Archives de catégorie : Offres/Appels

Appel à candidatures : École d’été de l’ANR SHAKK De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes

Logo SHAKK

L’ANR SHAKK De la révolte à la guerre en Syrie : conflits, déplacements, incertitudes organise du dimanche 28 juin au samedi 4 juillet 2020 une école d’été à destination des étudiants inscrits en Master et Doctorat en sciences sociales et humaines (sociologie, anthropologie, science politique, histoire, archéologie, linguistique, etc.) conduisant en priorité des recherches sur la Syrie. Organisée autour de séminaires, d’ateliers de recherche et de conférences, cette école d’été vise à la formation en sciences sociales d’étudiants développant des recherches ou ayant un projet de recherche sur l’espace syrien et son prolongement. Une équipe pédagogique de quinze enseignants-chercheurs et chercheurs assurera la tenue des séminaires, des conférences et l’encadrement des ateliers de recherche. Cette école sera tout autant le lieu de la transmission par des spécialistes de leurs approches, méthodes et objets de recherche, que celui d’échanges et de débats autour de projets scientifiques en devenir.

Les candidatures de personnes n’ayant pas le statut d’étudiant mais qui développent dans leur activité professionnelle une réflexion autour de la Syrie seront également étudiées.

Le voyage et le séjour des candidats retenus sont entièrement pris en charge par l’ANR SHAKK et ses partenaires.

La révolution en Syrie initiée début 2011 puis sa militarisation et sa transformation en un conflit internationalisé ont engendré un intérêt légitime et croissant pour la Syrie de la part des universitaires, des étudiants mais aussi des décideurs politiques et du grand public. Dans ce cadre, la formation des étudiants à la recherche en sciences sociales sur la Syrie est une des ambitions fondamentales du programme de recherche SHAKK financé par
l’Agence Nationale de la Recherche.

Décrire et analyser les bouleversements que connaît la Syrie depuis 2011 présentent des enjeux épistémologique, éthique et réflexif importants. De multiples questions se posent : comment travailler sur une société en guerre, dispersée, dont les transformations sont en cours ? Comment saisir les phénomènes de dislocation brutale des espaces familiers et des relations sociales ? Comment rendre compte de la violence extrême et du traumatisme ? Comment inventer des méthodes qui permettent de se saisir à nouveau du terrain syrien ?

Dans une perspective pluridisciplinaire et comparative, il s’agit de revenir sur la genèse de la révolte et l’histoire de sa mutation en conflit guerrier à partir des acteurs, des trajectoires, des actions et des récits ; analyser de manière circonstanciée et située les reconfigurations politiques, religieuses, sociales et territoriales propres au contexte d’incertitude et de violence de la guerre ; enfin, élaborer des outils méthodologiques et techniques pour collecter, analyser et préserver les différents documents et vidéos mis en ligne sur les réseaux sociaux, à la fois sources de connaissance et fragments d’une mémoire vive.

En effet, la révolte et le conflit ont profondément modifié les modalités de la recherche sur la Syrie contemporaine ; le terrain s’étant en partie relocalisé dans les différents territoires de l’exil et l’espace numérique. Paradoxalement, si le territoire syrien est quasiment inaccessible depuis près de 9 ans, rares sont les révoltes et les conflits qui sont autant documentés grâce à Internet et aux réseaux sociaux.

Conçue à la fois comme une formation intensive et une réflexion collective réunissant chercheurs et étudiants internationaux travaillant sur la Syrie, l’école d’été du programme de recherche SHAKK s’articulera autour de plusieurs axes de recherche :

  • La fabrique des archives en contexte de révolte et de guerre : enjeux mémoriaux, historiques et politiques
    Comment faire sens de la multitude des traces et documents produits par les protagonistes de la révolte et du conflit qui circulent sur les réseaux sociaux ? Quelles nouvelles pratiques de l’archive émergent grâce aux nouveaux outils numériques ? En quoi un conflit réactive-t-il des mémoires passées ? Il s’agira de partager et d’interroger des pratiques de collecte, d’analyse, de sauvegarde pour mieux saisir les nouveaux enjeux et les nouvelles pratiques de l’archive en Syrie mais aussi au-delà, à l’heure où le monde arabe est entré dans un nouveau cycle de révolte.
  • La révolte et la guerre : ses récits, ses moments, ses acteurs.
    Donner à lire avec finesse les récits de la révolte et du conflit en identifiant et en analysant les modes d’engagements, de désengagements et/ou de non engagements différenciés des femmes et des hommes constitue un enjeu important des recherches en sciences sociales sur la Syrie. La complexité de la révolte et du conflit qui tient en partie à la fragmentation territoriale et aux recompositions sociales, religieuses et politiques contribue jusqu’à présent à la production de récits différenciés. Qu’ils émanent des combattants miliciens ou qu’ils soient issus de l’armée régulière, de civils, d’activistes, d’ex-prisonniers, d’exilés ou de Syriens restés dans le pays, ces récits forment tous ensemble l’histoire de la révolution et de la guerre qui reste à écrire.
  • Reconfigurations religieuses et identitaires.
    Depuis 2011, l’ensemble des communautés confessionnelles connaît de profondes reconfigurations, à la fois religieuses, sociales et politiques. Dans un contexte de polarisation confessionnelle entre sunnites, alaouites et chiites, la question de l’enrôlement guerrier du religieux paraît centrale. Qui sont les acteurs de la mise en oeuvre locale des politiques d’enrôlement sur des bases religieuses et/ou ethniques ?
    Comment ces politiques sont-elles justifiées religieusement ? Comment les individus réagissent-ils à ce processus d’assignation politico-religieux qui les convoque jusque dans leur intimité : leurs façons de s’habiller, de penser, de prier, d’interagir, etc. ?
  • Reconfigurations territoriales, sociales et économiques.
    L’une des conséquences les plus dramatiques et durables du conflit syrien consiste en la fragmentation territoriale, le déplacement et la dispersion de la moitié de sa population, cela dans un contexte de destruction des infrastructures et de crise sociale, humanitaire et économique sans précédent. De nombreuses questions se posent alors : de quelles manières et selon quelles logiques le conflit fragmente ainsi l’espace et affecte les relations sociales? Comment ces populations font-elles face à ces bouleversements ?
    Comment les relations familiales ou de proximité se réorganisent-elles à l’épreuve de la guerre et dans l’exil ? Comment saisir l’ampleur et les conséquences des ruptures biographiques ?

Informations pratiques

  • Dates : dimanche 28 juin (jour d’arrivée) – samedi 4 juillet 2020 (jour de départ)
  • Lieu : Centre Paul Langevin du CNRS – AUSSOIS – FRANCE
  • Date limite de dépôt des candidatures : 23 février 2020.
  • Ecrire à : ecoledeteshakk@ehess.fr
  • Joindre le formulaire de candidature (du fichier joint) rempli avec un projet de recherche en 300 mots maximum, un CV, une copie de votre pièce d’identité (de votre carte d’étudiant le cas échéant).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences 2019 – 2020 : Trésors de Richelieu

La Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art et l’École nationale des chartes organisent la 9e édition du cycle les Trésors de Richelieu, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de la littérature et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de la BnF, de l’INHA et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Programme

17 décembre 2019 : ouverture du cycle par Michelle Bubenicek, directrice de l’ENC, Laurence Engel, présidente de la BnF et Éric de Chassey, directeur de l’INHA

17 décembre 2019 : Des fascicules de L’Ami du peuple tachés du sang de Marat

  • Philippe Charlier, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du Quai Branly-Jacques Chirac
  • Corinne Le Bitouzé, directrice-adjointe, département des Estampes et de la photographie, BnF

Le 13 juillet 1793, Jean-Paul Marat tombait sous les coups de Charlotte Corday. On connaît la scène : l’homme politique, malade, allongé dans sa baignoire, une tablette installée devant lui recouverte de papiers qui se tachent peu à peu de son sang. Devenues des reliques, quelques-unes de ces feuilles se trouvent aujourd’hui dans les collections du département des Estampes et de la photographie de la BnF. La provenance de ces documents exceptionnels, jusque-là uniquement attestée par des mentions manuscrites, a pu récemment être confirmée, grâce à des méthodes d’analyses, similaires à celles utilisées par la police scientifique.

14 janvier 2020 : Le Douzième Coup de minuit (1932), un manuscrit au service du « théâtre invisible »

  • Pascal Lécroart, professeur à l’université de Franche-Comté
  • Jean-Baptiste Raze, département des Arts du spectacle, BnF

À la fin des années 1920, le développement technique de la radio et l’élargissement de son public conduisent à l’idée d’un art spécifiquement radiophonique. Influencé par le théâtre, la musique et le cinéma, il produit, en 1929, un premier chef-d’œuvre à dimension internationale : Le Vol de Lindbergh de Bertolt Brecht, Kurt Weill et Paul Hindemith. En France, le groupe théâtral d’avant-garde Art et Action, animé par Édouard Autant et Louise Lara, présente, en décembre 1933, Le Douzième Coup de minuit sur un « poème orchestral » de Carlos Larronde, avec une musique d’Arthur Honegger. Diffusée deux fois à la radio et jouée en version de concert, cette production prestigieuse donne lieu à une valorisation exceptionnelle à travers la réalisation d’un manuscrit superbement calligraphié et d’un enregistrement, destinés à servir de modèle pour la postérité. La conservation de ces pièces remarquables dans le fonds Art et action du département des Arts du spectacle de la BnF permet aujourd’hui d’appréhender la valeur patrimoniale singulière de cette œuvre, alors que les ambitions initiales d’un art radiophonique sont oubliées et que la postérité a relégué hors de nos mémoires cette réalisation.

28 janvier 2020 : La carte d’Italie de Jean-Baptiste d’Anville : prémices d’une nouvelle cartographie

  • Lucile Haguet, conservatrice à la Bibliothèque du Havre
  • Catherine Hofmann, département des cartes et plans, BnF

Dans la première moitié du siècle, la cartographie de l’Europe est dans une situation très inégale, l’Italie faisant partie des pays mal dotés. À quarante-six ans, protégé des ducs d’Orléans, d’Anville est reconnu par ses pairs, mais n’a pas encore atteint la reconnaissance académique. Sa méthode de travail et son érudition l’autorisent à penser qu’il est en mesure d’améliorer la cartographie du globe. Il projette de réaliser dix-huit cartes pour former un nouvel atlas universel. C’est dans ce contexte qu’il publie une nouvelle carte de l’Italie (1743) et rédige un ouvrage de plus de trois cents pages, l’Analyse géographique de l’Italie (1744), qui justifie les nouveaux contours qu’il donne à la péninsule, mais invite aussi le lecteur à se projeter dans un projet plus vaste de remaniement de la représentation du monde. La carte d’Italie est donc le fer de lance d’un projet scientifique et commercial. En comblant radicalement le retard cartographique italien, d’Anville espère être reconnu comme le plus grand géographe de son temps.

25 février 2020 : le manuscrit de Nadja d’André Breton (NAF 28930), acquis en 2017

  • Jacqueline Chénieux-Gendron, directeur de recherche émérite au CNRS
  • Olivier Wagner, département des manuscrits, BnF

Retiré au manoir d’Ango sur le littoral normand au cours du mois d’août 1927, André Breton y écrivit l’un de ses plus beaux textes, Nadja. Le manuscrit autographe de cette œuvre, longtemps réputé perdu, était conservé depuis 1928 dans des collections privées. Joyau de la bibliothèque de Pierre Bergé, ce manuscrit a été acquis par la BnF en 2017 après son classement comme trésor national. Ayant récemment fait l’objet d’une édition sous forme de fac similé, le manuscrit original sera exceptionnellement montré et commenté, accompagné de documents inédits récemment acquis par la BnF. On retrouve au fil de ces pages la genèse d’une œuvre historique, où une écriture en tension se met au service d’une interrogation vertigineuse : « Qui suis-je ? »

3 mars 2020 : Un manuscrit de la Renaissance. Le Missel de Jacques de Beaune

  • Maxence Hermant, département des Manuscrits, BnF
  • Eric Bazin, département de la Conservation, BnF
Missel de Jacques de Beaune

Réalisé peu avant 1511 pour Jacques de Beaune, trésorier de la reine Anne de Bretagne, doyen du chapitre de Saint-Gatien et administrateur de l’archevêché de Tours, le somptueux et imposant Missel de Jacques de Beaune est un des chefs-d’œuvre de la Renaissance française. Enluminé par le peintre du roi Jean Bourdichon et le Maître de Claude de France, il a été doté au milieu du xvie siècle d’une reliure de maroquin à grand décor sur laquelle Nicolas II Fumée, abbé de Beaulieu-lès-Loches, a fait poser un semé de ses initiales. Resté longtemps confidentiel en raison de sa fragilité et de son état, ce manuscrit peut désormais être présenté au public à la faveur d’une importante et récente restauration.

10 mars 2020 : Merveilleuses et ordinaires : les vues d’optique de la bibliothèque de l’INHA

  • Anne-Elisabeth Buxtorf, directrice du département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA
  • Johanna Daniel, chargée d’études et de recherches au département des Études et de la recherche, INHA
© bibliothèque de l’INHA

Visionnée à travers la lentille d’une boîte d’optique ou d’un zograscope, les vues d’optique offrent le spectacle – en relief et en couleurs – des plus remarquables paysages urbains du siècle des Lumières, du château de Versailles aux temples de la Chine, des canaux d’Amsterdam à SaintPierre de Rome. Objet d’une production et d’une diffusion massive à partir de 1750, ces estampes conquièrent rapidement un large public, devenant à la fois un divertissement de salon, un objet de collection et une attraction populaire. La bibliothèque de l’INHA possède un ensemble de plus de 600 vues d’optique, dont la quantité comme la qualité permet d’explorer tout un pan de la culture visuelle des hommes et des femmes de la seconde moitié du xviiie siècle et des premières décennies du xixe siècle. La conférence permettra de partir à la découverte de ces objets autrefois banals aujourd’hui insolites et d’en dévoiler quelques secrets.

24 mars 2020 : Les vues d’Italie et d’Orient par les frères Piranèse [ca1801-1802]

  • Annie Gilet, conservateur en chef honoraire, musée des BeauxArts de Tours
  • Sophie Guérinot-Nawroki, BnF, Bibliothèque de l’Arsenal

Peintre et dessinateur talentueux, Louis-François Cassas voyagea en Italie et en Orient à la fin du xviiie siècle et en rapporta de nombreux croquis. Rentré à Paris, il participa à la publication du Voyage pittoresque de la Syrie, de la Phénicie, de la Palestine et la BasseAegypte, par La Porte du Theil, Legrand et Langlès en 1799 et du Voyage pittoresque de l’Istrie et de la Dalmatie par Lavallée en 1802. Une cinquantaine de ses dessins furent gravés et peints dans l’atelier de chalcographie des frères Piranèse pour constituer un ensemble de vues, dont la bibliothèque de l’Arsenal possède l’une des rares collections presque complètes. Ces estampes aux couleurs chatoyantes, parfois montées sur châssis, offrent au regard de somptueux panoramas des sept collines de Rome, des ruines antiques de Sicile et de Grèce, des monuments d’Égypte et d’Asie Mineure, mêlant avec précision et délicatesse architecture et scènes de vie aux paysages méditerranéens.

21 avril 2020 : Le trésor de Saint-Ouen-du-Breuil, exemple des largesses impériales

  • Paul van Ossel, professeur émérite des universités (Université Paris-Nanterre)
  • Dominique Hollard, département des monnaies, médailles et antiques, BnF

Lié à une implantation germanique de la seconde moitié du ive siècle, le trésor de monnaies et médaillons d’or et d’argent de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime) réunit les témoins de distributions impériales sur un quart de siècle. Il nous permet d’approcher l’univers des soldats et officiers germains de l’entourage des empereurs.

28 avril 2020 : La cité des morts, sur les pas des archéologues en Libye

  • Morgan Belzic, chargé d’études et de recherches au département des Études et de la recherche, INHA
  • Juliette Robain, conservateur au département de la Bibliothèque et de la documentation, INHA

En 1864, les explorateurs britanniques Smith et Porcher publiaient une relation de leur voyage et de leurs fouilles en Cyrénaïque dans un ouvrage fondamental pour la recherche archéologique, History of the Recent Discoveries at Cyrene. À mi-chemin entre la tradition du récit de voyage, le rapport de fouille, le document militaire et l’ouvrage d’histoire, ses abondantes illustrations, lithographies, gravures et photographies, documentent en particulier l’un des sites archéologique majeurs de Méditerranée, la nécropole de Cyrène. Un cimetière plus large qu’une ville, aujourd’hui menacé, heure après heure, par les pilleurs de tombes et les bulldozers. Entrer dans l’histoire de ce livre, explorer son contenu, c’est aussi évoquer le rôle du fonds archéologique de la bibliothèque de l’INHA et ses apports pour la recherche et la préservation du patrimoine.

12 mai 2020 : L’Imprimeur et le Roi : le Nouveau Testament grec (1550)

  • Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre, ENC
  • Fabienne Le Bars, département de la réserve et des livres rares, BnF

Donner accès au texte biblique, revenir aux sources : ces deux enjeux majeurs animent les controverses religieuses du xvie siècle. C’est dans ce contexte que Robert I Estienne (1503 ?-1559) publie en 1550 un Nouveau Testament grec « ex bibliotheca regia », établi d’après les manuscrits grecs présents dans les collections royales auxquels renvoie un apparat critique. Cette édition, imprimée avec les « Grecs du roi » gravés par Claude Garamond, passe pour la plus remarquable, tant par sa qualité textuelle que par son élégance typographique, du grand imprimeur humaniste parisien, bientôt contraint à l’exil genevois en raison de ses sympathies pour la Réforme. L’exemplaire offert par Estienne à Henri II, dans une reliure exceptionnelle qui la classe parmi les plus spectaculaires de la Renaissance française, est un témoin extraordinaire des efforts consentis au service d’une impossible conciliation.

26 mai 2020 : L’Appassionata de Beethoven (conférence concert)

  • Alain Planès, pianiste
  • Jérôme Fronty, département de la musique, BnF

La sonate pour piano n° 23 en fa mineur opus 57 est une œuvre représentative de la période dite « héroïque » de Beethoven, celle de la Cinquième symphonie ou de Fidelio. D’emblée reconnue comme un sommet du répertoire pianistique, elle doit son surnom à l’invention posthume d’un éditeur. Mais ses audaces formelles rejoignent singulièrement l’apparence matérielle du manuscrit, les circonstances dans lesquelles celui-ci nous est parvenu, et les thèmes qu’on y entend. Qu’on y lise un tribut à l’esprit du « Sturm und Drang », ou fasse fond d’une référence supposée du génie de Bonn à La Tempête shakespearienne, en tournant les pages de la partition on suit aussi les traces d’un orage survenu sur la route de Vienne en 1806. Pour illustrer et prolonger le cours de cette pensée musicale, la sonate sera restituée au pianoforte.

Informations pratiques

  • Entrée libre
  • 18h15 – 19h30
  • Auditorium de la galerie Colbert
  • 2 rue Vivienne, Paris 2e
  • Programmation & organisation Charlotte de Foras (ENC), Fieschi (INHA), Muriel Couton (BnF), Gennaro Toscano (BnF)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Avis : programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie

L’Institut pour la photographie lance son second appel à candidatures pour son programme de soutien à la recherche et à la création sur la thématique « Photographie et culture visuelle des imaginaires ».

Argument

En tant que pourvoyeuse d’imageries allégoriques ou relevant de la mythification, la photographie est rapidement devenue un mode d’expression privilégié pour faire le lien entre le symbolique et le réel. Elle rend compte d’imaginaires collectifs ancrés dans les mythes ou croyances les plus anciens aux mondes les plus futuristes (rites, légendes, utopies, imagerie scientifique, imaginaires urbains, UFO, science-fiction, etc.).

Omniprésentes tant dans notre imagerie populaire que savante, ces représentations contribuent à notre conscience du temps présent ; certains s’interrogeant même sur leur participation à la construction sociale voire scientifique de la réalité.

Entre culture visuelle, anthropologie visuelle, sciences sociales, politique de l’actualité et histoire de l’art, on pourra appréhender la manière dont la photographie enclenche ou réactive des récits partagés, mais aussi comment elle exhume ou crée de toute part des imaginaires collectifs.

Les projets de recherche et de création devront tenir compte des différents aspects de la création des imaginaires collectifs :

  • les acteurs impliqués dans la production et la diffusion de ces imaginaires (éducation populaire, presse, sciences, photographes, artistes, etc.) ;
  • les sources (littérature, recherche scientifique, croyances, mythologies contemporaines…) ;
  • les supports et médias d’activation (livres, illustrés, cinéma, séries, jeux vidéo, réseaux sociaux… ).

Photographes, artistes, curateurs et chercheurs sont invités à répondre à cet appel en veillant à développer une approche originale autour du rôle de la photographie dans la construction des imaginaires collectifs.

Calendrier

  • 4 octobre 2019 : Date limite de dépôt des candidatures
  • Début décembre 2019 : Jury de sélection des lauréats
  • Janvier 2020 : Annonce publique des lauréats
  • Mars 2020 : Début du programme de soutien à la recherche et à la création

Pour en savoir plus

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de stage à la Bibliothèque nationale de France (département de l’Audiovisuel)

Cadre

  • Chargé·e de traitement de collections
  • Dans le cadre du programme de recherche « Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie. Conflits, déplacements, incertitudes » (https://shakk.hypotheses.org/), financé par l’Agence Nationale de la Recherche.

Profil requis

  • Être inscrit.e en master 1 ou master 2 en sciences humaines et sociales
  • Être arabisant.e
  • Intérêt pour la Syrie contemporaine et pour les sources audiovisuelles

Mission principale

  • La ou le stagiaire aura pour tâche de compiler des fichiers vidéo issus des différents acteurs de la révolte et de la guerre en Syrie, de les constituer en fonds documentaire structuré, de les décrire et de les indexer dans la base BnF-Archives et manuscrits. Les corpus seront déjà pré-constitués par les chercheurs du programme de recherche ANR Shakk
  • Pendant la durée du stage la ou le candidat·e retenu.e sera formé·e aux problématiques et enjeux liées au programme de recherche ainsi qu’aux outils numériques utilisés.

Missions secondaires

  • Participer à la vie scientifique du programme de recherche (échanges sur la liste de diffusion et veille informationnelle)
  • Participer à la mise à jour et à la rédaction du Carnet de recherche du programme

Compétences

  • Bonne connaissance de la Syrie contemporaine
  • Capacité à traiter et à assimiler la documentation en langue arabe (arabe standard et arabe dialectal syrien)
  • Connaissances de base en techniques documentaires
  • Capacité à travailler en équipe

Dates

  • Date limite de dépôt de candidature : 15 juin 2019
  • Début du stage : 15  octobre 2019

Conditions

  • Durée du stage : de 3 à 6 mois.
  • Indemnité : Indemnité de stage prévue, en conformité avec la réglementation en vigueur.
  • Lieu : Bibliothèque Nationale de France, site François Mitterrand, Quai François Mauriac, 75706 Paris

Candidater

Envoyer CV et lettre de motivation à Alain Carou (alain.carou@bnf.fr), Jean Christophe Peyssard (jc.peyssard@ifporient.org) et  Cécile Boëx (cecile.boex@ehess.fr)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de stage dans le cadre du projet Thesaurus Musicarum Germanicarum

Dans le cadre du projet TMG (Thesaurus Musicarum Germanicarum), l’Institut de Recherche en Musicologie (IReMus – UMR 8223) propose un stage à plein temps d’une période de 2 mois à compter du 15 avril, du 1er mai ou du 15 mai (à discuter avec le ou la stagiaire). La principale mission du ou de la stagiaire consistera à contribuer à l’édition électronique et à l’exploitation scientifique du traité organologique Syntagma Musicum, vol. II de Praetorius (1571-1621).La gratification de stage correspond au tarif en vigueur au CNRS (environ 500 € / mois).

Formation et compétences

  • Être inscrit en cursus licence ou master
  • Bonne connaissance de l’allemand musicologique et/ou de l’allemand de la période en question
  • Intérêt pour l’histoire de la musique et l’organologie des XVIe et XVIIe siècles
  • Intérêt pour l’édition électronique et ses formats d’encodage (TEI, MEI)
  • Goût pour le travail en équipe

Tâches confiées

  • Mise en œuvre de l’édition électronique
  • Identification des termes et concepts musicaux
  • Organisation des concepts au sein d’un thesaurus électronique
  • Identification des sources musicales, textuelles et iconographiques en lien avec la source principale
  • Communication sur le projet
  • Participation aux ateliers et séminaires organisés dans le cadre du projet 

Les candidatures (lettre de motivation et CV détaillé) sont à envoyer jusqu’au 15 mars à l’adresse suivante : christophe.guillotel-nothmann@cnrs.fr.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications : Transfopress : La presse arménienne en France et la création d’un espace transnational

Avec le soutien du réseau Transfopress et de la BULAC

Argument

La Bibliothèque Nubar de l’UGAB (Paris) et l’université Paris-Diderot, avec le soutien du réseau Transfopress, réseau international prenant pour objet la presse allophone (http://transfopresschcsc.wixsite.com/transfopress), et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC), s’associent pour organiser une journée d’étude sur le phénomène de la presse en langue arménienne comme presse allophone, en prenant pour terrain d’études la France. La presse allophone, entendue comme la presse écrite en langues autres que le(s) langue(s) officielles du pays où elle paraît, est un important phénomène transnational, tant dans sa dimension historique que contemporaine. Si la presse arménophone en diaspora a fait l’objet d’études disjointes, sur certaines périodes, ou dans certains pays (notamment la France), ce phénomène n’a pas véritablement fait l’objet d’une étude plus globale. Cette journée d’études se propose de resituer la presse arménophone publiée en France dans un cadre plus large, en s’interrogeant sur le rôle de cette presse dans la création d’un espace transnational ou d’espaces transnationaux.

Depuis le 18e siècle, des centaines de périodiques en arménien ont été fondés et publiés sur tous les continents, témoignant ainsi de moments d’émigration liés à des conditions socio-économiques (réseaux de commerce) ou politiques (massacres arméniens des années 1890 et le génocide de 1915, notamment). Cela est aussi vrai pour les titres parus en France. Ainsi, par-delà une très grande diversité de titres recouvrant des périodicités de publication tout aussi variées (titres politiques, revues littéraires, titres d’associations culturelles, almanachs, etc.), les organisateurs invitent les participants à porter une réflexion globale sur la presse de langue arménienne en diaspora, qu’ils considèrent comme étant constitutive de cette expérience dans la longue durée, hors duHayastan. Ainsi, comme la plupart des titres allophones, les titres publiés – complètement ou partiellement – en langue arménienne en France se trouvent au croisement de plusieurs espaces médiatiques (en particulier nationaux et transnationaux) et posent la question des lectorats auxquels les acteurs de cette presse cherchent à s’adresser.

En examinant la presse arménophone en France sous l’angle des notions d’espaces et d’identités, et en s’attachant à comprendre l’existence de cette presse dans sa matérialité, cette journée d’étude entend contribuer aux réflexions sur la construction diasporique et l’ancrage arménien en France. Les organisateurs invitent les participants à proposer des communications sur les thématiques suivantes, dont la liste n’est pas restrictive :

– le rôle de la presse arménophone en France dans la constitution d’identités individuelles et collectives, ou plus largement d’une communauté imaginée en France et/ou en dehors des frontières nationales (avant et après l’indépendance de l’Arménie en 1991)

– le rôle de la presse arménophone en France dans les échanges entre les communautés arméniennes (Empire ottoman, Arménie soviétique, Arménie post-indépendance)

– le rôle de la presse arménophone en France dans les débats sur le retour à la mère patrie, la reconnaissance du génocide arménien, les mobilisations humanitaires (tremblement de terre de 1988) ou sur le conflit du Haut-Karabagh

– le rôle de la presse arménophone de France dans l’essaimage de centres littéraires et intellectuels en diaspora et dans la promotion de la culture et l’histoire arménienne en France et dans un espace transnational auquel cette presse contribue

– le rôle de la presse arménophone publiée en France dans la standardisation de la langue arménienne (notamment l’arménien occidental) ; la contribution de cette presse à des débats impliquant d’autres périodiques arméniens (non allophones) ou multilingues, en France ou hors de France

– la presse arménophone allophone en France comme espace d’échange transnational entre la vie politique en Arménie et les communautés arméniennes, où qu’elles se trouvent

– la presse arménophone allophone publiée en France, comme espace de négociation des relations entre la communauté de lecteurs envisagée et l’État français, ou comme instrument de négociation avec d’autres États

– la collaboration entre des équipes de rédaction de cette presse de la langue arménienne en France et d’autres équipes de rédaction de la presse arménienne ailleurs dans le monde

– les évolutions des stratégies de la presse arménophone allophone dans un monde globalisé, où le numérique constitue un défi supplémentaire pour la survie de ces titres ; l’incidence de ces changements sur les stratégies médiatiques et leur conséquence sur les relations avec le lectorat habituel des titres ; les contributions de l’étranger au montage de cette presse (envoi d’articles, créations, etc.)

Appel à communications

Les études de cas, tout comme les communications qui présenteront une réflexion plus large articulant la presse arménophone publiée en France et la diaspora arménienne, sont les bienvenues. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont concernées par cet appel à communications. La réflexion sur la conservation et la mise en valeur de titres allophones arménophones par des institutions patrimoniales est aussi un enjeu que cette journée d’étude souhaite examiner. Les organisateurs encouragent également les retours d’expériences critiques de la part des acteurs de cette presse.

Les participants potentiels sont invités à envoyer un résumé d’au moins 500 mots avec un court CV aux organisateurs avant le 15 mars 2019. Les langues de travail correspondent aux langues de la revue Études arméniennes contemporaines (français et anglais). Une sélection des communications constituera un numéro spécial de cette revue (https://journals.openedition.org/eac/) .

Organisateurs

Informations pratiques

  • 7 novembre 2019
  • Auditorium de l’Inalco, Paris
  • Institutions partenaires : la Bibliothèque Nubar de l’UGAB et l’Université Paris Diderot (UMR LARCA)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Avis : programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie

La Bibliothèque nationale de France entend promouvoir la formation à la recherche par la recherche, raison pour laquelle tous les ans elle lance un appel à chercheurs incluant une bourse de recherche pour la photographie. Cette dernière bénéficie du soutien de la Fondation Louis Roederer.

Acteur de la recherche en histoire de la photographie comme de la jeune création, avec l’exposition annuelle des photographies lauréates de la Bourse du Talent ou la collaboration au prix Nadar des Gens d’images, la BnF signale l’appel lancé par l’Institut pour la photographie des Hauts de France.

Argument

L’Institut pour la photographie lance la première édition de son programme de soutien à la recherche et à la création sur la thématique « La photographie, objet de diffusion ».

Le programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie vise à développer et à croiser des approches diverses autour de la photographie – histoire de la photographie, anthropologie des images, études visuelles et  recherche en arts plastiques.

L’appel à candidature est ouvert aux doctorants, chercheurs universitaires ou indépendants, commissaires d’expositions et artistes quel que soit leur âge ou leur nationalité proposant un projet inédit – publication, exposition ou production d’œuvres – ouvrant de nouvelles perspectives sur la thématique annoncée. L’Institut pour la photographie octroie quatre bourses annuelles de 15.000 euros pour le temps de la recherche, de la création et de la finalisation des projets sélectionnés. L’organisation de colloques, workshops et évènements permettra d’enrichir ces échanges au cours de l’année avant la présentation des travaux finalisés lors d’une rencontre publique organisée par l’Institut pour la photographie.

Candidatures

Thème retenu pour cette première édition : « La photographie, objet de diffusion ».

En réponse à cet appel, les candidats veilleront à développer une approche singulière, qu’elle soit sous la forme d’une recherche théorique ou plastique, ou d’une proposition d’exposition.

Les langues officielles des candidatures du programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut pour la photographie sont le français et l’anglais.

Les dossiers de candidatures doivent être transmis uniquement par voie numérique via le site de l’Institut : https://www.institut-photo.com/dossier-de-candidature/

Calendrier

  • 18 octobre 2018 : Appel à candidature avec la thématique annoncée
  • 30 novembre 2018 : Date limite de dépôt des candidatures
  • mi-décembre 2018 : Jury de sélection des lauréats
  • Janvier 2019 : Annonce publique des lauréats
  • Janvier 2020 : Présentation publique des travaux finalisés

Toutes les informations sur le site de l’Institut pour la photographie : https://www.institut-photo.com/presentation-bourses/

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Lancement de l’EUR ArTeC

Le 1er septembre 2018 marque la date officielle de lancement de l’École Universitaire de Recherche ArTeC, par ailleurs inaugurée avec l’ensemble des partenaires le 20 septembre.

Résumé du projet

ArTeC a pour fonction de promouvoir et d’articuler entre eux des projets de recherche et des dispositifs émergents de formation (du niveau master) relatifs aux Arts, Technologies, numérique, médiations humaines et Créations.

ArTeC a pour vocation d’aider à faire émerger des collaborations entre les institutions partenaires en soutenant et en sollicitant des projets basés sur des articulations originales entre :

  • recherche et formation supérieure (master, doctorat)
  • création artistique, cognition et technologies numériques, humanités, ingénierie, design et sciences sociales
  • campus universitaires, institutions culturelles, activismes associatifs et partenaires privés

Durée

Du 1er septembre 2018 au 31 août 2028

Aide

16 717 000 €

Label Investissments d’avenir 2018

Programme

Appel à projets « Ecole universitaires de recherche » du PIA 3, référence projet : [à venir]

Partenaires

Centres universitaires et de recherche
ComUE Université Paris Lumières, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Université Paris Nanterre, Campus Condorcet Paris-Aubervilliers, Centre national de la recherche scientifique

Institutions culturelles
Archives nationales, Bibliothèque nationale de France, Centre national d’art et de culture Georges Pompidou, Centre Pompidou-Metz, Réunion des musées nationaux – Grand Palais.

Grandes écoles d’art
École nationale supérieure Louis-Lumière, École nationale supérieure des Arts Décoratifs, Conservatoire national d’art dramatique, Centre national de danse contemporaine d’Angers

Unités de Recherche

  • Histoire des Arts et des Représentations, HAR (EA 4414)
  • Arts des Images & Art Contemporain, AIAC (EA 4010)
  • Esthétique, musicologie, danse et création musicale MUSIDANSE (EA 1572)
  • Scènes du monde, création, savoirs critiques (EA 1573)
  • Laboratoire Paragraphe (EA 349)
  • Laboratoire d’études et de recherche sur les logiques contemporaines de la philosophie, LLCP (EA 4008)
  • Laboratoire d’Études Romanes LER (EA4385)
  • Cognition Humaine et Artificielle, CHArt (EA 4004)
  • Structures Formelles du Langage, SFL (UMR 7023)
  • Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris, CRESPPA (UMR 7217)
  • Laboratoire d’Études de Genre et de Sexualité, LEGS (UMR 8238)
  • Transferts critiques et dynamique des savoirs, TransCrit (EA 1569)
  • Littérature et Histoires, Esthétique, LHE (EA 7322 )
  • Laboratoire Parisien de Psychologie Sociale, LAPPS (EA 4386)
  • Esthétique, sciences et technologies du cinéma et de l’audiovisuel (EA 2302)
  • Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation, CEMTI (EA 3388)
  • Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ère Numérique- Paris Ile de France, DICEN-IdF (EA 7339)
  • Institut de Recherches Philosophiques, IRePh (EA 373)
  • Laboratoire Énergétique Mécanique Électromagnétisme, LEME (EA 4416)

Informations pratiques

  • École Universitaire de Recherche ArTeC
  • Université Paris Lumières
  • 140 Rue du Chevaleret, 75013 Paris
  • Site internet : http://eur-artec.fr/

Plaquette de présentation

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à candidature : allocation doctorale pour la réalisation d’une thèse en anthropologie sociale et ethnologie ou études politiques

Le programme de recherche Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie : Conflits, déplacements, incertitudes, financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), propose une allocation doctorale pour la réalisation d’une thèse dont l’inscription principale se fera à l’École doctorale de l’EHESS (ED 286) dans l’une des deux formations suivantes : Anthropologie sociale et ethnologie ou Études politiques. La ou le doctorant·e sera rattaché·e au Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor, EHESS-CNRS).

Le sujet de la thèse devra porter sur l’un des principaux thèmes du programme Shakk qui intégralement consultables à l’adresse suivante :  https://shakk.hypotheses.org.

Conditions de candidature

La ou Le candidat·e parfaitement francophone et bon arabisant·e devra avoir soutenu un mémoire de Master 2 en sciences sociales avant le 20 septembre 2018.

Envoyer CV, projet de recherche rédigé en français (10 pages bibliographie comprise) et mémoire de Master 2 devront être envoyés avant le 10 septembre 2018 – 12h (heure française) simultanément aux adresses suivantes : anna.poujeau@ehess.frc.boex1@gmail.come.aubinboltanski@ifporient.org, nisrine.alzahre@gmail.com.

Les candidat·e·s sélectionné·e·s par un jury composé de tous les membres du programme Shakk (voir sur le carnet de recherche du programme Shakk) seront convoqués pour une audition avant fin septembre à Paris. En cas de nécessité, l’audition pourra se faire par visioconférence.
L’allocation doctorale débutera au 1er novembre 2018 pour une durée de 3 ans.

Rémunération : salaire brut : 1768,55 euros / salaire net : 1467,18 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LabEx CAP : Appel à candidatures : six à huit contrats post-doctoraux ouverts au concours 2019

Le Laboratoire d’excellence « Création, Arts, Patrimoines » (Labex CAP), annonce le recrutement par voie de concours de six à huit chercheuses / chercheurs de niveau post-doctoral pour une période d’un an, éventuellement renouvelable une fois.

L’hypothèse méthodologique du Labex CAP consiste à rapprocher, par des travaux de recherche communs, les équipes universitaires et les équipes des institutions conservant, divulguant et exposant des collections et des fonds patrimoniaux. Dans ce contexte de décloisonnement institutionnel et disciplinaire, les corpus choisis et les objets de recherche concernent les interactions entre création et patrimoines.

I. Conditions générales

Le jury pluridisciplinaire, composé des membres du Conseil et du Bureau du Labex, sélectionnera les six à huit projets de recherche les plus pertinents et originaux, proposant des définitions scientifiques nouvelles, en lien avec l’une des thématiques du Labex CAP suivantes :

  • Exposer la recherche
  • Créer pour le musée
  • Avant-gardes, luttes et médias
  • Mémoire, critique, engagements
  • Médiations et remédiations
  • Outil numérique et production intellectuelle
  • Archives, documents, œuvres
  • Créer dans la sphère publique
  • Collection et production des savoirs
  • Exposition et interdisciplinarité
  • Présentation, représentation et patrimonialisation

Les candidats sont priés d’informer les responsables des institutions de rattachement souhaitées (directeur/directrice de laboratoire ou représentant-e au sein des instances du Labex, sans leur demander de lettre formelle), lors de la préparation de leurs projets, et de concevoir la rédaction de ces derniers en accord avec la politique scientifique générale du Labex CAP.

II. Conditions d’éligibilité

  • → Doctorat : thèse soutenue après le 01/09/2013.
  • → Age : ce concours s’inscrit dans la perspective des concours « jeunes chercheurs », moins de 38 ans (cela signifie 37 ans au moment du dépôt de candidature).
  • → Statut : une personne en poste (secondaire ou supérieur, France ou l’étranger) ne peut être recrutée.
  • → Candidature : il est à noter qu’un candidat qui a postulé les années précédentes, sans être auditionné, peut se représenter au concours. En revanche, un candidat qui a déjà été auditionné, ne peut resoumettre une proposition.

III.  Calendrier de recrutement

  • → Date de lancement du concours : le 29/06/2018
  • → Date de clôture du dépôt des candidatures : le 3 septembre 2018
  • → Phase d’admissibilité : le 15 octobre 2018
  • → Phase d’admission (auditions) : le 15 novembre 2018

IV. Durée du recrutement et date de prise de fonction

  • → Les contrats proposés sont d’une durée d’un an, éventuellement renouvelable une fois
  • → La prise de fonction s’effectuera à partir du 2 janvier 2019

V. Dossier de candidature

Le dossier de candidature complet devra être envoyé au plus tard le 3 septembre 2018 à 16h00 à l’adresse suivante : labex-cap@univ-paris1.fr

Afin de simplifier la procédure de réception et de traitement des dossiers, veuillez envoyer l’ensemble des pièces relatives à votre candidature en un seul fichier PDF (Nom_Prénom.pdf), en les classant dans l’ordre de la liste ci-dessus. Veillez à optimiser la taille et la résolution de vos fichiers. Si cela est possible, il serait préférable que l’ensemble de votre dossier de candidature n’excède pas 5 Mo et, au maximum, 10 Mo.

Le dossier comprend :

  • → page de titre : nom, prénom, titre (explicite) du projet, thématique choisie, institutions de rattachement demandées (unité d’accueil principale et unité d’accueil secondaire1, un laboratoire ou un département de musée, les deux sont membres du Labex CAP (liste des partenaires ci-jointe), établissement d’origine (soutenance de la thèse)
  • → le projet de recherche rédigé en langue française (10 000 signes maximum)
  • → un curriculum vitae et une liste des publications
  • → le diplôme de doctorat
  • → le rapport de soutenance (si la thèse est soutenue en France)
  • → une lettre de motivation
  • → une publication significative (PDF)
  • → deux lettres de recommandation au moins rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création

NB : Chaque dossier est évalué par deux experts extérieurs au Conseil et au Bureau du Labex. Le Conseil et le Bureau siègent en jury lors des phases d’admissibilité et d’admission. Les expertises et le contenu des délibérations ne sont pas communiquées aux candidats.

Obligations de services et participation aux travaux du laboratoire

En plus du projet de recherche personnel sur lequel ils auront été sélectionnés, les jeunes chercheurs prendront part aux microprojets et aux activités du Labex. A concurrence de deux/cinquièmes de leur temps de travail, ils contribueront notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, journées d’étude, et à l’enrichissement des supports de communication (site web, plaquettes ou documents de présentation) ainsi qu’à la vie du laboratoire / du département d’accueil. Ils organiseront ensemble le séminaire post-doctoral du Labex CAP.

Les post-doctorants exerceront leur fonction conformément à la charte européenne du chercheur.

VI. Résultats attendus

  • le candidat s’engage, sous peine de remboursement de l’intégralité des traitements perçus, à rendre une étude de 40 pages (60 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche au 30/12/2019. Cette étude sera publiée dans les « Cahiers du CAP », revue du Labex (Editions de la Sorbonne, Paris).
  • le candidat organise, prend part et suit les séances de séminaire post-doctoral du Labex afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

VII.  Rémunération

Les recrutements se font sous la forme d’un contrat à durée déterminée à temps plein. Le candidat percevra une rémunération forfaitaire mensuelle brute exclusive de toute rémunération accessoire sur la base d’un temps plein d’un montant de 2361.45 euros.

VIII. Critères de sélection

Les contrats proposés s’adressent à de jeunes chercheurs. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de doctorat et pouvoir se prévaloir de premières réalisations dans le domaine de la recherche.
Les critères pris en compte par le comité de sélection sont :
→ L’excellence scientifique du projet, son originalité, son adéquation avec les thèmes proposés cette année
→ Le profil et les aptitudes du candidat (compétences scientifiques, expériences dans le domaine de la recherche, publications)
→ Le caractère international des recherches (séjours d’étude, publications, compétences linguistiques)
→ La pertinence des rattachements demandés

Contacts

  • Clélia Simon-Henry,  Gestionnaire du Labex CAP : labex-cap@univ-paris1.fr (du 29/06/2018 au 24/07/2018, du 30/07/2018 au 31/07/2018, puis à partir du 27/08/2018)
  • Zinaïda Polimenova, Chargée de pilotage du Labex CAP : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr (du 29/06/2018 au 18/07/2018, puis à partir du 27/08/2018)
  1. L’unité principale accueille le post-doctorant et assure son suivi ; l’unité secondaire doit être rapprochée dans le cadre d’une collaboration intellectuelle, à mettre en place par le post-doctorant, dont  l’objectif est de faciliter la circulation des savoirs, des pratiques, des méthodes, des perspectives scientifiques diverses au sein du Labex. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Recrutement d’un.e post-doctorant.e dans le cadre du projet ANR / FAPESP Transatlantic Cultures. A digital platform for Transatlantic Cultural History (from the end of 18th century to now)

L’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 recrute un.e post-doctorant.e dans le cadre du projet ANR / FAPESP Transatlantic Cultures. A digital platform for Transatlantic Cultural History, 1700 to now. Le / la candidat.e recruté.e sera basé.e au Centre de Recherche et de Documentation des Amériques (CREDA – UMR 7227), partenaire financé de ce projet de recherche, et travaillera sous la responsabilité des coordinateurs scientifiques du projet.

Description du projet

Transatlantic Cultures est un projet de recherche collaborative internationale lancé en 2016, qui a reçu le soutien financier du programme franco-brésilien ANR/ FAPESP, de la MSH Paris-Saclay, du France-Berkeley Fund et de l’Institut des Amériques. Son comité éditorial est composé de 40 chercheurs provenant de 19 universités en Europe, en Afrique et dans les Amériques. Ce projet vise à la réalisation d’une plate-forme numérique d’histoire culturelle transatlantique éditée en ligne : un outil scientifique et technologique innovant, pérenne et évolutif, destiné à analyser les dynamiques circulatoires dans l’espace atlantique et à comprendre la place centrale de ce dernier dans le processus de mondialisation contemporain.

Transatlantic Cultures met en oeuvre une histoire connectée de l’espace atlantique contemporain à travers une série de notices analytiques consacrées aux relations culturelles complexes entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques, dans une perspective pluridisciplinaire associant historiens, anthropologues, sociologues, politistes, musicologues, spécialistes de littérature, arts, théâtre ou cinéma. Il propose une réflexion sur les circulations transatlantiques et la mondialisation culturelle, mais également sur les processus identitaires et les frontières qui ont contribué à l’établissement et au renouvellement de grandes aires culturelles depuis le XVIIIe siècle.

En portant une attention particulière à l’historicité des régimes circulatoires et aux nombreuses inflexions qui interviennent durant la période considérée, cette plate-forme permet de mettre à l’épreuve, à partir de l’espace de circulation séculaire que constitue le monde atlantique, une série de notions telles que « transferts culturels », « histoire connectée », « histoire transnationale » ou « aires culturelles ». Elle propose des notices approfondies sur les objets et les pratiques culturels regroupés au sein de grandes rubriques thématiques (culture visuelle, musique, mouvements littéraires, spectacle vivant, villes, sport, etc.). La réflexion porte également sur les acteurs des échanges (migrants, exilés, intellectuels transnationaux, voyageurs, diplomates, experts, etc.), sur les vecteurs sociologiques de la médiation (livres, revues, pièces, films, chansons, blogs, etc.), sur le poids des industries culturelles (pôles de production, réseaux de distribution, etc.) ou encore sur les politiques publiques de la culture et sur les lieux de la sociabilité culturelle transnationale (capitales culturelles, expositions internationales, congrès scientifiques, organisations internationales, festivals de cinéma, de musique ou de théâtre, etc.).

Ces éléments permettent d’analyser les espaces de circulations et l’évolution des polarités culturelles au sein de l’espace atlantique du XVIIIe au XXIe siècles. En rupture avec le modèle traditionnel d’interprétation opposant un centre (ouest-européen et nord-américain) à des périphéries culturelles (africaines, sud-américaines), le projet Transatlantic Cultures insiste sur les phénomènes de circularité et sur les différents facteurs (économiques, politiques, symboliques) qui ont contribué à l’établissement et au renouvellement des hiérarchies culturelles entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Les espaces de circulation et de dissémination sont envisagés dans une optique résolument ouverte : l’Atlantique nord bien sûr et la question de l’américanisation, mais aussi les liens établis entre les pays africains et latino-américains de « l’Atlantique sud » ; la formation interculturelle de « l’Atlantique noir » et le rôle central de l’espace caraïbe ; ou encore la longue histoire des échanges culturels entre l’Europe et l’Amérique latine.
Plus d’informations : https://tracs.hypotheses.org

Missions

  • Appui des trois coordinateurs scientifiques (Anaïs Fléchet, Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines / CHCSC ; Gabriela Pellegrino Soares, Université de São Paulo / Département d’histoire ; Olivier Compagnon, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / CREDA – UMR 7227) dans la gestion du projet ;
  • Organisation du séminaire du projet (5 à 7 séances par année universitaire) ;
  • Édition scientifique de notices du dictionnaire (notamment en anglais) ;
  • Relation avec les auteurs impliqués dans le projet ;
  • Relation avec certains prestataires impliqués dans le projet (webdesign, cartographes, etc.) ;
  • Recherche iconographique ;
  • Contribution à la rédaction de notices.

Profil

  • Être titulaire d’un doctorat en sciences humaines et sociales soutenu au plus tard le 31 août 2018. Être titulaire d’un doctorat en histoire – et plus spécifiquement en histoire culturelle – sera considéré comme un atout, mais ne constitue pas une condition exclusive ;
  • Excellente maîtrise du français et de l’anglais (incluant notamment une capacité à rédiger et à éditer des textes en anglais). Une connaissance de l’espagnol ou du portugais sera considérée comme un plus ;
  • Intérêt pour les humanités numériques et ses enjeux ;
  • Une expérience dans l’édition scientifique sera considérée comme un atout.

Dossier de candidature

  • Un CV détaillé comprenant notamment une description précise du sujet de thèse ;
  • Une lettre de motivation démontrant l’adéquation du / de la candidat.e avec le profil recherché.

À envoyer au plus tard le 29 juin 2018 à l’adresse contact@transatlantic-cultures.org
Résultats le 4 juillet 2018.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : Colloque « Michel Chaillou à l’écoute de l’obscur »

Le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France et l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3 (THALIM, UMR 7172) organisent un colloque international portant sur l’œuvre de Michel Chaillou (1930-2013). Ils lancent un appel à communication ouvert jusqu’au 1er novembre 2018.

By Esby (talk) 08:44, 4 June 2010 (UTC) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons

« Écrire, on l’a bien compris, c’est d’une certaine façon faire monter dans mes phrases la langue de nuit que je porte en moi, que tout être porte en lui » (Michel Chaillou, L’Écoute intérieure, p. 322).

L’œuvre de Michel Chaillou (1930-2013) est une œuvre entièrement à l’écoute des voix : par tous les moyens, elle cherche même à ce que des voix inentendues, oubliées, délaissées, refoulées, ou encore démodées, recommencent. Cette « écoute intérieure » qui fait le moteur d’une telle écriture serait à observer d’œuvre en œuvre dans tous les registres de l’activité d’écriture de Michel Chaillou, qu’elle soit romanesque, essayiste, orale ou éditoriale. Dans la continuité des deux colloques qui se sont déjà penchés sur son œuvre, à Angers en 2015 (« Une écriture en parcours ») puis à Dunkerque en 2016 (« L’écriture fugitive »), il s’agira de repenser à nouveaux frais la force d’écoute d’une telle œuvre. Nous nous proposons de le faire en suivant trois orientations complémentaires à partir des archives, des histoires et des géographies de Michel Chaillou.

Les manuscrits dorénavant conservés à la BnF permettent aux chercheurs de découvrir certains éléments de la genèse des œuvres publiées. De plus, de nombreux cahiers et dossiers préparatoires, dont certains relèvent des activités professorales, éditoriales ou encore audio-visuelles de Michel Chaillou, ont également été conservés par la famille ; on y découvre le continu organique de l’ensemble de ces activités. Il est temps maintenant de les ouvrir et d’y voir à l’œuvre toujours recommençante « l’écoute intérieure ». Alors que le tournant archivistique est maintenant considéré dans les sciences humaines, la pratique spécifique de Chaillou des carnets et cahiers aux archives sonores et visuelles peut certainement nous aider à articuler des régimes d’historicité pluriels de son écriture en rapport direct aussi bien avec le goût de l’archive, au sens d’Arlette Farge, qu’avec un renouvellement des pratiques archivistiques, à la manière d’un Philippe Artières, pour faire histoire autrement.

De Montaigne à l’enfance nantaise, de Mirabeau à la seconde guerre mondiale, de l’Astrée au guide pédestre du XVIIe siècle, sans oublier les 24 volumes de la collection « Brèves littérature » qu’il a dirigée de 1990 à 1996, l’activité protéiforme de Michel Chaillou relève d’un racontage généralisée qui recommence toutes les histoires à ne jamais les finir pour que s’entretiennent non des itinéraires balisés, des généalogies assurées mais des historicités toujours mobiles, des points d’écoute jamais vraiment entendues. On considérera donc qu’avec Michel Chaillou, l’histoire de la littérature se voit largement contestée dans ses attendus traditionnels tout en étant renouvelée considérablement au moment même où le structuralisme voire même Roland Barthes, son directeur de thèse, n’entendaient pas forcément « la conversation éternelle des auteurs des siècles passés » dans le « vaste roman de la littérature » qu’ambitionnait Chaillou.

Chaillou aimait parler de « prose courante » et quand il écrit sur la France, la voilà « fugitive » ; mais il y aurait chez Chaillou une fascination pour tous les lieux qui ne savent pas où se situer autrement qu’à se voir sans cesse redevenir des expériences libres du rêve, de la digression ou des recommencements. Alors que la géographie en prise avec le « glocal », de Michel Lussault à Olivier Mongin, repense la notion de lieu au plus près des usages et des mobilités au moyen de raccordements scalaires souvent inédits, l’œuvre de Michel Chaillou n’offre-t-elle pas des explorations avec autant de points de fuite qui ne cessent de dé/re/localiser bien des expériences géographiques. On cherchera à suivre certaines lignes de reconceptualisation dans l’œuvre de Michel Chaillou, contemporaine d’un Henri Lefebvre (La production de l’espace, 1974), dans l’esprit d’une géocritique littéraire attentive, comme le propose Bertrand Westphal, à « saisir les espaces humains dans leur mouvance ».

Modalités pratiques

Les propositions participeront à l’un des trois axes définis ci-dessus et seront adressées avant le 1er novembre 2018 à serge.martin@univ-paris3.fr

Comité d’organisation

Guillaume Fau (BnF), Pascal Lefranc (Paris 3), Serge Martin (Paris 3)

Comité scientifique

  • François Berquin (U. du Littoral)
  • Pauline Bruley (U. d’Angers)
  • Philippe Daros (U. Sorbonne nouvelle)
  • Guillaume Fau (BNF)
  • Catherine Haman (U. du Littoral)
  • Michel Lussault (ENS, Ecole urbaine de Lyon)
  • Serge Martin (U. Sorbonne nouvelle)
  • Marie-Laure Prévost (BNF)
  • Dominique Rabaté (U. Diderot)
  • Chiara Rolla (U. di Genova)
  • Jean-François Thémines (U. de Caen)
  • Alain Schaffner (U. Sorbonne nouvelle)
  • Bertrand Westphal (U. de Limoges)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : colloque « Le rayonnement des arts au Moyen Âge. Réflexions autour du ms. aquitain, Paris, BnF latin 1139 »

Le manuscrit Paris, BnF, lat. 1139 est un manuscrit composite, aux origines mal connues, conservé dans les collections de l’abbaye de Saint-Martial de Limoges dès le milieu du XIIIe siècle. Issu de l’une des plus prestigieuses bibliothèques médiévales, il est l’un des premiers témoins d’une nouvelle manière de chanter la louange divine. Ces créations ne rompent pas avec les traditions antérieures mais prolongent des pratiques existantes.

La partie la plus importante et la plus ancienne (fin XIe-début XIIe siècle) comprend de nombreux chants festifs : tropes, chansons versifiées (versus et Benedicamus domino appelés nova cantica), épîtres farcies et jeux liturgiques (f. 32r-117r). S’y ajoutent aussi des offices votifs de la Vierge, notés au XIIIe siècle (f. 119r-148r), un prosaire complet de la fin du XIIe siècle (f. 149r-228v) et des extraits de deux autres prosaires du XIIIe siècle (f. 2r-20v). Tout au long du manuscrit figurent également des indications à la liturgie et la vie de l’abbaye (inventaire des ornements de l’autel, liste des livres de la bibliothèque, etc.).

vue 155 - folio 74r

Ce recueil factice permet donc d’appréhender deux siècles de répertoires chantés et de pratiques liturgiques touchant aux évolutions des célébrations et de leurs marges. Cette anthologie hétéroclite est révélatrice de l’élan créateur et des échanges culturels qui gravitent autour de Saint-Martial dans le contexte plus large de la France méridionale et de contrées plus lointaines.

Ce manuscrit est un livre exceptionnel et a très tôt suscité l’intérêt des chercheurs :

  • Il est l’un des plus anciens témoins des polyphonies aquitaines.
  • Il s’agit de la plus ancienne grande collection de chants festifs de nouvelle facture.
  • Il comprend plusieurs jeux liturgiques, notamment le Sponsus dont il est l’unique témoin.
  • Il s’inscrit à la croisée des répertoires latins et vernaculaires.
  • Le notateur de la partie la plus ancienne a fait usage d’une note en forme de losange afin d’indiquer le demi-ton. Cette particularité notationnelle a été rapidement abandonnée dans le sud de la France mais a été très largement adoptée dans l’ouest de la péninsule Ibérique, tout particulièrement au Portugal.

L’inventaire de la partie la plus ancienne a été dressé par Hans Spanke (1931) et Judith M. Marshall lui a entièrement consacré sa thèse (1961), essentiellement analytique. Jacques Chailley (1952), Sarah Fuller (1969) et Leo Treitler (1978) ont également intégré ce manuscrit à leurs études du répertoire aquitain. Il apparaît que de nombreux chants de latin 1139 comportent des concordances avec des sources du sud de la France mais aussi avec les offices festifs de la Circoncision de Beauvais, Sens et du Puy (Wulf Arlt, 1970, 2000) ainsi qu’avec d’autres répertoires plus éloignés géographiquement.

Ce colloque s’adresse aux chercheurs issus de différentes disciplines (histoire, histoire de l’art, histoire de la littérature, musicologie, philologie, paléographie, etc.) afin d’appréhender ce manuscrit complexe dans toutes ses dimensions. Cette rencontre sera l’occasion de combler les pans laissés vierges par l’historiographie, notamment quant aux parties les plus récentes du manuscrit. Il s’agira à la fois de s’attacher au manuscrit lui-même mais surtout, de l’inscrire dans une production plus large, à commencer par celle de l’abbaye Saint-Martial de Limoges, et dans des réseaux de création et de diffusion dépassant le territoire du Limousin. L’originalité de ce colloque réside ainsi dans la mise en évidence des circulations des pratiques artistiques et intellectuelles. Dans cette perspective, le manuscrit latin 1139 servira de point de départ à une étude renouvelée de la création au sein du Midi et de son rayonnement dans l’espace et le temps mais il n’en sera pas l’unique objet.

Les communications pourront porter sur les thématiques suivantes (liste non limitative) :

Transferts : comparaison de Paris, BnF, latin 1139 avec d’autres sources

  • questions paléographiques musicales et textuelles ; utilisation des spécificités de la notation neumatique du manuscrit dans d’autres traditions (péninsule Ibérique notamment) ;
  • caractéristiques stylistiques musicales et littéraires de son répertoire ;
  • approches codicologiques, présentation, mise en page et décoration du manuscrit en lien avec un corpus plus large.

Diffusion : Saint-Martial de Limoges comme foyer musical et artistique

  • la position de Saint-Martial par rapport à la diffusion des répertoires ou des pratiques artistiques du Limousin vers d’autres régions ;
  • l’abbaye comme centre de création et/ou de réception d’un répertoire exogène ;
  • la circulation des manuscrits à la bibliothèque de Saint-Martial ;
  • la liturgie et la vie communautaire de l’abbaye à travers les répertoires et les ajouts non musicaux dans latin1139.

Circulation : devenir et réception des répertoires notés dans Paris, BnF, latin 1139

  • mise en perspective des réseaux de diffusion des répertoires notés dans latin 1139 : manuscrits normano-siciliens, offices de la Circoncision, manuscrits germaniques dont les Carmina Burana, Cantatoria de Prague du XIVe siècle, etc. ;
  • relations entre les répertoires de latin 1139 et les sources parisiennes des XIIe et XIIIe siècles (nova cantica, proses) ;
  • prise en compte de la dimension matérielle complexe du manuscrit comme témoignage des usages des livres et des répertoires : transformations, recompositions en fonction de nouveaux besoins ;
  • échanges et interférences entre les répertoires latins (versus, tropes, épîtres, etc.) et vernaculaires.

Les propositions de communication (titre et résumé : 300 mots environ) sont à envoyer à l’adresse info@colloque1139.fr avant le 31 mai 2018.

Les déjeuners seront pris en charge. Le remboursement des frais d’hébergement et de déplacement sera discuté au cas par cas en fonction des budgets obtenus.

Comité scientifique

  • Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • François Bougart (CNRS, IRHT, Paris)
  • Pascale Bourgain (Centre Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Christelle Cazaux-Kowalski (FHNW / Musik Akademie Basel, Schola Cantorum Basiliensis)
  • Christelle Chaillou (CNRS, CESCM, Poitiers)
  • Marie-Noël Colette (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Gilbert Dahan (EPHE/LEM, Paris)
  • Charlotte Denoël (Centre Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Manuel Pedro Ferreira (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Andreas Haug (Universität Würzburg)
  • Katarina Livljanić (Université Paris-Sorbonne, IReMus)
  • Guy Lobrichon (CIHAM UMR 5648 – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
  • Christian Meyer (CNRS, CESR, Tours)
  • Susan Rankin (University of Cambridge)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

Informations pratiques

Le colloque aura lieu les 19, 20 et 21 mars 2019 à la Bibliothèque nationale de France (58, rue de Richelieu, 75002 Paris), à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (40, avenue d’Iéna, 75116 Paris) et à la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France (39, bd de La Tour-Maubourg, 75007 Paris).

Contact

info@colloque1139.fr

Comité d’organisation

  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à volontaires : J.R.R. Tolkien à la BnF

La Bibliothèque nationale de France ouvrira fin 2019 une exposition sur les littératures de l’imaginaire et l’invention de mondes, autour de l’oeuvre de John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973).

Afin d’envisager avec des visiteurs potentiels l’élaboration de cette exposition, la Bibliothèque organise 4 séances de réflexion collective en groupe de 10-15 personnes, qui se tiendront à la Bibliothèque (site de François-Mitterrand). Fans de Hobbits ou étrangers au genre de la Fantasy, habitués des couloirs du site François-Mitterrand ou novices dans ce lieu, si vous souhaitez participer à cette démarche merci de renseigner le formulaire ci-dessous. En fonction des participants potentiels et des créneaux retenus, votre inscription vous sera, le cas échéant, confirmée par email. Une session en ligne peut aussi être envisagée pour les personnes intéressées mais ne pouvant se rendre disponibles sur un des créneaux proposés.

Fan des films, lecteur à la BnF, habitué des expos ou juste intéressé, laissez-nous vos coordonnées par ici : https://plexi-form.bnf.fr/content/enquete-tolkien-0

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : Cinéma et littérature de jeunesse : quelles passerelles entre écrits et écrans ?

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université Paris-Saclay, en partenariat avec l’Afreloce (Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance), avec le soutien de Images en bibliothèque et de la Cinémathèque Française.

S’il est désormais communément admis que le passage de millénaire s’est traduit entre autres modifications par un changement majeur de paradigme (de la galaxie Gutenberg à la galaxie numérique) affectant l’ensemble des pratiques de création et de consommation, il n’est pas certain que cette évolution doive nécessairement, dans l’ordre culturel, s’accompagner du constat désabusé selon lequel « les jeunes générations ne lisent plus mais passent leur vie devant des images ». La bonne santé de l’édition jeunesse, à la créativité plus que jamais féconde, suffirait à invalider une telle idée reçue – pourtant bien ancrée dans les mentalités – ; les jeunes ont sans conteste validé massivement les représentations iconiques, qui accompagnent bel et bien leur quotidien, mais ils n’ont pas pour autant oublié les écrits au seul profit des écrans. En témoignent notamment l’accueil enthousiaste réservé à des auteurs toujours plus innovants dans leur exploration narrative et/ou graphique, le succès planétaire de best-sellers devenus incontournables, la dynamique des salons et autres manifestations littéraires en direction de la jeunesse, ou encore les nombreux sites de lecture, commentaire et même réécriture qui prouvent à l’envie à quel point ces publics continuent d’entretenir une relation privilégiée au monde de l’écrit.
Reste à analyser en profondeur les modalités de la nouvelle donne créée par la profusion des images pour voir de quelle façon l’omniprésence des cultures iconiques affecte, ou non, les univers textuels. On s’intéressera ici plus particulièrement à la question des rapports entre récits écrits et récits filmiques, en s’interrogeant sur la nature du lien qui régit désormais le monde des livres et celui des films (qu’il s’agisse de cinéma, de cinéma d’animation ou de télévision).
Les contributions attendues (des universitaires, des créateurs comme des professionnels de la culture) auront pour objet d’étudier les formes et les enjeux d’un tel dialogue, qu’on pourra aborder sous toutes ses facettes (esthétiques, narratives, symboliques, mais aussi historiques, économiques, juridiques ou encore sociologiques) et dans l’ensemble des étapes de son déploiement (de l’amont de la production jusqu’à l’aval de la réception).

Ainsi, et entre autres, pourront être considérées les questions suivantes :

– Comment les films, téléfilms, séries et autres animés se nourrissent-ils des récits inventés dans les albums, contes, romans et bandes dessinées pour les jeunes publics ? Faut-il parler de reprises, d’adaptations, de transpositions ou bien encore de re-créations ? La fidélité (ou non) des scénarios par rapport aux récits, la cohérence des univers visuels face aux univers diégétiques ou encore la conformité des personnages avec leurs incarnations affectent-elles la signification de l’œuvre et les symboliques qui s’y attachent ? Peut-on considérer que les adaptations ré-inventent les œuvres originales en créant de nouvelles histoires ?

– Qu’est-ce qui se joue dans la « novellisation » et quels sont les effets en retour sur l’œuvre originelle ? S’agit-il avant tout de stratégie commerciale ou au contraire de parti-pris artistique ? Existe-t-il une poétique propre à ce type d’écriture, peut-on parler de genre et quels en seraient les constituants ? Correspond-il à une spécialisation-métier, voire à un public spécifique ?

– Les textes comportant une part importante d’images (albums, mangas, bandes dessinées…) offrent-ils une surface différente à l’adaptation filmique par rapport à un récit exclusivement écrit ? Le processus de transformation met-il en oeuvre des choix esthétiques particuliers ? Quel rôle les illustrateurs peuvent-ils jouer lors des glissements intermédiatiques ?

– En quoi les allers et retours entre écrits et écrans affectent-ils la fonction auctoriale ? Quelles relations se tissent entre écrivains et scénaristes, comment s’opèrent les décisions, avec quelles contraintes et pour quels objectifs ? Que devient le statut d’une œuvre à partir du moment où elle existe sous des formes différentes ? Par ailleurs, pour les auteurs qui écrivent en alternance dans un média ou un autre, qu’apporte l’écriture filmique par rapport à la littérature (et réciproquement) ?

– L’entrée par un medium ou un autre influence-t-elle perceptions et représentations de l’œuvre ? La relation à la fiction est-elle la même dans l’un et l’autre cas ? Comment se font les choix de réception devant des univers déclinés sur plusieurs supports, et comment peut-on les interpréter ? Plus généralement, que nous disent les nouvelles pratiques de consommation sur les jeunes générations ?

– Cette évolution constitue-t-elle une révolution, ou bien s’ancre-t-elle dans une histoire qu’il conviendrait de retracer ? Quelles en seraient en ce cas les grandes étapes, les créateurs innovants, les œuvres représentatives ? Comment les interactions entre écrits et écrans se sont-elles développées dans le temps long et, le cas échéant, de façon distincte selon les aires géoculturelles ? Ces phénomènes ont-ils fait l’objet, en tout ou partie, d’études critiques voire de théorisations ?

– Quels enjeux de transmission sont liés à cette nouvelle donne ? Comment l’éducation à l’image, partie prenante des programmes d’enseignement, peut-elle se nourrir des situations d’interaction entre écrits et écrans ? Dans les bibliothèques et les institutions culturelles, quelle articulation entre cinéma, lecture et littérature ; quels apports pour le lecteur ; quels ponts entre supports et espaces du lieu ? De façon générale, comment travailler une œuvre avec le jeune public en combinant livre et film ?

Comité scientifique du colloque

Laurent Bazin (Université Paris-Saclay)
Perrine Boutin (Université Paris 3)
Cécile Giraud (Images en bibliothèque)
Zaïma Hamnache (BnF)
Mathilde Lévêque (Université Paris 13)
Virginie Meyer (BnF)
Marine Planche (BnF)
Jacques Vidal-Naquet (BnF)

Modalités

Le colloque se déroulera le jeudi 15 novembre 2018 à la BnF (Paris) et le vendredi 16 novembre 2018 (Paris, lieu à préciser)

Langues : français, anglais

Les communications seront enregistrées afin d’être éventuellement mises en ligne sur un site de la BnF. La durée de chaque communication est limitée à 25 minutes. La publication d’une sélection de textes est prévue.

Date limite de soumission des propositions : les propositions de communication (titre et résumé de 2000 signes maximum), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique devront parvenir (par courriel) avant le 15 avril 2018 à : Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr)

Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge des intervenants.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts