Archives de catégorie : Publications

Parution : L’atelier de Christine de Pizan

Christine de Pizan, Cent balades d'amant et de dame - 1400-1410 - BnF, Département des Manuscrits
Christine de Pizan, Cent balades d’amant et de dame – 1400-1410 – BnF, Département des Manuscrits

Inès Villela-Petit, chargée de collections, médailles, monnaies byzantines et monnaies de l’Orient latin à la BnF, archiviste paléographe, diplômée de l’École du Louvre, conservatrice du patrimoine, poursuit des recherches sur les arts de l’époque de Charles VI dite « Gothique International » et les pigments de la peinture médiévale. Elle est l’auteur d’études sur les Très Riches Heures du duc de Berry, le Livre de chasse de Gaston Fébus, les Heures du maréchal Boucicaut, le Bréviaire de Châteauroux, et elle a contribué à l’Album Christine de Pizan (2012).

Femme de lettres sans pareille parmi les auteurs du début du XVe siècle, engagée dans les débats littéraires et politiques de son époque, Christine de Pizan s’est illustrée comme poétesse, critique, moraliste, théoricienne et biographe. Créant son propre atelier de copie, elle tint le rôle de libraire (au sens médiéval d’éditeur) pour multiplier les exemplaires de ses œuvres et en assurer la diffusion et le succès. Pas moins de cinquante-quatre manuscrits originaux, autographes ou corrigés de sa main, en témoignent.

Christine de Pizan se révèle aussi une remarquable narratrice, à travers ses textes mais aussi les cycles d’images qu’elle conçoit pour les illustrer et séduire son lecteur. Son imagination féconde est à l’origine de compositions nouvelles qui marquent encore l’imaginaire contemporain, telle la « cité des dames ».

Dans cet ouvrage, Inès Villela-Petit, historienne de l’art et spécialiste de l’enluminure médiévale, nous emmène dans les coulisses de la création christinienne. L’étude des brouillons d’auteur, l’encre et le parchemin, l’ornement de la page par filigranes et vignetures, les « histoires » en peinture et les reliures au décor animalier livrent une très riche moisson pour l’histoire du livre. Inès Villela-Petit replace ici l’atelier de Christine de Pizan dans son contexte matériel, sa culture et la société du temps, suivant pas à pas la réalisation du manuscrit de l’achat des matières premières jusqu’à la remise du livre à la reine.

Informations pratiques

  • Description : broché, 144, 53 illustrations, 16,5 x 24 cm
  • Date de parution : 19 novembre 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2852-1 / 9782717728521
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Prix : 29 €
L’atelier de Christine de Pizan
L’atelier de Christine de Pizan
L’atelier de Christine de Pizan #1
L’atelier de Christine de Pizan #2

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Le siècle de Labrouste : un élève, un ami, un maître

Au cours de deux plans triennaux de la recherche successifs, le département des Estampes et de la photographie de la BnF a mené un important chantier de mise en valeur de ses fonds d’architectes français du XIXe siècle. Un premier programme s’est attaché en particulier au traitement des fonds des architectes Henri Labrouste, Jacques-Denis Antoine et Paul Abadie : restauration et microfilmage partiels en particulier pour les grands formats et certains calques très fragiles. Mais une bonne partie de ces fonds restait à inventorier, conditionner, restaurer, et décrire.

Dans la perspective du Projet Richelieu, un programme fut spécifiquement consacré à la personnalité d’Henri Labrouste (1801-1875), architecte de la Bibliothèque nationale de 1854 à 1875. Il a permis de classer et inventorier (dessins, manuscrits, objets, etc.) entièrement ce fonds d’une richesse unique, comme cela peut être constaté grâce à la numérisation opérée pour la bibliothèque numérique Gallica.

Après la publication de l’ouvrage portant sur le quadrilatère Richelieu. Quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris en 2017, paraissent désormais les actes du colloque Henri Labrouste et son temps que la BnF avait consacré à l’architecte.

Elle est l’oeuvre de Marc Le Cœur, qui menait les programmes mentionnés sous la direction de Corinne Le Bitouzé, et de Jean-Philippe Garric.

Argument

Auteur de deux réalisations magistrales, la bibliothèque Sainte-Geneviève et la Bibliothèque nationale, Henri Labrouste (1801-1875) présente à la fois l’image d’un enfant prodige du système – pensionnaire de la villa Médicis, chef d’atelier, puis membre de l’Institut – et celle d’un artiste en marge, introverti et indocile.
Si l’historiographie a parfois souligné leur portée novatrice, notamment dans l’emploi qu’il fit du métal, sa démarche et son œuvre s’enracinent pourtant dans son siècle, que l’architecte semble avoir traversé en trois temps : à l’École, puis à Rome, il est d’abord Labrouste jeune, au mitan de son parcours, il gagne un prénom, orthographié parfois « Henry », enfin, dans ses dernières années, son nom seul suffit à le désigner.
Ce livre reflète ces trois grandes séquences, qui impliquent aussi trois générations successives : celle de ses maîtres, architectes d’un autre siècle qui, de Charles Percier à Antoine Laurent Thomas Vaudoyer, portèrent l’architecture Beaux-Arts sur les fonts baptismaux, celle de ses condisciples et de ses compagnons, souvent qualifiée de « génération romantique », celle, enfin, de ses nombreux élèves et de ses enfants, qui connaîtront les développements du béton armé et les prémices des mouvements modernes. De sorte que, des années 1780, où se dessine la gloire de ses aînés, jusqu’à la fin des années 1920, où sa fille publie ses « souvenirs » et parachève sa légende, les essais réunis ici inscrivent l’architecte dans un très long XIXe siècle, mais aussi dans un paradoxe. Labrouste, considéré à juste titre comme l’un des enfants les plus audacieux des Beaux-Arts, y apparaît moins comme une figure singulière que comme le fil conducteur d’une histoire qui lie les derniers feux de l’Académie royale d’architecture aux élans de l’entre-deux-guerres.

Essais de Corinne Bélier, Martin Bressani, Hervé Doucet, Fabienne Doulat, Jean-Philippe Garric, Ralph Ghoche, Marie-Agnès Gilot, Marc Grignon, Guy Lambert, Marc Le Cœur, Sigrid de Jong, Natacha Lubtchansky, Caroline Soppelsa & Estelle Thibault.

Sommaire

Introduction

  • Un élève, un ami, un maître, par Jean-Philippe Garric et Marc Le Cœur

Les années de formation

  • De maître à élève : Augustin Nicolas Caristie et Henri Labrouste. Correspondance, 1822-1826, pat Marie-Agnès Gilot
  • Henri Labrouste, l’Étrusque. De l’Antiquité rêvée à l’archéologie, par Natacha Lubtchansky
  • Le progrès vers le primitif : le mémoire de Labrouste sur Paestum en perspective, par Sigrid de Jong
  • Le monument à La Pérouse : Labrouste et le topos d’un tombeau face à la mer, par Jean-Philippe Garric

L’œuvre dans son époque

  • Labrouste et la prison, par Caroline Soppelsa
  • « Que nos constructions conservent le caractère d’étais ». Labrouste, architecte attaché à la Commission des monuments historiques, par Corinne Bélier
  • Le monument funéraire comme paradigme du rapport au passé chez Labrouste, par Martin Bressani et Marc Grignon
  • Guillaume Abel Blouet et Labrouste, regards croisés, par Fabienne Doulat
  • « Un art nouveau complet ». On Simon Claude Constant-Dufeux’s Project for a Chamber of Deputies, par Ralph Ghoche

Labrouste en partage

  • « Mon cher maître et ami… » Parcours croisés de Labrouste et de ses élèves, par Marc Le Cœur
  • Entre Labrouste et Viollet-le-Duc, Gustave Klotz architecte de l’œuvre Notre-Dame à Strasbourg, par Hervé Doucet
  • Labrouste dans la généalogie des maîtres. Voies divergentes du rationalisme et conflits de mémoire académique dans la rénovation de l’enseignement de l’architecture à la fin du XIXe siècle, par Guy Lambert
  • Le rationalisme des enfants de Labrouste, par Estelle Thibault
  • Chronologie
  • Bibliographie
  • Index nominum

Information pratiques

  • Le Siècle de Labrouste. Un élève, un ami, un maître,
  • Dir. Jean-Philippe Garric, Marc Le Cœur
  • Paris : Éditions des Cendres, 2020
  • 1 vol. (284 p.) : ill. ; 24 cm
  • ISBN 978-2-86742-297-3
  • Prix : 42 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

De nouveaux carnets de recherche Hypothèses à la BnF

Fondée en 2009, la plateforme Hypothèses (https://fr.hypotheses.org/) de carnets en sciences humaines et sociales regroupe plusieurs milliers de blogs d’une grande variété de types. Le catalogue recense ainsi des carnets de programmes de recherche (973 au jour de la publication de ce billet), des carnets de chercheurs, de structures de recherche, de séminaires, de thèse, de vulgarisation, de master mais aussi de bibliothèques, de méthodologie, etc.

Certains départements de la Bibliothèque nationale de France ont adopté l’outil pour valoriser leurs collections et leurs activités scientifiques1.

Comme cela est le cas pour de plus en plus de programmes de recherche, les porteurs des programmes du plan quadriennal de la recherche de la BnF2 se saisissent de cette opportunité offerte par OpenEdition pour publier des carnets.

En voici le recensement :

Répertoire des Écritures Musicales du Département de la Musique

Ce programme vise à réaliser une base de données pour l’indexation des manuscrits musicaux conservés au département de la Musique de la BnF. La base de données sera dotée d’un outil de fouille automatique des images qui sera en mesure de proposer des concordances entre un manuscrit donné et ceux présents dans la base.

La Bibliothèque nationale sous l’Occupation. Des sources pour l’histoire du livre et des collections entre 1940 et 1946

Ce projet a pour but la description et l’étude des archives de l’établissement portant sur le fonctionnement administratif de la Bibliothèque nationale et l’enrichissement des collections (dons, échanges, acquisitions) de l’arrivée de Bernard Faÿ, le 6 août 1940 au retour effectif de Julien Cain à la tête de l’établissement, début 1946.

Les Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Histoire éditoriale, analyse iconographique, valeur iconotextuelle

Ce projet de recherche a pour objet l’histoire éditoriale et l’analyse iconographique de l’ouvrage Les Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré, publié chez Pierre-Jules Hetzel, en 1861, dont les différentes éditions et rééditions françaises et étrangères, sont conservées dans les collections du département Littérature et art, ainsi qu’à la Réserve des livres rares de la BnF.

  1. Ceux-ci sont listé dans la rubrique « Carnets collectifs » dans la navigateur situé à la droite de cette page. []
  2. Dispositif interne de financement de programmes de recherche sur 4 ans qui compte, pour l’exercice 2020-2023, 9 programmes. Voir : Plan quadriennal de la recherche 2020-2023. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : les Grandes Heures d’Anne de Bretagne

C’est l’un des plus célèbres manuscrits au monde : enluminées au début du XVIe siècle par le peintre du roi Jean Bourdichon, les Grandes Heures d’Anne de Bretagne éblouissent par la beauté de leurs miniatures religieuses mais aussi par la richesse de leur décor végétal, sorte d’encyclopédie botanique en marge d’un texte destiné à la dévotion.

Sommaire

Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne

Duchesse de Bretagne, deux fois reine de France, Anne était entourée d’une cour brillante où ses collections artistiques tenaient une place centrale. Trouvant son origine dans le trésor des ducs de Bretagne, cet ensemble n’eut de cesse de croître, par achats, cadeaux ou héritages. Les Grandes Heures en sont un joyau, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France. Les peintures de Bourdichon y sont portées à un très haut niveau, avec de forts effets de lumière (atmosphères nocturnes, couchers de soleil, lanternes) et des personnages à la beauté idéalisée et sculpturale. Mais ce sont aussi les bordures qui ont fait la renommée de ce manuscrit, que le botaniste Antoine de Jussieu a sollicité l’autorisation royale de consulter en 1722 : on y retrouve des centaines de variétés végétales et quantité d’insectes et de petits animaux représentés de façon réaliste.

Auteur : Maxence Hermant, conservateur, département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France, p. 4-29.

Portfolio

Nativité, Adoration des mages, Fuite en Egypte, calendrier, saints et saintes, pages florales, insectes et petits animaux… : ce portfolio reproduit 32 des plus belles pages du manuscrit et donne à apprécier l’art de Bourdichon à son sommet.

Auteur : Maxence Hermant, conservateur, département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France, p. 30-61.

Nouvelles de l’enluminure

Manuscrits enluminés de la collection Calouste Gulbenkian. Tarots enluminés au musée français de la Carte à jouer à Issy-les-Moulineaux. Trésors du duc d’Aumale à Chantilly.

Auteurs : Albert Châtelet ; François Avril, Conservateur général honoraire, département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France, p. 62-64.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : De la BN à la BNF : chronique de la Grande bibliothèque (1987-1991) : entretiens

De la BN à la BNF : chronique de la Grande bibliothèque (1987-1991) : entretiens
De la BN à la BNF : chronique de la Grande bibliothèque (1987-1991) : entretiens

La Bibliothèque nationale de France (BnF) se dresse aujourd’hui sur plus de sept hectares entre la Seine et le réseau ferré de la gare d’Austerlitz. Ses quatre tours, visibles de tous les coins de la capitale, constituent un des hauts lieux touristiques du paysage culturel français. Mais sa construction n’aura pas été un long fleuve tranquille. Entre la vieille Bibliothèque nationale de la rue Richelieu – alors dirigée par l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie – et le projet élyséen d’une très grande bibliothèque (TGB) inscrite dans la suite des Grands Travaux, vont s’enchaîner polémiques, luttes intestines et manœuvres en tous genres.

En effet, le projet de transférer une partie des collections de la BN vers le futur site va être vécu, rive droite, comme un véritable casus belli en même temps qu’une mort annoncée. Comment l’idée de cette bibliothèque futuriste, dotée de toutes les vertus de la modernité, va-t-elle évoluer au fil des événements pour devenir la nouvelle Bibliothèque nationale ? C’est à cette question, et à quelques autres, qu’Emmanuel Le Roy Ladurie répond ici pour la première fois.

Réalisés entre 1987 et 1991, ces entretiens nous offrent un document exceptionnel sur le fonctionnement d’une institution culturelle et ses enjeux politiques, en l’occurrence une bibliothèque nationale tout à la fois lieu de transmission et de conservation patrimoniale. Un terrain familier pour cet historien de l’Ancien Régime qui ne s’interdit nullement, au fil des pages, quelques digressions sur son oeuvre, sa jeunesse militante, sa famille et plus largement la discipline historique.

Informations pratiques

  • Editeur : Paris : l’Harmattan, 
  • Date de publication : 11 décembre 2018
  • Description matérielle : 1 vol. (272 p.) ; 24 cm
  • ISBN : 978-2-343-15450-3
  • EAN13 : 9782343154503
  • EAN PDF : 9782140107634
  • Disponible dans les salles de lectures de la BnF : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb45636997z
4e de couv.
4e de couv.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200

La Bibliothèque nationale de France a le plaisir d’annoncer la parution d’une publication menée dans le cadre du programme « France-Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 », soutenu par la Fondation Polonsky.

Bibliologia 57

Argument

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, fondation dont l’objectif est de favoriser l’accès au patrimoine culturel du plus grand nombre, la Bibliothèque nationale de France et la British Library ont noué un partenariat inédit dans le domaine des manuscrits médiévaux autour d’un programme intitulé « France-Angleterre 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». Il concerne 800 manuscrits, conservés pour moitié à la BnF pour moitié à la British Library, qui ont été sélectionnés en fonction de leur importance pour l’histoire des relations franco-anglaises au Moyen Âge, ainsi que pour leur intérêt artistique, historique ou littéraire. Produits entre le VIIIe et la fin du XIIe siècle, ces manuscrits couvrent des domaines très variés représentatifs de la production intellectuelle du haut Moyen Âge et de l’époque romane.

À l’occasion du lancement officiel des deux sites web réalisés dans le cadre du programme, la bibliothèque numérique « Gallica marque blanche » qui réunit tous les manuscrits du corpus et permet leur comparaison (BnF)1 et un site web à visée pédagogique proposant d’explorer une sélection de manuscrits (BL)2, un colloque international organisé par la BnF s’est tenu les 21-23 novembre 20183. Rassemblant différentes contributions consacrées aux manuscrits du corpus Polonsky et réparties en trois thématiques – histoire de l’art, acteurs et histoire des textes –, ces actes jettent un regard renouvelé sur les échanges culturels entre France et Angleterre au Moyen Âge, abordés dans une perspective interdisciplinaire.

Sommaire

Laurence Engel et Roly Keating
Préface

Charlotte Denoël et Francesco Siri
Introduction

HISTOIRE DE L’ART

Anne-Orange Poilpré
L’iconographie des Évangiles de saint Augustin et leur postérité?

Fabrizio Crivello
Prolégomènes à l’étude de l’enluminure carolingienne de Sens. À propos de la décoration du Sacramentaire Harley MS 2291-2292 de la British Library

Elizabeth Morrison
Founding a Visual Tradition for the Bestiary: London, British Library, Add MS 11283

Hanna Vorholt
The Ruled Line and the Drawn Line in Medieval Maps

ACTEURS

Stéphane Lecouteux
Les moines et leurs livres au Moyen Âge. Échanges spirituels, intellectuels, culturels et artistiques dans l’espace anglo-normand (Xe-XIIe siècle)

Benjamin Pohl
Who wrote Paris, BnF, latin 2342? The identity of the Anonymus Beccensis revisited

Richard Gameson
The Apostle of the English in a Manuscript from Flanders and English and Flemish Benedictine Libraries in the Twelfth Century

Laura Cleaver
Ralph of Diceto’s Opuscula and the Making of History at the End of the Twelfth Century

Emily A. Winkler
William of Newburgh, Henry II, and the Kings of France

HISTOIRE DES TEXTES

Laura Light
Genealogies, Chronicles, and the Interpretation of Hebrew Names: The Foigny Bible in Context

Laura Albiero
Interférences liturgiques entre la France et l’Angleterre

Lucile Trân-Duc
Échanges cultuels entre France et Angleterre (XIe-XIIe siècles): le manuscrit Paris, BnF, latin 5362

Frédéric Duplessis
La diffusion des scholies auxerroises sur Juvénal en Angleterre avant la conquête normande (IXe-XIe siècles)

Franck Cinato
La diffusion des signes de construction syntaxique entre la France et l’Angleterre

Monica H. Green
Medicine in France and England in the Long Twelfth Century: Inheritors and Creators of European Medicine

Laure Miolo
La Scientia stellarum entre la France et l’Angleterre

Informations pratiques

  • Editeurs : Charlotte Denoël, Francesco Siri
  • Description matérielle : 1 vol. (448 p.) : 10 ill. + 101 ill. en coul., 22 tableaux, 216 x 280 mm
  • Date de parution : 2020
  • ISBN : 978-2-503-58772-1
  • Langues : Français, Anglais
  • Prix : 90 €
  1. Voir : <https://manuscrits-france-angleterre.org/>. []
  2. Voir : <https://www.bl.uk/fr-FR/medieval-english-french-manuscripts>. []
  3. Voir : <https://www.youtube.com/watch?v=zF-gW-QW1q0> et <https://www.youtube.com/watch?v=nYIcvn_BSbE> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau carnet de recherche : La Bibliothèque nationale sous l’Occupation

Un certain nombre de programmes de recherche menés par la Bibliothèque nationale de France (BnF) se saisit de l’opportunité offerte par l’OpenEdition Center (CLEO) pour créer des carnets de recherche sur la plateforme Hypotheses (https://hypotheses.org/) afin de rendre compte des étapes de la recherche en train de se faire, susciter des collaborations et annoncer manifestations, séminaires ou publications.

Ce fut ainsi le cas des carnets cités ici même dans le navigateur de droite.

Aujourd’hui nous avons le plaisir d’annoncer la publication du carnet de recherche du programme de recherche du plan quadriennal de la BnF : ARC-BN2GM : La Bibliothèque nationale sous l’Occupation : des sources pour l’histoire du livre et des collections entre 1940 et 1946.

https://arcbn2gm.hypotheses.org/

Le carnet a pour but de présenter le projet et son déroulement et de faire part des découvertes et des questionnements autour des méthodes de traitement archivistiques ou de problématiques historiographiques. Il se veut également un espace de dialogue entre professionnels (archivistes, bibliothécaires, chercheurs, étudiants…) intéressés par cette histoire et/ou notre démarche.

Les contributions sont ouvertes à tous après contact avec le comité éditorial : chercheur s’intéressant à l’histoire des bibliothèques, des archives et du monde culturel en général pendant cette période, chercheur associé, partenaire…

Tout jeune carnet, celui-ci affinera progressivement les aspects éditoriaux entre des sujets plus historiques et des problématiques plus archivistiques.

Le carnet de recherche est une oeuvre collective impliquant :

  • Anne Leblay-Kinoshita, cheffe de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives
  • Éve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • Aurélie Outtrabady, adjointe à la cheffe de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • Anaelle Lahaeye, assistante de recherche à la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives, Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • Yann Potin, maître de conférences associé à l’université Paris Nord (Histoire du droit) et chargé d’études documentaires au pôle Culture, département Éducation, culture, Affaires sociales des Archives nationales (AN)
  • Juliette Robain, responsable des imprimés anciens et estampes anciennes, département de la bibliothèque et de la documentation, Institut national d’histoire de l’art (INHA)
  • Juliette Trey, directrice adjointe du département des études et de la recherche, Institut national d’histoire de l’art (INHA)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Enquêtes à la BnF : la BnF et vous

La BnF et vous
La BnF et vous

Depuis plus de 25 ans, la BnF conduit des études pour connaître ses publics. Il s’agit de comprendre les profils des lecteurs qui consultent les collections et la façon dont sont valorisées nos ressources. Tous les trois ans, une large enquête est reconduite par questionnaire : vous pouvez prendre de 10 à 30 minutes (en fonction de ce que vous faites à la BnF !) pour y répondre, ou consulter ce billet pour en savoir plus sur cette activité de la délégation à la Stratégie et la recherche de l’établissement.


Que nous ont appris les dernières  enquêtes menées auprès des publics de la Bibliothèque ?

Elles dessinent en creux les profils, variés, des usagers de la Bibliothèque : ainsi, les gallicanautes seraient les publics les plus âgés de la BnF, les trois-quarts des lecteurs en salle disent venir au moins une fois par semaine, et plus de la moitié des visiteurs d’exposition, même ceux pourtant plus jeunes de l’exposition Tolkien, déclarent avoir fait des études longues. Bien sûr, il importe d’approfondir au moyen d’approches qualitatives ces quelques traits. Ainsi, la BnF questionne-t-elle ses publics sur les souvenirs de leurs premières visites, leur exploration des ressources ou encore les utilisations des productions en ligne dans le milieu scolaire. Deux sociologues de l’établissement réalisent chaque année des entretiens, des observations, des analyses de traces, en fonction des demandes des services ou en tenant compte de problématiques émergeantes, avec le concours de prestataires ou d’équipes de recherche. Une synthèse des études conduites au cours des 25 dernières années est disponible ici.

Une enquête phare : « l’Observatoire des publics »

Parmi ces démarches, l’Observatoire des publics est une vaste enquête par questionnaire reconduite tous les trois ans pour cartographier les multiples usages des offres et services de l’institution. En 2020, cette enquête est administrée principalement en ligne et s’attache plus particulièrement à comprendre les pratiques documentaires des enquêtés, qu’ils soient visiteurs d’expositions, habitués des manifestations, chercheurs en salle de lecture, usagers des ressources en ligne ou lecteurs des publications de la BnF sur les réseaux sociaux. Répondre à l’enquête, même pour des usagers éloignés ou occasionnels, nous permet de mieux prendre la mesure des diversités de pratiques. Les données anonymement recueillies seront ensuite analysées pour les  comparer avec les résultats des  enquêtes précédentes, repérer les transformations à l’œuvre dans les usages mais aussi identifier les principales attentes et enfin s’en servir pour faire évoluer nos offres et services.

Les chercheurs qui souhaiteraient conduire tout ou partie d’un travail sociologique prenant la BnF comme terrain de leur recherche peuvent bien sûr contacter Irène Bastard ou Floriane Zaslavsky pour envisager une collaboration.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution mise à jour : Protection et mise en valeur du patrimoine des bibliothèques : recommandations techniques

En 1998, la Direction du livre et de la lecture avait assuré la coordination technique et la publication de l’ouvrage Protection et mise en valeur du patrimoine des bibliothèques : recommandations techniques.

Quelques décennies plus tard, le Service du livre et de la lecture a estimé que cet ouvrage de référence pour les professionnels nécessitait un important travail de refonte et/ou de mise à jour de certains chapitres (devenus obsolètes) et de rédaction de nouveaux textes portant sur des sujets et problématiques nouveaux, ou non traités dans l’ouvrage de 1998.

Assurant la coordination technique du projet, le Service du livre et de la lecture a constitué un groupe de travail chargé de mettre en œuvre et de coordonner le volet scientifique, avec l’aide de la Bibliothèque nationale de France. Tous les textes ont été rédigés par des experts en poste dans cette institution de référence en matière de conservation-restauration du patrimoine des bibliothèques.

Ce travail a été réalisé entre 2016 et 2019 par divers collègues de la Bibliothèque nationale de France sous la coordination de Philippe Vallas, adjoint au directeur du Département de la Conservation et celle d’Isabelle Bonnard, expert en restauration au sein du département, pour la partie restauration.

Certaines problématiques sont nouvelles par rapport aux recommandations initiales (conservation numérique plan d’urgence), voire inédites (désacidification).

Accès au document

Plusieurs textes sont consultables en ligne, sur les sujets suivants :

  • Dépoussiérage et entretien des fonds anciens, rares et précieux. 371 Ko

DÉPOUSSIÉRAGE ET ENTRETIEN DES FONDS ANCIENS.PDF

  • La désacidification de masse des documents écrits et graphiques. 413 Ko

DÉSACIDIFICATION DE MASSE.PDF

  •  La communication des documents patrimoniaux. 309 Ko

COMMUNICATION DES DOCUMENTS PATRIMONIAUX.PDF

  • La conservation des documents audiovisuels. 230 Ko

CONSERVATION DES DOCUMENTS AUDIOVISUELS.PDF

  •  La conservation des journaux. 698 Ko

CONSERVATION DES JOURNAUX.PDF

La reproduction de sauvegarde des documents patrimoniaux (3 sous-parties)

  • Numérisation et conservation. 281 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – NUMÉRISATION.PDF

  • La préservation numérique. 345 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – PRÉSERVATION NUM.PDF

  • Micrographie et conservation au XXIe siècle. 132 Ko

LA REPRODUCTION DE SAUVEGARDE – MICROGRAPHIE.PDF

  • La planification d’urgence et des interventions pour la sauvegarde des collections de bibliothèque. 694 Ko

PLANIFICATION D’URGENCE.PDF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La recherche à la BnF

Publication d’un document de synthèse sur la stratégie et l’organisation de la recherche à la BnF

La recherche à la BnF : couverture
La recherche à la BnF : couverture

Dans la continuité d’un séminaire autour de l’activité scientifique de la BnF tenu en octobre 2018, l’année 2019 a été consacrée à mettre en œuvre une série d’actions destinées à mieux soutenir et rendre plus lisible l’activité de recherche au sein de l’établissement, notamment en formalisant dans un document de référence, la stratégie et l’organisation de la recherche à la BnF.

Fruit d’un an de travail, et de plusieurs consultations internes et externes, La recherche à la BnF est le premier document de synthèse sur les enjeux et l’organisation des activités de recherche, individuelles et collectives, à la BnF. Apportant des repères aux encadrants comme à tous les personnels concernés, il permet également de présenter à ses publics et partenaires scientifiques les enjeux et l’organisation de la recherche que conduisent en propre ses personnels scientifiques (près de 200 engagés dans des projets de recherche) : une recherche partenariale et ouverte sur les problématiques contemporaines.

Structuré en quatre grandes parties, le document a pour objectifs :

  1. d’inscrire la recherche dans l’histoire longue de la Bibliothèque et en rappeler la finalité, en cohérence avec ses missions fondamentales ;
  2. d’organiser cette activité en grands domaines thématiques et en donner des exemples concrets dans les problématiques de recherche les plus contemporaines ;
  3. de préciser la manière dont cette recherche se vit à la Bibliothèque, à la croisée des activités collectives et individuelles ;
  4. de définir une politique de diffusion de ses résultats, incluant la gestion des données.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication des instruments de recherche de la Joie par les livres/Centre national de littérature pour la jeunesse

Dépliant diffusé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives
Dépliant diffusé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives

La mission Archives de la BnF conserve plusieurs versements d’archives du Centre national de littérature pour la jeunesse (CNLJ), rattaché à la BnF et successeur en 2008 de la Joie par les livres créée en 1963 et qui offre des ressources documentaires et des services sur la littérature pour la jeunesse et la lecture pour la jeunesse : actions de formation initiale et continue, publications et action internationale.

Carnaval organisé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives
Carnaval organisé par la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives

La mission a mis en ligne dans le catalogue BnF Archives et manuscrits l’ensemble des instruments de recherche décrivant les archives de La Joie par les livres, de l’association des Amis de la Joie par les livres et du Centre national de la littérature pour la jeunesse. Ces instruments vont du simple inventaire à l’instrument de recherche, mais consistent majoritairement en des bordereaux de versement.

Journal des enfants de la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives
Journal des enfants de la bibliothèque de la Joie par les livres à Clamart (2009/050/0260). © BnF, archives administratives

L’inventaire des archives cotées 2009/050 a été établi à partir du récolement des archives de la Joie par les Livres lors de son rattachement à la Bibliothèque nationale de France, qui représentait un total de plus de 1800 boîtes. Les descriptions sommaires proviennent des informations figurant sur les boîtes versées. Un classement et des descriptions plus détaillés, conformes aux principes archivistiques, sont prévus mais il s’agit d’un travail de longue haleine en raison de l’importance matérielle du fonds. Pour le moment, seule la série historique de ce fonds (série H), a pu être traitée et recotée en 2019/024, tandis qu’un repérage d’archives éliminables a permis d’identifier les archives ne présentant pas d’intérêt historique ou administratif (essentiellement des éléments de comptabilité tels que des bons de commande et des factures) et donner lieu à l’élimination de la série Comptabilité, ainsi que de quelques boîtes éparses au sein des versements (ces éliminations figurent dans les descriptions).

Statuts de l'association  la Joie par les livres (2019/024/1/5) . © BnF, archives administratives
Statuts de l’association la Joie par les livres (2019/024/1/5) . © BnF, archives administratives

Les autres instruments de recherche sont des bordereaux de versement de différentes entités (secrétariat de direction, secteur formation…) qui versent très régulièrement leurs archives et donnent lieu à de multiples instruments de recherche, qu’on a donc souhaité regrouper pour plus de lisibilité pour les chercheurs.

Procès-verbal de la délibération du conseil d'administration de l'association  la Joie par les livres (2019/024/1/1) . © BnF, archives administratives
Procès-verbal de la délibération du conseil d’administration de l’association la Joie par les livres (2019/024/1/1) . © BnF, archives administratives

Depuis 2018 les archives éliminables sont prises en charge de façon différenciée des archives définitives afin d’éviter des opérations de reclassement susceptibles d’entraîner des changements de cotation.

L’ensemble des archives définitives versées depuis 2009 a fait l’objet d’un reconditionnement dans des matériaux plus appropriés pour la conservation définitive afin de garantir la bonne conservation des archives et leur protection en cas de sinistre.

Parution du N°4 de la Revue focales

Le numéro 4 de la revue Focales vient d’être mis en ligne. Il comporte un dossier consacré à la « photographie mise en espace ». Les contributions réunies là interrogent les nouvelles formes d’agencement des images au sein des lieux d’exposition ainsi que sur le web. Les dispositifs spatiaux élaborés alimentent la perception des photographies qui ne sont pas abordées isolément, mais prises dans des relations qui se construisent au travers des déambulations ‒ physiques ou virtuelles ‒ des spectateurs. Les diverses formes de « mise en espace » des images se présentent sous le signe de la variabilité, chaque nouvelle actualisation entraînant une évolution de l’enjeu et de la portée des œuvres. Un entretien d’Arno Gisinger par Oliver Lugon (accompagné d’un portfolio) complète cette réflexion.

Dans ce numéro, vous découvrirez les textes de Flora Triebel, conservatrice en charge de la photographie ancienne au sein du département des Estampes et de la photographie de la BnF depuis 2018 et de Lydia Echeverria, chercheuse associée au sein du département des Estampes et de la photographie de la BnF pour l’année 2019-2020.

Arno Gisinger et Georges Didi-Huberman, Histoires de fantômes pour grandes personnes, Le Fresnoy, Tourcoing, 2012, photographie : Arno Gisinger
Arno Gisinger et Georges Didi-Huberman, Histoires de fantômes pour grandes personnes, Le Fresnoy, Tourcoing, 2012, photographie : Arno Gisinger

Philippe Chevallier

Adjoint au responsable de la coordination de la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mise en ligne de l’inventaire des archives du secrétariat général de la Bibliothèque, dit fonds Mortreuil (1827-1936)

La mission Archives de la BnF vient d’achever la description des archives du secrétariat général de la Bibliothèque couvrant le premier quart du XXe siècle, qui a connu deux phases de traitement vers 1944 puis vers 2005 sans jamais avoir été terminé.

Présentation du fonds et traitement

Envoi en province des fonds les plus précieux en septembre 1914
(2005/028/455). © BnF, Archives administratives
Envoi en province des fonds les plus précieux en septembre 1914
(2005/028/455). © BnF, Archives administratives

Le fonds est appelé communément fonds Mortreuil, du nom de Théodore Mortreuil (1850-1937), entré à la Bibliothèque en 1870 et nommé secrétaire-trésorier auprès des administrateurs de 1885 à 1925, bien que ce fonds couvre en réalité une période plus large. Il a été scindé en deux à une date indéterminée (antérieure à la Seconde Guerre mondiale).

La partie ancienne couvrant les années 1858 à 1899 est conservée au département des Manuscrits sous les cotes Archives modernes 187-263, tandis que la partie plus récente couvrant théoriquement la période 1900-1926 est conservée par la mission sous les cotes 255/028/001 à 2005/028/593.

L’objectif du chantier entamé en 2018 était d’une part d’achever la description de l’ensemble des 593 dossiers et d’autre part de rendre ce fonds plus accessible aux chercheurs par le biais d’un instrument de recherche méthodique, c’est-à-dire par grands thèmes, disponible dans le catalogue BnF Archives et manuscrits.

L’exercice s’est avéré particulièrement complexe en raison de l’histoire du fonds. Les choix de traitement successifs appliqués par les bibliothécaires ou les archivistes au début du XXe siècle, pendant la Seconde guerre mondiale et au milieu des années 2000, mal documentés et parfois contradictoires, ont en effet « déstructuré » le fonds et en ont rendu la compréhension complexe.

Contexte de production de ces archives

Ce n’est probablement pas un hasard si ce fonds débute en 1858 puisqu’il s’agit d’une date charnière pour la Bibliothèque, qui est alors réorganisée. La commission de réorganisation confiée à Prosper Mérimée se réunit de 1857 à 1858 et propose des réformes pour remédier aux dysfonctionnements de la Bibliothèque. En effet, bien qu’elle ait connu un enrichissement exceptionnel de ses collections par les confiscations des biens du clergé, du roi, des princes et des émigrés, puis de saisies sous le Consulat et l’Empire, celles-ci sont peu décrites et cataloguées, et donc difficilement communicables au public.

En outre, la direction de l’établissement reposait depuis le décret du 25 Vendémiaire an IV (16 octobre 1795) sur un Conservatoire réunissant l’ensemble des conservateurs, qui désignait chaque année parmi ses membres un directeur pour présider les débats. Les tentatives de réforme avaient jusqu’alors échoué mais la commission Mérimée bénéficie d’un contexte plus favorable, la France du second Empire souhaitant rayonner sur les plans artistique et culturel, en concurrence avec le Royaume-Uni.

Le décret du 14 juillet 1858 nomme Jules-Antoine Taschereau administrateur-général, crée la fonction de trésorier-comptable, étend les heures d’ouverture de la bibliothèque et revalorise le statut de ses employés, et prévoit la création de deux salles de lecture pour le département des Imprimés.

Histoire des traitements successifs

Les archives du secrétariat général étaient initialement triées de façon chronologique et selon le plan de classement ci-dessous :

  • 1. Prêt à Paris
  • 2. Réintégration dans les collections
  • 3. Approbation des dépenses
  • 4. Règlement intérieur
  • 5. Demandes d’emploi
  • 6. Dépôt légal
  • 7. Entretien
  • 8. Prêt à l’étranger
  • 9. Prêt dans les départements
  • 10. Publications
  • 11. Propositions d’acquisitions
  • 12. Bâtiments
  • 13. Demandes d’autorisation de publication
  • 14. Dons
  • 15. Demandes de renseignements
  • 16. Personnel
  • 17. Catalogues et inventaires
  • 18. Relations diverses avec l’extérieur
  • 19. Comité consultatif
  • 20. Revendications du Louvre, du Musée de l’Artillerie, divers
  • 21. Lettres de service
  • 22. Salles de lecture
  • 23. Acquisitions exceptionnelles
  • 24. Affaire Bernay. Tête d’Argent
  • 25. Comptabilité
  • 26. Demandes d’autorisation de photographier
  • 27. Visites
  • 28. Catalogues de ventes publiques
  • 29. Échanges avec les bibliothèques de Paris
  • 30. Cabinet de l’Empereur (jusqu’en 1871)

Ces rubriques sont reportées sur chaque document sur lequel figure un tampon « Bibliothèque nationale – Archives » avec le numéro d’enregistrement, ainsi que sur les chemises regroupant les documents qui précisent également le millésime.

Il convient toutefois de noter que l’application du plan de classement a connu des variations au fil des ans. Ainsi la rubrique « 18. Relations diverses avec l’extérieur » a parfois été privilégiée par le personnel du secrétariat par rapport à d’autres rubriques apparemment plus pertinentes, ce qui entraîne des dossiers très volumineux et complique les recherches.

La reprise du traitement en 2018 s’est heurtée à deux difficultés de nature différente. Tout d’abord, lors des opérations de classement dans les années 1940, les bibliothécaires ont rapproché du fonds originel du secrétariat pour la période 1900-1926 des dossiers plus anciens (remontant jusqu’à 1827) ou au contraire postérieurs (jusqu’en 1936), parfois issus d’autres fonds (rapport d’activité 1943-1945, p. 63). Ainsi, les dossiers cotés 2005/028/001 à 085 sont issus du ministère de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts, avec la présence ponctuelle d’archives provenant du fonds Mortreuil. Cet ensemble ne comporte donc pas de mention de rubrique de plan de classement, sauf les dossiers qui ont vraisemblablement été extraits du fonds Mortreuil conservé au département des Manuscrits pour être insérés dans les dossiers du ministère (cotes 109, 111, 112, 115).

Par ailleurs, lors de la reprise du chantier en 2005, probablement pour gagner du temps, les archivistes ont fait le choix de décrire et de coter en continu les dossiers alors en vrac, sans se soucier de l’ordre initial ou de proposer un classement méthodique préalable pour les dossiers sur lesquels ne figurait aucune mention de rubrique. En outre, des registres situés à proximité géographique mais dont on ignore la provenance et couvrant une période quasiment similaire ont alors été intégrés à cet ensemble déjà peu cohérent (2005/028/589 à 2005/028/593).

Enfin, comme dans tous les chantiers de classement qui se prolongent sur plusieurs années, les descriptions ont été rédigées par différentes personnes, à des époques différentes, ce qui entraîne une grande hétérogénéité des analyses, du point de vue du vocabulaire choisi, mais également du degré de précision.

Traitement entrepris en 2018

Lors de la reprise du chantier en 2018, l’archiviste en charge du fonds devait compléter les descriptions manquantes, apporter d’éventuelles corrections ou précisions, et établir un instrument de recherche méthodique pour un accès intellectuel plus aisé, en dépit des difficultés évoquées plus haut.

L’objectif était également d’améliorer les conditions de conservation de ce fonds important : les éléments métalliques ont systématiquement été enlevés, les documents estampillés et l’ensemble du fonds reconditionné dans des matériaux adaptés.

En raison de l’application partielle et complexe du plan de classement initial, l’archiviste a fait le choix de proposer un nouveau plan de classement, tout en respectant l’ordre physique des dossiers et donc leur cotation de 2005, et en mentionnant dans l’instrument de recherche la rubrique d’origine du dossier lorsqu’il y en avait une :

  • Administration générale de la Bibliothèque
    • Direction, Comité consultatif de la Bibliothèque
    • Fonctionnement, règlement intérieur
    • Questions financières
    • Personnel
    • Bâtiment et infrastructures
  • Entrées dans les collections
    • Acquisitions, échanges
    • Dons et legs
    • Dépôt légal
    • Restitutions, revendications
  • Inventaires, communication et valorisation des collections
    • Catalogues et inventaires
    • Salle de lecture : demandes, incidents
    • Prêt
    • Valorisation et utilisation des collections
  • Relations avec l’extérieur
    • Demandes de renseignements
    • Visites, échanges
    • Divers
Exemple de fiche
© BnF, Archives administratives
Exemple de fiche
© BnF, Archives administratives

Au sein-même de chaque rubrique de l’instrument de recherche, le classement chronologique tel qu’il a prévalu dans la tenue de ces archives par le secrétariat central a été rétabli quand il existait.

Enfin, il a été décidé de ne pas modifier la cotation établie en 2005 dans la mesure où une partie des dossiers avait déjà été communiquée.

Ces choix – plan de classement méthodique, classement chronologique, non recotation – expliquent pourquoi dans ce nouvel instrument de recherche, les dossiers ne sont pas présentés dans un ordre numérique.

La mission conserve également les fiches établies pour chaque document qui passait par le secrétariat général, conservées dans un meuble en bois et en mauvais état général. Elles sont aujourd’hui peu exploitables puisqu’elles renvoient au numéro d’enregistrement des documents, mais la date et la rubrique du plan de classement peuvent guider la recherche d’un document (qui sera conservé soit au département des Manuscrits, soit à la mission archives). Ces 33.800 fiches ont été reproduites en format pdf (image) en 2019 afin d’éviter leur manipulation et leur déclassement. À terme, il est prévu de mettre en ligne ces fiches sur Gallica.

Intérêt du fonds

Note de l'architecte au sujet de l'éclairage de la salle de lecture (2005/028/558).
© BnF, Archives administratives
Note de l’architecte au sujet de l’éclairage de la salle de lecture (2005/028/558).
© BnF, Archives administratives

Ce fonds est particulièrement important pour l’histoire de la Bibliothèque nationale à plusieurs titres. En effet, il permet de suivre toutes les affaires qui transitaient par le secrétariat général, de l’administration générale de la Bibliothèque à la gestion des collections. On y trouve des lettres de candidature comme des propositions de dons, mais aussi de nombreuses demandes diverses. À l’heure d’Internet et des moteurs de recherches, on oublie parfois le rôle alors prépondérant des bibliothèques pour toute recherche d’information.

Le fonds témoigne de ce qui pouvait être l’action administrative il y a un siècle, quand chaque document était enregistré, classé et fiché. Ainsi le fichier évoqué plus haut, organisé par grandes entrées (« dons », « demandes de renseignements », « prêts » …), permet d’offrir une vision synthétique des activités de la Bibliothèque sur plus d’un demi-siècle. Ces méthodes de travail contrastent avec l’ampleur des flux d’information qui passent aujourd’hui dans un établissement comme la BnF.

Consultation

Ce fonds est consultable en salle T de la bibliothèque de recherche de la BnF, en rez-de-jardin, en adressant une demande au moins 48 heures (jours ouvrés) à l’avance à archives@bnf.fr.

Exemple d'échange entre l'administrateur et l'architecte (2005/028/558). © BnF, Archives administratives
Exemple d’échange entre l’administrateur et l’architecte (2005/028/558). © BnF, Archives administratives

Covid-19 : alimentez les archives ouvertes

Vous êtes un agent de la Bibliothèque nationale de France confiné chez vous ? Vous êtes coupé des applications informatiques professionnelles ? Et si vous en profitiez pour alimenter le portail d’archives ouvertes de l’établissement qui reste accessible, avec toute connexion internet, à l’adresse url : https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr ?

Logo HAL

Alors que ce 19 mars 2020, l’Association française des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (ADBU), le consortium Couperin.org et EPRIST lancent un appel commun invitant les éditeurs scientifiques à laisser le libre accès aux publications scientifiques en cette période de pandémie de Covid-191, nous invitons les personnels de la Bibliothèque nationale de France à déposer leurs publications scientifiques dans le portail d’archives ouvertes de l’établissement

Vous rejoindrez ainsi les nombreuses initiatives d’ouverture et de partage de données que la pandémie a fait naître, comme par exemple les espaces de partage de bibliothèques personnelles à suivre avec les hashtag #BiblioSolidaire et #biblisolidaire sur Twitter et le groupe Facebook La Bibliothèque Solidaire du confinement. Celles-ci s’ajoutent à celles des éditeurs scientifiques pour aider le monde académique à faire face aux conséquences de la crise sanitaire actuelle et qui sont recensées sur cette page du site du consortium Couperin.org : Covid-19 : recensement des facilités offertes par les éditeurs du fait de la pandémie.

Nous signalons aussi l’ouverture élargie des publications sur OpenEdition Books et OpenEdition Journals recensées sur son carnet de recherche L’Édition électronique ouverte, à l’adresse : https://leo.hypotheses.org/16941.

Quelles publications déposer ?

La loi « pour une République Numérique » (art. 30)2.

  1. Covid-19, « Ouvrez largement l’accès aux publications scientifiques ! » / “Open access to scientific publications!” – Appel ADBU, Couperin, EPRIST aux éditeurs académiques, url : <https://adbu.fr/appel-adbu-couperin-eprist-aux-editeurs-academiques/>. []
  2. « LOI n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique », JORF, 8 octobre 2016, n° 0235. Disponible en ligne, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033202746&categorieLien=id>.) vous donne le droit – sans le rendre obigatoire – de mettre en ligne vos publications.

    Selon le Centre pour la communication scientifique directe, sont éligibles au dépôt les textes « d’une qualité équivalente à celle des articles que les auteurs soumettent aux revues scientifiques de leur champ disciplinaire ». Au-delà des données issues d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par l’Etat, vous pouvez déposer les versions dites « auteur » des documents suivants :

    • les documents non publiés (thèses, communications, working papers, etc.).
    • les pré-publications, post-publications et publications (articles de revues, chapitres d’ouvrage, etc.).
    • des notices bibliographiques contenant les références de publication des article, livre publié, chapitre de livre, communication à un colloque, etc. mais sans le texte intégral.

    Les textes à déposer (sous la forme d’un fichier Word, Libre/Open office, PDF) peuvent se présenter sous trois versions :

    • Version finale éditeur : version du texte telle que publiée avec la mise en page de l’éditeur. C’est la version à privilégier pour tous les éditeurs qui l’autorisent.
    • Post-publication auteur : version du texte telle que publiée par un éditeur, mais sans la mise en page de l’éditeur.
    • Pré-publication auteur : texte publié mais dans sa version avant acceptation finale par l’éditeur.

    La loi encadre les contrats signés entre les chercheurs et leurs éditeurs pour ce qui concerne les écrits scientifiques publiés “dans un périodique paraissant au moins une fois par an”.

    En l’absence de contrat signé avec l’éditeur l’auteur conserve de toute façon l’ensemble de ses droits patrimoniaux sur la publication. Par conséquent le dépôt de la publication dans une archive ouverte peut avoir lieu sans délai à compter de la publication de l’article. En revanche, il ne peut s’agir que de la version “auteur” : la diffusion de la version “éditeur” (avec logo de l’éditeur, pagination éditeur, etc.) doit faire l’objet d’une autorisation de sa part.

    A partir de quand puis-je déposer ?

    La loi fixe des délais à l’expiration desquels le dépôt peut se faire dans une archives en ligne. Ces délais sont au maximum de :

    • 6 mois pour une publication dans le domaine des sciences, de la technique et de la médecine ;
    • 12 mois dans celui des sciences humaines et sociales.

    Le délai court à partir de la date de première diffusion en ligne de la publication par l’éditeur, et pas de la date de parution du numéro de la revue qui peut être ultérieure. Si l’éditeur l’autorise, le dépôt peut se faire sans délai ou dans un délai plus court.

    Comment connaître la politique des éditeurs ?

    Pour connaître la politique des éditeurs en matière de dépôt en archive ouverte, vous pouvez consulter les sites :

    A partir du titre ou de l’ISSN d’un période ou du nom d’un éditeur, le site SHERPA / RoMEO fournit sa politique sous une forme rapidement visible. Voici l’exemple avec les Nouvelles de l’estampe :

    SHERPA / RoMEO

    Le site SHERPA / RoMEO donne à voir, par une charte colorimétrique, les différentes « voies » de l’open access qui ne s’appliquent qu’à partir du moment où il existe un contrat signé entre l’éditeur et l’auteur :

    RoMEO Colour
    • Vert : les documents peuvent être archivés aussi bien avant qu’après publication (pre- et post-print) dans la version éditeur.
    • Bleu : la version post-impression (c’est-à-dire le projet final post-relecture) ou la version de l’éditeur/PDF peuvent être archivées (mais pas les pre-print).
    • Jaune : l’archivage des pre-print est autorisée.
    • Blanc : aucun archivage n’est autorisé, que ce soit avant ou après la publication.

    Comment déposer ? Formations en ligne

    Si vous n’avez jamais déposé et redoutez de vous lancer, sachez que le Centre pour la communication scientifique directe maintient ses formations en ligne pendant la période de confinement.

    Ces formations d’une heure permettent de se familiariser avec le dépôt dans HAL. Le contenu d’une session vous apprendra à :

    • définir vos préférences de dépôt,
    • créer une notice bibliographique,
    • effecter un dépôt avec fichier de texte intégral,
    • gérer vos dépôts.

    Ces formations s’adressent aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants, qu’ils aient déjà déposé ou non.

    Pour s’inscrire, il convient de suivre ce lien.

    Une fois inscrit, vous recevrez par mail un lien pour visionner et participer à la séance. Vous pourrez interagir avec les intervenants au moyen d’un chat.

    L’inscription est gratuite. Pour permettre des échanges via le chat avec les intervenants, les sessions sont limitées à une quinzaine de participants.

    Les dates programmées :

    • Jeudi 09 avril :  11h-12h
    • Jeudi 16 avril :  14h-15h
    • Jeudi 23 avril : 15h-16h
    • Jeudi 30 avril : 11h-12h

    Au-delà de ces formations accessibles sur inscription, des tutoriels video permettent à tout un chacun d’aborder rapidement la procédure du dépôt et quelques points précis. Ces tutoriels didactiques multipliant les captures d’écran, sont disponibles à l’adresse url : <https://doc.archives-ouvertes.fr/tutoriels-video/>.

    Voici un exemple avec le tutoriel sur le dépôt d’un article scientifique publié :

    Contact

    Pour toute question relative au dépôt ou au portail, la coordination de la recherche reste à votre disposition (à l’adresse : recherche.coordination@bnf.fr ou à l’adresse professionnelle nominative d’Olivier Jacquot []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Mélodies en vogue au XVIIIe siècle. Le répertoire des timbres de Patrice Coirault

Les mélodies en vogue au XVIIIe siècle sont celles qui ont servi de timbres. Composer sur « Sur l’air de » suppose l’utilisation d’un air connu pour porter de nouvelles paroles. Cette méthode de composition relève d’un genre musical qui dessine quantité d’espaces transitionnels, de passerelles entre les genres musicaux, les groupes sociaux, les espaces géoculturels et temporels. Si le principe compositionnel est toujours d’actualité, les airs ayant servi de support pour véhiculer les textes connaissent de nettes mutations au cours du XIXe siècle : alors qu’ils étaient, jusqu’alors, essentiellement issus d’une mémoire collective profondément enracinée dans le temps, ils s’adaptent peu à peu à l’éphémère des phénomènes de modes et se dégagent de toutes possibilités de mouvance au fur et à mesure que se mettent en place les moyens de diffusion à grande échelle.

Ce volume recense les timbres antérieurs à cet élan du XIXe siècle. Aussi, il liste les airs encore régulièrement utilisés dans le courant du siècle précèdent. Charnière, cette période garde trace des lignes mélodiques remontant à des temps bien plus anciens tout comme elle témoigne de celles qui sauront porter de nouveaux textes au cours de la période suivante. Aussi, d’une clef (La Clef des chansonniers, Ballard, 1717) à l’autre (La Clé du Caveau, Capelle, 1811, 1re éd.), cette publication rend compte des airs présents dans les recueils publiés durant cette période qui conduit ce genre à son apogée et qu’encadrent ces deux incontournables publications le concernant.

Ce répertoire est directement issu du méticuleux travail de dépouillement de Patrice Coirault (1865-1958). Laissé à l’état de manuscrit dans son fichier déposé à la Bibliothèque nationale de France, il a été ici totalement mis en forme et complété des recollements personnels de Georges Delarue.

Ainsi près de 2 000 timbres et encore plus de mélodies sont ici recensés. Chaque entrée synthétise l’ensemble des appellations du timbre et précise son origine lorsqu’elle est connue ; elle donne de l’air au moins une ligne mélodique ; elle liste, de manière structurée, les références aux ouvrages où la notation musicale est présente et celles où l’air a été employé sans être noté. C’est surtout pour établir des parallèles avec les chansons traditionnelles que Coirault avait élaboré ce répertoire. Aussi l’entrée vers la « tradition orale » est l’un des apports indéniables de cet ouvrage. Pour autant, il intéressera, également, les amateurs de chansons, les historiens, les chercheurs en matière de théâtre et, de manière plus générale, le milieu de la musicologie.

Informations pratiques

  • Révisé, organisé et complété par : Marlène Belly et Georges Delarue
  • Description : Broché, 962 pages, 64 illustrations couleurs, 21 × 29,7 cm
  • Date de parution : 19 mars 2020
  • ISBN/EAN : 978-2-7177-2747-0 / 9782717727470
  • Editeurs : BnF Éditions
  • Distributeur : BnF Éditions
  • Prix : 155 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts