Archives de catégorie : Hors les murs

Cycle virtuel : un rendez-vous avec la Bibliothèque nationale du Mexique : Una cita con la Biblioteca Nacional de México : Actualidad y porvenir de la historia del libro y la edición tras la pandemia

L’Institut de recherche bibliographique et la Bibliothèque nationale du Mexique organisent un cycle virtuel de conférences intitulé Una cita con la Biblioteca Nacional de México : Actualidad y porvenir de la historia del libro y la edición tras la pandemia (Un rendez-vous avec la Bibliothèque nationale du Mexique : Le présent et l’avenir de l’histoire du livre et édition post-pandémique) au cours duquel interviendront Jean-Yves Mollier, membres du conseil scientifique du Comité d’histoire de la BnF et Anne Pasquignon, adjointe à la directrice des Collections pour les questions scientifiques et techniques.

Programme

2 février

ROBERT DARNTON (Profesor emérito de la Universidad Harvard)

9 février

CARLO GINZBURG (Universidad California Los Ángeles)

16 février

PEDRO GUIBOVICH (Pontificia Universidad Católica de Perú)

23 février

PEDRO RUEDA (Universidad de Barcelona, Coordinador del Máster Universitario de Bibliotecas y Colecciones Patrimoniales)

2 mars

JAMES RAVEN (University of Cambridge, President of the Bibliographical Society, director of the Cambridge Project for the Book Trust)

9 mars

JEAN-YVES MOLLIER (Profesor emérito Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

16 mars

ROGER CHARTIER (Escuela de Estudios Superiores en Ciencias Sociales, París)

23 mars

FERNANDO BOUZA (Universidad Complutense de Madrid)

6 avril

FRANCOIS HARTOG (Escuela de Estudios Superiores en Ciencias Sociales, París)

13 avril

ANNE PASQUIGNON (Directora adjunta de colecciones para asuntos científicos y técnicos, Biblioteca Nacional de Francia)

Informations pratiques

  • Tous les mardis du 2 février au 13 avril 2021, à 13 heures (heure de Mexico)
  • Le cycle sera diffusé via la plateforme ZOOM, pour recevoir le lien d’accès inscrivez-vous en remplissant le formulaire d’inscription ou en écrivant au Département de la diffusion culturelle de l’IIB : difusionculturaliib@unam.mx
  • Conférence en traduction simultanée en espagnol
Programme
Programme

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Conférence : Genèse éthique et esthétique du Kaddish inachevé d’André Schwarz-Bart

Keren Mock, chercheuse associée de la BnF, post-doctorante de la Fondation pour la mémoire de la Shoah interviendra au cours du Séminaire Schwarz-Bart (ITEM – CNRS/ENS, Groupe Schwarz-Bart) pour une conférence en lien avec son projet de recherche menée à la BnF.


Sur une page extraite du livre Célébration Talmudique (1991) d’Elie Wiesel, on retrouve, accompagnée de la lettre « K », une note d’André Schwarz-Bart : 

Tout a été dit et rien n’a été établi :
Tout demeure silence et questionnement,
Questionnement silencieux. 

Tout a été dit : toutes les folies et toutes les
paroles de sagesse, et les folies sages et les sagesses 
pensées de folie. Et toute parole a servi au
mal et au bien, selon le temps et selon les hommes :
toute parole est à la fois nimbée de lumière et éclaboussée de sang.

Cette présentation a pour objet d’aborder, à travers des extraits inédits de la « bibliothèque-manuscrit » d’André Schwarz-Bart, son « Kaddish ». 

Entre 1959 et sa disparition en 2006, André Schwarz-Bart a consacré un vaste travail de retour au Kaddish en choisissant de faire de cette prière la structure d’accueil d’un véritable monde, une sorte de puzzle à l’état naissant constitué d’une multitude de pièces laissées en partie dans le désordre et dont l’image finale serait l’énigme. Des journaux et des magazines découpés et annotés, des carnets organisant l’inventaire de ses ouvrages, et une bibliothèque pleine de livres enrichis de marginalia : telle serait la forme native de ce dossier de genèse démiurgique.

Cette importante œuvre mémorielle laissée en suspens n’est pas une simple hypothèse : partout la notation « K » renvoie bien à l’idée unificatrice du Kaddish, et cette totalité virtuelle faite de notes autographes, d’ouvrages, de pliages, d’arrachage et de pages découpées, porte la marque d’une recherche approfondie. Elle constitue un cas exceptionnel de création exogénétique qui nous force à penser de manière radicale la dialectique du lire et de l’écrire mais aussi du dire et du silence. Elle est aussi l’espace d’une réinvention personnelle où l’écrivain utilise librement l’intertexte sacré pour le transformer en une écriture expérimentale profane, mémorielle et potentielle dans une perspective éthique et humaniste. Ainsi, à la faveur de cette prière sacrée qui se reformule à travers mille citations, c’est la trame sous-jacente de la Shoah qui reprend possession du texte tout entier.

Diplômée de psychologie clinique et de philosophie, traductrice, docteur ès Lettres, Keren Mock enseigne à Sciences-Po Paris et à l’Université de Paris. Après avoir assuré, pendant plusieurs années, la charge de cours d’hébreu moderne à l’ENS de Paris, elle a été lauréate en 2016 de la Visiting Junior Scholar Fellowship du France Stanford Center for Interdisciplinary Studies. Issu de sa recherche doctorale, son premier ouvrage, Hébreu, du sacré au maternel (CNRS Editions, 2016) préfacé par Pierre-Marc de Biasi et Julia Kristeva, interroge la genèse de l’hébreu moderne comme nouvelle langue maternelle. Pour l’année 2020-2021, elle a obtenu le statut de chercheuse associée à la BnF et une bourse de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah dans le cadre d’une recherche sur les archives d’André Schwarz-Bart, en collaboration avec l’ITEM (CNRS/ENS).

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les iconothèques d’artistes et d’écrivains. du romantisme aux modernes

Argument

Pour traiter de bibliothèques d’images, des « dossiers iconographiques », des « répertoires d’images » – ou plus largement des « iconothèques », selon un terme d’archivistique – composés ou simplement utilisés par les écrivains, trois journées d’études allant du romantisme à nos jours sont organisées dans trois pays (la France, la Belgique, le Canada) en 2021 et 2022, avec des partenariats différents.

Ce cycle de rencontres s’ouvre avec une comparaison entre les iconothèques d’écrivains et d’artistes. Pour ce faire, l’École du Louvre et l’ITEM s’associent le temps de cette manifestation au programme de recherches HANDLING, dirigé par Anne Reverseau (FNRS/UCLouvain), financé par l’ERC. Dans la mouvance des travaux récents sur les bibliothèques et les archives, à partir de quelques fonds d’images d’écrivains et d’artistes, allant du romantisme aux modernes, nous réfléchirons aux questions suivantes : Comment se sont constituées ces iconothèques ? Quels types d’images contiennentelles ? Où sont-elles stockées ? Comment sont-elles rangées ? Quelle est leur place dans la création d’une oeuvre et la formation d’un oeil ? Quel est leur rapport au canon, au musée et à la bibliothèque ? Quelles différences entre les pratiques et les gestes de l’artiste et de l’écrivain ? Quelles méthodes et quels enjeux pour
les iconothèques devenues invisibles ?

Agnès Sandras, conservatrice à la BnF et Sarah Hassd, post-doctorante au département de la Musique dans le cadre d’une bourse commune BnF-EUR Translitterae, présenteront des communications sur leurs travaux.

Programme

  • 9h30 Accueil
  • 9h45 Jessica DESCLAUX (UCLouvain/Erc Handling) et François-René MARTIN (École du Louvre/ ENSBA/ Item)
  • Introduction

Créer et collecter des images

  • 10h00 Ségolène LE MEN (Université Paris-Nanterre) Iconothèques graphiques dans la seconde moitié du XIXᵉ siècle
  • 10h30 Pierre WAT (Université Paris 1) L’iconothèque et ses secrets chez John Constable
  • 11h00 Agnès SANDRAS (BnF) L’iconothèque Zola constituée par Henry Céard : du panorama à la brouette
  • 11h45 Pause

De l’iconothèque à l’œuvre

  • 12h00 Pierre-Marc DE BIASI (CNRS/Item) Flaubert : de l’illustration à l’illusion, le parti pris immatériel des images
  • 12h30 Dominique PETY (Université de Savoie) L’iconothèque des Goncourt : circulation des images et genèse de l’écriture
  • 13h00 Pause

L’iconothèque comme musée personnel

  • 14h30 Sarah HASSID (École du Louvre, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) L’iconothèque de Paul Chenavard (1807-1895) : une collection d’estampes et de photographies au service d’une vision décadente de l’histoire de l’art ?
  • 15h00 Lillie FAURIAC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/HICSA) Fabrication d’un musée idéal : les outils et les pratiques de Gustave Moreau 
  • 15h30 Laurence BROGNIEZ (Université Libre de Bruxelles) Préraphaélisme et « produits dérivés » : du musée imaginaire au home de l’artiste. Le cas des symbolistes belges
  • 16h15 Pause

Répertoires d’images chez les modernes

  • 16h30 Laurence CAMPA (Université Paris-Nanterre) Les années d’apprentissage de Guillaume Apollinaire : la genèse du regard
  • 17h00 Sylvie RAMOND (Musée des Beaux-Arts de Lyon/ ENS de Lyon)  Les images de Joseph Cornell : répertoire et matériaux
  • 18h Fin des travaux

Informations pratiques

  • 23 janvier 2021
  • 9h30 – 18h
  • La journée d’étude aura lieu en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien de connexion, qui vous sera envoyé 48 heures auparavant, merci d’adresser un courriel aux deux organisateurs : Jessica.desclaux@uclouvain.be et mfrancoisrene@gmail.com

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940

Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit pas, ou pas uniquement, articulée autour du livre et des formes culturellement légitimes de l’imprimé. Les différentes interventions permettront d’explorer les matérialités diverses de l’objet imprimé et ses différentes fonctions ; les usages et pratiques d’appropriation qu’il génère ; les méthodes et objectifs de ses producteurs, y compris dans le cadre de situations de production innovantes, alternatives et/ou minoritaires. Ces contributions offriront non seulement un bref aperçu de la richesse de genres imprimés encore méconnus, mais permettront de dresser un état des lieux de la recherche actuelle sur cette ère de production et de consommation médiatique et d’envisager de futures perspectives théoriques et méthodologiques.

Marie Goupil, chercheuse associée de la BnF au département de la Musique aura l’occasion d’y présenter une partie de ses recherches1.

Programme

9h Mots d’ouverture

9h15 Invitée spéciale : Séverine Montigny (Conservateur du Département des Documents éphémères de la BHVP)
Présentation des collections d’éphémères de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

10h Panel 1 – Nouveaux objets, nouveaux usages

  • Violaine Gourbet – Gravures et almanachs : la présence discrète de l’art anglais dans les foyers allemands (seconde moitié du XIXe siècle)
  • Delphine Mulard – L’image et son rapport illustratif au texte, les différents modes illustratifs du Recueil des choses vues et entendues de l’ère Ansei
  • Marie Goupil-Lucas-Fontaine – « Fixer l’air du temps » : L’éditeur Salabert et l’imprimé musical populaire dans l’Entre-deux-guerres
  • Benoît Crucifix – La bande dessinée après le quotidien. Découpages, scrapbooks et comic strips aux États-Unis

12h Pause déjeuner

13h30 Panel 2 – L’entre-deux-guerres : aux frontières des légitimités culturelles

  • Pamela Ellayah – William R. Scott Inc., imprimer l’album pour enfants autrement
  • Fiona Piccolo – Intermédiaire et intermédial : l’imprimé polyvalent à travers culture savante, culture populaire et culture de masse chez Stefan Eggeler (1894-1969)
  • Alix Agret – Mise en page/mise en scène : séduction cinématographique dans des revues érotiques des années 1930

14h50 Panel 3 – Pratiques militantes de l’imprimé

  • Julien Contes – L’émergence d’une nouvelle culture démocratique de l’imprimé périodique en France et en Italie au milieu du XIXe siècle
  • Max Bonhomme – Découpages du temps révolutionnaire : les almanachs anarchistes et communistes
  • Lou Le Joly – Le Suffrage Atelier : émancipation politique et économique des femmes par l’imprimé (Royaume-Uni, 1909-1914)

16h15 Pause café

16h30 Invitée spéciale : Alice Savoie (Designer typographique, chercheuse indépendante et enseignante)
Présentation du projet de recherche Women in Type (University of Reading)

17h Discussion de fin de journée

Informations pratiques

  • Le 20 janvier 2021, de 9h à 18h.
  • La journée d’étude aura lieu en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien et connaître les modalités pratiques, merci d’adresser un mail aux deux adresses suivantes : laura.truxa@ehess.fr  et nathalie.sebayashi@ehess.fr.
  1. Voir la présentation de son projet de recherche, url : <https://bnf.hypotheses.org/9303>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Retours d’expérience des Archives nationales et de la BnF sur la mise en place de leurs plans de sauvegarde des biens culturels

Céline Allain, spécialiste en conservation préventive, coordinatrice du plan de sauvegarde des collections de la BnF et Marie Courselaud, chargée de conservation préventive, Centre de recherche et de restauration des musées de France proposent les retours d’expérience des Archives nationales et de la BnF sur la mise en place de leurs plans de sauvegarde des biens culturels.

Cette présentation s’est tenue lors des 9e journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels intitulées Anticipez ! Connaître, prévoir, agir en conservation-restauration, et qui se sont tenues les 21 et 22 mars 2019.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire « Mission, circulations et adaptations des savoirs : un regard global »

Affiche séminaire "Mission, circulations et adaptations des savoirs : un regard global"

Dans le cadre des journées d’études destinées aux étudiants de Master à l’université de Nantes et La Rochelle, le Centre de recherches en histoire internationale et atlantique organise un séminaire dans lequel Carina Sartori1, chercheuse associée de la BnF, présentera un volet de sa recherche développée à la bibliothèque de l’Arsenal. 

Carina SARTORI – « De la présence saint-simonienne aux récits de Michel Chevalier au Brésil (1830-1870) : Le cas d’Irineu Evangelista et André Rebouças »

Résumé

Alors qu’en France, le saint-simonisme atteint son apogée dans les années 1830 et 1832, au Brésil, ce mouvement, qui passe presque inaperçu, a été lu de manière ambiguë. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, lorsque les idées sur l’industrie et la technologie circulaient entre l’Europe et l’Amérique, un petit groupe de Brésiliens avides pour la modernisation industriel, tels que le Barão de Mauá et André Rebouças, s’est alors intéressé à la figure de l’ancien saint-simonien Michel Chevalier.

Informations pratiques

Organisateurs

  • Alain MESSAOUDI, maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’Université de Nantes – CRHIA
  • Carina SARTORI, docteure en histoire contemporaine et membre associée du CRHIA – La Rochelle Université
  1. Voir son projet, url : <https://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2019000029_serviteur-d-un-ideal-les-freres-pereire-et-la-pensee-industrielle-pacifique-et-universelle-saint-simonienne-au-second-empire>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Derniers jours pour nous dire (tout) ce que vous pensez de la BnF !

Plus que quelques jours pour répondre à l’enquête de la BnF lancée le 16 octobre auprès de tous les usagers, dans l’objectif de mieux connaître leurs profils et leurs attentes…

Nous savons que vos activités habituelles ont quelque peu été chamboulées [ou : probablement perturbées] ces dernières semaines, mais que vous soyez des habitués des lieux, ou des visiteurs occasionnels, nous comptons sur vous pour nous consacrer 10 à 30 minutes et nous dire tout ce que vous pensez de la BnF !

Enquêtes à la BnF : la BnF et vous

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Du jardin vers le monde et du monde au jardin La cartographie et l’histoire naturelle

Frédéric Scalberge, Jardin du Roy pour la culture des plantes médicinales, 1636. 
Estampe sur vélin mise en couleur. Muséum national d’histoire naturelle, OA 912
Frédéric Scalberge, Jardin du Roy pour la culture des plantes médicinales, 1636.
Estampe sur vélin mise en couleur. Muséum national d’histoire naturelle, OA 912

Les jardins naturalistes, botaniques et zoologiques, partagent avec la cartographie la volonté de décrire le monde de manière à la fois exhaustive et ordonnée. Les échelles, les matériaux, les apparences de la représentation sont certes différents. Mais il s’agit bien, dans la carte comme dans le jardin, d’élaborer une image du monde qui puisse être lisible par tout un chacun. Cartes et jardins font partie de ce grand effort scientifique qui consiste à faire voir et faire comprendre le monde et ses espaces, naturels et humains.

La journée d’études organisée conjointement par la Commission « Histoire » du Comité Français de Cartographie et la Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle se propose d’explorer les rapports qui se sont noués entre la cartographie et le jardin, notamment au Jardin des Plantes, du point de vue de l’acquisition, de l’organisation, de la représentation et de la diffusion des connaissances naturelles.

Programme

9h : Accueil – café

9h30 : Introduction par Eric Joly, délégué à l’éthique et chargé des indicateurs de l’empreinte écologique du Muséum, et Jean-Marc Besse, président de la commission ‘histoire’ du CFC

1ère session : Le jardin et la carte

Sous la présidence d’Emmanuelle Vagnon, chercheuse au LAMOP CNRS/Paris 1

10h : Agnès de Vachat, chercheuse associée, ENS du Paysage (Versailles), Le jardin médiéval, une image du monde

10h30 : Mariana Sánchez, doctorante, Université Paris-Diderot,  Entre l’Espagne et la France, le jardin monastique de El Escorial

11h15 : Julien Brault, conservateur, Bibliothèque du Muséum national d’Histoire Naturelle, Les embellissements du Jardin des Plantes à Paris sous la Monarchie de Juillet : l’ambition architecturale d’un Jardin-Monde

11h45 : Dominique Juhé-Beaulaton, directrice de recherche, CAK-CNRS-MNHN, La restructuration du Carré Lamarck des plantes ressources au Jardin des plantes du MNHN à partir des plans de travail des jardiniers

2e session La carte et l’histoire naturelle

Sous la présidence de Catherine Hofmann, conservatrice, BnF, département des Cartes et plans

14h : Marine Bellégo, maître de conférences, Université Paris 7, Cartes et plantes : les cartes du jardin botanique de Calcutta au XIXe siècle

14h30 : Emilie Dreyfus, doctorante, UMR Géographie-cités (Paris 1), groupe E.H.GO, Spectacle zoologique, inventaire de la nature ou encyclopédie naturaliste ? Approche épistémologique de la représentation des animaux sur quelques cartes murales des Amériques (XVIIe-XVIIIe siècles)

15h15 : Pause-Café

15h45 : Luc Menapace, conservateur, Bibliothèque nationale de France, département des Sciences et techniques, Naissance et développement de la cartographie thématique naturaliste

16h15 : Lucas Brunet, chercheur associé, Université de Tampere (Finlande), Gouverner les écosystèmes. Le projet biopolitique de cartographie des services écosystémiques

17h00 : Visite et présentation de documents organisées par la Bibliothèque du Muséum d’histoire naturelle – inscription sur place.

18h15 : Pot de clôture

Organisateurs

  • Comité Français de Cartographie (commission ‘histoire’)
  • Direction des bibliothèques du Muséum national d’Histoire Naturelle

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Séminaire du Projet e-NDP ― Notre-Dame de Paris et son cloître

Le projet e-NDP (ANR 2020) engage l’examen des registres capitulaires, de la documentation et des livres de Notre-Dame de Paris au Moyen Âge, pour étudier la société, l’économie, le bâti du cloître et de ses dépendances.

Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet (1715-1793). "Le cloître Notre-Dame vu de la Grève, 1753". Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet.
Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet (1715-1793). « Le cloître Notre-Dame vu de la Grève, 1753 ». Huile sur toile. Paris, musée Carnavalet. https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-carnavalet/oeuvres/le-cloitre-notre-dame-vu-de-l-ile-saint-louis-quai-d-orlean

Porté par le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LaMOP), le projet a pour partenaires les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France (Département des Manuscrits, Bibliothèque de l’Arsenal), l’École nationale des Chartes et la Bibliothèque Mazarine.

A cet effet, il lance un séminaire mensuel à partir du 20 octobre prochain. Les séances se déroulent le 3ème mardi de chaque mois, de 10 h à 12 h (à l’exception de la séance du mercredi 14 avril).

Programme

20 octobre 2020 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― Les registres du chapitre et le fonds de Notre-Dame de Paris aux Archives nationales : J. Claustre, D. Smith,
S. Nadiras et I. Bretthauer

17 novembre 2020 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Historiographie et perspectives épistémologiques : D. Smith, A.-F. Schmid, J. Morsel, S. Lamassé

15 décembre 2020 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― Le traitement des archives au chapitre ; leur devenir à la Révolution : L. Tryoen-Laloum, Y. Potin et M. Hermant

19 janvier 2021 LaMOP (Sorbonne, salle Perroy) ― Le fonctionnement institutionnel du chapitre : J. Claustre, A. Massoni, V. Julerot et É. Lusset

16 février 2021 École nationale des Chartes ― Le projet d’édition des registres du chapitre : O. Canteaut, V. Jolivet, P. Brochard, N. Perreaux, J.-B. Camps, J. Claustre et D. Smith

16 mars 2021 Archives Nationales, salle d’Albâtre ― La topographie du cloître et son bâti : H. Noizet, P. Bernardi, B. Bove, J. Claustre et D. Smith

14 avril 2021 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Gestion et finances du chapitre : J. Claustre, C. Jéhanno, D. Smith

18 mai 2021 Bibliothèque Mazarine, salle Franklin ― Vie, usages et autorité du livre, I. Enseignement et production du savoir : T. Kouamé, G. Lobrichon, F. Delivré, D. Smith

15 juin 2021 LaMOP (Sorbonne, salle Perroy) ― Vie, usages et autorité du livre, II. Liturgie, musique et dévotion : Y. Sordet, C. Denoël, A.-Z. Rillon, L. Albiero

Informations pratiques

Pour tous renseignements, s’adresser à :

Pour faciliter l’organisation du séminaire, un sondage au sujet de la 1ère séance est proposé : https://evento.renater.fr/survey/1ere-seance-du-semin…-zqirz9bl.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

colloque « L’art et le livre entre XVe et XVIIIe siècle, pour une approche transdisciplinaire » (8-9/10/20)

Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Un jeune enfant regardant des figures dans un livre (1797). Premier portrait de Benoît-Agnès, fils du Dr Trioson (mort en 1804).
Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson : Un jeune enfant regardant des figures dans un livre (1797). Premier portrait de Benoît-Agnès, fils du Dr Trioson (mort en 1804)

Argument

Histoire de l’art et histoire du livre ont beaucoup à se dire. Mais comme objet incorporant du texte aussi bien que de l’image, le livre a surtout intéressé jusqu’à présent les historiens du littéraire examinant, par exemple, les rapports entre texte et gravures. Les historiens de l’art, de leur côté, ont cherché à comprendre les modes de transposition du texte en image et inversement. Ce colloque interdisciplinaire entend plutôt examiner, dans le vaste laboratoire de l’époque moderne qui voit le livre naître puis triompher, la manière dont chaque discipline se saisit du livre, suivant quelles modalités et dans quelles perspectives. Trois approches ont été proposées aux communicants. La première interroge les processus créatifs dans l’objet-livre, qui tiennent compte à la fois des nécessités économiques, des impératifs de la mise en page, des attentes du public et du statut de l’auteur des images comme des textes. La deuxième cherche à comprendre la possible autonomie des images par rapport au texte, en amont ou en aval de l’entreprise éditoriale et le statut de ces images sorties des livres. Enfin, la troisième se penche sur le collectionnisme né autour des livres à images : classement et signalement, critères de rareté, extraction des images au détriment des textes.

Programme

Jeudi 8 octobre

Matinée

  • Mot de bienvenue : Nathalie Marcerou-Ramel, directrice de l’Enssib
  • Mot d’accueil : Chloé Perrot
  • Introduction au colloque : Dominique Varry
  • Session 1 : Des images pour des livres
    • Ilaria Andreoli (ITEM-CNRS) : « Économie et stylistique du livre illustré du XVIe siècle : le triangle Lyon, Paris, Venise »
    • Anne-Marie Telesinski (CERLIM, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle) : « La métamorphose en images : de l’incunable enluminé à la gravure commentée (Italie, XVe- mi-XVIe s.) »
    • Rodolphe Leroy (Université de Bourgogne) : « Poèmes figurés entre imprimé et manuscrit, lectures d’un livre de prestige à la Renaissance »
    • Rosa De Marco (Université de Liège) : « Le livre de fête et ses illustrations : plis et replis du spectaculaire »

Après-midi

  • Session 1 : Des images pour des livres ( suite)
    • Marie Chaufour (Université de Bourgogne) : « Du livre d’emblèmes aux emblèmes appliqués »
    • Isabelle Baudino (IRHIM – ENS Lyon) : « Images et imagination du passé dans les livres et la peinture en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle »
    • Nathalie Collé (Université de Lorraine) : « Quand l’illustration sort du livre et voyage : cartes postales et timbres inspirés de quelques classiques de la littérature anglaise »
  • Session 2 : Des images hors les livres
    Présidence : Nathalie Collé (Université de Lorraine)
    • Marion Gouriveau (HISCA – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « L’illustration dans les traités anatomiques (XVe-XVIIIe siècles) »
    • Mylène Vangeon (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « Pour une étude des gravures dans les livres de science newtonienne en France au XVIIIe siècle »
    • Marianne Volle (Collège Glendon/Université York à Toronto – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le Nouveau Monde à l’échelle du livre : représenter la flore et sa grandeur dans les relations de voyage en Amérique au XVIIIe siècle »

Vendredi 9 octobre

Matinée

  • Session 3 : Livres et images au prisme du collectionnisme et de l’expertise savante
    Présidence : Philippe Martin (Lyon 2)
    • Nastasia Gallian (Centre André Chastel, Sorbonne Université) : « Matteo Botti (1566-1621) : bibliophile et collectionneur d’estampes entre Florence et Paris »
    • Carla Julie (Université de Lausanne) : « Un peintre du Grand Siècle auteur d’un livre d’estampes : François Verdier et l’Histoire des actions  extraordinaires de Samson, 1698) »
    • Antoine Gallay (Université de Genève, Université Paris-Nanterre) : « Lorsque la passion de l’estampe conduit à la destruction du livre : collectionner l’oeuvre de Sébastien Le Clerc au tournant du XVIIIe siècle »
    • Kristina Borovkova (CESR – Université de Tours) : « La fabrique d’un recueil d’ornements typographiques : la ‘Bibliographie pittoresque’ du collectionneur et bibliophile orléannais Jean-Michel Constant Leber »
    • Pascale Cugy (INHA) : « La gravure d’illustration a droit à une place dans l’histoire de l’art. Jeanne Duportal (1866-1954) et l’Étude sur les livres à figures édités en France de 1601 à 1660 »

Après-midi

  • Visite de la bibliothèque municipale de Lyon

Organisatrices

  • Clarisse Evrard (Université de Lille)
  • Fabienne Henryot (Enssib)
  • Chloé Perrot (BnF, département des Estampes, doctorante à l’École Doctorale d’Histoire de l’Art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Informations pratiques

  • Date et horaire : 8/10/2020 9h – 9/10/2020 16h
  • Adresse : Enssib | 17-21 bd du 11 novembre 1918 | 69100 Villaurbanne
  • Entrée libre sur inscription

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

Colloque de clôture du projet ANR Foucault Fiches de Lecture – Première partie à l’IMEC Abbaye d’Ardenne, 10-11 septembre 2020, à la BnF le 26 septembre 2020.

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique
Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

En proposant la numérisation des fiches de lecture de Michel Foucault conservées à la BnF, le programme ANR Foucault Fiches de Lecture (FFL) vise une approche de l’œuvre de Foucault fondée sur l’analyse des pratiques de lecture du philosophe et de ses cheminements de pensée.

Le colloque final sera l’occasion d’effectuer un bilan, au niveau des outils développés, en ce qui concerne l’édition et le travail de la recherche foucaldienne valorisant le fonds Foucault déposé à la Bibliothèque nationale de France. Il s’agira aussi de proposer une réflexion sur les enjeux politiques et intellectuels du numérique dans le domaine des archives. Parce que matérialité technique et pensée sont étroitement liées, le numérique en tant qu’écriture n’est pas sans effet ni sur la façon d’organiser et de penser les archives dans la société, ni sur la manière de pratiquer la philosophie.

Programme du 10 septembre

  • 9h30 Mot de bienvenue par F. Bordes et P. Sabot suivi d’une ouverture par Mathias Girel, Laurence Le Bras et Michel Senellart
  • 10h30 Les outils. Président de séance J.-P. Moreux
    • Présentation de la plate-forme numérique
      Vincent Ventresque
    • « Lire les fiches de lecture avec Transkribus »
      Marie-Laure Massot et Vincent Ventresque
  • 14h30 Les projets d’édition. Président de séance L. Dartigues
    • « Michel Foucault, un cas exemplaire pour penser les pratiques savantes »
      Jean-François Bert
    • « Les usages de la plate-forme au soutien des projets d’édition de Michel Foucault »
      Elisabetta Basso
    • « Reconstituer un corpus à partir d’archives : Foucault et la phénoménologie »
      Philippe Sabot
  • 18h00 Soirée animée par E. Basso
    • Les enjeux des archives numériques pour les chercheurs et les archivistes. Avec François Bordes, Laurence Le Bras, Jean-Philippe Moreux, Arianna Sforzini

Programme du 11 septembre

  • 9h30 Analyse du travail « matériel » (1). Président de séance M. Senellart
    • « Le bio-pouvoir entre libéralisme et néolibéralisme. Un regard par les boîtes »
      Luca Paltrinieri
    • « La genèse des Aveux de la chair : les hypothèses de l’archive »
      Philippe Chevallier
    • « Édition et ayants-droit, une nécessaire coopération »
      Laurent Dartigues
  • 14h30 Analyse du travail « matériel » (2). Président de séance Ph. Chevallier
    • « Foucault, néolibéralisme et la question de l’État : un éclairage à partir des fiches de lecture »
      Carolina Verlengia
    • « Archéologie et volonté chez Michel Foucault entre les années 1950 et 1960 »
      Orazio Irrera

Programme du 26 septembre

Matinée

9 h 30 – Présentation de la matinée par Laurence Le Bras
9 h 40 – Présentation du projet et des objectifs techniques par Vincent Ventresque
9 h 50 – Présentation de fonctionnalités de Gallica utiles au projet par Jean-Philippe Moreux
10 h – Présentation du prototype et de ses aspects expérimentaux par Vincent Ventresque
11 h – Présentation de Transkribus par Jean-Philippe Moreux et Marie-Laure Massot
12 h – Présentation de la plateforme Eman par Richard Walter

Après-midi

14 h 30 – Ouverture par Laurence Le BrasIsabelle le Masne de chermont
15 h – « Le projet FFL : présentation et devenir », présentation du projet Foucault Fiches de Lecture et de ses enjeux pour la recherche par Michel Senellart et Laurent Dartigues
15 h 30 – « Conserver et éditer les archives », table ronde animée par Laurence Le Bras, avec Henri-Paul Fruchaud et Daniel Defert
16 h 30 – « Articles, cours, inédits : les visages de l’œuvre posthume », table ronde animée par Philippe Chevallier, avec François EwaldFrédéric Gros et Claude-Olivier Doron
17 h 30 – Table-ronde conclusive animée par Judith Revel : « Ce que l’édition posthume fait à l’œuvre  »

Informations pratiques BnF

  • Samedi 26 septembre 2020, 9h30 – 18h30
  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com (rubrique Bibliothèques) – Réservation obligatoire avant le 18 septembre pour la matinée.
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation).

Comité d’organisation

Elisabetta Basso, Laurent Dartigues, Michel Senellart, Vincent Ventresque, Carolina Verlengia, avec l’aimable participation de
François Bordes et Philippe Sabot.

Contact : laurent.dartigues@ens-lyon.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Que lit un bibliographe de la Bibliothèque nationale ? Catalogue partiel de la bibliothèque de Josué Seckel

Dans ces pages, nous avions annoncé le décès de Raymond-Josué Seckel et la cérémonie d’hommage qui s’était déroulée1.

Aujourd’hui, nous signalons le dernier catalogue de la librairie Henri Vignes, consacré à la bibliothèque de Josué Seckel2.

Il s’agit d’un choix d’ouvrages, la famille ayant conservé une partie de sa bibliothèque et en ayant également donné à la Bibliothèque nationale de France et à des amis de Josué Seckel, pour perpétuer son souvenir en dispersant certains de ses ouvrages dans leurs bibliothèques.

Nous nous permettons de reproduire, avec l’autorisation de M. Henri Vignes que nous remercions, l’introduction de Marie-Noëlle Bourguet-Seckel.

Raymond Josué Seckel, le vagabond des livres

Feuilleter ce catalogue – quelque 400 ouvrages choisis dans la bibliothèque de Raymond Josué Seckel et réunis en une collection à son nom – produit l’étrange sensation d’une mise en abyme : de page en page s’y répercute l’image de celui qui fut lui aussi bibliographe et collectionneur, inlassable liseur de catalogues, impénitent flâneur de librairies.

Bibliographe, il l’était par vocation et profession : un métier qu’il avait appris, ainsi qu’il aimait à dire, comme commis-libraire dans une grande librairie strasbourgeoise, puis comme élève à l’École nationale supérieure de bibliothécaires, et qu’il pratiqua avec passion à la Bibliothèque nationale où il fit toute sa carrière (1973-2013). Entré au service de la Bibliographie de la France, nommé à la Salle des catalogues en 1978, il en fut le dernier directeur à partir de 1989 avant de prendre en charge la création, puis la direction, du département de la recherche bibliographique de la Bibliothèque nationale de France, poste qu’il occupa jusqu’à sa retraite. Au long de ces années, il fut pour ses « chers lecteurs », collègues et chercheurs, le bibliographe du dernier recours, un vrai magicien selon le mot de Jacques Roubaud. Pour lui qui circulait comme en se jouant dans le maquis des fichiers, des répertoires et bientôt des catalogues numérisés, les recherches les plus insolites étaient des défis accueillis avec une sorte d’allégresse gourmande, aucune question ne devait rester sans réponse, aucune énigme bibliographique sans solution.

Collectionneur, bibliophile, il l’était aussi, à sa manière qui n’était pas, généralement, une recherche de « beaux » livres, d’éditions anciennes ou de reliures précieuses (même si, en historien du livre, il était sensible à ces qualités). Des catalogues qu’il annotait page à page, des présentoirs de librairie dont l’exploration scandait ses promenades à travers Paris, il extrayait des ouvrages d’aspect souvent des plus modestes – une mince plaquette, un volume dépareillé, un numéro de revue isolé –, auxquels lui seul savait donner sens : soit parce qu’il s’agissait d’auteurs avec qui il entretenait d’invisibles affinités ; soit parce qu’il avait au premier coup d’oeil reconnu quelque rareté ou curiosité bibliographique.

Aussi est-ce après coup, dans l’image condensée qu’en offre le catalogue, qu’apparaissent quelques lignes de force de la quête qu’il poursuivait. La place, attendue, faite aux outils de travail du bibliothécaire : l’histoire du livre et de l’imprimerie, l’histoire des collections et des bibliothèques, la bibliographie. Des champs d’étude et de recherche érudite, qui révèlent des jardins plus secrets : le Livre et la tradition juive ; les catalogues d’art et les livres d’artiste ; la littérature érotique et son histoire éditoriale, matière d’une exposition sur L’Enfer de la Bibliothèque dont il fut le co-commissaire en 2007-2008. Enfin l’attrait esthète, militant, pour les marges, les à-côtés de la scène littéraire, les expériences graphiques et formelles des avant-gardes de naguère ; un goût affirmé pour les genres mineurs et les livres minuscules, pour les revues éphémères qu’il s’attachait à constituer en séries complètes, pour des aventures éditoriales comme celle de K éditeur dont il se fit le bibliographe.

Josué avait coutume de dire qu’un catalogue garde une part de mystère, parce que manque toujours une clef pour le lire. Où chercher dans le cas de sa propre bibliothèque la clef qui permettrait d’en approcher la vérité : dans la partition entre cohérence et éclectisme, rigueur et vagabondage qui s’y jouait, sur fond d’immense culture ? dans les quelques titres, pour lui fondateurs, qu’il tenait moins à posséder qu’à offrir, à conserver qu’à faire lire et partager – un poème de Goethe, une brève nouvelle de Georg Büchner, un roman de Georges Limbour, un récit d’Henri Calet, quelques autres encore ? Paradoxe de celui qui savait résoudre par les livres les énigmes des autres et dont les livres gardent cachée l’énigme personnelle, la part invisible qui cependant donnait sens à leur compagnonnage.

Marie-Noëlle Bourguet-Seckel


Comme tout catalogue, la consultation de celui-ci forme une sorte de portrait en creux, dont la lecture révèle les goûts et intérêts de Josué Seckel. Le sommaire du catalogue en donne un aperçu :

  • Bibliographie n° 1 à 52
  • Curiosa n° 53 à 80
  • Judaïca n° 81 à 98
  • Revues n° 99 à 139
  • Beaux-arts n° 140 à 194
  • Surréalisme n° 195 à 213
  • Situationnisme n° 214 à 239
  • Littérature n° 240 à 418

Ainsi, ce catalogue donne à lire combien la bibliothèque du bibliographe fut aussi bien son bureau où se déploie l’univers intellectuel du commissaire d’expositions qu’il fut que le reflet de ses passions, par exemple pour la poésie. 


Signalons que le libraire Henri Vignes est également bibliographe puisqu’il a édité la bibliographie de plusieurs maisons d’éditions3.


Mise à jour du 26 mai 2020

Le catalogue de la bibliothèque de Josué a reçu un tel écho d’intérêt et de souvenir, que certaines demandes n’ont pu être honorées, les ouvrages choisis étant déjà retenus.

Aussi, pour ouvrir un choix plus large et accessible, Henri Vignes propose en complément une liste de 1112 numéros (dont des titres de périodiques4), tous provenant aussi de la collection de Josué Seckel, et actuellement disponibles sur le site de la librairie. En voici la liste :

En plus de références sur la bibliographie, l’amateur retrouvera de nombreux titres sur la poésie, Jean Paulhan, Pascal Quignard, Georges Perec, Jacques Roubaud, la littérature érotique, l’histoire du livre, mais aussi Ezra Pound, Raymond Queneau, etc.

  1. Hommage à Raymond-Josué Seckel (1949-2019), url : <https://bnf.hypotheses.org/8195>. []
  2. Disponible en ligne sur le site du libraire, url : <https://www.librairievignes.com/uploads_pdf/670_catalogue_pdf_Biblioth%C3%A8que%20Seckel%20-%20Vignes%20Online%20-%20Catalogue%20n%C2%B04%20-%20printemps%202020.pdf>. []
  3. Bibliographie des Editions de Minuit, Bibliographie des Editions de la Nouvelle Revue française, Bibliographie des éditions Denoël et Steele, cf. url : <https://www.librairievignes.com/bibliographies>. []
  4. Par exemple, 75 vol. de Po&sie, 65 du Nouveau Commerce, les 49 premiers numéros d’Histoires littéraires : revue trimestrielle consacrée à la littérature française des XIXe et XXe siècles, etc. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

SI J’ÉTAIS… Une collecte de photographies pour une exposition participative

Photographie : © Nine Jacquet
Photographie : © Nine Jacquet

En attendant sa prochaine programmation d’expositions, l’Institut pour la photographie vous propose avec Wipplay, son premier projet interactif. Pour participer, envoyez-lui 1, 2 ou 3 photos qui répondent à ces questions :

Régulièrement, l’Institut partagera avec vous une sélection des photographies reçues. VOS images raconteront certainement NOS histoires à tous. Espérons que celles-ci nous permettront de nous évader autrement en ces temps de confinement.

Exposition de toutes les photographies lors de la programmation d’expositions EN QUÊTE, à l’Institut pour la photographie, à Lille, prévue du 10 septembre au 15 novembre 2020 (sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire).

Téléchargez le règlement 

Téléchargez le communiqué de presse 

Logo IPP
Logo IPP

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : La photographie, une « histoire pour tous » : Hommage à François Brunet (26-27/3)

Le colloque La photographie, une “histoire pour tous”, organisé sous la direction scientifique de la revue Transbordeur : photographie, histoire, société, en partenariat avec l’Université d’Amiens, l’Université de Lille et la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société à Lille, propose de rendre hommage aux travaux sur l’histoire et les images de François Brunet.

Dans le prolongement du colloque Les manières de faire vernaculaires (Université de Paris, LARCA, 23-24 janvier 2020), qui a axé son propre hommage à François Brunet sur la notion de vernaculaire et sur les productions qui s’y rapportent, il concentrera ses réflexions sur les formes populaires d’écriture de l’histoire de et par la photographie.

Jeudi 26 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : NATHALIE DELBARD, Professeure en arts plastiques, Université de Lille, CEAC
  • 10h30 : Introduction de JEAN KEMPF, Professeur de civilisation américaine, Université Lumière-Lyon 2, Membre de l’UMR Triangle
  • 11h : ELIANE DE LARMINATMobilisations des archives photographiques des logements sociaux de Chicago. Histoire en image, contre-récits et mémoire sociale
  • 11h45 : JORDI BALLESTALes photographies amateures des dossiers administratifs de déclaration de travaux. Pour une histoire photographique étendue des paysages contemporains.
  • Déjeuner libre
  • Modération : CHRISTIAN JOSCHKE, Maître de conférences au département d’Histoire de l’art et d’Archéologie de l’Université Paris Ouest Nanterre
  • 14h : DIDIER VIVIENHistoires vernaculaires & photographies sans auteur. L’exemplarité éditoriale du Bassin minier Nord Pas-de-Calais.
  • 14h45 : MATHILDE BERTRANDLa photographie comme outil et vecteur d’une histoire populaire et alternative dans les travaux du Photography Workshop.
  • Pause
  • 16h : LYDIA ECHEVERRIA1Auteur et amateurs. Pour une histoire photographique des quartiers populaires.
  • 17h : conclusion
  • Moment convivial autour d’un verre

Vendredi 27 mars

  • Mot d’accueil
    Modération : LISE LERICHOMME, Maîtresse de conférences en arts plastiques à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens
  • 10h30 : Introduction de DIDIER AUBERT, Enseignant au département Monde anglophone de l’Université Paris 3 -Sorbonne Nouvelle – « L’humanisme profond de la photographie« .
  • 11h : ALEXANDRA DE HEERINGDe l’invisibilisation à la représentation de soi. L’histoire des communautés subalternes en Inde du Sud à travers le portrait photographique.
  • 11h45 : ANAIS MAUUARINHistoire (re)naissantes. Retours
  • et appropriations des photographiques de l’ethnologie.
  • Déjeuner libre
  • Modération : OLIVIER LUGON, Professeur d’histoire de la photographie à l’Université de Lausanne
  • 14h : CAROLIN GEORGENL’histoire de la photographie américaine depuis les marges. La Peter Palmquist Collection sur l’Ouest américain au XIXe siècle : apports historiographiques et méthodologiques.
  • 14h45 : MARLENE VAN DE CASTEELE« A Camera Issue. » Popularisation et commercialisation de la photographie dans les magazines Vogue et Commercial Camera Magazine.
  • Pause
  • 16h : ISABELLA SENIUTAHistoire des Texbraun, les invisibles du monde photographique.
  • 16h45 : Conclusion de MICHEL POIVERT, Professeur d’histoire de l’art/photographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Informations pratiques

  • Jeudi 26 mars

Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MEHS)
2 rue des Cannonniers, 59000 Lille
Espace Baïetto

  • Vendredi 27 mars

UFR Arts de l’Université Jules Verne – Picardie
30 rue des Teinturiers
80000 Amiens

  1. Chercheuse-associée de la Bibliothèque nationale de France. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la recherche scientifique signent une nouvelle convention-cadre

Logo CNRS
Logo CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Paris, CNRS, Salon d'honneur
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, Paris, CNRS, Salon d’honneur

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, ont signé mardi 10 mars 2020 une nouvelle convention-cadre réaffirmant la volonté de coopération des deux établissements.

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Dans le cadre des missions qui leurs sont attribuées, le CNRS et la BnF participent chacun au partage et à la diffusion des savoirs, à la valorisation des résultats de la recherche comme au développement de nouvelles connaissances.

Les deux établissements ont par ailleurs une politique concertée dans leurs domaines de recherche communs, notamment en sciences humaines et sociales et en sciences et technologies de
l’information et de la communication. Leur convergence d’intérêt a conduit à la conclusion d’une convention-cadre dès 1997.

La nouvelle convention signée ce 10 mars 2020 réaffirme et renforce le cadre de cette coopération. Elle vise à améliorer la synergie des actions entreprises et leur visibilité, à favoriser la mise en relation des recherches menées avec d’autres programmes ou unités ayant des intérêts convergents, à assurer une meilleure promotion des collections de la BnF auprès des chercheurs. A la faveur de nouveaux services numériques aux chercheurs mis en place à la BnF, elle contribuera à intensifier les collaborations dans les domaines de la fouille des données massives favorisant l’exploitation du vaste gisement de collections numériques de la la BnF (collections numérisées ou nativement numériques, images fixes et animées, archives du web).

Les études et recherches conduites conjointement dans le cadre de cet accord peuvent relever de disciplines diverses intéressant plusieurs Instituts du CNRS : sciences humaines et sociales, sciences
biologiques et chimie, sciences de l’information et de leurs interactions (informatique, traitement du signal et de l’image, intelligence artificielle…).

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS
Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts