Archives de catégorie : Hors les murs

Émergence de l’art vidéo en Europe (11-12 déc. 2018)

Les recherches historiographies sur l’art vidéo, de même que les discours critiques ou les théories esthétiques, restées longtemps centrées sur le continent américain, ne se sont développées que tardivement dans les pays d’Europe, qu’elles concernent les productions nationales ou, a fortiori, l’ensemble de la production continentale. Les contextes techniques, sociaux et politiques nationaux très divers qui ont vu l’avènement de l’image électronique ont également, il est vrai, largement freiné l’émergence d’une vision historique globale.

À ce jour, à l’échelle de l’Europe, une histoire de l’art vidéo demeure donc à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980)

Antoni Muntadas, Early video works

Antoni Muntadas, Arte Vida, 1974, calle comercio web

Programme

Mardi 11 décembre 2018

BnF, site François Mitterand, salle 70

Communications publiques

9h30 – Introduction et présentation du programme « Émergence »

François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

9h45 – The early days of videoart in the Netherlands, a brief history

Gaby Wijers (Directrice, LIMA)

10h30 –From The Museum of Memory: Video Art in the Netherlands

Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)

11h15 – Pause

11h30 – Early video-art in Italy. Emergences, production and exhibition practices. Access and preservation issues

Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)

12h15 – Pause déjeuner

13h45 – Portugal : Alternativa Zero et après

Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)

14h30 – A Chance to Investigate Reality. Video Art in the Workshop of the Film Form Circle

Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

15h15 – Table-ronde

INHA, salle Walter Benjamin

Projection-conférence

18h – Early video works

Antoni Muntadas (Artiste vidéaste)

Mercredi 12 décembre 2018

Séminaire de recherche semestriel

Les coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe », François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault, l’ingénieure d’études, Ségolène Liautaud et les chercheurs invités Jean-François Chougnet, Lisa Parolo, Tom Van Vliet, Gaby Wijers et Tomasz Zaluski et l’artiste Antoni Muntadas feront un bilan d’étape du programme de recherche.

Mardi 11 et mercredi 12 décembre 2018

Bibliothèque nationale de France et Institut national d’histoire de l’art

Ce quatrième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie, en Pologne et en Espagne.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo »

  • François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne)
  • Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France)
  • Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de :

  • Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, Labex Arts-H2H)
  • Victor Tsaconas (Stagiaire, Labex Arts-H2H)
  • Boualem Khelifati (Stagiaire, Labex Arts-H2H)

Collaborateurs invités :

  • Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)
  • Antoni Muntadas (Artiste-vidéaste)
  • Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)
  • Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)
  • Gaby Wijers (Directrice, LIMA)
  • Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

Informations pratiques

  • Les communications publiques du mardi 11 décembre auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
  • La projection conférence d’Antoni Muntadas du même jour se tiendra dans la salle Walter Benjamin, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
  • Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.
  • Le séminaire de recherche semestriel est exclusivement réservé aux partenaires du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe ».
  • Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Ce séminaire bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Jean Babelon (1889-1978), une passion chaleureuse (8/12)

REPORT DE LA JOURNÉE 

La journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40eanniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe (prom. 1910) et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961) prévue le samedi 8 décembre est reportée, probablement en février 2019 (sous réserve).

Jean Babelon, né le 19 janvier 1889, mort le 20 avril 1978

Le 8 décembre, l’École nationale des chartes accueille la journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40e anniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961), sous le patronage de l’Institut de France – Académie des inscriptions et belles-lettres.

La journée est organisée par Jean-Pierre Babelon, de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de numismatique).

Argument

Ancien élève de l’École nationale des chartes et de l’Institut des hautes études hispaniques, docteur ès-lettres, ancien combattant, prisonnier de guerre en 14-18, Jean Babelon consacra toute sa vie professionnelle (1913-1961) au Cabinet des médailles de la BnF, que son père Ernest Babelon avait dirigé de 1892 à 1924 et qu’il dirigea à son tour de 1937 à octobre 1961. Il avait, entre autres, assuré la sauvegarde des prestigieuses collections du Cabinet des médailles pendant la guerre et l’Occupation (1939-1945) et accueilli la Société française de numismatique en lui permettant de se domicilier rue de Richelieu.

Jean Babelon ne fut pas seulement un éminent numismate, spécialiste mondialement connu des monnaies grecques, des portraits des empereurs romains, des médailles et des antiques. Il fut aussi un remarquable écrivain, grand connaisseur de l’Espagne et de ses personnages célèbres (souverains, écrivains, artistes, conquistadores…). Il était un esthète, sachant faire partager sa passion de l’art, de la littérature latine, des peintres prestigieux (Titien, Goya, Le Greco…), de saint Louis aussi bien que de la reine Margot, de Benvenuto Cellini ou de Germain Pilon.

Établie en 1978, sa bibliographie officielle comprend 372 titres. À cela doivent encore être ajoutées les communications qu’il prononça dans les deux sociétés qui le portèrent à leur présidence d’honneur, la SFN et la SENA. Ces écrits révèlent la culture encyclopédique de cet « honnête homme » dont la modestie et la bienveillance n’eurent d’égales que l’étendue et la variété de son savoir.

Quarante ans après sa disparition, ses œuvres témoignent de la vivante actualité et de la permanence de ses enseignements.

Programme

  • 9 h : accueil des participants
  • 9 h 15 : mot d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes

Présidence : Christian Charlet

  • 9 h 30 : Jean-Pierre Babelon (Académie des inscriptions et belles-lettres),« Jean Babelon, une passion chaleureuse »

L’homme de lettres

  • 10 h 10 : Jean-Louis Charlet (Université d’Aix-Marseille),« Jean Babelon latiniste »
  • 10 h 35 : François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon poète »
  • 11 h : pause

Présidence : Cécile Morrisson

L’historien d’art

  • 11 h 30 : Béatrice Coullaré (Musée du 11 Conti, Monnaie de Paris), « Aréthuse et l’engagement éditorial de Jean Babelon »
  • 11 h 55 : Claude Brenot (Société nationale des Antiquaires de France ; Société française de Numismatique), « L’enseignement de Jean Babelon au Louvre et l’âme des monnaies »
  • 12 h 20 : Cécile Colonna (Institut national d’Histoire de l’art), « Jean Babelon et les collections Caylus, Janzé et Oppermann »
  • 12 h 45 : déjeuner

Présidence : Jean-Pierre Babelon

L’historien

  • 14 h 30 : Marion Delcamp (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), « Jean Babelon, Les monnaies racontent l’Histoire : quelques nouvelles perspectives »
  • 14 h 55 : Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Sur une médaille d’Andrés Bello, premier précepteur de Simón Bolívar »

Le conservateur

  • 15 h 20 : Inès Villela-Petit (Conservatrice du Patrimoine), « L’affaire Beistegui »
  • 15 h 45 : pause

Présidence : Claude Brenot

Le numismate

  • 16 h 15 : Laurent Schmitt (Président d’honneur de la Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique), « Jean Babelon etLa monnaie grecque de Franke et Hirmer »
  • 16 h 40 : Thibault Cardon (CNRS), « Monnaies de Louis IX, monnaies de saint Louis »
  • 17 h 05 : Philippe Schiesser (Président de la Société d’Études numismatiques et archéologiques), « Jean Babelon, premier président d’honneur de la SENA »
  • 17 h 30 : Christan Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon, les Sociétés numismatiques et les revues de numismatique »

Informations pratiques

Logos des organisateurs

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Le Prix 2018 de l’Association de l’École du Louvre met en valeur l’estampe

Pour contribuer à donner aux travaux de recherche des élèves de l’Ecole du Louvre l’audience qu’ils méritent et aider à une première publication en histoire de l’art ou en archéologie, l’Association de l’École du Louvre encourage annuellement les jeunes chercheurs par la remise d’un prix annuel, au lauréat, élève ou ancien élève de l’Ecole du Louvre, âgé de moins de 30 ans.

Caroline Watson (British, London 1760/61–1814 London) Miranda (Shakespeare, The Tempest, Act 1, Scene 1), April 14, 1809 British, Stipple with etching; printed in reddish brown ink; Plate: 12 3/8 × 10 1/16 in. (31.4 × 25.6 cm) The Metropolitan Museum of Art, New York, Rogers Frund, 1962 (62.602.675) http://www.metmuseum.org/Collections/search-the-collections/431239

Pour la première fois, depuis que le prix a été créé en 20071, il honore un travail de recherche consacré à l’art de l’estampe puisqu’il a été remis ce 16 novembre 2018 à Camille Belvèze, pour son mémoire de master 2 de 2e cycle en histoire de l’art appliquée aux collections intitulé Mordues. Femmes aquafortistes britanniques (1838-1929)2.

En acceptant le prix, le lauréat s’engage à publier son travail dans la collection « Mémoires de recherche de l’Ecole du Louvre ». Si ce prix met à 
à l’honneur l’estampe, il conforte aussi l’importance de l’investissement du département des Estampes et de la photographie à l’Ecole du Louvre pour promouvoir la recherche sur l’estampe. Rappelons en effet que cette distinction honore indirectement l’enseignement assuré par Valérie Sueur-Hermel à l’Ecole du Louvre dont Camille Belvèze fut l’élève.

Valérie Sueur-Hermel assure les enseignements sur « lʼestampe romantique, de l’Ancien Régime au Second Empire » quand Caroline Vrand a en charge « l’estampe aux XVe et XVIe siècles. »

Au-delà de l’Ecole du Louvre, signalons aussi que le département assure – en la personne de Rémi Mathis – les cours sur l’histoire et les techniques de l’estampe aux futurs archivistes-paléographes de l’Ecole nationale des chartes.

Camille Belvèze avait eu l’occasion de rendre compte de son mémoire d’étude de 1ère année de 2e cycle : Horace Walpole et l’estampe (1717-1797). L’encre du gothique, sous la direction de Pascale Cugy et François-René Martin, dans les Nouvelles de l’estampe3.

  1. Cf. https://www.association-ecoledulouvre.fr/prix-de-lassociation []
  2. sous la direction de Pascale Cugy et Frédéric Ogée. Valérie Sueur-Hermel était la « personne-ressource » et membre du jury pour ce mémoire []
  3. Camille Belvèze, « L’estampe à Strawberry Hill », Nouvelles de l’Estampe,  hiver 2017-18, n° 261, p. 70-79 []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Les 150 ans du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale

Fruit d’une collaboration entre l’École nationale des chartes, la Bibliothèque nationale de France et l’Institut de recherche et d’histoire des textes, cette journée étudie chacune des sections du Cabinet des manuscrits (1868-1881) de Léopold Delisle et met en lumière ce que cette publication a apporté à notre connaissance de l’histoire des manuscrits et les travaux ou recherches ultérieurs qu’elle a suscités.


Affiche « Les 150 ans du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale »

Journée d’étude organisée par Jérémy Delmulle (IRHT – CNRS), Charlotte Denoël (BnF) et François Ploton-Nicollet (ENC).

En 1868, Léopold Delisle publiait, sous les auspices de la ville de Paris, le premier tome de son Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, dont les deux suivants devaient paraître après le changement de régime (Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale, t. II et III, 1874 et 1881). En écrivant l’histoire de ce qui allait devenir le Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous l’angle des accroissements successifs des collections, décrits chronologiquement règne après règne depuis l’époque de Charles V, Léopold Delisle ne s’est pas contenté de produire une étude monographique. Il a fourni à la fois aux conservateurs et aux historiens des bibliothèques un matériau de travail exceptionnel, témoignage de sa fréquentation assidue et de sa connaissance intime des fonds dont il avait la charge, mais aussi une méthode, appelée à être durablement éprouvée.

À l’occasion du cent-cinquantenaire de cette publication pionnière, il nous a semblé important de nous interroger sur sa réception et sa postérité. Le Cabinet des manuscrits demeure, aujourd’hui encore, l’ouvrage de référence, jamais remplacé, pour qui veut connaître l’histoire de la constitution des fonds manuscrits de la Bibliothèque nationale ; il reste aussi, pour l’identification de copistes ou de lieux de production, comme pour la datation de manuscrits ou d’inventaires de bibliothèques, une source très souvent citée. Il importe d’autant plus, aujourd’hui, de comprendre l’apport des travaux de Léopold Delisle, et de son Cabinet en particulier, à l’histoire de la Bibliothèque nationale comme à l’histoire des bibliothèques en général, et de mesurer les avancées réalisées depuis la fin du XIXe siècle.

Programme

Chaque communication, d’une durée de 30 minutes, est suivie de 15 minutes de discussion.

  • 9h15 : accueil des participants.
  • 9h30-9h45 : mot d’accueil, par Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes
  • 9h45-10h : introduction, par les organisateurs
  • 10h-10h45 : Françoise Vielliard (ENC), « “Je les aimais passionnément”. La place du Cabinet des manuscrits dans la carrière de Léopold Delisle »
  • 11h-12h : Véronique de Becdelièvre (BnF) et Monique Peyrafort-Huin (IRHT), « La librairie royale sous Charles V et Charles VI et le “prince des bibliothécaires” : apports et limites des recherches de Léopold Delisle. 1) L’édition des inventaires : un catalogue méthodique. 2) L’identification des personnages cités dans les inventaires »
  • 12h-12h45 : Marie-Pierre Laffitte (BnF), « La librairie de Blois au travers des sources de Léopold Delisle »
  • 14h30-15h15 : Thomas Falmagne (Bibliothèque nationale du Luxembourg), « Une troisième version du catalogue des manuscrits de Jacques-Auguste de Thou retrouvée à New-York »
  • 15h15-16h : Jérémy Delmulle (IRHT), « Delisle à l’école des mauristes ? Les archives personnelles des érudits bénédictins dans Le cabinet des manuscrits »
  • 16h15-17h : Marie Galvez (BnF), « Présentation du Comité d’histoire de la BnF. Portrait de la Bibliothèque impériale en 1868 »
  • 17h-17h45 : Charlotte Denoël (BnF), « Delisle catalographe »
  • 17h45-18h : conclusions, par les organisateurs

Informations pratiques

logos.png
Lithograph : unknown/ Scan : Remi Mathis [Public domain], from Wikimedia Commons

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Voisinages de Lequeu : questions partagées et portraits croisés » (11/12/18)

Ce deuxième profil est bien plus ressemblant à Jns Jques Lequeu Jur Architecte. : [dessin] / Le reste par Lequeu

Dans le cadre de l’exposition qui se tient actuellement au Petit Palais un symposium est organisé par le Petit Palais – Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris ; Arche, Université de Strasbourg ; Hicsa, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Larhra, Université Lumière, Lyon 2, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France

Programme

  • 9h45 Accueil
  • 10h Introduction, Sylvie Aubenas, directrice du Département des Estampes et de la Photographie, BnF et Christophe Leribault, directeur du Petit Palais
  • 10h20 Session 1. Décrypter Lequeu
    présidence par Corinne Le Bitouzé, BnF
  • 10h30 Martial Guédron, Université de Strasbourg
    Savoirs physiognomoniques et parodie analytique: autour de la « Nouvelle méthode » de Jean-Jacques Lequeu
  • 11h Marc Décimo, Université de Paris-Nanterre
    Jean-Jacques Lequeu est-il un «fou littéraire»?
  • 11h30 Gilbert Richaud, Larhra
    Pisé, bétons, ciments, mastics et congélations: les maçonneries et matières non conventionnelles dans l’ «Architecture civile de Lequeu»
  • 12h Elisa Boeri, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    «de la chaux mêlée avec du sucre et du lait », la curieuse cuisine architecturale de Jean-Jacques Lequeu et Marie-Antoine Carême
  • 12h30 Pause déjeuner
  • 14h30 Session 2. Figures parallèles
    présidence par Antoine Picon, Université d’Harvard
  • 14h40 Jean-Philippe Garric, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Jean Thomas Thibault (1757-1826), « laborieux, amant passionné du beau, ami zélé du bien, il a constamment mérité l’estime et l’admiration de tout le monde »
  • 15h10 Émilie d’Orgeix, École pratique des hautes études
    Antoine François Lomet (1759-1826), « homme du monde devenu philosophe »
  • 15h40 Valérie Nègre, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    Pierre Giraud (1744-1814), « il est facheux que les vues du citoyen Giraud soient peu compatibles avec nos mœurs»
  • 16h10 Laurent Baridon, Université Lumière Lyon 2
    François Cointeraux (1740-1830), « qui ne fut rien, pas même académicien »
  • 16h40 Conclusions par Antoine Picon – débat
  • Pot de clôture

Informations pratiques

  • Mercredi 19 décembre 2018, 9h45-17h30
  • PETIT PALAIS – Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
  • Avenue Winston-Churchill, Paris, 8e — Auditorium
  • M° Champs-Elysées-Clémenceau, Franklin-Roosevelt
  • Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Il tire la langue. : [dessin] / J.n J.que Le Queu delin.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« À force de si bien faire de l’histoire, vous y êtes entré. » – Hommage du Président de la République Emmanuel Macron à l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie, ancien Administrateur général de la Bibliothèque nationale

Le 22 octobre 2018, l’historien Emmanuel Le Roy Ladurie, qui fut Administrateur général de la Bibliothèque nationale entre 1987 et 1994, est du nombre des cinq personnalités décorées par le Président de la République Emmanuel Macron pour leur activité intellectuelle exceptionnelle et pour leur contribution capitale au rayonnement culturel de la France dans le monde.

Ce n’est pas la première fois qu’il reçoit un tel signe de reconnaissance. Il a été apprécié de longue date par « les princes qui nous gouvernent », comme il les a qualifiés jadis, avec un brin d’humour, dans sa correspondance privée. Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy l’ont tenu en grande estime. Le premier l’a fait chevalier de la Légion d’honneur le 1er janvier 1979. Jacques Chirac l’a nommé commandeur le 14 novembre 1996, et Nicolas Sarkozy l’a élevé au grade de grand officier le 2 avril 2010. Quant à François Mitterrand, il lui a témoigné son admiration d’une autre manière – en le conviant, après la publication de son ouvrage Montaillou, village occitan, qui l’a rendu célèbre, à l’émission Apostrophes du 15 septembre 1978, où Bernard Pivot lui avait proposé d’inviter ses auteurs préférés. Plus tard, le 15 octobre 1987, pendant sa période de cohabitation avec Jacques Chirac, il a par ailleurs signé le décret de sa nomination à la tête de la Bibliothèque nationale.

Les hommages rendus à Emmanuel Le Roy Ladurie au plus haut niveau de l’Etat font de lui une personnalité remarquable parmi ses pairs. Comme Pierre Nora, il appartient aux historiens qui ont atteint le grade de grand officier de la Légion d’honneur : Georges Duby, Jacques Le Goff et Fernand Braudel n’ont obtenu que celui de commandeur. Il est également de ceux qui ont reçu la grand-croix de l’ordre national du Mérite, après Jean Favier et Jacqueline de Romilly et, plus récemment, comme Serge Klarsfeld.

Certes, l’importance de ces distinctions est toute relative aux yeux de l’opinion et du monde intellectuel, où l’historien occupe depuis fort longtemps une place insigne. Mais la cérémonie organisée à l’Elysée le 22 octobre 2018 retient l’attention par la teneur des propos tenus par le chef de l’Etat. Ce discours – qui annonce d’emblée : « Vous êtes, cher Emmanuel Le Roy Ladurie, l’un de nos plus grands historiens. Et, à force de si bien faire de l’histoire, vous y êtes entré » – revêt une forte valeur symbolique, et il constitue un commentaire remarquable sur l’activité et la personnalité de l’historien. Aussi mérite-t-il d’être connu, au-delà du cadre solennel où il a été prononcé, des historiens d’aujourd’hui et de demain, ainsi que du grand public. Nous remercions les services de la Présidence qui nous ont permis de le reproduire.

[Stefan Lemny]

Le discours d’Emmanuel Macron, Président de la République, sur Emmanuel Le Roy Ladurie.

« Seul le prononcé fait foi »

Vous êtes, cher Emmanuel Le Roy Ladurie, l’un de nos plus grands historiens. Et, à force de si bien faire de l’histoire, vous y êtes entré. Traduit et commenté dans le monde entier, vous êtes connu et reconnu comme un spécialiste incontesté de plusieurs domaines de la recherche historique – comme l’histoire de la ruralité et l’histoire du climat – ; de plusieurs époques – votre érudition s’étendant de l’an mille au XVIIIe siècle – ; et de plusieurs approches – économique, sociale, mentale, environnementale – qui vous font appréhender l’histoire de manière « totale ».

Votre œuvre est immense et diverse. Elle embrasse les principales tendances historiographiques de la seconde moitié du XXe siècle et du début du XXIe : de l’école des Annales à l’analyse micro-historique du quotidien des gens anonymes ; de « l’histoire immobile » des temps longs et des cycles qui se répètent au retour de l’événement ; de l’analyse quantitative et sérielle aux approches anthropologiques et culturelles.

Mais vous ne vous êtes pas simplement inscrit dans le sillage et les sillons historiographiques déjà tracés. Vous n’avez cessé d’élargir le « territoire de l’historien », pour reprendre le titre de l’un de vos ouvrages, en défrichant des champs d’investigation inconnus ou délaissés, comme l’histoire du climat dont vous êtes un pionnier mondial, et en développant des approches méthodologiques novatrices, comme l’analyse micro-historique et l’anthropologie historique qui ont ensuite fait florès. En somme, votre œuvre a non seulement produit un approfondissement de la connaissance du passé (on connaît plus et mieux notre passé grâce vous), mais aussi une véritable extension du domaine de l’histoire – la discipline historique s’est enrichie et élargie parce que vous avez su lui inventer des outils, des approches et des sujets nouveaux.

Pour accomplir cette double prouesse d’un approfondissent et d’un élargissement de notre savoir historique, il vous a d’abord fallu sauter tous les obstacles qui jalonnent le parcours de l’excellence universitaire : l’épreuve d’endurance des classes préparatoires, le concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure, les examens de l’agrégation d’histoire et la course de fond du doctorat.

Ces étapes franchies, vous débutez votre carrière en 1953 en enseignant au lycée Joffre de Montpellier pendant quelques années durant lesquelles vous compulsez les archives du Languedoc et durant lesquelles, surtout, vous rencontrez Madeleine, votre épouse, qui est à vos côtés ce soir comme elle l’a été tout au long de votre vie et qui, alors même qu’elle était médecin, s’est beaucoup investie dans vos travaux, en organisant votre immense bibliothèque, en vous accompagnant dans vos observations des glaciers alpins, et en vous inspirant sans doute certains sujets de recherche sur l’histoire de la médecine et des épidémies.

Après ces quelques années dans le secondaire, on vous confie des postes d’enseignant-chercheur parmi les plus prestigieux : au CNRS, à l’EHESS, à la Sorbonne et à Paris 7. Et, en 1973, vous recevez ce qui est sans doute en France la consécration universitaire suprême : vous êtes nommé professeur titulaire d’une chaire au Collège de France, en l’occurrence la chaire d’histoire de la civilisation moderne.

Vos premiers travaux de chercheur, menés dans le cadre de votre thèse de doctorat, sont consacrés à l’histoire de la ruralité et de la paysannerie, que vous abordez en vous concentrant d’abord sur les paysans du Languedoc. Il n’est pas surprenant que vous, le fils d’un propriétaire terrien qui fut aussi une figure du syndicalisme agricole, veuille explorer l’histoire des campagnes et des cultivateurs. Il n’est pas surprenant non plus, que vous, le disciple des grands historiens de l’école des Annales, de Marc Bloch et de Fernand Braudel, vous intéressiez à l’histoire agraire d’une époque économiquement et socialement structurée par la ruralité et les récoltes.

Vous creuserez sans cesse cette histoire, dans votre contribution à l’Histoire de la France rurale, dans votre monumentale Histoire des paysans français de la peste noire à la révolution, dans La Civilisation rurale ou encore Les Paysans français d’ancien régime. Autant d’ouvrages qui construisent une histoire totale en explorant aussi bien les conditions économiques, sociales et démographiques d’une époque que ses mentalités, les événements disruptifs et le temps long des régularités multiséculaires, les tendances globales et les singularités régionales : vous déployez dans ces travaux l’éventail des phénomènes qui déterminent le fonctionnement de la société médiévale puis moderne.

En étudiant ainsi l’histoire des campagnes et des paysans, vous vous penchez plus avant sur un élément qui la conditionne largement : le climat. Vous, dont le père ne cessait de se soucier des pluies qui toujours menaçaient de gâter ses récoltes et de l’endetter, vous avez l’intuition forte, filiale donc, et étrangement inédite dans le champ de l’histoire, que le climat n’est pas qu’une donnée extérieure, environnementale, qu’il peut bouleverser la vie des hommes, c’est-à-dire être une composante de l’histoire, et qu’il a par ailleurs sa propre histoire, son historicité, qu’il faut établir. Vous vous intéressez ainsi aux influences du climat sur le cours des récoltes, et partant, sur les crises de subsistance, disettes ou famines, donc sur la santé des hommes, sur la natalité et la mortalité, c’est-à-dire sur la démographie. En somme, et pour la première fois d’une manière si documentée et si systémique, vous démontrez l’influence du climat sur le cours de l’histoire et vous inaugurez un nouveau domaine de recherche, l’histoire environnementale, qui va bientôt exploser comme on le voit aujourd’hui avec les recherches sur l’anthropocène notamment. Après votre première monographie sur le climat en Languedoc, parue en 1955, vous avez publié deux ouvrages titanesques : Histoire du climat depuis l’An mil et Histoire humaine et comparée du climat en Occident, paru en 3 tomes et dont le dernier traite du réchauffement climatique du monde à partir de 1860. En analysant sur un temps très long les évolutions climatiques, du petit optimum médiéval à l’emballement thermique de notre époque, en passant par le petit âge glacière qui a couru du XIVe au XIXe siècles, vous démontrez scientifiquement que ce qui se joue depuis 1860 n’est pas une simple fluctuation climatique mais une nouvelle ère due à l’activité industrielle et que le réchauffement climatique s’est bel et bien accéléré comme jamais depuis la toute fin du XXe siècle.

C’est ainsi que, tout en étant constamment plongé dans le passé, vous avez pu nous alerter sur notre avenir : en démontrant la réalité historique du réchauffement climatique, vous avez contribué à démonter les discours des climato-sceptiques qui ont longtemps freiné ou parasité la prise de conscience collective d’un danger mortel pour notre planète et pour nous-mêmes. La renommée internationale que ces travaux précurseurs vous ont apportée vous a permis de porter cette voix de la conscience et de lancer des appels à la mobilisation.

Votre notoriété publique vous vient aussi de la publication en 1975 de Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, qui est l’un des plus grands best-sellers des sciences humaines en France. Dans ce livre, vous retracez l’histoire d’un petit village du Languedoc à l’époque des Cathares. Pour restituer ou plutôt pour raconter cette histoire – prise ici dans un double sens disciplinaire et romanesque car le livre se lit presque comme un roman – vous délaissez les méthodes quantitative et sérielles de vos études du climat pour une observation de type anthropologique et ethnographique. Tout part d’une pépite d’archive que vous avez débusquée en grand truffier de la recherche : le Registre d’Inquisition de Jacques Fournier, évêque de Pamiers au tout début du XIVe siècle. L’évêché qu’il occupe alors vient d’être créé par le Pape Boniface VIII, qui cherche à reprendre le contrôle de ce bastion d’un catharisme crépusculaire, une doctrine considérée comme hérétique et qu’il entendait faire disparaître tout à fait. Ainsi missionné, cet évêque a fait preuve d’un rare zèle inquisitorial, soumettant sans cesse ses ouailles à de sévères interrogatoires qu’il a précisément consignés. C’est donc à travers ces registres, qui sont parvenus jusqu’à nous grâce au destin exceptionnel de cet évêque devenu pape par la suite, que vous avez pu saisir et raconter en détail le quotidien de cette petite communauté rurale du moyen-âge. Ces hommes et ces femmes, que 700 ans séparent de nous, vous nous les avez fait découvrir avec beaucoup d’émotion et de sensibilité : vous les avez rapprochés de nous. On se sent en compagnonnage avec un curé galant, qui hésite entre l’Inquisition et l’hérésie, avec cette femme volage qui aime beaucoup les prêtres ou ce berger-philosophe. Vous nous dévoilez leur conception du temps, de la vie et de la mort, leurs angoisses religieuses, leur vision de la famille, leurs méthodes contraceptives et même leur façon de s’épouiller les uns les autres. C’est pourquoi, contre toute attente, ce livre savant au sujet très spécifique, est devenu un grand succès de librairie. Il s’est vendu, rien qu’en France, à près de 250 000 exemplaires. C’est le tirage le plus important pour un ouvrage d’érudition dans notre pays. La France entière s’est alors éprise de Montaillou. Votre écriture simple et vive, jamais boursouflée, jamais obscure, vous a attiré ce large public. Votre empathie avec tous ces personnages de notre passé nous les a rendus familiers et attachants. Votre intérêt, aussi vif pour les gens les plus simples que pour la vie des puissants, et votre goût pour les récits intimes, familiaux et communautaires, au-delà de l’analyse des structures sociales et des lois économiques, racontent une autre histoire que celle dont nous avions l’habitude et que nous avions apprise à l’école par le biais des grandes dates et des grands noms.

La réputation universitaire et la notoriété publique que vous ont apportées vos travaux vous ont aussi attiré de grandes fonctions et de prestigieuses distinctions : vous avez été administrateur général de la BnF de 1987 à 1994, vous êtes docteur honoris causa de nombreuses universités dans le monde, vous êtes membre de l’Académie des sciences morales et politiques, et vous avez été une plume régulière dans Le Monde des religions et Le Figaro, espaces médiatiques qui vous ont permis de vulgariser vos travaux. Car, tout en étudiant inlassablement le passé, vous avez toujours eu à cœur de parler à vos contemporains, d’agir au présent et d’ouvrir des perspectives d’avenir.

Montaillou, ce récit de l’Inquisition, fut d’ailleurs, vous le dîtes vous-même, « un manifeste pour la liberté de conscience et tout simplement la liberté de penser », celle-là même que vous avez toujours défendue en œuvrant par exemple à la fondation du Comité des intellectuels pour une Europe libre en 1978 ou, plus récemment, en succédant à Jean-François Revel à la présidence de l’Institut d’histoire sociale pour en faire un lieu de réflexion sur le totalitarisme.

C’est pour tout cela, parce que vos travaux constituent une contribution majeure à l’histoire de France et à l’histoire tout court, parce que vous avez approfondi et élargi la connaissance historique, et parce que vous avez toujours eu le souci de partager votre savoir avec le plus grand nombre, que je suis très heureux de vous élever à la dignité de Grand’ croix de l’ordre national du mérite.

Stefan Lemny

Chargé de collections en histoire de l'Europe centrale et de l'Est Département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

More Posts

Exposition : Jean-Jacques Lequeu. Bâtisseur de fantasmes

Le Petit Palais présente pour la première fois au public un ensemble inédit de 150 dessins de Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), artiste hors du commun. L’œuvre graphique de ce dessinateur méconnu est l’une des plus singulières de son temps. Elle témoigne, au-delà des premières étapes d’un parcours d’architecte, de la dérive solitaire et obsédante d’un artiste fascinant. Cette exposition est réalisée avec le concours de la Bibliothèque nationale de France qui conserve la quasi-totalité des dessins de l’artiste.

Jean-Jacques Lequeu, originaire d’une famille de menuisiers à Rouen, reçoit une formation de dessinateur technique. Très doué, il est recommandé par ses professeurs et trouve rapidement sa place auprès d’architectes parisiens dont le grand Soufflot. Celui-ci, occupé par le chantier de l’église Sainte Geneviève (actuel Panthéon), le prend sous son aile. Mais Soufflot meurt en 1780. Dix ans plus tard, les bouleversements révolutionnaires font disparaître la riche clientèle que Lequeu avait eu tant de difficultés à trouver. Désormais, employé de bureau au Cadastre, il tente en vain de remporter des concours d’architecture. Seulement, il doit se résigner à dessiner des monuments et des fabriques d’autant plus étonnants que l’artiste, pressentant que ces constructions ne sortiront jamais de terre, se libère des contraintes techniques.

Le parcours thématique de l’exposition retrace cette trajectoire atypique et aborde les différentes facettes de son œuvre. L’exposition ouvre sur une série de portraits, genre très en vogue au XVIIIe siècle. Lequeu se portraiture à de nombreuses reprises et réalise des têtes d’expression témoignant de sa recherche sur le tempérament et les émotions des individus. En parallèle, il continue de proposer des projets d’architecture qui n’aboutissent pas ou sont inter-rompus. Alors, fort de l’outil précis et technique, de l’épure géométrique et du lavis, Lequeu, à défaut de réaliser des projets, décrit scrupuleusement des édifices peuplant des paysages d’invention. Ce voyage initiatique au sein d’un parc imaginaire, qu’il accomplit sans sortir de son atelier, est nourri de figures et de récits tirés de ses lecture d’autodidacte tel Le Songe de Poliphile. Il conduit ainsi le visiteur de temples en buissons, de grottes factices en palais, de kiosques en souterrains labyrinthiques. L’exposition se termine sur une série de dessins érotiques oscillant entre idéalisation héritée de la statuaire antique et naturalisme anatomique.

Ainsi pour Lequeu, il s’agit de tout voir et tout décrire, avec systématisme, de l’animal à l’organique, du fantasme et du sexe cru à l’autoportrait, et par-delà de mener une véritable quête pour mieux se connaître lui-même. En 1825, six mois avant de disparaître dans le dénuement et l’oubli, il donne à la Bibliothèque royale l’ensemble de ses feuilles livrant l’une des œuvres les plus complexes et curieuses de cette période. Au XXe siècle, des recherches ont permis de redécouvrir peu à peu l’artiste, mettant en lumière ses dessins les plus déconcertants mais jamais une rétrospective n’avait été organisée sur ce génie si singulier

Commissariat

  • Corinne Le Bitouzé, conservateur général, adjointe au directeur du département des estampes et de la photographie de la BnF
  • Laurent Baridon, professeur à l’université de Lyon II
  • Jean-Philippe Garric, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Martial Guédron, professeur à l’université de Strasbourg
  • Christophe Leribault, directeur du Petit Palais avec le concours de Joëlle Raineau, collaboratrice scientifique.

Pour aller plus loin

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : De la sphère privée à la sphère publique Actualité du programme de recherche « Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises »

Gioacchino Rossini, Petit souvenir offert à Mme la baronne Charlotte Nathaniel de Rothschild, le 10 septembre 1843, Paris, Bibliothèque nationale de France, département de la Musique, INV. MS-1338 © Bibliothèque nationale de France.

Les Rothschild ont joué un rôle de premier plan dans l’histoire du patrimoine culturel européen des XIXe et XXe siècles tant dans le domaine des collections que du mécénat. De 1873 jusqu’à nos jours, plus de cent trente mille œuvres d’art ont été offertes à plus de deux cents institutions françaises par quatre générations des branches française, anglaise, allemande ou italienne de cette famille cosmopolite. Depuis 2015, dans le cadre de son programme de recherche « Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises », l’INHA – en collaboration avec le musée du Louvre, la Bibliothèque nationale de France, le Service des musées de France, la Villa Ephrussi de Rothschild et la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques (FNAGP) – poursuit un projet d’étude et de valorisation de l’ensemble de ces donations. Ainsi, près de cent quinze mille notices de ces dons sont désormais accessibles dans des bases de données en ligne à partir du portail de l’INHA consacré à ce programme.

Continuer la lecture de Colloque : De la sphère privée à la sphère publique Actualité du programme de recherche « Les Collections Rothschild dans les institutions publiques françaises »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférences : « Trésors de Richelieu »

L’Institut national d’histoire de l’art, la Bibliothèque nationale de France et l’École nationale des chartes organisent la 8e édition de ce cycle, où conservateurs, chargés de collections, historiens de l’art, du spectacle, de la mode, de la musique, de littérature, et spécialistes des textes partagent leurs savoirs avec un plus large public. À chaque conférence, des œuvres d’art, des manuscrits, des costumes ou des partitions musicales sortent exceptionnellement des magasins de l’INHA, de la BnF et de l’ENC pour être présentés en direct à l’aide d’une caméra, qui en reproduit les plus infimes détails sur le grand écran de l’auditorium de la galerie Colbert.

Responsables scientifiques

Continuer la lecture de Conférences : « Trésors de Richelieu »

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Voyages en Scandinavie, du 5 octobre 2018 au 6 janvier 2019

Dans le cadre du Festival international de géographie qui met à l’honneur cette année les pays d’Europe du Nord, l’exposition Voyages en Scandinavie, au musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges, présente quelque 30 pièces d’exception – cartes, photographies et livres rares – , toutes issues des collections de la Bibliothèque nationale de France.

À l’époque où l’Europe découvrait le monde, ses régions nordiques étaient à peine plus connues que l’Amérique. Le Nord vint à trouver une identité géographique à travers le regard d’explorateurs, de voyageurs, de savants, d’aventuriers et de touristes qui en ont construit, au fil du temps, une représentation plus ou moins adéquate dans l’imaginaire collectif. L’exposition Voyages en Scandinavie se propose de saisir la profondeur historique de cette longue mise au point. Elle présente d’abord les premiers contours cartographiques donnés à cet espace et les récits de voyage qui commencent à s’intéresser aux peuples du Nord. D’une part, la Géographie de Ptolémée, traduite en latin au début du XVe siècle, est augmentée en 1427 d’une série de cartes modernes parmi lesquelles on trouve la première carte présentant l’Atlantique Nord comme une région à part. L’entreprise magistrale d’Olaus Magnus, auteur en 1539 de la première carte originale de la Scandinavie, naît ainsi d’une confrontation féconde à la référence ptoléméenne. D’autre part, au milieu du XVIe siècle,la domination espagnole et  portugaise sur le commerce maritime avec l’Orient via les routes de l’Atlantique Sud pousse les puissances émergentes, l’Angleterre et les Provinces-Unies, à rechercher une route alternative, le long des côtes scandinaves et sibériennes. Ces explorations s’accompagnent d’un effort cartographique sans précédent qui contribue à faire progresser la connaissance des régions septentrionales de l’Europe. 

L’histoire des voyages en Europe du Nord nous mène d’un espace hostile, froid, en proie à des forces redoutables à un territoire qui est progressivement découvert et étudié à l’époque des Lumières. Après avoir servi à rappeler à l’humanité les premiers stades de sa route vers la civilisation, les peuples du Nord deviennent un objet d’étude doté d’un intérêt propre. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le savoir ainsi accumulé est mûr pour produire de grandes synthèses académiques en histoire et géographie. Parallèlement, l’essor de la presse illustrée contribue à la diffusion de ces connaissances et à la vulgarisation des récits de voyages et d’explorations. L’Illustration et surtout Le Tour du monde, première revue illustrée exclusivement consacrée aux récits de voyages, qui paraît de 1860 à 1914 aux éditions Hachette, se font largement l’écho des voyages dans les pays nordiques et dans les terres arctiques, nourrissant l’imaginaire aventureux de ces régions. Au tournant du siècle, la poursuite des explorations a fini par combler les blancs sur la carte et seuls les pôles bénéficient encore de l’aura mystérieuse des espaces inconnus. La conquête polaire et la croisière arctique sont désormais les deux figures du voyage au Nord que déploient l’aventurier et son repoussoir, le touriste.

Commissariat

  • Éléonore Buffler, directrice du musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges
  • Jean-Marc Chatelain, directeur de la Réserve des livres rares, BnF
  • Cristina Ion, directrice adjointe au département des Cartes et plans, BnF
  • Eve Netchine, directrice du département des Cartes et plans, BnF
  • Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie, histoire,sciences de l’homme, BnF
  • Bertrand Tassou, chargé des collections de géographie au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF
  • Coordination scientifique : Gennaro Toscano, conseiller scientifique et culturel, BnF

Dans les collections

Chaque année, dans plusieurs établissements patrimoniaux en région, la BnF présente un « trésor » ou une sélection d’œuvres de ses collections, faisant ainsi partager à un plus large public ses richesses patrimoniales. Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec les collections locales, le programme « Dans les collections de la BnF » vise à développer de véritables partenariats avec d’autres institutions, dans les domaines scientifiques et pédagogiques. L’exposition présentée à Saint-Dié-des-Vosges permet à la BnF non seulement de mettre en lumière ses collections mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur sa bibliothèque numérique Gallica.

Pour aller plus loin

  • Le voyage en Scandinavie : anthologie de voyageurs, 1627-1914 / éd. établie par Vincent Fournier, Paris : R. Laffont, 2001, 1 vol. (XXXVIII-792 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 20 cm. (Bouquins).
  • The Northeast Passage: From the Vikings to Nordenskiold, 
    / [editor, Nils-Erik Raurala], Helsinki : Helsinki University Library : John Nurminen Foundation, 1992, 1 vol. (287 p.) : ill., cartes ; 35 cm.

Informations pratiques

  • Voyages en Scandinavie du 5 octobre 2018 au 6 janvier 2019
  • Musée Pierre-Noël, 11 rue saint Charles, 88100 Saint-Dié-des-Vosges

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : « Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury »

« Mercure tenant le caducée » (inv.56.1) ; copyright BnF/Département Médailles, monnaies et antiques

Le département des Monnaies, médailles et antiques est co-commissaire de l’exposition « Devotion and Decadence : The Berthouville Treasure and Roman Luxury » présentée à  New-York à l’Institute for the study of the Ancient World. À cette occasion, la BnF prête le trésor de Berthouville, un trésor d’orfèvrerie romain et gallo-romain, et environ 75 pièces – plateaux d’argent, camées, pierres précieuses, pièces de monnaie et bijoux – issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques.

Informations pratiques

  • Du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019
  • Institute for the study of the Ancient World, New-York.
  • 15 East 84th Street (between Madison and Fifth Avenues), New York, NY 10028

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La BnF à la Paris Games Week : 2 tables rondes

Détentrice de la première collection publique de jeux vidéo en France, la BnF sera présente à la prochaine Paris Games Week (PGW), du vendredi 26 au mardi 30 octobre 2018, afin de mieux faire connaître aux producteurs de jeux vidéo et au public le rôle majeur de la
Bibliothèque dans la conservation et la diffusion du patrimoine vidéoludique.
Organisée par le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL) depuis 2010, la Paris Games week compte parmi les salons de jeu vidéo les plus fréquentés dans le monde, avec 304 000 visiteurs pour l’édition 2017.

Objet culturel inventif et populaire, le jeu vidéo a fait son entrée dans les collections de la Bibliothèque nationale de France il y a plus de 25 ans. En 1992, sur le modèle du dépôt légal des imprimés, les éditeurs de jeux vidéos ont l’obligation d’y déposer les jeux vidéo distribués en France. Grâce à ce dispositif, la Bibliothèque conserve aujourd’hui plus de 16 000 titres de jeux
vidéos, français comme étrangers. Chaque année, la collection s’enrichit d’environ un millier de jeux entrés par dépôt légal, dons ou acquisitions. Le plus ancien date de 1973 et a été édité pour la première console de salon, la Magnavox Odyssey, acquise par la BnF.

La collection du département de l’Audiovisuel de la BnF, en perpétuelle évolution, rassemble tous les types de supports : cartouches, cassettes logicielles, disquettes et disques optiques, éditions simples ou collectors ainsi qu’un ensemble de consoles anciennes. Les jeux vidéo collectés au titre du dépôt légal sont accessibles aux chercheurs et aux professionnels tandis qu’une sélection de jeux contemporains, sur PC, tablettes, consoles et même en réalité virtuelle, est proposée à tous les publics.

La BnF à la Paris Games Week

Sur le stand de la BnF (hall 2.2), les visiteurs pourront jouer en émulation à plus d’une vingtaine de jeux anciens, découvrir leurs boîtiers et consoles d’origine ainsi qu’une sélection de documents audiovisuels et multimédias autour du thème du sport dans les jeux vidéo. Un grand écran permettra de
jouer à plusieurs. Une exposition virtuelle de consoles anciennes conservées à la BnF sera accessible depuis le stand via Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

Deux tables rondes réunissant chercheurs, éditeurs, et développeurs,
Lundi 29 octobre 15h – 18h30

Objet d’études et de recherches universitaires, le jeu vidéo mobilise aujourd’hui de nombreux chercheurs de toutes disciplines en France et à travers le monde qui en étudient tous les aspects.

La BnF et la Paris Games week s’associent pour organiser, pour la première fois sur le salon, deux tables rondes, l’une sur la recherche et la formation en jeu vidéo et l’autre centrée sur l’analyse, avec un développeur, d’un jeu dont la sortie est imminente.

Y participeront, entre autres, Jean-Charles Ray, chercheur, lauréat en 2017 de la bourse BnF allouée par le mécène Mark Pigott et accueilli depuis un an au département de l’Audiovisuel, qui a contribué à l’organisation de ces rencontres inédites à la PGW, Sébastien Genvo, professeur à l’université de
Lorraine et ancien game designer chez Ubisoft, Alexis Blanchet, maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et Jean-Marc Gueney, game designer chez Cyanide.

La BnF et la Paris Games Week s’associent pour créer un point de contact entre la recherche universitaire et les créateurs et éditeurs de jeux vidéo sur le plus grand salon consacré au jeu vidéo en France.

Programme

  • 15h Accueil
  • 15h10 – Recherche et formation en jeu vidéo : « Du jeu vidéo à l’université ? Mais vous faîtes quoi exactement ? »
    La question revient régulièrement, comme s’il était moins évident d’étudier un jeu vidéo qu’un roman ou un film. Pourtant, cela fait près de vingt ans que des universitaires analysent le jeu vidéo et transmettent leurs connaissances.
    Sébastien Genvo, professeur à l’université de Lorraine et ancien game designer chez Ubisoft, et Alexis Blanchet, maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3, dresseront un état des lieux de la recherche sur le jeu vidéo en France.
    Ils évoqueront notamment ce que sont les études du jeu vidéo, les orientations de la recherche et les différences et synergies entre la formation universitaire et la formation professionnelle dans ce domaine.
  • 16h40 – L’Appel de Lovecraft : le mythe de Cthulhu et le jeu vidéo
    Howard Philips Lovecraft, qui n’a connu de son vivant que des publications en magazines, est devenu un écrivain culte et l’un des écrivains ayant le plus influencé le jeu vidéo.
    La sortie prochaine du Call of Cthulhu de Cyanide est l’occasion de se plonger à nouveau dans les ténébreux mystères du Mythe lovecraftien au fil de ses adaptations et influences vidéoludiques.
    Jean-Marc Gueney, game designer chez Cyanide, et Jean-Charles Ray, chercheur, qui a particulièrement travaillé sur le thème de l’horreur dans le jeu vidéo et la littérature, présenteront les liens qui unissent Lovecraft et le jeu vidéo, l’histoire de cette source d’inspiration et les enjeux de l’adaptation de son univers.
  • 18h Cocktail
  • 18h30 Fin du cycle

Informations pratiques

Paris Games Week
Du vendredi 26 au mardi 30 octobre 2018
De 8h30 à 18h30 tous les jours sauf fermeture à 18h le dernier jour du salon
Paris Expo – Parc des expositions – Porte de Versailles
Hall 2.2

Inscription obligatoire aux tables rondes sur eventbrite

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Pathelin, Cléopâtre, Arlequin. Le théâtre dans la France de la Renaissance


Arlequin général d’armée : le commandant en chef de l’armée patriotes campée auprès de Bréda, ne voulant pas être connu, ne quitte jamais le masque ni l’habit d’Arlequin… : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69484959

Argument

Pathelin, avocat rusé et fourbe, Cléopâtre, personnage historique et légendaire de l’antiquité et Arlequin, le plus célèbre personnage de la commedia delle maschere illustrent parfaitement cette exposition car ils incarnent chacun un type de théâtre de la Renaissance : la farce, la tragédie et la comédie italienne.

Le théâtre de la Renaissance se manifeste par des formes dramatiques aussi variées que spectaculaires. Loin de tourner la page avec les traditions du Moyen Âge, le théâtre s’enrichit de toutes les nouveautés de la Renaissance : pensée humaniste, échanges culturels, renouveau architectural, inventions techniques, conceptions politiques et transformations sociales.

Les formes médiévales atteignent un éclat inégalé lorsque l’extraordinaire Mystère de la Passion de 1547 est représenté à Valenciennes en 25 journées sur un espace de 60 m sur 18 m. Dans le même temps, les nouvelles formes à l’antique sont expérimentées dans les collèges puis sur les routes. En parallèle, de nouvelles pratiques en provenance d’Italie transforment aussi bien les spectacles comiques (avec les troupes de commedia dell’arte) que les spectacles de cour avec la collaboration des ingénieurs, des danseurs et des artistes.

Aucune exposition n’a été consacrée à ce théâtre depuis plus de soixante ans et, malgré la publication en 2014 de l’Anthologie de L’avant-scène théâtre consacrée au Théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance, il y avait un vide à combler.

L’exposition se concentrera sur le théâtre français de la fin du XVe siècle aux années 1610. Elle évoquera certains éléments du théâtre européen comme point de comparaison ou d’explication. Les 135 œuvres seront présentées dans les salles du premier étage de l’aile sud, selon un ordre chronologique qui permet aussi de distinguer les formes dramatiques :

  1. Apogée des formes médiévales (appartement du Connétable)
  2. Expérimentations des formes à l’antique (antichambre de Madeleine de Savoie)
  3. Diffusion de la commedia dell’arte (chambre de Madeleine de Savoie)
  4. Renouvellement des spectacles de cour (salle de la cheminée d’Abigaïl)

Des prêts prestigieux

L’exposition bénéficiera de prêts nombreux et prestigieux accordés par 21 institutions à Paris (Archives nationales, Comédie Française, Bibliothèque nationale de France, Musée du Louvre) et en région (Musée Calvet d’Avignon, musée Baron Gérard de Bayeux, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne, Bibliothèque Municipale de Lyon, Musée Lorrain de Nancy…). Nombre de ces œuvres seront présentées au public pour la première fois.

Au sein des collections du musée national de la Renaissance, objets en cuir, panneaux de bois, pièces d’armure, fragments de textiles permettront quant à eux d’évoquer le quotidien des comédiens.

Commissariat

  • Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance – château d’Écouen
  • Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
  • Assistés de Vincent Rousseau, chargé d’études documentaire, musée national de la Renaissance – château d’Écouen

Informations pratiques

  • Musée national de la Renaissance Château d’Écouen, 
    95440 Écouen
  • Du 17 octobre 2018 au 28 janvier 2019
  • 9h30 à 12h45 et de 14h00 à 17h45 (fermé le mardi)
  • Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les manuscrits de l’école palatine de Charlemagne

La Bibliothèque municipale de Trèves (Stadtbibliotheken Trier) œuvre pour faire inscrire les manuscrits de l’école palatine de Charlemagnesur le Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO (https://fr.unesco.org/programme/mow). Le projet comprend trois manuscrits issus des collections de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Les manuscrits de l’école palatine de Charlemagne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains (5/10/18)

Pourquoi impliquer des écrivains, habitués au livre ou à la scène, dans des émissions de création radiophonique ? Qu’apportent-ils, à quelles conditions, comment, dans quels contextes ? C’est le genre de questions que l’on sera invité à se poser dans ce colloque consacré aux deux plus longs et plus prestigieux programmes de création radiophonique de France Culture, inscrits, chacun dans un style, dans « cette longue querelle de la tradition et de l’invention / De l’Ordre et de l’Aventure » (Apollinaire) qui rythme la vie des arts.

Ce colloque est organisé en partenariat avec la SCAM, la BnF et l’Ina, et le soutien de l’IUF et du GRER.

Ce colloque a lieu du 4 au 6 octobre 2018 : le 4 octobre à la Société civile des auteurs multimédia (SCAM), 5 Avenue Velasquez, Paris 8e et le 6 octobre à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) 105 boulevard Raspail, Paris 6e.

Programme

Jeudi 4 octobre 2018
SCAM
18h Soirée inaugurale

Ouverture par les organisateurs du colloque
18h25-20h
Propos d’Alain Trutat et René Farabet (archives), Andrew Orr, Jean-Loup Rivière, Alain Veinstein, Colette Fellous

Vendredi 5 octobre 2018
BnF
9h -18h Atelier de création radiophonique, la part des écrivains

Communications de : Pierre-Marie Héron, Witold Wolowski, Andrew Orr,Laure Bedin, Carrie Landfried, Thomas Baumgartner, Christian Rosset, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Marion Chénetier-Alev
Sur : Jean Thibaudeau, François Billetdoux, René Farabet, Claude Ollier, Georges Perec, Claude Ollier, les écrivains de Change à l’ACR, Hélène Cixous, Valère Novarin

Samedi 6 octobre 2018
EHESS
Nuits magnétiques, la part des écrivains

Communications de : Christophe Deleu, Mehdi El Hadj (sous réserve), Laure Adler, Annie Pibarot,Jean Daive, Clara Lacombe, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin
Sur : la composition des programmes de Nuits magnétiques, Nicole-Lise Bernheim, Jean Daive, Colette Fellous, Franck Venaille, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts