Archives par mot-clé : Art

Cycle de conférences 2018 – 2019 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition des Trésors de Richelieu. Conservateurs, historiens et historiens de l’art, spécialistes de la mode, du spectacle, de la musique, de la littérature partagent leurs savoirs avec un large public.
À chaque conférence, des oeuvres exceptionnelles (manuscrits, costumes,
partitions musicales, oeuvres d’art) sont présentées, filmées et projetées
sur grand écran afin d’en exposer les plus infimes détails.

Programme

20 novembre 2018 : Ouverture du cycle par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, Laurence Engel, présidente de la BnF et Éric de Chassey, directeur de l’INHA

20 novembre 2018 : Un « très curieux recueil » : le fonds Jean-Jacques Lequeu

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général chargé des collections XVIIIe siècle au département des Estampes et de la photographie, BnF, co-commissaire de l’exposition
  • Elisa Boeri, historienne de l’architecture, auteure d’une thèse sur l’Architecture civile de Jean-Jacques Lequeu (en cours de publication).

En 1825, Jean-Jacques Lequeu (1757-1826) faisait don au Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale de nombreux documents : portefeuilles de dessins et de manuscrits, projets architecturaux, études et croquis
pour divers bâtiments, portraits, études de nu, dessins anatomiques, paysages, scènes de genre et représentations érotiques ; au total près de 800 pièces aujourd’hui conservées au département des Estampes et de la photographie de la BnF.
Si l’artiste poursuivit toute sa vie l’ambition de mener une carrière d’architecte, c’est grâce au dessin que son nom est parvenu jusqu’à nous. Par ses somptueux lavis de palais, pavillons, fabriques de jardin ou colonnes commémoratives, il a créé un univers de papier qui, depuis les années 1930, suscite interrogations et fascination.
En décembre 2019, le Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris,
en partenariat avec la BnF, organise la première exposition monographique consacrée à cet oeuvre inclassable. En préambule à cet événement, la BnF présente quelques pièces emblématiques de l’artiste.

18 décembre 2018 : Les écrans à main au XVIIIe siècle : des objets d’art au service du théâtre

  • Manon Dardenne, conservateur à la BnF, département des Arts du spectacle
  • Nathalie Rizzoni, ingénieure de recherche, Sorbonne Université – CNRS

Ni livre, ni estampe, ni médaille, l’écran à main tient un peu de ces trois catégories à la fois. Variante de l’éventail, cet accessoire était utilisé, à partir du XVIIe siècle, par celui ou celle qui était assis(e) auprès d’une cheminée pour se protéger des ardeurs du feu.
Composé d’un petit manche en bois et d’une feuille de carton, il était souvent orné, à l’avers, d’une estampe et, au revers, d’un texte imprimé, qui étaient destinés à instruire ou à divertir son usager. Document historique de premier plan, l’écran à main révèle la variété des centres d’intérêt de ses
utilisateurs : géographie, littérature, histoire, théâtre, musique. Le département des Arts du spectacle de la BnF possède onze écrans à main inspirés par la production dramatique du XVIIIe siècle, en particulier par l’opéra comique et la comédie. « Produits dérivés » du théâtre avant l’heure, ces objets rares racontent l’histoire vivante du théâtre au XVIIIe siècle.

15 janvier 2019 : Le voyage anthropologique
de Roland Bonaparte en Laponie

  • Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF
  • Christine Barthe, responsable de l’Unité patrimoniale des collections photographiques, musée du Quai Branly

Au cours de l’été 1884, le prince Roland Bonaparte (1858-1924), petit-neveu de Napoléon Ier, entreprit une expédition en Laponie, accompagné de son bibliothécaire François Escard, de l’anthropologue Herman Frederik Carel ten Kate, d’un jeune philologue faisant fonction d’interprète, d’un photographe et de deux domestiques.
Si l’ouvrage qu’il projetait n’a jamais vu le jour, les clichés qu’il en rapporta complétés par les écrits de son bibliothécaire, conservés au département des Cartes et plans de la BnF, sont autant de sources pour comprendre
les desseins d’un tel voyage ; ils permettent aussi de saisir la spécificité du regard porté par le prince sur un monde et sur ses habitants dans le contexte évolutif que connaissent les disciplines géographiques et anthropologiques à la fin du XIXe siècle.

29 janvier 2019 : Les chaînes de Louis XIV

  • Inès Villela-Petit, conservateur du patrimoine à la BnF, département des Monnaies, médailles et antiques
  • Ludovic Jouvet, doctorant à l’université d’Aix-Marseille

En juin 2017, le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a fait l’acquisition d’une médaille de Louis XIV à la devise du soleil et de la lourde chaîne en or qui l’accompagnait, très rare exemple parvenu jusqu’à nous d’une combinaison qui faisait sens. Replacé dans son contexte diplomatique, ce présent royal à un seigneur d’Alsace, bien documenté, permet d’éclairer un usage encore méconnu de la médaille. Perpétuant la tradition médiévale des badges partisans portés en gage de fidélité.
Le fait d’arborer le portrait du roi comme une marque de distinction personnelle contribuait à imprimer l’image du souverain sur un territoire nouvellement français.
La multiplication des variantes du prototype conçu par Jean Warin, graveur virtuose, montre qu’il fut spécifiquement retenu pour cet usage, le choix d’un exemplaire à la devise étant hautement symbolique.

12 février 2019 : Hubert Robert, l’incendie de l’Opéra

  • Boris Courrège, bibliothécaire à la BnF, département de la Musique
  • Guillaume Faroult, conservateur en chef, département des peintures, musée du Louvre

Le 8 juin 1781, l’Opéra de Paris, situé dans une aile du Palais-Royal, brûle un soir de représentation d’Orphée et Eurydice de Gluck. La salle est évacuée dans le calme, mais le feu, qui a pris dans les cintres, se propageant rapidement au toit du bâtiment, embrase le ciel parisien et offre un spectacle saisissant. Tandis que les pompiers luttent contre le brasier, de l’autre côté de la place, posté dans l’une des baies du palais du Louvre, Hubert Robert observe l’incendie et envisage une première étude. Il se rend
le lendemain matin devant les ruines encore fumantes de l’Opéra qui lui inspirent le sujet d’une seconde étude. La Bibliothèque-musée de l’Opéra, au sein du département de la Musique de la BnF, conserve deux esquisses,
peintes sur bois, jalons intermédiaires avant la réalisation finale des deux pendants, réalisés en grand format sur toile, dont l’un est aujourd’hui conservé au Louvre,
et l’autre dans une collection particulière.

12 mars 2019 : Le carnet italien de Girodet

  • Rémi Cariel, conservateur en chef du patrimoine, chargé de la valorisation du fonds patrimonial de la Bibliothèque de l’INHA
  • Sidonie Lemeux-Fraitot, docteure en histoire de l’art, chargée des collections du musée Girodet

Utilisé entre 1792 et 1810 environ, ce carnet tient à la fois du manuscrit et du carnet de dessins (Bibliothèque de l’INHA, Ms 513).
L’aspiration de l’artiste à mêler dans un même espace l’art de la littérature
et celui de la peinture s’y révèle à chaque page. Son écriture élégante trahit dans les passages biffés les étapes de réflexions foisonnantes et ses croquis fixent les sujets de possibles tableaux d’histoire. On y trouve aussi quelques pensées intimes, idées pour le long poème didactique Le Peintre, de nombreuses pages consacrées à l’imitation ou la traduction des poètes latins ou grecs.
Plus précieux encore, douze croquis de paysage, réalisés pendant son séjour
napolitain de 1793-1794, sont un rare souvenir de sa passion pour ce thème.

26 mars 2019 : Les Homélies de Grégoire de Nazianze

  • Christian Förstel, conservateur en chef, BnF, département des Manuscrits
  • Jannic Durand, directeur du département des objets d’art, musée du Louvre

Exemplaire célèbre de la « collection liturgique » des homélies de Grégoire
de Nazianze, une sélection des seize discours lus dans la liturgie de l’office de l’aurore (orthros), le manuscrit Grec 550 de la BnF se distingue par son illustration au style d’une richesse inouïe : miniatures à pleine page, frontispices sur fonds or accompagnés de représentations d’animaux et de scènes de la vie quotidienne, initiales aux motifs extrêmement variés font de ce manuscrit de luxe un témoin unique de l’art du temps des Comnènes. Néanmoins, le lieu d’exécution du manuscrit fait encore débat : s’agit-il d’un produit de la capitale de l’empire ou d’une oeuvre d’un atelier de l’Orient byzantin, voire de l’Italie du Sud, où le manuscrit est attesté dans la seconde moitié du XIVe siècle ?

2 avril 2019 : Pompéi publiée et inédit par William Gell

  • Isabelle Périchaud, chargée d’étude documentaire, responsable du fonds de dessins, bibliothèque de l’INHA
  • Hélène Dessales, maître de conférences en archéologie, École normale supérieure, Paris

Figure emblématique du Grand Tour en Italie, William Gell (1777-1836) est l’auteur de la première publication d’envergure consacrée à Pompéi au Royaume Uni, en 1817. Deux de ses carnets, restés en grande partie inédits, sont conservés à la Bibliothèque de l’INHA. Ils rassemblent 362 dessins réalisés à Pompéi et témoignent de l’évolution des excavations sur le site, entre 1801 et 1827. Au-delà de la reproduction fidèle de Pompéi, bien d’autres visages apparaissent en filigrane de ces carnets au caractère exceptionnel : les modalités de visite des fouilles, les conditions d’exécution
des dessins, les échanges de connaissances entre artistes européens autour des cités du Vésuve, les projets de publication, enfin, le rôle d’un architecte anglais dans la vie culturelle napolitaine du premier tiers du XIXe siècle.

16 avril 2019 : La Sonate Arpeggione de Franz Schubert (conférence-concert)

  • Christophe Coin, violoncelliste, gambiste, chef d’orchestre
  • Valère Etienne, conservateur à la BnF, département de la Musique

Franz Schubert (1797-1828) écrit en 1824, sur commande, une sonate destinée à un curieux instrument à cordes tout récemment mis au point par le luthier viennois Johann Staufer : l’arpeggione, sorte d’hybride entre la guitare et le violoncelle, appelé d’ailleurs parfois « guitare-violoncelle » ou « guitare à archet ».
Créée dans la foulée par son commanditaire Vincenz Schuster, avec Schubert au piano, cette oeuvre de circonstance a conservé une notoriété, alors même que l’instrument auquel elle s’adressait est, quant à lui, très vite tombé dans l’oubli. Les éditions successives de la sonate jusqu’à aujourd’hui
nous l’ont présentée dans des transcriptions diverses (pour violon,  violoncelle, alto, ou pour instruments à vent), mais le manuscrit original de Schubert, conservé au département de la Musique de la BnF, incite à redécouvrir l’oeuvre dans sa conception initiale.

14 mai 2019 : Belles figures et drolleries de la Ligue de Pierre de L’Estoile

  • Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF
  • Gilbert Schrenck, professeur émérite de littérature française à l’université de Strasbourg

Recueil de pièces d’actualité réunies par le mémorialiste Pierre de L’Estoile (1546-1611), les Belles figures et drolleries de la Ligue ont enregistré sur le vif les événements qui agitent la France pendant les années 1589-1594, entre l’assassinat d’Henri III et l’avènement d’Henri IV, quand Paris est
livrée à la domination du parti catholique de la Ligue. « Plein de figures et de placards diffamatoires de toutes sortes », comme L’Estoile l’écrit dans son journal, ce volume, conservé à la Réserve des livres rares de la BnF, est fait d’un étonnant collage d’estampes et de textes de propagande, de chansons satiriques, de déclarations politiques.
Leur juxtaposition offre un témoignage sans équivalent sur la violence réelle des actes commis aussi bien que sur la violence symbolique des représentations dans ces temps de guerre civile.

28 mai 2019 : Les Dits de Watriquet de Couvins par le Maître de Fauvel

  • Louisa Torres, conservateur à la BnF, Bibliothèque de l’Arsenal
  • Amandine Mussou, maître de conférences à l’université de Paris-Diderot.

On ignore à quelle date ce manuscrit de dédicace conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal (Ms-3525 Rés), sans doute réalisé sous la direction de son auteur, est sorti des collections royales ; mais on sait qu’il avait été réalisé pour Philippe VI, qu’on reconnaît sur la miniature de présentation aux côtés de Jeanne de Bourgogne.
Il figure à l’inventaire de la bibliothèque de Charles V, repasse en mains privées et entre à l’Arsenal à la faveur des confiscations révolutionnaires. Des Dits de Watriquet, le manuscrit de l’Arsenal est le recueil le plus complet et le plus enluminé, avec 28 poèmes et 40 miniatures : tous les dits sont illustrés soit par le Maître de Watriquet, élégant artiste éponyme
dont on sait peu de chose mais qui a enluminé l’autre copie de luxe qu’on connaît de ces mêmes dits [BnF, Manuscrits, Français 14968], soit par le Maître de Fauvel, artiste parisien prolifique.

11 juin 2019 : Les carnets de Mazarin

  • Mathieu Lescuyer, conservateur en chef, adjoint au directeur du département des Manuscrits, BnF
  • Olivier Poncet, professeur d’histoire des institutions et des archives de l’époque moderne, École nationale des chartes.

Lorsqu’il accéda au pouvoir après la mort de Richelieu, le cardinal Mazarin (1642-1650) prit l’habitude d’inscrire assez régulièrement dans de petits carnets des notations qui tiennent à la fois du pense-bête, du journal intime, de l’enregistrement de principes d’action politique et de la relation d’entretiens.
Récupérés au décès du cardinal en 1661 par son ancien intendant Colbert, prélevés par le bibliothécaire de ce dernier Étienne Baluze, les quinze carnets aujourd’hui conservés ont intégré les fonds de la Bibliothèque royale par achat en 1719 (BnF, Manuscrits, Baluze 174).
Ces carnets sont un témoignage exceptionnel des jeux de pouvoir et d’une conception pragmatique de l’exercice du gouvernement durant la première partie du ministériat de Mazarin jusqu’aux premières années de la Fronde, de 1642 à 1651.

Informations pratiques

  • Conférences Trésors de Richelieu
  • Entrée libre
  • 18h15 – 19h30
  • Auditorium de la galerie Colbert
  • 2, rue Vivienne, Paris 2e
  • Programmation & organisation : Cécile Colonna (INHA), Frédéric Ramires (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Droit(s) et apparence vestimentaire – du singulier au pluriel

La manière de s’habiller peut n’être que la traduction d’un besoin (climatique, professionnel…) ou, au contraire, être lourdement signifiante (uniformes, vêtements religieux ou traduisant un signal sexuel…).

Comme chaque année, la Bibliothèque nationale de France, l’Institut de Recherche pour un Droit Attractif (Université Paris 13) et le Centre de recherche juridique Pothier (Université d’Orléans), avec le soutien du LabEx ICCA, organisent un travail de réflexion susceptible d’apporter aux juristes le bénéfice d’une approche pluridisciplinaire et professionnelle sur une problématique contemporaine (et souvent même, intemporelle). Les collections exceptionnelles de la BnF permettent, non seulement de richement illustrer les démonstrations présentées, mais, aussi et surtout, d’apporter des compléments historiques et iconographiques indispensables à la compréhension de tout phénomène propre à l’humanité.

La vêture peut être futilité ou simple utilité, comme au contraire, lourdement signifiante : vêtements religieux, parures des chefs… La mode se situe probablement quelque part entre ces deux extrêmes et mérite également l’intérêt. Comme l’écrivait Georg Simmel : « La mode est l’imitation d’un modèle donné, et ce faisant elle répond au besoin qu’a l’individu d’être soutenu par la société ». Mais, par ailleurs, c’est elle, également, qui, a contrario, permet à l’individu qui le souhaite de se démarquer.
C’est donc de l’apparence de l’être humain dont il sera ici question, mais de l’être humain vêtu. La manière de s’habiller peut n’être que la traduction d’un besoin (climatique, professionnel…) ou, au contraire, être lourdement signifiante (uniformes, vêtements religieux ou traduisant un signal sexuel…). Le vêtement peut être, également, l’expression de deux comportements contraires : la volonté de se singulariser (parures des chefs, habillements des « incroyables » ou des « zazous » de chaque époque…) ou celle de se fondre dans un moule commun (effets de mode, expression collective d’un groupe…). L’apparence vestimentaire, au croisement de ces différentes appréhensions, nous place à l’intersection de l’individuel et du collectif, tiraillés et en recherche d’un équilibre, un peu comme en Droit, où, sans cesse, l’on doit composer entre liberté du citoyen et obligations sociales.
Dès lors, l’apparence vestimentaire mérite d’être appréhendée tant dans ses aspects juridiques, culturels et artistiques que dans ses implications sociétales et patrimoniales.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h30 Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale, BnF
    Anne Fauchon, Doyen de la Faculté de Droit, Sciences politiques et sociales, Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité
  • 9h45 Introduction : « Utilités, identités, usages »
    Didier Guével
    , Professeur, Doyen honoraire de la Faculté Droit Sciences politiques et sociales, Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité, illustré par Hélène Raymond, Coordinatrice scientifique de la numérisation, Département Droit, économie, politique, BnF
  • 9h55 Témoignage d’un couturier : Gustavo Lins

Enjeux patrimoniaux et artistiques
Présidence : Mustapha Mekki, Professeur à l’Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité

  • 10h15 Enjeux de patrimoine
    La collection Gaignières ou la construction d’une histoire du costume
    Anne Ritz-Guilbert, Historienne de l’art HDR, Equipe de recherche de l’Ecole du Louvre
    La mode dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF
    Corinne Le Bitouzé, adjointe à la Directrice du Département des estampes et de la photographie, BnF
    Les enjeux liés aux collections de mode – l’exemple de Madeleine Vionet
    Lydia Kamitsis, Historienne de la mode, Conservatrice
  • Débats
  • 11h30 Enjeux de création
    Mode et propriété industrielle
    Géraldine Goffaux Callebaut, Professeur à l’Université d’Orléans
    Protection du défilé par la propriété littéraire et artistique
    Nathalie Blanc, Professeur à l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité
    La mode dans la jurisprudence américaine
    Jean-Christophe Roda, Professeur à l’Université Lyon 3

Débats

  • 13h Enjeux de société et de pouvoir
    Présidence : Catherine Aurérin, Directrice du département Droit, économie, politique, BnF
  • 14h15 Témoignage d’un photographe : Charles Fréger
  • 14h35 Enjeux de société
    Dits et non-dits de l’apparence vestimentaire
    Xavier Chaumette, Historien de la mode
    Droit du travail et tenue vestimentaire
    Laurent Gamet, Professeur à l’Université Paris Est Créteil
    Droit pénal et tenue vestimentaire
    Stéphane Detraz, Maître de conférences à l’Université Paris Sud
    Droit fiscal et tenue vestimentaire
    Anne Fauchon, Maître de conférences HDR à l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité, Doyen de la faculté Droit Sciences politiques et sociales

Débats

  • 16h20 Enjeux de pouvoir
    Costumes du monde du droit
    Emmanuel Pierrat, Avocat et écrivain, Conservateur du Musée du Barreau et Secrétaire général du Musée Yves Saint Laurent Paris
    Quand le cinéma habille le juge et déshabille la Justice
    Nathalie Goedert, Maître de conférences HDR à l’Université Paris Sud

Débats

  • 17h15 Propos conclusifs
    Anne-Emmanuelle Kahn, Maître de conférences HDR à l’Université Lyon 2

Organisé avec l’Institut de Recherche pour un Droit Attractif (Université Paris 13) et le Centre de recherche juridique Pothier (Université d’Orléans), avec le soutien du LabEx ICCA.

Informations pratiques

Image de une : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5816205t/f34.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

COLLECTA : Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.collecta.fr

Description

Ce site résulte d’un programme de recherche porté par l’École du Louvre, mené en collaboration avec l’Université de Paris I-Sorbonne en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et l’IRHT.

Collecta est une base de données qui reconstitue la collection dispersée de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières (1642-1715) dispersée entre différents lieux de conservation (plusieurs départements de la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford). Construite à partir des anciens inventaires, la base de données et son interface permettent de redonner une vision globale de la collection avant sa dispersion et de retrouver le système classificatoire très perfectionné mis en place par l’antiquaire.

Elle permet un accès aux documents conservés numérisés en lien avec les sites des institutions détentrices et elle fait le lien avec les documents des XVIIIe et XIXe siècles montrant un usage ultérieur de la collection.

La collection de papier de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières offre une vaste documentation textuelle et iconographique constituée d’originaux et d’une majorité de copies, servant l’histoire de la noblesse et de la monarchie française, l’histoire des monuments ou encore celle du costume.

Auteur(s)

  • Direction

    • Anne Ritz-Guilbert (historienne de l’art – enseignant-chercheur hdr, École du Louvre).
    • Sophie Fétro (designer – maître de conférences en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

    Membres associés au projet

    • Pascal Schandel (historien de l’art – chargé de mission, École du Louvre)
    • Anthony Masure (designer d’interfaces – chargé de mission, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    • Matthieu Lacroix (développeur-programmeur)
    • Josselin Morvan (encodeur TEI)
    • Virginia Cassola (doctorante, École du Louvre)
    • Camille Jolin (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Anne-Sophie Rincel (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Stéphane Lab (élève en Master 2, École du Louvre)

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque – Droit(s) et Street Art – De la transgression à l’artification – 14 octobre 2016

Le street art, ou art urbain, est un courant artistique né dans les années 1960/1970 aux Etats-Unis à la suite de l’apparition de la bombe aérosol. Cette forme d’expression repose sur l’idée que l’artiste plasticien intervient dans l’espace public et sur des supports, publics ou privés, qui ne lui appartiennent pas. Originellement, il s’agit de l’expression d’une revendication de liberté et d’une révolte contre le système marchand et politique. La réponse du droit n’a été que pénale. Aujourd’hui, la réception de cette forme d’expression artistique par les historiens de l’art et par le marché est certaine. Les institutions culturelles multiplient les expositions consacrées à l’art urbain. Les commissaires-priseurs offrent les ventes d’œuvres d’art urbain et de nombreuses galeries soutiennent le travail des graffeurs. Une telle évolution invite à dépasser l’appréhension juridique du street art par le seul droit pénal afin d’en apprécier toutes les implications.

dsps_streetart_diff-1Le street art interroge différentes branches du droit : s’agit-il d’un délit de graffiti ou d’une œuvre de l’esprit ? Faut-il distinguer les graffitis des tags ? Si œuvre il y a, qui est propriétaire de l’œuvre : l’artiste ou le propriétaire du support ? Comment s’applique le droit moral de l’auteur pour ces œuvres souvent anonymes ? Le propriétaire du support peut-il détruire l’œuvre ou la vendre ? Quelles sont les conséquences du caractère éphémère de l’œuvre ? Le droit de la propriété intellectuelle permet-il de protéger l’artiste ?
Pour répondre à ces questions, le colloque entend confronter les différents points de vue. Compte tenu de l’importance croissante de cet art et des questions juridiques qu’il soulève, ce sujet s’impose afin de permettre une meilleure compréhension de ce phénomène.

Continuer la lecture de Colloque – Droit(s) et Street Art – De la transgression à l’artification – 14 octobre 2016

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

L’émergence de l’art vidéo en Europe

pawel-kwiek-video-and-breath-channel-of-information-1978-cop-pawel-kwiek-arton-foundationDe la Grande-Bretagne à la Pologne, de la France à la Slovénie, en passant par l’Allemagne, l’Italie, la Belgique…, une nouvelle histoire de l’art vidéo est en train de s’écrire.

Des spécialistes venus de toute l’Europe sont invités à en parler. Premiers outils électroniques, premiers lieux de production, premiers festivals, rôle des télévisions, des écoles d’art : ces sujets – et bien d’autres – sont au programme des communications.

En partenariat avec l’Institut national d’histoire de l’art, l’École cantonale d’art de Lausanne et l’université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis.

  • Où et quand ?

Mercredi 25 mai 2016, 10h-19h

Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand
Petit auditorium, entrée libre
11, quai François Mauriac 75013 Paris

Jeudi 26 mai 2016, 9h-17h30

Institut national d’histoire de l’art
Galerie Colbert, salle Walter Benjamin
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs 75002 Paris

  • Pour en savoir plus

Sur le site de la Bibliothèque nationale de France.
Sur le site de l’Institut national d’histoire de l’art.

______
Crédit photographique : Paweł Kwiek, Video and breath, channel of information, 1978 © Paweł Kwiek, Arton Foundation

Citer cet article : Julien Farenc, "L’émergence de l’art vidéo en Europe". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 4 mai 2016. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/271> (consulté le 21 novembre 2018).

Julien Farenc

Bibliothèque nationale de France | Chargé de collections et de leur valorisation au Département de l'Audiovisuel (Service images)

More Posts