Archives par mot-clé : Arts du spectacle

Exposition : Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance


Arlequin général d’armée : le commandant en chef de l’armée patriotes campée auprès de Bréda, ne voulant pas être connu, ne quitte jamais le masque ni l’habit d’Arlequin… : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69484959

Argument

Pathelin, avocat rusé et fourbe, Cléopâtre, personnage historique et légendaire de l’antiquité et Arlequin, le plus célèbre personnage de la commedia delle maschere illustrent parfaitement cette exposition car ils incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne.

Le théâtre de la Renaissance se manifeste par des formes dramatiques aussi variées que spectaculaires. Loin de tourner la page avec les traditions du Moyen Âge, le théâtre s’enrichit de toutes les nouveautés de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural, inventions techniques, conceptions politiques et transformations sociales.

Les formes médiévales atteignent un éclat inégalé lorsque l’extraordinaire Mystère de la Passion de 1547 est représenté à Valenciennes en 25 journées sur un espace de 60 m sur 18 m. Dans le même temps, les nouvelles formes à l’antique sont expérimentées dans les collèges puis sur les routes. En parallèle, de nouvelles pratiques en provenance d’Italie transforment aussi bien les spectacles comiques (avec les troupes de commedia dell’arte) que les spectacles de cour avec la collaboration des ingénieurs, des danseurs et des artistes.

Aucune exposition n’a été consacrée à ce théâtre depuis plus de soixante ans et, malgré la publication en 2014 de l’Anthologie de L’avant-scène théâtre consacrée au Théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait un vide à combler.

L’exposition se concentrera sur le théâtre français de la fin du XVe siècle aux années 1610. Elle évoquera certains éléments du théâtre européen comme point de comparaison ou d’explication. Les 135 œuvres seront présentées dans les salles du premier étage de l’aile sud, selon un ordre chronologique qui permet aussi de distinguer les formes dramatiques :

  1. Apogée des formes médiévales (appartement du Connétable)
  2. Expérimentations des formes à l’antique (antichambre de Madeleine de Savoie)
  3. Diffusion de la commedia dell’arte (chambre de Madeleine de Savoie)
  4. Renouvellement des spectacles de cour (salle de la cheminée d’Abigaïl)

Des prêts prestigieux

L’exposition bénéficiera de prêts nombreux et prestigieux accordés par 21 institutions à Paris (Archives nationales, Comédie Française, Bibliothèque nationale de France, Musée du Louvre) et en région (Musée Calvet d’Avignon, musée Baron Gérard de Bayeux, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne, Bibliothèque Municipale de Lyon, Musée Lorrain de Nancy…). Nombre de ces œuvres seront présentées au public pour la première fois.

Au sein des collections du musée national de la Renaissance, objets en cuir, panneaux de bois, pièces d’armure, fragments de textiles permettront quant à eux d’évoquer le quotidien des comédiens.

Commissariat

  • Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance – château d’Écouen
  • Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
  • Assistés de Vincent Rousseau, chargé d’études documentaire, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Informations pratiques

  • Musée national de la Renaissance Château d’Écouen, 
    95440 Écouen
  • Du 17 octobre 2018 au 28 janvier 2019
  • 9h30 à 12h45 et de 14h00 à 17h45 (fermé le mardi)
  • Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610)

Cleopatre : [estampe] / R.B. del. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531554885

Argument

Les textes et les documents français du XVIe siècle témoignent d’une intense activité théâtrale. Non seulement ils constituent une source capitale pour l’étude de la tradition médiévale (la grande majorité des farces est par exemple conservée dans des écrits du XVIe siècle), mais ils révèlent plusieurs expérimentations à la croisée d’influences européennes : création d’un théâtre à l’antique, développement de formes d’inspiration italienne, initiatives commerciales, évolution du statut du comédien, etc.
Or cette vie théâtrale entretient des liens étroits avec de nombreuses oeuvres artistiques contemporaines. Comme l’ont montré Émile Mâle et les travaux parfois opposés qu’il a suscités, représentations théâtrales et arts visuels s’influencent réciproquement ; l’installation des comédiens italiens donne naissance au genre du portrait d’acteurs et introduit comme ailleurs en Europe de nouveaux motifs décoratifs.
À l’occasion de la publication de l’ouvrage Le théâtre à Paris au XVIe siècle de Guy-Michel Leproux (Institut d’histoire de Paris, 2017) et de la présentation de l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin : le théâtre dans la France de la Renaissance (musée national de la Renaissance, château d’Écouen, 17 octobre 2018 – 29 janvier 2019), cette après-midi d’étude propose donc de faire dialoguer les approches littéraires, historiques et esthétiques. Cela permettrait non seulement de mieux comprendre le langage dramatique renaissant et les représentations artistiques qui y sont associées, mais aussi d’envisager le fonctionnement proprement « intermédiatique » du phénomène théâtral et d’explorer ses processus de création et d’interprétation.

L’après-midi d’étude sera suivie de la représentation dans le Grand Auditorium de Cléopâtre captive (1553) d’Étienne Jodelle, compagnie Oghma, mise en scène Charles di Meglio.

Programme

Ouverture
14h Michel Hochmann, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les portraits de comédiens à Venise dans la première moitié du XVIe siècle

Échanges

14h45 Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
Invention dramatique et invention graphique : les gravures d’Arlequin du Recueil Fossard

Échanges

15h30 Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les tableaux de comédiens produits à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle

16h15 Astrid Castres, post-doctorante du LabEx Hastec (centre Jean-Mabillon)
« En ce temps-là, les comédiens louoient des habits à la friperie ; ils étoient vêtus infâmement, et ne savoient ce qu’ils faisoient » : les costumes de théâtre et le commerce de vêtements à Paris au XVIe siècle

Échanges

16h45 Nina Hugot, agrégée de lettres modernes, doctorante

Cette après-midi d étude est suivie d’une représentation théâtrale
Cléopâtre Captive d’Etienne Jodelle à 18h30-20h (Grand auditorium)

Spectacle Cléopâtre Captive d’Étienne Jodelle (1553)

La Bibliothèque nationale de France et le Musée national de la Renaissance à Ecouen rendent hommage à Etienne Jodelle, auteur salué comme le restaurateur du théâtre antique en France, à travers le spectacle Cléopâtre captive, création de la Compagnie Oghma.
Représentée à Paris en février 1553 devant le roi Henri II, Cléopâtre Captive est la première tragédie à l’antique écrite en français. Elle met en scène les dernières heures de la reine Cléopâtre.

Alexandrie, après la mort de Marc-Antoine défait par Octavien (le futur empereur Auguste). L’Ombre d’Antoine vient rendre visite à Cléopâtre pour la pousser au suicide afin d’empêcher qu’elle ne soit faite prisonnière à Rome et pour que les deux amants soient réunis dans la mort.

Par la Compagnie Oghma, fondée en 2006 par Charles Di Meglio.
Avec Julia de Gasquet, Ulysse Robin, Manuel Weber, Christine Narovitch, Florence Beillacou, Elsa Dupuy, Romaric Olarte, Charles Di Meglio

Marie-Françoise Bloch : création musicale et lirone
Olivier Halévy : assistant à la dramaturgie
Timothée Mouton : assistant de production
Lauren Allen : stage management
Ivan Kamenarovic : assistant à la mise en scène
Charles Di Meglio : costumes et mise en scène

Durée : 1h30

Création par la Compagnie Oghma co-produite avec la BnF et le Musée national de la Renaissance à Ecouen et avec le soutien du Conseil départemental de la Dordogne et de la ville d’Auriac-du-Périgord.
Spectacle proposé en clôture de la journée d’étude, Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610).

Comité d’organisation

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance-château d’Écouen ; Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle ; Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études.

Comité scientifique

Le comité d’organisation ainsi que Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance-château d’Écouen et Darwin Smith, directeur de recherche, CNRS (Lamop).

Informations pratiques

  • Quand ? 22 novembre 2018, 14h-17h30
  • Comment ? Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Mademoiselle Guimard, danseuse de l’Opéra sous l’Ancien Régime

Dans le cadre de l’opération « Dans les collections de la BnF », la Bibliothèque nationale de France poursuit son partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Tours. Intitulée Mademoiselle Guimard, danseuse de l’Opéra sous l’Ancien Régime, une nouvelle exposition est proposée. Elle s’articule autour du buste de celle qui porta aux plus hautes sphères le ballet anacréontique. Ce buste, sculpté par Gaëtan Merchi en 1779, sera entouré par une série de maquettes de costumes de Louis-René Boquet mettant en scène « la Terpsichore du XVIIIe siècle ».

Gaëtan Merchi, Buste de la Guimard, 1779, marbre blanc, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, MUS.143m

Dans les collections de la BnF

Chaque année, dans quatre ou cinq établissements patrimoniaux en région, la BnF présente un « trésor » ou une sélection d’œuvres de ses collections, faisant ainsi partager à un plus large public ses richesses patrimoniales. Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec les collections locales, le programme « Dans les collections de la BnF » vise à développer de véritables partenariats avec d’autres institutions, dans les domaines scientifiques et pédagogiques.
À Tours, le buste de Mademoiselle Guimard et les maquettes de ses costumes s’inscrivent parfaitement dans les collections du musée des Beaux-Arts qui conserve une très belle collection d’art du XVIIIe siècle. Cette exposition permet à la BnF non seulement de mettre en lumière ses collections mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur la bibliothèque numérique Gallica.
Depuis plusieurs siècles, la BnF collecte et préserve le patrimoine écrit et artistique de la France. Ses collections, d’une richesse exceptionnelle et d’une grande diversité, couvrent tous les champs du savoir et du patrimoine artistique : manuscrits richement enluminés, mais aussi photographies et estampes, cartes et plans, monnaies et médailles, chefs-d’œuvre de l’Antiquité, livres précieux,
trésors audiovisuels, costumes, partitions…
Sur son site historique de la rue de Richelieu à Paris, la BnF ouvrira en 2021 un musée pour présenter une anthologie de ses richesses patrimoniales, qui sont aussi celles de la Nation. L’opération « Dans les collections de la BnF » permet d’ores et déjà de faire connaître ces collections à un large public en région.

Marie-Madeleine Guimard (1743-1816)

Les qualificatifs pour désigner Marie-Madeleine Guimard ne manquent pas dans les chroniques de son temps et des années qui suivent. Qu’ils soient empreints d’admiration comme « l’aimable Terpsichore » ou au contraire teintés d’une certaine malice, tel que « le squelette des Grâces », ils démontrent surtout la place incontournable qu’occupe la danseuse dans le monde de l’Opéra au XVIIIe siècle.
Née en 1743 à Paris d’une union illégitime, elle commence sa carrière de danseuse en 1758 lorsqu’elle entre dans le corps de ballet de la Comédie-Française. Elle le quitte dès 1761 pour intégrer l’Opéra de Paris où, selon les mots de Noverre, maître de ballet à l’Académie royale de musique, elle « fixe les applaudissements du public depuis son début jusqu’à sa retraite ». Remarquée une première fois lorsqu’elle remplace en mai 1762 Allard et interprète le rôle de Terpsichore dans le prologue du ballet de Collin de Blamont, Les Festes grecques et romaines, sa réputation ne cesse de croître et elle obtient rapidement le plus haut statut de première danseuse. Se produisant pour les plus grands maîtres de son temps (Noverre, mais aussi Vestris ou Gardel), elle incarne des rôles nobles avant de se tourner vers le genre de demi-caractère, s’illustrant notamment dans Les Caprices de Galathée (1776), La Chercheuse d’esprit (1778) ou encore La Fête de Mirza (1781).
Ce succès, Mademoiselle Guimard ne le doit certainement pas à sa beauté. Les observateurs s’accordent pour souligner qu’elle n’a jamais été « ni belle, ni même jolie ». Sa maigreur lui attire les sarcasmes de ses rivales telle Arnould, et certains pamphlets volontairement outranciers la dépeignent comme ayant « la cuisse flasque ». Pourtant, elle parvient à séduire le public par sa tournure incomparable et son ton exquis, occupant les devants de la scène pendant près de trente ans. Élève des trois Grâces selon ses admirateurs, elle inspire les poètes qui lui dédient des vers sur l’art de la danse-pantomime dans laquelle elle excelle, et porte aux plus hautes sphères le ballet anacréontique.

Fig.1 : Marie-Madeleine Guimard dans Le Premier Navigateur, ballet de Gardel, lithographie, BnF, département de la Musique, Est. Guimard 002

En 1785, alors qu’elle a déjà atteint un âge respectable pour sa profession et qu’elle paraît dans le ballet Le Premier Navigateur (fig.1), un critique exhorte encore ses lecteurs à contempler la Guimard pour puiser, « dans ses moindres mouvements, le goût sans lequel rien ne peut être agréable ». La danse n’est pour autant pas l’unique raison qui contribue à la notoriété de la première danseuse. Sa vie galante a nourri dès ses débuts les gazettes en tous genres. Choisissant ses amants parmi la haute société (le prince de Soubise, les évêques d’Orléans et de Cambrai ou le fermier-général de La Borde pour ne citer qu’eux), elle s’assure ainsi de confortables revenus qui lui permettent de mener un train de vie remarquable. Elle se fait construire deux hôtels particuliers à Pantin et à la Chaussée-d’Antin (ce dernier appelé « le Temple de Terpsichore », fig. 2) dans lesquels elle organise de fastueux bals, opéras et autres spectacles auxquels accourt le Tout-Paris. Malgré ces soutiens et les larges traitements qu’elle parvient à obtenir de l’Opéra, elle fait faillite et se voit obligée de vendre à la loterie son « Temple » en 1786.

Fig. 2 : Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806), maison de Mademoiselle Guimard, rue de la Chaussée-d’Antin, lavis à l’encre brune, mine de plomb sur papier, BnF, département des Estampes et de la photographie, Rés. Fol-VE-53(F)

Elle fait ses adieux à la scène à Londres en 1789 et abandonne dans le même temps la vie libertine en se mariant à Despréaux la même année. Elle s’éteint dans l’anonymat en 1816.

Le buste de la Guimard et les maquettes de costumes de Boquet

La Guimard n’utilise pas les largesses dont elle bénéficie pour son seul plaisir mais sait se montrer généreuse envers les artistes qu’elle fréquente.
Parmi ceux-ci, le plus célèbre est probablement Fragonard. D’autres,
à la postérité moins affirmée, ont également su s’attirer les bonnes grâces de la danseuse comme Gaëtan Merchi.
Ce sculpteur, né à Brescia (Italie) en 1747, s’installe à Paris en 1777 et rencontre la Guimard, alors au sommet de sa gloire, qui lui commande un buste en 1779.
En marbre blanc, il parvient à rendre à la première danseuse toute la volupté et la sensualité qui font alors sa réputation au XVIIIe siècle. Possédé par Nivelon, danseur qu’elle côtoie en 1784 et qui aurait compté parmi ses amants, il le lègue à l’Opéra de Paris en 1838, alors situé rue Le Peletier. Le buste est placé dans le foyer de la danse, dominant ainsi l’ensemble des danseurs, figurants et autres
habitués qui viennent s’y installer. Il entre dans les collections de la Bibliothèque nationale en 1935, date à laquelle lui est rattachée la Bibliothèque-musée de l’Opéra (cat. 1).
Le goût de Mademoiselle Guimard pour les beaux atours participe de sa réputation. Elle s’entoure ainsi des meilleurs costumiers pour l’habiller. Les costumes dessinés par Boquet (entré au service de l’Opéra en 1758-59) pour la « moderne Terpsichore » permettent de mieux saisir la grâce et la distinction qui ont fait sa renommée (cat. 2-7).

Sylvie, 1765, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VI-2

Liste des oeuvres exposées

  1. Gaëtan Merchi, Buste de la Guimard, 1779, marbre blanc, H : 73 cm ; L : 50 cm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, MUS.143m
    Six maquettes de costumes de Louis-René Boquet (1717-1814)
  2. Caractère de la folyie, Prologue, 1762, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier, 231 x 157 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 V-49
  3. Les Festes liriques, 1766, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier, 236 x 155 mm. BnF, Bibliothèque-musée de  l’Opéra, D216 VII
  4. Sylvie, 1765, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 270 x 359 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VI-2
  5. Le Carnaval du Parnasse, 1767, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 234 x 149 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VII-53
  6. Azollan, 1774, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 251 x 181 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-5
  7. Ismene, 1770, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 212 x 167 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 V-5

Azollan, 1774, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-5

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journées d’étude : « Chaillot, lieu de tous les arts » (14 et 15 juin)

Dans le contexte des commémorations des 70 ans de la signature de la Déclaration universelle des droits de l’homme à Chaillot, ces journées d’étude mettent à l’honneur Chaillot, lieu de tous les arts, en partenariat avec Chaillot – Théâtre national de la Danse, la Bibliothèque nationale de France, l’ANR ECHO « [ECrire l’Histoire de l’Oral], les Archives nationales et la Mission des archives du Service interministériel des Archives de France, placée auprès du ministère de la Culture. La première journée, aux Archives nationales, sera consacrée aux sources archivistiques et à leur exploitation. La seconde journée, à la Bibliothèque nationale de France, présentera les diverses facettes du Palais des arts du spectacle : de l’architecture à la musique, de la danse aux perceptions du public.
Au cours des interventions, les institutions partenaires valoriseront les différents fonds d’archives relatifs au Théâtre national de Chaillot, notamment, en ce qui concerne les Archives nationales, les récents versements, exceptionnels, et inédits pour un théâtre national, d’archives audiovisuelles et sonores. Ils viennent compléter les archives papier versées par le théâtre dès les années 1960. Chercheurs et étudiants dévoileront en avant-première les résultats de leurs travaux fondés sur des archives sur tous supports

Programme

Jeudi 14 juin, Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine
De Vilar à Savary, au cœur des archives
  • 9h15 Accueil
  • 9h45 Ouverture par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales
    Présidence : Martine Sin Blima-Barru, responsable du département des Archives électroniques et des Archives audiovisuelles [DAEAA], Archives nationales
  • 10h Les fonds du théâtre de Chaillot aux Archives nationales, premières étapes
    par Geneviève Profit, responsable du pôle Culture au département de l’Éducation, de la Culture et des Affaires sociales [DECAS], Archives nationales
  • 10h25 Une mission en quête d’archivage, deuxième étape
    par Justine Dilien, archiviste, Chaillot-Théâtre national de la Danse
  • 10h50 Débat
  • 11h05 Pause
  • 11h20 Les sources de l’histoire des spectacles de Chaillot à la Bibliothèque nationale de France
    par Joël Huthwohl, directeur du département des Arts du spectacle, Bibliothèque nationale de France
  • 11h45 De la bobine au fichier numérique, une archéologie des archives audiovisuelles de Chaillot
    par Sandrine Gill, cheffe de projet archivage audiovisuel, département des Archives électroniques et des Archives audiovisuelles [DAEAA], Archives nationales
  • 12h10 Débat
  • Présidence : Sandrine Dubouilh, architecte, professeur en études théâtrales, université de Bordeaux membre du projet ANR ECHO
  • 14h Complémentarité des modes d’archivage modernes du spectacle théâtral : archives sonores/archives audiovisuelles et visuelles/archives papier
    par Marie-Madeleine Mervant-Roux, directeur de recherche émérite au CNRS (UMR THALIM), responsable du projet ANR ECHO
  • 14h30 L’initiation au travail sur archives dans la formation des étudiants en Master d’Etudes théâtrales: le séminaire « Mémoire des arts du spectacle vivant » de l’université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3
    par Aurélie Mouton-Rezzouk, maître de conférences, et Catherine Treilhou-Balaudé, professeure à l’Institut d’Études Théâtrales, IRET, université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 14h45 Débat
  • 15h Pause
  • 15h15 Cyrano de Bergerac mis en scène par Jérôme Savary : reconstituer le visuel par le son
    par Océane Djabellah-Peillon, étudiante en Master 1 Études théâtrales, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 15h30 Le nez de Cyrano de Bergerac dans la mise en scène de Jérôme Savary
    par Renata Hernandez, étudiante en Master 1 Études théâtrales,
    université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 15h45 Sonorités de la censure dans Macbeth de Matthias Langhoff
    par Eva Bleibtreu, étudiante en Master 2 Recherche – Études théâtrales, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 16h Zones grises de la voix dans Macbeth de Matthias Langhoff
    par David Suzannne, étudiant en Master 1 Études théâtrales, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 16h15 Les aventures du petit Père lapin, spectacle de marionnettes : les signes et les sons
    par Evangélia Pruvot, étudiante en Master 1 Études théâtrales,
    université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • 16h30 Débat

Vendredi 15 juin, Bibliothèque nationale de France (site de Richelieu)

Le Palais des arts du spectacle
  • 9h Accueil
  • 9h30 Ouverture
    par Réda Soufi, administrateur général, Chaillot – Théâtre national de la Danse
    Présidence : Marie-Madeleine Mervant-Roux, directeur de recherche émérite au CNRS (UMR THALIM), responsable du projet ANR ECHO
  • 9h45 Les archives d’architecture : comprendre ce que fut l’outil du TNP à Chaillot
    par Sandrine Dubouilh, architecte, professeur en études théâtrales, université de Bordeaux membre du projet ANR ECHO
  • 10h15 Le scénographe Jacques Le Marquet et le Palais de Chaillot
    par Anaïs Dupuy, conservatrice au département des Manuscrits de la BnF, doctorante en Études théâtrales, université de Bordeaux
  • 10h45 Débat
  • 11h Pause
  • 11h15 Déclinaisons musicales à Chaillot
    par Pascale Goetschel, directrice du Centre d’histoire sociale du
    XXe siècle, maîtresse de conférences, université Paris I
  • 11h45 Jeanne d’Arc au bûcher au Palais de Chaillot de 1939 à 1942 : une simple reprise ?
    par Pascal Lécroart, professeur, université de Franche-Comté, membre du projet ANR ECHO
  • Présidence : Joël Huthwohl, directeur du département des Arts
    du spectacle, Bibliothèque nationale de France
  • 14h Aller à Chaillot : des spectateurs d’aujourd’hui parlent et se souviennent
    par Hélène Bouvier, directeur de recherche au CNRS (UMR THALIM), membre du projet ANR ECHO
  • 14h30 Béjart à Chaillot
    par Guillaume Sintès, maître de conférences en danse, université de Strasbourg
  • 15h Débat
  • 15h15 Pause
  • 15h30 Débriefer l’assemblée théâtrale
    par Daniel Deshays, Études et pratiques du sonore, membre du projet ANR ECHO
  • 16h Antoine Vitez à Chaillot : l’utopie d’une cité du tout-théâtre (conte, poésie, marionnette, formes brèves, théâtre musical, musique actuelle et contemporaine)
    par Brigitte Joinnault, membre du projet ANR ECHO, maîtresse de conférences, université de Nice Sophia Antipolis
  • 16h30 Habilleuse-couturière à Chaillot : toute une vie professionnelle (1967-2018)
    par Nicolle Daviot, cheffe habillement et couture, Chaillot – Théâtre national de la Danse en dialogue avec Justine
    Dilien
  • 16h45 Table ronde conclusive animée par Geneviève Profit, Archives nationales avec Benoît André, secrétaire général, Chaillot, Joël Huthwohl, Bibliothèque nationale de France, Marie-Madeleine Mervant-Roux, ANR ECHO, Martine Sin Blima-Barru, Archives nationales

Organisation

  • Sandrine Gill [DAEAA], Geneviève Profit et Émeline Rotolo [DECAS], Archives nationales
  • Julie Wannecque, ministère de la Culture, Mission des archives du Service interministériel des Archives de France
  • Joël Huthwohl, Bibliothèque nationale de France
  • Marie-Madeleine Mervant Roux, ANR ECHO
  • Benoît André, Justine Dilien, Chaillot – Théâtre national de la Danse

Modalités pratiques

Jeudi 14 juin aux Archives nationales et vendredi 15 juin, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, salle Émilie du Châtelet.
Inscription préalable obligatoire : daeaa.archives-nationales@culture.gouv.fr et decas.archives-nationales@culture.gouv.fr
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : Autour de l’exposition Chaillot, une mémoire de la danse, 1878-2018 (30/5/18)

La Danse en 2 000 films
Autour des archives du Grand prix international Vidéo-Danse

Transversum, de Marikki Hakola

De 1988 à 2002, le Grand prix international Vidéo-Danse a présenté l’actualité du film de danse en l’embrassant sous toutes ses formes. En onze éditions, Béatrice Gernez et Jacques Menet, son fondateur ont rassemblé environ 2 000 films du monde entier. A l’occasion du don récent du fonds d’archives du Grand prix international Vidéo-Danse, le département de l’Audiovisuel de la BnF propose de partir à la découverte des trésors de ce fonds. L’après-midi se conclura par une carte blanche exceptionnelle confiée à Joëlle Bouvier, danseuse, chorégraphe, auteure d’œuvres marquantes dans l’histoire de la vidéo-danse.

14h-16h30
Le Parc, de Angelin Preljocaj (chorégraphie) et Denis Caïozzi (réalisation), 2000, 10e Grand prix Vidéo-Danse, 1h43. Avec l’aimable autorisation de l’Opéra national de Paris
précédé de Le fou de la danse, de Jean Benoit-Lévy, 1952, 12 min.
Copie mise à disposition par le CNC

16h30-17h30
Présentation du fonds Vidéo-Danse illustrée de nombreux extraits numérisés, par Alain Carou (département de l’Audiovisuel), Béatrice Gernez et Jacques Menet

17h30-18h30
Cérémonie de remise du fonds à la BnF, en présence de Laurence Engel, présidente de la BnF, Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale, Béatrice Gernez et Jacques Menet, président fondateur du Grand prix international Vidéo-Danse
suivie d’une présentation des actions de la BnF autour des sources sur la danse, par Joel Huthwohl, directeur du département des Arts du spectacle et Mathias Auclair, directeur du département de la Musique

18h30-20h
Carte blanche à Joëlle Bouvier
Auteure notamment avec Régis Obadia de La Chambre, mention spéciale du jury 1989, Joëlle Bouvier nous fait partager sa sélection subjective de films puisés dans le fonds du Grand prix Vidéo-Danse.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Arts de la rue fêtent l’entrée de leurs souvenirs à la BnF (7 avril 2018)

La Bibliothèque nationale de France et la Fédération nationale des Arts de la Rue, en partenariat avec la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) et ARTCENA – Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre, se sont associées afin d’organiser un événement festif et inédit qui symbolise la richesse du patrimoine des arts de la rue et rappelle la nécessité d’en préserver les souvenirs. Ce sont ainsi 50 années de présence artistique dans l’espace public qui seront célébrées.

Compagnie Houdart-Heuclin/Melando, Les Padox aux journées Portes ouvertes du site Richelieu de la BnF, 2017 © BnF

En mai 68, les étudiants des Beaux-Arts s’emparent des murs des villes pour y exposer leur production.
En mai 2018 la Fédération des Arts de la Rue fête ses 20 ans d’existence. Entre ces deux dates, une profusion de spectacles a marqué la mémoire de celles et ceux qui ont vécu l’émergence des arts de la rue dans l’espace urbain. Un enchaînement de dates qui sont les repères de la structuration de ce mouvement artistique et citoyen.

Le département des Arts du spectacle de la BnF conserve de nombreux ensembles sur les arts de la rue : archives de Michel Crespin, artiste et fondateur du festival d’Aurillac, ainsi que de Lieux publics et de la Cité des arts de la rue à Marseille, des fonds de compagnies comme Houdart-Heuclin (dont les Padox, étranges marionnettes habitées, croisées lors des journées d’inauguration du site Richelieu rénové en janvier 2017) et des photographies dont celles de Jean-Pierre Estournet et Joël Verhoustraeten.

Avec la participation d’Antoine le Ménestrel, qui partira à l’assaut de la façade de la BnF, de compagnies comme les Grandes Personnes, le Théâtre de l’Unité, la CIA, Décor sonore, Oposito, Generik Vapeur, Annibal et ses Éléphants ou Carabosse, ainsi que des éditions Deuxième époque.

Informations pratiques

Samedi 7 avril 2018 à partir de 15h à la Bibliothèque nationale de France
58, rue Richelieu Paris 75002

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : SIBMAS Paris 2018 : Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Du 5 au 8 juin 2018, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du costume de scène à Moulins accueillent le congrès 2018 de la Société internationale des bibliothèques et musées des arts du spectacle (SIBMAS). Aussi, nous publions ici son appel à communication. Le thème du congrès invite à réfléchir aux projets et aux pratiques professionnelles qui impliquent de collaborer et de travailler ensemble dans le but commun de préserver le patrimoine des arts de la scène. 

Réussir ensemble. Participer, partager, coopérer pour le patrimoine du spectacle vivant

Rien ne peut se faire en solitaire dans le domaine des arts du spectacle. Toutes les productions ont besoin d’une équipe unissant artistes, techniciens et personnel administratif. Même les one man shows se préparent à plusieurs. A l’inverse on pourrait croire que la vie dans les bibliothèques, les archives et les musées se passe avec pour tout compagnon les livres, les papiers, les œuvres d’art. Les membres de la SIBMAS savent que la réalité est bien différente et que nous ne sommes rien sans nos collègues, nos partenaires et notre public. C’est ce travail en commun que le colloque de 2018 propose d’explorer à la lumière des multiples expériences de nos organismes et des évolutions de nos métiers.

La question de la coopération peut se poser sous différents angles :

Les perspectives offertes par les collections – De longue date, les artistes circulent d’un pays à l’autre et leur passage a pu laisser des traces dans diverses institutions. On peut penser aux grandes tournées de Sarah Bernhardt comme aux productions du Cirque du Soleil. Les archives se trouvent parfois éclatées comme les différents fonds Edward Gordon Craig, Max Reinhardt ou les Ballets suédois. Comment rendre accessibles et compréhensibles ces ensembles conservés dans des organismes différents ? Expositions ? Publication d’inventaires collectifs ? Portails de ressources en ligne ? Simples renvois d’une base de données à une autre ? C’est un des défis à relever dans un paysage numérique où les grands réservoirs de données – moteurs de recherche et bibliothèques numériques – n’ont pas nécessairement la finesse et la pertinence attendues par les chercheurs.

Les relations avec les usagers – chercheurs, artistes et grand public – peuvent être considérées comme le deuxième champ d’exploration et d’innovation pour travailler ensemble. Longtemps le public a été tenu éloigné des réflexions sur les services et les pratiques des institutions patrimoniales. Les offres se construisaient avec beaucoup de dévouement mais sans consulter préalablement les usagers. Aujourd’hui les outils se sont multipliés pour favoriser le dialogue et l’élaboration commune de services. Des simples enquêtes auprès des publics aux réflexions participatives, en passant par la production et l’enrichissement de données, beaucoup de chantiers se sont ouverts dont les répercussions dans les métiers peuvent être importantes, particulièrement dans le domaine des arts du spectacle dont les collections sont multiformes et complexes à aborder.

Les partenariats – D’un point de vue plus structurel, leur mise en place est le fruit de l’envie mais aussi de la nécessité de travailler ensemble, qu’il s’agisse de partenariats entre institutions patrimoniales, ou entre maisons de spectacles et, universités, bibliothèques ou musées, ou encore de partenariats avec des entreprises privées dans le cadre de mécénat. Qu’ils soient mis en place à l’échelle locale, nationale ou internationale, ces accords de coopération ont leurs atouts mais aussi leurs contraintes. Le résultat obtenu est-il toujours à la mesure de l’effort consenti pour signer un accord de coopération ? Sans parler des collaborations imposées par les administrations culturelles ou les gouvernements, notamment les fusions d’organismes jusqu’alors indépendants.

Les propositions de communication devront s’inscrire dans l’un de ces trois axes et être illustrées par un cas concret de coopération, réussie ou non, en montrant les enjeux scientifiques, économiques, culturels et technologiques. Les communications à plusieurs voix seront évidemment la meilleure illustration de ce que travailler ensemble peut vouloir dire.

Calendrier

4 février 2018 : Date limite de soumission d’une proposition de communication
Pour soumettre une communication, veuillez utiliser le formulaire en ligne.
15 février 2018 : Date de notification d’acceptation aux auteurs
15 avril 2018 : Date de soumission de la communication complète. Ceci sera exigé afin de préparer la traduction simultanée en anglais.

Comment soumettre votre proposition

Les propositions de communications peuvent être présentées en anglais ou en français. La traduction simultanée des communications (anglais-français et français-anglais) sera assurée dans l’auditorium principal.

Le temps imparti à chaque communication est de 20 minutes au maximum, suivi d’une période de questions de 10 minutes.
Les communications seront programmées lors de sessions plénières, lors des groupes de discussion (table ronde ou ateliers) ou lors des présentations «posters».

Toutes les communications seront annoncées dans le programme du congrès puis publiées en anglais et en français dans les actes.

Trucs et conseils

La SIBMAS souhaite que l’expérience du congrès soit aussi dynamique et fascinante que possible. Pour que votre proposition de communication soit retenue, nous vous conseillons vivement de tenir compte de quelques trucs et conseils dans le pdf ci-joint : http://www.sibmas.org/wp-content/uploads/2017/10/SIBMASParis2018_CfPConseils.pdf

Contact

Pour des informations complémentaires sur l’inscription, l’appel à communications ou pour toutes autres questions relatives au congrès : Coordinatrice Paris, Véronique Meunier
E-mail: veronique.meunier@bnf.fr

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : « Karin Waehner. Exposer/performer l’archive », 15-16/12/2017

L’Université Paris 8 et le département des Arts du spectacle organisent le colloque Karin Waehner. Exposer/performer l’archive  les 15 et 16 décembre 2017. Depuis 2015, le Groupe de recherche : histoire contemporaine du champ chorégraphique en France (Musidanse, Université Paris 8) mène un projet collectif autour de la chorégraphe, danseuse et pédagogue Karin Waehner, qui consiste à analyser le fonds d’archives déposé à la BnF, et éclairer ainsi le parcours et l’œuvre de l’une des artistes les plus engagées dans l’émergence de la danse contemporaine en France. Ce colloque conserve le même point de départ : l’archive, en invitant des chercheurs, danseurs, notateurs, à porter une pluralité de regards (France et Allemagne) sur ces documents.

Programme

Samedi 16 décembre

  • 9h30 — Accueil du public

Questions d’archives, une histoire des circulations

  • 10h — Introduction par Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès
  • 10h30 — Présentation des fonds Karin Waehner par Stephan Dörschel (Akademie der Künste, Berlin), Joël Huthwohl (BnF) et Jean Masse (Ballet Théâtre Épiphane)

Waehner/Wigman : une relation fondatrice et complexe

  • 11h15 — « Karin qui ? », les pas de la passeuse de danse : messages de personne à personne. Une édition commentée des lettres de Mary Wigman à Karin Waehner (1949-1972) par Josephine Fenger
  • 11h45 — Revenir à Mary Wigman : assumer un geste expressionniste par Sylviane Pagès
  • 12h30 — déjeuner

Archives écrites d’une danseuse

  • 14h — Ecrire son histoire de la danse : l’autre oeuvre de Waehner par Guillaume Sintès
  • 14h30 — Cahiers Waehner, la trace du studio par Mélanie Papin

Regards sur le geste

  • 15h30 — Table-ronde avec Aurélie Berland, Marine Ghielmetti et Julie Meyer-Heine
  • 16h30 — Conclusion par Isabelle Launay
  • 17h — Fin de la journée

Modalités pratiques

Vendredi 15 décembre

Soirée-recherche
Centre National de la Danse
1, rue Victor-Hugo, 93507 Pantin
Métro 5 Hoche
RER E Pantin
T3b Delphine Seyrig
https://www.cnd.fr/fr/program/108-soiree-recherche

Samedi 16 décembre

Colloque
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Galerie Jules Verne
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque, 75013 Paris

Métro : Lignes 6 (Quai de la Gare), 14 ou RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)

Attention : en raison des contrôles d’accès, prévoir un temps d’attente à l’entrée de la BnF

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Réservation conseillée par mail à : projet.waehner.2015.2018@gmail.com

Colloque organisé par Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès dans le cadre des activités du Groupe de recherche : Histoire contemporaine du champ chorégraphique contemporain en France (Musidanse, Université Paris 8), en partenariat avec le Département des Arts du Spectacle de la BnF, et l’aimable concours de Jean Masse.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « La scène parle. Voix, acoustiques et auralités en France dans la seconde moitié du XXe siècle »

affiche_colloque_echo_7_8_dec2016L’ANR ECHO organise son colloque final les mercredi 7 et jeudi 8 décembre 2016 à l’auditorium de l’INHA

L’objet du colloque est la voix dite « parlée » sur les scènes françaises de l’immédiate après-guerre à la fin des années 1990. Ce que devient cette voix dans des contextes culturels et socio-politiques inédits, marqués par la montée du visuel et l’accumulation des soupçons envers le langage et envers la langue, comment elle se transforme et s’inscrit dans les sons et les images des spectacles, comment elle parvient à se rendre audible et interroge une acoustique qui a tendance à l’oublier.

Programme

Mercredi 7 décembre

9h. Ouverture du colloque

Session 1. Une scène phonique

Resp. Marie-Madeleine Mervant-Roux et Anne-Françoise Benhamou. Modération : Jean-Marc Larrue

  • 9h30-10h15. Helga Finter (professeur émérite d’Esthétique et d’Histoire du théâtre à l’Université Justus-Liebig de Gießen), L’épreuve de la voix : la scène primitive de la représentation
  • 10h15-10h40. Cristina De Simone (docteure en Études théâtrales de l’Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense), Le dernier Artaud et la naissance à Paris de la poésie-performance
  • 10h45-11h. Lecture d’un texte de Pierre Guyotat par Pascal Bongard
  • 11h20-11h45. Arnaud Rykner (professeur en Études théâtrales à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Nathalie Sarraute et l’usage de la parole
  • 11h45-12h10. Cyrielle Dodet (docteure en Études théâtrales, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3/Université de Montréal), En quête d’une performativité sonore : le théâtre de Régy dans les années 1970-1980
  • 12h10-12h40. Échanges sur la session

Session 2. Lieu théâtral et voix parlée (XXe-XXIe siècle)

Resp. Brian Katz et Sandrine Dubouilh. Modération : Marie-Madeleine Mervant-Roux

  • 14h15-15h. Brigitte Métra (architecte), Architecture et acoustique des salles
  • 15h-15h25. Johan Brulez (acousticien, conférencier en Acoustique architecturale à l’École supérieure des Arts de Mons), Conception acoustique des théâtres : usages, architecture et histoire
  • 15h25-15h50h. Sandrine Dubouilh (architecte, professeure en Études théâtrales à l’Université Bordeaux-Montaigne), Chaillot 1937-1975 : ambitions et réalités d’une recherche architecturale et acoustique
  • 16h15-16h40. Brian Katz (directeur de recherche au CNRS, responsable du groupe Audio et acoustique au LIMSI) et Bart Postma (doctorant au LIMSI), L’auralisation augmentée de la salle Louis Jouvet du Théâtre de l’Athénée. L’acoustique historique des lieux de spectacle
  • 16h40-17h05. Jeanne Bovet (professeure d’Histoire et d’Esthétique du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Le microphone sur les scènes françaises (1930-1950) : bilan provisoire
  • 17h05-17h45. Éric Monin (architecte, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine et chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille – LACTH), « Les techniques pionnières des premiers spectacles son et lumière » et Joël Huthwohl (directeur du département des Arts du spectacle de la BnF), “Nucléa” à Chaillot (1952). La “stéréophonie dirigée” de la radio à l’expérience théâtrale
  • 17h45-18h15 Échanges sur la session

Jeudi 8 décembre

Session 3. Les archives sonores du théâtre : une histoire culturelle

Resp. Joël Huthwohl et Cécile Geoffroy. Modération : Jeanne Bovet 

  • 9h30-9h55. Joël Huthwohl (directeur du département des Arts du spectacle de la BnF), Histoire des fonds audio de la Bibliothèque nationale de France/département des Arts du spectacle
  • 9h55-10h20. Melissa Van Drie (Postdoctoral Research Fellow, Faculty of Music, University of Cambridge) [avec Luc Verrier (BnF-DAV)], Pour entendre le théâtre par ses formes auditives : matérialité, dispositif et corporéité dans l’étude de l’archive sonore du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France
  • 10h20-10h45. Daniel Deshays (réalisateur sonore, chercheur, professeur des universités), Régie et archivage au quotidien des représentations
  • 11h10-11h35. Marion Chénetier-Alev (maître de conférences en Études théâtrales, Université François-Rabelais de Tours), Les archives radiophoniques du théâtre : du théâtre pour les aveugles à un théâtre de sourds
  • 11h35-12h. Hélène Bouvier (directeur de recherche au CNRS, THALIM, équipe ARIAS), De l’usage des archives audio dans la recherche sur la mémoire des spectateurs
  • 12h-12h25. Jean-Marc Larrue (professeur d’Histoire et de Théorie du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Les archives audio de la Théâtrothèque de l’Université de Montréal
  • 12h25-13h. Échanges sur la session

Session 4. Une scène conservatoire/laboratoire de la langue

Resp. Marie-Madeleine Mervant-Roux et Anne-Françoise Benhamou. Modération : Marion Chénetier-Alev

  • 14h30-15h30. Voix féminines en public (codes et transgressions). Table ronde avec Dominique Reymond, Cécile Coustillac, Julia Gros de Gasquet (maître de conférences en Études théâtrales à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3) et la participation d’Annick Lepetit (députée de Paris), animée par Anne-Françoise Benhamou (professeure en Études théâtrales à l’École normale supérieure, membre de THALIM/ARIAS)
  • 15h35-16h25. Hélène Merlin-Kajman (professeure de Littérature française à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Langue (française) : les impasses de l’opposition “classicisme vs modernité”
  • 16h25-16h50. Pascal Lécroart (professeur en Études littéraires et musicologiques à l’Université de Franche-Comté), Le vers théâtral de Claudel à l’épreuve de la scène de Barrault à Vitez : “langage insolite” ou “langage naturel” ?
  • 16h50-17h15. Brigitte Joinnault (maître de conférences en Études théâtrales à l’Université Nice Sophia Antipolis), Vitez entre les langues
  • 17h35-17h50. Jeanne Bovet (professeure en Histoire et Esthétique du théâtre au département des Littératures de langue française de l’Université de Montréal), Diffusion et réception du français québécois sur la scène française
  • 17h50-18h15. Joëlle Deniot (professeur en Sociologie de l’art, du langage et de la culture à l’Université de Nantes), Entre liturgie et incursions scéniques. Quand la chanson prend la parole…
  • 18h15-18h45. Échanges sur la session et clôture du colloque
  • 18h45. Pot final. Présentation des deux publications réalisées par l’équipe internationale « Le son du théâtre » avant le projet ECHO : Le son du théâtre (XIXe-XXIe siècle). Histoire intermédiale d’un lieu d’écoute moderne (CNRS éditions, en librairie le 23 novembre) et L’Annuaire théâtral, n° 56-57, Écouter la scène contemporaine (sorti au printemps 2016)

Organisateurs

  • Marie-Madeleine Mervant-Roux, THALIM/ARIAS
  • Joël Huthwohl, Bibliothèque nationale de France, département des Arts du spectacle
  • Brian Katz, LIMSI-CNRS.

Comité scientifique

  • Anne-Françoise Benhamou
  • Hélène Bouvier
  • Marion Chénetier-Alev
  • Daniel Deshays
  • Sandrine Dubouilh (études théâtrales)
  • Pascal Lécroart (études littéraires et musicologiques)
  • Joëlle Deniot (sociologie de l’art, du langage et de la culture)
  • Pascal Cordereix (Bibliothèque nationale de France, département de l’Audiovisuel)
  • Viktoria Tkaczyk (histoire des sciences, UvA)
  • Jeanne Bovet
  • Jean-Marc Larrue (littérature/histoire et théorie du théâtre, CRIalt/CRILCQ)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Quel cirque à la BnF ?

cirque-jacobLa Bibliothèque nationale de France fait paraître Une histoire du cirque (coédition BnF Éditions / Seuil, 21 x 29,5 cm, 240 pages) depuis ses origines saltimbanques jusqu’à ses formes les plus contemporaines.
L’ouvrage est dû au grand spécialiste et historien du cirque Pascal Jacob1, directeur artistique du Cirque Phénix, vice-président du Festival Mondial du Cirque de Demain, enseignant à l’Ecole nationale de cirque de Montréal et chargé de cours à l’Institut d’études théâtrales (Paris III-Sorbonne Nouvelle).
Déjà auteur d’une trentaine d’ouvrages sur les arts du cirque et l’opéra, il s’arrête ici en premier lieu sur les origines du cirque, ses prémices liées à la Rome antique, prélude à une histoire insoupçonnée, qui sera avant tout celle de l’errance. Le cirque naît véritablement en Angleterre en 1768 puis se développe en France. Il est alors essentiellement axé sur le cheval. À la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 1930, c’est l’âge d’or du dressage aux États-Unis, dans un cirque en pleine expansion motivé par l’apparition du chapiteau mobile et le développement du chemin de fer. Puis viennent la révolution du cirque soviétique, les acrobaties chinoises et le renouveau du cirque avec les écoles françaises, belges ou canadiennes.
Abondamment illustrée de 180 affiches, dessins, estampes et photographies, cette Histoire du cirque restitue l’ambiance unique des chapiteaux, dévoilant les secrets de chacune des disciplines qui les peuplent et nous entraîne dans un voyage planétaire haut en couleur. Ponctué d’une dizaine d’encadrés consacrés aux figures les plus emblématiques de l’histoire du cirque, cet ouvrage complet s’inscrit dans la politique de la BnF de défense et d’illustration du patrimoine circassien.

En effet, cette publication fait suite à plusieurs autres productions que l’on se propose de mentionner par ordre chronologique.

2016

    • agenda-cirqueAgenda cirque 2016 / Bibliothèque nationale de France, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2015 , non paginé : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 22 cm.

 

 

    • cnac-bnfDes anthologies des arts du cirque publiées sur le site Les arts du cirque, soit un site multimédia devant permettre, à l’amateur, au professionnel comme au chercheur, de découvrir et comprendre les différentes disciplines du cirque.
      Projet multimédia commun du Centre national des arts du cirque (CNAC) et de la BnF, les anthologies des arts du cirque permettront de découvrir les arts du cirque sous différentes facettes (acrobatie ; jonglerie et manipulation d’objet ; jeu burlesque et clownesque ; arts du dressage) développées en trois langues (français, anglais, espagnol).
      Le premier volet mis en place début octobre 2016 porte sur les arts acrobatiques qui témoignent d’un art qui pousse le corps aux limites du possible, parfois au péril de la vie, dont l’origine est fort lointaine et,  comme tout ce qui approche la mort, touche au sacré. Le projet s’appuie principalement sur les richesses documentaires du Cnac et de la BnF ainsi que les bases documentaires existantes pour ce qui concerne les arts du cirque.
      Le site sera complété en 2017 par les axes « Jonglerie et manipulation d’objets », « Jeu burlesque et clownesque », « Arts équestres et dressages ».

2014

coll-costumesAfin de poursuivre la réflexion menée à l’occasion de l’exposition En piste ! les plus beaux costumes de cirque, le département des Arts du spectacle avait organisé le 7 mars 2014 une journée d’étude avec le Centre national du costume de scène et de la scénographie et HorsLesMurs intitulée Pourquoi les costumes de cirque brillent-ils autant ?

2013

Du 15 juin 2013 au 5 janvier 2014, la BnF avait co-produit avec le Centre national du costume de scène et de la scénographie l’exposition En piste ! sur l’histoire du costume de cirque dont on peut consulter la revue de presse illustrée proposée par le Centre à l’adresse http://www.cncs.fr/sites/default/files/EnPiste.pdf. Le catalogue comptait Pascal Jacob parmi ses auteurs :

  • en-pisteEn piste ! : les plus beaux costumes de cirque : [exposition, Moulins, Centre national du costume de scène et de la scénographie, 15 juin 2013-5 janvier 2014] / en coproduction avec la Bibliothèque nationale de France ; sous la direction de Joëlle Garcia et Delphine Pinasa ; texte de Pascal Jacob, Lyon : Fage ; Moulins : Centre national du costume de scène et de la scénographie, 2013, 191 p. : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 31 cm.
  • Joëlle Garcia, « Le cirque défile à Moulins« , Chroniques de la Bibliothèque nationale de France, 66, 2013, p. 13.

2012

    • Le cirque,  un art trompe-la-mort et trompe-l’œil : [bibliographie produite à l’occasion du 20e anniversaire du Festival International du Cirque de Massy], Bibliothèque nationale de France, [Paris] : Bibliothèque nationale de France , 2012, 11 p. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/biblio_cirque.pdf>.

2001

En 2001, Année des Arts du Cirque, la Bibliothèque nationale de France a présenté l’exposition « Des clowns », du 29 mai au 29 juillet 2001 dans la Crypte du site Richelieu présentant des affiches, photographies et objets provenant des départements des Arts du spectacle ou des Estampes et de la Photographie, ainsi que de la Bibliothèque-musée de l’Opéra. L’exposition se voulait le reflet des correspondances qu’entretiennent le cirque et les autres formes du spectacle vivant tels le mime, le théâtre, le cinéma et le music-hall.
À l’occasion de cet événement, deux feuilletoirs multimédias avaient été conçus : l’un présentant les pièces majeures de l’exposition, l’autre les photographies de Joël Verhoustraeten, photographe spécialisé dans la photographie de spectacle et plus particulièrement le cirque et le spectacle de rue et qui offrait des instantanés de clowns contemporains.

  • giretLes arts du cirque au XIXe siècle / Noëlle Giret ; [publ. par la] Bibliothèque nationale de France, Arcueil : Anthèse, 2001, 79 p. : ill. en noir et en coul. , jaquette ill. en coul. ; 35 cm.

 

 

 

  • des-clownsDes clowns : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, 29 mai-19 juillet 2001] / [catalogue sous la dir. de Noëlle Giret], Paris : Bibliothèque nationale de France, 2001, 31 p. : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 24 cm.

 

1992-1993

Du 14 décembre 1992 au 13 février 1993 s’est tenue l’exposition Poésie du cirque  dans la Galerie du passage Colbert du site Richelieu.

1988

Du 9 juillet-29 octobre 1988 s’est tenue l’exposition « Le Cirque et ses artistes », à la Maison Jean Vilar d’Avignon.

1969

  • cirque-iconoLe cirque : iconographie / [catalogue par Nicole Wild et Tristan Rémy], Paris : Bibliothèque nationale, 1969, 167 p. : pl., couv. ill. ; 24 cm. – (Catalogues de la Bibliothèque de l’Opéra ; 1).
    Ce fonds iconographique réunit des affiches, dessins et estampes dont les plus anciens proviennent de la vente Jeanne Chasle. Ce catalogue, ayant bénéficié du soutien et de la compétence de l’historien Tristan Rémy, est constitué en deux parties présentées suivant la classification décimale proposée par ce dernier, les établissements (hippodromes, cirques), les artistes et les animaux.

Des collections

Ces réalisations reposent sur les collections de la BnF dont celles du département des Arts du spectacle qui regroupe de très nombreux documents sur le cirque, dont :

  • des photographies :
  • des dessins de costumes et des costumes de clowns,
  • ainsi que les archives de circassiens et de collectionneurs :
    • Jean Villiers (1925-1997) : le fonds d’archives Jean Villiers (10 mètres linéaires) présente une précieuse documentation sur les compagnies de marionnettes françaises et étrangères (en Europe et au-delà), ainsi qu’un riche dossier sur le Guignol d’hier et d’aujourd’hui. La collection constituée par Jean Villiers sur le cirque (maquettes, affiches, photographies, documents iconographiques, programmes, etc.) est un ensemble majeur pour l’étude de l’iconographie circassienne.
    • Gustave Fréjaville (1877-1955) : le fonds Gustave Fréjaville est composé de manuscrits, de correspondance, d’articles de presse concernant sa carrière de critique de spectacle et d’écrivain entre 1914 et 1955, de sa documentation concernant les spectacles, notamment la chanson, le carnaval, les travestis, ainsi que de sa collection de documents iconographiques (dessins, gravures, photographies) concernant les artistes, en particulier de cirque et de music-hall, de livres et de disques. Le fonds comprend une correspondance importante émanant des « gens du voyage » et d’artistes de variétés, source précieuse d’informations sur des personnalités souvent discrètes et dont les témoignages autographes sont rares (Frères Fratellini, Médrano, Lys Gauty, Gina Palerme, Harry Pilcer, etc.).
    • Pierrot Bidon (1954-2010) : archives artistiques (10 mètres linéaires) du fondateur du cirque Archaos : scénarios de spectacle, conduites, notes, dessins, photographies, plans, correspondance, documents audiovisuels et ouvrages.
    • Pierre Bonvallet, dit Punch (1918-1991) : le fonds (2 mètres linéaires) contient des archives, maquettes de costumes, costumes, accessoires, instruments de musique, relatifs à la carrière artistique de Pierre Bonvallet, clown blanc connu sous le nom de Punch, ainsi que des documents, dioramas et objets sur le cirque.
    • Jean Cochet : journaliste professionnel entre 1932 et 1977 (Ouest Journal, Le Républicain lorrain, Ouest Éclair et Ouest France), Jean Cochet a constitué, pendant près de cinquante ans, une collection sur les arts de la piste et le music-hall. Le fonds (16 mètres linéaires) comprend notamment les archives de la Phonothèque du cirque, des enregistrements d’émissions de télévision sur le cirque et le music-hall, séries télévisées ayant pour thème le cirque.
    • Paul Adrian (Paul Henwood, dit Adrian, 1919-2013) : le fonds (16 mètres linéaires) reflète l’activité de Paul Adrian comme chroniqueur et historien du cirque, ainsi que ses relations avec le milieu circassien et les passionnés de cirque.
    • Géo Sandry (1897-1975) : le fonds (15 mètres linéaires) reflète les multiples activités de Géo Sandry (acteur, chansonnier, régisseur de cinéma et metteur en scène de cirque2), ainsi que sa passion de collectionneur de cirque.
    • Pascal Jacob : 103 maquettes de costumes de cirque et d’opéra, notamment pour les spectacles du cirque Ringling Bros and Barnum and Bailey circus de 1995 à 2000 et pour les spectacles Crescendo de Muriel Hermine au Cirque d’Hiver en 1995.

Rattachée à ce département, la maison Jean Vilar conserve 30 000 livres et revues sur le théâtre et les spectacles, dont le cirque et le mime.

La Bibliothèque-Musée de l’Opéra possède également une importante documentation sur le cirque au XIXe et au XXe siècle tel le legs Tristan Rémy.

A son décès en 1977, le journaliste, poète, romancier et historien du cirque, vice-président de l’Association de la presse du cirque et du music-hall, Tristan Rémy , pseudonyme de Raymond Desprez (1897-1977), lègue sa collection de documents iconographiques (gravures, photographies, affiches), ainsi que de recueils de notes personnelles qu’il a compilés à la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

au_cirque_-_estampe_-_ibels_henri-gabriel_btv1b52505064b
[Au cirque] : [estampe] / H.G. Ibels. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52505064b>.
Enfin, mentionnons les collections du département des Estampes et de la photographie qui recèlent moultes oeuvres relatives au cirque aussi bien d’artistes comme Henri-Gabriel Ibels (1867-1936) ou Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901), qui illustra notamment les clowns Footit et Chocolat se produisant au Nouveau Cirque, que de circassiens tels les Franconi avec le Recueil sur exercices des Franconi au Cirque Olympique (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53072808p).

 

[Footit_et_Chocolat_artistes_de_btv1b52505773z
[Footit et Chocolat, artistes de cirque : documents iconographiques]. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52505773z/f2.item>.
Mais aucun département de la BnF ne saurait être négligé par celui qui s’intéresse à l’histoire du cirque.
Qu’on songe aux périodiques tels Cirques : revue française du cirque dont les numéros sont conservés dans quatre départements différents, ou Le Club du cirque, Le Cirque arrive, etc.

Enregistrer

  1. Cf. « Histoire[s] du cirque », interview donné à Chroniques de la Bibliothèque nationale de France, n° 77, p. 29. Disponible en ligne, url :<http://multimedia.bnf.fr/chroniques/chroniques_77/> []
  2. Sur cette activité, le lecteur se reportera à l’étude de Clotilde Angleys, « Opérettes de cirque à grand spectacle féérique et nautique : les mises en scènes [sic] de Géo Sandry pour le Cirque d’Hiver », dans Histoires de cirque aux XIXe et XXe siècles, 2011, p. 14-23. Disponible en ligne, url : <http://horslesmurs.fr/wp-content/uploads/2014/02/memento4_histoiresdecirque.pdf> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts