Archives de catégorie : Publications

Parution : Les monstres sont parmi nous

Ce nouveau numéro de la Revue de la BnF évoque des figures monstrueuses aussi diverses que la bête du Gévaudan, la mandragore ou la procession des cent démons des rouleaux japonais.


Sous la direction de Thierry Laugée et de Marc Renneville, ce n° 56 de la Revue de la BnF, consacre son dossier aux figures monstrueuses aussi diverses que la bête du Gévaudan, la mandragore, la procession des cent démons des rouleaux japonais, ou encore le Frankenstein de Mary Shelley et sa postérité cinématographique. Il questionne l’inscription des monstres dans notre vie culturelle et sociale, l’homme vivant « en compagnie des monstres ».

Sommaire

  • Parmi les monstres / Thierry Laugée et Marc Renneville
  • « Morts vivants ». Le corps des monstres moraux dans les discours de Cicéron / Blandine Cuny-Le Callet
  • La bête du Gévaudan et ses archives / Charles-Éloi Vial
  • Lacenaire, mise en scène d’un monstre / Anne-Emmanuelle Demartini
  • La mandragore, iconographie d’un mythe botanique / Luc Ménapace
  • Tératologie. Quand le monstre devient objet de science / Jean-Louis Fischer
  • La fabrique des monstres urbains au XIXe siècle, ou la statuaire
    sous « l’empire de la science » /
    Olivier Vayron
  • Les rouleaux illustrés de la Procession nocturne des cent démons / Matthias Hayek
  • De Barnum à Freaks. Le monstre en spectacle / Entretien avec Jean-Jacques Courtine. Propos recueillis par Marc Renneville.
  • Life Without Soul. Le monstre cinématographique de Frankenstein / Michel Porret
  • Umberto Eco, Merveilles et monstres exotiques. Extrait de la conférence du 27 mai 2004 consacrée à « l’ordre universel et les monstres »
  • Le monstre marqueur de l’humanité originelle, de Piero di Cosimo à Ulisse Aldrovandi / Elinor Myara Kelif
  • Le monstre allemand dans l’image entre 1914 et 1918 / Nicholas-Henri Zmelty

Informations pratiques

Description : Broché, 184 pages, 120 illustrations, 17 x 24 cm
Date de parution : 15/03/18
ISBN/EAN : 978-2-7177-2768-5 / 9782717727685
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : Volumen-Interforum
Prix : 25 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution de l’ouvrage : Marcel Proust et Reynaldo Hahn : une création à quatre mains

Le musicologue Philippe Blay, conservateur en chef en charge des œuvres musicales au département des Métadonnées de la BnF, le professeur en musicologie Jean-Christophe Branger (université de Lorraine) et le professeur et critique littéraire Luc Fraisse (université de Strasbourg, Institut universitaire de France) publient Marcel Proust et Reynaldo Hahn : une création à quatre mains (Classiques Garnier, 2018).

Reynaldo Hahn, Marcel Proust, María Hahn de Madrazo (sœur de R. Hahn) et Federico de Madrazo, dit Coco (fils d’un premier mariage de son beau-frère, Raimundo de Madrazo), Saint-Germain-en-Laye ?, juillet 1895 ?, photographie, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, legs Robert Le Masle, NAF 28334 (BN. V. Pièce 408).

L’ouvrage s’attache à retracer toutes les étapes et tous les aspects d’un parcours commencé lors de leur rencontre en 1894 – alors que l’écrivain est en train de rédiger Les Plaisirs et les Jours et que le musicien travaille à l’orchestration de son opéra L’Île du rêve – et effectué en connivence jusqu’à la mort de Proust. Au-delà d’une histoire d’amour fondatrice, les auteurs s’emploient à étudier les échanges intellectuels entre les deux hommes, à l’aide notamment de correspondances inédites.

Proust découvre à travers Hahn tout un pan technique de la composition musicale et se confronte aux aspirations artistiques d’un disciple de Massenet, attaché au classicisme. Les connaissances éclectiques et encyclopédiques de son ami s’infiltrent en secret dans ses écrits, dès les textes contemporains de leurs premiers échanges jusqu’aux profondeurs de la Recherche du temps perdu. Le cycle romanesque se nourrit ainsi du dialogue entre deux tempéraments que tout, dans leurs conceptions esthétiques, semblerait opposer.

Table des matières

  • Avant-Propos, par Eva de Vengohechea
  • Préface, par Luc Fraisse
  • L’Île du rêve, par Philippe Blay
  • Du côté de chez les Verdurin, par Luc Fraisse
  • Les intermittences massenetiennes, par Jean-Christophe Branger
  • Des Portraits de peintres à Du côté de chez Swann, par Jean-Christophe Branger
  • Portraits de musiciens, par Philippe Blay
  • Le périscope de Proust, par Luc Fraisse
  • Bibliographie sélective
  • Index des noms de personnes

Informations pratiques

Description : broché, 15 × 22 cm, 229 p.
Date de parution : avril 2018
Broché, ISBN : 978-2-406-06478-7 : 29 €
Relié, ISBN : 978-2-406-06479-4 : 67 €
Éditeur : Classiques Garnier
Collection : Bibliothèque proustienne, sous la direction de Luc Fraisse, n° 21
Prix : 29 €

Philippe Blay

Philippe Blay est conservateur en chef au département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France, agrégé et docteur en musicologie, diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (histoire de la musique, esthétique, musicologie). Ses publications portent sur le théâtre lyrique en France sous la Troisième République et l’œuvre de Reynaldo Hahn. Il est membre du comité de rédaction de la collection « L’Opéra français », éditée chez Bärenreiter sous la direction éditoriale de Paul Prévost (2009 →).

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Parution : Trésors monétaires, vol. XXVII : Monnayages de Francie, des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens

Partie prenante du plan quadriennal de la recherche de la BnF, le programme Trésors monétaires donne lieu à la publication régulière d’un nouveau volume de la série éponyme.

Le présent volume qui présente six trésors et deux synthèse est entièrement consacré aux trésors médiévaux du Xe au tout début du XIIe siècle, soit :

  • Le trésor dit « du Loiret » : présentation, catalogue et étude caractéroscopique par Steve Achache, Marc Bompaire, Aude Castelas, p. 1-99.
  • Le trésor du Xe siècle de Maffliers (Val-d’Oise). Deniers et oboles d’Hugues Capet duc par Bruno Foucray, p. 101-127.
  • Le trésor de Cuts (Oise). Monnaies et circulation monétaire autour de l’an Mil dans le royaume de France sous Hugues Capet et Robert II le Pieux par Bruno Foucray, Marc Bompaire, Jean-Yves Kind, p. 129-182.
  • Le trésor monétaire double de Vignacourt (Somme). Monnaies et circulation monétaire dans l’Amiénois et l’Orléanais au début du règne de Philippe Ier par Bruno Foucray et Marc Bompaire, p. 183-272.
  • Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais (Loiret). Deniers et fausses monnaies au début du XIIe siècle. Étude numismatique et analyses métalliques par Marc Bompaire et Maryse Blet-Lemarquand, p. 273-297.
  • Un petit dépôt de monnaies royales du début du XIIe siècle à l’église de Marly-la-Ville (Val-d’Oise) par Bruno Foucray, p. 299-303.
  • Le monnayage en Francie occidentale au Xe siècle. L’apport des nouveaux trésors par Marc Bompaire, p. 305-327.
  • Catalogue des monnaies royales et féodales de Francie des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens (936-1108) par Bruno Foucray, p. 329-373.

Le trésor dit « du Loiret »

Le trésor du Loiret fut découvert vers 1970. Il aurait été enterré selon Jean Duplessy1 entre 936 et 954. Le nombre précis des monnaies composant ce trésor n’est pas connu ; l’étude du volume porte sur 1001 pièces acquises par la BnF en 1998-1999.

Le trésor de Maffliers

Issu d’une fouille illégale menée près du château de Maffliers, au nord de Paris, le trésor et une hache de bronze ont ainsi été saisis le 22 novembre 2012 par les officiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) auprès du pilleur. Constitué de 300 monnaies, seules 269 ont pu être récupérées et étudiées dans le volume : 243 deniers, 26 oboles. Ces pièces d’argent du 10ème siècle ont révélé certaines pièces inconnues des collections nationales.

Le trésor de Cuts

Découvert en 1998 dans un bois privé du village de Cuts dans l’Oise, le trésor se compose de 1108 monnaies d’argent émises de la fin du Xe au début du XIe siècle : 1009 deniers et 99 oboles, toutes conservées à la BnF. Le Trésor2 est exceptionnel par son état de conservation et par le fait que la quasi-totalité des monnaies qui le composent étaient considérées comme inconnues à ce jour.

Le trésor de Vignacourt

Enfoui entre 1075 et 1100, ce trésor comprend 1237 deniers, 245 demi-deniers et 32 oboles. Découvert le dimanche 24 mars 2002 par un chasseur, le trésor a été confié à la DRAC Hauts-de-France. L’inventaire et l’étude du trésor ont été menés par Bruno Fourcray et Marc Bompaire. Sa composition – principalement des deniers d’argent accompagnés de 245 demi-deniers et de 32 oboles – est exceptionnelle car elle comprend, explique Bruno Fourcray, « deux ensembles monétaires contemporains, provenant d’univers économiques étanches de ce dernier quart du XIe siècle l’Orléanais et l’Amiénois ». Ce trésor comprend aussi 220 monnaies inédites, notamment 146 deniers et 69 demi-deniers de Philippe 1er (1060-1108) frappés à Montreuil-sur-Mer. Le trésor était vendu par la maison de vente Rossini en octobre 20073 avec les fragments de la poterie dans lequel il avait été enfoui. C’est le musée d’Amiens qui a préempté le trésor.

Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais

Conservé à la BnF, ce trésor est composé de 220 deniers issus de 6 monnayages de la région. Quatre de ces monnayages sont représentés par des fausses monnaies.

Dépôt de Marly

Les fouilles réalisées en 2005 dans l’église de Marly-la-Ville ont permis de découvrir un ensemble de 7 deniers et 1 obole de Philippe Ier qui témoigne de la circulation monétaire en Île-de-France au début du XIIe siècle.

Informations pratiques

Description : Broché, 21 × 29,7 cm
Date de parution : 30 janvier 2018
ISBN/EAN : 978-2-7177-2748-7 / 9782717727487
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF Éditions
Disponibilité : Disponible
Prix : 99 €

  1. Jean Duplessy, Les monnaies françaises féodales. Tome 1, Paris : Platt, 2004, 404 []
  2. Cf. Les 1107 monnaies d’argent du Trésor de Cuts font leur entrée à la BnF : communiqué de presse, [Paris] : BnF, 30 mars 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/cp_acquisition_tresor_cuts.pdf>. []
  3. Cf. http://www.rossini.fr/html/fiche.jsp?id=347384&np=2&lng=fr&npp=20&ordre=1&aff=1&r= et notamment le descriptif détaillé : https://www.auction.fr/_fr/lot/tresor-de-vignacourt-1552015#.WpRu4eciHs0 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Incursion dans les humanités numériques du Comité d’histoire de la BnF

Pour donner à voir la profondeur historique de la Bibliothèque nationale de France, son Comité d’histoire s’est livré à une modeste incursion dans le domaine des humanités numériques en géolocalisant les différentes implantations de la bibliothèque au fil de son histoire.

Depuis la librairie du roi, bibliothèque personnelle suivant le souverain au gré de ses pérégrinations et de ses résidences successives, jusqu’à la Bibliothèque nationale de France et ses 7 sites, en passant par la Bibliothèque royale, impériale, nationale, etc., la carte employant l’API Google Maps1, permet de filtrer au moyen de calques, les différentes localisations de la bibliothèque par siècles. Un clic sur les épingles permet d’obtenir un petit résumé historique ainsi que les dates extrêmes de l’implantation dans le lieu incriminé. Le classement par dates est celui du début de l’implantation (ex. le site François-Mitterrand ayant été ouvert en 1996, il se trouve classé au 20e s.).

Cette carte intègre aussi les bibliothèques de dépôt légal imprimeur (BDLI) d’autant plus que ces établissements sont habilités à mettre en place un accès à distance aux collections du dépôt légal de l’internet de la BnF2, devenant par là des emprises de la BnF en région. Cet accès à distance aux archives de l’internet de la BnF continue de se mettre progressivement en place.

Enfin, la carte propose un calque recensant les Centres techniques et les centres de recherche et sociétés savantes hébergés.

La carte omet les localisations relevant de l’action de Julien Cain en tant qu’administrateur général de la Réunion des bibliothèques nationales (1930-1977)3 puis directeur des Bibliothèques et de la Lecture publique (1946-1974)4 puisque cela reviendrait à proposer une carte à la fois du réseau de la lecture publique et des bibliothèques universitaires…

  1. Les fervents des logiciels libres et/ou open source voudront bien nous excuser de ne pas avoir employé l’outil uMap d’OpenStreetMap mais si la clé utilisée pour le libellé des calques fonctionne en mode édition, à l’enregistrement pour publication, uMap a toujours affiché le nom du calque et non la clé souhaitée… À preuve ici : https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/implantations-de-la-bibliotheque-nationale-de-fran_196714#6/51.021/2.000 []
  2. Cf. Accès à distance aux archives de l’internet dans les BDLI : mémento, [Paris] : Bibliothèque nationale de France, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/memento_acces_distant_archives_web.pdf>. []
  3. Cf. « Réunion des bibliothèques nationales », Wikipédia. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9union_des_biblioth%C3%A8ques_nationales>. []
  4. Les services constituant la Direction chargée des bibliothèques et de la lecture publique qui relevait du Ministère de l’Éducation nationale, depuis 1932, est passée en 1974 sous la responsabilité du Secrétariat d’État aux Universités sous le nom de Direction des bibliothèques et de la lecture publique (par décret n° 74-613 du 27 juin 1974). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Catalogue des monnaies celtiques, 2. Les monnaies à la croix

Le programme Catalogue des monnaies celtiques (CMC) initié dans le cadre du plan triennal de la Bibliothèque nationale de France (BnF), visait à établir un nouveau catalogue commun des collections nationales des monnaies celtiques conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) et au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (MAN).

Après la publication en 2014 du 1er volume du catalogue consacrée aux Arvernes (Centre de la Gaule), c’est désormais le deuxième volume qui est paru consacré aux monnaies à la croix.

Les monnayages à la croix constituent l’ensemble monétaire le plus abondant et le plus caractéristique de la Gaule méridionale. Un ouvrage sans précédent qui permet d’appréhender les pratiques monétaires en Gaule méridionale, et, plus largement, de saisir les réalités économiques, ethniques et territoriales des populations de l’âge du fer.

L’auteur, Eneko Hiriart1, est chargé de recherche au CNRS (IRAMAT-CRP2A, UMR 5060). Il a soutenue en 2014 une thèse de doctorat en Sciences Archéologiques (Ausonius, UBM), sous la direction de K. Gruel (DR. CNRS-ENS) et de Fr. Tassaux (PR. UBM) intitulée Pratiques économiques et monétaires entre l’Èbre et la Charente (IIIe-Ier s. a.C.).

L’ouvrage est coédité par la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Archéologie nationale, avec le concours du laboratoire AOrOc (CNRS-ENS, UMR 8546).

Cette série entend se substituer progressivement au catalogue publié en 1889 par Ernest Muret et Anatole Chabouillet2 en mettant à disposition les deux fonds nationaux les plus importants en France, pour au final constituer une collection de référence facilitant les identifications et publications des monnaies découvertes.

Informations pratiques

  • Description
    Broché, 356 pages, 2500 illustrations, 21 x 29,7 cm, 1510 g.
  • Date de parution
    16 novembre 2017
  • ISBN/EAN
    978-2-7177-2744-9 / 9782717727449
  • Prix
    65 €
  • Editeurs
    BnF Éditions
  • Distributeur
    BnF Éditions
  • Disponibilité
    Disponible

Enregistrer

Enregistrer

  1. Cf. sa page personnelle sur le site de son laboratoire, url : <http://www.iramat-crp2a.cnrs.fr/spip/spip.php?article260> []
  2. Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale, Paris : E. Plon, Nourrit et Cie, 1889, 1 vol. (XXVII-327 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5759384k> (version standard), <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3990745> (version interfoliée et annotée). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution de l’ouvrage : « Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire »

Stefan Lemny, chargé des collections d’histoire à la Bibliothèque nationale de France et spécialiste de l’histoire culturelle du XVIIIe siècle1 s’était attelé depuis plusieurs années à la biographie de l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie.


La biographie Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire est la première à montrer la personnalité de l’historien dans toute sa complexité, à partir de fonds d’archives inédits et notamment ceux de l’historien même. En effet, Stefan Lemny, a gagné au fil des ans toute la confiance d’Emmanuel Le Roy Ladurie au point que ce dernier lui ait accordé généreusement le droit de consulter ses volumineuses archives personnelles et professionnelles.

Au-delà de l’historiographie, la biographie explore la vie intellectuelle des soixante dernières années, dont Emmanuel Le Roy Ladurie fut un incontournable acteur et un précieux témoin comme en témoignent les superlatifs qui l’ont désigné : Historien de haut vol, magicien de l’histoire, historien total.

Né en 1929, auteur d’ouvrages majeurs, parmi lesquels Paysans de Languedoc (1966), Histoire du climat depuis l’an mil (1967) et Montaillou, village occitan (1975), il a marqué de sa pensée et de sa plume l’historiographie de la deuxième moitié du XXe siècle, qui a vu s’affirmer des courants novateurs comme l’École des Annales, l’histoire quantitative ou l’histoire du climat.

Cependant, si l’œuvre est essentielle, elle n’explique pas seule sa renommée exceptionnelle. Le rôle qu’il a joué dans le développement de plusieurs institutions prestigieuses – l’EHESS, le Collège de France, la BnF, l’Institut de France – n’y a pas moins contribué. À cela s’ajoutent la place particulière qu’il a occupée sur la scène médiatique, ses prises de position dans les débats de société et son combat en faveur des droits de l’homme dans les années 1970 et 1980, au plus fort du totalitarisme communiste.

Historien marqué par l’Occupation puisqu’en tant que fils de Jacques Le Roy Ladurie, secrétaire d’Etat à l’Agriculture et au Ravitaillement sous le Régime de Vichy, Emmanuel Le Roy Ladurie est aussi ce que Pierre Rigoulot a nommé un enfant de l’épuration2 ce qui peut constituer pour l’historien ce qu’Éric Conan et Henry Rousso considèrent comme un passé qui ne passe pas3. On le voit (cf. la table des matières ci-dessous), la biographie d’Emmanuel Le Roy Ladurie est aussi une histoire familiale, celle des Le Roy Ladurie qui l’ont précédé,  ainsi qu’une histoire intellectuelle et politique de la France depuis la montée des périls, l’engagement au sein du Parti communiste français4, l’anticolonialisme, jusqu’aux luttes contre les dérèglements climatiques.

Informations éditoriales

  • Description
    Broché, 570 pages, 15 x 23 cm
  • Date de parution
    14 février 2018
  • ISBN/EAN
    978 2 7056 9508 8
  • Prix
    28 €
  • Editeur
    Hermann
    Collection Hors collection
  • Disponibilité
    Disponible

Table des matières

Avant-propos
Abréviations utilisées

I. La saga d’une famille

Les ancêtres
Edmond Le Roy Ladurie, l’entrepreneur
Emmanuel Le Roy Ladurie, le capitaine
Gabriel Le Roy Ladurie, l’oncle énigmatique
Jacques Le Roy Ladurie, le père agriculteur et politicien

II. Une enfance normande

Villeray
Le collège catholique Sainte-Marie à Caen
Le premier voyage
Au collège Saint-Joseph
Le journal du débarquement
Le bachelier

III. Les années d’études parisiennes (1945-1953)

La khâgne

D’Henri-IV à Lakanal
Les maîtres et les camarades
La conversion idéologique

Le Normalien

1949, l’année des grandes épreuves
Les nouveaux maîtres
Le militant communiste
Le leader syndical
Du théâtre à la presse
Les études et les premières recherches
Les amitiés

IV. L’expérience languedocienne

Sous les drapeaux
« Les promesses d’un excellent professeur »
Désillusions communistes
La naissance de l’historien

L’historien « à mi-temps »
Le chercheur au CNRS
L’assistant universitaire

De nouvelles recherches politiques et militantes

L’Union rationaliste
Socialisme ou barbarie
Le Comité de défense des libertés et l’Union
de la gauche socialiste
Le Parti socialiste unifié

Les cercles de l’intimité

V. Une première décennie de vie scientifique à Paris (1963-1973)

Au Centre de recherches historiques

L’âge des grandes enquêtes
Un promoteur de la coopération internationale
L’expérience américaine
Chercheur et enseignant

Aux Annales
Le Mai 68 de l’historien
De la Sorbonne à Paris VII
Au CRH après 1973

VI. De l’histoire des paysans à l’histoire du climat

Les Paysans de Languedoc (1966) : une thèse qui fait date
L’historien du monde rural
L’historien du climat
L’historien, l’ordinateur et la plume

VII. Au Collège de France

Les étapes d’une élection
Le cours inaugural : « L’histoire immobile »
Cours, séminaires et recherches
Un militant de base FO
Dans la routine des élections
En campagne pour Roland Barthes, Gérard Genette,
François Furet, Maurice Agulhon, Marc Fumaroli
Invités de prestige
Les dernières années : Pierre Bourdieu, Daniel Roche

VIII. L’histoire d’un best-seller : Montaillou, village occitan,
de 1294 à 1324

Dans l’atelier de l’historien : naissance d’un livre
Les premières réactions
La légende du tirage : les éditions françaises
Un village français qui a conquis le monde :
les éditions étrangères
Le succès mondial : à la une de la presse écrite
Rencontres publiques, radio, télévision
De l’enseignement au tourisme
De la bande dessinée au cinéma
Dans le miroir de la critique savante
Expliquer l’inexplicable

IX. L’âge de la nouvelle histoire

Le Territoire de l’historien et la nouvelle histoire
Carnaval et révolte, amour et mort, sorcellerie
Histoire de France : L’État royal et L’Ancien Régime
Le triomphe de l’égo-histoire : Paris-Montpellier.
P.C.-P.S.U. (1945-1963)
L’historien journaliste
Parmi les historiens
L’historien au micro et à l’écran
Le devoir de mémoire

X. L’historien dans la Cité

L’historien comme chroniqueur du temps présent
L’historien face au pouvoir
« CIEL !! Mon mari… »
Dans les autres lieux du militantisme : le Centre Royaumont,
la fondation Saint-Simon, ATD Quart-monde…
Contre l’invasion de l’Afghanistan et les JO de Moscou
« Une nation fidèle à son histoire » : la Pologne
Pour la défense des droits de l’homme

Au « centre du totalitarisme » : l’URSS
Les pays de l’Est
Les « boat-people »
Le Moyen-Orient
Le totalitarisme de la « périphérie » : l’Amérique latine

L’école, l’université, l’enseignement de l’histoire
Pour l’Europe
La défense des libertés
Contre l’antisémitisme, le racisme, la xénophobie
Les marginaux : « Il faut faire quelque chose
pour ces malheureux »
Un combat sur (presque) tous les fronts

XI. À la tête de la Bibliothèque nationale

Un lecteur de longue date
La nomination d’un « administrateur d’exception »
De la BN à la BnF : la gestion d’une transition

La « BN bis » d’Emmanuel Le Roy Ladurie
La BN face à la « bibliothèque d’un type
entièrement nouveau »
La BN et la Bibliothèque de France : vers la fusion (1989-1992)
1993 : la dernière année de la BN

L’agenda du dernier administrateur général de la BN

En quête d’un « modèle idéal » de bibliothèque
Vers l’apaisement des conflits sociaux
Nouvelle direction, nouveaux chantiers
Enrichir, conserver et valoriser les collections patrimoniales
« Une fenêtre sur le monde » : le rayonnement de la BN
« Que n’aurais-je fait ! Toujours pour la BN »
Voeux pour le Nouvel an et adieux

Président du conseil scientifique de la BnF
Le retour du « lecteur de base »

XII. Le retour de l’historien à plein temps

De l’Académie française à l’Académie des sciences morales et politiques

Une cérémonie riche en symboles
L’activité de l’académicien

Le défi biographique : les Platter
Saint-Simon : une approche « essentiellement systématique »
Entrer dans un nouveau millénaire
L’âge des synthèses

Histoire de France des régions
Histoire des paysans français
Histoire humaine et comparée du climat
… et le combat de l’historien du climat

Une retraite active

Bibliographie sélective
Index des noms
Remerciements

  1. en particulier de la famille princière Cantemir. Nous renvoyons à sa bibliographie recensée à l’adresse url : http://production-scientifique.bnf.fr/CV/lemny-stefan. []
  2. Pierre Rigoulot, Les enfants de l’épuration, Paris : Plon, 1993, 1 vol. (532 p.). En vertu du jugement rendu le 1er juillet 1949 par la Haute Cour de Justice, Jacques Le Roy Ladurie bénéficia d’un non-lieu. Emmanuel Le Roy Ladurie s’est attaché à publier les mémoires de son père, Jacques Le Roy Ladurie, Mémoires (1902-1945), texte établi et présenté par Anthony Rowley et Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris : Flammarion, Plon, 1997. []
  3. Éric Conan et Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, [Paris] : Pluriel, DL 2013, 1 vol. (401 p.). []
  4. passé sur lequel Emmanuel Le Roy Ladurie, avec le franc-parler et le refus des tabous qui le caractérise a évoqué dans Paris-Montpellier : P.C.-P.S.U. [Parti communiste-Parti socialiste unifié], 1945-1963, [Paris] : Gallimard, 1982,  1 vol. (261 p.). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Sciences pour tous, 1850-1900

En écho à l’exposition Sciences pour tous, 1850-1900, présentée du 25 avril 2017 au 27 août 2017 sur le site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, un site web est publié à l’adresse url : http://expositions.bnf.fr/sciencespourtous/.

Sa direction scientifique a été  assurée par Michel Netzer, directeur du département Sciences et techniques, Marie Boissière, chargée de collections, département Sciences et techniques et Anne Boyer, chargée de collections, département Sciences et techniques.

Très iconographique, le site propose un accès chronologique :

  • années 1850 : création de nombreuses revues qui popularisent les sciences : Cosmos (1852), La science pour tous et l’Année scientifique et industrielle (1856).
  • 1863 : Jules Verne publie son premier roman : Cinq semaines en ballonw.
  • 1864 : création par Edouard Charton de la Bibliothèque des merveilles.
  • 1873 : création de la revue La Nature par Gaston Tissandier.
  • 1879 : Camille Flammarion publie son Astronomie populaire.
  • 1889 : Exposition universelle à Paris où les visiteurs découvrent la Tour Eiffel.
  • 1890-1891 : publication de La science amusante de Tom Tit qui aura de très nombreuses éditions jusqu’en 1914.

Un accès thématique fournit des entrées (diffusion, pédagogie, nature, médecine, voyage, techniques) permettant de consulter une importante iconographie commentée et des focus.

En complément une web série de 14 vidéos est également publiée : chaque épisode porte sur différentes thématiques retraçant l’histoire de la science populaire dans la seconde moitié du XIXe siècle, de la médecine à la chimie, en passant par l’hygiène et l’aéronautique.

Sciences dans les journaux.

La féerie scientifique.

Des vulgarisateurs engagés

Mademoiselle Lili.

La science amusante.

La vie sur Mars.

L’histoire d’une bouchée de pain.

L’hygiène pour tous.

Le livre d’or de la santé.

L’invention de l’automobile.

Un triste record.

Le roman scientifique.

L’invention du cinématographe.

Le Globe Céleste.

Par ces productions, la BnF contribue à sa façon à la stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle1.
  1. Remise de la Stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle, url : <http://www.culturecommunication.gouv.fr/Thematiques/Enseignement-superieur-et-Recherche/La-culture-scientifique-et-technique/Remise-de-la-Strategie-nationale-de-la-culture-scientifique-technique-et-industrielle>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Histoire de la BnF : Bibliothèque-musée de l’Opéra

Après la création du Comité d’histoire de la BnF,  certains de ses membres s’étaient attachés à publier des notices biographiques des différents directeurs de la Bibliothèque nationale du XIVe siècle à nos jours ainsi que des biographies des directeurs de départements « historiques » de la bibliothèque, à savoir les départements des Imprimés, des Périodiques, des Manuscrits, des Monnaies, médailles et antiques (directeurs du département des Monnaies, Médailles et Antiques depuis 1719 ; intendants et gardes du Cabinet des médailles des origines à 1753), et des Estampes et photographie.

Une lacune était à noter dans ce travail de nature prosopographique, paradoxalement le plus complet, celui de la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

Rappelons que la Bibliothèque-musée de l’Opéra est rattachée à la Bibliothèque nationale depuis 1935. Elle tire son origine de la bibliothèque et des archives de l’Opéra, créés en 1866, et du musée, ouvert au public en 1881.  À la création du département de la musique en 1942, la bibliothèque-musée de l’Opéra lui est rattachée. Bénéficiant auparavant d’une direction, elle est désormais un service du département de la musique dont le directeur actuel, auteur du travail prosopographique, était l’adjoint au directeur de la bibliothèque-musée de l’Opéra.

La Bibliothèque est installée dans l’ancien « Pavillon de l’Empereur » du Palais Garnier, destiné à Napoléon III. Situé dans l’aile occidentale du bâtiment, côté jardin, ce pavillon comprenait une rampe d’accès à une rotonde « à couvert » pour les voitures à chevaux. À l’étage supérieur, se trouvaient un salon et un fumoir, d’où le chef de l’État pouvait accéder à sa loge. Après la chute du Second Empire, cet espace fut cédé à la Bibliothèque-musée.

La configuration actuelle de la Bibliothèque-musée de l’Opéra date de 1991. La salle de lecture occupe le salon, les expositions temporaires la rotonde basse, et les collections permanentes du musée l’ancien fumoir.

Avec le lancement d’un nouveau site du Comité d’histoire de la BnF (http://comitehistoire.bnf.fr/), cette lacune est désormais comblée.

En sus, en guise d’addendum, nous proposons à la communauté des chercheurs, historiens et amateurs de l’histoire de la BnF, une liste des archives conservées à la BnF concernant la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BMO) et dont une partie reste conservée à la BMO.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Captation : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ?

Les captations de l’après-midi d’étude Tableaux de la France : géographie – L’héritage de Paul Vidal de La Blache (1845-1918) tenue en 2017,  sont mises en ligne.

Considéré comme le fondateur de la géographie moderne française jusque dans les années 70, Paul Vidal de La Blache en a renouvelé le champ scientifique, social, politique. Il a contribué au développement de la cartographie moderne avec la conception d’une soixantaine de cartes physiques, humaines et politiques qui seront utilisées dans toutes les écoles de France et d’un Atlas innovant. Son « Tableau » présentait une description inédite du paysage français et il a institutionnalisé une discipline universitaire nouvelle et indépendante de l’Histoire. Un siècle plus tard, la figure de la France a changé. Quel est aujourd’hui l’héritage de l’œuvre et de la pensée vidaliennes ? En quoi ont-elles été innovantes ?

Conférence du 14 novembre 2017 : La collection de cartes murales Vidal-LaBlache – Paul Vidal de la Blache : comment parler d’un territoire perdu ? Bernard Tassou, Olivier Loiseaux

51 min

Présentations

Olivier Loiseaux est Chef de service acquisitions et collections géographiques, au département des Cartes et plans.

Conférence du 14 novembre 2017 : Vidal de La Blache : quelles ouvertures contemporaines ? Marie-Vic Ozouf-Marignier, Marie-Claire Robic, Jean-Louis Tissier animée par Sylvain Allemand

91 min

Présentation

Le Tableau de la géographie de la France de P. Vidal de la Blache – Jean-Louis Tissier [fichier .pdf – 1356 Ko – 08/01/17 – 8 p.]

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Les monnaies de la Chine ancienne, des origines à la fin de l’Empire

Conservateur général en charge des monnaies orientales au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF jusqu’en 2015, François Thierry publie Les monnaies de la Chine ancienne, des origines à la fin de l’Empire (Les Belles Lettres, 2017).

Fort de 688 pages et abondamment illustré, cet ouvrage est destiné à devenir la synthèse indispensable pour quiconque s’intéresse aux développements de la monnaie en Chine depuis le Xe siècle avant J.-C. jusqu’à la fin de l’Empire, en 1911.

Dans cette somme, l’auteur confronte systématiquement aux données numismatiques les textes historiques et les découvertes archéologiques les plus récentes. Ce faisant, il dresse un tableau complet des monnaies en circulation, des usages de ce medium ainsi que des pratiques financières tout au long de l’histoire multiséculaire de la Chine.

Pour mémoire, François Thierry est notamment l’auteur des catalogues suivants  (cliquer sur les couvertures pour en savoir plus) :

 

Résultat de recherche d'images pour "bnf monnaie chine"  

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication de mélanges en l’honneur de Michel Amandry : Rome et les provinces, monnayage et histoire

A gauche, couverture de l’ouvrage ; à droite, Michel Amandry

Les amis, collègues et élèves de Michel Amandry, directeur honoraire du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (1991-2013) et président de la Société française de Numismatique (depuis 2014) ont souhaité l’honorer samedi 2 septembre 2017 par la remise d’un volume de mélanges intitulé Rome et les provinces, monnayage et histoire.  Dirigé par L. Bricault, A. Burnett, V. Drost et A. Suspène et édité chez Ausonius Editions (collection Numismatica Antiqua, vol. 7), ce gros ouvrage de plus de 450 pages ne contient pas moins de 31 articles qui font écho aux abondants travaux du spécialiste renommé – 19 pages ne suffisent pas à rassembler l’intégralité de sa bibliographie -, qu’il s’agisse de numismatique grecque, romaine, et surtout provinciale romaine.

PS : Rappelons que Michel Amandry a été directeur du département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France de 1991 à septembre 2013.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF lance un site consacré à son histoire

2018 est une année exceptionnelle pour la Bibliothèque nationale de France puisqu’elle marque les 20 ans de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François-Mitterrand), inaugurée le 7 octobre 1998 et les 650 ans de la création de la Bibliothèque.

L’anniversaire de l’ouverture de la bibliothèque de recherche sera notamment célébré par une exposition consacrée à la création du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Croquis réalisés en 1990 par Dominique Perrault pour le projet de la future Bibliothèque François-Mitterrand © Dominique Perrault architecte / ADAGP

Conçue par l’architecte lui-même, Dominique Perrault, elle permettra dans une scénographie originale de revenir sur la genèse de ce bâtiment emblématique.

Au-delà de cet anniversaire, si l’on admet communément que la naissance de la bibliothèque remonte à l’an 1368, date de l’installation par le roi Charles V de sa bibliothèque personnelle au Château du Louvre, c’est donc le 650e anniversaire de la création de la Bibliothèque que l’on fête également en cette année 20181.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et lance un site (http://comitehistoire.bnf.fr/) qui permettra de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, nationale de France…

Développé dans le cadre du plan quadriennal de la recherche 2016-2019, ce site propose des contenus sur l’histoire de l’Établissement et entend attirer les chercheurs en signalant des projets de recherche à mener.

La plateforme propose entre autres ressources appelées à s’enrichir :

Développé avec l’outil de gestion de contenu Drupal par Olivier Jacquot, coordonnateur à la recherche de la délégation à la stratégie et à la recherche, en charge de la documentation et diffusion numérique au sein du bureau du Comité d’histoire de la BnF, le site propose plusieurs moteurs de recherche dédiés à l’interrogation des importants ensembles documentaires qu’il propose :

  1. Ayant été dispersée en 1435, après la mort du roi Charles VI, une continuité de l’établissement se met davantage en place avec la reconstitution de la bibliothèque royale par Louis XI (1461-1483), après la guerre de Cent Ans []
  2. Précédemment consultable uniquement en intranet par le personnel de l’établissement. []
  3. En cours d’alimentation. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Bibliothèques d’écrivains : lecture et création, histoire et transmission

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  un publication impliquant la Bibliothèque nationale de France va pouvoir être publiée.

Issu d’un séminaire de recherche et d’un colloque international, le volume Bibliothèques d’écrivains : lecture et création, histoire et transmission contribuera de manière substantielle (près de 30 articles de spécialistes, chercheurs et conservateurs) à l’étude matérielle  et symbolique de la bibliothèque d’écrivain, ce lieu emblématique de la patrimonialisation de la littérature. L’originalité des approches réunies tient non seulement à l’ampleur du cadrage historique et géographique (du Moyen Âge à nos jours, de la Chine à l’Europe) mais aussi au déploiement des différentes facettes de la bibliothèque, à la fois instrument de transmission culturelle qui jette un pont entre collection personnelle et institution publique, instrument de création littéraire, artistique et philosophique où la lecture s’avère indissociable de l’écriture, mais aussi espace d’échanges intertextuels et intellectuels qui dessinent une véritable circulation des idées, des discours et des mots. Autant d’axes qui sont examinés dans les différents parties de l’ouvrage et qui font de la bibliothèque d’écrivain un lieu ouvert -une aire de partages, de passages et de tissages culturels.

Le volume éclaire des processus d’institutionnalisation et de transmission qui naviguent souvent entre espace public et privé, devenant miroirs à la fois des lieux communs de la littérature et des ressources rares liées à tel parcours d’esthète. Il aborde la dimension matérielle des collections étudiées, ce qui pose la question de la conservation et du devenir des livres, documents originaux lus par les créateurs qui ont pu y laisser des traces.

La publication qui devrait paraître avant l’été 2018 dans la collection « Biblioteca du Studi Francesi » de la maison d’édition turinoise Rosenberg et Sellier, assurera une diffusion et valorisation internationales à ce volume, consacré à cet objet de la patrimonialisation littéraire et artistique : cette collection est en effet issue de l’expérience de la prestigieuse revue Studi Francesi, fondée en 1957, et qui contribue depuis au rayonnement européen de la littérature et à l’histoire culturelles françaises.

Le volume constitue pour partie les actes du colloque international « D’une bibliothèque l’autre » organisé les 27-28 novembre 2014 qui a mis en lumière le rôle des bibliothèque matérielles – instruments de la constitution du patrimoine – dans le triple espace de la création littéraire et artistique, de l’élaboration de la pensée philosophique ou scientifique, et de la circulation des idées et des cultures.

 

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Api et jeux de données de la BnF : découvrez et utilisez les données de la BnF

Dans la continuité de sa politique d’ouverture des données, ce 23 novembre, la Bibliothèque nationale de France lance un nouveau portail donnant accès à ses API1 et ses jeux de données.

Le site web (http://api.bnf.fr/) a pour objectif de décrire et documenter l’ensemble des API qui permettent  d’interroger et de récupérer les métadonnées des catalogues et les collections numérisées de la BnF. Pour faciliter l’accès aux données et leur utilisation, des jeux de données (images et textes, métadonnées, statistiques) ont également été constitués et sont directement téléchargeables via le portail. Chaque API ou jeu de données y donne lieu à une présentation du contenu, une documentation technique, des précisions sur les droits d’utilisation et un accès direct aux données.

Le caractère ludique des ces données n’est pas à exclure car elles sont aussi mises à disposition pour que tout à chacun et notamment les chercheurs en humanités numériques les exploitent et inventent de nouveaux services ou fassent émerger de nouvelles problématiques liées aux données.

Vous trouverez notamment sur BnF API et jeux de données :

  • l’API d’affichage et de récupération des images de Gallica (IIIF), les API d’interrogation des métadonnées de Gallica et de BnF Catalogue général (SRU, Z39.50, OAI) et le sparql endpoint de data.bnf.fr,
  • des jeux de données qui constituent des extractions d’ensembles cohérents des catalogues (produits bibliographiques, dumps de data.bnf.fr),
  • des corpus documentaires réalisés dans le cadre de projets de recherche, par exemple les fichiers images et textes constitués dans le cadre du projet Europeana Newspapers,
  • des pages éditoriales (qui s’étofferont au fur et à mesure de l’avancée du projet) destinées à guider les utilisateurs dans la découverte et le choix des modes de récupération des données qui conviennent à leurs besoins.

Par cette publication, la BnF poursuit sa stratégie d’ouverture des données affirmée par l’adoption en 2014 de la Licence ouverte  pour l’ensemble de ses métadonnées, en structurant l’ensemble de son offre de diffusion de données. Il s’agit de simplifier ainsi l’accès à ces données et de susciter de nouveaux usages (alimentation de catalogues, création d’applications innovantes, fouille de données, datavisualisation, etc.) auprès de publics professionnels diversifiés (développeurs et développeuses, entrepreneurs et entrepreneuses, acteurs et actrices de la culture et de la chaîne du livre, chercheurs et chercheuses, digital humanists) ou tout simplement des amateurs et amatrices de culture.

Cependant, des conditions d’utilisation des données décrites et accessibles sur le portail BnF API et jeux de données sont différentes selon qu’il s’agit de métadonnées (Licence ouverte de l’Etat) ou de documents numérisés (conditions d’utilisation de Gallica). Pour certaines API et jeux de données fournis par des partenaires, des conditions d’utilisation spécifiques peuvent s’appliquer. Sur chaque page décrivant une API ou un jeu de données, la fiche technique précise la licence d’utilisation des données concernées.

L’ensemble des métadonnées décrivant les collections de la BnF (notamment les métadonnées de BnF Catalogue général, de BnF Archives et manuscrits, de Gallica, de data.bnf.fr) sont placées sous « Licence ouverte » de l’Etat.

Les métadonnées sont ainsi mises à disposition gratuitement, pour tout type de réutilisation, y compris commerciale, avec obligation de citation de la source. Il s’agit de promouvoir l’usage de données de référence et de qualité, sur le web, à des fins de mutualisation, de coopération et d’interopérabilité juridique, tout en permettant le suivi de ces réutilisations.

Les documents numérisés et accessibles sur la bibliothèque numérique Gallica sont soumis aux conditions d’utilisation de Gallica.

Ces documents sont pour la plupart des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF. Ces contenus sont considérés, en vertu du code des relations entre le public et l’administration, comme étant des informations publiques et leur réutilisation s’inscrit dans le cadre des dispositions prévues aux articles L. 321-1 à L. 327-1 de ce code :

  • La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source des contenus telle que précisée ci-après : « Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France » ou « Source gallica.bnf.fr / BnF ».
  • La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l’objet d’une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service ou toute autre réutilisation des contenus générant directement des revenus. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

Pour en savoir plus sur les conditions d’utilisation de Gallica.

Pour tout renseignement qui ne trouverait pas sa réponse sur le portail, vous pouvez adresser un courriel à l’adresse suivante : coordination-bibliographique@bnf.fr

À vous de jouer !

  1. Application Programming Interface, https://fr.wikipedia.org/wiki/Interface_de_programmation []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

data.bnf.fr pour les nuls

Mis en ligne en 2011, data.bnf.fr permet de rendre les ressources de la BnF plus visibles des internautes et plus utiles sur le web. Ce site s’inscrit dans une démarche de la BnF d’ouverture des données et d’adoption des standards du web sémantique. Conçu sur le modèle FRBR, ce service permet de rassembler sur des pages web l’ensemble des ressources de la BnF sur un auteur, une œuvre ou un thème. Les données brutes de data.bnf.fr sont sous Licence ouverte de l’Etat.

data.bnf.fr couvre aujourd’hui une partie des ressources de la BnF, et poursuit son développement et son accroissement.

Dans l’univers croissant du Web de données, les chercheurs qui développent des portails documentaires ne manqueront pas d’être intéressés par les données fournies par data.bnf.fr, soit :

  • des URI pour les ressources, actionnables et pérennes ;
  • une exposition RDF en « Linked open data » pour les données de data.bnf.fr, disponible pour chaque page (par négociation de contenu) et pour toute la base ;
  • un service SPARQL endpoint pour interroger les données.

Par ce biais, la BnF s’inscrit dans l’environnement des données liées avec de nouvelles coopérations et partenariats dans et hors de la communauté des bibliothèques.

Pour tout savoir sur data.bnf.fr en 2 minutes 42, voici une vidéo :

Data BnF gathers BnF resources and external resources on pages devoted to an author, a work, a subject, a year or a place. The project intends to make the data produced by Bibliothèque nationale de France more useful on the Web, thanks to open data policy and the use of semantic web standards.

Pour les équipes de recherche qui souhaiteraient se lier à des données validées de la BnF ou mener des travaux de fouille de texte, signalons que le contenu RDF de data.bnf.fr est récupérable en totalité ou par type de ressource.

Sinon il est possible de récupérer un produit à façon via SPARQL, comme par exemple les 100 auteurs les plus étudiés. Des exemples de requêtes sont fournis dans le Guide SPARQL (en français) ou en anglais (BnF SPARQL guide).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts