Archives de catégorie : Programmes de recherche

Emmanuel Le Roy Ladurie, précurseur du data mining ?

En affirmant dès la fin des années 1960 que « les historiens seront programmeurs ou ne seront plus »1, Emmanuel Le Roy Ladurie posait les bases de ce qui allait constituer l’une des branches des humanités numériques (« digital humanities ») appliquées à l’histoire, à savoir la fouille de données (data mining). En énonçant cette prédiction, il semblait prophétiser que sa propre pratique allait se généraliser.

Dès 1968, Emmanuel Le Roy Ladurie affirme, qu' »à la limite… il n’est histoire scientifique que du quantifiable »2. Comme le rappelle Francine-Dominique Liechtenham, l’historien des Annales a « été l’un des premiers historiens à participer à la grande aventure de l’informatique dans l’histoire quantitative »3. Les divers travaux qu’il a mené et les résultats qu’il a publié à partir de la compilation massive de données semblent bien avoir ouvert la voie aux technologies numériques appliquées à l’histoire, pour reprendre le libellé de l’un des master de l’École nationale des chartes4.

Emmanuel Le Roy Ladurie avec ses paperolles et sa machine à calculer.

Très tôt, après avoir été équipé par le Centre d’études historiques d’une machine électrique à calculer5, il emploie l’informatique pour quantifier d’importantes séries de données chiffrées issues des fonds archives (données économiques, climatiques, ou anthropologiques6).

Emmanuel Le Roy Ladurie

Cependant, malgré sa pratique quantitative assistée par l’ordinateur et son affirmation sur l’avenir du métier d’historien, Emmanuel Le Roy Ladurie peut-il pour autant être considéré comme l’un des précurseur des humanités numériques ?

Précurseur des humanités numériques ?

Le débat sur l’origine des humanités numériques n’est pas clos et les défenseurs comme les détracteurs de ce champ n’ont de cesse de débattre de ses origines comme de ses précurseurs. Aussi, nous n’entrerons pas dans ce débat même s’il reste intéressant d’analyser la fortune critique de l’assertion d’Emmanuel Le Roy Ladurie7.

Même si Emmanuel Le Roy Ladurie dit désormais regretter cette phrase qu’il affirme inexacte8, certains des travaux qu’il a mené ou fait mener, alors qu’il était Administrateur général de la Bibliothèque nationale, laissent à penser qu’il fut bien un précurseur de la fouille de données.

Emmanuel Le Roy Ladurie lors de l’inauguration de premiers ordinateurs donnant accès au catalogue BN-OPALE dans l’ancienne salle des catalogues de la Bibliothèque nationale, rue de Richelieu (février 1988).

Pour s’en convaincre, revenons à la publication des résultats d’un travail que l’on peut qualifier comme annonciateur du data mining, ou en tout cas pionnier de la fouille de métadonnées, notamment bibliographiques, puisqu’il rendait compte de l’exploitation et de l’analyse des données informatiques en histoire du livre à partir du catalogue informatique de la Bibliothèque nationale, et ce, bien avant le Ngram Viewer9 de Google.

Ces travaux firent l’objet de plusieurs publications. La première d’entre elle intervint en 1995, dans Histoire, économie & société :  Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 3-2410. Une année plus tard, Emmanuel Le Roy Ladurie publiait une nouvelle étude centrée sur les éditions francophones de 1470 à 1780 : Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 507-52311. En 1999, donnait une version anglaise de l’étude portant sur la période 1454 à 1960 mais surtout à la période antérieure à 1871 : Emmanuel Le Roy Ladurie, Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « French Book Production From 1454: A Quantative Analysis », Library History, 1999, vol. 15, n° 2, p. 83-9812. Dans le corps de l’article, Emmanuel Le Roy Ladurie, avant de livrer les enseignements qu’il tire des chiffres, rappelle la dette que ces travaux doivent au fait de disposer de tels réservoirs de données : « an entirely computerized catalogue was a very good thing for the BN but was also an excellent basis for our scientific enterprise of writing a quantitative history of books at the BN and to some extent in France, and perhaps abroad. The BN collection, thanks to legal deposit, becomes increasingly more representative of French book production of books with the succession of centuries, as legal deposit becomes more efficiently implemented. »13.

En 2001, les articles de 1995 et de 1996 firent l’objet d’une suite publiée dans la Revue de la Bibliothèque nationale de France : Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « Histoire quantitative de l’édition en langue française d’après les collections de la Bibliothèque nationale de France (1460-1969) », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 2001, n° 9, p. [20]-27.

Ces travaux résultent de la conjonction des intérêts d’Emmanuel Le Roy Ladurie, adepte de l’histoire quantitative14, et de son mandat en tant qu’administrateur de la Bibliothèque nationale, qui lui permis de comprendre les potentialités offertes par l’édition sous forme de cédéroms, interrogeables selon divers critères, du résultat de la conversion rétrospective des catalogues et fichiers de la bibliothèque, ce que Yann Fauchois nomme dans l’introduction du dernier article, « l’invention d’un trésor ». Dans l’article de 1995, E. Le Roy Ladurie parlait de « monument national qui donc est maintenant conservé « sur ordinateur » et qui devient lisible, « écranique », accessible d’ores et déjà un peu partout  grâce à un CDRom ou à plusieurs. »15.

Conversion rétrospective

Revenons en arrière pour évoquer cette entreprise de conversion rétrospective, entamée en 1988 et encore en cours en 201816.

En 1994, la Bibliothèque nationale de France créé le Service des Chantiers de Conversion Rétrospective (SCCR) chargé de l’informatisation de tous les anciens catalogues de livres imprimés, de brochures et de périodiques de la Bibliothèque nationale17.

Comme les plus jeunes des générations X, Y et Z ne le savent sans doute pas, la Bibliothèque nationale (BN) n’a jamais disposé d’un catalogue unique. Au sein de sa salle des catalogues et de l’hémicycle de sa salle de travail (aujourd’hui salle Labrouste), elle mettait à la disposition de ses lecteurs des catalogues imprimés et des fichiers qui se complétaient, se recoupaient, se subdivisaient en tranches chronologiques ou thématiques (anonymes, périodiques, collectivités auteurs, etc.). Par ailleurs, rappelons que certains n’étaient pas en libre-accès mais uniquement dévolus à un service interne. C’est la raison pour laquelle le recours aux bibliothécaires de la salle des catalogues était souvent nécessaire et générait une file d’attente obligeant les agents à répondre aux lecteurs dans la presse18.

En février 1988 cependant, la Bibliothèque nationale mettait à la disposition du public son catalogue informatisé BN-OPALE qui marquait une première pierre dans la voie de l’informatisation même s’il ne recensait que les nouveautés entrées par dépôt légal. Dès cette période, la BN commençait à  réfléchir à l’informatisation générale de ses catalogues en faisant procéder à la conversion rétrospective de son fichier décennal 1970-197919. C’est ainsi que 400 000 notices sont venues enrichir le catalogue BN-OPALE entre 1985 et 1990. Mais l’annonce par François Mitterrand, le 14 juillet 1988, de la construction d’une Très Grande Bibliothèque allait impulser une nouvelle dynamique tant il apparaissait que cette « bibliothèque d’un genre entièrement nouveau »20 devait pleinement investir le numérique pour offrir des collections en ligne au public distant mais surtout et d’abord leur signalement par la voie d’un catalogue informatisé unique et le plus exhaustif possible. C’est ce qui incite à lancer le Chantier Conversion rétrospective avec des moyens humains et financiers spécialement dédiés.

Ce chantier de conversion rétrospective21 n’a ni plus ni moins consisté qu’en l’informatisation de l’ensemble des données, désormais nommées métadonnées, des notices catalographiques imprimées dans des catalogues, dactylographiées dans des fiches 7,5 x 12 cm22 ou rédigées à la main sur des cartes (dont le format était héritier des premières cartes à jouer dont le verso était employé à cet effet).

En termes contemporains, il s’est agi de constituer un immense jeu de données retraçant l’histoire du livre et de l’édition perçue au prisme du dépôt légal, appliqué en France au gré de aléas de l’Histoire, des acquisitions opérées par la bibliothèque et des dons dont elle fut la bénéficiaire.

Le jeu de données analysé par Emmanuel Le Roy Ladurie, le « maxi-corpus » comme il le nomme23, fut celui du résultat de cette conversion24, qui fut diffusé ensuite par la société  Chadwick-Healey sous forme de six cédéroms intitulés : Le Catalogue général des imprimés avant 1970 de la Bibliothèque nationale de France sur CD-ROM. Avant la production d’un cédérom dit de travail – car à usage interne et non commercialisé – , mais qui devait constituer le prototype de cette version commerciale citée, les collaborateurs de la BN, et notamment les acteurs même de la conversion rétrospective, n’avaient jusque-là encore jamais pu voir le résultat du travail qu’il menaient. Ainsi, en avril 1992, le premier cédérom de travail produit ne contenait que le résultat de la Phase 1 de la conversion rétrospective, c’est-à-dire quatre catalogues25 représentant environ quatre millions de notices.

Ce cédérom, chargé sur le serveur de cédéroms de la BN, était notamment consultable dans les services de conversion rétrospective sur le seul poste informatique qui équipait chacune de ses équipes, à raison d’un poste par équipe. Cela a permis aux agents du Service des Chantiers de Conversion Rétrospective (SCCR) d’exploiter les divers modes d’interrogation et de requêtes (feuilletage d’index, recherche par mots clés, sur toutes les zones des notices).

Plus tard, un autre cédérom de travail était produit pour incorporer le résultat d’autres chantiers de conversion, jusqu’à la parution des 6 cédéroms diffusés à l’automne 1996.

Histoire sérielle du livre

Le premier article publié par E. Le Roy Ladurie sur ces travaux quantitatifs appliqués au livre est aussi de nature programmatique puisqu’il décrit les potentialités offertes par le « monument national » qu’est pour lui la conversion rétrospective, et qui « constitue aussi une entité puissante, immense, à l’usage des recherches scientifiques et historiques » permettant plusieurs projets de fouille de données :

  • « Inventaire du vocabulaire des titres avec une étude de l’émergence et de l’occurrence statistique en iceux des mots ou des groupes de mots.
  • Examen […] des courants profonds ou tendances passagères [….].
  • Classification par genres littéraires de la production éditoriale ; histoire quantitative ou évolution statistique de ces différents genres.
  • Évolution du nombre de pages et de la dimension des formats.
  • Productivité des auteurs ; éditions successives, qui donnent quelques indices sur la réception des livres.
  • « Croisements » possibles [….] entre ces diverses données ou groupes de données. ».26.

Poursuivant ses prédictions, E. Le Roy Ladurie envisage plusieurs enseignements que l’historien peut tirer de ces données : « histoire linguistique et […] histoire lexicographique […] dans la longue durée », « conclusions quantitatives et qualitatives […] à partir notamment des résultats de l’analyse lexicographique »27.

Plus étonnant à l’heure où la BnF lance un tel programme en 201828, E. Le Roy Ladurie envisageait d’étudier « le devenir statistique de l’usure physique et de l’acidification des ouvrages, de leur papier, des reliures, toutes données procurées par un récolement […] effectué dans la perspective du prochain déménagement physique des fonds d’imprimés »29.

Cependant, loin de se contenter des données massives du catalogue de la BnF, E. Le Roy Ladurie se projette encore davantage dans l’avenir quand il annonce n’être qu’à l’aube de recherches encore plus développées malgré « l’INformatique avec son extraodrinaire puissance »30. N’affirme-t-il pas que ses travaux ont été menés « avec des moyens informatiques encore artisanaux, qui n’atteignent point à la sophistication que nous envisageons pour l’avenir »31.

Text mining

À ne lire que les analyses quantitatives de la production livresque publiées par Emmanuel Le Roy Ladurie, il serait aisé de conclure qu’il n’avait pas pressenti un pan entier des humanités numériques, celui qui concerne la fouille de textes (text mining), soit la recherche d’information à partir du texte même des notices bibliographiques. Car au-delà des dates de publication qui permettent d’obtenir des graphiques de la production imprimée rapportée au nombre de notices informatiques, l’entreprise d’informatisation des fiches catalographiques et des notices bibliographiques comprises dans les divers catalogues imprimés de la Bibliothèque permet des recherches sur le texte même des notices : titres, sous-titres, noms des divers auteurs, lieux de publication, noms d’éditeur et surtout zones de notes. Avant même l’application et la généralisation à l’échelle internationale de règles de catalogage normalisées – entreprise qui prend de l’ampleur avec l’adoption, en 1968, des Anglo-American cataloguing rules (ou AACR) par l’American Library Assocation -, la Bibliothèque nationale respectait peu ou prou les Instructions élémentaires et techniques pour la mise et le maintien en ordre des livres d’une bibliothèque de Léopold Delisle32.

Or, comme le révèlent ces « règles de catalogage », les fiches bibliographiques antérieures à la normalisation internationale s’avèrent riches de sens, de texte signifiant qui se trouve être désormais interrogeable via des outils de fouille de texte puisque l’ensemble de ce contenu sémantique a été rétroconverti, c’est-à-dire saisi par des opérateurs de saisie – le plus souvent du personnel féminin qualifié de dactylocodeuses. En effet, Léopold Delisle recommandait que pour la « rédaction des cartes », c’est-à-dire l’établissement des fiches ou notices catalographiques, un certain nombre d’éléments figurent systématiquement :

  • « le nom de l’auteur » ;
  • « titre du livre, en omettant ce qui n’est pas nécessaire pour bien
    caractériser l’ouvrage, mais sans jamais modifier la rédaction ni
    l’orthographe du titre » ;
  • « le nom de l’auteur sera reproduit tel qu’il est sur le titre » ;
  • « On reproduira de même l’adresse bibliographique : lieu de publication, nom de l’imprimeur ou du libraire, date, d’année […] les rédacteurs des catalogues feront oeuvre utile en relevant avec le soin le plus scrupuleux toutes les particularités relatives aux imprimeurs et aux libraires français, surtout à ceux des villes d’une importance secondaire » ;
  • « le format et le nombre des volumes » ;
  • « le genre de reliure » ;
  • « les lacunes ou les défauts notables des exemplaires » ;

et surtout une zone de notes pouvant contenir du texte parfois quantitativement plus important que le reste de la notice. Ainsi, cette zone est réservée :

  • à indexer le contenu de l’ouvrage : « Si le titre ne fait pas connaître le sujet de la publication, il faut l’expliquer par une observation ajoutée au bas de la carte » ;
  • à traduire ou transcrire les titres étrangers : « Les titres rédigés dans une langue peu familière aux lecteurs d’une bibliothèque seront, autant que possible, accompagnés d’un sommaire en français ».

Comme on peut le lire, cette zone reste encore unique et indistincte  pour signifier des éléments pourtant divergents. Avec le temps, dans l’histoire du catalogage, ces divers éléments conduiront à la création d’autant de zones spécifiques33.

Or il semble bien qu’Emmanuel Le Roy Ladurie ait pressenti les potentialités de la fouille de ces données textuelles issues des notices bibliographiques rétroconverties, puisqu’en 1994 – dernière année de son mandat d’administrateur général de la Bibliothèque nationale -, il proposait de conduire un programme de recherche intitulé TITLIV, dans un jeu de mots faisant référence à l’historien Tite-Live (0059? av. J.-C.-0017), qui n’étonnera pas de la part du facétieux historien habitué aux formules et bons mots.

Ce programme, qui devait être piloté par l’historien, et pratiquement conduit pas Jean-Marie Cotteret, professeur à l’université Panthéon-Sorbonne (Paris I), directeur du CRIC (Centre de recherches sur l’information et la communication à Paris I),  visait à entreprendre l’analyse lexico-statistique des titres de livres enregistrés dans la base BN-Opale, soit la base bibliographique de la Bibliothèque nationale devenue ensuite BN-Opale + (Plus) puis BnF Catalogue général où l’ensemble des métadonnées rétroconverties ont été et sont versées.

Dans ce programme relevant à la fois de la fouille de texte mais aussi du traitement automatique de la langue, Emmanuel Le Roy Ladurie souhaitait procéder à l’inventaire du vocabulaire des titres de livres  parus entre 1452 et 1970 tout en menant une étude de l’émergence et de l’occurrence statistique des mots ou des groupes de mots. Ainsi, pour cette analyse lexicographique et statistique, il avait envisagé :

  • l’examen sur cette base, des courants profonds et des tendances passagères qui parcourent la culture et la langue française ;
  • la classification par genres littéraires de la production éditoriale ;
  • l’histoire quantitative ou l’évolution statistique de ces différents genres ;
  • l’évolution du nombre de pages et de la dimension des formats.

Par ailleurs, il était aussi question de prendre en compte la productivité des auteurs, le nombre d’éditions du même ouvrage du même auteur, l’étude onomastique en utilisant les patronymes des auteurs pour montrer la méridionalisation progressive des noms d’auteurs de la production éditoriale en français.

En ce sens, compte tenu des enseignements que la fouille des métadonnées textuelles devait délivrer, il nous semble bien que ce projet préfigurait les travaux les plus actuels entrepris par les digital humanists et spécialistes du text mining.

Malheureusement, ce projet qui avait sans doute germé dans l’esprit d’Emmanuel Le Roy Ladurie dès ses premiers travaux d’histoire sérielle du livre, n’a pu être mené à son terme34, nous laissant sur notre faim compte tenu de son ambition originale.

Puissent ces quelques lignes, déjà trop longues, inciter de jeunes praticiens des humanités numériques et du text and data mining à creuser le sillon de la fouille des métadonnées bibliographiques. La Bibliothèque nationale de France est ouverte à tout projet allant dans ce sens, œuvrant même à mettre en place un laboratoire dédié à ce genre de travaux.

Pour finir, laissons une dernière fois la parole à Emmanuel Le Roy Ladurie qui écrivait, dans une affirmation toujours d’actualité, que « l’étonnante richesse du fond bibliographique […] grâce à l’ordinateur, peut aujourd’hui fait l’objet d’une exploration simultanément détaillée, vive, multidimensionnelle. »35.

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Emmanuel Le Roy Ladurie, précurseur du data mining ?". Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France, ISSN 2493-4437, 14 septembre 2018. Disponible en ligne, url : <https://bnf.hypotheses.org/1316> (consulté le 19 septembre 2018).
  1. « La fin des érudits : l’historien de demain sera programmeur ou ne sera pas », Le Nouvel Observateur, 8 mai 1968, p. 38-39, repris dans Emmanuel Le Roy Ladurie, Le Territoire de l’historien, Paris : Gallimard, 1973, t. I, p. XX. []
  2. Emmanuel Le Roy Ladurie, Le territoire de l’historien, Paris, Gallimard, 1973, p. 22 []
  3. Une vie avec l’histoire : mémoires, Paris : Tallandier, 2014, p. 166. []
  4. Cf. http://www.chartes.psl.eu/fr/cursus/master-technologies-numeriques-appliquees-histoire []
  5. Visible à la 24e min 13e s. du documentaire de Micheline Paintault (réal.) ; Janine Codou,  (aut.), Le métier d’historien, 1974, 0h43 min 37s. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1320584v>. []
  6. Quand il est par exemple question d’exploiter les données de la conscription département par département entre 1819 et 1830 et dont la base de données reste accessible en ligne : Conscription française (CNSJGC), http://federation.ens.fr/wheberg/dataweb/conscription/yndex/ []
  7. Un exemple récent : Malte Rehbein, « L’historien de demain sera programmeur ou il ne sera pas. (Digitale) Geschichtswissenschaften heute und morgen », Digital classic online, 2018, vol. 4, n° 1, p. 23-43. Disponible en ligne, url : <https://journals.ub.uni-heidelberg.de/index.php/dco/article/viewFile/48491/41870>. Stefan Lemny, le récent biographe de l’historien – Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire, Paris : Hermann, copyright cop. 2018, 1 vol. (560 p.) ; 23 cm –, s’est essayé à l’exercice dans son article « « L’historien de demain sera programmeur… » Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science », L’Histoire à la BnF, 28 décembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/1505>. []
  8. « L’historien est-il promis à devenir programmeur comme vous l’avez dit jadis ? Je regrette cette phrase qui est évidemment inexacte. Néanmoins, il est évident que les ordinateurs permettent aujourd’hui plus qu’hier un développement de l’histoire quantitative. », in Une vie avec l’histoire : mémoires, Paris : Tallandier, 2014, p. 166-168. []
  9. Contributeurs à Wikipedia, « Ngram Viewer », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 5 novembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Ngram_Viewer&oldid=142307096>. []
  10. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1995_num_14_1_1758>. Repris dans  l’Annuaire du Collège de France : résumé des cours et travaux, 1994-1995. []
  11. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1996_num_15_4_1886> []
  12. Disponible en ligne, url : <https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1179/lib.1999.15.2.83>, DOI : https://doi.org/10.1179/lib.1999.15.2.83 []
  13. Emmanuel Le Roy Ladurie, Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « French Book Production From 1454: A Quantative Analysis », Library History, 1999, vol. 15, n° 2, p. 84. []
  14. Cf. Stefan Lemny, « « L’historien de demain sera programmeur… » : Emmanuel Le Roy Ladurie et les défis de la science », L’Histoire à la BnF, 28 décembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://histoirebnf.hypotheses.org/1505>. []
  15. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 5. []
  16. Une bibliographie concernant la conversion rétrospective à la BN/BnF est disponible à l’adresse, url : <http://bibliographie-historique.bnf.fr/taxon/0502-conversion-retrospective>. []
  17. Parallèlement un autre chantier relevant de la direction des Collections concernait la conversion rétrospective des catalogues des autres documents de la BnF : documents audiovisuels, cartes, musique, etc. []
  18. Même si leur conscience professionnelle les incitait souvent à prendre le temps d’être exhaustifs dans leur recherche et réponse, raison supplémentaire de l’augmentation de la file d’attente… []
  19. Ce fut l’opération NCG pour Nouveau Catalogue Général, sans rapport avec le New General Catalogue de nébuleuses et d’amas d’étoiles… []
  20. Cette phrase qui a tant fait couler d’encre a été prononcée le 14 juillet 1988 lors de l’interview télévisée du Président par Yves Mourousi sur TF1 : « Je veux que soient entrepris la construction et l’aménagement de l’une des ou de la plus grande et de la plus moderne bibliothèque du monde, d’un genre entièrement nouveau. […] Je veux une bibliothèque qui puisse prendre en compte toutes les données du savoir dans toutes les disciplines, et surtout, qui puisse communiquer ce savoir à l’ensemble de ceux qui cherchent, ceux qui étudient, ceux qui ont besoin d’apprendre, toutes les universités, les lycées, tous les chercheurs qui doivent trouver un appareil modernisé, informatisé et avoir immédiatement le renseignement qu’ils cherchent. On pourra connecter cette bibliothèque nationale avec l’ensemble des grandes universités de l’Europe, et nous aurons alors un instrument de recherche et de travail qui sera incomparable. J’en ai l’ambition et je le ferai. ». La lettre de mission que le Président adresse en août 1988 au Premier ministre Michel Rocard formalise le projet en ces termes : « Je souhaiterais, comme je vous l’ai dit, aller plus loin dans ce domaine, par la création d’une très grande bibliothèque, d’un type entièrement nouveau, en inscrivant ce projet dans le cadre des Grands Travaux. Cette grande bibliothèque devra couvrir tous les champs de la connaissance, être à la disposition de tous, utiliser les technologies les plus modernes de transmission des données, pouvoir être consultée à distance et entrer en relation avec d’autres bibliothèques européennes. » []
  21. Beaudiquez, Marcelle. « Le Chantier Conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale ». Bulletin des bibliothèques de France, 1993, n° 3, p. 8-19. Disponible en ligne : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1993-03-0008-001>. []
  22. Cf. Bert, Jean-François, Une histoire de la fiche érudite, Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB, DL 2017, 1 vol. (143 p.). Disponible en ligne, url : <http://ficheserudites.enssib.fr/>. []
  23. Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 508. []
  24. Beaudiquez, Marcelle ; Beaugendre, Anne-Marie, « Du tiroir à l’écran : les opérations de conversion rétrospective de la Bibliothèque nationale de France », 62nd IFLA General Conference – Conference Proceedings – August 25-31, 1996, IFLA, 1996. Disponible en ligne, url : <http://origin-archive.ifla.org/IV/ifla62/62-beam.htm>. []
  25. 118 volumes sur 232 du Catalogue général auteurs des origines à 1959, 419 tiroirs sur 1024 de son Supplément sur fiches, 8 volumes sur 23 du Catalogue général auteurs, collectivités-auteurs et ouvrages anonymes 1960-1969, la totalité du Catalogue général des périodiques avant 1960. []
  26. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  27. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  28. Le projet DALGOCOL : Fouille de données et ALGOrithmes de prédiction de l’état des COLlections financé par la Fondation des Sciences du patrimoine. []
  29. Données non présentes à strictement parlé dans la conversion rétrospective et constituant un jeu de données spécifique résultant d’un autre chantier préparatoire du projet de Bibliothèque de France et l’Établissement public de la Bibliothèque de France (EPBF). Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 6. []
  30. Emmanuel Le Roy Ladurie ; Yann Fauchois ; Anette Smedley-Weill ; André Zysberg, « L’édition francophone (1470-1780) Paris – Province – « Étranger » par tranches diachroniques », Histoire, économie & société, 1996, 15e année, n° 4, p. 509. []
  31. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 20. []
  32. Delisle, Léopold (1826-1910), « Rédaction des cartes », in Instructions élémentaires et techniques pour la mise et le maintien en ordre des livres d’une bibliothèque, Lille : impr. de L. Danel, 1890, 1 vol. (76 p.) ; in-8°. Réédition de 1908 disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5663553w/f373.item> aux pages 318-320. []
  33. Comme par exemple : Titre original, Note générale600 Vedette matière nom de personne601 Vedette matière titre uniforme textuel602 Vedette matière titre de publication en série603 Vedette matière titre d’anonyme604 Vedette matière titre uniforme musical605 Vedette matière titre conventionnel606 Vedette matière nom commun607 Vedette matière nom géographique609 Vedette matière marque610 Vedette matière collectivité615 Vedette matière étrangère617 Vedette géographique619 Mot-matière non contrôlé621 Date d’événement622 Lieu d’événement829 Table des matières830 Résumé []
  34. Sans doute parce qu’il est remplacé à la tête de la Nationale par Jean Favier. []
  35. Emmanuel Le Roy Ladurie, « Une histoire sérielle du livre 1452-1970 », Histoire, économie & société, 1995, 14e année, n° 1, p. 21. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à candidature : allocation doctorale pour la réalisation d’une thèse en anthropologie sociale et ethnologie ou études politiques

Le programme de recherche Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie : Conflits, déplacements, incertitudes, financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), propose une allocation doctorale pour la réalisation d’une thèse dont l’inscription principale se fera à l’École doctorale de l’EHESS (ED 286) dans l’une des deux formations suivantes : Anthropologie sociale et ethnologie ou Études politiques. La ou le doctorant·e sera rattaché·e au Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor, EHESS-CNRS).

Le sujet de la thèse devra porter sur l’un des principaux thèmes du programme Shakk qui intégralement consultables à l’adresse suivante :  https://shakk.hypotheses.org.

Conditions de candidature

La ou Le candidat·e parfaitement francophone et bon arabisant·e devra avoir soutenu un mémoire de Master 2 en sciences sociales avant le 20 septembre 2018.

Envoyer CV, projet de recherche rédigé en français (10 pages bibliographie comprise) et mémoire de Master 2 devront être envoyés avant le 10 septembre 2018 – 12h (heure française) simultanément aux adresses suivantes : anna.poujeau@ehess.frc.boex1@gmail.come.aubinboltanski@ifporient.org, nisrine.alzahre@gmail.com.

Les candidat·e·s sélectionné·e·s par un jury composé de tous les membres du programme Shakk (voir sur le carnet de recherche du programme Shakk) seront convoqués pour une audition avant fin septembre à Paris. En cas de nécessité, l’audition pourra se faire par visioconférence.
L’allocation doctorale débutera au 1er novembre 2018 pour une durée de 3 ans.

Rémunération : salaire brut : 1768,55 euros / salaire net : 1467,18 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Données liées et données à lier : quels outils pour quels alignements ?

À la suite des ateliers « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils », « Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux » et « Explorer des corpus d’images. L’IA au service du patrimoine », une quatrième demi-journée d’étude a été organisée dans le cadre du programme de recherche CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Dans le même esprit que les trois ateliers précédents, cette matinée d’étude, qui a eu lieu le 10 juillet sur le site François Mitterrand, était l’occasion de présenter plusieurs projets impliquant des alignements de données et menés aussi bien par des acteurs du monde des bibliothèques que du milieu de la recherche.

Six présentations se sont succédées au cours de la matinée avec l’objectif de présenter différentes approches, méthodes et outils pour aligner des ensembles de données, et avec l’ambition d’apporter des pistes de réponses à des questions communes à plusieurs équipes de recherche telles que : comment récupérer ce qui existe pour pouvoir se concentrer sur ce qui fait la valeur ajoutée d’un projet ? Comment s’assurer de l’interopérabilité des bases de données et faire en sorte que ces données puissent être réutilisées et accessibles de manière stable sur le Web ?

Regroupements et alignements de données internes à la BnF. Des outils, des données et des humains.

Présentation par Sébastien Peyrard, Chef du service Ingénierie des métadonnées à la BnF, et Adrien Di Mascio, Responsable du projet data.bnf.fr chez la société de services  LogiLab.

La BnF mène une démarche interne qui consiste à améliorer la structuration de ses données afin de les publier, notamment sur le web de données. Data.bnf.fr est un site internet qui rassemble et expose sur le Web des données issues de différentes bases de la BnF, la plus grande étant celle du catalogue général qui contient les notices d’éditions, de personnes, de thèmes, de lieux géographiques produites par la BnF. Les pages du site data.bnf.fr contiennent des liens vers les données stockées dans les différentes bases de la BnF mais aussi vers des bases extérieures, comme Wikidata ou GeoNames. Dans la page de l’auteur Michel Houellebecq (Fig.1) par exemple, les liens au milieu de la page renvoient vers les œuvres de l’auteur, c’est-à-dire vers les entités qui, selon le modèle FRBR, regroupent chacune plusieurs éditions d’un même objet/ produit intellectuel.

Figure 1 Page de l’auteur Michel Houellebecq dans data.bnf.fr

 

Les pratiques de catalogage de la BnF font que cette notice « œuvre », c’est-à-dire ce chapeau qui regroupe les différentes éditions d’une même « œuvre de l’esprit », n’existe pas systématiquement. Pour donner un ordre de grandeur, environ dix millions d’éditions sont référencées sous forme de notices mais seulement 300 000 notices chapeaux d’œuvres ont été créées. C’est la raison pour laquelle dans plusieurs pages d’auteur de data.bnf.fr, les différentes éditions ne sont pas regroupées sous la même « œuvre » mais elles sont présentées sous forme de liste (Fig.2).

Figure 2 Liste des plusieurs éditions de l’œuvre « La carte et le territoire »

Du point de vue de l’utilisateur, en termes d’ergonomie et de service de recherche, cette présentation sous forme de liste d’objets apparemment identiques, n’est pas très efficace et implique, plus globalement, un problème d’hétérogénéité du site internet (certaines pages présentent les œuvres, d’autres présentent les éditions). Du point de vue de la gestion des métadonnées, le niveau de l’œuvre ne peut pas être exploité à l’heure actuelle en raison de ce biais, c’est-à-dire de l’existence aléatoire de ce niveau de métadonnées. Le niveau des éditions peut être exploité pour étudier la production éditoriale par exemple, mais le niveau de l’œuvre ne peut pas être utilisé pour analyser de manière fiable la production intellectuelle, comme par exemple le nombre d’œuvres produites par auteur au fil des siècles. Afin d’éliminer ou de réduire les biais dus à cette hétérogénéité des données et pour permettre aux agents de la BnF d’avoir plus de contrôle sur les outils inclus dans la chaîne de production de data.bnf.fr, l’outil RobotDonnées a été développé. Cet outil permet de tisser des liens qui manquent entre certaines œuvres et certaines éditions et il permet également de regrouper automatiquement des éditions lorsque la notice d’œuvre n’a jamais été créée. RobotDonnées est issu du projet data.bnf.fr mais a son cycle de développement propre. Il consiste plus concrètement en une plateforme web qui permet de lancer des traitements qui prennent des données en entrée et, selon les paramètres choisis par l’utilisateur, produisent un fichier tabulaire (CSV) en sortie. Une dizaine de traitements peuvent s’enchainer les uns après les autres. Pour rassembler différentes éditions d’une œuvre par exemple, l’outil extrait du catalogue général les notices des documents associés à un auteur, via principalement l’identifiant de l’auteur et le champ titre, et les regroupe dans un fichier tabulaire ; ensuite deux algorithmes de distance ou de regroupement (minhasching et mean shift) permettent de rassembler les titres similaires sous un même chapeau dans un deuxième fichier tabulaire. Sur cette base, des pré-métadonnées de notices d’œuvre peuvent être produites et peuvent ensuite alimenter data.bnf.fr ; un reversement de ces oeuvres dans les données du catalogue général est prévue dans un second temps. L’objectif de la BnF à court terme est de pouvoir reverser un premier corpus de notices d’œuvres dans data.bnf.fr : le corpus d’œuvres textuelles françaises du XXe et du XXIe siècle. La philosophie qui sous-tend ce chantier est d’expérimenter, de tester l’efficacité des traitements en reversant les œuvres dans data.bnf.fr pour ensuite les inclure dans le catalogue général. Data.bnf.fr est donc utilisé comme « bac à sable » pour ce traitement de données complexe et massif. La systématisation du processus de création de métadonnées de niveau d’œuvre devra tenir compte ensuite de la spécificité des diverses typologies de corpus de documents conservés à la BnF : des manuscrits aux documents iconographiques en passant par les documents audiovisuels et multimédia. Comme tout projet en cours, ce chantier suscite plusieurs interrogations parmi lesquelles : sur quels paramètres et dans quelle mesure permettre à l’utilisateur d’intervenir ? Sur quelle unité baser la comparaison de titres par exemple : mot ou n-gramme ? RobotDonnées est un outil avec de nombreuses règles métier. La philosophie sous-jacente est que l’intelligence réside dans les données et les agents experts des données de la BnF connaissent la logique de ces données. Au-delà d’un outil de gestion des données, il devient un outil de connaissance des données, une connaissance non pas basée seulement sur la mémoire mais sur le calcul. En adoptant une approche ni trop fine, ni trop massive, l’outil permet de moduler et d’adapter les traitements selon les besoins et les objectifs de l’utilisateur.

Bibliostratus. STRatégie d’Alignement d’URIs pour la Transition bibliographique.

Présentation par Etienne Cavalié, Adjoint au chef du service Ingénierie des métadonnées à la BnF et membre du groupe Systèmes et Données dans le cadre du programme national Transition bibliographique.

Le programme national Transition bibliographique a pour objectif d’exposer les catalogues des bibliothèques dans le web de données. Comme expliqué dans la première présentation, la BnF, en créant des notices d’œuvres via des calculs, est en train de FRBRiser son catalogue. Dans le cadre de la Transition bibliographique, le groupe Systèmes et Données travaille pour que les autres bibliothèques ne recalculent pas ces notices d’œuvres, mais bénéficient du travail entrepris par la BnF. Ce groupe de travail compte parmi ses membres des agents de la BnF mais aussi des représentants de l’Abes (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur), qui administre le réseau Sudoc du catalogue collectif des bibliothèques de l’enseignement supérieur. L’enjeu pour les bibliothèques de ce réseau est de savoir pour chacun de leurs documents quelle est la notice de la BnF correspondante pour identifier l’œuvre qui sera générée d’ici deux ou trois ans à la BnF et pour ensuite récupérer à la fois la notice elle-même du catalogue BnF et la notice d’œuvre. C’est dans cette perspective qu’a été développé par le groupe Systèmes et Données un logiciel nommé Bibliostratus, suite à une demande du réseau des bibliothèques de Montpellier qui ont sollicité la BnF pour réaligner leur catalogue notamment dans le cadre de la Transition bibliographique. La BnF s’est engagée à accompagner cette bibliothèque pour construire un exemple, définir et documenter une méthodologie et des outils que d’autres bibliothèques pourraient ensuite récupérer. Dans un premier temps la Bibliothèque avait commencé à travailler avec le logiciel existant Open Refine car cet outil permet d’interroger et de traiter en masse des informations, comme un catalogue de bibliothèque, de nettoyer les métadonnées fournies en entrée, de les normaliser, de les restructurer et de les vérifier. Le premier jet de la documentation pour l’utilisation d’Open Refine atteignant vingt-huit pages, cette solution risquait d’être un frein pour l’appropriation de cet outil par d’autres bibliothèques. C’est la raison pour laquelle, en novembre, la Bibliothèque a décidé d’explorer une autre piste : développer un outil similaire mais d’une manière plus standardisée et permettant d’enchainer les étapes pertinentes effectuées de manière successive dans Open Refine. Les étapes et les règles métier identifiées dans l’utilisation d’Open Refine sont donc celles qui ont été inclues ensuite dans le logiciel baptisé Bibliostratus en mars dernier par le groupe Systèmes et Données. Ce logiciel, écrit en Python, est libre et il s’intègre dans un circuit de traitement qui est : « je suis une bibliothèque, j’ai un catalogue, je veux l’aligner avec celui de la BnF ou celui du Sudoc ». Bibliostratus s’articule en différents modules qui peuvent être utilisés séparément. Il permet également d’opérer des alignements indépendamment du format de catalogage : si par exemple l’on souhaite aligner une base de données bibliographique qui n’est pas en format Marc, le logiciel permet de bénéficier juste du module d’alignement sans demander la manipulation du format Marc. Bibliostratus permet en somme la mise en œuvre d’un processus d’alignement qui est une application rigoureuse des règles métier définies par le groupe Systèmes et Données de juin à novembre dernier mais traduites en langage informatique. L’interface présente une fenêtre d’accueil avec quatre modules : le cœur est l’alignement mais des outils d’aide de préparation à l’alignement sont également intégrés car on n’aligne pas de la même manière un document audiovisuel, un périodique ou une monographie. Le module d’alignement bibliographique permet, une fois récupérée pour chacune des notices la liste des identifiants BnF et Sudoc, de récupérer l’intégralité des notices correspondant à ces identifiants. Actuellement en entrée quatre règles d’alignement sont applicables : une pour le texte imprimé, une pour les vidéos, une pour les enregistrements sonores et une pour les périodiques. Via les identifiants, il est possible non seulement d’aligner des notices avec celles de la BnF mais aussi à celles du Sudoc. Bibliostratus donne la possibilité de générer un fichier séparé pour les notices sans alignements ou avec plusieurs alignements afin de pouvoir les vérifier à la main.

Figure 3 Fichier tabulaire contenant les résultats d’un exemple d’alignement

Le système est tributaire évidemment des données en entrée mais grâce à l’explicitation de la méthode utilisée pour chaque alignement, il est possible d’effectuer une relecture et un contrôle manuel pour valider chacun des alignements. Le logiciel a été testé depuis janvier dernier, le groupe Systèmes et Données s’en est emparé progressivement et a commencé à injecter des identifiants BnF dans son catalogue mais d’autres cas d’utilisation se sont avérés pertinents : pour récupérer des notices ou des identifiants de la BnF pour des statistiques par exemple ou pour identifier et supprimer des doublons de notices. Dans la mesure où le module d’alignement se contente de faire une recherche systématique dans le catalogue par ligne, on peut envisager de mettre ce qu’on veut dans le fichier en entrée, on peut envisager donc plusieurs cas d’usage selon les besoins, sachant que ce logiciel se contente de lancer la requête et de fournir les résultats. Le code source de Bibliostratus est disponible et récupérable en ligne sur Github mais, comme il a été conçu dans le cadre de la Transition bibliographique, la BnF ne s’est pas engagée dans la maintenance de l’outil une fois la transition achevée. D’autres communautés sont toutefois libres de s’emparer de l’outil, d’y apporter des extensions, de développer d’autres fonctionnalités et de le maintenir à plus long terme.

Le projet ANR ELKER. Enhancing Link Keys: Extraction and Reasoning.

Présentation par Manuel Atencia et Jérôme David, enseignants-chercheurs à l’Université Grenoble Alpes, Inria, CNRS, Grenoble INP, LIG.

ELKER est un acronyme anglais qui signifie Enhancing Link Keys: Extraction and Reasoning (Améliorer les clés de liage : extraction et raisonnement). Ce projet, accepté dans le cadre de l’ANR Société de l’information et de la communication, a une durée de quatre ans (octobre 2017-octobre 2021). Trois laboratoires sont impliqués : LIG (Laboratoire Informatique de Grénoble), LIASD (Laboratoire d’Informatique Avancée de Saint-Denis) de l’Université Paris 8 et Inria Nancy. Le projet porte essentiellement sur le problème de liage de données dans le contexte du web de données. Ce problème peut être résumé de la manière suivante : étant donné deux jeux de données RDF, trouver des paires de ressources qui identifient la même entité. Ce problème demande de relever notamment les défis du passage à l’échelle (quantité importante de données), de l’hétérogénéité des descriptions des données (utilisation d’ontologies ou vocabulaires différents) et de la qualité des données (erreurs). Par exemple, on pourrait vouloir savoir si une URI de l’Insee (qui ressemble des données géographiques et sur l’administration française) et une URI de GeoNames (qui ressemble des données géographiques avec une portée mondiale) représentent la même commune, donc la même entité, afin de pouvoir les lier (Fig.4).

Figure 4 Exemple de correspondance entre la ressource de la commune « Bully » dans le jeu de données géographiques de l’Insee et dans GeoNames

Pour aborder cette problématique de liage de données, deux types d’approches existent : les méthodes symboliques (relevant de l’intelligence artificielle « ancienne », basées sur le raisonnement logique) et les méthodes numériques (relevant de l’intelligence artificielle moderne, basées sur l’agrégation de valeurs de similarité entre les valeurs de propriétés pertinentes). L’approche adoptée dans le cadre du projet ELKER relève de la première méthode car, pour résoudre ce problème de liage de données, la proposition du projet est d’utiliser des clés de liage (link keys). Une clé de liage est une généralisation de la notion de clé propre aux bases de données rationnelles aux cas de jeux des données RDF différents. Une clé de liage peut être exprimée sous la forme d’une action logique, elle est constituée par un ensemble de paires de propriétés et une paire de classe. Par exemple, pour définir si un livre décrit dans un jeu de données exprimé en français (Livre) est le même décrit dans un jeu de données en anglais (Book), on peut comparer les valeurs des paires auteur et creator et les valeurs des paires titre et title. Si une instance de la classe Livre a les mêmes valeurs pour les propriétés auteur et titre qu’une instance de la classe Book a pour les propriétés creator et title, alors elles désignent la même entité.

Figure 5 Exemple de clé de liage

L’approche adoptée dans le cadre du projet ELKER prévoit deux phases distinctes : l’extraction automatique de clés de liage et le raisonnement avec les clés de liage pour l’inférence de liens. La première phase consiste à extraire de manière automatique à partir jeux de données RDF des clés de liage candidates et, en définissant les mesures de qualité, sélectionner parmi ces clés de liage candidates les meilleures. Pour découvrir ces clés de liage candidates les techniques à l’œuvre relèvent de l’analyse formelle de concepts. Dans la deuxième phase, comme une clé de liage peut être exprimée sous la forme d’une action logique, il est possible de combiner les clés de liage avec les ontologies pour inférer des liens et d’autres clés de liage. À partir de déclarations de type OWL il est donc possible d’inférer des clés de liage à partir des clés de liage découvertes par un outil d’extraction automatique et finalement inférer des liens à partir des clés de liage.

Figure 6 Exemple de raisonnement avec clés de liage

Concernant la première phase, l’extraction de clés de liage candidates, plusieurs tests ont été réalisés et sont en cours. L’un des enjeux majeurs consiste à pouvoir classer et trier le grand nombre des clés candidates extraites et à conserver la posture généraliste du projet qui exige de ne pas rentrer dans la spécificité des données mais de proposer une solution pour le liage de tout jeu de données.

Sur des approches d’alignement semi-automatique.

Présentation par Antoine Isaac, R&D Manager chez Europeana.

Dans la cadre d’un projet lié à Europeana, une expérimentation a été menée avec l’objectif de connecter les vocabulaires propres à plusieurs institutions participant à Europeana à un vocabulaire spécifique, en utilisant Cultuurlink, un outil d’alignement semi-automatique. Europeana est un agrégateur de métadonnées liées à quelques dizaines de millions d’objets appartenant à environ 3500 institutions culturelles européennes. En raison de la création et de l’utilisation de différents vocabulaires et référentiels par les nombreuses institutions, Europeana comme d’autres agrégateurs fait face à la problématique d’une considérable hétérogénéité des données. Europeana envisage de créer plus d’alignements entre référentiels de manière automatique ou semi-automatique pour mieux gérer ces données hétéroclites et pour améliorer la recherche dans les différentes collections. Dans le cadre du projet Europeana Sounds, dont l’objectif était d’ajouter des sons et des musiques dans Europeana tout en améliorant les métadonnées issues des différentes organisations, l’outil Cultuurlink a été expérimenté pour aligner et enrichir les métadonnées provenant des institutions avec le vocabulaire spécifique aux instruments de musique MIMO. Ce vocabulaire, développé pour décrire des instruments de musique dans le milieu muséal, a une très bonne couverture du domaine des instruments de musique, il est ouvert, il est multilingue et il a donc été choisi pour son potentiel d’établir des correspondances entre collections. Cultuurlink est un outil d’alignement semi-automatique, il n’est pas libre mais il est librement utilisable en ligne. Ayant identifié le vocabulaire Mimo et l’outil Cultuurlink, Europeana a demandé aux participants au projet Europeana Sounds d’expérimenter les deux. Quatre acteurs étaient particulièrement intéressés à cette expérimentation : la British Library, deux centres de recherche français (CREM – Centre de Recherche en Ethnomusicologie et MMSH – Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme) et le NISV (Netherlands Institute of Sound and Vision). Pour chaque collection, dans un premier temps chaque métadonnée a été scrutée afin de reconstituer les vocabulaires des quatre participants. Ensuite, Cultuurlink a été utilisé par les différents participants pour effectuer les alignements vers MIMO et enrichir les données initiales. Enfin les résultats ont été évalués.

Figure 7 Exemple d’utilisation de Cultuurlink

Ce que l’expérimentation a prouvé est que 50% des correspondances ont été alignées de manière automatique. L’utilisateur peut regarder chacune des correspondances et la valider ou l’invalider. L’outil permet à l’utilisateur de procéder par étapes, de construire une stratégie d’alignement et de garder le contrôle sur les résultats. L’expérimentation a donc démontré l’intérêt de l’approche en termes d’enrichissement et d’accessibilité des données. Elle a confirmé les difficultés liées à la polysémie, la nécessité du contrôle humain et de l’expertise dans le domaine de la connaissance concerné ainsi que la robustesse du vocabulaire MIMO, même si des marges de progrès en termes de couverture seraient possibles.

REDEN : Résolution et désambiguïsation d’entités nommées pour l’enrichissement des corpus textuels.

Présentation par Carmen Brando, ingénieure de recherche en sciences de l’information géographique et en humanités numériques, EHESS.

Comment lier des données textuelles, qui, à la différence des données dans le web de données, ne sont pas structurées ? Dans un contexte d’édition numérique il est intéressant de pouvoir faire des annotations, c’est-à-dire de déclarer dans un texte qu’un segment de ce texte est un lieu par exemple, que ce segment fait référence non pas à un lieu quelconque mais à un lieu précis tel qu’il est décrit dans une base de données déterminée. Des enjeux majeurs de l’édition numérique consistent donc à repérer les références (c’est-à-dire des entités nommées telles que des lieux, des personnes, des institutions, des événements historiques, …) dans un texte, les identifier de manière unique, les lier à la connaissance externe afin d’enrichir le texte et de proposer des modalités de lecture plus riches ou complémentaires. Le développement de l’outil REDEN, initié en 2015, a été entrepris pour répondre au besoin de plusieurs chercheurs en littérature française travaillant au Labex OBVIL (Observatoire de la vie littéraire) d’enrichir leurs éditions numériques encodées en XML/ TEI. L’encodage d’entités nommées dans une édition numérique en XML/ TEI consiste à faire rentrer un segment de texte faisant référence à une entité nommée dans la balise pertinente prédéfinie dans la norme TEI : par exemple <persName> pour les personnes et <placeName> pour les lieux. Pour lier ces connaissances à des connaissances externes, il est possible de rajouter à la balise en question l’attribut ref qui permet de faire référence à des ressources sur le Web. L’annotation d’entités nommées peut être effectuée en encodant manuellement le texte mais peut se faire aussi de manière automatique ou semi-automatique. L’algorithme REDEN n’intervient pas dans la phase d’identification des entités nommés dans le texte ni dans la phase de classification du type d’entité nommée mais il intervient dans la phase de résolution, c’est-à-dire au moment du liage du segment de texte à l’identifiant de la ressource accessible sur le Web. L’approche de REDEN est une approche fondée d’un point de vue informatique sur les graphes et sur le fonctionnement du web de données. REDEN peut être utilisé pour tout jeu de données RDF à condition que les données puissent être interrogées via un Sparql Endpoint. L’algorithme REDEN est constitué de plusieurs phases :

  • Constitution d’un index par type d’entité contenant les formes de surface de toute entité dans la base de connaissance y compris son URI (identifiant unique) ;
  • Pour chaque mention dans un contexte donné du texte, par exemple dans un paragraphe ou dans une phrase, et un type d’entité nommée à la fois, REDEN effectue deux opérations :

(1) Identification des candidats et récupération des données RDF des candidats à partir des données liées ;

(2) Fusion de graphes et élagage, suivi par le calcul de centralité par mention, et choix du candidat ayant le score le plus élevé.

Figure 8 Exemple de fonctionnement de l’algorithme

Un outil démonstrateur utilisant REDEN est disponible en ligne. Il permet, à partir d’un texte balisé en XML/ TEI, de sélectionner le type d’entité nommée (lieu, personne, institution, etc.) pour lequel on souhaite trouver et lier des ressources sur le Web et de télécharger le texte enrichi des liens signalés via l’attribut ref_auto. Une fonctionnalité de visualisation est aussi mise à disposition : l’outil récupère les coordonnées géographiques des ressources identifiées à partir du texte et les montre sur une carte.

Figure 9 Exemple de lecture « géographique » d’un passage de « Le passant de Prague » de Guillaume Apollinaire

Actuellement, une collaboration avec le laboratoire Lattice et l’Université de Tunis prévoit l’intégration en amont avec l’outil de reconnaissance d’entités nommées SEM fondé sur l’apprentissage automatique (CRF) et Wikidata. Parmi les autres travaux en cours : la réflexion autour de la mise à disposition en ligne de données géo-historiques et la proposition de l’outil par des institutions patrimoniales comme service à la recherche. REDEN est un outil open source. Le code est disponible sur Github.

Le projet ANR Foucault Fiches de Lecture.

Présentation par Laurent Dartigues et Vincent Ventresque, respectivement chargé de recherche et ingénieur d’étude au laboratoire TRIANGLE (UMR 5206), ENS Lyon.

Foucault Fiches de Lecture (FFL) est un projet scientifique qui a pour objectif d’explorer, de mettre à disposition en ligne et de donner à lire de manière enrichie un vaste ensemble de fiches de lecture de Michel Foucault conservées au département des Manuscrits de la BnF. Ce projet a été initié en octobre 2017, il a une durée prévue de trois ans, il est réalisé en partenariat avec la BnF et il participe en tant qu’équipe test du projet Corpus pour l’année 2018. Il porte sur un corpus issu des archives de Foucault conservées à la BnF et constitué de plusieurs milliers de feuillets qui forment une collection de citations et de références bibliographiques, organisées et commentées par Foucault pour la rédaction de ses ouvrages ou la préparation de ses cours. Cet ensemble considérable en termes de volumétrie et de richesse d’informations, en étant fondé sur des références, se prête particulièrement à une exploration « hypertextuelle » du parcours de lecture, de travail, de la pensée de Foucault, et demande le tissage de liens entre les citations ou les références et les auteurs ou les ouvrages concernés. Dans cette perspective, le projet se propose non seulement d’analyser le corpus des fiches de lecture mais également de développer une plateforme qui permettrait à un chercheur de consulter environ 11 000 fiches numérisées, de les annoter, de bénéficier des annotations des autres utilisateurs et de faire une lecture enrichie du corpus grâce au tissage de liens vers des ressources externes et à des visualisations de données.

Figure 10 Exemple de fiche de lecture présenté dans l’interface du prototype de plateforme en cours de développement dans le cadre du projet

La plateforme est en train d’être développée dans une logique de gain de temps et d’attention à la qualité des données grâce notamment à l’utilisation de référentiels, autorités et de l’autocomplétion. Par exemple, lorsqu’un ouvrage est mentionné dans une fiche, l’utilisateur a la possibilité de sélectionner la référence correspondante précédemment rentrée dans la base de données du projet et liée à la ressource correspondante dans data.bnf.fr ou bien de rajouter la référence de l’ouvrage dans la base de données et de récupérer les informations bibliographiques associées à cet ouvrage en effectuant l’alignement vers l’URI correspondant dans data.bnf.fr. Le modèle de données sous-jacent est basé sur le principe de l’annotation pour permettre de mutualiser certains contenus (l’utilisateur décide pour chaque contenu ajouté s’il est privé, restreint ou public) tout en fournissant un espace de travail pour chaque utilisateur.

Figure 11 Modèle de données simplifié

Les avancements du projet sont reportés sur le carnet de recherche du projet.

Conclusion

Dans un contexte d’accroissement des volumétries des données et de réduction des temps d’analyse et de traitement, les institutions patrimoniales comme les équipes de recherche reconnaissent le besoin d’une complémentarité croissante entre humains et systèmes automatiques. Les présentations qui se sont succédé au fil de la matinée rappellent que l’automatisme complet présente à l’heure actuelle de nombreuses limites. Des approches semi-automatiques, en s’appuyant de manière hybride sur les atouts des humains comme sur les atouts des machines, semblent en revanche donner des résultats prometteurs. Notamment dans le processus d’alignement de données, le contrôle et la validation humaine sont des aspects fondamentaux pour la garantie de la qualité des données et pour l’instauration de la confiance. Si les projets de recherche qui se focalisent sur des questions qui relèvent de l’informatique, comme REDEN ou ELKER, visent à développer des solutions généralistes, respectivement pour tout texte et pour tout jeu de données, la Bibliothèque et les projets de recherche en SHS notamment sont confrontés à la fois à la nécessité de l’automatisation et à la prise en compte des spécificités des données qu’ils traitent. C’est pourtant précisément cette tension entre la posture technique transverse et l’approche centrée sur les particularités d’un domaine qui peut s’avérer extrêmement fructueuse.

Exposition : Dans le Secret des œuvres d’art, musée Fabre (24/03-2/09/2018)

Depuis le 23 mars, le musée Fabre de Montpellier propose aux visiteurs une plongée dans l’exposition Dans le Secret des œuvres d’art qui présente cinq focus sur cinq « cas » d’œuvres ayant réagi à leur milieu (contraction ou rétraction, et parfois détérioration) : peinture sur bois, sur toile, dessins sur papier, sculpture en bronze et toile en matériaux contemporains, dont l’étude et la restauration se sont avérées complexes et passionnantes. Les propriétés des matériaux, les techniques de création, les nécessités en termes de conservation et de restauration, tous ces aspects fascinants sont révélés au public, proposant un discours à la croisée de l’histoire, de la science, de l’artisanat et de l’art.

Toile de Claude Viallat

Claude Viallat est l’un des artistes vivants majeurs représenté dans les collections du musée Fabre.

Membre fondateur du groupe Supports/Surfaces, il est présent dans les collections du musée depuis 1982 avec l’achat d’une grande toile auprès d’Amnesty International. Le fonds a dès lors été complété par des achats et des dons de l’artiste, dans l’objectif de retracer la carrière de Claude Viallat et de compléter l’ensemble spécifique au mouvement Supports/Surfaces.

Il constitue aujourd’hui un fonds de référence avec ceux du Musée national d’art moderne et du musée d’art moderne de Saint-Étienne.

En 2015, la collection a été enrichie d’un don d’une vingtaine d’œuvres. La complexité des matériaux éclectiques et industriels choisis par l’artiste ont généré des dégradations pouvant mettre en péril l’intégrité de certaines d’entre elles. Les matériaux recensés dans ces œuvres témoignent d’une variété posant des problèmes de conservation pérenne : bande de plâtre teinte, cercle de bois, cercle de barrique, corde teintée, nappe et tissu imprimés, tente militaire, poulie.

Dans l’exposition, une œuvre de format monumental peinte recto/verso et souffrant d’un processus de perte de matière évolutif est présentée : Sans titre (1993), soit une toile composée de deux toiles de store brun-rouge peintes à la peinture acrylique industrielle au recto et au verso, mesurant 355 x 368 cm. Une étude approfondie a été réalisée par le restaurateur afin de trouver la méthodologie la plus adaptée pour résoudre une problématique bien précise : la perte d’adhérence de la couche picturale.

La toile monumentale de Claude Viallat a été restaurée en collaboration avec le Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP) de Marseille.

Rôle de la BnF

Dans le cadre d’une convention avec le Centre interdisciplinaire de conservation et restauration du patrimoine (CICRP) de Marseille, le laboratoire scientifique de la BnF a permis la réalisation de tests mécaniques préalables au choix de la méthode de restauration de la toile.

Réunion avec Claude Viallat au CICRP, 12/2016. Copyright : Carole Husson

Une batterie de test de vieillissement artificiel ainsi que de traction a été réalisée sur des éprouvettes reprenant des matériaux proches de ceux utilisés par l’artiste, récupérés auprès de fabricants marseillais de stores. Ces tests ont pour objectif d’anticiper le vieillissement futur de matériaux contemporains dont on ignore le devenir. L’objectif poursuivi consistait à choisir un adhésif adapté à la peinture acrylique et à la toile de store non préparée au départ par le peintre, sachant que la toile subit des tensions et tractions en raison de sa présentation en suspension dans l’espace (sans cadre, ni support ni marouflage), de sorte à en apprécier les deux faces. Bien entendu, l’adhésif choisi doit respecter les règles de la conservation préventive : être performant, stable dans le temps et réversible.

Quatre adhésifs ont fait l’objet d’analyses de vieillissement et de traction en laboratoire avant des essais sur une partie de l’œuvre avec l’adhésif retenu. Les adhésifs devaient être compatibles avec l’acrylique, éviter le risque d’infiltration pour ne pas dégrader ni le support ni la peinture, garantir une certaine adhérence et une résistance mécanique à la tractions. Pour ce faire, Eleonora Pellizzi1, du laboratoire scientifique de la BnF, et Alain Colombini, ingénieur au CICRP, ont suspendu des éprouvettes encollées et lestées. Les éprouvettes ont fait l’objet d’étirement, bloquées dans les mâchoires d’un dynamomètre. Ces essais de tractions mécanique étaient focalisés sur deux paramètres significatifs : le module de tractions ou d’élasticité (module de Young) et l’allongement au maximum. Ils visaient à comparer les propriétés mécaniques des consolidants testés.

Eprouvettes étirées, bloquées dans les mâchoires du dynamomètre de la BnF.

Les analyses physico-chimiques menées sur les éprouvettes avant et après traitement de vieillissement artificiel ainsi qu’avant et après les essais mécaniques ont permis de constater l’absence de variation significative imputable à la thermo-oxydation et aux changements physiques (tractions / relâchements).

Au final, l’adhésif retenu qui correspond le plus aux critères définis (élasticité, vieillissement, etc.) est la colle d’esturgeon.

Après les analyses menées à la BnF, le CICRP a pu mettre en œuvre un protocole de restauration appliqué par une conservatrice-restauratrice spécialisée dans les problématiques du textile.

L’exposition du musée Fabre vise à montrer au public les résultats de ces tests et d’expliquer le processus de dégradation comme de restauration des œuvres.

Pour en savoir plus

    • Présentation de l’exposition
    • Dossier pédagogique Dans le secret des oeuvres d’art
    • Livret de visite à destination des familles, Dans l’œil du restaurateur
    • Colodiet, Stanislas ; Colombin, Alain ; Husson, Carole, « Une toile monumentale de Claude Viallat : restaurer Suppotrs/surfaces » in Dans le secret des oeuvres d’art : campagnes de restauration au Musée Fabre : [exposition, Musée Fabre de Montpellier Méditerranée métropole, 24 mars-2 septembre 2018], Gand : Snoeck ; Montpellier : Musée Fabre, 2018, p. 83-95.
  1. Chargée d’études et de recherche en physique-chimie au laboratoire scientifique de la BnF, Bussy-Saint-Georges []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Mademoiselle Guimard, danseuse de l’Opéra sous l’Ancien Régime

Dans le cadre de l’opération « Dans les collections de la BnF », la Bibliothèque nationale de France poursuit son partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Tours. Intitulée Mademoiselle Guimard, danseuse de l’Opéra sous l’Ancien Régime, une nouvelle exposition est proposée. Elle s’articule autour du buste de celle qui porta aux plus hautes sphères le ballet anacréontique. Ce buste, sculpté par Gaëtan Merchi en 1779, sera entouré par une série de maquettes de costumes de Louis-René Boquet mettant en scène « la Terpsichore du XVIIIe siècle ».
Gaëtan Merchi, Buste de la Guimard, 1779, marbre blanc, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, MUS.143m

Dans les collections de la BnF

Chaque année, dans quatre ou cinq établissements patrimoniaux en région, la BnF présente un « trésor » ou une sélection d’œuvres de ses collections, faisant ainsi partager à un plus large public ses richesses patrimoniales. Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec les collections locales, le programme « Dans les collections de la BnF » vise à développer de véritables partenariats avec d’autres institutions, dans les domaines scientifiques et pédagogiques.
À Tours, le buste de Mademoiselle Guimard et les maquettes de ses costumes s’inscrivent parfaitement dans les collections du musée des Beaux-Arts qui conserve une très belle collection d’art du XVIIIe siècle. Cette exposition permet à la BnF non seulement de mettre en lumière ses collections mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur la bibliothèque numérique Gallica.
Depuis plusieurs siècles, la BnF collecte et préserve le patrimoine écrit et artistique de la France. Ses collections, d’une richesse exceptionnelle et d’une grande diversité, couvrent tous les champs du savoir et du patrimoine artistique : manuscrits richement enluminés, mais aussi photographies et estampes, cartes et plans, monnaies et médailles, chefs-d’œuvre de l’Antiquité, livres précieux,
trésors audiovisuels, costumes, partitions…
Sur son site historique de la rue de Richelieu à Paris, la BnF ouvrira en 2021 un musée pour présenter une anthologie de ses richesses patrimoniales, qui sont aussi celles de la Nation. L’opération « Dans les collections de la BnF » permet d’ores et déjà de faire connaître ces collections à un large public en région.

Marie-Madeleine Guimard (1743-1816)

Les qualificatifs pour désigner Marie-Madeleine Guimard ne manquent pas dans les chroniques de son temps et des années qui suivent. Qu’ils soient empreints d’admiration comme « l’aimable Terpsichore » ou au contraire teintés d’une certaine malice, tel que « le squelette des Grâces », ils démontrent surtout la place incontournable qu’occupe la danseuse dans le monde de l’Opéra au XVIIIe siècle.
Née en 1743 à Paris d’une union illégitime, elle commence sa carrière de danseuse en 1758 lorsqu’elle entre dans le corps de ballet de la Comédie-Française. Elle le quitte dès 1761 pour intégrer l’Opéra de Paris où, selon les mots de Noverre, maître de ballet à l’Académie royale de musique, elle « fixe les applaudissements du public depuis son début jusqu’à sa retraite ». Remarquée une première fois lorsqu’elle remplace en mai 1762 Allard et interprète le rôle de Terpsichore dans le prologue du ballet de Collin de Blamont, Les Festes grecques et romaines, sa réputation ne cesse de croître et elle obtient rapidement le plus haut statut de première danseuse. Se produisant pour les plus grands maîtres de son temps (Noverre, mais aussi Vestris ou Gardel), elle incarne des rôles nobles avant de se tourner vers le genre de demi-caractère, s’illustrant notamment dans Les Caprices de Galathée (1776), La Chercheuse d’esprit (1778) ou encore La Fête de Mirza (1781).
Ce succès, Mademoiselle Guimard ne le doit certainement pas à sa beauté. Les observateurs s’accordent pour souligner qu’elle n’a jamais été « ni belle, ni même jolie ». Sa maigreur lui attire les sarcasmes de ses rivales telle Arnould, et certains pamphlets volontairement outranciers la dépeignent comme ayant « la cuisse flasque ». Pourtant, elle parvient à séduire le public par sa tournure incomparable et son ton exquis, occupant les devants de la scène pendant près de trente ans. Élève des trois Grâces selon ses admirateurs, elle inspire les poètes qui lui dédient des vers sur l’art de la danse-pantomime dans laquelle elle excelle, et porte aux plus hautes sphères le ballet anacréontique.
Fig.1 : Marie-Madeleine Guimard dans Le Premier Navigateur, ballet de Gardel, lithographie, BnF, département de la Musique, Est. Guimard 002
En 1785, alors qu’elle a déjà atteint un âge respectable pour sa profession et qu’elle paraît dans le ballet Le Premier Navigateur (fig.1), un critique exhorte encore ses lecteurs à contempler la Guimard pour puiser, « dans ses moindres mouvements, le goût sans lequel rien ne peut être agréable ». La danse n’est pour autant pas l’unique raison qui contribue à la notoriété de la première danseuse. Sa vie galante a nourri dès ses débuts les gazettes en tous genres. Choisissant ses amants parmi la haute société (le prince de Soubise, les évêques d’Orléans et de Cambrai ou le fermier-général de La Borde pour ne citer qu’eux), elle s’assure ainsi de confortables revenus qui lui permettent de mener un train de vie remarquable. Elle se fait construire deux hôtels particuliers à Pantin et à la Chaussée-d’Antin (ce dernier appelé « le Temple de Terpsichore », fig. 2) dans lesquels elle organise de fastueux bals, opéras et autres spectacles auxquels accourt le Tout-Paris. Malgré ces soutiens et les larges traitements qu’elle parvient à obtenir de l’Opéra, elle fait faillite et se voit obligée de vendre à la loterie son « Temple » en 1786.
Fig. 2 : Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806), maison de Mademoiselle Guimard, rue de la Chaussée-d’Antin, lavis à l’encre brune, mine de plomb sur papier, BnF, département des Estampes et de la photographie, Rés. Fol-VE-53(F)
Elle fait ses adieux à la scène à Londres en 1789 et abandonne dans le même temps la vie libertine en se mariant à Despréaux la même année. Elle s’éteint dans l’anonymat en 1816.

Le buste de la Guimard et les maquettes de costumes de Boquet

La Guimard n’utilise pas les largesses dont elle bénéficie pour son seul plaisir mais sait se montrer généreuse envers les artistes qu’elle fréquente.
Parmi ceux-ci, le plus célèbre est probablement Fragonard. D’autres,
à la postérité moins affirmée, ont également su s’attirer les bonnes grâces de la danseuse comme Gaëtan Merchi.
Ce sculpteur, né à Brescia (Italie) en 1747, s’installe à Paris en 1777 et rencontre la Guimard, alors au sommet de sa gloire, qui lui commande un buste en 1779.
En marbre blanc, il parvient à rendre à la première danseuse toute la volupté et la sensualité qui font alors sa réputation au XVIIIe siècle. Possédé par Nivelon, danseur qu’elle côtoie en 1784 et qui aurait compté parmi ses amants, il le lègue à l’Opéra de Paris en 1838, alors situé rue Le Peletier. Le buste est placé dans le foyer de la danse, dominant ainsi l’ensemble des danseurs, figurants et autres
habitués qui viennent s’y installer. Il entre dans les collections de la Bibliothèque nationale en 1935, date à laquelle lui est rattachée la Bibliothèque-musée de l’Opéra (cat. 1).
Le goût de Mademoiselle Guimard pour les beaux atours participe de sa réputation. Elle s’entoure ainsi des meilleurs costumiers pour l’habiller. Les costumes dessinés par Boquet (entré au service de l’Opéra en 1758-59) pour la « moderne Terpsichore » permettent de mieux saisir la grâce et la distinction qui ont fait sa renommée (cat. 2-7).
Sylvie, 1765, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VI-2

Liste des oeuvres exposées

  1. Gaëtan Merchi, Buste de la Guimard, 1779, marbre blanc, H : 73 cm ; L : 50 cm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, MUS.143m
    Six maquettes de costumes de Louis-René Boquet (1717-1814)
  2. Caractère de la folyie, Prologue, 1762, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier, 231 x 157 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 V-49
  3. Les Festes liriques, 1766, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier, 236 x 155 mm. BnF, Bibliothèque-musée de  l’Opéra, D216 VII
  4. Sylvie, 1765, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 270 x 359 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VI-2
  5. Le Carnaval du Parnasse, 1767, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 234 x 149 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 VII-53
  6. Azollan, 1774, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 251 x 181 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-5
  7. Ismene, 1770, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, 212 x 167 mm. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 V-5
Azollan, 1774, aquarelle, lavis gris, mine de plomb et encre sur papier plume et aquarelle, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-5

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Projets BnF lauréats du sixième appel à manifestation d’intérêt Biblissima

L’Equipex Biblissima a déjà lancé six appels à manifestation d’intérêt pour des opérations conjointes de recherche, de documentation, de numérisation portant sur des collections historiques de manuscrits et d’imprimés anciens. Les résultats du sixième appel à manifestation d’intérêt, clos le 31 janvier 2018, ont été rendus publics au mois de juin. Parmi les lauréats sélectionnés par le Comité de direction de l’Equipex, deux projets impliquent la Bibliothèque nationale de France.

Après examen par le Conseil scientifique des dossiers de candidature reçus en réponse au sixième appel à manifestation d’intérêt Biblissima, le Comité de direction de Biblissima a retenu cinq projets à financer en 2018. Parmi ceux-ci, deux comptent le département des Manuscrits de la BnF parmi leurs partenaires.

La bibliothèque de Mazarin en ligne

Établissement porteur

Bibliothèque Mazarine

Partenaire(s)

  • Centre Jean Mabillon (ENC)
  • Pôle Document numérique, Maison de la recherche en sciences humaines (Caen)
  • Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits

Lauréat en 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018.

Présentation du projet

Le projet consiste à éditer en ligne les sources catalographiques de la bibliothèque de Mazarin (1602-1661), la plus importante collection personnelle du premier âge classique. Le cœur du projet est constitué par l’inventaire de la bibliothèque dressé en 1661, dans les semaines qui ont suivi la mort de Mazarin (environ 27 000 livres imprimés et un peu plus de 2 000 manuscrits), dont l’édition se fera en TEI.

Le projet correspond à plusieurs ambitions complémentaires :

  • diffusion en ligne de l’inventaire d’une grande collection historique afin de développer l’analyse de sa constitution, de son économie, de ses usages, de ses impacts culturels et politiques ; à ce titre, le rôle de Mazarin dans la diplomatie européenne, le volume exceptionnel de sa bibliothèque et la manière dont elle a modélisé l’idéologie documentaire à l’époque moderne, font que la divulgation des données du projet permettra des investigations dans divers domaines: histoire de la documentation politique, du collectionnisme et des pratiques bibliophiliques, de la transmission des textes, des savoirs et des modèles culturels dans l’Europe moderne.
  • identification précise des livres et manuscrits provenant de Mazarin (circonstances d’acquisition, usages, gestion dans l’espace de la bibliothèque, transmission, localisation actuelle).
  • mise en œuvre d’un modèle de reconstitution de bibliothèque ancienne qui soit articulé avec les outils actuels de signalement des manuscrits ou imprimés anciens.

Le périmètre historique et documentaire du projet est resserré autour de la bibliothèque personnelle de Mazarin (de 1643, date de sa constitution, à 1668, date de l’échange pratiqué avec la bibliothèque royale sept ans après la mort de Mazarin).

La bibliothèque du cardinal de Richelieu

Établissement porteur

Bibliothèque Mazarine

Partenaire(s)

  • Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS)
  • Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits
  • Centre Jean Mabillon (ENC)

Lauréat en : 2016, 2018

Présentation du projet

Le cardinal de Richelieu (1585-1642) a passé sa vie à rassembler des livres, manuscrits et imprimés, dont il a fait la première bibliothèque « d’homme d’État » du XVIIe siècle : une réalisation (1300 manuscrits, 6150 imprimés) qui fut imitée et largement dépassée, sur le plan quantitatif, par Mazarin (sans doute 50 000 volumes dans sa 1re bibliothèque en 1650 ; 2400 manuscrits et 26 500 imprimés dans sa seconde en 1661) puis par Colbert (7600 manuscrits, 22 000 imprimés).

Le projet, bien que né presque au même moment que celui sur « la bibliothèque de Mazarin en ligne » est présenté à Biblissima seulement aujourd’hui : il répond aux mêmes principes et bénéficie de son expérience technique. Il consiste en la reconstitution virtuelle de la collection, avec identification des ouvrages et renvoi vers les numérisations quand elles existent. Il passe par l’édition électronique des inventaires anciens, déjà numérisés, qui sont répartis entre la Bibliothèque Mazarine et la BnF. Le protocole d’édition retenu (XML TEI) est le même que pour Mazarin. L’intégration des livres de Richelieu aux entreprises de bibliothèques en ligne permettra de leur apporter ce qui fut le socle des grandes bibliothèques de l’âge classique.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Transformations et circulation des légendes de Hachiman : rouleaux peints, mythes et sociétés locales. Autour du Rouleau de Hachiman, conservé à la Bibliothèque nationale de France »

Dans le cadre d’un atelier de recherche organisé par le Programme de recherche international destiné à renforcer les échanges intellectuels de l’Université de Nagoya et le Projet Manuscrits à peintures dans les collections publiques françaises du Centre d’Etudes Japonaises (Inalco), une séance est organisée sur le rouleau du sanctuaire de Hachiman. 

L’impératrice Jingû Kôgo 神功皇后 soumet l’envahisseur coréen avec l’aide du dieu Sumiyoshi Myôjin 住吉明神 (sc. 1-7), 1650-1700, BnF.

Argument

Les rouleaux illustrés des Origines karmiques du bodhisattva Hachiman ont été créés du XIVe au XIXe siècle au Japon. Ils relatent comment l’impératrice Jingû Kôgo 神功皇后 soumit l’envahisseur coréen avec l’aide du dieu Sumiyoshi Myôjin 住吉明神; puis les prodiges liés à la fondation des temples consacrés à Hachiman.

Le rouleau Hachiman no honji emaki = 八幡の本地絵巻 / Asakura Jûken = [朝倉重賢]写, de la BnF, numérisé, est consultable dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF :

Programme

  • Turning Points in the History of illuminated Hachiman Engi scrolls : conférence de Mélanie Trede (Université de Heidelberg). Mélanie Trede1 présentera la période-clé de l’élaboration de ces magnifiques rouleaux, dont la réalisation s’accélère à partir du XIVe s.

Informations pratiques

La séance se déroulera en anglais
10h-18h
Galerie Colbert, Salle Benjamin
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris
Entrée libre dans la limite des place disponibles

Pour toute demande contacter estelle.bauer@inalco.fr

  1. Cf. sa page personnelle, url : <https://www.zo.uni-heidelberg.de/iko/institute/staff/trede/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LabEx CAP : Appel à candidatures : six à huit contrats post-doctoraux ouverts au concours 2019

Le Laboratoire d’excellence « Création, Arts, Patrimoines » (Labex CAP), annonce le recrutement par voie de concours de six à huit chercheuses / chercheurs de niveau post-doctoral pour une période d’un an, éventuellement renouvelable une fois.

L’hypothèse méthodologique du Labex CAP consiste à rapprocher, par des travaux de recherche communs, les équipes universitaires et les équipes des institutions conservant, divulguant et exposant des collections et des fonds patrimoniaux. Dans ce contexte de décloisonnement institutionnel et disciplinaire, les corpus choisis et les objets de recherche concernent les interactions entre création et patrimoines.

I. Conditions générales

Le jury pluridisciplinaire, composé des membres du Conseil et du Bureau du Labex, sélectionnera les six à huit projets de recherche les plus pertinents et originaux, proposant des définitions scientifiques nouvelles, en lien avec l’une des thématiques du Labex CAP suivantes :

  • Exposer la recherche
  • Créer pour le musée
  • Avant-gardes, luttes et médias
  • Mémoire, critique, engagements
  • Médiations et remédiations
  • Outil numérique et production intellectuelle
  • Archives, documents, œuvres
  • Créer dans la sphère publique
  • Collection et production des savoirs
  • Exposition et interdisciplinarité
  • Présentation, représentation et patrimonialisation

Les candidats sont priés d’informer les responsables des institutions de rattachement souhaitées (directeur/directrice de laboratoire ou représentant-e au sein des instances du Labex, sans leur demander de lettre formelle), lors de la préparation de leurs projets, et de concevoir la rédaction de ces derniers en accord avec la politique scientifique générale du Labex CAP.

II. Conditions d’éligibilité

  • → Doctorat : thèse soutenue après le 01/09/2013.
  • → Age : ce concours s’inscrit dans la perspective des concours « jeunes chercheurs », moins de 38 ans (cela signifie 37 ans au moment du dépôt de candidature).
  • → Statut : une personne en poste (secondaire ou supérieur, France ou l’étranger) ne peut être recrutée.
  • → Candidature : il est à noter qu’un candidat qui a postulé les années précédentes, sans être auditionné, peut se représenter au concours. En revanche, un candidat qui a déjà été auditionné, ne peut resoumettre une proposition.

III.  Calendrier de recrutement

  • → Date de lancement du concours : le 29/06/2018
  • → Date de clôture du dépôt des candidatures : le 3 septembre 2018
  • → Phase d’admissibilité : le 15 octobre 2018
  • → Phase d’admission (auditions) : le 15 novembre 2018

IV. Durée du recrutement et date de prise de fonction

  • → Les contrats proposés sont d’une durée d’un an, éventuellement renouvelable une fois
  • → La prise de fonction s’effectuera à partir du 2 janvier 2019

V. Dossier de candidature

Le dossier de candidature complet devra être envoyé au plus tard le 3 septembre 2018 à 16h00 à l’adresse suivante : labex-cap@univ-paris1.fr

Afin de simplifier la procédure de réception et de traitement des dossiers, veuillez envoyer l’ensemble des pièces relatives à votre candidature en un seul fichier PDF (Nom_Prénom.pdf), en les classant dans l’ordre de la liste ci-dessus. Veillez à optimiser la taille et la résolution de vos fichiers. Si cela est possible, il serait préférable que l’ensemble de votre dossier de candidature n’excède pas 5 Mo et, au maximum, 10 Mo.

Le dossier comprend :

  • → page de titre : nom, prénom, titre (explicite) du projet, thématique choisie, institutions de rattachement demandées (unité d’accueil principale et unité d’accueil secondaire1, un laboratoire ou un département de musée, les deux sont membres du Labex CAP (liste des partenaires ci-jointe), établissement d’origine (soutenance de la thèse)
  • → le projet de recherche rédigé en langue française (10 000 signes maximum)
  • → un curriculum vitae et une liste des publications
  • → le diplôme de doctorat
  • → le rapport de soutenance (si la thèse est soutenue en France)
  • → une lettre de motivation
  • → une publication significative (PDF)
  • → deux lettres de recommandation au moins rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création

NB : Chaque dossier est évalué par deux experts extérieurs au Conseil et au Bureau du Labex. Le Conseil et le Bureau siègent en jury lors des phases d’admissibilité et d’admission. Les expertises et le contenu des délibérations ne sont pas communiquées aux candidats.

Obligations de services et participation aux travaux du laboratoire

En plus du projet de recherche personnel sur lequel ils auront été sélectionnés, les jeunes chercheurs prendront part aux microprojets et aux activités du Labex. A concurrence de deux/cinquièmes de leur temps de travail, ils contribueront notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, journées d’étude, et à l’enrichissement des supports de communication (site web, plaquettes ou documents de présentation) ainsi qu’à la vie du laboratoire / du département d’accueil. Ils organiseront ensemble le séminaire post-doctoral du Labex CAP.

Les post-doctorants exerceront leur fonction conformément à la charte européenne du chercheur.

VI. Résultats attendus

  • le candidat s’engage, sous peine de remboursement de l’intégralité des traitements perçus, à rendre une étude de 40 pages (60 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche au 30/12/2019. Cette étude sera publiée dans les « Cahiers du CAP », revue du Labex (Editions de la Sorbonne, Paris).
  • le candidat organise, prend part et suit les séances de séminaire post-doctoral du Labex afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

VII.  Rémunération

Les recrutements se font sous la forme d’un contrat à durée déterminée à temps plein. Le candidat percevra une rémunération forfaitaire mensuelle brute exclusive de toute rémunération accessoire sur la base d’un temps plein d’un montant de 2361.45 euros.

VIII. Critères de sélection

Les contrats proposés s’adressent à de jeunes chercheurs. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de doctorat et pouvoir se prévaloir de premières réalisations dans le domaine de la recherche.
Les critères pris en compte par le comité de sélection sont :
→ L’excellence scientifique du projet, son originalité, son adéquation avec les thèmes proposés cette année
→ Le profil et les aptitudes du candidat (compétences scientifiques, expériences dans le domaine de la recherche, publications)
→ Le caractère international des recherches (séjours d’étude, publications, compétences linguistiques)
→ La pertinence des rattachements demandés

Contacts

  • Clélia Simon-Henry,  Gestionnaire du Labex CAP : labex-cap@univ-paris1.fr (du 29/06/2018 au 24/07/2018, du 30/07/2018 au 31/07/2018, puis à partir du 27/08/2018)
  • Zinaïda Polimenova, Chargée de pilotage du Labex CAP : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr (du 29/06/2018 au 18/07/2018, puis à partir du 27/08/2018)
  1. L’unité principale accueille le post-doctorant et assure son suivi ; l’unité secondaire doit être rapprochée dans le cadre d’une collaboration intellectuelle, à mettre en place par le post-doctorant, dont  l’objectif est de faciliter la circulation des savoirs, des pratiques, des méthodes, des perspectives scientifiques diverses au sein du Labex. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Bibliothèque nationale, objet-frontière

Depuis la loi Malraux1, suivie de la convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel du 16 novembre 1972,  la tendance à la patrimonialisation s’est d’abord caractérisée par la relation au réel, incarnée dans la matière, et au premier chef, le monument « classé » ou « inscrit ». Cette tendant n’a eu de cesse de s’approfondir – avec par exemple la notion de patrimoine industriel – et de s’élargir dans son périmètre – avec l’adoption en 2003 de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel2 jusqu’à inclure désormais le patrimoine légendaire – du type forêt de Brocéliande -, au point que certains, comme Marc Guillaume, ont pu parlé d’un « excès du patrimoine, menacé d’obésité »3.

Fabrique du patrimoine

Cette fabrique du patrimoine concerne également les institutions publiques conservant des objets patrimoniaux tels les musées et les bibliothèques. Réceptables du patrimoine, désormais ces lieux se « patrimonialisent » en tant qu’institutions, devenant objets d’études réflexives sur leur histoire et leur rôle dans la sauvegarde et la transmission du patrimoine. Outre une tendance de fond au sein des sociétés occidentales que le consortium PA.TER.MONDI (Patrimoine, Territoire, Mondialisation) a désigné sous le terme d’omnipatrimonialisation, des entreprises éditoriales  tels les lieux de mémoire de Pierre Nora4, ou des lieux de savoir de Christian Jacob5 y ont sans doute contribué.

Musée du Louvre

Pour revenir au cas des musées, cela s’est manifesté récemment au Musée du Louvre, qui à la faveur de sa réorganisation, a créé aussi bien un lieu d’étude et de recherche dédié à l’histoire du Louvre et des musées, le Centre Dominique-Vivant Denon6, que des salles d’exposition au Pavillon de l’Horloge « où le musée s’expose, s’explique et se raconte »7. L’exemple le plus récent à mentionner pour illustrer ce regard réflexif est donné par la monumentale entreprise éditoriale de l’Histoire du Louvre, monumentale par le nombre d’années requises à la produire et par le nombre de pages – plus de 19008.

Histoire du Louvre, ISBN 978-2-21367-111-6

Bibliothèque nationale de France

Puisque nous évoquions le cas des bibliothèques, qu’en est-il à la Bibliothèque nationale de France, la voisine du Musée du Louvre – il suffit de traverser les jardins du Palais Royal ?

Là aussi, quelques entreprises, notamment éditoriales, peuvent être évoquées, même si elles n’atteignent pas l’ampleur de celle du Louvre.

Ainsi, un an après l’Histoire du Louvre, la BnF faisait paraître un ouvrage retraçant l’histoire architecturale de son site historique avec Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris9.

Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris. ISBN 978-2-7177-2565-0

Publié à l’occasion de l’inauguration de la Salle Labrouste après plusieurs années de travaux de restauration et de réhabilitation, l’ouvrage résulte en fait de plusieurs programmes de recherche inscrits dans le cadre du plan triennal de la recherche de la BnF. Au cours des années 2010-2013 ce furent les programmes Fonds des architectes attachés à la Bibliothèque nationale aux XIXe-XXe siècles10 et Mise en valeur des fonds d’architectes,11 qui furent menés simultanément sur deux ensembles complémentaires de fonds. Le premier visait à mener l’étude et la numérisation du fonds de dossiers d’archives et de plans des architectes successivement attachés à la Bibliothèque nationale aux XIXe et XXe siècles, quand le second entendait traiter les fonds et œuvres d’architectes conservés au département des Estampes, notamment le fonds d’Henri Labrouste, architecte de la Bibliothèque nationale de 1854 à 1875.

Fonds des architectes attachés à la Bibliothèque nationale aux XIXe-XXe siècles

Les résultats, s’ils ne prennent pas la forme d’une monumentale publication imprimée n’en sont pas moins conséquents et plus accessibles dans la mesure où ils sont consultables en ligne. Ainsi, outre la publication évoquée, le programme Fonds des architectes attachés à la Bibliothèque nationale aux XIXe-XXe siècles a surtout permis de produire d’importants instruments de recherche archivistiques, accessibles dans BnF Archives et manuscrits. Le maître d’œuvre de ce travail de titan fut Anne-Sophie Haquin (19..-2016) dont l’engagement et la motivation sont à saluer comme sa mémoire.

Quand on juge par la richesse des notices accessibles sous les liens suivants et donnant souvent accès à des documents numérisés :

Mise en valeur des fonds d’architectes

Le programme Mise en valeur des fonds d’architectes a quant à lui enrichit le catalogue général de la BnF et Gallica. Entièrement classé et inventorié (dessins, manuscrits, objets, etc.), le fonds Henri Labrouste est désormais intégralement traité, catalogué et numérisé. La notice consacrée à Henri Labrouste (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb12127997d) permet de rebondir sur les documents décrits à l’unité et numérisés.

Palazzola près Albano : [dessin] : [vue pittoresque du site] / [Henri Labrouste]

Ce programme a donné lieu à deux autres déclinaisons plus traditionnelles, l’exposition Labrouste (1801-1875), architecte. La structure mise en lumière, tenue à la Cité de l’architecture & du patrimoine du 11 octobre 2012 au 7 janvier 2013 et au MoMA sous le titre Henri Labrouste: Structure Brought to Light, du 20 mars au 24 juin 2013, et la publication Labrouste, 1801-1875, architecte : la structure mise en lumière12.

Bibliothèque 1368-2015

Au cours de l’exercice 2013-2015, d’autres programmes du plan triennal illustrent l’entreprise réflexive de la BnF concernant son histoire. Citons d’abord le programme Bibliothèque 1368-201513 qui s’est donné pour objectif de décrire la bibliothèque et ses parties constitutives depuis 1368, selon au moins trois axes :

  • Les entités organisationnelles, leur contexte et leur évolution dans le temps (axe historique, hiérarchique et relationnel) ;
  • Les fonctions/missions de l’institution (ou de ses parties) ;
  • Les activités réalisées (et leurs représentations matérielles : publications ou archives).

Le résultat du programme consiste en un important dictionnaire, lui aussi accessible en ligne sur le site du Comité d’histoire de la BnF -sur lequel nous reviendrons -, à l’adresse  url : <http://comitehistoire.bnf.fr/dictionnaire-bnf>.

Connaissance et valorisation de la collection Charles Cros

Un autre programme du plan triennal de la recherche 2013-2015 portait sur l’histoire de la BnF et de ses collections : Connaissance et valorisation de la collection Charles Cros : création d’un catalogue raisonné numérique qui visait à constituer un catalogue raisonné accessible en ligne de la collection Charles Cros documentant chaque appareil qui la constitue. Les résultats ont donné lieu, là aussi à un instrument de recherche détaillé publié dans BnF Archives et manuscrits14, doublé d’une numérisation d’appareils significatifs visibles dans la bibliothèque numériques Gallica15.

Dans le cadre du plan quadriennal de la recherche de la BnF courant  pour les années 2016-2020, plusieurs programmes de recherche sont consacrées à l’histoire de l’institution.

La librairie des rois Charles V et Charles VI

Résurgence d’une programme entamé dans le cadre des plans triennaux de la recherche de la BnF, le département des Manuscrits oeuvre à une édition scientifique du contenu de la Libraire de Charles V1, telle qu’elle était en 1380, à la mort du roi, et des échanges qu’elle suscita sous le règne de Charles VI, à partir des données des 13 inventaires, qui, de 1380 à 1424, recensent les livres de la tour de la Fauconnerie au Louvre (917 manuscrits) et ceux des résidences du roi, à Vincennes, Saint-Germain-en-Laye, Beaulté-sur-Marne, Melun… (114 manuscrits). Le manuscrit de la BnF, conservé sous la cote : [Français 27002 sert de base à l’édition ; il s’agit d’une copie de l’inventaire remis à Gilles Malet, garde de la Librairie, et qu’il annota.

Le programme aboutira à la publication de l’édition scientifique des inventaires en deux tomes, de 800 p. chacun, dans la collection Documents Etudes, et Répertoires, dirigée par F. Bougard, directeur de l’IRHT, consacrée à l’histoire des bibliothèques médiévales. La publication proposera l’identification textuelle des 1100 manuscrits (généralement des recueils) conservés au Louvre et dans les résidences royales et la description des 185 manuscrits subsistants.

Outre l’édition imprimée, le projet entend proposer une publication électronique de la transcription des 13 inventaires de la Librairie de Charles V et Charles VI.

650 ans de la bibliothèque

L’année 2018 marque l’anniversaire de l’ouverture de la bibliothèque de recherche (le Rez-de-jardin du site François Mitterrand de la BnF). Il a été célébré par une exposition consacrée à la création du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France.

Au-delà de cet anniversaire, si l’on admet communément que la naissance de la bibliothèque remonte à l’an 1368, date de l’installation par le roi Charles V de sa bibliothèque personnelle au Château du Louvre, c’est donc le 650e anniversaire de la création de la Bibliothèque que l’on fête également en cette année 20181.

Enfin, le dernier anniversaire touchant à la vie de la bibliothèque concerne les 150 ans de l’ouverture de la salle Labrouste, objet d’une récente conférence BnF-Inha-École des chartes.

Pour célébrer ces anniversaires, la BnF a procédé à la rénovation de son Comité d’histoire, désormais doté d’un Conseil scientifique composé d’universitaires et a lancé un site (http://comitehistoire.bnf.fr/) qui permet de faire mieux connaître ses travaux, de fédérer les recherches en cours et les ressources utiles à tous ceux qui s’intéressent à la longue histoire de la Bibliothèque royale, nationale, impériale, nationale de France…

HistBnF : Histoire de la BnF

Le programme HistBnF, également inscrit dans le plan quadriennal 2016-2020, entendait développer une plateforme web (http://comitehistoire.bnf.fr) à l’usage du Comité d’histoire de la BnF, proposant de fédérer la documentation éparse (sur le site institutionnel de la BnF, sur son intranet mais aussi dans les outils internes de production documentaires) concernant l’histoire de la BnF. Outil de diffusion et de valorisation des travaux du Comité, le site mis en ligne en début d’année 2018 souhaite contribuer à susciter des partenariats universitaires et dynamiser l’activité du comité.

La plateforme propose entre autres ressources appelées à s’enrichir :

La publication de ce site s’accompagne de la production d’une lettre d’information pour les personnes intéressées par l’histoire de la Bibliothèque depuis ses origines.

On le voit, l’approche historique et réflexive constitue bien un aspect du travail de recherche inscrit dans les axes stratégiques de la BnF comme en témoignent, après les programmes du plan quadriennal de la recherche, les nouvelles et récentes bourses du Comité d’histoire attribuées dans le cadre de l’appel à chercheurs de la BnF pour les années 2018-201916. La Bibliothèque s’attache à encourager en interne, comme de la part de chercheurs associés, la recherche sur son passé et à favoriser la préservation de sa mémoire.  Seul regret, celui des pratiques collaboratives à développer, notamment en associant des équipes pluridisciplinaires pour enrichir ces regards rétrospectifs et comparatistes sur  l’histoire administrative, l’histoire des publics et des usages, de l’architecture, des collections, du personnel, des traitements bibliothéconomiques…

  1. Cf. le texte de la loi n° 62-903 du 4 août 1962 complétant la législation sur la protection du patrimoine historique et esthétique de la France et tendant à faciliter la restauration immobilière, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?numJO=0&dateJO=19620807&pageDebut=07813&pageFin=&pageCourante=07813>. []
  2. Cf. le texte de la convention, url : <https://ich.unesco.org/fr/convention>. []
  3. Marc Guillaume, « La politique du patrimoine … vingt ans après », Labyrinthe, 2000, n° 7. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/labyrinthe/496>; DOI : 10.4000/labyrinthe.496 []
  4. Les Lieux de mémoire / sous la dir. de Pierre Nora, [Paris] : Gallimard, 1984-1992. (Bibliothèque illustrée des histoires ; 3). []
  5. Lieux de savoir : Histoire comparée et anthropologie des pratiques savantes, url : <https://lieuxdesavoir.hypotheses.org>. []
  6. Cf.  Centre Dominique-Vivant Denon, url : <https://www.louvre.fr/departments/centre-dominique-vivant-denon>. []
  7. Pavillon de l’Horloge, Histoire du Louvre, url : <https://www.louvre.fr/pavillon-de-l-horloge/les-espaces>. []
  8. Histoire du Louvre / direction scientifique, Geneviève Bresc-Bautier, Paris : Fayard : Louvre éditions, DL 2016, 2 vol. (765, 775, 444 p.) : ill. en coul. ; 29 cm. ISBN 978-2-213-67111-6 (Fayard). – ISBN 978-2-35031-541-6 (Louvre), url : <http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb45112996c> et <http://editions.louvre.fr/fr/les-ouvrages/visiter-le-louvre/lhistoire-du-palais/histoire-du-louvre.html>. []
  9. Richelieu : quatre siècles d’histoire architecturale au cœur de Paris / sous la direction d’Aurélien Conraux, Anne-Sophie Haquin et Christine Mengin, Paris : Bibliothèque nationale de France : Institut national d’histoire de l’art, DL 2017, 1 vol. (293 p. dont [7] p. dépl.) : ill. en coul. ; 28 cm. ISBN 978-2-7177-2565-0 (BnF). – ISBN 978-2-917902-33-2 (INHA). []
  10. Url : <http://c.bnf.fr/rYg>. []
  11. Url : <http://c.bnf.fr/rYs>. []
  12. Labrouste, 1801-1875, architecte : la structure mise en lumière : [exposition, Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, 11 octobre 2012-7 janvier 2013] / [organisée en collaboration avec le Museum of modern art, New York, et la Bibliothèque nationale de France] ; sous la direction de Corinne Bélier, Barry Bergdoll & Marc Le Coeur ; [catalogue par Corinne Bélier, Barry Bergdoll, Marc Le Coeur, et al.], [Paris] : N. Chaudun : Cité de l’architecture et du patrimoine ; [New-York] : the Museum of modern art [etc.], 2012, 270 p. []
  13. Url : <http://c.bnf.fr/rYy>. []
  14. Collection Charles Cros, url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc97705f>. []
  15. Collection Charles Cros, url : <https://gallica.bnf.fr/html/und/objets/collection-charles-cros>. []
  16. Cf. url : <https://aacbnf2018.sciencescall.org>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Médiation numérique : À la découverte du Canada, sur les traces de Jacques Cartier

Récemment, dans Gallica studio1, Arnaud Laborderie2 rendait compte de l’une des expérimentations de l’atelier-laboratoire sur les collections numériques qu’il mène à la BnF dans le cadre du plan quadriennal de la recherche 2016-2020.

Odyssé_ édition_numérique_augmentée_IDEFI_CréaTIC_Université Paris 8

Plan quadriennal de la recherche

C’est l’occasion de resituer ce programme inscrit dans ce dispositif de la recherche de la BnF, nommé le plan quadriennal de la recherche, et qui permet de financer des programmes de recherche internes avec des moyens dédiés et une temporalité dûment validée par la BnF, ce qui permet aux pilotes des programmes de s’extraire des tâches courantes liées à leur fonction.

Le projet d’atelier-laboratoire sur les collections numériques propose de concevoir des prototypes autour des collections numérisées de la BnF. Il s’agit d’expérimenter, avec une équipe de chercheurs et des étudiants de master en hypermédia, de nouveaux modes de médiations aux ressources numériques par des mises en forme cartographiques. Dans le champ des Humanités numériques, les représentations cartographiques sont principalement utilisées comme outils de visualisation de données. Ce projet veut quant à lui modéliser des cartes interactives qui soient de véritables dispositifs de médiation en proposant au lecteur des parcours guidés à travers les collections. Pour cela, il était envisagé de travailler sur des corpus issus de Gallica comme par exemple « La France en Amérique » ou « France-Chine » (Sinica) . L’objectif est de favoriser la consultation et l’appropriation des collections numérisées par le grand public, mais aussi de développer des outils qui pourront être appliqués à d’autres corpus de la BnF et de Gallica.

Les livrables, dont celui qui a été présenté dans Gallica studio, prennent la forme d’interfaces à déployer sur le web, comme c’est le cas de l’exemple de l’Odyssée3 ou en applications, ainsi qu’au format ePub.

Atelier-laboratoire IDEFI-CréaTic

Le projet comprend un axe expérimental, avec la création de prototypes en R&D dans le cadre de l’atelier-laboratoire IDEFI-CréaTic (Initiative d’Excellence en Formations Innovantes) porté par le master CEN (Création et Édition numériques) et le Laboratoire Paragraphe de l’université Paris 8. Cette approche pragmatique s’appuie sur un axe théorique, avec un séminaire organisé dans le cadre de la chaire Unesco ITEN (Innovation, Transmission et Édition Numériques) portant sur les interfaces innovantes et les modes de navigation dans les corpus numériques.

L’enjeu de l’atelier-laboratoire animé par Ghislaine Azémard, responsable du master Création et édition numériques, est de restituer toutes les dimensions de l’œuvre à travers une interface innovante, expérimentant les problématiques actuelles de remédiatisation et d’éditorialisation. Les étudiants doivent produire un objet éditorial innovant dont le prototype est ensuite valorisé par CréaTIC lors de salons et sur ses réseaux sociaux et par la BnF par l’intégration de Gallica studio.

À la découverte du Canada

Outre le prototype de l’édition numérique augmentée de l’Odyssée, l’atelier-laboratoire a conçu « À la découverte du Canada, sur les traces de Jacques Cartier » autour du voyage de Jacques Cartier et de la découverte du Canada, à partir d’éléments choisis au sein des ressources de la BnF (fonds cartographiques, récits de voyages et ethnographiques) ainsi que des ressources complémentaires fournies par la Bibliothèque et Archives nationales du Québec. « À la découverte du Canada » est un dispositif muséographique interactif et narratif dans l’univers des cartes marines et portulans. Dispositif onirique et narratif, il plonge le visiteur sur les traces de Jacques Cartier, dans sa navigation vers le Canada, et illustre la représentation du monde en Europe au XVIe siècle.

Enrichie par un corpus documentaire et cartographique d’exception, l’interface donne vie aux ressources de la BnF et en fait un atlas animé, une carte « vivante » dont les éléments participent d’un récit en interaction multimodale avec le visiteur. Ce dernier peut suivre la narration complète des voyages de Cartier, consulter les étapes et les anecdotes de son exploration, ou simplement, se laisser porter par l’enchantement des cartes marines.

Le projet, qui a donné lieu à un prototype fonctionnel pour un usage in situ4, a été conçu par Kathrina Frank5, Séverine Lefèvre, Marie Marsone-Ivanoff6 et Miloud Maamar7, étudiants du Master 1 en Création et Édition Numériques, 2016-2017. Il s’agissait de concevoir et réaliser une carte immersive comme dispositif de médiation innovant tout en travaillant sur la narration numérique comme mode d’expression citoyenne.

  1. Arnaud Laborderie, « Atelier-laboratoire : Odyssée, édition numérique augmentée », Gallica studio, 12 mars 2018. Disponible en ligne, url : <http://gallicastudio.bnf.fr/projets-collaboratifs/atelier-laboratoire-odyssée-édition-numérique-augmentée>. []
  2. Cf. son curriculum vitæ en ligne, https://cv.archives-ouvertes.fr/arnaud-laborderie []
  3. Cf. url : <http://leden.org/ulysse/index.html>. []
  4. Mais seule la vidéo de démonstration ci-dessus est accessible en ligne. []
  5. Cf. https://kathrinafrank.com/index.html []
  6. Cf. https://fr.linkedin.com/in/marieivanoff []
  7. Cf. https://maamar.fr/home []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

[Projet européen] DIGITENS : DIGITal ENcyclopedia of European Sociability

L’Union européenne, dans le cadre de son programme H2020 (Marie Skłodowska-Curie Actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)), a accordé un financement de 300 000 € dont 32 000 pour la BnF pour un projet de recherche visant à développer une Encyclopédie numérique de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières.

Résumé du projet

L’objectif du projet DIGITENS est de construire un cadre afin de mieux appréhender les interactions, les tensions, les limites et les paradoxes propres aux modèles européens de sociabilité et d’étudier la question relative à l’émergence et la formation des modèles européens de sociabilité tout au long du XVIIIe siècle.
Les résultats de cette recherche collaborative, internationale et intersectorielle sera la mise en ligne de la première Encyclopédie numérique à accès ouvert de la sociabilité en Grande-Bretagne au siècle des Lumières. Cette encyclopédie numérique comportera une anthologie historique de sources textuelles ou iconographiques et proposera à un large public une cartographie des savoirs. Pour cela, des échanges de chercheurs entre les différentes institutions partenaires sont prévus.
Par son caractère électronique et par sa pluridisciplinarité, il s’adresse à la communauté des chercheurs anglophones et francophones, mais aussi plus largement au grand public qui grâce aux modalités de sa mise en place et ensuite de sa consultation et de son utilisation sera amené à s’interroger sur une valeur essentielle des Lumières qui trouve diverses formes d’expression au XXIe siècle pouvant aller de la permanence d’espaces institutionnels de sociabilité à celle de denrées « sociables » comme le café ou le thé ou encore de pratiques de sociabilité comme l’amitié. Le croisement des approches, sociologique, philosophique, linguistique, historique et littéraire permettra la réalisation d’un produit innovant et évolutif unique à ce jour dans l’univers de la recherche.

Pour la BnF, les principaux bénéfices de cette coopération sont :

  • une collaboration scientifique pour la réalisation de l’encyclopédie,
  • une collaboration technique pour la numérisation de quelques documents indispensables à la mise en place de l’encyclopédie,
  • un partenariat en termes d’échanges de personnes et de savoirs entre institutions « académiques » et « non académiques »  partenaires ; les séjours de recherche étant pris en charge par le projet,
  • l’accueil d’un atelier pour les étudiants et les chercheurs en 2019 et d’une journée nationale d’information en 2020,
  • enfin, une mise en valeur des collections numérisées et une découverte de documents non encore numérisés pouvant faire l’objet d’une numérisation ultérieure ; le thème des Lumières étant déjà fortement présent dans Gallica. C’est également une forme d’éditorialisation des collections.

Durée

2012-2022

Aide

Aide totale de l’Union européenne : 300 0000 euros

Programme

  • Appel à projets Marie Skłodowska-Curie actions – Research and Innovation Staff Exchange (MSCA-RISE-2018)

Partenaires

  • Université de Bretagne occidentale : Principal Investigator : Kimberley Page-Jones + Annick Cossic
  • Université de Paris 13 : project coordinator : Valérie Capdeville

Pour en savoir plus

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fondation des sciences du patrimoine : résultats de l’Appel à projets 2018

Le conseil d’administration de la Fondation des sciences du patrimoine (Labex Patrima) qui s’est tenu le 18 juin dernier au ministère de la Culture a arrêté la liste des projets financés dans le cadre de l’appel à projets 2018. Une enveloppe de 510 000 € a ainsi été distribuée.

Après classement par notre comité scientifique, 8 projets ont donc été retenus pour être directement soutenus par la Fondation des sciences du patrimoine. Soit 2 contrats doctoraux et 6 projets de recherche portés par des laboratoires de recherche, des établissements de formations ou de grandes institutions culturelles partenaires.

À ceux-ci s’ajoutent 3 thèses labellisées par les écoles doctorales des universités de Cergy-Pontoise et Versailles Saint-Quentin.

Le projet retenu impliquant la BnF fera prochainement l’objet d’une courte présentation individuelle dans ce Carnet de recherche :

  • DALGOCOL : Fouille de Données et ALGOrithmes de prédiction de l’état des COLlections : contrat doctoral avec le laboratoire David (Zoubida Kedad) de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) financé à hauteur de 115k€ par la Fondation.

Consulter la liste de l’ensemble des projets et des contrats doctoraux retenus.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

ATMOCE : L’atelier monétaire gaulois de Cenabum. Production des bronzes carnutes IIe-Ier s. av. J.-C.

Résumé du projet

Les recherches archéologiques menées ces 30 dernières années dans l’agglomération orléanaise ont révélé des vestiges d’occupation du second âge du Fer sur une quinzaine de sites, parmi lesquels huit ont livré un nombre conséquent de monnaies gauloises. Les structures, monnaies, objets et résidus métalliques mis au jour en 1997 et 1999 dans l’Ilot de la Charpenterie1 à Orléans-Cenabum suggèrent la présence d’un atelier spécialisé dans le travail du bronze tout ou partie lié à la fabrication monétaire.

Fibule gauloise, IIe siècle avant notre ère. Îlot de la Charpenterie, Orléans (Loiret), 1999. © Émilie Roux, SAMO

Fondé sur une approche pluridisciplinaire, le projet ATMOCE a pour objectif l’étude de l’atelier monétaire gaulois d’Orléans, afin de caractériser le plus finement possible cette structure de production, dans toutes ses composantes, et d’apporter un éclairage nouveau à notre connaissance des ateliers monétaires gaulois. Les investigations seront élargies aux sites orléanais ayant livré du mobilier gaulois et au territoire traditionnellement attribué aux Carnutes.

Atelier monétaire gaulois de la fin du IIe siècle-milieu du Ier siècle avant notre ère.
Série de structures de combustion. Îlot de la Charpenterie, Orléans (Loiret), 1997-2000. © Thierry Massat, Afan

Près de 200 monnaies, le petit mobilier métallique et les résidus métalliques en alliage cuivreux seront étudiés et analysés selon une méthode d’analyse non destructive développée en Région Centre-Val de Loire (analyse par activation aux neutrons rapides de cyclotron). Ces analyses seront complétées par des observations métallographiques et de microscopie électronique à balayage. Parallèlement, les données relatives aux structures archéologiques seront reprises et traitées en étroite corrélation avec les données numismatiques, et le mobilier en céramique utilisé dans le cadre de la fabrication des alliages métalliques sera recensé et étudié. Un travail de cartographie et d’analyse spatiale des données permettra d’étudier les répartitions monétaires et les interactions spatiales dans leur ensemble.

L’ensemble des données produites sera interprété par un consortium d’historiens, d’archéologues, de numismates et de spécialistes des analyses physico-chimiques.

Il s’agira alors de rassembler et confronter des données numismatiques, archéologiques, archéométriques et spatiales afin de comprendre et préciser la production monétaire en alliage cuivreux chez les Carnutes au IIe et Ier siècles av. n.è. depuis la préparation des alliages monétaires jusqu’à la mise en circulation des monnaies.

Au-delà de la définition de la chaine opératoire, le projet ATMOCE sera également l’occasion d’amorcer et de nourrir une réflexion sur l’usage de la monnaie de bronze et la question de la fiduciarité au second âge du Fer. Le projet intègre des actions de valorisation de la recherche.

Le projet s’inscrit dans l’axe Monnaie et finance de la MSH Val de Loire et bénéficie du label Intelligence des Patrimoines.

Durée

36 mois (2017-2020)

Aide

Région Centre-Val de Loire dans le cadre des Appels à Projets de Recherche d’Intérêt Régional (APR IR 2016).

Partenaires

Pilote : Sylvia NIETO-PELLETIER – Institut de recherche sur les archéomatériaux, Centre Ernest-Babelon (IRAMAT-CEB), UMR 5060

  • UMR 5060 IRAMAT-CEB, CNRS-université d’Orléans
  • INRAP
  • Pôle d’archéologie, Ville d’Orléans
  • UMR 7324 CITERES-LAT, CNRS-université de Tours
  • UPR 3079 CEMHTI, CNRS
  • Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques
  • EA 6298 CETHIS, université de Tours
  • MSH Val de Loire
  • ARCHEA
  1. Cf. la description de la fouille sur le site de l’INRAP : Ilot de la Charpenterie, url : <https://multimedia.inrap.fr/atlas/Orleans/sites/2503/Ilot-de-la-Charpenterie> et les illustrations des objets découverts : https://www.images-archeologie.fr/Accueil/Recherche/p-4-Liste-de-resultats.htm?&page=1&pagination_bloc=25&txt=Charpenterie&submit=Ok&id=4&pagination_liste=48 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier : The Polonsky Foundation England and France Project: Digitisation and Conservation Strategies (15 juin)

Dans le cadre du programme « France-Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 », soutenu par la Fondation Polonsky, un atelier est organisé au sujet des stratégies de conservation mises en place par les deux bibliothèques partenaires, la British Library et la BnF, en lien avec la numérisation de manuscrits médiévaux.

1er folio de la Règle de St Benoît (1129) de l’abbaye bénédictine de Saint-Gilles, dans le diocèse de Nîmes, Add MS 16979, f. 21v

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, la Bibliothèque nationale de France et la British Library sont engagées dans un partenariat inédit, qui vise à cataloguer, restaurer, numériser et mettre à disposition d’un large public un corpus de 800 manuscrits enluminés, produits en France ou Angleterre entre le VIIIe et le XIIe siècle.

Cette journée d’échanges sera axée sur les actions de conservation-restauration entreprises par les deux institutions en lien avec la numérisation des manuscrits médiévaux. Elle est conçue pour les professionnels des bibliothèques, les étudiants se spécialisant dans les domaines de la conservation et du patrimoine, et toute personne s’intéressant aux questions soulevées par la numérisation des manuscrits médiévaux.

Thanks to the patronage of The Polonsky Foundation, the Bibliothèque nationale de France and the British Library are engaged in a partnership aiming at cataloguing, digitizing, and showcasing a corpus of 800 illuminated manuscripts, produced in France or England between the 8th and 12th centuries.
During this one-day international workshop, we intend to share the strategies chosen by the two partner libraries regarding care and conservation of manuscripts in connection with digitization. In the light of the challenges encountered in the course of the project, we would like to consider to what extent it invites each library to reflect
upon current conservation policies in order to improve them.

Programme

  • 11h-11h10 : Welcome coffee
  • 11h10-11h15 : Isabelle Bonnard (BnF, Département de la Conservation) / Francesco Siri (BnF, Département des Manuscrits), Introduction
  • 11h15-13h15 : Care and Conservation Works at the BnF
    • Sébastien Gilot (independent conservator), Conservation Works on Cluny’s Late Bindings
    • Marie Messager (independent conservator), A Sample Book Conservation Binding
    • Alizéé Lacourtiade (independent conservator), Conservation Binding of Small Format Manuscripts
    • Coralie Barbe (independent conservator), Manuscripts Digitization : Relevance of Diagnosis to Predict Possible Degradations
    • Discussion
  • 13h-14h : Lunch
  • 14h-15h15 : Care and Conservation Works at the British Library
    • Dr Cordelia Rogerson (Head of Collection Management South), An overview of the foundation collections at the British Library – Considerations for Conservation
    • Jessica Pollard (Digitisation Conservator, Pre1200 Polonsky project), Conservation Treatment and Digitisation Support for the Polonsky Project
    • Gayle Whitby (Conservation Digitisation Manager), The Role and Context of Conservation Support for Digitisation at the British Library
    • Dr Cordelia Rogerson (Head of Collection Management South), Reflections on Care and Conservation at the British Library
    • Discussion
  • 15h15-15h30 : Coffee break
  • 15h30-17h : Round Table about Policies for Care and Conservation of Manuscripts at the BL and the BnF. What have we learned from The Polonsky Foundation project ?

Modalités pratiques

  • Le 15 juin 2018 de 11h à 17h.
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit Auditorium
  • Entrée libre dans la limites des places disponibles.
  • (Les communications seront faites uniquement en anglais)
  • Pour des informations complémentaires contactez : Isabelle Bonnard – Experte restauration au DSC tél. : 01-53-79- 44-38
    Francesco Siri – Coordinateur du programme Polonsky au MSS tél. : 01-53-79- 82-59

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Une carrière de géographe au siècle des Lumières Jean-Baptiste d’Anville

Véritable ‘Strabon français’ pour ses contemporains, Jean-Baptiste d’Anville est considéré comme l’un des plus grands géographes des Lumières. Ce livre, fruit du travail d’analyse d’une dizaine de spécialistes internationaux, fondé sur des sources nombreuses et souvent inédites, est la première monographie à lui être consacrée.

L’ouvrage est le fruit du programme de recherche « Un cabinet savant à l’époque des Lumières : cartes, archives et manuscrits du géographe du roi Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782) » mené dans le cadre du plan triennal de la recherche de la BnF pendant les années 2010-2012 et 2013-2015, par Lucile Haguet, sous la direction de Catherine Hofmann.


Comment cet inconnu, fils de tailleur parisien, se retrouve-t-il à vingt-deux ans géographe du roi et précepteur du jeune Louis XV ? C’est ce parcours extraordinaire que retracent les auteurs de cet ouvrage, en reconstituant le réseau qu’il a su se créer tout en s’assurant la protection des ducs d’Orléans sur trois générations et l’intérêt de la couronne portugaise. Au fil des chapitres se révèle l’impressionnante habileté intellectuelle de d’Anville, capable de satisfaire les exigences de ses mécènes sans trahir ses sources, conservant son intégrité de savant malgré la pression des enjeux diplomatiques. Sans quitter son cabinet parisien, par le seul exercice d’une critique aiguisée et d’un croisement systématique des sources (textes anciens, récits de voyage, mesures astronomiques, informations orales…), d’Anville remodèle les contours du monde ancien et moderne, avec une exactitude qui sera validée par les mesures de terrain a posteriori.

Ce livre dresse un portrait tout en nuances d’un géographe de cabinet au siècle des Lumières. Penché derrière l’épaule du savant, le lecteur découvre comment il élabore très tôt une rigoureuse méthodologie de travail, bâtit sa carrière, constitue l’une des plus grandes collections de cartes du XVIIIe siècle, et influence jusqu’à nos jours la représentation du monde et de ses frontières.

Sommaire

  • Laurence Engel, Préface
  • Christian Jacob, Avant-propos
  • Lucile Haguet et Catherine Hofmann, Introduction générale
  • I. Faire carrière au dix-huitième siècle
    • 1. Participer à l’éducation des princes : d’Anville et son élève Louis XV (1718-1730), Pascale Mormiche
    • 2. Elargir ses réseaux, diversifier ses commandes : les travaux de d’Anville pour la couronne portugaise, Júnia Ferreira Furtado
    • 3. Convaincre ses mécènes: un plan d’affaire prévisionnel pour faire commerce de cartes, Mary Sponberg Pedley
  • II. Dessiner le monde depuis sa chambre
    • 1. La bibliothèque cartographique, outil de travail du géographe de cabinet, Lucile Haguet
    • 2. Une ‘science de pure érudition’, la géographie critique et comparée selon Jean-Baptiste d’Anville, Georges Tolias
    • 3. L’utilisation des sources orientales par Jean-Baptiste d’Anville, Jean-Charles Ducène
    • 4. Jean-Baptiste d’Anville et la cartographie de l’Amérique du Nord, Jean-François Palomino
  • III. La réception de l’œuvre de d’Anville
    • 1. Entre publicité, débat scientifique et vulgarisation: Jean-Baptiste d’Anville dans les journaux, Nicolas Verdier
    • 2. D’Anville, Gibbon et l’espace des empires : la réception britannique du géographe français à travers l’exemple de l’historien anglais, Robert Mankin
    • 3. L’appropriation des cartes de d’Anville dans le monde luso-brésilien : mémoire toponymique et stratégie diplomatique dans la région amazonienne, 1798 et 1904, Iris Kantor
  • IV. La réception institutionnelle, patrimoniale et symbolique d’un ‘grand homme’
    • 1. Splendeur et décadence d’un ‘grand homme’ : réception et postérité de d’Anville et son œuvre, Lucile Haguet
    • 2. La ‘collection d’Anville’ au ministère des Affaires étrangères (1772-1828) : modalités et enjeux d’une appropriation, Catherine Hofmann
    • 3. D’Anville et la Bibliothèque royale/nationale : forces et ambiguïtés d’un héritage, Catherine Hofmann
  • Conclusion : célèbre et méconnu – un géographe réévalué, Jean-Marc Besse
  • Annexes
  • Bibliographie
  • Index

Informations pratiques

Description : Broché, 528 pages, 90 illustrations, 15,6 x 23,4 cm
Date de parution : 14 mai 2018
ISBN/EAN : 978-2-7177-2653-4 (BnF) / 9782717726534 / 978-0-7294-1209-4 (Voltaire)
Editeurs : Coédition BnF Éditions / Voltaire Foundation
Collection : Oxford University Studies in the Enlightenment ; 2018.05
Distributeur : BnF Éditions
Disponibilité : Disponible
Prix : 89 € : 87 £
Pour les résumés en anglais, voir ici
Pour pièces préliminaires, voir ici

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts