Tous les articles par Anaïs Ducardonnet

La vidéo légère au sein de l’espace universitaire dans les années 1970. Le cas de l’université de Vincennes

La BnF accueille cette année 28 chercheurs associés qui conduisent un travail au plus près de ses collections. Arrivés à mi-année, nous leur avons proposé de présenter leur parcours scientifique et leurs recherches en cours – occasion de montrer la diversité des travaux conduits et des compétences qu’ils mobilisent.


Doctorante à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et chercheuse associée au sein du département de l’Audiovisuel de la BnF, mon travail porte sur le développement et l’utilisation de la vidéo dite légère au sein de l’université de Vincennes (1968-1980).

La BnF a mis en place depuis quelques années maintenant un travail de conservation de ces vidéos souvent oubliées ou mises de côté. Nous avions, à travers notre mémoire de master 2 au sein de la même université, travaillé sur un autre fonds semblable à celui de l’université : celui de l’école des Beaux-arts de Paris (années 1970)1. A travers ce premier fonds, nous nous sommes rapidement rendu compte de l’importance de conserver ces bandes pour étudier les institutions culturelles et la vie politique et sociale de l’époque. Ce billet va tenter en quelques lignes d’exposer comment s’est développée au sein de l’université de Vincennes la vidéo légère et dans quel but.

Université de Vincennes au milieu des années 1970 © Jean-louis Boissier
Université de Vincennes au milieu des années 1970 © Jean-louis Boissier

L’Université de Vincennes (1968 – 1980)

Le Centre universitaire de Vincennes (aujourd’hui Université Paris 8 Vincennes Saint Denis) voit le jour au lendemain des événements ayant secoué la France en avril-mai 1968. A la suite de cette crise étudiante et ouvrière, les gaullistes remportent les élections législatives le 30 juin 1968. Maurice Couve de Murville, Premier ministre appelle, Edgar Faure à l’Education Nationale le 11 juillet 1968. C’est sur les épaules de ce dernier que repose la création d’une nouvelle université qui répondra aux demandes des étudiants dont le nombre a doublé durant les années 19602. Edgar Faure élabore alors une “Loi d’orientation” qui est promulguée le 12 novembre 19683. Avec cette loi le ministre souhaite créer de nouveaux centres universitaires expérimentaux: Vincennes, Dauphine, Antony et Marseille Luminy. Les maîtres mots de ces nouvelles universités sont ainsi la cogestion, la participation (les personnels et les étudiants sont inclus dans les décisions de l’université), l’autonomie, une pédagogie novatrice et la pluridisciplinarité (toutes les disciplines se retrouvent dans une même université permettant aux enseignants de travailler ensemble).

Le centre universitaire expérimental de Vincennes sera la représentation même de cette loi. Dès le mois de juillet Raymond Las Vergnas (alors doyen de la faculté de lettres de Paris) discute avec Edgar Faure et lui donne l’idée de créer ce fameux centre. Raymond Las Vergnas4 rassemble autour de lui différentes personnalités (Hélène Cixous, Bernard Cassen et Pierre Dommergues) qui vont l’aider à imaginer Vincennes. Le projet pédagogique se met en place durant l’été. Ce dernier recoupe les points importants de la loi mais ajoute également quelques éléments qui resteront propre à Vincennes pendant de nombreuses années.

En effet, l’établissement est ouvert aux salariés non bacheliers (soumis à certaines conditions néanmoins5), aux étudiants étrangers et se voit doté de nouveaux départements jusque là peu (ou pas ) présents au sein des universités (cinéma, informatique, linguistique, psychologie et urbanisme). L’université doit à présent être ouverte au monde extérieur et proposer une pédagogie novatrice avec l’aide d’outils tel que le cinéma et l’audiovisuel.

Ce centre universitaire expérimental ouvre ses portes après une longue bataille du personnel, le 13 janvier 1969 avec 240 enseignants et environ 8000 étudiants6. Il devient Université de Paris-VIII Vincennes le 17 décembre 19707.

La vie de cette université ne sera pas de tout repos et connaîtra de nombreux rebondissements (drogue, budgets limités, locaux insuffisants, administration récalcitrante, scandales dans la presse etc.) mais on y verra également de nombreuses innovations qui resteront dans la mémoire de tous (mise en place d’une crèche, un souk à l’entrée de l’université, invitation de professeurs étrangers, enseignants vedettes tels que Gilles Deleuze, François Chatelet, Noam Chomsky, Jacques Rancière ou encore Frank Popper, etc.)8.

Cette expérience vincennoise prend fin en 1980 lorsque Jacques Chirac, alors maire de Paris, souhaite récupérer les terrains sur lesquels l’université est construite (ces derniers ayant seulement été prêtés pendant une durée précise). Plusieurs possibilités ont été évoquées pour transférer l’établissement, dont Marne-la-Vallée notamment en 1976, mais c’est finalement à Saint Denis que celui-ci déménage en 1980.

Le cinéma et la vidéo à Vincennes

Comme indiqué précédemment Vincennes fut l’une des premières universités à avoir un département cinéma. Il est important de préciser que ce dernier ne constitua au départ qu’une section au sein d’un département art. Néanmoins, dès la rentrée 1971 un département cinéma à part entière existe inclus dans l’U.E.R. Art. Il est également important de noter que dès sa création l’université se voit dotée d’un service audiovisuel commun à tous les départements. C’est au sein de celui-ci que les enseignants peuvent avoir accès à du matériel ou des techniciens pour les aider. Néanmoins, le matériel sera dans un premier temps assez lourd, la vidéo légère n’intervient que plus tardivement au sein de l’établissement. L’université se voit “dotée de tous les signes de la modernité”9, les laboratoires de langues sont équipés en matériel audiovisuel, certaines salles le sont également ainsi qu’un studio d’enregistrement opérationnel à partir de 1971. Enfin en 1973 une extension est ajoutée à l’université, le Bâtiment H, dans lequel se trouve un studio type école et un matériel plus léger est acquis par l’université sous la pression des enseignants10. Philippe Chauvet dans une brochure de 1975 intitulée “L’audiovisuel au service de l’université Paris VIII-Vincennes” récapitule les différents outils au service des enseignants. Il évoque ainsi une vidéo légère qui peut “être emportée dans une voiture et installée dans n’importe quelle salle sur 220 volts”, il évoque également une unité de vidéo portable ½ pouce (fig. 1) qui permet “de provoquer de nouveaux types de tournages, de films, de participer et faire participer aux processus de communication audiovisuelle et en particulier modifier la relation pédagogique: émetteurs et récepteurs ne sont plus dissociés” et enfin “offre des possibilités d’investigations sociologiques : enquêtes sur le terrain, reportages, documents témoins, observations de groupes, de classes etc.”11.

Fig. 1 : extrait de la brochure de Philippe Chauvet, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975
Fig. 1 : extrait de la brochure de Philippe Chauvet, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975

Ce développement du cinéma et de la vidéo au sein de l’université pousse les enseignants à renouveler leurs pédagogies pour inclure ces nouvelles technologies. Le département cinéma cherchera dès sa création à mélanger théorie et pratique. Jusqu’à présent les établissements enseignants ces techniques ne le faisaient en effet que d’un point de vue pratique (école de cinéma) ou théorique (université). Ce renouveau permet aux enseignants mais également étudiants, qui sont maintenant inclus dans la pratique, de réaliser divers oeuvres que cela soit en vidéo légère (portable ou dans le cadre du studio régis H)12 ou avec le matériel plus lourd de télévision en circuit fermé.

Cette technologie devient rapidement un support même au cours. D’une part, on retrouve dans le fond vidéo de Vincennes de nombreux enregistrements d’émissions de télévision ou de films, pour les livrer à des lectures critiques. D’autre part, la réalisation par groupe est mis en avant et doit servir différents objectifs: “analyse critique par l’image (études d’interactions dans des groupes en situation, analyse de l’image en soi dans le processus éducatif, le jeu théâtral, la direction de chœurs), ou documents bruts (enquête sur le terrain, observations en art plastique, documents témoins)”13.

Cette pratique de la vidéo polymorphe et transdisciplinaire est celle que nous retrouvons dans le fond déposé à la Bibliothèque nationale de France.

Pratiques de la vidéo à Vincennes

Le fonds Vincennes – Saint Denis est un vaste ensemble déposé en plusieurs temps par l’Université Paris-8 à la BnF. Un premier lot est composé de 317 bandes couvrant la période vincennoise (dont 70 sont des enregistrements d’émissions ou de films). Un deuxième lot est composé de 164 bandes couvrant pour la majorité la période de l’université à Saint Denis (seules quelques bandes ont été réalisé à Vincennes). Le troisième lot est composé de 1312 bandes toutes réalisées à Saint-Denis (jusque dans les années 2000) et ne fait pas partie de notre corpus. Inventorié, l’ensemble est consultable dans sa très grande majorité sous forme numérique dans la Bibliothèque de recherche (salle P)14.

Les vidéos datant de l’époque de Vincennes ont été réalisées aux formats ½ pouce ou U-matic, formats dits “légers” (c’est-à-dire utilisables avec du matériel portable et relativement économique par rapport au matériel de studio dit “lourd”). Ce fonds est totalement ancré dans l’expérience vincennoise. Il nous présente tous les éléments qui ont constitué l’université dès sa création: ouverture sur le monde, pluridisciplinarité, nouvelle pédagogie, renversement des rôles enseignants-étudiants.

Le point essentiel à souligner de ce fonds est que les bandes proviennent de tous les départements de l’université. En effet, le département cinéma produit quelques vidéos mais reste récalcitrant face à cette technologie, lui préférant le support film15.

Le volume de bandes en provenance du cinéma est paradoxalement moins important que dans d’autres départements de l’université. Nous pouvons ainsi particulièrement parler du département musique où 35 bandes sont réalisées par Costin Miereanu et Christian Cheyrezy ou encore Francis Schwartz (fig. 2)  et celui de Français langue étrangère qui en réalise 33.

Fig. 2 : capture d’écran d’une vidéo de Francis Schwartz intitulée Mon oeuf, conservée au sein du fond de la BnF.
Fig. 2 : capture d’écran d’une vidéo de Francis Schwartz intitulée Mon oeuf, conservée au sein du fond de la BnF.

C’est à Annie Couëdel (enseignante au sein du département FLE) que l’on doit la totalité de ces 33 bandes16. A travers la vidéo, elle s’efforce de mettre en place une nouvelle pédagogie pour l’apprentissage des langues par les étudiants étrangers. Ainsi parmi les vidéos nous avons relevé de nombreuses interviews réalisés par l’enseignante et ses élèves sur Vincennes ou encore sur la place des étudiants étrangers17. Avec la vidéo intitulée Arditi, j’accepte mon image  (36 min),  nous assistons à un cours d’Annie Couëdel durant lequel les étudiants reviennent sur la réalisation du film Vivre la langue de 1978. A travers cette réalisation ils progressent en langue française en se confrontant à leurs images et au monde extérieur. Mais comme l’explique un étudiant la vidéo apparaît également “comme un enseignant dans d’autres cours”.

Une étude des programmes des différents départements de l’université18 nous a permis de mesurer l’importance de l’audiovisuel dans la pédagogie de l’ensemble de l’établissement. On trouve de nombreuses Unités de Valeurs (UV) consacrées à cette technologie dans tous les UER (unité d’enseignement et de recherche) de l’université. Pour n’en citer que quelques-uns pour l’année 1971-1972 ; au département d’anglo-américain, “méthodologie de l’audiovisuel intégré”; au sein de la section théâtre, une UV “techniques audiovisuelles” ; dans le département sciences de l’éducation, une UV “les moyens audiovisuels”.

Ces quelques exemples soulignent bien l’appropriation de l’audiovisuel, à des degrés divers, par tous les départements de l’établissement. Pionnier de l’audiovisuel éducatif, Henri Dieuzeide, dans son texte publié au sien de l’ouvrage de Jacqueline Brunet, met bien en avant cette idée “l’année scolaire 1970-1971, un certain nombre d’UV (sciences de l’éducation, urbanisme, théâtre, histoire) prévoient d’initier les étudiants à la production et à l’analyse des documents audiovisuels”19.

La vidéo est présente dans tous les départements mais également sous toutes les formes au Centre Universitaire expérimental de Vincennes. On trouve des vidéos militantes au sein du fonds présent à la BnF. La bande intitulée Manifestation Odéon (18/12/1979) (38 min) en est un bon exemple. Elle montre une manifestation ayant eu lieu en décembre 1979 à Paris au départ de la place de l’Odéon. Cette manifestation est lancée par la SGEN contre de nouvelles mesures votées le 10 décembre 1979 à l’Assemblée Nationale modifiant l’élection du président d’université et des unités de recherche. Texte qui sera finalement abandonné suite à ces manifestations20.

Nous pouvons également citer des vidéos artistiques (le département Musique est particulièrement prolifique à ce niveau) et des vidéos que l’on pourrait qualifier de témoignages. Une nouvelle pédagogie de la vidéo et part la vidéo se met en place (l’enregistrement des cours de Gilles Deleuze témoigne de cette envie21).

Le fonds Vincennes apporte beaucoup d’éléments neufs autant sur l’université que sur le développement de ces premières pratiques de la vidéo légère. La bande précédemment citée sur la manifestation à Odéon apporte des informations absentes des sources écrites. Elles se présentent également comme un témoignage vivant de l’université. Il est par exemple connu que l’université de Vincennes fut ouverte aux étudiants étrangers, mais ces vidéos documentent précisément leur place dans l’ensemble (notamment en FLE), ainsi que les mouvements de défense de leurs droits (notamment face à la circulaire Bonnet de 1977). La vidéo fournit des témoignages “sur le vif” sur le fonctionnement de cette institution. Ainsi, la longue interview de Claude Frioux22 (président de l’université de 1973 à 1977 puis de 1980 à 1987) met l’accent sur le volontariat comme base de cette construction.

Ces différentes utilisations de la vidéo continuent à se développer et s’étendre après le transfert notamment avec la création d’un centre vidéo en 1981 et l’acquisition de nouveaux matériels plus légers et accessibles. Le troisième dépôt constitutif du fonds conservé à la BnF témoigne de ces utilisations et des nombreux travaux qui ont vu le jour par la suite.

Analyse d’une bande : Université Vincennes Suite d’extraits : Extérieurs de la fac, Commission, Budget-Locaux, Intrusion dans un cours, le souk, Châtelet, Assia, Appels à un meeting, étudiants africains, Personnel administratif, Fresques murales

La bande intitulée Université Vincennes Suite d’extraits : Extérieurs de la fac, Commission, Budget-Locaux, Intrusion dans un cours, le souk, Châtelet, Assia, Appels à un meeting, étudiants africains, Personnel administratif, Fresques murales (37 min) rassemble plusieurs séquences tournées au sein de l’Université de Vincennes. Au vu des événements, nous supposons qu’elles datent de fin 1979-début 1980. Trois séquences d’images s’entremêlent dans cette bande.

Cette dernière s’ouvre sur des plans de l’extérieur de l’université. Une étudiante filme debout caméra à l’épaule les étudiants dans la cour ainsi que divers événements qui s’y déroulent. Une voix hors cadre lui explique à comment utiliser la caméra (“tu peux avancer quand tu veux, aller à gauche pour ne pas voir la voiture”). Une information sur les réalisateurs apparaît à partir de 17 min 06 : cette même étudiante filme le souk de l’établissement, elle est alors interpellée par un des vendeurs qui refuse d’être filmé, pour toute réponse elle lui explique être étudiante en philosophie. La réalisatrice finit néanmoins par filmer en gros plan les objets plutôt que les vendeurs. 

On peut supposer que cette vidéo est une création des étudiants de Marielle Burkhalter. Lorsque l’étudiante filme le cours, elle s’arrête sur une étudiante en plan large. Celle-ci tient un discours sur l’intervention de la police au sein de l’établissement. Elle appelle à la lutte et à la tenue d’une Assemblée Générale (qui traitera également des menaces pesant sur l’université). Un gros plan sur un panneau nous apprend que cette dernière doit se tenir en amphi I à 12h le jour même (fig. 3).

Fig. 3 : capture d’écran d’un panneau présent dans la cours de l’université annonçant une assemblée générale.
Fig. 3 : capture d’écran d’un panneau présent dans la cours de l’université annonçant une assemblée générale.

Tous ces moments font références à deux éléments dans l’histoire de Vincennes. Le premier est le trafic de drogue. Comme dans d’autres universités, des dealers utilisaient régulièrement les établissements d’enseignement supérieur pour vendre leurs marchandises. L’Université a connu dès 1977 une vague de vente qui s’est tarie suite à l’engouement de la presse et la défense mise en place par le personnel. Néanmoins, ce problème réapparaît à partir de 1979, poussant début 1980 le conseil de l’université à voter pour l’intervention de la brigade des stupéfiants, le contrôle des cartes à l’entrée voir la fermeture de l’établissement23. La vidéo montre des étudiants défavorables à ces initiatives. 

Le deuxième élément qui se trouve cette fois dans deux séquences de la bande est le déménagement de l’université à Saint-Denis. Lorsque l’étudiante filme l’extérieur de l’établissement, on entend également un homme hors cadre traiter de cette assemblée et de la nécessité d’y participer et de lutter contre ce déménagement. La deuxième séquence (débutant à  partir de 13 min 22, puis se retrouvant à 19 min 49 et 22 min 46) porte sur la tenue d’une commission « budgets locaux » dont le sujet principal est encore une fois le transfert de Vincennes. Les images documentent les problèmes que pose ce changement. Une femme (chef d’un département) explique ne pas “pouvoir imaginer comment commencer les cours alors que les autres services seraient ailleurs, il faut qu’il n’y ait personne ou tout à Saint Denis”. Claude Frioux précise, lui, que ce déménagement est contraint et se fait donc dans les pires conditions possibles. Une personne (peut être Assia Melamed auquel le titre de la bande fait référence) s’interroge sur le sort des étudiants étrangers ainsi que la disparition possible de certains départements. Cette commission se termine par l’intervention de François Châtelet (fig. 4) qui traite cette fois du sort des enseignants, en précisant que beaucoup d’entre eux n’ont pas demandé leur transfert vers d’autres universités. Le filmeur saisit tour à tour les différents intervenants de dos ou de face souvent en gros plan.

Fig. 4 : capture d’écran de François Châtelet lors de la commission présente dans la vidéo.
Fig. 4 : capture d’écran de François Châtelet lors de la commission présente dans la vidéo.

La bande se termine (à partir de 29 min 08) par des étudiants peignant des fresques sur un des murs de l’université. Le caméraman s’attarde alors sur les étudiants mais également avec des gros plans sur leurs œuvres en cours de réalisation.

Bibliographie sélective

  • BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A. Moreau, 1979.
  • CHAUVET, Philippe, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975.
  • COHEN, Paul, “Happy birthday Vincennes ! The university of Paris-8 turns forty”, in History workshop journal, issue 69, été 2010, p. 206-224. URL : <https://www.jstor.org/stable/40646103?seq=1#metadata_info_tab_contents>.
  • DEBEAUVAIS, Michel, L’Université ouverte : les dossiers de Vincennes, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1976.
  • DORMOY-RAJRAMANAN, Christelle, Sociogenèse d’une invention institutionnelle: le centre universitaire expérimental de Vincennes, Thèse de doctorat en droit et science politique, Paris Ouest Nanterre la Défense, 2014.
  • MINOT, Jacques, Histoire des universités françaises, Paris, Presses universitaires de France, 1991.
  • MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980.
  • Université de Paris VIII, centre vidéo, La Vidéo à Paris VIII, de Vincennes à Saint Denis: bilan et perspectives, Saint Denis, Paris VIII, 1983.
  • Université Paris VIII. Département d’études cinématographiques et audio-visuelles, Du cinéma selon Vincennes, Paris, Lherminier, 1979.
  • Université de Paris VIII, Guide de l’étudiant – université de Paris VIII- Vincennes à Saint Denis, Tome 1 : 1977 – 1978, Saint Denis, Université de Paris VIII, cellule d’information et d’orientation, 1982. 4 tomes.
  1. L’inventaire de ce fond est disponible sur la base de données AGORHA de l’INHA, réalisé par Nicolas Ballet. URL: <https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00544782>. []
  2. Voir la thèse de  Christelle Dormoy-Rajramaman qui reprend les mots de Charles Soulié et précise que « de 1945 à 1960, le nombre d’étudiants dans l’université française passe de 123 000 à 214 000. Mais à partir de 1960 cette croissance s’emballe, le taux de progression annuel étant généralement supérieur à 10 %. À la rentrée 1967, on compte deux fois plus d’étudiants qu’en 1960 », Charles Soulié, « La recomposition des facultés et disciplines dans l’université française des années soixante », Un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, St Denis, PUV, 2012, p. 31, cité dans DORMOY-RAJRAMANAN, Christelle, Sociogenèse d’une invention institutionnelle : le centre universitaire expérimental de vincennes, Thèse de doctorat en droit et science politique, Paris Ouest Nanterre la Défense, 2014, p. 100. []
  3. MINOT, Jacques, Histoire des universités françaises, Paris, Presses universitaires de France, 1991, p. 58. []
  4. C’est ce dernier qui sera responsable du projet et le premier doyen de l’université (jusqu’en 1969 où il démissionne). []
  5. Loi d’orientation du 12 novembre 1968 : “Après avoir reconnu leur aptitude, les Universités organisent l’accueil de candidats déjà engagés dans la vie professionnelle qu’ils possèdent ou non des titres universitaires. Elles leur permettent d’accéder à des de formation ou de perfectionnement et d’obtenir les diplômes correspondants“, disponible sur https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000693185&pageCourante=10579. []
  6. COHEN, Paul, “Happy birthday Vincennes ! The university of Paris -8 turns forty”, in History workshop journal, issue 69, été 2010, p. 206 – 224. URL: <https://www.jstor.org/stable/40646103?seq=1#metadata_info_tab_contents>. []
  7. Suite à un décret de Olivier Guichard. Le décret est disponible à l’adresse suivante : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000511402&categorieLien=cid>. []
  8. Un rapport d’experts remis au ministère en 1974 met d’ailleurs en avant la réussite de l’expérience vincennoise, “le groupe, constatant le succès de vincennes sur ce plan, estime que les solutions ici offertes correspondent à des besoins réels et répondent à une mission importante de l’université, et souhaite que Vincennes ne soit plus la seule université à proposer, ainsi de nouvelles solutions au problème de l’éducation des adultes”, MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980, p. 76. []
  9. BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A Moreau, 1979, p. 138. []
  10. Université de Paris VIII, centre vidéo, La Vidéo à Paris VIII, de Vincennes à Saint Denis: bilan et perspectives, Saint Denis, Paris VIII, 1983. []
  11. CHAUVET, Philippe, L’Audiovisuel au service de l’université Paris VIII -Vincennes, Université Paris VIII Vincennes Saint Denis, 1975, p. 19-20. []
  12. Université Paris VIII. Département d’études cinématographiques et audio-visuelles, Du cinéma selon Vincennes, Paris, Lherminier, 1979. L’auteur cite notamment le film de Emmanuelle Mairesse, 8 clos en 625 lignes de 1979 réalisé au sein du département cinéma. []
  13. Université de Paris VIII, Guide de l’étudiant – université de Paris VIII- Vincennes à Saint Denis, Tome 1 : 1977 – 1978, Saint Denis, Université de Paris VIII, cellule d’information et d’orientation, 1982. 4 tomes. []
  14. Il existe également à l’Institut national de l’audiovisuel un autre ensemble de vidéos réalisées à Vincennes par Marielle Burkhalter (https://inatheque.hypotheses.org/121). Enfin, un petit corpus des réalisations les plus notables a été numérisé et mis en ligne par Patrice Besnard, responsable des équipements audiovisuels à Vincennes puis responsable du laboratoire Vidéo Assistée par Ordinateur (VAO) (http://www.archives-video.univ-paris8.fr/sommaire.php#ati_etudiants). []
  15. Nous trouvons néanmoins dans le fond quelques vidéos de Jean-Paul Fargier, Danielle Jaeggi, Yves Lorelle, tous trois enseignants au sein du département cinéma. []
  16. Cette dernière dès son arrivée au sein de l’université l’enseignante se forme à l’utilisation du matériel auprès de Jean-Paul Fargier et tente très rapidement d’intégrer cette technologie dans ses cours. Cette utilisation s’intensifie à partir de 1977 avec la mise en place d’une UV “langue et vidéo : création collective”. []
  17. Voir notamment la vidéo intitulée Entrée Fac (36 min). []
  18. Disponible en parti sur https://www.bibliotheque-numerique-paris8.fr/items/browse?collection=223. []
  19. Texte de Henri Dieuzeide in BRUNET, Jacqueline (éd), Vincennes ou le désir d’apprendre, Paris, A. Moreau, 1979, p. 138-141. []
  20. Voir le Journal Officiel du 10 décembre 1979 à l’adresse suivante : <http://archives.assemblee-nationale.fr/6/cri/1979-1980-ordinaire1/105.pdf>. []
  21. Voir : https://catalogue.bnf.fr/affiner.do?motRecherche=deleuze+vincennes&listeAffinages=FacNatDoc_h&afficheRegroup=false&trouveDansFiltre=NoticePRO&nbResultParPage=10&triResultParPage=0&critereRecherche=0. []
  22. Voir la vidéo intitulée Interview Frioux de 38min46. []
  23. MERLIN, Pierre, L’Université assassinée : Vincennes, 1968 – 1980, Paris, Ramsay, 1980, p. 69. []