Archives de catégorie : Hors les murs

Conférence IIIF 2021 : session régionale IIIF France

L’édition annuelle de la conférence internationale IIIF aura lieu les 22, 23 et 24 juin prochain, dans un format en ligne.

La BnF, membre fondateur du consortium IIIF (International Image Interoperability Framework), coanimera avec l’Equipex Biblissima la session régionale IIIF France, qui donnera l’opportunité à plusieurs projets et institutions de présenter leur activité et réalisations.
La session se tiendra en français le jeudi 24 juin de 13h30 à 15h.

Programme

Animation : Jean-Philippe Moreux (BnF), Régis Robineau (Biblissima)

  • La création d’annotations IIIF avec Mirador 3 : un maillon de la chaîne de production de Mandragore
    Laure-Anne Bertrand (BnF), Alexandre Tur (BnF)

Les API IIIF ont constitué un grand pas en avant pour la mise à disposition du public et la dissémination d’images numériques. Leur maturation amène aujourd’hui à y recourir également dans des chaînes internes de production de données, en amont de la diffusion publique.

Afin de mettre à jour une application vieillissante, la Bibliothèque nationale de France a développé en 2021 une nouvelle interface de production de données pour sa base d’enluminures Mandragore. Adossée à un environnement existant de catalogage au format
XML/EAD, celle-ci intègre Mirador 3 comme outil d’annotation et d’indexation des enluminures. Cette présentation permettra de revenir sur les diverses contraintes rencontrées, qu’elles soient propres à Mirador 3 ou liées à l’environnement de Mandragore, et sur les solutions adoptées.

  • Usages de IIIF dans le cadre d’un processus d’édition numérique de sources enrichies à l’INHA
    Jean-Christophe Carius (INHA)

L’INHA développe une plateforme d’éditions numériques de sources enrichies (P.E.N.S.E.) intégrant le protocole IIIF dans une chaîne de numérisation, transcription, encodage etpublication de sources en histoire de l’art. Agrégeant des corpus issus de différents entrepôts, les trois premiers projets en cours d’élaboration tirent partie du cadre
d’interopérabilité de l’environnement IIIF existant et de son API de recadrage et de redimensionnement des images. Les expérimentations menées jusqu’à présent au sein de ce projet articulent des données IIIF, la plateforme de transcription collaborative Transkribus, le système de gestion de base de données XML BaseX (XQuery) et la visionneuse
OpenSeadragon, afin de produire des éditions numériques de sources enrichies susceptibles d’intéresser tous les publics, amateurs ou spécialistes.

  • Plongée dans la sculpture romaine avec IIIF
    Bruno Baudoin (Centre Camille Jullian), Stéphanie Satre (Centre Camille Jullian)

SculptuRO est un espace de recherche collaboratif sur la sculpture romaine en Gaule et dans un contexte euro-méditerranéen. Il propose à la communauté scientifique une plateforme complète, depuis la collecte des données jusqu’à leur publication. Projet porté par le Centre Camille Jullian (CCJ-UMR 7299), sa réalisation s’est appuyée sur les compétences scientifiques et les savoir-faire techniques présents chez les partenaires du projet et le consortium IIIF360 pour l’intégration des protocoles et des standards IIIF. Dans cette plateforme où le visuel occupe une large place, le IIIF, au-delà de l’interopérabilité et de la facilité de gestion des images, permet de plonger au cœur de la sculpture pour envisager les moindres détails : traces d’outils, pli d’un vêtement, détail d’un attribut, traces de traitements de surface ? C’est un outil pour le chercheur qui peut faire des annotations, des comparaisons avec des œuvres conservées dans d’autres musées et ainsi envisager des séries. Également support de formation – thématique et technique – et outil de médiation, la plateforme est un cadre flexible d’expérimentation par le biais d’expositions virtuelles et de jeux comme le propose le IIIF. SculptuRO est notre terrain d’exploration du IIIF qui sera à l’avenir déployé dans l’ensemble des projets du CCJ.

  • Produire des histoires dynamiques avec Gallica : exemple d’utilisation de IIIF pour la médiation
    Isabelle Degrange (BnF), Thomas Iris (consultant)

En s’appuyant sur le protocole IIIF et sur les storiiies développées par Cogapp, Gallica souhaite proposer au public un outil permettant de créer une histoire à partir de documents numérisés. L’utilisateur choisit une image dans Gallica, en sélectionne certaines parties et leur adjoint un commentaire. Il crée ainsi un récit interactif qu’il peut partager sur son site ou ses réseaux sociaux.

Un prototype a été livré à la BnF par Cogapp à la fin de l’année 2019 et présenté aux chargés de collection de la BnF au printemps 2020 : ceux-ci l’ont testé, ont proposé des améliorations et ont commencé à s’en emparer en créant une série dédiée sur le blog Gallica : « A la loupe ». A partir de ces premiers retours utilisateurs, Thomas Iris a travaillé à
une version plus intuitive de l’éditeur et de la visionneuse (mise en ligne prévue en 2022) : usage simplifié grâce à l’ergonomie, prise en main rapide pour des non-experts, sauvegarde facilitée, possibilité de juxtaposer plusieurs documents dans une histoire, ajout d’une page
de couverture, etc.

  • Visualiser le corpus alphonsin avec Mirador
    Ségolène Albouy (Observatoire de Paris)

ALFA est un projet de recherche financé par l’ERC et consacré à l’étude de l’astronomie alfonsine, astronomie qui a prospéré en Europe de la seconde moitié du XIIIe siècle, au milieu du XVIe siècle. L’équipe de chercheurs du projet a réalisé un recensement des manuscrits et des éditions issus de cette tradition : grâce à la collecte des manifestes IIIF, il
est possible de considérer ensemble, au sein d’un visualiseur Mirador, ces ressources provenant pourtant d’institutions variées. Par ailleurs, l’extraction automatique des numérisations ouvre de nouvelles perspectives, notamment pour l’annotation et la transcription automatiques de ces documents à l’aide d’algorithmes d’HTR.

  • Tracking images in globalization. IIIF from image retrieval to machine vision and the mapping of patterns’ circulation
    Béatrice Joyeux-Prunel (Université de Genève), Cédric Viaccoz (Université de Genève)

The Visual Contagions project (UNIGE, FNS and ENS, Imago European Centre of Excellence) studies globalisation through images from the era of illustrated prints (1890-1990) – an approach made possible by the unprecedented availability of worldwide corpora of this type of sources, in digital formats. Starting from the digitized versions of these documents, visual segmentation and matching algorithms allow us to identify the images and patterns that have circulated the most, before reconstructing their trajectory in the time and space dimensions. IIIF is a pivotal format in the project, as it eases the recovery, comparison
and processing of images. Béatrice Joyeux-Prunel, Professor at the University of Geneva (Chair of Digital Humanities), director of the project, and Cédric Viaccoz, engineer at the University of Geneva, will present the Visual Contagions workflow in a short video that will
open the discussion with the audience.

Informations pratiques

Inscription à la conférence IIIF (jusqu’au 15 juin) : inscription gratuite mais requise pour assister à la session FR ou aux autres sessions.

  • Jeudi 24 juin de 13h30 à 15h.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : La Métamorphose du livre français, 1543-1547

Entre 1543 et 1547, les milieux éditoriaux français sont en ébulition : développement rapide de la traduction en langue française, résurrection de l’office d’imprimeur du roi, lancement de la collection grecque « Ex Bibliotheca Regia » chez Robert Estienne (1544), renouvellement des matériels décoratifs parisiens et lyonnais, tournant dans la politique éditoriale de certaines entreprises de librairie (Kerver, De Tournes, Vascosan)… Cette période voit paraître quelques-uns des chefs d’œuvre du livre illustré français (Chirurgia de Guido Guidi, Songe de Poliphile, Hiéroglyphica d’Horapollon, Architecture de Serlio, Délie de Maurice Scève, etc.) ; elle voit également l’entrée en lice de nouveaux acteurs dans tous les domaines: traduction (Martin, Amyot, etc.), illustration (Jean Cousin, Baptiste Pellerin), typographie (Garamont, Granjon). L’enjeu de cette journée d’étude est de décrire et de mettre en perspective les changements qui interviennent dans les cinq dernières années du règne de François Ier, pour déterminer dans quelle mesure ces faits isolés sont les symptômes d’un phénomène plus vaste. Il est en effet aisé de décrire ce bouillonnement, mais il est sans doute plus difficile d’en identifier les causes avec précision. Nous avons donc l’espoir qu’en mutualisant nos expertises respectives, nous puissions parvenir à identifier les principaux enjeux de cette « métamorphose » du livre ».

Programme

9h30 – Accueil. Introduction

  • 10h00 – Martine Furno (IHRIM, ENS Lyon) :
    1543-1547 dans l’atelier de Robert Estienne : un tournant ?
  • 10h30 – Ilaria Andreoli (CNRS) :
    La genèse (italienne) et la fortune des illustrations de la Chirurgie du Vidius parisien (1544)

11h00 – Pause

  • 11h15 – Louise Amazan (BnF, Réserve des livres rares) :
    De la commande princière au projet éditorial : la publication de la nouvelle traduction française du Décaméronpar Antoine Le Maçon chez Etienne Roffet (1545)
  • 11h45 – Paul-Victor Desarbres (Université Paris-Sorbonne) :
    Sur quelques traductions « fin de règne »

12h15 – Discussion

12h30 – Pause déjeuner

  • 14h00 – Soersha Dyon (EPHE – Université Rennes 2) :
    L’ornement moresque et le livre en France, 1543-1547
  • 14h30 – Maud Lejeune (IHRIM, Lyon 2 – Centre Gabriel Naudé) :
    L’Epitomé des gestes des rois de France (Lyon, par Balthazar Arnoullet, 1546) : une étape dans l’histoire de l’illustration du livre imprimé à la Renaissance

15h00 – Pause

  • 15h15 – Claire Sicard (CESR, Tours) :
    Dans la fabrique des Œuvres de Saint-Gelais (Pierre de Tours, Lyon, 1547)
  • 15h45 – Romain Menini (Université Paris Est) :
    Dans l’atelier de Pierre de Tours, 1542-1548

16h15 – Discussion

17h00 – Fin prévisionnelle

Organisation

  • Anna Baydova (BnF, Département des Estampes et de la Photographie – EPHE, SAPRAT)
  • Rémi Jimenes (Centre d’études supérieures de la Renaissance, Université de Tours)

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Histoire croisée du Collège de France et de la Bibliothèque nationale de France : journée d’étude (14/6)

Organisée dans le cadre de « Passage des disciplines : histoire globale du Collège de France, XIXe-XXe siècle » par le professeur Antoine Compagnon, Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie et le Comité d’histoire de la Bibliothèque nationale de France.

Programme

9h30 Ouverture
Antoine Compagnon, Collège de France
Laurence Engel, Bibliothèque nationale de France

10h15 « Relations pluriséculaires entre le Collège de France
et la Bibliothèque nationale de France »
Isabelle le Masne de Chermont, Bibliothèque nationale de France
Céline Surprenant, Collège de France

11h15 Pause-café

11h30 « Sources archivistiques du Collège de France
et de la Bibliothèque nationale de France »
Anne Leblay-Kinoshita, Bibliothèque nationale de France
Christophe Labaune, Collège de France

12h30 Déjeuner

14h « Les textes réglementaires sous le Second Empire,
Collège de France (1857) et Bibliothèque impériale
(1858) »
Marie de Séverac, Bibliothèque nationale de France
Cécile Fabris, Archives nationales

15h « Émergence des domaines disciplinaires.
À la croisée des chaires et des collections.
Les collections d’hébreu »
Peter Nahon, Université de Neuchâtel
Laurent Héricher, Bibliothèque nationale de France

16h Pause

16h15 « Constitution du fonds papyrologique de la
Bibliothèque nationale de France et naissance d’une
nouvelle discipline »
Julien Auber de Lapierre, Bibliothèque nationale
de France / Collège de France
Christian Förstel, Bibliothèque nationale de France

16h45 « L’image de la Bibliothèque nationale et du Collège
de France dans la presse sous le Second Empire »
Agnès Sandras, Bibliothèque nationale de France

17h15 Conclusion

Informations pratiques

  • Collège de France – 11, place Marcelin-Berthelot – Lundi 14 juin 2021 – Salle 2

Organisateurs

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Bibliothèque et Archives nationales en France sous l’Occupation : un itinéraire comparé

Dans le cadre du séminaire « Patrimoine spolié pendant la période du nazisme (1933-1945) » organisé en lien avec l’Institut national du patrimoine et la Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 du ministère de la Culture, Anne Leblay-Kinoshita (conservatrice du patrimoine, Bibliothèque nationale de France) et Yann Potin (archiviste, historien, Archives nationales et Université Paris-Nord) proposeront un regard croisé sur la Bibliothèque nationale et les Archives nationales sous l’Occupation.

Bernard Faÿ dans la salle ovale de la Bibliothèque nationale (s. d., vers 1941)
Bernard Faÿ dans la salle ovale de la Bibliothèque nationale (s. d., vers 1941)

Argument

Bibliothèque et Archives nationales en France sous l’Occupation : un itinéraire comparé (projet Prometeus, labex « Passés dans le Présent »)

Prometeus – « Protéger la mémoire de la Nation » du temps de l’Occupation, études et usages : Archives nationales et Bibliothèque nationale à l’ombre de l’histoire (1940-1994) – est un projet de préfiguration, qui réunit plusieurs partenaires (AN, BnF, IHTP, INHA) et a pour objet d’interroger l’histoire des fonds et les politiques d’acquisition des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale à l’aune de leurs activités et de leur fonction durant l’Occupation. Ces deux institutions régaliennes du patrimoine écrit n’ont pas connu un destin identique durant la période : généralement présenté comme une parenthèse dans l’histoire des deux institutions, le temps de l’Occupation et de la Libération marque durablement leur structure et modifia considérablement les pratiques professionnelles mises en œuvre depuis lors, tant sur la question des provenances que sur celle de l’accessibilité des fonds et des collections. Cette intervention sera l’occasion de dresser le bilan des questions soulevées et des pistes de recherche ouvertes par une recherche d’histoire institutionnelle comparée, à partir d’une situation mémorielle historiographique singulière.

Modalités pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Archives audiovisuelles de la littérature (14-16/4)

Archives audiovisuelles de la littérature
Archives audiovisuelles de la littérature

Programme

Mercredi 14 avril

UTC-5 ı UTC+1

  • 8h00 ı 14h00 – Accueil des participants
  • 8h15 ı 14h15 – Selina Follonier (Université de Lausanne – FNS), Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke), Karim Larose (Université de Montréal) – Introduction

Archives sonores et radio

Modération : Galia Yanoshevsky (Université Bar-Ilan)

  • 8h30 ı 14h30 – Jeanne Bovet (Université de Montréal), « Poétique de l’archive vocale »
  • 9h10 ı 15h10 – Céline Pardo (Sorbonne Université), « Archives de voix : quelles mémoires pour les voix d’écrivains ? » 
  • 9h50 ı 15h50 – Luce Roudier (Université Paris Nanterre), « “Attention voici le texte, top.” : en écoutant les rouleaux de cire de Marcel Allain »
  • 10h30 ı 16h30 – Pause

Modération : Jean-Marc Larrue (Université de Montréal)

  • 10h40 ı 16h40 – Caroline Loranger (Université du Québec à Montréal), « Le temps long du radioroman : comment appréhender le travail littéraire des archives radiophoniques ? »
  • 11h20 ı 17h20 – Marie-Madeleine Mervant-Roux (CNRS), « Des sons doublement oubliés (par les théâtrologues et par les littéraires) : les archives audio du théâtre »
  • 12h00 ı 18h00 – Pause

Bibliothèques et archives

Modération : Karim Larose (Université de Montréal)

  • 12h20 ı 18h20 – Stéphane Lang (BAC), Bibliothèque et Archives Canada (BAC)
  • 13h00 ı 19h00 – Pascal Cordereix et Alexia Vanhée (BnF), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Jeudi 15 avril

Archives cinématographiques

Modération : Jean-Louis Jeannelle (Sorbonne Université)

  • 8h00 ı 14h00 – Dominique Vaugeois (Université Rennes 2), « Faire son cinéma : la citation audiovisuelle dans le texte critique »
  • 8h40 ı 14h40 – Marion Brun (Université Polytechnique Hauts-de-France), « Archives des autres et archives de soi : Sacha Guitry à l’épreuve de la postérité »
  • 9h20 ı 15h20 – Pause
  • 9h30 ı 15h30 – Sylvain Dreyer (Université de Pau et des Pays de l’Adour), « Filmer Jean Genet »
  • 10h10 ı 16h10 – Jean Cléder (Université Rennes 2), « Archiver l’œuvre ou œuvrer l’archive : les travaux de Michelle Porte sur la littérature »
  • 10h50 ı 16h50 – Pause

Archives littéraires et éditoriales

Modération : Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke)

  • 11h10 ı 17h10 – Laurence Boudart (AML), Archives et Musée de la littérature (AML)
  • 11h50 ı 17h50 – François Bordes (IMEC), Institut Mémoires de l’Édition contemporaine (IMEC)

Vendredi 16 avril 

Numérique et exposition

Modération : François Jost (Université Sorbonne-Nouvelle)

  • 8h00 ı 14h00 – Pierre-Marie Héron (Université Paul Valéry – Montpellier 3), « Entre art et mémoire : parcours de quelques séries d’archives, expositions sonores et grandes rétrospectives à la radio française avant l’ère numérique »
  • 8h40 ı 14h40 – Stéphane Benassi (Université de Lille), « Les écrivains à l’œuvre sur Instagram »
  • 9h20 ı 15h20 – Matteo Treleani (Université Côte d’Azur), « La migration des images du passé : réflexions sur la médiatisation du patrimoine audiovisuel »
  • 10h00 ı 16h00 – Pause

Projets

Modération : Selina Follonier (Université de Lausanne)

  • 10h10 ı 16h10 – Rudolf Probst (Archives littéraires suisses) et Félix Rauh (Memoriav), Projet « IMVOCS (Images et voix de la culture suisse) »
  • 10h50 ı 16h50 – Aurèle Crasson (ITEM, CNRS), « Filmer la recherche en acte, les manuscrits des écrivains à l’épreuve de leurs lectures »
  • 11h30 ı 17h30 – Pause
  • 11h50 ı 17h50 – Michel Murat (Sorbonne Université), Projet « Archives sonores de poésie » (OBVIL, Sorbonne Université)

Archives audiovisuelles

Modération : François Vallotton (Université de Lausanne)

  • 12h30 ı 18h30 – Matthieu Garrigou-Lagrange (France Culture), France Culture
  • 13h10 ı 19h10 – Géraldine Poels et Lisa Pfeiffer (Ina), Institut national de l’audiovisuel (Ina)
  • 14h00 ı 20h00 – Discussion et Clôture du colloque

Modalités pratiques

Organisation

  • Selina Follonier (Université de Lausanne – FNS)
  • Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke)
  • Karim Larose (Université de Montréal).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Faire réseau autour des archives du web, usages et opportunités : journée de lancement du projet ResPaDon (17/05)

Financé par le GIS Collex-Persée, porté par l’Université de Lille et la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec Sciences Po Paris et le Campus Condorcet, le projet ResPaDon (Réseau de Partenaires pour l’analyse et l’exploration de données numériques) vise à développer et à diversifier les usages par les chercheurs des archives du web collectées et conservées par la Bibliothèque nationale de France : développement des pratiques de recherche, nouvelles approches autour des archives du web, nouvelles formes d’exploitation. Associant chercheurs et professionnels de l’information scientifique et technique, le projet se construit autour d’un réseau de partenaires et se compose d’une étude sur les usages, de plusieurs expérimentations et de temps d’échanges. Il mobilise en particulier les équipes de recherche du medialab et du laboratoire GERiiCO.

Dans un format entièrement virtuel, la journée de lancement a pour objectif d’engager la construction d’une communauté d’acteurs autour du projet et de ses différentes phases. Elle permettra de dresser l’état des lieux de la constitution des archives du web et de leurs usages et d’explorer de nouvelles potentialités de recherche autour des archives du web. Elle sera également l’occasion pour tous les acteurs de découvrir le projet ResPaDon et de s’inscrire dans le réseau en cours de création.

  • Vous êtes chercheur ou chercheuse : vos pratiques de recherche vous ont déjà rendu familiers des archives du web ? Vous souhaitez découvrir ces corpus et voir comment les utiliser dans le cadre de vos recherches ? Cette journée vous permettra de participer à des premiers échanges sur les archives du web, leur constitution et leurs usages. Ces échanges se poursuivront ensuite à différentes étapes du projet.
  • Vous êtes professionnel(le) de l’information scientifique : cette journée vous permettra de découvrir le projet ResPaDon et la place que peuvent y tenir les professionnels de l’information et des bibliothèques, et de vous inscrire dans la démarche en cours.

Programme prévisionnel

  • 9h15 : Ouverture de la journée par Julien Roche, directeur du Service Commun de Documentation de l’Université de Lille
  • 9h25 : Session 1. Les archives du web : perspectives croisées pour un état des lieux
    Interventions d’Olga Holownia (International Internet Préservation Consortium) et Benoît Tuleu (Bibliothèque nationale de France)
  • 10h30 : Pause
  • 11h : Session 2. Les usages des archives du web dans la recherche : quelques exemples
    Animation par Laurence Favier (ULR GERiiCO, Université de Lille)
    Cette session sera composée de présentation de travaux de chercheurs de différentes disciplines ayant mobilisé les archives du web dans leurs travaux. Elle sera suivie d’un échange sur les possibilités ouvertes par les archives du web et les limites actuelles à leur utilisation.
    Liste des intervenants en cours de finalisation : Christian Bonah (Université de Strasbourg), Fabienne Greffet (Université de Lorraine), Emmanuel Cartier (Université de Paris 13)
  • 12h30 : Pause déjeuner
  • 13h45 : Présentation du projet ResPaDon
    Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France) et Marie-Madeleine Géroudet (Université de Lille), coordinatrices du projet
  • 14h : Session 3. Une approche transversale sur les usages des archives du web / Niels Brugger (Université d’Aarhus)
  • 14h45 : Session 4. Trois rendez-vous thématiques en parallèle
  • Littératures numériques et expression de soi durant le confinement
    Le confinement, parce qu’il a pu laisser du temps et parce qu’il a été vécu chez soi de manière connecté, a constitué une expérience inédite de créativité instantanée sur le web mais aussi d’injonction à la créativité.
    Intervenants : Valérie Beaudouin (Télécom ParisTech), Christian Cote (Université Lyon 3) et Christine Genin (Bibliothèque nationale de France) témoigneront de leurs regards portés sur ce moment particulier et de leurs propres expériences de collecte, d’archivage et de constitution de corpus.
  • Quelle place pour le web dans les études sur le jeu vidéo ?
    Le jeu vidéo est désormais un sujet d’étude à part entière, qui intéresse de plus en plus de chercheur(e)s. En plus des titres déposés à la Bibliothèque nationale de France au titre du dépôt légal, le web constitue une source indispensable pour l’analyse de ces documents multimédias. Plusieurs universitaires spécialistes de ces sujets évoqueront leurs pratiques et leur utilisation d’internet dans leurs travaux autour du jeu vidéo.
    Intervenants : Fanny Barnabé (Université de Liège), Simon Dor & Hugo Montembault (Université de Montréal), Julian Alvarez (INSPE Lille)
  • Conduire des recherches à partir du web vivant ou comment faire face à la volatilité des contenus sur le web
    Le passage d’un web basé sur le document à un web reposant sur le flux ne fait qu’accroître la problématique de la volatilité des contenus sur le web. Ce rendez-vous thématique propose des exemples de méthodes et d’outils mobilisés dans le cadre de recherches portant sur des corpus web et nécessitant des stratégies d’archivage face à la nature évanescente du web contemporain.
    Intervenants : Tommaso Venturini (CNRS), Benjamin Ooghe-Tabanou (médialab, Sciences Po), Guillaume Levrier (CEVIPOF, SciencesPo), Gersende Blanchard (ULR GERiiCO)
  • 16h30 : Table ronde : comment faire réseau autour des archives du web ?
    Intervenants : Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France), Dominique Cardon (medialab, Sciences Po), Stéphanie Groudiev (Campus Condorcet), Valérie Schafer (Université du Luxembourg)
  • Animation et mot de conclusion : Gildas Illien (MNHN)

Modalités pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse de Nathan Ferrandin-Schoffel

Mercredi 17 mars, Nathan Ferrandin-Schoffel soutiendra sa thèse intitulée : Renforcement et désacidification de papiers patrimoniaux par des réseaux de copolymères de polyaminoalkylalcoxysilanes. Mécanismes, stabilité et optimisation. Menée au Centre de Recherche sur la Conservation (CRC) et au Laboratoire de Physicochimie des Polymères et des Interfaces (LPPI), elle a été réalisée en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France (BnF) et a été financée par la Fondation des Sciences du Patrimoine. Elle s’inscrivait dans la continuité du projet de recherche CoMPresSil : Conservation matérielle du papier de presse par les polysiloxanes1 également soutenu par la Fondation.

Résumé des travaux

L’acidité du papier est un problème majeur pour la préservation des collections graphiques. Certains ouvrages et papiers fabriqués industriellement entre la fin du XIXe et le début du XXe s, de qualité médiocre, sont devenus acides et fragiles, ce qui compromet souvent leur consultation. Afin de proposer une solution pour ces documents, des traitements à base d’aminoalkylalcoxysilanes (AAAS) copolymérisés, permettant simultanément la désacidification et le renforcement mécanique du papier, ont été développés. Ces traitements ayant fait leurs preuves sur certains papiers mais pas sur d’autres, il était primordial de mieux comprendre les résultats obtenus avant d’envisager leur usage par les professionnels de la conservation et de la restauration du patrimoine sur papier. Ces travaux de thèse ont permis d’approfondir la compréhension des interactions/réactions s’établissant entre les AAAS et le papier, et de mieux identifier les raisons réduisant l’efficacité du traitement. Pour cela, les traitements AAAS ont été appliqués à des papiers lignocellulosiques de compositions complexes. Parallèlement, l’évolution des caractéristiques physico-chimiques (pH, propriétés optiques et mécaniques) d’une large gamme de papiers traités a été étudiée sur plusieurs années. Enfin, plusieurs possibilités d’optimisation des traitements AAAS ont été évaluées, à savoir l’utilisation de pré-traitements du papier avec un agent désacidifiant ou réducteur, de catalyseurs de la polymérisation des polysiloxanes lors du traitement, ainsi que de séquences thermiques post-traitement.

Abstract

Acidity is a major issue in the preservation of paper-based collections. A number of paper documents of mediocre quality produced in the late 19th and early 20th century are very acidic and brittle, their public access hence being drastically restricted. To find a solution for these documents, treatments based on copolymerized aminoalkylalkoxysilanes (AAAS), which allow the simultaneous deacidification and mechanical strengthening of paper, were developed. As these treatments showed their efficacy for some papers but not for others, the results had to be better understood before a possible use by the conservation professionals.
This PhD dissertation advances our understanding of the interactions/reactions between AAAS and the cellulosic substrate, with a better identification of the parameters that reduce the treatment efficacy. To that purpose, AAAS treatments were applied to newsprint lignocellulosic papers of complex compositions. In conjunction, the evolution of the physicochemical properties (pH, optical and mechanical properties) of a large range of papers treated several years ago was studied. Finally, several options towards optimized formulations of the AAAS treatments were studied by using reducing and deacidifying agents as pre-treatments of paper, polymerization catalysts of polysiloxanes during the treatment, and thermal post-treatment sequencies.

Soutenance

  • Mercredi 17 mars 2021 à 14h, dans l’amphithéâtre de paléontologie du Muséum National d’Histoire Naturelle, au jardin des plantes à Paris.
  • En raison des règles sanitaires en vigueur, la soutenance ne pourra s’effectuer qu’en présence d’un public très restreint dans l’amphithéâtre. Une retransmission en visioconférence est donc prévue pour ceux qui souhaitent y assister. Un lien sera disponible ultérieurement à l’adresse suivante : http://www.sciences-patrimoine.org/2021/03/nathan-ferrandin-schoffel/.

Composition du jury

  • Pr Nathalie Steunou, rapporteure (Institut Lavoisier de Versailles)
  • Pr Gérard Mortha, rapporteur (Grenoble INP-Pagora)
  • Pr Bruno Fayolle, examinateur (laboratoire PIMM, Arts et Métiers, Paris)
  • Dr Ann Bourgès, examinatrice (C2RMF, Paris)
  • Pr Hervé Cheradame, invité (Université d’Évry-Val-d’Essonne)
  • Dr Anne-Laurence Dupont, directrice de thèse (CRC, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris)
  • Pr Odile Fichet, directrice de thèse (LPPI, CY Cergy Paris Université)
  1. Voir url : <https://bnf.hypotheses.org/516>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle virtuel : un rendez-vous avec la Bibliothèque nationale du Mexique : Una cita con la Biblioteca Nacional de México : Actualidad y porvenir de la historia del libro y la edición tras la pandemia

L’Institut de recherche bibliographique et la Bibliothèque nationale du Mexique organisent un cycle virtuel de conférences intitulé Una cita con la Biblioteca Nacional de México : Actualidad y porvenir de la historia del libro y la edición tras la pandemia (Un rendez-vous avec la Bibliothèque nationale du Mexique : Le présent et l’avenir de l’histoire du livre et édition post-pandémique) au cours duquel interviendront Jean-Yves Mollier, membres du conseil scientifique du Comité d’histoire de la BnF et Anne Pasquignon, adjointe à la directrice des Collections pour les questions scientifiques et techniques.

Programme

2 février

ROBERT DARNTON (Profesor emérito de la Universidad Harvard)

9 février

CARLO GINZBURG (Universidad California Los Ángeles)

16 février

PEDRO GUIBOVICH (Pontificia Universidad Católica de Perú)

23 février

PEDRO RUEDA (Universidad de Barcelona, Coordinador del Máster Universitario de Bibliotecas y Colecciones Patrimoniales)

2 mars

JAMES RAVEN (University of Cambridge, President of the Bibliographical Society, director of the Cambridge Project for the Book Trust)

9 mars

JEAN-YVES MOLLIER (Profesor emérito Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

16 mars

ROGER CHARTIER (Escuela de Estudios Superiores en Ciencias Sociales, París)

23 mars

FERNANDO BOUZA (Universidad Complutense de Madrid)

6 avril

FRANCOIS HARTOG (Escuela de Estudios Superiores en Ciencias Sociales, París)

13 avril

ANNE PASQUIGNON (Directora adjunta de colecciones para asuntos científicos y técnicos, Biblioteca Nacional de Francia)

Informations pratiques

  • Tous les mardis du 2 février au 13 avril 2021, à 13 heures (heure de Mexico)
  • Le cycle sera diffusé via la plateforme ZOOM, pour recevoir le lien d’accès inscrivez-vous en remplissant le formulaire d’inscription ou en écrivant au Département de la diffusion culturelle de l’IIB : difusionculturaliib@unam.mx
  • Conférence en traduction simultanée en espagnol
Programme
Programme

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence : Genèse éthique et esthétique du Kaddish inachevé d’André Schwarz-Bart

Keren Mock, chercheuse associée de la BnF, post-doctorante de la Fondation pour la mémoire de la Shoah interviendra au cours du Séminaire Schwarz-Bart (ITEM – CNRS/ENS, Groupe Schwarz-Bart) pour une conférence en lien avec son projet de recherche menée à la BnF.


Sur une page extraite du livre Célébration Talmudique (1991) d’Elie Wiesel, on retrouve, accompagnée de la lettre « K », une note d’André Schwarz-Bart : 

Tout a été dit et rien n’a été établi :
Tout demeure silence et questionnement,
Questionnement silencieux. 

Tout a été dit : toutes les folies et toutes les
paroles de sagesse, et les folies sages et les sagesses 
pensées de folie. Et toute parole a servi au
mal et au bien, selon le temps et selon les hommes :
toute parole est à la fois nimbée de lumière et éclaboussée de sang.

Cette présentation a pour objet d’aborder, à travers des extraits inédits de la « bibliothèque-manuscrit » d’André Schwarz-Bart, son « Kaddish ». 

Entre 1959 et sa disparition en 2006, André Schwarz-Bart a consacré un vaste travail de retour au Kaddish en choisissant de faire de cette prière la structure d’accueil d’un véritable monde, une sorte de puzzle à l’état naissant constitué d’une multitude de pièces laissées en partie dans le désordre et dont l’image finale serait l’énigme. Des journaux et des magazines découpés et annotés, des carnets organisant l’inventaire de ses ouvrages, et une bibliothèque pleine de livres enrichis de marginalia : telle serait la forme native de ce dossier de genèse démiurgique.

Cette importante œuvre mémorielle laissée en suspens n’est pas une simple hypothèse : partout la notation « K » renvoie bien à l’idée unificatrice du Kaddish, et cette totalité virtuelle faite de notes autographes, d’ouvrages, de pliages, d’arrachage et de pages découpées, porte la marque d’une recherche approfondie. Elle constitue un cas exceptionnel de création exogénétique qui nous force à penser de manière radicale la dialectique du lire et de l’écrire mais aussi du dire et du silence. Elle est aussi l’espace d’une réinvention personnelle où l’écrivain utilise librement l’intertexte sacré pour le transformer en une écriture expérimentale profane, mémorielle et potentielle dans une perspective éthique et humaniste. Ainsi, à la faveur de cette prière sacrée qui se reformule à travers mille citations, c’est la trame sous-jacente de la Shoah qui reprend possession du texte tout entier.

Diplômée de psychologie clinique et de philosophie, traductrice, docteur ès Lettres, Keren Mock enseigne à Sciences-Po Paris et à l’Université de Paris. Après avoir assuré, pendant plusieurs années, la charge de cours d’hébreu moderne à l’ENS de Paris, elle a été lauréate en 2016 de la Visiting Junior Scholar Fellowship du France Stanford Center for Interdisciplinary Studies. Issu de sa recherche doctorale, son premier ouvrage, Hébreu, du sacré au maternel (CNRS Editions, 2016) préfacé par Pierre-Marc de Biasi et Julia Kristeva, interroge la genèse de l’hébreu moderne comme nouvelle langue maternelle. Pour l’année 2020-2021, elle a obtenu le statut de chercheuse associée à la BnF et une bourse de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah dans le cadre d’une recherche sur les archives d’André Schwarz-Bart, en collaboration avec l’ITEM (CNRS/ENS).

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les iconothèques d’artistes et d’écrivains. du romantisme aux modernes

Argument

Pour traiter de bibliothèques d’images, des « dossiers iconographiques », des « répertoires d’images » – ou plus largement des « iconothèques », selon un terme d’archivistique – composés ou simplement utilisés par les écrivains, trois journées d’études allant du romantisme à nos jours sont organisées dans trois pays (la France, la Belgique, le Canada) en 2021 et 2022, avec des partenariats différents.

Ce cycle de rencontres s’ouvre avec une comparaison entre les iconothèques d’écrivains et d’artistes. Pour ce faire, l’École du Louvre et l’ITEM s’associent le temps de cette manifestation au programme de recherches HANDLING, dirigé par Anne Reverseau (FNRS/UCLouvain), financé par l’ERC. Dans la mouvance des travaux récents sur les bibliothèques et les archives, à partir de quelques fonds d’images d’écrivains et d’artistes, allant du romantisme aux modernes, nous réfléchirons aux questions suivantes : Comment se sont constituées ces iconothèques ? Quels types d’images contiennentelles ? Où sont-elles stockées ? Comment sont-elles rangées ? Quelle est leur place dans la création d’une oeuvre et la formation d’un oeil ? Quel est leur rapport au canon, au musée et à la bibliothèque ? Quelles différences entre les pratiques et les gestes de l’artiste et de l’écrivain ? Quelles méthodes et quels enjeux pour
les iconothèques devenues invisibles ?

Agnès Sandras, conservatrice à la BnF et Sarah Hassd, post-doctorante au département de la Musique dans le cadre d’une bourse commune BnF-EUR Translitterae, présenteront des communications sur leurs travaux.

Programme

  • 9h30 Accueil
  • 9h45 Jessica DESCLAUX (UCLouvain/Erc Handling) et François-René MARTIN (École du Louvre/ ENSBA/ Item)
  • Introduction

Créer et collecter des images

  • 10h00 Ségolène LE MEN (Université Paris-Nanterre) Iconothèques graphiques dans la seconde moitié du XIXᵉ siècle
  • 10h30 Pierre WAT (Université Paris 1) L’iconothèque et ses secrets chez John Constable
  • 11h00 Agnès SANDRAS (BnF) L’iconothèque Zola constituée par Henry Céard : du panorama à la brouette
  • 11h45 Pause

De l’iconothèque à l’œuvre

  • 12h00 Pierre-Marc DE BIASI (CNRS/Item) Flaubert : de l’illustration à l’illusion, le parti pris immatériel des images
  • 12h30 Dominique PETY (Université de Savoie) L’iconothèque des Goncourt : circulation des images et genèse de l’écriture
  • 13h00 Pause

L’iconothèque comme musée personnel

  • 14h30 Sarah HASSID (École du Louvre, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) L’iconothèque de Paul Chenavard (1807-1895) : une collection d’estampes et de photographies au service d’une vision décadente de l’histoire de l’art ?
  • 15h00 Lillie FAURIAC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/HICSA) Fabrication d’un musée idéal : les outils et les pratiques de Gustave Moreau 
  • 15h30 Laurence BROGNIEZ (Université Libre de Bruxelles) Préraphaélisme et « produits dérivés » : du musée imaginaire au home de l’artiste. Le cas des symbolistes belges
  • 16h15 Pause

Répertoires d’images chez les modernes

  • 16h30 Laurence CAMPA (Université Paris-Nanterre) Les années d’apprentissage de Guillaume Apollinaire : la genèse du regard
  • 17h00 Sylvie RAMOND (Musée des Beaux-Arts de Lyon/ ENS de Lyon)  Les images de Joseph Cornell : répertoire et matériaux
  • 18h Fin des travaux

Informations pratiques

  • 23 janvier 2021
  • 9h30 – 18h
  • La journée d’étude aura lieu en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien de connexion, qui vous sera envoyé 48 heures auparavant, merci d’adresser un courriel aux deux organisateurs : Jessica.desclaux@uclouvain.be et mfrancoisrene@gmail.com

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940

Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit pas, ou pas uniquement, articulée autour du livre et des formes culturellement légitimes de l’imprimé. Les différentes interventions permettront d’explorer les matérialités diverses de l’objet imprimé et ses différentes fonctions ; les usages et pratiques d’appropriation qu’il génère ; les méthodes et objectifs de ses producteurs, y compris dans le cadre de situations de production innovantes, alternatives et/ou minoritaires. Ces contributions offriront non seulement un bref aperçu de la richesse de genres imprimés encore méconnus, mais permettront de dresser un état des lieux de la recherche actuelle sur cette ère de production et de consommation médiatique et d’envisager de futures perspectives théoriques et méthodologiques.

Marie Goupil, chercheuse associée de la BnF au département de la Musique aura l’occasion d’y présenter une partie de ses recherches1.

Programme

9h Mots d’ouverture

9h15 Invitée spéciale : Séverine Montigny (Conservateur du Département des Documents éphémères de la BHVP)
Présentation des collections d’éphémères de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

10h Panel 1 – Nouveaux objets, nouveaux usages

  • Violaine Gourbet – Gravures et almanachs : la présence discrète de l’art anglais dans les foyers allemands (seconde moitié du XIXe siècle)
  • Delphine Mulard – L’image et son rapport illustratif au texte, les différents modes illustratifs du Recueil des choses vues et entendues de l’ère Ansei
  • Marie Goupil-Lucas-Fontaine – « Fixer l’air du temps » : L’éditeur Salabert et l’imprimé musical populaire dans l’Entre-deux-guerres
  • Benoît Crucifix – La bande dessinée après le quotidien. Découpages, scrapbooks et comic strips aux États-Unis

12h Pause déjeuner

13h30 Panel 2 – L’entre-deux-guerres : aux frontières des légitimités culturelles

  • Pamela Ellayah – William R. Scott Inc., imprimer l’album pour enfants autrement
  • Fiona Piccolo – Intermédiaire et intermédial : l’imprimé polyvalent à travers culture savante, culture populaire et culture de masse chez Stefan Eggeler (1894-1969)
  • Alix Agret – Mise en page/mise en scène : séduction cinématographique dans des revues érotiques des années 1930

14h50 Panel 3 – Pratiques militantes de l’imprimé

  • Julien Contes – L’émergence d’une nouvelle culture démocratique de l’imprimé périodique en France et en Italie au milieu du XIXe siècle
  • Max Bonhomme – Découpages du temps révolutionnaire : les almanachs anarchistes et communistes
  • Lou Le Joly – Le Suffrage Atelier : émancipation politique et économique des femmes par l’imprimé (Royaume-Uni, 1909-1914)

16h15 Pause café

16h30 Invitée spéciale : Alice Savoie (Designer typographique, chercheuse indépendante et enseignante)
Présentation du projet de recherche Women in Type (University of Reading)

17h Discussion de fin de journée

Informations pratiques

  • Le 20 janvier 2021, de 9h à 18h.
  • La journée d’étude aura lieu en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien et connaître les modalités pratiques, merci d’adresser un mail aux deux adresses suivantes : laura.truxa@ehess.fr  et nathalie.sebayashi@ehess.fr.
  1. Voir la présentation de son projet de recherche, url : <https://bnf.hypotheses.org/9303>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Retours d’expérience des Archives nationales et de la BnF sur la mise en place de leurs plans de sauvegarde des biens culturels

Céline Allain, spécialiste en conservation préventive, coordinatrice du plan de sauvegarde des collections de la BnF et Marie Courselaud, chargée de conservation préventive, Centre de recherche et de restauration des musées de France proposent les retours d’expérience des Archives nationales et de la BnF sur la mise en place de leurs plans de sauvegarde des biens culturels.

Cette présentation s’est tenue lors des 9e journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels intitulées Anticipez ! Connaître, prévoir, agir en conservation-restauration, et qui se sont tenues les 21 et 22 mars 2019.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire « Mission, circulations et adaptations des savoirs : un regard global »

Affiche séminaire "Mission, circulations et adaptations des savoirs : un regard global"

Dans le cadre des journées d’études destinées aux étudiants de Master à l’université de Nantes et La Rochelle, le Centre de recherches en histoire internationale et atlantique organise un séminaire dans lequel Carina Sartori1, chercheuse associée de la BnF, présentera un volet de sa recherche développée à la bibliothèque de l’Arsenal. 

Carina SARTORI – « De la présence saint-simonienne aux récits de Michel Chevalier au Brésil (1830-1870) : Le cas d’Irineu Evangelista et André Rebouças »

Résumé

Alors qu’en France, le saint-simonisme atteint son apogée dans les années 1830 et 1832, au Brésil, ce mouvement, qui passe presque inaperçu, a été lu de manière ambiguë. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque les idées sur l’industrie et la technologie circulaient entre l’Europe et l’Amérique, un petit groupe de Brésiliens avides pour la modernisation industriel, tels que le Barão de Mauá et André Rebouças, s’est alors intéressé à la figure de l’ancien saint-simonien Michel Chevalier.

Informations pratiques

Organisateurs

  • Alain MESSAOUDI, maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’Université de Nantes – CRHIA
  • Carina SARTORI, docteure en histoire contemporaine et membre associée du CRHIA – La Rochelle Université
  1. Voir son projet, url : <https://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2019000029_serviteur-d-un-ideal-les-freres-pereire-et-la-pensee-industrielle-pacifique-et-universelle-saint-simonienne-au-second-empire>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Derniers jours pour nous dire (tout) ce que vous pensez de la BnF !

Plus que quelques jours pour répondre à l’enquête de la BnF lancée le 16 octobre auprès de tous les usagers, dans l’objectif de mieux connaître leurs profils et leurs attentes…

Nous savons que vos activités habituelles ont quelque peu été chamboulées [ou : probablement perturbées] ces dernières semaines, mais que vous soyez des habitués des lieux, ou des visiteurs occasionnels, nous comptons sur vous pour nous consacrer 10 à 30 minutes et nous dire tout ce que vous pensez de la BnF !

Enquêtes à la BnF : la BnF et vous

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Du jardin vers le monde et du monde au jardin La cartographie et l’histoire naturelle

Frédéric Scalberge, Jardin du Roy pour la culture des plantes médicinales, 1636. 
Estampe sur vélin mise en couleur. Muséum national d’histoire naturelle, OA 912
Frédéric Scalberge, Jardin du Roy pour la culture des plantes médicinales, 1636.
Estampe sur vélin mise en couleur. Muséum national d’histoire naturelle, OA 912

Les jardins naturalistes, botaniques et zoologiques, partagent avec la cartographie la volonté de décrire le monde de manière à la fois exhaustive et ordonnée. Les échelles, les matériaux, les apparences de la représentation sont certes différents. Mais il s’agit bien, dans la carte comme dans le jardin, d’élaborer une image du monde qui puisse être lisible par tout un chacun. Cartes et jardins font partie de ce grand effort scientifique qui consiste à faire voir et faire comprendre le monde et ses espaces, naturels et humains.

La journée d’études organisée conjointement par la Commission « Histoire » du Comité Français de Cartographie et la Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle se propose d’explorer les rapports qui se sont noués entre la cartographie et le jardin, notamment au Jardin des Plantes, du point de vue de l’acquisition, de l’organisation, de la représentation et de la diffusion des connaissances naturelles.

Programme

9h : Accueil – café

9h30 : Introduction par Eric Joly, délégué à l’éthique et chargé des indicateurs de l’empreinte écologique du Muséum, et Jean-Marc Besse, président de la commission ‘histoire’ du CFC

1ère session : Le jardin et la carte

Sous la présidence d’Emmanuelle Vagnon, chercheuse au LAMOP CNRS/Paris 1

10h : Agnès de Vachat, chercheuse associée, ENS du Paysage (Versailles), Le jardin médiéval, une image du monde

10h30 : Mariana Sánchez, doctorante, Université Paris-Diderot,  Entre l’Espagne et la France, le jardin monastique de El Escorial

11h15 : Julien Brault, conservateur, Bibliothèque du Muséum national d’Histoire Naturelle, Les embellissements du Jardin des Plantes à Paris sous la Monarchie de Juillet : l’ambition architecturale d’un Jardin-Monde

11h45 : Dominique Juhé-Beaulaton, directrice de recherche, CAK-CNRS-MNHN, La restructuration du Carré Lamarck des plantes ressources au Jardin des plantes du MNHN à partir des plans de travail des jardiniers

2e session La carte et l’histoire naturelle

Sous la présidence de Catherine Hofmann, conservatrice, BnF, département des Cartes et plans

14h : Marine Bellégo, maître de conférences, Université Paris 7, Cartes et plantes : les cartes du jardin botanique de Calcutta au XIXe siècle

14h30 : Emilie Dreyfus, doctorante, UMR Géographie-cités (Paris 1), groupe E.H.GO, Spectacle zoologique, inventaire de la nature ou encyclopédie naturaliste ? Approche épistémologique de la représentation des animaux sur quelques cartes murales des Amériques (XVIIe-XVIIIe siècles)

15h15 : Pause-Café

15h45 : Luc Menapace, conservateur, Bibliothèque nationale de France, département des Sciences et techniques, Naissance et développement de la cartographie thématique naturaliste

16h15 : Lucas Brunet, chercheur associé, Université de Tampere (Finlande), Gouverner les écosystèmes. Le projet biopolitique de cartographie des services écosystémiques

17h00 : Visite et présentation de documents organisées par la Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle – inscription sur place.

18h15 : Pot de clôture

Organisateurs

  • Comité Français de Cartographie (commission ‘histoire’)
  • Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts