Archives de catégorie : Labex

Rencontre autour de la photographie du 19ème siècle : « Les négatifs papier français : production, caractérisation, conservation »

En 1841, le négatif photographique est inventé par l’anglais William Henry Fox Talbot en utilisant une simple feuille de papier. Ce support modeste va permettre d’explorer de nouvelles voies tant par ses qualités esthétiques intrinsèques que par les multiples épreuves positives qu’il permet d’obtenir. Il est adopté rapidement en France par toute une école de praticiens et appliqué aussi bien dans le domaine de l’art, que celui de l’architecture ou de l’archéologie. Ces approches nouvelles contribuent à la naissance d’un art photographique propre et permettent d’extraire l’image photographique de son statut de reproduction mécanique à usage scientifique ou commerciale où le daguerréotype avait été enfermé.

[Pichet, verre et pipe] : [photographie négative] / [Henri Le Secq]

Argument

La France possède des collections exceptionnelles de négatifs papiers. Cette conférence propose de porter un double regard sur ces négatifs celui de l’historien de l’art et celui du physico-chimiste. Les journées s’organiseront autour de trois sessions thématiques pluridisciplinaires. L’approche historique des négatifs issus de collections patrimoniales seront complétées par leur caractérisation physico-chimique (Session 1). Les enjeux de conservation préventive et curative seront abordés, en regard des choix et contraintes d’exposition (Session 2). Enfin, une dernière session sera consacrée aux pratiques contemporaines et artistiques du négatif papier et de ses variantes (Session 3). Une table ronde viendra clôturer ces deux journées de présentations et d’échanges. Une interprétation français-anglais sera proposée.

Cette conférence s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche sur les négatifs papier français (1841-1860) mené au Centre de Recherche sur la Conservation en étroite collaboration avec le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France et la Bibliothèque Nationale de France, programme financé en 2016 et 2017 par le LabEx PATRIMA – Fondation des Sciences du Patrimoine.

Programme

Jeudi 7 décembre 2017

10h30 – 10h45     Mot de bienvenue
10h45 – 11h00     Conférence introductive – Bertrand Lavédrine
11h00 – 11h30     Conférence d’ouverture  – Michel Frizot
11h30 – 13h00     Session 1 : Négatifs dans les collections muséales – Orateurs confirmés : S. Aubenas, M. Boom, S. Besson, C. Daher, A. Kaplan, A. de Mondenard, P.-L. Roubert, L. Schaaf, H. Shannon
13h00 – 14h30     Déjeuner
14h30 – 16h00     Session 1 : Négatifs dans les collections muséales – Orateurs confirmés / confirmed speakers : S. Aubenas, M. Boom, S. Besson, C. Daher, A. Kaplan, A. de Mondenard, P.-L. Roubert, L. Schaaf, H. Shannon
16h00 – 16h30     Pause café
16h30 – 18h00     Session 1 : Négatifs dans les collections muséales – Orateurs confirmés / confirmed speakers : S. Aubenas, M. Boom, S. Besson, C. Daher, A. Kaplan, A. de Mondenard, P.-L. Roubert, L. Schaaf, H. Shannon

Vendredi 8 décembre 2017

10h00 – 11h20     Session 2 : Conservation et enjeux de l’exposition – Orateurs confirmés / confirmed speakers : A. Chaluleau, S. Freeman, K. Hellman, M. Jürgens, N. Kennedy, M.-A. Languille, A. Thomasset
11h20 – 11h50     Pause café
11h50 – 12h50     Session 2 : Conservation et enjeux de l’exposition – Orateurs confirmés / confirmed speakers : A. Chaluleau, S. Freeman, K. Hellman, M. Jürgens, N. Kennedy, M.-A. Languille, A. Thomasset
12h50 – 13h05     Session 3 : Pratiques contemporaines et artistiques – Orateurs confirmés / confirmed speakers : M. Becka, W. Witek – Autres orateurs en cours de confirmation / More speakers to be confirmed.
13h05 – 14h30     Déjeuner
14h30 – 15h00     Session 3 : Pratiques contemporaines et artistiques – Orateurs confirmés / confirmed speakers : M. Becka, W. Witek – Autres orateurs en cours de confirmation / More speakers to be confirmed.
15h00 – 16h00     Table ronde
16h00 – 16h15     Conclusion de la conférence

Informations pratiques

La conférence se déroulera les 7 et 8 décembre 2017 au nouvel auditorium Jean Rouch du Musée de l’Homme (Paris) ré-ouvert en 2015, qui surplombe les jardins du Trocadéro avec vue sur la Tour Eiffel. L’inscription est gratuite dans la limite des places disponibles (157 places). Le groupement de recherche international (GdRI) sur la photographie « Photographs: Perception and Changes», financé par le CNRS, soutient l’organisation de cette conférence.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Linked Open World: Alexander the Great, Transnational Heritage and the Semantic Web

La Bibliothèque nationale de France et l’Ashmolean Museum d’Oxford organisent un colloque intitulé Alexandre le Grand, le patrimoine transnational et le Web sémantique = A Linked Open World : Alexander the Great, Transnational Heritage and the Semantic Web qui se tiendra les 3 et 4 avril 2017 au New College, Oxford.

La conférence s’inscrit dans le cadre du projet Oxford-Paris Alexander (OPAL), initiative conjointe de la Bibliothèque nationale de France et de l’Ashmolean Museum d’Oxford financée par le Labex les Passés dans le Présent et l’Arts and Humanities Research Council.

Dirigé par le Frédérique Duyrat et le Professeur Andrew Meadows, OPAL explore les possibilités offertes par le web de données et le web sémantique pour préserver et rendre disponible le patrimoine physique du monnayage émis au nom d’Alexandre le Grand, un phénomène unique induisant de profondes transformations pour une aire géographique allant des Balkans modernes à l’Afghanistan.

Monnaie de Macédoine. Sardes, Alexandre III le Grand : Statère
Monnaie de Macédoine. Sardes, Alexandre III le Grand : Statère

Les monnaies émises par Alexandre et en son nom après sa mort existent aujourd’hui à des millions d’exemplaires, dispersées dans des collections à travers le monde. Mais elles sont aussi victimes, en tant qu’objets en métal précieux, de destruction et de pillage dans leur pays d’origine. Le projet OPAL a pour but de mettre en ligne un corpus de 3 500 exemplaires de monnaies d’Alexandre issues des collections de l’Ashmolean museum d’Oxford1 et de la Bibliothèque nationale de France2. Il fournira des données au projet PELLA de l’American Numismatic Society3

Le colloque se penchera sur le caractère homogénéisant du monnayage d’Alexandre le Grand sur l’histoire économique de la Méditerranée, du Proche-Orient, et l’Asie centrale et orientale ainsi tout en abordant la question de la valorisation et l’étude des collections mélangées. Le colloque examinera les nouveaux outils créés par le web de données (Linked Open Data) et le Web sémantique, ainsi que leurs caractères techniques. Il présentera les nouvelles recherches menées sur le monnayage d’Alexandre, dont beaucoup ont été rendues possibles grâce à l’outil PELLA.

Enfin, le colloque se conclura en se concentrant particulièrement sur l’héritage d’Alexandre le Grand, de son immédiate postérité à nos jours, et en discutant de l’importance de la préservation de ce patrimoine transnational et du rôle que jouent dans ce domaine des projets tels OPAL et PELLA.

Programme

Lundi 3 avril

  • 10h Inscription
  • 10h15 Introduction (Frédérique Duyrat et Andrew Meadows)

Partie 1 : Nouveaux outils (Président : Andrew Meadows)

  • 10h30 Égalité et concept : élargissement de la portée du web de données (Sebastian Heath)
  • 11h Les projets numériques de l’ANS : une plate-forme complète pour l’étude mumismatique (Ethan Gruber)
  • 11h30 Exploration statistique des données de PELLA (Julien Olivier)
  • 12h Pause déjeuner

Partie 2 : L’espace économique impérial – employer PELLA pour écrire une nouvelle histoire (Présidence : Robin Lane Fox)

  • 13h30 Qu’est-ce qu’un Alexandre ? (Andrew Meadows)
  • 14h La destruction et la recréation de zones monétaires à la suite des conquêtes d’Alexandre (Peter van Alfen)
  • 14h30 Exploration des localités : étude des Alexandres de Damas (Simon Glenn)
  • 15H Pause-café
  • 15h30 L’impact de la conquête d’Alexandre sur l’argent frappé : nouvelles données de l’analyse métallurgique des pièces conservées à la BnF (Maryse Blet-Lemarquand, Julien Olivier, Caroline Carrier)
  • 16h La première génération de l’influence d’Alexandre: une diversité d’empire (Karsten Dahmen)
  • 16h30 Le monnayage en or d’Alexandre au sein de l’Empire et au-delà (Frédérique Duyrat)
  • 17h Discussion générale
  • 18h Réception à l’Ashmolean museum

Mardi 4 avril

Partie 3 : Interaction culturelle et héritage (Présidence: Frédérique Duyrat)

  • 9h30 La monnaie d’Alexandre le Grand telle que perçue aux XVIe-XVIIIe siècles (François de Callataÿ)
  • 10h L’héritage d’Alexandre : l’argent en Asie centrale (Simon Glenn)
  • 10h30 Le pillage et son impact : le cas des Alexandres du Proche-Orient et le rôle d’un projet de corpus en ligne (Caroline Carrier ; Simon Glenn)
  • 11h Le débat sur la propagation du monnayage d’Alexandre et son impact économique : s’engager sur la longue durée historiographique (Pierre Briant)
  • 11h30 Le Musée virtuel d’Alexandre le Grand (Angeliki Kottaridi)
  • 12h Conclusion : Alexandre : la vision plus large (Robin Lane Fox)

Informations pratiques

Entrée libre dans la limite des places disponibles mais réservation auprès de simon.glenn@ashmus.ox.ac.uk

Programme en anglais disponible à l’adresse : http://www.greekcoinage.org/opalconference.html

  1. Http://hcr.ashmus.ox.ac.uk []
  2. Http://gallica.bnf.fr/html/und/objets/monnaies []
  3. Http://numismatics.org/pella []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : « Quels usages aujourd’hui des bibliothèques numériques ? Enseignements et perspectives à partir de Gallica »

Journée d’étude organisée par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech

Argument

Ces dernières années, les interfaces d’accès aux collections numériques des bibliothèques patrimoniales, archives et universités ont vu leur audience croître en même temps que le nombre et la diversité des documents mis à disposition. Cette croissance s’est accompagnée d’un élargissement des publics et des usages, facilité par la dissémination des contenus numérisés à travers le web, avec l’intervention de nouveaux médiateurs (communautés d’intérêt ou de pratique, etc.) et la possibilité d’agréger à ces contenus d’autres ressources ou de les enrichir par des dispositifs collaboratifs. Or, alors que se développent à grande vitesse les humanités numériques, les informations restent parcellaires sur les utilisateurs de ces collections, sur leur manière de les découvrir et de les utiliser, en particulier la logique d’interrogation (structurée et finalisée ou au contraire associative, voire aléatoire) et les effets de ces nouveaux usages sur la connaissance, les méthodologies et les corpus.

Faisant suite à un projet de recherche de 10 mois porté par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech, cette journée a pour but d’examiner, à travers l’exemple de Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, l’évolution des usages des collections patrimoniales numérisées, afin de mieux comprendre la manière dont celles-ci sont perçues et intégrées dans des stratégies de recherche, professionnelles et amateurs. Portées par des expertises variées (sociologie, ethnographie, science des données, humanités, etc.), l’approche retenue croise des méthodes qualitatives et quantitatives. Si Gallica est un objet privilégié d’observation, compte tenu du nombre de documents qu’elle propose (4 millions) et de son audience (40 000 visites/jour), c’est bien sa place dans un réseau de ressources, en ligne mais aussi bien hors ligne, qui intéresse la présente journée.

Programme prévisionnel

Matinée (9h30-12h30) :

  • Accueil, par Arnaud Beaufort (BnF), Milad Doueihi (labex Obvil), Valérie Fernandez (Télécom ParisTech)
  • Comment les usagers deviennent acteurs de Gallica, par Sophie Bertrand et Philippe Chevallier (BnF)
  • Matérialité des pratiques studieuses à l’heure du numérique, par Marc Jahjah (Université de Haute-Alsace)
  • « Je pars d’un sujet, je rebondis sur un autre » : une étude qualitative auprès d’utilisateurs de Gallica au service d’un dispositif d’enquête global, par Valérie Beaudouin et Isabelle Garron (Télécom ParisTech)
  • Résultats de l’enquête en ligne auprès des gallicanautes, par Jacques Bonneau (TMO régions)

Après-midi (14h30-17h30) :

  • Vidéo-ethnographie d’usagers de Gallica, par Nicolas Rollet (Télécom ParisTech)
  • Une autre approche des usages : Observation des usages au moyen de tests utilisateurs, par Nicolas Esposito (Gobelins, l’école de l’image)
  • Modélisation des comportements à partir de l’analyse des logs de Gallica, par Adrien Nouvellet (Télécom ParisTech)
  • Ce que les bibliothèques numériques font à la recherche, par Didier Alexandre (labex Obvil)

Information pratiques

Mercredi 3 mai 2017
9h30-17h30, accueil à partir de 9h
BnF, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François Mauriac, Paris 13e
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Inscription gratuite et obligatoire : https://usages_bib_num_gallica_mai2017.eventbrite.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études du projet ANR DEF19 : « Marges et périphéries du monde du livre au XIXe siècle » (23/2)

Cette journée d’études est le deuxième événement scientifique organisé dans le cadre du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle). Un premier rendez-vous, le 23 octobre 2015, intitulé « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives », a permis de confronter les expériences d’entreprises de recensements effectuées dans différents espaces géographiques.

Cette deuxième journée d’études aura pour thème les périphéries et les marges de l’activité éditoriale au XIXe siècle. À l’heure en effet où les grands éditeurs parisiens ou provinciaux ont pour beaucoup fait l’objet d’études historiques et sont donc relativement bien connus, le recensement entrepris par le projet DEF19 a pour ambition de faire sortir de l’ombre quantité de figures inconnues. Cette rencontre se propose donc de réfléchir aux enjeux historiographiques et méthodologiques de cette redécouverte des éditeurs marginaux, moins connus et/ou moins étudiés.

Programme

Jeudi 23 février : Maison de l’étudiant, Espace « Représentation »

9h00 : Accueil des participants à la maison de l’étudiant
Session 1. Images, cartes, partitions : faire l’histoire des imprimés spécifiques (prés. Jean-Charles Geslot, CHCSC)
9h30 : Dominique Lerch (CHCSC) – Pour une histoire de l’imprimerie lithographique
9h55 : Gilles Palsky (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8504 Géographie-cités) – Voir le monde. Les atlas généraux et universels dans l’édition française du XIXe siècle
10h20 : Marguerite Sablonnière (Bibliothèque nationale de France) – Recenser les éditeurs de musique au XIXe siècle : sources et instruments de travail

Session 2. Feuilles volantes, feuilles interdites : les productions marginales au prisme de la recherche (prés. Jean-Yves Mollier, CHCSC)
11h20 : Anne Urbain (CHCSC) – De rose et d’ombre : éditer et publier la littérature érotique dans la seconde moitié du XIXe siècle (France, Belgique).
11h45 : Florence Ferran (Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire AGORA, EA 7392) – Des imprimés à la marge ? Les éphémères sur l’art des Lumières et leur patrimonialisation au 19e siècle.

Session 3. Face au pouvoir et à la censure : stratégies éditoriales, stratégies de recherche (prés. Marie-Claire Bosq, CHCSC)
14h00 : Flavien Bertran de Balanda (Université de Paris IV-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle) – Nains et girafes. Contourner la censure : les stratégies de publication marginale dans la France du premier XIXème siècle (1799-1830)
14h25 : Odile Krakovitch (Archives nationales) – Les éditeurs de chansons sous le Second Empire : censure ou tolérance ?

Session 4. Richesse des archives privées et des correspondances (prés. Patricia Sorel, CHCSC)
15h30 : Vanessa Alberti (UMR LISA – Université Pascal Paoli) – L’apport des archives privées à la connaissance des éditeurs corses
15h55 : Philipp Leu (CHCSC) – La Bibliothèque artistique et littéraire. Pratiques éditoriales et enjeux économiques de la maison d’édition de La Plume

Le demi-journée sera suivie d’un cocktail à la maison de l’étudiant.

Vendredi 24 février : Bibliothèque universitaire, Auditorium

9h00 : Accueil des participants

Session 5. L’apport des archives économiques (prés. Viera Rebolledo-Dhuin, CHCSC)
9h30 : Olivier Chaïbi (ESPé-UPEC) – Les éditeurs de manuels scolaires à l’épreuve de la massification de l’enseignement. Les leçons des faillites au Tribunal du Commerce
9h55 : Louis André (Université Rennes 2) – Marchands et fabricants de papier dans le monde du livre au XIXe siècle
10h20 : Gilles Feyel (Université Paris II Panthéon-Assas, Institut Français de Presse) – Une imprimerie de province, de l’artisanat à l’industrie (1822-1914). Les archives de l’imprimerie Durand, à Chartres (Eure-et-Loir)

Session 6. Recenser les gens du livre : la genèse des dictionnaires des gens du livre (prés. Jean-Dominique Mellot, BnF)
11h20 : Corinne Bouquin (Bibliothèque nationale de France) – Le Dictionnaire des imprimeurs lithographes : genèse, structure et évolutions
11h45 : Marie-Cécile Bouju  (Centre de recherches historiques – Université Paris 8) – Un « Maitron des ouvriers du livre et du papier » : enjeux, méthodologie et perspectives d’un dictionnaire biographique du mouvement ouvrier
15h-17h : Visite du site et du musée national de Port-Royal des Champs

Informations pratiques

Maison de l’étudiant
1, allée de l’astronomie
78280 Guyancourt

Bibliothèque Universitaire
45 boulevard Vauban
78280 Guyancourt

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Le transport vers le site à partir de l’université et le retour (gare de Saint-Quentin en Yvelines) sont pris en charge.

Inscription obligatoire

Résumés des communications

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les secrets du palimpseste d’Archimède

En partenariat avec la Fondation des sciences du patrimoine, se tiendra le 2 mars 2017 à la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, une conférence1 portant sur l’utilisation de méthodes avancées de rayons X pour le décryptage de manuscrits anciens.

La science au service des manuscrits

Uwe Bergmann, physicien de l’université de Stanford (États-Unis, SLAC), travaille depuis le début de sa carrière scientifique sur les synchrotrons, ces accélérateurs de particules qui produisent des microfaisceaux de rayons X très intenses.

Il est aujourd’hui professeur invité de la Fondation des sciences du patrimoine2. Il raconte : « Un jour, ma mère m’a montré une édition du magazine Géo qui comportait un article sur le manuscrit le plus ancien des textes d’Archimède (IIIe siècle après J.-C.). Cette copie, datée du Xe siècle, regroupe des traités du savant grec, dont certains étaient inconnus. Au XIIIe siècle, le manuscrit a été recouvert par d’autres textes copiés par des moines et, au XXe siècle, par des peintures religieuses réalisées par des faussaires sur plusieurs
pages. L’article précisait qu’une équipe de chercheurs travaillait à décrypter le palimpseste. Je les ai contactés et nous avons monté un projet utilisant la spectrométrie de fluorescence X. Cette méthode permet de détecter, derrière les autres inscriptions, les métaux présents dans les encres ferrogalliques employées au Xe siècle. Aujourd’hui, l’ouvrage est entièrement numérisé3 et une édition complète des traités du livre a été publiée par Cambridge University Press. Après ce projet, j’ai continué à étudier les manuscrits anciens. »

graph
Révélation du texte sous-jacent du palimpseste dit d’Archimède grâce à l’imagerie par fluorescence X © The Exploratorium, www.exploratorium.edu et Will Noel, The Walters Art Museum.

Lettres secrètes et chefs-d’oeuvre cachés

Un autre projet conduit par Uwe Bergmann a consisté à décrypter les
partitions de l’opéra Médée de Luigi Cherubini (1760-1842), mutilées par le compositeur lui-même, qui en avait recouvert une partie. Les experts en spectrométrie ont permis de ressusciter la version intégrale de ce chef d’oeuvre. Depuis une dizaine d’années, les recherches sur les techniques d’imagerie dans le domaine patrimonial, qui avaient jusque-là concerné surtout les oeuvres d’art, se sont étendues aux manuscrits. D’autres projets sont en cours dans le cadre de la Fondation des sciences du patrimoine : le projet REX4 sur les lettres échangées secrètement entre Marie-Antoinette et le comte de Fersen, conservées aux Archives nationales, ou REMAC sur les manuscrits médiévaux de la Bibliothèque municipale de Chartres. Enfin, dans le cadre d’IPANEMA, une nouvelle ligne de lumière dédiée à l’étude des matériaux du patrimoine, implantée au sein du synchrotron SOLEIL, démarrera en 2017. Elle permettra l’imagerie rapide de matériaux anciens aux rayons X : un outil innovant dont les applications à la connaissance et la conservation du patrimoine, culturel comme naturel, sont appelées à se multiplier.

Sylvie Lisiecki
Délégation à la communication

Informations pratiques

Le jeudi 2 mars 2017, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France , site François-Mitterrand, Petit Auditorium

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

  1. Les traités d’Archimède enfin déchiffrés. Les rayons X au service de la connaissance et de la valorisation des manuscrits. []
  2. Plus précisément au synchrotron SOLEIL (Paris-Saclay,
    laboratoire IPANEMA du CNRS) []
  3. Cf. archimedespalimpsest.org []
  4. Projet financé par la Fondation des sciences du patrimoine, en partenariat avec les Archives nationales, le Centre de recherche sur la conservation, l’université de Cergy-Pontoise et avec la participation de l’Institut national du patrimoine et de la Cité de la musique. []

La Grande Guerre sur le web : un éclairage inédit

Place de l'Hôtel de Ville bombardée, Américains dans la ville reconquise, Fismes, 12-9-18, BDIC (Marne, collection Valois)
Place de l’Hôtel de Ville bombardée, Américains dans la ville reconquise, Fismes, 12-9-18, BDIC (Marne, collection Valois)

« Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre », projet soutenu par le labex Les passés dans le présent1, est le fruit d’une collaboration entre la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine et Télécom ParisTech. Il vient de s’achever après trois ans de recherches interdisciplinaires (2013-2016), occasion de revenir sur quelques résultats remarquables.

Pourquoi la Grande Guerre ?

Les sources documentaires numérisées autour de la guerre 14-18 offraient un terrain favorable à l’observation des usages du patrimoine en ligne, du fait de l’intensité des activités qu’elles suscitent sur le web. Par ce projet de recherche, il s’agissait de mieux comprendre la manière dont ces sources circulent, sont utilisées et valorisées sur le web. À travers, mais également au-delà de l’objet singulier du patrimoine 14-18, ce projet de recherche a permis d’éprouver des outils d’analyse du web rigoureux et de dégager des axes forts de réflexion pour la valorisation du patrimoine en ligne.

Un choix original : la fouille des « archives du web »

L’analyse du web français de la Grande Guerre s’est appuyée, dans un premier temps, sur 500 sites collectés dans le cadre du dépôt légal d’internet. Elle a mobilisé pour ce faire des outils de cartographie et de traitement automatique de la langue, qui furent pour la première fois appliqués aux « archives du web » conservées à la BnF. Si le cadre du dépôt légal est contraignant en termes d’accès aux données (limité aux emprises de la BnF et des institutions habilitées), il permet d’offrir des collections riches et raisonnées, dont les règles de production et de conservation sont transparentes pour la recherche. Les liens entre sites étant conservés dans la collecte, ils permettent de cartographier un réseau, repérer ses nœuds, ses zones de plus ou moins forte densité, en restituer également la dynamique. Ce travail pionnier a permis d’adapter les outils existants de fouille aux formats collectés, de telle manière qu’ils puissent, à terme, être réutilisés sur d’autres corpus du dépôt légal de l’internet.

Sur la carte du web français de la Grande Guerre ainsi obtenue, la place centrale d’un forum – le « Forum pages 14-18 » -, a pu être vérifiée, tandis que les réservoirs documentaires (Gallica, Mémoire des hommes, etc.) se sont révélés un élément fortement structurant car ils assurent le contact entre deux zones qui communiquent peu entre elles : les sites institutionnels et les sites amateurs. En complément, le traitement automatique du contenu du Forum pages 14-18, incluant les liens hypertextes dans les messages, a permis d’avoir une appréciation quantitative des usages documentaires à l’intérieur de ce collectif : la place croissante qu’y tiennent les images et la prépondérance des fils de discussion sur l’histoire des soldats. Au-delà de ces informations quantitatives, des entretiens approfondis avec des acteurs du web de Grande Guerre ont permis de mieux comprendre les pratiques d’échanges, de publications, mais aussi d’apprentissage de ces communautés en ligne, dont le Forum pages 14-18 offre un témoignage majeur, par le nombre d’inscrits et de messages échangés.

Consulter le rapport en ligne de la phase 2 du projet : Valérie Beaudouin, Zeynep Pehlivan, « Cartographie de la Grande Guerre sur le web » (91 pages)

Une veille raisonnée sur la dissémination d’un corpus remarquable

En dernière phase du projet, une veille méthodique a été mise en place afin de suivre de manière raisonnée durant 14 mois les réutilisations d’un fonds remarquable, récemment mis en ligne sur la bibliothèque numérique L’Argonnaute sous licence ouverte : 110.000 photographies de la Grande Guerre conservées par la BDIC et connues sous l’appellation « Albums Valois » (service photographique de l’Armée). L’objectif était de mesurer les effets visibles de la mise en ligne de ces albums sur le web, au plus près de leurs citations et réutilisations, et d’évaluer l’impact de différentes formes de médiation.

Malgré les actions de communication et de médiation, nulle viralité n’a été observée ; plutôt une lente montée des réutilisations où, à nouveau, les usages amateurs prédominent, et que seuls les médias traditionnels (dans ce cas précis : un concours organisé par un quotidien régional) sont en mesure d’accélérer de manière notable. Cette expérimentation souligne la difficulté pour les fonds patrimoniaux numérisés d’exister sur le web : y susciter de l’appétence et de la circulation, encore plus de l’interaction.

Consulter le rapport en ligne de la phase 3 du projet : Lionel Maurel, Josselin Morvan, « Les circulations sur le web d’un corpus numérisé : l’exemple des albums Valois » (75 pages)

Ce projet fera l’objet d’un livre collectif, à paraître fin 2017, où les résultats de la recherche seront enrichis de témoignages et d’approches complémentaires.

  1. « Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre » est un projet de recherche conduit par la BnF, la BDIC et Télécom ParisTech dans le cadre du Labex Les Passés dans le présent, Investissements d’avenir, réf. ANR-11-LABX-0026-01. Il a impliqué directement : Nicolas Auray, Valérie Beaudouin, Philippe Chevallier, Lionel Maurel, Josselin Morvan, Zeynep Pehlivan, Peter Stirling. []

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Art numérique et postérité

fractal-542158_1280
Image de Stefan Steinbauer, licence CC0 Public Domain

Débuté en février 2015, le projet « Art numérique et postérité : modélisation des œuvres d’art numérique et de leur dispositif de lecture », financé par le Labex Arts-H2H et piloté par Louise Fauduet du département de d’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, a pour objectif de contribuer à la pérennité de la création numérique.

Le 8 décembre 2016, les porteurs du projet organisent une journée d’étude.

Programme

9h30 – 10h : ouverture, Louise FAUDUET (chef du service multimédia BnF)
– « Présentation du projet de recherche : Art Numérique et Postérité », Marie SALADIN (chargée de collection, service multimédia, BnF)
– « Avancées du projet, modèle de description des œuvres d’art numérique », Céline THOMAS (doctorante UP8)

Première partie : « Ateliers d’artistes » : Systèmes théoriques sous-jacents et processus de création/réception

« Présentation de la journée et introduction des participants », Marie-Hélène TRAMUS (artiste, professeur émérite) et Florent AZIOMANOFF (théoricien)

10h – 10h45
Jean-Louis BOISSIER (artiste, professeur émérite de l’Université Paris 8)
« Installations interactives comme livres »
Œuvres : Globus Oculi (1992) / Flora Petrinsularis (1993)

10h45 – 11h15 : Pause

11h15 – 12h
Luc COURCHESNE (artiste, professeur associé de l’Université de Montréal)
« À la recherche de l’essentiel »
Œuvres : Portrait n°1 (1990) / The Visitor : Libing by Numbers (2001)

12h – 12h45
Laurent MIGNONNEAU (artiste, professeur de l’Université d’Arts et Design de Linz)
« Expérience personnelle pour la conservation d’œuvres numériques »
Œuvres : Interactive Plant Growing (1992) / Life Writer (2006)

12h45 – 14h : Déjeuner

14h – 14h45
Chu-Yin CHEN (artiste, professeur de l’Université Paris 8)
« Art énactif comme une phénoménologie du second ordre »
Œuvres : Quorum Sensing (2002) / C puissance C (2008)

14h45 – 15h30
Maurice BENAYOUN (artiste, professeur à City University of Hong Kong)
« « Restauration du Media Art: entre réparation et régénération » Du Diable au Pays de la Guerre »
Œuvres : Le Diable est-il courbe ? (1995) / World skin (1998)

15h30 – 16h : Pause

16h – 16h45
Florent AZIOSMANOFF (théoricien du Living Art)
« Living art, l’hypothèse d’une nouvelle discipline artistique »
Œuvres : Le Petit chaperon rouge de F. Aziosmanoff (2002) / Le Silence n’existe pas d’Isabelle Bonté (2009)

16h45 – 17h30
Michel BRET, Edmond Couchot et Marie-Hélène TRAMUS (artistes, professeurs émérites et honoraires de l’Université Paris 8)
« Les œuvres interactives ont–elles une vie ? »
Œuvres : La Plume (1988) / La Funambule Virtuelle (2000)

17h30 – 18h : Pause

Deuxième partie « Table ronde » : Discussion autour d’un modèle de description des œuvres d’art numérique en regard des systèmes théoriques sous-jacents et des processus de création et de réception

18h – 20h
À partir des exposés des artistes présentés au cours de la matinée, une table ronde abordera les problèmes fondamentaux et pragmatiques soulevés par l’élaboration d’un modèle de description des œuvres d’art numérique pour leur préservation, en prenant en considération les systèmes théoriques sous-jacents et les processus de création et de réception. La discussion continuera avec les réflexions de deux chercheurs en sociologie et en sciences de l’art, afin de prendre du recul et d’enrichir les échanges avec les artistes et le public.

Modérateurs : Marie-Hélène TRAMUS et Florent AZIOSMANOFF
Participants de la table ronde :
– Edmond COUCHOT (artiste, théoricien, professeur honoraire)
– Anne SAUVAGEOT (sociologue, professeur émérite)

Informations pratiques

Jeudi 8 décembre 2016 à la BnF, Site François-Mitterrand, Entrée Hall Est – Salle 70
Quai François Mauriac
75706 Paris Cedex 13
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition « Un photographe au musée : regards de Serge Oboukhoff sur les collections du Cabinet des Médailles de la BnF »

251c
Stamnos « Dispute du trépied »© Serge Oboukhoff © BnF / CNRS – MAE

Dans le cadre du programme de recherche Corpus numérique des objets archéologiques à iconographie mythologique du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF financé par le Labex Les Passés dans le présent, la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès organise une exposition de photographies présentant plusieurs aspects du travail réalisé par Serge Oboukhoff à partir d’une sélection d’objets antiques du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF ornés d’images mythologiques.

Les photographies réalisées par Serge Oboukhoff visent à alimenter le catalogue des Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France : http://medaillesetantiques.bnf.fr/  ((Rechercher avec le critère : Oboukhoff et/ou attique)) et le site français du Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae (LIMC-France) : http://www.limc-france.fr/presentation

A titre d’exemple, nous renvoyons vers les vues d’une statuette du « trésor de Chalon » réalisées par le photographe et diffusées sur le site du LIMC (http://www.limc-france.fr/objet/14220), le catalogue Médailles et antiques de la BnF (http://medaillesetantiques.bnf.fr/ark:/12148/c33gbgkp2) mais aussi sur le site du Recueil d’antiquités du Comte de Caylus (http://caylus-recueil.huma-num.fr/base/index.php?r=recueil/oeuvre/detail&id=2798) qui met en relation la description actuelle avec celle de Comte de Caylus telle que publiée dans son Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines en 1767.

Pour ce qui et du programme en cours, de 2012 à 2014 plus de 8700 photographies ont été prises, ventilées ainsi :
– 3410 photographies de bronzes,
– 1939 photographies de vases grecs,
– 3108 photographies de pierres gravée,
– 312 photographies de bijoux.

La campagne photographique s’est poursuivie en 2015 avec également un projet d’expositions virtuelles à venir.

Information pratiques

Décembre 2016 – janvier 2017
Hall de la Maison Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès
Université Paris Ouest Nanterre la Défense
21, allée de l’Université
92023 NANTERRE Cedex
Inauguration le 8 décembre 2016 à 12h30
Affiche de l’exposition
Plan d’accès

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Contrat post-doctoral proposé par le Labex Les passés dans le présent


Logo Labex PPDans le cadre du projet de recherche « Discipliner l’archive ? », le  Labex Les passés dans le présent
 propose un contrat postdoc d’un an ouvert à des docteurs en sociologie de l’immigration, titulaires de leur doctorat depuis au plus tard le 13 décembre 2011.

Fiche de poste

Le projet de recherche « Discipliner l’archive ? » interroge le statut de l’archive en confrontant sa conceptualisation et ses usages aux différents enjeux et méthodes propres aux approches disciplinaires au sein des sciences humaines et sociales. À travers le travail sur des fonds d’archives distincts (d’auteurs ou thématiques) et d’un séminaire de recherche en quatre séquences, le projet identifiera les problématiques disciplinaires de l’archive, à partir de contextes historiques et historiographiques variés. Développé en trois angles d’observation : « Archive et disciplines », « Archives de la recherche et fonds d’auteurs » et « Rendre publique l’archive », le projet « Discipliner l’archive ? » réalisera une analyse fine de la variété des questionnements et des usages liés à l’archive, et en interrogera l’inscription dans notre propre présent.

Activités

En plus du projet de recherche sur lequel il(elle) aura été sélectionné(e), le(la) post-doctorant(e) recruté(e) prendra part aux activités du projet « Discipliner l’archive ? » de manière transversale par rapport aux axes et aux enquêtes de celui-ci .
À concurrence de 2/3ème de son contrat, il(elle) contribuera notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, séminaires, journées d’études, et à l’enrichissement des supports de communication, ainsi qu’à la vie de l’équipe de recherche.

Livrables

Le(la) post-doctorant(e) s’engage à rendre au moins un article (50 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche avant la fin du contrat.
Le(la) post-doctorant(e) organise, prend part et suit les séances de séminaire du projet afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

Prérequis

Cet appel s’adresse à des candidats de toutes nationalités, titulaires de doctorat. Sont éligibles les candidats ayant soutenu leur thèse entre le 13 décembre 2011 et la date limite de candidature (12 décembre 2016).

Profil

Le(la) candidat(e) devra avoir une spécialisation en sociologie de l’immigration (le(la) candidat(e) retenu(e) aura à travailler sur des fonds Génériques et des fonds BDIC concernant en particulier la mémoire de l’immigration contemporaine, mais également à interroger l’usage des archives en sociologie de l’immigration.

Lieu, durée et conditions salariales

Le(la) post-doctorant(e) sera rattaché(e) au laboratoire SOPHIAPOL (Sociologie, philosophie et socio-anthropologie politiques – EA 3932) à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, porteur du projet « Discipliner l’archive ? » au sein du LabEx Les passés dans le présent.

Le contrat aura une durée de 12 mois à temps plein, à compter du 1er février 2017.

Rémunération : 2212,90€ bruts (1790€ nets) + remboursement de la moitié du passe navigo.

Référents : Anne Raulin, Professeur des universités (Sociologie), et Judith REVEL, Professeur des universités (Philosophie), responsables du projet Discipliner l’archive ?

Date limite de candidature au 12 décembre 2016.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature devra démontrer l’adéquation au profil du poste (missions et compétences requises)

Conditions d’éligibilité du post-doctorant

Sont éligibles les candidats ayant soutenu leur thèse entre le 13 décembre 2011 et la date limite de candidature (12 décembre 2016).

Composition du dossier de candidature

  • Le Projet de recherche : titre (explicite), présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes maximum) ;
  • Un Curriculum Vitae et une liste des publications ;
  • Une copie du diplôme de Doctorat (ou attestation) ;
  • Le rapport de soutenance ; ou bien pré-rapports si le(la) candidat(e) est en attente de rapport de thèse (sauf pour les candidats étrangers) ;
  • Une lettre de motivation ;
  • Une publication significative (PDF) ;
  • Une lettre de recommandation rédigée par un chercheur et une personnalité reconnue.

Les dossiers incomplets ne seront pas traités.

Dépôt du dossier

Le dossier de candidature complet, numérique ET papier, devra être envoyé au plus tard le lundi 12 décembre 2016 (cachet de la Poste faisant foi).
Pour poster vos candidatures électroniques (merci de constituer un seul fichier PDF), merci d’utiliser Dropbox et de partager votre dossier avec le labex via l’adresse : postdoc_disciplinarchive@passes-present.eu.
Merci de bien vouloir nommer vos dossiers de candidature selon l’exemple suivant : POSTDOCDA – NOM DE FAMILLE Prénom.pdf .
Le dossier de candidature papier devra être envoyé à l’adresse suivante :

Labex Les passés dans le présent
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maison Max Weber (Bât W) – Bureau 121
200 avenue de la République
92001 Nanterre Cedex

Un accusé de réception électronique vous sera envoyé.

Procédure de recrutement

Le recrutement sera effectué en deux temps.
Dans un premier temps, le jury sélectionnera les candidats qu’il souhaite retenir pour une audition. Dans un deuxième temps, les candidats seront auditionnés, courant janvier 2017, sur le campus de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense.
Le jury sera composé de :

  • Anne Raulin, Professeur des universités (Sociologie)
  • Judith Revel, Professeur des universités (Philosophie)
  • Valérie Tesnière, directrice de la BDIC
  • Deux chercheurs ou enseignants-chercheurs extérieurs au labex.

Pour tout renseignement, écrire à : postdoc_disciplinarchive@passes-present.eu

Date limite de candidature : le 12 décembre 2016

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse : Philipp Leu

Philipp Leu, doctorant du LabEx Patrima/Fondation des sciences du patrimoine, inscrit à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines soutiendra ses travaux le samedi 5 novembre 2016 à 13h30 à la Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand, salle 70, quai François Mauriac, Paris).

Sa thèse initiée en 2011 est intitulée Les Revues littéraires et artistiques (1880–1900). Questions de patrimonialisation et de numérisation.

jugend1896_1_0005
Jugend: Münchner illustrierte Wochenschrift für Kunst und Leben — 1.1896, Band 1 (Nr. 1-26). Disponible en ligne, url : <http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/jugend1896_1/0005>.

Résumé des travaux

Travailler aujourd’hui sur un fonds numérique de revues c’est être confronté à des artefacts. Numérisées en noir et blanc, débarrassées de leurs couvertures, des pages vierges, des encarts, des publicités, des bulletins et hors-texte divers, les revues numérisées offrent souvent une physionomie très différente des documents originaux, surtout quand les fichiers numériques ont été produits à partir de reproductions antérieures (réimpressions ou microformes). Le présent travail tourne autour d’une question de méthode : quels sont les principes à retenir pour la numérisation des revues littéraires et artistiques de la fin du XIXe siècle afin que l’accord subtil entre forme et contenu ne soit pas rompu lorsque les supports sont dématérialisés ?

La revue littéraire et artistique s’inscrit dans la communication littéraire au croisement de traditions éditoriales hybrides. Sa matrice oscille entre le journal, le livre, l’album d’art et la revue, mobilisant et exploitant les caractéristiques de ces quatre référents. Ces référents sont ici représentés à travers un corpus de quatre périodiques : les revues françaises La Plume (1889–1914) et L’Épreuve (1894–1895), le trimestriel britannique The Yellow Book (1894–1897), et le périodique berlinois Pan (1895–1900). Ces publications déclinent l’objet revue dans trois aires culturelles, et permettent d’en explorer les spécificités ainsi que les enjeux économiques liés à son essor au sein des sociabilités littéraires et artistiques et au contact des doctrines esthétiques. Cette étude de cas débouche sur une analyse de la matérialité, de l’économie et des pratiques revuistes dans la période fin-de-siècle qui amène à s’interroger sur les implications culturelles, historiques et sociologiques de ces objets.

Fragilisée par l’usage fréquent, la revue, lieu d’innovations graphiques et textuelles, est confrontée à la nécessité de la dématérialisation pour rester accessible à la recherche. L’examen de six bibliothèques numériques (Gallica, la Bibliothèque numérique de l’Université de Heidelberg, Internet Archive, The Yellow Nineties Online, le Blue Mountain Project et Jugend Wochenschrift) souligne que le numérique n’est en aucune manière une opération neutre et doit être constamment accompagné d’une approche scientifique de l’objet ouvrant à des recommandations et à de « bonnes pratiques ».

Outre la question technique, toujours capitale, l’accent est mis dans cette thèse sur les procédures de numérisation en vue à la fois d’une restitution optimale de l’original et de la possibilité de disposer d’interfaces et de fonctionnalités dotant le chercheur de nouvelles approches heuristiques, permises par les nouvelles technologies, au service du patrimoine.

Le jury sera composé de :

  • Évanghélia Stead – Professeure, UVSQ ; membre de l’IUF.
  • Anne-Rachel Hermetet – Professeure, Université d’Angers ; présidente du CNU, 10e section.
  • Isabelle Krzywkowski – Professeure, Université de Stendhal-Grenoble 3.
  • Pascal Liévaux – Chef du département de pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Ministère de la Culture et de la Communication ; membre de la Fondation des Sciences du Patrimoine.
  • Serge Linarès – Professeur, UVSQ.
  • Alain Vaillant – Professeur, Université Paris-Ouest.
  • Jean-Didier Wagneur – Coordonnateur scientifique de la numérisation, Bibliothèque nationale de France.
  • Michael Zimmermann – Professeur, Katholische Universität Eichstätt.

Mise à jour du 5 novembre :
Malgré la disparition des mentions autrefois attribuées1, le président du jury a précisé délivrer le titre de docteur « avec les félicitations du jury ».

  1. En vertu de l’Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF, spot pour les clubbers ?


p1150224L’exposition Electrosound, du lab au dancefloor qui se tient à la Fondation EDF, la parution de l’ouvrage de Laurent de Wilde, les Fous du son 1 ou encore le lancement de la  websérie La Touche Française, de Guillaume Fédou et Jean-François Tatin, diffusée sur le site Arte Creative, sont l’occasion de mentionner le rôle que joue la BnF dans la sauvegarde de ce patrimoine immatériel que constitue la musique électronique ou électroacoustique.

Dépôt légal des phonogrammes

Si le dépôt légal des documents sonores (phonogrammes) a été institué le 19 mai 1925, ce n’est qu’à partir de la création de la Phonothèque nationale, le 8 avril 1938, qu’il put être mis en œuvre. Encore fallut-il attendre la « drôle de guerre » pour que les éditeurs se décident à appliquer la loi de 1925 et commencent de déposer leur production phonographique dès janvier 1940.
Depuis, tous les documents sonores mis en location, en vente, en distribution, importés ou mis à la disposition d’un public même limité et même à titre gratuit, doivent être déposés auprès du département de l’Audiovisuel de la BnF. Gratuit et sans frais postaux, ce dépôt permet de préserver le patrimoine musical… édité.
C’est ainsi que la BnF offre à ses lecteurs les diverses éditions de musique électronique ou électroacoustique de Pierre SchaefferPierre Henry, Jean-Claude Risset, Philippe Manoury, mais aussi de Jean-Jacques Perrey, François de Roubaix ou encore Daft punk, Justice, C2C, etc.

Quelle pérennité pour la musique électronique ?

p1150231Mais le nouveau paradigme de la musique électronique, qu’elle soit mixte ou a fortiori performée en temps réel (« live electronic music »), pose la question de sa pérennité. Quelle peut être la sauvegarde patrimoniale de la musique électronique (analogique ou assistée par ordinateur) dès lors qu’elle ne fait pas l’objet d’une édition ? Quelles traces seront-elles conservées pour les générations futures ?

D’aucuns arguent que l’une des solutions pour assurer la conservation pérenne des musiques électroniques réside dans la composition et la notation effectuées en vue d’une transmission. Les établissements patrimoniaux pourraient ainsi espérer des dons et legs des supports d’enregistrement de ces notations.

Un autre espoir pourrait consister dans les supports d’enregistrement (analogiques ou numériques) adoptés par les musiciens pour conserver leurs créations. Archive de la création relevant du domaine privé, cette documentation personnelle ne relève pas du dépôt légal et la patrimonialisation de ce patrimoine, soit l’entrée dans une institution patrimoniale pour conservation pérenne, ne peut intervenir qu’en cas de don/legs, achat (direct ou en salle de vente). Une problématique similaire se pose pour les manuscrits -désormais électroniques- des écrivains. Quelles seront les études génétiques de l’avenir dès lors qu’elle ne porteront plus sur divers états de manuscrits manuscrits, dactylographiés ou imprimés mais sur des strates de fichiers informatiques, si celles-ci ont été conservées et données à des bibliothèques2 ?

Ces questions de préservation de la musique électronique en lien avec le paradigme de l’obsolescence technologique sans cesse accélérée, les artistes, programmeurs et performeurs mais aussi les réalisateurs en informatique musicale (RIM) se les posent depuis les débuts de la musique électronique, moins en relation avec les problématiques des institutions patrimoniales qu’avec celles de la transmission et de la ré-interprétation par d’autres musiciens du futurs3.

Les institutions patrimoniales se trouvent confrontées à la même problématique que celle qui affecte les jeux vidéos, les logiciels et programmes informatiques pour lesquels des programmes d’émulation sont mis en place4. Mais si l’émulation a été mise en œuvre pour certaines de ses collections, la Bibliothèque nationale de France opte plus volontiers pour la numérisation puis la migration et la duplication5 tout en conduisant des programmes de recherche sur la question6 .

Cas des archives de l’Institut International de Musique Electroacoustique de Bourges (IMEB)

Logo de l'IMEBLa Bibliothèque nationale de France traite de l’ensemble des ces problématiques avec un cas concret représenté par le don consenti le 20 septembre 2005 par l’Institut International de Musique Electroacoustique de Bourges (IMEB), héritier du Groupe de Musique Expérimentale de Bourges (GMEB) fondé en 1970 par Françoise Barrière et Christian Clozier.

Réparti dans les collections du département de la Musique et du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France, le fonds comprend 6 577 œuvres de musique électroacoustique, 1 300 partitions et 166 caisses représentant 50 mètres linéaires d’archives musicales, historiques, techniques, photographiques, vidéographiques et administratives de l’institut.

Le studio historique « Charybde » de recherche  et de composition qui retraçait 40 années d’évolution technologique, a été transféré au sein de la collection Charles Cros de la BnF7, soit un véritable musée dédié aux instruments de reproduction sonore dont les fleurons sont consultables en ligne dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF, à l’adresse url : <http://gallica.bnf.fr/html/und/objets/collection-charles-cros>.

Cela représente donc un ensemble complet et multimédia exceptionnel sur l’histoire de la création et de la diffusion de la musique électroacoustique. En effet, les « musiques » elles-mêmes produites et présentées aux festivals, sont particulièrement riches du fait de la nature de ces œuvres, car elles sont présentes sous forme de composants écrits, sonores, électroniques et audiovisuels (partitions et enregistrements présentés aux festivals, d’Alain Savouret, Adolfo Nunez, Jean-Claude Risset, Jorge Antunes, Kaija Saariaho, etc.). Les archives du concours (dossiers d’inscription, biographies des concurrents, avis des jurés…) dessinent un panorama précis des acteurs de la création musicale contemporaine de la seconde moitié du XXe siècle. Les archives du festival, des concerts, des tournées et autres manifestations constituent des éléments pour l’histoire de l’action culturelle du niveau local au niveau international. Les instruments, en particulier les composants du studio Charybde, et les documentations techniques renseignent quant à eux sur les prémices et l’essor de l’informatique musicale.

La pérennisation ainsi que la communicabilité du fonds sont assurées via des traitements de transferts (des cassettes audio de type Digital Audio Tape (DAT) et des CD) et de numérisation. L’IMEB puis la Mnémothèque Internationale des Sciences et Arts en Musique Electroacoustique (MISAME), qui assure désormais la gestion, le développement et la diffusion des œuvres, avaient déjà lancé des chantiers de numérisation et sauvegardaient leurs productions.

La pérennisation était au cœur des préoccupations de l’IMEB, qui avait lancé d’importants chantiers de numérisation de ses enregistrements et dossiers documentaires. Dès les premiers contacts entrepris avec la BnF, une campagne de numérisation d’une sélection d’œuvres avait été menée à bien, associant le fichier numérique de la musique et les données musicologiques. Les auteurs avaient été associés à ce chantier, envoyant leurs œuvres numérisées et leurs notes de programmes.
Afin de faciliter la recherche, des « capsules » ont été constituées pour chacune des quelques 14000 « musiques » , regroupant des fichiers son, texte, et images, ainsi qu’un listing de métadonnées techniques, musicologiques et historiques.

Pour une description précise de l’ensemble du fonds de l’IMEB géré par MISAME et de son historique, on se reportera à la présentation générale et l’inventaire disponible en ligne (url : <http://www.misame.org/wp-content/uploads/2014/09/PRESENTATION-GENERALE-du-FONDS-MISAME.pdf>).

Objet de traitements et de recherche

En 2015, dans le cadre du programme Les Arts trompeurs. Machines, Magie, Médias financé par le Labex ARTS-H2H, le fonds de l’IMEB a fait l’objet d’un chantier de traitement et de valorisation par Caroline Renouard puis Azadeh Nilchiani qui a mené l’inventaire transversal du fonds de l’IMEB de la BnF. Un compte rendu et un bilan détaillé des travaux sont disponibles en ligne à l’adresse url : <http://www.lesartstrompeurs.labex-arts-h2h.fr/fr/content/le-fonds-darchives-de-limeb>. Ses travaux ont notamment permis les communication au cours du colloque Machines. Magie. Médias8, tenu en août 2016 à Cerisy-la-Salle.

À la BnF ces œuvres, dont l’existence et la trace sont par essence électroniques, seront désormais assurées d’une conservation à long terme9, au sein d’une institution pérenne accoutumée à exercer cette mission tant dans le domaine musical sonore que dans celui des techniques numériques. Ces collections sont accessibles pour la recherche, en particulier pour le public des créateurs et des musicologues10.
Le fonds IMEB a ainsi rejoint les très importantes collections musicales de la BnF, riches de 900 000 enregistrements sonores, dont les techniques vont du cylindre de cire au DVD, et les ont enrichi de façon irremplaçable dans le domaine de la création musicale contemporaine.
Puisse cet exemple inciter d’autres institutions musicales mais aussi les artistes, compositeurs ou réalisateurs en informatique musicale à songer à pérenniser leurs œuvres par ce type de don de nature à féconder la recherche et la création.
Cependant, si la BnF a bien pour mission de collecter, cataloguer, conserver et enrichir le patrimoine national dont elle a la garde, elle se doit également d’en assurer l’accès du plus grand nombre. En ce sens, par la volumétrie et la profondeur de ses collections, elle peut aussi être qualifiée de « spot » sinon pour les « clubbers », du moins pour les mélomanes, amateurs et curieux.

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “La BnF, spot pour les clubbers ?”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/904 (consulté le 30 septembre 2016).
Notes :
  1. Laurent de Wilde, Les fous du son, Paris : Bernard Grasset, 2016, 558 p. ISBN 978-2-246-85927-7 []
  2. Pierre-Marc de Biasi, « Les archives de la création à l’âge du tout numérique », Revue Sciences/Lettres [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 16 septembre 2016. URL : http://rsl.revues.org/314 ; DOI : 10.4000/rsl.314 []
  3. Comme le rappellent Antoine Vincent, Bruno Bachimont et Alain Bonard, « la communauté informatique se réfugie derrière la pérennité supposée des langages normalisés, les désignant comme nouvel invariant de représentation de l’œuvre comme l’était la partition. Or, nous ne savons actuellement que peu de choses sur la durée de vie d’un langage informatique, notamment combien de temps il restera lisible ou interprétable. De plus, il n’y a aucune certitude quant à la préservation du rendu sonore, car le même programme en langage C peut produire des sons significativement différents sur plusieurs environnements de compilation », « Modéliser les processus de création de la musique avec dispositif numérique : représenter pour rejouer et préserver les œuvres contemporaines », 23es Journées Francophones d’Ingénierie des Connaissances (IC 2012), Juin 2012, Paris, France. p. 83-98, 2012, IC 2012. Disponible en ligne, url : <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00715035> []
  4. Citons pour mémoire le programme européen KEEP, Keeping emulation environments portable, http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2012000845_keep-keeping-emulation-environments-portable []
  5. Pour en savoir plus, on se reportera à la présentation : Louise Fauduet, « La conservation numérique : enjeux, risques, solutions », [Paris] : Bibliothèque nationale de France, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/conservation_numerique.pdf> ; Dominique Théron, « Quid des collections audiovisuelles à l’heure du numérique ? », dans Mémoire numérique. Publics, ressources et bibliothèques en mutation, colloque, Saint-Cloud, Médiadix, 10 octobre 2014. Disponible en ligne, url :  <http://mediadix.u-paris10.fr/brochure/documents/3-Theron_Mediadix-URFIST_10102014.pdf> ; Vincent Berdot, « Comment la BnF préserve notre patrimoine numérique », 01 Informatique, n° 2047, 8 juillet 2010, p. 29-31.  Disponible en ligne, url :  <http://bfmbusiness.bfmtv.com/01-business-forum/comment-la-bnf-preserve-notre-patrimoine-numerique-525303.html> ; et à la bibliographie « La préservation numérique à la Bibliothèque nationale de France », [Paris] : Bibliothèque nationale de France, 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/preservation_numerique_bibliographie.pdf>. []
  6. Cf. le programme  « Modélisation des oeuvres d’art numérique et de leur dispositif de lecture » financé par le Labex Arts-H2H. []
  7. Marianne Deraze, Xavier Loyant, « La collection Charles Cros », Blog Gallica, 27 octobre 2015. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/blog/27102015/la-collection-charles-cros> ; Romain Bigay, « Collection Charles Cros, une brève histoire des appareils d’enregistrement et de lecture », Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles, 2 octobre 2013. Disponible en ligne, url : <http://www.irma.asso.fr/COLLECTION-CHARLES-CROS-UNE-BREVE> ; Martine Cohen-Hadria, « Étonnante collection Charles Cros », Chroniques de la Bibliothèque nationale de France, décembre 2006, Disponible en ligne, url : <http://chroniques.bnf.fr/archives/decembre2006/numero_courant/coulisse/charles_cros.htm>. []
  8. Programme disponible en ligne, url : <http://www.lesartstrompeurs.labex-arts-h2h.fr/fr/content/machines-magie-m%C3%A9dias-cerisy-2016> []
  9. SPAR, le système de préservation numérique de la BnF, url : <http://www.bnf.fr/fr/professionnels/spar_systeme_preservation_numerique.html> []
  10. A cet effet, son inventaire sera accessible dans BnF Archives et manuscrits à cette adresse url : <http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc944176> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence du professeur Larry Schaff, Out of the Shadows : Henry Talbot, invention & historiography

[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : .
[Deux maisons de ville] : [photographie négative] / [William Henry Fox Talbot]. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6939794z>.
Dans le cadre du Groupement de recherche international sur la photographie, le Centre de Recherche sur la Conservation vous invite à assister, le lundi 26 septembre à 16h au Muséum National d’Histoire Naturelle  (auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution, 36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris), à la conférence du Professeur Larry Schaaf.

Cette conférence vient en écho au projet de recherche « CALOTYPE » et « RECCAL » soutenus par la Fondation des Sciences du Patrimoine.

Présentation donnée en anglais, sans traduction, s’inscrire à <crcc@mnhn.fr>

Out of the Shadows: Henry Talbot, invention & historiography

William Henry Fox Talbot first conceived of the art of photography in 1833 and achieved results by 1834. However, it was not until Daguerre announced his process in January 1839 that Talbot was prompted to make his method public.  The two approaches were radically different.  Daguerre produced beautifully detailed unique images on silvered sheets of copper.  Talbot’s photographs were technically inferior, but he conceived of the idea of a negative that could produce multiple prints on paper.  In the end, Talbot’s more versatile approach was to define the mainstream of photography right down to the digital age.  The resources available to the historian for these two men are also radically different.  Only a handful of Daguerre images and Daguerre letters survive and no research notebooks.  For Talbot, there are more than 10,000 letters, hundreds of notebooks and more than 25,000 negatives and prints surviving worldwide.  Around fifteen years ago Prof Schaaf made full transcriptions of the 10,000 letters available online.  However, to have put 25,000 images in a research structure with 1990s technology would have ‘broken the web’.  Today, with advanced technology, the online Catalogue Raisonné of Talbot’s photographs is being prepared for the Bodleian Library in Oxford.  Both the letters and the photographs have implications for the history of photography, conservation, and for historians in many fields.

Le professeur Larry J. Schaaf est le directeur du William Henry Fox Talbot Catalogue Raisonné (foxtalbot.bodleian.ox.ac.uk), une ressource en ligne de la bibliothèque Bodléienne. Celle-ci s’appuie sur quatre décennies de recherche sur Talbot, ce savant prolifique qui fut l’inventeur de la photographie négative-positive. L. Schaaf  est également consultant sur le fonds d’archives Talbot récemment acquis par la bibliothèque Bodléienne. Il a été professeur titulaire en  2005 de la chaire Slade des beaux-Arts. Il est le fondateur et le rédacteur en chef du projet Correspondence of William Henry Fox Talbot  qui met à disposition des transcriptions entièrement consultables de plus de 10.000 lettres de Talbot en ligne: http://foxtalbot.dmu.ac.uk/. Le professeur Schaaf est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art de l’Université de St Andrews; sa thèse : Out of the Shadows: Herschel, Talbot & the Invention of Photography (Yale, 1992) a été publiée. Il était un photographe actif et professeur de photographie à l’Université du Texas à Austin quand autour des années 1970, il fut intrigué par la richesse de la collection Gernsheim sur la photographie. Le fonds important d’archives personnelles de Sir John Herschel détenu par l’Humanities Research Center, a immergé Schaaf dans le monde de l’édition documentaire et depuis cette époque une grande partie de ses travaux a porté sur la matérialité et l’importance des sources primaires dans la recherche. Il est particulièrement intéressé par la dite « préhistoire de la photographie » et par la photographie comme interface entre art et science. Schaaf a publié de nombreux articles de revues et de livres, plusieurs d’entre eux ont été primés et sont pionniers dans leurs catégories. Il a donné de nombreuses conférences et a été consultant sur les applications informatiques dans les sciences humaines, des collections d’archives et de l’histoire de la photographie. Une grande partie du travail de Schaaf au cours des trois dernières décennies a été menée en tant que chercheur indépendant. Son bureau est à Rock House, Baltimore, Maryland (USA).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860) aux JEP 2016

Logo FSP vertical Labex PatrimaPour l’édition 2016 des journées européennes du patrimoine, la Fondation des sciences du patrimoine s’installe dans les locaux de l’ancienne Manufacture des Allumettes d’Aubervilliers, aujourd’hui site de l’Institut national du patrimoine (INP).

 

 

 

A cette occasion, le public pourra découvrir les pratiques et les enjeux des sciences du patrimoine au travers de la présentation de six programmes financés par la Fondation dont un programme impliquant la Bibliothèque nationale de France, le programme CALOTYPE : Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860) qui s’intéresse aux procédés des premiers négatifs papier avec une double approche de caractérisation de calotypes historiques en vue d’une classification et d’étude de calotypes contemporains réalisés selon les traités historiques en vue de mettre en place la méthodologie de caractérisation des calotypes historiques et de comprendre la structure des images de calotypes.

Céline Daher du Centre de Recherche sur la Conservation des Collections présentera le programme grâce au poster suivant :

Poster Calotype
Cliquer sur le lien suivant pour agrandir le poster

Zoom sur le poster

Le Labomobile de l’Equipex Patrimex, plate-forme mobile dédiée à l’analyse des matériaux anciens, sera stationné dans la cour de l’ancienne manufacture. Des démonstrations seront effectuées par le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH).

Le département des restaurateurs de l’INP ouvrira ses ateliers de formation à la restauration, son laboratoire et sa bibliothèque.

Les informations complémentaires sur cet évènement figurent dans le communiqué de presse.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Regards croisés sur les Calotypes (RECCAL)

En octobre 2010, la BnF inaugurait une exposition « Primitifs de la photographie. Le calotype en France (1843-1860) » qui allait faire date et marquer la renaissance d’un patrimoine souvent méconnu par le grand public en France, celui des négatifs photographiques, et spécifiquement des négatifs sur papier. Ces photographies ont une esthétique tout à fait inhabituelle par rapport aux tirages, due à l’inversion des polarités et un aspect allant de brillant, satiné à mat et plus ou moins diaphane qui en quelque sorte trouble les sens et l’appréciation, qu’elle soit artistique ou documentaire.

L’objet d’étude

Le calotype est le terme qui désigne le négatif sur papier et son tirage, technique mise au point par l’anglais William Henry Fox Talbot (1800-1877) dès 1840, presque en même temps qu’apparaît en France le daguerréotype de Daguerre. Le calotype, par la possibilité qu’il offre de multiplier les tirages à partir d’un négatif, porte en lui l’avenir de la photographie. Il se fait connaître lentement en France à partir de 1843. Mais c’est surtout entre les années 1848 et 1860 que le calotype connaît une fortune extraordinaire et d’autant plus étonnante que ce ne sera jamais un procédé commercial. La possibilité alors nouvelle de réaliser des tirages sur papier, de varier leurs teintes, de les retoucher intéresse particulièrement les peintres, les archéologues, les voyageurs, les éditeurs. De très grands photographes : Gustave Le Gray, Charles Nègre, Edouard Baldus, Henri le Secq par exemple, démontrent rapidement les possibilités esthétiques de ce procédé et entraînent à leur suite nombre d’artistes (Delacroix, Hugo, Bartholdi) ainsi que la fine fleur du monde des affaires (Aguado, Delessert, Odier), de la politique (Périer, Bassano, d’Haussonville, Bocher) qui durant quelques années deviennent des amateurs passionnés par cette nouvelle technique. L’apport esthétique du calotype dans les années 1850 est considérable, son influence sur l’art, l’architecture et l’archéologie également. C’est grâce à lui que la photographie considérée auparavant comme un objet scientifique ou commercial est acceptée définitivement par les élites intellectuelles et artistiques. La collection de calotypes détenue par la BnF est parmi les plus prestigieuses de par le nombre et la qualité des artistes qu’elle comprend.

Le projet

Quels aspects influencent notre réception de ces images, notre jugement et nos attributions ? Il est intéressant de déterminer parmi les paramètres physico-chimiques ceux qui sont pertinents dans notre processus d’analyse de ces images négatives et d’appréhension de leur état de conservation. La BnF possède une collection exceptionnelle dont il est intéressant de compléter la documentation par ce double regard, celui que porte l’historien de l’art et celui qu’acquière le physicien avec ses outils de caractérisation. A cette fin, les outils et la méthodologie développés lors d’une étude post-doctorale réalisée en 2016 et financée par la Fondation des sciences du patrimoine1 seront appliqués à un ensemble aussi large que possible de calotypes de la BnF.

Le département des Estampes et de la photographie, avec le Centre de recherche sur la conservation (CRC) et le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), a soumis avec succès un projet dans le cadre de l’appel à projets 2016 de la Fondation des sciences du patrimoine.

Les livrables

Une base de données sera établie sur ces négatifs, qui conjuguera les résultats analytiques et expérimentaux aux critères d’appréciation « psychophysiques » des historiens, et permettant ainsi de confronter, en quelque sorte, l’expertise de l’historien – sa science des artefacts et son « connoisseurship » – aux mesures physiques ou physico-chimiques. Le traitement statistique de l’ensemble de ces données conjuguera les résultats issus des sciences expérimentales aux critères d’appréciation des sciences humaines. Il s’agit ainsi de croiser les regards et les compétences du conservateur et du physicien, sur cet objet, dont on s’attache aussi à définir l’identité matérielle et dont il convient d’assurer la conservation.

Dans ce but, un deuxième aspect du travail visera à élaborer une politique d’exposition de ces œuvres réputées fragiles. Des caractérisations s’attacheront à la question des altérations et des fragilités effectives et potentielles des calotypes. Le but est de déterminer pour des œuvres ou des groupes d’œuvres les risques liés aux manipulations et expositions. L’étude s’appuiera sur un travail expérimental mené in-situ et au laboratoire en vue de déterminer la sensibilité photochimique de ces œuvres, et les risques physiques liés à la présence de constituants thermosensibles entrainant une fragilité extrême du papier dans un contexte muséographique.

Responsable scientifique :
Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie

Partenaires Labex Patrima :
Marie-Angélique Languille, Centre de recherche sur la conservation (CRC)
Anne de Mondenard, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)

Autres partenaires :
Ce projet s’insère dans une coopération internationale avec le Getty Conservation Institute et le Getty Museum.


Image de Une : [Nu féminin (Eugénie) allongé] : [photographie négative sur papier] / [A. Fays]. Source gallica.bnf.fr : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69398378>.

  1. CALOTYPE : Caractérisation des premiers négatifs papier (1841-1860). Description disponible en ligne : <http://www.sciences-patrimoine.org/index.php/calotype.html>). Dans le cadre du projet CALOTYPE réalisé en 2016, un ensemble de négatifs papier historiques issus de collections françaises a été sélectionné. Ceux-ci provenaient d’institutions parisiennes comme la Bibliothèque nationale de France, le Musée d’Orsay, la Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine, la Société Française de Photographie, la Bibliothèque des Arts Décoratifs, la Bibliothèque de l’Institut de France, l’Institut National d’Histoire de l’Art, etc. A partir de cet échantillonnage une stratégie d’analyse non destructive regroupant différents types de caractérisation a pu être mise en place. Elles regroupent d’une part des mesures physiques, comme la mesure des dimensions, de l’épaisseur, de la masse, de l’imagerie au microscope en réflexion et transmission pour caractériser les fibres du papier, la mesure de brillance et de la couleur ; et d’autre part par des mesures physico-chimiques avec la spectroscopie fibrée de réflectance dans le visible et le proche infrarouge et la spectroscopie dans le moyen infrarouge en réflectance. Ces analyses ont permis de mettre en évidence la présence de substances organiques comme la cire ou la gélatine sur une ou les deux faces des négatifs. Les charges des papiers utilisés (composés minéraux ajoutés lors de la fabrication du papier pour en modifier les propriétés optiques et/ou mécaniques) ont par ailleurs pu être identifiées par spectrométrie de fluorescence des rayons X. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Analyse des pigments des encres et des filigranes des gravures en Clair-Obscur (CLARO)

Le présent projet porte sur l’analyse des pigments des encres et des filigranes de gravures en couleurs réalisées en Allemagne, France et Pays-Bas entre 1508 et 1640. La caractérisation des pigments est en effet une question essentielle pour mieux appréhender la nature physique et les savoir-faire des ateliers de graveurs de cette époque. Si de telles analyses scientifiques ont été récemment pratiquées en France par le C2RMF et aux Etats-Unis sur des gravures en couleurs italiennes, ce n’est pas le cas pour les estampes produites dans le nord de l’Europe. Ces analyses, menées par le C2RMF dans le cadre d’une exposition qui aura lieu au Musée du Louvre en 2018 et qui en présentera les principaux résultats, permettraient de comparer les pigments employés par les graveurs en Europe du Nord avec leurs homologues italiens, afin de mieux saisir les possibles transferts de technologie sur une longue période. Elles sont de nature à apporter de nouvelles connaissances en histoire de l’art, en permettant de mieux circonscrire l’activité de chaque foyer de production, et de contribuer à la distinction entre tirages originaux et tardifs. Elles pourront également aider à la localisation et à la datation d’estampes anonymes. Elles entendent enfin montrer tout l’intérêt scientifique que des analyses physico-chimiques revêtent dans le domaine de l’estampe, encore peu familier avec ce type d’approche et de méthode.

L’objet d’étude

L’estampe en couleur, appelée aussi gravure en clair-obscur ou en camaïeu, est expérimentée par des graveurs sur bois vers 1508-1510 jusque dans les années 1640 en Europe du Nord et du Sud. Elle est le fruit de recherches techniques et artistiques visant à traduire à l’impression de riches nuances de teintes. A la fois imitation du dessin et objet autonome, elle connut une large diffusion et suscita un intérêt évident auprès de peintres, comme Burgkmair, Cranach, Baldung Grien, Parmigianino, Floris, Goltzius, Rubens ou Lallemand en raison de l’emploi de la couleur, mode d’expression de nature à les séduire et à rejoindre davantage leur pratique artistique que les dégradés de noir et de blanc dont usaient les graveurs pour rendre une composition.

Les estampes en couleurs sont des objets complexes, où se trouvent superposées sur une même feuille de papier plusieurs couches d’encres de couleurs qui s’entremêlent ou se trouvent juxtaposées. L’étude de ces feuilles appelle nécessairement à se poser des questions d’ordre technique, au premier chef desquelles la caractérisation des pigments employés dans les encres. Pourtant, force est de constater que ce n’est pas cette approche qui a caractérisé l’étude du corpus des gravures en couleurs, aujourd’hui relativement bien établi. Les gravures en couleurs ont été étudiées selon des méthodes classiques en l’histoire de l’art (rapprochements stylistiques, constitution d’un répertoire propre à chaque graveur ou atelier, examen des relations entre les dessins d’un artiste et les estampes réalisées d’après ses compositions) sans que la question de la nature physique des pigments ne soit jamais évoquée. Or, l’emploi d’analyses scientifiques sur les pigments semble de nature à ouvrir d’autres voies d’explorations qu’une étude reposant uniquement sur les fondamentaux du connoisseurship. En effet, il semble vraisemblable d’affirmer que chaque graveur avait sa manière d’employer les pigments dans ses encres, de les doser et de les répartir sur les bois pour produire une estampe en couleurs. L’hypothèse selon laquelle ces éléments matériels marqueraient avec autant de certitude la signature d’un artiste ou d’un atelier que des considérations stylistiques, parfois sujettes à caution dans le cas d’une estampe anonyme gravée d’après une composition existante, semble riche de possibles redécouvertes.

Le projet

A l’image de projets déjà menés par le C2RMF et aux Etats-Unis sur des estampes italiennes du XVIe siècle, les porteurs vont lancer des analyses similaires sur un corpus d’une cinquantaine de gravures en couleurs nordiques (Allemagne, Pays-Bas, France) entre 1508 et 1640, qui permettront de compléter l’état du savoir sur les pigments des gravures en couleurs en Europe.

Cette étude se conçoit comme le préalable d’une exposition sur la gravure en clair-obscur en Europe qui se tiendra au Musée du Louvre au printemps 2018, dans les nouvelles salles consacrées aux Arts Graphiques. Elle réunira une centaine de feuilles issues des collections Edmond de Rothschild du Louvre, du département des Estampes de la BnF et de la Fondation Custodia. Les gravures analysées seront prioritairement choisies dans le fonds de la collection Edmond de Rothschild mais également dans le fonds de la BnF, partenaire du projet. Ces analyses seront croisées avec le relevé systématique des filigranes présents sur les papiers.

Après l’observation minutieuse des gravures du corpus, dix à vingt gravures feront l’objet d’analyses qui vont permettre de comprendre la mise en œuvre et la composition chimique des pigments responsables des couleurs. Les techniques non invasives doivent permettre de caractériser les composés chimiques de la matière afin de révéler si possible des empreintes chimiques permettant de distinguer des ateliers de graveurs.

L’analyse des pigments sera effectuée par le C2RMF :

  • analyse par fluorescence X (système ELIO) ;
  • microspectrométrie Raman ;
  • analyses par µRaman et par spectroscopie Infrarouge à transformée de Fourier (FTIR) ;
  • spectrométrie de réflectance dans UV, le visible et le proche infrarouge par fibres optique (FORS).

Les livrables

Les analyses devront répondre à trois principales questions :

  1. Identifier des pigments des estampes allemandes, flamandes, françaises et néerlandaises :
    – établir une liste des pigments employés par les graveurs nordiques, afin de les comparer à ceux employés par les graveurs italiens à la même époque
    – comprendre si une transmission technologique a eu cours de part et d’autre des Alpes, à différentes périodes du XVIe siècles.
  2. Établir si l’emploi de certains pigments est propre à un graveur ou un atelier, pour, le cas échéant, mieux circonscrire son activité :
    – expliciter les savoirs-faire particuliers de chaque foyer producteur d’estampes en couleurs
    – distinguer des tirages originellement conçus dans un atelier d’impressions tardives.
  3. Aider à la localisation ou à la datation des estampes anonymes :
    – mieux cerner la production de certaines estampes faussement attribuées à Dürer, dont on ignore aujourd’hui dans quel cercle et à quelle période elles ont pu être réalisées.

Responsable scientifique :
Séverine Lepape, Département des Arts Graphiques, Musée du Louvre

Partenaires Labex Patrima :
– Caroline Vrand, Vanessa Selbach, Rémi Mathis, Bibliothèque nationale de France
– Eric Pagliano, Clotilde Boust, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)


Image de Une sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0) : A skull (memento mori) balancing on a recessed ledge. Chiaroscuro woodcut / Andrea Andreani, 1861,0518.199, AN54964001, British Museum

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts