Archives de catégorie : Hors les murs

Exposition hors les murs : “Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle)”

Jan Rustem et Gottlieg Kisling, Cartes barbouillées, Vilnius, 1814-1815 (cat. 8) ; BnF, département des Estampes et de la photographie

Afin de mieux faire connaître ses trésors, la BnF ouvre ses collections à des musées ou des bibliothèques partout en France. Dans le cadre de l’exposition « Fabuleuses cartes à jouer (XVe-XXe siècle) », elle présente une sélection de pièces issues du département des Estampes et de la photographie qui conserve une collection de cartes exceptionnelles assemblée depuis plus de trois siècles.

Les cartes à jouer dans les collections de la BnF

Fort de trois mille suites de cartes à jouer, le département des Estampes et de la photographie de la BnF conserve une collection de cartes exceptionnelle par la diversité et la rareté de ses pièces, assemblée patiemment depuis plus de trois siècles.

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Fabuleuses cartes à jouer ! Le monde en miniature, aux Éditions de la BnF, un florilège de cartes occidentales du XVe au XXe siècle est présenté au sein de l’exposition permanente du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux. Ces fonds, issus de dons et d’achats de jeux appartenant à de grands collectionneurs (Michel de Marolles et Roger de Gaignières au XVIIe siècle, Romain Merlin au XIXe, Georges et Paul Marteau, Henry d’Allemagne au XXe siècle), complétés par des acquisitions variées du département depuis le XIXe siècle, comportent des exemplaires des plus rares et précieux tout en offrant un panorama unique des techniques de fabrication des cartes et de leurs usages à travers les siècles.

Fabuleuses cartes à jouer de la BnF exposées au Musée Français de la Carte à Jouer

Une sélection de pièces issues de douze jeux différents, insérée dans le parcours des collections permanentes du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux, instaure un jeu de regards croisés entre les deux collections, qui souligne la richesse respective des deux institutions.

De rarissimes tous premiers burins allemands du maître des cartes à jouer, vers 1440, qui rattachent les cartes aux origines de l’estampe, ainsi qu’un somptueux tarot italien enluminé du XVe siècle sont ainsi mis en lumière.

Des planches non découpées ont permis de sauvegarder d’exceptionnels jeux français, lyonnais du XVe siècle.

L’Italie du XVIIIe siècle est représentée à travers un jeu peint au portrait vénitien et un délicat ensemble de cartes florentines imprimées sur soie et rehaussées de couleurs. L’inventivité du XIXe siècle transparaît dans des cartes lituaniennes dites « barbouillées », un jeu de tarot allemand sur le thème populaire du « monde renversé », un jeu russe de fantaisie, ou les premières cartes photographiques parisiennes représentant des artistes des grands théâtres. N’oublions pas aussi que de célèbres artistes ont travaillé pour l’univers de la carte à jouer, en témoignent les dessins de Jacques-Louis David en 1808 pour l’Imprimerie impériale ou ceux de Sonia Delaunay en 1959 à la demande du musée des cartes à jouer de Bielefeld (Allemagne).

Cette sélection de trésors de papier appartenant aux fonds de la BnF, présentée au cœur même des collections permanentes, dans une scénographie spécialement créée pour l’occasion par Pascal Rodriguez, permet d’inaugurer un nouveau parcours chronologique, qui se superpose au parcours thématique traditionnel du musée. Les cartes les plus précieuses du musée, telle la carte du Chariot, provenant d’un tarot enluminé italien attribué à l’École de Ferrare, produite dans le contexte somptuaire de la cour des Este vers 1450, ou encore la planche de tête au « portrait de Paris » des Guyon Guymier (XVIe s.) seront mises en valeur à la lumière de cette présentation croisée.

C’est le legs de Louis Chardonneret, archiviste au Monde illustré et collectionneur, qui fut à l’origine de cette collection. Elle comprenait alors une centaine de suites de cartes à jouer dont la redécouverte dans les années 1980 orienta le musée vers une importante politique d’acquisition de ces ensembles, avec une volonté d’ouverture vers les beaux-arts et la création contemporaine. Cette collection comprend aujourd’hui plus de 15 000 œuvres dont près de 9 000 jeux de cartes, planches et enveloppes de jeux, plus de 800 peintures, dessins et estampes, mais également de nombreux objets de jeu ainsi que des bois d’impression.

Dans les collections de la BnF

Chaque année, la BnF présente dans des établissements patrimoniaux une sélection d’œuvres issues de ses collections et fait partager ses richesses à un plus large public.

Révélant des œuvres choisies pour leur valeur emblématique, leurs liens avec un événement ou avec des collections locales, le programme Dans les collections de la BnF vise à développer des partenariats scientifiques et pédagogiques avec d’autres institutions.

Organisation

Le commissariat de l’exposition est assuré par :

  • Gwenael Beuchet, attaché de conservation, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Charlotte Guinois, conservatrice du patrimoine, Musée Français de la Carte à Jouer
  • Vanessa Selbac, conservatrice, chef du service de la Réserve, département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le musée, la recherche et la valorisation, direction des Collections, BnF

Informations pratiques

  • Musée Français de la Carte à Jouer
  • 16 Rue Auguste Gervais, 92130 Issy-les-Moulineaux
  • Jours et heures d’ouverture :
  • Mercredi, jeudi et vendredi : de 11h à 17h
  • Samedi et dimanche : de 14h à 18h
  • Juillet : du mercredi au dimanche de 13h à 18h
  • Août : fermé

Fermé les jours fériés et en août
Groupes : sur rendez-vous du mardi au dimanche

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

12e rencontres du GRIM (23/5) : « Matérialité, visualité et signification »

Le GRIM – Groupe de recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres médiévales ainsi qu’aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Dorénavant lié à IMAGO et favorisant la prise de parole de jeunes chercheurs, il organise sa 12e journée d’études sur le thème « Matérialité, visualité et signification ».

Les notions de matérialité et de visualité constituent deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques. Les interventions poseront la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et rendront compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

Comité scientifique

  • Charlotte Denoël (BnF)
  • Isabelle Marchesin (INHA)
  • Anne-Orange Poilpré (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Cécile Voyer (université de Poitiers)

Programme

10H : Introduction par Charlotte Denoël, Isabelle Marchesin, Anne-Orange Poilpré, Cécile Voyer

10h10 : La charpenterie mudéjar : le bois comme support d’un langage symbolique en Espagne

Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure PSL et université de Grenade)

10h30 : Focus sur la matérialité des murs, traces de l’intervention humaine et mémoire des hommes. L’exemple de saint Georges au château de Selles de Cambrai (Nord)

Audrey Ségard (docteure, université Lille 3)

10h50 : Stratégies dévotionnelles de Marguerite d’Autriche. Le trésor de Brou : reconstitution in situ du trésor légué par Marguerie d’Autriche à sa fondation funéraire

Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble-Alpes)

11h10 : Discussion et pause

11h40 : Entre matérialité et iconographie de l’architecture : la rotonde de Saint-Jean à Vigolo Marchese (Plaisance) comme interprétation du modèle du Saint-Sépulcre

Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise)

12h : Une sculpture sans-papiers : approche méthodologique de la matérialité

Amal Azzi (Master 2, université de Nantes)

12h20 : Discussion

12h45 : Pause déjeuner

14h : Exacerber la matière picturale pour faire connaître l’intervalle entre le sensible et le divin. L’exemple du sanctuaire de Saint-Martin de Fenollar

Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)

14h20 : Le corps, le signe et l’image : autour de la console figurative de la Dernière communion de Marie l’Égyptienne (Colmar, musée Unterlinden, v. 1150)

Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers)

14h40 : La danseuse et la relique. À propos d’un chapiteau roman de la cathédrale de Besançon et des nouvelles pratiques de l’image de saint Jean-Baptiste au tournant des XIIe et XIIIe siècles

Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès)

15h : Discussion et pause

15h30 : Salvum me fac deus : réflexions sur la matérialité d’un psautier bréviaire bâlois féminin du XIIIe siècle

Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne)

15h50 : Du portrait de Toute Belle à la statue de Pygmalion : l’image du féminin modelé comme support de prière amoureuse, aux XIVe et XVe  siècles

Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté)

16h10 : Discussion

Informations pratiques

  • 23 mai 2019 – 9h30-18h00,
  • Institut national d’histoire de l’art , Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • 6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne 
  • 75002 Paris
  • Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Présentation et débat autour de l’ouvrage : Imago Libri Représentations carolingiennes du livre

Évangiles de Saint-Riquier, Abbeville, BM Ms. 4, fol. 17v

Le renouveau culturel carolingien confère au livre une place majeure
dans la société, qui perdure dans le monde ottonien. Sa production est suffisamment abondante pour que près de 9000 manuscrits de cette époque nous soient parvenus, et le soin apporté à la qualité de leur confection est remarquable. Les manuscrits, précieux ou non, corrigés, glosés, comparés, échangés, servent à l’action, politique ou judiciaire, à la spiritualité, à la réforme religieuse, au développement de l’« humanisme » carolingien. Dans la société et la culture chrétiennes, l’objet-livre revêt un caractère précieux et somptuaire, comme en témoignent sa place de choix au sein des trésors d’église et sa haute valeur monétaire. Il est l’incarnation à la fois de l’autorité sacrée, du pouvoir et du savoir ; investi d’une forte dimension symbolique, il peut aussi être source de conflits et victime de destructions. Polymorphe, il intervient dans de multiples situations et se trouve au coeur des relations entre protagonistes : il peut être tour à tour exhibé sous l’aspect d’un rouleau, d’un codex ouvert ou fermé, mangé, foulé aux pieds, dissimulé, utilisé pour prêter des serments…

À la fois contenant et contenu, objet et parole, le livre est aussi un objet imaginaire et imaginé. L’enquête collective envisagée ici dépasse la dimension archétypale du livre pour cerner, à travers une approche pluridisciplinaire combinant l’histoire sociale, culturelle et artistique, la spécificité des représentations carolingiennes du livre.

Programme

Pascale Bourgain (École Nationale des Chartes) et Ioanna Rapti (EPHE) présideront une table-ronde pour la présentation de l’ouvrage publié sous la direction de Charlotte Denoël, Anne-Orange Poilpré et Sumi Shimahara, paru aux éditions Brepols.

Imago libri : couverture

Informations pratiques

  • Jeudi 27 juin de 18h à 20h
  • Institut National d’Histoire de l’Art, Salle Vasari
  • 2 rue Vivienne, 75002 Paris
  • Un cocktail sera servi en salle Warburg

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Le Livre & la Mort (14e – 18e siècle)

LE LIVRE & LA MORT

Étroits sont les liens qui unissent la mort et l’écrit. L’épigraphie, le manuscrit puis l’imprimé ont été mobilisés pour préserver le souvenir des disparus, et le rapport d’intimité qui lie le livre au lecteur a fait du premier le miroir privilégié des interrogations du second sur sa propre finitude. La Mort elle-même, comme figure et comme sujet, fait son entrée en littérature au 14e siècle, suscitant une appréhension moins abstraite du trépas. On dit et on représente désormais la déchéance des corps, souvent associée aux fins dernières que sont le Jugement, l’Enfer et le Ciel.

Fléaux de tous ordres et angoisse de la fin des Temps favorisent cette expansion du macabre à la fin du Moyen Âge. « Incarnations » de la Mort et représentations des morts investissent alors le livre, bien au-delà des répertoires privilégiés que sont les arts de mourir, les livres d’heures et les danses macabres.

Le corpus des images évolue, infléchi par l’Humanisme, la Réforme et la reconquête catholique, touché par l’évolution du cérémonial funéraire, s’adaptant aux nouvelles pratiques sociales d’encadrement de la mort. Le recours au média imprimé pour célébrer les grands défunts, et bientôt pour « faire part » des morts plus ordinaires, donne lieu à une vaste production documentaire, des pompes funèbres, tombeaux littéraires et reliures de deuil, aux modestes billets d’enterrement.

Cette exposition interroge la variété des apparitions de la Mort dans le livre européen, du Moyen Âge au 18e siècle. À travers l’illustration peinte et gravée, l’ornement typographique, la reliure ou l’héraldique, se déploie une iconographie funèbre ou macabre fascinante, avec ses scénographies et sa gestuelle (la Mort qui frappe, fauche, entraîne, moque, désigne, triomphe…), ses attributs et symboles (faux, dard, crâne, tibia, larmes, torchères, chauve-souris, outils du fossoyeur…), dont il importe de comprendre le sens et les évolutions.

Commissariat

  • Ilona Hans-Collas, Groupe de Recherches sur la Peinture Murale
  • Fabienne Le Bars, Bibliothèque nationale de France
  • Danielle Quéruel, Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires
  • Nathalie Rollet-Bricklin, Bibliothèque Sainte-Geneviève
  • Yann Sordet, Bibliothèque Mazarine
  • Anne Weber, Bibliothèque Mazarine

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine et la bibliothèque Sainte-Geneviève, avec le soutien de la Fondation Simone et Cino Del Duca

Informations pratiques

  • Du 21 mars 2019 au 21 juin 2019
  • Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h23
  • Bibliothèque Mazarine, quai de Conti, 75006 Paris
  • Dossier de presse

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international (16-17/5) : Un portail entre les cultures de la littérature aux sciences humaines franco-vietnamiennes

Un portail entre les cultures

Programme

Jeudi 16 mai

France-Vietnam : patrimoines partagés

9h00-9h15 Accueil

9h15 Ouverture du colloque

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France (BnF)

Marc Mézard, directeur de l’École normale supérieure (ENS)

9h45 Introduction

Giang-Huong Nguyen, chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est (BnF et associée ITEM)

10h-11h30 – BnF et BnV : une histoire partagée
Présidence : Emmanuelle Sordet, directrice des bibliothèques de l’ENS

10h-10h40 Kieu Thuy Nga, Bibliothèque nationale du Vietnam

« Le fonds Indochinois à la Bibliothèque nationale du Vietnam et les perspectives de collaboration avec la Bibliothèque nationale de France » (Intervention en vietnamien avec traduction en français.)

10h40-11h Franck Hurinville, BnF

« Un nouvel outil pour une histoire à parts égales : le site France-Vietnam »

11h-11h30 Discussion

Pause

11h50-13h – Histoire des fonds vietnamiens à la BnF

11h50-12h10 Laurent Héricher, BnF

« Histoire du fonds et des catalogues des imprimés et manuscrits vietnamiens au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France »

12h10-12h30 Denis Gazquez, BnF

« Documents surprenants dans les collections de la BnF : les bulletins de la Police de l’Indochine, 1932-1943 »

12h30-13h Discussion

Déjeuner

14h30-15h40 – Marseille et l’arrivée des Indochinois
Présidence : Claire Zalc, directrice de l’IHMC (CNRS)

14h30-14h50 Olivia Pelletier, Archives Nationales d’Outre-Mer

« Marseille et les travailleurs indochinois (1939-1954) »

14h50-15h10 Alain Ruscio

« Marseille et l’Indochine : la circulation des hommes entre la Canebière et la rue Catinat »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h10 – La naissance d’un nouveau modèle historico-culturel : à travers la lecture des auteurs vietnamiens du xxe siècle

16h-16h20 François Guillemot, Institut de l’Asie Orientale

« Écrire l’histoire du Vietnam sous la colonisation : l’avènement d’un nouveau récit national ? »

16h20-16h40 Michel Espagne, ENS

« Un formaliste vietnamien : Tran Ngoc Them »

16h40-17h10 Discussion

Clôture

Vendredi 17 mai 2019

Le dépôt légal de l’Indochine, les sciences sociales et les études littéraires

9h00-9h30 Accueil

9h30-10h40 – Des sciences sociales à l’histoire littéraire
Présidence : Jean-Marie Compte, directeur du Département Littérature et Art (BnF)

9h30-9h50 Pascal Bourdeaux, École Pratique des Hautes Etudes

« Quelques réflexions sur les écrits religieux à la lecture du dépôt légal de l’Indochine »

9h50-10h10 Nguyen Phuong Ngoc, Université d’Aix – Marseille

« La littérature vietnamienne dans la première moitié du xxe siècle : l’émergence d’un espace littéraire national en quốc ngữ »

10h10-10h40 Discussion

Pause

11h-12h10 – La littérature vietnamienne francophone

11h-11h20 Giang-Huong Nguyen, BnF et associée ITEM

« Le sujet multiculturel dans la littérature vietnamienne francophone du xxesiècle »

11h20-11h40 Henri Copin, Université Permanente de Nantes

« ‘Princesses des Cinq Dragons’ : des auteures contemporaines d’origine vietnamienne écrivent en français »

11h40-12h10 Discussion

Déjeuner

14h30-15h30 – Œuvres publiées et manuscrits de Pham Van Ky
Présidence : Paolo D’Iorio, directeur de l’ITEM (CNRS)

14h30-14h50 Jack Yeager, Louisiana State University

Pham Van Ky et son héritage

14h50-15h10 Hoai Huong Aubert-Nguyen, Université de Versailles Saint-Quentin

« L’Ineffable des Fables – étude de Fleur de Jade de Pham Van Ky »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h – Histoires de rencontres culturelles

16h-16h20 Pham Van Quang, Université des Sciences Humaines et de HCM-ville

« L’exil comme une autre possibilité d’existence chez Pham Van Ky et Linda Lê »

16h20-16h40 Alain Guillemin, CNRS

« La robe de papier (1978), être francophone dans le Vietnam indépendant : l’expérience de Cung Giu Nguyen »

16h40-17h10 Discussion

17h10-17h30 Conclusion du colloque

Informations pratiques

  • Jeudi 16 & Vendredi 17 mai 2019 – 9h-17h30
  • ENS, 29 rue d’Ulm, 75005, salle Jean Jaurès (rez-de-chaussée, aile Curie)
  • Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

20/5 : rencontre-débat autour de l’ouvrage Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

À l’occasion de la parution de l’ouvrage Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?, l’Enssib organise une rencontre-débat, dans le cadre des “Carrefours de l’information” proposés par la fondation Gulbenkian.

Programme

Présentation de l’ouvrage et débat, en présence de la coordinatrice de l’ouvrage et de deux auteurs.

  • Martine Poulain, conservatrice générale des bibliothèques honoraire, sociologue et historienne,
  • Anne Pasquignon, conservatrice générale des bibliothèques, adjointe au directeur des Collections, Bibliothèque nationale de France,
  • Benjamin Guichard, conservateur des bibliothèques, directeur scientifique de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC)

Informations pratiques

  • Organisateur : Enssib – Fondation Gulbenkian
  • Date et horaire : 20/05/2019 18h30 – 20h
  • Adresse : Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France 39 Boulevard de la Tour-Maubourg 75007 Paris 
  • Entrée libre sur inscription

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire « Richelieu. Histoire du quartier : état des lieux »

Plan du quartier Richelieu © Isabella di Lenardo

Dans le cadre du projet de recherche « Richelieu. Histoire du quartier » conjointement par la Bibliothèque nationale de France, l’Institut national d’histoire de l’art, le Centre allemand d’histoire de l’art, l’École nationale des chartes, les Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Sorbonne Université, un séminaire est organisé à destination de tous les publics intéressés.

Le projet de recherche porte sur l’histoire du « quartier » occupé par les institutions, celui du quadrilatère Richelieu étendu, entre Louvre, Opéra et Place des Victoires.

La synergie vivante de ces institutions, dont les ressources documentaires et les services aux publics sont immenses et complémentaires, conforte Richelieu comme véritable acteur de la recherche, proposant un ensemble de compétences et de ressources sans équivalent au monde. Le but de ce projet collectif est moins de définir le périmètre exact du « quartier » que de dessiner les contours d’une géographie culturelle qui concentre au cœur de Paris les lieux du savoir et des arts. En se penchant sur l’histoire de ces espaces dans lesquels les partenaires du projet ont pris leur quartier, il s’agira de contribuer à une histoire des capitales culturelles, tout en réfléchissant à la meilleure manière de rendre visible et accessible cette histoire. Dans un premier temps du projet, les partenaires proposent une série de rencontres sous forme de séminaire pour poser les jalons d’une réflexion commune sur l’histoire architecturale et culturelle du quartier Richelieu, sur les sources disponibles (en particulier à partir des fonds de l’Institut national d’histoire de l’art et de la Bibliothèque nationale de France – sans évidemment oublier les archives qui seront repérées à cette occasion) et leur exploitation.

Comité scientifique

  • Alexandre Gady (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
  • Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art)
  • France Nerlich (Institut national d’histoire de l’art)
  • Gennaro Toscano (Bibliothèque nationale de France)

Programme

  • 5 avril 2019
    Olivier Poncet (École nationale des chartes) : Wall Street sur Seine ? L’attraction de la finance au quartier Richelieu (XVIIe-XIXe siècle)
  • 12 avril 2019 
    Néguine Mathieux (musée du Louvre) : De l’archéologie aux archives : des sources pour un quartier disparu, le quartier du Louvre.
  • 24 mai 2019
    Corinne Le Bitouzé (BnF) : Les collections de mode du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les colloques secrets de Claude Louis-Combet (Orléans & Paris)

11 avril 2019 – Hôtel Dupanloup, Orléans 

10h : Accueil des participants et mot d’ouverture

  • L’écrivain et le plasticien : autoportraits secrets

Présidente de séance : France Marchal-Ninosque

10h15-10h45

  • Héloïse Cabiron (Université de Bourgogne-Franche-Comté) : « Dans le petit atelier » de Claude Louis-Combet : les trois incipits de “Bethsabée”

10h45-11h15

  • Stéphanie Boulard (Georgia institute of technology, Atlanta, USA) : Replis de nuit ou arcane du rêve ? Pour une lecture de l’« adorable effigie » dans “Bethsabée au clair comme à l’obscur”

11h15-11h30 : discussion

  • L’écrivain et le plasticien : rencontre des imaginaires

Présidente de séance : Bahia Dalens

11h45-12h15

  • France Marchal-Ninosque (Université de Bourgogne-Franche-Comté) :
  • Claude Louis-Combet, dadophile et dadolâtre 

12h15 – 12h45

  • Sara Di Santo Prada (inspection académique de la Dordogne) : L’univers de Pierre Bassard narré par la plume louis-combetienne

12h45-13h : discussion

  • La création au secret : une mystique de l’art

Présidente de séance : Aude Bonord

14h45-15h15

  • Alain Romestaing (Université Paris-Descartes) : Cheval de batailles : “La Sœur du petit Hans”, de Claude Louis-Combet 

15h15 -15h45

  • Dominique de Courcelles (CNRS) :
  • L’art cinétique de Claude Louis-Combet : le mouvement mystique 

15h45-16h discussion

  • Regards vers un passé oublié

Président de séance : Olivier Wagner

16h-16h30

  • Myriam White-Le Goff (université d’Artois) :
  • Claude Louis-Combet, le Moyen Âge et l’intériorité

16h30-17h

  • Marion de Lencquesaing, (université Aoyama Gakuin de Tokyo, Japon) :
  • Les « territoires de spiritualité » publiés par Claude Louis-Combet pour la collection Atopia
  • 17h15-18h Entretien avec l’auteur animé par Aude Bonord (université d’Orléans) 

12 avril 2019 : après-midi d’hommage à la Bibliothèque nationale de France, 58 rue de Richelieu, Paris 2e

– 13h45 : accueil des participants dans le salon d’honneur du site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France

– 14h : table ronde (salle Emilie du Châtelet) animée par Dominique de Courcelles avec Jean-Claude Terrier, Martial Hamon et Elizabeth Prouvost autour de l’auteur

– 15h45-16h30 : lecture de passages de Bethsabée, au clair comme à l’obscur de Claude Louis-Combet par Thierry Vu-Huu, comédien

Comité scientifique

  • Marie-Hélène Boblet (Professeur de littérature française à l’université de Caen)
  • Marie-Odile Germain (Conservateur honoraire de la Bibliothèque nationale de France)
  • France Marchal-Ninosque (Professeur de littérature française à l’université de Bourgogne-Franche-Comté)
  • François Trémolières, (Professeur de littérature française à l’université de Rennes 2)
  • Myriam Watthee-Delmotte (directrice de recherches du FNRS, professeur de littérature française à l’Université catholique de Louvain et membre de l’Académie royale de Belgique)

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque “Etre éditeur en France au XIXe siècle”

DEF19

Programme

Jeudi 4 avril

9h30 Accueil

10h Jean-Yves Mollier (UVSQ) : Introduction générale du colloque

Session 1. Se lancer et prospérer dans l’édition Présidence : Jean-Yves Mollier, UVSQ

10h25 Véronique Sarrazin (Univ. d’Angers) – Pourquoi et comment se lancer dans l’édition quand on domine le marché de l’imprimerie-librairie à l’échelle locale ? Les Degouy à Saumur, 1797-1830

10h50 Alice de Bremond d’Ars (École nationale des Chartes) – Eugène Renduel, les débuts d’un éditeur romantique

11h15 Stéphane Roy (Carleton University, Canada) – Jules Basset, figure méconnue de l’écosystème de l’édition au xixe siècle

Session 2. Développer des réseaux internationaux Présidence : Viera Rebolledo-Dhuin, UVSQ

13h45 Lucia Granja (Université de Saõ Paulo) – Baptiste-Louis Garnier, entre Rio et Paris

14h10 Ana Peñas Ruiz (Université Complutense de Madrid) –Être femme, éditrice et porter un nom français en Espagne au xixe siècle : le cas de Catherine-Clémentine Denné-Schmitz

Session 3. Éditer à l’ère de la photographie Présidence : Anne-Sophie Aguilar, Univ. Paris Nanterre

15h10 Marie-Eve Bouillon et Sylvie Le Goëdec (Archives nationales) – Éditeurs photographes et collaborations institutionnelles au tournant du XXe siècle : l’exemple des Archives nationales

15h35 Laureline Meizel (Université Paris Nanterre/HiCSA) – Mesurer le devenir-éditeur des photograveurs, interroger le devenir-image de l’édition : le cas des frères Berthaud (1867-1908)

Table ronde. Deux projets de dictionnaires des éditeurs Discutant : Jean-Dominique Mellot, Bibliothèque nationale de France

16h20Pura Fernández (Centro de Ciencias Humanas y sociales, Madrid) et Viera Rebolledo-Dhuin (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) – Dialogue entre DEF19 et Editores y Editoriales Iberoamericanos (ss. XIX-XXI) 

Vendredi 5 avril

Session 4 : Éditer la musique : enjeux et archives Présidence : Patricia Sorel, Univ. Paris Nanterre

9h30 Jean-François Botrel (Université Rennes-2) – Trois éditeurs de musique parisiens et un chansonnier breton autour de 1900

9h55 Marie-Ange Multrier-Fortin (éditions Musicales Fortin-Armiane) – Présentation des archives des Éditions musicales Fortin

Session 5 : Éditer pour des marchés spécifiques Présidence : Marie-Claire Boscq, UVSQ

10h55 Sophie Defrance (British Library) – Quelques acteurs de l’édition pour l’éducation secondaire des jeunes filles et leurs réseaux

11h20 Constance de Courrèges d’Agnos (Service historique de la Défense) – L’édition militaire au travers de deux portraits : les maisons Corréard (Paris) et Verronnais (Metz)

11h45 Flavien Bertran de Balanda (Sorbonne-Universités/CRH19) – Émile Babeuf (1785-1842), un Nain tricolore à l’assaut de la légitimité

Informations pratiques

  • Quand ? 4 et 5 avril 2019
  • Où ? Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)
  • Comment ? Entrée libre dans la limite des places disponibles
  • Qui ? Organisé dans le cadre du projet ANR DEF19 (Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque “Le rayonnement des arts au Moyen âge. Réflexions autour du Ms. Aquitain, Paris, BnF Latin 1139”

Programme

Mardi 19 mars (BnF — Richelieu)

16h30 Accueil des participants
17h00-18h00 James Grier (University of Western Ontario)
The Music Scribe of Paris, Bibliothèque nationale de France, MS latin 1139: Melodic Variants and a Musical Personality

Produced around 1100, the earliest section of Paris, Bibliothèque nationale de France, MS latin (hereafter Pa) 1139, f. 32-118, stands out as the largest collection in the earliest layer of Aquitanian uersaria, that is, music manuscripts that preserve the Aquitanian repertory of lyric song commonly known as uersus. Only the earliest portions of Pa 3719 rival it in age. But these libelli comprise only a single gathering each and so are significantly smaller than Pa 1139 and transmit a correspondingly more limited repertory. Furthermore, in Pa 1139, rubrics introduce many pieces, along with decorated initials, and internal sections within pieces receive red initials. In comparison with its contemporaries, therefore, Pa 1139 presents a much more polished and formal appearance. Its owner clearly valued it as an important part of his music library.

The music scribe exhibited a clear command of the Aquitanian notation that, by the time he worked on Pa 1139, musicians had used for some 200 years. Comparison of his neumations with those of other Aquitanian scribes who copied the same pieces, both contemporary and later in the twelfth century, show that he cultivated musical idiosyncrasies that indicate aspects of his musical personality. His approach to embellishment, especially through the addition of appoggiature to cadences, reveals a distinctive approach to the melodic vocabulary of this repertory. His practice also indicates a subtle shift in the function of musical notation as it was employed for the uersus repertory, from preserving stable forms of liturgical melodies to recording distinctive versions of the melodies of this body of lyric song. Codex Pa 1139, therefore, comprises a personal document that presents the repertory and melodic versions of an Aquitanian musician from the turn of the twelfth century who was exploiting the genre of lyric song to express himself on sacred and secular subjects and the technology of musical notation to preserve his idiosyncratic versions of those songs.

18h00-18h30 Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon, Paris) Présentation des manuscrits aquitains de la BnF
18h30 Exposition des manuscrits en salle de lecture

(sur inscription dans la limite des places disponibles)

Mercredi 20 mars (IRHT — Paris)

Session 1 : Éditer Latin 1139

présidée par James Grier (University of Western Ontario)

9h-11h David Catalunya, Kelly Landerkin, Konstantin Voigt, Hanna Zühlke (Universität Würzburg)
Codex and Genre-Crosslinks: Towards a Complete Source Edition of the Oldest Corpus of Paris latin 1139

Corpus monodicum is currently preparing a complete “source edition” of the oldest section of the manuscript Paris, BnF, latin 1139. The proposed panel will discuss the methodological demands of this editorial project (codicology, paleography, philology, musical analysis) and explore the implications of this new editorial approach for the understanding of the different repertoires the manuscript transmits:

David Catalunya’s codicological study shows that the earliest section of Paris, BnF, latin 1139 was conceived as a unitary, well planned codex. Building on this observation, Kelly Landerkin and Konstantin Voigt showcase some of the crosslinks that occur between different musical and textual genres copied in different sections of the manuscript. The correspondences found between songs and sequences for example shed new light on the early history of Aquitanian polyphony, the similarities between songs and plays question the strict distinctions set up by modern genre concepts. Hanna Zühlke will deal with the later concordances of the songs from Paris, BnF, latin 1139, asking what the transmission profile of these pieces tells about the localization of the manuscript.

By the time of the conference, the edition will be completed, but not yet printed. Thus, the panel hopes to provoke an intense feedback, in order to integrate the expertise assembled at the conference into the first complete edition of this outstanding manuscript.

Session 2 : Les jeux liturgiques

présidée par Susan Rankin (University of Cambridge)

11h15-12h00 Michael L. Norton (James Madison University, Harrisonburg) 
The Problem of Genre and the ‘Dramas’ of Paris BnF latin 1139

In 1741, l’Abbé Jean Lebeuf first called attention to the “tragedies en rimes latines” found in Paris, BnF, latin 1139. His framing of these texts as dramas adhered over time, and after two centuries and more, these dramatic texts continue to be treated as theatrical works, and in particular, as liturgical dramas. While sanguine about the theatrical nature of these texts, scholars have not always agreed on what these texts actually represented. Lebeuf himself referred only the Ordo Prophetarum that concluded the complex of dramatic texts. The edition provided by Raynouard in 1817, on the other hand, treated the entire complex (Quem queritisSponsus, and Ordo Prophetarum in most contemporary renderings) as a singular “mystère des vierges sages et des vierges folles”, while excluding the text of the Ordo Prophetarum in the edition itself. And in their edition of 1839, Monmerqué and Michel provided the complete text of the dramatic complex under the title “Les vierges sages et les vierges folles.” Charles Magnin, though, saw this differently. In his Sorbonne lectures of 1834–1835, Magnin argued that there was not just the single mystery recognized by his peers, but rather three: two complete mysteries, one wholly in Latin (Quem queritis) and the second mixing Latin with vernacular (Sponsus) along with a third fragment totally in Latin (Ordo Prophetarum). In addition, he noted a dramatic office for the feast of Holy Innocents (Lamentatio Rachelis) earlier in the same manuscript. While Magnin’s division was accepted by most subsequent critics, Carol Symes recently challenged the orthodox view, arguing as had Magnin’s predecessors that the “plays” of Paris, BnF, latin 1139 should be regarded in the singular rather than in the plural.

The so-called dramas of Paris, BnF, latin 1139 are thus enigmatic on at least two levels. First, how many dramatic texts are actually preserved within the manuscript? One? Two? Or four? What do the placements of these texts within the manuscript suggest? What can we glean from their textual and melodic settings? How are these internally structured? And how do these textual and melodic structures relate to those of the texts that surround them? Second, are these dramatic texts actually drama (assuming we can agree on what the word “drama” entails)? Were these texts intended to be enacted? If so, how by whom? If these can be viewed as dramas, as theatrical works of some kind, can they legitimately be seen also as liturgical dramas? How do these texts compare with others also judged to be liturgical dramas? Drama or not, how might these texts have been used within (or around) the liturgy? If they were not used liturgically, what might their intent have been?

12h00-12h45 Nils Holger Petersen (University of Copenhagen)
A Possible New Understanding of the so-called Liturgical Dramas in BnF ms. latin 1139

The idea (and notion) of “liturgical drama” as a liturgical medieval theatrical genre was developed in medieval liturgical scholarship since the mid-nineteenth century. It has since undergone severe criticism by scholars including not least C. Clifford Flanigan in the 1970s and 1980s, a criticism further developed in more recent scholarship (see Michael Norton’s recent Liturgical Drama and the Reimagining of Medieval Theater, 2017). In this paper, I propose to discuss those ceremonies from Paris, BnF, latin 1139, which have been described as liturgical dramas, in a new light. Inspired by Michal Kobialka’s This Is My Body (1999), I have recently attempted to understand liturgical enactments of biblical narratives in the context of changing understandings of the notion of a sacrament during the twelfth century.

During the first half of this century, the notion of a sacrament was narrowed from Augustine’s broad sign-theoretical approach, especially through Hugh of St Victor’s ecclesiologically oriented De sacramentis christiane fidei (1130s) and Peter Lombard’s particularly influential mid-century Sententiae, which contained his enumeration of (only) seven New Testament sacraments. This process of theological elaboration left a space open for liturgical ceremonies, which had previously been seen as sacramental (by Hugh: as sacraments of exercise), to be sacred while no longer sacramental, sacred in a freer way, outside the theological focus of the ceremonies which carried the heaviest theological weight, the sacraments.

Rather than searching for an alternative genre-designation for “liturgical drama” ceremonies, the idea, much inspired by other recent scholarship, is to understand them individually, although they clearly also came to form traditions. In this paper, I shall set out to interpret the “liturgical dramas” of the Paris, BnF, latin 1139, not as attempts at theatrical representation, but as “free” sacraments in the “old” Augustinian understanding, with a focus on three ceremonies, the Quem queritis ceremony (f. 53r), the Sponsus (f. 53r–55v), and the Ordo prophetarum (f. 55v–58r). These ceremonies will be seen as diverse attempts to function as sacraments in the “old” understanding, as signs, pointers to divine (Christian) truths by (more or less) new uses of sensory means, visual as well as auditory, including poetry.

Session 3 : Le répertoire du manuscrit latin 1139 au-delà de l’Aquitaine

présidée par Thomas F. Kelly (Harvard University)

14h00-14h45 Manuel Pedro Ferreira (Universidade Nova, Lisbonne)
Transmission and “Mouvance”: Iberian Witnesses

This paper will illustrate the problematics of “mouvance”, or variance in appropriation, in the transmission of two core Aquitanian pieces present in Paris, BnF, latin 1139: the troped epistle Gaudeamus nova cum laetitia, copied into different sources in both Catalonia (of which Vic 106 will be retained) and Portugal (Missal de Mateus), and the polyphonic Benedicamus Domino Catholicorum concio, a mensural version of which is found in the well-known Las Huelgas codex.

14h45-15h30  Hana Vlhová-Wörner (Department of Music History, Prague)
Mass Ordinary Chants from Aquitaine in Prague: a Complicated History

The presence of some chants recorded in ms. Paris, BnF, latin 1139 (and some other sources from Aquitaine) in the repertory from 14th-century Prague is rather unexpected and needs some clarification. French-Bohemian cultural connections are today considered as mainly an outcome of 14th-century political development, with the installation (in 1306) of the French-oriented Luxembourg dynasty on the Czech throne. However, knowledge of genuine French repertory, both from the North and Aquitaine, dates already to the early 13th-century, when the Prague chapter purchased a 12th-century manuscript with a rich repertory of ordinary chants and tropes, the so-called troper of the Prague Dean Vítus (Prague, Archive of the Metropolitan Chapter at St Vitus, ms. Cim 4). In this way, the Prague chapter came into possession of one of the richest collections of late trope repertory still preserved, which also includes a number of items characteristic of the Aquitanian singing tradition. For some chants (such as Sanctus Qui deus es vere), the Prague troper is the only source outside of Aquitaine, and the trope Agnus Cuius in Egypto is today known only from Paris, BnF, latin 1139 and two Prague sources (the Prague troper and its 14th-century copy).

It is very likely that the prime interest of the Prague clergy in the manuscript was drawn not to its repertory, but to its (late Lothringian) staff notation, which was to replace the German neumatic notation in Prague by the mid-13th-century. Besides genuine Aquitanian chants, the troper includes several, today uniquely preserved, pieces with rich ornamental melodic lines, characteristic of chants from Aquitaine; they were, however, obviously never incorporated into the official Prague liturgy and remained only as inscriptions in manuscripts preserved in the chapter library.

Session 4 : Tropes et versus

présidée par Pascale Bourgain (Centre Jean Mabillon, Paris)

15h45-16h30 Francesco Carapezza (Università degli studi di Palermo)
Le trope vernaculaire du Tu autem entre liturgie et « cantus gestualis »

Dans cette contribution nous allons proposer une nouvelle édition – texte et mélodie – du trope du Tu autem en langue vulgaire (incipit : « Be deu hoimais finir nostra razos »), inséré à l’intérieur de la partie la plus ancienne du ms. Paris, BnF, latin 1139 (f. 44r) et étudié surtout par des musicologues, en visant ses aspects rhétoriques et formels et en essayant de faire le point, à partir des études de J. Chailley (1948, 1960, 1982), sur ses relations supposées avec les vies de saints et la poésie épique des siècles suivants. Une autre question qui se pose est celle de son inclusion dans une série de Benedicamus domino, à l’écart des autres pièces vernaculaires, qui pourrait fournir en principe des données vis-à-vis son statut générique et sa fonction liturgique.

16h30-17h45 Adriana Camprubí Vinyals (Universitat Autònoma de Barcelona)
Complex Metric and Melodic Developments in the Versus of Paris BnF latin 1139. A Reflection on Formal Experimentation

The versus we find in the Paris, BnF, latin 1139 manuscript provide a fantastic means for studying the metrical forms developed in Aquitania at the end of the eleventh century. The concept of the “New Song“ designates a new kind of structure in the versus which can be identified through its metrical and melodic structures.

This paper offers a systematic and exhaustive analysis of these internal structures in order to reveal how these compositions engage in formal experimentation. This, in turn, gives us an insight into the poetic ingenuity of eleventh-century composers. The notion of variability (and not irregularity) enables us to see how composition involved a range of conscious processes that can uncover the fixed patterns which marked the first steps towards the new poetic formulae that would define future medieval lyric.

The formal features of the nova cantica use new methods for versification and these emerge from a moment when individual expression was becoming more and more sought after. The versus become a kind of metrical and melodic laboratory, a gauge that shows us how the nova cantica came to be.

Concert : “Nova gaudia“, ensemble Peregrina(direction Agnieszka Budzińska-Bennett)

20h église Saint-Séverin (2 rue des Prètres Saint-Séverin, 75005)

Entrée libre avec participation aux frais.

http://www.peregrina.ch

Jeudi 21 mars (fondation Calouste Gulbenkian — Paris)

Session 5 : La polyphonie dans le manuscrit latin 1139

présidée par Andreas Haug (Universität Würzburg)

9h-9h45 Catherine A. Bradley (University of Oslo)
Stirps Iesse florigeram in Context: Benedicamus Domino Polyphony in Aquitaine and The Origins of the Motet

This paper considers in detail one of the most significant and controversial compositions contained in Paris, BnF, latin 1139: the polyphonic Benedicamus versus in which the text Stirps Iesse florigeram is sung above a lower-voice quotation of a Benedicamus Domino plainchant melody, borrowed from the Responsory Stirps Iesse for the Nativity of the Virgin Mary. This composition has long attracted attention because it prefigures by more than one hundred years the characteristic typically considered to define the new thirteenth-century genre of the motet: the presentation of a syllabic upper-voice text above a plainchant tenor quotation. While scholars such as Ewald Jammers (1972) viewed Stirps Iesse florigeram as a motet avant la lettre, and Hans Tischler included a transcription of this piece at the beginning of his 1985 edition of The Earliest Motets (To ca. 1270), others—including Sarah Fuller—have emphasized significant conceptual and genetic differences between Stirps Iesse florigeram and later, genuine motets.

This paper seeks to re-engage with the complex generic, compositional, and notational circumstances of Stirps Iesse florigeram. I consider this unusual piece in the broader context of Aquitanian Benedicamus Domino compositions, examining in detail its single surviving concordance in Paris, BnF, latin 3549, as well as comparing it with another piece in this latter source, Benedicamus DominoHumane proles, the only other extant work in the Aquitanian repertoire that presents syllabic text above a pre-existing plainchant melody. Offering a re-consideration of the relationship of Stirps Iesse florigeram to thirteenth-century motets, this paper traces broader continuities and connections in polyphonic Benedicamus Domino traditions in apparently disparate contexts.

9h45-10h30 Agnieszka Budzińska-Bennett (Bâle)
Organa leticie revisited (Paris, latin 1139, fol. 59v)

The long-discussed case of Organa leticie (1139b, f. 59v) posits various problems. The first one concerns the question what parts belong to this piece and the opinions differ greatly as far as the entries between f. 59v and 60v are concerned. While some researchers (Raillard, Handschin and Arlt) read it as a piece with two textual units – Organa and Dei benediction –, both the inventories of St. Martial manuscripts by Spanke and Fuller, followed by the unpublished text edition by Björkvall, list them as two separate pieces. Further, Barclay favouring the first option, considers the following Benedicamus Domino on f. 60v as belonging to that piece.

The second important question is whether this piece is monophonic or polyphonic. While Handschin, Spanke, Stäblein, Barclay and Thomann are in the favour of it being a two-part piece with unwritten lower voice, Fuller considers it a doubtful polyphonic work and Gillingham published it as a monophonic piece. The survey of suggested solutions of the published polyphonic renditions (Stäblein, Barclay, Thomann) makes the matter even more complicated. Three different sources for the hypothetical lower voice have been suggested (with full or partial transcriptions): Benedicamus flos filius (used with letter notation in the famous case of Stirps Jesse), its version Benedicamus benigno voto and the untroped Benedicamus, all three to be found on f. 60v, in closest proximity to Organa leticie. These transcriptions, however, do not offer a satisfactory solution neither for the musicologist nor for the performer.

In this presentation, I would like to argue anew that the piece belongs to early Aquitanian polyphonic Benedicamus-tropes based on unwritten flos filius melody, offering yet another solution that matches in satisfactory way the existing and the hypothetical voice. It emphasizes on the euphonic qualities of the text of both voices and respects the overall structure of the piece as well as the coherent dynamic development of the composition. This reconstruction is based both on the philological analysis and on the interiorized musical conventions of the singers specializing in this repertoire (including myself) that served as an epistemological tool in the decision-making process. This version will be presented in the aural form as an example from yet unreleased new recording the repertoire of ms. Paris, BnF, latin 1139 Nova gaudia by ensemble Peregrina (Glossa/Schola Cantorum Basiliensis edition, forthcoming in 2019).

Session 6 : Calame et pinceau

présidée par David Ganz

10h45-11h15 Laura Albiero (IRHT, Paris) et Maria Gurrado (IRHT, Paris)
Écrire à Saint-Martial : le cas des manuscrits liturgiques

Notre communication aura pour objet l’examen paléographique des écritures utilisées dans les manuscrits liturgiques de Saint-Martial de Limoges, et en particulier des diverses mains qui ont contribué à la copie des textes. Les livres liturgiques constituent non seulement un ensemble cohérent du point de vue de la préparation, de l’usage et de la destination des volumes, mais aussi un support extrêmement fiable pour la datation des sources, qui s’appuie sur des éléments liturgiques, paléographiques et décoratifs. Les résultats de cette enquête, limitée au XIe siècle, constitueront le point de départ d’une réflexion sur les pratiques de l’écrit et la tradition des scriptoria limousins.

11h15-12h00 Maria Alessandra Bilotta (Universidade Nova, Lisbonne)
Sur les routes de pèlerinage : l’illustration des manuscrits dans le contexte des réseaux monastiques du Midi de la France (XIIe-XIIIe siècles)

Interpréter le répertoire aquitain

14h30-15h30 Katarina Livljanić, Marc Mauillon et les étudiants du MIMA (Master d’interprétation des musiques anciennes, Université Paris-Sorbonne)
Présentation du travail sur le répertoire du manuscrit latin 1139
15h45-17h15 Table ronde organisée et animée par Guy Lobrichon (Université d’Avignon) Avec la participation de Sébastien Fray (Université de Saint-Étienne), Thomas F. Kelly (Harvard University), Alain Rauwel (CeSor/EHESS, Paris), Daniel Russo (Université de Bourgogne) et Éric Sparhubert (Université de Limoges, CRIHAM / CESCM)

Comité scientifique

  • Maria Alessandra Bilotta (IEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • François Bougart (CNRS, IRHT, Paris)
  • Pascale Bourgain (Centre Jean Mabillon/École nationale des chartes, Paris)
  • Christelle Cazaux-Kowalski (FHNW / Musik Akademie Basel, Schola Cantorum Basiliensis)
  • Christelle Chaillou (CNRS, CESCM, Poitiers)
  • Marie-Noël Colette (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Gilbert Dahan (EPHE/LEM, Paris)
  • Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon/École nationale des chartes, Paris)
  • Manuel Pedro Ferreira (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne)
  • Andreas Haug (Universität Würzburg)
  • Katarina Livljanić (Université Paris-Sorbonne, IReMus)
  • Guy Lobrichon (CIHAM UMR 5648 – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse)
  • Christian Meyer (CNRS, CESR, Tours)
  • Susan Rankin (University of Cambridge)
  • Cécile Reynaud (EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)

Institutions partenaires

  • LabEx Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances (HASTEC)
  • Bibliothèque nationale de France
  • Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT)
  • Calouste Gulbekian
  • Centre Jean Mabillon
  • FCSG
  • Centro de Estudos de Sociologia e Estética Musical (CESEM-FCSH/NOVA)
  • Fundação para a Ciência e a Tecnologia (FCT)
  • Savoirs et Pratiques du Moyen Âge au XIXe siècle(Saprat/EPHE)
  • Institut de Recherche en Musicologie (IReMus)
  • Centre européen de recherche sur les communautés, congrégations et ordres religieux (CERCOR)
  • Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie (CRIHAM)
  • Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM)
  • Université catholique de l’Ouest (UCO)

Informations pratiques

Le colloque aura lieu :

  • Mardi 19 mars à la Bibliothèque nationale de France (58, rue de Richelieu, 75002 Paris), salle de conférences. Sur inscription, nombre de places limité.
  • Mercredi 20 mars à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (40, avenue d’Iéna, 75116 Paris), salle Jeanne Vielliard. Entrée libre.
  • Jeudi 21 mars à la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France (39, bd de La Tour-Maubourg, 75007 Paris). Entrée libre.

Contact

Informations et inscription pour le 19/03 : info@colloque1139.fr

Comité d’organisation

  • Océane Boudeau (CESEM-FCSH/NOVA, Lisbonne ; EPHE/SAPRAT, Paris)
  • Anne-Zoé Rillon-Marne (UCO, Angers ; CESCM, Poitiers ; IReMus)
  • Charlotte Denoël (Centre Jean Mabillon/École nationale des Chartes, Paris)
  • Cécile Reynaud (EPHE/SAPRAT, Paris)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

VERSPERA : de la numérisation à la modélisation des plans de Versailles de l’Ancien

Reconstitution de la petite galerie de Mignard extraite du film réalisé par les étudiants de la licence professionnelle « Métiers du numérique – Patrimoine, visualisation et modélisation 3D » de l’université de Cergy- Pontoise, encadrés par Nicolas Priniotakis et Michel Jordan.

La prochaine séance des Lundis numériques de l’Institut national d’histoire de l’art sera consacrée à la présentation du projet :
VERSPERA : de la numérisation à la modélisation des plans de Versailles de l’Ancien

Le projet de recherche VERSPERA, dirigé par le Centre de recherche du château de Versailles et porté par la Fondation des Sciences du Patrimoine, vise à rendre publics les plans du domaine de Versailles sous l’Ancien Régime conservés aux Archives nationales (Paris), à la Bibliothèque nationale de France et à l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles et à en restituer certains espaces grâce à la modélisation 3D élaborée par le laboratoire Équipes Traitement de l’Information et Systèmes de l’université de Cergy-Pontoise (ETIS).

Ce projet répond à trois objectifs : préserver des fonds fragiles et difficilement accessibles, en faciliter l’accès via Internet à la communauté internationale scientifique interdisciplinaire et permettre, grâce à la modélisation, une réflexion sur l’utilisation qui pouvait être faite d’une résidence royale à l’époque moderne.

Intervenants

  • Corinne Le Bitouzé (BnF)
  • Michel Jordan (université Paris-Seine, université de Cergy-Pontoise, ENSEA, CNRS)
  • Pierre Jugie (Archives nationales)
  • Mathieu da Vinha (Centre de recherche du château de Versailles, chef du projet VERSPERA)

Informations pratiques

  • 11 mars 2019 – 18h-20h
  • Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
  • Institut national d’histoire de l’art
  • 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris
  • Entrée libre
Plateau de prise de vue mis en place pour les plans de très grand format, avec un appareillage prototype.

À propos des Lundis numériques

L’Institut national de l’histoire de l’art effectue depuis plusieurs années une veille active dans le domaine des humanités numériques avec un accent porté sur ce qui touche au domaine visuel. De nombreux contacts et échanges sont régulièrement établis entre les différentes composantes de l’établissement et diverses équipes sur des problématiques et des projets concernant les enjeux, les représentations, les aspects techniques ou les questions juridiques liées à l’histoire de l’art et à l’image.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

« Culture près de chez vous » : Deux pièces de la BnF à Châteauneuf-sur-Loire au printemps 2019

Dans le cadre du plan « Culture près de chez vous » du ministère de la Culture, la Bibliothèque nationale de France prête deux pièces de ses collections au musée de la marine de Loire de Châteauneuf-sur-Loire. Une chaîne d’entrave d’esclaves du XVIIIe siècle ainsi que deux tomes de De la traite et de l’esclavage des noirs et des blancs, par un ami des hommes de toutes les couleurs de l’Abbé Grégoire seront exposés dans le parcours permanent du musée, du 1er mars au 1er septembre 2019.

Chaîne d’entrave d’esclave (carcan négrier), XVIIIe siècle, fer forgé. BnF, Arsenal

Des documents patrimoniaux relatifs à la mémoire de l’esclavage et de son abolition

La BnF possède dans ses collections, à la Bibliothèque de l’Arsenal, un ensemble très important relatif à la mémoire de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. Cet ensemble est en grande partie composé de documents provenant de l’abbé Henri Grégoire (1750-1831). Célèbre pour son activité politique pendant la Révolution Française, évêque constitutionnel du Loir-et-Cher, il fut député aux États généraux de 1789 et membre de plusieurs assemblées révolutionnaires. Il fut surtout l’un des premiers à œuvrer pour l’abolition de l’esclavage. Aimé Césaire a pu le qualifier de « premier militant anti-colonialiste » et de « premier réfutateur du racisme ». A sa mort il a légué à la Bibliothèque de l’Arsenal sa collection d’ouvrages sur la traite, l’esclavage, les colonies et le combat abolitionniste dont il fut le promoteur.

Le fonds Abbé Grégoire de la BnF, Bibliothèque de l’Arsenal comprend environ un millier de livres et de brochures qui traitent principalement de l’esclavage et de sa première abolition dans les colonies françaises en février 1794 (rétabli en 1802, l’esclavage sera définitivement aboli en France en avril 1848). Il comporte entre autres des livres écrits et publiés par l’Abbé Grégoire lui-même, à l’image de son texte de combat : De la traite et de l’esclavage des noirs et des blancs, par un ami des hommes de toutes les couleurs en 1815. En 1814, la France signe avec l’Angleterre un traité lui permettant de poursuivre cette activité coupable. En cette circonstance, l’abbé Grégoire proteste publiquement contre la traite et l’esclavage, entretenus par la cupidité des colons français et le silence complice des hommes de lettres. Au fil du temps, le Fonds Abbé Grégoire de l’Arsenal a pu s’enrichir d’objets emblématiques du combat en faveur de cette abolition, montrant la dimension criminelle et contraire aux droits de l’Homme de la traite. C’est à cette fin que la chaîne d’entrave d’esclave est entrée dans les collections. Hippolyte Carnot tenait cet objet de l’ancien secrétaire de la Société abolitionniste. Il en fit don au milieu du XIXe siècle à l’Arsenal. Cet objet rare, témoin muet de la souffrance des hommes, a ainsi trouvé au sein du fonds de l’Abbé Grégoire conservé par la BnF, toute sa place et tout son sens dans un lieu emblématique de la pensée des Lumières et de la Révolution. Ce livre et cet objet méritent aujourd’hui d’être redécouverts par un public élargi. Ils sont la preuve que le combat contre la traite et l’esclavage sont aussi anciens que la République.

39 pièces de la BnF pour le plan « Culture près de chez vous »

Le livre de l’Abbé Grégoire et la chaîne d’entrave qui seront exposés au musée de la marine de Loire font partie de la liste des 39 pièces que la BnF propose à l’itinérance dans le cadre du plan « Culture près de chez vous ». Elles figurent dans le Catalogue des désirs du ministère de la Culture, qui rassemble une sélection de près de 500 œuvres iconiques issues des collections nationales et destinées à circuler en France. Les 39 documents patrimoniaux choisis par la BnF dans ce cadre reflètent la diversité et la richesse de ses collections : la sélection comprend des pièces exceptionnelles, de l’Antiquité grecque et gallo-romaine au Moyen âge jusqu’aux époques moderne et contemporaine. Des manuscrits et livres rares et précieux de Jean-Jacques Rousseau à Charles Fourier puis Léopold Sedar Senghor, Aimé Césaire ou Edouard Glissant ; des objets – médaillons, coupes, vase… – de Ligier Richier, Jean Court, David d’Angers ; des estampes et photographies de Félix Nadar, Pablo Picasso… Sans oublier des cartes exceptionnelles, imprimées ou manuscrites permettant la mise en valeur des territoires ; des documents juridiques témoignant de l’histoire des luttes contre les discriminations raciales ou religieuses. Une photographie de Gérard Philipe, la « robe fétiche » d’Edith Piaf, un manuscrit autographe de Charles Gounod ou l’enregistrement du Ring de Wagner, permettent d’évoquer les arts du spectacle et plus largement la culture dans ses liens avec l’histoire du pays.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Manuscrits hébreux d’Italie

Rituel de prières avec Haggadah

16 manuscrits hébreux enluminés et copiés en Italie issus des collections de la Bibliothèque nationale de France font l’objet d’une exposition exceptionnelle au musée d’art et d’histoire du Judaïsme, du 20 mars au 22 septembre 2019. Ils sont présentés avec quelques pièces remarquables appartenant au MAHJ. Ces manuscrits, qui figurent parmi les chefs-d’œuvre de l’enluminure italienne, témoignent d’un moment particulier dans l’histoire de la communauté juive italienne, la plus ancienne d’Europe : celui d’une intense activité intellectuelle, littéraire et artistique dans le cadre de l’Italie du Moyen Âge et de la Renaissance.

L’exposition

Cet ensemble de manuscrits enluminés, produit sur près de 4 siècles, provient de régions et de communautés diverses, à l’image du judaïsme, implanté dans la péninsule depuis l’Antiquité puis renouvelé avec l’arrivée de nouveaux groupes venus du nord et du pourtour méditerranéen pour échapper aux expulsions médiévales. Bibles, livres de prières, ouvrages philosophiques d’auteurs juifs ou musulmans traduits de l’arabe, traités scientifiques et médicaux, contrats de mariage etc., ces documents illustrent à la fois l’exceptionnelle richesse de la production italienne et de la vie intellectuelle à cette période, mais aussi la vitalité des échanges entre communautés. Grâce notamment au renouveau des études classiques, de l’étude du grec et de l’hébreu en particulier, de nombreux savants juifs et chrétiens se consacrent à l’étude de la transmission du texte biblique ainsi qu’à la Kabbale. À l’époque des Médicis, les juifs fréquentent les universités et participent activement à la Renaissance des lettres et des sciences. Alors que le décor des manuscrits hébreux les plus anciens est essentiellement marqué par une tradition médiévale non figurative – premiers mots décorés comme des lettrines, jeu sur la disposition des blocs de textes, micrographies… -, le développement des illustrations, de la vignette au frontispice, témoigne de l’intégration économique et culturelle des juifs italiens qui n’hésitaient pas à faire enluminer leurs manuscrits selon les canons artistiques de l’époque.

Le fonds hébreu du département des Manuscrits de la BnF

Établi au XIVe siècle par le roi Charles V (1338-1380) qui possédait dans sa Librairie du Louvre plusieurs manuscrits hébreux, le fonds s’est considérablement enrichi au fil de l’histoire : au XVIIe siècle grâce aux collections constituées par les cardinaux de Richelieu et Mazarin, à la Révolution où la sécularisation des biens du clergé fit plus que doubler le fonds, puis au XIXe siècle grâce à diverses missions et acquisitions.

Il comprend aujourd’hui près de 1495 pièces remarquables : Bibles et commentaires, Talmud et droits civil et religieux, théologie, Kabbale, philosophie, sciences et médecine, grammaire, histoire, poésie, documents d’archives etc. venant aussi bien du Yémen, d’Orient, de Byzance, d’Italie, d’Afrique du Nord, d’Italie, d’Angleterre, que d’Allemagne ou d’Europe centrale. Pour l’essentiel, cette collection reflète la production du Moyen Âge et de la Renaissance.

L’exposition présentée au musée d’art et d’histoire du Judaïsme permet à la BnF de mettre en lumière la richesse de ses collections, mais aussi de valoriser des corpus numérisés en ligne sur sa bibliothèque numérique Gallica, tels les 1320 manuscrits hébreux numérisés grâce à un partenariat avec la Bibliothèque nationale d’Israël.

Informations pratiques

  • Dans les collections de la BnF : Manuscrits hébreux d’Italie
  • Du 20 mars au 22 septembre 2019
  • Musée d’art et d’histoire du Judaïsme 71, rue du Temple 75003 Paris
  • Exposition organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Commissariat

  • Laurent Héricher, conservateur général au département des Manuscrits, BnF
  • Claire Descomps, conservatrice en chef au musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Coordination scientifique

  • Gennaro Toscano, conseiller scientifique pour le Musée, la recherche et la valorisation à la direction des Collections, BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Émergence de l’art vidéo en Europe (11-12 déc. 2018)

Les recherches historiographies sur l’art vidéo, de même que les discours critiques ou les théories esthétiques, restées longtemps centrées sur le continent américain, ne se sont développées que tardivement dans les pays d’Europe, qu’elles concernent les productions nationales ou, a fortiori, l’ensemble de la production continentale. Les contextes techniques, sociaux et politiques nationaux très divers qui ont vu l’avènement de l’image électronique ont également, il est vrai, largement freiné l’émergence d’une vision historique globale.

À ce jour, à l’échelle de l’Europe, une histoire de l’art vidéo demeure donc à faire. C’est la mission à laquelle le présent programme de recherche entend répondre. Un réseau international, regroupant à la fois des historiens de l’art et de l’image en mouvement, des artistes, des protagonistes de cette aventure, des dépositaires de fonds d’archives, des conservateurs et de jeunes chercheurs, s’est constitué. Il a pour objectif de collecter des données sur les artistes, les œuvres et les événements qui ont permis l’avènement de cette pratique, ou qui ont compté dans son développement sur le territoire européen, et de mettre au jour les conditions nationales spécifiques de production et de diffusion permettant d’expliquer la variété des productions comme la disparité des périodes d’émergences (1960-1980).

Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980)

Antoni Muntadas, Early video works

Antoni Muntadas, Arte Vida, 1974, calle comercio web

Programme

Mardi 11 décembre 2018

BnF, site François Mitterand, salle 70

Communications publiques

9h30 – Introduction et présentation du programme « Émergence »

François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault (Coordinateurs)

9h45 – The early days of videoart in the Netherlands, a brief history

Gaby Wijers (Directrice, LIMA)

10h30 –From The Museum of Memory: Video Art in the Netherlands

Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)

11h15 – Pause

11h30 – Early video-art in Italy. Emergences, production and exhibition practices. Access and preservation issues

Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)

12h15 – Pause déjeuner

13h45 – Portugal : Alternativa Zero et après

Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)

14h30 – A Chance to Investigate Reality. Video Art in the Workshop of the Film Form Circle

Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

15h15 – Table-ronde

INHA, salle Walter Benjamin

Projection-conférence

18h – Early video works

Antoni Muntadas (Artiste vidéaste)

Mercredi 12 décembre 2018

Séminaire de recherche semestriel

Les coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe », François Bovier, Alain Carou et Grégoire Quenault, l’ingénieure d’études, Ségolène Liautaud et les chercheurs invités Jean-François Chougnet, Lisa Parolo, Tom Van Vliet, Gaby Wijers et Tomasz Zaluski et l’artiste Antoni Muntadas feront un bilan d’étape du programme de recherche.

Mardi 11 et mercredi 12 décembre 2018

Bibliothèque nationale de France et Institut national d’histoire de l’art

Ce quatrième séminaire de recherche « Émergence de l’art vidéo en Europe : historiographie, théorie, sources et archives (1960-1980) » du LabEx Arts-H2H réunit les chercheurs du projet et des spécialistes internationaux, en vue d’étudier les premiers temps de l’art vidéo aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie, en Pologne et en Espagne.

Coordinateurs du programme « Émergence de l’art vidéo »

  • François Bovier (École cantonale d’art de Lausanne / Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne)
  • Alain Carou (Conservateur, Département de l’audiovisuel, Service Image, Bibliothèque nationale de France)
  • Grégoire Quenault (Maître de conférences, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

Assistés de :

  • Ségolène Liautaud (Ingénieure d’études, Labex Arts-H2H)
  • Victor Tsaconas (Stagiaire, Labex Arts-H2H)
  • Boualem Khelifati (Stagiaire, Labex Arts-H2H)

Collaborateurs invités :

  • Jean-François Chougnet (Président, Mucem et Ex-directeur, Musée Berardo)
  • Antoni Muntadas (Artiste-vidéaste)
  • Lisa Parolo (Chercheuse post-doctorante, Université d’Udine)
  • Tom Van Vliet (Directeur, World Wide Video Festival)
  • Gaby Wijers (Directrice, LIMA)
  • Tomasz Zaluski (Professeur, Université de Łódź)

Informations pratiques

  • Les communications publiques du mardi 11 décembre auront lieu dans la salle 70, Bibliothèque nationale de France, Quai François Mauriac, 75706 Paris.
  • La projection conférence d’Antoni Muntadas du même jour se tiendra dans la salle Walter Benjamin, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
  • Elles sont libres et ouvertes au public sans réservation, dans la limite des places disponibles.
  • Le séminaire de recherche semestriel est exclusivement réservé aux partenaires du programme « Émergence de l’art vidéo en Europe ».
  • Contact : emergenceartvideo.6080@gmail.com

Ce séminaire bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Jean Babelon (1889-1978), une passion chaleureuse (8/12)

REPORT DE LA JOURNÉE 

La journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40eanniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe (prom. 1910) et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961) prévue le samedi 8 décembre est reportée, probablement en février 2019 (sous réserve).

Jean Babelon, né le 19 janvier 1889, mort le 20 avril 1978

Le 8 décembre, l’École nationale des chartes accueille la journée « Jean Babelon, une passion chaleureuse », en commémoration du 40e anniversaire de la disparition de Jean Babelon, archiviste paléographe et ancien directeur du Cabinet des médailles de la BnF (1937-1961), sous le patronage de l’Institut de France – Académie des inscriptions et belles-lettres.

La journée est organisée par Jean-Pierre Babelon, de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique) et François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de numismatique).

Argument

Ancien élève de l’École nationale des chartes et de l’Institut des hautes études hispaniques, docteur ès-lettres, ancien combattant, prisonnier de guerre en 14-18, Jean Babelon consacra toute sa vie professionnelle (1913-1961) au Cabinet des médailles de la BnF, que son père Ernest Babelon avait dirigé de 1892 à 1924 et qu’il dirigea à son tour de 1937 à octobre 1961. Il avait, entre autres, assuré la sauvegarde des prestigieuses collections du Cabinet des médailles pendant la guerre et l’Occupation (1939-1945) et accueilli la Société française de numismatique en lui permettant de se domicilier rue de Richelieu.

Jean Babelon ne fut pas seulement un éminent numismate, spécialiste mondialement connu des monnaies grecques, des portraits des empereurs romains, des médailles et des antiques. Il fut aussi un remarquable écrivain, grand connaisseur de l’Espagne et de ses personnages célèbres (souverains, écrivains, artistes, conquistadores…). Il était un esthète, sachant faire partager sa passion de l’art, de la littérature latine, des peintres prestigieux (Titien, Goya, Le Greco…), de saint Louis aussi bien que de la reine Margot, de Benvenuto Cellini ou de Germain Pilon.

Établie en 1978, sa bibliographie officielle comprend 372 titres. À cela doivent encore être ajoutées les communications qu’il prononça dans les deux sociétés qui le portèrent à leur présidence d’honneur, la SFN et la SENA. Ces écrits révèlent la culture encyclopédique de cet « honnête homme » dont la modestie et la bienveillance n’eurent d’égales que l’étendue et la variété de son savoir.

Quarante ans après sa disparition, ses œuvres témoignent de la vivante actualité et de la permanence de ses enseignements.

Programme

  • 9 h : accueil des participants
  • 9 h 15 : mot d’accueil de Michelle Bubenicek, directrice de l’École nationale des chartes

Présidence : Christian Charlet

  • 9 h 30 : Jean-Pierre Babelon (Académie des inscriptions et belles-lettres),« Jean Babelon, une passion chaleureuse »

L’homme de lettres

  • 10 h 10 : Jean-Louis Charlet (Université d’Aix-Marseille),« Jean Babelon latiniste »
  • 10 h 35 : François Ploton-Nicollet (École nationale des chartes ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon poète »
  • 11 h : pause

Présidence : Cécile Morrisson

L’historien d’art

  • 11 h 30 : Béatrice Coullaré (Musée du 11 Conti, Monnaie de Paris), « Aréthuse et l’engagement éditorial de Jean Babelon »
  • 11 h 55 : Claude Brenot (Société nationale des Antiquaires de France ; Société française de Numismatique), « L’enseignement de Jean Babelon au Louvre et l’âme des monnaies »
  • 12 h 20 : Cécile Colonna (Institut national d’Histoire de l’art), « Jean Babelon et les collections Caylus, Janzé et Oppermann »
  • 12 h 45 : déjeuner

Présidence : Jean-Pierre Babelon

L’historien

  • 14 h 30 : Marion Delcamp (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), « Jean Babelon, Les monnaies racontent l’Histoire : quelques nouvelles perspectives »
  • 14 h 55 : Christian Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Sur une médaille d’Andrés Bello, premier précepteur de Simón Bolívar »

Le conservateur

  • 15 h 20 : Inès Villela-Petit (Conservatrice du Patrimoine), « L’affaire Beistegui »
  • 15 h 45 : pause

Présidence : Claude Brenot

Le numismate

  • 16 h 15 : Laurent Schmitt (Président d’honneur de la Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de numismatique), « Jean Babelon etLa monnaie grecque de Franke et Hirmer »
  • 16 h 40 : Thibault Cardon (CNRS), « Monnaies de Louis IX, monnaies de saint Louis »
  • 17 h 05 : Philippe Schiesser (Président de la Société d’Études numismatiques et archéologiques), « Jean Babelon, premier président d’honneur de la SENA »
  • 17 h 30 : Christan Charlet (Société d’Études numismatiques et archéologiques ; Société française de Numismatique), « Jean Babelon, les Sociétés numismatiques et les revues de numismatique »

Informations pratiques

Logos des organisateurs

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts