Archives de catégorie : Chercheurs BnF

Amandine Postec, docteur ès-lettres

Amandine Postec, conservateur au service des Manuscrits médiévaux du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, a obtenu le 11 septembre 2015 le titre de docteur ès-lettres de l’Université Lumière Lyon 2 avec une mention très honorable, assortie des félicitations du jury. Elle est encouragée à publier  les fructueux résultats de sa thèse intitulée « Profil intellectuel d’un homme de pouvoir : les quodlibets de Matthieu d’Aquasparta disputés à Paris et à la Curie entre 1277 et 1287  » et préparée sous la direction de Mme Nicole BERIOU, Professeure émérite des universités.

Jury

Le jury était composé de : M. Jean-Louis GAULIN, Professeur des universités, Université Lumière Lyon 2, Mme Nicole BERIOU, Professeure émérite des universités, Université Lumière Lyon 2, M. Dominique POIREL, Directeur de recherche, C.N.R.S., M. Sylvain PIRON, Directeur d’Études, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, M. Marc SMITH, Directeur d’Études, Ecole Nationale des Chartes, M. Jacques VERGER, Professeur émérite des universités, Université Paris 4.

Résumé de la thèse

Matthieu d’Aquasparta (v. 1240-1302) est une figure emblématique de la fin du XIIIe siècle. Maître en théologie de l’Université de Paris, son oeuvre est abondante ; franciscain, il est élu ministre général de l’Ordre ; nommé cardinal par Nicolas IV, il est un des plus fidèles alliés du pape Boniface VIII. Pourtant, malgré ses écrits et son parcours politique, Matthieu d’Aquasparta ne connaîtra aucune postérité avant d’être redécouvert au début du XXe siècle. Son oeuvre de théologien acquiert une place croissante dans les analyses des historiens et des philosophes médiévistes grâce aux éditions de ses Questions disputées, publiées par les frères de Quaracchi ; les interprétations s’affinent progressivement : après l’avoir longtemps considéré comme un « néo-augustinien » convaincu, les historiens s’interrogent sur sa place parmi les franciscains de sa génération, son lien avec Thomas d’Aquin et ses rapports avec la tradition aristotélicienne. L’édition de ses six Quodlibets disputés à Paris et à la Curie pontificale offre de nombreuses perspectives de recherches. Ces textes sont conservés principalement dans deux manuscrits, un autographe et une copie corrigée par l’auteur ; il s’agit par conséquent d’un témoignage exceptionnel pour étudier le travail d’un maître en théologie. L’analyse de ses manuscrits (autographes et manuscrits de travail) complétée par l’étude du contenu des questions éditées permettent d’esquisser une introduction biographique du personnage. La diversité des questions quodlibétiques contribue ainsi à éclairer différents aspects de la pensée du maître sur des sujets aussi divers et précis que la forme substantielle unique ou le métier des avocats et des juges.

Commentaire

L’édition critique qu’elle donne de ces textes de débats intellectuels du XIIIè siècle fait la preuve de sa pleine maîtrise de la paléographie ; le jury a souligné la qualité du volume d’analyse qui s’attache à souligner la cohérence entre la pensée et de l’action de ce franciscain, qui fut professeur à la Sorbonne, maître général de l’ordre et cardinal : il a joué un rôle important  dans les  débats théologiques de l’université et dans la situation politique italienne, alors pour le moins troublée. Les différents membres du jury ont trouvé des mots justes pour exprimer tout ce que le travail quotidien du conservateur apporte à la qualité des recherches académiques, notamment grâce à l’intime familiarité ainsi créée avec des manuscrits de natures très diverses.


Référence : diplôme de master : Le genre quodlibétique au XIIIe siècle, défense et illustration de la pensée d’un maître en théologie Matthieu d’Aquasparta (v. 1240-1302), O.F.M. Édition critique et commentaire des trois premiers Quodlibets

Image de une : Matthieu d’Aquasparta (1240?-1302)

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Amandine Postec, docteur ès-lettres”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/172 (consulté le 11 septembre 2015).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Maxence Hermant, docteur en Histoire de l’art

Maxence Hermant, conservateur au Service des Manuscrits médiévaux  du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France a obtenu sa thèse de doctorat en Histoire de l’art pour sa thèse intitulée Art, artistes et commanditaires en Champagne du nord, milieu du XVe-fin du XVIe siècle, soutenue le 14 décembre 2013 à l’École pratique des hautes études (Paris), Section des sciences historiques et philologiques et préparée sous la direction de Guy-Michel Leproux.

Jury

Le jury était composé de : Mme Marianne Grivel (présidente du jury, Paris-Sorbonne), M. Guy-Michel Leproux, M. Michel Hochmann (EPHE), M. Frédéric Elsig (Université de Genève).

Résumé de la thèse

Dans bien des ouvrages et des esprits, la commande et la production d’œuvres d’art en Champagne aux XVe et XVIe siècles se résument à celles de la Champagne méridionale. La ville de Troyes a en effet été un des plus importants foyers artistiques du royaume de France en dehors de Paris et de la Vallée de la Loire. La Champagne du Nord, autour des villes archiépiscopale de Reims et épiscopale de Châlons, n’est en revanche jamais considérée comme un centre particulièrement actif à la même époque. Ce travail propose d’en réévaluer l’importance en suivant deux axes indissociables et complémentaires : un repérage et une analyse des œuvres dans tous les champs de la création artistique, ainsi qu’un large dépouillement de sources documentaires, sur une période allant du renouveau économique au milieu du XVe siècle, jusqu’à la fin du XVIe siècle.


Image à la une : Horae (Troyes) [Heures à l’usage de Troyes]

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Maxence Hermant, docteur en Histoire de l’art”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/186 (consulté le 14 décembre 2013).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Charles-Éloi Vial, docteur en histoire

Charles-Éloi Vial, conservateur au Service des manuscrits modernes et contemporains du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, a obtenu le titre de docteur en histoire le 17 octobre 2013 pour la thèse « Les chasses des souverains en France (1804-1830) », menée sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, Université Paris-IV Sorbonne.

Jury

Le jury était composé de M. Jean-Michel Leniaud (EPHE), Mme Natalie Petiteau (Université d’Avignon), M. Daniel Roche (Collège de France).

Résumé de la thèse

Activité prisée des rois de France depuis l’époque médiévale, la chasse était devenue pour les derniers Bourbons plus une passion dévorante qu’une simple distraction. Louis XV et Louis XVI furent critiqués par l’opinion publique naissante, qui considérait que leurs chasses onéreuses les éloignaient du gouvernement. Après la chute de la monarchie, les chasses royales disparurent. Elles furent remises au goût du jour par Napoléon Ier, soucieux de s’approprier les apparences de la légitimité monarchique. Le maréchal Berthier fut ainsi nommé Grand veneur en 1804. Grâce à lui, Napoléon put faire de ses chasses un instrument politique puissant, une distraction de Cour prisée, le tout avec une économie substantielle de moyens. La Restauration, au lieu de revenir à l’organisation d’Ancien Régime, choisit de conserver l’équipage de chasse et l’administration mise en place pour Napoléon, qui fonctionnèrent jusqu’en 1830. Naquit ainsi le paradoxe d’une Restauration affichant, à la suite de l’Empire, la volonté de renouer avec la tradition monarchique, mais cela grâce à un équipage formé pour Napoléon. C’est cette continuité, humaine, budgétaire, mais aussi politique et symbolique qu’il convient d’étudier au travers des éléments constitutifs des chasses : une implantation autour de Paris permettant une circulation de la Cour autour de différentes résidences de chasse, une pratique régulière destinée à la distraction du souverain et de ses proches, des invitations de personnages politiquement importants, qui donnent à certains jours de chasse bien précis une résonance particulière. Autant d’aspects qui se retrouvent dans les sources : archives, journaux, mémoires, œuvres d’art.


Image de une : Gaston Phébus, Livre de la chasse.

Citer ce billet : Olivier Jacquot. “Charles-Éloi Vial, docteur en histoire”. Dans Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France [En ligne]. https://bnf.hypotheses.org/180 (consulté le 17 octobre 2013).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts