Archives de catégorie : À la BnF

Poussez les portes de la BnF avec les « journées spéciales étudiants »

Vous êtes lycéen, étudiant en licence ou en master, doctorant, ou vous préparez un mémoire ou une thèse ? Venez découvrir la Bibliothèque nationale de France lors de ces journées à travers des animations, des ateliers et des concerts !

Entrée gratuite les vendredi 6 et samedi 7 octobre de 9h à 20h.

Salle de lecture © Emmanuel Nguyen Ngoc/BnF

Tout au long de ces deux jours :

  • rencontrez nos bibliothécaires, disponibles pour vous durant ces journées,
  • profitez du lieu et découvrez nos espaces grâce à notre parcours d’initiation (parcours d’initiation de la bibliothèque tous publics en continu entre 10h et 17h / durée 20 minutes Hall est),
  • participez à notre jeu concours et tentez de gagner un an d’abonnement illimité aux salles de lecture et aux expositions de la BnF.

Vous venez en groupe ?
Contactez-nous au 01 53 79 49 70

Remise gratuite d’un ticket d’entrée aux salles de lecture à chaque participant en faisant la demande à l’accueil (limité à un ticket par personne et par jour).

1 boisson chaude* offerte au café des Globes pour les nouveaux entrant sur présentation du ticket d’entrée. Cette offre s’applique aux horaires d’ouverture du café le vendredi 7 et le samedi 8 octobre de 10h à 18h30
*Offre valable parmi le choix disponible sur la machine de boissons lyophilisées, 1 boisson offerte maximum par ticket.

Informations pratiques

Plan de situation du site François-Mitterrand © BnF

Contact
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque, 75013 Paris.
(Adresse postale : Quai François-Mauriac, 75706 Paris Cedex 13)
Téléphone : 33(0)1 53 79 59 59

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Prix Phonurgia Nova 2017 : A l’écoute du réel, 23 & 24 septembre

Des sons, des paroles, des voix, parmi les livres !

La BnF accueille les prix Phonurgia Nova de la création radiophonique et sonore

Les Prix Phonurgia Nova 2017 jettent à nouveau l’ancre à la BnF. Durant deux jours consacrés à scanner le meilleur de la création radiophonique française et internationale, auteurs, auditeurs et jury, se réuniront pour comparer, distinguer et récompenser une sélection d’oeuvres sonores représentative de la création sonore et radiophonique la plus pointue.
Les meilleur(e)s Fictions, documentaires de création, hörspiel, pièces de field recording et d’art acoustique seront à l’honneur pendant ce grand marathon des oreilles qui l’année dernière avait attiré 199 auteurs du monde entier – et couronné (entre autres) les fictions de Sebastien Dicenaire (Belgique) et Daniel Martin-Borret (France), les explorations sonores de Hanna Hartman (Allemagne), de Mark Vernon et Jenn Mattinson (Royaume-Uni), les documentaires de Aurelia Balboni (Belgique) et du collectif Soundwalk (USA et Allemagne), ou encore un très beau documentaire de l’intime de Clara Alloing (Belgique).
Au menu de cette 22e édition, un prix Fiction, doté par la SACD, un prix Art sonore doté par la SACEM, un prix Archives de la parole doté par la BnF, un prix jeunes créateurs et un nouveau Prix « Paysage sonore » doté par le Musée de la Camargue.

Sur 175 productions reçues cette année provenant de 19 pays, 51 ont été retenues. Un nombre sans précédent de bolides sonores sont en compétition, en provenance à la fois des meilleures fabriques (Arte Radio, Phaune Radio, La Première RTBF, SWR, France Culture, ACSR, Faïdos Sonor, Le Labo–RSR, Polymorfilms et l’atelier Graphoui, ABC Soundproof, Deutschlandfunk, BabelFish asbl, Radio Panik, CinéSilex…) et de la grande famille des auteurs-producteurs-indépendants, de plus en plus nombreuse, qui, partout dans le monde, ont choisi la parole humaine, le réel ou l’imaginaire sonore du monde, comme supports et ressorts privilégiés de leur création.

Affiche Phonurgia BnF

Programme

Samedi 23 septembre

– 10h : Accueil du jury
– 10h30 – 13h : Prix Paysage Sonore

  • Alexis Rodolphe Myanmar Melodies
  • Atanasyan Charlie A journey through the Middle-East
  • Black Colin One Saturday in a small welsh village
  • Blinkhorn Daniel Cradle caldera
  • Blume Félix Fuga – Phaune Radio
  • Capeille Daniel Le silence sur un fil
  • Marin Stéphane Serendib rythms
  • Moxley Alyssa Epiphany
  • Petit Jérôme Siffler Laos – Arte Radio
  • Vaillant François Sous le grand chêne
  • Vernon Marc Lend an ear, leave a word – Audio Archaeology Volume 1: Lisbon

– 14h15 – 16h35 : Prix Archives de la Parole / Session 1

  • Tirandaz Laura Des étés plus longs que d’autres – La Première – RTBF – Par Ouï-dire
  • Pesch Carina Wanna play? worlds and 5 blind dates – SWR
  • Despeignes/Mardirossian Charles-Henri/Gilles Les voix du Mal (Chipe, Merguez, Disco)
  • Martin Borret/Lisel Daniel/Marie Agogies
  • Carre/Julien Marylène/Jean Baptiste A cherbourg la mer est bleue quand il fait beau – France Culture
  • Pascariello Pascale Les braqueurs – Arte Radio
  • Robiche Claire Un faux prophète – Arte Radio
  • François Nicolas La sardine et le loup de mer – ACSR

– 16h50 – 19h20 : Prix Archives de la Parole / Session 2

  • Laumonier Fabienne Bienvenue – ACSR
  • Gasteau Sylvie Anne de Jongh, la rebelle à la licorne – France Culture
  • Bories Benoît Une quête – La première – RTBF, FaÏdos Sonore
  • Oudin Nicolas Porte voix de la disparition – Le labo – RSR
  • Meursault/Landry Pali/Amélie Les chemins égarés – France Culture
  • Penitot Aline Nous, pacotilleuses, femmes de vagabondages marins – France Culture
  • Aigner Florence Les enfants de la poule – Florence Aigner, Polymorfilms et l’atelier Graphoui
  • Parietti/Langer Caroline/Vanessa Le corps qui sait – Le labo – RSR

– 19h30 : remise du prix ‘Archives de la Parole 2016’ par la BnF

Dimanche 24 septembre

– 11h15 – 13h15 : Prix Pierre Schaeffer « découvertes »

  • Chomel Cabiria Les habitués de la nuit
  • Flacon Marie Fini de jouer – Arte Radio
  • Cousseau Jeanne Si je rêve, prends garde à toi – ACSR Empreinte
  • Desmarais Louis Olivier Abbaye
  • Herrmann Mitchell Nicosia
  • Gobin/Franco Boris/Sonia De l’autre côté du monde

– 14h – 16h40 : Prix Art sonore

  • Butzmann Frieder Die schrecklichhsten Stimmen – The most terrible voices – SWR
  • Calvo Charo Qualia – ABC Soundproof Australia
  • Hanushevsky/Poepplein Janko/Eva In darkness let me dwell – Deutschlandfunk
  • Jacquot Nicolas Lames de fonds
  • Madan/Friz Emmanuel/Anna The Joy channel
  • Naylor Steven Rivers
  • Peters/Peregrine Sarah/Andrews Ed Balls’ dream diner party
  • Tidoni Davide Le son du bruit blanc – ACSR Empreinte
  • Toulemonde Olivier Comment dire
  • Von Reusner Clemens Definierte Lastbedingung

– 17h – 19h30 : Prix Fictions francophones

  • Abitan Benjamin La préhistoire du futur – France Culture
  • Debarsy/Lagadec Jeanne/Maël La première fois que je suis devenue fou(le) – BabelFish asbl et ACSR
  • Dicenaire Sebastian John Haute Fidélité
  • Matyn-Wallecan/Boute Vincent/Antoine Télé Banque Hypnose – Radio Panik
  • Merlin Jean Paul Faits divers
  • Osinski Fabrice La Tourmente – CinéSilex
  • Perache/Zovighian François/Sabine De guerre en fils – Arte Radio
  • Ray Sandrine La tragédie du bonheur

– 20h30 : Annonce du palmarès

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium
Entrée libre dans la limite des places disponibles, réservation : info@phonurgia.org
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles

La Bibliothèque nationale de France organise un cycle de conférences sur l’histoire de l’Italie portant plus particulièrement sur les relations franco-italiennes aux XIXe-XXe siècles.

Argument

La France et l’Italie entretiennent des relations très étroites depuis une époque lointaine. Au fil des siècles, les multiples échanges entre les deux pays ont favorisé la constitution d’un fonds patrimonial extrêmement riche et varié qui demeure cependant peu connu du grand public. Ce cycle de conférences porte sur des moments clés de l’histoire de la péninsule aux XIXe-XXe siècles.

Programme

Vendredi 13 octobre 2017 : Les exilés politiques italiens à Paris dans les années 1830. L’exemple de la Gazette « L’Italiano »

Madame Ilaria Gabbani, Docteur ès Lettres, traductrice. Université de Pise, Université de Paris 3 Sorbonne, Centre C.I.R.C.E.

La publication, à Paris, en 1836, de la gazette littéraire « L’Italiano » demeure un épisode peu connu de l’histoire de la diaspora italienne du Risorgimento. Écrit presque entièrement en italien, destiné à la communauté des exilés comme au public de la péninsule, le journal avait comme objectif un ambitieux programme de critique littéraire visant l’élaboration d’une nouvelle littérature nationale. En dépit de sa nature identitaire, ce projet était le fruit d’un dialogue fécond avec la littérature européenne du XIXe s. dont un recueil de traductions de drames était à l’origine envisagé. Entre éloges et âpres critiques, c’est surtout la culture française du XIXe s. qui joue un rôle prépondérant dans le développement du projet littéraire défendu par la gazette.

L’Italiano. Foglio letterario, [périodique] Collections BnF, Site François-Mitterrand, cote Z-9119

Vendredi 17 novembre 2017 : Les Français et l’Unité italienne : 1848-1870

Madame Laura Fournier-Finocchiaro, Maître de conférences HDR en études italiennes. Université Paris 8  Vincennes-Saint-Denis.

Entre 1848 et 1870, on constate un très vif intérêt en France pour la question de l’indépendance et de l’unité italienne. L’opinion française, globalement plutôt sensible et favorable à l’idée de combattre l’influence autrichienne en Italie, est régulièrement informée par la presse qui, pendant la guerre d’indépendance de 1859-1860, développe massivement la pratique journalistique de la correspondance de guerre. À cet égard, on peut remarquer que la France construit son image propre du Risorgimento italien où le rôle joué par la personnalité de Napoléon III est fortement valorisé. Inversement, l’historiographie italienne revendique, pour sa part, l’indépendance de l’action politique dans l’unification de la péninsule par rapport à l’appui venu des Français.

Guerre d’Italie. Bataille de Solferino (24 juin 1859). L’empereur Napoléon III donne l’ordre aux chasseurs et aux voltigeurs de la Garde d’enlever Solferino [estampe]

Vendredi 15 décembre 2017 : Entre estime et rivalité : les relations entre la France et le Royaume d’Italie de la défaite de Sedan à la Marche sur Rome (1870-1922)

Monsieur Jean-Yves Frétigné, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université de Rouen, GRHis. Président de la Société d’études françaises du Risorgimento italien.

Après les périodes d’incompréhension (Napoléon III et la question romaine) et les combats communs entre Français et Piémontais sur les champs de bataille contre les Autrichiens qui ont joué un grand rôle dans le Risorgimento et dans la naissance du Royaume d’Italie, les relations entre les deux peuples restent tissées d’estime et de solidarité mais aussi de mépris et de rivalité. Les frictions, parfois très vives, et les apaisements autour de la question romaine puis de la question coloniale vont rythmer les rapports diplomatiques, économiques et culturels jusqu’à l’arrivée de Mussolini au pouvoir.  Plus fortement que jamais, entre 1870 et 1922, les deux États latins se considèrent comme deux sœurs profondément attachées l’une à l’autre mais parfois incapables de se comprendre.

« La Question tunisienne », Le Monde illustré, 20 avril 1881.

Vendredi 26 janvier 2018 : L’émigration italienne en France aux XIXe et XXe siècles

Madame Marie-Claude Blanc-Chaléard, Professeur d’histoire émérite. Université Paris Ouest Nanterre-La Défense.

La circulation des hommes entre l’Italie et la France s’inscrit dans la longue durée de l’histoire de voisinage sans doute la plus riche de toutes. Elle se poursuit aujourd’hui dans le cadre de l’Europe unie. Mais c’est avec le XIXe siècle et l’ère de l’immigration moderne que s’est produit le grand mouvement qui a donné aux Italiens une place exceptionnelle dans la construction de la France contemporaine.  Leur migration, entre les années 1850 et 1960, a été la plus longue et la plus nombreuse. Si l’on observe la génération des grands-parents, les Italiens sont toujours au premier rang des origines étrangères de la population nationale. Présents dans tous les domaines de l’économie, ils ont eu leur part dans le peuplement de presque toutes les régions françaises et dans leur histoire politique et culturelle. La conférence abordera ces différents aspects, à travers une lecture chronologique qui suivra les différentes vagues migratoires et leurs modalités d’intégration.

L’Emporio italiano. L’Italie à Paris » [carte postale, 1900-1914]. © Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

Vendredi 9 février 2018 : Entre les deux guerres mondiales : les exilés antifascistes italiens en France

Monsieur Eric Vial, Professeur d’histoire contemporaine. Université de Cergy-Pontoise.

 10% du million d’Italiens présents en France autour de 1930 s’opposent au fascisme. Sur les fuorusciti, sympathisants comme leaders politiques, la police de Mussolini a ouvert plus de 20 000 dossiers. Des catholiques, des libéraux, républicains mazziniens, libéraux-socialistes, socialistes réformistes ou maximalistes, communistes, anarchistes… : les sensibilités politiques sont diverses. Après 1945, ils ont fourni à l’Italie des cadres politiques, dont deux présidents de la République. Si les exilés antifascistes ont été peu entendus par l’opinion, si leurs actions en direction de leur pays ont fatalement tourné court, leur activité a été importante et a témoigné d’événements majeurs : Concordat de 1929, crise mondiale, Front populaire, guerres d’Éthiopie et d’Espagne, préludes à la Seconde Guerre mondiale, dans les va-et-vient des relations franco-italiennes. C’est cette histoire qu’il s’agit de suivre.

Sandro Pertini, ancien président de la République italienne, dans les années 1920 [photographie]

Vendredi 9 mars 2018 : Les relations franco-italiennes dans le deuxième après-guerre : de 1947 à nos jours

Monsieur Alessandro Giacone, Maître de conférences HDR en histoire contemporaine. Université de Grenoble-Alpes.

Dans l’immédiat après-guerre, la France et l’Italie doivent régler les conséquences de la Seconde Guerre mondiale afin de rétablir de bonnes relations. Après la signature du traité de paix (1947), les deux pays négocient un projet d’union douanière, rapidement remplacé par la coopération européenne au sein de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et du Marché commun (CEE). L’amélioration des transports, la progression des échanges économiques et touristiques et la forte immigration italienne en France intensifient les rapports entre les deux peuples. Pendant les années 1960-1970, les gouvernements des deux pays ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde. A partir de 1981, les sommets franco-italiens créent un espace de dialogue régulier, où les deux gouvernements essaient de coordonner leurs politiques et de lancer des projets communs, comme ceux qui sont actuellement en cours.

François Mitterrand et Bettino Craxi au siège du Parti Socialiste Italien, années 1980

Informations pratiques

Vendredi 15 décembre 2017 – 18h30-20h
Site François-Mitterrand, Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre
Coordination : Emanuela Prosdotti, chargée de collections en histoire de l’Italie. Département philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international « La langue en questions : Presse en anglais à l’étranger / Presse en langue étrangère dans le monde anglophone »

Pour son cinquième colloque international, le réseau Transfopress s’intéressera les 16-18 octobre 2017 à la fois à la presse en anglais dans les pays ou la (les) langue(s) officielle(s), de facto ou de jure, n’incluent pas l’anglais, et à la presse en langue étrangère dans les pays dont la (les) langue(s) officielle(s) inclu(en)t l’anglais.

Argument

La presse en langue étrangère, entendue comme la presse écrite en langues autres que le(s) langue(s) officielles est un important phénomène international, historique et contemporain. Elle représente pourtant un objet d’étude insaisissable qui, jusqu’à récemment, a échappé à l’attention des chercheurs comme des bibliothèques dans le monde, y compris les bibliothèques de dépôts jusqu’à ce jour, souvent parce qu’elle a simplement été incluse dans la presse ethnique ou de l’immigration, qui a toujours été considérée comme marginale dans l’histoire de l’imprimé. Même s’il y a eu des tentatives de compiler des listes de titres de presse étrangers, celles-ci ont souvent été incomplètes précisément par manque d’une définition rigoureuse de la presse en langue étrangère et de sa portée.

Comme l’ont montré les précédentes rencontres de Transfopress, la presse en langue étrangère recoupe en partie la presse ethnique, mais elles ne sont pas équivalentes dans la mesure où les journaux ethniques peuvent être rédigés dans la langue officielle de l’entité territoriale où ils sont publiés. En outre, la portée de la presse en langue étrangère est beaucoup plus variée dans la mesure où elle comprend non seulement la presse ethnique, immigrante ou de l’exil, mais aussi une diversité de périodiques publiés en dehors des communautés immigrées, tels que des bulletins pour voyageurs, des revues artistiques et littéraires, des journaux spécialisés (journaux médicaux par exemple).
La typologie peut être enrichie avec la découverte de nouveaux titres de presse, jamais étudiés jusqu’ici ou même non catalogués. L’attention portée ces dernières années à ce phénomène de la culture matérielle a encouragé les bibliothèques de par le monde à mieux identifier les collections de presse en langue étrangère, à corriger des erreurs de catalogage et à numériser certaines de ces collections, parfois dans le cadre d’un projet plus large. Les bibliothèques américaines, aux États-Unis, au Canada, au Brésil et au Mexique, sont pionnières dans ce domaine, portant à l’attention des chercheurs de nouveaux titres dans des domaines inattendus qui illustrent la richesse de ce matériau. En s’appuyant sur ce regain d’intérêt pour la presse en langue étrangère de la part des bibliothèques, les organisateurs ont invité leurs responsables à présenter leurs projets concernant cette presse, en termes de mise à jour des catalogues ou de projets de numérisation.
Dans le cas de la presse ethnique, l’historiographie connaît un grand essor aux États-Unis et en Australie, contrairement au Royaume-Uni. Les organisateurs espèrent que cette cinquième rencontre Transfopress permettra d’identifier et de combler ces lacunes.
Au-delà des ambitions bibliographiques, cette conférence vise avant tout à stimuler la réflexion concernant les relations que ces journaux en langue étrangère entretiennent avec la presse nationale, tout comme avec d’autres titres en langue étrangère du même pays ou des titres de même langue publiés dans d’autres pays.

Programme

16 octobre 2017

Université Paris Diderot (Amphithéâtre Turing, Bâtiment Sophie Germain)
  • 8h45 > 9h15 : COFFEE & WELCOME
  • 9h15 > 9h35 : OPENING ADDRESSES by François Brunet, head of LARCA (CNRS research unit 8225) & Antoine Cazé, Vice President for International Relations (Université Paris Diderot, USPC)
  • 9h35 > 10h : INTRODUCTORY WORDS
    Bénédicte Deschamps, Diana Cooper-Richet, Stéphanie Prévost & Isabelle Richet (Transfopress Europe)
  • 10h > 10h40 : KEYNOTE 1
    Jean-Claude Ameisen (Université Paris Diderot, USPC)
    “English as the Worldwide Language of Natural and Applied Sciences: the Example of Journals of European Scientific Societies”
  • 10h40 > 10h55 : COFFEE BREAK
  • 10h55 > 12h : PANEL 1
    THE ENGLISH-LANGUAGE PRESS IN EUROPE (1)
    CHAIR : Diana Cooper-Richet (Université Versailles St Quentin)
    Simon Macdonald (Institut d’Études Avancées)
    “Les journaux anglophones à Paris pendant la Révolution française”
    Isabelle Le Pape (BnF)
    Transition et Monthly Report / Franco-English Guild (1890 – 1950) : Étude de deux revues anglo-américaines publiées à Paris”
    Colette Colligan (Simon Fraser University)
    “Between the Archival and the Digital : Comparative Study of the Foreign-Language Press”
  • 12h15 > 12h30 : DISCUSSION
  • 12h30 > 14h : LUNCH
  • 14h > 15h15 : PANEL 2
    THE ENGLISH-LANGUAGE PRESS IN EUROPE (2)
    CHAIR : to be confirmed
    Serhiy Blavatskyy (National Academy of Sciences of Ukraine)
    “The English-Language Press in Ukraine (1919–1920): A Case Study of the South Russian News”
    Juan Antonio García Galindo, Laura López Romero & Genoveva Novas Martín (Universidad de Màlaga)
    “100 Years of Foreign-Language Press in Málaga (1915-2015)”
    Isabelle Richet (Université Paris Diderot, USPC)
    “Standing on the Edge of Two Cultural Worlds : The Roman Advertiser, the Tuscan Athenaeum and Italy (1847-49)”
  • 15h > 15h15 : DISCUSSION
  • 15h15 > 16h30 : PANEL 3
    THE ENGLISH-LANGUAGE PRESS IN THE MEDITERRANEAN REGION
    CHAIR : Nicolas Pitsos (INALCO)
    Gioula Koutsopanagou (ETMIET)
    “Unravelling the Language Choice. The Case of a Long-Lived English-Language Newspaper in the Troubled Balkans of Early 20th Century.”
    Ouzi Elyada (University of Haïfa)
    “Dorothy Kahn et le Palestine Post : Une grande journaliste au service d’un journal en Palestine en langue anglaise dans les années 30-40”
    Marie-Delphine Martellière (Centre d’Études Alexandrines, CNRS)
    “De l’usage de la langue anglaise dans la presse francophone d’Égypte”
  • 16h15-16h30 : DISCUSSION
  • 16h3 0-17h : COFFEE BREAK
  • 17h –17h40 : KEYNOTE 2
    Rudolph Wagner (Heidelberg University/ Harvard University)
    “Crossing Borders, Languages, and Cultures: The Transcultural Dynamics of the Medium Press in China, 1840-1920”
  • 17h45-19h : PANEL 4
    THE ENGLISH-LANGUAGE PRESS IN ASIA AND IN LATIN AMERICA
    CHAIR : Isabelle Richet (Université Paris Diderot, USPC)
    Iside Costantini (Université de Bretagne Occidentale)
    “Want Daily (2010-) au sein du Chungkuo Shihpao (China Times, 1950-) à Taiwan”
    Arnulfo Uriel de Santiago Gómez (Universidad Autónoma Metropolitana, Mexico), Miguel Ángel Castro Medina (Instituto de Investigaciones Bibliográficas, UNAM), Íñigo Fernández Fernández (Universidad Panamericana), Lilia Vieyra Sánchez
    (IIB, UNAM) & Alejandra Vigil Batista (IIB, UNAM)
    “L’Angleterre dans la presse de langue anglaise à l’Hemeroteca Nacional de México (1890-1900)”
    Ana María Burdach Rudloff (Universidad Autónoma de Pontificia Universidad Católica de Valparaíso Chile), Jennifer Hayward (College of Wooster, Ohio) & Michelle Prain Brice (Pontificia Universidad Católica de Valparaíso)
    “‘The Indissoluble Ties of Nationality’: English-Language Newspapers in Nineteenth- and Twentieth-Century Chile”
  • 18h45 > 19h : DISCUSSION
  • 19h15 : VISIT OF THE “LANGUAGE MATTERS: THE ENGLISH-LANGUAGE PRESS IN FRANCE” AND “ETHNIC PRESS IN THE US AND THE UK” EXHIBITIONS AT THE “BIBLIOTHÈQUE DES GRANDS MOULINS” & REFRESHMENTS

17 octobre 2017

Bibliothèque nationale de France, Aquarium
Quai François Mauriac, 75013 Paris

  • 9h > 9h10 : COFFEE
  • 9h10 > 9h30 : KEYNOTE 3
    Dominique Daniel (Oakland University)
    “Elusive Stories: Collecting and Preserving the Foreign-Language Press in North America since the 1960s”
  • 9h30 > 10h40 : PANEL 5
    TAKING STOCK OF ADVANCES IN FOREIGN-LANGUAGE
    PRESS BIBLIOGRAPHIC & DIGITIZATION PROJECTS
    CHAIR : Isabelle Le Pape (BnF)
    MODERATORS : Bénédicte Deschamps & Stéphanie Prévost (Université Paris Diderot, USPC)
    Philippe Mezzasalma (Bibliothèque Nationale de France)
    “Numériser et valoriser les journaux anciens de la BnF, une contribution aux humanités numériques”
    Luke McKernan (British Library)
    “Newspaper Data and News Identity”
    Lee Arnold (Balch Institute, Historical Society of Pennsylvania)
    “The Balch Institute for Ethnic Studies and the Foreign-Language Press”
    Miguel Angel Castro Medina (IIB/Biblioteca Nacional de Mexico)
    “Panorama de la presse étrangère du XIXe de la Bibliothèque Nationale de Mexico”
    Marie-Delphine Martellière (CEALEX), CNRS)
    “Développements du programme de numérisation Presse francophone d’Égypte du Centre d’Études Alexandrines (USR 3134-CNRS) : projets et partenariats en Égypte et en France”
    Rebecca Dowson (Simon Fraser University)
    “Collaborative Approaches to Digital Scholarship and Open Access Foreign-Language Press Archives”
  • 10h40 > 10h50 : DISCUSSION
  • 10h50 > 11h10 : COFFEE BREAK
  • 11h10 > 12h : PANEL 6
    TRANSFOPRESS NETWORK PROJECTS AND PERSPECTIVES FOR THE STUDY OF FOREIGN-LANGUAGE PAPERS
    CHAIR : Laura López Romero (Universidad de Malàga)
    Marzia Piccininno (Istituto Centrale per il Catalogo Unico)
    “ICCU and Transfopress: Tools and Organisation for the Study of Foreign-Language Press in Italy”
    Paolo Mattera (Università Roma 3)
    “Building a Transfopress Network in Italy”
    Eugenio Semboloni (Biblioteca di Storia Moderna e Contemporanea)
    “The Foreign-Language Press in the WWI Collections of the BSMC”
    Arnulfo Uriel de Santiago Gómez (UAM)
    “La IVe Rencontre Transfopress Mexique 2016 : Une expérience de collaboration, entre des chercheurs et une bibliothèque nationale”
    Valeria Guimarães (Universidade Estadual Paulista, FAPESP/CNPq)
    “Transfopress Brésil : Les avancées de la recherche”
  • 12h > 12h10 : DISCUSSION
  • 12h10 > 12h25 : GUIDELINES FOR THE AFTERNOON SESSION
  • 12h25 > 13h20 : DISPLAY OF FOREIGN-LANGUAGE NEWSPAPERS PUBLISHED IN FRANCE HELD AT THE BNF
    presented by Philippe Mezzasalma & Isabelle Le Pape

17 octobre 2017

University of Chicago Center in Paris
6 Rue Thomas Mann, 75013 Paris
  • 13h30 > 14h30 : WORKING LUNCH
  • 14h30 > 16h : WORKSHOP ON NEW FOREIGN-LANGUAGE
    PRESS TRANSNATIONAL PROJECTS
  • 16h > 16h15 : COFFEE BREAK
  • 16h15 > 17h15 : ROUNDTABLE WITH JOURNALISTS & EDITORS INVOLVED IN FOREIGN-LANGUAGE PRESS VENTURES
    CHAIR : to be confirmed
    Sarah Smith, editor, The Connexion (France),
    John Phillips, editor, The Italian Insider (Rome),
    Tamar Shiloh Vidon, journalist, late The International Herald Tribune (Paris) and worldcrunch.com,
    Fiona Pickford, editor, The Snippet (Paris),
    Bob Bishop, editor, Paris Voice (Paris) (to be confirmed)
  • 17h20 > 18h20 : PANEL 7
    FOREIGN-LANGUAGE PRESS TITLES & THE NEW MEDIA:
    OPPORTUNITIES & CHALLENGES ?
    CHAIR : Jérémie Nicey (École Publique de Journalisme de Tours, Université François Rabelais) (to be confirmed)
    Léa Borenfreund, Jeremy Grognu & Andrea Padrón (Université Paris-Diderot, USPC)
    “The Evolution of English-Language Press in France: The Challenges of Going Digital”
    Laura Carbone (Università Roma 3)
    “From Paper to Digital: The Evolution of Africa News in Italy”
    Katarzyna Molek-Kozakowska (Opole University, Poland)
    “Polish Immigrant Identity in Polish-Language New Media in Britain”
  • 18h20 > 18h35 : DISCUSSION
  • 19h45 : CONFERENCE DINNER

18 octobre 2017

University of Chicago Center in Paris
6 Rue Thomas Mann, 75013 Paris
  • 9h > 9h40 ; KEYNOTE 4
    Robert Zecker (Saint Francis Xavier University, Canada)
    “Black and White and Read All Over: How the Immigrant Press Taught Slovaks to Think Like White People”
  • 9h40 > 10h55 : PANEL 8
    THE ETHNIC PRESS IN THE USA (1)
    CHAIR : to be confirmed
    Isabelle Felici (Université Paul-Valéry Montpellier 3)
    “Collaborating from Across the Atlantic: Gigi Damiani and the Italian-American Anarchist Press”
    Alberto Pena-Rodriguez (Universidade de Vigo, Spain) & Laura López Romero (Universidad de Malàga)
    “An Approach to the Portuguese Press in Hawai (1885-1927)”
    Lorenzo Benadusi (Università Roma 3)
    “An Italian in New York: Luigi Barzini, Fascism and Il Corriere d’America”
  • 10h40 > 10h55 : DISCUSSION
  • 10h55 > 11h15 : COFFEE BREAK
  • 11h15 > 12h35 : PANEL 9
    THE ETHNIC PRESS IN THE USA (2)
    CHAIR : Bénédicte Deschamps (Université Paris Diderot, USPC)
    Ramón A. Gutiérrez (University of Chicago)
    “The Role of the Spanish-Language Press in Forging Hemispheric Identities in New Mexico and California”
    Daria Forlenza (Libera Università degli Studi Maria SS. Assunta)
    “Expreso Latino and El Nuovo Herald : the Latino Press for the Latino Community in Rome and in Miami”
    Hans-Jürgen Lüsebrink (Universität des Saarlandes)
    “Almanachs en langue française aux États-Unis (du 19e au début du 20e siècle) – médias communautaires et vecteurs de transferts culturels”
    Xiao-Huang Yin (Occidental College)
    “An Identity Tool: Chinese-Language Press in the Chinese Diasporic Experience” (to be confirmed)
  • 12h35 > 12h50 : DISCUSSION
  • 12h50 > 14h : LUNCH
  • 14h > 15h15 : PANEL 10
    THE ETHNIC PRESS IN THE USA (3)
    CHAIR : to be confirmed
    Constance Pâris de Bollardière (American University of Paris)
    “De la ‘langue des ghettos’ à la ‘langue du monde’ : Écrire sur la Shoah en yiddish et en anglais. Le cas des mensuels socialistes juifs américains Faktn un meynungen et Voice of the Unconquered (1944-1948).”
    Nicolas Pitsos (Institut National des Langues et Civilisations Orientales)
    “La ‘Grande Idée’ à Manhattan : Perceptions de la question d’Orient dans la presse grécophone de New-York, 1912-1922”
    Svetla Moussakova (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)
    “Transferts et circulations de la presse périodique de l’émigration politique bulgare après 1944. Les réseaux Europe – France-Amérique.”
  • 15h > 15h15 : DISCUSSION
  • 15h20 > 16h55 : PANEL 11
  • THE LONG 19th-CENTURY FOREIGN LANGUAGE PRESS IN BRITAIN
    CHAIR : Laurel Brake (Birkbeck, University of London)
    María José Ruiz Acosta (Universidad de Sevilla)
    “Writers and Journalists in Exile. The Influence of English Liberal Ideology in Spanish Public Opinion (1810-1833).”
    Robert Henderson (Queen Mary, University of London)
    “The Narodovolets and the Anglo-Russian”
    Susan Reed (British Library)
    “A Press for Germans in Britain from the 1840s to 1914” Christophe Declercq (University College London/ University of Antwerp)
    “Triangulating conflict, occupation and exile: Belgian refugees in the UK and multilingual representations in Belgian exile press (UK and non-UK) and British newspapers”
  • 16h40 > 16h55 : DISCUSSION
  • 16h55 > 17h10 : COFFEE BREAK
  • 17h10 > 18h45 : PANE L 12
    THE FOREIGN-LANGUAGE PRESS IN BRITAIN: CROSS PERSPECTIVES
    CHAIR : Stéphanie Prévost
    (Université Paris Diderot, USPC)
    Gideon Kout (Université Paris 8)
    “The Wanderings of Ha-Levanon (The Lebanon) : From Jerusalem to London”
    Valentina Gosetti (University of New England, Australia)
    “‘We need to talk about the French’… Aims and Reception of the French-Language Press in London (UK) and Sydney (Australia) during the Nineteenth Century” (to be confirmed)
    Natalia Sydorenko (National University of Kyiv)
    “Ukrainian-Language Press in Great Britain and Australia”
    Sanem Sahin (University of Lincoln)
    “Journalism and Professionalism in Ethnic Media: The Case of Turkish-Language Newspapers in the UK”
  • 18h30 > 18h45 : DISCUSSION
  • 18h45 > 19h10 : CONCLUSORY REMARKS
  • 19h10 : CONFERENCE END & COCKTAIL

Modalités pratiques

Entrée ouverte (30 €) sur inscription

Lieu : Université Paris Diderot (Amphithéâtre Turing + salle des thèses), Bibliothèque nationale de France, University of Chicago Center in Paris.

Organisateur: Université Paris-Diderot

Partenaires : Université Versailles-St Quentin ; Bibliothèque nationale de France ; UFR EILA U. Paris-Diderot ; University of Chicago in Paris, Ecole Supérieure de Journalisme de l’Université de Tours, Simon Fraser University (Canada).

Site du colloque : https://deschampsb.wixsite.com/language-matters

Contacts

Stéphanie Prévost, stephprevostsp@gmail.com

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Le manuscrit franciscain retrouvé, 20-22 septembre 2017

La découverte en 2015 d’une nouvelle Vie de François d’Assise due à Thomas de Celano, sans doute la deuxième écrite en l’honneur du saint à quelque dix ans de sa mort, a eu un large écho. Ce texte ne représente que la huitième partie du manuscrit qui le contient, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote NAL-3245. C’est l’ensemble de ce manuscrit que la rencontre des 20-22 septembre 2017 s’appliquera à explorer et à comprendre.

Recueil franciscain (1235-1260 ). BnF, Départ. des Mss, NAL 3245

Programme

Mercredi 20 septembre 2017 après-midi, salle Léopold Delisle

14h – Isabelle le Masne de Chermont (Bibliothèque nationale de France) et François Bougard (Institut de recherche et d’histoire des textes) : Bienvenue.
14h15 – Jacques Dalarun (IRHT, Académie des inscriptions et belles-lettres) : Colloque mode d’emploi.

L’objet manuscrit – présidence François Bougard

14h30 – Nathalie Buisson (BnF), Amandine Postec (BnF), Pascale  Richardin (C2RMF) et Jacques Sicre (BnF) : Les matériaux du codex.
15h15 – Denis Muzerelle (IRHT) : Analyse codicologique et paléographique.

16h – Pause.

16h15 – Nicoletta Giovè (Università di Padova) : La fisionomia del manoscritto.
17h – Fabio Zinelli (École pratique des hautes études, IRHT) : La langue du manuscrit.
17h45 – Débat général.
18h30 – Présentation du manuscrit NAL 3245 à la BnF.

Jeudi 21 septembre 2017 matin, salle Jeanne Vielliard

Le primat de la sainte Écriture – présidence Isabelle le Masne de Chermont

9h – Laura Light (Les Enluminures) : Job, Zacharias, Matthew : Why are they here ?
9h45 – Robert Lerner (Northwestern University) : The unexpected Pseudo-Methodius.
10h30 – Amandine Postec : Appropriations anciennes et nouvelles de la Bible : l’Unum ex quattuor.

11h15 – Pause.

La communication du message religieux

11h30 – Dominique Poirel (IRHT) : Le commentaire du Notre Père : aperçus sur une prédication franciscaine primitive.
12h15 – Nicole Bériou (CIHAM, AIBL) et Isabelle le Masne de Chermont : Le sermon sur la Purification de la Vierge : une reportatio faite à Paris.

Les fragments d’une culture – présidence Nicole Bériou

14h30 – Nicole Bériou : Introduction.
14h45 – Nicole Bériou, Marjorie Burghart (CIHAM), Isabelle le Masne de Chermont, Dominique Poirel et Amandine Postec : Le manuscrit nal 3245, florilège de florilèges. Brève présentation raisonnée des ensembles successifs de textes, dans l’ordre du codex.
16h – Thomas Falmagne (Bibliothèque nationale du Luxembourg) : Les « florilèges » du manuscrit NAL 3245.

16h45 – Pause.

17h – Marco Giuseppe Rainini (Università cattolica del Sacro Cuore di Milano) : Il manoscritto nal 3245 e le pratiche esegetiche.
17h45 – Carlo Delcorno (Università di Bologna) : Chemin des sermons latins et vernaculaires dans les florilèges.
18h30 – Débat général.

Vendredi 22 septembre 2017 matin, salle Jeanne Vielliard

Un manuscrit franciscain ? – présidence André Vauchez (AIBL)

9h30 – Jacques Dalarun : Introduction.
9h45 – Sean Field (University of Vermont) : The Vita beati patris nostri Francisci in a Franciscan manuscript.
10h30 – Luigi Pellegrini (Università di Chieti) : La produzione di un manoscritto francescano.
11h15 – Sylvain Piron (École des hautes études en sciences sociales) : La longue vie d’un manuscrit franciscain.

12h – Pause.

12h15 – Nicole Bériou, Jacques Dalarun, Isabelle le Masne de Chermont, Dominique Poirel : Conclusions.

Modalités pratiques

  • Mercredi 20 septembre
    Salle Léopold-Delisle
    École nationale des chartes
    65 rue de Richelieu
    75002 Paris.
  • Jeudi 21 et vendredi 22 septembre
    Salle Jeanne-Vielliard
    IRHT
    40 avenue d’Iéna
    75116 Paris.

Colloque organisé par la Bibliothèque nationale de France et l’Institut de recherche et d’histoire des textes (CNRS) avec le soutien du LabEx Hastec, du Centre de recherches historiques (EHESS-CNRS), d’APICES, de la Fondation A. Vauchez / Balzan et de la galerie Les Enluminures.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Topor artiste multimédia. Autour de l’exposition « Le monde selon Topor »

Vingt ans après sa disparition, la BnF consacre une exposition rétrospective à Roland Topor (1938-1997).
Créateur inlassable, il mit son crayon au service d’un imaginaire débridé : dessins d’humour, illustrations pour la presse et l’édition,
affiches, films d’animation, émissions de télévision, décors et costumes de théâtre.
Organisée à l’occasion de cette exposition, la journée d’étude consacrée à Topor apportera des éclairages approfondis sur ses
différents domaines d’intervention.
En partenariat avec l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne – IDHE.S, CNRS (UMR 8533)
Roland Topor, A gorge déployée, 1975
Encre de Chine et crayon de couleur
Collection Stedelijk Museum Amsterdam
© Adagp, Paris, 2016

Programme

10h-12h30

Introduction

  • Céline Chicha-Castex, conservatrice au département Estampes et photographie de la BnF, commissaire de l’exposition
  • Alexandre Devaux, commissaire de l’exposition
  • Bertrand Tillier, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne – IDHE.S
  • Christophe Gauthier, École nationale des chartes
    Faire feu de tout bois : Topor et les industries culturelles
  • Stéphane Mazurier, Bordeaux, lycée Camille-Jullian
    Topor : bête et méchant ? Roland Topor et la bande Hara-Kiri

Discussion

  • Bertrand Tillier, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne – IDHE.S
    Dessiner à la télévision : Topor invité de Tac au Tac (1972)
  • Sébastien Le Pajolec, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne – ISOR-CRH19
    Téléchat : Topor pour les enfants ?

Discussion

14h30 – 18h

  • Alexandre Devaux, Commissaire de l’exposition
    Topor artiste contemporain
  • Pacôme Thiellement, Écrivain
    L’éternel revenir de Simone Choule

Discussion

  • Itzhak Goldberg, Université Jean Monnet, Saint-Etienne, CIEREC
    Topor symboliste ?
  • Laurent Gervereau, Écrivain
    Topor, l’homme qui ne riait pas

Discussion

Modalités pratiques

 

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier du livre BnF : Lire en numérique : réalités et perspectives (4/5/17)

Dans le cadre de ses Ateliers du livre, inaugurés en 2002, la Bibliothèque nationale de France consacre une session annuelle à l’histoire du livre et de la lecture. Cette nouvelle édition se propose, au cours d’un après-midi de communications suivi d’une table ronde de professionnels, d’étudier la lecture numérique, notamment ses réalités et perspectives.

« Lecture numérique »… L’expression peut sembler presque contradictoire tant la lecture reste encore pour beaucoup associée à la matérialité du papier et à la solidité du livre. Ordinateurs, tablettes, smartphones, et la rapidité de leurs flux audiovisuels, nous en détourneraient. Le numérique vient-il ainsi concurrencer la lecture ou peut-on concevoir une « lecture numérique » ?

A l’heure où des discours alarmistes déplorent une baisse de la « vraie » lecture, lente et solitaire, cet atelier entend discerner le vrai du faux et s’interroger, enquêtes à l’appui, sur ce que sont réellement les pratiques de lecture sur support numérique.

En quoi le numérique modifie-t-il nos manières de lire et les objets de nos lectures ? Quels sont les nouveaux usages qu’il entraîne ? Et pouvons-nous anticiper les évolutions de demain ?

Telles sont quelques-unes des questions qui seront abordées au cours de cet après-midi de communications qui réunira des spécialistes de différentes disciplines (histoire, sociologie, sciences de l’information, neurosciences), et sera suivi d’une table ronde de professionnels.

Programme

14h Ouverture

Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la Bibliothèque nationale de France
Cécile Rabot, sociologue au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP), maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre, responsable du master métiers du livre et de l’édition

14h15 Conférence inaugurale : La lecture et ses supports
Roger Chartier, professeur au Collège de France, Annenberg Visiting Professor à l’Université de Pennsylvanie, Philadelphie

Nouveaux usages ordinaires
15h Les différents types de lecture numérique
Claire Bélisle, docteure en psychologie cognitive et ingénieure de recherche au CNRS en sciences humaines et sociales, auteure de Lire dans un monde numérique (Villeurbanne, enssib, 2011)

15h20 Une révolution dans les lectures numériques ? Une enquête sur les grands lecteurs
Gérard Mauger, directeur de recherche CNRS émérite au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP), auteur de Lectures numériques : une enquête sur les grands lecteurs (Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2016)

15h40 La lecture numérique : approche psycho-cognitive
Thierry Baccino, professeur de psychologie cognitive des technologies numériques à l’Université Paris 8, auteur de La Lecture numérique (Grenoble, PUG, 2015)

16h Questions

Nouveaux usages savants
16h15 Veille documentaire, sérendipité et économie de l’attention : un travail intellectuel renouvelé : l’exemple de Wikipédia
Rémi Mathis, conservateur à la BnF, président de Wikimédia France de 2011 à 2014

16h35 La consultation des revues numériques par les chercheurs
Pierre-Carl Langlais, docteur en Sciences de l’information et de la communication (CELSA-Paris Sorbonne)

17h Usages et usagers d’une bibliothèque numérique : l’exemple de Gallica
Philippe Chevallier, responsable des études, délégation à la Stratégie et à la recherche, BnF

17h20 : Questions

17h45 – 19h15 Table ronde : Et demain ?
La table ronde sera consacrée aux moyens mis en place par les professionnels du livre pour s’adapter aux nouveaux usages de la lecture numérique et anticiper les évolutions de demain.

Animée par Denis Bruckmann, directeur des collections à la Bibliothèque nationale de France, avec :

Michael Dahan, président et co-fondateur de Bookeen
Nelly Guisse, directrice d’études et de recherche au CREDOC ;
Samuel Petit, co-fondateur de Sequencity, contributeur au format epub ;
Delphine Regnard, chargée de mission pour les ressources en lettres au ministère de l’Éducation nationale.

Modalités pratiques

Jeudi 4 mai 2017 – 14h00-19h30
Bibliothèque nationale de France – site François Mitterrand, Petit Auditorium
Entrée libre

En partenariat avec l’Université Paris Nanterre

 

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Tableaux de la France : écrire, présenter, partager l’Histoire »

Le récit de la Nation en débat : peut-on écrire l’Histoire de France ? Comment l’institution culturelle s’en empare ? Quelle Histoire partager ensemble entre un récit national perçu comme un vecteur de patriotisme et une pluralité de mémoires qui aspirent à la reconnaissance ? Peut-on faire histoire commune quand tant de choses éloignent ? À quelles conditions l’Histoire peut-elle permettre à chacun de construire son propre lien au passé ?

Tableau de l’histoire de France depuis les Gaulois jusqu’à nos jours

Programme

9h30 ouverture par Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France

10h-11h Comment écrire l’Histoire de France aujourd’hui ?
Débat animé par Vincent Martigny , Maître de conférences en science politique à l’Ecole polytechnique et producteur à France Culture avec Patrick Boucheron, historien, professeur au Collège de France, et Joël Cornette, historien, professeur à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

11h15-13h Comment mettre en exposition l’Histoire de France ?
Rencontre animée par Vincent Martigny avec Pierre Fournié, conservateur général du patrimoine aux Archives nationales, responsable du département de l’action culturelle et éducative, Isabelle Bardiès-Fronty, Conservateur en chef au Musée Cluny, Sophie Nagiscarde, responsable du Service des activités culturelles au Mémorial de la Shoah, et Bruno Ponsonnet, directeur du département des Expositions et manifestations, BnF

14h30-15h Regards d’ailleurs : le récit national français vu d’Italie
Conférence par Antonino De Francesco, professeur d’histoire moderne à l’Université de Milan

15h-17h Mémoire et oubli dans l’histoire des nations
Table ronde animée par Jean Lebrun, producteur de La Marche de l’Histoire à France Inter, avec Annette Becker, historienne, professeur à l’Université Paris-Nanterre, Silyane Larcher, Chargée de recherche en science politique au CNRS, Vincent Martigny, Maître de conférences en science politique à l’Ecole polytechnique et producteur à France Culture, et Mathias Dreyfuss, historien et responsable du Service éducatif du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, et Laurence De Cock, professeure d’histoire-géographie et chercheuse en éducation

Modalités pratiques

17 mai 2017 de 9h à 17h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international « Breton après Breton (1966-2016). Philosophies du surréalisme »

André Breton en 1924 | Inconnu

Les années 2016 et 2017 voient paraître les premières correspondances privées du poète André Breton (1896-1966) dont la devise « je cherche l’or du temps »a été gravée sur la pierre tombale. Or c’est précisément de temps et d’histoire que nous voudrions parler d’abord : de l’histoire du surréalisme telle qu’elle se dit, s’écrit, se raconte depuis la disparition de son protagoniste majeur. Ce temps écoulé a créé du sens, a interprété le vécu et ses traces d’une certaine façon, très convenue désormais. Notre premier mode d’approche doit donc être critique et viser une histoire plus structurée en termes d’idées.Dans cette perspective, nous affichons une deuxième ligne directrice : la pensée d’André Breton doit être questionnée à frais nouveaux comme pensée, donc comme travail philosophique et non comme un espace littéraire relevant de philosophies répertoriées. Les deux notions surchargées de sens que sont l’écriture et le dessin « automatiques » d’une part, le « hasard objectif » de l’autre, doivent faire l’objet d’une lecture ouverte à plusieurs champs méthodologiques, plutôt que rabattues vers l’indifférencié, le magique ou le« faire croire ». Enfin, il faut lire les pages de Breton sur la peinture – pages composites qui le conduisent d’un regard d’amateur, sensible à la lecture des formes, à une philosophie de l’art prônant la figuration onirique et attentive à ses processus, dans lesquels la forme et la langue prennent toute leur place.
Jacqueline Chénieux-Gendron

Colloque organisé sous la responsabilité scientifique de Jacqueline Chénieux-Gendron (CRAL-CNRS) et de Pierre Caye (Centre Jean Pépin, CNRS-ENS).

Programme complet

1ère journée
Philosophie du surréalisme : en écrire l’histoire

10h Ouverture officielle
André Breton, un poète pense
Introduction générale par Jacqueline Chénieux-Gendron, directrice de recherche émérite au CRAL (CNRS)

Surréalisme vs avant-garde
Président de séance Robert Kopp, professeur à l’université de Bâle

10h 30 Pratique-théorie-philosophie dans l’avant-garde russe  
au début du XXe siècle 
Jean-Claude Marcadé, directeur de recherche émérite au CNRS

11 h  pause

11h15 Murilo Mendes et André Breton : image poétique  
et quête de l’inconnu
Teodoro Rennó Assunção, professeur à la faculté de lettres de l’Université Fédérale du Minas Gerais, Belo Horizonte

11h45 Breton au Japon – une passivité créatrice
Masanori Tsukamoto, professeur à l’Université de Tokyo

12h15 – 12h30 Débat

Histoire des mentalités, manières de penser
Présidente de séance Marielle Macé, directrice de recherche au CNRS, co-directrice du CRAL

14h Sur- de quoi ? Breton ou Bataille
Pierre Caye, directeur de recherche au CNRS

14h30 De « la valise intérieure » à l’objet magique : le poème-
objet d’André Breton
Marie-Paule Berranger, professeur à l’université Sorbonne
nouvelle-Paris 3

15h  pause

15h15 Écrire une nouvelle Science des rêves  ?  Les lectures onirologiques de Breton
Jacqueline Carroy, directrice d’études à l’EHESS

15h45 Breton, Alquié et la philosophie du surréalisme
Martin Rueff, professeur à l’université de Genève

16 h15 Manifestement
Michel Deguy, poète et essayiste

16 h 45 – 17 h Débat

2e journée
Breton après Breton : une poésie qui pense

9h45 Ouverture officielle
Breton, avec et contre
Président de séance Stéphane Guégan, historienet critique d’art, conservateur au musée d’Orsay

10h André Breton et Blaise Cendrars ou les rejets électifs
Claude Leroy, professeur émérite à l’université Paris Nanterre

10h30 Aragon et Breton : d’un discours infiniment adressé
Luc Vigier, maître de conférences à l’université de Poitiers

11 h pause

11h10 Manuscrits surréalistes à la BnF
Olivier Wagner, conservateur au service des manuscrits modernes et contemporains, BnF

11h30 Nadja d’André Breton : une écriture mise à l’épreuve
Christiane Lacôte-Destribats
, philosophe et psychanalyste, membre de l’association lacanienne internationale (A.L.I.)

12h Pensée du temps, écriture du sujet dans quelques pagesd’André Breton
Jacqueline Chénieux-Gendron
, directrice de recherche émérite au CRAL (CNRS)

12h30 Débat

En remontant le cours de la pensée d’André Breton sur l’art
Président de séance Pierre Caye, directeur de rechercheau CNRS, directeur du centre Jean Pépin

14h15 L’art à l’état sauvage
Mark Polizzotti
, directeur des Éditions, The MET, New York

14h45 « Le dialogue créole » entre André Breton et André Masson
Françoise Nicol
, maître de conférences HDR à l’universitéde Nantes

15h15 Charles Filiger. André Breton, à la recherche de l’art magique
André Cariou
, conservateur en chef du patrimoine

15 h 45 pause

16h La magie de l’art : l’origine contre l’histoire
Maria Stavrinaki
, maître de conférences HDR à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne

16h30 (Re)lire L’Art magique
Stéphane Guégan
, historien et critique d’art

Modalités pratiques

  • Mercredi 26 avril 2017 à l’auditorium de la galerie Colbert, Institut national d’histoire de l’art (INHA), 2 rue Vivienne, Paris 2e, de 10h à 17h, entrée libre
  • Jeudi 27 avril 2017 au Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Quai François Mauriac, 750013, de 9h45 à 17h15, entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La constitution des fonds musicaux de la Bibliothèque nationale de France. Histoire des grandes collections musicales. 2e période : 1815 à 1914

Ce projet a pour ambition de mieux comprendre l’origine des collections musicales de la Bibliothèque nationale de France en tentant de reconstituer et d’appréhender ces grands ensembles réunis par un personnage, une institution, ou formés par la production d’un artiste, qui sont parvenus à la Bibliothèque par des voies diverses tels que dons, dépôts, legs, achats en ventes aux enchères, confiscations révolutionnaires, réunions d’institutions. La genèse de ces sources musicales et le chemin qu’elles ont parcouru depuis leur conception jusqu’à leur lieu de conservation ultime pourront en effet éclairer le chercheur et le musicien et leur permettront d’en expliquer les particularités et les variantes.

Manuscrit ayant appartenu à A. Farrenc, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8538817n

Les archives de la Bibliothèque Royale, de la Bibliothèque Impériale et de la Bibliothèque Nationale (conservées notamment au département des Manuscrits), de la bibliothèque du Conservatoire et celles de l’Académie royale de musique (Bibliothèque-Musée de l’Opéra et Archives nationales), les anciens catalogues mis à la disposition des chercheurs, constituent des ressources importantes pour cette recherche sur les collections musicales de la BnF. De même, les archives conservées à la bibliothèque de l’Arsenal comme celles des Archives nationales peuvent fournir de précieuses informations. Par ailleurs, l’informatisation du fichier général du département de la Musique rend maintenant directement accessibles et exploitables de nombreuses marques de provenance auparavant peu visibles dans les fiches papier, que l’examen des reliures, des filigranes et autres informations figurant sur les documents pourront compléter.

Séminaires

Les travaux sont menés sous forme de séminaires. Ils ont concerné dans un premier temps la période antérieure à 1815, incluant les collections de la Bibliothèque Royale, les débuts de la Bibliothèque Nationale (puis Impériale), la constitution de la Bibliothèque du Conservatoire et le fonds ancien de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra ainsi que celui de l’Arsenal. Cette première session s’est déroulée de décembre 2014 à décembre 2015.

Cette année, la deuxième session abordera l’étude de la période qui s’étend de 1815 à 1914. Les séances du séminaire se dérouleront de mars 2017 à février 2018. Les travaux incluront les collections de la Bibliothèque Royale, Impériale et Nationale, de la Bibliothèque du Conservatoire et la constitution de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra.

Programme

31 mars 2017 : Collectionner sous l’Empire

Introduction (Mathias Auclair, Laurence Decobert, Denis Herlin, Marie-Gabrielle Soret)
• Charles-Eloi Vial, Alain Pougetoux. Les collections de partitions de l’impératrice Joséphine.
• Catherine Massip. La collection musicale du duc de Massa.

28 avril 2017 : Les prémices de la musicologie : fonds et bibliothèques de musicographes

• Séverine Féron. Les papiers et la bibliothèque de Castil-Blaze à la BnF.
• Benjamin Frouin. La bibliothèque et les notes d’Aristide Farrenc.

16 juin 2017 : Collections publiques vs collection privée

• Marguerite Sablonnière. Les collections musicales entrées par dépôt légal à la Bibliothèque nationale et à la bibliothèque du Conservatoire de Paris au XIXe siècle.
• Coline Oddon. Jean-Baptiste Weckerlin et le folklorisme parisien de la deuxième moitié du XIXe siècle.

22 septembre 2017 : Franchomme et Chopin

• Jean-Jacques Eigeldinger. Présence de Chopin dans (et autour du) fonds Franchomme de la BnF.
• Frédérick Sendra. Les transcriptions des œuvres de Frédéric Chopin par son ami le violoncelliste Auguste-Joseph Franchomme.

13 octobre 2017 : Collectionneurs d’autographes musicaux

• François-Pierre Goy. La collection d’autographes d’Auguste Vincent de la bibliothèque du Conservatoire.
• Cécile Reynaud. La collection d’autographes réunie par Charles Malherbe à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, conservée à la Bibliothèque-musée de l’Opéra.

17 novembre 2017 : Fonds de compositeurs

• Peter Bloom. La collection relative à Berlioz rassemblée par Richard Macnutt.
• Michela Niccolai. Le fonds Gustave Charpentier : de la conservation à l’importance patrimoniale.

15 décembre 2017 : Érudits collectionneurs

• Rosalba Agresta. Le fonds et la bibliothèque d’Alexandre Choron.
• Dominique Hausfater. Bottée de Toulmon et la bibliothèque du Conservatoire de Paris.

19 janvier 2018 : À la Bibliothèque-musée de l’Opéra

• Romain Feist. Les papiers de la ballerine Marie Taglioni.
• Jean-Michel Vinciguerra. Le fonds Charles Nuitter.

16 février 2018 : Musique religieuse à la cour et à la ville

• Laurence Decobert, Catherine Vallet-Collot. Le fonds musical de la Chapelle impériale et royale (1802-1830).
• Thomas Vernet. Le fonds Plantade de la bibliothèque du Conservatoire.
• Vincent Rollin. Le fonds de la Madeleine.

Modalités pratiques

Lieu du séminaire : UMR IReMus, 2 rue de Louvois, 75002 Paris
Salle de réunion
14h30-17h30

Ce séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles. Si vous souhaitez assister à cette séance, merci de bien vouloir prévenir par courrier électronique.

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Il sera une fois les conteurs…

La Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse organise une journée d’étude en collaboration avec Muriel Bloch, conteuse, auteure et formatrice.

Les Contes de Perrault, précédés d’une préface par J.-T. de Saint-Germain

Argument

Comme un écho au recueil des Secrets de conteurs paru en octobre 2016, à l’heure où le conte semble vivre un tournant, cette journée posera la question de la transmission. Quel matériau, quel(s) répertoire(s) ont été transmis ? Quel passage de relais dans le domaine de la recherche et en bibliothèque ? Comment les conteurs d’aujourd’hui réinventent les jeux de la parole et du récit ?
Une large place sera faite à la parole des conteurs, qui témoigneront de leur expérience de la transmission et raconteront.
La journée sera traduite en Langue des signes française.

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture
    Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale de la Bibliothèque nationale de France
  • 9h30 Présentation de la journée
    Muriel Bloch
  • 9h45 Projection
    Extraits de Il était une fois des conteurs de Dominique Gros et Al Halqa – The Last Storytellers, de Thomas Ladenburger
  • 10h Archives : comment transmettre l’art des conteurs d’aujourd’hui
    Dialogue animé par Muriel Bloch entre Pascal Dubois (Oui’Dire éditions) et Anne-Gaël Gauducheau (émission « C’est pas pour dire», Radio Jet FM)
  • 10h30 Parole narrative et création sonore
    Olivier Noack, conteur engagé dans le monde contemporain, collecteur et chercheur sonore
  • 11h Pause café et questions
  • 11h15 Publier des contes aujourd’hui
    Table ronde animée par Lionnette Arnodin (revue La Grande oreille), Loïc Jacob (Ed. Hong-Fei), Céline Murcier (Didier jeunesse), Fabienne Raphoz (Ed. José Corti)
  • 12h Langue des signes et images
    Marie Boccacio, conteuse et bibliothécaire, racontera en langue des signes, avec Praline Gay-Para.
    Performance de Chen Jian Hong, auteur-illustrateur.
  • 12h30 Déjeuner libre
  • 14h Qu’est-ce que transmettre ?
    Un petit voyage biblique comme une conversation entre les générations disparues et celles qui ne sont pas encore nées Delphine Horvilleur, journaliste, écrivain, femme-rabbin, rédactrice en chef de la revue Tenou’a
  • 14h30 Un chemin entre collectes et semailles pour un théâtre poétique d’aujourd’hui
    Bernadète Bidaude, conteuse-auteure
    Solliciter les mémoires, tenter de tisser, l’espace d’une soirée, de quelques jours ou de plusieurs mois, le partage des histoires vécues, remémorées, transmises ou imaginées. Puis rêver à haute voix d’autres traces invisibles, d’autres « voyages immobiles », d’autres sentiers imprévus… De là naît la poétique des histoires, entre mémoire individuelle et collective
  • 15h Passation
    Dialogue entre Praline Gay-Para, conteuse, auteure, ethnolinguiste et metteur en scène, et Thierno Diallo, lauréat du Grand Prix des Conteurs 2006 à Chevilly-Larue.
    Comment ils travaillent ensemble, interrogent ensemble le monde d’aujourd’hui. Chacun raconte un conte très court de l’autre.
  • 15h45 Pause et questions
  • 16h Du côté de la programmation : le nouveau conte ?
    Dialogue entre Rachid Akbal (directeur du festival des Rumeurs urbaines et comédien-conteur), Valérie Briffod (co-directrice de la Maison du conte de Chevilly-Larue), et Karine Mazel Noury,(directrice artistique de la Compagnie Les Mots Tissés), accompagnée par David Kpossou.
  • 16h45 La voie du conte dans les bibliothèques d’hier à demain
    Table ronde animée par Ghislaine Chagrot, BnF/CNLJ, Cécile Vigouroux et Lise Durousseau (médiathèque de Bagnolet), Agnès Levecque (Bibliothèque François-Mitterrand, Le Pré-Saint-Gervais)
  • 17h30 La voix de deux nouveaux conteurs
    Najoua Darwiche, Louis-Marie Zaccaron-Barthe, accompagné par Loup Barrow au Cristal Baschet
  • 18h Clôture de la journée

Informations pratiques

Lieu : Bibliothèque nationale de France, Site François-Mitterrand, Petit auditorium (hall Est)
Quai François Mauriac, 75013 Paris
Inscriptions-renseignements : Marion Caliyannis, 01.53.79.57.06, marion.caliyannis@bnf.fr
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international « Où sont les bibliothèques spoliées par les nazis ? Tentatives d’identification et de restitution, un chantier en cours »

Les 23 et 24 mars 2017 le Centre Gabriel Naudé de l’Enssib (EA 7286), l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP, UMR CNRS Paris 8) et l’université Paris Diderot (EA Identités, cultures, territoires) organisent un colloque international avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC).

RG 111-SC-209154
Saphor Torahs Chaplain Samuel Blinder examines one of the hundreds of Saphor Torahs (sacred scrolls) part of a cache of Hebrew and Jewish books that were stolen and collected from every occupied country in Europe. 7/6/45.

L’ampleur des spoliations effectuées par les forces nazies durant la seconde guerre mondiale a été révélée à la Libération. Des opérations de localisation, de retour et de restitution des biens culturels spoliés ont été mises en place, notamment en Europe occidentale, pendant que les vainqueurs soviétiques en Europe de l’Est estimaient, plus que d’autres, que ces biens constituaient des « prises de guerre » légitimes suite aux souffrances endurées. Rapidement, chacun, et surtout les spoliés, a été requis de « tourner la page », comme si la paix et la vie devaient s’accompagner du renoncement, d’un oubli imposé. Depuis que cette mémoire a resurgi, en lien avec les changements de perspective de la recherche historienne, elle s’est d’abord focalisée sur les spoliations d’oeuvres d’art, auxquelles leur rareté donnait une puissance symbolique et financière particulièrement perceptible.

Les spoliations effectuées par les diverses forces nazies, et notamment par l’ERR d’Alfred Rosenberg, dans toute l’Europe occupée avec la même brutalité, se sont abattues sur toutes les formes d’expression, dont les documents écrits et graphiques : livres, archives, manuscrits, estampes,  etc. Au procès de Nuremberg, le représentant de l’accusation française estimait que si l’on tentait de comptabiliser les saisies de livres dans les différents pays occupés par l’Allemagne nazie « dix millions serait un chiffre trop bas ». Il est bien au-dessous de la réalité : au moins 5 millions de livres, peut-être 10, ont été arrachés par les nazis à leurs propriétaires légitimes durant la seconde guerre mondiale dans la seule France.

Divers travaux historiens se sont attachés, au cours des dernières années, à mieux connaître les logiques, processus, modes, ordres, de ces spoliations de masse. Ces travaux se sont aussi attachés à montrer les spécificités des spoliations nazies comparées à celles qui ont durablement accompagné, hier et aujourd’hui, les guerres et le sort des vaincus. Ces spoliations nazies obéissent, comme d’autres, à une logique de guerre, nationaliste, expansionniste, et de répression politique. Elles présentent un caractère particulièrement planifié, organisé, massif, systématique et systémique. Elles ont touché les archives et bibliothèques des ministères jugés stratégiques, des associations slaves en France, des personnalités ou organismes des milieux radicaux, socialistes et communistes, et plus encore francs-maçons. Mais c’est leur lien originaire avec l’antisémitisme nazi qui en fait la spécificité première.

À partir de la mi-1942, accompagnant la mise en place de la solution finale, les saisies touchent des milliers de familles juives, traquées, cachées, emprisonnées, déportées, dont les bibliothèques sont emportées en Allemagne ou abandonnées dans des lieux de stockage, après un incessant travail de triage. S’emparer de ces milliers de bibliothèques familiales ne répond à aucune stratégie d’enrichissement des bibliothèques allemandes, mais avant tout à une volonté de détruire une culture, d’accompagner l’élimination physique des personnes du meurtre symbolique de leur esprit. Ces collections ont été souvent déplacées, pendant et après la guerre.
D’abord affectées, après de sévères tris dans les pays occupés puis en Allemagne, à la Hohe Schule, à l’Ostbücherei et à de nombreux organismes nazis, elles ont été ensuite entreposées ailleurs, déplacées vers l’Est du Grand Reich. Les pays annexés ont ensuite retrouvé certaines bibliothèques spoliées sur leur territoire, pendant que les vainqueurs soviétiques, s’estimant légitimes à faire leur les collections qu’ils découvrent sur le théâtre des opérations, leur font subir de nouvelles transhumances, les conduisant derrière le rideau de fer. Le retour de la démocratie à la fin des années 1980 ne s’accompagne pas toujours des restitutions attendues.

260-PHOAD-III-39 : Wilna Jewish Wissenschafliche Institute (YIVO). NARA M1942. Photographs relating to recovered books and artifacts processed at the Offenbach Archival Depot in Germany after World War II.
260-PHOAD-III-39 : Wilna Jewish Wissenschafliche Institute (YIVO). NARA M1942. Photographs relating to recovered books and artifacts processed at the Offenbach Archival Depot in Germany after World War II.

L’histoire des collections spoliées comporte encore de nombreux pans d’ombre. Seule une part des documents a pu être restituée après-guerre, parfois plus récemment, à leurs légitimes propriétaires ou attribuée à d’autres spoliés. Où sont les collections qui n’ont pas été restituées ? Si certaines localisations sont connues, la dispersion qu’on subi ces ensembles en rend la traçabilité d’autant plus difficile. Peut-on avancer encore sur la connaissance de leurs errances forcées ? Comment inviter les institutions, voire les personnes privées, concernées à revoir à cette aulne les collections qu’elles conservent ? Quels usages ont été faits de ces documents ? Ces collections ont-elles contribué, paradoxalement, au long des ces 70 ans, à une meilleure connaissance des univers culturels des personnes, voire des pays victimes de ces spoliations ? Ou sont-elles restées « choséifiées », possédées mais inaccessibles ? Quelle a été la politique des pays qui, retrouvant leur liberté, ont découvert ces documents qui avaient été spoliés ailleurs, à d’autres ? La construction européenne a-t-elle atténué cet usage politique d’un bien culturel ? Que nous apprennent-elles des horizons intellectuels de leurs légitimes propriétaires ?  Comment dresser un tableau de cette Europe du livre en partie perdue ? Pourra-t-on, un jour, reconstituer ces bibliothèques, physiquement ou virtuellement ?

Autant de pistes de travail qui seront explorées dans le cadre de ce colloque international.

2929583849_f7d60eff06_o
Prof. Koppel S. Pinson à l’Offenbach Archival Depot

Informations pratiques

Jeudi 23 mars
Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC)

Vendredi 24 mars 2017 – 09h15-18h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre sur inscription : formulaire en ligne

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences : Monnaies virtuelles et monnaies locales, quels enjeux ?

La Bibliothèque nationale de France organise un cycle de conférences sur les enjeux des monnaies virtuelles et monnaies locales.

Ces dernières décennies ont vu se multiplier dans de nombreux pays quantité de monnaies parallèles ayant cours sur un territoire donné et/ou entre des personnes d’une même communauté.
Ainsi, bitcoin, éther et autres monnaies virtuelles universalistes, de même que des monnaies locales complémentaires, se développent en alternative aux monnaies officielles émises par les Etats. C’est ainsi le cas en Région parisienne où une monnaie locale à vocation régionale circule à Montreuil et un projet est en cours pour Paris.
Si l’utilisation de ces nouvelles monnaies est accessible à tous, l’information sur leur nature et leurs implications reste souvent obscure. La monnaie, moyen d’échange, de don et d’accumulation, véhicule de confiance et de puissance, souffre de manière générale d’un déficit chronique d’information facilement accessible aux citoyens, malgré le rôle central qu’elle joue dans la vie quotidienne et les conséquences du fait d’en disposer ou pas. L’objectif de ce cycle « Monnaies virtuelles et monnaies locales, quels enjeux ? » est de permettre à tous de saisir les enjeux de ces nouvelles monnaies. Un parcours sera proposé qui, partant de la nature de la monnaie et de la diversité de ses supports, mènera à découvrir le panorama des monnaies virtuelles ainsi que des retours d’expérience de monnaies locales.
Ce cycle permettra également de donner un coup de projecteur sur la richesse de la recherche sur les questions monétaires, notamment en France, ainsi que sur les collections de la BnF en ce domaine. En particulier, des objets monétaires seront exposés, et certains d’entre eux présentés, dans la salle 70.

Coordination : Carmen Guy, département Droit, économie, politique, BnF et Florence Codine, département des Monnaies, médailles et antiques, BnF
Modérateur : Arnaud Manas, chef du service du Patrimoine Historique et des Archives de la Banque de France.

Programme

  • Jeudi 2 mars 2017

    Universalité et pluralité du fait monétaire : monnaie officielle et monnaies alternatives

    Avec Michel Aglietta, professeur des universités à Paris-Ouest, conseiller au CEPII et France Stratégie et Jerôme Blanc, professeur des universités à Sciences Po Lyon, administrateur de l’institut Veblen pour les réformes économiques.

    L’utilisation des monnaies virtuelles et des monnaies locales, quoiqu’en forte croissance, reste marginale par rapport à celle des monnaies officielles, gérées par les Etats. En même temps, la coexistence de plusieurs monnaies au sein d’une même communauté est loin d’être un phénomène nouveau.
    Eclaircir les origines, les fonctions et les modalités du fait monétaire, et les situer dans l’histoire de la monnaie, se pose ainsi comme préalable pour mieux comprendre nos comportements monétaires au jour le jour et éclairer ainsi les logiques qui président à l’apparition des nouvelles monnaies.

  • Jeudi 9 mars 2017

    Les supports de la monnaie et leur dématérialisation : de l’électrum aux cryptomonnaies

    Avec Patrice Baubeau, maître de conférences en histoire économique à Paris-Ouest et enseignant à Sciences-po Paris, et Odile Lakomski-Laguerre, maître de conférences en économie à l’université de Picardie.

    Si le bitcoin apparaît comme un cas extrême de monnaie au seul support électronique, la norme a plutôt été la coexistence de plusieurs supports pour une même monnaie. Des encoches sur des bâtons aux séquences électroniques, en passant par les métaux et le papier, un parcours des différents supports permettra de découvrir la logique en jeu ayant déterminé leur apparition. En effet, des marchandises durables et transportables, faciles à échanger, seraient à l’origine des monnaies métalliques, qui présentent une valeur vénale indépendante de leur valeur symbolique, tandis que les reconnaissances de dettes et les promesses de paiement seraient devenues des supports de monnaie dont la valeur s’appuie uniquement sur la confiance. Apparu comme nouvelle option pour les monnaies existantes, le support électronique se développe ensuite comme support exclusif des monnaies virtuelles.

  • Jeudi 23 mars 2017

    Les monnaies locales complémentaires en France : focus sur la « pêche », en Ile-de-France et la « doume » au Puy-de-Dôme

    Avec Marc Abel, responsable à l’association « la pêche, monnaie locale en Ile de France », Marie Fare, maître de conférences en sciences économiques à l’université Lumière Lyon 2, Christophe Fourel, chef de mission à la Direction générale de la cohésion sociale et Ariane Tichit, maître de conférences en économie à l’université d’Auvergne.

    À côté des monnaies officielles, acceptées partout au sein des Etats qui les ont émis, voire bien au-delà de ses frontières, des communautés locales développent des monnaies alternatives, ancrées sur la monnaie officielle. Il s’agit d’initiatives à caractère associatif, qui exigent un gros investissement humain. Il y a une trentaine en circulation actuellement en France, comme l’Abeille (2010) à Villeneuve-sur-Lot, l’Occitan (2010) à Pézenas, l’Eusko (2013) au Pays Basque, la Pêche (2013) à Montreuil, en Ile de France, la Doume (2015) au Puy de Dôme, SoNantes (2015) à Nantes ou la Gonette (2015) à Lyon. De nombreux projets sont en cours : parmi eux, celui de la Seine à Paris.
    Il s’agit de mettre en perspective la genèse et la portée de ce phénomène, ainsi que les objectifs, modalités et supports de ces monnaies, et de présenter plus précisément le fonctionnement des monnaies en circulation.

Une bibliographie élaborée par les bibliothécaires de la BnF permet d’approfondir les sujets abordés par le cycle de conférences : http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/anx_biblios_droit/a.biblio_monnaie.html

Flyer du cycle

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site-François-Mitterrand
Quai François Mauriac, Paris 13e
Salle 70, de 18h30 à 20h

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : « Quels usages aujourd’hui des bibliothèques numériques ? Enseignements et perspectives à partir de Gallica »

Journée d’étude organisée par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech

Argument

Ces dernières années, les interfaces d’accès aux collections numériques des bibliothèques patrimoniales, archives et universités ont vu leur audience croître en même temps que le nombre et la diversité des documents mis à disposition. Cette croissance s’est accompagnée d’un élargissement des publics et des usages, facilité par la dissémination des contenus numérisés à travers le web, avec l’intervention de nouveaux médiateurs (communautés d’intérêt ou de pratique, etc.) et la possibilité d’agréger à ces contenus d’autres ressources ou de les enrichir par des dispositifs collaboratifs. Or, alors que se développent à grande vitesse les humanités numériques, les informations restent parcellaires sur les utilisateurs de ces collections, sur leur manière de les découvrir et de les utiliser, en particulier la logique d’interrogation (structurée et finalisée ou au contraire associative, voire aléatoire) et les effets de ces nouveaux usages sur la connaissance, les méthodologies et les corpus.

Faisant suite à un projet de recherche de 10 mois porté par la Bibliothèque nationale de France, le labex Obvil et Télécom ParisTech, cette journée a pour but d’examiner, à travers l’exemple de Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, l’évolution des usages des collections patrimoniales numérisées, afin de mieux comprendre la manière dont celles-ci sont perçues et intégrées dans des stratégies de recherche, professionnelles et amateurs. Portées par des expertises variées (sociologie, ethnographie, science des données, humanités, etc.), l’approche retenue croise des méthodes qualitatives et quantitatives. Si Gallica est un objet privilégié d’observation, compte tenu du nombre de documents qu’elle propose (4 millions) et de son audience (40 000 visites/jour), c’est bien sa place dans un réseau de ressources, en ligne mais aussi bien hors ligne, qui intéresse la présente journée.

Programme prévisionnel

Matinée (9h30-12h30) :

  • Accueil, par Arnaud Beaufort (BnF), Milad Doueihi (labex Obvil), Valérie Fernandez (Télécom ParisTech)
  • Comment les usagers deviennent acteurs de Gallica, par Sophie Bertrand et Philippe Chevallier (BnF)
  • Matérialité des pratiques studieuses à l’heure du numérique, par Marc Jahjah (Université de Haute-Alsace)
  • « Je pars d’un sujet, je rebondis sur un autre » : une étude qualitative auprès d’utilisateurs de Gallica au service d’un dispositif d’enquête global, par Valérie Beaudouin et Isabelle Garron (Télécom ParisTech)
  • Résultats de l’enquête en ligne auprès des gallicanautes, par Jacques Bonneau (TMO régions)

Après-midi (14h30-17h30) :

  • Vidéo-ethnographie d’usagers de Gallica, par Nicolas Rollet (Télécom ParisTech)
  • Une autre approche des usages : Observation des usages au moyen de tests utilisateurs, par Nicolas Esposito (Gobelins, l’école de l’image)
  • Modélisation des comportements à partir de l’analyse des logs de Gallica, par Adrien Nouvellet (Télécom ParisTech)
  • Ce que les bibliothèques numériques font à la recherche, par Didier Alexandre (labex Obvil)

Information pratiques

Mercredi 3 mai 2017
9h30-17h30, accueil à partir de 9h
BnF, site François-Mitterrand – Petit auditorium
Quai François Mauriac, Paris 13e
Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Inscription gratuite et obligatoire : https://usages_bib_num_gallica_mai2017.eventbrite.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Bibliothèque de l’Arsenal : soirée d’hommage à Paulette Pérec

Paulette Perec

Disparue le 5 novembre 2016, Paulette Perec avait fait toute sa carrière à la BnF, du département des Imprimés aux Estampes avant d’aller à la bibliothèque de l’Arsenal. L’Association Georges Perec et la BnF organisent une soirée en son hommage le vendredi 3 mars, à la fois jour anniversaire de Paulette et celui de la mort de Georges Perec. Un montage de photos, d’archives sonores et audiovisuelles, des interventions de proches et d’anciens collègues ainsi que des lectures par Camille Bloomfield et Benjamin Lazar évoqueront cette femme de conviction.

Informations pratiques

Vendredi 3 mars 2017, 18h30 à 20h, grand salon de la bibliothèque de l’Arsenal.
Bibliothèque de l’Arsenal, rue de Sully, 75004 Paris (métro Sully-Morland).
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Réservation obligatoire : 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr ou auprès de Jean-Luc Joly (jljoly@neuf.fr).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts