Archives de catégorie : À la BnF

1/2 journée d’étude : D’Autrice à Zlataner : enrichissement linguistique et exploration des sites de presse dans les archives de l’internet à la Bibliothèque nationale de France (2010-2017)

Résumé

Lors de la demi-journée d’étude du lundi 15 octobre, la Bibliothèque nationale de France (BnF), l’équipe Représentation des connaissances et langage naturelle du Laboratoire d’informatique et de Paris Nord (LIPN-RCLN) de l’université Paris 13 et le laboratoire Linguistique, langues, Parole (LILPA) de l’université de Strasbourg présenteront les principaux résultats du projet Néonaute. Ce projet, soutenu par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) dans le cadre de l’appel à projet 2017 « Langues et numérique », vise à doter les observateurs de la langue française d’un moteur de recherche s’appuyant sur la collection « Actualités » du dépôt légal du web conservée à la BnF depuis 2010.

Continuer la lecture de 1/2 journée d’étude : D’Autrice à Zlataner : enrichissement linguistique et exploration des sites de presse dans les archives de l’internet à la Bibliothèque nationale de France (2010-2017)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 (21-23 novembre 2018)


Missel de Saint-Denis, 1041-1060 (Ms. latin 9436).

Grâce à un mécénat exceptionnel de la Fondation Polonsky, fondation dont l’objectif est de favoriser l’accès au patrimoine culturel du plus grand nombre, la Bibliothèque nationale de France (BnF) et la British Library ont noué un partenariat inédit dans le domaine des manuscrits médiévaux autour d’un programme intitulé « France-Angleterre 700-1200 : manuscrits médiévaux de la BnF et de la British Library ». Il inclut 800 manuscrits, conservés pour moitié à la BnF pour moitié à la British Library, qui ont été sélectionnés en fonction de leur importance pour l’histoire des relations franco-anglaises au Moyen Âge, ainsi que pour leur intérêt artistique, historique ou littéraire. Produits entre le VIIIe et la fin du XIIe siècle, ces manuscrits couvrent des domaines très variés représentatifs de la production intellectuelle du haut Moyen Âge et de l’époque romane.

À l’occasion du lancement officiel des deux sites web réalisés dans le cadre du programme, la bibliothèque numérique « Gallica marque blanche » qui réunira tous les manuscrits du corpus et permettra leur comparaison (BnF) et un site web à visée pédagogique proposant d’explorer une sélection de manuscrits (BL), un colloque international se tiendra les 21-23 novembre 2018 à Paris. L’objectif de ce colloque est de réunir chercheurs et spécialistes, mais aussi un public plus large autour d’interventions qui porteront un regard neuf sur le riche patrimoine mis à disposition grâce au mécénat de la Fondation Polonsky et sur les relations entre France et Angleterre au Moyen Âge, sur le plan aussi bien historique que littéraire ou artistique.

Dédiée à des problématiques professionnelles, la première journée du 21 novembre fera dialoguer les différents acteurs du programme, à travers des présentations des différentes réalisations menées dans le cadre de celui-ci et des enseignements pouvant être tirés de ce premier partenariat entre les deux institutions dans le domaine médiéval. Un accent particulier sera mis sur les possibilités offertes par le développement des humanités numériques et l’interopérabilité des images, qui modifient en profondeur les pratiques de recherche et les regards sur les manuscrits médiévaux, et sur les enjeux qui en découlent. Les 22 et 23 novembre seront consacrés aux manuscrits, à leur décor, leurs textes et leur circulation, trois axes qui réuniront des spécialistes de différents domaines dans une perspective interdisciplinaire.

Continuer la lecture de Colloque France et Angleterre : manuscrits médiévaux entre 700 et 1200 (21-23 novembre 2018)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : La radio de création après le Club d’Essai : la part des écrivains (5/10/18)

Pourquoi impliquer des écrivains, habitués au livre ou à la scène, dans des émissions de création radiophonique ? Qu’apportent-ils, à quelles conditions, comment, dans quels contextes ? C’est le genre de questions que l’on sera invité à se poser dans ce colloque consacré aux deux plus longs et plus prestigieux programmes de création radiophonique de France Culture, inscrits, chacun dans un style, dans « cette longue querelle de la tradition et de l’invention / De l’Ordre et de l’Aventure » (Apollinaire) qui rythme la vie des arts.

Ce colloque est organisé en partenariat avec la SCAM, la BnF et l’Ina, et le soutien de l’IUF et du GRER.

Ce colloque a lieu du 4 au 6 octobre 2018 : le 4 octobre à la Société civile des auteurs multimédia (SCAM), 5 Avenue Velasquez, Paris 8e et le 6 octobre à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) 105 boulevard Raspail, Paris 6e.

Programme

Jeudi 4 octobre 2018
SCAM
18h Soirée inaugurale

Ouverture par les organisateurs du colloque
18h25-20h
Propos d’Alain Trutat et René Farabet (archives), Andrew Orr, Jean-Loup Rivière, Alain Veinstein, Colette Fellous

Vendredi 5 octobre 2018
BnF
9h -18h Atelier de création radiophonique, la part des écrivains

Communications de : Pierre-Marie Héron, Witold Wolowski, Andrew Orr,Laure Bedin, Carrie Landfried, Thomas Baumgartner, Christian Rosset, Sarah-Anaïs Crevier Goulet, Marion Chénetier-Alev
Sur : Jean Thibaudeau, François Billetdoux, René Farabet, Claude Ollier, Georges Perec, Claude Ollier, les écrivains de Change à l’ACR, Hélène Cixous, Valère Novarin

Samedi 6 octobre 2018
EHESS
Nuits magnétiques, la part des écrivains

Communications de : Christophe Deleu, Mehdi El Hadj (sous réserve), Laure Adler, Annie Pibarot,Jean Daive, Clara Lacombe, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin
Sur : la composition des programmes de Nuits magnétiques, Nicole-Lise Bernheim, Jean Daive, Colette Fellous, Franck Venaille, Jean-Pierre Milovanoff, Olivier Kaeppelin

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610)

Cleopatre : [estampe] / R.B. del. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531554885

Argument

Les textes et les documents français du XVIe siècle témoignent d’une intense activité théâtrale. Non seulement ils constituent une source capitale pour l’étude de la tradition médiévale (la grande majorité des farces est par exemple conservée dans des écrits du XVIe siècle), mais ils révèlent plusieurs expérimentations à la croisée d’influences européennes : création d’un théâtre à l’antique, développement de formes d’inspiration italienne, initiatives commerciales, évolution du statut du comédien, etc.
Or cette vie théâtrale entretient des liens étroits avec de nombreuses oeuvres artistiques contemporaines. Comme l’ont montré Émile Mâle et les travaux parfois opposés qu’il a suscités, représentations théâtrales et arts visuels s’influencent réciproquement ; l’installation des comédiens italiens donne naissance au genre du portrait d’acteurs et introduit comme ailleurs en Europe de nouveaux motifs décoratifs.
À l’occasion de la publication de l’ouvrage Le théâtre à Paris au XVIe siècle de Guy-Michel Leproux (Institut d’histoire de Paris, 2017) et de la présentation de l’exposition Pathelin, Cléopâtre, Arlequin : le théâtre dans la France de la Renaissance (musée national de la Renaissance, château d’Écouen, 17 octobre 2018 – 29 janvier 2019), cette après-midi d’étude propose donc de faire dialoguer les approches littéraires, historiques et esthétiques. Cela permettrait non seulement de mieux comprendre le langage dramatique renaissant et les représentations artistiques qui y sont associées, mais aussi d’envisager le fonctionnement proprement « intermédiatique » du phénomène théâtral et d’explorer ses processus de création et d’interprétation.

L’après-midi d’étude sera suivie de la représentation dans le Grand Auditorium de Cléopâtre captive (1553) d’Étienne Jodelle, compagnie Oghma, mise en scène Charles di Meglio.

Programme

Ouverture
14h Michel Hochmann, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les portraits de comédiens à Venise dans la première moitié du XVIe siècle

Échanges

14h45 Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle
Invention dramatique et invention graphique : les gravures d’Arlequin du Recueil Fossard

Échanges

15h30 Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
Les tableaux de comédiens produits à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle

16h15 Astrid Castres, post-doctorante du LabEx Hastec (centre Jean-Mabillon)
« En ce temps-là, les comédiens louoient des habits à la friperie ; ils étoient vêtus infâmement, et ne savoient ce qu’ils faisoient » : les costumes de théâtre et le commerce de vêtements à Paris au XVIe siècle

Échanges

16h45 Nina Hugot, agrégée de lettres modernes, doctorante

Cette après-midi d étude est suivie d’une représentation théâtrale
Cléopâtre Captive d’Etienne Jodelle à 18h30-20h (Grand auditorium)

Spectacle Cléopâtre Captive d’Étienne Jodelle (1553)

La Bibliothèque nationale de France et le Musée national de la Renaissance à Ecouen rendent hommage à Etienne Jodelle, auteur salué comme le restaurateur du théâtre antique en France, à travers le spectacle Cléopâtre captive, création de la Compagnie Oghma.
Représentée à Paris en février 1553 devant le roi Henri II, Cléopâtre Captive est la première tragédie à l’antique écrite en français. Elle met en scène les dernières heures de la reine Cléopâtre.

Alexandrie, après la mort de Marc-Antoine défait par Octavien (le futur empereur Auguste). L’Ombre d’Antoine vient rendre visite à Cléopâtre pour la pousser au suicide afin d’empêcher qu’elle ne soit faite prisonnière à Rome et pour que les deux amants soient réunis dans la mort.

Par la Compagnie Oghma, fondée en 2006 par Charles Di Meglio.
Avec Julia de Gasquet, Ulysse Robin, Manuel Weber, Christine Narovitch, Florence Beillacou, Elsa Dupuy, Romaric Olarte, Charles Di Meglio

Marie-Françoise Bloch : création musicale et lirone
Olivier Halévy : assistant à la dramaturgie
Timothée Mouton : assistant de production
Lauren Allen : stage management
Ivan Kamenarovic : assistant à la mise en scène
Charles Di Meglio : costumes et mise en scène

Durée : 1h30

Création par la Compagnie Oghma co-produite avec la BnF et le Musée national de la Renaissance à Ecouen et avec le soutien du Conseil départemental de la Dordogne et de la ville d’Auriac-du-Périgord.
Spectacle proposé en clôture de la journée d’étude, Vie théâtrale et vie artistique dans la France de la Renaissance (1480-1610).

Comité d’organisation

Muriel Barbier, conservateur du patrimoine, musée national de la Renaissance-château d’Écouen ; Olivier Halévy, maître de conférences, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle ; Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études.

Comité scientifique

Le comité d’organisation ainsi que Thierry Crépin-Leblond, directeur du musée national de la Renaissance-château d’Écouen et Darwin Smith, directeur de recherche, CNRS (Lamop).

Informations pratiques

  • Quand ? 22 novembre 2018, 14h-17h30
  • Comment ? Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Exposition : Les Nadar, une légende photographique

La Bibliothèque nationale de France propose la première grande exposition consacrée aux trois Nadar. Félix Nadar (1820-1910), son frère Adrien Tournachon (1825-1903) et son fils Paul Nadar (1856-1939) furent tout à la fois photographes, peintres, dessinateurs et inventeurs…
Quelque 300 pièces témoignent des spécificités de chacun des trois photographes, de leurs collaborations comme de leurs rivalités, dans un parcours qui embrasse l’histoire de l’atelier des Nadar pendant près d’un siècle. À travers des épreuves photographiques originales, des dessins, des estampes, des peintures et des objets, l’exposition invite à la découverte inédite de l’héritage de l’un des ateliers les plus importants et les plus durables des débuts de la photographie.

Le propos de l’exposition s’appuie sur des pièces issues des très riches collections de la BnF, que viennent compléter des prêts prestigieux du Metropolitan Museum of Art de New York, du John Paul Getty Museum de Los Angeles, du musée d’Orsay, du musée de l’Air du Bourget, de l’École des Beaux-Arts de Paris et de la Société française de photographie.Trois parties illustrent les caractéristiques de l’entreprise des Nadar, des années 1850 à la fin des années 1930.

Les Nadar par les Nadar

La première partie, « Les Nadar par les Nadar », fait la lumière sur l’histoire familiale en présentant une sélection des très nombreux portraits et autoportraits des trois photographes et de leur cercle
privé. Elle témoigne de leur implication personnelle dans l’atelier, leurs relations complexes et la manière dont ils utilisèrent leurs propres personnes pour promouvoir leurs ateliers et leur production.
Souvent mis en scène, travestis, scénarisés, ces portraits construisent une légende familiale qui va des prises de vues en studio dans les années 1850 jusqu’aux instantanés Kodak de Paul Nadar, et illustrent en filigrane l’histoire de la représentation photographique elle-même.

Art et industrie du portrait

La deuxième partie, « Art et industrie du portrait », est consacrée à l’héritage des Nadar dans ce domaine et inclura une sélection de portraits emblématiques des personnages les plus connus et les plus influents de leur époque. Elle met en évidence leurs approches différentes ainsi que l’évolution des techniques photographiques et du goût au cours d’un siècle. Elle comprend des chefs-d’œuvre du portrait photographique par Félix Nadar et Adrien Tournachon. Les relations d’amitié que Félix Nadar a pu entretenir avec Gustave Doré ou Baudelaire ont permis de produire des portraits très intimes. Les nombreux ateliers des Nadar à Paris, et même à Marseille, seront évoqués à travers des photographies permettant de voir les lieux et les coulisses des dispositifs de prises de vue.

Art et science

Enfin, la dernière partie de l’exposition, « Art et science », établit le lien des Nadar avec l’actualité de leur temps et la manière dont leur œuvre photographique s’est très souvent associée à des  découvertes scientifiques et techniques. Témoignent de cette implication les reportages photographiques d’Adrien Tournachon sur les races de bovins et de chevaux, ou sa collaboration avec le docteur Duchenne de Boulogne pour saisir le mécanisme de la physionomie humaine. Quant à Félix Nadar, il s’est fait connaître durablement pour son utilisation pionnière de la photographie à la lumière artificielle : portraits nocturnes en studio, reportages dans les égouts et les catacombes de la capitale, photographies sous la mer dans des caissons étanches dans le port de Marseille. Il est également connu pour les premières photographies aériennes qui résultèrent de sa célèbre passion pour la navigation aérienne. Une projection sous forme de diaporama évoque par ailleurs le voyage au Turkestan de Paul Nadar en 1890, et la projection publique qu’il organisa lui-même à son retour.

Premier résultat de photographie aérostatique // Applications : Cadastre, Stratégie, etc // Cliché obtenu à l’altitude de 520 m par Nadar 1858″ : [photographie] / Nadar ; [agrandissement par Paul Nadar], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10539821c

Informations pratiques

Commissariat

  • Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la photographie, BnF
  • Anne Lacoste, directrice de l’Institut pour la photographie des Hauts-de-France

Où et quand ?

Du 16 octobre 2018 au 3 février 2019
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Galerie 2
Quai François Mauriac, Paris XIIIe
Du mardi au samedi 10h à 19h
Dimanche 13h à 19h
Fermeture les lundis et jours fériés

Publication

Catalogue de l’exposition
23×30 cm, 352 pages, 250 illustrations environ
Éditions de la BnF

Dossier de presse

Gallica

Collections numérisées de Nadar : https://gallica.bnf.fr/conseils/content/nadar

Avec le soutien de

Logo Champagne Louis Roederer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Après-midi d’étude : La Bibliothèque nationale en temps de guerre (1870-1945)

Dans le cadre de la fin des commémorations de la guerre 1914-1918, le Comité d’histoire de la BnF organise une après-midi d’étude consacrée à l’histoire de l’institution en période de conflit.

Dispositions presentées au gouvernement, depuis l’an 6, pour garantir la Bibliothèque nationale contre les dangers du feu en cas d’une incendie au Theâtre des Arts : [estampe] / proposé par Bélanger… ; gravé par Berthault, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69509270

Programme

  • 14h-14h15 : Ouverture par Laurence Engel, Présidente de la BnF.
  • 14h15-15h : « La guerre franco-prussienne et la Commune de Paris à la Bibliothèque nationale » par Marie Galvez, conservateur à la BnF.
  • 15h-15h30 : « Les lecteurs de la Bibliothèque nationale pendant la Grande Guerre » par Jacqueline Sanson, archiviste paléographe, ancienne directrice générale de la BnF.
  • 15h30-16h : Questions et pause
  • 16h-16h30 : « La Bibliothèque nationale, septembre 1939-août 1940 » par Anne Leblay-Kinoshita, conservatrice du patrimoine, responsable de la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives de la BnF.
  • 16h30-17h : « L’instrumentalisation de la Bibliothèque nationale sous l’Occupation » par Martine Poulain, conservatrice générale honoraire des bibliothèques, chercheuse au Centre Gabriel Naudé (enssib).
  • 17h-17h30 : « L’enrichissement des collections pendant la Seconde Guerre Mondiale : piste et enjeux pour une histoire de l’institution » par Ève Netchine, conservatrice en chef, directrice du département des Cartes et Plans à la BnF.
  • 17h30-18h : « Le département de la Musique de la Bibliothèque nationale sous l’Occupation » par Mathias Auclair, conservateur en chef, directeur du département de la Musique à la BnF.
  • 18h-18h30 : Pause et questions
  • 18h30-19h : Présentation d’une sélection de documents d’archives en lien avec la thématique de l’après-midi
  • 19h : Cocktail et clôture de la demi-journée

Informations pratiques

Mardi 16 octobre 2018 – 14h00-19h00

Bibliothèque nationale de France, site de l’Arsenal
1, rue de Sully – Paris 4e

Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Paul Claudel, résolument contemporain (19/09/2018)

L’année 2018 marque les 150 ans de la naissance de Paul Claudel (1868-1955), auteur du Soulier de satin, de Tête d’or ou encore du Partage de midi. Un colloque international est organisé en mémoire de celui qui fut tout à la fois dramaturge, poète, essayiste et diplomate, sous le haut patronage de l’Académie française, avec le soutien de la Société Paul Claudel, Sorbonne Université, Faculté des lettres, UMR CELLF 16-21, en collaboration avec la BnF, l’INA, l’Université de Chicago à Paris, la Comédie-Française et  le labex OBVIL.

Programme

Mercredi 19 septembre : Claudel et le temps contemporain

  • 9h : Accueil, présentation par Didier Alexandre
  • 9h15 : Allocution liminaire de Madame Laurence Engel , présidente de la BnF
  • 9h30 : Habiter poétiquement le monde – Claudel
    Jean-Luc Marion, de l’Académie française, Professeur émérite de Sorbonne Université, Professeur à l’Université de Chicago
  • 10h : « Ce lien entre lui et moi » (Le Soulier de satin, I, V)
    Thomas Pavel, Professeur, Université de Chicago
  • 10h30 : Discussion
  • 11h15 : Inactualité de Paul Claudel
    Dominique Millet-Gérard, Professeur, Sorbonne Université
  • 11h45 : Claudel contemporain ? Le poète, les lumières du siècle et la part de l’ombre
    Paul Claudel, son et image
    Pascal Dethurens, Professeur, Université de Strasbourg
  • 14h : Paul Claudel dans les collections de l’INA
    Voisinages poétiques
    Géraldine Poels, INA, Responsable de la valorisation scientifique
  • 14h45 : Claudel et Valéry : une amitié bien incertaine
    Michel Jarrety, Professeur, Sorbonne Université
  • 15h15 : Claudel et Segalen : deux poètes français face au taoïsme
    Huang Bei, Professeur, Université Fudan, Shanghai
  • 15h45 : Jacques Réda et Paul Claudel, des poètes contemporains ?
    Didier Alexandre, Professeur, Sorbonne Université
  • 16h15 : Discussion
  • 17H : Claudel et le lyrisme
    Michel Murat, Professeur, Sorbonne Université  : table ronde avec Olivier BarbarantMichel Deguy, Jean-Marie GleizeGuy GoffetteLaurent FourcautJean-Pierre Lemaire

20 septembre 2018

Président de séance : Pascal Dethurens
Diplomatie, poésie, vision du monde

  • 9h15 : Accueil par le directeur de l’Université de Chicago
  • 9h30 : Claudel et la mondialisation
    Pierre Brunel, professeur, Institut des sciences morales et politiques
  • 10h : Paul Claudel et la Chine contemporaine
    Yvan Daniel, professeur, Université de La Rochelle
  • 10h30 : Discussion et pause
  • 11h : Claudel dans / pour l’avenir : diplomatie, économie, écocritique
    Eric Touya, professeur, Université de Clemson
  • 11h30 : Le Japon : une ambassade mythique et fondatrice
    Michel Wasserman, professeur, Université Ritsumeikan, Kyoto
  • 12h : Diplomatie, poésie, mondialisation, 1895-1907
    Claude-Pierre Pérez, professeur, Université de Provence
  • 12h30 : Discussion et pause

Président de séance : Claude-Pierre Pérez
Claudel, faces à faces (1)

  • 14h : Claudel et le XVIIIe siècle, quelques remarques
    Christophe Martin, professeur, Sorbonne Université
  • 14h30 : Condamnation et détournements de l’ironie contemporaine chez Paul Claudel exégète
    François Bompaire, professeur CPGE, Arras
  • 15h : Discussion et pause

Claudel, faces à faces (2)

  • 15h45 : Paul Claudel lecteur de la presse
    Catherine Mayaux, professeure, Université de Cergy-Pontoise
  • 16h15 : La réception de l’œuvre de Claudel par Gabriel Marcel : deux catholicismes face à face
    Anne Verdure-Mary, conservatrice, bibliothèque de Besançon
  • 16h45 : Claudel devant ses contemporains japonais
    Ayako Nishino, maître de conférences, Université de Keiō, Tokyo
  • 17h30 : Discussion
  • 19h : Buffet au Club des enseignants de Sorbonne Université
  • 20h : Lectures d’extraits d’œuvres de Paul Claudel (salle des actes en Sorbonne) par Les Livreurs de Sorbonne Université
    Réservation : http://www.culture-sorbonne.fr/agendaculturel/evenements/eternel-claudel/

21 septembre 2018

Présidente de séance : Yvan Daniel
Claudel et la technique

  • 9h15 : Accueil par le doyen de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université
  • 9h30 : Claudel à partir du numérique ?
    Glenn Roe, professeur, Sorbonne Université
  • 10h : Claudel et la technique
    Lionel Cuillé, professeur, Université Webster, Saint-Louis
  • 10h30 : Discussion et pause
  • 11h : Table ronde : Jouer Claudel aujourd’hui, avec Florence Naugrette, professeure, Sorbonne Université, Éric Ruf, Comédie-Française, Yves Beaunesne, Comédie Poitou-Charentes, Daniel Mesguich,Cours Mesguich, Christian Schiaretti, TNP de Villeurbanne
  • 12h30 : Pause et déjeuner

Présidente de séance : Florence Naugrette
Claudel et l’écriture dramatique contemporaine

  • 14h : Des écritures dramatiques contemporaines dans l’héritage
    du verset claudélien ?

    Pascal Lécroart, professeur, Université de Bourgogne Franche-Comté
  • 14h30 : Claudel et Brecht : deux parcours dramaturgiques en miroir
    Sever Martinot-Lagarde, professeur CPGE, Toulouse
  • 15h : Entretien avec Pascal Lécroart : la création du Soulier de satin à l’Opéra Bastille
    Raphaèle Fleury
  • 15h30 : Discussion et pause

Claudel et la scène contemporaine

  • 16h : Claudel et la danse
    Delphine Vernozy, Sorbonne Université
  • 16h30 : Paul Claudel et Antoine Vitez
    Adélaïde Jacquemard-Truc, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
  • 17h : Entretien avec Didier Alexandre : la mise en scène du Soulier de satin au Japon
    Moriaki Watanabe, professeur, traducteur, metteur en scène, Université de Tokyo
  • 17h30 : Discussion et pause
  • 17h45 : Conclusions et cocktail

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : Naissance de l’ethnologie française. Valoriser les archives des ethnologues. Usages contemporains des collections (4-6/10/2018)

En coopération avec le LabEx Les passés dans le présent, le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, le musée du quai Branly et la Bibliothèque nationale de France organisent un colloque sur la Naissance de l’ethnologie française. Valoriser les archives des ethnologues. Usages contemporains des collections. Il s’inscrit dans le cadre du programme de recherche À la naissance de l’ethnologie française qui a notamment permis la publication du site À la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939).

Mission Sahara-Soudan (1935). Photo mission H. Gordon et informateur. © Bibliothèque Eric de Dampierre.

Argument

La numérisation croissante des archives et des photographies ethnographiques anciennes ou contemporaines rend possible leur diffusion en ligne. Dès lors, outre la question de la gestion de la masse de données et de leur pérennité, se pose celle des formes à donner à cette valorisation numérique des archives et collections, de sa réception et des usages qui peuvent en être faits.

Le colloque a pour objectif de débattre de cette valorisation. En effet, les technologies sans cesse en progrès de l’outil numérique, qui permettent de montrer les contenus des collections différemment de l’édition imprimée et de l’exposition, et qui s’affranchissent de la base de données hiérarchique, sont susceptibles de modifier le discours scientifique produit sur elles. Archives et collections en ligne sont aussi appropriées par divers publics, notamment les artistes, y compris dans les pays à partir desquels elles ont été constituées. D’autres discours peuvent alors les enrichir et leur donner une nouvelle forme d’existence.

Programme

Jeudi 4 octobre matin : Retours d’expérience de valorisation de collections ethnographiques

  • 10h00 Ouverture du colloque par Mme Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
  • Mot d’introduction par Ghislaine Glasson-Deschaumes, Labex Les passés dans le présent, et Sophie Blanchy, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative.
  • Session 1. Valorisation des collections ethnographiques par l’édition et les expositions.
    Modératrice : Caroline Tourette
  • 10h20-10h45 Eric Jolly, CNRS, Institut des mondes africains,
    Les usages éditoriaux des fiches et des photographies de terrain : l’exemple des missions Griaule.
    Cet exposé s’attachera à analyser l’évolution des usages éditoriaux des fiches et des photographies des missions Griaule des années 1930 et 1940 en prenant en compte aussi bien les publications scientifiques, littéraires et grand public des membres de ces missions que les ouvrages plus récents consacrés à ces expéditions ethnographiques.
  • 10h45-10h 55 Discussion, questions
  • 11h00-11h25 Marianne Lemaire, CNRS, Institut des mondes africains,
    Usages et édition d’archives d’ethnologues. L’exemple de la correspondance de Denise Paulme et d’un journal de mission de Michel Leiris.
    Cet exposé retracera deux expériences d’édition d’archives d’ethnologues et tentera de mettre en évidence les apports, les enjeux et les contraintes propres à chacune d’elles, notamment selon la nature de l’archive éditée : une correspondance ou un journal de mission.
  • 11h25-11h35 Discussion, questions
  • Pause 11h35-11h50
  • 11h50-12h15 Anaïs Mauuarin, Association de recherche sur l’image photographique, et Christine Barthe, Responsable de l’Unité Patrimoniale des collections photographiques au musée du quai Branly, avec Carine Peltier, responsable de l’iconothèque du musée du quai Branly,
    Exposer les photographies, du Trocadéro au quai Branly.
    La communication portera sur quelques moments clefs de l’histoire des photographies : de la façon dont l’ethnologie a montré ses images dans le contexte du Musée d’Ethnographie du Trocadéro dans les années 30, à quelques expositions spécifiques au Musée de l’Homme dans les années 90, avant le transfert des collections au musée du quai branly. Seront évoqués différents cas de figure montrant diverses facettes d’un statut des collections en évolution.
  • 12h15-12h25 Discussion, questions
  • 12h25-12h50 Alain Carou, conservateur au département de l’audiovisuel, Bibliothèque nationale de France, Andrea Paganini, Fondation Jean Rouch, et Béatrice de Pastre, directrice des collections du Centre National du Cinéma, commissaires de l’exposition
    Retour sur l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma » (26 septembre au 26 novembre 2017).
    Les trois commissaires de l’exposition reviendront sur la mise en œuvre de l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma », présentée à la Bibliothèque nationale de France du 26 septembre au 26 novembre 2017 à l’occasion du Centenaire de la naissance de Jean Rouch.
  • 12h50-13h00 Discussion, questions
  • Pause déjeuner 13h00-14h00

Jeudi 4 octobre après midi, 14h00-17h00

  • Session 2. Retour critique sur la fabrication de sites web de valorisation d’archives ou de collections
    Modératrice : Ghislaine Glasson-Deschaumes
  • 14h00-15h10 Table ronde : Sophie Blanchy, Marie Dominique Mouton, Frédéric Dubois, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Laure Carbonnel (labex Les passés dans le présent), Aurélie Méric (doctorante à l’EHESS)
    Retour sur la réalisation du site « A la naissance de l’ethnologie française. Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939) ».
    L’équipe du projet retracera les questions théoriques et méthodologiques qui se sont posées lors de la réalisation du site (au sein du Labex Les passés dans le présent), en partenariat avec le musée du quai Branly-Jacques Chirac et la Bibliothèque nationale de France, depuis ses objectifs jusqu’à ses choix techniques et scientifiques.
  • 15h10-15h25 Discussion, questions
  • 15h25-15h50 Caroline Tourette, Conservateur au département Philosophie, Histoire et Sciences de l’Homme, Bibliothèque nationale de France
    La valorisation des collections de la BnF avec Gallica : la constitution du corpus Ethnologie française.
    Les corpus Gallica sont des sélections organisées et éditorialisées de documents numérisés de la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Le partenariat avec le Labex Les passés dans le présent a été l’occasion de créer un corpus Gallica destiné au grand public et complémentaire du site A la naissance de l’ethnologie française.
  • 15h50-16h00 Discussion, questions
  • 16h00-16h20 Pause
  • 16h20-16h45 Pascal Cordereix, BnF, département de l’Audiovisuel, Bibliothèque nationale de France et Aude da Cruz Lima, CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative-Centre de recherches en ethnomusicologie,
    “Les sources de l’ethnomusicologie” : retour d’expérience d’un projet de valorisation numérique à l’ère du web de données.
    Le projet Les Sources de l’ethnomusicologie (Labex Les passés dans le présent) porte sur la numérisation, la documentation et la valorisation des archives sonores et audiovisuelles ethnomusicologiques conservées dans les institutions partenaires : la BnF, le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (LESC, CNRS UPN) et le musée du quai Branly – Jacques Chirac. L’enjeu de ce projet est de faciliter, grâce à des technologies numériques novatrices, l’accès à ces fonds patrimoniaux complémentaires et dispersés.
  • 16h45-16h55 Discussion, questions

Vendredi 5 octobre à la maison Max Weber, Université Paris-Nanterre. Réception et usages des valorisations d’archives ou de collections ethnographiques

  • 10h00-13h00 Session 3. Relations entre fonds ou collections et pratiques contemporaines
    Modérateur : Eric Jolly
  • 10h00-10h25 Jean-Jacques Castéret, directeur de l’Ethnopôle InOc Aquitaine, chercheur associé au Laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Médiations numériques en domaine occitan : Entre archive et pratiques vivantes
    Dès le milieu des années 2000, l’Institut Occitan (InOc) Aquitaine, opérateur de la région Nouvelle-Aquitaine pour la valorisation de la langue et de la culture occitane, labellisé Ethnopôle [Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie] par le ministère de la Culture (DPRPS-DGPat), a abordé la transmission du patrimoine culturel immatériel par le biais de productions éditoriales en ligne, notamment le site Sondaqui.com, constituant peu à peu un environnement numérique œuvrant à la croisée de la recherche et de l’action culturelle, entre archive et pratiques vivantes ; inventaire et éducation artistique et culturelle ; appropriation des ressources par les artistes et acteurs de terrain.
  • 10h25-10h 35 Discussion, questions
  • 10h40-11h05 Judith Hannoun, Maison Asie-Pacifique / CREDO (CNRS/Aix-Marseille Université)
    Les chercheurs et leurs archives : l’exemple d’ODSAS, plateforme d’archivage, de manipulation et d’annotation des ressources numériques en sciences humaines et sociales
    Depuis plus de 10 ans, la plateforme ODSAS, https://www.odsas.net, propose aux chercheurs en sciences sociales, une autre approche dans l’appropriation de leurs données de terrains. Cette intervention propose de faire le point sur les différentes pratiques et usages des chercheurs quant à la réutilisation, l’exploitation et la valorisation de leurs archives numériques.
  • 11h05-11h15 Discussion, questions
  • 11h15-11h35 Pause
  • 11h35-12h00 Valérie Perlès, directrice du musée Albert Kahn.
    Créer les conditions de la rencontre entre les différents publics et les Archives de la planète
    Dans un contexte de rénovation et de réécriture de son projet, le musée Albert Kahn, détenteur des Archives de la planète constituées entre 1909 et 1931 par le banquier, philanthrope et pacifiste Albert Kahn (plus d’une centaine d’heures de films et près de 72 000 autochromes), s’engage dans une démarche historiographique visant à interroger la perception du monde par le photographe/cameraman, la matérialité du fonds, et entreprend un travail autour de l’histoire de ses usages et de sa réception dans différents contextes d’utilisation. Différentes modalités de diffusion et de valorisation des collections sont envisagées. Nous proposons de présenter ici deux projets emblématiques : l’open data qui permet, librement, de mettre l’ensemble des collections dématérialisées à la disposition du plus grand nombre ; le parcours permanent qui donne des clés de compréhension de ces mêmes collections à travers une « vraie » expérience de visite.
  • 12h00-12h10 Discussion, questions
  • 12h15-12h40 David Zeitlyn, Professor of Social Anthropology, University of Oxford,
    Archiving ethnography? The impossible and the necessity. Damned if we do, damned if we don’t.
    Contradictory injunctions, conflicting legal, moral and ethical codes should not be much of a surprise to ethnographers (nor archivists) but surprised we often are. I consider some extreme cases and extreme reactions to them. However, for most ethnography there are mundane, working solutions also achievable without having to burn everything. (For example long embargos can solve many problems but these raise data migration issues).
  • 12h40-12h50 Discussion, questions
  • Pause déjeuner 13h00-14h00
  • Session 4. Réception et usages par les populations et les artistes Modérateur : Julien Bondaz
  • 14h00-14h25 Jessica de Largy Healy, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative
    Archives numériques aborigènes et création: exemples récents de la Terre d’Arnhem
    Depuis une quinzaine d’années, des centres d’archives aborigènes ont vu le jour dans plusieurs communautés isolées du nord de l’Australie. Bénéficiant d’une politique institutionnelle propice à la restitution numérique des collections, ce tournant archivistique aborigène génère une formidable créativité et des pratiques artistiques nouvelles dont il s’agira ici de présenter quelques exemples.
  • 14h25-14h35 Discussion, questions
  • 14h35-15h35 Table ronde : Dominique Malaquais, Imaf, (Archive (re)mix), Sarah Frioux Salgas, Responsable des archives du Musée du quai Branly, Mathieu Kleyebe Abonnenc et Pierre Michelon, réalisateur de cinéma, à propos du travail des artistes avec des archives et des collections africaines.
  • 15h35-15h55 Discussion, questions
  • 15h55-16h15 Pause
  • 16h15-16h40 Jean-Philippe Moreux, Expert scientifique Gallica, département de la Coopération, BnF.
    Les outils des humanités numériques et leur application sur les collections numériques de la BnF : retour d’expérience
    La dynamique des humanités numériques conduit les bibliothèques à réinventer leur mission et à se positionner en tant que fournisseur de services aux chercheurs travaillant sur des corpus numériques. La BnF s’inscrit dans cette dynamique depuis plusieurs années, en particulier avec son projet de recherche CORPUS, et dispose désormais d’un retour d’expérience substantiel quant à ces nouvelles formes d’interaction entre bibliothèques numériques et acteurs du monde académique.
  • 16h40 Questions et discussion finale

Samedi 6 octobre Rendez-vous au salon Kerchache, musée du quai Branly 15h00-17h00 « Quelles archives aujourd’hui pour les objets du musée du quai Branly ? L’exemple des poupées de la mission Dakar Djibouti »

Autour du film Les poupées. Archives vivantes, Sénégal, 2012-2015. Entretiens croisés sur des objets collectés au Sénégal par la mission Dakar-Djibouti en 1931 (28’). Dans le cadre d’un projet collectif d’archives vivantes et de restitution symbolique d’objets collectés en Afrique, Marie Gautheron a réalisé une série d’interviews filmées auprès d’interlocuteurs africains, face à des photographies d’un corpus d’objets de la mission Dakar Djibouti.

Avec Marie Gautheron, agrégée de lettres et historienne de l’art. Présentation de quelques poupées de la collection par Eléonore Kissel, responsable du pôle conservationrestauration. Le débat sera animé par Jessica De Largy Healy (chercheure CNRS, LESC) autour de ce cas et d’autres exemples (aborigènes d’Australie notamment) d’élaborations d’archives vivantes et des modes de restitution.

Leur dialogue portera sur ce que peut apporter à notre connaissance des objets les discours contemporains et la réception locale de ces objets.

Informations pratiques

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences : Histoire des mers : échanges et conflits de l’Antiquité au XXIe siècle

La Bibliothèque nationale de France organise un cycle de conférences, en accès libre, intitulé Histoire des mers : échanges et conflits de l’Antiquité au XXIe siècle.

À l’heure de la mondialisation, ce cycle de conférences a pour objectif d’aborder l’histoire globale sous l’angle de la place des mers et des océans dans les relations politiques, économiques, culturelles ou sociales de l’Antiquité à nos jours.

Bataille navale entre les Anglais et les Français auprès de Malaga : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8407730s

Programme

Mercredi 10 octobre 2018

Rome et l’exploitation « opportuniste » des îles de l’Egée
Par Enora Le Queré, maître de conférences à l’université de Rouen

Mercredi 21 novembre 2018

L’histoire des mers dans la construction des entités géopolitiques
Par Christian Grataloup, professeur émérite à l’université Paris VII

Mercredi 5 décembre 2018

D’Alexandrie au golfe du Bengale : les routes maritimes de l’Océan indien au tournant de notre ère
Par Didier Marcotte, professeur à l’université de Paris-Sorbonne

Mercredi 16 janvier 2019

Les relations franco-britanniques dans la Manche et aux Caraïbes (XVIIe-XVIIIe siècles)
Par Renaud Morieux, maître de conférences (senior lecturer) à l’université de Cambridge.

Mercredi 6 février 2019

Autour de Bornéo : la maîtrise des mers orientales entre Pays-Bas, Grande-Bretagne et Espagne (1850-1900)
Par Romain Bertrand, directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques (CERI).

Mercredi 13 mars 2019

Venise et l’expansion ottomane en méditerranée centrale (XVIe-XVIIe siècles)
Par Géraud Poumarède, professeur à l’université de Bordeaux III.

Mercredi 10 avril 2019

Arctique, enjeux stratégiques dans un contexte qui change
Par Barbara Kunz, chercheur à l’Institut français des relations internationales.

Mercredi 22 mai 2019

Les mers d’Asie du Sud Est : conflits, coopérations et intégration régionale
Par Nathalie Fau, maître de conférences à l’université de Paris-VII.

Modalités pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand
Salle 70
18h30 – 20h
Entrée libre dans la limite des places disponibles (70).

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Image de Une : Bataille navale entre les Français, les Hollandais et les Français sur les cotes d’Angleterre : [estampe], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8406754w

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Table ronde : Une carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville

Le département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France organise une table ronde à l’occasion de la parution de l’ouvrage Une carrière de géographe au siècle des Lumières Jean-Baptiste d’Anville.

Une carrière de géographe au siècle des Lumières, Jean-Baptiste d’Anville

Véritable « Strabon français » pour ses contemporains, Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782) est l’auteur d’une œuvre cartographique considérable qui a renouvelé en profondeur la cartographie du monde. Pour la première fois, une monographie qui s’appuie sur les recherches d’une dizaine de spécialistes internationaux lui a été consacrée.

Par Catherine Hofmann et Lucile Haguet, directrices de l’ouvrage, conservatrices à la BnF et à la bibliothèque du Havre, avec la participation de plusieurs contributeurs de l’ouvrage.

Informations pratiques

Mercredi 26 septembre 2018, 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France, site Richelieu – Salle Émilie du Châtelet
Entrée libre sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr 58, rue de Richelieu, Paris 2e

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Données liées et données à lier : quels outils pour quels alignements ?

À la suite des ateliers « Décrire, transcrire et diffuser un corpus documentaire hétérogène : méthodes, formats, outils », « Géolocalisation et spatialisation de documents patrimoniaux » et « Explorer des corpus d’images. L’IA au service du patrimoine », une quatrième demi-journée d’étude a été organisée dans le cadre du programme de recherche CORPUS, inscrit au plan quadriennal de la recherche 2016-2019 de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Dans le même esprit que les trois ateliers précédents, cette matinée d’étude, qui a eu lieu le 10 juillet sur le site François Mitterrand, était l’occasion de présenter plusieurs projets impliquant des alignements de données et menés aussi bien par des acteurs du monde des bibliothèques que du milieu de la recherche.

Six présentations se sont succédées au cours de la matinée avec l’objectif de présenter différentes approches, méthodes et outils pour aligner des ensembles de données, et avec l’ambition d’apporter des pistes de réponses à des questions communes à plusieurs équipes de recherche telles que : comment récupérer ce qui existe pour pouvoir se concentrer sur ce qui fait la valeur ajoutée d’un projet ? Comment s’assurer de l’interopérabilité des bases de données et faire en sorte que ces données puissent être réutilisées et accessibles de manière stable sur le Web ?

Regroupements et alignements de données internes à la BnF. Des outils, des données et des humains.

Présentation par Sébastien Peyrard, Chef du service Ingénierie des métadonnées à la BnF, et Adrien Di Mascio, Responsable du projet data.bnf.fr chez la société de services  LogiLab.

La BnF mène une démarche interne qui consiste à améliorer la structuration de ses données afin de les publier, notamment sur le web de données. Data.bnf.fr est un site internet qui rassemble et expose sur le Web des données issues de différentes bases de la BnF, la plus grande étant celle du catalogue général qui contient les notices d’éditions, de personnes, de thèmes, de lieux géographiques produites par la BnF. Les pages du site data.bnf.fr contiennent des liens vers les données stockées dans les différentes bases de la BnF mais aussi vers des bases extérieures, comme Wikidata ou GeoNames. Dans la page de l’auteur Michel Houellebecq (Fig.1) par exemple, les liens au milieu de la page renvoient vers les œuvres de l’auteur, c’est-à-dire vers les entités qui, selon le modèle FRBR, regroupent chacune plusieurs éditions d’un même objet/ produit intellectuel.

Figure 1 Page de l’auteur Michel Houellebecq dans data.bnf.fr

 

Les pratiques de catalogage de la BnF font que cette notice « œuvre », c’est-à-dire ce chapeau qui regroupe les différentes éditions d’une même « œuvre de l’esprit », n’existe pas systématiquement. Pour donner un ordre de grandeur, environ dix millions d’éditions sont référencées sous forme de notices mais seulement 300 000 notices chapeaux d’œuvres ont été créées. C’est la raison pour laquelle dans plusieurs pages d’auteur de data.bnf.fr, les différentes éditions ne sont pas regroupées sous la même « œuvre » mais elles sont présentées sous forme de liste (Fig.2).

Figure 2 Liste des plusieurs éditions de l’œuvre « La carte et le territoire »

Du point de vue de l’utilisateur, en termes d’ergonomie et de service de recherche, cette présentation sous forme de liste d’objets apparemment identiques, n’est pas très efficace et implique, plus globalement, un problème d’hétérogénéité du site internet (certaines pages présentent les œuvres, d’autres présentent les éditions). Du point de vue de la gestion des métadonnées, le niveau de l’œuvre ne peut pas être exploité à l’heure actuelle en raison de ce biais, c’est-à-dire de l’existence aléatoire de ce niveau de métadonnées. Le niveau des éditions peut être exploité pour étudier la production éditoriale par exemple, mais le niveau de l’œuvre ne peut pas être utilisé pour analyser de manière fiable la production intellectuelle, comme par exemple le nombre d’œuvres produites par auteur au fil des siècles. Afin d’éliminer ou de réduire les biais dus à cette hétérogénéité des données et pour permettre aux agents de la BnF d’avoir plus de contrôle sur les outils inclus dans la chaîne de production de data.bnf.fr, l’outil RobotDonnées a été développé. Cet outil permet de tisser des liens qui manquent entre certaines œuvres et certaines éditions et il permet également de regrouper automatiquement des éditions lorsque la notice d’œuvre n’a jamais été créée. RobotDonnées est issu du projet data.bnf.fr mais a son cycle de développement propre. Il consiste plus concrètement en une plateforme web qui permet de lancer des traitements qui prennent des données en entrée et, selon les paramètres choisis par l’utilisateur, produisent un fichier tabulaire (CSV) en sortie. Une dizaine de traitements peuvent s’enchainer les uns après les autres. Pour rassembler différentes éditions d’une œuvre par exemple, l’outil extrait du catalogue général les notices des documents associés à un auteur, via principalement l’identifiant de l’auteur et le champ titre, et les regroupe dans un fichier tabulaire ; ensuite deux algorithmes de distance ou de regroupement (minhasching et mean shift) permettent de rassembler les titres similaires sous un même chapeau dans un deuxième fichier tabulaire. Sur cette base, des pré-métadonnées de notices d’œuvre peuvent être produites et peuvent ensuite alimenter data.bnf.fr ; un reversement de ces oeuvres dans les données du catalogue général est prévue dans un second temps. L’objectif de la BnF à court terme est de pouvoir reverser un premier corpus de notices d’œuvres dans data.bnf.fr : le corpus d’œuvres textuelles françaises du XXe et du XXIe siècle. La philosophie qui sous-tend ce chantier est d’expérimenter, de tester l’efficacité des traitements en reversant les œuvres dans data.bnf.fr pour ensuite les inclure dans le catalogue général. Data.bnf.fr est donc utilisé comme « bac à sable » pour ce traitement de données complexe et massif. La systématisation du processus de création de métadonnées de niveau d’œuvre devra tenir compte ensuite de la spécificité des diverses typologies de corpus de documents conservés à la BnF : des manuscrits aux documents iconographiques en passant par les documents audiovisuels et multimédia. Comme tout projet en cours, ce chantier suscite plusieurs interrogations parmi lesquelles : sur quels paramètres et dans quelle mesure permettre à l’utilisateur d’intervenir ? Sur quelle unité baser la comparaison de titres par exemple : mot ou n-gramme ? RobotDonnées est un outil avec de nombreuses règles métier. La philosophie sous-jacente est que l’intelligence réside dans les données et les agents experts des données de la BnF connaissent la logique de ces données. Au-delà d’un outil de gestion des données, il devient un outil de connaissance des données, une connaissance non pas basée seulement sur la mémoire mais sur le calcul. En adoptant une approche ni trop fine, ni trop massive, l’outil permet de moduler et d’adapter les traitements selon les besoins et les objectifs de l’utilisateur.

Bibliostratus. STRatégie d’Alignement d’URIs pour la Transition bibliographique.

Présentation par Etienne Cavalié, Adjoint au chef du service Ingénierie des métadonnées à la BnF et membre du groupe Systèmes et Données dans le cadre du programme national Transition bibliographique.

Le programme national Transition bibliographique a pour objectif d’exposer les catalogues des bibliothèques dans le web de données. Comme expliqué dans la première présentation, la BnF, en créant des notices d’œuvres via des calculs, est en train de FRBRiser son catalogue. Dans le cadre de la Transition bibliographique, le groupe Systèmes et Données travaille pour que les autres bibliothèques ne recalculent pas ces notices d’œuvres, mais bénéficient du travail entrepris par la BnF. Ce groupe de travail compte parmi ses membres des agents de la BnF mais aussi des représentants de l’Abes (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur), qui administre le réseau Sudoc du catalogue collectif des bibliothèques de l’enseignement supérieur. L’enjeu pour les bibliothèques de ce réseau est de savoir pour chacun de leurs documents quelle est la notice de la BnF correspondante pour identifier l’œuvre qui sera générée d’ici deux ou trois ans à la BnF et pour ensuite récupérer à la fois la notice elle-même du catalogue BnF et la notice d’œuvre. C’est dans cette perspective qu’a été développé par le groupe Systèmes et Données un logiciel nommé Bibliostratus, suite à une demande du réseau des bibliothèques de Montpellier qui ont sollicité la BnF pour réaligner leur catalogue notamment dans le cadre de la Transition bibliographique. La BnF s’est engagée à accompagner cette bibliothèque pour construire un exemple, définir et documenter une méthodologie et des outils que d’autres bibliothèques pourraient ensuite récupérer. Dans un premier temps la Bibliothèque avait commencé à travailler avec le logiciel existant Open Refine car cet outil permet d’interroger et de traiter en masse des informations, comme un catalogue de bibliothèque, de nettoyer les métadonnées fournies en entrée, de les normaliser, de les restructurer et de les vérifier. Le premier jet de la documentation pour l’utilisation d’Open Refine atteignant vingt-huit pages, cette solution risquait d’être un frein pour l’appropriation de cet outil par d’autres bibliothèques. C’est la raison pour laquelle, en novembre, la Bibliothèque a décidé d’explorer une autre piste : développer un outil similaire mais d’une manière plus standardisée et permettant d’enchainer les étapes pertinentes effectuées de manière successive dans Open Refine. Les étapes et les règles métier identifiées dans l’utilisation d’Open Refine sont donc celles qui ont été inclues ensuite dans le logiciel baptisé Bibliostratus en mars dernier par le groupe Systèmes et Données. Ce logiciel, écrit en Python, est libre et il s’intègre dans un circuit de traitement qui est : « je suis une bibliothèque, j’ai un catalogue, je veux l’aligner avec celui de la BnF ou celui du Sudoc ». Bibliostratus s’articule en différents modules qui peuvent être utilisés séparément. Il permet également d’opérer des alignements indépendamment du format de catalogage : si par exemple l’on souhaite aligner une base de données bibliographique qui n’est pas en format Marc, le logiciel permet de bénéficier juste du module d’alignement sans demander la manipulation du format Marc. Bibliostratus permet en somme la mise en œuvre d’un processus d’alignement qui est une application rigoureuse des règles métier définies par le groupe Systèmes et Données de juin à novembre dernier mais traduites en langage informatique. L’interface présente une fenêtre d’accueil avec quatre modules : le cœur est l’alignement mais des outils d’aide de préparation à l’alignement sont également intégrés car on n’aligne pas de la même manière un document audiovisuel, un périodique ou une monographie. Le module d’alignement bibliographique permet, une fois récupérée pour chacune des notices la liste des identifiants BnF et Sudoc, de récupérer l’intégralité des notices correspondant à ces identifiants. Actuellement en entrée quatre règles d’alignement sont applicables : une pour le texte imprimé, une pour les vidéos, une pour les enregistrements sonores et une pour les périodiques. Via les identifiants, il est possible non seulement d’aligner des notices avec celles de la BnF mais aussi à celles du Sudoc. Bibliostratus donne la possibilité de générer un fichier séparé pour les notices sans alignements ou avec plusieurs alignements afin de pouvoir les vérifier à la main.

Figure 3 Fichier tabulaire contenant les résultats d’un exemple d’alignement

Le système est tributaire évidemment des données en entrée mais grâce à l’explicitation de la méthode utilisée pour chaque alignement, il est possible d’effectuer une relecture et un contrôle manuel pour valider chacun des alignements. Le logiciel a été testé depuis janvier dernier, le groupe Systèmes et Données s’en est emparé progressivement et a commencé à injecter des identifiants BnF dans son catalogue mais d’autres cas d’utilisation se sont avérés pertinents : pour récupérer des notices ou des identifiants de la BnF pour des statistiques par exemple ou pour identifier et supprimer des doublons de notices. Dans la mesure où le module d’alignement se contente de faire une recherche systématique dans le catalogue par ligne, on peut envisager de mettre ce qu’on veut dans le fichier en entrée, on peut envisager donc plusieurs cas d’usage selon les besoins, sachant que ce logiciel se contente de lancer la requête et de fournir les résultats. Le code source de Bibliostratus est disponible et récupérable en ligne sur Github mais, comme il a été conçu dans le cadre de la Transition bibliographique, la BnF ne s’est pas engagée dans la maintenance de l’outil une fois la transition achevée. D’autres communautés sont toutefois libres de s’emparer de l’outil, d’y apporter des extensions, de développer d’autres fonctionnalités et de le maintenir à plus long terme.

Le projet ANR ELKER. Enhancing Link Keys: Extraction and Reasoning.

Présentation par Manuel Atencia et Jérôme David, enseignants-chercheurs à l’Université Grenoble Alpes, Inria, CNRS, Grenoble INP, LIG.

ELKER est un acronyme anglais qui signifie Enhancing Link Keys: Extraction and Reasoning (Améliorer les clés de liage : extraction et raisonnement). Ce projet, accepté dans le cadre de l’ANR Société de l’information et de la communication, a une durée de quatre ans (octobre 2017-octobre 2021). Trois laboratoires sont impliqués : LIG (Laboratoire Informatique de Grénoble), LIASD (Laboratoire d’Informatique Avancée de Saint-Denis) de l’Université Paris 8 et Inria Nancy. Le projet porte essentiellement sur le problème de liage de données dans le contexte du web de données. Ce problème peut être résumé de la manière suivante : étant donné deux jeux de données RDF, trouver des paires de ressources qui identifient la même entité. Ce problème demande de relever notamment les défis du passage à l’échelle (quantité importante de données), de l’hétérogénéité des descriptions des données (utilisation d’ontologies ou vocabulaires différents) et de la qualité des données (erreurs). Par exemple, on pourrait vouloir savoir si une URI de l’Insee (qui ressemble des données géographiques et sur l’administration française) et une URI de GeoNames (qui ressemble des données géographiques avec une portée mondiale) représentent la même commune, donc la même entité, afin de pouvoir les lier (Fig.4).

Figure 4 Exemple de correspondance entre la ressource de la commune « Bully » dans le jeu de données géographiques de l’Insee et dans GeoNames

Pour aborder cette problématique de liage de données, deux types d’approches existent : les méthodes symboliques (relevant de l’intelligence artificielle « ancienne », basées sur le raisonnement logique) et les méthodes numériques (relevant de l’intelligence artificielle moderne, basées sur l’agrégation de valeurs de similarité entre les valeurs de propriétés pertinentes). L’approche adoptée dans le cadre du projet ELKER relève de la première méthode car, pour résoudre ce problème de liage de données, la proposition du projet est d’utiliser des clés de liage (link keys). Une clé de liage est une généralisation de la notion de clé propre aux bases de données rationnelles aux cas de jeux des données RDF différents. Une clé de liage peut être exprimée sous la forme d’une action logique, elle est constituée par un ensemble de paires de propriétés et une paire de classe. Par exemple, pour définir si un livre décrit dans un jeu de données exprimé en français (Livre) est le même décrit dans un jeu de données en anglais (Book), on peut comparer les valeurs des paires auteur et creator et les valeurs des paires titre et title. Si une instance de la classe Livre a les mêmes valeurs pour les propriétés auteur et titre qu’une instance de la classe Book a pour les propriétés creator et title, alors elles désignent la même entité.

Figure 5 Exemple de clé de liage

L’approche adoptée dans le cadre du projet ELKER prévoit deux phases distinctes : l’extraction automatique de clés de liage et le raisonnement avec les clés de liage pour l’inférence de liens. La première phase consiste à extraire de manière automatique à partir jeux de données RDF des clés de liage candidates et, en définissant les mesures de qualité, sélectionner parmi ces clés de liage candidates les meilleures. Pour découvrir ces clés de liage candidates les techniques à l’œuvre relèvent de l’analyse formelle de concepts. Dans la deuxième phase, comme une clé de liage peut être exprimée sous la forme d’une action logique, il est possible de combiner les clés de liage avec les ontologies pour inférer des liens et d’autres clés de liage. À partir de déclarations de type OWL il est donc possible d’inférer des clés de liage à partir des clés de liage découvertes par un outil d’extraction automatique et finalement inférer des liens à partir des clés de liage.

Figure 6 Exemple de raisonnement avec clés de liage

Concernant la première phase, l’extraction de clés de liage candidates, plusieurs tests ont été réalisés et sont en cours. L’un des enjeux majeurs consiste à pouvoir classer et trier le grand nombre des clés candidates extraites et à conserver la posture généraliste du projet qui exige de ne pas rentrer dans la spécificité des données mais de proposer une solution pour le liage de tout jeu de données.

Sur des approches d’alignement semi-automatique.

Présentation par Antoine Isaac, R&D Manager chez Europeana.

Dans la cadre d’un projet lié à Europeana, une expérimentation a été menée avec l’objectif de connecter les vocabulaires propres à plusieurs institutions participant à Europeana à un vocabulaire spécifique, en utilisant Cultuurlink, un outil d’alignement semi-automatique. Europeana est un agrégateur de métadonnées liées à quelques dizaines de millions d’objets appartenant à environ 3500 institutions culturelles européennes. En raison de la création et de l’utilisation de différents vocabulaires et référentiels par les nombreuses institutions, Europeana comme d’autres agrégateurs fait face à la problématique d’une considérable hétérogénéité des données. Europeana envisage de créer plus d’alignements entre référentiels de manière automatique ou semi-automatique pour mieux gérer ces données hétéroclites et pour améliorer la recherche dans les différentes collections. Dans le cadre du projet Europeana Sounds, dont l’objectif était d’ajouter des sons et des musiques dans Europeana tout en améliorant les métadonnées issues des différentes organisations, l’outil Cultuurlink a été expérimenté pour aligner et enrichir les métadonnées provenant des institutions avec le vocabulaire spécifique aux instruments de musique MIMO. Ce vocabulaire, développé pour décrire des instruments de musique dans le milieu muséal, a une très bonne couverture du domaine des instruments de musique, il est ouvert, il est multilingue et il a donc été choisi pour son potentiel d’établir des correspondances entre collections. Cultuurlink est un outil d’alignement semi-automatique, il n’est pas libre mais il est librement utilisable en ligne. Ayant identifié le vocabulaire Mimo et l’outil Cultuurlink, Europeana a demandé aux participants au projet Europeana Sounds d’expérimenter les deux. Quatre acteurs étaient particulièrement intéressés à cette expérimentation : la British Library, deux centres de recherche français (CREM – Centre de Recherche en Ethnomusicologie et MMSH – Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme) et le NISV (Netherlands Institute of Sound and Vision). Pour chaque collection, dans un premier temps chaque métadonnée a été scrutée afin de reconstituer les vocabulaires des quatre participants. Ensuite, Cultuurlink a été utilisé par les différents participants pour effectuer les alignements vers MIMO et enrichir les données initiales. Enfin les résultats ont été évalués.

Figure 7 Exemple d’utilisation de Cultuurlink

Ce que l’expérimentation a prouvé est que 50% des correspondances ont été alignées de manière automatique. L’utilisateur peut regarder chacune des correspondances et la valider ou l’invalider. L’outil permet à l’utilisateur de procéder par étapes, de construire une stratégie d’alignement et de garder le contrôle sur les résultats. L’expérimentation a donc démontré l’intérêt de l’approche en termes d’enrichissement et d’accessibilité des données. Elle a confirmé les difficultés liées à la polysémie, la nécessité du contrôle humain et de l’expertise dans le domaine de la connaissance concerné ainsi que la robustesse du vocabulaire MIMO, même si des marges de progrès en termes de couverture seraient possibles.

REDEN : Résolution et désambiguïsation d’entités nommées pour l’enrichissement des corpus textuels.

Présentation par Carmen Brando, ingénieure de recherche en sciences de l’information géographique et en humanités numériques, EHESS.

Comment lier des données textuelles, qui, à la différence des données dans le web de données, ne sont pas structurées ? Dans un contexte d’édition numérique il est intéressant de pouvoir faire des annotations, c’est-à-dire de déclarer dans un texte qu’un segment de ce texte est un lieu par exemple, que ce segment fait référence non pas à un lieu quelconque mais à un lieu précis tel qu’il est décrit dans une base de données déterminée. Des enjeux majeurs de l’édition numérique consistent donc à repérer les références (c’est-à-dire des entités nommées telles que des lieux, des personnes, des institutions, des événements historiques, …) dans un texte, les identifier de manière unique, les lier à la connaissance externe afin d’enrichir le texte et de proposer des modalités de lecture plus riches ou complémentaires. Le développement de l’outil REDEN, initié en 2015, a été entrepris pour répondre au besoin de plusieurs chercheurs en littérature française travaillant au Labex OBVIL (Observatoire de la vie littéraire) d’enrichir leurs éditions numériques encodées en XML/ TEI. L’encodage d’entités nommées dans une édition numérique en XML/ TEI consiste à faire rentrer un segment de texte faisant référence à une entité nommée dans la balise pertinente prédéfinie dans la norme TEI : par exemple <persName> pour les personnes et <placeName> pour les lieux. Pour lier ces connaissances à des connaissances externes, il est possible de rajouter à la balise en question l’attribut ref qui permet de faire référence à des ressources sur le Web. L’annotation d’entités nommées peut être effectuée en encodant manuellement le texte mais peut se faire aussi de manière automatique ou semi-automatique. L’algorithme REDEN n’intervient pas dans la phase d’identification des entités nommés dans le texte ni dans la phase de classification du type d’entité nommée mais il intervient dans la phase de résolution, c’est-à-dire au moment du liage du segment de texte à l’identifiant de la ressource accessible sur le Web. L’approche de REDEN est une approche fondée d’un point de vue informatique sur les graphes et sur le fonctionnement du web de données. REDEN peut être utilisé pour tout jeu de données RDF à condition que les données puissent être interrogées via un Sparql Endpoint. L’algorithme REDEN est constitué de plusieurs phases :

  • Constitution d’un index par type d’entité contenant les formes de surface de toute entité dans la base de connaissance y compris son URI (identifiant unique) ;
  • Pour chaque mention dans un contexte donné du texte, par exemple dans un paragraphe ou dans une phrase, et un type d’entité nommée à la fois, REDEN effectue deux opérations :

(1) Identification des candidats et récupération des données RDF des candidats à partir des données liées ;

(2) Fusion de graphes et élagage, suivi par le calcul de centralité par mention, et choix du candidat ayant le score le plus élevé.

Figure 8 Exemple de fonctionnement de l’algorithme

Un outil démonstrateur utilisant REDEN est disponible en ligne. Il permet, à partir d’un texte balisé en XML/ TEI, de sélectionner le type d’entité nommée (lieu, personne, institution, etc.) pour lequel on souhaite trouver et lier des ressources sur le Web et de télécharger le texte enrichi des liens signalés via l’attribut ref_auto. Une fonctionnalité de visualisation est aussi mise à disposition : l’outil récupère les coordonnées géographiques des ressources identifiées à partir du texte et les montre sur une carte.

Figure 9 Exemple de lecture « géographique » d’un passage de « Le passant de Prague » de Guillaume Apollinaire

Actuellement, une collaboration avec le laboratoire Lattice et l’Université de Tunis prévoit l’intégration en amont avec l’outil de reconnaissance d’entités nommées SEM fondé sur l’apprentissage automatique (CRF) et Wikidata. Parmi les autres travaux en cours : la réflexion autour de la mise à disposition en ligne de données géo-historiques et la proposition de l’outil par des institutions patrimoniales comme service à la recherche. REDEN est un outil open source. Le code est disponible sur Github.

Le projet ANR Foucault Fiches de Lecture.

Présentation par Laurent Dartigues et Vincent Ventresque, respectivement chargé de recherche et ingénieur d’étude au laboratoire TRIANGLE (UMR 5206), ENS Lyon.

Foucault Fiches de Lecture (FFL) est un projet scientifique qui a pour objectif d’explorer, de mettre à disposition en ligne et de donner à lire de manière enrichie un vaste ensemble de fiches de lecture de Michel Foucault conservées au département des Manuscrits de la BnF. Ce projet a été initié en octobre 2017, il a une durée prévue de trois ans, il est réalisé en partenariat avec la BnF et il participe en tant qu’équipe test du projet Corpus pour l’année 2018. Il porte sur un corpus issu des archives de Foucault conservées à la BnF et constitué de plusieurs milliers de feuillets qui forment une collection de citations et de références bibliographiques, organisées et commentées par Foucault pour la rédaction de ses ouvrages ou la préparation de ses cours. Cet ensemble considérable en termes de volumétrie et de richesse d’informations, en étant fondé sur des références, se prête particulièrement à une exploration « hypertextuelle » du parcours de lecture, de travail, de la pensée de Foucault, et demande le tissage de liens entre les citations ou les références et les auteurs ou les ouvrages concernés. Dans cette perspective, le projet se propose non seulement d’analyser le corpus des fiches de lecture mais également de développer une plateforme qui permettrait à un chercheur de consulter environ 11 000 fiches numérisées, de les annoter, de bénéficier des annotations des autres utilisateurs et de faire une lecture enrichie du corpus grâce au tissage de liens vers des ressources externes et à des visualisations de données.

Figure 10 Exemple de fiche de lecture présenté dans l’interface du prototype de plateforme en cours de développement dans le cadre du projet

La plateforme est en train d’être développée dans une logique de gain de temps et d’attention à la qualité des données grâce notamment à l’utilisation de référentiels, autorités et de l’autocomplétion. Par exemple, lorsqu’un ouvrage est mentionné dans une fiche, l’utilisateur a la possibilité de sélectionner la référence correspondante précédemment rentrée dans la base de données du projet et liée à la ressource correspondante dans data.bnf.fr ou bien de rajouter la référence de l’ouvrage dans la base de données et de récupérer les informations bibliographiques associées à cet ouvrage en effectuant l’alignement vers l’URI correspondant dans data.bnf.fr. Le modèle de données sous-jacent est basé sur le principe de l’annotation pour permettre de mutualiser certains contenus (l’utilisateur décide pour chaque contenu ajouté s’il est privé, restreint ou public) tout en fournissant un espace de travail pour chaque utilisateur.

Figure 11 Modèle de données simplifié

Les avancements du projet sont reportés sur le carnet de recherche du projet.

Conclusion

Dans un contexte d’accroissement des volumétries des données et de réduction des temps d’analyse et de traitement, les institutions patrimoniales comme les équipes de recherche reconnaissent le besoin d’une complémentarité croissante entre humains et systèmes automatiques. Les présentations qui se sont succédé au fil de la matinée rappellent que l’automatisme complet présente à l’heure actuelle de nombreuses limites. Des approches semi-automatiques, en s’appuyant de manière hybride sur les atouts des humains comme sur les atouts des machines, semblent en revanche donner des résultats prometteurs. Notamment dans le processus d’alignement de données, le contrôle et la validation humaine sont des aspects fondamentaux pour la garantie de la qualité des données et pour l’instauration de la confiance. Si les projets de recherche qui se focalisent sur des questions qui relèvent de l’informatique, comme REDEN ou ELKER, visent à développer des solutions généralistes, respectivement pour tout texte et pour tout jeu de données, la Bibliothèque et les projets de recherche en SHS notamment sont confrontés à la fois à la nécessité de l’automatisation et à la prise en compte des spécificités des données qu’ils traitent. C’est pourtant précisément cette tension entre la posture technique transverse et l’approche centrée sur les particularités d’un domaine qui peut s’avérer extrêmement fructueuse.

Appel à contribution : Présentations flash sur des projets participatifs et collaboratifs, pour les 17e Journées des Pôles associés et de la Coopération (1-2-3 octobre 2018, à Paris)

La Bibliothèque nationale de France organise les 17es Journées des Pôles associés et de la coopération (JPAC) les 1er, 2 et 3 octobre prochains. Le thème proposé pour l’édition 2018 est « Partager, enrichir, contribuer ». Un appel à contribution est lancé pour des présentations flash sur des projets participatifs et collaboratifs.

Comme lors des 16es Journées des pôles associés et de la coopération, la tribune des JPAC est ouverte à 4 bibliothèques qui souhaitent présenter aux participants de ces journées leurs actions innovantes en lien avec le thème « Partager, enrichir, contribuer ».

Le format de ces présentations-flash est très court puisque chacune d’entre elles dure 10 minutes. Deux présentations sont inscrites au programme de l’après-midi du mardi 2 octobre (14h30-15h) et deux autres à celui du programme de la matinée du mercredi 3 octobre (9h30-10h). À l’issue des présentations, un temps de 10 minutes est réservé aux échanges avec la salle.

L’équipement du Grand auditorium de la BnF permet la diffusion de présentations sur écran, de son et de vidéo. Les JPAC feront l’objet d’une captation vidéo et les présentations seront donc diffusées en différé.

Cet appel à contributions est ouvert jusqu’au lundi 3 septembre inclus dernier délai. Les établissements intéressés sont invités à adresser leur proposition qui comprendra le sujet et la description de leur projet d’intervention simultanément à Sophie Bertrand (sophie.bertrand@bnf.fr), Arnaud Dhermy (arnaud.dhermy@bnf.fr) et Véronique Falconnet (veronique.falconnet@bnf.fr).

Calendrier de l’appel à candidatures

  • Date limite de soumission des propositions : 3 septembre 2018 inclus (par e-mail aux adresses de messagerie indiquées ci-dessus)
  • Date d’annonce des propositions retenues : 14 septembre 2018 (par e-mail)

Les éventuelles questions portant sur l’organisation de ces « Présentations flash » sont à adresser à Sylvie Damase (sylvie.damase@bnf.fr), chargée de communication, d’événements et de logistique professionnelle au département de la Coopération.

17es Journées des Pôles associés et de la coopération (JPAC)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Prix Pasteur Vallery-Radot 2018

La Bibliothèque nationale de France a décerné les Prix Pasteur Vallery-Radot à Sigolène Meilhac et Jost Enninga, chercheurs à l’Institut Pasteur.
Ces prix ont été remis aux lauréats le 27 juin 2018 à la BnF, site Richelieu à l’invitation de sa Présidente, Laurence Engel, en présence de Pascale Cossart, Professeur à l’Institut Pasteur, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, et de Stewart Cole, Directeur général de l’Institut Pasteur.
Remise du Prix Pasteur Vallery-Radot 2018, au salon d’honneur de la BnF, site Richelieu, devant le buste de Voltaire dont le socle contient le cœur du philosophe.

Le Prix Pasteur Vallery-Radot

Jacqueline Pasteur Vallery-Radot, épouse du petit-fils de Louis Pasteur, a fait de la Bibliothèque nationale de France son légataire universel. En application des dispositions testamentaires qu’elle a souhaité prendre, la BnF a pour mission d’attribuer chaque année, en accord avec l’Institut Pasteur, deux prix d’un montant unitaire de 16 000 euros. Depuis 2007, ces prix récompensent deux personnalités françaises de moins de 50 ans, appartenant à l’Institut Pasteur, ayant conçu au cours des cinq dernières années une œuvre scientifique d’envergure dans le domaine de la biologie ou de la physique-chimie, en dignes héritiers de Pasteur. Les lauréats sont désignés par un jury présidé par le Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences et composé de membres issus de l’Institut Pasteur et de l’Académie des sciences.

Les lauréats 2018

Sigolène Meilhac – Copyright Institut Imagine

Sigolène Meilhac

Sigolène Meilhac s’intéresse à la formation du cœur en adoptant des approches pluridisciplinaires de recherche fondamentale. Parce que la forme de cet organe conditionne sa fonction, son équipe étudie la croissance des ventricules, nécessaire à la force de contraction. Elle a ainsi identifié un nouveau facteur régulant la multiplication des cellules du muscle cardiaque, ce qui ouvre des pistes pour la médecine réparatrice du cœur. Son équipe veut également élucider les mécanismes de l’alignement des chambres cardiaques, nécessaire à l’établissement d’une double circulation sanguine. Un modèle informatique a été développé, capable de prédire la forme du tube cardiaque embryonnaire, prémices de la structure adulte.
L’étude de ces processus du développement de l’embryon a des répercussions pour comprendre l’origine de malformations cardiaques dont souffrent 1% des nouveau-nés.
Sigolène Meilhac est chercheuse à l’INSERM. Normalienne, elle se passionne pour la biologie du développement au cours de sa thèse à l’Institut Pasteur et de son post-doctorat au Gurdon Institute (Grande-Bretagne). Lauréate du programme ANR jeunes chercheuses jeunes chercheurs en 2012, elle dirige depuis 2015 le laboratoire de Morphogenèse du cœur à l’Institut Imagine et à l’Institut Pasteur. Elle exerce en outre une activité d’enseignement et de tutorat universitaires, et développe des ateliers scientifiques pour les jeunes enfants.
Jost Enninga – Copyright Institut Pasteur

Jost Enninga

 Les recherches de Jost Enninga portent sur les interactions hôte-bactéries pathogènes au niveau cellulaire et moléculaire. Pour les mesurer, il a développé de nouvelles technologies d’imagerie capables d’apprécier ce dialogue hôte-pathogène à un niveau de très haute résolution spatiotemporelle. Les travaux de son équipe ont permis l’identification de cascades moléculaires utilisées par certaines bactéries intracellulaires, telles que Shigella flexneri, Salmonella enterica ou Mycobacterium tuberculosis pour leur permettre l’accès au cytosol des cellules d’hôte.

Jost Enninga est directeur de recherche à l’Institut Pasteur où il dirige l’unité Dynamique des interactions hôte-pathogène. Il a étudié la biochimie à l’Université de Hanovre (Allemagne). Il a ensuite effectué son doctorat dans le laboratoire de biologie cellulaire à l’Université Rockefeller (États-Unis) sous la supervision de Günter Blobel. Il a réalisé son stage postdoctoral à l’Institut Pasteur sous la direction de Guy Tran Van Nhieu et Philippe Sansonetti. Outre ses recherches, Jost EnniNga se consacre à l’enseignement scientifique en co-organisant une série de cours pratiques d’imagerie à l’Institut Pasteur et à l’étranger.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque : ESPRit – Les Périodiques comme Médiateurs (27-29/06/2018)

Le 7e colloque international de la European Society for Periodical Research (ESPRit) abordera les périodiques comme médiateurs de publications alternatives ou expérimentales et comme tremplins vers d’autres activités éditoriales et culturelles du XVIIIe au XXIe siècle.

De nombreux périodiques ont en effet donné naissance à des maisons d’édition en recourant aux réseaux de leurs imprimeurs, en testant dans leurs livraisons des formules expérimentales ou plus conventionnelles, et en devenant des moteurs économiques dans les domaines du livre, de l’imprimé, des arts, de l’artisanat et des métiers. Souvent, le périodique est un véhicule pour les amateurs de sciences, les organisations professionnelles ou commerciales, les amateurs de littérature et d’art : ses matériaux, égrenés tout au long de l’année, puis réunis en volumes sous reliure ou cartonnage pour résister au temps, répondent aux besoins de tels lecteurs. Ou l’inverse : les éditeurs ou les galeries publient un périodique ou un magazine pour soutenir leur catalogue, promouvoir leurs artistes, tester de nouvelles formules ou fidéliser leur public. Le phénomène s’étend aux estampes, à la fois comme prime aux abonnés et comme œuvres originales. L’étude d’un tel phénomène dans son envergure internationale mettrait en lumière les relations des périodiques avec le monde de l’édition, les galeries d’art, divers salons et cercles d’influence, ainsi qu’avec plusieurs formes alternatives de publication, de nouvelles idées, tendances et manifestes.

Comment l’histoire canonique de l’édition de livres et d’estampes s’amplifie-t-elle dès lors qu’on prend en compte les structures médiatiques – économiques et symboliques – qui accentuent le rôle des périodiques? Quelles questions émergent lorsqu’on considère les périodiques comme des moteurs clés de la culture de l’imprimé et de la culture visuelle, de la matérialité des publications, de leur valeur d’échange, et de leur fonction d’opérateurs culturels? Nous invitons à des communications, à des panels, et à des tables rondes autour de ces questions.

Programme

Modalités pratiques

  • Le 26 juin, Atelier Master/Doctorat, Sorbonne-Université.
  • Le 27 juin les sessions du colloque se tiendront entre la BnF, site Tolbiac (matin : petit amphi, après-midi : salle 70) et l’INaLCO, rue des Grands Moulins, (amphi 2 ou bien salle 3.15)
  • Les 28 & 29 juin les sessions du colloque se tiendront à Sorbonne Université, rue Victor Cousin
    28 juin (amphi Guizot, amphi Milne-Edwards, au sein du bâtiment central)
    29 juin (amphi Guizot, amphi Milne-Edwards, salle des Actes, au sein du bâtiment central)

Entrée libre dans la limite des places disponibles mais réservation à l’adresse : https://www.azur-colloque.fr/DR04/inscription/inscription/115/fr

Lieux

  • Sorbonne-Université, Faculté des lettres
    1 rue Victor Cousin, 75005 Paris
    Accès : RER B, arrêt Luxembourg
    RER C : arrêt Saint-Michel
    bus: 27, 21, 38, 89 etc.
    En savoir plus 
    Plan de la Sorbonne (entrée recommandée : 17 rue de la Sorbonne)
  • Inalco, Pôle des langues et civilisations
    65 rue des grands moulins
    75013 Paris
    En métro : ligne 14, arrêt bibliothèque François Mitterrand
    En RER : RER C, arrêt bibliothèque François Mitterrand
    En bus : ligne 83 (arrêt Olympiades), ligne 89 (arrêt bibliothèque François Mitterrand)
    En Tramway : ligne T3a (arrêt Avenue de France)
    En savoir plus
  • BnF, site François-Mitterrand
    Accès par l’entrée EST, face au 25 rue Émile Durkheim (marches) ou avenue de France (de plain-pied), à proximité de l’entrée du cinéma MK2-Bibliothèque, 75013 Paris.
    Métro : Lignes 6 (Quai de la gare), 14 et RER C (Bibliothèque François-Mitterrand)
    Bus : lignes 89, 62, 64, 132 et 325
    En savoir plus 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier : Données liées et données à lier : quels outils pour quels alignements ? (10/07)

Dans le cadre du projet Corpus, inscrit au plan quadriennal de la recherche de la Bibliothèque nationale de France 2016-2019, des ateliers thématiques sont organisés régulièrement afin d’inciter les échanges entre le milieu académique et le monde des bibliothèques dans le domaine des humanités numériques. Le prochain atelier aura lieu le 10 juillet 2018 et portera sur différentes méthodes et outils d’alignement de données.

The Linked Open Data Cloud

Argument

Une des promesses de la publication de données en ligne ouvertes est la possibilité de tisser des liens entre jeux de données de nature différente pour en enrichir les réutilisations. La mise en œuvre de ces alignements fait appel à des approches très diverses. Un cas d’usage en bibliothèque est la création d’entités exploitables sur le web à partir de données bibliographiques structurées (Logilab). La comparaison de chaînes de caractères ne peut suffire à aligner des concepts, pour lesquels entrent en jeu l’analyse de la structure des référentiels où ils sont décrits ou l’exploitation de liens à une référence partagée. Une méthode telle que l’extraction de clés liage permet de proposer des mesures de similarité à partir de la comparaison de deux jeux de données sans en connaître la sémantique (ELKER). Des outils peuvent aussi aider à la décision pour faciliter le travail manuel, voire le crowdsourcing de la part de communautés identifiées (Projet Foucault Fiches de Lecture, Wikidata Mix’n’Match). Ces liens servent enfin à enrichir des données peu structurées, comme le propose la résolution d’entités nommées pour le plein texte (REDEN).

Programme

  • Emmanuelle Bermès (BnF) et Aude Le Moullec-Rieu (BnF) introduiront la matinée
  • Adrien Di Mascio (Logilab) et Sébastien Peyrard (BnF) présenteront l’utilisation d’algorithmes de regroupement dans le logiciel Robot-Données
  • Etienne Cavalié (BnF) présentera Bibliostratus, l’outil d’alignement développé par le groupe Systèmes et Données du programme national Transition bibliographique
  • Jérôme David et Manuel Atencia (équipe MOEX, Inria & LIG) : présenteront le projet ANR ELKER sur l’extraction et le raisonnement avec clés de liage
  • Carmen Brando (EHESS) présentera l’algorithme REDEN
  • Antoine Isaac (Europeana) présentera les outils CULTUURLINK et Wikidata Mix’n’Match
  • Vincent Ventresque et Laurent Dartigues (TRIANGLE/ ENS Lyon) présenteront le projet ANR Foucault Fiches de Lecture

Modalités pratiques

10 juillet 2018, 9h30 – 13h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand (Quai François Mauriac, 75013 Paris), salle 70.

Entrée libre sur réservation auprès d’Eleonora Moiraghi.