Archives de catégorie : Publications

COLLECTA : Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.collecta.fr

Description

Ce site résulte d’un programme de recherche porté par l’École du Louvre, mené en collaboration avec l’Université de Paris I-Sorbonne en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et l’IRHT.

Collecta est une base de données qui reconstitue la collection dispersée de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières (1642-1715) dispersée entre différents lieux de conservation (plusieurs départements de la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford). Construite à partir des anciens inventaires, la base de données et son interface permettent de redonner une vision globale de la collection avant sa dispersion et de retrouver le système classificatoire très perfectionné mis en place par l’antiquaire.

Elle permet un accès aux documents conservés numérisés en lien avec les sites des institutions détentrices et elle fait le lien avec les documents des XVIIIe et XIXe siècles montrant un usage ultérieur de la collection.

La collection de papier de l’antiquaire du XVIIe siècle François-Roger de Gaignières offre une vaste documentation textuelle et iconographique constituée d’originaux et d’une majorité de copies, servant l’histoire de la noblesse et de la monarchie française, l’histoire des monuments ou encore celle du costume.

Auteur(s)

  • Direction

    • Anne Ritz-Guilbert (historienne de l’art – enseignant-chercheur hdr, École du Louvre).
    • Sophie Fétro (designer – maître de conférences en design, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

    Membres associés au projet

    • Pascal Schandel (historien de l’art – chargé de mission, École du Louvre)
    • Anthony Masure (designer d’interfaces – chargé de mission, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    • Matthieu Lacroix (développeur-programmeur)
    • Josselin Morvan (encodeur TEI)
    • Virginia Cassola (doctorante, École du Louvre)
    • Camille Jolin (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Anne-Sophie Rincel (élève en Master 2, École du Louvre)
    • Stéphane Lab (élève en Master 2, École du Louvre)

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Manuscrits en caractères hébreux conservés dans les bibliothèques de France

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.


Haggadah de Pâque (hébreu)

Description

Les manuscrits sont utilisés beaucoup plus fréquemment mais ils le sont sur des reproductions dont le support est essentiellement électronique, même si on peut en faire un tirage papier. L’établissement d’une paléographie hébraïque médiévale nous permet désormais de donner une bonne description matérielle des manuscrits et de proposer une datation et une localisation très probables. L’étude des textes en caractères hébreux et de leur publication durant le Moyen Âge a montré que la majorité d’entre eux ne dérivent pas d’un seul original mais de plusieurs.

La recherche menée sur les manuscrits datés nous a montré que les manuscrits hébreux sont fortement marqués par l’individualité des circonstances de la copie, souvent faite pour l’usage personnel du scribe. En conséquence, une importance beaucoup plus grande doit être attribuée au manuscrit hébreu médiéval en tant qu’objet historique. Il est unique à tous les points de vue ; et c’est avec une attention accrue que l’on doit décrire les témoins matériels et textuels de cette histoire particulière : codicologie, paléographie, reliure, notes de possesseurs, en caractères hébraïques ou en d’autres caractères, censure, ex-libris et estampilles. Ces détails sont en relation étroite avec le texte et ils en révèlent souvent les particularités. Ils doivent donc être donnés avec précision. On veut désormais en rendre compte au lecteur de manière détaillée et explicite. Nous ne croyons plus à une totale neutralité de la science historique. Certes, tous les détails doivent être décrits avec la plus grande exactitude possible ; cependant, un lien de compréhension et d’intimité unit le catalogueur, personne humaine, allant à la rencontre d’autres personnes humaines (celles qui ont laissé dans ce manuscrit la trace de leur main et de leurs idées), C’est une rencontre personnelle et c’est parce qu’elle est personnelle que le lecteur du catalogue comprendra à son tour le manuscrit.

Responsable(s)

  • Philippe Bobichon, chargé de recherche CNRS, membre de la section hébraïque de l’IRHT
  • Laurent Héricher, chef du services des Manuscrits orientaux, Bibliothèque nationale de France
  • Colette Sirat,  directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études

Volumes parus

2016

2015

2014

2011

2008

2006

Editeur

Brepols : http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=CMCH

Pays

France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Architectures et espaces de la conservation (1959-2015). Archives, bibliothèques, musées

Argument

Les 10 et 11 mars 2015 s’est tenu un colloque à visée pluridisciplinaire consacré au thème « Architectures et espaces de la conservation 1959-2015. Archives, bibliothèques, musées »1, colloque coorganisé par l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles et les Archives nationales, sous l’égide de la Fondation des sciences du patrimoine et en partenariat avec l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC et DYPAC), le musée du Louvre, les Archives départementales des Yvelines et la Bibliothèque nationale de France.

Vingt-deux intervenants, architectes ou professionnels de la conservation y ont envisagé les mutations des espaces de conservation, de présentation des collections et d’accueil du public, au travers de quatre thèmes : évolutions programmatiques et ruptures architecturales ; détails et morceaux choisis ; reconversions, adaptations et trans-formations ; définition de nouveaux programmes : vers de nouvelles architectures.

Résumé

Les bâtiments des centres d’archives, des bibliothèques et des musées fonctionnent comme des espaces de conservation et de présentation des collections. Présentant une diversité de formes architecturales et de modes de fonctionnement, réalisés à différentes périodes et susceptibles de transformations régulières, ils forment un corpus difficilement saisissable. Il s’agit donc, au travers d’études de cas et d’approches comparatives, de favoriser les croisements et les échanges sur plus de cinquante ans d’architecture de la conservation en France.

L’évolution et les mutations des espaces sont interrogés dans une visée pluridisciplinaire. Les questionnements sur les pratiques, les expériences d’aménagement et de gestion des espaces, permettent de dresser un état des lieux global et de faire émerger des problématiques contemporaines, tout en dressant des pistes de réflexion communes. L’ouvrage se situe ainsi pleinement dans une actualité des politiques de la conservation et de la communication, et des pratiques d’aménagement de l’espace (architecture, urbanisme, design).

Informations pratiques

  • Description : Broché, 1 vol. (276 p.)
  • Date de parution : 2018
  • ISBN / EAN : 978-2-7574-2072-0 / 9782757420720
  • Éditeur : Presses Universitaires du Septentrion
  • Prix : 24 euros
  1. Cf. le programme du colloque : http://www2.dypac.uvsq.fr/medias/fichier/programme-colloque10-11-mars2015_1424250360686-pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

A Comprehensive Edition of Tocharian Manuscripts (CEToM)

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

URL

https://www.univie.ac.at/tocharian/?home_fr

Description

L’objectif de ce site est de proposer une édition complète des textes tokhariens : reproduction numérique de l’original, transcription et traduction des dits textes. Le site décrit les collections de Londres, Paris (Bibliothèque nationale de France (collection Pelliot), Saint-Pétersbourg, Berlin (collection Turfan).

Le site est disponible (pour l’introduction) en anglais, allemande, français, russe, japonais et chinois.

La rubrique « Manuscrits » permet de consulter la liste de tous le textes tokhariens recensés dont ceux de la Bibliothèque nationale de France, conservés au département des Manuscrits, sous la cote : PK-n° pour « Pelliot Koutchéen ». Cela concerne les manuscrits numérotés 676 à 833 de la base.

La rubrique « Words » donne accès à une liste alphabétique de tous les mots compris dans les manuscrits.

Il est intéressant de noter que le site n’est développé qu’en PERL et HTML.

Auteur(s)

Pays

Autriche

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : La France vue d’ailleurs

En référence à un titre de Jean-Noël Jeanneney et Jeanne Guérout, L’Histoire de France vue d’ailleurs, la Revue de la Bibliothèque nationale de France consacre son dernier numéro, le 57, à la France vue d’ailleurs.

Pourquoi cette passion des étrangers pour la France ? Fascine-t-elle toujours autant dans un contexte de plus en plus mondialisé ? Le mérite-t-elle ? Ce nouveau dossier de la Revue de la BnF interroge l’intérêt pour l’Hexagone et la façon dont il est perçu à l’extérieur de ses frontières…

À l’étranger, la France est souvent apparue comme une somme de mythes ou de fantasmes qui ont par exemple fait de Paris – aussi bien dans les guides touristiques que dans les comédies hollywoodiennes – la capitale de la culture, de la liberté et des plaisirs, au mépris de la réalité urbaine. Aujourd’hui, toutefois, le regard des étrangers sur la France se fait plus critique, portant davantage sur l’immigration, la décolonisation et le post-colonialisme que sur la Révolution ou l’esprit des Lumières. Et les Français, la connaissent-ils vraiment ? L’écrivain Jean-Christophe Bailly invite le lecteur à porter sur le territoire français le regard d’un voyageur de passage pour en capter l’identité et expérimenter un « ailleurs intérieur » là où l’historien Patrick Boucheron appelle au « décentrement » en l’étudiant vu d’ailleurs, d’une autre discipline, d’une autre période, d’une autre curiosité… Pour ce nouveau numéro, la Revue de la BnF (semestrielle) sur la France vue d’ailleurs a fait appel à des contributeurs prestigieux – Antoine de Baecque, Jean-Christophe Bailly, Patrick Boucheron et Robert Darnton, entre autres.

Informations pratiques

  • Sous la direction d’Antoine de Baecque, historien et critique de cinéma, et de Cristina Ion, adjointe au directeur du département des Cartes et plans, BnF
  • 120 illustrations
  • 25 euros
  • Parution : 11 octobre 2018

Renseignements, commandes, publicité

Bibliothèque nationale de France
Service commercial / Abonnements
Quai François-Mauriac
75706 Paris cedex 13
Tél. : 01 53 79 81 73
Télécopie : 01 53 79 81 72
Courriel : commercial@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Filemaker versus web sémantique

Comme tout laboratoire ou institution menant ou finançant des programmes de recherche, la Bibliothèque nationale de France fut confrontée à la problématique des bases de données développées par les chercheurs dans le cadre de leurs programmes.

Bien souvent, pour la création d’une base de données relationnelle, faute d’ingénieurs1 et de compétences personnelles en développement informatique, mais aussi faute de crédits pour solliciter des prestations dédiées, le choix se porte vers un logiciel propriétaire au format propriétaire, par exemple MS Access, mais plus communément encore, notamment en sciences humaines et sociales, le logiciel FileMaker Pro2.

Cela se comprend et peut se justifier pour des travaux individuels, notamment dans le cadre d’une thèse qui doit être menée selon un rythme soutenu et quand la base n’a pas vocation, ni à être publiée en ligne, ni à être pérennisée. Cette assertion est évidement sujette au caution devant l’injonction croissante de la preuve qui conduit de plus en plus à fournir les données ayant permis d’obtenir des résultats. Le principe de la science ouverte implique de fournir, sinon la base de données, du moins le jeu de données ayant permis d’obtenir des résultats, afin de permettre à d’autres de rejouer le jeu, afin de confirmer ou d’infirmer les conclusions3.

Or, comme le confirment les témoignages de jeunes chercheurs4, FileMaker leur est recommandé par leurs professeurs, fussent-ils ingénieurs « pratiquant des humanités numériques ».

Autre preuve, Access et Filemaker sont les seuls logiciels de bases de données cités par Sébastien Poublanc dans son billet « Sur le bureau de l’historien » de La boîte à outils des historien·ne·s5.

La question de l’emploi de FileMaker et surtout de la pérennisation des bases créées se pose régulièrement à tout nouveau développeur6.

Dans le cadre de programmes collaboratifs de recherche, l’emploi de telles bases se justifie d’autant moins dès lors que l’un des objectifs du projet consiste à mettre en ligne la base, à la publier sur le web, ce qui soulève les questions de sa mise à jour, de sa pérennité et surtout de son interopérabilité. Pour les informaticiens se pose également le problème, souvent ignoré des chercheurs, du maintien en condition opérationnelle, c’est-à-dire de l’évolution nécessaire des matériels et logiciels pour garantir dans le temps la disponibilité du produit développé. Cela a un coût humain et financier rarement pris en compte par les chercheurs car relevant, à leurs yeux, des problématiques propres à la direction des systèmes d’information (DSI) de leur laboratoire ou de leur université.

Petit à petit, l’action d’acteurs comme la TGIR Adonis devenue Huma-Num porte auprès des équipes adoptant les bases PHP/SQL voire se lançant même dans les technologies du web sémantique pour gérer des données structurées et liées. Cependant, malgré les multliples interventions
de ces infrastructures et consortia7 oeuvrant pour l’interopérabilité et la pérennisation des BDD dans maints colloques et actions nationales de formation (ANF)8, l’usage de la base de donnée propriétaire et fermée sur elle-même, reste encore largement répandu, et ce malgré le succès des «  humanités numériques » mises à toutes les sauces ainsi que les différentes injonctions des financeurs de la recherche et du CNRS en faveur des données ouvertes.

L’emploi de logiciels propriétaires par les laboratoires ne manquent pas d’étonner depuis la circulaire n° 5608-SG du 19 septembre 2012 et son annexe qui s’attachent à promouvoir le logiciel libre dans les administrations et ont mené à la mise en place d’un socle interministériel de logiciels libres (SILL)9. Il faut croire que la « liberté » de l’enseignant-chercheur, garantie par le Code de la recherche, l’exonère de se considérer comme fonctionnaire ou du moins de relever de l’administration.

Par ailleurs, il faut bien reconnaître que les facilités offertes par les éditeurs commerciaux de logiciels n’aident pas ce mouvement vertueux vers le « libre », l’interopérabilité ou l’accès ouvert. Ainsi, la fonction « Publication Web instantanée » proposée par l’éditeur de FileMaker Pro, « qui intègre tous les logiciels requis pour la publication d’une base de données sous forme de pages Web sur un réseau local ou intranet »10 s’avère être un concurrent de poids du pack NAKALONA11 de l’infrastructure Huma-Num.

D’aucuns persistent à oeuvrer pour que les nouvelles générations de chercheurs adoptent les bonnes pratiques déjà mentionnées. Ainsi par exemple de cette école d’été organisée en 2017 par l’Université Paris 1 et l’Université du Québec à Montréal (UQAM)12.

Dans le même état d’esprit qu’HumaNum ou de l’Agence nationale de la recherche, du temps de son appel « Corpus », la Bibliothèque nationale de France, dans son appel à projets interne pour son plan quadriennal de la recherche (http://c.bnf.fr/xu5), a prescrit quelques bonnes pratiques à respecter dès lors qu’un projet envisageait la création d’une base de données. Rappelons que c’est ce dispositif qui a financé des bases telles que Mandragore (http://mandragore.bnf.fr), la base de données iconographiques du département des Manuscrits développée en 1989 avant la naissance du web avec MS Access et mise en ligne en 2003, mais aussi la base des Reliures numérisées de la Bibliothèque nationale de France (http://reliures.bnf.fr), première base de la BnF gérant des fichiers XML-TEI ou encore BP16, le Renouard13 numérisé de la Bibliothèque nationale de France (http://bp16.bnf.fr).

Hors de France, la problématique des bases de données est la même. Des organismes oeuvrent à diffuser de bonnes pratiques, comme par exemple le JISC14, le Arts and Humanities Research Council (AHRC)15, ou encore l’American Council of Learned Societies qui a publié en 2006 le rapport Our Cultural Commonwealth16 qui, pour la création d’une infrastructure pour les sciences humaines et sociales, recommande qu’elle ait 5 caractéristiques :

  1. It will be accessible as a public good.
  2. It will be sustainable.
  3. It will provide interoperability.
  4. It will facilitate collaboration.
  5. It will support experimentation.

Pour y parvenir, 8 recommandations sont énoncées :

  1. Invest in cyberinfrastructure for the humanities and social sciences, as a matter of strategic priority.
  2. Develop public and institutional policies that foster openness and access.
  3. Promote cooperation between the public and private sectors.
  4. Cultivate leadership in support of cyberinfrastructure from within the humanities and social sciences.
  5. Encourage digital scholarship.
  6. Establish national centers to support scholarship that contributes to and exploits cyberinfrastructure.
  7. Develop and maintain open standards and robust tools.
  8. Create extensive and reusable digital collections.

Même si la question des bases de données n’y est pas directement abordée, il peut être utile de rappeler le travail de la Visual Resources Association qui diffusait en 2006 un Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images ((Murtha Baca, Patricia Harpring, Elisa Lanzi, Linda McRae, Ann Baird Whiteside, Cataloging Cultural Objects: A Guide to Describing Cultural Works and Their Images, Chicago : ALA Editions, 2006, XIII-396 p. Disponible en ligne, url : <http://cco.vrafoundation.org/index.php/toolkit/cco_pdf_version/>.)) recommandant l’établissement de liens et l’emploi de vocabulaires contrôlés. Utile à mentionner quand on constate le relatif retard pris pas l’histoire de l’art en matière d’humanités numériques.

En 2007, la National Information Standards Organization diffusait la 3e édition de son A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections17, soit un recueil de bonnes pratiques pour créer et gérer des collections numériques.

En Europe, il convient de mentionner l’action des Archives fédérales suisses qui, dès 2007, proposaient une solution complète d’archivage des bases de données, avec le SIARD (Software Independent Archiving of Relational Databases)18 qui est un standard de mise en forme XML de données provenant de tout système de base de données. Pour effectuer une conversion du format de données source dans le format standard SIARD, les Archives fédérales proposent un logiciel libre de conversion. Le standard permet de stocker des données et leur structure dans des fichiers texte (XML), ce qui est de nature à permettre de pérenniser l’accès aux données.

En France, il faut citer l’action du Centre informatique de l’enseignement supérieur (CINES) qui mène des actions comparables, avec par exemple la publication en 2013 du Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données ((Philippe Prat ; Lorène Béchard, Guide méthodologique sur l’archivage des bases de données, [S. l.] : Centre informatique National de l’Enseignement Supérieur, 2016, 24 p. Disponible en ligne, url : <https://alfresco.cines.fr/alfresco/d/d/workspace/SpacesStore/ca323bcc-804a-43e3-822f-5d18fa304dff/GM_archivage_BDD.pdf>.)) ou encore la mise au point du Standard d’Echange de Données pour l’Archivage (SEDA)19.

Bref, le chemin pour mener à des bases de données ouvertes, documentées et pérennes, est long mais progresse au gré des recommandations et des initiatives vertueuses comme la publication de la liste des sites web hébergés par Huma-Num (https://www.huma-num.fr/annuaire-des-sites-web), de nature à donner à voir les résultats tangibles de l’application des bonnes pratiques de la science ouverte.

  1. Ingénieurs de recherche (IR), ingénieurs d’études (IE) ou assistants ingénieurs (AI). []
  2. Le fort taux d’équipement en MacBook dans le monde académique pourrait expliquer l’entrisme de FileMaker, filiale d’Apple Inc., auprès des chercheurs – même si une majorité d' »humanistes digitaux », adeptes des « bonnes pratiques » (Guides de bonnes pratiques, url : <https://www.huma-num.fr/ressources/guides>) sont également équipés de la marque de Cupertino… []
  3. « Les données primaires de la recherche étant affichées, elles peuvent être corroborées, critiquées ou interprétées par quiconque possédant l’expertise ou la compétence nécessaire, qui peut alors participer à l’effort de collaboration.», Contributeurs de Wikipédia, « Science ouverte », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 6 juin 2018. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Science_ouverte&oldid=149276531>. []
  4. Raphaëlle Talbot, https://hcp.hypotheses.org/4918 et Clémentine Souchaud, https://acares.hypotheses.org/953 []
  5. Sébastien Poublanc, « Sur le bureau de l’historien », La boîte à outils des historien·ne·s, 15 juin 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/06/sur-le-bureau-de-lhistorien/>. Cette assertion est à relativiser avec la mention de Base et MySQL par Émilien Ruiz, dans son billet du 21 mars 2015 : Émilien Ruiz, « Se former aux logiciels de bases de données », La boîte à outils des historien·ne·s, 21 mars 2015. Disponible en ligne, url : <http://www.boiteaoutils.info/2015/03/fomations-bdd/>. []
  6. Comme le dit Matthieu Thivet « Quel avenir pour les multiples BDD produites par les étudiants ? », dans Matthieu Thivet, Base de données archéologiques. Disponible en ligne, url : <https://theta.obs-besancon.fr/IMG/pdf/JBDD_MatthieuThivet.pdf>. []
  7. CAHIER – Corpus d’Auteurs pour les Humanités : Informatisation, Édition, Recherche,Archives des ethnologues, CORLI – Corpus, Langues et Interactions, Consortium 3D-SHS, MASA – Mémoires des archéologues et des sites archéologiques, COSME – Sources Médiévales, IMAGEO – Cartes et photographies pour les géographes, Musica, ArchiPolis – Archives des sciences sociales du politique, ArcMC  – Archives des mondes contemporains []
  8. Comme par exemple « Concevoir et exploiter les sources numériques de la recherche en SHS », url : <http://anf.msh-vdl.fr>. []
  9. Socle logiciels libres. Disponible en ligne, url : <http://references.modernisation.gouv.fr/socle-logiciels-libres>. []
  10. Selon « Publication de bases de données sur le Web », Aide FileMaker Pro 12. Disponible en ligne, url : <https://fmhelp.filemaker.com/help/12/fmp/fr/html/publish_web.html>. []
  11. Cf. Diffuser ses données, https://www.huma-num.fr/services-et-outils/diffuser#nakalona []
  12. Méthodes et outils numériques : les bases de données en histoire, url : <https://www.paris-iea.fr/fr/evenements/methodes-et-outils-numeriques-les-bases-de-donnees-en-histoire>. []
  13. Bibliographie des éditions parisiennes du 16e siècle, rédigée d’après les manuscrits de Philippe Renouard légués à la Bibliothèque nationale en 1952. []
  14. Dès 2008 – bien avant les plans de gestion de données -, le JISC exigeait que les porteurs des programmes qu’il finance élaborent un plan de sortie/soutenabilité des résultats des projets. []
  15. AHRC ICT Methods Network Workgroup on Digital Tools Development for the Arts and Humanities. []
  16. American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences, Our Cultural Commonwealth, New York : American Council of Learned Societies, 2006, 43 p. Disponible en ligne, url : <http://www.acls.org/cyberinfrastructure/OurCulturalCommonwealth.pdf>. []
  17. National Information Standards Organization, A Framework of Guidance for Building Good Digital Collections, Baltimore : National Information Standards Organization, 2007, 95 p. Disponible en ligne, url : <https://www.niso.org/sites/default/files/2017-08/framework3.pdf>. []
  18. SIARD Suite, Archives fédérales suisses, url : <https://www.bar.admin.ch/bar/fr/home/archivage/outils-et-instruments/siard-suite.html>. []
  19. Cf. url : <https://www.cines.fr/publication-de-la-v1-0-du-seda-standard-dechange-de-donnees-pour-larchivage/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Problématique des bases de données en sciences humaines et sociales

La recherche scientifique est souvent évaluée à l’aune de ses livrables, soit la production qui résulte d’un programme de recherche individuel ou collectif. Sachant qu’en sciences humaines et sociales les productions scientifiques les plus valorisées ont longtemps été l’ouvrage et l’article dans des revues internationales à comité de lecture, quel est le sort réservé au développement de bases de données, à l’alimentation des portails, à la production d’éditions électroniques ? Quel est l’impact du développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication1 dans la carrière du chercheur ?

Ce jargon de la gestion de projet s’est d’autant plus répandu dans le monde de la recherche depuis le développement du financement de la recherche sur projets par des agences de financement (régions, ANR, Commission européenne, etc.) qui obligent les chercheurs à penser en tâches, jalons et livrables – pour ne pas dire Work packages et tasks -, comme l’évoque le titre du billet Penser par livrables ((Sylvain Piron, « Penser par livrables », Évaluation de la recherche en SHS, 12 février 2011. Disponible en ligne, url : <https://evaluation.hypotheses.org/1226>.)) du carnet Évaluation de la recherche en SHS.

Production scientifique

Cette notion de production déclinée en production scientifique résulte des travaux concernant, moins l’évaluation des résultats de la recherche que leur quantification par des indicateurs. Ainsi, quand dans les années 1970, des organismes comme l’UNESCO réfléchissaient à la normalisation internationale des statistiques relatives à la science et à la technologie, l’objectif consistait bien à produire des indicateurs de la production ou des résultats des activités en science et technologie et en particulier de recherche & développement2.

Inputs versus outputs

C’est la même logique qui a prévalu à l’élaboration du Manuel de Frascati de l’OCDE qui, dans son édition de 2002, évoquait les « intrants » pour les ressources affectées à la recherche, à mettre en parallèle aux « résultats de la R-D » ou outputs en anglais3.

D’ailleurs certains organismes mentionnent explicitement les « outputs » comme par exemple l’UNESCO dans son rapport Mesure de l’output de la recherche et du développement expérimental4 et, plus récemment, le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) – équivalent helvétique de notre Agence nationale de la recherche – qui décrit les « outputs » attendus dans les projets qu’elle finance5.

Produits de la recherche

Dans le système de la recherche français, la question de la mesure de la production scientifique a peu à peu été normalisée à la suite de la loi de programme n° 2006-450 du 18 avril 2006 pour la recherche6, notamment par l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AÉRES) puis par le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres),  qui lui a succédé en 2014.   Le Haut Conseil parle de produits de la recherche et définit des indicateurs de production de la recherche7. L’un des critères d’évaluation de la recherche concerne la « production scientifique » déclinée en rubriques :

  • Publications scientifiques : ouvrages, chapitres d’ouvrages, éditions de textes, traductions, articles dans des revues à comité de lecture, communications avec actes, etc. ;
  • Conférences et autres communications orales sans publication : communications orales sans actes, communications par affiche, conférences données sur invitation, jeux de diapositives déposés, etc. ;
  • Autres productions scientifiques : rapports scientifiques ou techniques (rapports de fouille, par exemple), catalogues d’exposition, atlas, corpus, démonstrateurs, logiciels, prototypes, productions audio-visuelles à caractère scientifique, créations artistiques théorisées, etc. ;
  • Production d’instruments, de ressources, de méthodologie : éditions critiques, glossaires, bases de données, collections, cohortes, observatoires, plateformes technologiques, etc.

Ainsi, ce qui a prévalu jusqu’à la date de publication de ce billet, est la nomenclature du Haut Conseil dans le cadre de travaux relatifs à la liste de revues en SHS8 qui propose une codification des publications et productions9 :

  • ACL : Articles dans des revues internationales ou nationales avec comité de lecture répertoriées par l’AERES ou dans les bases de données internationales (ISI Web of Knowledge, Pub Med…).
  • ACLN : Articles dans des revues avec comité de lecture non répertoriées par l’AERES ou dans des bases de données internationales.
  • ASCL : Articles dans des revues sans comité de lecture.
  • BRE : Brevets (indiquer les licences éventuelles).
  • C-INV : Conférences données à l’invitation du Comité d’organisation dans un congrès national ou international.
  • C-ACTI : Communications avec actes dans un congrès international.
  • C-ACTN : Communications avec actes dans un congrès national.
  • C-COM : Communications orales sans actes dans un congrès international ou national.
  • C-AFF : Communications par affiche dans un congrès international ou national.
  • DO : Directions d’ouvrages ou de revues.
  • OR : Outils de recherche (bases de données, corpus de recherche…).
  • OS : Ouvrages scientifiques (y compris les éditions critiques et les traductions scientifiques).
  • PV : Publications de vulgarisation.
  • PAT : Productions artistiques théorisées (compositions musicales, cinématographiques, expositions, installations…).
  • PT : Publications de transfert.
  • AP : Autres productions : bases de données, logiciels enregistrés, comptes rendus d’ouvrages, rapports de fouilles, guides techniques, catalogues d’exposition, rapports intermédiaires de grands projets internationaux, etc.

Les laboratoires faisant l’objet d’une évaluation sont ainsi inviter à  classer la production de leurs membres selon cette classification.

Le sort des bases de données

Comme on le constate dans cette codification, les « bases de données » – présentes à deux endroits… – et les « logiciels enregistrés » sont pour ainsi dire dévalorisés puisqu’à inclure par le chercheur dans la rubrique fourre-tout « Autres productions ». Même si l’AERES/HCERES indiquait que « L’ordre proposé […] n’est pas hiérarchique car la valeur des supports de publication varie selon les disciplines », il n’en demeure pas moins que l’ensemble de la communauté scientifique comprenait fort bien que le dernier rang de la liste « comptait » beaucoup moins que les trois premiers dans l’évaluation du chercheur.

Cette répartition a longtemps prévalu dans les documents de l’HCERES et de nombreux sites de laboratoires de recherche l’affichent en clair10, avec l’ordre indiqué par l’HCERES qui a bien été compris comme étant hiérarchique11.

Reconnaissance tardive des Produits et outils informatiques

Cependant, dans son référentiel d’évaluation des unités de recherche pour la campagne 2018-201912, le HCERES propose aux laboratoires une nouvelle typologie des produits et activités de la recherche qui nous semble vouloir faire une plus grande place aux « Produits et outils informatiques ». Cette nouvelle typologie des produits de la recherche est la suivante :

  1. Journaux / Revues
    1. Articles scientifiques
    2. Articles de synthèse / revues bibliographiques
    3. Autres articles (articles publiés dans des revues professionnelles ou techniques, etc.)
  2. Ouvrages
    1. Monographies et ouvrages scientifiques, éditions critiques, traductions Direction / édition scientifique
    2. Chapitres d’ouvrage
    3. Thèses publiées / éditées
  3. Colloques / congrès, séminaires de recherche
    1. Édition d’actes de colloques / congrès
    2. Articles publiés dans des actes de colloques / congrès
    3. Autres produits présentés dans des colloques / congrès et des séminaires de recherche
  4. Développements instrumentaux et méthodologiques
    1. Prototypes et démonstrateurs
    2. Plateformes et observatoires
  5. Produits et outils informatiques
    1. Logiciels
    2. Bases de données / cohortes
    3. Corpus
    4. Outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs
    5. Outils d’aide à la décision
  6. Brevets, licences et déclarations d’invention
  7. Rapports d’expertises techniques, produits des instances de normalisation
  8. Produits des activités didactique
    1. Ouvrages
    2. E-learning, moocs, cours multimédia, etc.
  9. Produits destinés au grand public
    1. Émissions radio, TV, presse écrite
    2. Produits de vulgarisation : articles, interviews, éditions, vidéos, etc.
    3. Produits de médiation scientifique
    4. Débats science et société
  10. Autres produits propres à une discipline
    1. Créations artistiques théorisées
    2. Mises en scènes
    3. Films

Grâce à cette typologie et ses guides des produits et activités de la recherche13, le HCERES a mis en forme l’annexe 4 du dossier d’autoévaluation des unités de recherche, qui permet à ces dernières de présenter une sélection de leurs produits et activités de recherche, quelles jugent la plus représentative14.

On y constate la disparition de la rubrique « Autres productions » au profit notamment de deux rubriques à part entière, « Développements instrumentaux et méthodologiques » et « Produits et outils informatiques », destinées, la première aux prototypes et démonstrateurs et plateformes et observatoires, la deuxième au signalement des logiciels, bases de données / cohortes, corpus, outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs, outils d’aide à la décision.

Quel chemin parcouru

Cette évolution apportée à la classification de la production scientifique des chercheurs est sans doute aussi la conséquence du lent travail mené par certaines communautés autour des données de la recherche et des logiciels comme ce fut le cas avec le projet de Software Heritage (http://www.softwareheritage.org/) initié par l’Inria et ensuite adoubé par l’UNESCO qui encourage l’accès universel à l’information et la préservation du savoir, notamment avec sa Charte sur la préservation du patrimoine numérique, adoptée en 2003.

Avant cela, rappelons-nous du  Comité de concertation pour les données en sciences humaines et sociales (CCDSHS créé par le Décret n°2001-139 du 12 février 200115 et supprimé en 2015) qui eu pour mission de proposer des orientations nationales pour une politique publique de données pour la recherche en sciences humaines et sociales selon trois grandes dimensions : faciliter l’accès aux ensembles de données utiles à la recherche, accroître l’utilisation de ces données, soutenir la réalisation de grandes enquêtes utiles à la recherche. 

Avant cela le Consortium of European Social Sciences Data Archives (CESSDA), fondé en 1976 jusqu’à devenir une infrastructure européenne de recherche en 2013, dotée depuis 2017 du statut juridique d’ERIC (European Research Infrastructure Consortium) a apporté sa pierre à l’édifice, notamment dans le cadre de PROGEDO (PROduction et GEstion des DOnnées en SHS).


Données de la recherche

Il se peut que cette amélioration de la part du HCERES résulte de la prise en compte des recommandations européennes concernant les données de la recherche. En effet, la Commission européenne a publié le 25 avril 2018 une recommandation relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation16.

Cette publication fait suite à celle des Guidelines on FAIR Data Management in Horizon 202017 dont l’annexe abordait les données de la recherche.

Le souci des données de la recherche conduit désormais à l’élaboration de Plans de gestion des données (PGD, ou data management plan, DMP). Ainsi, à l’échelle européenne, l’European Research Council propose son ERC Data Management Plan template (Disponible en ligne, url : <https://erc.europa.eu/sites/default/files/document/file/ERC_DataManagementPlan_template.docx>.) quand, en France, les laboratoires et les équipes de recherche peuvent employer l’outil de saisie mis à disposition de l’Enseignement Supérieur et Recherche français par l’Inist-CNRS : DMP OPIDoR (Data Management Plan pour une Optimisation du Partage et de l’Interopérabilité des Données de la Recherche, url : <https://opidor.fr/modele-horizon-2020-fair-dmp-en-version-francaise-sur-dmp-opidor/>).

Désormais la question des plans de gestion des données tend à se généraliser dans le cadre des projets de recherche financés par les agences de financement. Ainsi, des appels à projets lancés par la Commission européenne dans le cadre d’Horizon 2020 en exigent, comme c’est le cas pour le projet « Open research data pilot ».

En France, si l’ANR n’en prescrit pas encore, la recommandation est malgré tout faite sous la forme d’une incitation : « Concernant les données de recherche, l’ANR n’impose pas de plan de gestion des données (DMP) dans l’appel générique 2018. Elle attire cependant l’attention des déposants sur l’importance de considérer la question des données de recherche au moment du montage et tout au long du projet. »18.

Produits et outils informatiques

Si les communautés relevant de la section 27 du Conseil national des université peuvent estimer enfin disposer des outils de la reconnaissance de leur production, encore récemment confortée par la possibilité offerte de déposer des logiciels dans Hyper-Articles en ligne (HAL) depuis le 25 septembre 201819, une réserve semble devoir malgré tout être formulée concernant, encore et toujours, le sort des productions numériques des sciences humaines et sociales, notamment quand elles sont collaborativement enrichies. En effet, comme on le voit, les nouveaux dispositifs paraissent adaptés au signalement des prototypes et démonstrateurs et plateformes et observatoires, ainsi qu’aux logiciels, bases de données / cohortes, corpus, outils présentés dans le cadre de compétitions de solveurs, outils d’aide à la décision. Ainsi, pour rester en sciences humaines, l’ingénieur et le développeur qui ont créé l’outil permettant de produire un catalogue de manuscrits, un catalogue raisonné d’un artiste, une édition électronique d’un corpus ou une base de manuscrits (comme e-man de l’ITEM) peuvent désormais se montrer satisfaits. Mais qu’en est-il de l’historien d’art ou du généticien qui alimente ces outils ? Comment et dans quelle rubrique peut-il signaler sa production qui ne relève pas du chapitre d’un ouvrage scientifique ni d’un article d’un revue ?

Cas des notices de catalogues en ligne

Prenons le cas des notices descriptives des manuscrits (mais cela pourrait concerner les estampes, les monnaies, les photographies, etc.) qui sont décrites dans des catalogues dédiés comme par exemple BnF archives et manuscrits ou des catalogues collectifs comme e-codices.

Quand les notices sont signées20, comme on le voit dans e-codices avec l’exemple du Codex de Santa María Tepexoyucan (https://www.e-codices.unifr.ch/fr/description/fmb/cb-0902/), comment cette production peut être signalée par le chercheur dans les outils de recensement de sa production, avec ce nouveau classement  HCERES ?

Si le précédent classement de la production scientifique du HCERES laissait une place dans les « Autres productions », la nouvelle classification évacue ce type de productions pourtant courantes en SHS21. Misère des SHS…

Conclusion

Cette prise en compte des données de la recherche et l’obligation de concevoir des plans de gestion des données de la recherche attestent de la prise de conscience de la valeur des données brutes de la recherche, notamment informatiques22. Il nous semble que ce mouvement est un effet collatéral de l’exploitation des données informatiques par les GAFA (Google-Apple-Facebook-Amazon) qui créent de la valeur à partir de données – notamment personnelles collectées gratuitement avec le plein accord des personnes concernées. La vogue des big data a révélé à la communauté scientifique la valeur des données qu’elle hébergeait dans ses laboratoires, auparavant dans des silos fermés quand ce n’était pas sur des supports physiques périssables23.

  1. Les fameuses NTIC dont le terme commençait à dater avant d’être largement supplanté en SHS au profit des Digital humanities et maintenant encore davantage par l’Intelligence artificielle, le text and data mining et le deep learning… []
  2. Nous renvoyons à la Recommandation concernant la normalisation internationale des statistiques relatives à la science et à la technologie, disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001140/114032f.pdf#page=197> qui a abouti à la publication du Guide des statistiques relatives à la science et à la technologie, Paris : UNESCO, 1984, 1 vol. (153 p.). Disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0006/000635/063537fo.pdf>. []
  3. OECD, Manuel de Frascati 2015. Lignes directrices pour le recueil et la communication des données sur la recherche et le développement expérimental, Paris : Éditions OCDE, 2016. Disponible en ligne, url : <https://read.oecd-ilibrary.org/science-and-technology/manuel-de-frascati-2002_9789264299047-fr> ; DOI:http://dx.doi.org/10.1787/9789264257252-fr. La version anglaise cite les « outputs from R&D », Frascati Manual 2015 : Guidelines for Collecting and Reporting Data on Research and Experimental Development, The Measurement of Scientific, Technological and Innovation Activities, Paris : Éditions OCDE, 2015.Disponible en ligne, url : <https://read.oecd-ilibrary.org/science-and-technology/frascati-manual-2015_9789264239012-en> ; DOI:http://dx.doi.org/10.1787/9789264239012-en []
  4. Christopher Freeman, Mesure de l’output de la recherche et du développement expérimental : rapport-inventaire, Paris : Unesco, 1970. (Rapport et études statistiques ; 16). Disponible en ligne, url : <http://unesdoc.unesco.org/images/0019/001922/192234fo.pdf>. []
  5. Cf. « Quels sont les outputs de la recherche pertinents pour le FNS ? », FNSNF, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.snf.ch/fr/pointrecherche/faq/Pages/faq-outputdaten-relevante-forschungsoutputs.aspx>. []
  6. Disponible en ligne, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000426953&dateTexte=&categorieLien=id>. []
  7. Cf. « 1.7.5 Indicateurs de production de la recherche proposés par le HCERES », dans MENESR, Cadre de cohérence Recherche, [S. l. n. d.]. Disponible en ligne, url : <https://esr-wikis.adc.education.fr/ca2co/index.php/1.7.5_Indicateurs_de_production_de_la_recherche_proposés_par_le_HCERES>. []
  8. Cf. « 4.1.2 Nomenclature proposée par le HCERES dans le cadre de travaux relatifs à la liste de revues en SHS », dans Cadre de cohérence des systèmes d’information « Recherche », 2017. Disponible en ligne, url : <https://esr-wikis.adc.education.fr/ca2co/index.php?title=Nomenclatures_:_4.1.2_Nomenclature_proposée_par_le_HCERES_dans_le_cadre_de_travaux_relatifs_à_la_liste_de_revues_en_SHS&mobileaction=toggle_view_desktop>. []
  9. Cf. en ligne, url : <https://www.collecte.evaluation-contractualisation.fr/c/document_library/get_file?p_l_id=10276&folderId=10356&name=DLFE-125.pdf>. []
  10. Exemples : https://www.umiess.net/index.php?option=com_content&view=article&id=387:production-scientifique&catid=146:article&Itemid=48 ; http://www.ihd.cnrs.fr/spip.php?rubrique12&debut_articles=10 []
  11. C’est le même classement employé d’ailleurs par la BnF pour son site de recensement de sa Production scientifique, avec quelques aménagements malgré tout. []
  12. Référentiel d’évaluation des unités de recherche pour la campagne 2018-2019, Paris : HCERES, 2017. Disponible en ligne, url : <https://www.hceres.fr/content/download/31686/485369/file/R%C3%A9f%C3%A9rentiel_recherche_UR.pdf>. []
  13. Cf. https://www.hceres.fr/MODALITES-D-EVALUATIONS/Campagne-d-evaluation-2018-2019/Guides-des-produits-et-activites-de-recherche []
  14. Cf. https://www.hceres.fr/content/download/28683/439653/file/Annexe%25204%2520Selection%2520des%2520produits%2520et%2520activites%2520de%2520recherche%2520UR.docx []
  15. https://solidarites-sante.gouv.fr/fichiers/bo/2001/01-07/a0070425.htm []
  16. Cf. « Recommandation (UE) 018/790 de la commission du 25 avril 2018 relative à l’accès aux informations scientifiques et à leur conservation », Journal officiel de l’Union européenne, 31 mai 2018. Disponible en ligne, url : <https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32018H0790&> []
  17. Disponible en ligne, url : <http://ec.europa.eu/research/participants/data/ref/h2020/grants_manual/hi/oa_pilot/h2020-hi-oa-data-mgt_en.pdf>. []
  18. Disponible en ligne, url : <http://www.agence-nationale-recherche.fr/missions-et-organisation/open-access/> []
  19. Agnès Magron, « Le dépôt de logiciel maintenant disponible sur HAL et tous les portails », CCSD, 25 septembre 2018. Disponible en ligne, url :<https://www.ccsd.cnrs.fr/2018/09/le-depot-de-logiciel-maintenant-disponible-sur-hal-et-tous-les-portails/>. []
  20. Reconnaissons que les acteurs de ces SHS restent en retrait quant à la question de leur identité numérique et quant à la valorisation de leurs travaux puisqu’ils ont rarement milité pour que leur signature apparaissent dans de tels outils ou n’ont pas toujours obtenu gain de cause. Cela explique leur attachement à la production de catalogues imprimés et leur méfiance à l’égard de l’édition électronique qui n’est acceptée que lorsqu’il s’agit des versions numériques -type e-book- d’un catalogue et non sous la forme d’une base de donnée catalographique. []
  21. Le chercheur les signale généralement quand ces notices servent à produire des catalogues imprimés ou des notices de catalogues d’exposition, ces dernières étant rarement considérées comme relevant du chapitre d’ouvrage. Faut-il rappeler que le catalogue d’exposition – constituant pourtant l’aboutissement de la recherche de l’historien d’art – est dévalué par ce type de classement ? []
  22. CIGREF, Valoriser les données de l’Entreprise 2020 : maturité, pratiques et modèle, Paris : CIGREF, 2016, 1 vol.  (45 p.). Disponible en ligne, url : <https://www.cigref.fr/wp/wp-content/uploads/2016/11/CIGREF-Valorisation-des-donnees-Pratiques-Modele-2016.pdf>. []
  23. Simon Chignard et Louis-David Benyayer, Datanomics, les nouveaux business models des données, Fyp Editions. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Fabuleuses cartes à jouer. Le monde en miniature

Les Éditions de la BnF et les Éditions Gallimard publient Fabuleuses cartes à jouer. Le monde en miniature, ouvrage de référence racontant plus de 700 ans d’histoire de la carte à jouer. Cet ouvrage de référence s’appuie sur la collection unique de la Bibliothèque nationale de France – 2 000 jeux du monde entier, soit plus de 60 000 cartes, aujourd’hui entièrement catalogués et numérisés.

Résumé

Rédigé par les conservateurs de la BnF, sous la direction de Jude Talbot1, cet ouvrage richement illustré invite à découvrir l’exceptionnelle collection de la Bibliothèque nationale de France.

Ludiques, ésotériques, satiriques, mais aussi pédagogiques, politiques, humoristiques et promotionnelles, les cartes à jouer sont tout à la fois un sujet populaire et scientifique.
Du XIVe siècle à nos jours, le livre Fabuleuses cartes à jouer voyage au cœur de ce monde grâce à 350 cartes extraordinaires, de tous formats et de tous pays, comme par exemple :

  • un jeu chinois,
  • le Hanafuda japonais,
  • les Ganjifa mongholes,
  • les cartes astronomiques à enseignes allemandes,
  • un tarot italien,
  • le tarot de Charles VI.
  • jusqu’aux jeux non-conventionnels d’artistes comme Salvador Dali (avec son jeu pour Puiforcat aux Éditions Draeger) et Jean Dubuffet (avec sa Banque de l’Hourloupe-Cartes à Jouer et à Tirer);

Commentaire

Ainsi, la Bibliothèque nationale de France réactualise le regard qu’elle porte sur cette collection puisque les précédentes publications datent des expositions organisées en 1963 et 1967 avec Cinq siècles de cartes à jouer en France : [exposition], Paris, Bibliothèque nationale, septembre-octobre 1963 dont le catalogue fut rédigé par Jean-Pierre Seguin et Cécile de Jandin2 et La carte à jouer : donation faite à la Bibliothèque nationale par Monsieur Paul Marteau, maître cartier, juin 1966 : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale, [17 janvier-25 février] 1967], catalogue toujours rédigé par Jean-Pierre Seguin, Cécile de Jandin mais aussi Marie-Thérèse Gourdon3.

Les chercheurs intéressés par la collection de la BnF peuvent par ailleurs se reporter au mémoire d’Estelle Pierau, Les cartes à jouer imprimées en France dans la deuxième moitié du XVème siècle, conservées à la Bibliothèque Nationale, 19964.

Informations pratiques

Description : Relié, 1 vol. (256 p.- 350 illustrations) : couv. ill. en coul. ; 29 cm.
Date de parution : 25 octobre 2018
ISBN / EAN : 978-2-07-270999-9 / 9782072709999 
Éditeur : BnF Éditions : Gallimard
Distributeur : SODIS
Prix : 39 euros

  1. Anciennement chargé de la numérisation au Département des estampes et la photographie. Jude Talbot, « Le dessous des cartes. 350 ans de cartes à jouer au département des Estampes et de la Photographie de la BnF », Nouvelles de l’estampe, 2016, p. 4-21. Disponible en ligne, url : <https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-01315444>. []
  2. Paris : Bulletin du vieux papier, 1963. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6457050m>. []
  3. [Paris] : [Bibliothèque nationale], 1967. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6458518f> []
  4. 2 vol. (155, non paginé [37] p.) : ill. en noir et en coul. ; 30 cm. Mémoire : Histoire de l’art : Paris 1 : 1996. Consultable au département des Estampes et de la photographie. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Comte de Caylus. Recueil d’antiquités, 1752-1767

Le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France se propose de recenser des ressources issues de programmes de recherche, complémentaires des outils de signalement1 et de diffusion de la BnF2.

Titre

Comte de Caylus. Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises 1752-1767

Pays

France

Auteur(s)

  • Maîtres d’ouvrage : ANHIMA, BnF, INHA
  • Responsables du projet : Irène Aghion (Conservatrice en chef au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF), Mathilde Avisseau-Broustet (Conservatrice en chef au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF), Alain Schnapp (Professeur d’archéologie grecque à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Description

La base de données créée à partir du Recueil d’antiquités du comte de Caylus résulte du programme européen sur l’histoire et les archives de l’archéologie AREA, Archives of European Archaeology3, initié en 1999 et qui réunissait douze institutions partenaires internationales.

La partie française a développé particulièrement trois axes de recherche :

  • l’identification et la description de fonds d’archives de diverses institutions, archives mais aussi bibliothèques, centres de recherche, musées, dont le musée des Monnaies, Médailles et Antiques de la BnF.
  • un catalogue systématique de la littérature antiquaire française de la naissance de l’imprimerie à la fin du XVIIIe siècle avec, en projet, la numérisation de l’ensemble de cette production (http://www.muzarp.poznan.pl/antiquarian-database/)
  • une étude approfondie des travaux du comte de Caylus, dans le cadre des recherches sur la naissance de l’archéologie en France, en partant de son œuvre archéologique majeure, le Recueil d’Antiquités Égyptiennes, Étrusques, Grecques, Romaines et Gauloises (7 vol., 1752-1767).

Le site consiste en l’édition numérique du Recueil avec constitution de la base de données qui met en rapport les renseignements et les gravures fournis par Caylus avec les objets conservés au cabinet des Médailles ou identifiés dans des collections extérieures.

Le site s’articule autour de trois axes :

  • le comte de Caylus, avec une biographie, une bibliographie et la liste de ses travaux d’antiquaire ;
  • le Recueil d’Antiquités, avec accès à la version numérisée, une analyse du Recueil et de la méthode de Caylus ; le recensement des sources utilisées dans le Recueil ;
  • le catalogue des 2 900 objets décrits dans le Recueil, sous la forme d’une base de données qui présente en vis-à-vis une synthèse des renseignements fournis par Caylus et les gravures du Recueil ainsi qu’une fiche moderne qui propose datation, attribution et bibliographie.

Ces objets proviennent majoritairement de ses collections, offertes au roi au fur et à mesure de l’avancement de ses travaux, et aujourd’hui conservées au département des Monnaies, médailles et antiques. D’autres ont été identifiés dans des musées français et étrangers. L’exégèse et le dépouillement systématique du recueil ont pour but de mettre en lumière la démarche novatrice de Caylus et d’offrir un panorama du savoir antiquaire au XVIIIe siècle.

URL

http://caylus-recueil.huma-num.fr/

À noter

L’outil donne accès à un catalogue d’œuvres décrites dans le répertoire de Caylus dont 1623 issues des collections de la BnF : http://caylus-recueil.huma-num.fr/base/index.php?r=recueil/oeuvre/recherche

  1. Comme le catalogue général, http://catalogue.bnf.fr/, BnF archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/, BnF Médailles et Antiques, http://medaillesetantiques.bnf.fr/ []
  2. Comme la bibliothèque numérique Gallica, https://gallica.bnf.fr/ []
  3. Cf. http://www.area-archives.org/index.html []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : La famille royale au Temple. Le remords de la Révolution (1792-1795)

Charles-Éloi Vial1, chargé de collections « manuscrits modernes et contemporains » au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, fait paraître La famille royale au Temple. Le remords de la Révolution (1792-1795).

Résumé

Le 10 août 1792, l’émeute parisienne renverse le trône fragile de Louis XVI. Trois jours plus tard, la famille royale est enfermée au Temple, dans un donjon édifié au XIIIe siècle. Dans ce lieu sinistre périront successivement le roi, sa femme Marie-Antoinette, sa sœur Madame Élisabeth, tous trois guillotinés ; et enfin son fils, le dauphin « Louis XVII ». Seule survivante, la fille du couple royal, Marie-Thérèse de France, sera finalement libérée le 19 décembre 1795, après une détention de plus de mille jours. Entre-temps, le Directoire a remplacé la Convention et les thermidoriens tentent de terminer la Révolution en faisant oublier la Terreur.

Pour la première fois, un historien se penche sur l’histoire globale de cette captivité. Nourri de nombreuses archives encore inexploitées, Charles-Éloi Vial raconte avec un sens rare de la narration le quotidien des captifs et brosse le portrait de l’ensemble des protagonistes du drame, la famille royale au premier chef, mais aussi les geôliers, les employés, les gardes et les visiteurs, sans oublier les figures politiques souvent rivales à l’instar d’Hébert et de Robespierre. Ce récit prenant interroge enfin la Révolution, et plus précisément la Terreur, sur l’antinomie entre la grandeur de ses principes et certains de ses actes. Un grand livre d’histoire sur un lieu d’histoire et de mémoire, qui incarne et marque l’origine de la guerre entre les deux France.

La Princesse Marie-Thérèse-Charlotte fille du Roy Louis XVI part de Paris pour se rendre en Suisse : accompagnée de Madame de Souci d’un officier de gendarmerie et autres personnes… : [estampe] / p. par Antoine Deif ; gravé par C. Silanio, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6950275n

Informations pratiques

Description : Broché, 1 vol. (448 p.- p. de pl. en coul.) : couv. ill. en coul. ; 24 cm.
Date de parution : 2018
ISBN/EAN : 978-2-262-07082-3 / 9782262070823
Éditeur : Perrin
Prix : 25 €

Le Temple : [dessin] / [non identifié, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501628c
  1. Cf. sa bibliographie, url : <http://production-scientifique.bnf.fr/CV/vial-charles-eloi>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Table ronde : Une carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville

Le département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France organise une table ronde à l’occasion de la parution de l’ouvrage Une carrière de géographe au siècle des Lumières Jean-Baptiste d’Anville.

Une carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville

Véritable « Strabon français » pour ses contemporains, Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782) est l’auteur d’une œuvre cartographique considérable qui a renouvelé en profondeur la cartographie du monde. Pour la première fois, une monographie qui s’appuie sur les recherches d’une dizaine de spécialistes internationaux lui a été consacrée.

Par Catherine Hofmann et Lucile Haguet, directrices de l’ouvrage, conservatrices à la BnF et à la bibliothèque du Havre, avec la participation de plusieurs contributeurs de l’ouvrage.

Informations pratiques

Mercredi 26 septembre 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France, site Richelieu – Salle Émilie du Châtelet
Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr 58, rue de Richelieu, Paris 2e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale : un outil au service de la recherche

Pour qui s’intéresse à l’histoire de la Bibliothèque nationale, avant la consultation des sources proprement dites que sont les archives de l’établissement conservées soit au département des Manuscrits, soit à la Mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, soit enfin aux Archives nationales, seuls quelques ouvrages furent produits avant le XXe siècle, au final peu nombreux si l’on considère la longue histoire de cette institution 1.

Cette singularité permet de les qualifier d’ouvrages de référence. Mentionnons-les puisque l’on affirme leur rareté :

C’est pourquoi, au-delà de ces quelques ouvrages monographiques, le recours aux bibliographies rétrospectives s’avère nécessaire pour identifier la littérature consacrée à l’établissement issue des publications plus généralistes et surtout des périodiques. Hélas, là encore, le chercheur et l’historien doivent faire face à la pénurie puisque seules deux bibliographies rétrospectives sont à leur disposition.

Émile Pierret

La première de ces bibliographies est celle publiée en 1892 par Émile Pierret et fort modestement intitulé Essai d’une bibliographie historique de la Bibliothèque nationale ((Émile Pierret, Essai d’une bibliographie historique de la Bibliothèque nationale, Paris : E. Bouillon, 1892,  1 vol. (161 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k376443p>)). Bibliothécaire de la Bibliothèque nationale, également romancier et essayiste, Émile Pierret avait publié quelques années plus tôt un Inventaire détaillé des catalogues usuels de la Bibliothèque nationale2. Sa production bibliographique s’arrête à ces publications.

Léon Vallée

Deux années plus tard seulement, en 1894, Léon Vallée faisait paraître La Bibliothèque nationale : choix de documents pour servir à l’histoire de l’établissement et de ses collections ((Léon Vallée, La Bibliothèque nationale : choix de documents pour servir à l’histoire de l’établissement et de ses collections, Paris : É. Terquem, 1894, 1 vol. (XII-525 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6248351m>)).

Conservateur adjoint à la Bibliothèque nationale, Léon Vallée (1850-1919) est quant à lui un bibliographe qui a déjà publié un certain nombre de catalogues et de bibliographies, avec le catalogue de la Bibliothèque du Grand cercle en 1874, un Essai d’une bibliographie de la Nouvelle-Calédonie et dépendances en 1883, mais surtout, une Bibliographie des bibliographies de 1883 à 18873.

Avec ce dernier ouvrage, Léon Vallée se place dans la lignée de Francesco Tonelli, auteur de la première bibliographie des bibliographies4 et de Joseph Sabin (1821-1881)5.

Origines – 1800 : et puis vint Simone Balayé

Ces deux ouvrages ont longtemps constitué les seules bibliographies d’ensemble consacrées à la Bibliothèque. Au fil des ans, quelques travaux ont fourni des éléments bibliographiques plus récents. Ainsi, pour la période des origines à 1800, la bibliographie de l’ouvrage de Simone Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800 (Genève : Droz, 1988) leur apporte un complément utile, encore d’actualité et toujours disponible à la vente à la date de publication de cet article.

1800 – 1850 : Jean-François Foucaud

Pour la première moitié du XIXe siècle, les chercheurs disposent de la bibliographie de la thèse de Jean-François Foucaud, La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet : 1830-18486, et des bibliographies beaucoup plus sommaires qui figurent à la fin des contributions de Simone Balayé, Jean-François Foucaud, Thérèse Kleindienst et Pierre-Yves Duchemin à l’Histoire des bibliothèques françaises (Paris, 1988-1992) ou dans d’autres ouvrages comme les Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages réunis en hommage à Thérèse Kleindienst7.

20e siècle

Pour la période récente comprenant les débuts de la Bibliothèque nationale de France, l’ouvrage publié en 2001 sous la direction de Daniel Renoult et Jacqueline Sanson, La Bibliothèque nationale de France : collections, services, publics8 comporte une importante bibliographie.

Bibliographie historique de la BN/BnF

Après la mise en place de son Comité d’histoire, la Bibliothèque nationale de France a projeté, en mai 2000, de produire une bibliographie historique d’ensemble consacrée à l’établissement. Le XXe siècle était paradoxalement la période la moins bien répertoriée alors que les trente dernières années se caractérisaient par une véritable inflation documentaire sur l’établissement. Aussi, il a semblé préférable de commencer un travail de recensement et de rédaction d’une bibliographie à rebours et de procéder par tranches chronologiques :

  • 1975-1994 : de la fin de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique (DBLP) et de la Réunion des Bibliothèques nationales à la création de la Bibliothèque nationale de France.
  • 1930-1975 : « l’ère Julien Cain ».
  • 1874-1930 : « les années Léopold Delisle ».

Le projet consistait à y faire figurer :

  • tous les articles et les ouvrages consacrés à l’histoire de la BN.
  • tous les articles et les ouvrages consacrés aux bâtiments, aux services, à l’organisation et au fonctionnement de la BN.
  • une sélection d’articles consacrés aux acquisitions, aux grandes collections et aux manifestations culturelles.

En ce qui concerne la presse quotidienne, il avait été décidé de se limiter à un choix des principaux articles (articles « longs » du cédérom du quotidien Le Monde : plus de 2 colonnes et de 7000 caractères). Enfin, les rapports de « littérature grise » ne devaient être mentionnés que s’ils étaient accessibles au public dans les collections de la BN.

En revanche, cette bibliographie concernant l’histoire de la BN, par principe certaines productions ne devaient pas y figurer :

  • les publications de la BN (notamment les catalogues de fonds ou d’expositions), qui pourraient faire l’objet d’un complément ou d’une reprise de l’ouvrage très complet Les Catalogues imprimés de la Bibliothèque nationale : liste, description, contenu, Paris : Bibliothèque Nationale, 1943, 1 vol. (204 p.) et Les Catalogues imprimés de la Bibliothèque nationale : liste établie en 1943 suivie d’un supplément (1944-1952), Paris : Bibliothèque nationale, 1953, 1 vol. ([VII]-204-XXVII p.)9.
  • les articles et les ouvrages consacrés aux documents conservés par la Bibliothèque nationale, ainsi que ceux qui traitent de fonds particuliers recensés par ailleurs dans le cadre du Dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances, dont les notices comprennent une bibliographie10. En revanche, les études générales, du type « le fonds des imprimés russes de la Bibliothèque nationale » sont retenues.
  • toutes les informations qui ne concernent que le calendrier ou les horaires réguliers de l’établissement.
  • les annonces ou les comptes rendus d’expositions qui ne reprennent que les éléments figurant dans les catalogues.
  • les articles des journaux ou des revues d’information générale de moins d’une page.

Le plan de la bibliographie s’inspirait de celui, traditionnel, des rapports annuels d’activité de l’établissement11 :

1. Histoire générale de la BN
2. Organisation et moyens
2.1. Structure et services
2.2. Personnels et vie sociale
2.3. Bâtiments et matériels (dont l’informatique)
3. Accroissement des collections
3.1. Dépôt légal
3.2. Acquisitions
3.3. Échanges et dons
4. Traitement et diffusion bibliographiques
4.1. Catalogage courant
4.2. Catalogage rétrospectif et catalogues collectifs
4.3. Travaux méthodologiques
5. Conservation des collections
5.1. Magasins
5.2. Sauvegarde
5.3. Restauration
6. Communication des collections
6.1. Information bibliographique
6.2. Communication sur place et à distance
7. Recherche et valorisation
7.1. Activités de recherche
7.2. Expositions
7.3. Autres grands événements
8. La BN et les autres bibliothèques

À l’époque de ces réflexions programmatiques, le travail de recensement avait déjà été engagé. Avec l’aide d’Isabelle Pastorelli, qui lui a fourni quelques éléments bibliographiques, Bernard Vouillot avait établi une première liste sous Excel pour la période 1975 (éclatement de la DBLP) à 1994 (création de la BnF). Le travail consistait à :

  • Dépouiller entièrement les principales revues professionnelles (Bulletin des bibliothèques de France ; Bulletin d’informations de l’Association des bibliothécaires français ; Revue de la Bibliothèque nationale ; etc.).
  • Dépouiller les principales revues professionnelles étrangères (Biblioteche Oggi ; IFLA Journal ; International Cataloguing and Bibliographic Control ; International Library Review ; Journal of Librarianship and Information Science ; LIBER Bulletin ; Zeitschrift für Bibliothekswesen und Bibliographie ; etc.).
  • Dépouiller les revues d’histoire du livre ou d’érudition :
    • françaises (Arts et métiers du livre ; BEC : Bibliothèque de l’École des chartes ; Bulletin du bibliophile ; IMEC ; Livres ; NLA : Nouvelles du livre ancien ; Revue de bibliologie ; Revue française d’histoire du livre) ;
    • étrangères (La Bibliofilia ; British library journal ; Gutenberg-Jahrbuch ; Library history ; Publishing history ; etc.).
  • Consulter les grandes bases bibliographiques (FRANCIS, LISA : Library and information science abstracts, LE MONDE, etc.).
  • Établir la liste des travaux scientifiques des agents de chaque département, en reprenant par exemple les rapports annuels.
  • Examiner les titres intéressants en recherchant par mots clefs dans le système informatique de la BnF et dans les anciens catalogues et fichiers alphabétiques de matières.

Ainsi est née la Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France, produite au moyen d’un tableur Excel faisant l’objet d’exports réguliers, publiés sur le site internet de la BnF, sous forme de fichiers pdf après conversion du tableau en document Word par Nadine Férey, alors au département de recherche bibliographique (DRB). Il était en effet apparu naturel qu’un tel travail de dépouillement bibliographique courant et rétrospectif échoie à des bibliographes de ce département. Cependant, même si les initiateurs du projet soulignaient la lourdeur de l’entreprise (« outre la recherche bibliographique proprement dite, cela représente un très lourd travail de saisie dactylographique des données, puis d’uniformisation et de mise en forme sous tableur, qu’une seule personne ne peut pas poursuivre seule en supplément de toutes ses autres activités »), et envisageaient de répartir les dépouillements de revues entre plusieurs collègues12, le dépouillement et le signalement n’ont au final jamais été menés que par une seule personne, sur une base bénévole, en plus de sa charge de travail.

Au départ par voie de mutation de Nadine Férey, l’entreprise fut reprise par l’auteur de billet, à l’époque également du département de recherche bibliographique. Ce dernier entreprit un chantier de mise en ligne de la bibliographie de sorte à proposer à la communauté des utilisateurs des références disponibles dans des formats exploitables par des logiciels de gestion de références bibliographiques.

druplicon-logo

Pour ce faire, il développa un site de production et un site de consultation avec l’outil de gestion de contenu Drupal (version 7 mais installé avec une base de donnée PostgreSQL) employant notamment le module contributif Biblio13. Grâce à ce module, l’outil offre la possibilité d’importer (en contribution) et d’exporter (pour tout un chacun) les références à l’unité ou par lots aux formats  RIS ou BibTeX, standards reconnus par la plupart des logiciels de gestion de références bibliographiques comme Mendeley, EndNote, RefWorks et surtout zotero.

http://bibliographie-historique.bnf.fr/

Un site web

La Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France s’organise par tranches chronologiques, dont les deux plus récentes sont consultables dès maintenant :

  • 1975-1993 : de la fin de la Direction des Bibliothèques et de la Lecture Publique et de la Réunion des Bibliothèques nationales à la création de la Bibliothèque nationale de France.
    Après la disparition en juillet 1975 de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique et de la Réunion des Bibliothèques nationales, la Bibliothèque nationale passe sous la tutelle du Service des bibliothèques, au sein du Secrétariat d’État aux universités puis sous celle du ministère de la Culture en 1981. Plusieurs rapports (d’André Miquel, nouvel administrateur, en 1984, de Francis Beck en 1987) font état des difficultés de l’établissement, même si des réalisations importantes ont vu le jour (informatisation, extension des locaux). Le 14 juillet 1988, François Mitterrand lance le projet d’une nouvelle bibliothèque, bientôt surnommée « TGB », qui se concrétise par le lancement d’un concours architectural, remporté par Dominique Perrault et la création de l’Établissement public de la Bibliothèque de France. Débats et polémiques se développent alors, tant au sujet de l’architecture que des missions du nouvel établissement et de ses relations avec la Bibliothèque nationale.
  • 1994-2007 : des débuts de la Bibliothèque nationale de France à nos jours.
    L’année 1994 voit la naissance de la Bibliothèque nationale de France, issue de la fusion de la Bibliothèque nationale et de l’Établissement public de la Bibliothèque de France : elle ouvre la période qui verra l’inauguration du bâtiment de Dominique Perrault, baptisé « site François-Mitterrand », et l’ouverture au public des salles de la Bibliothèque d’étude (Haut-de-jardin) en décembre 1996, puis de celles de la Bibliothèque de recherche (Rez-de-jardin) en 1998. À partir de 2001, la BnF a trouvé son rythme de fonctionnement courant et peut mettre en œuvre de nouveaux chantiers : rénovation du site Richelieu, Bibliothèque numérique européenne, dépôt légal du web.

Dans chaque tranche chronologique, les références s’organisent selon un cadre de classement qui reste globalement le même d’une période à l’autre. Les principales différences sont la présence dans la tranche 1975-1994 d’une section consacrée au projet de la Bibliothèque de France et à l’EPBF qu’on ne retrouve pas ailleurs, et la prise en compte à partir de 1994, de l’évolution de l’organigramme de la nouvelle Bibliothèque nationale de France.

À l’intérieur des rubriques du cadre de classement, les références se présentent dans l’ordre des années de publication des documents, puis selon l’ordre alphabétique des noms d’auteurs. Seul le chapitre consacré aux polémiques autour du projet de la BdF est classé dans un ordre chronologique incluant si possible le mois de publication des articles pour permettre un meilleur suivi des débats.

Les références ne sont pas répétées et se trouvent sous une seule rubrique thématique, quand bien même elles pourraient parfois légitimement appartenir également à une autre. De façon générale, le chapitre Histoire générale sera préféré aux rubriques thématiques dans le cas de documents à caractère historique et rétrospectif : ainsi, les articles sur Labrouste figureront dans Histoire 19e siècle (tandis que les articles sur l’annexe Vivienne publiés au moment de son ouverture se trouveront sous la rubrique Architecture). De même, le chapitre Départements et collections sera privilégié dès qu’une référence se rapporte plus spécialement à un département : un article sur le supplément IV – Atlas cartes et plans de la Bibliographie nationale française sera classé sous la rubrique Département des Cartes et plans, plutôt que sous la rubrique Bibliographie nationale française.

Dans sa version pdf, la bibliographie ne disposait pas d’indexation matière, seule susceptible pourtant de permettre des recherches fines et transversales et d’atténuer la rigidité relative du plan de classement. Un index des noms de personnes, renvoyant à une page et non à une notice précise, était donc proposé. Le développement de la base de données a rendu obsolète la production d’index puisque la recherche par mots-clefs offerte par le moteur de recherche facilite la consultation de l’outil qui se révèle indispensable à toute personne s’intéressant à l’histoire de la Bibliothèque nationale de France.

Fréquentation et perspectives

Au-delà de son caractère spécialisé et de la rareté des travaux scientifiques portant sur l’histoire de la Bibliothèque nationale qui justifierait son emploi, l’outil souffre sans doute d’une certaine méconnaissance qui nuit à sa visibilité.

Ainsi, pour l’année 2017, la fréquentation du site totalise 1836 visites générant 3453 pages vues.

La fréquentation mensuelle fut la suivant au cours de l’année 2017 :

Malgré ce score plus que modeste, la Bibliographie continue d’être alimentée. Sans doute pourrait-elle être plus consultée si sa couverture chronologique pouvait être élargie. Plusieurs chantiers, déjà identifiés, ne requièrent que de la main d’œuvre d’agents volontaires, membres ou pas du Comité d’histoire de la BnF.

Revue de presse

L’un d’entre eux concerne la revue de presse de la BnF. La mission des archives dispose d’une collection chronologique couvrant la période 1991-1998 complétés par les versements du service de presse de la délégation à la communication. Après des abonnements de type « Argus de la presse » sur support papier, la  délégation à la communication s’est abonnée à un service de presse électronique fourni par la société Kantar Media. Si cette version est dépouillée, un chantier rétrospectif pourrait être mené concernant la période antérieure 1944-1984 dont certains articles sont annexés aux dossiers d’archives administratives en guise de documentation. Par ailleurs, il existe une collection d’articles couvrant à peu près la période 1937-1991 représentant 10 mètres linéaires non classés. La mission des archives avait envisagé de classer ces articles par département ou par thème, de les reproduire et d’adresser à chaque département spécialisé sa revue de presse rétrospective14. Le dépouillement de cette revue de presse ne manquerait pas d’enrichir notablement la Bibliographie historique de la Bibliothèque nationale / Bibliothèque nationale de France.

Dépouillement rétrospectif

Un autre chantier pourrait consister à recenser la production des périodes :

  • 1930-1975 : « l’ère Julien Cain ».
  • 1874-1930 : « les années Léopold Delisle ».

en exploitant notamment la Revue des bibliothèques pour les années 1897-1911 et 1912-1934, la Bibliothèque de l’École des chartes 1874-1985 qui a désormais le mérite d’être disponible en ligne sur Persée15, etc.

Ressources audiovisuelles

La Bibliographie historique a longtemps formé un répertoire bibliographique au sens strict ne référençant que des documents imprimés16, mais il serait d’un grand intérêt de la compléter par une liste des documents audiovisuels consacrés à la bibliothèque. D’ores et déjà, au département de l’Audiovisuel, un stagiaire a rassemblé en 2007 l’ensemble des informations existantes sur les tournages à la BnF, et inventorié les supports trouvés à la délégation à la Communication. Cela a débouché sur une liste de travail où ne figurent que les films conservés par la BnF. La liste a été enrichie des documents qui se trouvaient à la Mission pour la gestion de la production documentaire et des archives mais elle n’a pas été actualisée avec les tournages postérieurs à 2007-2012.
Un chantier pourrait être mené autour des ressources audiovisuelles consacrées à la BN/BnF en définissant un périmètre du recensement : faire la part des « vrais » films sur la BnF et des simples tournages (sujets au journal télévisé, quelques plans limités dans un long métrage, une vidéo musicale, etc).

  1. Institution qui ne s’est pas encore lancée dans une histoire monumentale telle celle que le Musée du Louvre a fait paraître en 2016 avec ses 3 volumes de son Histoire du Louvre, http://editions.louvre.fr/fr/les-ouvrages/visiter-le-louvre/lhistoire-du-palais/histoire-du-louvre.html []
  2. Émile Pierret, Inventaire détaillé des catalogues usuels de la Bibliothèque nationale, Paris : Quantin, 1889, Gr. in-8°, 31 p. Tiré à part du « Livre », mai 1889. []
  3. Vallée, Léon (1850-1919), Bibliographie des bibliographies. Première partie : Catalogue des bibliographies générales et particulières, par ordre alphabétique d’auteurs avec indication complète du titre, des lieu et date de publication, du format, etc. Seconde partie : Répertoire des mêmes bibliographies, par ordre alphabétique de matières, Paris : E. Terquem, 1883-1887, 2 vol. (VI-773, 354 p.). Vol. 1 disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2209011>. []
  4. Francesco Tonelli, Bibliotheca bibliographica antica, e moderna, d’ogni classe, e d’ogni nazione, In Guastalla : nella regio-ducale stamperia, 1782-1783, 2 vol. (6-167, 8-162 p.) ; in-4°.)), de Julius Petzholdt (1812-1891) ((Neuer Anzeiger fur Bibliographie und Bibliothekwissenschaft []
  5. Sabin, Joseph (1821-1881), A Bibliography of bibliography, or a Handy book about books which relate to books. Being an alphabetical catalogue of the most important works descriptive of the literature of Great Britain and America, and more than a few relative to France and Germany, New York : J. Sabin & sons, 1877, 1 vol. (150 p.). Disponible en ligne, url : <https://catalog.hathitrust.org/Record/001166628>. []
  6. Foucaud, Jean-François (1950-….), La Bibliothèque royale sous la Monarchie de Juillet : 1830-1848, Paris : Bibliothèque nationale, 1978, 1 vol. (211 p.). (Mémoires de la Section d’histoire moderne et contemporaine / Comité des travaux historiques et scientifiques ; 5). []
  7. Études sur la Bibliothèque nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque nationale, Paris : Bibliothèque nationale, 1985, 1 vol. (XXIII 347 p.-VI p. de pl.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k>. []
  8. La Bibliothèque nationale de France : collections, services, publics / sous la dir. de Daniel Renoult et Jacqueline Melet-Sanson ; avec la collab. de Marcelle Beaudiquez, Bruno Blasselle, Isabelle Boudet… [et al.] ; préf. de Jean-Pierre Angremy,…, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, cop. 2001, 1 vol. (238 p.-[12] p. de pl. en coul.). (Bibliothèques). []
  9. Cette reprise est désormais en cours d’enrichissement dans le Répertoire des catalogues accessible en ligne sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/repertoire_catalogues_imprimes>. []
  10. Ce Dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances est également accessible en ligne sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-fonds-sp%C3%A9ciaux-principales-collections-provenances>. []
  11. Les rapports d’activité de la Bibliothèque sont une des premières sources à consulter pour toute recherche sur l’histoire de la Bibliothèque même s’ils ont été produits de façon irrégulière, avec des objectifs, des destinataires et une périodicité qui a varié au fil des années. Le premier rapport conservé date de 1875, sous le mandat de Léopold Delisle. La liste des rapports, avec les liens vers leur version numérique quand elle existe, figure sur le site du Comité d’histoire de la BnF, à l’adresse url : <http://comitehistoire.bnf.fr/node/4>. []
  12. Les porteurs du projet avaient même caressé l’idée qu’un correspondant puisse être désigné dans chaque département pour le dépouillement des revues spécialisées (Gazette du livre médiéval ; Nouvelles de l’Estampe ; Notes ; Revue numismatique ; etc.) et pour les publications des agents de ces départements dans diverses revues, dans les limites établies ci-dessus. La désignation d’un tel correspondant apparaissait également utile pour les notices du dictionnaire des fonds spéciaux et des principales collections et provenances. []
  13. Bibliography Module, https://www.drupal.org/project/biblio []
  14. Une stagiaire assistante bibliothécaire – documentaliste a consacré un mois à ce travail à titre expérimental. Seul 1/47ème de la collection a été traité. Ce projet représenterait environ quatre ans de travail pour une personne à temps complet… Il semblait donc raisonnable de reconsidérer ce projet pour proposer plutôt la reconstitution purement chronologique de cette collection qui offrirait de meilleurs délais. []
  15. Cf. https://www.persee.fr/collection/bec. Rappelons que ce périodique a longtemps constitué une sorte de bulletin officiel de la Bibliothèque nationale, annonçant les nominations, départs, décès d’agents issus de l’École des chartes. []
  16. Désormais la Bibliographie prend en compte les ressources électroniques disponibles en ligne. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution en ligne : Étienne Colaud et l’enluminure parisienne sous le règne de François Ier

En 2016, la thèse de Marie-Blanche Cousseau était parue à titre posthume aux Presses Universitaires de Rennes. Désormais, les Presses universitaires François-Rabelais la font paraître sous forme électronique au sein de leur portail OpenEdition books.

Présentation

La production parisienne de manuscrits illustrés demeure à ce jour mal connue pour le règne de François Ier. L’étude de Marie-Blanche Cousseau vient combler cette lacune. En s’appuyant sur de nombreux documents d’archives inédits ainsi que sur l’étude minutieuse des œuvres qui nous sont parvenues, l’auteur parvient à dresser un panorama très complet du monde de l’enluminure dans la capitale, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Elle recense près d’une trentaine d’artistes, ce qui érige Paris au rang de centre majeur durant cette période, et restitue avec précision les pratiques professionnelles et commerciales et les processus de création. Étienne Colaud occupe une place centrale dans ce travail. Son nom est depuis longtemps associé aux manuscrits des Statuts de l’ordre de Saint-Michel produits en série à Paris pour le roi, mais la découverte d’un livre d’heures portant sa souscription permet de mieux cerner sa personnalité artistique et de comprendre le rôle qu’il joua au sein de cette production. La confrontation des actes documentant sa carrière entre 1512 et 1541 avec dix-huit manuscrits de grande qualité, dans lesquels on peut désormais reconnaître sa main, éclaire aussi d’un jour nouveau l’autre activité à laquelle il se livra, celle de libraire, qui lui permit de recevoir des commandes prestigieuses et de collaborer avec plusieurs autres artistes importants.

Marie-Blanche Cousseau (1976-2011)

Marie-Blanche Cousseau avait soutenu sa thèse à l’École pratique des hautes études en 2009 mais n’avait pu achever la mise au point de son manuscrit. Décédée le 30 novembre 2011, c’est donc Guy-Michel Leproux qui s’est livré, à partir des notes qu’elle avait laissées, à un travail de reconstitution du texte et de préparation du manuscrit avec les amis de Marie-Blanche Cousseau.

À la Bibliothèque nationale de France, Marie-Blanche Cousseau1 était assistante de recherche au département des Manuscrits depuis février 2010, où elle était chargée du catalogue des manuscrits germaniques enluminés, ambitieuse entreprise à laquelle elle s’était attelée avec ténacité et extrême rigueur. Le programme, mené dans le cadre du plan triennal de la recherche 2010-2012, s’est donc interrompu. Au cours de l’année 2012, malgré recherches et sollicitations, le département des Manuscrits n’est pas parvenu à identifier un chercheur susceptible de continuer le programme. Celui-ci s’avère en effet particulièrement complexe en raison de la diversité des manuscrits en question,  en termes de couverture chronologique et géographique, ce qui soulève des difficultés quant aux compétences à maîtriser, notamment paléographiques2. Au terme du programme, la publication d’un catalogue imprimé reste à l’ordre du jour.

Sommaire

Guy-Michel Leproux

Avant-propos

François Avril

Préface

Informations pratiques

  • Éditeur : Presses universitaires François-Rabelais, Presses Universitaires de Rennes
  • Collection : Renaissance
  • Lieu d’édition : Tours
  • Année d’édition : 2016
  • Publication sur OpenEdition Books : 16 juillet 2018
  • ISBN (Édition imprimée) : 9782869064126
  • ISBN électronique : 9782869065437
  • DOI : 10.4000/books.pufr.8467
  • Nombre de pages : 373 p.
  • URL : https://books.openedition.org/pufr/8467
  1. Cf. sa notice dans le catalogue général de la BnF (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb16548797r) et sa bibliographie. []
  2. Le programme a continué dans le cadre du Plan triennal de la recherche 2013-2015 de la BnF, mené par Laure Rioust, chargée de collections au département des Manuscrits, assistée d’Olga Karaskova ((Cf. sa page et sa thèse, http://www.theses.fr/2014LIL30019 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Bibliographie génovéfaine

Second volet d’un diptyque consacré à l’histoire des génovéfains, la Bibliographie génovéfaine : ouvrages publiés par les chanoines réguliers de Saint-Augustin de la Congrégation de France, 1624-1800 de Nicolas Petit regroupe 3 600 notices et un appareillage riche mettant en lumière la diversité des écrits produits par les génovéfains sous l’Ancien Régime.

Présentation

Cet ouvrage, publié à titre posthume, constitue le second volume du diptyque monumental consacré aux génovéfains par Nicolas Petit.   En 2008, Nicolas Petit avait publié sous les auspices de l’École des chartes la Prosopographie génovéfaine. Ce premier ouvrage offrait le répertoire biographique complet des 5 352 religieux ayant fait profession dans la Congrégation de France de 1624 à 1789. Voici maintenant son complément naturel : la Bibliographie génovéfaine, qui recense pour sa part tous les ouvrages publiés par les chanoines réguliers de saint Augustin de la Congrégation de France (1624-1800), depuis la fondation de l’ordre et jusqu’au lendemain de la Révolution, plusieurs génovéfains ayant continué d’écrire après la disparition de leur ordre. Nicolas Petit en avait pratiquement achevé la rédaction dès 2012 et même esquissé une mise en page qui a guidé les pas des éditeurs. Ce sont plus de 3 600 notices, réparties en douze sections, que complètent une table chronologique et plusieurs autres index, par titres, topographique par ville et par imprimeurs-libraires, une table analytique et un index des localisations. Après avoir recensé et individualisé chaque membre de la Congrégation en 2008, Nicolas Petit, dans cet ultime ouvrage, passe au crible toute la production intellectuelle de l’ordre dans sa très grande diversité, parfois même surprenante. Comme l’écrit ici-même l’auteur de la préface, on ne pourra désormais plus dire avec Flaubert et son Dictionnaire des idées reçues, « Génovéfain : on ne sait pas ce que c’est ».

L’auteur

Nicolas Petit (1955-2014), archiviste-paléographe (prom. 1980), a été conservateur durant dix-sept ans à la Réserve de la bibliothèque Sainte-Geneviève – où il a contribué au catalogue de l’exposition sur Le Cabinet de curiosités de la bibliothèque Sainte-Geneviève (1989) et publié L’Éphémère, l’occasionnel et le non-livre (1997) – avant de rejoindre en 1998 la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France, où il a notamment collaboré au Catalogue des incunables (CIBN) dont il a assuré l’achèvement avec la rédaction du dernier fascicule, publié en mars 2014.

Table des matières

Préface par Isabelle Brian
Introduction
Remerciements

Première partie. Catalogue bibliographique

  • I. Règles & constitutions
  • II. Décrets des chapitres généraux & des diètes
  • III. Liturgie
  • IV. Circulaires, instructions & mandements
  • V. Thèses
  • VI. Collèges & séminaires
  • VII. Auteurs
  • VIII. Factums
  • IX. Actes officiels concernant les génovéfains
  • X. Dévotion & Hommages
  • XI. Polémique & divers
  • XII. Gravures

Deuxième partie. Tables & index

  • Table chronologique, 1621-1800
  • Index des titres
  • Table topographique (par villes et imprimeurs-libraires)
  • Table analytique
  • Localisations

Bibliographie
Table des illustrations

Informations pratiques

Description : Broché, 1 vol. (678 p.) : ill., couv. ill. ; 30 cm.
Date de parution : 20 février 2018
ISBN/EAN : 978-2-35723-095-8 / 9782357230958
Éditeurs : Paris : École nationale des chartes
Collection : Matériaux pour l’histoire, ISSN 1272-2596 ; 10
Poids : 1930 gr
Prix : 58 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Observatoire du dépôt légal 2017

La BnF publie chaque année une synthèse et des statistiques sur la production éditoriale nationale en s’appuyant sur les dépôts et collectes réalisés grâce au dépôt légal. L’édition 2018 qui couvre l’année 2017 vient de paraître.

Quelle est la personnalité politique la plus représentée en 2017 dans la production éditoriale collectée par le dépôt légal ? Combien de nouveaux titres de périodiques et combien de titres ont-ils cessé de paraître ? Dans quel domaine collecte-t-on le plus de partitions? Que représente l’autoédition dans les entrées de livres imprimés ? La BnF publie la septième édition de l’Observatoire du dépôt légal. Réalisé par les départements de dépôt légal, le département Droit, économie et politique a aussi apporté son éclairage au focus de cette édition « 2017, année politique ».

L’Observatoire apporte un regard sur la production culturelle nationale à travers le prisme du dépôt légal. Il s’appuie sur un réservoir de données statistiques diffusé sur BnF API et data.gouv.fr utilisé par d’autres communautés professionnelles (organismes publics et privés, chercheurs, éditeurs, imprimeurs, producteurs, etc).

À consulter

Les chiffres clés du dépôt légal en 2017

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts