Hommage à Marcelle Beaudiquez (1943-2019)

Quelques jours après le décès de Raymond-Josué Seckel, la Bibliothèque nationale de France a le regret d’annoncer celui de Marcelle Beaudiquez, également bibliographe émérite qui a dirigé plusieurs années la direction des Services et des réseaux.

Marcelle Beaudiquez (1943-2019)

Après une première carrière dans l’éducation en tant qu’institutrice, Marcelle Beaudiquez entre à la Bibliothèque Nationale en 1970 au département des Imprimés.

La bibliographie se révéla devenir le domaine d’expertise de Marcelle Beaudiquez qui oeuvre dans la Salle des catalogues et des bibliographies située sous la salle Labrouste du site Richelieu de la BN. Pour de nombreux bibliothécaires de la lecture publique, son nom reste surtout attaché à ses manuels de bibliographie produits dans la continuité des travaux de Louise-Noëlle Malclès.

Ce tropisme l’a naturellement conduit à piloter le chantier de conversion rétrospective des fichiers et catalogues de la Bibliothèque Nationale1, entreprise de plus d’une décennie qui visait à fournir aux publics de la future Bibliothèque nationale de France un catalogue entièrement informatisé2.

Dans la continuité de son premier métier, Marcelle Beaudiquez n’a eu de cesse de s’impliquer dans la formation à la bibliographie, dispensant des cours de bibliographie générale et de bibliographie spécialisée à l’École Nationale supérieure de bibliothécaires3 et contribuant par là et par ses publications au développement de la science bibliographique.

D’ailleurs ses mémoires bibliographiques dirigés en 1982 et 1983 pour l’École allaient être remaniés – notamment par sa complice et amie de toujours, Françoise Bourdon que nous saluons -, pour devenir La Bibliographie spécialisée en sciences humaines au C.A.F.B. : fiches d’analyse4.

Dès 1974, elle publie au éditions du Cercle de la librairie son répertoire bibliographique Ouvrages de référence pour les bibliothèques publiques qui fit l’objet de quatre éditions refondues et augmentées jusqu’en 1995, notamment pour prendre en compte les développements informatiques de la bibliographie et inclure les cédéroms, et ce que l’on nommait les banques de données et services télématiques en ligne, devenant un véritable usuel pour nombre d’acquéreurs de bibliothèques publiques. En 1982, pour l’UNESCO, elle publie Bibliographical services throughout the world. Supplement 1980 et en 1983, toujours pour l’UNESCO, Les services bibliographiques dans le monde. 1975-1979.

Ces quelques publications allaient la conduire à produire “sa” bibliographie, celle pour laquelle son nom n’est pas inconnu de nombre de bibliothécaires puisque son Guide de bibliographie générale : méthodologie et pratique, publié chez K.G. Saur en 1983 reste surnommé “le Beaudiquez” et fut de fait un “manuel” de bibliographie pour nombre d’étudiants préparant le CAFB5, remis à jour en 1989.

La rayonnement de Marcelle Beaudiquez s’est également avéré être national par sa participation à la commission de l’information et de la documentation de l’Agence française de normalisation (AFNOR), et international par son implication en faveur de la Bibliographie nationale française6 produite en vertu du contrôle bibliographique universel (CBU) porté par la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA). Ainsi, au titre de directrice de l’Agence bibliographique nationale (ABN)7 elle prend part, à partir de 1987, au bureau exécutif de la fédération. L’IFLA lui décerne en 1993 sa plus haute récompense : “Honorary Fellow is IFLA’s highest award, and is conferred on the basis of merit on a person who has delivered long and distinguished service to IFLA8.

A la Bibliothèque nationale de France, Marcelle Beaudiquez dirigea le Centre de coordination bibliographique et technique9 qui devint la direction du développement scientifique et des réseaux (DDSR)10 avant de devenir l’actuelle direction des services et des réseaux (DSR). L’essentiel de sa carrière a été consacré à la notice bibliographique (normalisation, production informatique) et sa diffusion à destination des services bibliographiques (Bibliographie nationale, catalogues informatisés locaux ou collectifs, produits bibliographiques pour les bibliothèques). Mais sa direction avait également en charge l’entrée des documents par la gestion du dépôt légal, le département de la conservation, la mise en place de la bibliothèque numérique qu’est devenue Gallica, et le département des systèmes d’information, opérateur maintenant les outils de production et de diffusion.

Ceux qui ont eu la chance et l’honneur d’oeuvrer aux côtés de cette grande dame, qui en imposait par sa stature et son autorité, se souviendront de sa droiture et de son honnêteté ainsi que de ses capacités de synthèse parvenant à résoudre les dossiers inextricables et les situations de conflit par un calme, une patience et une douceur constants. Formée avant l’informatique, ils n’oublieront pas son écriture manuscrite d’institutrice, lisible, ronde et posée qu’elle donnait à dactylographier à ses assistant·e·s.

Marcelle Beaudiquez est décédée le 4 décembre 2019 à l’Hôpital André Mignot de Versailles où la levée de corps aura lieu à 9h30 le 12 décembre pour se rendre au Crématorium de Valenton (13 avenue de la Fontaine Saint-Martin, 94460 Valenton) où un moment de recueillement est prévu avant la crémation qui aura lieu à 11h.

Ceux qui ne pourraient s’y rendre mais voudraient préparer un texte qui sera lu pendant ce recueillement ou celui de janvier, peuvent se signaler en commentaires pour que leur texte soit transmis aux personnes présentes.

Un temps d’hommage et de recueillement sera organisé le 15 janvier 2020 sur le site Richelieu au salon d’honneur à 18h pour ses collègues et amis. L’urne de Marcelle Beaudiquez sera inhumée au cimetière de Savigny-sur-Orge au printemps 2020.


Essai de bibliographie des publications de Marcelle Beaudiquez (1943-2019)

  1. Beaudiquez, Marcelle, « Le Chantier Conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France, 1993, n° 3, p. 8-19. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1993-03-0008-001>. []
  2. Beaudiquez, Marcelle ; Beaugendre, Anne-Marie, « Du tiroir à l’écran : les opérations de conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale de France », 62nd IFLA General Conference – Conference Proceedings – August 25-31, 1996, IFLA, 1996. Disponible en ligne, url : <http://origin-archive.ifla.org/IV/ifla62/62-beam.htm>. []
  3. L’ENSB devenue depuis l’ENSSIB. []
  4. La Bibliographie spécialisée en sciences humaines au C.A.F.B. / par Françoise Bourdon,… Gisèle Maxit,… Massy : Bibliothèque publique, 1984. 3 vol. Vol. 1, Philosophie, psychologie, sociologie ; vol. 2, Linguistique et littérature ; vol. 3, Histoire et géographie. []
  5. Certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire. []
  6. Cf. http://bibliographienationale.bnf.fr/. []
  7. Cf. http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-bnf/biblioth%C3%A8que-nationale-france-agence-bibliographique-nationale. []
  8. Cf. https://www.ifla.org/honours-awards/honorary-fellow []
  9. Françoise Lemelle, “Le Centre de coordination bibliographique et technique”, Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1986, 133, p. 12-13. Disponible en ligne, url : <https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/41415-le-centre-de-coordination-bibliographique-et-technique.pdf>. []
  10. Cf. http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-bnf/biblioth%C3%A8que-nationale-france-direction-d%C3%A9veloppement-scientifique-r%C3%A9seaux. []

Amos Gitaï et les archives numériques du cinéma

Crédit photo : Ziv Koren

Journée d’études internationale autour des archives du cinéaste Amos Gitaï, et plus largement sur les archives numériques du cinéma

La Cinémathèque Française, la Bibliothèque nationale d’Israël, les bibliothèques de l’Université de Stanford, la Cinémathèque Suisse, et la Bibliothèque Nationale de France, sont autant d’institutions qui se sont vues confier la tâche de préserver la mémoire de l’œuvre d’Amos Gitaï, cinéaste prolifique et multiforme. Loin d’être hasardeuse, cette volonté de répartition vise à favoriser le dialogue entre les différents établissements, car Amos Gitaï nourrit l’ambition de faire vivre ses archives, et estime – à raison – que le partage d’expérience est essentiel pour enrichir les réflexions sur l’exploitation des archives cinématographiques.

Le don fait par le cinéaste à la BnF en 2018 s’est affirmé comme un formidable terrain d’expérimentation pour interroger les besoins, tester de nouveaux outils et de nouvelles méthodes d’analyse, et s’est révélé un prisme pertinent pour ouvrir le dialogue avec d’autres institutions. En ce sens, cette journée d’étude vise à alimenter les questions cruciales que sont la collecte, la préservation, la description et la mise à disposition des corpus massifs d’archives numériques. Il s’agira, à travers les différentes tables rondes et interventions, de faire un état des lieux de l’avancement du travail de chaque institution sur les archives d’Amos Gitaï qu’elle détient, mais aussi d’interroger le processus de don et la sélection des archives numériques, et enfin de comprendre les attentes de la recherche sur ce sujet.

The Cinémathèque française, the National Library of Israel, the Stanford University Libraries, the Cinémathèque suisse, and the Bibliothèque nationale de France are all institutions entrusted with the mission of preserving the memory of Amos Gitaï’s work, a prolific and multiform filmmaker. Far from being gratuitous, this will of distribution aims at encouraging dialogue between institutions. Indeed, he has the ambition to make its archives live and believes that sharing experience goes hand in hand with the development of cinematographic archives exploitation.

The filmmaker’s donation to the BnF in 2018 proved to be a great field of experimentation to question the needs, testing new tools and new methods of analysis. Also, it has been a relevant prism to initiate the dialog with other establishments. Therefore, this event aims to discuss the crucial questions of collecting, preserving, describing and making massive collections of film archives available. Through the various sessions and contributions the progress of each institution on their Gitaï archives will be presented. We’ll also interrogate the donation process as well as raising the difficulties of selecting digital archives. Eventually we’ll go over the expectations of researchers on this topic.

Programme

9h00 : Accueil des participants

  • Laurence Engel // Présidente de la Bibliothèque nationale de France
  • Michelle Bubenicek // Directrice de l’École nationale des chartes

9h15-10h30 : état des lieux (communications)

  • Frédéric Maire // Président de la Fédération Internationale des Archives du Film, directeur de la Cinémathèque Suisse (introduction & modération)
  • Michael Keller // Vice-recteur des Bibliothèques universitaires de Stanford
  • Oren Weinberg // Directeur de la Bibliothèque nationale d’Israël
  • Joël Huthwohl // Directeur du département des Arts du spectacle à la Bibliothèque nationale de France

11h-11h30 : Entretien avec Amos Gitaï (visioconférence)

11h30-12h30 : le processus de donation (table ronde)

  • Antoine de Baecque (modération)
  • Marie-Josée Sanselme // Scénariste d’Amos Gitaï
  • Karin Mauduit // Cinémathèque française
  • Jean-Baptiste Raze // Bibliothèque nationale de France

14h-15h30 : quelles sélections pour les archives numériques ? (table ronde)

  • Emmanuelle Bermès (modération) // Bibliothèque nationale de France
  • Glynn Edwards // Bibliothèques universitaires de Stanford
  • Rime Touil // Bibliothèque nationale de France
  • Louise Dutertre // Bibliothèque nationale de France

16h-17h30 : une nouvelle génétique du cinéma (table ronde)

  • Alain Carou (modération) // Bibliothèque nationale de France
  • Marie-Pierre Ulloa // Université de Stanford
  • Jean-Michel Frodon
  • Jean-philippe Trias // Université de Montpellier

Conclusion de la journée

  • Christophe Gauthier // École nationale des chartes (conclusion de la journée)

Comité scientifique et d’organisation

  • Emmanuelle Bermès
  • Christophe Gauthier
  • Joël Huthwohl
  • Jean-Baptiste Raze
  • Rime Touil
  • Louise Dutertre

Un événement organisé par la Bibliothèque nationale de France et par l’École nationale des chartes.

Informations pratiques

A noter

Le lendemain se tient l’atelier : Collecter, conserver et explorer les corpus massifs d’archives audiovisuelles : états des lieux et perspectives (13/11)

Colloque : Cartographie du Web littéraire francophone (22-24/01)

Les porteurs du programme ANR LIFRANUM (LIttératures FRAncophones NUMériques), auquel prend part la Bibliothèque nationale de France, organisent un colloque international du 22 au 24 janvier 2020.

Argument

Le colloque international Cartographie du Web littéraire francophone entend interroger divers critères liés au repérage, à la sélection, à l’archivage, et au traitement de corpus nativement numériques des productions littéraires francophones. De même une analyse littéraire du corpus donnera sans doute l’occasion d’approfondir notamment  la question de l’élargissement du champ littéraire, d’interroger l’efficience des outils  narratologiques classiques pour saisir cette nouvelle poétique numérique. Il s’agira  aussi d’étudier la répartition des ressources numériques littéraires dans l’espace francophone, d’établir des modalités standardisées de description afin d’en proposer des parcours interprétatifs adaptés. Par ailleurs, l’occasion sera donnée de repenser la Francophonie, dans une logique plurielle, décentrée, en tenant compte de toutes les aires culturelles qui ont le français comme langue de partage.

Programme

Mercredi 22 janvier

8h30- Accueil des participants

08h45-Ouverture du colloque et présentation du projet Idex

Corpus numérique : quelle pertinence heuristique, méthodologique et épistémologique ?

Modération : Catherine Dessinges, Université de Lyon 3

9h00-10h00 : conférence plénière 

Le partenariat Littérature québécoise mobile

  • Bertrand Gervais, titulaire Chaire de recherche du Canada sur les arts et les littératures numériques 

10h00-10h35 : Proposition Cartographie du web littéraire francophone

  • Pierre Boizette, chercheur postdoctoral, IFRA, Nairobi

10h35-10h50: pause-café

10h50-11h25 : Cartographie du web littéraire francophone : entre considérations générales et questionnements juridiques

  • Aboubakar Sidi Njutapwoui, Université Maroua, Cameroun

11h25-12h00 : Cartographie du Web littéraire francophone. Le cas de certains blogs et sites littéraires francophones subsahariens

  • Patricia Sylvie Essonghe, Université Omar Bongo Libreville-Gabon, Marge/ Lyon 3

12h00-12h35 : Le corpus “brouhaha” au défi de la visualisation de texte

  • Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

Pause déjeuner

Francophonie : configurations numériques, dynamique transversale et confins sémantiques

Modération : Lucien Perticoz, Université Lyon 3

14h00-15h00 : conférence plénière

Je ne suis pas un littéraire. Plaidoyer pour des frontières disciplinaires poreuses,

  • Marcello Vitali-Rosatidépartement des littératures de langue française de l’Université de Montréal

15h00-15h35 : Les institutions fantômes de la littérature numérique,

  • Nicolas Sauret, Université Paris-Ouest

15h35-15h50 : pause-café

15h50-16h25 : Ébauche de visualisation des productions littéraires francophones d’Haïti et retour d’expérience

  • Inès Burri, Université Jean Moulin Lyon 3
  • Anaïs Chambat, ENS de Lyon
  • Célian Ringwald, Université Lumière Lyon 2 

16h25-17h00 : L’impact des pratiques de la numérisation dans la création littéraire francophone

  • Amel Mesli, Ecole Supérieure de Management de Tlemcen, Algérie

Jeudi 23 janvier

Genre(s) et création à l’ère du numérique

Modération : Gilles Bonnet, Université Lyon 3

9h30-10h05 : Des effets du web sur la création littéraire : évolution des pratiques et légitimation des œuvres

  • Karen Cayrat, Université de Lorraine (Crem)

10h05-10h40 : Inconnu à cette adresse. Plongée exploratoire dans la création littéraire numérique belge en langue française

  • Corentin Lahouste,  FNRS-UCLouvain

10h40-10h55 : Pause-café 

10h55-11h30 : Francophonie et création littéraire en Algérie à l’ère du numérique : état des lieux et enjeux

  • Karima Ait Dahmane, Université de Blida2

11h30-12h05 : La littérature populaire en français sur le web contribue-t-elle à morceler ou à unifier l’espace numérique francophone ? Le cas des chroniques : de part et d’autre de la Méditerranée,

  • Nadja Maillard-De La Corte Gomez, Université d’Angers
  • Violaine Bigot, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Pause déjeuner

Web littéraire  et configurations socionumériques

Modération : Belén Hernández Marzal, Université Lyon 3  

14h00-14h35 : Pratiques discursives et hybridité dans  les  forums de discussion algérien

  • Yahiaoui Kheira, Maître de Conférences HDR, Ecole Normale Supérieure d’Oran, Algérie

14h35-15h10 : à MainLevé, un dispositif d’écriture original sur les Réseaux Sociaux

  • Emmanuel Vaslin, Directeur Atelier Canopé de Maine-et-Loire 

15h10-15h25 : pause-café

15h25-16h00 : L’internet et la mise en scène de soi : la participation du web dans la restructuration des dispositifs de légitimation et le processus de concrétisation des créations littéraires en Haïti

  • Jean Verdin Jeudi, Université d’Etat d’Haïti

16h00-16h35 : Présentation de l’œuvre The pleasure of the coast ou Le Plaisir de la côte de J. R. Carpenter

  • Sylviane Médard, doctorante LLSH université Grenoble Alpes

Vendredi 24 janvier

Corpus en ligne, herméneutique et obstacles méthodologiques

Modération : Christian Cote, Université Lyon 3

9h30-10h30 : conférence plénière

La plate-forme Mukanda, limites et potentiels d’une expérience

  • Pierre Halen, Université Lorraine

10h30-11h05 : Quelle cartographie de la littérature francophone à l’ère du cyberespace ?

  • Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université de Toulouse Jean Jaurès, Marge, Université de Lyon 3

11H05-11h20 : Pause-café

11h20-11h55 : Le “Répertoire des écrivaines et écrivains numériques”. Archivage et institutionnalisation de la littérature numérique, Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

  • Nicolas Sauret (UdeM)
  • Enrico Agostini Marchese (UdeM)

11h55-12h30 : A la recherche du web littéraire : une enquête hyper-perplexe en hypertexte

  • Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

Pause déjeuner

Nouveaux horizons littéraires & performance d’auteurs

Modération : Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

14h00-15h00 : La littérature (par la) bande, Servanne Monjour, département des littératures de langue française de l’Université de Montréal

  • Marcello Vitali-Rosati, Chaire de recherche du Canada sur les écritures numérique

15h00-15h35 : Notes pour une littérature de terrain. Le devenir-spatial de la littérature numérique

  • Enrico Agostini Marchese (UdeM), doctorant, Université de Montréal

15h35-15h50: pause-café

15h50-16h10 : Lecture de textes par Jean Verdin Jeudi, Ecrivain et bloggeur, responsable d’un club de jeunes écrivains d’Haïti

16h10-16H50 : Table ronde d’administrateurs de plateformes d’écriture littéraire autour de Marie-Anaïs Guegan, Université Lyon 3

16h50-17h45 : Table ronde : De l’Idex à Lifranum : les grands enjeux de la Francophonie numériqueGilles Bonnet, Université Lyon 3 ; Christian Cote, Université Lyon 3, Pierre Halen, Université Lorraine ; Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, Marge, Lyon 3 

Informations pratiques

  • Université Lyon 3, Salle Caillemer
  • 15, quai Claude Bernard 69007 LYON
  • Tram T1 : descente rue de l’université
  • Contact : 04.78.78.73.92

Séminaire de recherche : Émergence de l’art vidéo en Europe : Historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) (4-5/12)

Dalibor Martinis

À ce jour, une histoire de l’art vidéo à l’échelle de l’Europe reste à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Ce sixième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo en Allemagne, Tchécoslovaquie, Finlande, Norvège, Suède et Croatie. 

Programme

Mercredi 4 décembre 2019 
INHA, salle Walter Benjamin

9h30 Introduction et présentation du programme « Émergence » 
François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs) 

9h45 VT ≠ TV (Video Tape is not Television) 
Dieter Daniels (Professeur, Academy of Fine Arts Leipzig [HGB] / Chercheur, Gutenberg Forschungskolleg [GFK]) 

10h30 Pause 

10h45 Early video experiments in Nordic countries from 1960s to 1980s 
Lorella Scacco (Enseignante, École des Beaux-Arts, Rome / Université de Turku) 

11h30 Table-ronde / Discussions 

Jeudi 5 décembre 2019 
INHA, salle Walter Benjamin 

10h00 Prague – the place of illusionists 
Michael Bielicky (Professeur, Karlsruhe University of Arts and Design) 

10h45 Television and video, genesis (The beginnings of Croatian video art) 
Tihomir Milovac (Conservateur / Responsable de la recherche, Musée d’art contemporain de Zagreb) 

11h30 Pause 

11h45 Aspects de la situation française (1970-1980) : Dominique Belloir, premières expérimentations – Grand Canal, Association d’artistes vidéo
Dominique Belloir (Artiste vidéo) 

12h45 Table-ronde / Discussions

Informations pratiques

  • Les communications les mercredi 4 et jeudi 5 décembre auront lieu en salle Benjamin à l’INHA, 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris.
  • Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles. 
  • Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Coordinateurs du programme

  • François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne)
  • Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France)
  • Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de :
Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, LabEx Arts-H2H)
Victor Tsaconas (Stagiaire, LabEx Arts-H2H) 

Soutenance de thèse de doctorat : Anaïs Dupuy-Olivier

Le jeudi 21 novembre, Anaïs Dupuy-Olivier, conservatrice au service des Manuscrits modernes et contemporains de la BnF, a soutenu sa thèse de doctorat Arts (Histoire, Théorie, Pratique) intitulée Le parcours d’un scénographe de théâtre dans la seconde moitié du XXème siècle : Jacques Le Marquet (1927-2017), une conjonction de talents et de pratiques au service de la scénographiemenée sous la direction de Mme Sandrine Dubouilh Frechet.

La thèse poursuivait sa thèse de l’Ecole nationale des chartes, intitulée Jacques Le Marquet scénographe aux multiples talents (1953-1990)1.

Résumé

Né en 1927, Jacques Le Marquet a été, tour à tour, de 1950 à 2009, technicien et régisseur au Théâtre National Populaire (1952-1972), scénographe de théâtre (1956-1990), conseiller auprès d’architectes pour la construction de salles de spectacles (1963-2009), professeur à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (1969-1992), tout en écrivant des textes de fiction, notamment théâtraux (1960-2015).

Notre thèse poursuit deux objectifs : retracer la globalité de ce parcours en soulignant les liens et les interactions entre ces différentes activités ; montrer comment un parcours se construit en se diversifiant. Elle adoptera un plan en quatre parties, chacune représentant une des activités de Jacques Le Marquet : celle de régisseur, celle de scénographe tant de théâtre que d’architecture, celle d’enseignant et enfin celle d’écrivain. Pour mener à bien ce projet, notre thèse s’appuiera sur les archives de Jacques Le Marquet conservées au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France qui sont d’une grande exhaustivité.

Cette étude de cas sur un scénographe et ses pratiques valorisera l’approche analytique, tout en reposant sur une dimension historique indispensable pour ancrer cette analyse. Il conviendra ainsi de replacer Jacques Le Marquet dans son contexte en montrant en quoi il est à la charnière d’une époque et en même temps le représentant d’une nouvelle vision de la scénographie. L’approche analytique, quant à elle, consistera à mettre en lumière le travail du concepteur et notamment celui du scénographe (cadres d’exercice, champs d’intervention, processus conceptuel, méthodologie de travail), et à montrer comment la méthode qu’il a mise au point donne vie à des œuvres plastiques et littéraires. Les archives de Jacques Le Marquet, complétées par d’autres sources (iconographie et coupures de presse), révèlent ce qui résulte de la phase de conception – décors, costumes et écrits -, et permettent ainsi de décrire son style de scénographe et d’écrivain.

Soutenance

  • 21 novembre 2019 à 14h
  • Maison des Sciences de l’Homme – salle 2 – de l’Université Bordeaux Montaigne

Composition du jury

  • Mme Elise CAPDENAT, expert invité de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs
  • M. Sandrine DUBOUILH FRECHET, Professeur des Universités de l’UNIVERSITÉ BORDEAUX MONTAIGNE
  • M. Joël HUTHWOHL, Directeur du département des Arts du spectacle de la BnF
  • Mme Marie-Madeleine MERVANTROUX, Directeur de recherche émérite du CNRS
  • Mme Eric MONIN, Professeur des Universités de l’Ecole Nationale Supérieure Architecture & Paysage 59
  1. Voir la position de thèse : http://theses.enc.sorbonne.fr/2007/dupuy []

Collecter, conserver et explorer les corpus massifs d’archives audiovisuelles : états des lieux et perspectives (13/11)

Inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la BnF, le programme de recherche CORPUS a pour objectif de construire un nouveau service de fourniture de corpus numériques à destination de la recherche. Un des axes explorés dans le cadre de ce projet consiste à accompagner les chercheurs dans leur appropriation des collections numériques. À cet effet, des ateliers d’échange sont régulièrement organisés entre des équipes de recherche partageant des enjeux méthodologiques, scientifiques et techniques similaires, ainsi que les personnels BnF experts des sujets abordés.

Argument

Dans le prolongement de la journée d’étude réalisée autour des archives d’Amos Gitaï le 12 décembre prochain, cet atelier Corpus vise à se pencher sur les défis posés par la perspective prochaine de la mise à disposition et de l’exploration de corpus massifs de vidéos numériques à la Bibliothèque nationale de France.

L’ensemble documentaire Amos Gitaï, entré dans les collections en 2018, est composé en grande majorité de documents nativement numériques qui représentent un volume jusqu’ici jamais atteint pour ce type de fonds à la BnF. Ce don s’est rapidement avéré un espace d’expérimentation inédit en raison de la nature très hétérogène des documents et des formats divers qui le constituent. Or, l’arrivée de ce fonds est l’occasion d’aborder des points clés concernant la collecte, le traitement et l’exploration de corpus audiovisuels massifs.

Quelle politique d’archivage pour les plateformes vidéos contributives ? Comment conserver et mettre à disposition des fichiers de montage audiovisuel ? Quelles nouvelles méthodes d’analyse pour les médias audiovisuels ? Quelle est la méthodologie des chercheurs qui étudient des corpus massifs de vidéos ? Autant de questions qui seront au cœur de cet atelier, et qui chercheront à ouvrir des perspectives pour les entrées similaires qui sont pressenties à la BnF dans les années à venir, et dans d’autres institutions.

Programme

Intervention 1 : Explorations méthodologiques autour de corpus vidéo massifs. Interview menée par Christophe Gauthier (École nationale des Chartes).

Intervention 2 : Alain Carou (BnF) – Archiver les plateformes vidéos contributives à la BnF : la collecte de vidéos vernaculaires du conflit et de la révolte en Syrie (projet Shakk-Syrie).

Intervention 3 : Louise Dutertre (BnF) – La mise à disposition des fichiers de montage issus de l’ensemble documentaire Amos Gitaï.

Intervention 4 : Jean Carrive (INA) – Les nouvelles méthodes d’analyse des médias audiovisuels : l’ANR ANTRACT et le projet MeMAD.

Intervention 5 : Claire Scopsi, Gilles Bertin (Laboratoire Dicen-IDF CNAM) – L’annotation rapide de vracs d’images et l’intégration image fixe/image animée. Les enjeux de la norme iiiF.

Modalités pratiques

  • 13 décembre 2018, 14h00 – 18h
  • Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu), salle Émilie du Châtelet.
  • Entrée libre sur inscription.

Regards sur Serge Tisseron. De la tintinologie à la robotique (30/11)

Serge Tisseron ©Julien Faure – Leextra – Leemage

Psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie habilité à diriger des thèses et membre de l’Académie des technologies, Serge Tisseron est aussi dessinateur et photographe.

Dès la présentation de sa thèse de médecine sous forme de bande dessinée, il s’est attaché à montrer que les images sont une forme de symbolisation du monde à part entière, au même titre que le langage parlé ou écrit. Après avoir travaillé sur les secrets de famille et nos relations aux images, ses recherches portent actuellement sur les bouleversements psychiques et sociaux entraînés par les technologies numériques et robotiques. Il a créé en 2013, l’Institut pour l’Etude de la relation Homme-Robot.

En 2018, il a fait don de ses archives à la BnF qui a souhaité rendre hommage à cet intellectuel éclectique, transdisciplinaire, inclassable et visionnaire.

En partenariat avec les Éditions Albin Michel, les Éditions Dunod et l’Académie des technologies.

Programme

13 h 30 – Accueil

14 h – Ouverture par Laurence Engel, présidente de la BnF
Signature officielle de la convention de don avec la Présidente

14 h 15 – Dialogue avec Denis Bruckmann, directeur général de la BnF

Regards croisés

Animation : Nathalie Bocher-Lenoir, présidente de Gens d’Images

14 h 35 – Les secrets de famille
Elisabeth Darchis, présidente de l’Association Européenne Nicolas Abraham et Maria Torok
Chantal Diamante, présidente de la Société de Thérapie Familiale IDF

15 h – Les images
Frédéric Tordo, psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique
Yann Leroux, psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique
Pierre Léna, membre de l’Académie des sciences, co-fondateur de « La Main à la pâte »

15 h 35 – La photographie
Le Manifeste de l’École inférieure de la photographie
Dialogue avec Bernard Plossu, photographe

16 h – Pause et séance de dédicace

16 h 30 – Le Rire médecin avec Caroline Simonds (Girafe) et Jean-Philippe Buzaud (Roger Chips),clowns pour les enfants à l’hôpital

16 h 45 – Pourquoi un psy à l’Académie des technologies ?
Yves Farge, membre de l’Académie des technologies

17 h – Robotique et enjeux d’avenir
Pierre-Marie Lledo, directeur du laboratoire de recherche « Perception et Mémoire » à l’Institut Pasteur, et du laboratoire « Gène et Cognition » du CNRS
Véronique Aubergé, chargée de recherche au CNRS au LIG, Chaire Robo’ethics de la fondation Grenoble INP

17 h 30 – Les « petits laboratoires d’empathie » (fédération des associations créées par Serge Tisseron)
Trois, Six, Neuf, Douze par Marie-Noëlle Clément, pédopsychiatre, directrice de l’hôpital de jour André Boulloche, Association Cerep-Phymentin
Institut pour l’étude des relations homme-robots (IERHR) par Olivier Duris, psychologue, doctorant en psychologie clinique
Développer l’empathie par le Jeu des Trois Figures (DEPJ3F) par Thérèse Auzou, doctorante en sciences de l’éducation
Pocket film empathie par Benoît Labourdette, cinéaste
Institut pour l’Histoire et la Mémoire des Catastrophes (IHMEC) par Francisca Espinoza, sociologue et Sylvaine Pettens, responsable pédagogique, INA

18 h 15 – Projection en avant-première du film Tisseron en quête de Serge, avec le soutien de la BnF

14 h-19 h Dans le foyer du Petit auditorium

  • Vitrines de manuscrits issus du don et conservés au département des Manuscrits
  • Vitrine d’objets issus de la collection de Serge Tisseron
  • Exposition de photos issues du don et conservées au département des Estampes et de la photographie

Informations pratiques

  • 30 novembre 2019, 13 h 30 – 19 h
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée libre et gratuite

Hommage à Raymond-Josué SECKEL (1949-2019)

La Bibliothèque nationale de France a le regret d’annoncer le décès de Raymond-Josué Seckel, ancien directeur du département de la recherche bibliographique, intervenu ce 14 novembre 2019.

Portrait de Raymond-Josué Seckel. Copyright Béatrice Lucchese/BnF

Après avoir appris le métier comme commis libraire dans une grande librairie de Strasbourg, puis comme élève de l’École nationale supérieure de bibliothécaires (ENSB), Raymond-Josué SECKEL est entré à la Bibliothèque Nationale en 1973. Son premier poste fut à la Bibliographie de la France (département des Entrées) : cause ou effet d’une vocation, un grand bibliographe y est né.

Nommé à la mythique salle des catalogues de la rue de Richelieu en 1978, il en devient le responsable en 1989. Après la création de la BnF par décret en 1994, il devient directeur du département de la Recherche bibliographique qu’il ne quittera plus jusqu’à sa retraite intervenue à la fin de l’année 2013.

Durant sa carrière, Josué Seckel a vécu de très près de nombreuses révolutions de l’information : l’informatisation, les banques de données, le numérique, l’internet, les moteurs de recherche, l’évolution des métiers autour de la recherche documentaire, les services à distance, la création du Haut-de-jardin, et c’est un de ses grands mérites de les avoir toujours soutenues, accompagnées, et parfois anticipées avec un souci exemplaire de la qualité du service aux chercheurs et plus largement aux lecteurs. Tous ses collègues savaient que face à une référence introuvable, une recherche sans solution, une cause bibliographique perdue, Josué Seckel était l’expert ultime qui trouvait le fin mot de l’affaire ou une clef pour résoudre l’énigme.

Il a également participé à de nombreuses expositions (par exemple Le Patrimoine libéré en 1989, ou Tous les savoirs du monde en 1996) avant d’assurer en 2007-2008 le co-commissariat de l’exposition Éros au secret, l’Enfer de la Bibliothèque, un des plus grands succès de fréquentation des expositions de l’établissement.
On doit aussi mentionner les nombreux articles, communications et interventions pédagogiques qu’il a assumées autour de la bibliographie ou de la bibliothéconomie, ainsi que ses activités internationales touchant la question des services de référence.

Très connu des lecteurs et des personnels, devenu un personnage d’œuvres de fiction1, Josué Seckel a tout au long de sa carrière incarné avec compétence, autorité et humour, l’esprit encyclopédique de la Bibliothèque porté à son meilleur. Qu’il soit infiniment remercié d’avoir su prolonger les Lumières au début de l’âge numérique.

Anne Pasquignon

Une cérémonie d’hommage et de souvenir aura lieu au cimetière du Père Lachaise, le 30 novembre à 10h, dans la salle de la Coupole du crématorium.

La famille ne souhaite ni fleurs ni couronnes, mais signale que ceux qui le veulent peuvent faire un don à la Cimade, au Secours populaire français ou à la recherche médicale contre le cancer.

L’inhumation aura lieu au cimetière de Chomérac, Ardèche, vendredi 22 novembre 2019, à 14h00.

  1. Dans Rêve de Saxe de Michel Chaillou, Paris : Ramsay, 1986. Ou dans “Le Temple d’eau”, dans Boire la tasse de Christophe Langlois, L’arbre vengeur, 2011. []

Soutenance de thèse de doctorat : Fleur Hopkins

Le 20 novembre 2019, Fleur Hopkins, ancienne chercheure invitée (2018-2019) et associée (2017) de la BnF, commissaire de l’exposition « Le Merveilleux-scientifique. Une science-fiction à la française », soutient sa thèse de doctorat intitulée Aux frontières de l’invisible : culture visuelle et instruments optiques dans le récit merveilleux-scientifique au passage du siècle (1894-1930), menée sous la direction de M. Pascal Rousseau, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Clément Vautel, La machine à fabriquer des rêves, couverture de Fred Browne, « Idéal-Bibliothèque », Paris : Pierre Lafitte et Cie, [1909] 1923 © Collection privée

Résumé

En pleine période de la découverte des rayons X, de la photographie des auras et des essais de communication avec la planète Mars, l’écrivain Maurice Renard a donné forme, entre 1909 et 1930, à un mouvement méconnu aujourd’hui : le « merveilleux-scientifique ».

Son intrigue se construit de manière rationnelle, à l’exception d’une loi scientifique qui est inventée ou modifiée, pour permettre aux êtres humains d’accomplir des prodiges seuls réservés aux contes de fées : devenir miniature ou lire les pensées.

Maurice Renard a largement souligné dans ses différents textes-manifestes sa volonté de faire de son modèle littéraire une « machine optique ». À ce titre, s’appuyant sur plus de 100 textes, de 100 auteurs et illustrateurs et de près de 800 illustrations, notre étude cartographie l’obsession pour l’extension du visible (voir au-dedans, voir au-delà, voir l’envers).

Pour ce faire, nous avons mobilisé tout au long de notre travail les ressources nouvelles de l’histoire de l’art. Les études visuelles, d’une part, mettent en évidence les changements opérés dans les régimes scopiques (regard endoscopique, regard panoptique, œil optogrammique, etc.). Elles ouvrent à de nouveaux artefacts visuels, tels que les récits sous images, la publicité suggestive ou les illustrations de romans populaires, valables comme témoignages historiques de la construction historique du regard.

L’archéologie des médias, d’autre part, recense les médias oubliés, laissés pour compte, en retard ou trop en avance sur leur temps. Elle permet de collecter un nombre considérable de « médias imaginaires », particulièrement inventifs : « psychographe », « ondogène », « électroscope ».

Soutenance

  • Lieu :  La Sorbonne – Galerie Jean-Baptiste Dumas – 14 rue Cujas – 75005 Paris
  • Salle : salle Duroselle
  • Horaire : le 20 novembre 2019 à 9h

Composition du jury

  • Arnaud Huftier, PR, Université de Valenciennes, pré-rapporteur
  • Arnauld Pierre, PR Université Paris Sorbonne, pré-rapporteur
  • Jérôme Goffette, MC, Université Lyon 1
  • Delphine Gleizes, PR, Université Grenoble Alpes
  • Pascal Rousseau, PR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de la thèse

Pour en savoir plus

Présentation de la thèse dans le cadre du concours “Ma recherche en 180 secondes en Histoire de l’Art et Archéologie”

Colloque – André Gide, un intellectuel engagé pour son temps et le nôtre (22/11)

Cent cinquante ans après sa naissance, ce colloque rend hommage à André Gide, qui fut salué comme le « contemporain capital » que ses multiples détracteurs s’empressèrent d’enterrer. Il reste remarquablement présent dans la vie intellectuelle et littéraire.

Les textes d’André Gide constamment réédités, relus et étudiés, mais aussi son itinéraire intellectuel, moral, politique continuent d’être interrogés et discutés. Bien des aspects de la singularité de l’écrivain entrent en résonance avec nos préoccupations contemporaines : ses écrits restent une véritable école de libération et d’affirmation de soi ; le devoir de faire de soi « le plus irremplaçable des êtres » ou le refus de « sacrifier aux idoles » qu’il défendait sont d’une actualité brûlante. Par ailleurs, Gide, souvent caricaturé en égotiste, n’a au contraire cessé de témoigner intérêt et compassion envers l’humanité souffrante et les invisibles de tous ordres : face aux accusés de cours d’assises, au milieu des réfugiés de guerre, des peuples colonisés ou aliénés par des dictatures, il a tenu un discours de responsabilité et de solidarité d’une portée universelle. Ainsi la vraie force de la parole gidienne est d’avoir su s’incarner dans une œuvre polymorphe, à la fois classique et novatrice.

Journée d’étude proposée en partenariat avec l’Association des Amis d’André Gide (AAAG), à l’occasion du 150anniversaire de la naissance d’André Gide (1869-2019).

Programme

9 h 30 – Ouverture
Par Thomas Cazentre, département des manuscrits, BnF

10 h – Du bon usage de la dissidence
Par Pierre Masson, professeur émérite, université de Nantes

10 h 30 – Gide, un engagement pour aujourd’hui
Par Stéphanie Bertrand, maître de conférences, université de Lorraine

11 h – Pour une Europe des lettres. Gide face à la « crise de l’esprit »
Par Paola Codazzi, université de Haute-Alsace

11 h 30 – Présentation de manuscrits (sur écran)
Par Thomas Cazentre, BnF

12 h – Pause

14 h 30 – Gide et la question des réfugiés
Par Jocelyn Van Tuyl, professeur, université de Sarasota

15 h – Gide et la générosité
Par Martine Sagaert, professeur émérite, université du Sud Toulon-Var

16 h – Gide e(s)t le criminel
Par Jean-Michel Wittmann, professeur, université de Lorraine

16 h 30 – Chez Gide, l’essentiel c’est la contingence
Par David Walker, professeur émérite, université de Sheffield

Informations pratiques

  • Vendredi 22 novembre 2019, 9h30 – 17h
  • Bibliothèque nationale de France, Petit auditorium
  • Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles (70)
  • Site François-Mitterrand – Salle 70
    Quai François-Mauriac – Paris 13e
    Entrée Est face à la rue Émile Durkheim

Accueil des Chercheurs associés 2019-2020 de la BnF

Ce 6 novembre, les 16 nouveaux chercheurs associés-BnF (hors bourse Roederer), accueillis depuis le 1er octobre dans 11 départements (10 départements de la direction des Collections et 1 département de la direction des Services et des réseaux), ont officiellement été reçus par la présidente et le directeur général, les directeurs des départements d’accueil et leurs référents scientifiques.

La diversité de cette seizième promotion de « chercheurs associés-BnF » est à l’image des collections : leurs travaux vont des manuscrits du XIIe siècle au web d’aujourd’hui, en convoquant une grande diversité de disciplines, des sciences historiques les plus traditionnelles à la linguistique et la science des données. Ces chercheurs forment ainsi, à leur manière, une petite « Académie des sciences », représentative des recherches les plus actuelles sur le patrimoine. Qu’on en juge par les sujets qu’ils entendent mener à bien :

  • Géraldine Blanche : Les interstices de la stratégie contentieuse en matière de propriété intellectuelle de la mode
  • Pierre Boizette : Les littératures Est-africaines de la BnF : pratiques d’acquisition postcoloniale et gestion linguistique
  • Kevin Bourdat : Le répertoire du quintette instrumental (flûte, violon, alto, violoncelle et harpe)
  • Oscar Catalan-Gonzalez, Les Fantaisies pour flûte sur des thèmes d’opéra
  • Alexander Delaporte, Lexique et métadonnées du corpus « la Grande guerre sur le web »
  • Lydia Echeverria, Le « bar Floréal » : analyse et mise en perspective d’un fonds de collectif de photographes
  • Marie Goupil-Lucas-Fontaine, Editer la musique légère au début du XXe siècle. Le cas de l’éditeur Salabert
  • Kaveh Hedayatifar, La documentation audiovisuelle des traditions musicales iraniennes
  • Thomas Le Gouge, Les schémas de cosmologie et leur usage dans la peinture, XIIe-XVIe siècle
  • Axel Le Roy, Classifier la nature chinoise : pratiques naturalistes entre la Chine et l’Europe (1680-1830)
  • Alissar Levy, Jean Petit Libraire parisien du XVIe siècle
  • Xavier Riondet, La fabrication du « commun » dans les manuels scolaires de la IIIe République
  • Aliénor Samuel-Hervé, Les médaillés des expositions horticoles de Paris au XIXe siècle
  • Carina Sartori, Serviteur d’un idéal : les frères Pereire et la pensée industrielle, pacifique et universelle saint-simonienne
  • Francesco Siri, Genèse des figurae dans les manuscrits du XIIe siècle
  • Clara Wartelle-Sakamoto, Analyse du fonds Fukuinkan-shoten du Centre national de la littérature pour la jeunesse

Cette académie compte également des musiciens chercheurs associés amenés à travailler sur les collections musicales de la BnF, associant un travail de recherche académique à une pratique artistique.

Depuis 2003, près de deux cent jeunes chercheurs ont été ainsi accueillis à la BnF pour conduire une recherche dans un département, au plus près des collections, dans un environnement que nous espérons être convivial et porteur.

Les chercheurs associés bénéficient d’un référent scientifique, d’un accès facilité aux collections, d’un accès au restaurant du personnel, de la Carte Culture et, dans la mesure du possible, d’un espace de travail dans le département d’accueil.

Le prochain appel à chercheurs sera lancé fin décembre 2019-début janvier 2020.

Parution : Dessiner l’antique. Les recueils de Jean Baptiste Muret et de Jean Charles Geslin

Fruit du programme de recherche « Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866) », la BnF, le Musée du Louvre et l’INHA font paraître l’ouvrage Dessiner l’antique Les recueils de Jean Baptiste Muret et de Jean Charles Geslin publié sous la direction de Cécile Colonna et Laurent Haumesser.

Deux dessinateurs, Jean-Baptiste Muret et Jean-Charles Geslin, ont pendant des années dessiné des antiques au sein des deux principales collections archéologiques françaises : le premier au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France, de 1830 à 1866, et le second au musée du Louvre, de 1863 à 1870.
Qu’il s’agisse de bijoux, de bronzes ou de terres cuites polychromes, venus d’Orient, de Grèce ou d’Italie, les deux dessinateurs ont su créer une documentation scientifique et sensible, alliant la précision du regard archéologique et le talent de l’artiste. Leurs recueils, qui rassemblent plusieurs centaines de dessins largement inédits, témoignent d’une sorte d’âge d’or de la documentation graphique au sein des musées, au moment même du développement de la photographie.
Ils constituent aussi une source de première importance sur le goût de l’antique au XIXe siècle et sur l’histoire de l’archéologie et des collections françaises et européennes.

Informations pratiques

  • Description : Broché, 256 pages, 101 illustrations, 17 × 24 cm
  • Date de parution : 7 novembre 2019
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2820-0 / 9782717728200
  • Editeurs : BnF Éditions / Musée du Louvre Éditions / Les Éditions de l’INHA
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 35 €

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur le programme de recherche, consultez le carnet de recherche Digital Muret, https://digitalmuret.hypotheses.org/

Journée d’étude : La presse de langue arménienne en France et la création d’un espace transnational

La Bibliothèque Nubar de l’UGAB (Paris) et l’université Paris-Diderot, avec le soutien du réseau Transfopress, réseau international prenant pour objet la presse allophone (http://transfopresschcsc.wixsite.com/transfopress), et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), s’associent pour organiser une journée d’étude sur le phénomène de la presse en langue arménienne comme presse allophone, en prenant pour terrain d’études la France. 

Programme

  • 9h Accueil des participants
  • 9h15-9h30 Introduction par Talar Chahinian (UCI) et Stéphanie Prévost (Université de Paris / LARCA)
  • 9h30-9h50 État des collections de périodiques arméniens en France par Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)

PANEL 1 : Les périodiques de langue arménienne en France comme patrimoine culturel
Présidence de séance : Valentina Calzolari-Bouvier (Université de Genève)

  • 9h50-10h10 Arpi Totoyan (Paris) – La réédition de Midk yev Arvest, supplément littéraire du quotidien Haratch (1976-2009) (en arménien)
  • 10h10-10h30 Vazken Khatchig Davidian (Faculty of Oriental Studies, Université d’Oxford) – In Search of « Monsieur Pierre » : Teotig’s Everyone’s Almanac in Exile and the Recovery of Cultural Memory (1920s)
  • 10h30-10h50 Discussion
  • 10h50-11h10 Pause-café

PANEL 2 : Les périodiques de langue arménienne en France, espaces de mobilisation
Présidence de séance : Houri Berberian (University of California Irvine)

  • 11h10-11h35 Vahé Tachjian (directeur de Houshamadyan) et Méliné Pehlivanian (Staatsbibliothek, Berlin) – La presse arménienne à Paris et à Berlin, entre bolchevisme et nazisme (années 1930-1940)
  • 11h35-12h Sophie Toulajian (Ens Lyon/Larhra) – Hay Baykar, périodique protestataire dans le sillon de mai 68 : de « Libération Arménienne » au « Mouvement National Arménien » (1977-1988)
  • 12h-12h25 Lerna Ekmekçioğlu (MIT, Boston) – Hai Guine, Organ of the French Armenian Women’s Union, & Gender (1947-1949)
  • 12h25-12h50 Discussion
  • 12h50-14h20 Pause-déjeuner

PANEL 3 : Repenser les identités linguistiques et littéraires par la presse
Présidence de séance : Mélanie Keledjian (Inalco)

  • 14h20-14h40 Talar Chahinian (UCI, Los Angeles) – The Armenian Press and the Forging of a New Literati in Post-WWI France
  • 14h40-15h Tork Dalalyan (Académie des Sciences d’Arménie, Erevan) – La normativisation et le développement de l’arménien occidental dans le quotidien Haratch (en arménien)
  • 15h-15h20 Discussion
  • 15h20-15h40 Pause-café

PANEL 4 : Enjeux actuels de la presse périodique arménienne en France
Présidence de séance : Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)

  • 15h45-16h05 Jiraïr Tcholakian (Paris) – Nor Haratch :
  • expériences et réflexions d’un rédacteur en chef
  • 16h05-16h25 Ari Topouzkhanian (Lyon) – Des caractères en plomb à la PAO : la contribution du mensuel Panpère au développement de la presse arménophone en diaspora
  • 16h25-16h45 Tigran Zargaryan (Fundamental Scientific Library de l’Académie des Sciences d’Arménie, Erevan) – Preserving & Digitising the French Armenian-Language press in Armenia. Views from the National Library
  • 16h45-17h05 Discussion
  • 17h05-17h30 Conclusions générales – Claire Mouradian (EHESS) et Diana Cooper- Richet (UVSQ/ Transfopress)

Comité d’organisation

  • Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)
  • Talar Chahinian (Université de Californie)
  • Mélanie Keledjian (Inalco)
  • Stéphanie Prévost (Université de Paris)
  • Adrineh Zinali (BULAC)

Comité scientifique

  • Boris Adjemian (Bibliothèque Nubar de l’UGAB)
  • Valentina Calzolari Bouvier (Université de Genève)
  • Talar Chahinian (Université de Californie)
  • Bénédicte Deschamps (Université de Paris)
  • Mélanie Keledjian (Inalco)
  • Nicolas Pitsos (BULAC)
  • Stéphanie Prévost (Université de Paris)
  • Isabelle Richet (Université de Paris)
  • Taline Ter Minassian (Inalco)
  • Khachig Tölölyan (Wesleyan University)

Informations pratiques

  • INALCO, 65 Rue des Grands Moulins, Paris 13e, Auditorium du Pôle des langues et civilisations
  • Métro ligne 14 – RER C : Bibliothèque François Miterrand
  • Tram T3a : Avenue de France

Mise en ligne des Nouvelles de l’estampe

Les Nouvelles de l’estampe, revue scientifique française portant sur l’histoire de l’estampe, des origines à nos jours viennent d’inaugurer leur espace sur la plateforme de diffusion en ligne OpenEdition Journals : https://journals.openedition.org/estampe/ .

La revue qui du Comité national de l’estampe possède ses bureaux au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, qui la soutient depuis sa création.

OpenEdition Journals est la plateforme publique d’édition électronique en sciences humaines et sociales qui propose plus de 500 revues scientifiques représentant le meilleur de la recherche française. La revue, seule revue académique sur l’estampe et la gravure, des origines à nos jours, y fera désormais paraître l’intégralité de ses articles.

Vous pouvez d’ores et déjà y trouver les numéros 227 à 261, c’est-à-dire les neuf dernières années de parution. Les nouvelles parutions viendront s’y ajouter au fur et à mesure de leur acceptation et de leur traitement éditorial.

Le fonctionnement de la revue ne change pas : le comité de lecture reçoit les textes et juge de leur intérêt et validité scientifique, avant leur éventuelle prise en charge pour publication par la revue. De même pour les textes sur la création contemporaine, dans le respect du droit d’auteur des artistes dont il sera question.

N’hésitez pas à diffuser la nouvelle autour de vous, dans les cercles pouvant être intéressés par notre publication : nous vous remercions d’ainsi contribuer à faire vivre cette revue unique en son genre !

Pour en savoir plus

La revue dispose de son propre site Internet qui renseigne sur le Comité national de l’estampe : https://nouvellesdelestampe.fr/ et son activité éditoriale.

Dessins originaux et fonds d’archives : quels témoins de la création pour la jeunesse en bibliothèque ? (18/11)

12e journée d’étude en Région, organisée par la Bibliothèque nationale de France avec la Bibliothèque de Tours, avec le soutien de l’Université de Tours

Argument

Dessins et manuscrits originaux, correspondances d’éditeurs, documentation de critiques… nombreux sont les documents qui constituent des témoins précieux de la création et de l’édition pour la jeunesse. Quelles sont les institutions qui les conservent, quels partenariats, notamment avec les chercheurs, sont mis en place autour de ces archives, quelle médiation mettre en œuvre pour les mettre à disposition d’un large public ?

La journée d’étude aura lieu à la Bibliothèque municipale de Tours.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
  • 9h30 Hommage à Tomi Ungerer
    Thérèse Willer, directrice du Musée Tomi Ungerer – Centre international de l’illustration, Strasbourg
  • 10h Conservation et signalement : quelques définitions
    Clarisse Gadala, BnF/CNLJ
  • 10h30 Pause
  • 10h45 Témoignage de Patrice Wolf
    Dialogue avec Bérangère Rouchon-Borie, Bibliothèque municipale de Tours
  • 11h15 L’apport des archives : paroles de chercheurs
    Rencontre avec Mathilde Lévêque, Université Paris 13, Afreloce, et Sophie Heywood, Université de Reading, animée par Cécile Boulaire, Université de Tours
  • 12h30 Déjeuner libre
  • 14h Visite guidée du Centre Patrice Wolf
  • 14h30 Patrimoine et création contemporaine à la Médiathèque Françoise-Sagan
    Hélène Valotteau, Médiathèque Françoise-Sagan
  • 15h Mettre en lumière les coulisses de la création pour la jeunesse : coopération et valorisation
    Table ronde animée par Virginie Meyer, BnF/CNLJ, Noémie Ryon, Bibliothèque Robinson, Arras Emmanuelle Martinat-Dupré, Musée de l’illustration jeunesse, Moulins Joëlle Bourlois, conseillère pour le livre et la lecture, DRAC Nouvelle Aquitaine
  • 16h Témoignage de Bruno Heitz
  • 16h30 Visite guidée du Centre Patrice Wolf

Informations pratiques

  • Bibliothèque municipale de Tours, 2 avenue André Malraux 37000 Tours
  • Gratuit sur inscription auprès de Marion Caliyannis
  • Contact : marion.caliyannis@bnf.fr
  • Téléphone : 01.53.79.57.06

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?