Archives de catégorie : Offres/Appels

Appel à contributions : Des lieux pour penser : musées, bibliothèques, théâtres… : colloque international, 20-22 juin 2018, Paris

Peut-on, comme d’autres ont défini des lieux de mémoire, ou des lieux de savoirs (Nora, 1984-87, Jacob, 2007-2011), envisager certains lieux aujourd’hui comme des espaces (publics) plus propices que d’autres à la pratique de la pensée, comme des lieux de pensée ? Dans quelle mesure, comment, et à quelles fins, des lieux – le musée, le théâtre, la bibliothèque… – peuvent-ils impulser, élaborer ou modeler de la pensée ? Quels sont les dispositifs (institutionnels, architecturaux, scénographiques) que mobilise et construit une telle volonté des pratiques professionnelles et artistiques de s’inscrire dans des enjeux de pensée ? Quels sont les enjeux, les bornes, les moyens, les effets de ces dispositifs ?

Vue intérieure de la nouvelle salle projetée pour l’agrandissement de la bibliothèque du Roi / Boullée invenit

La manière de présenter les objets (Newhouse, 2005), de même que la notion de dispositif (Mairesse et Hurley, 2012), dans les musées, révèlent l’importance accordée à l’agencement de l’espace au sein du musée (Davallon, 1992, Duncan & Wallach, 1978 et 1980). On peut dès lors envisager la mise en exposition comme un dispositif de dramatisation, autour d’objets conçus comme des pôles d’« attraction » de la pensée (Mouton-Rezzouk, 2016). Certains musées, comme le musée d’Ethnographie de Neuchâtel, se sont ainsi fait les champions des expositions visant à déconcerter puis forcer le visiteur à penser la place et les relations entre objets et les dispositifs qui lui sont présentés (Gonseth, Hainard et Khaer, 2005). De la même manière, nombre de projets artistiques visant le détournement ou l’installation dans les musées, visent à mettre en valeur une réflexion spécifique à partir de ces lieux (Putnam, 2001). Un premier travail de recensement de ces lieux a été largement opéré sur les expositions temporaires envisagées à partir de l’histoire de l’art (Altshuler, 2008, 2013).

Le « pouvoir des bibliothèques » (Baratin et Jacob, 1996) s’est tout aussi largement constitué à partir de ses espaces intérieurs, ce dont témoigne la diversité de son architecture, mais aussi la régularité de ses espaces reflétant les classements généraux (Dewey ou Otlet) ou ceux développés par quelques esprits particuliers, comme Warburg (Baratin et Jacob, 1996, Michaud, 1998). Si l’architecture des bibliothèques, comme celle des théâtres ou des musées, est étudiée depuis longtemps (Pevsner, 1976), le besoin d’une analyse de l’espace intérieur, interrogé ou photographié (Dawson 2014), apparaît forcément comme fondamental pour comprendre la manière dont fonctionne cette « pensée distribuée » (Latour, 2007), à un moment où la question du « commun des savoirs » vient relayer celle du « tiers lieu » (Dujol, 2017, Failla, 2017). On peut également s’intéresser aux enjeux et aux moyens de la médiatisation des contenus, et voir, par exemple, dans la mise en place d’une proposition culturelle renforcée (expositions, performances, rencontres, etc.) un processus de « dramatisation » ou de « scénarisation » destiné à élaborer de nouveaux modes d’appréhension des savoirs et à penser autrement l’accès au livre, et plus largement aux contenus documentaires et culturels qui sont à l’œuvre dans les collections des bibliothèques.

Dans le prolongement des analyses du théâtre comme fait social (Duvignaud, 1965), plusieurs publications, ces dernières années, se sont intéressées au lieu théâtral (Biet & Triau, 2006, Barbéris & Poirson, 2013, Urrutiaguer, 2014) et ont également cherché à mettre en évidence et à analyser la capacité heuristique et critique du théâtre (Suutela et alii, 2012) ; si c’est essentiellement, d’ailleurs, en termes politiques que cette pensée du théâtre (ou depuis le théâtre) est revendiquée et décrite (Hamidi-Kim, 2013, Neveux, 2013, Plana, 2014), elle l’est également, depuis peu, du côté de la philosophie, tant du fait des théoriciens (Badiou, 2014, Guénoun et alii, 2010, Lacoue-Labarthe & Nancy, 2013, Rancière, 2008) que des artistes et des institutions (Emmanuel Alloa au Théâtre de Gennevilliers, Alain Badiou et Marie-José Malis à Aubervilliers, Philippe Quesne au Théâtre des Amandiers de Nanterre et Bérangère Vantusso au Studio-Théâtre de Vitry). La pensée ne se réduit toutefois pas au politique et au philosophique, et peut être envisagée pour elle-même, quand elle est « savoir du théâtre » (Aït-Touati, 2017) ou « pensée-théâtre » (Garcin-Marrou, 2017).

Il semble aujourd’hui pertinent de comparer ces perspectives dans un cadre commun et d’envisager plus généralement le rapport de la pensée au lieu, à un moment ou s’affirme donc une redéfinition convergente des musées, théâtres et bibliothèques comme lieux publics dévolus à une pratique active et partagée (sinon nécessairement collective) de pensée. À l’ère des flux, à l’heure où la pensée se « liquidifie » (selon la formule de Bauman) ou se « gazéifie » (selon Michaud), peut-on croire encore à la matérialité des lieux comme cadres et bâtis nécessaires à la pensée ? Et, réciproquement, lorsque des lieux, aujourd’hui, se présentent comme des espaces ouverts à l’émergence et au déploiement de la pensée, qu’est-ce que cela (« la pensée ») signifie ? Qu’est-ce qui fait la matière (l’objet, les contenus, la forme, la dynamique) de cette pensée in situ ? Est-elle spécifique au lieu, ou non ? Comment la décrire, comment la caractériser ? A quels moments, et de qui, émerge-t-elle ? Est-elle partageable, partagée, collective ? Dans quelle mesure n’est-elle qu’un autre nom pour du didactisme, voire de la propagande ? Comment cette pensée se manifeste-t-elle, le cas échéant ? Et surtout, comment peut-elle être conditionnée, intentionnellement ou de facto, par le lieu ? Quels pourraient en être les modèles (structure, architecture) qui sous-tendent les représentations que s’en font les différents acteurs du lieu (professionnels, usagers) ?

Ce colloque s’inscrit dans un programme plus vaste, intitulé « ces lieux où l’on pense1 », dans lequel nous nous proposons, au cours d’un cycle de journées d’études et de colloques, d’examiner la façon dont des lieux – la scène, l’espace muséal et la bibliothèque, dans leur acception la plus large – génèrent et modèlent de la pensée. Il s’agit de mettre à l’épreuve une hypothèse : que ces « lieux » (espaces circonscrits dans un territoire, architecture, dispositif – scénographique, expographique, classificatoire … – , systèmes institutionnels et professionnels définis par des missions et des valeurs spécifiques, œuvres et objets présentés) déterminent des modes d’exercice de la pensée qui leur sont propres, tant du côté de ceux qui y « œuvrent » (concepteurs / artistes / programmateurs…) que du côté des publics (visiteurs, spectateurs, usagers) ; qu’ils peuvent, conjointement, être conçus – fabriqués, pensés, analysés, interprétés – comme des espaces de pratique de la pensée, voire de l’exercice philosophique, en son sens le plus ouvert de pratique d’une pensée contemplative, réflexive ou critique.

Nous nous proposons ici, durant les trois journées de ce colloque, de partir d’une collecte de cas concrets, c’est-à-dire de lieux spécifiques, permanents ou temporaires – musées, expositions, bibliothèques, théâtres et autres dispositifs scéniques (danse, performances, marionnettes, cirques), mais aussi parcs ou jardins publics, etc. – afin de mettre en évidence, ensemble, les points de convergence et les lignes de partage entre ces différents objets, et de développer des outils d’analyse visant à construire un cadre d’analyse commun pour mettre en lumière le rapport entre lieu et processus de pensée.

Les contributions recherchées consisteront donc en études de cas visant à expliciter ce rapport entre lieu spécifique (musée, théâtre, bibliothèque…) et processus de pensée, et, afin de permettre la discussion et la comparaison, proposeront en trois temps la caractérisation du lieu choisi (cadre institutionnel ou générique, architecture, scénographie), l’analyse du dispositif proprement dit, pour tenter de parvenir à une explicitation du ou des processus de pensée induits ou produits. Le texte en sera communiqué très en amont du colloque pour que celui-ci puisse être partagé avec tous les participants du colloque, afin d’être discutés en ateliers durant celui-ci.

Le colloque sera structuré en trois temps : une première journée, le 20 juin, en session plénière et ouverte à tous (dans la limite des places disponibles et après inscription), visera à présenter les enjeux majeurs que constituent, pour ces différents lieux que constituent la bibliothèque, le théâtre ou le musée, l’exercice de la pensée. Une seconde journée de travail sur la collection de lieux réunira en ateliers les contributeurs durant le 21 juin ; une troisième journée, le 22 juin, en comité restreint, rassemblera les organisateurs et les rapporteurs des ateliers afin de synthétiser ces discussions précédentes et d’envisager les étapes ultérieures de notre réflexion sur ces lieux où l’on pense.

Références

  • Aït-Touati F. “Les savoirs du théâtre. Histoire d’un dispositif”, Journée d’étude, 23/06/2017, CRAL, EHESS/CNRS.
  • Altshuler B. 2008. Salon to Biennial – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Altshuler B. 2013. Biennials and beyond – Exhibitions That Made Art History, London, Phaidon.
  • Badiou A. 2014. Rhapsodie pour le théâtre. Court traité philosophique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Perspectives critiques.
  • Baratin M. Jacob C. (dir.). 1996. Le pouvoir des bibliothèques, Paris, Albin Michel.
  • Bessière, J., Payen, E., (dir.). 2015. Exposer la littérature, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Davallon J. 1992. « Le musée est-il un média ? », Public & Musées, 2, décembre, p. 99-123.
  • Dawson R. 2014. The public Library. A photographic essay, New York, Princeton Architectural Press.
  • Dujol, L. (dir.), Communs du savoir et bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. Bibliothèques.
  • Duncan C., Wallach C. 1980. « The universal survey museum », Art History, 3, p. 448-69.
  • Duncan C., Wallach C. 1978. « The Museum of Modern art as late capitalist ritual : an iconographic analysis », Marxist perspectives, 4, p. 28-51.
  • Failla, L., 2017. Du livre à la ville. La bibliothèque comme espace public, Métis presses.
  • Garcin-Marrou F. Beauchamp H. et alii, 2016. Les Scènes philosophiques de la marionnette, Montpellier, L’Entretemps.
  • Gonseth M.-O., Hainard J., Kaehr R. 2005. Cent ans d’ethnographie sur la colline de Saint-Nicolas. 1904-2004, Neuchâtel, MEN.
  • Guénoun D. 2010. avec Deguy M., Dommange T., Doutey N., Kirkkopelto E., Nowrousian S., Philosophie de la scène, Besançon, Les Solitaires intempestifs, coll. Expériences philosophiques.
  • Hamidi-Kim Bérénice. 2013. Les Cités du théâtre politique en France depuis 1989, Montpellier, L’Entretemps.
  • Jacob C. (dir.). 2007-2011. Les Lieux de Savoir, Paris, Albin Michel.
  • lacoue-Labarthe P., Nancy J-L. 2013. Scène suivi de Dialogue sur le dialogue, Christian Bourgois éditeur, coll. Détroits.
  • Latour B. 2007. « Pensée retenue, Pensée distribuée », in Jacob C., Les lieux de savoir. Espaces et communautés, p. 605-615.
  • Mairesse F., Hurley C. 2012. « Éléments d’expologie : matériaux pour une théorie du dispositif muséale », Media tropes e-Journal, Vol. III, n°2, pp. 1-27.
  • Michaud P.A. 1998. Aby Warburg et l’image en mouvement, Paris, Macula.
  • Mouton-Rezzouk A. 2016. « Exposer le théâtre? » dans Dufrêne, B., Glicenstein, J. (dir.) Histoires d’Expositions, Paris, Hermann.
  • Neveux O. 2013. Politiques du spectateur. Les enjeux du théâtre aujourd’hui, Paris, La Découverte.
  • Newhouse V. 2005. Art and the power of placement, New York, Monacelli Press.
  • Nora P. (dir.) 1984-1987. Les lieux de mémoire. La République, la Nation, les France, Paris, Gallimard.
  • Payen, E., Huchet, B. (dir.). 2015. L’action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.
  • Pevsner N. 1976. A History of Building Types, London, Thames & Hudson.
  • Plana M. 2014. Théâtre et Politique. Modèles et concepts. Paris, Orizons.
  • Putnam J. 2001. Art and Artifact. The Museum as Medium, London, Thames & Hudson.
  • Rancière J. 2014. « Le Théâtre des pensées », Le Fil perdu. Essai sur la fiction moderne, Paris, La Fabrique éditions.
  • Suutela H. (dir.), 2012. Utopie et pensée critique dans le processus de création, Les solitaires intempestifs.
  • Urrutiaguer D. 2014. Les Mondes du théâtre. Désenchantement politique et économie des conventions, Paris, L’Harmattan.

Modalités de soumission

  • Une proposition brève, d’environ 2000 signes (présentation rapide du cas d’étude et caractérisation des processus de pensée envisagés) sera envoyée pour le 30 janvier 2018 à l’adresse suivante : cyclelieuxdepensee@gmail.com.
  • Les contributions, très synthétiques (12.000 signes maximum, notes et bibliographie comprises) seront envoyées pour le 15 avril 2018 (au plus tard) à la même adresse.
  • Les textes corrigés et mis en page seront envoyés à l’ensemble des participants au colloque, en version électronique, pour le 1er juin 2018.
  • Une version imprimée et éditée des textes sera remise aux participants lors du colloque.

Comité d’organisation

  • François Mairesse, Professeur d’économie de la culture et de muséologie à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (CERLIS UMR 8070, labex ICCA)
  • Flore Garcin Marrou, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Université Jean Jaurès de Toulouse (LLA CREATIS, EA 4152)
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, Maître de conférences en Études Théâtrales à l’Institut d’Études Théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (IRET, EA 3959)
  • Des doctorants du CERLIS participeront également à la préparation du colloque.

Comité scientifique

  • Frédérique Aït Touati, Chargée de recherche CR1 CNRS/EHESS, centre de recherche sur les arts et le langage (CRAL)
  • Isabelle Barbéris, Maître de conférences, CERILAC, Université Paris Descartes
  • Cécile Camart Maître de conférences, LIRA, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Irène Bastard, cheffe de projet – Publics et usages à la délégation à la Stratégie et à la Recherche, Bibliothèque nationale de France
  • Yves Bergeron, Professeur, Université de Québec à Montréal
    Bruno Brulon Soares, Maître de conférences, Vice-Président d’ICOFOM, Université fédérale de Rio de Janeiro
  • Yves Girault, Professeur, Muséum national d’Histoire naturelle
    Elena Gordienko, Enseignant-chercheur, Russian Presidential Academy of National Economy and Public Administration, Moscou
  • Esa Kirkkopelto, Professor of Artistic Research, University of the Arts, Helsinki, metteur en scène et dramaturge
  • Joëlle Le Marec, Professeur, CELSA Paris 4
  • Emmanuelle Payen, conservateur des bibliothèques, Chef du service du Développement culturel & Actualité, BPI, Centre Pompidou
  • Martial Poirson, Professeur, Scènes du monde création, savoirs critiques, Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis
  • Daniel Schmitt, Maître de conférences, Université de Valenciennes

Comité d’organisation du cycle « Ces lieux où l’on pense »

  • Julie Deramond, Equipe Culture et Communication, CNE, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
  • Flore Garcin Marrou, LLA CREATIS, Université Toulouse Jean Jaurès
  • François Mairesse, CERLIS, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Aurélie Mouton-Rezzouk, IRET, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  1. https://udpn.fr/IMG/pdf/programme__ces_lieux_ou_lon_pense.pdf []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre de stage Master 2 – BnF

Grâce au concours de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima), la Bibliothèque nationale de France (BnF) propose un stage rémunéré de master 2 dont le sujet porte sur l’Identification et quantification des encollages utilisés dans les papiers de presse du XXème siècle conservés à la Bibliothèque nationale de France.

La Bibliothèque nationale de France (BnF) réalise régulièrement des campagnes de désacidification de masse sur des documents constitués de papiers acides. Cette désacidification ralentit la dégradation du papier qui est favorisée par l’hydrolyse acide de la cellulose. Toutefois ce traitement de conservation ne permet pas de renforcer le papier. Pour cette raison, la BnF est impliquée dans la recherche de nouvelles méthodes de désacidification et consolidation de documents cellulosiques en collaboration avec les laboratoires partenaires Centre de recherche sur la conservation  (CRC) et Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI, EA 2528). Les résultats de ces recherches ont montré un intérêt avéré vis-à-vis de l’utilisation d’aminoalkylacoxysilanes (AAAS) pour la désacidification et le renforcement simultanés du papier. Les dernières études ont notamment mis en évidence l’influence néfaste de l’encollage utilisé dans la fabrication du papier sur l’efficacité du traitement à base d’AAAS. Pour vérifier l’applicabilité de la méthode développée au sein des collections de la BnF il s’avère donc fondamental de connaître la nature et la quantité d’encollage présent dans les documents susceptibles de recevoir ce type de traitement.

Ce stage vise donc à développer une méthode analytique qui permettra d’identifier et de quantifier les différentes matières utilisées pour l’encollage des papiers de presse, comme la colophane, les dimères alkyl cétene (AKDs) ou les anhydrides alcényl succinique (ASAs). Les techniques analytiques utilisées pour l’étude seront la chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectroscopie de masse (GC-MS) et la pyrolyse-GC/MS. Le protocole analytique sera mis au point sur des échantillons modèle et appliqué ensuite à des prélèvements de papiers de presse en provenance des collections de la BnF. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours.

Profil du candidat

Le(la) candidat(e) devra posséder des bonnes connaissances en chimie analytique et en particulier en chromatographie. Des connaissances en chimie des polymères naturels et synthétiques seront appréciées. Le(la) candidat(e) devra montrer un fort intérêt pour les problématiques liées à la conservation du patrimoine culturel.

Modalités pratiques

Pour postuler envoyer CV et lettre de motivation à eleonora.pellizzi@bnf.fr ou stephane.bouvet@bnf.fr

La prise de fonction est prévue entre janvier et février 2018.

Encadrants de stage

  • BOUVET Stéphane, Chargé d’études et de recherche, Laboratoire
    Bibliothèque nationale de France
  • PELLIZZI Eleonora, Chargée d’études et de recherche, Laboratoire Bibliothèque nationale de France
  • FICHET Odile, Professeur des Universités, LPPI-Université de Cergy Pontoise
  • DUPONT Anne-Laurence, Chargée de recherche, Centre de Recherche sur la Conservation (CRC)

Contexte

Le stage programmé grâce au financement de la Fondation des sciences du patrimoine (LabEx Patrima) vient compléter les résultats du projet de thèse CoMPresSil. Les résultats obtenus lors de ce stage permettront de compléter les informations sur la caractérisation des documents de presse qui sont susceptibles de nécessiter un traitement de désacidification et de renforcement et de mieux orienter les recherches en cours (thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel Renforcement et Désacidification d’Objets Patrimoniaux Cellulosiques par des Réseaux de Copolymères de Polyaminoalkylalcoxy Silanes. Application aux collections de Bibliothèques  (CoSilBib) également financée par le labEx Patrima 2016-2019).

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : Post-doctorant(e) – Chef(fe) de projet de recherche « Histoire du quartier Richelieu »

Les principaux acteurs du site « Richelieu, bibliothèques, musée, galeries » (Bibliothèque nationale de France, École nationale des chartes, Institut national d’histoire de l’art) ainsi que le Centre allemand d’histoire de l’art, les universités de Sorbonne Université et de Paris I Panthéon Sorbonne ont décidé de conduire en commun un programme de recherche pluriannuel autour de l’histoire du « quartier Richelieu » dans lequel ces institutions de recherche sont en grande partie implantées.

Le projet se donne pour objectif d’aborder différents facettes de l’histoire du quartier : urbanistique (transformations, destructions) ; architecturale (histoire des bâtiments : construction, réaffectation, destruction) ; économique, commerciale et administrative ; sociologique (personnalités célèbres ayant eu des liens : résidence, travail, etc. avec les lieux et institutions du quartier, réseaux de sociabilité), culturelle (théâtre, musique…), etc.

Le projet consiste à documenter et illustrer l’histoire du quartier en valorisant les collections patrimoniales des institutions participantes et les travaux herméneutiques menés par des chercheurs dans le cadre du programme ainsi qu’à rendre accessible le produit de ces travaux au moyen d’interfaces numériques adaptées à des consultations spécialisées et plus grand public.

Dans ce cadre, les institutions citées offrent un emploi pour un(e) post-doctorant(e) – Chef(fe) de projet de recherche « Histoire du quartier Richelieu ».

Missions du poste

Sous la responsabilité du Comité de pilotage du projet, le/la Chef(fe) de projet est chargé(e) de :

  • piloter le projet de recherche « Histoire du quartier » ;
  • définir avec le Comité de pilotage les objectifs, les livrables et les délais de réalisation des différentes tâches ;
  • établir les méthodes et outils de pilotage du projet ainsi que les modalités de communication entre les différents partenaires et chercheurs impliqués ;
  • superviser, coordonner le travail de l’ensemble des acteurs et animer des points réguliers avec l’ensemble des partenaires : état d’avancement du programme, suivi du partage de connaissances, validation des résultats, suivi du planning et respect du budget, etc. ;
  • promouvoir auprès des unités de recherche (Labex, écoles doctorales, écoles universitaires de recherche…) le projet pour susciter des vocations et des aides financières pour recruter des étudiants chercheurs ;
  • participer à l’organisation du séminaire de recherche du projet ;
  • collaborer aux travaux de valorisation et de communication sur le projet (carnet de recherche, …) ;
  • rédiger le projet scientifique pour financement de recherche (type ANR, ERC).

Contributions spécifiques attendues du (de la) chef(fe) de projet

  • Coordonner le répertoire des collections patrimoniales des institutions participantes relatives à l’histoire du « quartier Richelieu » selon les différents axes définis ;
  • Tenir régulièrement à jour un carnet de recherche rythmant la vie du projet créé sur la plateforme Hypothèses.org d’Open Edition.

Compétences

  • Etre titulaire d’un doctorat en Sciences humaines et sociales ou en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication au cours des cinq dernières années ;
  • Capacité à travailler en mode projet et aptitude à dialoguer avec des équipes de recherche ;
  • Rigueur attachée aux productions scientifiques mais aussi qualité rédactionnelle de vulgarisation, notamment sur le web ;
  • Intelligence des problématiques de recherche liées aux données numériques (big data, text and data mining, humanités numériques…) ;
  • Intérêt prononcé pour le patrimoine graphique et faculté à utiliser les outils bibliographiques pour repérer les collections et les données pouvant être utilisées par les chercheurs ;
  • Aisance avec les outils informatiques ;
  • Maîtrise du français et de l’anglais.

Personne(s) à contacter

  • France Nerlich, Directrice du département des études et de la recherche à l’INHA, france.nerlich@inha.fr
  • Gennaro Toscano, Conseiller scientifique et culturel sur le projet de Bibliothèque-Musée Richelieu, gennaro.toscano@bnf.fr
  • Thomas Kirchner, Directeur du Centre allemand d’histoire de l’art (ou « DFK Paris »), tkirchner@dfk-paris.org

Conditions de l’emploi

  • Structure de référence administrative : Institut national d’histoire de l’art
  • Localisation géographique : 6, rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Rattachement hiérarchique au sein de la structure : France Nerlich, Directrice du département des études et de la recherche
  • Quotité de travail inhérente au poste : 50%
  • Catégorie : contrat post-doctoral
  • Prise de fonction : 1er février 2018
  • Durée : CDD d’une durée de 12 mois

Modalités

Le dossier consistera en un CV, une présentation du doctorat, des activités et contrats de recherche antérieurs, et une lettre de motivation.
Les candidatures seront envoyées à l’adresse der-dir@inha.fr, en spécifiant comme sujet : Chef.fe de projet pour le programme Histoire du quartier Richelieu.
Date limite du dépôt des candidatures : 15 janvier 2018

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

BnF : offre d’emploi : Chargé du suivi de l’étude interne sur la presse

Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France recense, depuis son lancement, une majorité (en nombre de titres et de pages) de périodiques et de monographies. La BnF poursuit des travaux d’amélioration des fonctionnalités de recherche pour ces contenus à l’enrichissement sémantique des données et des métadonnées relatives aux corpus traités et optimiser les processus de numérisation, dont l’OCR, ainsi que les dispositifs de reconnaissance des articles de presse (OLR)1.

Pour poursuivre sa politique de numérisation de la presse2, la BnF publie une offre d’emploi pour le suivi d’une étude interne sur la presse.

OLR : principe

Missions et activités

Placé directement sous la responsabilité d’Aline Girard, directrice du département de la Coopération (Direction des services et des réseaux), le chargé de suivi réalisera une étude interne sur la presse copilotée par deux départements : le département de la Coopération (DSR) et celui du Droit, Economie, Politique (DCO). Cette étude a été confiée au mois de mai 2017 par la Directrice générale aux deux directions, qui en assureront la réalisation conjointe.

De par ce copilotage, le déroulement de la mission de l’agent sera établi par les deux directeurs de département responsables de l’étude.

A ce titre l’agent, sur la base de la méthodologie de suivi d’étude proposée par la Délégation à la Stratégie et à la Recherche, assurera l’organisation des réunions internes de suivi (comité de pilotage, comité de suivi), rédigera les compte rendus de réunion, rythmera l’avancée de l’étude avec un calendrier de suivi de projet précisant les étapes et les livrables attendus.

L’agent sera également chargé de réunir les informations disponibles sur les collections de presse de la BnF (que ce soit sous l’angle de la conservation, de la numérisation, du stockage, etc.), et autant que faire se peut sur les collections de presse conservées dans les autres bibliothèques françaises.

L’agent aura à sa charge la mise en forme des informations recueillies dans les livrables successifs et la rédaction du rapport final attendu par la direction de l’Etablissement à la fin de l’année 2017.

Domaines de compétences

  • Expérience de suivi d’étude et de gestion de projet transverse
  • Excellent relationnel et capacité à animer des groupes
  • Aisance orale et excellentes capacités rédactionnelles
  • Sens du travail en équipe
  • Rigueur et méthode, sens de l’organisation

Modalités pratiques

  • Personne à contacter pour des renseignements :
    • Aline GIRARD, Directeur du département de la coopération, tél. : 33 (0)1 53 79 40 35
  • Modalités pratiques de candidature : obligatoirement candidater en ligne. Le dossier de candidature doit réunir un CV et peut être complété d’une lettre de motivation.
  • Référence du poste : RC027
  • Sites : François-Mitterrand, Quai François-Mauriac Cedex 13, 75706 Paris
  • Catégorie : A
  • Famille : Services aux publics traitement des collections
  • Emploi de référence : Chargé de collections
  • Durée du contrat : 6 mois
  • A pourvoir à compter du : 01/09/2017
  1. Ioannis Anagnostopoulos, Pourquoi Europeana Newspapers ?. Disponible ne ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/en2014_anagnostopoulos.pdf> []
  2. Presse et revues, http://gallica.bnf.fr/html/und/presse-et-revues/presse-et-revues et Journaux numérisés dans Gallica, http://presselocaleancienne.bnf.fr/html/journaux-numerises-dans-gallica []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

BnF : appel à candidatures : Assistant de recherche

Dans le cadre de la deuxième année du projet CORPUS (voir http://c.bnf.fr/fom), la BnF poursuit sa réflexion sur les services de fourniture de corpus qu’elle pourrait mettre en place en direction notamment des équipes de recherche intéressées par la fouille de textes et de données (text and data mining). A cet effet, la Bibliothèque nationale de France lance un appel à candidatures pour un assistant de recherche.

Pour la deuxième année du projet, l’établissement projette d’étudier dans quelle mesure les équipes de recherche souhaitent accéder en masse aux données de la BnF (corpus numérisés diffusés dans Gallica et Gallica intra muros, archives de l’internet, métadonnées…) à des fins d’étude et d’analyse de type fouille et selon quelles modalités. Il s’agit en particulier de comprendre leurs besoins et de préfigurer les futurs services et outils que la BnF pourra proposer autour de ces données.

Ph . Lorenzo Cafaro

Missions et activités

Sous la responsabilité de l’adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des services et des réseaux et du responsable des études, l’assistant-e de recherche est chargé-e de :

  • conduire des entretiens auprès d’experts identifiés au sein d’équipes ou d’infrastructures de recherche et recueillir leurs témoignages ;
  • prendre connaissance des études nationales et internationales permettant d’établir un état de l’art sur la question ;
  • co-animer un atelier de préfiguration du nouveau service (design de service) ;
  • rendre compte de ses observations et de ses travaux (rapport, note de synthèse…) ;
  • diffuser et valoriser les résultats obtenus.

Activités spécifiques

  • Participer aux rapports et publications du projet ;
  • Collaborer aux travaux de valorisation (bibliographies, carnet de recherche, …) du projet CORPUS ;
  • Participer à la production des indicateurs quantitatifs et/ou qualitatifs associés au projet.

Domaines de compétences

  • Aptitude à la conduite d’entretiens et à l’animation de temps collectifs (atelier, réunion, etc.) ;
  • Connaissance des méthodes permettant de recueillir les besoins d’utilisateurs et de préfigurer de nouveaux services (design de service, techniques de stimulation de la créativité, etc.) ;
  • Intelligence des problématiques de recherche liées aux données numériques (big data, text and data mining, humanités numériques…) ;
  • Connaissance des données numériques de la BnF (Gallica, archives de l’internet, métadonnées) et compréhension des exploitations qui peuvent en être faites par les chercheurs ;
  • Savoir identifier et utiliser les sources d’informations permettant de rassembler des études, observations de pratiques, réflexions déjà réalisées ou engagées par d’autres institutions  ;
  • Capacité à travailler en équipe projet ;
  • Goût pour la recherche, rigueur scientifique, qualité rédactionnelle ;
  • Maîtrise des outils informatiques et des applications propres au domaine de la recherche.

Modalités pratiques

  • Niveau de diplôme attendu : M2
  • Personne(s) à contacter pour des renseignements : Emmanuelle Bermès, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du directeur des services et des réseaux ; Philippe Chevallier, responsable des études.
  • Modalités pratiques de candidature : obligatoirement candidater en ligne. Le dossier de candidature doit réunir un CV et peut être complété d’une lettre de motivation.
  • Catégorie du contrat : B
  • Date de prise de fonction : 7 août 2017
  • Durée du contrat : 4 mois

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LabEx CAP : Appel à micro-projets / 2018-2019

Suite à son séminaire fermé du 20 mars 2017 et le bilan des projets 2016-2017, le Labex CAP lance de son cinquième appel à projets.

Les objectifs principaux demeurent de favoriser la convergence des travaux et des approches des institutions qui le composent et notamment de soutenir les collaborations et les partenariats entre les institutions œuvrant dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche et les institutions muséales ou patrimoniales. Dans ce cadre, il a décidé de reconduire les quatre grandes plateformes à projet thématiques, légèrement reconfigurées :

  • Plateforme 1 : Création, patrimoine : géographie et politique
    Mots clés : Transferts, migrations, frontières, protection, reconstruction, iconoclasme, représentations politiques, émotions patrimoniales, hégémonie, consensus, conflits
  • Plateforme 2 : Processus créatifs
    Mots clés : Original, multiple, collectif, droit d’auteur, interprétation, performance, innovation, invention, reproduction, remake, reenactment, open source, génétique
  • Plateforme 3 : Transmission, diffusion, réception
    Mots clés : Enseignement, Digital Humanities, mémoire, conservation, classement, inventaire, collaboration, réseaux, édition, médias, codification, réception, controverse
  • Plateforme 4 : Collections, musées, exposition
    Mots clés : Institution, publics, réalité augmentée, conservation, original, copie, récit, display, médiation, marché de l’art, provenance, tourisme culturel, critique

Les projets attendus doivent contribuer aux questionnements ouverts par ces plateformes, qui sont moins conçues comme des catégories à l’intérieur desquelles se ranger que comme des propositions et des interrogations à discuter.
Le jury appréciera la capacité des projets à s’emparer de ces thématiques, quitte à les critiquer ou à proposer de les reformuler. Cet effort de convergence permettra notamment de définir des perspectives plus ciblées pour le recrutement des futurs post-doc à l’automne 2017.

Calendrier du concours

– 5 mai 2017 : lancement de l’appel à projet
–  11 septembre 2017 : clôture de l’appel
–  16 octobre 2017 : sélection des projets

Durée des projets

Les projets sont d’une durée de 23 mois : janvier 2018 – novembre 2019.

Modalités de soumission

  • Chaque porteur et son équipe choisissent parmi les quatre plateformes à projet celle qui est la mieux à même d’accueillir leur programme.
  • Les porteurs de projet remplissent le formulaire « Microprojet » (Word), comprenant notamment les objectifs, les méthodes et les résultats attendus, et le fichier « budget » (Excel), voir ci-joints (merci d’enregistrer « Projet_Nom_doc » et « Budget_Nom_xls »).
  • Les deux documents sont à envoyer impérativement avant le 11 septembre 2017 à 16h à l’adresse suivante : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr. Au-delà de cette date aucun projet ne sera accepté.

Critères d’éligibilité 

  • Le porteur de projet (le responsable scientifique) est une personnalité en poste dans une structure partenaire du Labex CAP (voir la liste des partenaires ci-jointe).
  • Chaque projet doit réunir au moins deux partenaires du Labex CAP.
  • Les demandes financières ne peuvent pas inclure des coûts de personnels (permanents ou contractuels ; sont éligibles uniquement les demandes de vacations, sous conditions (voir les documents joints)).

Modalités de sélection 

Chaque projet est examiné par l’ensemble du Conseil et du bureau du Labex CAP qui fonctionnent en jury. Un membre du Conseil ou du bureau rapporte plus précisément sur le projet, après y avoir apporté une expertise scientifique approfondie. Toutes les décisions sont prises collectivement par le Conseil réuni en jury souverain. Il n’y a pas de compte-rendu des débats ou de justification écrite des décisions.

Les critères de sélection sont : l’originalité du projet, l’excellence des équipes ; les apports théoriques et méthodologiques attendus ; l’adéquation aux objectifs généraux du Labex CAP et l’inscription dans les plateformes à projet thématiques, le renouvellement disciplinaire, la faisabilité en 23 mois et avec les moyens demandés.

Une enveloppe globale de 300 000 euros maximum sera affectée au financement des projets. En plus de ce financement, les projets peuvent bénéficier de la participation des post-doc du Labex, en fonction de leurs propres projets et centres d’intérêt.

Déontologie

Le Labex CAP soutiendra les véritables partenariats scientifiques en son sein et non pas ceux, construits en fonction des circonstances.
Les porteurs de projets sélectionnés s’engagent à rendre un bilan d’étape (novembre 2018) ainsi qu’un bilan scientifique et financier définitif à la fin de leur projet (30 novembre 2019).

Contacts 

Zinaïda Polimenova
Chargée de pilotage du Labex CAP
zinaida.polimenova@univ-paris1.fr

Clélia Simon-Henry
Gestionnaire du Labex CAP
labex.creations.patrimoines@gmail.com

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LabEx CAP : Appel à candidatures / Six à huit contrats post-doctoraux sont ouverts au concours 2018

Le Laboratoire d’excellence « Création, Arts, Patrimoines » (Labex CAP), annonce le recrutement par voie de concours de six à huit chercheuses / chercheurs de niveau post-doctoral pour une période d’un an, éventuellement renouvelable une fois.

L’hypothèse méthodologique du Labex CAP consiste à rapprocher, par des travaux de recherche communs, les équipes universitaires et les équipes des institutions conservant, divulguant et exposant des collections et des fonds patrimoniaux. Dans ce contexte de décloisonnement institutionnel et disciplinaire, les corpus choisis et les objets de recherche concernent les interactions entre création et patrimoines.

  • I. Conditions générales

Le jury pluridisciplinaire, composé des membres du Conseil et du Bureau du Labex, sélectionnera les six à huit projets de recherche les plus pertinents et originaux, proposant des définitions scientifiques nouvelles :

→ soit en lien avec l’un des micro-projets 2018-2019  (http://labexcap.fr/appel_a_projet/labex-cap-appel-a-micro-projets-2018-2019/)
→ soit en lien avec l’une des 4 plateformes à projet du Labex CAP (voir ci-dessous)
→soit, plus largement, en lien avec un projet développé par un laboratoire membre du Labex CAP, s’articulant avec les problématiques du Labex.

Les quatre plateformes à projet (2018-2019) du Labex CAP sont les suivantes :

  • Plateforme 1 : Création, patrimoine : géographie et politique

Mots clés : Transferts, migrations, frontières, protection, reconstruction, iconoclasme, représentations politiques, émotions patrimoniales, hégémonie, consensus, conflits

  • Plateforme 2 : Processus créatifs

Mots clés : Original, multiple, collectif, droit d’auteur, interprétation, performance, innovation, invention, reproduction, remake, reenactment, open source, génétique

  • Plateforme 3 : Transmission, diffusion, réception

Mots clés : Enseignement, Digital Humanities, mémoire, conservation, classement, inventaire, collaboration, réseaux, édition, médias, codification, réception, controverse

  • Plateforme 4 : Collections, musées, exposition

Mots clés : Institution, publics, réalité augmentée, conservation, original, copie, récit, display, médiation, marché de l’art, provenance, tourisme culturel, critique

II. Conditions d’éligibilité

  1. → Thèse soutenue après le 01/09/2012.

→  Ce concours s’inscrit dans la perspective des concours « jeunes chercheurs », moins de 38 ans au moment du dépôt de candidature.

→  Une personne en poste (secondaire ou supérieur, France ou l’étranger) ne peut être recrutée.

→ Il est à noter qu’un candidat qui a postulé les années précédentes sans être auditionné, peut se représenter au concours. En revanche, un candidat qui a déjà été auditionné, ne peut resoumettre une proposition.

III. Laboratoire d’accueil

→ L’unité principale (UMR, EA, Institut, Musée etc., partenaire du Labex CAP – voir liste ci-jointe) accueille le post-doctorant et assure son suivi ; l’unité secondaire doit être rapprochée dans le cadre d’une collaboration intellectuelle, à mettre en place par le post-doctorant, dont  l’objectif est de faciliter la circulation des savoirs, des pratiques, des méthodes, des perspectives scientifiques diverses au sein du Labex.
→ Les candidats ne peuvent pas demander comme unité principale le laboratoire où ils ont soutenu leur thèse.
→ Les postulants sont priés de prendre contact avec les responsables des institutions de rattachement demandées (directeur/directrice de laboratoire), lors de la préparation de leurs projets. Une lettre formelle d’accord du laboratoire doit être jointe au dossier de candidature.

IV. Calendrier de recrutement

→ Date de lancement du concours : le 16 mai 2017
→ Date de clôture du dépôt des candidatures : le 1er septembre 2017
→ Phase d’admissibilité : le 30 octobre 2017
→ Phase d’admission (auditions) : le 20 novembre 2017

V. Durée du recrutement et date de prise de fonction

→ Les contrats proposés sont d’une durée d’un an, éventuellement renouvelable une fois.
→ La prise de fonction s’effectuera à partir du 2 janvier 2018.

VI. Dossier de candidature

Le dossier de candidature complet devra être envoyé au plus tard le 1er septembre 2017 à 16h00 à l’adresse suivante : labex.creations.patrimoines@gmail.com

Afin de simplifier la procédure de réception et de traitement des dossiers, veuillez envoyer l’ensemble des pièces relatives à votre candidature au format PDF (Nom_Prénom.pdf). Veillez à optimiser la taille et la résolution de vos fichiers. Si cela est possible, il serait préférable que l’ensemble de votre dossier de candidature n’excède pas 5 Mo et, au maximum, 10 Mo.

Le dossier comprend :
→ le projet de recherche : titre (explicite), nom de la plateforme à projet choisie, unité d’accueil principal et unité d’accueil secondaire, les deux sont membres du Labex CAP (liste des partenaires ci-jointe), présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes maximum)
→ un curriculum vitae et une liste des publications
→ le diplôme de doctorat
→ le rapport de soutenance (si la thèse est soutenue en France)
→ une publication significative (PDF)
→ deux lettres de recommandation au moins rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création
→ une lettre de soutien du laboratoire d’accueil principal demandé

NB : Chaque dossier est évalué par deux experts extérieurs au Conseil et au Bureau du Labex. Le Conseil et le Bureau siègent en jury lors des phases d’admissibilité et d’admission.

VII. Obligations de services et participation aux travaux du laboratoire

En plus du projet de recherche sur lequel ils auront été sélectionnés, les chercheurs prendront part aux microprojets et aux activités du Labex. A concurrence de deux/cinquièmes de leur temps de travail, ils contribueront notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, journées d’études, et à l’enrichissement des supports de communication (site web, plaquettes ou documents de présentation) ainsi qu’à la vie du laboratoire / du département d’accueil. Ils organiseront ensemble le séminaire post-doctoral du Labex CAP.

Les post-doctorants exerceront leur fonction conformément à la charte européenne du chercheur.

VIII. Résultats attendus

–    le candidat s’engage à rendre une étude de 40 pages (60 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche à la fin du contrat. Cette étude sera publiée dans les « Cahiers du CAP », revue du Labex (Publications de la Sorbonne, Paris).
–    le candidat organise, prend part et suit les séances de séminaire post-doctoral du Labex afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

IX. Rémunération

Les recrutements se font sous la forme d’un contrat à durée déterminée à temps plein. Le candidat percevra une rémunération forfaitaire mensuelle brute exclusive de toute rémunération accessoire sur la base d’un temps plein d’un montant de 2361.45 euros.

X. Critères de sélection

Les contrats proposés s’adressent à de jeunes chercheurs. Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de doctorat et pouvoir se prévaloir de premières réalisations dans le domaine de la recherche.
Les critères pris en compte par le comité de sélection sont :
→ La qualité scientifique du projet, son originalité, son adéquation avec les thèmes proposés cette année
→ Le profil et les aptitudes du candidat (compétences scientifiques, expériences dans le domaine de la recherche, publications)
→ Le caractère international des recherches (séjours d’étude, publications, compétences linguistiques)
→ La pertinence des rattachements demandés

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

LabEx CAP : Appel à candidatures / Programme Immersion

Le Laboratoire d’excellence Création, Arts et Patrimoines (LabEx CAP), annonce l’attribution par voie de concours de cinq bourses « Immersion » pour l’année 2018.

Le programme « Immersion » est un dispositif nouveau et original à double visée. Il contribue à la formation professionnelle des doctorants qui s’orientent vers les métiers de la culture en rapport avec la recherche universitaire. Il vient également en appui au développement des départements recherche des musées et à la réalisation des projets de recherche des institutions patrimoniales membres du LabEx CAP.

Le dispositif « Immersion » consiste donc à mettre en mouvement les liens entre les jeunes chercheurs et les musées par un travail d’expertise et de recherche. L’intégration des musées pour une durée de dix mois peut prendre des formes diverses : préparation scientifique d’une exposition, travail de recherche sur des fonds, des réserves, des archives etc. Les étudiants bénéficient de l’acquis d’une véritable expérience professionnelle auprès d’une structure patrimoniale ou muséale ; inversement, les musées approfondissent, par la recherche, la mise en place de leur programmation et/ou la valorisation de leurs fonds.

Conditions d’admission

Candidats : les candidats doivent être inscrits en thèse prioritairement dans un des établissements d’enseignement supérieur membre du LabEx CAP :
CNAM, EHESS, EPHE, ENC, ENSCI, ENSA Paris La Villette, LCPI Paris Tech, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Des candidats inscrits dans d’autres établissements peuvent également postuler.

Institutions d’accueil (voir les profils de poste ci-joints) pour 2018 :

– Bibliothèque nationale de France / Exposition de photographies anciennes organisée par la BnF et le musée de l’Elysée de Lausanne
– Centre Pompidou / Histoire des collections – le Musée national d’art moderne
– Musée du Louvre / Exposition monographique Delacroix
– Musée Picasso /  Picasso et le Louvre
– Sèvres – cité de la céramique / La production de la Manufacture de Sèvres, une histoire photographique

Modalités pratiques

Calendrier de recrutement

→ Date de lancement du concours : le 11 mai 2017
Date de clôture – dépôt des candidatures : le 1er septembre 2017
→ Phase d’admission (auditions*) : courant septembre 2017
→ Prise de fonction : 2 janvier 2018
*Chaque institution forme un jury d’admission comprenant des personnels internes et des membres du bureau du Labex CAP. Les candidats sont auditionnés au sein de chacune des structures d’accueil.

Durée du recrutement, nature du contrat

→ Le contrat proposé est d’une durée de 10 mois
→ Contrat de travail de catégorie B (personnel non titulaire non enseignant), temps plein (4/5 de présence dans l’institution, 1/5 consacré à la thèse)

Dossier de candidature

Le dossier de candidature complet (Immersion_Musee_Nom.PdF) devra être envoyé au plus tard le 1er septembre 2017 à 16h00 au bureau du Labex CAP : zinaida.polimenova@univ-paris1.fr

Le dossier comprend :
→ le projet de la thèse (3 à 5 pages)
→ une lettre de motivation sous forme de projet personnel en lien avec le profil de poste proposé : il est demandé de valoriser le lien entre le sujet de thèse du candidat et les missions que le musée souhaite lui confier
→ un curriculum vitae
→ photocopie du dernier diplôme obtenu
→ éventuellement une publication (PDF)
→ deux lettres de recommandation rédigées par des chercheurs et des personnalités reconnues du monde des arts et de la création

Critères de sélection

→ L’adéquation du profil des candidats (parcours, compétences scientifiques) et de leur projet de thèse avec le profil recherché par les institutions partenaires du Labex CAP.
→ La motivation des candidats.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Labex Obvil : contrat postdoctoral pour un chercheur en humanités numériques (spécialité Littérature)

Le Labex OBVIL met au concours un contrat postdoctoral de douze mois.

Le labex OBVIL réunit des chercheurs en littérature française, comparée, anglaise et nord-­américaine, italienne, hispanique, et en informatique, des chercheurs en informatique et sciences dures, et des chercheurs en informatique et sciences sociales. Il a pour objectif de réaliser la numérisation de corpus de textes théoriques et critiques, d’histoire littéraire, d’histoire des sciences dites dures, d’histoire des sciences humaines et sociales du XVIème au XXème siècles : ces corpus interdisciplinaires font l’objet d’une réflexion
épistémologique et éthique, et leur numérisation est indissociable de la conception d’outils de text mining et d’une réflexion sur les outils d’analyse informatique (ontologies, cartographies, alignement de textes, établissement de topiques argumentatives). Le présent contrat doctoral répond à ce programme : le projet présenté par le candidat comportera un versant informatique et un versant littéraire, cette double définition justifiant le principe d’une double
direction.

Fonctions de l’agent

Réaliser un projet de recherche en humanités numériques :

  • à partir d’un projet littéraire (littérature française, ou comparée, ou italienne, ou hispanique, ou anglo-­saxonne) fondé sur un corpus d’oeuvres ou d’auteur(s) autour d’un des axes de recherche défini dans le programme du Laboratoire d’excellence OBVIL : http://www.paris-­sorbonne.fr/IMG/pdf/labexObvil.pdf ou à partir
    d’un projet informatique.
  • développer des outils numériques en relation avec la problématisation du corpus littéraire (algorithmes, cartographies, analyse diachronique des corpus, indexation des corpus, extraction d’entités nommées).
  • contribuer à la conception d’éditions numériques savantes.

Activités de l’agent

  • Dans un contrat postdoctoral de douze mois, mener à terme des recherches dans le champ des humanités numériques au sein du LIP6 (Université Pierre-­et-­Marie-­Curie) en collaboration avec les équipe de littérature de l’université Paris-­Sorbonne.
  • Contribuer au développement des outils numériques développés par le LABEX OBVIL en relation étroite avec les ingénieurs d’étude du laboratoire.
  • Participer à l’organisation des séminaires de recherche du LABEX.

Compétences requises

  • Etre titulaire d’une thèse d’informatique ou d’une thèse de littérature.
  • Maîtriser, pour les informaticiens :
    -­ soit les techniques de traitement de la langue naturelle,
    -­ soit les techniques de fouille de texte et de recherche
    d’information,
    -­ soit les techniques d’édition numérique.
  • Avoir la capacité à s’intégrer à une équipe de recherche et avoir un intérêt prononcé pour la littérature.

Personne(s) à contacter

Modalités pratiques

Le dossier de candidature réunit un CV, le diplôme de doctorant, un projet scientifique interdisciplinaire, une lettre de motivation, éventuellement des lettres de recommandation.

  • Date limite du dépôt des candidatures : 14 mai 2017.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Labex Obvil : recrutement d’un chercheur en humanités numériques (spécialité Littérature)

Le Labex OBVIL met au concours un contrat doctoral.

Le labex OBVIL réunit des chercheurs en littérature française, comparée, anglaise et nord-­américaine, italienne, hispanique, et en informatique, des chercheurs en informatique et sciences dures, et des chercheurs en informatique et sciences sociales. Il a pour objectif de réaliser la numérisation de corpus de textes théoriques et critiques, d’histoire littéraire, d’histoire des sciences dites dures, d’histoire des sciences humaines et sociales du XVIème au XXème siècles : ces corpus interdisciplinaires font l’objet d’une réflexion
épistémologique et éthique, et leur numérisation est indissociable de la conception d’outils de text mining et d’une réflexion sur les outils d’analyse informatique (ontologies, cartographies, alignement de textes, établissement de topiques argumentatives). Le présent contrat doctoral répond à ce programme : le projet présenté par le candidat comportera un versant informatique et un versant littéraire, cette double définition justifiant le principe d’une double
direction.

Fonctions de l’agent

Réaliser un projet de recherche en humanités numériques :

  • à partir d’un projet littéraire (littérature française, ou comparée, ou italienne, ou hispanique, ou anglo-­saxonne) fondé sur un corpus d’oeuvres ou d’auteur(s) autour d’un des axes de recherche défini dans le programme du Laboratoire d’excellence OBVIL : http://www.paris-­sorbonne.fr/IMG/pdf/labexObvil.pdf
  • développer des outils numériques en relation avec la problématisation du corpus littéraire (algorithmes, cartographies, analyse diachronique des corpus, indexation des corpus, extraction d’entités nommées).
  • contribuer à la conception d’éditions numériques savantes.

Activités de l’agent

  • Dans un contrat de trois ans, mener à terme le Doctorat sous la double direction des Directeurs de recherche rattachés, pour les domaines littéraires, à une Ecole doctorale de l’Université Paris-­Sorbonne et, pour le domaine de l’histoire des sciences, et du numérique, à une Ecole doctorale de l’Université Pierre et Marie Curie. On trouvera sur les sites de chacune des deux universités (UPS, UPMC) la liste des directeurs de recherche potentiels.
  • Assurer des missions d’information et de formation en humanités numériques auprès des étudiants de licence, de Master et de Doctorat de la COMUE Sorbonne-­Universités.
  • Contribuer au développement des outils numériques en relation étroite avec les ingénieurs d’étude du LABEX, les ingénieurs du LIP6.
  • Participer à l’organisation des séminaires de recherche du LABEX.

Compétences requises

  • Etre titulaire d’un Master obtenu avec mention Très Bien dans les
    disciplines littéraires et/ou informatiques. S’inscrire en Doctorat.
  • Avoir une éventuelle expérience d’enseignement (par exemple tutorat).
  • Avoir la capacité à s’intégrer à une équipe de recherche et à travailler en équipe, sur plusieurs sites.

Personne(s) à contacter

Modalités pratiques

Le dossier de candidature réunit un CV, un diplôme de master 2 recherche, un projet scientifique interdisciplinaire, une lettre de motivation, éventuellement des lettres de recommandation et deux lettres de l’un et l’autre co-directeur. Le jury pourra, après lecture et sélection d’un projet, décider du choix des co-directeurs et du rattachement du doctorant à deux laboratoires.

  • Date limite du dépôt des candidatures : 14 mai 2017
  • Catégorie : contrat doctoral
  • Prise de fonction : 1er septembre 2017
  • Durée : 36 mois
  • Structure de référence : Laboratoire d’excellence OBVIL
  • Localisation géographique : Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris
  • Rattachement hiérarchique au sein de la structure : Directeur du LABEX OBVIL, Didier Alexandre ; Directeur adjoint du
    LABEX OBVIL Jean-­Gabriel Ganascia
  • N+1 de l’agent : Directeur de recherche
  • Quotité de travail inhérente au poste : 100%

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Stage : La désacidification de masse

Cuve d’imprégnation, © BnF

La BnF propose un stage pour découvrir la désacidification de masse.

Dates : mardi 2 mai 2017
Durée : 1 jour
Nombre de stagiaires : 12
Lieu : Centre de conservation Joël-Le-Theule ( 72300 Sablé sur Sarthe )
Code stage : FCS15
(code à mentionner sur le bulletin d’inscription)
Date limite d’inscription : 3 avril 2017

Public visé

Responsables de collections, archivistes, bibliothécaires, assistants de conservation du patrimoine et des bibliothèques, magasiniers chargés des collections.

Objectif de la formation

A l’issue de la formation, le stagiaire connaîtra :

  • les techniques de désacidification en usage en Europe
  • les 2 procédés utilisés par la BnF (Sablé et Bookeeper) avec leurs avantages et leurs limites
  • les critères permettant de sélectionner les documents en fonction des procédés.

Contenu de la formation

Après une présentation sur les causes de dégradations physico-chimiques du papier (lumière, température, fabrication des papiers…), les procédés de désacidification de masse en usage en Europe sont exposés.
Ceux utilisés par la BnF sont détaillés précisément dans leurs techniques ainsi que les critères de choix des documents à traiter.
Ces aspects théoriques sont suivis d’une visite de l’installation de désacidification de Sablé et d’un exercice pratique de sélection de documents.

Contact

David Moyal
Responsable formation
téléphone : 01 53 79 48 56
courriel : formations.publiques@bnf.fr

Télécharger

le bulletin d’inscription [fichier .pdf – 111 Ko – 09/03/17 – 1 p.]

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à chercheurs 2017-2018 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de chercheurs pour l’année universitaire 2017-2018. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de bourses de recherche pour un montant total de 50 000 euros, grâce à la générosité de la BnF et de ses mécènes. L’appel à chercheurs de la BnF s’adresse aux masterants et doctorants. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d’éviter la dispersion des propositions, trois axes de recherche sont indiqués.

Professeur Metchnikoff [le scientifique travaillant au microscope]
Professeur Metchnikoff [le scientifique travaillant au microscope]

Thèmes de recherche

Modalités pratiques

L’appel à chercheurs de la BnF est disponible sur le site : https://bnf-aac-2017-18.sciencesconf.org/.
Les candidats peuvent y trouver toutes les informations nécessaires, notamment sur les axes thématiques ou les sujets proposés par les départements de collections.

Les candidatures sont à formuler directement sur le site dédié sciencesconf.org. Les dossiers de candidature doivent réunir :

– Fiche de candidature complétée ;
– Curriculum vitae ;
– Liste des publications du candidat ;
– Présentation du sujet de recherche proposé (4 pages maximum) ;
– Projet de valorisation envisagé (2 pages maximum) pour les candidats à une bourse de recherche (Fondation Louis Roederer, Mark Pigott, chercheur postdoctoral) ;
– Lettre de présentation de la part d’une personnalité qui peut apprécier vos travaux et vous recommander (2 au maximum).

Pour toute information relative à la soumission de votre candidature, merci de contacter la Bibliothèque à l’adresse suivante : appelachercheurs@bnf.fr

Date limite d’envoi des candidatures : 24 avril 2017

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Contrat post-doctoral proposé par le Labex Les passés dans le présent


Logo Labex PPDans le cadre du projet de recherche « Discipliner l’archive ? », le  Labex Les passés dans le présent
 propose un contrat postdoc d’un an ouvert à des docteurs en sociologie de l’immigration, titulaires de leur doctorat depuis au plus tard le 13 décembre 2011.

Fiche de poste

Le projet de recherche « Discipliner l’archive ? » interroge le statut de l’archive en confrontant sa conceptualisation et ses usages aux différents enjeux et méthodes propres aux approches disciplinaires au sein des sciences humaines et sociales. À travers le travail sur des fonds d’archives distincts (d’auteurs ou thématiques) et d’un séminaire de recherche en quatre séquences, le projet identifiera les problématiques disciplinaires de l’archive, à partir de contextes historiques et historiographiques variés. Développé en trois angles d’observation : « Archive et disciplines », « Archives de la recherche et fonds d’auteurs » et « Rendre publique l’archive », le projet « Discipliner l’archive ? » réalisera une analyse fine de la variété des questionnements et des usages liés à l’archive, et en interrogera l’inscription dans notre propre présent.

Activités

En plus du projet de recherche sur lequel il(elle) aura été sélectionné(e), le(la) post-doctorant(e) recruté(e) prendra part aux activités du projet « Discipliner l’archive ? » de manière transversale par rapport aux axes et aux enquêtes de celui-ci .
À concurrence de 2/3ème de son contrat, il(elle) contribuera notamment à l’organisation et à la réalisation des actions de valorisations telles que ateliers, rencontres, séminaires, journées d’études, et à l’enrichissement des supports de communication, ainsi qu’à la vie de l’équipe de recherche.

Livrables

Le(la) post-doctorant(e) s’engage à rendre au moins un article (50 000 signes espaces compris) portant sur son sujet de recherche avant la fin du contrat.
Le(la) post-doctorant(e) organise, prend part et suit les séances de séminaire du projet afin de présenter et de discuter collectivement son travail.

Prérequis

Cet appel s’adresse à des candidats de toutes nationalités, titulaires de doctorat. Sont éligibles les candidats ayant soutenu leur thèse entre le 13 décembre 2011 et la date limite de candidature (12 décembre 2016).

Profil

Le(la) candidat(e) devra avoir une spécialisation en sociologie de l’immigration (le(la) candidat(e) retenu(e) aura à travailler sur des fonds Génériques et des fonds BDIC concernant en particulier la mémoire de l’immigration contemporaine, mais également à interroger l’usage des archives en sociologie de l’immigration.

Lieu, durée et conditions salariales

Le(la) post-doctorant(e) sera rattaché(e) au laboratoire SOPHIAPOL (Sociologie, philosophie et socio-anthropologie politiques – EA 3932) à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, porteur du projet « Discipliner l’archive ? » au sein du LabEx Les passés dans le présent.

Le contrat aura une durée de 12 mois à temps plein, à compter du 1er février 2017.

Rémunération : 2212,90€ bruts (1790€ nets) + remboursement de la moitié du passe navigo.

Référents : Anne Raulin, Professeur des universités (Sociologie), et Judith REVEL, Professeur des universités (Philosophie), responsables du projet Discipliner l’archive ?

Date limite de candidature au 12 décembre 2016.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature devra démontrer l’adéquation au profil du poste (missions et compétences requises)

Conditions d’éligibilité du post-doctorant

Sont éligibles les candidats ayant soutenu leur thèse entre le 13 décembre 2011 et la date limite de candidature (12 décembre 2016).

Composition du dossier de candidature

  • Le Projet de recherche : titre (explicite), présentation du projet rédigé en langue française (10 000 signes maximum) ;
  • Un Curriculum Vitae et une liste des publications ;
  • Une copie du diplôme de Doctorat (ou attestation) ;
  • Le rapport de soutenance ; ou bien pré-rapports si le(la) candidat(e) est en attente de rapport de thèse (sauf pour les candidats étrangers) ;
  • Une lettre de motivation ;
  • Une publication significative (PDF) ;
  • Une lettre de recommandation rédigée par un chercheur et une personnalité reconnue.

Les dossiers incomplets ne seront pas traités.

Dépôt du dossier

Le dossier de candidature complet, numérique ET papier, devra être envoyé au plus tard le lundi 12 décembre 2016 (cachet de la Poste faisant foi).
Pour poster vos candidatures électroniques (merci de constituer un seul fichier PDF), merci d’utiliser Dropbox et de partager votre dossier avec le labex via l’adresse : postdoc_disciplinarchive@passes-present.eu.
Merci de bien vouloir nommer vos dossiers de candidature selon l’exemple suivant : POSTDOCDA – NOM DE FAMILLE Prénom.pdf .
Le dossier de candidature papier devra être envoyé à l’adresse suivante :

Labex Les passés dans le présent
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Maison Max Weber (Bât W) – Bureau 121
200 avenue de la République
92001 Nanterre Cedex

Un accusé de réception électronique vous sera envoyé.

Procédure de recrutement

Le recrutement sera effectué en deux temps.
Dans un premier temps, le jury sélectionnera les candidats qu’il souhaite retenir pour une audition. Dans un deuxième temps, les candidats seront auditionnés, courant janvier 2017, sur le campus de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense.
Le jury sera composé de :

  • Anne Raulin, Professeur des universités (Sociologie)
  • Judith Revel, Professeur des universités (Philosophie)
  • Valérie Tesnière, directrice de la BDIC
  • Deux chercheurs ou enseignants-chercheurs extérieurs au labex.

Pour tout renseignement, écrire à : postdoc_disciplinarchive@passes-present.eu

Date limite de candidature : le 12 décembre 2016

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Épaulez les chercheurs en humanités numériques ! Lisez et trouvez des comparaisons dans des poèmes des 19e et 20e siècles !

Appel à communication : Art du puissant, objet multiple : médailles et jetons en Europe, de la Renaissance à la première guerre mondiale

Ambitionnant d’engager de nouvelles réflexions sur les médailles et les jetons produits et circulant dans les cours européennes de la Renaissance à la Première Guerre mondiale, ce colloque se tiendra à Paris (Institut national d’Histoire de l’art, salle Vasari), du 30 mars au 1er avril 2017.

Les propositions de communication sous la forme d’un résumé (400 mots), accompagnées d’un titre et d’une brève mention biographique seront à envoyer avant le 6 novembre 2016 à l’adresse : colloquemedailles2017@gmail.com.

Argumentaire

Au XVe siècle, la médaille renaît dans les cours italiennes et revêt une valeur commémorative qui s’étend aux autres souverainetés  européennes. Les médailles, les jetons et autres objets monétiformes sans valeur fiduciaire se répandent alors pour connaître de véritables moments d’apogée durant les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles : les plus célèbres manifestations de cette production étant, par exemple, l’édition d’histoires métalliques de Louis XIV à Napoléon, en passant par le Tsar de Russie. Malgré les fluctuations du goût qui lui font successivement connaître des périodes de renom puis de défaveur, la médaille ne perdit jamais de sa force d’usage et fut tout autant employée par les régimes républicains pour véhiculer leurs idéaux.

Ces objets, produits d’un art officiel, allient l’image au texte pour transmettre un message tout en s’appuyant aussi sur une hiérarchie de valeurs intrinsèques ordonnées par les métaux employés, allant de l’or aux alliages les plus modestes. Reproductibles, portatifs, ils offrent la possibilité d’une large diffusion et leurs biographies présentent de ce fait certaines spécificités.

Une première réflexion porte sur le rôle du graveur, dont la fonction oscille entre celle d’artisan, d’artiste ou d’agent du pouvoir. Cet artiste, nommé par une instance officielle, peut aussi connaître une forme de pratique paradoxale, entre les contraintes imposées par les conventions du support, le cahier des charges de la commande et la liberté de création. Dès lors que ce dernier s’inscrit dans la logique de détention d’une charge ou d’une commande, il répond alors à une réalité propre au cadre de production où il s’inscrit, en lien avec l’entité émettrice ou le commanditaire de référence.
Un second aspect devrait permettre de définir les critères de cet art officiel dont le but est de capter et commémorer l’Histoire en marche, renforçant la renommée du commanditaire. On peut comprendre l’objet monétiforme comme le résultat d’une interaction entre les différents acteurs (i.e la collaboration entre commanditaires, lettrés, dessinateurs, graveurs et éditeurs) qui ont contribué à son élaboration. De ce point de vue, il sera intéressant d’observer en quelle mesure cette production pouvait évoluer au sein d’un univers visuel commun, nécessaire au renforcement du pouvoir.

Enfin, on peut interroger les modalités de circulation des modèles mais également des objets eux-mêmes, y compris le développement d’un marché pour la médaille moderne et contemporaine ainsi que sa place dans la composition de collections, privées ou publiques. Il s’agit aussi d’aborder l’influence réciproque entre le goût et les intérêts des collectionneurs et les évolutions qu’on observe au niveau de la production, des sujets et des techniques.

Face à une historiographie dispersée, il s’agit de proposer un cadre pour des recherches actualisées, tentant de s’affranchir des normes d’un simple catalogage. Adoptant une perspective européenne et une chronologie étendue, ce colloque se veut avant tout pluridisciplinaire, à l’image des objets envisagés : leur commande, leur production et leur circulation nous placent à la confluence de l’histoire de l’art, des études numismatiques, de l’histoire sociale, de l’histoire des techniques et de l’histoire politique.

Modalités de participation

Chaque communication durera 20 minutes, suivie de 10 minutes de questions et fera l’objet d’une publication.
Langues du colloque : français, anglais.
Les réponses seront adressées par le comité organisateur mi-décembre 2016.
Le colloque se tiendra du 30 mars au 1er avril 2017.

Comité organisateur

  • Felicity Bodenstein, docteur en Histoire de l’art, Kunsthistorisches Institut, Florenz, Max-Planck-Institut
  • Thomas Cocano, doctorant en Histoire, EPHE
  • Ludovic Jouvet, doctorant en Histoire de l’art, Université de Bourgogne / INHA
  • Katia Schaal, doctorante en Histoire de l’art, École du Louvre / Université de Poitiers / INHA
  • Sabrina Valin, doctorante en Histoire de l’art, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Comité scientifique

  • Marc Bompaire, directeur d’études, EPHE
  • Béatrice Coullaré, chargée de conservation, Monnaie de Paris
  • Frédérique Duyrat, Directrice du Département des Médailles, Monnaies et Antiques, BnF
  • Victor Hundsbuckler, conservateur du patrimoine, responsable de la Conservation, Monnaie de Paris
  • Thierry Sarmant, conservateur en chef, Service historique de la Défense à Vincennes
  • Philippe Thiébaut, conservateur général du patrimoine, conseiller
    scientifique, INHA
  • Inès Villela-Petit, conservatrice du patrimoine, département des Monnaies, Médailles et Antiques, BnF

Partenariat

  • L’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (École doctorale 395 Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent – Laboratoire du HAR, Histoire des Arts et des Représentations)
  • L’École pratique des hautes études (EPHE)
  • La Monnaie de Paris
  • La Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • L’Institut national d’histoire de l’art (INHA)

Image de Une : Jeton frappé sous Louis XIV, 1690. Disponible en ligne,  url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10404058s>.

 


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts