Archives de catégorie : À la BnF

Conférence IIIF 2021 : session régionale IIIF France

L’édition annuelle de la conférence internationale IIIF aura lieu les 22, 23 et 24 juin prochain, dans un format en ligne.

La BnF, membre fondateur du consortium IIIF (International Image Interoperability Framework), coanimera avec l’Equipex Biblissima la session régionale IIIF France, qui donnera l’opportunité à plusieurs projets et institutions de présenter leur activité et réalisations.
La session se tiendra en français le jeudi 24 juin de 13h30 à 15h.

Continuer la lecture de Conférence IIIF 2021 : session régionale IIIF France

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier : Humanités numériques, littérature et intelligence artificielle (18/6)

Assistez à l’atelier que le BnF DataLab organise le 18 juin 2021 de 14h à 17h30 pour découvrir les nouveaux axes de recherche en littérature et linguistique, ainsi que les enjeux pour la BnF.

Continuer la lecture de Atelier : Humanités numériques, littérature et intelligence artificielle (18/6)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journées d’étude : nommer et raconter la Commune

Dès 1871, il semble difficile de nommer la Commune et ses acteurs. Les communards déplorent l’anonymat des combattants, ces « las-de-vivre » chantés par Jean-Baptiste Clément et ces « milliers de héros inconnus » célébrés par Louise Michel. Les uns comme les autres racontent la Commune selon leur point de vue : ils créent des mots pour l’occasion – « communeux », « pétroleuse » –, figent par la photographie les lieux dévastés, réinventent parfois les faits en distordant souvent mémoire et histoire. L’événement constitue un tabou socio-politique durable. Comment s’en emparer, le nommer, le raconter, lorsque l’on est témoin, historien(ne), artiste, curieux(se), d’hier à aujourd’hui ?

Continuer la lecture de Journées d’étude : nommer et raconter la Commune

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à contributions : Fantastic Futures, 3e conférence internationale sur l’intelligence artificielle pour les bibliothèques, les archives et les musées

La communauté  ai4lam (Intelligence artificielle pour les librairies, archives et musées)  organise sa 3e conférence internationale, qui se tiendra à la Bibliothèque nationale de France, à Paris, les 9 et 10  décembre 2021. Cet évènement combinera des présentations sur place avec une diffusion en ligne ainsi que des webinaires et des ateliers en ligne.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fantastic Futures, 3e conférence internationale sur l’intelligence artificielle pour les bibliothèques, les archives et les musées

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Parution : Seule la terre viendra à notre secours : journal d’une déportée du génocide arménien

Couverture de "Seule la terre viendra à notre secours" - Éditions BnF
Couverture de « Seule la terre viendra à notre secours » – Éditions BnF

Argument

Oublié pendant des décennies dans un grenier avant de rejoindre les collections de la BnF, le carnet de Serpouhi Hovaghian constitue l’un des rares témoignages connus d’une victime écrit alors même que le génocide arménien se commettait. La présente édition critique du récit qu’il renferme nous plonge dans une des périodes les plus sombres du XXe siècle.

 » Nous marchions sans but, six heures par jour, sans manger ni boire. Marche, marche sur la route jusqu’à ce que tu en finisses avec ta vie [… ]. « 

Le 25 octobre 1915, une jeune Arménienne de vingt-deux ans échappée d’un convoi de déportés arrive dans le port de Giresun sur la mer Noire dans des conditions dramatiques. Le génocide orchestré par les Jeunes-Turcs contre les Arméniens de l’Empire ottoman fait rage depuis le mois d’avril. Comme beaucoup de ses compagnes d’infortune, Serpouhi Hovaghian a dû abandonner son fils de quatre ans en cours de route, et demeurera cachée plusieurs années, au prix de fréquents changements de domicile.
Au cours de sa longue clandestinité, elle utilise un carnet pour consigner par écrit avec plus ou moins de régularité son expérience et les événements dont elle a vent dans une sorte de journal intime, tenu en arménien, puis en français, avec quelques passages en grec. Dans ce récit fragmentaire, elle relate son périple à travers l’Anatolie, depuis son départ en déportation de Trébizonde où elle vivait avec sa famille en juin 1915, et sa vie recluse à Giresun.
Pour comprendre et décrypter ce document fragile, bouleversant, les éditions de la BnF ont fait appel à l’historien Raymond Kévorkian, spécialiste de l’histoire arménienne, qui livre ici une édition critique indispensable.

Informations pratiques

  • Description matérielle : 1 vol. (144 p.) : 30 ill., 22 cm
  • Date de parution : 29 avril 2021
  • ISBN/EAN 978-2-7177-2870-5 / 9782717728705
  • Editeur : BnF Éditions
  • Distributeur : Interforum
  • Prix : 19 €

Spectacle vivant

Mardi 11 mai, à partir de 18h30, la BnF rendra hommage à Serpouhi Hovaghian. Son journal, tenu clandestinement en 1916-1918, fera l’objet d’une présentation historique, par le professeur Raymond Kévorkian et Maximilien Girard, chargé de collections au département des Manuscrits, avant d’être lu par la comédienne Anna Mouglalis.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Vidéo de l’Atelier sur la transcription des écritures manuscrites

Le DataLab de la BnF a organisé le 26 janvier dernier un atelier sur la reconnaissance automatique et la transcription collaborative des écritures manuscrits de documents numériques dont le programme est à retrouver sous le lien suivant :

La vidéo des interventions est mise à disposition sur la plateforme Vimeo ou à retrouver ci-dessous :

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études : les feuilletons dans la presse

Le Roman-feuilleton - BnF
Le Roman-feuilleton – BnF

Longtemps mésestimé, le roman s’est imposé au XIXe siècle comme une forme littéraire majeure, popularisé notamment par les romans-feuilletons qui paraissaient dans la presse quotidienne. Une journée d’étude à la BnF s’intéresse à ce mode de publication que l’on peut explorer dans Gallica.

Après une conférence d’ouverture présentant le roman-feuilleton, un deuxième temps propose un point sur l’actualité de la recherche autour de ces textes, tant du côté de la numérisation et de son exploitation que du côté de l’histoire générale des médias et de la genèse des textes littéraires. Viendront ensuite des parcours spécifiques proposés par des chercheurs et des enseignants : on découvrira par exemple Alexandre Dumas feuilletoniste et des cas pratiques d’utilisation de la sélection pour l’enseignement des Lettres. La journée est rythmée par la lecture d’extraits de romans-feuilletons par un acteur et accompagnée d’une bibliographie.

Cette journée d’étude est associée à la sélection Gallica « Les Feuilletons dans la presse », mise en ligne en octobre 2020, pensée pour le grand public et les enseignants. 

Programme

9 h 30 – Introduction

Par Sophie Robert, chargée de collections, service de la Presse, département Droit, économie, politique, BnF, et Morgane Avellaneda, chargée de recherche documentaire, BnF/université de Saint-Étienne

9 h 45 – 11 h – Conférence

Le roman-feuilleton dans la presse, panorama et problématiques
par Marie-Eve Thérenty, université de Montpellier 3

11 h 30 – 12 h 30 – Actualités

  • Présentation de la sélection Gallica « Les Feuilletons dans la presse »
    par Morgane Avellaneda
  • Présentation des API et outils d’accès aux contenus de presse de Gallica
    par Sébastien CretinJean-Philippe Moreux, BnF
  • Présentation du projet Numapresse d’extraction automatisée des romans-feuilletons dans la presse quotidienne
    par Pierre-Carl Langlais, université de Montpellier 3

Questions

14 h – 15 h –Exemples de parcours dans la sélection et prolongements

  • Le roman zolien, du feuilleton au volume
    par Hortense Delair, université Paris 3
  • Fabrique de romans, maison Alexandre Dumas et Cie
    par Sarah Mombert, École normale supérieure de Lyon
  • Au-dessus du feuilleton : les contes en série du Gil Blas
    par Blandine Lefèvre, université Paris 3

15 h 30 – 17 h –Cas pratiques d’utilisation de la sélection Gallica pour l’enseignement

  • Utilisation de la sélection pour étudier les représentations du personnage féminin face à l’ordre social dans le cadre de la thématique « Individu, morale et société » (classe de 1re)
    par Jean-Pierre Langevin, lycée de Sèvres
  • Le thème de la nuit dans le roman réaliste ou naturaliste à travers les romans feuilletons (classe de seconde)
    par Olivier Pécout-Varetz, académie de Grenoble
  • Utilisation de la sélection pour une meilleure autonomisation des élèves dans le cadre des heures d’accompagnement personnalisé et du retour de l’histoire littéraire dans les programmes (classe de 1re)
    par Coralie Cadran, lycée d’Argenteuil

17 h – 18 h – Questions

Informations pratiques

  • Samedi 10 avril 2021
  • 9 h 30 – 18 h
  • François-Mitterrand – Petit auditorium
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim
  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’études (15/3) : À la recherche des femmes dans la presse ancienne numérisée (1850-1950)

Affiche pour Le Figaro, Pierre Bonnard - 1903 - BnF
Affiche pour Le Figaro, Pierre Bonnard – 1903 – BnF

Comment appréhender et faire de la recherche dans les corpus de presse ancienne numérisés ? Au cours de cette journée de présentation du projet européen NewsEye, A Digital Investigator for Historical Newspapers, plusieurs propositions de réponses seront apportées grâce à des exemples concrets de recherche ayant trait à la thématique des femmes, et par la démonstration de plusieurs outils : Gallica, RetroNews, mais aussi un nouvel outil de recherche en ligne développé par le projet NewsEye.

L’objectif du projet NewsEye est d’améliorer l’accès à la presse ancienne (1850-1950) pour les chercheurs, usagers des bibliothèques mais aussi pour le grand public. Pour cela, il développe des outils de reconnaissance  de caractères, d’analyse automatique de la structure des journaux (extraction des thématiques, identification des articles) et de traitement multilingue des contenus (reconnaissance des noms de personnes,  de lieux, d’organisations ; analyse d’opinion et de sentiment ; fouille de texte et de données) fondée sur l’intelligence artificielle. Son ambition est de proposer une boîte à outils d’analyse à très grande échelle des journaux numérisés dans n’importe quelle langue et en provenance de différentes sources. Pour se faire, le projet rassemble huit partenaires de quatre pays (Allemagne, Autriche, Finlande et France).

Programme

10 h – 13 h : Présentation du projet NewsEye

  • Mot de bienvenue
  • Le projet NewsEye et sa plateforme – Antoine Doucet et Axel Jean-Caurant (La Rochelle Université, Laboratoire Informatique, Image et Interaction)

Un journalisme au féminin : enjeux historiques du numérique

  • « Propositions pour une nouvelle histoire des femmes journalistes : la place cardinale du numérique » – Marie-Ève Thérenty (Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21)
  • « Le projet FemEnRev : de la numérisation à l’histoire de la presse féministe du second 20e siècle » – Christine Bard (Université d’Angers, IUF) et Magali Guaresi (Université Libre de Bruxelles)
  • « L’offre de service Perséide : un dispositif proposé par Persée au service de la valorisation enrichie de corpus numérisés » – Hélène Bégnis (Persée, UAR 3602, ENS de Lyon et CNRS)

14 h – 17 h 30 : Presse et féminisme à la BnF

  • Gallica – Philippe Mezzasalma (BnF)
  • RetroNews – Étienne Manchette (BnF Partenariats)

Outils numériques et revendications féministes

  • « Le bruit des bases de données contre les silences de l’histoire; vers une nouvelle écriture de la première vague du féminisme » – Claire Blandin (Université Sorbonne Paris Nord)
  • « Les femmes culottées au quotidien (1850-1950) : pantalonnades médiatiques et humanités numériques » – Nejma Omari (Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA21)

Table ronde : regards croisés sur les défis et les enjeux de la mise à disposition de larges corpus numérisés

  • Modératrice : Emmanuelle Bermès (BnF)
  • Intervenants : Cyrille Suire (La Rochelle Université, Laboratoire Informatique, Image et Interaction), Pierre-Carl Langlais (Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA21) et Jean-Philippe Moreux (BnF)

Informations pratiques

  • En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube et sur cette page le lundi 15 mars à 10 h.

Le projet NewsEye, A Digital Investigator for Historical Newspapers est financé par le programme cadre de recherche et innovation Horizon 2020 de l’Union européenne (accord de subvention n°770299).

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Atelier sur la Transcription de l’écriture manuscrite

La transcription de l’écriture manuscrite constitue l’un des enjeux du travail de recherche et d’exploitation des collections numérisées : temps de traitement long, difficulté à industrialiser les procédés, question autour de la valorisation et du devenir des corpus transcrits. Face à ces questionnements, deux solutions semblent émerger :

  • La transcription collaborative sur des plateformes ouvertes à des contributeurs bénévoles participant à la transcription (et parfois à l’encodage) des manuscrits ;
  • La transcription automatique, qui utilise les techniques de reconnaissance d’image issues de l’IA (dit HTR : Handwritten Text Recognition), ou la transcription semi-automatique qui utilise le participatif pour corriger et annoter les documents en post traitement.


La BnF, en tant qu’institution patrimoniale et acteur de la recherche se pose également la question de solutions de transcription, qu’elle soit sous forme de plateforme participative, ou d’outils mis à la disposition des usagers pour traiter leurs corpus. A l’heure où les technologies semblent atteindre un certain niveau de maturité, d’autres questions viennent alors : comment fédérer une communauté autour d’une plateforme ; comment verser ces transcriptions dans les outils déjà existants ; comment accompagner les chercheurs sur ces nouveaux outils ?

A travers la présentation d’outils et de projet de recherche, cet atelier vise deux objectifs principaux :

  • partager les résultats de la recherche et fédérer une communauté d’usagers autour des outils qui seront mis à disposition dans le BnF DataLab ;
  • acculturer les acteurs aux traitements automatisés sur des collections qui jusqu’à présent échappaient à l’analyse de masse (manuscrits, tapuscrits, imprimés anciens, écritures non latines, etc.).

Programme

15h – Introduction générale de l’atelier / accueil des participants par Arnaud Laborderie

  • 1er partie : Transcription collaborative

15h05 : Jean-Philippe Moreux, BnF, expert scientifique Gallica : les projets de transcription collaborative et de correction d’OCR à la BnF.

15h15 : Pauline Charbonnier, Archives nationales, ingénieur d’études : Présentation du projet de plateforme collaborative Testament de poilus1.

15h30 : Vanessa Desclaux, BnF, conservatrice au service des manuscrits orientaux, Anaïs Wion, CNRS, chargée de recherche et Mathilde ALAIN, assistante de recherche : Les manuscrits d’Abbadie et la plateforme Transcrire2.

15h45 : Questions

  • 2e partie : Transcription automatique ( HTR)

16h15 : Emmanuelle Bermès, BnF, adjointe chargée des questions scientifiques et techniques auprès du Directeur des services et des réseaux : Introduction.

16h25 : Daniel Stökl Ben Ezra, EPHE, PSL, UMR 8546 AOrOc : Présentation de l’infrastructure HTR open source eScriptorium3.

16h40 : Alix Chagué, INRIA, ingénieure recherche et développement et Aurélia Rostaing, Archives nationales, conservatrice du patrimoine : présentation du projet Lectaurep4.

16h55 : Dominique Stutzmann, CNRS-IRHT, chargé de recherche : présentation de l’ANR Horae5.


Organisateurs

  • Marie Carlin, Arnaud Laborderie, Emmanuelle Bermès et Charlotte Clergeau

Informations pratiques

  1. TESTAMENTS DE POILUS, les contributeurs bénévoles ont participé à la transcription et à l’encodage au format informatique TEI des testaments de poilus, via la plateforme de transcription collaborative ouverte en janvier 2018 (https://testaments-de-poilus.huma-num.fr). Mise en ligne de l’édition numérique  https://edition-testaments-de-poilus.huma-num.fr/ []
  2. CARNETS D’ABBADIE, Ce projet de recherche a pour objectif, de transcrire, analyser et éditer les dix-sept carnets de notes du savant voyageur Antoine d’Abbadie, qui séjourna en Éthiopie de 1840 à 1852. Informations : https://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2019000024_mss-abbadie-les-carnets-scientifiques-d-antoine-d-abbadie-en-ethiopie-1840-1852-numerisation-transcription-et-edition []
  3. ESCRIPTORIUM – interface de transcription automatique d’écritures manuscrites qui s’appuie sur Kraken et qui fournit des modèles de segmentation performant à utiliser sur divers corpus. Informations : https://ephenum.hypotheses.org/1412 []
  4. LECTAUREP, porté par les Archives nationales et Inria, élabore avec Kraken/eScriptorium des modèles de segmentation et de reconnaissance automatiques d’écritures manuscrites spécifiques à des répertoires d’actes de notaires, avec un volet participatif : https://lectaurep.hypotheses.org/ []
  5. HORAE (ANR, 2018-2021) vise à l’étude du texte des livres d’heures manuscrits du Moyen Âge : https://anr.fr/Projet-ANR-17-CE38-0008. La société Teklia et le laboratoire de linguistique LS2N sont associés à l’IRHT pour identifier les structures des livres d’heures et analyser la circulation des textes de dévotion au bas Moyen Âge. https://horae.digital/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Les Rendez-vous du Jeu Vidéo à la BnF

Jeux vidéos à la BnF - - Laurent Julliand / BnF
Jeux vidéos à la BnF – – Laurent Julliand / BnF

De la console Odyssey à la PlayStation ou à la Super Nintendo, des cartouches aux logiciels en passant par les disques optiques, la BnF conserve les jeux vidéos diffusés en France et leurs supports : détentrice de la première collection publique de jeux vidéo en France, elle est devenue un acteur majeur de la conservation du patrimoine vidéoludique.

Objet culturel inventif et populaire, le jeu vidéo a fait son entrée dans les collections de la Bibliothèque nationale de France il y a plus de 25 ans. En 1992, sur le modèle du dépôt légal des imprimés, les éditeurs de jeux vidéo ont l’obligation d’y déposer les jeux vidéo distribués en France. Grâce à ce dispositif, la Bibliothèque conserve aujourd’hui plus de 17 000 titres de jeux vidéo, français comme étrangers.

Chaque année, la collection s’enrichit d’environ un millier de jeux entrés par dépôt légal, dons ou acquisitions. Le plus ancien date de 1973 et a été édité pour la première console de salon, la Magnavox Odyssey, acquise par la BnF. La collection du département de l’Audiovisuel de la BnF, en perpétuelle évolution, rassemble tous les types de supports : cartouches, cassettes logicielles, disquettes et disques optiques, éditions simples ou collectors ainsi qu’un ensemble de consoles anciennes.

Les jeux vidéo collectés au titre du dépôt légal sont accessibles aux chercheurs et aux professionnels en salle P de la bibliothèque de recherche tandis qu’une sélection de jeux contemporains, sur PC, tablettes, consoles et en réalité virtuelle, est proposée en salle A de la bibliothèque tous publics.

Mardi 19 janvier 2021


De Wonder Boy à Streets of Rage 4, focus sur le département artistique du studio Lizardcube. Comment renouveler des classiques du jeu vidéo japonais tout en restant fidèle à leur esprit original ?

Entrez dans les coulisses de la conception de Wonder Boy : Dragon’s Trap et Streets of Rage 4 ! Cette séance s’accompagne d’une session de « digital painting live » ; elle propose aussi un focus sur le département artistique du studio Lizardcube et montre comment renouveler des classiques du jeu vidéo japonais tout en restant fidèle à leur esprit original.

Séance animée par Marine Macq, avec Ben Fiquet (Art director) et Julian Nguyen-You (Background Supervisor) du studio français Lizardcube.

La conférence reviendra sur l’histoire du studio Lizardcube et le travail de direction artistique. Comment remettre au goût du jour des jeux créés au Japon il y a plus de 25 ans ? Quelles sont les contraintes ou les libertés à prendre quand le public et la technique ont autant évolué entre deux épisodes d’une même série ?

Pour en parler, Benjamin Fiquet (Art Director) sera accompagné de Julian Nguyen-You (Background Supervisor). La séance sera ponctuée d’une démonstration de digital painting (peinture numérique effectuée directement sur tablette graphique). L’entretien sera mené par Marine Macq, directrice et commissaire de la galerie d’art vidéoludique Pixel Life Stories.

Wonder Boy : Dragon’s Trap et Streets of Rage 4 sont deux franchises Sega qui ont connu un très grand succès dans les années 1980-1990, par leurs grandes qualités en termes de gameplay, graphisme, musique (notamment pour Streets of Rage 4 ). Streets of Rage 4 a souvent été cité comme étant l’un des meilleurs jeux vidéo développés pour ces générations de consoles.

Les deux titres ont d’abord été développés pour les salles d’arcade, avant d’être adaptés sur les consoles de salon : notamment la première console de Sega (la Master System) puis la Mega Drive.

Wonder Boy a donné lieu à une dizaine de suites / remakes, publiés au fil du temps sur près d’une vingtaine de machines différentes. Streets of Rage 4 a lui connu trois épisodes entre 1991 et 1994, avant le 4e opus sorti en 2020. Les deux licences ont été régulièrement republiées, seules ou dans des compilations et jouissent d’une grande popularité auprès des communautés de joueurs et joueuses. Elles ont aussi connu beaucoup de produits dérivés, dont des adaptations en bande dessinée ou en nouvelles.

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé sur notre chaîne Youtube (ci-dessous) et sur Facebook.

Lundi 8 février 2021

Conférence initialement programmée le 3 novembre 2020. À l’occasion de la sortie de l’ouvrage de référence Une histoire du jeu vidéo en France aux Éditions Pix’n Love sur les débuts de l’industrie du jeu vidéo en France, ses auteurs Alexis Blanchet et Guillaume Montagnon reviennent sur leur travail de recherche, notamment à partir des ressources de la BnF.

Avec Marine Macq, enseignante conférencière en concept art, Alexis Blanchet, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, et Guillaume Montagnon, chercheur indépendant, suivie d’une séance de dédicace.

Mardi 2 mars 2021

Play-conférence : Assassin’s Creed Valhalla et les influences nordiques dans les jeux vidéo

Découvrez le dernier né de la série phare d’Ubisoft, Assassin’s Creed Valhalla , qui prend place à l’ère viking.

Séance animée par Romain Vincent, avec Laurent Di Filippo, maître de conférences à l’université de Lorraine

Mardi 6 avril 2021

Pionniers du jeu vidéo – Rencontre avec les créateurs du studio Silmarils

Au programme de cette séance, l’aventure de la société Silmarils (1987-2003), à l’origine de nombreux titres novateurs qui ont marqué l’histoire du jeu vidéo en France – Targhan, Transarctica, Deus, Asghan ou encore la série Ishar.

Séance animée par Alice Dionnet, doctorante en littérature comparée à l’université d’Orléans

Mardi 4 mai 2021

Play-conférence : La seconde guerre mondiale à travers Call of Duty : WWII et Battlefield V

À la veille des commémorations du 8 mai 1945, analyse de la vision du conflit mondial proposée dans les derniers épisodes de deux licences-phares du jeu de guerre, Call of Duty et Battlefield.

L’action des épisodes Call of Duty WWII (Activision, 2017) et Battlefield V (Electronic Arts, 2018) se situe pendant la Seconde Guerre mondiale. L’analyse de quelques moments-clés de ces deux jeux montre que les choix effectués sont une manière d’écrire l’Histoire.

Séance animée par Romain Vincent, avec Marjolaine Boutet, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Picardie, et Rémi Cayatte, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, université Toulouse 3.

En pratique

  • Les Rendez-vous du Jeu Vidéo
  • BnF, site François-Mitterrand, 75013 PARIS
  • Selon les conditions sanitaires et les couvre-feu : en ligne 15h – 17h ou sur place 18h – 20h (vérifier sur le site bnf.fr)
  • Entrée gratuite – réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com (rubrique Bibliothèques)

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Appel à communications – « Le passé n’est qu’un prélude : conférence internationale NewsEye »

Vers de futures collaborations interdisciplinaires entre le patrimoine culturel, les humanités numériques et les sciences informatiques

Se tenant en ligne les 16 et 17 mars 2021, cette conférence vise à faire dialoguer le patrimoine culturel, les sciences humaines et les sciences informatiques.

S’inscrivant dans la perspective de collaborations interdisciplinaires, l’appel à communications encourage fortement la coopération entre chercheurs et professionnels de toutes disciplines et projets.

Les propositions sont attendues pour le 10 janvier 2021 avant minuit.
Les communications se dérouleront en anglais.

Les communications peuvent aborder entre autres les sujets suivants :

  • Les politiques de numérisation du patrimoine culturel
  • Le patrimoine culturel comme objet numérique (les collections en tant que données)
  • Les humanités numériques appliquées au patrimoine culturel
  • L’analyse du patrimoine culturel par les sciences informatiques
  • L’intelligence artificielle appliquée au patrimoine culturel
  • Les journaux numérisés comme corpus de recherche en sciences humaines
  • L’étude critique des humanités numériques
  • Les humanités numériques comme discipline expérimentale
  • L’apprentissage informatique et le codage pour les chercheurs en sciences humaines
  • Apprentissage automatique et intelligence informatique
  • Approches critiques de l’intelligence artificielle
  • Pérennisation des données et des outils

Informations pratiques

Consulter le texte complet de l’appel.

Les soumissions sont acceptées pour des communications individuelles de 15 minutes et des sessions collectives de 45 minutes. Les tables rondes doivent être composées en tenant compte de la diversité (en termes d’âge, de sexe, de pays, etc.) et ne doivent pas inclure de multiples participants d’un même projet et/ou qui sont issus de la même institution.

Les propositions de communications sont à adresser en anglais à l’adresse newseyeconference@gmail.com avec :

  • Nom(s), courriel(s) et pays des participant(es)
  • Une courte biographie ou CV des participant(es)
  • Un résumé (500 mots pour un soumission individuelle et 1500 mots pour une soumission collective)

Organisée par la BnF, cette conférence internationale présentera et examinera le large éventail de dispositifs disponibles ainsi que leur impact sur les pratiques de recherche.

Le projet NewsEye, A Digital Investigator for Historical Newspapers est financé par le programme cadre de recherche et innovation Horizon 2020 de l’Union européenne (accord de subvention n°770299).

Pour en savoir plus sur le projet NewsEye, voir le site dédié : https://www.newseye.eu/

Logo Newseye

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Derniers jours pour nous dire (tout) ce que vous pensez de la BnF !

Plus que quelques jours pour répondre à l’enquête de la BnF lancée le 16 octobre auprès de tous les usagers, dans l’objectif de mieux connaître leurs profils et leurs attentes…

Nous savons que vos activités habituelles ont quelque peu été chamboulées [ou : probablement perturbées] ces dernières semaines, mais que vous soyez des habitués des lieux, ou des visiteurs occasionnels, nous comptons sur vous pour nous consacrer 10 à 30 minutes et nous dire tout ce que vous pensez de la BnF !

Enquêtes à la BnF : la BnF et vous

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Les fonds de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges à la BnF (7/10)

Les fonds de l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges conservés aux départements de la Musique et de l’Audiovisuel de la BnF témoignent du rôle fondateur de cet institut dans l’histoire de la musique électroacoustique.

Qu’est-ce que l’Institut international de musique électroacoustique de Bourges (IMEB) ?

Fondé le 7 octobre 1970 par les compositeurs Françoise Barrière et Christian Clozier, tout d’abord sous l‘appellation GMEB (Groupe de musique expérimentale de Bourges), l’IMEB est devenu l’un des studios de musique électroacoustique les plus actifs du monde. À partir de 2005, il a procédé au dépôt de ses archives à la BnF.

Réparti dans les collections du département de la Musique et du département de l’Audiovisuel, ce fonds comprend 6 577 œuvres de musique électroacoustique, 1 300 partitions et 166 caisses représentant 50 mètres linéaires d’archives musicales, historiques, techniques, photographiques, vidéographiques et administratives de l’institut.

Cette demi-journée d’étude est suivie par un concert de musique électroacoustique.

Informations pratiques

  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation)
  • Mercredi 7 octobre 2021, 14 h – 18 h
  • Site François-Mitterrand – Salle 70
  • Quai François-Mauriac – Paris 13e
  • Entrée Est face à la rue Émile Durkheim

Voir aussi

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’étude : Le Sacramentaire de Drogon (Paris, BnF, Latin 9428) et les ivoires de Metz (12/10)

Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon]
Sacramentarium. [Sacramentaire dit de Drogon], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525084620/f1.item

Fleuron de la Renaissance carolingienne, le Sacramentaire de Drogon conservé au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France sous la cote Latin 9428 est doublement célèbre, par son histoire prestigieuse et le luxe de sa décoration. Ce manuscrit liturgique a été commandé entre 826/837 et 855 par l’évêque de Metz Drogon, fils illégitime de Charlemagne et grand mécène de son temps, et a fait partie du trésor de la cathédrale de Metz jusqu’à la Révolution. Il a reçu un luxueux décor, composé d’enluminures et d’une reliure d’orfèvrerie ornée de 18 plaques d’ivoire sculpté. Ces plaques d’ivoire ont été remontées à l’époque moderne dans un ordre différent et enchâssées dans une nouvelle monture d’argent.

La restauration des plaques et de la monture, financée par un généreux don de Michael I. Allen aux American Friends of the National Library of France via la King Baudouin Foundation United States, a été récemment menée dans le cadre du programme de restauration des reliures précieuses du département des Manuscrits en vue de leur exposition dans le futur musée Richelieu. Elle a permis de faire des découvertes majeures concernant la fabrication des plaques d’ivoire et leur assemblage d’origine et d’ouvrir ainsi de nouvelles pistes de recherches sur les ivoires de cette époque, leur origine, les procédés de fabrication et leur iconographie, ainsi que sur l’histoire du trésor de la cathédrale de Metz, exceptionnellement riche en ivoires carolingiens.

Cette journée d’étude interdisciplinaire organisée par la Bibliothèque nationale de France et le musée du Louvre, dans le sillage du partenariat scientifique que les deux institutions ont noué autour de l’exposition « Reliures précieuses dans les collections de la BnF au musée du Louvre » (novembre 2017- juillet 2018), présentera les premiers résultats de ces découvertes.

Programme

9h30-10h

Introduction

Isabelle le Masne de Chermont (BnF) et Jannic Durand (musée du Louvre)

10h-10h30

Étude et restauration des ivoires des plats de reliure du Sacramentaire de Drogon

Marie-Emmanuelle Meyohas (restauratrice)

10h30-11h

Le revers des ivoires de Drogon à la lumière de la question des réemplois d’ivoires au Moyen Âge

Danielle Gaborit-Chopin et Florian Meunier (musée du Louvre)

11h-11h30 Pause

11h30-12h

Les interventions sur les reliures médiévales d’orfèvrerie et d’ivoire du trésor de la cathédrale de Metz à l’époque moderne

Maxence Hermant (BnF)

12h-12h30 Discussion

12h30-14h Déjeuner

14h-14h30

Pour une lecture renouvelée de l’iconographie des plaques du Sacramentaire de Drogon

Charlotte Denoël (BnF/Centre Jean Mabillon)

14h30-15h

La commande artistique de Drogon à travers ses Évangiles (BnF latin 9388) et leur décor

Anne-Orange Poilpré (Université Paris 1)

15h-15h30 Pause

15h30-16h

La réception des ivoires carolingiens à l’époque romane : l’exemple de l’abbaye Saint-Arnoul de de Metz

Isabelle Bardiès-Fronty (musée de Cluny)

16h00-16h30 Discussion

Informations pratiques

  • En raison du contexte sanitaire, la capacité de l’auditorium Colbert est limitée à 100 personnes.
  • Inscription obligatoire via le lien suivant : https://drogon.sciencesconf.org/
  • Date : 12 octobre 2020
  • Lieu : Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002
  • Organisée par Charlotte Denoël (BnF), Maxence Hermant (BnF) et Florian Meunier (musée du Louvre)
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
Evangelia quattuor [Évangiles dits de Drogon] (1r-183r). Capitulare evangeliorum (184v-196v).
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55001425m/f1.item

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

Colloque de clôture du projet ANR Foucault Fiches de Lecture – Première partie à l’IMEC Abbaye d’Ardenne, 10-11 septembre 2020, à la BnF le 26 septembre 2020.

Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique
Fiches et fichiers. L’archive Foucault à l’ère du numérique

En proposant la numérisation des fiches de lecture de Michel Foucault conservées à la BnF, le programme ANR Foucault Fiches de Lecture (FFL) vise une approche de l’œuvre de Foucault fondée sur l’analyse des pratiques de lecture du philosophe et de ses cheminements de pensée.

Le colloque final sera l’occasion d’effectuer un bilan, au niveau des outils développés, en ce qui concerne l’édition et le travail de la recherche foucaldienne valorisant le fonds Foucault déposé à la Bibliothèque nationale de France. Il s’agira aussi de proposer une réflexion sur les enjeux politiques et intellectuels du numérique dans le domaine des archives. Parce que matérialité technique et pensée sont étroitement liées, le numérique en tant qu’écriture n’est pas sans effet ni sur la façon d’organiser et de penser les archives dans la société, ni sur la manière de pratiquer la philosophie.

Programme du 10 septembre

  • 9h30 Mot de bienvenue par F. Bordes et P. Sabot suivi d’une ouverture par Mathias Girel, Laurence Le Bras et Michel Senellart
  • 10h30 Les outils. Président de séance J.-P. Moreux
    • Présentation de la plate-forme numérique
      Vincent Ventresque
    • « Lire les fiches de lecture avec Transkribus »
      Marie-Laure Massot et Vincent Ventresque
  • 14h30 Les projets d’édition. Président de séance L. Dartigues
    • « Michel Foucault, un cas exemplaire pour penser les pratiques savantes »
      Jean-François Bert
    • « Les usages de la plate-forme au soutien des projets d’édition de Michel Foucault »
      Elisabetta Basso
    • « Reconstituer un corpus à partir d’archives : Foucault et la phénoménologie »
      Philippe Sabot
  • 18h00 Soirée animée par E. Basso
    • Les enjeux des archives numériques pour les chercheurs et les archivistes. Avec François Bordes, Laurence Le Bras, Jean-Philippe Moreux, Arianna Sforzini

Programme du 11 septembre

  • 9h30 Analyse du travail « matériel » (1). Président de séance M. Senellart
    • « Le bio-pouvoir entre libéralisme et néolibéralisme. Un regard par les boîtes »
      Luca Paltrinieri
    • « La genèse des Aveux de la chair : les hypothèses de l’archive »
      Philippe Chevallier
    • « Édition et ayants-droit, une nécessaire coopération »
      Laurent Dartigues
  • 14h30 Analyse du travail « matériel » (2). Président de séance Ph. Chevallier
    • « Foucault, néolibéralisme et la question de l’État : un éclairage à partir des fiches de lecture »
      Carolina Verlengia
    • « Archéologie et volonté chez Michel Foucault entre les années 1950 et 1960 »
      Orazio Irrera

Programme du 26 septembre

Matinée

9 h 30 – Présentation de la matinée par Laurence Le Bras
9 h 40 – Présentation du projet et des objectifs techniques par Vincent Ventresque
9 h 50 – Présentation de fonctionnalités de Gallica utiles au projet par Jean-Philippe Moreux
10 h – Présentation du prototype et de ses aspects expérimentaux par Vincent Ventresque
11 h – Présentation de Transkribus par Jean-Philippe Moreux et Marie-Laure Massot
12 h – Présentation de la plateforme Eman par Richard Walter

Après-midi

14 h 30 – Ouverture par Laurence Le BrasIsabelle le Masne de chermont
15 h – « Le projet FFL : présentation et devenir », présentation du projet Foucault Fiches de Lecture et de ses enjeux pour la recherche par Michel Senellart et Laurent Dartigues
15 h 30 – « Conserver et éditer les archives », table ronde animée par Laurence Le Bras, avec Henri-Paul Fruchaud et Daniel Defert
16 h 30 – « Articles, cours, inédits : les visages de l’œuvre posthume », table ronde animée par Philippe Chevallier, avec François EwaldFrédéric Gros et Claude-Olivier Doron
17 h 30 – Table-ronde conclusive animée par Judith Revel : « Ce que l’édition posthume fait à l’œuvre  »

Informations pratiques BnF

  • Samedi 26 septembre 2020, 9h30 – 18h30
  • Entrée gratuite – Réservation recommandée via l’application Affluences ou sur affluences.com (rubrique Bibliothèques) – Réservation obligatoire avant le 18 septembre pour la matinée.
  • Il est recommandé de se présenter en avance (jusqu’à 20 minutes avant la manifestation).

Comité d’organisation

Elisabetta Basso, Laurent Dartigues, Michel Senellart, Vincent Ventresque, Carolina Verlengia, avec l’aimable participation de
François Bordes et Philippe Sabot.

Contact : laurent.dartigues@ens-lyon.fr

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts