Archives par mot-clé : Audiovisuel

Le CESTA : aux origines du jeu vidéo à l’école

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Mes recherches en Sciences de l’éducation s’intéressent à la manière dont les enseignants français du secondaire intègrent les jeux vidéo dans leurs pratiques pédagogiques.

L’utilisation du jeu vidéo en contexte scolaire est parfois encore présentée comme une nouveauté dans les discours médiatiques, laissant penser que les nouvelles technologies ne sont rentrées à l’école qu’au cours du XXIe siècle. Or, nous proposons ici de donner une perspective historique à ces usages, en commençant par les inscrire dans l’histoire plus générale de l’introduction de l’informatique à l’école.

Le jeu vidéo dans l’histoire du l’informatique scolaire

Le Plan Calcul de 1967, la première politique française de développement du secteur informatique, ne concerne pas spécifiquement le champ de l’éducation, du moins dans un premier temps. En 1964, le gouvernement s’inquiète de la prise de contrôle de l’entreprise française Bull, productrice de supercalculateurs comme le Gamma 60, par l’entreprise américaine General Motors. Pour réagir et assurer l’indépendance informatique de la France vis à vis des Etats-Unis1, Charles de Gaulle, sous les conseils de Michel Debré, lance cette grande opération visant à doter la France d’une « forte industrie nationale capable de construire des ordinateurs »2. En plus de favoriser le développement de l’industrie française dans ce domaine, notamment via la spécialisation dans les circuits intégrés, le Plan Calcul proposait également de former enseignants et lycéens « à une démarche de pensée nouvelle (…) traversant toutes les disciplines »3. On note ici la volonté d’intégrer l’informatique dans l’ensemble des matières enseignées, et non d’en faire une discipline à part. Cette ambition se concrétise par la succession de plans d’équipements des établissements français dans les décennies 70 et 80 dans lesquels s’insèrent nos premières traces du jeu vidéo à l’école.

L’Institut National en Recherche Pédagogique (INRP) a réalisé un bilan de la décennie 1970-1980, suite à la mise en place du plan « 58 lycées » (1970-1976). Ces documents font état de créations de jeux informatiques par des lycéens dans des clubs où les équipements étaient en libre-service ou pendant les cours d’informatique. Les remarques sont cependant éparses et ne permettent pas d’en savoir plus sur le type de jeux programmés ou sur leurs éventuels contenus pédagogiques4. Ce plan fut généralisé par celui des « 10 000 micros » lancé en 1979 qui fut profitable à des industriels français comme Thomson ou Logabax5. Ces équipements matériels sont accompagnés sur le terrain par l’association Microtel et ses sections exclusivement dédiées à la formation des enseignants (Blanchet A & Montagnon G., op.cit, p. 205.)).

Au début des années 1980, le gouvernement français crée le Centre des Études des Systèmes et des Technologies Avancées (CESTA) que l’on pourrait définir comme « un observatoire du développement technologique, un lieu de veille, de prévision et de prospective, un support à la décision publique et privée, un carrefour d’animation et d’information sur les technologies de pointe »6. On doit sa création au « Groupe des Dix », un cercle politique d’échanges et de débats de personnalités, dont faisaient partie des personnalités comme Jacques Attali, Michel Rocard ou Michel Serres. En d’autres termes, le CESTA devait accompagner le développement technologique de la France et, ainsi, sa croissance économique. Cet établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), placé sous la tutelle du ministère de la recherche et de l’industrie possédait, entre autres, un département Éducation, qui devait promouvoir l’utilisation de « logiciels d’enseignements » réunis dans une didacthèque.

Le fond CESTA de la Bibliothèque nationale de France

Ainsi, la Bibliothèque nationale de France possède différents documents permettant de donner une perspective historique aux dispositifs ludiques utilisés dans les salles de classe actuelles.

Tout d’abord, le CESTA a organisé un colloque sur les « Applications des Nouvelles Technologies à l’Éducation Multimédia » en mars 1983, à la veille du Plan Informatique pour Tous7. L’intervention d’Hélène David, membre de la Mission Technologies Nouvelles de l’Éducation Nationale portait sur le jeu vidéo. Elle débute par les descriptions de deux jeux américains : Colossal Cave Adventure (Crowther, 1976) et The Oregon Trail (MEEC, 1971), accompagnés de leurs potentialités pédagogiques. Le jeu vidéo permettrait ainsi à l’élève d’expérimenter lui-même l’environnement que le dispositif informatique lui offre, tout en remettant en cause le système habituel de notation : « la notion de réussite est directement évaluable par l’élève » via son score. Nous constatons ici des arguments que nous avons déjà trouvé dans nos textes contemporains, traçant une relation élève-machine qui tend à donner à l’enseignant une autre posture. De plus cette intervention, qui pourrait être l’un des premiers discours institutionnels sur le potentiel éducatif du jeu vidéo, comporte également un volet culturel : « ces jeux sont tout à la fois un outil d’apprentissage de l’anglais et le véhicule d’une culture et d’une certaine idéologie américaine ». De fait, Hélène David souhaite que les productions informatiques et vidéoludiques françaises utilisent des « scénarios régionaux », en d’autres termes, le patrimoine et l’histoire de France, afin que ce secteur deviennent «le moteur d’une industrie française du jeu électronique ». C’est donc dans ce contexte politique favorable aux nouvelles technologies et à une utilisation des logiciels ludo-éducatifs que s’insère le fond du CESTA, mais également dans le cadre de la concurrence internationale.

En 1984 et 1987, le CESTA a également publié un annuaire des logiciels d’enseignement, un recueil devant servir aux professionnels de l’éducation souhaitant équiper leur établissement. L’annuaire de 1987 rassemble environ 1000 logiciels d’enseignement répartis en 33 disciplines allant du Français au commerce, en passant par l’histoire ou les didacticiels informatiques. On notera la mention d’une catégorie « jeux », bien que des dispositifs ludiques semblent être classés dans des disciplines scolaires. On retrouve différents vocables pour qualifier ces dispositifs : « jeux éducatifs (…) découverte essai/erreur (…) simulations ». Chaque logiciel dispose de sa fiche détaillant son auteur, la discipline envisagée, le prix d’achat pour l’institution ou le public visé. Les pré-requis rappellent les notions permettant de comprendre le jeu et la partie Commentaire pédagogique permet de donner les objectifs, aptitudes et compétences développées, des renseignements utiles à destination de l’enseignant. Dans leurs structures, les fiches du CESTA ressemblent à celles du portail ministériel « Apprendre avec le jeu numérique », trente ans plus tard8.

Si le CESTA est dissous en 1987, ses logiciels recensés, au nombre d’environ 800 titres à cette date, sont transférés à la didacthèque de la Cité des Sciences l’année suivante.

Didacthèque de la Cité des Sciences et de l’Industrie. Source: Muller, J. (1991). Les logithèques. Éditions du Cercle de la Librairie.

Le fond de logiciels d’enseignement du CESTA conservé à la BnF ne contient pas l’ensemble des références de l’annuaire (413 logiciels recensés), il est donc incomplet.

Des dispositifs ludiques et éducatifs variés

De cette première recension, il apparaît donc que ce fond de logiciels rassemble plusieurs catégories de dispositifs.

Tout d’abord, les exercicers semblent largement majoritaires. Par ce terme, nous entendons des logiciels reprenant l’aspect d’activités scolaires en format papier, tels des exercices de conjugaison ou des calculs à résoudre en rentrant le bon résultat grâce au clavier. Le logiciel renvoie ensuite une réponse à l’utilisateur : bonne ou mauvaise. L’objectif est ainsi de rendre l’apprentissage autonome vis à vis de l’enseignant, dans une pédagogie que l’on pourrait qualifié de behaviouriste. Ces logiciels reflètent la période de l’Enseignement Assisté par Ordinateur (EAO) et accompagnent la mise en place du Plan Informatique pour Tous du gouvernement Fabius (1985)9.

Ainsi, sur MO5/TO7, Anglais Volume 1 (Nathan, 1984) propose des questionnaires à choix multiples afin de tester son niveau ainsi que des cours pour se perfectionner et combler ses éventuelles lacunes.

Anglais, volume 1 / cassette 1 (Source de l’image: http://dcmoto.free.fr )
Anglais, volume 1 / cassette 1 (Source de l’image: http://dcmoto.free.fr )

Ce type de dispositif concerne la plupart des disciplines scolaires. Didactimath 4e (Edil-Belin, 1986) rassemble différents exercices de mathématiques (équations, fractions, puissances…).

Didactimath 4e (Source de l’image: http://dcmoto.free.fr )

De par leur structure, additionnant des cours et des exercices, ces dispositifs visent l’autonomie de l’apprenant vis à vis de l’enseignant dont la posture en classe semble nécessairement reconfigurée si le logiciel est appliqué tel quel. Si ces deux exemples proposent un contenu très scolaire, ils sont cependant classés dans un fond de jeux éducatifs, montrant ainsi que le critère du feedback semble parfois suffire pour considérer le logiciel comme ludique.

Nous avons également découvert la présence de jeux grand public comme Eastern Front 1941 (Chris Crawford, 1981) ou Baltic 1985 : Corridor To Berlin (Roger Keating , 1984). Ces jeux de stratégie militaire sont ainsi considérés comme légitimes à être utilisés dans des buts éducatifs. Easter Front 1941 est conseillé à partir de la classe de 3e.

Eastern Front 1941 (Chris Crawford, 1981)

La fiche de l’annuaire fait figurer qu’une connaissance en wargames est requise avant son utilisation : il est assez rare de trouver des mentions d’une culture ludique précise comme pré-requis nécessaire avant d’utiliser un jeu en contexte scolaire. Selon sa description, le dispositif est considéré comme une « simulation de l’opération Barbarossa » mettant l’élève dans la position du « commandant allemand, manoeuvrant ses unités de combat afin d’obtenir une bonne position avant l’installation de l’hiver et le début de la contre-offensive ». Produit de son temps, le jeu de Chris Crawford met en scène une armée allemande sans sa composante idéologique. On rappellera que l’opération Barbarossa marque les débuts d’une guerre centrale dans la politique raciale et expansionniste nazie.

D’autres logiciels étonnent par leurs thématiques : Cap sur l’Aluminium est un programme développé par Coktel Vision en collaboration avec le Centre National de Documentation Pédagogique et la Chambre syndicale de l’aluminium en 1986. Son objectif est de mettre en avant les qualités du matériau. Pour cela, le jeu alterne phases de point & click où l’on doit pointer les objets contenant de l’aluminium, instants de questions/réponses, et exercices de localisation de matériaux comme le bauxite sur une carte du monde, nécessaire à la production de l’aluminium. Si le dispositif se veut éducatif, il est également le produit communicationnel d’une industrie.

Cap sur l’alumium – Capture provenant de Tilt (Octobre 1985, numéro 35)

D’autres logiciels proposent des dispositifs interactifs pour faire de la prévention santé. Alerte au tabac ! développé par l’association pour la recherche sur le cancer en 1986. Après avoir demandé l’âge et la consommation de tabac à l’utilisateur, le logiciel propose une série de questions/réponses pour l’éduquer sur les risques.

« Halte au tabac ! » : L’enseignant intégré complimente le joueur. (Capture BnF)

On notera que les QCM semblent omniprésents dans les logiciels d’enseignement évoqués. Pourtant, on aurait tort d’y voir une mécanique propre aux jeux de cette période : Vivre au temps des châteaux forts (Canopé Caen, 2014) et Assassin’s Creed Odyssey : Discovery Tour (Ubisoft, 2019) interrogent également l’élève-joueur après lui avoir dispensé du savoir de manière frontale. Nous avons étudié ces dispositifs dans cette vidéo :

Pour finir cette typologie, nous trouvons également des logiciels se centrant sur l’apprentissage de la programmation (Apprivoiser T07, M05, T07-70 : pour apprendre à converser en Basic) comme le sont maintenant des outils comme Scratch, Kodu ou Glup.

Nos premières recherches dans le fond du CESTA permettent ainsi de nuancer une chronologie des dispositifs de jeux éducatifs débutant généralement, et de manière caricaturale, dans les années 1990 pour le ludo-éducatif et les années 2000 pour les serious games. Si on considère ces derniers comme des dispositifs ayant un autre but que le seul divertissement et qu’ils peuvent être conçus dans le cadre d’un programme de santé ou pour la promotion d’une entreprise, des programmes comme « Alerte au tabac ! » ou « Cap sur l’Aluminium » correspondent à ces définitions. De même, l’important guidage de la figure enseignante intégrée à ces logiciels, avec notamment les phrases de correction ou de félicitations, préfigurent les jeux ludo-éducatifs comme la série Adi (Coktel-Vision) ou Galswin (Intégral Média). Étudier la production du CESTA permet également de nuancer la vision négative que les pouvoirs publics auraient du jeu vidéo : on remarque qu’il n’en est rien pour ces archives et que le ministère de l’Education nationale, entre autres, a tenté d’user de ce dispositif ludique pour en faire un outil pédagogique dès le Plan Informatique pour Tous de 1985.

La typologie de ces supports retrouve finalement ce que l’on observe actuellement: des jeux explicitement éducatifs (aujourd’hui appelés jeux sérieux ou serious games), des jeux grand public scolarisés (la série des Assassin’s Creed en est un bon exemple), des logiciels de création de jeux vidéo afin d’apprendre l’usage du code informatique. Cette première tentative d’histoire du jeu à l’école ne peut être qu’incomplète en attendant la poursuite du dépouillement du fond ainsi que celui des annuaires du CESTA. Il faudrait également étendre la recherche documentaire aux cahiers de commande du CESTA (si ces derniers existent) afin de savoir quels jeux ont été commandé par les établissements scolaires. Dernière étape, et sûrement la plus ardue : retrouver les acteurs de cette période, notamment les enseignants expérimentant ces logiciels d’enseignement.

Si vous êtes intéressés pour participer à cette enquête sur l’histoire des jeux vidéo à l’école ou sur leurs usages pédagogiques actuelles, n’hésitez pas à nous contacter via cette page:  http://jeuvideohistoire.com/contact/. Nous serions intéressés par des retours d’expériences ou des documents pédagogiques.

Pour finir, nous souhaitons souligner la limite d’une histoire du jeu vidéo se contentant à une étude des dispositifs. En effet, le fait que ces logiciels d’enseignement furent proposés aux établissements scolaires ne dit rien sur leur utilisation effective en contexte scolaire. Nos débuts de recherche sur la question montrent en effet les multiples transformations que l’institution scolaire et les enseignants font subir aux jeux vidéo.

Nos activités de chercheur-associé consistent également en l’organisation de Play-Conférences avec le département audiovisuel de la BnF, que nous vous invitons à consulter via cette play-list.

  1. Bernard F.X, & Ailincai, R., (2012), « De l’introduction des TICE à l’École aux pratiques actuelles des jeunes : Approche historique des technologies de l’information et de la communication », Revue française d’éducation comparée, 8, Harmattan, p. 215-226. []
  2. Extrait d’un discours de Michel Debré. Office national de radiodiffusion télévision française, « Signature du plan « Calcul » », Ina.fr, 14 avril 1967, [consulté le 02 mai 2018], en ligne. <http://www.ina.fr/video/CAF88038974>. []
  3. Bernard F.X, & Ailincai, R., op.cit. []
  4. INRP (1981). « Dix ans d’informatique dans l’enseignement secondaire, 1970-1980 », Recherches Pédagogiques, n° 113, INRP, Paris. []
  5. Blanchet A & Montagnon G., (2020), Une histoire du jeu vidéo en France – 1960-1991 : des labos aux chambres d’ados. Editions Pix’n Love, p. 206. []
  6. Chamak, B. (2016). « Yves Stourdzé et les réalisations du CESTA », Quaderni, 89, 11‑24. https://doi.org/10.4000/quaderni.952 []
  7. Applications des nouvelles technologies à l’éducation multimédia : actes des journées ANTEM, 24-25 mars 1983. []
  8. Nous avons étudié ce portail dans nos premiers travaux de recherche : <https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01895467>. []
  9. Souvent tourné en dérision dans des films comme « Les sous-doués passent le bac » (Zidi, 1980). []

Romain Vincent

Enseignant en histoire-géographie et doctorant sur les usages pédagogiques des jeux vidéo (Université Paris 13 - Laboratoire EXPERICE)

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookYouTube

La vidéo légère au sein de l’espace universitaire dans les années 1970. Le cas de l’université de Vincennes

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et chercheuse associée au sein du département de l’Audiovisuel de la BnF, mon travail porte sur le développement et l’utilisation de la vidéo dite légère au sein de l’université de Vincennes (1968-1980).

La BnF a mis en place depuis quelques années maintenant un travail de conservation de ces vidéos souvent oubliées ou mises de côté. Nous avions, à travers notre mémoire de master 2 au sein de la même université, travaillé sur un autre fonds semblable à celui de l’université : celui de l’école des Beaux-arts de Paris (années 1970)1. A travers ce premier fonds, nous nous sommes rapidement rendu compte de l’importance de conserver ces bandes pour étudier les institutions culturelles et la vie politique et sociale de l’époque. Ce billet va tenter en quelques lignes d’exposer comment s’est développée au sein de l’université de Vincennes la vidéo légère et dans quel but.

Université de Vincennes au milieu des années 1970 © Jean-louis Boissier
Université de Vincennes au milieu des années 1970 © Jean-louis Boissier

L’Université de Vincennes (1968 – 1980)

Le Centre universitaire de Vincennes (aujourd’hui Université Paris 8 Vincennes Saint Denis) voit le jour au lendemain des événements ayant secoué la France en avril-mai 1968. A la suite de cette crise étudiante et ouvrière, les gaullistes remportent les élections législatives le 30 juin 1968. Maurice Couve de Murville, Premier ministre appelle, Edgar Faure à l’Education Nationale le 11 juillet 1968. C’est sur les épaules de ce dernier que repose la création d’une nouvelle université qui répondra aux demandes des étudiants dont le nombre a doublé durant les années 19602. Edgar Faure élabore alors une “Loi d’orientation” qui est promulguée le 12 novembre 19683. Avec cette loi le ministre souhaite créer de nouveaux centres universitaires expérimentaux: Vincennes, Dauphine, Antony et Marseille Luminy. Les maîtres mots de ces nouvelles universités sont ainsi la cogestion, la participation (les personnels et les étudiants sont inclus dans les décisions de l’université), l’autonomie, une pédagogie novatrice et la pluridisciplinarité (toutes les disciplines se retrouvent dans une même université permettant aux enseignants de travailler ensemble).

Le centre universitaire expérimental de Vincennes sera la représentation même de cette loi. Dès le mois de juillet Raymond Las Vergnas (alors doyen de la faculté de lettres de Paris) discute avec Edgar Faure et lui donne l’idée de créer ce fameux centre. Raymond Las Vergnas4 rassemble autour de lui différentes personnalités (Hélène Cixous, Bernard Cassen et Pierre Dommergues) qui vont l’aider à imaginer Vincennes. Le projet pédagogique se met en place durant l’été. Ce dernier recoupe les points importants de la loi mais ajoute également quelques éléments qui resteront propre à Vincennes pendant de nombreuses années.

En effet, l’établissement est ouvert aux salariés non bacheliers (soumis à certaines conditions néanmoins5), aux étudiants étrangers et se voit doté de nouveaux départements jusque là peu (ou pas ) présents au sein des universités (cinéma, informatique, linguistique, psychologie et urbanisme). L’université doit à présent être ouverte au monde extérieur et proposer une pédagogie novatrice avec l’aide d’outils tel que le cinéma et l’audiovisuel.

Ce centre universitaire expérimental ouvre ses portes après une longue bataille du personnel, le 13 janvier 1969 avec 240 enseignants et environ 8000 étudiants6. Il devient Université de Paris-VIII Vincennes le 17 décembre 19707.

La vie de cette université ne sera pas de tout repos et connaîtra de nombreux rebondissements (drogue, budgets limités, locaux insuffisants, administration récalcitrante, scandales dans la presse etc.) mais on y verra également de nombreuses innovations qui resteront dans la mémoire de tous (mise en place d’une crèche, un souk à l’entrée de l’université, invitation de professeurs étrangers, enseignants vedettes tels que Gilles Deleuze, François Chatelet, Noam Chomsky, Jacques Rancière ou encore Frank Popper, etc.)8.

Cette expérience vincennoise prend fin en 1980 lorsque Jacques Chirac, alors maire de Paris, souhaite récupérer les terrains sur lesquels l’université est construite (ces derniers ayant seulement été prêtés pendant une durée précise). Plusieurs possibilités ont été évoquées pour transférer l’établissement, dont Marne-la-Vallée notamment en 1976, mais c’est finalement à Saint Denis que celui-ci déménage en 1980.

Le cinéma et la vidéo à Vincennes

Comme indiqué précédemment Vincennes fut l’une des premières universités à avoir un département cinéma. Il est important de préciser que ce dernier ne constitua au départ qu’une section au sein d’un département art. Néanmoins, dès la rentrée 1971 un département cinéma à part entière existe inclus dans l’U.E.R. Art. Il est également important de noter que dès sa création l’université se voit dotée d’un service audiovisuel commun à tous les départements. C’est au sein de celui-ci que les enseignants peuvent avoir accès à du matériel ou des techniciens pour les aider. Néanmoins, le matériel sera dans un premier temps assez lourd, la vidéo légère n’intervient que plus tardivement au sein de l’établissement. L’université se voit “dotée de tous les signes de la modernité”9, les laboratoires de langues sont équipés en matériel audiovisuel, certaines salles le sont également ainsi qu’un studio d’enregistrement opérationnel à partir de 1971. Enfin en 1973 une extension est ajoutée à l’université, le Bâtiment H, dans lequel se trouve un studio type école et un matériel plus léger est acquis par l’université sous la pression des enseignants10. Philippe Chauvet dans une brochure de 1975 intitulée “L’audiovisuel au service de l’université Paris VIII-Vincennes” récapitule les différents outils au service des enseignants. Il évoque ainsi une vidéo légère qui peut “être emportée dans une voiture et installée dans n’importe quelle salle sur 220 volts”, il évoque également une unité de vidéo portable ½ pouce (fig. 1) qui permet “de provoquer de nouveaux types de tournages, de films, de participer et faire participer aux processus de communication audiovisuelle et en particulier modifier la relation pédagogique: émetteurs et récepteurs ne sont plus dissociés” et enfin “offre des possibilités d’investigations sociologiques : enquêtes sur le terrain, reportages, documents témoins, observations de groupes, de classes etc.”11.

Fig. 1 : extrait de la brochure de Philippe Chauvet, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975
Fig. 1 : extrait de la brochure de Philippe Chauvet, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975

Ce développement du cinéma et de la vidéo au sein de l’université pousse les enseignants à renouveler leurs pédagogies pour inclure ces nouvelles technologies. Le département cinéma cherchera dès sa création à mélanger théorie et pratique. Jusqu’à présent les établissements enseignants ces techniques ne le faisaient en effet que d’un point de vue pratique (école de cinéma) ou théorique (université). Ce renouveau permet aux enseignants mais également étudiants, qui sont maintenant inclus dans la pratique, de réaliser divers oeuvres que cela soit en vidéo légère (portable ou dans le cadre du studio régis H)12 ou avec le matériel plus lourd de télévision en circuit fermé.

Cette technologie devient rapidement un support même au cours. D’une part, on retrouve dans le fond vidéo de Vincennes de nombreux enregistrements d’émissions de télévision ou de films, pour les livrer à des lectures critiques. D’autre part, la réalisation par groupe est mis en avant et doit servir différents objectifs: “analyse critique par l’image (études d’interactions dans des groupes en situation, analyse de l’image en soi dans le processus éducatif, le jeu théâtral, la direction de chœurs), ou documents bruts (enquête sur le terrain, observations en art plastique, documents témoins)”13.

Cette pratique de la vidéo polymorphe et transdisciplinaire est celle que nous retrouvons dans le fond déposé à la Bibliothèque nationale de France.

Pratiques de la vidéo à Vincennes

Le fonds Vincennes – Saint Denis est un vaste ensemble déposé en plusieurs temps par l’Université Paris-8 à la BnF. Un premier lot est composé de 317 bandes couvrant la période vincennoise (dont 70 sont des enregistrements d’émissions ou de films). Un deuxième lot est composé de 164 bandes couvrant pour la majorité la période de l’université à Saint Denis (seules quelques bandes ont été réalisé à Vincennes). Le troisième lot est composé de 1312 bandes toutes réalisées à Saint-Denis (jusque dans les années 2000) et ne fait pas partie de notre corpus. Inventorié, l’ensemble est consultable dans sa très grande majorité sous forme numérique dans la Bibliothèque de recherche (salle P)14.

Les vidéos datant de l’époque de Vincennes ont été réalisées aux formats ½ pouce ou U-matic, formats dits “légers” (c’est-à-dire utilisables avec du matériel portable et relativement économique par rapport au matériel de studio dit “lourd”). Ce fonds est totalement ancré dans l’expérience vincennoise. Il nous présente tous les éléments qui ont constitué l’université dès sa création: ouverture sur le monde, pluridisciplinarité, nouvelle pédagogie, renversement des rôles enseignants-étudiants.

Le point essentiel à souligner de ce fonds est que les bandes proviennent de tous les départements de l’université. En effet, le département cinéma produit quelques vidéos mais reste récalcitrant face à cette technologie, lui préférant le support film15.

Le volume de bandes en provenance du cinéma est paradoxalement moins important que dans d’autres départements de l’université. Nous pouvons ainsi particulièrement parler du département musique où 35 bandes sont réalisées par Costin Miereanu et Christian Cheyrezy ou encore Francis Schwartz (fig. 2)  et celui de Français langue étrangère qui en réalise 33.

Fig. 2 : capture d’écran d’une vidéo de Francis Schwartz intitulée Mon oeuf, conservée au sein du fond de la BnF.
Fig. 2 : capture d’écran d’une vidéo de Francis Schwartz intitulée Mon oeuf, conservée au sein du fond de la BnF.

C’est à Annie Couëdel (enseignante au sein du département FLE) que l’on doit la totalité de ces 33 bandes16. A travers la vidéo, elle s’efforce de mettre en place une nouvelle pédagogie pour l’apprentissage des langues par les étudiants étrangers. Ainsi parmi les vidéos nous avons relevé de nombreuses interviews réalisés par l’enseignante et ses élèves sur Vincennes ou encore sur la place des étudiants étrangers17. Avec la vidéo intitulée Arditi, j’accepte mon image  (36 min),  nous assistons à un cours d’Annie Couëdel durant lequel les étudiants reviennent sur la réalisation du film Vivre la langue de 1978. A travers cette réalisation ils progressent en langue française en se confrontant à leurs images et au monde extérieur. Mais comme l’explique un étudiant la vidéo apparaît également “comme un enseignant dans d’autres cours”.

Une étude des programmes des différents départements de l’université18 nous a permis de mesurer l’importance de l’audiovisuel dans la pédagogie de l’ensemble de l’établissement. On trouve de nombreuses Unités de Valeurs (UV) consacrées à cette technologie dans tous les UER (unité d’enseignement et de recherche) de l’université. Pour n’en citer que quelques-uns pour l’année 1971-1972 ; au département d’anglo-américain, “méthodologie de l’audiovisuel intégré”; au sein de la section théâtre, une UV “techniques audiovisuelles” ; dans le département sciences de l’éducation, une UV “les moyens audiovisuels”.

Ces quelques exemples soulignent bien l’appropriation de l’audiovisuel, à des degrés divers, par tous les départements de l’établissement. Pionnier de l’audiovisuel éducatif, Henri Dieuzeide, dans son texte publié au sien de l’ouvrage de Jacqueline Brunet, met bien en avant cette idée “l’année scolaire 1970-1971, un certain nombre d’UV (sciences de l’éducation, urbanisme, théâtre, histoire) prévoient d’initier les étudiants à la production et à l’analyse des documents audiovisuels”19.

La vidéo est présente dans tous les départements mais également sous toutes les formes au Centre Universitaire expérimental de Vincennes. On trouve des vidéos militantes au sein du fonds présent à la BnF. La bande intitulée Manifestation Odéon (18/12/1979) (38 min) en est un bon exemple. Elle montre une manifestation ayant eu lieu en décembre 1979 à Paris au départ de la place de l’Odéon. Cette manifestation est lancée par la SGEN contre de nouvelles mesures votées le 10 décembre 1979 à l’Assemblée Nationale modifiant l’élection du président d’université et des unités de recherche. Texte qui sera finalement abandonné suite à ces manifestations20.

Nous pouvons également citer des vidéos artistiques (le département Musique est particulièrement prolifique à ce niveau) et des vidéos que l’on pourrait qualifier de témoignages. Une nouvelle pédagogie de la vidéo et part la vidéo se met en place (l’enregistrement des cours de Gilles Deleuze témoigne de cette envie21).

Le fonds Vincennes apporte beaucoup d’éléments neufs autant sur l’université que sur le développement de ces premières pratiques de la vidéo légère. La bande précédemment citée sur la manifestation à Odéon apporte des informations absentes des sources écrites. Elles se présentent également comme un témoignage vivant de l’université. Il est par exemple connu que l’université de Vincennes fut ouverte aux étudiants étrangers, mais ces vidéos documentent précisément leur place dans l’ensemble (notamment en FLE), ainsi que les mouvements de défense de leurs droits (notamment face à la circulaire Bonnet de 1977). La vidéo fournit des témoignages “sur le vif” sur le fonctionnement de cette institution. Ainsi, la longue interview de Claude Frioux22 (président de l’université de 1973 à 1977 puis de 1980 à 1987) met l’accent sur le volontariat comme base de cette construction.

Ces différentes utilisations de la vidéo continuent à se développer et s’étendre après le transfert notamment avec la création d’un centre vidéo en 1981 et l’acquisition de nouveaux matériels plus légers et accessibles. Le troisième dépôt constitutif du fonds conservé à la BnF témoigne de ces utilisations et des nombreux travaux qui ont vu le jour par la suite.

Analyse d’une bande : Université Vincennes Suite d’extraits : Extérieurs de la fac, Commission, Budget-Locaux, Intrusion dans un cours, le souk, Châtelet, Assia, Appels à un meeting, étudiants africains, Personnel administratif, Fresques murales

La bande intitulée Université Vincennes Suite d’extraits : Extérieurs de la fac, Commission, Budget-Locaux, Intrusion dans un cours, le souk, Châtelet, Assia, Appels à un meeting, étudiants africains, Personnel administratif, Fresques murales (37 min) rassemble plusieurs séquences tournées au sein de l’Université de Vincennes. Au vu des événements, nous supposons qu’elles datent de fin 1979-début 1980. Trois séquences d’images s’entremêlent dans cette bande.

Cette dernière s’ouvre sur des plans de l’extérieur de l’université. Une étudiante filme debout caméra à l’épaule les étudiants dans la cour ainsi que divers événements qui s’y déroulent. Une voix hors cadre lui explique à comment utiliser la caméra (“tu peux avancer quand tu veux, aller à gauche pour ne pas voir la voiture”). Une information sur les réalisateurs apparaît à partir de 17 min 06 : cette même étudiante filme le souk de l’établissement, elle est alors interpellée par un des vendeurs qui refuse d’être filmé, pour toute réponse elle lui explique être étudiante en philosophie. La réalisatrice finit néanmoins par filmer en gros plan les objets plutôt que les vendeurs. 

On peut supposer que cette vidéo est une création des étudiants de Marielle Burkhalter. Lorsque l’étudiante filme le cours, elle s’arrête sur une étudiante en plan large. Celle-ci tient un discours sur l’intervention de la police au sein de l’établissement. Elle appelle à la lutte et à la tenue d’une Assemblée Générale (qui traitera également des menaces pesant sur l’université). Un gros plan sur un panneau nous apprend que cette dernière doit se tenir en amphi I à 12h le jour même (fig. 3).

Fig. 3 : capture d’écran d’un panneau présent dans la cours de l’université annonçant une assemblée générale.
Fig. 3 : capture d’écran d’un panneau présent dans la cours de l’université annonçant une assemblée générale.

Tous ces moments font références à deux éléments dans l’histoire de Vincennes. Le premier est le trafic de drogue. Comme dans d’autres universités, des dealers utilisaient régulièrement les établissements d’enseignement supérieur pour vendre leurs marchandises. L’Université a connu dès 1977 une vague de vente qui s’est tarie suite à l’engouement de la presse et la défense mise en place par le personnel. Néanmoins, ce problème réapparaît à partir de 1979, poussant début 1980 le conseil de l’université à voter pour l’intervention de la brigade des stupéfiants, le contrôle des cartes à l’entrée voir la fermeture de l’établissement23. La vidéo montre des étudiants défavorables à ces initiatives. 

Le deuxième élément qui se trouve cette fois dans deux séquences de la bande est le déménagement de l’université à Saint-Denis. Lorsque l’étudiante filme l’extérieur de l’établissement, on entend également un homme hors cadre traiter de cette assemblée et de la nécessité d’y participer et de lutter contre ce déménagement. La deuxième séquence (débutant à  partir de 13 min 22, puis se retrouvant à 19 min 49 et 22 min 46) porte sur la tenue d’une commission « budgets locaux » dont le sujet principal est encore une fois le transfert de Vincennes. Les images documentent les problèmes que pose ce changement. Une femme (chef d’un département) explique ne pas “pouvoir imaginer comment commencer les cours alors que les autres services seraient ailleurs, il faut qu’il n’y ait personne ou tout à Saint Denis”. Claude Frioux précise, lui, que ce déménagement est contraint et se fait donc dans les pires conditions possibles. Une personne (peut être Assia Melamed auquel le titre de la bande fait référence) s’interroge sur le sort des étudiants étrangers ainsi que la disparition possible de certains départements. Cette commission se termine par l’intervention de François Châtelet (fig. 4) qui traite cette fois du sort des enseignants, en précisant que beaucoup d’entre eux n’ont pas demandé leur transfert vers d’autres universités. Le filmeur saisit tour à tour les différents intervenants de dos ou de face souvent en gros plan.

Fig. 4 : capture d’écran de François Châtelet lors de la commission présente dans la vidéo.
Fig. 4 : capture d’écran de François Châtelet lors de la commission présente dans la vidéo.

La bande se termine (à partir de 29 min 08) par des étudiants peignant des fresques sur un des murs de l’université. Le caméraman s’attarde alors sur les étudiants mais également avec des gros plans sur leurs œuvres en cours de réalisation.

Bibliographie sélective

  • BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A. Moreau, 1979.
  • CHAUVET, Philippe, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975.
  • COHEN, Paul, “Happy birthday Vincennes ! The university of Paris-8 turns forty”, in History workshop journal, issue 69, été 2010, p. 206-224. URL : <https://www.jstor.org/stable/40646103?seq=1#metadata_info_tab_contents>.
  • DEBEAUVAIS, Michel, L’Université ouverte : les dossiers de Vincennes, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1976.
  • DORMOY-RAJRAMANAN, Christelle, Sociogenèse d’une invention institutionnelle: le centre universitaire expérimental de Vincennes, Thèse de doctorat en droit et science politique, Paris Ouest Nanterre la Défense, 2014.
  • MINOT, Jacques, Histoire des universités françaises, Paris, Presses universitaires de France, 1991.
  • MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980.
  • Université de Paris VIII, centre vidéo, La Vidéo à Paris VIII, de Vincennes à Saint Denis: bilan et perspectives, Saint Denis, Paris VIII, 1983.
  • Université Paris VIII. Département d’études cinématographiques et audio-visuelles, Du cinéma selon Vincennes, Paris, Lherminier, 1979.
  • Université de Paris VIII, Guide de l’étudiant – université de Paris VIII- Vincennes à Saint Denis, Tome 1 : 1977 – 1978, Saint Denis, Université de Paris VIII, cellule d’information et d’orientation, 1982. 4 tomes.
  1. L’inventaire de ce fond est disponible sur la base de données AGORHA de l’INHA, réalisé par Nicolas Ballet. URL: <https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00544782>. []
  2. Voir la thèse de  Christelle Dormoy-Rajramaman qui reprend les mots de Charles Soulié et précise que « de 1945 à 1960, le nombre d’étudiants dans l’université française passe de 123 000 à 214 000. Mais à partir de 1960 cette croissance s’emballe, le taux de progression annuel étant généralement supérieur à 10 %. À la rentrée 1967, on compte deux fois plus d’étudiants qu’en 1960 », Charles Soulié, « La recomposition des facultés et disciplines dans l’université française des années soixante », Un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, St Denis, PUV, 2012, p. 31, cité dans DORMOY-RAJRAMANAN, Christelle, Sociogenèse d’une invention institutionnelle : le centre universitaire expérimental de vincennes, Thèse de doctorat en droit et science politique, Paris Ouest Nanterre la Défense, 2014, p. 100. []
  3. MINOT, Jacques, Histoire des universités françaises, Paris, Presses universitaires de France, 1991, p. 58. []
  4. C’est ce dernier qui sera responsable du projet et le premier doyen de l’université (jusqu’en 1969 où il démissionne). []
  5. Loi d’orientation du 12 novembre 1968 : “Après avoir reconnu leur aptitude, les Universités organisent l’accueil de candidats déjà engagés dans la vie professionnelle qu’ils possèdent ou non des titres universitaires. Elles leur permettent d’accéder à des de formation ou de perfectionnement et d’obtenir les diplômes correspondants“, disponible sur https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000693185&pageCourante=10579. []
  6. COHEN, Paul, “Happy birthday Vincennes ! The university of Paris -8 turns forty”, in History workshop journal, issue 69, été 2010, p. 206 – 224. URL: <https://www.jstor.org/stable/40646103?seq=1#metadata_info_tab_contents>. []
  7. Suite à un décret de Olivier Guichard. Le décret est disponible à l’adresse suivante : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000511402&categorieLien=cid>. []
  8. Un rapport d’experts remis au ministère en 1974 met d’ailleurs en avant la réussite de l’expérience vincennoise, “le groupe, constatant le succès de vincennes sur ce plan, estime que les solutions ici offertes correspondent à des besoins réels et répondent à une mission importante de l’université, et souhaite que Vincennes ne soit plus la seule université à proposer, ainsi de nouvelles solutions au problème de l’éducation des adultes”, MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980, p. 76. []
  9. BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A Moreau, 1979, p. 138. []
  10. Université de Paris VIII, centre vidéo, La Vidéo à Paris VIII, de Vincennes à Saint Denis: bilan et perspectives, Saint Denis, Paris VIII, 1983. []
  11. CHAUVET, Philippe, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975, p. 19-20. []
  12. Université Paris VIII. Département d’études cinématographiques et audio-visuelles, Du cinéma selon Vincennes, Paris, Lherminier, 1979. L’auteur cite notamment le film de Emmanuelle Mairesse, 8 clos en 625 lignes de 1979 réalisé au sein du département cinéma. []
  13. Université de Paris VIII, Guide de l’étudiant – université de Paris VIII- Vincennes à Saint Denis, Tome 1 : 1977 – 1978, Saint Denis, Université de Paris VIII, cellule d’information et d’orientation, 1982. 4 tomes. []
  14. Il existe également à l’Institut national de l’audiovisuel un autre ensemble de vidéos réalisées à Vincennes par Marielle Burkhalter (https://inatheque.hypotheses.org/121). Enfin, un petit corpus des réalisations les plus notables a été numérisé et mis en ligne par Patrice Besnard, responsable des équipements audiovisuels à Vincennes puis responsable du laboratoire Vidéo Assistée par Ordinateur (VAO) (http://www.archives-video.univ-paris8.fr/sommaire.php#ati_etudiants). []
  15. Nous trouvons néanmoins dans le fond quelques vidéos de Jean-Paul Fargier, Danielle Jaeggi, Yves Lorelle, tous trois enseignants au sein du département cinéma. []
  16. Cette dernière dès son arrivée au sein de l’université l’enseignante se forme à l’utilisation du matériel auprès de Jean-Paul Fargier et tente très rapidement d’intégrer cette technologie dans ses cours. Cette utilisation s’intensifie à partir de 1977 avec la mise en place d’une UV “langue et vidéo : création collective”. []
  17. Voir notamment la vidéo intitulée Entrée Fac (36 min). []
  18. Disponible en parti sur https://www.bibliotheque-numerique-paris8.fr/items/browse?collection=223. []
  19. Texte de Henri Dieuzeide in BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A. Moreau, 1979, p. 138-141. []
  20. Voir le Journal Officiel du 10 décembre 1979 à l’adresse suivante : <http://archives.assemblee-nationale.fr/6/cri/1979-1980-ordinaire1/105.pdf>. []
  21. Voir : https://catalogue.bnf.fr/affiner.do?motRecherche=deleuze+vincennes&listeAffinages=FacNatDoc_h&afficheRegroup=false&trouveDansFiltre=NoticePRO&nbResultParPage=10&triResultParPage=0&critereRecherche=0. []
  22. Voir la vidéo intitulée Interview Frioux de 38min46. []
  23. MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980, p. 69. []

La documentation audiovisuelle des traditions musicales en Iran

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Recherches sur terrain de Ta’zieh, Manuscrit de Ta’zieh © Hossein Fatemian
Recherches sur terrain de Ta’zieh, Manuscrit de Ta’zieh © Hossein Fatemian

Le projet de recherche-création « les apports des traditions musicales en Iran au sein du processus de création de l’acteur » est en cours depuis 2016, dans le laboratoire SLAM de l’Université Evry-Paris-Saclay, sous la direction de Mme Isabelle Starkier. En choisissant le statut d’« observateur-participant », qui dans certains cas a évolué en « observateur-apprenti », ce projet tente de déchiffrer le fonctionnement de la musique au sein des pratiques performatives en Iran. Cette tentative m’a orienté vers l’emprunt d’outils et d’approches scientifiques provenant de différentes disciplines : l’ethnomusicologie, l’ethnoscénologie, la psychologie, la biologie, la linguistique et l’histoire des religions.

L’interdisciplinarité de cette recherche était une nécessité, et non un choix, car c’est l’objet de la recherche qui a orienté le chercheur vers ces disciplines. La mise en place de séances de travail pour des acteurs, qui a constitué un laboratoire théâtral au cœur de cette recherche, mettait progressivement à l’essai des exercices psychocorporels basés sur les acquis issus des travaux théoriques et de terrain sur les traditions musicales en Iran.

Recherches sur terrain de l’art des Bakhshi, Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi © Hossein Fatemian
Recherches sur terrain de l’art des Bakhshi, Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi © Hossein Fatemian

Les études de terrain, qui constituent une part importante de cette étude, se divisent en deux parties. La première qui, à partir de 2018, a pris la forme de documentations audiovisuelles des pratiques musicales et de collecte des données en Iran ; et la deuxième, une présence sur le terrain afin d’apprendre ces pratiques.

Recherches sur terrain de l’art des Bakhshi, Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi © Hossein Fatemian
Recherches sur terrain de l’art des Bakhshi, Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi © Hossein Fatemian

Les recherches sur les documents théoriques et audiovisuels concernant les traditions musicales en Iran m’ont dirigé vers le fonds d’archives à la BnF. En consultant ce fonds, on trouve plusieurs documents sur ces traditions qui pourraient servir aux chercheurs ayant choisi ces pratiques en tant que corpus de leur recherche. Mais en faisant l’état de l’art, nous rencontrons certaines carences en matière de documentations audiovisuelles et de réflexion sur le sujet en question.

Etant donnée la nature dynamique et évolutive des phénomènes artistiques et culturels, nous nous trouvons en présence d’un manque de réflexions sur l’évolution et l’état actuel de ces pratiques en Iran. Les réflexions en question devaient prendre en considération la pédagogie et la transmission, le changement formel, le changement conceptuel et la réception de ces phénomènes au sein de la société actuelle en Iran. Par conséquent, nous aurons besoin de documents audiovisuels qui privilégient une approche analytique plutôt que descriptive sur le sujet.

Recherches sur terrain de Ta’zieh, la scène du Martyre d’Imam Hussein © Hossein Fatemian
Recherches sur terrain de Ta’zieh, la scène du Martyre d’Imam Hussein © Hossein Fatemian

C’est pour cela que, depuis septembre 2019, je me suis engagé dans ce projet de documentation audiovisuelle des traditions musicales en Iran à la BnF. Pour ce projet, conduit au sein du département de l’Audiovisuel, je bénéficie également de l’accompagnement d’un groupe de recherche, Tan.Baafi Lab1, avec lequel nous avons commencé un travail de recherche-création en dehors de la BnF autour des pratiques corporelles. Ce projet de recherche à la BnF m’a permis de proposer un travail de recherche pluridisciplinaire sur les pratiques performatives et musicales en Iran, via les documentations audiovisuelles recueillies par le groupe Tan.Baafi Lab.

Le fait de constituer un groupe de recherche pluridisciplinaire sur les pratiques performatives et musicales en Iran permet de comprendre dans quelle mesure ces pratiques peuvent intéresser les différentes disciplines scientifiques, et montrer l’importance de l’existence de ce fonds d’archives précieux pour ces disciplines.

Enfin, ces travaux de recherche complémentaires du mien permettent de créer une dynamique une dynamique de recherche par le biais de documentations audiovisuelles autour des pratiques performatives et musicales. Ce dynamisme a pour projet la production de nouvelles réflexions et de documentations autour du sujet.

Extrait des rushs du film Les bakhshi sont vivants, printemps 2019
  1. Ce groupe de recherche a entamé son activité depuis 2018. Il est constitué des chercheur.e.s et chercheur-praticien.e.s dans les différents domaines des arts performatifs avec une approche anthropologique. Cf. : https://tanbaafilab.wixsite.com/tanbaafi []

Kaveh HEDAYATIFAR

Chercheur et artiste dans les domaines des arts performatifs, de la musique et du cinéma.

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Amos Gitaï et les archives numériques du cinéma

Crédit photo : Ziv Koren

Journée d’études internationale autour des archives du cinéaste Amos Gitaï, et plus largement sur les archives numériques du cinéma

La Cinémathèque Française, la Bibliothèque nationale d’Israël, les bibliothèques de l’Université de Stanford, la Cinémathèque Suisse, et la Bibliothèque Nationale de France, sont autant d’institutions qui se sont vues confier la tâche de préserver la mémoire de l’œuvre d’Amos Gitaï, cinéaste prolifique et multiforme. Loin d’être hasardeuse, cette volonté de répartition vise à favoriser le dialogue entre les différents établissements, car Amos Gitaï nourrit l’ambition de faire vivre ses archives, et estime – à raison – que le partage d’expérience est essentiel pour enrichir les réflexions sur l’exploitation des archives cinématographiques.

Le don fait par le cinéaste à la BnF en 2018 s’est affirmé comme un formidable terrain d’expérimentation pour interroger les besoins, tester de nouveaux outils et de nouvelles méthodes d’analyse, et s’est révélé un prisme pertinent pour ouvrir le dialogue avec d’autres institutions. En ce sens, cette journée d’étude vise à alimenter les questions cruciales que sont la collecte, la préservation, la description et la mise à disposition des corpus massifs d’archives numériques. Il s’agira, à travers les différentes tables rondes et interventions, de faire un état des lieux de l’avancement du travail de chaque institution sur les archives d’Amos Gitaï qu’elle détient, mais aussi d’interroger le processus de don et la sélection des archives numériques, et enfin de comprendre les attentes de la recherche sur ce sujet.

The Cinémathèque française, the National Library of Israel, the Stanford University Libraries, the Cinémathèque suisse, and the Bibliothèque nationale de France are all institutions entrusted with the mission of preserving the memory of Amos Gitaï’s work, a prolific and multiform filmmaker. Far from being gratuitous, this will of distribution aims at encouraging dialogue between institutions. Indeed, he has the ambition to make its archives live and believes that sharing experience goes hand in hand with the development of cinematographic archives exploitation.

The filmmaker’s donation to the BnF in 2018 proved to be a great field of experimentation to question the needs, testing new tools and new methods of analysis. Also, it has been a relevant prism to initiate the dialog with other establishments. Therefore, this event aims to discuss the crucial questions of collecting, preserving, describing and making massive collections of film archives available. Through the various sessions and contributions the progress of each institution on their Gitaï archives will be presented. We’ll also interrogate the donation process as well as raising the difficulties of selecting digital archives. Eventually we’ll go over the expectations of researchers on this topic.

Programme

9h00 : Accueil des participants

  • Laurence Engel // Présidente de la Bibliothèque nationale de France
  • Michelle Bubenicek // Directrice de l’École nationale des chartes

9h15-10h30 : état des lieux (communications)

  • Frédéric Maire // Président de la Fédération Internationale des Archives du Film, directeur de la Cinémathèque Suisse (introduction & modération)
  • Michael Keller // Vice-recteur des Bibliothèques universitaires de Stanford
  • Oren Weinberg // Directeur de la Bibliothèque nationale d’Israël
  • Joël Huthwohl // Directeur du département des Arts du spectacle à la Bibliothèque nationale de France

11h-11h30 : Entretien avec Amos Gitaï (visioconférence)

11h30-12h30 : le processus de donation (table ronde)

  • Antoine de Baecque (modération)
  • Marie-Josée Sanselme // Scénariste d’Amos Gitaï
  • Karin Mauduit // Cinémathèque française
  • Jean-Baptiste Raze // Bibliothèque nationale de France

14h-15h30 : quelles sélections pour les archives numériques ? (table ronde)

  • Emmanuelle Bermès (modération) // Bibliothèque nationale de France
  • Glynn Edwards // Bibliothèques universitaires de Stanford
  • Rime Touil // Bibliothèque nationale de France
  • Louise Dutertre // Bibliothèque nationale de France

16h-17h30 : une nouvelle génétique du cinéma (table ronde)

  • Alain Carou (modération) // Bibliothèque nationale de France
  • Marie-Pierre Ulloa // Université de Stanford
  • Jean-Michel Frodon
  • Jean-philippe Trias // Université de Montpellier

Conclusion de la journée

  • Christophe Gauthier // École nationale des chartes (conclusion de la journée)

Comité scientifique et d’organisation

  • Emmanuelle Bermès
  • Christophe Gauthier
  • Joël Huthwohl
  • Jean-Baptiste Raze
  • Rime Touil
  • Louise Dutertre

Un événement organisé par la Bibliothèque nationale de France et par l’École nationale des chartes.

Informations pratiques

A noter

Le lendemain se tient l’atelier : Collecter, conserver et explorer les corpus massifs d’archives audiovisuelles : états des lieux et perspectives (13/11)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire de recherche : Émergence de l’art vidéo en Europe : Historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) (4-5/12)

Dalibor Martinis

À ce jour, une histoire de l’art vidéo à l’échelle de l’Europe reste à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Ce sixième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo en Allemagne, Tchécoslovaquie, Finlande, Norvège, Suède et Croatie. 

Programme

Mercredi 4 décembre 2019 
INHA, salle Walter Benjamin

9h30 Introduction et présentation du programme « Émergence » 
François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs) 

9h45 VT ≠ TV (Video Tape is not Television) 
Dieter Daniels (Professeur, Academy of Fine Arts Leipzig [HGB] / Chercheur, Gutenberg Forschungskolleg [GFK]) 

10h30 Pause 

10h45 Early video experiments in Nordic countries from 1960s to 1980s 
Lorella Scacco (Enseignante, École des Beaux-Arts, Rome / Université de Turku) 

11h30 Table-ronde / Discussions 

Jeudi 5 décembre 2019 
INHA, salle Walter Benjamin 

10h00 Prague – the place of illusionists 
Michael Bielicky (Professeur, Karlsruhe University of Arts and Design) 

10h45 Television and video, genesis (The beginnings of Croatian video art) 
Tihomir Milovac (Conservateur / Responsable de la recherche, Musée d’art contemporain de Zagreb) 

11h30 Pause 

11h45 Aspects de la situation française (1970-1980) : Dominique Belloir, premières expérimentations – Grand Canal, Association d’artistes vidéo
Dominique Belloir (Artiste vidéo) 

12h45 Table-ronde / Discussions

Informations pratiques

  • Les communications les mercredi 4 et jeudi 5 décembre auront lieu en salle Benjamin à l’INHA, 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris.
  • Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles. 
  • Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Coordinateurs du programme

  • François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne)
  • Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France)
  • Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de :
Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, LabEx Arts-H2H)
Victor Tsaconas (Stagiaire, LabEx Arts-H2H) 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Des espaces de formations militants féministes : les ateliers Super-8 de Klonaris/Thomadaki dans les années 1980

Au terme d’un appel à chercheurs lancé tous les ans, la Bibliothèque nationale de France accueille de jeunes chercheurs à chaque rentrée universitaire pour des projets de recherche liés aux collections.

Dans ce cadre, Ana Bordenave est accueillie au département de l’Audiovisuel depuis 2018 pour un projet de recherche intitulé Maria Klonaris et Katerina Thomadaki : de la performance à l’image performative des corps, théâtre, cinéma, arts multimédia de 1965 à aujourd’hui.

Le 19 septembre 2019, elle intervient au colloque Faire oeuvre. La formation et la professionnalisation des artistes femmes aux XIXe et XXe siècles pour une communication intitulée Des espaces de formations militants féministes : les ateliers super-8 de Klonaris/Thomadaki dans les années 1980.

Informations pratiques

  • 19 septembre 2019, 9h30 à 18h30
  • Centre Pompidou, Petite salle, Place Georges-Pompidou, 75004 Paris
  • Programme complet

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire: Émergence de l’art vidéo en Europe, 19 juin

Crédits iconographiques : Teresa Wennberg, Swimmer, 1978, vidéo, 20′, production Centre Georges Pompidou, Paris, collection Centre Georges Pompidou, Paris et Sädtishes Kunstmuseum, Bonn

À ce jour, une histoire de l’art vidéo à l’échelle de l’Europe reste à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Programme

10h00
Introduction et présentation du programme « Émergence »
François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

10h15
L’historiographie de l’art vidéo en Grèce, un défi entre les mains des artistes, Manthos Santorineos (Artiste – théoricien nouveau media, Professeur à l’École des Beaux-Arts d’Athènes)

11h00
Pause

11h15
Archive ontology – connecting the dots
Per Platou (Directeur, Norwegian Video Art Archive)

12h00
The Beginnings of Video Art in Bulgaria,Iliyana Nedkova (Directrice artistique pour l’art contemporain, Horsecross Arts)

12h45
Pause déjeuner

14h30
REC: Tracking the Emergence of Artist Video in Belgium
Sofie Ruysseveldt (Responsable de collection) et Dagmar Dirkx (Assistante de collection/production, ARGOS vzw Centre for Art and Media)

15h30
Swedish Video Art – the early years
Teresa Wennberg (Artiste vidéaste)

16h15
Table-ronde / Discussions

Informations pratiques

Ce cinquième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo en Grèce, en Norvège, en Bulgarie, en Belgique et en Suède.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo » : François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne) ; Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France) ; Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de : Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, ArTeC) et Victor Tsaconas (Stagiaire, ArTeC)

Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Les communications le mercredi 19 juin auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Mémoire sonore du Japon : le disque, la musique et la langue (25/1)

La Bibliothèque nationale de France célèbre le patrimoine sonore japonais conservé dans ses collections grâce à un colloque international organisé le 25 janvier prochain, sous le haut patronage de l’ambassade du Japon à Paris et dans le cadre de la saison culturelle « Japonismes 2018 ». Cet événement témoigne, après la mise en ligne du portail France-Japon et la numérisation de 55 globes de la Bibliothèque par l’entreprise japonaise Dai Nippon Printing Co., de la vitalité des liens noués entre la BnF et le Japon.

Continuer la lecture de Colloque : Mémoire sonore du Japon : le disque, la musique et la langue (25/1)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Émergence de l’art vidéo en Europe (11-12 déc. 2018)

Les recherches historiographies sur l’art vidéo, de même que les discours critiques ou les théories esthétiques, restées longtemps centrées sur le continent américain, ne se sont développées que tardivement dans les pays d’Europe, qu’elles concernent les productions nationales ou, a fortiori, l’ensemble de la production continentale. Les contextes techniques, sociaux et politiques nationaux très divers qui ont vu l’avènement de l’image électronique ont également, il est vrai, largement freiné l’émergence d’une vision historique globale.

À ce jour, à l’échelle de l’Europe, une histoire de l’art vidéo demeure donc à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980)

Antoni Muntadas, Early video works

Antoni Muntadas, Arte Vida, 1974, calle comercio web

Programme

Mardi 11 décembre 2018

BnF, site François Mitterand, salle 70

Communications publiques

9h30 – Introduction et présentation du programme « Émergence »

François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

9h45 – The early days of videoart in the Netherlands, a brief history

Gaby Wijers (Directrice, LIMA)

10h30 –From The Museum of Memory: Video Art in the Netherlands

Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)

11h15 – Pause

11h30 – Early video-art in Italy. Emergences, production and exhibition practices. Access and preservation issues

Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)

12h15 – Pause déjeuner

13h45 – Portugal : Alternativa Zero et après

Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)

14h30 – A Chance to Investigate Reality. Video Art in the Workshop of the Film Form Circle

Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

15h15 – Table-ronde

INHA, salle Walter Benjamin

Projection-conférence

18h – Early video works

Antoni Muntadas (Artiste vidéaste)

Mercredi 12 décembre 2018

Séminaire de recherche semestriel

Les coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe », François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault, l’ingénieure d’études, Ségolène Liautaud et les chercheurs invités Jean-François Chougnet, Lisa Parolo, Tom Van Vliet, Gaby Wijers et Tomasz Zaluski et l’artiste Antoni Muntadas feront un bilan d’étape du programme de recherche.

Mardi 11 et mercredi 12 décembre 2018

Bibliothèque nationale de France et Institut national d’histoire de l’art

Ce quatrième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie, en Pologne et en Espagne.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo »

  • François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne)
  • Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France)
  • Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de :

  • Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, Labex Arts-H2H)
  • Victor Tsaconas (Stagiaire, Labex Arts-H2H)
  • Boualem Khelifati (Stagiaire, Labex Arts-H2H)

Collaborateurs invités :

  • Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)
  • Antoni Muntadas (Artiste-vidéaste)
  • Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)
  • Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)
  • Gaby Wijers (Directrice, LIMA)
  • Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

Informations pratiques

  • Les communications publiques du mardi 11 décembre auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
  • La projection conférence d’Antoni Muntadas du même jour se tiendra dans la salle Walter Benjamin, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
  • Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.
  • Le séminaire de recherche semestriel est exclusivement réservé aux partenaires du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe ».
  • Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Ce séminaire bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Jeu vidéo : sauvegarder la mémoire, et après ?

Argument

Fragilité des supports, obsolescence des matériels de lecture, disparition des archives des éditeurs et concepteurs, dématérialisation des contenus… La conservation du patrimoine vidéoludique soulève des problématiques nombreuses et complexes sur le long comme sur le court terme.

Ces questions sont au cœur des activités et des missions de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et du Conservatoire National du Jeu Vidéo (CNJV) qui se sont associés pour organiser en 2017 un premier colloque national.

Plus de 200 personnes y ont participé : chercheurs, conservateurs et archivistes, développeurs, éditeurs, producteurs, organismes professionnels (syndicats professionnels, clusters…) et institutionnels, mais aussi journalistes, formateurs, étudiants et associations impliquées dans la conservation du jeu vidéo, culture aujourd’hui incontournable.

Ce premier rendez-vous (voir plus bas) a permis d’identifier les enjeux, de partager les réflexions et les avancées techniques entre les institutions et les différents acteurs de la filière vidéoludique, de confronter les différentes approches.

La question de la valorisation des archives vidéoludiques sera au cœur d’une deuxième édition qui se tiendra le mardi 11 décembre 2018 dans le grand auditorium de la Bibliothèque nationale de France de 10 h à 20 h.

Recherche universitaire, formation, édition de livres et revues, production de films et multimédia, expositions, musées… les possibilités de valorisation sont nombreuses.

Ce colloque cherche à explorer les approches possibles qui posent de multiples questions sur le fond, la forme, les publics, le type de discours, etc.

Tables rondes et communications alterneront, faisant intervenir des acteurs français et étrangers. Suivies chacune d’un dialogue avec la salle, elles permettront d’alimenter la réflexion et le partage d’expériences.

En préambule, le département de l’Audiovisuel de la BnF organisera, pendant la pause du déjeuner, des visites des coulisses du circuit de traitement et de conservation des jeux vidéo.

En conclusion de cette journée, à partir de 20h, les participants pourront continuer les échanges dans une ambiance conviviale.

Programme

  • 9h30 : Ouverture du Colloque par la présidente de la BnF
  • 10h : Premier bilan du groupe de travail « Jeu vidéo » à l’Assemblée nationale par Denis Masséglia
  • 10h20  : Retour vers le futur (rappel du colloque #1 et actualités BnF et CNJV) par Pascale Issartel (BnF) et Bertrand Brocard (CNJV)
  • 10h50  : Pause
  • 11h10 : Recherche universitaire et formation : s’appuyer sur des fonds documentaires
  • 12h30 – 14h30 : Pause déjeuner
  • Pendant la pause déjeuner : Visites des coulisses du traitement et de la conservation des jeux vidéo à la BnF (sur réservation)
  • 14h30 : Édition / Réédition –  Le patrimoine du jeu vidéo : une mine pour les éditeurs !
  • 15h15 : Publier autour du patrimoine vidéoludique
  • 16h15 : Pause
  • 16h45 : Comment exposer le jeu vidéo ? Approches comparatives
  • 18h15 : Table ronde : Quel musée le jeu vidéo mérite-t-il ?
  • 19h30 : Clôture du colloque par Pascale Issartel (BnF) et Bertrand Brocard (CNJV)
  • 20h – 22h : Clôture conviviale dans le Belvédère de la BnF

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF à la Paris Games Week : 2 tables rondes

Détentrice de la première collection publique de jeux vidéo en France, la BnF sera présente à la prochaine Paris Games Week (PGW), du vendredi 26 au mardi 30 octobre 2018, afin de mieux faire connaître aux producteurs de jeux vidéo et au public le rôle majeur de la
Bibliothèque dans la conservation et la diffusion du patrimoine vidéoludique.
Organisée par le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL) depuis 2010, la Paris Games week compte parmi les salons de jeu vidéo les plus fréquentés dans le monde, avec 304 000 visiteurs pour l’édition 2017.

Objet culturel inventif et populaire, le jeu vidéo a fait son entrée dans les collections de la Bibliothèque nationale de France il y a plus de 25 ans. En 1992, sur le modèle du dépôt légal des imprimés, les éditeurs de jeux vidéos ont l’obligation d’y déposer les jeux vidéo distribués en France. Grâce à ce dispositif, la Bibliothèque conserve aujourd’hui plus de 16 000 titres de jeux
vidéos, français comme étrangers. Chaque année, la collection s’enrichit d’environ un millier de jeux entrés par dépôt légal, dons ou acquisitions. Le plus ancien date de 1973 et a été édité pour la première console de salon, la Magnavox Odyssey, acquise par la BnF.

La collection du département de l’Audiovisuel de la BnF, en perpétuelle évolution, rassemble tous les types de supports : cartouches, cassettes logicielles, disquettes et disques optiques, éditions simples ou collectors ainsi qu’un ensemble de consoles anciennes. Les jeux vidéo collectés au titre du dépôt légal sont accessibles aux chercheurs et aux professionnels tandis qu’une sélection de jeux contemporains, sur PC, tablettes, consoles et même en réalité virtuelle, est proposée à tous les publics.

La BnF à la Paris Games Week

Sur le stand de la BnF (hall 2.2), les visiteurs pourront jouer en émulation à plus d’une vingtaine de jeux anciens, découvrir leurs boîtiers et consoles d’origine ainsi qu’une sélection de documents audiovisuels et multimédias autour du thème du sport dans les jeux vidéo. Un grand écran permettra de
jouer à plusieurs. Une exposition virtuelle de consoles anciennes conservées à la BnF sera accessible depuis le stand via Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Deux tables rondes réunissant chercheurs, éditeurs, et développeurs,
Lundi 29 octobre 15h – 18h30

Objet d’études et de recherches universitaires, le jeu vidéo mobilise aujourd’hui de nombreux chercheurs de toutes disciplines en France et à travers le monde qui en étudient tous les aspects.

La BnF et la Paris Games week s’associent pour organiser, pour la première fois sur le salon, deux tables rondes, l’une sur la recherche et la formation en jeu vidéo et l’autre centrée sur l’analyse, avec un développeur, d’un jeu dont la sortie est imminente.

Y participeront, entre autres, Jean-Charles Ray, chercheur, lauréat en 2017 de la bourse BnF allouée par le mécène Mark Pigott et accueilli depuis un an au département de l’Audiovisuel, qui a contribué à l’organisation de ces rencontres inédites à la PGW, Sébastien Genvo, professeur à l’université de
Lorraine et ancien game designer chez Ubisoft, Alexis Blanchet, maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et Jean-Marc Gueney, game designer chez Cyanide.

La BnF et la Paris Games Week s’associent pour créer un point de contact entre la recherche universitaire et les créateurs et éditeurs de jeux vidéo sur le plus grand salon consacré au jeu vidéo en France.

Programme

  • 15h Accueil
  • 15h10 – Recherche et formation en jeu vidéo : « Du jeu vidéo à l’université ? Mais vous faîtes quoi exactement ? »
    La question revient régulièrement, comme s’il était moins évident d’étudier un jeu vidéo qu’un roman ou un film. Pourtant, cela fait près de vingt ans que des universitaires analysent le jeu vidéo et transmettent leurs connaissances.
    Sébastien Genvo, professeur à l’université de Lorraine et ancien game designer chez Ubisoft, et Alexis Blanchet, maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3, dresseront un état des lieux de la recherche sur le jeu vidéo en France.
    Ils évoqueront notamment ce que sont les études du jeu vidéo, les orientations de la recherche et les différences et synergies entre la formation universitaire et la formation professionnelle dans ce domaine.
  • 16h40 – L’Appel de Lovecraft : le mythe de Cthulhu et le jeu vidéo
    Howard Philips Lovecraft, qui n’a connu de son vivant que des publications en magazines, est devenu un écrivain culte et l’un des écrivains ayant le plus influencé le jeu vidéo.
    La sortie prochaine du Call of Cthulhu de Cyanide est l’occasion de se plonger à nouveau dans les ténébreux mystères du Mythe lovecraftien au fil de ses adaptations et influences vidéoludiques.
    Jean-Marc Gueney, game designer chez Cyanide, et Jean-Charles Ray, chercheur, qui a particulièrement travaillé sur le thème de l’horreur dans le jeu vidéo et la littérature, présenteront les liens qui unissent Lovecraft et le jeu vidéo, l’histoire de cette source d’inspiration et les enjeux de l’adaptation de son univers.
  • 18h Cocktail
  • 18h30 Fin du cycle

Informations pratiques

Paris Games Week
Du vendredi 26 au mardi 30 octobre 2018
De 8h30 à 18h30 tous les jours sauf fermeture à 18h le dernier jour du salon
Paris Expo – Parc des expositions – Porte de Versailles
Hall 2.2

Inscription obligatoire aux tables rondes sur eventbrite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains (5/10/18)

Pourquoi impliquer des écrivains, habitués au livre ou à la scène, dans des émissions de création radiophonique ? Qu’apportent-ils, à quelles conditions, comment, dans quels contextes ? C’est le genre de questions que l’on sera invité à se poser dans ce colloque consacré aux deux plus longs et plus prestigieux programmes de création radiophonique de France Culture, inscrits, chacun dans un style, dans « cette longue querelle de la tradition et de l’invention / De l’Ordre et de l’Aventure » (Apollinaire) qui rythme la vie des arts.

Ce colloque est organisé en partenariat avec la SCAM, la BnF et l’Ina, et le soutien de l’IUF et du GRER.

Ce colloque a lieu du 4 au 6 octobre 2018 : le 4 octobre à la Société civile des auteurs multimédia (SCAM), 5 Avenue Velasquez, Paris 8e et le 6 octobre à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) 105 boulevard Raspail, Paris 6e.

Programme

Jeudi 4 octobre 2018
SCAM
18h Soirée inaugurale

Ouverture par les organisateurs du colloque
18h25-20h
Propos d’Alain Trutat et René Farabet (archives), Andrew Orr, Jean-Loup Rivière, Alain Veinstein, Colette Fellous

Vendredi 5 octobre 2018
BnF
9h -18h Atelier de création radiophonique, la part des écrivains

Communications de : Pierre-Marie Héron, Witold Wolowski, Andrew Orr,Laure Bedin, Carrie Landfried, Thomas Baumgartner, Christian Rosset, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Marion Chénetier-Alev
Sur : Jean Thibaudeau, François Billetdoux, René Farabet, Claude Ollier, Georges Perec, Claude Ollier, les écrivains de Change à l’ACR, Hélène Cixous, Valère Novarin

Samedi 6 octobre 2018
EHESS
Nuits magnétiques, la part des écrivains

Communications de : Christophe Deleu, Mehdi El Hadj (sous réserve), Laure Adler, Annie Pibarot,Jean Daive, Clara Lacombe, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin
Sur : la composition des programmes de Nuits magnétiques, Nicole-Lise Bernheim, Jean Daive, Colette Fellous, Franck Venaille, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition « Médias imaginaires. Les archives vivantes »

L’exposition Médias imaginaires. Les archives vivantes conçue comme le prolongement naturel du séminaire de recherche, propose de mettre à la disposition du public des outils visuels et livresques, ainsi que des écrans permettant d’accéder à une base de données. Cette manifestation se conçoit elle-même comme un dispositif d’exposition. Ouverte au plus grand nombre, elle entend se présenter comme une interface invitant le public à utiliser les outils de recherche présents sur les lieux. La salle Longhi devient ainsi un lieu d’actualité permanente, un espace de circulation en contact avec l’extérieur, par des écrans et des projections. Pour ce faire, elle mobilisera surtout les fonds numériques de la Bibliothèque nationale de France, du Musée des arts et métiers (CNAM) ainsi que des collections privées.

À propos d’INHALab

Dans cette volonté politique de privilégier et soutenir la jeune recherche, l’INHA invite chaque année deux collectifs successifs de chercheurs à proposer un projet scientifique créatif dans un domaine se rapportant à l’histoire de l’art. L’association Imago est le deuxième collectif de jeune chercheurs à être accueilli en 2018 dans le cadre d’INHALab. Ils travailleront du 15 septembre 2018 au 15 janvier 2019 sur le projet Médias imaginaires.

Informations pratiques

1er octobre 2018 – 15 janvier 2019

Galerie Colbert, salle Roberto Longhi
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Des sons, des paroles, des voix, parmi les livres !

Les 29 et 30 septembre, la Bibliothèque nationale de France accueille la 23ème édition des Phonurgia Nova Awards.

Participez au Festival et assistez aux journées d’écoute et de délibération en public du jury.  5 prix seront attribués et les créations diffusées.

ART DE L’ÉCOUTE

Prix Art Sonore // SACEM // 2 000 €

La radio et le podcast font surgir des oeuvres qui ne pourraient se matérialiser nulle part ailleurs. Ce prix récompense les démarches les plus novatrices qui en creusent la profondeur sonore et interrogent leur plasticité narrative.

FICTION

Prix Fictions francophones // SACD // 3 000 €

Casques, haut-parleurs, baladeur, podcast, parcours sonore, radio ? Pour deux minutes, une heure, toute une nuit ? La fiction sonore renouvelle notre rapport au monde et aux autres.

TRANSMISSION

Prix « Archives de la parole » // BnF // 1 000 €

Recueillir les voix et les silences du monde est tout un art. Ce nouveau prix du documentaire couronne des auteurs qui collectent la parole pour enrichir la transmission de l’expérience humaine.

DÉPAYSEMENT SONORE

Prix « Paysage sonore » // Musée de la Camargue // 1 000 €

Comment écouter les paysages que nous traversons ? Qu’entendons-nous quand nous les observons d’une oreille neuve ? Comment restituer les territoires et ceux qui les habitent ?

« DÉCOUVERTES PIERRE SCHAEFFER »

Un Prix Phonurgia Nova pour les « jeunes auteurs«  // 500 €

Une nouvelle génération s’empare du sonore grâce aux nouveaux outils (logiciels libres, podcasting, enregistreurs numériques, smartphones) qui en ont démocratisé l’accès. Cette génération amorce sa propre révolution de l’écoute. À ces jeunes passionnés, Phonurgia Nova tend l’oreille et réserve un prix « Découvertes Pierre Schaeffer » (en hommage à l’incomparable défricheur sonore et radiophonique).

En partenariat avec la SACEM, la SACD, la BnF, le GRM de l’INA, le GMVL, Euphonia, la Ville d’Arles, le Musée de la Camargue et l’Union Européenne de Radio et Télévision Euroradio, groupe Ars Acustica.

Règlement

Le règlement pour les candidats aux prix est consultable à l’adresse : http://phonurgia.fr/reglement/

Les critères de sélection sont au nombre de trois : “radicalité, originalité et audibilité”.
Les productions et projets soumis aux Prix Phonurgia Nova 2018 doivent avoir été réalisées durant les deux dernières années. Les propositions qui n’ont pas encore été diffusées ou publiées sont également éligibles.

La date limite de réception est fixée au 15 juillet 2018. La liste des nominés sera publiée le 1er septembre. Le Festival aura lieu les 29 et 30 septembre 2018 et la proclamation du Palmarès s’effectuera en public à l’issue des délibérations du jury.

Modalités pratiques du Festival à la BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence-performance : Michel Jaffrennou : ma vie, mon œuvre, mes bugs (29 juin)

En partenariat avec le Labex Arts-H2H (programme Les arts trompeurs), la Bibliothèque nationale de France organise une conférence-performance à l’occasion de l’exposition Michel Jaffrennou. Jouer avec la vidéo.

Les Totologiques (1979) Photo : Patrick Bousquet

Michel Jaffrennou, pionnier de l’art vidéo en France, retracera son parcours d’une manière ludique et toute personnelle, dans une conférence-performance émaillée de nombreuses archives.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts