Archives de catégorie : Offres/Appels

Appel à candidature : allocation doctorale pour la réalisation d’une thèse en anthropologie sociale et ethnologie ou études politiques

Le programme de recherche Shakk. De la révolte à la guerre en Syrie : Conflits, déplacements, incertitudes, financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), propose une allocation doctorale pour la réalisation d’une thèse dont l’inscription principale se fera à l’École doctorale de l’EHESS (ED 286) dans l’une des deux formations suivantes : Anthropologie sociale et ethnologie ou Études politiques. La ou le doctorant·e sera rattaché·e au Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor, EHESS-CNRS).

Le sujet de la thèse devra porter sur l’un des principaux thèmes du programme Shakk qui intégralement consultables à l’adresse suivante :  https://shakk.hypotheses.org.

Conditions de candidature

La ou Le candidat·e parfaitement francophone et bon arabisant·e devra avoir soutenu un mémoire de Master 2 en sciences sociales avant le 20 septembre 2018.

Envoyer CV, projet de recherche rédigé en français (10 pages bibliographie comprise) et mémoire de Master 2 devront être envoyés avant le 10 septembre 2018 – 12h (heure française) simultanément aux adresses suivantes : anna.poujeau@ehess.frc.boex1@gmail.come.aubinboltanski@ifporient.org, nisrine.alzahre@gmail.com.

Les candidat·e·s sélectionné·e·s par un jury composé de tous les membres du programme Shakk (voir sur le carnet de recherche du programme Shakk) seront convoqués pour une audition avant fin septembre à Paris. En cas de nécessité, l’audition pourra se faire par visioconférence.
L’allocation doctorale débutera au 1er novembre 2018 pour une durée de 3 ans.

Rémunération : salaire brut : 1768,55 euros / salaire net : 1467,18 euros

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LabEx CAP : Appel à candidatures : six à huit contrats post-doctoraux ouverts au concours 2019

Le Laboratoire d’excellence « Création, Arts, Patrimoines » (Labex CAP), annonce le recrutement par voie de concours de six à huit chercheuses / chercheurs de niveau post-doctoral pour une période d’un an, éventuellement renouvelable une fois.

L’hypothèse méthodologique du Labex CAP consiste à rapprocher, par des travaux de recherche communs, les équipes universitaires et les équipes des institutions conservant, divulguant et exposant des collections et des fonds patrimoniaux. Dans ce contexte de décloisonnement institutionnel et disciplinaire, les corpus choisis et les objets de recherche concernent les interactions entre création et patrimoines.

I. Conditions générales

Le jury pluridisciplinaire, composé des membres du Conseil et du Bureau du Labex, sélectionnera les six à huit projets de recherche les plus pertinents et originaux, proposant des définitions scientifiques nouvelles, en lien avec l’une des thématiques du Labex CAP suivantes :

  • Exposer la recherche
  • Créer pour le musée
  • Avant-gardes, luttes et médias
  • Mémoire, critique, engagements
  • Médiations et remédiations
  • Outil numérique et production intellectuelle
  • Archives, documents, œuvres
  • Créer dans la sphère publique
  • Collection et production des savoirs
  • Exposition et interdisciplinarité
  • Présentation, représentation et patrimonialisation

Les candidats sont priés d’informer les responsables des institutions de rattachement souhaitées (directeur/directrice de laboratoire ou représentant-e au sein des instances du Labex, sans leur demander de lettre formelle), lors de la préparation de leurs projets, et de concevoir la rédaction de ces derniers en accord avec la politique scientifique générale du Labex CAP.

II. Conditions d’éligibilité

  • → Doctorat : thèse soutenue après le 01/09/2013.
  • → Age : ce concours s’inscrit dans la perspective des concours « jeunes chercheurs », moins de 38 ans (cela signifie 37 ans au moment du dépôt de candidature).
  • → Statut : une personne en poste (secondaire ou supérieur, France ou l’étranger) ne peut être recrutée.
  • → Candidature : il est à noter qu’un candidat qui a postulé les années précédentes, sans être auditionné, peut se représenter au concours. En revanche, un candidat qui a déjà été auditionné, ne peut resoumettre une proposition.

III.  Calendrier de recrutement

  • → Date de lancement du concours : le 29/06/2018
  • → Date de clôture du dépôt des candidatures : le 3 septembre 2018
  • → Phase d’admissibilité : le 15 octobre 2018
  • → Phase d’admission (auditions) : le 15 novembre 2018

IV. Durée du recrutement et date de prise de fonction

  • → Les contrats proposés sont d’une durée d’un an, éventuellement renouvelable une fois
  • → La prise de fonction s’effectuera à partir du 2 janvier 2019

V. Dossier de candidature

Le dossier de candidature complet devra être envoyé au plus tard le 3 septembre 2018 à 16h00 à l’adresse suivante : labex-cap@univ-paris1.fr

Afin de simplifier la procédure de réception et de traitement des dossiers, veuillez envoyer l’ensemble des pièces relatives à votre candidature en un seul fichier PDF (Nom_Prénom.pdf), en les classant dans l’ordre de la liste ci-dessus. Veillez à optimiser la taille et la résolution de vos fichiers. Si cela est possible, il serait préférable que l’ensemble de votre dossier de candidature n’excède pas 5 Mo et, au maximum, 10 Mo.

Le dossier comprend :

  • → page de titre : nom, prénom, titre (explicite) du projet, thématique choisie, institutions de rattachement demandées (unité d’accueil principale et unité d’accueil secondaire1, un laboratoire ou un département de musée, les deux sont membres du Labex CAP (liste des partenaires ci-jointe), établissement d’origine (soutenance de la thèse)
  • → le projet de recherche rédigé en langue française (10 000 signes maximum)
  • → un curriculum vitae et une liste des publications
  • → le diplôme de doctorat
  • → le rapport de soutenance (si la thèse est soutenue en France)
  • → une lettre de motivation
  • → une publication significative (PDF)
  • → deux lettres de recommandation au moins rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création

NB : Chaque dossier est évalué par deux experts extérieurs au Conseil et au Bureau du Labex. Le Conseil et le Bureau siègent en jury lors des phases d’admissibilité et d’admission. Les expertises et le contenu des délibérations ne sont pas communiquées aux candidats.

Obligations de services et participation aux travaux du laboratoire

En plus du projet de recherche personnel sur lequel ils auront été sélectionnés, les jeunes chercheurs prendront part aux microprojets et aux activités du Labex. A concurrence de deux/cinquièmes de leur temps de travail, ils contribueront notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, journées d’étude, et à l’enrichissement des supports de communication (site web, plaquettes ou documents de présentation) ainsi qu’à la vie du laboratoire / du département d’accueil. Ils organiseront ensemble le séminaire post-doctoral du Labex CAP.

Les post-doctorants exerceront leur fonction conformément à la charte européenne du chercheur.

VI. Résultats attendus

  • le candidat s’engage, sous peine de remboursement de l’intégralité des traitements perçus, à rendre une étude de 40 pages (60 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche au 30/12/2019. Cette étude sera publiée dans les « Cahiers du CAP », revue du Labex (Editions de la Sorbonne, Paris).
  • le candidat organise, prend part et suit les séances de séminaire post-doctoral du Labex afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

VII.  Rémunération

Les recrutements se font sous la forme d’un contrat à durée déterminée à temps plein. Le candidat percevra une rémunération forfaitaire mensuelle brute exclusive de toute rémunération accessoire sur la base d’un temps plein d’un montant de 2361.45 euros.

VIII. Critères de sélection

Les contrats proposés s’adressent à de jeunes chercheurs. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de doctorat et pouvoir se prévaloir de premières réalisations dans le domaine de la recherche.
Les critères pris en compte par le comité de sélection sont :
→ L’excellence scientifique du projet, son originalité, son adéquation avec les thèmes proposés cette année
→ Le profil et les aptitudes du candidat (compétences scientifiques, expériences dans le domaine de la recherche, publications)
→ Le caractère international des recherches (séjours d’étude, publications, compétences linguistiques)
→ La pertinence des rattachements demandés

Contacts

  • Clélia Simon-Henry,  Gestionnaire du Labex CAP : labex-cap@univ-paris1.fr (du 29/06/2018 au 24/07/2018, du 30/07/2018 au 31/07/2018, puis à partir du 27/08/2018)
  • Zinaïda Polimenova, Chargée de pilotage du Labex CAP : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr (du 29/06/2018 au 18/07/2018, puis à partir du 27/08/2018)
  1. L’unité principale accueille le post-doctorant et assure son suivi ; l’unité secondaire doit être rapprochée dans le cadre d’une collaboration intellectuelle, à mettre en place par le post-doctorant, dont  l’objectif est de faciliter la circulation des savoirs, des pratiques, des méthodes, des perspectives scientifiques diverses au sein du Labex. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Recrutement d’un.e post-doctorant.e dans le cadre du projet ANR / FAPESP Transatlantic Cultures. A digital platform for Transatlantic Cultural History (from the end of 18th century to now)

L’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 recrute un.e post-doctorant.e dans le cadre du projet ANR / FAPESP Transatlantic Cultures. A digital platform for Transatlantic Cultural History, 1700 to now. Le / la candidat.e recruté.e sera basé.e au Centre de Recherche et de Documentation des Amériques (CREDA – UMR 7227), partenaire financé de ce projet de recherche, et travaillera sous la responsabilité des coordinateurs scientifiques du projet.

Description du projet

Transatlantic Cultures est un projet de recherche collaborative internationale lancé en 2016, qui a reçu le soutien financier du programme franco-brésilien ANR/ FAPESP, de la MSH Paris-Saclay, du France-Berkeley Fund et de l’Institut des Amériques. Son comité éditorial est composé de 40 chercheurs provenant de 19 universités en Europe, en Afrique et dans les Amériques. Ce projet vise à la réalisation d’une plate-forme numérique d’histoire culturelle transatlantique éditée en ligne : un outil scientifique et technologique innovant, pérenne et évolutif, destiné à analyser les dynamiques circulatoires dans l’espace atlantique et à comprendre la place centrale de ce dernier dans le processus de mondialisation contemporain.

Transatlantic Cultures met en oeuvre une histoire connectée de l’espace atlantique contemporain à travers une série de notices analytiques consacrées aux relations culturelles complexes entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques, dans une perspective pluridisciplinaire associant historiens, anthropologues, sociologues, politistes, musicologues, spécialistes de littérature, arts, théâtre ou cinéma. Il propose une réflexion sur les circulations transatlantiques et la mondialisation culturelle, mais également sur les processus identitaires et les frontières qui ont contribué à l’établissement et au renouvellement de grandes aires culturelles depuis le XVIIIe siècle.

En portant une attention particulière à l’historicité des régimes circulatoires et aux nombreuses inflexions qui interviennent durant la période considérée, cette plate-forme permet de mettre à l’épreuve, à partir de l’espace de circulation séculaire que constitue le monde atlantique, une série de notions telles que « transferts culturels », « histoire connectée », « histoire transnationale » ou « aires culturelles ». Elle propose des notices approfondies sur les objets et les pratiques culturels regroupés au sein de grandes rubriques thématiques (culture visuelle, musique, mouvements littéraires, spectacle vivant, villes, sport, etc.). La réflexion porte également sur les acteurs des échanges (migrants, exilés, intellectuels transnationaux, voyageurs, diplomates, experts, etc.), sur les vecteurs sociologiques de la médiation (livres, revues, pièces, films, chansons, blogs, etc.), sur le poids des industries culturelles (pôles de production, réseaux de distribution, etc.) ou encore sur les politiques publiques de la culture et sur les lieux de la sociabilité culturelle transnationale (capitales culturelles, expositions internationales, congrès scientifiques, organisations internationales, festivals de cinéma, de musique ou de théâtre, etc.).

Ces éléments permettent d’analyser les espaces de circulations et l’évolution des polarités culturelles au sein de l’espace atlantique du XVIIIe au XXIe siècles. En rupture avec le modèle traditionnel d’interprétation opposant un centre (ouest-européen et nord-américain) à des périphéries culturelles (africaines, sud-américaines), le projet Transatlantic Cultures insiste sur les phénomènes de circularité et sur les différents facteurs (économiques, politiques, symboliques) qui ont contribué à l’établissement et au renouvellement des hiérarchies culturelles entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Les espaces de circulation et de dissémination sont envisagés dans une optique résolument ouverte : l’Atlantique nord bien sûr et la question de l’américanisation, mais aussi les liens établis entre les pays africains et latino-américains de « l’Atlantique sud » ; la formation interculturelle de « l’Atlantique noir » et le rôle central de l’espace caraïbe ; ou encore la longue histoire des échanges culturels entre l’Europe et l’Amérique latine.
Plus d’informations : https://tracs.hypotheses.org

Missions

  • Appui des trois coordinateurs scientifiques (Anaïs Fléchet, Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines / CHCSC ; Gabriela Pellegrino Soares, Université de São Paulo / Département d’histoire ; Olivier Compagnon, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / CREDA – UMR 7227) dans la gestion du projet ;
  • Organisation du séminaire du projet (5 à 7 séances par année universitaire) ;
  • Édition scientifique de notices du dictionnaire (notamment en anglais) ;
  • Relation avec les auteurs impliqués dans le projet ;
  • Relation avec certains prestataires impliqués dans le projet (webdesign, cartographes, etc.) ;
  • Recherche iconographique ;
  • Contribution à la rédaction de notices.

Profil

  • Être titulaire d’un doctorat en sciences humaines et sociales soutenu au plus tard le 31 août 2018. Être titulaire d’un doctorat en histoire – et plus spécifiquement en histoire culturelle – sera considéré comme un atout, mais ne constitue pas une condition exclusive ;
  • Excellente maîtrise du français et de l’anglais (incluant notamment une capacité à rédiger et à éditer des textes en anglais). Une connaissance de l’espagnol ou du portugais sera considérée comme un plus ;
  • Intérêt pour les humanités numériques et ses enjeux ;
  • Une expérience dans l’édition scientifique sera considérée comme un atout.

Dossier de candidature

  • Un CV détaillé comprenant notamment une description précise du sujet de thèse ;
  • Une lettre de motivation démontrant l’adéquation du / de la candidat.e avec le profil recherché.

À envoyer au plus tard le 29 juin 2018 à l’adresse contact@transatlantic-cultures.org
Résultats le 4 juillet 2018.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : Colloque « Michel Chaillou à l’écoute de l’obscur »

Le département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France et l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3 (THALIM, UMR 7172) organisent un colloque international portant sur l’œuvre de Michel Chaillou (1930-2013). Ils lancent un appel à communication ouvert jusqu’au 1er novembre 2018.

By Esby (talk) 08:44, 4 June 2010 (UTC) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], from Wikimedia Commons

« Écrire, on l’a bien compris, c’est d’une certaine façon faire monter dans mes phrases la langue de nuit que je porte en moi, que tout être porte en lui » (Michel Chaillou, L’Écoute intérieure, p. 322).

L’œuvre de Michel Chaillou (1930-2013) est une œuvre entièrement à l’écoute des voix : par tous les moyens, elle cherche même à ce que des voix inentendues, oubliées, délaissées, refoulées, ou encore démodées, recommencent. Cette « écoute intérieure » qui fait le moteur d’une telle écriture serait à observer d’œuvre en œuvre dans tous les registres de l’activité d’écriture de Michel Chaillou, qu’elle soit romanesque, essayiste, orale ou éditoriale. Dans la continuité des deux colloques qui se sont déjà penchés sur son œuvre, à Angers en 2015 (« Une écriture en parcours ») puis à Dunkerque en 2016 (« L’écriture fugitive »), il s’agira de repenser à nouveaux frais la force d’écoute d’une telle œuvre. Nous nous proposons de le faire en suivant trois orientations complémentaires à partir des archives, des histoires et des géographies de Michel Chaillou.

Les manuscrits dorénavant conservés à la BnF permettent aux chercheurs de découvrir certains éléments de la genèse des œuvres publiées. De plus, de nombreux cahiers et dossiers préparatoires, dont certains relèvent des activités professorales, éditoriales ou encore audio-visuelles de Michel Chaillou, ont également été conservés par la famille ; on y découvre le continu organique de l’ensemble de ces activités. Il est temps maintenant de les ouvrir et d’y voir à l’œuvre toujours recommençante « l’écoute intérieure ». Alors que le tournant archivistique est maintenant considéré dans les sciences humaines, la pratique spécifique de Chaillou des carnets et cahiers aux archives sonores et visuelles peut certainement nous aider à articuler des régimes d’historicité pluriels de son écriture en rapport direct aussi bien avec le goût de l’archive, au sens d’Arlette Farge, qu’avec un renouvellement des pratiques archivistiques, à la manière d’un Philippe Artières, pour faire histoire autrement.

De Montaigne à l’enfance nantaise, de Mirabeau à la seconde guerre mondiale, de l’Astrée au guide pédestre du XVIIe siècle, sans oublier les 24 volumes de la collection « Brèves littérature » qu’il a dirigée de 1990 à 1996, l’activité protéiforme de Michel Chaillou relève d’un racontage généralisée qui recommence toutes les histoires à ne jamais les finir pour que s’entretiennent non des itinéraires balisés, des généalogies assurées mais des historicités toujours mobiles, des points d’écoute jamais vraiment entendues. On considérera donc qu’avec Michel Chaillou, l’histoire de la littérature se voit largement contestée dans ses attendus traditionnels tout en étant renouvelée considérablement au moment même où le structuralisme voire même Roland Barthes, son directeur de thèse, n’entendaient pas forcément « la conversation éternelle des auteurs des siècles passés » dans le « vaste roman de la littérature » qu’ambitionnait Chaillou.

Chaillou aimait parler de « prose courante » et quand il écrit sur la France, la voilà « fugitive » ; mais il y aurait chez Chaillou une fascination pour tous les lieux qui ne savent pas où se situer autrement qu’à se voir sans cesse redevenir des expériences libres du rêve, de la digression ou des recommencements. Alors que la géographie en prise avec le « glocal », de Michel Lussault à Olivier Mongin, repense la notion de lieu au plus près des usages et des mobilités au moyen de raccordements scalaires souvent inédits, l’œuvre de Michel Chaillou n’offre-t-elle pas des explorations avec autant de points de fuite qui ne cessent de dé/re/localiser bien des expériences géographiques. On cherchera à suivre certaines lignes de reconceptualisation dans l’œuvre de Michel Chaillou, contemporaine d’un Henri Lefebvre (La production de l’espace, 1974), dans l’esprit d’une géocritique littéraire attentive, comme le propose Bertrand Westphal, à « saisir les espaces humains dans leur mouvance ».

Modalités pratiques

Les propositions participeront à l’un des trois axes définis ci-dessus et seront adressées avant le 1er novembre 2018 à serge.martin@univ-paris3.fr

Comité d’organisation

Guillaume Fau (BnF), Pascal Lefranc (Paris 3), Serge Martin (Paris 3)

Comité scientifique

  • François Berquin (U. du Littoral)
  • Pauline Bruley (U. d’Angers)
  • Philippe Daros (U. Sorbonne nouvelle)
  • Guillaume Fau (BNF)
  • Catherine Haman (U. du Littoral)
  • Michel Lussault (ENS, Ecole urbaine de Lyon)
  • Serge Martin (U. Sorbonne nouvelle)
  • Marie-Laure Prévost (BNF)
  • Dominique Rabaté (U. Diderot)
  • Chiara Rolla (U. di Genova)
  • Jean-François Thémines (U. de Caen)
  • Alain Schaffner (U. Sorbonne nouvelle)
  • Bertrand Westphal (U. de Limoges)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : colloque « Le rayonnement des arts au Moyen Âge. Réflexions autour du ms. aquitain, Paris, BnF latin 1139 »

Le manuscrit Paris, BnF, lat. 1139 est un manuscrit composite, aux origines mal connues, conservé dans les collections de l’abbaye de Saint-Martial de Limoges dès le milieu du XIIIe siècle. Issu de l’une des plus prestigieuses bibliothèques médiévales, il est l’un des premiers témoins d’une nouvelle manière de chanter la louange divine. Ces créations ne rompent pas avec les traditions antérieures mais prolongent des pratiques existantes.

La partie la plus importante et la plus ancienne (fin XIe-début XIIe siècle) comprend de nombreux chants festifs : tropes, chansons versifiées (versus et Benedicamus domino appelés nova cantica), épîtres farcies et jeux liturgiques (f. 32r-117r). S’y ajoutent aussi des offices votifs de la Vierge, notés au XIIIe siècle (f. 119r-148r), un prosaire complet de la fin du XIIe siècle (f. 149r-228v) et des extraits de deux autres prosaires du XIIIe siècle (f. 2r-20v). Tout au long du manuscrit figurent également des indications à la liturgie et la vie de l’abbaye (inventaire des ornements de l’autel, liste des livres de la bibliothèque, etc.).

vue 155 - folio 74r

Ce recueil factice permet donc d’appréhender deux siècles de répertoires chantés et de pratiques liturgiques touchant aux évolutions des célébrations et de leurs marges. Cette anthologie hétéroclite est révélatrice de l’élan créateur et des échanges culturels qui gravitent autour de Saint-Martial dans le contexte plus large de la France méridionale et de contrées plus lointaines.

Ce manuscrit est un livre exceptionnel et a très tôt suscité l’intérêt des chercheurs :

  • Il est l’un des plus anciens témoins des polyphonies aquitaines.
  • Il s’agit de la plus ancienne grande collection de chants festifs de nouvelle facture.
  • Il comprend plusieurs jeux liturgiques, notamment le Sponsus dont il est l’unique témoin.
  • Il s’inscrit à la croisée des répertoires latins et vernaculaires.
  • Le notateur de la partie la plus ancienne a fait usage d’une note en forme de losange afin d’indiquer le demi-ton. Cette particularité notationnelle a été rapidement abandonnée dans le sud de la France mais a été très largement adoptée dans l’ouest de la péninsule Ibérique, tout particulièrement au Portugal.

L’inventaire de la partie la plus ancienne a été dressé par Hans Spanke (1931) et Judith M. Marshall lui a entièrement consacré sa thèse (1961), essentiellement analytique. Jacques Chailley (1952), Sarah Fuller (1969) et Leo Treitler (1978) ont également intégré ce manuscrit à leurs études du répertoire aquitain. Il apparaît que de nombreux chants de latin 1139 comportent des concordances avec des sources du sud de la France mais aussi avec les offices festifs de la Circoncision de Beauvais, Sens et du Puy (Wulf Arlt, 1970, 2000) ainsi qu’avec d’autres répertoires plus éloignés géographiquement.

Ce colloque s’adresse aux chercheurs issus de différentes disciplines (histoire, histoire de l’art, histoire de la littérature, musicologie, philologie, paléographie, etc.) afin d’appréhender ce manuscrit complexe dans toutes ses dimensions. Cette rencontre sera l’occasion de combler les pans laissés vierges par l’historiographie, notamment quant aux parties les plus récentes du manuscrit. Il s’agira à la fois de s’attacher au manuscrit lui-même mais surtout, de l’inscrire dans une production plus large, à commencer par celle de l’abbaye Saint-Martial de Limoges, et dans des réseaux de création et de diffusion dépassant le territoire du Limousin. L’originalité de ce colloque réside ainsi dans la mise en évidence des circulations des pratiques artistiques et intellectuelles. Dans cette perspective, le manuscrit latin 1139 servira de point de départ à une étude renouvelée de la création au sein du Midi et de son rayonnement dans l’espace et le temps mais il n’en sera pas l’unique objet.

Les communications pourront porter sur les thématiques suivantes (liste non limitative) :

Transferts : comparaison de Paris, BnF, latin 1139 avec d’autres sources

  • questions paléographiques musicales et textuelles ; utilisation des spécificités de la notation neumatique du manuscrit dans d’autres traditions (péninsule Ibérique notamment) ;
  • caractéristiques stylistiques musicales et littéraires de son répertoire ;
  • approches codicologiques, présentation, mise en page et décoration du manuscrit en lien avec un corpus plus large.

Diffusion : Saint-Martial de Limoges comme foyer musical et artistique

  • la position de Saint-Martial par rapport à la diffusion des répertoires ou des pratiques artistiques du Limousin vers d’autres régions ;
  • l’abbaye comme centre de création et/ou de réception d’un répertoire exogène ;
  • la circulation des manuscrits à la bibliothèque de Saint-Martial ;
  • la liturgie et la vie communautaire de l’abbaye à travers les répertoires et les ajouts non musicaux dans latin1139.

Circulation : devenir et réception des répertoires notés dans Paris, BnF, latin 1139

  • mise en perspective des réseaux de diffusion des répertoires notés dans latin 1139 : manuscrits normano-siciliens, offices de la Circoncision, manuscrits germaniques dont les Carmina Burana, Cantatoria de Prague du XIVe siècle, etc. ;
  • relations entre les répertoires de latin 1139 et les sources parisiennes des XIIe et XIIIe siècles (nova cantica, proses) ;
  • prise en compte de la dimension matérielle complexe du manuscrit comme témoignage des usages des livres et des répertoires : transformations, recompositions en fonction de nouveaux besoins ;
  • échanges et interférences entre les répertoires latins (versus, tropes, épîtres, etc.) et vernaculaires.

Les propositions de communication (titre et résumé : 300 mots environ) sont à envoyer à l’adresse info@colloque1139.fr avant le 31 mai 2018.

Les déjeuners seront pris en charge. Le remboursement des frais d’hébergement et de déplacement sera discuté au cas par cas en fonction des budgets obtenus.

Comité scientifique

  • Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • François Bougart (CNRS, IRHT, Paris)
  • Pascale Bourgain (Centre Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Christelle Cazaux-Kowalski (FHNW / Musik Akademie Basel, Schola Cantorum Basiliensis)
  • Christelle Chaillou (CNRS, CESCM, Poitiers)
  • Marie-Noël Colette (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Gilbert Dahan (EPHE/LEM, Paris)
  • Charlotte Denoël (Centre Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Manuel Pedro Ferreira (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Andreas Haug (Universität Würzburg)
  • Katarina Livljanić (Université Paris-Sorbonne, IReMus)
  • Guy Lobrichon (CIHAM UMR 5648 – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
  • Christian Meyer (CNRS, CESR, Tours)
  • Susan Rankin (University of Cambridge)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

Informations pratiques

Le colloque aura lieu les 19, 20 et 21 mars 2019 à la Bibliothèque nationale de France (58, rue de Richelieu, 75002 Paris), à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (40, avenue d’Iéna, 75116 Paris) et à la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France (39, bd de La Tour-Maubourg, 75007 Paris).

Contact

info@colloque1139.fr

Comité d’organisation

  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à volontaires : J.R.R. Tolkien à la BnF

La Bibliothèque nationale de France ouvrira fin 2019 une exposition sur les littératures de l’imaginaire et l’invention de mondes, autour de l’oeuvre de John Ronald Reuel Tolkien (1892-1973).

Afin d’envisager avec des visiteurs potentiels l’élaboration de cette exposition, la Bibliothèque organise 4 séances de réflexion collective en groupe de 10-15 personnes, qui se tiendront à la Bibliothèque (site de François-Mitterrand). Fans de Hobbits ou étrangers au genre de la Fantasy, habitués des couloirs du site François-Mitterrand ou novices dans ce lieu, si vous souhaitez participer à cette démarche merci de renseigner le formulaire ci-dessous. En fonction des participants potentiels et des créneaux retenus, votre inscription vous sera, le cas échéant, confirmée par email. Une session en ligne peut aussi être envisagée pour les personnes intéressées mais ne pouvant se rendre disponibles sur un des créneaux proposés.

Fan des films, lecteur à la BnF, habitué des expos ou juste intéressé, laissez-nous vos coordonnées par ici : https://plexi-form.bnf.fr/content/enquete-tolkien-0

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : Cinéma et littérature de jeunesse : quelles passerelles entre écrits et écrans ?

Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université Paris-Saclay, en partenariat avec l’Afreloce (Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance), avec le soutien de Images en bibliothèque et de la Cinémathèque Française.

S’il est désormais communément admis que le passage de millénaire s’est traduit entre autres modifications par un changement majeur de paradigme (de la galaxie Gutenberg à la galaxie numérique) affectant l’ensemble des pratiques de création et de consommation, il n’est pas certain que cette évolution doive nécessairement, dans l’ordre culturel, s’accompagner du constat désabusé selon lequel « les jeunes générations ne lisent plus mais passent leur vie devant des images ». La bonne santé de l’édition jeunesse, à la créativité plus que jamais féconde, suffirait à invalider une telle idée reçue – pourtant bien ancrée dans les mentalités – ; les jeunes ont sans conteste validé massivement les représentations iconiques, qui accompagnent bel et bien leur quotidien, mais ils n’ont pas pour autant oublié les écrits au seul profit des écrans. En témoignent notamment l’accueil enthousiaste réservé à des auteurs toujours plus innovants dans leur exploration narrative et/ou graphique, le succès planétaire de best-sellers devenus incontournables, la dynamique des salons et autres manifestations littéraires en direction de la jeunesse, ou encore les nombreux sites de lecture, commentaire et même réécriture qui prouvent à l’envie à quel point ces publics continuent d’entretenir une relation privilégiée au monde de l’écrit.
Reste à analyser en profondeur les modalités de la nouvelle donne créée par la profusion des images pour voir de quelle façon l’omniprésence des cultures iconiques affecte, ou non, les univers textuels. On s’intéressera ici plus particulièrement à la question des rapports entre récits écrits et récits filmiques, en s’interrogeant sur la nature du lien qui régit désormais le monde des livres et celui des films (qu’il s’agisse de cinéma, de cinéma d’animation ou de télévision).
Les contributions attendues (des universitaires, des créateurs comme des professionnels de la culture) auront pour objet d’étudier les formes et les enjeux d’un tel dialogue, qu’on pourra aborder sous toutes ses facettes (esthétiques, narratives, symboliques, mais aussi historiques, économiques, juridiques ou encore sociologiques) et dans l’ensemble des étapes de son déploiement (de l’amont de la production jusqu’à l’aval de la réception).

Ainsi, et entre autres, pourront être considérées les questions suivantes :

– Comment les films, téléfilms, séries et autres animés se nourrissent-ils des récits inventés dans les albums, contes, romans et bandes dessinées pour les jeunes publics ? Faut-il parler de reprises, d’adaptations, de transpositions ou bien encore de re-créations ? La fidélité (ou non) des scénarios par rapport aux récits, la cohérence des univers visuels face aux univers diégétiques ou encore la conformité des personnages avec leurs incarnations affectent-elles la signification de l’œuvre et les symboliques qui s’y attachent ? Peut-on considérer que les adaptations ré-inventent les œuvres originales en créant de nouvelles histoires ?

– Qu’est-ce qui se joue dans la « novellisation » et quels sont les effets en retour sur l’œuvre originelle ? S’agit-il avant tout de stratégie commerciale ou au contraire de parti-pris artistique ? Existe-t-il une poétique propre à ce type d’écriture, peut-on parler de genre et quels en seraient les constituants ? Correspond-il à une spécialisation-métier, voire à un public spécifique ?

– Les textes comportant une part importante d’images (albums, mangas, bandes dessinées…) offrent-ils une surface différente à l’adaptation filmique par rapport à un récit exclusivement écrit ? Le processus de transformation met-il en oeuvre des choix esthétiques particuliers ? Quel rôle les illustrateurs peuvent-ils jouer lors des glissements intermédiatiques ?

– En quoi les allers et retours entre écrits et écrans affectent-ils la fonction auctoriale ? Quelles relations se tissent entre écrivains et scénaristes, comment s’opèrent les décisions, avec quelles contraintes et pour quels objectifs ? Que devient le statut d’une œuvre à partir du moment où elle existe sous des formes différentes ? Par ailleurs, pour les auteurs qui écrivent en alternance dans un média ou un autre, qu’apporte l’écriture filmique par rapport à la littérature (et réciproquement) ?

– L’entrée par un medium ou un autre influence-t-elle perceptions et représentations de l’œuvre ? La relation à la fiction est-elle la même dans l’un et l’autre cas ? Comment se font les choix de réception devant des univers déclinés sur plusieurs supports, et comment peut-on les interpréter ? Plus généralement, que nous disent les nouvelles pratiques de consommation sur les jeunes générations ?

– Cette évolution constitue-t-elle une révolution, ou bien s’ancre-t-elle dans une histoire qu’il conviendrait de retracer ? Quelles en seraient en ce cas les grandes étapes, les créateurs innovants, les œuvres représentatives ? Comment les interactions entre écrits et écrans se sont-elles développées dans le temps long et, le cas échéant, de façon distincte selon les aires géoculturelles ? Ces phénomènes ont-ils fait l’objet, en tout ou partie, d’études critiques voire de théorisations ?

– Quels enjeux de transmission sont liés à cette nouvelle donne ? Comment l’éducation à l’image, partie prenante des programmes d’enseignement, peut-elle se nourrir des situations d’interaction entre écrits et écrans ? Dans les bibliothèques et les institutions culturelles, quelle articulation entre cinéma, lecture et littérature ; quels apports pour le lecteur ; quels ponts entre supports et espaces du lieu ? De façon générale, comment travailler une œuvre avec le jeune public en combinant livre et film ?

Comité scientifique du colloque

Laurent Bazin (Université Paris-Saclay)
Perrine Boutin (Université Paris 3)
Cécile Giraud (Images en bibliothèque)
Zaïma Hamnache (BnF)
Mathilde Lévêque (Université Paris 13)
Virginie Meyer (BnF)
Marine Planche (BnF)
Jacques Vidal-Naquet (BnF)

Modalités

Le colloque se déroulera le jeudi 15 novembre 2018 à la BnF (Paris) et le vendredi 16 novembre 2018 (Paris, lieu à préciser)

Langues : français, anglais

Les communications seront enregistrées afin d’être éventuellement mises en ligne sur un site de la BnF. La durée de chaque communication est limitée à 25 minutes. La publication d’une sélection de textes est prévue.

Date limite de soumission des propositions : les propositions de communication (titre et résumé de 2000 signes maximum), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique devront parvenir (par courriel) avant le 15 avril 2018 à : Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr)

Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge des intervenants.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à chercheurs 2018-2019 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de chercheurs pour l’année universitaire 2018-2019. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de bourses de recherche pour un montant total de 40.000 euros, grâce à la générosité de la BnF, de ses mécènes. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d’éviter la dispersion des propositions, trois axes de recherche sont indiqués : étude et valorisation des collections ; histoire de la Bibliothèque nationale de France ; étude de la photographie et de l’histoire de la photographie.

Turpin [inventeur et industriel français spécialisé dans les explosifs, dans son laboratoire] : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Thèmes de recherche

Les axes de recherche de l’appel à chercheurs de la BnF concernent trois principaux domaines :

  • Axe 1 : Études historiques du Comité d’Histoire de la Bibliothèque nationale de France
  • Axe 2 : Études sur la photographie et l’histoire de la photographie
  • Axe 3 : Études et valorisation des collections

Modalités pratiques

L’appel à chercheurs de la BnF est disponible sur le site : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/
Les candidats peuvent y trouver toutes les informations nécessaires, notamment sur les axes thématiques ou les sujets proposés par les départements de collections.

Les candidatures sont à formuler directement sur le site dédié sciencesconf.org.

Pour toute information relative à la soumission de votre candidature, merci de contacter la Bibliothèque à l’adresse suivante : aacbnf2018@sciencesconf.org

Date limite d’envoi des candidatures : 29 avril 2017

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à contributions : Des lieux pour penser : musées, bibliothèques, théâtres… : colloque international, 20-22 juin 2018, Paris

Peut-on, comme d’autres ont défini des lieux de mémoire, ou des lieux de savoirs (Nora, 1984-87, Jacob, 2007-2011), envisager certains lieux aujourd’hui comme des espaces (publics) plus propices que d’autres à la pratique de la pensée, comme des lieux de pensée ? Dans quelle mesure, comment, et à quelles fins, des lieux – le musée, le théâtre, la bibliothèque… – peuvent-ils impulser, élaborer ou modeler de la pensée ? Quels sont les dispositifs (institutionnels, architecturaux, scénographiques) que mobilise et construit une telle volonté des pratiques professionnelles et artistiques de s’inscrire dans des enjeux de pensée ? Quels sont les enjeux, les bornes, les moyens, les effets de ces dispositifs ?

Vue intérieure de la nouvelle salle projetée pour l’agrandissement de la bibliothèque du Roi / Boullée invenit

La manière de présenter les objets (Newhouse, 2005), de même que la notion de dispositif (Mairesse et Hurley, 2012), dans les musées, révèlent l’importance accordée à l’agencement de l’espace au sein du musée (Davallon, 1992, Duncan & Wallach, 1978 et 1980). On peut dès lors envisager la mise en exposition comme un dispositif de dramatisation, autour d’objets conçus comme des pôles d’« attraction » de la pensée (Mouton-Rezzouk, 2016). Certains musées, comme le musée d’Ethnographie de Neuchâtel, se sont ainsi fait les champions des expositions visant à déconcerter puis forcer le visiteur à penser la place et les relations entre objets et les dispositifs qui lui sont présentés (Gonseth, Hainard et Khaer, 2005). De la même manière, nombre de projets artistiques visant le détournement ou l’installation dans les musées, visent à mettre en valeur une réflexion spécifique à partir de ces lieux (Putnam, 2001). Un premier travail de recensement de ces lieux a été largement opéré sur les expositions temporaires envisagées à partir de l’histoire de l’art (Altshuler, 2008, 2013).

Le « pouvoir des bibliothèques » (Baratin et Jacob, 1996) s’est tout aussi largement constitué à partir de ses espaces intérieurs, ce dont témoigne la diversité de son architecture, mais aussi la régularité de ses espaces reflétant les classements généraux (Dewey ou Otlet) ou ceux développés par quelques esprits particuliers, comme Warburg (Baratin et Jacob, 1996, Michaud, 1998). Si l’architecture des bibliothèques, comme celle des théâtres ou des musées, est étudiée depuis longtemps (Pevsner, 1976), le besoin d’une analyse de l’espace intérieur, interrogé ou photographié (Dawson 2014), apparaît forcément comme fondamental pour comprendre la manière dont fonctionne cette « pensée distribuée » (Latour, 2007), à un moment où la question du « commun des savoirs » vient relayer celle du « tiers lieu » (Dujol, 2017, Failla, 2017). On peut également s’intéresser aux enjeux et aux moyens de la médiatisation des contenus, et voir, par exemple, dans la mise en place d’une proposition culturelle renforcée (expositions, performances, rencontres, etc.) un processus de « dramatisation » ou de « scénarisation » destiné à élaborer de nouveaux modes d’appréhension des savoirs et à penser autrement l’accès au livre, et plus largement aux contenus documentaires et culturels qui sont à l’œuvre dans les collections des bibliothèques.

Dans le prolongement des analyses du théâtre comme fait social (Duvignaud, 1965), plusieurs publications, ces dernières années, se sont intéressées au lieu théâtral (Biet & Triau, 2006, Barbéris & Poirson, 2013, Urrutiaguer, 2014) et ont également cherché à mettre en évidence et à analyser la capacité heuristique et critique du théâtre (Suutela et alii, 2012) ; si c’est essentiellement, d’ailleurs, en termes politiques que cette pensée du théâtre (ou depuis le théâtre) est revendiquée et décrite (Hamidi-Kim, 2013, Neveux, 2013, Plana, 2014), elle l’est également, depuis peu, du côté de la philosophie, tant du fait des théoriciens (Badiou, 2014, Guénoun et alii, 2010, Lacoue-Labarthe & Nancy, 2013, Rancière, 2008) que des artistes et des institutions (Emmanuel Alloa au Théâtre de Gennevilliers, Alain Badiou et Marie-José Malis à Aubervilliers, Philippe Quesne au Théâtre des Amandiers de Nanterre et Bérangère Vantusso au Studio-Théâtre de Vitry). La pensée ne se réduit toutefois pas au politique et au philosophique, et peut être envisagée pour elle-même, quand elle est « savoir du théâtre » (Aït-Touati, 2017) ou « pensée-théâtre » (Garcin-Marrou, 2017).

Il semble aujourd’hui pertinent de comparer ces perspectives dans un cadre commun et d’envisager plus généralement le rapport de la pensée au lieu, à un moment ou s’affirme donc une redéfinition convergente des musées, théâtres et bibliothèques comme lieux publics dévolus à une pratique active et partagée (sinon nécessairement collective) de pensée. À l’ère des flux, à l’heure où la pensée se « liquidifie » (selon la formule de Bauman) ou se « gazéifie » (selon Michaud), peut-on croire encore à la matérialité des lieux comme cadres et bâtis nécessaires à la pensée ? Et, réciproquement, lorsque des lieux, aujourd’hui, se présentent comme des espaces ouverts à l’émergence et au déploiement de la pensée, qu’est-ce que cela (« la pensée ») signifie ? Qu’est-ce qui fait la matière (l’objet, les contenus, la forme, la dynamique) de cette pensée in situ ? Est-elle spécifique au lieu, ou non ? Comment la décrire, comment la caractériser ? A quels moments, et de qui, émerge-t-elle ? Est-elle partageable, partagée, collective ? Dans quelle mesure n’est-elle qu’un autre nom pour du didactisme, voire de la propagande ? Comment cette pensée se manifeste-t-elle, le cas échéant ? Et surtout, comment peut-elle être conditionnée, intentionnellement ou de facto, par le lieu ? Quels pourraient en être les modèles (structure, architecture) qui sous-tendent les représentations que s’en font les différents acteurs du lieu (professionnels, usagers) ?

Ce colloque s’inscrit dans un programme plus vaste, intitulé « ces lieux où l’on pense1 », dans lequel nous nous proposons, au cours d’un cycle de journées d’études et de colloques, d’examiner la façon dont des lieux – la scène, l’espace muséal et la bibliothèque, dans leur acception la plus large – génèrent et modèlent de la pensée. Il s’agit de mettre à l’épreuve une hypothèse : que ces « lieux » (espaces circonscrits dans un territoire, architecture, dispositif – scénographique, expographique, classificatoire … – , systèmes institutionnels et professionnels définis par des missions et des valeurs spécifiques, œuvres et objets présentés) déterminent des modes d’exercice de la pensée qui leur sont propres, tant du côté de ceux qui y « œuvrent » (concepteurs / artistes / programmateurs…) que du côté des publics (visiteurs, spectateurs, usagers) ; qu’ils peuvent, conjointement, être conçus – fabriqués, pensés, analysés, interprétés – comme des espaces de pratique de la pensée, voire de l’exercice philosophique, en son sens le plus ouvert de pratique d’une pensée contemplative, réflexive ou critique.

Nous nous proposons ici, durant les trois journées de ce colloque, de partir d’une collecte de cas concrets, c’est-à-dire de lieux spécifiques, permanents ou temporaires – musées, expositions, bibliothèques, théâtres et autres dispositifs scéniques (danse, performances, marionnettes, cirques), mais aussi parcs ou jardins publics, etc. – afin de mettre en évidence, ensemble, les points de convergence et les lignes de partage entre ces différents objets, et de développer des outils d’analyse visant à construire un cadre d’analyse commun pour mettre en lumière le rapport entre lieu et processus de pensée.

Les contributions recherchées consisteront donc en études de cas visant à expliciter ce rapport entre lieu spécifique (musée, théâtre, bibliothèque…) et processus de pensée, et, afin de permettre la discussion et la comparaison, proposeront en trois temps la caractérisation du lieu choisi (cadre institutionnel ou générique, architecture, scénographie), l’analyse du dispositif proprement dit, pour tenter de parvenir à une explicitation du ou des processus de pensée induits ou produits. Le texte en sera communiqué très en amont du colloque pour que celui-ci puisse être partagé avec tous les participants du colloque, afin d’être discutés en ateliers durant celui-ci.

Le colloque sera structuré en trois temps : une première journée, le 20 juin, en session plénière et ouverte à tous (dans la limite des places disponibles et après inscription), visera à présenter les enjeux majeurs que constituent, pour ces différents lieux que constituent la bibliothèque, le théâtre ou le musée, l’exercice de la pensée. Une seconde journée de travail sur la collection de lieux réunira en ateliers les contributeurs durant le 21 juin ; une troisième journée, le 22 juin, en comité restreint, rassemblera les organisateurs et les rapporteurs des ateliers afin de synthétiser ces discussions précédentes et d’envisager les étapes ultérieures de notre réflexion sur ces lieux où l’on pense.

Références

  • Aït-Touati F. “Les savoirs du théâtre. Histoire d’un dispositif”, Journée d’étude, 23/06/2017, CRAL, EHESS/CNRS.
  • Altshuler B. 2008. Salon to Biennial – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Altshuler B. 2013. Biennials and beyond – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Badiou A. 2014. Rhapsodie pour le théâtre. Court traité philosophique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Perspectives critiques.
  • Baratin M. Jacob C. (dir.). 1996. Le pouvoir des bibliothèques, Paris, Albin Michel.
  • Bessière, J., Payen, E., (dir.). 2015. Exposer la littérature, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Davallon J. 1992. « Le musée est-il un média ? », Public & Musées, 2, décembre, p. 99-123.
  • Dawson R. 2014. The public Library. A photographic essay, New York, Princeton Architectural Press.
  • Dujol, L. (dir.), Communs du savoir et bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. Bibliothèques.
  • Duncan C., Wallach C. 1980. « The universal survey museum », Art History, 3, p. 448-69.
  • Duncan C., Wallach C. 1978. « The Museum of Modern art as late capitalist ritual : an iconographic analysis », Marxist perspectives, 4, p. 28-51.
  • Failla, L., 2017. Du livre à la ville. La bibliothèque comme espace public, Métis presses.
  • Garcin-Marrou F. Beauchamp H. et alii, 2016. Les Scènes philosophiques de la marionnette, Montpellier, L’Entretemps.
  • Gonseth M.-O., Hainard J., Kaehr R. 2005. Cent ans d’ethnographie sur la colline de Saint-Nicolas. 1904-2004, Neuchâtel, MEN.
  • Guénoun D. 2010. avec Deguy M., Dommange T., Doutey N., Kirkkopelto E., Nowrousian S., Philosophie de la scène, Besançon, Les Solitaires intempestifs, coll. Expériences philosophiques.
  • Hamidi-Kim Bérénice. 2013. Les Cités du théâtre politique en France depuis 1989, Montpellier, L’Entretemps.
  • Jacob C. (dir.). 2007-2011. Les Lieux de Savoir, Paris, Albin Michel.
  • lacoue-Labarthe P., Nancy J-L. 2013. Scène suivi de Dialogue sur le dialogue, Christian Bourgois éditeur, coll. Détroits.
  • Latour B. 2007. « Pensée retenue, Pensée distribuée », in Jacob C., Les lieux de savoir. Espaces et communautés, p. 605-615.
  • Mairesse F., Hurley C. 2012. « Éléments d’expologie : matériaux pour une théorie du dispositif muséale », Media tropes e-Journal, Vol. III, n°2, pp. 1-27.
  • Michaud P.A. 1998. Aby Warburg et l’image en mouvement, Paris, Macula.
  • Mouton-Rezzouk A. 2016. « Exposer le théâtre? » dans Dufrêne, B., Glicenstein, J. (dir.) Histoires d’Expositions, Paris, Hermann.
  • Neveux O. 2013. Politiques du spectateur. Les enjeux du théâtre aujourd’hui, Paris, La Découverte.
  • Newhouse V. 2005. Art and the power of placement, New York, Monacelli Press.
  • Nora P. (dir.) 1984-1987. Les lieux de mémoire. La République, la Nation, les France, Paris, Gallimard.
  • Payen, E., Huchet, B. (dir.). 2015. L’action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Pevsner N. 1976. A History of Building Types, London, Thames & Hudson.
  • Plana M. 2014. Théâtre et Politique. Modèles et concepts. Paris, Orizons.
  • Putnam J. 2001. Art and Artifact. The Museum as Medium, London, Thames & Hudson.
  • Rancière J. 2014. « Le Théâtre des pensées », Le Fil perdu. Essai sur la fiction moderne, Paris, La Fabrique éditions.
  • Suutela H. (dir.), 2012. Utopie et pensée critique dans le processus de création, Les solitaires intempestifs.
  • Urrutiaguer D. 2014. Les Mondes du théâtre. Désenchantement politique et économie des conventions, Paris, L’Harmattan.

Modalités de soumission

  • Une proposition brève, d’environ 2000 signes (présentation rapide du cas d’étude et caractérisation des processus de pensée envisagés) sera envoyée pour le 30 janvier 2018 à l’adresse suivante : cyclelieuxdepensee@gmail.com.
  • Les contributions, très synthétiques (12.000 signes maximum, notes et bibliographie comprises) seront envoyées pour le 15 avril 2018 (au plus tard) à la même adresse.
  • Les textes corrigés et mis en page seront envoyés à l’ensemble des participants au colloque, en version électronique, pour le 1er juin 2018.
  • Une version imprimée et éditée des textes sera remise aux participants lors du colloque.

Comité d’organisation

  • François Mairesse, Professeur d’économie de la culture et de muséologie à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (CERLIS UMR 8070, labex ICCA)
  • Flore Garcin Marrou, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Université Jean Jaurès de Toulouse (LLA CREATIS, EA 4152)
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Institut d’Études Théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (IRET, EA 3959)
  • Des doctorants du CERLIS participeront également à la préparation du colloque.

Comité scientifique

  • Frédérique Aït Touati, Chargée de recherche CR1 CNRS/EHESS, centre de recherche sur les arts et le langage (CRAL)
  • Isabelle Barbéris, Maître de conférences, CERILAC, Université Paris Descartes
  • Cécile Camart Maître de conférences, LIRA, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Irène Bastard, cheffe de projet – Publics et usages à la délégation à la Stratégie et à la Recherche, Bibliothèque nationale de France
  • Yves Bergeron, Professeur, Université de Québec à Montréal
    Bruno Brulon Soares, Maître de conférences, Vice-Président d’ICOFOM, Université fédérale de Rio de Janeiro
  • Yves Girault, Professeur, Muséum national d’Histoire naturelle
    Elena Gordienko, Enseignant-chercheur, Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration, Moscou
  • Esa Kirkkopelto, Professor of Artistic Research, University of the Arts, Helsinki, metteur en scène et dramaturge
  • Joëlle Le Marec, Professeur, CELSA Paris 4
  • Emmanuelle Payen, conservateur des bibliothèques, Chef du service du Développement culturel & Actualité, BPI, Centre Pompidou
  • Martial Poirson, Professeur, Scènes du monde création, savoirs critiques, Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis
  • Daniel Schmitt, Maître de conférences, Université de Valenciennes

Comité d’organisation du cycle « Ces lieux où l’on pense »

  • Julie Deramond, Equipe Culture et Communication, CNE, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Flore Garcin Marrou, LLA CREATIS, Université Toulouse Jean Jaurès
  • François Mairesse, CERLIS, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, IRET, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  1. https://udpn.fr/IMG/pdf/programme__ces_lieux_ou_lon_pense.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de stage Master 2 – BnF

Grâce au concours de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima), la Bibliothèque nationale de France (BnF) propose un stage rémunéré de master 2 dont le sujet porte sur l’Identification et quantification des encollages utilisés dans les papiers de presse du XXème siècle conservés à la Bibliothèque nationale de France.

La Bibliothèque nationale de France (BnF) réalise régulièrement des campagnes de désacidification de masse sur des documents constitués de papiers acides. Cette désacidification ralentit la dégradation du papier qui est favorisée par l’hydrolyse acide de la cellulose. Toutefois ce traitement de conservation ne permet pas de renforcer le papier. Pour cette raison, la BnF est impliquée dans la recherche de nouvelles méthodes de désacidification et consolidation de documents cellulosiques en collaboration avec les laboratoires partenaires Centre de recherche sur la conservation  (CRC) et Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI, EA 2528). Les résultats de ces recherches ont montré un intérêt avéré vis-à-vis de l’utilisation d’aminoalkylacoxysilanes (AAAS) pour la désacidification et le renforcement simultanés du papier. Les dernières études ont notamment mis en évidence l’influence néfaste de l’encollage utilisé dans la fabrication du papier sur l’efficacité du traitement à base d’AAAS. Pour vérifier l’applicabilité de la méthode développée au sein des collections de la BnF il s’avère donc fondamental de connaître la nature et la quantité d’encollage présent dans les documents susceptibles de recevoir ce type de traitement.

Ce stage vise donc à développer une méthode analytique qui permettra d’identifier et de quantifier les différentes matières utilisées pour l’encollage des papiers de presse, comme la colophane, les dimères alkyl cétene (AKDs) ou les anhydrides alcényl succinique (ASAs). Les techniques analytiques utilisées pour l’étude seront la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectroscopie de masse (GC-MS) et la pyrolyse-GC/MS. Le protocole analytique sera mis au point sur des échantillons modèle et appliqué ensuite à des prélèvements de papiers de presse en provenance des collections de la BnF. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours.

Profil du candidat

Le(la) candidat(e) devra posséder des bonnes connaissances en chimie analytique et en particulier en chromatographie. Des connaissances en chimie des polymères naturels et synthétiques seront appréciées. Le(la) candidat(e) devra montrer un fort intérêt pour les problématiques liées à la conservation du patrimoine culturel.

Modalités pratiques

Pour postuler envoyer CV et lettre de motivation à eleonora.pellizzi@bnf.fr ou stephane.bouvet@bnf.fr

La prise de fonction est prévue entre janvier et février 2018.

Encadrants de stage

  • BOUVET Stéphane, Chargé d’études et de recherche, Laboratoire
    Bibliothèque nationale de France
  • PELLIZZI Eleonora, Chargée d’études et de recherche, Laboratoire Bibliothèque nationale de France
  • FICHET Odile, Professeur des Universités, LPPI-Université de Cergy Pontoise
  • DUPONT Anne-Laurence, Chargée de recherche, Centre de Recherche sur la Conservation (CRC)

Contexte

Le stage programmé grâce au financement de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima) vient compléter les résultats du projet de thèse CoMPresSil. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours (thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel Renforcement et Désacidification d’Objets Patrimoniaux Cellulosiques par des Réseaux de Copolymères de Polyaminoalkylalcoxy Silanes. Application aux collections de Bibliothèques  (CoSilBib) également financée par le labEx Patrima 2016-2019).

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Post-doctorant(e) – Chef(fe) de projet de recherche « Histoire du quartier Richelieu »

Les principaux acteurs du site « Richelieu, bibliothèques, musée, galeries » (Bibliothèque nationale de France, École nationale des chartes, Institut national d’histoire de l’art) ainsi que le Centre allemand d’histoire de l’art, les universités de Sorbonne Université et de Paris I Panthéon Sorbonne ont décidé de conduire en commun un programme de recherche pluriannuel autour de l’histoire du « quartier Richelieu » dans lequel ces institutions de recherche sont en grande partie implantées.

Le projet se donne pour objectif d’aborder différents facettes de l’histoire du quartier : urbanistique (transformations, destructions) ; architecturale (histoire des bâtiments : construction, réaffectation, destruction) ; économique, commerciale et administrative ; sociologique (personnalités célèbres ayant eu des liens : résidence, travail, etc. avec les lieux et institutions du quartier, réseaux de sociabilité), culturelle (théâtre, musique…), etc.

Le projet consiste à documenter et illustrer l’histoire du quartier en valorisant les collections patrimoniales des institutions participantes et les travaux herméneutiques menés par des chercheurs dans le cadre du programme ainsi qu’à rendre accessible le produit de ces travaux au moyen d’interfaces numériques adaptées à des consultations spécialisées et plus grand public.

Dans ce cadre, les institutions citées offrent un emploi pour un(e) post-doctorant(e) – Chef(fe) de projet de recherche « Histoire du quartier Richelieu ».

Missions du poste

Sous la responsabilité du Comité de pilotage du projet, le/la Chef(fe) de projet est chargé(e) de :

  • piloter le projet de recherche « Histoire du quartier » ;
  • définir avec le Comité de pilotage les objectifs, les livrables et les délais de réalisation des différentes tâches ;
  • établir les méthodes et outils de pilotage du projet ainsi que les modalités de communication entre les différents partenaires et chercheurs impliqués ;
  • superviser, coordonner le travail de l’ensemble des acteurs et animer des points réguliers avec l’ensemble des partenaires : état d’avancement du programme, suivi du partage de connaissances, validation des résultats, suivi du planning et respect du budget, etc. ;
  • promouvoir auprès des unités de recherche (Labex, écoles doctorales, écoles universitaires de recherche…) le projet pour susciter des vocations et des aides financières pour recruter des étudiants chercheurs ;
  • participer à l’organisation du séminaire de recherche du projet ;
  • collaborer aux travaux de valorisation et de communication sur le projet (carnet de recherche, …) ;
  • rédiger le projet scientifique pour financement de recherche (type ANR, ERC).

Contributions spécifiques attendues du (de la) chef(fe) de projet

  • Coordonner le répertoire des collections patrimoniales des institutions participantes relatives à l’histoire du « quartier Richelieu » selon les différents axes définis ;
  • Tenir régulièrement à jour un carnet de recherche rythmant la vie du projet créé sur la plateforme Hypothèses.org d’Open Edition.

Compétences

  • Etre titulaire d’un doctorat en Sciences humaines et sociales ou en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication au cours des cinq dernières années ;
  • Capacité à travailler en mode projet et aptitude à dialoguer avec des équipes de recherche ;
  • Rigueur attachée aux productions scientifiques mais aussi qualité rédactionnelle de vulgarisation, notamment sur le web ;
  • Intelligence des problématiques de recherche liées aux données numériques (big data, text and data mining, humanités numériques…) ;
  • Intérêt prononcé pour le patrimoine graphique et faculté à utiliser les outils bibliographiques pour repérer les collections et les données pouvant être utilisées par les chercheurs ;
  • Aisance avec les outils informatiques ;
  • Maîtrise du français et de l’anglais.

Personne(s) à contacter

  • France Nerlich, Directrice du département des études et de la recherche à l’INHA, france.nerlich@inha.fr
  • Gennaro Toscano, Conseiller scientifique et culturel sur le projet de Bibliothèque-Musée Richelieu, gennaro.toscano@bnf.fr
  • Thomas Kirchner, Directeur du Centre allemand d’histoire de l’art (ou « DFK Paris »), tkirchner@dfk-paris.org

Conditions de l’emploi

  • Structure de référence administrative : Institut national d’histoire de l’art
  • Localisation géographique : 6, rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Rattachement hiérarchique au sein de la structure : France Nerlich, Directrice du département des études et de la recherche
  • Quotité de travail inhérente au poste : 50%
  • Catégorie : contrat post-doctoral
  • Prise de fonction : 1er février 2018
  • Durée : CDD d’une durée de 12 mois

Modalités

Le dossier consistera en un CV, une présentation du doctorat, des activités et contrats de recherche antérieurs, et une lettre de motivation.
Les candidatures seront envoyées à l’adresse der-dir@inha.fr, en spécifiant comme sujet : Chef.fe de projet pour le programme Histoire du quartier Richelieu.
Date limite du dépôt des candidatures : 15 janvier 2018

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

BnF : offre d’emploi : Chargé du suivi de l’étude interne sur la presse

Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France recense, depuis son lancement, une majorité (en nombre de titres et de pages) de périodiques et de monographies. La BnF poursuit des travaux d’amélioration des fonctionnalités de recherche pour ces contenus à l’enrichissement sémantique des données et des métadonnées relatives aux corpus traités et optimiser les processus de numérisation, dont l’OCR, ainsi que les dispositifs de reconnaissance des articles de presse (OLR)1.

Pour poursuivre sa politique de numérisation de la presse2, la BnF publie une offre d’emploi pour le suivi d’une étude interne sur la presse.

OLR : principe

Missions et activités

Placé directement sous la responsabilité d’Aline Girard, directrice du département de la Coopération (Direction des services et des réseaux), le chargé de suivi réalisera une étude interne sur la presse copilotée par deux départements : le département de la Coopération (DSR) et celui du Droit, Economie, Politique (DCO). Cette étude a été confiée au mois de mai 2017 par la Directrice générale aux deux directions, qui en assureront la réalisation conjointe.

De par ce copilotage, le déroulement de la mission de l’agent sera établi par les deux directeurs de département responsables de l’étude.

A ce titre l’agent, sur la base de la méthodologie de suivi d’étude proposée par la Délégation à la Stratégie et à la Recherche, assurera l’organisation des réunions internes de suivi (comité de pilotage, comité de suivi), rédigera les compte rendus de réunion, rythmera l’avancée de l’étude avec un calendrier de suivi de projet précisant les étapes et les livrables attendus.

L’agent sera également chargé de réunir les informations disponibles sur les collections de presse de la BnF (que ce soit sous l’angle de la conservation, de la numérisation, du stockage, etc.), et autant que faire se peut sur les collections de presse conservées dans les autres bibliothèques françaises.

L’agent aura à sa charge la mise en forme des informations recueillies dans les livrables successifs et la rédaction du rapport final attendu par la direction de l’Etablissement à la fin de l’année 2017.

Domaines de compétences

  • Expérience de suivi d’étude et de gestion de projet transverse
  • Excellent relationnel et capacité à animer des groupes
  • Aisance orale et excellentes capacités rédactionnelles
  • Sens du travail en équipe
  • Rigueur et méthode, sens de l’organisation

Modalités pratiques

  • Personne à contacter pour des renseignements :
    • Aline GIRARD, Directeur du département de la coopération, tél. : 33 (0)1 53 79 40 35
  • Modalités pratiques de candidature : obligatoirement candidater en ligne. Le dossier de candidature doit réunir un CV et peut être complété d’une lettre de motivation.
  • Référence du poste : RC027
  • Sites : François-Mitterrand, Quai François-Mauriac Cedex 13, 75706 Paris
  • Catégorie : A
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Chargé de collections
  • Durée du contrat : 6 mois
  • A pourvoir à compter du : 01/09/2017
  1. Ioannis Anagnostopoulos, Pourquoi Europeana Newspapers ?. Disponible ne ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/en2014_anagnostopoulos.pdf> []
  2. Presse et revues, http://gallica.bnf.fr/html/und/presse-et-revues/presse-et-revues et Journaux numérisés dans Gallica, http://presselocaleancienne.bnf.fr/html/journaux-numerises-dans-gallica []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

BnF : appel à candidatures : Assistant de recherche

Dans le cadre de la deuxième année du projet CORPUS (voir http://c.bnf.fr/fom), la BnF poursuit sa réflexion sur les services de fourniture de corpus qu’elle pourrait mettre en place en direction notamment des équipes de recherche intéressées par la fouille de textes et de données (text and data mining). A cet effet, la Bibliothèque nationale de France lance un appel à candidatures pour un assistant de recherche.

Pour la deuxième année du projet, l’établissement projette d’étudier dans quelle mesure les équipes de recherche souhaitent accéder en masse aux données de la BnF (corpus numérisés diffusés dans Gallica et Gallica intra muros, archives de l’internet, métadonnées…) à des fins d’étude et d’analyse de type fouille et selon quelles modalités. Il s’agit en particulier de comprendre leurs besoins et de préfigurer les futurs services et outils que la BnF pourra proposer autour de ces données.

Ph . Lorenzo Cafaro

Missions et activités

Sous la responsabilité de l’adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des services et des réseaux et du responsable des études, l’assistant-e de recherche est chargé-e de :

  • conduire des entretiens auprès d’experts identifiés au sein d’équipes ou d’infrastructures de recherche et recueillir leurs témoignages ;
  • prendre connaissance des études nationales et internationales permettant d’établir un état de l’art sur la question ;
  • co-animer un atelier de préfiguration du nouveau service (design de service) ;
  • rendre compte de ses observations et de ses travaux (rapport, note de synthèse…) ;
  • diffuser et valoriser les résultats obtenus.

Activités spécifiques

  • Participer aux rapports et publications du projet ;
  • Collaborer aux travaux de valorisation (bibliographies, carnet de recherche, …) du projet CORPUS ;
  • Participer à la production des indicateurs quantitatifs et/ou qualitatifs associés au projet.

Domaines de compétences

  • Aptitude à la conduite d’entretiens et à l’animation de temps collectifs (atelier, réunion, etc.) ;
  • Connaissance des méthodes permettant de recueillir les besoins d’utilisateurs et de préfigurer de nouveaux services (design de service, techniques de stimulation de la créativité, etc.) ;
  • Intelligence des problématiques de recherche liées aux données numériques (big data, text and data mining, humanités numériques…) ;
  • Connaissance des données numériques de la BnF (Gallica, archives de l’internet, métadonnées) et compréhension des exploitations qui peuvent en être faites par les chercheurs ;
  • Savoir identifier et utiliser les sources d’informations permettant de rassembler des études, observations de pratiques, réflexions déjà réalisées ou engagées par d’autres institutions  ;
  • Capacité à travailler en équipe projet ;
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, qualité rédactionnelle ;
  • Maîtrise des outils informatiques et des applications propres au domaine de la recherche.

Modalités pratiques

  • Niveau de diplôme attendu : M2
  • Personne(s) à contacter pour des renseignements : Emmanuelle Bermès, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des services et des réseaux ; Philippe Chevallier, responsable des études.
  • Modalités pratiques de candidature : obligatoirement candidater en ligne. Le dossier de candidature doit réunir un CV et peut être complété d’une lettre de motivation.
  • Catégorie du contrat : B
  • Date de prise de fonction : 7 août 2017
  • Durée du contrat : 4 mois

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LabEx CAP : Appel à micro-projets / 2018-2019

Suite à son séminaire fermé du 20 mars 2017 et le bilan des projets 2016-2017, le Labex CAP lance de son cinquième appel à projets.

Les objectifs principaux demeurent de favoriser la convergence des travaux et des approches des institutions qui le composent et notamment de soutenir les collaborations et les partenariats entre les institutions œuvrant dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche et les institutions muséales ou patrimoniales. Dans ce cadre, il a décidé de reconduire les quatre grandes plateformes à projet thématiques, légèrement reconfigurées :

  • Plateforme 1 : Création, patrimoine : géographie et politique
    Mots clés : Transferts, migrations, frontières, protection, reconstruction, iconoclasme, représentations politiques, émotions patrimoniales, hégémonie, consensus, conflits
  • Plateforme 2 : Processus créatifs
    Mots clés : Original, multiple, collectif, droit d’auteur, interprétation, performance, innovation, invention, reproduction, remake, reenactment, open source, génétique
  • Plateforme 3 : Transmission, diffusion, réception
    Mots clés : Enseignement, Digital Humanities, mémoire, conservation, classement, inventaire, collaboration, réseaux, édition, médias, codification, réception, controverse
  • Plateforme 4 : Collections, musées, exposition
    Mots clés : Institution, publics, réalité augmentée, conservation, original, copie, récit, display, médiation, marché de l’art, provenance, tourisme culturel, critique

Les projets attendus doivent contribuer aux questionnements ouverts par ces plateformes, qui sont moins conçues comme des catégories à l’intérieur desquelles se ranger que comme des propositions et des interrogations à discuter.
Le jury appréciera la capacité des projets à s’emparer de ces thématiques, quitte à les critiquer ou à proposer de les reformuler. Cet effort de convergence permettra notamment de définir des perspectives plus ciblées pour le recrutement des futurs post-doc à l’automne 2017.

Calendrier du concours

– 5 mai 2017 : lancement de l’appel à projet
–  11 septembre 2017 : clôture de l’appel
–  16 octobre 2017 : sélection des projets

Durée des projets

Les projets sont d’une durée de 23 mois : janvier 2018 – novembre 2019.

Modalités de soumission

  • Chaque porteur et son équipe choisissent parmi les quatre plateformes à projet celle qui est la mieux à même d’accueillir leur programme.
  • Les porteurs de projet remplissent le formulaire « Microprojet » (Word), comprenant notamment les objectifs, les méthodes et les résultats attendus, et le fichier « budget » (Excel), voir ci-joints (merci d’enregistrer « Projet_Nom_doc » et « Budget_Nom_xls »).
  • Les deux documents sont à envoyer impérativement avant le 11 septembre 2017 à 16h à l’adresse suivante : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr. Au-delà de cette date aucun projet ne sera accepté.

Critères d’éligibilité 

  • Le porteur de projet (le responsable scientifique) est une personnalité en poste dans une structure partenaire du Labex CAP (voir la liste des partenaires ci-jointe).
  • Chaque projet doit réunir au moins deux partenaires du Labex CAP.
  • Les demandes financières ne peuvent pas inclure des coûts de personnels (permanents ou contractuels ; sont éligibles uniquement les demandes de vacations, sous conditions (voir les documents joints)).

Modalités de sélection 

Chaque projet est examiné par l’ensemble du Conseil et du bureau du Labex CAP qui fonctionnent en jury. Un membre du Conseil ou du bureau rapporte plus précisément sur le projet, après y avoir apporté une expertise scientifique approfondie. Toutes les décisions sont prises collectivement par le Conseil réuni en jury souverain. Il n’y a pas de compte-rendu des débats ou de justification écrite des décisions.

Les critères de sélection sont : l’originalité du projet, l’excellence des équipes ; les apports théoriques et méthodologiques attendus ; l’adéquation aux objectifs généraux du Labex CAP et l’inscription dans les plateformes à projet thématiques, le renouvellement disciplinaire, la faisabilité en 23 mois et avec les moyens demandés.

Une enveloppe globale de 300 000 euros maximum sera affectée au financement des projets. En plus de ce financement, les projets peuvent bénéficier de la participation des post-doc du Labex, en fonction de leurs propres projets et centres d’intérêt.

Déontologie

Le Labex CAP soutiendra les véritables partenariats scientifiques en son sein et non pas ceux, construits en fonction des circonstances.
Les porteurs de projets sélectionnés s’engagent à rendre un bilan d’étape (novembre 2018) ainsi qu’un bilan scientifique et financier définitif à la fin de leur projet (30 novembre 2019).

Contacts 

Zinaïda Polimenova
Chargée de pilotage du Labex CAP
zinaida.polimenova@univ-paris1.fr

Clélia Simon-Henry
Gestionnaire du Labex CAP
labex.creations.patrimoines@gmail.com

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LabEx CAP : Appel à candidatures / Six à huit contrats post-doctoraux sont ouverts au concours 2018

Le Laboratoire d’excellence « Création, Arts, Patrimoines » (Labex CAP), annonce le recrutement par voie de concours de six à huit chercheuses / chercheurs de niveau post-doctoral pour une période d’un an, éventuellement renouvelable une fois.

L’hypothèse méthodologique du Labex CAP consiste à rapprocher, par des travaux de recherche communs, les équipes universitaires et les équipes des institutions conservant, divulguant et exposant des collections et des fonds patrimoniaux. Dans ce contexte de décloisonnement institutionnel et disciplinaire, les corpus choisis et les objets de recherche concernent les interactions entre création et patrimoines.

  • I. Conditions générales

Le jury pluridisciplinaire, composé des membres du Conseil et du Bureau du Labex, sélectionnera les six à huit projets de recherche les plus pertinents et originaux, proposant des définitions scientifiques nouvelles :

→ soit en lien avec l’un des micro-projets 2018-2019  (http://labexcap.fr/appel_a_projet/labex-cap-appel-a-micro-projets-2018-2019/)
→ soit en lien avec l’une des 4 plateformes à projet du Labex CAP (voir ci-dessous)
→soit, plus largement, en lien avec un projet développé par un laboratoire membre du Labex CAP, s’articulant avec les problématiques du Labex.

Les quatre plateformes à projet (2018-2019) du Labex CAP sont les suivantes :

  • Plateforme 1 : Création, patrimoine : géographie et politique

Mots clés : Transferts, migrations, frontières, protection, reconstruction, iconoclasme, représentations politiques, émotions patrimoniales, hégémonie, consensus, conflits

  • Plateforme 2 : Processus créatifs

Mots clés : Original, multiple, collectif, droit d’auteur, interprétation, performance, innovation, invention, reproduction, remake, reenactment, open source, génétique

  • Plateforme 3 : Transmission, diffusion, réception

Mots clés : Enseignement, Digital Humanities, mémoire, conservation, classement, inventaire, collaboration, réseaux, édition, médias, codification, réception, controverse

  • Plateforme 4 : Collections, musées, exposition

Mots clés : Institution, publics, réalité augmentée, conservation, original, copie, récit, display, médiation, marché de l’art, provenance, tourisme culturel, critique

II. Conditions d’éligibilité

  1. → Thèse soutenue après le 01/09/2012.

→  Ce concours s’inscrit dans la perspective des concours « jeunes chercheurs », moins de 38 ans au moment du dépôt de candidature.

→  Une personne en poste (secondaire ou supérieur, France ou l’étranger) ne peut être recrutée.

→ Il est à noter qu’un candidat qui a postulé les années précédentes sans être auditionné, peut se représenter au concours. En revanche, un candidat qui a déjà été auditionné, ne peut resoumettre une proposition.

III. Laboratoire d’accueil

→ L’unité principale (UMR, EA, Institut, Musée etc., partenaire du Labex CAP – voir liste ci-jointe) accueille le post-doctorant et assure son suivi ; l’unité secondaire doit être rapprochée dans le cadre d’une collaboration intellectuelle, à mettre en place par le post-doctorant, dont  l’objectif est de faciliter la circulation des savoirs, des pratiques, des méthodes, des perspectives scientifiques diverses au sein du Labex.
→ Les candidats ne peuvent pas demander comme unité principale le laboratoire où ils ont soutenu leur thèse.
→ Les postulants sont priés de prendre contact avec les responsables des institutions de rattachement demandées (directeur/directrice de laboratoire), lors de la préparation de leurs projets. Une lettre formelle d’accord du laboratoire doit être jointe au dossier de candidature.

IV. Calendrier de recrutement

→ Date de lancement du concours : le 16 mai 2017
→ Date de clôture du dépôt des candidatures : le 1er septembre 2017
→ Phase d’admissibilité : le 30 octobre 2017
→ Phase d’admission (auditions) : le 20 novembre 2017

V. Durée du recrutement et date de prise de fonction

→ Les contrats proposés sont d’une durée d’un an, éventuellement renouvelable une fois.
→ La prise de fonction s’effectuera à partir du 2 janvier 2018.

VI. Dossier de candidature

Le dossier de candidature complet devra être envoyé au plus tard le 1er septembre 2017 à 16h00 à l’adresse suivante : labex.creations.patrimoines@gmail.com

Afin de simplifier la procédure de réception et de traitement des dossiers, veuillez envoyer l’ensemble des pièces relatives à votre candidature au format PDF (Nom_Prénom.pdf). Veillez à optimiser la taille et la résolution de vos fichiers. Si cela est possible, il serait préférable que l’ensemble de votre dossier de candidature n’excède pas 5 Mo et, au maximum, 10 Mo.

Le dossier comprend :
→ le projet de recherche : titre (explicite), nom de la plateforme à projet choisie, unité d’accueil principal et unité d’accueil secondaire, les deux sont membres du Labex CAP (liste des partenaires ci-jointe), présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes maximum)
→ un curriculum vitae et une liste des publications
→ le diplôme de doctorat
→ le rapport de soutenance (si la thèse est soutenue en France)
→ une publication significative (PDF)
→ deux lettres de recommandation au moins rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création
→ une lettre de soutien du laboratoire d’accueil principal demandé

NB : Chaque dossier est évalué par deux experts extérieurs au Conseil et au Bureau du Labex. Le Conseil et le Bureau siègent en jury lors des phases d’admissibilité et d’admission.

VII. Obligations de services et participation aux travaux du laboratoire

En plus du projet de recherche sur lequel ils auront été sélectionnés, les chercheurs prendront part aux microprojets et aux activités du Labex. A concurrence de deux/cinquièmes de leur temps de travail, ils contribueront notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, journées d’études, et à l’enrichissement des supports de communication (site web, plaquettes ou documents de présentation) ainsi qu’à la vie du laboratoire / du département d’accueil. Ils organiseront ensemble le séminaire post-doctoral du Labex CAP.

Les post-doctorants exerceront leur fonction conformément à la charte européenne du chercheur.

VIII. Résultats attendus

–    le candidat s’engage à rendre une étude de 40 pages (60 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche à la fin du contrat. Cette étude sera publiée dans les « Cahiers du CAP », revue du Labex (Publications de la Sorbonne, Paris).
–    le candidat organise, prend part et suit les séances de séminaire post-doctoral du Labex afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

IX. Rémunération

Les recrutements se font sous la forme d’un contrat à durée déterminée à temps plein. Le candidat percevra une rémunération forfaitaire mensuelle brute exclusive de toute rémunération accessoire sur la base d’un temps plein d’un montant de 2361.45 euros.

X. Critères de sélection

Les contrats proposés s’adressent à de jeunes chercheurs. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de doctorat et pouvoir se prévaloir de premières réalisations dans le domaine de la recherche.
Les critères pris en compte par le comité de sélection sont :
→ La qualité scientifique du projet, son originalité, son adéquation avec les thèmes proposés cette année
→ Le profil et les aptitudes du candidat (compétences scientifiques, expériences dans le domaine de la recherche, publications)
→ Le caractère international des recherches (séjours d’étude, publications, compétences linguistiques)
→ La pertinence des rattachements demandés

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts