Archives de catégorie : Chercheurs

In memoriam Laure Beaumont-Maillet (1947-2016)

Laure Beaumont-Maillet (1947-2016)

Née le 4 mars 1947 à Clichy (Hauts-de-Seine), Laure Beaumont-Maillet a intégré l’Ecole nationale des Chartes en juin 1966 à un âge où généralement on entre à peine en classe préparatoire. À la précocité intellectuelle elle a d’emblée joint un esprit très brillant. À l’issue de sa scolarité en juin 1970, elle a soutenu une thèse consacrée au grand Couvent des Cordeliers de Paris, thèse qui a été signalée au ministre de l’Éducation nationale. Cet intérêt pour l’histoire de Paris lui a permis de lier une solide et durable amitié avec ses confrères Michel Fleury, Jean Dhérens et Jean-Marc Léri. D’août 1970 à septembre 1972, elle a été conservatrice à la Bibliothèque universitaire de Metz. Elle s’y est consacrée à constituer des collections et à installer cette bibliothèque dans ses nouveaux locaux de l’île du Saulcy. Durant cette même période, en 1971, elle a été diplômée de l’École pratique des Hautes Études (IVe section, Sciences philologiques et historiques). D’octobre 1972 à septembre 1978, elle a été conservatrice à la Bibliothèque municipale de Metz. Elle a participé à la construction et à l’aménagement de la nouvelle Bibliothèque-Médiathèque du Pontiffroy. Elle y a également organisé de nombreuses expositions, un de ses talents qui se confirmera par la suite, telles que l’Histoire de la reliure (mars 1977) ; Metz au XVIIIe siècle (avril-mai 1978) dans le cadre du 103e Congrès des Sociétés savantes ; Trésors de la Bibliothèque municipale de Metz (septembre-octobre 1978).

En octobre 1978, elle rejoint la Bibliothèque nationale et Paris qui demeurait sa ville de prédilection. Jusqu’en septembre 1982, elle est affectée au département des Estampes et de la photographie : elle y est responsable du dépôt légal de l’imagerie, chargée des études en vue de l’automatisation de la recherche documentaire et de l’établissement d’un schéma descriptif de l’estampe. C’est à cette époque que le département a réalisé un premier vidéodisque d’essai. Elle y fait la connaissance de Jacqueline Sanson qui demeurera une amie tout au long de leurs carrières au sein de la BnF.  

D’octobre 1982 à septembre 1983, elle est chargée de mission pour les relations extérieures auprès de l’Administrateur général de la Bibliothèque nationale, Alain Gourdon, tout en assurant la fonction de rédacteur en chef de la Revue de la Bibliothèque nationale. C’est une période cruciale pour la BnF qui passe de la tutelle de l’Education nationale à celle de la Culture et subit une réorganisation profonde de son organigramme. Laure Beaumont-Maillet gardera de cette étape de sa carrière une vision politique et stratégique de l’avenir de l’établissement qui est effectivement passé par bien des incertitudes durant plus d’une décennie.

La direction du département des Estampes et de la photographie s’étant trouvée vacante à la suite du départ de Michel Melot appelé à diriger la Bibliothèque publique d’information (BPI) du Centre Georges Pompidou, elle pose sa candidature et malgré son jeune âge, trente-six ans, elle est choisie pour diriger le département, responsabilité qu’elle conservera jusqu’à son départ en retraite en décembre 2006. Notons qu’elle est la vingt-deuxième à occuper cette responsabilité et la première femme. 

Les réalisations les plus marquantes à retenir de cette longue période de direction sont la mise en chantier et la réalisation en 1989, dans le cadre du Bicentenaire, d’un vidéodisque de 38 000 images illustrant la Révolution française à partir des collections du département ; c’est la plus importante banque d’images interactive réalisée à cette date.

D’énormes chantiers de microfilmage des collections ont été entrepris dans les années 1980/1990, pour la protection de fonds très consultés ou des fonds très précieux et une meilleure communication des séries documentaires.

Au chapitre des innovations, il faut également souligner l’informatisation des catalogues décrivant les livres et les œuvres conservées. Les premières mises en ligne des catalogues sur le site Web de la BnF datent de 2005/2006 et permettaient aux chercheurs la recherche à distance des cotes.

Laure Beaumont-Maillet s’est attachée, en s’appuyant sur la compétence d’une équipe d’une quinzaine de conservateurs, souvent parmi les meilleurs spécialistes mondiaux, à enrichir les collections du département en favorisant le dépôt légal de l’estampe, de l’affiche et de la photographie tout en développant les acquisitions, dons et legs par des choix judicieux dans tous les domaines. Parmi les enrichissements les plus remarquables figurent les grands noms de l’estampe (Callot, Nanteuil, Bonnard, Bresdin, Daumier, Degas, Gauguin, Renoir, Toulouse-Lautrec), de la photographie ancienne (Le Gray, Niépce, Girault de Prangey, Cuvelier). Les relations avec les artistes comme Apeloig, Hélion, Houtin, Desmazières, Saura, Tapies, Frélaut, Scully ou Dine ont permis des dons magnifiques aux collections du département. Il faut également citer les dations pour les fonds Vieillard et Rivière. Elle s’occupait personnellement des grands enrichissements, des dations appuyée par Jacqueline Sanson devenue directrice des collections de la BnF en 1998.

Sa curiosité et son intérêt pour l’image l’ont poussée à mettre en valeur non seulement les grands maîtres mais aussi l’imagerie, les affiches, les cartes postales, la documentation iconographique sous toutes ses formes.

Spécialiste de l’histoire de Paris, elle a beaucoup écrit sur la capitale française (Sainte-Geneviève, Paris inconnu, L’Eau à Paris…) et sur les collections du département. Elle fut elle-même commissaire de nombreuses expositions de la BnF en France et à l’étranger.

Sa bibliographie peut paraître d’un éclectisme suspect aux spécialistes sourcilleux mais les méthodes de travail enseignées à l’Ecole nationale des Chartes lui ont permis de fait de traiter avec brio de nombreux thèmes au fil des sollicitations professionnelles. Son amour de la recherche et de la mise en valeur du patrimoine national l’aura accompagné jusqu’ à son dernier souffle.

Publiant beaucoup et en donnant ainsi l’exemple comme ses prédécesseurs Jean Adhémar et Michel Melot, elle a su maintenir haut et fort le goût chartiste pour la recherche et les  travaux académiques au sein de son département, notamment par la poursuite des inventaires des fonds sous forme imprimée ou en ligne. Fait assez peu commun pour être souligné, elle a toujours encouragé vivement les conservateurs travaillant sous sa direction à entreprendre des projets, publier, donner des cours et des conférences. Elle a toujours eu dans ce domaine une vision ouverte et généreuse loin de certaines mesquineries administratives à courte vue.

Parallèlement, Laure Beaumont-Maillet a été en 1987/1988, directrice d’études d’Histoire de Paris à l’Ecole pratique des Hautes Etudes (IVe Section). Mais elle a dû renoncer à cette activité complémentaire pour des raisons de santé dès mai 1988.

Elle a néanmoins encouragé les conservateurs du département à enseigner à l’université, à l’Ecole du Louvre, à l’Ecole nationale des chartes, à l’Institut national du patrimoine et également à l’Enssib.

En plus de ses activités au sein du département, Laure Beaumont-Maillet a été présidente du Comité national de la Gravure française de 1983 à 2006 et à ce titre directrice de la publication des Nouvelles de l’estampe, ainsi que présidente du Jury du Prix Nadar (organisé par l’association Gens d’Images) de 1983 à 2006, membre du Conseil d’administration du Centre national de la Photographie de 1983 à 2006, membre du Conseil d’administration de l’Association pour la Bibliothèque nationale des Arts de 1992 à 1995, membre de la Société nationale des Antiquaires de France depuis 1986, membre de la Commission du Vieux-Paris de 1987 à 2003.

Elle a également été présidente de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France de 1993 à 1997.

Membre du conseil d’administration de la Société des Amis de la Bibliothèque nationale depuis 1982, elle en a été le secrétaire général de 1982 à 1983 puis de 1988 à 1990.

Personnalité originale, rigoureuse, dotée d’un sens de l’humour décapant, son rayonnement intellectuel évident a été reconnu par ses pairs et la communauté professionnelle et universitaire. Elle n’hésitait pas à rompre le fer, à batailler pour défendre ses convictions, une éthique professionnelle exigeante, ses amis, ses collègues. Elle s’était  fait ainsi de solides ennemis et des amis plus solides encore.

On se souviendra ainsi qu’elle avait un grand cercle de fidèles autour d’elle : collègues de la BnF mais aussi du monde entier, historiens, historiens de l’art, chercheurs, professeurs, artistes, éditeurs, collectionneurs au premier rang desquels on peut citer Barthélemy Jobert, Adrien Goetz, Martine Kahane, Raymond-Josué Seckel, Françoise Denoyelle, Eric Hazan, Jean-Yves Sarazin, Monique Cohen pour n’en citer que quelques uns.

On se souviendra enfin du courage et encore une fois de l’élégance avec lesquels elle a supporté les graves et douloureuses maladies qui pendant de longues années lui ont rendu la vie très difficile.

Laure Beaumont-Maillet a pris sa retraite en décembre 2006. Elle s’est consacrée à des travaux concernant l’histoire de l’art et l’histoire de Paris.

Elle a une fille Clotilde Beaumont, née le 17 juillet 1980.

Sylvie Aubenas, conservatrice générale des bibliothèques, directrice du département des Estampes et de la photographie depuis 2007.

Bibliographie

Monographies, catalogues d’expositions

  • Le Grand couvent des Cordeliers de Paris : étude historique et archéologique du XIIIe siècle à nos jours, préf. de Michel Fleury. Paris, H. Champion, 1975 (Bibliothèque de l’École des hautes études, IVe Section, Sciences historiques et philologiques ; 325).
  • Sainte-Geneviève de Paris : la vie, le culte, l’art, en collaboration avec Dom Jacques Dubois, O.S.B., Paris, Beauchesne, 1982, 168 p., ill. Nouvelle édition revue et corrigée en 1985.
  • Paris inconnu. Collection Les Albums du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale ; 3, Paris, Albin Michel, 1984, 103 p., ill.
  • La Guerre des Sexes . Paris, Albin Michel, 1984, 111 p., ill.
  • Paris de la Préhistoire à nos jours, en collaboration avec Jean Dérens, Michel Fleury, Jean Tulard, Saint-Jean d’Angely, éd. Bordessoules, 1985,  707 p.
  • Note de synthèse à Monsieur l’administrateur général de la Bibliothèque nationale sur le vidéodisque Révolution française, Paris, Bibliothèque nationale, 1986, 27 f.
  • L’Estampe en France du XVIe au XIXe siècles, exposition Machida et Niigata, Japon, printemps-été 1987 ; BN, automne 1987.
  • Vie et histoire du Xe arrondissement. Paris, éd. Hervas, 1988, 160 p.
  • La Caricature française et la Révolution, 1789-1799, exposition (Los Angeles-New York, automne-hiver 1988-1989 ; BN, printemps 1989.
  • Le plan de Turgot, portrait de Paris à vol d’oiseau. Paris, Nouvelles éditions Tchou, 1989. 
  • Images de la Révolution française : catalogue du vidéodisque / coproduit par la Bibliothèque nationale et Pergamon press ; Laure Beaumont-Maillet, direction générale ; Denis Bruckmann, assisté de Marie-Claude Thompson, conception et coordination, Paris : Bibliothèque nationale, 1990,  3 vol.  
  • Voyage pittoresque et romantique à travers les villes de France,  oeuvres choisies et commentées par Laure Beaumont-Maillet, Le Temps de vivre, 1990.
  • L’Eau à Paris. Paris, Hazan, 1991, 261 p.
  • Adam et Eve de Dürer à Chagall (catalogue de l’exposition du Musée national du Message biblique Marc Chagall, à Nice, été 1992), Paris, RMN, 1992, 128 p. 
  • Les Lautrec de Lautrec, exposition Brisbane, été-automne 1991 ; Melbourne, automne-hiver 1992 ; Paris, BN, hiver-printemps 1992.
  • Le Florilège de Nassau-Idstein, par Johann Walter, 1604-1677, Paris, Anthèse, 1993. 
  • L’eau-forte en couleurs de Pissarro à Picasso, exposition New-Brunswick, automne 1992 ; Amsterdam, hiver 1993 ; BN, été 1993.
  • Paris (texte en japonais). Photographies de Shuji Ave, Tokyo, Takarajimasha Inc., 1994.
  • Garde-le toujours. Lettres et dessins des Enfants d’Izieu, 1943-1944, collection de Sabine Zlatin (en collaboration avec Anne Grynberg), Paris, Bibliothèque nationale de France – Association du Musée-Mémorial d’Izieu, 1994, 104 p.
  • D’après nature, Chefs d’œuvre de la peinture naturaliste en Alsace de 1450 à 1800. Strasbourg, Créamuse, 1994, 200 p.
  • Guide du Paris médiéval, Paris, Hazan, 1997, 200 p. 
  • La France au Grand Siècle. Chefs d’œuvre de la collection Gaignières, Arcueil, Anthèse/Paris, Bibliothèque nationale de France, 1997, 104 p. 
  • Souvenirs d’un voyage dans le Maroc / Eugène Delacroix ; éd. de LBM, Barthélémy Jobert et Sophie Join-Lambert. Paris, Gallimard, 1999. (Art et artistes). 
  • Ivan Theimer : oeuvres sur papier, exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, crypte, 24 septembre-27 octobre 2002, Collection : Cahiers d’une exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2002,  48 p. 
  • Dessins de la Renaissance : collection de la Bibliothèque nationale de France, Département des estampes et de la photographie, catalogue par LBM, Gisèle Lambert, Jocelyn Bouquillart,  exposition, Barcelone, Fundació Caixa de Catalunya, 21 octobre 2003-18 janvier 2004, Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, galerie Mazarine, 24 février-4 avril 2004, Paris, Bibliothèque nationale de France ; Barcelone, Fundació Caixa Catalunya, 2003, 293 p.  
  • Capa connu et inconnu, sous la dir. de LBM, exposition, Paris, BnF, automne 2004, Martin Gropius Bau, Berlin, printemps 2005, Paris, BnF, 2004. 
  • La photographie humaniste, 1945-1968 : autour d’Izis, Boubat, Brassaï, Doisneau, Ronis,  sous la direction de LBM, Françoise Denoyelle et Dominique Versavel, exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, Site Richelieu, Galerie de photographie, 31 octobre 2006-28 janvier 2007, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2006. 
  • Sean Scully, 1945, Paris, Cercle d’art, 2006, 63 p.  
  • Albert Dubout, le fou dessinant, sous la dir. de LBM et et Jean-François Foucaud, exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, 4 juillet-3 septembre 2006, Paris, Bibliothèque nationale de France, Hoëbeke, 2006, 158 p. 
  • C. D. Friedrich, 1774-1840, Paris, Cercle d’art, 2007, 63 p.  
  • Saint-Séverin, une église, une paroisse, avec la collaboration de Marie-Laure Deschamps-Bourgeon, Paris, Lacurne, 2010, 331 p.

Préfaces et postfaces

  • Suite d’estampes de la Renaissance italienne dite « Tarots de Mantegna » ou Jeu du Gouvernement du Monde au Quattrocento, édition en fac-similé de cette suite de burins conservée à la Bibliothèque nationale…, Garches, éd. Arnaud Seydoux 1985.
  • Germaine Meyer-Noirel, L’Ex-Libris, histoire, art, techniques, Paris, Picard, 1989.
  • Dictionnaire des monuments de Paris, sous la direction de Jean Colson et Marie-Christine Lauroa, Paris, Hervas, 1992. Nouvelle édition revue et corrigée en 2003. 
  • Atget-Paris. Paris, Hazan, 1992, 788 p.
  • Féodor Hoffbauer, Paris à travers les âges, Paris, Inter-Livres, 1993.
  • Les Costumes grotesques de Nicolas de Larmessin, Paris, Bibliothèque de l’Image, 2002.
  • François Houtin  : catalogue raisonné 1973-2002, coordonné par Richard Reed Armstrong fine art ; préf. de Laure Beaumont-Maillet, Chicago ; Paris, Galerie Michèle Broutta, 2002.  Publ. à l’occasion de l’exposition “François Houtin, dessins, lavis, gravures et livres”, Paris, Galerie Michèle Broutta, 4 décembre 2002 au 1er février 2003.
  • Jardins anglo-chinois ou Détails de nouveaux jardins à la mode. Georges Louis Le Rouge ; en collab. avec la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Reprod. en fac-sim., Paris, Connaissances et mémoires, 2004,  33 p.-21 cahiers de pl.

Articles et contributions (sélection)

  • « Le Réfectoire du Grand Couvent des Cordeliers de Paris », dans Documents Archéologia, 1973, n° 3 (Paris, Foyer d’art au Moyen-âge), pp. 61-69, ill.
  • « Saint-Anne-la-Royale, église des Théatins de Paris », dans Commission du Vieux-Paris, procès-verbal de la séance du 11 juin 1979 (annexe au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris des 18-19 juillet 1979, pp. 10-23, ill.
  • « Dernières recherches relatives aux portails des Théatins quai Voltaire et 26 rue de Lille (7e) » dans Commission du Vieux-Paris, procès-verbal de la séance du 14 janvier 1980 (annexe au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris du 9 juillet 1980.
  • « Les Bains chinois », dans Commission du Vieux Paris, procès-verbal de la séance du 3 mars 1980 (annexe au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris des 23-24 juillet 1980), pp. 6-8, ill.
  • « L’iconographie de sainte Geneviève de Paris », dans Bulletin de la Société le Vieux-Papier, n° 287 (janvier 1983), pp. 17-22, ill.
  • « Le Patrimoine des Bibliothèques : mesures préventives à la Bibliothèque nationale », dans Rencontres internationales pour la protection du patrimoine culturel, premier colloque : Protection contre les déprédations et dégradations du fait de l’homme, Avignon, 13-15 novembre 1985, Avignon, 1986, pp. 16-25.
  • Le Vidéodisque « Images de la Révolution française » dans Revue de la Bibliothèque nationale, n° 32 (été 1989), pp. 54-61.
  • « Le Quatorze Juillet 1789 », dans La Révolution française et l’Europe, 1789-1799, tome II, L’Evénement révolutionnaire, Paris, catalogue de l’exposition du Grand-Palais, Paris, RMN, 1989, pp. 382-413.
  •  « Les dessins de tombeaux levés pour Gaignières dans les provinces de l’Ouest à la fin du XVIIe siècle » par Jean-Bernard de Vaivre, dans Pays de la Loire, 303, 1990.
  • « Le Porche de l’église Saint-Saturnin de Nogent-sur-Marne provient-il d’une église parisienne ? » dans Commission du Vieux-Paris. Procès-verbal de la séance du lundi 11 juin 1990 (Supplément au Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris n°29 du vendredi 10 avril 1992), pp. 15-21.
  • « Un projet inédit de Visconti pour l’hôtel de Mademoiselle Mars », dans Louis Visconti, 1791-1853, Paris, Délégation à l’Action Artistique de la Ville de Paris, 1991, pp. 190-193.
  • « Le Département des Estampes et de la Photographie » dans Arts et Métiers du Livre, n° 171 (janvier-février 1992), pp. 6-14.
  • « La Gravure française du XVIe siècle », dans Arts et Métiers du Livre, n° 171 (janvier-février 1992), pp. 24-26.
  • « L’Image de la Lorraine dans les collections du Département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale » dans Yves Le Moigne (1935-1991) historien de la Lorraine, Metz, Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, 1992 (Les Cahiers lorrains, 1992, n° 3-4), pp. 465-474.
  • « Les collectionneurs au Département des Estampes », dans Nouvelles de l’Estampe, n° 132 (1993, n° 6), pp. 5-27.
  • « Un recueil de caricatures de lecteurs et de conservateurs du Département des estampes à la fin du XIXe siècle dans Mémoire pour demain, mélanges en l’honneur de Albert Ronsin, Gérard Thirion, Guy Vauce, Paris, Association des bibliothécaires français, 1995, pp. 203-234.
  • Passage du témoin : Cécile Reims & les graveurs du XVe au XXIe siècle, affinités électives,  textes de Cécile Reims et Laure Beaumont-Maillet,  exposition Issoudun, Musée de l’Hospice Saint-Roch, 25 février-28 mai 2012, Issoudun,  Établissement public de coopération culturelle, 2012, 87 p. Exposition organisée à l’occasion de la parution du catalogue raisonné de l’oeuvre gravé de Cécile Reims.  

Participation à des colloques, conférences (sélection)

  • La Question du dépôt légal. Tri, sélection, conservation. Quel patrimoine pour l’avenir ? Ouvrage collectif réunissant les actes de la table ronde organisée sous l’égide de l’Ecole nationale du Patrimoine les 23, 24 et 25 juin 1999, Centre des Monuments nationaux/Monum, éditions du Patrimoine, 2001, 237 p. (p.189-190)
  • Robert Capa et le photojournalisme : colloque du mardi 16 et du mercredi 17 novembre 2004 / Laure Beaumont-Maillet, Richard Whelan, Herbert Molderings…[et al.], aut. des textes ; Laure Beaumont-Maillet, Richard Whelan, Herbert Molderings … [et al.]
  • Et publications diverses, dans les Nouvelles de l’Estampe, le Bulletin de l’association des Bibliothécaires français, la Revue de la Bibliothèque nationale, etc.

Bibliographie

  • Numéro spécial « Laure Beaumont-Maillet », dans Nouvelles de l’estampe, décembre 2006-février 2007, n° 209-210.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat : Philippe Mezzasalma

Le 17 juin 2019, Philippe Mezzasalma, chef du service de la presse au département Droit, économie et politique de la BnF, a soutenu sa thèse de doctorat sur travaux intitulée La déportation des femmes depuis la France par mesure de répression (1940-1945).

Résumé

Près de 9000 femmes ont été déportées depuis la France par mesure de répression vers l’Allemagne nazie de 1940 à 1945. La thèse propose de restituer leur histoire mal connue, dans une perspective comparative avec les déportées d’autres nationalités (Polonaises, Russes ou Tchèques) mais aussi avec les déportés masculins depuis la France. Elle permet de dresser un panorama déterminant qui elles étaient, résistantes actives, sympathisantes, mais aussi raflées ou détenues de droit communs,  confondues dans une même vision idéologique de l’ennemi par l’occupant nazi. Il s’agit d’une première synthèse de leur histoire, de leur engagement pour les résistantes, ou de leur arrestation pour les autres, jusqu’au retour en France.  La chronologie de leur déportation, la singularité des parcours de répression permet de comprendre aussi la place particulière prise par les déportées de France dans l’univers concentrationnaire. Enfin cette analyse propose une lecture genrée permettant de mieux comprendre les spécificités de la déportation des femmes, et ce qu’elle apporte à l’histoire générale de la déportation.

Jury

  • Mme Alya Aglan, professeure d’histoire, Université de Paris I
  • Mme Sylvie Chaperon, professeure d’histoire, Université Jean Jaurès de Toulouse
  • Mme Mechtild Gilzmer, professeure d’histoire, Université de la Sarre
  • M. Denis Peschanski, directeur de recherche, CNRS
  • M. Henry Rousso, directeur de recherche, CNRS

Soutenance

  • Le lundi 17 juin 2019
  • Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XXème siècle

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat : Coline Arnaud

Le 4 juillet 2019, Coline Arnaud, ancienne chercheure invitée (2016) et associée (2015) de la BnF, soutient sa thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication intitulée La pâtisserie française (1870 – 1914) : une révolution gastronomique menée sous la direction de Françoise Hache-Bissette .

Résumé

La pâtisserie d’art théorisée par Carême avant 1850 codifie une pâtisserie décorative et complexe dont le faste est destiné aux élites sociales de l’Empire puis de la Restauration. Pourtant, dès 1820, cette pâtisserie ambitieuse bouleversant le statut artisanal du pâtissier se heurte aux valeurs bourgeoises d’une classe sociale en pleine ascension. Les inventions techniques, les réformes sociales, l’ouverture des marchés à la production industrielle au tournant du siècle condensent les tensions toujours irrésolues entre une pâtisserie nostalgique, aux ambitions artistiques, et la prédominance des commerces de proximité, symboles d’une production économique diversifiée et moderne. Ce travail cherche à analyser l’origine de ces tensions et leur impact à travers le métier, le produit et le lieu de vente, en interrogeant le rapport de cette pratique au social, au politique et à l’art de 1870 à 1914.

Soutenance

  • Lieu :  Bibliothèque nationale de France / Site François Mitterrand, Quai François Mauriac 75013 Paris
  • Salle : Petit Auditorium
  • Horaire : 14h

Composition du jury

  • Mme Françoise HACHE-BISSETTE, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Directeur de thèse
  • Mme Claire BLANDIN, Université Paris 13, Rapporteur
  • M. Didier FRANCFORT, Université de Nancy, Rapporteur
  • M. Jean-Pierre WILLIOT, Sorbonne Université, Examinateur
  • Mme Simona DE IULIO, Université de Lille, Examinateur
  • M. Emmanuel QUENSON, Université d’Evry, Examinateur
  • M. Denis SAILLARD, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Co-encadrant

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Offre d’emploi : vacation au Laboratoire du département de la Conservation de la BnF

Étude de l’influence des rayons gamma employés comme moyen de désinfection sur les matériaux de conservation de la Bibliothèque nationale de France

Centre technique de Bussy-Saint-Georges
© Béatrice Lucchese / BnF

En 2016 les Archives nationales ont été amenés à désinfecter par irradiation aux rayonnements gamma (γ) plusieurs kilomètres linéaires de collections appartenant au site de Fontainebleau. Cette intervention a été nécessaire pour détruire tous les micro-organismes présents sur les collections suite à une importante inondation.

La désinfection par irradiation, utilisée dans d’autres pays européens, n’a pas été jusqu’à présent très employée en France. Cette campagne a donc fait l’objet de plusieurs mesures de contrôle de la qualité du traitement et d’évaluation des risques encourus par les collections. Dans le cadre d’une convention entre la BnF et les Archives nationales plusieurs typologies de matériaux témoins ont été traités pas irradiation à l’occasion du traitement de la collection des Archives. Une première étude a été réalisée pour évaluer l’influence des rayonnements γ sur différentes typologies de documents photographiques ; mais d’autres matériaux restent à analyser.

Cette vacation a comme objectif de finaliser les analyses sur la totalité des matériaux qui ont été exposés aux rayonnements γ. Des tests mécaniques, des mesures de la variation de la couleur et de la stabilité chimique des matériaux seront réalisés sur les échantillons qui ont déjà été irradiés. Les résultats obtenus permettront d’évaluer de manière globale l’influence de ce type de traitement de désinfection sur différents types de papiers, cartons, matériaux synthétiques (PE, PP, PVC, PS), textiles et cuirs, et permettront d’envisager des études plus spécifiques par la suite.

Tous les matériaux témoins qui ont été irradiés se retrouvent couramment dans les collections de toute bibliothèque ou archive, il est donc fondamentale de connaitre leur stabilité aux rayonnements γ dans le cas d’un traitement de désinfection avec cette technique. En effet, l’usage de l’oxyde d’éthylène, jusque-là utilisé comme traitement de désinfection est de moins en moins courant et la France est l’un des derniers pays ou son utilisation est encore autorisée. La BnF anticipe ainsi une potentielle interdiction de ce traitement actuellement utilisé dans notre institution et qui contraindrait alors la BnF à adopter un nouveau traitement de désinfection.

Profil recherché

Candidat(e) avec un Master scientifique. Bases solides en physico-chimie et bonne connaissance en chimie analytique. Des connaissances de chimie sous rayonnement seront particulièrement appréciées.

Durée du contrat

4 mois

Type de financement

Vacation du Ministère de la Culture

Lieu de travail

Laboratoire du département de la Conservation de la Bibliothèque nationale de France, Bussy-St-Georges (77)

Date de début du contrat

Août / septembre 2019

Contacts

Envoyer candidature à : eleonora.pellizzi@bnf.fr et stephane.bouvet@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Nicole Wild (1929-2017)

Pour nombre de chercheurs actifs entre le milieu des années soixante et celui des années quatre-vingt dix, la figure de Nicole Wild est intimement associée à la Bibliothèque-musée de l’Opéra de Paris, dont elle connaissait tous les arcanes, compétence qu’elle était toujours prête à mettre à leur disposition avec une gentillesse et une patience constantes. Bibliothécaire devenue par son érudition et sa disponibilité un pilier de cette institution, elle était aussi une musicologue de renommée internationale, grande spécialiste de l’histoire et de l’iconographie du théâtre lyrique en France au XIXe siècle. Ses travaux ont joué un rôle pionnier, de toute première importance, dans le développement de l’histoire du spectacle du XIXe siècle, à l’œuvre depuis une trentaine d’année, et de l’iconographie musicale.

Née à Reims le 20 juin 1929, Nicole Wild fait tout d’abord son apprentissage musical à l’école de musique de cette ville, obtenant entre 1952 et 1956 des récompenses en solfège, harmonie, contrepoint, histoire de la musique, un certificat d’aptitude à l’enseignement musical, en 1953, et un premier prix d’Orgue, en 1955. Élève par la suite d’André Marchal et stagiaire à l’Académie d’orgue de Saint-Maximin, elle ne cessera durant sa vie de pratiquer cet instrument dans le cadre de son obédience protestante, tout d’abord comme organiste titulaire du temple de Reims, de 1955 à 1962, puis de celui de Palaiseau à partir de 1967. De 1968 à 1973, elle assurera la rédaction en chef de la revue Musique et chant, éditée par la Fédération musique et chant du protestantisme français.

Sa vie professionnelle commence également à Reims, comme chargée de cours d’éducation musicale dans les écoles, ainsi qu’au collège technique, de 1953 à 1959, puis à partir de 1957, jusqu’en 1962, comme professeur intérimaire à l’école nationale de musique. Parallèlement, elle entreprend des études supérieures à la Sorbonne, où, dans le cadre de l’Institut de musicologie, elle obtient le certificat d’Histoire de la musique en 1962, et, dans le même temps, au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, alors rue de Madrid. Elle y est admise en octobre 1956 dans la classe d’Histoire de la musique de Norbert Dufourcq, où elle obtient un second prix en 1958 et, suite à son accession à la section de musicologie en octobre 1959, un premier prix de Musicologie en 1961, avec un mémoire consacré à La vie musicale en France sous la Régence d’après le Mercure. Par la suite, entre 1965 à 1983, elle sera régulièrement membre de jurys dans cet établissement.

À partir de 1959, sa carrière se poursuit à Paris dans le domaine des bibliothèques. Celle du Conservatoire national, où elle exerce comme contractuelle jusqu’en 1960, et surtout à la Bibliothèque nationale, où elle est engagée comme auxiliaire au département de la Musique, affectée à la Bibliothèque-musée de l’Opéra, qu’elle ne quittera pratiquement plus. Son investissement, son action auprès des lecteurs et la qualité de ses travaux lui permettent de devenir sous-bibliothécaire, puis bibliothécaire adjointe, de 1962 à 1982, conservatrice titulaire à partir d’octobre 1985 et enfin conservatrice en chef en 1993. Après sa promotion dans le corps des conservateurs, en 1983, et son passage à l’École nationale supérieure des bibliothèques de Lyon, elle est soumise à l’obligation d’effectuer une année comme stagiaire à la bibliothèque universitaire de Rouen. Elle fait alors l’objet d’une requête collective adressée à André Miquel, à l’époque administrateur général de la Bibliothèque nationale : une dizaine d’éminents musicologues américains, parmi lesquels figurent James R. Anthony, Elizabeth C. Bartlet, Barry S. Brook et H. Robert Cohen, y demandent son retour à l’Opéra après son stage, arguant que le concours qu’elle apporte aux chercheurs est essentiel. Nombre de musicologues français auraient pu la signer, car Nicole Wild ne ménageait pas sa peine dans ses recherches de sources, alors disséminées dans les fonds de ce théâtre.

Il faut dire, en effet, que Nicole Wild avait entrepris et poursuivi, dès sa nomination en 1959 et jusqu’à son départ en retraite en juin 1994, d’importants chantiers de catalogage, accumulant et organisant une multitude d’informations sur les fonds musicaux et iconographiques. Ces travaux approfondis et systématiques vont lui permettre de publier de remarquables catalogues : Le cirque (avec Tristan Rémy), 1969 ; Les arts du spectacle en France. Affiches illustrées, 1850-1950 : catalogue, 1976 ; Décors et costumes du xixe siècle. Tome I, Opéra de Paris, 1987 ; Décors et costumes du xixe siècle. Tome II, Théâtres et décorateurs : collections de la Bibliothèque-musée de l’Opéra, 1993 (prix Charles Blanc de l’Académie française, médaille de bronze, en 1994). Elle contribua par ailleurs à la mise en valeur de ces fonds en mettant en œuvre différentes expositions, dont les catalogues sont de précieux outils de travail : Diaghilev : les Ballets russes (avec Jean-Michel Nectoux), 1979 ; Auber et l’opéra romantique (avec Yves Gérard et Anne-Charlotte Rémond), 1982 ; Wagner et la France (avec Martine Kahane), 1983 ; Les Ballets russes à l’Opéra (avec Martine Kahane), 1992.

Passionnée par la recherche sur les arts du spectacle, Nicole Wild a également mené des travaux historiques fondamentaux sur les théâtres de Paris. Tout d’abord à l’École pratique des hautes études, où elle soutient en 1980 une thèse, sous la direction de François Lesure, sur Les théâtres parisiens entre 1807 et 1848. Ensuite à l’université Paris IV-Sorbonne, où elle obtient en 1987 un doctorat d’État ès Lettres, préparé sous la direction de Jean Mongrédien, avec une thèse intitulée Musique et théâtres parisiens face au pouvoir (1807-1864), avec inventaire historique des salles. Ce travail, qui met en avant un domaine de recherche appelé à se développer – les rapports entre opéra et politique, genre lyrique et institution –, a également fourni la matière de son Dictionnaire des théâtres parisiens au XIXe siècle (1989), ouvrage de référence que ne cessent de consulter tous les spécialistes et dont la nouvelle édition en 2012, considérablement augmentée, couvre la période 1807-1914. Englobant la totalité des théâtres parisiens, la musique ayant eu cours dans chacun à un moment ou à un autre, il donne pour chaque salle ou institution une somme considérable d’informations (origine, affectations, personnels artistiques, type de production, régime de fonctionnement, sources, bibliographie), permettant, comme l’écrit Joël-Marie Fauquet dans sa préface, « de saisir, dans son ampleur et sa diversité, l’activité d’un secteur culturel qui, pour avoir été maintenue en liberté étroitement surveillée jusqu’en 1864, étonne par son intensité ». Et il conclut, évaluant l’énorme documentation contenu dans cet opus : « À Nicole Wild revient l’enviable privilège de prouver qu’un seul livre peut parfois remplacer une bibliothèque. »

Parmi ces théâtres, celui de l’Opéra-Comique était particulièrement cher à notre amie musicologue. Elle a travaillé de nombreuses années sur son fonds musical, conservé alors salle Favart, et a contribué à attirer l’attention sur son intérêt et sa richesse, préparant son dépôt à la Bibliothèque-musée de l’Opéra. S’appuyant sur ces documents de première main, ainsi que sur les archives de la seconde institution lyrique de France, elle a publié en 2005, avec la collaboration de David Charlton pour le XVIIIe siècle, une somme sur son répertoire, couvrant pratiquement trois siècles de productions : Théâtre de l’Opéra-Comique, Paris : répertoire 1762-1972. Dans le même temps, l’iconographe qu’elle était faisait paraître en 2002, en collaboration avec Raphaëlle Legrand, une histoire remarquablement illustrée de ce genre typiquement français, qui a donné naissance à sa propre scène musicale : Regards sur l’opéra-comique : trois siècles de vie théâtrale. Son décès a été douloureusement ressenti dans ce théâtre, où ces deux publications sont d’un usage quotidien.

Aux yeux de ses collègues Yves Gérard et Jean Mongrédien, Nicole Wild, disparue le 29 décembre 2017, se caractérisait par son extrême discrétion, assortie d’une propension à ne pas se mettre en avant. Concernant ses travaux, tous deux soulignent qu’ils privilégient le retour impératif aux sources, avec le souci constant d’intégrer les documents originaux collectés dans une réflexion plus générale et de constituer un socle solide sur lequel les générations suivantes pourront bâtir à leur tour. Indubitablement, celle qui a fait avancer la recherche musicologique et historique sur les spectacles au XIXe siècle se considérait comme un chaînon dans une succession dynamique. Au sein de cette lignée, elle se situe sur le même rang qu’un Charles Nuitter, un Théodore de Lajarte, un Arthur Pougin ou un Charles Malherbe, y apportant son goût de la collaboration avec autrui et sa personnalité faite de droiture, de générosité, d’une grande douceur, profondément animée par la passion de la musique et de la recherche1.


  • Philippe Blay
  • Hervé Lacombe
  • Jean-Claude Yon

Les auteurs remercient pour leur aide Mme Jacqueline Wild, sœur de Nicole Wild, les professeurs Yves Gérard et Jean Mongrédien, ainsi que M. Thibault Louste, directeur du département du Personnel et de l’emploi de la Bibliothèque nationale de France, qui nous a permis de consulter le dossier de carrière de Nicole Wild, et Mme Sophie Lévy, responsable des archives du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris à la médiathèque Hector Berlioz.

Cet article est à retrouver sous forme imprimée dans : Philippe Blay, Hervé Lacombe, Jean-Claude Yon, “Nicole Wild (1929-2017)”, Revue de musicologie, 2019, tome 105, n° 1, p. 169-172.
Nous remercions les auteurs et la rédaction de la Revue de musicologie d’avoir autorisé cette republication en ligne.

  1. La bibliothèque de travail de Nicole Wild a été donnée par ses héritiers à la bibliothèque universitaire de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, où elle constituera le « fonds Wild ». Il viendra compléter le « fonds Tamvaco » déjà consacré aux spectacles et à la musique du XIXe siècle. []

Philippe Blay

Philippe Blay est conservateur en chef au département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France, agrégé et docteur en musicologie, diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (histoire de la musique, esthétique, musicologie). Ses publications portent sur le théâtre lyrique en France sous la Troisième République et l’œuvre de Reynaldo Hahn. Il est membre du comité de rédaction de la collection « L’Opéra français », éditée chez Bärenreiter sous la direction éditoriale de Paul Prévost (2009 →).

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Appel à chercheurs 2019-2020 de la Bibliothèque nationale de France

Bandeau appel à chercheurs 2019

La BnF lance la nouvelle édition de son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs, dans un esprit de découverte et de valorisation de ses collections.

Le statut de chercheur associé BnF permet une relation privilégiée à la Bibliothèque, à travers un accueil au cœur de ses collections.

En plus des avantages offerts à l’ensemble des chercheurs associés, la BnF propose cette année quatre bourses de recherche :

  • une bourse Louis Roederer pour des recherches portant sur la photographie ;
  • une bourse Comité d’histoire de la BnF pour des recherches portant sur l’histoire de la Bibliothèque ;
  • deux bourses d’excellence de la BnF venant récompenser le travail d’un chercheur associé choisi parmi ceux dont le statut est reconduit pour une nouvelle année.

Modalités pratiques

L’appel à chercheurs de la BnF est disponible sur le site : https://bnfaac2019.sciencescall.org/

Les candidats peuvent y trouver toutes les informations nécessaires, notamment les sujets proposés par les départements de collections.

Les candidatures sont à formuler directement sur la plateforme Sciences call géré par le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD).

Pour toute information relative à la soumission de votre candidature, merci de contacter la Bibliothèque à l’adresse suivante : bnfaac2019@sciencesconf.org

Calendrier de l’appel à chercheurs

  • Date limite d’envoi des candidatures : 22 avril 2019, 23h00
  • Sélection des candidatures : juin 2019
  • Communication des résultats de l’appel à chercheurs : juillet 2019
  • Signature des décisions d’attribution des titres et bourses : septembre 2019
  • Accueil des chercheurs associés ; 1er octobre 2019
  • Bilan d’étape des chercheurs associés : avril 2020
  • Bilan final des chercheurs associés : septembre 2020

Salle de lecture du département des Monnaies, médailles et antiques Copyright : E. Nguyen/BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Merveilleux-scientifique Une science-fiction à la française


Gustave le Rouge, Le Prisonnier de la planète Mars, illustré par Henri Thiriet, « Le Roman d’aventures », n° 4, Paris, Albert Méricant, 1908

À l’aube de la Grande Guerre, le public se passionne pour la découverte des rayons X, la photographie des auras ou les essais de communication avec la planète Mars. C’est dans cette atmosphère de rêverie scientifique que l’écrivain Maurice Renard entreprend de structurer un nouveau mouvement littéraire, inscrit dans la lignée de H. G. Wells et en rupture avec Jules Verne : le « merveilleux-scientifique ». L’intrigue de ces récits se construit dans un cadre rationnel ; l’auteur choisit d’y altérer une loi scientifique, permettant ainsi aux protagonistes de traverser la matière, de lire les pensées ou de voyager dans l’infiniment petit. La BnF consacre une exposition inédite à ce pan méconnu de la littérature française du début du XXe siècle. Un voyage dans le temps jubilatoire aux côtés de ces auteurs « chasseurs de chimères » et « scribes de miracles », qui révèle la richesse de l’imaginaire scientifique français, avant même l’avènement de la science-fiction américaine au début des années 1930.

La Bibliothèque nationale de France participe depuis 2017 à la redécouverte du corpus merveilleux-scientifique, qui s’est épanoui en France entre 1900 et 1930, en rééditant certains auteurs-phares au sein de sa collection de pépites littéraires « Les Orpailleurs » (Théo Varlet, André Couvreur, J.-H. Rosny aîné) et en collaboration avec les éditions 2024 (G. Ri). Maurice Renard, maître à penser du genre, se positionne en tant que « rénovateur du roman » et invite ses pairs (André Couvreur, Théo Varlet, Gustave le Rouge, Octave Béliard, Léon Groc, etc.) à fonder un roman neuf, basé sur la raison. S’éloignant des aventures scientifiques à la Verne, le récit merveilleux-scientifique s’inspire du roman expérimental de Zola, des contes philosophiques de Wells, des histoires extraordinaires de Poe, du merveilleux de Perrault modernisé et de la vague de merveilleux spirite. Chaque intrigue s’élabore autour de l’invention/modification d’une loi physique, chimique ou biologique, qui pro-pose dès lors au lecteur de regarder le monde connu la tête en bas ou au travers d’un miroir déformant.

L’exposition présente plus de 250 reproductions de documents largement méconnus, issus des fonds de la BnF : romans, feuilletons, affiches, récits sous images, articles prospectifs et de vulgarisation scientifique. Ils témoignent ainsi de la dissémination de l’esprit merveilleux-scientifique dans la culture médiatique et populaire au début du XXe siècle. Déambulant librement dans l’allée Julien Cain, le visiteur découvre au fil des cimaises que certaines thématiques qu’il pensait l’apanage de la science-fiction américaine des années 1930 et au-delà, étaient déjà en germe dans l’imaginaire merveilleux-scientifique français, très au fait des avancées scientifiques de l’époque (homme artificiel et augmenté, révolte des robots, catastrophe écologique, invasion et surveillance extraterrestre, etc.). L’exposition met en lumière les liens privilégiés du modèle merveilleux-scientifique avec les sciences et pseudo-sciences de son temps.

La première partie propose une immersion dans l’atmosphère de la Belle Époque, qui voit des savants comme Pierre Curie et Camille Flammarion se passionner pour les mystères surnaturels, tandis que les journaux vantent les bienfaits des crèmes au radium et autres ceintures électriques. En écho à son titre évocateur, « une science-fiction à la française », l’exposition met aussi en évidence la place du champ merveilleux-scientifique dans l’histoire plus générale du roman d’hypothèse où se côtoient science-fiction, aventures scientifiques et autres voyages extraordinaires.

La seconde partie offre un large panorama des motifs littéraires caractéristiques du genre : le savant fou et ses créations, l’homme artificiel, la découverte de nouveaux mondes, les créatures inquiétantes et ultraterrestres, les voyages dans le temps. Les illustrations mettent chaque fois en évidence l’influence du contexte scientifique sur l’épanouissement d’un thème fantaisiste, révélateur d’une époque où l’on rêvait les « Et si… »

Informations pratiques

  • 23 avril au 25 août 2019
  • Allée Julien Cain
  • Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand
  • Quai François-Mauriac, Paris XIIIe
  • Du mardi au samedi 10h > 19h
  • Dimanche 13h >19h
  • Fermeture les lundis et jours fériés
  • Entrée libre
  • Iconographie à disposition de la presse

Commissariat

Fleur Hopkins, chercheuse invitée au département des Sciences et techniques, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Ensemble Pizzicar Galante : la mandoline baroque à Venise au 18e s.

Pour clôturer le colloque dédié à la diaspora des artistes vénitiens au XVIIIe siècle, L’Institut culturel italien de Paris a invité l’ensemble Pizzicar Galante qui a à cœur la recherche et la promotion du répertoire historique de la mandoline. Nommé aux prestigieux International Classical Music Awards (ICMA) pour son premier disque dédié aux sonates pour mandoline de Valentini, l’ensemble met à l’honneur la mandoline vénitienne, instrument semblable à un petit luth et en tout point différent de la mandoline napolitaine classique que nous avons l’habitude d’entendre aujourd’hui. Dans un programme qui mêlera sonates de Vivaldi, Valentini et Venier, ils dévoileront quelques-unes des pages les plus importantes et fascinantes du répertoire de cet instrument.

Avec Anna Schivazappa (mandoline vénitienne), Ronald Martin Alonso (viole de gambe) et Fabio Antonio Falcone (clavecin).

Le carnet de la recherche la BnF mentionne l’événement car Anna Schivazappa est doctorante contractuelle à l’Université Paris-Sorbonne et musicienne-chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France. Spécialiste des mandolines anciennes, elle prépare actuellement une thèse en cotutelle sous la direction de Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne), Emilio Sala et Renato Meucci (Università Statale de Milan), portant sur les femmes mandolinistes en Italie entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. En tant que mandoliniste, elle travaille activement à la découverte et à la promotion du répertoire pour mandoline et basse continue au XVIIIe siècle, notamment avec son ensemble Pizzicar Galante, avec lequel elle se produit régulièrement en France et à l’étranger.

Au printemps prochain, l’ensemble fera paraître un nouveau disque lié à son projet de recherche à la BnF intitulé Sonates « pour dessus instrumental » à la mandoline : le cas de Scarlatti.

Informations pratiques

  • Date : 13 décembre 2018
  • Horaire: de 20h à 22h
  • Entrée : libre
  • L’événement est complet

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le Prix 2018 de l’Association de l’École du Louvre met en valeur l’estampe

Pour contribuer à donner aux travaux de recherche des élèves de l’Ecole du Louvre l’audience qu’ils méritent et aider à une première publication en histoire de l’art ou en archéologie, l’Association de l’École du Louvre encourage annuellement les jeunes chercheurs par la remise d’un prix annuel, au lauréat, élève ou ancien élève de l’Ecole du Louvre, âgé de moins de 30 ans.

Caroline Watson (British, London 1760/61–1814 London) Miranda (Shakespeare, The Tempest, Act 1, Scene 1), April 14, 1809 British, Stipple with etching; printed in reddish brown ink; Plate: 12 3/8 × 10 1/16 in. (31.4 × 25.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Rogers Frund, 1962 (62.602.675) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/431239

Pour la première fois, depuis que le prix a été créé en 20071, il honore un travail de recherche consacré à l’art de l’estampe puisqu’il a été remis ce 16 novembre 2018 à Camille Belvèze, pour son mémoire de master 2 de 2e cycle en histoire de l’art appliquée aux collections intitulé Mordues. Femmes aquafortistes britanniques (1838-1929)2.

En acceptant le prix, le lauréat s’engage à publier son travail dans la collection “Mémoires de recherche de l’Ecole du Louvre”. Si ce prix met à 
à l’honneur l’estampe, il conforte aussi l’importance de l’investissement du département des Estampes et de la photographie à l’Ecole du Louvre pour promouvoir la recherche sur l’estampe. Rappelons en effet que cette distinction honore indirectement l’enseignement assuré par Valérie Sueur-Hermel à l’Ecole du Louvre dont Camille Belvèze fut l’élève.

Valérie Sueur-Hermel assure les enseignements sur “lʼestampe romantique, de l’Ancien Régime au Second Empire” quand Caroline Vrand a en charge “l’estampe aux XVe et XVIe siècles.”

Au-delà de l’Ecole du Louvre, signalons aussi que le département assure – en la personne de Rémi Mathis – les cours sur l’histoire et les techniques de l’estampe aux futurs archivistes-paléographes de l’Ecole nationale des chartes.

Camille Belvèze avait eu l’occasion de rendre compte de son mémoire d’étude de 1ère année de 2e cycle : Horace Walpole et l’estampe (1717-1797). L’encre du gothique, sous la direction de Pascale Cugy et François-René Martin, dans les Nouvelles de l’estampe3.

  1. Cf. https://www.association-ecoledulouvre.fr/prix-de-lassociation []
  2. sous la direction de Pascale Cugy et Frédéric Ogée. Valérie Sueur-Hermel était la “personne-ressource” et membre du jury pour ce mémoire []
  3. Camille Belvèze, “L’estampe à Strawberry Hill”, Nouvelles de l’Estampe,  hiver 2017-18, n° 261, p. 70-79 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Bourse de recherche Louis Roederer 2018 attribuée à Pierre Guivaudon

La Bourse de recherche Louis Roederer pour la photographie est attribuée cette année à Pierre Guivaudon pour son projet de recherche intitulé Le Sahara projeté : les conférences avec projection de positifs sur verre données par les explorateurs photographes de l’Afrique du Nord à la Société de géographie (1875-1914). Grâce à cette bourse doté de 10 000 euros, la Maison Louis Roederer soutient le projets de recherche et de valorisation des collections de photographies de la BnF depuis 13 ans.

Laurence Engel, Présidente de la BnF, Pierre Guivaudon, lauréat, Eve Netchine, directrice du dépt. des Cartes et plans, et Michel Janneau, Secrétaire général de la Fondation Louis Roederer

Pierre Guivaudon

Doctorant en histoire contemporaine, Pierre Guivaudon va étudier les différents dispositifs de présentation et d’exposition des photographies d’explorateurs au sein de la Société de géographie, en particulier cette forme particulière de présentation qu’est la conférence projetée. Il établira plus précisément une étude régionale sur les représentations du Sahara par la photographie, à partir des plaques de verre conservées parmi les fonds de la Société de géographie, au département des Cartes et plans de la BnF.

La Fondation Louis Roederer, Grand Mécène de la Culture, soutient fidèlement depuis 2003 les expositions photographiques de la BnF et accompagne, grâce à cette bourse annuelle, des projets de recherche sur les collections photographiques conservées dans les différents départements de la Bibliothèque.

Pour cette édition 2018, le jury de la Bourse de recherche Louis Roederer était composé de représentants de la BnF parmi lesquels Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la Bibliothèque, ainsi que de Michel Janneau, Secrétaire général de la Fondation Louis Roederer, Florian Ebner, chef du Cabinet de la photographie du Musée national d’Art moderne et Eric de Chassey, directeur de l’Institut National d’Histoire de l’Art.

A propos de Louis Roederer

Fondée en 1776 à Reims, Louis Roederer est une maison familiale et indépendante présidée par Frédéric Rouzaud. Outre la production du champagne Louis Roederer et de Cristal, Louis Roederer possède également le  champagne Deutz, le Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande (Grand cru classé de Pauillac), les Châteaux Haut-Beauséjour et Pez (Saint-Estèphe) et la Maison Descaves, à Bordeaux ; les Domaines Ott en Provence, La Maison Delas Frères dans la Vallée du Rhône, Roederer Estate, Scharffenberger et le domaine Anderson en Californie, le Porto Ramos Pinto au Portugal.

Louis Roederer, élevé au rang de Grand Mécène de la Culture, crée la « Fondation Louis Roederer pour l’art contemporain » en 2011 afin de structurer et pérenniser la politique de mécénat menée par la Maison depuis 2003 auprès de grands institutions culturelles et d’artistes confirmés ou émergents.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de doctorat : Alexandre Tur

Le 14 septembre 2018, Alexandre Tur, coordinateur du numérique, chargé de collections au département des Manuscrits  de la BnF, a soutenu sa thèse de doctorat en histoire médiévale intitulée Hora introitus solis in Arietem. Les prédictions astrologiques annuelles latines dans l’Europe du XVe siècle (1405-1484) menée sous la direction de Jean-Patrice Boudet et Olivier Guyotjeannin.

Résumé

Les prédictions astrologiques annuelles constituent un genre littéraire cohérent qui suscite de plus en plus d’intérêt de la part des historiens du Moyen Âge et de la première modernité. Cette thèse étudie plus particulièrement leur généralisation dans l’Europe latine entre 1405 et 1484, plusieurs siècles après les premières mentions dans les sources théoriques. Une première partie explore la dialectique interne de ces « jugements », et en particulier les méthodes astrologiques qui, rigoureusement appliquées, soutiennent la prétention scientifique de leurs auteurs. Ceux-ci, leur milieu social et plus généralement le contexte de production de ces prédictions font l’objet d’une deuxième partie. Une troisième examine la réception contemporaine et la transmission jusqu’à nos jours de textes pourtant promis à une existence éphémère. Cette étude est complétée et étayée par un catalogue systématique de 111 prédictions manuscrites et 84 incunables rédigées en latin et conservées dans les collections publiques, et des 64 astrologues identifiés comme leurs auteurs. Enfin, les trois prédictions annuelles connues pour 1405, à la fois singulières et caractéristiques, font l’objet d’une édition critique commentée et traduite en français.

Soutenance

Université d’Orléans, Salle des thèses.

Pour aller plus loin

Lire l’interview d’Alexandre Tur : https://chartes.hypotheses.org/914

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Décès de Jean-Baptiste Giard, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France

La Bibliothèque nationale de France a le regret d’annoncer le décès de Jean-Baptiste Giard, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale de France, survenu le 18 mai 2018.

Jean-Baptiste Giard (1932-2018)

Né à Lille en 1932, Jean-Baptiste Giard était diplômé de l’École pratique des hautes études (1964) et ancien pensionnaire de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth (1966-1967).

Archiviste paléographe (1960), il a été successivement bibliothécaire (1961), conservateur à la Bibliothèque nationale, département des monnaies, médailles et antiques, professeur à l’École du Louvre (1970-1974), assistant à l’Institute for advanced study de Princeton (1974-1977) et conservateur honoraire des bibliothèques (1997).

Sa thèse de l’école des chartes portant sur La monnaie de Saint-Quentin au temps de Charles VI et de Charles VII (1385-vers 1447) initiait une carrière dans la numismatique qu’il cultiva à la Bibliothèque nationale où il fut directeur de la série « Trésors monétaires » tout en assurant la co-direction de la Revue numismatique.

 Ses travaux lui ont permis d’être honoré du prix Duchalais (1968), du prix Allier de Hauteroche (1983 et 2001) de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, et de la médaille de la Royal Numismatic Society (1998). Il était Chevalier des Palmes académiques (1977).

La cérémonie des obsèques fut célébrée le 1er juin en l’Église Saint-Lambert de Vaugirard à Paris (75015).
Pour consulter sa bibliographie (hors articles).
Signalons la nécrologie qu’a fait paraître Michel Amandry dans CoinsWeekly : https://www.coinsweekly.com/en/page/4?&id=5406

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution de l’ouvrage : Marcel Proust et Reynaldo Hahn : une création à quatre mains

Le musicologue Philippe Blay, conservateur en chef en charge des œuvres musicales au département des Métadonnées de la BnF, le professeur en musicologie Jean-Christophe Branger (université de Lorraine) et le professeur et critique littéraire Luc Fraisse (université de Strasbourg, Institut universitaire de France) publient Marcel Proust et Reynaldo Hahn : une création à quatre mains (Classiques Garnier, 2018).

Reynaldo Hahn, Marcel Proust, María Hahn de Madrazo (sœur de R. Hahn) et Federico de Madrazo, dit Coco (fils d’un premier mariage de son beau-frère, Raimundo de Madrazo), Saint-Germain-en-Laye ?, juillet 1895 ?, photographie, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, legs Robert Le Masle, NAF 28334 (BN. V. Pièce 408).

L’ouvrage s’attache à retracer toutes les étapes et tous les aspects d’un parcours commencé lors de leur rencontre en 1894 – alors que l’écrivain est en train de rédiger Les Plaisirs et les Jours et que le musicien travaille à l’orchestration de son opéra L’Île du rêve – et effectué en connivence jusqu’à la mort de Proust. Au-delà d’une histoire d’amour fondatrice, les auteurs s’emploient à étudier les échanges intellectuels entre les deux hommes, à l’aide notamment de correspondances inédites.

Proust découvre à travers Hahn tout un pan technique de la composition musicale et se confronte aux aspirations artistiques d’un disciple de Massenet, attaché au classicisme. Les connaissances éclectiques et encyclopédiques de son ami s’infiltrent en secret dans ses écrits, dès les textes contemporains de leurs premiers échanges jusqu’aux profondeurs de la Recherche du temps perdu. Le cycle romanesque se nourrit ainsi du dialogue entre deux tempéraments que tout, dans leurs conceptions esthétiques, semblerait opposer.

Table des matières

  • Avant-Propos, par Eva de Vengohechea
  • Préface, par Luc Fraisse
  • L’Île du rêve, par Philippe Blay
  • Du côté de chez les Verdurin, par Luc Fraisse
  • Les intermittences massenetiennes, par Jean-Christophe Branger
  • Des Portraits de peintres à Du côté de chez Swann, par Jean-Christophe Branger
  • Portraits de musiciens, par Philippe Blay
  • Le périscope de Proust, par Luc Fraisse
  • Bibliographie sélective
  • Index des noms de personnes

Informations pratiques

Description : broché, 15 × 22 cm, 229 p.
Date de parution : avril 2018
Broché, ISBN : 978-2-406-06478-7 : 29 €
Relié, ISBN : 978-2-406-06479-4 : 67 €
Éditeur : Classiques Garnier
Collection : Bibliothèque proustienne, sous la direction de Luc Fraisse, n° 21
Prix : 29 €

Philippe Blay

Philippe Blay est conservateur en chef au département des Métadonnées de la Bibliothèque nationale de France, agrégé et docteur en musicologie, diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (histoire de la musique, esthétique, musicologie). Ses publications portent sur le théâtre lyrique en France sous la Troisième République et l’œuvre de Reynaldo Hahn.
Il est membre du comité de rédaction de la collection « L’Opéra français », éditée chez Bärenreiter sous la direction éditoriale de Paul Prévost (2009 →).

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Appel à chercheurs 2018-2019 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF publie son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de chercheurs pour l’année universitaire 2018-2019. Cet appel propose aux chercheurs un soutien financier au travers de bourses de recherche pour un montant total de 40.000 euros, grâce à la générosité de la BnF, de ses mécènes. Les candidats peuvent proposer spontanément des sujets de travaux. Afin d’éviter la dispersion des propositions, trois axes de recherche sont indiqués : étude et valorisation des collections ; histoire de la Bibliothèque nationale de France ; étude de la photographie et de l’histoire de la photographie.

Turpin [inventeur et industriel français spécialisé dans les explosifs, dans son laboratoire] : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Thèmes de recherche

Les axes de recherche de l’appel à chercheurs de la BnF concernent trois principaux domaines :

  • Axe 1 : Études historiques du Comité d’Histoire de la Bibliothèque nationale de France
  • Axe 2 : Études sur la photographie et l’histoire de la photographie
  • Axe 3 : Études et valorisation des collections

Modalités pratiques

L’appel à chercheurs de la BnF est disponible sur le site : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/
Les candidats peuvent y trouver toutes les informations nécessaires, notamment sur les axes thématiques ou les sujets proposés par les départements de collections.

Les candidatures sont à formuler directement sur le site dédié sciencesconf.org.

Pour toute information relative à la soumission de votre candidature, merci de contacter la Bibliothèque à l’adresse suivante : aacbnf2018@sciencesconf.org

Date limite d’envoi des candidatures : 29 avril 2017

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour la thèse de Cécile Kubik

Dans ce carnet de recherche nous avions annoncé la soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-20151. Aujourd’hui, quelques nouvelles de la suite de son parcours.

Sa thèse intitulée Penser l’interprétation des sonates françaises pour piano et violon au XIXe siècle (1800-1870) : des sources au concert, s’est vue décerner le Prix Benabou/Aguirre-Basualdo pour l’année 2017, dans le cadre des Prix de la Chancellerie des Universités de Paris dont la cérémonie de remise des prix s’est tenue le 5 décembre 2017 au Grand Amphithéâtre de la Sorbonne.

Les prix solennels récompensent l’excellence de la valeur universitaire et scientifique d’une thèse de doctorat soutenue au cours de l’année civile précédant l’année d’attribution. Ils s’adressent à tous les étudiants franciliens en droit et sciences politiques, sciences économiques et gestion, médecine et sciences, lettres et sciences humaines et pharmacie. Sur les 15 prix en Lettres et Sciences Humaines, seul l’un d’entre eux était destiné aux arts et à l’histoire ancienne. La musicologie n’a qu’une seule fois remporté les faveurs du jury dans l’histoire des Prix de la Chancellerie.

Avec cette distinction, c’est aussi le doctorat de Musique : Recherche et Pratique (Université Paris-Sorbonne/CNSMDP), qui obtient une reconnaissance.

Comme l’écrit Gilles Pécout, recteur de la région académique Île-de-France et de l’académie de Paris, Chancelier des universités, dans le livret des lauréats 2016 :

Loin de couronner seulement la fin d’un cursus, ces prix marquent aussi le début d’un parcours prometteur, et doivent contribuer à aider tous les jeunes docteurs primés à réaliser leurs ambitions dans la poursuite de leur carrière, notamment pour ceux d’entre eux qui deviendront chercheurs ou enseignants-chercheurs. C’est une reconnaissance académique marquante de leurs talents quoi doit les encourager à continuer leurs travaux, avec la même exigence et la même liberté, dans la voie qu’ils ont commencé à tracer.

Formons le vœu que cette ancienne  musicienne-chercheuse associée puis musicienne-chercheuse invitée Pasteur Vallery-Radot à la Bibliothèque nationale de France (BnF) ainsi récompensée trouve, après sa qualification aux fonctions de maître de conférences (sections 18 et 22) un poste lui permettant de faire fructifier le doctorat “Recherche et Pratique”.

On peut toutefois s’étonner qu’un tel doctorat soit mis en place sans que la question du débouché professionnel permettant à la fois de mener des activités de recherche-enseignement et une pratique musicale n’ait été imaginé car, dans les faits, les postes proposés aux docteurs-interprètes concernent soit la recherche (maître de conférences en musicologie), soit l’enseignement dans les conservatoires et pôles supérieurs de musique. Rien encore ne semble leur permettre de poursuivre leur double activité professionnellement tout en étant évalués pour cette double compétence. Cécile Kubik, qui avait rendu compte des apports mais aussi des limites de ce doctorat “Recherche et Pratique”, plaidait dès 2015 pour la création d’un statut d'”enseignants-chercheurs-interprètes”2.

  1. Soutenance de thèse de Cécile Kubik, musicien chercheur invité Pasteur Vallery-Radot 2014-2015, https://bnf.hypotheses.org/1135 []
  2. Cécile Kubik, « A propos du doctorat de musique « Recherche et pratique »», Hermès, 1er décembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://hermes.hypotheses.org/44> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts