Séminaire Transfopress Europe : Profils et parcours des journalistes de la presse allophone


Galignani’s messenger, N° 172

Programme

  • 14h30 – 14h50 : François Robinet : « Introduction ».
  • 14h50 – 15h10 : Diana Cooper-Richet (CHCSC-UVSQ) : « Des journalistes au Galignani’s Messenger (1814-1895) ? ».
  • 15h10 – 15h30 : Isabelle Felici (Université Paul-Valéry, Montpellier) : « La presse anarchiste en italien dans le monde, du militant au journaliste ».
  • 15h30 – 15h50 : Gideon Kouts (Université Paris VIII) : « Les premiers journalistes de la presse hébraïque : l’invention d’un métier ».
  • 15h50 – 16h30 : Discussion et pause
  • 16h30 – 16h50 : Isabelle Richet (Université Paris-Diderot) : « Helen Zimmern et la Florence Gazette : la carrière d’une journaliste cosmopolite (1880-1915) ».
  • 16h50 – 17h10 : Pascal Riviale (Archives nationales) : « Théodore Ber, journaliste et éditeur de journaux en français au Pérou (deuxième
  • moitié du XIXe siècle) ».
  • 17h10 – 17h30 : Pauline Ambrogi-Réquillat (Université Paris-Diderot) : « Alfred Ebelot de la Revue des deux mondes au Courrier de la Plata (deuxième moitié du XIXe siècle) ».
  • 17h30 – 17h45 : Discussion
  • 17h45 – 18h : Michel Rapoport (CHCSC-UVSQ) : conclusions.

Informations pratiques

Séminaire animée par Francois Robinet

Quand ? Lundi 19 novembre 2018, 14h30-18h

Où ?  Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand (Quai François Mauriac, 75013 Paris), salle : B.

Atelier du livre : D’hier à demain, bibliothèques & publics empêchés : quels accès au livre et à la lecture pour les publics en situation de handicap ou hospitalisés ?

Argument

Que faut-il entendre par « publics empêchés », cette expression souvent reprise aujourd’hui lors de journées d’étude professionnelles comme dans les circulaires officielles, et dont les contours peuvent parfois paraître flous ?
Si la nature de cet « empêchement » a pu varier selon le contexte historique et politique dans lequel on l’emploie, celui-ci renvoie toujours à un accès difficile et le plus souvent impossible aux bibliothèques et à la lecture, principal vecteur de l’accès à la culture et au savoir. À l’Époque moderne, l’empêchement a pu être social en raison du faible taux d’alphabétisation de la population et de l’offre très réduite en matière de bibliothèques. En temps de guerre, l’empêchement d’accéder aux livres est souvent politique, ou bien les conditions matérielles (bombardements, incendies…) ne permettent pas aux lecteurs de gagner les bibliothèques. Aujourd’hui, on définit l’empêchement à partir de caractéristiques individuelles, comme une impossibilité physique de se déplacer en bibliothèque (personnes hospitalisées, placées sous main de justice…) ou d’accéder à la lecture de caractères imprimés du fait d’un handicap, physique ou cognitif.
C’est l’empêchement lié à un handicap ou à une maladie qui sera au centre de l’après-midi d’étude qu’organise la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec l’École nationale des chartes et l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques. Il s’agira d’étudier, dans une approche historique et contemporaine inédite, la relation établie au fil du temps entre bibliothèques et publics empêchés de lire. Des représentants de nombreuses institutions, associations et bien sûr bibliothèques interviendront aux côtés de chercheurs, juristes ou historiens de la culture, au cours d’une après-midi qui s’annonce riche d’échanges et permettra de faire dialoguer passé et présent autour de cette question.

Le Louis Braille : bulletin de l’Association Valentin Haüy

Programme

  • 14h Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la Bibliothèque nationale de France
  • 14h10 Introduction
    Yves Alix, directeur de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques
  • 14h30 L’évolution de l’histoire du droit en faveur des publics empêchés de lire
    Noë Wagener, maître de conférences en droit public à l’université Paris-Est Créteil

Bibliothèques et publics empêchés de lire du fait d’un handicap :
de l’accueil sur place au développement d’une offre de services

  • 14h50 Les dispositifs d’accessibilité à la BnF
    Carole Roux-Derozier, chargée de mission pour l’accueil des publics en situation de handicap à la BnF, et Chloé Cottour, responsable de l’édition adaptée aux personnes handicapées à la BnF
  • 15h20 L’INJA et la naissance du livre par Louis Braille
    Roxane Jeseck, responsable des relations extérieures de l’Institut National des Jeunes Aveugles, et Agathe Liénard, documentaliste au CDI de l’Institut National des Jeunes Aveugles
  • 16h00 Les activités de la médiathèque Valentin Haüy
    Laurette Uzan, responsable de la Médiathèque de l’Association Valentin Haüy
  • 16h20 – 16h40 : pause
  • 16h40 Le pôle sourd de la médiathèque de la Canopée la Fontaine
    Anne-Laurence Gautier, directrice-adjointe et chargée de l’action culturelle de la médiathèque la Canopée la Fontaine (Ville de Paris)
  • 17h Edition Adaptée, outils d’animation, ateliers participatifs : Signes de sens, 15 ans d’actions en faveur de l’accès à l’Information et à la Culture pour tous
    Sébastien Sellier, responsable communication et partenariats de « Signes de sens »

Quel accès au livre et à la lecture pour les publics hospitalisés ?

  • 17h20 Introduction : État des lieux et enjeux
    Thierry Claerr, chef du bureau de la lecture publique, département des bibliothèques, au Service du livre et de la lecture du ministère de la Culture
  • 17h40 Le réseau des médiathèques des patients et des personnels de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris
    Claudie Guérin, coordinatrice des médiathèques et centres de documentation de l’AP-HP
  • 18h Une bibliothèque destinée aux blessés pendant la Première Guerre mondiale
    Jérôme Van Wijland, directeur de la bibliothèque de l’académie de médecine

En partenariat avec l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques et l’École nationale des chartes

Conférences : « Trésors de Richelieu »

L’Institut national d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition de ce cycle, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de littérature, et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de l’INHA, de la BnF et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Responsables scientifiques

Continuer la lecture de Conférences : « Trésors de Richelieu »

ATELIER : Penser, classer, modéliser. L’exemple du projet Foucault Fiches de Lecture. (13/11)

Inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la BnF, le programme de recherche Corpus a pour objectif de construire un nouveau service de fourniture de corpus numériques à destination de la recherche. Un des axes explorés dans le cadre de ce projet consiste à accompagner les chercheurs dans leur appropriation des collections numériques. À cet effet, des ateliers d’échange sont régulièrement organisés entre des équipes de recherche partageant des enjeux méthodologiques, scientifiques et techniques similaires, ainsi que les personnels BnF experts des sujets abordés.
Cette année, nous suivons en particulier le travail de l’équipe de recherche travaillant sur le projet ANR Foucault Fiches de Lecture (FFL), dont le Service des manuscrits modernes et contemporains de la BnF est partenaire, afin d’étudier ses besoins en matière d’utilisation des données bibliographiques et plus globalement, sa pratique des humanités numériques. L’atelier « Penser, classer, modéliser », organisé en collaboration avec l’équipe travaillant sur le projet FFL et le département des Métadonnées de la BnF, se présente comme l’occasion de réfléchir ensemble, à partir d’un exemple concret, à des aspects de la modélisation et de l’enrichissement de données.


Le projet FFL a pour but de numériser, mettre en ligne, décrire et enrichir les manuscrits de notes de lecture de Michel Foucault, en utilisant une plate-forme numérique de travail collaboratif. Un prototype développé par l’équipe permet déjà de consulter les feuillets numérisés (environ 5700 feuillets actuellement), de les décrire et de les annoter : chaque utilisateur peut à la fois produire des métadonnées mutualisées et enregistrer des annotations privées. Basé sur les technologies RDF, le prototype permet également d’enrichir ces informations par un système de mashup et d’alignement avec les données bibliographiques et biographiques de data.bnf.fr1. Le projet vise ainsi à constituer une base de connaissances sur les sources de Foucault, ainsi qu’un référentiel terminologique du vocabulaire utilisé par le philosophe.

Parallèlement, des transcriptions seront réalisées, au moins pour une partie du corpus, en s’appuyant sur les fonctionnalités de la plate-forme eman. Afin de faciliter ce travail, l’utilisation du logiciel Transkribus (reconnaissance automatique d’écriture manuscrite) est envisagée : les résultats des tests réalisés2 laissent espérer que l’équipe disposera bientôt d’une grande quantité de textes produits automatiquement, qui serviront  de base pour la transcription manuelle, tout en permettant une indexation plein texte du corpus.

Il s’agit donc de réfléchir à l’articulation des données textuelles (provenant du relevé manuel des titres de fiches aussi bien que des transcriptions intégrales automatiques) avec les métadonnées renvoyant à des entités nommées (concepts, personnes, documents). Comment exploiter au mieux, structurer et harmoniser les différents types de données ? Un premier axe de travail consisterait à s’appuyer sur les index de notions réalisés pour les Cours au Collège de France, mais aussi sur des thesauri comme Rameau. Un deuxième axe serait d’utiliser les entités nommées déjà créées pour faciliter la correction des transcriptions automatiques et, réciproquement, d’utiliser les transcriptions pour le repérage et la création de nouvelles entités.

Modalités pratiques

Quand ? 13 novembre 2018, 14 – 17h30

Où ? Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand (Quai François Mauriac, 75013 Paris), salle : Aquarium.

Comment ? Entrée libre sur réservation via cette page.

  1. Voir la présentation de ces fonctionnalités donnée lors de l’atelier Corpus précédent, le 10/07/2018 :
    https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/3226/files/2018/07/Slides_atelier_bnf_Corpus_2.pdf []
  2. https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-01794139v1 []

Parution : Alcools de Guillaume Apollinaire, illustré par Louis Marcoussis

À l’occasion du centenaire de la mort de Guillaume Apollinaire, les Éditions de la BnF publient, en coédition avec Gallimard, un coffret contenant le fac-similé de l’exemplaire d’Alcools aquarellé par le peintre cubiste Louis Marcoussis et 40 eaux-fortes gravées par l’artiste.

Peintre cubiste « chéri des poètes » selon le mot d’Éluard, ami d’Apollinaire, de Max Jacob et de Pierre Reverdy comme il l’était de Braque, de Picasso et de Juan Gris, Louis Marcoussis (1878-1941) n’a cessé d’explorer les liens du langage poétique et du langage pictural. Alcools d’Apollinaire est au cœur de cette recherche du mystère de la création. De ce recueil qui l’a accompagné comme une inépuisable « eau de vie », Marcoussis a laissé deux grands cycles d’illustrations : un exemplaire de l’édition originale de 1913 entièrement rehaussé d’aquarelles entre 1919 et 1931 et une suite de gravures à l’eau-forte publiée en 1934. Ces deux œuvres, la première unique, la seconde tirée à très petit nombre pour quelques grands collectionneurs d’art contemporain, sont reproduites en fac-similé d’après les exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France et réunies dans un coffret. Elles sont accompagnées d’une étude de Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, qui éclaire leur genèse et l’ambition de Marcoussis de pénétrer au cœur de l’imagination poétique d’Apollinaire.

Informations pratiques

  • Description : 208 pages + un étui de 40 gravures + un livret de 48 pages 248 illustrations ;  115 x 190 mm
  • Date de parution : 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-7574-2072-0 / 9782757420720 
  • Éditeur :  BnF Éditions ; Gallimard
  • Prix : 35 euros

Pour aller plus loin

Marcoussis, Louis (1883?-1941), Eaux-fortes pour « Alcools » de Guillaume Apollinaire, Paris : Marcoussis, 1934. Album, en feuilles (19,1 x 12,7 cm). Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52508499c/f2.planchecontact>.

Parution : Les Premiers voyageurs photographes, 1850-1914

Les Éditions de la BnF publient Les premiers voyageurs photographes : 1850 – 1914, coédité par la BnF, la Société de géographie et les éditions Glénat. Réalisé sous la direction d’Olivier Loiseaux, département des Cartes et plans, cet ouvrage présente des clichés pris sur le vif par des explorateurs photographes entre 1850 et 1914 et constitue une invitation au voyage, de l’Orient à l’Occident, en même temps qu’une histoire des débuts de la photographie.

Officiers, reporters ou savants, en mission ou en quête d’aventures personnelles, les premiers voyageurs photographes ont su, dès les années 1850, faire preuve d’une grande maîtrise technique dans des conditions souvent extrêmes. Véritable invitation au voyage, cet ouvrage nous entraîne sur les pas de ces infatigables explorateurs, à la découverte de civilisations et de contrées alors inconnues. Leurs clichés, rassemblés au sein des collections de la Société de géographie, ici mises en lumière, témoignent du talent de ces pionniers, nous offrant ainsi, en un tour du monde, une histoire de la photographie.

Informations pratiques

  • Sous la direction d’Olivier Loiseaux. Textes d’Olivier Loiseaux et de Gilles Fumey
  • Description : Broché, 1 vol. (240 p.) : 250 ill., 21 × 28,5 cm
  • Date de parution : 24 octobre 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-344-02773-8 / 9782344027738, 978-2-7177-2799-9 / 9782717727999
  • Éditeur : BnF Éditions : Glénat
  • Prix : 35 euros

Exposition : Voyages en Scandinavie, du 5 octobre 2018 au 6 janvier 2019

Dans le cadre du Festival international de géographie qui met à l’honneur cette année les pays d’Europe du Nord, l’exposition Voyages en Scandinavie, au musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges, présente quelque 30 pièces d’exception – cartes, photographies et livres rares – , toutes issues des collections de la Bibliothèque nationale de France.

À l’époque où l’Europe découvrait le monde, ses régions nordiques étaient à peine plus connues que l’Amérique. Le Nord vint à trouver une identité géographique à travers le regard d’explorateurs, de voyageurs, de savants, d’aventuriers et de touristes qui en ont construit, au fil du temps, une représentation plus ou moins adéquate dans l’imaginaire collectif. L’exposition Voyages en Scandinavie se propose de saisir la profondeur historique de cette longue mise au point. Elle présente d’abord les premiers contours cartographiques donnés à cet espace et les récits de voyage qui commencent à s’intéresser aux peuples du Nord. D’une part, la Géographie de Ptolémée, traduite en latin au début du XVe siècle, est augmentée en 1427 d’une série de cartes modernes parmi lesquelles on trouve la première carte présentant l’Atlantique Nord comme une région à part. L’entreprise magistrale d’Olaus Magnus, auteur en 1539 de la première carte originale de la Scandinavie, naît ainsi d’une confrontation féconde à la référence ptoléméenne. D’autre part, au milieu du XVIe siècle,la domination espagnole et  portugaise sur le commerce maritime avec l’Orient via les routes de l’Atlantique Sud pousse les puissances émergentes, l’Angleterre et les Provinces-Unies, à rechercher une route alternative, le long des côtes scandinaves et sibériennes. Ces explorations s’accompagnent d’un effort cartographique sans précédent qui contribue à faire progresser la connaissance des régions septentrionales de l’Europe. 

L’histoire des voyages en Europe du Nord nous mène d’un espace hostile, froid, en proie à des forces redoutables à un territoire qui est progressivement découvert et étudié à l’époque des Lumières. Après avoir servi à rappeler à l’humanité les premiers stades de sa route vers la civilisation, les peuples du Nord deviennent un objet d’étude doté d’un intérêt propre. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le savoir ainsi accumulé est mûr pour produire de grandes synthèses académiques en histoire et géographie. Parallèlement, l’essor de la presse illustrée contribue à la diffusion de ces connaissances et à la vulgarisation des récits de voyages et d’explorations. L’Illustration et surtout Le Tour du monde, première revue illustrée exclusivement consacrée aux récits de voyages, qui paraît de 1860 à 1914 aux éditions Hachette, se font largement l’écho des voyages dans les pays nordiques et dans les terres arctiques, nourrissant l’imaginaire aventureux de ces régions. Au tournant du siècle, la poursuite des explorations a fini par combler les blancs sur la carte et seuls les pôles bénéficient encore de l’aura mystérieuse des espaces inconnus. La conquête polaire et la croisière arctique sont désormais les deux figures du voyage au Nord que déploient l’aventurier et son repoussoir, le touriste.

Commissariat

  • Éléonore Buffler, directrice du musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges
  • Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF
  • Cristina Ion, directrice adjointe au département des Cartes et plans, BnF
  • Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF
  • Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie, histoire,sciences de l’homme, BnF
  • Bertrand Tassou, chargé des collections de géographie au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF
  • Coordination scientifique : Gennaro Toscano, conseiller scientifique et culturel, BnF

Dans les collections

Chaque année, dans plusieurs établissements patrimoniaux en région, la BnF présente un « trésor » ou une sélection d’œuvres de ses collections, faisant ainsi partager à un plus large public ses richesses patrimoniales. Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec les collections locales, le programme « Dans les collections de la BnF » vise à développer de véritables partenariats avec d’autres institutions, dans les domaines scientifiques et pédagogiques. L’exposition présentée à Saint-Dié-des-Vosges permet à la BnF non seulement de mettre en lumière ses collections mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur sa bibliothèque numérique Gallica.

Pour aller plus loin

  • Le voyage en Scandinavie : anthologie de voyageurs, 1627-1914 / éd. établie par Vincent Fournier, Paris : R. Laffont, 2001, 1 vol. (XXXVIII-792 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 20 cm. (Bouquins).
  • The Northeast Passage: From the Vikings to Nordenskiold, 
    / [editor, Nils-Erik Raurala], Helsinki : Helsinki University Library : John Nurminen Foundation, 1992, 1 vol. (287 p.) : ill., cartes ; 35 cm.

Informations pratiques

  • Voyages en Scandinavie du 5 octobre 2018 au 6 janvier 2019
  • Musée Pierre-Noël, 11 rue saint Charles, 88100 Saint-Dié-des-Vosges

CartoMundi – Valorisation en ligne du patrimoine cartographique

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

http://www.cartomundi.fr/site/

Description

Pour aider les voyageurs, qu’ils soient  randonneurs ou automobilistes, les producteurs et diffuseurs de cartes et plans imprimés proposent des tableaux d’assemblage qui permettent de repérer la portion qui les intéresse d’un territoire cartographié à des échelles non reproductibles sur une seule feuille.

Exemples de tableaux d’assemblage de cartes Michelin

A l’autre bout de la chaîne éditoriale, les bibliothécaires emploient aussi des tableaux d’assemblage pour gérer et communiquer les fonds de leurs cartothèques, notamment pour identifier les cartes qu’ils possèdent.

Or, le site CartoMundi entend offrir des tableaux d’assemblages interactifs permettant de naviguer au sein du catalogue collectif des cartes et plans qu’il recense et de leurs reproductions. D’une certaine façon il a informatisé le travail auparavant effectué par les cartothécaires sur des fiches ou des tableaux imprimés. Ainsi, à partir d’un tableau d’assemblage virtuel, le public du site peut aisément identifier les cartes recensées par le site voire consulter leur version numérique quand les bibliothèques partenaires, dont la Bibliothèque nationale de France, ont procédé à leur numérisation.

Un accès cartographique géoréférencé permet aisément d’accéder au tableau d’assemblage d’un pays, d’une région, d’une ville pour ensuite visualiser le plus petit niveau de granularité produit par un éditeur de carte et possédé par une bibliothèque : à partir d’un planisphère interactif, un cadre permet de sélectionner la zone géographique recherchée.

Auteur(s)

  • Jean-Luc Arnaud, directeur de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique – CNRS, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – MMSH, laboratoire Telemme, Aix-en-Provence

  • Le programme est porté par un consortium coordonné par l’Université de Provence, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme et le laboratoire Telemme, avec la collaboration de la Bibliothèque nationale de France et de l’Institut géographique national

Pays

France

Exposition : « Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury »

« Mercure tenant le caducée » (inv.56.1) ; copyright BnF/Département Médailles, monnaies et antiques

Le département des Monnaies, médailles et antiques est co-commissaire de l’exposition « Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury » présentée à  New-York à l’Institute for the study of the Ancient World. À cette occasion, la BnF prête le trésor de Berthouville, un trésor d’orfèvrerie romain et gallo-romain, et environ 75 pièces – plateaux d’argent, camées, pierres précieuses, pièces de monnaie et bijoux – issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques.

Informations pratiques

  • Du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019
  • Institute for the study of the Ancient World, New-York.
  • 15 East 84th Street (between Madison and Fifth Avenues), New York, NY 10028

Mandragore, base des manuscrits enluminés de la BnF

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Page d’accueil de Mandragore

URL

http://mandragore.bnf.fr/

Description

La base de donnée Mandragore est un effet secondaire d’un programme de recherche interne de la Bibliothèque nationale de France conduit par le département des Manuscrits autour des manuscrits enluminés. Le projet était porté par le Centre de recherche des manuscrits enluminés (CRME), entité interne créée par François Avril.

Le programme visait à recenser et cataloguer, en fonction de leur origine géographique, les manuscrits à peintures conservés à la bibliothèque. En 1989, ce projet de recensement et de catalogage s’est vu complété du projet de constitution d’une base de données pour enregistrer le matériel iconographique contenu dans ces manuscrits. Ce volet était réalisé par l’ingénieur d’études Jean-Pierre Aniel et la technicienne de recherche Nicole Fleurier.

À partir de là, le projet Mandragore est devenu un programme à part entière consistant à mener l’indexation iconographique des manuscrits en employant un même thesaurus pour l’ensemble des manuscrits, qu’ils soient occidentaux ou orientaux. Pour ces derniers, il était prévu de couvrir toutes les peintures des manuscrits persans de la BnF (achevé en février 1993 avec plus de 6000 images indexées), 25 manuscrits orientaux de la collection Smith-Lesouëf, les manuscrits coptes (achevé en novembre 1993), les manuscrits syriaques et géorgiens (achevé en janvier 1995), éthiopiens, arabes (160 manuscrits représentant 6000 images), arméniens, hébreux et turcs, et éventuellement des manuscrits indiens et sanskrits.

Au départ uniquement accessible en interne, le projet de publication de la base a été porté par Monique Cohen. Au terme de sa mise en ligne, le travail d’enrichissement et d’indexation s’est poursuivi – et se poursuit – dans le cadre des activités scientifiques du département des Manuscrits.

En accroissement continu, la base compte plus de 170 000 notices analysant des œuvres conservées du département des manuscrits mais aussi de la Bibliothèque de l’Arsenal employant un vocabulaire de plus de 18 000 descripteurs.

Chaque manuscrit et chaque enluminure font l’objet d’une notice bibliographique et iconographique structurées, réalisées selon des principes de catalogage préétablis et un contrôle strict des formes retenues (œuvres copiées, enlumineurs, date et lieu de décor, scène représentée, texte rubriqué, inscriptions dans l’image et notes).

L’indexation applique un vocabulaire iconographique multilingue (français, anglais, allemand, espagnol, italien) de 20 349 termes. Ce référentiel est construit selon les principes de description du Système descriptif des représentations de François Garnier, commandité en 1981 par le Ministère de la Culture et le Centre National de la Recherche Scientifique , mais a largement dépassé ce cadre de départ au fur et à mesure de son enrichissement. Il se rapproche en cela des thésaurus des bases de données Initiale (CNRS, enluminures des bibliothèques publiques de France) ou Joconde (Ministère de la Culture, collections des musées de France), conçus selon les mêmes principes, mais dont l’évolution s’est faite séparément.
Le vocabulaire iconographique de Mandragore n’est pas hiérarchisé, mais les concepts qui le composent sont classés selon les principales classes et sous-classes de la classification décimale de Dewey.

Au gré du développement de la numérisation, cette indexation est complétée de l’image numérisée de l’iconographie avec plus de 80 000 images.

Pays

France

Langue(s)

Français

Auteur(s)

Bibliothèque nationale de France (BnF)

Open Access Week 2018 : Open Access et sciences humaines : quelles transformations des pratiques de recherche ?

L’Open Access Week qui se déroulera du 22 au 28 octobre 2018 est un événement international visant à promouvoir les bénéfices de l’open access au sein de la communauté scientifique. Cette semaine sera riche de nombreux ateliers, séminaires et rencontres à travers le monde. Le labex Les passés dans le présent profite de ce cadre pour proposer le vendredi 26 octobre avec la BnF deux tables-rondes ouvertes au grand public sur les enjeux de l’open access, à travers les expériences des projets numériques du labex.

L’open access, entendu à la fois comme accès en ligne, gratuit et immédiat aux résultats de la recherche scientifique et comme droit d’utilisation de ces résultats, pose de multiples questions transversales, tant aux chercheurs qu’aux institutions patrimoniales. Ces enjeux varient selon les disciplines, la nature des objets d’étude et les technologies utilisées, mais impactent immanquablement tant la recherche en train de se faire que la diffusion de ses productions. Ces transformations sont au cœur des humanités numériques.

L’histoire du mouvement open access est liée aux évolutions des modèles économiques des revues et des bibliothèques à l’ère du numérique, et oblige à affronter la complexité des différents régimes de propriété intellectuelle et des potentialités offertes par la fouille de données massives. En France, la loi pour une République numérique de 2016 a posé un certain nombre de jalons dans cette direction sans toutefois donner une réponse définitive aux problèmes émergents et aux limites de l’open access, en particulier dans les disciplines des sciences humaines et sociales. Ainsi, l’objectif de cette journée ne sera pas tant de faire la simple promotion de l’engagement vers l’open access, mais de cerner les évolutions des pratiques des chercheurs et des conservateurs au prisme de ce qui a été accompli au sein du labex et de ses partenaires, en accord avec ces principes.

Programme provisoire

13H-13H30

Introduction

  • Olivier Jacquot, Responsable de la coordination de la recherche à la BnF.
  • Emmanuel Grimaud, Responsable scientifique du labex Les passés dans le présent.

13H30-15H15

Produire et documenter : à quoi sert l’Open Access ?

  • Aude Julien Da Cruz Lima, Chargée des ressources documentaires au Centre de Recherche en Ethnomusicologie (LESC-CREM).
  • Bertrand Lafont, assyriologue et historien de la Mésopotamie antique,  Directeur de recherche CNRS.
  • Julien Olivier, conservateur des bibliothèques au Cabinet des médailles de la BnF, responsable de la collection des monnaies grecques.
  • Anne-Violaine Szabados, Directrice adjointe du laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité, spécialiste de l’iconographie de la mythologie classique.

Modération par Marta Severo, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris Nanterre.

PAUSE

15H45-17H30

Diffuser et valoriser : à qui sert l’Open Access ?

  • Thomas Sagory, Responsable de la politique numérique du musée d’Archéologie nationale.
  • Sophie Blanchy, ethnologue, Directrice de recherche CNRS émérite.
  • Philippe Chevallier, Délégation à la stratégie et à la recherche de la BnF.
  • Pierre-Carl Langlais, postdoc en sciences de l’information et de la communication associé au GRIPIC.

Modération par Lionel Maurel, Conservateur des bibliothèques, en charge de la valorisation de l’information scientifique et technique à l’Université Paris Nanterre.

17H30-17H45

Conclusions

  • Ghislaine Glasson Deschaumes, Cheffe de Projet du labex Les passés dans le présent.

Informations pratiques

La BnF à la Paris Games Week : 2 tables rondes

Détentrice de la première collection publique de jeux vidéo en France, la BnF sera présente à la prochaine Paris Games Week (PGW), du vendredi 26 au mardi 30 octobre 2018, afin de mieux faire connaître aux producteurs de jeux vidéo et au public le rôle majeur de la
Bibliothèque dans la conservation et la diffusion du patrimoine vidéoludique.
Organisée par le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL) depuis 2010, la Paris Games week compte parmi les salons de jeu vidéo les plus fréquentés dans le monde, avec 304 000 visiteurs pour l’édition 2017.

Objet culturel inventif et populaire, le jeu vidéo a fait son entrée dans les collections de la Bibliothèque nationale de France il y a plus de 25 ans. En 1992, sur le modèle du dépôt légal des imprimés, les éditeurs de jeux vidéos ont l’obligation d’y déposer les jeux vidéo distribués en France. Grâce à ce dispositif, la Bibliothèque conserve aujourd’hui plus de 16 000 titres de jeux
vidéos, français comme étrangers. Chaque année, la collection s’enrichit d’environ un millier de jeux entrés par dépôt légal, dons ou acquisitions. Le plus ancien date de 1973 et a été édité pour la première console de salon, la Magnavox Odyssey, acquise par la BnF.

La collection du département de l’Audiovisuel de la BnF, en perpétuelle évolution, rassemble tous les types de supports : cartouches, cassettes logicielles, disquettes et disques optiques, éditions simples ou collectors ainsi qu’un ensemble de consoles anciennes. Les jeux vidéo collectés au titre du dépôt légal sont accessibles aux chercheurs et aux professionnels tandis qu’une sélection de jeux contemporains, sur PC, tablettes, consoles et même en réalité virtuelle, est proposée à tous les publics.

La BnF à la Paris Games Week

Sur le stand de la BnF (hall 2.2), les visiteurs pourront jouer en émulation à plus d’une vingtaine de jeux anciens, découvrir leurs boîtiers et consoles d’origine ainsi qu’une sélection de documents audiovisuels et multimédias autour du thème du sport dans les jeux vidéo. Un grand écran permettra de
jouer à plusieurs. Une exposition virtuelle de consoles anciennes conservées à la BnF sera accessible depuis le stand via Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Deux tables rondes réunissant chercheurs, éditeurs, et développeurs,
Lundi 29 octobre 15h – 18h30

Objet d’études et de recherches universitaires, le jeu vidéo mobilise aujourd’hui de nombreux chercheurs de toutes disciplines en France et à travers le monde qui en étudient tous les aspects.

La BnF et la Paris Games week s’associent pour organiser, pour la première fois sur le salon, deux tables rondes, l’une sur la recherche et la formation en jeu vidéo et l’autre centrée sur l’analyse, avec un développeur, d’un jeu dont la sortie est imminente.

Y participeront, entre autres, Jean-Charles Ray, chercheur, lauréat en 2017 de la bourse BnF allouée par le mécène Mark Pigott et accueilli depuis un an au département de l’Audiovisuel, qui a contribué à l’organisation de ces rencontres inédites à la PGW, Sébastien Genvo, professeur à l’université de
Lorraine et ancien game designer chez Ubisoft, Alexis Blanchet, maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et Jean-Marc Gueney, game designer chez Cyanide.

La BnF et la Paris Games Week s’associent pour créer un point de contact entre la recherche universitaire et les créateurs et éditeurs de jeux vidéo sur le plus grand salon consacré au jeu vidéo en France.

Programme

  • 15h Accueil
  • 15h10 – Recherche et formation en jeu vidéo : « Du jeu vidéo à l’université ? Mais vous faîtes quoi exactement ? »
    La question revient régulièrement, comme s’il était moins évident d’étudier un jeu vidéo qu’un roman ou un film. Pourtant, cela fait près de vingt ans que des universitaires analysent le jeu vidéo et transmettent leurs connaissances.
    Sébastien Genvo, professeur à l’université de Lorraine et ancien game designer chez Ubisoft, et Alexis Blanchet, maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3, dresseront un état des lieux de la recherche sur le jeu vidéo en France.
    Ils évoqueront notamment ce que sont les études du jeu vidéo, les orientations de la recherche et les différences et synergies entre la formation universitaire et la formation professionnelle dans ce domaine.
  • 16h40 – L’Appel de Lovecraft : le mythe de Cthulhu et le jeu vidéo
    Howard Philips Lovecraft, qui n’a connu de son vivant que des publications en magazines, est devenu un écrivain culte et l’un des écrivains ayant le plus influencé le jeu vidéo.
    La sortie prochaine du Call of Cthulhu de Cyanide est l’occasion de se plonger à nouveau dans les ténébreux mystères du Mythe lovecraftien au fil de ses adaptations et influences vidéoludiques.
    Jean-Marc Gueney, game designer chez Cyanide, et Jean-Charles Ray, chercheur, qui a particulièrement travaillé sur le thème de l’horreur dans le jeu vidéo et la littérature, présenteront les liens qui unissent Lovecraft et le jeu vidéo, l’histoire de cette source d’inspiration et les enjeux de l’adaptation de son univers.
  • 18h Cocktail
  • 18h30 Fin du cycle

Informations pratiques

Paris Games Week
Du vendredi 26 au mardi 30 octobre 2018
De 8h30 à 18h30 tous les jours sauf fermeture à 18h le dernier jour du salon
Paris Expo – Parc des expositions – Porte de Versailles
Hall 2.2

Inscription obligatoire aux tables rondes sur eventbrite

COLLECTA : Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.collecta.fr

Description

Ce site résulte d’un programme de recherche porté par l’École du Louvre, mené en collaboration avec l’Université de Paris I-Sorbonne en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et l’IRHT.

Collecta est une base de données qui reconstitue la collection dispersée de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières (1642-1715) dispersée entre différents lieux de conservation (plusieurs départements de la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford). Construite à partir des anciens inventaires, la base de données et son interface permettent de redonner une vision globale de la collection avant sa dispersion et de retrouver le système classificatoire très perfectionné mis en place par l’antiquaire.

Elle permet un accès aux documents conservés numérisés en lien avec les sites des institutions détentrices et elle fait le lien avec les documents des XVIIIe et XIXe siècles montrant un usage ultérieur de la collection.

La collection de papier de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières offre une vaste documentation textuelle et iconographique constituée d’originaux et d’une majorité de copies, servant l’histoire de la noblesse et de la monarchie française, l’histoire des monuments ou encore celle du costume.

Auteur(s)

  • Direction

    • Anne Ritz-Guilbert (historienne de l’art – enseignant-chercheur hdr, École du Louvre).
    • Sophie Fétro (designer – maître de conférences en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

    Membres associés au projet

    • Pascal Schandel (historien de l’art – chargé de mission, École du Louvre)
    • Anthony Masure (designer d’interfaces – chargé de mission, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    • Matthieu Lacroix (développeur-programmeur)
    • Josselin Morvan (encodeur TEI)
    • Virginia Cassola (doctorante, École du Louvre)
    • Camille Jolin (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Anne-Sophie Rincel (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Stéphane Lab (élève en Master 2, École du Louvre)

Pays

France

Manuscrits en caractères hébreux conservés dans les bibliothèques de France

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.


Haggadah de Pâque (hébreu)

Description

Les manuscrits sont utilisés beaucoup plus fréquemment mais ils le sont sur des reproductions dont le support est essentiellement électronique, même si on peut en faire un tirage papier. L’établissement d’une paléographie hébraïque médiévale nous permet désormais de donner une bonne description matérielle des manuscrits et de proposer une datation et une localisation très probables. L’étude des textes en caractères hébreux et de leur publication durant le Moyen Âge a montré que la majorité d’entre eux ne dérivent pas d’un seul original mais de plusieurs.

La recherche menée sur les manuscrits datés nous a montré que les manuscrits hébreux sont fortement marqués par l’individualité des circonstances de la copie, souvent faite pour l’usage personnel du scribe. En conséquence, une importance beaucoup plus grande doit être attribuée au manuscrit hébreu médiéval en tant qu’objet historique. Il est unique à tous les points de vue ; et c’est avec une attention accrue que l’on doit décrire les témoins matériels et textuels de cette histoire particulière : codicologie, paléographie, reliure, notes de possesseurs, en caractères hébraïques ou en d’autres caractères, censure, ex-libris et estampilles. Ces détails sont en relation étroite avec le texte et ils en révèlent souvent les particularités. Ils doivent donc être donnés avec précision. On veut désormais en rendre compte au lecteur de manière détaillée et explicite. Nous ne croyons plus à une totale neutralité de la science historique. Certes, tous les détails doivent être décrits avec la plus grande exactitude possible ; cependant, un lien de compréhension et d’intimité unit le catalogueur, personne humaine, allant à la rencontre d’autres personnes humaines (celles qui ont laissé dans ce manuscrit la trace de leur main et de leurs idées), C’est une rencontre personnelle et c’est parce qu’elle est personnelle que le lecteur du catalogue comprendra à son tour le manuscrit.

Responsable(s)

  • Philippe Bobichon, chargé de recherche CNRS, membre de la section hébraïque de l’IRHT
  • Laurent Héricher, chef du services des Manuscrits orientaux, Bibliothèque nationale de France
  • Colette Sirat,  directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études

Volumes parus

2016

2015

2014

2011

2008

2006

Editeur

Brepols : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=CMCH

Pays

France

La Bourse de recherche Louis Roederer 2018 attribuée à Pierre Guivaudon

La Bourse de recherche Louis Roederer pour la photographie est attribuée cette année à Pierre Guivaudon pour son projet de recherche intitulé Le Sahara projeté : les conférences avec projection de positifs sur verre données par les explorateurs photographes de l’Afrique du Nord à la Société de géographie (1875-1914). Grâce à cette bourse doté de 10 000 euros, la Maison Louis Roederer soutient le projets de recherche et de valorisation des collections de photographies de la BnF depuis 13 ans.

Laurence Engel, Présidente de la BnF, Pierre Guivaudon, lauréat, Eve Netchine, directrice du dépt. des Cartes et plans, et Michel Janneau, Secrétaire général de la Fondation Louis Roederer

Pierre Guivaudon

Doctorant en histoire contemporaine, Pierre Guivaudon va étudier les différents dispositifs de présentation et d’exposition des photographies d’explorateurs au sein de la Société de géographie, en particulier cette forme particulière de présentation qu’est la conférence projetée. Il établira plus précisément une étude régionale sur les représentations du Sahara par la photographie, à partir des plaques de verre conservées parmi les fonds de la Société de géographie, au département des Cartes et plans de la BnF.

La Fondation Louis Roederer, Grand Mécène de la Culture, soutient fidèlement depuis 2003 les expositions photographiques de la BnF et accompagne, grâce à cette bourse annuelle, des projets de recherche sur les collections photographiques conservées dans les différents départements de la Bibliothèque.

Pour cette édition 2018, le jury de la Bourse de recherche Louis Roederer était composé de représentants de la BnF parmi lesquels Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la Bibliothèque, ainsi que de Michel Janneau, Secrétaire général de la Fondation Louis Roederer, Florian Ebner, chef du Cabinet de la photographie du Musée national d’Art moderne et Eric de Chassey, directeur de l’Institut National d’Histoire de l’Art.

A propos de Louis Roederer

Fondée en 1776 à Reims, Louis Roederer est une maison familiale et indépendante présidée par Frédéric Rouzaud. Outre la production du champagne Louis Roederer et de Cristal, Louis Roederer possède également le  champagne Deutz, le Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande (Grand cru classé de Pauillac), les Châteaux Haut-Beauséjour et Pez (Saint-Estèphe) et la Maison Descaves, à Bordeaux ; les Domaines Ott en Provence, La Maison Delas Frères dans la Vallée du Rhône, Roederer Estate, Scharffenberger et le domaine Anderson en Californie, le Porto Ramos Pinto au Portugal.

Louis Roederer, élevé au rang de Grand Mécène de la Culture, crée la « Fondation Louis Roederer pour l’art contemporain » en 2011 afin de structurer et pérenniser la politique de mécénat menée par la Maison depuis 2003 auprès de grands institutions culturelles et d’artistes confirmés ou émergents.

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?