Archives par mot-clé : Archives de l’internet

Colloque : Cartographie du Web littéraire francophone (22-24/01)

Les porteurs du programme ANR LIFRANUM (LIttératures FRAncophones NUMériques), auquel prend part la Bibliothèque nationale de France, organisent un colloque international du 22 au 24 janvier 2020.

Argument

Le colloque international Cartographie du Web littéraire francophone entend interroger divers critères liés au repérage, à la sélection, à l’archivage, et au traitement de corpus nativement numériques des productions littéraires francophones. De même une analyse littéraire du corpus donnera sans doute l’occasion d’approfondir notamment  la question de l’élargissement du champ littéraire, d’interroger l’efficience des outils  narratologiques classiques pour saisir cette nouvelle poétique numérique. Il s’agira  aussi d’étudier la répartition des ressources numériques littéraires dans l’espace francophone, d’établir des modalités standardisées de description afin d’en proposer des parcours interprétatifs adaptés. Par ailleurs, l’occasion sera donnée de repenser la Francophonie, dans une logique plurielle, décentrée, en tenant compte de toutes les aires culturelles qui ont le français comme langue de partage.

Programme

Mercredi 22 janvier

8h30- Accueil des participants

08h45-Ouverture du colloque et présentation du projet Idex

Corpus numérique : quelle pertinence heuristique, méthodologique et épistémologique ?

Modération : Catherine Dessinges, Université de Lyon 3

9h00-10h00 : conférence plénière 

Le partenariat Littérature québécoise mobile

  • Bertrand Gervais, titulaire Chaire de recherche du Canada sur les arts et les littératures numériques 

10h00-10h35 : Proposition Cartographie du web littéraire francophone

  • Pierre Boizette, chercheur postdoctoral, IFRA, Nairobi

10h35-10h50: pause-café

10h50-11h25 : Cartographie du web littéraire francophone : entre considérations générales et questionnements juridiques

  • Aboubakar Sidi Njutapwoui, Université Maroua, Cameroun

11h25-12h00 : Cartographie du Web littéraire francophone. Le cas de certains blogs et sites littéraires francophones subsahariens

  • Patricia Sylvie Essonghe, Université Omar Bongo Libreville-Gabon, Marge/ Lyon 3

12h00-12h35 : Le corpus “brouhaha” au défi de la visualisation de texte

  • Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

Pause déjeuner

Francophonie : configurations numériques, dynamique transversale et confins sémantiques

Modération : Lucien Perticoz, Université Lyon 3

14h00-15h00 : conférence plénière

Je ne suis pas un littéraire. Plaidoyer pour des frontières disciplinaires poreuses,

  • Marcello Vitali-Rosatidépartement des littératures de langue française de l’Université de Montréal

15h00-15h35 : Les institutions fantômes de la littérature numérique,

  • Nicolas Sauret, Université Paris-Ouest

15h35-15h50 : pause-café

15h50-16h25 : Ébauche de visualisation des productions littéraires francophones d’Haïti et retour d’expérience

  • Inès Burri, Université Jean Moulin Lyon 3
  • Anaïs Chambat, ENS de Lyon
  • Célian Ringwald, Université Lumière Lyon 2 

16h25-17h00 : L’impact des pratiques de la numérisation dans la création littéraire francophone

  • Amel Mesli, Ecole Supérieure de Management de Tlemcen, Algérie

Jeudi 23 janvier

Genre(s) et création à l’ère du numérique

Modération : Gilles Bonnet, Université Lyon 3

9h30-10h05 : Des effets du web sur la création littéraire : évolution des pratiques et légitimation des œuvres

  • Karen Cayrat, Université de Lorraine (Crem)

10h05-10h40 : Inconnu à cette adresse. Plongée exploratoire dans la création littéraire numérique belge en langue française

  • Corentin Lahouste,  FNRS-UCLouvain

10h40-10h55 : Pause-café 

10h55-11h30 : Francophonie et création littéraire en Algérie à l’ère du numérique : état des lieux et enjeux

  • Karima Ait Dahmane, Université de Blida2

11h30-12h05 : La littérature populaire en français sur le web contribue-t-elle à morceler ou à unifier l’espace numérique francophone ? Le cas des chroniques : de part et d’autre de la Méditerranée,

  • Nadja Maillard-De La Corte Gomez, Université d’Angers
  • Violaine Bigot, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Pause déjeuner

Web littéraire  et configurations socionumériques

Modération : Belén Hernández Marzal, Université Lyon 3  

14h00-14h35 : Pratiques discursives et hybridité dans  les  forums de discussion algérien

  • Yahiaoui Kheira, Maître de Conférences HDR, Ecole Normale Supérieure d’Oran, Algérie

14h35-15h10 : à MainLevé, un dispositif d’écriture original sur les Réseaux Sociaux

  • Emmanuel Vaslin, Directeur Atelier Canopé de Maine-et-Loire 

15h10-15h25 : pause-café

15h25-16h00 : L’internet et la mise en scène de soi : la participation du web dans la restructuration des dispositifs de légitimation et le processus de concrétisation des créations littéraires en Haïti

  • Jean Verdin Jeudi, Université d’Etat d’Haïti

16h00-16h35 : Présentation de l’œuvre The pleasure of the coast ou Le Plaisir de la côte de J. R. Carpenter

  • Sylviane Médard, doctorante LLSH université Grenoble Alpes

Vendredi 24 janvier

Corpus en ligne, herméneutique et obstacles méthodologiques

Modération : Christian Cote, Université Lyon 3

9h30-10h30 : conférence plénière

La plate-forme Mukanda, limites et potentiels d’une expérience

  • Pierre Halen, Université Lorraine

10h30-11h05 : Quelle cartographie de la littérature francophone à l’ère du cyberespace ?

  • Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université de Toulouse Jean Jaurès, Marge, Université de Lyon 3

11H05-11h20 : Pause-café

11h20-11h55 : Le “Répertoire des écrivaines et écrivains numériques”. Archivage et institutionnalisation de la littérature numérique, Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

  • Nicolas Sauret (UdeM)
  • Enrico Agostini Marchese (UdeM)

11h55-12h30 : A la recherche du web littéraire : une enquête hyper-perplexe en hypertexte

  • Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

Pause déjeuner

Nouveaux horizons littéraires & performance d’auteurs

Modération : Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

14h00-15h00 : La littérature (par la) bande, Servanne Monjour, département des littératures de langue française de l’Université de Montréal

  • Marcello Vitali-Rosati, Chaire de recherche du Canada sur les écritures numérique

15h00-15h35 : Notes pour une littérature de terrain. Le devenir-spatial de la littérature numérique

  • Enrico Agostini Marchese (UdeM), doctorant, Université de Montréal

15h35-15h50: pause-café

15h50-16h10 : Lecture de textes par Jean Verdin Jeudi, Ecrivain et bloggeur, responsable d’un club de jeunes écrivains d’Haïti

16h10-16H50 : Table ronde d’administrateurs de plateformes d’écriture littéraire autour de Marie-Anaïs Guegan, Université Lyon 3

16h50-17h45 : Table ronde : De l’Idex à Lifranum : les grands enjeux de la Francophonie numériqueGilles Bonnet, Université Lyon 3 ; Christian Cote, Université Lyon 3, Pierre Halen, Université Lorraine ; Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, Marge, Lyon 3 

Informations pratiques

  • Université Lyon 3, Salle Caillemer
  • 15, quai Claude Bernard 69007 LYON
  • Tram T1 : descente rue de l’université
  • Contact : 04.78.78.73.92

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Un nouveau parcours guidé pour les Archives de l’internet

festivals bannière

Un nouveau parcours consacré à La ronde des festivals sur le web vient d’être mis en ligne sur les postes des salles de recherche.

L’été est la saison des festivals, dont les thèmes de plus en plus variés attirent un public croissant, à la recherche de formes inédites d’échanges. Depuis la fin des années 90, les archives de l’internet accumulent des instantanés historiques sur cette effervescence. Elles contiennent des pages sur la plupart des festivals français et donnent à voir des concerts de rock, des spectacles de marionnettes, des scènes de théâtre ou encore des lectures de poésie … La diversité et l’insolite sont mis en valeur dans ce parcours qui définit le festival de façon extensive, comme un lieu de rencontres où sont célébrés le lien social et la participation du public sur place ou à distance. Le numérique offre aussi de nouveaux modes d’expression : des bandes annonces de films sont publiées en ligne tandis que l’art numérique se joue directement sur le web ; il est même des festivals qui n’existent que sur la toile.

Dans une approche chronologique, le parcours présente d’abord le point de vue des organisateurs. Les éditos des sites web montrent bien souvent leurs intentions et les enjeux : découvrir de nouveaux talents, défendre une cause, offrir des lieux de rencontres sont autant de raisons pour lancer une manifestation et attirer des publics. Il est aussi nécessaire de penser au financement, à la programmation, au choix des artistes et à la logistique. Autant de préparatifs qui restaient confidentiels avant l’apparition du web mais qui, désormais, sont mis au grand jour. La question du financement devient un sujet ouvert aux internautes, qui peuvent apporter une contribution directe en ligne à côté des subventions publiques. De façon plus pragmatique, les internautes peuvent facilement réserver leur billet en ligne ou trouver une place en covoiturage. Tout cela n’était pas envisageable avant l’apparition du web et transforme la vie quotidienne.

Les réactions des publics et la mémoire des événements ont également leur place en ligne. En contribuant à la démocratisation de la culture, les festivals suscitent débats et polémiques. Les forums, les blogs, les réseaux sociaux sont autant de formes éditoriales propres au web qui facilitent l’expression citoyenne à côté de celle de la presse. Les internautes peuvent voter en ligne pour faire pencher le choix des jurys vers telle ou telle œuvre. Enfin, nombreux sont les sites web qui archivent les programmes et les descriptifs des œuvres, pour permettre à un public plus vaste que celui qui a assisté aux festivals de partager ce plaisir artistique. Le web favorise ainsi une plus grande circulation des créations et une meilleure connaissance des artistes et contribue  à la démocratisation de la culture.

Treize parcours pour vous guider

Ce parcours guidé est le treizième mis en ligne. Les précédents portaient sur des sujets aussi divers que le web militant, les images amateurs, les journaux personnels, les carnets de voyage, la vulgarisation scientifique ou l’internet électoral, par exemple.

Tous ces parcours guidés des archives de l’internet sont des sélections parmi les très nombreux sites collectés par la BnF. Ils proposent, pour chacun des sites retenus, une centaine par parcours,  une description, une illustration et un lien direct vers une page intéressante dans les archives, à partir de laquelle il est possible de rebondir, dans le temps ou dans l’espace de la toile.

Ils ne prétendent pas à l’exhaustivité, mais ont pour but de faire découvrir la richesse et la variété des archives. Ils ont vocation à la fois à guider les recherches dans la masse considérable de données que proposent les archives et à montrer pour chacun des domaines commentés en quoi le web change la donne et la nature des sources de recherche.

Les Archives de l’internet ont 20 ans

Les Archives de l’internet fêtent cet année un double anniversaire : les 10 ans de la loi attribuant à la BnF, en partenariat avec l’INA, la responsabilité du dépôt légal du web et les 20 ans des archives proposées. La BnF conserve en effet des archives du web qui s’étendent de 1996 à aujourd’hui, soit plus de 668 To de données et 26 milliards de fichiers.

Pour tenter de remplir au mieux sa mission de collecte des sites web, le dispositif choisi par la BnF évolue sans cesse pour tenter de suivre les évolutions très rapides du web, et repose sur une solution mixte qui mêle deux modes d’entrée : des collectes dites larges les plus automatisées possibles et des collectes ciblées beaucoup plus fines mais limitées en taille. Les collectes larges sont réalisées une fois par an à partir de la liste de tous les sites en .fr fournie par l’AFNIC et des listes de quelques autres hébergeurs, ce qui a donné environ 4,5 millions de sites lors de la dernière collecte à l’automne 2015. Ce mode de capture entièrement automatisé est la meilleure façon de collecter le tissu du web, c’est-à-dire les pages mais aussi les liens entre elles. Mais il a aussi des défauts : la profondeur de la capture est souvent insuffisante, les sites personnels et les blogs ne sont souvent pas collectés.

C’est la raison pour laquelle a été ajouté un deuxième mode d’entrée, les collectes ciblées, qui ont pour but de repérer plus précisément les sites qui pourraient échapper à la collecte large. Ce sont des collectes beaucoup plus limitées en nombre mais qui permettent de constituer des archives plus complètes, plus profondes et plus fréquentes. Elles sont lancées à partir de listes de sites repérés par des bibliothécaires spécialistes de chaque discipline, ainsi que des universitaires ou des partenaires extérieurs. À ce jour près de 39 000 sites sont ainsi archivés via les collectes ciblées, parmi lesquels de très nombreux blogs et sites personnels.

Des accès de plus en plus nombreux

Afin de protéger les auteurs et producteurs de sites et d’éviter tout risque d’utilisation non souhaitée, les Archives de l’internet ne sont pas mises en ligne, leur consultation ne peut s’effectuer qu’après accréditation dans les salles de Recherche de la BnF, à Tolbiac mais aussi à Richelieu et tous les autres sites de la BnF.

Mais vingt-six pôles associés, dans toutes les régions de France et d’outre-mer, ont également vocation désormais à les proposer dans leurs collections. La carte de ces accès distants s’étoffe au fil des mois et compte déjà onze bibliothèques ou établissements partenaires.

Les Archives de l’internet sont encore peu consultées par les chercheurs, alors même qu’elle pourraient devenir des sources principales ou complémentaires très appréciables dans des disciplines très variées.

Au-delà des parcours guidés, de nouveaux outils permettant un mode d’accès plus précis à ces sources devraient être mis en place à partir de la rentrée pour faciliter l’exploration et l’exploitation par la recherche de ce patrimoine d’un genre nouveau.

Christine Genin

Littérature française contemporaine, dépôt légal du web et valorisation en ligne au Département Littérature et art, Bibliothèque nationale de France

More Posts