Offre de stage d’Assistant de recherche pour le Répertoire des Écritures Musicales du Département de la Musique (REMDM)

 
La Dauphine (manuscrit autographe)
La Dauphine (manuscrit autographe), https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7400130b/f4.item

Dans le cadre du projet de recherche REMDM : Répertoire des Ecritures Musicales du Département de la Musique, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2020-2023 de la BnF, le département de la Musique propose un stage de 300 h, équivalent à une période de deux mois à temps plein.

Le stage est à effectuer entre novembre 2020 et février 2022 (dates à définir avec le ou la stagiaire).


Chercheurs et professionnels sont confrontés depuis toujours à la problématique de l’identification et de la qualité des sources. En s’appuyant sur les 50.000 partitions manuscrites (XVIe-XXIe siècles) conservées au département de la Musique, le projet REMDM propose la constitution d’un répertoire des écritures musicales dues à la fois à des compositeurs (notion d’autographe) et à des copistes identifiés ou anonymes.

Conçu sous forme de base de données, ce répertoire classe rationnellement des échantillons d’écriture musicale. Il représente le développement naturel, à l’ère numérique, des recherches que la BnF a menées pendant plusieurs années dans le cadre du Répertoire International des Sources Musicales (RISM).

Parallèlement à la constitution de la base de données, le projet prévoit le développement de méthodologies innovantes d’analyse graphique faisant appel aux technologies les plus avancées en matière de fouille
d’images.

Missions du stage

  • Annoter un corpus d’images issu de Gallica selon le protocole IIIf
  • Inventorier, référencer et indexer dans la base de données les corpus de manuscrits musicaux retenus
  • Vérifier l’exactitude des descriptions bibliographiques des documents retenus dans le catalogue général
  • Vérifier, compléter ou enrichir les notices d’autorité adéquates (compositeurs, copistes)
  • Identifier et collecter des sources d’informations bibliographiques

Compétences requises

  • Niveau requis : Master 2 (bac + 5)
  • Expertise scientifique des sources musicales, notamment manuscrites, et connaissance de l’histoire de la musique
  • Connaissances en paléographie et philologie musicale
  • Notions de bibliothéconomie et de description bibliographique des documents anciens
  • Connaissance des outils bibliographiques (répertoires, bases de données, ressources documentaires…)
  • Connaissance des catalogues et des réservoirs numériques de documents de la BnF
  • Pratique aisée des outils informatiques (Excel, InView…)
  • Connaissance d’une ou plusieurs langues étrangères
  • Capacité à travailler en équipe
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, sens de l’organisation, qualité rédactionnelle

Candidater

  • Durée du stage : 300 h
  • Convention de stage non gratifié
  • Les candidatures (lettre de motivation et CV détaillé) sont à envoyer jusqu’au 15 octobre à l’adresse suivante : rosalba.agresta@bnf.fr

colloque « L’art et le livre entre XVe et XVIIIe siècle, pour une approche transdisciplinaire » (8-9/10/20)

Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Un jeune enfant regardant des figures dans un livre (1797). Premier portrait de Benoît-Agnès, fils du Dr Trioson (mort en 1804).
Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Un jeune enfant regardant des figures dans un livre (1797). Premier portrait de Benoît-Agnès, fils du Dr Trioson (mort en 1804)

Argument

Histoire de l’art et histoire du livre ont beaucoup à se dire. Mais comme objet incorporant du texte aussi bien que de l’image, le livre a surtout intéressé jusqu’à présent les historiens du littéraire examinant, par exemple, les rapports entre texte et gravures. Les historiens de l’art, de leur côté, ont cherché à comprendre les modes de transposition du texte en image et inversement. Ce colloque interdisciplinaire entend plutôt examiner, dans le vaste laboratoire de l’époque moderne qui voit le livre naître puis triompher, la manière dont chaque discipline se saisit du livre, suivant quelles modalités et dans quelles perspectives. Trois approches ont été proposées aux communicants. La première interroge les processus créatifs dans l’objet-livre, qui tiennent compte à la fois des nécessités économiques, des impératifs de la mise en page, des attentes du public et du statut de l’auteur des images comme des textes. La deuxième cherche à comprendre la possible autonomie des images par rapport au texte, en amont ou en aval de l’entreprise éditoriale et le statut de ces images sorties des livres. Enfin, la troisième se penche sur le collectionnisme né autour des livres à images : classement et signalement, critères de rareté, extraction des images au détriment des textes.

Programme

Jeudi 8 octobre

Matinée

  • Mot de bienvenue : Nathalie Marcerou-Ramel, directrice de l’Enssib
  • Mot d’accueil : Chloé Perrot
  • Introduction au colloque : Dominique Varry
  • Session 1 : Des images pour des livres
    • Ilaria Andreoli (ITEM-CNRS) : « Économie et stylistique du livre illustré du XVIe siècle : le triangle Lyon, Paris, Venise »
    • Anne-Marie Telesinski (CERLIM, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : « La métamorphose en images : de l’incunable enluminé à la gravure commentée (Italie, XVe- mi-XVIe s.) »
    • Rodolphe Leroy (Université de Bourgogne) : « Poèmes figurés entre imprimé et manuscrit, lectures d’un livre de prestige à la Renaissance »
    • Rosa De Marco (Université de Liège) : « Le livre de fête et ses illustrations : plis et replis du spectaculaire »

Après-midi

  • Session 1 : Des images pour des livres ( suite)
    • Marie Chaufour (Université de Bourgogne) : « Du livre d’emblèmes aux emblèmes appliqués »
    • Isabelle Baudino (IRHIM – ENS Lyon) : « Images et imagination du passé dans les livres et la peinture en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle »
    • Nathalie Collé (Université de Lorraine) : « Quand l’illustration sort du livre et voyage : cartes postales et timbres inspirés de quelques classiques de la littérature anglaise »
  • Session 2 : Des images hors les livres
    Présidence : Nathalie Collé (Université de Lorraine)
    • Marion Gouriveau (HISCA – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « L’illustration dans les traités anatomiques (XVe-XVIIIe siècles) »
    • Mylène Vangeon (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « Pour une étude des gravures dans les livres de science newtonienne en France au XVIIIe siècle »
    • Marianne Volle (Collège Glendon/Université York à Toronto – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le Nouveau Monde à l’échelle du livre : représenter la flore et sa grandeur dans les relations de voyage en Amérique au XVIIIe siècle »

Vendredi 9 octobre

Matinée

  • Session 3 : Livres et images au prisme du collectionnisme et de l’expertise savante
    Présidence : Philippe Martin (Lyon 2)
    • Nastasia Gallian (Centre André Chastel, Sorbonne Université) : « Matteo Botti (1566-1621) : bibliophile et collectionneur d’estampes entre Florence et Paris »
    • Carla Julie (Université de Lausanne) : « Un peintre du Grand Siècle auteur d’un livre d’estampes : François Verdier et l’Histoire des actions  extraordinaires de Samson, 1698) »
    • Antoine Gallay (Université de Genève, Université Paris-Nanterre) : « Lorsque la passion de l’estampe conduit à la destruction du livre : collectionner l’oeuvre de Sébastien Le Clerc au tournant du XVIIIe siècle »
    • Kristina Borovkova (CESR – Université de Tours) : « La fabrique d’un recueil d’ornements typographiques : la ‘Bibliographie pittoresque’ du collectionneur et bibliophile orléannais Jean-Michel Constant Leber »
    • Pascale Cugy (INHA) : « La gravure d’illustration a droit à une place dans l’histoire de l’art. Jeanne Duportal (1866-1954) et l’Étude sur les livres à figures édités en France de 1601 à 1660 »

Après-midi

  • Visite de la bibliothèque municipale de Lyon

Organisatrices

  • Clarisse Evrard (Université de Lille)
  • Fabienne Henryot (Enssib)
  • Chloé Perrot (BnF, département des Estampes, doctorante à l’École Doctorale d’Histoire de l’Art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Informations pratiques

  • Date et horaire : 8/10/2020 9h – 9/10/2020 16h
  • Adresse : Enssib | 17-21 bd du 11 novembre 1918 | 69100 Villaurbanne
  • Entrée libre sur inscription

4000 cartes par jour : des réseaux de neurones artificiels pour récupérer les géodonnées du passé

La BnF accueille des chercheurs qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Rémi Petitpierre, mastérant de l’École polytechnique fédérale (EPFL) a été accueilli au département des Cartes et plans, pour son projet sur la vectorisation automatique des cartes 1.


Imaginons une intelligence artificielle capable de récupérer des siècles d’histoire urbaine. Imaginons des politiques informées par des millions de cartes historiques. Imaginons une promenade dans l’Exposition universelle de 1889, dans la Rome de Nolli, dans l’Inde coloniale. Imaginons l’apparition de mondes miroirs, reflets numériques tangibles basés sur les big datas du passé. Ces mondes, qui pourraient être peuplés artificiellement par nos aïeuls prendraient place dans un univers 4D, à travers l’espace et le temps.

Récemment, la Bibliothèque nationale de France et le laboratoire d’Humanités digitales de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont franchi un premier pas dans cette direction en développant une technologie basée sur les réseaux de neurones convolutifs, complexes entrelacs de fonctions mathématiques dont le fonctionnement s’approche du cortex visuel humain. Ce projet expérimental a permis d’établir un moteur de recherche spatio-temporel, baptisé Jadis, basé sur près de 350 cartes de Paris issues des collections de la BnF.

À la base de ce projet, les collections cartographiques numérisées de la BnF. Grâce à la numérisation, l’objet carte est enregistré sous la forme de pixels. Pour autant, pour l’ordinateur, l’image virtuelle de la carte n’a aucun sens. Seules ses qualités visuelles existent numériquement, mais les informations géographiques s’effacent. Malgré sa numérisation, la carte, si riche en informations, n’est réduite qu’à une photographie, un objet d’art. La technologie implémentée à la BnF, appelée segmentation sémantique, révolutionne ce paradigme. Le réseau de neurones artificiels identifie en effet les objets géométriques de la carte, comme les rues, les îlots, les cours d’eau et leur attribue une classe ou un label. L’assemblage hétéroclite qui, selon les cartes, se retrouve représenté par des ondelettes noires, des hachures bleues ou un blanc homogène peut désormais être identifié par l’ordinateur comme la Seine. En définitive, cette segmentation sémantique permet de rendre la carte numériquement intelligible avec une exactitude étonnante. Sur près de 1500 cartes parisiennes des collections de la BnF et de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP), plus de 96% des pixels sont classés correctement, lorsque l’on cherche à identifier les rues et les îlots urbains.

Aucune magie n’est à l’œuvre pourtant. Les réseaux de neurones convolutifs ne sont en effet intuitivement qu’une suite de filtres qui, comme ceux que l’on utilise quotidiennement sur nos photos ou sur Instagram, accentuent certaines qualités visuelles ou certaines couleurs de l’image. La différence principale réside dans le fait que ces filtres et les poids correspondants sont optimisés automatiquement au terme d’une phase d’entraînement du réseau. Durant son apprentissage, une succession d’exemples d’entraînement composés d’une image (question) et d’un label (réponse) sont soumis au réseau. En fonction de la prédiction obtenue, les poids du réseau sont réajustés pour optimiser la performance, dans un processus de rétro-propagation. L’efficacité de cet apprentissage est capitale pour déterminer l’applicabilité de la technologie dans des cas concrets, au-delà du contexte théorique. Pour certains problèmes, l’entraînement requière plusieurs millions d’exemples et le temps d’apprentissage se compte en mois. Dans le cas présent cependant, une solution technologique pratique a pu être développée. Un processus de pré-entraînement dans lequel un réseau spécialiste, par exemple déjà entraîné sur Paris, est transformé en un réseau générique en lui présentant des exemples plus variés issus de villes du monde entier a été implémenté. Grâce à cela et à d’autres améliorations, le nombre d’exemples d’apprentissage a été considérablement réduit, à seulement 120 exemples. L’apprentissage, qui ne doit être effectué qu’une seule fois, dure moins de 1h40. Le passage d’un réseau générique à un réseau spécialiste mais plus précis est aussi possible directement, par exemple pour développer un réseau spécialiste des cadastres napoléoniens.

Fonctionnement du réseau de neurones

Dans de nombreux cas cependant, cela n’est pas nécessaire. En effet, plus encore que le résultat et l’efficacité, c’est la généricité de la technologie qui surprend. Les réseaux de neurones sont en effet capables de dépasser les représentations visuelles de base, comme la couleur et la texture, sans les écarter et d’implémenter des stratégies complexes, basées sur la morphologie, la topologie et la hiérarchisation sémantique. Ces mécanismes uniques expliquent la suprématie de ces technologies et surtout leur très grande flexibilité représentationnelle. Un réseau de neurones peut ainsi identifier un même objet, représenté de manière très différente dans un ensemble hétérogène de cartes. Semblablement, il est aussi possible de différencier des objets sans distinction figurative grâce à leur contexte. Et ces performances savent aussi s’affranchir des biais occidentaux. En étendant les essais à 256 cartes historiques représentant quelques 182 villes différentes dans 90 pays du monde, l’exactitude des résultats reste pratiquement inchangée, malgré la grande diversité des figurations et des formes urbaines. Ainsi, les rues historiques de Marseille, Rome, Tokyo ou encore Calcutta ont pu être extraites automatiquement, sans aucune intervention humaine. Sur une carte graphique récente –ce composant de votre ordinateur qui vous permet également de jouer aux jeux vidéos–la technologie permet de traiter en moyenne une carte toutes les 20 secondes, soit plus de 4000 par jour !

Segmentation sémantique du Nouveau Plan de la Rome Moderne, par Nolli et Ruga, 1818. En blanc le réseau viaire, en rouge le contenu cartographique autre, en gris le cadre de la carte. Nolli, Giovanni Battista, et Pietro Ruga, ‘Nuova Pianta Di Roma Moderna’ (Rome, Italie: Publicata a spese di Venanzio Monaldini, 1818).

Ces géodonnées sémantisées représentent une inestimable source d’informations sur l’histoire urbaine des villes qui pourraient, à l’avenir, nourrir des simulations d’urbanisation, résoudre des problèmes de mobilité, informer architectes et urbanistes sur le passé d’un quartier et évidemment contribuer significativement à la création de mondes miroirs 4D pour l’éducation, les musées, l’industrie cinématographique et les jeux vidéos. Alors que la population converge vers les villes-monde, nous manquons toujours d’outils scientifiques permettant de simuler l’impact des politiques publiques. De tels modèles pourraient, à terme, être nourris par l’évolution de milliers de cités pendant des siècles.

La sémantisation des cartes les rend également plus facilement cherchables et manipulables numériquement. Plus de 300 cartes de Paris ont ainsi pu être réalignées automatiquement sur des coordonnées géographiques actuelles, sans intervention manuelle. Grâce aux ilots extraits, la morphologie du tissu urbain peut en effet être appariée d’une carte à l’autre et avec les géodonnées actuelles avec une grande précision. Les déformations naturelles de la carte, dues à l’usure, à l’humidité ou à un entoilage, ainsi que les déformations d’origine dues à des imprécisions de relevés ou aux choix artistiques des cartographes de l’époque peuvent également être corrigées automatiquement en se basant sur un référentiel contemporain.

Ce processus de traitement des cartes représente un saut qualitatif en matière d’interopérabilité des données patrimoniales. À terme, cette technologie devrait en effet permettre de tisser des liens entre des sources historiques jusqu’ici disjointes : plans cadastraux, registres fonciers, minutes notariales ou archives paroissiales. Un projet pilote d’intégration complète des données est notamment en cours sur le cas de Lausanne. D’ici quelques années, il devrait donc être possible de lancer une recherche historique sur internet en sélectionnant un immeuble et de connaître toutes les attributions antérieures du bâtiment. Il sera possible de découvrir les déménagements de vos ancêtres sur 10 générations et d’explorer leur réseau social aussi simplement que sur facebook. Les ingénieurs pourront visualiser les réseaux souterrains oubliés pour installer la fibre plus rapidement. Les architectes pourront économiser des mégalitres de béton en exploitant des fondations pré-existantes. Les historiens pourront conquérir le passé.

Et l’essor des humanités digitales ne fait que commencer.

Pour aller plus loin

  • Petitpierre, Rémi, ‘Neural Networks for Semantic Segmentation of Historical City Maps: Cross-Cultural Performance and the Impact of Figurative Diversity’ (EPFL, Lausanne, 2020)  <dx.doi.org/10.13140/RG.2.2.10973.64484>.
  • JADIS Paris <bnf-jadis.github.io>
  • Kaplan, Frederic, et Isabella di Lenardo, ‘The Advent of the 4D Mirror World’, Urban Planning, 5.2 (2020), 307–10 <doi.org/10.17645/up.v5i2.3133>.
  • Long, Jonathan, Evan Shelhamer, et Trevor Darrell, ‘Fully Convolutional Networks for Semantic Segmentation’, in Proceedings of the IEEE Conference on Computer Vision and Pattern Recognition, 2015, p. 3431–40 <arxiv.org/abs/1411.4038>.
  1. Voir son mémoire qui a obtenu la meilleure note attribuable par l’École, Neural networks for semantic segmentation of historical city maps: Cross-cultural performance and the impact of figurative diversity, Lien DOI: 10.13140/RG.2.2.10973.64484. []

Offre d’emploi : Assistant de recherche

Poème amharique, Bibliothèque nationale de France Département des Manuscrits. Ethiopien d'Abbadie 114
Poème amharique, Bibliothèque nationale de France Département des Manuscrits. Ethiopien d’Abbadie 114

Missions et activités permanentes

Dans le cadre du programme de recherche « Les carnets scientifiques d’Antoine d’Abbadie en Éthiopie (1840-1852) : numérisation, transcription et édition » (MSS-ABBADIE) ((Voir le Catalogue raisonné de manuscrits éthiopiens appartenant à Antoine d’Abbadie…)) retenu par le plan quadriennal de recherche (2020-2023), le titulaire du poste est chargé de :

  • vérifier la numérisation des 17 cahiers de notes d’Antoine d’Abbadie (ms Ethiopien Abbadie 218, 265 à 280)
  • opérer le versement des lots d’images dans l’outil Transcrire 
  • transcrire 
  • acquérir une expertise paléographique permettant l’accompagnement des transcripteurs
  • réaliser la première phase de validation des transcriptions collaboratives 
  • organiser les événements scientifiques autour du projet de transcription collaborative (« Transcrithon »)
  • animer la communauté
  • animer la communication autour du projet (carnet sur Hypothèses et/ou fil twitter et/ou autres réseaux sociaux) 
  • accompagner le travail d’édition en XML-TEI.

Compétences requises

  • Maîtrise des outils informatiques standards et des applications propres au domaine de la recherche
  • Connaissance des normes et formats de métadonnées adaptés à la spécialité (peut s’acquérir en cours de contrat)
  • Connaissance des catalogues et des réservoirs numériques de documents de la BnF
  • Connaissance en histoire dans le domaine traité
  • Capacité à travailler en équipe
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, qualité rédactionnelle
  • Maîtrise des outils de communication (carnet de recherche et/ou réseaux sociaux)

Caractéristiques

  • Référence du poste : RC098
  • Sites : Richelieu 58 rue de Richelieu 75002 Paris; Louvois 58 rue de Richelieu 75002 Paris
  • Catégorie : B
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Gestionnaire de collections et de traitement documentaire
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Fixe
  • Nombre d’heures par mois : 110
  • Durée du contrat : 4 mois – 6.6
  • À pourvoir à compter du : 01/09/2020

Contacts

  • Laurent HERICHER
    Chef du service des Manuscrits orientaux
    33 (0)1 53 79 89 08
  • Mathieu LESCUYER
    Adjoint au directeur du département
    33 (0)1 53 79 83 24

Postuler

Postuler en ligne

Offre d’emploi : Assistant de recherche « Trouvailles monétaires »

Trésor monétaire
Trésor monétaire

Missions et activités permanentes

Dans le cadre du programme de recherche « Trouvailles monétaires » (TM) du Plan quadriennal de la recherche 2020-2023, le titulaire du poste est chargé de :

  • Inventorier les trésors monétaires antiques lorrains sur la base d’un corpus existant. Il s’agira plus particulièrement de décrire à la pièce des trésors publiés ou inédits dans un tableau Excel.
  • Rétroconvertir l’ouvrage de référence de J. Duplessy, Les trésors monétaires médiévaux et modernes découverts en France, ainsi que des ensembles publiés dans la Revue numismatique. Il s’agira de décrire les ensembles répertoriés, au niveau du trésor, dans un tableau Excel.

Environnement professionnel 

Le candidat retenu travaillera sous la direction du directeur de département, en collaboration avec le chef de projet Trouvailles monétaires

Compétences requises

  • Niveau d’études : Bac +4
  • Savoirs : Connaissances générales en numismatique, de l’Antiquité à l’époque moderne ; Connaissances en archéologie et intérêt pour les trouvailles monétaires ; Connaissance des corpus numismatiques de référence.
  • Savoir-faire : Maîtrise des outils informatiques standards et en particulier d’Excel ; Maîtrise des outils bibliographiques (répertoires, bases de données, ressources documentaires…).
  • Savoir être : Capacité à travailler en équipe ; Goût pour la recherche ; Rigueur scientifique.

Contraintes spécifiques

  • Le télétravail est envisageable sous réserve d’accès à la bibliographie, dont une partie pourra être fournie au format numérique.

Caractéristiques

  • Référence du poste : RC099
  • Sites : Richelieu 58 rue de Richelieu 75002 Paris; Louvois 58 rue de Richelieu 75002 Paris
  • Catégorie : B
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Gestionnaire de collections et de traitement documentaire
  • Spécialité professionnelle : Description documentaire et catalogage
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Fixe
  • Nombre d’heures par mois : 100
  • Durée du contrat : 2 mois – 6.6
  • À pourvoir à compter du : 01/10/2020

Contacts

  • Frédérique DUYRAT
    Directeur du département des Monnaies, médailles et antiques
    33 (0)1 53 79 81 29
  • Vincent DROST
    Chef de projet Trouvailles monétaires
    33 (0)1 53 79 87 24
  • Sylvie CARREAU
    Chef de service
    33 (0)1 53 79 50 26

Postuler

Postuler en ligne

Offre d’emploi : Assistant de recherche

Missions et activités permanentes

Dans le cadre du programme de recherche « Les Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré : histoire éditoriale et analyse iconographique » du Plan quadriennal de la recherche 2020-2023, le titulaire du poste est chargé de :

  • Effectuer des travaux de recherche et d’analyse sur le conte merveilleux à partir du fonds documentaire de la BnF, en collaboration avec des départements internes :
    • Identifier et collecter des sources d’informations bibliographiques sur les contes de Perrault et les illustrateurs du XIXe siècle.
    • Identifier le type de document et effectuer toute recherche ou vérification nécessaires
    • Enregistrer, référencer et classer les collections objets de la recherche
  • Collaborer aux travaux de valorisation sur le conte (bibliographies, carnet de recherche, …), d’enrichissement des collections et aux recherches documentaires
  • Participer à la numérisation des collections
  • Participer à la production des indicateurs quantitatifs et/ou qualitatifs associés au projet

Activités spécifiques

  • Participer, le cas échéant, à des missions de valorisation sur les contes de Perrault illustrés par Doré.

Compétences requises

  • Connaissance de la littérature du XVIIe
  • Connaissance du conte merveilleux
  • Connaissance des illustrateurs du XIXe siècle
  • Maîtrise des outils informatiques standards et des applications propres au domaine de la recherche
  • Connaissance des outils bibliographiques (répertoires, bases de données, ressources documentaires…)
  • Connaissance de l’anglais
  • Capacité à travailler en équipe
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, qualité rédactionnelle

Caractéristiques

  • Référence du poste : RC100
  • Sites : François-Mitterrand Quai François-Mauriac Cedex 13 75706 Paris
  • Catégorie : B
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Gestionnaire de collections et de traitement documentaire
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Fixe
  • Nombre d’heures par mois : 80
  • Durée du contrat : 1,5 mois – 6.6
  • À pourvoir à compter du : 01/10/2020

Contacts

  • Jacques VIDAL-NAQUET
    Directeur du Centre national de la littérature pour la jeunesse- La Joie par les livres
    33 (0)1 53 79 55 01
  • Marine PLANCHE
    Adjoint au chef de service – Centre national de la littérature pour la jeunesse
    33 (0)1 53 79 55 02
  • Ghislaine CHAGROT
    Gestionnaire de collections : monographies, périodiques
    33 (0)1 53 79 88 03

Postuler

Postuler en ligne

Offre d’emploi : Assistant de recherche

Bandes magnétiques dans une bandothèque
Bandes magnétiques dans une bandothèque

Missions et activités permanentes

Dans le cadre du programme de recherche « Attaques et dégradations de la bande magnétique : du diagnostic à la machine de nettoyage », le titulaire du poste est chargé de :

  • Effectuer des travaux de recherche, d’expertise et d’analyse sur une partie des collections audiovisuelles de la BnF, en collaboration avec des départements internes ou des organismes externes :
    • Identifier et collecter des sources d’informations bibliographiques
    • Identifier le type de document
    • Enregistrer, inventorier, référencer et classer les collections objets de la recherche
  • Participer à la conception et à la réalisation des expériences en laboratoire pour l’analyse de l’état de conservation des collections ; 
  • Mettre en place et gérer les éléments nécessaires à la conduite d’expériences ou d’analyses ;
  • Tenir un cahier d’inventaire (recueil, saisie des données, compte rendu et présentation des résultats, alimentation d’une base de données) ;
  • Collecter et conserver des données liées aux observations ;
  • Rendre compte de ses observations et de ses travaux (rapports, notes de synthèse …) ; diffuser et valoriser les résultats obtenus ;
  • Participer aux rapports, publications, mémoires des travaux de recherche ;
  • Participer à la production des indicateurs quantitatifs et/ou qualitatifs associés au projet

Activités spécifiques

  • Participer, le cas échéant, à des chantiers spécifiques au service

Compétences requises

  • Maîtrise des outils informatiques standards et des applications propres au domaine de la recherche
  • Connaissance des normes et formats de métadonnées adaptés à la spécialité
  • Connaissance des outils bibliographiques (répertoires, bases de données, ressources documentaires …)
  • Connaissance de l’organisation physique et numérique des fonds de la BnF
  • Savoir identifier et utiliser les sources d’information bibliographique utiles quel qu’en soit le support
  • Savoir estimer l’intérêt documentaire, scientifique ou historique ainsi que la valeur et l’état d’un document ou d’un fonds
  • Maîtriser les connaissances indispensables au bon exercice de ses fonctions en matière d’hygiène et de sécurité
  • Connaître les règles de sécurité à respecter dans la manipulation des appareils de laboratoire
  • Etre capable d’identifier les produits dangereux (corrosifs, toxiques, inflammables) et connaître les précautions qu’exigent leur stockage et leur manipulation
  • Capacité à travailler en équipe
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, qualité rédactionnelle

Contraintes spécifiques

Poste situé au Centre technique de conservation de Bussy-Saint-Georges

Caractéristiques

  • Référence du poste : RC104
  • Sites : Bussy-Saint-Georges 14 rue de Gutenberg 77607 Bussy-Saint-Georges
  • Catégorie : B
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Gestionnaire de collections et de traitement documentaire
  • Nature du besoin : Occasionnel
  • Planning : Fixe
  • Nombre d’heures par mois : 70
  • Durée du contrat : 2 mois – 6.6
  • À pourvoir à compter du : 01/11/2020

Contacts

  • Dominique THERON
    Chef du service Conservation
    33 (0)1 53 79 88 15
  • Stéphane BOUVET
    Chargé d’études et de recherche en conservation. spécialité physique-chimie. Responsable du laboratoire DSC sur le site Bussy
    33 (0)1 53 79 38 36

Postuler

Postuler en ligne

Les Catalogues d’éditeurs ou la société au miroir

La BnF accueille cette année 7 chargés de recherches documentaires (CRD) qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Sophie Bros , accueillie au département Littérature et art pour son projet Editions illustrées et roman d’aventures : l’influence de l’image dans les romans d’aventures illustrés français et anglais des années 1870-1920 décrit l’apport du fonds Q10.


Ce que le fonds Q10 nous révèle

Parmi les fonds que possède la Bibliothèque nationale de France, il en est un fort discret, et pourtant incroyablement riche : le Q10, « collection unique de catalogues de libraires, d’imprimeurs et d’éditeurs, français et étrangers1 », qui s’étend des origines à nos jours, liste incommensurable de titres et forme de dictionnaire des œuvres à deux entrées : maison d’édition et dates de mise en vente.

Ces catalogues d’éditeurs fonctionnent, pour qui se penche et se perd sur la multitude de boîtes qui les contient, un peu comme des livres d’Histoire : ils nous offrent page après page le récit des lectures d’une époque donnée, et, partant, se révèlent être de véritables instantanés de la société d’alors. Précieux creusets d’information, ils exposent les goûts et modes de pensée de leurs contemporains, gravés en filigrane dans les présentations d’ouvrages publiés, les titres mis en avant, les choix de rééditions soigneuses, les « romans nouvellement dotés d’illustration » et les publicités pour livres d’étrennes, auxquelles il faut adjoindre les commentaires qui ponctuent ces annonces de parution.

L’étude en particulier des couvertures de catalogues s’avère révélatrice, puisque ces dernières ont pour vocation de fonctionner comme produits d’appel, voués à intriguer et allécher, mettant en avant, selon les choix du libraire-éditeur, ou bien des nouveautés recherchées, ou bien des valeurs sûres attestant le sérieux et la construction réfléchie d’un ensemble bibliographique.

Voyageons-donc, le temps de quelques exemples, dans le XIXe que nous offrent ces fascicules qui n’avaient pas vocation à survivre, mais qu’une conservation attentive — et la notion de dépôt légal— ont préservés.

Cette plongée dans l’esprit XIXe est tout à fait frappante à l’examen des catalogues de la maison Baillière, maison d’édition scientifique et notamment médicale, fondée par Jean-Baptiste Baillière en 1818, qui fut l’éditeur officiel de l’Académie royale, puis nationale, puis impériale, et à nouveau nationale de Médecine : l’évolution de ce titre seul, qui figure en première page des catalogues distribués, écrit une page de l’Histoire de France. C’est sur cette maison d’édition que nous allons nous pencher ici, à titre d’exemple, de 1844 à 1910.

Au XIXème : catalogue médical et enjeux religieux

En 1844, la librairie de Germer Baillière annonce en première page de son catalogue la publication d’un ouvrage intitulé Le Magnétisme et le somnambulisme devant les corps savants, la cour de Rome, et les théologiens, rédigé « par M. l’Abbé J.-B. L., prêtre, ancien Élève en médecine ». L’emphase volontaire sur la double casquette de l’auteur, qui est présenté comme la solution pour une voie médiane, unissant propos religieux et raison, va de pair avec la France de la Monarchie de Juillet, dont la politique est définie par le souverain lui-même comme celle de la tentative du « juste-milieu », jeu d’équilibriste entre velléités républicaines et conservatisme, entre tenants d’une monarchie de droit divin et athées convaincus.

Numérisation d’un des catalogues de l’éditeur Germer Baillière, année 1844, conservé à la BnF, fonds Q10B.
Numérisation d’un des catalogues de l’éditeur Germer Baillière, année 1844, conservé à la BnF, fonds Q10B.

Il s’agit alors de ménager la chèvre et le chou, en montrant que « la plupart des magnétiseurs ont abusé de la science pour attaquer le Catholicisme ; [mais] que, d’un autre côté, les Ecclésiastiques sont allés trop loin en attaquant la science pour défendre l’intégrité de la Religion ». Le catalogue choisit donc de porter la parole d’un homme à la fois de science et de robe, dissertant de sujets qui occupent nombre d’esprits depuis le dix-huitième — comme le magnétisme, et la distinction juste ou non, existante ou factice, entre magnétisme animal et magnétisme humain –, témoignant ainsi des tâtonnements médicaux d’alors, et de la difficile scission entre science et charlatanisme : bref, reflétant divers aspects constitutifs des années 1840.

Notons d’ailleurs que la question soulignée n’est pas tant celle de la validité scientifique de la thèse, que celle de l’attaque à la « foi et aux mœurs », d’une façon qui ne manque pas aujourd’hui de nous faire sourire, mais qui n’est peut-être après tout que les prémices de nos questionnements éthiques.

Le remède dans le mal

Ailleurs, c’est à la lecture des réclames qui émaillent les pages des catalogues d’ouvrages que nous sourions, comme celle dans les années 1840 pour le Vin de Bellini, « apéritif fébrifuge » et « aliment fortifiant et réparateur, recommandé aux enfants débiles ».

Page de réclames issue du Bulletin mensuel bibliographique et industriel de Germer Baillière, années 1840
Page de réclames issue du Bulletin mensuel bibliographique et industriel de Germer Baillière, années 1840

Mais il est vrai que l’alcool est encore une boisson quotidienne2 – on consomme alors en période de moisson une moyenne de deux litres de vin par jour et par personne (hommes comme femmes) dans le Languedoc3 – boisson dont les méfaits commencent cependant à être dénoncés par le mouvement hygiéniste, ce qui débouchera sur la création en 1872 de la Société française de tempérance, et de son mensuel Le Bon Conseiller.

Extrait du Bon Conseiller, mensuel de la Société française de Tempérance, année 1886
Extrait du Bon Conseiller, mensuel de la Société française de Tempérance, année 18864

Cela n’empêche pas que l’alcool (qui, après tout, désinfecte !) reste un des remèdes phares du siècle, si l’on en croit les prix de l’Exposition internationale de Paris, où une mixture d’alcool et de viande crue a remporté la médaille d’argent, comme nous le fait savoir l’annonce qui en fait la publicité : l’élixir alimentaire Ducro (l’emploi seul du terme « élixir » dans un domaine scientifique étonne aujourd’hui).

Réclame pour l’ « Elixir Ducro » issu du Catalogue Baillière coté 8 Q10B 1852
Réclame pour l’ « Elixir Ducro » issu du Catalogue Baillière coté 8 Q10B 1852

L’intérêt du produit réside, notez bien, dans l’immense panel de maladies qu’il cure : des « maladies consomptives », à l’albuminerie (présence d’albumine dans les urines, une protéine qui ne devrait se trouver que dans le sang), en passant par le rachitisme : l’alcool et la viande crue semblent bons pour tout — à condition semble-t-il d’en consommer « tous les jours » ! Etonnamment, à la même époque, l’impératrice Elisabeth d’Autriche utilise un régime similaire (jus de viande crue en guise de repas) pour au contraire rester le plus mince possible : la viande crue a décidément toutes les vertus, qu’on se le tienne pour dit. De fait, on la promeut même sur les murs parisiens :

Presse merveilleuse à jus de viande, guérison de l'anémie. La presse Drevelle extrait à la minute 50% de jus de viande [...] Exposition publique tous les jours 98, boulevard de Sébastopol, 98, Paris. : [affiche] / Harland
Presse merveilleuse à jus de viande, guérison de l’anémie. La presse Drevelle extrait à la minute 50% de jus de viande […] Exposition publique tous les jours 98, boulevard de Sébastopol, 98, Paris. : [affiche] / Harland

L’existence et la promotion de ce qui nous semble aujourd’hui relever de recettes douteuses de sorcières se convertit ici en témoignage des progrès de la médecine et de la pharmacopée, tout en signalant plus simplement la mise en place d’une certaine façon de faire de la publicité (par écrit), et donc d’une société qui se tourne de plus en plus vers l’imprimé, et dans laquelle l’alphabétisation va augmentant.

De fait, un ensemble de catalogues, même de maison d’édition médicale et scientifique, ne permet pas uniquement d’avoir une meilleure vision de ce qu’était la médecine et sa pratique quotidienne au XIXe, mais nous offre aussi une véritable plongée dans tout un pan de notre histoire culturelle, en nous révélant via les titres mis en vente les sujets d’intérêt et de recherche de l’époque.

Avancées technologiques et présupposés raciaux : les instantanés d’une société

Ainsi, à la fin du siècle (la maison Baillière se nomme désormais J.-B. Baillière et fils ; nous sommes en 1896), l’éditeur choisit de consacrer l’intégralité de sa première page de catalogue à la présentation d’un ouvrage dont la présence au beau milieu d’un fascicule de titres médicaux et scientifiques peut surprendre : le Formulaire des nouveautés photographiques.

Première page du catalogue de la maison J.-B. Baillière coté 8°Q10B 1982, paru en 1896
Première page du catalogue de la maison J.-B. Baillière coté 8°Q10B 1982, paru en 1896

La présentation nous indique dès la première ligne que « la photographie a pris une extension considérable et, [que] tous les jours, les inventeurs, les savants, les amateurs, enrichissent le domaine […] des connaissances pratiques et techniques », nous faisant pénétrer de plain-pied dans un monde de technicité et de goût pour la technologie. En effet, depuis le lancement du Kodak portatif en 1888 par George Eastman — innovation possible grâce à l’invention de la pellicule qui remplace les plaques de verre pour l’impression — il n’est plus besoin d’être photographe professionnel pour prendre des clichés. Cette première page entérine matériellement l’entrée dans un monde médiatique, obsédé depuis un siècle par la possibilité de fixer (ce qu’on voit comme ce qu’on entend), d’enregistrer de manière immarcescible ce qui était jusque-là voué à l’éphémère.

L’image, qui envahit au XIXe tous les lieux, des affiches placardées sur les colonnes Morris aux pages de journaux en passant par les murs grâce aux lanternes magiques, devient le média principal5 ; or, la présence d’un ouvrage portant sur la photographie dans des pages consacrées habituellement à la médecine, à l’anthropologie, à l’agriculture, etc. cristallise bien ce caractère plurivoque de la photographie, à la fois art, technique, et avancée scientifique. En ce sens, les formulations de la présentation de l’ouvrage sont tout à fait révélatrices, évoquant « les applications de la photographie scientifique et artistique : la photographie des couleurs, le cinématographe, la reproduction à distance des dessins et gravures, la radiographie ou photographie de l’invisible, la photographie et l’illustration du livre, etc. ». Sont inscrits en creux et en puissance, pêle-mêle dans cette phrase, les développements de l’imagerie médicale et les recherches des Curie, les réflexions d’un Benjamin sur l’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, et les essais des frères Lumière, balbutiements de ce qui deviendra la plus grande industrie culturelle du XXème siècle.

Mais l’essor de la photographie n’incarne pas uniquement un tournant dans notre société, qui va n’avoir de cesse de se transformer en monde de l’image ; elle va aussi de pair avec une volonté anthropologique d’illustrer les diverses découvertes, en les étiquetant, les organisant. Car l’homme du XIXème est taxinomiste par excellence, et tout ce qui l’entoure se prête alors à une logique de tri et de classification, velléité qu’attestent là encore les catalogues d’éditeurs, dont les listes de titres se font les témoins des divers sujets d’études du moment de leur publication. Ainsi, dans la Bibliothèque des Connaissances utiles, « collection de 100 volumes in-16 illustrés », qui se veut généraliste, nous trouvons à la fois des titres comme L’Engrais, L’Alcool, Aide-mémoire pratique de la photographie, L’Economie domestique, L’Electricité ou Le Dessin, mais aussi Les Ballons dirigeables ou Le Cheval anglo-Normand, car, comme l’explique le catalogue : « la question chevaline passionne à juste titre tous ceux qui s’intéressent à la prospérité et à la défense du pays ». Et bien entendu, le fascicule met l’accent sur le fait que l’ouvrage est illustré de « nombreuses photogravures » qui permettent de distinguer tous les types d’étalons.

Mais ce goût de la représentation allié au goût de la taxinomie ne porte pas uniquement sur les animaux et les plantes, mais va aussi jusqu’à « l’étude de l’homme ». Ainsi, une couverture comme la suivante (datée de mars 1891), mettant en évidence comme l’œuvre la plus importante parmi les nouvelles parutions un ouvrage intitulé Les Races humaines est aujourd’hui un précieux témoignage des dérives anthropologiques et du racisme constitutif de la société XIXe :

Couverture de numéro de Catalogue de mars 1891 de la librairie Baillière
Couverture de numéro de Catalogue de mars 1891 de la librairie Baillière

Et, à nouveau, il convient de noter l’emphase sur le caractère imagé de l’ouvrage « illustré de 530 figures », mais aussi ce que cela dénote du tropisme pour l’ailleurs et les modes de vie étrangers d’une société pour laquelle la notion de terra incognita a encore un sens (quand celle de voyage rime encore avec aventure), et à laquelle on prend donc plaisir à exposer – et représenter – l’inconnu : « types, scènes de mœurs, paysages, vêtements, parures, outils, armes… ». Bien entendu, le tout s’inscrit dans une logique coloniale particulièrement marquée en France et en Angleterre, et que le développement des Expositions universelles et Expositions coloniales traduit, expositions dont les illustrations et comptes rendus émaillent les catalogues de libraire.

Le poids de la morale

Dans cette société-là, la morale, toujours teintée de religion, tient le haut du pavé, fournissant une liste de titres aujourd’hui parfaitement surannés et surprenants.

Ainsi, si c’est simplement le nom parfaitement prédestiné du professeur Robinet qui prête à sourire lorsqu’il écrit un traité élémentaire d’Hygiène (et l’affirmation absolue que « toutes les maladies [contagieuses] sont évitables »), c’est en revanche tout ce qu’on devine d’interdits et de normes corsetées qui nous frappent dans le titre suivant : La Gymnastique des Demoiselles.

Extrait d’un catalogue de la Librairie J.-B. Baillière et fils, ca 1900
Extrait d’un catalogue de la Librairie J.-B. Baillière et fils, ca 1900

Car si les normes imposées par la morale et les bonnes mœurs se perçoivent dans tous les domaines de la société et envers tous, il n’en demeure pas moins que ce sont surtout les femmes qui en font les frais (à l’usage desquelles on se met alors à employer fréquemment et médicalement le terme d’hystérique), et que les restrictions vont viser en priorité.

Ainsi, en 1896, c’est l’ensemble des ouvrages du docteur Coriveaud promus par le catalogue de Baillière qui attirent notre attention, puisque « l’auteur a pris la jeune fille à l’âge où elle n’est plus une enfant (…), et l’a conduite jusqu’au mariage » ( !), afin d’octroyer des conseils d’hygiène, notant au passage « les inconvénients que présente le séjour des villes pour les jeunes filles », terminant par « quelques considérations sur le mariage précoce, car à partir de là la jeune fille va devenir femme et mère ». C’est d’ailleurs là tout le propos d’un de ses autres écrits : Le lendemain du mariage, titre étonnant pour une étude d’hygiène, dont la simple liste des sous-titres est fort révélatrice : « l’amour et le mariage – La première nuit de noces  – le voyage de noce – la chambre à coucher …etc. », ou encore « Plaisirs permis et plaisirs défendus » !

Extrait d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière datant de 1896.
Extrait d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière datant de 1896.

Il faut dire que le mariage a fait couler beaucoup d’encre, et notamment celle des plumes médicales (alors même que la question nous semble plutôt relever d’un juriste), comme l’atteste la présentation du livre Le Mariage, écrit par le professeur Bouardel en 1901, qui ne manque pas de nous surprendre – et signale une fois de plus le poids des conventions : « depuis la loi sur le divorce6, les médecins ont eu à débattre bien des questions relatives au mariage ».

Double-page issue d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière, 1901
Double-page issue d’un catalogue de la librairie J.-B. Baillière, 1901

Sujet alors indissociable de celui du mariage (l’union sexuelle ne pouvant aller ouvertement sans une union juridique), les relations sexuelles et leurs conséquences occupent une place de choix dans les parutions médicales de la fin du siècle, et témoignent là encore des us d’une époque. Ainsi de cet ouvrage accolé à celui sur le mariage du professeur Bouardel, dans lequel l’auteur s’attaque à l’avortement. La simple présence d’un tel écrit dit l’existence d’une telle pratique, quand la façon dont elle est qualifiée souligne le point auquel elle est décriée ; le premier adjectif employé ne laisse ainsi aucun doute sur la posture morale apparente de l’auteur « l’avortement criminel est de tous les temps et de tous les pays » (il faudra attendre encore 73 ans avant que Simone Veil ne se rende à l’assemblée pour présenter son projet de dépénalisation de l’avortement, et l’année 1975 pour que la loi soit adoptée). Il est à noter justement que l’auteur a conscience de la fréquence des tentatives d’avortement, et ne cherche pas à le cacher «  si le nombre d’accusations d’avortement en France est très peu élevé, tous les médecins savent combien sont plus fréquents en réalité les avortements provoqués » ; et d’ailleurs l’ouvrage, qui se veut étude générale de l’avortement, y précise les « substances abortives inefficaces et celles ayant une action directe sur l’utérus », ce qui signifie qu’il donne des clefs à ceux qui souhaiteraient en faire usage – qu’il les donne dans ce but ou non, la question est ouverte. Elle se veut d’ailleurs résolue par une note dans la présentation de l’ouvrage suivant Etude médico-légale sur l’avortement, qui précise qu’il a été fait à certains auteurs ce reproche d’indiquer les diverses méthodes employées pour interrompre une grossesse, mais que « les méthodes abortives et les agents abortifs sont trop connus, même en dehors du public médical, pour que leur exposé puisse être considéré comme fournissant des armes à ceux qui en font usage » : le propos étonne, mais rend manifeste le caractère fréquent d’une pratique alors illégale, livrant ici encore des indices quant à la société dans laquelle de tels ouvrages paraissent.

La sexualité examinée à la lumière des normes sociales ne se reflète cependant pas uniquement dans les études portant sur la procréation ; et c’est ainsi qu’en mars 1877 une des publications présentées concerne Les passions dans leur rapport avec la santé et les maladies, sous-titré « l’Amour et le Libertinage », nom qui semble fort peu idoine pour un traité scientifique, qui plus est écrit par (ça ne s’invente pas !) le docteur L.-X. Bourgeois. Cette association entre passion et maladie souligne le lien qui est fait entre les maux et ce qui est considéré comme mal ; illustrant une fois de plus le poids de la bien-pensance, et surtout les cadres dans lesquels se développe le propos médical.

Catalogue de la librairie Baillière de Mars 1877, 2ème série, n°117
Catalogue de la librairie Baillière de Mars 1877, 2ème série, n°117

Ainsi, ce qui de prime abord pouvait sembler simple liste de publications (obsolètes puisque médicales et datées dans le cas de la libraire Baillière) se fait évocation des différents aspects d’un siècle : balloté entre sciences et pseudosciences, tiraillé entre raison, empirisme et religion, poids du catholicisme et des « bonnes mœurs », marqué par les indications des régimes politiques qui se succèdent et des modes de pensée dominants.

Les catalogues d’éditeurs, qui appartiennent de manière évidente à l’Histoire du Livre, témoins des publications autorisées et censurées, des modalités de vente et des formats, de la capacité à illustrer ou non les ouvrages, s’inscrivent alors à juste titre dans l’Histoire des sciences et des mœurs, nous révélant tout autant lorsque nous nous livrons à une analyse lexicale (il en va ainsi par exemple de l’Histoire de la sexualité et des genres) qu’à une analyse chiffrée (se penchant par exemple sur le nombre de rééditions ou d’ouvrages traitant d’un même sujet).

Loin d’être réservée aux archivistes et spécialistes du monde éditorial, l’étude ou la consultation d’un fonds comme le Q10 se fait de la sorte source intarissable pour l’historien des mentalités comme pour celui des arts ou des sciences, et offre au chercheur en lettres d’inestimables témoignages sur le contexte de production des ouvrages, nous permettant de plonger dans le quotidien livresque d’une époque révolue.

Pour aller plus loin

  1. Voir url : <https://bnf.libguides.com/catalogues_editeurs>. []
  2. D’où des publicités où l’on parle de « liqueur de table » ! Voir, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9012541v?rk=321890;0>. []
  3. Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans du Languedoc, Flammarion, champs histoire n° 7, 1977. []
  4. []
  5. Rappelons-nous du jeune Marcel du début de À la recherche du temps perdu, évoquant la valeur quotidienne de ces  fameux éléments du paysage urbain parisien, placardés de couleurs et d’images « Tous les matins je courais jusqu’à la colonne Morris pour voir les spectacles qu’elle annonçait. Rien n’était plus désintéressé et plus heureux que les rêves offerts à mon imagination par chaque pièce annoncée, et qui étaient conditionnés à la fois par les images inséparables des mots qui en composaient le titre et aussi de la couleur des affiches encore humides et boursouflées de colle sur lesquelles il se détachait. » Du côté de chez Swan, Marcel Proust. Pour plus d’exemples et d’informations sur les affiches, voir, url : <https://gallica.bnf.fr/html/und/images/affiches-acces-par-auteur?mode=desktop>. []
  6. Rappelons que la loi autorisant le divorce a été rétablie en juillet 1884, après une première période d’instauration de 1792 à 1816. []

Le « Grand Renouard » du papier au numérique

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Du nom du bibliographe Philippe Renouard (1862-1934), les fascicules « Grand Renouard » sont des outils bibliographiques consacrés à la production des libraires-imprimeurs parisiens du XVIe siècle. Organisés alphabétiquement par nom de libraire-imprimeur, ils ont été constitués en grande partie par Jeanne Veyrin-Forrer, ainsi que par d’autres chercheurs et conservateurs à la Réserve. Toutefois, en raison de la précision des notices, les fascicules Renouard ne concernent qu’une minorité de libraires-imprimeurs : ceux dont le nom commence par les lettres A et B, et quelques autres libraires-imprimeurs tels Jean Loys et Guillaume Cavellat. D’autres fascicules en cours sont respectivement consacrés à Chrétien Wechel, Gilles Corrozet et Michel de Vascosan, auxquels s’ajoute notre fascicule sur Jean Petit.

Marque de libraire de Jean Petit (n° 881), extraite de Philippe Renouard, Les marques typographiques parisiennes des XVe et XVIe siècles, Paris: H. Champion, 1926, p. 283.
Marque de libraire de Jean Petit (n° 881), extraite de Philippe Renouard, Les marques typographiques parisiennes des XVe et XVIe siècles, Paris: H. Champion, 1926, p. 283.

Les fascicules Renouard présentent dans leur forme traditionnelle une introduction générale sur la production du libraire-imprimeur et des notices avec des caractéristiques communes : une description bibliographique permettant d’identifier l’édition, la transcription diplomatique du titre, de l’adresse et du colophon, une analyse structurée du contenu, un relevé du matériel typographique, des indications sur la mise en page, des notes sur la filiation de l’édition, une bibliographie secondaire et la liste des localisations d’exemplaires connus dans le monde. De telles notices sont par conséquent longues à réaliser : la constitution d’un fascicule Renouard est un travail qui s’étend sur plusieurs années.

À l’heure du numérique, se pose la question de savoir comment les fascicules Renouard doivent poursuivre : quel est aujourd’hui l’intérêt d’un fascicule « Grand Renouard » ? Un outil informatique pour ce travail pourrait-il contribuer à la recherche sur les libraires-imprimeurs parisiens du XVIe siècle ? Si oui, quelles adaptations pouvons-nous proposer ?

En effet, nous devons commencer par rappeler que l’histoire du livre à Paris au XVIe siècle dispose déjà d’une base de données : la Bibliographie des éditions parisiennes du XVIe siècle (BP161). Cette base a été développée au sein de la Réserve des livres rares de la BnF à partir de l’Inventaire chronologique de Brigitte Moreau, qui recense de manière systématique les éditions parisiennes imprimées de 1501 à 1540. Les notices sont plus concises que celles du « Grand Renouard » et sont organisées par année puis par ordre alphabétique d’auteur. La base BP16, qui reprend et poursuit ce travail, contient aujourd’hui l’essentiel des éditions parisiennes connues de la première moitié du XVIe siècle.

Le « Grand Renouard » et l’Inventaire chronologique se sont développés de manière simultanée dans la deuxième moitié du XXe siècle, mais pas pour les mêmes raisons : alors que l’Inventaire chronologique devait permettre un recensement général de la production imprimée du XVIe siècle, le « Grand Renouard » devait offrir une description précise de chacun de ces livres et une étude approfondie de la production d’un libraire-imprimeur. Pourtant, ces deux objectifs du « Grand Renouard » ont évolué différemment : alors que les numérisations offrent un accès plus direct aux ouvrages et concurrencent la rédaction de notices extensives, l’étude de l’activité des libraires-imprimeurs et de leurs réseaux prend une place de plus en plus importante dans la recherche sur le livre ancien.

La réalisation d’un fascicule « Grand Renouard » destiné à Jean Petit arrive dans ce contexte et pause aussi d’autres difficultés : personnage central du monde du livre à Paris, Jean Petit participe à la publication de près de 10% des imprimés parisiens connus entre 1495 et 1540, soit plus d’un millier d’éditions. Travaillant systématiquement avec d’autres libraires et imprimeurs, Jean Petit nous permet d’accéder au fonctionnement des réseaux du métier du livre à Paris, et d’étudier notamment les imprimeurs anonymes, encore mal connus des travaux sur le livre ancien.

Le « Grand Renouard » apparaît comme le principal outil nous permettant d’effectuer ce travail parce qu’il s’appuie sur un ensemble de conventions qui sont communes aux différents fascicules de la collection, notamment pour ce qui concerne le relevé du matériel typographique. Ces conventions permettent d’établir des liens entre la production de Jean Petit et celle des autres libraires-imprimeurs. Dans le même temps, nous pouvons nous demander en quelle mesure l’exhaustivité des notices traditionnelles nous permettront de répondre à nos questions : dans le contexte actuel de la recherche, pouvons-nous proposer des adaptations ?

Sans engager l’ensemble de la collection, nous avons procédé à la mise en place d’une base de données consacrée à la production de Jean Petit. Cette base présente trois principaux objectifs : l’organisation du travail de recherche, l’exploitation des données et la publication des notices bibliographiques – sous le format numérique ou papier. Il s’agit actuellement du principal outil que nous utilisons dans notre travail à la Réserve.    

La mise en place d’une base de données pour le « Grand Renouard » pose toutefois plusieurs types de questions, et d’abord des questions structurelles : une base de données ne peut se concevoir comme un outil papier. Nous pouvons par exemple donner l’exemple des index2.

Dans la bibliographie papier, les index se situent à la fin, et permettent une meilleure exploitation des informations. Mais si la bibliographie perd son index, elle peut toujours être utilisée, bien que de manière plus limitée. Dans le cas de la base de données, tout le fonctionnement du système repose sur le principe d’indexation : les notices d’autorité sont au fondement même de la structure de la base. Le rapport entre les notices bibliographiques et les notices d’autorité est ainsi fondamentalement différent entre la bibliographie papier et la base bibliographique, même si dans les deux cas le résultat final est la notice bibliographique.

En parallèle, comme nous l’avons annoncé plus haut, se posent aussi des questions de contenu. Dans la mesure où nous disposons aujourd’hui de plusieurs ressources qui n’existaient pas auparavant, nous pouvons nous demander si certains aspects des notices traditionnelles du « Grand Renouard » ne pourraient être repensés, en particulier pour ce qui concerne la transcription diplomatique des pages de titre et colophons ou l’analyse du contenu à la page près. Pour notre base de données, nous avons maintenu l’ensemble des éléments constitutifs de la notice traditionnelle, en donnant toutefois des transcriptions normalisées et une analyse du contenu simplifiée. En revanche, le relevé du matériel typographique est aussi exhaustif que possible, afin de permettre de plus précises datations et identifications des ateliers d’impressions.

La troisième question consiste enfin à savoir comment la base de données s’inscrit dans le paysage informatique de la recherche et des bibliothèques. La base bibliographique pose en effet des problématiques proches de celles qui se présentent aujourd’hui pour les catalogues de bibliothèques dans le cadre notamment de la transition bibliographique. Par exemple, alors que le premier niveau de description de la bibliographie papier est l’édition (manifestation), la base bibliographique devient mieux exploitable à partir du moment où il existe un niveau supérieur consacré aux textes (œuvres). Ce rapprochement pourrait ainsi permettre sur le long terme d’envisager un modèle de base bibliographique interopérable, du moins en partie, avec les catalogues informatisés. Dans le même temps, il faut aussi considérer que ces outils répondent à des questions différentes et ne pourraient se concevoir exactement de la même manière.

En somme, le contexte actuel de la recherche et les spécificités de la production de Jean Petit nous ont amené à envisager une base de données pour la réalisation de notre fascicule « Grand Renouard ». Ce projet repose nécessairement sur la description des livres issus de la production de Jean Petit, mais a pour principale finalité de reconstituer des réseaux de libraires-imprimeurs. Entre-temps, il nous permet de préciser les repères pour la datation des ouvrages et l’identification des ateliers d’impression. La base de données « Grand Renouard » est ainsi un outil que nous mettons en place pour organiser notre travail et mieux exploiter nos résultats, tout en les rendant accessibles à l’ensemble des chercheurs.

Note

La réflexion relative au passage du « Grand Renouard » du papier au numérique accompagne celle que nous menons actuellement pour le projet La réception d’Érasme en France au XVIe siècle (dir. Christine Bénévent), projet dans lequel nous travaillons également.

  1. Voir url : <http://bp16.bnf.fr/>. []
  2. Je remercie Tiphaine Foucher (BnF) et Gina Mars (Bibliothèque Mazarine) pour les échanges sur cette question. []

Candidatez jusqu’au 21 octobre pour une bourse d’études en Île-de-France !

La Bibliothèque nationale de France, membre des « domaines d’intérêt majeur » (DIM) Matériaux anciens et patrimoniaux (MAP) et Le patrimoine manuscrit philosophique arabe et syriaque en Île-de-France et ailleurs: trésors à découvrir et circuits de diffusion (PhASIF) diffuse l’appel à candidatures ParisRegionFP.

Logo PhASIF

Le « Paris Region Fellowship Programme » (ParisRegionFP) est une Action Marie Skłodowska-Curie (AMSC) financée par le programme Horizon 2020. Il vise à renforcer les capacités de recherche et l’influence internationale de l‘Île-de-France en permettant de :

  • Recruter un total de 52 leaders internationaux, de toutes nationalités, pour des postes de niveau postdoctoral dans la recherche et l’innovation, portant sur une grande variété de disciplines ;
  • Fournir une mobilité intersectorielle, une formation professionnelle spécifique et des mesures permettant une évolution de carrière pour ces chercheurs expérimentés.

Le premier appel pour le recrutement de 26 chercheurs pour des bourses d’études postdoctorales d’une durée de deux ans est ouvert jusqu’au 21 octobre 2020.

Les chercheurs auront pour objectif de concevoir et mettre en œuvre leur projet de recherche dans un groupe de recherche de première classe de leur choix, appartenant de préférence à l’un des 13 « domaines d’intérêt majeur » (DIM) labellisés par la Région Île-de-France et correspondant à des domaines clés sur lesquels la Région concentre son soutien et ses investissements :

  • Mathématiques fondamentales et leurs applications dans tous les secteurs où il y a un potentiel de rupture important (Math’innov) ;
  • Matériaux anciens et patrimoniaux (MAP) ;
  • Science et ingénierie en région Île-de-France pour les technologies quantiques (SIRTEQ) ;
  • Islam en Île-de-France – Histoire, culture et société ;
  • Astrophysique et conditions d’apparition de la vie (ACAV+) ;
  • Ruptures en sciences des solides poreux (Respore) ;
  • Thérapie génique – Accélérer le développement de la thérapie génique ;
  • Un monde, une seule santé (One Health) – infectiologie et vaccins ;
  • Empowering Life sCiences with Innovative Technologies – Technologies innovantes pour les sciences de la vie (ELICIT) ;
  • Sciences du texte et connaissances nouvelles ;
  • Qualité de l’air, impacts sanitaires et innovations technologiques et politiques (QI²) ;
  • Longévité et vieillissement ;
  • Réseau francilien en sciences informatiques (RFSI).

ParisRegionFP offrira un programme de formation nouveau, international, interdisciplinaire et intersectoriel aux chercheurs recrutés, et couvrira des sujets scientifiques, académiques et industriels dans ces secteurs clés, ainsi que des connaissances de terrain et des compétences transférables sans lien avec la recherche.

Le programme d’enseignement et de recherche sera mis en œuvre par des universités de premier rang et 20 organisations extra-académiques partenaires, comprenant des acteurs d’organisations culturelles prestigieuses ainsi que des acteurs des ressources humaines de grands groupes industriels et de PME dans des secteurs économiques variés. Les acteurs scientifiques assureront la capacité de l’infrastructure et de l’environnement de haut niveau à mener une recherche d’excellence. Les partenaires extra-académiques contribueront à la mise en œuvre du programme ParisRegionFP en accueillant des chercheurs expérimentés à l’occasion de détachements ou de visites, ou en offrant des formations, du mentorat ou encore des opportunités d’avancement de carrière.

Plus d’informations

Contact

prfp@iledefrance.fr

Offre d’emploi : Chargé-e d’appui au traitement des données scientifiques – BnF Data Lab et TGIR Huma-Num CNRS H/F

Missions

Le·la chargé·e d’appui au traitement des données scientifiques a pour mission, en coordination avec la TGIR Huma-Num et la direction du BnF Data Lab, d’accompagner les projets de recherche dans leur construction et leur déploiement grâce à des outils et services adaptés.

Activités

  • Accompagner d’un point de vue opérationnel les projets de recherche accueillis et/ou soutenus par le BnF Data Lab
  • Identifier et orienter les équipes de recherche vers les outils de traitement et d’exploitation des données, rédiger des spécifications pour le développement d’outils et le choix d’environnements numériques
  • Accompagner les équipes dans l’utilisation des outils et services d’Huma-Num et d’autres réseaux (consortiums, réseaux de compétences à l’international etc.)
  • Conseiller les chercheurs aux différentes étapes techniques de gestion de leurs projets numériques (constitution de corpus, traitements et analyses, valorisation, préservation des données…)
  • Animer des formations et participer à des manifestations scientifiques organisées par Huma-Num et/ou la BnF
  • Assurer en propre des traitements pour réaliser des projets répondant à des défis numériques innovants portés conjointement par la BnF et Huma-Num
  • Exercer une veille scientifique et technique dans le domaine des Humanités Numériques
  • Partager les problématiques de traitement numérique des chercheurs du BnF Data Lab avec les équipes d’Huma-Num.

Compétences

  • Humanités Numériques : connaître le domaine (littérature, veille, interlocuteurs, réseaux), les problématiques de l’enseignement supérieur et de la recherche. Avoir pratiqué dans le cadre de projets SHS le développement et la mise en œuvre de logiciels de traitement et de publication de données et de documents.
  • Connaissance des usages et technologies du web sémantique : normes et standards d’interopérabilité, métadonnées, datamining.
  • Connaissance des technologies numériques appliquées au traitement et à l’exploration des données.
  • Programmation et bases de données : connaître à un niveau débutant, au moins un des langages de programmation (Python, PHP, Perl par exemple) et son utilisation dans le cadre de traitement des données et/ou du web, ainsi qu’au moins une des bases de données usuelles (relationnelle, noSQL…).
  • Capacité d’apprentissage et d’appropriation des nouvelles technologies.
  • Connaissance des règles et problématiques juridiques du droit de l’information.
  • Maîtriser les techniques de présentation orale et écrite, de rédaction de documents de synthèse.
  • Anglais niveau B1.

Savoir-faire opérationnels

  • Conduite de projets : savoir identifier les finalités et les objectifs, prévoir les moyens de réalisation, structurer les différentes phases du projet, rédiger les cahiers des charges, coordonner les échanges entre les différents interlocuteurs et partenaires.
  • Formation : savoir identifier les besoins et définir les objectifs d’acquisition des compétences, organiser, rédiger les supports, dispenser éventuellement des formations.
  • Réseautage : savoir s’insérer dans un réseau d’échanges ou de partage des ressources et conduire des projets inter-organismes.
  • Savoir rendre compte et faire le lien sur le plan technique entre le BnF Data Lab et la TGIR Huma-Num.

Contexte de travail

Le BnF Data Lab est un nouveau service mis en place par la BnF pour développer la recherche sur les collections numériques. Cet espace, situé en bibliothèque de recherche du site François Mitterrand proposera aux chercheurs un environnement matériel (bureaux, salles de travail, salle de formation…), technique (prestations d’accès ou de constitution de corpus : extraction, indexation, numérisation…) et scientifique (assistance et expertise) destiné à faciliter l’exploitation de corpus numériques, dans le respect des règles de propriété intellectuelle.
Le/La chargé.e d’appui au traitement des données scientifiques sera affecté.e à la Très Grande Infrastructure de Recherche – TGIR Huma-Num, portée par le CNRS, l’Université d’Aix Marseille et le Campus Condorcet. Pour en savoir plus sur les missions de la TGIR Huma-Num : https://www.huma-num.fr/la-tgir-en-bref.

La personne recrutée intégrera le pôle “données” de l’unité sous la responsabilité du responsable du pôle et collaborera de manière transverse avec les différents pôles d’Huma-Num au sein d’une unité composée actuellement de 20 personnes réparties sur Paris et Lyon. Elle collaborera également avec la coordinatrice du BnF Data Lab et les équipes de recherche hébergées au BnF Data Lab. 

La personne recrutée sera amenée à travailler sur les sites de la TGIR (Raspail Paris 5ème, Campus Condorcet à Aubervilliers) et sur le site François-Mitterrand de la BnF (Paris 13ème).

Contraintes et risques

Des déplacements fréquents sur ces trois sites en Ile-de-France sont à prévoir.

Informations générales

  • Référence : UMS3598-ARIALL-012
  • Lieu de travail : AUBERVILLIERS
  • Date de publication : mercredi 1 juillet 2020
  • Type de contrat : CDD Technique/Administratif
  • Durée du contrat : 12 mois
  • Date d’embauche prévue : 1 septembre 2020
  • Quotité de travail : Temps complet
  • Rémunération : Rémunération entre 2151 et 2727 euros bruts mensuels selon expérience
  • Niveau d’études souhaité : Bac+3
  • Expérience souhaitée : Indifférent

Postuler

Observation sur le statut de chercheur sur le terrain à travers une expérience cinématographique

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Mon projet de recherche sur les traditions musicales iraniennes a pour objectif de comprendre le rapport établi par la musique avec le corps et la psyché humaine au sein des pratiques performatives et musicales iraniennes. Dans cette optique, durant les études de terrain, j’ai opté pour le statut d’observateur-participant. Par ailleurs, il est à noter que plus j’avançais dans mes recherches, plus je constatais que ma participation aux événements culturels, tout en gardant la distance d’un observateur, ne me permettrait pas de saisir ce que je cherchais. Ce besoin était bien évidemment en lien avec mon sujet de recherche, lequel se définissait dans le rapport entre un complexe culturel et la structure psychocorporelle humaine.

Ainsi, j’ai entrepris l’apprentissage de la musique de la province Khorassan en Iran qui me paraissait être une porte d’accès vers une expérience plus intime de l’artiste. Suite à cet engagement plus actif par le biais de l’apprentissage, un autre principe m’est alors apparu : la communication par le biais d’un art, dans un contexte culturel, se passe également par une interprétation personnelle du performeur de ce phénomène culturel. Grâce aux nombreuses études ayant pour objet la culture des autochtones de plusieurs régions du monde1, nous savons désormais qu’il n’existe pas une seule définition ni une seule narration qui circule dans une aire culturelle autour d’un seul phénomène culturel. Par ailleurs, je ne cherchais pas à appréhender comment l’autre comprend le phénomène en question et me suis plutôt employé à saisir ce que je pouvais en tirer par le biais de ma propre interprétation. De plus, cette interprétation est également tributaire de plusieurs facteurs socio-culturels à portée du chercheur sur le terrain.

Dans ce contexte, il m’a paru plus juste d’adapter mon statut en fonction des besoins du terrain et d’opter pour un statut que j’ai nommé apprenti-interprète. Par ailleurs, il est à noter que ce statut est employé dans un processus de recherche-création qui permet au chercheur d’interpréter ses acquis dans un processus pratique et créatif. Ainsi, le choix de créer des films documentaires au cours des recherches de terrain a pris un autre sens. Je me suis impliqué dans la création de films documentaires non seulement pour documenter mes démarches, mais aussi pour que le fait de filmer (dans tous les détails techniques et narratifs) fasse partie de mes réflexions. Par la suite, j’évoquerai rapidement trois observations sur l’échange entre chercheur et le sujet de recherche sur le terrain, pendant le tournage dans le cadre de mes recherches de terrain en Iran.

Au départ, le choix de s’engager dans un processus de création en ce qui concerne le niveau musical, performatif et cinématographique n’était pas clair dans ses détails méthodologiques. Je connaissais la musique traditionnelle iranienne et celle de la région de Khorassan, mais ma pratique de la musique ne se déroulait pas dans le même contexte. C’est la raison pour laquelle un manque de connaissance sur la technique dans son contexte m’est apparu. Après une première étape de recherche de terrain pour le film La danse tragique des mélodies2 cette nécessité m’a paru encore plus prépondérante. Etant à la fois observateur et participant au sein d’une performance, je n’ai pas pu franchir certaines limites dans l’expérience des performeurs, surtout quand il s’agit d’une expérience religieuse ou, autrement dit, d’une expérience du sacré. Durant le tournage du film sur le Ta’zieh, j’ai perçu le décalage entre mes acquis et ce contexte au moment où j’ai tenté de m’engager dans le processus d’apprentissage.

Ainsi, la démarche choisie pour les recherches sur l’art des Bakhshi a pris une autre dimension. Dès les premiers contacts avec des Bakhshi, je me suis présenté en tant qu’apprenti. Lors des premières rencontres, cette manière de se présenter me semblait plus pertinente pour accéder à une discussion fertile. Au fur et à mesure que j’avançais dans mes recherches, j’étais convaincu que s’engager en tant qu’apprenti était une manière plus adaptée à la compréhension de l’expérience intime des musiciens. Mon propos, comme je l’ai évoqué, était l’expérience intérieure des musiciens (instrumentistes et vocalistes) au cours de leur performance musicale. En effet, l’apprentissage constituait l’ouverture vers ce monde caché dont le maître ne fait que vous monter l’accès et non l’intérieur. Suite à cela, le tournage de film Les Bakhshi sont vivants a pris une autre direction.

Le deuxième point concerne la relation réciproque entre le chercheur et le sujet de la recherche. J’ai remarqué que, quel que soit le choix de mon statut, j’aurais de toute manière un impact sur le terrain, car l’autre (mon sujet de recherche dans son contexte) n’est pas un élément fixe et invariable. Afin d’éclairer ce propos, je rejoins l’idée de Monique Desroches et Brigitte Desrosiers concernant les études de terrain. Elles soulignent que : « […] le terrain, c’est, d’abord et avant tout, la rencontre de l’Autre, rencontre souvent meublée d’interrogations et d’énigmes en raison même des unicités culturelles. Cette situation de fait concourt à démarquer, à séparer dans un premier temps, l’observant de l’observé3. »

Dans cette distinction, selon le choix de la méthode de terrain (choisie par le chercheur), en empruntant l’idée d’Alain Merriam, un cadre de recherche se crée et oriente celle-ci sur le terrain4. Tous les éléments comportant l’objet de la recherche à l’intérieur de ce cadre subissent un effet issu des obligations méthodologiques. Durant mes recherches, cet effet m’a impressionné du fait de l’émergence de nouveaux phénomènes culturels issus de cette orientation. J’ai constaté que, dans un dialogue et un échange réciproque, un nouvel événement peut émerger du fait de la compréhension de notre méthodologie par le sujet de la recherche sur le terrain. Au moment où j’ai décidé d’orienter mes travaux de terrain vers une forme cinématographique, j’avais pour but de créer un dialogue entre le chercheur et son objet d’étude afin de faire entendre mon sujet. Cette intention, qui avait pour but d’éviter les commentaires sur les expériences finies, a donné naissance à une nouvelle forme d’expérience devant la caméra, que nous aborderons par la suite.

Au cours de mes études sur le Ta’zieh, en tant que réalisateur, j’ai demandé à un Mo’in al Boka5 d’un groupe de Ta’zieh de nous décrire les détails techniques du jeu et du chant des chanteurs de Ta’zieh. Après une discussion consécutive à cette présentation, le résultat final était une sorte de master class avec les joueurs professionnels de Ta’zieh, sous la direction de la personne auprès de laquelle j’avais formulé ma demande. Cette master class pour tous les joueurs était une expérience nouvelle, car dans le Ta’zieh on n’apprend pas à jouer et à chanter d’une manière académique, ou dans une école. Ainsi, je me suis retrouvé devant un phénomène culturel qui a émergé pour mes recherches. Pourtant je n’avais pas demandé exactement cette forme et n’avais pas mis volontairement en scène cette master class devant la caméra. Le simple fait de ma présence et ma demande ont spontanément créé une nouvelle forme de présentation de ce spectacle. Cette scène a fini de me convaincre que l’échange entre moi et mon sujet est réciproque. Cette influence sur le milieu m’a également poussé à réfléchir sur la responsabilité que le chercheur doit assumer devant son terrain. De même qu’il peut avoir un impact positif, de même il peut affecter négativement son milieu de recherche. Ce même phénomène s’est produit pendant la recherche sur l’art des Bakhshi de Khorassan, que je traiterai ultérieurement.

Un troisième point, en lien avec les deux derniers, concernait la nuance du rôle dramatique que j’ai choisi sur le terrain et dans mon film. Autrement dit, la manière par laquelle le sujet de recherche m’a incité à m’adapter. Comme indiqué plus haut, étant présent devant la caméra, dès les premiers tournages du film sur le Ta’zieh et malgré ma participation, je n’ai pas pu obtenir une approche émique envers mon sujet et mon expérience s’est arrêté au niveau éthique. À ce sujet, les autrices de « Notes « sur » le terrain » affirment :

L’entrée de l’ethnomusicologue dans l’univers sémantique de l’Autre impliquait, de fait, une entrée dramatique en lui-même, afin de comprendre de quelle façon s’organisaient ses propres perceptions. La distinction des catégories étiques et émiques supposait une capacité à départager ce qui, dans l’interaction, appartenait au monde perceptuel du chercheur ou de la personne observée

Monique Desroches et Brigitte DesRosiers, Id.

Pour relier mon premier point sur la nécessité d’apprentissage et ce dernier, c’est-à-dire entrer dans son rôle dramatique afin de toucher sa propre perception, je me suis retrouvé face à un obstacle : la croyance du chercheur.  Si l’apprentissage, en tant que point départ, est la clé pour entrer dans le monde imaginaire de notre sujet au cours de cette transmission, comment dois-je me situer par rapport à une expérience religieuse ? Est-il possible pour le chercheur d’assumer un statut soi-disant neutre ?

Dans un article traitant de ses recherches sur la musique d’un rituel brésilien, Élise Heinisch aborde cette difficulté de définition d’une éthique et de règles préalablement rigides pour une recherche en ethnomusicologie, surtout lorsqu’il s’agit de musiques inscrites dans un contexte rituel et religieux. Elle souligne pertinemment : « Comment rester objectif quand les éléments, les données vous touchent intimement ? On soulève des questions de fond sur les théories des émotions. Comment s’en préserver, les accompagner, s’épargner, se gérer et continuer à avancer ?6 »

Cependant, elle conclut que, malgré cet inévitable impact que l’on reçoit de la part de notre sujet d’étude, il ne faut pas s’emmêler profondément avec le sujet : « s’engager dans un processus initiatique au sein de la religion que l’on étudie, bien que ce soit le répertoire musical sur lequel l’ethnomusicologue se focalise, rend instable le travail dans sa dimension herméneutique7. »

Même si on accepte l’idée évoquée ci-dessus, il convient de noter que ma recherche ne se limitait pas au répertoire musical, mais avait justement pour vocation de comprendre cette dimension herméneutique qui se passe dans l’imaginaire de mon sujet de recherche et qui affecte son acte de création. De ce fait, il fallait que je trouve un moyen d’entrer dans cet univers sans m’immiscer activement dans la croyance religieuse d’autrui. À ce stade, je devais répondre à une question : dans une perspective de toucher et comprendre le sacré, est-il nécessaire de croire à une religion pour pouvoir effectuer une interprétation valable et personnelle du sacré ?

Pour répondre à cette question, je me suis engagé dans un autre processus de création qui avait pour objet la transmission. Les ateliers d’entrainement de l’acteur, issus de mes expérimentations avec les traditions musicales en Iran, ont été créés dans une perspective de rendre possible le partage d’une connaissance acquise sur le terrain et durant l’apprentissage. Je traite ce processus d’atelier dans ma thèse de doctorat, mais le principe de transmettre au spectateur le toucher du sacré dans un processus cinématographique sera discuté dans un autre article.

  1. En France on peut citer l’exemple des études sur la mythologie de peuple d’Amazonie par Claude Lévi-Strauss. []
  2. Film documentaire réalisé par l’auteur en 2020 sur la technique et l’apprentissage du Ta’zieh. []
  3. Monique Desroches et Brigitte DesRosiers, « Notes « sur » le terrain », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 8 | 1995, mis en ligne le 4 janvier 2012, consulté le 26 février 2020. URL : <http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/1145>. []
  4. Idem. []
  5. La personne qui organise un spectacle de Ta’zieh, pour le choix des chanteurs et leur attribuer un rôle et leurs textes. Autrement dit, il fait le travail d’un metteur en scène. []
  6. Élise Heinisch, « L’ethnomusicologue et les rituels de possession. Éthique d’une recherche (umbanda, Brésil) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 25 février 2020. URL : <http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/1750>. []
  7. Ibid. []

Sonates « pour dessus instrumental » à la mandoline : le cas de Scarlatti

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


En tant que musicienne-chercheuse associée au département de la Musique et spécialiste des mandolines anciennes, je concentre mes recherches et mes activités musicales sur le répertoire historique de la mandoline, dont le département de la Musique de la BnF détient l’une des collections parmi les plus riches au monde. Cette abondance de sources musicales pour mandoline conservées à Paris est mieux comprise à la lumière d’un contexte plus large. En effet, il existe de nombreux témoignages historiques et iconographiques de la faveur indéniable dont cet instrument jouissait en France dans la seconde partie du siècle des Lumières, surtout auprès de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie.

De gauche à droite : Pierre-Étienne Falconet, La joueuse de mandoline, seconde moitié du XVIIIe siècle ; Jean-Baptiste
André Gautier-Dagoty, Marie-Josephine de Savoie, comtesse de Provence, 1777; Cazes le fils, Portrait de madame
Louis Chénier en costume grec ou en costume de mariée, XVIIIe siècle.
De gauche à droite : Pierre-Étienne Falconet, La joueuse de mandoline, seconde moitié du XVIIIe siècle ; Jean-Baptiste
André Gautier-Dagoty, Marie-Josephine de Savoie, comtesse de Provence, 1777; Cazes le fils, Portrait de madame
Louis Chénier en costume grec ou en costume de mariée, XVIIIe siècle.

En dehors des œuvres destinées à la mandoline, la BnF conserve également une source très importante qui témoigne d’une pratique d’interprétation à la mandoline d’un répertoire qui n’a pas été conçu à l’origine pour cet instrument. Il s’agit d’un manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal et qui porte l’indication « per mandolino e cimbalo » (« pour mandoline et clavecin »), au début du premier mouvement de l’une des sonates pour clavecin de Domenico Scarlatti, la sonate en ré mineur K 891.

Domenico Scarlatti, Sonate en ré mineur K 89, premier mouvement. Bibliothèque de l’Arsenal, Ms-6785, f. 198v-199.

Ce document risque de surprendre ou intriguer plus d’un connaisseur de la musique pour clavier du compositeur napolitain, puisque les 555 sonates de Scarlatti sont principalement connues du grand public dans leur version pour clavecin seul. Cependant, il est maintenant communément admis que, dans la vaste production pour instruments à clavier du compositeur napolitain, il est des œuvres dont le type d’écriture semble se tourner davantage vers un instrument soliste accompagné de la basse continue que vers le clavecin. C’est justement à partir de la découverte du manuscrit de l’Arsenal qu’un petit nombre de sonates de Scarlatti (K 77, 81, 88, 89, 90, 91) est entré dans le répertoire de la mandoline depuis les années 1990.

Plusieurs questions se posent à l’interprète, face à cette source : est-il raisonnable de supposer que le répertoire que les mandolinistes jouaient en France au XVIIIe siècle était plus vaste par rapport à ce que l’on pourrait croire aujourd’hui ? Quels sont les moyens que nous pouvons mettre en œuvre pour élargir ce répertoire tout en restant dans une démarche cohérente avec les sources dont nous disposons ? Comment restituer ces pièces à la mandoline, en sachant qu’elles n’ont pas forcément été conçues pour cet instrument, en s’appuyant sur les informations contenues dans les méthodes instrumentales de cette époque ?

Une partie initiale de mon travail a donc été consacrée à l’étude de la musique originale écrite pour la mandoline à cette époque, et en particulier aux méthodes instrumentales publiées à Paris entre 1768 et 17722. L’importance de ces méthodes réside dans le fait qu’elles réunissent de façon systématique toutes les différentes techniques de jeu qui étaient utilisées à l’époque. D’une part, elles permettent de comprendre quels sont les éléments qui rendent une sonate idiomatique pour la mandoline ; d’autre part, elles donnent à l’interprète les éléments clés sur la façon de procéder afin d’adapter à la mandoline certaines sonates qui n’ont pas été composées à l’origine pour cet instrument.

Gabriele Leone, METHODE, / Raisonnée. / Pour passer du Violon à la Mandoline et de / L’archet a la plume où le moyen
seur de Jouër sans / maître en peu de temps par des Signes de Convention / assortis à des exemples de Musique facile.
Paris, l’auteur, [1768]. Département de la Musique, CU-55.
Gabriele Leone, METHODE, / Raisonnée. / Pour passer du Violon à la Mandoline et de / L’archet a la plume où le moyen
seur de Jouër sans / maître en peu de temps par des Signes de Convention / assortis à des exemples de Musique facile.
Paris, l’auteur, [1768]. Département de la Musique, CU-55.

En partant du manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal, la deuxième étape de mon travail a été de parcourir le corpus de sonates de Scarlatti qui présentent une écriture à deux voix, similaire à celle qu’on trouve dans la sonate K 89, et qui semblent donc avoir été écrites pour un dessus instrumental accompagné de la basse continue. À l’intérieur de ce corpus, j’ai essayé d’identifier les œuvres les plus idiomatiques pour la mandoline et de proposer une restitution de ces pièces. Mon objectif a été d’aborder ces œuvres du point de vue d’un interprète moderne qui doit chercher à se réapproprier d’un répertoire qui n’a pas été conçu à l’origine pour son instrument, toujours dans le respect des pratiques d’interprétation anciennes.

L’analyse du texte musical m’a également permis d’identifier le type de mandoline le plus approprié pour chaque sonate. Certaines de ces œuvres sont à l’évidence destinées à un instrument accordé par quintes, comme la mandoline napolitaine ou le violon. Par contre, d’autres sonates, peu idiomatiques ou même impossibles à jouer sur une mandoline napolitaine, se révèlent parfaitement adaptées à un instrument accordé par quartes, comme la mandoline lombarde, qui avait elle aussi un certain nombre d’amateurs en France à la même époque.

Mandoline napolitaine, Antonius Vinaccia, Naples, 1768. Photo : Bernard Martinez
Mandoline napolitaine, Antonius Vinaccia, Naples, 1768. Photo : Bernard Martinez
Mandoline lombarde d’après Antonio Monzino, Milan, 1792, conservée au Museo Teatrale alla Scala.
Copie réalisée par Tiziano Rizzi à Milan en 2010. Photo : Bernard Martinez
Mandoline lombarde d’après Antonio Monzino, Milan, 1792, conservée au Museo Teatrale alla Scala. Copie réalisée par Tiziano Rizzi à Milan en 2010. Photo : Bernard Martinez

Le programme « Sonates pour mandoline de Scarlatti » a été présenté en concert au Petit Auditorium de la BnF le 18 juin 2019 par mon ensemble, Pizzicar Galante, dans le cadre de la série « Les Inédits de la BnF ». Notre enregistrement de ces sonates a été récemment publié par le label Arcana, et a également fait l’objet d’un vidéoclip réalisé par le cinéaste Luca Marconato :

Scarlatti : mandolin sonatas – Ensemble Pizzicar Galante – disque Arcana A 115 (CD teaser).
Anna Schivazappa, mandolines baroques, Ronald Martin Alonso, viole de gambe, Daniel de Moraïs, théorbe et
guitare baroque, Fabio Antonio Falcone, clavecin.

Perspectives…

Je poursuis actuellement mon travail de valorisation des compositions pour mandoline conservées au département de la Musique, avec l’accompagnement de mon tuteur, François-Pierre Goy. En particulier, un nouvel enregistrement en lien avec mon projet de recherche est prévu au cours de l’année prochaine, avec le souhait de faire découvrir au public des œuvres peu connues, mais aussi de proposer une nouvelle approche des classiques du répertoire de la mandoline baroque.

Pour aller plus loin

Le site de l’ensemble Pizzicar Galante

Pour écouter

  1. La lettre K suivie d’un numéro renvoie au catalogue des sonates de Scarlatti établi par le claveciniste et musicologue américain Ralph Kirkpatrick (1911 – 1984). []
  2. Michel Corrette, Nouvelle Méthode pour apprendre à jouer en très peu de temps de la mandoline, Paris, Lyon, Dunkerque, 1772 ; Département de la Musique, RES VMB-64 ; Pierre Denis, Méthode pour apprendre à jouer de la mandoline sans maître, Paris, [ca 1768-73] ; Jean Fouquet, Méthode pour apprendre facilement à jouer de la mandoline à 4 et à 6 cordes, Paris, aux adresses ordinaires de musique ; Lyon, Castaud, [ca 1770] ; Giovanni Battista Gervasio, Méthode très facile pour apprendre à jouer de la mandoline à quatre cordes, instrument fait pour les dames, Paris, Boüin, 1767. Gabriele Leone, Méthode raisonnée pour passer du violon à la mandoline et de l’archet à la plume, Paris, Bailleux, 1768. Des exemplaires des méthodes de Corrette, Denis, Fouquet et Leone font partie des collections du Département de la Musique de la BnF. []

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

Colloque de clôture du projet ANR Foucault Fiches de Lecture – Première partie à l’IMEC Abbaye d’Ardenne, 10-11 septembre 2020, à la BnF le 26 septembre 2020.

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique
Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

En proposant la numérisation des fiches de lecture de Michel Foucault conservées à la BnF, le programme ANR Foucault Fiches de Lecture (FFL) vise une approche de l’œuvre de Foucault fondée sur l’analyse des pratiques de lecture du philosophe et de ses cheminements de pensée.

Le colloque final sera l’occasion d’effectuer un bilan, au niveau des outils développés, en ce qui concerne l’édition et le travail de la recherche foucaldienne valorisant le fonds Foucault déposé à la Bibliothèque nationale de France. Il s’agira aussi de proposer une réflexion sur les enjeux politiques et intellectuels du numérique dans le domaine des archives. Parce que matérialité technique et pensée sont étroitement liées, le numérique en tant qu’écriture n’est pas sans effet ni sur la façon d’organiser et de penser les archives dans la société, ni sur la manière de pratiquer la philosophie.

Programme du 10 septembre

  • 9h30 Mot de bienvenue par F. Bordes et P. Sabot suivi d’une ouverture par Mathias Girel, Laurence Le Bras et Michel Senellart
  • 10h30 Les outils. Président de séance J.-P. Moreux
    • Présentation de la plate-forme numérique
      Vincent Ventresque
    • « Lire les fiches de lecture avec Transkribus »
      Marie-Laure Massot et Vincent Ventresque
  • 14h30 Les projets d’édition. Président de séance L. Dartigues
    • « Michel Foucault, un cas exemplaire pour penser les pratiques savantes »
      Jean-François Bert
    • « Les usages de la plate-forme au soutien des projets d’édition de Michel Foucault »
      Elisabetta Basso
    • « Reconstituer un corpus à partir d’archives : Foucault et la phénoménologie »
      Philippe Sabot
  • 18h00 Soirée animée par E. Basso
    • Les enjeux des archives numériques pour les chercheurs et les archivistes. Avec François Bordes, Laurence Le Bras, Jean-Philippe Moreux, Arianna Sforzini

Programme du 11 septembre

  • 9h30 Analyse du travail « matériel » (1). Président de séance M. Senellart
    • « Le bio-pouvoir entre libéralisme et néolibéralisme. Un regard par les boîtes »
      Luca Paltrinieri
    • « La genèse des Aveux de la chair : les hypothèses de l’archive »
      Philippe Chevallier
    • « Édition et ayants-droit, une nécessaire coopération »
      Laurent Dartigues
  • 14h30 Analyse du travail « matériel » (2). Président de séance Ph. Chevallier
    • « Foucault, néolibéralisme et la question de l’État : un éclairage à partir des fiches de lecture »
      Carolina Verlengia
    • « Archéologie et volonté chez Michel Foucault entre les années 1950 et 1960 »
      Orazio Irrera

Programme du 26 septembre

Matinée

9 h 30 – Présentation de la matinée par Laurence Le Bras
9 h 40 – Présentation du projet et des objectifs techniques par Vincent Ventresque
9 h 50 – Présentation de fonctionnalités de Gallica utiles au projet par Jean-Philippe Moreux
10 h – Présentation du prototype et de ses aspects expérimentaux par Vincent Ventresque
11 h – Présentation de Transkribus par Jean-Philippe Moreux et Marie-Laure Massot
12 h – Présentation de la plateforme Eman par Richard Walter

Après-midi

14 h 30 – Ouverture par Laurence Le BrasIsabelle le Masne de chermont
15 h – « Le projet FFL : présentation et devenir », présentation du projet Foucault Fiches de Lecture et de ses enjeux pour la recherche par Michel Senellart et Laurent Dartigues
15 h 30 – « Conserver et éditer les archives », table ronde animée par Laurence Le Bras, avec Henri-Paul Fruchaud et Daniel Defert
16 h 30 – « Articles, cours, inédits : les visages de l’œuvre posthume », table ronde animée par Philippe Chevallier, avec François EwaldFrédéric Gros et Claude-Olivier Doron
17 h 30 – Table-ronde conclusive animée par Judith Revel : « Ce que l’édition posthume fait à l’œuvre  »

Informations pratiques BnF

  • Samedi 26 septembre 2020, 9h30 – 18h30
  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com (rubrique Bibliothèques) – Réservation obligatoire avant le 18 septembre pour la matinée.
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation).

Comité d’organisation

Elisabetta Basso, Laurent Dartigues, Michel Senellart, Vincent Ventresque, Carolina Verlengia, avec l’aimable participation de
François Bordes et Philippe Sabot.

Contact : laurent.dartigues@ens-lyon.fr

Publication des instruments de recherche de la Joie par les livres/Centre national de littérature pour la jeunesse

Dépliant diffusé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives
Dépliant diffusé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives

La mission Archives de la BnF conserve plusieurs versements d’archives du Centre national de littérature pour la jeunesse (CNLJ), rattaché à la BnF et successeur en 2008 de la Joie par les livres créée en 1963 et qui offre des ressources documentaires et des services sur la littérature pour la jeunesse et la lecture pour la jeunesse : actions de formation initiale et continue, publications et action internationale.

Carnaval organisé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives
Carnaval organisé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives

La mission a mis en ligne dans le catalogue BnF Archives et manuscrits l’ensemble des instruments de recherche décrivant les archives de La Joie par les livres, de l’association des Amis de la Joie par les livres et du Centre national de la littérature pour la jeunesse. Ces instruments vont du simple inventaire à l’instrument de recherche, mais consistent majoritairement en des bordereaux de versement.

Journal des enfants de la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives
Journal des enfants de la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives

L’inventaire des archives cotées 2009/050 a été établi à partir du récolement des archives de la Joie par les Livres lors de son rattachement à la Bibliothèque nationale de France, qui représentait un total de plus de 1800 boîtes. Les descriptions sommaires proviennent des informations figurant sur les boîtes versées. Un classement et des descriptions plus détaillés, conformes aux principes archivistiques, sont prévus mais il s’agit d’un travail de longue haleine en raison de l’importance matérielle du fonds. Pour le moment, seule la série historique de ce fonds (série H), a pu être traitée et recotée en 2019/024, tandis qu’un repérage d’archives éliminables a permis d’identifier les archives ne présentant pas d’intérêt historique ou administratif (essentiellement des éléments de comptabilité tels que des bons de commande et des factures) et donner lieu à l’élimination de la série Comptabilité, ainsi que de quelques boîtes éparses au sein des versements (ces éliminations figurent dans les descriptions).

Statuts de l'association  la Joie par les livres (2019/024/1/5) . © BnF, archives administratives
Statuts de l’association la Joie par les livres (2019/024/1/5) . © BnF, archives administratives

Les autres instruments de recherche sont des bordereaux de versement de différentes entités (secrétariat de direction, secteur formation…) qui versent très régulièrement leurs archives et donnent lieu à de multiples instruments de recherche, qu’on a donc souhaité regrouper pour plus de lisibilité pour les chercheurs.

Procès-verbal de la délibération du conseil d'administration de l'association  la Joie par les livres (2019/024/1/1) . © BnF, archives administratives
Procès-verbal de la délibération du conseil d’administration de l’association la Joie par les livres (2019/024/1/1) . © BnF, archives administratives

Depuis 2018 les archives éliminables sont prises en charge de façon différenciée des archives définitives afin d’éviter des opérations de reclassement susceptibles d’entraîner des changements de cotation.

L’ensemble des archives définitives versées depuis 2009 a fait l’objet d’un reconditionnement dans des matériaux plus appropriés pour la conservation définitive afin de garantir la bonne conservation des archives et leur protection en cas de sinistre.

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search