Archives de catégorie : Chercheurs associés

Le « Grand Renouard » du papier au numérique

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Du nom du bibliographe Philippe Renouard (1862-1934), les fascicules « Grand Renouard » sont des outils bibliographiques consacrés à la production des libraires-imprimeurs parisiens du XVIe siècle. Organisés alphabétiquement par nom de libraire-imprimeur, ils ont été constitués en grande partie par Jeanne Veyrin-Forrer, ainsi que par d’autres chercheurs et conservateurs à la Réserve. Toutefois, en raison de la précision des notices, les fascicules Renouard ne concernent qu’une minorité de libraires-imprimeurs : ceux dont le nom commence par les lettres A et B, et quelques autres libraires-imprimeurs tels Jean Loys et Guillaume Cavellat. D’autres fascicules en cours sont respectivement consacrés à Chrétien Wechel, Gilles Corrozet et Michel de Vascosan, auxquels s’ajoute notre fascicule sur Jean Petit.

Marque de libraire de Jean Petit (n° 881), extraite de Philippe Renouard, Les marques typographiques parisiennes des XVe et XVIe siècles, Paris: H. Champion, 1926, p. 283.
Marque de libraire de Jean Petit (n° 881), extraite de Philippe Renouard, Les marques typographiques parisiennes des XVe et XVIe siècles, Paris: H. Champion, 1926, p. 283.

Les fascicules Renouard présentent dans leur forme traditionnelle une introduction générale sur la production du libraire-imprimeur et des notices avec des caractéristiques communes : une description bibliographique permettant d’identifier l’édition, la transcription diplomatique du titre, de l’adresse et du colophon, une analyse structurée du contenu, un relevé du matériel typographique, des indications sur la mise en page, des notes sur la filiation de l’édition, une bibliographie secondaire et la liste des localisations d’exemplaires connus dans le monde. De telles notices sont par conséquent longues à réaliser : la constitution d’un fascicule Renouard est un travail qui s’étend sur plusieurs années.

À l’heure du numérique, se pose la question de savoir comment les fascicules Renouard doivent poursuivre : quel est aujourd’hui l’intérêt d’un fascicule « Grand Renouard » ? Un outil informatique pour ce travail pourrait-il contribuer à la recherche sur les libraires-imprimeurs parisiens du XVIe siècle ? Si oui, quelles adaptations pouvons-nous proposer ?

En effet, nous devons commencer par rappeler que l’histoire du livre à Paris au XVIe siècle dispose déjà d’une base de données : la Bibliographie des éditions parisiennes du XVIe siècle (BP161). Cette base a été développée au sein de la Réserve des livres rares de la BnF à partir de l’Inventaire chronologique de Brigitte Moreau, qui recense de manière systématique les éditions parisiennes imprimées de 1501 à 1540. Les notices sont plus concises que celles du « Grand Renouard » et sont organisées par année puis par ordre alphabétique d’auteur. La base BP16, qui reprend et poursuit ce travail, contient aujourd’hui l’essentiel des éditions parisiennes connues de la première moitié du XVIe siècle.

Le « Grand Renouard » et l’Inventaire chronologique se sont développés de manière simultanée dans la deuxième moitié du XXe siècle, mais pas pour les mêmes raisons : alors que l’Inventaire chronologique devait permettre un recensement général de la production imprimée du XVIe siècle, le « Grand Renouard » devait offrir une description précise de chacun de ces livres et une étude approfondie de la production d’un libraire-imprimeur. Pourtant, ces deux objectifs du « Grand Renouard » ont évolué différemment : alors que les numérisations offrent un accès plus direct aux ouvrages et concurrencent la rédaction de notices extensives, l’étude de l’activité des libraires-imprimeurs et de leurs réseaux prend une place de plus en plus importante dans la recherche sur le livre ancien.

La réalisation d’un fascicule « Grand Renouard » destiné à Jean Petit arrive dans ce contexte et pause aussi d’autres difficultés : personnage central du monde du livre à Paris, Jean Petit participe à la publication de près de 10% des imprimés parisiens connus entre 1495 et 1540, soit plus d’un millier d’éditions. Travaillant systématiquement avec d’autres libraires et imprimeurs, Jean Petit nous permet d’accéder au fonctionnement des réseaux du métier du livre à Paris, et d’étudier notamment les imprimeurs anonymes, encore mal connus des travaux sur le livre ancien.

Le « Grand Renouard » apparaît comme le principal outil nous permettant d’effectuer ce travail parce qu’il s’appuie sur un ensemble de conventions qui sont communes aux différents fascicules de la collection, notamment pour ce qui concerne le relevé du matériel typographique. Ces conventions permettent d’établir des liens entre la production de Jean Petit et celle des autres libraires-imprimeurs. Dans le même temps, nous pouvons nous demander en quelle mesure l’exhaustivité des notices traditionnelles nous permettront de répondre à nos questions : dans le contexte actuel de la recherche, pouvons-nous proposer des adaptations ?

Sans engager l’ensemble de la collection, nous avons procédé à la mise en place d’une base de données consacrée à la production de Jean Petit. Cette base présente trois principaux objectifs : l’organisation du travail de recherche, l’exploitation des données et la publication des notices bibliographiques – sous le format numérique ou papier. Il s’agit actuellement du principal outil que nous utilisons dans notre travail à la Réserve.    

La mise en place d’une base de données pour le « Grand Renouard » pose toutefois plusieurs types de questions, et d’abord des questions structurelles : une base de données ne peut se concevoir comme un outil papier. Nous pouvons par exemple donner l’exemple des index2.

Dans la bibliographie papier, les index se situent à la fin, et permettent une meilleure exploitation des informations. Mais si la bibliographie perd son index, elle peut toujours être utilisée, bien que de manière plus limitée. Dans le cas de la base de données, tout le fonctionnement du système repose sur le principe d’indexation : les notices d’autorité sont au fondement même de la structure de la base. Le rapport entre les notices bibliographiques et les notices d’autorité est ainsi fondamentalement différent entre la bibliographie papier et la base bibliographique, même si dans les deux cas le résultat final est la notice bibliographique.

En parallèle, comme nous l’avons annoncé plus haut, se posent aussi des questions de contenu. Dans la mesure où nous disposons aujourd’hui de plusieurs ressources qui n’existaient pas auparavant, nous pouvons nous demander si certains aspects des notices traditionnelles du « Grand Renouard » ne pourraient être repensés, en particulier pour ce qui concerne la transcription diplomatique des pages de titre et colophons ou l’analyse du contenu à la page près. Pour notre base de données, nous avons maintenu l’ensemble des éléments constitutifs de la notice traditionnelle, en donnant toutefois des transcriptions normalisées et une analyse du contenu simplifiée. En revanche, le relevé du matériel typographique est aussi exhaustif que possible, afin de permettre de plus précises datations et identifications des ateliers d’impressions.

La troisième question consiste enfin à savoir comment la base de données s’inscrit dans le paysage informatique de la recherche et des bibliothèques. La base bibliographique pose en effet des problématiques proches de celles qui se présentent aujourd’hui pour les catalogues de bibliothèques dans le cadre notamment de la transition bibliographique. Par exemple, alors que le premier niveau de description de la bibliographie papier est l’édition (manifestation), la base bibliographique devient mieux exploitable à partir du moment où il existe un niveau supérieur consacré aux textes (œuvres). Ce rapprochement pourrait ainsi permettre sur le long terme d’envisager un modèle de base bibliographique interopérable, du moins en partie, avec les catalogues informatisés. Dans le même temps, il faut aussi considérer que ces outils répondent à des questions différentes et ne pourraient se concevoir exactement de la même manière.

En somme, le contexte actuel de la recherche et les spécificités de la production de Jean Petit nous ont amené à envisager une base de données pour la réalisation de notre fascicule « Grand Renouard ». Ce projet repose nécessairement sur la description des livres issus de la production de Jean Petit, mais a pour principale finalité de reconstituer des réseaux de libraires-imprimeurs. Entre-temps, il nous permet de préciser les repères pour la datation des ouvrages et l’identification des ateliers d’impression. La base de données « Grand Renouard » est ainsi un outil que nous mettons en place pour organiser notre travail et mieux exploiter nos résultats, tout en les rendant accessibles à l’ensemble des chercheurs.

Note

La réflexion relative au passage du « Grand Renouard » du papier au numérique accompagne celle que nous menons actuellement pour le projet La réception d’Érasme en France au XVIe siècle (dir. Christine Bénévent), projet dans lequel nous travaillons également.

  1. Voir url : <http://bp16.bnf.fr/>. []
  2. Je remercie Tiphaine Foucher (BnF) et Gina Mars (Bibliothèque Mazarine) pour les échanges sur cette question. []

Observation sur le statut de chercheur sur le terrain à travers une expérience cinématographique

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Mon projet de recherche sur les traditions musicales iraniennes a pour objectif de comprendre le rapport établi par la musique avec le corps et la psyché humaine au sein des pratiques performatives et musicales iraniennes. Dans cette optique, durant les études de terrain, j’ai opté pour le statut d’observateur-participant. Par ailleurs, il est à noter que plus j’avançais dans mes recherches, plus je constatais que ma participation aux événements culturels, tout en gardant la distance d’un observateur, ne me permettrait pas de saisir ce que je cherchais. Ce besoin était bien évidemment en lien avec mon sujet de recherche, lequel se définissait dans le rapport entre un complexe culturel et la structure psychocorporelle humaine.

Ainsi, j’ai entrepris l’apprentissage de la musique de la province Khorassan en Iran qui me paraissait être une porte d’accès vers une expérience plus intime de l’artiste. Suite à cet engagement plus actif par le biais de l’apprentissage, un autre principe m’est alors apparu : la communication par le biais d’un art, dans un contexte culturel, se passe également par une interprétation personnelle du performeur de ce phénomène culturel. Grâce aux nombreuses études ayant pour objet la culture des autochtones de plusieurs régions du monde1, nous savons désormais qu’il n’existe pas une seule définition ni une seule narration qui circule dans une aire culturelle autour d’un seul phénomène culturel. Par ailleurs, je ne cherchais pas à appréhender comment l’autre comprend le phénomène en question et me suis plutôt employé à saisir ce que je pouvais en tirer par le biais de ma propre interprétation. De plus, cette interprétation est également tributaire de plusieurs facteurs socio-culturels à portée du chercheur sur le terrain.

Dans ce contexte, il m’a paru plus juste d’adapter mon statut en fonction des besoins du terrain et d’opter pour un statut que j’ai nommé apprenti-interprète. Par ailleurs, il est à noter que ce statut est employé dans un processus de recherche-création qui permet au chercheur d’interpréter ses acquis dans un processus pratique et créatif. Ainsi, le choix de créer des films documentaires au cours des recherches de terrain a pris un autre sens. Je me suis impliqué dans la création de films documentaires non seulement pour documenter mes démarches, mais aussi pour que le fait de filmer (dans tous les détails techniques et narratifs) fasse partie de mes réflexions. Par la suite, j’évoquerai rapidement trois observations sur l’échange entre chercheur et le sujet de recherche sur le terrain, pendant le tournage dans le cadre de mes recherches de terrain en Iran.

Au départ, le choix de s’engager dans un processus de création en ce qui concerne le niveau musical, performatif et cinématographique n’était pas clair dans ses détails méthodologiques. Je connaissais la musique traditionnelle iranienne et celle de la région de Khorassan, mais ma pratique de la musique ne se déroulait pas dans le même contexte. C’est la raison pour laquelle un manque de connaissance sur la technique dans son contexte m’est apparu. Après une première étape de recherche de terrain pour le film La danse tragique des mélodies2 cette nécessité m’a paru encore plus prépondérante. Etant à la fois observateur et participant au sein d’une performance, je n’ai pas pu franchir certaines limites dans l’expérience des performeurs, surtout quand il s’agit d’une expérience religieuse ou, autrement dit, d’une expérience du sacré. Durant le tournage du film sur le Ta’zieh, j’ai perçu le décalage entre mes acquis et ce contexte au moment où j’ai tenté de m’engager dans le processus d’apprentissage.

Ainsi, la démarche choisie pour les recherches sur l’art des Bakhshi a pris une autre dimension. Dès les premiers contacts avec des Bakhshi, je me suis présenté en tant qu’apprenti. Lors des premières rencontres, cette manière de se présenter me semblait plus pertinente pour accéder à une discussion fertile. Au fur et à mesure que j’avançais dans mes recherches, j’étais convaincu que s’engager en tant qu’apprenti était une manière plus adaptée à la compréhension de l’expérience intime des musiciens. Mon propos, comme je l’ai évoqué, était l’expérience intérieure des musiciens (instrumentistes et vocalistes) au cours de leur performance musicale. En effet, l’apprentissage constituait l’ouverture vers ce monde caché dont le maître ne fait que vous monter l’accès et non l’intérieur. Suite à cela, le tournage de film Les Bakhshi sont vivants a pris une autre direction.

Le deuxième point concerne la relation réciproque entre le chercheur et le sujet de la recherche. J’ai remarqué que, quel que soit le choix de mon statut, j’aurais de toute manière un impact sur le terrain, car l’autre (mon sujet de recherche dans son contexte) n’est pas un élément fixe et invariable. Afin d’éclairer ce propos, je rejoins l’idée de Monique Desroches et Brigitte Desrosiers concernant les études de terrain. Elles soulignent que : « […] le terrain, c’est, d’abord et avant tout, la rencontre de l’Autre, rencontre souvent meublée d’interrogations et d’énigmes en raison même des unicités culturelles. Cette situation de fait concourt à démarquer, à séparer dans un premier temps, l’observant de l’observé3. »

Dans cette distinction, selon le choix de la méthode de terrain (choisie par le chercheur), en empruntant l’idée d’Alain Merriam, un cadre de recherche se crée et oriente celle-ci sur le terrain4. Tous les éléments comportant l’objet de la recherche à l’intérieur de ce cadre subissent un effet issu des obligations méthodologiques. Durant mes recherches, cet effet m’a impressionné du fait de l’émergence de nouveaux phénomènes culturels issus de cette orientation. J’ai constaté que, dans un dialogue et un échange réciproque, un nouvel événement peut émerger du fait de la compréhension de notre méthodologie par le sujet de la recherche sur le terrain. Au moment où j’ai décidé d’orienter mes travaux de terrain vers une forme cinématographique, j’avais pour but de créer un dialogue entre le chercheur et son objet d’étude afin de faire entendre mon sujet. Cette intention, qui avait pour but d’éviter les commentaires sur les expériences finies, a donné naissance à une nouvelle forme d’expérience devant la caméra, que nous aborderons par la suite.

Au cours de mes études sur le Ta’zieh, en tant que réalisateur, j’ai demandé à un Mo’in al Boka5 d’un groupe de Ta’zieh de nous décrire les détails techniques du jeu et du chant des chanteurs de Ta’zieh. Après une discussion consécutive à cette présentation, le résultat final était une sorte de master class avec les joueurs professionnels de Ta’zieh, sous la direction de la personne auprès de laquelle j’avais formulé ma demande. Cette master class pour tous les joueurs était une expérience nouvelle, car dans le Ta’zieh on n’apprend pas à jouer et à chanter d’une manière académique, ou dans une école. Ainsi, je me suis retrouvé devant un phénomène culturel qui a émergé pour mes recherches. Pourtant je n’avais pas demandé exactement cette forme et n’avais pas mis volontairement en scène cette master class devant la caméra. Le simple fait de ma présence et ma demande ont spontanément créé une nouvelle forme de présentation de ce spectacle. Cette scène a fini de me convaincre que l’échange entre moi et mon sujet est réciproque. Cette influence sur le milieu m’a également poussé à réfléchir sur la responsabilité que le chercheur doit assumer devant son terrain. De même qu’il peut avoir un impact positif, de même il peut affecter négativement son milieu de recherche. Ce même phénomène s’est produit pendant la recherche sur l’art des Bakhshi de Khorassan, que je traiterai ultérieurement.

Un troisième point, en lien avec les deux derniers, concernait la nuance du rôle dramatique que j’ai choisi sur le terrain et dans mon film. Autrement dit, la manière par laquelle le sujet de recherche m’a incité à m’adapter. Comme indiqué plus haut, étant présent devant la caméra, dès les premiers tournages du film sur le Ta’zieh et malgré ma participation, je n’ai pas pu obtenir une approche émique envers mon sujet et mon expérience s’est arrêté au niveau éthique. À ce sujet, les autrices de « Notes « sur » le terrain » affirment :

L’entrée de l’ethnomusicologue dans l’univers sémantique de l’Autre impliquait, de fait, une entrée dramatique en lui-même, afin de comprendre de quelle façon s’organisaient ses propres perceptions. La distinction des catégories étiques et émiques supposait une capacité à départager ce qui, dans l’interaction, appartenait au monde perceptuel du chercheur ou de la personne observée

Monique Desroches et Brigitte DesRosiers, Id.

Pour relier mon premier point sur la nécessité d’apprentissage et ce dernier, c’est-à-dire entrer dans son rôle dramatique afin de toucher sa propre perception, je me suis retrouvé face à un obstacle : la croyance du chercheur.  Si l’apprentissage, en tant que point départ, est la clé pour entrer dans le monde imaginaire de notre sujet au cours de cette transmission, comment dois-je me situer par rapport à une expérience religieuse ? Est-il possible pour le chercheur d’assumer un statut soi-disant neutre ?

Dans un article traitant de ses recherches sur la musique d’un rituel brésilien, Élise Heinisch aborde cette difficulté de définition d’une éthique et de règles préalablement rigides pour une recherche en ethnomusicologie, surtout lorsqu’il s’agit de musiques inscrites dans un contexte rituel et religieux. Elle souligne pertinemment : « Comment rester objectif quand les éléments, les données vous touchent intimement ? On soulève des questions de fond sur les théories des émotions. Comment s’en préserver, les accompagner, s’épargner, se gérer et continuer à avancer ?6 »

Cependant, elle conclut que, malgré cet inévitable impact que l’on reçoit de la part de notre sujet d’étude, il ne faut pas s’emmêler profondément avec le sujet : « s’engager dans un processus initiatique au sein de la religion que l’on étudie, bien que ce soit le répertoire musical sur lequel l’ethnomusicologue se focalise, rend instable le travail dans sa dimension herméneutique7. »

Même si on accepte l’idée évoquée ci-dessus, il convient de noter que ma recherche ne se limitait pas au répertoire musical, mais avait justement pour vocation de comprendre cette dimension herméneutique qui se passe dans l’imaginaire de mon sujet de recherche et qui affecte son acte de création. De ce fait, il fallait que je trouve un moyen d’entrer dans cet univers sans m’immiscer activement dans la croyance religieuse d’autrui. À ce stade, je devais répondre à une question : dans une perspective de toucher et comprendre le sacré, est-il nécessaire de croire à une religion pour pouvoir effectuer une interprétation valable et personnelle du sacré ?

Pour répondre à cette question, je me suis engagé dans un autre processus de création qui avait pour objet la transmission. Les ateliers d’entrainement de l’acteur, issus de mes expérimentations avec les traditions musicales en Iran, ont été créés dans une perspective de rendre possible le partage d’une connaissance acquise sur le terrain et durant l’apprentissage. Je traite ce processus d’atelier dans ma thèse de doctorat, mais le principe de transmettre au spectateur le toucher du sacré dans un processus cinématographique sera discuté dans un autre article.

  1. En France on peut citer l’exemple des études sur la mythologie de peuple d’Amazonie par Claude Lévi-Strauss. []
  2. Film documentaire réalisé par l’auteur en 2020 sur la technique et l’apprentissage du Ta’zieh. []
  3. Monique Desroches et Brigitte DesRosiers, « Notes « sur » le terrain », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 8 | 1995, mis en ligne le 4 janvier 2012, consulté le 26 février 2020. URL : <http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/1145>. []
  4. Idem. []
  5. La personne qui organise un spectacle de Ta’zieh, pour le choix des chanteurs et leur attribuer un rôle et leurs textes. Autrement dit, il fait le travail d’un metteur en scène. []
  6. Élise Heinisch, « L’ethnomusicologue et les rituels de possession. Éthique d’une recherche (umbanda, Brésil) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 24 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 25 février 2020. URL : <http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/1750>. []
  7. Ibid. []

Kaveh HEDAYATIFAR

Chercheur et artiste dans les domaines des arts performatifs, de la musique et du cinéma.

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Sonates « pour dessus instrumental » à la mandoline : le cas de Scarlatti

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


En tant que musicienne-chercheuse associée au département de la Musique et spécialiste des mandolines anciennes, je concentre mes recherches et mes activités musicales sur le répertoire historique de la mandoline, dont le département de la Musique de la BnF détient l’une des collections parmi les plus riches au monde. Cette abondance de sources musicales pour mandoline conservées à Paris est mieux comprise à la lumière d’un contexte plus large. En effet, il existe de nombreux témoignages historiques et iconographiques de la faveur indéniable dont cet instrument jouissait en France dans la seconde partie du siècle des Lumières, surtout auprès de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie.

De gauche à droite : Pierre-Étienne Falconet, La joueuse de mandoline, seconde moitié du XVIIIe siècle ; Jean-Baptiste
André Gautier-Dagoty, Marie-Josephine de Savoie, comtesse de Provence, 1777; Cazes le fils, Portrait de madame
Louis Chénier en costume grec ou en costume de mariée, XVIIIe siècle.
De gauche à droite : Pierre-Étienne Falconet, La joueuse de mandoline, seconde moitié du XVIIIe siècle ; Jean-Baptiste
André Gautier-Dagoty, Marie-Josephine de Savoie, comtesse de Provence, 1777; Cazes le fils, Portrait de madame
Louis Chénier en costume grec ou en costume de mariée, XVIIIe siècle.

En dehors des œuvres destinées à la mandoline, la BnF conserve également une source très importante qui témoigne d’une pratique d’interprétation à la mandoline d’un répertoire qui n’a pas été conçu à l’origine pour cet instrument. Il s’agit d’un manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal et qui porte l’indication « per mandolino e cimbalo » (« pour mandoline et clavecin »), au début du premier mouvement de l’une des sonates pour clavecin de Domenico Scarlatti, la sonate en ré mineur K 891.

Domenico Scarlatti, Sonate en ré mineur K 89, premier mouvement. Bibliothèque de l’Arsenal, Ms-6785, f. 198v-199.

Ce document risque de surprendre ou intriguer plus d’un connaisseur de la musique pour clavier du compositeur napolitain, puisque les 555 sonates de Scarlatti sont principalement connues du grand public dans leur version pour clavecin seul. Cependant, il est maintenant communément admis que, dans la vaste production pour instruments à clavier du compositeur napolitain, il est des œuvres dont le type d’écriture semble se tourner davantage vers un instrument soliste accompagné de la basse continue que vers le clavecin. C’est justement à partir de la découverte du manuscrit de l’Arsenal qu’un petit nombre de sonates de Scarlatti (K 77, 81, 88, 89, 90, 91) est entré dans le répertoire de la mandoline depuis les années 1990.

Plusieurs questions se posent à l’interprète, face à cette source : est-il raisonnable de supposer que le répertoire que les mandolinistes jouaient en France au XVIIIe siècle était plus vaste par rapport à ce que l’on pourrait croire aujourd’hui ? Quels sont les moyens que nous pouvons mettre en œuvre pour élargir ce répertoire tout en restant dans une démarche cohérente avec les sources dont nous disposons ? Comment restituer ces pièces à la mandoline, en sachant qu’elles n’ont pas forcément été conçues pour cet instrument, en s’appuyant sur les informations contenues dans les méthodes instrumentales de cette époque ?

Une partie initiale de mon travail a donc été consacrée à l’étude de la musique originale écrite pour la mandoline à cette époque, et en particulier aux méthodes instrumentales publiées à Paris entre 1768 et 17722. L’importance de ces méthodes réside dans le fait qu’elles réunissent de façon systématique toutes les différentes techniques de jeu qui étaient utilisées à l’époque. D’une part, elles permettent de comprendre quels sont les éléments qui rendent une sonate idiomatique pour la mandoline ; d’autre part, elles donnent à l’interprète les éléments clés sur la façon de procéder afin d’adapter à la mandoline certaines sonates qui n’ont pas été composées à l’origine pour cet instrument.

Gabriele Leone, METHODE, / Raisonnée. / Pour passer du Violon à la Mandoline et de / L’archet a la plume où le moyen
seur de Jouër sans / maître en peu de temps par des Signes de Convention / assortis à des exemples de Musique facile.
Paris, l’auteur, [1768]. Département de la Musique, CU-55.
Gabriele Leone, METHODE, / Raisonnée. / Pour passer du Violon à la Mandoline et de / L’archet a la plume où le moyen
seur de Jouër sans / maître en peu de temps par des Signes de Convention / assortis à des exemples de Musique facile.
Paris, l’auteur, [1768]. Département de la Musique, CU-55.

En partant du manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal, la deuxième étape de mon travail a été de parcourir le corpus de sonates de Scarlatti qui présentent une écriture à deux voix, similaire à celle qu’on trouve dans la sonate K 89, et qui semblent donc avoir été écrites pour un dessus instrumental accompagné de la basse continue. À l’intérieur de ce corpus, j’ai essayé d’identifier les œuvres les plus idiomatiques pour la mandoline et de proposer une restitution de ces pièces. Mon objectif a été d’aborder ces œuvres du point de vue d’un interprète moderne qui doit chercher à se réapproprier d’un répertoire qui n’a pas été conçu à l’origine pour son instrument, toujours dans le respect des pratiques d’interprétation anciennes.

L’analyse du texte musical m’a également permis d’identifier le type de mandoline le plus approprié pour chaque sonate. Certaines de ces œuvres sont à l’évidence destinées à un instrument accordé par quintes, comme la mandoline napolitaine ou le violon. Par contre, d’autres sonates, peu idiomatiques ou même impossibles à jouer sur une mandoline napolitaine, se révèlent parfaitement adaptées à un instrument accordé par quartes, comme la mandoline lombarde, qui avait elle aussi un certain nombre d’amateurs en France à la même époque.

Mandoline napolitaine, Antonius Vinaccia, Naples, 1768. Photo : Bernard Martinez
Mandoline napolitaine, Antonius Vinaccia, Naples, 1768. Photo : Bernard Martinez
Mandoline lombarde d’après Antonio Monzino, Milan, 1792, conservée au Museo Teatrale alla Scala.
Copie réalisée par Tiziano Rizzi à Milan en 2010. Photo : Bernard Martinez
Mandoline lombarde d’après Antonio Monzino, Milan, 1792, conservée au Museo Teatrale alla Scala. Copie réalisée par Tiziano Rizzi à Milan en 2010. Photo : Bernard Martinez

Le programme « Sonates pour mandoline de Scarlatti » a été présenté en concert au Petit Auditorium de la BnF le 18 juin 2019 par mon ensemble, Pizzicar Galante, dans le cadre de la série « Les Inédits de la BnF ». Notre enregistrement de ces sonates a été récemment publié par le label Arcana, et a également fait l’objet d’un vidéoclip réalisé par le cinéaste Luca Marconato :

Scarlatti : mandolin sonatas – Ensemble Pizzicar Galante – disque Arcana A 115 (CD teaser).
Anna Schivazappa, mandolines baroques, Ronald Martin Alonso, viole de gambe, Daniel de Moraïs, théorbe et
guitare baroque, Fabio Antonio Falcone, clavecin.

Perspectives…

Je poursuis actuellement mon travail de valorisation des compositions pour mandoline conservées au département de la Musique, avec l’accompagnement de mon tuteur, François-Pierre Goy. En particulier, un nouvel enregistrement en lien avec mon projet de recherche est prévu au cours de l’année prochaine, avec le souhait de faire découvrir au public des œuvres peu connues, mais aussi de proposer une nouvelle approche des classiques du répertoire de la mandoline baroque.

Pour aller plus loin

Le site de l’ensemble Pizzicar Galante

Pour écouter

  1. La lettre K suivie d’un numéro renvoie au catalogue des sonates de Scarlatti établi par le claveciniste et musicologue américain Ralph Kirkpatrick (1911 – 1984). []
  2. Michel Corrette, Nouvelle Méthode pour apprendre à jouer en très peu de temps de la mandoline, Paris, Lyon, Dunkerque, 1772 ; Département de la Musique, RES VMB-64 ; Pierre Denis, Méthode pour apprendre à jouer de la mandoline sans maître, Paris, [ca 1768-73] ; Jean Fouquet, Méthode pour apprendre facilement à jouer de la mandoline à 4 et à 6 cordes, Paris, aux adresses ordinaires de musique ; Lyon, Castaud, [ca 1770] ; Giovanni Battista Gervasio, Méthode très facile pour apprendre à jouer de la mandoline à quatre cordes, instrument fait pour les dames, Paris, Boüin, 1767. Gabriele Leone, Méthode raisonnée pour passer du violon à la mandoline et de l’archet à la plume, Paris, Bailleux, 1768. Des exemplaires des méthodes de Corrette, Denis, Fouquet et Leone font partie des collections du Département de la Musique de la BnF. []

Anna Schivazappa

Spécialiste des mandolines anciennes, Anna Schivazappa est doctorante en musicologie à Sorbonne Université (en cotutelle avec l’Université Statale de Milan) et musicienne-chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France (département de la Musique) depuis 2017.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookYouTube

L’apostolat par les livres et la langue mandchoue : lecture d’Aristote et des catéchismes à Pékin au XVIIIe siècle

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Alice Crowther est titulaire de la bourse d’excellence 2019-2020 de la BnF.


Les origines de la traduction en mandchou des livres chrétiens

En 1707, à Pékin, parmi les vieux livres en vente lors de la foire mensuelle d’un temple bouddhique, le prince mandchou Surgiyen trouva une traduction en chinois du De l’âme d’Aristote. L’histoire est racontée dans une lettre envoyée le 20 août 1724 par Dominique Parrenin (1665-1741), jésuite lyonnais missionnaire à Pékin, à un confrère habitant à Paris1. Le lieu de gravure des planches du livre était un temple « du Dieu du ciel », et, ressentant « que le but de ce livre était bien différent des autres livres que j’avais lus jusqu’à alors », le prince envoya un serviteur chercher ce temple et d’autres de leurs livres. Son serviteur trouva alors l’église catholique à Pékin des jésuites portugais, appelée la Salle du Maître du Ciel (Tianzhu tang 天主堂), où les prêtres lui donnèrent, sans demander paiement, de nombreux livres dont « celui qui traite de la vraie connaissance de Dieu » – le plus probablement le Tianzhu shiyi 天主實義 (Le vrai sens du Maître de Ciel) (1603)2, un catéchisme par Matteo Ricci (1552-1610) qui connut de nombreuses réimpressions, et « celui des sept victoires », qui doit être le Qike 七克 (Sept victoires) (s. d.) de Diego de Pantoja (1578-1618) et Yang Tingyun 楊廷筠 (1562-1627), un traité sur les sept péchés capitaux, ainsi que les sept vertus qui permettent de les surmonter3.

L’église des jésuites portugais était située à l’extérieur et un peu à l’est de la cité impériale, tandis que la nouvellement établie (1701) église des jésuites venus de France, dite Beitang « l’église du nord », où Parrenin vivait, venait d’être construite dans les jardins attachés au nord du palais impérial (voir figure 1). Cette disposition spatiale, qui rendait l’église française plus isolée de la vie de la ville et plus difficile à atteindre discrètement, contribua à amener le serviteur de Surgiyen d’abord à l’église portugaise, où il rencontra notamment le père Joseph Suarez (1656-1736)4.

Figure 1. « Église du Beitang en vue plongeante, avec personnages en procession dans les jardins du Palais impérial », Pékin, vers 1701-1703. Département des Estampes et de la photographie, Bibliothèque nationale de France
Figure 1. « Église du Beitang en vue plongeante, avec personnages en procession dans les jardins du Palais impérial », Pékin, vers 1701-1703. Département des Estampes et de la photographie, Bibliothèque nationale de France (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b541001700)5.

Les temples jouaient un rôle important dans la vente ainsi que l’impression des livres en Chine impériale tardive. A Pékin, les foires les plus importantes pour l’achat des livres de tous sortes étaient celles des temples bouddhiques du Huguosi 護國寺 (Temple de la protection de l’État), au nord de la cité impériale, du 7 au 8 de chaque mois, et du Longfusi 隆福寺 (Temple de la félicité abondante), pas loin de l’église portugaise,  les 9 et 10 de chaque mois6. Des temples de la capitale, tels le Longfusi, mais aussi le Da Ci’ensi 大慈恩寺 (Temple de la grande bienfaisance), le Yanfusi 延福寺 (Temple du bonheur prolongé) ou le Guanyinsi 觀音寺 (Temple de Guanyin) étaient aussi des imprimeurs et des éditeurs des livres7. Les activités de publication et de distribution de livres entreprises par les églises s’inséraient naturellement dans ce contexte culturel. Le marché diversifié de livres qui fleurissait en Chine, et les difficultés administratives que les missionnaires rencontraient pour circuler librement sur le territoire de l’Empire, motivèrent l’adoption d’une méthode de travail privilégiant « l’apostolat par les livres »8.

Figure 2. Toit du temple Huguosi (Pékin), fermé au public, en 2016. (Photo : Alice Crowther, 2016).
Figure 2. Toit du temple Huguosi (Pékin), fermé au public, en 2016. (Photo : Alice Crowther, 2016).

Dans les premières décennies du dix-septième siècle deux jésuites écrivirent des adaptations des commentaires du Collège jésuite de Coimbre sur le De l’âme d’Aristote et le Parva naturalia, les traités aristotéliciens sur la perception, la mémoire, le sommeil et les rêves, la vieillesse, et la respiration9. Francesco Sambiasi (1582-1649) donna oralement une exégèse et son collaborateur, le célèbre mandarin converti Xu Guangqi 徐光啓 (1562-1633), mit ses explications par écrit en bon chinois classique. Leur Lingyan lishao 靈言蠡勺 (Un pochon des mots sur l’esprit) fut publiée par le Shenxiutang 慎修堂 (la Salle de la pratique soigneuse [du vertu]) en 162410. Pourtant, la recherche par Surgiyen d’un temple « du Dieu du ciel », quête qui le mena à l’église portugaise de Pékin, semble indiquer que le vieux livre qu’il avait entre les mains n’était probablement pas cette traduction de 1624, mais plutôt celle en trois fascicules de Giulio Aleni (1582-1649), le Xingxue cushu 性學觕述 (Exposé grossier sur l’étude de la nature [de l’homme])11. Cette traduction, commencée des 1623 mais seulement publiée dans sa version définitive en 1646, était imprimée par le Chijian Tianzhutang 敕建天主堂 , « la Salle du Maître du Ciel fondée par ordre impériale », une église qui ne se trouvait pas à Pékin mais au sud de la Chine, dans la ville de Fuzhou. Pour Surgiyen, c’était la clarté qu’il trouva dans les explications de la genèse du monde et de l’âme de l’homme données par les livres des chrétiens qui motiva sa conversion. Mais il restait longtemps sans recevoir le baptême parce qu’il peinait à accepter les doctrines de l’incarnation du Christ et de la rédemption des péchés. Il fallut une période de réflexion intense lors d’une convalescence après une maladie à l’été 1717, suivie par des années de prière, de lecture et de conversations avec les missionnaires et des catéchistes chinois, pour le décida finalement de franchir cette étape en 1717, prenant le nom de baptême de Jean. – Cette anecdote n’est pas sans rappeler les circonstances de la conversion d’Ignace de Loyola lors de sa lente guérison d’une blessure à la jambe qui l’amena à quitter sa vie de soldat et d’homme du monde, une histoire que les jésuites rapportaient sûrement à leur fidèles. 

Or, ses années de questionnement mirent la famille de Surgiyen en contact fréquent avec les prêtres européens résidant à Pékin. De nombreux membres de sa branche de la famille impériale reçurent le baptême avant lui, et notamment les femmes. La traduction en langue mandchoue des livres chrétiens était initiée par une demande faite par ces mandchoues au père Suarez, qui fit appel à Dominique Parrenin pour entreprendre le travail. Bien que parlant le chinois, elles ne le lisaient pas, ou pas avec aise. En plus, elles n’avaient que rarement l’occasion de discuter avec des missionnaires, ou avec des convertis chrétiens extérieurs à leur foyer. Les premiers écrits sur la religion chrétienne en mandchoue sont ainsi nés du besoin de guider des femmes croyantes mais ayant peu d’occasions de recevoir une instruction doctrinale. Ainsi, en regardant le corpus, on trouve le catéchisme de Ricci donné à Surgiyen par les prêtres portugais12, mais pas les commentaires sur Aristote. Parmi les livres traduits ou composés en mandchou figurent aussi un calendrier des saints13, et des traités sur la confession14 et la communion15. Ces textes sont écrits dans une langue qui s’efforce à la simplicité et la clarté d’expression, se servant souvent de la répétition et des listes numérotées, des techniques qui devaient avoir pour but de faciliter la mémorisation par cœur des concepts centraux.

Figure 3. Première page de la traduction mandchoue du catéchisme de Ricci (Mandchou 234. Abkai ejen i unenggi jurgan i bithe).
Figure 3. Première page de la traduction mandchoue du catéchisme de Ricci (Mandchou 234. Abkai ejen i unenggi jurgan i bithe). La langue des mandchous, ce peuple venu du nord qui conquit Pékin et la Chine en 1644, était une langue toungouse agglutinante, complètement différente du chinois. Au dix-huitième siècle l’administration de l’Empire des Qing était bilingue, avec une rédaction systématique des documents en chinois et en mandchou, sauf pour certaines communications, jugées sensibles, uniquement en mandchou. Le mongol, l’ouïghour et le tibétain étaient aussi utilisés. Déjà au XVIIIe siècle les empereurs Yongzheng (r. 1723-1735) et Qianlong (r. 1736-1795) se plaignirent de plus en plus souvent de ce que les Mandchous perdaient leur langue maternelle au profit du chinois. Pourtant, la situation réelle aurait été plus nuancée. Encore au XIXe s., on traduisait en mandchou des romans chinois.

En 1724, la famille de Surgiyen fut condamnée à l’exil, à la fois pour avoir adopté une religion hétérodoxe et étrangère, mais aussi dans un contexte où Yongzheng (r. 1723-1735), dont la succession au trône était controversée, consolidait son pouvoir en attaquant ses frères et d’autres branches de sa famille qu’il soupçonnait de ne pas le soutenir16. Le père de Surgiyen, Sunu, était l’arrière-petit-fils de Cuyen, le fils aîné de Nurhaci (r. 1616-1626), fondateur de l’État mandchou. La plus grand partie de la famille fut envoyé à un poste frontalier de la grande muraille, dans le Shanxi actuel : en mandchou la ville de Furdan « passe », en chinois Youwei 右衛 « Garnison de droite ».

Cet exil initia une deuxième période de traduction vers le mandchou, pour réconforter ces déportés, dont certains, hommes comme femmes, se sentaient plus à l’aise en lisant le mandchou que le chinois17. D’abord l’exil, et puis emprisonnement, exécutions, et expulsion en masse de la lignée impériale, firent que la conversion de ces princes ne marqua qu’un interlude et pas un début, et l’époque des traductions théologiques et catéchétiques en mandchou se limite au XVIIIe siècle18.

Échanges d’idées et d’exemples entre Paris et Pékin

Figure 4. Première page de la biographie de Sainte Geneviève (« Enduringge sargan jui Ženowa ») de Paris dans un calendrier manuscrit et anonyme des saints de la première quinzaine du mois de janvier (Mandchou 253).
Figure 4. Première page de la biographie de Sainte Geneviève (« Enduringge sargan jui Ženowa ») de Paris dans un calendrier manuscrit et anonyme des saints de la première quinzaine du mois de janvier (Mandchou 253).

Des jésuites français, notamment Dominique Parrenin ou Alexandre de la Charme (1695-1767) qui traduisaient vers le mandchou, jouèrent un rôle clef dans la production des livres chrétiens en mandchou. Ils envoyaient aussi des copies de leurs traductions mandchoues à Paris, où elles font partie de la couche la plus ancienne de la collection mandchoue de la Bibliothèque nationale, recensées déjà dans le catalogue des livres chinois de 1739 de Étienne Fourmont (1683-1745), ou portant des estampilles de la Bibliothèque royale du XVIIIe siècle. Si, hors de Chine, la collection mandchoue la plus importante est celle de Saint-Pétersbourg, c’est la collection de la Bibliothèque nationale de France qui est la plus importante en ce qui concerne les textes chrétiens19 et plus largement des écrits en mandchou des jésuites.

Par ailleurs des sélections des lettres de Parrenin décrivant les conversions des mandchous furent publiées en France, par Jean-Baptiste Du Halde (1674-1743) dans les Lettres édifiantes et curieuses, écrites des Missions Etrangeres, par quelques Missionaires de la Compagnie de Jésus (Paris, 1702-1776). Les extraits publiés dans les Lettres édifiantes mettent en avant les souffrances et la constance de l’exil à Furdan. Ils sont présentés comme des martyrs modernes : « il y a dans cette fermeté quelque chose d’aussi admirable et d’aussi héroïque, que ce que nous lisons de la constance des héros chrétiens des premiers siècles de l’Église.20 » Les lettres détaillent aussi la pénurie extrême de cette famille princière déchue et le désir des jésuites de pouvoir leur apporter plus d’aide financière21. En 1827 la correspondance sur la famille de Surgiyen fut republiée comme un recueil par l’imprimeur et libraire Mathieu Placide Rusand (1768-1839)22 : Les Héros chrétiens, ou Lettres du P. Parennin sur une famille de princes tartares convertis à la foi, suivies de deux lettres du P. Benoist sur un autre seigneur tartare (Lyon, 1827). Royaliste et catholique, vendant ses livres dans ses librairies à Lyon et à Paris, Rusand espérait, comme il l’expose dans sa préface,  que l’exemple de ces princes « tartares » convertis par des jésuites partis d’Europe plus qu’une siècle auparavant, aurait une influence salutaire sur ses compatriotes : « Nous ne sommes pas accoutumés à avoir sous les yeux d’aussi frappans spectacles ; ces habitudes de religion et cette couleur extérieure de christianisme qu’on retrouve encore dans nos sociétés chrétiennes, y rendent une conversion moins sensible et moins frappante », « […] on les admire, on les aime ; mais on ne peut se défendre aussi d’un nouveau sentiment d’admiration et d’amour pour la religion qui les a formés et qui les inspire. »

Figure 5. Page de titre du livre Les Héros chrétiens de l'imprimeur Rusand. On note la citation de Hébreux, 13.7 : « Considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi. »
Figure 5. Page de titre du livre Les Héros chrétiens de l’imprimeur Rusand. On note la citation de Hébreux, 13.7 : « Considérez quelle a été la fin de leur vie, et imitez leur foi. » (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6138774g)

« Les textes chrétiens en langue mandchoue de la Bibliothèque nationale », un projet dans le cadre du programme des chercheurs associés

Ce projet a pour but la préparation d’une édition en ligne des textes chrétiens en langue mandchoue conservés à la Bibliothèque nationale. Une base de données permettra la recherche des mots et formes grammaticales mandchoues parmi des transcriptions en caractères latins, suivant le système de transcription de Möllendorff. Les transcriptions seront présentées à côté des images des textes originaux, et liées autant que possible, quand il s’agit d’une traduction, aux transcriptions et images des des originaux chinois. Une première version de cette plateforme devrait être mise en ligne avant la fin de l’année 2020.

En parallèle, je mène un travail sur les aspects matériels de ces xylographes et manuscrits pour enrichir et réviser les notices sur ce fonds dans le catalogue BnF Archives et manuscrits ((Voir url : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/>.)). Les notices du catalogue en ligne ont été saisies par Jeanne-Marie Puiraymond, conservateur au Département des manuscrits et catalogueur de la collection mandchoue. Elle a apporté des ajouts, notamment des mises à jour bibliographiques, aux informations du Catalogue du fonds mandchou. Elle avait préparé ce catalogue, publié en 1979, sous la direction de Walter Simon et Marie-Rose Séguy, et sur la base des recherches préliminaires menées par Walter Simon. Au vingtième siècle le travail de catalogage du fonds mandchou commença dans les années 1930 avec le catalogue manuscrit de Willy Baruch de 1932 : Catalogue des livres et manuscrits mandchous du nouveau fonds chinois (et du fonds Fourmont) à la Bibliothèque nationale. Un nouvel index dactylographié fut préparé par Yu Tao-ts-iuan (Yu Daoquan) 于道泉 en 1937 : Index des titres mantchoux et français du fonds mantchou dans la Bibliothèque nationale.

Réfutations du bouddhisme et manuels de confession

Hartmut Walravens et Giovanni Stary ont dressé des inventaires des textes chrétiens en mandchou23. Parmi les vingt-quatre textes qu’ils recensent, la Bibliothèque nationale possède des exemplaires de quinze24. Dans le cadre de ce projet, la Bibliothèque a accordé des crédits pour la numérisation de ce corpus. Une copie de chacun des quinze textes est maintenant disponible – ou le sera bientôt –  sur Gallica. Ci-dessous, de brèves présentations de trois des textes récemment numérisés.

Le Sain be uhelere leolen (Sur le bien commun) est une traduction du Tongshan shuo 同善說 d’un lettré chrétien, Li Zubai 李祖白 (baptisé en 1622, m. 1665)25. La traduction est anonyme. Il n’existe aujourd’hui que quatre copies de cette traduction mandchoue, trois xylographes (imprimés à partir des mêmes planches, leur examen suggère) conservés à la BnF (Mandchou 265, Mandchou 266, et Mandchou 267 dont la numérisation se trouve ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10027469q) et un exemplaire dans les archives jésuites (ARSI, Archivum Romanun Societatis Iesu) à Rome. La BnF possède aussi huit copies du texte chinois, toutes reliées ensemble sous une seule cote, Chinois 7079 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9006324m). Le texte est court, l’original seulement quatre feuillets recto-verso dans un chinois qui mélange le vernaculaire et le classique, ce qui en mandchou donne un texte de huit feuillets. Il commence par une démonstration de la nécessité d’accepter l’existence d’un Dieu créateur et gouverneur du monde. Suit un discours sur l’âme et son rapport au corps qui reprend des thèses principes du De l’âme d’Aristote, et une critique du bouddhisme et du taoïsme, qui souligne que même si on a de bonnes intentions en suivant ces cultes, ces bonnes volontés erronées seront inutiles pour obtenir le salut.

Le Geren holo be milarabuha bithe (Livre qui écarte toutes les erreurs) (Mandchou 262, accessible à : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10027471j), un xylographe de 25 feuillets26, est la traduction d’une réfutation du bouddhisme, le Pi wang 闢妄 (Écartement des erreurs) (s. d.)27 de Xu Guangqi, qui on a déjà rencontré comme collaborateur de la première traduction d’Aristote publiée en chinois. Les erreurs écartées sont : l’idée qu’on peut libérer un esprit de l’enfer (na i loo be efulere holo « l’erreur de casser l’enfer ») ; jeku salara holo « l’erreur des offrandes alimentaires [aux esprits] » ; ejen akū emhun fayangga, senggi omo i holo « les erreurs de [croire que] le Seigneur n’est pas un seul esprit, et du lac du sang » qui était un rituel pour les femmes mortes en couches ; hoošan deijire holo « l’erreur de brûler du papier » comme une offrande ; tarni hūlara holo « l’erreur de réciter des dhāraṇī » ; forgošome banjinjire holo « l’erreur de la réincarnation » ;fucihi hūlara holo « l’erreur de réciter le nom du Bouddha » ; cin,[sic] dzung ni holo « l’erreur de l’École de Chan » (i.e. le bouddhisme zen).

L’importance de démentir les enseignements du bouddhisme et du taoïsme, thème qu’on retrouve dans ces deux livres, est aussi une préoccupation récurrente de Surgiyen dans une profession de foi manuscrite, qui est conservée par la Bibliothèque nationale (Chinois 7248 ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9006403s), son Shengjiao zhenshi liyi 聖教真實利益 (Sur le profit dans la vérité de l’Enseignement sacré). Si le Christianisme, arrivé déjà sous les Ming (1368-1644), ne se répand28 pas encore en Chine, s’interrogea-t-il, ne serait-il pas parce que les gens, accoutumés à alterner la pratique du bouddhisme et du taoïsme selon les besoins du moment, assument, quand ils entendent parler de la religion chrétienne, qu’il s’agit d’un autre secte adaptable à cette façon éclectique de parlementer avec les dieux, et alors ils ne font pas attention à la profondeur de ses doctrines29.

Figure 7. Un morceau du papier inséré dans une copie chinoise du Pi wang (Chinois 7101 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501309v).
Figure 7. Un morceau du papier inséré dans une copie chinoise du Pi wang (Chinois 7101 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501309v).

Des fragments d’écriture en lettres mandchoues sont daubées par-dessus quelques phrases en français : fayangga « l’âme », et quatre fois hendurengge « ce qui est dit ». Plus bas la date donnée en latin est le 15 mai 1737 (idib maii M.DCCXXXvii). Et, de nouveau en mandchou, Bader nos der « Pater noster ». Brouillons faits à Paris ou à Pékin ? Et, est-ce que c’est possible qu’il y a un lien entre ces brouillons en mandchou, et le travail de traduction de ce texte vers la langue mandchoue ? Le livre où ce fragment est intercalé porte les estampilles de la Bibliothèque royale, et fut inclus dans le premier catalogue des livres chinois établi par Fourmont en 1739.

Figure 8. Verso. Sur l'autre côté on trouve en chinois 拉呾咧 deux fois dans des mains différents (la da lie ou la dan lie ou la ta lie sont des prononciations possibles de ces syllabes qui ne donnent pas de sens en chinois et doivent probablement être la transcription d'un nom propre ou d'un mot étranger), 咧 lie une fois, 前学 qian xue (?) une fois.
Figure 8. Verso. Sur l’autre côté on trouve en chinois 拉呾咧 deux fois dans des mains différents (la da lie ou la dan lie ou la ta lie sont des prononciations possibles de ces syllabes qui ne donnent pas de sens en chinois et doivent probablement être la transcription d’un nom propre ou d’un mot étranger), 咧 lie une fois, 前学 qian xue (?) une fois.

Le Mandchou 24330 est un manuscrit écrit sur un papier pré-imprimé avec des colonnes en lignes rouge. La première partie est un dictionnaire mandchou-chinois de 510 pages organisé de a- à šum- suivant l’ordre conventionnel des syllabes mandchoues. Certaines entrées, surtout dans les 60 premières pages, sont aussi glosées en latin, ou en français (e.g. eshun jui / 沒出痘的小兒/ qui nondum habuit variolas, e.g. ildamu/ 有韻致/ qui a bonne grace bon air). Le dictionnaire est suivi d’un traité en mandchou sur la confession, le Weile be geterembure jingkini kooli (Règlements standards pour laver les péchés). La seule version de ce texte en langue mandchoue est ce manuscrit de la BnF. Le texte mandchou est une traduction du traité chinois Dizui zhenggui lüe 滌罪正規略 (Abrégé des règlements standards pour laver les péchés) (Ming tardif, s.d.), un abrégé très utilisé du Dizui zhenggui 滌罪正規略 (Règlements standards pour laver les péchés) (1627) de Giulio Aleni. Le traité introduit l’examen de conscience, proposant une liste des sujets d’examen de soi ordonnés selon les dix commandements et les sept péchés capitaux. Cela est suivi par des sections sur la contrition, sur la confession, et sur la satisfaction, et par une présentation des exemples des pénitences des saints de l’Antiquité pour expier leurs péchés31. Le livre se termine sur l’avertissement que «  un mauvais acte qu’on ne confesse pas sera éternellement condamné », (en mandchou : ehe bifi alarakū oci, enteheme guweburakūngge), illustrée par l’histoire d’une vieille dame pieuse qui n’avait pas confessé un péché de sa jeunesse :

wargi bade emu sakda mamari bihe, kemuni ton akū enduringge tang dosifi, ging hūlame, jalbarime hing seme soksime songgome baire de, dalbade emu erdemu wesihun saisa bihe, tuwaci, hehei fisa amala emu sahahūn cirangga niyalma, fekuceme urgunjeme injembi, saisa ferguweme ibefi fonjime, ere niyalma, ei abkai ejen de hing seme baire de si ainu injembi, ere sahaliyan niyalma injeme hendume, ere hehe asigan i fonde, emu ujen weile araha bihe, emu jalan de tucibume alarakū damu gosiholome nasame, guwebure be baire gojime, umai abkai ejen i hese de dahame guwebure be bairakū. udu gosiholome baiha seme dubentele meni na i loo i niyalma dabala aide ukcambi. uttu ofi, bi terei mentuhun menen be injembi sehe.

Dans une contrée lointaine vivait une vieille dame. Elle avait l’habitude d’aller tout le temps à l’église [enduringge tang = salle sacrée]. Une fois, tandis qu’elle récitait des versets de la Bible et priait avec sincérité et en sanglotant, un gentilhomme vertueux était à côté d’elle. Il vit que derrière le dos de la femme un homme noirâtre gambadait et riait joyeusement. S’étonnant, le gentilhomme s’avança pour demander, « Cette personne est en train de prier Dieu avec sincérité. Comment se peut-il que vous riiez ? » L’homme noir répondit en ricanant, « Cette femme, quand elle était jeune, a commis un lourd péché. De toute sa vie, elle ne l’a pas avoué. Elle l’a seulement regretté avec détresse. Mais elle n’e s’est jamais repentie selon le commandement de Dieu [Abkai ejen = le Seigneur du Ciel]. Même si jusqu’à la fin elle prie avec détresse, comment pourrait-elle échapper à notre Enfer [na i loo = prison souterraine] ? Alors, je ris de sa sottise et naïveté. »

La contrée lointaine ; la femme qui a l’habitude d’aller seule dans une église où elle côtoieraient des hommes inconnus ; la description du démon comme un homme noirâtre – tout semble indiquer une origine européenne pour cette anecdote. Le message est sévère – un sentiment de regret ne suffit pas, pour repentir il faut confesser. L’avertissement semble s’adresser particulièrement à une femme, tout comme dans le Geren holo be milarabuha bithe la réfutation de l’idée qu’on peut sauver un esprit de l’enfer vise les croyances populaires sur le salut de la mère de Mulian, sauvée des enfers, malgré sa vie scélérate, par un fils filial.

Un lieu de savoir

Prenant comme exemple de son programme de travail sur les lieux du savoir les œuvres d’Aristote et leurs traductions, Christian Jacob écrit : « dans chacune des langues dans lesquelles ils furent traduits (latin, arabe…), [ils] ont produit des effets de lecture spécifiques, indissociables de leur sens philosophique : effets structurants du lexique et de la syntaxe, des figures de pensée liées à l’usage de cette langue, avec ses marqueurs logiques »32. L’étude de ce corpus des manuscrits et des xylographes des missionnaires du XVIIIe siècle, gardé par la Bibliothèque nationale, en partie composé d’envois de Pékin de la part des hommes partis de la France, et des textes qu’ils contiennent, où idées passent du français et du latin vers le mandchou, ou du chinois vers le mandchou, s’inspire de cette perspective du texte comme « lui-même un lieu de savoir », et dont l’étude doit aussi prendre en compte « l’ergonomie du travail d’écriture, avec ses supports et ses instruments, la gestuelle qu’ils impliquent, l’intervention des acteurs anonymes chargés de mettre par écrit un texte dicté ou de produire la copie d’un exemplaire » ainsi que « la manière dont leur construction s’inscrit dans des lieux particuliers, les conditions dans lesquelles ils peuvent circuler au-delà de ces lieux. »

  1. Voir Les Héros chrétiens, ou Lettres du P. Parennin sur une famille de princes tartares convertis à la foi, suivies de deux lettres du P. Benoist sur un autre seigneur tartare (Lyon : Imprimerie de Rusand, 1828). []
  2. La BnF a un grand nombre de copies de ce catéchisme : Chinois 6820, 6821, 6822-6823, 6824, 6825, 6826, 6827, et 6828. []
  3. Dans les collections de la BnF, voir Chinois 7177, 7178, 7179, 7180, 7181, 7182, 7183, 7184, et 7185. []
  4. Dominique Parrenin, op. cit. p. 40 : « Ils n’avaient pas la même liberté de venir dans notre église que dans celle des Portugais. L’église française est dans l’enceinte extérieure du palais ; et pour s’y rendre, il faut passer par une porte et par une rue où se trouvent à tous momens des Régulos et des Mandarins qui vont et qui viennent ; ils n’eussent pas manqué d’être découverts ». []
  5. Sur cette peinture, voir Marie-Rose Séguy « À propos d’une peinture chinoise du cabinet des Estampes à la bibliothèque nationale », Gazette des Beaux-arts, 88, 1976, p. 228-230. []
  6. Sur le Huguosi, voir la notice de Lei Yang dans Marianne Bujard, Ju Xi, Guan Xiaojing, Lei Yang Temples et stèles de Pékin/Beijing neicheng simiao beikezhi 北京內城寺廟碑刻志, vol. 4, Pékin : Guojia tushuguan, 2017. Sur le Longfusi, voir la notice de Xie Lingqiong dans Xie Lingqiong (sous la direction de Marianne Bujard) Temples et stèles de Pékin/Beijing neicheng simiao beikezhi 北京內城寺廟碑刻志, vol. 6 (à paraître). []
  7. Susan Naquin Peking: Temples and City Life, 1400-1900, Berkeley : University of California, 2000, p. 96-97, n. 154. []
  8. « Das Apostolat der Presse » est une formulation de Johannes Bettray (S.V.D.) qui l’utilisa dans sa thèse de doctorat soutenue à l’Université Grégorienne à Rome en 1955 pour décrire la méthode utilisée par Matteo Ricci (Die Akkommodationsmethode des P. Matteo Ricci S.I. in China). Pour une synthèse sur « l’apostolat par les livres » en Chine, voir la section « Apostolate through books » (Nicolas Standaert, Ad Dudink, Giovanni Stary) in Nicolas Standaert (dir.) Handbook of Christianity in China, vol. I : 635-1800, Leiden : Brill, 2001, p. 600-631. []
  9. Sur ces traductions, voir Thierry Meynard, « De Anima: Lingyan lishao, Xingxue cushu (juan 1, 4, 5, 6) », Conimbricenses.org Encyclopedia, Mário Santiago de Carvalho, Simone Guidi (dir.), doi = “10.5281/zenodo.3252378”, URL = <http://www.conimbricenses.org/encyclopedia/de-anima-lingyan-lishao-xingxue-cushu-juan-1-4-5-6/>, dernière révision le 22 juin 2019. []
  10. Pour les copies conservées dans les collections de la BnF, voir Chinois 6867, 6863, 6864, et 6865-6866. Voir aussi la description bibliographique donnée par Ad Dudink & Nicolas Standaert dans leur Chinese Christian Texts Database (CCT-Database) : <http://heron-net.be/pa_cct/index.php/Detail/objects/1061>. []
  11. Dans les fonds de la BnF il existe quatre copies : Chinois 3410, 3410, et 3411, et Chinois 3412, une réimpression datant de 1872. []
  12. Abkai ejen i unenggi jurgan i bithe. Voir Mandchou 235, 235, 236, 237, et 238. []
  13. Mandchou 252. []
  14. Mandchou 243. []
  15. Mandchou 248. []
  16. Yongzheng était le quatorzième fils de l’empereur Kangxi (r. 1662-1722). Une rumeur persistante prétendait qu’il altéra le testament de son père, qui aurait écrit qu’il voulait que son quatrième fils lui succède, en intercalant un dix. Parmi les peuples toungouses la succession n’était pas par primogéniture mais par tanistrie, et les frères tout comme les fils du souverain étaient des candidats possibles. Ainsi Cuyen (1580-1615), l’ancêtre des Sunu, était le fils aîné de Nurhaci, mais pas son héritier. []
  17. Dominique Parrenin, op. cit. p. 250, p. 261. []
  18. Tatiana Pang a récemment publiée l’étude d’un catéchisme produit par la mission orthodoxe à Pékin, et dont l’orthographe suggère une date de composition autour du début du XIXe siècle : « The Orthodox Catechism in the Manchu Collection of the Institute of Oriental Manuscripts, Russian Academy of Sciences » International Journal of Sino-Western Studies, Volume 14, 2018,  p. 99-108 (p. 101 pour la datation). []
  19. Hormis les traductions de la Bible menées sous la houlette du British and Foreign Bible Society au XIXe siècle. []
  20. Dominique Parrenin, op. cit. p. 276. []
  21. Bronwen McShea Apostles of Empire : The Jesuits and New France (Lincoln : University of Nebraska, 2019) examine en détail le rôle joué par la publication à Paris des lettres en provenance des missions dans le recueil des patrons et des fonds pour les missions du Nouveau Monde. Sur la publication en France des traductions faites par les jésuites des textes chinois, voir Wu Huiyi Traduire la Chine au XVIIIe siècle. Les jésuites traducteurs de textes chinois et le renouvellement des connaissances européennes sur la Chine (1687-ca. 1740), Paris : Honoré Champion, 2017. []
  22. Voir la notice sur Rusand dans Corinne Bouquin et Élisabeth Parinet Dictionnaire des imprimeurs-lithographes du XIXsiècle (Éditions en ligne de l’École des chartes) : <http://elec.enc.sorbonne.fr/imprimeurs/node/25736>. []
  23. Giovanni Stary « Christian Literature in Manchu », Central Asiatic Journal, 44.2, 2000, p. 305- 316 ; Hartmut Walravens, « Christian Literature in Manchu », Central Asiatic Journal, 58.1-2, 2015, p. 197-224, et « Christian Literature in Manchu : Some Bibliographic Notes », Monumenta Serica, 48, 2000, p. 445-469. []
  24. Prenant en compte les doublons, les éditions différentes du même ouvrage, et les manuscrits contenant plusieurs textes distincts, cela donne un ensemble de trente items. []
  25. Sur Li Zubai, voir Adrian Dudink « The rediscovery of a seventeenth-century collection of Chinese Christian texts: the manuscript Tianxue jijie », Sino-Western cultural relations journal 15, 1993, p. 1-26 (p. 13). []
  26. Mandchou 262, Mandchou 263, Mandchou 264. []
  27. Voir chinois 7102, 7103, 7104, 7105, 7106, 7107, 7108, et 7109. []
  28. guangyang 廣揚 []
  29. E.g. (f. 2a-3b) 不說是怪異就說是另是一個門頭。也不大理論也不究問. « S’ils ne disent pas que c’est bizarre, alors ils disent que c’est un autre moyen. Ils ne raisonnent pas beaucoup et ne l’examinent pas. ». []
  30. Accessible ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b100274631 []
  31. Sur ce texte, voir Eugenio Menegon « Deliver Us from Evil: Confession and Salvation in Seventeenth- and Eighteenth-Century Chinese Catholicism » in Nicolas Standaert et Ad Dudink (dir.) Forgive Us Our Sins: Confession in Late Ming and Early Qing China, 2006, p. 9-101. []
  32. Christian Jacob Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press, 2014, p. 34. (Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/oep/653>). []

Alice Crowther

Doctorante, EPHE, PSL, CRCAO (UMR 8155)

More Posts

Le CESTA : aux origines du jeu vidéo à l’école

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Mes recherches en Sciences de l’éducation s’intéressent à la manière dont les enseignants français du secondaire intègrent les jeux vidéo dans leurs pratiques pédagogiques.

L’utilisation du jeu vidéo en contexte scolaire est parfois encore présentée comme une nouveauté dans les discours médiatiques, laissant penser que les nouvelles technologies ne sont rentrées à l’école qu’au cours du XXIe siècle. Or, nous proposons ici de donner une perspective historique à ces usages, en commençant par les inscrire dans l’histoire plus générale de l’introduction de l’informatique à l’école.

Le jeu vidéo dans l’histoire du l’informatique scolaire

Le Plan Calcul de 1967, la première politique française de développement du secteur informatique, ne concerne pas spécifiquement le champ de l’éducation, du moins dans un premier temps. En 1964, le gouvernement s’inquiète de la prise de contrôle de l’entreprise française Bull, productrice de supercalculateurs comme le Gamma 60, par l’entreprise américaine General Motors. Pour réagir et assurer l’indépendance informatique de la France vis à vis des Etats-Unis1, Charles de Gaulle, sous les conseils de Michel Debré, lance cette grande opération visant à doter la France d’une « forte industrie nationale capable de construire des ordinateurs »2. En plus de favoriser le développement de l’industrie française dans ce domaine, notamment via la spécialisation dans les circuits intégrés, le Plan Calcul proposait également de former enseignants et lycéens « à une démarche de pensée nouvelle (…) traversant toutes les disciplines »3. On note ici la volonté d’intégrer l’informatique dans l’ensemble des matières enseignées, et non d’en faire une discipline à part. Cette ambition se concrétise par la succession de plans d’équipements des établissements français dans les décennies 70 et 80 dans lesquels s’insèrent nos premières traces du jeu vidéo à l’école.

L’Institut National en Recherche Pédagogique (INRP) a réalisé un bilan de la décennie 1970-1980, suite à la mise en place du plan « 58 lycées » (1970-1976). Ces documents font état de créations de jeux informatiques par des lycéens dans des clubs où les équipements étaient en libre-service ou pendant les cours d’informatique. Les remarques sont cependant éparses et ne permettent pas d’en savoir plus sur le type de jeux programmés ou sur leurs éventuels contenus pédagogiques4. Ce plan fut généralisé par celui des « 10 000 micros » lancé en 1979 qui fut profitable à des industriels français comme Thomson ou Logabax5. Ces équipements matériels sont accompagnés sur le terrain par l’association Microtel et ses sections exclusivement dédiées à la formation des enseignants (Blanchet A & Montagnon G., op.cit, p. 205.)).

Au début des années 1980, le gouvernement français crée le Centre des Études des Systèmes et des Technologies Avancées (CESTA) que l’on pourrait définir comme « un observatoire du développement technologique, un lieu de veille, de prévision et de prospective, un support à la décision publique et privée, un carrefour d’animation et d’information sur les technologies de pointe »6. On doit sa création au « Groupe des Dix », un cercle politique d’échanges et de débats de personnalités, dont faisaient partie des personnalités comme Jacques Attali, Michel Rocard ou Michel Serres. En d’autres termes, le CESTA devait accompagner le développement technologique de la France et, ainsi, sa croissance économique. Cet établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), placé sous la tutelle du ministère de la recherche et de l’industrie possédait, entre autres, un département Éducation, qui devait promouvoir l’utilisation de « logiciels d’enseignements » réunis dans une didacthèque.

Le fond CESTA de la Bibliothèque nationale de France

Ainsi, la Bibliothèque nationale de France possède différents documents permettant de donner une perspective historique aux dispositifs ludiques utilisés dans les salles de classe actuelles.

Tout d’abord, le CESTA a organisé un colloque sur les « Applications des Nouvelles Technologies à l’Éducation Multimédia » en mars 1983, à la veille du Plan Informatique pour Tous7. L’intervention d’Hélène David, membre de la Mission Technologies Nouvelles de l’Éducation Nationale portait sur le jeu vidéo. Elle débute par les descriptions de deux jeux américains : Colossal Cave Adventure (Crowther, 1976) et The Oregon Trail (MEEC, 1971), accompagnés de leurs potentialités pédagogiques. Le jeu vidéo permettrait ainsi à l’élève d’expérimenter lui-même l’environnement que le dispositif informatique lui offre, tout en remettant en cause le système habituel de notation : « la notion de réussite est directement évaluable par l’élève » via son score. Nous constatons ici des arguments que nous avons déjà trouvé dans nos textes contemporains, traçant une relation élève-machine qui tend à donner à l’enseignant une autre posture. De plus cette intervention, qui pourrait être l’un des premiers discours institutionnels sur le potentiel éducatif du jeu vidéo, comporte également un volet culturel : « ces jeux sont tout à la fois un outil d’apprentissage de l’anglais et le véhicule d’une culture et d’une certaine idéologie américaine ». De fait, Hélène David souhaite que les productions informatiques et vidéoludiques françaises utilisent des « scénarios régionaux », en d’autres termes, le patrimoine et l’histoire de France, afin que ce secteur deviennent «le moteur d’une industrie française du jeu électronique ». C’est donc dans ce contexte politique favorable aux nouvelles technologies et à une utilisation des logiciels ludo-éducatifs que s’insère le fond du CESTA, mais également dans le cadre de la concurrence internationale.

En 1984 et 1987, le CESTA a également publié un annuaire des logiciels d’enseignement, un recueil devant servir aux professionnels de l’éducation souhaitant équiper leur établissement. L’annuaire de 1987 rassemble environ 1000 logiciels d’enseignement répartis en 33 disciplines allant du Français au commerce, en passant par l’histoire ou les didacticiels informatiques. On notera la mention d’une catégorie « jeux », bien que des dispositifs ludiques semblent être classés dans des disciplines scolaires. On retrouve différents vocables pour qualifier ces dispositifs : « jeux éducatifs (…) découverte essai/erreur (…) simulations ». Chaque logiciel dispose de sa fiche détaillant son auteur, la discipline envisagée, le prix d’achat pour l’institution ou le public visé. Les pré-requis rappellent les notions permettant de comprendre le jeu et la partie Commentaire pédagogique permet de donner les objectifs, aptitudes et compétences développées, des renseignements utiles à destination de l’enseignant. Dans leurs structures, les fiches du CESTA ressemblent à celles du portail ministériel « Apprendre avec le jeu numérique », trente ans plus tard8.

Si le CESTA est dissous en 1987, ses logiciels recensés, au nombre d’environ 800 titres à cette date, sont transférés à la didacthèque de la Cité des Sciences l’année suivante.

Didacthèque de la Cité des Sciences et de l’Industrie. Source: Muller, J. (1991). Les logithèques. Éditions du Cercle de la Librairie.

Le fond de logiciels d’enseignement du CESTA conservé à la BnF ne contient pas l’ensemble des références de l’annuaire (413 logiciels recensés), il est donc incomplet.

Des dispositifs ludiques et éducatifs variés

De cette première recension, il apparaît donc que ce fond de logiciels rassemble plusieurs catégories de dispositifs.

Tout d’abord, les exercicers semblent largement majoritaires. Par ce terme, nous entendons des logiciels reprenant l’aspect d’activités scolaires en format papier, tels des exercices de conjugaison ou des calculs à résoudre en rentrant le bon résultat grâce au clavier. Le logiciel renvoie ensuite une réponse à l’utilisateur : bonne ou mauvaise. L’objectif est ainsi de rendre l’apprentissage autonome vis à vis de l’enseignant, dans une pédagogie que l’on pourrait qualifié de behaviouriste. Ces logiciels reflètent la période de l’Enseignement Assisté par Ordinateur (EAO) et accompagnent la mise en place du Plan Informatique pour Tous du gouvernement Fabius (1985)9.

Ainsi, sur MO5/TO7, Anglais Volume 1 (Nathan, 1984) propose des questionnaires à choix multiples afin de tester son niveau ainsi que des cours pour se perfectionner et combler ses éventuelles lacunes.

Anglais, volume 1 / cassette 1 (Source de l’image: http://dcmoto.free.fr )
Anglais, volume 1 / cassette 1 (Source de l’image: http://dcmoto.free.fr )

Ce type de dispositif concerne la plupart des disciplines scolaires. Didactimath 4e (Edil-Belin, 1986) rassemble différents exercices de mathématiques (équations, fractions, puissances…).

Didactimath 4e (Source de l’image: http://dcmoto.free.fr )

De par leur structure, additionnant des cours et des exercices, ces dispositifs visent l’autonomie de l’apprenant vis à vis de l’enseignant dont la posture en classe semble nécessairement reconfigurée si le logiciel est appliqué tel quel. Si ces deux exemples proposent un contenu très scolaire, ils sont cependant classés dans un fond de jeux éducatifs, montrant ainsi que le critère du feedback semble parfois suffire pour considérer le logiciel comme ludique.

Nous avons également découvert la présence de jeux grand public comme Eastern Front 1941 (Chris Crawford, 1981) ou Baltic 1985 : Corridor To Berlin (Roger Keating , 1984). Ces jeux de stratégie militaire sont ainsi considérés comme légitimes à être utilisés dans des buts éducatifs. Easter Front 1941 est conseillé à partir de la classe de 3e.

Eastern Front 1941 (Chris Crawford, 1981)

La fiche de l’annuaire fait figurer qu’une connaissance en wargames est requise avant son utilisation : il est assez rare de trouver des mentions d’une culture ludique précise comme pré-requis nécessaire avant d’utiliser un jeu en contexte scolaire. Selon sa description, le dispositif est considéré comme une « simulation de l’opération Barbarossa » mettant l’élève dans la position du « commandant allemand, manoeuvrant ses unités de combat afin d’obtenir une bonne position avant l’installation de l’hiver et le début de la contre-offensive ». Produit de son temps, le jeu de Chris Crawford met en scène une armée allemande sans sa composante idéologique. On rappellera que l’opération Barbarossa marque les débuts d’une guerre centrale dans la politique raciale et expansionniste nazie.

D’autres logiciels étonnent par leurs thématiques : Cap sur l’Aluminium est un programme développé par Coktel Vision en collaboration avec le Centre National de Documentation Pédagogique et la Chambre syndicale de l’aluminium en 1986. Son objectif est de mettre en avant les qualités du matériau. Pour cela, le jeu alterne phases de point & click où l’on doit pointer les objets contenant de l’aluminium, instants de questions/réponses, et exercices de localisation de matériaux comme le bauxite sur une carte du monde, nécessaire à la production de l’aluminium. Si le dispositif se veut éducatif, il est également le produit communicationnel d’une industrie.

Cap sur l’alumium – Capture provenant de Tilt (Octobre 1985, numéro 35)

D’autres logiciels proposent des dispositifs interactifs pour faire de la prévention santé. Alerte au tabac ! développé par l’association pour la recherche sur le cancer en 1986. Après avoir demandé l’âge et la consommation de tabac à l’utilisateur, le logiciel propose une série de questions/réponses pour l’éduquer sur les risques.

« Halte au tabac ! » : L’enseignant intégré complimente le joueur. (Capture BnF)

On notera que les QCM semblent omniprésents dans les logiciels d’enseignement évoqués. Pourtant, on aurait tort d’y voir une mécanique propre aux jeux de cette période : Vivre au temps des châteaux forts (Canopé Caen, 2014) et Assassin’s Creed Odyssey : Discovery Tour (Ubisoft, 2019) interrogent également l’élève-joueur après lui avoir dispensé du savoir de manière frontale. Nous avons étudié ces dispositifs dans cette vidéo :

Pour finir cette typologie, nous trouvons également des logiciels se centrant sur l’apprentissage de la programmation (Apprivoiser T07, M05, T07-70 : pour apprendre à converser en Basic) comme le sont maintenant des outils comme Scratch, Kodu ou Glup.

Nos premières recherches dans le fond du CESTA permettent ainsi de nuancer une chronologie des dispositifs de jeux éducatifs débutant généralement, et de manière caricaturale, dans les années 1990 pour le ludo-éducatif et les années 2000 pour les serious games. Si on considère ces derniers comme des dispositifs ayant un autre but que le seul divertissement et qu’ils peuvent être conçus dans le cadre d’un programme de santé ou pour la promotion d’une entreprise, des programmes comme « Alerte au tabac ! » ou « Cap sur l’Aluminium » correspondent à ces définitions. De même, l’important guidage de la figure enseignante intégrée à ces logiciels, avec notamment les phrases de correction ou de félicitations, préfigurent les jeux ludo-éducatifs comme la série Adi (Coktel-Vision) ou Galswin (Intégral Média). Étudier la production du CESTA permet également de nuancer la vision négative que les pouvoirs publics auraient du jeu vidéo : on remarque qu’il n’en est rien pour ces archives et que le ministère de l’Education nationale, entre autres, a tenté d’user de ce dispositif ludique pour en faire un outil pédagogique dès le Plan Informatique pour Tous de 1985.

La typologie de ces supports retrouve finalement ce que l’on observe actuellement: des jeux explicitement éducatifs (aujourd’hui appelés jeux sérieux ou serious games), des jeux grand public scolarisés (la série des Assassin’s Creed en est un bon exemple), des logiciels de création de jeux vidéo afin d’apprendre l’usage du code informatique. Cette première tentative d’histoire du jeu à l’école ne peut être qu’incomplète en attendant la poursuite du dépouillement du fond ainsi que celui des annuaires du CESTA. Il faudrait également étendre la recherche documentaire aux cahiers de commande du CESTA (si ces derniers existent) afin de savoir quels jeux ont été commandé par les établissements scolaires. Dernière étape, et sûrement la plus ardue : retrouver les acteurs de cette période, notamment les enseignants expérimentant ces logiciels d’enseignement.

Si vous êtes intéressés pour participer à cette enquête sur l’histoire des jeux vidéo à l’école ou sur leurs usages pédagogiques actuelles, n’hésitez pas à nous contacter via cette page:  http://jeuvideohistoire.com/contact/. Nous serions intéressés par des retours d’expériences ou des documents pédagogiques.

Pour finir, nous souhaitons souligner la limite d’une histoire du jeu vidéo se contentant à une étude des dispositifs. En effet, le fait que ces logiciels d’enseignement furent proposés aux établissements scolaires ne dit rien sur leur utilisation effective en contexte scolaire. Nos débuts de recherche sur la question montrent en effet les multiples transformations que l’institution scolaire et les enseignants font subir aux jeux vidéo.

Nos activités de chercheur-associé consistent également en l’organisation de Play-Conférences avec le département audiovisuel de la BnF, que nous vous invitons à consulter via cette play-list.

  1. Bernard F.X, & Ailincai, R., (2012), « De l’introduction des TICE à l’École aux pratiques actuelles des jeunes : Approche historique des technologies de l’information et de la communication », Revue française d’éducation comparée, 8, Harmattan, p. 215-226. []
  2. Extrait d’un discours de Michel Debré. Office national de radiodiffusion télévision française, « Signature du plan « Calcul » », Ina.fr, 14 avril 1967, [consulté le 02 mai 2018], en ligne. <http://www.ina.fr/video/CAF88038974>. []
  3. Bernard F.X, & Ailincai, R., op.cit. []
  4. INRP (1981). « Dix ans d’informatique dans l’enseignement secondaire, 1970-1980 », Recherches Pédagogiques, n° 113, INRP, Paris. []
  5. Blanchet A & Montagnon G., (2020), Une histoire du jeu vidéo en France – 1960-1991 : des labos aux chambres d’ados. Editions Pix’n Love, p. 206. []
  6. Chamak, B. (2016). « Yves Stourdzé et les réalisations du CESTA », Quaderni, 89, 11‑24. https://doi.org/10.4000/quaderni.952 []
  7. Applications des nouvelles technologies à l’éducation multimédia : actes des journées ANTEM, 24-25 mars 1983. []
  8. Nous avons étudié ce portail dans nos premiers travaux de recherche : <https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01895467>. []
  9. Souvent tourné en dérision dans des films comme « Les sous-doués passent le bac » (Zidi, 1980). []

Romain Vincent

Enseignant en histoire-géographie et doctorant sur les usages pédagogiques des jeux vidéo (Université Paris 13 - Laboratoire EXPERICE)

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookYouTube

La vidéo légère au sein de l’espace universitaire dans les années 1970. Le cas de l’université de Vincennes

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et chercheuse associée au sein du département de l’Audiovisuel de la BnF, mon travail porte sur le développement et l’utilisation de la vidéo dite légère au sein de l’université de Vincennes (1968-1980).

La BnF a mis en place depuis quelques années maintenant un travail de conservation de ces vidéos souvent oubliées ou mises de côté. Nous avions, à travers notre mémoire de master 2 au sein de la même université, travaillé sur un autre fonds semblable à celui de l’université : celui de l’école des Beaux-arts de Paris (années 1970)1. A travers ce premier fonds, nous nous sommes rapidement rendu compte de l’importance de conserver ces bandes pour étudier les institutions culturelles et la vie politique et sociale de l’époque. Ce billet va tenter en quelques lignes d’exposer comment s’est développée au sein de l’université de Vincennes la vidéo légère et dans quel but.

Université de Vincennes au milieu des années 1970 © Jean-louis Boissier
Université de Vincennes au milieu des années 1970 © Jean-louis Boissier

L’Université de Vincennes (1968 – 1980)

Le Centre universitaire de Vincennes (aujourd’hui Université Paris 8 Vincennes Saint Denis) voit le jour au lendemain des événements ayant secoué la France en avril-mai 1968. A la suite de cette crise étudiante et ouvrière, les gaullistes remportent les élections législatives le 30 juin 1968. Maurice Couve de Murville, Premier ministre appelle, Edgar Faure à l’Education Nationale le 11 juillet 1968. C’est sur les épaules de ce dernier que repose la création d’une nouvelle université qui répondra aux demandes des étudiants dont le nombre a doublé durant les années 19602. Edgar Faure élabore alors une “Loi d’orientation” qui est promulguée le 12 novembre 19683. Avec cette loi le ministre souhaite créer de nouveaux centres universitaires expérimentaux: Vincennes, Dauphine, Antony et Marseille Luminy. Les maîtres mots de ces nouvelles universités sont ainsi la cogestion, la participation (les personnels et les étudiants sont inclus dans les décisions de l’université), l’autonomie, une pédagogie novatrice et la pluridisciplinarité (toutes les disciplines se retrouvent dans une même université permettant aux enseignants de travailler ensemble).

Le centre universitaire expérimental de Vincennes sera la représentation même de cette loi. Dès le mois de juillet Raymond Las Vergnas (alors doyen de la faculté de lettres de Paris) discute avec Edgar Faure et lui donne l’idée de créer ce fameux centre. Raymond Las Vergnas4 rassemble autour de lui différentes personnalités (Hélène Cixous, Bernard Cassen et Pierre Dommergues) qui vont l’aider à imaginer Vincennes. Le projet pédagogique se met en place durant l’été. Ce dernier recoupe les points importants de la loi mais ajoute également quelques éléments qui resteront propre à Vincennes pendant de nombreuses années.

En effet, l’établissement est ouvert aux salariés non bacheliers (soumis à certaines conditions néanmoins5), aux étudiants étrangers et se voit doté de nouveaux départements jusque là peu (ou pas ) présents au sein des universités (cinéma, informatique, linguistique, psychologie et urbanisme). L’université doit à présent être ouverte au monde extérieur et proposer une pédagogie novatrice avec l’aide d’outils tel que le cinéma et l’audiovisuel.

Ce centre universitaire expérimental ouvre ses portes après une longue bataille du personnel, le 13 janvier 1969 avec 240 enseignants et environ 8000 étudiants6. Il devient Université de Paris-VIII Vincennes le 17 décembre 19707.

La vie de cette université ne sera pas de tout repos et connaîtra de nombreux rebondissements (drogue, budgets limités, locaux insuffisants, administration récalcitrante, scandales dans la presse etc.) mais on y verra également de nombreuses innovations qui resteront dans la mémoire de tous (mise en place d’une crèche, un souk à l’entrée de l’université, invitation de professeurs étrangers, enseignants vedettes tels que Gilles Deleuze, François Chatelet, Noam Chomsky, Jacques Rancière ou encore Frank Popper, etc.)8.

Cette expérience vincennoise prend fin en 1980 lorsque Jacques Chirac, alors maire de Paris, souhaite récupérer les terrains sur lesquels l’université est construite (ces derniers ayant seulement été prêtés pendant une durée précise). Plusieurs possibilités ont été évoquées pour transférer l’établissement, dont Marne-la-Vallée notamment en 1976, mais c’est finalement à Saint Denis que celui-ci déménage en 1980.

Le cinéma et la vidéo à Vincennes

Comme indiqué précédemment Vincennes fut l’une des premières universités à avoir un département cinéma. Il est important de préciser que ce dernier ne constitua au départ qu’une section au sein d’un département art. Néanmoins, dès la rentrée 1971 un département cinéma à part entière existe inclus dans l’U.E.R. Art. Il est également important de noter que dès sa création l’université se voit dotée d’un service audiovisuel commun à tous les départements. C’est au sein de celui-ci que les enseignants peuvent avoir accès à du matériel ou des techniciens pour les aider. Néanmoins, le matériel sera dans un premier temps assez lourd, la vidéo légère n’intervient que plus tardivement au sein de l’établissement. L’université se voit “dotée de tous les signes de la modernité”9, les laboratoires de langues sont équipés en matériel audiovisuel, certaines salles le sont également ainsi qu’un studio d’enregistrement opérationnel à partir de 1971. Enfin en 1973 une extension est ajoutée à l’université, le Bâtiment H, dans lequel se trouve un studio type école et un matériel plus léger est acquis par l’université sous la pression des enseignants10. Philippe Chauvet dans une brochure de 1975 intitulée “L’audiovisuel au service de l’université Paris VIII-Vincennes” récapitule les différents outils au service des enseignants. Il évoque ainsi une vidéo légère qui peut “être emportée dans une voiture et installée dans n’importe quelle salle sur 220 volts”, il évoque également une unité de vidéo portable ½ pouce (fig. 1) qui permet “de provoquer de nouveaux types de tournages, de films, de participer et faire participer aux processus de communication audiovisuelle et en particulier modifier la relation pédagogique: émetteurs et récepteurs ne sont plus dissociés” et enfin “offre des possibilités d’investigations sociologiques : enquêtes sur le terrain, reportages, documents témoins, observations de groupes, de classes etc.”11.

Fig. 1 : extrait de la brochure de Philippe Chauvet, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975
Fig. 1 : extrait de la brochure de Philippe Chauvet, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975

Ce développement du cinéma et de la vidéo au sein de l’université pousse les enseignants à renouveler leurs pédagogies pour inclure ces nouvelles technologies. Le département cinéma cherchera dès sa création à mélanger théorie et pratique. Jusqu’à présent les établissements enseignants ces techniques ne le faisaient en effet que d’un point de vue pratique (école de cinéma) ou théorique (université). Ce renouveau permet aux enseignants mais également étudiants, qui sont maintenant inclus dans la pratique, de réaliser divers oeuvres que cela soit en vidéo légère (portable ou dans le cadre du studio régis H)12 ou avec le matériel plus lourd de télévision en circuit fermé.

Cette technologie devient rapidement un support même au cours. D’une part, on retrouve dans le fond vidéo de Vincennes de nombreux enregistrements d’émissions de télévision ou de films, pour les livrer à des lectures critiques. D’autre part, la réalisation par groupe est mis en avant et doit servir différents objectifs: “analyse critique par l’image (études d’interactions dans des groupes en situation, analyse de l’image en soi dans le processus éducatif, le jeu théâtral, la direction de chœurs), ou documents bruts (enquête sur le terrain, observations en art plastique, documents témoins)”13.

Cette pratique de la vidéo polymorphe et transdisciplinaire est celle que nous retrouvons dans le fond déposé à la Bibliothèque nationale de France.

Pratiques de la vidéo à Vincennes

Le fonds Vincennes – Saint Denis est un vaste ensemble déposé en plusieurs temps par l’Université Paris-8 à la BnF. Un premier lot est composé de 317 bandes couvrant la période vincennoise (dont 70 sont des enregistrements d’émissions ou de films). Un deuxième lot est composé de 164 bandes couvrant pour la majorité la période de l’université à Saint Denis (seules quelques bandes ont été réalisé à Vincennes). Le troisième lot est composé de 1312 bandes toutes réalisées à Saint-Denis (jusque dans les années 2000) et ne fait pas partie de notre corpus. Inventorié, l’ensemble est consultable dans sa très grande majorité sous forme numérique dans la Bibliothèque de recherche (salle P)14.

Les vidéos datant de l’époque de Vincennes ont été réalisées aux formats ½ pouce ou U-matic, formats dits “légers” (c’est-à-dire utilisables avec du matériel portable et relativement économique par rapport au matériel de studio dit “lourd”). Ce fonds est totalement ancré dans l’expérience vincennoise. Il nous présente tous les éléments qui ont constitué l’université dès sa création: ouverture sur le monde, pluridisciplinarité, nouvelle pédagogie, renversement des rôles enseignants-étudiants.

Le point essentiel à souligner de ce fonds est que les bandes proviennent de tous les départements de l’université. En effet, le département cinéma produit quelques vidéos mais reste récalcitrant face à cette technologie, lui préférant le support film15.

Le volume de bandes en provenance du cinéma est paradoxalement moins important que dans d’autres départements de l’université. Nous pouvons ainsi particulièrement parler du département musique où 35 bandes sont réalisées par Costin Miereanu et Christian Cheyrezy ou encore Francis Schwartz (fig. 2)  et celui de Français langue étrangère qui en réalise 33.

Fig. 2 : capture d’écran d’une vidéo de Francis Schwartz intitulée Mon oeuf, conservée au sein du fond de la BnF.
Fig. 2 : capture d’écran d’une vidéo de Francis Schwartz intitulée Mon oeuf, conservée au sein du fond de la BnF.

C’est à Annie Couëdel (enseignante au sein du département FLE) que l’on doit la totalité de ces 33 bandes16. A travers la vidéo, elle s’efforce de mettre en place une nouvelle pédagogie pour l’apprentissage des langues par les étudiants étrangers. Ainsi parmi les vidéos nous avons relevé de nombreuses interviews réalisés par l’enseignante et ses élèves sur Vincennes ou encore sur la place des étudiants étrangers17. Avec la vidéo intitulée Arditi, j’accepte mon image  (36 min),  nous assistons à un cours d’Annie Couëdel durant lequel les étudiants reviennent sur la réalisation du film Vivre la langue de 1978. A travers cette réalisation ils progressent en langue française en se confrontant à leurs images et au monde extérieur. Mais comme l’explique un étudiant la vidéo apparaît également “comme un enseignant dans d’autres cours”.

Une étude des programmes des différents départements de l’université18 nous a permis de mesurer l’importance de l’audiovisuel dans la pédagogie de l’ensemble de l’établissement. On trouve de nombreuses Unités de Valeurs (UV) consacrées à cette technologie dans tous les UER (unité d’enseignement et de recherche) de l’université. Pour n’en citer que quelques-uns pour l’année 1971-1972 ; au département d’anglo-américain, “méthodologie de l’audiovisuel intégré”; au sein de la section théâtre, une UV “techniques audiovisuelles” ; dans le département sciences de l’éducation, une UV “les moyens audiovisuels”.

Ces quelques exemples soulignent bien l’appropriation de l’audiovisuel, à des degrés divers, par tous les départements de l’établissement. Pionnier de l’audiovisuel éducatif, Henri Dieuzeide, dans son texte publié au sien de l’ouvrage de Jacqueline Brunet, met bien en avant cette idée “l’année scolaire 1970-1971, un certain nombre d’UV (sciences de l’éducation, urbanisme, théâtre, histoire) prévoient d’initier les étudiants à la production et à l’analyse des documents audiovisuels”19.

La vidéo est présente dans tous les départements mais également sous toutes les formes au Centre Universitaire expérimental de Vincennes. On trouve des vidéos militantes au sein du fonds présent à la BnF. La bande intitulée Manifestation Odéon (18/12/1979) (38 min) en est un bon exemple. Elle montre une manifestation ayant eu lieu en décembre 1979 à Paris au départ de la place de l’Odéon. Cette manifestation est lancée par la SGEN contre de nouvelles mesures votées le 10 décembre 1979 à l’Assemblée Nationale modifiant l’élection du président d’université et des unités de recherche. Texte qui sera finalement abandonné suite à ces manifestations20.

Nous pouvons également citer des vidéos artistiques (le département Musique est particulièrement prolifique à ce niveau) et des vidéos que l’on pourrait qualifier de témoignages. Une nouvelle pédagogie de la vidéo et part la vidéo se met en place (l’enregistrement des cours de Gilles Deleuze témoigne de cette envie21).

Le fonds Vincennes apporte beaucoup d’éléments neufs autant sur l’université que sur le développement de ces premières pratiques de la vidéo légère. La bande précédemment citée sur la manifestation à Odéon apporte des informations absentes des sources écrites. Elles se présentent également comme un témoignage vivant de l’université. Il est par exemple connu que l’université de Vincennes fut ouverte aux étudiants étrangers, mais ces vidéos documentent précisément leur place dans l’ensemble (notamment en FLE), ainsi que les mouvements de défense de leurs droits (notamment face à la circulaire Bonnet de 1977). La vidéo fournit des témoignages “sur le vif” sur le fonctionnement de cette institution. Ainsi, la longue interview de Claude Frioux22 (président de l’université de 1973 à 1977 puis de 1980 à 1987) met l’accent sur le volontariat comme base de cette construction.

Ces différentes utilisations de la vidéo continuent à se développer et s’étendre après le transfert notamment avec la création d’un centre vidéo en 1981 et l’acquisition de nouveaux matériels plus légers et accessibles. Le troisième dépôt constitutif du fonds conservé à la BnF témoigne de ces utilisations et des nombreux travaux qui ont vu le jour par la suite.

Analyse d’une bande : Université Vincennes Suite d’extraits : Extérieurs de la fac, Commission, Budget-Locaux, Intrusion dans un cours, le souk, Châtelet, Assia, Appels à un meeting, étudiants africains, Personnel administratif, Fresques murales

La bande intitulée Université Vincennes Suite d’extraits : Extérieurs de la fac, Commission, Budget-Locaux, Intrusion dans un cours, le souk, Châtelet, Assia, Appels à un meeting, étudiants africains, Personnel administratif, Fresques murales (37 min) rassemble plusieurs séquences tournées au sein de l’Université de Vincennes. Au vu des événements, nous supposons qu’elles datent de fin 1979-début 1980. Trois séquences d’images s’entremêlent dans cette bande.

Cette dernière s’ouvre sur des plans de l’extérieur de l’université. Une étudiante filme debout caméra à l’épaule les étudiants dans la cour ainsi que divers événements qui s’y déroulent. Une voix hors cadre lui explique à comment utiliser la caméra (“tu peux avancer quand tu veux, aller à gauche pour ne pas voir la voiture”). Une information sur les réalisateurs apparaît à partir de 17 min 06 : cette même étudiante filme le souk de l’établissement, elle est alors interpellée par un des vendeurs qui refuse d’être filmé, pour toute réponse elle lui explique être étudiante en philosophie. La réalisatrice finit néanmoins par filmer en gros plan les objets plutôt que les vendeurs. 

On peut supposer que cette vidéo est une création des étudiants de Marielle Burkhalter. Lorsque l’étudiante filme le cours, elle s’arrête sur une étudiante en plan large. Celle-ci tient un discours sur l’intervention de la police au sein de l’établissement. Elle appelle à la lutte et à la tenue d’une Assemblée Générale (qui traitera également des menaces pesant sur l’université). Un gros plan sur un panneau nous apprend que cette dernière doit se tenir en amphi I à 12h le jour même (fig. 3).

Fig. 3 : capture d’écran d’un panneau présent dans la cours de l’université annonçant une assemblée générale.
Fig. 3 : capture d’écran d’un panneau présent dans la cours de l’université annonçant une assemblée générale.

Tous ces moments font références à deux éléments dans l’histoire de Vincennes. Le premier est le trafic de drogue. Comme dans d’autres universités, des dealers utilisaient régulièrement les établissements d’enseignement supérieur pour vendre leurs marchandises. L’Université a connu dès 1977 une vague de vente qui s’est tarie suite à l’engouement de la presse et la défense mise en place par le personnel. Néanmoins, ce problème réapparaît à partir de 1979, poussant début 1980 le conseil de l’université à voter pour l’intervention de la brigade des stupéfiants, le contrôle des cartes à l’entrée voir la fermeture de l’établissement23. La vidéo montre des étudiants défavorables à ces initiatives. 

Le deuxième élément qui se trouve cette fois dans deux séquences de la bande est le déménagement de l’université à Saint-Denis. Lorsque l’étudiante filme l’extérieur de l’établissement, on entend également un homme hors cadre traiter de cette assemblée et de la nécessité d’y participer et de lutter contre ce déménagement. La deuxième séquence (débutant à  partir de 13 min 22, puis se retrouvant à 19 min 49 et 22 min 46) porte sur la tenue d’une commission « budgets locaux » dont le sujet principal est encore une fois le transfert de Vincennes. Les images documentent les problèmes que pose ce changement. Une femme (chef d’un département) explique ne pas “pouvoir imaginer comment commencer les cours alors que les autres services seraient ailleurs, il faut qu’il n’y ait personne ou tout à Saint Denis”. Claude Frioux précise, lui, que ce déménagement est contraint et se fait donc dans les pires conditions possibles. Une personne (peut être Assia Melamed auquel le titre de la bande fait référence) s’interroge sur le sort des étudiants étrangers ainsi que la disparition possible de certains départements. Cette commission se termine par l’intervention de François Châtelet (fig. 4) qui traite cette fois du sort des enseignants, en précisant que beaucoup d’entre eux n’ont pas demandé leur transfert vers d’autres universités. Le filmeur saisit tour à tour les différents intervenants de dos ou de face souvent en gros plan.

Fig. 4 : capture d’écran de François Châtelet lors de la commission présente dans la vidéo.
Fig. 4 : capture d’écran de François Châtelet lors de la commission présente dans la vidéo.

La bande se termine (à partir de 29 min 08) par des étudiants peignant des fresques sur un des murs de l’université. Le caméraman s’attarde alors sur les étudiants mais également avec des gros plans sur leurs œuvres en cours de réalisation.

Bibliographie sélective

  • BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A. Moreau, 1979.
  • CHAUVET, Philippe, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975.
  • COHEN, Paul, “Happy birthday Vincennes ! The university of Paris-8 turns forty”, in History workshop journal, issue 69, été 2010, p. 206-224. URL : <https://www.jstor.org/stable/40646103?seq=1#metadata_info_tab_contents>.
  • DEBEAUVAIS, Michel, L’Université ouverte : les dossiers de Vincennes, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1976.
  • DORMOY-RAJRAMANAN, Christelle, Sociogenèse d’une invention institutionnelle: le centre universitaire expérimental de Vincennes, Thèse de doctorat en droit et science politique, Paris Ouest Nanterre la Défense, 2014.
  • MINOT, Jacques, Histoire des universités françaises, Paris, Presses universitaires de France, 1991.
  • MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980.
  • Université de Paris VIII, centre vidéo, La Vidéo à Paris VIII, de Vincennes à Saint Denis: bilan et perspectives, Saint Denis, Paris VIII, 1983.
  • Université Paris VIII. Département d’études cinématographiques et audio-visuelles, Du cinéma selon Vincennes, Paris, Lherminier, 1979.
  • Université de Paris VIII, Guide de l’étudiant – université de Paris VIII- Vincennes à Saint Denis, Tome 1 : 1977 – 1978, Saint Denis, Université de Paris VIII, cellule d’information et d’orientation, 1982. 4 tomes.
  1. L’inventaire de ce fond est disponible sur la base de données AGORHA de l’INHA, réalisé par Nicolas Ballet. URL: <https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00544782>. []
  2. Voir la thèse de  Christelle Dormoy-Rajramaman qui reprend les mots de Charles Soulié et précise que « de 1945 à 1960, le nombre d’étudiants dans l’université française passe de 123 000 à 214 000. Mais à partir de 1960 cette croissance s’emballe, le taux de progression annuel étant généralement supérieur à 10 %. À la rentrée 1967, on compte deux fois plus d’étudiants qu’en 1960 », Charles Soulié, « La recomposition des facultés et disciplines dans l’université française des années soixante », Un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, St Denis, PUV, 2012, p. 31, cité dans DORMOY-RAJRAMANAN, Christelle, Sociogenèse d’une invention institutionnelle : le centre universitaire expérimental de vincennes, Thèse de doctorat en droit et science politique, Paris Ouest Nanterre la Défense, 2014, p. 100. []
  3. MINOT, Jacques, Histoire des universités françaises, Paris, Presses universitaires de France, 1991, p. 58. []
  4. C’est ce dernier qui sera responsable du projet et le premier doyen de l’université (jusqu’en 1969 où il démissionne). []
  5. Loi d’orientation du 12 novembre 1968 : “Après avoir reconnu leur aptitude, les Universités organisent l’accueil de candidats déjà engagés dans la vie professionnelle qu’ils possèdent ou non des titres universitaires. Elles leur permettent d’accéder à des de formation ou de perfectionnement et d’obtenir les diplômes correspondants“, disponible sur https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000693185&pageCourante=10579. []
  6. COHEN, Paul, “Happy birthday Vincennes ! The university of Paris -8 turns forty”, in History workshop journal, issue 69, été 2010, p. 206 – 224. URL: <https://www.jstor.org/stable/40646103?seq=1#metadata_info_tab_contents>. []
  7. Suite à un décret de Olivier Guichard. Le décret est disponible à l’adresse suivante : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000511402&categorieLien=cid>. []
  8. Un rapport d’experts remis au ministère en 1974 met d’ailleurs en avant la réussite de l’expérience vincennoise, “le groupe, constatant le succès de vincennes sur ce plan, estime que les solutions ici offertes correspondent à des besoins réels et répondent à une mission importante de l’université, et souhaite que Vincennes ne soit plus la seule université à proposer, ainsi de nouvelles solutions au problème de l’éducation des adultes”, MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980, p. 76. []
  9. BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A Moreau, 1979, p. 138. []
  10. Université de Paris VIII, centre vidéo, La Vidéo à Paris VIII, de Vincennes à Saint Denis: bilan et perspectives, Saint Denis, Paris VIII, 1983. []
  11. CHAUVET, Philippe, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975, p. 19-20. []
  12. Université Paris VIII. Département d’études cinématographiques et audio-visuelles, Du cinéma selon Vincennes, Paris, Lherminier, 1979. L’auteur cite notamment le film de Emmanuelle Mairesse, 8 clos en 625 lignes de 1979 réalisé au sein du département cinéma. []
  13. Université de Paris VIII, Guide de l’étudiant – université de Paris VIII- Vincennes à Saint Denis, Tome 1 : 1977 – 1978, Saint Denis, Université de Paris VIII, cellule d’information et d’orientation, 1982. 4 tomes. []
  14. Il existe également à l’Institut national de l’audiovisuel un autre ensemble de vidéos réalisées à Vincennes par Marielle Burkhalter (https://inatheque.hypotheses.org/121). Enfin, un petit corpus des réalisations les plus notables a été numérisé et mis en ligne par Patrice Besnard, responsable des équipements audiovisuels à Vincennes puis responsable du laboratoire Vidéo Assistée par Ordinateur (VAO) (http://www.archives-video.univ-paris8.fr/sommaire.php#ati_etudiants). []
  15. Nous trouvons néanmoins dans le fond quelques vidéos de Jean-Paul Fargier, Danielle Jaeggi, Yves Lorelle, tous trois enseignants au sein du département cinéma. []
  16. Cette dernière dès son arrivée au sein de l’université l’enseignante se forme à l’utilisation du matériel auprès de Jean-Paul Fargier et tente très rapidement d’intégrer cette technologie dans ses cours. Cette utilisation s’intensifie à partir de 1977 avec la mise en place d’une UV “langue et vidéo : création collective”. []
  17. Voir notamment la vidéo intitulée Entrée Fac (36 min). []
  18. Disponible en parti sur https://www.bibliotheque-numerique-paris8.fr/items/browse?collection=223. []
  19. Texte de Henri Dieuzeide in BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A. Moreau, 1979, p. 138-141. []
  20. Voir le Journal Officiel du 10 décembre 1979 à l’adresse suivante : <http://archives.assemblee-nationale.fr/6/cri/1979-1980-ordinaire1/105.pdf>. []
  21. Voir : https://catalogue.bnf.fr/affiner.do?motRecherche=deleuze+vincennes&listeAffinages=FacNatDoc_h&afficheRegroup=false&trouveDansFiltre=NoticePRO&nbResultParPage=10&triResultParPage=0&critereRecherche=0. []
  22. Voir la vidéo intitulée Interview Frioux de 38min46. []
  23. MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980, p. 69. []

Parution du N°4 de la Revue focales

Le numéro 4 de la revue Focales vient d’être mis en ligne. Il comporte un dossier consacré à la « photographie mise en espace ». Les contributions réunies là interrogent les nouvelles formes d’agencement des images au sein des lieux d’exposition ainsi que sur le web. Les dispositifs spatiaux élaborés alimentent la perception des photographies qui ne sont pas abordées isolément, mais prises dans des relations qui se construisent au travers des déambulations ‒ physiques ou virtuelles ‒ des spectateurs. Les diverses formes de « mise en espace » des images se présentent sous le signe de la variabilité, chaque nouvelle actualisation entraînant une évolution de l’enjeu et de la portée des œuvres. Un entretien d’Arno Gisinger par Oliver Lugon (accompagné d’un portfolio) complète cette réflexion.

Dans ce numéro, vous découvrirez les textes de Flora Triebel, conservatrice en charge de la photographie ancienne au sein du département des Estampes et de la photographie de la BnF depuis 2018 et de Lydia Echeverria, chercheuse associée au sein du département des Estampes et de la photographie de la BnF pour l’année 2019-2020.

Arno Gisinger et Georges Didi-Huberman, Histoires de fantômes pour grandes personnes, Le Fresnoy, Tourcoing, 2012, photographie : Arno Gisinger
Arno Gisinger et Georges Didi-Huberman, Histoires de fantômes pour grandes personnes, Le Fresnoy, Tourcoing, 2012, photographie : Arno Gisinger

Philippe Chevallier

Adjoint au responsable de la coordination de la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le fonds du « bar Floréal » dans les collections du Département des Estampes et de la photographie à la BnF (2/2)

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Aujourd’hui, le deuxième et dernier article relatif au projet mené par Lydia Echeverria autour du fonds du « bar Floréal »


Organiser/classer/inventorier : état des lieux du recensement des tirages photographiques du « bar Floréal »

Organiser : le « conditionnement » des tirages (stage avril-mai 2018)

Au cours du printemps 2018, un premier travail de conditionnement du fonds a été effectué : l’urgence était de référencer les tirages, entreposés dans leurs boîtes d’origine1 (fig. 1), et de les conserver avec les matériaux adaptés (rangement dans des enveloppes de papier neutre placées dans des boîtes d’archivage format « folio »). Sur les boîtes d’origine étaient mentionnées des informations mais ces dernières ne correspondaient pas automatiquement aux tirages présents à l’intérieur. Un premier travail d’identification a donc été mené et les informations présentes sur les tirages ont été reportées dans un document de travail (tableur Excel). Le conditionnement de l’ensemble des boîtes photographiques a abouti à un pré-inventaire : un ensemble d’environ 8 000 tirages confondus (lecture et exposition).

Exemple de boîtes photos standard dans lesquelles les tirages de lectures étaient archivés dans les locaux du « bar Floréal ».
Fig. 1 – Exemple de boîtes photos standard dans lesquelles les tirages de lectures étaient archivés dans les locaux du « bar Floréal ».

Classer : mettre en place des catégories de classification et révéler les différents « statuts » des images

Grâce au travail précédemment mené dans les archives à la MAP (réalisation de l’inventaire de la documentation du « bar Floréal » en 2017-2018) et aux rencontres-entretiens avec les photographes depuis ma première année de doctorat (2018-2019), il a été possible de mettre en place une classification des photographies où s’entrelacent des projets originaux initiés par le groupe et des commandes institutionnelles. Avant de présenter les catégories de classification des images, explicitons la variété de statuts des projets dont elles proviennent :

  • les projets originaux initiés par le groupe peuvent être des projets individuels et/ou collectifs autour desquels se fédèrent plusieurs praticiens et pour lesquels les financements seront recherchés ;
  • les projets de commandes institutionnelles émanent de municipalités, conseils généraux, conseils régionaux, ministères, associations ou encore entreprises privées. Dans le cas des commandes il s’agit de distinguer le partenariat et la prestation de service. Pour le partenariat on peut remarquer « une liberté » du regard « mais souvent négocié tant la valeur d’attestation de l’image rend les commanditaires frileux […]. Les réticences s’estompent à mesure que sont mieux connus les différents travaux. Les photographes sont alors demandés pour la qualité et la pertinence de leur regard sur le monde […] chaque auteur inscrit son parcours dans une continuité thématique, sociale et idéologique »2. La prestation de service, effectuée notamment pour de la communication visuelle, répond à un cahier des charges plus précis qui limite les modalités de création.  Au cours de mon travail de thèse, il s’agira d’analyser l’économie de travail du groupe ce qui revient à distinguer les divers statuts des projets. Toutefois, pour parvenir à classer, avec clarté, les photographies du fonds, je n’ai pas insisté sur cette différenciation entre projets originaux initiés par le groupe et projets de commandes. Ils ont donc été confondus au sein de trois catégories de classification des images que j’ai établies et qui, en cohérence avec la méthode d’organisation des collections au sein du Département, tient compte en priorité de la distinction entre « collectif » et « auteur » :
    • images issues de projets « collectifs » c’est-à-dire réalisés à partir de deux photographes du « bar Floréal » : 1001 visages du Blanc-Mesnil, 1994 ; Foot en 93, Petit deviendra grand, Conseil Général Seine Saint-Denis, 1998 ; La Courneuve, rue Renoir, 1998-2000 ; Les vacances, on y a droit ! Bourse Solidarité Vacances, 2001 ; Éthiopie, Lalibela,2004 ; [Longwy Lorraine], André Lejarre, Alex Jordan, 1979, et Retour en Lorraine, 2008 ; Villes, 12 photographes, 2012 ;
    • images issues de projets par « auteur(s) » pour le « bar Floréal » : il s’agit de projets menés par un auteur du groupe au nom du collectif et/ou développés en aparté, parfois avec des auteurs hors « bar Floréal » : Ma Maison, Vivre dans les quartiers HLM du Territoire de Belfort, 1989, d’André Lejarre avec Jean-Louis Sagot-Duvauroux ; Tournage de Lady Bird, Ken Loach, 1994, de Jean-Pierre Vallorani ; Pas de ville sans visages, 1994-1995, et Prendre le temps, il est temps Besançon, Cité de la Grette, 1999-2000, d’Olivier Pasquiers mené avec le graphiste Jean-Marc Brétégnier (Fabrication Maison) et l’écrivain Michel Séonnet ; Les oubliés de guerre (foyer Sonacotra), 2006, d’Olivier Pasquiers avec Michel Séonnet ;
    • images issues de projets par « auteur(s) » et/ou par « groupe » en écho avec la création au sein du « bar Floréal » : en sont issus différentes natures de photographies :
      • « images de recherches » : liées à des thématiques développées par le « bar Floréal » (« précarité », « jeunesse ») ou des recherches personnelles (recherches plastiques, photographies « vernaculaires », photographie de famille) ;
      • « images d’études » : réalisées avant la formation du « bar Floréal » (par exemple le projet prototype Paris/Texas de 1985 mené par Alex Jordan) ou avant l’arrivée du photographe au sein du groupe. Souvent il s’agit des projets présentés aux membres titulaires afin d’intégrer le collectif tel que le travail sur le handicap d’Olivier Pasquiers, Apparence, présenté lors du Mois de la Photo à Paris en 19903, ou le projet de Chemin de croix, « errance photographique en noir et blanc à la recherche de la statuaire du Christ et de ses paysages »4 de Jean-Luc Cormier ;
      • « images-thématiques » : issues de commandes ponctuelles (prestation de services) et/ou créées pour nourrir la photothèque – il s’agit d’ensembles d’images réunies par thématiques (par exemple « transports », « métiers/artisanat », « travail/métallurgie ») qui forment des banques d’images et qui sont créées par les iconographes pour répondre à des demandes extérieures (communication visuelle pour les entreprises, presse). Ici, dans ce type de classement, nous avons donc conservé les traces de classification, les indications thématiques, qui étaient utilisées par le groupe pendant son activité5. Notons que ces assemblages d’images ne respectaient pas toujours la cohérence des projets photographiques, mais que ces regroupements étaient utiles pour former une iconothèque.

Ces catégories mettent en évidence les différentes pratiques photographiques du groupe. Elles révèlent que toutes les photographies n’occupent pas le même statut et que la nature des images est différente. Certaines photographies et/ou séries constituent des projets-clés de l’histoire du groupe et du regard porté sur le contexte politique et social ; d’autres photographies sont produites à titre d’illustration pour des supports de communication et enfin, d’autres sont le fruit de recherches plus personnelles, éloignées du rythme de production du collectif.

Inventorier : proposition de recension du fonds dans les collections de la BnF

Suite à ce travail d’organisation et de classification des images, il est possible de proposer différentes entrées de catalogage pour réaliser un inventaire définitif du fonds « bar Floréal ». Seront rassemblés dans les folios d’archivage6 les projets photographiques selon trois modalités d’entrée :

  • Folios via l’entrée « Collectifs »
  • Folios via l’entrée « Auteurs »7
  • Folios via l’entrée « Séries documentaires » : il s’agit d’un critère d’archivage utilisé dans les collections du Département des Estampes et de la photographie. Dans le cas du « bar Floréal », il s’agira de regrouper les projets concernés par la catégorie « images issues deprojets par « auteurs » et/ou par « groupe » en écho avec la création au sein du « bar Floréal »8 et plus particulièrement les séries d’« images-thématiques ».

Pour établir un inventaire et un archivage définitifs, la restructuration du fonds nous contraint à adopter une répartition pragmatique selon ces trois entrées. Ces dernières schématisent les catégories de classifications élaborées au préalable, catégories davantage analytiques dont l’ambition est d’appréhender les démarches de création du collectif. On constate une séparation physique entre œuvres collectives et œuvres auteuriales, tout en sachant que cette division, dans le cas précis d’un fonds de collectif, est conventionnelle : les projets portés par un auteur du groupe servent le propos collectif et renforcent la porosité entre collectif et auteur (voir catégorie « images issues de projets par « auteur(s) » pour le « bar Floréal »). Or, créer une entrée via « Collectifs » traduit la volonté du Département d’organiser une collection spécifique en distinguant les œuvres transverses motivées par la dynamique d’une élaboration artistique commune au sein même du « bar Floréal ». Signalons à cet égard que l’installation Retour en Lorraine (2008), présentée à la BnF en 2017 dans le cadre de l’exposition Paysages français : une aventure photographique, 1984-2017, a été acquise par le Département des Estampes et de la photographie en 2018 afin de compléter certaines lacunes du fonds déjà conservé, notamment en ce qui concerne les projets collectifs.

Soulignons enfin la difficulté d’envisager une frontière stricte entre le régime collectif et auteurial au cœur de la démarche photographique avec l’intervention d’un autre mode de création, le graphisme. En effet, nombre de travaux engagés individuellement ont été auto-publiés aux éditions du « bar Floréal » et mis en forme par les graphistes de Nous Travaillons Ensemble NTE, ce qui permet d’aboutir à une œuvre collective : « la publication peut être [ainsi] le porte-parole d’une expérience collective dont il est la trace ultime »9.

Éléments de conclusion

Suite des démarches en tant que chercheuse associée

Une fois la méthode de recensement des tirages mise en place, il faut restructurer l’ensemble des folios et rassembler les images en fonction des trois entrées préétablies afin de pouvoir retrouver et manipuler facilement les séries photographiques (fig. 2). Ce travail de réagencement accompli, il sera possible de contacter les photographes afin de parachever l’identification de certaines photographies. Ce sera également l’occasion de dresser le bilan des œuvres accueillies à la BnF et ainsi de « résoudre leur sort », sort qu’il conviendra aux photographes de sceller par un « don » ou une « reprise ». J’ai évoqué en préambule l’aspect fragmentaire du fonds en raison du « sauvetage d’urgence » : en effet, le versement des éléments visuels à la BnF n’a pas été décidé de manière collégiale et n’a pas fait l’objet d’une collection rassemblée et imaginée en amont par le collectif en vue d’un don à la BnF. Ces archives photographiques sont donc aujourd’hui incomplètes et mettent en évidence des déséquilibres de représentativité entre les auteurs et entre les projets individuels et collectifs. Néanmoins, grâce au travail de dépouillement des archives papier à la MAP10 et aux rencontres avec les photographes, il est possible de déceler les manques – notamment l’absence de photographes dans le fonds actuel et/ou de projets d’ampleur collective11 – et de pallier l’aspect parcellaire si de nouveaux versements sont envisagés, en accord avec les photographes. Enfin, il faudra d’ici la fin de l’année 2020 conditionner et inventorier les objets visuels issus des alliances entre graphisme et photographie, à savoir les affiches, kakémonos, éditions.

Vue des « folios » du fonds « bar Floréal » en cours de réorganisation dans les réserves du Département des Estampes et de la photographie.
Fig. 2 – Vue des « folios » du fonds « bar Floréal » en cours de réorganisation dans les réserves du Département des Estampes et de la photographie.

Étudier un fonds de collectif de photographes : l’usage des archives et le travail de thèse

Suite à la constitution des inventaires à la MAP et à la BnF, il est possible de mettre au jour une architecture des projets-clés qui structurent le discours artistique et politique du « bar Floréal ». Cette étude analytique et chronologique permettra de retracer l’histoire et les partis pris esthétiques du collectif afin de penser un modèle photographique qui s’installe à partir des années 1980 en France12. En effet, la décennie précédente est celle de la remise en question du statut du photojournaliste solitaire et de sa mythique objectivité. Les pratiques photographiques des années 1970 ouvrent de nouvelles voies de création, entre recherche documentaire et subjectivité artistique. Les structures collectives, héritières de cette tension, prennent en charge un renouveau des pratiques pour une photographie engagée, sociale et documentaire.

Éloigné à la fois de la « photographie d’auteur » dominante au sein du photojournalisme et de l’émulation de la « photographie plasticienne » dans l’art contemporain, le « bar Floréal » choisit une autre voie, fondée sur l’action collective et la prise en charge indépendante de la diffusion des travaux. Cette troisième voie autonome se présente à contre-courant des tendances de l’époque, mais semble nécessaire pour mettre en lumière les représentations de luttes nouvelles et investir le champ social, comme ne peuvent le faire les canaux traditionnels de la diffusion.

  1. Les boîtes photos d’origine étaient rassemblées dans des caisses de transport (environ une vingtaine). []
  2. Denoyelle Françoise, Le bar Floréal.photographie, Paris, Créaphis, 2005, p. 42. Il faut donc nuancer l’idée de contraintes liées aux commandes : rappelons que d’importantes commandes institutionnelles – comme celles du Conseil Général de la Seine Saint-Denis ou encore celles du Secours populaire – ont structuré les années de création du « bar Floréal » ; en parallèle, le groupe a répondu à d’autres commandes dans le cadre de prestation de services, commandes ponctuelles pour l’équilibre financier du groupe. Le collectif de photographes est ainsi à appréhender comme un corps au travail dont la dynamique de groupe oscille entre ces deux modalités de création. []
  3. Pasquiers Olivier, Apparence, cat. expo. dans le cadre du Mois de la Photo à Paris, Paris, Artcom éditions, 1990. []
  4. Propos extrait du site de l’auteur, http://www.jeanluccormierstudio.fr/
    Cormier Jean-Luc, Chemin de croix, préface de Claude Dityvon, postface de Pedro Meca, Paris, NTE/bar Floréal.éditions, 1998. []
  5. De nombreux tirages de lecture sont accompagnés d’une étiquette contrecollée au verso de l’image avec le nom du collectif, les coordonnées et la thématique. Dans certains cas la légende – auteur, titre, date – y figure. Ce travail d’organisation est amorcé, à partir de 1996, avec l’arrivée de Cécile Lucas, qui auparavant était iconographe pour l’agence « Métis ». []
  6. En fonction des formats des tirages – tirages de lecture (18x24cm) / tirages d’exposition (formats variés et supérieurs à 18x24cm) – des boîtes folios différentes seront utilisées. []
  7. Actuellement, les images d’Olivier Pasquiers sont les plus nombreuses, et en accord avec l’auteur nous avons décidé de les organiser en trois ensembles : « paysage », « portrait », « reportage » pour les sous-catégories « images de recherches » et « images d’études ». []
  8. Un des enjeux préalables pendant les phases d’ « organisation/conditionnement » et de « classification », a été d’identifier des séries photographiques et de repérer des images déposées dans ces « ensembles iconographiques » afin de les réintégrer dans leur série d’origine. Par exemple, des photographies du projet Prendre le temps, il est temps Besançon, Cité de la Grette 1999-2000, prises dans un bus étaient rassemblées dans un « ensemble iconographique/thématique transports » et ont rejoint leur série originale. []
  9. Denoyelle Françoise, op. cit. p.47, à propos de la première publication du « bar Floréal » résultant d’un projet d’Olivier Pasquiers dans le cadre de la Politique de la Ville (Asnières-sur-Seine) consistant à « photographier et faire photographier les enfants, permettre aux instituteurs de s’approprier les photographies pour engager un travail de langage et de production des textes ; amener des familles du quartier à découvrir l’école de leurs enfants, à s’intéresser au travail fait par les enfants et les instituteurs, à découvrir les chemins qui mènent à la bibliothèque municipale, à mieux connaître le fonctionnement de cette bibliothèque » [archives MAP n° inventaire 2015/029-013-111].
    Pasquiers Olivier, Séonnet Michel, Tous pareils, tous pas pareils, Paris, le bar Floréal éditions, 1997. []
  10. « Les documents administratifs et financiers, ainsi que ceux concernant la vie de l’association, représentent 56 dossiers et permettent de retracer les trente années d’activités du collectif.
    Les documents relatifs à l’activité culturelle concernant les projets de créations photographiques et les projets d’expositions − textes explicatifs et textes de présentation des projets, montage financier, coupures de presse, … − ont également été bien conservés : il a ainsi été possible d’établir un inventaire chronologique de 196 projets », voir Archives MAP Inventaire n°- 2015/029-013-111. []
  11. Par exemple, le projet fondateur du collectif, Cité Dunlop, Montluçon, de 1986 ou encore les derniers projets menés collectivement avec les nouvelles générations tels que Paris, Centre-Ville, 2006 et Mitry-Mori, 2012-2014, ne sont pas présents dans le fonds. []
  12. Pensons aux nombreux collectifs qui émergent à la suite de « Faut Voir » et du « bar Floréal » tels que l’Agence « Métis », 1989, « Tendance Floue », 1991 ; « Ne pas plier », 1991 ; « L’Œil public », 1995 ; « Argos », 2001 ; « Myop », 2005, « Signatures. maison de photographes », 2007. []

Le fonds du « bar Floréal » dans les collections du Département des Estampes et de la photographie à la BnF (1/2)

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Aujourd’hui, le premier article sur deux relatif au projet mené par Lydia Echeverria autour du fonds du « bar Floréal »


De l’émergence du premier collectif de photographes au « sauvetage d’urgence » du fonds du « Bar Floréal »


Le travail que je mène au sein de la BnF s’inscrit dans le cadre de ma thèse de doctorat qui a pour objectif d’étudier l’émergence des collectifs de photographes, dans les années 1980, en France, afin de resituer leur trajectoire artistique dans un cadre historique, politique et culturel. Sont prises en compte les productions de l’agence « Faut Voir » (1982-2000), fondée par Jean-Michel Montfort, développeur culturel, Marc Pataut, photographe, et Martine Vantses, sociologue-écrivaine, et celles du collectif le « bar Floréal » (1985-2015), créé sous l’impulsion d’Alex Jordan, photographe et graphiste, André Lejarre et Noak Carrau, tous deux photographes.

Il s’agit ici de présenter le « bar Floréal », dont le fonds est en cours de recensement dans les collections du Département des Estampes et de la photographie à la Bibliothèque nationale de France (BnF). Ce fonds est particulièrement riche et se compose de milliers d’éléments et de données à traiter, comprenant tirages d’exposition et de lecture, affiches, kakémonos, éditions, et archives papier1.

Au cours de cette année 2020, ma mission en tant que chercheuse associée consiste à élaborer une méthode de classification en vue d’un inventaire définitif de l’ensemble des éléments visuels2 qui découlent de différentes démarches de création du « bar Floréal ». On repère des productions réalisées dans le cadre de projets originaux initiés par le groupe, de commandes institutionnelles ou encore de travaux à visée pédagogique avec la mise en place d’ateliers de/sur l’image.

Présentation du « bar Floréal »

Le bar Floréal.photographie est une association de photographes réunis autour de la volonté de prendre en compte l’implication de la photographie dans le champ social

Citation provenant d’une carte postale éditée par le « bar Floréal » pour le projet « Les vacances, on y a droit ! », 2000.

Le « bar Floréal » est une association (loi de 1901) de photographes, considérée comme le « premier collectif de photographes » en France3. Structure morale donc, il est également un lieu physique, un ancien bistrot parisien situé au 43 rue des Couronnes à Belleville, qui va abriter un studio de prise de vues, un laboratoire et une galerie. L’entité « bar Floréal » se forme en 1985 sous l’impulsion des photographes Noak Carrau, André Lejarre, et d’Alex Jordan, photographe et membre de l’atelier de conception graphique Grapus. Ce dernier oriente la création artistique du « bar Floréal » vers une combinaison plastique photo/graphique. Ainsi, durant les premières années, l’élaboration des projets prendra forme avec la complicité du célèbre collectif « Grapus » (1970 – 1990), puis avec « Nous Travaillons Ensemble, NTE » (1989 – ), groupe fondé par Alex Jordan en 1989 à l’intérieur de Grapus, encore actif aujourd’hui. La particularité du « bar Floréal » réside donc dans cette alliance entre photographie et graphisme qui donne au groupe une autonomie de production. Il prend en charge l’ensemble du processus de fabrication des projets : de la conception de l’idée artistique, à la réalisation des prises de vues jusqu’à la diffusion par des expositions et des livres photographiques.

Durant trente années, le collectif est investi par différentes générations de photographes, dont apporte chacune une vision originale de la pratique photographique et de sa portée culturelle. Vingt-et-un photographes s’associeront à l’aventure « bar Floréal », faite de cohésions et de désunions, d’ententes et de désaccords. Mais elle sera toujours riche de créativité dans l’élaboration des images, nourrie par l’acuité des regards posés sur le monde contemporain. Les premières années sont marquées par la pratique d’une photographie sociale, puis certains auteurs expérimentent de nouvelles écritures où la représentation des enjeux sociétaux passe par des images plus intimes et/ou autobiographiques.

Les trois fondateurs − Noak Carrau, André Lejarre, Alex Jordan – sont rejoints, dès 1986, par Myr Muratet (1986-1989). C’est en 1988 que ce noyau originaire va s’ouvrir avec l’arrivée de Marc Gibert (1988-1999/2004-2011), photographe de paysage, initié dans les ateliers de John Batho à la couleur. Durant la décennie 1990, Bernard Baudin (1990-2015), Jean-Pierre Vallorani (1991-2004), Olivier Pasquiers (1991-2015), Sabine Delcour (1995-2000), Jean-Luc Cormier (1997-2006) et Nicolas Frémiot (1998-2002) intègrent le groupe. La diversité de leurs pratiques atteste de l’éclectisme des langages photographiques. Au tournant des années 2000, Hervé Dez (2002-2008), Caroline Pottier (2003-2015), Sophie Carlier (2003-2015), Nicolas Quinette (2003-2015), Jean-Christophe Bardot (2004-2015), et Eric Facon (2004-2015) rejoignent l’aventure et participent aux expositions des « 20 ans du bar Floréal.photographie »4. Entre 2010 et 2015, une dernière génération de femmes photographes, formée dans les écoles de photographie qui ont éclos deux décennies auparavant, confirme l’ouverture du groupe pour un renouvellement continu des pratiques photographiques. Prennent ainsi part au groupe Lucile Chombart de Lauwe (2010-2014), Mara Mazzanti (2010-2015), Nathalie Mohadjer (2010-2013) et Laetitia Tura (2010-2015). Les photographes sont accompagnés d’une équipe de spécialistes de l’image avec Claudine Durand (chargée de projets) puis Cécile Lucas (gestion/suivi de projets et de production), Fouad Houiche (tireur, laboratoire noir et blanc), Christiane Bagard (numérisation) et Frédérique Mangin (iconographe). Le « bar Floréal », présidé dans un premier temps par l’écrivain Jacques Lacarrière, l’est ensuite par Françoise Denoyelle, historienne de la photographie, qui accompagne le groupe de 2004 à 2015. 

Porté par un militantisme de gauche, le collectif se caractérise par une action artistique engagée dans le champ social et s’empare de sujets politiques. Le « bar Floréal » questionne ainsi la mutation du territoire, et notamment celle des quartiers populaires : le projet Cité Dunlop, Montluçon (1986), inventaire de la cité avant sa réhabilitation, est présenté par le collectif comme son travail instigateur5. D’autres projets sont par la suite menés au cœur des villes, en coopération avec les directions culturelles, comme pour la réalisation photographique conçue au Blanc-Mesnil avec le projet 1001 visages du Blanc-Mesnil (1994)6 ; ou dans le cadre de la « Politique de la Ville » avec Je veux vivre en paix, Cité Verte, Verdun (1992, collaboration entre « Faut Voir »7 et le « Bar Floréal »)8. Citons encore un projet exemplaire dans la mesure où il affirme la signature du collectif et son inscription au cœur des quartiers populaires : La Courneuve, rue Renoir… avant démolition (1998-2000)9 (fig. 1).

Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.
Fig.1 – Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.
Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.
Fig.1 – Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.
Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.
Fig.1 – Auto-édition, André Lejarre, Olivier Pasquiers, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 2000.

Diversifiant ses sujets, le collectif s’intéresse également à l’insertion des exclus, la vie dans les prisons, mais aussi la pauvreté − en travaillant notamment avec le Secours populaire français pour les projets : Pauvre France (1988)10, l’Europe de l’autre côté des étoiles (1991)11, Nos premières photos de vacances (1998)12. Un autre thème abordé est celui de l’immigration à travers la représentation des réfugiés – comme dans le projet Maux d’Exil en lien avec le COMEDE13 en 200014 –, ou encore à travers celle des habitants dans les foyers d’immigrés − travaux entrepris avec la SONACOTRA15 pour Mémoire de résidents, mémoires plurielles (2006)16. Notons aussi le soutien aux luttes anti-racistes avec le projet 75 photographes contre l’Apartheid, (1988)17. Le « bar Floréal » révèle également le quotidien des travailleurs, comme l’atteste l’emblématique reportage d’André Lejarre en 1993 sur le travail de nuit18. En lien avec les comités d’entreprise qui souhaitent communiquer sur le monde du travail et sur leurs modalités d’action culturelle pour les salariés, le collectif organise des projets avec la S.N.C.F. − Trains d’Images (1987), Au service public (1996) − ; ou avec la C.C.A.S.19 (au cours de l’été 1998, en Avignon, des créations photographiques articulent les regards entre les vacanciers et les photographes).

En 1997, lors des Rencontres internationales de la photographie d’Arles, pensé au cœur d’une triangulation entre Ethique, esthétique, politique (1997)20, c’est le monde du travail, plus spécifiquement le « monde ouvrier » et son effondrement, qu’interroge le « bar Floréal » et son entourage artistique. Avec Jours de colère, exposition produite par la C.C.A.S. qui s’est tenue à la Bourse du Travail, trois propositions sont présentées. Colère au quotidien de Nous Travaillons Ensemble (NTE 97)21 rassemble des « unes » de la presse quotidienne nationale et régionale du 14 novembre au 29 décembre 1995 afin de dénoncer le manque de pertinence et l’uniformité des choix iconographiques pour relater les grandes grèves. Du travail ! de Bernard Baudin articule deux projets, un reportage sur la lutte pour la sauvegarde des activités de l’usine d’emballage de luxe à Valréas avec « J’occupe Morel-Barneron » et une série de portraits de « privés d’emploi ». Enfin, Jours incertains d’Éric Larrayadieu propose un documentaire incisif sur le quotidien et sa fragilité dans les milieux populaires22. À cette occasion est publié un recueil de textes mis en forme par NTE et La Forge23 dans une auto-édition intitulée Implication, photographie, distance, politique qui interrogent les liens entre photographie, création artistique et engagement (politique). C’est dans la rencontre entre André Lejarre et Alex Jordan, qui survient bien avant la création du « bar Floréal », que naît la volonté de faire collectif afin d’être attentif aux désordres causés par le nouveau monde néolibéral. C’est dès 1978-1979 qu’ils avaient décidé de représenter les luttes et les grèves des sidérurgistes et des mineurs dans l’Est de la France (fig. 2). Trente ans après la fermeture des usines, le collectif décide du Retour en Lorraine (2008)24, pour dresser un état des lieux de ce territoire ouvrier métamorphosé. En 2017 un ensemble de ces images est présenté à la BnF lors de l’exposition Paysages français, une aventure photographique (1984-2017)25 (fig. 3).

Portfolio « Longwy vivra Solidarité, Union locale de la C.G.T. de Longwy » réalisé par l’atelier de conception graphique Grapus, avril 1979 (photographie : Alex Jordan).
Fig. 2 – Portfolio « Longwy vivra Solidarité, Union locale de la C.G.T. de Longwy » réalisé par l’atelier de conception graphique Grapus, avril 1979 (photographie : Alex Jordan).
 Collectif, Retour en Lorraine, Paris, Trans Photographic Press, 2008.
Fig.3 – Collectif, Retour en Lorraine, Paris, Trans Photographic Press, 2008.

Ces réflexions sur le potentiel – esthétique et politique – de l’image photographique conduisent à repenser la représentation des classes populaires26 en leur donnant, au cours de certains projets, les moyens d’expression – soit par l’image et/ou les mots – tout en faisant émerger de nouvelles pratiques artistiques, partagées et participatives, au sein d’ateliers pédagogiques. Il s’agit d’un mode d’action-création qui prend corps dans la rencontre entre un photographe et une personne extérieure à la photographie, amenée à produire ses propres images du monde qui l’entoure (fig. 4). Cette remise en question de la posture auteuriale27 révèle la portée politique de l’acte photographique. Est convoquée une approche documentaire particulière, traduite par une esthétique du proche, qui dévoile une connaissance intime du sujet dont la représentation peut être prise en charge par des acteurs qui, jusque-là observés, deviennent désormais des sujets-observants.

 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
 Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999
Fig. 4 – Olivier Pasquiers, Epstein Jean, Premières photos de vacances, réalisé par l’atelier de conception graphique Nous Travaillons Ensemble, Paris, bar Floréal.éditions, 1999 / Portfolio avec des photographies noir et blanc d’Olivier Pasquiers et des images couleur prises par des familles partant pour la première fois en vacances grâce au Secours populaire français. Des entretiens ont été réalisés avec le sociologue Jean Epstein et les « paroles libres » des familles sont « reportées » dans un livret qui accompagne les images.

Ramener la production artistique au plus près des populations photographiées est aussi une exigence éthique du collectif dont la visée est de créer un dialogue entre preneurs et donneurs d’images. Fondées sur cette idée, des expositions sont organisées soit à la galerie du bar Floréal à Belleville, ou, in situ, là où les photographes ont réalisé leurs images, au cœur des espaces vécus par les individus représentés. Par ailleurs, la galerie – espace de monstration sans prétention commerciale – agit comme un lieu d’accueil culturel protéiforme dans lequel de nombreux artistes, photographes, graphistes, sculpteurs, vidéastes, vont pouvoir exposer leurs travaux28. La créativité et l’engagement du « bar Floréal » se traduisent ainsi à travers la diffusion de leurs projets artistiques, la forme imprimée marquant son aboutissement. Les publications, conçues en dialogue avec les graphistes, rythment la production du collectif et fixent l’expérience photographique. Le livre photographique, compris dans un processus de don et contre-don, est remis aux photographiés dans un souci de créer un équilibre entre ceux qui donnent leur image et ceux qui la prennent. Cette dialectique est alors motrice de la conception de l’acte photographique au sein du « bar Floréal » : « la photographie n’est pas une fin en soi, mais une approche solidaire autant qu’un témoignage »29.

Le « bar Floréal » questionne la représentation du réel et nos manières d’être au quotidien : l’enjeu est d’aboutir à une réflexivité et non de figer, de réifier l’acte de création des images, pour que ces dernières activent un « pouvoir d’agir » sur ceux qui prennent part au processus artistique.  C’est à travers une recherche photographique au caractère documentaire et social que s’invente alors un répertoire visuel de la société, sorte d’atlas sociologique, constamment repensé à travers diverses formes esthétiques, depuis le milieu des années 198030.

Enjeux d’un fonds issu « d’un sauvetage d’urgence »

Alors qu’en 2014 le « bar Floréal » accueille une nouvelle génération, il est contraint de cesser ses activités en juillet 2015 pour ses trente ans. L’histoire est atypique, l’arrêt abrupt. C’est donc un « sauvetage d’urgence des fonds »31 qui est mis en œuvre : Françoise Denoyelle contacte d’abord la BnF pour connaître les possibilités de mise en place d’une sauvegarde de ce patrimoine par l’institution. Enthousiaste à l’idée de préserver ce fonds, l’équipe de conservation du service de la photographie du Département des Estampes et de la photographie se rend dans les locaux du « bar Floréal ». En deux jours, le fonds sur place est sommairement trié avec l’aide d’Alex Jordan, André Lejarre et Olivier Pasquiers. La BnF sauve en priorité les tirages, portfolio et livres et prend l’attache de la direction de la MAP qui accepte de conserver les archives à caractère administratif du collectif. Les photographes actifs en 201532 sont prévenus de la fermeture de l’espace-galerie, ce qui leur a permis de récupérer des travaux qu’ils souhaitaient garder, le reste ayant été versé à BnF et à la MAP. Indiquons dès maintenant que la spécificité de ce « sauvetage d’urgence » dans les locaux du « bar Floréal » amène à considérer le fonds déposé à la BnF comme fragmentaire. En effet, au cours d’entretiens effectués entre 2018 et 2020 avec les photographes, nombreux sont ceux qui m’ont expliqué avoir conservé les tirages produits au cours des projets dans leurs archives personnelles.

D’autre part, il faut considérer la bascule du numérique au tournant des années 2000 : l’argentique est de moins en moins utilisé et les photographies ne sont plus retravaillées (cadrage, contraste) et sélectionnées à partir des tirages de lecture mais depuis un ordinateur. Une grande partie des photographes arrivée au cours de cette décennie va travailler au numérique, notamment pour répondre aux commandes institutionnelles. Or, les collections du Département des Estampes et de la photographie n’ont pas pour vocation de gérer les archives photographiques numériques. Ainsi, la représentativité des photographes est lacunaire : Olivier Pasquiers, qui a privilégié l’argentique, a laissé de nombreux tirages de lecture réalisés avec l’aide du laborantin. Le photographe a alors décidé de déposer à la BnF les tirages stockés dans l’espace du « bar Floréal » ce qui explique l’importante présence de sa production dans le fonds actuel.

Du fait de l’évolution de la réalité matérielle de la photographie, liée au passage de l’argentique vers le numérique, le fonds est davantage représentatif des années 1985 – voire des années ante « bar Floréal » (recherches documentaires des photographes laissées dans des boîtes standard type Ilford ou Agfa) − jusqu’aux années 2000 en ce qui concerne les tirages de lecture. Pour les tirages d’exposition, en nombre plus réduit, la représentativité des photographes est plus équilibrée mais les projets représentés sont parcellaires. Enfin, il faut noter qu’en septembre 2015 lors du « sauvetage d’urgence », « [q]uelques tirages [qui] appartiennent à des photographes ayant quitté le collectif par le passé (au nombre de 10) et [qui n’ont pas] encore [été] contactés [à ce moment-là] faute de temps. Pour ces tirages, compte-tenu de l’urgence actuelle, ils seront accueillis à la BnF à titre de dépôt, avant une prise de contact avec les photographes concernés pour résoudre leur sort (don ou reprise par les photographes propriétaires) »33.

Un des enjeux du travail est d’identifier les œuvres photographiques – certaines images ne possèdent aucune indication et/ou légende – afin de pouvoir prendre contact avec les photographes dont les images sont présentes dans le fonds. Pour les photographies qui n’auront pas pu être désignées, il faudra dans un second temps engager un ultime travail d’identification avec les fondateurs André Lejarre et Alex Jordan. Or, afin de pouvoir naviguer le plus aisément au milieu de ces milliers de tirages notre mission première, en accord avec Héloïse Conésa, conservatrice et référente scientifique, est de nous concentrer sur une méthode de classification et une procédure de recension des tirages (environ 8 000 tirages, principalement de lecture et quelques centaines d’exposition).

  1. Les archives papier correspondent aux archives administratives et financières, à la documentation en lien avec la présentation de projets − projets  originaux initiés par le groupe ou projets de commandes −, et sont localisées à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (MAP). Elles ont permis de mettre au jour environ 196 projets comprenant des créations photographiques et des productions d’expositions au cours des 30 ans de création du groupe (Cf. Inventaire archives MAP Fonds N°- 2015/29, Cartons 1 à 19, Dossiers 1 à 255). []
  2. Tirages, affiches, panneaux d’expositions, éditions ou encore supports de communication − corporate −. []
  3. Denoyelle Françoise, Le bar Floréal.photographie, Paris, Créaphis, 2005.

    Pedon Éric, « La professionnalisation culturelle dans les collectifs de photographes : les stratégies et les formes de médiation pour une photographie d’auteur », dans Vancassel P. (dir.), Les études photographiques au carrefour des sciences humaines et sociales, Rennes, Actes de colloque, 2011, en ligne https://www.colloque-photo-rennes.eu/ []

  4. Interrogations sur le monde, 20 ans d’une aventure humaine et photographique, à la Maison Européenne de la photographie du 7 décembre 2005 au 8 janvier 2006.
    Intimes et Partages, à la Galerie du bar Floréal, Belleville, Paris, du 7 décembre 2005 au 4 février 2006. []
  5. Il s’agit de la première commande du « bar Floréal » : « Un projet de l’OPHLM Montluçon sur la réhabilitation de la cité ouvrière Dunlop, commandé à Grapus, réunit pour la première fois Alex Jordan, Noak Carrau et André Lejarre ». Les images réalisées sont diffusées au sein d’une première édition : Bar Floréal [Carrau Noak, Jordan Alex, Lejarre André]/Grapus, Cité Dunlop, Montluçon, Montluçon, OPHLMONTLUÇON/Comité d’Établissement de l’usine Dunlop France, 1988. []
  6. Collectif [Baudin Bernard, Lejarre André, Carrau Noak, Pasquiers Olivier, Vallorani Jean-Pierre], 1001 visages du Blanc-Mesnil, Blanc-Mesnil, Production division de la communication municipale/NTE, 1994. []
  7. Dans tous ces projets artistiques et culturels, l’agence « Faut Voir », en mêlant photographie, écriture et graphisme, va s’engager à donner une nouvelle représentation des banlieues et des quartiers populaires, portée par ses habitants. C’est sur la participation que se fondent les projets et la mise en place de dispositifs de « création partagée » et que se forment les images. Animés par une réflexion commune sur le medium photographique en tant que vecteur des questions politiques et sociales dans le champ artistique, on observe de nombreux échanges théoriques et pratiques entre « Faut Voir » et le « bar Floréal ». []
  8. Baudin Bernard, Ehret Marie Florence, Je veux vivre en paix, Verdun, le monde entier, et la cité verte, Paris, agence « Faut Voir »/Ville de Verdun/ Conception graphique NTE, 1992. []
  9. Lejarre André, Pasquiers Olivier, La Courneuve rue Renoir, avant démolition, Paris, Bar Floréal.éditions, 2000. []
  10. Lejarre André, Nègre Marie-Paule, Pauvre France, Portfolio, Paris, Secours populaire/ Conception graphique Grapus, 1988. []
  11. Collectif, L’Europe… de l’autre côté des étoiles, Paris, Secours populaire français, NTE 91/Grapus, 1991. []
  12. Pasquiers Olivier, Epstein Jean, Premières photos de vacances, Paris, le bar Floréal.éditions, portfolio, 1999. []
  13. Comité médical d’aide aux exilés. []
  14. Pasquiers Olivier, Levy Jean-Louis, Maux d’exil, Paris, COMEDE/le bar Floréal.éditions, 2000. []
  15. Société nationale de construction de logements pour les travailleurs. []
  16. Pasquiers Olivier, Séonnet Michel, Les oubliés de guerre, des anciens combattant marocains de l’armée française dans un foyer Sonacotra, Paris, Créaphis, 2006. []
  17. Collectif, 75 Photographes contre l’Apartheid, Paris, le bar Floréal.éditions, 1988 [2ème édition 1990]. []
  18. Lejarre André, Leduc Alain, La Grande Nuit, Paris, Syros, 1993. []
  19. Caisse centrale d’activités sociales des personnels des industries électrique et gazière. []
  20. Collectif, Esthétique, éthique, politique, cat. expo., Arles, Actes Sud/Rencontres internationales de la photographie, 1997. []
  21. NTE 97 avec Alex Jordan, Ronit Meirovitz, Olaf Mühlmann, Virginir Legrand. []
  22. Trois réalisations graphiques et photographiques sont éditées :
    – Nous Travaillons Ensemble 97, Colère au quotidien, les Unes de la presse quotidienne du 14 novembre au 29 décembre 1995, cat. expo., NTE 97, C.C.A.S., Les Rencontres d’Arles, 1997.
    – Baudin Bernard, Du Travail !, Portrait de privés d’emploi et J’occupe Morel-Barneron, cat. expo., Nous Travaillons Ensemble 97, C.C.A.S., Les Rencontres d’Arles, 1997.
    – Larrayadieu Eric, Lercher Alain, Jours incertains, Cherbourg, Le Point du Jour, 1997. []
  23. « La Forge » est un collectif d’artistes créé en 1994 par Alex Jordan, graphiste, (Grapus / NTE), Eric Larrayadieu, photographe, Marie Claude Quignon, plasticienne, et François Mairey, « pratiques sociales », qui inscrit sa production artistique au cœur de territoires en concertation avec ses habitants pour réfléchir les enjeux de « l’habiter ». []
  24. Collectif, Retour en Lorraine, Paris, Trans Photographic Press, 2008. []
  25. Bertho Raphaëlle, Conésa Héloïse, Paysages français, une aventure photographique (1984-2017), Paris, BnF/éditions, 2017. []
  26. Imager les « classes populaires » et penser le glissement de la « classe ouvrière » vers la « classe populaire » sont au cœur de la réflexion du groupe, soutenue par de nombreux projets engagés depuis le milieu des années 1980. Dans cette perspective, voir : Mischi Julian, Pasquiers Olivier, Pottier Caroline, Renahy Nicolas, « Le groupe ouvrier : transformé mais toujours là », Métropolitiques, novembre 2013. []
  27. Morel Gaëlle, Le photoreportage d’auteur : L’institution culturelle de la photographie en France depuis les années 1970, Paris, Centre National de Recherche Scientifique, coll. « CNRS Histoire », 2006. []
  28. « L’éclectisme, le refus du cloisonnement, l’ouverture vers d’autres artistes est une constante qui a permis d’éviter le repli », Denoyelle Françoise, op. cit., p.49. Mentionnons la première exposition de graphisme en 1986 de l’artiste Thomas Hirschhorn. []
  29. Denoyelle Françoise, op. cit., p.34. []
  30. « L’expérience du bar Floréal met en œuvre de multiples propositions et procède d’un parcours atypique quant au questionnement sur le réel dans sa dimension documentaire et sociale. Les réponses initiées dans les zones d’interférence entre création, production d’informations et projet social se déclinent sous forme d’entretiens, de portraits, de reportages ou de photographies réalisées par les sujets eux-mêmes », dans Denoyelle Françoise, op. cit., p. 51. []
  31. Versavel Dominique, Rapport suite à la liquidation judiciaire du bar Floréal, Paris, BnF, 22 septembre 2015. []
  32. André Lejarre, Alex Jordan, Bernard Baudin, Olivier Pasquiers, Jean-Christophe Bardot, Sophie Carlier, Eric Facon, Nicolas Quinette, Caroline Pottier, Lucile Chombart de Lauwe, Mara Mazzanti, et Leatitia Tura. []
  33. Versavel Dominique, Rapport suite à la liquidation judiciaire du bar Floréal, Paris, BnF, 22 septembre 2015. []

La documentation audiovisuelle des traditions musicales en Iran

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Recherches sur terrain de Ta’zieh, Manuscrit de Ta’zieh © Hossein Fatemian
Recherches sur terrain de Ta’zieh, Manuscrit de Ta’zieh © Hossein Fatemian

Le projet de recherche-création « les apports des traditions musicales en Iran au sein du processus de création de l’acteur » est en cours depuis 2016, dans le laboratoire SLAM de l’Université Evry-Paris-Saclay, sous la direction de Mme Isabelle Starkier. En choisissant le statut d’« observateur-participant », qui dans certains cas a évolué en « observateur-apprenti », ce projet tente de déchiffrer le fonctionnement de la musique au sein des pratiques performatives en Iran. Cette tentative m’a orienté vers l’emprunt d’outils et d’approches scientifiques provenant de différentes disciplines : l’ethnomusicologie, l’ethnoscénologie, la psychologie, la biologie, la linguistique et l’histoire des religions.

L’interdisciplinarité de cette recherche était une nécessité, et non un choix, car c’est l’objet de la recherche qui a orienté le chercheur vers ces disciplines. La mise en place de séances de travail pour des acteurs, qui a constitué un laboratoire théâtral au cœur de cette recherche, mettait progressivement à l’essai des exercices psychocorporels basés sur les acquis issus des travaux théoriques et de terrain sur les traditions musicales en Iran.

Recherches sur terrain de l’art des Bakhshi, Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi © Hossein Fatemian
Recherches sur terrain de l’art des Bakhshi, Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi © Hossein Fatemian

Les études de terrain, qui constituent une part importante de cette étude, se divisent en deux parties. La première qui, à partir de 2018, a pris la forme de documentations audiovisuelles des pratiques musicales et de collecte des données en Iran ; et la deuxième, une présence sur le terrain afin d’apprendre ces pratiques.

Recherches sur terrain de l’art des Bakhshi, Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi © Hossein Fatemian
Recherches sur terrain de l’art des Bakhshi, Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi © Hossein Fatemian

Les recherches sur les documents théoriques et audiovisuels concernant les traditions musicales en Iran m’ont dirigé vers le fonds d’archives à la BnF. En consultant ce fonds, on trouve plusieurs documents sur ces traditions qui pourraient servir aux chercheurs ayant choisi ces pratiques en tant que corpus de leur recherche. Mais en faisant l’état de l’art, nous rencontrons certaines carences en matière de documentations audiovisuelles et de réflexion sur le sujet en question.

Etant donnée la nature dynamique et évolutive des phénomènes artistiques et culturels, nous nous trouvons en présence d’un manque de réflexions sur l’évolution et l’état actuel de ces pratiques en Iran. Les réflexions en question devaient prendre en considération la pédagogie et la transmission, le changement formel, le changement conceptuel et la réception de ces phénomènes au sein de la société actuelle en Iran. Par conséquent, nous aurons besoin de documents audiovisuels qui privilégient une approche analytique plutôt que descriptive sur le sujet.

Recherches sur terrain de Ta’zieh, la scène du Martyre d’Imam Hussein © Hossein Fatemian
Recherches sur terrain de Ta’zieh, la scène du Martyre d’Imam Hussein © Hossein Fatemian

C’est pour cela que, depuis septembre 2019, je me suis engagé dans ce projet de documentation audiovisuelle des traditions musicales en Iran à la BnF. Pour ce projet, conduit au sein du département de l’Audiovisuel, je bénéficie également de l’accompagnement d’un groupe de recherche, Tan.Baafi Lab1, avec lequel nous avons commencé un travail de recherche-création en dehors de la BnF autour des pratiques corporelles. Ce projet de recherche à la BnF m’a permis de proposer un travail de recherche pluridisciplinaire sur les pratiques performatives et musicales en Iran, via les documentations audiovisuelles recueillies par le groupe Tan.Baafi Lab.

Le fait de constituer un groupe de recherche pluridisciplinaire sur les pratiques performatives et musicales en Iran permet de comprendre dans quelle mesure ces pratiques peuvent intéresser les différentes disciplines scientifiques, et montrer l’importance de l’existence de ce fonds d’archives précieux pour ces disciplines.

Enfin, ces travaux de recherche complémentaires du mien permettent de créer une dynamique une dynamique de recherche par le biais de documentations audiovisuelles autour des pratiques performatives et musicales. Ce dynamisme a pour projet la production de nouvelles réflexions et de documentations autour du sujet.

Extrait des rushs du film Les bakhshi sont vivants, printemps 2019
  1. Ce groupe de recherche a entamé son activité depuis 2018. Il est constitué des chercheur.e.s et chercheur-praticien.e.s dans les différents domaines des arts performatifs avec une approche anthropologique. Cf. : https://tanbaafilab.wixsite.com/tanbaafi []

Kaveh HEDAYATIFAR

Chercheur et artiste dans les domaines des arts performatifs, de la musique et du cinéma.

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Un modèle vocal issu de l’opéra : l’exemple du répertoire des fantaisies pour flûte sur des thèmes d’opéra au XIXe siècle français

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Musicien professionnel et doctorant en cotutelle internationale à Sorbonne Université et à l’Universidad Complutense de Madrid, j’ai souhaité répondre à l’appel à candidature de « musiciens-chercheurs associés à la BnF », suite aux encouragements de Mesdames Marie-Gabrielle Soret et Catherine Vallet-Collot (département de la Musique) et aux conseils de mes directrices de thèse, Mesdames Sylvie Douche et Laia Falcón Díaz-Aguado.

Ma recherche doctorale est centrée sur l’influence bidirectionnelle entre le chant lyrique et la flûte traversière au sein de l’opéra du XIXe siècle français et, plus concrètement, sur les Fantaisies pour flûte traversière sur des thèmes d’opéra (1847-1875). Aussi le projet que j’ai souhaité faire valoir s’inscrit-il directement dans le cadre du programme « Genres et répertoires musicaux à travers le dépôt légal du XIXe siècle » proposé par la BnF lors de son appel à candidature. Mon souhait le plus vif est de donner une nouvelle image à un sous-genre traditionnellement rangé dans la catégorie de la mauvaise musique et souvent considéré dans le milieu des interprètes comme des ouvrages de « mauvais goût ». Cette nouvelle image mettra en lumière tout le parti qu’en ont tiré les instrumentistes au plan de la diffusion du répertoire de l’opéra et de la démonstration d’une nouvelle virtuosité.

Le Dépôt Légal…

Estampille Bibliothèque royale
Estampille Bibliothèque royale. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k859357m
Richard, coeur de lion, fantaisie pour la flûte seule
Estampille Bibliothèque royale. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb43228072f

Au titre du Dépôt Légal, la BnF reçoit des documents de toute nature édités, importés ou diffusés en France. Cette formalité a été instituée en France en 1537 par François Ier, et elle est régie par le Code du patrimoine. Le dépôt légal permet la collecte, la conservation et la consultation de documents de toute nature, afin de constituer une collection de référence, élément essentiel de la mémoire collective du pays. Il s’étend, entre autres, aux documents de musique notée, mais ne devient systématique pour la musique qu’à partir de 1812.

Estampille Bibliothèque impériale
Estampille Bibliothèque impériale
Estampille République française
Estampille République française

D’autre part, et toujours concernant la musique notée, le dépôt d’un exemplaire à la Bibliothèque du Conservatoire de Paris était une charge supplémentaire à celle du dépôt légal. Cette obligation fut d’actualité seulement jusqu’à la mise en application au 1er janvier 1937 du décret-loi du 30 octobre 1935, où la Bibliothèque du Conservatoire de Paris fut rattachée administrativement à la BnF. Depuis 1964, date à laquelle fut effective la réunion des collections de deux institutions, le département de la Musique – créé par ailleurs en 1942 – conserve les collections patrimoniales de la Bibliothèque du Conservatoire de Paris.

Estampille Bibliothèque du conservatoire
Estampille Bibliothèque du conservatoire

… les fantaisies…

Ma recherche doctorale s’articule directement autour de ces deux collections si vastes. C’est pourquoi une partie de mes travaux au sein du département de la Musique de la BnF se concentre sur la collecte d’informations relevées sur les partitions, quelle que soit leur forme de présentation : fantaisies, caprices, pots-pourris, airs variés, thème et variations, divertissements, souvenirs… et tant d’autres possibilités tout aussi colorées ayant eu recours à l’emprunt des thèmes d’opéra.

Mon objectif est d’établir un catalogue d’œuvres, afin d’illustrer une époque éclectique et changeante dans tous les domaines, comme ce fut le cas de notre XIXe siècle français. Les informations récoltées puis répertoriées portent sur :

  • Le compositeur
  • Le titre
  • L’éditeur
  • L’année d’édition
  • La localisation de l’ouvrage
  • La cote de l’ouvrage
  • L’effectif de l’œuvre
  • L’opéra de référence
  • Le compositeur de l’opéra de référence

Ces œuvres concernent une époque où l’opéra rythmait le quotidien des Français. Les interprètes professionnels, les musiciens amateurs et les mélomanes firent partie d’un paysage tout aussi coloré que le fut le monde de l’édition musicale. Cet univers éditorial – véritable indicateur dans l’évolution du principe identitaire en France au XIXe siècle – a été alors l’écho du goût du public et d’une époque précise, nous permettant aujourd’hui d’apprécier l’évolution de cette tendance générale au fil du temps.

L’intention mercantile des éditeurs s’est établi comme point nodal dans cet univers d’amateurs et de mélomanes, et permit de nourrir une intense activité – certes flamboyante, mais très controversée – des salons musicaux parisiens. Cette activité au sein de demeures privées – où se mélangeaient, lors de ses soirées, de musiciens professionnels et d’amateurs consacrés – fut la dernière pièce qui vint compléter l’engrenage de ce grand univers musical au XIXe siècle en France.

La période des partitions étudiées s’étend, dans un souci de clarté, entre 1800 et 1900, soit le XIXe siècle dans son intégralité. Cette étendue si vaste permet une meilleure visibilité des données, ainsi que le recul suffisant dans l’objectif d’une interprétation la plus exacte possible de ce phénomène socio-culturel.

La Flûte enchantée de Mozart, , fantaisie pour la flûte avec acc. de piano. Op. 55
La Flûte enchantée de Mozart, , fantaisie pour la flûte avec acc. de piano. Op. 55. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3119065

… et les studios de musique.

L’un des atouts indiscutables du département de la Musique est constitué sans aucun doute par les studios de musique. Paradoxe insolite, que cette possibilité de bénéficier de cabines insonorisées – équipées de pianos– à l’intérieur de la salle de lecture, ce dont je fais un usage intensif.

En effet, étant flûtiste interprète, j’ai l’immense chance de pouvoir déchiffrer sur place les œuvres du corpus dont ma recherche doctorale fait l’objet. L’ouïe vient dans cette étape combler et parfaire ce que j’observe avec mes seuls yeux. Ainsi les « impressions premières » pourront être mises en comparaison avec de futures « impressions secondes ».

Le travail réalisé au studio de musique favorise une mise en relief du traitement que ces compositeurs ont donné aux emprunts lyriques. Je constate avec mon instrument un héritage flagrant de la tradition du bel canto dans ce sous-genre si particulier. Ces œuvres font honneur à la capacité que l’interprète a d’exploiter les ressources – bien souvent à la limite des possibilités mécaniques – de l’instrument. 

Les compositeurs étudiés ici – souvent flûtistes interprètes eux-mêmes – empruntent un air lyrique, leur donnent un discours musical complet et le couronnent avec une touche personnelle d’ornements et de virtuosité. Ce travail d’ornementation est issu de la tradition purement vocale du bel canto, comme s’ils souhaitaient baptiser une nouvelle flûte traversière1 assimilée à un personnage doué de vocalité. 

Autrement dit, chanter avec sa flûte.

C’est avec passion que je m’adonne à cette recherche qui me fascine et me surprend au fur et à mesure de sa progression. Un travail qui permettra le « dépoussiérage » de ces œuvres, en faisant réapparaître des partitions jusqu’à présent soigneusement conservées, mais trop longtemps oubliées.

  1. La flûte traversière telle que nous la connaissons aujourd’hui fut inventée en 1847 par Théobald Boehm à Munich. []

L’éducation du « peuple » par les almanachs au XIXe siècle

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Depuis 2018, je m’intéresse, en tant que chercheur associé au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF, aux fonctions éducatives d’une composante de la littérature populaire, l’almanach. Ce dernier a fait l’objet de nombreux travaux chez les historiens modernistes1 tandis qu’il a été délaissé pendant très longtemps par les historiens contemporanéistes. L’ouvrage qui fait encore aujourd’hui référence sur les almanachs du XIXe siècle date… de 1896 ! Il s’agit d’une somme rédigée par l’iconographe John Grand-Carteret2.

Au XXe siècle, les études historiques ont traité principalement des almanachs de la Révolution française3.

Almanach des ouvriers pour l’an XIII de la République
Almanach des ouvriers pour l’an XIII de la République (8°V52(104))

Exception notable, l’excellent livre de l’historien Ronald Gosselin qui se focalise sur la diffusion des almanachs républicains dans les années 1840-18514.

Pourquoi l’almanach a-t-il été délaissé, en tant qu’objet d’étude, par les historiens dix-neuviémistes ? L’almanach a la particularité de se situer à la frontière entre le document d’archives et le livre. À la BnF, il est d’ailleurs conservé dans le fonds  des recueils du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme. Ainsi, il ne s’inscrit pas dans les canons classiques de la source historique telle que la définissaient Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos5. En outre, l’almanach est un matériau dont la consultation peut se révéler fastidieuse : la taille de la police d’écriture est souvent très petite, le papier est de mauvaise qualité et tous les numéros d’une série d’almanachs ne sont pas forcément arrivés jusqu’à nous par le dépôt légal imprimeur.

Pourtant, l’almanach du XIXe siècle est très riche en informations. Plus on avance dans le siècle, plus ses illustrations sont foisonnantes et plus ses thématiques sont diversifiées : astrologie, agriculture, commerce, monde ouvrier, religion, politique, mode, sciences, jeux de société, etc. L’almanach est, par ailleurs, l’une des premières manifestations de la « culture de masses »6.

Calendrier pour 1894 et 1898
Calendrier pour 1894 et 1898 (8°V529 (246-247))

Ses tirages dépassent de loin ceux des romans de Balzac par exemple7. L’historien Arnaud Baubérot estime que l’almanach Double Liégeois, supputé par Me Mathieu Laensberg suivi de ses véritables prophéties8 édité par l’imprimeur parisien Stahl, a été publié à 150 000 exemplaires en 18339.

L’almanach est bien souvent l’un des seuls livres que possèdent les familles paysannes et constitue pour elles un moyen d’éducation privilégié.

Le parfait cultivateur, almanach pour l’année 1849, 1856, 1857
Le parfait cultivateur, almanach pour l’année 1849, 1856, 1857 (8°V529 (488))

Malgré la loi Guizot de 1833 enjoignant à chaque commune d’entretenir au moins une école primaire élémentaire, la France est loin d’être alphabétisée durant une grande partie du XIXe siècle. L’almanach apparaît alors comme un outil idéal pour pallier le manque d’instruction dans le pays. L’analyse du contenu des almanachs fait ressortir trois types de mission éducative : le premier consiste à transmettre les bases de la lecture et de l’écriture à un public analphabète ; le second a pour objectif de vulgariser des connaissances littéraires et scientifiques pour un lectorat ayant un minimum d’instruction ; le troisième vise à émanciper les masses grâce à l’éducation politique. Par conséquent, l’almanach correspond à l’une des manifestations les plus représentatives de l’éducation populaire au XIXe siècle. Ces périodiques annuels, comme on l’a vu, servaient de support à la diffusion des savoirs fondamentaux auprès des enfants et adultes peu lettrés. Ils pouvaient même être proposés comme des manuels pour les instituteurs10, puis, comme des compléments à l’enseignement scolaire après l’adoption des lois Ferry en 1881-188211.

Almanach encyclopédique, récréatif et populaire pour 1852
Almanach encyclopédique, récréatif et populaire pour 1852 (8°529 (209))

Plusieurs interrogations surgissent alors de ces premières observations : quelles sont les stratégies pédagogiques et de vulgarisation des almanachs ? Cette littérature est-elle uniquement lue par le grand public ? Comment les rédacteurs des almanachs définissent-ils et s’imaginent-ils leur lectorat appelé « peuple » ? Les lecteurs prennent-ils part, d’une façon ou d’une autre, à l’écriture des almanachs ? L’almanach peut-il être envisagé comme l’un des chaînons manquants de la « descente de la politique vers les masses » théorisée par l’historien Maurice Agulhon12 ?

Pour répondre à ces questions, j’ai réalisé une base de données, lors de ma première année en tant que chercheur associé, comportant plus de 600 références d’almanachs conservés dans la collection « Almanachs » (cote 8-V-529[…]). Ce tableau m’a permis d’identifier les auteurs, éditeurs, lieux d’édition, dates de publication, langues et thématiques d’un échantillon non négligeable d’almanachs du XIXe siècle. Je l’ai présenté lors d’une table ronde du colloque « Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939) De l’histoire à l’actualité », organisé par Agnès Sandras (chargée de collections à la BnF), Jean-Charles Buttier (ancien chercheur associé à la BnF, rattaché aujourd’hui à l’Université de Genève) et Sylvie Dreyfus (diversification des publics de la BnF), qui s’est tenu à la BnF le 13 novembre 201813.  

Après cette phase d’exploration préparatoire et d’identification des différentes collections d’almanachs sur le site de Tolbiac, j’ai entrepris cette année une analyse qualitative du contenu des almanachs. Ces premiers travaux sont visibles au travers de billets postés sur le blog histoire de la BnF et intitulés « L’Almanach du chercheur associé »14. Les premiers billets présentaient mon installation et mes premières réflexions en tant que chercheur associé à la BnF15. J’ai ensuite travaillé sur des thématiques d’almanachs aussi diverses que les sciences occultes16, l’aérostation17 ou l’anarchisme18. Par ailleurs, je viens de terminer l’écriture d’un article scientifique sur la question des associations de travailleurs dans les almanachs de la Deuxième République. Enfin, je prépare une intervention sur la dimension populaire des almanachs pour la deuxième édition des « Rencontres du XIXe siècle » qui se déroulera à Toulouse19.

Ce projet de recherche consacré aux almanachs m’a permis aussi de m’intéresser plus généralement à la question de l’éducation populaire. J’ai intégré le programme de recherche que la BnF a initié, en 2017, « Éducation populaire : engagement, médiation, transmission (XIXe-XXIe siècles) »20. Ce projet est désormais porté par les Archives nationales, en coopération avec la BnF, le Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire (Fonjep) et les universités de Paris-8, Paris-Nanterre et Tours21.

Société Populaire des Beaux-Arts. L'Art enseigné au peuple par les projections : [affiche] / Mucha
Société Populaire des Beaux-Arts. L’Art enseigné au peuple par les projections : [affiche] / Mucha https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90050990

J’ai participé au comité scientifique de la journée d’études « L’émancipation par l’art d’hier à aujourd’hui » qui s’est déroulée le 20 novembre 2019 aux Archives nationales22. À l’occasion de cette journée, une exposition a été conçue, visible, tout d’abord, sur les grilles des Archives nationales, puis sous une forme numérique23. J’ai rédigé les textes des panneaux « Théâtre et cirque populaires » ; « De la vulgarisation à l’animation scientifique » – et sélectionné les images issues de la Bibliothèque numérique Gallica (BnF)  –. Je réalise actuellement un guide des sources de l’éducation populaire à la BnF, d’une dizaine de pages, qui a pour objectif d’aider les chercheurs s’intéressant à cette thématique, à les identifier dans les différentes collections et sites de l’institution.

  1. Robert MANDROU, De la culture populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles. La Bibliothèque bleue de Troyes, Paris, Stock, 1964, 222 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb330884265 []
  2. John GRAND-CARTERET, Les almanachs français. Bibliographie-iconographie des almanachs, années, annuaires, calendriers, chansonniers, étrennes, états, heures, listes, livres d’adresses, tableaux, tablettes et autres publications annuelles éditées à Paris (1600-1895), Paris, J. Alisié, 1896, 846 p. file://localhost/ark/:12148:bpt6k39925k []
  3. Albert SOBOUL et Gundula GOBEL, « Audience et pragmatisme du Rousseauisme. Les Almanachs de la Révolution (1788-1795) », Annales historiques de la Révolution française, n°234, 1978, pp. 608-640 https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32694556h []
  4. Ronald GOSSELIN, Les almanachs républicains. Traditions révolutionnaires et culture politique des masses populaires de Paris 1840-1851, Paris, L’Harmattan, 1993, 329 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb355667654 []
  5. Charles-Victor LANGLOIS et Charles SEIGNOBOS, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898, 308 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31348364v []
  6. Maurice CRUBELLIER, Histoire culturelle de la France XIXe-XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1974, 454 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35302699m []
  7. Voir, par exemple, Roger PIERROT, « Quelques contrats d’édition de Balzac », Bulletin d’information de l’A.B.F., 1957, p. 19-21. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32705067b. []
  8. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32758770x []
  9. Arnaud BAUBÉROT, « Prophéties et prédictions astrologiques dans les almanachs populaires du XIXe siècle », site web de la Société des études romantiques & dix-neuviémistes, juillet 2018 : https://serd.hypotheses.org/2038 []
  10. Almanach de l’instituteur primaire pour 1839, ou Étrennes pédagogiques et grammaticales par M. Bescherelle aîné et M. Ch. Durazzo, Paris, H. Delloye, 1839, 128 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30386042x []
  11. Almanach Hachette. Petite encyclopédie populaire de la vie pratique, Paris, Hachette, 1894-1972, 80 volumes https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb326892451 []
  12. Maurice AGULHON, La République au village. Les populations du Var, de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970, 543 p. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb353726396 []
  13. https://histoirebnf.hypotheses.org/4955 []
  14. https://histoirebnf.hypotheses.org/7279 []
  15. Almanach d’un chercheur associé. Présentation du 8 avril 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7279 ; Almanach d’un chercheur associé I. Premier jour… du 3 mai 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7284 ; Almanach du chercheur associé II. Jour de colloque ! du 16 juillet 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7767 []
  16. Almanach du chercheur associé III. Le merveilleux scientifique…en almanach ! du 23 août 2019 https://histoirebnf.hypotheses.org/7864 []
  17. Almanach du chercheur associé IV. L’Almanach des ballons (1852) du 16 décembre 2019. https://histoirebnf.hypotheses.org/8423 []
  18. Almanach du chercheur associé V. L’Almanach de la vile multitude. Un périodique pamphlétaire et anarchiste (1851-1852) du 24 avril 2020 https://histoirebnf.hypotheses.org/9647 []
  19. https://www.fabula.org/actualites/les-rencontres-du-xixe-siecle-deuxieme-edition-populaire_94396.php []
  20. https://histoirebnf.hypotheses.org/7472 []
  21. http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/education-populaire []
  22. https://www.cnahes.org/lemancipation-populaire-par-lart-dhier-a-aujourdhui-archives-nationales-pierrefitte-20-novembre-2019/ []
  23. http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/visites-virtuelles/exposition-education-populaire/index.html []

A la recherche des interstices de la mode : reconstruire le patchwork d’une stratégie contentieuse

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Mon parcours scientifique a débuté dans le cadre très concret de mon ancien métier d’avocate en droit de la propriété intellectuelle lorsque l’on me proposa de dispenser plusieurs enseignements et formations auprès de créatifs de la mode. En construisant mes interventions, je fus étonnée de découvrir que la recherche académique française en matière de droit et de mode était pour le moins clairsemée. Fort surprenant quand on considère le poids économique que représente ce secteur dans l’économie française1, car, comme le déclarait Balzac, « c’est à Paris que la mode semble avoir placé le siège de son empire »2.

J’ai donc entrepris une thèse à l’école de droit de Sciences Po afin d’interroger les stratégies d’utilisation et donc la pertinence des outils de la propriété intellectuelle dans le domaine de la mode (droit d’auteur, brevets, dessins et modèles, droit des marques.)

Bien que mon travail de thèse analyse les stratégies et les enjeux contemporains, il était essentiel de retourner à la genèse du régime de protection français afin de comprendre l’état d’esprit et les objectifs de sa mise en place. Revenir aux sources, à la raison d’être de la protection des articles de mode nécessita de déterminer l’instant et surtout le contexte dans lequel propriété intellectuelle et articles vestimentaires se sont rencontrés. En tant que juriste, cela constitue une énigme digne du fameux « qui de l’œuf ou de la poule ? » : l’industrie de la mode existe-t-elle du fait de la protection de la propriété intellectuelle ou bien la protection des articles de mode s’est-elle mise en place en raison d’une industrie préexistante ?

Manteau Théo Poiret
Manteau Théo Poiret

Mon terrain de recherche privilégié est l’ordre judiciaire français, en effet, c’est devant les tribunaux que commerçants, inventeurs, créateurs cherchent à se prévaloir de droits de propriété intellectuelle nés en 1791. En matière d’articles de mode, les revues de jurisprudence disponibles sur Gallica m’aiguillèrent rapidement vers le milieu du XIXe siècle, ce qui ne manqua pas de piquer ma curiosité puisque c’est à cette époque que les historiens spécialisés s’accordent à placer le moment où commerce et artisanat de la confection de vêtements se sont organisés et structurés en industrie de la mode avec sa stratification d’acteurs divisés en haute, moyenne et petite couture. Néanmoins, les décisions de justice, particulièrement à cette époque, n’offrent qu’une vision tronquée des arguments avancées par les acteurs : elles ne mettent en lumière que les arguments de la partie victorieuse à l’action en justice et passent sous silence les démonstrations et exposés de la partie adverse, vaincue. Cela m’obligeait à négliger une grande quantité de données. Or, c’est précisément dans ces arguments passés sous silence, dans ces « interstices », dans la partie immergée de l’iceberg jurisprudentiel, que les intérêts économiques et culturels des parties apparaissent au grand jour.

C’est alors que je découvris l’exceptionnel fonds des factums de la BnF conservé au département Droit, économie, politique et qui comporte plus de 80 000 documents dont environ 45 000 postérieurs à 1790. Les factums sont des publications rédigées dans le cadre d’actions en justice par l’une ou l’autre des parties en vue de soutenir leur bon droit ou de réfuter les prétentions de la partie adverse. En plus de présenter les faits tels que chaque partie les conçoit, ils détaillent également les arguments présentés par les avocats lors de leurs plaidoiries. Ils sont donc très souvent à caractère très revendicatif et permettent de faire apparaître en filigrane la stratégie judiciaire et juridique des parties. Je fus donc ravie de pouvoir rejoindre le département de droit en tant que chercheuse associée afin de poursuivre mes recherches dans ce fonds.

Au gré de mes premiers mois de recherche j’ai ainsi pu suivre l’évolution de la définition de la contrefaçon en droit français et observer son extension progressive à de nouveaux secteurs d’activités économiques cruciaux pour le commerce extérieur du pays, comme la mode ou encore les arts décoratifs.

Exemple d'avis parue dans le Figaro, 16 mars 1921
Exemple d’avis parue dans le Figaro, 16 mars 1921

Les factums, en éclairant ces fameux « interstices » permettent de déconstruire les intérêts et éléments de langage (autrement dit, les arguments de « lobbying ») des différents acteurs de l’industrie du textile et de la mode. Cela s’avère d’autant plus pertinent que certains argumentaires non-retenus par un magistrat refusant d’octroyer une protection juridique un jour, peuvent réapparaître des années plus tard sous la plume d’un autre à l’occasion d’un revirement de jurisprudence qui reconnaîtra enfin la protection à des objets de mode, accessoires, imprimés textiles ou autres créations vestimentaires.

Mais au-delà de la mode et de la contrefaçon, les factums sont des miroirs fort pertinents de l’évolution d’un droit français qui s’adapte par soubresauts jurisprudentiels aux mœurs et aux évolutions culturelles françaises. En cela, ce fonds exceptionnel est une source qui dépasse le seul domaine du droit et mérite toute l’attention de la communauté de recherche française.

  1. 154 Milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel soit 3,1% du PIB français selon les Chiffres de l’Institut Français de la Mode et Quadrat – Étude du 9 novembre 2018. []
  2. BALZAC Honoré de, Traité de la vie élégante ; suivi du Code de la toilette, Éd. de l’Amateur, 2012, p. 138. []

La fabrique du « commun » dans les manuels scolaires de la IIIe République

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Dans le cadre de l’appel à projet « Chercheurs associés 2019-2020 », je déposais au début de l’année 2019 un projet de recherche intitulé La fabrique du « commun » dans les manuels scolaires de la IIIe République. Ce projet fut accepté, ce qui me permit de prolonger mes précédentes recherches engagées au sujet des manuels scolaires. A l’occasion d’un projet de recherche de l’équipe ERHISE de l’Université de Genève1, j’avais eu l’opportunité, lors de l’année 2013-2014, de pouvoir travailler sur l’Institut International de Coopération Intellectuelle (IICI), et plus particulièrement sur le processus de révision des manuels scolaires pendant l’Entre-deux-guerres menée au prisme du pacifisme et de l’entente mutuelle entre les peuples. A l’occasion de ce premier chantier de recherche, j’eus la chance de découvrir des ébauches de réflexions sur l’historiographie, des correspondances entre intellectuels au sujet des manuels, des comptes rendus de manuels scolaires bellicistes ou encore des échanges sur les dispositifs à mettre en place pour supprimer certains passages dans les manuels scolaires en usage dans plusieurs Etats. Cependant, dans cette recherche, et ce n’est pas le moindre des paradoxes : les manuels étaient à la fois omniprésents et absents. Omniprésents, car les archives de l’IICI regorgent de documents portant sur les manuels ; mais également absents, dans le sens où il n’y avait pas, à proprement parler, de manuels dans ce fonds. Le projet de recherche que j’ai proposé à la BnF constituait pour moi une occasion de partir à la découverte concrète des manuels scolaires français dans leur matérialité, et dans leur diversité, et de délimiter le problème complexe que posèrent ces manuels du début de la IIIe République (1870-1940) aux intellectuels pacifistes des années 1930.

Mon projet porte sur la fabrique du commun dans les manuels scolaires de la IIIe République. Cette recherche est accueillie au département « Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme » (PHS) dirigé par Fabien Plazannet, dans le service « sciences sociales » de Laurence Jung. Mon projet s’ancre plus précisément dans le développement de l’offre éditoriale en matières de livres scolaires et de l’investissement de la République dans la culture scolaire entre 1878 et 1888 (Musée pédagogique, 1889a). Il s’agit d’une époque charnière où le budget de l’instruction publique devient plus conséquent, passant de 53 640 714 francs en 1878 à 133 207 905 francs en 1888 (Musée pédagogique, 1888), et pendant laquelle les programmes des disciplines comme l’histoire et l’instruction civique se précisent et se renouvellent. L’enjeu global de mon projet est de mettre en valeur les impressionnantes collections de la BnF en matière de manuels scolaires et les précieuses collections de documents du Musée pédagogique actuellement en voie de numérisation.

Au sens le plus ordinaire, le commun désigne « ce qui est partagé par tous » et la communauté « un groupe social caractérisé par la possession des biens communs et spirituels » (Morfaux, 1980, p.51). Du point de vue de l’institution scolaire à la fin du XIXe siècle, le commun à l’œuvre dans la culture scolaire désigne des références, des connaissances, des symboles voire des sentiments, que l’institution scolaire estime nécessaires de connaître ou de ressentir, pour faire nation et République, mais également pour permettre à la France de se développer d’un point de vue économique et industriel. Le terme « fabrique » insiste sur l’action de transformer une matière première pour en faire quelque chose d’autre. Un manuel d’histoire des classes primaires à la fin du XIXe siècle a moins l’ambition de former des petits historiens que d’enraciner la République, la Patrie et une forme de société, en proposant des éléments idéologiques compatibles aux contenus présents dans les autres livres scolaires (livres de lecture, manuel d’instruction civique, etc.). Le « commun » ne se développe pas spontanément ou naturellement, il émerge d’une pluralité d’actions collectives et institutionnelles.

A l’évidence, beaucoup de recherches magistrales ont déjà porté sur les manuels et livres scolaires (Choppin, Amalvi, Cabanel et bien d’autres) ou sur certains auteurs emblématiques de ces objets culturels (Bourdon, Leduc, Dalisson pour les travaux plus récents), mais je souhaitais me concentrer sur la solidarité d’intentions qui motiva un tel investissement dans les manuels, et la solidarité d’effets qui était recherché. Mentionnons ici le cas bien connu d’Ernest Lavisse, célèbre auteur de manuels d’histoire mais qui signa sous le curieux pseudonyme de « Pierre Laloi » un manuel d’instruction civique, ou encore Clarisse Juranville, véritable « femme orchestre » de la culture scolaire, auteure de méthodes d’enseignement, de récits historiques et autre livres de civilité.

Ces multiples livres qui circulèrent à cette époque s’adressaient aux futurs hommes et femmes de la société française, parfois futurs citoyens certes, mais souvent futures petites mains (exploitées ou exploitantes) dans un mode de production. Quelle forme de famille valorisait-on ? Quelle place importante était accordée aux femmes alors qu’elles n’avaient pourtant pas le droit de vote ? Quels comportements attendait-on du paysan ou du commerçant ? Lorsque la politique coloniale française se développait, agrandissant substantiellement le territoire « commun » des français, comment la culture scolaire prit en compte et mit en évidence ces évolutions, ainsi que les nouveaux besoins qui avaient alors émergé ?

Dans cette recherche se concentrant dans un premier temps sur les livres en usage dans les écoles primaires publiques en France à la fin du XIXe siècle (Musée pédagogique, 1889b), je m’intéresse donc autant aux conditions de l’ambition en jeu dans ce « commun » à transmettre et inculquer par la culture scolaire, qu’aux différents types de commun à l’œuvre. Constituer un « commun », c’est se situer à travers le passé, revendiquer un territoire, mais c’est également visualiser une direction et s’imaginer un destin. Or, ce schéma symbolique nécessite que chacun-e soit assigné-e à une place et une fonction, mais qu’il ou elle y adhère, alors même que les auteur-e-s de manuels peuvent fournir des « communs » qui peuvent différer les uns des autres. Enfin, je m’intéresse également aux stratégies retenues dans ces productions culturelles. Par quels procédés et selon quels postulats ces livres ambitionnèrent avec ingéniosité de s’adresser à des jeunes enfants pour les sensibiliser, les émouvoir et les interpeller ?  C’est donc tout ce jeu de sollicitations et parfois de contradictions véhiculées par les contenus et livres scolaires qui est au cœur de ce projet.

Références bibliographiques

  • Morfaux, L.-M. (1980). Vocabulaire de philosophie et des sciences humaines. Paris : Armand Colin.
  • Musée pédagogique (1888). Exposition internationale de Melbourne (1888). Paris : Imprimerie Nationale
  • Musée pédagogique (1889a). Situation scolaire des départements en 1878 et en 1888. Paris : Imprimerie Nationale
  • Musée pédagogique (1889b). Livres scolaires en usage dans les écoles primaires publiques. Paris : Imprimerie Nationale
  1. « FNS ERHISE–FNS-Figures of knowledge production and the construction of new disciplinary the scenes of knowledge.  Subside Sinergia CRSII1-147688 ». []

Le fonds de l’éditeur Fukuinkan shoten du Centre National de la littérature pour la Jeunesse

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Le Centre national de la littérature pour la jeunesse (CNLJ) m’a accueillie à partir d’octobre 2019 afin de mener une recherche sur les ouvrages de l’éditeur jeunesse japonais Fukuinkan shoten, dont un fonds important est conservé à la BnF.

Ce fonds est composé de 1576 ouvrages enregistrés dans le catalogue jeunesse et de 434 ouvrages n’ayant pas fait l’objet de traitement. À l’origine constitué par la Joie par les livres, ce fonds a été enrichi par des envois réguliers de l’éditeur lui-même au CNLJ. Aucun catalogage des ouvrages de Fukuinkan shoten n’a été entrepris depuis 2013.

L’objectif de mon travail consiste à identifier les collections et à mener une analyse des ouvrages disponibles à la BnF tout en revenant sur l’histoire de la constitution de ce fonds. Il s’agit aussi de mettre en lumière les échanges entre Fukuinkan shoten et la France et, de manière plus générale, de présenter un éditeur majeur de la littérature de jeunesse japonaise depuis sa fondation en 1952 jusqu’à nos jours.

Logo de  Fukuinkan shoten
Logo de Fukuinkan shoten

Dénombrement des collections du fonds de l’éditeur Fukuinkan shoten

Les trois premiers mois de recherche ont été consacrés à la localisation en magasins et au dénombrement des ouvrages non-traités de l’éditeur Fukuinkan shoten. Des échanges réguliers avec ce dernier ont permis d’obtenir des précisions ainsi que de présenter le travail de recherche envisagé et le souci de valorisation du fonds disponible au CNLJ porté par ce projet.

Un premier classement par décennie a été effectué et a permis d’identifier les différentes collections de l’éditeur :

Années Ouvrages non-catalogués Ouvrages catalogués
1960-69 20 64
1970-79 89 292
1980-89 31 335
1990-99 2 314
2000-2009 1 388
2010-2019 291 (jusque novembre 2019) 174 (jusque 2013)
Total4341567
Répartition selon les collections des ouvrages non-traités du fonds Fukuinkan shoten

Ces collections peuvent être divisées en deux catégories :

1. Une catégorie, la plus conséquente, comprenant des ouvrages brochés, essentiellement des albums à périodicité mensuelle, dont les quatre collections suivantes font l’objet d’envois réguliers par Fukuinkan shoten :

Kodomo no tomo « L’ami des enfants » (fondée en 1956), pour les 5 à 6 ans.

Caractéristiques : 440 yens/mois ou 5280 yens/an, format 26*19 cm, 28-32 pages, slogan : « Etendre l’univers de l’imaginaire des enfants »

Il s’agit de la première collection d’albums narratifs créée par l’éditeur et qui a donné naissance à de nombreux best-sellers (Guri to Gura, Daruma-chan…). Malgré sa longue histoire et quelques variations de format au cours des époques, elle présente une ligne éditoriale continue et bien définie. En se situant à un âge charnière marqué par l’entrée à l’école primaire, la collection Kodomo no tomo offre des histoires diversifiées, associées à des jeux de mots, de nouvelles expressions et des phrases plus longues et plus complexes que dans la collection pour les 2-4 ans du même titre. Définie dès le départ comme étant une collection d’albums devant être lus par le parent à l’enfant, elle résume à elle seule la mission portée par l’éditeur de produire des ouvrages aux textes et aux illustrations de qualité que puissent apprécier communément les adultes et les enfants. On note une présence constante de contes et de légendes tirés du folklore et de la littérature classique japonaise.

Texte et illustrations de Tsuruta Yôko, Yasai no onitaiji, Kodomo no tomo n° de février 2016, Fukuinkan shoten
Texte et illustrations de Tsuruta Yôko, Yasai no onitaiji, Kodomo no tomo n° de février 2016, Fukuinkan shoten
Il s’agit d’une histoire librement adaptée du célèbre conte Shuten-dôji, narrant la défaite de ce oni (démon japonais). Les différents protagonistes de l’histoire ont ici été représentés sous forme de légumes.

Kagaku no tomo « L’ami des sciences » (fondée en 1969), pour les 5 à 6 ans.

Caractéristiques : 440 yens/mois ou 5280 yens/an, 25*23 cm, 28 pages, slogan : « Le monde des sciences qui stimule la curiosité des enfants » 

Il s’agit d’une collection d’albums à portée scientifique portant sur des thématiques variées, les plus familières aux enfants japonais, abordées sous la forme de textes narratifs à la manière de la collection Archimède de l’Ecole des loisirs mais avec une attention davantage portée aux objets et aux animaux qu’à l’histoire des individus. Les plantes, les animaux, les objets, les phénomènes naturels ou les événements socio-culturels ne sont pas simplement énumérés mais présentés avec un accent mis sur la narration selon trois points de vue : la nature, l’être humain et le jeu.

Kodomo no tomo shônen ban « L’ami des enfants pour shônen » (fondée en 1977), pour les 2 à 4 ans

Caractéristiques : 440 yens/mois ou 5280 yens/an, 21*20 cm, 24 pages, slogan : « Pour les petits enfants qui commencent à s’intéresser aux albums »

Il s’agit d’une collection d’albums narratifs, ou d’histoires courtes avec des phrases brèves, sans sinogrammes et présentant de nombreux impressifs (onomatopées). Les enfants voient à ces âges leur compétences langagières se développer et le cadre de leurs intérêts s’agrandir de façon surprenante. Kodomo no tomo shônen ban propose des albums simples qui valorisent les objets et les événements du quotidien de l’enfant afin de stimuler sa curiosité et son imagination.

Takusan no fushigi « Plein de mystères » (fondée en 1985), à partir de la 3ème année du primaire.

Caractéristiques : 770 yens TTC/mois ou 9240 yens/an, format 25*19 cm, 40 pages + le journal Fushigi shinbun, slogan : « Quand on connait le merveilleux on comprend le monde ! »

Il s’agit d’une collection d’albums documentaires qui abordent des sujets scientifiques très variés de manière approfondie, davantage portés sur la connaissance du reste du monde que sur le Japon seul. Le texte est plus important que dans la collection Kagaku no tomo et les auteurs sont souvent des spécialistes reconnus de leur discipline.

Texte de Mineshige Shin (spécialiste des trous noirs), illustrations de Kurabe Kyôko, Burakku hôrutte nandarô ? (Que sont les trous noirs?), Takusan no fushigi n° de juillet 2019, Fukuinkan shoten
Texte de Mineshige Shin (spécialiste des trous noirs), illustrations de Kurabe Kyôko, Burakku hôrutte nandarô ? (Que sont les trous noirs?), Takusan no fushigi n° de juillet 2019, Fukuinkan shoten

2. La catégorie des ouvrages reliés, le plus généralement des rééditions des best-sellers révélés dans les collections sus-citées. Ces collections sont orientées selon le genre auquel appartient l’oeuvre, le format du livre, la région du monde dont est originaire l’histoire ou encore la portée documentaire ou encyclopédique du document. La place accordée aux contes et légendes folkloriques ainsi qu’aux adaptations de classiques de la littérature japonaise présentés sous forme d’albums semble constante dans la production des années 60 à nos jours. On retrouve également plusieurs collections consacrées aux albums qualifiés de « chefs-d’oeuvre ».

Texte et illustrations de Kako Satoshi, Daruma-chan to kaminari-chan (Daruma et Kaminari), première édition 1968, Fukuinkan shoten.
Texte et illustrations de Kako Satoshi, Daruma-chan to kaminari-chan (Daruma et Kaminari), première édition 1968, Fukuinkan shoten.
Méconnu en France, Daruma-chan, du nom de la figurine populaire dont il est inspiré, est un personnage très affectionné des enfants japonais, et ses aventures ont eu droit à leur propre collection, à l’instar des deux souris Guri et Gura .

Historique et caractéristiques de l’éditeur Fukuinkan shoten

Le tableau ci-dessous récapitule quelques dates-clés de l’histoire de Fukuinkan shoten :

1916Fondation de la librairie Fukuinkan spécialisée dans la vente d’ouvrages religieux par un missionnaire canadien dans la ville de Kanazawa (département Ishikawa)
1926Début de ventes d’ouvrages généralistes
1940 En contexte de guerre, la gestion de la librairie est reprise par des Japonais
1945 Fin de la guerre, début des activités d’édition en parallèle des activités de libraire
1952 – Février : le département d’édition prend son indépendance et s’établit à Kanazawa en tant que  SA Fukuinkan shoten
– Août : déménage à Shimizu-chô dans l’arrondissement de Suginami à Tôkyô
– Décembre : déménage à Misaki-chô dans l’arrondissement de Chiyoda à Tôkyô
1953 Septembre : fondation du mensuel Haha no tomo, revue à destination des parents pour l’éducation du jeune enfant
1956 Avril : fondation de la collection à publication mensuelle Kodomo no tomo, revue proposant des albums
1963 Décembre : début de la traduction et de la publication de livres d’images, albums et contes à l’étranger
1968 Avril : début de la production de Fukyûban kodomo no tomo (renommée Kodomo no tomo, chûnen muki en avril 1986)
1969 Avril : fondation du mensuel Kagaku no tomo
1972 Mai : création du logo de l’éditeur Fukuinkan shoten
1973 Juin : fondation du mensuel Kodomo no yakata (arrêt en mars 1983)
1977 Avril : fondation du mensuel Shônen ban kodomo no tomo
1984 Janvier : déménagement dans le bâtiment du siège de la société à Honkomagome dans l’arrondissement de Bunkyô à Tôkyô
1985 Avril : fondation du mensuel Takusan no fushigi
1992 Avril : fondation du mensuel Ôkina poketto (arrêt en mars 2011)
1993 Centième anniversaire de Peter Rabbit
1995 Janvier : #500 de Haha no tomo
Avril : fondation de la collection des livres illustrés pour bébés Kodomo no tomo 0.1.2.
1997 Novembre : #500 de Kodomo no tomo
1998 50ème anniversaire du roman My father’s dragon de Ruth Stiles Gannett
2000 Août: SA Fukuinkan shoten devient société par actions Fukuinkan shoten
2002 – Février : 50 ans de l’éditeur
– Avril : fondation de Chiisana kagaku no tomo
2003 Septembre : 50 ans du mensuel Haha no tomo
2005 50ème anniversaire de Miffy de l’artiste éerlandais Dick Bruna
2006 Avril : 50ème anniversaire de Kodomo no tomo
2008 50ème anniversaire de l’ours Paddington de Michael Bond
2010 Novembre : #500 de Kagaku no tomo
2013 50ème anniversaire de Guri et Gura
Novembre : fondation de Tenji tsuki sawaru ehon guri to gura, une version avec braille et texture pour les malvoyants de Guri et Gura
201750ème anniversaire de Daruma-chan

Les premières recherches menées ont mis en évidence quelques caractéristiques permettant de mieux situer Fukuinkan shoten dans le milieu éditorial japonais.

La promotion de la littérature de jeunesse étrangère doublée d’un important rayonnement international

L’éditeur a développé dès sa fondation une importante activité de traduction d’albums, de contes, de documentaires scientifiques mais également d’ouvrages pédagogiques et éducatifs du monde entier. Dans les années 1960, la publication d’oeuvres étrangères se concentrait surtout autour de la littérature de jeunesse anglo-saxonne (Virginia Lee Burton, Beatrix Potter, Ruth Gannett…) mais elle s’est rapidement étendue à celles des auteurs du monde entier. Cette ouverture a contribué au succès du lapin Miffy, de l’ours Paddington ou des personnages de l’univers de Peter Rabbit auprès des enfants japonais, un succès qui n’a pas décru depuis. En ce qui concerne la traduction d’ouvrages en français, Fukuinkan shoten a publié les classiques de Jules Verne, de Victor Hugo, de Léopold Chauveau et de Robert Sabatier mais aussi les oeuvres de Chris Donner, de Claude Ponti, ou bien encore de Frédéric Stehr.

Fukuinkan shoten présente également un important rayonnement à l’échelle internationale comme l’attestent les nombreuses traductions de cet éditeur à l’étranger. Plusieurs auteurs-phares attaché à cet éditeur ont reçu des prix internationaux tels que Akaba Suekichi (prix Hans Christian Andersen 1980), Segawa Yasuo (Grand prix de la biennale de l’illustration de Bratislava 1967) ou encore Anno Mitsumasa (Prix de la Pomme d’Or de la biennale Internationale de l’illustration de Bratislava 1977 et 1979, Prix Hans Christian Andersen 1984). Certaines œuvres ont atteint le statut de best-seller en Occident (A chacun sa crotte de Gomi Tarô) tandis que les traductions en Asie (Chine et Corée notamment) sont en augmentation. Anno Mitsumasa est d’ailleurs le premier auteur japonais à avoir été traduit à l’Ecole des loisirs.

La lecture comme vecteur de lien entre l’adulte et l’enfant

Comme le symbolise le logo de l’éditeur, représentant une petite main et une grande main l’une dans l’autre, la ligne éditoriale de Fukuinkan shoten a pour objectif de renforcer les liens entre l’enfant et l’adulte par la lecture commune d’albums et d’histoires. Ainsi, depuis les années 1960, les albums et les romans indiquent sur leur quatrième de couverture l’âge de lecture conseillé quand cette dernière est faite par autrui et celui conseillé lorsqu’elle est réalisée en autonomie. La production de l’éditeur s’est, au fil des années, de plus en plus diversifiée en proposant des collections à publication mensuelle spécifiquement adressées à un âge ou un niveau scolaire donné.

On constate également une volonté forte de la part de l’éditeur de produire des albums à visées documentaire et scientifique pour les différentes tranches d’âge, ce que témoigne les  collections Takusan no fushigi (à partir de 7 ans), Kagaku no tomo (5-6 ans), Chiisa na kagaku no tomo1 (de 3 à 5 ans) mais également les zukan et autres ouvrages reliés de type encyclopédique. On retrouve plusieurs traductions d’ouvrages d’auteurs et d’illustrateurs ayant publié chez Fukuinkan shoten dans la collection Archimède de documentaires jeunesse des éditions de l’Ecole des loisirs (A quoi ils jouent de Komori Atsushi et Yabuuchi Masayuki, Les Animaux des mers profondes de Okutani Takashi et Tomita Momoaki, Maman, je m’ennuie de Kanao Keiko, La Taupe du jardin de Tanaka Toyomi).

Mori Tatsuo, qui fut rédacteur en chef de la collection Kagaku no tomo, avait dressé le constat de la situation difficile dans laquelle se trouvait l’édition d’ouvrages scientifiques destinés à la jeunesse au Japon depuis les années 1990. Cette situation découlait selon lui de plusieurs facteurs : la baisse de la natalité, la mauvaise situation économique, l’aliteracy en augmentation et un désintérêt général pour les sciences. De ce constat est né la volonté de créer le mensuel Chiisa na kagaku no tomo, une collection scientifique qui cible les 3-5 ans. Celle-ci n’a pas pour vocation d’instruire mais de solliciter le mécanisme de curiosité, d’imagination et le plaisir intellectuel inné de l’enfant dans l’apprentissage des choses du quotidien.

  1. Absent du fonds de la BnF. []