Archives de catégorie : Publications

Publication de mélanges en l’honneur de Michel Amandry : Rome et les provinces, monnayage et histoire

A gauche, couverture de l’ouvrage ; à droite, Michel Amandry

Les amis, collègues et élèves de Michel Amandry, directeur honoraire du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (1991-2013) et président de la Société française de Numismatique (depuis 2014) ont souhaité l’honorer samedi 2 septembre 2017 par la remise d’un volume de mélanges intitulé Rome et les provinces, monnayage et histoire.  Dirigé par L. Bricault, A. Burnett, V. Drost et A. Suspène et édité chez Ausonius Editions (collection Numismatica Antiqua, vol. 7), ce gros ouvrage de plus de 450 pages ne contient pas moins de 31 articles qui font écho aux abondants travaux du spécialiste renommé – 19 pages ne suffisent pas à rassembler l’intégralité de sa bibliographie -, qu’il s’agisse de numismatique grecque, romaine, et surtout provinciale romaine.

PS : Rappelons que Michel Amandry a été directeur du département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France de 1991 à septembre 2013.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF lance un site consacré à son histoire

2018 est une année exceptionnelle pour la Bibliothèque nationale de France puisqu’elle marque les 20 ans de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François-Mitterrand), inaugurée le 7 octobre 1998 et les 650 ans de la création de la Bibliothèque.

L’anniversaire de l’ouverture de la bibliothèque de recherche sera notamment célébré par une exposition consacrée à la création du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Croquis réalisés en 1990 par Dominique Perrault pour le projet de la future Bibliothèque François-Mitterrand © Dominique Perrault architecte / ADAGP

Conçue par l’architecte lui-même, Dominique Perrault, elle permettra dans une scénographie originale de revenir sur la genèse de ce bâtiment emblématique.

Au-delà de cet anniversaire, si l’on admet communément que la naissance de la bibliothèque remonte à l’an 1368, date de l’installation par le roi Charles V de sa bibliothèque personnelle au Château du Louvre, c’est donc le 650e anniversaire de la création de la Bibliothèque que l’on fête également en cette année 20181.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et lance un site (http://comitehistoire.bnf.fr/) qui permettra de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, national de France…

Développé dans le cadre du plan quadriennal de la recherche 2016-2019, ce site propose des contenus sur l’histoire de l’Établissement et entend attirer les chercheurs en signalant des projets de recherche à mener.

La plateforme propose entre autres ressources appelées à s’enrichir :

Développé avec l’outil de gestion de contenu Drupal par Olivier Jacquot, coordonnateur à la recherche de la délégation à la stratégie et à la recherche, en charge de la documentation et diffusion numérique au sein du bureau du Comité d’histoire de la BnF, le site propose plusieurs moteurs de recherche dédiés à l’interrogation des importants ensembles documentaires qu’il propose :

Enregistrer

  1. Ayant été dispersée en 1435, après la mort du roi Charles VI, une continuité de l’établissement se met davantage en place avec la reconstitution de la bibliothèque royale par Louis XI (1461-1483), après la guerre de Cent Ans []
  2. précédemment consultable uniquement en intranet []
  3. en cours d’alimentation []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Bibliothèques d’écrivains : lecture et création, histoire et transmission

Grâce au concours financier de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima),  un publication impliquant la Bibliothèque nationale de France va pouvoir être publiée.

Issu d’un séminaire de recherche et d’un colloque international, le volume Bibliothèques d’écrivains : lecture et création, histoire et transmission contribuera de manière substantielle (près de 30 articles de spécialistes, chercheurs et conservateurs) à l’étude matérielle  et symbolique de la bibliothèque d’écrivain, ce lieu emblématique de la patrimonialisation de la littérature. L’originalité des approches réunies tient non seulement à l’ampleur du cadrage historique et géographique (du Moyen Âge à nos jours, de la Chine à l’Europe) mais aussi au déploiement des différentes facettes de la bibliothèque, à la fois instrument de transmission culturelle qui jette un pont entre collection personnelle et institution publique, instrument de création littéraire, artistique et philosophique où la lecture s’avère indissociable de l’écriture, mais aussi espace d’échanges intertextuels et intellectuels qui dessinent une véritable circulation des idées, des discours et des mots. Autant d’axes qui sont examinés dans les différents parties de l’ouvrage et qui font de la bibliothèque d’écrivain un lieu ouvert -une aire de partages, de passages et de tissages culturels.

Le volume éclaire des processus d’institutionnalisation et de transmission qui naviguent souvent entre espace public et privé, devenant miroirs à la fois des lieux communs de la littérature et des ressources rares liées à tel parcours d’esthète. Il aborde la dimension matérielle des collections étudiées, ce qui pose la question de la conservation et du devenir des livres, documents originaux lus par les créateurs qui ont pu y laisser des traces.

La publication qui devrait paraître avant l’été 2018 dans la collection « Biblioteca du Studi Francesi » de la maison d’édition turinoise Rosenberg et Sellier, assurera une diffusion et valorisation internationales à ce volume, consacré à cet objet de la patrimonialisation littéraire et artistique : cette collection est en effet issue de l’expérience de la prestigieuse revue Studi Francesi, fondée en 1957, et qui contribue depuis au rayonnement européen de la littérature et à l’histoire culturelles françaises.

Le volume constitue pour partie les actes du colloque international « D’une bibliothèque l’autre » organisé les 27-28 novembre 2014 qui a mis en lumière le rôle des bibliothèque matérielles – instruments de la constitution du patrimoine – dans le triple espace de la création littéraire et artistique, de l’élaboration de la pensée philosophique ou scientifique, et de la circulation des idées et des cultures.

 

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Api et jeux de données de la BnF : découvrez et utilisez les données de la BnF

Dans la continuité de sa politique d’ouverture des données, ce 23 novembre, la Bibliothèque nationale de France lance un nouveau portail donnant accès à ses API1 et ses jeux de données.

Le site web (http://api.bnf.fr/) a pour objectif de décrire et documenter l’ensemble des API qui permettent  d’interroger et de récupérer les métadonnées des catalogues et les collections numérisées de la BnF. Pour faciliter l’accès aux données et leur utilisation, des jeux de données (images et textes, métadonnées, statistiques) ont également été constitués et sont directement téléchargeables via le portail. Chaque API ou jeu de données y donne lieu à une présentation du contenu, une documentation technique, des précisions sur les droits d’utilisation et un accès direct aux données.

Le caractère ludique des ces données n’est pas à exclure car elles sont aussi mises à disposition pour que tout à chacun et notamment les chercheurs en humanités numériques les exploitent et inventent de nouveaux services ou fassent émerger de nouvelles problématiques liées aux données.

Vous trouverez notamment sur BnF API et jeux de données :

  • l’API d’affichage et de récupération des images de Gallica (IIIF), les API d’interrogation des métadonnées de Gallica et de BnF Catalogue général (SRU, Z39.50, OAI) et le sparql endpoint de data.bnf.fr,
  • des jeux de données qui constituent des extractions d’ensembles cohérents des catalogues (produits bibliographiques, dumps de data.bnf.fr),
  • des corpus documentaires réalisés dans le cadre de projets de recherche, par exemple les fichiers images et textes constitués dans le cadre du projet Europeana Newspapers,
  • des pages éditoriales (qui s’étofferont au fur et à mesure de l’avancée du projet) destinées à guider les utilisateurs dans la découverte et le choix des modes de récupération des données qui conviennent à leurs besoins.

Par cette publication, la BnF poursuit sa stratégie d’ouverture des données affirmée par l’adoption en 2014 de la Licence ouverte  pour l’ensemble de ses métadonnées, en structurant l’ensemble de son offre de diffusion de données. Il s’agit de simplifier ainsi l’accès à ces données et de susciter de nouveaux usages (alimentation de catalogues, création d’applications innovantes, fouille de données, datavisualisation, etc.) auprès de publics professionnels diversifiés (développeurs et développeuses, entrepreneurs et entrepreneuses, acteurs et actrices de la culture et de la chaîne du livre, chercheurs et chercheuses, digital humanists) ou tout simplement des amateurs et amatrices de culture.

Cependant, des conditions d’utilisation des données décrites et accessibles sur le portail BnF API et jeux de données sont différentes selon qu’il s’agit de métadonnées (Licence ouverte de l’Etat) ou de documents numérisés (conditions d’utilisation de Gallica). Pour certaines API et jeux de données fournis par des partenaires, des conditions d’utilisation spécifiques peuvent s’appliquer. Sur chaque page décrivant une API ou un jeu de données, la fiche technique précise la licence d’utilisation des données concernées.

L’ensemble des métadonnées décrivant les collections de la BnF (notamment les métadonnées de BnF Catalogue général, de BnF Archives et manuscrits, de Gallica, de data.bnf.fr) sont placées sous « Licence ouverte » de l’Etat.

Les métadonnées sont ainsi mises à disposition gratuitement, pour tout type de réutilisation, y compris commerciale, avec obligation de citation de la source. Il s’agit de promouvoir l’usage de données de référence et de qualité, sur le web, à des fins de mutualisation, de coopération et d’interopérabilité juridique, tout en permettant le suivi de ces réutilisations.

Les documents numérisés et accessibles sur la bibliothèque numérique Gallica sont soumis aux conditions d’utilisation de Gallica.

Ces documents sont pour la plupart des reproductions numériques d’œuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF. Ces contenus sont considérés, en vertu du code des relations entre le public et l’administration, comme étant des informations publiques et leur réutilisation s’inscrit dans le cadre des dispositions prévues aux articles L. 321-1 à L. 327-1 de ce code :

  • La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source des contenus telle que précisée ci-après : « Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France » ou « Source gallica.bnf.fr / BnF ».
  • La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l’objet d’une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service ou toute autre réutilisation des contenus générant directement des revenus. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

Pour en savoir plus sur les conditions d’utilisation de Gallica.

Pour tout renseignement qui ne trouverait pas sa réponse sur le portail, vous pouvez adresser un courriel à l’adresse suivante : coordination-bibliographique@bnf.fr

À vous de jouer !

  1. Application Programming Interface, https://fr.wikipedia.org/wiki/Interface_de_programmation []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

data.bnf.fr pour les nuls

Mis en ligne en 2011, data.bnf.fr permet de rendre les ressources de la BnF plus visibles des internautes et plus utiles sur le web. Ce site s’inscrit dans une démarche de la BnF d’ouverture des données et d’adoption des standards du web sémantique. Conçu sur le modèle FRBR, ce service permet de rassembler sur des pages web l’ensemble des ressources de la BnF sur un auteur, une œuvre ou un thème. Les données brutes de data.bnf.fr sont sous Licence ouverte de l’Etat.

data.bnf.fr couvre aujourd’hui une partie des ressources de la BnF, et poursuit son développement et son accroissement.

Dans l’univers croissant du Web de données, les chercheurs qui développent des portails documentaires ne manqueront pas d’être intéressés par les données fournies par data.bnf.fr, soit :

  • des URI pour les ressources, actionnables et pérennes ;
  • une exposition RDF en « Linked open data » pour les données de data.bnf.fr, disponible pour chaque page (par négociation de contenu) et pour toute la base ;
  • un service SPARQL endpoint pour interroger les données.

Par ce biais, la BnF s’inscrit dans l’environnement des données liées avec de nouvelles coopérations et partenariats dans et hors de la communauté des bibliothèques.

Pour tout savoir sur data.bnf.fr en 2 minutes 42, voici une vidéo :

Data BnF gathers BnF resources and external resources on pages devoted to an author, a work, a subject, a year or a place. The project intends to make the data produced by Bibliothèque nationale de France more useful on the Web, thanks to open data policy and the use of semantic web standards.

Pour les équipes de recherche qui souhaiteraient se lier à des données validées de la BnF ou mener des travaux de fouille de texte, signalons que le contenu RDF de data.bnf.fr est récupérable en totalité ou par type de ressource.

Sinon il est possible de récupérer un produit à façon via SPARQL, comme par exemple les 100 auteurs les plus étudiés. Des exemples de requêtes sont fournis dans le Guide SPARQL (en français) ou en anglais (BnF SPARQL guide).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le mur du son. Quand le son fait sens

Dans son dernier numéro, la revue de la Bibliothèque nationale de France décide de « franchir le mur du son », pour dévoiler la charge de sens – culturel, social… – que dissimule cet ensemble de réalités sensibles. Si le son est une réalité physique omniprésente, il n’est devenu un objet autonome de savoir que récemment avec l’avènement des « sound studies ». Il ne se limite pas aux innovations techniques en matière de captation et de diffusion, mais embrasse les approches historiques, philosophiques et politiques se rapportant à cet objet familier.
Mettre en valeur la richesse et l’étendue des recherches qui sont aujourd’hui consacrées au son en traitant de sa dimension sensible, acoustique et technique et de son « historicité », telle est l’ambition de ce nouveau numéro, qui fait le constat que l’on n’entend pas de la même manière selon les lieux et les époques.
Comment entendre les sons du passé ? C’est la question que posent certains historiens du sensible tels qu’Alain Corbin dans son ouvrage pionnier Les Cloches de la terre. Ce à quoi tente de répondre également
le projet Bretez de reconstitution sonore du Paris du XVIIIe siècle. Ces approches se concentrent sur la question de la « fidélité », de l’authenticité de la restitution sonore, à l’opposé des pratiques des sound designers. Cette modernité dans la conception du son est au cœur de l’évolution historique du cinéma, de son écriture contemporaine et de l’histoire du jeu vidéo.
L’exploration du son dans le temps permet de confronter nos expériences d’écoute de la musique à celles d’autres aires géographiques : la définition d’une « bonne » écoute lors d’un concert ne sera pas la même en Inde ou en France. Certain sons sont jugés harmonieux ou inacceptables en fonction des époques, des lieux, des contextes. L’hypersensibilisation actuelle au bruit et aux nuisances témoigne par ailleurs d’une volonté nouvelle de s’isoler, souvent au détriment de l’identité sonore des villes.
Le son et la musique sont à l’honneur de la 2ème édition du Hackathon organisé par la BnF les samedi 25 et dimanche 26 novembre prochains, un événement qui réunit curieux et passionnés afin d’imaginer de nouveaux services et usages pour les données numériques de la BnF.

Sommaire

Éditorial, Ève Netchine, page 3

Dossier : Le mur du son, Bertrand Dicale, Pascal Cordereix, p. 9 à 11.

La leçon des cloches. Entretien avec Alain Corbin. Propos recueillis par Bertrand Dicale, et Pascal Cordereix, p. 12 à 19.

Sound studies. Sons de l’histoire et histoires du son, Philippe Le Guern, p. 21 à 29.

Archéologie du paysage sonore. Reconstruire le son du passé, Mylène Pardoen, p. 30 à 39.

Le ronéophone Pathé, au cœur de l’enquête des Ardennes, Pascal Cordereix, Luc Verrier, p. 40 à 51.

Les inventeurs de sons inouïs. Entretien avec Laurent de Wilde. Propos recueillis par Bertrand Dicale, p. 52 à 59.

À l’écoute du regard. Composer pour le cinéma indépendant aujourd’hui, Philippe Langlois, p. 60 à 69.

De Pong à Mario, quand le son devient musique, Jean Zeid, p. 70 à 76.

Les antonymes : les créatures sonores ambulantes, Azadeh Nilchiani, p. 77 à 87.

Nuisances sonores. Réflexion critique et principes opérationnels, Pascal Amphoux, p. 88 à 101.

Essai de géographie du son, du silence et de la nuisance, Henri Tournier, p. 102 à 113.

Autour d’une œuvre : Chronique d’une matinée poétique. Guillaume Apollinaire aux Archives de la parole, Pascal Cordereix, p. 114 à 125.

Découverte : « Rendre vie à une lettre, c’est entendre sa voix ». Roger Druet, Sophie Nawrocki, p. 126 à 137.

Galerie : Label image. Pochettes de disques 78 tours, Lionel Michaux,
p. 138 à 147.

Histoire de la bibliothèque : La Bibliothèque nationale au début du XIXe siècle. Visite guidée, Charles-Éloi Vial, p. 148 à 161.

Inédit : En direct de l’histoire : les archives sonores de Chronique d’un été, Frédérique Berthet, p. 162 à 173.

Portrait : Marcelle Lalou, une tibétologue à Paris, Emanuela Garatti, p. 174 à 183.

Informations pratiques

Revue de la BnF – Le mur du son
Sous la direction de Bertrand Dicale, journaliste spécialisé dans les musiques populaires et la chanson française et Pascal Cordereix, chef du service son au sein du département de l’Audiovisuel de la BnF.
17 x 24 cm, 184 pages, 120 illustrations, 25 euros
ISBN/EAN978-2-7177-2734-0 / 9782717727340
Parution : 12 octobre 2017

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

MANUSCRIPTA : nouveau carnet de recherche

Un nouveau carnet de recherche, baptisé « MANUSCRIPTA : Manuscrits médiévaux conservés à la BnF » (https://manuscripta.hypotheses.org/), a été créé sur la plate-forme hypotheses.org.

Ce carnet vise à informer sur les actualités, comme les expositions en cours en France ou à l’étranger, les colloques ou conférences impliquant les fonds manuscrits médiévaux de la BnF. IL entend proposer une veille scientifique des publications sur les mêmes manuscrits et donne les renseignements bibliographiques lors de la parution de catalogues imprimés ou publiés en ligne. Les programmes de numérisation du patrimoine manuscrit de la BnF feront l’objet de billet et il renseignera les lecteurs sur les nouvelles acquisitions ou sur les restaurations effectuées des documents.
Le public visé est d’abord celui des médiévistes, qu’ils soient à leur premiers pas dans ce domaine ou qu’ils soient déjà affirmés dans leur domaine. Néanmoins, tout lecteur intéressé par les manuscrits médiévaux est également le bienvenu et il est invité à participer au débat soulevé par les billets publiés dans le carnet.

Le carnet de recherche MANUSCRIPTA est animé par :

Laura Albiero, docteur en paléographie, est spécialiste de manuscrits liturgiques. Ses recherches portent sur l’histoire du bréviaire au Moyen-Âge et sur la sémiographie des notations musicales. Elle coordonne le projet Iter Liturgicum Italicum à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS, Paris).
Page personnelle sur academia.edu

Véronique de Becdelièvre, archiviste paléographe, est chargée de recherche au département des Manuscrits, service des Manuscrits médiévaux, dans le cadre du projet de recherche sur la librairie royale sous Charles V et Charles VI. Autres sujets de recherche et publications : La politique architecturale de la congrégation de l’Oratoire de France aux XVIIe et XVIIIe siècles ; L’ancienne abbaye cistercienne de Fontfroide (diocèse de Narbonne) aux XIIe et XIIIe siècles ; Le dernier contrôleur général des finances, Claude Guillaume Lambert (1726-1794).

Charlotte Denoël est archiviste paléographe et conservatrice en chef au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France où elle est en charge du service des manuscrits médiévaux. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur le premier Moyen Âge et abordent les images dans une perspective transdisciplinaire. Les manuscrits et leur décor y sont analysés au prisme de l’histoire culturelle, de l’histoire de l’art et de l’iconographie. Charlotte Denoël a par ailleurs participé à diverses expositions et assuré le commissariat des expositions Trésors carolingiens. Livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve (BnF, 2007) et Les temps mérovingiens (Musée de Cluny, 2016-2017). Elle dispense également un enseignement sur l’enluminure médiévale à l’École nationale des chartes.
http://production-scientifique.bnf.fr/CV/denoel-charlotte

Christian Förstel, archiviste paléographe, docteur en philosophie,  est conservateur en chef chargé des manuscrits grecs au département des Manuscrits, auteur d’une thèse intitulée Marsile Ficin et les Ennéades : la genèse de la traduction et du commentaire de Plotin.
CV et liste des publications.
http://production-scientifique.bnf.fr/CV/forstel-christian

Maxence Hermant, archiviste paléographe, conservateur au département des Manuscrits,  a obtenu sa thèse de doctorat en Histoire de l’art pour sa thèse intitulée Art, artistes et commanditaires en Champagne du nord, milieu du XVe-fin du XVIe siècles. Il est chargé des manuscrits enluminés occidentaux des 15e, 16e et 17e siècles.
Page personnelle sur LinkedIn.
Publications

Delphine Mercuzot, archiviste paléographe, est conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, au sein duquel elle se consacre à la littérature médiévale française et à l’histoire des bibliothèques.
Page personnelle sur academia.edu.
Corpora.

Amandine Postec, archiviste paléographe, est conservateur chargé de manuscrits médiévaux au département des Manuscrits ; docteur en histoire de l’université Lyon II, auteur d’une thèse sur les Quodlibets de Matthieu d’Aquasparta.
Publications

Laure Rioust, archiviste paléographe, est conservateur au service des Manuscrits médiévaux du département des Manuscrits, spécialisée dans le domaine des manuscrits enluminés.
Publications

Francesco Siri, docteur en Histoire de la philosophie et histoire des idées (Université de Rome « La Sapienza »), coordonne le programme  France et Angleterre, 700 et 1200, soutenu par la Fondation Polonsky, au département des Manuscrits, service des Manuscrits médiévaux. Ses recherches sont consacrées aux écoles du XIIe siècle, à la transmission des œuvres latines médiévales, et au catalogage des fonds manuscrits des collections publiques et privées.

Marie-Hélène Tesnière, archiviste paléographe, est conservateur général au département des Manuscrits. Elle conduit le programme La Librairie des rois Charles V et Charles VI.
http://production-scientifique.bnf.fr/CV/tesniere-marie-helene

Louisa Torres, archiviste paléographe, est conservateur des manuscrits médiévaux et Renaissance à la bibliothèque de l’Arsenal. Elle a consacré sa thèse d’École des chartes à l’humanisme avignonnais du XIVe siècle.

Alexandre Tur, archiviste paléographe, est conservateur chargé de collections médiévales au département des Manuscrits, responsable de la base d’enluminures Mandragore. Il a consacré sa thèse d’École des chartes aux prédictions astrologiques annuelles dans l’Europe du XVe siècle.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution « La Police des métiers du livre à Paris, au siècle des Lumières »

La Police des métiers du livre à Paris, au siècle des Lumières
Historique des libraires et imprimeurs de Paris existans en 1752 de l’inspecteur Joseph d’Hémery
Édition critique

Le policier à l’origine du document présenté ici, l’inspecteur Joseph d’Hémery (1722-1806), en charge notamment des affaires de librairie à Paris de 1748 à 1773, semble à première vue tout droit sorti d’un roman policier historique. Digne d’une fiction romanesque, ce personnage n’en a pas moins mené une existence et une carrière bien réelles au sein de la police parisienne.

D’Hémery, homme d’action et d’information amené à se spécialiser dans la surveillance de la librairie et des gens de lettres, est sans doute l’un des protagonistes-clés de ce moment historique où la police de la capitale forge les outils qui vont lui permettre tout à la fois d’autonomiser ses pratiques et de se rendre indispensable au pouvoir central par ses facultés d’anticipation et de discrétion. L’Historique des libraires est un fichier issu de la très riche collection Anisson-Dupéron, conservée au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

Rarement prolixe mais souvent savoureux et éclairant, il constitue un témoignage irremplaçable sur le regard qu’a pu porter un responsable policier bien informé sur une corporation de médiateurs culturels essentiels à la fabrication de l’opinion publique – et de ce fait particulièrement sous contrôle –, celle des libraires et imprimeurs de Paris au milieu du siècle des Lumières. Derrière chaque mot, chaque phrase, du fichier de d’Hémery, même la plus anodine, on discernera une délicate appréciation du rapport implicite des forces qui, selon les cas, pourra motiver ou au contraire retenir le moment venu la suspicion et l’action de la machine policière.

Le corpus original (261 notices d’imprimeurs/libraires parisiens, 11 de provinciaux et 1 d’étranger), a été mis au jour, éclairé de notes et complété par Jean-Dominique Mellot, historien, conservateur général à la Bibliothèque nationale de France, Marie-Claude Felton, historienne, chercheur à l’université McGill à Montréal (Québec, Canada), et Élisabeth Quéval, bibliothécaire honoraire à la BnF, avec la collaboration de Nathalie Aguirre, conservateur à la BnF. Il est accompagné d’une préface de Robert Darnton, éminent spécialiste des Lumières européennes et de l’histoire du livre sous l’Ancien Régime.

Informations pratiques

Broché, 560 p., 16,5 x 24 cm
Date de parution : 4 mai 2017
ISBN/EAN : 978-2-7177-2736-4 / 9782717727364
Editeur : BnF Éditions
Distributeur : BnF Éditions

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises

Développé par l’INHA en partenariat avec le musée du Louvre, la Bibliothèque nationale de France et le Service des musées de France, le programme « Les collections Rothschild dans les institutions publiques françaises » arrive au terme de son activité de recherche et de recensement pour aboutir à la phase de publication de ses résultats qui prend plusieurs formes.

Conduit par Pauline Prevost-Marcilhacy pendant plusieurs années et placé sous la responsabilité de Chantal Georgel, conseillère scientifique à l’INHA, le programme a consisté en une étude globale et approfondie visant à recenser et valoriser l’ensemble des donations faites par les membres de la famille Rothschild aux institutions françaises. Outre le répertoire de toutes les donations de la famille Rothschild entrées dans les institutions publiques françaises de 1873 à nos jours, le programme avait pour but de permettre l’accès à l’ensemble de ces dons grâce à un portail, dont la réalisation a été confiée à l’INHA. Signalons l’engagement et l’action de la famille Rothschild qui, par l’entremise de M. Eric de Rothschild, a contribué financièrement au projet.

S’agissant de la BnF, le corpus des collections issues de la famille Rothschild s’élève à plus de 25 750 documents de toute nature signalés dans les différents catalogues : livres, dessins, gravures, autographes, manuscrits, médailles, auxquels s’ajoutait un quart de collection non signalées, concernant surtout des objets (monnaies provenant de deux legs, ceux d’Adèle de Rothschild (1843-1922), veuve Salomon de Rothschild en 1922 et d’Adélaïde de Rothschild (1853-1935), veuve Edmond de Rothschild en 1934, ainsi que 1722 fers à dorer).

Ainsi, au terme de plusieurs années de recensement, de dépouillements de collections et d’inventaires,  le 24 novembre dernier s’est tenue une rencontre réunissant de nombreux chercheurs impliqués dans le programme.

Dans le même temps paraissait une volumineuse somme en trois importants volumes coédités par le musée du Louvre, la BnF et les éditions d’art Somogy, identifiant environ cent vingt mille oeuvres d’art (oui, 120 000 !) données à plus de deux cents institutions par la famille Rothschild. Cet ouvrage propose ainsi une vision synthétique et inédite des collections rassemblées par les différentes générations de la famille, tout en remettant en perspective chaque don dans un ensemble.

Ces trois volumes consacrés à ce mécénat artistique hors du commun témoignent de la diversité et de la pluralité des goûts et des choix des différents collectionneurs et en offrent un panorama chronologique.

Le sommaire des trois volumes est consultable sur le site internet des éditions Somogy, à l’adresse : http://www.somogy.fr/livre/les-rothschild?ean=9782757202128

rothschild

Pour compléter cette publication imprimée et l’ouvrir au numérique,  un portail Rothschild a été lancé à l’adresse : http://collections.rothschild.inha.fr

portail-rothschildLe site permet d’accéder à plusieurs ressources :

Outre les collections des trois principaux partenaires du projet, la base répertorie également environ 6 000 notices d’œuvres de la Villa Ephrussi de Rothschild de Saint-Jean-Cap-Ferrat et quelque 500 notices se référant à la salle des curiosités de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (FNAGP, ancienne Fondation Salomon de Rothschild), 11 rue Berryer dans le 8e arrondissement.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication : « Pascal, le cœur et la raison »

pascal_web
Pascal, le cœur et la raison : couverture

Publié à l’occasion de l’exposition « Pascal, le cœur et la raison », présentée par la Bibliothèque nationale de France sur le site François-Mitterrand, Galerie 1, du 8 novembre 2016 au 29 janvier 2017, l’ouvrage au titre éponyme a été dirigé par Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, avec les contributions érudites de Dominique Descotes, Rémi Mathis, Philippe Sellier et Laurent Susini.

Mathématicien, physicien, inventeur, philosophe, moraliste, théologien… : la Bibliothèque nationale de France conserve la plus riche collection des œuvres manuscrites et imprimées de Blaise Pascal, ce penseur hors norme, toujours actuel, et qui échappe à toute tentative de portrait exhaustif. Et c’est à l’occasion d’une exposition d’envergure qui lui est dédiée qu’elle fait paraître cet ouvrage, inspiré des trois ordres pascaliens : ordre des corps, régi par les déterminations de la nature et de la coutume ; ordre de l’esprit, placé sous la juridiction de la raison ; enfin ordre du cœur, qui obéit à la loi de l’amour. Son propos suit un cheminement qui nous fait découvrir le contexte historique (le « corps » de l’histoire) de l’œuvre, puis les deux versants du travail de la raison (l’esprit), jusqu’au moment où cette dernière est confrontée aux questions qui la déconcertent : le vide, le hasard, l’infini ou… la grâce (l’ordre du cœur). L’ensemble fait ainsi (re)surgir les recherches et les écrits, lapidaires, d’une figure majeure de la révolution scientifique du XVIIe siècle, la réflexion sur la logique et l’argumentation d’un maître du discours, dont témoignent les Provinciales, pour enfin aboutir à ce dépassement, accompli par les Pensées : une œuvre majeure, au style d’une étonnante modernité – tout comme l’est la réflexion de son auteur –, mais demeurée inachevée et qui comme tout « portrait » selon Pascal « porte absence et présence ». Le volume abonde en commentaires éclairants sur le parcours intellectuel de cette figure éminente de la pensée et de la culture de notre pays, il donne aussi à voir des documents aussi précieux qu’évocateurs, tel ce feuillet autographe des Pensées où se déchiffre « l’homme [qui] passe infiniment l’homme », ou bien encore l’exemplaire de leur édition originale dans son état le plus ancien connu.

Liste des contributeurs

Outre 190 notices d’oeuvres, l’ouvrage comprend les contributions suivantes :

  • Introduction : Jean-Marc Chatelain
  • Les mondes de Pascal : Rémi Mathis
  • Pascal géomètre : Dominique Descotes
  • Pascal écrivain : Laurent Susini
  • L’introuvable livre des Pensées : du manuscrit autographe aux éditions de Port-Royal : Jean-Marc Chatelain
  • Pascal, prophète existentialiste : Philippe Sellier

Informations pratiques

Description : broché, 192 p., 50 illustrations, 16,5 x 22 cm
Date de parution : 3 novembre 2016
ISBN/EAN : 978-2-7177-2721-0 / 9782717727210
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : Seuil-Volumen
Prix : 39 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication : Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au coeur de Paris

De 2010 à 2012, la Bibliothèque nationale de France a mené un programme d’étude du fonds de dossiers d’archives et de plans des architectes successivement attachés à la Bibliothèque nationale aux XIXe et XXe siècles.

Cet ensemble est composé des dossiers des travaux d’entretien comme des campagnes de grands travaux lancées par les architectes Visconti, Labrouste, Pascal, Recoura, Roux-Spitz et Chatelin. Plusieurs milliers de documents graphiques non inventoriés complétaient les écrits.

Grâce à tout ce travail préliminaire mené sur les sources, la BnF et l’INHA font paraître une somme retraçant l’histoire des constructions et aménagements successifs des bâtiments du site Richelieu depuis le XVIIe siècle.

couverture_richelieu
Richelieu. Quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris, sous la direction d’Aurélien Conraux, Anne-Sophie Haquin et Christine Mengin, Paris : BnF Éditions : INHA, 2017.

L’histoire débute avec la construction de l’hôtel du duc de Chevry en 1635, racheté et développé par Mazarin qui souhaitait un palais pour ses collections ;

fragment_de_lambris_peint_btv1b54100104w
Fragment de lambris peint provenant de l’Hôtel Chevry-Tubeuf : putto tenant une guirlande, assis sur un socle dont la partie centrale est ornée d’une figure féminine assise

puis, l’installation progressive de la Bibliothèque royale dans les locaux laissés par la Compagnie des Indes en 1721 ; la transformation du site par Henri Labrouste et l’inauguration de la fameuse salle portant son nom en 1868 ; l’achèvement du site par Jean-Louis Pascal puis Alfred Recoura, et enfin la densification opérée par Michel Roux-Spitz, jusqu’au projet actuel de l’architecte Bruno Gaudin.

plans_densemble_du_quadrilatere_richelieu_btv1b530379914
Plans d’ensemble du Quadrilatère Richelieu (1854-1984). 1954 : relevés. Plan du sous-sol. Architecte responsable : Michel Roux-Spitz (1888-1957)

La parole est donnée aux responsables des trois institutions qui occupent le site (BnF, INHA et Ecole nationale des chartes) ainsi qu’aux architectes du projet de rénovation.

Alors que les 14 et 15 janvier 2017 le grand public est invité à visiter le nouveau site désormais désigné Richelieu, Bibliothèques, Musée, Galeries et fédérant les collections patrimoniales de la Bibliothèque nationale de France, de l’Institut national d’histoire de l’art et de l’École nationale des chartes1, l’ouvrage offre plus de 200 images permettant de retrouver l’esprit des lieux  : plans originaux, plans de reconstitution, axonométrie, schémas d’implantation, photographies, estampes. Elle proposent, en même temps qu’une chronique visuelle, de nouveaux outils de compréhension de cet ensemble architectural hors du commun.

Dirigé par Aurélien Conraux alors qu’il dirigeait la mission pour les archives de la BnF, Christine Mengin, conseillère scientifique pour l’histoire de l’architecture à l’Institut national d’histoire de l’art, et Anne-Sophie Haquin, décédée avant la parution de l’ouvrage et à laquelle nous rendons hommage, l’ouvrage fait intervenir des archivistes, des historiens de l’architecture, des conservateurs des bibliothèques, des administrateurs et des architectes, maîtres d’œuvre des travaux contemporains.

Sommaire

  • Préface : Eric de Chassey, Laurence Engel
  • Introduction : Aurélien Conraux, Christine Mengin
  • Formation et déformation d’un monument parisien : Alexandre Gady
  • Les décors du palais Mazarin : Bénédicte Gady, Barbara Brejon de Lavergnée
  • 1728. Un duel sans merci entre l’Architecte et le Bibliothécaire : Françoise Bléchet
  • La bibliothèque absolue d’Etienne-Louis Boullée : Jean-Philippe Garric
  • La Bibliothèque sous la Révolution française et le Conservatoire : Jean-François Foucaud
  • Henri Labrouste. Modernité et tradition dans le Paris haussmannien : Alice Thomine-Berrada
  • L’administrateur et l’architecte. Une cohabitation orageuse : Marie Galvez
  • L’isolement de la Bibliothèque : Bruno Blasselle
  • Louis-Emile Durandelle, photographe des travaux : Charlotte Leblanc
  • Jean-Louis Pascal et Alfred Recoura. Un duo de grands constructeurs : Anne Richard-Bazire
  • Jean-Louis Pascal, architecte et muséographe : Félicity Bodenstein
  • Michel Roux-Spitz. Une modernisation de l’intérieur : Simon Texier, Léa Muller
  • La « Nationale » dans l’objectif de Gisèle Freund : Dominique Versavel
  • Julien Cain et Michel Roux-Spitz, une estime réciproque : Martine Poulain
  • « Toute la mémoire du monde » d’Alain Resnais : Alain Carou
  • La Bibliothèque nationale en quête d’espace : Christine Mengin
  • Rénover Richelieu : Jacqueline Sanson
  • Jean-Christophe Ballot, l’oeil du chantier : Aurélien Conraux
  • Pour une nouvelle bibliothèque de l’Institut nationale d’histoire de l’art : Antoinette Le Normand-Romain
  • La bibliothèque de l’Ecole nationale des chartes en ses murs : Jean-Michel Leniaud
  • Ouvrir le Quadrilatère : entretien avec Bruno Gaudin et Virginie Brégal
  • Restaurer la salle Labrouste : entretien avec Jean-François Lagneau
  • Annexes (sources, bibliographie, chronologie, etc.)

Informations pratiques

298 pages, 200 illustrations, 24,5 × 28 cm
Date de parution : 19 janvier 2017
ISBN/EAN : 978-2-7177-2565-0 / 9782717725650, 978-2-917902-33-2
Editeurs :

  • BnF Éditions
  • INHA
  1. Programme du week-end Portes ouvertes du site Richelieu, http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/a.170115_portes_ouvertes_richelieu.html []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Publication des schémas XML-TEI du projet Reliures (reliures.bnf.fr)

mois_de_marie_compose_le_pelle_btv1b55007376tLa Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France1 publie une nouvelle version des schémas de définition XML-TEI et personnalisations ODD qui encadrent le corpus Reliures BnF (reliures.bnf.fr). Ces documents sont disponibles sur le site : bibnum.bnf.fr/reliure

Pour mémoire, le projet d’encodage (reliures.bnf.fr/projet) a pour ambition de répondre aux enjeux très spécifiques de la description des reliures anciennes, modernes et même contemporaines, en s’attachant aussi bien à décrire les objets eux-mêmes (techniques, ornements), qu’à renseigner le contexte de leur création et écrire leur histoire en y incluant les données relatives aux ateliers, aux commanditaires et aux possesseurs.

L’objectif de cette mise à jour est de parachever le travail de documentation entamé en 2010 par Anna Markova et Florence Clavaud (dans le cadre d’un Master de l’École nationale des Chartes). Il s’agit donc ici de proposer une description entièrement revue, actualisée et cohérente des usages qui se sont établis au fil des ans et de l’évolution du corpus encodé. Les choix techniques et intellectuels qui ont été faits sont documentés par des définitions précises et un référentiel enrichi, illustrés d’exemples concrets.

La Bibliothèque nationale de France propose également à la communauté un manuel d’encodage afin qu’elle y trouve matière à réflexion dans le paysage actuel des humanités numériques ou matière à débat quant aux solutions proposées et retenues pour la description des reliures.

La publication est organisée de la manière suivante :

  1. Manuel d’encodage, avec une section recensant l’ensemble des balises utilisées (à l’image des Guidelines TEI) ;
  2. Personnalisation ODD et schémas liés, en quatre sections distinctes : notices reliures, notices personnes, notices collectivités et références bibliographiques ;
  3. Deux exemples de notices reliure en XML-TEI pour illustrer la minutie du travail d’encodage effectué dans le cadre du projet.

schemateiL’ensemble de cette documentation est téléchargeable et réutilisable sous réserve de mentionner la paternité de l’information et de citer explicitement le nom de la Bibliothèque nationale de France (Licence Ouverte).

La Bibliothèque nationale de France remercie l’Equipex Biblissima, dont la contribution a permis de mener à bien et à son terme cet important travail de mise à jour et de mise à disposition de la description du format lié au projet Reliures BnF.

La Bibliothèque nationale de France invite la communauté des digital humanists et des bibliothécaires souhaitant décrire des corpus de reliures à prendre connaissance de la publication sur bibnum.bnf.fr ainsi qu’à consulter les dernières mises à jour de la base reliures.bnf.fr

  1. Fabienne Le Bars, BnF, Direction des Collections, Réserve des livres rares, Responsable de la base Reliures et Lauranne Bertrand, BnF, DCO, Réserve des livres rares / Biblissima, Responsable développement de la base Reliures []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Kierkegaard en France : incidences et résonances

kierkegaard_couv_webDéployant une pensée singulière dont l’empreinte en France, tout aussi tardive que discrète, n’en a pas moins été décisive quand elle n’a pas été source de malentendus, l’œuvre de Søren Kierkegaard continue d’interroger si l’on en juge par les occurrences recensées dans les bases de données de dépouillement d’articles comme le Philosopher’s Index et les bibliographies telle l’International Philosophical Bibliography (IPB) ou le nombre de thèses en préparation1.

La Bibliothèque nationale de France contribue à ce mouvement en publiant des études basées sur les textes du colloque « Incidences et Résonances », organisé en 2013 avec la Société Søren Kierkegaard pour célébrer le bicentenaire de l’auteur, sous l’angle de sa réception francophone.

Philosophe et théologien, penseur du christianisme et lecteur critique de Hegel, le danois Søren Kierkegaard propose une saisie neuve de l’être chrétien, toute entière tendue vers un but : prendre la mesure de la relation de l’individu singulier avec l’Infini. Poète et dialectitien, le penseur use habilement à cet effet de tous les tons et de tous les genres littéraires, laisse la parole à ses différents pseudonymes qui expriment chacun une position singulière à l’égard de l’existence, de l’éthique, de la foi, de Dieu.

Les études rassemblées sous la direction de Florian Forestier, Jacques Message et Anna Svenbro, s’efforcent, au-delà de l’hommage du colloque de 2013, de retrouver l’originalité d’une œuvre qui fut toujours particulièrement soucieuse de sa réception, et qui repose sur certain rapport vivant qu’elle construit avec le lecteur. Ces diverses approches dégagent progressivement les traits d’un philosophe qui, plus tôt et mieux que quiconque, comprit les maux qu’annonçait son époque : déferlante des irrationalismes, impuissance de la médiation et lente dérive d’un monde sans ancrage. Or, plus d’un siècle et demi après sa mort, Kierkegaard est plus que jamais notre contemporain.

Informations pratiques

Description : broché, 224 pages, 15 x 23 cm
Date de parution : 10 novembre 2016
ISBN/EAN : 978-2-7177-2720-3 / 9782717727203
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF

  1. 16 thèses en préparation à la date de consultation du moteur de recherche des thèses de doctorat françaises, le site theses.fr []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution de l’ouvrage « Jean Zay : invention, reconnaissance, postérité »

couvallorantrectoLes Presses universitaires François-Rabelais (PUFR) font paraître les actes du colloque tenu en 2014 à Orléans et à Paris sur l’apport de l’homme d’État Jean Zay, ministre novateur de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts, à la culture de son temps.

Préfacé par Pascal Ory et publié sous la direction de Pierre Allorant (POLEN), Gabriel Bergounioux (LLL) et Pascal Cordereix (BnF), l’ouvrage retrace le parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du Musée des arts et traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes.

Résumé :

Jean Zay, ministre novateur de la Troisième République, a su inventer et mettre en œuvre une conception neuve de l’appropriation par la nation de son patrimoine et de ses réalisations artistiques, en respectant la liberté de création, à l’opposé des censures et de l’art officiel. L’originalité du parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du musée des Arts et Traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes est ici restituée par les regards croisés des sciences humaines et de témoignages inédits dont celui de ses deux filles.

Il y a 80 ans, le Front populaire. 1936 : un jeune ministre radical incarne deux des plus grandes ambitions de la gauche au pouvoir : démocratiser l’Éducation nationale, donner accès à tous à la culture, sous toutes ses formes.
Détesté par Pétain, condamné à la « mort civile » comme Dreyfus, assassiné à 40 ans par la milice de l’État français après le Débarquement, Jean Zay vient d’entrer au Panthéon, tardive reconnaissance de son œuvre innovante et de son parcours républicain exceptionnel.
À côté d’ouvrages biographiques et d’histoire politique, ce livre, grâce à son approche originale, offre un regard nouveau et complémentaire sur l’apport de Jean Zay à la culture de son temps. L’originalité du parcours du fondateur de la Phonothèque nationale, du Musée des Arts et Traditions populaires, du CNRS, de l’ENA et du Festival de Cannes est ici restituée par les regards croisés des sciences humaines. Jean Zay, homme d’État, ministre novateur de l’Éducation nationale aussi bien que des Beaux-arts, a su inventer une nouvelle façon de concevoir les relations des acteurs de la culture et des arts au pouvoir politique. Il a mis en œuvre une conception neuve de l’appropriation par la nation de son patrimoine et de ses réalisations, en respectant la liberté de création et l’indépendance de la fonction publique, à l’opposé des censures et de l’art officiel.
Pour la première fois, les sources familiales et les traces locales de ce « Résistant de la veille » sont revisitées grâce au témoignage inédit de ses deux filles, Catherine et Hélène.

Sommaire :

– Préface / Pascal Ory
I-Le Parcours

  • Le moment Jean Zay ou la conjugaison française de la république seconde / Olivier Loubès
  • Traces locales d’un homme d’État : Jean Zay l’Orléanais / Pierre Allorant

II-La culture

  • La difficile naissance du dépôt légal du « disque » en France (1925 – 1938) / Pascal Cordereix
  • Le théâtre en partage : Contribution à une histoire de l’intervention et du soutien de l’État aux entreprises culturelles / Léonor Delaunay
  • Histoire d’une rencontre autour du conte. Jean Zay et Célestin Freinet / Catherine Velay-Vallantin
  • La linguistique saisie par la politique : le peuple et sa langue / Gabriel Bergounioux

III-Lire et entendre

  • Écrire et lire en prison / Claude Mouchard
  • Jean Zay et la mémoire orale. Du politique au scientifique, de l’État à la ville, d’hier à aujourd’hui / Olivier Baude, Gabriel Bergounioux, Céline Dugua

IV-Témoignages

  • Témoignage de Catherine Martin-Zay et d’Hélène Mouchard-Zay / Gabriel Bergounioux
  • Témoignage du président du Cercle Jean Zay / Pierre-Louis Emery
  • Le fonds Jean Zay (667AP) aux Archives nationales / Zénaïde Romaneix

– Postface : Jean Zay au Panthéon / Pierre Allorant

ISBN : 978-2-86906-420-1
EAN : 9782869064201
ISSN : 9782869064201
Prix : 22 €

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution de l’édition électronique du « Livre persan » de Francis Richard

Parution de l’édition électronique des conférences sur le livre persan proposées par Francis Richard dans le cadre des conférences Léopold Delisle organisées par la Bibliothèque nationale de France.

9782717720655L’auteur :

Francis Richard, conservateur de 1974 à 2003 à la division orientale du département des Manuscrits de la BnF,  puis directeur du nouveau Département des arts de l’Islam du Louvre et ensuite directeur scientifique de la BULAC jusqu’à son départ à la retraite en décembre 2014, était chargé du fonds persan et de la rédaction de son catalogue. Il a publié, en 1989, un Catalogue des manuscrits persans, I, Ancien fonds (BN) et, en 1997, un catalogue d’exposition : Splendeurs persanes. Manuscrits du XIIe au XVIIe siècle (BnF); il s’intéresse à la codicologie (ayant publié, en 1997, avec F. Déroche, à la BnF, Scribes et manuscrits du Moyen-Orient et participé à la rédaction du Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, BnF, 2000), aux manuscrits enluminés (Les Cinq Poèmes de Nezâmi. Chef-d’œuvre persan du XVIIe siècle, Paris, Anthèse, 1995) et à l’histoire de l’orientalisme (Raphaël Du Mans, missionnaire en Perse au XVIIe siècle, L’Harmattan, 1995). Il a également fait paraître de nombreux articles sur ces sujets dans diverses revues.

Le cadre :

Le cycle des conférences Léopold Delisle est organisé par la Bibliothèque nationale de France avec le soutien d’Henri Schiller, collectionneur, bibliophile.
Les conférences Léopold Delisle offrent à un public de curieux et d’amateurs éclairés des synthèses inédites, érudites et à jour sur le thème du livre et des manuscrits.

L’objet :

De 1739 à 2002, la BnF s’est enrichie d’une collection de plus de deux mille volumes manuscrits en persan, dont beaucoup sont enluminés, anciens ou contiennent des copies uniques de textes rares. La longue histoire de la constitution du fonds persan de la BnF met en scène savants, voyageurs, interprètes et collectionneurs les plus divers, militaires ou médecins, qui déposent ou vendent les collections accumulées durant leurs voyages et missions diplomatiques en Inde et en Perse. Dans ce tableau des études françaises sur la civilisation persane classique, émergent les noms prestigieux de L. M. Langlès, S. de Sacy, A. L. de Chézy, Otter, Simon de Vierville, ou encore Anquetil-Duperron. La transmission des textes persans pose le problème de la filiation des manuscrits, discipline érudite de l’histoire des textes où les arguments philologiques et stylistiques corroborent ou infirment les données de l’analyse codicologique.

Francis Richard se livre à une véritable traque des variantes, marques de relecture ou corrections et fait revivre des grands ateliers comme ceux de la ville de Chîrâz entre le XIIIe et le XVIIe siècle ; il apporte des éclairages sur le rôle du mécénat princier. À la frontière entre transmission orale et transmission écrite, l’étude du mode de survie des textes poétiques peut être illustrée, juste avant que la Perse n’adopte le chiisme comme religion officielle au début du XVIe siècle, par la vogue extraordinaire de l’œuvre de Djâmî, figure emblématique du Hérât timouride et poète adulé des Ottomans. Quelques exemples montrent de quelle manière s’est manifesté le succès de son œuvre, recopiée et illustrée à l’envi. Enfin, Francis Richard attire l’attention sur un type de décor à la fois omniprésent dans les manuscrits persans et éclipsé par la miniature qui a beaucoup plus attiré l’attention des amateurs et des spécialistes d’histoire de l’art, les frontispices initiaux ou sarlowh que l’on trouve en tête de nombre de manuscrits. Or il s’agit d’un des décors les plus classiques dans les manuscrits persans. Une certaine évolution des styles s’accompagne d’une extrême fidélité à des modèles et à un répertoire d’éléments auxquels on puise. Leur étude systématique pose de redoutables problèmes du fait de leur abondance et de leur caractère non figuratif. Rassembler systématiquement un corpus d’images est la condition préalable à une histoire véritable de ces chefs-d’œuvre qui, avec la calligraphie, sont presque emblématiques de l’art du livre persan.

Sommaire :

  • Le Supplément persan : l’acquisition de manuscrits par le département des Manuscrits de 1739 à nos jours
  • La transmission des textes dans le monde iranien : quelques pratiques liées à la culture manuscrite
  • Un cas de « succès littéraire » : la diffusion des œuvres poétiques de Djâmî de Hérât à travers tout le Proche-Orient
  • Le sarlowh ou frontispice enluminé : un décor fréquent dans les manuscrits persans

Accès en ligne sur la plateforme OpenEdition Books de la BnF : http://books.openedition.org/editionsbnf/2457

La version imprimée reste disponible à l’achat : http://editions.bnf.fr/le-livre-persan

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts