Archives de catégorie : À la BnF

Colloque : Conservation du patrimoine vidéoludique. Quels enjeux ? Quels acteurs ? (13/12/2017)

Le Conservatoire National du jeu Vidéo (CNJV) et la Bibliothèque nationale de France organisent un colloque sur les acteurs et les enjeux de la conservation du patrimoine vidéoludique. 

Par Marcin Wichary from San Francisco, U.S.A. — Flickr, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48423746

Argument

Fragilité des supports, obsolescence des matériels de lecture, disparition des archives des éditeurs et concepteurs, dématérialisation des contenus… La conservation du patrimoine vidéoludique soulève des problématiques nombreuses et complexes sur le long comme sur le court terme. Ces questions sont au cœur des activités et des missions de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et du Conservatoire National du Jeu Vidéo (CNJV). La BnF et le CNJV s’associent dans le cadre d’un colloque pour faire un point d’étape autour de ces enjeux, partager les réflexions et les avancées techniques entre les institutions et les différents acteurs de la filière vidéoludique.

Cette rencontre s’adresse à l’ensemble des personnes concernées par ce secteur : développeurs, éditeurs, producteurs, organismes professionnels (syndicats professionnels, clusters…) et institutionnels, mais aussi étudiants et chercheurs, conservateurs et archivistes, associations impliquées dans la conservation du jeu vidéo, acteurs de la valorisation (auteurs, journalistes, initiateurs de projets d’expositions ou de musées). Des tables rondes et des communications alterneront, faisant intervenir des acteurs français et étrangers.

En fin de matinée, l’équipe du département audiovisuel de la BnF proposera des visites des coulisses où sont conservés et traités les jeux vidéo.
Places limitées. Inscription par courriel.

Programme

14h – 14h15 : Ouverture du colloque par Pascale Issartel (BnF) et Bertrand Brocard (CNJV)

14h15 – 14h30 : Le jeu vidéo, objet culturel en cours de patrimonialisation
Benjamin Barbier (Paris 8) et Marion Coville (Paris 1)

14h30 – 15h15 : Patrimoine vidéoludique : De quoi parlons-nous ?
Louise Fauduet (BnF), Bertrand Brocard (CNJV), Isabelle Astic (MAM)

15h15 – 16h : Répertorier, référencer, donner accès
Joseph Redon (GPS – Japon), Olivier Cassou (Abandonware France), Marie-Pierre Bodez (BnF)

16h – 16h45 : Studios et éditeurs : Capitaliser sur la mémoire !
Emmanuel Martin (SELL), Julien Villedieu (SNJV), Laurant Weill (chef d’entreprise)

16h45 – 17h30 : Pause

17h30 – 18h15 : Conserver pour la recherche et la création
Alexis Blanchet (Paris 3), Colin Sidre (Paris 13), Hubert Chardot (ARFIS, )Yves Bolognini (Musée Bolo – Suisse)

18h15 – 18h45 : Supports en péril
Denis Lechevalier (spécialiste)

18h45 – 19h30 : Conserver pour rejouer ?
Philippe Dubois (MO5), Matthieu Charreyre (WDA), René Speranza (Silicium), Jean-Philippe Humblot (BnF)

19h30 – 19h40 : Une vision soutenue par l’État

Par Evan-Amos – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=18363755

Informations pratiques

Mercredi 13 décembre 2017 – 14h00-20h00
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Petit auditorium

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Adresse et transports – site François-Mitterrand
Plan d’accès au site François-Mitterrand [fichier .pdf – 62 Ko – 29/10/15 – 1 p.]
Inscription gratuite mais obligatoire via Eventbrite

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hackathon BnF – 2e édition : 24h autour des données musicales de la BnF

Performances, concerts, installations, ateliers, soirée remix…

Les 25 et 26 novembre 2017, à l’occasion de la deuxième édition de son Hackathon qui porte cette année sur la musique, la BnF vous convie à une grande fête du numérique. Tout le week-end des performances, concerts, installations et ateliers pour tous en accès gratuit permettront d’explorer le patrimoine et le monde numérique et musical. Sans oublier une soirée remix autour d’extraits des collections de la BnF, par Jaïs Elalouf et Manaré, pour « bouger » entre deux lignes de code !

Evénement organisé dans le cadre de la semaine de l’innovation publique, une initiative nationale portée par le secrétariat général pour la modernisation de l’action publique.
En partenariat avec
Semaine de l’innovation publiqueLa SACEMClass’Code InaDeezerLibérationRadio NovaUsbek & RicaLes Inrockuptibles

Programme

Samedi 25 novembre 2017, de 14h à 22h
14h – Inauguration du Hackathon
14h30 – 19h – Conférences, animations et ateliers

– 14h30 – conférence « Terra Data : qu’allons nous faire des données numériques ? », par Valérie Peugeot (Orange Labs, CNIL)
Mentalista : soyez les plus concentrés pour gagner ! Un jeu qui permet de comprendre l’interaction entre le cerveau et notre environnement
Class’Code : apprenez à maîtriser l’informatique en jouant avec des objets du quotidien ! Une façon ludique de comprendre les enjeux des algorithmes et des programmes, du codage de l’information et leurs applications concrètes
– « Ce que je voulais c’est être heureux », installation sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysageAteliers sur inscription via ce formulaire :
– Voyageurs du code : codez votre premier jeu vidéo !
– Lab’sus : initiez-vous à la Musique Assistée par Ordinateur (MAO) avec cet atelier interactif expérimental de détournement de son (ou sampling)
Animations pour les étudiants et les chercheurs
– Présentations de Zotero, Framasoft : les outils libres de l’étudiant et du chercheur pour préparer un mémoire ou une thèse
– Démonstrations des recherches en musicologie du CESR (Tours)
– Découverte des ressources de la BnF et de l’Ina 19h – 22h – Au cœur du Hackathon
– 19h – Présentation des projets en cours du Hackathon BnF
– 20h-22h – DJ Set – Remix des collections sonores, par Jaïs Elalouf et Manaré.
Musicien, compositeur de musique électronique, vidéaste et collectionneur d’art psychédélique, Jaïs Elalouf est un artiste multitalents qui mixe en sons et en images depuis 2003. Manaré est tout à la fois DJ, producteur, PDG de la webradio alternative « Rinse France » et créateur de la griffe de vêtements « Noir Noir ». Il est membre du label ClekClekBoom.

Dimanche 26 novembre 2017, de 15h à18h
14h – 19h – Animations
– 15h et 16h – Musique et technologies : un voyage ludique dans l’histoire de la musique enregistrée et la lutherie du XXe siècle. Animé par PV NOVA, musicien et Youtubeur
– 15h30-17h – Lectures musicales de Gallica, avec les étudiants et les professeurs de musique ancienne du Conservatoire de Paris (CNSMDP)
– « Ce que je voulais c’est être heureux », installation sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysage16h-17h – Remise du prix Hackathon BnF
– 16h – Présentation des projets du Hackathon BnF
– 17h – Remise du prix Hackathon BnF

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Soutenance de thèse d’Héloïse Conesa

Le 14 novembre 2017, Héloïse Conésa, chargée de la photographie contemporaine au département des Estampes et de la photographie de la BnF, soutiendra sa thèse intitulée La photographie espagnole contemporaine de 1970 à 2010 : miroir d’un pays en quête d’identité préparée sous la direction du professeur Michel Poivert.

Couv. de la revue « Nueva Lente », nº 38, avril 1975 : phot. de Jorge Rueda

Signalons que cette même année, Héloïse Conésa a assuré le commissariat des deux expositions, Dans l’atelier de la Mission photographique de la DATAR. Regards de 15 photographes et Paysages français : une aventure photographique,1984-2017.

Jury

  • Paul-Henri GIRAUD, professeur en études hispaniques contemporaines à l’Université Lille 3 Charles de Gaulle
  • Michel POIVERT, professeur en histoire de l’art (photographie), Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
  • Pascal ROUSSEAU, professeur en histoire de l’art, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
  • Jacques TERRASA, professeur en civilisation espagnole contemporaine, Université Paris IV Paris-Sorbonne

Résumé

Dans l’Espagne de la fin du franquisme à nos jours, l’histoire socio-politique mouvementée dessine une ligne qui, de la dictature franquiste à la démocratie retrouvée, permet l’émergence d’une identité labile de la photographie espagnole oscillant entre l’alignement sur des modèles esthétiques et critiques dérivés de la postmodernité nord-européenne et américaine et la valorisation de spécificités créatives forgées par la culture péninsulaire.

Dans ce processus de quête identitaire, nous avons déterminé trois phases : d’abord, dans les dernières heures du franquisme et le début de la transition démocratique, sous l’égide de la revue Nueva Lente, s’affirme une  génération  militante de photographes qui s’ouvrent à la création internationale et à l’esthétique postmoderniste et dont le paroxysme en Espagne sera la Movida ; puis, de la fin des années 80 et jusqu’au milieu des années 90, l’apport critique de la revue PhotoVisión et en parallèle l’atomisation des pratiques photographiques du fait de l’essor des communautés autonomes suscite une réévaluation du modèle postmoderne ; enfin, au début du XXIème siècle, la redécouverte d’une filiation territoriale avec les pays du Sud et l’avènement de l’ère digitale, génèrent chez les photographes ibériques de nouveaux déterminants idiosyncrasiques à même de privilégier une forme de transterritorialité.

Abstract

In Spain from the end of  Francoism to nowadays, the animated sociopolitical history draws a line which, from the Franco dictatorship to the refound democracy, allows the emergence of an unstable identity of the Spanish photography oscillating between  the alignment on esthetic and critical models derived of the north-European and American postmodernity and the promotion of creative specificities forged by the Peninsular culture.

In this process of search for identity, we determined three phases: at first, in the last hours of the Francoism and the beginning of the democratic transition, under the aegis of the magazine Nueva Lente, a militant generation of photographers assert themselves and open to the international creation and to the postmodernist esthetics, paroxysm of which will be in Spain the Movida ; then, from the end of the 80s till the middle of the 90s, the critical impact of the review PhotoVisión and,  in parallel, the atomization of the photographic practices because of the development of autonomous communities arouses a revaluation of the postmodernist model ; finally, at the beginning of the XXIth century, the rediscovery of a territorial filiation with the countries of the South and the advent of the digital era, generate for the Iberian photographers new idiosyncratic determiners taking the shape of a transterritoriality

Soutenance

Le 14 novembre 2017

Bibliothèque nationale de France, site Richelieu (58 rue de Richelieu 75002), salle Richelieu 1  à 14h.

José Ortiz Echagüe à Avila

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

La traduction dans tous ses états : une performance-débat de l’Outranspo (Ouvroir de translation potencial)

L’Outranspo (Ouvroir de translation potencial) est un groupe de traducteurs, écrivains, chercheurs et musiciens hétéroclite et multilingue, qui se consacre joyeusement aux approches créatives de la traduction, notamment lors de réunions mensuelles et virtuelles.

Fondé en 2012 à Rochester (États-Unis), dans le sillage de l’Oulipo, il est véritablement actif depuis octobre 2014, à l’occasion du colloque « Traduire les littératures à contrainte » de Baltimore. « No a Proust ! » est devenu, par la force de l’anagramme, son cri de guerre.

La Bibliothèque de l’Arsenal invite l’Outranspo pour une conférence performée, animée par Camille Bloomfield, Université-Paris 13, auteure du livre Raconter l’Oulipo (1960-2000) (Honoré Champion, 2017).

Camille Bloomfield enseigne à l’Université Paris 13 et à l’Université de Genève. Spécialiste de l’Oulipo et auteure de plusieurs ouvrages sur le sujet, elle a notamment été commissaire de l’exposition « Oulipo, la littérature en jeu(x) » à la BnF en 2014 et membre du projet ANR DifdePo : Différences de potentiel : histoire, poétique et esthétique de l’Oulipo.

Informations pratiques

 

 

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée d’Étude : Sensualité et sexualité en numismatique, 2 décembre

La Bibliothèque nationale de France et la Société française de Numismatique organisent le samedi 2 décembre 2017 une journée d’étude dédiée à la sensualité et à la sexualité en numismatique. Cette thématique s’inscrit dans le renouvèlement des sciences historiques et sociales, notamment l’histoire des sensibilités et les études de genre. Objets certes à la mode, ils n’ont cependant pas épuisé toutes les sources disponibles. Ainsi les objets monétiformes, dans leur matérialité, dans une vaste Europe méditerranéenne de l’Antiquité (le matin) aux époques médiévales et modernes (l’après-midi), seront abordés sous cet angle, permettant un croisement disciplinaire, géographique et chronologique inédit.

Le nombre de places étant limité à 50, merci de s’inscrire par courriel à sfnum@hotmail.fr

Les questions de l’iconographie et de la représentation de motifs sensuels et sexuels, des pratiques et des usages des objets qui les portent, ou encore du regard des historiens et numismates sur ceux-ci, seront au cœur de nos préoccupations.

Statère d’or armoricain, (IIIe siècle – 1re moitié du IIe siècle av. J.-C. (BnF, MMA, 6756)

Dans quelle mesure un motif iconographique était-il choisi pour susciter le désir ? Comment les usagers de la monnaie percevaient-ils ces choix et cela a-t-il influencé la circulation des espèces ? Des pièces de monnaie étaient-elles par ailleurs particulièrement réservées à certaines pratiques, comme les échanges de faveurs ? Enfin, comment nos devanciers ont-ils perçu la nudité ou l’érotisme figuré sur certains monnayages et à quel point leurs travaux en ont-ils été influencés ?

C’est autour de cette problématique en trois axes – conception, perception et utilisation à l’époque et perception a posteriori – que les intervenants vont livrer et partager leurs observations.

Programme :

Matinée (9h30-12h30) :

Présentation et introduction (Sylvie Steinberg et François de Callataÿ).

S. Berger et Fr. Wojan – « Il n’est pas donné à tout le monde d’aller à Corinthe » : sexe et monnaies en Grèce ancienne.

S. Nieto-Pelletier, J. Genechesi et St. Martin – Pour une approche genrée des monnayages celtiques : iconographie et usages de la monnaie au second âge du Fer

D. Hollard – La violente nudité de la déesse celtique des combats.

V. Drost – La question de la nudité sur le monnayage romain.

M.-A. Le Guennec – De l’usage de jetons à motifs érotiques : le dossier des spintriae romaines.

Après-midi (14h00-17h00) :

V. Geneviève – Viril ou insultant ? A propos d’un graffiti sur un léopard d’or.

Th. Cardon – « Le cœur humain recèle des bas-fonds qu’il ne faut pas trop sonder en détail » : méreaux médiévaux à l’iconographie sexuelle.

J. Jambu – Sensuelles, les monnaies modernes ?

Chr. Charlet – Les luigini « à la Mademoiselle ».

P. Baubeau – Fausse monnaie de la débauche et or du mariage à Nice à la fin du XIXe siècle.

Conclusion et perspectives (Sylvie Steinberg et François de Callataÿ).

Informations pratiques

Paris, Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, Salle Emilie
du Châtelet et Salon d’honneur
Samedi 2 décembre 2017

Organisation : Thibault Cardon et Jérôme Jambu.
Présidence : Michel Amandry et Jérôme Jambu.
Discussion : Sylvie Steinberg et François de Callataÿ.
Le nombre de places étant limité à 50, merci de s’inscrire à sfnum@hotmail.fr
Un buffet sera organisé le midi sur place.
La séance ordinaire de la SFN se tiendra en début d’après-midi.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international Foucault, les Pères et le sexe, Paris, 1-2-3 février 2018

A l’occasion de la parution du quatrième et dernier volume inédit du projet d’histoire de la sexualité de Michel Foucault, Les Aveux de la chair, la Bibliothèque nationale de France organise un colloque en partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), l’Institut des Sources chrétiennes (UMR 5189 – Hisoma, CNRS/Université Lyon 2) et l’Association pour le Centre Michel Foucault.

Michel Foucault © Roland Allard/Agence VU’

Les travaux de Michel Foucault sur les Pères de l’Église forment au sein de l’œuvre un chantier qui reste à parcourir. D’un côté, ils inaugurent la réflexion sur la subjectivité et la subjectivation ; de l’autre, ils constituent un point d’analyse privilégié de l’émergence de la sexualité moderne et du rôle qu’y a joué le christianisme. S’y entendent la fréquentation de l’œuvre de Peter Brown et les échanges réguliers avec Paul Veyne.
Longtemps attendu par les spécialistes comme par le grand public, Les Aveux de la chair, quatrième et dernier volume inédit du projet d’histoire de la sexualité de Michel Foucault, paraissent début 2018 aux éditions Gallimard. Événement intellectuel et éditorial, cette parution vient refermer le volumineux dossier « Patristique » que Foucault avait ouvert dès 1976 et dont plusieurs pièces majeures nous étaient déjà accessibles. En 2012 est paru Du gouvernement des vivants, cours au Collège de France de 1980 consacré pour une large part aux Pères de l’Église (Hermas, Tertullien, Cassien, Clément de Rome, etc.), dont la lecture serrée était l’occasion d’analyses novatrices des « régimes chrétiens de vérité » (baptême, pénitence). Non seulement ces leçons annoncent ce que l’on a couramment appelé le « dernier Foucault » – celui des techniques de soi –, mais elles renouvellent profondément ce que nous croyions être la vision foucaldienne du christianisme, en apparence cristallisée en 1976 dans La Volonté de savoir et devenue doxa pour un large public : le christianisme ne serait que la religion de l’aveu et de l’obéissance. Une part important des Aveux de la chair reprend d’ailleurs le matériau du cours de 1980, augmenté d’une longue et étonnante analyse d’Augustin.
Si cette place du christianisme dans l’œuvre de Foucault a fait l’objet depuis une dizaine d’années d’une attention renouvelée, l’espace historique d’émergence et les acteurs majeurs de cette problématisation du sujet moderne – les Pères grecs et latins du IIe au Ve siècle – ont été rarement explorés pour eux-mêmes. La rencontre entre l’œuvre de Foucault et le monde de la recherche patristique (patrologues, philologues, historiens, théologiens) n’a pas encore eu lieu, alors même qu’elle est devenue une activité courante dans des domaines aussi variés que l’histoire de l’Antiquité gréco-romaine ou les sciences sociales.
Ce grand colloque international, le premier consacré à ce thème, espère combler ce manque.

En partenariat avec l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), l’Institut des Sources chrétiennes (UMR 5189 – Hisoma, CNRS/Université Lyon 2) et l’Association pour le Centre Michel Foucault.

Comité scientifique
Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Frédéric Gros, Bernard Meunier, Judith Revel, Philippe Sabot, Michel Senellart, Arianna Sforzini

Comité d’organisation
Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Laurence Le Bras, Bernard Meunier, François Nida, Arianna Sforzini

Programme (sous réserve)

Jeudi 1er février
à l’Auditorium Colbert, 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.
18h-19h30 : Conférence inaugurale, par Paul Veyne, suivie de Editer Les Aveux de la chair par Frédéric Gros

Vendredi 2 février
à l’Auditorium Colbert, 2 Rue Vivienne, 75002 Paris.
9h30-12h15 : Le tournant chrétien
14h15-17h30 : Une lecture singulière des Pères

Samedi 3 février
à l’Amphithéâtre Turgot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.
9h30-12h15 : Augustin, finalement
14h15-17h30 : Ouvertures

Informations pratiques

Entré libre dans la limite des places disponibles
Jeudi 1er février et vendredi 2 février : à l’Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
Samedi 3 février : à l’Amphithéâtre Turgot, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Accès le samedi sur inscription préalable à l’adresse : Philo-Recherche@univ-paris1.fr.

Enregistrer

Philippe Chevallier

Responsable des études à la délégation à la Stratégie et à la recherche de la Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz », Paris, 15-16 novembre 2017

L’Association des Amis de Milosz, l’Observatoire de la vie littéraire (OBVIL, Labex), la Société Historique et Littéraire Polonaise, la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet et le Centre de Recherche en Littérature Comparée de l’université Paris-Sorbonne organisent un colloque consacré à Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz.

Dans son recueil d’essais Une Rencontre, Milan Kundera a souligné la place singulière de Milosz dans la littérature française, revendiquant pour lui l’intouchable solitude d’un étranger.
L’étrangeté, voilà qui caractérise peut-être toute littérature authentique. Oscar Vladislas de Lubicz-Milosz (1877-1939), poète de langue française, n’a cessé de paraître étranger à ce monde, de par le rythme de sa langue, de par ses sujets de prédilection, comme par ses origines ou son métier de diplomate au service de la Lituanie. Resté étranger en France, bien que de nationalité française depuis 1931, il l’est demeuré après sa mort. Sa destinée littéraire est à l’image de ce qu’en a dit André Blanchet : « Un des poètes les plus vrais, un des plus hauts de notre langue et de toute langue. L’un des plus exigeants, l’un des plus complètement ratés. Mais raté comme Nerval et Baudelaire, comme Rimbaud et Verlaine. Comme Van Gogh ».
C’est afin de contribuer à mieux comprendre la portée de cette œuvre et le sens qu’elle peut prendre pour nous aujourd’hui, que se tient ce colloque, organisé par l’Association des Amis de Milosz, avec la Bibliothèque nationale de France, la Société Historique et Littéraire Polonaise, l’Observatoire de la Vie littéraire (Labex OBVIL), la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet et le Centre de Recherche en Littérature Comparée de l’Université Paris-Sorbonne.
Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz (1877-1939)

Programme

Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz. L’intouchable solitude d’un étranger

Première journée – mercredi 15 novembre 2017
MATINÉE
Présidente de séance : Maria Delaperrière

9h00 : Accueil des participants – Introduction de la journée

9h30-11h00
Oscar-Vladislas de Lubicz-Milosz – un poète polonais ?
Jan Zieliński (Varsovie)
Contexte et sous-texte des Zborowski : le héros solitaire se serait-il trouvé un Maître abramowskien ?
Katia Vandenborre (Bruxelles)
Entre deux rives. Milosz, la Pologne et la Lituanie (1916-1927) : une décennie d’efforts, de rêves et de ruptures
Julien Gueslin (Strasbourg)
Discussion – Pause : 11h00-11h15

11h15-12h15
Paradis de Milosz et de Kafka
Clément Layet (Paris)
Milosz – Wöhrle : deux solitudes poétiques croisées par la Lituanie
Philippe Edel (Strasbourg)
Discussion – Déjeuner : 12h30-14h15

APRÈS-MIDI
Président de séance : Olivier Piveteau

14h30-15h00
Milosz, poète du secret
Pierre Brunel, membre de l’Institut (Paris)

15h00-15h45
Milosz à l’opéra : autour du Don Juan de Mañara d’Henri Tomasi
Table ronde animée par Olivier Piveteau, avec la participation de Pierre Brunel, Benoît Sitzia (compositeur) et Claude Tomasi (biographe d’Henri Tomasi).
Discussion – Pause : 16h00-16h30

16h30-17h45
Récital poésie et musique
Avec le comédien Francis Coffinet (lecture de poèmes de Milosz) et le musicien Etienne Champollion (piano, accordéon)

Deuxième journée – jeudi 16 novembre 2017
MATINÉE
Président de séance : Christophe Langlois

9h : Introduction de la journée

9h30-11h
Etude stylistique de l’épanalepse dans la poésiemiloszienne : une modalité itérative au service de la »réintégration » du « Séparé de lui-même »
Dorgelès Houessou (Bouaké)

L’intarissable silence d’un lieu sans âge. Un legs de Milosz pour notre temps
Elettra Bordino Zorzi (Trévise)

Lire Milosz en langue étrangère. Étude comparéed’une dizaine de poèmes traduits en anglais et en lituanien
Viktorija Skrupskelytė (Kaunas)

Discussion

11h15-12h15
La cosmologie de Milosz, George Sarton et l’histoire des sciences
David Palmieri (Boston)

L’épisode de David et Bethsabée selon Milosz :solitude, vision et mystère dans Méphiboseth
Olivier Piveteau (Rochefort)

Discussion

APRÈS-MIDI
Président de séance : Thierry Laurent

14h30-15h30
Oscar Milosz dans le contexte de la poésie lituaniennede l’exil
Nijolė Kašelionienė (Vilnius)

Oscar Milosz dans le champ littéraire lituanien
Genovaitė Dručkutė (Vilnius)

Discussion

16h-17h30
Milosz, source d’inspiration
Table ronde animée par Jean-Baptiste Para (revue Europe), avec les poètes et écrivains Olivier Barbarant,Marie Étienne, Hubert Haddad et Christophe Langlois.

17h30 : Clôture du colloque

Informations pratiques

Première journée de ce colloque le 15/11/2017 : Bibliothèque polonaise de Paris – 6, Quai d’Orléans, 75004 Paris
Réservation indispensable auprès de info@amisdemilosz.com ou 06 88 91 61 77

Deuxième journée le 16/11/2017 : Bibliothèque de l’Arsenal – 1, rue de Sully 75004 Paris
Réservation indispensable auprès de visites@bnf.fr ou 01 53 79 49 49

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque « Droit(s) et Gastronomie », 17/11/2017

Comment définir la gastronomie ? Peut-être l’art de jouir, de manière raffinée, de la fonction qui consiste à s’alimenter ; l’hédonisme de la bonne chère, en quelque sorte. De Brillat-Savarin à Instagram, la passion des Français pour la gastronomie ne s’est jamais tarie même si les goûts ont changé.

Confrontée au droit, la gastronomie se présente d’abord comme un élément du patrimoine, voire un art, avant d’être un enjeu économique et sociétal. En tant qu’art (même mineur), en tant qu’élément du patrimoine culturel, la gastronomie mérite-t-elle une protection juridique ? Si tel est le cas, comment peut s’opérer cette protection ? Les sites de partage en ligne tels que Tripadvisor emportent-ils de nouveaux besoins de protection pour les chefs ? Partie prenante des échanges humains et des repas d’affaires, dans quelle mesure est-elle prise en compte par les droits de la distribution, de la consommation, du travail ou de la santé, et par les accords internationaux encadrant la liberté du commerce ?

Pour répondre à ces interrogations, le colloque entend confronter différents points de vue et jeter des ponts entre des disciplines qui ont rarement l’occasion de se rencontrer. C’est donc dans le cadre d’un dialogue pluridisciplinaire constructif que sera proposée cette approche juridique de la gastronomie par les chercheurs associés. Des professionnels de la gastronomie participeront également à cette réflexion.

Programme

9h00 : Accueil

9h30 : Ouverture
Sylviane Tarsot-Gillery, Directrice générale, BNF
Anne Fauchon, Doyen de la Faculté de Droit, Sciences politiques et sociales, Université Paris13 – Sorbonne Paris Cité

9h45 : Introduction
Didier Guével, Professeur de droit privé, Doyen honoraire, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

9h55 : Témoignage d’un chef
Adeline Grattard, Yam’tcha

1 – La gastronomie, patrimoine culturel et artistique

Présidence de session : Bernard Haftel, Professeur de droit privé, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Protection et valorisation du patrimoine

10h15 : Le repas à la française, patrimoine mondial
Isabelle Chave, Conservateur en chef du patrimoine, Direction des patrimoines, Ministère de la culture

AOC, AOP et terroirs
Philippe Tanchoux, Maître de conférences en histoire du droit, Université d’Orléans

Le corpus numérique « Gastronomie » de la BNF
Dominique Wibault, Chargée de collections en gastronomie, BNF
Coline Arnaud, chercheur associée à la BNF

Débats

11h30 : Pause

Du patrimoine à l’art

11h45 : Le 17ème siècle, naissance de la grande cuisine française
Frédéric Manfrin, Chef du Service Histoire, BNF

« L’artification » de la gastronomie
Roberta Shapiro, Chargée de recherches en sociologie, Ministère de la culture

La protection des recettes par le droit de la propriété intellectuelle
Nathalie Blanc, Professeur de droit privé, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Débats

13h00 : Déjeuner libre

2 – La gastronomie, enjeu économique et sociétal

Présidence de session : Catherine Aurérin, Directrice du Département Droit Economie Politique, BNF

Enjeux de santé et de consommation

14h15 : Les enjeux de santé publique
Serge Hercberg, Professeur de médecine, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Protection du consommateur et droit pénal
Stéphane Detraz, Maître de conférences en droit privé, Université Paris Sud

Le gastronome responsable
Géraldine Goffaux-Callebaut, Professeur de droit privé, Université d’Orléans

Débats

15h35 : Pause

Enjeux de souveraineté et perspectives

15h55 : Tafta, Ceta et autres accords internationaux
Dominique Plihon, Professeur d’économie, Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité

Droit européen : harmonisation ou uniformisation de nos assiettes ?
Jean-Paul Branlard, Maître de conférences en droit privé, Université Paris Sud

Et demain, que mangera-t-on ?
Nathalie Dion, Maître de conférences, Université d’Orléans
Raphaël Haumont, Maître de conférences, Université Paris Sud, Chaire universitaire « Cuisine du futur »

Débats

17h15 : Propos conclusifs
Marie Cornu, Directrice de recherches, CNRS

Direction scientifique

• Catherine Aurérin (Directrice du Département Droit, Economie et Politique, BnF)
• Géraldine Goffaux Callebaut (Professeur de droit privé, Université d’Orléans)
• Didier Guével (Professeur de droit privé, Doyen honoraire de la Faculté de Droit et Sciences politiques et sociales, Université Paris 13)
• Dominique Wibault (Chargée de collections en gastronomie, BnF)

Colloque organisé par la BnF, l’Institut de recherche pour un droit attractif (IRDA – université Paris 13), le Centre de recherche juridique Pothier (CRFJP – université d’Orléans).

Informations pratiques

Vendredi 17 novembre 2017 – 9h30-18h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Quai François-Mauriac – Paris 13e, Petit auditorium

Entrée gratuite sur inscription obligatoire avant le 13 novembre via ce formulaire

Renseignements : irda@univ-paris13.fr
Manifestation validée au titre de la formation continue des avocats

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Journée professionnelle « Métadonnées en bibliothèques : attention, travaux ! » le mardi 14 novembre 2017

Le mardi 14 novembre 2017, la Bibliothèque nationale de France (BnF) et l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur (ABES) organisent la 2e Journée professionnelle « Systèmes & Données » intitulée « Métadonnées en bibliothèques : attention, travaux ! »

Argument

Sans attendre la publication de l’intégralité des règles RDA-FR ou la mise à disposition de données entièrement FRBRisées, les bibliothèques peuvent dès aujourd’hui engager certains chantiers.

Les premiers éléments d’une « boîte à outils de la Transition bibliographique » seront présentés aux responsables de SIGB, aux fournisseurs de logiciels ou de notices et, plus largement, à tous les agents de bibliothèques, en vue de préparer la FRBRisation de leurs catalogues.

Organisée par le groupe « Systèmes & Données », cette journée souhaite apporter des réponses pragmatiques et concrètes aux interrogations sur la Transition bibliographique sous l’angle de l’informatique documentaire.

Dans cette perspective, elle proposera un point sur l’actualité de la modélisation et des formats ainsi qu’un éclairage sur quatre chantiers, en alternant séance plénière et sessions parallèles.

Programme

9h00 : Accueil des participants

9h30 – 12h00
Introduction, David AYMONIN, Abes

Présentation de la journée, Renaud AIOUTZ, Médiathèque départementale du Puy-de-Dôme, pilote du groupe

Actualité de la Transition bibliographique : IFLA LRM et RDA-FR, Françoise LERESCHE, BnF

Un outil de catalogage en EAD à disposition du réseau CCFr, Prêle PARIS, BnF

FRBRiser son catalogue en s’alignant avec les données de la BnF : pourquoi ? Comment ? L’exemple des Médiathèques de Montpellier, Sylvain FRANCESCHI, Médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole et Étienne CAVALIÉ, BnF

13h30 – 17h30
Sessions parallèles, animées par les membres du groupe « Systèmes & Données » (2 x 1h, dans la limite des places disponibles par ordre d’arrivée des inscriptions).

Chaque participant est invité à choisir 2 sessions parmi les présentations suivantes :

1. Les datas sans aléas : connaître ses métadonnées pour FRBRiser son catalogue
En amont d’un chantier de FRBRisation, il est nécessaire de bien connaître ses données pour les faire évoluer efficacement notamment maîtriser et harmoniser les conditions de production, identifier des lots de notices afin de préparer des corrections efficaces et automatisées. Cette session s’attachera à présenter les enjeux d’une bonne connaissance des métadonnées et permettra d’échanger sur des exemples de méthodologie.

2. Sérendipité et usages : interfaces et outils de recherche dans le cadre de la FRBRisation
Dans quelle mesure les interfaces de recherche, jusqu’alors dévolues essentiellement à un simple catalogue de ressources, sont-elles amenées à évoluer ? L’émergence du web sémantique dans le cadre des modèles FRBR et IFLA LRM apporte avec lui des possibilités étendues et rationnelles en matière d’interface et d’enrichissement des données. Le catalogue peut alors devenir un véritable outil de découverte.

3. Qu’attendre des agences pour la FRBRisation des catalogues ? Chantiers de FRBRisation par traitements algorithmiques de l’Abes et de la BnF
Les agences bibliographiques mènent parallèlement des travaux de FRBRisation. Cet atelier présentera les chantiers en cours avec les outils utilisés de part et d’autre, leurs calendriers, leurs méthodologies, ainsi que le travail permanent de collaboration et de rapprochement entre les deux bases. Il précisera aussi la manière dont les établissements des deux réseaux pourront en bénéficier.

4. Loin des livres, loin du cœur ? Comment FRBRiser la musique et les films
Les modélisations FRBR et IFLA LRM ne concernent pas que les livres. Bien au contraire, les autres supports ont beaucoup à y gagner ! CD, DVD, musique ou films en ligne : comment la FRBRisation peut-elle améliorer leurs données et leur visibilité ? Où et comment récupérer des données avec fiabilité et complémentarité ? Sur quels champs clés s’appuyer ?… Cette session évoquera les pistes de développement applicables dès aujourd’hui.

Actualité du format UNIMARC et du CfU, Philippe LE PAPE, Abes, pilote du CfU

Le projet INTERMARC Nouvelle Génération, Sébastien PEYRARD, BnF

Le projet de Fichier National d’Entités et conclusion de la journée, Frédérique JOANNIC-SETA, BnF

Modalités pratiques

Inscription gratuite sur Eventbrite.

Le lendemain de cette journée professionnelle, le 15 novembre 2017, aura lieu la 8e journée nationale RAMEAU à la BnF.

Lieu : de 9h à 17h30, BnF, site François-Mitterrand, Grand auditorium

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hackathon BnF, édition 2017

Dans le cadre de la Semaine de l’innovation publique, la BnF organise son 2e Hackathon les 25 et 26 novembre 2017. Durant 24 heures non-stop, les participants investissent le site François-Mitterrand pour développer des projets autour du thème de la musique à partir de Gallica, de data.bnf.fr, du catalogue général et des autres bases de données de la BnF. Plusieurs partenaires musicaux s’associent à cet événement, notamment Deezer et la SACEM.

La participation au Hackathon est gratuite sur inscription. Les participants passent vingt-quatre heures à la BnF, où sont mis à leur disposition espace de repos, restauration… À trois reprises durant ces vingt-quatre heures, les équipes présentent leur projet devant un jury pour un temps d’échange. À l’issue des restitutions sera remis le prix du Hackathon BnF, récompense qui marque l’engagement de la Bibliothèque à développer le projet lauréat pour en faire un service permanent offert aux usagers.

Participants : inscription en ligne obligatoire et gratuite

Le numérique et moi

Si vous voulez découvrir comment le numérique et ses fameuses données s’insèrent dans de nombreux domaines d’étude, de création, de recherche ou dans la vie de tous les jours, une programmation culturelle ouverte à tous est proposée. Participez aux activités proposées par la BnF tout au long du week-end : installation immersive, BnF’s afterwork, conférences, ateliers pour apprendre, étudier, chercher ou se divertir en manipulant le patrimoine numérique et les données, scène ouverte aux artistes du web, performances musicales, masterclass…

Samedi 25 novembre 2017 14h00-00h00  

  • 14h – Inauguration du Hackathon
  • 14h30 – conférence « Terra Data : qu’allons nous faire des données numériques », par Valérie Peugeot (Orange Labs, CNIL) et Serge Abiteboul (INRIA, ENS)
  • 16h – MasterClass Gallica
  • 19h – Présentation des projets en cours du Hackathon BnF
  • 20h – 0h – BnF’s Afterwork : les données de la BnF remixées par des artistes de musique électronique. La BnF vous invite à danser au son des collections, revisitées par un collectif de musiciens électro.

Ateliers (14h – 18h)

En continu, retrouvez « Ce que je voulais c’est être heureux » une œuvre sonore et visuelle immersive par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysage.

Dimanche 26 novembre 2017 15h-18h

  • 15h – 17h – Scène ouverte aux musiciens du web sous la houlette de PV NOVA
  • 16h – Présentation des projets du Hackaton BnF
  • 17h30 – Remise du prix Hackaton BnF

En continu, retrouvez l’installation sonore et visuelle par Arnaud Sallé (compositeur) et Hervé Rabot (photographe) sur le thème du paysage.

Informations pratiques

Samedi 25 novembre 2017
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Hall Ouest
14h00-00h00
Dimanche 26 novembre 2017
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, Hall Ouest
15h00-18h00

Entrée libre

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Cycle de conférences : Archéologie de la Guerre : de la fouille à l’écriture de l’Histoire

La Bibliothèque nationale de France organise, entre octobre 2017 et juin 2018, un cycle de conférences consacré aux différents aspects de l’archéologie de la Guerre, toutes périodes confondues. 

Mercredi 11 octobre 2017 : L’archéologie de la Grande Guerre

Gilles Prilaux, Ingénieur de recherche, directeur adjoint scientifique et technique à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) Hauts-de-France
Les interventions archéologiques menées dans le Nord et dans l’Est de la France font souvent ressurgir les cicatrices du sol générées par les combats de la guerre 1914/1918. Ces stigmates, particulièrement nombreux, se comptent par centaines de milliers : trous d’obus, tranchées, boyaux, abris de fortune, dépotoirs, munitions de tous calibres, mais aussi restes des 700 000 combattants encore fossilisés sur le champ de bataille. Ces témoignages directs de cette boucherie sans nom se révèlent sous des formes variées ; ici les restes d’un corps enseveli et grêlés de shrapnell ; là une jambe arrachée abandonnée dans un trou d’obus, jusqu’à des ensembles plus complexes qui font écho à l’état d’esprit du soldat face à l’horreur des combats. Cette conférence propose de faire un point sur l’état des lieux sur cette période à travers le regard de l’archéologie de terrain que reste-t-il aujourd’hui dans le sol et comment l’interpréter ?
La tombe des Grimsby Chums, dans la ZAC Actiparc d’Arras (Pas-de-Calais) en cours de fouille en 2001. 20 corps de soldats ont été découverts dans cette fosse commune.
Cl. Gilles Prilaux. Inrap

Mercredi 22 novembre 2017 : Les fouilles de fortins du désert oriental en Égypte

Bérengère Redon, Chargée de recherche au CNRS, UMR 5189 HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Antiques), directrice de la MAFDO
Créée en 1994 par Hélène Cuvigny, la mission archéologique française du désert Oriental explore une région en marge de l’Égypte, située à l’interface entre la vallée du Nil et la mer Rouge. Le but de la mission est d’étudier l’occupation humaine du désert Oriental, l’exploitation de ses ressources, le développement de ses infrastructures (routes, fortins, stations) aux époques ptolémaïque
(331-30 av. J.-C.) et romaine (30 av. J.-C.-IVe s. ap. J.-C.), en se concentrant d’une part sur l’exploitation des carrières et mines de la région, et d’autre part sur l’aménagement et la surveillance des grandes pistes caravanières qui traversaient le désert jusqu’aux ports de Bérénice et Myos Hormos. Une dizaine de forts, extrêmement bien préservés, ont été explorés. Ils ont livré un matériel exceptionnel, dont plusieurs milliers d’ostraca. Ces découvertes renseignent l’historien sur la vie quotidienne de la petite société des fortins, qui ont accueilli une population mêlée et complexe, composée de soldats et de civils, de femmes et d’hommes, et même d’enfants, d’origine très diverses.
Artist’s Sketch of Pharaoh Spearing a Lion

Mercredi 20 décembre 2017 : Archéologie de la bataille de Sellasie (222 av. J.-C.) : entre sources antiques et réalités du terrain

Jean-Christophe Couvenhes, Maître de conférence d’Histoire grecque, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), UMR 8210 AnHiMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques)
La bataille de Sellasie (222 av. J.-C.) mit fin aux espoirs de redressement de l’État spartiate par son roi Cléomène III. Cette bataille est restée célèbre grâce à l’historien Polybe et à Plutarque. En position de force défensive, sur son territoire, Cléomène est néanmoins défait par les troupes du roi de Macédoine Antigone Dôsôn, près de la localité périèque de Sellasie, à quelques kilomètres au nord-est de Sparte ; il doit s’enfuir en Égypte. Entre 1828 et 1833, lors de la guerre d’indépendance grecque, l’expédition de Morée passe par Sellasie.
Emile Le Puillon de Boblaye (Paris-Strasbourg, 1835) y consacre une page, tentant d’articuler les textes au terrain. Tout au long des XIXe
et XXe siècles, des voyageurs puis des archéologues de toutes nationalités reviennent sur le champ de bataille et sur les textes : Leake, Ross, Jochmus, Kromayer, Sotiriadis, Delbrück, Pritchett, Morgan, etc. Aujourd’hui encore, Sellasie reste un point d’observation intéressant pour comprendre les enjeux méthodologiques de la reconstitution d’une bataille antique.
Bataille de [Séllasia] entre [Antigonos] et Cleomène

Mercredi 17 janvier 2018 : Les mercenaires celtes, entre mythes et réalités

Luc Baray, Habilité à diriger des recherches, Directeur de recherche au CNRS, membre de l’UMR 6298 ArTeHiS (Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés)
Du Ve siècle à la fin du Ier siècle avant J.-C., de l’Afrique du Nord à la Judée en passant par la Sicile, l’Italie, la Grèce et l’Asie Mineure, des milliers de guerriers celtes ont été recrutés par les Carthaginois et les Grecs. Guerriers étrangers, motivés par l’appât du gain et la recherche de terres où s’installer, les Celtes essaimèrent sur tous les fronts où leur savoir-faire technique et leur bravoure paraissaient indispensables.
L’objet de cette conférence est de déconstruire le mythe du mercenariat celtique tel qu’il nous est donné à lire à travers les poncifs des auteurs gréco-latins, souvent repris et amplifiés par les modernes. Un retour critique aux sources antiques permet d’en présenter une autre image en cherchant notamment à toujours distinguer les statuts – mercenaire ou auxiliaire – derrière les dénominations.

Soldat gaulois

Mercredi 7 février 2018 : Archéologie sous-marine du débarquement de Normandie

Cécile Sauvage, Conservateur du Patrimoine, Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM)
Le débarquement de Normandie a été abondamment étudié par les historiens. Depuis deux décennies, l’archéologie sous-marine contribue également à sa connaissance. Aux premières études menées par des plongeurs de la région de Caen, se sont ajoutées des campagnes menées par des équipes professionnelles américaine, canadienne, britannique puis française.

Le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), a pour mission l’inventaire des vestiges d’intérêt archéologique ou historique situés dans les eaux sous juridiction française. Depuis 2015, il accompagne la Région Normandie dans un projet qui vise à faire inscrire les plages du Débarquement au titre du patrimoine mondial par l’Unesco. Après une première phase de dépouillement des données déjà acquises sur les vestiges maritimes du Débarquement, le DRASSM a débuté en 2017 une campagne d’expertises in situ. La centaine de vestiges aujourd’hui connus montre l’importance de la composante maritime de l’Opération Neptune et la variété des moyens mis en œuvre à cette occasion.

Char U.S. Duplex Drive Sherman © ShigureKai, Imgur

Mercredi 21 mars 2018 : Le Fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye (78) : La préparation des troupes de Louis XIV à la guerre de siège (1669-1770)

Séverine Hurard, Ingénieure de recherches à l’ Institut national de
recherches archéologiques préventives (Inrap)
Situé, à l’intérieur de la boucle de la Seine, dans la plaine alluviale dite d’Achères, le Fort Saint-Sébastien accueillit, vraisemblablement à partir de 1669 et pour quelques années seulement, les troupes dites de la «Maison du Roi», soit entre 9000 et 30000 soldats, faisant
l’apprentissage des techniques de la guerre de siège. La fouille archéologique, menée entre 2011 et 2012 sur une surface de 28 hectares, a révélé l’existence de deux ouvrages fortifiés distincts associés à leurs aires de campement. Cette lecture archéologique inédite de la préparation à la guerre de siège offre un éclairage différent, à une échelle inaccoutumée, sur la rationalisation des pratiques militaires sous Louis XIV. Elle permet de s’intéresser plus
globalement à la société des gens de guerre, à laquelle appartiennent les compagnies de mousquetaires et d’examiner la réalité matérielle de cette société composite.

Mercredi 11 avril 2018 : Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy

Benoît Pouvreau, Chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis
Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permit une redécouverte : l’œuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.
R. B. Kitaj (29 Oct 1932 – 21 Oct 2007), Drancy, Credit: Photo (C) RMN-Grand Palais (musée d’art et d’histoire du judaïsme) / Jean-Gilles Berizzi

Mercredi 23 mai 2018 : L’archéologie de la Grande Guerre vue de l’est : L’alimentation du combattant de la Grande Guerre à travers l’archéologie

Michaël Landolt, Archéologue, Service régional de l’archéologie, Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est
Le développement de l’archéologie de la Première Guerre Mondiale en France depuis quelques années s’est récemment accompagné d’une définition de nouvelles problématiques d’études. Parmi celles-ci, l’étude archéologique des dépotoirs vient véritablement compléter la vision de la Grande Guerre. De nombreux éléments, issus du mobilier rejeté dans ces structures, sont à mettre en relation avec l’alimentation. L’évocation par les soldats des conditions alimentaires au front et au repos est trop souvent parcellaire et anecdotique. Ainsi, les objets et les restes alimentaires qui leurs sont liés méritent une attention particulière car ils contiennent une quantité d’informations encore sous exploitées par les historiens. Même si ces vestiges ont malheureusement souvent été délaissés, au profit des fouilleurs clandestins, les études scientifiques démontrent aujourd’hui le potentiel documentaire de ce mobilier. À partir de corpus principalement issus de Champagne-
Ardenne, Lorraine et Alsace, l’alimentation des soldats allemands et français pourra être abordée. L’accent sera donné sur les spécificités de chaque belligérant à partir de quelques exemples caractéristiques (boissons, condiments, conserves, viande…). Cette étude comparative pluridisciplinaire développera plusieurs problématiques depuis la fabrication des aliments jusqu’au rejet des restes alimentaires.
Gamelles et matériel de cuisine abandonnés par les Allemands à Etrepilly : [photographie de presse] / [Agence Rol]

Archéogéomorphologie de la Grande Guerre : une approche du façonnement des paysages du premier conflit mondial dans le Nord-Est de la France (champ de bataille de Verdun)

Stéphanie Jacquemot, Archéologue, Service régional de l’archéologie, Direction Régionale des Affaires Culturelles du Grand Est
Cent ans après, les traces des combats de la Grande Guerre demeurent toujours vivaces dans les paysages du Nord-Est de la France. C’est le cas notamment en forêt de Verdun, qui a fait l’objet en 2013 d’une prospection par LiDAR aéroporté, permettant de dévoiler, sous forme d’images 3-D à haute résolution, les vestiges de guerre masqués par le manteau forestier. Menée à partir du traitement d’images et de l’analyse de terrain, une étude archéogéomorphologique des formes de relief induites par les bombardements et les aménagements du front établit une typologie et une cartographie inédites de la diversité des vestiges et de la structure du champ de bataille.
Les résultats de ces travaux menés avec Rémi de Matos-Machado contribuent à affiner la connaissance du champ de bataille de Verdun.
Auteur : R. de Matos Machado, mars 2015. Source : Rémi de Matos Machado, Jean-Paul Amat, Gilles Arnaud-Fassetta et François Bétard, « Potentialités de l’outil LiDAR pour cartographier les vestiges de la Grande Guerre en milieu intra-forestier (bois des Caures, forêt domaniale de Verdun, Meuse) », EchoGéo [En ligne], 38 | 2016, mis en ligne le 13 décembre 2016, consulté le 13 octobre 2017. URL : http://echogeo.revues.org/14791 ; DOI : 10.4000/echogeo.14791

Mercredi 13 juin 2018 : La guerre romaine en Espagne (IIIe-Ier s. av. J.-C.) : l’historien face aux traces matérielles

François Cadiou, Professeur d’Histoire romaine, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Ausonius
L’Espagne est actuellement la région où l’archéologie militaire, en plein essor depuis plus d’une décennie, a livré les résultats les plus importants et les plus spectaculaires concernant l’époque de l’expansion romaine en Méditerranée à la fin de la République. On y compte désormais de nombreux sites identifiés comme des camps militaires ou même des champs de bataille.
Chronologiquement situés entre le début de la Deuxième guerre punique et les ultimes conquêtes réalisées sous Auguste, soit sur près de deux siècles, ils ont livré des restes d’infrastructures ou du matériel qui contribuent à alimenter des débats sur l’évolution des pratiques romaines de la guerre à cette période. À partir d’un bilan de ces découvertes récentes, la conférence proposera de réfléchir à l’usage de ces données matérielles par l’historien.
[Monnaie. Denarius, Auguste, Atelier auxiliaire (Espagne)]

Coordination

  • Vanessa Desclaux, chargée de collection du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, BnF
  • Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, BnF
  • Tassos Anastasiadis, directeur des études Grèce moderne et contemporaine, EFA

Informations pratiques

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand,  Salle 70

Entrée libre

Enregistrer

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international Census, 12 et 13 octobre 2017

La rencontre internationale « Census » réunit de nombreux experts européens, du monde universitaire et des bibliothèques, pour réfléchir aux pratiques actuelles de recensement des manuscrits au sein des bases de données de référence et au sein des catalogues en ligne de bibliothèques. Ce partage d’expériences est l’occasion de mettre en lumière les nouveaux enjeux de recherche et les améliorations proposées au sein des différents outils et catalogues.

Programme

Jeudi 12 octobre 2017

9h309h45 IntroductionFrançois Bougard et Matthieu Cassin (IRHT)
9h4510h45 Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales (Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e)François Bougard
9h45-10h15 Trismegistos: cataloguing all ancient texts (BC 800 BC – AD 800) – M. Depauw, KU Leuven
10h15-10h45 Pinakes (recenser et décrire les manuscrits grecs) et Diktyon (identifier les manuscrits grecs) – M. Cassin, IRHT
10h4511h Pause
11h-12h30 Recenser les manuscrits par langue : langues anciennes et médiévales (Salle Jeanne-Vielliard, IRHT, Paris 16e)Brigitte Mondrain (SAPRAT, EPHE)
11h-11h30 Digital Coptic – DH Projects in Coptic Studies – M. Rosenau, Akademie der Wissenschaften zu Göttingen
11h30-12h E-ktobe : une base pour les manuscrits syriaques – A. Binggeli, IRHT
12h-12h30 Classer les manuscrits hébreux par leur aire de production : enjeux et problèmes méthodologiques – J. Olszowy-Schlanger, SAPRAT, EPHE, IRHT
12h3014h Déjeuner
14h16h Recenser les manuscrits par paysClaudia Fabian
14h-14h30 Cultural objects and descriptions. Towards a new German Manuscript Portal – R. Giel, Berlin, Staatsb.zu Berlin – Preussischer Kulturbesitz, Handschriftenabteilung
14h30-15h Local – National – Global : How e-codices has made a national manuscript portal in Switzerland – Ch. Flüeler, Université de Fribourg
15h-15h30 manuscripta.at – Manuscrits médiévaux en Autriche – Ch. Glassner, Österreichische Akademie der Wissenschaften
15h30-16h Medieval and Renaissance Manuscripts in North America : Identification, Digitization, and Discoverability – L. Fagin Davis, Medieval Academy of America
16h2018h Recenser les manuscrits par paysPierre-Jean Riamond (Ministère de la Culture)
16h20-16h50 Documentare i manoscritti greci d’Italia : riflessioni in margine ad un lavoro in corso – M. Maniaci, Università degli studi di Cassino
16h50-17h20 Nuovi strumenti per la catalogazione in ManusOnLine: le Linee Guida per l’Authority File e la tastiera virtuale – L. NEGRINI, ICCU, Roma
17h20-18h Recenser et décrire les manuscrits des bibliothèques publiques de France : les catalogues en ligne. – A. Postec, BnF – C. Poiret, CCFr – P. Latour, Calames

Vendredi 13 octobre 2017

9h30-9h45 Accueil et Introduction (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Isabelle le Masne de Chermont
9h4510h45 Recenser les manuscrits par langue : langues modernes (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Isabelle le Masne de Chermont
9h45-10h15 Handschriftencensus (allemand) – N. Busch, Universität Siegen
10h15-10h45 Les deux visages de Jonas : répertoire ‘exhaustif’ des manuscrits contenant du français ou de l’occitan et outils d’analyse de corpus de recherche – M.-L. Savoye, IRHT
10h4511h Pause
11h12h30 Recenser les manuscrits par langue : langues modernes (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Marie-Laure Savoye
11h-11h30 Philobiblon (péninsule ibérique : espagnol, catalan, galicien et portugais) – G. Avenoza, Universitat de Barcelona
11h30-12h Les manuscrits de la littérature italienne des origines : une mise à jour – S. Bertelli, Università degli Studi di Ferrara
12h-12h30 The Past, Present and Future of the Bibliotheca Neerlandica Manuscripta (BNM) – A. Bouwman, Leiden, UL – B. Besamusca, Universiteit Utrecht
12h3014h Déjeuner
14h15h30 Ressources transversales et projets en cours (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Charlotte Denoël
14h-14h30 Biblissima – B. Giffard, IRHT, Biblissima – A.-M. Turcan, SAPRAT, EPHE, Biblissima
14h30-15h Les manuscrits en réseau – réinvention, réorganisation et visibilité dans un nouvel écosystème – C. Fabian, BSB, München
15h-15h30 Pour des identifiants uniques des manuscrits (ISMSN) : présentation d’un projet en cours. – M. Cassin, IRHT – C. Masset, IRHT
15h3016h Pause
16h17h30 Ressources transversales et projets en cours (Petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France, Paris 13e)Anne-Marie Turcan
16h-16h30 Le programme Polonsky (BnF-British Library) : aspects scientifiques et interopérabilité des métadonnées. – Ch. Denoêl, BnF – F. Siri, BnF
16h30-17h L’innovation au service du partage des données : IIIF à la BnF – M. Bonicel, BnF
17h17h30 Conclusions

Informations pratiques

Jeudi 12 ocobre 2017
Institut de recherche et d’histoire des textes
Site Iéna, Salle Jeanne-Vielliard
40 avenue d’Iéna, 75116 Paris

Vendredi 13 ocobre 2017
Bibliothèque nationale de France,
Petit auditorium du site François Mitterrand
avenue de France, 75706 Paris cedex 13

 

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Colloque international : Alfred Binet, Expérimentateur. Entre archives de la psychologie et éducation physique

À l’occasion du don des Archives Alfred Binet de et par la Famille Binet, la Société Binet-Simon et la revue Recherches & Éducations organisent un organisé un colloque international sous la présidence des Pr. Guy Avanzini et Bernard Andrieu, avec le soutien de l’EA 3625 TEC (Techniques et Enjeux du corps) UFR STAPS Université Paris Descartes-USPC).

Alfred Binet

Argument

Acteur-clef dans l’émergence de la psychologie expérimentale en France, promoteur d’une œuvre au carrefour des sciences sociales et médicales qui fut un kaléidoscope des techniques d’observation et d’expérimentation de son temps, Alfred Binet fut un personnage clé de l’histoire des sciences.
Ce colloque entend mettre l’accent sur ce fil directeur de sa carrière de psychologue que fut sa posture d’expérimentateur, que ce soit dans ses recherches psychologiques ou dans ses propositions pédagogiques, notamment en éducation physique des anormaux.
À partir de l’étude de ses travaux autant que de ses archives, la diversité des méthodes d’expérimentation promues par Alfred Binet sera envisagée, afin notamment de travailler la nature de sa posture épistémologique, la qualification de son expérimentalisme propre, dans une période où les psychologies anglaise, allemande et française se déploient autour de paradigmes et d’approches singulières. Il s’agit notamment d’essayer de montrer comment les différentes approches expérimentales utilisées dans ces différentes phases de son œuvre participent toutes de la création d’un expérimentalisme original.
Les enjeux pédagogiques et pratiques de ses travaux en éducation spécialisée et en éducation physique seront abordés en montrant que l’anormalité étudiée est moins physiologique que psychosociale et neurocognitive, comme en témoigne sa psychologie des cancres. Les moyens développés par Binet pour prendre en charge ces situations seront explorés, comme sa proposition de création d’une éducation physique adaptée aux débiles corporels ou ses démarches pédagogiques et la prise en charge des anormaux.

Programme

Première partie : La posture de Binet : les instruments de la psychologie

9h30 Mot d’accueil de la BnF : Laurence Le Bras
Ouverture des présidents de la Société Binet-Simon : Bernard Andrieu, Serge Nicolas, Jacqueline Descarpentries et Guy Avanzini

Les archives Alfred Binet et l’influence familiale et sur les familles
Modérateurs : Alexandre Klein (Université de Laval, Québec) et Alix Garnier (Université de Lille 3, Profeor-Cirel)

9h50 Les archives Binet et la photographie familiale
Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

10h15 Educability, Disability and the Making of Family : the case of American Adoption (conférence en anglais)
Sandy Sufian (University of Illinois-Chicago, États-Unis)

10h40 Echanges avec la salle

Archives et instruments d’Alfred Binet
Modérateurs : Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Guy Avanzini (Société Binet-Simon)

11h15 Les instruments d’Alfred Binet
Serge Nicolas (Université de Paris Descartes)

11h40 « Trouver la vraie formule de l’expérience », Comment les archives d’Alfred Binet nous éclairent sur la nature de son expérimentalisme
Alexandre Klein (Université de Laval, Québec)

12h05 Echanges avec la salle

L’expérimentalisme : psychologie et pédagogie
Modérateurs : Xavier Riondet (Université de Lorraine, LISEC) et Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

14h « L’étude de l’intelligence des écoliers » : l’influence d’Alfred Binet sur la psychologie scolaire de Marcel Foucault
Sylvain Wagnon (Université de Montpellier, LIRDEF)

14h20 La réception espagnole de la mesure de l’intelligence chez Binet
Diego Delgado Pastor (Université de Cádiz, Espagne)

14h40 Echanges avec la salle

Instruments et normes chez Alfred Binet
Modérateurs : Henri-Louis Go (Université de Lorraine, LISEC) et Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h30 La psychologie de la prestidigitation : approche pionnière de Binet fondée sur l’utilisation de la chronophotographie et de l’observation
Cyril Thomas et André Didierjean (Université de Franche-Comté)

15h50 Entre mesure et dramaturgie. L’usage du dynamomètre chez Alfred Binet
Loig Le Sonn (Université de Paris Descartes, TEC)

16h10 Norme, normalité et anormalité au XXIe siècle ?
Christelle Potier (ISP-Faculté d’éducation, ICP-Paris)

16h30 Echanges avec la salle

17h15-17h30 Synthèse par Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE) et Prix de thèse

 

Deuxième partie : Cancres et « débiles corporels » : quelle éducation physique ?

Une deuxième journée de ce colloque a lieu le vendredi 13 octobre 2017 de 9h à 16h30 à l’Université Paris-Descartes, 1, rue Lacretelle, Paris 15e 

Education physique et débilités corporelles
Modérateurs : Olivier Vors (Université d’Aix-Marseille) et Isabelle Joing (Université de Lille 2)

9h30 Education physique et débilités corporelles
Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC)

10h Tests, mesures céphalométriques et éducation corporelle des jeunes sourds-muets
Martial Meziani (INS HEA) et Didier Séguillon (INS HEA)

10h20 L’échelle métrique d’Alfred Binet (1857-1911) comme outil de diagnostic de la débilité mentale : contexte historique, médical, politique et social (1878-1911)
Isabelle Cavé (Docteure EHESS)

10h40 Echanges avec la salle

Fatigue physique et fatigue intellectuelle
Modérateurs : Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE) et Stéphane Zygart (Université de Lille 3, STL)

11h20 Fatigue physique et fatigue intellectuelle dans le burnout
Pascal Perault (psychiatre)

11h40 L’éducation physique et/ou psychomotrice à l’école maternelle
Fabrice Delsahut (ESPE Paris)

12h Echanges avec la salle

Enfance, anormalités et débilités corporelles
Modérateurs : Bernard Andrieu (Université de Paris Descartes, TEC) et Loig Le Sonn (Université de Paris Descartes, TEC)

14h Débilités corporelles infantiles et redressement physique (XVIIIe-XIXe siècles)
Séverine Parayre (ISP-Faculté d’éducation, TEC)

14h20 Les enfants poliomyélitiques et l’élaboration des normes de rééducation dans la première moitié du XXe siècle
Stéphane Zygart (Université de Lille 3, STL)

14h40 La normativité dans la fabrique de l’enfant symptôme. Maxime Dauphin (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h La norme des enfants anormaux
Jacqueline Descarpentries (Université de Paris 8, EXPERICE)

15h20 Echanges avec la salle

16h15 Synthèse par Alix Garnier (Université de Lille3, Proféor-Cirel)

16h30 Clôture par les présidents de la Société Binet-Simon Bernard Andrieu et Jacqueline Descarpentries

Informations pratiques

Jeudi 12 octobre 2017 – 9h00-17h30
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Salle 70
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Vendredi 13 octobre 20179h-16h30
Université Paris Descartes, UFR STAPS, 1 Rue Lacretelle, Paris 15e

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Éclats de l’œuvre d’Octave Mirbeau

A l’occasion de la commémoration du centenaire de la mort de l’écrivain, la Bibliothèque nationale de France organise une table ronde.

Nos contemporains chez eux / Dornac

Mirbeau a été une personnalité marquante du tournant du XIXe au XXe siècle, célèbre par ses éclats polémistes et libertaires de romancier, de journaliste politique, de dramaturge et de critique d’art qui rompait avec les formes convenues de la bienséance et du conservatisme. Connu actuellement du public par le succès continu des représentations de Les affaires sont les affaires et des projections des films tirés du Journal d’une femme de chambre – incarnée notamment dans celui de Buñuel par Jeanne Moreau – il bénéficie d’une notoriété internationale qui surpasse sans doute celle qu’il connait en France.

Programme

Introduction à La 628-E8 : Paul-Henri Bourrelier
Mirbeau moraliste farceur : Sarah Brun
L’écriture à l’épreuve de la peinture :  Marie Bat
L’œuvre de Mirbeau, rupture ou charnière : Alain (Georges) Leduc

Gilles Defacque, clown, comédien, auteur, scénariste, directeur du théâtre Le Prato à Lille (pôle français de l’art du cirque), animera la séance par des lectures d’extraits des farces, de Dans le ciel, et de La 628-E8.

Informations pratiques

Mercredi 4 octobre 2017 18h30-20h00

Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Petit auditorium

Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre

Pour aller plus loin

Consulter le billet : Redécouvrir Octave Mirbeau / Christine Genin, http://gallica.bnf.fr/blog/16022017/redecouvrir-octave-mirbeau

Enregistrer

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts

Hommage à Jean-Christophe Victor & collecte de « souvenirs »

Le Dessous des cartes, émission géopolitique emblématique d’Arte, a perdu brutalement son créateur et présentateur Jean-Christophe Victor le 28 décembre 2016. Les salles de lecture de la BnF ont régulièrement accueilli les tournages de ce rendez-vous phare de décryptage du monde moderne. La BnF lui rend hommage lors de cette soirée.

Jean-Christophe Victor à la BnF © Arte

Jean-Christophe Victor, un homme libre et heureux

Fils de l’explorateur polaire Paul-Émile Victor et de la productrice de télévision Éliane Decrais, Jean-Christophe Victor était ethnologue, enseignant, expert en géopolitique et en relations internationales.
Fondateur et directeur scientifique du Laboratoire d’études prospectives et d’analyses cartographiques, il s’est illustré en mettant au point une forme originale de présentation télévisée à partir de cartes des concepts géographiques, politiques et, au sens propre du mot, géopolitiques, avec l’émission Le Dessous des cartes diffusées depuis 1990, d’abord sur la Sept puis sur Arte.

Au cours de l’événement, musiques, images, projections, lectures, accompagnement musical et témoignages viendront évoquer ensemble l’homme public, le professeur, l’ami ou encore le père de famille.

Collecte

Pour mémoire, signalons la collecte de « souvenirs » personnels et professionnels lancé notamment pour permettre à ses enfants Martin, Barthélémy, Emile et Violette de (re)découvrir quel homme était Jean-Christophe Victor. Agés de 9, 5 et 4 ans à la mort de leur papa, les trois plus jeunes n’auront en effet pas vécu assez longtemps avec lui pour imprimer durablement des souvenirs réels.

Récits, photos et vidéos témoignant de ses actions et de son engagement, de ses voyages et de ses rencontres, de ce qu’il a accompli ou de ce qu’il a permis sont à adresser à : souvenir.jcvictor@gmail.com ou Famille Victor, 2 venelle de l’étang, 78720 Dampierre en Yvelines.

Informations pratiques

Mercredi 27 septembre 2017 – 18h30-20h
Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand – Grand auditorium
Quai François-Mauriac – Paris 13e

Entrée libre

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

More Posts