Archives de catégorie : Offres/Appels

Appel à chercheurs 2017-2018 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de chercheurs pour l’année universitaire 2017-2018. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de bourses de recherche pour un montant total de 50 000 euros, grâce à la générosité de la BnF et de ses mécènes. L’appel à chercheurs de la BnF s’adresse aux masterants et doctorants. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d’éviter la dispersion des propositions, trois axes de recherche sont indiqués.

Professeur Metchnikoff [le scientifique travaillant au microscope]
Professeur Metchnikoff [le scientifique travaillant au microscope]

Thèmes de recherche

Modalités pratiques

L’appel à chercheurs de la BnF est disponible sur le site : https://bnf-aac-2017-18.sciencesconf.org/.
Les candidats peuvent y trouver toutes les informations nécessaires, notamment sur les axes thématiques ou les sujets proposés par les départements de collections.

Les candidatures sont à formuler directement sur le site dédié sciencesconf.org. Les dossiers de candidature doivent réunir :

– Fiche de candidature complétée ;
– Curriculum vitae ;
– Liste des publications du candidat ;
– Présentation du sujet de recherche proposé (4 pages maximum) ;
– Projet de valorisation envisagé (2 pages maximum) pour les candidats à une bourse de recherche (Fondation Louis Roederer, Mark Pigott, chercheur postdoctoral) ;
– Lettre de présentation de la part d’une personnalité qui peut apprécier vos travaux et vous recommander (2 au maximum).

Pour toute information relative à la soumission de votre candidature, merci de contacter la Bibliothèque à l’adresse suivante : appelachercheurs@bnf.fr

Date limite d’envoi des candidatures : 24 avril 2017

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Contrat post-doctoral proposé par le Labex Les passés dans le présent


Logo Labex PPDans le cadre du projet de recherche « Discipliner l’archive ? », le  Labex Les passés dans le présent
 propose un contrat postdoc d’un an ouvert à des docteurs en sociologie de l’immigration, titulaires de leur doctorat depuis au plus tard le 13 décembre 2011.

Fiche de poste

Le projet de recherche « Discipliner l’archive ? » interroge le statut de l’archive en confrontant sa conceptualisation et ses usages aux différents enjeux et méthodes propres aux approches disciplinaires au sein des sciences humaines et sociales. À travers le travail sur des fonds d’archives distincts (d’auteurs ou thématiques) et d’un séminaire de recherche en quatre séquences, le projet identifiera les problématiques disciplinaires de l’archive, à partir de contextes historiques et historiographiques variés. Développé en trois angles d’observation : « Archive et disciplines », « Archives de la recherche et fonds d’auteurs » et « Rendre publique l’archive », le projet « Discipliner l’archive ? » réalisera une analyse fine de la variété des questionnements et des usages liés à l’archive, et en interrogera l’inscription dans notre propre présent.

Activités

En plus du projet de recherche sur lequel il(elle) aura été sélectionné(e), le(la) post-doctorant(e) recruté(e) prendra part aux activités du projet « Discipliner l’archive ? » de manière transversale par rapport aux axes et aux enquêtes de celui-ci .
À concurrence de 2/3ème de son contrat, il(elle) contribuera notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, séminaires, journées d’études, et à l’enrichissement des supports de communication, ainsi qu’à la vie de l’équipe de recherche.

Livrables

Le(la) post-doctorant(e) s’engage à rendre au moins un article (50 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche avant la fin du contrat.
Le(la) post-doctorant(e) organise, prend part et suit les séances de séminaire du projet afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

Prérequis

Cet appel s’adresse à des candidats de toutes nationalités, titulaires de doctorat. Sont éligibles les candidats ayant soutenu leur thèse entre le 13 décembre 2011 et la date limite de candidature (12 décembre 2016).

Profil

Le(la) candidat(e) devra avoir une spécialisation en sociologie de l’immigration (le(la) candidat(e) retenu(e) aura à travailler sur des fonds Génériques et des fonds BDIC concernant en particulier la mémoire de l’immigration contemporaine, mais également à interroger l’usage des archives en sociologie de l’immigration.

Lieu, durée et conditions salariales

Le(la) post-doctorant(e) sera rattaché(e) au laboratoire SOPHIAPOL (Sociologie, philosophie et socio-anthropologie politiques – EA 3932) à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, porteur du projet « Discipliner l’archive ? » au sein du LabEx Les passés dans le présent.

Le contrat aura une durée de 12 mois à temps plein, à compter du 1er février 2017.

Rémunération : 2212,90€ bruts (1790€ nets) + remboursement de la moitié du passe navigo.

Référents : Anne Raulin, Professeur des universités (Sociologie), et Judith REVEL, Professeur des universités (Philosophie), responsables du projet Discipliner l’archive ?

Date limite de candidature au 12 décembre 2016.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature devra démontrer l’adéquation au profil du poste (missions et compétences requises)

Conditions d’éligibilité du post-doctorant

Sont éligibles les candidats ayant soutenu leur thèse entre le 13 décembre 2011 et la date limite de candidature (12 décembre 2016).

Composition du dossier de candidature

  • Le Projet de recherche : titre (explicite), présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes maximum) ;
  • Un Curriculum Vitae et une liste des publications ;
  • Une copie du diplôme de Doctorat (ou attestation) ;
  • Le rapport de soutenance ; ou bien pré-rapports si le(la) candidat(e) est en attente de rapport de thèse (sauf pour les candidats étrangers) ;
  • Une lettre de motivation ;
  • Une publication significative (PDF) ;
  • Une lettre de recommandation rédigée par un chercheur et une personnalité reconnue.

Les dossiers incomplets ne seront pas traités.

Dépôt du dossier

Le dossier de candidature complet, numérique ET papier, devra être envoyé au plus tard le lundi 12 décembre 2016 (cachet de la Poste faisant foi).
Pour poster vos candidatures électroniques (merci de constituer un seul fichier PDF), merci d’utiliser Dropbox et de partager votre dossier avec le labex via l’adresse : postdoc_disciplinarchive@passes-present.eu.
Merci de bien vouloir nommer vos dossiers de candidature selon l’exemple suivant : POSTDOCDA – NOM DE FAMILLE Prénom.pdf .
Le dossier de candidature papier devra être envoyé à l’adresse suivante :

Labex Les passés dans le présent
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maison Max Weber (Bât W) – Bureau 121
200 avenue de la République
92001 Nanterre Cedex

Un accusé de réception électronique vous sera envoyé.

Procédure de recrutement

Le recrutement sera effectué en deux temps.
Dans un premier temps, le jury sélectionnera les candidats qu’il souhaite retenir pour une audition. Dans un deuxième temps, les candidats seront auditionnés, courant janvier 2017, sur le campus de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense.
Le jury sera composé de :

  • Anne Raulin, Professeur des universités (Sociologie)
  • Judith Revel, Professeur des universités (Philosophie)
  • Valérie Tesnière, directrice de la BDIC
  • Deux chercheurs ou enseignants-chercheurs extérieurs au labex.

Pour tout renseignement, écrire à : postdoc_disciplinarchive@passes-present.eu

Date limite de candidature : le 12 décembre 2016

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Épaulez les chercheurs en humanités numériques ! Lisez et trouvez des comparaisons dans des poèmes des 19e et 20e siècles !

Appel à communication : Art du puissant, objet multiple : médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la première guerre mondiale

Ambitionnant d’engager de nouvelles réflexions sur les médailles et les jetons produits et circulant dans les cours européennes de la Renaissance à la Première Guerre mondiale, ce colloque se tiendra à Paris (Institut national d’Histoire de l’art, salle Vasari), du 30 mars au 1er avril 2017.

Les propositions de communication sous la forme d’un résumé (400 mots), accompagnées d’un titre et d’une brève mention biographique seront à envoyer avant le 6 novembre 2016 à l’adresse : colloquemedailles2017@gmail.com.

Argumentaire

Au XVe siècle, la médaille renaît dans les cours italiennes et revêt une valeur commémorative qui s’étend aux autres souverainetés  européennes. Les médailles, les jetons et autres objets monétiformes sans valeur fiduciaire se répandent alors pour connaître de véritables moments d’apogée durant les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles : les plus célèbres manifestations de cette production étant, par exemple, l’édition d’histoires métalliques de Louis XIV à Napoléon, en passant par le Tsar de Russie. Malgré les fluctuations du goût qui lui font successivement connaître des périodes de renom puis de défaveur, la médaille ne perdit jamais de sa force d’usage et fut tout autant employée par les régimes républicains pour véhiculer leurs idéaux.

Ces objets, produits d’un art officiel, allient l’image au texte pour transmettre un message tout en s’appuyant aussi sur une hiérarchie de valeurs intrinsèques ordonnées par les métaux employés, allant de l’or aux alliages les plus modestes. Reproductibles, portatifs, ils offrent la possibilité d’une large diffusion et leurs biographies présentent de ce fait certaines spécificités.

Une première réflexion porte sur le rôle du graveur, dont la fonction oscille entre celle d’artisan, d’artiste ou d’agent du pouvoir. Cet artiste, nommé par une instance officielle, peut aussi connaître une forme de pratique paradoxale, entre les contraintes imposées par les conventions du support, le cahier des charges de la commande et la liberté de création. Dès lors que ce dernier s’inscrit dans la logique de détention d’une charge ou d’une commande, il répond alors à une réalité propre au cadre de production où il s’inscrit, en lien avec l’entité émettrice ou le commanditaire de référence.
Un second aspect devrait permettre de définir les critères de cet art officiel dont le but est de capter et commémorer l’Histoire en marche, renforçant la renommée du commanditaire. On peut comprendre l’objet monétiforme comme le résultat d’une interaction entre les différents acteurs (i.e la collaboration entre commanditaires, lettrés, dessinateurs, graveurs et éditeurs) qui ont contribué à son élaboration. De ce point de vue, il sera intéressant d’observer en quelle mesure cette production pouvait évoluer au sein d’un univers visuel commun, nécessaire au renforcement du pouvoir.

Enfin, on peut interroger les modalités de circulation des modèles mais également des objets eux-mêmes, y compris le développement d’un marché pour la médaille moderne et contemporaine ainsi que sa place dans la composition de collections, privées ou publiques. Il s’agit aussi d’aborder l’influence réciproque entre le goût et les intérêts des collectionneurs et les évolutions qu’on observe au niveau de la production, des sujets et des techniques.

Face à une historiographie dispersée, il s’agit de proposer un cadre pour des recherches actualisées, tentant de s’affranchir des normes d’un simple catalogage. Adoptant une perspective européenne et une chronologie étendue, ce colloque se veut avant tout pluridisciplinaire, à l’image des objets envisagés : leur commande, leur production et leur circulation nous placent à la confluence de l’histoire de l’art, des études numismatiques, de l’histoire sociale, de l’histoire des techniques et de l’histoire politique.

Modalités de participation

Chaque communication durera 20 minutes, suivie de 10 minutes de questions et fera l’objet d’une publication.
Langues du colloque : français, anglais.
Les réponses seront adressées par le comité organisateur mi-décembre 2016.
Le colloque se tiendra du 30 mars au 1er avril 2017.

Comité organisateur

  • Felicity Bodenstein, docteur en Histoire de l’art, Kunsthistorisches Institut, Florenz, Max-Planck-Institut
  • Thomas Cocano, doctorant en Histoire, EPHE
  • Ludovic Jouvet, doctorant en Histoire de l’art, Université de Bourgogne / INHA
  • Katia Schaal, doctorante en Histoire de l’art, École du Louvre / Université de Poitiers / INHA
  • Sabrina Valin, doctorante en Histoire de l’art, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Comité scientifique

  • Marc Bompaire, directeur d’études, EPHE
  • Béatrice Coullaré, chargée de conservation, Monnaie de Paris
  • Frédérique Duyrat, Directrice du Département des Médailles, Monnaies et Antiques, BnF
  • Victor Hundsbuckler, conservateur du patrimoine, responsable de la Conservation, Monnaie de Paris
  • Thierry Sarmant, conservateur en chef, Service historique de la Défense à Vincennes
  • Philippe Thiébaut, conservateur général du patrimoine, conseiller
    scientifique, INHA
  • Inès Villela-Petit, conservatrice du patrimoine, département des Monnaies, Médailles et Antiques, BnF

Partenariat

  • L’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (École doctorale 395 Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent – Laboratoire du HAR, Histoire des Arts et des Représentations)
  • L’École pratique des hautes études (EPHE)
  • La Monnaie de Paris
  • La Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • L’Institut national d’histoire de l’art (INHA)

Image de Une : Jeton frappé sous Louis XIV, 1690. Disponible en ligne,  url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10404058s>.

 


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Contrat doctoral proposé par le laboratoire AGORA, Université de Cergy-Pontoise

Logo FSP vertical Labex PatrimaLe laboratoire AGORA de l’Université de Cergy-Pontoise propose un contrat doctoral labellisé par la Fondation des Sciences du Patrimoine

Sujet

La genèse des musées de province au XIXe siècle au Royaume-Uni (1835-1855). Perspective croisée, Angleterre-France.

Thématique et méthodologie

La fondation des musées à Londres et à Paris dans le dernier tiers du XVIIIe siècle est parachevée au siècle suivant par l’extension nationale d’institutions patrimoniales en France et en Angleterre. En France, la constitution et la gestion des collections de province se met en place à partir de 1795 dans la foulée des réquisitions révolutionnaires. Au Royaume-Uni, c’est au milieu des années 1830 que s’ouvre le débat parlementaire sur la fondation d’institutions culturelles publiques dans tout le pays. Plusieurs lois seront adoptées et amendées entre 1845 et 1855, permettant ainsi dans la seconde moitié du siècle l’essor des musées de province. La thèse étudiera plus précisément les débats qui portent sur la constitution d’un patrimoine artistique ouvert au public au Royaume-Uni et sur l’accès aux collections patrimoniales hors de Londres entre 1835 et 1855.

Si le sujet central est celui de l’histoire institutionnelle muséale en Angleterre, la mobilisation de la méthode comparative sur un certain nombre de questions permettra d’en faire ressortir les spécificités. En effet, la Révolution française a établi un lien direct entre l’élargissement de l’accès aux œuvres d’art et la démocratisation politique de la société, à ce titre elle constitue à la fois une source d’émulation et un repoussoir pour l’Angleterre où la nécessité de démocratiser la pratique culturelle s’impose progressivement dans la foulée de la réforme du suffrage de 1832 (Reform Act).

Sur le plan méthodologique, l’approche adoptée (histoire des idées et des institutions) permettra d’inscrire les mutations institutionnelles du droit du patrimoine britannique dans le contexte des débats politiques du XIXe siècle. Au-delà des sources officielles (textes de lois, règlements administratifs, débats parlementaires et rapports officiels) et doctrinales (écrits juridiques, historiques, politistes), la presse et les rapports des sociétés savantes et les périodiques seront mobilisés.

Profil du/de la doctorant/e

Le rattachement principal de la thèse est en civilisation britannique (11e section du CNU), le rattachement secondaire en droit. Le ou la doctorant-e travaillera avec des sources bilingues (français/anglais) et devra maîtriser le contexte institutionnel.
Une formation droit français/ droit anglais (1er et/ou 2e cycle) et un intérêt spécifique pour l’histoire du patrimoine seront valorisés lors de l’examen des candidatures.

Environnement

Les laboratoires d’accueil sont Agora, Université de Cergy-Pontoise (EA 7392) et l’Institut des Sciences Sociales du Politique (UMR 7220) Ecole doctorale « droit et sciences humaines », Université de Cergy-Pontoise GDR « Mondes Britanniques ».

Contrat

D’une durée de 36 mois, le contrat doctoral à temps plein est financé par la Fondation des Sciences du Patrimoine.
Début du contrat au 1er octobre 2016.

Pour candidater

Envoyer CV et lettre de motivation à Emmanuelle de Champs (Agora) : edechamp@u-cergy.fr, et Marie Cornu (ISP) : Marie.CORNU@cnrs.fr. Le dossier peut être accompagné d’une lettre de recommandation du directeur ou de la directrice de M2 (facultatif).

Bibliographie indicative

– Bailkin, Jordanna (2004), The Culture of Property. The Crisis of Liberalism in Modern Britain, U. of Chicago Press.
– Bennett, Tony (1995), The Birth of the Museum : History, Theory, Politics, Routledge.
– Héritier, Annie (2003), Genèse de la notion de patrimoine culturel, 1750-1816, L’Harmattan, Coll. « Droit du patrimoine culturel et naturel ».
– Hoock, Holger (2003), The King’s Artists. The Royal Academy of Arts and the Politics of British Culture 1760-1840, Clarendon Press.
– Lewis, Geoffrey (2012), « Enabling legis lation for museums », in John M. A. Thompson, Manual of Curatorship : a guide to museum practice, 2nd edition, Routledge.
– Mandler, Peter (2006), « Art in a Cool Climate : The Cultural Policy of the British State in European Context, c. 1780 to c. 1850 », Proceedings of the British Academy, 134, p. 100-120.
– Poirrier, Philippe (2016), Les politiques de la culture en France, La Documentation Française.
– Quinn, Malcolm (2013), Utilitarianism and the Art School in Nineteenth-Century Britain, Pickering and Chatto.
– Maget, Antoinette (2009), Le collectionnisme, Collectionnisme public et conscience patrimoniale, L’Harmattan.
Les collections d’antiquités égyptiennes en Europe (2009), L’Harmattan, coll. « Droit du patrimoine culturel et naturel ».
– Poulot, Dominique (1996), ‘Surveiller et s’instruire’ : la Révolution française et l’intelligence de l’héritage historique, Voltaire Foundation,
– Poulot, Dominique (1997), Musée, nation, patrimoine 1789-1815, Gallimard.
– Waterfield, Giles (2015), The People’s Galleries : art museums and exhibitions in Britain, 1800-1914, Yale UP.
– Woodson-Boulton, Amy (2012), Transformative Beauty : Art Museums in Industrial Britain, Stanford UP.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de contrat d’apprentissage en alternance (1 an, à partir de septembre 2016)

Le laboratoire InVisu (L’information visuelle et textuelle en histoire de l’art, USR 3103) propose un contrat d’apprentissage en alternance à un jeune de 16 à 25 ans préparant une licence pro ou un master dans les métiers de l’information et de la documentation.

Création et mise en ligne d’un catalogue numérique de photographies

La mission de l’apprenti(e) s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche sur l’oeuvre de Beniamino Facchinelli (1829‐1895) photographe italien actif en Égypte entre 1876 et 1895, et auteur d’une remarquable production de photographies sur la topographie
monumentale du Caire historique. L’apprenti(e) contribuera à la réalisation d’une version numérique du catalogue raisonné de l’oeuvre de ce photographe et à la conception d’une exposition virtuelle (printemps 2017), en relation étroite avec les différents partenaires scientifiques.
La réalisation, la diffusion et l’éditorialisation du corpus numérique initial devra s’appuyer sur Nakalona, le pack d’outils mis à la disposition des programmes de recherche par la Très grande infrastructure de recherche Huma‐Num (CNRS). Nakalona associe l’application Omeka (édition et gestion de collections de documents numériques) et le service de partage de documents et de données interopérables Nakala.
Les activités confiées à l’apprenti(e) s’inscriront autour de 3 axes :

  1. Après s’être familiarisé(e) avec l’ensemble des outils mis à sa disposition, l’apprenti(e) proposera différents scénarios d’éditorialisation web du corpus de photographies de manière à en dériver le catalogue raisonné numérique et l’exposition virtuelle.
  2. L’apprenti(e) proposera une méthodologie de traitement, de versement et de publication des ressources numériques, en adéquation avec les exigences du travail collaboratif et le respect des recommandations institutionnelles sur l’intéropérabilité des données.
  3. L’apprenti(e) évaluera l’adéquation des outils mis à sa disposition avec la construction d’un modèle générique de catalogue raisonné. En fonction des résultats, le candidat pourra faire des propositions d’ajustement du modèle conceptuel de structuration des données de
    manière à le rendre réutilisable pour le traitement d’autres corpus numériques.

Compétences attendues

Le candidat devra avoir une forte curiosité pour l’évolution des technologies du web, plus particulièrement pour les nouvelles formes de mise à disposition numérique des contenus scientifiques.

InVisu, 2 rue Vivienne 75002 Paris
Unité mixte de service et de recherche du CNRS et de l’Institut national d’histoire de l’art, InVisu (http://invisu.inha.fr) participe au champ émergent des humanités numériques, avec un ancrage thématique dans le domaine orientaliste, à partir de recherches propres finalisées sur l’histoire de l’architecture et du patrimoine en Méditerranée aux XIXe et XXe siècles et l’expérimentation d’outils de traitement de données dispersées et multilingues. Au titre de son activité de recherche, l’unité est engagée dans la réalisation de nombreuses publications scientifiques (actes de colloques, catalogues d’exposition, monographies, revue internationale) imprimées et numérique.

CV et lettre de motivation à : communication.invisu@inha.fr


Image de Une : Piramidi : [photographie] / [Facchinelli]. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10508599f>.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LABEX PATRIMA : Appel à candidatures : contrat post-doctoral

Logo FSP vertical Labex PatrimaDans le cadre du projet CLARO (Analyse des pigments des encres et des filigranes des gravures en Clair-Obscur), financé par le LabEx PATRIMA, le C2RMF et le musée du Louvre, en collaboration avec la BnF, proposent une allocation de recherche post-doctorale sur l’étude matérielle (encres, pigments) et technique de gravures des XVIe et XVIIe siècles.

Description du projet

Le présent projet porte sur l’analyse des pigments des encres et des filigranes de gravures en couleurs réalisées en Allemagne, France et Pays-Bas entre 1508 et 1640.
Il s’attachera à montrer tout l’intérêt scientifique que des techniques optiques et d’analyses physico-chimiques revêtent dans le domaine de l’estampe, encore peu familier avec ce type d’approche et de méthode.
La recherche proposée vise non seulement à apporter une meilleure connaissance de la matérialité des gravures et des savoir-faire des ateliers de graveurs de cette époque mais aussi de mieux envisager les possibles transferts de technologie sur une longue période entre Italie [deux travaux d’étude matérielle et technique ont été réalisés sur des gravures italiennes du XVIe siècle : Linder, Duval & Guicharnaud] et Europe du nord. L’ensemble des données contribuera à mieux circonscrire l’activité de chaque foyer de production, et de contribuer à la distinction entre tirages originaux et tardifs.
Elles pourront également aider à la localisation et à la datation d’estampes anonymes.
Ce travail implique d’une part l’utilisation de méthodes optiques (imageries spectrales en UV et infrarouge, FORS) associée à diverses analyses spectroscopiques (MFX, Fluo X-2D, Raman). Ces résultats permettront de mieux comprendre la nature des matériaux employés.
Ces informations seront confrontées et discutées avec les historiens et conservateurs (Louvre, BnF, Fondation Custodia) en charge de ces gravures et partenaires du projet.

Profil souhaité

Les candidats seront titulaires d’un doctorat en science des matériaux, en physique ou en chimie, avec de bonnes notions d’analyses spectroscopiques. La connaissance des problématiques liées aux biens culturels et des capacités de dialogue et de travail à l’interface entre les sciences de l’Homme et les sciences physiques seront appréciées.
La maîtrise de l’anglais est nécessaire.

Contrat

Ce contrat est financé par la Fondation des sciences du patrimoine pour une durée de 12 mois et commencera à l’automne 2016. Le laboratoire d’accueil sera le Centre de recherche et de restauration des musées de France, associant le CNRS et le ministère de la Culture et de la communication.
La direction scientifique sera assurée par Séverine Lepape (conservateur, Louvre) et la codirection par Eric Pagliano (conservateur, C2RMF), Anne-Solenn Le Ho (ingénieur de recherche chimie, C2RMF) et Clotilde Boust (ingénieur de recherche optique, C2RMF).

Candidater

Les candidats enverront par courriel leur CV et indiqueront leur expérience en matière de recherche, leur motivation ainsi que les noms et adresses de deux référents avant le 17 septembre 2016 : Séverine Lepape (Severine.Lepape@louvre.fr) et Eric Pagliano (eric.pagliano@culture.gouv.fr).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communication : Une nouvelle histoire de la critique d’art à la lumière des humanités numériques ?

Colloque organisé par Anne-Sophie Aguilar (Paris 1, HiCSA), Eléonore Challine (ENS Cachan), Christophe Gauthier (Ecole nationale des Chartes), Marie Gispert (Paris 1, HiCSA), Gérald Kembellec (CNAM), Lucie Lachenal (Paris 1, HiCSA), Eléonore Marantz (Paris 1, HiCSA), Catherine Méneux (Paris 1, HiCSA).

Dates : 18 et 19 mai 2017
Lieu : Paris, Galerie Colbert
Date limite : 2 novembre 2016

Continuer la lecture de Appel à communication : Une nouvelle histoire de la critique d’art à la lumière des humanités numériques ?

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Profession Culture

« Profession Culture » est un programme d’accueil en France de professionnels étrangers travaillant dans des institutions culturelles. Il a été mis en place en 2003 par le ministère français de la culture et de la communication.

Public concerné

Les « pensionnaires » de la BnF sont des chercheurs, des créateurs ou des professionnels dont le thème d’étude est en relation avec les collections et services de la BnF, ses travaux scientifiques, ses programmes culturels, ses modes de gestion et ses projets de développement. Les « pensionnaires » doivent proposer un projet solide basé sur l’échange de connaissances et de savoir-faire, dont le résultat peut contribuer à renforcer durablement les liens culturels entre la Bibliothèque et le pays de provenance.

Les collections de la Bibliothèque, constituées depuis le XVe siècle, remontent aux débuts de l’écriture et sont enrichies quotidiennement : par le dépôt légal, qui leur confère un caractère d’exhaustivité pour les publications françaises, et par une politique constante d’acquisitions qui aboutit à la constitution de fonds étrangers particulièrement remarquables. Elles sont de nature encyclopédique : histoire, philosophie, sciences de l’homme, littérature et arts, sciences et techniques, droit, économie et politique, musique et arts du spectacle ; tous les supports sont concernés : imprimés, manuscrits, cartes et plans, estampes, photographies et affiches, monnaies et médailles, globes et atlas, partitions, documents audiovisuels et électroniques.

L’éventail des travaux scientifiques et professionnels menés par les équipes de la BnF est particulièrement vaste : définitions et mise en oeuvre de la politique documentaire, services au public -accueil et communication de documents, sur place et à distance (bibliothèque numérique Galica), élaboration de catalogues de référence, chantiers de conservation. Une action majeure concerne les nouvelles technologies et leur mise au service de la captation, de la préservation à long terme et de la diffusion de l’information.

L’action culturelle de la Bibliothèque construite autour de l’idée-clef de valorisation des collections, se décline en expositions, conférences, éditions et produits pédagogiques. Enfin, la Bibliothèque est engagée dans un processus de modernisation de ses modes de gestion, de conduite stratégique de son évolution et de sa politique de communication, ainsi que de sa coopération nationale et internationale.

L’éventail s’avère donc large pour que des professionnels étrangers de la culture puissent se consacrer à l’étude d’un thème, d’un fonds ou d’un projet en lien avec les activités de la bibliothèque.

Participer au programme

Les « pensionnaires » doivent proposer un projet solide basé sur l’échange de connaissances et de savoir-faire dans le cadre défini, et dont le résultat peut contribuer à renforcer les liens culturels entre la Bibliothèque et le pays de provenance.

Les principaux éléments considérés au moment de la sélection des pensionnaires sont les suivants, ils concernent tous la réciprocité des échanges :

  • l’intérêt pour les départements de la BnF du projet proposé ;
  • le rayonnement potentiel du travail du pensionnaire une fois retourné dans son pays d’origine et ses propositions de rendu (publications, événements…) ;
  • l’appartenance du candidat à un établissement avec lequel la BnF a ou projette d’avoir une coopération approfondie ;
  • l’appartenance du candidat à un pays qui constitue une priorité de la politique extérieure de la France et de la BnF.

Conditions de séjour

Les séjours durent de 1 à 3 mois.

Le pensionnaire est accueilli dans un département de la BnF et suivi par un « tuteur », spécialiste du domaine concerné.

Le logement est assuré par la BnF au Centre international d’accueil et d’échanges des Récollets.

Une indemnité de séjour est allouée par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Les frais de transport sont à la charge des candidats ; ils pourront être financés par leur établissement ou bénéficier de toute autre forme d’aide.

Processus de sélection des candidats

Le choix des pensionnaires est un processus attentif et minutieux. Dans le but de garantir au programme l’ouverture nécessaire à l’expression de projets originaux la BnF privilégie les propositions de sujets d’étude faites par le candidat.

Le dossier de candidature

Il doit comporter :

  • nom et âge du candidat, formation, indication des langues de travail et du niveau de français, parcours professionnel, fonctions actuelles ;
  • le projet : présentation argumentée du thème d’étude proposé par le candidat dans le cadre de son séjour à la BnF (20 lignes minimum) ;
  • les formes de rendu envisagées (publication, actions, production…), qui devront être consignées en fin de séjour dans une communication écrite ;
  • indication de la période de séjour envisagée.

Sélection

Les services culturels des Ambassades de France reçoivent l’information sur le programme « Profession Culture », la diffusent auprès des établissements professionnels concernés, recueillent les candidatures et procèdent à une première instruction des dossiers. Des candidatures peuvent parvenir directement à la Bibliothèque, voire être sollicitées par celle-ci.

Les dossiers de candidature sont transmis à la délégation aux Relations internationales. Elle en complète l’instruction en recueillant des suppléments d’information. Elle contextualise le dossier en fonction des relations que la BnF entretient avec l’établissement ou le pays d’origine des candidats.

Les dossiers des candidats sont ensuite communiqués aux directions et départements concernés. Ils évaluent l’étude proposée par le candidat ou son établissement en fonction de leur intérêt pour le sujet, de leur disponibilité et de leurs compétences.

Une commission, composée du ministère de la Culture et de la communication, de la direction de la BnF avec des représentants de la direction des Collections, de la direction des Services et réseaux, de la délégation aux Relations internationales procède à l’examen des dossiers instruits et sélectionne les candidats appelés désormais « pensionnaires ».

Contact

Délégation aux relations internationales
Téléphone : 33(0) 1 53 79 59 10
Fax : 33 (0)1 53 79 47 37
Courriel : relations[point]internationales[arobase]bnf[point]fr


Image de Une : Cosmographie universelle (détail) / Guillaume Le Testu, Le Havre, 1556. Manuscrit enluminé sur papier (118 p. dont 57 pl.), 53 x 36 cm. Vincennes, Service historique de la Défense, Bibliothèque, D.1.Z.14, f. 49v

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LABEX CAP : Appel à candidatures : bourses Immersion 2016

Date limite : le 1er septembre 2016

Le Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines (LabEx CAP), annonce l’attribution par voie de concours de cinq bourses « Immersion » pour l’année 2016-2017.

Le programme « Immersion » est un dispositif nouveau et original à double visée. Il contribue à la formation professionnelle des doctorants qui s’orientent vers les métiers de la culture en rapport avec la recherche universitaire. Il vient également en appui au développement des départements recherche des musées et à la réalisation des projets de recherche des institutions patrimoniales membres du Labex CAP.

Le dispositif « Immersion » consiste donc à mettre en mouvement les liens entre les jeunes chercheurs et les musées par un travail d’expertise et de recherche. L’intégration des musées pour une durée de dix mois peut prendre des formes diverses : préparation scientifique d’une exposition, travail de recherche sur des fonds, des réserves, des archives etc. Les étudiants bénéficient de l’acquis d’une véritable expérience professionnelle auprès d’une structure patrimoniale ou muséale ; inversement, les musées approfondissent, par la recherche, la mise en place de leur programmation et/ou la valorisation de leurs fonds.

Continuer la lecture de LABEX CAP : Appel à candidatures : bourses Immersion 2016

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LABEX CAP : Appel à candidatures : six à huit contrats post-doctoraux ouverts au concours 2016-2017

Date limite : le 1er septembre 2016

Le Laboratoire d’excellence « Création, Arts, Patrimoines » (Labex CAP), annonce le recrutement par voie de concours de six à huit chercheuses / chercheurs de niveau post-doctoral pour une période d’un an, éventuellement renouvelable une fois.

L’hypothèse méthodologique du Labex CAP consiste à rapprocher, par des travaux de recherche communs, les équipes universitaires et les équipes des institutions conservant, divulguant et exposant des collections et des fonds patrimoniaux. Dans ce contexte de décloisonnement institutionnel et disciplinaire, les corpus choisis et les objets de recherche concernent les interactions entre création et patrimoines.

Continuer la lecture de LABEX CAP : Appel à candidatures : six à huit contrats post-doctoraux ouverts au concours 2016-2017

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Avis de recrutement de chercheurs en humanités numériques

1883-labex-observatoire-vie-litteraire-obvilLe laboratoire d’excellence Observatoire de la vie littéraire (OBVIL), recrute deux chercheurs en humanités numériques.

Les deux profils recherchés correspondent à :

Date de prise de fonction : 1er octobre 2016
Date limite de dépôt des candidatures : 25 mai 2016 (contrat post-doctoral) et 15 juin 2016 (contrat d’ingénieur)

Contacts :

Milad DOUEIHI, Chaire thématique HUMANUM, miladus[chez]gmail[point]com
Didier ALEXANDRE, directeur du LABEX OBVIL, didier[point]alexandre[chez]paris-sorbonne[point]fr

Les appels à candidature sont également consultables sur le site du Labex.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Derniers jours pour candidater à l’appel à chercheurs 2016

appel_chercheur_2016La BnF lance la nouvelle édition de son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de doctorants pour l’année universitaire 2016-2017.

L’appel à chercheurs s’adresse à tous pour les chercheurs invités, aux doctorants de moins de 35 ans pour les chercheurs associés.

Les candidats disposent d’un délai supplémentaire pour déposer leur dossier. La date limite de candidature fixée initialement au 15 avril 2016 est repoussée au 21 avril 2016 à 12h.

L’appel est ouvert à tout type de sujet. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de recherches dans leur discipline. Afin d’éviter la dispersion des travaux, la Bibliothèque a défini deux larges axes de recherche :
– Axe 1 : étude et valorisation des collections
– Axe 2 : étude du livre et des bibliothèques
Une recherche sur l’oeuvre du dernier lauréat du Prix de la BnF, Michel Houellebecq, est également proposée.

Pour déposer une candidature, veuillez suivre les indications qui figurent sur le site de la BnF à la page : « Comment répondre à l’appel à chercheurs ?« 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts