Journée d’étude : Le Bac… et après ? Des révisions en bibliothèque aux premiers pas en université

L’Association des Directeurs et des personnels de direction des Bibliothèques Universitaires et de la documentation (ADBU), la Bibliothèque nationale de France (BnF) et la Bibliothèque publique d’information (Bpi) organisent une journée d’étude portant sur les lycéens en bibliothèques. Elle se déroulera à la BnF le mercredi 11 avril 2018 de 9h à 17h30.

© Pascal Lafay / BnF

Argument

Les bibliothèques de l’enseignement supérieur et de la recherche, grands établissements, bibliothèques universitaires, interuniversitaires, et de grandes écoles accueillent, outre leur public principal, un public lycéen souvent mal connu. Le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et le Ministère de l’éducation nationale ayant fait du continuum -3/+3 l’une de leurs priorités, il est important pour les bibliothèques de répondre à cette orientation politique : la fréquentation des bibliothèques universitaires ou d’un grand établissement constitue l’un des premiers points de contact des futurs étudiants avec le monde de l’enseignement supérieur.

Le public lycéen représente un enjeu important, et ses besoins méritent d’être identifiés avec précision : les enquêtes, études et analyses de publics de l’ADBU, de la BnF et de la Bpi permettent de jeter des regards croisés sur les caractéristiques de ces jeunes publics lors de cette journée, destinée à l’ensemble des professionnels des bibliothèques et des centres de documentation et d’information, aux acteurs de l’orientation des lycéens du secondaire vers le supérieur et aux enseignants, chercheurs et sociologues intéressés par ces publics et réalités. Ce sujet peut toucher, de manière élargie, de nombreux acteurs de l’enseignement secondaire et supérieur français.

La programmation scientifique, établie par les trois partenaires, présente une triple approche susceptible de retenir votre attention : sociologie des publics, accueil des lycéens, valorisation et évaluation des dispositifs et services concrètement mis en place dans les établissements, notamment en période de révision du baccalauréat.

Programme

9h Café d’accueil

9h30 Ouverture de la journée
Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale de la BnF
Christine Carrier, Directrice de la BPI
Christophe Pérales, Président de l’ADBU

10h Dans le vif du sujet
Les lycéens en bibliothèque(s), apport des études de publics et ajustement de service
Nicolas Di Méo, SCD de l’Unistra, enquête ADBU 2016
Irène Bastard, Délégation à la stratégie et à la recherche, BnF
Christophe Evans, service Etudes et recherche de la BPI
Mathilde Poulain, Directrice adjointe, Bibliothèque Université Le Havre

10 h 45 pause

11h Plénière
L’acculturation des nouvelles générations étudiantes à l’Université. Diversité des trajectoires, diversité des socialisations
Mathias Millet, Professeur de sociologie à l’Université de Tours, laboratoire CITERES

13h45 Sessions parallèles : Présentations de sept dispositifs d’accueil de lycéens
Bibliothèques universitaires et grands établissements
Avignon / Amaury Catel
BPI / Guilaine Thuillart, Anna Giraud
Le Havre / Mathilde Poulain
Bordeaux / Nathalie Falgon-DefayIsabelle Rondot-Delbecque
BnF / Anne Pasquignon
UVSQ / Chantal Merle
Angers / Nathalie Clot

15h30 Ateliers pratiques : Traduire un règlement pour un public lycéen.
Nathalie Daigne, BPI
Construire son dispositif d’accueil de lycéens.
Angélique Sozza, BnF
Sur les traces des lycéens : observer pour mieux cohabiter. Nathalie Clot et Maud Puaud, BU Angers
Mise en place d’un partenariat entre lycées et bibliothèques universitaires : objectifs, moyens, dispositifs d’évaluation.
Valérie Mallet, Université de Lorraine et Brigitte Decker, lycée Chopin de Nancy

15 h 15 pause

16h30 Table ronde : Mise en perspective : lire, se former, s’informer dans les institutions
Modératrice : Irène Bastard, délégation à la stratégie et à la recherche, BnF
Stéphane Bonnery, Professeur en sciences de l’éducation, Paris 8
Anne Boraud, Directrice du SCD de l’Université de Haute-Alsace
Anne Cordier, MCF en Sciences de l’Information et de la Communication – ESPÉ Université de Rouen Normandie
Joëlle Le Marec, Professeure en sciences de l’information et de la communication au CELSA, Sorbonne Université

Regards croisés sur le Continuum -3/+3
Patrick Allal, Inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche. Chef de mission enseignement scolaire et Elisabeth Carrara, Inspectrice générale de l’éducation nationale. Groupe Établissements et vie scolaire

Modalités pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Mercredi 11 avril 2018 de 9h à 17h30.
Entrée libre sur inscription en ligne : https://www.eventbrite.fr/e/inscription-journee-detude-adbu-bpi-bnf-le-bac-et-apres-42899629948

Parution : Les monstres sont parmi nous

Ce nouveau numéro de la Revue de la BnF évoque des figures monstrueuses aussi diverses que la bête du Gévaudan, la mandragore ou la procession des cent démons des rouleaux japonais.


Sous la direction de Thierry Laugée et de Marc Renneville, ce n° 56 de la Revue de la BnF, consacre son dossier aux figures monstrueuses aussi diverses que la bête du Gévaudan, la mandragore, la procession des cent démons des rouleaux japonais, ou encore le Frankenstein de Mary Shelley et sa postérité cinématographique. Il questionne l’inscription des monstres dans notre vie culturelle et sociale, l’homme vivant « en compagnie des monstres ».

Sommaire

  • Parmi les monstres / Thierry Laugée et Marc Renneville
  • « Morts vivants ». Le corps des monstres moraux dans les discours de Cicéron / Blandine Cuny-Le Callet
  • La bête du Gévaudan et ses archives / Charles-Éloi Vial
  • Lacenaire, mise en scène d’un monstre / Anne-Emmanuelle Demartini
  • La mandragore, iconographie d’un mythe botanique / Luc Ménapace
  • Tératologie. Quand le monstre devient objet de science / Jean-Louis Fischer
  • La fabrique des monstres urbains au XIXe siècle, ou la statuaire
    sous « l’empire de la science » /
    Olivier Vayron
  • Les rouleaux illustrés de la Procession nocturne des cent démons / Matthias Hayek
  • De Barnum à Freaks. Le monstre en spectacle / Entretien avec Jean-Jacques Courtine. Propos recueillis par Marc Renneville.
  • Life Without Soul. Le monstre cinématographique de Frankenstein / Michel Porret
  • Umberto Eco, Merveilles et monstres exotiques. Extrait de la conférence du 27 mai 2004 consacrée à « l’ordre universel et les monstres »
  • Le monstre marqueur de l’humanité originelle, de Piero di Cosimo à Ulisse Aldrovandi / Elinor Myara Kelif
  • Le monstre allemand dans l’image entre 1914 et 1918 / Nicholas-Henri Zmelty

Informations pratiques

Description : Broché, 184 pages, 120 illustrations, 17 x 24 cm
Date de parution : 15/03/18
ISBN/EAN : 978-2-7177-2768-5 / 9782717727685
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : Volumen-Interforum
Prix : 25 €

Rencontres Gallica : « Paris sur Gallica »

Dans le cadre de ses Rencontres Gallica, la Bibliothèque nationale de France organise une session consacrée à l’histoire de la ville de Paris, le mardi 20 mars 2018.

Entr’actes de pierres / par Maurice Guillemot ; eaux-fortes d’Eugène Béjot

Argument

Les documents concernant la ville de Paris ont paru en très grand nombre. Parmi ceux-ci, les livres, gravures et photographies occupent une grande place sur Gallica. À titre d’exemple, 5000 ouvrages provenant du fonds Le Senne de la BnF, concernant exclusivement Paris, numérisés, sont en ligne, de même que près de 4000 photographies d’Eugène Atget (1857-1927). Aux documents propres à la BnF s’ajoutent plusieurs milliers de documents choisis par les partenaires de Paris et d’Ile de France. Devant le foisonnement occasionné par la richesse et la variété  des documents, à une approche encyclopédique illusoire, on a préféré une mise en valeur par focus visant à cibler des ensembles particulièrement riches, que ce soit dans le domaine de l’histoire (Les livres des premiers historiens de Paris sous l’Ancien régime, la Commune de Paris, etc.) , ou dans celui des lettres (le parler parisien, Paris dans la littérature du XIXe siècle , etc).

Au fil de l’enrichissement du corpus, et de la multiplication de ses supports (aux livres, journaux et images s’ajoutent cartes et documents audiovisuels), de nouveaux angles d’attaque viennent se greffer, permettant une exploitation maximale de richesses souvent insoupçonnées .

Cette séance sera présentée par :

  • Laurent Portes, Coordinateur de la numérisation au département Philosophie, Histoire, Science de l’homme.
  • Avec la collaboration de Jean-Didier Wagneur, ancien Coordinateur de la numérisation au département Littérature et art.

Modalités pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, salle 70.
Mardi 20 mars 2018, de 17h30 à 18h30.

Parution de l’ouvrage : Marcel Proust et Reynaldo Hahn : une création à quatre mains

Le musicologue Philippe Blay, conservateur en chef en charge des œuvres musicales au département des Métadonnées de la BnF, le professeur en musicologie Jean-Christophe Branger (université de Lorraine) et le professeur et critique littéraire Luc Fraisse (université de Strasbourg, Institut universitaire de France) publient Marcel Proust et Reynaldo Hahn : une création à quatre mains (Classiques Garnier, 2018).

Reynaldo Hahn, Marcel Proust, María Hahn de Madrazo (sœur de R. Hahn) et Federico de Madrazo, dit Coco (fils d’un premier mariage de son beau-frère, Raimundo de Madrazo), Saint-Germain-en-Laye ?, juillet 1895 ?, photographie, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, legs Robert Le Masle, NAF 28334 (BN. V. Pièce 408).

L’ouvrage s’attache à retracer toutes les étapes et tous les aspects d’un parcours commencé lors de leur rencontre en 1894 – alors que l’écrivain est en train de rédiger Les Plaisirs et les Jours et que le musicien travaille à l’orchestration de son opéra L’Île du rêve – et effectué en connivence jusqu’à la mort de Proust. Au-delà d’une histoire d’amour fondatrice, les auteurs s’emploient à étudier les échanges intellectuels entre les deux hommes, à l’aide notamment de correspondances inédites.

Proust découvre à travers Hahn tout un pan technique de la composition musicale et se confronte aux aspirations artistiques d’un disciple de Massenet, attaché au classicisme. Les connaissances éclectiques et encyclopédiques de son ami s’infiltrent en secret dans ses écrits, dès les textes contemporains de leurs premiers échanges jusqu’aux profondeurs de la Recherche du temps perdu. Le cycle romanesque se nourrit ainsi du dialogue entre deux tempéraments que tout, dans leurs conceptions esthétiques, semblerait opposer.

Table des matières

  • Avant-Propos, par Eva de Vengohechea
  • Préface, par Luc Fraisse
  • L’Île du rêve, par Philippe Blay
  • Du côté de chez les Verdurin, par Luc Fraisse
  • Les intermittences massenetiennes, par Jean-Christophe Branger
  • Des Portraits de peintres à Du côté de chez Swann, par Jean-Christophe Branger
  • Portraits de musiciens, par Philippe Blay
  • Le périscope de Proust, par Luc Fraisse
  • Bibliographie sélective
  • Index des noms de personnes

Informations pratiques

Description : broché, 15 × 22 cm, 229 p.
Date de parution : avril 2018
Broché, ISBN : 978-2-406-06478-7 : 29 €
Relié, ISBN : 978-2-406-06479-4 : 67 €
Éditeur : Classiques Garnier
Collection : Bibliothèque proustienne, sous la direction de Luc Fraisse, n° 21
Prix : 29 €

Après-midi d’étude : analyse de corpus d’images

Dans le cadre du projet Corpus mené par la Bibliothèque nationale de France, un atelier d’étude sur l’analyse de corpus d’images est organisé le 28 mars 2018. Il a pour objectif d’alimenter la réflexion en cours à la BnF pour déployer dans Gallica un outil de recherche d’images par le contenu (content-based image retrieval ou CBIR) et d’inciter les échanges entre les institutions patrimoniales et le milieu académique.

Argument

Bien que constituées de millions de fichiers images1, les bibliothèques numériques ne proposent pour ainsi dire pas d’outil de recherche d’images par le contenu à leurs usagers2. Or, le nombre croissant d’images rend de plus en plus illusoire une indexation sémantique manuelle de la totalité des fichiers images accessibles en ligne. Des alternatives à la recherche purement textuelle existent.

Programme

  • Nicolas Sidere (L3i) présentera un état de l’art sur des outils logiciels, actuels ou en développement réalisé à la demande de la BnF au Centre Européen de valorisation numérique Valconum
  • Jean-Philippe Moreux (BnF) présentera la preuve de concept Gallica.pix
  • Raphaël Baudiment (BnF) présentera le prototype Gallica images
  • Nicolas Hervé (INA) présentera l’outil DiginPix
  • Pierre-Carl Langlais (CELSA) présentera ses travaux de recherche sur la classification automatique des images de presse sur la période 1920-1940
  • Melvin Wevers (KB Lab / Université d’Utrecht) présentera le projet SIAMESE autour de la reconnaissance d’images publicitaires dans la presse qu’il a mené en tant que chercheur « en résidence » à la Bibliothèque nationale des Pays-Bas
  • Nicole Vincent (LIPADE) présentera la compétition CLAMM (ICDAR) sur la classification des types d’écriture
  • Dominique Stutzmann (IRHT) présentera l’utilisation d’un réseau de neurones dans le projet HIMANIS
  • Nicolas Gonthier (Télécom ParisTech) présentera son projet de thèse « Deep Learning pour l’histoire de l’art »
  • Débat animé par Jean-Philippe Moreux (BnF), Emmanuelle Bermès (BnF) et André Gunthert.

Modalités pratiques

28 mars 2018, 14h30 – 18h
Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu), salle Émilie du Châtelet.
Entrée libre sur réservation auprès d’Eleonora Moiraghi.

  1. Même les bibliothèques numériques proposant une majorité de fichiers texte donnent à voir à leurs usagers une version image, la version texte servant à la recherche étant le plus souvent « cachée » []
  2. À quelques rares exceptions comme la recherche par similarité – Bildähnlichkeitssuche – proposée par la Bayerischen Staatsbibliothek, url : <https://bildsuche.digitale-sammlungen.de/> ou la recherche par le contenu proposée par les Bodleian Libraries pour leur collection de Broadside ballads, url : <http://imagematch.bodleian.ox.ac.uk:8000/>. []

Journées professionnelles des patrimoines : « Construire ensemble les sciences du patrimoine », 21-22/06

Le ministère de la Culture a le plaisir de vous inviter aux Journées professionnelles des patrimoines 2018 intitulées Construire ensemble les sciences du patrimoine. Ces journées professionnelles organisées par la direction générale des patrimoines avec l’Institut national du patrimoine présenteront des « retours d’expérience » en matière d’implication des professionnels dans la recherche et d’apport de cette dernière à l’exercice de leurs métiers.

Argument

Tous les métiers du patrimoine, de ceux de la conservation à ceux de la médiation en passant par ceux de la restauration, sont intimement liés à la recherche. Indispensable à l’élaboration des politiques et des projets comme à l’exercice des missions, elle est une dimension essentielle de leur mise en œuvre.

Aussi, les professionnels du patrimoine et de l’architecture sont de plus en plus impliqués dans la recherche aux côtés des chercheurs académiques, français et étrangers, depuis la définition des sujets jusqu’à l’application comme à la restitution des résultats.
Ces recherches portent sur l’ensemble des domaines patrimoniaux, matériel, immatériel ou numérique. Elles constituent un champ particulier, celui des « sciences du patrimoine », qui désignent dans toute leur diversité les disciplines scientifiques sollicitées pour la connaissance, la conservation, la restauration et la transmission du patrimoine. Elles associent sciences humaines et sociales, telles que l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, l’anthropologie, la sociologie, la géographie, le droit ou la pédagogie ; sciences expérimentales, telles que la physique la chimie ou la biologie, auxquelles sont venues s’ajouter les sciences du numérique.

Les sciences du patrimoine embrassent l’ensemble des domaines d’intervention des professionnels, de l’identification du patrimoine (recensements, inventaires, etc.) à sa médiation, en passant par sa conservation et sa restauration. Elles concourent aussi bien à l’histoire des œuvres, qu’à l’identification des matériaux dont elles sont constituées et des techniques mise en œuvre par leurs  créateurs, à la compréhension des phénomènes d’altération et de destruction ou encore à la muséographie et aux dispositifs de médiation.
Par nature pluri- et transdisciplinaire, cette recherche est tout particulièrement favorable aux approches transversales croisant plusieurs domaines patrimoniaux (archives et bibliothèques, archéologie et monuments historiques, patrimoine matériel et immatériel, etc.), ouvrant de nouvelles thématiques, que ce soit dans les humanités numériques, la physique et la chimie des matériaux anciens ou l’anthropologie du fait patrimonial. Elles contribuent à renouveler non seulement les méthodes de travail et les processus professionnels, mais aussi la teneur et les modes de restitution des travaux.
En envisageant l’implication des professionnels dans la recherche et l’apport de cette dernière à l’exercice de leurs métiers, ces journées permettront de dresser un état des lieux, d’exposer les dispositifs rendant possible cette construction conjointe et plusieurs projets emblématiques de cette approche et de dessiner, enfin, les perspectives d’évolution des sciences du patrimoine au regard des métiers, dans une totale continuité entre recherche fondamentale et recherche appliquée.

Modalités pratiques

Jeudi 21 et vendredi 22 juin 2018 de 9h30 à 17h30
Lieu : Auditorium de la galerie Colbert, 2, rue Vivienne – 75002 Paris

Programme et inscription prochainement en ligne

Journée d’étude : Au cœur des circulations internationales du livre : traducteurs, agents et autres passeurs

Le livre, à la fois « marchandise », « chef d’œuvre » et « ferment », pour reprendre les termes de l’historien Henri-Jean Martin, se situe dès son origine au cœur des échanges littéraires internationaux. Imprimé dans un pays, il circule, en pleine lumière ou sous le manteau, dans sa version originelle ou par le biais de traductions qui le transforment et font connaître à de larges publics des systèmes de pensées différents des leurs, auxquels ils n’auraient pu avoir accès sans ce passage d’une langue à l’autre. Au cœur de ces circulations, souvent dans l’ombre, œuvrent des « passeurs » culturels, des « hommes doubles », comme les qualifie le sociologue Christophe Charles, qui font le lien entre les différentes versions d’une œuvre et permettent sa large diffusion. Les textes, en effet, même numériques, ne circulent pas de manière autonome mais par le biais d’intermédiaires pluriels que cet atelier se propose d’étudier. Parmi eux figurent les traducteurs, des plus reconnus aux moins visibles, et les agents littéraires qui portent les intérêts de leurs auteurs et accompagnent l’exportation de leurs œuvres. D’autres intermédiaires, politiques notamment, peuvent également entrer en jeu et soutenir des productions à l’échelle internationale dans une perspective de diplomatie culturelle.

La ville et la tour de Babylone : [estampe]

Cet atelier du livre se fait l’écho d’une série de travaux, récents ou en cours, qui, à partir d’une perspective historique, littéraire ou sociologique, permettront de mettre en lumière et d’analyser le rôle de ces passeurs.
Dans quels enjeux pluriels leur travail s’inscrit-il ? Renforcent-ils les hiérarchies existantes ou peuvent-ils favoriser la diversité éditoriale et culturelle ? De quelle marge décisionnelle disposent-ils ? Et comment expliquer leur discrétion sur la scène littéraire et éditoriale ?
En partenariat avec l’université Paris Nanterre.

Programme

14h : ouverture
Denis Bruckmann, directeur des Collections de la Bibliothèque nationale de France
Cécile Rabot, sociologue au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), maîtresse de conférences à l’université Paris Nanterre, responsable du master Métiers du livre et de l’édition

Introduction générale et historique
14h15 : la traduction, un objet d’histoire
Blaise Wilfert-Portal, maître de conférences en histoire contemporaine au département de Sciences sociales de l’École normale supérieure (université Paris sciences et lettres)

Traducteurs et traductions
14h45 : le traducteur dans l’Angleterre de la fin du XVIe siècle : questions parfois sans réponse au sujet d’un passeur discret
Marie-Céline Daniel, maîtresse de conférences en civilisation britannique, UFR d’études anglophones, Sorbonne Université, vice-présidente en charge de la formation tout au long de la vie

15h15 : quand le traducteur prend la parole : l’émergence des traducteurs comme figures médiatiques
Claire Placial, maîtresse de conférences en littérature comparée à l’université de Lorraine (Metz) et membre du centre de recherche Ecritures

15h45-16h : questions et pause

Les agents littéraires et autres passeurs
16h00 : l’agent littéraire : quelques aperçus historiques
Cécile Cottenet, maîtresse de conférences HDR, études américaines, Aix-Marseille université

16h30 : les agents littéraires, « personnels de renfort » au cœur des échanges littéraires
Delia Guijarro Arribas, doctorante en sociologie (CESSP-EHESS-Casa de Velázquez)
Lilas Bass, doctorante en sociologie (EHESS-CESSP)

17h : diplomatie culturelle et marché de la traduction : des « agents de proximité » au service du livre français à l’étranger
Marcella Frisani, doctorante en sociologie (CESSP-CSE-EHESS), membre du Centre de sociologie européenne

17h30-17h45 : questions et pause

17h45 : table ronde : un exemple de littérature étrangère en France, la littérature hébraïque
Projection d’une séquence du film Traduire de Nourith Aviv.
Table ronde animée par Laurence Kiéfé (sous réserve), traductrice, membre du conseil de l’ATLF, Association des traducteurs littéraires en France
Avec Anne-Sophie Dreyfus, co-responsable des Éditions de l’Antilope ; Laurent Héricher, chef du service des Manuscrits orientaux, BnF ; Rosie Pinhas-Delpuech, traductrice de littérature hébraïque, membre de l’ATLF  et  Laurence Sendrowicz, traductrice de littérature théâtrale hébraïque, actrice, membre de l’ATLF.

Modalités pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Mercredi 28 mars 2018 – 14h00-19h30
Entrée libre

Cycle « Les écrivains et la presse » : Sorj Chalandon, entre presse et littérature

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

By Thesupermat (Own work) [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons
Intervention de Sorj Chalandon et dialogue avec Marie-Eve Thérenty.

Informations pratiques

Jeudi 12 avril, 2018 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Appel à communications : Être éditeur en France au XIXe siècle (1789-1914)

Appel à communications pour le colloque final du programme ANR DEF19 qui se tiendra les 4 et 5 avril 2019.

 Le projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) a déjà donné lieu à deux journées d’études : « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives » (octobre 2015) et « Marges et périphéries du monde du livre » (février 2017). Elles ont permis d’explorer des questionnements d’ordre épistémologique et méthodologique sur la prosopographie et l’étude des gens du livre, en confrontant des expériences et des travaux de chercheurs issus de différents horizons. Afin de conclure ce projet qui arrive à son terme en 2019, un colloque final est organisé, qui mettra au centre de ses débats ce qui a fait le cœur de l’entreprise : les figures individuelles d’éditeurs.

(c) BnF-Gallica

Cette histoire des éditeurs du XIXe siècle est-elle encore à faire ? De nombreux travaux ont déjà permis d’enrichir considérablement notre connaissance de ce milieu et, de la mise en valeur du « temps des éditeurs » par l’Histoire de l’édition française1, à la centaine de pages de synthèse consacrées vingt ans plus tard par Elisabeth Parinet aux « éditeurs du XIXe siècle »2, les histoires générales de l’édition témoignent de l’étendue de nos connaissances sur un champ largement défriché. Monographies et biographies se sont ainsi multipliées pour éclairer les trajectoires d’éditeurs variés, de Hachette à Hetzel en passant par Plon, Begrer-Levrault, Privat, Larousse, Tallandier, Baillière, etc. En 2015, Jean-Yves Mollier recensait ainsi presque une centaine de références sur « le monde des éditeurs » à l’époque contemporaine dans sa bibliographie rétrospective3. Il expliquait par ailleurs tout l’intérêt de ces études, « précieuses et même indispensables parce qu’elles mettent en scène un homme, une famille, un milieu, une entreprise, qu’elles éclairent des réseaux, aident à comprendre la formation d’écuries d’auteurs, le passage de la maison d’édition à la grande entreprise éditoriale4. »

Parce que le monde de l’édition est fait d’individualités fortes, qui marquent leur domaine de leur empreinte, par leurs innovations et leurs ambitions, et dans la perspective globalisante d’une histoire du livre et de l’édition située au carrefour des histoires politique, économique, sociale et culturelle, l’approche biographique est une voie d’entrée privilégiée, voire essentielle à l’étude d’un secteur emblématique de la révolution économique du XIXe siècle autant que de l’entrée dans l’ère de la culture de masse. L’ensemble de ces travaux a donc permis de mieux comprendre ce monde de l’édition, qui est aussi celui des éditeurs, et, au-delà, des mécanismes à l’œuvre dans les révolutions économiques et culturelles dont ils sont autant les reflets que les acteurs.

Cependant, la récente publication de l’ouvrage de Pascal Fouché sur Flammarion5, ou de de la thèse d’habilitation à diriger des recherches de Patricia Sorel sur Plon6, témoignent de la nécessité de poursuivre ces enquêtes, afin d’approfondir notre connaissance des figures majeures du monde de l’édition. Au-delà de ces individualités de premier plan, la journée d’études de février 2017 sur les « Marges et périphéries du monde du livre7 » montre également les promesses de l’exploration de zones moins connues et moins faciles à appréhender du champ éditorial. diteurs marginaux, provinciaux, clandestins, éphémères, éditeurs au rayonnement limité, au capital faible, à la production réduite, constituent un front pionnier, si ce n’est une terra incognita de la recherche en histoire du livre. Le terrain a commencé déjà à être déblayé, comme en témoignent les pages que consacrent à ces secteurs l’Histoire de l’édition française et l’Histoire de la librairie française.

Le colloque « Être éditeur en France au XIXe siècle » s’inscrit dans la lignée de l’ensemble de ces travaux, tout en souhaitant mettre en évidence, dans la logique du projet DEF19, les figures individuelles, plus que les entreprises éditoriales et leurs productions. Il s’agira par conséquent de privilégier les approches biographiques et prosopographiques, et de ne mobiliser les questions de bibliométrie ou d’histoire des sociétés et des stratégies entrepreneuriales que dans la mesure où elles interfèrent avec les trajectoires individuelles et viennent les éclairer.

Les propositions de communication s’inscriront de manière privilégiée dans les axes d’étude suivants :

  • L’approche biographique sur des figures d’éditeurs peu connues, en particulier les éditeurs provinciaux, marginaux dans le type et l’ampleur quantitative de leur production, leur durée d’activité, leur rayonnement commercial, etc.
  • La question des femmes (de) libraires-éditeurs, le rôle des veuves dans la reprise des entreprises masculines, le rôle des femmes dans l’édition.
  • Les études collectives, sur les éditeurs relevant d’espaces régionaux ou urbains particuliers, ou bien de secteurs déterminés du champ éditorial.
  • Les formes de l’engagement politique des éditeurs, et la prise de risque que cela peut représenter pour leur activité et pour eux à une époque où domine longtemps une logique de contrôle de l’imprimé ; on pourra élargir le champ aux autres formes d’engagement, associatif, social, caritatif…
  • L’étude de institutions éditrices : activité d’édition de syndicats, d’entreprises, d’associations, rôle également de l’Imprimerie royale/impériale/nationale, des presses professionnelles ; on s’interrogera particulièrement sur les individus qui sont derrière leur activité, ces éditeurs qui n’ont pas laissé leur nom à une maison d’édition.
  • L’approche internationale du monde des éditeurs : les éditeurs spécialisés dans l’international (traduction, diffusion à l’étranger…) ; les éditeurs étrangers installés en France ; les éditeurs français installés à l’étranger ; l’étude également des liens et réseaux internationaux des éditeurs français.
  • L’étude des éditeurs des colonies et de l’outre-mer, dans les zones d’influence française ou non.

Soumission des propositions

Les propositions (3000 signes maximum) devront être envoyées pour le 4 juin 2018 à :
– Jean-Charles Geslot (jean-charles.geslot@uvsq.fr)
– Viera Rebolledo-Dhuin (viera.rebolledo-dhuin@uvsq.fr).

Elles seront accompagnées d’une courte présentation biobibliographique des auteurs. Elles seront examinées par le comité d’organisation pour une réponse à la rentrée 2018. Les communications à deux voix sont autorisées.

Les communications pourront être des présentations de recherches en cours.

Comité d’organisation

  • Marie-Claire Boscq (docteure en histoire, CHCSC)
  • Jean-Charles Geslot (MCF, UVSQ)
  • Jean-Dominique Mellot (BnF)
  • Jean-Yves Mollier (professeur émérite, UVSQ)
  • Viera Rebolledo-Dhuin (docteure en histoire, CHCSC)
  • Patricia Sorel (MCF HDR, Paris-Nanterre)

Organisation du colloque

Le colloque se déroulera les jeudi 4 et vendredi 5 avril 2019, aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).

Télécharger l’appel à communications en format pdf : Etre éditeur au XIXe siècle – appel à communications

  1. Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française. T. III : Le temps des éditeurs : du romantisme à la Belle époque, Paris, Fayard/Cercle de la Librairie, rééd. 1990 (1985), 672 p. []
  2. Elisabeth Parinet, Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, « Points Histoire », 2004, p. 152-262. []
  3. Jean-Yves Mollier, « L’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en France de la fin du XVIIIIe siècle au début du XXIe siècle : approche bibliographique », 2015, <halshs-01164765>, p. 49-54. []
  4. Ibid., p. 13-14. []
  5. Pascal Fouché, Flammarion (1875-2015). 140 ans d’édition et de librairie, Paris, Gallimard, 2015, 272 p. []
  6. Patricia Sorel, Plon. Le sens de l’histoire (1833-1962), Rennes, PUR, 2016, 326 p. []
  7. Journée d’études tenue à Saint-Quentin-en-Yvelines les 23 et 24 février 2017 – publication en cours. []

Cycle « Les écrivains et la presse » : Colette et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Gérard Bonal, écrivain et journaliste et  Amélie Chabrier, maîtresse de conférences à l’université de Nîmes.

Informations pratiques

Jeudi 5 avril 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent

Le lancement des commémorations de Mai 68 par le Centre Pompidou1 sont l’occasion de rappeler l’action menée par la Bibliothèque nationale pour sauvegarder les traces de l’événement et ses déclinaisons les plus contemporaines à l’heure de la dématérialisation des sources de l’histoire du temps présent.

Après les attentats qui ont marqué la ville de Paris en novembre 2015, l’action menée par les Archives de Paris pour recueillir et sauvegarder les messages anonymes laissés sur les lieux des attentats avait suscité des échos dans les médias. Cette initiative faisait suite à celle entreprise par la bibliothèque de l’université de Harvard pour les documents relatifs aux attentats de janvier 2015.

Ces actions relevant d’une institution publique, les Archives de Paris2, et d’une bibliothèque, la Bibliothèque de l’université Harvard3, font écho à la collecte des journaux, tracts, affiches manuscrites ou imprimées, banderoles, dessins, chansons… menée par les bibliothécaires de la Bibliothèque Nationale de la rue de Richelieu, près de 50 ans avant, pendant les événements de Mai 68.

Si cette implication des agents de la Bibliothèque Nationale dans la collecte des sources de l’histoire immédiate est connue par la relative abondante bibliographie qui lui a été consacrée, rappelons tout de même que les chercheurs actuels la doivent en premier chef à l’initiative individuelle d’une conservatrice, Marie-Renée Morin (1925-2012)4.

Marie-Renée Morin en 2008.

Nommée en 1958 au Catalogue de l’histoire de France – qui allait devenir le Service de l’Histoire de France5, soit le service chargé  d’attribuer une cote parlante à tous les ouvrages ou documents entrant dans la division Histoire de France6 – , par Julien Cain, Marie-Renée Morin, après avoir œuvré au comblement des lacunes en collections de périodiques, tracts et affiches électoraux de la période 1900-1930 et de la Résistance, ne pouvait qu’être sensible à ce patrimoine matériel particulier, relevant parfois des éphémères et, de ce fait, exclu du périmètre de la loi sur le dépôt légal.

D’aucuns pourraient arguer que l’importante bibliographie (cf. ci-dessous) relative à cette action de la BN en mai 68 reflète son caractère à la fois inédit et exceptionnel. Comme si la BN se targuait d’avoir eu la prescience de l’importance de l’événement et ne cessait de célébrer depuis cette clairvoyance singulière. En réalité, il n’en est rien.  Comme le rappelle Marie-Renée Morin dans l’interview7 qu’elle accorda pour illustrer l’exposition Esprit(s) de mai 68. Tracts, affiches, photographies, journaux organisée par la Bibliothèque nationale de France en 2008, la collecte des tracts était une tradition :

… c’était une tradition au Service de l’histoire de France de ramasser tout ce qui était tracts, tout ce qui était [de] tendance politique, tous les papiers un peu informes et donc, toujours on ramassait…

Cette pratique déjà ancienne n’a fait que se perpétuer en mai-juin 1968. Marie-Renée Morin dit bien que la collecte s’est faite « y compris quand il y a eu les événements de Nanterre, le 22 mars », comme si cela allait de soi et que ces événements ne dérogeaient pas, sinon à la règle, du moins à une habitude inscrite dans les us et coutumes des agents du Service de l’histoire de France et de leurs collègues.

Au-delà de la BN ou de l’action d’acteurs8, une pratique équivalente menée dans d’autres villes, par exemple à Lyon – de l’initiative là encore personnelle d’un agent public, l’archiviste de la Ville de Lyon Henri Hours9 – , tend à révéler que les conservateurs des bibliothèques ou des archives, aient eu, par leur formation, un tropisme à la conservation des documents de l’histoire en train de se faire.

Cette pratique a perduré à la Bibliothèque Nationale jusqu’à la fermeture du Service de l’Histoire de France qui est intervenue lors de l’arrêt de la cotation dans la division Histoire de France. De nombreux services internes de la bibliothèque conservaient dans leurs espaces qui une bannette, qui une boîte Cauchard® – cas le plus fréquent –10 pour y stocker les tracts, affichettes voire affiches récupérés des mains mêmes des militants les distribuant, des lieux publics ou des murs. Chacun avait intégré les consignes11 stipulant qu’il convenait d’inscrire au crayon, sur le document recueilli, la date et le lieu de collecte12.

« Réformes : le Gaulle loupe encore le coche », tract manuscrit révélant l’utilité pour le collecteur d’indiquer le lieu et la date de collection, voire l’auteur.

Régulièrement, dès la boîte remplie, le contenu en était adressé au Service des Recueils13 pour tri et intégration dans les collections.

Certains agents ont tenté de maintenir cette tradition au sein du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, notamment au département de la Recherche bibliographique qui a longtemps proposé aux lecteurs de la salle X une boîte avec une étiquette « Recueils » destinée aux dons de tracts des lecteurs, lecteurs sans doute de moins en moins au fait de cette pratique et de plus en plus ignorants de la signification de cette mention.

Désormais, la disparition du Service de l’Histoire de France comme du Service des Recueils (devenu un fonds du service Histoire du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.)), le renouvellement générationnel des personnels, les réformes successives du dépôt légal ainsi que la généralisation des médias numériques pour la diffusion des tracts ont fait disparaître les boîtes de « Recueils » des services internes et des salles de lecture.

Même si l’initiative de la collecte des tracts de Mai 68 est due à Marie-Renée Morin, sans doute aussi en raison de sa domiciliation dans le Quartier Latin, près de l’Odéon, le souci des archives immédiates était effectivement partagé au sein de la bibliothèque. Marie-Renée Morin nous le prouve par l’interpellation faite par « mademoiselle Kleindienst », soit la secrétaire générale de la BN, Thérèse Kliendienst qui, le 6 juin 1968, lui demandait sur un papier de brouillon utilisé au recto, comme a son habitude de femme économe – déjà éco-responsable ! –  : « Mlle Morin, avez-vous pensé à ramasser les tracts ? »14

À cette date, Marie-Renée Morin s’était déjà organisée pour mobiliser les collègues afin d’élargir la collecte en impliquant les producteurs puisqu’elle contactait le maximum de mouvements et de partis.

« Brisons les vieux engrenages », Affiche, 50,5 x 70 cm – [Atelier populaire] BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3646
Au fonds initial collecté en mai 1968 par le Service de l’Histoire de France auprès du personnel et des lecteurs de la BN, vinrent s’ajouter des tracts obtenus par échange auprès de bibliothèques ou de particuliers, ainsi que des dons et des acquisitions.
En 1986, ces différents fonds furent regroupés, microfichés, et ordonnés suivant un plan de classement.
Conservés sous la cote : [4-LB61-600 (1968), la collection des tracts des événements de mai 1968 de la BnF s’élève à 10 067, reproduits sur 391 microfiches. Le plan de classement des tracts comporte 3 parties : Paris, la région parisienne et la province, chacune étant divisée en cinq séquences :
• le monde étudiant et lycéen
• vers les travailleurs
• le monde du travail
• mouvements et partis politiques
• autres tracts
Un index par ordre alphabétique des mouvements, partis politiques, syndicats, en fin de volume permet de retrouver les tracts qui en émanent dans le corps du classement. Un guide décrit précisément la collection15.
Depuis, il forment une source de nostalgie ou d’abjection pour certains – selon les bords – et constituent désormais des objets patrimoniaux régulièrement exposés, étudiés16 et publiés dans maints ouvrages, depuis l’un des tout premiers, paru en 1968 : Atelier populaire, présenté par lui-même, 87 affiches de mai-juin 1968, Paris (2e) : Usines, universités, union, (64, rue de Richelieu), 1968, 96 p. : ill. ; 19 cm.  (Bibliothèque de mai), que l’on doit à l’Atelier populaire de l’École nationale supérieure des beaux-arts lui-même qui manifestait moins par là, une quelconque volonté d’auto-célébration ou une vaniteuse glorification, qu’un souhait de faire école :
il ne s’agit pas, en effet, d’inonder le pays à partir d’un seul point, mais de susciter la création d’Ateliers populaires partout où il y a des travailleurs en lutte afin que demeure toujours lié aux luttes du peuple, le travail d’analyse politique à partir duquel s’élaborent les affiches et leur diffusion.

La collecte des sources de l’histoire immédiate a désormais pris une autre forme, dématérialisée, puisqu’elle relève désormais pour l’essentiel du dépôt légal de l’internet. Ainsi, depuis que cette activité fait partie intégrante des missions de la BnF, des campagnes de capture et de sauvegarde de l’internet électoral sont menées17.

S’agissant des attaques dont la France fut la cible, en plus des archives physiques, déposées sur les lieux des attentats et autour de monuments, les archives numériques suscitèrent également l’intérêt des chercheurs, notamment l’équipe du projet ASAP, Archives Sauvegarde Attentats Paris (https://asap.hypotheses.org) auquel prend part la Bibliothèque nationale de France et qui vise à documenter la collecte du Web et de Twitter au cours des événements, d’interroger les conditions et possibilités d’élaboration de corpus, et de faire ressortir les premiers éléments qui peuvent émerger de ces données massives entre histoire visuelle, approche quantitative et qualitative, traitement automatique de la langue, cartographie de liens, sémiologie, ou encore médiologie, pour analyser la fabrique de l’événement en ligne.

Avec le projet ASAP, la Bibliothèque nationale de France  perpétue donc cette tradition de la collecte des traces matérielles de l’histoire en train de se faire.


Bibliographie sur le Service des recueils et la collecte des tracts

  • Vera Colmaire, « Le service des Recueils », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1978, n° 100, p. 135–138.
  • Les affiches de mai 68 ou L’imagination graphique : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale, 17 février-31 mars 1982] / [catalogue par Charles Perussaux] ; [préface par Alain Gourdon], Paris : Bibliothèque nationale, 1982, 1 vol. ([12] p.-70 p. de pl.) : couv. ill. ; 22 cm. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6532558s>.
  • Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>.
  • Madeleine Barnoud, « Littérature éphémère et sources de l’histoire. Les tracts à la Bibliothèque nationale de France », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, n° 3, p. 26-29. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-03-0026-005>.
  • Madeleine Barnoud, « La société française en recueils », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2002, n° 10, p. 51–56.
  • Nathalie Varda,  Traitement et signalement des catalogues de bibliothèques du fonds de recueils de la Bibliothèque nationale de France : Projet professionnel personnel de bibliothécaire : gestion de projet : Bibliothéconomie, [Villeurbanne] : Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, 2004, 75 f. Disponible en ligne, url : <http://enssibal.enssib.fr/bibliotheque/documents/ppp/pppvarda.pdf>.
  • Frédéric Manfrin, Annie Gay, Esprit(s) de Mai 68 : prenez vos désirs pour des réalités : [exposition virtuelle], Paris : Bibliothèque nationale de France, 2008. Disponible en ligne, url : <http://expositions.bnf.fr/mai68/index.htm>.
  • Valérie Tesnière, « Les sources de l’histoire en bibliothèque : la Bibliothèque nationale de France », in Histoire en bibliothèque, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2009, p. 121-126. Suivi, p. 130-132, d’un encadré sur le fonds des Recueils de la BnF, par Frédéric Manfrin.

Actualité

Puisque les affiches de Mai 68 ont déjà fait l’objet d’expositions de la part de la BnF lors des commémorations précédentes, la contribution de la BnF aux manifestations du 50e anniversaire consistera en une exposition sur les Icônes de mai 68 : les images ont une histoire qui reviendra sur la construction médiatique de notre mémoire visuelle collective.
Du 17 avril au 26 août, l’exposition dont le commissariat est assuré par Dominique Versavel, conservatrice au département des Estampes et de la photographie et Audrey Leblanc, docteure en histoire et civilisations (EHESS), Université Lille 3, questionnera la construction des images photographiques iconiques de mai 68.
Comment s’est construite notre mémoire visuelle collective des événements de Mai 68 ? Selon quels processus certaines photographies, présentées comme documentaires, ont-elles atteint un statut d’icônes ? S’appuyant sur près de deux cents pièces, l’exposition présentée par la BnF fait l’histoire de certaines de ces images désormais célèbres. Elle suit leur trajectoire médiatique pour mettre en évidence les conditions de leur émergence culturelle dans la mémoire collective.
La barricade, le duel CRS / étudiants, le pavé lancé, le poing levé… depuis 50 ans, la représentation des événements de Mai 68 est associée à des motifs récurrents. L’exposition analyse le parcours sinueux de différentes photographies, depuis la planche-contact jusqu’à leur circulation dans les magazines et autres produits éditoriaux : elle revient sur l’élaboration médiatique et culturelle de la représentation de ces événements historiques.
Le portrait de Daniel Cohn-Bendit face à un CRS par Gilles Caron et
La Marianne de 68 de Jean-Pierre Rey constituent deux exemples caractéristiques de la fabrique des icônes. La photographie de Daniel Cohn-Bendit n’a pas immédiatement été distinguée et mise en exergue par les grands titres de la presse magazine. Pour éclairer la trajectoire de cette photographie devenue icône, l’exposition en présente des tirages originaux mais aussi de nombreuses formes éditées jusqu’en 2008.
La « Marianne de 68 » a également évolué vers un statut d’icône. Au fur et à mesure de ses publications, le cadrage se resserre, faisant perdre à la photographie son ancrage historique, et les commentaires se recentrent sur l’image elle-même faisant d’elle un symbole de Mai 68.
L’exposition interroge également la pratique de la couleur : comment et pourquoi la mémoire visuelle de Mai 68 se conjugue-t-elle en noir et blanc alors que les événements ont été couverts et diffusés en couleurs par la presse de l’époque ?
Des clichés couleurs ont été pris par de nombreux photographes : Janine Niépce, Georges Melet, Bruno Barbey, Claude Dityvon… D’autres récits photographiques des événements ont à l’inverse échappé à la mémoire visuelle commune. Pour finir, l’exposition interroge en creux le statut d’icône. Pourquoi la première « nuit des barricades » n’a-t-elle paradoxalement laissé aucune image persistante ?
Citer cet article : Olivier Jacquot, "Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 4 mars 2018. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/2517> (consulté le 24 mai 2018).
  1. SoixanteHuit, url : <http://soixantehuit.fr/> []
  2. Hommages aux victimes des attentats de 2015, http://archives.paris.fr/r/137/hommages-aux-victimes-des-attentats-de-2015/ []
  3. Archives Charlie à Harvard, http://cahl.io/ []
  4. Jacqueline Sclafer, « Marie-Renée Morin (1925-2012) », Bibliothèque de l’École des chartes, 2012, n°  170, p. 617-619. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2012_num_170_2_464275>. []
  5. Alice Garrigoux, « Le service de l’histoire de France à la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France, 1965, n° 2, p. 41-46. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1965-02-0041-001>. []
  6. Division héritière du classement et du catalogue méthodique des collections mis en place par Nicolas Clément en 1682 sous le libellé de Rerum gallicarum scriptores et portant la lettre de désignation symbolique « L ». []
  7. « Souvenirs de collecte. Entretien avec Frédéric Manfrin », http://expositions.bnf.fr/mai68/rencontres/01.htm []
  8. Comme Olivier Rigoir dont la collection est conservée aux archives de la Vendée : « 211 J – Tracts et imprimés sur Mai 68, réunis par Olivier Rigoir, entre 1966 et 2008 », http://recherche-archives.vendee.fr/archive/fonds/FRAD085_211J []
  9. Françoise Blum,  Jean-Philippe Legois, Anne-Catherine Marin, « Archives, événements et « Commune étudiante » : prolonger et valoriser plusieurs collectes immédiates du mouvement social de mai-juillet 1968 », La Gazette des archives, 2011, n° 221, p. 123-140. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_2011_num_221_1_4780#gazar_0016-5522_2011_num_221_1_T12_0130_0000>. []
  10. Du nom de la société Cartonnages Cauchard, https://dossier-patient-online.fr/produits/12-boites-de-conservation-en-carton-celloderme.html, fondées en 1947 par Michel Cauchard (né le 25 juin 1925 à Metz, mort le 25 décembre 2004). []
  11. Sans doute les archives administratives de la BnF conservent-elles une note ou une circulaire indiquant la procédure à suivre. []
  12. On voit là le réflexe professionnel visant à enrichir ce que l’on nomme désormais les métadonnées. Cela s’avère en effet d’autant plus précieux pour les tracts « sauvages », non issus de syndicats et mouvements clairement identifiés, imprimeurs dûment mentionnés, ni auteurs crédités. []
  13. Ce service avait la responsabilité du traitement des imprimés de type publicitaire, informatif, technique ou de propagande (prospectus, dépliants, brochures, affichettes, tracts etc.) appelés « recueils » car à la différence des monographies, ces documents ne sont pas traités à la pièce mais « recueillis » et traités en unités homogènes, les Recueils. Sur le « Traitement en recueils », on se reportera au Guide pratique du catalogueur de la Bibliothèque nationale de France, http://guideducatalogueur.bnf.fr/abn/GPC.nsf/gpc_page?openform&type_page=fiche&unid=55857196A08C26D2C12571810044FEAD []
  14. Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>. []
  15. Bibliothèque nationale de Paris, Service de l’histoire de France, Les Tracts de Mai 1968 : guide, ICD : Brill, 2005. Disponible en ligne, url : <http://www.brill.com/files/brill.nl/specific/downloads/32087_Guide.pdf>. []
  16. Recensement et étude de la constitution des collections sur Mai 68 à la BnF, par Audrey Leblanc, cf. : <http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2016000219_recensement-et-etude-de-la-constitution-des-collections-sur-mai-68-a-la-bnf> []
  17. Le dépôt légal de l’internet électoral : la collecte en coopération des sites web des présidentielles et législatives de 2012, url: <http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_journees_pro_2012/a.jp_dlweb_2012.html> []

Parution : Trésors monétaires, vol. XXVII : Monnayages de Francie, des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens

Partie prenante du plan quadriennal de la recherche de la BnF, le programme Trésors monétaires donne lieu à la publication régulière d’un nouveau volume de la série éponyme.

Le présent volume qui présente six trésors et deux synthèse est entièrement consacré aux trésors médiévaux du Xe au tout début du XIIe siècle, soit :

  • Le trésor dit « du Loiret » : présentation, catalogue et étude caractéroscopique par Steve Achache, Marc Bompaire, Aude Castelas, p. 1-99.
  • Le trésor du Xe siècle de Maffliers (Val-d’Oise). Deniers et oboles d’Hugues Capet duc par Bruno Foucray, p. 101-127.
  • Le trésor de Cuts (Oise). Monnaies et circulation monétaire autour de l’an Mil dans le royaume de France sous Hugues Capet et Robert II le Pieux par Bruno Foucray, Marc Bompaire, Jean-Yves Kind, p. 129-182.
  • Le trésor monétaire double de Vignacourt (Somme). Monnaies et circulation monétaire dans l’Amiénois et l’Orléanais au début du règne de Philippe Ier par Bruno Foucray et Marc Bompaire, p. 183-272.
  • Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais (Loiret). Deniers et fausses monnaies au début du XIIe siècle. Étude numismatique et analyses métalliques par Marc Bompaire et Maryse Blet-Lemarquand, p. 273-297.
  • Un petit dépôt de monnaies royales du début du XIIe siècle à l’église de Marly-la-Ville (Val-d’Oise) par Bruno Foucray, p. 299-303.
  • Le monnayage en Francie occidentale au Xe siècle. L’apport des nouveaux trésors par Marc Bompaire, p. 305-327.
  • Catalogue des monnaies royales et féodales de Francie des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens (936-1108) par Bruno Foucray, p. 329-373.

Le trésor dit « du Loiret »

Le trésor du Loiret fut découvert vers 1970. Il aurait été enterré selon Jean Duplessy1 entre 936 et 954. Le nombre précis des monnaies composant ce trésor n’est pas connu ; l’étude du volume porte sur 1001 pièces acquises par la BnF en 1998-1999.

Le trésor de Maffliers

Issu d’une fouille illégale menée près du château de Maffliers, au nord de Paris, le trésor et une hache de bronze ont ainsi été saisis le 22 novembre 2012 par les officiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) auprès du pilleur. Constitué de 300 monnaies, seules 269 ont pu être récupérées et étudiées dans le volume : 243 deniers, 26 oboles. Ces pièces d’argent du 10ème siècle ont révélé certaines pièces inconnues des collections nationales.

Le trésor de Cuts

Découvert en 1998 dans un bois privé du village de Cuts dans l’Oise, le trésor se compose de 1108 monnaies d’argent émises de la fin du Xe au début du XIe siècle : 1009 deniers et 99 oboles, toutes conservées à la BnF. Le Trésor2 est exceptionnel par son état de conservation et par le fait que la quasi-totalité des monnaies qui le composent étaient considérées comme inconnues à ce jour.

Le trésor de Vignacourt

Enfoui entre 1075 et 1100, ce trésor comprend 1237 deniers, 245 demi-deniers et 32 oboles. Découvert le dimanche 24 mars 2002 par un chasseur, le trésor a été confié à la DRAC Hauts-de-France. L’inventaire et l’étude du trésor ont été menés par Bruno Fourcray et Marc Bompaire. Sa composition – principalement des deniers d’argent accompagnés de 245 demi-deniers et de 32 oboles – est exceptionnelle car elle comprend, explique Bruno Fourcray, « deux ensembles monétaires contemporains, provenant d’univers économiques étanches de ce dernier quart du XIe siècle l’Orléanais et l’Amiénois ». Ce trésor comprend aussi 220 monnaies inédites, notamment 146 deniers et 69 demi-deniers de Philippe 1er (1060-1108) frappés à Montreuil-sur-Mer. Le trésor était vendu par la maison de vente Rossini en octobre 20073 avec les fragments de la poterie dans lequel il avait été enfoui. C’est le musée d’Amiens qui a préempté le trésor.

Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais

Conservé à la BnF, ce trésor est composé de 220 deniers issus de 6 monnayages de la région. Quatre de ces monnayages sont représentés par des fausses monnaies.

Dépôt de Marly

Les fouilles réalisées en 2005 dans l’église de Marly-la-Ville ont permis de découvrir un ensemble de 7 deniers et 1 obole de Philippe Ier qui témoigne de la circulation monétaire en Île-de-France au début du XIIe siècle.

Informations pratiques

Description : Broché, 21 × 29,7 cm
Date de parution : 30 janvier 2018
ISBN/EAN : 978-2-7177-2748-7 / 9782717727487
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF Éditions
Disponibilité : Disponible
Prix : 99 €

  1. Jean Duplessy, Les monnaies françaises féodales. Tome 1, Paris : Platt, 2004, 404 []
  2. Cf. Les 1107 monnaies d’argent du Trésor de Cuts font leur entrée à la BnF : communiqué de presse, [Paris] : BnF, 30 mars 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/cp_acquisition_tresor_cuts.pdf>. []
  3. Cf. http://www.rossini.fr/html/fiche.jsp?id=347384&np=2&lng=fr&npp=20&ordre=1&aff=1&r= et notamment le descriptif détaillé : https://www.auction.fr/_fr/lot/tresor-de-vignacourt-1552015#.WpRu4eciHs0 []

Analyse des logs de Gallica et de Data BnF et modélisation des comportements

Dans le cadre du Bibli-Lab, partenariat de recherche entre la BnF et Télécom ParisTech, et avec le soutien du TeraLab, a été conduite une analyse inédite des logs de connexion aux serveurs de Gallica, en leur appliquant des méthodes d’apprentissage automatique (machine learning). L’objectif n’était pas de connaître les usagers ni leurs profils mais d’identifier des parcours-types. Durant 15 mois, un chercheur en contrat postdoctoral, Adrien Nouvellet, encadré par quatre enseignants-chercheurs de Télécom ParisTech (Florence d’Alché-Buc, Valérie Beaudouin, Christophe Prieur, François Roueff), a mis au point un algorithme de partitionnement de données (ou clusterisation) permettant de regrouper des sessions de Gallica présentant des similitudes dans l’enchaînement et la durée des actions. Ce travail est une première pour la BnF, mais aussi pour le monde des bibliothèques.

L’intérêt de ces méthodes d’apprentissage est de tirer profit de ce qui fragilise au contraire les méthodes traditionnelles de connaissance des usages : la masse des connexions (45 000 visites/jour sur Gallica). Cette masse interroge en effet la représentativité des enquêtes en ligne – représentatives d’abord et avant tout des internautes les plus engagés, mais pas de l’ensemble des internautes.

Malgré la puissance des algorithmes, l’apprentissage automatique requiert cependant un nombre important de décisions qui nécessitent de disposer d’autres sources de connaissance sur les usages et les usagers. Pour cette raison, le choix méthodologique fort a été ici de faire dialoguer les modèles statistiques avec les résultats issus d’autres approches (observations ethnographiques, entretiens, etc.).

L’intérêt du travail réalisé sur les logs de Gallica a convaincu la BnF et Télécom ParisTech d’ajouter à cette recherche un deuxième volet dédié aux logs de Data BnF, mais aussi aux parcours des internautes entre Gallica, Data BnF et BnF catalogue général.

Retrouvez la synthèse des résultats des deux volets de cette recherche. Le rapport complet de l’analyse des logs de Gallica, incluant une présentation de la méthodologie, est accessible dans HAL.

Cycle autour de l’éducation populaire, à la BnF

Intitulé « Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939). De l’histoire de l’éducation populaire à son actualité », ce cycle a démarré au début de l’année 2018 et se terminera à la fin de l’année 2019. Il associe pour ce faire le Pajep, l’Adajep et les Archives nationales.

6 ateliers-rencontres seront proposés pendant l’année 2018 à la Bibliothèque nationale de France (site François-Mitterrand) avant que d’autres ne soient organisés pendant l’année 2019 aux Archives nationales (à confirmer). Les trois premiers ateliers sont centrés sur les modes d’action et invitent les représentants des associations à exprimer leur ressenti sur le rôle, les outils et les évolutions de l’éducation populaire. Les trois suivants sont centrés sur les « matériaux historiques » et invitent des chercheurs spécialisés.

Tous ces ateliers sont proposés en entrée libre sans inscription. Deux colloques sont également à prévoir dont le premier aura lieu à la BnF le 13 novembre 2018. Les partenaires du Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Pajep) participeront à cette journée pour présenter, entre autres, le guide des sources des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire, mis à jour récemment.

Programme

Du passé au présent de l’éducation populaire : 3 associations témoignent

La conscience de la puissance d’action du peuple doit beaucoup à l’éducation populaire. Imaginer de nouveaux modes d’accès à la connaissance, se (ré) approprier des savoirs confisqués… autant de rencontres possibles entre deux mondes dès le XIXe siècle et lors de moments forts comme le Front populaire. Aujourd’hui il convient de
raviver la mémoire de l’éducation populaire et des associations nées dans la période de bouillonnement politique et intellectuel de l’après-guerre. En effet, cette mémoire s’est peu diffusée hors du monde des militants de l’éducation populaire, alors que sont inventées des formes d’accès au savoir qui permettaient à ceux qui n’avaient pas bénéficié d’un mode savant d’accès à la culture de comprendre le monde et d’imaginer des modes de relations qui
interrogent de façon active la relation à la culture et au savoir.
Lors d’ateliers ouverts qui permettent un dialogue avec les participants, 3 associations d’éducation populaire témoignent de leurs modes d’action et présentent les outils, toujours d’actualité, qu’elles ont inventés.

Jeudi 11 janvier 2018 : Fédération des centres sociaux

Serge Gerbaud, grand témoin, militant de l’association « Mémoires vives » qui recueille la mémoire des militants et les archives des centres sociaux.
Dès la fin du XIXe siècle, les centres sociaux vont intervenir dans le temps de vie « hors travail » pour améliorer la condition ouvrière. Alors que la France de l’après-guerre, dans les années cinquante, se couvre de grands ensembles, à la périphérie des villes, dans des quartiers peu équipés en commerces et lieux de vie, les habitants apprennent à prendre la parole dans les centres sociaux pour faire émerger des modes d’organisation collectives qui améliorent leurs conditions de vie : ateliers de construction de meubles, laveries collectives, activités culturelles portées par les habitants. Ils s’inscrivent ainsi dans la tradition de l’éducation populaire et de l’émancipation culturelle. Aujourd’hui la précarité entraîne une difficulté à construire un imaginaire de transformation. Et si d’un monde en crise, émergeaient des pratiques qui remettent l’humain au centre ?
C’est de ces expériences qui se sont inventées hier et se poursuivent aujourd’hui dont témoignera Serge Gerbaud.

Jeudi 8 février 2018 : Peuple et Culture

Damien Lenouvel, militant et transmetteur des pratiques de co-éducation inventées par cette association.
Créé par des hommes et des femmes qui s’étaient investis dans les maquis du Vercors, Peuple et Culture fonde son projet d’éducation populaire sur cette conviction que la culture est une arme dans la lutte pour la transformation sociale. Cet atelier présentera les outils et les méthodes inventés par PEC dès sa création, de 1945 à nos jours. Il s’agit, à partir de situations complexes et insatisfaisantes que l’on veut dépasser, de construire collectivement des processus de co-éducation et d’auto-formation. Cette démarche investit des valeurs d’initiative et de solidarité, et invite à sortir du repli individualiste. Elle mobilise des connaissances, apprises à l’école ou pas, et valorise l’expérience, les compétences liées aux trajectoires de vie de chacun. Elle contribue à la mise en œuvre d’une intelligence collective, à l’invention d’autres possibles qui permette à chacun de créer sa place dans la société.

Jeudi 8 mars 2018 : Cemea

Christian Gautellier, directeur national en charge des publications des CEMEA, responsable du pôle « Media, éducation et citoyenneté ».
Les CEMEA (Centres d’entrainement aux méthodes d’éducation  active) sont nés en 1937, dans le bouillonnement culturel du Front populaire. Pour la première fois en France, le droit au temps libre n’est plus réservé aux classes aisées mais à tous. Très vite se pose la question de la formation des pédagogues, hors du temps scolaire afin de donner du sens au temps libéré. C’est à quoi s’attelleront les CEMEA, en s’inspirant des courants de l’Education Nouvelle et de l’éducation populaire. Des problématiques nouvelles sont apparues depuis une vingtaine d’années et exigent des réponses appropriées : le lien entre le temps scolaire et le hors temps scolaire, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes l’éducation critique aux médias… Les CEMEA accompagnent formateurs et médiateurs, professionnels comme bénévoles, à monter des projets avec leurs publics en partant de situations vécues, en construisant des partenariats qui invitent les jeunes à prendre toute leur place de citoyens. Certains de ces projets seront présentés lors de cet atelier.
 Émanciper le peuple par le savoir ? de l’histoire de l’éducation populaire à son actualité
Lors d’ateliers ouverts qui permettront un dialogue avec les participants, les conférenciers présenteront et commenteront des documents témoignant des réflexions et démarches des acteurs de l’éducation populaire entre l850 et 1950.
Grâce à ces matériaux historiques, on tentera de répondre aux questions suivantes : quelles ont été les voies de l’émancipation du peuple par le savoir ? Les projets et les expériences menés peuvent-ils éclairer les réflexions actuelles ?

Jeudi 12 avril 2018 : « Une expérimentation d’éducation populaire au XIXe siècle : les cours du soir destinés aux adultes »

Carole Christen, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille.
À travers l’étude des discours des fondateurs et animateurs de cours d’adultes et des programmes, il s’agira d’expliciter les différents enjeux de ces cours, et de s’interroger sur les liens entre les finalités d’hier et celles d’aujourd’hui de l’éducation des adultes.

Jeudi 3 mai 2018 : « Le choix des ouvrages dans les premières bibliothèques populaires : instruction et/ou délassement ? (1861-1870) »

Agnès Sandras, conservatrice, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (BnF).
Les fondateurs des bibliothèques populaires veulent offrir à toutes et tous un choix le plus varié possible d’ouvrages, dans les limites imposées par le régime impérial. La question des finalités de ce choix (instruction et/ou délassement ?) se pose alors avec acuité, renvoyant à des interrogations contemporaines.

Jeudi 14 juin 2018 : « La pédagogie sans le scolaire ? Les revues d’éducation populaire laïque des années 1930-1950 »

Laurent Besse, maître de conférences en histoire contemporaine et Frédéric Chateigner, maître de conférences en science politique (IUT de Tours, Carrières sociales).

L’éducation populaire laïque s’est construite avec et par les institutrices et instituteurs, tout en cherchant à s’affirmer hors de l’école, ce qui ne va pas sans ambiguïté quand on aborde l’histoire de sa pédagogie et le type de culture qu’elle promeut. C’est aussi ce que nous essaierons de voir à travers les revues d’éducation populaire avant et après la Seconde Guerre mondiale.

Modalités pratiques

Du passé au présent de l’éducation populaire

Aquarium – Hall d’accueil
Quai François-Mauriac, Paris 13e
à partir du 11 janvier 2018
14h30 – 17h
Entrée libre

Ateliers ouverts : Émanciper le peuple par le savoir ?

Salle 70
Quai François-Mauriac, Paris 13e
à partir du 12 avril 2018
14h30 – 17h
Entrée libre
En partenariat avec

Cycle « Les écrivains et la presse » : Aragon et la presse

Les relations entre les écrivains et la presse sont souvent complexes, ambiguës, voire contradictoires. Ce cycle de conférences présente les activités journalistiques de Zola, Sand, Apollinaire, Aragon ou encore Colette et illustre cette ambivalence, entre attraction et répulsion, qui varie selon l’auteur et parfois même au cours d’une carrière. Lors de chaque conférence, deux spécialistes ou jeunes chercheurs évoquent les carrières journalistiques de ces écrivains, les liens avec leur œuvre littéraire, et l’état d’avancement de la recherche ainsi que les chantiers à venir.

Par Erwan Caulet et Josette Pintueles, membres de l’équipe de Recherche Interdisciplinaire sur Elsa Triolet et Aragon (ÉRITA).

Informations pratiques

Jeudi 29 mars 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France
François-Mitterrand – Salle 70
Entrée libre
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Êtes-vous déjà entré à l'intérieur d'une encyclopédie ?