Archives de catégorie : Programmes de recherche

Appel à candidatures : post-doctorat BnF / EUR Translitteræ

Logo Translitteræ
Logo Translitteræ
Logo-BnF
Logo-BnF

La Bibliothèque nationale de France et l’Ecole universitaire de recherche Translitteræ s’associent pour faire bénéficier d’un contrat postdoctoral un-e jeune chercheur-euse intéressé-e par un travail à la croisée des thématiques de l’Eur et des collections de la BnF, en particulier les fonds rares, non décrits ou inédits.

Les candidats peuvent à la fois proposer spontanément des sujets d’étude ou choisir parmi les cinq proposés par la BnF (détail à consulter ci-dessous) :

  1. L’édition en hébreu dans l’Occident chrétien du XVIe siècle
  2. Représentations de l’océan indien entre le XVIIIe et le XXe siècle
  3. Construire, reconstruire une bibliothèque : les scientifica des jésuites
  4. La presse en yiddish des années 1880 à la fin des années 1960
  5. Expériences de traduction : le Festival franco-anglais de poésie (1976-2014) et La Traductière, revue internationale de poésie et d’art visuel

Date limite du dépôt du dossier de demande : 1er juin 2020 minuit

Pour en savoir plus

Retrouvez toutes les informations sur le site de l’Eur Translitterae : https://www.translitterae.psl.eu/pratique/les-contrats-doctoraux-et-postdoctoraux-a-pourvoir-en-2020

Contact BnF : philippe.chevallier@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude (10/2) : Culture matérielle en Asie Centrale – Manuscrits et peintures bouddhiques de la région de Koutcha (VIe-VIIIe siècle)

HisTochText

Le bassin du Tarim, avec en son centre le désert du Taklamakan, a été le témoin du développement de civilisations qui ont prospéré notamment grâce au développement de la Route de la Soie. Nous nous intéresserons durant cette journée d’études aux vestiges matériels liés à la pratique du bouddhisme. Les manuscrits (sur papier, sur tissu ou sur bois) et peintures (sur papier, sur tissu ou murales) sont d’un intérêt particulier pour les linguistes, philologues et historiens qui étudient les textes religieux ou profanes ainsi que l’iconographie et les matériaux de la couleur. Situés géographiquement à la confluence des cultures et civilisations de l’Iran, de l’Inde et de la Chine, les Koutchéens convertis au bouddhisme utilisèrent notamment le papier d’invention chinoise pour copier les textes religieux traduits ou adaptés du sanskrit, qui étaient auparavant écrits sur des supports différents (feuille de palmier, écorce de bouleau ou de peuplier).

Durant cette journée d’étude, nous vous invitons à découvrir cette région de Koutcha et la civilisation indo-bouddhique qui s’y est épanouie (du IIIe au VIIIe siècle de notre ère). Tout au long de cette journée, douze chercheurs exposeront leurs travaux dans la perspective suivante: dans quelle mesure l’étude matérielle et technologique des manuscrits et des peintures peut nous apporter des informations sur ces sociétés anciennes, leurs usages et leur histoire ?

Programme

  • 09h45-10h00 Accueil / Reception
  • 10h00-10h10 Ouverture / Opening – Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL) & Isabelle le Masne de Chermont (BnF)

Session 1 – Le projet ERC HisTochText / The ERC project HisTochText: History of the Tocharian texts of the Pelliot collection

  • 10h10-13h00 Modérateur / Chairperson: Anne Michelin, CRC
  • Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL)
    Définir la culture manuscrite du bouddhisme, en sanskrit et en tokharien.
    Defining the manuscript culture of Buddhism, in Sanskrit and Tocharian.
  • Melinda Fodor (EPHE-PSL, BnF)
    Les manuscrits du fonds Pelliot Sanskrit: Forme et contenu.
    Pelliot Sanskrit collection’s manuscripts: Form and content.
  • Emilie Arnaud-Nguyen (EPHE-PSL, UH) & Lucas Llopis (CRC, EPHE-PSL)
    Analyses micro et macroscopiques des manuscrits du fonds Pelliot: Matières premières et technologie du support de l’écrit.
    Micro and macroscopic analyses of the Pelliot collection manuscripts: Raw materials and writing support technology.
  • 11h40-12h00 Pause café / Coffee break
  • Kilian Laclavetine (CRC, EPHE-PSL)
    Etude des encres et des techniques de préparation du papier des manuscrits de la collection Pelliot.
    Study of inks and papermaking process on the Pelliot collection’s manuscripts
    .
  • Athanaric Huard (EPHE-PSL, BnF)
    Codicologie du fonds Pelliot Koutchéen: analyse et chronologie.
    Codicology of the Pelliot Koutchéen collection: Diachronic features
    .
    13h00-14h20 Déjeuner / Lunch
  • 13h00-14h20 Déjeuner / Lunch

Session 2 – Ecrire en Asie Centrale – Matérialité et datation : Writing in Central Asia – Materiality and datation

  • 14h20-15h50 Modérateur / Chairperson: Jérôme Petit, BnF
  • Agnieszka Helman-Wazny (UH) & Anna-Grethe Rischel (NatMusDk)
    Papier du nord du désert de Taklamakan – Analyse macroscopique et microscopique des manuscrits de Turfan de la collection de Berlin.
    Paper from the North of Taklamakan Desert – Macroscopic and Microscopic Analysis of Turfan Manuscripts from Berlin
    .
  • Pascale Richardin (C2RMF)
    Manuscrits précieux et datation par le carbone 14 : un défi pluridisciplinaire.
    Precious manuscripts and radiocarbon dating: a pluridisciplinary challenge
    .
  • Ira Rabin (BAM)
    Peut-on étudier les encres au carbone par XRF? Études de manuscrits bouddhistes du Népal.
    Can we study carbon inks with XRF? Studies of Buddhist Manuscripts in Nepal
    .
  • 15h50-16h10 Pause café / Coffee break

Session 3 – Peindre en Asie Centrale – Matériaux de la couleur / Painting in Central Asia – Color materials

  • 16h10-17h10 Modérateur / Chairperson: Léon-Bavi Vilmont, CRC
  • Renate Nöller (BAM)
    Techniques de peinture traditionnelle sur des documents provenant de sites de la Route de la soie.
    Techniques of traditional painting on documents from Silk Road sites
    .
  • Ellen Egel (BLDAM)
    Peintures murales bouddhistes de la Route de la soie – Identification des pigments et de leurs produits d’altération.
    Buddhist mural paintings from the Northern Silk Road – Identification of pigments and of their alteration products
    .
  • 17h10-17h20 Clôture / Closing – Georges-Jean Pinault (EPHE-PSL) & Laurent Héricher (BnF)

Informations pratiques

  • Cette journée se tiendra le lundi 10 février 2020.
  • Auditorium, Galerie Colbert
  • INHA, 2, rue Vivienne, 75002 Paris
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (196 places) mais inscription obligatoire sur le site de la journée d’études : https://histochtext2020.sciencesconf.org/

Organisateurs

La journée d’études sur la “Culture matérielle en Asie Centrale – Manuscrits et peintures bouddhiques de la région de Koutcha (VIe-VIIIe siècle)” est organisée par l’EPHE et le CRC avec le soutien de la BnF et du projet ERC HisTochText.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Plan quadriennal de la recherche 2020-2023 de la BnF

Engagé depuis la création de la Bibliothèque nationale de France, le plan quadriennal de la recherche, permet de conduire des projets de recherche sur l’histoire et l’analyse des collections de la BnF ainsi que sur les diverses sciences du livre et des bibliothèques. Cette activité répond à des exigences précises en termes de résultats scientifiques et de respect d’un calendrier. Tout projet conduit dans le cadre de ce plan se voit allouer des moyens (fonctionnement, investissement, ressources humaines) et fait l’objet d’une évaluation annuelle lors d’une commission d’évaluation à laquelle participent des experts scientifiques extérieurs.

Au terme d’un appel à projets interne, les dossiers jugés éligibles ont été transmis aux membres d’un comité de sélection composé de :

  • Denis Bruckmann (Directeur général)
  • Françoise Benhamou, Astrid Brandt-Grau (membres du Conseil scientifique)
  • Anne Pasquignon (adjointe aux questions scientifiques et techniques de la direction des Collections)
  • Gennaro Toscano, Eve Netchine, Michel Netzer (membres de la direction des Collections)
  • Emmanuelle Bermès (adjointe aux questions scientifiques et techniques de la direction des Services et des réseaux)
  • Thierry Pardé, Olivier Jacquot (délégation à la stratégie et à la recherche)
  • Peter Stirling (délégation à la stratégie et à la recherche) (secrétaire de séance)

Le comité a évalué les dossiers selon les critères suivants :

  • Qualité scientifique du dossier (Cohérence avec les orientations de la politique de recherche, Originalité du sujet, Apport scientifique pour la communauté et potentiel du rayonnement) ;
  • Qualité méthodologique (Livrables, Calendrier, Pertinence de la conduite de projet) ;
  • Faisabilité et pérennité (Partenariat, Adéquation des moyens, Plan de gestion de données ou équivalent).

Le comité s’est réuni le 15 novembre 2019 pour délibérer. Les dossiers ont été examinés et toutes les décisions ont été prises à l’unanimité après échanges. 9 projets de recherche ont été sélectionnés pour l’exercice 2020-2023. Huit projets sont portés par des départements de la direction des Collections et l’un par la mission pour la Gestion de la production documentaire et des archives. Le détail des programmes est fourni en suivant les liens ci-après :

ARC-BN2GM : La Bibliothèque nationale sous l’Occupation : des sources pour l’histoire du livre et des collections entre 1940 et 1946

ARS-COLL : Un outil partagé pour décrire, analyser et comprendre les collections de collectionneurs à la BnF

AUD-NETTO : Attaques et dégradations de la bande magnétique : du diagnostic à la machine de nettoyage

EST-HOLLSTEIN : Hollstein French

LLA-CNLJ : Les Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré : histoire éditoriale et analyse iconographique

MMA-TM : Trouvailles Monétaires

MSS-ABBADIE : Les carnets scientifiques d’Antoine d’Abbadie en Éthiopie (1840-1852) : numérisation, transcription et édition

MSS-COUL : La couleur : artefacts, matière et cognition

MUS-REMDM : Répertoire des Écritures Musicales du Département de la Musique

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Amos Gitaï et les archives numériques du cinéma

Crédit photo : Ziv Koren

Journée d’études internationale autour des archives du cinéaste Amos Gitaï, et plus largement sur les archives numériques du cinéma

La Cinémathèque Française, la Bibliothèque nationale d’Israël, les bibliothèques de l’Université de Stanford, la Cinémathèque Suisse, et la Bibliothèque Nationale de France, sont autant d’institutions qui se sont vues confier la tâche de préserver la mémoire de l’œuvre d’Amos Gitaï, cinéaste prolifique et multiforme. Loin d’être hasardeuse, cette volonté de répartition vise à favoriser le dialogue entre les différents établissements, car Amos Gitaï nourrit l’ambition de faire vivre ses archives, et estime – à raison – que le partage d’expérience est essentiel pour enrichir les réflexions sur l’exploitation des archives cinématographiques.

Le don fait par le cinéaste à la BnF en 2018 s’est affirmé comme un formidable terrain d’expérimentation pour interroger les besoins, tester de nouveaux outils et de nouvelles méthodes d’analyse, et s’est révélé un prisme pertinent pour ouvrir le dialogue avec d’autres institutions. En ce sens, cette journée d’étude vise à alimenter les questions cruciales que sont la collecte, la préservation, la description et la mise à disposition des corpus massifs d’archives numériques. Il s’agira, à travers les différentes tables rondes et interventions, de faire un état des lieux de l’avancement du travail de chaque institution sur les archives d’Amos Gitaï qu’elle détient, mais aussi d’interroger le processus de don et la sélection des archives numériques, et enfin de comprendre les attentes de la recherche sur ce sujet.

The Cinémathèque française, the National Library of Israel, the Stanford University Libraries, the Cinémathèque suisse, and the Bibliothèque nationale de France are all institutions entrusted with the mission of preserving the memory of Amos Gitaï’s work, a prolific and multiform filmmaker. Far from being gratuitous, this will of distribution aims at encouraging dialogue between institutions. Indeed, he has the ambition to make its archives live and believes that sharing experience goes hand in hand with the development of cinematographic archives exploitation.

The filmmaker’s donation to the BnF in 2018 proved to be a great field of experimentation to question the needs, testing new tools and new methods of analysis. Also, it has been a relevant prism to initiate the dialog with other establishments. Therefore, this event aims to discuss the crucial questions of collecting, preserving, describing and making massive collections of film archives available. Through the various sessions and contributions the progress of each institution on their Gitaï archives will be presented. We’ll also interrogate the donation process as well as raising the difficulties of selecting digital archives. Eventually we’ll go over the expectations of researchers on this topic.

Programme

9h00 : Accueil des participants

  • Laurence Engel // Présidente de la Bibliothèque nationale de France
  • Michelle Bubenicek // Directrice de l’École nationale des chartes

9h15-10h30 : état des lieux (communications)

  • Frédéric Maire // Président de la Fédération Internationale des Archives du Film, directeur de la Cinémathèque Suisse (introduction & modération)
  • Michael Keller // Vice-recteur des Bibliothèques universitaires de Stanford
  • Oren Weinberg // Directeur de la Bibliothèque nationale d’Israël
  • Joël Huthwohl // Directeur du département des Arts du spectacle à la Bibliothèque nationale de France

11h-11h30 : Entretien avec Amos Gitaï (visioconférence)

11h30-12h30 : le processus de donation (table ronde)

  • Antoine de Baecque (modération)
  • Marie-Josée Sanselme // Scénariste d’Amos Gitaï
  • Karin Mauduit // Cinémathèque française
  • Jean-Baptiste Raze // Bibliothèque nationale de France

14h-15h30 : quelles sélections pour les archives numériques ? (table ronde)

  • Emmanuelle Bermès (modération) // Bibliothèque nationale de France
  • Glynn Edwards // Bibliothèques universitaires de Stanford
  • Rime Touil // Bibliothèque nationale de France
  • Louise Dutertre // Bibliothèque nationale de France

16h-17h30 : une nouvelle génétique du cinéma (table ronde)

  • Alain Carou (modération) // Bibliothèque nationale de France
  • Marie-Pierre Ulloa // Université de Stanford
  • Jean-Michel Frodon
  • Jean-philippe Trias // Université de Montpellier

Conclusion de la journée

  • Christophe Gauthier // École nationale des chartes (conclusion de la journée)

Comité scientifique et d’organisation

  • Emmanuelle Bermès
  • Christophe Gauthier
  • Joël Huthwohl
  • Jean-Baptiste Raze
  • Rime Touil
  • Louise Dutertre

Un événement organisé par la Bibliothèque nationale de France et par l’École nationale des chartes.

Informations pratiques

A noter

Le lendemain se tient l’atelier : Collecter, conserver et explorer les corpus massifs d’archives audiovisuelles : états des lieux et perspectives (13/11)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Cartographie du Web littéraire francophone (22-24/01)

Les porteurs du programme ANR LIFRANUM (LIttératures FRAncophones NUMériques), auquel prend part la Bibliothèque nationale de France, organisent un colloque international du 22 au 24 janvier 2020.

Argument

Le colloque international Cartographie du Web littéraire francophone entend interroger divers critères liés au repérage, à la sélection, à l’archivage, et au traitement de corpus nativement numériques des productions littéraires francophones. De même une analyse littéraire du corpus donnera sans doute l’occasion d’approfondir notamment  la question de l’élargissement du champ littéraire, d’interroger l’efficience des outils  narratologiques classiques pour saisir cette nouvelle poétique numérique. Il s’agira  aussi d’étudier la répartition des ressources numériques littéraires dans l’espace francophone, d’établir des modalités standardisées de description afin d’en proposer des parcours interprétatifs adaptés. Par ailleurs, l’occasion sera donnée de repenser la Francophonie, dans une logique plurielle, décentrée, en tenant compte de toutes les aires culturelles qui ont le français comme langue de partage.

Programme

Mercredi 22 janvier

8h30- Accueil des participants

08h45-Ouverture du colloque et présentation du projet Idex

Corpus numérique : quelle pertinence heuristique, méthodologique et épistémologique ?

Modération : Catherine Dessinges, Université de Lyon 3

9h00-10h00 : conférence plénière 

Le partenariat Littérature québécoise mobile

  • Bertrand Gervais, titulaire Chaire de recherche du Canada sur les arts et les littératures numériques 

10h00-10h35 : Proposition Cartographie du web littéraire francophone

  • Pierre Boizette, chercheur postdoctoral, IFRA, Nairobi

10h35-10h50: pause-café

10h50-11h25 : Cartographie du web littéraire francophone : entre considérations générales et questionnements juridiques

  • Aboubakar Sidi Njutapwoui, Université Maroua, Cameroun

11h25-12h00 : Cartographie du Web littéraire francophone. Le cas de certains blogs et sites littéraires francophones subsahariens

  • Patricia Sylvie Essonghe, Université Omar Bongo Libreville-Gabon, Marge/ Lyon 3

12h00-12h35 : Le corpus “brouhaha” au défi de la visualisation de texte

  • Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

Pause déjeuner

Francophonie : configurations numériques, dynamique transversale et confins sémantiques

Modération : Lucien Perticoz, Université Lyon 3

14h00-15h00 : conférence plénière

Je ne suis pas un littéraire. Plaidoyer pour des frontières disciplinaires poreuses,

  • Marcello Vitali-Rosatidépartement des littératures de langue française de l’Université de Montréal

15h00-15h35 : Les institutions fantômes de la littérature numérique,

  • Nicolas Sauret, Université Paris-Ouest

15h35-15h50 : pause-café

15h50-16h25 : Ébauche de visualisation des productions littéraires francophones d’Haïti et retour d’expérience

  • Inès Burri, Université Jean Moulin Lyon 3
  • Anaïs Chambat, ENS de Lyon
  • Célian Ringwald, Université Lumière Lyon 2 

16h25-17h00 : L’impact des pratiques de la numérisation dans la création littéraire francophone

  • Amel Mesli, Ecole Supérieure de Management de Tlemcen, Algérie

Jeudi 23 janvier

Genre(s) et création à l’ère du numérique

Modération : Gilles Bonnet, Université Lyon 3

9h30-10h05 : Des effets du web sur la création littéraire : évolution des pratiques et légitimation des œuvres

  • Karen Cayrat, Université de Lorraine (Crem)

10h05-10h40 : Inconnu à cette adresse. Plongée exploratoire dans la création littéraire numérique belge en langue française

  • Corentin Lahouste,  FNRS-UCLouvain

10h40-10h55 : Pause-café 

10h55-11h30 : Francophonie et création littéraire en Algérie à l’ère du numérique : état des lieux et enjeux

  • Karima Ait Dahmane, Université de Blida2

11h30-12h05 : La littérature populaire en français sur le web contribue-t-elle à morceler ou à unifier l’espace numérique francophone ? Le cas des chroniques : de part et d’autre de la Méditerranée,

  • Nadja Maillard-De La Corte Gomez, Université d’Angers
  • Violaine Bigot, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Pause déjeuner

Web littéraire  et configurations socionumériques

Modération : Belén Hernández Marzal, Université Lyon 3  

14h00-14h35 : Pratiques discursives et hybridité dans  les  forums de discussion algérien

  • Yahiaoui Kheira, Maître de Conférences HDR, Ecole Normale Supérieure d’Oran, Algérie

14h35-15h10 : à MainLevé, un dispositif d’écriture original sur les Réseaux Sociaux

  • Emmanuel Vaslin, Directeur Atelier Canopé de Maine-et-Loire 

15h10-15h25 : pause-café

15h25-16h00 : L’internet et la mise en scène de soi : la participation du web dans la restructuration des dispositifs de légitimation et le processus de concrétisation des créations littéraires en Haïti

  • Jean Verdin Jeudi, Université d’Etat d’Haïti

16h00-16h35 : Présentation de l’œuvre The pleasure of the coast ou Le Plaisir de la côte de J. R. Carpenter

  • Sylviane Médard, doctorante LLSH université Grenoble Alpes

Vendredi 24 janvier

Corpus en ligne, herméneutique et obstacles méthodologiques

Modération : Christian Cote, Université Lyon 3

9h30-10h30 : conférence plénière

La plate-forme Mukanda, limites et potentiels d’une expérience

  • Pierre Halen, Université Lorraine

10h30-11h05 : Quelle cartographie de la littérature francophone à l’ère du cyberespace ?

  • Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université de Toulouse Jean Jaurès, Marge, Université de Lyon 3

11H05-11h20 : Pause-café

11h20-11h55 : Le “Répertoire des écrivaines et écrivains numériques”. Archivage et institutionnalisation de la littérature numérique, Servanne Monjour, Université Paris 4-Sorbonne

  • Nicolas Sauret (UdeM)
  • Enrico Agostini Marchese (UdeM)

11h55-12h30 : A la recherche du web littéraire : une enquête hyper-perplexe en hypertexte

  • Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

Pause déjeuner

Nouveaux horizons littéraires & performance d’auteurs

Modération : Jean Baptiste Monat, Université Lumière Lyon 2

14h00-15h00 : La littérature (par la) bande, Servanne Monjour, département des littératures de langue française de l’Université de Montréal

  • Marcello Vitali-Rosati, Chaire de recherche du Canada sur les écritures numérique

15h00-15h35 : Notes pour une littérature de terrain. Le devenir-spatial de la littérature numérique

  • Enrico Agostini Marchese (UdeM), doctorant, Université de Montréal

15h35-15h50: pause-café

15h50-16h10 : Lecture de textes par Jean Verdin Jeudi, Ecrivain et bloggeur, responsable d’un club de jeunes écrivains d’Haïti

16h10-16H50 : Table ronde d’administrateurs de plateformes d’écriture littéraire autour de Marie-Anaïs Guegan, Université Lyon 3

16h50-17h45 : Table ronde : De l’Idex à Lifranum : les grands enjeux de la Francophonie numériqueGilles Bonnet, Université Lyon 3 ; Christian Cote, Université Lyon 3, Pierre Halen, Université Lorraine ; Jean Pierre Fewou Ngouloure, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, Marge, Lyon 3 

Informations pratiques

  • Université Lyon 3, Salle Caillemer
  • 15, quai Claude Bernard 69007 LYON
  • Tram T1 : descente rue de l’université
  • Contact : 04.78.78.73.92

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire de recherche : Émergence de l’art vidéo en Europe : Historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) (4-5/12)

Dalibor Martinis

À ce jour, une histoire de l’art vidéo à l’échelle de l’Europe reste à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Ce sixième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo en Allemagne, Tchécoslovaquie, Finlande, Norvège, Suède et Croatie. 

Programme

Mercredi 4 décembre 2019 
INHA, salle Walter Benjamin

9h30 Introduction et présentation du programme « Émergence » 
François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs) 

9h45 VT ≠ TV (Video Tape is not Television) 
Dieter Daniels (Professeur, Academy of Fine Arts Leipzig [HGB] / Chercheur, Gutenberg Forschungskolleg [GFK]) 

10h30 Pause 

10h45 Early video experiments in Nordic countries from 1960s to 1980s 
Lorella Scacco (Enseignante, École des Beaux-Arts, Rome / Université de Turku) 

11h30 Table-ronde / Discussions 

Jeudi 5 décembre 2019 
INHA, salle Walter Benjamin 

10h00 Prague – the place of illusionists 
Michael Bielicky (Professeur, Karlsruhe University of Arts and Design) 

10h45 Television and video, genesis (The beginnings of Croatian video art) 
Tihomir Milovac (Conservateur / Responsable de la recherche, Musée d’art contemporain de Zagreb) 

11h30 Pause 

11h45 Aspects de la situation française (1970-1980) : Dominique Belloir, premières expérimentations – Grand Canal, Association d’artistes vidéo
Dominique Belloir (Artiste vidéo) 

12h45 Table-ronde / Discussions

Informations pratiques

  • Les communications les mercredi 4 et jeudi 5 décembre auront lieu en salle Benjamin à l’INHA, 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris.
  • Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles. 
  • Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Coordinateurs du programme

  • François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne)
  • Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France)
  • Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de :
Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, LabEx Arts-H2H)
Victor Tsaconas (Stagiaire, LabEx Arts-H2H) 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Collecter, conserver et explorer les corpus massifs d’archives audiovisuelles : états des lieux et perspectives (13/11)

Inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la BnF, le programme de recherche CORPUS a pour objectif de construire un nouveau service de fourniture de corpus numériques à destination de la recherche. Un des axes explorés dans le cadre de ce projet consiste à accompagner les chercheurs dans leur appropriation des collections numériques. À cet effet, des ateliers d’échange sont régulièrement organisés entre des équipes de recherche partageant des enjeux méthodologiques, scientifiques et techniques similaires, ainsi que les personnels BnF experts des sujets abordés.

Argument

Dans le prolongement de la journée d’étude réalisée autour des archives d’Amos Gitaï le 12 décembre prochain, cet atelier Corpus vise à se pencher sur les défis posés par la perspective prochaine de la mise à disposition et de l’exploration de corpus massifs de vidéos numériques à la Bibliothèque nationale de France.

L’ensemble documentaire Amos Gitaï, entré dans les collections en 2018, est composé en grande majorité de documents nativement numériques qui représentent un volume jusqu’ici jamais atteint pour ce type de fonds à la BnF. Ce don s’est rapidement avéré un espace d’expérimentation inédit en raison de la nature très hétérogène des documents et des formats divers qui le constituent. Or, l’arrivée de ce fonds est l’occasion d’aborder des points clés concernant la collecte, le traitement et l’exploration de corpus audiovisuels massifs.

Quelle politique d’archivage pour les plateformes vidéos contributives ? Comment conserver et mettre à disposition des fichiers de montage audiovisuel ? Quelles nouvelles méthodes d’analyse pour les médias audiovisuels ? Quelle est la méthodologie des chercheurs qui étudient des corpus massifs de vidéos ? Autant de questions qui seront au cœur de cet atelier, et qui chercheront à ouvrir des perspectives pour les entrées similaires qui sont pressenties à la BnF dans les années à venir, et dans d’autres institutions.

Programme

Intervention 1 : Explorations méthodologiques autour de corpus vidéo massifs. Interview menée par Christophe Gauthier (École nationale des Chartes).

Intervention 2 : Alain Carou (BnF) – Archiver les plateformes vidéos contributives à la BnF : la collecte de vidéos vernaculaires du conflit et de la révolte en Syrie (projet Shakk-Syrie).

Intervention 3 : Louise Dutertre (BnF) – La mise à disposition des fichiers de montage issus de l’ensemble documentaire Amos Gitaï.

Intervention 4 : Jean Carrive (INA) – Les nouvelles méthodes d’analyse des médias audiovisuels : l’ANR ANTRACT et le projet MeMAD.

Intervention 5 : Claire Scopsi, Gilles Bertin (Laboratoire Dicen-IDF CNAM) – L’annotation rapide de vracs d’images et l’intégration image fixe/image animée. Les enjeux de la norme iiiF.

Modalités pratiques

  • 13 décembre 2018, 14h00 – 18h
  • Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu), salle Émilie du Châtelet.
  • Entrée libre sur inscription.

conférence sur la galerie Mazarine (9/10)

Jupiter foudroyant les géants

Fabien Aguglia  (chargé d’étude et de projets  du Projet Richelieu de la Bibliothèque nationale de France) et Louis Jaubertie (adjoint au chef du Projet Richelieu ) donnent une conférence consacrée à la galerie Mazarine, vestige du palais Mazarin au sein du site Richelieu de la BnF. Ils présenteront plus particulièrement les recherches qui ont permis de retracer l’histoire de ce lieu et d’en éclairer les choix de restauration.

Informations pratiques

  • Date : mercredi 9 octobre 2019 à 9h30.
  • Lieu : Ecole nationale des chartes , salle Léopold-Delisle, 65, rue de Richelieu, Paris 2e
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles (70).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

VERSPERA s’enrichit d’estampes et dessins des collections de la Bibliothèque nationale de France

[Vûë et perspective du Château Royal de Versailles, du côté de l’Entrée] : [dessin, vue]

Le projet VERSPERA, numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime s’enrichit de quelque 560 estampes et dessins issus des collections de la Bibliothèque nationale de France. Des plans, coupes et élévations concernant le château, les jardins et la Ville de Versailles issus des fonds « Robert de Cotte » et « Topographie française » de la BnF ont été mis en ligne, donnant accès à plus de 820 nouvelles images exceptionnelles.

Le projet de recherche VERSPERA, financé par la Fondation des sciences du patrimoine, vise à rendre accessibles à tous les plans du domaine de Versailles sous l’Ancien Régime et à en restituer certains espaces grâce à la numérisation et à la modélisation 3D. Ce programme, porté par le Centre de recherche du château de Versailles en partenariat avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France et le laboratoire ETIS (Équipes Traitement de l’Information et Systèmes, UMR8051, université de Cergy-Pontoise /ENSEA Cergy / CNRS) permet un accès facilité à une source patrimoniale d’exception pour la communauté internationale des chercheurs et du grand public.

Un corpus de documents est en effet progressivement mis en ligne depuis 2017 via la banque d’images du Centre de recherche du château de Versailles et sur les sites des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale de France pour leurs fonds respectifs. La richesse des collections de la BnF permet aujourd’hui d’enrichir le projet VERSPERA de pièces majeures.

Le corpus versé par la BnF est issu de deux fonds principaux : le fonds d’architecture dit « Robert de Cotte » et celui de la « Topographie française ». Robert de Cotte, architecte de Louis XIV et intendant des bâtiments du Roi, a beaucoup travaillé pour le château de Versailles à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe . La BnF conserve de très nombreux dessins pour ses projets concernant le château ou les jardins, qui viennent aujourd’hui enrichir le corpus VERSPERA. Le fonds « Robert de Cotte », qui, au delà du château de Versailles, regroupe des plans et dessins documentant 430 édifices français et étrangers, est entièrement numérisé et accessible sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF (gallica.bnf.fr). L’ensemble versé par la BnF dans le projet VERSPERA comprend également des dessins et estampes des XVIIe et XVIIIe siècles conservés dans les albums de la série de la Topographie française, consacrés au château et au parc de Versailles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Les éphémères et l’image (16e -21e siècles) (13-14/9)

Le programme pluriannuel PatrimEph vise à étudier le patrimoine encore méconnu des éphémères, ces petits imprimés du quotidien voués au rebut et pourtant conservés dans nos bibliothèques, archives et musées. L’objectif est également de mettre à disposition des conservateurs et chercheurs un thesaurus des éphémères en français sur le logiciel Ginco (Gestion Informatisée de Nomenclatures Collaboratives Ouvertes) du Ministère de la culture, d’optimiser l’accès aux Fonds d’éphémères à partir du Répertoire National des Bibliothèques et des Fonds Documentaires du Catalogue collectif de France (BnF), et de faire émerger les nouvelles circulations numériques des éphémères à travers la fouille et l’analyse multimédia du compte Twitter de Gallica.

PatrimEph I (2013-2016), a porté sur le paradoxe que constituaient la patrimonialisation des éphémères, les difficultés de nomination, de classement, de signalement que ces documents généraient, mais aussi leur rôle dans la construction de notre histoire culturelle.

PatrimEph II (2016-2019) évalue l’impact du numérique sur la patrimonialisation des éphémères, que cet environnement génère de nouvelles formes d’éphémères numériques comme les tweets ou qu’à travers la politique généralisée de signalement informatisé et de numérisation des imprimés, les éphémères voient leur statut et leur perception modifiés. Le soin apporté à la dimension visuelle est partie intégrante des imprimés éphémères, reconnus pour leur intérêt typographique et graphique, et objets d’attention croissante de la part des historiens de l’art. Ils sont passibles d’analyses iconographiques, sémiotiques et esthétiques mais aussi d’études sur la spécificité de leur réception et plus largement sur la façon dont ils contribuent à construire une opinion publique, à inventer de nouvelles formes, à façonner des imaginaires.

Programme

Vendredi 13 septembre

1. Statuts & techniques Session présidée par Bertrand Tillier (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

  • 10h Maxime Georges Métraux (Sorbonne Université / Galerie Hubert Duchemin) Le Papillon et l’éphémère : image, imagerie et occasionnel en France au XVIIIe siècle
  • 10h20 Nicholas-Henri Zmelty (Université Amiens) Les petits riens de Toulouse-Lautrec
  • 10h40 Nathanaëlle Tressol (Poitiers) Les estampes sur les catalogues d’exposition au tournant du siècle œuvres autonomes ou avant-goût de l’œuvre ?
  • Discussion et pause
  • 11h20 Irène Fabry-Tehranchi (Cambridge University Library) Les caricatures de la guerre franco-prussienne et de la Commune (1870-71) : images en série, recueils factices et collections numériques
  • 11h40 Boris Borzic (U. de Cergy-Pontoise / ENSEA) Les images d’éphémères sur le compte Twitter de Gallica
  • 12h00 Discussion et déjeuner

2. Images & textes Session présidée par Philippe Hamon (Sorbonne Nouvelle)

  • 14h Lucie Grandjean (Nanterre) Peintures panoramiques et production d’éphémères aux Etats-Unis un changement de regard
  • 14h20 Michael Twyman (U. of Reading) Combining pictures and words : the work of the artiste-écrivain lithographe
  • 14h40 Philippe Nieto (Archives nationales) Illustrer le fait divers : entre fiction, réalisme et hyper-réalisme
  • 15h00 Discussion et pause
  • 15h20 Cécile Fourrel de Frettes (Laboratoire Pléiade, Université Paris XIII) L’Espagne littéraire au prisme des « éphémères cinématographiques »
  • 15h40 Corinne Barbant (LaM, bibliothèque D. Bozo) Éphémères d’art brut, petits papiers pour une étude de la réception de l’art brut
  • 16h00 Discussion et fin de la première journée

3. Fonctions & circulations Session présidée par Philippe Nieto (Archives nationales)

  • 10h Julien Schuh (Nanterre) Éloge de la potichomanie : circulation des motifs graphiques et phénomènes de mode au milieu du XIXe siècle
  • 10h20 Julien Brault (Amiens / Paris, Muséum national d’histoire naturelle) Les éphémères illustrés, une source précieuse pour l’histoire de l’architecture. L’exemple du quartier Richelieu-Opéra à Paris au prisme des cartes d’adresse du XIXe siècle
  • 10h40 Vincent Chambarlhac (MCF HDR – Université Bourgogne Franche-Comté – Centre Georges Chevrier – UMR CNRS 7366) Les éphémères du vin
  • 11h00 Discussion et pause
  • 11h20 Julie Anne Lambert (Oxford, Bodleian Library) L’art publicitaire en Grande-Bretagne : une naissance tardive et difficile
  • 11h40 Karina Pronitcheva (École du Louvre / Sorbonne Nouvelle) Les grands magasins, les imprimés et l’image avant 1900 : vers l’imprimé publicitaire artistique
  • 12h00 Discussion et déjeuner

4. Usages & valeurs Session présidée par Julie Anne Lambert (Oxford, Bodleian Library)

  • 14h Philippe Martin (Lyon 2) Les ephemera de communion
  • 14h20 Fanny Brülhart (Lausanne) Éphémères de la vie en religion : de la typologie idéale des cartes postales à l’appropriation individuelle
  • 14h40 Laurence Danguy (Lausanne) Le tarot de Marseille. Regard sur les images d’un éphémère magique
  • 15h00 Discussion et pause
  • 15h20 Laurent Bihl (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) Les dispositifs « méta-satiriques » : de « l’éphémère dans l’éphémère à la Belle Époque
  • 15h40 Sylvain Louet (Paris, IRCAV) L’image organique des éphémères imprimés dans les films muets français
  • 16h00 Discussion et clôture du colloque

Informations pratiques

  • Archives Nationales – Site de Pierrefitte, Salle des commissions
  • 50, rue Guynemer 93383 Pierrefitte-sur-Seine
  • Métro : Saint-Denis Université (Ligne 13)
  • 13-14 septembre 2019
  • Entrée libre et gratuite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire: Émergence de l’art vidéo en Europe, 19 juin

Crédits iconographiques : Teresa Wennberg, Swimmer, 1978, vidéo, 20′, production Centre Georges Pompidou, Paris, collection Centre Georges Pompidou, Paris et Sädtishes Kunstmuseum, Bonn

À ce jour, une histoire de l’art vidéo à l’échelle de l’Europe reste à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Programme

10h00
Introduction et présentation du programme « Émergence »
François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

10h15
L’historiographie de l’art vidéo en Grèce, un défi entre les mains des artistes, Manthos Santorineos (Artiste – théoricien nouveau media, Professeur à l’École des Beaux-Arts d’Athènes)

11h00
Pause

11h15
Archive ontology – connecting the dots
Per Platou (Directeur, Norwegian Video Art Archive)

12h00
The Beginnings of Video Art in Bulgaria,Iliyana Nedkova (Directrice artistique pour l’art contemporain, Horsecross Arts)

12h45
Pause déjeuner

14h30
REC: Tracking the Emergence of Artist Video in Belgium
Sofie Ruysseveldt (Responsable de collection) et Dagmar Dirkx (Assistante de collection/production, ARGOS vzw Centre for Art and Media)

15h30
Swedish Video Art – the early years
Teresa Wennberg (Artiste vidéaste)

16h15
Table-ronde / Discussions

Informations pratiques

Ce cinquième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo en Grèce, en Norvège, en Bulgarie, en Belgique et en Suède.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo » : François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne) ; Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France) ; Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de : Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, ArTeC) et Victor Tsaconas (Stagiaire, ArTeC)

Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Les communications le mercredi 19 juin auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études : Autour du Digital Muret : recherches récentes sur les collections archéologiques du xixe siècle (17/6)

Jean-Baptiste Muret, Recueil des monuments antiques, II, pl. 45, tête d’Hypnos.

À l’occasion de la mise en ligne du premier corpus du « Digital Muret », l’INHA et la BnF organisent une journée d’études pour présenter et mettre en perspectives les recherches menées dans ce programme depuis 2017. Jean-Baptiste Muret (1795-1866) a été le dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866 ; tout au long de sa carrière, il a constitué un ensemble de planches en couleur reproduisant des objets antiques pris dans différentes collections, privées et publiques, et mis en série pour mieux en comprendre la typologie ou la signification. Cet important recueil, conservé à la BnF et resté inédit, constitue donc une source majeure pour l’histoire des collections d’antiques au XIXe siècle et celle de leur étude. La journée reviendra sur la démarche mise en place et l’outil numérique développé pour l’occasion (http://digitalmuret.inha.fr/), présentera quelques aspects des découvertes permises par les recherches menées sur ce corpus et s’intéressera à d’autres fonds similaires et complémentaires.

Comité scientifique

  • Mathide Avisseau-Broustet (BnF)
  • Cécile Colonna (INHA)
  • Louise Detrez (BnF)
  • Bastien Rueff (INHA)
  • Clément Salviani (INHA)

Programme

9h30 : Introduction
Cécile Colonna (INHA), Mathilde Avisseau-Broustet (BnF)
Le programme Digital Muret, enjeux et développements

10h Outils et publication numérique
Présidé par Frédérique Duyrat (BnF)

Bastien Rueff (INHA), Approche statistique du volume II : sa place dans les recueils de dessins d’antiques de Jean-Baptiste Muret et
son organisation interne

Clément Salviani (INHA), Productions participatives et externalisation du dispositif d’identification : retour sur les expériences de crowdsourcing autour du Digital Muret
Federico Nurra (INHA), Stratigraphie d’un site web : du tableau de données à la mise en ligne du « Digital Muret »
Anne-Violaine Szabados (CNRS, ArScAn, LIMC), Rozenn Douaud (CNRS, ArScAn), Des dessins à la 3D : redécouvrir un coffret disparu

Le dessin comme point de départ des recherches
Présidé par Laurent Haumesser (musée du Louvre)

Anaïs Boucher (Sèvres, cité de la Céramique), Louise Detrez (BnF),
Fabrice Rubiella (InP), Un cratère en calice à fond blanc Sèvres-Lausanne ? Autour d’une planche du recueil de Jean-Baptiste Muret

12h30 Déjeuner

14h Christian Mazet (École pratique des hautes études, Université PSL / École française de Rome), L’iconographie des divinités et monstres marins étrusques chez Jean-Baptiste Muret : la « Tritonide » Révil et le « Triton » Lajard

Mathilde Vauquelin (École du Louvre), Les planches de Jean-Baptiste Muret, à l’origine d’une étude sur les collectionneurs d’antiquités nationales en province au XIXe siècle

Lionel Pernet (musée cantonal d’archéologie et d’histoire, Lausanne), Les collections du Musée des Antiquités de Lausanne dans la seconde moitié du XIXe siècle : une politique d’acquisition entre patrimoine vaudois et ventes parisiennes

15h45 Les dessins et l’histoire de l’archéologie
Présidé par Louise Detrez (BnF)

Corinne Jouy-Barbelin (musée d’archéologie nationale), Les richesses oubliées des archives du musée d’Archéologie nationale

Soline Morinière (musée d’archéologie nationale), Le fonds Edouard Flouest : dessiner les antiquités nationales dans la seconde moitié du
XIXe siècle (1859-1891) pour une nouvelle approche de la preuve scientifique

Isabelle Périchaud (INHA), Isabelle Vazelle (INHA), Les dessins archéologiques dans les collections patrimoniales de la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art

Informations pratiques

  • 17 juin 2019 – 9h30-18h
  • Institut national d’histoire de l’art, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition hors les murs : “Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle)”

Jan Rustem et Gottlieg Kisling, Cartes barbouillées, Vilnius, 1814-1815 (cat. 8) ; BnF, département des Estampes et de la photographie

Afin de mieux faire connaître ses trésors, la BnF ouvre ses collections à des musées ou des bibliothèques partout en France. Dans le cadre de l’exposition « Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle) », elle présente une sélection de pièces issues du département des Estampes et de la photographie qui conserve une collection de cartes exceptionnelles assemblée depuis plus de trois siècles.

Les cartes à jouer dans les collections de la BnF

Fort de trois mille suites de cartes à jouer, le département des Estampes et de la photographie de la BnF conserve une collection de cartes exceptionnelle par la diversité et la rareté de ses pièces, assemblée patiemment depuis plus de trois siècles.

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Fabuleuses cartes à jouer ! Le monde en miniature, aux Éditions de la BnF, un florilège de cartes occidentales du XVe au XXe siècle est présenté au sein de l’exposition permanente du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux. Ces fonds, issus de dons et d’achats de jeux appartenant à de grands collectionneurs (Michel de Marolles et Roger de Gaignières au XVIIe siècle, Romain Merlin au XIXe, Georges et Paul Marteau, Henry d’Allemagne au XXe siècle), complétés par des acquisitions variées du département depuis le XIXe siècle, comportent des exemplaires des plus rares et précieux tout en offrant un panorama unique des techniques de fabrication des cartes et de leurs usages à travers les siècles.

Fabuleuses cartes à jouer de la BnF exposées au Musée Français de la Carte à Jouer

Une sélection de pièces issues de douze jeux différents, insérée dans le parcours des collections permanentes du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux, instaure un jeu de regards croisés entre les deux collections, qui souligne la richesse respective des deux institutions.

De rarissimes tous premiers burins allemands du maître des cartes à jouer, vers 1440, qui rattachent les cartes aux origines de l’estampe, ainsi qu’un somptueux tarot italien enluminé du XVe siècle sont ainsi mis en lumière.

Des planches non découpées ont permis de sauvegarder d’exceptionnels jeux français, lyonnais du XVe siècle.

L’Italie du XVIIIe siècle est représentée à travers un jeu peint au portrait vénitien et un délicat ensemble de cartes florentines imprimées sur soie et rehaussées de couleurs. L’inventivité du XIXe siècle transparaît dans des cartes lituaniennes dites « barbouillées », un jeu de tarot allemand sur le thème populaire du « monde renversé », un jeu russe de fantaisie, ou les premières cartes photographiques parisiennes représentant des artistes des grands théâtres. N’oublions pas aussi que de célèbres artistes ont travaillé pour l’univers de la carte à jouer, en témoignent les dessins de Jacques-Louis David en 1808 pour l’Imprimerie impériale ou ceux de Sonia Delaunay en 1959 à la demande du musée des cartes à jouer de Bielefeld (Allemagne).

Cette sélection de trésors de papier appartenant aux fonds de la BnF, présentée au cœur même des collections permanentes, dans une scénographie spécialement créée pour l’occasion par Pascal Rodriguez, permet d’inaugurer un nouveau parcours chronologique, qui se superpose au parcours thématique traditionnel du musée. Les cartes les plus précieuses du musée, telle la carte du Chariot, provenant d’un tarot enluminé italien attribué à l’École de Ferrare, produite dans le contexte somptuaire de la cour des Este vers 1450, ou encore la planche de tête au « portrait de Paris » des Guyon Guymier (XVIe s.) seront mises en valeur à la lumière de cette présentation croisée.

C’est le legs de Louis Chardonneret, archiviste au Monde illustré et collectionneur, qui fut à l’origine de cette collection. Elle comprenait alors une centaine de suites de cartes à jouer dont la redécouverte dans les années 1980 orienta le musée vers une importante politique d’acquisition de ces ensembles, avec une volonté d’ouverture vers les beaux-arts et la création contemporaine. Cette collection comprend aujourd’hui plus de 15 000 œuvres dont près de 9 000 jeux de cartes, planches et enveloppes de jeux, plus de 800 peintures, dessins et estampes, mais également de nombreux objets de jeu ainsi que des bois d’impression.

Dans les collections de la BnF

Chaque année, la BnF présente dans des établissements patrimoniaux une sélection d’œuvres issues de ses collections et fait partager ses richesses à un plus large public.

Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec des collections locales, le programme Dans les collections de la BnF vise à développer des partenariats scientifiques et pédagogiques avec d’autres institutions.

Organisation

Le commissariat de l’exposition est assuré par :

  • Gwenael Beuchet, attaché de conservation, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Charlotte Guinois, conservatrice du patrimoine, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Vanessa Selbac, conservatrice, chef du service de la Réserve, département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le musée, la recherche et la valorisation, direction des Collections, BnF

Informations pratiques

  • Musée Français de la Carte à Jouer
  • 16 Rue Auguste Gervais, 92130 Issy-les-Moulineaux
  • Jours et heures d’ouverture :
  • Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h
  • Samedi et dimanche : de 14h à 18h
  • Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h
  • Août : fermé

Fermé les jours fériés et en août
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international (16-17/5) : Un portail entre les cultures de la littérature aux sciences humaines franco-vietnamiennes

Un portail entre les cultures

Programme

Jeudi 16 mai

France-Vietnam : patrimoines partagés

9h00-9h15 Accueil

9h15 Ouverture du colloque

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France (BnF)

Marc Mézard, directeur de l’École normale supérieure (ENS)

9h45 Introduction

Giang-Huong Nguyen, chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est (BnF et associée ITEM)

10h-11h30 – BnF et BnV : une histoire partagée
Présidence : Emmanuelle Sordet, directrice des bibliothèques de l’ENS

10h-10h40 Kieu Thuy Nga, Bibliothèque nationale du Vietnam

« Le fonds Indochinois à la Bibliothèque nationale du Vietnam et les perspectives de collaboration avec la Bibliothèque nationale de France » (Intervention en vietnamien avec traduction en français.)

10h40-11h Franck Hurinville, BnF

« Un nouvel outil pour une histoire à parts égales : le site France-Vietnam »

11h-11h30 Discussion

Pause

11h50-13h – Histoire des fonds vietnamiens à la BnF

11h50-12h10 Laurent Héricher, BnF

« Histoire du fonds et des catalogues des imprimés et manuscrits vietnamiens au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France »

12h10-12h30 Denis Gazquez, BnF

« Documents surprenants dans les collections de la BnF : les bulletins de la Police de l’Indochine, 1932-1943 »

12h30-13h Discussion

Déjeuner

14h30-15h40 – Marseille et l’arrivée des Indochinois
Présidence : Claire Zalc, directrice de l’IHMC (CNRS)

14h30-14h50 Olivia Pelletier, Archives Nationales d’Outre-Mer

« Marseille et les travailleurs indochinois (1939-1954) »

14h50-15h10 Alain Ruscio

« Marseille et l’Indochine : la circulation des hommes entre la Canebière et la rue Catinat »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h10 – La naissance d’un nouveau modèle historico-culturel : à travers la lecture des auteurs vietnamiens du xxe siècle

16h-16h20 François Guillemot, Institut de l’Asie Orientale

« Écrire l’histoire du Vietnam sous la colonisation : l’avènement d’un nouveau récit national ? »

16h20-16h40 Michel Espagne, ENS

« Un formaliste vietnamien : Tran Ngoc Them »

16h40-17h10 Discussion

Clôture

Vendredi 17 mai 2019

Le dépôt légal de l’Indochine, les sciences sociales et les études littéraires

9h00-9h30 Accueil

9h30-10h40 – Des sciences sociales à l’histoire littéraire
Présidence : Jean-Marie Compte, directeur du Département Littérature et Art (BnF)

9h30-9h50 Pascal Bourdeaux, École Pratique des Hautes Etudes

« Quelques réflexions sur les écrits religieux à la lecture du dépôt légal de l’Indochine »

9h50-10h10 Nguyen Phuong Ngoc, Université d’Aix – Marseille

« La littérature vietnamienne dans la première moitié du xxe siècle : l’émergence d’un espace littéraire national en quốc ngữ »

10h10-10h40 Discussion

Pause

11h-12h10 – La littérature vietnamienne francophone

11h-11h20 Giang-Huong Nguyen, BnF et associée ITEM

« Le sujet multiculturel dans la littérature vietnamienne francophone du xxesiècle »

11h20-11h40 Henri Copin, Université Permanente de Nantes

« ‘Princesses des Cinq Dragons’ : des auteures contemporaines d’origine vietnamienne écrivent en français »

11h40-12h10 Discussion

Déjeuner

14h30-15h30 – Œuvres publiées et manuscrits de Pham Van Ky
Présidence : Paolo D’Iorio, directeur de l’ITEM (CNRS)

14h30-14h50 Jack Yeager, Louisiana State University

Pham Van Ky et son héritage

14h50-15h10 Hoai Huong Aubert-Nguyen, Université de Versailles Saint-Quentin

« L’Ineffable des Fables – étude de Fleur de Jade de Pham Van Ky »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h – Histoires de rencontres culturelles

16h-16h20 Pham Van Quang, Université des Sciences Humaines et de HCM-ville

« L’exil comme une autre possibilité d’existence chez Pham Van Ky et Linda Lê »

16h20-16h40 Alain Guillemin, CNRS

« La robe de papier (1978), être francophone dans le Vietnam indépendant : l’expérience de Cung Giu Nguyen »

16h40-17h10 Discussion

17h10-17h30 Conclusion du colloque

Informations pratiques

  • Jeudi 16 & Vendredi 17 mai 2019 – 9h-17h30
  • ENS, 29 rue d’Ulm, 75005, salle Jean Jaurès (rez-de-chaussée, aile Curie)
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Globes et sphères : deux mille ans d’histoire (7/6)

Dans le cadre de l’exposition « Le Monde en sphères » et avec le soutien du Comité français de Cartographie, la BnF organise le 7 juin 2019 un symposium qui porte sur les objets qui sont au cœur de l’exposition : les globes et sphères armillaires, instruments scientifiques et œuvres d’art marqués par une histoire pluriséculaire.

L’histoire de ces objets, qui ont incarné pendant plus de 2 000 ans le modèle sphérique de l’univers, peut être abordée sous de nombreux aspects : conception et production matérielle, cartographie terrestre ou céleste, diffusion et usages, symbolique et représentation dans les arts.

La journée d’étude se propose de porter un regard diachronique sur ce patrimoine trop souvent méconnu.

PROGRAMME

9h00 Accueil

9h15   Ouverture par Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France et Catherine Hofmann, co-commissaire de l’exposition, conservatrice en chef au département des Cartes et plans de la BnF

Première session : L’invention du modèle et sa transmission en Orient et en Occident

Président de session : François Nawrocki, co-commissaire de l’exposition, directeur-adjoint de la bibliothèque Sainte-Geneviève

9h45    James Evans, historien de l’astronomie, University of Puget Sound (USA)

Globes et cadrans solaires : avec une attention particulière à une statuette d’Atlas portant une sphère creuse trouvée à Tor Paterno (Latium)

10h15 Elly Dekker, historienne des modèles et instruments astronomiques

The celestial globe of Gerbert of Aurillac: its place in the history of celestial cartography

10h45 pause

11h00  Taha Yasin Arslan, chercheur à l’université Medeniyet, département d’Histoire des sciences (Istanbul)

Seizing the Heavens: Making Celestial Globes

11h30  Anna Caiozzo, professeur d’histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne

L’imaginaire de la sphère dans la culture visuelle du monde musulman médiéval

Deuxième session : L’évolution du modèle et sa diffusion a l’époque moderne

Présidente de session : Hélène Richard, conservateur général honoraire des bibliothèques

14h00  François Nawrocki

L’Amérasie du Globe doré : invention et déconstruction d’un continent (1526-1538)

14h30  Anthony Turner, historien des sciences

Globes et horloges : prolégomènes à une analyse historique

15h00  Martin Vailly, doctorant en histoire, European University Institute – EHESS

La sphère et son manuel : les globes terrestres en tension entre théories et matérialité (1660-1715)

15h30 pause

 15h45 Catherine Hofmann et Eve Netchine

Le globe du Dauphin (1789) : archaïsmes et modernité d’un objet gigogne

16h15  Jan Mokre, directeur du département des Cartes et du musée des Globes, Österreichische Nationalbibliothek

The development of new types of terrestrial globes in the 19th and early 20thcenturies

 17h – 19h Visite de l’exposition par groupes de 15 personnes (sur inscription préalable le jour même)

Informations pratiques

Edme Mentelle, Jean Tobie Mercklein, Globe terrestre et céleste pour l’éducation du dauphin, 1786-1789.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts