Archives de catégorie : Programmes de recherche

Explorer des corpus d’images. L’IA au service du patrimoine

Suite aux ateliers « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils » et « Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux », une troisième demi-journée d’étude a été organisée dans le cadre du programme de recherche CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Dans la continuité des deux ateliers précédents, cet après-midi d’étude, qui a eu lieu le 28 mars sur le site Richelieu, était conçu autour d’une seule thématique et dans le même esprit d’incitation au partage entre le monde des bibliothèques et les milieux académiques.

Neuf présentations se sont succédé au fil de l’après-midi avec l’objectif d’esquisser un panorama de différentes applications des méthodes d’analyse automatique d’images par le contenu.

L’état de l’art des solutions logicielles, actuelles ou en développement, réalisé à la demande de la BnF au Centre Européen de valorisation numérique Valconum.

Présentation par Nicolas Sidère, ingénieur de recherche, laboratoire Informatique, Image et Interaction (L3i), université de La Rochelle.

La BnF s’est engagée en 2017 à « faciliter l’usage de Gallica » – la bibliothèque numérique de la BnF – en développant « des outils conviviaux d’exploration des corpus (fouille d’images, reconnaissance d’articles, etc.) »1. Afin de mieux cerner les possibilités existantes pour mettre en place à terme de tels outils permettant la fouille d’images, une étude a été demandée en 2017 par la BnF à Valconum, consortium académique-industriel visant la valorisation de contenus numériques. Cette étude, cordonnée par le L3i et rédigée par quatre laboratoires partenaires (L3i, LIPADE, CVC, IRISA), avait donc pour objectif de fournir un panorama des solutions logicielles pour la mise en place d’un outil de recherche d’images dans Gallica reposant non plus sur les métadonnées textuelles associées essentiellement manuellement aux images, comme à l’heure actuelle, mais aussi sur la reconnaissance automatique de caractéristiques formelles ou structurelles des images.

Parmi les possibilités de recherche d’images existantes, trois orientations peuvent être distinguées : la navigation libre dans un corpus, la recherche par mots-clés et la recherche par le contenu, que la BnF souhaite intégrer à Gallica.

Le fonctionnement d’un système traditionnel d’indexation et de moteur de fouille d’images basé sur le contenu (CBIR, Content-Based Image Retrieval) prévoit différentes phases : le prétraitement des images pour en améliorer la qualité (suppression de distorsions, augmentation des contrastes, suppression de bruits de numérisation, etc.), ensuite l’extraction des caractéristiques structurelles des images, la constitution d’une base de données où ces caractéristiques sont stockées, pour être enfin comparées aux caractéristiques d’une image spécifique lors d’une requête de l’utilisateur.

By Xiawi [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons
By Xiawi [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons

Deux grandes catégories d’approches d’indexation par le contenu sont possibles aujourd’hui : l’approche par le contenu visuel et celle par le contenu sémantique.

La première approche vise à générer la signature d’une image en extrayant des indices visuels sur la base de trois typologies de caractéristiques : description globale (couleur, texture, forme), description spatiale (agencement des composantes d’un document) ou description locale (utilisation de descripteurs sur des zones locales d’intérêt).

Descripteurs locaux (exemple)

Avec l’avènement de l’apprentissage profond (deep learning), la capacité à extraire et à sélectionner ces caractéristiques de manière automatique (c’est-à-dire par des réseaux de neurones artificiels) accélère les traitements et ouvre de nouvelles voies. Une application immédiate de cette approche est la recherche d’images par similarité.

La deuxième approche, celle d’indexation par le contenu sémantique, ne vise pas à rechercher des notions visuelles (aussi définies comme « bas niveau ») mais à détecter automatiquement des concepts (aussi définis comme « haut niveau ») pour la création d’un index sémantique. Cela permet l’étiquetage soit d’une image entière, soit d’une portion de l’image et ces étiquettes peuvent être ensuite inclues dans une ontologie qui permet de faire des inférences ou de désambiguïser. ImageNet est aujourd’hui l’exemple le plus parlant de base d’images (naturelles) annotées à partir de concepts (80 000). Des applications possibles grâce à l’indexation par le contenu sémantique sont par exemple l’identification et la localisation d’objets dans une image (détection de visages, de personnes, d’objets, etc.) ou la génération automatique de légendes d’illustration.

Légendage automatique

Concernant les outils existants ou en développement et les acteurs, trois types peuvent être distinguées :

  • Les outils fournis par les « géants du Web » (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) ou GAFAM : Google Vision API, Amazon Rekognition, IBM Watson/ Cloud Visual Recognition, qui donnent des résultats prometteurs mais présentent aussi des défauts (entrainement sur des corpus iconographiques contemporains, coût à l’image analysée) ;
  • Les start-up ou laboratoires spin-off (Lamark, NeoVision, Videntifier, OddConcepts) qui peuvent répondre à des besoins plus spécifiques mais qui demandent plus de temps de mise en œuvre ;
  • Les frameworks ou bibliothèques open source (Caffe, TensorFlow, OpenCV, FLANN, Faiss) prêts à l’emploi ou personnalisables.

Les contraintes principales pour la mise au point d’un outil d’indexation et de recherche d’image par le contenu sont la nature hétérogène des corpus en termes de contenus, de techniques de production et de supports, de supports-images (qualité de numérisation et de compression). La diversité des approches et outils à disposition implique également de faire des choix scientifiques/techniques. Enfin, la nécessité d’investissements d’infrastructure informatique pour un passage à l’échelle est un point à prendre en considération.

Afin de satisfaire les besoins des institutions patrimoniales telles que la BnF, la collaboration avec les laboratoires de recherche, et entre institutions, paraît la solution la plus adaptée en permettant notamment la prise en considération des spécificités des collections et des images anciennes.

Gallica.pix, une preuve de concept utilisant les collections de Gallica sur la période 1914-1918.

Présentation par Jean-Philippe Moreux, expert OCR et formats éditoriaux, BnF.

Gallica.pix est un démonstrateur développé par Jean-Philippe Moreux et accessible sur Gallica Studio. Il met en œuvre une approche d’indexation sémantique sur les collections iconographiques de Gallica couvrant la période 1914-1918 et sur lesquelles différents outils ont été expérimentés dans une optique de recherche d’information encyclopédique.

La réalisation du PoC a demandé plusieurs étapes : la première consistait à repérer les illustrations, y compris celles contenues dans les imprimés (presse quotidienne, revues, monographies) à l’aide des API de la BnF ; la deuxième consistait à les enrichir avec des métadonnées permettant leur recherche ; la dernière à élaborer une interface de recherche web interrogeant une base XML (basex.org).

Processus d’extraction

Le fait d’identifier les illustrations et de les référencer dans une application dédiée à la recherche d’images offre en soi une expérience utilisateur enrichie. Néanmoins, cette première phase d’extraction pose un certain nombre de défis :

  • Pour la collection Images, les métadonnées bibliographiques sont souvent lacunaires, sans vocabulaire normalisé, et pas pensées pour cet usage. Certains recueils d’images sont signalés avec une seule notice pour x
  • Pour les imprimés, l’identification des illustrations au sein des pages est donnée par l’OCR, avec les défauts de ce dernier. Ainsi pour le cas particulier de la presse quotidienne, le bruit peut atteindre 80% pour de l’OCR brut.
  • Toujours pour la presse quotidienne, l’identification des publicités illustrées (avec une part proche de 30%) est un autre enjeu, car elle ne peut être menée sur les seuls critères visuels.
Proximité visuelle entre illustrations éditoriales et publicités illustrées (signalées par une icône)

Dans la deuxième étape d’enrichissement des métadonnées, ont été utilisés un réseau de neurones pré-entrainé et open-source de Google (Inception-V3) pour la classification des genres d’illustrations (photo, gravure, carte, etc.) puis l’API IBM Watson Visual Recognition pour l’indexation sémantique (la bibliothèque open source OpenCV/dnn a également été testée). Les images elles-mêmes sont extraites des serveurs Gallica via l’API Image IIIF.

Le réseau Inception-V3 est un réseau de neurones convolutionnels (CNN). Il a été réentrainé (sa seule dernière couche, approche dite « d’apprentissage par transfert », “transfer learning”) sur un jeu de 12 classes documentaires (environ 1000 images par classe) et évalué sur un sous-ensemble du jeu.

Les « genres » documentaires

Rappel et précision sont de l’ordre de 90%. Cette approche permet également de filtrer le « bruit » issu de l’OCR mais aussi celui présent dans les collections Images (recueils, portfolio, etc.) : couverture, pages blanches intercalaires, pages de texte.

L’utilisation d’un réseau de neurones induit des comportements spécifiques. Ainsi les confusions surviennent sur des genres visuellement proches (photographie/gravure, schéma/carte/dessin, etc.).

Confusion : dessin, schéma technique, carte ?

L’échelle d’analyse du réseau (299×299 pixels) intervient également. À cette échelle, des pages de genres différents peuvent sembler visuellement proches.

Partition, presse, carte

Le phénomène de généralisation est aussi exemplaire de l’apprentissage profond : le réseau sait identifier des images proches de celle de la classe d’apprentissage. Ainsi de ces cartes illustrées.

Ce type de cartes illustrées n’était pas présent dans le jeu d’apprentissage

En matière d’indexation sémantique, deux évaluations ont été menées sur les classes Personnes et Soldats extraites par IBM Watson. Ainsi pour la recherche de visuels de soldats, si le taux de rappel de l’API n’est que de 55%, la possibilité de réentrainer le réseau sur les données de la BnF permet de gagner 5%. Et en croisant cette indexation visuelle sémantique avec les métadonnées bibliographiques, le taux de rappel atteint alors 70%. A comparer aux 20% obtenus par une requête par mot-clé sur les seules métadonnées (« soldat OU poilu OU officier… »).

Taux de rappel selon divers scénarios de recherche (classe « Soldat »)

La détection de visages de l’API Watson est également testée. Un taux de rappel de 30 % et une précision de 99,8 % montre que l’API a été paramétrée avec des réglages conservatifs. Un autre réseau (modèle ResNet du module « dnn » d’OpenCV 3.3) donne un meilleur taux de rappel (au détriment de la précision), y compris sur des documents « difficiles » (dessin de presse, gravure).

Détection de visages et de genres (API Watson)

 

Détection de visages (ResNet, OpenCV/dnn)

Finalement, l’application web Gallica.pix interroge la base XML avec XQuery et affiche les imagettes via le serveur IIIF BnF. Divers cas d’usage peuvent être envisagés :

  • Mot-clé: une recherche sur un mot-clé interroge les métadonnées bibliographiques et l’OCR. L’exemple ci-après montre les résultats d’une recherche menée sur Georges Clemenceau dans Gallica et dans Gallica.pix : la fouille dans les imprimés a considérablement enrichi l’offre iconographique.
Recherche sur le mot-clé « clemenceau » : Gallica Images (1910-1920) : 140 résultats, Gallicap.pix : 859
  • Types documentaires : dans le cas précédent, la facette « Dessin » donne accès aux caricatures de presse de Clemenceau
  • Concepts: l’indexation sémantique visuelle est utilisée. Toujours dans le cas « Clemenceau », les critères Personne ou Visage permettent de filtrer les illustrations de Georges Clemenceau de celles se rapportant à lui (événements, commentaires, etc.). Autre exemple, le concept « Avion » donne accès à des illustrations représentant des avions alors que le mot-clé « avion » renvoie aussi à des aviateurs, des cartes aériennes, etc.
A gauche, mot-clé « avion », à droite, classe « Avion »
  • Requêtes hybrides : L’indexation sémantique et les métadonnées sont utilisées. Ainsi la recherche de visuels sur les destructions urbaines consécutives à la bataille de Verdun : classe=(”rue” OU ”maison”) ET mot-clé=”Verdun”
Recherche hybride

Le PoC a permis de mettre en évidence les atouts d’une telle approche :

  • La maturité des techniques d’IA dans le traitement d’image rend possible leur intégration dans la boîte à outils des bibliothèques numériques.
  • Un accès unifié à toutes les ressources iconographiques d’une collection numérique à vocation encyclopédique est offert.
  • Elle ouvre de nouvelles perspectives, avec par exemple la création de jeux de données iconographiques pour la recherche (cartes, publicités, sports, etc.) ou pour l’entraînement (apprentissage profond).
  • La réutilisation des ressources numériques est favorisée : les fonds iconographiques ainsi référencés et indexés peuvent à leur tour être diffusés avec des protocoles standards (en particulier avec l’API Presentation de IIIF).
  • De manière annexe, ce PoC montre qu’il est possible de réaliser des applications complexes à partir de l’offre en API de la BnF.

Cependant, des défis et questionnements se font jour :

  • Verrous scientifiques : segmentation et indexation sur des fonds hétérogènes ; entraînement sur des fonds patrimoniaux (les offres commerciales étant entraînées sur des ressources contemporaines)
  • Ingénierie : architecture technique, puissance de calcul, explosion des métadonnées (10 M pour le corpus Gallica.pix)
  • Métadonnées descriptives pour l’indexation : modèle de données, formats, vocabulaires, standards ?
  • Cycle de vie de l’indexation ?

Le prototype Gallica Images.

Présentation par Raphaël Baudiment, ingénieur étude et développement, BnF.

Le prototype Gallica Images, développé par Raphaël Baudiment, met en œuvre l’autre approche d’indexation d’images par le contenu : celle du contenu visuel basée sur les similarités formelles et structurelles des images. Sans faire appel aux techniques d’apprentissage profond, l’objectif était de créer un index à partir d’un corpus d’images de Gallica issu des collections d’images des départements spécialisés.

L’index de test de plus de 620 000 images ne s’appuie pas sur les métadonnées bibliographiques mais il est construit à partir de la structure de chacune des images, décrite dans une signature utilisée pour la comparaison et l’identification de similarités lors d’une recherche. À cet effet, pour chaque image, des statistiques ont été calculées sur la distribution colorimétrique (un seul canal pour les images noir et blanc ou en niveaux de gris, trois canaux pour les images en couleur) à l’aide de l’outil open source ImageMagick qui permet de calculer pour chaque canal de l’image la moyenne colorimétrique, l’écart type, l’ asymétrie, la courbure et l’entropie.

Afin de rechercher ces images, une application web a été développée pour fonctionner en deux phases : une première phase de présélection qui présuppose la pertinence par rapport à l’image-requête et une deuxième phase de tri pour fournir en réponse de la requête des résultats classifiés par pertinence descendante. Pour cette deuxième phase a été utilisé l’un des algorithmes en surcouches du serveur Solr développés dans le cadre du projet Lucene/LIRE. L’algorithme, choisi en raison de sa pertinence, s’appelle calcul d’empreinte FCTH (Fuzzy Color and Texture Histogram) ; il prend en entrée une image et ensuite calcule une empreinte sous forme d’un tableau de 192 octets. Outre l’index produit par ImageMagick, un deuxième index a donc été constitué via l’algorithme FCTH ; l’avantage étant l’utilisation des empreintes pour le calcul de distance. La mesure de similarité de Tanimoto, a enfin été employée pour calculer cette distance, c’est-à-dire pour classifier les images sur la base du niveau de similarité.

L’index produit a servi à construire une API qui permet d’utiliser un protocole pour interroger les images en termes de palette de couleurs et de proportions.

Exemples de requêtes

Grâce au protocole IIIF, d’autres fonctionnalités ont été expérimentées, comme par exemple une expérience renouvelée de l’exploration de documents cartographiques basée sur la comparaison de cartes anciennes avec des systèmes cartographiques contemporains tels qu’OpenStreetMap.

En conclusion, Gallica Images propose une nouvelle forme de découverte des collections BnF, rythmée par des rebonds qui incitent la flânerie et la sérendipité. Dans une application de recherche d’image, cette approche serait complémentaire des techniques d’indexation sémantique.

Diginpix, un système d’identification d’entités visuelles dans les images fixes et animées.

Présentation par Nicolas Hervé, chercheur en informatique, INA.

Diginpix est un prototype de système de reconnaissance d’entités visuelles développé à l’Espace recherche de l’Institut national de l’audiovisuel en 2014, en collaboration avec équipe-projet ZENITH de l’INRIA. Il ne se base pas sur l’apprentissage de classes (concepts généraux) mais sur la reconnaissance d’instances, c’est-à-dire d’éléments spécifiques dans une image fixe ou animée qu’on peut définir comme des entités visuelles en faisant un parallèle avec la reconnaissance d’entités nommées dans un texte.

Le prototype est disponible en ligne et fonctionne sur deux types d’entités visuelles : des logos et des peintures. Ces entités visuelles sont issues de dictionnaires sur lesquels le système de reconnaissance a été entrainé. Le dictionnaire des logos contient 25 000 entités morales issues de liste de marques, de partis politiques, d’organisations internationales par exemple, pour lesquels les images ont été repérées sur Google pour constituer automatiquement une base de données. Le dictionnaire des peintures est quant à lui le résultat d’un partenariat avec l’agence photos RMN dont la base de données, qui contient 5 photographies par tableau en moyenne, a été partagée. Les deux bases de données sont donc de deux natures différentes : d’un côté une base qui contient énormément d’images par entité (200 images environ par logo) mais de qualités hétérogènes, de l’autre une base qui contient peu d’exemples mais d’excellente qualité.

Le prototype a été testé sur le fonds des vidéos de sport, de musées et les vidéos disponibles en ligne sur le site ina.fr. Pour ne pas masquer la complexité des systèmes de reconnaissance visuelle, les pourcentages de réussite (les scores de prédiction de l’algorithme) sont clairement affichés dans les résultats afin de donner à l’utilisateur l’autonomie et le choix de prendre en compte une vidéo ou pas dans le cadre de ses recherches.

Résultats avec score de confiance

L’image animée implique une problématique ultérieure par rapport à l’image fixe en raison de sa dimension temporelle. Un visualiseur spécifique a été aussi développé, dans une logique open source, pour permettre le repérage rapide des entités visuelles dans la temporalité de la vidéo.

Visualiseur diginpix.ina.fr

Comme le repérage d’entités visuelles demande énormément d’informations locales, les bases de données d’indexation constituées à partir de la reconnaissance des entités sont conséquentes (elles peuvent avoir une taille supérieure à celle des vidéos elles-mêmes) et font l’objet de recherches au sein de l’établissement pour en optimiser les temps de calcul.

Dans ce contexte, la qualité et la modélisation des données jouent un rôle fondamental car c’est sur les bases de données que les algorithmes sont entrainés.

Reconnaissance automatisées des images de presse. L’exemple de la presse d’entre-deux-guerres.

Présentation par Pierre-Carl Langlais,  post-doctorant dans le cadre du projet ANR Numapresse.

Le travail de Pierre-Carl Langlais n’est pas mené dans l’optique de fournir des outils pour l’exploration de corpus mais dans la perspective de développer des solutions techniques pour répondre à des questions scientifiques posées, plus spécifiquement, dans le cadre du projet Numapresse. Ce projet ANR, actuellement en cours, a pour vocation d’explorer les mutations culturelles, les transferts génétiques et poétiques de la presse francophone de 1800 à 2018.

L’expérimentation présentée part du postulat que la plupart des images de presse sont intégrées dans un article et propose une classification automatique des images par le texte.

Le premier matériau pris en considération pour l’expérimentation a été l’OLR (Optical Layout Recognition) produit dans le cadre du projet Europeana Newspapers (1814-1945). En permettant la reconnaissance semi-automatique des agencements des éléments dans une page de journal, il permet indirectement d’identifier des illustrations dans la presse.

Parallèlement à la distinction des zones textuelles des zones iconographiques, un prototype de topic modeling supervisé, couvrant dix-neuf formes journalistiques, a été développé pour repérer les formes courantes entre 1920 et 1940. Ces modèles permettent d’analyser la répartition des genres sur de longues périodes, et de mettre en lumière des récurrences et des ruptures.

Ce modèle permet donc de classifier les articles mais aussi les illustrations associées et de constituer des sous-corpus thématiques à partir de la classification opérée. Avec cette classification des images via le texte, il devient possible de parcourir rapidement l’ensemble des images publiées dans une rubrique et de faire émerger des pratiques visuelles inattendues.

L’indexation sémantique visuelle sur l’illustration de presse est également évaluée à l’aide de modèles généralistes (Imagenet), qui de fait sont imparfaits. Néanmoins, dans un corpus aussi spécifique (le sport dans la presse quotidienne), les catégories prennent sens les unes par rapport aux autres. Ainsi la projection des proximités entre les classes d’Imagenet sur les images de sport du Parisien de 1934, puis la montée en abstraction sémantique grâce aux métadonnées de wordNet conduit à un réseau d’étiquetage pertinent des « régimes de représentabilité » du sport.

Projection tsne (à gauche), réseau d’étiquetage (à droite)

D’autres perspectives de recherche concernent les légendes des illustrations, la segmentation des composantes des illustrations, l’agencement de l’image du texte, la « viralité » de l’image de presse ou enfin les conditions de production de l’image de presse.

Cette expérimentation met en lumière les possibilités ouvertes par la technique mais aussi l’importance des compétences scientifiques, garantes de la pertinence de l’interprétation des résultats.

Le projet SIAMESE. Les images publicitaires comme sources historiques.

Présentation par Melvin Wevers, post-doctorant, DHLAB-KNAW, Amsterdam.

Le projet de recherche SIAMESE naît de l’idée qu’à partir de l’analyse des images publicitaires, il est possible de dégager les idéaux, les modes et les aspirations d’une société à une époque donnée. Le projet a été mené en 2017 par Melvin Wevers en tant que « chercheur en résidence » au KB Lab de la Bibliothèque nationale des Pays-Bas.

Afin d’analyser les images publicitaires présentes dans la presse du XXe siècle (1,6 million de publicités environ), le recours à une analyse computationnelle était nécessaire. La Bibliothèque nationale des Pays-Bas signale dans Delpher deux typologies d’information : les métadonnées de l’illustration (journal, page, taille et date de publication) et le texte contenu dans l’illustration (extrait grâce aux techniques d’OCR). Ces informations peuvent être analysées indépendamment car elles permettent de connaître par exemple les changements en termes de taille, de positionnement dans les journaux et de proportion d’éléments textuels et d’éléments visuels.

Taille moyenne des illustrations (1948-1995)

Dans une approche de vision par ordinateur (computer vision), les métadonnées peuvent être croisées avec l’analyse automatique des images. En effet, pour ce qui concerne les images publicitaires, la fouille du texte (text-mining) ne suffit pas à identifier par exemple toutes les publicités de la marque Camel car parfois le texte « Camel » est présent dans l’annonce, parfois il ne l’est pas mais un logo se trouve à la place. La fouille d’image (image mining) peut alors compléter cette « insuffisance » des métadonnées et du text mining en apportant les informations visuelles.

Le projet SIAMESE, d’une durée de six mois, a été l’occasion d’expérimenter l’utilisation de réseaux de neurones convolutionnels (CNN) pour étudier les publicités dans deux journaux nationaux sur la période 1948-1995. La première phase du projet consistait à nettoyer les données via les métadonnées pour sélectionner les publicités contenant des éléments iconographiques. La deuxième phase consistait à utiliser des réseaux neuronaux pour identifier les éléments iconographiques dans les images. Comme les réseaux de neurones existants ne donnaient pas de bons résultats avec les images publicitaires du XXe siècle, au lieu d’utiliser la dernière couche de classification du réseau (qui détermine par exemple si un chat est un chat et avec quel niveau de probabilité il l’est), la décision a été prise de s’arrêter à l’avant-dernière couche de calcul qui identifie les caractéristiques structurelles et formelles (2048 données) d’une image, par exemple déterminer si dans l’image est présente une ligne diagonale ou des cercles ou des triangles.

Les images ont donc été classifiées selon leurs caractéristiques visuelles en utilisant la bibliothèque open source pour TensorFlow qui permet de calculer les regroupements visuels (clustering). Une recherche des plus proches voisins permet ensuite de naviguer dans cet espace de représentation. Ce processus a abouti à l’application SIAMESE qui, à partir de la sélection d’une image, fournit les images publicitaires similaires par année et la possibilité de consulter le journal dans lequel la publicité en question a été publiée.

http://lab.kb.nl/tool/siamese

L’utilisation d’un réseau de neurones dans le cadre du projet HIMANIS.

Présentation par Dominique Stutzmann, chargé de recherche, IRHT.

HIMANIS est un projet européen (2015-2018, HERITAGE PLUS Joint Call) qui repose sur le soutien et l’engagement d’institutions patrimoniales, d’institutions de recherche en humanités et de chercheurs en sciences informatiques. Ce projet pluridisciplinaire a pour objectif ultime de comprendre la réalité du gouvernement royal à partir de l’indexation du corpus des registres de la chancellerie royale (c’est-à-dire la copie par l’administration royale des actes, à valeur perpétuelle essentiellement, qui sont produits pour les gens du royaume), qui est un corpus sur lequel les érudits travaillent depuis le XVIIe siècle. Ce corpus (200 volumes, 70k pages, français, latin, allemand) est conservé aux Archives nationales et à la BnF.

Un prototype de recherche et de consultation a été réalisé. Il est basé sur un moteur de recherche avec négociation de contenu, qui permet à l’utilisateur de favoriser la précision ou le rappel d’information parmi l’ensemble des hypothèses de reconnaissance fournies par le système.

Recherche du mot-clé « nostrum » et occurrences de l’abréviation « nrm »

Pour atteindre ce résultat, la maîtrise des données était d’abord nécessaire pour pouvoir entrainer la machine et pour assurer un apprentissage qualitatif. L’entrainement est réalisé sur la base d’un corpus TEI constitué à partir des transcriptions existantes des chartes (éditions rétroconverties et éditions électroniques natives). Le modèle apprend donc sur un corpus dont la langue a été modernisée et dont les abréviations ont été mises au long.

L’entraînement est réalisé au niveau de la ligne (ce qui suppose d’entraîner un segmenteur de lignes, d’aligner les lignes avec le texte du corpus, et de corriger les erreurs résiduelles, ce qui a été réalisé à l’aide de l’outil Transkribus). La reconnaissance de l’écriture s’appuie sur un réseau de neurones récurrent (RNN) et des ressources linguistiques (N-grams, dictionnaires, lemmatisation).

L’évaluation de la qualité de la transcription et des performances en regard des usages attendus est un autre enjeu fort de ce projet.

Le travail actuel porte sur l’élaboration d’une nouvelle interface, l’identification des scribes et des entités nommées (pour donner un accès géographique ainsi que nominal permettant l’analyse de réseaux), ainsi que l’exposition des données grâce à des protocoles interopérables (en particulier IIIF). De ce fait, une intégration des résultats d’HIMANIS dans Gallica est une perspective envisageable.

Visualiseur IIIF

Ce projet met en lumière l’importance de la réutilisation de données ou métadonnées historiques qui permettent, elles, d’entrainer correctement des machines à identifier les textes, les lire et les catégoriser, et cela pour des volumes importants (70 000 pages). Il ouvre les moyens de créer de nouveaux savoirs dans un environnement ouvert.

La compétition scientifique CLAMM.

Présentation par Nicole Vincent, professeure au LIPADE, Paris Descartes.

La compétition CLAMM vise à fournir des solutions pour la classification automatique de manuscrits médiévaux latins afin de permettre l’étude de réseaux à l’époque médiévale. L’objectif de la compétition était donc de reconnaître des types d’écriture (distingués en douze classes) dans des manuscrits médiévaux et d’en établir la datation. Deux niveaux de difficulté ont également été distingués relativement à l’homogénéité des images.

La base de données sur laquelle se base la compétition a été annotée par les membres experts de l’IRHT, structurée en sous-ensembles pour permettre plusieurs tâches et divisée en deux (une partie pour l’apprentissage et une partie pour les tests). Deux corpus d’images ont été utilisés : un premier relativement homogène, constitué par des images de bonne qualité en niveaux de gris dédié à l’apprentissage et aux tests; et un deuxième corpus hétérogène en termes de formats, compressions et couleurs dédié aux seuls tests.

Deux compétitions ont eu lieu : une en 2016 et une en 2017. Lors de la première, l’objectif était de reconnaître le style de l’écriture. En 2017, deux tâches étaient en revanche visées : au style des écritures venait s’ajouter la datation. Le taux de reconnaissance globale, par classe  ainsi que la distance intra-classe moyenne étaient les critères d’évaluation.

En 2016, le meilleur système pour la reconnaissance globale (sous forme de matrice de confusion, à gauche dans la figure suivante) met en évidence la capacité de la machine à reconnaître la plupart des classes. Les résultats concernant la distance intra-classe (à droite dans la figure) permettent d’évaluer la qualité des caractéristiques extraites par les systèmes en compétition (il est possible de travailler sur deux niveaux).

La robustesse des systèmes est aussi un enjeu majeur. Le graphe suivant montre par exemple un système (bleu foncé) offrant de bonnes performances globales mais étant mis en échec sur la classe 11.

Concernant la datation, les résultats sont moins satisfaisants car l’ensemble de l’apprentissage était moins régulier en nombre d’éléments par classe.

La moitié des systèmes étaient basés sur des CNN et des architectures profondes, les autres sur des caractéristiques plus ou moins nombreuses. Les architectures profondes ont donné les meilleurs résultats.

Pour ces tâches de classification, des approches interactives sont également envisageables. Elles consistent par exemple à faire apprendre au système, par interaction avec l’expert, les poids des différentes caractéristiques, ou encore à donner un feedback utilisateur au système, ce qui permet d’améliorer ce dernier au fur et à mesure de son utilisation.

Le deep learning pour l’histoire de l’art, un projet de thèse.

Présentation par Nicolas Gonthier, doctorant, LTCI, Télécom ParisTechUniversité Paris Saclay.

Sous la direction de Yann Gousseau, Saïd Ladjal (Télécom ParisTech) et Olivier Bonfait (Université de Bourgogne), Nicolas Gonthier mène depuis cette année un projet de recherche intitulé « Transfert d’apprentissage pour l’analyse iconographique d’œuvres d’art graphiques ». Ce projet de thèse vise à permettre l’indexation iconographique automatique en faisant appel aux techniques et aux méthodes de l’apprentissage profond. Le projet part s’appuie sur le transfert d’apprentissage, c’est-à-dire de l’idée d’utiliser les descripteurs haut niveau d’un réseau de neurones généraliste préentrainé pour une autre tâche. Autrement dit, le réseau entrainé pour réaliser de la classification de photographies est utilisé pour de l’analyse iconographique d’œuvres d’art graphiques.

La démonstration en ligne sur les peintures d’ArtUk suggère qu’il est possible de classifier des peintures à l’aide de descripteurs appris sur des photographies avec deux cents exemples. Une base d’apprentissage est créée à partir d’images issues de WikiCommons et portant sur 5 classes (ange, marie, nudité, ruines, Jésus Christ) et 5475 documents. Plusieurs modèles de réseau sont testés sur cette base.

Par ailleurs, les algorithmes de détection permettent l’identification de différents éléments dans une image, ce qui est un prérequis dans le contexte de l’analyse iconographique d’œuvres. Comment faire du transfert d’apprentissage avec un réseau tel que Faster R-CNN ? Quelle proposition contient l’objet détecté ? Comment mettre en œuvre un apprentissage multi-instances pour l’indexation iconographique ? En ne gardant que la zone la plus positive pour les exemples positifs et en distinguant les choix corrects des choix partiels (phase de sélection) une amélioration de l’apprentissage peut être constatée.

Malgré les limites générales des méthodes d’apprentissage, c’est-à-dire les biais dans la base d’apprentissage et la quantité des exemples, la possibilité d’annoter automatiquement des images avec des détections multiples et donc de réaliser de la recherche « pleine image » représente une opportunité considérable pour l’histoire de l’art.

D’autres éléments peuvent concourir à la réussite de ce type de projet : les classifications iconographiques existantes comme par exemple ICONCLASS et l’ouverture des bases de données des archives photographiques documentaires en histoire de l’art telles que celles conservées par le consortium international PHAROS.

Conclusion

En 2011, des acteurs du monde des bibliothèques constataient que l’indexation de l’image passe par le texte2. Aujourd’hui l’image semble avoir encore besoin partiellement du texte pour plusieurs raisons : des annotations sont nécessaires pour entrainer les systèmes de reconnaissance automatique, des métadonnées doivent être produites pour éviter de redemander continûment à la machine des calculs complexes et enfin le croisement des techniques de fouille de texte (text mining) avec celles de fouille d’image (image mining) apporte des résultats plus intéressants pour des projets de recherche sur des ouvrages ou sur la presse. Cependant, sept ans après la publication de l’ouvrage « Images et bibliothèques », les avancées dans le champ de l’analyse automatique d’images sont significatifs grâce notamment au développement des techniques d’apprentissage profond supervisé.

Malgré la disponibilité croissante de réseaux de neurones pré-entrainés et d’algorithmes d’identification des caractéristiques symboliques, l’adaptation du processus et des technologies à l’objectif final est fondamentale pour obtenir des résultats performants. Les institutions patrimoniales comme les laboratoires de recherche, notamment en humanités numériques, auraient alors intérêt à investir dans la phase d’apprentissage, à prendre en compte la complémentarité des deux approches différentes d’analyse et à raisonner par corpus, par ensembles d’images similaires en termes d’époque, technique de production et support-image.

Outre la question de l’apprentissage et de l’anachronisme de l’utilisation d’images contemporaines pour la reconnaissance d’images anciennes, un autre aspect ne devrait pas être négligé : l’espace de stockage. Dans le cadre du projet HIMANIS par exemple pour 4 To d’images, 10 To de métadonnées ont été produites. À une image, 30 à 40 métadonnées descriptives peuvent être facilement associées mais elles risquent d’avoir une durée de vie limitée à cause de la rapidité des progrès technologiques.

Traditionnellement l’image entretient une relation complexe avec la normalisation, notamment pour ce qui concerne les métadonnées associées. Si une normalisation technique dans le champ de l’indexation automatique pourrait être difficile à mettre en œuvre en raison de la rapidité de l’évolution technologique, une normalisation des métadonnées et des ontologies pourrait être en revanche imaginée. Dans les faits, l’utilisation de bibliothèques de réseaux neuronaux open source limite aussi au niveau technique la dispersion et la multiplication des méthodes.

Même si les approches, les techniques, les capacités de calcul et de stockage évoluent, la modélisation et la qualité des données qui servent à l’apprentissage constituent les fondations d’un système stable. Comme la donnée est le pilier de tout système, une attention méticuleuse devrait lui être portée pour éviter des distorsions à long terme.

Comme le résume André Gunthert, ce panorama des approches et des applications des méthodes d’analyse automatique d’images démontre la nécessité et la fécondité de la collaboration étroite entre les humanistes et les ingénieurs pour répondre de manière qualitative à la multiplication des questions scientifiques que la mise à disposition de corpus massifs et de nouveaux outils de recherche d’images provoque.

Eleonora Moiraghi et Jean-Philippe Moreux

  1. Bibliothèque nationale de France, Contrat d’objectifs et de performance 2017-2021, p. 23 http://www.bnf.fr/documents/contrat_performance.pdf []
  2. Sous la direction de Claude Collard et Michel Melot, Images et bibliothèques, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2011. []

Séminaire du C2RMF : projet CLARO

La prochaine séance du séminaire du C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) aura lieu le vendredi 13 avril 2018 à 11h dans l’amphithéâtre Palissy (C2RMF – Site du Carrousel).

Gravure en clair-obscur de Hans Burgkmair, Amants surpris par la Mort (1510)

Programme

Kilian Laclavetine présentera le projet CLARO portant sur l’analyse des pigments des encres et des filigranes de gravures en couleurs réalisées en Allemagne, France et Pays-Bas entre 1508 et 1640.

Ce projet qui associe le C2RMF, le musée du Louvre et la Bibliothèque nationale de France est soutenu par la Fondation des sciences du patrimoine depuis 2016.

Informations pratiques

Vendredi 13 avril 2018 à 11h
C2RMF – Site du Carrousel, amphithéâtre Palissy.
Palais du Louvre – Porte des Lions
14, quai François Mitterrand
75001 Paris
En raison du plan vigipirate alerte attentat, il est nécessaire de s’inscrire en envoyant un message à marie.lionnet@culture.gouv.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mise en ligne du portail : À la naissance de l’ethnologie française

Le Musée du quai Branly – Jacques Chirac, la Bibliothèque nationale de France (BnF), la Bibliothèque Éric-de-Dampierre et le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (CNRS, UPO) se sont associés pour mener le programme de recherche intitulé À la naissance de l’ethnologie française : les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939). Au terme de plusieurs années, le projet financé par le LabEx Les passés dans le présent voit un aboutissement avec la mise en ligne du portail documentaire éponyme.

Réalisé par le LESC, le site internet sur les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne entre 1928 et 1939 (http://naissanceethnologie.fr/) documente une étape importante du processus de professionnalisation de l’ethnologie française. L’expérience d’un terrain lointain devient en effet pour les ethnologues un élément essentiel de la formation et un préalable indispensable à la carrière.

Page d’accueil du site http://naissanceethnologie.fr/

La complémentarité des ressources archivistiques et muséales des trois institutions partenaires, leur numérisation massive et une volonté commune de valorisation permettent de réunir virtuellement fiches, carnets, objets et photographies en créant des liens entre les fonds. Grâce aux textes illustrés dus à des spécialistes, ce site présente le déroulement de ces expéditions collectives, leurs méthodes, leurs résultats, leur contexte ainsi que leurs différents acteurs. Conçu comme un outil de recherche et de vulgarisation, il répertorie les sources bibliographiques et archivistiques en précisant leur localisation, et en donnant accès à des publications en texte intégral.

Bien que ces archives d’ethnologues soient en grande partie numérisées, le choix a été fait de ne pas mettre en ligne ces documents de façon extensive. En effet, l’un des objectifs du site, dans le respect des principes éthiques du projet, est de valoriser ces archives dans leur contexte par une sélection raisonnée de documents représentatifs des méthodes, des résultats ou des parcours biographiques.

Le souhait des porteurs du projet est de susciter et de recueillir les réactions de chercheurs, d’artistes ou d’un public plus large, en particulier issus des pays qui ont fait l’objet de ces missions. Ainsi le portail permettra d’expérimenter un mode de valorisation d’archives « sensibles » dans le respect des principes éthiques et de développer des actions de restitution, en collaboration avec divers publics.

Exemple d’une description d’une mission

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Programme de recherche : Polices de caractères pour les inscriptions monétaires

Dans le cadre de ses plans triennal de la recherche 2013-2015 et quadriennal de la recherche 2016-2019, la Bibliothèque nationale de France finance un programme sur les Polices de caractères pour les inscriptions monétaires qui vise à créer des polices de caractères pour transcrire, publier et analyser de façon satisfaisante et uniformisée les inscriptions monétaires. 

Inscription mérovingienne annotée dans l’outil Numipal (clone de Digipal).

L’objectif consiste à développer des fontes de caractères Unicode sous licence libre pour transcrire les inscriptions monétaires dans les divers supports de diffusion : imprimés et numérique1. L’encodage des caractères typographiques propres à la numismatique devrait  à terme intéresser un public plus large, comprenant les épigraphes et les éditeurs scientifiques qui devraient économiser les coûts liés aux commandes de polices sur mesure, propres à chaque projet éditorial et pour ainsi dire jamais réutilisées pour un autre.

Par ailleurs, alors que les polices consistaient en des fichiers images insérés dans les projets éditoriaux, une notable évolution pour la recherche en humanités numériques sera permise par l’emploi de polices Unicode, notamment dans les projets d’édition numérique (catalogues en ligne, images numérisées IIIF annotées avec l’extension Open Annotation2) puisque le contenu sémantique des légendes monétaires pourra être analysé et étudié puisqu’il sera codé3.

Un partenariat entre la BnF et l’ANRT a permis de développer un caractère regroupant, sous une forme unifiée, toutes les variantes formelles identifiées sur des pièces mérovingiennes.  Elvire Volk Leonovitch4 a ainsi développé la police baptisée MEROWEG5.

Le travail se poursuit avec les inscriptions de monnaies ibériques et puniques. Gaëlle Thevenin, doctorante en Histoire au Laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167) rend compte des travaux en cours au sein du carnet de recherche du département des Monnaies, médailles et antiques, L’Antiquité à la BnF, dans l’article à lire ci-dessous.

  1. Codine-Trécourt, Florence ; Sarah, Guillaume, « Du plomb au pixel. Transcrire les légendes des monnaies du haut Moyen Âge », Revue numismatique, 2012, 6e série, tome 168, p. 261-277. DOI : 10.3406/numi.2012.3183. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/numi_0484-8942_2012_num_6_168_3183>. []
  2. Cf. : http://iiif.io/api/annex/openannotation/ []
  3. Codine Florence, « Polices de caractères et inscriptions monétaires. Le projet PIM », Document numérique, 2013/3 (Vol. 16), p. 69-79. DOI : 10.3166/DN.16.3.69-79. URL : <https://www.cairn.info/revue-document-numerique-2013-3-page-69.htm>. []
  4. Cf. son site : http://www.elvirevolk.com/ []
  5. Elvire Volk Leonovitch, « PIM. Police pour les Inscriptions Monétaires », Atelier National de Recherche Typographique (ANRT), 2014. Disponible en ligne, url : <http://anrt-nancy.fr/fr/projets/pim-police-pour-les-inscriptions-monetaires/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence : « Galeries et passages. Les traversées de Paris »

Le Centre allemand d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France, l’École nationale des chartes, les Universités Paris I Panthéon Sorbonne et Paris-Sorbonne ainsi que l’Institut national d’histoire de l’art portent le projet de recherche « Richelieu, histoire d’un quartier ».

Argument

Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire.

Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de la BnF et de l’INHA – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Programme

La prochaine session du séminaire donnera l’occasion à Jean-Philippe GARRIC, professeur à l’Université Paris 1 Sorbonne et directeur du Labex CAP,  d’aborder les Galeries et passages. Les traversées de Paris.

Boulevard Montmartre. : Passage Jouffroy : [estampe] / APM [Potémont]

Modalités pratiques

Vendredi 6 avril, 10h30-12h30
Salle Walter Benjamin, INHA-Galerie Colbert
2 rue Vivienne, 75002 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles (60 places).

 

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : analyse de corpus d’images

Dans le cadre du projet Corpus mené par la Bibliothèque nationale de France, un atelier d’étude sur l’analyse de corpus d’images est organisé le 28 mars 2018. Il a pour objectif d’alimenter la réflexion en cours à la BnF pour déployer dans Gallica un outil de recherche d’images par le contenu (content-based image retrieval ou CBIR) et d’inciter les échanges entre les institutions patrimoniales et le milieu académique.

Argument

Bien que constituées de millions de fichiers images1, les bibliothèques numériques ne proposent pour ainsi dire pas d’outil de recherche d’images par le contenu à leurs usagers2. Or, le nombre croissant d’images rend de plus en plus illusoire une indexation sémantique manuelle de la totalité des fichiers images accessibles en ligne. Des alternatives à la recherche purement textuelle existent.

Programme

  • Nicolas Sidere (L3i) présentera un état de l’art sur des outils logiciels, actuels ou en développement réalisé à la demande de la BnF au Centre Européen de valorisation numérique Valconum
  • Jean-Philippe Moreux (BnF) présentera la preuve de concept Gallica.pix
  • Raphaël Baudiment (BnF) présentera le prototype Gallica images
  • Nicolas Hervé (INA) présentera l’outil DiginPix
  • Pierre-Carl Langlais (CELSA) présentera ses travaux de recherche sur la classification automatique des images de presse sur la période 1920-1940
  • Melvin Wevers (KB Lab / Université d’Utrecht) présentera le projet SIAMESE autour de la reconnaissance d’images publicitaires dans la presse qu’il a mené en tant que chercheur « en résidence » à la Bibliothèque nationale des Pays-Bas
  • Nicole Vincent (LIPADE) présentera la compétition CLAMM (ICDAR) sur la classification des types d’écriture
  • Dominique Stutzmann (IRHT) présentera l’utilisation d’un réseau de neurones dans le projet HIMANIS
  • Nicolas Gonthier (Télécom ParisTech) présentera son projet de thèse « Deep Learning pour l’histoire de l’art »
  • Débat animé par Jean-Philippe Moreux (BnF), Emmanuelle Bermès (BnF) et André Gunthert.

Modalités pratiques

28 mars 2018, 14h30 – 18h
Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu), salle Émilie du Châtelet.
Entrée libre sur réservation auprès d’Eleonora Moiraghi.

  1. Même les bibliothèques numériques proposant une majorité de fichiers texte donnent à voir à leurs usagers une version image, la version texte servant à la recherche étant le plus souvent « cachée » []
  2. À quelques rares exceptions comme la recherche par similarité – Bildähnlichkeitssuche – proposée par la Bayerischen Staatsbibliothek, url : <https://bildsuche.digitale-sammlungen.de/> ou la recherche par le contenu proposée par les Bodleian Libraries pour leur collection de Broadside ballads, url : <http://imagematch.bodleian.ox.ac.uk:8000/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : Être éditeur en France au XIXe siècle (1789-1914)

Appel à communications pour le colloque final du programme ANR DEF19 qui se tiendra les 4 et 5 avril 2019.

 Le projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle) a déjà donné lieu à deux journées d’études : « Dictionnaires et répertoires des gens du livre, en Europe et dans le monde. Expériences et perspectives » (octobre 2015) et « Marges et périphéries du monde du livre » (février 2017). Elles ont permis d’explorer des questionnements d’ordre épistémologique et méthodologique sur la prosopographie et l’étude des gens du livre, en confrontant des expériences et des travaux de chercheurs issus de différents horizons. Afin de conclure ce projet qui arrive à son terme en 2019, un colloque final est organisé, qui mettra au centre de ses débats ce qui a fait le cœur de l’entreprise : les figures individuelles d’éditeurs.

(c) BnF-Gallica

Cette histoire des éditeurs du XIXe siècle est-elle encore à faire ? De nombreux travaux ont déjà permis d’enrichir considérablement notre connaissance de ce milieu et, de la mise en valeur du « temps des éditeurs » par l’Histoire de l’édition française1, à la centaine de pages de synthèse consacrées vingt ans plus tard par Elisabeth Parinet aux « éditeurs du XIXe siècle »2, les histoires générales de l’édition témoignent de l’étendue de nos connaissances sur un champ largement défriché. Monographies et biographies se sont ainsi multipliées pour éclairer les trajectoires d’éditeurs variés, de Hachette à Hetzel en passant par Plon, Begrer-Levrault, Privat, Larousse, Tallandier, Baillière, etc. En 2015, Jean-Yves Mollier recensait ainsi presque une centaine de références sur « le monde des éditeurs » à l’époque contemporaine dans sa bibliographie rétrospective3. Il expliquait par ailleurs tout l’intérêt de ces études, « précieuses et même indispensables parce qu’elles mettent en scène un homme, une famille, un milieu, une entreprise, qu’elles éclairent des réseaux, aident à comprendre la formation d’écuries d’auteurs, le passage de la maison d’édition à la grande entreprise éditoriale4. »

Parce que le monde de l’édition est fait d’individualités fortes, qui marquent leur domaine de leur empreinte, par leurs innovations et leurs ambitions, et dans la perspective globalisante d’une histoire du livre et de l’édition située au carrefour des histoires politique, économique, sociale et culturelle, l’approche biographique est une voie d’entrée privilégiée, voire essentielle à l’étude d’un secteur emblématique de la révolution économique du XIXe siècle autant que de l’entrée dans l’ère de la culture de masse. L’ensemble de ces travaux a donc permis de mieux comprendre ce monde de l’édition, qui est aussi celui des éditeurs, et, au-delà, des mécanismes à l’œuvre dans les révolutions économiques et culturelles dont ils sont autant les reflets que les acteurs.

Cependant, la récente publication de l’ouvrage de Pascal Fouché sur Flammarion5, ou de de la thèse d’habilitation à diriger des recherches de Patricia Sorel sur Plon6, témoignent de la nécessité de poursuivre ces enquêtes, afin d’approfondir notre connaissance des figures majeures du monde de l’édition. Au-delà de ces individualités de premier plan, la journée d’études de février 2017 sur les « Marges et périphéries du monde du livre7 » montre également les promesses de l’exploration de zones moins connues et moins faciles à appréhender du champ éditorial. diteurs marginaux, provinciaux, clandestins, éphémères, éditeurs au rayonnement limité, au capital faible, à la production réduite, constituent un front pionnier, si ce n’est une terra incognita de la recherche en histoire du livre. Le terrain a commencé déjà à être déblayé, comme en témoignent les pages que consacrent à ces secteurs l’Histoire de l’édition française et l’Histoire de la librairie française.

Le colloque « Être éditeur en France au XIXe siècle » s’inscrit dans la lignée de l’ensemble de ces travaux, tout en souhaitant mettre en évidence, dans la logique du projet DEF19, les figures individuelles, plus que les entreprises éditoriales et leurs productions. Il s’agira par conséquent de privilégier les approches biographiques et prosopographiques, et de ne mobiliser les questions de bibliométrie ou d’histoire des sociétés et des stratégies entrepreneuriales que dans la mesure où elles interfèrent avec les trajectoires individuelles et viennent les éclairer.

Les propositions de communication s’inscriront de manière privilégiée dans les axes d’étude suivants :

  • L’approche biographique sur des figures d’éditeurs peu connues, en particulier les éditeurs provinciaux, marginaux dans le type et l’ampleur quantitative de leur production, leur durée d’activité, leur rayonnement commercial, etc.
  • La question des femmes (de) libraires-éditeurs, le rôle des veuves dans la reprise des entreprises masculines, le rôle des femmes dans l’édition.
  • Les études collectives, sur les éditeurs relevant d’espaces régionaux ou urbains particuliers, ou bien de secteurs déterminés du champ éditorial.
  • Les formes de l’engagement politique des éditeurs, et la prise de risque que cela peut représenter pour leur activité et pour eux à une époque où domine longtemps une logique de contrôle de l’imprimé ; on pourra élargir le champ aux autres formes d’engagement, associatif, social, caritatif…
  • L’étude de institutions éditrices : activité d’édition de syndicats, d’entreprises, d’associations, rôle également de l’Imprimerie royale/impériale/nationale, des presses professionnelles ; on s’interrogera particulièrement sur les individus qui sont derrière leur activité, ces éditeurs qui n’ont pas laissé leur nom à une maison d’édition.
  • L’approche internationale du monde des éditeurs : les éditeurs spécialisés dans l’international (traduction, diffusion à l’étranger…) ; les éditeurs étrangers installés en France ; les éditeurs français installés à l’étranger ; l’étude également des liens et réseaux internationaux des éditeurs français.
  • L’étude des éditeurs des colonies et de l’outre-mer, dans les zones d’influence française ou non.

Soumission des propositions

Les propositions (3000 signes maximum) devront être envoyées pour le 4 juin 2018 à :
– Jean-Charles Geslot (jean-charles.geslot@uvsq.fr)
– Viera Rebolledo-Dhuin (viera.rebolledo-dhuin@uvsq.fr).

Elles seront accompagnées d’une courte présentation biobibliographique des auteurs. Elles seront examinées par le comité d’organisation pour une réponse à la rentrée 2018. Les communications à deux voix sont autorisées.

Les communications pourront être des présentations de recherches en cours.

Comité d’organisation

  • Marie-Claire Boscq (docteure en histoire, CHCSC)
  • Jean-Charles Geslot (MCF, UVSQ)
  • Jean-Dominique Mellot (BnF)
  • Jean-Yves Mollier (professeur émérite, UVSQ)
  • Viera Rebolledo-Dhuin (docteure en histoire, CHCSC)
  • Patricia Sorel (MCF HDR, Paris-Nanterre)

Organisation du colloque

Le colloque se déroulera les jeudi 4 et vendredi 5 avril 2019, aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).

Télécharger l’appel à communications en format pdf : Etre éditeur au XIXe siècle – appel à communications

  1. Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française. T. III : Le temps des éditeurs : du romantisme à la Belle époque, Paris, Fayard/Cercle de la Librairie, rééd. 1990 (1985), 672 p. []
  2. Elisabeth Parinet, Une histoire de l’édition à l’époque contemporaine XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, « Points Histoire », 2004, p. 152-262. []
  3. Jean-Yves Mollier, « L’histoire de l’édition, du livre et de la lecture en France de la fin du XVIIIIe siècle au début du XXIe siècle : approche bibliographique », 2015, <halshs-01164765>, p. 49-54. []
  4. Ibid., p. 13-14. []
  5. Pascal Fouché, Flammarion (1875-2015). 140 ans d’édition et de librairie, Paris, Gallimard, 2015, 272 p. []
  6. Patricia Sorel, Plon. Le sens de l’histoire (1833-1962), Rennes, PUR, 2016, 326 p. []
  7. Journée d’études tenue à Saint-Quentin-en-Yvelines les 23 et 24 février 2017 – publication en cours. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent

Le lancement des commémorations de Mai 68 par le Centre Pompidou1 sont l’occasion de rappeler l’action menée par la Bibliothèque nationale pour sauvegarder les traces de l’événement et ses déclinaisons les plus contemporaines à l’heure de la dématérialisation des sources de l’histoire du temps présent.

Après les attentats qui ont marqué la ville de Paris en novembre 2015, l’action menée par les Archives de Paris pour recueillir et sauvegarder les messages anonymes laissés sur les lieux des attentats avait suscité des échos dans les médias. Cette initiative faisait suite à celle entreprise par la bibliothèque de l’université de Harvard pour les documents relatifs aux attentats de janvier 2015.

Ces actions relevant d’une institution publique, les Archives de Paris2, et d’une bibliothèque, la Bibliothèque de l’université Harvard3, font écho à la collecte des journaux, tracts, affiches manuscrites ou imprimées, banderoles, dessins, chansons… menée par les bibliothécaires de la Bibliothèque Nationale de la rue de Richelieu, près de 50 ans avant, pendant les événements de Mai 68.

Si cette implication des agents de la Bibliothèque Nationale dans la collecte des sources de l’histoire immédiate est connue par la relative abondante bibliographie qui lui a été consacrée, rappelons tout de même que les chercheurs actuels la doivent en premier chef à l’initiative individuelle d’une conservatrice, Marie-Renée Morin (1925-2012)4.

Marie-Renée Morin en 2008.

Nommée en 1958 au Catalogue de l’histoire de France – qui allait devenir le Service de l’Histoire de France5, soit le service chargé  d’attribuer une cote parlante à tous les ouvrages ou documents entrant dans la division Histoire de France6 – , par Julien Cain, Marie-Renée Morin, après avoir œuvré au comblement des lacunes en collections de périodiques, tracts et affiches électoraux de la période 1900-1930 et de la Résistance, ne pouvait qu’être sensible à ce patrimoine matériel particulier, relevant parfois des éphémères et, de ce fait, exclu du périmètre de la loi sur le dépôt légal.

D’aucuns pourraient arguer que l’importante bibliographie (cf. ci-dessous) relative à cette action de la BN en mai 68 reflète son caractère à la fois inédit et exceptionnel. Comme si la BN se targuait d’avoir eu la prescience de l’importance de l’événement et ne cessait de célébrer depuis cette clairvoyance singulière. En réalité, il n’en est rien.  Comme le rappelle Marie-Renée Morin dans l’interview7 qu’elle accorda pour illustrer l’exposition Esprit(s) de mai 68. Tracts, affiches, photographies, journaux organisée par la Bibliothèque nationale de France en 2008, la collecte des tracts était une tradition :

… c’était une tradition au Service de l’histoire de France de ramasser tout ce qui était tracts, tout ce qui était [de] tendance politique, tous les papiers un peu informes et donc, toujours on ramassait…

Cette pratique déjà ancienne n’a fait que se perpétuer en mai-juin 1968. Marie-Renée Morin dit bien que la collecte s’est faite « y compris quand il y a eu les événements de Nanterre, le 22 mars », comme si cela allait de soi et que ces événements ne dérogeaient pas, sinon à la règle, du moins à une habitude inscrite dans les us et coutumes des agents du Service de l’histoire de France et de leurs collègues.

Au-delà de la BN ou de l’action d’acteurs8, une pratique équivalente menée dans d’autres villes, par exemple à Lyon – de l’initiative là encore personnelle d’un agent public, l’archiviste de la Ville de Lyon Henri Hours9 – , tend à révéler que les conservateurs des bibliothèques ou des archives, aient eu, par leur formation, un tropisme à la conservation des documents de l’histoire en train de se faire.

Cette pratique a perduré à la Bibliothèque Nationale jusqu’à la fermeture du Service de l’Histoire de France qui est intervenue lors de l’arrêt de la cotation dans la division Histoire de France. De nombreux services internes de la bibliothèque conservaient dans leurs espaces qui une bannette, qui une boîte Cauchard® – cas le plus fréquent –10 pour y stocker les tracts, affichettes voire affiches récupérés des mains mêmes des militants les distribuant, des lieux publics ou des murs. Chacun avait intégré les consignes11 stipulant qu’il convenait d’inscrire au crayon, sur le document recueilli, la date et le lieu de collecte12.

« Réformes : le Gaulle loupe encore le coche », tract manuscrit révélant l’utilité pour le collecteur d’indiquer le lieu et la date de collection, voire l’auteur.

Régulièrement, dès la boîte remplie, le contenu en était adressé au Service des Recueils13 pour tri et intégration dans les collections.

Certains agents ont tenté de maintenir cette tradition au sein du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, notamment au département de la Recherche bibliographique qui a longtemps proposé aux lecteurs de la salle X une boîte avec une étiquette « Recueils » destinée aux dons de tracts des lecteurs, lecteurs sans doute de moins en moins au fait de cette pratique et de plus en plus ignorants de la signification de cette mention.

Désormais, la disparition du Service de l’Histoire de France comme du Service des Recueils (devenu un fonds du service Histoire du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme.)), le renouvellement générationnel des personnels, les réformes successives du dépôt légal ainsi que la généralisation des médias numériques pour la diffusion des tracts ont fait disparaître les boîtes de « Recueils » des services internes et des salles de lecture.

Même si l’initiative de la collecte des tracts de Mai 68 est due à Marie-Renée Morin, sans doute aussi en raison de sa domiciliation dans le Quartier Latin, près de l’Odéon, le souci des archives immédiates était effectivement partagé au sein de la bibliothèque. Marie-Renée Morin nous le prouve par l’interpellation faite par « mademoiselle Kleindienst », soit la secrétaire générale de la BN, Thérèse Kliendienst qui, le 6 juin 1968, lui demandait sur un papier de brouillon utilisé au recto, comme a son habitude de femme économe – déjà éco-responsable ! –  : « Mlle Morin, avez-vous pensé à ramasser les tracts ? »14

À cette date, Marie-Renée Morin s’était déjà organisée pour mobiliser les collègues afin d’élargir la collecte en impliquant les producteurs puisqu’elle contactait le maximum de mouvements et de partis.

« Brisons les vieux engrenages », Affiche, 50,5 x 70 cm – [Atelier populaire] BnF, Département des Estampes et de la photographie, ENT QB-(1968) /W3646
Au fonds initial collecté en mai 1968 par le Service de l’Histoire de France auprès du personnel et des lecteurs de la BN, vinrent s’ajouter des tracts obtenus par échange auprès de bibliothèques ou de particuliers, ainsi que des dons et des acquisitions.
En 1986, ces différents fonds furent regroupés, microfichés, et ordonnés suivant un plan de classement.
Conservés sous la cote : [4-LB61-600 (1968), la collection des tracts des événements de mai 1968 de la BnF s’élève à 10 067, reproduits sur 391 microfiches. Le plan de classement des tracts comporte 3 parties : Paris, la région parisienne et la province, chacune étant divisée en cinq séquences :
• le monde étudiant et lycéen
• vers les travailleurs
• le monde du travail
• mouvements et partis politiques
• autres tracts
Un index par ordre alphabétique des mouvements, partis politiques, syndicats, en fin de volume permet de retrouver les tracts qui en émanent dans le corps du classement. Un guide décrit précisément la collection15.
Depuis, il forment une source de nostalgie ou d’abjection pour certains – selon les bords – et constituent désormais des objets patrimoniaux régulièrement exposés, étudiés16 et publiés dans maints ouvrages, depuis l’un des tout premiers, paru en 1968 : Atelier populaire, présenté par lui-même, 87 affiches de mai-juin 1968, Paris (2e) : Usines, universités, union, (64, rue de Richelieu), 1968, 96 p. : ill. ; 19 cm.  (Bibliothèque de mai), que l’on doit à l’Atelier populaire de l’École nationale supérieure des beaux-arts lui-même qui manifestait moins par là, une quelconque volonté d’auto-célébration ou une vaniteuse glorification, qu’un souhait de faire école :
il ne s’agit pas, en effet, d’inonder le pays à partir d’un seul point, mais de susciter la création d’Ateliers populaires partout où il y a des travailleurs en lutte afin que demeure toujours lié aux luttes du peuple, le travail d’analyse politique à partir duquel s’élaborent les affiches et leur diffusion.

La collecte des sources de l’histoire immédiate a désormais pris une autre forme, dématérialisée, puisqu’elle relève désormais pour l’essentiel du dépôt légal de l’internet. Ainsi, depuis que cette activité fait partie intégrante des missions de la BnF, des campagnes de capture et de sauvegarde de l’internet électoral sont menées17.

S’agissant des attaques dont la France fut la cible, en plus des archives physiques, déposées sur les lieux des attentats et autour de monuments, les archives numériques suscitèrent également l’intérêt des chercheurs, notamment l’équipe du projet ASAP, Archives Sauvegarde Attentats Paris (https://asap.hypotheses.org) auquel prend part la Bibliothèque nationale de France et qui vise à documenter la collecte du Web et de Twitter au cours des événements, d’interroger les conditions et possibilités d’élaboration de corpus, et de faire ressortir les premiers éléments qui peuvent émerger de ces données massives entre histoire visuelle, approche quantitative et qualitative, traitement automatique de la langue, cartographie de liens, sémiologie, ou encore médiologie, pour analyser la fabrique de l’événement en ligne.

Avec le projet ASAP, la Bibliothèque nationale de France  perpétue donc cette tradition de la collecte des traces matérielles de l’histoire en train de se faire.


Bibliographie sur le Service des recueils et la collecte des tracts

  • Vera Colmaire, « Le service des Recueils », Bulletin d’informations – Association des bibliothécaires français, 1978, n° 100, p. 135–138.
  • Les affiches de mai 68 ou L’imagination graphique : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale, 17 février-31 mars 1982] / [catalogue par Charles Perussaux] ; [préface par Alain Gourdon], Paris : Bibliothèque nationale, 1982, 1 vol. ([12] p.-70 p. de pl.) : couv. ill. ; 22 cm. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6532558s>.
  • Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>.
  • Madeleine Barnoud, « Littérature éphémère et sources de l’histoire. Les tracts à la Bibliothèque nationale de France », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, n° 3, p. 26-29. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-03-0026-005>.
  • Madeleine Barnoud, « La société française en recueils », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2002, n° 10, p. 51–56.
  • Nathalie Varda,  Traitement et signalement des catalogues de bibliothèques du fonds de recueils de la Bibliothèque nationale de France : Projet professionnel personnel de bibliothécaire : gestion de projet : Bibliothéconomie, [Villeurbanne] : Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, 2004, 75 f. Disponible en ligne, url : <http://enssibal.enssib.fr/bibliotheque/documents/ppp/pppvarda.pdf>.
  • Frédéric Manfrin, Annie Gay, Esprit(s) de Mai 68 : prenez vos désirs pour des réalités : [exposition virtuelle], Paris : Bibliothèque nationale de France, 2008. Disponible en ligne, url : <http://expositions.bnf.fr/mai68/index.htm>.
  • Valérie Tesnière, « Les sources de l’histoire en bibliothèque : la Bibliothèque nationale de France », in Histoire en bibliothèque, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2009, p. 121-126. Suivi, p. 130-132, d’un encadré sur le fonds des Recueils de la BnF, par Frédéric Manfrin.

Actualité

Puisque les affiches de Mai 68 ont déjà fait l’objet d’expositions de la part de la BnF lors des commémorations précédentes, la contribution de la BnF aux manifestations du 50e anniversaire consistera en une exposition sur les Icônes de mai 68 : les images ont une histoire qui reviendra sur la construction médiatique de notre mémoire visuelle collective.
Du 17 avril au 26 août, l’exposition dont le commissariat est assuré par Dominique Versavel, conservatrice au département des Estampes et de la photographie et Audrey Leblanc, docteure en histoire et civilisations (EHESS), Université Lille 3, questionnera la construction des images photographiques iconiques de mai 68.
Comment s’est construite notre mémoire visuelle collective des événements de Mai 68 ? Selon quels processus certaines photographies, présentées comme documentaires, ont-elles atteint un statut d’icônes ? S’appuyant sur près de deux cents pièces, l’exposition présentée par la BnF fait l’histoire de certaines de ces images désormais célèbres. Elle suit leur trajectoire médiatique pour mettre en évidence les conditions de leur émergence culturelle dans la mémoire collective.
La barricade, le duel CRS / étudiants, le pavé lancé, le poing levé… depuis 50 ans, la représentation des événements de Mai 68 est associée à des motifs récurrents. L’exposition analyse le parcours sinueux de différentes photographies, depuis la planche-contact jusqu’à leur circulation dans les magazines et autres produits éditoriaux : elle revient sur l’élaboration médiatique et culturelle de la représentation de ces événements historiques.
Le portrait de Daniel Cohn-Bendit face à un CRS par Gilles Caron et
La Marianne de 68 de Jean-Pierre Rey constituent deux exemples caractéristiques de la fabrique des icônes. La photographie de Daniel Cohn-Bendit n’a pas immédiatement été distinguée et mise en exergue par les grands titres de la presse magazine. Pour éclairer la trajectoire de cette photographie devenue icône, l’exposition en présente des tirages originaux mais aussi de nombreuses formes éditées jusqu’en 2008.
La « Marianne de 68 » a également évolué vers un statut d’icône. Au fur et à mesure de ses publications, le cadrage se resserre, faisant perdre à la photographie son ancrage historique, et les commentaires se recentrent sur l’image elle-même faisant d’elle un symbole de Mai 68.
L’exposition interroge également la pratique de la couleur : comment et pourquoi la mémoire visuelle de Mai 68 se conjugue-t-elle en noir et blanc alors que les événements ont été couverts et diffusés en couleurs par la presse de l’époque ?
Des clichés couleurs ont été pris par de nombreux photographes : Janine Niépce, Georges Melet, Bruno Barbey, Claude Dityvon… D’autres récits photographiques des événements ont à l’inverse échappé à la mémoire visuelle commune. Pour finir, l’exposition interroge en creux le statut d’icône. Pourquoi la première « nuit des barricades » n’a-t-elle paradoxalement laissé aucune image persistante ?
Citer cet article : Olivier Jacquot, "Mai 68 à la BnF : tradition et innovation dans la sauvegarde de sources de l’histoire du temps présent". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 4 mars 2018. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/2517> (consulté le 21 avril 2018).
  1. SoixanteHuit, url : <http://soixantehuit.fr/> []
  2. Hommages aux victimes des attentats de 2015, http://archives.paris.fr/r/137/hommages-aux-victimes-des-attentats-de-2015/ []
  3. Archives Charlie à Harvard, http://cahl.io/ []
  4. Jacqueline Sclafer, « Marie-Renée Morin (1925-2012) », Bibliothèque de l’École des chartes, 2012, n°  170, p. 617-619. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2012_num_170_2_464275>. []
  5. Alice Garrigoux, « Le service de l’histoire de France à la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France, 1965, n° 2, p. 41-46. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1965-02-0041-001>. []
  6. Division héritière du classement et du catalogue méthodique des collections mis en place par Nicolas Clément en 1682 sous le libellé de Rerum gallicarum scriptores et portant la lettre de désignation symbolique « L ». []
  7. « Souvenirs de collecte. Entretien avec Frédéric Manfrin », http://expositions.bnf.fr/mai68/rencontres/01.htm []
  8. Comme Olivier Rigoir dont la collection est conservée aux archives de la Vendée : « 211 J – Tracts et imprimés sur Mai 68, réunis par Olivier Rigoir, entre 1966 et 2008 », http://recherche-archives.vendee.fr/archive/fonds/FRAD085_211J []
  9. Françoise Blum,  Jean-Philippe Legois, Anne-Catherine Marin, « Archives, événements et « Commune étudiante » : prolonger et valoriser plusieurs collectes immédiates du mouvement social de mai-juillet 1968 », La Gazette des archives, 2011, n° 221, p. 123-140. Disponible en ligne, url : <http://www.persee.fr/doc/gazar_0016-5522_2011_num_221_1_4780#gazar_0016-5522_2011_num_221_1_T12_0130_0000>. []
  10. Du nom de la société Cartonnages Cauchard, https://dossier-patient-online.fr/produits/12-boites-de-conservation-en-carton-celloderme.html, fondées en 1947 par Michel Cauchard (né le 25 juin 1925 à Metz, mort le 25 décembre 2004). []
  11. Sans doute les archives administratives de la BnF conservent-elles une note ou une circulaire indiquant la procédure à suivre. []
  12. On voit là le réflexe professionnel visant à enrichir ce que l’on nomme désormais les métadonnées. Cela s’avère en effet d’autant plus précieux pour les tracts « sauvages », non issus de syndicats et mouvements clairement identifiés, imprimeurs dûment mentionnés, ni auteurs crédités. []
  13. Ce service avait la responsabilité du traitement des imprimés de type publicitaire, informatif, technique ou de propagande (prospectus, dépliants, brochures, affichettes, tracts etc.) appelés « recueils » car à la différence des monographies, ces documents ne sont pas traités à la pièce mais « recueillis » et traités en unités homogènes, les Recueils. Sur le « Traitement en recueils », on se reportera au Guide pratique du catalogueur de la Bibliothèque nationale de France, http://guideducatalogueur.bnf.fr/abn/GPC.nsf/gpc_page?openform&type_page=fiche&unid=55857196A08C26D2C12571810044FEAD []
  14. Marie-Renée Morin, « La collecte des tracts de mai 1968 par le service de l’histoire de France », Dans Études sur la Bibliothèque Nationale et témoignages : réunis en hommage à Thérèse Kleindienst, secrétaire général honoraire de la Bibliothèque Nationale, Paris : Bibliothèque Nationale, 1985, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9759830k/f249.item>. []
  15. Bibliothèque nationale de Paris, Service de l’histoire de France, Les Tracts de Mai 1968 : guide, ICD : Brill, 2005. Disponible en ligne, url : <http://www.brill.com/files/brill.nl/specific/downloads/32087_Guide.pdf>. []
  16. Recensement et étude de la constitution des collections sur Mai 68 à la BnF, par Audrey Leblanc, cf. : <http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2016000219_recensement-et-etude-de-la-constitution-des-collections-sur-mai-68-a-la-bnf> []
  17. Le dépôt légal de l’internet électoral : la collecte en coopération des sites web des présidentielles et législatives de 2012, url: <http://www.bnf.fr/fr/professionnels/anx_journees_pro_2012/a.jp_dlweb_2012.html> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Trésors monétaires, vol. XXVII : Monnayages de Francie, des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens

Partie prenante du plan quadriennal de la recherche de la BnF, le programme Trésors monétaires donne lieu à la publication régulière d’un nouveau volume de la série éponyme.

Le présent volume qui présente six trésors et deux synthèse est entièrement consacré aux trésors médiévaux du Xe au tout début du XIIe siècle, soit :

  • Le trésor dit « du Loiret » : présentation, catalogue et étude caractéroscopique par Steve Achache, Marc Bompaire, Aude Castelas, p. 1-99.
  • Le trésor du Xe siècle de Maffliers (Val-d’Oise). Deniers et oboles d’Hugues Capet duc par Bruno Foucray, p. 101-127.
  • Le trésor de Cuts (Oise). Monnaies et circulation monétaire autour de l’an Mil dans le royaume de France sous Hugues Capet et Robert II le Pieux par Bruno Foucray, Marc Bompaire, Jean-Yves Kind, p. 129-182.
  • Le trésor monétaire double de Vignacourt (Somme). Monnaies et circulation monétaire dans l’Amiénois et l’Orléanais au début du règne de Philippe Ier par Bruno Foucray et Marc Bompaire, p. 183-272.
  • Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais (Loiret). Deniers et fausses monnaies au début du XIIe siècle. Étude numismatique et analyses métalliques par Marc Bompaire et Maryse Blet-Lemarquand, p. 273-297.
  • Un petit dépôt de monnaies royales du début du XIIe siècle à l’église de Marly-la-Ville (Val-d’Oise) par Bruno Foucray, p. 299-303.
  • Le monnayage en Francie occidentale au Xe siècle. L’apport des nouveaux trésors par Marc Bompaire, p. 305-327.
  • Catalogue des monnaies royales et féodales de Francie des derniers Carolingiens aux premiers Capétiens (936-1108) par Bruno Foucray, p. 329-373.

Le trésor dit « du Loiret »

Le trésor du Loiret fut découvert vers 1970. Il aurait été enterré selon Jean Duplessy1 entre 936 et 954. Le nombre précis des monnaies composant ce trésor n’est pas connu ; l’étude du volume porte sur 1001 pièces acquises par la BnF en 1998-1999.

Le trésor de Maffliers

Issu d’une fouille illégale menée près du château de Maffliers, au nord de Paris, le trésor et une hache de bronze ont ainsi été saisis le 22 novembre 2012 par les officiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) auprès du pilleur. Constitué de 300 monnaies, seules 269 ont pu être récupérées et étudiées dans le volume : 243 deniers, 26 oboles. Ces pièces d’argent du 10ème siècle ont révélé certaines pièces inconnues des collections nationales.

Le trésor de Cuts

Découvert en 1998 dans un bois privé du village de Cuts dans l’Oise, le trésor se compose de 1108 monnaies d’argent émises de la fin du Xe au début du XIe siècle : 1009 deniers et 99 oboles, toutes conservées à la BnF. Le Trésor2 est exceptionnel par son état de conservation et par le fait que la quasi-totalité des monnaies qui le composent étaient considérées comme inconnues à ce jour.

Le trésor de Vignacourt

Enfoui entre 1075 et 1100, ce trésor comprend 1237 deniers, 245 demi-deniers et 32 oboles. Découvert le dimanche 24 mars 2002 par un chasseur, le trésor a été confié à la DRAC Hauts-de-France. L’inventaire et l’étude du trésor ont été menés par Bruno Fourcray et Marc Bompaire. Sa composition – principalement des deniers d’argent accompagnés de 245 demi-deniers et de 32 oboles – est exceptionnelle car elle comprend, explique Bruno Fourcray, « deux ensembles monétaires contemporains, provenant d’univers économiques étanches de ce dernier quart du XIe siècle l’Orléanais et l’Amiénois ». Ce trésor comprend aussi 220 monnaies inédites, notamment 146 deniers et 69 demi-deniers de Philippe 1er (1060-1108) frappés à Montreuil-sur-Mer. Le trésor était vendu par la maison de vente Rossini en octobre 20073 avec les fragments de la poterie dans lequel il avait été enfoui. C’est le musée d’Amiens qui a préempté le trésor.

Le trésor de Bordeaux-en-Gâtinais

Conservé à la BnF, ce trésor est composé de 220 deniers issus de 6 monnayages de la région. Quatre de ces monnayages sont représentés par des fausses monnaies.

Dépôt de Marly

Les fouilles réalisées en 2005 dans l’église de Marly-la-Ville ont permis de découvrir un ensemble de 7 deniers et 1 obole de Philippe Ier qui témoigne de la circulation monétaire en Île-de-France au début du XIIe siècle.

Informations pratiques

Description : Broché, 21 × 29,7 cm
Date de parution : 30 janvier 2018
ISBN/EAN : 978-2-7177-2748-7 / 9782717727487
Editeurs : BnF Éditions
Distributeur : BnF Éditions
Disponibilité : Disponible
Prix : 99 €

  1. Jean Duplessy, Les monnaies françaises féodales. Tome 1, Paris : Platt, 2004, 404 []
  2. Cf. Les 1107 monnaies d’argent du Trésor de Cuts font leur entrée à la BnF : communiqué de presse, [Paris] : BnF, 30 mars 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/cp_acquisition_tresor_cuts.pdf>. []
  3. Cf. http://www.rossini.fr/html/fiche.jsp?id=347384&np=2&lng=fr&npp=20&ordre=1&aff=1&r= et notamment le descriptif détaillé : https://www.auction.fr/_fr/lot/tresor-de-vignacourt-1552015#.WpRu4eciHs0 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Analyse des logs de Gallica et de Data BnF et modélisation des comportements

Dans le cadre du Bibli-Lab, partenariat de recherche entre la BnF et Télécom ParisTech, et avec le soutien du TeraLab, a été conduite une analyse inédite des logs de connexion aux serveurs de Gallica, en leur appliquant des méthodes d’apprentissage automatique (machine learning). L’objectif n’était pas de connaître les usagers ni leurs profils mais d’identifier des parcours-types. Durant 15 mois, un chercheur en contrat postdoctoral, Adrien Nouvellet, encadré par quatre enseignants-chercheurs de Télécom ParisTech (Florence d’Alché-Buc, Valérie Beaudouin, Christophe Prieur, François Roueff), a mis au point un algorithme de partitionnement de données (ou clusterisation) permettant de regrouper des sessions de Gallica présentant des similitudes dans l’enchaînement et la durée des actions. Ce travail est une première pour la BnF, mais aussi pour le monde des bibliothèques.

L’intérêt de ces méthodes d’apprentissage est de tirer profit de ce qui fragilise au contraire les méthodes traditionnelles de connaissance des usages : la masse des connexions (45 000 visites/jour sur Gallica). Cette masse interroge en effet la représentativité des enquêtes en ligne – représentatives d’abord et avant tout des internautes les plus engagés, mais pas de l’ensemble des internautes.

Malgré la puissance des algorithmes, l’apprentissage automatique requiert cependant un nombre important de décisions qui nécessitent de disposer d’autres sources de connaissance sur les usages et les usagers. Pour cette raison, le choix méthodologique fort a été ici de faire dialoguer les modèles statistiques avec les résultats issus d’autres approches (observations ethnographiques, entretiens, etc.).

L’intérêt du travail réalisé sur les logs de Gallica a convaincu la BnF et Télécom ParisTech d’ajouter à cette recherche un deuxième volet dédié aux logs de Data BnF, mais aussi aux parcours des internautes entre Gallica, Data BnF et BnF catalogue général.

Retrouvez la synthèse des résultats des deux volets de cette recherche. Le rapport complet de l’analyse des logs de Gallica, incluant une présentation de la méthodologie, est accessible dans HAL.

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Manel Achichi

Financée par le projet ANR DOREMUS (DOnnées en REutilisation pour la Musique en fonction des USages)1, Manel Achichi a soutenu sa thèse de doctorat ce 15 février 2018.

Résumé de thèse

Des milliers d’œuvres musicales sont décrites dans des catalogues des institutions culturelles, dont le rôle est de stocker toutes les créations musicales à travers le catalogage et de les diffuser auprès du grand public. Cette thèse fait partie du projet DOREMUS -DOnnées en REutilisation pour la Musique en fonction des USages- qui vise à explorer les données de trois grandes institutions culturelles : Bibliothèque nationale de France, Philharmonie de Paris et Radio France ; afin qu’elles puissent communiquer et être mieux utilisées par les différents publics. Elles ne gèrent pas toutes les données musicales de la même manière ou dans le même objectif. L’accès à l’information pertinente devient alors difficile, d’où la nécessité d’interconnecter ces données.

Abstract

Linking Heterogeneous Open Data – Application to the Musical Domain

Thousands of musical works are described in catalogs in cultural institutions whose role is to store all the musical creations through the cataloging and to stream them to the general public. This thesis is part of DOREMUS -Doing Reusable Musical Data- project which aims to explore the data of three major cultural institutions: Bibliothèque Nationale de France, Philharmonie de Paris and Radio France; so they can communicate and be better used by different audiences. They do not handle all of the musical data in the same way or for the same purpose. Access to relevant information becomes then difficult, hence the need to interconnect these data.

Jury

Préparée sous la direction de Zohra Bellahsene et de Konstantin Todorov à Montpellier, dans le cadre de l’I2S – Information, Structures, Systèmes, en partenariat avec le Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Micro-électronique de Montpellier (LIRMM) la thèse a été soutenue devant :

  • Mathieu D’Aquin, professeur d’informatique, National University of Ireland
  • Ollivier Haemmerlé, professeur d’informatique, Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Catherine Faron-Zucker, maître de conférence, Université Nice Sophia Antipolis

Soutenance

Le jeudi 15 février 2018.

En juin 2014, Manel Achichi avait soutenu son master intitulé : Extraction de données liées à partir de tweets pour leur publication sur le web de données.

Cette thèse peut être dédiée à la mémoire de Dominique Cotte décédé le 14 décembre 20172. Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication (laboratoire Geriico, Université de Lille-3), il était l’un des responsables du programme.

Pour en savoir plus

  1. Dans le cadre du programme ANR : ANR-14-CE24-0020 : Le numérique au service des arts, du patrimoine, des industries culturelles et éditoriales (DS0703) 2014 []
  2. Stéphane Chaudiron, « Hommage à Dominique Cotte », ADBS. Disponible en ligne, url : <https://www.adbs.fr/groupes/adbs-site-internet/hommage-a-dominique-cotte-36666> ; « Dominique Cotte (20 janvier 1956-14 décembre 2017) », Robin Goodfellow. Disponible en ligne, url : <https://www.robingoodfellow.info/pagesfr/rubriques/Dominique_Cotte.pdf> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nouveau projet soutenu : VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins

Cet automne la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire avait lancé son XIIe appel à projets, MSH-VdL 20181 visant à développer l’interdisciplinarité, les recherches transversales entre équipes de recherche en SHS et en Sciences (théoriques et/ou appliquées), tout en promouvant une action forte à l’international.

L’IRAMAT – Centre Ernest-Babelon (UMR 5060, CNRS – Université d’Orléans) et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France y ont répondu en soumettant le projet VisualCoins : un outil de représentation graphique des liaisons de coins.

Alors que ce 6 février 2018, la Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire publie les résultats de son appel, l’IRAMAT et la BnF se réjouissent d’apprendre que le projet est sélectionné.

Porté par Guillaume Sarah, le projet est financé à hauteur de 4 200 €. Outre l’IRAMAT-CEB et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet implique Le Studium Fellowship « Monnaies, coins, argent : relire les débuts de la période féodale » (Institut d’Études Avancées en Région Centre-Val de Loire).

Résumé du projet VisualCoins

Avec une forte visée expérimentale et un caractère innovant, le projet VisualCoins entend tester et adapter un nouvel outil logiciel développé par l’Atelier numérique de la MSH Val de Loire (l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs) dans le cadre d’une des principales problématiques des recherches actuelles dans le domaine de l’histoire de la monnaie : la quantification des productions monétaires par l’étude des liaisons de coins. La mise en œuvre de ce logiciel dans ce cadre spécialisé permettra de représenter de manière simple et immédiate des schémas de liaisons de coins de séries monétaires qu’il est actuellement long et complexe de produire faute de logiciel adapté. Une fois la pertinence du logiciel VisualGraphs validée et les éventuels nouveaux développements testés en lien avec l’Atelier numérique de la MSH par l’équipe du projet, membres permanents et rattachés à l’IRAMAT-CEB et de la BnF, une restitution des expériences d’utilisateurs sera proposée à l’occasion d’une session scientifique de présentation. A l’issue du projet, des travaux de recherche faisant usage de cet outil innovant seront publiés et son emploi sera proposé dans la communauté des chercheurs en numismatique, voire au-delà pour susciter d’autres développements spécifiques.

Pour la BnF, il s’agira de fournir des données afin d’alimenter les essais de l’outil.

Problématique : les liaisons de coins

Le propos du projet concerne l’une des pierres d’angle de la numismatique, à savoir la formalisation des études de coins et en particulier les liaisons de coins.

Une monnaie ancienne, d’un point de vue technique, est dans la plupart des cas un disque de métal frappé entre deux matrices appelées coins monétaires. Ces deux matrices portent, gravés en miroir, les motifs et légendes qui confèrent à une masse de métal la garantie de l’autorité émettrice. Ces coins étant confectionnés à la main, chacun est par définition unique. Les coins sont rarement parvenus jusqu’à nous, mais nous les connaissons par les empreintes qu’ils ont laissées sur les monnaies. Un examen attentif des monnaies anciennes permet par conséquent d’identifier des liaisons de coins : par cette expression, les numismates désignent le fait de déterminer si deux monnaies ont été frappées par un même coin pour l’une de leurs faces ou pour les deux. Au sein d’un trésor ou pour un corpus recensant l’intégralité des monnaies d’une même série qui nous sont parvenues, il est possible, sur la base de ces observations, de déterminer des indices caractéroscopiques qui nous renseignent sur la représentativité de l’échantillon pris en compte par rapport à la production initiale. Des calculs statistiques permettent ensuite d’évaluer le nombre de coins employés pour la fabrication d’une série monétaire, voire d’estimer le nombre de monnaies produites.

L’étude des liaisons de coins est un travail long et patient qui constitue la première étape incontournable de la quantification des productions monétaires anciennes. En fonction de la dimension du corpus d’étude, un nombre d’informations parfois considérable est consigné par le numismate, souvent sous la forme de tableaux. Ces données sont aussi précieuses qu’austères et difficiles à présenter et à publier. La représentation avec des symboles identifiant les coins de droit et les coins de revers, reliés entre eux par des traits, tend à s’imposer comme la forme graphique privilégiée.

Or, aussi bien pour les publications imprimées que les pages internet ou les diapositives de présentation, la synthèse des liaisons de coins d’un monnayage relève souvent de la gageure que les chercheurs tentent de relever par le moyen de logiciels peu adaptés, pour parvenir à présenter l’ensemble des informations d’une manière lisible et compréhensible pour le lecteur ou l’auditeur.

Le lecteur profane peut se reporter à l’article de François de Callatay, L’historique de l’étude des liaisons de coins2. La fiche Les liaisons de coins et le graphique (que nous citons ci-dessous) consacrés au sujet par Christian R. Raschle dans son module Numismatique d’Antiquit@s, projet du Campus Virtuel Suisse, permettent d’appréhender la complexité de la question :

Enjeu

Les logiciels de représentation en réseaux pourraient constituer un outil pertinent pour parvenir à ce type de représentation de manière automatisée. Si cela est juste en théorie, aucun des logiciels disponibles à l’heure actuelle n’est adapté aux problématiques des numismates, avec à la fois les fonctionnalités souhaitées et la facilité d’utilisation requise, et ce de manière gratuite. Le développement au sein de la MSH VdL du logiciel VisualGraphs permet d’envisager de fournir un outil de représentation graphique des liaisons de coins aux numismates. Les premiers essais réalisés ont confirmé la bonne adéquation entre l’outil logiciel en cours de finalisation et  les problématiques des historiens de la monnaie.


En tout, six projets ont été retenus et seront financés à hauteur de 4200 € ou 5000€ au titre de l’Appel à projets 2018 de la MSH Val de Loire :

  1. Cf. http://www.msh-vdl.fr/actualite/appel-a-projets-2018-de-la-msh-val-de-loire/ []
  2. François de Callatay, « L’historique de l’étude des liaisons de coins (XVIIIe-XXe s.) », Bulletin de la société française de numismatique, 2007, avril, n° 4, p. 86-92. Disponible en ligne, url : http://www.academia.edu/338113/L_historique_de_l_%C3%A9tude_des_liaisons_de_coins_XVIIIe-XXe_s._. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Catalogue des monnaies celtiques, 2. Les monnaies à la croix

Le programme Catalogue des monnaies celtiques (CMC) initié dans le cadre du plan triennal de la Bibliothèque nationale de France (BnF), visait à établir un nouveau catalogue commun des collections nationales des monnaies celtiques conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) et au Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (MAN).

Après la publication en 2014 du 1er volume du catalogue consacrée aux Arvernes (Centre de la Gaule), c’est désormais le deuxième volume qui est paru consacré aux monnaies à la croix.

Les monnayages à la croix constituent l’ensemble monétaire le plus abondant et le plus caractéristique de la Gaule méridionale. Un ouvrage sans précédent qui permet d’appréhender les pratiques monétaires en Gaule méridionale, et, plus largement, de saisir les réalités économiques, ethniques et territoriales des populations de l’âge du fer.

L’auteur, Eneko Hiriart1, est chargé de recherche au CNRS (IRAMAT-CRP2A, UMR 5060). Il a soutenue en 2014 une thèse de doctorat en Sciences Archéologiques (Ausonius, UBM), sous la direction de K. Gruel (DR. CNRS-ENS) et de Fr. Tassaux (PR. UBM) intitulée Pratiques économiques et monétaires entre l’Èbre et la Charente (IIIe-Ier s. a.C.).

L’ouvrage est coédité par la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Archéologie nationale, avec le concours du laboratoire AOrOc (CNRS-ENS, UMR 8546).

Cette série entend se substituer progressivement au catalogue publié en 1889 par Ernest Muret et Anatole Chabouillet2 en mettant à disposition les deux fonds nationaux les plus importants en France, pour au final constituer une collection de référence facilitant les identifications et publications des monnaies découvertes.

Informations pratiques

  • Description
    Broché, 356 pages, 2500 illustrations, 21 x 29,7 cm, 1510 g.
  • Date de parution
    16 novembre 2017
  • ISBN/EAN
    978-2-7177-2744-9 / 9782717727449
  • Prix
    65 €
  • Editeurs
    BnF Éditions
  • Distributeur
    BnF Éditions
  • Disponibilité
    Disponible

Enregistrer

Enregistrer

  1. Cf. sa page personnelle sur le site de son laboratoire, url : <http://www.iramat-crp2a.cnrs.fr/spip/spip.php?article260> []
  2. Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale, Paris : E. Plon, Nourrit et Cie, 1889, 1 vol. (XXVII-327 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5759384k> (version standard), <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3990745> (version interfoliée et annotée). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Projet ANR (2017-2020) : SHAKK : Syrie : conflits, déplacements, incertitudes

Le projet Syrie : conflits, déplacements, incertitudes (SHAKK), coordonné par Anna Poujeau du Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), a été sélectionné par l’Agence nationale de la recherche (ANR) dans le cadre de son appel à projets générique 2017, CE26 Innovation-travail, « Instrument de financement : Projet de Recherche Collaborative (PRC) ».

Résumé du projet

Comprendre les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 constitue un enjeu épistémologique, éthique et également réflexif tant l’engagement du chercheur est devenu quasi inévitable. Financé par l’ANR, le projet SHAKK (« incertitude » en arabe) entend se saisir de ces différents enjeux dans une perspective pluridisciplinaire et comparative. Associant le Centre d’études en Sciences sociales du religieux (CéSor), l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) et le département de l’audiovisuel de la Bibliothèque Nationale de France (BNF), l’équipe est composée de neuf chercheurs – anthropologues, politistes, historiens et linguistes – d’un ingénieur de recherche, spécialiste des Humanités numériques, ainsi que d’un conservateur spécialiste des archives audiovisuelles. Il s’agit tout d’abord de revenir sur la genèse de la révolte et des étapes de sa mutation en conflit guerrier à partir des acteurs, des trajectoires, des actions et des récits, jusque-là peu pris en compte. Nous analyserons de manière circonstanciée et située les reconfigurations politiques, religieuses, sociales, territoriales et mémorielles propres à ce contexte d’incertitude et de violence extrême. Nos recherches seront irriguées par une réflexion sur les relations brisées, suspendues et renouvelées par la révolte puis la guerre. Ces relations seront saisies à partir des notions de déplacement et d’indétermination. Déplacement et indétermination des centres de pouvoir ; des identités ; des frontières ; du religieux et du politique ; des catégories et des paradigmes. Ces deux notions sont particulièrement heuristiques pour penser ce moment de l’entre-deux – fait de ruptures, de désordres et de désaccords – qu’est la guerre. L’équipe de SHAKK engagera également une réflexion sur les méthodes d’enquête : nous travaillerons hors du territoire national syrien tout en cherchant à réduire au maximum la distance imposée par la guerre, en réalisant des enquêtes dans les pays limitrophes de la Syrie (Liban, Jordanie, Turquie et Kurdistan irakien) et en Europe (France, Suède et Allemagne) et en conduisant des entretiens avec des personnes restées sur place par le biais des messageries en ligne (Facebook, WhatsApp et Skype). De plus, et c’est là la nouveauté de ce projet, l’espace numérique – plus spécifiquement les nombreuses vidéos postées sur YouTube par les différents protagonistes de la révolte et de la guerre – constituera non seulement un site d’enquête privilégié dont les outils de collecte, et d’analyse devront être affûtés, mais fera également l’objet d’une réflexion sur la sauvegarde de la mémoire de ces événements.

Contribution de la BnF

Avec l’appui logistique, technique et l’expertise du département de l’Audiovisuel de la BnF, l’équipe prévoit de constituer des « corpus de chercheurs » et de concevoir des outils de collecte et d’archivage afin de poser les premiers jalons pour la constitution de collections en vue d’usages (scientifiques, juridiques, mémoriaux, artistiques) futurs.

L’un des objectifs scientifiques majeurs de ce programme est la constitution et la pérennisation d’un fond d’archives audiovisuelles de la révolte et la guerre en Syrie qui sera hébergé par le département de l’Audiovisuel.

L’organisation d’une journée d’étude en avril 2018 est souhaitée à la BnF autour des enjeux techniques, méthodologiques et mémoriaux de l’archivage de sources numériques et vernaculaires dans une perspective comparative.

Partenaires

Césor :

BnF :

IFPO :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Histoire de la BnF : Bibliothèque-musée de l’Opéra

Après la création du Comité d’histoire de la BnF,  certains de ses membres s’étaient attachés à publier des notices biographiques des différents directeurs de la Bibliothèque nationale du XIVe siècle à nos jours ainsi que des biographies des directeurs de départements « historiques » de la bibliothèque, à savoir les départements des Imprimés, des Périodiques, des Manuscrits, des Monnaies, médailles et antiques (directeurs du département des Monnaies, Médailles et Antiques depuis 1719 ; intendants et gardes du Cabinet des médailles des origines à 1753), et des Estampes et photographie.

Une lacune était à noter dans ce travail de nature prosopographique, paradoxalement le plus complet, celui de la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

Rappelons que la Bibliothèque-musée de l’Opéra est rattachée à la Bibliothèque nationale depuis 1935. Elle tire son origine de la bibliothèque et des archives de l’Opéra, créés en 1866, et du musée, ouvert au public en 1881.  À la création du département de la musique en 1942, la bibliothèque-musée de l’Opéra lui est rattachée. Bénéficiant auparavant d’une direction, elle est désormais un service du département de la musique dont le directeur actuel, auteur du travail prosopographique, était l’adjoint au directeur de la bibliothèque-musée de l’Opéra.

La Bibliothèque est installée dans l’ancien « Pavillon de l’Empereur » du Palais Garnier, destiné à Napoléon III. Situé dans l’aile occidentale du bâtiment, côté jardin, ce pavillon comprenait une rampe d’accès à une rotonde « à couvert » pour les voitures à chevaux. À l’étage supérieur, se trouvaient un salon et un fumoir, d’où le chef de l’État pouvait accéder à sa loge. Après la chute du Second Empire, cet espace fut cédé à la Bibliothèque-musée.

La configuration actuelle de la Bibliothèque-musée de l’Opéra date de 1991. La salle de lecture occupe le salon, les expositions temporaires la rotonde basse, et les collections permanentes du musée l’ancien fumoir.

Avec le lancement d’un nouveau site du Comité d’histoire de la BnF (http://comitehistoire.bnf.fr/), cette lacune est désormais comblée.

En sus, en guise d’addendum, nous proposons à la communauté des chercheurs, historiens et amateurs de l’histoire de la BnF, une liste des archives conservées à la BnF concernant la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BMO) et dont une partie reste conservée à la BMO.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts