Archives de catégorie : ANR

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

Colloque de clôture du projet ANR Foucault Fiches de Lecture – Première partie à l’IMEC Abbaye d’Ardenne, 10-11 septembre 2020

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique
Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

En proposant la numérisation des fiches de lecture de Michel Foucault conservées à la BnF, le programme ANR Foucault Fiches de Lecture (FFL) vise une approche de l’œuvre de Foucault fondée sur l’analyse des pratiques de lecture du philosophe et de ses cheminements de pensée.

Le colloque final sera l’occasion d’effectuer un bilan, au niveau des outils développés, en ce qui concerne l’édition et le travail de la recherche foucaldienne valorisant le fonds Foucault déposé à la Bibliothèque nationale de France. Il s’agira aussi de proposer une réflexion sur les enjeux politiques et intellectuels du numérique dans le domaine des archives. Parce que matérialité technique et pensée sont étroitement liées, le numérique en tant qu’écriture n’est pas sans effet ni sur la façon d’organiser et de penser les archives dans la société, ni sur la manière de pratiquer la philosophie.

Programme du 10 septembre

  • 9h30 Mot de bienvenue par F. Bordes et P. Sabot suivi d’une ouverture par Mathias Girel, Laurence Le Bras et Michel Senellart
  • 10h30 Les outils. Président de séance J.-P. Moreux
    • Présentation de la plate-forme numérique
      Vincent Ventresque
    • « Lire les fiches de lecture avec Transkribus »
      Marie-Laure Massot et Vincent Ventresque
  • 14h30 Les projets d’édition. Président de séance L. Dartigues
    • « Michel Foucault, un cas exemplaire pour penser les pratiques savantes »
      Jean-François Bert
    • « Les usages de la plate-forme au soutien des projets d’édition de Michel Foucault »
      Elisabetta Basso
    • « Reconstituer un corpus à partir d’archives : Foucault et la phénoménologie »
      Philippe Sabot
  • 18h00 Soirée animée par E. Basso
    • Les enjeux des archives numériques pour les chercheurs et les archivistes. Avec François Bordes, Laurence Le Bras, Jean-Philippe Moreux, Arianna Sforzini

Programme du 11 septembre

  • 9h30 Analyse du travail « matériel » (1). Président de séance M. Senellart
    • « Le bio-pouvoir entre libéralisme et néolibéralisme. Un regard par les boîtes »
      Luca Paltrinieri
    • « La genèse des Aveux de la chair : les hypothèses de l’archive »
      Philippe Chevallier
    • « Édition et ayants-droit, une nécessaire coopération »
      Laurent Dartigues
  • 14h30 Analyse du travail « matériel » (2). Président de séance Ph. Chevallier
    • « Foucault, néolibéralisme et la question de l’État : un éclairage à partir des fiches de lecture »
      Carolina Verlengia
    • « Archéologie et volonté chez Michel Foucault entre les années 1950 et 1960 »
      Orazio Irrera

Comité d’organisation

Elisabetta Basso, Laurent Dartigues, Michel Senellart, Vincent Ventresque, Carolina Verlengia, avec l’aimable participation de
François Bordes et Philippe Sabot.

Contact : laurent.dartigues@ens-lyon.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à candidature – Postdoctorant.e informatique Projet LIFRANUM – Littérature FRAncophone NUMérique

Dans le cadre du programme scientifique LIFRANUM (Littératures Francophones Numériques) qui associe la Bibliothèque nationale de France, financé par l’ANR, recrute un.e postdoctorant.e.

Logo ANR

Contexte et objectifs du projet

Le projet LIFRANUM vise à constituer et analyser le corpus des productions littéraires francophones nativement numériques. Il s’agit d’un projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) qui regroupe un laboratoire de langue, littérature et sciences de l’information et de la communication (MARGE), un laboratoire d’informatique (ERIC) et la Bibliothèque nationale de France (BnF).

Le corpus du projet LIFRANUM, qui est constitué de données variées au sens des big data, va être stocké un dans lac de données (data lake) permettant la conservation des données dans leur forme d’origine et leur préparation pour des analyses diverses, dont la fouille de textes. Cela implique de concevoir un système de métadonnées, d’indexation et d’interrogation du lac assurant la traçabilité du lignage des données. De plus, le lac de données n’étant pas uniquement destiné à des data scientists, il est nécessaire de s’inscrire dans une démarche « d’industrialisation » des analyses effectuées sur le lac via une couche logicielle d’exploration, de requêtage et de visualisation des données permettant aux chercheur.es du laboratoire MARGE d’être autonomes dans la plupart des cas d’étude.

Missions

La personne recrutée devra être titulaire d’un master ou d’un doctorat en informatique, être spécialiste en gestion de données, informatique décisionnelle (business intelligence), mégadonnées (big data), et être immédiatement opérationnelle. Un expérience des humanités numériques sera appréciée. Elle travaillera au sein du laboratoire ERIC, sous la responsabilité scientifique de Jérôme Darmont et Sabine Loudcher.

Elle aura pour mission de concevoir et mettre en œuvre le lac de données, de la partie métadonnées et indexation à la partie analyses « industrialisées », et ce en collaboration étroite avec tous les chercheur.es de MARGE et d’ERIC impliqué.es dans le projet LIFRANUM.

Compétences requises

Gestion de données, bases/entrepôts de données, architectures big data, humanités numériques, gestion de projet, travail en équipe, autonomie, sens de la communication, rigueur.

Conditions du poste

  • Salaire : environ 2000 € net mensuel.
  • Durée : 10 mois à compter du 1er septembre 2020.
  • Lieu d’exercice : campus Porte des Alpes, Bron.
  • Candidature à adresser à jerome.darmont@univ-lyon2.fr et sabine.loudcher@univ-lyon2.fr d’ici le 20 juin 2020, accompagnée d’un CV et d’une lettre de motivation.
  • Les candidat.es retenu.es après examen des dossiers seront convoqué.es pour un entretien par visioconférence.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de contrat doctoral Littératures Numériques Francophones (LIFRANUM, Lyon3)

Dans le cadre du programme scientifique LIFRANUM (Littératures Francophones Numériques) qui associe la Bibliothèque nationale de France, financé par l’ANR, le centre de recherches MARGE de l’université Lyon 3 propose un contrat doctoral de 3 ans (36 mois à partir du 1er sept. 2020).

Logo ANR

Dans le cadre du programme scientifique LIFRANUM (Littératures francophones numériques), financé par l’ANR de 2020 à 2023, l’unité de recherche Marge de l’université Lyon 3 offre un contrat doctoral d’une durée de 36 mois. LIFRANUM est un programme pluridisciplinaire, alliant recherches en Lettres, Sciences de l’information et Informatique. Il vise à la constitution d’un corpus de productions littéraires nativement numériques à l’échelle de la francophonie.

Les candidat.e.s doivent être titulaires d’un Master 2 (Lettres, Humanités numériques ou Information-Communication).

La thèse portera notamment sur la caractérisation et la description des créations littéraires nativement numériques. Les créations littéraires numériques font en effet apparaître des formes expressives nouvelles, associant écriture et image, texte propre et hyperlien. Répertorier et décrire ces objets constitue un problème à la fois littéraire et documentaire. Cette thèse, fondamentalement pluridisciplinaire, visera, en s’appuyant sur les questionnements autour de la notion d’oeuvre, de publication, mais également les propriétés intrinsèques du multimédia, d’élaborer les concepts descriptifs de ces objets.

Elle contribuera à forger des outils d’analyse littéraire adaptés aux nouvelles textualités numériques en s’inscrivant dans une réflexion globale dite “poétique des supports”. L’aboutissement de cette thèse sera une ontologie terminologique représentant les nouvelles formes (voire les genres) de l’expression littéraire et sera utilisée pour caractériser les entités constitutives du corpus sur les différents niveaux de la description.

Le travail quotidien consistera à utiliser et améliorer des outils élaborés en XML (schémas, requêtes Xquery, fichiers), à utiliser des outils de crawling et à travailler, dans le cadre de l’élaboration de l’ontologie terminologique, avec les outils du web sémantique. S’il n’est pas demandé une maîtrise initiale de ces outils, le candidat s’engage à s’y former et à les utiliser avec la plus grande rigueur. Il lui sera demandé une attitude réflexive vis-à-vis de ces outils.

Informations pratiques

  • La thèse sera co-dirigée par Gilles Bonnet (Lettres) et Christian Cote (Sciences de l’information).
  • Les dossiers de candidature doivent comporter un CV détaillé et une lettre de motivation, à adresser à l’adresse suivante : frederique.lozanorios@univ-lyon3.fr.
  • Date-limite d’envoi des dossiers : 10 juin 2020.
  • Des auditions des candidat.e.s retenu.e.s seront organisées, soit en présentiel, soit par visio-conférence, à la fin du mois de juin 2020.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Cartographie du Web littéraire francophone (22-24/01)

Les porteurs du programme ANR LIFRANUM (LIttératures FRAncophones NUMériques), auquel prend part la Bibliothèque nationale de France, organisent un colloque international du 22 au 24 janvier 2020.

Argument

Le colloque international Cartographie du Web littéraire francophone entend interroger divers critères liés au repérage, à la sélection, à l’archivage, et au traitement de corpus nativement numériques des productions littéraires francophones. De même une analyse littéraire du corpus donnera sans doute l’occasion d’approfondir notamment  la question de l’élargissement du champ littéraire, d’interroger l’efficience des outils  narratologiques classiques pour saisir cette nouvelle poétique numérique. Il s’agira  aussi d’étudier la répartition des ressources numériques littéraires dans l’espace francophone, d’établir des modalités standardisées de description afin d’en proposer des parcours interprétatifs adaptés. Par ailleurs, l’occasion sera donnée de repenser la Francophonie, dans une logique plurielle, décentrée, en tenant compte de toutes les aires culturelles qui ont le français comme langue de partage.

Programme

Mercredi 22 janvier

8h30- Accueil des participants

08h45-Ouverture du colloque et présentation du projet Idex

Corpus numérique : quelle pertinence heuristique, méthodologique et épistémologique ?

Modération : Catherine Dessinges, Université de Lyon 3

9h00-10h00 : conférence plénière 

Le partenariat Littérature québécoise mobile

  • Bertrand Gervais, titulaire Chaire de recherche du Canada sur les arts et les littératures numériques 

10h00-10h35 : Proposition Cartographie du web littéraire francophone

  • Pierre Boizette, chercheur postdoctoral, IFRA, Nairobi

10h35-10h50: pause-café

10h50-11h25 : Cartographie du web littéraire francophone : entre considérations générales et questionnements juridiques

  • Aboubakar Sidi Njutapwoui, Université Maroua, Cameroun

11h25-12h00 : Cartographie du Web littéraire francophone. Le cas de certains blogs et sites littéraires francophones subsahariens

  • Patricia Sylvie Essonghe, Université Omar Bongo Libreville-Gabon, Marge/ Lyon 3

12h00-12h35 : Le corpus “brouhaha” au défi de la visualisation de texte

  • Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

Pause déjeuner

Francophonie : configurations numériques, dynamique transversale et confins sémantiques

Modération : Lucien Perticoz, Université Lyon 3

14h00-15h00 : conférence plénière

Je ne suis pas un littéraire. Plaidoyer pour des frontières disciplinaires poreuses,

  • Marcello Vitali-Rosatidépartement des littératures de langue française de l’Université de Montréal

15h00-15h35 : Les institutions fantômes de la littérature numérique,

  • Nicolas Sauret, Université Paris-Ouest

15h35-15h50 : pause-café

15h50-16h25 : Ébauche de visualisation des productions littéraires francophones d’Haïti et retour d’expérience

  • Inès Burri, Université Jean Moulin Lyon 3
  • Anaïs Chambat, ENS de Lyon
  • Célian Ringwald, Université Lumière Lyon 2 

16h25-17h00 : L’impact des pratiques de la numérisation dans la création littéraire francophone

  • Amel Mesli, Ecole Supérieure de Management de Tlemcen, Algérie

Jeudi 23 janvier

Genre(s) et création à l’ère du numérique

Modération : Gilles Bonnet, Université Lyon 3

9h30-10h05 : Des effets du web sur la création littéraire : évolution des pratiques et légitimation des œuvres

  • Karen Cayrat, Université de Lorraine (Crem)

10h05-10h40 : Inconnu à cette adresse. Plongée exploratoire dans la création littéraire numérique belge en langue française

  • Corentin Lahouste,  FNRS-UCLouvain

10h40-10h55 : Pause-café 

10h55-11h30 : Francophonie et création littéraire en Algérie à l’ère du numérique : état des lieux et enjeux

  • Karima Ait Dahmane, Université de Blida2

11h30-12h05 : La littérature populaire en français sur le web contribue-t-elle à morceler ou à unifier l’espace numérique francophone ? Le cas des chroniques : de part et d’autre de la Méditerranée,

  • Nadja Maillard-De La Corte Gomez, Université d’Angers
  • Violaine Bigot, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Pause déjeuner

Web littéraire  et configurations socionumériques

Modération : Belén Hernández Marzal, Université Lyon 3  

14h00-14h35 : Pratiques discursives et hybridité dans  les  forums de discussion algérien

  • Yahiaoui Kheira, Maître de Conférences HDR, Ecole Normale Supérieure d’Oran, Algérie

14h35-15h10 : à MainLevé, un dispositif d’écriture original sur les Réseaux Sociaux

  • Emmanuel Vaslin, Directeur Atelier Canopé de Maine-et-Loire 

15h10-15h25 : pause-café

15h25-16h00 : L’internet et la mise en scène de soi : la participation du web dans la restructuration des dispositifs de légitimation et le processus de concrétisation des créations littéraires en Haïti

  • Jean Verdin Jeudi, Université d’Etat d’Haïti

16h00-16h35 : Présentation de l’œuvre The pleasure of the coast ou Le Plaisir de la côte de J. R. Carpenter

  • Sylviane Médard, doctorante LLSH université Grenoble Alpes

Vendredi 24 janvier

Corpus en ligne, herméneutique et obstacles méthodologiques

Modération : Christian Cote, Université Lyon 3

9h30-10h30 : conférence plénière

La plate-forme Mukanda, limites et potentiels d’une expérience

  • Pierre Halen, Université Lorraine

10h30-11h05 : Quelle cartographie de la littérature francophone à l’ère du cyberespace ?

  • Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université de Toulouse Jean Jaurès, Marge, Université de Lyon 3

11H05-11h20 : Pause-café

11h20-11h55 : Le “Répertoire des écrivaines et écrivains numériques”. Archivage et institutionnalisation de la littérature numérique, Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

  • Nicolas Sauret (UdeM)
  • Enrico Agostini Marchese (UdeM)

11h55-12h30 : A la recherche du web littéraire : une enquête hyper-perplexe en hypertexte

  • Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

Pause déjeuner

Nouveaux horizons littéraires & performance d’auteurs

Modération : Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

14h00-15h00 : La littérature (par la) bande, Servanne Monjour, département des littératures de langue française de l’Université de Montréal

  • Marcello Vitali-Rosati, Chaire de recherche du Canada sur les écritures numérique

15h00-15h35 : Notes pour une littérature de terrain. Le devenir-spatial de la littérature numérique

  • Enrico Agostini Marchese (UdeM), doctorant, Université de Montréal

15h35-15h50: pause-café

15h50-16h10 : Lecture de textes par Jean Verdin Jeudi, Ecrivain et bloggeur, responsable d’un club de jeunes écrivains d’Haïti

16h10-16H50 : Table ronde d’administrateurs de plateformes d’écriture littéraire autour de Marie-Anaïs Guegan, Université Lyon 3

16h50-17h45 : Table ronde : De l’Idex à Lifranum : les grands enjeux de la Francophonie numériqueGilles Bonnet, Université Lyon 3 ; Christian Cote, Université Lyon 3, Pierre Halen, Université Lorraine ; Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, Marge, Lyon 3 

Informations pratiques

  • Université Lyon 3, Salle Caillemer
  • 15, quai Claude Bernard 69007 LYON
  • Tram T1 : descente rue de l’université
  • Contact : 04.78.78.73.92

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Etre éditeur en France au XIXe siècle »

DEF19

Programme

Jeudi 4 avril

9h30 Accueil

10h Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Introduction générale du colloque

Session 1. Se lancer et prospérer dans l’édition Présidence : Jean-Yves Mollier, UVSQ

10h25 Véronique Sarrazin (Univ. d’Angers) – Pourquoi et comment se lancer dans l’édition quand on domine le marché de l’imprimerie-librairie à l’échelle locale ? Les Degouy à Saumur, 1797-1830

10h50 Alice de Bremond d’Ars (École nationale des Chartes) – Eugène Renduel, les débuts d’un éditeur romantique

11h15 Stéphane Roy (Carleton University, Canada) – Jules Basset, figure méconnue de l’écosystème de l’édition au xixe siècle

Session 2. Développer des réseaux internationaux Présidence : Viera Rebolledo-Dhuin, UVSQ

13h45 Lucia Granja (Université de Saõ Paulo) – Baptiste-Louis Garnier, entre Rio et Paris

14h10 Ana Peñas Ruiz (Université Complutense de Madrid) –Être femme, éditrice et porter un nom français en Espagne au xixe siècle : le cas de Catherine-Clémentine Denné-Schmitz

Session 3. Éditer à l’ère de la photographie Présidence : Anne-Sophie Aguilar, Univ. Paris Nanterre

15h10 Marie-Eve Bouillon et Sylvie Le Goëdec (Archives nationales) – Éditeurs photographes et collaborations institutionnelles au tournant du XXe siècle : l’exemple des Archives nationales

15h35 Laureline Meizel (Université Paris Nanterre/HiCSA) – Mesurer le devenir-éditeur des photograveurs, interroger le devenir-image de l’édition : le cas des frères Berthaud (1867-1908)

Table ronde. Deux projets de dictionnaires des éditeurs Discutant : Jean-Dominique Mellot, Bibliothèque nationale de France

16h20Pura Fernández (Centro de Ciencias Humanas y sociales, Madrid) et Viera Rebolledo-Dhuin (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) – Dialogue entre DEF19 et Editores y Editoriales Iberoamericanos (ss. XIX-XXI) 

Vendredi 5 avril

Session 4 : Éditer la musique : enjeux et archives Présidence : Patricia Sorel, Univ. Paris Nanterre

9h30 Jean-François Botrel (Université Rennes-2) – Trois éditeurs de musique parisiens et un chansonnier breton autour de 1900

9h55 Marie-Ange Multrier-Fortin (éditions Musicales Fortin-Armiane) – Présentation des archives des Éditions musicales Fortin

Session 5 : Éditer pour des marchés spécifiques Présidence : Marie-Claire Boscq, UVSQ

10h55 Sophie Defrance (British Library) – Quelques acteurs de l’édition pour l’éducation secondaire des jeunes filles et leurs réseaux

11h20 Constance de Courrèges d’Agnos (Service historique de la Défense) – L’édition militaire au travers de deux portraits : les maisons Corréard (Paris) et Verronnais (Metz)

11h45 Flavien Bertran de Balanda (Sorbonne-Universités/CRH19) – Émile Babeuf (1785-1842), un Nain tricolore à l’assaut de la légitimité

Informations pratiques

  • Quand ? 4 et 5 avril 2019
  • Où ? Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)
  • Comment ? Entrée libre dans la limite des places disponibles
  • Qui ? Organisé dans le cadre du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Penser, classer, modéliser. L’exemple du projet Foucault Fiches de Lecture

Dans le cadre du projet CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France, l’atelier intitulé « Penser, classer, modéliser. L’exemple du projet Foucault Fiches de Lecture » a eu lieu le 13 novembre après-midi sur le site François-Mitterrand. Organisé dans une logique de partage d’expertise, il avait pour objectif de mener, à partir de l’exemple concret du projet Foucault Fiches de Lecture, une réflexion autour des problématiques liées à la modélisation et à l’enrichissement de données et, de manière plus générale, sur ce que les outils numériques peuvent apporter au travail de recherche sur un corpus d’archives.

Le projet Foucault Fiches de Lecture (FFL) est un projet ANR d’une durée de trois ans qui a pour objectif de numériser, mettre en ligne, indexer, décrire et enrichir les notes de lecture manuscrites de Michel Foucault, en utilisant une plate-forme numérique de travail collaboratif.

Fruit du partenariat entre PSL et l’ENS Lyon, le projet FFL, en fédérant des équipes de différents laboratoires de recherche (ArchiNum, Triangle, CAPHÉS et ITEM), repose sur une collaboration étroite entre chercheurs en sciences humaines et sociales et ingénieurs de recherche.

Suite au lancement de la numérisation par la BnF des fiches de lecture (fonds NAF 28740 acquis par le département des manuscrits de la BnF en 2013), aujourd’hui, à la fin de la première année du projet, un prototype de plate-forme développé par l’équipe d’ingénieurs offre aux chercheurs plusieurs fonctionnalités et ouvre de nouvelles perspectives de recherche. Elle permet d’abord de consulter les feuillets numérisés : actuellement environ 5 700 sur les 14 000 à numériser dans le cadre du projet et sur les 20 000 fiches présentes dans le fonds conservé à la BnF. Elle donne aussi la possibilité aux chercheurs de décrire et d’annoter ces fiches : chaque utilisateur peut à la fois produire des métadonnées mutualisées et enregistrer des annotations privées.


Prototype de la plate-forme Foucault Fiches de Lecture (FFL)

Basée sur les technologies du web sémantique, la plate-forme permet également d’enrichir ces informations par un système de mashup et d’alignement avec les données bibliographiques et biographiques de data.bnf.fr. En outre, elle fournit une transcription de chaque fiche. Cette transcription automatique est obtenue à l’aide du logiciel Transkribus qui, basé sur une technologie d’intelligence artificielle, après une phase d’apprentissage via des réseaux neuronaux, permet la reconnaissance d’écritures manuscrites ainsi qu’une recherche par mots clés. Malgré la nécessité d’un travail minutieux ligne par ligne, l’équipe a constaté un taux moyen de réussite de reconnaissance de l’écriture de 92%, une fois l’entraînement effectué. Enfin, les ingénieurs de recherche travaillent sur une fonctionnalité de cartographie pour permettre aux chercheurs de visualiser graphiquement les connexions entre les fiches et, à partir de ces connexions, de visualiser les réseaux de notions et d’auteurs. Le projet vise ainsi à constituer une base de connaissances sur les sources de Foucault ainsi qu’un référentiel terminologique du vocabulaire employé par le philosophe.

Exemple de transcription

Le passage des archives papier au numérique implique pour les chercheurs une nouvelle manière de les appréhender. La possibilité d’établir des liens hypertextuels entre les fiches et vers des ressources extérieures ainsi que d’obtenir des visualisations de données constitue des atouts majeurs du projet qui vise ainsi à offrir aux chercheurs un modèle de travail ouvert mais aussi une réflexion théorique sur les méthodes de travail de Foucault et ses archives, sa « bibliothèque ».

Réutiliser les données existantes

Ce corpus de fiches de lecture présente un statut hybride : plus qu’un texte, il constitue une banque de données bibliographiques. Dans leur matérialité, les fiches, accumulées pendant plus de trente ans, sont rangées dans des boîtes et des chemises selon un ordre thématique. Systématiquement, sur ces fiches, Foucault relève des références et attribue des concepts. Dans la dimension virtuelle de la plate-forme, ces références à des personnes, documents et concepts sont alignées, autant que possible, avec data.bnf.fr ou pointent vers le catalogue général de la BnF ou bien vers d’autres catalogues de bibliothèques lorsque la référence n’est pas présente sur data.bnf.fr. À ces métadonnées structurées, s’ajoutent les annotations produites par les chercheurs (par exemple des commentaires personnels ou des ajouts de références) et les transcriptions intégrales des fiches.

Comment alors tirer parti au mieux de ces différents types de données (métadonnées structurées, annotations et transcriptions) ? Cet enrichissement de données via data.bnf.fr pourrait-il être complété par le même travail à partir des transcriptions des fiches, du plein texte ?

Les index des Cours au Collège de France (thèmes et personnes) ont été fusionnés en un seul (l’index de 10 cours représente 200 pages), mais ils ne décrivent qu’une partie de l’œuvre (1970-1984) et se révèlent trop spécialisés autour des thèmes des cours ; l’équipe s’interroge alors sur la possibilité de créer un thésaurus à partir de notions ou d’utiliser un thésaurus existant pour décrire les concepts employés par Foucault afin de contrôler la création de nouvelles entités et d’améliorer la qualité des données textuelles.

Parmi les possibilités existantes, Rameau (Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié), en tant que langage d’indexation matière répandu dans le monde des bibliothèques, semble au premier abord être une solution intéressante. Aux échanges entre chercheurs et ingénieurs de recherche, s’ajoute alors un autre domaine de compétences : celui des sciences de l’information. L’échange entre des experts de Rameau à la BnF et l’équipe de recherche a permis de déterminer que ce langage documentaire n’est pas adapté à une terminologie spécifique comme celle de Foucault. En effet, les catégories foucaldiennes ne recouvrent pas les concepts du thésaurus. Les concepts de Rameau se rapportent à une classification à vocation encyclopédique et universelle à l’opposé de l’indexation des fiches de lecture qui a vocation à tenir compte de la valeur sémantique dépendante de l’usage et du contexte d’emploi des termes par le philosophe. SKOS, en permettant la description des types de relations entre des catégories et donc en permettant la description non seulement de relations hiérarchiques mais aussi associatives, est proposé alors comme un possible cadre de départ pour formaliser les relations entre les concepts. 

Visualiser les données

Outre la question de l’enrichissement des données via des thesauri, d’autres questions se posent dans le cadre du projet autour de l’enrichissement de l’expérience de navigation et de recherche.

Comment permettre la navigation dans les données à partir des graphes ? Un des obstacles face auxquels l’équipe se trouve est en effet la difficulté à l’utiliser comme une carte pour accéder aux contenus. Cette difficulté semble résider plus précisément dans le fait que soit la quantité des données est trop élevée pour être exploitée (la carte devient illisible), soit la représentation risque de porter sur des éléments déjà connus. Quel est donc l’apport de la visualisation de données ? Peut-elle faire surgir des interprétations nouvelles ?

La cartographie que l’équipe vise à construire sert à naviguer dans les fiches, plutôt qu’à représenter les concepts eux-mêmes. À l’état actuel d’avancement du projet, cette cartographie sert à savoir ce qui a été saisi et voir quel philosophe ou quelle notion apparaît dans quelle fiche.

Exemple de graphe du projet FFL

Modéliser les données

L’enjeu du projet est de réunir des usages de recherche différents sur le matériau que constituent les fiches, mais sans les réduire à un dénominateur commun : quel modèle de données alors pour le travail collaboratif ? Comment associer travail personnel et collectif ? Comment faire face à l’hétérogénéité du corpus et des usages de recherche ? Le modèle élaboré par l’équipe a été donc structuré autour du principe de l’annotation, autrement dit un « modèle centré annotations ». Il tente de concilier l’hétérogénéité de ce que les fiches contiennent (représenté sous forme d’annotations) avec les éléments homogènes comme par exemple les titres.

À chaque élément saisi par le chercheur dans la plate-forme, ou à chaque annotation, sont rattachées des métadonnées : information de provenance (qui l’a saisie et quand), type de chaque information saisie et portée (quelle partie du corpus est couverte). Certaines informations sont privées et visibles uniquement par celui qui les a saisies, ou restreintes pour un groupe de personnes.

Exemples de fiches de lecture de Michel Foucault

Dans le modèle, chaque annotation est une ressource avec une URI. Son contenu peut être un littéral ou une entité avec elle-même une URI. S’y ajoutent les méta-métadonnées (type, catégorie comme analyse scientifique ou archivistique ou note éditoriale, auteur, date, conditions d’accès).

Graphe FFL

Enrichir  les données non structurées

Les participants partagent un constat : la personnalisation des outils a pour conséquence de faire diverger les projets. Dans le prototype du projet Foucault Fiches de lecture, un membre de l’équipe a fait un import en local des données de data.bnf.fr dont il avait besoin. Pour éviter ce phénomène, Omeka permet de travailler avec des plug-ins que l’utilisateur peut choisir d’ajouter à son site internet. Par exemple,  un plugin, LC suggest, permet d’intégrer les référentiels de la Bibliothèque du Congrès comme aide à la saisie. Un tel plug-in serait utile pour data.bnf.fr. Un membre de l’équipe du projet propose un appel à la communauté pour développer de tels plug-ins pour Omeka ou WordPress. La question de la maintenance des logiciels développés dans le cadre de projets de recherche se pose alors.

L’objectif de ces développements est d’avoir des fichiers TEI1 bien formés, sans obliger les chercheurs à apprendre la TEI qui est un langage assez technique. S’ils ont eu le temps de l’acquérir, les chercheurs n’ont guère le temps de maintenir ce savoir. Chaque chercheur membre du projet pourra lui-même annoter ses fiches avec des balises par simple clic.

La BnF a testé la reconnaissance d’entités nommées avec l’API Watson sur une dizaine de fiches transcrites à la main, pour les personnes, dates, lieux, et organisations : environ 70% des personnes sont identifiées et 40% des lieux. Les quantités, dates et durées sont bien reconnues. L’algorithme est peu performant avec les organisations. En revanche, les API commerciales ne savent vraiment pas reconnaître des titres d’œuvre. Il est possible de fournir à Watson le dictionnaire propre du projet pour améliorer les résultats.

Contribuer à la recherche grâce à la complémentarité entre plate-forme numérique et travail d’édition papier

L’ordre des fiches de lecture telles qu’arrivées à la BnF n’est pas forcément significatif. La construction d’un réseau intertextuel entre les fiches est un apport majeur rendu possible par le numérique. Il ne permet pas de découvrir un nouveau Foucault, mais la richesse de ses archives de travail. 

À partir du matériel conservé dans le fonds Foucault de la BnF, deux projets d’éditions en particulier sont en cours : la publication des cours et travaux antérieurs au Collège de France, dans la collection « Hautes études » des éditions Seuil/Gallimard et la réédition des Cours au Collège de France en édition de poche, dans la collection « Points » des éditions du Seuil.

Outre la publication d’un certain nombre d’inédits, la première série en particulier se propose aussi de valoriser le matériel qui accompagne les manuscrits de ces cours/travaux, à savoir le matériel venant des archives. Ce matériel, parmi lequel figurent les fiches de lecture, est fondamental pour l’édition des manuscrits, pour la rédaction des notes bibliographiques et des notes critiques. La question fondamentale qui se pose à l’éditeur est : comment faire pour retrouver les informations parmi les milliers de feuillets consultés ? La plate-forme élaborée dans le cadre du projet FFL apporte une réponse à ce problème. Quand le philosophe renvoie dans un manuscrit à une source bibliographique incomplète, la plate-forme permet de lancer une recherche par auteur par exemple et retrouver les fiches de lecture qui concernent cette source. Outre à améliorer la compréhension des données bibliographiques, la plate-forme aide le travail d’édition en permettant une recherche par notion qui fait ressortir des informations sur la bibliographie et l’emploi d’un certain terme.

Dans cette perspective, le projet FFL contribue en général à la réflexion autour des archives contemporaines et à la manière dont le numérique peut changer le rapport aux sources d’archives.

  1. Text Encoding Initiative []

Appel à candidature ANR -SHAKK : stage de chargé·e d’études documentaires

Appel à candidature pour un stage de chargé·e d’études documentaires au sein du programme de recherche financé par l’ANR « Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes ».

Profil

Un·e étudiant·e (inscrit en M1 ou M2) en sciences humaines et sociales, francophone et anglophone, de préférence arabisant·e, avec un intérêt en matière de documentation (géographique et statistique).

Mission principale

  • Il s’agira prioritairement de réaliser une recherche documentaire portant sur les villes syriennes dans la guerre. L’objet de ce stage sera de produire un état de l’art de la question et de constituer un corpus documentaire (texte, cartes, données) afin de contribuer à l’élaboration d’un atlas des « villes syriennes de la guerre à la reconstruction ». La ou le stagiaire sera associé·e à la vie du programme de recherche.
  • Pendant la durée du stage la ou le candidat·e retenue sera formé·e aux problématiques et enjeux liées au programme de recherche ainsi qu’aux outils numériques utilisés (CMS WordPress, Wiki).

Compétences

  • Excellentes qualités rédactionnelles en français.
  • Capacité de traiter et d’assimiler la documentation en langue anglaise.
  • Capacité de traiter et d’assimiler la documentation en langue arabe (étudiant en cours d’apprentissage de l’arabe accepté)
  • Capacité de synthèse.

Dates

  • Date limite de dépôt de candidature : 15 octobre 2018
  • Début du stage : 15 janvier 2019

Conditions

  • Durée du stage : de 3 à 6 mois.
  • Indemnité : Indemnité de stage prévue, en conformité avec la réglementation en vigueur.
  • Hébergement à titre gracieux possible à l’Ifpo en chambre collective.
  • Lieu : Institut français du Proche-Orient (USR 3135 / UMIFRE 6), Beyrouth (Liban, http://www.ifporient.org/).
  • Début du stage : 15 janvier 2019

Candidater

Envoyer CV et lettre de motivation à Thierry Boissière (t.boissiere@ifporient.org)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à candidature : allocation doctorale pour la réalisation d’une thèse en anthropologie sociale et ethnologie ou études politiques

Le programme de recherche Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie : Conflits, déplacements, incertitudes, financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), propose une allocation doctorale pour la réalisation d’une thèse dont l’inscription principale se fera à l’École doctorale de l’EHESS (ED 286) dans l’une des deux formations suivantes : Anthropologie sociale et ethnologie ou Études politiques. La ou le doctorant·e sera rattaché·e au Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor, EHESS-CNRS).

Le sujet de la thèse devra porter sur l’un des principaux thèmes du programme Shakk qui intégralement consultables à l’adresse suivante :  https://shakk.hypotheses.org.

Conditions de candidature

La ou Le candidat·e parfaitement francophone et bon arabisant·e devra avoir soutenu un mémoire de Master 2 en sciences sociales avant le 20 septembre 2018.

Envoyer CV, projet de recherche rédigé en français (10 pages bibliographie comprise) et mémoire de Master 2 devront être envoyés avant le 10 septembre 2018 – 12h (heure française) simultanément aux adresses suivantes : anna.poujeau@ehess.frc.boex1@gmail.come.aubinboltanski@ifporient.org, nisrine.alzahre@gmail.com.

Les candidat·e·s sélectionné·e·s par un jury composé de tous les membres du programme Shakk (voir sur le carnet de recherche du programme Shakk) seront convoqués pour une audition avant fin septembre à Paris. En cas de nécessité, l’audition pourra se faire par visioconférence.
L’allocation doctorale débutera au 1er novembre 2018 pour une durée de 3 ans.

Rémunération : salaire brut : 1768,55 euros / salaire net : 1467,18 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

[ANR] ARCH : Ancient Coinage as Related Cultural Heritage

L’Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage), coordonné et financé pour la France par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), a accordé un financement de 570 000 € pour un projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique.

Référence projet : ANR-17-JPCH-0003

Résumé du projet

Le projet ARCH: Ancient Coinage as Related Cultural Heritage établira, pour la première fois, une plate-forme pour l’étude, la conservation, l’archivage et la préservation du patrimoine monétaire du monde antique hébergée par l’université d’Oxford. Les apports historiques et économiques des résultats obtenus grâce aux nouveaux outils développés seront exploités en développant une étude de cas sur l’Espagne et le sud-ouest de la France. Le projet abordera les questions de connectivité monétaire et culturelle et les interactions transpyrénéennes dans l’Antiquité, en collaboration avec d’éminents chercheurs spécialisés dans l’histoire monétaire et culturelle de cette zone géographique, travaillant comme partenaires associés à Oxford, Paris, Bordeaux, Orléans, et Valence. Le projet développera un outil de référence en ligne (Monedaiberica) qui s’appuiera sur des collections publiques et des monnaies connues par les catalogues de vente, ainsi qu’un programme de recherche conçu pour exploiter les opportunités offertes par les données liées du web sémantique (Linked Open Data) : les vocabulaires standardisés et l’ontologie propre aux monnaies grecques seront mis à jour à cette occasion.

Abstract

The ARCH project uses Linked Open Data technology to establish, for the first time, an overarching platform for the study, curation, archiving and preservation of the monetary heritage of the ancient world. As such, it squarely addresses the concerns expressed in Topic 3 of the JPICH call : Safeguarding Digital Heritage. Using the newly developed nomisma.org knowledge organization system it will create a framework consisting at the highest level of a single, unified portal across multiple online typological resources currently under development. These resources will in turn be linked to a body of data drawn from two major European collections, as well as a large corpus of material drawn from commercial contexts (auction catalogues). The overarching portal will serve as a central point of access to this data for multiple audiences, as well as a demonstration of the extensibility of this approach to other geographic areas. Associate Partner-projects based in Germany and the United States will contribute typologies for this purpose. As a proof of concept of the research applicability of this framework, ARCH will develop one geographical focus – Pre-Roman Spain and southern Gaul – in the form of a specific online reference tool that will draw upon both categories of data (public collections and objects in commerce), as well as a program of research designed to exploit the opportunities offered by such a systematic and Linked Open Data infrastructure. This will examine questions of monetary and cultural connectivity and interaction across the borders of Spain and France in antiquity, in collaboration with leading scholars in the field of this geographical area, and monetary and cultural history, working as Associate Partners based in Paris, Orléans, and Valencia.

Durée

36 mois à partir du 1er janvier 2018.

Aide

L’aide conjointe des différentes agences de financement s’élève à 570 000 € euros.

Programme

Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage), référence projet : ANR-17-JPCH-0003, http://www.jpi-culturalheritage.eu/wp-content/uploads/JPICH-website-Digital-Heritage-call-results.pdf

Partenaires

Les partenaires du projet sont :

Oxford University

Logo-BnF

Bibliothèque nationale de France

University of Valencia

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : Être éditeur en France au XIXe siècle (1789-1914)

Appel à communications pour le colloque final du programme ANR DEF19 qui se tiendra les 4 et 5 avril 2019.

 Le projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) a déjà donné lieu à deux journées d’études : « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives » (octobre 2015) et « Marges et périphéries du monde du livre » (février 2017). Elles ont permis d’explorer des questionnements d’ordre épistémologique et méthodologique sur la prosopographie et l’étude des gens du livre, en confrontant des expériences et des travaux de chercheurs issus de différents horizons. Afin de conclure ce projet qui arrive à son terme en 2019, un colloque final est organisé, qui mettra au centre de ses débats ce qui a fait le cœur de l’entreprise : les figures individuelles d’éditeurs.

(c) BnF-Gallica

Cette histoire des éditeurs du XIXe siècle est-elle encore à faire ? De nombreux travaux ont déjà permis d’enrichir considérablement notre connaissance de ce milieu et, de la mise en valeur du « temps des éditeurs » par l’Histoire de l’édition française1, à la centaine de pages de synthèse consacrées vingt ans plus tard par Elisabeth Parinet aux « éditeurs du XIXe siècle »2, les histoires générales de l’édition témoignent de l’étendue de nos connaissances sur un champ largement défriché. Monographies et biographies se sont ainsi multipliées pour éclairer les trajectoires d’éditeurs variés, de Hachette à Hetzel en passant par Plon, Begrer-Levrault, Privat, Larousse, Tallandier, Baillière, etc. En 2015, Jean-Yves Mollier recensait ainsi presque une centaine de références sur « le monde des éditeurs » à l’époque contemporaine dans sa bibliographie rétrospective3. Il expliquait par ailleurs tout l’intérêt de ces études, « précieuses et même indispensables parce qu’elles mettent en scène un homme, une famille, un milieu, une entreprise, qu’elles éclairent des réseaux, aident à comprendre la formation d’écuries d’auteurs, le passage de la maison d’édition à la grande entreprise éditoriale4. »

Parce que le monde de l’édition est fait d’individualités fortes, qui marquent leur domaine de leur empreinte, par leurs innovations et leurs ambitions, et dans la perspective globalisante d’une histoire du livre et de l’édition située au carrefour des histoires politique, économique, sociale et culturelle, l’approche biographique est une voie d’entrée privilégiée, voire essentielle à l’étude d’un secteur emblématique de la révolution économique du XIXe siècle autant que de l’entrée dans l’ère de la culture de masse. L’ensemble de ces travaux a donc permis de mieux comprendre ce monde de l’édition, qui est aussi celui des éditeurs, et, au-delà, des mécanismes à l’œuvre dans les révolutions économiques et culturelles dont ils sont autant les reflets que les acteurs.

Cependant, la récente publication de l’ouvrage de Pascal Fouché sur Flammarion5, ou de de la thèse d’habilitation à diriger des recherches de Patricia Sorel sur Plon6, témoignent de la nécessité de poursuivre ces enquêtes, afin d’approfondir notre connaissance des figures majeures du monde de l’édition. Au-delà de ces individualités de premier plan, la journée d’études de février 2017 sur les « Marges et périphéries du monde du livre7 » montre également les promesses de l’exploration de zones moins connues et moins faciles à appréhender du champ éditorial. diteurs marginaux, provinciaux, clandestins, éphémères, éditeurs au rayonnement limité, au capital faible, à la production réduite, constituent un front pionnier, si ce n’est une terra incognita de la recherche en histoire du livre. Le terrain a commencé déjà à être déblayé, comme en témoignent les pages que consacrent à ces secteurs l’Histoire de l’édition française et l’Histoire de la librairie française.

Le colloque « Être éditeur en France au XIXe siècle » s’inscrit dans la lignée de l’ensemble de ces travaux, tout en souhaitant mettre en évidence, dans la logique du projet DEF19, les figures individuelles, plus que les entreprises éditoriales et leurs productions. Il s’agira par conséquent de privilégier les approches biographiques et prosopographiques, et de ne mobiliser les questions de bibliométrie ou d’histoire des sociétés et des stratégies entrepreneuriales que dans la mesure où elles interfèrent avec les trajectoires individuelles et viennent les éclairer.

Les propositions de communication s’inscriront de manière privilégiée dans les axes d’étude suivants :

  • L’approche biographique sur des figures d’éditeurs peu connues, en particulier les éditeurs provinciaux, marginaux dans le type et l’ampleur quantitative de leur production, leur durée d’activité, leur rayonnement commercial, etc.
  • La question des femmes (de) libraires-éditeurs, le rôle des veuves dans la reprise des entreprises masculines, le rôle des femmes dans l’édition.
  • Les études collectives, sur les éditeurs relevant d’espaces régionaux ou urbains particuliers, ou bien de secteurs déterminés du champ éditorial.
  • Les formes de l’engagement politique des éditeurs, et la prise de risque que cela peut représenter pour leur activité et pour eux à une époque où domine longtemps une logique de contrôle de l’imprimé ; on pourra élargir le champ aux autres formes d’engagement, associatif, social, caritatif…
  • L’étude de institutions éditrices : activité d’édition de syndicats, d’entreprises, d’associations, rôle également de l’Imprimerie royale/impériale/nationale, des presses professionnelles ; on s’interrogera particulièrement sur les individus qui sont derrière leur activité, ces éditeurs qui n’ont pas laissé leur nom à une maison d’édition.
  • L’approche internationale du monde des éditeurs : les éditeurs spécialisés dans l’international (traduction, diffusion à l’étranger…) ; les éditeurs étrangers installés en France ; les éditeurs français installés à l’étranger ; l’étude également des liens et réseaux internationaux des éditeurs français.
  • L’étude des éditeurs des colonies et de l’outre-mer, dans les zones d’influence française ou non.

Soumission des propositions

Les propositions (3000 signes maximum) devront être envoyées pour le 4 juin 2018 à :
– Jean-Charles Geslot (jean-charles.geslot@uvsq.fr)
– Viera Rebolledo-Dhuin (viera.rebolledo-dhuin@uvsq.fr).

Elles seront accompagnées d’une courte présentation biobibliographique des auteurs. Elles seront examinées par le comité d’organisation pour une réponse à la rentrée 2018. Les communications à deux voix sont autorisées.

Les communications pourront être des présentations de recherches en cours.

Comité d’organisation

  • Marie-Claire Boscq (docteure en histoire, CHCSC)
  • Jean-Charles Geslot (MCF, UVSQ)
  • Jean-Dominique Mellot (BnF)
  • Jean-Yves Mollier (professeur émérite, UVSQ)
  • Viera Rebolledo-Dhuin (docteure en histoire, CHCSC)
  • Patricia Sorel (MCF HDR, Paris-Nanterre)

Organisation du colloque

Le colloque se déroulera les jeudi 4 et vendredi 5 avril 2019, aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).

Télécharger l’appel à communications en format pdf : Etre éditeur au XIXe siècle – appel à communications

  1. Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française. T. III : Le temps des éditeurs : du romantisme à la Belle époque, Paris, Fayard/Cercle de la Librairie, rééd. 1990 (1985), 672 p. []
  2. Elisabeth Parinet, Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, « Points Histoire », 2004, p. 152-262. []
  3. Jean-Yves Mollier, « L’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en France de la fin du XVIIIIe siècle au début du XXIe siècle : approche bibliographique », 2015, <halshs-01164765>, p. 49-54. []
  4. Ibid., p. 13-14. []
  5. Pascal Fouché, Flammarion (1875-2015). 140 ans d’édition et de librairie, Paris, Gallimard, 2015, 272 p. []
  6. Patricia Sorel, Plon. Le sens de l’histoire (1833-1962), Rennes, PUR, 2016, 326 p. []
  7. Journée d’études tenue à Saint-Quentin-en-Yvelines les 23 et 24 février 2017 – publication en cours. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Manel Achichi

Financée par le projet ANR DOREMUS (DOnnées en REutilisation pour la Musique en fonction des USages)1, Manel Achichi a soutenu sa thèse de doctorat ce 15 février 2018.

Résumé de thèse

Des milliers d’œuvres musicales sont décrites dans des catalogues des institutions culturelles, dont le rôle est de stocker toutes les créations musicales à travers le catalogage et de les diffuser auprès du grand public. Cette thèse fait partie du projet DOREMUS -DOnnées en REutilisation pour la Musique en fonction des USages- qui vise à explorer les données de trois grandes institutions culturelles : Bibliothèque nationale de France, Philharmonie de Paris et Radio France ; afin qu’elles puissent communiquer et être mieux utilisées par les différents publics. Elles ne gèrent pas toutes les données musicales de la même manière ou dans le même objectif. L’accès à l’information pertinente devient alors difficile, d’où la nécessité d’interconnecter ces données.

Abstract

Linking Heterogeneous Open Data – Application to the Musical Domain

Thousands of musical works are described in catalogs in cultural institutions whose role is to store all the musical creations through the cataloging and to stream them to the general public. This thesis is part of DOREMUS -Doing Reusable Musical Data- project which aims to explore the data of three major cultural institutions: Bibliothèque Nationale de France, Philharmonie de Paris and Radio France; so they can communicate and be better used by different audiences. They do not handle all of the musical data in the same way or for the same purpose. Access to relevant information becomes then difficult, hence the need to interconnect these data.

Jury

Préparée sous la direction de Zohra Bellahsene et de Konstantin Todorov à Montpellier, dans le cadre de l’I2S – Information, Structures, Systèmes, en partenariat avec le Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Micro-électronique de Montpellier (LIRMM) la thèse a été soutenue devant :

  • Mathieu D’Aquin, professeur d’informatique, National University of Ireland
  • Ollivier Haemmerlé, professeur d’informatique, Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Catherine Faron-Zucker, maître de conférence, Université Nice Sophia Antipolis

Soutenance

Le jeudi 15 février 2018.

En juin 2014, Manel Achichi avait soutenu son master intitulé : Extraction de données liées à partir de tweets pour leur publication sur le web de données.

Cette thèse peut être dédiée à la mémoire de Dominique Cotte décédé le 14 décembre 20172. Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication (laboratoire Geriico, Université de Lille-3), il était l’un des responsables du programme.

Pour en savoir plus

  1. Dans le cadre du programme ANR : ANR-14-CE24-0020 : Le numérique au service des arts, du patrimoine, des industries culturelles et éditoriales (DS0703) 2014 []
  2. Stéphane Chaudiron, « Hommage à Dominique Cotte », ADBS. Disponible en ligne, url : <https://www.adbs.fr/groupes/adbs-site-internet/hommage-a-dominique-cotte-36666> ; « Dominique Cotte (20 janvier 1956-14 décembre 2017) », Robin Goodfellow. Disponible en ligne, url : <https://www.robingoodfellow.info/pagesfr/rubriques/Dominique_Cotte.pdf> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Projet ANR (2017-2020) : SHAKK : Syrie : conflits, déplacements, incertitudes

Le projet Syrie : conflits, déplacements, incertitudes (SHAKK), coordonné par Anna Poujeau du Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), a été sélectionné par l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans le cadre de son appel à projets générique 2017, CE26 Innovation-travail, « Instrument de financement : Projet de Recherche Collaborative (PRC) ».

Référence projet : ANR-17-CE26-0021

Résumé du projet

Comprendre les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 constitue un enjeu épistémologique, éthique et également réflexif tant l’engagement du chercheur est devenu quasi inévitable. Financé par l’ANR, le projet SHAKK (« incertitude » en arabe) entend se saisir de ces différents enjeux dans une perspective pluridisciplinaire et comparative. Associant le Centre d’études en Sciences sociales du religieux (CéSor), l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et le département de l’audiovisuel de la Bibliothèque Nationale de France (BNF), l’équipe est composée de neuf chercheurs – anthropologues, politistes, historiens et linguistes – d’un ingénieur de recherche, spécialiste des Humanités numériques, ainsi que d’un conservateur spécialiste des archives audiovisuelles. Il s’agit tout d’abord de revenir sur la genèse de la révolte et des étapes de sa mutation en conflit guerrier à partir des acteurs, des trajectoires, des actions et des récits, jusque-là peu pris en compte. Nous analyserons de manière circonstanciée et située les reconfigurations politiques, religieuses, sociales, territoriales et mémorielles propres à ce contexte d’incertitude et de violence extrême. Nos recherches seront irriguées par une réflexion sur les relations brisées, suspendues et renouvelées par la révolte puis la guerre. Ces relations seront saisies à partir des notions de déplacement et d’indétermination. Déplacement et indétermination des centres de pouvoir ; des identités ; des frontières ; du religieux et du politique ; des catégories et des paradigmes. Ces deux notions sont particulièrement heuristiques pour penser ce moment de l’entre-deux – fait de ruptures, de désordres et de désaccords – qu’est la guerre. L’équipe de SHAKK engagera également une réflexion sur les méthodes d’enquête : nous travaillerons hors du territoire national syrien tout en cherchant à réduire au maximum la distance imposée par la guerre, en réalisant des enquêtes dans les pays limitrophes de la Syrie (Liban, Jordanie, Turquie et Kurdistan irakien) et en Europe (France, Suède et Allemagne) et en conduisant des entretiens avec des personnes restées sur place par le biais des messageries en ligne (Facebook, WhatsApp et Skype). De plus, et c’est là la nouveauté de ce projet, l’espace numérique – plus spécifiquement les nombreuses vidéos postées sur YouTube par les différents protagonistes de la révolte et de la guerre – constituera non seulement un site d’enquête privilégié dont les outils de collecte, et d’analyse devront être affûtés, mais fera également l’objet d’une réflexion sur la sauvegarde de la mémoire de ces événements.

Contribution de la BnF

Avec l’appui logistique, technique et l’expertise du département de l’Audiovisuel de la BnF, l’équipe prévoit de constituer des « corpus de chercheurs » et de concevoir des outils de collecte et d’archivage afin de poser les premiers jalons pour la constitution de collections en vue d’usages (scientifiques, juridiques, mémoriaux, artistiques) futurs.

L’un des objectifs scientifiques majeurs de ce programme est la constitution et la pérennisation d’un fond d’archives audiovisuelles de la révolte et la guerre en Syrie qui sera hébergé par le département de l’Audiovisuel.

L’organisation d’une journée d’étude en avril 2018 est souhaitée à la BnF autour des enjeux techniques, méthodologiques et mémoriaux de l’archivage de sources numériques et vernaculaires dans une perspective comparative.

Aide

Aide de l’ANR de 362 613 euros dont 54 648 € pour la BnF.
Référence projet : ANR-17-CE26-0021

Partenaires

Césor :

BnF :

IFPO :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Projet ANR (2017-2020) : FFL – Foucault Fiches de Lecture

Le projet Foucault Fiches de lecture (FFL) coordonné par Michel Senellart, professeur de philosophie à l’ENS Lyon (UMR Triangle), a été sélectionné par l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans le cadre de son appel à projets générique 2017, CE38 La Révolution numérique : rapports aux savoirs et à la culture, « Instrument de financement : Projet de Recherche Collaborative (PRC) ».

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’

Résumé du projet

Le projet Foucault Fiches de lecture (FFL) a pour but d’explorer et de mettre à disposition en ligne un large ensemble de fiches de lecture de Michel Foucault conservées à la BnF. Ce corpus de plusieurs milliers de feuillets contient une collection considérable de citations et de références, organisées et commentées par Foucault pour la préparation de ses livres et de ses cours.
Il ne s’agira pas seulement de rendre accessibles les sources du philosophe, mais de contribuer à l’élaboration d’une herméneutique philosophique, reposant sur l’analyse des pratiques documentaires et des styles de travail de Foucault. La recherche foucaldienne, à laquelle le fonds BnF ouvre de multiples perspectives d’exploration, en sera profondément renouvelée, et les sciences humaines disposeront d’un corpus inédit, constitué des matériaux accumulés par Foucault tout au long de son parcours intellectuel, sur des sujets aussi variés que la psychiatrie, la pénalité, la sexualité.
Outre cet apport aux sciences humaines, la réflexion sur la théorie foucaldienne de la matérialité du discours et de l’archive – théorie dont les fiches de lecture offriront une approche inédite – guidera le développement d’une plate-forme numérique d’un nouveau type. Elle permettra de circuler dans les contenus, de les enrichir par des annotations et des ressources distantes, mais aussi d’analyser et de représenter leurs relations.
En particulier, s’appuyant sur les technologies du Linked Data, l’équipe proposera un modèle de données original et ouvert, que chaque chercheur pourra adapter à ses problématiques spécifiques, en créant son propre système de description des documents, de mise en relation, et d’interrogation, des connaissances et des contenus. Plutôt que de donner accès aux archives selon un modèle unique et prédéfini de la pertinence des informations, l’ambition du projet sera de proposer à chacun de constituer et d’organiser ses propres indicateurs et son propre parcours de lecture. Le principal défi sera donc d’intégrer ces différents modes d’analyse du corpus, et donc les fonctionnalités correspondantes, dans une plate-forme où les contributions pourront être mutualisées et articulées – et ce, au-delà du projet ANR.

Coordinateur scientifique : Michel Senellart

ANR-17-CE38-0001

Contribution de la BnF

Le département des Manuscrits est partenaire de ce programme pour lequel il contribuera par :

  • la mise à disposition des données et leur sauvegarde pérenne : les images numériques des fiches de lecture seront en effet mises en ligne dans Gallica, vers laquelle pointera la base de données ;
  • la mise à disposition des données de l’inventaire, mises en ligne dans le catalogue BnF Archives et manuscrits (http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/), et leur réutilisation pour les besoins du projet ;
  • l’apport d’une aide ponctuelle concernant notamment des questions d’indexation ;
  • participation sur fonds propres aux frais de numérisation à hauteur de 6000 euros.

Partenaires

Triangle :Logo Triangle
BnF :Logo-BnF
ENS-PSL :Logo ENS-PSL

Pour en savoir plus

Le projet dispose d’un carnet de recherche : https://ffl.hypotheses.org/

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La traduction dans tous ses états : une performance-débat de l’Outranspo (Ouvroir de translation potencial)

L’Outranspo (Ouvroir de translation potencial) est un groupe de traducteurs, écrivains, chercheurs et musiciens hétéroclite et multilingue, qui se consacre joyeusement aux approches créatives de la traduction, notamment lors de réunions mensuelles et virtuelles.

Fondé en 2012 à Rochester (États-Unis), dans le sillage de l’Oulipo, il est véritablement actif depuis octobre 2014, à l’occasion du colloque « Traduire les littératures à contrainte » de Baltimore. « No a Proust ! » est devenu, par la force de l’anagramme, son cri de guerre.

La Bibliothèque de l’Arsenal invite l’Outranspo pour une conférence performée, animée par Camille Bloomfield, Université-Paris 13, auteure du livre Raconter l’Oulipo (1960-2000) (Honoré Champion, 2017).

Camille Bloomfield enseigne à l’Université Paris 13 et à l’Université de Genève. Spécialiste de l’Oulipo et auteure de plusieurs ouvrages sur le sujet, elle a notamment été commissaire de l’exposition « Oulipo, la littérature en jeu(x) » à la BnF en 2014 et membre du projet ANR DifdePo : Différences de potentiel : histoire, poétique et esthétique de l’Oulipo.

Informations pratiques

 

 

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Enseignement de la musique et vie musicale en France et en Europe (1795-1914) »

Dans le cadre du programme de recherche « Histoire de l’enseignement public de la musique en France au XIXe siècle (1795-1914) », soutenu par l’Agence nationale de la recherche (programme HEMEF/CULT 2013), les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, le Conservatoire national de musique et de danse de Paris, l’Ecole Pratique des Hautes Etudes et l’Institut de recherche en musicologie organisent un colloque international.

bpt6k1162754n_
Méthode de basson contenant les principes de la musique, la tablature du Basson, des exercices, des gammes, des leçons progressives et 12 petits airs avec acct d’un 2d basson

Argument

En se fondant sur certains des thèmes développés au sein du projet HEMEF, ce colloque étudie la façon dont le Conservatoire de Paris a pu avoir un retentissement sur l’ensemble de la vie musicale française, par l’élaboration de normes techniques et esthétiques qui ont donné une nouvelle forme aux pratiques musicales -qu’il s’agisse du concert public, de l’exécution ou de l’écriture musicales.

Programme

Jeudi 11 mai 2017, INHA, salle Vasari
9h Accueil des participants
9h15 Introduction
Philippe Brandéis (CNSMDP), Catherine Mérot (Archives nationales), Cécile Reynaud (EPHE/SAPRAT)
9h30 Key note speaker
D. Kern Holoman, Université de Californie, Davis :
« L’enceinte où l’on faisait de si belles choses »: Students of the Conservatoire at the Louvre de la musique

Des sources pour l’histoire de l’enseignement musical
Présidence : Catherine Massip, BnF IReMus
10h15 Marine Zelverte et Emeline Rotolo, Archives nationales :
L’enseignement de la musique au XIXe siècle : panorama des sources aux Archives nationales
10h45 Catherine Vallet-Collot, Rosalba Agresta, Cécile Reynaud, BnF, HEMEF, EPHE :
L’enseignement de la musique : panorama des sources à la Bibliothèque nationale de France
11h15 Pause
11h30 Marie Duchêne-Thégarid, HEMEF :
De l’amateur au professionnel ? Quelques réflexions sur la formation musicale délivrée par le Conservatoire de Paris (1822-1905)
12h Frédéric de la Grandville, Université de Reims Champagne-Ardenne :
Le Conservatoire de Paris sous le Premier Empire : quel cursus pour les élèves ?

Jeudi 11 mai 2017, INHA, salle Vasari
Approches pédagogiques (1)
Présidence : Guy Gosselin, Université François Rabelais de Tours
14h30 Denis Huneau, Université catholique d’Angers :
La formation du compositeur : le cas du Traité d’Harmonie d’Henri Reber
15h Séverine Féron, Université de Bourgogne :
Castil-Blaze (1784-1857) et l’enseignement musical en France : nouvelle approche philologique des oeuvres
15h30 Rosalba Agresta, HEMEF, BnF, IReMus :
L’enseignement du piano au Conservatoire : traités pédagogiques et répertoires dans les premières décennies du XIXe siècle
16h Pause
Approches pédagogiques (2)
Présidence : Catherine Mérot, Archives nationales
16h15 Clotilde Salandini-Verwaerde, Université Paris-Sorbonne, IReMus :
Une discipline historique implicitement présente dans les premières méthodes du Conservatoire : l’accompagnement
16h45 Lydia Carlisi, Haute école des arts, Berne :
The role of the neapolitan conservatori and the partimento tradition in the founding of the Paris conservatoire and the didactical material used in this Institution from its foundation until the first half of the 19th century
17h15 Fiorella Sassanelli, Conservatoire « Gesualdo da Venosa », Potenza
La réception des traités du Conservatoire en Italie
17h45 Discussion

Vendredi 12 mai, INHA, salle Vasari
Enseignement de la musique et vie musicale (1)
Présidence : Mathias Auclair, BnF
9h30 Xavier Bisaro, Université François Rabelais de Tours, CESR :
Du plain chant au chant scolaire : à propos de la naissance d’une discipline au XIXe siècle
10h00 Catrina Flint, Université McGill, Montréal :
Rethinking the Schola cantorum
10h30 Nicolas Dufetel, CNRS/IReMus :
L’enseignement de Liszt, contre le Conservatoire et les traditions ?
11h Pause
11h15 Licia Sirch, Conservatoire « Giuseppe Verdi », Milan:
« M. B. Asioli Direct.r et Maître de Chambre et de Chapelle de sa Majesté le roi d’Italie, Censeur du Conservatoire de Milan » : French and Italian treatises and methods at the Conservatory of Milan (1800-1830 about). Some notes

Vendredi 12 mai 2017, INHA, salle Vasari
Enseignement de la musique et vie musicale (2)
Présidence : Jean-Pierre Bartoli, Université Paris-Sorbonne
14h00 Henri Vanhulst, Université libre de Bruxelles :
Les objectifs de Fétis pour les concerts du Conservatoire de Bruxelles (1833-1871)
14h30 Étienne Jardin, Palazzetto Bru Zane, Venise :
Conservatoire et orchestres municipaux (second Empire, troisième République)
15h Cécile Reynaud, EPHE/SAPRAT :
La politique artistique de Daniel-François-Esprit Auber à la direction du Conservatoire de Paris (1842-1871)
15h30 Pause
15h45 Linda Barcan, Conservatoire de musique de Melbourne, Université de Melbourne :
Pauline Viardot as pedagogue and performer : crossing the French and Italian tradition
16h15 Catherine Massip, BnF, IReMus :
La méthode de chant d’Alexis de Garaudé
16h45 Discussion

Samedi 13 mai, CNSMDP, salon Vinteuil
Le Conservatoire et les écoles de musique étrangères
Présidence: Florence Gétreau, CNRS/IReMus
9h30 Arnold Jacobshagen, Hochschule für Musik und Tanz Köln :
Fondation et fonctionnement du conservatoire de Cologne au XIXe siècle
10h00 Luis Ferrer, Université autonome, Madrid :
À la frontière entre le solfège et le chant : l’enseignement du solfège au Conservatoire royal de musique et de déclamation de Madrid, lieu de rencontre de trois modèles méthodologiques européens (1831-1868)
10h30 Vincent Andrieux, Paris-Sorbonne, IReMus :
Un aperçu de l’école française des vents au lendemain de la création de La Mer
11h00 Pause
11h15 Philippe Brandéis, Concert-conférence avec la participation d’élèves instrumentistes du CNSMDP :
Les déchiffrages du Conservatoire au XIXe siècle : un pied dans la « modernité »

Samedi 13 mai, CNSMDP, salon Vinteuil
Aux marges de l’enseignement public de la musique : enseignement militaire, enseignement privé
Présidence : Philippe Brandéis, CNSMDP
14h30 Patrick Péronnet, Éducation nationale :
Le musicien militaire en France de 1795 à 1914 : éducation musicale et statut professionnel
15h00 Katherina Faulds et Penelope Cave, Université de Southampton :
« A brilliant and finished execution » : Kalkbrenner in England
15h30 Discussion et conclusions

Où et quand ?

  • Jeudi 11 mai 2017
  • Vendredi 12 mai 2017
  • Samedi 13 mai 2017

Paris, Institut national d’histoire de l’art et Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris.

Pour mémoire, l’appel à communication : http://calenda.org/371877

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts