de la péninsule Ibérique, tout particulièrement au Portugal.

L’inventaire de la partie la plus ancienne a été dressé par Hans Spanke (1931) et Judith M. Marshall lui a entièrement consacré sa thèse (1961), essentiellement analytique. Jacques Chailley (1952), Sarah Fuller (1969) et Leo Treitler (1978) ont également intégré ce manuscrit à leurs études du répertoire aquitain. Il apparaît que de nombreux chants de latin 1139 comportent des concordances avec des sources du sud de la France mais aussi avec les offices festifs de la Circoncision de Beauvais, Sens et du Puy (Wulf Arlt, 1970, 2000) ainsi qu’avec d’autres répertoires plus éloignés géographiquement.

Ce colloque s’adresse aux chercheurs issus de différentes disciplines (histoire, histoire de l’art, histoire de la littérature, musicologie, philologie, paléographie, etc.) afin d’appréhender ce manuscrit complexe dans toutes ses dimensions. Cette rencontre sera l’occasion de combler les pans laissés vierges par l’historiographie, notamment quant aux parties les plus récentes du manuscrit. Il s’agira à la fois de s’attacher au manuscrit lui-même mais surtout, de l’inscrire dans une production plus large, à commencer par celle de l’abbaye Saint-Martial de Limoges, et dans des réseaux de création et de diffusion dépassant le territoire du Limousin. L’originalité de ce colloque réside ainsi dans la mise en évidence des circulations des pratiques artistiques et intellectuelles. Dans cette perspective, le manuscrit latin 1139 servira de point de départ à une étude renouvelée de la création au sein du Midi et de son rayonnement dans l’espace et le temps mais il n’en sera pas l’unique objet.

Les communications pourront porter sur les thématiques suivantes (liste non limitative) :

Transferts : comparaison de Paris, BnF, latin 1139 avec d’autres sources

  • questions paléographiques musicales et textuelles ; utilisation des spécificités de la notation neumatique du manuscrit dans d’autres traditions (péninsule Ibérique notamment) ;
  • caractéristiques stylistiques musicales et littéraires de son répertoire ;
  • approches codicologiques, présentation, mise en page et décoration du manuscrit en lien avec un corpus plus large.

Diffusion : Saint-Martial de Limoges comme foyer musical et artistique

  • la position de Saint-Martial par rapport à la diffusion des répertoires ou des pratiques artistiques du Limousin vers d’autres régions ;
  • l’abbaye comme centre de création et/ou de réception d’un répertoire exogène ;
  • la circulation des manuscrits à la bibliothèque de Saint-Martial ;
  • la liturgie et la vie communautaire de l’abbaye à travers les répertoires et les ajouts non musicaux dans latin1139.

Circulation : devenir et réception des répertoires notés dans Paris, BnF, latin 1139

  • mise en perspective des réseaux de diffusion des répertoires notés dans latin 1139 : manuscrits normano-siciliens, offices de la Circoncision, manuscrits germaniques dont les Carmina Burana, Cantatoria de Prague du XIVe siècle, etc. ;
  • relations entre les répertoires de latin 1139 et les sources parisiennes des XIIe et XIIIe siècles (nova cantica, proses) ;
  • prise en compte de la dimension matérielle complexe du manuscrit comme témoignage des usages des livres et des répertoires : transformations, recompositions en fonction de nouveaux besoins ;
  • échanges et interférences entre les répertoires latins (versus, tropes, épîtres, etc.) et vernaculaires.

Les propositions de communication (titre et résumé : 300 mots environ) sont à envoyer à l’adresse info@colloque1139.fr avant le 31 mai 2018.

Les déjeuners seront pris en charge. Le remboursement des frais d’hébergement et de déplacement sera discuté au cas par cas en fonction des budgets obtenus.

Comité scientifique

  • Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • François Bougart (CNRS, IRHT, Paris)
  • Pascale Bourgain (Centre Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Christelle Cazaux-Kowalski (FHNW / Musik Akademie Basel, Schola Cantorum Basiliensis)
  • Christelle Chaillou (CNRS, CESCM, Poitiers)
  • Marie-Noël Colette (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Gilbert Dahan (EPHE/LEM, Paris)
  • Charlotte Denoël (Centre Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Manuel Pedro Ferreira (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Andreas Haug (Universität Würzburg)
  • Katarina Livljanić (Université Paris-Sorbonne, IReMus)
  • Guy Lobrichon (CIHAM UMR 5648 – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
  • Christian Meyer (CNRS, CESR, Tours)
  • Susan Rankin (University of Cambridge)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

Informations pratiques

Le colloque aura lieu les 19, 20 et 21 mars 2019 à la Bibliothèque nationale de France (58, rue de Richelieu, 75002 Paris), à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (40, avenue d’Iéna, 75116 Paris) et à la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France (39, bd de La Tour-Maubourg, 75007 Paris).

Contact

info@colloque1139.fr

Comité d’organisation

  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : SIBMAS Paris 2018 : Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Du 5 au 8 juin 2018, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du costume de scène à Moulins accueillent le congrès 2018 de la Société internationale des bibliothèques et musées des arts du spectacle (SIBMAS). Aussi, nous publions ici son appel à communication. Le thème du congrès invite à réfléchir aux projets et aux pratiques professionnelles qui impliquent de collaborer et de travailler ensemble dans le but commun de préserver le patrimoine des arts de la scène. 

Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Rien ne peut se faire en solitaire dans le domaine des arts du spectacle. Toutes les productions ont besoin d’une équipe unissant artistes, techniciens et personnel administratif. Même les one man shows se préparent à plusieurs. A l’inverse on pourrait croire que la vie dans les bibliothèques, les archives et les musées se passe avec pour tout compagnon les livres, les papiers, les œuvres d’art. Les membres de la SIBMAS savent que la réalité est bien différente et que nous ne sommes rien sans nos collègues, nos partenaires et notre public. C’est ce travail en commun que le colloque de 2018 propose d’explorer à la lumière des multiples expériences de nos organismes et des évolutions de nos métiers.

La question de la coopération peut se poser sous différents angles :

Les perspectives offertes par les collections – De longue date, les artistes circulent d’un pays à l’autre et leur passage a pu laisser des traces dans diverses institutions. On peut penser aux grandes tournées de Sarah Bernhardt comme aux productions du Cirque du Soleil. Les archives se trouvent parfois éclatées comme les différents fonds Edward Gordon Craig, Max Reinhardt ou les Ballets suédois. Comment rendre accessibles et compréhensibles ces ensembles conservés dans des organismes différents ? Expositions ? Publication d’inventaires collectifs ? Portails de ressources en ligne ? Simples renvois d’une base de données à une autre ? C’est un des défis à relever dans un paysage numérique où les grands réservoirs de données – moteurs de recherche et bibliothèques numériques – n’ont pas nécessairement la finesse et la pertinence attendues par les chercheurs.

Les relations avec les usagers – chercheurs, artistes et grand public – peuvent être considérées comme le deuxième champ d’exploration et d’innovation pour travailler ensemble. Longtemps le public a été tenu éloigné des réflexions sur les services et les pratiques des institutions patrimoniales. Les offres se construisaient avec beaucoup de dévouement mais sans consulter préalablement les usagers. Aujourd’hui les outils se sont multipliés pour favoriser le dialogue et l’élaboration commune de services. Des simples enquêtes auprès des publics aux réflexions participatives, en passant par la production et l’enrichissement de données, beaucoup de chantiers se sont ouverts dont les répercussions dans les métiers peuvent être importantes, particulièrement dans le domaine des arts du spectacle dont les collections sont multiformes et complexes à aborder.

Les partenariats – D’un point de vue plus structurel, leur mise en place est le fruit de l’envie mais aussi de la nécessité de travailler ensemble, qu’il s’agisse de partenariats entre institutions patrimoniales, ou entre maisons de spectacles et, universités, bibliothèques ou musées, ou encore de partenariats avec des entreprises privées dans le cadre de mécénat. Qu’ils soient mis en place à l’échelle locale, nationale ou internationale, ces accords de coopération ont leurs atouts mais aussi leurs contraintes. Le résultat obtenu est-il toujours à la mesure de l’effort consenti pour signer un accord de coopération ? Sans parler des collaborations imposées par les administrations culturelles ou les gouvernements, notamment les fusions d’organismes jusqu’alors indépendants.

Les propositions de communication devront s’inscrire dans l’un de ces trois axes et être illustrées par un cas concret de coopération, réussie ou non, en montrant les enjeux scientifiques, économiques, culturels et technologiques. Les communications à plusieurs voix seront évidemment la meilleure illustration de ce que travailler ensemble peut vouloir dire.

Calendrier

4 février 2018 : Date limite de soumission d’une proposition de communication
Pour soumettre une communication, veuillez utiliser le formulaire en ligne.
15 février 2018 : Date de notification d’acceptation aux auteurs
15 avril 2018 : Date de soumission de la communication complète. Ceci sera exigé afin de préparer la traduction simultanée en anglais.

Comment soumettre votre proposition

Les propositions de communications peuvent être présentées en anglais ou en français. La traduction simultanée des communications (anglais-français et français-anglais) sera assurée dans l’auditorium principal.

Le temps imparti à chaque communication est de 20 minutes au maximum, suivi d’une période de questions de 10 minutes.
Les communications seront programmées lors de sessions plénières, lors des groupes de discussion (table ronde ou ateliers) ou lors des présentations «posters».

Toutes les communications seront annoncées dans le programme du congrès puis publiées en anglais et en français dans les actes.

Trucs et conseils

La SIBMAS souhaite que l’expérience du congrès soit aussi dynamique et fascinante que possible. Pour que votre proposition de communication soit retenue, nous vous conseillons vivement de tenir compte de quelques trucs et conseils dans le pdf ci-joint : http://www.sibmas.org/wp-content/uploads/2017/10/SIBMASParis2018_CfPConseils.pdf

Contact

Pour des informations complémentaires sur l’inscription, l’appel à communications ou pour toutes autres questions relatives au congrès : Coordinatrice Paris, Véronique Meunier
E-mail: veronique.meunier@bnf.fr

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à contributions : Des lieux pour penser : musées, bibliothèques, théâtres… : colloque international, 20-22 juin 2018, Paris

Peut-on, comme d’autres ont défini des lieux de mémoire, ou des lieux de savoirs (Nora, 1984-87, Jacob, 2007-2011), envisager certains lieux aujourd’hui comme des espaces (publics) plus propices que d’autres à la pratique de la pensée, comme des lieux de pensée ? Dans quelle mesure, comment, et à quelles fins, des lieux – le musée, le théâtre, la bibliothèque… – peuvent-ils impulser, élaborer ou modeler de la pensée ? Quels sont les dispositifs (institutionnels, architecturaux, scénographiques) que mobilise et construit une telle volonté des pratiques professionnelles et artistiques de s’inscrire dans des enjeux de pensée ? Quels sont les enjeux, les bornes, les moyens, les effets de ces dispositifs ?

Vue intérieure de la nouvelle salle projetée pour l’agrandissement de la bibliothèque du Roi / Boullée invenit

La manière de présenter les objets (Newhouse, 2005), de même que la notion de dispositif (Mairesse et Hurley, 2012), dans les musées, révèlent l’importance accordée à l’agencement de l’espace au sein du musée (Davallon, 1992, Duncan & Wallach, 1978 et 1980). On peut dès lors envisager la mise en exposition comme un dispositif de dramatisation, autour d’objets conçus comme des pôles d’« attraction » de la pensée (Mouton-Rezzouk, 2016). Certains musées, comme le musée d’Ethnographie de Neuchâtel, se sont ainsi fait les champions des expositions visant à déconcerter puis forcer le visiteur à penser la place et les relations entre objets et les dispositifs qui lui sont présentés (Gonseth, Hainard et Khaer, 2005). De la même manière, nombre de projets artistiques visant le détournement ou l’installation dans les musées, visent à mettre en valeur une réflexion spécifique à partir de ces lieux (Putnam, 2001). Un premier travail de recensement de ces lieux a été largement opéré sur les expositions temporaires envisagées à partir de l’histoire de l’art (Altshuler, 2008, 2013).

Le « pouvoir des bibliothèques » (Baratin et Jacob, 1996) s’est tout aussi largement constitué à partir de ses espaces intérieurs, ce dont témoigne la diversité de son architecture, mais aussi la régularité de ses espaces reflétant les classements généraux (Dewey ou Otlet) ou ceux développés par quelques esprits particuliers, comme Warburg (Baratin et Jacob, 1996, Michaud, 1998). Si l’architecture des bibliothèques, comme celle des théâtres ou des musées, est étudiée depuis longtemps (Pevsner, 1976), le besoin d’une analyse de l’espace intérieur, interrogé ou photographié (Dawson 2014), apparaît forcément comme fondamental pour comprendre la manière dont fonctionne cette « pensée distribuée » (Latour, 2007), à un moment où la question du « commun des savoirs » vient relayer celle du « tiers lieu » (Dujol, 2017, Failla, 2017). On peut également s’intéresser aux enjeux et aux moyens de la médiatisation des contenus, et voir, par exemple, dans la mise en place d’une proposition culturelle renforcée (expositions, performances, rencontres, etc.) un processus de « dramatisation » ou de « scénarisation » destiné à élaborer de nouveaux modes d’appréhension des savoirs et à penser autrement l’accès au livre, et plus largement aux contenus documentaires et culturels qui sont à l’œuvre dans les collections des bibliothèques.

Dans le prolongement des analyses du théâtre comme fait social (Duvignaud, 1965), plusieurs publications, ces dernières années, se sont intéressées au lieu théâtral (Biet & Triau, 2006, Barbéris & Poirson, 2013, Urrutiaguer, 2014) et ont également cherché à mettre en évidence et à analyser la capacité heuristique et critique du théâtre (Suutela et alii, 2012) ; si c’est essentiellement, d’ailleurs, en termes politiques que cette pensée du théâtre (ou depuis le théâtre) est revendiquée et décrite (Hamidi-Kim, 2013, Neveux, 2013, Plana, 2014), elle l’est également, depuis peu, du côté de la philosophie, tant du fait des théoriciens (Badiou, 2014, Guénoun et alii, 2010, Lacoue-Labarthe & Nancy, 2013, Rancière, 2008) que des artistes et des institutions (Emmanuel Alloa au Théâtre de Gennevilliers, Alain Badiou et Marie-José Malis à Aubervilliers, Philippe Quesne au Théâtre des Amandiers de Nanterre et Bérangère Vantusso au Studio-Théâtre de Vitry). La pensée ne se réduit toutefois pas au politique et au philosophique, et peut être envisagée pour elle-même, quand elle est « savoir du théâtre » (Aït-Touati, 2017) ou « pensée-théâtre » (Garcin-Marrou, 2017).

Il semble aujourd’hui pertinent de comparer ces perspectives dans un cadre commun et d’envisager plus généralement le rapport de la pensée au lieu, à un moment ou s’affirme donc une redéfinition convergente des musées, théâtres et bibliothèques comme lieux publics dévolus à une pratique active et partagée (sinon nécessairement collective) de pensée. À l’ère des flux, à l’heure où la pensée se « liquidifie » (selon la formule de Bauman) ou se « gazéifie » (selon Michaud), peut-on croire encore à la matérialité des lieux comme cadres et bâtis nécessaires à la pensée ? Et, réciproquement, lorsque des lieux, aujourd’hui, se présentent comme des espaces ouverts à l’émergence et au déploiement de la pensée, qu’est-ce que cela (« la pensée ») signifie ? Qu’est-ce qui fait la matière (l’objet, les contenus, la forme, la dynamique) de cette pensée in situ ? Est-elle spécifique au lieu, ou non ? Comment la décrire, comment la caractériser ? A quels moments, et de qui, émerge-t-elle ? Est-elle partageable, partagée, collective ? Dans quelle mesure n’est-elle qu’un autre nom pour du didactisme, voire de la propagande ? Comment cette pensée se manifeste-t-elle, le cas échéant ? Et surtout, comment peut-elle être conditionnée, intentionnellement ou de facto, par le lieu ? Quels pourraient en être les modèles (structure, architecture) qui sous-tendent les représentations que s’en font les différents acteurs du lieu (professionnels, usagers) ?

Ce colloque s’inscrit dans un programme plus vaste, intitulé « ces lieux où l’on pense1 », dans lequel nous nous proposons, au cours d’un cycle de journées d’études et de colloques, d’examiner la façon dont des lieux – la scène, l’espace muséal et la bibliothèque, dans leur acception la plus large – génèrent et modèlent de la pensée. Il s’agit de mettre à l’épreuve une hypothèse : que ces « lieux » (espaces circonscrits dans un territoire, architecture, dispositif – scénographique, expographique, classificatoire … – , systèmes institutionnels et professionnels définis par des missions et des valeurs spécifiques, œuvres et objets présentés) déterminent des modes d’exercice de la pensée qui leur sont propres, tant du côté de ceux qui y « œuvrent » (concepteurs / artistes / programmateurs…) que du côté des publics (visiteurs, spectateurs, usagers) ; qu’ils peuvent, conjointement, être conçus – fabriqués, pensés, analysés, interprétés – comme des espaces de pratique de la pensée, voire de l’exercice philosophique, en son sens le plus ouvert de pratique d’une pensée contemplative, réflexive ou critique.

Nous nous proposons ici, durant les trois journées de ce colloque, de partir d’une collecte de cas concrets, c’est-à-dire de lieux spécifiques, permanents ou temporaires – musées, expositions, bibliothèques, théâtres et autres dispositifs scéniques (danse, performances, marionnettes, cirques), mais aussi parcs ou jardins publics, etc. – afin de mettre en évidence, ensemble, les points de convergence et les lignes de partage entre ces différents objets, et de développer des outils d’analyse visant à construire un cadre d’analyse commun pour mettre en lumière le rapport entre lieu et processus de pensée.

Les contributions recherchées consisteront donc en études de cas visant à expliciter ce rapport entre lieu spécifique (musée, théâtre, bibliothèque…) et processus de pensée, et, afin de permettre la discussion et la comparaison, proposeront en trois temps la caractérisation du lieu choisi (cadre institutionnel ou générique, architecture, scénographie), l’analyse du dispositif proprement dit, pour tenter de parvenir à une explicitation du ou des processus de pensée induits ou produits. Le texte en sera communiqué très en amont du colloque pour que celui-ci puisse être partagé avec tous les participants du colloque, afin d’être discutés en ateliers durant celui-ci.

Le colloque sera structuré en trois temps : une première journée, le 20 juin, en session plénière et ouverte à tous (dans la limite des places disponibles et après inscription), visera à présenter les enjeux majeurs que constituent, pour ces différents lieux que constituent la bibliothèque, le théâtre ou le musée, l’exercice de la pensée. Une seconde journée de travail sur la collection de lieux réunira en ateliers les contributeurs durant le 21 juin ; une troisième journée, le 22 juin, en comité restreint, rassemblera les organisateurs et les rapporteurs des ateliers afin de synthétiser ces discussions précédentes et d’envisager les étapes ultérieures de notre réflexion sur ces lieux où l’on pense.

Références

  • Aït-Touati F. “Les savoirs du théâtre. Histoire d’un dispositif”, Journée d’étude, 23/06/2017, CRAL, EHESS/CNRS.
  • Altshuler B. 2008. Salon to Biennial – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Altshuler B. 2013. Biennials and beyond – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Badiou A. 2014. Rhapsodie pour le théâtre. Court traité philosophique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Perspectives critiques.
  • Baratin M. Jacob C. (dir.). 1996. Le pouvoir des bibliothèques, Paris, Albin Michel.
  • Bessière, J., Payen, E., (dir.). 2015. Exposer la littérature, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Davallon J. 1992. « Le musée est-il un média ? », Public & Musées, 2, décembre, p. 99-123.
  • Dawson R. 2014. The public Library. A photographic essay, New York, Princeton Architectural Press.
  • Dujol, L. (dir.), Communs du savoir et bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. Bibliothèques.
  • Duncan C., Wallach C. 1980. « The universal survey museum », Art History, 3, p. 448-69.
  • Duncan C., Wallach C. 1978. « The Museum of Modern art as late capitalist ritual : an iconographic analysis », Marxist perspectives, 4, p. 28-51.
  • Failla, L., 2017. Du livre à la ville. La bibliothèque comme espace public, Métis presses.
  • Garcin-Marrou F. Beauchamp H. et alii, 2016. Les Scènes philosophiques de la marionnette, Montpellier, L’Entretemps.
  • Gonseth M.-O., Hainard J., Kaehr R. 2005. Cent ans d’ethnographie sur la colline de Saint-Nicolas. 1904-2004, Neuchâtel, MEN.
  • Guénoun D. 2010. avec Deguy M., Dommange T., Doutey N., Kirkkopelto E., Nowrousian S., Philosophie de la scène, Besançon, Les Solitaires intempestifs, coll. Expériences philosophiques.
  • Hamidi-Kim Bérénice. 2013. Les Cités du théâtre politique en France depuis 1989, Montpellier, L’Entretemps.
  • Jacob C. (dir.). 2007-2011. Les Lieux de Savoir, Paris, Albin Michel.
  • lacoue-Labarthe P., Nancy J-L. 2013. Scène suivi de Dialogue sur le dialogue, Christian Bourgois éditeur, coll. Détroits.
  • Latour B. 2007. « Pensée retenue, Pensée distribuée », in Jacob C., Les lieux de savoir. Espaces et communautés, p. 605-615.
  • Mairesse F., Hurley C. 2012. « Éléments d’expologie : matériaux pour une théorie du dispositif muséale », Media tropes e-Journal, Vol. III, n°2, pp. 1-27.
  • Michaud P.A. 1998. Aby Warburg et l’image en mouvement, Paris, Macula.
  • Mouton-Rezzouk A. 2016. « Exposer le théâtre? » dans Dufrêne, B., Glicenstein, J. (dir.) Histoires d’Expositions, Paris, Hermann.
  • Neveux O. 2013. Politiques du spectateur. Les enjeux du théâtre aujourd’hui, Paris, La Découverte.
  • Newhouse V. 2005. Art and the power of placement, New York, Monacelli Press.
  • Nora P. (dir.) 1984-1987. Les lieux de mémoire. La République, la Nation, les France, Paris, Gallimard.
  • Payen, E., Huchet, B. (dir.). 2015. L’action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Pevsner N. 1976. A History of Building Types, London, Thames & Hudson.
  • Plana M. 2014. Théâtre et Politique. Modèles et concepts. Paris, Orizons.
  • Putnam J. 2001. Art and Artifact. The Museum as Medium, London, Thames & Hudson.
  • Rancière J. 2014. « Le Théâtre des pensées », Le Fil perdu. Essai sur la fiction moderne, Paris, La Fabrique éditions.
  • Suutela H. (dir.), 2012. Utopie et pensée critique dans le processus de création, Les solitaires intempestifs.
  • Urrutiaguer D. 2014. Les Mondes du théâtre. Désenchantement politique et économie des conventions, Paris, L’Harmattan.

Modalités de soumission

  • Une proposition brève, d’environ 2000 signes (présentation rapide du cas d’étude et caractérisation des processus de pensée envisagés) sera envoyée pour le 30 janvier 2018 à l’adresse suivante : cyclelieuxdepensee@gmail.com.
  • Les contributions, très synthétiques (12.000 signes maximum, notes et bibliographie comprises) seront envoyées pour le 15 avril 2018 (au plus tard) à la même adresse.
  • Les textes corrigés et mis en page seront envoyés à l’ensemble des participants au colloque, en version électronique, pour le 1er juin 2018.
  • Une version imprimée et éditée des textes sera remise aux participants lors du colloque.

Comité d’organisation

  • François Mairesse, Professeur d’économie de la culture et de muséologie à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (CERLIS UMR 8070, labex ICCA)
  • Flore Garcin Marrou, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Université Jean Jaurès de Toulouse (LLA CREATIS, EA 4152)
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Institut d’Études Théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (IRET, EA 3959)
  • Des doctorants du CERLIS participeront également à la préparation du colloque.

Comité scientifique

  • Frédérique Aït Touati, Chargée de recherche CR1 CNRS/EHESS, centre de recherche sur les arts et le langage (CRAL)
  • Isabelle Barbéris, Maître de conférences, CERILAC, Université Paris Descartes
  • Cécile Camart Maître de conférences, LIRA, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Irène Bastard, cheffe de projet – Publics et usages à la délégation à la Stratégie et à la Recherche, Bibliothèque nationale de France
  • Yves Bergeron, Professeur, Université de Québec à Montréal
    Bruno Brulon Soares, Maître de conférences, Vice-Président d’ICOFOM, Université fédérale de Rio de Janeiro
  • Yves Girault, Professeur, Muséum national d’Histoire naturelle
    Elena Gordienko, Enseignant-chercheur, Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration, Moscou
  • Esa Kirkkopelto, Professor of Artistic Research, University of the Arts, Helsinki, metteur en scène et dramaturge
  • Joëlle Le Marec, Professeur, CELSA Paris 4
  • Emmanuelle Payen, conservateur des bibliothèques, Chef du service du Développement culturel & Actualité, BPI, Centre Pompidou
  • Martial Poirson, Professeur, Scènes du monde création, savoirs critiques, Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis
  • Daniel Schmitt, Maître de conférences, Université de Valenciennes

Comité d’organisation du cycle « Ces lieux où l’on pense »

  • Julie Deramond, Equipe Culture et Communication, CNE, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Flore Garcin Marrou, LLA CREATIS, Université Toulouse Jean Jaurès
  • François Mairesse, CERLIS, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, IRET, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  1. https://udpn.fr/IMG/pdf/programme__ces_lieux_ou_lon_pense.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les périodiques comme médiateurs. Periodicals In-Between, 7e colloque international d’ESPRit (European Society for Periodical Research)

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  la Bibliothèque nationale de France va pouvoir accueillir le 7e colloque international de l’European Society for Periodical Research, du 27 au 29 juin 2018.
Société savante internationale qui promeut, encourage et diffuse la recherche sur tous les aspects des cultures périodiques européennes du 17e au 21e siècle, ESPRit tiendra son colloque annuel 2018 sur le thème : Les périodiques comme médiateurs. Les périodiques dans l’écosystème de la culture imprimée et visuelle.

Contexte

Les objectifs de la Société Européenne pour la Recherche sur les Périodiques (European Society for Periodical Research) sont résolument interdisciplinaires, son approche multilingue, et sa perspective transcende les études thématiques étroites. Centrée sur la recherche des périodiques européens, elle accueille aussi des recherches élargies à des aires culturelles collatérales (Amériques, Méditerranée orientale, Maghreb, etc.). La publication principale d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies (http://ojs.ugent.be/jeps), revue semestrielle en ligne, évaluée par les pairs, publie des articles de recherche relevant d’une vaste gamme d’approches critiques, théoriques et méthodologiques, incluant, sans s’y limiter, l’histoire culturelle, les études littéraires, l’histoire de l’art, les études de genre, les études de médias, l’histoire des sciences, et les humanités numériques. En tant que revue officielle d’ESPRit, le Journal of European Periodical Studies propose aux chercheurs une plate-forme de partage de la recherche et d’échange des idées par-delà les limites disciplinaires.
À l’heure actuelle ESPRit est représenté dans la plupart des pays européens ainsi qu’outre-Atlantique. Son colloque international annuel sert de point de référence. Ses 4e, 5e et 6e colloques, respectivement à Stockholm (The Nordic Museum), Liverpool (John Moores University Liverpool) et Milan (IULM – International University of Languages and Media), ont rencontré une audience de spécialistes dans les domaines des périodiques, de la culture imprimée et visuelle, et du patrimoine papier et numérique.
Organisé par Évanghélia Stead, professeure de littérature comparée et de culture de l’imprimé à l’UVSQ (laboratoire CHCSC), membre du comité exécutif d’ESPRit (European Society for Periodical Research), le colloque international sera précédé d’un atelier doctorat/master (Graduate Training School) sur sélection, accueilli en Sorbonne, et encadré par deux jeunes docteurs, spécialisés dans les périodiques, Rio Bassett (R-U) et Philipp Leu (UVSQ, docteur Patrima), ainsi que par des doctorants du réseau ESPRit en fin de thèse. La sélection d’une quinzaine de candidats, établie sur critères scientifiques, entraînera la gratuité de leur participation à la journée. L’objectif de l’atelier doctorat/master sur les périodiques est d’associer l’entraînement intellectuel et professionnel des jeunes chercheurs à l’expertise de chercheurs confirmés dans le domaine. L’atelier doctorat/master posera la question centrale des méthodes théoriques et des concepts employés dans l’approche du patrimoine périodique matériel et numérique européen, et la manière dont ils secondent et favorisent le travail de recherche. Sa tenue permettra des discussions significatives par delà les frontières linguistiques, les limites nationales et les périodes littéraires.

Appel à communications

Le 7e colloque international de la European Society for Periodical Research (ESPRit) abordera les périodiques comme médiateurs de publications alternatives ou expérimentales et comme tremplins vers d’autres activités éditoriales et culturelles du XVIIIe au XXIe siècle. De nombreux périodiques ont en effet donné naissance à des maisons d’édition en recourant aux réseaux de leurs imprimeurs, en testant dans leurs livraisons des formules expérimentales ou plus conventionnelles, et en devenant des moteurs économiques dans les domaines du livre, de l’imprimé, des arts, de l’artisanat et des métiers. Souvent, le périodique est un véhicule pour les amateurs de sciences, les organisations professionnelles ou commerciales, les amateurs de littérature et d’art : ses matériaux, égrenés tout au long de l’année, puis réunis en volumes sous reliure ou cartonnage pour résister au temps, répondent aux besoins de tels lecteurs. Ou l’inverse : les éditeurs ou les galeries publient un périodique ou un magazine pour soutenir leur catalogue, promouvoir leurs artistes, tester de nouvelles formules ou fidéliser leur public. Le phénomène s’étend aux estampes, à la fois comme prime aux abonnés et comme œuvres originales. L’étude d’un tel phénomène dans son envergure internationale mettrait en lumière les relations des périodiques avec le monde de l’édition, les galeries d’art, divers salons et cercles d’influence, ainsi qu’avec plusieurs formes alternatives de publication, de nouvelles idées, tendances et manifestes.

Comment l’histoire canonique de l’édition de livres et d’estampes s’amplifie-t-elle dès lors qu’on prend en compte les structures médiatiques – économiques et symboliques – qui accentuent le rôle des périodiques? Quelles questions émergent lorsqu’on considère les périodiques comme des moteurs clés de la culture de l’imprimé et de la culture visuelle, de la matérialité des publications, de leur valeur d’échange, et de leur fonction d’opérateurs culturels? Nous invitons à des communications, à des panels, et à des tables rondes autour de ces questions.

Les propositions pourraient inclure, sans s’y limiter:

  • Périodiques et maisons d’édition
  • Périodiques et galeries ou salons
  • Périodiques et réseaux d’imprimeurs
  • Économies des périodiques
  • Périodiques et intertextualité ; hybridation ; réinterprétation en un autre médium (remediation)
  • Parties; livraisons; suppléments; volumes annuels
  • Périodiques et estampes pour les abonnés
  • Périodiques et tirés à part
  • Périodiques et albums
  • Les périodiques comme volumes reliés/“livres”
  • Cultures périodiques quotidiennes
  • Cultures périodiques alternatives

Merci d’adresser vos propositions en français ou en anglais pour des présentations de 20 minutes (250 mots max.), des panels de trois ou quatre contributions, des ateliers d’une heure, ou d’autres formats adéquats, avec un bref CV (max. une page), à 2018ESPRit@gmail.com avant le 31 janvier 2018.

L’Atelier

L’Atelier s’adresse aux étudiants actuellement en Master ou en Doctorat qui souhaitent participer aux activités de recherche de la société. Les séances seront centrées sur : (1) différentes approches théoriques et méthodologiques des études périodiques, explorées lors de l’atelier avec les participants; et (2) la préparation des jeunes chercheurs en vue de leur implication professionnelle dans le domaine des études sur les périodiques. Les candidats sélectionnés auront l’occasion de présenter leur travail et de recevoir un retour personnalisé par les modérateurs. Les modérateurs de l’atelier incluent des chercheurs reconnus du domaine comme Laurel Brake, Anne-Rachel Hermetet, Matthew Phillpotts, Evanghelia Stead, Céline Mansanti, Hélène Védrine, etc.

L’atelier offrira aux participants l’occasion d’entrer en contact avec d’autres jeunes chercheurs à un niveau similaire d’études. Ils bénéficieront en outre du soutien et des conseils de chercheurs et d’experts du domaine plus avancés dans leur carrière et leurs travaux.

Procédure de candidature

Merci d’adresser les pièces suivantes, en français et/ou en anglais, par e-mail à l’adresse ESPRitPG2018@gmail.com au plus tard pour le  1er février 2018 :

  • une lettre de motivation expliquant les raisons de votre candidature (max. deux pages)
  • un bref CV (max. deux pages, caractères min. 11 point)
  • un résumé de votre projet de recherche principal (max. 500 mots)
  • une synthèse sur le rôle des études sur les périodiques dans votre recherche (max. 1000 mots).

ESRPit regrette de ne pouvoir prendre en charge les frais de transport, mais les candidats sélectionnés pour l’atelier bénéficieront de la gratuité des frais d’inscription au colloque Les Périodiques comme médiateurs. Les participants seront sélectionnés par un comité scientifique ad hoc en accord avec le comité de direction d’ESPRit. La décision sera communiquée aux candidats au plus tard le 15 mars 2018.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts