Archives de catégorie : Chercheurs associés

Robur

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Aurélien Vret présente ses recherches menées à la Bibliothèque de l’Arsenal autour de son projet : Pourquoi il est important de faire de la typographie contemporaine à la BnF, et ce que cela change pour l’avenir de la création artistique en général.


Continuer la lecture de Robur

Aurélien Vret

Chercheur associé à la bibliothèque de l’Arsenal, pour l’étude du fonds Mandel, avec Anne-Bérangère Rothenburger comme tutrice scientifique. Diplômé de l’École supérieure des Beaux-Arts de Toulouse (devenu l’Institut supérieur des arts de Toulouse, ISDAT), artiste plasticien et dessinateur de caractères typographiques chez Typofonderie.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Soutenance de thèse de Sarah Nechtschein, ancienne chercheuse associée du département Littérature et art (13/12)

Sarah Nechtschein, qui fut chercheuse associée au sein du département Littérature et art de la BnF en 2007-2008 pour son projet « Être propre, sentir bon, paraître élégant », soutient sa thèse intitulée Matériaux odorants et créativité. Sociologie de la conception de parfum, ce lundi 13 décembre.

Parfums des femmes de France Viville Oh ! quel parfum exquis que cette Violette Reine
Parfums des femmes de France Viville Oh ! quel parfum exquis que cette Violette Reine https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9016416p
Continuer la lecture de Soutenance de thèse de Sarah Nechtschein, ancienne chercheuse associée du département Littérature et art (13/12)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Femmes photographes : regards sur la ville et valorisation d’une collection (2/2)

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Angele Ferrere, lauréate 2020 de la bourse Louis Roederer pour la photographie rend compte de son projet qu vise à valoriser l’oeuvre de photographes femmes dans les collections de la Bibliothèque nationale de France.

Fondation Louis Roederer
Continuer la lecture de Femmes photographes : regards sur la ville et valorisation d’une collection (2/2)

Angèle Ferrere

Chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France, lauréate 2020 de la bourse Louis Roederer pour la photographie. Docteure en histoire et esthétique de la photographie, laboratoire AIAC, Université Paris 8

More Posts

Femmes photographes : regards sur la ville et valorisation d’une collection (1/2)

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Angele Ferrere, lauréate 2020 de la bourse Louis Roederer pour la photographie rend compte de son projet qu vise à valoriser l’oeuvre de photographes femmes dans les collections de la Bibliothèque nationale de France.

Fondation Louis Roederer
Continuer la lecture de Femmes photographes : regards sur la ville et valorisation d’une collection (1/2)

Angèle Ferrere

Chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France, lauréate 2020 de la bourse Louis Roederer pour la photographie. Docteure en histoire et esthétique de la photographie, laboratoire AIAC, Université Paris 8

More Posts

Parution : Sourds et muets : Entre savoir et fiction au tournant des Lumières (1776-1815)

Flora Amann, chercheuse associée 2020 de la Bibliothèque nationale de France pour le projet d’Étude et valorisation des premiers livres destinés aux sourds en France. Du Catéchisme (1792) au Premier livre des sourds (1863), fait paraître un ouvrage tiré de sa thèse menée sous la direction de Michel Delon, Sorbonne université et Benoît Melançon, Université de Montréal.

 Sourds et muets
 Sourds et muets

Ce livre replace les discours sur la surdité dans le contexte savant du tournant des Lumières (1775-1815) et étudie leur pertinence pour comprendre les mutations linguistiques, anthropologiques et philosophiques qui caractérisent la période.

Continuer la lecture de Parution : Sourds et muets : Entre savoir et fiction au tournant des Lumières (1776-1815)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les manuscrits italiens de la Bibliothèque nationale de France. Une nouvelle source pour l’histoire du brigandage

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Carmen Caligiuri présente l’avancement de ses recherches sur les manuscrits italiens de la Bibliothèque nationale de France (cotes 1124-1127)1.

Famille de brigands en alarme, 1824, Léopold Robert. MAH Musée d'art et d'histoire. Ville de Genève. Achat, 1888
Famille de brigands en alarme, 1824, Léopold Robert. MAH Musée d’art et d’histoire. Ville de Genève. Achat, 1888
Continuer la lecture de Les manuscrits italiens de la Bibliothèque nationale de France. Une nouvelle source pour l’histoire du brigandage
  1. Les manuscrits italiens de la Bibliothèque Nationale de France (cotes 1124-1127). Un essai de reconstruction, url : <https://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2020000019_les-manuscrits-italiens-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-cotes-1124-1127-un-essai-de-reconstruction>. []

Carmen Caligiuri

Chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France et doctorante en Sciences Historiques à l’École Supérieure d’Études Historiques de l’Université de la République de Saint-Marin (XIV cycle de doctorat 2019-2022)

More Posts

Juliette Lavie, lauréate de la Bourse de recherche Louis Roederer 2021

La Bourse de recherche Louis Roederer pour la photographie a été attribuée hier à Juliette Lavie, pour son projet de recherche La photographie à la télévision. Chambre noire 1964-1969 une émission
de l’ORTF
, croisant l’étude de corpus issus du département des Estampes et de la photographie, de l’Audiovisuel et des Arts du spectacle.
Grâce à cette bourse dotée de 10 000 euros, La Maison Louis Roederer, Grand Mécène de la Culture et soutien fidèle des expositions de la BnF, accompagne chaque année la mise en lumière des collections photographiques de la Bibliothèque.

Continuer la lecture de Juliette Lavie, lauréate de la Bourse de recherche Louis Roederer 2021

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Reliures médiévales de l’abbaye de Saint-Victor de Paris : un ensemble exceptionnellement bien conservé

La BnF accueille tous les ans des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Eve Defaÿsse présente l’avancement de ses recherches sur les manuscrits de l’ancienne abbaye de Saint-Victor de Paris (1113-1789).

Continuer la lecture de Reliures médiévales de l’abbaye de Saint-Victor de Paris : un ensemble exceptionnellement bien conservé

Eve Defaÿsse

Doctorante en histoire médiévale - Université Lumière Lyon 2 (ED483) - CIHAM (UMR 5648)

More Posts

Collections privées, collections publiques : le petit format des familles

La BnF accueille tous les ans de chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Marie Goupil-Lucas-Fontaine présente l’avancement de ses recherches sur la musique légère.

Continuer la lecture de Collections privées, collections publiques : le petit format des familles

Marie Goupil-Lucas-Fontaine

ATER - Doctorante en histoire contemporaine - Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne (ED 113) - Centre d'Histoire du XIXe siècle (EA 3550) Chercheuse associée BNF, département de la Musique

More Posts

23rd international CHIME meeting, ‘Chinese Music and Memory’

Les rencontres annuelles européennes sur la musique chinoise CHIME se dérouleront avec Prague, les 1-3 et 8-10 septembre 2021.
Elles seront réparties sur deux séries de trois après-midi (15h-19h), l’horaire qui convient le mieux pour l’Europe centrale, l’Asie orientale et le continent américain.

Principale manifestation mondiale sur la musicologie de la Chine, CHIME 2021 offrira l’occasion à des chercheuses et chercheurs d’origine chinoise et de chercheuses et chercheurs exerçant sur les trois continents de présenter leurs travaux.

Continuer la lecture de 23rd international CHIME meeting, ‘Chinese Music and Memory’

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

“Musique légère” : embarras et délicatesses d’un cadre de classement au département de la Musique

La BnF accueille chaque année des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Aujourd’hui Marie Goupil-Lucas-Fontaine présente ses recherches sur la musique légère.

Continuer la lecture de “Musique légère” : embarras et délicatesses d’un cadre de classement au département de la Musique

Marie Goupil-Lucas-Fontaine

ATER - Doctorante en histoire contemporaine - Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne (ED 113) - Centre d'Histoire du XIXe siècle (EA 3550) Chercheuse associée BNF, département de la Musique

More Posts

Entre destruction et modernité : l’édition révolutionnaire et impériale à travers les sources numériques du Dépôt légal (1793-1810)

Introduction1

Parmi les historiens du livre et de l’édition, le dépôt légal de la Révolution et de l’Empire est un peu comme le Commandeur du Don Giovanni de Mozart2.  Tout le monde sait où il se trouve, tout le monde en parle, mais personne n’ose s’y approcher de trop près dans la crainte d’en être écrasé ou englouti. Le dépôt légal demeure donc toujours en surplomb et en arrière-plan des recherches qui sont consacrées à l’histoire de l’édition de cette période : s’il est souvent cité, il n’est que très rarement analysé de près. Pour preuve, il suffit de voir les nombreuses références qui sont faites au dépôt légal dans les plus importants textes d’histoire du livre consacrés à cette période3 : les historiens continuent à se léguer les uns les autres les chiffres élaborés par Robert Estivals, qui, seul, a eu le courage de défier (et de vaincre) le Convive de pierre et de proposer, il y a désormais plusieurs décennies, une étude quantitative des registres du dépôt légal de l’époque révolutionnaire et impériale, seulement en partie corrigé par la suite4.

Les recherches actuelles ne souhaitent pas revenir sur les résultats proposés en son temps par M. Estivals, même si un premier et partial examen laisse supposer qu’il conviendrait d’en remettre en question certains acquis revoyant fortement à la baisse les volumes de la production éditoriale de cette époque. A quoi bon, en effet de savoir que, une fois éliminées les répétitions et les erreurs d’enregistrement, attentivement séparés les dons et les partitions musicales, réduites à portion congrue les publications périodiques et les tomes déposés séparément, en l’année VIII (1800) les publications déposées au titre du dépôt légal ont été 512 plutôt que 709 (-24,5%)5 ?

Image 1. Production éditoriale déposée au dépôt légal au régime de la loi du 17 juillet 1793.
Image 1. Production éditoriale déposée au dépôt légal au régime de la loi du 17 juillet 1793. En rouge les chiffres proposés par Estivals, en bleu ceux élaborés au cours de mes recherches cette année.

Quoique les nouvelles recherches se fondent en partie sur les mêmes sources utilisées par Estivals et en moindre partie par Hesse, elles souhaitent plutôt comprendre le processus de construction de ces chiffres, saisissant les logiques (culturelles, économiques et politiques) qui les déterminent. A cette condition, c’est-à-dire à condition de restituer au dépôt légal sa dimension sociale qui lui appartient en l’inscrivant dans un contexte plus vaste, ce tableau perd sa dimension abstraite. Intégrée avec d’autres sources, il peut devenir le biais à travers lequel il est possible d’une part d’appréhender l’impact de la Révolution sur le monde de l’édition6, autant qu’il peut être l’occasion, d’autre part, d’interroger les dynamiques de reconfiguration des capitaux culturels qui caractérisent l’Europe post-révolutionnaire et napoléonienne7.

Image 2. La France en l’an XI (1802-1803)
Image 2. La France en l’an XI (1802-1803)8.

Les dispositions prévues par la loi du 17 juillet 1793, qui régissent le régime libraire de la République, s’appliquent jusqu’en février 1810 sur un espace politique et culturel qui ne cesse de s’agrandir. Dans cette carte de l’an XI, l’on peut voir la départementalisation des Pays-Bas Autrichiens sur la frontière nord, du canton du Léman et de la région piémontaise à l’est.  

Les principes et les enjeux de la loi du 19 juillet 1793

Approuvé à un moment où la République était menacée de survie et passé presque inaperçu, le décret du 19 juillet 1793 constitue néanmoins un tournant dans l’histoire de l’édition9. Il est un tournant, car ce texte fonde le moderne droit d’auteur en France10, en le consacrant en tant que droit naturel et imprescriptible. Toutefois, cette loi constitue aussi un tournant dans la mesure où, à partir de ce premier postulat, ses auteurs, Marie Joseph Chénier, qui rédige le texte, et Joseph Lakanal qui le présente à la tribune11, construisent, aussi et plus largement, le cadre juridique qui organise un régime éditorial inédit, fondé sur le rejet radical de l’expérience et des principes de la période monarchique12. Ainsi, même si des anciennes pratiques sont restaurées, la logique qui préside à leur usage est nouvelle si bien celui-ci acquiert une nouvelle signification et nouvelle portée performative au sein le monde de l’édition13. Tel est le cas par exemple du dépôt légal14.

Instauré en 1537 par François Ier, modifié à maintes reprises au cours du XVIIIème et tombé en désuétude lors des premières années de la Révolution, sans pour autant être officiellement jamais abrogé, le dispositif est remis en vigueur par la loi en 1793, qui est en fait même le socle à partir duquel s’agence le processus d’accumulation du capital culturel de la nouvelle République. A proprement parler, il s’agit moins d’une restauration que de l’institution d’une nouvelle pratique socio-culturelle.  

Jusqu’en 1789, le dépôt légal s’inscrivait au sein d’un dispositif complexe visant à encadrer et à contrôler la production et la circulation de l’imprimé de la part de la monarchie. Ce qui avait expliqué, par-delà même les tensions qui avaient caractérisé l’existence du champ éditorial absolutiste15, son progressif durcissement à fur et à mesure que la diffusion de l’imprimé se propageait dans la société et devenait un vecteur de médiation culturelle en mesure de toucher de pans de plus en plus larges de la société. Il ne permettait pas seulement de vérifier les contenus que ces textes véhiculaient, mais surtout de s’assurer de la régularité du processus de production éditoriale qui était strictement encadrée par les privilégies concédés par la royauté, justifiant ainsi le rôle actif joué par les Communautés des libraires et imprimeurs au sein de ce processus de régulation. Si dans le règlement de 1723, la Bibliothèque du Roi était reconnue, quant à elle, destinataire de deux copies de chaque texte imprimé au sein du Royaume, elle avait un rôle totalement passif, déléguée qu’à recevoir et patrimonialiser des ouvrages que d’autres avaient en charge de saisir et d’en examiner la conformité aux règles en vigueur16.

La Révolution bouleverse ce système d’interactions, car elle bouleverse les principes sur lesquels se fonde le pacte social. En 1793, l’établissement du dépôt légal s’inscrit dans le sillage de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen approuvé quatre ans auparavant et, plus particulièrement, il est motivé par l’exigence de garantir l’application de l’article 11 de celle-ci qui prévoit que « tout Citoyen peut parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi »17. Il s’agit d’une traduction juridique tardive certes, aboutissement dernier de nombreux projet de lois et de pressions contradictoires qui ont jalonné son élaboration18, mais néanmoins logique. Comment serait-il autrement possible de protéger le droit imprescriptible et « exclusif » que « les auteurs d’écrits en tout genre, les compositeurs de musique, les peintres et dessinateurs qui feront graver de tableaux ou dessins » ont « de faire vendre, distribuer leurs ouvrages […] et d’en céder la propriété » sans conserver une trace précise des ouvrages imprimés sur le sol de la République19 ? Toutefois, comment éviter que la conservation et la patrimonialisation des publications dérivées du besoin de reconnaître à sa juste valeur « le génie » à travers ne remette pas en discussion le caractère sacré et inconditionné du droit d’auteur20 ? Comment exclure que l’institution, qui se porte garante de ce dépôt, qui le certifie même par le biais de ses récépissés qu’elle livre à tout dépositaire, puisse dévoyer ce pouvoir pour exercer une forme de contrôle, même ex post, qui à terme pourrait devenir une menace pour la liberté d’expression ?

La volonté de trouver un équilibre entre ces deux besoins à la fois légitimes et contradictoires aboutit à la refonte complète de la pratique du dépôt légal. Une refonte dans la mesure où la reconnaissance pleine et entière du droit d’auteur en tant que forme sacrée de propriété, dont la légitimité précède la loi positive, implique que son usage ne puisse pas être subordonné et conditionné à une médiation étatique obligatoire, qui remettrait en question son caractère sacré et inconditionné, à la fois du point de vue de principes et du point de vue pratique. Le dépôt légal ne peut qu’avoir un caractère volontaire, qui résulte du choix de l’individu.

Toutefois, privé de son pouvoir de contrôle, l’Etat acquiert la responsabilité d’une tâche encore plus importante : il doit organiser l’usage social de la production éditoriale. Ce qui implique une transformation profonde de ses prérogatives. D’abord, dans la mesure où l’exercice de l’édition n’est encadré que par le droit naturel dont la puissance publique est, et il ne peut pas être autrement, le seul garant, l’Etat s’affirme comme le seul acteur qui peut décider de la politique libraire nationale. Déléguer cet exercice à un corps intermédiaire reviendrait à renoncer à une portion de la souveraineté. Ensuite, comme l’intervention étatique ne se justifie qu’un nom de sa capacité d’assurer le respect des droits naturels dont jouit chaque citoyen, soit-il auteur ou imprimeur, l’action des institutions publiques doit se limiter à prouver le bien-fondé de prétentions de celui-ci d’une part et à en sanctionner leur éventuel abus d’autre part, expliquant son rôle de régulation du système éditorial.

Ainsi, si en aval, sans surprise, l’Etat se réserve le monopole de la répression de la contrefaçon par le biais des tribunaux et du contrôle de police, en amont, ce nouveau régime libraire repose désormais sur l’expertise des conservateurs de la Bibliothèque devenue Nationale, dont les connaissances sont mises au service de la République. En tant que fonctionnaires, ceux-ci ne doivent plus surveiller, mais ordonner ; non pas censurer, mais examiner et protéger l’œuvre de tous les citoyens pour en faire un patrimoine commun de tous pour tous21. Tâche décisive qui traduit l’importance acquise par la Bibliothèque révolutionnée au sein des institution républicaine22, mais aussi plus largement la mutation du savoir bibliographie qui devient, ou mieux complète sa mue, pour devenir un outil de construction de l’orthodoxie du champ culturel républicain23. De ce point de vue, alors les registres du dépôt légal peuvent être considérés comme autant de précieux jalons pour comprendre les évolutions de celui-ci et les dynamiques qui le caractérisent. 

Image 3. Exemplaire de récépissé, livré par les conservateurs du département des imprimés de la Bibliothèque nationale.
Image 3. Exemplaire de récépissé, livré par les conservateurs du département des imprimés de la Bibliothèque nationale. Il s’agit de Gougis du Favril, traducteur du Digeste ou Pandectes de l’empereur Justinien, traduits en français par M. G* D. F*,… et révisés par une société de jurisconsultes, Paris, 1803.

Usages du dépôt légal : surgissement d’un nouveau paradigme économique

Si une notice bibliographique singulièrement prise n’offre que quelques renseignements concernant un livre spécifique, la construction d’une base de données composée par des milliers de titres échelonnées dans le temps à intervalles réguliers, permet de déceler les logiques de fonctionnement du système éditorial qui se définit à la suite des lois de 1793, amoindrissant les spécificités liées à la conjoncture temporelle ou aux comportements des individus24. Tout particulièrement, à rebours des affirmations des mémoires des libraires et des imprimeurs de l’époque, tendant à présenter celui-ci comme le royaume de l’arbitraire dont « l’extravagance de règles » aurait permis l’instauration d’un « pillage général des propriétaires littéraires » où aux bons éditeurs s’opposeraient des pirates sans états d’âme25, l’analyse comparée des registres du dépôt légal et des principaux journaux bibliographiques de l’époque révèle que la loi de 1793 fait rapidement l’objet d’une réappropriation par les acteurs du monde de l’édition pour être intégrée au sein d’un ensemble de pratiques commerciales cohérentes qu’elle participe finalement à structurer26.

Certes, pendant les premières années directoriales, la pratique du dépôt légal semble se révéler aléatoire et presque exclusivement limitée au champ éditorial parisien à tel point qu’il est difficile, à l’état actuel des recherches, de déceler la cohérence des choix opérés par les imprimeurs27. Toutefois, déjà en 1800 et 1803, celle-ci se précise, montrant une forme de discipline du champ éditorial sur la base de la loi de juillet 1793, prouvée d’une part par la répétition des comportements des éditeurs et d’autre part par leur universalité. Plus un ouvrage coûte cher à produire en raison de la qualité du support ou du travail éditorial qu’il nécessite pour le confectionner, et surtout plus est-il susceptible d’être commercialisé à large échelle, plus il est rapidement et exactement déposé au dépôt légal. À l’inverse, moins les coûts de production sont importants et surtout, moins significatives sont les chances de commercialisation dans le temps ou dans l’espace, moins les imprimeurs se soucient de se rendre rue Richelieu pour déposer les copies réglementaires, se contentant d’annoncer la parution de l’ouvrage par les biais des annonces libraires. Des exceptions existent bien évidemment et ce cadre est complexifié par des différences géographiques, qui concourent à une sous-représentation, à vrai dire de moins en moins significative dans le temps, de la production provinciale. Elles ne sauraient toutefois remettre en cause le décalage marginal entre les annonces libraires et les ouvrages déposés au dépôt légal concernant les livres illustrés, les almanachs et tous les usuels, les œuvres théâtrales, ou encore, les romans dont l’importance quantitative est majeure au sein de la production éditoriale de l’époque. Ces mêmes sources attestent en revanche des différences majeures concernant les essais, les textes d’occasion ou, encore, les ouvrages à intérêt local, la nature même de l’ouvrage ou les circonstances de publication amoindrissant les possibilités de fraude et donc le besoin de recourir à la protection de la loi de 1793 aux yeux des éditeurs et des imprimeurs eux-mêmes.

Si cet élément explique en partie l’écart significatif qui existe entre les annonces publicitaires et les œuvres effectivement déposés à la Bibliothèque Nationale, il contribue surtout à restituer la rationalité des pratiques éditoriales qui caractérisent le champ éditorial post-révolutionnaire et qui aboutit finalement à la construction d’un nouveau régime libraire, démentant l’idée que la Révolution et l’adoption d’un cadre légal moins intrusif aient favorisé l’avènement du chaos et de l’anarchie éditoriale. Au contraire, si celui-ci demeure précaire et toujours menacé par des comportements controversés ou illégaux28, son efficacité ne cesse de s’accroître au fil du temps. Aux procédures légales entamées pour contrefaçon qui parsèment la chronique judiciaire prouvant la persistance de l’ancienne dichotomie entre la capitale et la province héritée de l’Ancien régime, à l’activité douteuse d’imprimeurs libraires dont les titres ne sont jamais enregistrés au dépôt légal, et pour cause29, il convient d’opposer l’uniformisation croissante du marché éditorial témoignée par deux éléments. A la variété et le poids accru des livraisons faite de la part des éditeurs provinciaux, qui s’intègrent de plus en plus dans un marché transnational ou impérial s’ajoute l’existence d’un dépôt légal « tardif » ou « rétrospectif » pratiqué par des ayant droits qui déposent des ouvrages publiés des années auparavant, parfois avant même juillet 1793, pour se prévaloir de la protection, juridiquement discutable, de la loi.

Image 4. Pourcentage d'ouvrages publiés à Paris entre 1800 et 1810
Image 4. Pourcentage d’ouvrages publiés à Paris entre 1800 et 181030. Selon les données du dépôt légal, entre l’année 1800 et l’année 1809, les imprimeurs-libraires ou éditeurs parisiens publient 11% moins de titres, passant du 91% du total à 80%.

D’importance diverse, ces deux pratiques prouvent la volonté des acteurs d’intégrer un ordre libraire dont ils estiment, à tort ou raison, pouvoir en tirer davantage des bénéfices en l’intégrant qu’en y étant exclus. La conviction de l’efficacité de la protection du dépôt légal se renforce rapidement si bien que, déjà en 1803, le décalage entre les annonces libraires et les livres réceptionnés par les conservateurs n’est plus que de la moitié environ de ce qu’il était trois ans plus tôt (13,7% en 1803 d’annonces en plus par rapport au dépôt alors que le pourcentage dépassait 26,2% en 1800). En 1806, ce décalage s’est inversé et les entrées au dépôt légal dépassent largement les annonces commerciales31. L’étroit contrôle imposé au monde de l’imprimerie parisienne par le Ministre de Police, doublé d’un dépôt obligatoire à la Préfecture de Police de Paris pour les imprimeurs de la capitale32, n’est pas étranger à ce changement qui traduit, au moins en partie, la progressive normalisation et recomposition du champ libraire33.

Le royaume des pirates et de la contrefaçon, qui aurait accompagné la décadence du noble art typographique si violemment dénoncés à longueur des pages par imprimeurs-libraires, au moment de la proclamation de l’Empire si ce n’est pas déjà un souvenir, il ne le sera jamais totalement d’ailleurs34, il est désormais réduit à une clandestinité qui exclut toute production d’envergure ou bien il se développe à l’extérieur des frontières, en Italie du Nord d’une part et encore plus en Allemagne, comme en témoignent les informateurs du ministère de la Police35. Dès lors, pourquoi les attaques des imprimeurs-libraires à l’égard du régime libraire établi par la loi de juillet 1793, loin de s’estomper, se renforcent à fur et à mesure que celui-ci s’établit ? Faudrait-il simplement les mettre sur le compte d’un esprit de parti exacerbé, d’un conservatisme aveugle qui caractériserait leurs auteurs ?

Le triomphe de l’auteur ou la longue agonie de l’imprimeur-libraire

Pour répondre à ces questions, on aborde l’aspect le plus original et, peut-être, le plus important des registres du dépôt légal créés par la Révolution en tant que source pour l’histoire de l’édition. Dans la mesure où ceux-ci sont censés constituer le support légal pour toute action en justice concernant le droit d’auteur, les conservateurs de la Bibliothèque qui les remplissent ne se limitent pas à enregistrer les données classiques qui permettent d’identifier précisément le support matériel qui leur est livré en le distinguant des autres textes. Ils consignent également le titulaire de ces droits, qu’il le soit à titre définitif car il est l’auteur du texte (ou des images) ou bien qu’il le soit à titre provisoire parce qu’il en est l’éditeur, l’imprimeur ou encore le traducteur36. Ce faisant, ils construisent une base de données, à maints égards, unique.

Unique, car, les publications sans titulaires des droits étant extrêmement rares, il est possible de percer l’anonymat qui caractérise encore des centaines de textes de l’époque, laissant par la même occasion entrevoir la possibilité de renouveler les connaissances sur la composition du monde littéraire post-révolutionnaire. Unique encore, car le catalogage opéré par les conservateurs offre la possibilité d’une part de cartographier les rapports de propriété qui régissent l’ensemble du champ éditorial. Unique enfin et surtout, car leur analyse diachronique permet de reconstruire les logiques éditoriales qui président à son fonctionnement autant qu’à sa transformation.

Image 5. Exemple de page tirée des registres du dépôt légal, floréal an XII (mai 1804)
Image 5. Exemple de page tirée des registres du dépôt légal, floréal an XII (mai 1804)37.

Cette page illustre la variété et la fluidité du monde de l’édition post-révolutionnaire. Le premier texte appartient, l’imprimeur libraire Le Normant, qui acheté les droits à l’auteur pour l’imprimer et le vendre. Le quatrième est un livre à compte d’auteur, imprimé par un tiers mais commercialisé et possédé par son auteur. Le sixième en revanche appartient à Barba, un « libraire » qui agit comme un éditeur moderne. Après avoir acheté les droits à l’auteur, Barba fait imprimer le texte par un autre intermédiaire pour ensuite lui se charge de la commercialisation.

A ce propos justement, l’essor que connaissent les livres à compte d’auteur, ce que l’on appellerait aujourd’hui l’autoédition, est tout à fait révélateur38

Même si les décrets de 1777 avaient déjà favorisé l’essor du phénomène autorisant les auteurs à commercialiser leurs ouvrages, avec l’événement de la Révolution celui-ci atteint une ampleur inédite, comme le révèle l’analyse des livres déposés pendant la première décennie du XIXème siècle.

Image 6. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1800-1809)
Image 6. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1800-1809)39.

Les données mettent en évidence un léger recul de la part d’ouvrages à compte d’auteur sur le total dans la décennie analyse : : 33% en 1800, 35% en 1803, 31% en 1806 et 29 % en 1809. Si cette tendance ne remet pas en cause l’essor connu de ce type de publications pendant la période révolutionnaire, d’autre part cet affaiblissement de la démocratie éditoriale issue de la Révolution facilite la recomposition conjoncturelle de 1810.   

Selon cet échantillon d’environ 2000 notices, au moins un tiers des droits de propriété appartient à leurs propres auteurs, peu importe si ceux-ci décident ensuite de commercialiser leurs ouvrages par le biais des libraires auxquels ils confient les copies qu’ils ont fait imprimer à leur frais (ce qui est le plus souvent le cas) ou bien s’ils se chargent de le faire eux-mêmes, essentiellement par vente directe si l’auteur habitait dans la capitale. Comment expliquer cette mutation extrêmement rapide alors que, avant 1789, cette typologie de livres n’atteignait pas le 10% des texte publiés ?

D’une part, certes ces données prouvent la démocratisation de la sphère littéraire, qui survient avec la Révolution et qui va de pair avec l’autonomisation et le renforcement de la condition de l’auteur. Celui-ci devient un sujet actif au sein de l’espace éditorial s’émancipant du rapport de subalternité qui avait caractérisé l’Ancien régime. D’autre part toutefois, du point de vue plus strictement éditorial, cette montée en puissance de l’auteur est indissociable de l’affaiblissement des imprimeurs-libraires, de leur fonction de médiatisation qui avait si centrale jusqu’alors pour faire accéder le manuscrit au statut de publication.

 A l’état actuel des recherches, il est difficile de comprendre les raisons de ce retrait massif qu’il conviendra d’étudier s’appuyant également sur de cas qualitatifs : découle-t-il d’un amoindrissement global des capacités d’investissement d’une communauté épuisée par le changement des attentes culturelles du public, par la succession des vagues répressives et d’anarchie législative ? Ou bien, est-il plutôt le résultat d’une stratégie économique calculé, visant à minimiser les risques, préserver le capital et éviter de s’exposer dans une conjoncture de marché, jugée trop changeante et risquée ? Les deux à la fois, probablement, même si le fait que ce pourcentage ait tendance à passer du simple au double, concernant certaines catégories de publications telles que les essais ou les œuvres littéraires (les romans exclus), et du simple à se réduire à un pourcentage négligeable pour les textes à large diffusion, tels que les almanachs ou les étrennes, laisse supposer que cette évolution soit attentivement maîtrisée par les imprimeurs. Elle permet d’externaliser les coûts et les investissements dans une part de marché risquée, soumise aux aléas de la politique, des goûts changeants et aux modes pour se concentrer sur le renouvellement et la mise à jour constant des usuels.

La suite des recherches se chargera de mieux comprendre les logiques et les contours de cette mutation. Pour l’heure, il est suffisant de s’en tenir au caractère structurel de ces chiffres qui révèle à la fois l’ampleur de la déstructuration du système productif d’Ancien régime et l’incapacité de l’ancienne organisation productive à maîtriser les changements qui caractérisent la société française contemporaine. Car, s’il est bien vrai que les imprimeurs libraires ne disparaissent pas, leur choix de n’investir que sur les usuels, les almanachs, les annuaires ou les publications financées par l’Etat, tout en louant leurs presses au plus offrant, constitue à la fois une forme de repli et de renoncement.

 Un repli prudent et efficace qui a court terme leur permet de préserver la structure productive dont ils sont propriétaires, comme le laisse supposer le léger recul de la part des livres en compte d’auteur (35% en 1803, 31% en 1806 et 29% en 1809) et qui, naturellement, s’accompagne avec une augmentation proportionnelle de la capacité d’investissement de la part des imprimeurs-libraires. Ce repli économique ne saurait pas cacher toutefois sa nature de renoncement, imposé ou choisi ici peu importe, face à ce qui constitue le véritable élément de nouveauté qui caractérise l’époque post-révolutionnaire : l’affirmation, contrastée relative, d’un marché éditorial unifié et subordonné aux goûts d’un public dont la Révolution a consacré la puissance et la centralité. Si cet élargissement et démocratisation du marché éditorial avait commencé bien avant la crise de la fin du siècle et il avait été l’un des éléments qui avaient rongé la stabilité du système absolutiste40, l’écroulement de l’Ancien régime lui donne cependant une envergure inconnue, la crise du marché du livre s’accompagnant également par la montée en puissance de l’imprimé éphémère, le pamphlet, et périodique, le journal41.

Dès lors, par-delà des destins particuliers spécifiques à toute imprimeur, cette marginalisation systémique de la figure de l’imprimeur-libraire révèle sa difficulté à s’adapter à une réalité socio-culturelle en pleine mutation et qui est caractérisée par le basculement d’un modèle fondé sur la limitation de la demande à un autre basé sur la variété de l’offre.((Voir à ce propos les considérations développées sur l’usage du livre en Révolution par Daniel Roche et Roger Chartier, « Introduction » in F. Barbier, Cl. Jolly et S.  Juratic (ed.), Livre et Révolution, Paris, Mélanges de la Sorbonne, 1988, p. 5-15 et C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, cit.)). Ce qui implique une nécessaire refonte des pratiques éditoriales autant que des outils de production, car la richesse et la puissance ne se construisent plus désormais sur la propriété de l’ensemble de la chaîne productive, dont l’achat et les frais de fonctionnement peuvent absorber inutilement toute la capacité financière de l’activité. Elle réside plutôt sur la capacité de satisfaire le marché, voire de le construire, à travers une activité de médiation entre les attentes que celui-ci exprime, la production des auteurs et enfin les contraintes imposées par la puissance étatique pour aboutir à la construction d’une politique éditoriale viable du point de vue économique. En d’autres termes, le temps est aux libraires-éditeurs, pour utiliser un terme d’époque, ou tout simplement, pour en utiliser un autre, aux éditeurs au sens moderne du termes, qui savent se séparer l’activité de production pour se concentrer sur la création et le financement d’un produit éditorial, suscitant une demande qui ont su autant que possible anticiper, encourager, voire même créer. Si le XIXème siècle marquera le triomphe de cette figure42, les registres du dépôt légal consulaire et impériale, quant à eux, en enregistrent le premier essor certain, comme le prouve le dernier graphique, qui montre la part de titres dont la propriété revient à cette nouvelle figure professionnelle, à laquelle les décrets napoléoniens de 1810 reconnaîtront pour la premier fois une responsabilité juridique à défaut d’en préciser totalement les contours.

Image 7. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1803-1809)
Image 7. Répartition des titres de propriétés des livres déposés au dépôt légal (1803-1809)43.

Conclusions

Inutile de considérer ces pages pour ce qu’elles ne sont pas : une étude définitive. Il ne s’agit que des premiers résultats d’une recherche qui mérite d’être continuée, peaufinée, consolidée par l’élargissement de la base de données et par le traitement de nouvelles sources. Des affirmations seront nuancées, d’autres précisées. Pour cette raison, cette étude méritait sa place ici dans ce Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France. Néanmoins, de vieilles intuitions se confirment et de nouvelles pistes se dégagent nombreuses.

Loin d’entrer en contradiction avec les mémoires des libraires publiés à l’époque, l’analyse des registres du dépôt légal permet de leur attribuer une nouvelle valeur, de mieux expliquer les raisons du violent refus de l’ordre voulu par la Révolution. Certes, la régularité des courbes, et plus encore l’intelligibilité des logiques qui les ordonnent, permet de nuancer les défaillances du régime libraire établi par le décret de juillet 1793. Le « capitalisme de butin » qui avait caractérisé la dérégulation révolutionnaire permettant à des nouveaux acteurs de s’affirmer s’estompe avec la création d’un marché unique à l’échelle (trans)nationale et la lente consolidation de nouvelles hiérarchies internes au nouveau champ éditorial, que le dépôt légal de 1793 contribue à construire avant même de les certifier. Avec le Consulat le temps des pirates se termine.

Pour autant, cette idéalisation d’un âge d’or passé par rapport à la noirceur d’un présent qui est sans cesse répétée s’explique, se légitime encore mieux à l’aulne de la géométrie de ces graphiques. Avec un langage qui trahit la permanence des structures mentales héritées de l’Ancien régime, cette ferme opposition vers le régime libraire imaginé par la Révolution traduit le ressenti commun de leurs auteurs face la violence d’une mutation systémique, à laquelle ils sont soudainement confrontés et qui débouche sur la remise en question de la figure professionnelle qu’ils incarnent. Une figure qui avait caractérisé pour deux siècles le système éditorial de l’absolutisme et dont ces mêmes auteurs sont le plus souvent les héritiers, à défaut d’en avoir été les protagonistes. La Révolution avec ses lois détruit à la fois un monde et un modèle économique. Et des identités et des destins professionnelles, aussi.

Bien sûr, les décrets de 1777 avaient déjà fissuré la toute-puissance de l’imprimeur libraire, tout comme la littérature clandestine aux frontières avait réduit sa puissance économique dès les débuts du XVIIIème siècle. D’ailleurs, dans les remontrances de l’époque, les imprimeurs parisiens ne s’étaient pas plaints, déjà à l’époque, du fait que la décision royale ruinait le commerce libraire, laissant le champ libre aux pirates ? Le commerce et la production libraires n’étaient pas déjà en une profonde crise dès le début des années 1780 ? Toutefois, rien n’est comparable à la violence de l’onde de choc révolutionnaire, dont au fond ces mémoires, ces pétitions sont les meilleurs témoignages, à nuance près. Ce qui à l’époque est appréhendé en termes de déchéance et de décadence se révèle être en réalité un surgissement, ou plutôt la première étape, extrêmement rapide, d’un changement de paradigme productif et qui entraîne, logiquement, une mutation des pratiques et de hiérarchies éditoriales qui vont avec.

De ce point de vue, plus encore que révéler un phénomène inattendu, l’étude des registres du dépôt légal restitue l’étendue et le rythme du surgissement de celui-ci, permettant d’en préciser les contours. Elle permet de mesurer la profondeur de la désarticulation qui l’investit et qui constitue le préalable d’une mutation qui s’étalera, en s’accélérant après 1830, sur toute la première moitié du XIXème siècle. Tout comme, elle permet de saisir pleinement le caractère foncièrement rétrograde des mesures napoléoniennes adoptées en 1810, visant à contrôler la production libraire par le biais de la limitation de l’offre et la construction d’un système policier, dont le dépôt légal (à nouveau obligatoire) aurait dû être le socle44. D’une part, il est vrai, pour la première fois, les dispositions du 5 février 1810 entérinent la naissance de la figure de l’éditeur, lui attribuant un statut juridique spécifique45. D’autre part toutefois, cette évolution s’inscrit dans une approche au monde de l’édition obsolète. Nouveau maquillage d’un ancien échafaudage rendu désirable par l’éclatement brutal imposé par la Révolution46, les décrets de 1810 et 1811 constituent au fond le dernier sursaut victorieux d’un monde affaibli, qui tarde à mourir, mais qui garde encore l’oreille du prince et qui sait lui offrir aussi des garanties politiques dans un contexte de renforcement de l’autorité impériale47. Si dans l’immédiat ils arrivent à reconstruire un ordre et à favoriser la recomposition d’un système éditorial affaibli, d’autre part le prix à payer sera de retarder l’éclosion d’un temps nouveau dont les registres du dépôt légal ont permis de mieux en saisir les lueurs.

Notes

  1. Ces pages sont la version remaniée et largement accrue de l’intervention prononcée le 15 avril 2021, lors de la réunion plénière de la Direction des Services et des Réseaux de la Bibliothèque nationale de France sous le titre de « Au bonheur des registres : repenser l’histoire du dépôt légal et l’édition révolutionnaire à partir de sources numérisées ». Les recherches étant encore en cours, les données présentées doivent être considérées comme provisoires. D’autres articles, mieux étayés, suivront les prochains mois. Qu’il soit permis en revanche de remercier dès maintenant M. J.-D. Mellot pour les conseils et la gentillesse qu’il a voulu exprimer à mon égard. Pour toute critique ou suggestion que ces pages sauront inspirer, écrire à l’auteur. []
  2. Comme déjà remarqué par Jean-Dominique Mellot, l’expression dépôt légal n’est jamais utilisée pendant l’Ancien régime. J-D. Mellot, « Dépôt légal, « bibliothéconomie politique » et identité(s) en France sous l’Ancien Régime » in Frédéric Barbier et István Monok (dir.), Les Bibliothèques centrales et la construction des identités collectives, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2005, p. 266-267. Pour ma part, je me permets de rajouter qu’elle ne l’est pas non plus durant l’époque révolutionnaire et impériale. Je me permets donc de l’utiliser ici dans un souci de clarté et efficacité. []
  3. Entre autres M. Lyons, Le triomphe du livre, Paris, Promodis, 1987, p. 12-13 ; C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, Berkeley, Los Angeles, Oxford, University of California Press, 1990, p. 205-206 et passim ; D. Bellos, « La conjoncture de la production », in R. Chartier – H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, Le livre triomphant, 1660-1830, Paris, Fayard, p. 730-737 et plus récemment P. Sorel, Napoléon et le livre, la censure sous le consulat et l’Empire, Presses Universitaires de Rennes, 2020. []
  4. R. Estivals, La Statistique bibliographique de la France sous la monarchie au XVIIIème siècle, Paris : Impr. nationale, 1965, notamment p. 415. Carla Hesse a pour sa part réalisé une étude de la période 1793-1799, ce qui justifie en partie mon choix de concentrer mon attention sur la période suivante (1800-1810), même si l’approche demeure différente : C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, cit. p. 126-162. Conservés au Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France (dorénavant BnF), les registres des livres déposés à la Bibliothèque sont désormais disponibles et consultables sur Gallica et sur le site des archives et des manuscrits de la BnF. Voir : https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc14130k. Il s’agit des seuls registres existants pour la période 1793-1810, alors que pour la période successive aux décrets du 5 février 1810, ceux-ci se multiplient. A la BnF, on conserve les registres des livres déposés par la Préfecture de Police de Paris aussi bien que le catalogue des livres effectivement reçus par le Département des manuscrits. Les Archives Nationales conservent en revanche les registres de tous les livres envoyés par les Préfectures de l’Empire tandis que chaque archive départementale, le plus souvent dans la série T, garde trace des déclarations des imprimeurs actifs dans sa juridiction. Le croisement de différentes sources, effectué par échantillon par Lyons, révèle que chaque registre livre des informations légèrement différentes. Lyons, Le triomphe du livre, cit., p. 14-15. []
  5. Sources: BnF, Archives Modernes, 130, 1800 (nivôse an VIII/nivôse an IX); 132, 1803; 135, 1806; 138, 1809 ; 1812 qui demeure à consolider Bibliographie de l’Empire français ou Journal de l’Imprimerie et de la Librairie, n°13-66, 1 janvier-25 décembre 1812. Méthodologie adoptée : en prenant en compte un an sur 3 à partir de 1800, je n’ai pas comptabilisé les dons (entre 1 et 3% des notices enregistrées), les partitions musicales (leurs volumes évoluant de façon importante d’an sur l’autre, 22% du total des notices enregistrées en 1800, 35% en 1803, 16% en 1806, 25% en 1809). Les titres déposés séparément par volume ou les publications périodiques ont été comptabilisé une seule fois par an. []
  6. S’il est généralement reconnu que la période révolutionnaire et impériale constitue un moment de passage fondamental dans la définition de l’éditeur moderne, les modalités précises de cette mutation font l’objet de débat. A ce propos, utile pour encadrement plus théorique la question : F. Barbier, « Qu’est ce que la médiation ? ou l’invention de l’éditeur », in G. Bonet (éd.), Imprimerie, édition et presse dans la première moitié du XIXème siècle, Perpignan, Publications de l’Olivier, 2004, p. 93-110 ; J.-Y. Mollier, Une autre histoire de l’édition française, Paris, la Fabrique éditions, p. XX-130. M. Lyons, Le triomphe du livre, cit. ; R. Chartier ; H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, Le livre triomphant, 1660-1830, cit. ; C. Hesse, C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, 1789-1810, cit. et Ch. Haynes, Lost illusions : the politics of publishing in nineteenth-century France, Cambridge : Harvard university press, 2010. D’autres suggestions aussi J.-D. Mellot, É. Queval, V. Sarrazin, « La liberté et la mort ? Vues sur les métiers du livre parisiens à l’époque révolutionnaire », in Revue de la Bibliothèque nationale, n° 49, automne 1993, p. 76-85 et R. Darnton, Editer et Pirater, cit. []
  7. En plus de la littérature consacrée à la période napoléonienne, voir à ce propos les réflexions méthodologiques développées par C. Charle, Introduction, in C. Charle (sous la direction de), Le temps des capitales culturelles, Paris, Champ Vallon, 2002, p. 9-26 et F. Moretti, Graphes, Cartes et Arbres, Paris, les Prairies Ordinaires, 2008. []
  8. P.-G. Chanlaire, Carte itinéraire de la République française divisée en départements comprenant l’ancien et le nouveau territoire de la France, Paris, 1801 [en réalité 1802-1803]. Source en ligne Gallica-BnF, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8439197b []
  9. M. J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, Paris, 1894, Tome 2, tome 2, p. 78 et, pour l’histoire de ce décret, p. 80-81 []
  10. Sur la loi de 1793, voir C. Hesse, « Enlightenment Epistemology and the Laws of Authorship in Revolutionary France, 1777-1793 » in Representations, 1990, Spring, n° 30, p. 109-137. De manière plus générale sur l’évolution de la fonction et le statut de l’écrivain, voir les considérations de M. Foucault replacées dans leur contexte et commentées : D. Ribard, 1969 : Michel Foucault et la question de l’auteur, Paris, 2019. []
  11. Cette hypothèse a été déjà avancée, à juste titre, par C. Hesse, « Enlightenment Epistemology and the Laws of Authorship in Revolutionary France, 1777-1793 », cit., p. 128-129. En effet, les papiers du Comité d’Instruction publique de la Convention Nationale révèlent que Chénier s’était saisi du dossier très tôt, sans pour autant procéder à l’élaboration d’un projet de loi attendu. Le 20 février 1793, dans le contexte des discussions suscitées par la circulation d’écrits contre-révolutionnaires, qui aboutiront à l’approbation de la loi répressive de mars 1793, le comité invite le député à accélérer ses travaux, qui, selon une note publiée sur le Moniteur, sont terminés à la date du 1° avril. M. J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, Paris, 1891, Tome 1, p. 347-348 Proche des députés qui signent les protestations suite aux événements du 31 mai et 2 juin et désavoué sur un autre projet de loi, Chénier préfère déserter la Convention en juillet, laissant ainsi que son projet de loi soit lu par son collègue au comité Lakanal. Celui-ci pris de court par la pétition des hommes de lettre du 16 juillet n’a même pas le temps d’écrire le rapport de loi et reprend un autre discours déjà prononcé par un troisième Baudin du comité en mars. Pour ces détails, voir M. J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique, cit. Tome 2, 79. Ce qui en revanche ne semble pas avoir attiré l’attention de Hesse ou Guillaume est l’apport donné par les imprimeurs ou éditeurs dans le processus d’élaboration de la loi, qui est révélé par le fait que le rédacteur de la note du Moniteur soit Huet, un éditeur de partitions musicales qui avait été également à l’initiative d’une pétition en juin 1792 demandant une loi sur le droit d’auteur. []
  12. Cette question doit être plus largement abordée compte tenu des discussions concernant les limites de la liberté d’expression en révolution qui caractérisent le contexte politique de 1793, à ce propos voir A. Soderhjelm, Le régime de la presse pendant la Révolution française, Helfingords, s.e., 1900, p. 109-143 et C. Magoni, Le pour et le contre, Rome, Storia e Letteratura, 2014, p. 39-87. []
  13. Concernant le dépôt légal d’Ancien régime : R. Estivals, Le dépôt légal sous l’Ancien régime de 1737 à 1791, Paris, Rivière, 1964 et J- D. Mellot, « Dépôt légal, « bibliothéconomie politique », cit., p. 260-270. []
  14. Il est à remarquer que le projet de loi initial de Chénier ne prévoyait pas le rétablissement du dépôt légal, ce qui est plutôt l’effet de la proposition du député Pierre Jean Auguis, figure assez marginale dans l’Assemblée. Elle est accueillie par le rapporteur et intégrée sans débat dans le projet de loi. M. Mavidal et E. Laurent (éd), Archives parlementaires de 1787 a 1860 première série, tome LXIX, Paris, 1889, séance du 19 juillet, p. 188. []
  15. L’application du dépôt légal se révèle un outil décisif pour asseoir le monopole contrasté de la corporation parisienne dans l’univers éditorial de la monarchie absolutiste, notamment après les dispositions de 1783. Sur cet aspect, entre autres, R. Chartier ; H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, Le livre triomphant, 1660-1830, cit. Th. Rigogne, Between state and market : printing and bookselling in eighteenth-century France, Oxford, Voltaire Foundation, 2007; J. McLeod, Licensing Loyalty Printers, Patrons, and the State in Early Modern France, The Pennsylvania State University Press, Pennsylvania 2011, p. 97-125 et, plus récemment, R. Darnton, Editer et pirater. Le commerce des livres en France et en Europe au seuil de la Révolution, Paris, Gallimard, 2021 []
  16. Pour les dispositions de loi, voir C.-M. Saugrain, Code de la librairie et imprimerie de Paris, ou Conférence du règlement arrêté au Conseil d’État du Roy, le 28 février 1723, et rendu commun pour tout le royaume, par arrêt du Conseil d’Etat du 24 mars 1744. Avec les anciennes ordonnances, édits, déclarations, arrêts, règlements et jugements rendus au sujet de la librairie et de l’imprimerie, depuis l’an 1332, jusqu’à présent, Paris, Aux dépens de la communauté, 1744 et pour un cadre général, François Furet, « La “librairie” du royaume de France au XVIIIe siècle », in F. Furet, Livre et société dans la France du XVIIIe siècle, t. 1., Paris, La Haye, 1965, p. 3-32 []
  17. Texte de la Déclaration des droits de 1789 : https://www.legifrance.gouv.fr/contenu/menu/droit-national-en-vigueur/constitution/declaration-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-de-1789. Lorsque la loi est rédigée par Chénier, mars 1793, le Déclaration des Droits de l’homme de l’an I n’était pas ni écrite ni adoptée. Elle ne le sera qu’en juin. []
  18. A ce propos, J. Guillaume (éd.), Procès-verbaux du Comité d’instruction publique, cit., p. 80-81 et encore plus, même si l’aspect dialectique des rapports entre les Assemblées et le monde de l’édition, est totalement gommé, C. Hesse, « Enlightenment Epistemology and the Laws of Authorship in Revolutionary France, 1777-1793 », cit., p. 117-129 []
  19. Art. 1 de la loi du 19 juillet 1793. Texte : Archives Nationales, F/18/1. []
  20. Pour le texte du rapport de loi, que Lakanal copie d’un autre rapport de Baudin, M. Mavidal et E. Laurent (éd.), Archives parlementaires de 1787 a 1860, cit., séance du 19 juillet, p. 188. []
  21. Sur le rôle des institutions en tant qu’outil d’institution sociale, voir : D. Poulot, Musée, nation et patrimoine, Paris, Gallimard, 1997. []
  22. Sur cet aspect, même si la bibliographie est très riche, S. Balayé, La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, Droz, 1988, mais aussi C. Jolly, « Les Idéologues et les bibliothèques », in Barbier F. (a cura di), Le Livre et l’historien : études offertes en l’honneur du Professeur Henri Martin, Geneve, Droz, 1997. []
  23. Cécile Robin, « La bibliographie, de la science du bibliographe à l’outil administratif. Naissance d’une science officielle sous la Révolution et l’Empire », Annales historiques de la Révolution française, n° 380, 2015, p. 101-123. []
  24. Les données présentées ici, dont il convient de rappeler leur nature provisoire, sont fondées sur l’analyse d’un échantillon d’environ 2000 notices extraites des registres du dépôt légal, en raison 500 notices par an tous les trois ans à partir de l’année 1800, la première à avoir une assise suffisamment large pour amoindrir les effets de conjoncture. A terme, après 1800, 1803, 1806, 1809, l’objectif à minima est d’élargir l’analyse comprenant 1812 et de cibler davantage certaines catégories d’ouvrages ou certains éditeurs, avec une attention spécifique à l’espace italien, comme prévu par le projet qui a mérité l’attribution de la bourse du comité d’histoire de la BnF en 2020. Pour la période avant 18 Brumaire, voir C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, cit. []
  25. L’instauration d’un régime libraire prévu par la loi de 1793, qui pour autant avait été rédigée sous pression et avec le concours d’une partie des imprimeurs-libraires parisiens, suscite à moyen terme la mobilisation d’autres imprimeurs éditeurs, qui publient des nombreux textes pour dénoncer les effets et en exiger l’abolition. Le premier passage est tiré de la mémoire de Louis J. Goujon, Essai sur la garantie des propriétés littéraires, Paris, Goujon fils, an IX, p. 2 et l’autre P. Catineau-Laroche, Réflexions sur la librairie, dans lesquelles on traite des propriétés littéraires, des contrefaçons et de la censure […] ouvrage adressé à Sa Majesté, Paris, 1807, p. 2. Hesse a déjà proposé une analyse d’une partie de ces textes en C. Hesse, « Economic uphaveals in publishing » in D. Roche et R. Darnton, Revolution in print : the press in France : 1775-1800, Berkeley ; London : University of California press, 1989, p. 69-97 []
  26. L’analyse a été faite croisant les données des registres du dépôt légal pour l’année VIII-IX (1800) et l’année XI-XII (1803) avec les deux journaux bibliographiques les plus répandus de l’époque à savoir : Journal général de la littérature de France, ou Indicateur bibliographique et raisonné des livres nouveaux en tous genres qui paraissent en France, classés par ordre de matières, Paris, Treuttel et Wurtz, et Journal typographique et bibliographique ou annonce de tous les ouvrages qui ont rapport à l’imprimerie […], Paris, Pierre Roux. Sources du dépôt légal : BnF, Archives Modernes, 130, 1800 (nivôse an VIII/nivôse an IX); 132, 1803. []
  27. Selon les données recueillies par C. Hesse, sur 2018 ouvrages déposés au titre du dépôt légal entre 1793 et 1799, auquel il convient d’ajouter 768 partitions musicales, seulement 5,38% sont attribuables avec certitude à des éditeurs provinciaux. C. Hesse, Publishing and cultural politics in revolutionary Paris, cit., p. 256-257. Pour l’instant, je n’ai pas abordé cette période. []
  28. Le dépouillement des rapports de police concernant les sections du Panthéon et du Théâtre français, où se concentraient l’essentiel des imprimeurs et des libraires parisiens (et donc par ricochet de la République entière), prouve la rareté des dénonciations pour non-respect de la loi de juillet 1793 (moins d’une trentaine pour la première décennie d’application de la loi, aucune pour la période entre l’an X et 1815). La concentration spatiale des imprimeurs favorise une forme de discipline indirecte ou directe des acteurs du monde de l’édition de ces quartiers, la plupart de ces rapports étant occasionnés par d’autres imprimeurs. Toutefois, l’inertie de la police, ce qui laisse penser que l’application de la loi n’était pas très stricte au moins jusqu’à Brumaire, ce qui par ailleurs souvent dénoncés par les citoyens qui s’estiment lésés. Archives de la Préfecture de Police, AA, 201-204, section du Panthéon et  241-245 section du Théâtre Français []
  29. L’analyse croisée du Journal général de la littérature de France, cit., et Journal typographique, cit. avec le dépôt légal laisse entrevoir des cas douteux d’éditions de mêmes ouvrages, avec des titres légèrement différents à distance de quelque semaine. Parfois une édition est déposée à la BN, parfois aucune. Pour la seule année 1800, il s’agit d’une quinzaine de cas douteux (sur 500 titres environ) qui baissent légèrement en 1803. Toutefois, seule une étude plus attentive des textes pourra vérifier le taux des contrefaçons. Pour les sources, voir note 25. []
  30. Élaboration des données recueillies sur la base de la méthodologie expliquée à la note 25. []
  31. Pour les sources de cette élaboration, voir la note 25. []
  32. Il n’a pas été possible de comprendre si les livres collectés par la Préfecture de Police étaient ensuite reversés à la BN, comme cela a été le cas après 1810. Il n’y a aucune trace à ce propos. []
  33. A ce propos, voir H. Welschinger, La Censure sous le premier empire, avec documents inédits, Paris, Perrin 1887 et plus récemment P. Sorel, Napoléon et le livre, La censure sous le Consulat et l’Empire (1799-1815), Rennes, PUR, 2020 []
  34. En plus de la référence au livre de Sorel, voir aussi : Veronica Granata, « Marché du livre, censure et littérature clandestine dans la France de l’époque napoléonienne : les années 1810-1814 », in Annales historiques de la Révolution française, 343, 2006, p. 93-122 []
  35. E. Hauterive (éd.), La police secrète du premier Empire : bulletins quotidiens adressés par Fouché à l’Empereur, Paris, Perrin, 1908-1922, 3 vol. qui couvrent la période 1804-1807. Pour la période après 1810, voir la série F/18 conservée aux Archives Nationales. Un article est en préparation à ce propos []
  36. Même si la loi de 1793 ne prévoit pas un statut spécifique pour le traducteur, les registres du dépôt légal font état régulièrement de traducteurs qui s’attribuent les droits d’auteur du texte en question. ce qui est, tout en étant parfaitement légal en l’absence d’un accord international sur le copyright, met en évidence le statut ambigu de la traduction à l’époque. []
  37. BnF, Archives modernes, 133, an XII []
  38. Voir le livre, très utile, consacré à ce sujet par Marie-Claude Felton, Maitres de leurs ouvragesl’édition à compte d’auteur à Paris au XVIII siècle, Oxford University, 2014. L’étude de Felton n’aborde pas la période qui suit 1789. []
  39. Pour la méthodologie utilisée dans le traitement des données, voir la note 17 []
  40. Parmi les nombreuses publications consacrées à ce propos, voir R. Koselleck, Le règne de la critique, Paris, Éditions de Minuit, 1979 ; R. Chartier, Les Origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1990 []
  41. Sans avoir aucune prétention d’exhaustivité tellement la littérature est vaste à ce propos, je me limite à signaler quelques études à caractère général : P. Retat (dir.), La révolution du journal, 1788-1794, Lyon, Presses Universitaires, 1989 ; H. Gough, The Newspaper press in the French Révolution, Chicago, the Dorsey Press, 1988 ; J. Popkin, La presse de la Révolution : journaux et journalistes, 1789-1799, Paris, 2011 et plus largement D. Kalifa, Ph.  Regnier, M.-È. Thérenty (dir.), La civilisation du journal, Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2011. []
  42. Référence au texte classique : H.-J. Martin ; R. Chartier (sous la direction de), Histoire de l’édition, Le Temps des éditeurs du Romantisme à la Belle époque (1830-1900), Paris, Fayard, 1990 []
  43. Ce graphique est le résultat de l’analyse d’un échantillon d’environ 200 titres pour les années 1803, 1806 et 1809. L’attribution du titre de « libraire éditeur » est rare dans les registres originaux même si elle a tendance à se multiplier au fil du temps (3 occurrences en 1800, 18 en 1809). Elle est donc le résultat d’un contrôle croisé qui a permis de prouver qu’un titulaire de droits défini comme « libraire » avait délégué l’impression du texte à un autre imprimeur, se réservant le rôle de médiateur entre l’auteur et celui-ci. Extrêmement utile à cet égard, J.-D. Mellot, É. Queval, N. Aguire, C. Bellon, W. Kolecki et A. Monaque, Répertoire d’imprimeurs / libraires (vers 1470-vers 1830), Paris, BnF éditions. Les imprécisions qui caractérisent l’année 1800 ont justifié l’exclusion de l’échantillon en question. []
  44. A ce propos voir, O. Krakovitch, « Le décret du 5 février 1810 », in P. Sorel, F. Leblanc (sous la direction de), Histoire de la librairie française, Paris, Cercle de la librairie 2008. p. 5-15 et aussi P. Sorel, Napoléon et le livre, cit. []
  45. Voir les considérations de J.-Y. Mollier, « La police de la librairie (1810-1881)», in P. Sorel, F. Leblanc (sous la direction de), Histoire de la librairie française, cit. p. 16-18, déjà partiellement anticipées en J.-Y. Mollier, Une autre histoire de l’édition française, cit. []
  46. Sur ce point les conclusions, qui à mériteraient peut-être d’être nuancées, de J.-D. Mellot, É. Queval, V. Sarrazin, « La liberté et la mort ? », cit. p. 84-85 []
  47. Voir à ce propos, les discussions au conseil sur ce propos J. G. Locré (éd.), Discussions sur la liberté de la presse, la censure, la propriété littéraire, l’imprimerie et la librairie qui ont eu lieu dans le Conseil d’État pendant les années 1808, 1809, 1810 et 1811, Paris,  Garnery, 1819 []

Francesco Dendena

Chercheur associé à la Bibliothèque Nationale de France et à l'Université de la Suisse Italienne, Francesco Dendena est spécialiste de l'histoire culturelle de l'époque révolutionnaire et impériale. Lauréat du prix du comité d'histoire de la BNF, il est en train de mener de recherches sur l'histoire du dépôt légal et sur le monde de l'édition au début du XIXème siècle.

More Posts - Website

La documentation du conte Ma’soum et Delafrouz

La BnF accueille chaque année des chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Aujourd’hui Kaveh Hedayatifar présente un nouveau volet de ses recherches en cours 1.


L’évolution de l’art des Bakhshi

L’art des Bakhshi du Khorassan septentrional à côté des Achik azéri, Achik kashkaï ou Shâeri baloutchi fait partie d’une ancienne tradition des bardes en Iran. Les Bakhshi sont joueurs du Dotâr2, chanteur et conteur. Certains Bakhshi étaient également poètes et fabricants de Dotâr.

Par ailleurs, comme toute tradition musicale, l’art des Bakhshi est en train d’évoluer. Si l’on considère l’histoire évolutive de la place sociale des Bakhshi dans le Khorassan septentrional, en Iran, leur ancien statut en tant que chaman-guérisseur3 dans la région du grand Khorassan4 déclinait graduellement et se substituait de plus en plus au statut de musicien. En effet, leur statut social baissait du fait que leurs fonctions perdaient leur place dans la société. Le changement du statut et le changement de rôle sont ainsi accompagnés par un changement dans la technique du jeu, du lieu de la performance, et bien entendu de la forme musicale en général. Ainsi, la musique instrumentale remplace une musique narrative accompagnée par l’instrument. Les mélodies associées aux différents moments de la narration vocale d’un conte trouvent une structure plus distincte et deviennent des morceaux de musique à part entière. L’attention se porte sur le jeu et la technique de jeu d’instrument, et l’on oublie de plus en plus le chant et les contes.

Ce changement de direction dans l’évolution de la musique des Bakhshi qui au lieu de donner de l’importance à la totalité de leur art choisit la part instrumentale s’entrecroise avec l’histoire de l’évolution de la musique Dastgâhi iranienne, laquelle s’est orientée vers une technique de jeu plus précise sur l’instrument. Cette dernière est elle-même également influencée par l’arrivée du mouvement de la musique occidentale en Iran, et la nécessité d’adaptation de la musique Dastgâhi aux performances orchestrales.

En même temps, par un autre mouvement évolutif, la présence d’instruments électroniques comme le synthétiseur se substitue aux musiques régionales dans les cérémonies de mariage, et la musique traditionnelle festive et celle des Bakhshi perdent graduellement leurs places. Bien entendu, il y a aussi plusieurs autres éléments en marche qui crée la texture de l’art des Bakhshi, tels que l’évolution des moyens de divertissement et le progrès dans la médecine5. Dans ce contexte, aujourd’hui l’art des Bakhshi est en train de trouver une nouvelle forme.

La narration des contes

Dans cet écrit, je vais présenter une performance musicale de l’un des Bakhshi du Khorassan Septentrionale, Alireza Gholamrezai Almajoughi(né en 1931). Pendant un de mes séjours de terrain en 2018 dans le village Almajough de province de Khorassan, pour la première fois, j’ai rencontré Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi.

Pendant ce séjour, j’ai constaté que malgré une continuité de la tradition musicale et sa forte présence dans la région, il n’y a pas beaucoup des musiciens héritant de leurs maîtres l’art de la narration des contes. Ce fait ne veut pas dire que ces musiciens ne sont pas capables de narrer un conte, mais plutôt la qualité de leur prestation ne peut pas concourir à l’ancienne génération. Comme j’ai traité ci-dessus, cela est en partie lié à l’absence d’un public demandeur de cette forme musicale, dû à l’évolution sociale et culturelle de la région.

Par ailleurs, une des raisons de mes séjours dans la région était un projet de documentation de cet art. En effet, malgré quelques enregistrements sonores, je n’ai pas trouvé une captation vidéo d’une narration complète des anciens maîtres Bakhshi de la région6. L’importance des captations vidéo est dans les subtilités de l’art de la présentation des Bakhshi. Les gestes et les mimiques sont les éléments importants de la performance des Bakhshi qui seront absentes des enregistrements sonores.

En 2019, je suis retourné au village Almajough dans le but d’une documentation vidéo de l’art des narrations des contes par Alireza Gholamrezai Almajoughi. Nous avons choisi le conte Ma’soum et Delafrouz qui appartient également au répertoire des Ashik Azérie. Le récit est un conte d’amour racontant l’histoire d’amour entre Ma’soum et Delafrouz que la scène tragique finale rappelle l’histoire de Roméo et Juliette de Shakespeare. Dans la suite, je vais essayer d’aborder quelques points importants par rapport à cette documentation audiovisuelle.

Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi
Bakhshi Alireza Gholamrezai Almajoughi en train de narrer le conte Ma’soum et Delafrouz en 2019. Capture d’Image de film documentaire de la narration de conte Ma’soum et Golafrouz vidéographe Hossein Fatemian.

Les techniques narratives et performatives

Alireza Gholamrezai Almajoughi est le disciple d’un des plus grands et connus Bakhshi du Khorassan septentrional Mohammad Hossein Yeganeh (1918-1992). Dans la narration, il suit le style de son maître tout en présentant la spécificité de son propre style.

Dans la suite, nous nous concentrons plutôt sur la technique narrative et performative de sa prestation en 2019. La captation a été faite pendant deux jours et pendant le premier jour, moi-même, le caméraman et l’opérateur du son, étions son interlocuteur. Par contre, pour la deuxième partie de la narration trois autres personnes ont été présentes pour participer à sa performance.

Une des premières techniques dans la narration des Bakhshi consiste à une compétence de choisir les moments clés de l’histoire en fonction de la durée prévue pour leur prestation. Alireza Gholamrezai dans son récit, passe très vite à certains événements qu’il ne trouve pas très essentiels pour cette performance. Je suppose que les facteurs qui peuvent influencer ces choix sont, en partie, l’ambiance de la performance, l’humeur de Bakhshi, l’attente de public et aussi la capacité de la mémoire pour rappeler les détails de chaque récit7. Ces facteurs rendent l’art des Bakhshi vivant et montrent la nécessité d’avoir une capacité réactionnelle importante pour répondre à tous ces éléments à côté d’une connaissance de la technique narration dramatique.

La deuxième technique présente dans cette documentation consiste à communiquer avec le public. Dans la deuxième partie de sa narration, Bakhshi parle directement avec son public (spécialement avec moi) pendant le récit. Nous pouvons distinguer différentes fonctions de ces échanges dans la performance. Dans un moment donné, Bakhshi associe le visage de Ma’soum à un des participants (moi-même) dans le public pour donner une image concrète de personnage de récit. Cette association fait engager le public dans le récit par le biais d’une analogie avec le personnage de récit. Dans un autre passage du récit, le Bakhshi associe un événement de son récit à un événement quotidien qui est survenu dans les jours précédents. Ainsi, le Bakhshi fait engager son public dans le récit par le biais d’une expérience commune en l’associant à un événement de récit.

La troisième technique est les passages entre les moments comiques et tragiques au cours de la narration. En effet, les moments comiques ne viennent pas forcément du récit, mais plutôt c’est la manière que le Bakhshi emploie dans sa narration qui les rend comiques. Par exemple, quand il parle du chagrin de Delafrouz, il dit qu’elle a mis le curcuma sur son visage pour montrer que son visage est pâle. De ma connaissance, il ne fait pas partie de l’histoire et il utilise cette expression pour donner un côté comique à ce chagrin dans ce passage entre la fille et son père.

Un autre point important qui ne sera pas visible dans les enregistrements sonores et la mimique de Bakhshi au cours de la narration. Parfois, un simple sourire change totalement l’impression que le public peut recevoir de son récit. Ainsi, un moment triste de l’histoire par son sourire perd sa tristesse.

Le Bakhshi emploie différents techniques afin d’attirer l’attention et empêcher la déconcentration du public. Quelques fois, il s’adresse directement à son public. Dans plusieurs reprises, il demande du public la permission d’arrêter son récit, car la suite du récit sera très triste. Dans ce jeu avec le public, il se montre obliger et sous l’ordre de son public. En effet, il essaye créer cette impression que le fait de raconter ce récit lui apporte une grande peine et c’est seulement par la volonté de son public qu’il se convainque de continuer le récit. Dans un autre moment, il change la mélodie pour jouer une mélodie plus joyeuse et rythmique en disant que : « quand on voit quelqu’un est en train de s’endormir, en jouant une mélodie pareille on va lui réveiller ». En effet, il n’y avait personne qui dormait à ce moment-là, mais par ce biais, il a changé l’ambiance et a attiré de nouveau l’attention de son public.

La cinquième technique est une technique narrative dans laquelle un conte ou une anecdote vient compléter l’idée d’une partie de récit principale. Dans la captation de 2019, le Bakhshi utilise plusieurs fois cette technique. En effet, ces contes et anecdotes aident à mieux comprendre la situation dramatique, en même temps qu’ils sont un autre moyen pour capter l’attention du public.  L’histoire d’Ibrahim et Satan ou celui de Platon et ses habits en sont des exemples.

Une dernière technique qui contient les précédentes est l’effet de la distanciation au cours de la narration. Les aller-retour entre la réalité de la vie quotidienne et les événements fantaisies et fantastiques du récit, s’amuser avec le public et s’adresser à eux et perturber le flux émotionnel en arrêtant la narration, ce sont les facteurs qui produisent un effet de la distanciation permettant au public à avoir un recule envers le récit. Nous pouvons associer cette technique à une fonction de la narration des contes qui consiste à donner les leçons éthiques, créer et garder une identité culturelle, encourager les gens de la communauté à défendre les valeurs de la société et d’une manière générale faire apprendre le savoir-être.

Ces quelques éléments abordés ci-dessus, bien entendu, ne résument pas tous les aspects techniques de la performance des Bakhshi, et dans notre cas, ceux de Alireza Gholamrezai Almajoughi. Par ailleurs, il convient à ajouter que les caractéristiques techniques des grands Bakhshi sont spécifiques à eux même. Nous pouvons observer cette variation surtout en comparant les performances des Bakhshi dans les différentes régions du Khorassan septentrional. C’est pour cette variation que je suis persuadé que la documentation audiovisuelle de l’art de tous ces grands Bakhshi a une importance cruciale pour cette tradition. La disparition de ces maîtres, en effet, est la plupart du temps égal de la disparition d’un style de narration et les enregistrements sonores ne suffiront pas pour démontrer tous les aspects de leur art.

bande-annonce de conte Ma'soum et Delafrouz from Kaveh HEDAYATIFAR on Vimeo.


Bibliographie

  • YOUSSEFZADEH, Ameneh, Les bardes du Khorassan iranien : le bakhshi et son répertoire, Paris : Peeters France, 2002.
  • HEDAYATIFAR, Kaveh, « Les apports des traditions performatives et musicales iraniennes au sein du processus de création de l’acteur », thèse de doctorat en Arts du spectacle, sous la direction d’Isabelle Starkier, Université Evry-Paris-Saclay, NNT : 2021UPASK002.

Notes

  1. Voir ses précédentes contributions : Observation sur le statut de chercheur sur le terrain à travers une expérience cinématographique et La documentation audiovisuelle des traditions musicales en Iran. []
  2. Instrument de famille des luths à long manche qui comporte une caisse en forme de poire, un manche et deux cordes de même diamètre. []
  3. La présence du mot Bakhshi en Asie centrale, chez les Kazakhs, les Kirghizes, les Ouzbeks, les Karakalpaks, les Turkmènes, les Afghans, les Tadjiks et aussi au Xinjiang au Turkestan chinois. (YOUSSEFZADEH, p. 52). Zhirmunsky souligne à propos de ce mot que : « en Asie centrale, le mot Bakhshi désigne les deux fonctions de chaman et chanteur d’épopée ». Ibid. []
  4. La région aujourd’hui partagé entre l’Iran, Afghanistan, Tadjikistan, Ouzbékistan et Turkménistan. []
  5. Cette partie a été tirée de la thèse doctorat de l’auteur « Les apports des traditions performatives et musicales iraniennes au sein du processus de création de l’acteur ». []
  6. Cela ne veut pas dire qu’aucune captation n’existe pas. Par contre, ces captations ne sont pas publiées jusqu’à aujourd’hui. []
  7. Dans les cahiers des Bakhshi l’histoire n’est pas écrit mot à mot et ils contiennent plutôt les poèmes. De toute façon, ils ne lisent pas le récit et les cahiers les aides à remémorer la totalité de l’histoire et choisir les poèmes en fonction de la durée de la performance. []

Kaveh HEDAYATIFAR

Chercheur et artiste dans les domaines des arts performatifs, de la musique et du cinéma.

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Écrire la grammaire nationale de Domergue à Damourette et Pichon (2/2)

La BnF accueille cette année 31 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Aujourd’hui, Sandra Poujat, accueillie au département Littérature et art, rend compte de son projet : Des grammaires de la Révolution aux grammaires de la Troisième République : l’invention d’une langue nationale (1789-1916).


De quelques lieux propices à l’imaginaire de la langue

Outre le discours des grammairiens tel qu’il apparaît dans le paratexte grammatical, il est possible de sonder l’imaginaire des auteurs à travers les analyses qu’ils offrent des parties du discours et de la syntaxe. Les analyses qu’ils y délivrent dessinent un imaginaire national du français qui fluctue en fonction des orientations idéologiques de l’époque à laquelle ils appartiennent. Nous ne prendrons, à titre d’exemple, que deux observables possibles parmi d’autres : la question du vouvoiement et celle de l’exemple grammatical pour illustrer les parties du discours et les phénomènes de syntaxe.

Les pronoms personnels, notamment lorsqu’il s’agit des pronoms de la deuxième personne, posent la question du rapport de la langue avec la sphère sociale puisqu’ils s’inscrivent dans une politique de l’adresse. Le français connaît notamment deux séries de pronoms personnels pour s’adresser à un interlocuteur : le pronom tu et le pronom vous, ce dernier pouvant être utilisé en ne s’adressant qu’à une seule personne pour témoigner une forme de respect – ce qui s’appelle couramment le vouvoiement. Parce que le vouvoiement apparaît d’abord comme un fait social plutôt que comme un fait de langue, il a été remis en question par plusieurs grammairiens de la Révolution française, notamment en raison de sa pratique asymétrique (vouvoyer son interlocuteur ne signifie pas être vouvoyé en retour) qui témoignerait de l’inégalité des relations sociales entre les citoyens. Ainsi Bulard considère-t-il le vouvoiement comme une pratique surannée de l’Ancien Régime dans sa Grammaire française républicaine :

Le pronom vous, sous l’Ancien Régime, étoit tantôt singulier et tantôt pluriel ; c’est-à-dire, qu’on parloit alors à une seule personne, comme si l’on eût parlé à plusieurs. Par exemple, on lui disoit comment vous portez-vous ? Je vous vois. Au lieu de dire : comment te portes-tu ? Je te vois. Mais sous le régime de la liberté, cet usage est aboli ; et l’on emploie maintenant le mot vous que quand on parle à plusieurs

BULARD, Grammaire française républicaine, à l’usage des Écoles nationales ; rédigée d’après le décret de la Convention nationale, du 9 pluviôse, seconde édition, Paris, Caillot, an II [1794], p. 42-43.

Sans plus de commentaires, Bulard considère cet usage comme « aboli » sous « le régime de la liberté » : ce changement brusque de l’usage selon le régime politique témoigne d’une perception idéologique de l’emploi des pronoms personnels. De son côté, le citoyen Guyot propose une analyse beaucoup plus explicite de la déperdition du vouvoiement :

Sous l’ancien régime, lorsque l’inégalité des conditions laissait à peine soupçonner l’existence des droits de l’homme, les pronoms tu, te, toi, n’étaient usités que quand on parlait à des personnes, ou fort inférieures, ou avec qui on était en très-grande familiarité. Hors de là, on se servait du pronom pluriel vous ; c’est-à-dire, qu’on pluralisait un seul individu. Il est vraisemblable que cette absurdité fut une émanation de l’orgueil. Quoiqu’il en soit, les bases démocratiques sur lesquelles est fondée la république française, ayant fait évanouir les distinctions frivoles que le despotisme avait introduites entre les citoyens, il devait naturellement résulter de ce nouvel ordre des choses, la réforme de beaucoup d’abus. Aussi s’est-elle étendue cette réforme jusque sur les expressions que l’influence de l’ancien régime avait corrompues ou altérées. On a en conséquence restreint le pronom vous à n’être plus que le pluriel de tu, te, toi, & ceux-ci ont été rétablis dans les fonctions pour lesquelles les inventeurs de la langue française les avaient créés. L’usage de la plupart des républicains français est aujourd’hui de tutoyer même le président de la convention nationale, quand on lui parle individuellement, & à plus forte raison, toute autre personne, quel que soit son rang & et de quelque magistrature qu’elle puisse être revêtue

GUYOT, Nouvelle Grammaire française, ou les élémens de l’art de parler et d’écrire correctement, Paris, chez la citoyenne Burgard, l’an III de la République française, une et indivisible [1794], p. 112-113.
Guyot, Nouvelle Grammaire française, an III.

Guyot établit une analogie entre la pratique asymétrique du vouvoiement et la société inégalitaire de l’Ancien Régime d’une part, et la pratique généralisée du tutoiement et la société républicaine promouvant l’égalité entre les citoyens d’autre part. Les termes qu’il emploie, loin d’appartenir au seul vocabulaire de l’analyse grammaticale, laissent transparaître une forte axiologie dépréciative envers le vouvoiement en faisant coïncider cette pratique linguistique avec une pratique sociale : le vouvoiement est une « absurdité », une « émanation de l’orgueil », et l’asymétrie créée entre interlocuteurs vouvoyés et tutoyés relève de « distinctions frivoles » introduites par le « despotisme » du régime monarchique. La Révolution française apparaît alors comme une réparation de la langue blessée par des siècles de monarchie, puisqu’il « devait naturellement résulter de ce nouvel ordre des choses, la réforme de beaucoup d’abus ». Par la notion de réforme, Guyot bascule de nouveau dans le terrain grammatical en employant le terme par excellence pour désigner le changement abrupt de norme. Mais surtout, en incluant le vouvoiement parmi les « abus » langagiers, Guyot s’inscrit pleinement dans l’imaginaire de la fin de son siècle : « l’abus des mots », collocation fort répandue parmi les grammairiens, est la tare contre laquelle s’élève les gens de lettres de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le mauvais emploi des mots, tant du point de vue sémantique que syntaxique, est une hantise grandissante dans la mesure où elle jetterait les locuteurs dans une cacophonie permanente et attesterait des défaillances du langage, alors incapable de référer au monde réel avec justesse. En le classant parmi les abus possibles de la langue, Guyot érige le vouvoiement en une pratique délétère pour la langue française.

Le choix des exemples opérés par les grammairiens est également très intéressant pour sonder les imaginaires langagiers qu’ils charrient. Les exemples utilisés ne sont jamais neutres et trahissent souvent des positionnements idéologiques, tant du point de vue de la morale que de la politique. Si, dans l’histoire des grammaires, il est possible de retracer des exemples canoniques, à l’instar de la locution Dieu est bon, qui constitue l’exemple-phare dans la plupart des grammaires pour illustrer les trois constituants de la proposition, il n’empêche que plusieurs grammaires se démarquent. À ce propos, les grammaires parues durant la Révolution française, et notamment celles écrites en vue du concours de l’an II pour retenir une grammaire officielle, sont assez éloquentes : la plupart d’entre elles forgent des exemples qui ne sont pas sans lien avec le discours révolutionnaire. Ainsi, le Cours de langue française à l’usage des écoles nationales, écrit par un collectif de gens de lettres pour le concours chaperonné par l’abbé Grégoire et entièrement dédié à l’épineuse question de la phrase, propose-t-il d’illustrer les différents constituants de la proposition par les exemples suivants :

Quand vous dites : Barra étoit intrépide ; Barra indique l’objet qui occupe votre esprit ; intrépide désigne la qualité que vous avez remarquée ; étoit fait entendre que vous lui avez en effet trouvé cette qualité. […]
Souvent, le sujet, l’attribut et le verbe sont modifiés à la fois comme dans cette phrase : L’amour de la patrie fut toujours la première vertu d’un véritable républicain

[COLLECTIF ANONYME], Cours de langue française à l’usage des écoles nationales. Ouvrage périodique, par une société de gens de lettres, Paris, chez la citoyenne Roudier, 1794, p. 4-5.
Anonyme, Cours de langue française, 1794.

Il n’est pas anodin que les auteurs forgent de tels exemples : bien qu’il ne s’agisse que d’exemples grammaticaux, les mots ne valant que pour leur fonctionnement linguistique, la valeur référentielle de ces exemples ne peut pas être totalement écartée, d’autant plus que ces grammaires s’adressent à un jeune public – or toute la difficulté de l’apprentissage grammatical des enfants est bien le basculement de l’empirique au métalinguistique, c’est-à-dire d’une réception immédiate des mots en tant que signes qui désignent des référents à une appréhension abstraite des mots en tant que catégories grammaticales. Il n’est donc pas neutre que les exemples présentés s’inscrivent dans l’idéologie révolutionnaire en faisant de « l’amour de la patrie » la « première vertu d’un véritable républicain » ou en évoquant le nom de Joseph Barra, jeune soldat républicain mort à 14 ans contre les troupes royalistes lors de la guerre de Vendée que la Convention érigea en mythe du jeune homme qui se dévoue pour la patrie. De nombreux ouvrages de langue écrits durant la Révolution française puisent leurs exemples dans le discours révolutionnaire : la Grammaire française républicaine de Bulard utilise les noms de Brutus et de Barra pour illustrer le nom propre et l’on retrouve fréquemment les termes de république, citoyen, assemblée, patrie et convention pour illustrer le substantif, comme c’est le cas dans l’Alphabet républicain de Chemin-Dupontès (an II [1794]) ou de la Grammaire des Sans-culottes. Éléments de la langue nationale d’Antoine Tournon qui a été transcrite et analysée par Jacques Guilhaumou1. Cette orientation politique des exemples n’est pas le propre de la période révolutionnaire : on peut également souligner que des grammaires écrites sous le Consulat et le Premier Empire – et même postérieures – usent d’exemples à la gloire de Napoléon, comme c’est le cas de la Grammaire raisonnée ou cours théorique et pratique de la langue française de Boinvilliers (1803) ou de la Nouvelle Grammaire française [des demoiselles] en vers de Pierre-Léon Chavignaud (1831).

Mais l’un des faits les plus notables, et qui ne cesse de se renforcer de la Révolution aux années 1920, est la présence de la littérature parmi les exemples. Si les grammairiens ont plutôt tendance à forger leurs propres exemples, ils sont de plus en plus nombreux à sonder les corpus littéraires, et pas n’importe lequel : celui des écrivains de l’Âge classique. Ainsi, dès les années 1790, Caminade se sert-il de Racine, Boileau et Malherbe pour illustrer ses Premiers Élémens de la langue française ou grammaire usuelle (an VIII [1799]) et Jean-Edme Serreau, dans sa Grammaire raisonnée ou principes de la langue française appropriés au génie de la langue (an VII [1798]) utilise-t-il les vers de Racine, La Fontaine, Boileau et Voltaire. L’utilisation de la littérature des XVIIe et XVIIIe siècles comme réservoir d’exemples tant pour l’analyse grammaticale que pour illustrer le « bon usage » ne se tarit pas lors du XIXe siècle dans la mesure où elle se greffe à une exaltation du génie de la langue française. Ainsi, Charles Benoît, doyen de la faculté des lettres de Nancy, dans ses Quelques vues sur l’histoire et le génie de la langue française de 1878, considère-t-il Malherbe comme le « promoteur » du « bon sens national2 », tout comme le Baron Descamps, homme d’État belge qui considère dans un discours de 1920 que Malherbe a « le grand mérite d’avoir fondé une tradition stable où se développa le génie de la langue en esprit d’ordre et de clarté et d’avoir ainsi préparé aux lettres françaises la voie à une splendide efflorescence et à un regain d’universalité3 ». En ce sens, dès les années 1840, dans la Grammaire des Grammaires ou Analyse raisonnée des meilleurs traités sur la langue française de Girault-Duvivier, qui se présente comme un compendium des meilleures grammaires, la grandeur du français est illustrée, significativement, par l’énumération d’auteurs des XVIIe et XVIIIe siècles dès la préface :

On se plaint de la pauvreté de notre langue, et c’est souvent parce qu’on en ignore les ressources […].
Peut-on accuser de foiblesse ou de pauvreté la langue dans laquelle ont écrit Bossuet, Fénélon, Pascal, Boileau, Racine, les deux Corneille, Voltaire, Rousseau, Buffon, Delille, etc. ?
Une langue qui, sous leur plume, a su prendre tous les tons, se plier à toutes les formes, peindre toutes les affections, rendre toutes les pensées, animer tous les tableaux, toutes les descriptions ; une langue enfin qui a prêté son harmonie à Fénélon, son élégance, sa pureté à Racine, et ses foudres à Bossuet, est assez riche de son propre fonds ; elle n’a pas besoin d’acquisitions nouvelles ; il ne faut plus que la fixer, au moins pour nous, au point auquel ces grands écrivains l’ont élevée.

Charles-Pierre GIRAULT-DUVIVIER, Grammaire des grammaires ou Analyse raisonnée des meilleurs traités sur la langue française, t. 1, Paris, A. Cotelle, 1840, p. IV-V.
Girault-Duvivier, Grammaire des grammaires, 1840. Gallica.

Le français aurait trouvé toutes ses lettres de noblesse grâce aux auteurs de l’Âge classique, au point que Girault-Duvivier souligne, selon le topos récurrent des grammaires de l’époque, qu’il ne reste plus qu’à « fixer la langue ». Ce rêve d’une langue immobile n’est pas sans lien avec le mythe du génie de la langue française selon lequel il existerait un génie propre à la langue qui perdurerait à travers les siècles et dont la pleine expression n’attendrait que l’époque propice – en l’occurrence, le Grand Siècle. Les écrivains sont alors érigés en des autorités linguistiques dont il faut respecter la pratique langagière et, en tant que tels, leurs écrits peuvent servir d’exemples grammaticaux au sein des grammaires. Girault-Duvivier témoigne explicitement de la portée idéologique de l’exemple grammatical dans sa préface :

Cette grammaire offre d’ailleurs un nouveau degré d’utilité. Bien convaincu que la religion et la morale sont les bases les plus essentielles de l’éducation ; que les règles les plus abstraites sont mieux entendues lorsqu’elles sont développées par des exemples ; et qu’à leur tour les exemples se gravent mieux dans la mémoire, lorsqu’ils présentent une pensée saillante, un trait d’esprit ou de sentiment, un axiome de morale, ou une sentence de religion, je me suis attaché à choisir de préférence ceux qui offrent cet avantage. J’ai en outre multiplié ces exemples autant que je l’ai pu, et je les ai puisés dans les auteurs les plus purs, les plus corrects ; de sorte que, si dans certains cas, nos maîtres en grammaire sont partagés d’opinion, […] on éprouvera du moins une satisfaction, c’est qu’on aura pour se déterminer l’autorité d’un grand nom ; car, comme l’a dit un auteur, Il n’y a de Grammairiens par excellence que les grands écrivains

Ibid, p. VI-VII.

Girault-Duvivier fait de l’exemple le cœur de la grammaire : c’est par l’exemple que l’on saisit d’emblée les principes du système de la langue et c’est également par lui que le grammairien outrepasse son statut. Loin de ne décrire que des faits de langue, le choix de l’exemple trahit un positionnement axiologique puisqu’il permet, indirectement, de toucher quelques mots de « morale » et de « religion », ce que les frères Bescherelle soutenaient également dans leur Grammaire nationale dans les années 18304. En cela, Girault-Duvivier concède d’emblée que les exemples de la grammaire ne valent pas pour leur seule illustration des concepts de l’analyse grammaticale, mais qu’ils valent également sur le plan référentiel. Mais surtout, il attache aux gens de lettres une maîtrise telle du langage que les écrivains deviennent les « grammairiens par excellence », comme s’ils étaient les rhapsodes modernes de la langue française. Ainsi, pour illustrer les diverses règles d’accord de l’adjectif avec le substantif, Girault-Duvivier puise parmi les écrits de Fénelon, Montesquieu, Boileau, Voltaire5 ; à cet égard, l’exemple de Boileau, à propos de l’accord de l’adjectif avec son substantif quel que soit son emplacement dans la phrase, est encore moins anodin dans la mesure où l’exemple traite de la clarté du discours qui est l’une des caractéristiques supposées du génie de la langue française :

Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L’expression la suit ou moins nette, ou plus pure.

Cette place accordée à la littérature classique est tout aussi importante chez Gabriel-Henry Aubertin qui, dans les années 1860, publie une Grammaire moderne des écrivains français en opposition frontale aux grammaires scolaires en vogue. Contre la célèbre grammaire de Noël et Chapsal, G-H. Aubertin considère que le seul exemple grammatical qui puisse être donné est la production de l’écrivain :

Il n’y a plus de textes, plus de Bossuet, de Racine, de Voltaire, de Montesquieu, il n’y aura bientôt plus d’écrivains modernes, car les écrivains modernes courbent la tête, et passent sous les fourches caudines ; il n’y aura bientôt plus de langue, et sur les ruines de la littérature française, il restera… Chapsal !
Est-ce assez ?
C’est pourquoi un passant est intervenu.
Les écrivains ne feront pas de grammaire, ils font la langue ; et c’est bien assez, mais pendant ce tems là d’autres la défont. Cette grammaire réunit pour la première fois les anciens et les modernes. Il était peut-être tems d’en finir avec un préjugé, avec le préjugé du « dix-septième siècle ». Enfermez-vous dans le dix-septième siècle, crient les autorités approuvantes ! Pourquoi ? C’est nous, vivans, qui sommes la vie. Qui oserait aujourd’hui dire avec Boileau : le peuple françois ? avec La Fontaine : des problèmes à sourdre ?

Gabriel-Henry AUBERTIN, Grammaire moderne des écrivains français, Bruxelles – Paris, A. Lacroix Verboeckhoven & Cie – Jung Treuttel, 1861, p. 8.
Aubertin, Grammaire moderne des écrivains français, 1861. Gallica.

On retrouve, comme chez Girault-Duvivier, l’idée que l’écrivain constitue une autorité tout aussi – voire plus – légitime que le grammairien, en nuançant tout de même que les écrivains modernes ne sont pas moins légitimes que leurs aînés – et en ce sens, il est vrai que la grammaire d’Aubertin est l’une des rares à citer des écrivains contemporains : Musset côtoie Montesquieu et La Fontaine6. Le long XIXe siècle n’est, bien sûr, pas la seule époque où les grammaires utilisent des exemples littéraires pour illustrer les catégories grammaticales, même si cela était plus marginal aux époques antérieures. C’est loin d’être une innovation, puisque déjà, au XVIe siècle par exemple, Thomas Sébillet citait les vers de Marot et de Scève pour illustrer les principes de versification dans son Art poetique françoys ((Thomas Sebillet, Art poétique françoys, éd. de Felix Gaiffe, Paris, Edouard Cornely, 1910, respectivement p. 63 et 64.))ou au XVIIe siècle lorsque Jean d’Aisy, dans son Génie de la langue françoise, cite Malherbe et Voiture7. Mais il s’agit d’exemples qui puisent dans un corpus littéraire contemporain. La particularité des grammaires du XIXe siècle est de glaner dans la littérature de l’Âge classique, de sorte que les ouvrages de langue, à travers les exemples grammaticaux qu’ils citent, contribuent à la construction d’un canon national, tant sur le plan langagier que littéraire. Les grammaires édifient ainsi une tradition langagière et littéraire fictive8 qui prend source dans la littérature du Grand Siècle dont l’état de langue est alors érigé comme la quintessence du français, avant qu’un mouvement contraire ne s’établisse aux alentours des années 1920 où, les sciences du langage s’établissant peu à peu comme une discipline distincte des études littéraires, congédient la littérature des exemples des grammaires9.

Les grammaires françaises du long XIXe siècle, tant par leurs discours péri-textuels que par l’écriture même de l’analyse grammaticale, promeuvent l’idéal d’une langue nationale dont les contours laissent entrevoir l’ombre du mythe du génie de la langue française. Mais alors qu’il s’agissait surtout d’une conception rhétorique à l’Âge classique en faisant de la « clarté du discours » le noyau du génie de la langue, les grammairiens jacobins de la Révolution remanient le mythe du génie de la langue selon une nouvelle visée idéologique : l’enjeu n’est plus rhétorique, mais politique, de sorte que les caractéristiques supposées du génie français sont réinjectées dans l’idéal condillacien de la « langue bien faite », langue capable de nommer avec justesse le renouveau de l’organisation politique. Le fantôme du génie du français perdure tout le long du XIXe siècle en entrant en collusion avec le concept de langue nationale, au point de servir de matrice à un récit national de l’idiome selon lequel l’âge d’or de la langue se situerait au Grand Siècle, entre les turbulences de la Pléiade et des Romantiques. Les grammaires françaises, en prêtant tant d’attention ce que pourraient être les spécificités nationales du français, contribuent, à leur façon, à la sédimentation d’une conscience nationale parmi les citoyens et témoignent, par leur facture même, que la nation relève pour beaucoup d’une construction discursive10.

Notes

  1. Jacques Guilhaumou, La Langue politique et la Révolution française. De l’événement à la raison linguistique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989, p.141  []
  2. Charles Benoît, Quelques vues sur l’histoire et le génie de la langue française, Nancy, Berger-Levrault & Cie, 1878, p. 29. []
  3. Le Baron Descamps, Le Génie de la langue française et son rayonnement international, Bruxelles, Académie des sciences morales et politiques, séance du 30 octobre 1920, p. 13. []
  4. Voir supra ; Louis-Nicolas Bescherelle, Henri Bescherelle & Litais de Gaux, Grammaire nationale, 5e éd., Paris, Simon et Garnier frères, 1852 [1834], p. ii. []
  5. Ibid., p. 273-275. []
  6. Ibid., p. 13. []
  7. Jean d’Aisy, Le Génie de la langue françoise, Paris, Laurent d’Houry, 1685, respectivement p. 207 et 214. []
  8. Concernant l’hypothèse selon laquelle la tradition relève plutôt d’une invention des sociétés modernes pour donner l’illusion de leur longévité que d’une pratique pluriséculaire effective, voir Eric Hobsbawm & Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambrigde, Cambridge University Press, 2012. []
  9. À ce propos, voir Gilles Philippe, Sujet verbe complément. Le moment grammatical de la littérature française (1890-1940), Paris, Gallimard, 2002. []
  10. À propos de l’idée que la nation relève d’une construction moderne plutôt que d’une entité pluriséculaire, nous renvoyons notamment à Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales. Europe XVIII-XIXe siècles, Paris, Le Seuil, 1999. []

Écrire la grammaire nationale de Domergue à Damourette et Pichon (1/2)

La BnF accueille cette année 31 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.

Aujourd’hui, Sandra Poujat, accueillie au département Littérature et art, rend compte de son projet : Des grammaires de la Révolution aux grammaires de la Troisième République : l’invention d’une langue nationale (1789-1916).


Notre propos souhaiterait interroger la dimension politique et idéologique des grammaires qui, loin d’être de simples descriptions théoriques de la langue, ont participé à la construction du concept de nation, de la Révolution française à la Troisième République. La langue est, pour les « grammairiens patriotes1 » de la Révolution, l’un des moyens pour permettre la sédimentation d’une conscience nationale parmi les citoyens – assurant ainsi la pérennité du régime républicain. Le xixe siècle, malgré ses soubresauts politiques, est l’héritier de cet idéal révolutionnaire de la langue. Mais à cela s’ajoutent la concurrence entre les nations européennes qui s’intensifie tout le long du siècle ainsi que le foisonnement de la grammaire historique et comparée qui ne sont pas sans conséquence sur l’écriture du discours linguistique : les grammaires françaises participent à l’élaboration d’une identité nationale en opposition aux autres langues européennes car l’enjeu est de montrer, à partir de la langue, une spécificité et une supériorité françaises ; il ne s’agit donc pas tant, pour les grammairiens, de décrire une langue que de décrire une langue nationale.

Du point de vue de l’histoire du discours grammatical et des idées linguistiques, le « long XIXe siècle » demeure relativement peu étudié2  pour reprendre le découpage historique d’Eric Hobsbawm qui considère que le XIXe siècle s’étend de la Révolution française à la Première Guerre mondiale – empan chronologique qui n’est pas sans pertinence pour l’histoire du discours grammatical, puisqu’il court des grammairiens jacobins aux prémices de la linguistique saussurienne3. La période révolutionnaire connaît de nombreuses études concernant la politique linguistique de la Convention nationale dont l’abbé Grégoire est l’un des hérauts4, l’histoire de la langue5, l’analyse du discours politique6 et quelques grandes figures de grammairiens, tels que Domergue7 ou Sieyès8 ; néanmoins, il n’existe pas à ce jour d’étude synthétique et comparative sur les grammaires révolutionnaires, ni sur les grammaires proprement jacobines écrites en vue du concours organisé par la Convention pour retenir une grammaire nationale. Le reste du XIXe siècle est en quelque sorte le parent pauvre de l’histoire des idées linguistiques dans la mesure où il est pris en étau entre deux siècles : le XVIIIe siècle et sa production fertile de grammaires générales que ne connaît plus le XIXe siècle, qui ne cesse de répéter, comme une excuse propitiatoire, que tout a déjà été inventé en grammaire et qu’il ne reste plus qu’à simplifier ce qui a déjà été dit ; le XXe siècle et la naissance de la linguistique moderne que le XIXe siècle ne connaît évidemment pas encore. Il est vrai que le XIXe siècle se caractérise notamment par ses grammaires scolaires9 et en cela, il est un siècle qui, pris entre Beauzée et Saussure, innove peu du point de vue des idées linguistiques. Pourtant, le XIXe siècle n’en demeure pas moins un siècle majeur du point de vue de l’histoire des idées linguistiques : il est le lieu de la construction idéologique du français national et une époque foisonnante pour qui veut interroger les imaginaires de la langue10 en raison de la multiplicité des genres d’écrits grammaticaux et de la diversité sociale des auteurs – la posture de grammairien étant fort élastique au XIXe siècle.

Nous proposons donc un rapide parcours allant des grammaires de la Révolution française au début du XXe siècle11 afin de montrer comment celles-ci ont pu contribuer à l’édification d’un sentiment d’appartenance nationale. En effet, dans la lignée des théories de Herder, des frères Grimm et de Humboldt, la langue est considérée comme un critère de définition de la nation, de sorte que la maîtrise du français semble être la condition sine qua non pour se proclamer citoyen de la république française. Nous montrerons, à partir de quelques échantillons représentatifs, comment les grammaires ont œuvré en vue de cette ambition idéologique de fortification d’une conscience nationale : d’une part, à travers le discours des grammairiens, tel qu’il transparaît dans le paratexte grammatical en exaltant l’intrication de la langue et de la nation ; d’autre part, à travers l’analyse grammaticale qu’ils offrent des parties du discours et de la syntaxe. Nous entendrons le terme de grammaire dans un sens élargi afin de rendre compte de la diversité des genres d’ouvrage et afin de rendre justice au sentiment linguistique des auteurs de l’époque. En effet, il n’est pas de grammaire à cette époque qui commence sans rappeler que la « grammaire est l’art de parler et d’écrire correctement ». La grammaire, avant d’être perçue comme une théorie syntaxique, est alors considérée comme une technique du langage. En ce sens, par grammaire, nous entendons l’ensemble des ouvrages proposant un exposé réflexif sur la langue, c’est-à-dire tout ouvrage de langue, qu’il s’agisse de grammaires proprement dites, ou d’essais, de traités, de tableaux de verbes ou de préfaces de dictionnaire.

Des grammaires orientées : l’exaltation du génie de la langue  

De nombreuses grammaires concèdent, au moyen d’une préface, l’orientation idéologique du discours grammatical qu’elles délivrent. Les grammaires écrites durant la Révolution française, et notamment celles présentées au concours de l’an II pour sélectionner une grammaire officielle pour les écoles républicaines – concours organisé sous l’égide de l’abbé Grégoire, et dont Domergue participa au comité de sélection des ouvrages12 – témoignent d’un imaginaire jacobin de la langue française. Le français, nouvellement nommé « langue de la liberté » en ce qu’il serait la langue d’un peuple devenu libre, apparaît comme une langue républicaine en opposition à la multiplicité des patois qui seraient la caractéristique linguistique du régime monarchique. L’inflation des grammaires françaises élémentaires à cette époque relève d’emblée de la politique linguistique de la Convention nationale, qui condamne l’usage des « patois » parce qu’ils participeraient à l’isolement des locuteurs : ne pratiquant pas la même langue, ceux-ci ne peuvent se comprendre entre eux, ce qui met à mal les principes de concertation et de délibération du mouvement révolutionnaire. Mais surtout, l’existence même des patois semble insupportable aux yeux des jacobins en tant que reliquats de l’Ancien Régime : les patois seraient le symptôme d’une société inégalitaire en ce qu’ils seraient la conséquence de l’organisation féodale du régime monarchique qui divise le royaume en provinces alors que la république, organisant son territoire en départements, entend établir une langue unique témoignant de l’égalité de traitement entre les citoyens sur l’ensemble du territoire. En ce sens, le citoyen Bulard, employé à la commission du commerce et des approvisionnements13 et jacobin de la section de Brutus à Paris, publie en 1794 une Grammaire française républicaine qui s’inscrit pleinement dans la rhétorique de la politique linguistique des révolutionnaires :

La pureté du langage, la correction du style, sont deux choses auxquelles on reconnoit qu’une personne a reçu de l’éducation.
La langue française étant aujourd’hui l’idiôme de la liberté, et l’accent de la raison, on ne sauroit trop s’occuper des moyens d’en faciliter l’étude à la jeunesse, et de la mettre à même de la parler avec distinction. Les Athéniens, les Spartiates, les Romains, parloient purement et avec dignité. Pourquoi le Français, qui vit comme eux sous un régime républicain, ne se distingueroit-il pas par la perfection du langage ? Rappellé à toute la dignité de la Nature, jouissant de son être dans toute son intégrité, pouvant donner à toutes ses vertus le développement et l’énergie dont elles sont susceptibles, ne connoissant d’autre empire que celui des loix, ni d’autre roi que lui-même sur la terre ; il faut que la majestueuse simplicité de sa langue réponde à la noblesse de ses pensées, à la fierté de ses sentimens, à l’austérité de ses mœurs, et à l’indépendance de ses institutions politiques.
C’est par le désir de le voir parler avec la précision du Spartiate et la pureté de l’Athénien. C’est pour simplifier, autant qu’il est possible, les principes de la langue française, et pour en rendre l’étude commode et l’application facile, soit dans le discours, soit dans le style, que j’ai entrepris cette grammaire républicaine.

BULARD, Grammaire française républicaine, à l’usage des Écoles nationales ; rédigée d’après le décret de la Convention nationale, du 9 pluviôse, seconde édition, Paris, Caillot, an II [1794], p. V-VII.
Bulard, Grammaire française républicaine, an II.

Dans sa préface, Bulard développe l’hypothèse d’une langue propre au régime républicain, ce qui constitue une actualisation politique de l’idée alors répandue que la langue serait le reflet des mœurs. Convoquant l’imagerie mythique de l’Antiquité, Bulard considère que les Français, désormais unis sous la bannière de la République, peuvent égaler la pratique linguistique de républiques idéalisées, telles qu’Athènes et Sparte. Mais en suggérant que la « perfection du langage » ne s’atteint que « sous un régime républicain », Bulard greffe, à cet imaginaire républicain de la langue, celui du génie de la langue française en en disséminant les caractéristiques parmi la constellation des républiques passées et présentes qu’il cite. En effet, le grammairien jacobin insiste sur « la précision du Spartiate » et « la pureté de l’Athénien » ainsi que sur la « majestueuse simplicité » de la langue française : les caractéristiques supposées de la langue républicaine ressemblent étrangement à celles du génie de la langue française, telles que développées par Jean d’Aisy, La Bruyère, Voltaire ou Rivarol.

Dans une autre grammaire proposée au concours de l’an II, on retrouve cette importance de l’apprentissage de la langue nationale : l’enseignement de la grammaire apparaît comme l’un des moyens les plus efficaces pour lutter contre l’obscurantisme et le préjugé. Ainsi de l’anonyme Petit Traité de grammaire française, publié en 1793, et ouvertement écrit pour les enfants des campagnes plutôt que des villes :

Concluons qu’il n’est pas étonnant qu’il existe tant de différens jargons en France, quand l’instruction y a été si constamment négligée. […] Nous avons, sans doute, les plus grandes espérances à concevoir du nouvel ordre des choses relativement à l’instruction publique ; mais si cependant on ne s’attache pas particulièrement à épurer le langage & à le rendre uniforme dans toutes les parties de la République, les intrigans continueront de s’emparer de l’esprit des faibles & de les asservir aux plus absurdes préjugés. […] C’est l’ignorance qui nous a valu des siècles de despotisme & d’esclavage. Eh bien ! que la lumière nous ramène des siècles de vertu et de bienfaisance ; ce ne sera pas trop pour des Républicains qui ont soutenu, au prix de leur sang & par cinq années des plus grands sacrifices, la plus belle de toutes les Révolutions !

[ANONYME], Petit Traité de grammaire française, ou notions élémentaires propres à préparer les Enfants du second âge à l’étude de cette science & à faciliter à ceux qui n’ont appris qu’à lire ou à parler patois le moyen de participer aux avantages inappréciables de l’instruction publique. Cet Ouvrage est destiné au concours, Paris, Aubry, an II (1793), p. 31.
Anonyme, Petit Traité de grammaire française, an II. Gallica

Si l’on suit le raisonnement de l’auteur, l’absence d’enseignement de la langue française conduit à l’installation de préjugés, de sorte que l’ignorance du peuple serait la cause « des siècles de despotisme & d’esclavage » qu’aurait connus la France. En ce sens, tout ce qui relève de l’instruction du citoyen, ce dont fait partie la grammaire, constitue un geste républicain qui participerait de la pérennisation de la République : écrire une grammaire est donc bien un acte patriotique, ce que suggère également quelques années plus tard Prevost de Saint Lucien en soulignant qu’un livre de grammaire française est « le plus beau présent que puisse […] offrir un de [ses] aînés » à ses concitoyens :

Mes chers concitoyens,
Réunis à la grande Nation, Vous ne la connoissez encore que par le bienfait inappréciable qu’elle vous a procuré, celui de goûter avec elle les doux fruits de la liberté. Sans doute vous brûlez de desir de communiquer avec vos nouveaux frères. Devenus Françaîs, vous aspirez à vous confondre avec vos ainés pour partager leur gloire et leur bonheur. Un lien plus puissant que celui des conquêtes peut vous attacher plus étroitement à nous : le Langage, plus que la localité identifie les peuples ; abdiquez celui que parlent ceux qui furent si long-temps vos oppresseurs : adonnez vous tous à l’étude de la Langue Française et bientôt le voyageur parcourant les limites que la Nature posa à notre vaste empire, trouvant partout des Français et entendant partout le même langage, cherchera mais envain, la ligne de démarcation qui vous sépara sî long-temps de nous […]. Que l’étude de la Langue Française devienne donc générale dans vos contrées, et que votre ardeur à vous y livrer soit le gage de votre reconnoissance et le garant de votre attachement pour votre nouvelle Patrie.

PREVOST DE SAINT LUCIEN, La Grammaire française et l’orthographe apprises en huit leçons. Ouvrage avec lequel on peut, en huit jours, connoître & écrire correctement tous les mots de la langue française. 4e éd., dédiée aux citoyens des départements nouvellement réunis de France, Paris, Réunion des arts, an septième (1798), non paginé.

L’importance accordée au rayonnement de la langue française, décrétée nationale, sur l’ensemble du territoire, perdure bien après la Révolution française : les « patois » que voulaient éradiquer les Jacobins n’ont pas moins perduré et plusieurs grammairiens continuent de noter de fortes variations diastratiques, à l’instar de Sophie Dupuis, membre de la Société grammaticale de Paris, qui publie dans les années 1830 un Traité de prononciation, dans lequel elle reprend, à l’instar de Prevost de Saint Lucien, le topos de la Babel des patois en comparant le voyage entre les différents départements français à un voyage en « terre étrangère » en raison de la prégnance des « jargons [de] province14 ». Mais son Traité de prononciation est surtout intéressant en raison du fait que son auteure l’a écrit afin de cerner les spécificités nationales du français. Dans l’introduction de son ouvrage, elle fustige d’emblée que la question de la prononciation de la langue française se soit cantonnée à celle de l’existence de voyelles brèves et longues : à ses yeux, ce n’est pas l’enjeu de la prononciation du français et, surtout, il s’agit d’un calque de la prosodie latine sur la langue française. Cette réfutation de la grammaire latine n’est pas anodine car elle s’inscrit, plus globalement, dans un large mouvement de grammairiens qui, au nom du génie de la langue française, réfute toutes les notions et catégories d’analyse de la grammaire latine15 : en ce sens, écrire une grammaire française passe par l’utilisation de catégories d’analyse adaptées à la langue française, d’où le rejet, entre autres, du système vocalique alternant les brèves et les longues, les déclinaisons nominales en cas, etc. En ce sens, Sophie Dupuis tance ceux qui, nostalgiques des langues anciennes, ne permettent pas à la langue nationale de s’élever :

Nous ne terminerons pas cette première partie de notre travail sans ajouter que, française comme nous le sommes, nous avons tâché de faire un ouvrage éminemment français. […] Au milieu de recherches aussi minutieuses, sujettes à tant de révisions, comment ne pas craindre en effet d’avoir oublié quelque chose ? Du moins ces révisions ont en cela d’avantageux qu’elle nous ont confirmée de plus en plus dans notre système, et qu’elles nous ont fait connaître le calcul admirable qui a présidé à l’arrangement de nos sons, pour former une harmonie que nous croyons la plus complète dans les langues, malgré les nombreuses dénégations de quelques écrivains jaloux d’élever les langues grecque et latine au-dessus de toutes les autres, par un de ces puériles enthousiasmes de savants, si contraires à l’esprit national.

Sophie DUPUIS, Traité de prononciation ou nouvelle prosodie française, éd. cit., p. LIX.
Sophie Dupuis, Traité de prononciation, 1836. Gallica.

Affirmant sa nationalité française et le caractère français de son ouvrage, Sophie Dupuis entend décrire, du point de vue de la prononciation, le génie de la langue française – locution qui revient par ailleurs souvent sous sa plume. Les auteurs qui ont tendance à latiniser et helléniser la langue française sont accusés de déliter la nation en portant atteinte à l’une de ses émanations : la langue. On retrouve à la même époque cette exaltation de la langue française chez les frères Bescherelle qui, publiant une Grammaire nationale et un Dictionnaire national, ne cachent pas, dès le titre de leurs ouvrages, l’idéologie qui sourd leur discours grammatical et lexicographique. Dans leur Grammaire nationale, parue dès 1834, les frères Bescherelle insistent sur le rôle de l’exemple qui, s’il est bien choisi, permet de faire découvrir des notions de morale, d’histoire, de religion, de géographie, de littérature, etc., de sorte que la grammaire devient un liber mundi, « le grand livre de la nature » :

Envisagée de cette façon, il nous semble que la grammaire n’est plus seulement un exercice de collége sur lequel s’assoupit la mémoire ; c’est l’histoire de la pensée elle-même, étudiée dans son mécanisme intérieur ; c’est le développement du caractère national dans ses intérêts politiques et ses sentiments religieux, analysé ou plutôt raconté par la nation elle-même, par les interprètes les plus éloquents de cette nation.

Louis-Nicolas BESCHERELLE, Henri BESCHERELLE & LITAIS DE GAUX, Grammaire nationale, 5e éd., Paris, Simon et Garnier frères, 1852 [1834], p. II.

Les frères Bescherelle proposent ici une définition forte de l’ouvrage grammatical : ils insistent, sans détour, sur le fait que la grammaire participe de la construction du sentiment national, notamment en puisant les exemples parmi les écrivains qui ont le mieux illustré le génie de la langue française, dont ils donnent les spécificités dans la préface de leur Dictionnaire national :

Qu’est-ce qu’un Dictionnaire français en particulier ? Pour faire particulièrement tel Dictionnaire, il faut se mettre au point de vue particulier de la langue qui fait l’objet de ce Dictionnaire. […] Mais qu’est-ce que la langue française, et quels traits distinctifs un Dictionnaire français en empruntera-t-il ? Ce n’est point une langue aux sons pleins et forts, aux inversions rapides et énergiques, aux métaphores véhémentes et hardies, aux comparaisons grandioses et sublimes, comme le sont les langues orientales ; ce n’est pas non plus une langue froide, terne, dure, peu propre à rendre l’émotion et la sensibilité, comme le sont les langues hyperboréennes. Placée dans des conditions intermédiaires, c’est une langue recherchée de tous les peuples, à cause de sa clarté élégante, de sa politesse parfaite, de ses habitudes délicates, de la précision de ses termes, de la placidité de ses mouvements, de la simplicité de ses formes ; […]. En un mot, la langue française est, comme cela doit nécessairement être, en rapport direct, intime, avec le peuple français lui-même, à qui pas un peuple rival ne conteste la prééminence en fait de sociabilité, de politesse, de franchise.

Louis-Nicolas BESCHERELLE, Dictionnaire national ou dictionnaire universel de la langue française, 2nde éd., Paris, Simon et Garnier frères, 1853, [1843], p. III.
Louis-Nicolas Bescherelle, Dictionnaire national, 1853. Gallica.

La réflexion de l’aîné des frères Bescherelle s’inscrit pleinement dans le mythe du génie de la langue française en convoquant tout l’arsenal rhétorique des grammairiens qui y ont souscrit avant lui : comparaison avec d’autres langues pour mieux faire ressortir la prétendue supériorité du français ; qualités de clarté, de simplicité et de précision ; prétention à l’universalité en raison d’une forte communauté francophone. Tous ces éléments, érigés en particularités nationales de la langue française et drainés tout le long du XIXe siècle, aboutiront à une idéologie nationaliste sous la Troisième République dans la mesure où le mythe du génie de la langue française sera réexploité par l’extrême-droite – Charles Maurras et l’Action française en tête – pour en faire un modèle auquel devrait se conformer la langue littéraire nationale16. Du point de vue de l’écriture du discours grammatical, les écrits de Damourette et Pichon témoignent de cette collusion entre le mythe du génie de la langue et l’idéologie nationaliste, que cela soit par leur traitement de la diachronie ou par leur notion de locuteur, ainsi que l’a montré Valelia Muni Toke17.

Notes

  1. Nous reprenons, pour qualifier les grammairiens révolutionnaires, le surnom attribué à l’un de ses plus éminents représentants, François-Urbain Domergue. []
  2. On peut notamment penser aux travaux, entre autres, de Daniel Bougnoux, Jean-Louis Chiss et Jacques-Philippe Saint-Gérand, à propos du XIXe siècle. []
  3. Nous reprenons l’hypothèse d’un « long XIXe siècle » afin de montrer l’unité idéologique qui enserre les grammaires françaises produites de la Révolution, qui opère un sursaut épistémologique en décrétant le français langue nationale, à la Troisième République, qui achève de sacraliser la langue en l’insérant dans une tradition nationale. []
  4. Michel de Certeau, Dominique Julia & Jacques Revel, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois : l’enquête de Grégoire, Paris, Gallimard, 1975 ; Renée Balibar & Dominique Laporte, Le Français national. Politique et pratique de la langue nationale sous la Révolution française, Paris, Hachette, 1974. []
  5. Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à 1900, t. ix La Révolution et l’Empire, 1ère partie : le français langue nationale, Paris, Armand Colin, 1927 ; Sonia Branca-Rosoff & Nathalie Schneider, L’Écriture des citoyens. Une analyse linguistique de l’écriture des peu-lettrés pendant la période révolutionnaire, Paris, Klincksieck, 1994 ; Jean-Pierre Seguin, La Vraie Révolution de la langue des Français. Essai sur le changement linguistique en France pendant la période révolutionnaire, en ligne : <https://diachronie.org/inedits/jean-pierre-seguin-la-vraie-revolution-de-la-langue-des-francais/>. []
  6. Jacques Guilhaumou, La Langue politique et la Révolution française. De l’événement à la raison linguistique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989. []
  7. Françoise Dougnac, François-Urbain Domergue, le journal de la langue française et la néologie lexicale (14784-1795), Thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Paris 3, 1981 ; Winfried Busse & Françoise Dougnac, François-Urbain Domergue, le grammairien patriote (1745-1810), Tübingen, G. Narr, 1992 ; Jacques Guilhaumou, La Langue politique et la Révolution française. De l’événement à la raison linguistique, Paris, Méridiens Klincksieck, 1989. []
  8. Jacques Guilhaumou, Sieyès et l’ordre de la langue : l’invention de la politique moderne, Paris, Kimé, 2002. []
  9. Aspect bien traité par André Chervel : Et il a fallu apprendre à écrire à tous les petits Français. Histoire de la grammaire scolaire, Paris, Payot, 1977. []
  10. Par imaginaire linguistique, nous entendons les « relations, individuelles et collectives, que peuvent avoir les locuteurs, au-delà des codifications, des préoccupations scientifiques et des soucis d’objectivation qui peuvent être le fait de la grammaire, avec leur langue », Gilles Siouffi, Le Génie de la langue française. Études sur les structures imaginaires de la description linguistique à l’Âge classique, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 21. Voir également les travaux d’Anne-Marie Houdebine, pour qui l’imaginaire linguistique désigne des « normes fictives », c’est-à-dire « l’attitude des locuteurs à l’égard de la langue, [de leur propre manière de pratiquer la langue], de celle des autres (norme évaluative), les représentations qu’ils se font de la ‘‘bonne’’ prononciation (norme idéale ou prescriptive), les rapports qu’ils établissent, parfois consciemment, entre celle-ci et la leur », « Norme, imaginaire linguistique et phonologie du français contemporain », Le Français moderne, vol. L, n. 1, 1982, p. 44. Elle considère que ces « ces fictions ou rationalisations, plus ou moins prescriptives, [ont] une influence sur les productions des sujets », « De l’imaginaire linguistique à l’imaginaire culturel », La Linguistique, 2015/1, vol. 51, p. 11. []
  11. Malgré notre titre quelque peu trompeur, nous n’évoquerons pas, si ce n’est de manière allusive, Domergue ni Damourette et Pichon, qui n’ont valeur ici que de terminus a quo et de terminus ad quem, dans la mesure où ils ont été abondamment commentés. []
  12. À propos de ce concours, voir : Renée Balibar & Dominique Laporte, Le Français national. Politique et pratique de la langue nationale sous la Révolution française, Paris, Hachette, 1974 ; Hans-Christian Harten, Les Écrits pédagogiques sous la Révolution, Paris, INRP, 1989. []
  13. Selon Hans-Christian Harten, Les Écrits pédagogiques sous la Révolution, éd. cit.,p. 55. []
  14. Sophie Dupuis, Traité de prononciation ou nouvelle prosodie française, Paris, Hachette, 1836, p. lv. []
  15. On retrouve, en autre exemple, cette dénonciation du calque de la grammaire latine sur la grammaire française dès les grammaires révolutionnaires : [Collectif anonyme], Cours de langue française à l’usage des écoles nationales. Ouvrage périodique, par une société de gens de lettres, Paris, chez la citoyenne Roudier, 1794, p. 1. []
  16. À ce sujet, voir : Stéphanie Bertrand & Sylvie Freyermuth (dir.), Le Nationalisme en littérature : des idées au style (1870-1920), Bern, Peter Land, 2019. []
  17. Valelia Muni Toke, La Grammaire nationale selon Damourette et Pichon (1911-1939), Lyon, ENS Éditions, 2013. []